SOMMAIRE AVANT PROPOS... 4 INTRODUCTION... 6 PARTIE I. CONSIDERATIONS THEORIQUES SUR LE CONTRÔLE INTERNE... 11

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SOMMAIRE AVANT PROPOS... 4 INTRODUCTION... 6 PARTIE I. CONSIDERATIONS THEORIQUES SUR LE CONTRÔLE INTERNE... 11"

Transcription

1 SOMMAIRE AVANT PROPOS... 4 INTRODUCTION... 6 PARTIE I. CONSIDERATIONS THEORIQUES SUR LE CONTRÔLE INTERNE CHAPITRE 1. PROBLEMATIQUE DU CONTRÔLE INTERNE ET DEFINITION DES CONCEPTS SECTION 1. PROBLEMATIQUE DU CONTRÔLE INTERNE SECTION 2. DEFINITION DES CONCEPTS CHAPITRE 2. REVUE DE LA LITTERATURE ET OBJECTIFS DE L ETUDE SECTION 1. REVUE DE LA LITTERATURE SECTION 2. OBJECTIFS DE L ETUDE PARTIE II. : APPROCHE METHODOLOGIQUE CHAPITRE 1. PRESENTATION DU MILIEU DE L ETUDE ET ECHANTILLONNAGE SECTION 1. PRESENTATION DU MILIEU DE L ETUDE SECTION 2. POPULATION ET ECHANTILLONNAGE CHAPITRE 2. TECHNIQUES DE RECUEIL DES DONNEES ET METHODES D ANALYSE SECTION 1. TECHNIQUES DE RECUEIL SECTION 2. METHODES D ANALYSE PARTIE III. : RESULTATS DE L ETUDE, ANALYSE, DISCUSSION ET RECOMMANDATIONS

2 CHAPITRE 1. PRESENTATION, ANALYSE ET DISCUSSION DES RESULTATS I. Le contrôle interne est mal connu de la majorité du personnel II. Il existe un dispositif légal de contrôle du fonctionnement de la CNPS-CI III. Les fonctions et les responsabilités des différents acteurs sont insuffisamment définies.. 48 IV. Il existe des structures chargées de la coordination et du contrôle des activités et du dispositif de contrôle interne V. La CNPS-CI évolue dans un environnement fortement informatisé qui comporte des dysfonctionnements VI. Il existe des procédures de travail mises en place par la Direction Générale qui ne couvrent pas tous les domaines et ne sont pas toujours respectées VII. Il existe des outils d appréciation de la performance de la CNPS-CI, destinés uniquement à la Direction Générale VIII. La gestion technique est globalement conforme aux lois et aux règlements IX. La Caisse Nationale de Prévoyance Sociale s est inscrite dans une démarche qualité 63 X. Les instructions et les orientations fixées par la Direction Générale sont communiquées au personnel mais ne sont pas toujours expliquées avant leur application XI. La cartographie des risques à la CNPS-CI est en cours d élaboration XII. Il existe des lacunes au niveau du contrôle hiérarchique

3 CHAPITRE 2. RECOMMANDATIONS SECTION 1. LA NECESSITE DE METTRE EN PLACE UNE ORGANISATION CLAIRE ET EFFICIENTE DU DISPOSITIF DE CONTROLE INTERNE I. La nécessité d une définition claire et précise des pouvoirs et responsabilités des acteurs.. 73 II. La mise en place de procédures ou modes opératoires et d outils de mesure de la performance III. L élaboration d un système d information IV. Mise en place d une politique de Gestion de Ressources Humaines efficiente.. 75 SECTION 2. LA POURSUITE DE L ELABORATION D UNE CARTOGRAPHIE DES RISQUES SECTION 3 LA MISE EN PLACE DE CONTROLES SUFFISANTS ET APPROPRIES POUR CHAQUE PROCESSUS SECTION 4 UNE SUPERVISION DU DISPOSITIF DE CONTROLE INTERNE CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE ANNEXES

4 AVANT PROPOS Le présent mémoire est, de même que les contrôles de connaissances et l examen final, l un des outils d évaluation de la formation au Cycle de Cadres Supérieurs de Sécurité Sociale. Il s agit d une étude menée sur un thème proposé par la Direction du Centre Ivoirien de Formation des Cadres de Sécurité Sociale (CIFOCSS), à l effet d analyser une pratique en vue de faire des propositions. La formation s est déroulée en deux principales phases : Une scolarité de 12 mois qui a débuté, pour cette 13e promotion, le 17 juillet 2007 et s est achevée le 11 juin 2008 au Centre de Ivoirien de Formation des Cadres de Sécurité Sociale (CIFOCSS). Cette scolarité a été complétée par un stage dans les structures de la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale (CNPS) de Côte d Ivoire. Une scolarité de 15 semaines en France, repartie entre des enseignements théoriques et des stages de mise en situation effectués dans les Organismes Français de Sécurité Sociale. Le présent mémoire sanctionne la formation ainsi présentée. Il s agit d un mémoire collectif qui a réuni quatre élèves de la 13e promotion du Cycle des Cadres Supérieurs de Sécurité Sociale provenant de divers Organismes Africains de Sécurité Sociale (CNSS Niger, CNSS Congo-Brazzaville et CNPS Côte d ivoire). Il convient de marquer ici notre satisfaction pour la qualité de la formation tant au plan du contenu pédagogique qu à celui des intervenants qui n ont pas lésiné sur les moyens dans l optique d optimiser le partage de connaissances. C est pourquoi nous tenons à souligner notre reconnaissance à l endroit des dirigeants de nos Organismes qui ont compris l intérêt lié à la formation du personnel et particulièrement à celle des 4

5 Cadres Supérieurs qui sont appelés à participer au management desdits Organismes, dans un environnement fortement influencé par les nouvelles technologies et les nombreux enjeux soulevés par la protection sociale. Nos remerciements vont également à l endroit de notre Directeur de mémoire et de l ensemble du personnel du CIFOCSS, qui été à nos côtés à tout instant. A l endroit de nos familles respectives, de nos amis et connaissances, nous exprimons notre sentiment de profonde gratitude pour le soutien qu ils n ont cessé de nous apporter tout au long de ces 18 mois de formation. Enfin, nous tenons à dire merci à l ensemble du personnel de la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale de Côte d ivoire, pour la disponibilité dont il a fait preuve dans la phase de collecte des données nécessaires à l élaboration du présent mémoire. 5

