La Cité de la santé, une expérience d empowerment

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Cité de la santé, une expérience d empowerment"

Transcription

1 La Cité de la santé, une expérience d empowerment Tim Greacen, Olivier Las Vergnas, Tù-Tâm Nguyên To cite this version: Tim Greacen, Olivier Las Vergnas, Tù-Tâm Nguyên. La Cité de la santé, une expérience d empowerment. Pratiques de Formation - Analayse, 2010, 2010 (58-59), pp <hal > HAL Id: hal Submitted on 26 Nov 2011 HAL is a multi-disciplinary open access archive for the deposit and dissemination of scientific research documents, whether they are published or not. The documents may come from teaching and research institutions in France or abroad, or from public or private research centers. L archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d enseignement et de recherche français ou étrangers, des laboratoires publics ou privés.

2 La Cité de la santé, une expérience d empowerment Tim Greacen Docteur en psychologie, directeur du Laboratoire de recherche Établissement public de santé Maison Blanche Olivier Las Vergnas Cité des métiers/cité de la Santé à la CSI, Paris EA 1589 Cref, Équipe «Apprenance et formation d adultes» Université de Paris-Ouest Nanterre Tu-Tâm Nguyên Conservateur de bibliothèque, responsable de la Cité de la santé Bibliothèque des sciences et de l industrie, Cité des sciences et de l industrie Résumé Centre de ressources documentaires, lieu d accueil et de service, la Cité de la santé s inscrit dans l offre de médiation de la Cité des sciences et de l industrie. Cette plateforme partenariale donne à l usager - qu il soit malade, proche de malade, professionnel ou simple curieux d une question de santé les moyens de s informer librement pour devenir citoyen éclairé et acteur de sa propre santé. De plus, située au sein d un établissement culturel et médiatrice entre les personnes, les représentants des malades et les soignants, la Cité de la santé est devenue un cadre de référence pour la construction et la reconnaissance de l expérience des patients, comme le confirment les expositions et témoignages ou les journées de dialogue qu elle coproduit. Mots-clés Centre de ressources documentaire, Information santé, Plate-forme partenariale, usager de santé, empowerment Abstract The Cité de la santé (City of Health), an information and resource centre based

3 in Paris s largest science museum, the Cité des sciences et de l industrie, provides the general public whether they be users, carers, professionals or simple passersby with access to a wide variety of interactive information sources allowing individuals to empower themselves to become actors of both their own personal health and the health of their community. Situated at the heart of a cultural mediation space including representatives of user, carer and professional organisations, the Cité de la santé has become a veritable reference point in France for developing and valorising healthcare service user expertise through exhibitions, events and workshops in a wide variety of health areas. Keywords Information and resource centre, Health information, Stakeholder participation, Health care service users, Empowerment *** Traditionnellement cantonné dans des institutions telles que les bibliothèques médicales universitaires ou les laboratoires de recherche ou protégé avec des chemins d accès réglementés par l organisation de l offre de soins, le monde de l information sur la santé a connu depuis peu une véritable révolution. Avec des structures telles que la Cité de la santé à la Cité des sciences et de l industrie de Paris La Villette, la relation de pouvoir entre science et citoyen se transforme. Le visiteur s inscrit dans une démarche non pas de récepteur passif d une information descendante délivrée par une autorité médicale, mais comme auteur de son propre questionnement du monde santé, comme créateur de nouvelles façons de penser l art même de l information, de la «s information». L enchevêtrement de relations de pouvoir que représentait le paquebot médical du siècle dernier, pouvoirs actuariels et commerciaux d un côté, pouvoirs médicaux, administratifs, industriels et scientifiques de l autre, craque de toutes parts, s ouvrant à la démarche participative d associations d usagers et d acteurs du monde sanitaire dans une démarche d information santé visant à réduire les inégalités et à promouvoir une santé véritablement participative. Le rôle de grandes institutions culturelles telles que la CSI pour ce type d approche a été exemplaire, permettant d envisager de nouvelles façons de penser la notion même de service public. 176

4 1. Des fonctions de services en complément de la logique d exposition Rendre accessible à tous les avancées des sciences et des techniques : La Cité des sciences et de l industrie. La Cité des sciences et de l industrie (CSI) de La Villette est largement connue pour ses expositions scientifiques et principalement identifiée comme un lieu de découverte culturelle. Susciter la curiosité, donner envie de savoir et de découvrir les avancées de la science et des technologies constituent en effet sa mission première. Les questions de santé, sont une composante très présente de la programmation de la Cité, et font l objet d importantes expositions (quasiannuelles) : L Homme transformé, l Homme et les gènes, le Cerveau intime, Epidemik, pour en nommer quelques-unes des plus récentes. Se détachant des autres musées comparables, la CSI associe à ses expositions une offre plus personnalisée d accès à l information. Ainsi, la médiathèque de la CSI, maintenant appelée Bibliothèque des sciences et de l industrie (BSI), compte près de entrées par an. Elle donne accès libre et gratuit à une collection physique de près de documents (livres, revues, films, cédéroms, DVD ) auxquels s ajoute une offre très riche de ressources accessibles en ligne via le portail www. cite-sciences.fr. Dès son ouverture en mars 1986, cette médiathèque avait fait le choix de proposer un fonds documentaire sur la santé, composé d ouvrages de vulgarisation comme de référence. Mettre à la libre disposition du public, dans un même lieu, documents de vulgarisation et documents professionnels a représenté un bouleversement dans le paysage documentaire médical français où l information se cantonnait traditionnellement dans des institutions comme les bibliothèques médicales universitaires ou les laboratoires de recherche. En pratique, cette multiplicité innovante de niveaux et de supports, la diversité des visiteurs et des attentes nous ont obligés à porter une importance toute particulière à l art de la médiation documentaire, avec la présence d une équipe de documentalistes spécialement formés, pour faciliter, en particulier aux non-initiés, la recherche d information et le repérage des sources. Nous avons ainsi été amenés à travailler sur l accueil et l accompagnement documentaire, d autant plus importants en santé quand le demandeur d information n a pas les connaissances de base, n est pas familiarisé avec la terminologie ou, comme c est souvent le cas, est directement concernée par l enjeu de santé dont il est question. 177

