Infections urinaires de l adulte Juste usage de l antibiothérapie en Franche-Comté

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Infections urinaires de l adulte Juste usage de l antibiothérapie en Franche-Comté"

Transcription

1 Infections urinaires de l adulte Juste usage de l antibiothérapie en Franche-Comté RFCLIN-PRIMAIR Table des matières 1 Version 2 octobre 2015

2 RFCLIN-PRIMAIR Table des matières 2

3 Table des matières Table des matières... 3 Introduction... 7 Liste des abréviations Définitions et principes généraux Infection urinaire Facteur de risque de complication Critères de gravité Critères de fragilité de Fried Bandelettes urinaires Antibioprophylaxie en cas de geste urologique À propos de la nitrofurantoïne EBLSE Durée de traitement Colonisation urinaire Définition Bilan Traitement Infection urinaire aigüe communautaire chez la femme Cystite Aiguë Simple Clinique Diagnostic différentiel Principaux germes suspectés Bilan Traitement Cystite récidivante Clinique Principaux germes suspectés Bilan Traitement Cystite à risque de complication Clinique Principaux germes suspectés Bilan Traitement RFCLIN-PRIMAIR Table des matières 3

4 Évolution Cas particulier : infection urinaire femme âgée ET PNA possible Bilan Traitement Évolution Infections urinaires bactériennes aiguës communautaires chez l homme et prostatites Infection urinaire masculine sans signe de gravité ou pauci-symptomatique Clinique Principaux germes suspectés Bilan Traitement antibiotique Évolution Infection urinaire masculine avec signes de gravité Clinique Principaux germes suspectés Bilan Traitement antibiotique Évolution Cas particulier 1 : Infection urinaire chez l'homme >70 ans sans orientation pour une prostatite Bilan Traitement Cas particulier 2 : Infection urinaire récidivante chez l'homme âgé > 70 ans Bilan Traitement Durée Prostatite chronique bactérienne Clinique Bilan Traitement Durée Orchi-épididymite aigüe Clinique Principaux germes suspectés Bilan Traitement RFCLIN-PRIMAIR Table des matières 4

5 Évolution Infection urinaire et sondage Infections urinaires chez le patient sondé à demeure Principaux germes suspectés Patient asymptomatique Patient symptomatique En cas de changement de sonde urétérale y compris sevrage de sonde Infections urinaires chez un patient soumis aux sondages intermittents Clinique Principaux germes Bilan Traitement PNA PNA sans signe de gravité Définition Clinique Principaux germes suspectés Bilan Traitement antibiotique Évolution PNA avec signes de gravité Clinique Principaux germes suspectés Bilan Traitement Évolution Infections urinaires de la femme enceinte Principaux germes en cause Colonisation asymptomatique (ex bactériurie asymptomatique) Bilan Traitement Évolution Cystite gravidique Bilan Traitement RFCLIN-PRIMAIR Table des matières 5

6 Évolution Pyélonéphrite gravidique Bilan Diagnostics différentiels Traitement Évolution Autres infections de l appareil urinaire Abcès rénal - phlegmon péri-néphrétique Clinique Diagnostic différentiel Principaux germes suspectés Bilan Traitement Évolution Polykystose rénale et infection des kystes Clinique Diagnostic différentiel Principaux germes suspectés Bilan Traitement Évolution Annexe : correspondance DCI/ Nom de spécialité Bibliographie Rédaction et coordination RFCLIN-PRIMAIR Table des matières 6

7 Introduction La maîtrise de la consommation antibiotique et de la résistance bactérienne est un enjeu majeur de santé publique. La région Franche-Comté, à travers ses professionnels de santé et le réseau RFCLIN- PRIMAIR 1, s engage fortement dans une politique de juste usage des antibiotiques dont les principaux messages sont : Ne traiter que les infections bactériennes Limiter l utilisation d antibiotiques à fort impact écologique (céphalosporines de 3 ème génération (C3G), carbapénèmes et fluoroquinolones (FQs)) Promouvoir à efficacité égale les antibiotiques à plus faible impact écologique (Fosfomycinetrométamol, Pivmécillinam, Nitrofurantoïne) Réévaluer les antibiothérapies à 48-72h et à 7-10 jours pour les traitements longs Limiter la durée des traitements. Afin d aider les professionnels de santé dans leur pratique quotidienne, différents guides de juste usage de l antibiothérapie en Franche-Comté sont proposés. Ils sont rédigés en toute indépendance de l industrie pharmaceutique et en collaboration avec des experts locaux (infectiologues, pharmaciens, microbiologistes). Ils sont basés non seulement sur une revue de la littérature ainsi que sur les recommandations nationales mais également sur l épidémiologie bactérienne régionale. Cette démarche régionale est liée au fait que la Franche-Comté est l une des régions les plus consommatrices de céphalosporines de 3 ème génération (C3G) (Figure 1). Cette famille d antibiotiques a la particularité, tout comme la famille des fluoroquinolones (FQs), de favoriser l émergence de souches productrices de bêta-lactamases à spectre étendu chez les entérobactéries (EBLSE). Les données de la surveillance BMR-Raisin 2012 montrent que là encore la Franche-Comté est une des régions où l incidence des EBLSE/1000 journées d hospitalisation est parmi les plus importantes (Figure 2). 1 Réseau Franc-Comtois de lutte contre les infections nosocomiales - Programme régional interdisciplinaire pour la maîtrise de la résistance aux anti-infectieux en Franche-Comté RFCLIN-PRIMAIR Introduction 7

8 Figure 1 : Données de consommations de C3G en DDJ/1000 JH et taux de couverture des lits (%) Source ATB-Raisin 2013 Figure 2 : Données d incidence des EBLSE (pour 1000 JH) Source BMR-Raisin 2012 Bien que les EBLSE, qui ont un niveau de résistance «intermédiaire», soient généralement toujours sensibles à certains antibiotiques à faible impact écologique, les prescripteurs, peut-être par méconnaissance de cette nouvelle menace, choisissent de prescrire des carbapénèmes. Les données ATB-Raisin 2013 (Figure 3) montrent effectivement qu à quelques exceptions près, les régions à forte incidence d EBLSE sont également celles où la consommation de carbapénèmes est la plus importante. RFCLIN-PRIMAIR Introduction 8

9 Figure 3 : Données de consommation de carbapénèmes en DDJ/1000 journées d hospitalisation et taux de couverture des lits (%) Source ATB-Raisin 2013 Cette famille est certes très efficace, mais possède la particularité de sélectionner des souches qui auront un «haut» niveau de résistance : les entérobactéries productrices de carbapénémases (EPC). Là encore, la Franche-Comté ne fait pas exception, les données de signalement d EPC de l InVS, le confirment, là où il y a des carbapénèmes, il y a des EPC (Figure 4). Le risque est donc de se retrouver dans une impasse thérapeutique. Figure 4 : Données de signalement des épisodes impliquant des EPC au 01 mars 2015 Source InVS RFCLIN-PRIMAIR Introduction 9

10 Pour faciliter la lecture de ce document, vous trouverez les idéogrammes suivants, tout au long du guide : Prise en charge : Prise en charge hospitalière. : Prise en charge hospitalière ou ambulatoire : nécessité de surveillance étroite et/ou nécessité d un avis spécialisé. : Prise en charge ambulatoire. Choix thérapeutiques Le traitement de 1 ère intention sera en vert et en gras : Alternative thérapeutique en cas d allergie aux bêta-lactamines Les guides de juste usage des antibiotiques s inscrivent dans le cadre du programme PRIMAIR qui propose : un réseau d antibiologie et des conseils adaptés un observatoire de la consommation antibiotique et de la résistance bactérienne : OSCAR un lien avec les mesures d hygiène hospitalière ad hoc pour limiter la diffusion de la résistance. RFCLIN-PRIMAIR Introduction 10

11 Liste des abréviations ATB ATCD BU Cl DCI EBLSE ECBU EHPAD EPC FDR InVS IR LE Ni PNA PO/IV/IM/SC TR UFC Antibiotique Antécédent Bandelette urinaire Clairance rénale Dénomination commune internationale Entérobactérie productrice de bêta-lactamase à spectre étendu Examen cytobactériologique des urines Établissement hébergeant des personnes âgées dépendantes Entérobactérie productrice de carbapénémase Facteur de risque Institut de veille sanitaire Insuffisance rénale Leucocyte Nitrite Pyélonéphrite aigüe Per os/ intraveineux/ intramusculaire/sous-cutané Toucher rectal Unité formant colonie RFCLIN-PRIMAIR Liste des abréviations 11

12 Définitions et principes généraux Dans ce guide, les antibiotiques sont donnés en DCI (exemple de spécialité?), et les posologies proposées sont celles applicables à un adulte de kg à fonction rénale et/ou hépatique normale. Infection urinaire Elle associe : - au moins un des signes cliniques suivants : fièvre (> 38 C), impériosité mictionnelle, pollakiurie, brûlures mictionnelles ou douleur sus-pubienne, en l absence d autre cause infectieuse ou non, - à des critères microbiologiques : leucocyturie 10 4 /ml bactériurie significative (UFC/ml) : o Escherichia coli ou Staphylococcus saprophyticus : 10 3 o Pour les autres germes : 10 4 En cas de discordance entre un tableau clinique évident d infection urinaire (IU) et une bactériurie et/ou une leucocyturie inférieure au seuil, le tableau clinique prime. Attention : chez la personne âgée fébrile, compte tenu de la fréquence des colonisations asymptomatiques, toujours rechercher une autre étiologie avant de considérer l infection urinaire comme la cause de la fièvre. L IU est dite simple si elle concerne : Femme non enceinte Voie génito-urinaire normale Sujets jeunes Sujets de 65 à 75 ans avec moins de 3 critères de fragilité de Fried. L IU est à risque de complication si elle est associée à au moins un facteur de risque de complication. Facteur de risque de complication Toute anomalie fonctionnelle ou organique de l arbre urinaire. Par exemple, o lithiase urinaire o reflux vésico urétéral o vessie neurologique o adénome de prostate, tumeur de l arbre urinaire o geste urologique récent o résidu vésical >100 ml Terrain particulier RFCLIN-PRIMAIR Définitions et principes généraux 12

