Développement des. méthodes, études sur la sûreté et la sécurité des exploitations

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Développement des. méthodes, études sur la sûreté et la sécurité des exploitations"

Transcription

1 Développement des 4 méthodes, études sur la sûreté et la sécurité des exploitations

2 4 4 Codes, qualification et incertitudes dans l analyse de sûreté Les logiciels critiques, quels enjeux pour l évaluation? Le vieillissement sous irradiation des cuves de réacteurs 184 nucléaires à eau sous pression 4.3 Expertise des méthodes d évaluation des incertitudes 195 du code CATHARE dans le programme international OCDE BEMUSE 4.4 Processus de qualification des formulaires de criticité 202 et exemple d'utilisation dans le domaine de l'expertise de criticité 4.5 Influence de la représentation mathématique 214 des connaissances imparfaites dans le traitement des incertitudes flashinfoflashinfoflashinfoflashinfoflashinfoflash 4.6 Vers une étude probabiliste de sûreté (EPS) de niveau pour le palier MWe 4.7 Réexamen des critères associés au combustible En quelques dates / Soutenances de thèses et autres faits marquants 221 IRSN - Rapport scientifique et technique 2006

3 41 Codes, qualification et incertitudes dans l analyse de sûreté On fait appel à des études dites «de dimensionnement» dans la conception de tous les ouvrages industriels dont les réacteurs nucléaires et les installations du cycle font partie. Elles ont pour objectifs de déterminer, individuellement et dans leur ensemble, les performances en fonctionnement des systèmes qui les composent, leur robustesse dans les situations incidentelles et accidentelles et d en évaluer la fiabilité. Ces études sont effectuées à l aide d outils de calcul dont la représentativité vis-à-vis des phénomènes physiques modélisés et, en conséquence, la complexité n ont cessé de s accroître avec l affinement de la représentation géométrique, la sophistication des modèles mathématiques, la montée en puissance des capacités de calcul scientifique et la mise en œuvre du couplage entre codes. Les outils de calcul ne sont pas seulement un assemblage des codes, assortis de leurs logiciels d interface homme-machine et d exploitation, mais aussi et surtout ils enferment tout un patrimoine d expériences et de connaissances, consolidées dans ce que l on appelle de façon générique les méthodes ou schémas de calcul. Ces méthodes doivent obtenir une certification formelle de qualification avant toute utilisation pour les études de conception et/ou les vérifications de sûreté, à l issue d un cheminement complexe comportant en général deux étapes distinctes et complémentaires, qui peuvent s enchaîner ou s enchevêtrer tout au long d un processus laborieux : la validation par moyen de comparaison avec d autres schémas ayant des performances similaires, s ils existent. A minima, la validation des modèles mathématiques et de leur chaînage ; la qualification proprement dite, par comparaison des résultats du calcul avec un inventaire assez large et représentatif de données expérimentales, rendues disponibles par l expérimentation sur maquette ou par le retour d exploitation en fonctionnement normal ou en transitoire. 174 Développement des méthodes, études sur la sûreté et la sécurité des exploitations

4 4 Les modèles de calcul comportent toujours un niveau incompressible d incertitudes qui affecte les paramètres de conception en raison de : la faiblesse des modèles numériques, qui comportent toujours un certain nombre d hypothèses et d approximations ; le caractère nécessairement limité des échantillons de données expérimentales et de leur représentativité partielle par rapport aux conditions de conception ; la fiabilité des chaînes de mesure et le processus de reconstitution utilisé pour la génération des données expérimentales ; et l incertitude inhérente au processus de qualification. Pour pallier cet inconvénient, les concepteurs adoptent des démarches d étude qui consistent à pénaliser les conditions de calcul par l introduction de conservatismes plus ou moins poussés et plus ou moins maîtrisés selon l époque, le niveau de connaissance et le risque potentiel engendré par une défaillance éventuelle. L élément essentiel et déterminant de l analyse de sûreté est justement l appréciation critique de ces conservatismes, non seulement par rapport aux situations de fonctionnement normal, mais surtout par rapport aux accidents de dimensionnement et, depuis peu, hors dimensionnement. Tous les articles présentés dans cette section ont une relation plus ou moins directe et plus ou moins étroite avec les incertitudes, leur origine, leur propagation et leurs conséquences sur l analyse de sûreté. Soit parce qu ils se proposent de mettre en valeur la pertinence et la robustesse du processus de qualification d un schéma de calcul et de déterminer l incertitude engendrée par son utilisation, ce qui constitue une condition essentielle de son utilisation dans l expertise de sûreté : «Processus de qualification des formulaires de criticité et exemple d utilisation dans le domaine de l expertise de criticité», d Isabelle Duhamel, Éric Létang, Gilles Daumen, IRSN - Rapport scientifique et technique

5 4 Igor Lebars, a comme objectif la prévention du risque de criticité dans les stockages et les transports de matières nucléaires (voir chapître 4.4) ; «Le vieillissement sous irradiation des cuves de réacteurs nucléaires à eau pressurisée»,de Bernard Monnot, conjugue l analyse du retour d expérience et le questionnement sur la modélisation et étudie, avec pertinence et justesse, le mécanisme de la fragilisation des aciers, notamment des cuves, dans la perspective de l allongement de la durée de vie des réacteurs REP (voir chapître 4.2) ; soit parce qu ils visent à évaluer les conséquences des incertitudes dues à la variabilité des données d entrée d un processus et aux imprécisions touchant les structures des modèles et les paramètres utilisés pour définir la relation entre les données d entrée et la réponse : «L'évaluation des méthodes d'incertitudes du code CATHARE dans le programme international OCDE BEMUSE», de Jérôme Joucla, répond à l objectif majeur pour l Institut de s approprier les méthodes statistiques pour l évaluation des incertitudes dans les études de sûreté (voir chapître 4.3) ; «Influence de la représentation mathématique des connaissances imparfaites dans le traitement des incertitudes», d Éric Chojnacki et Catherine Mercat-Rommens,met en relation l évaluation des incertitudes, la caractérisation d un résultat expérimental ou numérique et la prise de décision (voir chapître 4.5) ; l article de Jean Gassino et Pascal Régnier «Les logiciels critiques,quels enjeux pour l évaluation» mérite une mention à part.tout en démontrant la fiabilité et la robustesse de ces logiciels face aux défaillances matérielles, cet article ouvre un questionnement sur les conséquences non maîtrisées, en termes de fiabilité et de sûreté, des erreurs les affectant à la conception et de leur propagation (voir chapître 4.1) ; ces cinq articles,sans avoir la prétention à l exhaustivité, présentent un panorama à la fois large et varié des activités menées par l IRSN dans le domaine des études et recherches en support de l expertise face au problème des incertitudes, leur genèse,leur propagation,et, in fine,leur impact sur le comportement des systèmes et/ou les actions de l homme. Un domaine qui constitue un axe stratégique et privilégié de développement à moyen et long termes pour l Institut. Ils fournissent aussi une base solide de départ pour les réflexions à venir sur les systèmes évolutionnaires et/ou novateurs, notamment dans le cadre de GEN-IV et d ITER. Martial JOREL Direction de la sûreté des réacteurs 176 Développement des méthodes, études sur la sûreté et la sécurité des exploitations

