GUIDE PRATIQUE POUR FUTURS MÉDECINS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GUIDE PRATIQUE POUR FUTURS MÉDECINS"

Transcription

1 GUIDE PRATIQUE POUR FUTURS MÉDECINS Introduction Bonjour, Je me présente. Mon nom est Marie Giroux, je suis médecin de famille, professeure à la Faculté de Médecine et des sciences de la santé de l Université de Sherbrooke, et l heureuse maman de deux petits garçons. Je suis coordonnatrice à la vie étudiante à la faculté; je travaille donc en étroite collaboration avec Docteure Jocelyne Faucher, vice-doyenne à la vie étudiante et secrétaire de la faculté et tous les adjoints à la vie étudiante qui travaille pour nos étudiants. Depuis 1990, j exerce avec passion mon métier de médecin de famille-enseignant. Comme adjointe à la vie étudiante, j ai eu le privilège depuis de côtoyer d encore plus près les étudiants et les résidents en médecine. Ils sont souvent venus me rencontrer parce qu ils traversaient une période plus difficile, se posaient des questions, ou avaient besoin d informations face à ce qui les attend. Au Conseil de la vie étudiante, j ai eu le plaisir de côtoyer des représentants étudiants avec qui j ai pu échanger sur leurs préoccupations et leur vision de la vie étudiante. Plusieurs étudiants m ont exprimé qu ils manquaient d informations face à la carrière de médecin, au déroulement des études et de la résidence ainsi que de la pratique médicale. Je vous propose donc ce petit guide pratique qui apporte des informations, de la matière à réflexion, des conseils et des ressources. Vous trouverez sans doute qu il s agit davantage d un «Guide du Routard» qu un guide «Michelin». Il existe déjà des documents qui vous informent sur les objectifs de cours et les compétences à acquérir en médecine. Ce guide se veut un complément à ce qui existe déjà. Je vous propose un point de vue. À vous de développer le vôtre tout au long de ce formidable parcours qui vous attend. Marie Giroux, M.D. Coordonnatrice à la vie étudiante Faculté de médecine et des sciences de la santé Université de Sherbrooke

2 Des années formidables La plupart d entre vous aura débuté son cours de médecine vers 19 ans et débutera sa pratique quelque part entre 24 et 30 ans. Quelles années incroyables que celles de la vingtaine! Les années d études en médecine sont souvent mémorables. On définit mieux son identité, on se fait des amis pour la vie, on rencontre possiblement un grand amour. Et surtout, on apprend à devenir médecin. Dans les prochaines années, vous allez développer une vision de l intérieur de la médecine, découvrir ses bons et ses mauvais côtés, sa grandeur et ses petitesses, vous allez développer des passions, toucher à vos limites, acquérir les compétences requises, en passant de la physiologie au raisonnement clinique par les doses d antibiotiques et la relation patientmédecin. Bref, un gros programme mais combien intense et important! Juste du point de vue de votre identité, la vingtaine est une période où il est incontournable de se poser des questions sur ce qu on veut dans la vie, ce qu on ne veut pas, nos valeurs, notre orientation sexuelle, nos orientations personnelle et professionnelle. Il est donc tout à fait normal et sain de se poser des questions sur qui on est et ce qu on veut, afin de faire les bons choix aux nombreux carrefours qu on rencontre. À l opposé, quelqu un qui se remettrait en question très souvent risquerait de trouver difficile de s investir et de s engager dans un projet comme la médecine. Une amie médecin, à qui j exprimais mon admiration devant sa réussite d avoir traversé une série de stages particulièrement exigeants, me répondait : «Je suis très fière de ce que j ai réussi et du résultat. Je crois qu à ce moment, je me suis pas trop posé de questions, j ai serré les dents et j ai foncé». Ce qu il faut pour pratiquer la médecine au Québec Pour la plupart d entre vous, la voie est la suivante : 1. Réussir le cours d études médicales pré-doctorales menant à l obtention du diplôme MD. À Sherbrooke, le cours dure quatre ans et inclut quinze mois d externat, où les étudiants en médecine effectuent des stages cliniques dans plusieurs domaines différents. 2. Avoir complété un programme de résidence soit en médecine de famille (deux ans) ou en spécialité (quatre à six ans). 3. Avoir réussi les examens terminaux menant à l obtention du permis de pratique, du Collège des médecins de famille du Canada (CMFC) ou du Collège Royal des médecins et chirurgiens du Canada. Il faut absolument avoir un permis de pratique afin de pratiquer la médecine au Québec. Les diplômés hors Canada et États Unis Pour quelques autres futurs médecins, le chemin vers la pratique aura été différent. Il s agit des médecins ayant effectué leurs études médicales dans un pays autre que le Canada ou les États- Unis. On les désigne par le titre «Diplômés hors Canada et États-Unis» (DHCEU). Il est possible pour ces médecins formés à l étranger qu ils puissent éventuellement pratiquer la médecine au Québec. Pour ce faire, ils doivent effectuer des démarches auprès du Collège des médecins du Québec afin d examiner les différentes options qui s offrent à eux. La plupart d entre eux choisissent de passer les examens requis afin qu on reconnaisse une «équivalence» de diplôme MD leur permettant ainsi de postuler pour un poste de résidence par le biais du CARMS, comme les autres étudiants en médecine. Pour plus d informations, visitez le J arrive à la Faculté de Médecine et des sciences de la santé. Guide pratique pour futurs médecins - 2 -

3 La Faculté de Médecine de l Université de Sherbrooke est située sur le campus de la santé à Sherbrooke et est située dans des locaux adjacents à l hôpital Fleurimont, l un des deux hôpitaux du Centre Hospitalier Universitaire de Sherbrooke (CHUS), qui compte en tout 680 lits. Étant des étudiants à temps plein de l Université de Sherbrooke, même si vous n êtes pas sur le campus principal de l Université de Sherbrooke, vous avez accès aux services aux étudiants (http://www.usherbrooke.ca/jetudie/sve.html) comme le service de psychologie et orientation, la clinique médicale, le service d aide financière, l accès au centre sportif (http://www.usherbrooke.ca/sport/ ) et bien d autres services encore. L initiation À chaque année, les étudiants de deuxième année préparent des activités d initiation des nouveaux étudiants de première année. Ces activités donnent surtout une occasion de créer des contacts, de commencer à se connaître, et de donner un tremplin à la vie sociale des étudiants qui est très importante pour l équilibre entre la vie personnelle et les études, et comme réseau de support. Rassurez-vous! Ces activités doivent répondre à certains critères définis par l Université de Sherbrooke en matière de respect des individus quant à la consommation d alcool ou l incitation à des jeux à caractère sexuel. D ailleurs, le programme d initiation est revu par la vice-doyenne à la vie étudiante avant l activité. Suite à l activité d initiation, les étudiants reçoivent un sondage afin de s assurer que les critères protégeant les étudiants ont été bien respectés. Si votre initiation devait comporter des activités inacceptables, vous êtes fortement encouragés à soumettre la situation à la Pre Jocelyne Faucher, secrétaire de la faculté. Vos représentants étudiants Vous aurez rapidement l occasion de vous élire un président ou une présidente de classe et les représentants de votre association étudiante, l AGEEMUS (l Association Générale des Étudiants Étudiantes en Médecine de l Université de Sherbrooke). Entre autres, deux délégués de l AGEEMUS vous représentent et siègent au Conseil de la Vie Étudiante, où sont discutées les préoccupations des étudiants. Vous devrez élire aussi des délégués étudiants pour siéger sur différents comités, notamment le Conseil de la faculté et le comité des études médicales prédoctorales. Ces délégués étudiants ont comme mandat de participer aux échanges et d apporter leur point de vue comme étudiants. Ils ont aussi un droit de vote. Néanmoins, ils n ont pas comme mandat de représenter l opinion de toute la communauté étudiante, ce qui serait un souvent bien difficile à réaliser! Tous d anciens premiers de classe! Et voilà, vous voici désormais dans une classe d étudiants en médecine, tous ex-premiers et premières de classe. Bien qu une promotion donnée d étudiants puissent avoir une «personnalité» propre, les étudiants en médecine sont en général intelligents, sensibles, intéressés, lucides et «allumés». Vous avez pratiquement tous le potentiel de terminer votre cours de médecine et de faire un bon médecin. L immense majorité d entre vous terminerez votre cours de médecine avec succès. Les exclusions sont extrêmement rares, et surviennent s il y a des difficultés académiques récurrentes et sévères ou s il y a eu des conduites ou attitudes jugées incompatibles avec l exercice de la médecine. Vous allez d ailleurs avoir à accepter que les résultats des individus de ce groupe de premiers de classe se classeront selon une distribution typique de Gauss. Il y aura donc des étudiants qui demeureront au-dessus de la moyenne, une majorité se classera «dans la moyenne», et d autres obtiendront, probablement pour une première fois, un ou des résultats sous la moyenne. Pour certains, ceci peut représenter un certain deuil, et cela peut même affecter l estime de soi. Guide pratique pour futurs médecins - 3 -