13 o sexe masculin, o femmes enceintes, o sujet âgé de plus de 75 ans ou > 65 ans avec 3 critères de fragilité de Fried o immunodépression grave (notamment traitement immuno-modulateurs, cirrhose, transplantation ), o insuffisance rénale chronique sévère (clairance < 30 ml/min) Critères de gravité Une infection sera qualifiée de grave si au moins un des critères suivants est présent : 1. sepsis grave : sepsis + au moins un des critères suivants hypotension artérielle systolique < 90mmHg (ou diminuée de 40 mmhg par rapport au chiffre de base ou PA diastolique < 40 mmhg) dysfonctionnement d'un organe : respiratoire : saturation < 90 % en air ambiant et à fortiori si patient sous oxygène. rénal : oligurie < 0,5 ml/kg/heure ou persistance pendant 3 heures malgré le remplissage, ou créatinine > 177µmol/l ou augmentation de plus de 50 % par rapport au chiffre de base. coagulation : thrombopénie 30 % des plaquettes ou du TP sur 2 prélèvements successifs ou présence d'une CIVD. hépatique : hyperbilirubinémie > 34 µmol/l. fonctions supérieures : encéphalopathie ou syndrome confusionnel et notamment un score de Glasgow < choc septique : persistance de l'hypotension ou signes francs d'hypo-perfusion malgré le remplissage au cours du sepsis grave, ou d'emblée chez un patient ayant des signes d'infection. 3. indication de drainage chirurgical ou interventionnel (hors pose d une sonde urétrale). Critères de fragilité de Fried perte de poids involontaire 5% du poids depuis 1 an vitesse de marche ralentie diminution de la force musculaire épuisement ressenti par le patient activité physique réduite RFCLIN-PRIMAIR Définitions et principes généraux 13

14 Bandelettes urinaires Les bandelettes urinaires (BU) sont des outils d'aide pour le dépistage et le diagnostic. Elles permettent notamment la détection d'une leucocyturie (LE) et des nitrites (Ni). Elles ne se substituent pas à l'ecbu si l'identification bactérienne et/ou l'antibiogramme sont nécessaires. Prélèvement : o 2ème jet urinaire, une toilette préalable n'est pas nécessaire. o Recueillir les urines fraichement émises dans un récipient propre et sec mais non nécessairement stérile. Lecture : o À température ambiante. o Après 1 à 2 minutes (fonction des BU utilisées) Résultats : o BU négative : LE- et Ni- : exclusion avec une excellente probabilité le diagnostic d'infection urinaire (IU) chez la femme. o BU positive : LE+ et/ou Ni+ : ne permet pas d'affirmer le diagnostic d'iu chez la femme mais a une excellent valeur d'orientation pour une IU chez l'homme. Antibioprophylaxie en cas de geste urologique En cas de geste urologique à risque de saignement prévu chez un patient asymptomatique, réaliser un ECBU 3 à 4 jours avant le geste. Si ECBU négative : pas d'antibioprophylaxie Si ECBU positive : choix de l'antibiothérapie en fonction de l antibiogramme. Fosfomycine-trométamol : 3g en dose unique à J-2 et J0. Nitrofurantoïne : 100 mg x 3/j de J-2 à J+1 (durée de 3 jours). Pivmécillinam : 400 mg x 2/j de J-2 à J+1 (durée de 3 jours). À propos de la nitrofurantoïne La fréquence du traitement ne doit pas dépasser 4 cures/an, elles doivent être espacées de 3 mois. Contre-indication à la Nitrofurantoïne : clairance à la créatinine < 40 ml/min, fibrose pulmonaire, déficit G6PD, polyneuropathie, traitement au long cours ou répétitif (risque de survenu d'effets indésirables hépatique et/ou pulmonaire). Chez la femme enceinte : à éviter par prudence les 15 derniers jours de grossesse et en cas de déficit en G6PD. RFCLIN-PRIMAIR Définitions et principes généraux 14

15 Germes naturellement résistants à Nitrofurantoïne: Streptocoque B (S. agalactiae), Proteus sp, Providencia, Morganella morganii et Pseudomonas æruginosa. EBLSE Les EBLSE sont des entérobactéries productrices de bêta-lactamase à spectre étendu. Dans le choix de l antibiothérapie probabiliste des infections urinaires grave uniquement, il faut tenir compte du risque d infection à EBLSE en fonction de la présence de certains facteurs de risque (tableau). Facteurs de risque d infection à EBLSE IU sans signe de gravité (simple ou à risque de complication) Situation clinique IU grave drainage chirurgical ou interventionnel Sepsis grave Choc septique ATCD colonisation urinaire ou digestive / IU à EBLSE dans les 6 NON OUI OUI OUI mois précédents Amox-clav ou C2G ou C3G ou FQ dans les 6 mois précédents NON NON NON OUI Voyage récent en zone d endémie de EBLSE NON NON NON OUI Hospitalisation < 3 mois NON NON NON OUI Vie en long séjour NON NON NON OUI Attention : le portage d EBLSE (colonisation/ infection) peut nécessiter la mise en place de précautions complémentaires. Renseignez-vous auprès de l équipe opérationnelle en hygiène (EOH) de votre établissement ou du RFCLIN. Durée de traitement La durée totale de traitement tient compte du traitement probabiliste (avant antibiogramme) et du traitement adapté à l antibiogramme. RFCLIN-PRIMAIR Définitions et principes généraux 15

16 Colonisation urinaire Définition Présence d un ou plusieurs agents infectieux dans les urines sans manifestations cliniques (bactériurie asymptomatique). La leucocyturie n intervient pas dans la définition et Il n y a pas de seuil de bactériurie (sauf chez la femme enceinte [seuil de bactériurie à 10 5 UFC/ml]). La colonisation urinaire est très fréquente chez la personne âgée (particulièrement en institution). Bilan L ECBU ne doit pas être systématique chez le sujet âgé. Il n y a aucun examen complémentaire à faire chez un patient avec une colonisation urinaire. Traitement Mesures hygiéno-diététiques. PAS DE TRAITEMENT ANTIBIOTIQUE y compris chez le patient diabétique et le patient porteur d une sonde à demeure sauf cas particuliers : o procédure invasive urologique à risque de saignement (cf. chapitre antibioprophylaxie) o femmes enceintes à partir du 4e mois (cf. page 47) o Bien que ne faisant plus partie des indications actuelles la situation du patient neutropénique ou immunodéprimé peut se discuter selon la clinique. RFCLIN-PRIMAIR Colonisation urinaire 16

17 Infection urinaire aigüe communautaire chez la femme Cystite Aiguë Simple Clinique Signes fonctionnels urinaires (en l absence de prurit ou pertes vaginales) : impériosité, pollakiurie (augmentation de la fréquence des mictions), brûlures et douleurs mictionnelles, urines troubles, hématurie macroscopique (dans +/- 30 % et ne constitue pas un signe de gravité). Les symptômes peuvent être plus discrets chez le sujet très âgé. Diagnostic différentiel Vaginite Infections gynécologiques hautes (salpingite) Urétrite Anomalie structurelle de l urètre Cystalgie à urines claires Lithiase rénale Déshydratation (notamment en cas d urines troubles ou malodorantes isolées comme seules symptômes). Principaux germes suspectés Escherichia coli (>80%), Proteus mirabilis, Klebsiella pneumoniae, Staphylococcus saprophyticus (1-5%). Bilan Bandelette urinaire exclusivement. Traitement 1. Traitement de 1 ère intention Fosfomycine-trométamol PO 3 g monodose Remarque : résistance possible de Staphylococcus saprophyticus à la Fosfomycinetrométamol. RFCLIN-PRIMAIR Infection urinaire aigüe communautaire chez la femme 17

18 2. Évolution - Traitement en cas d échec L échec du traitement antibiotique de 1 ère intention est défini par la persistance des symptômes > 3 jours ou rechute précoce dans les 15 jours ou symptomatologie initiale > 7 jours. Il faut le distinguer de la persistance normale des symptômes urinaires pendant les 2 premiers jours de traitement. Faire ECBU avec antibiogramme. Choix entre : Pivmécillinam PO : 400 mg x 2/jour pendant 5 jours. Nitrofurantoïne PO : 100 mg x 3/jour pendant 5 jours. Fosfomycine-trométamol PO 3 g à J1 et J3. RFCLIN-PRIMAIR Infection urinaire aigüe communautaire chez la femme 18

19 Cystite récidivante Au moins 4 épisodes sur une période de 12 mois consécutifs. Clinique À l interrogatoire rechercher : antécédents (familiaux d infection urinaire, personnels de PNA, lithiase, incontinence urinaire, toute pathologie urologique, chirurgie abdominale ou pelvienne, diabète ) ménopause relations sexuelles et corrélation avec la survenue des cystites nombre de partenaires contraception dont l utilisation de spermicides antibiothérapie antérieure première infection urinaire avant l âge de 15 ans Examen clinique : Examen pelvien avec recherche de prolapsus et examen de l urètre. Facteur favorisant les cystites récidivantes: activité sexuelle antécédent d infection urinaire dans la famille au premier degré (mère, sœur, fille) Facteur supplémentaire chez les femmes ménopausées : prolapsus vésical incontinence urinaire résidu vésical post-mictionnel déficit en œstrogènes Principaux germes suspectés Escherichia coli, Proteus mirabilis, Klebsiella pneumoniae, Staphylococcus saprophyticus (1-5 %). Bilan BU et ECBU BU (autogestion possible uniquement si la prise en charge est bien comprise par la patiente). ECBU: o 3 premières récidives : ECBU systématique o Ensuite : uniquement si échec du traitement probabiliste. o Remarque : des rechutes à la même souche doivent faire rechercher une cystite à risque de complications méconnues sous-jacentes. RFCLIN-PRIMAIR Infection urinaire aigüe communautaire chez la femme 19