6 4.1 Les logiciels critiques, quels enjeux pour l évaluation? Jean GASSINO, Pascal RÉGNIER Bureau d analyse des systèmes électriques et du contrôle-commande Le domaine des hautes technologies fait de plus en plus appel à des logiciels pour réaliser des fonctions de sûreté, et c est le cas en particulier de l industrie nucléaire. Ces logiciels sont dits «critiques» car leur éventuel mauvais fonctionnement peut avoir des conséquences catastrophiques, par exemple le dysfonctionnement des commandes de vol d un avion ou l absence d arrêt d urgence d un réacteur nucléaire dans une situation accidentelle. Leur complexité pose des problèmes de validation spécifiques, qui conduisent les évaluateurs à mener des actions d analyse et de R&D particulières. 4.1 Pour le nucléaire, il s agit de logiciels de contrôle-commande qui agissent en temps réel sur l installation pour la maintenir ou la ramener dans un état sûr. Ainsi, sur 24 des réacteurs de puissance d EDF, des logiciels sont chargés de déclencher l arrêt automatique dans la demi-seconde suivant la détection d un évènement anormal tel que l augmentation excessive du flux neutronique ou de la température du cœur. Ces mêmes logiciels sont conçus pour gérer automatiquement les 30 premières minutes d un incident ou d un accident afin d éviter aux opérateurs d avoir à prendre des décisions dans l urgence. Ces logiciels critiques sont un des moyens mis en œuvre au titre de la défense en profondeur pour assurer la sûreté d un réacteur. D une part celui-ci est conçu et exploité de façon à ne pas avoir, en principe, à solliciter l action d un logiciel critique.d autre part,d autres systèmes et dispositions d organisation palliatifs prennent le relais si une telle action s avère en définitive nécessaire mais ne s effectue pas comme prévu. Cependant les logiciels critiques appartiennent à la ligne de défense principale, et c est la base même de la démarche de sûreté que de réaliser chaque ligne de défense du mieux possible, comme si elle était indispensable. Par ailleurs, une fonction critique s exécute non pas sur un calculateur unique, mais sur un système composé de plusieurs calculateurs identiques redondants (en général quatre), incluant des dispositifs de surveillance du matériel par le logiciel et vice-versa. Ces dispositions permettent d assurer la réalisation de la fonction malgré une ou plusieurs pannes du matériel. Elles n ont cependant que peu d efficacité vis-à-vis des erreurs de conception des logiciels. Ainsi le bon fonctionnement des logiciels critiques constitue un point clé pour la sûreté nucléaire. Cet article présente le point de vue de l évaluateur sur les moyens permettant d obtenir et de démontrer un très haut niveau de confiance dans ces logiciels, alors que les logiciels grand public semblent voués à des dysfonctionnements chroniques et que les exemples de défaillances abondent dans cette industrie. IRSN - Rapport scientifique et technique

7 4.1 Limites scientifiques et techniques Le logiciel d un automate de sûreté lit cycliquement des entrées représentant l état du processus physique, et calcule des sorties : commandes, ordres de protection, etc. Ce calcul présente deux caractéristiques : il est discontinu du fait de l utilisation d instructions conditionnelles du type «if (condition) then do A else do B». Ainsi, une infime variation des grandeurs d entrée peut faire basculer du traitement A vers le traitement B, qui peut être complètement différent ; il est complexe, car le nombre de discontinuités est souvent gigantesque. Un petit programme contenant instructions «if» pourrait découper l espace des entrées en régions séparées par des discontinuités. De plus, ces instructions étant en général répétées itérativement dans des boucles, le nombre de cas potentiellement différents augmente exponentiellement avec le nombre de ces itérations. La vérification de tels programmes est donc un problème inaccessible à tout traitement systématique. En effet : la combinatoire des entrées (par exemple : 50 entrées codées sur 12 bits conduisent à valeurs différentes) empêche définitivement la vérification «rouleau compresseur» par test exhaustif, même si l on disposait d un moyen permettant d effectuer des millions de tests par seconde, et surtout de décider pour chacun d eux si le résultat est correct ou non. Le test doit donc être pratiqué en liaison avec une analyse permettant de sélectionner les cas adéquats ; cette même combinatoire empêche le retour d expérience de jouer un rôle crédible : l observation pendant des millions d années du fonctionnement de millions d exemplaires d un logiciel ne couvrirait qu une infime partie de l espace d entrée. De plus, le fonctionnement discontinu évoqué ci-dessus fait que des conditions similaires du processus physique contrôlé peuvent en fait activer des traitements différents ; toutes les fonctions exécutées par un programme (calcul de la sortie 1, calcul de la sortie 2, etc.) partagent des ressources matérielles et logiques (mémoire, processeur, etc.), de sorte qu une erreur dans une fonction peut en faire défaillir une autre même si elles n ont apparemment aucun traitement ni aucune variable en commun. Les méthodes basées sur l étude de la propagation des défaillances au niveau fonctionnel sont donc non sûres en matière de logiciel, puisqu elles négligent des canaux essentiels de propagation qu il est par ailleurs en pratique impossible de modéliser ; enfin, il convient de noter pour ce qui concerne l utilisation éventuelle de méthodes statistiques que, bien que très complexe et discontinu, le calcul réalisé par un programme est parfaitement déterministe : si l on attribue la valeur d exactitude 1 à une exécution donnant le résultat correct et 0 dans le cas contraire, l exactitude d une exécution est déterminée avant qu elle ait lieu, par l état des entrées. Elle a par conséquent selon les cas une espérance mathématique égale soit à 0 soit à 1. Ce comportement est fort différent de celui par exemple du lancer d une pièce de monnaie auquel on attribue 0 pour pile et 1 pour face : la valeur d un lancer n est pas déterminée avant qu il ait lieu. Chaque lancer a une espérance mathématique égale, comprise entre 0 et 1 (0,5 si la pièce est équilibrée). Ainsi, les valeurs d exactitude des différentes exécutions d un programme n ont pas du tout la même distribution, au contraire des différents lancers d une pièce. Cela interdit d utiliser les théorèmes statistiques (limite centrée, lois des grands nombres, etc.) pour faire des études probabilistes les concernant. Une autre source de difficultés provient des écarts irréductibles introduits lors de la conception du logiciel entre l expression des besoins et le programme finalement réalisé. En effet, si l on considère par exemple la conception d un système de protection : 178 Développement des méthodes, études sur la sûreté et la sécurité des exploitations

