SEPA, prochaine étape : de la centralisation de trésorerie à la centralisation des paiements. Syrtals Mars Tous droits réservés SYRTALS SI

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SEPA, prochaine étape : de la centralisation de trésorerie à la centralisation des paiements. Syrtals Mars 2014. Tous droits réservés SYRTALS SI"

Transcription

1 SEPA, prochaine étape : de la centralisation de trésorerie à la centralisation des paiements Syrtals Mars 2014 Tous droits réservés SYRTALS SI 1

2 2 Agenda De quelle centralisation parle-t-on? Pourquoi mettre en place une centralisation? Les apports de SEPA Quelques points d attention avant de la mettre en place

3 3 De quelle centralisation parle-t-on? La centralisation de la trésorerie ou des paiements se construit par étape Niveau de complexité de mise en place Centralisation régionale ou globale de la gestion de la liquidité (IHB) Centralisation locale de la gestion de la liquidité Centralisation des paiements Centres de services partagés Centralisation des paiements avec paiement «pour compte de» Niveau moyen d avancement des entreprises Centralisation de la trésorerie Centralisation des paiements TRESORERIE COMPTABILITE

4 4 De quelle centralisation parle-t-on? Différentes formes de centralisation 1 er niveau de la centralisation des paiements Mise en place d un outil unique de communication bancaire en remplacement des différents outils précédents Utilisation mutualisée de la plateforme Gestion de droits multiples 2 ème niveau de la centralisation des paiements Outil de communication bancaire unique Géré par la trésorerie ou un centre de services partagés Séparation des tâches en interne dans l entreprise Mise en place de circuits d information pour le traitement des fichiers dans les temps Principe de l In House Bank 3 ème niveau de la centralisation des paiements Outil de communication bancaire unique Géré par la trésorerie ou un centre de services partagés Séparation des tâches en interne dans l entreprise Mise en place de la centralisation des paiements, voire des encaissements, sur un compte bancaire unique, grâce au mécanisme de paiement pour le compte de

5 Pourquoi mettre en place une centralisation? Gagner en productivité Rationalisation de l organisation Centralisation du savoir faire Réduire les coûts (bancaires ) Réduire le risque de fraude Standardiser les processus du groupe Contrôler l exécution des processus Effets induits sur la gestion de trésorerie Maîtriser le prévisionnel de trésorerie et le BFR Refonte du processus des paiements avec des impacts transverses à l entreprise Sécuriser les flux et les processus Maîtriser les règlements Réduire le nombre de banques et de comptes 5

6 6 Les apports de SEPA Le SEPA apporte de nouveaux éléments Standardisation des paiements en euros à l échelle de l Europe Avènement d un nouveau format pour les paiements et les restitutions : la norme XML ISO Enrichissement des données véhiculées dans les transactions Opportunité pour le cash management Possibilité de rationaliser tant l organisation interne que ses relations bancaires Centralisation plus avancée de la gestion du cash Diminution du nombre de comptes bancaires Autant d atouts pour le développement des centrales de paiement Le format unique facilite son exploitation de manière centralisée La gestion des impayés devient industrialisée Centralisation des paiements dans un pays après avoir migré au SEPA pays par pays Économies d échelles bien plus importantes Rationalisation encore plus forte de la chaine des paiements et des signataires Tous les éléments sont rassemblés pour favoriser le déploiement des payements factories

7 7 Points d attention sur les payment factories Quelques questions à se poser avant de se lancer dans la centralisation des paiements Quelle est la politique de paiement de l entreprise/du groupe? Certains moyens de paiement non sécurisés sont-ils à supprimer à cette occasion? Quel impact cela aurat-il sur les relations avec les fournisseurs? Comment les outils de paiement seront être administrés? De qui dépend la payment factory? Qui assure le support et comment est-il organisé? Comment la gestion des référentiels est-elle gérée? Quelles données sont gérés dans la plateforme? Quelle répartition des tâches entre les applications amont et la plateforme? Quel sera l impact sur le circuit des paiements? Qui donne le bon à payer? Qui intervient dans la plateforme de paiement?

8 8 Points d attention sur les payment factories Il existe des contraintes pour la mise en place d une centralisation des paiements Les procédures deviennent plus strictes Un transfert de responsabilité est nécessaire entre services dans le circuit de paiement Les pouvoirs bancaires sont à concentrer Le suivi comptable est à revoir Le SI doit évoluer

9 9 Points d attention sur les payment factories Point d attention essentiel : la dimension réglementaire Directive sur les services de paiement (DSP) 2ème Directive sur la monnaie électronique (DME2) Emergence de nouveaux acteurs : Etablissements de paiement (EP) et Etablissements de monnaie électronique (EME). Impact sur les activités historiques de paiement et d encaissement pour compte de tiers Durcissement de la position de l ACPR (Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution) vis-à-vis des acteurs agissant dans une zone grise Combiné par une évolution du cadre réglementaire ouvrant de nouvelles perspectives pour les opérations de paiement à volume modéré

10 10 3 Catégories de PSP Points d attention sur les payment factories Prestataires de services de paiement «PSP» Etablissement de crédit Opération de banque Services de paiement Emission et gestion de la monnaie électronique Etablissement de monnaie électronique Services de paiement Emission et gestion de la monnaie électronique Etablissement de paiement Services de paiement Les services de paiement concernés par la DSP sont définis par l Art II CMF

11 Points d attention sur les payment factories Qualification réglementaire de l activité de Payment factory Bénéficiaires Reversement des fonds aux bénéficiaires à partir du compte bancaire de l entité centralisatrice Trésorerie (entité centralisatrice) Filiale A Émission d ordres de paiement sur un compte unique dont le titulaire est l entité centralisatrice Filiale B D un point de vue réglementaire, une telle organisation de gestion des paiements pourrait nécessiter un agrément 11