20 Examens complémentaires : Femme non ménopausée, sans antécédent urogénital et avec examen clinique normal : aucune autre investigation complémentaire. Dans les autres situations, en particulier lorsque sont présents des FDR de complication : investigation au cas par cas (examen à discuter de façon multidisciplinaire [associant infectiologue, urologue, gynécologues et radiologues]) o mesure du résidu post mictionnel et débimétrie urinaire o uroscanner (à défaut échographie uniquement si uroscanner non disponible) o cytoscopie o évaluation gynécologique. Traitement Traitement prophylactique/préventif non antibiotique Mesures hygiéno-diététiques : apport hydrique suffisant, mictions non retenues, régularisation du transit intestinal, mictions post coïtales le cas échéant, Canneberge : 1 gélule/j contenant au moins 36 mg de PAC A (proanthocyanidine A) non agréée collectivité, Œstrogènes chez la femme ménopausée : en application locale après avis gynécologique, Dans les cystites post-coïtales, l arrêt des spermicides le cas échéant. Traitement curatif antibiotique En 1ère intention: Fosfomycine-trométamol PO 3 g monodose En 2ème intention : Pivmécillinam PO 400 mg x 2/j Durée : 5 jours En 3ème intention: Nitrofurantoïne PO 100 mg x 3/j Durée : 5 jours Autres options : Cotrimoxazole PO 1 cp forte (800/160 mg) x 2/ j Durée : 3 à 5 jours sur documentation bactériologique ou Amoxicilline PO 1 g x 3 / j Durée : 7 jours Remarque : les récidives < 4 sur 12 mois : traitement de chaque épisode. Antibioprophylaxie : Si récidives > 4 sur 12 mois ET < 1 épisode/mois ET échec d un traitement prophylactique non antibiotique : traitement de chaque épisode (cf. cystite simple). Certaines patientes peuvent gérer elle-même ce traitement après réalisation d une BU. Si récidives > 4 sur 12 mois ET au moins un épisode/mois ET échec d un traitement prophylactique non antibiotique : envisager antibioprophylaxie en fonction de la sensibilité. o Cotrimoxazole PO 1 cp faible (400/80 mg) le soir au coucher Durée : 6 mois o Fosfomycine-trométamol PO 3 g tous les 10 j Durée : 6 mois à discuter avec un référent antibiotique. RFCLIN-PRIMAIR Infection urinaire aigüe communautaire chez la femme 20

21 Autres options non antibiotiques: Canneberge 1 gélule/j (non agréée collectivité) contenant au moins 36 mg de PAC A (proanthocyanidine A) Durée : 6 mois La décision d antibioprophylaxie doit tenir compte : de la fréquence des cystites de la sévérité des symptômes du rapport bénéfice/risque des facteurs de risque de récidive des résistances bactériennes des effets indésirables potentiels Si infection urinaire post-coïtale et que la miction post-coïtale systématique ne suffit pas à éviter les infections : o Cotrimoxazole PO 1 cp faible (400/80 mg) dans les 2 heures précédant ou suivant un rapport sexuel o Fosfomycine-trométamol PO 3 g en prise unique dans les 2 heures précédant ou suivant le rapport sexuel (tous les 7 à 10 jours au maximum, en raison de l effet prolongé de la prise unique) RFCLIN-PRIMAIR Infection urinaire aigüe communautaire chez la femme 21

22 Cystite à risque de complication Clinique En plus des signes de cystite, il peut également exister des signes cliniques témoignant d une anomalie urologique sous-jacente (notamment dysurie). Principaux germes suspectés Escherichia coli (mais en proportion moindre et plus de résistance), fréquence plus élevée d autres entérobactéries (Proteus mirabilis, Klebsiella pneumoniae, Serratia, Providencia...), Entérocoques, Pseudomonas aeruginosa, Staphylocoques et levures. Bilan BU et si BU positive : ECBU. Bilan étiologique : discuté au cas par cas (en fonction du facteur de risque de complication). En cas de suspicion de rétention aiguë d urines, mesurer le résidu vésical post mictionnel par ultrasons (par exemple bladder-scan ) ou à défaut par échographie. Cette mesure est particulièrement utile chez les personnes âgées. Traitement Traitement symptomatique (antalgiques, cure de diurèse) Antibiothérapie, si possible attendre le résultat de l'ecbu pour la débuter. Traitement antibiotique ne pouvant être différé En cas d ATCD de cystite d évolution vers une PNA (terrain ID/uropathie) ou raison «logistique» : long délai d attente avant résultat de l antibiogramme. Nitrofurantoïne PO 100 mg x 3/ j Durée : 3 jours. À J3, switch selon antibiogramme (cf. traitement différé) Si contre-indication à la Nitrofurantoïne : Pivmécillinam PO 400 mg x 3/j Durée : 7 jours Traitement antibiotique différé à la réception de l'antibiogramme : Si entérobactérie non BLSE Fosfomycine-trométamol PO 3g J1 (éventuellement deuxième dose à J3 si symptômes persistants) ou Pivmécillinam PO 400 mg x 2/j Durée : 7 jours ou Cotrimoxazole PO 1cp Forte x 2/j Durée : 5 jours ou Nitrofurantoïne PO 100 mg x 3/j Durée : 7 jours (maximum 4 cures/an espacées de 3 mois) RFCLIN-PRIMAIR Infection urinaire aigüe communautaire chez la femme 22

23 Si EBLSE Fosfomycine-trométamol PO 3 g monodose 1x/j à J1 J2 J3 ou Pivmécillinam PO 400 mg x 3/j Durée : 7 jours ou (en 3ème intention) Nitrofurantoïne 100 mg x 3/j Durée : 7 jours Si entérocoque Amoxicilline PO 1 g x 3/j Durée : 7 jours Évolution Pas de BU ou ECBU de contrôle, sauf si évolution défavorable : persistance des signes cliniques > 3 j ou récidive précoce dans les 15 j. RFCLIN-PRIMAIR Infection urinaire aigüe communautaire chez la femme 23

24 Cas particulier : infection urinaire femme âgée ET PNA possible Chez la femme très âgée la distinction entre une cystite et une pyélonéphrite n est pas toujours évidente. Infection urinaire de la femme âgée > 65 ans avec 3 critères de fragilité ou > 75 ans ET PNA (pyélonéphrite aigüe) pouvant être exclue cf. cystite à risque de complication. Infection urinaire de la femme âgée > 65 ans avec 3 critères de fragilité ou > 75 ans ET PNA (cf. traitement de la pyélonéphrite aiguë). Bilan BU et si positive ECBU (avant antibiothérapie). Échographie rénale Traitement Dès réalisation de l ECBU et jusqu à réception des résultats de l antibiogramme : Céfotaxime IV 1g x 3/j Durée : ~2 jours Si difficulté de voie d abord : Ceftriaxone IV/IM/SC 1 g x 1/j Durée : ~ 2 jours Dès réception de l antibiogramme : Si entérobactérie non BLSE Ofloxacine PO 200 mg x 2/j Durée totale : 10 jours ou si Cl ml / min : Ciprofloxacine PO 500 mg x 2/j Durée totale : 10 jours ou Cotrimoxazole PO 1 cp forte (800 mg / 160 mg) x 2/j Durée totale : 10 jours ou Ceftriaxone IV/IM/SC 1 g x 1/j (uniquement si impossibilité de traitement PO) Durée totale : 10 jours Si EBLSE CMI Pipéracilline-tazobactam 8 mg/l Pipéracilline-tazobactam IV 4 g x 4/j Durée totale : 10 jours CMI Pipéracilline-tazobactam > 8 mg/l et Ertapénème S Ertapénème IV/SC (hors AMM) 1 g x 1/j Durée totale : 10 jours ou appeler référent antibiotique Autre alternative si sensible : Témocilline IV/IM 1g x 2 /j Durée totale : 10 jours RFCLIN-PRIMAIR Infection urinaire aigüe communautaire chez la femme 24

25 Évolution Réévaluation clinique à 72 heures est indispensable Favorable (disparition des signes cliniques en 2-3 j) Pas de BU ou ECBU de contrôle post traitement sauf en cas de PNA sur lithiases (afin d exclure une évolution vers une PNA chronique). Évolution défavorable (persistance des signes cliniques (notamment de la fièvre) > 2-3 j après une antibiothérapie efficace ou récidive précoce dans les 15 j après l arrêt du traitement) o ECBU o Uroscanner (sauf contre-indications) o La mise en évidence d un obstacle avec indication de drainage chirurgical ou interventionnel constitue un critère de gravité, en raison du risque d évolution défavorable en l absence de drainage, et du risque d aggravation septique en périopératoire. RFCLIN-PRIMAIR Infection urinaire aigüe communautaire chez la femme 25

26 Infections urinaires bactériennes aiguës communautaires chez l homme et prostatites Les infections urinaires chez l homme sont très hétérogènes (des formes peu symptomatiques sans fièvre jusqu au choc septique) et justifient une prise en charge initiale en fonction des signes cliniques. Aucun test diagnostique non invasif ne permet d écarter une infection prostatique d où le choix particulier des antibiotiques, de la durée de traitement et du bilan urologique. Classification des prostatites : Type I Prostatite aiguë bactérienne Type II Prostatite chronique bactérienne (infection récidivante de la prostate) Type III Prostatite chronique non bactérienne (ou syndrome douloureux pelvien chronique). Pas d infection objectivée. III a : inflammation (présence de leucocytes dans les sécrétions prostatiques ou le sperme) III b : pas d inflammation (absence de leucocytes) Type IV Prostatite asymptomatique (découverte histologique ou fortuite de leucocytes dans sécrétion prostatique ou le sperme) RFCLIN-PRIMAIR Infections urinaires bactériennes aiguës communautaires chez l homme et prostatites 26

27 Infection urinaire masculine sans signe de gravité ou paucisymptomatique Clinique Signes fonctionnels urinaires Douleurs pelviennes Fièvre Principaux germes suspectés Escherichia coli (moins fréquent chez l homme de moins de 35 ans). Si contamination vénérienne : gonocoque, Chlamydiae, Mycoplasma. Si prostatite aiguë nosocomiale, plus grande diversité bactérienne et plus de résistance. Bilan ECBU systématique Hémoculture en cas de fièvre Pas de dosage de PSA pour le diagnostic initial. L élévation des PSA au cours des IU masculines est inconstante et peut persister jusqu à 3 mois après traitement Échographie par voie sus-pubienne en urgence, dans les 24 h en cas de douleur lombaire, suspicion de rétention aiguë d urine ou contexte particulier (ATCD lithiase ). Premier épisode d IU masculine : rechercher une anomalie anatomique et /ou fonctionnelle des voies urinaires par interrogatoire et examen clinique (pollakiurie, miction impérieuse, diminution de la force du jet, nycturie, dysurie ou anomalie au TR). Dès le deuxième épisode d IU masculine ou en cas de suspicion d anomalie des voies urinaires (notamment chez le patient de plus de 50 ans) : o Échographie des voies urinaires et de la prostate avec évaluation du résidu postmictionnel o Consultation en urologie o +/- débitmétrie urinaire RFCLIN-PRIMAIR Infections urinaires bactériennes aiguës communautaires chez l homme et prostatites 27