6 INTRODUCTION Les Organisations disposent généralement en leur sein de moyens, dispositions destinés à contrôler leur fonctionnement et leurs activités, afin d atteindre des objectifs qu elles se sont (ou qui leur ont été) assignés. Cet ensemble de dispositions, moyens, actions et comportements est connu sous le vocable de Contrôle Interne. Au regard de l évolution tant conceptuelle que pratique qu a connu cette notion, il s impose de bien la cerner et d appréhender sa traduction pratique qui diffère nécessairement d une Organisation à une autre. C est tout l intérêt de la présente étude qui a pour thème : «PRATIQUE DU CONTRÖLE INTERNE DANS UN ORGANISME DE SECURITE SOCIALE : CAS DE LA CNPS-CI». Au nombre de la panoplie de définitions proposées par les professionnels, l on peut retenir dès à présent, celle proposée par l Institut Français de l Audit et du Contrôle (IFAC), selon laquelle le Contrôle Interne est un «Ensemble des politiques et procédures mis en œuvre par la Direction d une entité en vue d assurer, dans la mesure du possible, la gestion rigoureuse et efficace de ses activités». Le Contrôle Interne se présente donc comme la réponse à la question «Comment faire pour maîtriser au mieux le fonctionnement de l entreprise et ses activités?». 6

7 En 2002, Face aux graves dérapages de management identifiés à l occasion, notamment des scandales financiers 1 brève description de la situation) révélés au sein de multinationales telles qu Enron, Arthur-Andersen aux Etats-Unis, le Congrès Américain a été amené a promulgué la loi Sabarnes-Oxley (dite loi SOX) 2, dans l optique de rendre obligatoire et améliorer le dispositif de Contrôle Interne tel que défini par le référentiel COSO (Committee of Sponsoring Organisation of the Treadway Commission) 3. A la suite de la loi Sabarnes-Oxley, l on assiste à une généralisation adaptée à chaque pays dudit référentiel. Ainsi, en France, la Loi de Sécurité Financière (LSF) du 1er août 2003 exige des 1ers dirigeants d entreprise de «rendre compte, dans un rapport, des procédures de Contrôle Interne mises en place par la société». 1 1 Il s agit de scandales financiers observés dans de grands groupes internationaux tels qu Enron, Arthur Andersen, Worldcom et qui ont révélé à la face du monde l extrême urgence de prendre les dispositions en vue d une meilleure maîtrise des Organisations. 2 Loi Américaine sur la réforme de la comptabilité des sociétés cotées et la protection des investisseurs ; cette loi oblige les sociétés faisant appel à l épargne publique à évaluer leur dispositif de Contrôle Interne et à en publier les conclusions. 3 Référentiel de Contrôle Interne défini par le COSO (Committee of Sponsoring Organisation of the Treadway Commission) en 1992 ; il propose aux entreprises assujetties aux lois Américaines, un cadre pour décrire et analyser le Contrôle Interne mis en place dans lesdites entreprises. 7

8 Pour ces mêmes sociétés, selon la LSF : «les commissaires aux comptes présentent dans un rapport, leurs observations sur le rapport [des 1ers dirigeants] pour celles des procédures de Contrôle Interne relatives à l élaboration et au traitement de l information comptable et financière». Cependant, dans son rapport 2004 sur le gouvernement d entreprise et le Contrôle Interne, l Autorité des Marchés Financiers (AMF) 4 note «l absence d un référentiel unanimement admis sur le Contrôle Interne, (ce qui) en rend la description plus difficile et peut constituer un frein si l on souhaite parvenir à terme à une évaluation de l adéquation et de l efficacité des systèmes». Dans ce cadre, un groupe de travail dit «de Place», a été constitué en vue de choisir et/ou adapter un référentiel de Contrôle Interne à l usage des sociétés françaises soumises aux obligations de la loi du 1er août Les travaux de ce groupe de travail se sont soldés par l élaboration d un document intitulé : «Le dispositif de Contrôle Interne : Cadre de référence». Ce document traite de deux questions fondamentales à savoir les Principes généraux de Contrôle Interne et le guide d application relatif au Contrôle Interne de l information comptable et financière publiée par les émetteurs. En ce qui concerne les Organismes de Sécurité Sociale, la France a, depuis un décret du 10 août , prévu la mise en place obligatoire d un Contrôle Interne, anticipant ainsi d une dizaine d années, les lois prises en la même matière et concernant les entreprises des autres secteurs. Faut-il lier cette prise de conscience avant-gardiste aux enjeux sociaux économiques très importants qui s attachent aux missions de Sécurité Sociale? 4 Autorité des Marchés Financiers (France), organe de contrôle et de régulation des marchés financiers. 5 Décret no du 10 août 1993 modifiant les dispositions du code de la sécurité sociale relatives à la gestion financière des organismes de sécurité sociale du régime général 8

9 En Afrique, notamment au sein des pays francophones organisés dans la CIPRES (Conférence Interafricaine de Prévoyance Sociale), la nécessité de lutter contre les dysfonctionnements constatées tant dans la gestion Administrative que dans la gestion technique des régimes, a conduit cette organisation régionale à adopter une série de Décisions parmi lesquelles la Décision n 67/CM/CIPRES du 31 décembre 2001 selon laquelle «Tous les Organismes de prévoyance sociale des Etats membres doivent mettre en place en leur sein, avant le 31 décembre 2002, une structure d Audit Interne capable de veiller scrupuleusement au respect de leurs dispositifs de Contrôle Interne.» L ambition de la CIPRES, en contribuant à la mise en place d un dispositif pertinent de Contrôle Interne, est de permettre aux Directions des différents Organismes de Sécurité Sociale, de réaliser avec efficacité et efficience leurs objectifs et de faire jouer à ces organismes, leur rôle économique et social à l intérieur de chacun des Etats membres. C est en exécution de la Décision n 67/CM/CIPRES sus citée, et des objectifs à elle assignée par l Etat Ivoirien, que la CNPS Côte d ivoire a institué depuis 2004 la fonction Audit Interne chargée de «s assurer que le système de Contrôle Interne en vigueur couvre de façon raisonnable les risques potentiels et permet le respect des directives et des procédures» 6 Il faut noter que la Caisse Nationale Prévoyance Sociale de Côte d Ivoire est passée d un statut d Etablissement Public National, avec le principe de la séparation de l ordonnateur et du comptable, à celui d une société privée de type particulier. Ce changement de statut s est traduit par l abandon du principe de la séparation de l ordonnateur et du comptable, bien que cet Organisme ait en charge la gestion de deniers publics. A ce nouveau statut vient s ajouter la contractualisation des rapports avec la tutelle à travers la conclusion de Conventions et de Contrats-programmes entre la CNPS CI et l Etat Ivoirien. 6 «Organisation et attributions des structures» de la CNPS, Bureau des Organisations et Méthodes». 9

10 Un tel environnement implique nécessairement pour les dirigeants beaucoup plus d engagement dans le management pour prétendre réaliser les objectifs fixés par l Etat concédant. D où l impérieuse nécessité de disposer d un système de contrôle propice à la réalisation desdits objectifs. Comment se traduit la pratique du Contrôle Interne à la CNPS-CI? Cette pratique est-elle efficace pour fournir une assurance raisonnable quant à la maîtrise du fonctionnement de l entreprise et de ses activités? Pour répondre à ces interrogations, notre démarche va consister dans premier temps à examiner les considérations générales sur le Contrôle Interne en posant la problématique identifiée et en définissant les concepts clés afin d en permettre une compréhension partagée (Partie I). Dans un deuxième temps, il s agira pour nous d indiquer notre approche méthodologique de l étude tant dans la collecte des donnés que dans leur analyse (Partie II). Enfin, les résultats obtenus à l issue de notre étude seront présentés, discutés puis suivis de nos recommandations (Partie III). 10