5 Des cités de services pour répondre aux préoccupations concrètes Depuis quelques années, la CSI s est particulièrement attachée à élargir son public et à s adresser en particulier à ceux qui ne sont pas naturellement habitués à fréquenter des lieux culturels. Pour aller au-delà des passionnés, spontanément curieux des sujets scientifiques, nous avons ainsi décidé de nous positionner comme un lieu ressources permettant à chacun de trouver comment faire face à toute préoccupation concrète liée de près ou de loin aux avancées scientifiques et techniques. Ainsi, à la médiathèque ont été ajoutées voici dix ans la Cité des métiers, puis plus récemment la Cité de la santé : deux espaces qui visent à répondre de la manière la plus concrète possible aux préoccupations en matière d orientation professionnelle pour la première et de santé pour la seconde. Fin 2001, lancement de la Cité de la santé Dans cet esprit pragmatique de service individualisé, nous avons décidé de développer l offre de notre médiathèque médecine santé afin de compléter la réponse documentaire par des banques d écoute et de réponses personnalisées. L équipe de médiathécaires était en effet confrontée à de multiples questions des publics démunis et en difficultés dans leur vie quotidienne sur des questions de santé. De nombreux usagers étaient porteurs de préoccupations aussi concrètes que se faire expliquer ce qu a dit le médecin, comprendre en quoi consiste tel examen, tel traitement, telle analyse, se renseigner sur une maladie, un trouble psychique ou encore choisir une thérapie, un régime, un sport, prévenir des risques. Pour d autres, il pouvait s agir de rentrer en contact avec une association de patients qui pourrait les aider ou encore clarifier les démarches pour accompagner un proche malade ou handicapé. Autant de questions pour lesquelles nous avions vite identifié qu il serait fructueux d allier aux compétences documentaires des médiathécaires, celles de professionnels de santé et d acteurs du monde associatif santé pour développer le conseil et l orientation en information santé. Une association avec douzaine de partenaires de l information santé Pour mettre en place ce nouveau dispositif, avec le soutien de la Direction générale de la santé et de la Direction régionales des affaires sanitaires et sociales d Ile-de-France, nous nous sommes donc associés à une quinzaine d organismes 178

6 œuvrant dans ce domaine. Ouverte depuis fin 2001, au sein de la médiathèque, la Cité de la santé est un espace de dialogue, d information et d orientation, en accès libre et gratuit. Ni lieu de soins, ni lieu de diagnostic, il s adresse aux jeunes, aux adultes, aux enfants et aux parents ainsi qu aux seniors pour leur faciliter la recherche d information sur une pathologie, une thérapeutique, l existence de lieux de soins, de prévention... La Cité de la santé s est structurée en quatre grands thèmes : - «Entretenir sa santé, prévenir» - «S informer sur un problème de santé» - «Vivre avec une maladie, un handicap, accompagner un proche» - «S informer sur ses droits». L accès à l information s effectue gratuitement, dans le respect de l anonymat et de la confidentialité des usagers. Sur place on trouve plusieurs points d accueil où l on peut s entretenir librement avec des conseillers en santé, professionnels venant d organismes spécialisés partenaires. On y a accès à près de ouvrages et revues en libre service sur la médecine et la santé, couvrant le droit aux soins, l évolution des connaissances biomédicales sur les pathologies et leur traitement, les grandes questions de santé publique et d éthique, les handicaps physiques, mentaux et les difficultés psychiques, la prévention, la prise en charge, le développement de la personne au cours des âges de la vie. On y dispose également d un espace de navigation multimédia en accès libre pour consulter une sélection de sites Internet, de cédéroms et de films consacrés à la santé, référencés dans le cadre de la plus grande collection de documents santé accessibles au grand public en France. Enfin, une équipe de médiathécaires est présente en permanence pour aider dans les recherches documentaires. Toutes ces ressources sont disponibles sans rendez-vous pendant les heures d ouverture. Cet espace de conseils s appuie sur une gamme de compétences complémentaires apportées tant par des professionnels que par des associations d usagers, à savoir Aides Ile-de-France, Arémédia, le Centre régional d information et prévention du sida (Crips), l Institut national de prévention et d éducation en santé, le Conseil national de l ordre des médecins, le Comité de Paris de la Ligue contre le cancer, le Comité régional d éducation pour la santé d Ile-de-france, les Établissements publics de santé Esquirol et Maison Blanche, la Fédération nationale d aide aux insuffisants rénaux, la Fédération nationale des usagers et 179

7 ex-usagers de la psychiatrie, l Union nationale des parents et amis de personnes handicapées, l Union nationale des associations familiales, l association Vie libre des buveurs guéris. 2. Une plate-forme partenariale au service des préoccupations des usagers Une première étude des usagers de la Cité de la santé a été réalisée à partir des questions des utilisateurs relevées au cours du premier trimestre Plus des deux tiers d entre eux étaient des parisiens, un autre quart venait de banlieue (dont la moitié de la Seine St Denis). 54% étaient des femmes (50% sur le pôle Entretenir et 62% sur le pôle S informer sur un problème). L âge médian était d environ 32 ans pour le pôle Entretenir et S informer sur un problème et de 36 ans pour le pôle Vivre avec. Un tiers des demandes concernait des problèmes non pas du visiteur lui-même, mais de membres de sa famille : cette étude a en effet en particulier montré la pertinence de la Cité de la santé pour l information et l écoute de problèmes de santé concernant les proches (famille, proches, voisinage, travail). Des parcours mobilisant des modalités complémentaires d information Cette étude a également permis de conclure que la mutualisation, le découpage et les intitulés des pôles recouvrent bien les préoccupations, même si de nombreux chevauchements sont inévitables et si un premier accueil se révèle indispensable pour aller au devant de visiteurs souvent surpris, voire même quelquefois perplexes face à ce nouveau service. Il est également apparu que la complémentarité des ressources (documentation imprimé, multimédia et médiation humaine) est particulièrement pertinente, mais que leur richesse impose une formation continue systématique de tous les intervenants, s appuyant sur des protocoles construits ensemble. Ainsi, plusieurs séminaires réunissant conseillers et médiathécaires ont eu lieu, en particulier pour affiner les principes déontologique et formaliser des protocoles de réponse. Il se précise ainsi que la fonction du lieu doit se définir comme informations et orientation en matière de santé et qu une grande vigilance est nécessaire pour respecter un positionnement en amont de toute consultation médicale. 180