4 Ceci peut se produire surtout si vos réussites scolaires comptaient à vos yeux comme une partie importante de votre valeur comme personne. Si c est le cas et que cela vous affecte significativement, il peut être aidant de consulter en psychologie. Une chose est certaine, des résultats récurrents sous la moyenne donnent des indices que quelque chose n est pas optimal. Ce peut être votre méthode d étude, une mauvaise compréhension des compétences à atteindre, ou l incapacité temporaire qu on a pu fournir pour se préparer et ce, pour toutes sortes de bonnes raisons. Si cela se produit, on doit tenter de mieux comprendre ce qui s est passé, par exemple, en révisant sa copie d examen, en assistant à la séance de discussion de l examen en groupe, ou en communiquant avec le ou la responsable de phase Des questions que plusieurs se posent Je parie que les questions que plusieurs se posent ne sont pas surtout des questions de contenu ou des questions d examen. Avec la méthode d apprentissage par problème, qui comporte de nombreux avantages pour favoriser la rétention des connaissances, plusieurs étudiants se demandent : «Est-ce que j en sais assez?», «Comment se fait-il qu il ou elle en sache plus que moi?» (en regardant son voisin pendant le tutorial), «Suis-je dans la moyenne?». En fait il est tout à fait normal de se demander jusqu où on doit aller dans ses lectures. Le fait d être consciencieux et perfectionniste est une qualité qui vous a certainement aidé à être admis en médecine, mais qui vous amènera à vous poser ces questions normales, surtout au début de vos études. Plusieurs étudiants qui avaient comme méthode d étude «tout apprendre parfaitement la matière recommandée» traversent une période d ajustement avec la méthode d APP. Il faut apprendre à prioriser et à déterminer éventuellement soi-même l importance relative de certains concepts, ce qui peut être inconfortable au début pour les personnes perfectionnistes. Après un certain temps, vous allez intuitivement trouver un équilibre. Vos résultats lors des premiers examens constituent aussi élément objectif qui vous permettra de vous situer et de vous ajuster au besoin. N oubliez pas que vos voisins de tutorial se posent souvent des questions semblables à celles que vous vous posez, même s ils n en n ont pas l air! «Qu en est-il du stress pendant le cours de médecine?» Il est normal que vous viviez un certain niveau de stress pendant votre cours de médecine. Il n est ni réaliste, ni souhaitable de ne pas avoir de stress en cours de formation. Mais demandezvous qu est-ce que le stress, pour vous? Dans certaines situations, le stress est une fébrilité, une excitation, proche de plaisir. Dans d autres situations, il s agit d une tension, d une décharge d adrénaline qui nous rend vigilant et concentré. Parfois, le stress rend les gens dans un état de torpeur, pas exemple lorsque les symptômes physiques reliés au stress génèrent une inquiétude supplémentaire, ou quand on n arrive plus du tout à se concentrer en raison de ce stress. Les étudiants en médecine rapportent que l évaluation constitue une source de stress importante. Le stress est inévitable et peut même constituer un moteur pour apprendre dans certains cas. Qui d entre nous n a pas réalisé apprendre beaucoup mieux quelques jours avant l examen? Il importe toutefois d apprendre à bien gérer son stress afin d éviter que celui-ci ne devienne contre productif. «Je ne semble pas aussi passionné par la médecine que les autres. Est-ce normal?» Guide pratique pour futurs médecins - 4 -

5 Si, en général, les étudiants en médecine éprouvent beaucoup de plaisir à découvrir la médecine et à faire des liens entre leurs connaissances, certains étudiants n éprouvent pas la même intensité dans cet «état de grâce». Or, culturellement, dans la communauté médicale, on parle volontiers et davantage de ce qui nous passionne et de ce qui est intéressant. Pourtant, il arrive régulièrement que des étudiants ou des résidents éprouvent de la difficulté à vivre ce même enthousiasme, se sentent différents et remettent même en question leur études médicales. La médecine est un métier noble, universel, essentiel pour les individus et les collectivités. Pratiquer la médecine, c est une carrière passionnante, importante, valorisante de tant de façons et en constante évolution (pour ne pas dire révolution!). Mais tout le monde en médecine ne vit pas nécessairement une grande jouissance intellectuelle à tous les jours. Par exemple, la vie de la salle d urgence ne ressemble pas à «ER» à la télévision américaine. Il y a des choses formidables, surprenantes, il y a les défis diagnostiques, thérapeutiques et relationnels. Mais il y a aussi des choses plus routinières et répétitives, à l instar de ce qui constitue le quotidien de plein d autres carrières. On peut tout à fait apprendre consciencieusement à devenir un bon médecin qui exercera de façon compétente son métier, sans être littéralement transporté de défi et de plaisir quotidiennement. Il arrive que certains étudiants en médecine n apprécient pas telle phase ou tel stage, en raison du contenu. Il peut être alors aidant de considérer la métaphore des arbres et de la forêt. Parfois, on accorde beaucoup d importance à «un» arbre alors que la médecine prend tout son sens lorsqu on la regarde comme une belle forêt. Néanmoins, si vous vous posez sérieusement des questions quant à votre motivation pour une carrière en médecine, il peut être intéressant de vous demander s il s agit d un phénomène temporaire, relié à d autres facteurs comme par exemple un excès de fatigue ou des épreuves dans votre vie personnelle. Il peut être aussi indiqué de se demander si votre niveau d intérêt sera suffisant pour justifier les efforts incontournables à fournir pour apprendre à devenir un médecin compétent et professionnel. «Je ne me rappelle de rien de ce que j ai étudié.» Plusieurs étudiants vivent une bonne dose d anxiété dans les heures qui précèdent l examen. Pour se «tester», certains d entre eux se demandent alors à brûle-pourpoint : «Qu est-ce que j ai retenu de ma phase?» Et là, c est le drame! On ne se souvient de rien!!! Il faut identifier que cette auto-question est une «pensée automatique», typique des syndromes anxieux. Il s agit d une sorte d illusion d optique qui risque de faire augmenter l anxiété parce qu on risque de vraiment croire qu on n a rien appris, alors que c est faux En fait, si on a bien préparé ses tutoriaux, bien fait ses schémas, et raisonnablement assez étudié, il est hautement probable que les «petites portes» des connaissances s ouvriront de façon appropriée au fur et à mesure que les questions d examen défileront. «Quand devient-on bon dans une matière?» Grande question! Le curriculum des études médicales est conçu pour favoriser l acquisition et le perfectionnement des compétences avec le temps. L apprentissage se dessine ainsi : on apprend des concepts, et bien qu on en «oublie» plusieurs avec le temps (et oui, c est normal!), c est à force de revoir et revoir ces concepts dans un vrai contexte clinique (l externat et la résidence) qu on les intègre à long terme et qu on les met efficacement en application. Même les premières années de la pratique constituent une période clé pour développer l expertise. Certains auteurs rapportent qu il faut 10 ans d expérience avant de devenir expert en quelque chose. Plusieurs étudiants s imposent la pression de penser qu il faut tout savoir dans une matière à la fin de la phase C est clairement irréaliste, voire même risqué de penser ainsi, puisque quand Guide pratique pour futurs médecins - 5 -

6 on est perfectionniste et qu on se fixe des buts inatteignables, je vous laisse imaginer ce qui peut arriver! Vaut mieux avoir une vision plus réaliste du niveau attendu de compétences à chacune des étapes de votre formation Toutefois, je vous accorde que ce n est pas toujours facile de se sentir «incompétent» en quelque chose, même si c est le point de départ pour apprendre! «Vais-je obtenir le poste de résidence que je convoite?» Voilà une grande question que plusieurs se posent, même si le choix de résidence n est pas encore tout à fait arrêté et qui génère chez certains beaucoup de stress. Certains étudiants disent même «Je suis stressé à l idée de ne pas avoir le poste de résidence que j aimerais même si je ne sais pas ce que j aimerais!!!» Plusieurs éléments entrent dans le processus qui mène à un choix de résidence mais en général il peut être aidant de savoir que l immense majorité des étudiants en médecine du Québec obtiennent un poste de résidence qui leur convient. Il y a tant de façons différentes d être heureux en médecine. Il y a donc de très fortes chances pour que j obtienne un poste de résidence qui corresponde à mes intérêts, mes capacités. «Des étudiants de ma promotion ont abandonné ou interrompu leur cours de médecine, est-ce à ce point difficile ou stressant?» Le fait d interrompre pour des raisons de santé ou de décider d abandonner le cours de médecine en cours d études, est un phénomène normal et prévisible, qui existe de longue date, et les causes en sont multiples. Certains étudiants autour de vous évalueront à un certain moment que la médecine ne leur convient pas comme choix de carrière. D autres décideront qu ils ne souhaitent pas fournir des efforts qu ils jugent trop importants par rapport aux «bénéfices» qu ils comptent en retirer. D autres encore éprouveront des problèmes de santé pour lesquels ils devront interrompre temporairement ou définitivement leurs études médicales, comme dans n importe quelle autre discipline. «Je présente tous les symptômes d une maladie grave, que faire?» Cette constatation n est pas rare chez les étudiants en médecine. On en sait souvent assez pour s inquiéter mais pas assez pour se rassurer. Si vous êtes préoccupé par votre santé physique ou mentale n hésitez pas à consulter un médecin en pratique afin que quelqu un avec expérience évalue la situation avec vous, effectue au besoin les tests appropriés et vous prenne en charge de façon adéquate. L école de médecine est aussi une formidable école de la vie Je rencontre parfois des étudiants en «panne». En panne d énergie, en panne de motivation, en panne de projet personnel. C est bien possible que cela se produise au cours d une vie. Parfois, ces creux de vague sont reliés à la difficulté pour ces étudiants de voir le sens de leur cheminement comme jeunes adultes ou comme étudiants en médecine. La pensée de ces étudiants m amène à vous parler d une autre facette de la médaille qui peut aider à traverser les passages plus difficiles. C est une facette qui permet de regarder à nouveau la «forêt», pas juste les «arbres». En effet, derrière l école de médecine, se trouve une formidable école de la vie. En effet, j ai appelé la Faculté «école de médecine», pour souligner que c est un endroit où on n arrête jamais d apprendre. Sur la science, bien sûr, mais aussi sur soi-même, et sur nos relations avec les autres. Certains étudiants trouvent que la médecine les fait atterrir sur la «planète maturité» bien rapidement, car tôt dans la formation, on côtoie déjà la vie, la mort, la souffrance, les drames humains. On fait aussi partie d une collectivité qui étudie, fait de la recherche, enseigne et travaille pour améliorer la santé des gens. Une communauté Guide pratique pour futurs médecins - 6 -