12 Points d attention sur les payment factories Implications liées à une demande d agrément d EP Objet - Personne morale qui propose des services de paiement limitativement définis dans la DSP. Champ d application L agrément est valable pour l ensemble de la Communauté européenne. L EP peut mandater des agents, expressément autorisés par l Autorité compétente, pour développer ses services dans les Etats membres de l EEE. Demande d agrément Identification des objectifs et éléments clefs de la société tels que : activités exercées moyens humains et techniques clientèle business plan choix des prestataires Rédaction du dossier d agrément de la société Rédaction/ centralisation / formalisation des annexes du dossier d agrément (selon les types d annexe) Dispositif de contrôle interne et conformité Problématiques réglementaires Gestion des risques Documentation normative Contrôle des prestations essentielles externalisées Communications avec la tutelle Etats SURFI ACPR Rapport annuel de contrôle Protection de la clientèle LCB/FT Evénements importants concernant la direction ou l actionnariat Veille réglementaire 12

13 Points d attention sur les payment factories Exemptions du besoin d agrément Exemption de droit Opérations de paiement au sein d un Groupe sans l intermédiation d un PSP tiers Encaissement et/ou paiement pour compte de à partir du compte bancaire de la filiale mandant Opérations de trésorerie réalisées par une entité centralisatrice exerçant un pouvoir de contrôle effectif sur la filiale Exemption sur demande Prestation de services de paiement dans le cadre d un réseau limité 13

14 14 Contacts Arnaud BRUNETON Directeur d activités Tél. : +33 (0) Mail : Syrtals France ADRESSE: 12, RUE DU 4 SEPTEMBRE ISSY L E S MOULINEAUX - FRANCE Tél : + 33(0) FAX: + 33(0) w w w.syrtals.com Arfang SONKO Consultant Chef de projets Tél : +33 (0) Mail :

SEPA et les entreprises. Comité national SEPA Plan de communication SEPA

SEPA et les entreprises. Comité national SEPA Plan de communication SEPA SEPA et les entreprises Comité national SEPA Plan de communication SEPA SEPA : une étape de la construction européenne 01/01/1999 Introduction de l euro financier 01/01/2002 Introduction de l euro fiduciaire

Plus en détail

La conduite du projet de dématérialisation dans les EPS

La conduite du projet de dématérialisation dans les EPS La conduite du projet de dématérialisation dans les EPS Objet de la présente fiche La fiche vise à présenter le contexte organisationnel et informatique de la conduite d un projet de dématérialisation

Plus en détail

REGLEMENTATION DU SHADOW PAYMENT

REGLEMENTATION DU SHADOW PAYMENT Rencontre de la compétitivité numérique 2014 SOUS LE PATRONAGE D EMMANUEL MACRON, MINISTRE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE REGLEMENTATION DU SHADOW PAYMENT Laetitia de Pellegars, Franklin

Plus en détail

OFFRE D ACCOMPAGNEMENT

OFFRE D ACCOMPAGNEMENT OFFRE D ACCOMPAGNEMENT DU TRÉSORIER Votre partenaire opérationnel Copyright Netilys Consulting, 2013. Tous droits réservés www.netilys.com La mission de Netilys Le trésorier a pour mission de garantir

Plus en détail

Intégration du relevé d opérations dans la comptabilité des Collectivités

Intégration du relevé d opérations dans la comptabilité des Collectivités Intégration du relevé d opérations dans la comptabilité des Collectivités Xavier Lugol : Ingénieur Intégration Sylvie Thiroine : Responsable Intégration/Customisation Astre GFI Progiciels Page 1 Sommaire

Plus en détail

SEPA info. Single Euro Payments Area * Comment nous allons vous accompagner dans cette évolution vers SEPA

SEPA info. Single Euro Payments Area * Comment nous allons vous accompagner dans cette évolution vers SEPA Comment nous allons vous accompagner dans cette évolution vers SEPA SEPA info Nous avons anticipé les impacts de ces évolutions de Place sur nos relations «banque à client». Nous vous tiendrons donc périodiquement

Plus en détail

ASSURÉMENT TRÉSORERIE, DURABLEMENT EXPERT

ASSURÉMENT TRÉSORERIE, DURABLEMENT EXPERT ASSURÉMENT TRÉSORERIE, DURABLEMENT EXPERT CONSEIL TRESORERIE LA RÉPONSE 100% ETI/PME POURQUOI CHOISIR OU MIGRER VERS? COMMENT M ASSURER DU NIVEAU DE DISPONIBILITÉ DE LA SOLUTION? MES COÛTS SONT-ILS MAÎTRISÉS?

Plus en détail

J - 59 Décembre 2013 1

J - 59 Décembre 2013 1 J - 59 Décembre 2013 1 SEPA, une étape de la construction européenne 01/01/1999 Introduction de l euro financier 01/01/2002 Introduction de l euro fiduciaire 01/02/2014 Euro scriptural SEPA : Single Euro

Plus en détail

E-Bank Account Management. Dématérialisation de la gestion administrative des comptes bancaires

E-Bank Account Management. Dématérialisation de la gestion administrative des comptes bancaires E-Bank Account Management Dématérialisation de la gestion administrative des comptes bancaires Problématique de gestion des pouvoirs bancaires à EDF Une gestion lourde et pénible jusqu en 2007 Malgré des

Plus en détail

L ESPACE UNIQUE DES PAIEMENT EN EUROS (SEPA) Vers une harmonisation des moyens de paiement européens. Direction des affaires économiques de la CGPME