28 Traitement antibiotique À débuter immédiatement après prélèvements si : o rétention aiguë d urines (associer un drainage vésical par cathétérisme suspubien ou voie urétrale). o ou immunodépression grave o ou fièvre o ou mauvaise tolérance des signes fonctionnels urinaires Céfotaxime IV 1 à 2 g x 3/j - Durée : 3 jours Si difficulté de voie d abord : Ceftriaxone IV/SC 1 à 2 g x 1/j Durée : 3 jours Si allergie vraie aux β-lactamines: Aztréonam IV 2 g x 3/j - Durée : 3 jours. En dehors de ces situations, attendre la réception de l'antibiogramme. Si apyrexie et évolution favorable relais PO à 72 h Si entérocoque (selon la sensibilité sur l antibiogramme) Lévofloxacine PO 500 mg x 1/j Durée : 14 jours ou Amoxicilline PO 1 g x 3/j Durée : 21 jours ou linézolide PO 600 mg x 2/j Durée : 21 jours Si EBLSE Fluoroquinolones sensibles : o Ofloxacine PO 200 mg x 2/j Durée : 14 jours (Patient obèse 200 mg x 3/j Durée : 14 jours) o ou si IR avec Cl ml/min : Ciprofloxacine PO mg x 2/j Durée : 14 jours Fluoroquinolones R et Cotrimoxazole S : o Cotrimoxazole PO 1 cp forte x 2/j Durée : 14 jours Fluoroquinolones R et Cotrimoxazole R : tester Doxycycline (bonne diffusion prostatique) o Si Doxycycline S : Doxycycline PO 100 mg x 2/j Durée : 21 jours o Si Doxycycline R : Ertapénème IV 1 g x 1/j Durée : 21 jours ou appeler référent antibiotique RFCLIN-PRIMAIR Infections urinaires bactériennes aiguës communautaires chez l homme et prostatites 28

29 Remarques : Les molécules suivantes : Céfixime, Amoxicilline/acide clavulanique, Nitrofurantoïne ne sont pas indiquées car leur diffusion prostatique est insuffisante. La durée du traitement sera d'au moins 21 jours si : trouble urinaire sous-jacent préexistant ou ne régressant pas sous traitement, autres FDR de complications associés (lithiase des voies urinaires, immunodépression ) Si Entérobactérie non BLSE Ofloxacine PO 200 mg x 2/j (Patient obèse 200 mg x 3/j) Durée totale : 14 jours ou si IR avec Cl ml/min : Ciprofloxacine PO mg x 2/j Durée totale : 14 jours ou si germe sensible : Cotrimoxazole PO 1 cp forte x 2/j Durée totale : 14 jours. Évolution Si évolution favorable : pas d ECBU de contrôle. Si évolution défavorable à 72 h de l antibiothérapie (persistance de la fièvre sans amélioration clinique, apparition de signes de gravité) : o ECBU de contrôle, o Rechercher une complication (abcès ou extension péri prostatique ) : IRM de la prostate ou échographie, o Si abcès prostatique : le traitement antibiotique généralement efficace ; drainage chirurgical à discuter qu en cas d évolution défavorable. RFCLIN-PRIMAIR Infections urinaires bactériennes aiguës communautaires chez l homme et prostatites 29

30 Infection urinaire masculine avec signes de gravité Infection urinaire masculine associant au moins un signe de gravité (Cf. définitions) Clinique Association de signes fonctionnels urinaires, de douleurs pelviennes et de fièvre. Certaines infections peuvent s avérer grave de par le terrain ou l aspect clinique (bactériémie, choc septique, rétention aiguë d urines). Il faut distinguer les tableaux aigus primitifs des prostatites récidivantes chroniques (avec manifestations aiguës) ou iatrogènes. Principaux germes suspectés Escherichia coli (moins fréquent chez l homme de moins de 35 ans) Si contamination vénérienne : gonocoque, Chlamydiae, Mycoplasma genitalium. Si prostatite aiguë nosocomiale, plus grande diversité bactérienne et plus de résistance Bilan ECBU systématique, Hémocultures, Échographie par voie sus-pubienne en urgence (< 24 h), Pas de dosage de PSA pour le diagnostic initial (L élévation des PSA au cours des IU masculines est inconstante et peut persister jusqu à 3 mois après traitement). Premier épisode d infection urinaire chez l homme : rechercher une anomalie anatomique et/ou fonctionnelle (par interrogatoire et examen clinique) des voies urinaires (notamment vésico-prostatique) : pollakiurie, miction impérieuse, diminution de la force du jet, nycturie, dysurie, ou anomalie au TR. Dès le 2 ème épisode ou si anomalie des voies urinaires est suspectée (et notamment > 50 ans) : o échographie des voies urinaires avec quantification du résidu post-mictionnel, o consultation en urologie, o +/- débitmétrie urinaire selon la situation. Traitement antibiotique Mise en route du traitement immédiatement après l ECBU + ou les hémocultures. La durée totale de traitement (1ère intention + relais per os) =14-21 jours en fonction de l'évolution et du choix d'atb (cf. infra). RFCLIN-PRIMAIR Infections urinaires bactériennes aiguës communautaires chez l homme et prostatites 30

31 Traitement de 1ère intention : Si apyrexie et évolution favorable relais PO à 72 h : Ofloxacine PO 200 mg x 2/j (Patient obèse 200 mg x 3/j) Durée : 14 jours ou si IR avec Cl ml/min : Ciprofloxacine PO mg x 2/j Durée : 14 jours ou si germe sensible Cotrimoxazole PO 1 cp forte x 2/j Durée : 14 jours Si entérocoque: si germe sensible : Lévofloxacine PO 500 mg x 1/j Durée : 14 jours ou Amoxicilline PO 1 g x 3/j Durée : 21 jours ou Linézolide PO 600 mg x 2/j Durée : 21 jours Si EBLSE : Si CMI Pipéracilline-tazobactam 8 mg/l: Pipéracilline-tazobactam IV 4 g x4/j Durée : 21 jours Si CMI Pipéracilline-tazobactam > 8 mg/l: Imipénème IV 1 g x 3/j Durée : 21 jours ET Amikacine IV pendant 24 à72 h : 25 mg/kg/j J1 puis 15 mg/kg/j J2 ± J3 Relais PO : adaptation selon sensibilité (cf. supra) RFCLIN-PRIMAIR Infections urinaires bactériennes aiguës communautaires chez l homme et prostatites 31

32 Remarques : Les molécules suivantes : Céfixime, Amoxicilline/acide clavulanique, Nitrofurantoïne ne sont pas indiquées car leur diffusion prostatique insuffisante. La durée du traitement sera d'au moins 21 jours si un trouble urinaire sous-jacent préexiste ou ne régresse pas sous traitement, ou si d autres FDR de complications sont associés (lithiase des voies urinaires, immunodépression ). Évolution Si évolution favorable : pas d ECBU de contrôle. Si évolution défavorable à 72 h de l antibiothérapie (persistance de la fièvre sans amélioration clinique, apparition de signes de gravité) : o ECBU de contrôle, o Rechercher une complication (abcès ou extension péri prostatique ) : IRM de la o prostate (ou échographie par voie endo-rectale [si elle est possible]), L échec thérapeutique peut être favorisé par l absence de correction d un trouble urologique sous-jacent, o Si abcès prostatique : le traitement antibiotique est le plus souvent efficace ; drainage chirurgical à ne discuter qu en cas d évolution défavorable. RFCLIN-PRIMAIR Infections urinaires bactériennes aiguës communautaires chez l homme et prostatites 32

33 Cas particulier 1 : Infection urinaire chez l'homme >70 ans sans orientation pour une prostatite Homme âgé de plus de 70 ans présentant un tableau de cystite sans aucun élément orientant pour une prostatite (pas de fièvre, toucher rectal indolore, ). Remarque : Si le patient vit en EHPAD, vérifier les critères suivant pour initier une antibiothérapie devant une suspicion d infection urinaire : Patients sans sonde urinaire: o Présence d une dysurie aiguë isolée OU fièvre isolée (température > 37,9 C) o ET au moins 1 des signes suivants : Apparition ou aggravation d une miction impérieuse ou d une incontinence Pollakiurie Douleur ou gène sus pubienne Hématurie macroscopique Sensibilité de l angle costo-lombaire Aggravation du statut mental ou de la dépendance Patients porteurs d une sonde urinaire à demeure, o Présence d au moins 1 des signes suivants : Fièvre (température > 37,9 C) sensibilité de l angle costo-lombaire Frissons Apparition ou majoration d une confusion Bilan ECBU Discuter un bilan urologique Traitement Pas de traitement probabiliste. Adapter le traitement en fonction des résultats microbiologiques. Si germe Cotrimoxazole ou Amoxicilline sensible : o Cotrimoxazole PO 1 cp forte (800 mg/160 mg) x 2/j Durée : 7 jours o ou Amoxicilline PO 1 g x 3/j Durée : 7 jours Si germe Cotrimoxazole et Amoxicilline résistants: o Ofloxacine PO 200 mg x 2/j Durée : 7 jours o ou si IR avec Cl ml/min : Ciprofloxacine PO 500 mg x 2/j Durée : 7 jours RFCLIN-PRIMAIR Infections urinaires bactériennes aiguës communautaires chez l homme et prostatites 33

34 Cas particulier 2 : Infection urinaire récidivante chez l'homme âgé > 70 ans Devant toute infection urinaire récidivante chez l homme, évoquer une prostatite chronique. Bilan ECBU Bilan urologique + cytologie urinaire +/- PSA (à contrôler à 6 mois) + examens complémentaires selon la situation clinique. Traitement Pas de traitement probabiliste, le traitement est à adapter selon les résultats microbiologiques (molécules de choix si sensibles) : o Lévofloxacine PO 500 mg x 1/j Durée : 6-12 semaines o ou si IR avec Cl : ml/min : Ciprofloxacine PO 500 mg x 2/j Durée : 6-12 semaines o ou Cotrimoxazole PO 1 cp forte X2/j Durée : 6-12 semaines Durée 6 à 12 semaines selon la rapidité de la réponse clinique. ATTENTION : réévaluation après 2 semaines de traitement : traitement à poursuivre uniquement si amélioration réelle de la symptomatologie. RFCLIN-PRIMAIR Infections urinaires bactériennes aiguës communautaires chez l homme et prostatites 34

35 Prostatite chronique bactérienne Clinique Durée > 3 mois d une symptomatologie plus frustre (pesanteurs pelviennes, poussée de cystite aiguë ) Bilan ECBU et avis urologue. À distance de l épisode aigu : échographie per et post-mictionnelle. Dosage PSA (à 6 mois). Traitement Pas de traitement probabiliste, le traitement est à adapter selon les résultats microbiologiques (molécules de choix si sensibles) : Durée o Ofloxacine PO 200 mg x 2/j (20 mg x 3/ j si obèse) Durée : 6-12 semaines o ou si IR avec Cl ml/min : Ciprofloxacine PO 500 mg x 2/j Durée : 6-12 semaines o ou Cotrimoxazole PO 1 cp Forte (800 mg/160 mg) x 2/j Durée : 6-12 semaines o ou Levofloxacine 500 mg x si entérocoque et si sensible 6 à 12 semaines selon la rapidité de la réponse clinique. ATTENTION : réévaluation après 2 semaines de traitement : traitement à poursuivre uniquement si amélioration réelle de la symptomatologie. RFCLIN-PRIMAIR Infections urinaires bactériennes aiguës communautaires chez l homme et prostatites 35