7 «internationale», une profession noble, utile, aidante. Quelle chance! Et puis, il y a des collègues étudiants et résidents qui partagent avec vous des épreuves, parfois des échecs, souvent des réussites, tout au long du cheminement. Avec eux, il y a aussi des professeurs, des mentors, des éducateurs et des ressources, qui sont là pour vous aider à acquérir les compétences requises et pour vous accompagner tout au long du parcours, dans la mesure où vous êtes ouverts à recevoir et à donner. Vous avez donc le pouvoir de profiter de votre formation médicale comme un tremplin extraordinaire pour devenir des adultes plus matures, engagés et qui mènent une vie plein de sens. On n arrête pas de grandir. Intérieurement, je veux dire. Quand on entre dans une école de médecine, on est, à quelques rares exceptions près, un jeune adulte. Mon expérience auprès des étudiants et résidents en médecine me fait réaliser combien grande est la tâche qu on doit accomplir au plan psychologique comme jeune adulte afin d accéder éventuellement à un sentiment d harmonie avec soi-même, de bien-être et de maturité, d accomplissement, tout en étant engagé dans une vie pleine de sens. Les étudiants et les résidents qui sont venus me rencontrer m ont appris quelques-unes de ces «tâches» qu on doit essayer d accomplir comme adulte : 1- Développer des idéaux forts, des positions passionnées.tout en apprenant à les nuancer et à composer avec le doute et l incertitude tout en étant capable d apprécier la moitié pleine du verre (et éviter de ne voir que sa moitié vide!). 2- Comprendre et cultiver qui on est tout en s acceptant comme on est tout en se donnant le droit d évoluer et de changer même si ça veut implique d en décevoir certains. 3- Se positionner comme adulte et s affirmer avec respect devant nos figures d autorité initiales, nos parents tout en tout en développant un rapport sain avec l autorité en général. 4- Prendre soin de soi, cultiver sa vie personnelle, jouir de la vie tout en reconnaissant qu être médecin comporte un engagement incontournable envers les hommes et les femmes de notre société, ce qui en fait une profession un peu différente des autres. 5- Reconnaître et respecter ses limites, être à l écoute de ses malaises tout en affrontant les épreuves inévitables que la vie nous apporte pour apprendre mieux à les traverser. Bref, tout un beau programme qui risque de durer au moins une vie La formation médicale et l appartenance à la communauté médicale offre tant de belles opportunités de grandir, à qui sait les voir et les saisir. C est un projet de longue haleine qui en vaut la peine. Et, en «grandissant» dans votre vie et dans cette communauté, vous faites doucement «votre place», vous apprenez à y voir ses qualités et ses défauts et vous vous engagez dans une profession extraordinaire. C est par votre engagement que vous aurez aussi le pouvoir de bâtir et d influencer la culture de votre communauté. Guide pratique pour futurs médecins - 7 -

8 Les études médicales pré-doctorales À la Faculté de médecine de l Université de Sherbrooke, le cours de médecine menant à l obtention du diplôme MD dure 4 années et comporte deux étapes : la formation préclinique, qui dure o en 1ère année, de septembre à juin o en 2 e année, de septembre à juin o en 3 e année, de septembre à décembre la formation clinique, qui s échelonne o de janvier de la 3 e année, à juin de la 4 e année (18 mois en tout) La formation pré-clinique C est pendant cette période que les étudiants étudient les différents systèmes du corps humain. Par la méthode de l apprentissage par problèmes (APP, pour les intimes), ils se réunissent en petit groupes où ils formulent des hypothèses sur un problème donné, puis vont étudier individuellement avant de revenir en groupe pour faire une synthèse de leurs apprentissages. Les étudiants apprennent aussi comment questionner les patients, ont à l occasion des cours magistraux sur des sujets donnés, et des ateliers cliniques. La formation clinique (externat) L externat est la dernière partie des études médicales pré-doctorales et on y réfère comme la formation clinique. Elle dure 18 mois, et est constitué d une série de stages en : médecine de famille et urgence, chirurgie, médecine interne, pédiatrie, psychiatrie, gynécologie-obstétrique santé communautaire deux stages sélectifs (chirurgie spécialisée, médecine spécialisée, pédiatrie spécialisée) trois stages optionnels (au choix) une semaine en anesthésie, en ORL et en ophtalmologie Les «externes» ont un statut d étudiants à temps plein, et ne sont pas rémunérés. Un des objectifs importants de l externat est de travailler le raisonnement clinique, soit l intégration dans la réalité clinique des différentes connaissances acquises pendant la première deuxième et le début de la troisième année. Concrètement parlant, on s attend à ce que les externes apprennent non pas seulement à recueillir des données mais aussi à les trier, à les prioriser pour ensuite générer un diagnostic différentiel. La séquence avec laquelle les externes effectuent leur stage est déterminée entre étudiants par un processus qui implique le hasard. Les étudiants souhaitent en général effectuer au moins un stage dans un domaine qui les intéresse avant la date limite pour les demandes de résidence, soit environ neuf mois après le début de l externat, ce qui donne le temps de mieux connaître les différentes disciplines médicales. Ils ont aussi l occasion de prévoir effectuer un stage optionnel dans une discipline qui les intéresse particulièrement ou dans laquelle ils éprouvent des besoins d apprentissage. Pendant l externat, le rythme de vie est très variable d un stage à l autre. Certains stages vont s accompagner de plus longues journées de travail, d autres moins. Les étudiants doivent Guide pratique pour futurs médecins - 8 -

9 assister régulièrement à des activités en petits groupes d ARC (apprentissage au raisonnement clinique) sur des thèmes prédéterminés. Quant aux gardes, elles sont en général jusqu à minuit, comme en médecine interne, en chirurgie, à l urgence. Le seul stage où les externes effectuent des gardes de vingt-quatre heures est le stage de gynécologie-obstétrique. Vous êtes susceptible d avoir une garde de vingt-quatre heures à toutes les deux semaines par exemple. Lors du suivi d une patiente qui va accoucher, il est tout à fait pertinent d être présent tout au long du travail et de l accouchement afin d apprendre le plus possible au niveau de la prise en charge d une patiente donnée. Quant aux vacances pendant l externat, il y a une semaine en juillet, et deux semaines pendant la période des Fêtes. La période d étude afin de se préparer aux examens finaux dure quatre semaines en avril-mai mais je n oserai pas appeler ceci des vacances! Des cours de préparation aux examens terminaux ont lieu pendant cette période, à raison de 2 à 3 demi-journées par semaine. Si vous deviez vous absenter (raison médicale, entrevue, ), vous devez évidemment aviser dès que possible le responsable de votre stage. S il s agit d une absence courte, vous pouvez n aviser que votre responsable de stage. Si l absence doit se prolonger plus de deux jours vous devez apporter une attestation médicale. Si elle dure plus que 25% de la durée totale de votre stage, votre stage sera considéré comme non-valide et vous devrez reprendre ce stage. Dans ce cas, vous devez aviser le secrétariat des études médicales pré-doctorales, au bureau des stages. En cours d externat, l évaluation comprend l évaluation de chaque stage et les résultats lors d examens de type ECOS. Les examens de la fin de l externat sont l examen de synthèse et l examen du Conseil médical du Canada, première partie (LMCC 1). La réussite de ces examens est un pré-requis à l obtention du diplôme MD et au début de la résidence en médecine. Le choix de résidence Peu importe quand débute le processus de réflexion personnelle qui va vous mener à votre choix de résidence, il culminera probablement pendant la première partie de l externat afin de déposer vos choix pour le 1 er novembre. Le processus qui mène à une décision réfléchie débute d abord par une auto-évaluation. Il s agit là de l étape la plus difficile car elle exige qu on se regarde très honnêtement. Nos véritables intérêts, nos véritables forces, nos véritables valeurs. Il faut savoir distinguer entre aimer l idée de faire quelque chose et faire véritablement ce métier. Il faut penser court terme, penser long terme, faire la différence entre la résidence et la pratique future, distinguer ce que les autres veulent pour nous et ce qu on veut véritablement pour nous-mêmes. Certains exercices sont intéressants à faire à ce moment-ci. Comme par exemple, on peut se demander quelle serait notre semaine idéale. «Quelle sorte d activités voudrais-je faire? Un travail plutôt manuel ou plutôt intellectuel? Avec des protocoles très bien établis ou des conduites qui sont à redéfinir à chaque patient qu on rencontre parce que chaque patient est unique? Avec quel type de clientèle est-ce que je veux pratiquer? Des enfants? Des femmes? Des personnes âgées? Une clientèle très variée?. Est-ce que la continuité des soins est très importante pour moi ou pas? Il s agit là de nombreux facteurs déterminants qui peuvent vous aider à cibler certains programmes de résidence et de pratique future. Heureusement, il y a bien plus qu une façon d être heureux et de s épanouir dans son travail. Même si on n obtient pas tel poste de résidence auquel on a rêvé, il est probable qu on aura un poste dans un domaine connexe dans lequel on développera un tout aussi grand intérêt. En plus, pour chaque spécialité ou pour la médecine de famille, il existe une multitude de façons de pratiquer; au point qu il est difficile d imaginer qu un individu ne trouvera pas ce qui lui convient. En effet, on peut être surtout clinicien, faire de l enseignement, effectuer de la recherche, Guide pratique pour futurs médecins - 9 -

10 travailler en groupe ou en solo, en région ou en centre urbain. Toutes ces caractéristiques différentes définissent des pratiques très différentes. La médecine de famille Ce sera une question importante pour plusieurs d entre vous. Je vous propose de vous parler un peu de la médecine de famille car c est un domaine qui est méconnu au CHUS Hôpital Fleurimont où les médecins traitants sont des spécialistes qui ont peu l occasion de côtoyer des médecins de famille, sauf en obstétrique. Dans la plupart des hôpitaux du Québec, les médecins traitants sont des médecins de famille qui assurent toute la première ligne des soins de santé, la couverture dans les urgences, et une partie de la deuxième ligne (obstétrique, soins aux personnes âgées, chirurgie mineure, etc.). Si on entend encore malheureusement des commentaires péjoratifs au sujet de la médecine de famille, s il-vous-plaît, ne vous laissez pas impressionner. Les médecins de famille qui travaillent sont convaincus de la très grande importance et de la qualité du travail qu ils réalisent au quotidien. Le programme de médecine de famille vise à former des cliniciens compétents, sachant tenir compte de l ensemble de la condition du patient dans la prise en charge, avec le souci de répondre aux besoins de la population qu il dessert. Les médecins de famille sont des médecins qui savent gérer des situations complexes de la santé des gens en tenant compte de l ensemble du patient, tout en sachant reconnaître les signaux d alarme et les urgences. Les résidents en médecine de famille sont exposés à la médecine hospitalière, aux soins aux personnes âgées, à la clientèle suivie au bureau, la clientèle en sans rendez-vous, aux groupes de médecins de famille, à la clinique des jeunes, à l obstétrique, à la pédiatrie, à la psychiatrie, à l urgence, à la gynécologie, aux pathologies de l appareil locomoteur, pour n en nommer que quelques-uns. L exposition est très diversifiée, les clientèles le sont aussi allant du nouveau-né jusqu à la personne âgée ou en soins palliatifs. Pendant leur résidence, les résidents en médecine de famille doivent apprendre à connaître et respecter leurs limites et à travailler en complémentarité avec ses collègues spécialistes consultants. Ils ont la possibilité de développer leurs compétences dans des secteurs qui les intéressent plus particulièrement comme par exemple l urgence ou l obstétrique mais sont d abord et avant tout des médecins polyvalents de première ligne. Pour obtenir plus d informations au sujet de la médecine de famille ou de la spécialité ainsi que le processus de choix de résidence, les adjoints à la vie étudiante vous rencontreront au début de votre troisième année afin de répondre à vos questions, vous donner certains conseils pratiques, et vous diriger vers les ressources pertinentes. Le décret ministériel des postes de résidence Au Québec, l immense majorité des finissants en médecine obtiendront un poste de résidence. À chaque année, il y a un décret ministériel qui détermine le nombre de postes en médecine de famille et en spécialité. Pour les spécialités, celles-ci sont classées en quatre grandes catégories : A, B, C et D (A étant celle où il y a le plus de besoins, D étant celle où il y a le moins de besoins). Ces nombres de postes sont déterminés suite à différentes consultations politiques qui tiennent compte des besoins de la société, les départs à la retraite et des pressions des associations professionnelles. Changements de programme de résidence Une fois le processus de sélection terminé, il est extrêmement difficile et complexe de changer d un programme de résidence pour un autre. En effet, plusieurs règles rigides entourent ces procédures, rendant le changement parfois impossible. Le CARMS est le système de placement des résidents au niveau canadien tant en médecine de famille qu en spécialité. Lorsqu un résident s inscrit dans le CARMS pour y faire une demande de résidence, il soumet la liste en Guide pratique pour futurs médecins