L ESPACE UNIQUE DES PAIEMENT EN EUROS (SEPA) Vers une harmonisation des moyens de paiement européens. Direction des affaires économiques de la CGPME L ESPACE UNIQUE DES PAIEMENT EN EUROS (SEPA) Vers une harmonisation des moyens de paiement européens Direction des affaires économiques de la CGPME SEPA (Single Euro Payment Area) Harmonisation des moyens

Plus en détail

1. PRELEVEMENT SEPA : LE CADRE REGLEMENTAIRE

1. PRELEVEMENT SEPA : LE CADRE REGLEMENTAIRE Avril 2013 Zoom sur la réglementation SEPA (Single Euro Payments Area)- échéance 1er février 2014 : 1. PRELEVEMENT SEPA : LE CADRE REGLEMENTAIRE 1.1. Introduction : Le Conseil Européen des Paiements (European

Plus en détail

Communiqué de lancement

Communiqué de lancement Communiqué de lancement Sage 100 Moyens de paiement Ebics / Communication bancaire Contact : Cédric CZERNICH INFOPROGEST 6 rue de la Fosse Chénevière ZA Derrière Moutier 51390 Gueux Tél : 03 26 77 19 20

Plus en détail

Présentation du SEPA. Qu est-ce que le SEPA (Single Euro Payments Area Espace Unique de Paiement en Euros)

Présentation du SEPA. Qu est-ce que le SEPA (Single Euro Payments Area Espace Unique de Paiement en Euros) L essentiel du SEPA Présentation du SEPA Qu est-ce que le SEPA (Single Euro Payments Area Espace Unique de Paiement en Euros) Après la mise en place de l euro, l harmonisation européenne se poursuit avec

Plus en détail

La Banque Postale propose aux collectivités locales une nouvelle offre de crédit court terme

La Banque Postale propose aux collectivités locales une nouvelle offre de crédit court terme COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 20 juin 2012 La Banque Postale propose aux collectivités locales une nouvelle offre de crédit court terme Acteur engagé avec La Poste dans le développement des territoires,

Plus en détail

Arrêt du protocole ETEBAC

Arrêt du protocole ETEBAC Arrêt du protocole ETEBAC Quels impacts pour votre entreprise? Les solutions d échanges de flux dématérialisés avec le Crédit Agricole ETEBAC est le protocole utilisé pour échanger tous les jours et de

Plus en détail

Déjeuner-conférence Une plateforme de paiement pour quel marché? Aspects juridiques. Cathie-Rosalie JOLY

Déjeuner-conférence Une plateforme de paiement pour quel marché? Aspects juridiques. Cathie-Rosalie JOLY Paris, 7 juin 2011 Cabinet Ulys, 33 rue Galilée 75116 Paris Déjeuner-conférence Une plateforme de paiement pour quel marché? Aspects juridiques Cathie-Rosalie JOLY Avocat au barreau de Paris et Docteur

Plus en détail

Le Groupe Yves Rocher

Le Groupe Yves Rocher Le Groupe Yves Rocher Groupe familial Breton fondé en 1959 CA de 2 Millards 8 Marques 3 réseaux de distribution Vente à distance Vente par magasin Vente Directe 40 millions de clientes 15 000 collaborateurs

Plus en détail

LE FINANCEMENT PARTICIPATIF. Réunion du 19 juin 2014

LE FINANCEMENT PARTICIPATIF. Réunion du 19 juin 2014 LE FINANCEMENT PARTICIPATIF Réunion du 19 juin 2014 SOMMAIRE Le financement participatif 1. Définition 2. Les risques encourus 3. L ordonnance du 30 mai 2014 1. Définition Historique Le crowdfunding ou

Plus en détail

Introduction aux moyens de paiement

Introduction aux moyens de paiement Introduction aux moyens de paiement Un marché en pleine reconfiguration stratégique Réalisé par Matthias LAVALEE & Anatole de LA BROSSE Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com

Plus en détail

Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement

Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement Le 13 novembre 2013 Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement 2013-P-01 Document de nature explicative La présente

Plus en détail

Crowdfunding : Rêve ou réalité?

Crowdfunding : Rêve ou réalité? Crowdfunding : Rêve ou réalité? L encadrement du financement participatif : contrainte ou opportunité? Mardi 16 septembre 2014 Cinquième Matinale CCEF Cercle de l Union Interalliée (Paris) SOMMAIRE Le

Plus en détail

Réussir votre migration à SEPA. Mode d emploi à destination des entreprises

Réussir votre migration à SEPA. Mode d emploi à destination des entreprises Réussir votre migration à SEPA Mode d emploi à destination des entreprises Migrer à SEPA : c est indispensable! Après le passage des marchés financiers (1999) et de la monnaie (2002) à l euro, l Europe

Plus en détail

Du SEPA vers le Full XML pour l'ensemble des paiements

Du SEPA vers le Full XML pour l'ensemble des paiements Du SEPA vers le Full XML pour l'ensemble des paiements ISO 2022 XML Le socle technique pour construire une centrale de paiement et d encaissement Universwiftnet - Atelier Sage - Du SEPA vers le Full XML

Plus en détail

UNIVERSWIFTNET. SWIFTNet, du Cash au Trade. 12 Février 2013

UNIVERSWIFTNET. SWIFTNet, du Cash au Trade. 12 Février 2013 UNIVERSWIFTNET SWIFTNet, du Cash au Trade 12 Février 2013 2 Programme Qu est-ce que SWIFTNet «Trade for Corporates»? Pourquoi avoir choisi SWIFTNet Trade? Comment fonctionne cette solution? Quels en sont

Plus en détail

Conseillers en investissements financiers (CIF)

