Dossier pédagogique. Entre nos mains. Synopsis. S.E.S. - Management des organisations Lycée - BTS. Un film de Mariana Otero

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dossier pédagogique. Entre nos mains. Synopsis. S.E.S. - Management des organisations Lycée - BTS. Un film de Mariana Otero"

Transcription

1 S.E.S. - Management des organisations Lycée - BTS Dossier pédagogique entre nos ARCHIPEL 33 PRéSENTE mains Un film de Mariana Otero Entre nos mains Un film de Mariana Otero Durée : 1 h 28 - Couleur Production : Archipel 33 Distribution : Diaphana Site officiel du film : Au cinéma à partir du 6 octobre 2010 Synopsis Confrontés à la faillite de leur entreprise de lingerie, des salariés majoritairement Un des dossier femmes proposé tentent par de Zérodeconduite.net la reprendre sous forme de coopérative. En Au partenariat fur et à mesure avec que Warner leur Bros projet Distribution prend forme, ils se heurtent à leur patron et à la réalité du «marché». L entreprise devient alors un petit théâtre où se jouent sur un ton espiègle, entre soutiens-gorge et culottes, des questions fondamentales économiques et sociales. Les salariés découvrent dans cette aventure collective une nouvelle liberté. réalisation et image mariana otero son Pierre CarrasCo montage anny DanChé montage son CéCile ranc mixage yann legay Collaboration artistique ComéDie musicale PasCal Deux musique FreD Fresson DireCtion De ProDuCtion thomas alfandari ProDuit Par Denis FreyD une ProDuCtion archipel 33 avec le soutien Du FonDs D aide à l innovation audiovisuelle Du Centre national De la CinématograPhie De Centre images-région Centre et le soutien De la région Île-De-FranCe De la ProCireP-soCiété Des ProDuCteurs, De l angoa, avec la PartiCiPation Du Centre national Du Cinéma et De l image animée ventes internationales DoC & Film international SELECTION ACID CANNES AvEC LE SOUTIEN DES SALLES AFCAE

2 DANS LES PROGRAMMES L étude du film Entre nos mains peut s inscrire dans le cadre : des programmes de Sciences Economiques et Sociales du Lycée Général, en Seconde et en Terminale (voir p. 7). des programmes de Management des Organisations : 1 ères et Terminales STG, BTS Tertiaire (voir p. 22) MODE D EMPLOI DU DOSSIER La première partie est constituée d une introduction thématique générale sur le film. La deuxième partie propose un accompagnement pédagogique en Sciences Economiques et Sociales et des pistes (non développées) en Management des Organisations. Dossier rédigé par Cécile Faure, Clarisse Guiraud et Vital Philippot pour le site Zérodeconduite. net. Rermerciements à Alain Le Grand. Photos : Archipel 33 SOMMAIRE Mode d emploi du dossier et sommaire... Approches thématiques... Activités Sciences Economiques et Sociales Cadre pédagogique... I. Les SCOP, une forme particulière d entreprise... II. Starissima, une entreprise de textile dans la mondialisation... III. Starissima, une entreprise en difficulté... IV. Travail et intégration... Pistes Management des Organisations... Pour aller plus loin... p. 2 p. 3 p. 7 p. 8 p. 12 p. 16 p. 19 p. 22 p Dossier pédagogique

3 Approches thématiques Mariana Otero Filmographie 2003 Histoire d un secret 1997 Cette télévision est la vôtre 1994 La Loi du collège 1991 Loin de toi 1991 Non-lieux (co-réalisation avec Alexandra Rojo) Un petit théâtre «Pendant des années, j ai consacré mon travail de cinéaste à tenter de dresser un état des lieux de notre société. Sans commentaire, sans interview, sans discours, mais en racontant des histoires qui rendaient visible la complexité des situations et des enjeux.» En plantant sa caméra chez Starissima, entreprise textile en difficulté dont les salariés envisagent le passage en Société Coopérative de Production (SCOP), Mariana Otero s inscrit dans ce que certains critiques ont pu désigner comme l approche «insulaire» du documentaire (Guy Gauthier, Un siècle de documentaires français, Armand Colin, 2004). A l instar de Claire Simon (Coûte que coûte), Jean-Michel Carré (Charbons ardents) ou Luc Decaster (Rêves d usine), il s agit de scruter un îlot de vie sociale afin d aborder des questions de société, sans recourir à un discours généralisateur ; ou, comme le dit Mariana Otero «faire de cette entreprise un petit théâtre ( ) où [vont] se jouer des questions fondamentales économiques et sociales». Cinéma direct Se plaçant sous les auspices du «cinéma direct» à la Frederick Wiseman ou Raymond Depardon, Entre nos mains refuse les procédés télévisuels du reportage (cf. un magazine sur l économie comme Capital) : voix-off, répétitions, chiffres Après un carton liminaire, qui donne le minimum d informations nécessaires à l intelligence de la situation, la caméra nous place au cœur de l action, au niveau des salariés. Si les détails et les circonstances restent flous (on en sait très peu sur les activités de Starissima, et sur les difficultés qu a traversées l entreprise), l enjeu dramatique du film est clairement posé : arriver à monter ou non la SCOP et ainsi sauver l entreprise et ses emplois. Entre nos mains se concentre sur cet enjeu, qui donne sa tension au film. Mais la subtilité du travail de Mariana Otero est de montrer qu à l intérêt «collectif» s oppose une somme d intérêts individuels : c est à chaque salarié de décider s il veut ou non tenter l aventure de la SCOP, c est-à-dire prendre le risque d y investir un mois de salaire (au moins). Le film montre qu il n y a pas unanimité, et comment les porteurs du projet s efforcent de convaincre les tièdes ou les réticents pour attendre la majorité nécessaire à la constitution de la SCOP. Au fil des discussions, des interrogations, des rebondissements, le spectateur est conduit à épouser les points de vue des uns et des autres, le film se gardant bien de prendre parti. Pour paraphraser La Règle du jeu de Jean Renoir, Entre nos mains nous montre que «chacun a ses raisons.» «On n est que des ouvrières» Entre nos mains vaut pour la galerie de savoureux portraits qu il dresse, et l humanité avec laquelle ces «personnages» sont filmés. Le film montre l entreprise comme une communauté à part entière, un petit monde en réduction : des hommes et (surtout) des femmes, plus ou moins âgées, venues d Afrique, d Asie ou du champ d à côté (l une est mariée à un agriculteur), chacun apportant sur son lieu de travail son vécu, ses traditions, ses valeurs. 3 Dossier pédagogique

4 Approches thématiques Mariana Otero prend d ailleurs bien soin de filmer les ouvrières en plan large, «dans leur cadre» de travail, réservant les gros plans aux scènes de réunion. De manière moins dramatique que dans les films récents consacrés à la «souffrance au travail» (Ils ne mouraient pas mais tous étaient frappés, J ai très mal au travail), Entre nos mains montre ce que c est de «faire corps» avec son travail («Je suis entrée chez Starissima à la puberté et je la quitterai à la ménopause» dit avec ironie l une des ouvrières). Entre nos mains a d autre part le mérite de mettre à jour les valeurs et modes de pensée d un monde ouvrier, de plus en plus ignoré par le cinéma et les médias : éthique du travail (cf. le mari qui fait remarquer à sa femme que l argent qu elle a reçu au titre de l intéressement ne lui appartient pas vraiment car «elle ne l a pas gagné de ses mains»), complexe d infériorité («On n est que des ouvrières») et intériorisation des rapports hiérarchiques. On remarquera d ailleurs que l on parle toujours ici du «patron», terme chargé de connotations et d affects, au détriment du vocable plus neutre de «chef d entreprise». 4 Dossier pédagogique Hors-champ, le patron Le patron, c est le grand absent du film. Négociée au départ avec la réalisatrice (il a accepté que l entreprise soit filmée, à la condition expresse de ne pas apparaître à l image) son absence est cohérente avec le projet du film : la constitution de la SCOP signifie l effacement de sa personne comme de sa fonction. Mais son revirement (il ne se résout finalement pas à passer la main), va mettre le film en porte-à-faux avec son dispositif. Absent à l image, le patron devient de plus en plus omniprésent dans les esprits et les propos des salariés, jusqu à une scène tendue de confrontation avec les salariés où il n apparaît jamais. On ne saurait mieux que dans cette scène définir le concept cinématographique de hors-champ. Il est d ailleurs intéressant de remarquer comment l imaginaire, et donc la fiction, s engouffrent dans ce hors-champ. Dans l esprit du spectateur le patron devient peu à peu, à tort ou à raison (le film se garde bien de confirmer ou d infirmer les soupçons des ouvrières «Moi je ne crois pas aux coïncidences» ), le «méchant» du film. En savoir plus : La société Starissima En 1845, naît à Orléans, Auffray Clair, une société familiale qui fabrique des gaines et des corsets, au centre-ville d Orléans. De la fin du siècle dernier et jusqu au milieu des années 90, elle restera entre les mains des descendants de la famille Clair. En 1989, l entreprise prend le nom de Starissima. En 1992, Starissima investit en Tunisie. En 1995, Starissima signe une jointventure à Madagascar. En 1996, Starissima s installe en banlieue d Orléans, à Saint-Cyr-en- Val, et délaisse les locaux orléanais. En 1999, Starissima signe une jointventure en Chine En 2001, l entreprise ouvre un atelier en propre en Chine et crée un bureau d achat à Shanghai, regroupant les fonctions d export et de contrôle de la qualité. En 2008, l entreprise, en difficulté, ferme ses entrepôts parisiens, réduit ses effectifs et regroupe les activités de création et de logistique sur son site de la banlieue d Orléans. Le 8 octobre 2008, la société est placée en redressement judiciaire. Le 10 novembre 2009, le tribunal de commerce prononce la liquidation judiciaire de l entreprise.

