Finalités - Intermédiation en crédits

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Finalités - Intermédiation en crédits"

Transcription

1 Finalités - Intermédiation en crédits Module 1 Principes généraux de l intermédiation en crédits Partie 1 L environnement juridique et financier Connaissances professionnelles s 1. Prêteurs/ Intermédiaires de crédit. 2. Instances de contrôle, d encadrement et d orientation 3. Ombudsfin (Service de médiation) Les personnes qui doivent prouver leurs connaissances professionnelles peuvent : 1 reconnaître les activités principales des prêteurs et des intermédiaires de crédit. 2 citer les principaux acteurs du paysage financier belge : l Autorité des Services et Marchés Financiers (FSMA), la Banque Nationale de Belgique (BNB), le SPF Economie, la Cellule de Traitement des Informations Financières (CTIF), la Centrale des Crédits aux Particuliers (CCP), Febelfin et en reconnaître les missions principales. 3 déterminer le rôle de la FSMA 4 déterminer le rôle du SPF Economie 5 citer l instance compétente pour prendre les sanctions en cas d infractions au Livre VII du Code de droit économique 6 déterminer le rôle et les conditions d intervention de l Ombudsfin (Service de Médiation) et reconnaître les modalités de la procédure de médiation. Connaissances de base s Les RDD et PCP des agents à titre accessoire peuvent :

2 1. Prêteurs/ Intermédiaires de crédit. 2. Instances de contrôle, d encadrement et d orientation 3. Ombudsfin (Service de médiation) 1 reconnaître les activités principales des prêteurs et des intermédiaires de crédit. 2 citer les principaux acteurs du paysage financier belge: l'autorité des Services et Marchés Financiers (FSMA), Banque Nationale de Belgique (BNB), SPF Economie, la Cellule de Traitement des Informations Financières (CTIF), Febelfin et en déterminer les missions principales. 3 déterminer le rôle de l Ombudsfin (Service de Médiation) et reconnaître les principales modalités de la procédure de médiation. Partie 2 Lois périphériques au secteur financier Connaissances professionnelles 1. Loi du 21 décembre Arrêté royal du 23 mars 1995 Les personnes qui doivent prouver leurs connaissances professionnelles peuvent : 1. reconnaître le champ d application du Livre VI «Pratiques du marché et protection du consommateur» du Code de droit économique (consommateurs et services concernés). 2. reconnaître la portée de l obligation d information générale. 3. reconnaître l obligation d indiquer les tarifs des services financiers.. 4. se rappeler que le secteur financier est notamment concerné par la réglementation de l offre conjointe et de la vente à distance. 5. reconnaître la notion d offre conjointe et se rappeler que l offre conjointe en matière de services financiers est en principe interdite et que quelques exceptions bien déterminées sont permises. 6. se rappeler que la vente à distance de produits financiers est soumise à des règles spécifiques. 3. Loi du 5 juillet reconnaître l objet et l objectif de la loi sur le règlement collectif de dettes et les rôles respectifs du médiateur de dettes et du juge.

3 Connaissances de base 1. Loi du 21 décembre Arrêté royal du 23 mars 1995 Les RDD et PCP des agents à titre accessoire peuvent : 1. reconnaître le champ d application du Livre VI «Pratiques du marché et protection du consommateur» du Code de droit économique (consommateurs et services concernés). 2. reconnaître la portée de l obligation d information générale. 3. se rappeler que le secteur financier est notamment concerné par la réglementation de l offre conjointe. 4. reconnaître la notion d offre conjointe en matière de crédit à la consommation. 3. Loi du 5 juillet reconnaître l objet et l objectif de la loi sur le règlement collectif de dettes. Partie 3 Compliance Connaissances professionnelles 1. Compliance 2. Législation antiblanchiment 3. Codes de conduite Les personnes qui doivent prouver leurs connaissances professionnelles peuvent : 1. déterminer la signification de la notion de «compliance». 2. reconnaître l objectif de la législation anti-blanchiment. 3. reconnaître les principales obligations de la loi anti-blanchiment» et la portée de ces obligations. 4. déterminer la mission de la CTIF. 5. se rappeler qu il existe des codes de conduite élaborés par le secteur que les membres s engagent à respecter. 6. se rappeler qu en matière de crédit aux particuliers il existe un code de conduite et reconnaître les dix principes de l octroi d un crédit responsable.

4 Connaissances de base 1. Compliance 2. Législation antiblanchiment 3. Codes de conduite Les RDD et PCP des agents à titre accessoire peuvent : 1. reconnaître la signification de la notion de «compliance». 2. reconnaître l objectif de la législation anti-blanchiment 3. déterminer la mission de la CTIF. 4. se rappeler qu il existe des codes de conduite élaborés par le secteur que les membres s engagent à respecter. 5. se rappeler qu en matière de crédit aux particuliers il existe un code de conduite qui se résume à dix principes de l octroi d un crédit responsable. Partie 4 Droit contractuel Connaissances professionnelles et de base 1. La formation du contrat et les conditions de forme Les personnes qui doivent prouver leurs connaissances professionnelles et les RDD et PCP d un agent à titre accessoire peuvent : 1 définir un «contrat». 2 déterminer l importance de la signature en ce qui concerne la formation du contrat de crédit à la consommation et sa validité. 3 reconnaître les conditions de la validité d un contrat et expliquer la nécessité de consentement des parties et de la capacité à contracter. 4 reconnaître les sanctions possibles en cas de non-validité du contrat. 5 déterminer les conséquences de la condition suspensive et résolutoire. 6 reconnaître les conséquences de la solidarité entre les débiteurs.

5 Partie 5 Conséquences du régime matrimonial sur le crédit Connaissances professionnelles et de base s 1. La distinction des régimes matrimoniaux 2. Application au crédit Les personnes qui doivent prouver leurs connaissances professionnelles et les RDD et PCP d un agent à titre accessoire peuvent : 1. distinguer le régime matrimonial primaire du régime matrimonial secondaire. 2. déterminer comment le régime secondaire légal et le régime secondaire conventionnel (contractuel) doivent être appliqués en matière de crédit à la consommation. 3. déterminer quelle signature est requise pour contracter un crédit. Partie 6 Protection de la vie privée Connaissances professionnelles et de base 1 Les principes de la loi Les personnes qui doivent prouver leurs connaissances professionnelles et les RDD et PCP d un agent à titre accessoire peuvent : 1 reconnaître les droits des personnes concernées en matière de protection de la vie privée

6 Module 2 Crédits à la consommation Partie 1 Matières périphériques au crédit : cartes de débit et de crédit Connaissances professionnelles et de base 1. Carte de débit et carte de crédit. Les personnes qui doivent prouver leurs connaissances professionnelles et les RDD et PCP des agents à titre accessoire peuvent : 1. décrire et distinguer les différences entre une carte de débit (Bancontact/Mister Cash, Maestro) et une carte de crédit ; 2. déterminer les principales fonctions et caractéristiques des cartes de débit et de crédit et leurs modalités d utilisation ; 3. déterminer les mesures de sécurité recommandées pour les cartes de débit et de crédit ; 4. se rappeler l obligation de vérifier dans quelle mesure chaque carte répond aux besoins du client ; 5. expliquer les aspects pratiques des cartes de paiement à l étranger (utilisation géographique). Partie 2 Les sûretés Connaissances professionnelles et de base 1. Notions et types de sûretés 2. Sûreté personnelle : le cautionnement. Les personnes qui doivent prouver leurs connaissances professionnelles at les RDD et PCP des agents à titre accessoire peuvent : 1. reconnaître la fonction des sûretés en matière de crédits. 2. se rappeler que la plupart des sûretés sont soumises à des conditions de forme et de publicité. 3. distinguer les sûretés réelles des sûretés personnelles. 4. reconnaître la notion de cession de créance et se rappeler que la créance la plus cédée est le salaire et en avertir le client. 5. reconnaître la notion de cautionnement et déterminer ses conditions de validité.