Conseillers en investissements financiers (CIF) S informer sur Conseillers en investissements financiers (CIF) QU EST-CE QU UN CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS (CIF)? QUELLES SONT LES ACTIVITÉS INTERDITES AUX CIF? QUELLES SONT LES OBLIGATIONS

Plus en détail

Conseillers en investissements financiers (CIF)

Conseillers en investissements financiers (CIF) S informer sur Conseillers en investissements financiers (CIF) Qu est-ce qu un conseiller en investissements financiers (CIF)? Quelles sont les activités autorisées ou interdites aux CIF? Quelles sont

Plus en détail

Comité National SEPA. SEPA est une obligation : comment préparer votre migration? Guide pour réussir vos tests fonctionnels

Comité National SEPA. SEPA est une obligation : comment préparer votre migration? Guide pour réussir vos tests fonctionnels Comité National SEPA SEPA est une obligation : comment préparer votre migration? Guide pour réussir vos tests fonctionnels Fiche n 1 Quels sont les pré-requis à remplir avant de débuter vos tests fonctionnels?

Plus en détail

NOTRE OFFRE DE DEMATERIALISATION FISCALE DE FACTURES

NOTRE OFFRE DE DEMATERIALISATION FISCALE DE FACTURES Différence NOTRE OFFRE DE DEMATERIALISATION FISCALE DE FACTURES LA DEMANDE DU MARCHE Différence Le nombre de factures dématérialisées va décupler ces prochaines années. Les dirigeants des secteurs publics

Plus en détail

Quels systèmes d information pour la gestion financière du secteur public local? Cas du Maroc. M. MERZOUKI Mohammed Trésorerie Générale du Royaume

Quels systèmes d information pour la gestion financière du secteur public local? Cas du Maroc. M. MERZOUKI Mohammed Trésorerie Générale du Royaume Quels systèmes d information pour la gestion financière du secteur public local? Cas du Maroc M. MERZOUKI Mohammed Trésorerie Générale du Royaume Abidjan, 29 Novembre 2013 MISSIONS DE LA TRESORERIE GENERALE

Plus en détail

NOUVEAU! SEPA Service Center

NOUVEAU! SEPA Service Center NOUVEAU! SEPA Service Center SEPA : un nouveau challenge pour votre entreprise! Une uniformisation progressive des instruments de paiement au sein de l Union européenne Avec le projet SEPA Single Euro

Plus en détail

Le SEPA et les nouveaux usages pour les projets à valeur ajoutée

Le SEPA et les nouveaux usages pour les projets à valeur ajoutée Le SEPA et les nouveaux usages pour les projets à valeur ajoutée UniverswiftNet 2013 José TEIXEIRA, Senior Product Manager Nasser CHAHI, Pre Sales Expert 12 février 2013 Copyright 2013 1 Agenda Centrale

Plus en détail

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information)

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information) DIRECTION DE LA COMPTABILITE RFI Demande d information Dématérialisation des factures fournisseurs Réf. : RFI2011_DEMAFAC_V1.3_2011-05-04.docx Page 1/6 DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information)

Plus en détail

Arrêt du protocole ETEBAC

Arrêt du protocole ETEBAC Arrêt du protocole ETEBAC Quels impacts pour votre entreprise? Les solutions d échanges de flux dématérialisés avec le Crédit Agricole ETEBAC est le protocole utilisé pour échanger tous les jours et de

Plus en détail

Programme détaillé BTS COMPTABILITE ET GESTION DES ORGANISATIONS. Objectifs de la formation. Les métiers DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS COMPTABILITE ET GESTION DES ORGANISATIONS. Objectifs de la formation. Les métiers DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le Brevet de Technicien Supérieur de Comptabilité et Gestion des Organisations est un diplôme national de l enseignement supérieur dont le titulaire, au sein des services administratifs,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES MISSION D APPUI AU DEPLOIEMENT DU DECRET DU 7 NOVEMBRE 2012 RELATIF A LA COMPTABILITE BUDGETAIRE ET LA COMPTABILITE PUBLIQUE

CAHIER DES CHARGES MISSION D APPUI AU DEPLOIEMENT DU DECRET DU 7 NOVEMBRE 2012 RELATIF A LA COMPTABILITE BUDGETAIRE ET LA COMPTABILITE PUBLIQUE CAHIER DES CHARGES MISSION D APPUI AU DEPLOIEMENT DU DECRET DU 7 NOVEMBRE 2012 RELATIF A LA COMPTABILITE BUDGETAIRE ET LA COMPTABILITE PUBLIQUE 1. Présentation de l Anses L'Anses, Agence nationale de sécurité

Plus en détail

Conférence CONECT du 24 janvier 2014. CAP TB 2012. Tous droits réservés

Conférence CONECT du 24 janvier 2014. CAP TB 2012. Tous droits réservés Conférence CONECT du 24 janvier 2014 CAP TB 2012. Tous droits réservés Présentation du Président Directeur Général Pascal COCHARD Après avoir été auditeur interne chez ARTHUR ANDERSEN, Pascal COCHARD entre

Plus en détail

EBICS : Quels impacts sur votre système d information?

EBICS : Quels impacts sur votre système d information? EBICS : Quels impacts sur votre système d information? Agenda EBICS : Les fondamentaux La position de l Editeur SAGE Les impacts d EBICS sur votre système d information Le contexte Les 2 protocoles ETEBAC

Plus en détail

UBS Cash Management pour les entreprises. Connaître et gérer ses liquidités.