11 PARTIE I. CONSIDERATIONS THEORIQUES SUR LE CONTRÔLE INTERNE 11

12 Le Contrôle Interne a connu depuis deux décennies une évolution tant au plan conceptuel qu à celui des enjeux qui lui sont attachés ; que comprendre aujourd hui de ce concept et quels sont les enjeux qu il suscite? Par ailleurs, le Contrôle Interne a suscité tant d écrits qu il importe de faire le point avant d examiner la pratique à la CNPS. 12

13 CHAPITRE 1. PROBLEMATIQUE DU CONTRÔLE INTERNE ET DEFINITION DES CONCEPTS SECTION 1. PROBLEMATIQUE DU CONTRÔLE INTERNE Le management des organisations marque de nos jours un intérêt particulier pour le Contrôle Interne. En effet, au regard des nombreux risques qui contrarient la performance des Organisations, de nombreuses inquiétudes gagnent celles-ci ; les récents scandales qui ont affectés de grands groupes à priori solides, ainsi que les importantes répercussions économiques et financières qui en ont découlées, ont fini par attirer l attention des dirigeants politiques et sociaux sur la nécessité de renforcer les conditions du dispositif de contrôle des organisations. Il s agit de conférer aux Organisations la capacité à atteindre avec efficacité et efficience les objectifs qui leurs sont assignés et à maîtriser les risques inhérents à leurs activités. Ainsi, bien qu ayant toujours existé, le Contrôle Interne a connu un attrait particulier depuis la décennie En effet, le désir des pouvoirs publics et des managers de maîtriser leurs Organisations et leurs activités, a eu pour conséquence de nombreuses initiatives à travers le monde, toutes tendant à mieux appréhender le Contrôle Interne et à doter les Organisations de dispositifs à même de les sécuriser Ces volontés se sont traduites par l élaboration de différents référentiels et la promulgation de lois et décrets, ainsi que par la prise de directives et décisions notamment dans les espaces communautaires. Les enjeux liés au Contrôle Interne pour un Organisme de Prévoyance Sociale telle que la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale de Côte d Ivoire résident dans plusieurs facteurs. 13

14 En effet, cette entreprise a connu une évolution normative qui lui a fait changer de statut juridique ; elle se retrouve donc régie par un environnement législatif et réglementaire plus vaste et complexe. Par ailleurs, le renforcement de l autonomie des structures déconcentrées s est accompagné d une importante délégation des pouvoirs de la Direction Générale vers les structures opérationnelles. Enfin, l informatisation de la quasi-totalité des activités avec la mise en place du premier schéma directeur de l informatique, bien qu ayant permis le traitement rapide d importantes quantités d informations ne garantit pas toujours la sécurité des contrôles opérés. Ces profondes mutations posent nécessairement la question de la maîtrise de l Organisation par le Top management, et celle des activités par l ensemble du personnel. De nombreux rapports de commissariats aux comptes, d Inspections et d audits ont été produits au sein de l Institution, relevant de façon parcellaire et occasionnelle des dysfonctionnements du dispositif de Contrôle Interne. Toutefois, aucune étude globale n ayant été menée sur cette question à la CNPS-CI, il importe de s attacher à appréhender le dispositif global de Contrôle Interne au sein de cet Organisme afin d en mesurer empiriquement l efficacité. Au regard des nombreuses actions entreprises actuellement par la Direction Générale dans le sens de la mise en place d un dispositif plus intégré, nous espérons que d autres études se joindront à la présente pour une amélioration de l existant, afin de contribuer à la pérennité de cet organisme. SECTION 2. DEFINITION DES CONCEPTS Pour une meilleure compréhension de la présente étude, il importe de définir certains concepts clés ayant un lien avec notre thème ; Il ne s agit pas pour nous de fournir des définitions académiques (la littérature est abondante à ce sujet), mais plutôt de cerner ces notions dans l environnement de la CNPS-CI et éventuellement selon notre propre entendement. 14

15 LE CONTROLE : Ce terme est utilisé dans cette étude à la fois comme activité de vérification (exemple vérifier les pièces requises dans un dossier) et comme la capacité à dominer, à tenir les rênes. LE CONTRÔLE INTERNE : Dispositif mis en place par les dirigeants de l entreprise afin de s assurer raisonnablement de la maîtrise de l Organisation tant au niveau de son fonctionnement que de ses activités. Il s agit de l ensemble des dispositions, moyens, actions, comportements destinés à l identification, à la prévention, à la gestion et à la surveillance des risques auxquels peut être soumise l entreprise dans son existence, son fonctionnement et la réalisation de ses activités. AUDIT INTERNE : Activité destinée à s assurer que le système de Contrôle Interne couvre de façon raisonnable les risques potentiels et permet le respect des directives et des procédures. INSPECTION : Fonction consistant à opérer des contrôles à postériori sur l ensemble des activités techniques et administratives de l Institution afin de relever les causes des dysfonctionnements et situer les responsabilités. LA QUALITE : Aptitude d un ensemble de caractéristiques intrinsèques à satisfaire des exigences. LA MAITRISE DE L ENTREPRISE ET DES ACTIVITES : 15

16 Pouvoir d avoir un contrôle, de diriger ou de réguler l entreprise ; c est le fait de dominer, ou à tout le moins d avoir une emprise sur l Organisation et sur les activités de celle-ci. ASSURER LA QUALITE DE L INFORMATION : Faire en sorte que l information soit efficace en la rendant fiable, utile, pertinente, vérifiable et diffusée à temps. Il s agit à la fois des informations circulant au sein de l entreprise que de celles fournies par les clients. INSTRUCTIONS DE LA DIRECTION GENRALE : Objectifs, ordres, recommandations de la Direction Générale et communiqués au personnel par tous moyens pouvant laisser trace. L EXPLOITATION : Activité principale de la CNPS-CI, consistant au paiement des prestations sociales et au recouvrement des cotisations sociales. 16

17 CHAPITRE 2. REVUE DE LA LITTERATURE ET OBJECTIFS DE L ETUDE Ce chapitre nous offre l opportunité de faire un bref rappel d écrits pertinents sur le Contrôle Interne (Section 1), avant de dégager les objectifs que nous assignons à cette étude (Section 2). SECTION 1. REVUE DE LA LITTERATURE Le Contrôle Interne a fait l objet d écrits aussi pertinents les uns que les autres. Au regard de ces écrits, l on note qu il y a une évolution du concept dans le temps et cela se traduit par une pratique variée. En effet, les résultats de la Commission Treadway aux Etats-Unis sur le «reporting financier» ont abouti à l élaboration d un référentiel appelé COSO en Au regard de ce référentiel, le Contrôle Interne reposait sur les grands principes suivants 7 : Le Contrôle Interne n est pas une fin mais plutôt un moyen en ce qu il constitue un processus au sein de l entreprise ; il ne s agit pas de simples procédures écrites destinées à décrire l enchainement des tâches mais de tout un environnement destiné à fournir à l entreprise une assurance raisonnable d un management et d une direction respectueux des lois dans la réalisation des objectifs. A cet effet, le COSO fixe trois objectifs, à savoir : La réalisation et l optimisation des opérations ; La fiabilité des informations financières ; La conformité aux lois et règlements. 7 Wikipédia 17

