Swww.chambresf.com ÉCURITÉ. financière TITRE. Joyeuses fêtes!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Swww.chambresf.com ÉCURITÉ. financière TITRE. Joyeuses fêtes!"

Transcription

1 TITRE ÉCURITÉ financière LA REVUE PROFESSIONNELLE DES MEMBRES DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE Swww.chambresf.com DÉCEMBRE 2003 / JANVIER 2004 Vol. 28, n o 6 ENVOI DE PUBLICATIONS CANADIENNES N O DE CONVENTION Assurance responsabilité p. 26 Fiscalité p. 28 Joyeuses fêtes! COMITÉ DES SECTIONS Stéphane Prévost prend la relève de Marie-Claire M. Bergeron (entrevues à lire en page 8 et 9) À conserver Répertoire 2004 des activités de formation continue Encore des UFC gratuites à l intérieur!

2 Canada-Vie Service Ensemble, on va plus loin Si vous désirez entrer en contact avec un de nos experts, communiquez avec votre AGD, votre succursale ou le centre régional de commercialisation de la Canada-Vie le plus près de chez vous : Prairies Colombie-Britannique Est du Canada Toronto-Ouest Ville de Toronto La situation : La solution : Votre clientèle comprend des propriétaires de PME, des gens de profession et des particuliers dont le revenu est élevé. Tous ont besoin de solutions financières spécialisées. Communiquez avec un professionnel de l équipe nationale de planification fiscale et successorale ou avec un expert-conseil du centre régional de commercialisation de la Canada-Vie MC. Vous obtiendrez des conseils d experts, ainsi que des solutions intéressantes en assurance et en gestion de patrimoine pour vos clients. La Canada-Vie MC vous offre toute l aide dont vous avez besoin pour faire croître votre bloc d affaires. Cette annonce a été préparée uniquement à titre informatif. Vos clients devraient recourir aux services d un conseiller indépendant étant donné que la situation de chaque personne peut être différente. Malgré les mesures prises pour assurer l exactitude des renseignements au moment de leur publication, des erreurs ou omissions sont possibles.

3 S ÉCURITÉ financière LA REVUE PROFESSIONNELLE DES MEMBRES DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE SOMMAIRE DÉCEMBRE / JANVIER Vol. 28, n o 6 4 MESSAGE DU PRÉSIDENT Être membre de la Chambre, c est un privilège! RÉDACTRICE EN CHEF Marie-Kym Brisson PRÉSIDENT Martin Rochon, A.V.C., Pl. Fin. VICE-PRÉSIDENTE AUX ASSURANCES Louise Viau, A.V.A., Pl. Fin. VICE-PRÉSIDENTE AUX VALEURS MOBILIÈRES Renée Piette, c.a., Pl. Fin. ADMINISTRATEURS Paul-André Belisle Clément Blais M e Jean Girard, Pl. Fin., M. fisc. Michel Paquet Richard Pelletier Daniel Pilon, A.V.A., Pl. Fin., Adm. A. Jacques St-Amant ADMINISTRATION Lucie Granger Directrice générale et secrétaire SÉCURITÉ FINANCIÈRE 500, Sherbrooke Ouest, 7 e étage Montréal (Québec) H3A 3C6 (514) DIRECTRICE DES COMMUNICATIONS ET DES AFFAIRES PUBLIQUES Marie-Kym Brisson Dans l ordre habituel 2 e rangée : Jean-Paul Allard, Estrie ; Yves Rochefort, Abitibi-Est ; Roger Monette, Lanaudière; Gérard Dionne, Rivière-du-Loup ; Tony Tiberi, Montréal ; Viateur Nadeau, Duplessis ; Stéphane Prévost, Haute-Yamaska, président du comité des sections ; Gilbert Tremblay, Manicouagan ; Jean-Yves Gagnon, Québec ; Pascal Leduc, Outaouais; Pierre Rocheleau, Grande-Mauricie ; Reynald Gilbert, Beauce-Amiante; Luc Bilodeau, Rouyn-Noranda. 1 re rangée : Robin W. De Celles, Laurentides; Céline Poissant, Richelieu- Longueuil ; Martin Rochon, président de la Chambre ; France Beaudry, Drummond-Arthabaska ; Michel Bergeron, Saguenay Lac-Saint-Jean. Sont absents : Gaétan Meloche, Sud-Ouest-du-Québec ; Gilles Bernier, Bas-Saint-Laurent Gaspésie Les Îles ; Guylaine Martin, Laval. 6 PRESIDENT S MESSAGE Membership in the Chamber: it s a Privilege! 7 ACTUALITÉS 8 ENTREVUE C est avec fierté que Stéphane Prévost accepte un nouveau défi : représenter les régions et favoriser le dialogue au comité des sections 9 ENTREVUE Entrevue avec Marie-Claire M. Bergeron Comment en enrichissant ma vie personnelle, je suis parvenue à influencer l évolution de la profession? 12 ENQUÊTE Onze ans déjà et je suis toujours au service de la profession! 14 ÉLECTIONS Un processus démocratique qui vous concerne! 16 SAVIEZ-VOUS QUE? RÉDACTION - RÉVISION Lissia de Bellefeuille TRADUCTION Luisa Perini, C. Tr. PUBLICITÉ Consortium Maximag inc. 4105, boulevard Matte, bureau G Brossard (Québec) J4Y 2P4 Tél. : (450) Téléc. : (450) TIRAGE exemplaires ABONNEMENT 36 $ (taxes incluses) par année PARUTION 6 éditions régulières DÉPÔT LÉGAL Bibliothèque Nationale du Québec Bibliothèque Nationale du Canada ISSN IMPORTANT Les opinions exprimées dans SÉCURITÉ FINANCIÈRE n engagent que leurs auteurs. Pour des raisons typographiques, veuillez noter que l emploi du féminin est sous-entendu. 17 SOLUTIONS La vraie différence : LA VALEUR PERÇUE! 18 DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL UFC.Magazine CHRONIQUES 22 VIE RÉGIONALE 26 ASSURANCE RESPONSABILITÉ L assurance responsabilité : obligatoire, mais pas la solution à tous les maux 28 FISCALITÉ Conseils fiscaux de fin d'année pour vos clients! 30 DU CÔTÉ DE LA DISCIPLINE 32 ELECTIONS A Democratic Process that Concerns You! 34 PUBLICATIONS 3 Décembre 2003 /Janvier 2004

4 MESSAGE DU PRÉSIDENT Être membre de la Chambre, c est un privilège! 4 Decembre 2003/ Janvier 2004 Chère collègue, Cher collègue, Mais qui sont-ils? Qui sont ces gens photographiés en page couverture du présent magazine? Eh bien, ces gens sont en fait des professionnels membres, comme vous, de la Chambre de la sécurité financière. Ils viennent de partout au Québec et investissent du temps dans l avancement de notre profession. Il s agit de vos représentants régionaux, soit vos présidents de sections; des bénévoles qui contribuent au rayonnement de notre profession. Ils travaillent pour vous afin de faire en sorte que votre adhésion à la Chambre soit une réelle valeur ajoutée à votre pratique ; ils sont vos oreilles et vos yeux, ils sont vos porte-parole. L AVENIR DE LA CHAMBRE : UNE RÉFLEXION D ÉQUIPE En tant que groupe de professionnels, nous avons notre mot à dire dans les orientations prises par l organisme qui nous regroupe. Dans l environnement complexe de l encadrement du secteur financier, outre la Chambre de la sécurité financière et la Chambre de l assurance de dommages, peu d organisations offrent aux individus des privilèges tels que le droit de vote ou encore celui de siéger officiellement à titre de membre à des comités ou des conseils d administration régionaux et même provincial Rappelons que le conseil d administration de la Chambre est composé de onze personnes, dont neuf élues issues de la profession. Les deux autres étant nommés par le gouvernement à titre de représentants des consommateurs (pour en savoir davantage sur le processus électoral, voir page 14). Dans le dédale des changements actuellement en cours dans notre secteur, nous sommes parvenus à conserver notre identité en tant que professionnels. En effet, certains organismes, notamment la Commission des valeurs mobilières du Québec et le Bureau des services financiers, seront fusionnés dans les prochaines semaines au profit d une agence nationale d encadrement du secteur financier dont l appellation officielle demeure à confirmer. Pour sa part, la Chambre de la sécurité financière conserve les mêmes responsabilités, les mêmes fonctions, la même adresse, le même numéro de téléphone, le même site Internet et surtout la même signature institutionnelle. Vous savez donc comment nous joindre Nous ne sommes jamais plus loin que le bout du fil La Chambre conserve également la même équipe : des employés au service de notre profession. Des employés qui bénéficient d une riche expérience des réalités de la pratique, ayant en moyenne dix années de service au sein de la Chambre. Des employés qui sont très sensibles aux besoins de notre profession. UNE VALEUR AJOUTÉE AU QUOTIDIEN Réunis pendant trois jours avec l ensemble des bénévoles de sections (plus de cent personnes), nous avons longuement réfléchi à l avenir de la Chambre, parce que oui, il y en a un! Ce qu il y a de fantastique avec la Chambre, c est que chaque membre peut en influencer l évolution, c est une organisation dirigée par des praticiens, c est donc un organisme flexible et près de la pratique. C est un organisme qui vous appartient, qui incarne votre réalité. Bien sûr, le mandat de la Chambre est de protéger le public. À la Chambre, nous croyons que le meilleur moyen d atteindre cet objectif consiste à établir un lien de confiance avec le consommateur, VOTRE CLIENT. Quoi qu on en dise, quoi qu on en pense, il reste qu un encadrement rigoureux des pratiques en matière d éthique et de compétence contribue au rehaussement de notre profession en favorisant une image de crédibilité dont ne pouvaient autrefois se targuer les vendeurs que nous étions. Il y a un prix pour être considérés comme des professionnels, mais il y a d énormes bénéfices à faire partie d un groupe de professionnels reconnus et respectés. L AVENIR Au moment où se met en place la nouvelle agence, la mise en valeur de LA profession devient plus importante que jamais. La Chambre de la sécurité financière demeure vigilante pour s assurer non seulement de jouer un rôle significatif dans cette nouvelle structure, mais aussi pour mettre son expertise et son expérience au service de la réussite de la nouvelle agence. Une réussite qui sera d autant plus grande qu elle prendra en compte les réalisations du groupe de professionnels que sont les membres réunis au sein de notre organisation. Votre président, Martin Rochon, A.V.C., Pl. Fin. Conseiller en sécurité financière Conseiller en assurance et rentes collectives Représentant en épargne collective

5 REER Jacquie Fyfe, ventes Alex O Donnell, ventes À la Standard Life, nous offrons à vos clients une vaste gamme de fonds garantis et distincts afin que chacun puisse profiter d une solution de placement idéale. On vous donne notre parole. Québec : (514) Est de l Ontario et provinces de l Atlantique : (613) Sud-ouest de l Ontario : (905) Toronto : (416) Prairies : (403) Pacifique : (604) Tenir parole, c est notre promesse. Compagnie d assurance Standard Life. 1 er décembre 2003