UBS Cash Management pour les entreprises. Connaître et gérer ses liquidités. ab UBS Cash Management pour les entreprises. Connaître et gérer ses liquidités. Sommaire Opérations de paiement et gestion des liquidités sur mesure 3 En Suisse et au-delà des frontières 4 Gestion de trésorerie

Plus en détail

Piloter le contrôle permanent

Piloter le contrôle permanent Piloter le contrôle permanent Un cadre règlementaire en permanente évolution L évolution des réglementations oblige les institutions financières à revoir leur dispositif de contrôle Secteur bancaire CRBF

Plus en détail

Migrer à SEPA : c'est indispensable

Migrer à SEPA : c'est indispensable Depuis le 1 er février 2014, le virement SEPA et le prélèvement SEPA remplacent définitivement le virement et le prélèvement national tant pour les paiements nationaux que transfrontaliers. Mode d'emploi

Plus en détail

NOS SOLUTIONS DE BANQUE ELECTRONIQUE

NOS SOLUTIONS DE BANQUE ELECTRONIQUE NOS SOLUTIONS DE BANQUE ELECTRONIQUE EVOLUTION DE NOS SOLUTIONS DE BANQUE ELECTRONIQUE LES SOLUTIONS TECHNIQUES ACTUELLES Etebac 3 sous réseau X25 ; Etebac 5 sous réseau X25 ; PeSit ; E-Banking. LE CONTEXTE

Plus en détail

Parcours de formation modulaire

Parcours de formation modulaire Parcours de formation modulaire CQPM 0264 : Coordinateur (trice) du développement des ressources humaines de l entreprise CQPM 0265 : Technicien (ne) en gestion et administration des ressources humaines

Plus en détail

Politique de traitement des demandes d informations ou des réclamations clients

Politique de traitement des demandes d informations ou des réclamations clients Politique de traitement des demandes d informations ou des réclamations clients Document public 27/09/2013 La Banque Postale Structured Asset Management - 34, rue de la Fédération 75737 Paris cedex 15

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles Profil de fonction. Intitulé de la fonction Gradué Administratif - Comptable (H/F)

Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles Profil de fonction. Intitulé de la fonction Gradué Administratif - Comptable (H/F) Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles Profil de fonction Intitulé de la fonction Gradué Administratif - Comptable (H/F) Référence C2 FP 2013 001 Procédure mise en œuvre Appel interne et externe

Plus en détail

Dispositif de vérification du niveau de connaissances minimales des acteurs des marchés financiers

Dispositif de vérification du niveau de connaissances minimales des acteurs des marchés financiers Certification professionnelle Dispositif de vérification du niveau de connaissances minimales des acteurs des marchés financiers Professionnels concernés et modalités de vérification Mai 2013 Sommaire

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

PROPOSITION DE PROGRESSION - BACCALAUREAT PROFESSIONNEL DE COMPTABILITE EN 3 ANS

PROPOSITION DE PROGRESSION - BACCALAUREAT PROFESSIONNEL DE COMPTABILITE EN 3 ANS PROPOSITION DE PROGRESSION - BACCALAUREAT PROFESSIONNEL DE COMPTABILITE EN 3 ANS 1 ère ANNEE (33 dont 3 à 5 de PFE) T H E M E S POLE 1 COMPTABILITE ET GESTION DES ACTIVITES POLE 2 COMMUNICATION ET ORGANISATION

Plus en détail

Chorus Factures, solution de dématérialisation fiscale des factures. Kit de communication à destination des fournisseurs. Version 2.0.

Chorus Factures, solution de dématérialisation fiscale des factures. Kit de communication à destination des fournisseurs. Version 2.0. Chorus Factures, solution de dématérialisation fiscale des Kit de communication à destination des fournisseurs Version 2.0 Réf : SOMMAIRE Introduction Enjeux de la dématérialisation fiscale des Description

Plus en détail

Réussir l externalisation de sa consolidation

Réussir l externalisation de sa consolidation Réussir l externalisation de sa consolidation PAR ERWAN LIRIN Associé Bellot Mullenbach et Associés (BMA), activité Consolidation et Reporting ET ALAIN NAULEAU Directeur associé Bellot Mullenbach et Associés

Plus en détail

L Europe devient un espace unique de paiement en euro «SEPA»

L Europe devient un espace unique de paiement en euro «SEPA» L Europe devient un espace unique de paiement en euro «SEPA» dès le 1 er février 2014 SEPA 2014 L Europe devient un espace unique de paiement en euro «SEPA» dès le 1 er février 2014 Après le passage à

Plus en détail

Foire aux questions (FAQ)

Foire aux questions (FAQ) Règlement (CE) n 924/2009 concernant les paiements transfrontaliers dans la Communauté (Règlement concernant l égalité des frais pour les paiements nationaux et transfrontaliers) Foire aux questions (FAQ)

Plus en détail

Le prélèvement SEPA, c est maintenant

Le prélèvement SEPA, c est maintenant JUILLET 2014 ENtrEPrENEurS N 13 PAIEmENt LES MINI-GUIDES BANCAIRES Le prélèvement SEPA, c est maintenant 2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : info@lesclesdelabanque.com

Plus en détail

Réussir la mise en place d un reporting fiscal

Réussir la mise en place d un reporting fiscal Réussir la mise en place d un reporting fiscal PAR ERWAN LIRIN Associé Bellot, Mullenbach & Associés (BM&A) activité Consolidation et Reporting ET FRANÇOIS MORNET Directeur de mission Bellot, Mullenbach

Plus en détail

Check-list destinée aux clients de la SaarLB aux fins de migration vers le schéma de paiement SEPA

Check-list destinée aux clients de la SaarLB aux fins de migration vers le schéma de paiement SEPA Check-list destinée aux clients de la SaarLB aux fins de migration vers le schéma de paiement SEPA Mise à jour de juillet 2013 Si vous avez d autres questions sur la migration vers le SEPA, n hésitez pas

Plus en détail

L expérience des Hommes

L expérience des Hommes L expérience des Hommes audia est un cabinet d expertise comptable et de commissariat aux comptes, fort d une équipe qualifiée et experte installée au Maroc à Casablanca. Notre cabinet vous apportera l

Plus en détail

SEPA dans l ERP SAP. Etes-vous prêts?