36 Orchi-épididymite aigüe Clinique Forme classique : syndrome infectieux +/- sévère associé à des douleurs scrotales intenses et signes locaux d intensités variables (rechercher une prostatite ou urétrite associée), évoluant depuis moins de 6 semaines. Exclure une torsion du cordon spermatique surtout si la symptomatologie est d apparition brutale. Principaux germes suspectés Patient > 35 ans : germes habituels des infections urinaires (principalement E. coli) Patient < 35 ans : rechercher aussi une IST (essentiellement Chlamydia trachomatis et Neisseria gonorrhoeae), souvent associé à une urétrite. Autres : virus ourlien, Mycobacterium tuberculosis, Brucella, Cryptococcus Bilan ECBU Recherche de gonocoque et Chlamydia selon orientation clinique Échographie si douleur scrotale en l absence de diagnostic de certitude ou si suspicion de torsion du cordon spermatique Avis urologique Selon orientation clinique : discuter sérologie VIH, syphilis, hépatites B et C Traitement Si étiologie gonococcique ou à Chlamydia : o Ceftriaxone IM 500 mg dose unique o ET Doxycycline PO 100 mg x 2/j Durée : 10 jours o Si allergie vraie aux β-lactamines : avis infectiologue Si étiologie gonococcique ou à Chlamydia et germe entérique (rapport anal) : o Ceftriaxone IM 500 mg dose unique o ET Levofloxacine PO 500 mg x 1/j Durée : 10 jours o Si allergie vraie aux β-lactamines : avis infectiologue Si probabilité élevée d infection par germes entériques : o Céfotaxime IV 1-2 g x 3/j Durée : ~2-3 jours (Si difficulté de voie d abord : Ceftriaxone IV/IM/SC 1-2 g/j Durée : ~2-3 jours). RFCLIN-PRIMAIR Infections urinaires bactériennes aiguës communautaires chez l homme et prostatites 36

37 Puis adaptation aux résultats bactériologiques dès obtention de l'antibiogramme : Si Ofloxacine sensible : o Ofloxacine PO 200 mg x 2/j Durée totale : 10 jours Si Ofloxacine résistant : o Cotrimoxazole PO 1 cp forte (800 mg/160 mg) x 2/j Durée totale : 10 jours Si allergie vraie aux β-lactamines : o Aztréonam IV 1 g x 3/j Durée : 10 jours o ET Doxycycline PO 100 mg x 2/j Durée : 10 jours La durée du traitement sera prolongée en cas de prostatite associée. Évolution En l absence d amélioration sous 2 à 3 jours, demander un avis urologique. En cas d IST, examiner et traiter les partenaires sexuels. RFCLIN-PRIMAIR Infections urinaires bactériennes aiguës communautaires chez l homme et prostatites 37

38 Infection urinaire et sondage Infections urinaires chez le patient sondé à demeure. Principaux germes suspectés Grande diversité et plus à risque de bactéries résistantes : E. coli (fréquence moindre que dans les infections communautaires), Proteus mirabilis, Klebsiella pneumoniae mais aussi Serratia sp, Enterobacter sp, Citrobacter sp, Enterococcus sp, Pseudomonas sp, Staphylococcus sp et levures (exceptionnel). Parfois polymicrobiens Bilan : Patient asymptomatique Pas d ECBU. Traitement : Pas de traitement Patient symptomatique Retrait de la sonde si non indispensable, ou changement de la sonde si en place depuis plus de 15 jours. ECBU après retrait de la sonde ou sur nouvelle sonde + hémoculture(s). Remarque : uniquement dans la situation particulière chez l homme où le retrait de la sonde et la repose pourraient être difficile, on peut faire l ECBU sur l ancienne sonde et débuter l antibiothérapie avec retrait/repose après 24 h d antibiothérapie pour éviter le risque potentiel de bactériémie lors de la repose difficile de la sonde. Mais la fiabilité de cette ECBU est sujette à caution. Absence de gravité : attendre résultats de l ECBU et antibiogramme. Si signes de gravité : traitement cf. PNA grave. Si infection bactérienne confirmée : o Absence de gravité : monothérapie adaptée à l antibiogramme. Cf. traitement des PNA sans signe de gravité. Durée : 7 jours o Si signes de gravité, ou germes particuliers (P. aeruginosa, S. marcescens, Acinetobacter), ou terrain particulier (patients en situation post-opératoire après manœuvre instrumentale urologiques, neutropénies, immunodéprimés, patients greffés) : bithérapie Cf. traitement des PNA grave. Durée 7 jours. RFCLIN-PRIMAIR Infection urinaire et sondage 38

39 o Si Infection à Candida : en général l ablation de la sonde entraine la disparition de la candidurie. Si nécessité de traitement : voir avec référent infectiologue. En cas de changement de sonde urétérale y compris sevrage de sonde Antibioprophylaxie indiquée UNIQUEMENT lors d un changement de sondes urétérales JJ avec une dose d antibiotique adaptée au germe : Fosfomycine - trométamol 3g en dose unique à J-2 et J0 Nitrofurantoïne 100 mg x 3/j débutée à J-2 pour une Durée de 3 jours. Pivmécillinam 400 mg x 2/j débutée à J-2 pour une Durée de 3 jours. RFCLIN-PRIMAIR Infection urinaire et sondage 39

40 Infections urinaires chez un patient soumis aux sondages intermittents Le respect des règles de prescription des sondages intermittents est primordial dans la prévention des infections urinaires. Ces règles sont les suivantes : 5 sondages intermittents par jour (minimum), réalisés toutes les 3-4 heures ou selon les besoins mictionnels, associés à une prise hydrique d 1,5 à 2 l/24h, volume recueilli inférieur à 400 ml à chaque sondage. Clinique Signes cliniques évocateurs d'une IU chez les patients avec sondage intermittent. Majoration brutale du degré de spasticité des membres (effet d'épine irritative) Apparition ou majoration des fuites inter-sondages Sensation de pesanteur pelvienne Fièvre Urines malodorantes et/ou aspect trouble Signes dysautomatiques en cas d'iu grave Principaux germes Presque tous les patients sous sondage urinaire au long cours sont colonisés par des bactéries dans les six premières semaines. Infection plurimicrobienne possible (~1/3 des cas). Bilan ECBU uniquement si suspicion d infection urinaire ou en cas de réalisation d un examen invasif urinaire à risque de saignement (Il est inutile de faire des ECBU systématiques chez les patients avec sondages intermittents). Traitement Colonisation (bactériurie asymptomatique) : PAS DE TRAITEMENT ANTIBIOTIQUE RFCLIN-PRIMAIR Infection urinaire et sondage 40

41 Suspicion d infection urinaire : o Mettre d abord en place un traitement non antibiotique o Vérifier les critères d infections du patient o Augmenter la diurèse à 2 l par 24 h, voire plus o Augmenter le nombre de sondages o Augmenter le traitement anticholinergique dans le cadre des vessies neurologiques centrales. o Faire un ECBU en cas d échec de ces mesures après 72 h (Préciser sur la demande de prélèvement que le patient est en sondages intermittents). L éducation du patient est importante et dans bon nombre de cas cette prise en charge permet l'amélioration des symptômes cliniques. Traitement antibiotique Cystite & infection urinaire masculine sans argument pour une prostatite o Attendre les résultats de l ECBU avant de débuter un traitement et adaptation à l antibiogramme : Choix 1: Amoxicilline PO 1 g x 3/j Durée : 7 jours Choix 2: Pivmécillinam PO 400 mg x 3/j Durée : 7 jours (CI si allergie vraie aux β-lactamines) Choix 3 : Cotrimoxazole PO 1 cp forte x 2/j Durée : 5 jours Choix 4: Nitrofurantoïne PO 100 mg x 3/j pendant les repas Durée : 7 jours Choix 5 : Fosfomycine trométamol PO 3 g J1, J3, J5 o En cas de traitement ne pouvant être différé notamment si ATCD de cystite d évolution vers une PNA (terrain ID/ uropathie) ou si raison «logistique» (long délai d attente avant résultat de l antibiogramme) : Traitement de 1 ère intention : Nitrofurantoïne PO 100 mg x 3/ j Durée : 3 jours À J3, switch selon antibiogramme (cf. traitement différé) Traitement de 2 nde intention (si contre-indication à la Nitrofurantoïne) : Pivmécillinam PO 400 mg x 3/j Durée : 7 jours Infections urinaires symptomatiques récidivantes o Proscrire l antibioprophylaxie o Demander un avis spécialisé neuro-urologique lors d infections urinaires symptomatiques à répétition o Chez l'homme exclure des poussées de prostatites chroniques. PNA o Cf. chapitre PNA RFCLIN-PRIMAIR Infection urinaire et sondage 41

42 PNA PNA sans signe de gravité (PNA chez l homme et chez la femme) Définition La prise en charge ne sera hospitalière que si au moins un des signes suivants est présent : PNA hyperalgique doute diagnostique impossibilité d'obtenir l'ecbu de vomissements rendant impossible un traitement per os présence de conditions socio-économiques défavorables doute concernant l observance du traitement traitement par antibiotique à prescription hospitalière (rares situations de polyallergie, ) Remarque : La bactériémie n est pas un facteur de gravité supplémentaire lors d'une PNA simple, mais l'est lors d'une PNA à risque de complication (Cf. définition p11), et nécessitera un traitement d'une durée totale de 14 jours. Clinique Fièvre (> 38 C) ± Douleurs de la fosse lombaire et/ou angle costo-lombaire ± Troubles digestifs (nausées, vomissements, diarrhées, météorisme abdominal) ± Signes fonctionnels urinaires. Il existe des formes frustre avec simple fébricule et lombalgie uniquement provoquée, d où l importance de systématiquement rechercher ces symptômes chez un patient consultant pour un tableau évocateur de cystite. Principaux germes suspectés Dans les PNA sans FDR de complication : Escherichia coli (> 80 %), Proteus mirabilis, Klebsiella pneumoniae. Dans les PNA avec FDR de complication : Escherichia coli (< 80% et plus de résistance), autres entérobactéries plus fréquentes (Proteus mirabilis, Klebsiella pneumoniae), entérocoques, Pseudomonas aeruginosa. RFCLIN-PRIMAIR PNA 42