8 Questions pour soi, questions pour les autres Souvent le visiteur cherche à s informer sur des questions qu il n a pas forcément eu le courage de poser à son médecin, notamment lors d un événement ou une annonce grave : «J ai récemment fait un infarctus. Quel en est le pronostic? Dans d autres cas, les questions posées aux conseillers information santé font suite à ce qui est perçu par l usager du système de santé comme une absence de réponse ou une réponse qui ne lui a pas satisfait : «J ai mal au bas du dos depuis plusieurs mois. Y a-t-il des examens à faire? Mon médecin m a dit qu il n y avait rien à faire.» Les proches de personnes malades y viennent souvent, signe de la difficulté actuelle pour le système de santé à accompagner pleinement les aidants naturels : «Ma mère est en insuffisance cardiaque avec essoufflement, hypertendue, mais tout corrigé et bien soigné. Lors d un examen de sang on a trouvé une hépatite C. On a dit qu il faut laisser. Elle va mourir?» D autres questions sont d ordre pratique : «Je suis suivie et traitée pour une maladie d Addison. Je voudrais obtenir une carte à garder sur moi indiquant ma maladie et mon traitement.» Ou bien juridiques, que ce soit du côté du patient : «J ai des séquelles en relation avec une faute médicale, comment obtenir réparation?» Ou du professionnel de santé : «Je suis cadre infirmier. J ai un problème de responsabilité avec un infirmier victime d un malade psychotique. Que faire?» Parmi un public varié, une population de jeunes concernés notamment par les questions de sexualité Qu ils soient habitants de proximité, visiteurs de passage ou amenés par un groupe d insertion scolaire ou sociale, les jeunes de 13 à 18 ans sont nombreux à consulter les sites Internet sélectionnés ou visionner pendant de longs moment les films ou les cédéroms proposés sur les écrans multimédia. Ils se construisent ainsi leur parcours personnel dans une liberté garantie par l anonymat et la 181

9 vocation culturelle et généraliste du lieu qui ne se confond avec un lieu ni de soins ni de vente de produits de santé. Parfois seuls, parfois à plusieurs, parfois en famille, ils s adressent aux conseillers. Dans les entretiens relevés, les questions de sexualité prédominent, peut-être encouragées par le fait qu il se sait qu on peut demander des préservatifs à la Cité de la santé, occasion d entrer en contact et de s informer auprès des conseillers. Voici cinq exemples de questions posées par ces adolescents : «On voudrait savoir des choses sur le sida, toutes les manières de l attraper avec des relations sexuelles ; si on met plusieurs préservatifs, est-ce que ça protège plus» (un groupe de collégiens), «J ai été hospitalisée 15 jours à la suite d un malaise au lycée. Comment soigne-t-on l épilepsie?», «Je voudrais savoir ce qu est la schizophrénie ou la paranoïa» (une jeune fille en foyer dont la mère vient d être internée), «Je viens d avoir une relation sexuelle sans capote hier soir et je flippe un peu, qu est-ce que je peux faire?», «J aimerais faire un examen de sang avec ma copine» (un couple qui voudrait abandonner le préservatif) En réalité, peu nombreux sont les jeunes qui abordent les conseillers de but en blanc. Cette forme d entretien pourrait d ailleurs sans doute être qualifiée de trop pour les vieux pour pouvoir intéresser spontanément la plupart des jeunes. En la matière, un des intérêts essentiel de la Cité de la santé est de proposer plusieurs approches complémentaires. Aussi de nombreux usagers entrent-ils dans la Cité de la santé par la consultation de documents notamment multimédias puis, se sentant sans doute en confiance, poursuivent en s adressant aux conseillers. En ce qui concerne spécifiquement les adolescents, et plus encore les préadolescents, les conseillers vérifient au quotidien combien il est à la fois important et délicat de permettre un tel cheminement. Plus encore que pour les adultes, il s agit souvent d une accroche formulée comme anodine, ou au contraire quelquefois comme à la limite de la provocation qui permet le cas échéant une transition entre consultation documentaire et entretien. 182

10 Des animations thématiques suscitant des requêtes individuelles Pour aller plus loin dans la complémentarité des ressources, la Cité de la santé propose aussi de nombreuses animations thématiques, prévues pour fonctionner en étroite complémentarité avec les banques permanentes de conseil et permettre de susciter des requêtes personnalisées des publics. Proposer en parallèle une programmation variée d animations et d événements, un libreservice documentaire et un dispositif quotidien d accueil et de conseil apparaît en effet comme étant le moyen d ouvrir le plus largement le lieu à tout type de publics. C est dans cet esprit que nous avons créé au sein de la Cité un espace d exposition pour présenter des œuvres nées de l expression des malades. Cet espace, fonctionnant comme une galerie d art, a pour objectif de changer le regard sur la maladie, de briser l isolement des malades, de favoriser leur déstigmatisation et le «vivre ensemble». Ainsi «Nib Art», une exposition d art multimédia photos, bande son, films, sculptures, installations a décrit le vécu de son cancer du sein de la plasticienne Marine Bureau-Kohn. Ensuite a été présentée «William Utermohlen : portraits », une exposition d œuvres de la dernière période de l artiste, illustrant la modification progressive des perceptions de soi et du monde de l artiste et constituant un témoignage unique sur le vécu d une personne atteinte de la maladie d Alzheimer. Dans le même esprit, on peut citer les «Rencontres vidéo en santé mentale» organisées en partenariat par l EPS Maison Blanche, l Elan retrouvé, les CEMEA, qui réunissent une fois par an à la Cité de la santé, patients, soignants et public, autour de la présentation des films réalisés dans les ateliers vidéo d établissements de santé mentale. La Cité de la santé comme une plate-forme pour de nouvelles initiatives des associations de malades ou de proches. La Cité de la santé est aussi un lieu de colloques et de séminaires d échanges. Elle a par exemple accueilli en janvier 2009 le colloque «Participation des usagers dans les établissements de santé» organisé avec les Maisons des usagers du Groupe hospitalier Hôpital Européen Georges Pompidou-Broussais et du Centre Hospitalier Sainte-Anne en partenariat avec toutes les fédérations de l hospitalisation publique ou privée, le Collectif interassociatif sur la santé, l Alliance nationale des associations en milieu de soins. A travers les expériences 183