6 PRESIDENT S MESSAGE Membership in the Chamber: it s a Privilege! 6 Decembre 2003/ Janvier 2004 Dear Colleagues, Who are these people on the front cover of this magazine? Well, they are in fact professionals who, like you, are members of the Chambre de la sécurité financière. They hail from every corner of Quebec and invest time in furthering our profession. They are your regional representatives, that is, the section presidents, all volunteers who help to promote our profession.they work for you so that your membership in the Chamber adds true value to your business. They are your eyes and ears; they are your spokespersons. THE FUTURE OF THE CHAMBER: A COLLECTIVE REFLECTION As a group of professionals, we have a say in determining the orientations of the entity to which we belong. In the complex regulatory environment of the financial sector, besides the Chambre de la sécurité financière and the Chambre de l assurance de dommages, few organizations offer individuals privileges such as the right to vote or to serve officially on a committee or on the regional and even provincial board of directors. Recall that the Chamber s board of directors is made up of eleven people, nine of whom belong to the profession.the other two are appointed by the government as consumer representatives (to learn more about the electoral process, see page 32). In the midst of all the changes currently rocking our sector, we were able to hold on to our identity as professionals. Indeed, certain organizations, namely the Commission des valeurs mobilières du Québec and the Bureau des services financiers, will merge in the coming weeks to form the regulatory agency for Quebec s financial sector; its official name has yet to be announced. For its part, the Chambre de la sécurité financière will have the same responsibilities, the same functions, the same address, the same telephone number, the same Web site and, more importantly, the same institutional signature as before. So you know how to reach us.we re just a call away. The Chamber will also keep the same team: employees at the service of our profession. Employees who know the ins and outs of our business, and who have been working at the Chamber for ten years on average. Employees who are very sensitive to the needs of our profession. ADDED VALUE FOR OUR DAY-TO-DAY PRACTICE During a three-day gathering with all our section volunteers (more than one hundred people), we thought long and hard about the Chamber s future because, yes, there is one! What s great about the Chamber is that every member can influence its development. And because it s an organization led by practitioners, it s flexible and in tune with the practice. It belongs to you and embodies what you do. Of course, the Chamber s mandate is to protect consumers. We believe that the best way of achieving this goal is by establishing a relationship of trust with consumers, YOUR CLIENTS. Contrary to what we might say or think, the fact remains that stringent supervision of ethical conduct and compulsory professional development helps to enhance our profession by promoting a credible image, something that the salespersons we once were couldn t boast about.there is a price to pay for being considered professionals, but the rewards of belonging to a recognized and well-respected group of professionals are enormous. THE FUTURE As the new agency is being set up, the profession has become more important than ever before. The Chambre de la sécurité financière remains vigilant in an effort to secure its place as an important player within the new structure, and to put its experience and expertise to use at the new agency. Its success would be all the greater because it will take into account the achievements of the group of professionals, 28,000 strong, who belong to our organization. Your President, Martin Rochon, R.L.U., Fin. Pl. Financial Security Advisor Advisor in Group Insurance and Group Annuity Plans Group Savings Plan Representative

7 ACTUALITÉS RÉPERTOIRE 2004 DES ACTIVITÉS DE FORMATION CONTINUE FORMULE GAGNANTE ENTRE L APFF ET LA CHAMBRE (L. de B.) L accueil enthousiaste que vous avez manifesté lors de la réception du Répertoire 2003 des activités de formation continue nous a démontré la valeur d un tel outil pour vous dans la planification de votre calendrier d activités. Conscients de l importance de ce répertoire, nous avons réédité ce dernier en prenant bien soin de le mettre à jour. Soyez donc vigilants à la réception de votre magazine Sécurité financière, édition décembre-janvier 2004, car votre répertoire 2004 y est inséré gratuitement. FORMULAIRE DE DEMANDE D ENQUÊTE À L INTENTION DES REPRÉSENTANTS REVU ET AUGMENTÉ (L. de B.) Ce formulaire fait peau neuve. Nous lui avons fait subir une petite refonte, autant sur le plan de l apparence (nouveau format et sections mieux définies) que sur le plan du contenu. Bien entendu, les informations demandées sont demeurées à peu près les mêmes, mais nous avons bonifié là où nous le jugions nécessaire afin de faciliter le travail d enquête. Pour vous procurer ce formulaire, communiquez avec l agent d information au (514) ou au L ÉTUDE SUR LA DÉONTOLOGIE ET LA PRÉVENTION EN SÉCURITÉ FINANCIÈRE EST MAINTENANT DISPONIBLE (L. de B.) (L. de B.) La Chambre est heureuse d annoncer l entente de partenariat intervenue entre elle et l Association de planification financière et fiscale (APFF). De par cette entente, tous les membres de la Chambre pourront participer aux déjeuners-causerie de l APFF au même tarif que les membres de l APFF. Aussi, cette dernière garantit quatre activités de formation de 2 UFC chacune à l intérieur du magazine. UFC.Magazine pourra donc se poursuivre et vous permettre d accumuler des UFC dans le confort de votre foyer. La Chambre pourra également profiter de tous les privilèges rattachés au statut de membre «corporatif» de l APFF. (A.-M. B.) DERNIÈRE CHANCE POUR OBTENIR LE TITRE D ASSUREUR-VIE AGRÉÉ DANS L ANCIEN CHEMINEMENT Nous constatons que plusieurs d entre vous avez besoin de réussir le cours «Planification successorale» (cours avancé-apf-21528) pour obtenir le titre A.V.A. et ainsi vous prévaloir de la clause grand-père. L Université Laval offrira ce cours à la session hiver La date limite d inscription est le 14 janvier Avant de vous inscrire à ce cours, veuillez vous assurer que ce cours fait partie de votre cheminement. 7 Dans la dernière édition du magazine, l article intitulé «Éthique et image : une préoccupation autant pour l industrie que pour le représentant» faisait référence à l Étude sur la déontologie et la prévention en sécurité financière. Cette dernière est maintenant disponible auprès de la Chambre de la sécurité financière au coût de 100 $, incluant les taxes et les frais d envoi. Pour la commander, adressez-vous à notre agent d information au (514) ou encore au Nous vous rappelons que pour bénéficier de la clause grand-père, vous devez avoir réussi tous les cours requis et avoir demandé votre titre A.V.C. ou A.V.A. au plus tard le 30 septembre Après cette date, vous serez considéré dans le nouveau programme, en vigueur depuis le 1 er octobre Pour toutes questions relatives à ce sujet, vous pouvez communiquer avec la technicienne à la formation menant aux titres professionnels. Décembre 2003/ Janvier 2004

8 ENTREVUE C est avec fierté que Stéphane Prévost accepte un nouveau défi : représenter les régions et favoriser le dialogue au comité des sections ENTREVUE AVEC STÉPHANE PRÉVOST, PRÉSIDENT DE LA SECTION HAUTE-YAMASKA ET PRÉSIDENT DU COMITÉ DES SECTIONS par Alexandre Royer, chargé de projets, Internet 8 Decembre 2003/ Janvier 2004 «C est à titre de porte-étendard de toutes les régions que je compte m acquitter de mes nouvelles responsabilités de président du comité des sections de la Chambre de la sécurité financière.» Voilà dans quelle perspective Stéphane Prévost, également président de la section Haute-Yamaska, entend poursuivre la contribution de Marie-Claire M. Bergeron, présidente sortante du comité des sections, sous le signe des communications et du dynamisme des bénévoles de la Chambre. «Je me dois de saluer le travail accompli par mon prédécesseur. Marie-Claire a su donner un second souffle au comité des sections en plus de participer à de nombreuses initiatives profitant à l ensemble de la profession.» Comme tout changement ne rime pas forcément avec rupture, Stéphane Prévost entend amorcer sa présidence au comité des sections sous le signe de la continuité «en favorisant, notamment, le dynamisme des bénévoles et en veillant à ce que toutes les sections puissent s épanouir pleinement. STÉPHANE PRÉVOST, A.V.C. Le nouveau président du comité des sections voit aussi son nouveau rôle comme celui de porte-parole de toutes les régions au conseil d administration de la Chambre : «à titre de membre invité du C. A. de la Chambre, je profiterai de cette tribune pour participer aux discussions portant sur l avenir de la profession et je porterai une attention particulière à sensibiliser les autres membres et collègues aux différentes réalités régionales». Pour Stéphane Prévost, son arrivée à la tête du comité des sections constitue une «évolution logique» de son implication au sein de la Chambre de la sécurité financière. Gravitant dans le secteur de l assurance et des services financiers depuis une quinzaine d années, Stéphane Prévost s est joint à la section Haute-Yamaska lors du passage de l AIAPQ vers la Chambre. «J y ai occupé successivement les fonctions de secrétaire, de responsable du trophée Victor Dumais en plus de toucher aux communications avant de briguer la présidence il y a quatre ans». Parmi ses plus grandes réalisations, il note, sans conteste, la diversification, le dynamisme et la stabilité de son conseil d administration. «J ai su m entourer de personnes motivées et prêtes à donner de leur temps bénévolement afin de participer activement à l évolution de leur profession». L importance accordée aux communications figure aussi au palmarès des faits saillants de sa présidence régionale : «nous avons développé un site Internet et su tirer profit de la communication électronique pour tenir nos membres informés». La section Haute-Yamaska s est aussi démarquée au chapitre de la formation. Pour Stéphane Prévost, les activités de formation constituent d abord et avant tout «un moyen de communication additionnel pour assurer la visibilité de la Chambre sur le terrain et rejoindre plus facilement nos membres». Enfin, «on ne peut passer sous silence le premier trophée Victor Dumais de l histoire de la section remporté en Ce prix témoigne de la reconnaissance de la Chambre envers les efforts déployés par nos bénévoles dans le but d assurer le rayonnement de la profession en région». Stéphane Prévost conclut son bilan en insistant sur ce point : «le succès de ma présidence repose sur la qualité de mon C. A.». C est avec fierté et enthousiasme que Stéphane Prévost accepte un nouveau défi, celui de représenter les régions au conseil d administration et de favoriser le dialogue au sein du comité des sections. Ces seules motivations se résument ainsi : contribuer à l évolution de la profession, mieux faire connaître la Chambre aux membres et saisir toutes les occasions possibles pour s entourer de collègues bénévoles de divers horizons.

9 ENTREVUE Comment en enrichissant ma vie personnelle, je suis parvenue à influencer l évolution de la profession? ENTREVUE AVEC MARIE-CLAIRE M. BERGERON, PRÉSIDENTE SORTANTE DU COMITÉ DES SECTIONS par Marie-Kym Brisson, directrice des communications et des affaires publiques Incitée par son directeur de cabinet à assister à des conférences alors données par l AIAPQ, Marie-Claire M. Bergeron ne pensait pas que de simples séances de formation influenceraient à ce point le cours de sa carrière, et même de sa vie personnelle Huit ans plus tard, elle peut dire «mission accomplie», car grâce à sa volonté ferme de faire avancer les choses et à l énergie investie, le passage de Marie-Claire à la tête du Conseil des sections lui aura permis de contribuer à l évolution de la profession : «l implication donne un pouvoir de faire changer les choses, cela donne l occasion de mieux comprendre et d influencer la finalité. N oubliez jamais que le plus grand privilège d un bénévole consiste à être entendu. On peut remercier un employé pas un bénévole élu!». C est en 1995 que Marie-Claire M. Bergeron a commencé à s impliquer au sein de la section Laval. À cette époque, on introduisait la notion de formation continue sur une base volontaire : «je me suis sentie interpellée par cette nouvelle formule, car je crois profondément à l importance de la formation. Alors que tant les plombiers que les thérapeutes doivent se former, pourquoi n en serait-il pas ainsi pour nous qui jouons avec le patrimoine des gens?». Les premières années, M me Bergeron a assumé les responsabilités de vice-présidente à la formation pour la section Laval. C est au moment du passage de l AIAPQ vers la Chambre de la sécurité financière qu on lui a confié le mandat de présidente de la section. «Cette époque faisait peur, notamment parce qu on craignait la disparition des sections». En effet, alors que la Loi sur les intermédiaires de marché prévoyait l existence de MARIE-CLAIRE M. BERGERON sections régionales, la nouvelle Loi sur la distribution de produits et services financiers n en faisait pas mention. C est donc sur une base volontaire que le conseil d administration de la Chambre a décidé de maintenir ses structures régionales. «Les sections, c est le pouls des membres et toute demande issue de ce groupe est entendue et souvent concrétisée», rappelle avec fierté la présidente sortante du Conseil des sections. D HIER À AUJOURD HUI «Dans le temps, nous avions peur de l arrivée des gens du secteur des valeurs mobilières ; dans les faits, cette nouvelle réalité est venue enrichir notre organisation en ajoutant de la couleur à la profession. Je déplore qu encore trop peu de gens d institutions s impliquent, nous aurions certainement beaucoup à apprendre de leur réalité et de leur expertise. Il reste du travail de sensibilisation à accomplir dans ce sens et mon successeur, Stéphane Prévost, saura certainement faire évoluer les cultures et agrandir le cercle des bénévoles de la Chambre du moins je le souhaite profondément». Aux gens qui ne voient aucun intérêt à donner de leur temps pour une cause quelconque, Marie-Claire tient à souligner que tout type d implication permet d acquérir une richesse personnelle non monnayable. «S impliquer ne cause pas de perte de revenus, bien au contraire, cela favorise un meilleur développement professionnel. Pour ma part, j ai notamment appris à m adresser à un groupe, ce que j étais totalement incapable d envisager auparavant J ai dû apprendre à m organiser davantage si je voulais m investir à fond Avec le 9 Décembre 2003/ Janvier 2004