8 le besoin initial résulte d études d accidents qui décrivent chacune des fonctions principales en quelques phrases, par exemple l arrêt du réacteur lorsque la marge à l ébullition est trop faible ; ce besoin est transmis aux équipes de contrôle-commande qui l interprètent fonctionnellement : le calcul de la marge à l ébullition en tous points du cœur nécessite de nombreux capteurs et un traitement complexe, ainsi que des recalages périodiques en fonction de l usure du combustible.ce recalage impose par exemple de prévoir des moyens d interaction entre le programme et les opérateurs. De quelques pages, la description passe à des dizaines ; pour faire face aux pannes matérielles, les concepteurs du système de protection introduisent des redondances,donc des échanges d informations entre voies redondantes et des votes. Cela nécessite des traitements supplémentaires dont certains sont «visibles», comme les votes,mais d autres sont «enfouis» :protocoles de gestion des réseaux de communication entre ces voies, pilotes des cartes de communication, prise en compte des cas d erreur, des asynchronismes, etc. La description de la conception atteint des milliers de pages. Ainsi l expression initiale du besoin ne décrit qu une infime partie des fonctions du programme final,les autres provenant des choix de conception successifs. Cela ajoute une difficulté majeure à la réalisation des tests : décider si le résultat d un test est correct ou non est une décision sujette à erreur, puisqu il n existe pas de spécification complète. L approche dite des «spécifications formelles» vise à réduire cette difficulté.elle consiste à décrire mathématiquement le besoin,de façon à pouvoir garantir que le programme final possède les propriétés requises par ces spécifications. Malheureusement, les formalismes utilisés sont peu compréhensibles par les automaticiens et informaticiens industriels, et ces spécifications sont souvent plus volumineuses que le programme final (ou alors elles ne décrivent pas des aspects importants comme les interactions avec le matériel ou les relations temporelles entre différents programmes). Le problème de leur exactitude par rapport au besoin réel reste donc entier. Évaluation technique indépendante Malgré ces limites scientifiques et techniques, développer un logiciel sûr est possible à condition de respecter rigoureusement les quatre conditions suivantes, qui rendent sa réalisation très différente de celle d un logiciel courant : faire simple, c est-à-dire limiter au strict nécessaire les fonctions confiées au logiciel et l organiser selon une structure simple, telle que la répétition infinie d une séquence «lecture des entrées -> traitement -> émission des sorties» plutôt que selon un ensemble de processus communicants ; organiser de manière rigoureuse un processus de développement découpé en phases conclues par des revues formelles, et faire intervenir des personnes différentes en développement et en vérification ; procéder à de multiples vérifications, notamment concevoir et réaliser des campagnes de tests pertinentes d abord sur chacun des modules du programme, puis sur des assemblages de modules, puis enfin sur le programme complet dans sa configuration définitive ; prévoir dès la conception des dispositions, telles que la programmation défensive (abordée plus loin), pour rendre le programme aussi tolérant que possible à d éventuels défauts qui subsisteraient malgré les dispositions d évitement et d élimination des erreurs décrites aux points précédents. L évaluation par l IRSN intervient en aval de la réalisation du programme et de la documentation correspondante par le concepteur. Cette évaluation n est pas une vérification ni une validation, car ces actions ont déjà été réalisées par l exploitant et sont de sa responsabilité.il ne s agit pas de certifier un programme mais d acquérir une confiance objectivement justifiée en la capacité du logiciel à satisfaire les besoins de sûreté explicites et implicites de la centrale au moyen d analyses techniques et d un dialogue avec le constructeur. L évaluation débute par l examen des procédures et des plans qualité. Ceux-ci doivent être conformes à l état de l art et aux exigences réglementaires pour définir un cadre de travail propice au développement d un produit correct. Ces exigences incluent des actions de vérification après chaque étape, et l indépendance des équipes de vérification par rapport à celles de conception. Cependant,comme on l a vu,la plus grande partie du logiciel ne résulte pas directement des exigences initiales, mais est ajoutée lors des étapes de conception pour satisfaire des besoins résultant de décisions prises aux étapes précédentes. Le programme final n est pas le résultat d un processus de fabrication déterministe, ces décisions humaines étant des choix parmi les possibilités imaginées par le concepteur, sujettes à erreurs et à omissions. L examen des procédures est donc nécessaire mais non suffisant. L évaluation technique doit également inclure l examen des documents de conception, puisqu ils ont pour objet de décrire et de justifier les choix faits à chaque étape. Mais ces documents n indiquent que les choix qui ont été jugés importants par leur auteur, car il est impossible en pratique de décrire chaque détail du programme. L évaluation doit par conséquent porter aussi sur le programme lui-même. Pour illustrer la complémentarité entre ces différents points de vue, supposons qu un programme contienne une instruction telle que le calcul du logarithme d une variable, provoquant une erreur d exécution si cette variable est négative ou nulle. Cette menace peut être écartée en prouvant que dans tous les cas la variable est strictement positive lorsque l instruction en question est exécutée. 4.1 IRSN - Rapport scientifique et technique