11 multiples d établissements de taille différente, ce colloque avait comme objectif d aider les établissements de santé et les usagers à créer des dispositifs de participation des usagers adaptés à leur histoire et à dégager les grands principes et outils nécessaires à leur élaboration. Dans le même esprit, sont en préparation, pour l automne 2010, les «Etats généraux des médiateurs en santé publique» avec le Collectif francilien de médiation en santé publique, pour faire reconnaître une fonction indispensable à la réalisation de la qualité des soins et un métier d utilité sociale. Présentation et enseignements du service «Questions-santé» Depuis la fin 2008, la Cité de la santé a développé une nouvelle offre de service : Questions-santé, le service de réponses en ligne. L objectif de ce service accessible à distance est d apporter une réponse personnalisée sous 72h - à toute question envoyée par Internet sur notre site citedelasante. Patients, proches de malades, professionnels, jeunes ou moins jeunes, et toutes catégories d utilisateurs peuvent obtenir des informations spécifiques, des renseignements pratiques, des références documentaires et être dirigés vers les organisations, associations et interlocuteurs pertinents. Ce service n a pas vocation à se substituer à une consultation médicale mais vise à donner au demandeur des renseignements sourcés, des éléments d information et d appréciation et des pistes de réponse qui lui permettront de se renseigner sur l état de l art : «Je suis atteinte de la maladie des néovaisseaux idiopathiques du sujet jeune. J aimerais savoir où en sont les recherches dans ce domaine là. On m a dit qu il existait un appareil en Allemagne qui permet de découper la rétine en fines lamelles pour enlever la cicatrice qui empêche de retrouver la vue. Qu en est-il?» Et l offre de soins : «Je viens d être diagnostiquée au stade tertiaire de la maladie de Lyme. Y a-t-il des médecins ou des services hospitaliers spécialistes de cette maladie dans ma région?» De se faire sa propre opinion dans des domaines où le consensus n est pas établi : «Quelle est la position actuelle des scientifiques : sont-ils divisés sur le sujet? La consommation d aliments chauffés aux micro-ondes est-elle nuisible à la santé?» 184

12 De prendre en meilleure connaissance de cause une décision personnelle «Quels sont les risques d une amniocentèse? La seule première échographie ne permet-elle pas d éliminer tout risque? Si je refuse l amniocentèse, comment verra-t-on une éventuelle trisomie? Dans ce cas, ne sera-t-il pas trop tard pour avorter? Merci de m éclairer à ce sujet.» De partager avec ses soignants un choix thérapeutique qui le concerne : «Pouvez-vous me donner les dernières techniques pour une intervention de cardioversion externe? Pas encore vu mon cardiologue, J aimerais avoir quelques éléments afin de pouvoir discuter utilement avec lui.» D échanger avec d autres malades sur le vécu et l expérience de la pathologie «J ai un vitiligo depuis Je voudrais savoir si des malades ont eu des résultats avec un traitement et lequel?» «Y a-t-il une association qui s occupe du tremblement essentiel?» L ambition de Questions-santé est de donner à tout un chacun les moyens de s informer de façon autonome (chaque renseignement fourni est documenté et chaque source documentaire est qualifiée) et de faire en sorte qu un malade profane puisse devenir interlocuteur légitime et éclairé dans le dialogue qu il doit pouvoir développer avec ses soignants. A partir de cette position de patient éclairé, il peut aussi décider de poursuivre le contact direct avec d autres acteurs comme les associations de patients, voire s y impliquer. Un partage de la responsabilité de médiation qui s inscrit dans une évolution générale de l information en santé Ainsi, à La Villette, la Cité de la santé de la Cité des sciences et de l industrie matérialise les nouvelles responsabilités d un établissement de culture scientifique et technique qui souhaite faciliter l accès à une information complète et plurielle sur la santé. Mais, au-delà, la logique de réponse aux préoccupations individuelles qui y prévaut, témoigne aussi d une volonté de redistribution du pouvoir du savoir. Avec l ouverture des Cités des métiers et de la santé en complément des expositions, deux logiques convergentes partant de deux points de vue complémentaires se mettent en œuvre. Les expositions proposent à la fois questions et réponses, tandis que ces nouveaux espaces de services s organisent quant à eux à partir d une approche ascendante de l information, partant de l expression de la préoccupation individuelle elle-même. 185

13 Dans cette seconde logique, le contrôle de la médiation n est plus exclusivement du coté de celui qui possède le savoir, mais se partage : l un formule la question, l autre propose un dispositif diversifié de réponses pour le satisfaire (ressources et outils documentaires, synergie d interlocuteurs complémentaires pour l accueil, l accompagnement et le traitement de la demande) : une évolution du rapport de pouvoir lié au savoir qui s inscrit dans l évolution actuelle de la représentation de la santé. A une seule logique de prévention qui pourrait être tentée de faire elle-même et questions et réponses, on ajoute une logique plus inscrite dans une dynamique d émancipation, d empowerment de l individu face aux pouvoirs institutionnels scientifiques, médicaux, administratifs, commerciaux ou actuariels perçus, appréhendés et comme c est si souvent le cas, bien réels. Déjà d autres lieux, comme certaines maisons des usagers ou points info santé s inscrivent aussi dans cette perspective, en phase avec les lois sur les nouveaux droits des malades et usagers du système de santé. Gageons que ces initiatives qui partagent la responsabilité de la médiation scientifique entre celui qui veut savoir et celui qui sait vont se multiplier, car elles semblent s inscrire dans une évolution profonde et irréversible des mentalités en matière d information et de gestion du savoir en matière de santé. Tim Greacen Docteur en psychologie, directeur du Laboratoire de recherche Établissement public de santé Maison Blanche Olivier Las Vergnas Cité des métiers/cité de la Santé à la CSI, Paris EA 1589 Cref, Équipe «Apprenance et formation d adultes» Université de Paris-Ouest Nanterre Tu-Tâm Nguyên Conservateur de bibliothèque, responsable de la Cité de la santé Bibliothèque des sciences et de l industrie, Cité des sciences et de l industrie 186