10 ENTREVUE temps, j ai énormément gagné de confiance en moi et nul autre que moi retire aujourd hui le bénéfice des mes investissements». Il est maintenant temps pour Marie-Claire M. Bergeron de passer le flambeau et c est avec le sentiment du devoir accompli qu elle le fait. «Je souhaite que les sections prennent de plus en plus de place. Je désire une plus grande représentativité de la diversité. Je rêve d une organisation à notre image! Je rêve d une Chambre multidisciplinaire dans l ensemble de ses structures!». Avant de mettre fin à l entrevue, la présidente sortante a tenu à nous confier un secret : «je n ai pas de sentiment d appartenance à l égard de ma compagnie, ce sentiment, c est l AIAPQ et la Chambre qui me l ont donné». MAIS COMMENT ARRIVE-T-ON À LA TÊTE DU COMITÉ DES SECTIONS ET, SURTOUT, QU EST-CE DONC EXACTEMENT QUE CE FAMEUX COMITÉ? La Chambre de la sécurité financière compte vingt sections réparties dans l ensemble du Québec. Ces sections existent notamment pour permettre à la permanence de la Chambre de demeurer connectée avec les réalités régionales. Chacune des sections possède son propre conseil d administration composé de membres résidant sur le territoire concerné. Tous les membres de la Chambre peuvent en faire partie, il suffit de vouloir s impliquer. Sur le site Internet de la Chambre, à la rubrique «À propos de la Chambre>sections», il est possible d en apprendre davantage sur la composition et les activités de chaque section (www.chambresf.com). Quant au comité des sections, il est composé des vingt présidents de sections et se réunit sur une base régulière afin de partager les préoccupations régionales de manière à saisir la permanence des besoins et réalités des membres de la Chambre. Ce comité se choisit un représentant, lequel est invité à siéger en son nom sur le conseil d administration provincial de la Chambre. 10 Decembre 2003/ Janvier 2004

11

12 ENQUÊTE par M e Jacques Warmoes, enquêteur des syndic et cosyndic Onze ans déjà et je suis toujours au service de la profession! C était en octobre 1992, j étais alors un jeune avocat travaillant comme recherchiste en matière de droit de protection du consommateur. Je venais tout juste de terminer la scolarité d une maîtrise en administration des affaires (MBA). Mon garçon Jean-Charles venait de naître. Nous étions en récession. général. Je me souviens de M. Boileau, M me Payette, M. Provencher et M. Ruggieri pour ne nommer que les présidents des comités de surveillance de l époque. Ce fut une dure, mais utile école, laquelle m a notamment permis de mieux comprendre la réalité socio-économique dans laquelle œuvrent nos praticiens. 12 Decembre 2003/ Janvier 2004 De grands amis m ont alors donné l occasion de travailler, temporairement, comme enquêteur à l Association des intermédiaires en assurance de personnes du Québec (AIAPQ). C était à l époque de la faillite des Coopérants. Onze ans plus tard, je suis toujours en poste. Il y en a eu des changements en onze ans. Dans l ensemble, je suis d avis que ces changements se sont avérés bénéfiques pour la protection des consommateurs et du public en général. Ce qui ne peut, à mon avis, qu avoir un impact positif sur l image que projette, dans le public, le groupe de professionnels des services financiers que nous encadrons. LES ENQUÊTEURS AUSSI FONT DE LA FORMATION EN CONTINU C est ainsi qu un certain lundi d octobre 1992, je me suis présenté aux bureaux de l AIAPQ. Je me souviens encore, comme si c était hier, de cette première rencontre avec M e Anne-Marie Beaudoin, M e Marie-Hélène Lajoie et M. Pierre Morneau. À cette époque, bien qu ayant beaucoup de connaissances en matière de placements, finance, fiscalité et valeurs mobilières, j en connaissais peu en matière d assurance de personnes et surtout sur les réalités du terrain (le champs) comme disent certains praticiens. Heureusement, les formations à l interne ainsi que les divers cours universitaires du programme menant au titre d A.V.A. m ont permis de parfaire mes connaissances en matière d assurance de personnes. De plus, les contacts fréquents avec les membres du comité de surveillance, à qui je présentais, à l époque, mes rapports d enquête, m ont permis d en apprendre beaucoup sur les dessus et dessous de cette profession et sur les pratiques de l industrie en Pour le consommateur, la visite d un enquêteur constitue une démarche d écoute et de volonté de collaboration évidente. Pendant toutes ces années à effectuer ce travail que l on peut certainement qualifier de profession, j ai réalisé qu il collait très bien à ma formation juridique et à celle de type financière. En effet, le cadre général dans lequel s effectue notre travail est de type légaliste (lois, règlements, code de déontologie) alors que l analyse des actes professionnels posés par les représentants exige une connaissance très large en matière de produits et services financiers. Ce qui qualifie le mieux ce travail, c est la polyvalence dans la multidisciplinarité. Bref, ce dont font preuve nos praticiens, mais, avec en surplus, des connaissances juridiques ainsi que les habilités nécessaires au travail d enquête proprement dit, lequel consiste à effectuer une recherche objective des faits. Vers la fin des années 1990, à la suite des efforts déployés par l AIAPQ pour faire connaître l organisation auprès du grand public, le nombre de plaintes de consommateurs s est mis à augmenter. Je me suis alors mis à sortir sur la route pour rencontrer les consommateurs insatisfaits. Plus efficace que la méthode des appels téléphoniques, cette nouvelle façon de procéder permet de mieux recueillir les faits et documents, en plus d introduire un aspect plus humain au processus. Combien de fois ai-je entendu un consommateur étonné me dire avoir effectué plusieurs démarches auprès de plusieurs organismes dans le but de se plaindre, mais qu aucun de ces organismes n avait jamais pris la peine de se déplacer. Pour le consommateur, la visite d un enquêteur constitue une démarche d écoute et de volonté de collaboration évidente. Très souvent, cette rencontre permet de rétablir la confiance du consommateur envers le groupe de professionnels membres de la Chambre.

13 UNE ENQUÊTE, CE N EST PAS UNE ACCUSATION Je ne peux parler d humanisation du processus d enquête sans parler de l équité de ce processus. En effet, les représentants qui font l objet d une enquête, bien qu ils aient l obligation de collaborer, ont l occasion de donner leurs explications et leur version des faits relativement aux allégations portées contre eux, et ce, avant que le syndic ou le cosyndic décide de porter plainte ou non devant le comité de discipline. Nous demandons donc toujours, directement au professionnel membre Certains représentants faisant l objet d une de la Chambre, au moment de enquête réagissent l enquête, de nous livrer sa version des faits écrite avant de comme s ils étaient des accusés. Au risque présenter notre rapport d enquête au syndic ou au cosyndic. de me répéter, je dois Souvent, après avoir reçu la version écrite du représentant, il rappeler qu au stade de l enquête, ils ne m arrive de le rencontrer à nos bureaux, en sont pas des accusés. compagnie du syndic ou du cosyndic, afin d obtenir davantage d explications et de précisions sur son dossier. De plus, depuis quelques années, dans le cadre de dossiers impliquant des transactions relativement complexes, je vais parfois rencontrer directement le représentant à son cabinet pour discuter de manière générale des transactions, quitte à lui écrire, par la suite, pour obtenir des informations plus pointues. Je constate trop souvent que certains représentants faisant l objet d une enquête réagissent comme s ils étaient des accusés. Au risque de me répéter, je dois rappeler qu au stade de l enquête, ils ne sont pas des accusés. Il y a seulement des questionnements relatifs à des allégations et mon travail, à titre d enquêteur, consiste à rechercher la vérité.ce n est ni mon travail ni mon rôle de les juger. Ce n est qu à la suite de la présentation de mon rapport au syndic ou au cosyndic, si ce dernier décide de déposer une plainte devant le comité de discipline, que l on peut commencer à parler proprement dit d une plainte disciplinaire. Et encore là, le professionnel faisant l objet d une plainte devant le comité de discipline est jugé dans le respect des principes de justice naturelle (droit d être entendu, droit d être représenté par avocat, etc.) LA CONFIANCE, ÇA SE MÉRITE La confiance du public envers les professionnels des services financiers demeure fragile, surtout en période de grands mouvements boursiers. Si je peux me permettre un conseil, ce serait de prendre le temps de bien servir votre client, notamment en vous assurant de bien évaluer son profil et ses besoins. N oubliez surtout pas de bien documenter votre dossier client relativement aux conseils que vous lui donnez et sur les transactions qui en découlent. Onze ans déjà! Il y a eu de beaux changements pour les consommateurs, et ce, pour le plus grand avantage de la profession. Cela, à mon avis, ne peut que renforcer le lien de confiance entre les clients et les professionnels membres de la Chambre. Le travail d enquête que j effectue depuis maintenant onze ans contribue grandement au maintien de ce lien de confiance fondamental pour la crédibilité de la profession. L Assurance Communication Une couverture complète de votre force de communicateur 2 formations en immersion ou à distance Accréditées par la CSF et l IQPF Présentation efficace (7UFC) Porte-parole / Médias (7UFC) (514) Décembre 2003/ Janvier 2004