9 4.1 Mais cette preuve peut être impossible à apporter pour des raisons de complexité et d indécidabilité (1). Dans un tel cas, le concepteur peut utiliser la «programmation défensive», c est-à-dire par exemple tester la variable juste avant le calcul du logarithme, et, si elle est négative ou nulle, placer la sortie dans une position prédéfinie dite «sûre» (par exemple déclencher l arrêt du réacteur). Selon le rôle de la sortie considérée (arrêt du réacteur, injection de sûreté, etc.), il peut exister ou non une position prédéfinie, sûre dans tous les états du réacteur. L évaluateur doit donc considérer de multiples aspects (programme, documents de conception, actions de vérification faites, processus nucléaire, etc.) pour élaborer son avis. L indépendance de l évaluateur est indispensable parce que le développement d un programme est une activité humaine sujette à erreur, parce que la vérification ne peut pas être automatique ni complète puisque le besoin initial exprimé est incomplet et informel. La nécessaire vérification déjà effectuée par le constructeur est donc orientée par son bagage technique et sa culture industrielle, tout comme la conception qu il a effectuée, ce qui rend indispensable une contreexpertise technique indépendante. Fait Échec du premier tir d'ariane 5, à cause d'une petite erreur du programme de la centrale inertielle. La perte totale de contrôle a obligé à détruire le lanceur en vol. Panne du système de réservation de la SNCF. Le programme en cause fonctionnait depuis 12 ans. Panne d'un réseau de téléphonie mobile, malgré l'utilisation d'équipements redondants à haute disponibilité. Plusieurs personnes tuées par des surdoses massives délivrées par l'accélérateur médical Thérac 25. Un «ver», sorte de virus informatique, met hors service pendant plusieurs heures le panneau d'affichage de sûreté de la centrale de Davis-Besse. Un constructeur rappelle voitures à cause de problèmes dans le contrôle du freinage, et décide d'enlever 600 fonctions logicielles inutiles. Leçon tirée «Le diable est dans les détails». Des détails minuscules, invisibles aux niveaux spécification et conception générale, peuvent faire échouer le système complet. Le retour d'expérience ne valide pas un logiciel. La redondance du matériel ne protège pas contre les erreurs du logiciel. Même si un programme n'est faux que dans quelques rares cas, ceux-ci peuvent se produire. Utiliser des technologies grand public (PC, Windows, SQL, TCP-IP ) dans des systèmes de sûreté les expose à d'innombrables attaques, même quand ils sont réputés isolés d'internet. Ajouter des fonctions peu utiles compromet la sûreté du système, même si elles sont réputées sans rapport avec les fonctions de sûreté. Besoin de R&D Tableau 1: Exemples d erreurs et leur interprétation. Les problèmes de complexité, de non-continuité, d indécidabilité et d absence de spécification complète se traduisent par des erreurs dont quelques exemples sont présentés en tableau 1. La colonne de droite rappelle des évidences qui sont malheureusement souvent oubliées. Tous ces cas concernent des systèmes développés au minimum sous assurance qualité, et souvent avec de fortes exigences de sûreté, ce qui montre encore une fois que le respect des procédures ne garantit pas l exactitude du programme final. L évaluation technique de ce dernier est indispensable, mais ne peut guère être efficace en l absence d outils : il serait très présomptueux de vouloir repérer et comprendre les innombrables cas d exécution d un programme réaliste sans aide. De plus, la difficulté du problème s accroît sans cesse car la taille des logiciels des systèmes de protection augmente d un facteur 10 à chaque génération, et des technologies de plus en plus complexes comme le multitâche (2) sont introduites. Un effort de R&D soutenu est donc essentiel pour bénéficier des meilleures solutions pratiques issues des avancées de la recherche scientifique. Travaux de R&D Les travaux de recherche et développement en informatique sont légion, mais ils sont consacrés dans la plupart des cas à des aspects méthodologiques assez superficiels visant à améliorer la productivité des équipes de programmeurs sans s attaquer au problème de la vérification, dont les difficultés scientifiques et techniques font que le moindre progrès nécessite des travaux longs et difficiles. Deux pistes se distinguent toutefois tant par leurs objectifs que par les résultats récemment obtenus et les perspectives ainsi ouvertes :il s agit de l analyse statique et de l évaluation de la couverture des tests. L analyse statique consiste à examiner les instructions du programme sans l exécuter, soit manuellement soit à l aide d un analyseur comme un outil logiciel, pour en extraire des informations valides dans un grand nombre de cas d exécution, idéalement dans tous les cas possibles. Cette approche vise à être plus générale que celle qui consiste à réaliser des tests, qui ne fournissent d information que pour les seules exécutions effectivement réalisées. Ces outils ont longtemps été limités à des analyses rudimentaires telles que le comptage de lignes, le calcul du taux de commentaires ou encore la vérification de règles de programmation élémentaires comme l utilisation systématique des parenthèses dans les formules arithmétiques, l organisation des constructions «if then else» imbriquées, le nommage des variables, etc. Ces renseignements témoignent d un certain niveau de qualité, mais ne sont pas directement corrélés à la présence d erreurs dans le logiciel, car ils se limitent à la forme du programme sans analyser sa fonctionnalité, ou «sémantique». 180 Développement des méthodes, études sur la sûreté et la sécurité des exploitations

10 Étape 1 Identification des menaces... if (x<10) y = x+5 else y = 10 endif... z= 1/(y-16) Étape 2 Résolution par propagation d'intervalle x [ ] if x<10 x [0..9] Vrai Faux x [ ] y = x+5 y = 10 y [5..14] y [10..10] Risque : division par zéro si y {16} Conclusion: {16} z = 1/(y-16) y [5..14] [5..14] = Ø => Pas d'erreur 4.1 Figure 1 : Illustration de l interprétation abstraite. Des principes d analyse sémantique, à très fort contenu mathématique, ont été élaborés depuis une trentaine d années, par exemple la logique de Hoare [1] ou l interprétation abstraite [2].Au-delà des exemples académiques, leur application à de véritables programmes demande d innombrables raffinements mathématiques, eux-mêmes très difficiles à programmer dans les outils d analyse. C est donc seulement depuis une dizaine d années que l analyse statique «sémantique» permet progressivement de traiter des programmes réels. Supposons que l on veuille vérifier que les opérations de division présentes dans un programme ne provoqueront jamais de défaillance à l exécution pour cause de diviseur nul. L interprétation abstraite, grossièrement illustrée par la figure 1, consiste à représenter la totalité des cas en ne manipulant que quelques informations, qui les enveloppent au sens de l abstraction choisie. Dans cet exemple, l abstraction consiste à représenter chaque variable par un intervalle contenant toutes les valeurs possibles. Au début du programme, l intervalle est défini par les plages de variation des entrées (0 à dans cet exemple), puis il est propagé en tenant compte de l action de chaque instruction. Arrivé au dénominateur d une opération de division, il suffit alors de vérifier si l intervalle propagé contient ou non la valeur 0. Toutefois, l analyse ne peut en général pas conclure aussi aisément, notamment parce que les boucles posent des problèmes de complexité et de décidabilité redoutables (3). De façon plus pratique, l abstraction par intervalles montrée ici n est pas très performante : soit une variable A dans l intervalle [-5..5] et B = 1 - A, alors B est dans [-4..6]. Si plus loin une division par A + B est effectuée, l analyseur calculera l intervalle de A + B, soit [-9..11] et ne pourra exclure la possibilité d une division par zéro. Or, A + B est toujours égal à 1 d après la définition de B, et dans ce cas l analyseur a donc émis une fausse alarme (4). Des analyses plus sophistiquées, tenant compte par exemple des relations linéaires entre variables, sont nécessaires pour affiner les diagnostics dans de tels cas [3], toute la difficulté étant de trouver un compromis entre la précision de l abstraction (enveloppe aussi proche que possible des valeurs réelles) et la complexité de son calcul (en temps et en mémoire nécessaires). (1) Un problème est décidable au sens de la calculabilité s il existe une suite fixée d opérations mécaniques qui, dans tous les cas, donne le résultat en un nombre fini d étapes. Ainsi le problème de l existence de solutions réelles aux équations du second degré à une inconnue à coefficients réels est décidable : quels que soient les coefficients, le calcul du discriminant permet de répondre. Par contre l existence de solutions entières aux équations polynomiales quelconques à coefficients entiers est indécidable de ce point de vue. (2) Il s agit d exécuter plusieurs programmes en même temps sur le même calculateur, ce qui pose de difficiles problèmes de synchronisation. (3) Soit par exemple un petit programme (correspondant au problème dit «Conjecture de Syracuse») qui reçoit un entier positif X, et boucle sur l instruction suivante : «si X est impair, remplacer X par 3 X+1, sinon remplacer X par X/2». La boucle se termine quand X atteint la valeur 1, si cela se produit. Une valeur initiale égale à 3 conduit ainsi à la séquence 3, 10, 5, 16, 8, 4, 2, 1. Ce programme atteint-t-il 1 pour toute valeur initiale de X? (4) Cela ne pose pas de problème de sûreté, car l imprécision va toujours dans le sens de la fausse alarme. Toutefois, ces situations d incertitude doivent être revues manuellement une à une pour conclure, ce qui peut enlever tout intérêt à l outil si elles sont trop nombreuses. IRSN - Rapport scientifique et technique

Avis de l IRSN sur la tenue en service des cuves des réacteurs de 900 MWe, aspect neutronique et thermohydraulique