5 Approches thématiques Extrait : Le crime de M. Lange (Jean Renoir, 1936) Batala : Vous savez que j ai l intention de revenir ici. Lange : Non, c est pas possible. Batala : Je veux tout, tout ici est à moi. Lange : Mais c est impossible, et le personnel, et la coopérative? Batala : Vous allez m attendrir avec les meubles, mon vieux? La coopérative, le personnel, mais je m en fous! Ah ah, les coopératives! Mais c est dérisoire, mon vieux, c est de la foutaise. Les coopératives, c est la pagaille, tout le monde dirige! Le colleur d affiches donne son avis Non ce qu il faut, c est une autorité, c est quelqu un qui dirige, un homme, moi! Et puis si ça me chante, je mettrai tout le monde à la porte! 5 Dossier pédagogique On ne peut s empêcher de penser à un autre patron et à une autre coopérative de cinéma. Dans Le Crime de M. Lange de Jean Renoir, le patron Batala (interprété par Jules Berry), donné pour mort dans un accident ferroviaire, revient et prétend faire main basse sur la coopérative devenue florissante (voir ci-contre) Le film de Renoir pose à plus de soixante ans de distance, et par le biais de la fiction cette fois, la même question que celui de Mariana Otero : «A qui appartient une entreprise? Au patron ou aux employés?» De l économie au politique Dans la note d intention, Mariana Otero oppose ce film à trois de ses précédents documentaires consacrés à des institutions «qui fonctionnaient toutes suivant des modèles préétablis dont il était bien difficile, pour ceux qui y travaillaient, de s écarter». Entre nos mains raconte précisément l inverse : comment une organisation figée depuis de nombreuses années (Starissima existe depuis plus d un siècle et a gardé un fonctionnement très patriarcal) est tout d un coup entièrement bouleversée. Le projet de SCOP montre aux salariés «qu une autre entreprise est possible», et libère les esprits. On voit dans le film la parole et le corps circuler dans l entreprise, de manière horizontale (les anciens «clans», c est-à-dire les équipes des différents ateliers, apprennent à se connaître et à se parler) et surtout de manière verticale (la direction parle aux employés). «On a une belle vue de là-haut» dit une des ouvrières qui visite les locaux administratifs surplombant les ateliers. Il n est pas inutile de revenir sur ce qui différencie les SCOP des entreprises classiques. Dans les sociétés classiques, la répartition des voix est fondée sur la répartition du capital (le pouvoir y est proportionnel au capital investi). Les sociétés coopératives fonctionnent au contraire sur le principe : une personne, une voix. On voit qu au-delà de l économie ce sont des questions éminemment politiques que pose le documentaire de Mariana Otero : peut-on envisager une organisation du travail qui ne soit pas basée sur un rapport de forces économiques, mais sur des valeurs démocratiques (cf le slogan des SCOP : «La démocratie nous réussit.»)?

6 Approches thématiques Rendre le pouvoir aux acteurs de l entreprise, privilégier les investissements à long terme, donner la priorité à l humain : l utopie de la SCOP dessine en creux les dérives du capitalisme financier actuel qui privilégie le rendement financier à court terme, au détriment de l investissement, fait du salariat la principale variable d ajustement, etc. L économie reprend ses droits Dans le film toutefois, l économie reprend rapidement ses droits. Il suffit que l un des trois gros clients de Starissima (le groupe de supermarchés Cora) «déréférence» ses produits pour que le fragile business plan de la reprise s écroule, que les banques refusent les prêts qui auraient permis de relancer l activité, et que le tribunal de commerce prononce la liquidation. Comme nous rappelle le site de la Fédération des SCOP (voir cicontre), les entreprises constituées en SCOP sont «soumises aux mêmes contraintes de gestion et de rentabilité que toute entreprise». Entre nos mains a ainsi la dimension mélancolique de chronique d un échec annoncé : les salariés de Starissima et les spectateurs savent dès le départ que le projet est fragile, parce que l entreprise est en redressement judiciaire, parce 6 Dossier pédagogique que le secteur du textile est sinistré en France. Mais il a fallu y croire, et la tristesse est à la hauteur des espoirs que le projet de SCOP a soulevés. Le film choisit toutefois de ne pas se contenter de cet épilogue abrupt, matérialisé à l écran par un simple carton (annonçant la liquidation et le licenciement des salariés). Avec sa fin en forme de comédie musicale, Entre nos mains bascule complètement dans l utopie, et substitue la victoire (symbolique) à la défaite essuyée dans la réalité. On pourra juger paradoxal cet hommage aux SCOP qui n a rien d une success story, d autant que les paroles de la chanson nous disent à peu près l inverse de ce que le film vient de montrer («O comme optimistes, nous savions ce projet réaliste»). Mais en montrant comment les fragilités et carences de chacun (gaucherie des gestes, fausseté du chant) sont transcendés par le projet collectif, les «Starissima» (comme on a dit «les Lu» ou «les Conti») nous montrent qu ils ont intégré les valeurs mêmes des SCOP ; et Entre nos mains nous rappelle qu à côté de l économie, il y a «un quelque chose qui nous appartient et nous définit profondément et que l on appelle culture.» (M. Otero) En savoir plus : Les SCOP La SCOP (Société Coopérative de Production) est une société commerciale qui vit et se développe dans le secteur concurrentiel avec les mêmes contraintes de gestion et de rentabilité que toute entreprise. Son originalité : les salariés sont associés majoritaires de l entreprise dont ils détiennent au moins 51% du capital. En étant associés majoritaires de la SCOP, les salariés décident ensemble des grandes orientations de leur entreprise et désignent leurs dirigeants (gérant, conseil d administration, etc.). Ils décident également du partage des bénéfices qui ont une double vocation : privilégier ceux qui travaillent dans l entreprise, sous forme de participation, d intéressement, voire de dividendes, penser aux générations futures en constituant des réserves qui consolident les fonds propres et garantissent la pérennité de l entreprise. Enfin, l esprit SCOP favorise l information et la formation des salariés, condition nécessaire pour acquérir l autonomie, la motivation et l esprit de responsabilité que requiert un monde économique devenu incertain. Source :

7 Sciences ÉCONOMIQUES ET SOCIALES ACTIVITÉS Cadre pédagogique Entre nos mains peut être exploité en cours de Sciences Economiques et Sociales pour éclairer plusieurs questions au programme. En classe de Seconde, dans le thème «Entreprise et production», le documentaire permet de sensibiliser les élèves à la diversité des entreprises au travers du mode d organisation spécifique que représente la SCOP. Le film montre en effet de façon claire ce qui changerait dans l entreprise si ce nouveau mode d organisation était adopté. Les éléments du film pourront alors être complétés par une recherche sur les SCOP effectuée sur Internet (ou l utilisation des documents fournis). [Activité 1] De plus le documentaire permet une première approche du vocabulaire spécifique à l entreprise, en particulier à l entreprise en difficulté (chiffre d affaire, liquidation, redressement judiciaire ) [Activité 3] En Terminale, le documentaire peut servir de point de départ pour le chapitre «Les stratégies internationales des entreprises», en utilisant l exemple de l entreprise Starissima pour montrer comment les entreprises adoptent des stratégies dans un cadre international. [Activité 2] Le film pourra aussi être utilisé pour illustrer les difficultés des entreprises, et en particulier des PME, à trouver des débouchés diversifiés et les financements nécessaires à leur développement. [Activité 3] Toujours en Terminale, dans une perspective plus sociologique (Chapitre «Intégration et solidarité»), on pourra aussi utiliser le documentaire pour montrer le rôle joué par le travail en termes de solidarité, d intégration sociale et d émancipation des femmes. [Activité 4]. 7 Dossier pédagogique

8 Sciences ÉCONOMIQUES ET SOCIALES ACTIVITÉS SECONDE I. Les SCOP, une forme particulière d entreprise Niveau et place dans le programme : Classe de Seconde, thème entreprise et production, question «Qui produit des richesses?» Objectifs : Le nouveau programme de seconde préconise de prendre appui sur quelques exemples significatifs pour sensibiliser les élèves «à la diversité des entreprises selon la taille, la nature de leur production, leur mode d organisation». Le film nous offre un exemple de mode d organisation particulier, la SCOP. Les questions proposées dans cette activité portent à la fois sur le film et sur les documents d accompagnement. Elles peuvent aussi donner lieu à une recherche faite par les élèves sur le site Internet du réseau des SCOP : 1. Quel type d entreprise les salariés de Starissima veulent-ils créer? 2. Quelles sont les particularités de ce type d entreprise? 8 Dossier pédagogique 3. Chez Starissima, que doivent faire les salariés pour s engager dans le projet? 4. Sont-ils assez nombreux à s engager pour que le projet puisse réussir? 5. Pourquoi le projet échoue-t-il tout de même?... >