11 ordre de préférence de tous les programmes (un programme = une discipline + le lieu de formation) qui l intéresse et il s engage sur son honneur à prendre le poste qui lui sera attribué. S il devait se désister du processus une fois qu il est enclenché, il ne pourra plus jamais appliquer dans le CARMS, excluant ainsi la possibilité d effectuer un programme de résidence n importe où au Canada. Les détails de ces systèmes d attribution des postes de résidence vous seront plus en détail lors de l atelier d orientation professionnelle offerte au début de la troisième année. Le statut du résident Les résidents ont un double statut: celui d étudiant à temps plein et celui de travailleur salarié. Bien oui! Les résidents sont des étudiants à temps plein de l Université de Sherbrooke et paient donc des frais de scolarité mais ont aussi droit à tous les services offerts par l Université de Sherbrooke. Ils sont aussi employés de l hôpital où ils travaillent, sont rémunérés pour le travail clinique qu ils effectuent qui leur permet d acquérir les compétences nécessaires à leur pratique future. Les résidents sont syndiqués, ils ont une convention collective qui définit leurs conditions de travail et leur salaire. Leur association est la Fédération des Médecins Résidents du Québec, la FMRQ, qui négocie avec le gouvernement les dispositions de la convention collective des résidents. Pour plus d informations, visitez le site Le résident a un permis de pratique «restrictif», c'est-à-dire qu il peut effectuer des actes médicaux et faire des prescriptions, mais uniquement dans le cadre de sa formation et sous la supervision d un professeur. Contrairement aux externes, les résidents peuvent donc signer des prescriptions sans qu elles ne soient contresignées par un superviseur. Lorsque le résident a une séquence de stage déterminée, le Collège des Médecins du Québec émet une carte de stage qui indique le lieu du stage et les dates du stage impliqué. Les conditions de travail en résidence Bien que la convention collective stipule certains incontournables, le nombre d heures travaillées et le niveau de responsabilités qui est confié aux résidents varie considérablement d un stage à l autre et dépend de plusieurs éléments. Entre autres, il dépend de la quantité de travail clinique à accomplir dans un stage donné, le nombre d étudiants de résidents en stage au même moment, et le niveau du résident. Quant aux gardes, la convention collective indique un nombre maximal de gardes comme par exemple maximum 7 gardes sur place de 24 heures par période de 28 jours et maximum de deux fins de semaine de garde impliquée par période de 28 jours. Les résidents ont non seulement le droit d être libérés de leur tâche clinique le lendemain de leur garde, mais doivent le faire. En effet, cette disposition de la convention collective a été négociée suite à des études démontrant que les performances cognitives diminuent significativement après un manque d heures de sommeil. Toutes les listes de garde des résidents d un établissement doivent passer par la direction des services professionnels afin de vérifier la conformité avec la convention collective et sont remises à la FMRQ pour vérifier la conformité. Des pénalités s appliquent aux établissements dont les résidents en lendemain de garde effectuent des prescriptions dans les dossiers hospitaliers. Dans les faits, certains résidents ne se prévalent de leur «lendemain de garde», soit parce qu ils veulent profiter de l exposition clinique du lendemain, soit parce que leur groupe impose une certaine pression quant à l importance de leur présence. Néanmoins, la plupart des résidents sont d avis que cette façon de faire n aide en rien la cause des résidents en général. Pendant les gardes, les résidents doivent avoir un niveau de responsabilités approprié à leur niveau. Par exemple, les résidents I en médecine interne couvrent les soins intensifs médicaux Guide pratique pour futurs médecins

12 pendant leur garde. Ce sont les résidents II en médecine interne qui vont couvrir les codes dans l hôpital et à la salle d urgence. Les «codes» font référence aux situations d arrêts cardiorespiratoires. Ils sont identifiés sur les téléavertisseurs des médecins de garde par un «code» qui est envoyé par les réceptionnistes à tous les intervenants responsables désignés. Ceux-ci doivent se dépêcher sur les lieux sans tarder. Pyramide d enseignement La notion de pyramide en enseignement fait référence aux différents niveaux des étudiants et des résidents. De «haut» en «bas» de la pyramide d enseignement se trouvent : le patron, les résidents seniors, les résidents juniors, les externes. Les externes et les résidents juniors sont souvent appelés en première ligne pour évaluer les cas et vont en discuter avec la personne au-dessus d eux dans la pyramide d enseignement. On constate donc que les résidents sont appelés à faire beaucoup d enseignement auprès des plus jeunes. Les résidents seniors, les R III, R IV et R V ont une certaine responsabilité de coordination des activités académiques par exemple. Bénéfices marginaux La rémunération des résidents s échelonne de $ à $ par année. Elle est déterminée par les dispositions d une convention collective. Les résidents ont droit à 20 jours de vacances par année, 9.6 jours de congé maladie (lesquels sont payés à la fin de l année s ils n ont pas été utilisés) 13 congés fériés (lesquels peuvent être soit repris en congés ou payés si le résident a travaillé ces journées-là), 10 jours d études (ces journées ne peuvent être prises que lors des années qui comportent un examen terminal, ou un cours de type ACLS ou ATLS ). Aspects intéressants de la résidence La résidence est une période stimulante et unique dans la vie d un médecin car c est là qu on apprend concrètement le métier qu on a choisi. Imaginez! Du travail-études, en clinique, où l objectif principal est de devenir un médecin compétent pour exercer un jour son métier de façon autonome. On a plusieurs responsabilités importantes, qui vont croissant avec l avancement de notre résidence. On essaie de nouvelles techniques pour la première fois, on vit des réussites, on devient meilleur. On passe d un stage à l autre, découvrant les différentes facettes de notre discipline et côtoyant différents superviseurs, qui ont chacun des habiletés et des façons de faire qui leur sont propres. On développe son propre savoir-faire et savoir-être. Tous les cas vus sont discutés avec un médecin superviseur responsable (souvent appelé «patron») qui a la responsabilité ultime des patients vus et pris en charge par son équipe de résidents. Les résidents peuvent aussi compter sur des dispositions de leur convention collective qui encadre leurs conditions de travail et détermine leur rémunération. Aspects difficiles de la résidence Guide pratique pour futurs médecins

13 La résidence est certes stimulante, mais elle constitue aussi une période exigeante de la vie professionnelle. Elle est aussi souvent vécue comme étant stressante. Les résidents sont par définition en apprentissage. Il est parfois inconfortable de sentir qu on a encore beaucoup à apprendre, qu on n est pas aussi bon aussi rapidement qu on le souhaiterait, qu on est dépendant de la supervision de personnes qui ont davantage d expérience. Les résidents, en passant d un stage à l autre, doivent acquérir régulièrement de nouvelles compétences et s adapter à une nouvelle matière et à des nouveaux patrons. Le fait de changer d hôpital demande une adaptation quant à façon de faire qui est propre à chaque milieu. Certains résidents trouvent difficile de concilier leur travail de résidents et leur vie personnelle. Plusieurs effectuent de grosses semaines de travail, sont parfois appelés la nuit et les fins de semaine. De plus, les résidents ne sont pas maîtres de leur horaire. Les listes de garde sont conçues par les résidents coordonnateurs et la charge de travail est dictée par les médecins superviseurs. Certains résidents trouvent aussi difficile de devoir composer avec des médecins superviseurs différents qui ont des points de vue et des façons de faire différentes. Dans le but de «plaire» ou du moins ne pas déplaire à leurs superviseurs, ils sont ceux qui offrent l exposition clinique, qui exigent les évaluations et qui vont éventuellement écrire des lettres de recommandation, plusieurs résidents composent parfois des situations qu ils jugent très difficiles voire même inacceptables sans en parler, ce qui est regrettable. Il existe en effet des ressources pour traiter de ce genre de situation : les adjoints à la vie étudiante, les directeurs de programme, le vice doyen aux études médicales postdoctorales. L agrément des programmes de résidence Chaque programme de résidence est soumis à intervalles réguliers à un processus qui s appelle l agrément. L agrément est une évaluation approfondie et rigoureuse des programmes et se déroule habituellement tous les six ans si le programme en question ne présente pas de faiblesse notable. Cette évaluation, qui prend souvent l allure d un «examen», est réalisée conjointement par le Collège des Médecins du Québec et le Collège Royal des Médecins Chirurgiens du Canada pour les spécialités ou du Collège des Médecins de Famille Canadiens pour la médecine de famille. L agrément est un processus qui est en quelque sorte garant de la qualité de la formation pendant la résidence. La visite d agrément prend la forme d une semaine de rencontres entre les représentants des Collèges et les professeurs, les étudiants, les directeurs de programme, le vice-doyen. On pose des questions concernant la quantité et la qualité de l exposition clinique, la qualité de l encadrement pédagogique et des activités académiques. On vérifie que les compétences des résidents diplômés d un programme donné répondent aux normes des organismes d agrément. Lors de ce processus, l opinion des résidents importe beaucoup pour les visiteurs et pèse lourd dans l évaluation qui sera faite d un programme. Un programme qui ne satisfait pas aux critères d un agrément complet est susceptible de recevoir un agrément provisoire, ce qui constitue un avertissement clair d apporter rapidement des correctifs au programme. Dans ce cas, les visiteurs peuvent exiger un suivi écrit ou en personne par exemple deux ou trois ans après la visite afin de s assurer que les changements requis ont été faits. Par exemple, un programme où sévit du harcèlement psychologique des résidents et où le programme n a pas tout mis en oeuvre pour régler cette problématique, est même susceptible de voir son agrément retiré. Congé de maternité pendant la résidence Les résidentes enceintes, en tant que travailleuses employées, bénéficient des mêmes avantages sociaux que toute autre travailleuse salariée, soit 52 semaines de congé de maternité et de congé parental payé par l assurance emploi. Guide pratique pour futurs médecins