Avis de l IRSN sur la tenue en service des cuves des réacteurs de 900 MWe, aspect neutronique et thermohydraulique Avis DSR/2010-065 26 février 2010 Avis de l IRSN sur la tenue en service des cuves des réacteurs de 900 MWe, aspect neutronique et thermohydraulique Par lettre du 19 février 2009, l Autorité de sûreté

Plus en détail

Indications de défauts dans les cuves des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 Rapport intermédiaire 2014

Indications de défauts dans les cuves des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 Rapport intermédiaire 2014 2014 Indications de défauts dans les cuves des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 Rapport intermédiaire 2014 FANC-AFCN 16-12-2014 Table des matières 1. Introduction... 3 2. Historique... 3 3. Evolution des

Plus en détail

Rapport d évaluation final sur la problématique des indications de défauts constatées sur les cuves des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2

Rapport d évaluation final sur la problématique des indications de défauts constatées sur les cuves des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 Rapport d évaluation final sur la problématique des indications de défauts constatées sur les cuves des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 AFCN Mai 2013 1. Introduction En juin 2012, à l occasion d un nouveau

Plus en détail

Montrouge, le 9 février 2015. Centre national d équipement nucléaire (CNEN) EDF 97 avenue Pierre Brossolette 92120 MONTROUGE

Montrouge, le 9 février 2015. Centre national d équipement nucléaire (CNEN) EDF 97 avenue Pierre Brossolette 92120 MONTROUGE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIRECTION DES CENTRALES NUCLEAIRES Montrouge, le 9 février 2015 Réf. : CODEP-DCN-2015-002998 Monsieur le Directeur Centre national d équipement nucléaire (CNEN) EDF 97 avenue Pierre

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

1 ROLE ET DESCRIPTION DES DIESELS D ULTIME SECOURS

1 ROLE ET DESCRIPTION DES DIESELS D ULTIME SECOURS Fontenay-aux-Roses, le 9 juillet 2014 Monsieur le président de l Autorité de sûreté nucléaire Avis/IRSN N 2014-00265 Objet : Réacteurs électronucléaires EDF - Réacteur EPR de Flamanville 3 Conception détaillée

Plus en détail

Réduction des modèles numériques

Réduction des modèles numériques Réduction des modèles numériques Mickaël ABBAS EDF R&D Chef de Projet Méthodes Numériques Avancées Développeur Code_Aster 03 février 2014 Mines ParisTech Plan de la présentation Éléments de contexte industriel

Plus en détail

Les matériels des centrales électronucléaires sont

Les matériels des centrales électronucléaires sont 1La sûreté des réacteurs 1 3 Le vieillissement des centrales électronucléaires F. VOUILLOUX (IRSN) P. RÉGNIER (BASP) O. MORLENT (SAMS) G. CATTIAUX (BAMM) S. BOUSQUET (BASME) Les matériels des centrales

Plus en détail

MONTRANO. Système de surveillance continue pour transformateurs

MONTRANO. Système de surveillance continue pour transformateurs MONTRANO Système de surveillance continue pour transformateurs Surveillance conditionnelle pour transformateurs La connaissance de l'état diélectrique d'uneisolation est fondamentale Un amorçage du diélectrique

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Electricien maintenancier process 1 OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Electricien maintenancier process 1 OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : B Dernière modification : 10/04/2008 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Electricien maintenancier process 1 I OBJECTIF

Plus en détail

Cahier technique professionnel. Dispositions spécifiques applicables aux équipements à paroi vitrifiée

Cahier technique professionnel. Dispositions spécifiques applicables aux équipements à paroi vitrifiée A.F.I.A.P. Association française des ingénieurs en appareils à pression Cahier technique professionnel Dispositions spécifiques applicables aux équipements à paroi vitrifiée Edition février 2005 Pour tout

Plus en détail

Eléments de spécification des systèmes temps réel Pierre-Yves Duval (cppm)

Eléments de spécification des systèmes temps réel Pierre-Yves Duval (cppm) Eléments de spécification des systèmes temps réel Pierre-Yves Duval (cppm) Ecole d informatique temps réel - La Londes les Maures 7-11 Octobre 2002 - Evénements et architectures - Spécifications de performances

Plus en détail

Précision d un résultat et calculs d incertitudes

Précision d un résultat et calculs d incertitudes Précision d un résultat et calculs d incertitudes PSI* 2012-2013 Lycée Chaptal 3 Table des matières Table des matières 1. Présentation d un résultat numérique................................ 4 1.1 Notations.........................................................

Plus en détail

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population.

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population. Première STMG1 2014-2015 progression. - 1 Table des matières Fil rouge. 3 Axes du programme. 3 Séquence : Proportion d une sous population dans une population. 3 Information chiffrée : connaître et exploiter

Plus en détail

Brevet de technicien supérieur Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle

Brevet de technicien supérieur Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle Brevet de technicien supérieur Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle ACTIVITÉS ET TÂCHES PROFESSIONNELLES Les activités professionnelles décrites ci-après, déclinées à partir des fonctions

Plus en détail

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE Séminaire de Xavier GARBET pour le FIP 06/01/2009 Anthony Perret Michel Woné «La production d'énergie par fusion thermonucléaire contrôlée est un des grands défis scientifiques

Plus en détail

Qualité du logiciel: Méthodes de test

Qualité du logiciel: Méthodes de test Qualité du logiciel: Méthodes de test Matthieu Amiguet 2004 2005 Analyse statique de code Analyse statique de code Étudier le programme source sans exécution Généralement réalisée avant les tests d exécution

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Responsable: Dr. GHOMARI Fouad COMPORTEMENT AU FEU DU BETON. Le feu est

Plus en détail

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00 1 EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE DEPARTEMENT DE MICROTECHNIQUE INSTITUT DE PRODUCTION MICROTECHNIQUE CH - 1015

Plus en détail

FR0003943. 2. IMPACT DOSIMETRIQUE DES TACHES DE CONTAMINATION 2.1. Introduction

FR0003943. 2. IMPACT DOSIMETRIQUE DES TACHES DE CONTAMINATION 2.1. Introduction EVALUATIONS DOSIMETRIQUES RELATIVES AUX CONTAMINATIONS DES TRANSPORTS DE COMBUSTIBLES IRRADIES. M. Juanola*, A. Despres*, B. Laurent** Institut de Protection et de Sûreté Nucléaire. Département de Protection

Plus en détail

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES CAPTEURS - CHAINES DE MESURES Pierre BONNET Pierre Bonnet Master GSI - Capteurs Chaînes de Mesures 1 Plan du Cours Propriétés générales des capteurs Notion de mesure Notion de capteur: principes, classes,

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE

GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE Distributeur exclusif de GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE INTRODUCTION...2 GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE...2 La température...2 Unités de mesure de température...3 Echelle de température...3

Plus en détail

Notice UTILISATION DE SOURCES RADIOACTIVES (domaine non médical)

Notice UTILISATION DE SOURCES RADIOACTIVES (domaine non médical) IND/RN/001/NT03 Notice UTILISATION DE SOURCES RADIOACTIVES (domaine non médical) Renouvellement, modification ou annulation de l autorisation I DEMANDE DE RENOUVELLEMENT D UNE AUTORISATION...3 I.1 Rappels...3