9 Sciences ÉCONOMIQUES ET SOCIALES ACTIVITÉS SECONDE 6. A qui appartient une SCOP? 7. Comment s y prennent les décisions? 8. Le droit de vote est-il lié au nombre de parts de l entreprise détenu par chacun? 10. Quels types de revenus perçoivent alors les salariés? 11. Combien y a-t-il de SCOP en France? 12. En sachant qu il y a environ 3 millions d entreprises en France, quelle est la part du nombre de SCOP dans le total des entreprises françaises? 9. A qui reviennent les bénéfices de la SCOP? 9 Dossier pédagogique

10 Sciences ÉCONOMIQUES ET SOCIALES DOCUMENTS D ACCOMPAGNEMENT SECONDE Document 1 - Qu est-ce qu une SCOP? La SCOP (Société Coopérative de Production) est une société commerciale qui vit et se développe dans le secteur concurrentiel avec les mêmes contraintes de gestion et de rentabilité que toute entreprise. Son originalité : les salariés sont associés majoritaires de l entreprise dont ils détiennent au moins 51% du capital. Tous les salariés ont vocation à devenir associés dans des modalités définies par les associés existants et avec leur accord. En étant associés majoritaires de la SCOP, les salariés décident ensemble des grandes orientations de leur entreprise et désignent leurs dirigeants (gérant, conseil d administration, etc.). Ils décident également du partage des bénéfices qui ont une double vocation : privilégier ceux qui travaillent dans l entreprise, sous forme de participation, d intéressement, voire de dividendes, et penser aux générations futures en constituant des réserves qui consolident les fonds propres et garantissent la pérennité de l entreprise. Enfin, l esprit SCOP favorise l information et la formation des salariés, condition nécessaire pour acquérir l autonomie, la motivation et l esprit de responsabilité que requiert un monde économique devenu incertain. La SCOP peut accueillir tous types d associés extérieurs, dans la limite de 49% du capital et de 35% des droits de vote, attribués comme pour le salarié selon le principe «une personne = une voix», quel que soit le montant du capital détenu. Nés au XIXème siècle, les principes qui fondent les coopératives sont aujourd hui plus modernes que jamais : mise en commun des moyens pour être plus forts ensemble, fonctionnement démocratique, accession à la responsabilité et à l initiative économique. En un mot : mettre les hommes et les femmes qui travaillent au cœur de leur entreprise. Fondements juridiques Les SCOP sont des sociétés commerciales qui relèvent de la loi sur les sociétés. Elles choisissent d être SARL (société à responsabilité limitée) ou SA (société anonyme). A cette base juridique se greffent les principes du Droit coopératif et les dispositions propres aux SCOP. Elles se caractérisent par : - La maîtrise de l entreprise par ses salariés : les associés salariés (appelés également coopérateurs) détiennent au moins 51 % du capital social et représentent au moins 65 % des droits de vote. - La valorisation du travail et la primauté à la pérennité de l entreprise plutôt qu à la rémunération du capital : les bénéfices sont reversés aux salariés et alimentent des réserves qui restent propriété de la SCOP. - La variabilité du capital : les nouveaux salariés apportent progressivement leur part de capital à l entreprise, ceux qui partent peuvent se faire rembourser. - Un poids égal pour chaque associé : les votes en Assemblée se font sur la base du principe «une personne, une voix», indépendamment du montant du capital détenu. Démocratie d entreprise Chaque associé salarié de la coopérative dispose d une voix pour voter lors des assemblées. Ensemble, les coopérateurs ont toujours la majorité. Les associés extérieurs peuvent détenir (ensemble) jusqu à 35% des droits de vote, voire jusqu à 49% si l associé extérieur est une société coopérative. Cette disposition vise à élargir les possibilités de partenariat avec d autres entreprises. Management Les salariés associés élisent parmi eux leurs mandataires (gérants, administrateurs ou PDG), chargés de la direction et de la gestion quotidienne de l entreprise. Dans la pratique, la nomination directe (SARL) ou indirecte (SA) du dirigeant par les associés salariés entraîne une nature plus équilibrée des relations entre les dirigeants et les salariés. Dans une coopérative, le dirigeant exerce le pouvoir hiérarchique, mais il sait que les droits et les devoirs sont réciproques : lui aussi doit rendre des comptes à la collectivité des associés, et par conséquent aux salariés. Dirigeant salarié Le dirigeant, élu par les associés (gérant de SARL) ou désigné par le Conseil d administration (Président et directeur général de SA) pour exercer la direction de l entreprise, a un statut de salarié. Il exerce l autorité et gère l entreprise au quotidien. Il doit rendre compte de sa gestion lors des assemblées d associés. Source : 10 Dossier pédagogique

11 Sciences ÉCONOMIQUES ET SOCIALES DOCUMENTS D ACCOMPAGNEMENT SECONDE Document 2 - Répartition des SCOP et des emplois des SCOP par métier, en 2009 Nombre d entreprises Agriculture Industrie Construction Commerce, transports, hébergement, restauration Services divers Ensemble Nombre d emplois Fin 2009, les SCOP sont surtout présentes dans les services (863 SCOP, emplois). Mais le secteur du BTP garde toujours une place prépondérante (437 SCOP, emplois), de même que l industrie (367 entreprises, emplois). Comparé à la moyenne française, les SCOP sont très nettement surreprésentées dans la construction (28,7 % des emplois contre 6,8 % en moyenne française), dans l industrie (23,5 % des emplois contre 14,9 % en moyenne française). A l inverse, elles restent moins présentes dans le secteur tertiaire (46,2 % des emplois SCOP contre 74,2 % de l emploi salarié en France) et nettement moins présentes dans les autres secteurs (1,6 % en SCOP vs 4,1 % sur la France), tels que l agriculture, mais aussi l immobilier, la finance. Document 3 - Bilan des SCOP en SCOP salariés (hors filiales) 3,9 milliards d de chiffre d affaires 1,8 milliards d de valeur ajoutée 158 millions d de résultat net Taille moyenne : 21 personnes 165 SCOP nouvelles sont nées en 2009, quelle que soit l origine de création (ex-nihilo, réanimations et reprises d entreprises en difficulté, transmission d entreprises saines et transformation). Le nombre d emplois correspondants dépasse les Sur le cumul des cinq dernières années 2005 à 2009, 920 Scop et nouveaux emplois ont été créés toutes origines confondues. Source : Source : 11 Dossier pédagogique

12 Sciences ÉCONOMIQUES ET SOCIALES ACTIVITÉS Terminale ES II. Starissima, une entreprise de textile dans la mondialisation Niveau et place dans le programme : Classe de Terminale ES, chapitre «les stratégies internationales des entreprises» Objectifs : Comme on peut le comprendre dans le film, l usine d Orléans de l entreprise Starissima n intervenait pas dans la production à proprement parler, seuls les prototypes y étaient fabriqués. La confection a été délocalisée en Tunisie et à Madagascar, puis en Chine, comme le montre le document 1. Le film peut donc servir de point de départ pour étudier les causes et les effets des délocalisations dans le secteur du textile. L entreprise Starissima pourra ainsi constituer un exemple d entreprise transnationale qui adopte une stratégie de division internationale des processus productifs. L entreprise a d autre part préféré la Chine à Madagascar à partir de 2001, parce que la Chine assurait une plus grande stabilité politique. Cela permet de montrer que les délocalisations ne dépendent pas seulement du coût du travail et que d autres facteurs sont déterminants. Les documents d accompagnement permettront, au travers de l exemple du textile, de voir quel est le rôle joué par l OMC dans le commerce international et de montrer que les délocalisations n ont pas que des effets négatifs. 1. La confection de la lingerie était-elle réalisée par l usine française de Starissima? (document 1) 2. Comment étaient réparties les activités dans le monde? (doc. 1) 3. Pourquoi, selon vous, l entreprise ne produisait-elle pas en France? 4. Qu est-ce qui a conduit Starissima à préférer la Chine à Madagascar? 12 Dossier pédagogique... >

13 Sciences ÉCONOMIQUES ET SOCIALES ACTIVITÉS Terminale ES 5. Pourquoi les quotas d importation pour le textile ont-ils été supprimés? (doc. 2) 6. Quel a été l effet de la suppression des quotas d importation en 2005? (doc. 3) 8. Quels sont les effets des délocalisations du secteur textile sur l économie française? (doc. 4 et 5) 7. Quel pays a particulièrement bénéficié de la fin des quotas? (doc. 1 et 3) 13 Dossier pédagogique