14 ÉLECTIONS 2004 Un processus démocratique qui vous concerne! Le 5 avril 2004, la Chambre de la sécurité financière vous offrira à nouveau l occasion d influencer le cours de votre profession. En effet, VOUS aurez alors le privilège d élire VOS représentants au conseil d administration provincial, car, vous le savez certainement, votre organisme est dirigé par des membres actifs dans la profession, tout comme vous. Plus il y aura de gens qui exerceront leur droit de vote, plus la Chambre de la sécurité financière sera représentative des membres qui la composent. L encadrement du secteur financier est en pleine période de transition, de cette réforme naîtra une nouvelle agence d encadrement du secteur financier. Quant à la Chambre de la sécurité financière, elle demeure en qualité d organisme d autoréglementation (OAR). La Chambre conservera donc l ensemble de ses responsabilités et de ses fonctions. Le gouvernement du Québec a ainsi reconnu la valeur ajoutée d un organisme d inspiration professionnelle, ce qui constitue pour notre profession une victoire fondamentale! Appartenir à la Chambre de la sécurité financière, c est faire partie d un regroupement de professionnels compétents, éthiques proactifs et engagés; un groupe de praticiens digne de la confiance de leur clientèle. Des professionnels qui se font un devoir d offrir au public québécois des services de qualité, contribuant ainsi au rehaussement du niveau de la profession. Votre adhésion obligatoire prévoit un droit de vote par membre et il vous appartient d en faire usage, l exercer c est contribuer à l avancement de votre profession! VOICI QUELQUES INFORMATIONS RELATIVES À LA PROCÉDURE ÉLECTORALE Soyez avisés qu il y aura élection pour trois postes d administrateurs au conseil d administration de la Chambre de la sécurité financière (la Chambre), le 5 avril 2004, et que la date de clôture du scrutin est fixée à dix-sept (17) heures. POSTES EN ÉLECTION La Loi sur la distribution de produits et services financiers (L.R.Q., c. D-9.2) (la Loi) prévoit que le conseil d administration de la Chambre est composé de onze (11) administrateurs. De ce nombre, neuf (9) administrateurs occupent des postes électifs et deux (2) administrateurs sont nommés par le ministre responsable de l application de la Loi pour représenter le public. Le mandat des administrateurs est de trois (3) ans. Comme le permet la Loi, la Chambre a adopté dans son Règlement intérieur* des règles prévoyant les principes de la rotation. Selon ces règles, trois (3) des neuf (9) postes électifs au sein du conseil d administration de la Chambre deviennent vacants annuellement. Le tableau suivant illustre les principes de la rotation. 14 Decembre 2003/ Janvier 2004 Le tableau démontre que, chaque année, deux (2) des trois (3) postes qui viendront en élection représenteront respectivement la discipline de l assurance de personnes et le courtage en épargne collective et nécessiteront une élection sur une base régionale. Quant à la troisième discipline qui fera l objet de l élection, elle sera différente chaque année et se fera sur une base provinciale. En effet, la Loi oblige la Chambre, en ce qui concerne les disciplines de l assurance de personnes et du courtage en épargne collective, à diviser le territoire de la province de Québec en trois (3) régions puisque le conseil d administration de la Chambre compte trois (3) administrateurs pour chacune de ces deux (2) disciplines. La région à laquelle appartient un représentant est déterminée par son adresse de résidence. Pour les disciplines de la planification financière, du courtage en plans de bourses d études**, du courtage en contrats d investissement** et de l assurance collective de personnes, l élection se déroule sur l ensemble du territoire de la province. Chaque année, un administrateur représentant l une ou l autre de ces disciplines est élu selon l ordre établi dans le tableau ci-dessus. ÉLECTION Printemps 2004 et, par la suite, tous les trois ans Printemps 2005 et, par la suite, tous les trois ans Printemps 2006 et, par la suite, tous les trois ans DISCIPLINES assurance de personnes courtage en épargne collective assurance collective de personnes assurance de personnes courtage en épargne collective planification financière assurance de personnes courtage en épargne collective courtage en plans de bourses d études** courtage en contrats d investissement** RÉGIONS C C Tout le Québec A A Tout le Québec B B Tout le Québec *Le règlement intérieur de la Chambre subit présentement une révision. Il est disponible sur le Web de la Chambre. **La Loi prévoit que les représentants de ces deux (2) disciplines élisent un seul administrateur. DISCIPLINES ET RÉGIONS ÉLECTORALES VISÉES PAR L ÉLECTION 2004 (voir carte en page 15) Assurance collective de personnes : TOUT LE QUÉBEC Assurance de personnes et épargne collective : RÉGION ÉLECTORALE «C» - régions administratives 01, 02, 03, 04, 09, 11, 12 et 17 ÉLECTIONS À VENIR POUR LES TROIS PROCHAINES ANNÉES LES NUMÉROS FONT RÉFÉRENCE AUX RÉGIONS ADMINISTRATIVES DU QUÉBEC 01 Bas-Saint-Laurent 02 Saguenay Lac-Saint-Jean 03 Québec 04 Mauricie 05 Estrie 06 Montréal 07 Outaouais 08 Abitibi-Témiscamingue 09 Côte-Nord 10 Nord-du-Québec 11 Gaspésie Îles-de-la- Madeleine 12 Chaudière-Appalaches 13 Laval 14 Lanaudière 15 Laurentides 16 Montérégie 17 Centre-du-Québec

15 MEMBRES AUTORISÉS À SOUMETTRE LEUR CANDIDATURE ET À VOTER À L ÉLECTION 2004 Discipline Seuls les représentants de la discipline de l assurance de personnes et de la discipline du courtage en épargne collective, de la région C, et ceux de la discipline de l assurance collective de personnes, pour l ensemble de la province, sont concernés par l élection 2004 au sein du conseil d administration de la Chambre. Admissibilité Pour être admissible à une élection, un candidat doit, au plus tard le 27 janvier prochain, être dûment autorisé à agir par le Bureau des services financiers dans la discipline pour laquelle il se porte candidat. De plus, il ne doit pas dans les cinq (5) années qui précèdent la date fixée pour la clôture du scrutin : a) avoir fait l'objet d'une décision du Bureau qui révoque, suspend, assortit de restrictions ou de conditions son certificat ou lui refuse la délivrance ou le renouvellement de son certificat conformément aux articles 218, 219 et 220 de la Loi ; b) avoir fait l'objet d'une décision de culpabilité par le comité de discipline de l'aiapq, de la Chambre de la sécurité financière ou d'une décision de la CVMQ. 15 D é ce m b re / J a nv i e r Pour de plus amples renseignements sur la tenue des élections 2004 au conseil d administration de la Chambre de la sécurité financière, veuillez composer le (514) ou sans frais le

16 SAVIEZ-VOUS QUE SAVIEZ-VOUS QUE par M e Marie-Hélène Lajoie, directrice de la protection du public NOUVELLES RÈGLES DE DIVULGATION Le gouvernement du Québec a procédé à la mise en vigueur de certains articles de la Loi sur la distribution de produits et services financiers (Loi 188) qui étaient jusqu alors demeurés en suspens. Il s agit d articles relatifs à la divulgation. Ainsi, les articles 17, 26, 28, 31 et 32 de la Loi 188 visent notamment l obligation de dévoiler l ensemble des sources de rémunération (honoraires, commissions, etc.), les liens d affaires existants et les liens d exclusivité. On doit également donner toute l information relative au produit et à ses exclusions et, finalement, faire connaître au consommateur le nom des fournisseurs potentiels. N. B. Le Bureau des services financiers élabore actuellement la réglementation pour certaines de ces obligations de divulgation afin de préciser l application de ces articles. Pour en connaître davantage et prendre connaissance des directives d application, consultez les Bulletins du Bureau des services financiers, notamment ceux publiés les 30 janvier 2003 et 9 mai 2003 (www.bsf-qc.com). NORME CANADIENNE : OFFRE DE FONDS DE MARCHÉ À TERME Depuis le mois de septembre dernier, le Bureau des services financiers veille à l application d une nouvelle exigence de formation minimale adoptée par la Commission des valeurs mobilières du Québec. Cette norme vise les représentants exerçant la discipline du courtage en épargne collective (fonds communs de placement). Si vous détenez la discipline d épargne collective et désirez offrir des fonds de marché à terme, vous devrez, lors du prochain renouvellement, démontrer avoir satisfait à l une ou l autre des conditions suivantes : avoir obtenu au moins la note de passage pour le cours sur le commerce des valeurs mobilières du Canada ; ou avoir obtenu au moins la note de passage pour le cours d initiation aux produits dérivés ; ou avoir réussi le «Chartered Financial Analyst Program» (CFA). Un «fonds de marché à terme» est un organisme de placement collectif dont les parts sont offertes au public. Afin de mettre en œuvre des stratégies de placement d une manière qui n était normalement pas permise par la norme canadienne (81-102), le fonds de marché à terme utilise le levier, les instruments dérivés visés ainsi que des marchandises physiques. 16 NOUVELLES NORMES D ASSURANCE RESPONSABILITÉ Les projets de règlement modifiant le Règlement sur l exercice des activités de représentant et le Règlement sur le cabinet, le représentant autonome et la société autonome ont été approuvés par le gouvernement du Québec. Les modifications visent les exigences applicables à une police d assurance qui couvre la responsabilité d un cabinet, d un représentant qui agit pour son compte sans être un de ses employés, d un représentant autonome ou d une société autonome. Decembre 2003/ Janvier 2004 LES MODIFICATIONS SUIVANTES SONT ENTRÉES EN VIGUEUR LE 1 ER OCTOBRE 2003 Représentants Représentants autonomes Autres cabinets et de cabinets de moins de trois employés Franchise $ $ $ * Couverture minimum par sinistre $ $ $ Protection annuelle totale $ $ $ * La franchise peut dépasser les $ dans la mesure où les liquidités comblent la différence.

17 SOLUTIONS La vraie différence : par Claude MacDonald, vice-président de Perfexis LA VALEUR PERÇUE! Vous rencontrez un client, vous le questionnez pour comprendre ses attentes et ses objectifs. Vous lui présentez une offre qui met en évidence les principales caractéristiques de vos produits et services. Vous présentez même plusieurs arguments reliés à la valeur ajoutée de votre offre tels que la fiabilité de votre entreprise ou encore la souplesse dans les modalités de paiement. Et pourtant, le client décide de faire affaire avec un concurrent! Pourquoi? Un des éléments critiques de votre processus de développement des affaires a peut-être été négligé : LA VALEUR PERÇUE de votre offre. En effet, les clients évaluent souvent cette dernière à partir de critères qui ne sont nullement reliés aux produits et services que vous vendez. Il s agit d aspects reliés à vos façons de faire plutôt que ce que vous vendez. Nos recherches et observations ont permis de cerner cinq éléments à surveiller de près. 1 LA FAÇON DE VOUS PRÉSENTER 3 LA FAÇON DE PRÉSENTER VOTRE ORGANISATION Il est important pour vos clients d obtenir un minimum d informations sur votre organisation. Si votre entreprise est connue, ne tenez pas pour acquis que tous vos clients la connaissent. Votre mission, vos valeurs, son année de fondation, ses spécialités, votre rôle au sein de l organisation sont autant d informations qui seront appréciées par la majorité des gens avec qui vous souhaitez faire des affaires. 4 LA FAÇON DE PRÉSENTER VOTRE OFFRE Présenter une offre à un client sur deux feuilles 8.5 X 11 ne lui donne pas beaucoup d élévation. La valeur perçue de votre offre est directement proportionnelle à la qualité de sa présentation visuelle. Accordez une importance particulière à cet aspect. Si vous maîtrisez certains logiciels de présentation, construisez des canevas de présentation que vous pourrez mettre à jour en peu de temps pour chaque client. Un détail important, surtout pour ceux qui vous confient leur sécurité financière ainsi que celle de leurs enfants. N ayez pas de craintes à révéler quelques informations personnelles à votre sujet. Par exemple, l endroit où vous êtes né, où vous avez grandi, l endroit où vous avez étudié et pourquoi vous avez choisi la carrière de professionnel en services financiers. Les clients aiment savoir avec qui ils font affaire. Vous serez surpris de constater à quel point vos clients répondront plus facilement à vos questions si vous êtes prêts à leur révéler un minimum de renseignements sur votre personne. Même si vous n êtes pas à l aise avec cette idée, essayez-la quand même! 2 LA FAÇON D ÉCOUTER VOTRE CLIENT Il y a une grande différence entre ÉCOUTER et ATTENDRE SON TOUR POUR PARLER. L écoute que vous démontrez à vos clients est critique. Il y a une grande différence entre ÉCOUTER et ATTENDRE SON TOUR POUR PARLER. L écoute que vous démontrez à vos clients est critique. Prenez des notes lors de vos rencontres, questionnez et attendez les réponses. Tout en écoutant vos clients, préparez vos questions et non pas vos réponses! 5 LA FAÇON DE VOUS ADAPTER À CHAQUE CLIENT Faites attention aux subtilités de chaque client. Certains apprécient être en contrôle, on les appelle souvent des dominants. Ce genre de client appréciera faire ses propres choix. Il faudra lui présenter plus d une option. D autres apprécient être reconnus, ce sont les expressifs. Il est alors important de mettre l accent sur votre image de marque et le prestige de vos solutions. Une troisième catégorie recherche plutôt l acceptation de leur entourage et la stabilité. Il est donc important d en tenir compte dans votre offre. Enfin, certaines personnes ont un souci du détail et de la précision. Ce sont les analytiques. Vous devrez donc présenter beaucoup de données, de graphiques et de détails. LA VALEUR PERÇUE est souvent un élément négligé dans le processus de développement des affaires. Mettez quelquesunes une de ces idées à l essai ou encore raffinez celles que vous utilisez déjà. Allez-y, vous avez tout à gagner! Vous pouvez joindre Claude MacDonald ainsi que les membres de l équipe PERFEXIS formation conseil à l adresse suivante : 17 Décembre 2003/ Janvier 2004