18 Proposant une démarche pour décrire et analyser le Contrôle Interne au sein d une Organisation, le COSO détermine cinq composantes : L environnement de contrôle qui correspond à la culture de contrôle diffusée au sein de l entreprise; L évaluation des risques en raison de leur importance et de leur fréquence ; Les activités de contrôle (règles et procédures de traitement des risques); L information et la communication qu il convient d optimiser ; La supervision c'est-à-dire le «contrôle interne». Ainsi, le COSO propose «d évaluer dans toute entité et pour tout processus la façon dont chacune des cinq composantes du Contrôle Interne participe à chacun des trois objectifs». Un deuxième référentiel est venu compléter le COSO qui ne mettait pas suffisamment l accent sur la gestion des risques; il s agit du COSO 2 qui propose un cadre de référence pour la gestion des risques dans l Organisation ; ce second référentiel introduit la notion d appétence au risque «risk appétite», qui se conçoit comme le seuil de risque acceptable par l Organisation. C est donc cet ensemble de consignes et recommandations qui a été rendu obligatoire par la loi Sabarnes-Oxley, en 2002 aux Etats-Unis d Amérique. Mais force est de constater que cette loi ne s intéresse qu au seul contrôle interne comptable et financier. En effet, cette loi sur la réforme de la comptabilité des sociétés cotées et la protection des investisseurs s est appesantie sur le Contrôle Interne Comptable et Financier qu elle réglemente fortement, en occultant malheureusement le Contrôle Interne Général. 18

19 Au contraire de la loi Américaine, la Loi de Sécurité Financière opère une distinction entre le contrôle interne d une société en général et le contrôle interne relatif à l élaboration et au traitement de l information comptable et financière. Cette distinction nous parait fondamentale puisqu au delà des processus comptables, d importants risques peuvent affecter les autres processus de l entreprise et faire peser de graves menaces sur la pérennité de celle-ci. Cette conception, qui est également retenue par l Autorité des Marchés Financiers en France, est l approche à la lumière de laquelle nous examinerons la pratique du Contrôle Interne à la CNPS-CI. Il s agit d observer le dispositif dans son ensemble et non sous son seul aspect comptable et financier. SECTION 2. OBJECTIFS DE L ETUDE La présente étude vise un objectif général qui est sous tendu par des objectifs spécifiques. OBJECTIF GENERAL L objectif général de cette étude est d appréhender le dispositif de Contrôle Interne existant à la CNPS-CI à partir d un diagnostic de l existant et d en mesurer de façon empirique l efficacité. En d autres termes, la pratique actuelle du Contrôle Interne à la CNPS CI permet- elle à cet organisme d avoir une maîtrise de son fonctionnement et de ses activités? OBJECTIFS SPECIFIQUES : De manière spécifique, il s agit de chercher à identifier des dispositions, procédures, actions, moyens etc. susceptibles de fournir à la CNPS-CI l assurance raisonnable d une maîtrise de l organisation et de ses activités : Existe-t-il une organisation claire des responsabilités s appuyant sur des procédures ou des modes opératoires? 19

20 Existe-t-il un système d information capable de s adapter aux besoins nouveaux et suffisamment protégé au plan physique et logique? L information diffusée au sein de l institution est elle fiable et diffusée à temps? La CNPS-CI a t-elle dressé une cartographie des risques, prévoyant des procédures de gestion de ces risques? Existe-il au sein de la CNPS des activités de contrôle adaptées aux différents processus pour s assurer de leur maîtrise? La CNPS dispose-t elle d un dispositif de surveillance du dispositif de Contrôle Interne? Ce dispositif est- il de nature à «prendre en compte de manière appropriée les risques significatifs, qu ils soient opérationnels, financiers ou de conformité» 8? Ce dispositif permet-il de s assurer de la qualité et de la fiabilité de l information au sein de l entreprise? Les instructions et orientations de la Direction Générale sont elles effectivement appliquées par l ensemble du personnel? 8 AMF «Le dispositif de Contrôle Interne : Cadre de référence» 31/10/2006, P.11 20

21 PARTIE II. : APPROCHE METHODOLOGIQUE 21

22 La réalisation de notre étude a nécessité la présentation du milieu de l étude et la détermination d un échantillon (Chapitre I), puis le choix de techniques appropriées de recueil des données (Chapitre II). 22

23 CHAPITRE 1. PRESENTATION DU MILIEU DE L ETUDE ET ECHANTILLONNAGE Notre étude a porté sur la Caisse Nationale de Prévoyance de Côte d Ivoire dont le statut juridique a profondément évolué (Section I). Cependant, l effectif de 839 personnes composant cette Organisation n a pas pu être interrogé dans sa totalité ; aussi, avons nous constitué un échantillonnage représentatif de 386 personnes auprès duquel nous avons recueilli les données de cette étude (Section II). SECTION 1. PRESENTATION DU MILIEU DE L ETUDE La présente étude s effectue à la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale de Côte d Ivoire, dont il s agit de faire le diagnostic du dispositif de Contrôle Interne. Il convient de noter que la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale de Côte d Ivoire a connu une évolution progressive aux plans normatif, structurel et organisationnel. Créée par la loi du 20 décembre 1968, portant Code de Prévoyance Sociale, la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale s est vue confier la gestion des trois régimes de Sécurité Sociale qui lui ont préexisté. En effet, la Sécurité Sociale en Côte d Ivoire se caractérisait, auparavant, par une diversité d organes de gestion des différents régimes institués dans la deuxième moitié du 20ème siècle. Deux organismes se partageaient la gestion de la sécurité sociale : La Caisse de Compensation des Prestations Familiales créée par l arrêté n 1264 du 18 février 1956, elle deviendra la Caisse de Compensation des Prestations Familiales et des Accidents du Travail, avec la loi n du 03 juillet 1964 qui étend son activité à la gestion de la branche des accidents du travail et maladies professionnelles. 23