14 Sciences ÉCONOMIQUES ET SOCIALES DOCUMENTS D ACCOMPAGNEMENT Terminale ES Document 1 - La stratégie internationale de Starissima Le fabricant de lingerie-corseterie Starissima [ ] a complètement réorganisé son système de production depuis trois ans. L entreprise, qui emploie quarante personnes en France et maîtrise à Orléans le processus de création de prototypes, délocalise sa production depuis longtemps. Avant 2001, ses produits étaient fabriqués entre la Tunisie et Madagascar. Les aléas politiques dans l île et l ouverture des quotas lui ont fait changer son fusil d épaule. Aujourd hui, Starissima a transféré 80% de sa production (soit 1,2 millions de pièces par an) en Chine, dans une usine près de Shenzen, dont l entreprise possède 20% des parts depuis deux ans et demi. Journal du textile, octobre 2005 Document 2 La suppression des quotas d importation La fin de l accord multifibres, conçu pour protéger les industries textiles du Nord, va surtout redistribuer les cartes entre exportateurs du Sud. Au 1er janvier 2005, les échanges de produits textiles et d habillement seront libéralisés. Pendant trente ans, ces secteurs ont dérogé aux règles du commerce international, avec pour objectif explicite de protéger les industries textiles du Nord contre la concurrence des pays en voie d industrialisation. Le démantèlement de ce régime d exception devrait bénéficier aux grands pays exportateurs du Sud, mais il pourrait en affecter d autres encore plus durement que les pays du Nord. L industrie textile a toujours joué un rôle important. Au XIXe siècle, la suprématie commerciale et industrielle de l Angleterre s était largement appuyée sur le textile. Ensuite, le Japon, puis l Ile Maurice, la Chine ou l Inde ont fait de ce secteur le moteur de leur développement industriel. Ces industries obéissent à une logique de cycle de vie: au fur et à mesure que les pays se développent, que les salaires s élèvent, d autres pays, moins avancés, deviennent compétitifs et remettent en cause les positions acquises. Pour les pays industriels, l ajustement est lourd en investissements et coûteux en marges, en emplois et en salaires. Ces pays ne se sont pourtant pas résignés à la concurrence des pays à bas salaires. Lorsque cette concurrence s accentue, dans les années 60, le secteur est encore un employeur important. [ ] Sous la pression des pays riches, l accord multifibres entre en application en Le textile et l habillement deviennent, comme l agriculture, des secteurs d exception. L objectif de cet accord est de limiter les exportations textiles des pays en voie d industrialisation vers les pays les plus avancés. [ ] Tous les pays en développement exportateurs de textile et d habillement sont restreints, mais certains plus que d autres, souvent au gré de considérations politiques. Les pays importateurs précisent ainsi la quantité qu ils sont disposés à accepter de la part de tel ou tel pays exportateur. [ ] Lors des négociations de l Uruguay Round, achevées en 1993, les pays industriels ont accepté de démanteler progressivement ces contingents [ ] L accord sur les textiles et les vêtements mis en place en 1995 s applique à tous les pays. Supervisé par un organe de supervision des textiles (OspT), établi au sein de l OMC, il prévoit d étaler le démantèlement sur dix ans et en trois étapes. Dès le 1er janvier 1995, 16% du volume total des importations concernées ont rejoint le régime commun. A partir du 1er janvier 1998, 17% supplémentaires ont connu le même sort, puis 18% de plus au 1er janvier Simultanément, les pays importateurs ont dû progressivement augmenter les contingents. [ ] Au 1er janvier 2005, l ensemble du textile et de l habillement sera intégré au régime commun de l OMC. Les arrangements multifibres auront vécu. [ ] Tous les effets ne sont pourtant pas anticipés. Ainsi, les délocalisations vers les pays à très bas coût de main-d œuvre (la Chine et le Vietnam) pourraient être facilitées puisque la réexportation vers les pays d origine ne se heurtera plus au mur des quotas d importation. Le démantèlement des accords multifibres est certes une victoire du libre-échange et de la globalisation, mais il marque aussi la fin d une certaine hypocrisie des pays industriels. Tout en prônant les règles du multilatéralisme, ils n avaient en effet pas hésité à s en affranchir. Prochain rendez-vous : la libéralisation des marchés agricoles? Jean-Marc Siroën, professeur à l université Paris-Dauphine, Alternatives Economiques n 231, décembre Dossier pédagogique

15 Sciences ÉCONOMIQUES ET SOCIALES DOCUMENTS D ACCOMPAGNEMENT Terminale ES Document 3 Les effets de la suppression des quotas Avec la suppression des quotas d importation, les textiles chinois envahissent l Occident. Et concurrencent les exportations des pays du Sud, où le secteur est décimé. Le 6 avril, sous la pression de l Italie et de la France, la Commission européenne a publié les lignes directrices précises des conditions d un éventuel déclenchement des mesures de sauvegarde contre la déferlante de vêtements importés de Chine qui inondent le marché de l Union depuis le 1er janvier. Les pantalons? Un boom de 842% en volume au cours du premier trimestre 2005 par rapport à l année dernière. Chemises et tee-shirts? 401%. Cette explosion est le résultat immédiat de la suppression, en vertu des accords de l OMC, des quotas d importations auxquels l Inde et, surtout, la Chine (28% du marché mondial du textile et de l habillement en 2004 contre 19% en 1995), étaient jusque-là astreints. Antoine de Ravignan, Alternatives Internationales, n 024, mai 2005 Document 4 Le textile sinistré Depuis vingt ans, le secteur du textile et de la chaussure est emblématique du phénomène de délocalisation. La valeur ajoutée produite en France, rapportée à la consommation de textile, a quasiment chuté de moitié, ainsi que l emploi qui a fondu de à personnes. Pendant que le déficit commercial du secteur faisait plus que doubler. La délocalisation du textile a eu des effets très négatifs sur les régions spécialisées et sur les anciens salariés des entreprises fermées. Mais, dans le même temps, les baisses de prix relatifs ont profité à l ensemble de la population. D où un bilan global difficile à établir pour l économie française. Alternatives Economiques, Hors-série n 66, octobre 2005 Document 5 Un tee-shirt, de l usine aux rayons Le petit tee-shirt prune en coton posé sur cette étagère du magasin d à côté a toutes les chances de venir de Chine. Et son étiquette cache une longue série d intermédiaires. Point de départ à Heilan Group. Cette société chinoise, qui emploie personnes, vend des tee-shirts aussi bien à Celio, aux Galeries Lafayette, à Marks & Spencer qu à H&M. Parmi ses employés, certains fabriquent les tissus en coton. Près de 15 millions de mètres par an. Les autres confectionnent les articles proposés aux distributeurs européens. Leur salaire? Environ 0.80 euro de l heure, soit la paie moyenne pour la Chine côtière. A sa sortie d usine, ce tee-shirt 100% coton jersey 140 grammes, vaut environ 1.40 euros pour une commande totale de quelques milliers de pièces. Notre acheteur européen débourse en sus un quart du prix en frais d assurance, de transport ou de dédouanement. Ce qui porte le coût du tee-shirt à 1.75 euro. La marge du distributeur dépend ensuite de son mode d approvisionnement, direct ou non. La plupart du temps, le prix de revient est multiplié par au moins 2,5. Soit, au final, un petit tee-shirt prune vendu à 4.90 euros. Jean-Baptiste Diebold, Challenges n 8, 20 octobre Dossier pédagogique

16 Sciences ÉCONOMIQUES ET SOCIALES ACTIVITÉS Seconde / T ale ES III. Starissima, une entreprise en difficulté Niveau et place dans le programme : Seconde, enseignement d exploration : Thème II «Entreprise et production» Terminale ES, Thème 3, Chapitre «Stratégie internationale des entreprises» Objectifs : En Seconde le film Entre nos mains permet d approfondir la découverte de l entreprise et le vocabulaire spécifique qui y est attaché (Thème «Entreprise et production»), en particulier la procédure qui s applique aux entreprises en difficulté. En Terminale, il pourra permettre d illustrer une stratégie d entreprise et ses difficultés (Thème «Les enjeux de l ouverture internationale Stratégie internationale des entreprises»). On mettra en évidence les conséquences de la dépendance de Starissima à la grande distribution en termes de débouchés. On peut aussi montrer l importance du rôle des banques dans l activité des entreprises, en particulier des PME. L activité proposée pourra s adresser à des niveaux divers à des élèves de Seconde ou Terminale. Pour compléter, on pourra proposer aux élèves de travailler sur l activité concernant les faillites d entreprise proposée par l INSEE : 1. Qu est-ce qui amène l entreprise à envisager de se transformer en SCOP? 2. Quelles sont les différentes alternatives pour l entreprise? 16 Dossier pédagogique 3. De quoi dépend la survie de l entreprise? (cf film et document 1)... >

17 Sciences ÉCONOMIQUES ET SOCIALES ACTIVITÉS Seconde / T ale ES 4. Pourquoi le projet est-il compromis? En expliquant la phrase soulignée dans le doc. 1, vous mettrez en évidence la fragilité de l entreprise en termes de débouchés. 5. Définir les termes suivants (doc. 1 et 2) : liquidation faillite 6. Quelle est l issue de l entreprise? (doc. 2) 7. Qu est-ce qu un «plan social»? redressement judiciaire chiffre d affaires 17 Dossier pédagogique