Plus en détail

CLAIRE, UN OUTIL DE SIMULATION ET DE TEST DE LOGICIELS CRITIQUES. Jean GASSINO, Jean-Yves HENRY. Rapport IPSN/Département d'évaluation de sûreté N 280

CLAIRE, UN OUTIL DE SIMULATION ET DE TEST DE LOGICIELS CRITIQUES. Jean GASSINO, Jean-Yves HENRY. Rapport IPSN/Département d'évaluation de sûreté N 280 FR9704668 PC CLAIRE, UN OUTIL DE SIMULATION ET DE TEST DE LOGICIELS CRITIQUES Jean GASSINO, Jean-Yves HENRY eci Rapport IPSN/Département d'évaluation de sûreté N 280 Octobre 1996 INSTITUT DE PROTECTION

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 Synthèse Juin 2015 Sommaire Analyse globale 4 1. Prévision de consommation 5 2. Disponibilité du parc de production 7 3. Étude du risque

Plus en détail

INITIATION AU LANGAGE C SUR PIC DE MICROSHIP

INITIATION AU LANGAGE C SUR PIC DE MICROSHIP COURS PROGRAMMATION INITIATION AU LANGAGE C SUR MICROCONTROLEUR PIC page 1 / 7 INITIATION AU LANGAGE C SUR PIC DE MICROSHIP I. Historique du langage C 1972 : naissance du C dans les laboratoires BELL par

Plus en détail

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX T ale S Introduction : Une réaction nucléaire est Une réaction nucléaire provoquée est L'unité de masse atomique est une unité permettant de manipuler aisément

Plus en détail

2. Activités et Modèles de développement en Génie Logiciel

2. Activités et Modèles de développement en Génie Logiciel 2. Activités et Modèles de développement en Génie Logiciel Bernard ESPINASSE Professeur à l'université d'aix-marseille Plan Les Activités du GL Analyse des besoins Spécification globale Conceptions architecturale

Plus en détail

Synthèse OBJECTIF DE L ÉTUDE

Synthèse OBJECTIF DE L ÉTUDE "Bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie du gaz naturel et du mazout comme combustible pour le chauffage domestique" Synthèse I.1. OBJECTIF DE L ÉTUDE Il

Plus en détail

Projet Informatique. Philippe Collet. Licence 3 Informatique S5 2014-2015. http://deptinfo.unice.fr/twiki/bin/view/linfo/projetinfo201415

Projet Informatique. Philippe Collet. Licence 3 Informatique S5 2014-2015. http://deptinfo.unice.fr/twiki/bin/view/linfo/projetinfo201415 Projet Informatique Philippe Collet Licence 3 Informatique S5 2014-2015 http://deptinfo.unice.fr/twiki/bin/view/linfo/projetinfo201415 Réalisation d'un développement de taille conséquente? r Firefox? Ph.

Plus en détail

Qu est ce qu un matériau de référence?

Qu est ce qu un matériau de référence? Qu est ce qu un matériau de référence? Guide ISO 30 : Matériau de référence (ou MR) = Matériau ou substance dont certaines propriétés sont suffisamment homogènes et bien définies pour permettre de les

Plus en détail

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes).

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes). SUJET DE CONCOURS Sujet Exploitation d une documentation scientifique sur le thème de l énergie 2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D,

Plus en détail

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable.

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. DE3: I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. Aujourd hui, nous obtenons cette énergie électrique en grande partie

Plus en détail

Cours de Tables / Ordinateur - 1

Cours de Tables / Ordinateur - 1 Cours de Tables / Ordinateur - 1 Cours de Tables / Ordinateur - 2 Cours de Tables / Ordinateur - 3 Ordinateurs de Plongée Introduction Principe de Fonctionnement Avantages et inconvénients Les différents

Plus en détail

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Table des matières. Introduction....3 Mesures et incertitudes en sciences physiques

Plus en détail

Communiqué de presse Non ruine en chaîne des éléments de structure des entrepôts couverts Philippe Gallois, Antoine Fillault & Thierry Murat - SAGL

Communiqué de presse Non ruine en chaîne des éléments de structure des entrepôts couverts Philippe Gallois, Antoine Fillault & Thierry Murat - SAGL Communiqué de presse Non ruine en chaîne des éléments de structure des entrepôts couverts Philippe Gallois, Antoine Fillault & Thierry Murat - SAGL Les entrepôts couverts relèvent actuellement de la nomenclature

Plus en détail

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage M. Prévost Version V2/ nov 2006 Structure du cours Partie 1 : Introduction Partie 2 : Mise en contact de Gaz et de

Plus en détail

application de la psychrométrie par thermocouple en pédologie et en phytologie

application de la psychrométrie par thermocouple en pédologie et en phytologie application de la psychrométrie par thermocouple en pédologie et en phytologie La mesure de 1* état énergétique de 1* eau contenue dans le sol et les tissus végétaux complète celle de la teneur en eau

Plus en détail

Conception des systèmes répartis

Conception des systèmes répartis Conception des systèmes répartis Principes et concepts Gérard Padiou Département Informatique et Mathématiques appliquées ENSEEIHT Octobre 2012 Gérard Padiou Conception des systèmes répartis 1 / 37 plan

Plus en détail

I.1. OBJECTIF DE L ETUDE I.2. CHAMP DE L'ETUDE

I.1. OBJECTIF DE L ETUDE I.2. CHAMP DE L'ETUDE "Bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie du gaz naturel et du mazout comme combustible pour le chauffage domestique" Synthèse I.1. OBJECTIF DE L ETUDE Il

Plus en détail

LIVRE BLANC. Mise en œuvre d un programme efficace de gestion des vulnérabilités

LIVRE BLANC. Mise en œuvre d un programme efficace de gestion des vulnérabilités Mise en œuvre d un programme efficace de gestion des vulnérabilités Sommaire Les défis de la gestion des vulnérabilités 3 Identification des principales faiblesses 3 Développement d un programme efficace

Plus en détail

Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1

Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1 Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1 L utilisation des indicateurs de performance ne peut se faire de manière pertinente

Plus en détail

Avis et communications

Avis et communications Avis et communications AVIS DIVERS COMMISSION GÉNÉRALE DE TERMINOLOGIE ET DE NÉOLOGIE Vocabulaire de l ingénierie nucléaire (liste de termes, expressions et définitions adoptés) NOR : CTNX1329843K I. Termes

Plus en détail

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs Département Energie Santé Environnement Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs DESE/Santé N 0-086R Mai 0 GUIDE D APPLICATION POUR LA SURVEILLANCE DU CONFINEMENT DE L AIR DANS LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

www.mpihome.com Logiciel d'acquisition de données et de surveillance de process n Une solution clef en main n Fonctionne avec des frontaux VXI et LXI pour des mesures de température, pression, force, accélération,

Plus en détail

Automatisation de la certification formelle de systèmes critiques par instrumentation d interpréteurs abstraits