14 La convention collective des résidents stipule aussi que les résidentes ne doivent plus effectuer de garde à partir de la 24 e semaine de grossesse. Par ailleurs, les résidentes enceintes sont éligibles au programme «pour une maternité sans danger» de la Commission de Santé et Sécurité au Travail (CSST), programme autrefois appelé le «retrait préventif». Si la résidente décide de se prévaloir des conditions recommandées par le médecin de la santé publique et qui vise à la protéger elle et son enfant à venir, plusieurs conditions s'appliquent. Par exemple, la semaine totale de travail ne doit pas dépasser quarante heures, il doit y avoir un maximum de huit heures par jour, il ne doit plus y avoir de travail de nuit, la travailleuse doit être immune contre la rubéole, l hépatite B, la varicelle, le parvovirus B19, etc. Dans les faits, si l employeur respecte ces différentes consignes, la travailleuse est donc considérée comme étant réaffectée et peut rester à son lieu de travail. Néanmoins, très peu de stages permettraient l atteinte des objectifs tout en respectant toutes ces consignes. Donc, si une résidente décide de se prévaloir de ce programme, elle serait en arrêt de travail pour la durée de sa grossesse, payée par la CSST jusqu à son accouchement, ce qui serait ensuite suivi par son congé de maternité et parental. Dans les faits, plusieurs résidentes choisissent de ne pas se prévaloir de ce programme dans son entièreté ou plutôt de l adapter partiellement en collaboration avec leur directeur de programme afin d éviter une absence d un an et demi ou plus de son milieu d études et de travail. Avoir ou non un bébé pendant la résidence Plusieurs futurs médecins se demandent si la résidence est un bon moment ou non pour avoir une grossesse. Il s agit là d une décision très personnelle. Plusieurs résidentes sont rendues à un moment de leur vie où elles souhaitent avoir une grossesse et envisagent positivement d avoir un revenu stable pendant toute la durée de leur congé maternité qui est d une durée intéressante. Explorons donc différentes facettes de cette question. Les femmes médecins en pratique privée trouvent parfois difficile d arrêter pour un congé maternité alors qu elles ont entrepris leur pratique puisqu elles ont possiblement des frais de bureau et des engagements financiers à respecter, ou une participation dans une équipe de travail ne lui permet pas de s absenter le temps qu elle souhaiterait. Néanmoins, au niveau financier, toute femme médecin en pratique fait un revenu suffisant pour lui permettre d absorber quelques mois sans salaire pendant son congé maternité. Il ne s agit que de planifier un peu à l avance. Certaines résidentes qui deviennent enceintes pendant leur résidence vont parfois éprouver de la culpabilité quant au fait que leur diminution de tâches ou leur congé maternité aura un impact sur la charge de travail de leurs collègues résidents qui devront probablement assumer davantage de garde pendant cette période. Néanmoins, l évolution des mœurs ainsi que le nombre croissant de femmes en médecine contribuent à ce que les équipes de travail ont tendance à adopter une attitude plus philosophe face à cette éventualité. Le premier trimestre de la grossesse vient souvent avec de la fatigue et des nausées et constitue donc une période où il n est pas toujours facile d être énergique, souriante et intéressée comme résidente. Certaines vont aussi trouver qu un arrêt de quelques mois pendant la résidence constitue un désavantage quant à l acquisition des connaissances et la performance aux examens terminaux. Avoir un jeune enfant à un moment de la vie où on a peu de contrôle sur nos horaires de travail et de garde, sur des stage qui s effectueront parfois en région éloignée, est une réalité qui peut être vécue difficilement par certaines jeunes femmes médecins Vous aurez certainement l occasion d en discuter avec des résidentes qui auront choisi l une ou l autre des options et de vous faire votre propre idée à ce sujet. En pratique, il est de plus en plus Guide pratique pour futurs médecins

15 commun et accepté de voir des patients des résidentes arborer fièrement leur ventre de femme enceinte. Les résidents peuvent évidemment aussi devenir père pendant leur résidence. Contrairement à une croyance largement répandue, ils peuvent aussi bénéficier d un congé parental de quelques semaines ou mois si leur conjointe est éligible à l assurance emploi. La nombre de semaines de congé parental pris par les deux parents s additionnent et comporte un maximum de semaines, mais bien des couples envisagent positivement que le papa s implique plus intensément et précocement dans la vie de leur enfant. Les PREM L acronyme PREM désigne les Plans Régionaux d Effectifs Médicaux. Dans chacune des régions administratives du Québec, à chaque année, les Agences de la santé en collaboration avec le Ministère déterminent le nombre de médecins autorisés à pratiquer dans cette région pour chacune des disciplines en médecine de famille et en spécialité. Cette mesure vise à répartir de façon équitable entre les différentes régions du Québec les ressources humaines en médecine. En pratique, cette mesure s avère assez anxiogène pour plusieurs résidents qui ne savent souvent pas quel sera le lieu de leur pratique jusqu à quelques mois avant la fin de leur résidence. De façon spécifique, même si le souhait d un jeune médecin est de vivre dans telle ou telle région du Québec pour toutes sortes de raisons personnelles ou professionnelles, il est possible que cette région ne puisse pas l accueillir au début de sa pratique en raison du PREM qui prévaudra à ce moment. Les AMP Les médecins de famille ou généralistes doivent inclure dans leur pratique des AMP, des activités médicales particulières. Actuellement, ceci implique qu ils doivent effectuer une partie de leurs activités professionnelles dans l un des secteurs suivants : urgence, médecine hospitalière, obstétrique CHSLD/maintien à domicile. Le nombre d heures qui doivent être consacrées aux AMP dans une semaine de travail dépend du nombre d années en pratique. Moins de 15 ans de pratique : 12 heures d AMP par semaine Entre 15 et 20 ans de pratique : 6 heures d AMP par semaine. Plus de 20 ans de pratique : 3 heures d AMP par semaine. Ceux qui choisissent de ne pas adhérer à l entente sur les AMP voient leur rémunération coupée de 30%. Pour plus d informations, visitez le site : Les assurances pendant les études en médecine et la résidence L Assurance-invalidité Assurabilité : capacité ou facilité à contracter une assurance. Peut impliquer d attester d un bon état de santé actuel et passé. Guide pratique pour futurs médecins

16 Il peut être avantageux pour les résidents en médecine de contracter une assurance-invalidité tôt dans leur vie. Il est alors probable que le candidat soit toujours exempt de toute détérioration de son assurabilité. Ce faisant, il pourra aisément souscrire et conserver la protection souhaitée, cela sans égard à ce que la vie lui réservera. La vie étant ce qu elle est, la détérioration de l assurabilité peut survenir dans la vie de tout jeune adulte. Elle peut survenir suite à l apparition d antécédents médicaux, psychologiques ou physiques. Elle peut aussi être attribuable à des habitudes de vie à risque, aux yeux des émetteurs (les compagnies d assurances), tels que la pratique de sports dangereux, l usage de drogue, le dossier de conduite de véhicule automobile défavorable. Il faut se rappeller En conséquence, il est légitime que certains soient sensibles à cette réalité et veuille s en prémunir. Il y a deux types d assurance-invalidité : L assurance individuelle (qu on doit contracter soi-même) L assurance collective (qu on doit souscrire par l entremise d un tiers qui détient la police, en l occurrence l employeur). Les médecins résidents bénéficient d une couverture une assurance invalidité par le biais de leur employeur, l hôpital. Une fois en pratique, la FMOQ (Fédération des médecins omnipraticiens du Québec) et la FMSQ (Fédération des médecins spécialistes du Québec) peuvent offrir la possibilité au nouveau médecin en pratique d obtenir une couverture sans exigence dans les 6 premiers mois de pratique. Mais n oubliez pas de vous informer préalablement des conditions en vigueur! Par exemple, si on dépasse un certain délai, les exigences à satisfaire peuvent compliquer la demande au point de la compromettre. (On connaît des situations malheureuses où le jeune médecin en pratique n a pu s assurer faute d avoir obtenu son assurance collective dans les délais requis). Ces deux types d assurance peuvent coexister dans des proportions qui peuvent varier avec le temps, Il s agit en bref : la somme des prestations venant des deux = idéalement le maximum autorisé soit près de 70% de la rémunération habituelle Les proportions adéquates de chacune dépendent des préoccupations et des besoins (la couverture déjà en place peut restreindre les choix). L assurance collective offrira la protection la moins dispendieuse à court terme et celle individuelle sera économique à long terme. Cette proportion sera déterminée par un courtier en assurance intègre et consciencieux Les produits disponibles sur le marché varient dans le temps en fonction de l offre et de la demande (et oui!). Ce qui n existe pas aujourd hui existera peutêtre demain. 1- de trouver un courtier d assurance digne de confiance et familier avec l assurance invalidité 2- de lui demander de chercher s il existe sur le marché un ou des produits d assurance qui correspondent aux besoins, c'est-à-dire, a. avec preuve d assurabilité minimale (pas de vérification de dossier médical, pas de questionnaire trop élaboré sur tes antécédents), b. qui comprendrait aussi un avenant qui permettrait une fois rendue en pratique, d augmenter la couverture en cas d invalidité, sans preuve d assurabilité Guide pratique pour futurs médecins