18 Solutions d'affaires Mobilité Votre bureau vous suit partout C'est bien simple. La carte AirCard 555 de Sierra Wireless vous donne un accès en ligne à vos applications d'affaires à partir de votre ordinateur portatif ou de poche. Calculs de primes Portefeuilles clients Dossier global de vos clients Internet pour visualiser les courbes de croissance Et bien plus Pour plus de détails, appelez le en mentionnant le numéro GRAN# NCHSF15. Le logo Sierra et AirCard sont des marques de commerce de Sierra Wireless, Inc. Service offert dans la zone de service de Bell Mobilité, là où la technologie le permet.

19 VIE RÉGIONALE DUPLESSIS Chers collègues, Lors de notre dernière rencontre, le 17 septembre 2003, plusieurs d entre vous avez apprécié la formation sur l éthique professionnelle et auriez aimé en apprendre davantage. Trois heures n étaient pas suffisantes! Je voudrais vous rappeler qu une autre formation se tiendra le 17 décembre 2003 sur le droit notarié avec M e Linda Beaulieu et M e Louise Bergeron. Vous pourrez cumuler trois unités de formation continue (3 UFC) en matière générale au coût de 30 $, incluant le traditionnel dîner des fêtes. Je vous invite à me communiquer les sujets de conférence que vous aimeriez pour nos activités de formation de l année Merci de votre collaboration et de votre fidélité. Joyeuses fêtes! Gaëtan Simard, vice-président aux communications LANAUDIÈRE BEAUCE-AMIANTE La section Beauce-Amiante profite de cet espace pour vous présenter son conseil d administration pour la période Président Reynald Gilbert (418) , poste 226 Communications Simon Loubier (418) , poste 237 Formation Marcel Breton (418) Trésorière Micheline Beaulne (418) Fibrose kystique Gérard Lessard (418) , poste 250 Trophée Victor Dumais France G. Boilard (418) Secrétaire Louise Landry , poste 229 Nous vous encourageons à contacter ces personnes-ressources listées cidessus afin de leur communiquer vos besoins, vos opinions ainsi que vos suggestions. Par la même occasion, je remercie M. Gérard Lessard pour le beau travail accompli au nom de la fibrose kystique, merci à M. Reynald Gilbert qui fait un travail remarquable depuis nombre d années pour assurer le succès des mandats qui lui ont été confiés et ainsi nous aider à demeurer à l affût des changements constants. À tous, je souhaite de joyeuses fêtes! France G. Boilard, vice-présidente aux communications OUTAOUAIS Félicitations aux nouveaux membres du conseil d'administration de la région Outaouais Decembre 2003/ Janvier 2004 Bonjour à tous en cette période fébrile à l'approche des fêtes. À la suite de notre tournoi de golf, nous avons versé une somme de 500 $ à la maison Mémoire du Coeur, organisme local s'occupant de personnes atteintes de la maladie d'alzheimer. On peut reconnaître sur la photo M.Roger Monette (au centre) qui remet le chèque à M. Florient Lafortune, président de l'organisme, en présence de M me Annie Dando, coordonnatrice de la Maison. Le président et tout le comité se joint à moi pour vous souhaiter, à toutes et à tous, un temps des fêtes des plus heureux et une année remplie de paix, santé et prospérité. Jacques Vincelette, Adm. A., Pl. Fin., vice-président aux communications HAUTE-YAMASKA Bonjour chers membres, Au nom de votre C. A., je vous souhaite d excellentes fêtes. Que le bonheur coule à flot durant cette belle période. N oubliez pas de vérifier vos courriels! Une invitation spéciale vous sera envoyée bientôt. Si vous n êtes pas inscrit, ne tardez pas à ajouter votre adresse à notre liste de diffusion au De plus, vous recevrez sous peu les formulaires d inscription pour les prochaines formations du 16 janvier (St-Hyacinthe) et du 23 avril (Granby) qui seront très intéressantes.veuillez prendre note que, tout comme à l automne dernier, deux formations figureront sur le même envoi. Encore une fois joyeuses fêtes et bonne année! Annik Piché, vice-présidente aux communications Yves Guillot, administrateur à la formation Jean-Pierre Croteau, trésorier Yves Desjardins, administrateur à la fibrose kystique Réal Fiset, administrateur à la formation Louis Hudon, vice-président à la formation Robert L'Abbé, administrateur à la formation Pascal Leduc, président Pierre Paquin, administrateur à la formation André Richard, administrateur aux communications Christian Salois, secrétaire Lyne Vaillant, administratrice à la formation Richard Walsh, vice-président aux communications N'oubliez pas notre activité et notre dîner de Noël, le mercredi 17 décembre au club de golf Le Dôme. Profitez de cette occasion pour transmettre vos voeux des fêtes. Richard Walsh, vice-président aux communications (819) , poste 223 LAVAL Bonjour à tous! Je suis fière de vous présenter notre nouvelle équipe d'administrateurs : Marie-Claire M. Bergeron, responsable du Victor-Dumais et de la fibrose kystique ; Yves Charbonneau, vice-président à la formation ; Stéphane Côté ; Luc Dubé, vice-président aux communications ; Hekmat Haik ; Marie J. Laplante, présidente ; Pierre Lemire ; Guylaine Martin, vice-présidente à la trésorerie ; Olivine Martineau et Pauline Thibeault. Au nom de toute l'équipe, je tiens aussi à remercier Marie-Claire pour tout le travail et les services rendus et qu'elle veut continuer de rendre à notre section ainsi qu'à la Chambre de la sécurité financière. Sans son enthousiasme et son entrain, notre équipe ne serait pas aussi complète et dynamique. Je vous souhaite à tous une belle année! Marie J. Laplante, présidente

20 QUÉBEC Bonjour à tous et à toutes, À la suite de notre réunion annuelle de la section, j'ai accepté la présidence pour un 2 e mandat, soit pour la période Notre plan de communication d'adresses de courriel se concrétisera en 2004, et la formation continue demeure toujours notre priorité, vous recevrez sous peu le calendrier pour la prochaine année. Nous nous sommes donné une mission commune que nous pourrons personnaliser pour notre section au cours de l'année. Je veux vous remercier pour votre collaboration à notre campagne de la fibrose kystique qui nous a permis de remettre la somme de $. Je veux également vous rappeler que le site de la Chambre est un outil précieux pour être à l'affût de ce qui se passe dans votre profession, n'hésitez pas à le visiter au En terminant, je veux vous présenter notre nouveau conseil d'administration mis en place à la suite de la réunion annuelle du 15 octobre dernier. Je tiens, par ailleurs, à remercier toute l'équipe qui a travaillé pour la section l'année dernière. Conseil d'administration pour l'année Président Jean-Yves Gagnon, A.V.C., Pl. Fin. Présidente du conseil diane Cinq-Mars, A.V.C. Vice-président de l'institut de formation rené R. Charuest, A.V.C., Pl. Fin. Vice-président aux communications robert Léonard Secrétaire-trésorière Lisette Beaudry Responsable de la fibrose kystique louise Tremblay Administratrice Lise Bouchard, A.V.C. Administratrice Marie-Helene Risi Administrateur Mario Dion, CGA, Pl. Fin. Administratrice Johanne Boily, Pl. Fin. Administrateur Alain Rivard Secrétaire Renée Gilbert Merci à tous et bonne année 2004! Jean-Yves Gagnon, A.V.C., Pl. Fin., président RICHELIEU-LONGUEUIL Bonjour à toutes et à tous, Déjà une autre année qui s achève! Je voudrais profiter de cet espace, à la veille de la période des fêtes, pour remercier tous les bénévoles qui se sont impliqués tout au long de l année Les professionnels que nous sommes côtoient chaque jour les différentes classes de la société, nous sommes à même de comprendre et sentir la détresse des personnes en difficulté. Votre section entend poursuivre cette mission encore longtemps afin de contribuer à améliorer le sort des plus démunis et continuer de chercher des solutions concrètes pour leur venir en aide. Fibrose kystique En terminant, j aimerais remercier haut et fort M. de Cardaillac qui, tout au long de l année, a tout mis en œuvre pour appuyer la cause de la fibrose kystique. Il est notamment à l origine du premier quille-o-thon familial tenu à Brossard le 4 octobre dernier. Malgré tous les efforts déployés, seulement 40 % de l objectif de $ a été atteint. Néanmoins, le comité de la fibrose kystique ne se décourage pas et compte combler la différence par la vente de billets de tirage. Rappelons également que le comité poursuit la promotion du don d organes et de l aide à la formation et à RENSEIGNEMENTS Téléphone: (418) ou , poste 3202 Télécopieur: (418) La connaissance confère la compétence. Adhérez à ce programme de formation et obtenez la désignation professionnelle de conseiller agréé en avantages sociaux et trois attestations délivrées par la Chambre de la sécurité financière en : assurance collective; régimes de retraite; rémunération et gestion stratégique des ressources humaines. Programme offert à distance partout au Québec Inscrivez-vous avant le 12 décembre 2003 pour la session d hiver. 23 Décembre 2003/ Janvier 2004

Vous êtes membre. Être membre de la Chambre de la sécurité financière, c est être bien encadré. En tant qu organisme

Vous êtes membre. Être membre de la Chambre de la sécurité financière, c est être bien encadré. En tant qu organisme Vous êtes membre Être membre de la Chambre de la sécurité financière, c est être bien encadré. En tant qu organisme d autoréglementation, la Chambre est là pour protéger le public, mais aussi pour contribuer

Plus en détail

SOUMISSION DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE

SOUMISSION DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE SOUMISSION DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE AU CONSEIL CANADIEN DES RESPONSABLES DE LA RÉGLEMENTATION D ASSURANCE ET LES ORGANISMES DE RÉGLEMENTATION DES SERVICES D ASSURANCE AU CANADA (CISRO) COMITÉ

Plus en détail

Portrait statistique de la population de représentant en épargne collective au Québec

Portrait statistique de la population de représentant en épargne collective au Québec Portrait statistique de la population de représentant en épargne collective au Québec Par Alexandre Moïse 1 Marie Hélène Noiseux 2 1-Alexandre Moïse, B.Gest., M.Sc.A., Chercheur à l'université du Québec

Plus en détail

Voici les textes des fichiers associés au bulletin inf@ CA. Notez que vous retrouverez dans ces textes les nouvelles de toutes les régions.