14 Bibliographie Nathalie Chalhoub, Olivier Las Vergnas, Tù-Tâm Nguyên et Isabelle Walet. «La Cité des sciences et de l industrie : une médiatrice en santé». Le Journal des professionnels de l enfance, mars-avril 2004, p DHOS. Circulaire DHOS/E1 no du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé, Paris Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports, 2006 Tim Greacen, Olivier Las Vergnas, O., Tù-Tam Nguyên. (2002). Rapport d exécution de la convention 2001-DGS-CSI relative à la mise en œuvre de la Cité de la santé. Document interne Cité de la santé/csi, Paris. En ligne /old/rapportdgs.htm [Dernière consultation le 29/12/09] Olivier Las Vergnas. «Les métiers de l orientation : quelles formations pour quelles professions demain» in «Actes du colloque international : orientation : passé, présent, avenir», L Orientation scolaire et professionnelle, hors-série Paris Inetop-Cnam, Patricia Mesmacque, Brigitte Parraud et Tù-Tâm Nguyên. «L Information médicale à la portée de tous». In Health informations, new possibilities ; - Kluwer Academic Publishers, p Tù-Tâm Nguyên. «La Cité de la santé : un espace pour s informer». Bibliothèque(s) : revue de l Association des bibliothécaires de France, n 34/35, octobre 2007, p

La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale

La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale Stéphanie Perriere To cite this version: Stéphanie Perriere. La voix en images : comment l

Plus en détail

Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales

Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales Natacha Gondran To cite this version: Natacha Gondran. Système de diffusion d information

Plus en détail

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Gwenole Fortin To cite this version: Gwenole Fortin. Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence. 2006.

Plus en détail

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne Sophie Morlaix To cite this version: Sophie Morlaix. L indice de SEN, outil de mesure de l équité

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

La cité des métiers de la Villette : un outil d insertion professionnelle au sein d une bibliothèque

La cité des métiers de la Villette : un outil d insertion professionnelle au sein d une bibliothèque La cité des métiers de la Villette : un outil d insertion professionnelle au sein d une bibliothèque Olivier Las Vergnas, Catherine Prokhoroff To cite this version: Olivier Las Vergnas, Catherine Prokhoroff.

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris)

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) 1. Contexte local Géographie La psychiatrie adulte de l hôpital Sainte-Anne est orientée vers 7 secteurs psychiatriques adultes, que ce soit pour les hospitalisations,

Plus en détail

Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français

Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français Badreddine Hamma To cite this version: Badreddine Hamma. Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français. Revue française de linguistique appliquée,

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

Un Pass santé contraception. pour les jeunes francilien-ne-s

Un Pass santé contraception. pour les jeunes francilien-ne-s Un Pass santé contraception pour les jeunes francilien-ne-s Mardi 26 avril 2011 Lycée Elisa Lemonnier Contacts Presse Emmanuel Georges-Picot 01.53.85.57.33 emmanuel.georges-picot@iledefrance.fr Véronique

Plus en détail

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire La Mutualité Française Rhône dans le Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire Des valeurs qui font la différence Edito La Mutualité Française Responsabilité CHACUN

Plus en détail

Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel

Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel Bernard Dauga To cite this version: Bernard Dauga. Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel. Bulletin de l EPI (Enseignement Public et Informatique),

Plus en détail

statique J. Bertrand To cite this version: HAL Id: jpa-00237017 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00237017

statique J. Bertrand To cite this version: HAL Id: jpa-00237017 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00237017 Quelques théorèmes généraux relatifs à l électricité statique J. Bertrand To cite this version: J. Bertrand. Quelques théorèmes généraux relatifs à l électricité statique. J. Phys. Theor. Appl., 1874,

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

Comptabilité à base d activités (ABC) et activités informatiques : une contribution à l amélioration des processus informatiques d une banque

Comptabilité à base d activités (ABC) et activités informatiques : une contribution à l amélioration des processus informatiques d une banque Comptabilité à base d activités (ABC) et activités informatiques : une contribution à l amélioration des processus informatiques d une banque Grégory Wegmann, Stephen Nozile To cite this version: Grégory

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement enracinées dans le contexte

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc Avril 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier

Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier DGOS/PF3/CdC MSP PF3 R2 DSS RB 21 07 10 Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier L article L. 6323-3 du code de la santé publique prévoit

Plus en détail

Un besoin identifié : les jeunes et leur santé (état des lieux et constat)

Un besoin identifié : les jeunes et leur santé (état des lieux et constat) Un besoin identifié : les jeunes et leur santé (état des lieux et constat) «Si, globalement, les adolescents se disent en meilleure santé que les adultes, il convient, au regard des résultats qui suivent

Plus en détail

AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales

AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales Daniel Wallach, Jean-Pierre RELLIER To cite this version: Daniel Wallach, Jean-Pierre RELLIER. AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales.

Plus en détail

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre Avril 2011 La longue expérience de la Mutualité Française dans la mise en œuvre d actions de prévention,

Plus en détail

Jean-Luc Archimbaud. Sensibilisation à la sécurité informatique.

Jean-Luc Archimbaud. Sensibilisation à la sécurité informatique. Sensibilisation à la sécurité informatique Jean-Luc Archimbaud To cite this version: Jean-Luc Archimbaud. Sensibilisation à la sécurité informatique. lieux en France, 1997, pp.17. École

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

Projet Pédagogique. - Favoriser la curiosité intellectuelle par le partage des connaissances, des cultures et des échanges.

Projet Pédagogique. - Favoriser la curiosité intellectuelle par le partage des connaissances, des cultures et des échanges. Projet Pédagogique La scolarité vise à aborder les apprentissages en prenant en compte les compétences de chacun afin de permettre l épanouissement de tous. La communauté éducative propose donc un enseignement

Plus en détail

Peut-on perdre sa dignité?

Peut-on perdre sa dignité? Peut-on perdre sa dignité? Eric Delassus To cite this version: Eric Delassus. Peut-on perdre sa dignité?. 2013. HAL Id: hal-00796705 https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00796705 Submitted

Plus en détail

Protocole. [anonyme et gratuit] Avec la Région, on en parle, on agit.