Automatisation de la certification formelle de systèmes critiques par instrumentation d interpréteurs abstraits 1 d Automatisation de la certification formelle de systèmes critiques par instrumentation d sous la direction de Michaël Périn Soutenance de Thèse de Doctorat Université de Grenoble - Laboratoire Verimag

Plus en détail

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation U t i l i s a t i o n d u n s c i n t i l l a t e u r N a I M e s u r e d e c o e ffi c i e n t s d a t t é n u a t i o n Objectifs : Le but de ce TP est d étudier les performances d un scintillateur pour

Plus en détail

Fontenay-aux-Roses, le 9 avril 2015. Monsieur le Président de l Autorité de sûreté nucléaire

Fontenay-aux-Roses, le 9 avril 2015. Monsieur le Président de l Autorité de sûreté nucléaire Fontenay-aux-Roses, le 9 avril 2015 Monsieur le Président de l Autorité de sûreté nucléaire Avis/IRSN N 2015-00122 Objet : Réacteurs électronucléaires EDF Flamanville 3 - Instruction de la demande d'autorisation

Plus en détail

SYSTEMES DE TRANSFERT STATIQUE: CEI 62310, UNE NOUVELLE NORME POUR GARANTIR LES PERFORMANCES ET LA SÉCURITÉ

SYSTEMES DE TRANSFERT STATIQUE: CEI 62310, UNE NOUVELLE NORME POUR GARANTIR LES PERFORMANCES ET LA SÉCURITÉ White Paper 10 2010 SYSTEMES DE TRANSFERT STATIQUE: CEI 62310, UNE NOUVELLE NORME POUR GARANTIR LES PERFORMANCES ET LA SÉCURITÉ MATTEO GRANZIERO, Responsabile comunicazione tecnica, SOCOMEC UPS Avant l

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English.

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English. Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2 This document is also available in English. La présente Note d orientation s adresse à toutes les caisses populaires de catégorie

Plus en détail

Développement itératif, évolutif et agile

Développement itératif, évolutif et agile Document Développement itératif, évolutif et agile Auteur Nicoleta SERGI Version 1.0 Date de sortie 23/11/2007 1. Processus Unifié Développement itératif, évolutif et agile Contrairement au cycle de vie

Plus en détail

ÉJECTEURS. CanmetÉNERGIE Juillet 2009

ÉJECTEURS. CanmetÉNERGIE Juillet 2009 ÉJECTEURS CanmetÉNERGIE Juillet 2009 ÉJECTEURS 1 ÉJECTEURS INTRODUCTION Les éjecteurs sont activés par la chaleur perdue ou la chaleur provenant de sources renouvelables. Ils sont actionnés directement

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

Calcul des charpentes d acier Tome I

Calcul des charpentes d acier Tome I Calcul des charpentes d acier Tome I 2 e édition, 2 e tirage revu, 2008 RÉVISIONS À l intention des lecteurs de la 2 e édition, 1 er tirage, 2005, les principales révisions apportées au 2 e tirage se trouvent

Plus en détail

Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10)

Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10) 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10) Le document ICH Q10 sur le

Plus en détail

Les effets de température

Les effets de température Les effets de température 1. Introduction La chaleur issue du combustible est transférée au caloporteur (eau) grâce au gradient de température qui existe entre ces deux milieux. Combustible Gaine Eau Profil

Plus en détail

Evaluation de la variabilité d'un système de mesure

Evaluation de la variabilité d'un système de mesure Evaluation de la variabilité d'un système de mesure Exemple 1: Diamètres des injecteurs de carburant Problème Un fabricant d'injecteurs de carburant installe un nouveau système de mesure numérique. Les

Plus en détail

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale.

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Morgan DAL 1, Philippe LE MASSON 1, Michel DUMONS 1, Didier LAWRJANIEC 2 1 LIMATB, Université

Plus en détail

Fermettes + tuiles terre cuite = totale fiabilité en cas de séisme

Fermettes + tuiles terre cuite = totale fiabilité en cas de séisme * Fermettes + tuiles terre cuite = totale fiabilité en cas de séisme Le programme, lancé en 2009** et coordonné par FCBA, a pour objet d affiner les connaissances sur le comportement au séisme des habitats

Plus en détail

LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE

LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE MATHÉMATIQUES EN STS M A T H S S T S Animation académique Taverny lundi 24 mars 2014 et Savigny sur Orge vendredi 28 mars 2014 PREMIERS REPÈRES Les programmes de STS ont été

Plus en détail

Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle

Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle Dans le respect des procédures, des règles d hygiène et de sécurité, afin de satisfaire les clients ou fournisseurs internes/externes

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste Présentations GTF Présenté par : Georges NAHAS Organismes : Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) Paris 26 mai 2009 Introduction Le vieillissement des ouvrages de génie civil et plus

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

THEMES SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES - SESSION 2.1 Moins ou pas de déchets : quand, comment? Le retraitement-recyclage à l épreuve des faits Yves Marignac Directeur de WISE-Paris 8 octobre 2005 Débat public

Plus en détail

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES Bertrand GOTTIN Directeurs de thèse: Cornel IOANA et Jocelyn CHANUSSOT 03 Septembre 2010 Problématique liée aux Transitoires

Plus en détail

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Nature de l activité : Réaliser 3 types de productions écrites (réécriture de notes, production d une synthèse de documents, production d une argumentation)

Plus en détail

LES TESTS. Les tests. Organisation d un projet de recette Les types de tests Les outils

LES TESTS. Les tests. Organisation d un projet de recette Les types de tests Les outils Les tests Organisation d un projet de recette Les types de tests Les outils Organiser le déroulement des tests Spécifier Exécuter les Cahiers de tests les Cahiers de tests Analyser les résultats Correction

Plus en détail

première S 1S7 Géothermie

première S 1S7 Géothermie FICHE 1 Fiche à destination des enseignants Type d'activité Activité documentaire Notions et contenus du programme de première S Radioactivité naturelle et artificielle. Activité. Lois de conservation

Plus en détail

Avis Technique 14/13-1922*V1 DISTRITUB

Avis Technique 14/13-1922*V1 DISTRITUB Avis Technique 14/13-1922*V1 Annule et remplace l Avis Technique 14/13-1922 Tubes en PE-Xc Système de canalisations en PEX PEX piping system PEX Rohresystem Ne peuvent se prévaloir du présent Avis Technique

Plus en détail

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 562 ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 563 TABLE DES MATIÈRES ANNEXE J... 562 POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS

Plus en détail

Les ordinateurs de plongée

Les ordinateurs de plongée NIVEAU 3 Les ordinateurs de plongée Tout le monde l utilise L arrivée des ordinateurs marque un progrès majeur dans la pratique de la plongée en scaphandre. Plus de calculs fastidieux d intervalles de

Plus en détail

Le turbo met les gaz. Les turbines en équation

Le turbo met les gaz. Les turbines en équation Le turbo met les gaz Les turbines en équation KWOK-KAI SO, BENT PHILLIPSEN, MAGNUS FISCHER La mécanique des fluides numérique CFD (Computational Fluid Dynamics) est aujourd hui un outil abouti de conception