17 supplémentaire (outre le respect des exigences financières). Une fois le produit d assurance obtenu, c est le même contrat qui s applique, donc toujours pas besoin de preuve d assurabilité complémentaire. c. Si ce produit d assurance n existe pas actuellement sur le marché, on peut lui demander de rester aux aguets et de te prévenir au cas où il deviendrait éventuellement disponible. 3- de garder ce contrat pendant toute la résidence et la pratique, tant que l on souhaite conserver cette garantie minimum. Donc, on contracte une police d assurance invalidité pendant la résidence, quand on est jeune et que s assurer est plus facile, pour peut-être en bénéficier plus tard, lorsque s assurer sera peut-être plus difficile et assurément plus cher. À qui s adresser pour obtenir des services de qualité? Il existe des entreprises de courtage d assurances qui bénéficient d une excellente réputation, comme Gestion MD, Dale-Parizeau et Sogemec. Vous en connaissez certainement d autres qui offrent d excellents services. Néanmoins, les courtiers d assurance qui travaillent pour ces entreprises, aussi compétents soient-ils, peuvent être limités dans le choix des produits qu ils offrent à leur clientèle, n offrant que certains produits d assurance, «leurs» produits. Afin d obtenir le ou les produit d assurance qui corresponde le plus à vos besoins aux différents moments de votre vie, il peut être judicieux de «magasiner» auprès de différentes firmes. Sinon, il existe bien sûr la possibilité de s adresser à un courtier en assurances indépendant, qui n est pas lié à une firme précise, et qui a donc la liberté de chercher sur le marché le ou les bons produits d assurance qui répondent à vos besoins. Cette personne devra chercher pour vous ces produits, et effectuer les calculs requis tenant compte de vos besoins en assurance individuelle en tenant compte de vos assurances collectives. Cette personne devrait pouvoir vous conseiller dans votre meilleur intérêt, en tenant compte du rapport coût-bénéfices (pour vous!) des produits qu elle vous proposera. Pour trouver cette perle rare, vous pouvez demander des références à des proches ou vous adresser au PAMQ ( ). L assurance-vie Les cas où sont réunies les raisons de contracter une assurance-vie pour le jeune adulte sont rares. Les principaux besoins demeurent : Assurer une sécurité financière à ses enfants, son conjoint (mais peu d étudiants en médecine sont rendus là ) Couvrir les frais éventuels reliés à son propre décès (funérailles, ) Couvrir la marge de crédit et les dettes de toutes sortes (mais au pire, la famille pourrait toujours renoncer à la succession si les dettes sont trop élevées et cela ne les empêche même pas de garder des objets sentimentaux.) Se prémunir contre la détérioration de son assurabilité. Il y a rarement pertinence à contracter une assurance- vie lorsqu on est étudiant en médecine. Mais les choses changeront au cours de la vie, d où l importance d être bien conseillé. Guide pratique pour futurs médecins

18 Petit lexique CHSLD : Centre hospitalier de soins de longue durée CHUS: Centre Hospitalier Universitaire de Sherbrooke CLSC: Centre local de services communautaires (les CLSC n «existent» plus. Ce qui était autrefois les CLSC font maintenant partie d une entité plus grande qui s appelle CSSS) CMFC: Collège des médecins de famille du Canada CMQ: Collège des médecins du Québec. Centre de santé et de services sociaux (en bref, résulte de la fusion d un ou + CLSC avec un hôpital régional à proximité) CRMCC: Collège Royal des médecins et chirurgiens du Canada https://www.medical.org/u/index_f.php IUGS : Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke LMCC : Licence du Conseil médical du Canada Guide pratique pour futurs médecins

GUIDE DE L'UTILISATEUR

GUIDE DE L'UTILISATEUR GUIDE DE L'UTILISATEUR LE PLAN D AUTOGESTION DU DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL CONTINU EN CINQ ÉTAPES Pour pouvoir donner des soins de qualité aux patients tout au long de sa carrière professionnelle, le

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Formulaires et demandes d information les obligations

Formulaires et demandes d information les obligations Fédération des médecins omnipraticiens du Québec Formulaires et demandes d information les obligations Michel Desrosiers AVEZ-VOUS DÉJÀ HÉSITÉ à remplir un formulaire médical que vous tendait un patient,

Plus en détail

Mes droits parentaux et le Régime québécois d assurance parentale (RQAP)

Mes droits parentaux et le Régime québécois d assurance parentale (RQAP) Quebec Provincial Association of Teachers l Association provinciale des enseignantes et enseignants du Québec Mes droits parentaux et le Régime québécois d assurance parentale (RQAP) Renseignements généraux

Plus en détail

GUIDE DU NOUVEL EMPLOYÉ Personnel enseignant régulier et à contrat. Au service de la réussite de chacun. Commission scolaire des Draveurs

GUIDE DU NOUVEL EMPLOYÉ Personnel enseignant régulier et à contrat. Au service de la réussite de chacun. Commission scolaire des Draveurs Commission scolaire des Draveurs GUIDE DU NOUVEL EMPLOYÉ Personnel enseignant régulier et à contrat Au service de la réussite de chacun N.B. Dans le présent texte, le générique masculin est utilisé sans

Plus en détail

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC UNE PRIORITÉ DE LA POLITIQUE DE PÉRINATALITÉ (2008-2018) Mémoire présenté aux membres de la commission parlementaire de la santé et des services sociaux Préparé par

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

Modifications à l entente particulière relative à l assurance responsabilité professionnelle

Modifications à l entente particulière relative à l assurance responsabilité professionnelle 088 À l intention des médecins omnipraticiens 15 juillet 2013 Modifications à l entente particulière relative à l assurance responsabilité professionnelle La Régie vous présente les modifications apportées

Plus en détail

Mes droits parentaux et le Régime québécois d assurance parentale

Mes droits parentaux et le Régime québécois d assurance parentale Quebec Provincial Association of Teachers L Association provinciale des enseignantes et enseignants du Québec (RQAP) et le Régime québécois d assurance parentale Mes droits Ce guide destiné au personnel

Plus en détail

Section soutien des Patriotes SALARIÉE ET SALARIÉ TEMPORAIRE. (autre qu en service de garde)

Section soutien des Patriotes SALARIÉE ET SALARIÉ TEMPORAIRE. (autre qu en service de garde) DE-02-03-04 Section soutien des Patriotes SALARIÉE ET SALARIÉ TEMPORAIRE (autre qu en service de garde) La convention collective et les arrangements locaux S3 2000-2002 Fédération du personnel de soutien

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire Guide du programme Juin 2008 Attributs du diplômé de la Colombie-Britannique Au cours de consultations qui se sont échelonnées sur toute une année dans l ensemble de la province, des milliers de citoyens

Plus en détail

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Cet outil offre aux conseillers en orientation professionnelle : un processus étape par étape pour réaliser une évaluation informelle

Plus en détail

RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS. Faculté des lettres et sciences humaines

RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS. Faculté des lettres et sciences humaines RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS Faculté des lettres et sciences humaines PRÉAMBULE Ce règlement facultaire sur la reconnaissance des acquis s inscrit dans le cadre de la Politique

Plus en détail

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à :

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à : Ma vie Mon plan Cette brochure est pour les adolescents(es). Elle t aidera à penser à la façon dont tes décisions actuelles peuvent t aider à mener une vie saine et heureuse, aujourd hui et demain. Cette

Plus en détail

Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue

Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue Cette section vous propose une synthèse des questions les plus susceptibles d être posées en entrevue de sélection. Cette section peut vous aider lors de

Plus en détail

Adoptée : En vigueur : Amendement :

Adoptée : En vigueur : Amendement : SCOLARISATION À LA MAISON Adoptée : En vigueur : Amendement : 9 novembre 2010 (CC-2010-463) 9 novembre 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. DISPOSITIONS GÉNÉRALES.. 3 1.1 Objet et but de la politique 3 1.2 Champ

Plus en détail

AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) DOCUMENT DE PRÉSENTATION

AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) DOCUMENT DE PRÉSENTATION AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) DOCUMENT DE PRÉSENTATION NOVEMBRE 2010 PRÉAMBULE L agrément des programmes constitue un exercice important qui permet non

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE TABLE DES MATIÈRES Alternance travail-études au niveau collégial... 5 Rôles et responsabilités de chacun... 6 Avantages de l alternance travail-études... 7 Situations particulières...

Plus en détail

Modifications à l entente particulière relative à l assurance responsabilité professionnelle

Modifications à l entente particulière relative à l assurance responsabilité professionnelle 197 À l intention des médecins omnipraticiens 27 novembre 2014 Modifications à l entente particulière relative à l assurance responsabilité professionnelle Amendement n o 139 La Régie vous présente les

Plus en détail

Régie des rentes du Québec 2006. En cas

Régie des rentes du Québec 2006. En cas Régie des rentes du Québec 2006 En cas Profitez de nos services en ligne Le relevé de participation au Régime de rentes du Québec ; SimulRetraite, un outil de simulation des revenus à la retraite ; La

Plus en détail

RÈGLEMENT N O 7 DÉTERMINANT LES DROITS ET LES FRAIS EXIGIBLES DES ÉTUDIANTS

RÈGLEMENT N O 7 DÉTERMINANT LES DROITS ET LES FRAIS EXIGIBLES DES ÉTUDIANTS RÈGLEMENT N O 7 DÉTERMINANT LES DROITS ET LES FRAIS EXIGIBLES DES ÉTUDIANTS Adopté par le conseil d administration le 16 juin 2015 (résolution numéro CA-015-0942) et déposé au ministère de l Éducation,

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

La relève on y croit! FOIRE AUX QUESTIONS Niveau secondaire

La relève on y croit! FOIRE AUX QUESTIONS Niveau secondaire La relève on y croit! FOIRE AUX QUESTIONS Niveau secondaire 1- Quels sont les préalables à compléter au secondaire afin d être admissible au cégep? L important, c est d obtenir un diplôme d études collégiales

Plus en détail

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses Cet outil a pour but de présenter dix questions d entrevue typiques et le type de réponse qui constitue une réponse concise et réfléchie. Ces questions sont parmi les plus difficiles posées en entrevue.