24 La Caisse de Retraite des Travailleurs de Côte d Ivoire (C.R.T.C.I.) dont les statuts et règlement ont été approuvés par l arrêté n 33 TAS.DPS. A la faveur de la création en 1968 de la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale, l on a donc assisté à une gestion unifiée de la Sécurité Sociale des travailleurs salariés du privé et assimilés, avec l extension de la compétence de la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale au régime de la retraite (loi n du 12 juillet 1971) et au Fonds de Majoration des Rentes (loi du 29 novembre 1988). La Caisse ainsi créée était un Etablissement Public National sur lequel s exerçaient des contrôles dont le premier était traduit par la séparation classique des fonctions d ordonnateur et de comptable. En effet, bien qu étant attributaire de la gestion administrative, technique et financière, le Directeur Général ou le Président Directeur Général n assurait pas l exécution des opérations financières qui relevait de l Agent comptable, qui effectuait les paiements, après le visa préalable du contrôleur budgétaire chargé de valider les dépenses envisagées. Cette séparation était un véritable moyen de contrôle du gestionnaire de l entreprise par le Ministère de l Economie et des Finances. Ainsi, l article 5 de la loi du 20 décembre 1968 portant Code de Prévoyance Sociale indiquait que «la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale est placée sous le contrôle d un Conseil d Administration dont la composition est fixée par décret.» Ce Conseil était paritairement composé des représentants des employeurs et des travailleurs ainsi que des représentants de la Tutelle. Conformément à l article 19 du décret n du 1er décembre 1988, le Ministre des Affaires Sociales était chargée de «veiller à l application par la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale de la politique sanitaire, sociale et familiale arrêtée par le Gouvernement». Par ailleurs, les délibérations du Conseil d Administration n étaient rendues exécutoires qu après approbation du Ministre des Affaires Sociales (art 21 de décret sus cité) ; lorsque le Président Directeur Général de la Caisse 24

25 Nationale de Prévoyance Sociale n exécutait pas les mesures prescrites par les lois, les règlements et les instructions ministérielles, les Ministres de Tutelle, dans le cadre de leur compétence, pouvait, après mise en demeure, se substituer à lui et prendre toutes mesures utiles. En outre, un contrôle du fonctionnement de l Entreprise était prévu par l arrêté n 4 MAS. CAB du 26 avril 1988 portant attributions et organisation de l Inspection Générale des Affaires Sociales chargée du contrôle du fonctionnement de la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale. Ainsi, une fois par an, l Inspecteur Général des affaires sociales devait procéder à «l inspection de tous les services centraux et extérieurs de la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale, du point de vue technique et administratif». De même, au plan comptable et financier, le décret n du 18 février 1981 portant régime financier et comptable des Etablissements Publics Nationaux prévoyait le contrôle, par le Ministre en charge de l économie et des finances, de la gestion de la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale «au regard de la rentabilité technique, économique et commerciale». Ce dernier pouvait faire effectuer, chaque fois qu il le juge utile, un contrôle de la gestion financière et comptable de l Entreprise. Par ailleurs, lorsque l exécution du budget parait compromise, le Contrôleur Budgétaire en rend compte au Président Directeur Général, au Ministre de l Economie et des Finances et Ministre du Budget qui prennent les mesures de redressements nécessaires ; Enfin, en vertu de l article 13 du décret n du 1er décembre 1888, le Conseil d Administration peut faire l objet d une suspension en cas d irrégularité, de mauvaise gestion ou de carence. Cette gestion de la Sécurité Sociale des travailleurs salariés du privé et assimilés a étalé ses insuffisances à la fin du 20ème siècle. Au regard des nouveaux enjeux de la protection sociale en Côte d Ivoire et des défis marquant le management moderne des Organisations, l Etat Ivoirien ainsi 25

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence Synthèse SYNTHESE L incertitude est une donnée intrinsèque à la vie de toute organisation. Aussi l un des principaux défis pour la direction

Plus en détail

Sommaire Préface...XV Introduction générale... XVII Introduction à la 2e édition... XXI Définir le tableau de bord...1

Sommaire Préface...XV Introduction générale... XVII Introduction à la 2e édition... XXI Définir le tableau de bord...1 Sommaire Préface...XV Introduction générale... XVII Introduction à la 2 e édition... XXI 1 Définir le tableau de bord...1 1 Quelle définition peut-on donner au vocable tableau de bord?...3 2 Quelle est

Plus en détail

Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso

Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso Quels statuts pour motiver les personnels et soutenir les efforts de développement

Plus en détail

1- Organisation des services de la Comptabilité

1- Organisation des services de la Comptabilité 1 04 Février 2013 2 3 1- Organisation des services de la Comptabilité Les services de la comptabilité comportent : La DGC composée de 05 Directions et d une inspection; L Agence Centrale Comptable du Trésor;

Plus en détail

Excellence. Technicité. Sagesse

Excellence. Technicité. Sagesse 2014 Excellence Technicité Sagesse Audit Conseil ATHENA est un cabinet de services créé en 2007 et spécialisé dans les domaines de la sécurité informatique et la gouvernance. De part son expertise, ATHENA

Plus en détail

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE CONCERNANT LA COOPERATION RECIPROQUE ET L ECHANGE D INFORMATIONS POUR LE CONTROLE BANCAIRE ET PRUDENTIEL 1. Considérant que certaines

Plus en détail

AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON

AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON RAPPORT DU PRESIDENT A L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE DU 1er JUIN 2004 SUR

Plus en détail

Atelier A N 13. Titre : Gestion des risques, audit interne et contrôle interne

Atelier A N 13. Titre : Gestion des risques, audit interne et contrôle interne Atelier A N 13 Titre : Gestion des risques, audit interne et contrôle interne Intervenants Georges BOUCHARD GAZ DE FRANCE Directeur de l'audit et des Risques. E.mail : georges.bouchard@gazdefrance.com

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit.

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Tunis, le 20 mai 2011 CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06 Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie,

Plus en détail

2012 / 2013. Excellence. Technicité. Sagesse

2012 / 2013. Excellence. Technicité. Sagesse 2012 / 2013 Excellence Technicité Sagesse Audit Conseil >> Présentation d ATHENA ATHENA est une société de services fondée en 2007 offrant des prestations dans les domaines de la sécurité informatique

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

Atelier A7. Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité?

Atelier A7. Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité? Atelier A7 Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité? 1 Intervenants Jean-Pierre Hottin Associé, PWC jean-pierre.hottin@fr.pwc.com Annie Bressac Directeur de l audit et du contrôle

Plus en détail

SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA

SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA TERMES DE REFERENCE SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA TDR : REFERENTIELS ET PROCEDURES

Plus en détail

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social TEXTE SOUMIS A LA DELIBERATION DU CONSEIL DES MINISTRES ORDONNANCE relative au portage salarial

Plus en détail

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES PPB-2006-8-1-CPA ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES Introduction 0. Base légale 1. Le contrôle interne 1.1. Définition et éléments constitutifs 1.2. Mesures

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Annexe à la Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers (non vérifiée) Exercice 2011-2012

Plus en détail

Note à Messieurs les : Objet : Lignes directrices sur les mesures de vigilance à l égard de la clientèle

Note à Messieurs les : Objet : Lignes directrices sur les mesures de vigilance à l égard de la clientèle Alger, le 08 février 2015 Note à Messieurs les : - Présidents des Conseils d Administration ; - Présidents Directeurs Généraux ; - Directeurs Généraux ; - Présidents des Directoires ; - Directeur Général

Plus en détail

PRESENTATION DE L UNION NATIONALE DES CARPA (UNCA) ARTICLE 21-1 DE LA LOI N 71-1130 DU 31 DECEMBRE 1971

PRESENTATION DE L UNION NATIONALE DES CARPA (UNCA) ARTICLE 21-1 DE LA LOI N 71-1130 DU 31 DECEMBRE 1971 PRESENTATION DE L UNION NATIONALE DES CARPA (UNCA) ARTICLE 21-1 DE LA LOI N 71-1130 DU 31 DECEMBRE 1971 & DES CAISSES DES REGLEMENTS PECUNAIRES DES AVOCATS (CARPA) GESTION DES FONDS DE TIERS, DES SEQUESTRES

Plus en détail

Rapport sur l audit interne de la gouvernance de la gestion de l information et des technologies de l information

Rapport sur l audit interne de la gouvernance de la gestion de l information et des technologies de l information Rapport sur l audit interne de la gouvernance de la gestion de l information et des technologies de l information Bureau du surintendant des institutions financières Novembre 2012 Table des matières 1.