43 Bilan Dans les PNA sans FDR de complication : BU et si positive ECBU (avant antibiothérapie). Pas d échographie rénale sauf si PNA récidivante ou hyperalgique (échographie dans les 24 heures) Test de grossesse si grossesse potentielle. Dans les PNA avec FDR de complication : BU et si positive ECBU (avant antibiothérapie), NFS, plaquettes, urée, créatinine, CRP, Hémocultures, Uroscanner dans les 24 heures ou à défaut échographie rénale. L uroscanner est à éviter en cas d insuffisance rénale car il y a un risque d aggravation favorisée par l injection diode, et en cas de PNA gravidique. Cet examen est inutile en cas de PNA du sujet âgé sans autre facteur de risque de complication. Test de grossesse si grossesse potentielle. Traitement antibiotique Traitement antibiotique probabiliste à débuter dès réalisation de l'ecbu Absence FDR de complication : o Céfotaxime IV 1 à 2 g x 3/j (ou Ceftriaxone IV/SC 1 à 2 g x 1/j si difficulté de voie d abord) Durée : h o Si allergie vraie aux β-lactamines : Aztréonam IV 2 g x 3/j Durée : h Si PNA avec FDR de BLSE FDR de complication et/ou risque de bactéries nosocomiales o Pipéracilline-tazobactam IV 4g x 4/ j Durée : 48-72h Relais per os à adapter selon les données de l'antibiogramme et apyrexie. Si entérobactérie non BLSE o Cotrimoxazole PO 1 cp Forte x 2/j (Patient obèse 1 cp x 3/j) Durée totale : 10 jours o ou Ofloxacine PO 200 mg x 2/j (patient obèse 200 mg x 3/j) Durée totale : 7 jours o ou si Cl ml/min Ciprofloxacine PO mg x 2/j Durée totale : 7 jours RFCLIN-PRIMAIR PNA 43

INFECTIONS URINAIRES

INFECTIONS URINAIRES INFECTIONS URINAIRES Terminologie IU simples Cystite ou PNA aiguë simple IU à risque de complication Cystite aigue ou PNA à risque de complication Prostatite IU graves: PNA et prostatites associées soit

Plus en détail

Les nouvelles recommanda/ons du traitement des infec/ons urinaires de l adulte

Les nouvelles recommanda/ons du traitement des infec/ons urinaires de l adulte Les nouvelles recommanda/ons du traitement des infec/ons urinaires de l adulte D. Boutoille Maladies Infec3euses et Tropicales CHU de Nantes 1 Pourquoi une actualisa/on? Précédentes recommanda3ons datant

Plus en détail

30/10/2015. Voie ascendante, rétrograde. Anomalies anatomiques et/ou dispositif/exploration urinaire. Voie hématogène

30/10/2015. Voie ascendante, rétrograde. Anomalies anatomiques et/ou dispositif/exploration urinaire. Voie hématogène Infections urinaires communautaires Physio-pathologie Voie ascendante, rétrograde Anomalies anatomiques et/ou dispositif/exploration urinaire Voie hématogène 1 Rappel anatomique Rétrograde Rappel anatomique

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES. Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre

INFECTIONS URINAIRES. Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre INFECTIONS URINAIRES Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre Anatomie des voies urinaires Infections urinaires : épidémiologie Infections très fréquentes 2 e site d infection bactérienne communautaire

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES - Bonnes pratiques antibiotiques

INFECTIONS URINAIRES - Bonnes pratiques antibiotiques INFECTIONS URINAIRES - Bonnes pratiques antibiotiques Dr Loïc Epelboin Service Maladies Infectieuses et tropicales GH Pitié-Salpêtrière Journée de formation médicale continue Tiaret, Algérie - 24 mai 2013

Plus en détail

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Christine Pietrement 28 mai 2009 Particularités des infections urinaires de l enfant Grande fréquence : < 3mois + fièvre : IU 13% filles, IU 19% garçon

Plus en détail

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 1 J.Birgé S.Hénard Antibiolor Les recommandations Infections Urinaires Communautaires de la SPILF* (adultes, hors femmes enceintes) 31/5/2014 1.

Plus en détail

L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013

L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013 L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013 Epidémiologie Prévalence +++ chez la femme : au début de la vie sexuelle

Plus en détail

Infections urinaires quelques aspects diagnostiques. P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015

Infections urinaires quelques aspects diagnostiques. P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015 Infections urinaires quelques aspects diagnostiques P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015 Mme X, 31 ans, vient vous voir en consultation pour brûlures mictionnelles et pollakiurie depuis 48h. ATCD

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES COMMUNAUTAIRES

INFECTIONS URINAIRES COMMUNAUTAIRES INFECTIONS URINAIRES COMMUNAUTAIRES 1 Définitions Infections pouvant atteindre tous les segments de l arbre urinaire Gravité variable: de la simple cystite à l urosepsis. 2 Définitions Forme simple ou

Plus en détail

Réunion de territoire Omédit Pays de la Loire Observatoire des antibiotiques 24 février 2015. Dr Pierre Abgueguen Infectiologue

Réunion de territoire Omédit Pays de la Loire Observatoire des antibiotiques 24 février 2015. Dr Pierre Abgueguen Infectiologue Réunion de territoire Omédit Pays de la Loire Observatoire des antibiotiques 24 février 2015 Dr Pierre Abgueguen Infectiologue Cas clinique n 1 Cas clinique 1 Femme de 49 ans, mari vétérinaire ATCD médicaux

Plus en détail

Actualisations récentes

Actualisations récentes Consensus de Prise en Charge des Infections Urinaires Communautaires SPILF 2014-15 Intérêts et Limites, pour quels Résultats? Dr Stéphane CHADAPAUD CH de Hyères Actualisations récentes IU C : Actualisation

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 142 - Juillet/Août 2014 SOMMAIRE 1) 1) Infection urinaire chez la personne âgée (PA) 1-1 Généralités 2) Quizz 1-2 Cystite aiguë à risque de complication 1-3 PNA à risque de complication

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES DE L ADULTE ET DE L ENFANT. LEUCOCYTURIE

INFECTIONS URINAIRES DE L ADULTE ET DE L ENFANT. LEUCOCYTURIE CHAPITRE 21 INFECTIONS URINAIRES DE L ADULTE ET DE L ENFANT. LEUCOCYTURIE OBJECTIFS Savoir diagnostiquer une infection urinaire chez l adulte et l enfant. Connaître les principes du traitement. Interpréter

Plus en détail

Les infections urinaires. Dr. Oana DUMITRESCU MCU-PH Lyon Sud «Charles Mérieux» oana.dumitrescu@chu-lyon.fr

Les infections urinaires. Dr. Oana DUMITRESCU MCU-PH Lyon Sud «Charles Mérieux» oana.dumitrescu@chu-lyon.fr Les infections urinaires Dr. Oana DUMITRESCU MCU-PH Lyon Sud «Charles Mérieux» oana.dumitrescu@chu-lyon.fr Plan du cours Généralités Principales étiologies Notions de sémiologie Diagnostic bactériologique

Plus en détail

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE Dr X.LEGROS Maternité CHU Pointe à Pitre Février 2013 INTRODUCTION Fréquence et gravité Options thérapeutiques restreintes du fait tératogénicité de certains antibiotiques

Plus en détail

Dossiers de conférences de consensus

Dossiers de conférences de consensus Dossier N 1 Une jeune femme de 17 ans est amenée aux urgences de votre hôpital par le SAMU pour malaises associés à des vomissements et des douleurs abdominales. La famille de cette patiente vous informe

Plus en détail

Infections urinaires

Infections urinaires Journée Régionale OME D I T - A R l i n A u v e r g n e - C ommi s s i o n A n t i - i n f e c t i e u x CHU Infections urinaires Olivier Lesens Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Clermont-Ferrand

Plus en détail

UE2 N 27 UE6 N 157. Infections urinaires de l adulte. Connaître les particularités de l infection urinaire au cours de la grossesse

UE2 N 27 UE6 N 157. Infections urinaires de l adulte. Connaître les particularités de l infection urinaire au cours de la grossesse UE6 N 157 Infections urinaires de l adulte UE2 N 27 Connaître les particularités de l infection urinaire au cours de la grossesse Pour la partie pédiatrie, consulter le référentiel du Collège de Pédiatrie.

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant l orchi-épididymite : A - C est une affection souvent sexuellement transmissible chez

Plus en détail

Infections urinaires (ITU)

Infections urinaires (ITU) Infections urinaires (ITU) Plan Considérations générales Bactériurie asymptomatique Infections urinaires chez la femme Non compliquées Compliquées Infections urinaires récidivantes Infections urinaires

Plus en détail

Infections Urinaires Quoi de neuf?

Infections Urinaires Quoi de neuf? Infections Urinaires Quoi de neuf? 6 ème journée régionale Hygiène et prévention du risque infectieux en établissement médico-sociaux Laurence Guet De nouvelles recommandations SPILF 2014 1. Recommandations

Plus en détail

Recommandations 2015 de bonne pratique pour la prise en charge et la prévention des Infections Urinaires Associées aux Soins (IUAS) de l adulte

Recommandations 2015 de bonne pratique pour la prise en charge et la prévention des Infections Urinaires Associées aux Soins (IUAS) de l adulte Recommandations 2015 de bonne pratique pour la prise en charge et la prévention des Infections Urinaires Associées aux Soins (IUAS) de l adulte Diapositives réalisées par le groupe de travail et revues

Plus en détail

Infection urinaire du sujet âgé à BMR. Barbara KULI Laurent BELLEC

Infection urinaire du sujet âgé à BMR. Barbara KULI Laurent BELLEC Infection urinaire du sujet âgé à BMR Barbara KULI Laurent BELLEC À Saint-Gilles les Bains, le 24/11/2012 Mme P. 82 ans ATCD: HTA, DID, arthrose genoux bilatérale, démence évoluée Mode de vie: vit chez

Plus en détail

Les infections urinaires

Les infections urinaires Les infections urinaires Dr S. CHADAPAUD CH de Hyères Schémas de l'arbre urinaire L'arbre urinaire féminin L'arbre urinaire masculin 1 1 à 2 % des motifs de consultations d un généraliste Variation selon

Plus en détail

UE6 N 157. Infections urinaires de l adulte. 1 Bases pour comprendre. 1. Définitions. Points importants