SEPA dans l ERP SAP. Etes-vous prêts? Vos outils de gestion SEPA dans l ERP SAP. Etes-vous prêts? Vos performances Votre compétitivité BSS-IT Quoi? Quand? Impacts? Comment? Quoi? Le SEPA en chiffre: 33 pays concernés 55,5 milliards de transactions

Plus en détail

Pôle commun ACPR/AMF Rapport annuel 2013

Pôle commun ACPR/AMF Rapport annuel 2013 Pôle commun ACPR/AMF Rapport annuel 2013 Natalie LEMAIRE Olivier FLICHE Conférence de presse le 13 juin 2014 1 Sommaire 1. Le point d entrée commun : Assurance Banque Épargne Info Service 2. Bilan 2013

Plus en détail

Un atout majeur : l appartenance à un groupe financier solide CHIFFRE D AFFAIRES 2010. 25,3 milliards d euros 8000

Un atout majeur : l appartenance à un groupe financier solide CHIFFRE D AFFAIRES 2010. 25,3 milliards d euros 8000 Une expertise internationale de l assurance vie Cardif Lux International, anciennement Investlife, a été fondée en 1994 par Cardif et BNP Paribas Luxembourg. C est un des leaders de l assurance vie internationale

Plus en détail

Convictions AM Procédure relative à la Sélection et à l Evaluation des intermédiaires et contreparties

Convictions AM Procédure relative à la Sélection et à l Evaluation des intermédiaires et contreparties Procédure relative à la Sélection et à l Evaluation des intermédiaires et contreparties Création: 16/07/08 - MAJ: 25/03/10 P a g e 1 I. RAPPEL DE LA REGLEMENTATION La meilleure sélection des brokers est

Plus en détail

Circulaire 2008/7 «Outsourcing banques»

Circulaire 2008/7 «Outsourcing banques» Foire aux questions (FAQ) Circulaire 2008/7 «Outsourcing banques» (Dernière modification : 6 février 2015) 1. Selon quels critères examine-t-on l applicabilité de la circulaire 2008/7? Il y externalisation

Plus en détail

MULTILINE La solution pour gérer en ligne les comptes entreprise

MULTILINE La solution pour gérer en ligne les comptes entreprise MULTILINE La solution pour gérer en ligne les comptes entreprise Qu est-ce que? MultiLine est un service de gestion en ligne de vos comptes. Il s adresse à toutes les sociétés, organismes publics, indépendants,

Plus en détail

Domiciliations SEPA FAQ

Domiciliations SEPA FAQ Domiciliations SEPA FAQ Découvrez les questions les plus fréquemment posées sur les domiciliations SEPA : cliquez dessus pour arriver directement à nos réponses! 1. Qu est-ce que la domiciliation SEPA

Plus en détail

Edition 2013 QUE SIGNIFIE SEPA DIRECT DEBIT (SDD) POUR LES CONSOMMATEURS?

Edition 2013 QUE SIGNIFIE SEPA DIRECT DEBIT (SDD) POUR LES CONSOMMATEURS? Edition 2013 QUE SIGNIFIE SEPA DIRECT DEBIT (SDD) POUR LES CONSOMMATEURS? 1. SEPA pour les consommateurs - en bref Qu est-ce que SEPA? SEPA = Single Euro Payments Area Le Single Euro Payments Area (SEPA)

Plus en détail

Service Financement. Pour une démocratisation des funérailles

Service Financement. Pour une démocratisation des funérailles Service Financement Pour une démocratisation des funérailles DES ATTENTES EXPRIMÉES > De nombreuses personnes se limitent encore à de vagues recommandations à leurs proches; > Ces personnes ne prévoient

Plus en détail

Le virement SEPA, c est maintenant

Le virement SEPA, c est maintenant JUILLET 2014 EnTrEPrEnEurS n 6 PAiEmEnT LES MINI-GUIDES BANCAIRES Le virement SEPA, c est maintenant 2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : info@lesclesdelabanque.com

Plus en détail

Le virement SEPA, c est maintenant

Le virement SEPA, c est maintenant JUILLET 2014 ENTREPRENEURS N 6 lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent & banques-sepa.fr les banques accompagnent les entreprises pour le passage à SEPA PAIEMENT LES MINI-GUIDES

Plus en détail

6, Rue Grolée 69289 LYON Cédex 02 Téléphone : 04-72-32-56-00 Télécopie : 04-78-38-37-85. Ind Etabli par Approuvé par Date Objet de la révision

6, Rue Grolée 69289 LYON Cédex 02 Téléphone : 04-72-32-56-00 Télécopie : 04-78-38-37-85. Ind Etabli par Approuvé par Date Objet de la révision Département de l'indre et Loire COMMUNAUTE DE COMMUNES GATINE-ET-CHOISILLES ZAC POLAXIS STATION DE TRAITEMENT DES EAUX USEES PIECE 1.8 CADRE DU SCHEMA D ORGANISATION DU PLAN D ASSURANCE QUALITE (SOPAQ)

Plus en détail

GUIDE DE CRÉATION ET D ACTIVATION D UN COMPTE PAYPAL POUR LES CLIENTS D E-TRANSACTIONS VERSION DU 15/09/2015

GUIDE DE CRÉATION ET D ACTIVATION D UN COMPTE PAYPAL POUR LES CLIENTS D E-TRANSACTIONS VERSION DU 15/09/2015 E-TRANSACTIONS GUIDE DE CRÉATION ET D ACTIVATION D UN COMPTE PAYPAL POUR LES CLIENTS D E-TRANSACTIONS VERSION DU 15/09/2015 1 Crédit Agricole S.A, société anonyme au capital de 7 729 097 322. Siège social

Plus en détail

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 1 2 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services Contenu 1.