Voici les textes des fichiers associés au bulletin inf@ CA. Notez que vous retrouverez dans ces textes les nouvelles de toutes les régions. Voici les textes des fichiers associés au bulletin inf@ CA de cette semaine. Notez que vous retrouverez dans ces textes les nouvelles de toutes les régions. Nouvelle Montréal, le 14 septembre 2004 Toujours

Plus en détail

régie par l Autorité des marchés financiers

régie par l Autorité des marchés financiers Exercer une profession régie par l Autorité des marchés financiers Sommaire n Attributions et conditions pour exercer 1 une profession régie par l AMF n Obtention du certificat de représentant 2 n Assurance

Plus en détail

Appel de mises en candidature et d inscriptions

Appel de mises en candidature et d inscriptions www.csae.com Prix Leadership 2013 Appel de mises en candidature et d inscriptions Prix Pinnacle Prix Griner Prix de membre honoraire à vie Prix Donna Mary Shaw Prix «Les associations, sources d un Canada

Plus en détail

COMMENTAIRES. du Regroupement des cabinets de courtage d assurance du Québec. présentés à l Autorité des marchés financiers

COMMENTAIRES. du Regroupement des cabinets de courtage d assurance du Québec. présentés à l Autorité des marchés financiers COMMENTAIRES du Regroupement des cabinets de courtage d assurance du Québec présentés à l Autorité des marchés financiers portant sur le document de consultation «Ligne directrice sur les pratiques commerciales

Plus en détail

G u i d e. Les règles pour les représentations, les bannières ou les cartes professionnelles

G u i d e. Les règles pour les représentations, les bannières ou les cartes professionnelles G u i d e Les règles pour les représentations, les bannières ou les cartes professionnelles I - INTRODUCTION À la suite de l entrée en vigueur de la Loi sur la distribution de produits et services financiers

Plus en détail

APRHQ Rapport annuel de la présidence Année 2010-2011 Montréal, Québec 19 octobre 2011

APRHQ Rapport annuel de la présidence Année 2010-2011 Montréal, Québec 19 octobre 2011 APRHQ Rapport annuel de la présidence Année 2010-2011 Montréal, Québec 19 octobre 2011 C est avec plaisir que je vous présente le rapport d activités de l APRHQ pour l année qui s est terminée le 31 août

Plus en détail

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS DÉCLARATION AUX MÉDIAS POUR LA PUBLICATION DU Rapport annuel 2013-2014 par François Boileau Commissaire aux services en français de l Ontario Jeudi 10 juillet 2014 11 h 00 Salle des médias Édifice de l

Plus en détail

INVESTIR À propos de Banque Nationale Courtage direct. Prenez le contrôle avec Banque Nationale Courtage direct

INVESTIR À propos de Banque Nationale Courtage direct. Prenez le contrôle avec Banque Nationale Courtage direct Prenez le contrôle avec Banque Nationale Courtage direct 01 Au service des investisseurs canadiens depuis plus de 25 ans Filiale d une des plus grandes institutions financières au pays, offre aux investisseurs

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

Tous les intéressés qui effectuent des opérations d assurance RC professionnelle (secteur des services financiers) au Québec

Tous les intéressés qui effectuent des opérations d assurance RC professionnelle (secteur des services financiers) au Québec bulletin Canadien Date 2014-06-05 Destinataires Référence Tous les intéressés qui effectuent des opérations d assurance RC professionnelle (secteur des services financiers) au Québec RE-14-008 Objet Pièce

Plus en détail

Mise à jour Licence de gestionnaire de salle

Mise à jour Licence de gestionnaire de salle Mise à jour Licence de gestionnaire de salle Veuillez indiquer votre numéro de dossier attribué par la Régie 13- Veuillez remplir le tableau suivant et le retourner avec le formulaire dûment rempli et

Plus en détail

Restaurant Brands International Inc. Conseil d administration Lignes directrices sur la gouvernance. Adoptées le 11 décembre 2014

Restaurant Brands International Inc. Conseil d administration Lignes directrices sur la gouvernance. Adoptées le 11 décembre 2014 Restaurant Brands International Inc. Conseil d administration Lignes directrices sur la gouvernance Adoptées le 11 décembre 2014 Le conseil d administration (le «conseil») de Restaurant Brands International

Plus en détail

Demande de permis Candidats du cheminement CPA, CA

Demande de permis Candidats du cheminement CPA, CA 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 www.cpaquebec.ca Demande de permis Candidats du cheminement CPA, CA N.B. Il est inutile de présenter une demande

Plus en détail

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers entre assureurs de dommages et carrossiers Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Novembre 2006 entre assureurs de dommages et carrossiers 2 PRÉAMBULE Le Groupement des assureurs automobiles

Plus en détail

DÉCLARATION D INTENTION

DÉCLARATION D INTENTION Association pour le Développement de la Recherche et de l Innovation du Québec Réseau Conseil en Technologie et en Innovation TROUSSE DU CONSEILLER PRIVÉ (version à jour au 19 janvier 2015) DÉCLARATION

Plus en détail

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Cet outil offre aux conseillers en orientation professionnelle : un processus étape par étape pour réaliser une évaluation informelle

Plus en détail

Éducation permanente obligatoire pour le secteur des courtiers en hypothèques de l Ontario : Une proposition pour consultation

Éducation permanente obligatoire pour le secteur des courtiers en hypothèques de l Ontario : Une proposition pour consultation Éducation permanente obligatoire pour le secteur des courtiers en hypothèques de l Ontario : Une proposition pour consultation Commission des services financiers de l Ontario Le 17 décembre 2010 Table

Plus en détail

OBJET : Assemblée annuelle 2013 Nomination d'un représentant des participants actifs au Comité de retraite

OBJET : Assemblée annuelle 2013 Nomination d'un représentant des participants actifs au Comité de retraite Mars 2013 OBJET : Assemblée annuelle 2013 Nomination d'un représentant des participants actifs au Comité de retraite Madame, Monsieur, J ai le plaisir, au nom des membres du Comité de retraite, de vous

Plus en détail

Le 8 mai 2015. Bonjour,

Le 8 mai 2015. Bonjour, Le 8 mai 2015 Bonjour, En janvier, La Compagnie d Assurance-Vie Manufacturers (Manuvie) a annoncé la conclusion de l acquisition des activités canadiennes de la Standard Life. Je souhaite vous informer

Plus en détail

Pour bien démarrer votre entreprise en plomberie et chauffage

Pour bien démarrer votre entreprise en plomberie et chauffage Pour bien démarrer votre entreprise en plomberie et chauffage TABLE DES MATIÈRES Démarrer votre entreprise.................................................................................... 3 Choisir

Plus en détail

Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes

Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes Mémoire de stage Promotion 2010 Priscillia VON HOFMANN Abstract Today, the importance

Plus en détail

Guide. Règles sur les cartes professionnelles et les autres représentations. Pour communiquer avec votre clientèle dans le respect de vos obligations

Guide. Règles sur les cartes professionnelles et les autres représentations. Pour communiquer avec votre clientèle dans le respect de vos obligations Guide Règles sur les cartes professionnelles et les autres représentations Pour communiquer avec votre clientèle dans le respect de vos obligations Ce guide remplace celui intitulé Les Règles pour les

Plus en détail

Le M.B.A. professionnel

Le M.B.A. professionnel Le M.B.A. professionnel Un M.B.A. à temps partiel pour les professionnels qui travaillent un programme unique Le nouveau M.B.A. professionnel de la Faculté de gestion Desautels de l Université McGill est

Plus en détail

Contact Personnel. Personal Contact. Chers partenaires,

Contact Personnel. Personal Contact. Chers partenaires, Édition du printemps 2012 Bulletin d information pour les partenaires de La Personnelle Chers partenaires, Comme annoncé en novembre dernier, notre équipe de la commercialisation a travaillé, au cours

Plus en détail

Mon argent pour la vie

Mon argent pour la vie Mon argent pour la vie Bâtir son épargne. Protéger ses avoirs. Prendre sa retraite en toute confiance. QUESTIONNAIRE SUR LE STYLE DE VIE À LA RETRAITE NAME DATE CURRENT AGE AGE YOU HOPE TO RETIRE La vie

Plus en détail

RAPPORT CERTIFICATS DE PRATIQUE POUR LES ACTUAIRES DÉSIGNÉS AU CANADA COMMISSION SUR L ACTUAIRE DÉSIGNÉ/ RESPONSABLE DE L ÉVALUATION

RAPPORT CERTIFICATS DE PRATIQUE POUR LES ACTUAIRES DÉSIGNÉS AU CANADA COMMISSION SUR L ACTUAIRE DÉSIGNÉ/ RESPONSABLE DE L ÉVALUATION RAPPORT CERTIFICATS DE PRATIQUE POUR LES ACTUAIRES DÉSIGNÉS AU CANADA COMMISSION SUR L ACTUAIRE DÉSIGNÉ/ RESPONSABLE DE L ÉVALUATION FÉVRIER 2005 2005 Institut canadien des actuaires Document 205009 This

Plus en détail

Régime de réinvestissement des dividendes et d achat d actions

Régime de réinvestissement des dividendes et d achat d actions Régime de réinvestissement des dividendes et d achat d actions Modifié et reormulé le Septembre 2005 table des matières introduction/sommaire.....................................2 renseignements complémentaires.............................5

Plus en détail

Solutions d assurance-vie pour les. propriétaires d entreprise

Solutions d assurance-vie pour les. propriétaires d entreprise Solutions d assurance-vie pour les propriétaires d entreprise Solutions d assurance-vie pour les propriétaires d entreprise Quel type d assurance-vie convient le mieux aux propriétaires d entreprise? Tout

Plus en détail

Question from Gabriel Bernardino (Session I)

Question from Gabriel Bernardino (Session I) /06/204 Question from Gabriel Bernardino (Session I) Do you believe that harmonised EU regulation will indeed lead to less national regulatory details? Croyez-vous que l harmonisation des lois européennes

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

SFPQ. express. Forum récréotourisme. AUGMENTATION DE TAXES (contrat 30000 Desjardins)

SFPQ. express. Forum récréotourisme. AUGMENTATION DE TAXES (contrat 30000 Desjardins) SFPQ express Forum récréotourisme ASSURANCES COLLECTIVES AUGMENTATION DE TAXES (contrat 30000 Desjardins) Le 2 décembre dernier, le gouvernement du Québec a annoncé une hausse de 1 % de la taxe sur le

Plus en détail

Voici les textes des fichiers associés au bulletin inf@ CA. Notez que vous retrouverez dans ces textes les nouvelles de toutes les régions.

Voici les textes des fichiers associés au bulletin inf@ CA. Notez que vous retrouverez dans ces textes les nouvelles de toutes les régions. Voici les textes des fichiers associés au bulletin inf@ CA de cette semaine. Notez que vous retrouverez dans ces textes les nouvelles de toutes les régions. Nouvelle Montréal, le 3 février 2004 Gala de

Plus en détail

Formation continue obligatoire

Formation continue obligatoire Formation continue obligatoire POLITIQUE (Organismes) Version décembre 2010 S E R V I C E D U D É V E L O P P E M E N T P R O F E S S I O N N E L Table des matières Section 1 : Information générale 3 1.