Plus en détail

Chapitre IV. La certification des comptes

Chapitre IV. La certification des comptes Chapitre IV La certification des comptes Aux termes de la Constitution, «les comptes des administrations publiques sont réguliers, sincères et donnent une image fidèle de leur gestion, de leur patrimoine

Plus en détail

Conférence parlementaire panafricaine sur le renforcement des capacités

Conférence parlementaire panafricaine sur le renforcement des capacités Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation Hanns Seidel Conférence parlementaire panafricaine sur le renforcement des capacités Thème: Améliorer les capacités

Plus en détail

Développement des compétences humaines de la Cour des comptes en République Démocratique du Congo

Développement des compétences humaines de la Cour des comptes en République Démocratique du Congo Développement des compétences humaines de la Cour des comptes en République Démocratique du Congo I. OBJECTIFS POURSUIVIS DANS LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES HUMAINES. Dans la réalisation de leur noble

Plus en détail

Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil

Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil Division de la vérification et de l évaluation Rapport final Le 4 mars 2011 Table des matières Sommaire...

Plus en détail

RESULTATS DES TRAVAUX DU GROUPE DE PLACE ETABLI SOUS L EGIDE DE L AMF. Le dispositif de Contrôle Interne : Cadre de référence

RESULTATS DES TRAVAUX DU GROUPE DE PLACE ETABLI SOUS L EGIDE DE L AMF. Le dispositif de Contrôle Interne : Cadre de référence RESULTATS DES TRAVAUX DU GROUPE DE PLACE ETABLI SOUS L EGIDE DE L AMF Le dispositif de Contrôle Interne : Cadre de référence Sommaire I- INTRODUCTION GENERALE 1.1 Préambule 1.2 Le contexte 1.3 L approche

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

Inspection Régionale de la Prévoyance Sociale CONTRÔLE - ASSISTANCE - FORMATION - HARMONISATION

Inspection Régionale de la Prévoyance Sociale CONTRÔLE - ASSISTANCE - FORMATION - HARMONISATION CONFÉRENCE INTERAFRICAINE DE LA PRÉVOYANCE SOCIALE C.I.PRE.S INDICATEURS DE GESTION RATIOS PRUDENTIELS ET DE PERFORMANCE Inspection Régionale de la Prévoyance Sociale CONTRÔLE - ASSISTANCE - FORMATION

Plus en détail

La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie, Etablissement public administratif créé par la loi du 30 juin 2004. Recrute

La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie, Etablissement public administratif créé par la loi du 30 juin 2004. Recrute La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie, Etablissement public administratif créé par la loi du 30 juin 2004 Recrute Le/la directeur(trice) adjoint(e) de l établissement I. Les missions et l

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières. Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration

Bureau du surintendant des institutions financières. Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration Bureau du surintendant des institutions financières Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration Avril 2014 Table des matières 1. Contexte... 3 2. Objectif, délimitation

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

Cadre de gestion du risque de fraude Rapport d audit Rapport n o 5/14 2 septembre 2014

Cadre de gestion du risque de fraude Rapport d audit Rapport n o 5/14 2 septembre 2014 Diffusion : Cadre de gestion du risque de fraude Rapport d audit Rapport n o 5/14 2 septembre 2014 Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ Avril 2009 Table des matières Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour... 6 1. Cadre de gestion de la conformité...

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Ordonnance n o 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires NOR

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2007-01 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Séance du 6 juillet 2007 Lors de la séance du

Plus en détail

INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES Le Gouverneur de la Banque Centrale des Etats de l'afrique de l'ouest, Vu le Traité

Plus en détail

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6 C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE Assurances vie et non vie. La Directive 92/49/CEE du Conseil du 18 juin 1992 porte coordination des dispositions législatives,

Plus en détail

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * République Algérienne Démocratique et Populaire * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * Présidence de le république * * * * * * * * * * * * * Direction Générale de la Fonction Publique

Plus en détail

Association ESSONNE CADRES

Association ESSONNE CADRES Association ESSONNE CADRES 10 avenue du Noyer Lambert - 91300 MASSY : 01 60 12 01 45 Email : competences91@essonnecadres.org Site web : www.essonnecadres.org Besoin d un Professionnel pour une situation

Plus en détail

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés Le Conseil national de la comptabilité réuni en formation de Section des entreprises le 28 octobre 1994,

Plus en détail

conforme à l original

conforme à l original REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE Union - Discipline - Travail Copie certifiée -------------- conforme à l original DECISION N 020/2012/ANRMP/CRS DU 30 AOÛT 2012 SUR LE RECOURS DE LA SOCIETE MEDICAL PROGRESS

Plus en détail

RAPPORT DE LA COUR DES COMPTES EUROPEENNES ELEMENTS DE CONTEXTE

RAPPORT DE LA COUR DES COMPTES EUROPEENNES ELEMENTS DE CONTEXTE RAPPORT DE LA COUR DES COMPTES EUROPEENNES SUR L EFFICACITE DE L AIDE EXTERIEURE AUX SYSTEMES DE SANTE EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE ELEMENTS DE CONTEXTE L audit réalisé par la Cour des Comptes européennes

Plus en détail

Recours aux entreprises extérieures

Recours aux entreprises extérieures RECOMMANDATION R429 Recommandations adoptées par le Comité technique national de la chimie, du caoutchouc et de la plasturgie le 21 novembre 2006. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

Restaurant Brands International Inc. Compagnie constituée en vertu du droit canadien. Charte du comité de rémunération Adoptée le 11 décembre 2014

Restaurant Brands International Inc. Compagnie constituée en vertu du droit canadien. Charte du comité de rémunération Adoptée le 11 décembre 2014 Objet Restaurant Brands International Inc. Compagnie constituée en vertu du droit canadien Charte du comité de rémunération Adoptée le 11 décembre 2014 Le comité de rémunération est créé par le Conseil

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

LA COMMISSION DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LA COMMISSION DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission ~ UEMOA RÈGLEMENT D'EXECUTION N~(t..~.:.~.9.1 RELATIF AUX REGLES PRUDENTIELLES PORTANT SUR LES RISQUES COURTS, AUX MECANISMES DE GARANTIE ET