7 6. reconnaître la signification et les conséquences d un cautionnement «solidaire». 3. Le cautionnement dans le cadre du Livre VII du Code de droit économique 7. reconnaître les obligations spécifiques (information, conseil, vérification) imposées au prêteur et à l intermédiaire de crédit dans le cadre du cautionnement ou de la sûreté personnelle. Partie 3 Le livre VII du Code de droit économique (crédits à la consommation) Connaissances professionnelles 1. Objectif et champ d application de la loi. 2. Zérotage, découverts non autorisés et dépassement de Les personnes qui doivent prouver leurs connaissances peuvent: 1. identifier l objectif principal du livre VII «Services de paiement et de crédit» du Code de droit économique 2. reconnaître le champ d application du livre VII «Services de paiement et de crédit» du Code de droit économique (= personnes et crédits concernés). 3. identifier la différence entre les différents types de crédits à la consommation : ouverture de crédit ; facilité de découvert ; vente à tempérament ; prêt à tempérament ; crédit-bail. 4. se rappeler que la durée maximale des ventes et prêts à tempérament et du crédit-bail est déterminée par la loi en fonction du montant du crédit. 5. reconnaître la signification et la portée de l obligation de zérotage (crédits concernés, existence de modalités particulières en matière de délais, information et sommes minimales). 6. reconnaître les situations visées par le découvert non autorisé et par le dépassement de l ouverture de crédit et leurs

8 l ouverture de crédit. 3. Protection précontractuelle du consommateur. conséquences. 7. reconnaître les mentions obligatoires en matière de publicité, et se rappeler que la grandeur de certaines mentions publicitaires est réglementée. 8. identifier ce que signifie et comprend le TAEG (taux annuel effectif global) et expliquer comment le maximum en est fixé. 9. reconnaître les publicités interdites pour un contrat de crédit. 10. expliquer les pratiques interdites au niveau de l approche commerciale du consommateur (démarchage et envoi d offres). 11. reconnaître la portée de l obligation de s informer sur la situation financière du consommateur. 12. reconnaître la portée de l obligation d information précontractuelle, y compris l utilisation du formulaire SECCI et l obligation d information en cas de vente à l étranger ou à distance. 13. Se rappeler qu un projet de contrat doit être fourni au consommateur qui en fait la demande. 14. se rappeler que la Centrale des Crédits aux Particuliers (CCP) doit être consultée avant tout octroi de crédit et reconnaître les modalités de cette consultation. 4. Contrôle de l'identité 15. reconnaître la portée de l obligation de vérifier les données d identité du consommateur en matière de crédit à la consommation. 5. Conclusion du contrat 16. reconnaître les règles légales en matière de conclusion du contrat en fonction du droit civil et du Livre VII «Services de paiement et de crédit», en ce compris les mentions obligatoires. 17. identifier les règles légales en matière de paiement. 18. se rappeler que le consommateur dispose d un droit de rétractation (de réflexion) et en reconnaître le délai et les conséquences. 6. Exécution du contrat 19. se rappeler que le consommateur a le droit de rembourser anticipativement le crédit. 7. Conséquences de l inexécution du contrat 8. Accès à l activité des prêteurs et des 20. reconnaître les trois situations qui autorisent la déchéance du terme ou la résolution du contrat de crédit pour non-exécution du contrat. 21. reconnaître l autorité compétente pour le contrôle des prêteurs.

9 intermédiaires de crédit 9. Contrôle et sanctions 22. reconnaître les catégories d intermédiaires de crédit et le rôle du responsable de distribution. 23. identifier les conditions d inscription des intermédiaires de crédit à la consommation. 24. reconnaître en quoi consiste l inscription collective. 25. identifier les obligations de la FSMA dans la procédure d inscription. 26. se rappeler que les infractions à la plupart des dispositions de la loi sont passibles de sanctions civiles, pénales ou administratives et reconnaître la portée de ces sanctions. Connaissances de base 1. Objectif et champ d application de la loi. 2. Protection précontractuelle du consommateur. Les personnes qui doivent prouver leurs connaissances peuvent: 1. identifier l objectif principal du livre VII «Services de paiement et de crédit» du Code de droit économique 2. reconnaître le champ d application du livre VII «Services de paiement et de crédit» du Code de droit économique (= personnes et crédits concernés). 3. identifier la différence entre les différents types de crédits à la consommation : ouverture de crédit ; facilité de découvert ; vente à tempérament ; prêt à tempérament ; crédit-bail. 4. se rappeler que la durée maximale des ventes et prêts à tempérament et du crédit-bail est déterminée par la loi en fonction du montant du crédit. 5. reconnaître les mentions obligatoires en matière de publicité, et se rappeler que la grandeur de certaines mentions publicitaires est réglementée.

10 6. identifier ce que signifie et comprend le TAEG (taux annuel effectif global) et expliquer comment le maximum en est fixé. 7. reconnaître les publicités interdites pour un contrat de crédit. 8. expliquer les pratiques interdites au niveau de l approche commerciale du consommateur (démarchage et envoi d offres). 9. reconnaître la portée de l obligation de s informer sur la situation financière du consommateur. 10. reconnaître la portée de l obligation d information précontractuelle, y compris l utilisation du formulaire SECCI et l obligation d information en cas de vente à l étranger ou à distance. 11. identifier la raison pour laquelle un projet de contrat doit être fourni au consommateur qui en fait la demande. 12. se rappeler que la Centrale des Crédits aux Particuliers (CCP) doit être consultée avant tout octroi de crédit et reconnaître les modalités de cette consultation. 3. Contrôle de l'identité 13. reconnaître la portée de l obligation de vérifier les données d identité du consommateur en matière de crédit à la consommation 4. Conclusion du contrat 14. reconnaître les règles légales en matière de conclusion du contrat en fonction du droit civil et du Livre VII «Services de paiement et de crédit», en ce compris les mentions obligatoires. 15. identifier les règles légales en matière de paiement. 16. se rappeler que le consommateur dispose d un droit de rétractation (de réflexion) et en reconnaître le délai et les conséquences. 5. Exécution du contrat 17. se rappeler que le consommateur a le droit de rembourser anticipativement le crédit. 6. Conséquences de l inexécution du contrat 7. Accès à l activité des prêteurs et des intermédiaires de crédit 18. reconnaître les trois situations qui autorisent la déchéance du terme ou la résolution du contrat de crédit pour non-exécution du contrat. 19. reconnaître l autorité compétente pour le contrôle des prêteurs. 20. reconnaître les catégories d intermédiaires de crédit et le rôle du responsable de distribution. 21. identifier les conditions d inscription des intermédiaires de crédit à la consommation 22. reconnaître en quoi consiste l inscription collective.