Plus en détail

Faits saillants sur les mesures fiscales annoncées par le ministre des Finances du Québec le 2 décembre 2014

Faits saillants sur les mesures fiscales annoncées par le ministre des Finances du Québec le 2 décembre 2014 Actualité juridique Faits saillants sur les mesures fiscales annoncées par le ministre des Finances du Québec le 2 décembre 2014 Décembre 2014 Fiscalité Le ministre des Finances du Québec, M. Carlos Leitão,

Plus en détail

A provincial general election is underway. I am writing you to ask for your help to ensure that Ontarians who are homeless are able to participate.

A provincial general election is underway. I am writing you to ask for your help to ensure that Ontarians who are homeless are able to participate. Dear Administrator, A provincial general election is underway. I am writing you to ask for your help to ensure that Ontarians who are homeless are able to participate. Meeting the identification requirements

Plus en détail

Stress and Difficulties at School / College

Stress and Difficulties at School / College Stress and Difficulties at School / College This article will deal with the pressures and problems that students face at school and college. It will also discuss the opposite - the positive aspects of

Plus en détail

Communiquez avec nous sans tarder afin de vous joindre à notre équipe de collaborateurs. jean-hertel_lemieux@uqar.ca

Communiquez avec nous sans tarder afin de vous joindre à notre équipe de collaborateurs. jean-hertel_lemieux@uqar.ca 1 Vous aimeriez participer à la rédaction du en partageant sur différents sujets liés à votre domaine d études et/ou votre expérience du monde du travail? Un sujet de société vous préoccupe? Communiquez

Plus en détail

Notes d allocution au Comité permanent des banques et commerce du Sénat

Notes d allocution au Comité permanent des banques et commerce du Sénat Notes d allocution au Comité permanent des banques et commerce du Sénat Étude de la capacité des particuliers à se prévaloir d'un régime enregistré d'épargne-invalidité (REEI) Ryan Fontaine Conseiller

Plus en détail

Demande de licence. de bingo en salle seul. Guide. Formulaire de demande de licence. Annexe A Déclaration annuelle de l organisme

Demande de licence. de bingo en salle seul. Guide. Formulaire de demande de licence. Annexe A Déclaration annuelle de l organisme Demande de licence de bingo en salle seul Guide Formulaire de demande de licence Annexe A Déclaration annuelle de l organisme Annexe A.1 Déclaration annuelle des personnes liées à l organisme Annexe B

Plus en détail

SERVICE DES LETTRES ET DE L ÉDITION Aide à l édition de livres : subventions à la traduction

SERVICE DES LETTRES ET DE L ÉDITION Aide à l édition de livres : subventions à la traduction LIGNES DIRECTRICES ET FORMULAIRE DE DEMANDE SERVICE DES LETTRES ET DE L ÉDITION Aide à l édition de livres : subventions à la traduction Veuillez suivre les trois étapes ci-dessous pour présenter cette

Plus en détail

SERVICE DES PRIX Bourse John-G.-Diefenbaker 2016. 1 re étape Lisez les lignes directrices pour connaître l objet de la bourse, les candidats et

SERVICE DES PRIX Bourse John-G.-Diefenbaker 2016. 1 re étape Lisez les lignes directrices pour connaître l objet de la bourse, les candidats et LIGNES DIRECTRICES ET FORMULAIRE DE MISE EN CANDIDATURE SERVICE DES PRIX Bourse John-G.-Diefenbaker 2016 Veuillez suivre les trois étapes suivantes pour soumettre une candidature à cette bourse : 1 re

Plus en détail

Guide de l'acheteur. Jean-Philippe Loiselle inc. Courtier immobilier. Tél : 514-766-1000. www.venduparloiselle.com www.remax-quebec.

Guide de l'acheteur. Jean-Philippe Loiselle inc. Courtier immobilier. Tél : 514-766-1000. www.venduparloiselle.com www.remax-quebec. Guide de l'acheteur www.venduparloiselle.com www.remax-quebec.com Tél : 514-766-1000 Merci de me faire confiance! «Dans tout type de marché, la stratégie adaptée à la réalité d'aujourd'hui me permet toujours

Plus en détail

Le genre féminin utilisé dans ce document désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Le genre féminin utilisé dans ce document désigne aussi bien les femmes que les hommes. Programme d intéressement pour l implantation du rôle de l infirmière praticienne spécialisée Modalités d application 15-919-04W RÉDACTION Direction des soins infirmiers Direction générale des services

Plus en détail

ASSOCIATION QUÉBÉCOISE DE LA GESTION PARASITAIRE RAPPORT ANNUEL D ACTIVITÉS

ASSOCIATION QUÉBÉCOISE DE LA GESTION PARASITAIRE RAPPORT ANNUEL D ACTIVITÉS ASSOCIATION QUÉBÉCOISE DE LA GESTION PARASITAIRE RAPPORT ANNUEL D ACTIVITÉS 2012-2013 RAPPORT DU PRÉSIDENT La dernière année a été une succession de batailles qui n ont pas été très concluantes... Au mois

Plus en détail

Faire parvenir les documents suivants à l agent de soutien du programme

Faire parvenir les documents suivants à l agent de soutien du programme Reconnaissances des acquis Crédits d équivalence et exemptions Prendre note : Il n y a aucun frais associés au processus d évaluation du dossier Tous les participants au programme doivent obtenir des crédits

Plus en détail

Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013

Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013 Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013 Bonjour Mesdames et Messieurs, Je suis très heureux d être avec vous aujourd hui pour ce Sommet AéroFinancement organisé

Plus en détail

Régie des rentes du Québec 2006. En cas

Régie des rentes du Québec 2006. En cas Régie des rentes du Québec 2006 En cas Profitez de nos services en ligne Le relevé de participation au Régime de rentes du Québec ; SimulRetraite, un outil de simulation des revenus à la retraite ; La

Plus en détail

Transfert du patrimoine de l entreprise avec retrait en espèces :

Transfert du patrimoine de l entreprise avec retrait en espèces : Solutions d assurance-vie Produits Actifs Occasions Garanties Croissance Capital Protection Revenu Avantage Solutions Options Stabilité PLANIFIER AUJOURD HUI. ASSURER L AVENIR. Transfert du patrimoine

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION INSCRIPTION AU TABLEAU DE L ORDRE CÉRÉMONIE DE PRESTATION DE SERMENT

DOCUMENT D INFORMATION INSCRIPTION AU TABLEAU DE L ORDRE CÉRÉMONIE DE PRESTATION DE SERMENT DOCUMENT D INFORMATION INSCRIPTION AU TABLEAU DE L ORDRE CÉRÉMONIE DE PRESTATION DE SERMENT PAIEMENT DE VOS COTISATIONSANNUELLES ET PRIME D ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE. Service des greffes

Plus en détail

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations Initiative d excellence de l université de Bordeaux Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014 Recommandations 2/1 RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE Une feuille de route pour le conseil de gestion

Plus en détail

Assemblée publique annuelle 2011 3 novembre 2011 Trois-Rivières, QC. allocutions de

Assemblée publique annuelle 2011 3 novembre 2011 Trois-Rivières, QC. allocutions de 1 Assemblée publique annuelle 2011 3 novembre 2011 Trois-Rivières, QC allocutions de Bryan P. Davies Président du conseil d administration Société d assurance-dépôts du Canada et Michèle Bourque Présidente

Plus en détail

Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder

Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder (Ottawa, Canada Le 17 mars 2008) Selon une enquête menée récemment auprès des citoyens canadiens à l échelle nationale, la grande

Plus en détail

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? aujourd hui l un des sites Internet les plus visités au monde. Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont une page Facebook?

Plus en détail

UN REVIREMENT IMPORTANT EN SEULEMENT SIX MOIS

UN REVIREMENT IMPORTANT EN SEULEMENT SIX MOIS Octobre 2009 Vol. 9 n o 3 Pascale Cantin, Pl. fin. pascale-cantin@lafond.ca Reneaud Cantin, C.A. reneaud-cantin@lafond.ca À LIRE DANS CE NUMÉRO : Un revirement important en seulement six mois Page 1 Le

Plus en détail

S E R V I C E D E G E S T I O N P R I V É E

S E R V I C E D E G E S T I O N P R I V É E S E R V I C E D E G E S T I O N P R I V É E 2 QUAND LA GESTION DE PORTEFEUILLE SE DÉMOCRATISE 3 Le debut des activités, en 2011, de la Société de gestion privée des Fonds FMOQ inc. marque une nouvelle

Plus en détail

Faits saillants et survol des résultats du sondage

Faits saillants et survol des résultats du sondage NORMES PROFESSIONNELLES NATIONALES pour les gestionnaires de ressources bénévoles Préparer les prochaines étapes Résultats du sondage d'octobre 2012 Merci aux membres qui ont pris le temps de répondre

Plus en détail

Le salon des résidents Les 6 & 13 juillet 2012 Sherbrooke

Le salon des résidents Les 6 & 13 juillet 2012 Sherbrooke Le salon des résidents Les 6 & 13 juillet 2012 Sherbrooke Démystifier l industrie financière Par : Martin Roy, BAA, CIM md, Conseiller en gestion de patrimoine Marie-Eve Tanguay, BAA, Associée Principale

Plus en détail

Toronto (Ontario) Le vendredi 26 octobre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à :

Toronto (Ontario) Le vendredi 26 octobre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à : Allocution présentée par la surintendante Julie Dickson Bureau du surintendant des institutions financières Canada (BSIF) dans le cadre du Colloque des affaires réglementaires du Bureau d assurance du

Plus en détail

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns. 1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.! Marie t invite au théâtre?!! Oui, elle m invite au théâtre.! Elle te parle au téléphone?!! Oui, elle me parle au téléphone.! Le prof vous regarde?!!!

Plus en détail

Avis légal. I 2 FISCALLIANCE 2011 L Incorporation des Courtiers Immobiliers du Québec

Avis légal. I 2 FISCALLIANCE 2011 L Incorporation des Courtiers Immobiliers du Québec Avis légal L incorporation des courtiers est un sujet très complexe, lequel ne saurait évidemment être traité en profondeur dans le présent document. Ce fascicule vise à sensibiliser les courtiers quant

Plus en détail

Des MBA ès services financiers ramènent des conseillers sur les bancs d école

Des MBA ès services financiers ramènent des conseillers sur les bancs d école Des MBA ès services financiers ramènent des conseillers sur les bancs d école De nombreux conseillers n hésitent pas à investir temps, argent et énergie pour décrocher ce diplôme auréolé de crédibilité

Plus en détail

b) La liste de vos anciens noms pour les 5 dernières années (avec explications) Si non applicable, veuillez cocher

b) La liste de vos anciens noms pour les 5 dernières années (avec explications) Si non applicable, veuillez cocher PROPOSITION D ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE POUR LES CABINETS, LES REPRÉSENTANTS AUTONOMES, LES REPRÉSENTANTS AGISSANT POUR LE COMPTE D UN CABINET SANS Y ÊTRE EMPLOYÉS ET LES SOCIÉTÉS AUTONOMES

Plus en détail

Voici les textes des fichiers associés au bulletin inf@ CA. Notez que vous retrouverez dans ces textes les nouvelles de toutes les régions.