Protocole. [anonyme et gratuit] Avec la Région, on en parle, on agit. Protocole [anonyme et gratuit] Avec la Région, on en parle, on agit. 1. 2. Descriptif du dispositif Le contexte... p. 4 Les objectifs... p. 5 Les bénéficiaires... p. 5 Le chéquier et les coupons... p.

Plus en détail

PROJET MULTIMEDIA 2005/2006

PROJET MULTIMEDIA 2005/2006 PROJET MULTIMEDIA 2005/2006 Projet : Mise en page d affiches clôturant ou annonçant une activité (sortie, visite ) Structure : accueil périscolaire / accueil quartier / local jeune Secteur enfance et jeunesse

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile

Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile W. Lermantoff To cite this version: W. Lermantoff. Sur le grossissement

Plus en détail

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Action sociale Nos actions dans le domaine du handicap L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Assumer au quotidien une situation de handicap est difficile pour une famille

Plus en détail

Les Champs Magnétiques

Les Champs Magnétiques Les Champs Magnétiques Guillaume Laurent To cite this version: Guillaume Laurent. Les Champs Magnétiques. École thématique. Assistants de prévention, Paris, France. 2014, pp.31. HAL Id:

Plus en détail

Je m inscris au forfait, donc je consulte toujours dans ma maison médicale

Je m inscris au forfait, donc je consulte toujours dans ma maison médicale Je m inscris au forfait, donc je consulte toujours dans ma maison médicale Ma mutuelle paye un montant fixe chaque mois à ma maison médicale LE FORFAIT est un contrat entre patient, maison médicale et

Plus en détail

Compte-rendu de la rencontre «Etre parent avec une tablette numérique» - le 9 avril 2013

Compte-rendu de la rencontre «Etre parent avec une tablette numérique» - le 9 avril 2013 Compte-rendu de la rencontre «Etre parent avec une tablette numérique» - le 9 avril 2013 Introduction de Claire Hédin-Vignaud, responsable de la Médiathèque Markoff : Rappel des motivations qui ont amené

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Cité des sciences et de l industrie,

Cité des sciences et de l industrie, 100 50 0 1er trim. 4e trim. Est Ouest Nord Cité des sciences et de l industrie, Une volonté de répondre aux préoccupations concrètes induites par les évolutions scientifiques et techniques concrétisée

Plus en détail

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge PROJET D AULNAY MSP PSP Réseau de santé de proximité Historique Objectifs Particularités Avenir Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge MAISON DE SANTE

Plus en détail

Mieux vivre avec votre asthme

Mieux vivre avec votre asthme Mieux vivre avec votre asthme L éducation thérapeutique pour bien gérer votre asthme au quotidien Bien gérer sa maladie permet de reconnaître et maîtriser les symptômes afin de limiter la gêne respiratoire.

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Les origines du projet

Les origines du projet La Bibliothèque numérique pour le Handicap (BnH) Entretien avec Alain Patez, bibliothécaire et chargé de mission sur le projet BnH. La BnH (http://bnh.numilog.com) est une bibliothèque qui propose à distance,

Plus en détail

CENTRE D EDUCATION ET DE SOINS SPECIALISES POUR ENFANTS POLYHANDICAPES «LE RIVAGE» LIVRET D ACCUEIL DU STAGIAIRE

CENTRE D EDUCATION ET DE SOINS SPECIALISES POUR ENFANTS POLYHANDICAPES «LE RIVAGE» LIVRET D ACCUEIL DU STAGIAIRE CENTRE D EDUCATION ET DE SOINS SPECIALISES POUR ENFANTS POLYHANDICAPES «LE RIVAGE» LIVRET D ACCUEIL DU STAGIAIRE 12 rue aux raisins - 62600 BERCK SUR MER 03.21.89.44.01 - Fax : 03.21.89.44.82 Le mot d

Plus en détail

Les intermédiaires privés dans les finances royales espagnoles sous Philippe V et Ferdinand VI

Les intermédiaires privés dans les finances royales espagnoles sous Philippe V et Ferdinand VI Les intermédiaires privés dans les finances royales espagnoles sous Philippe V et Ferdinand VI Jean-Pierre Dedieu To cite this version: Jean-Pierre Dedieu. Les intermédiaires privés dans les finances royales

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE AIDEA 2008. Sommaire

RAPPORT D ACTIVITE AIDEA 2008. Sommaire Sommaire 1. Introduction 2. Attentes exprimées 3. Les questions fréquentes 4. Les statistiques 5. Les enquêtes 6. Retours et témoignages 7. Evaluations et indicateurs Notre MISSION : Informer, Conseiller

Plus en détail

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action?

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? Sources : Méthodologie de projet / fiches pratiques / comment passer d une idée à sa mise en

Plus en détail

La complémentaire santé : une généralisation qui

La complémentaire santé : une généralisation qui La complémentaire santé : une généralisation qui n efface pas les inégalités Thibaut De Saint Pol, François Marical To cite this version: Thibaut De Saint Pol, François Marical. La complémentaire santé

Plus en détail

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion La santé des jeunes Rhônalpins en insertion Diagnostic commun et actions partenariales URML, URHAJ et MFRA CRDSU (centre de ressources et d'échanges pour le développement social urbain) 12 octobre 2012

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

Un SIG collaboratif pour la recherche historique Partie. Partie 1 : Naissance et conception d un système d information géo-historique collaboratif.