11 8. Contrôle et sanctions 23. identifier les obligations de la FSMA dans la procédure d inscription. 24. se rappeler que les infractions à la plupart des dispositions de la loi sont passibles de sanctions civiles, pénales ou administratives et reconnaître la portée de ces sanctions. Module 3 Crédits hypothécaires Partie 1 Les suretés s 4. Notions et types de sûretés 5. Sûreté personnelle : le cautionnement 6. Le cautionnement dans le cadre du crédit hypothécaire Les personnes qui doivent prouver leurs connaissances professionnelles peuvent : 8. reconnaître la fonction des sûretés en matière de crédit. 9. se rappeler que la plupart des sûretés sont soumises à des conditions de forme et de publicité. 10. distinguer les sûretés réelles et les sûretés personnelles. 11. reconnaître la notion de cession de créance et se rappeler que la créance la plus cédée est la rémunération et en avertir le client. 12. reconnaître la notion de cautionnement et ses conditions de validité. 13. reconnaître la signification et les conséquences du cautionnement «solidaire». 14. reconnaître les obligations pour le prêteur afin d informer la caution ou la personne qui constitue une sûreté personnelle.

12 Partie 2 Crédits hypothécaires 1. Objectif et champ d application de la législation (Livres VII et XV CDE). 2. Sûretés dans le cadre d un crédit hypothécaire. 3. Protection précontractuelle du consommateur. Les personnes qui doivent prouver leurs connaissances professionnelles peuvent : 1. Déterminer le champ d application de la législation (personnes concernées, contrats de crédit hypothécaire concernés et étendue territoriale). 2. Décrire l «hypothèque», le «mandat hypothécaire» et la «promesse d hypothèque» et déterminer leurs conditions de forme. 3. Expliquer la radiation et la réduction de l inscription hypothécaire et déterminer par qui celles-ci sont effectuées. 4. Identifier la notion «la cession de la créance» et les limites de la cession de la rémunération. 5. Définir le «nantissement» et en déterminer les conditions, y compris les biens qui peuvent être donnés en gage. 6. Reconnaître les obligations précontractuelles des intermédiaires de crédit. 7. Reconnaître ce que l on entend par «publicité» et reconnaître les mentions obligatoires de celles-ci pour le prêteur et l intermédiaire de crédit. 8. Se rappeler qu un «prospectus» doit être mis à la disposition de l intéressé. 9. Reconnaître les frais liés à une hypothèque et se rappeler que seuls les frais déterminés par la loi peuvent être imputés. 10. Déterminer la portée de la norme de précaution générale et de l offre écrite préalable. 11. Déterminer l obligation imposée aux prêteurs de consulter la Centrale des Crédits aux Particuliers pour chaque contrat de crédit. 12. Déterminer la portée de l enregistrement des données par la CCP et l accès à ces données, y compris les délais de conservation.

13 4. Identification et contrôle des données d identité. 5. Conclusion du contrat. 6. Exécution du contrat. 13. Déterminer la portée de l identification et du contrôle des données d identité. 14. Reconnaître les règles spécifiques pour la formation du contrat de crédit hypothécaire et se rappeler qu il existe un certain nombre de mentions obligatoires légales pour l acte notarié, l acte de constitution et le contrat de crédit. 15. Distinguer les contrats ajoutés des contrats annexés. 16. Déterminer la manière dont la somme du crédit peut être payée. 17. Déterminer les modalités du taux d intérêt fixe ou variable. 18. Déterminer les modalités de remboursement (avec l'amortissement du capital ou la recomposition du capital) et du paiement anticipé et de la recomposition du capital. 19. Spécifier la portée du remboursement anticipé et les modalités de l indemnité de remploi qui peut en être la conséquence. 20. Reconnaître la procédure et les conséquences des non-paiements, y compris la mention à la CCP. 7. Fiscalité. 21. Déterminer la nature des avantages fiscaux d un contrat de crédit hypothécaire pour une habitation unique et propre. 8. Compromis de vente. 22. Identifier la portée d un compromis de vente et des conditions suspensives ou résolutoires.

14 Partie 3 Accès à l activité et sanctions : Les personnes qui doivent prouver leurs connaissances professionnelles peuvent : 10. Accès à l activité de prêteur et d intermédiaire de crédit 11. Contrôle et sanctions 27. reconnaître les autorités compétentes pour l accès des prêteurs et des intermédiaires. 28. reconnaître les catégories d intermédiaires de crédit hypothécaires et le rôle du responsable de distribution. 29. déterminer les conditions d inscription des intermédiaires en crédits hypothécaires 30. déterminer les obligations de la FSMA dans la procédure d inscription. 31. se rappeler que les infractions à la plupart des dispositions de loi sont passibles de sanctions civiles, pénales ou administratives et reconnaître la portée de ces sanctions.

Finalités - Intermédiation en crédits

Finalités - Intermédiation en crédits Finalités - Intermédiation en crédits Module/examen 2 Crédits à la consommation Partie 1 Matières périphériques au crédit : cartes de débit et de crédit Connaissances professionnelles et de base 1. Carte

Plus en détail

Table des matières. La responsabilité du prêteur et de l intermédiaire de crédit dans la phase pré-contractuelle... 5

Table des matières. La responsabilité du prêteur et de l intermédiaire de crédit dans la phase pré-contractuelle... 5 1 La responsabilité du prêteur et de l intermédiaire de crédit dans la phase pré-contractuelle........................... 5 Frédéric de Patoul avocat Introduction.....................................................................

Plus en détail

PARTIE I. INFORMATIONS EUROPÉENNES NORMALISÉES EN MATIÈRE DE CRÉDIT À LA CONSOMMATION. Ouverture de crédit à laquelle une carte de crédit est liée

PARTIE I. INFORMATIONS EUROPÉENNES NORMALISÉES EN MATIÈRE DE CRÉDIT À LA CONSOMMATION. Ouverture de crédit à laquelle une carte de crédit est liée MasterCard Platinum CBC-ouverture de crédit à laquelle est liée une carte de crédit Ce document ne constitue pas une offre juridiquement contraignante. KBC Consumer Finance se réserve le droit de le modifier.

Plus en détail

Informations Européennes normalisées en matière de Crédit de Titres

Informations Européennes normalisées en matière de Crédit de Titres Informations Européennes normalisées en matière de Crédit de Titres 2 1. Identité et coordonnées du prêteur Prêteur Adresse Numéro de téléphone Adresse électronique Adresse internet BinckBank S.A. Siège

Plus en détail

Crédit à la consommation et crédit hypothécaire Surveillance et sanctions. Tom Van Dyck et Bart Garré. Brussels London - www.liedekerke.