Voici les textes des fichiers associés au bulletin inf@ CA. Notez que vous retrouverez dans ces textes les nouvelles de toutes les régions. Voici les textes des fichiers associés au bulletin inf@ CA de cette semaine. Notez que vous retrouverez dans ces textes les nouvelles de toutes les régions. Nouvelle Montréal, le 31 janvier 2004 Six futurs

Plus en détail

Étude de cas n o 2. L épargne-retraite de Maria produit un revenu à vie optimal et offre des possibilités de croissance. Des solutions qui cliquent

Étude de cas n o 2. L épargne-retraite de Maria produit un revenu à vie optimal et offre des possibilités de croissance. Des solutions qui cliquent Vers une meilleure Étude retraite de cas n o 2 Des solutions qui cliquent Étude de cas n o 2 L épargne-retraite de Maria produit un revenu à vie optimal et offre des possibilités de croissance À l intention

Plus en détail

Comment adresser une plainte

Comment adresser une plainte Comment adresser une plainte 2 Comment adresser une plainte Table des matières Votre opinion nous tient à cœur 3 Entités RBC 3 En cas de plainte ou de problème 4 n 1 re étape Commencer à la source du problème

Plus en détail

Q1 Quel est votre sexe?

Q1 Quel est votre sexe? Q1 Quel est votre sexe? Répondues : 458 Ignorées : 0 Homme Femme Homme Femme 18,56% 85 81,44% 373 Total 458 1 / 11 Q2 Quel est votre âge? Répondues : 458 Ignorées : 0 18-24 ans 25-34 ans 35-44 ans 45-54

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2010-2011

RAPPORT ANNUEL 2010-2011 RAPPORT ANNUEL 2010-2011 8 juin 2011 TABLE DES MATIÈRES Mission... 3 Rapport du président... 4 Conseil d'administration 2010-2011... 7 Rapport du trésorier... 8 Rapport de la vérificatrice... 9 Rapport

Plus en détail

Projet de loi n o 25 (2003, chapitre 21) Loi sur les agences de développement de réseaux locaux de services de santé et de services sociaux

Projet de loi n o 25 (2003, chapitre 21) Loi sur les agences de développement de réseaux locaux de services de santé et de services sociaux PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 25 (2003, chapitre 21) Loi sur les agences de développement de et de services sociaux Présenté le 11 novembre 2003 Principe adopté le 10 décembre

Plus en détail

Formulaire d inscription (form also available in English) Mission commerciale en Floride. Coordonnées

Formulaire d inscription (form also available in English) Mission commerciale en Floride. Coordonnées Formulaire d inscription (form also available in English) Mission commerciale en Floride Mission commerciale Du 29 septembre au 2 octobre 2015 Veuillez remplir un formulaire par participant Coordonnées

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail

Financement des études postsecondaires et régimes d épargne pour les étudiants autochtones

Financement des études postsecondaires et régimes d épargne pour les étudiants autochtones Financement des études postsecondaires et régimes d épargne pour les étudiants autochtones Par Domenic Natale, vice-président, Services aux Autochtones, Services fiduciaires, Gestion de patrimoine TD Fier

Plus en détail

Taux de participation au Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS)

Taux de participation au Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS) Taux de participation au Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS) Introduction Le Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS) offre, à tous les deux ans, une mammographie

Plus en détail

Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme

Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme public Juin 2015 1 INTRODUCTION... 4 À QUI S ADRESSE

Plus en détail

Bulletin de l ACFM. Principe directeur. Aux fins de distribution aux parties intéressées dans votre société

Bulletin de l ACFM. Principe directeur. Aux fins de distribution aux parties intéressées dans votre société Association canadienne des courtiers de fonds mutuels Mutual Fund Dealers Association of Canada 121 King Street W., Suite 1600, Toronto (Ontario) M5H 3T9 Tél. : (416) 361-6332 Téléc. : (416) 943-1218 SITE

Plus en détail

LANCEMENT D UN PROGRAMME DE FORMATION DE NOUVEAUX NÉGOCIATEURS APPEL DE CANDIDATURES

LANCEMENT D UN PROGRAMME DE FORMATION DE NOUVEAUX NÉGOCIATEURS APPEL DE CANDIDATURES Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE 108-15 Le 11 septembre 2015

Plus en détail

Fiche d Inscription / Entry Form

Fiche d Inscription / Entry Form Fiche d Inscription / Entry Form (A renvoyer avant le 15 octobre 2014 Deadline octobrer 15th 2014) Film Institutionnel / Corporate Film Film Marketing Produit / Marketing Product film Film Communication

Plus en détail

NOUVEAUX REPRÉSENTANTS DES RETRAITÉS AU CIRR

NOUVEAUX REPRÉSENTANTS DES RETRAITÉS AU CIRR Bulletin de la Section de Québec Septembre 2012 NOUVEAUX REPRÉSENTANTS DES RETRAITÉS AU CIRR Suite aux élections qui ont été tenues au cours des dernières semaines, Michel Doyon est devenu le représentant

Plus en détail

RAPPORT ANN UE L 2014-2015

RAPPORT ANN UE L 2014-2015 RAPPORT ANN UE L 2014-2015 TABLE DES MATIÈRES Mots du président et de la direction... 4 Historique... Mission... Territoire... Présentation de l équipe... 5 6 6 7 Les bénévoles experts Processus d action

Plus en détail

LES SERVICES BANCAIRES EN LIGNE : LA MOBILITÉ GAGNE DU TERRAIN VOLUME 4 NUMÉRO 9 AVEC LA COLLABORATION DE

LES SERVICES BANCAIRES EN LIGNE : LA MOBILITÉ GAGNE DU TERRAIN VOLUME 4 NUMÉRO 9 AVEC LA COLLABORATION DE LES SERVICES BANCAIRES EN LIGNE : LA MOBILITÉ GAGNE DU TERRAIN VOLUME 4 NUMÉRO 9 AVEC LA COLLABORATION DE 2 2014, CEFRIO NETendances LES SERVICES BANCAIRES EN LIGNE : LA MOBILITÉ GAGNE DU TERRAIN TABLE

Plus en détail

top Dans cette édition : Responsabilité des administrateurs : qu'en pense la Cour suprême du Canada? ENGLISH Juin / Juillet 2005 - Vol.

top Dans cette édition : Responsabilité des administrateurs : qu'en pense la Cour suprême du Canada? ENGLISH Juin / Juillet 2005 - Vol. top ENGLISH Juin / Juillet 2005 - Vol. 19 n 3 Dans cette édition : Responsabilité des administrateurs : qu en pense la Cour suprême du Canada? Réunion annuelle de Corporations Canada Délais des services

Plus en détail

Proposition Assurance contre les erreurs et omissions des représentants, cabinets en assurance et des experts en sinistres

Proposition Assurance contre les erreurs et omissions des représentants, cabinets en assurance et des experts en sinistres Proposition Assurance contre les erreurs et omissions des représentants, cabinets en assurance et des experts en sinistres Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000

Plus en détail

Étude nationale sur les besoins des clients

Étude nationale sur les besoins des clients Étude nationale sur les besoins des clients Rapport sommaire Canadian Legal Information Institute Institut canadien d information juridique Octobre 2012 CorbinPartners Inc. 2012 Contexte et méthodologie

Plus en détail

Instaurer un dialogue entre chercheurs et CÉR: pourquoi? Me Emmanuelle Lévesque Centre de génomique et politiques Université McGill

Instaurer un dialogue entre chercheurs et CÉR: pourquoi? Me Emmanuelle Lévesque Centre de génomique et politiques Université McGill Instaurer un dialogue entre chercheurs et CÉR: pourquoi? Me Emmanuelle Lévesque Centre de génomique et politiques Université McGill Perceptions de perte de confiance dans la littérature récente: des exemples

Plus en détail

Caisse d économie des employés en Télécommunication

Caisse d économie des employés en Télécommunication Caisse d économie des employés en Télécommunication 1 HOMMAGES Hommage à M. Michel Laberge, ex-président du Conseil d administration de la Caisse d économie Desjardins des employés en Télécommunication

Plus en détail

Dans le présent document, le genre masculin est utilisé au sens neutre et désigne les femmes autant que les hommes.

Dans le présent document, le genre masculin est utilisé au sens neutre et désigne les femmes autant que les hommes. Dans le présent document, le genre masculin est utilisé au sens neutre et désigne les femmes autant que les hommes. Centre de référence du Grand Montréal Organisme de charité enregistré (10689 5840 RR0001)

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

Le passé composé. C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past!

Le passé composé. C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past! > Le passé composé le passé composé C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past! «Je suis vieux maintenant, et ma femme est vieille aussi. Nous n'avons pas eu d'enfants.

Plus en détail

ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA. Norme de formation Professionnelle continue Version 1.1

ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA. Norme de formation Professionnelle continue Version 1.1 ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA Norme de formation Professionnelle continue Version 1.1 Association des comptables généraux accrédités du Canada 100 4200 North Fraser Way Burnaby

Plus en détail

CONCOURS «Du bonheur dans votre frigo!» RÈGLEMENTS

CONCOURS «Du bonheur dans votre frigo!» RÈGLEMENTS CONCOURS «Du bonheur dans votre frigo!» RÈGLEMENTS 1. Description et durée du concours Le concours de l Assurance prêt, «Du bonheur dans votre frigo!» est organisé par Desjardins Assurances (1) et se déroule

Plus en détail

that the child(ren) was/were in need of protection under Part III of the Child and Family Services Act, and the court made an order on

that the child(ren) was/were in need of protection under Part III of the Child and Family Services Act, and the court made an order on ONTARIO Court File Number at (Name of court) Court office address Applicant(s) (In most cases, the applicant will be a children s aid society.) Full legal name & address for service street & number, municipality,

Plus en détail

Dénichez la perle rare parmi les détenteurs du titre CFA

Dénichez la perle rare parmi les détenteurs du titre CFA Dénichez la perle rare parmi les détenteurs du titre CFA Les meilleurs employeurs canadiens recherchent des professionnels de la finance qui ont obtenu l agrément CFA. Améliorez votre avantage concurrentiel

Plus en détail

lautorite.qc.ca Comment choisir avec qui investir?

lautorite.qc.ca Comment choisir avec qui investir? lautorite.qc.ca Comment choisir avec qui investir? Qui sommes-nous? L Autorité des marchés financiers est l organisme de réglementation et d encadrement du secteur financier au Québec. Elle veille à la

Plus en détail

Assurer la compétence des juristes

Assurer la compétence des juristes BARREAU DU HAUT -CANADA Assurer la compétence des juristes The Law Society of Upper Canada LET RIGHT PREVAIL Barreau du Haut-Canada La Loi sur le Barreau exige du Barreau qu il veille à ce que la population

Plus en détail

Services aux entreprises. Code de conduite et règlement des insatisfactions. C est votre satisfaction qui compte!

Services aux entreprises. Code de conduite et règlement des insatisfactions. C est votre satisfaction qui compte! Services aux entreprises Code de conduite et règlement des insatisfactions C est votre satisfaction qui compte! 02 03 Vers l harmonisation des relations avec les entreprises Dans le but de développer et

Plus en détail

Faire le bon choix SOLUTIONS D ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIVE. Laissez-vous simplement guider par nos spécialistes

Faire le bon choix SOLUTIONS D ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIVE. Laissez-vous simplement guider par nos spécialistes SOLUTIONS D ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIVE Laissez-vous simplement guider par nos spécialistes Faire le bon choix Aide-mémoire à l intention des employeurs Solutions d épargne-retraite collective Appuyés

Plus en détail

Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE

Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE 1 Objectifs de l étude Comprendre l impact des réseaux sociaux externes ( Facebook, LinkedIn,

Plus en détail