Plus en détail

Groupe Cornèr Banque. Produits et services pour la Clientèle commerciale. Vos valeurs, nos valeurs.

Groupe Cornèr Banque. Produits et services pour la Clientèle commerciale. Vos valeurs, nos valeurs. Groupe Cornèr Banque Produits et services pour la Clientèle commerciale Vos valeurs, nos valeurs. Services de base 2 Crédits et Commercial 3 Conseil 4 Markets 5 Services Cornèronline 6 CornèrTrader 7

Plus en détail

CARTE MONETICO RESTO

CARTE MONETICO RESTO CARTE MONETICO RESTO LA SOLUTION QUI CHANGE TOUT POUR LA GESTION DES TITRES-RESTAURANT AVEC LA CARTE MONETICO RESTO VOUS GAGNEZ EN EFFICACITÉ! L affiliation à Monetico Resto vous permet d accepter les

Plus en détail

LES GUIDES SAGE POUR LA GESTION DE VOTRE ENTREPRISE. L optimisation de la trésorerie, un enjeu majeur de la maîtrise des coûts

LES GUIDES SAGE POUR LA GESTION DE VOTRE ENTREPRISE. L optimisation de la trésorerie, un enjeu majeur de la maîtrise des coûts LES GUIDES SAGE POUR LA GESTION DE VOTRE ENTREPRISE L optimisation de la trésorerie, un enjeu majeur de la maîtrise des coûts TRÉSORERIE L optimisation de la trésorerie, un enjeu majeur de la maîtrise

Plus en détail

Acquisition transfrontière

Acquisition transfrontière Acquisition transfrontière Un projet d optimisation des encaissements cartes aux enjeux multiples L acquisition transfrontière contribue à l optimisation de la gestion des encaissements par carte en autorisant

Plus en détail

Présentation de l entreprise

Présentation de l entreprise Présentation de l entreprise L investissement des collectivités locales : un enjeu national «L investissement des collectivités locales est nécessaire à l avenir économique et à la cohésion sociale du

Plus en détail

Des compétences financières et techniques enfin réunies pour un meilleur service au développement des entreprises.

Des compétences financières et techniques enfin réunies pour un meilleur service au développement des entreprises. Des compétences financières et techniques enfin réunies pour un meilleur service au développement des entreprises. Siège 83 bis rue de rouen 95300 Pontoise Tél: 01 34 35 02 31 www.cinergy.fr Analyse financière

Plus en détail

FAITES RECONNAITRE LA PERFORMANCE DE VOTRE AGENCE.

FAITES RECONNAITRE LA PERFORMANCE DE VOTRE AGENCE. FAITES RECONNAITRE LA PERFORMANCE DE VOTRE AGENCE. SYNTEC CONSEIL EN RELATIONS PUBLICS POURQUOI UNE CERTIFICATION CMS? POURQUOI UNE CERTIFICATION CMS? La certification CMS (Consultancy Management Standard)

Plus en détail

Proposition de guide d entretien

Proposition de guide d entretien Schéma de Développement Économique 2014 AXE 1 : Soutenir l économie productive, le tissu endogène Action 1 : Mettre en place d un programme prioritaire de visites d entreprises ANNEXE N 2 : Proposition

Plus en détail

Recette Présentation du processus standard de la recette

Recette Présentation du processus standard de la recette Gestion Budgétaire et Comptable Publique (GBCP) Recette Présentation du processus standard de la recette Détails et explicitations dans les commentaires du document Préambule Présentation de l ensemble

Plus en détail

Le regard du Banquier sur le dossier de financement

Le regard du Banquier sur le dossier de financement Le regard du Banquier sur le dossier de financement Laurent Fabry Crédit Mutuel Méditerranéen Directeur du Centre d Affaires Entreprise de Villeneuve-lès-Avignon Plan de la conférence Résultats des financements

Plus en détail

Evolutions technologiques et intégration européenne, la nécessaire mutation des échanges banque-entreprise

Evolutions technologiques et intégration européenne, la nécessaire mutation des échanges banque-entreprise Evolutions technologiques et intégration européenne, la nécessaire mutation des échanges banque-entreprise Hervé Postic - Directeur UTSIT Petit-déjeuner Axway "ETEBAC - Suite" 10 juin 2008 UTSIT en deux

Plus en détail

Déploiement national de la carte d achat au CNRS

Déploiement national de la carte d achat au CNRS Déploiement national de la carte d achat au CNRS Délégations pilotes 18 septembre 2007 Délégation Paris B Qu est-ce que la Carte d achat? La carte d achat est un moyen de paiement confié à certains agents

Plus en détail

Consommateur, que savoir sur la domiciliation européenne? V 1.3

Consommateur, que savoir sur la domiciliation européenne? V 1.3 Consommateur, que savoir sur la domiciliation européenne? V 1.3 1 SEPA pour les consommateurs - en bref Qu'est-ce que SEPA? SEPA = Single Euro Payments Area Le Single Euro Payments Area (SEPA) ou espace

Plus en détail

Communiqué de lancement Sage 100 Moyens de paiement Ebics / Communication bancaire

Communiqué de lancement Sage 100 Moyens de paiement Ebics / Communication bancaire Communiqué de lancement Sage 100 Moyens de paiement Ebics / Communication bancaire Disponibilité commerciale : Décembre 2009 Nouveautés V16! Sommaire LES MOYENS DE PAIEMENT DOMESTIQUES DEVIENNENT EUROPEENS...