UE6 N 157. Infections urinaires de l adulte. 1 Bases pour comprendre. 1. Définitions. Points importants UE6 N 157 Infections urinaires de l adulte Les infections urinaires (IU) de l enfant ne sont pas traitées ici. Seules les infections urinaires communautaires sont traitées ici. Pour les IU liées aux soins,

Plus en détail

Introduction Diagnostic de la cystite aiguë

Introduction Diagnostic de la cystite aiguë CYSTITES Introduction Les infections urinaires basses sont fréquentes : 20 à 30 % des femmes adultes ont au moins une cystite* dans leur vie. La prévalence de l infection urinaire basse est 30 fois plus

Plus en détail

Infections Urinaires en 2011 Epidémiologie, Prévention. Dr Thomas Perpoint Maladies Infectieuses et Tropicales GH Nord, Lyon JRFHH, mai 2011

Infections Urinaires en 2011 Epidémiologie, Prévention. Dr Thomas Perpoint Maladies Infectieuses et Tropicales GH Nord, Lyon JRFHH, mai 2011 Infections Urinaires en 2011 Epidémiologie, Prévention Dr Thomas Perpoint Maladies Infectieuses et Tropicales GH Nord, Lyon JRFHH, mai 2011 Plan Définitions Epidémiologie Prévalence, incidence, terrain

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS INTRA-ABDOMINALES

PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS INTRA-ABDOMINALES PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS INTRA-ABDOMINALES Diapositives réalisées par le comité des référentiels de la SPILF à partir des Recommandations Formalisées d Experts (RFE) organisées par la SFAR 17 décembre

Plus en détail

Prise en charge des infections urinaires en ville : les nouvelles recommandations

Prise en charge des infections urinaires en ville : les nouvelles recommandations Prise en charge des infections urinaires en ville : les nouvelles recommandations Terminologie (1) On distingue : Infections urinaires simples = sans FdR de complication : Cystites aiguës simples, Pyélonéphrites

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES CHEZ LES SUJETS AGES

INFECTIONS URINAIRES CHEZ LES SUJETS AGES INFECTIONS URINAIRES CHEZ LES SUJETS AGES Rozenn Le Berre Service de maladies infectieuses, CHU Brest EA3882, Laboratoire de biodiversité et écologie microbienne DOUARNENEZ, MARS 2009 Cas clinique n 1

Plus en détail

Présentation e-learning Infections urinaires. Camille Reliquet Pharmacien Unité de coordination de l OMéDIT Bretagne

Présentation e-learning Infections urinaires. Camille Reliquet Pharmacien Unité de coordination de l OMéDIT Bretagne Présentation e-learning Infections urinaires Camille Reliquet Pharmacien Unité de coordination de l OMéDIT Bretagne Objectifs du module de e-learning Optimiser la prise en charge des infections urinaires

Plus en détail

LES PROBLEMES UROLOGIQUES DE LA FEMME : -COLONISATION -CYSTITES et PNA -CYSTITES A REPETITION -INCONTINENCE URINAIRE - PROLAPSUS

LES PROBLEMES UROLOGIQUES DE LA FEMME : -COLONISATION -CYSTITES et PNA -CYSTITES A REPETITION -INCONTINENCE URINAIRE - PROLAPSUS LES PROBLEMES UROLOGIQUES DE LA FEMME : -COLONISATION -CYSTITES et PNA -CYSTITES A REPETITION -INCONTINENCE URINAIRE - PROLAPSUS CAS CLINIQUE: Mme B 57 ans ménopausée depuis 3 ans. Elle ne prend aucun

Plus en détail

RIPHH Mardi 12 avril 2016 Castelnau-le-Lez

RIPHH Mardi 12 avril 2016 Castelnau-le-Lez RIPHH Mardi 12 avril 2016 Castelnau-le-Lez Révision des recommandations de bonne pratique pour la prise en charge et la prévention des Infections Urinaires associées aux Soins (IUAS) de l adulte mai 2015

Plus en détail

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009 Le bon usage des antibiotiques dans les infections urinaires du sujet âgé Dr F. LECOMTE CHIC QUIMPER L infection urinaire: Recommandations 2009 Classification IU simples ou non compliquées (AP) Cystite

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES DE L ADULTE ET DE L ENFANT

INFECTIONS URINAIRES DE L ADULTE ET DE L ENFANT CHAPITRE 21 Item 157 INFECTIONS URINAIRES DE L ADULTE ET DE L ENFANT UE Ê 6. Maladies transmissibles - Risques sanitaires - Santé au travail N 157. Infections urinaires de l enfant et de l adulte. OBJECTIFS

Plus en détail

Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée»

Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée» Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée» Ce document s appui sur les recommandations de la société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF) : «Diagnostic et antibiothérapie

Plus en détail

Résultats du 1 er tour Le 29 novembre 2010

Résultats du 1 er tour Le 29 novembre 2010 Résultats du 1 er tour Le 29 novembre 2010 Dr BIRGÉ, Président du GLAM Mlle VORKAUFER, Thésarde 1 Un audit du GLAM Réalisé en partenariat avec le réseau Antibiolor Adressé aux 2300 médecins généralistes

Plus en détail

Facteurs favorisant la survenue d une infection urinaire :

Facteurs favorisant la survenue d une infection urinaire : Page 1 de 5 CYSTITE AIGUË SIMPLE 1. DÉFINITIONS Par cystite aiguë simple on entend une infection aiguë de la vessie, non ascendante touchant les femmes adultes immunocompétentes, non enceintes, sans antécédents

Plus en détail

Fièvre d origine bactérienne

Fièvre d origine bactérienne FIÈVRE EN UROLOGIE Elle est présente dans deux cadres cliniques bien distincts : le plus fréquent est celui de l infection bactérienne d un parenchyme appartenant à l appareil urogénital, à savoir les

Plus en détail

QUIZZ. A vos boîtiers! Dr Anissa BOUAZIZ Infectiologie

QUIZZ. A vos boîtiers! Dr Anissa BOUAZIZ Infectiologie QUIZZ A vos boîtiers! Dr Anissa BOUAZIZ Infectiologie Cas clinique n 1 Vous accueillez ce vendredi une patiente de 79 ans, adressée par le service des urgences pour décompensation cardiaque gauche. ATCD

Plus en détail

Les infections urinaires bactériennes

Les infections urinaires bactériennes Mise au point Les infections urinaires bactériennes N. Faucher, T. Cudennec Hôpital Sainte Périne, Paris Les infections urinaires sont les infections bactériennes les plus fréquemment rencontrées chez

Plus en détail

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Bon usage Mise au point Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Actualisation Octobre 2008 MESSAGES CLÉS L évolution de la résistance du gonocoque aux quinolones

Plus en détail

Infections urinaires. de l adulte. Bon usage de l antibiothérapie en Franche-Comté

Infections urinaires. de l adulte. Bon usage de l antibiothérapie en Franche-Comté Infections urinaires de l adulte Bon usage de l antibiothérapie en Franche-Comté Introduction Un guide pour développer une stratégie régionale de maîtrise médicalisée de l usage des antibiotiques Le présent

Plus en détail

AEMIP Association des Enseignants de Microbiologie et d Immunologie des Facultés de Pharmacie (www.aemip.fr)

AEMIP Association des Enseignants de Microbiologie et d Immunologie des Facultés de Pharmacie (www.aemip.fr) Fiche SYNDROME AEMIP 2016 Infections urinaires (IU) communautaires chez l adulte Auteurs : MJ Butel, A. Doléans-Jordheim, A. Le Monnier et M. Pestel Caron Circonstances diagnostiques (sémiologie) Arbre

Plus en détail

Infections urinaires. Pr André Cabié

Infections urinaires. Pr André Cabié Infections urinaires Pr André Cabié Infections urinaires Agents causals Espèces bactériennes en cause Espèces Cystite simple Autres formes Escherichia coli 70-85% 85-90% Staphylococcus saprophyticus 5-10%

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHÉRAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTÉRIENNES COMMUNAUTAIRES DE L ADULTE

DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHÉRAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTÉRIENNES COMMUNAUTAIRES DE L ADULTE DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHÉRAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTÉRIENNES COMMUNAUTAIRES DE L ADULTE Diapositives réalisées par le comité des référentiels de la SPILF à partir des Recommandations publiées en

Plus en détail

C.CLIN-Ouest Bretagne

C.CLIN-Ouest Bretagne C.CLIN-Ouest Bretagne Basse-Normandie Centre Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales (Inter région Ouest) Pays de la Loire St Pierre et Miquelon Résultats de la surveillance

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 23 juillet 2003

AVIS DE LA COMMISSION. 23 juillet 2003 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 23 juillet 2003 INVANZ 1g, poudre pour solution à diluer pour perfusion Flacon, B/1 et B/10 Laboratoires Merck SHARP & Dohme-Chibret

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES DU NOURRISSON ET DE L ENFANT

DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES DU NOURRISSON ET DE L ENFANT DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES DU NOURRISSON ET DE L ENFANT RECOMMANDATIONS Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé, février 2007

Plus en détail

NOUVEAUTÉS DANS LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS URINAIRES

NOUVEAUTÉS DANS LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS URINAIRES XXVIème congrès de la Société Tunisienne de Pathologie Infectieuse Hôtel Saphir Palace, Hammamet 21-22 avril 2016 NOUVEAUTÉS DANS LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS URINAIRES Pr Ag Wafa Jouaihia Achour Service

Plus en détail

Actualités en infectiologie. Dr DOS SANTOS Ophélie Maladies Infectieuses, Centre Hospitalier Métropole Savoie Avril 2016

Actualités en infectiologie. Dr DOS SANTOS Ophélie Maladies Infectieuses, Centre Hospitalier Métropole Savoie Avril 2016 Actualités en infectiologie Dr DOS SANTOS Ophélie Maladies Infectieuses, Centre Hospitalier Métropole Savoie Avril 2016 Plan Consommation d antibiotiques Résistance bactérienne Infections urinaires Mise

Plus en détail

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INTRODUCTION ILA: complication fréquente et grave dans l évolution de la cirrhose 8 à 30% malades hospitalisés avec ascite Une des principales

Plus en détail

Diagnostic et antibiothérapie. des infections urinaires bactériennes. communautaires de l adulte

Diagnostic et antibiothérapie. des infections urinaires bactériennes. communautaires de l adulte SPILF 2014 Mise au point Texte court Diagnostic et antibiothérapie des infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte dans son intégralité sans ajout ni retrait. 1 GROUPE DE TRAVAIL Pr François

Plus en détail

Prostatites aiguës. Acute prostatitis

Prostatites aiguës. Acute prostatitis Volume 18 - Septembre 2008 - Numéro 5 Journal de l Association Française d Urologie, de l Association des Urologues du Québec, et de la Société Belge d Urologie Progrès en Urologie (2008) 18 Suppl. 1,

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral Collège Français des Urologues

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral Collège Français des Urologues Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral Collège Français des Urologues 2014 1 Table des matières 1. Pour comprendre... 3 2. Physiopathologie... 3 3. Urétrite aiguë... 3 3.1.