Crédit à la consommation et crédit hypothécaire Surveillance et sanctions. Tom Van Dyck et Bart Garré. Brussels London - www.liedekerke. Crédit à la consommation et crédit hypothécaire Surveillance et sanctions Tom Van Dyck et Bart Garré Structure Partage de compétences Statut du prêteur Statut de l intermédiaire Sanctions Interaction avec

Plus en détail

Les contrats de crédit qui font l objet de ce prospectus sont toujours conclus en présence du courtier de crédit ou du prêteur.

Les contrats de crédit qui font l objet de ce prospectus sont toujours conclus en présence du courtier de crédit ou du prêteur. PROSPECTUS CREDIT A LA CONSOMMATION PRET A TEMPERAMENT No. Prospectus: 3 01/06/2007 1. Introduction Ce prospectus s applique aux prêts à tempérament consentis dans le cadre de la Loi relative au Crédit

Plus en détail

LE CRÉDIT À LA CONSOMMATION

LE CRÉDIT À LA CONSOMMATION Marie-Cécile Flament Luc Collart LE CRÉDIT À LA CONSOMMATION GUIDE PRATIQUE Colophon Le crédit à la consommation. Guide pratique Marie-Cécile Flament Luc Collart Éditions Politeia s.a., Bruxelles D/2015/8132/226

Plus en détail

Crédit à la consommation Régi par la loi du 12 juin 1991

Crédit à la consommation Régi par la loi du 12 juin 1991 Crédit à la consommation Régi par la loi du 12 juin 1991 Prospectus n 8 Valable à partir du 01 février 2008 Les taux mentionnés dans ce prospectus sont repris à titre d exemple. Pour connaître les conditions

Plus en détail

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ :

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : LOI N 2010-737 DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT RÉFORME DU CRÉDIT À LA CONSOMMATION SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : CHAPITRE II Publicité et information de l emprunteur Article

Plus en détail

FORMATION IOBSP Niveau 1

FORMATION IOBSP Niveau 1 GROUPE VALORIALE VALORIALE FORMATION FORMATION IOBSP Niveau 1 Catalogue des formations valable jusqu au 31/12/13 VALORIALE 2012-2013 Objectifs de la formation Répondre aux obligations légales issues du

Plus en détail

Les sûretés. Table des matières

Les sûretés. Table des matières Table des matières Titre 1. Les sûretés réelles..................................... 229 Chapitre 1. Législation...................................... 229 Section 1. La vente d immeuble dans le contexte

Plus en détail

Contrôle de l intermédiation en opération de banque et services de paiement

Contrôle de l intermédiation en opération de banque et services de paiement Contrôle de l intermédiation en opération de banque et services de paiement Paris, 4 avril 2012 Cécile Sellier - Directeur adjoint Direction du contrôle des pratiques commerciales 1 Sommaire 1. Mission

Plus en détail

GROUPE VALORIALE VALORIALE FORMATION

GROUPE VALORIALE VALORIALE FORMATION GROUPE VALORIALE VALORIALE FORMATION FORMATION IOBSP Niveau 1 Catalogue permanent VALORIALE 2012-2013 Agrément 91 3407225 34 Objectifs de la formation Répondre aux obligations légales issues du décret

Plus en détail

SUPÉRIEUR - MODIFICATION

SUPÉRIEUR - MODIFICATION BREVET DE TECHNICIEN Le B.O. 1 8 0 9 1 - Le cadre de la vie juridique 1.1 Notion de droit et divisions du droit Distinguer le droit objectif des droits subjectifs. 1.2 Les sources du droit objectif Caractériser

Plus en détail

Champ d application & modalités du crédit prof. dr. Christine Biquet-Mathieu, Université de Liège

Champ d application & modalités du crédit prof. dr. Christine Biquet-Mathieu, Université de Liège Champ d application & modalités du crédit prof. dr. Christine Biquet-Mathieu, Université de Liège Sens et non-sens de la législation européenne concernant l octroi de crédit Impact sur la législation belge

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... 5 PRINCIPALES ABRÉVIATIONS... 7 BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE... 11

TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... 5 PRINCIPALES ABRÉVIATIONS... 7 BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE... 11 TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... 5 PRINCIPALES ABRÉVIATIONS... 7 BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE... 11 PREMIÈRES VUES... 13 I. Mécanisme... 15 II. Rôle... 18 III. Évolution... 20 PREMIÈRE PARTIE SÛRETÉS PERSONNELLES

Plus en détail

Table des matières. Champ d application 25 Section 1 Portée 25 Section 2 Commercialité 29

Table des matières. Champ d application 25 Section 1 Portée 25 Section 2 Commercialité 29 Table des matières Sommaire 5 Préface 7 Liste des abréviations 11 Titre introductif 13 Importance de l intermédiation en assurances 13 Le cadre légal 16 Section 1 La situation avant 1995 16 Section 2 La

Plus en détail

Directive sur le crédit hypothécaire 2014/17/UE Les points d attention Joan Carette et Bart Garré

Directive sur le crédit hypothécaire 2014/17/UE Les points d attention Joan Carette et Bart Garré Directive sur le crédit hypothécaire 2014/17/UE Les points d attention Joan Carette et Bart Garré Structure Introduction Champ d application Règles de conduite Obligations d information et d évaluation

Plus en détail

L encadrement du crédit par la loi Française

L encadrement du crédit par la loi Française L encadrement du crédit par la loi Française Le législateur a, depuis les années 70, mis en place des dispositions visant à mieux protéger les emprunteurs et les personnes en situation de fragilité financière,

Plus en détail

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010)

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Réforme de la loi sur les crédits à la consommation (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Introduction Le crédit est utile et nécessaire à la vie des ménages. Ce

Plus en détail

Conditions des Prêts d études

Conditions des Prêts d études Conditions des Prêts d études (contrat de crédit général - n agrément SPF Economie, P.M.E., Classes Moyennes & Energie Régulation et Organisation du Marché, Crédit et Endettement : 130941) Interventions

Plus en détail

Notre devise : Formation : IOBSP. Intermédiaires en opérations de banque et en services de paiement. Durée : 150 heures (22 jours)

Notre devise : Formation : IOBSP. Intermédiaires en opérations de banque et en services de paiement. Durée : 150 heures (22 jours) Notre devise : «Offrir une qualité optimale de formation basée en premier lieu sur la confiance des Hommes et des Femmes qui font et feront l entreprise de demain en Outre-Mer» Formation : IOBSP Intermédiaires

Plus en détail

2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES

2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES 2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES La loi du 26 juillet 2005 pour la confiance et la modernisation de l économie a habilité le gouvernement à réformer le régime des sûretés et les procédures d exécution

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES RELATIVES A LA FACILITE DE CAISSE I - En vigueur à partir du 23 mars 2015