18 Sciences ÉCONOMIQUES ET SOCIALES DOCUMENTS D ACCOMPAGNEMENT Seconde / T ale ES Document 1 - Après plusieurs réorganisations, Starissima obtient un sursis pour se redresser Starissima respire. Le tribunal de commerce d Orléans vient d autoriser le groupe français de lingerie, placé en redressement judiciaire depuis le 8 octobre 2008, à bénéficier d une nouvelle période d observation de six mois. «Nous espérons que cela suffira, car c est notre dernière chance après dix-huit mois de mise en observation», souligne M. S, le dirigeant du groupe qui travaille essentiellement pour la grande distribution à travers ses propres marques et des marques distributeurs. «Nous n avons perdu aucun client. Nous attendons avec impatience les signes d une reprise [ ]» Durant ces derniers mois, l entreprise qui réalise l ensemble de son sourcing en Chine, a effectué plusieurs réorganisations. La fermeture des entrepôts parisiens a ainsi entraîné le rassemblement du site de création et de la plate-forme logistique dans la banlieue d Orléans. L effectif a d abord été ramené à 56 personnes, puis 46 aujourd hui. S il fait un peu figure de résistant dans le secteur de la lingerie, M. S. regrette que les banques ne se montrent pas plus audacieuses à l égard des PME du textile. «[ ] Maintenant que notre trésorerie est à l équilibre, nous avons toujours beaucoup de mal à obtenir le soutien du secteur bancaire, alors que notre futur partenaire n attend que cela pour se décider.» Après un recul de l activité en 2009, Starissima annonce pour cette même année un chiffre d affaires s élevant à 6 millions d euros et une perte exceptionnelle limitée à euros. Mais, selon le dirigeant, la reprise devrait être effective dès 2010 et permettre à l entreprise de poursuivre son activité, voire de regagner du terrain. A condition toutefois que banquiers et partenaires trouvent le moyen de s entendre. Document 2 La fin de Starissima : 52 personnes au chômage Faute de repreneur, le tribunal de commerce a prononcé, le 10 novembre, la liquidation de Starissima, spécialisée dans la lingerie féminine. Son PDG regrette que sa banque n ait pas suivi l entreprise. Le rideau est tombé sur une belle aventure que peut être, quelquefois, une entreprise familiale. La société Starissima, située sur la zone de la Saussaye, à Saint-Cyr-en Val, spécialisée dans la lingerie féminine, a cessé son activité. La société, qui était déjà en difficulté, et engagée dans une procédure de redressement judiciaire, n a pas trouvé de repreneur, et le tribunal de commerce a prononcé sa liquidation le 10 novembre. Selon M. S., le PDG «cette décision du tribunal de commerce est liée au fait que notre principale banque nous a lâchés et a fermé nos lignes de crédits. Dans ces conditions, il n était plus possible d aller plus loin.» Aujourd hui, Starissima est engagée dans la procédure sociale en vue de permettre à ses 52 salariés de partir dans les meilleures conditions possibles. [ ] Pour mémoire, rappelons que la société existait depuis 1845 et produisait de la lingerie féminine [ ] Avant de libérer les locaux de la Saussaye, M. S. et une petite équipe déménagent ce qui reste du matériel de fabrication. «Cela va nous permettre de faire l inventaire avant la vente aux enchères, prévue après le début de l année 2010.» La Nouvelle République, 17 décembre 2009 Journal du textile, octobre Dossier pédagogique

19 Sciences ÉCONOMIQUES ET SOCIALES ACTIVITÉS Terminale ES IV. Travail et intégration Niveau et place dans le programme : Terminale ES, Thème «Inégalités, conflits et cohésion sociale : la dynamique sociale», Chapitre «Intégration et solidarité». Objectifs : «On remarquera que le travail est un lieu central de l intégration et de la solidarité» précise le programme de Terminale ES. Ainsi l exemple de l entreprise Starissima permettra de montrer les liens au sein du monde du travail : relations de sociabilité entre collègues, participation à un projet collectif. On montrera ainsi les conséquences positives du projet de SCOP sur la solidarité dans l entreprise et la cohésion des salariés. On pourra aussi montrer la difficile prise de décision individuelle de participer à un projet collectif (hésitation, peur des salariés, en particulier des ouvrières). Les questions portent exclusivement sur le film. 1. Quelles sont les personnes à l initiative du projet de SCOP? Sont-elles des cadres ou des ouvrières? 2. En quoi le projet de SCOP au départ reflète-t-il la séparation entre les bureaux et les ateliers? 3. Demande-t-on leur avis à l ensemble des salariés? De quelle façon? 4. Les ouvrières ont-elles l habitude d être consultées? Qu est-ce qui leur plaît justement dans le projet de SCOP? 19 Dossier pédagogique... >

20 Sciences ÉCONOMIQUES ET SOCIALES ACTIVITÉS 5. Quelles sont les hésitations de chacune pour s engager dans le projet de SCOP? 6. La décision est-elle prise seule ou en famille? 7. Pour quelles raisons tiennent-elles particulièrement à leur travail? 8. Une ouvrière parle de «clans» à l intérieur de l entreprise, quels sont-ils? 9. Ce projet a-t-il une influence sur les relations entre les salariés? 10. En quoi la scène finale (comédie musicale) montre-t-elle la solidarité entre les salariés de l entreprise? 20 Dossier pédagogique

21 management des organisations pistes pédagogiques Quelques pistes pédagogiques L étude du film Entre nos mains peut également s inscrire dans le cadre du référentiel de Management des Organisations : 1 ères et Terminales STG, BTS Tertiaire. Voici notamment quelques pistes pédagogiques qui peuvent être abordées en cours conformément au programme de Première Année du BTS Tertiaire : Le diagnostic interne de l entreprise : forces et faiblesses de Starissima. La prise de décision (modèle IMS) : Décision individuelle (un mois de salaire, est-ce que je suis apte), décision de groupe (notion de projet) L environnement de l entreprise (modèle de PESTEL). La stratégie de l entreprise (modèle de Porter) : dépendance auprès de deux ou trois clients, pouvoir de négociation de la grande distribution, phrase d une des ouvrières : «et nos petits clients». La culture de l entreprise : existence de groupes, de clans au départ (groupe d ateliers, d origine) puis au fur et à mesure de l avancée du projet la notion de groupe s estompe. La notion d utopie : pourquoi s associer, est-ce qu on va m écouter? 21 Dossier pédagogique

Le déclin de l industrie en France

Le déclin de l industrie en France Le déclin de l industrie en France Le but de ce dossier pédagogique est de comprendre les causes de la désindustrialisation en France. Il faut distinguer quatre phénomènes : i) les gains de productivité,

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

CONTEXTE PÉDAGOGIQUE

CONTEXTE PÉDAGOGIQUE CONTEXTE PÉDAGOGIQUE Le principe L Isoloir est un dispositif participatif en ligne innovant, ludique et interactif, simple à mettre en œuvre et qui ménage une véritable place aux enseignants. Face à la

Plus en détail

etre agent immobilier

etre agent immobilier etre agent immobilier sommaire 11 Une profession critiquée mais enviée 13 Les professionnels de l immobilier en France 13 Histoire et géographie de l immobilier français 22 Les agents immobiliers aujourd

Plus en détail

La Chronique des matières premières

La Chronique des matières premières La Chronique des matières premières Céréales, minerais ou pétrole, les ressources naturelles sont au cœur de l économie. Chaque jour de la semaine, Dominique Baillard informe du cours des matières premières

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise Patrice Laroche Les relations sociales en entreprise Dunod, Paris, 2009 ISBN 978-2-10-054248-2 Sommaire Introduction 1 Chapitre 1 Le contexte et les principaux acteurs des relations sociales en France

Plus en détail

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL LI Bin Résumé 1. Thème. Le droit de propriété a été l objet de réformes successives en Chine.

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

STAGE D OBSERVATION EN ENTREPRISE. CLASSES DE 3èmes DOSSIER ELEVE

STAGE D OBSERVATION EN ENTREPRISE. CLASSES DE 3èmes DOSSIER ELEVE STAGE D OBSERVATION EN ENTREPRISE CLASSES DE 3èmes DOSSIER ELEVE 2014-2015 1 Le stage en entreprise en classe de 3 ème est un stage d observation, de découverte du monde du travail et du fonctionnement

Plus en détail

Initiative «Sauvez l or de la Suisse (Initiative sur l or)»

Initiative «Sauvez l or de la Suisse (Initiative sur l or)» Département fédéral des finances DFF Initiative «Sauvez l or de la Suisse (Initiative sur l or)» Etat: septembre 2014 Questions et réponses Que demande l initiative «Sauvez l or de la Suisse (Initiative

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS?

COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS? COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS? Retour sur l expérience vécue par les tuteurs et réflexion sur le ressenti des étudiants ETOUNDI Ulrich, HENRIEL Théo, NAHORNYJ Robin Etudiants en 4 ème année,

Plus en détail

CORRIGE. Sujet zéro n 1. Parties Intitulés Nombre de points. 1 Série de questions 12

CORRIGE. Sujet zéro n 1. Parties Intitulés Nombre de points. 1 Série de questions 12 Economie-gestion Durée : 2 H Coefficient : 1 Page 1/6 CORRIGE Sujet zéro n 1 Parties Intitulés Nombre de points 1 Série de questions 12 Trois sujets au choix : 2 Sujet A : Quelles démarches mettre en œuvre

Plus en détail

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET?

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? 61 POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? L école de Pinay est connectée depuis deux ans et demi à l Internet. Cela laisse suffisamment de recul pour une réflexion sur cette pratique. Il convient pour

Plus en détail

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous?

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous? Les textes de l exposition «Dictature et démocratie» et le questionnaire pédagogique sont assez longs. Nous vous conseillons donc de répartir les fiches de travail entre vos élèves et de mettre les réponses

Plus en détail

Comment améliorer la performance de la production au sein du cabinet grâce au lean management?

Comment améliorer la performance de la production au sein du cabinet grâce au lean management? Comment améliorer la performance de la production au sein du cabinet grâce au lean management? Philippe Barré Notre programme Une profession en pleine mutation Qu est-ce que le lean management? Le client

Plus en détail

www.cauxseine.fr/emploi LA CRÉATION D ENTREPRISE L amorçage du projet

www.cauxseine.fr/emploi LA CRÉATION D ENTREPRISE L amorçage du projet LA CRÉATION D ENTREPRISE L amorçage du projet - Vous êtes demandeur d emploi et cherchez de nouvelles pistes. Vous avez déjà pensé créer votre propre emploi. - Vous exercez une activité professionnelle,

Plus en détail

TIM S.A., une aventure d Homme

TIM S.A., une aventure d Homme Comité d entreprise 1 Sommaire Edito de M. Hans-Jürgen Hellich, Directeur Général de Tim SA p. 9 Edito de Cyril Terrière, Secrétaire du Comité d Entreprise Tim SA p. 11 Itinéraires croisés d une entreprise

Plus en détail

DISSERTATION. Sujet = Dans quelle mesure une hausse de la rentabilité peut-elle stimuler l investissement?

DISSERTATION. Sujet = Dans quelle mesure une hausse de la rentabilité peut-elle stimuler l investissement? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée explicitement ou implicitement dans le sujet ; - de construire une argumentation à partir d une problématique qu il devra élaborer

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE D'ÉCONOMIE-DROIT ÉLÉMENTS DE CORRIGÉ

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE D'ÉCONOMIE-DROIT ÉLÉMENTS DE CORRIGÉ BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR Session 2013 ÉPREUVE D'ÉCONOMIE-DROIT ÉLÉMENTS DE CORRIGÉ La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs

Plus en détail

La réunion syndicale

La réunion syndicale Trade Union meeting La réunion syndicale Une journée de travail mérite d être rémunérée à sa juste valeur. Thèmes Droits sociaux, Démocratie, Citoyenneté Complexité Niveau 4 Taille du groupe 10-15 Durée

Plus en détail

1 APPRÉHENDER LA NOTION DE GROUPE

1 APPRÉHENDER LA NOTION DE GROUPE 1 APPRÉHENDER LA NOTION DE GROUPE 1 QU EST-CE QU UN GROUPE? 1 Les différentes notions de groupe Dans une première approche, nous pouvons définir le groupe comme un ensemble d entreprises reliées entre

Plus en détail

Des rencontres. Paris, le 6 décembre 2012

Des rencontres. Paris, le 6 décembre 2012 M me Marie Desplechin et le Comité de pilotage de la consultation pour un accès de tous les jeunes à l'art et à la culture Ministère de la Culture et de la Communication 182, rue Saint-Honoré 75033 Paris

Plus en détail

Au cours d une semaine l élève de STG aura 14 h d enseignement technologique et 15 h d enseignement général.

Au cours d une semaine l élève de STG aura 14 h d enseignement technologique et 15 h d enseignement général. C est une section technologique dans un lycée général. En STG, les élèves découvrent l entreprise, son environnement économique et juridique, s initient au management des organisations, à l information

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Eléments de correction Khôlle n 10. A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte?

Eléments de correction Khôlle n 10. A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte? Eléments de correction Khôlle n 10 A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte? Une remarque en intro : j ai volontairement rédigé une seconde partie qui s

Plus en détail

MyFrenchFilmFestival.com

MyFrenchFilmFestival.com Fiche d activités pour la classe MyFrenchFilmFestival.com Parcours niveau B1 : en bref Thème : La vie en banlieue parisienne Après une mise en route sur le début du film, les apprenants découvriront l

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Introduction Lors de la campagne sur le référendum du Traité constitutionnel européen en 2005, la figure du «plombier

Plus en détail

SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION

SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION ÉPREUVE de Droit et d'économie Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient : 5 Indications de correction La commission de choix de sujets a rédigé

Plus en détail

Intervention de Mme Christine BOUTIN. Présentation des grandes lignes du projet de loi «Plan d actions pour l accès au logement»

Intervention de Mme Christine BOUTIN. Présentation des grandes lignes du projet de loi «Plan d actions pour l accès au logement» Intervention de Mme Christine BOUTIN Ministre du Logement et de la Ville Conférence de presse jeudi 10 juillet 2008, 14h00 Présentation des grandes lignes du projet de loi «Plan d actions pour l accès

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION ASSYSTEM REGLEMENT INTERIEUR

CONSEIL D ADMINISTRATION ASSYSTEM REGLEMENT INTERIEUR CONSEIL D ADMINISTRATION ASSYSTEM REGLEMENT INTERIEUR Etabli par le Conseil d Administration du 22 mai 2014 1 Préambule Adopté en séance le 22 mai 2014 suite à l Assemblée Générale Mixte de la Société

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop

Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop Témoignage de Joëlle Gerber, coordinatrice au Conseil municipal des enfants de Schiltigheim. La commission «Respect de l autre» 2007-2010 du Conseil

Plus en détail

Comment actionner le droit d alerte pour anticiper les risques sur l emploi?

Comment actionner le droit d alerte pour anticiper les risques sur l emploi? Expertises économiques et sociales auprès des comités d entreprise Comment actionner le droit d alerte pour anticiper les risques sur l emploi? Rédacteur : Frédéric GERARD, Directeur de mission Bureaux

Plus en détail

C est quoi C est quoi une entreprise

C est quoi C est quoi une entreprise C EST C est QUOI quoi une entreprise? 2 3 sommaire Bienvenue dans l entreprise 3 Qu est-ce qu une entreprise? 4 Entreprises selon le nombre de salariés 6 Une entreprise, des métiers 8 Comment fonctionne

Plus en détail

La greffe d organes. - Sensibiliser à l urgence du don d organes. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document

La greffe d organes. - Sensibiliser à l urgence du don d organes. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document La greffe d organes La greffe d'organes n'est pas encore pratiquée dans toutes les régions du monde. Au-delà des obstacles culturels et matériels, cette fiche pédagogique propose de mieux comprendre l'importance

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

Livre blanc de la SAA sur les droits et la rémunération des auteurs audiovisuels en Europe

Livre blanc de la SAA sur les droits et la rémunération des auteurs audiovisuels en Europe Livre blanc de la SAA sur les droits et la rémunération des auteurs audiovisuels en Europe Foire aux questions Novembre 2011 1. Qu est-ce que le Livre blanc de la SAA? La Société des Auteurs Audiovisuels

Plus en détail

AUTEURS ÉCRIVANT DANS LE CINÉMA

AUTEURS ÉCRIVANT DANS LE CINÉMA LA RÉMUNERATION DES AUTEURS ÉCRIVANT DANS LE CINÉMA DE FICTION EN FRANCE (21-211) Rapport pour la Guilde française des scénaristes Par Pierre Kopp Professeur à l université de Panthéon-Sorbonne (Paris

Plus en détail

«DES SOUS... ET DES HOMMES»

«DES SOUS... ET DES HOMMES» «DES SOUS... ET DES HOMMES» une émission proposée et présentée par Pascale Fourier sur ALIGRE FM 93.1 en région parisienne http ://www.des-sous-et-des-hommes.org Émission du 10 octobre 2006 La fusion G.D.F/SUEZ

Plus en détail

Un droit pour le Comité d Entreprise de recourir à l expert comptable

Un droit pour le Comité d Entreprise de recourir à l expert comptable Examiner à la loupe la situation économique, sociale et financière de l entreprise Un droit pour le Comité d Entreprise de recourir à l expert comptable 50 rue Tudelle 45100 ORLEANS Tel : 06 71 23 21 33

Plus en détail

Situation capitalistique et pérennité des entreprises

Situation capitalistique et pérennité des entreprises Situation capitalistique et pérennité des entreprises L observatoire des entreprises www.cofaceservices.fr 2 Objet de l étude La pérennité et la capacité de développement des PME et des ETI sont-elles

Plus en détail

Stratégie d entreprise : cas Jurassic toys.