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Politique des stages. Direction des études

Politique des stages. Direction des études Direction des études Service des programmes et de la réussite scolaire Politique des stages Recommandée par la Commission des études du 6 décembre 2011 Adoptée par le conseil d administration du 15 mai

Plus en détail

Vancouver Calgary Winnipeg Toronto Ottawa Montréal Québec Halifax. Voie Réservée MC. Le défi de la gestion de l invalidité.

Vancouver Calgary Winnipeg Toronto Ottawa Montréal Québec Halifax. Voie Réservée MC. Le défi de la gestion de l invalidité. Vancouver Calgary Winnipeg Toronto Ottawa Montréal Québec Halifax Voie Réservée MC Le défi de la gestion de l invalidité Guide du preneur Table des matières INTRODUCTION L absentéisme au 21 e siècle...

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

Faire parvenir les documents suivants à l agent de soutien du programme

Faire parvenir les documents suivants à l agent de soutien du programme Reconnaissances des acquis Crédits d équivalence et exemptions Prendre note : Il n y a aucun frais associés au processus d évaluation du dossier Tous les participants au programme doivent obtenir des crédits

Plus en détail

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Commentaires du Conseil du patronat du Québec dans le cadre de la consultation sur l accessibilité

Plus en détail

Planification stratégique 2012 2015

Planification stratégique 2012 2015 Faculté de médecine Département de chirurgie Planification stratégique 2012 2015 Luc Valiquette MD Directeur du département Travail de L. Conrad Pelletier MD, MBA Conseiller en gestion 22 octobre2012 Introduction

Plus en détail

de l élève Janvier 2014

de l élève Janvier 2014 Le uide de l élève Janvier 2014 Les cours, les horaires, la gestion du temps, la cote R, les cours d été, les dates butoirs, etc. C est beaucoup d informations nouvelles! Être bien informé sur les études

Plus en détail

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Contexte Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC) souscrit aux principes d Approvisionnement

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations LA SCOLARISATION À LA MAISON Orientations Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2010 ISBN 978-2-550-57703-4 (PDF) Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du

Plus en détail

Formulaire d évaluation du stage d expérience pratique - cheminement CPA, CGA

Formulaire d évaluation du stage d expérience pratique - cheminement CPA, CGA 5, Place Ville Marie, bureau 800 Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Formulaire d évaluation du stage d expérience pratique - cheminement CPA,

Plus en détail

INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN LE 6 MAI 2015 PRÉSENTÉ AU COLLOQUE EN SCIENCES SOINS DE PREMIÈRE LIGNE QU EN EST-IL? INFIRMIÈRES DE L UQAC

INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN LE 6 MAI 2015 PRÉSENTÉ AU COLLOQUE EN SCIENCES SOINS DE PREMIÈRE LIGNE QU EN EST-IL? INFIRMIÈRES DE L UQAC INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN SOINS DE PREMIÈRE LIGNE QU EN EST-IL? PRÉSENTÉ AU COLLOQUE EN SCIENCES INFIRMIÈRES DE L UQAC LE 6 MAI 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Quel type de formation une IPSPL doit-elle suivre?

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS Frédéric Crépin MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS, 2004. ISBN : 2-7081-3140-0 5 Chapitre 1 idées reçues sur les managers et le management au quotidien Idée reçue n 1 : managers et salariés doivent avoir les

Plus en détail

Bulletin des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle Ministère des Services sociaux et communautaires

Bulletin des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle Ministère des Services sociaux et communautaires Point de mire: la réorganisation Bulletin des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle Ministère des Services sociaux et communautaires Réseaux communautaires de soins spécialisés Les

Plus en détail

Survie de fin de session

Survie de fin de session Services-conseils il Survie de fin de session Conceptrice : France Landry, PhD Conseillère au soutien à l'apprentissage Adaptation : Annélie Anestin Psy.D, Sara Savoie, orthopédagogue & Cynthia Guillemette,

Plus en détail

Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée?

Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée? Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée? Hélène Le Brun, conseillère septembre 2007 D-11815 Centrale des syndicats du Québec

Plus en détail

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015 1. Contexte PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015 Dans le passé, on recherchait des superviseurs compétents au plan technique. Ce genre d expertise demeurera toujours

Plus en détail

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada MARS 2014 ÉCHEC ET MAT! LES RÉGIMES D ÉPARGNE EN MILIEU DE TRAVAIL : UNE SOLUTION GAGNANTE POUR LES CANADIENS EN VUE DE LA RETRAITE Notre 6 e sondage annuel Indice canadien de report de la retraite montre

Plus en détail

1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ

1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ Importance d un programme de sécurité et de santé 1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ Raison d être d un programme de sécurité et de santé Un bon programme de sécurité et de santé dans

Plus en détail

Politique de scolarisation à la maison

Politique de scolarisation à la maison Code : 2521-02-12-01 POLITIQUE X DIRECTIVE RÈGLEMENT PROCÉDURE Politique de scolarisation à la maison Date d approbation : 12 juin 2012 Service dispensateur : Date d entrée en vigueur : 13 juin 2012 Services

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE Éducation thérapeutique de l enfant asthmatique et de sa famille en pédiatrie Juillet 2005 I. PROMOTEURS Association française de pédiatrie ambulatoire

Plus en détail

SECTION 3 Les outils pour la personne

SECTION 3 Les outils pour la personne SECTION 3 Les outils pour la personne DISCUTER AVEC MON OU MA MÉDECIN/PSYCHIATRE : DÉVELOPPER DES STRATÉGIES POUR REGAGNER DU POUVOIR 1 Le moment de la consultation avec le ou la psychiatre/médecin dans

Plus en détail

Une stratégie d enseignement de la pensée critique

Une stratégie d enseignement de la pensée critique Une stratégie d enseignement de la pensée critique Jacques Boisvert Professeur de psychologie Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu La pensée critique fait partie des capacités à développer dans la formation

Plus en détail

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire -

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Juin 2009 1 Objectifs Réalisée par CROP pour le compte de l Association québécoise d établissements

Plus en détail

Nos clients une réussite!

Nos clients une réussite! BULLETIN SARCA Commission scolaire des Premières-Seigneuries Volume 4, n o 3 Juin 2014 CONTENU Au babillard... 1 Nos clients une réussite!... 1 Retourner en classe Moi?.. 2 Démystifier la formation professionnelle...

Plus en détail

«Prenez vos finances. «Comment vais-je arriver. en main.» à payer mes comptes?» Prendre soin de soi. À quoi s attendre. Que faire

«Prenez vos finances. «Comment vais-je arriver. en main.» à payer mes comptes?» Prendre soin de soi. À quoi s attendre. Que faire Prendre soin de soi À quoi s attendre Que vous travailliez à l extérieur de la maison ou que vous soyez parent au foyer, le cancer du sein pourrait nuire à votre capacité de travailler, ce qui aura inévitablement

Plus en détail

Techniques de l informatique 420.AC. DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques

Techniques de l informatique 420.AC. DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques Plan de cours Techniques de l informatique 420.AC DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques 420-691-MA Stage en entreprise Site du stage en entreprise : http://stages.cmaisonneuve.qc.ca/evaluation/1748/

Plus en détail

Un engagement profond envers l apprentissage continu. Le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada Guide sommaire du Maintien du certificat

Un engagement profond envers l apprentissage continu. Le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada Guide sommaire du Maintien du certificat Un engagement profond envers l apprentissage continu Le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada Guide sommaire du Maintien du certificat Table des matières Message du Bureau des affaires professionnelles...3

Plus en détail

Un autre regard sur. Michel R. WALTHER. Directeur général de la Clinique de La Source 52 INSIDE

Un autre regard sur. Michel R. WALTHER. Directeur général de la Clinique de La Source 52 INSIDE 52 INSIDE Un autre regard sur Michel R. WALTHER Directeur général de la Clinique de La Source Directeur général de la Clinique de La Source, Michel R. Walther est né en 1949 au Maroc de parents suisses.

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE p. 3 LE CESU Les outils Le centre de simulation Quelques chiffres Un exemple : la formation à l emploi des infirmiers des services d urgences En annexe p. 4 p. 5 p. 6 p. 6

Plus en détail

Hommes et femmes au travail Ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait des autres. Etude Ipsos pour ELLE

Hommes et femmes au travail Ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait des autres. Etude Ipsos pour ELLE Hommes et femmes au travail Ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait des autres Etude Ipsos pour ELLE Pourquoi cette étude? Croiser le regard des hommes et des femmes sur le travail aujourd hui Le travail

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

A.Gt 21-05-1999 M.B. 28-10-1999. Le Gouvernement de la Communauté française,

A.Gt 21-05-1999 M.B. 28-10-1999. Le Gouvernement de la Communauté française, Lois 23480 p.1 Arrêté du Gouvernement de la Communauté française fixant les modèles de convention de stage en entreprise, en application de l article 53, 3e alinéa du décret du 24 juillet 1997 définissant

Plus en détail

Code d éthique Version révisée février 2011

Code d éthique Version révisée février 2011 Code d éthique Version révisée février 2011 Table des matières Introduction...3 1. Devoirs et obligations...4 1.1. Déclarations de la personne accompagnatrice... 4 1.2. Dispositions générales de la personne

Plus en détail

environics research group

environics research group environics research group Sommaire Sondage en ligne sur les perceptions du public concernant le développement de carrière et le milieu de travail Janvier 2011 Préparé pour : Parrainé en partie par : 33,

Plus en détail

Préoccupations en matière de retour au travail chez les personnes confrontées à un cancer et les personnes qui leur prodiguent des soins

Préoccupations en matière de retour au travail chez les personnes confrontées à un cancer et les personnes qui leur prodiguent des soins Préoccupations en matière de retour au travail chez les personnes confrontées à un cancer et les personnes qui leur prodiguent des soins Sommaire de gestion À la demande du Groupe de travail national sur

Plus en détail

Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi

Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi Éléments principaux de Passeport pour ma réussite Passeport pour ma réussite

Plus en détail

Pamela Blake MSS, TSI, registrateure adjointe

Pamela Blake MSS, TSI, registrateure adjointe Planification de la lutte contre la pandémie : quelles sont mes obligations? Points importants pour les membres de l Ordre des travailleurs sociaux et des techniciens en travail social de l Ontario Pamela