CONDITIONS PARTICULIERES RELATIVES A LA FACILITE DE CAISSE I - En vigueur à partir du 23 mars 2015 Article 1. Terminologie CONDITIONS PARTICULIERES RELATIVES A LA FACILITE DE CAISSE I - La Banque : bpost banque S.A. Rue du Marquis 1 bte 2-1000 Bruxelles, TVA BE 0456.038.471, RPM Bruxelles qui agit en

Plus en détail

Leçon 2. La formation du contrat

Leçon 2. La formation du contrat Objectifs : Connaître les différentes étapes de la formation du contrat de crédit à la consommation. Leçon 2 La formation du contrat Afin de responsabiliser l emprunteur la loi a voulu apporter à ce dernier

Plus en détail

Marche à suivre Connaissances professionnelles

Marche à suivre Connaissances professionnelles Marche à suivre Connaissances professionnelles 1 Marche à suivre Connaissances professionnelles Pour savoir quelles personnes doivent répondre à telles ou telles conditions en matière de connaissances

Plus en détail

Développer un crédit plus responsable

Développer un crédit plus responsable Les principales mesures de la loi Lagarde: une synthèse Objectifs Objet Les mesures Développer un crédit plus responsable Les Cartes de crédit Encadrement de la publicité Mieux encadrer le crédit renouvelable

Plus en détail

PROSPECTUS N 1 CRÉDIT À LA CONSOMMATION

PROSPECTUS N 1 CRÉDIT À LA CONSOMMATION PROSPECTUS N 1 CRÉDIT À LA CONSOMMATION PRÊT À TEMPÉRAMENT ÉTABLI PAR ACTE AUTHENTIQUE PRÊT À TEMPÉRAMENT D'APPLICATION À DATER DU 01.06.2006 CREDIMO S.A. Weversstraat 6-8-10 1730 ASSE Tél. +32(0)2 454

Plus en détail

La loi consommation. Jour mois année - jj/mm/aaaa. Présentation simplifiée. Avril 2014 06/06/2014 1

La loi consommation. Jour mois année - jj/mm/aaaa. Présentation simplifiée. Avril 2014 06/06/2014 1 La loi consommation Loi n 2014-344 du 17 mars 2014, parue au JORF du 18 mars 2014 Présentation simplifiée Jour mois année - jj/mm/aaaa Avril 2014 06/06/2014 1 Une loi destinée à renforcer l information

Plus en détail

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Les garanties... 23. CHAPITRE I Les sûretés... 25. Abréviations... 7 Sommaire... 11 Introduction...

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Les garanties... 23. CHAPITRE I Les sûretés... 25. Abréviations... 7 Sommaire... 11 Introduction... Table des matières Abréviations... 7 Sommaire... 11 Introduction... 15 B Enjeux économiques internationaux... 16 C Définition des «garanties»... 17 D Présentation du cadre luxembourgeois... 19 PREMIÈRE

Plus en détail

DISPOSITIONS DU CODE DE LA CONSOMMATION VOUS CONCERNENT-ELLES?

DISPOSITIONS DU CODE DE LA CONSOMMATION VOUS CONCERNENT-ELLES? INC document FICHE PRATIQUE J. 196 Août 2011 LE PRÊT PERSONNEL Vous souhaitez emprunter une somme d argent pour en disposer librement, sans qu elle ne soit affectée à un achat déterminé? Orientez-vous

Plus en détail

TITRE 2 L ACCÈS À LA PROFESSION ET LE TITRE D AGENT IMMOBILIER 19

TITRE 2 L ACCÈS À LA PROFESSION ET LE TITRE D AGENT IMMOBILIER 19 Table des matières PRÉFACE 5 INTRODUCTION 7 PREMIÈRE PARTIE Une profession réglementée TITRE 1 LE CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE 15 La loi-cadre du 1 er mars 1976 15 L arrêté royal du 6 septembre 1993 17

Plus en détail

Financement du projet : Les garanties sur les opérations de crédit

Financement du projet : Les garanties sur les opérations de crédit Financement du projet : Les garanties sur les opérations de crédit Pour être assurés du remboursement des crédits accordés, les prêteurs prennent des garanties, encore appelées «suretés». Les suretés sont

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

Prospectus Crédit à la consommation

Prospectus Crédit à la consommation Prospectus Crédit à la consommation Prêt à tempérament Credit Europe Crédit fixe (Direct) Credit Europe Crédit Confort (Indirect) Avec Credit Europe Bank, c est aussi simple que ça! Prospectus Crédits

Plus en détail

Fonds de soutien aux collectivités territoriales ayant contracté des produits structurés

Fonds de soutien aux collectivités territoriales ayant contracté des produits structurés Article 60 : Fonds de soutien aux collectivités territoriales ayant contracté des produits structurés I. - 1 Il est institué un fonds de soutien de 100 millions d euros par an pendant une durée maximale

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change 2015-R-04 du 2 mars 2015 1. Contexte de la recommandation 2012-R-01 publiée le 6 avril 2012 Des établissements

Plus en détail

LOI LAGARDE DE REFORME DU CREDIT A LA

LOI LAGARDE DE REFORME DU CREDIT A LA CHRISTINE LAGARDE MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI LOI LAGARDE DE REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION 1ER NOVEMBRE 2010 LE 1 ER NOVEMBRE ENTRENT EN VIGUEUR LES MESURES DE LA LOI LAGARDE

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Arrêté du 4 avril 2012 portant approbation des programmes de formation des intermédiaires en opérations

Plus en détail

Table des matières. 1. Paiement à la livraison ou acompte. 2. Quelques moyens de paiement. 1. Précautions générales

Table des matières. 1. Paiement à la livraison ou acompte. 2. Quelques moyens de paiement. 1. Précautions générales Table des matières Tables des matières Partie I : Demander un paiement comptant? 1. Paiement à la livraison ou acompte 1.1. PAS TOUJOURS POSSIBLE.................................... 2 1.2. DEMANDER UN

Plus en détail

OPTILINE: information précontractuelle

OPTILINE: information précontractuelle OPTILINE: information précontractuelle Informations relatives à Fintro Fintro est une division de BNP Paribas Fortis SA, Montagne du Parc 3, 1000 Bruxelles, RPM 0403.199.702, qui agit en qualité de fournisseur

Plus en détail

SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS

SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS DALLOZ REFERENCE teimft SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS PIERRE-LAURENT CHATAIN Inspecteur de la Banque de France, Delegue-adjoint au Controle sur Place des Etablissements de credit aupres du Secretariat

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DES CREDITS ING SOUMIS A LA LEGISLATION SUR LE CREDIT A LA CONSOMMATION (Edition avril 2015)

CONDITIONS GENERALES DES CREDITS ING SOUMIS A LA LEGISLATION SUR LE CREDIT A LA CONSOMMATION (Edition avril 2015) Les présentes Conditions générales des crédits ING soumis à la législation sur le crédit à la consommation (ci-après dénommées les «Conditions générales») ont pour objet de donner une description des services

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Remerciements... 9 Préface... 11 Sommaire... 13 Liste des principales abréviations... 15 Introduction... 19