Stratégie d entreprise : cas Jurassic toys. Stratégie d entreprise : cas Jurassic toys. Rappel : Diagnostique stratégique S (force) W (faiblesse) O (opportunité) T (menace) Il s agit d une analyse externe, de l environnement. Une filière industrielle

Plus en détail

Pourquoi investir en bourse? Pour gagner nettement plus qu avec un livret

Pourquoi investir en bourse? Pour gagner nettement plus qu avec un livret Chapitre 5 Pourquoi investir en bourse? Pour gagner nettement plus qu avec un livret Achetez de bonnes actions et gardez-les jusqu à ce qu elles augmentent, ensuite vendez-les. Si elles n augmentent pas,

Plus en détail

Ne tombez pas dans les pièges tendus par

Ne tombez pas dans les pièges tendus par Ne tombez pas dans les pièges tendus par Ce que vous devez savoir avant de dépenser votre 1 er sur Adwords Guide gratuit offert par le site www.ledroitdereussir.com Introduction Dans un instant vous allez

Plus en détail

RÉALISATION DE FILM INSTITUTIONNEL activités

RÉALISATION DE FILM INSTITUTIONNEL activités RÉALISATION DE FILM INSTITUTIONNEL activités 161 Étudier la commande de film institutionnel 1.1. Analyser le contexte de la commande s informer sur les attentes du commanditaire ou du client analyser les

Plus en détail

Grand Angle Les coulisses de l émission Géopolitis

Grand Angle Les coulisses de l émission Géopolitis Grand Angle Les coulisses de l émission Géopolitis Thème Éducation aux médias, journalisme Public Étudiants en journalisme, diplomatie, histoire, sciences politiques ou en relations internationales, écoles

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

Pour travailler avec le film en classe Niveau b1...7. Avant la séance...4 L affiche...4 La bande-annonce...4 Après la séance... 5

Pour travailler avec le film en classe Niveau b1...7. Avant la séance...4 L affiche...4 La bande-annonce...4 Après la séance... 5 Festival Study guide Dossier pédagogique destiné aux adolescents 2014 (Homeland) présente Alliance Française FRENCH FILM FESTIVAL Table des matières Pour travailler avec le film en classe Niveau A2...4

Plus en détail

La rémunération de l équipe commerciale

La rémunération de l équipe commerciale La rémunération de l équipe commerciale I. Introduction Le manager va avoir la mission de gérer l activité, et donc de veiller aux conséquences financières de son activité. Un des principaux coûts est

Plus en détail

Sommaire. Présentation du modèle des Scop > Un modèle participatif > Des entreprises concurrentielles > Un atout financier

Sommaire. Présentation du modèle des Scop > Un modèle participatif > Des entreprises concurrentielles > Un atout financier Dossier de presse Octobre 2013 Sommaire Présentation du modèle des Scop > Un modèle participatif > Des entreprises concurrentielles > Un atout financier Le Réseau des Scop : un accompagnement pour ces

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

MANAGEMENT ET GESTION DES ENTREPRISES (épreuve n 299) ANNEE 2010. Epreuve conçue par HEC. Voie Technologique. Technologique 775 10,00 3,70

MANAGEMENT ET GESTION DES ENTREPRISES (épreuve n 299) ANNEE 2010. Epreuve conçue par HEC. Voie Technologique. Technologique 775 10,00 3,70 MANAGEMENT ET GESTION DES ENTREPRISES (épreuve n 299) ANNEE 2010 Epreuve conçue par HEC Voie Technologique NBRE CANDIDATS MOYENNES ECARTS-TYPE RESULTATS GLOBAUX 775 10,00 3,70 VOIES PREPARATOIRES Technologique

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague 4 Septembre 2010

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague 4 Septembre 2010 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague 4 Septembre 2010 Baromètre annuel vague 4-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

Fiche de décryptage. L évaluation, comme acte de management. De quoi parlons-nous? Pourquoi un entretien individuel d évaluation?

Fiche de décryptage. L évaluation, comme acte de management. De quoi parlons-nous? Pourquoi un entretien individuel d évaluation? L évaluation, comme acte de management De quoi parlons-nous? Il s agit de faire le point sur l un des principaux outils de management, l entretien annuel d évaluation : rappeler quels en sont les objectifs

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Mieux vaut seul que mal accompagné

Mieux vaut seul que mal accompagné Mieux vaut seul que mal accompagné C est là le plus souvent une formule que l on prononce en étant désolé et qui console assez mal les gens esseulés. L humanité a la plupart de temps considéré la solitude

Plus en détail

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS :

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : ÉLÉVATION DES PLAFONDS À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2002

Plus en détail

Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle

Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle Mener une politique culturelle favorisant l éducation artistique pour les jeunes suppose l inscription de cette action en lien

Plus en détail

LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE?

LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE? LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE? Hugo Broudeur 2010/2011 2ieme année Télécom SudParis SOMMAIRE Introduction... 3 A) Des réseaux sociaux pour tout le monde... 4 1)

Plus en détail

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 DOCUMENT PRÉPARÉ PAR L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCE MUTUELLES À L INTENTION DU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES Août

Plus en détail

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant!

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Regroupés autour d une enseigne commune, les commerçants associés sont des distributeurs grâce à une organisation amont forte et structurée qui

Plus en détail

LE PETIT GUIDE POUR RÉDIGER DES ARTICLES DE QUALITÉ

LE PETIT GUIDE POUR RÉDIGER DES ARTICLES DE QUALITÉ LE PETIT GUIDE POUR RÉDIGER DES ARTICLES DE QUALITÉ PAR YANNICK MÉRIGUET - 2015 TABLE DES MATIÈRES LES REMARQUES GÉNÉRALES 2 LES TYPES D ARTICLES 2 LES STRUCTURES D UN ARTICLE QUI MARCHE 3 EXEMPLES PRATIQUES

Plus en détail

ÉCOLE DES ARTS VISUELS ET MÉDIATIQUES UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL DOCUMENT SYNTHÈSE PAR ANONYME PRÉSENTÉ Á MONIQUES RICHARD

ÉCOLE DES ARTS VISUELS ET MÉDIATIQUES UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL DOCUMENT SYNTHÈSE PAR ANONYME PRÉSENTÉ Á MONIQUES RICHARD ÉCOLE DES ARTS VISUELS ET MÉDIATIQUES UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL DOCUMENT SYNTHÈSE PAR ANONYME PRÉSENTÉ Á MONIQUES RICHARD DANS LE CADRE DU COURS AVM4000 GROUPE : 40 CRÉATION ET ENSEIGNEMENT DES ARTS

Plus en détail

ENTREPRENEURS : misez sur la propriété industrielle!

ENTREPRENEURS : misez sur la propriété industrielle! ENTREPRENEURS : misez sur la propriété industrielle! ENTREPRENEURS : MISER SUR LA PROPRIÉTÉ INDUSTRIELLE! Novatrices, les start-up, PME et ETI omettent parfois d établir une stratégie de propriété industrielle.

Plus en détail

Le train à vapeur : Les premières lignes de chemin de fer françaises sont construites dans les années 1830.

Le train à vapeur : Les premières lignes de chemin de fer françaises sont construites dans les années 1830. Quels progrès techniques voit-on apparaitre au XIXème siècle? Une première phase de la Révolution Industrielle. 1769 : James Watt invente la machine à vapeur. La machine à vapeur est l une des plus importantes

Plus en détail

admissions Bachelor 2010 Devenir artiste devenir designer

admissions Bachelor 2010 Devenir artiste devenir designer admissions Bachelor 2010 Devenir artiste devenir designer Devenir artiste / Devenir Designer Engager une aventure de création dans l art ou le design contemporains. Bénéficier d une solide formation théorique

Plus en détail

Animé par : Martin DELATTE. Animé par : Catherine GRIMOND

Animé par : Martin DELATTE. Animé par : Catherine GRIMOND Salariés, Accompagnement reprenez votre entreprise et aides pour financières assurer sa de pérennité Pôle Emploi Martin DELATTE Catherine GRIMOND Sommaire Introduction Qu est ce qu une Scop Les enjeux

Plus en détail

Littérature au cycle 3. Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26

Littérature au cycle 3. Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26 Littérature au cycle 3 Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26 Littérature et programme 2008 SOCLE COMMUN Compétence 1 : Maîtrise de la langue française lire seul des textes du patrimoine

Plus en détail

Idéopolis #4 Le temps, le travail et vous Avril 2014

Idéopolis #4 Le temps, le travail et vous Avril 2014 Idéopolis #4 Le temps, le travail et vous Avril 2014 À l aube de ce printemps tellement attendu, les indicateurs économiques surveillés par Workopolis semblent pointer vers une hausse graduelle de l emploi

Plus en détail

donner du pouvoir d agir aux salariés

donner du pouvoir d agir aux salariés 2 donner du pouvoir d agir aux salariés 2 Donner du pouvoir d agir aux salariés Renforcer le «pouvoir d agir» des Français est une des clés du rebond de notre pays. En cela, l Economie sociale et solidaire

Plus en détail

Alors pour les défendre, pour se défendre, mais aussi pour acquérir de nouveaux droits, pour plus de solidarité, prenez votre avenir en main!