Plus en détail

Foire aux questions pour les étudiants étrangers Régime pour étudiants étrangers

Foire aux questions pour les étudiants étrangers Régime pour étudiants étrangers Foire aux questions pour les étudiants étrangers Régime pour étudiants étrangers Qu est-ce que l assurance voyage? L assurance voyage est conçue pour couvrir les pertes subies de même que les dépenses

Plus en détail

Projet de loi n o 20

Projet de loi n o 20 Loi édictant la Loi favorisant l accès aux services de médecine de famille et de médecine spécialisée et modifiant diverses dispositions législatives en matière de procréation assistée Mémoire présenté

Plus en détail

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines NTRODUCTION La rémunération est une activité ayant un impact important sur la performance de l entreprise. Une gestion efficace de la rémunération permet de contrôler les coûts liés à la main-d œuvre,

Plus en détail

Bourses de formation du Fonds pour la Santé des Femmes

Bourses de formation du Fonds pour la Santé des Femmes Objectifs Bourses de formation du Fonds pour la Santé des Femmes Le Fond pour la santé des femmes (FSF) à pour objectif principal de développer et soutenir financièrement des actions de formation d information

Plus en détail

Ce que vous devez savoir avant de soumettre votre demande pour le bénéfice maladie grave

Ce que vous devez savoir avant de soumettre votre demande pour le bénéfice maladie grave Avant de soumettre votre demande Ce que vous devez savoir avant de soumettre votre demande pour le bénéfice maladie grave Veuillez prendre connaissance des termes de votre contrat d assurance afin de vous

Plus en détail

Stages de mai à août 2001

Stages de mai à août 2001 Alternance travail-études dans le cadre du DEC en Technologie de conception en électronique Stages de mai à août 2001 Avant-Propos La formule de l alternance travail-études (ATE) est une méthode de formation

Plus en détail

GUIDE D ENCADREMENT DES STAGES EN MILIEU DE TRAVAIL POUR LES ÉTUDIANTS INSCRITS À UN PROGRAMME DE DESS OU DE MAÎTRISE PROFESSIONNELLE ADMISSIBLE

GUIDE D ENCADREMENT DES STAGES EN MILIEU DE TRAVAIL POUR LES ÉTUDIANTS INSCRITS À UN PROGRAMME DE DESS OU DE MAÎTRISE PROFESSIONNELLE ADMISSIBLE DIRECTION DES AFFAIRES ACADÉMIQUES ET INTERNATIONALES GUIDE D ENCADREMENT DES STAGES EN MILIEU DE TRAVAIL POUR LES ÉTUDIANTS INSCRITS À UN PROGRAMME DE DESS OU DE MAÎTRISE PROFESSIONNELLE ADMISSIBLE Document

Plus en détail

DESCRIPTION DE POSTE Croix Bleue du Québec CanAssistance 550, rue Sherbrooke Ouest Montréal (Québec) H3A 3S3 Tél. : 514 286-8329 www.croixbleue.

DESCRIPTION DE POSTE Croix Bleue du Québec CanAssistance 550, rue Sherbrooke Ouest Montréal (Québec) H3A 3S3 Tél. : 514 286-8329 www.croixbleue. , bureau 2000 DESCRIPTION DE POSTE Croix Bleue du Québec CanAssistance 550, rue Sherbrooke Ouest Montréal (Québec) H3A 3S3 Tél. : 514 286-8329 www.croixbleue.ca Titre du poste Lieu du poste Supérieur immédiat

Plus en détail

Le rétablissement de la pleine citoyenneté par la recherche-action participative

Le rétablissement de la pleine citoyenneté par la recherche-action participative Le rétablissement de la pleine citoyenneté par la recherche-action participative BULLETINS DU PIRAP Volume 1, numéro 11 : Février 2013 Programme d'aide et d'accompagnement social : Le PIRAP comme PAAS-

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

Foire aux questions. 1. Comment savoir quels ajustements s appliquent aux trois fonctions suivantes :

Foire aux questions. 1. Comment savoir quels ajustements s appliquent aux trois fonctions suivantes : Foire aux questions Mise à jour le 5 janvier 2011 Liste des questions 1. Comment savoir quels ajustements s appliquent aux trois fonctions suivantes : Technicien / Technicienne en coordination du travail

Plus en détail

MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX

MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX CONCERNANT LE LIVRE BLANC SUR LA CRÉATION D UNE ASSURANCE AUTONOMIE NOVEMBRE

Plus en détail

Foire aux questions : grève et lockout

Foire aux questions : grève et lockout Foire aux questions : grève et lockout 1 Aucun syndicat responsable ne débute une ronde de négociations collectives dans l intention d aller en grève (ou de se voir imposer un lockout). Toutefois, l APUO

Plus en détail

Questionnaire sur la conciliation famille TRAVAIL

Questionnaire sur la conciliation famille TRAVAIL Questionnaire sur la conciliation famille TRAVAIL BLOC 1 : LA FAMILLE ET LES CHARGES FAMILIALES 1. Avez vous des enfants à votre charge au quotidien?, avec moi en garde à temps plein, en garde partagée,

Plus en détail

LES STAGIAIRES. 1. Qui sont les «stagiaires» au sens de la réglementation?

LES STAGIAIRES. 1. Qui sont les «stagiaires» au sens de la réglementation? LES STAGIAIRES 1. Qui sont les «stagiaires» au sens de la réglementation? La loi relative à l enseignement supérieur a défini enfin ce qu est un stage en milieu professionnel: il s agit d une «période

Plus en détail

Les étapes de recherche d emploi Mai 2013

Les étapes de recherche d emploi Mai 2013 Service Alternance Travail-Études et Placement Les étapes de la recherche d emploi La démarche 1. Établir un projet de carrière réaliste. Avant de vous fixer des objectifs de carrière, il faut d abord

Plus en détail

Courtage immobilier résidentiel - EEC.1Y

Courtage immobilier résidentiel - EEC.1Y Attestation d études collégiales Courtage immobilier résidentiel - EEC.1Y Le programme d attestation d études collégiales (AEC) Courtage immobilier résidentiel est d une durée de 570 heures L'objectif

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

Faits saillants du Sondage sur l importance de l épargne-retraite individuelle et collective pour les travailleurs québécois

Faits saillants du Sondage sur l importance de l épargne-retraite individuelle et collective pour les travailleurs québécois 2009 Faits saillants du Sondage sur l importance de l épargne-retraite individuelle et collective pour les travailleurs québécois Service des statistiques et des sondages Rédaction Mise en page Francis

Plus en détail

Exonération des primes d assurance-vie. Déclaration du salarié

Exonération des primes d assurance-vie. Déclaration du salarié Exonération des primes d assurance-vie Déclaration du salarié Déclaration du salarié Garantie d exonération des primes d assurance-vie collective Le présent guide contient les formulaires à remplir pour

Plus en détail

Avis légal. I 2 FISCALLIANCE 2011 L Incorporation des Courtiers Immobiliers du Québec

Avis légal. I 2 FISCALLIANCE 2011 L Incorporation des Courtiers Immobiliers du Québec Avis légal L incorporation des courtiers est un sujet très complexe, lequel ne saurait évidemment être traité en profondeur dans le présent document. Ce fascicule vise à sensibiliser les courtiers quant

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Améliorations aux trois conventions collectives de l ACEP

Améliorations aux trois conventions collectives de l ACEP Améliorations aux trois conventions collectives de l ACEP En 1967, les premières conventions collectives dans la fonction publique fédérale donnaient aux employés droit à quatre semaines de vacances, pas

Plus en détail

Le M.B.A. professionnel

Le M.B.A. professionnel Le M.B.A. professionnel Un M.B.A. à temps partiel pour les professionnels qui travaillent un programme unique Le nouveau M.B.A. professionnel de la Faculté de gestion Desautels de l Université McGill est

Plus en détail

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mai 2013 PRÉAMBULE... 3 1. DISTRIBUER LA BONIFICATION DE 25M$... 4 2. OPTIMISER L AFE... 5 3. AMÉLIORER LA SENSIBILISATION DES

Plus en détail

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement GUIDE ADMINISTRATIF Classification et rémunération du personnel d encadrement En vigueur du 1 er avril 2007 au 31 mars 2010 Contenu et rédaction Association québécoise des centres de la petite enfance

Plus en détail

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada.

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada. DEPUIS PLUSIEURS ANNÉES, la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) interroge ses membres sur plusieurs aspects touchant leur pratique professionnelle à l aide de sondages, de groupes de

Plus en détail

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin CONTRAT D ACCUEIL Parents Assistant(e)s Maternel(le)s Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin Parents, assistant(e) maternel(le), L enfant est au cœur de vos préoccupations, la qualité

Plus en détail

FINANCEMENT DIRECT RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX

FINANCEMENT DIRECT RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX FINANCEMENT DIRECT RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX Services d auxiliaires autogérés Mai 2000 4 e édition FINANCEMENT DIRECT RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX Services d auxiliaires autogérés Mai 2000 4 e édition Programme

Plus en détail

Transcription médicale: comment faire le bon choix

Transcription médicale: comment faire le bon choix Transcription médicale: comment faire le bon choix La réduction des coûts et l optimisation des investissements sont des préoccupations majeures pour tout entrepreneur qui se respecte. À travers ce document,

Plus en détail

MÉMOIRE RELATIF À L ÉVALUATION DU RÉGIME GÉNÉRAL D ASSURANCE MÉDICAMENTS PRÉSENTÉ PAR LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS SPÉCIALISTES DU QUÉBEC

MÉMOIRE RELATIF À L ÉVALUATION DU RÉGIME GÉNÉRAL D ASSURANCE MÉDICAMENTS PRÉSENTÉ PAR LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS SPÉCIALISTES DU QUÉBEC MÉMOIRE RELATIF À L ÉVALUATION DU RÉGIME GÉNÉRAL D ASSURANCE MÉDICAMENTS PRÉSENTÉ PAR LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS SPÉCIALISTES DU QUÉBEC Québec, le 21 février 2000 2. PRÉAMBULE La Fédération des médecins

Plus en détail

L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif

L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif Isabelle Cyr, B.sc. Psychologie. B.sc. Service social. T.s. Thérapeute Josée Dostie, B.A. Psychologie. Thérapeute

Plus en détail