TABLE DES MATIÈRES. Remerciements... 9 Préface... 11 Sommaire... 13 Liste des principales abréviations... 15 Introduction... 19 TABLE DES MATIÈRES Remerciements... 9 Préface... 11 Sommaire... 13 Liste des principales abréviations... 15 Introduction... 19 PREMIÈRE PARTIE L IMPLICATION CONSACRÉE Titre I - L implication fondée sur

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DES CREDITS ING SOUMIS A LA LEGISLATION SUR LE CREDIT A LA CONSOMMATION (Edition avril 2015)

CONDITIONS GENERALES DES CREDITS ING SOUMIS A LA LEGISLATION SUR LE CREDIT A LA CONSOMMATION (Edition avril 2015) Les présentes Conditions générales des crédits ING soumis à la législation sur le crédit à la consommation (ci-après dénommées les «Conditions générales») ont pour objet de donner une description des services

Plus en détail

Table des matières. Contenu du guide 7 Adresses utiles 8

Table des matières. Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Table des matières Présentation du guide 7 Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Chapitre 1 Les retards de paiement en Europe 15 Section I La crise économique et les retards de paiement 15 Section II Cartographie

Plus en détail

TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT. Évolutions résultant de la loi portant réforme du crédit à la consommation

TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT. Évolutions résultant de la loi portant réforme du crédit à la consommation Direction générale des activités fiduciaires et de place Direction de la surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière Service infobanque et surendettement TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT

Plus en détail

Table des matières. Contenu du guide 7 Adresses utiles 8

Table des matières. Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Table des matières Présentation du guide 7 Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Chapitre 1 Les retards de paiement en Europe 15 Section I La crise économique et les retards de paiement 15 Section II Cartographie

Plus en détail

Le droit. à la protection des droits économiques

Le droit. à la protection des droits économiques Le droit à la protection des droits économiques Le droit à la protection des droits économiques La loi 31-08 édictant des mesures de protection du consommateur comprend des dispositions permettant de protéger

Plus en détail

Table des matières. Introduction... 8. B. La gestion de l expertise immobilière... 22

Table des matières. Introduction... 8. B. La gestion de l expertise immobilière... 22 Table des matières 1 L instruction des litiges de la construction........ 7 Anne DEMOULIN juge au tribunal de 1 re instance de Liège, maître de conférences à l'u.lg. Introduction................................................................

Plus en détail

ANNEXE 3: crédits documentaires à l'importation. Conditions générales

ANNEXE 3: crédits documentaires à l'importation. Conditions générales ANNEXE 3: crédits documentaires à l'importation Conditions générales La présente demande ainsi que le crédit documentaire ouvert par la Banque sont régis par les Règles et Usances uniformes de la Chambre

Plus en détail

Code de conduite dans le cadre de la Loi du.. relative à diverses dispositions concernant le financement des petites et moyennes entreprises

Code de conduite dans le cadre de la Loi du.. relative à diverses dispositions concernant le financement des petites et moyennes entreprises Code de conduite dans le cadre de la Loi du.. relative à diverses dispositions concernant le financement des petites et moyennes entreprises 1 Préambule La Loi du relative à diverses dispositions concernant

Plus en détail

PUBLICITE IMMOBILIERE MENTIONS OBLIGATOIRES OU INTERDITES

PUBLICITE IMMOBILIERE MENTIONS OBLIGATOIRES OU INTERDITES PUBLICITE IMMOBILIERE MENTIONS OBLIGATOIRES OU INTERDITES Mise à jour de la Loi du 17 mars 2014 relative à la consommation et de la Loi du 24 mars 2014 pour l'accès au logement et un urbanisme rénové,

Plus en détail

DEMANDE DE CAUTIONS Douane

DEMANDE DE CAUTIONS Douane DEMANDE DE CAUTIONS Douane Envoyez la demande de cautions avec les pièces requises à : Société Compagnie Altassura Européenne de Garanties et Cautions Pôle Entreprises - Cegi Fax : 0179731164 ou info@e-assurance-credit.com

Plus en détail

3. LES DISPOSITIONS JURIDIQUES ENCADRANT LE CRÉDIT RENOUVELABLE

3. LES DISPOSITIONS JURIDIQUES ENCADRANT LE CRÉDIT RENOUVELABLE 3. LES DISPOSITIONS JURIDIQUES ENCADRANT LE CRÉDIT RENOUVELABLE Selon le Code de la consommation, le crédit à la consommation couvre toute opération de crédit, ainsi que son cautionnement éventuel, consentie

Plus en détail

Présentation Fonds Social Chauffage Gasoil de chauffage, pétrole lampant et propane en vrac

Présentation Fonds Social Chauffage Gasoil de chauffage, pétrole lampant et propane en vrac Présentation Fonds Social Chauffage Gasoil de chauffage, pétrole lampant et propane en vrac Historique & structure L ASBL Fonds Chauffage a été constituée le 5 novembre 2004, par les représentants du secteur

Plus en détail

Conditions d ouverture de crédit lombard

Conditions d ouverture de crédit lombard Conditions d ouverture de crédit lombard Article 1. Objet des présentes conditions 1.1 Les présentes conditions régissent les ouvertures de crédit lombard qui sont octroyées par Keytrade Bank Luxembourg

Plus en détail

FICHE EXPERT HYALIN LE NOUVEAU STATUT D IOBSP

FICHE EXPERT HYALIN LE NOUVEAU STATUT D IOBSP FICHE EXPERT HYALIN LE NOUVEAU STATUT D IOBSP 01 78 41 44 60 DEFINITION D UN IOB / IOBSP L article L. 519-1 du CMF reprend, en la précisant, la définition assurantielle, en déclarant : «Est un intermédiaire

Plus en détail

Leçon 1. Le cautionnement

Leçon 1. Le cautionnement Objectifs : Connaître les différents types de cautionnement, le formalisme requis, les différentes obligations d information incombant au prêteur. Savoir la signification de la disproportion dans le cas

Plus en détail

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14 Le 30 janvier 2012 JORF n 0024 du 28 janvier 2012 Texte n 14 DECRET Décret n 2012-100 du 26 janvier 2012 relatif à l immatriculation des intermédiaires en opérations de banque et en services de paiements,

Plus en détail

INFORMATION SUR LA LOI DU 1 er JUILLET 2010 SUR LE CREDIT A LA CONSOMMATION

INFORMATION SUR LA LOI DU 1 er JUILLET 2010 SUR LE CREDIT A LA CONSOMMATION INFORMATION SUR LA LOI DU 1 er JUILLET 2010 SUR LE CREDIT A LA CONSOMMATION Sommaire 1 I Contexte Page Principes.. 1 Esprit de la loi... 2 Impacts...3/4 2 I Information précontractuelle 5/6 3 I Contenu

Plus en détail

LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010

LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010 LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Les principales mesures de la loi LAGARDE FICHE 2 Le point sur l entrée en vigueur des principales

Plus en détail

Formation 12. Lutter contre les impayés. Formation + modèle de contrat. Module 1 : LES OUTILS POUR CONNAITRE LA SOLVABILITE DES CLIENTS

Formation 12. Lutter contre les impayés. Formation + modèle de contrat. Module 1 : LES OUTILS POUR CONNAITRE LA SOLVABILITE DES CLIENTS Formation 12 Lutter contre les impayés. Formation + modèle de contrat. Module 1 : LES OUTILS POUR CONNAITRE LA SOLVABILITE DES CLIENTS A - LES OUTILS INTERNES DE L'ENTREPRISE 1 - Le service commercial

Plus en détail

Les garanties et leur sort dans les procédures collectives : cas de synthèse

Les garanties et leur sort dans les procédures collectives : cas de synthèse Les garanties et leur sort dans les procédures collectives : cas de synthèse I - La SAS PLASTICAUTO est une PME dont l activité industrielle se situe dans le secteur économique de la construction automobile.