Plus en détail

SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE

SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE I.- PRINCIPES FONDAMENTAUX DU SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE L assurance vieillesse n a été instituée pour l ensemble des salariés qu en 1953 ; avant cette date, quelques corporations

Plus en détail

CONTROLE GÉNÉRAL ÉCONOMIQUE ET FINANCIER

CONTROLE GÉNÉRAL ÉCONOMIQUE ET FINANCIER CONTROLE GENERAL ECONOMIQUE ET FINANCIER MISSION AUDIT 3, boulevard Diderot 75572 PARIS CEDEX 12 CONTROLE GÉNÉRAL ÉCONOMIQUE ET FINANCIER CHARTE DE L'AUDIT Validée par le comité des audits du 4 avril 2012

Plus en détail

LE référentiel des métiers

LE référentiel des métiers LE référentiel des métiers 2 Le référentiel des métiers de Pôle emploi FILIÈRE RELATION DE SERVICES Métiers MISSIONS ACTIVITÉS COMPÉTENCES Le référentiel des métiers de Pôle emploi 3 4 Le référentiel des

Plus en détail

COMMISSARIAT À LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE DU CANADA. Vérification de la gestion des ressources humaines

COMMISSARIAT À LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE DU CANADA. Vérification de la gestion des ressources humaines COMMISSARIAT À LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE DU CANADA Vérification de la gestion des ressources humaines 13 mai 2010 Préparée par le Centre de gestion publique Inc. TABLE DES MATIÈRES 1.0 Sommaire...

Plus en détail

ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS

ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS PREAMBULE Les Médiateurs des pays membres de l UEMOA, conformément à la recommandation de leur première réunion tenue à Ouagadougou

Plus en détail

Politique de gestion des risques

Politique de gestion des risques Objectif de la politique La gestion efficace des risques vise à assurer la continuité des opérations, le maintien de la qualité des services et la protection des actifs des organisations. Plus formellement,

Plus en détail

MODULE 1 : INTRODUCTION A LA GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE

MODULE 1 : INTRODUCTION A LA GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE MODULE 1 : INTRODUCTION A LA GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE 1. L IMPORTANCE DE SYSTEME DE GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE Une mutuelle de santé est une organisation et de solidarité ; elle constitue un

Plus en détail

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LES ENDEMIES Le point sur la couverture du risque maladie au Niger I PLACE ACTUELLE DE L ASSURANCE MALADIE 1. Recensement des dispositions

Plus en détail

contrat de concession et de licence

contrat de concession et de licence REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE UN BUT UNE FOI contrat de concession et de licence relatif a l exploitation de plusieurs parties du secteur de l electricite En date du 31 mars 1999 TABLE DES MATIERES :

Plus en détail

Status de la banque des états de l Afrique Centrale

Status de la banque des états de l Afrique Centrale Status de la banque des états de l Afrique Centrale T I T R E I CONSTITUTION - STATUT JURIDIQUE Article premier La Banque des Etats de l Afrique Centrale (ci-après désignée la Banque) est un établissement

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1 Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion Introduction 2 Contrôle de gestion : fonction aujourd hui bien institutionnalisée dans les entreprises Objectif : permettre une gestion rigoureuse et une

Plus en détail

Projet financé par l'ue

Projet financé par l'ue Soutien au Processus de Rabat sur la Migration et le Développement Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational Rabat,(Maroc)31mars 1 er avril2011

Plus en détail

Services informatiques aux organisations

Services informatiques aux organisations I. APPELLATION DU DIPLÔME II. CHAMP D'ACTIVITÉ Services informatiques aux organisations Spécialité «Solutions logicielles et applications métiers» Spécialité «Solutions d infrastructure, systèmes et réseaux»

Plus en détail

Gestion budgétaire et financière

Gestion budgétaire et financière Élaboration et suivi de la programmation budgétaire Exécution budgétaire et comptable Aide au pilotage et contrôle financier externe Expertise financière et juridique Ministère de la Culture et de la Communication

Plus en détail

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 49/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative à la fonction "conformité"

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 49/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative à la fonction conformité BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 49/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative à la fonction "conformité" Le Gouverneur de Bank Al-Maghrib; vu la loi n 34-03 relative aux établissements de crédit

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC.

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. Adoptée le 28 septembre 2009 (Modification la plus récente : novembre 2013) La présente charte

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Master Audit Contrôle Finance d Entreprise en apprentissage. Organisation de la formation

Master Audit Contrôle Finance d Entreprise en apprentissage. Organisation de la formation Master Audit Contrôle Finance d Entreprise en apprentissage Organisation de la formation Ce document a pour objet de présenter le contenu des cours des deux années du Master Audit Contrôle Finance d entreprise

Plus en détail

3. NORMES RELATIVES A LA CERTIFICATION DES COMPTES ANNUELS CONSOLIDES

3. NORMES RELATIVES A LA CERTIFICATION DES COMPTES ANNUELS CONSOLIDES 3. NORMES RELATIVES A LA CERTIFICATION DES COMPTES ANNUELS CONSOLIDES Considérant que la révision des comptes consolidés doit s exercer conformément aux normes générales de révision; que ses caractéristiques

Plus en détail

LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE

LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE 1 LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE Toute mission d Audit est réalisée en trois étapes essentielles: 1 ère étape : La préparation de la mission 2 ème étape : La réalisation de la mission 3 ème

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3240 Convention collective nationale IDCC : 1487. HORLOGERIE-BIJOUTERIE (Commerce

Plus en détail

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie Système d accreditation des organismes de formation Origine, objectifs et méthodologie du système d accréditation Carlos Capela Coordinateur du projet INOFOR - Institut pour l innovation dans la formation

Plus en détail

NOTE CIRCULAIRE N 723 RELATIVE AU REMBOURSEMENT DU CREDIT DE TAXE CUMULE

NOTE CIRCULAIRE N 723 RELATIVE AU REMBOURSEMENT DU CREDIT DE TAXE CUMULE NOTE CIRCULAIRE N 723 RELATIVE AU REMBOURSEMENT DU CREDIT DE TAXE CUMULE Dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations des assises nationales sur la fiscalité tenues à Skhirat les 29 et 30 avril

Plus en détail

Réussir la Démarche de Management

Réussir la Démarche de Management Formation à la norme ISO 9001, V 2008 Formateur Dr Mohammed Yousfi Formateur Auditeur Consultant QSE Réussir la Démarche de Management Réussir le Projet ISO 9001, Version 2008 1 Programme Introduction

Plus en détail

Aperçu des 37 principes directeurs

Aperçu des 37 principes directeurs Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des finances AFF Gouvernement d entreprise de la Confédération Aperçu des 37 principes directeurs Principe n o 1 En principe, il convient d

Plus en détail

MODE OPERATOIRE ECHELLE DE MATURITE

MODE OPERATOIRE ECHELLE DE MATURITE MODE OPERATOIRE ECHELLE DE MATURITE Les exigences croissantes en termes de qualité comptable et financière amènent les entités publiques dans leur ensemble à renforcer leur démarche de maîtrise des risques