Plus en détail

Le code INF et les navires spécialisés

Le code INF et les navires spécialisés WNTI W O R L D N U C L E A R T R A N S P O RT I N S T I T U T E BROCHURE Le code INF et les navires spécialisés Dédié au transport sûr, efficace et fiable des matières radioactives Le code INF et les

Plus en détail

CEG4566/CSI4541 Conception de systèmes temps réel

CEG4566/CSI4541 Conception de systèmes temps réel CEG4566/CSI4541 Conception de systèmes temps réel Chapitre 6 Vivacité, sécurité (Safety), fiabilité et tolérance aux fautes dans les systèmes en temps réel 6.1 Introduction générale aux notions de sécurité

Plus en détail

Besoin en puissance d une chaufferie

Besoin en puissance d une chaufferie Besoin en puissance d une chaufferie Le surdimensionnement fréquent des anciennes chaufferies trouve son origine dans le fait que les chauffagistes ou les bureaux d'étude avaient pour habitude de prendre

Plus en détail

Les réglementations feu-fumées

Les réglementations feu-fumées Les réglementations feu-fumées Les réglementations feu-fumées sont nombreuses et dépendent de l environnement dans lequel sont utilisés les produits. Par exemple, plus il est difficile de sortir d un véhicule,

Plus en détail

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 Comité préparatoire de la Conférence des Parties chargée d examiner le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires en 2010 NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 15 mai 2009 Français Original : anglais Troisième

Plus en détail

Modélisation Principe Autre principe

Modélisation Principe Autre principe Modélisation Principe : un modèle est une abstraction permettant de mieux comprendre un objet complexe (bâtiment, économie, atmosphère, cellule, logiciel, ). Autre principe : un petit dessin vaut mieux

Plus en détail

Comment réussir la mise en place d un ERP?

Comment réussir la mise en place d un ERP? 46 Jean-François Lange par Denis Molho consultant, DME Spécial Financium La mise en place d un ERP est souvent motivée par un constat d insuffisance dans la gestion des flux de l entreprise. Mais, si on

Plus en détail

Analyse et modélisation de tâches

Analyse et modélisation de tâches Analyse et modélisation de tâches 1. Introduction La conception de logiciel interactif (ou conception d'interface homme-machine [IHM], ou conception d'interface) est l'activité qui vise à définir le fonctionnement

Plus en détail

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Depuis la création de Syngenta en 2000, nous avons accordé la plus haute importance à la santé, à la sécurité et à l environnement (SSE) ainsi qu

Plus en détail

POLITIQUE ET LIGNES DIRECTRICES EN MATIERE DE TRACABILITE DES RESULTATS DE MESURE

POLITIQUE ET LIGNES DIRECTRICES EN MATIERE DE TRACABILITE DES RESULTATS DE MESURE BELAC 2-003 Rev 1-2014 POLITIQUE ET LIGNES DIRECTRICES EN MATIERE DE TRACABILITE DES RESULTATS DE MESURE Les versions des documents du système de management de BELAC telles que disponibles sur le site

Plus en détail

Les outils de simulation. Myriam HUMBERT CETE Ouest

Les outils de simulation. Myriam HUMBERT CETE Ouest Les outils de simulation Myriam HUMBERT CETE Ouest Outils de simulation pour la GPE Objectif Ø Recommandations pour la mise en œuvre des calculs dans le cadre d une GPE ü Analyse qualitative des outils

Plus en détail

Saisie des chauffe-eau thermodynamiques à compression électrique

Saisie des chauffe-eau thermodynamiques à compression électrique Fiche d application : Saisie des chauffe-eau thermodynamiques à compression électrique Date Modification Version 01 décembre 2013 Précisions sur les CET grand volume et sur les CET sur air extrait 2.0

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

CHROMATOGRAPHE BTEX GC 5000 BTX

CHROMATOGRAPHE BTEX GC 5000 BTX FICHE PRODUIT - Le a été spécialement développé pour la surveillance en continu des polluants organiques dans l air ambiant dans la gamme C4-C12. L instrument se caractérise par son design compact et sa

Plus en détail

Projet ANR. Bruno Capra - OXAND. 04/06/2015 CEOS.fr - Journée de restitution (Paris) B. CAPRA

Projet ANR. Bruno Capra - OXAND. 04/06/2015 CEOS.fr - Journée de restitution (Paris) B. CAPRA Projet ANR Bruno Capra - OXAND MEFISTO : Maîtrise durable de la fissuration des infrastructures en bétons Contexte Problématique des Maîtres d Ouvrages Evaluation et prédiction de la performance des ouvrages

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2002 LILS

Conseil d administration Genève, novembre 2002 LILS BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.285/LILS/1 285 e session Conseil d administration Genève, novembre 2002 Commission des questions juridiques et des normes internationales du travail LILS PREMIÈRE QUESTION

Plus en détail

Methode Mehari www.ofppt.info

Methode Mehari www.ofppt.info ROYAUME DU MAROC Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail Methode Mehari DIRECTION RECHERCHE ET INGENIERIE DE FORMATION SECTEUR NTIC Sommaire 1. Introduction... 2 2. Chapitre

Plus en détail

basée sur le cours de Bertrand Legal, maître de conférences à l ENSEIRB www.enseirb.fr/~legal Olivier Augereau Formation UML

basée sur le cours de Bertrand Legal, maître de conférences à l ENSEIRB www.enseirb.fr/~legal Olivier Augereau Formation UML basée sur le cours de Bertrand Legal, maître de conférences à l ENSEIRB www.enseirb.fr/~legal Olivier Augereau Formation UML http://olivier-augereau.com Sommaire Introduction I) Les bases II) Les diagrammes

Plus en détail

Leçon 5. Systèmes de gestion à recomplétement périodique et stock de sécurité

Leçon 5. Systèmes de gestion à recomplétement périodique et stock de sécurité CANEGE Leçon 5 Systèmes de gestion à recomplétement périodique et stock Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable : dans le cadre des calendriers d approvisionnement à recomplètement

Plus en détail

Principe et règles d audit

Principe et règles d audit CHAPITRE 2 Principe et règles d audit 2.1. Principe d audit Le principe et les règles d audit suivent logiquement l exposé précédent. D abord, comme dans toute branche de l activité d une entreprise, l

Plus en détail

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE CP7 MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE 1 ) Relation d'équivalence entre la masse et l'énergie -énergie de liaison 2 ) Une unité d énergie mieux adaptée 3 ) application 4

Plus en détail

La physique nucléaire et ses applications

La physique nucléaire et ses applications La physique nucléaire et ses applications I. Rappels et compléments sur les noyaux. Sa constitution La représentation symbolique d'un noyau est, dans laquelle : o X est le symbole du noyau et par extension

Plus en détail

2. Les indicateurs de performance traduisant les pertes

2. Les indicateurs de performance traduisant les pertes La lutte contre les pertes du réseau d eau potable Le point au 1 er juin 2010 1. La lutte contre les pertes, en enjeu d actualité Le thème des pertes des réseaux d eau potable est un sujet d actualité.

Plus en détail