Alors pour les défendre, pour se défendre, mais aussi pour acquérir de nouveaux droits, pour plus de solidarité, prenez votre avenir en main! Pourquoi adhérer? Emploi, formation professionnelle, protection sociale, convention collective, statut toutes ces questions sont au cœur de votre vie quotidienne. Pour être efficace, il faut être informé,

Plus en détail

FICHE METIER. «Directeur de production» APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER

FICHE METIER. «Directeur de production» APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Directeur de production activité 1 APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Le directeur de production assume les responsabilités de la préparation, de la gestion budgétaire et du bon déroulement

Plus en détail

«Télé-réalité et classification juridique des émissions de télévision»

«Télé-réalité et classification juridique des émissions de télévision» «Télé-réalité et classification juridique des émissions de télévision» Cécile-Marie Simoni Université de Corse, France La télé-réalité constitue actuellement un phénomène qui a complètement bouleversé

Plus en détail

L entretien professionnel

L entretien professionnel CDG 77 - L entretien professionnel COMMENT FAIRE : SE PRÉPARER, LE RÉALISER, L EXPLOITER 10, Points de vue - CS 40056-77564 Lieusaint Cedex www.cdg77.fr L entretien professionnel (comment faire : se préparer,

Plus en détail

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles Sondage de l Institut CSA pour LinkedIn Février 203 Sommaire Fiche technique du sondage p 3 Des jeunes optimistes pour eux-mêmes malgré un contexte

Plus en détail

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio.

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Mode d emploi du cours audio REUSSIR Tout d abord, félicitations pour l achat de ce cours et pour la décision

Plus en détail

M entends-tu? Qui me parle?

M entends-tu? Qui me parle? M entends-tu? Qui me parle? 3 :20 à 5 :56 M entends-tu? Qui me parle? A. La voix là : 4 :41 Procédé narratif consistant à faire commenter l'action d'un film par un narrateur, qui peut être ou non l'un

Plus en détail

Travailler le concept des facteurs de production à travers une courte expérience de production manufacturière en classe

Travailler le concept des facteurs de production à travers une courte expérience de production manufacturière en classe Travailler le concept des facteurs de production à travers une courte expérience de production manufacturière en classe Sylvie Cordesse-Marot, professeure d économie et de gestion au lycée Comte de Foix

Plus en détail

4 - L affectation du résultat des sociétés

4 - L affectation du résultat des sociétés Les écritures liées à la vie d une société 3.2 4 - L affectation du résultat des sociétés Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr

Plus en détail

Option culture, virage numérique

Option culture, virage numérique Option culture, virage numérique François Macerola Président et chef de la direction Société de développement des entreprises culturelles François Macerola est président et chef de la direction de la Société

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes. Direction de la politique culturelle et du français MISE EN SCÈNE. Acoustic en pointillé

Ministère des Affaires étrangères et européennes. Direction de la politique culturelle et du français MISE EN SCÈNE. Acoustic en pointillé Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la politique culturelle et du français MISE EN SCÈNE Acoustic en pointillé Réalisation Michel Boiron et Thomas Sorin, CAVILAM Rédaction Hélène

Plus en détail

Vincere, Italie 2009 1h59 - Couleur

Vincere, Italie 2009 1h59 - Couleur Rétrospective Le Secret Vincere, de Marco Bellochio Italie 2009 1h59 - Couleur Fiche pédagogique réalisée par Sébastien Farouelle Scénario : Marco Bellocchio, Daniela Ceselli Image : Daniele Ciprì Montage

Plus en détail

COMPTE RENDU COLLOQUE «LA CRÉATION, ACTEURS, OBJETS, CONTEXTES»

COMPTE RENDU COLLOQUE «LA CRÉATION, ACTEURS, OBJETS, CONTEXTES» COMPTE RENDU COLLOQUE «LA CRÉATION, ACTEURS, OBJETS, CONTEXTES» Organisé par l Agence Nationale de la Recherche en partenariat avec l Institut National de l Art et le ministère de la Culture et de la Communication,

Plus en détail

La Chine reste attractive

La Chine reste attractive É t u d e La Chine reste attractive En dépit des difficultés économiques, les multinationales maintiennent et renforcent leur présence en Chine. C est ce qui résulte de la seconde enquête «China Manufacturing

Plus en détail

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE 4 MAI 2004 LA SITUATION DE L EMPLOI ET DE LA CONJONCTURE ECONOMIQUE EN REGION D ILE-DE-FRANCE

Plus en détail

Le Contrôle de Gestion, c est une assurance sur la conduite des affaires Et puis, pour le dirigeant. Novembre 2009 DOSSIER : Gestion d entreprise 38

Le Contrôle de Gestion, c est une assurance sur la conduite des affaires Et puis, pour le dirigeant. Novembre 2009 DOSSIER : Gestion d entreprise 38 DOSSIER : Gestion d entreprise 38 Contrôle de Gestion dans les PME : points essentiels et objectifs. Mais pourquoi le Contrôle de Gestion n est-il pas plus présent dans les PME? Oublie-t-on que c est un

Plus en détail

Flore-Aline Colmet Daâge*

Flore-Aline Colmet Daâge* NOTE n 153 - Fondation Jean-Jaurès - 23 janvier 2013 - page 1 Un enjeu clé pour dynamiser l emploi Flore-Aline Colmet Daâge* * Directrice d études, département «Opinion et stratégies d entreprise», Ifop

Plus en détail

Synthèse de l intervention du 1 er juin 2010. La Reconnaissance Individuelle dans une économie mondialisée

Synthèse de l intervention du 1 er juin 2010. La Reconnaissance Individuelle dans une économie mondialisée Synthèse de l intervention du 1 er juin 2010 La Reconnaissance Individuelle dans une économie mondialisée Intervention d Alain MERGIER Sociologue et Directeur de l Institut WEI Cette rencontre organisée

Plus en détail

I. Faire le point sur son projet, ses motivations. Se poser les bonnes questions CHAPITRE 1

I. Faire le point sur son projet, ses motivations. Se poser les bonnes questions CHAPITRE 1 Se poser les bonnes questions CHAPITRE 1 Se poser les bonnes questions Cette toute première phase de réflexion, pas forcément simple ni évidente, devra se faire en deux temps. Ainsi, vous serez d abord

Plus en détail

Mitraillage publicitaire Séance 1

Mitraillage publicitaire Séance 1 Fiche pédagogique Thème : Choix et autonomie Niveau : Ecole (CM 1 et 2), Collège, lycée Durée : 50 Mitraillage publicitaire Séance 1 Personnes ressources : Infirmier scolaire, documentaliste, professeur

Plus en détail

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales Ministère de la modernisation des secteurs publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Ecole Nationale d Administration Fondation Hanns Seidel Original :

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE AMGE industrie, 28 salariés en Haute-Normandie. reprennent leur entreprise en Scop!

DOSSIER DE PRESSE AMGE industrie, 28 salariés en Haute-Normandie. reprennent leur entreprise en Scop! DOSSIER DE PRESSE AMGE industrie, 28 salariés en Haute-Normandie reprennent leur entreprise en Scop! SOMMAIRE L entreprise AMGE industrie L accompagnement du réseau Scop La Scop AMGE accompagnée dans le

Plus en détail

L ESS et moi. Réalisation graphique : Saint Gilles Imprimerie - Image : Freepik

L ESS et moi. Réalisation graphique : Saint Gilles Imprimerie - Image : Freepik L ESS et moi Une structure de l Économie Sociale est au service d un projet collectif et non d un projet conduit par une seule personne dans son intérêt propre. Sans le savoir, je vis avec les valeurs

Plus en détail

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie Forum de l investissement Ateliers d Experts 15 Octobre 2011 Les Dangers de l Assurance Vie L assurance vie c est quoi? Le placement préféré des français Environ 1 500 milliards d euros épargnés par les

Plus en détail

Cycle 2 GS à CE1 Dossier pédagogique 1 Préparer la séance + méthodologie de travail

Cycle 2 GS à CE1 Dossier pédagogique 1 Préparer la séance + méthodologie de travail Ernest et Célestine Benjamin Renner,Vincent Patar et Stéphane Aubier 2012 France, Belgique, Luxembourg, 76 minutes, dessin animé, couleur Cycle 2 GS à CE1 Dossier pédagogique 1 Préparer la séance + méthodologie

Plus en détail

MARAGNANI Alain, inspecteur de l enseignement agricole (Ministère de l Agriculture, l Alimentation, la Pêche et des Affaires Rurales) RESUME

MARAGNANI Alain, inspecteur de l enseignement agricole (Ministère de l Agriculture, l Alimentation, la Pêche et des Affaires Rurales) RESUME 1 6060 MARAGNANI Alain, inspecteur de l enseignement agricole (Ministère de l Agriculture, l Alimentation, la Pêche et des Affaires Rurales) RESUME FORMATION PROFESSIONNELLE AGRICOLE ET COOPERATION INTERNATIONALE

Plus en détail