Plus en détail

1 - LE COMPTE EPARGNE-TEMPS... 2

1 - LE COMPTE EPARGNE-TEMPS... 2 Fiche d information Page 1 sur 12 OBJET Le présent document a pour objet de vous présenter les grands principes du compte épargne-temps (CET) mis en place au sein de notre ministère depuis 2003. Il aborde

Plus en détail

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ Vérification de la gouvernance ministérielle Division de la vérification et de l évaluation Rapport final Le 27 juin 2012 Table des matières Sommaire... i Énoncé d assurance...iii

Plus en détail

Protection sociale et assurance des personnels territoriaux

Protection sociale et assurance des personnels territoriaux Protection sociale et assurance des personnels territoriaux R E S S O U R C La commune, employeur public, a des obligations à l'égard de ses agents en matière de protection sociale. Selon leur statut,

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE D AGREMENT DES SOCIETES DE BOURSE ET AUTRES INTERMEDIAIRES DE MARCHE

FORMULAIRE DE DEMANDE D AGREMENT DES SOCIETES DE BOURSE ET AUTRES INTERMEDIAIRES DE MARCHE FORMULAIRE DE DEMANDE D AGREMENT DES SOCIETES DE BOURSE ET AUTRES INTERMEDIAIRES DE MARCHE 1 I - DEMANDE D AGREMENT Dénomination de la Société pour laquelle l agrément est requis :. Siège social :. Tel./Fax

Plus en détail

avenant convention Etats-Unis éviter doubles impositions prévenir l évasion fraude fiscales impôts revenu fortune, L article I de l avenant

avenant convention Etats-Unis éviter doubles impositions prévenir l évasion fraude fiscales impôts revenu fortune, L article I de l avenant Document mis en distribution le 22 décembre 2005 N o 2756 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 14 décembre 2005.

Plus en détail

REGLEMENT DU STAGE D'EXPERTISE COMPTABLE

REGLEMENT DU STAGE D'EXPERTISE COMPTABLE REGLEMENT INTERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES TITRE V ou VI (nouveau) «Règlement du stage d expertise comptable» REGLEMENT DU STAGE D'EXPERTISE COMPTABLE Pris en application du décret n 2009-1789

Plus en détail

DSA.ANS.PRO.001. Chef du Service de la Circulation Aérienne. BEMBA Patrick Chef du Service SAR 07/10/2013. Directeur de la Sécurité Aérienne

DSA.ANS.PRO.001. Chef du Service de la Circulation Aérienne. BEMBA Patrick Chef du Service SAR 07/10/2013. Directeur de la Sécurité Aérienne AUTORITE AERONAUTIQUE ------------ DIRECTION DE LA SECURITE AERIENNE CAMEROON CIVIL AVIATION AUTHORITY ------------ DIRECTION OF AVIATION SAFETY DSA.ANS.PRO.001 TYPE DE DOCUMENT NOM DU DOCUMENT PROCESSUS

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS CET épargne salariale TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS Sommaire Compte épargne temps 3 Historique 4 Mise en place 6 Alimentation 8 Utilisation 10 Optimiser le CET 14 COMPTE ÉPAR- GNE TEMPS Le Compte

Plus en détail

III.2 Rapport du Président du Conseil

III.2 Rapport du Président du Conseil III.2 Rapport du Président du Conseil de Surveillance sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques Rapport du directoire rapports du conseil de surveillance 2012 1 Obligations légales

Plus en détail

Vérification des procédures en fin d exercice

Vérification des procédures en fin d exercice Vérification des procédures en fin d exercice DIVERSIFICATION DE L ÉCONOMIE DE L OUEST CANADA Direction générale de la vérification et de l évaluation Décembre 2011 Table des matières 1.0 Résumé 1 2.0

Plus en détail

La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs La délégation de pouvoirs, est un acte juridique par lequel une personne/autorité (le délégant) se dessaisit d'une fraction des pouvoirs qui lui sont conférés et les transfère à une personne/autorité subordonnée

Plus en détail

CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE

CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE Rabat, le 25 décembre 2000 CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE Aux termes de l'article premier du Dahir portant loi n 1-93-212

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe

Plus en détail

Ministère de l intérieur --------

Ministère de l intérieur -------- Ministère de l intérieur -------- Examen professionnel d ingénieur principal des systèmes d information et de communication du ministère de l intérieur Session 2013 Meilleure copie Sujet n 1 - Réseaux

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF

ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF INTRODUCTION Un Etablissent Public Administratif est une personne morale de Droit Public, dotée de l autonomie

Plus en détail

Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales

Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales Editorial La spécificité du groupe Caisse des Dépôts, découlant du statut d établissement public particulier de sa maison-mère

Plus en détail

PRESENTATION STRATEGIQUE

PRESENTATION STRATEGIQUE Programme «Accidents du travail Maladies professionnelles» 7 PRESENTATION STRATEGIQUE DU PROGRAMME DE QUALITE ET D EFFICIENCE «ACCIDENTS DU TRAVAIL MALADIES PROFESSIONNELLES» La branche «accidents du travail

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU REDRESSEMENT PRODUCTIF PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, INNOVATION ET ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2014-329 du 12 mars 2014 relative à l

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC

RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC Loi sur la Société de l assurance automobile du Québec (chapitre S-11.011) Le

Plus en détail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 21 novembre 2012 à 14 h 30 «Pénibilité. Transition emploi-retraite. Elaboration de cas-types pour les projections.» Document N 6 Document de travail,

Plus en détail

Charte de contrôle interne

Charte de contrôle interne Dernière mise à jour : 05 mai 2014 Charte de contrôle interne 1. Organisation générale de la fonction de contrôle interne et conformité 1.1. Organisation Le Directeur Général de la Société, Monsieur Sébastien

Plus en détail

www.pwc.fr Risk Assurance & Advisory Services Pour un management des risques performant et «résilient»

www.pwc.fr Risk Assurance & Advisory Services Pour un management des risques performant et «résilient» www.pwc.fr Risk Assurance & Advisory Services Pour un management des risques performant et «résilient» C est sans surprise que dans la dernière enquête «CEO» de PwC, les dirigeants font état de leurs préoccupations

Plus en détail

Opérations entre apparentés

Opérations entre apparentés exposé-sondage CONSEIL SUR LA COMPTABILITÉ DANS LE SECTEUR PUBLIC PROJET DE NORMES COMPTABLES Opérations entre apparentés Septembre 2012 DATE LIMITE DE RÉCEPTION DES COMMENTAIRES : LE 21 NOVEMBRE 2012

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion d OPCVM ou d OPCI et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des risques Textes

Plus en détail

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel BTS Management des unités commerciales Eléments principaux de la modification du référentiel Mai 2013 ANNEXE I UNITÉS CONSTITUTIVES DU RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION DU DOMAINE PROFESSIONNEL Unités Compétences

Plus en détail

Services de travail temporaire

Services de travail temporaire Chapitre 4 Section 4.14 Ministère des Services gouvernementaux Services de travail temporaire Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.14 du Rapport annuel 2005 Chapitre 4 Section

Plus en détail