Plus en détail

Qu est-ce qu un conseiller en investissements financiers (CIF)? Les conseillers en investissements financiers (CIF)

Qu est-ce qu un conseiller en investissements financiers (CIF)? Les conseillers en investissements financiers (CIF) MARS 2006 S informer sur... Les conseillers en investissements financiers (CIF) Qu est-ce qu un conseiller en investissements financiers (CIF)? Un conseiller en investissements financiers est une personne

Plus en détail

Politique DE CLASSEMENT DES CLIENTS

Politique DE CLASSEMENT DES CLIENTS Politique DE CLASSEMENT DES CLIENTS Principaux textes de référence : La politique de classement des clients mise en place au sein de HMG Finance s appuie sur les articles L533-16, L533-20, D533-11 et D533-12

Plus en détail

Formations qualifiantes dans le domaine du paiement électronique

Formations qualifiantes dans le domaine du paiement électronique 1 Trophée 2013 des Solutions Bancaires Innovantes Formations qualifiantes dans le domaine du paiement électronique Formation globale au système monétique Formation globale au système monétique... 3 Formation

Plus en détail

Evaluation mutuelle de la Belgique par le GAFI : Le Secteur Financier et la BNB

Evaluation mutuelle de la Belgique par le GAFI : Le Secteur Financier et la BNB Evaluation mutuelle de la Belgique par le GAFI : Le Secteur Financier et la BNB Résultats globaux Niveaux d'efficacité : Élevé : 0 Significatif : 4 Modéré : 7 Faible : 0 Niveaux de conformité : Conforme

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE COMPTABILITE CREANCIERS. Version 1.0 du 27 septembre 2013

GUIDE PRATIQUE COMPTABILITE CREANCIERS. Version 1.0 du 27 septembre 2013 GUIDE PRATIQUE COMPTABILITE CREANCIERS Version 1.0 du 27 septembre 2013 Table des matières 1. Introduction... 3 1.1. Les comptabilités auxiliaires... 3 2. Paramètres de bases... 3 2.1. Les conditions de

Plus en détail

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE DAMIEN PÉAN ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE LES GUIDES PRATIQUES GESTION - COMPTABILITÉ - FINANCE Comprendre les comptes annuels et améliorer la situation financière de l entreprise

Plus en détail

L espace SEPA comprend les Etats membres de l Union européenne ainsi que l Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse.

L espace SEPA comprend les Etats membres de l Union européenne ainsi que l Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse. SEPA, mode d'emploi tout savoir sur l'espace unique de paiement en euros Qu'est-ce que SEPA? Qu est-ce que SEPA change pour les entreprises? [Qu est-ce que SEPA?] SEPA (SingleEuroPaymentsArea - Espace

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service,

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service, Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Le Projet de service, la recherche conjointe de la Qualité et de la Performance Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe

Plus en détail

Préparez-vous au prélèvement SEPA

Préparez-vous au prélèvement SEPA MARS 2013 ENTREPRENEURS N 13 lesclesdelabanque.com PAIEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES Le site pédagogique sur la banque et l argent & banques-sepa.fr les banques accompagnent les entreprises pour le passage

Plus en détail

Quels sont les acteurs d un système de paiement par carte?

Quels sont les acteurs d un système de paiement par carte? GÉNÉRALITÉS Quels sont les acteurs d un système de paiement par carte? NOTA : le système ci-dessus est un système dit à «quatre coins», c est-à-dire, qu il s agit d un système où l émetteur et l acquéreur

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires/contreparties et d exécution des ordres

Politique de sélection des intermédiaires/contreparties et d exécution des ordres Politique de sélection des intermédiaires/contreparties et d exécution des ordres 1 / 5 Préambule : Principes fondamentaux adoptés par Natixis Asset Management Natixis Asset Management en qualité de professionnel

Plus en détail

MASTERPME Stratégies de Croissance Rentable

MASTERPME Stratégies de Croissance Rentable MASTERPME Stratégies de Croissance Rentable Le Financement Court Terme pour PME Instrument Stratégique de La Croissance des PME MasterPme Edition PME Comment Financer le Court Terme? Cette Solution permet

Plus en détail

Evolution des normes d échanges bancaires. Laurent Cantereau Marie Laure Demarquay

Evolution des normes d échanges bancaires. Laurent Cantereau Marie Laure Demarquay Forum Client Cegid Evolution des normes d échanges bancaires Laurent Cantereau Marie Laure Demarquay Sommaire A. Le contexte B. Les conséquences pour les entreprises C. L accompagnement de Cegid Le contexte

Plus en détail

La REUNION La MARTINIQUE La GUADELOUPE La GUYANE La MIGRATION SEPA

La REUNION La MARTINIQUE La GUADELOUPE La GUYANE La MIGRATION SEPA La REUNION La MARTINIQUE La GUADELOUPE La GUYANE La MIGRATION SEPA Ordre du Jour Introduction IEDOM et FBF Présentation SEPA et les Entreprises Partage d expériences Questions- Réponses TITRE TITRE TITRE

Plus en détail

Guide d utilisation. Trésorerie Générale du Royaume. Consultation de la situation fiscale vis-à-vis de la T.G.R via le Portail Internet. Version 1.

Guide d utilisation. Trésorerie Générale du Royaume. Consultation de la situation fiscale vis-à-vis de la T.G.R via le Portail Internet. Version 1. Trésorerie Générale du Royaume Guide d utilisation Consultation de la situation fiscale vis-à-vis de la T.G.R via le Portail Internet Version 1.1 P 1/10 Sommaire LE SYSTÈME... 3 Le contexte... 3 Les objectifs...

Plus en détail