Plus en détail

Code de conduite relatif au service de mobilité interbancaire

Code de conduite relatif au service de mobilité interbancaire switching-selfregulation-fr.docx version 2 Patrick Wynant 22/10/2010 Code de conduite relatif au service de mobilité interbancaire A la demande de la Commission européenne, le European Banking Industry

Plus en détail

1. Définition des fonds propres : rapport résultant de l affectation du bénéfice (article 14, 1, 1 a), ii) du règlement relatif aux fonds propres)

1. Définition des fonds propres : rapport résultant de l affectation du bénéfice (article 14, 1, 1 a), ii) du règlement relatif aux fonds propres) ANNEXE A LA LETTRE DU 11 JUIN 2002 : COMMENTAIRE DE L ARRETE DE LA COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE DU 5 DECEMBRE 1995 CONCERNANT LE REGLEMENT RELATIF AUX FONDS PROPRES DES ETABLISSEMENTS DE CREDIT. 1.

Plus en détail

Les Crédits et ouverture de crédit

Les Crédits et ouverture de crédit Les Crédits et ouverture de crédit Contexte général Besoin d une nouvelle voiture, votre machine à lessiver tombe en panne ou besoin d effectuer quelques travaux dans votre maison? De grosses dépenses

Plus en détail

JORF n 0088 du 13 avril 2012. Texte n 15

JORF n 0088 du 13 avril 2012. Texte n 15 Le 13 avril 2012 JORF n 0088 du 13 avril 2012 Texte n 15 ARRETE Arrêté du 4 avril 2012 portant approbation des programmes de formation des intermédiaires en opérations de banque et en services de paiement

Plus en détail

Financement des TPE-PME

Financement des TPE-PME Financement des TPE-PME Présentation d initiatives françaises Atelier 2 Introduction Les banques sont soumises à des contraintes internes liées à la marge et au risque crédit et des contraintes externes

Plus en détail

COMMERCIAL ET SOCIÉTÉS Plan de classification. BANQUES ET INSTITUTIONS FINANCIÈRES (Voir aussi EFFETS DE COMMERCE, RESPONSABILITÉ et SÛRETÉS)

COMMERCIAL ET SOCIÉTÉS Plan de classification. BANQUES ET INSTITUTIONS FINANCIÈRES (Voir aussi EFFETS DE COMMERCE, RESPONSABILITÉ et SÛRETÉS) COMMERCIAL ET SOCIÉTÉS Plan de classification BANQUES ET INSTITUTIONS FINANCIÈRES (Voir aussi EFFETS DE COMMERCE, RESPONSABILITÉ et SÛRETÉS) COMMERCIAL (DROIT) (Voir aussi BANQUES ET INSTITUTIONS FINANCIÈRES,

Plus en détail

FIDUCIE-SÛRETÉ ET CRÉDITS SYNDIQUÉS

FIDUCIE-SÛRETÉ ET CRÉDITS SYNDIQUÉS FIDUCIE-SÛRETÉ ET CRÉDITS SYNDIQUÉS 6 avril 2011 Sommaire I.Introduction II. Sûreté fiduciaire et syndication III. La fiducie-sûreté, mécanisme général d agent des sûretés IV. Combinaison avec d autres

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos... 1. Partie introductive... 3

Table des matières. Avant-propos... 1. Partie introductive... 3 Table des matières Avant-propos... 1 Partie introductive... 3 Le partage des compétences législatives... 3 Les pouvoirs de juridiction fédérale... 6 Les pouvoirs de juridiction provinciale... 7 Les compagnies

Plus en détail

La responsabilité civile délictuelle et les quasi-contrats

La responsabilité civile délictuelle et les quasi-contrats TABLE DES MATIÈRES Introduction 9 A) Les sources du droit des obligations 9 B) La classification des obligations 10 PARTIE I La responsabilité civile délictuelle et les quasi-contrats TITRE 1 La responsabilité

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIÈRES DU SERVICE D AGENT TRADEMARK CLEARINGHOUSE Version en date du 10/03/2014

CONDITIONS PARTICULIÈRES DU SERVICE D AGENT TRADEMARK CLEARINGHOUSE Version en date du 10/03/2014 DEFINITIONS : CONDITIONS PARTICULIÈRES DU SERVICE D AGENT TRADEMARK CLEARINGHOUSE Version en date du 10/03/2014 Abused DNL (Domain Name Labels) : Labels de Noms de Domaine dont l enregistrement a été considéré

Plus en détail

FAQ PRÊT VERT OCTROI D UN NOUVEAU CREDIT :

FAQ PRÊT VERT OCTROI D UN NOUVEAU CREDIT : FAQ PRÊT VERT OCTROI D UN NOUVEAU CREDIT : 1. Un prêteur peut-il décider librement de proposer ou non des contrats de prêt avec bonification d intérêt aux consommateurs et donc de s engager volontairement

Plus en détail

Table des matières. Crédit hypothécaire : nouvelles législations entrant en vigueur en 2015 et 2016 7

Table des matières. Crédit hypothécaire : nouvelles législations entrant en vigueur en 2015 et 2016 7 Table des matières Crédit hypothécaire : nouvelles législations entrant en vigueur en 2015 et 2016 7 Philippe D Haen et Paul Heymans Introduction 7 Section 1. Le livre VII «Services de paiement et de crédit»

Plus en détail

ANNEXE 3: Demande d émission et/ou de modification d un crédit documentaire à l'importation

ANNEXE 3: Demande d émission et/ou de modification d un crédit documentaire à l'importation ANNEXE 3: Demande d émission et/ou de modification d un crédit documentaire à l'importation La présente version annule et remplace toute version précédente. Elle a été enregistrée à Bruxelles le 28 septembre

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

Crédit Consommation. Ce qui change avec la réforme du 1/5/2011

Crédit Consommation. Ce qui change avec la réforme du 1/5/2011 Crédit Consommation Ce qui change avec la réforme du 1/5/2011 Sommaire Les points clés de la réforme Les changements Notre philosophie de la réforme Les changements Notre philosophie Le crédit : - est

Plus en détail

LES GARANTIES D EMPRUNT

LES GARANTIES D EMPRUNT LES GARANTIES D EMPRUNT (Compte 801.5) Fiche n 1 Définition Les garanties d emprunt entrent dans la catégorie des engagements hors bilan parce qu une collectivité peut accorder sa caution à une personne