Un SIG collaboratif pour la recherche historique Partie. Partie 1 : Naissance et conception d un système d information géo-historique collaboratif. Un SIG collaboratif pour la recherche historique Partie 1 : Naissance et conception d un système d information géo-historique collaboratif Claire-Charlotte Butez, Francesco Beretta To cite this version:

Plus en détail

Le Réseau intercommunal des bibliothèques

Le Réseau intercommunal des bibliothèques Réseau intercommunal des bibliothèques APPEL A CANDIDATURE POUR UNE RESIDENCE D AUTEUR Dans la période d octobre 2010 à janvier 2011, la Communauté de communes Vallée de l Hérault accueille un auteur en

Plus en détail

Fonction éducative, fonctions psychologiques, deux réalités d une intervention. Jérôme THONON 1

Fonction éducative, fonctions psychologiques, deux réalités d une intervention. Jérôme THONON 1 Fonction éducative, fonctions psychologiques, deux réalités d une intervention. Jérôme THONON 1 Dans la prise en charge d adolescents en grande difficulté, de nombreuses personnes sont mobilisées autour

Plus en détail

L hôpital dans la société. L expérience du CHU de Paris, l AP HP. Pierre Lombrail, Jean-Yves Fagon

L hôpital dans la société. L expérience du CHU de Paris, l AP HP. Pierre Lombrail, Jean-Yves Fagon L hôpital dans la société. L expérience du CHU de Paris, l AP HP. Pierre Lombrail, Jean-Yves Fagon Colloque Santé et Société Quels déterminants de santé et quel système de soins pour la santé de toute

Plus en détail

Projet de communication

Projet de communication PROJET D'ETABLISSEMENT 2012 / 2016 - TOME 6 - Projet de communication 1 Sommaire INTRODUCTION... 4 RECAPITULATIF DES FICHES ACTIONS... 5 Communication Interne... 6 FICHE N COM INT 01 A... 7 Communication

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Le ConseiL GénéraL du Bas-rhin au de vos vies. pour les jeunes. www.bas-rhin.fr

Le ConseiL GénéraL du Bas-rhin au de vos vies. pour les jeunes. www.bas-rhin.fr Le ConseiL GénéraL du Bas-rhin au de vos vies pour les jeunes www.bas-rhin.fr Les bons plans jeunes du 67 Tu as entre les mains tous les bons plans «jeunes» proposés et financés par le Conseil Général

Plus en détail

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs LIVRET D ACCUEIL le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs 23, rue du docteur potain 75019 Paris 01 53 38 62 50 Portraits des membres du groupe d expression du SAVS par Catel

Plus en détail

La réforme : une opportunité pour la fonction formation

La réforme : une opportunité pour la fonction formation Nombreux sont les articles concernant la réforme de la formation professionnelle. Grâce à ses experts qui récoltent l information législative et réglementaire à sa source, Demos fait un tour d horizon

Plus en détail

Pôle de compétence en promotion de la santé région Centre en Promotion de la Santé en Région Centre. Salon des formations en promotion de la santé

Pôle de compétence en promotion de la santé région Centre en Promotion de la Santé en Région Centre. Salon des formations en promotion de la santé Fédération Régionale des Acteurs FRAPS Pôle de compétence en promotion de la santé région Centre en Promotion de la Santé en Région Centre Salon des formations en promotion de la santé Mardi 20 janvier

Plus en détail

ARRÊTÉ du. Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de seconde générale et technologique

ARRÊTÉ du. Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de seconde générale et technologique RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l Éducation nationale NOR : MENE1007267A ARRÊTÉ du Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de générale et technologique Le Ministre

Plus en détail

2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS CANCER ET ACCOMPAGNEMENT DU PHARMACIEN : UN PREMIER PAS VERS LA RÉSILIENCE.

2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS CANCER ET ACCOMPAGNEMENT DU PHARMACIEN : UN PREMIER PAS VERS LA RÉSILIENCE. 2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS Avec le Haut Patronage de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN, Ministre de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative CANCER ET ACCOMPAGNEMENT

Plus en détail

3 clés pour faire. de la communication managériale un levier de performance. Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale

3 clés pour faire. de la communication managériale un levier de performance. Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale 3 clés pour faire de la communication managériale un levier de performance Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale L Afci, l ANDRH et le cabinet Inergie mènent depuis 2006, tous

Plus en détail

Présentation du réseau documentaire régional en éducation pour la santé. Jeudi 4 juin 2009 BLOIS

Présentation du réseau documentaire régional en éducation pour la santé. Jeudi 4 juin 2009 BLOIS Présentation du réseau documentaire régional en éducation pour la santé Jeudi 4 juin 2009 BLOIS Programme de la journée 10h30 10h50 11h30 12h00 12h30 Etat des lieux 2008 des centres de ressources en éducation

Plus en détail

Cahier des charges pour la création d un site internet dédié au Matrimoine

Cahier des charges pour la création d un site internet dédié au Matrimoine Cahier des charges pour la création d un site internet dédié au Matrimoine 1. Présentation d HF Née en novembre 2009 à l initiative de femmes et d hommes travaillant dans le domaine du spectacle, de la

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT

PROJET D ETABLISSEMENT PROJET D ETABLISSEMENT «Amener chacun à une autonomie responsable» INTRODUCTION Dans l esprit du Projet Educatif défini par le Pouvoir Organisateur du Collège Notre-Dame et dans la volonté de respecter

Plus en détail

eduscol Santé et social Enseignement d'exploration

eduscol Santé et social Enseignement d'exploration eduscol Consultation nationale sur les programmes Projets de programmes de la classe de seconde générale et technologique Santé et social Enseignement d'exploration L'organisation de la consultation des

Plus en détail

DROITS ET DEVOIRS DES USAGERS. Accès au dossier patient. www.psycom.org

DROITS ET DEVOIRS DES USAGERS. Accès au dossier patient. www.psycom.org DROITS ET DEVOIRS DES USAGERS Accès au dossier patient www.psycom.org Accès au dossier patient SOMMAIRE Composition du dossier patient p. 02 Accéder au dossier patient p. 03 Modalités particulières p.

Plus en détail

Mention : STAPS. Sport, Prévention, Santé, Bien-être. Objectifs de la spécialité

Mention : STAPS. Sport, Prévention, Santé, Bien-être. Objectifs de la spécialité Mention : STAPS Sport, Prévention, Santé, Bien-être Objectifs de la spécialité L'objectif de la spécialité «Sport, Prévention, Santé, Bien être» est de doter les étudiants de compétences scientifiques,

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

Le projet collaboratif 2.0

Le projet collaboratif 2.0 Florence Gicquel et Aref Jdey En collaboration avec Alpha Diallo Le projet collaboratif 2.0 Pour mobiliser la Documentation au service de l entreprise é d i t i o n s Les Editions de l ADBS publient des

Plus en détail

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à :

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à : Ma vie Mon plan Cette brochure est pour les adolescents(es). Elle t aidera à penser à la façon dont tes décisions actuelles peuvent t aider à mener une vie saine et heureuse, aujourd hui et demain. Cette

Plus en détail

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance.