Plus en détail

Examen de fin de stage judiciaire Programme de révision

Examen de fin de stage judiciaire Programme de révision Examen de fin de stage judiciaire Programme de révision Le présent document est établi sur base de l article 17, paragraphe 1 er, alinéa 2 du règlement grand-ducal du 10 juin 2009 portant organisation

Plus en détail

SESSION DU CIFAF 2013

SESSION DU CIFAF 2013 SESSION DU CIFAF 2013 Présenté Par Maître Maximin CAKPO-ASSOGBA Avocat à la Cour Mardi 03 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Les sûretés sont des techniques juridiques destinées à assurer le règlement des créances

Plus en détail

crédits à la consommation prospectus n 3 d application à partir du 17ème décembre 2007

crédits à la consommation prospectus n 3 d application à partir du 17ème décembre 2007 crédits à la consommation prospectus n 3 d application à partir du 17ème décembre 2007 Prospectus Crédits à la consommation Ce prospectus est applicable à toutes les sociétés appartenant au Groupe AXA,

Plus en détail

CONDITIONS SPÉCIALES

CONDITIONS SPÉCIALES ASSURANCE-CRÉDIT POLICE INDIVIDUELLE D ASSURANCE-CRÉDIT CONDITIONS SPÉCIALES ETABLISSEMENTS DE CREDIT Garantie d un crédit acheteur - DGP 507 A - SOMMAIRE Article 1 Prise d effet de la garantie 5 Article

Plus en détail

Plan du cours de Droit des Affaires

Plan du cours de Droit des Affaires Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Plan du cours de Droit des Affaires Licence 2 Droit Monsieur le Professeur BUREAU www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier, très sincèrement,

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 2 Les réglementations européennes de lutte contre les retards et les défauts de paiement 25

Table des matières. Chapitre 2 Les réglementations européennes de lutte contre les retards et les défauts de paiement 25 Table des matières Présentation du guide 7 Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Chapitre 1 Les retards de paiement en Europe 15 Section I La crise économique et les retards de paiement 15 Section II Cartographie

Plus en détail

RELEVÉ DE CONCLUSIONS DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LA GOUVERNANCE DU SÉNAT

RELEVÉ DE CONCLUSIONS DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LA GOUVERNANCE DU SÉNAT 1 Le 11 mars 2015 RELEVÉ DE CONCLUSIONS DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LA GOUVERNANCE DU SÉNAT Le groupe de travail sur la gouvernance du Sénat présidé par M. Gérard LARCHER, Président du Sénat, propose, sur

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 5. Introduction 9

Table des matières. Sommaire 5. Introduction 9 Table des matières Sommaire 5 Les principes et modalités du paiement 7 Coralie Marr Introduction 9 Chapitre I. Définition et nature juridique du paiement 10 Section 1. Notion et contours 10 Section 2.

Plus en détail

Définition de l activité d IOBSP (Articles L.519-1 et R.519-1 du Code Monétaire et Financier)

Définition de l activité d IOBSP (Articles L.519-1 et R.519-1 du Code Monétaire et Financier) INTERMEDIAIRE EN OPERATIONS DE BANQUE ET SERVICES DE PAIEMENTS IOBSP (conformément à la Loi n 2010-1249 du 22/10/2010, aux décrets n 2012-100 et 2012-101 du 26/01/2012 et aux arrêtés des 01/03/2012 et

Plus en détail

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 19. Se porter caution FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 19. Se porter caution FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 19 Se porter caution FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE octobre 2005 Ce mini-guide vous est offert Tous droits réservés. La reproduction totale ou partielle des textes de

Plus en détail

Code de conduite relatif au service de mobilité interbancaire

Code de conduite relatif au service de mobilité interbancaire switching - selfregulation - FR.d ocx v ersion 1.0 Patrick Wynant 30/10/2009 Code de conduite relatif au service de mobilité interbancaire A la demande de la Commission européenne, le European Banking

Plus en détail

Se porter caution LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Site d informations pratiques sur la banque et l argent. Repère n 19

Se porter caution LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Site d informations pratiques sur la banque et l argent. Repère n 19 LES MINI-GUIDES BANCAIRES Site d informations pratiques sur la banque et l argent Repère n 19 Se porter caution Ce mini-guide a été conçu par le Centre d Information Bancaire 18 rue La Fayette 75440 Paris

Plus en détail

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Eléments de calendrier 1. Conférence nationale contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale des 10 et 11 décembre 2012 Rapport de M. François

Plus en détail

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime.

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime. I. CHAMP D APPLICATION Conditions générales Les présentes conditions générales sont d application sur toutes les relations professionnelles entre le professionnel et le client. Toute dérogation doit être

Plus en détail

Juillet 2014 Directives relatives aux exigences minimales pour les financements hypothécaires

Juillet 2014 Directives relatives aux exigences minimales pour les financements hypothécaires Juillet 2014 Directives relatives aux exigences minimales pour les financements hypothécaires Table des matières Préambule... 2 1. Champ d application... 3 2. Exigences minimales... 3 2.1 Fonds propres...

Plus en détail

Direction Générale des Douanes et Droits Indirects. Programme des épreuves. Concours d inspecteur des douanes interne

Direction Générale des Douanes et Droits Indirects. Programme des épreuves. Concours d inspecteur des douanes interne Direction Générale des Douanes et Droits Indirects Programme des épreuves Concours d inspecteur des douanes interne CONCOURS INTERNE Analyse, parmi plusieurs sujets proposés, d un dossier sur l organisation,

Plus en détail

221.214.11 Ordonnance relative à la loi fédérale sur le crédit à la consommation

221.214.11 Ordonnance relative à la loi fédérale sur le crédit à la consommation Ordonnance relative à la loi fédérale sur le crédit à la consommation (OLCC) du 6 novembre 2002 (Etat le 1er mars 2006) Le Conseil fédéral, vu les art. 14, 23, al. 3, et 40, al. 3, de la loi fédérale du

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE L ACHAT IMMOBILIER OU DE LA VENTE IMMOBILIERE

GUIDE PRATIQUE DE L ACHAT IMMOBILIER OU DE LA VENTE IMMOBILIERE GUIDE PRATIQUE DE L ACHAT IMMOBILIER OU DE LA VENTE IMMOBILIERE Acheter un bien immobilier est une opération juridique sensible. Quelles précautions prendre? Rencontrez votre notaire en amont de votre

Plus en détail

Avant-propos... 5. Titre préliminaire De la publication, des effets et de l application des lois en général... 15

Avant-propos... 5. Titre préliminaire De la publication, des effets et de l application des lois en général... 15 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos...................................................................................... 5 I. CODES Code civil (extraits)...............................................................................

Plus en détail

APPEL D'OFFRE «CAUTIONS DE MARCHE»

APPEL D'OFFRE «CAUTIONS DE MARCHE» APPEL D'OFFRE «CAUTIONS DE MARCHE» Société Dénomination Sociale : Forme Juridique : Adresse du siège social : Capital social: euros Répartition du capital (principaux associés et % de participation) Si

Plus en détail