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance. Recommandez Sunrise Un partenaire de confiance. Soins de longue durée et soins pour personnes semi-autonomes Soins pour personnes souffrant de l Alzheimer ou éprouvant des troubles de la mémoire Soins

Plus en détail

ANNUAIRE SANTE. Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires

ANNUAIRE SANTE. Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires ANNUAIRE SANTE Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires IREPS : Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Poitou-Charentes (4 antennes

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

MÉMOIRE RELATIF À L ÉVALUATION DU RÉGIME GÉNÉRAL D ASSURANCE MÉDICAMENTS PRÉSENTÉ PAR LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS SPÉCIALISTES DU QUÉBEC

MÉMOIRE RELATIF À L ÉVALUATION DU RÉGIME GÉNÉRAL D ASSURANCE MÉDICAMENTS PRÉSENTÉ PAR LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS SPÉCIALISTES DU QUÉBEC MÉMOIRE RELATIF À L ÉVALUATION DU RÉGIME GÉNÉRAL D ASSURANCE MÉDICAMENTS PRÉSENTÉ PAR LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS SPÉCIALISTES DU QUÉBEC Québec, le 21 février 2000 2. PRÉAMBULE La Fédération des médecins

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr. Attention

Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr. Attention Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr Attention Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr. En conséquence croisez vos

Plus en détail

La Mutualité en chiffres

La Mutualité en chiffres La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité, acteur principal de la complémentaire santé page 5 La complémentaire santé dans l activité des mutuelles Les prestations

Plus en détail

Sommaire. 1Préparer le stage... 2 Accueillir et accompagner... 9. 3 Gérer et évaluer... 12. Introduction. Conclusion. L accueil des stagiaires de 3 e

Sommaire. 1Préparer le stage... 2 Accueillir et accompagner... 9. 3 Gérer et évaluer... 12. Introduction. Conclusion. L accueil des stagiaires de 3 e C a r n e ts d e b o rd Guides pratiques destinés aux équipes des médiathèques de Plaine Commune L accueil des e stagiaires de 3 dans les médiathèques de Plaine Commune L accueil des stagiaires de 3e dans

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Prévenir - Soigner - Accompagner Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires Qui est la Mutualité Française?

Plus en détail

Présentation du projet de la médiathèque de Mauguio

Présentation du projet de la médiathèque de Mauguio Présentation du projet de la médiathèque de Mauguio Ce projet nous donne l opportunité de tester des scénarios auxquels nous réfléchissons depuis l ouverture de notre portail en octobre 2008 et la mise

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V.

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V. Siège social : 9 bis, rue Armand Chabrier 47400 TONNEINS Tél. : 05.53.64.61.57 Fax : 05.53.64.63.12 e-mail : adestonneins@yahoo.fr Site : www.adesformations.fr Antenne de Bazas 7 chemin Larriou 33430 BAZAS

Plus en détail

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire 1 Intervention de Marisol TOURAINE Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Maison de Santé Pluridisciplinaire Magny-en-Vexin Vendredi 20 février 2015 Seul le prononcé fait

Plus en détail

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale :

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Projet de santé Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Adresse du siège social : Téléphone : Mail : Version : Etablie en date

Plus en détail

Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socio- Professionnelle de Mons

Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socio- Professionnelle de Mons Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socio- Professionnelle de Mons Projet d action d animation visant à développer des pratiques collectives d écoute et de participation

Plus en détail

L éducation populaire en Alsace

L éducation populaire en Alsace L éducation populaire en Alsace Actions et partenariats (avec les collectivités L ÉTÉ DE L ÉDUCATION POPULAIRE 1 L éducation populaire en Alsace ( Sommaire Édito de Philippe Richert, Président du Conseil

Plus en détail

Monsieur le Préfet, j ai porté une grande attention sur le chapitre relatif à la sauvegarde de l emploi et au développement économique.

Monsieur le Préfet, j ai porté une grande attention sur le chapitre relatif à la sauvegarde de l emploi et au développement économique. Question de M. Michel PETIT, Conseiller Général du canton de Beaumetz-les-Loges, Président du groupe Union@ction.62, à M. Denis ROBIN, Préfet du Pas-de-Calais, sur les mesures en matière de soutien à l

Plus en détail

Le Conseil Régional de Lorraine

Le Conseil Régional de Lorraine Le Conseil Régional AUX PETITS SOINS Lycéens Apprentis Étudiants Toutes les aides prescrites pour la Rentrée 2013! édito Le Conseil Régional aux petits soins... Une Lorraine qui soigne sa jeunesse Lycéens,

Plus en détail

Droits des personnes malades en fin de vie

Droits des personnes malades en fin de vie R S L S Droits des personnes malades en fin de vie Dr. R. Mislawski Médecin coordonnateur, Docteur en droit Sommaire Introduction 1 Domaine de la loi 2 Conditions de fond de mise en œuvre de la loi 3 Critères

Plus en détail

hôpital handicap Santé mutuelle aide médicale d urgence médecin de garde carte SIS maison médicale pharmacie planning familial

hôpital handicap Santé mutuelle aide médicale d urgence médecin de garde carte SIS maison médicale pharmacie planning familial carte SIS mutuelle aide médicale d urgence handicap planning familial maison médicale hôpital pharmacie médecin de garde Santé Je vis en Belgique. Ai-je droit aux soins de santé? En Belgique, tout le monde

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

Étude des formes de pratiques de la gymnastique sportive enseignées en EPS à l école primaire

Étude des formes de pratiques de la gymnastique sportive enseignées en EPS à l école primaire Étude des formes de pratiques de la gymnastique sportive enseignées en EPS à l école primaire Stéphanie Demonchaux To cite this version: Stéphanie Demonchaux. Étude des formes de pratiques de la gymnastique

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE

DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE Protection ACCIDENT Protection HOSPI Capital ÉQUIPEMENT HANDICAP / DÉPENDANCE Contact presse : Stéphanie ARREGROS Responsable Communication Tél. : 01 64

Plus en détail

L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU

L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU Michèle WOLF, MCU-PH, Direction de la qualité, de la coordination des risques et des relations avec les usagers,

Plus en détail