Plus en détail

Infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte : Recommandations 2014 de la SPILF

Infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte : Recommandations 2014 de la SPILF Infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte : Recommandations 2014 de la SPILF G Martin-Blondel, P Delobel, B Marchou, Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, CHU de Toulouse

Plus en détail

Diagnostic et Antibiothérapie des infections urinaires communautaires de l'adulte

Diagnostic et Antibiothérapie des infections urinaires communautaires de l'adulte Diagnostic et Antibiothérapie des infections urinaires communautaires de l'adulte Dr Elisabeth ASLANGUL MCU Thérapeutique Université Diderot Paris VII Proportion d' E. coli résistant aux Aminopenicillines

Plus en détail

Dr. Souha Hannachi Service de médecine interne HMPIT

Dr. Souha Hannachi Service de médecine interne HMPIT Rappel sur la clinique de l infection urinaire et des prostatites et place de la biologie dans le diagnostic de ces infections Dr. Souha Hannachi Service de médecine interne HMPIT Epidémiologie Infections

Plus en détail

Infections urinaires

Infections urinaires Infections urinaires Journée régionale d échanges des référents en antibiothérapie des établissements de santé David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes Actualisation 2014 des recommandations

Plus en détail

Bactéries Multi-résistantes (BMR)

Bactéries Multi-résistantes (BMR) L information biomédicale des Laboratoires Oriade - Janvier 2014 Bactéries Multi-résistantes (BMR) Isolées en ville Devant l émergence des bactéries multirésistantes (BMR) isolées en ville, les biologistes

Plus en détail

URGENCES UROLOGIE Malika DJOUADOU IDE-Urologie-St Louis Dr A. CORTESSE Chirurgien-Urologie-St Louis

URGENCES UROLOGIE Malika DJOUADOU IDE-Urologie-St Louis Dr A. CORTESSE Chirurgien-Urologie-St Louis Urgences URGENCES UROLOGIE Malika DJOUADOU IDE-Urologie-St Louis Dr A. CORTESSE Chirurgien-Urologie-St Louis Dr A. de GOUVELLO MG-Urologie-St Louis Rétention aigue d urines ou R.A.U Hématurie Infections

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE CHEZ LE PATIENT SONDE

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE CHEZ LE PATIENT SONDE DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE CHEZ LE PATIENT SONDE LILLAZ J. GENERALITES 1ère à 3eme cause d infection nosocomiale en réa. Richards MJ.Crit Care Med 1999.Spencer RC.Eur

Plus en détail

Bon usage des antibiotiques pour la prévention des BLSE

Bon usage des antibiotiques pour la prévention des BLSE Bon usage des antibiotiques pour la prévention des BLSE à l échelon individuel François CARON Infectiologie Best-Of 2009 - page 1 Parmi les classes antibiotiques suivantes, quelle(s) est (sont) celle(s)

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES CHEZ L ADULTE : CYSTITE

DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES CHEZ L ADULTE : CYSTITE Référentiels/Arbres décisionnels DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES CHEZ L ADULTE : CYSTITE 1. Diagnostic de cystite ASSOCIATION DE 3 SIGNES Brûlures et

Plus en détail

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte.

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Item 154. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte Objectifs nationaux (ECN) Connaître les portes d'entrée et les localisations secondaires les plus fréquentes

Plus en détail

Définition. Conduite à tenir devant un syndrome septicémique. Quand évoquer une septicémie? Quand évoquer une septicémie?

Définition. Conduite à tenir devant un syndrome septicémique. Quand évoquer une septicémie? Quand évoquer une septicémie? Conduite à tenir devant un syndrome septicémique Dr Vincent Le Moing Dr Christina Psomas Maladies Infectieuses et Tropicales CHRU de Montpellier Février 2011 Définition = bactériémie = présence de bactéries

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 20 novembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 20 novembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 20 novembre 2002 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans par arrêté du 20 janvier 1999 (J.O. du

Plus en détail

Pneumopathie Aiguë Communautaire

Pneumopathie Aiguë Communautaire Pneumopathie Aiguë Communautaire Table des matières Présentation du cas 3 Le patient 4 Exercice 5 Exercice : Quels sont les éléments en faveur : 6 Exercice 7 Suite du cas 8 Exercice 9 Diagnostic microbiologique

Plus en détail

des infections urinaires et des prostatites

des infections urinaires et des prostatites Actualités s thérapeutiques des infections urinaires et des prostatites Patrick CHOUTET, Tours Franck BRUYERE, Tours Louis BERNARD, Garches Sfax, Vendredi 17 octobre 2008 www.afssaps.sante.fr ECBU Pathogénicité

Plus en détail

Stratégie d amélioration de la prise en charge de l infection urinaire du sujet âgé Le point de vue du gériatre

Stratégie d amélioration de la prise en charge de l infection urinaire du sujet âgé Le point de vue du gériatre Stratégie d amélioration de la prise en charge de l infection urinaire du sujet âgé Le point de vue du gériatre Docteur Christophe TRIVALLE Pôle GériatrieG christophe.trivalle@aphp.fr gerontoprevention.free.fr

Plus en détail

Messages clés dans les infections urinaires SPILF Pr Séverine Ansart Service des Maladies Infectieuses CHRU de Brest

Messages clés dans les infections urinaires SPILF Pr Séverine Ansart Service des Maladies Infectieuses CHRU de Brest Messages clés dans les infections urinaires SPILF 2014 Pr Séverine Ansart Service des Maladies Infectieuses CHRU de Brest LES PROBLEMES D AUJOURD HUI LES BLSE! BEH, INVS LES PROBLEMES D AUJOURD HUI: BEH,

Plus en détail

Ecologie bactérienne et critères Infections Urinaires

Ecologie bactérienne et critères Infections Urinaires Ecologie bactérienne et critères Infections Urinaires Programme des journées de formations médicales continue- Tiaret 24-25 Mai 2013 Dr Kara Biologiste Praticien hygiéniste- CH Marc Jacquet 77000 Melun

Plus en détail

Infections à BGN. 2/ Autres BGN : pseudomonas (bacille pyocyannique), acinetobacter.

Infections à BGN. 2/ Autres BGN : pseudomonas (bacille pyocyannique), acinetobacter. Introduction Infections à BGN Infections très fréquentes. Communautaires / associées aux soins. La porte d entrée: urinaire / digestive Gravité sepsis sévère. La première cause de choc septique Résistance

Plus en détail

Infections urinaires au cours de la grossesse

Infections urinaires au cours de la grossesse Infections urinaires au cours de la grossesse Objectifs : Diagnostiquer une infection urinaire. Argumenter l'attitude thérapeutique et planifier le suivis du patient. Sommaire : Introduction Faq 1 - Pathogénie

Plus en détail

Item 93 : Infections urinaires de l'enfant et de l'adulte, leucocyturie.

Item 93 : Infections urinaires de l'enfant et de l'adulte, leucocyturie. Item 93 : Infections urinaires de l'enfant et de l'adulte, leucocyturie. Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une infection urinaire de l'adulte...1

Plus en détail

Historique des recommandations. Nouveautés? Physiopathologie. SPILF ANDEM 1995

Historique des recommandations. Nouveautés? Physiopathologie. SPILF ANDEM 1995 Historique des recommandations Infections urinaires communautaires Nouvelles recommandations Vers moins de fluoroquinolones? Karine Faure Unité des Maladies Infectieuses Service de Gestion du Risque Infectieux

Plus en détail

SYSTÈME GÉNITO-URINAIRE

SYSTÈME GÉNITO-URINAIRE SYSTÈME GÉNITO-URINAIRE Infection urinaire en pédiatrie Syndrome Agents habituels < 1 mois E. coli Streptocoque B Entérobactéries Bilan Hémoculture Ponction lombaire Tx initial avant Ampicilline Céfotaxime

Plus en détail

C@mpus National de pédiatrie et chirurgie pédiatrique Auteur : Pierre Cochat - ( Hôpital Edouard-Herriot - Lyon) MAJ : 05/01/2005

C@mpus National de pédiatrie et chirurgie pédiatrique Auteur : Pierre Cochat - ( Hôpital Edouard-Herriot - Lyon) MAJ : 05/01/2005 Objectifs : Infection urinaire Item 93 1. Diagnostiquer une infection urinaire chez le nourrisson, l enfant (et l adulte). 2. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. Limites

Plus en détail

Peut-on prédire la survenue du choc septique au cours des pyélonéphrites aiguës de l adulte?

Peut-on prédire la survenue du choc septique au cours des pyélonéphrites aiguës de l adulte? Peut-on prédire la survenue du choc septique au cours des pyélonéphrites aiguës de l adulte? A. Toumi, C. Loussaïef, H. B. Brahim, F.B. Romdhane, N. Bouzouaia, M. Chakroun. Service de Maladies Infectieuses

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

Infections urinaires actualités. Jeudi 17 novembre 2016

Infections urinaires actualités. Jeudi 17 novembre 2016 Infections urinaires actualités Jeudi 17 novembre 2016 Le Havre Introduction Diagnostic souvent difficile et porté à tord Buts de la prise en charge : Identifier, traiter l infection éviter la récidive

Plus en détail

AMMPPU Cycle Analyse des Recommandations médicalesm. Infections urinaires de l adultel

AMMPPU Cycle Analyse des Recommandations médicalesm. Infections urinaires de l adultel AMMPPU Cycle Analyse des Recommandations médicalesm Infections urinaires de l adultel AMMPPU CAR Infections urinaires 28 mai 08. J.Birgé actualisé aout 08 1 Une reco de l AFSSAPSl..qui se fait attendre

Plus en détail

Diagnostic et antibiothérapie. des infections urinaires bactériennes. communautaires de l adulte

Diagnostic et antibiothérapie. des infections urinaires bactériennes. communautaires de l adulte SPILF 2015 Mise au point Texte court Diagnostic et antibiothérapie des infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte Actualisation au 11 décembre 2015 des recommandations initialement mises

Plus en détail

DECLARATION D INTERET DANS LE CADRE DE MISSIONS DE FORMATION REALISEES POUR L ACNBH

DECLARATION D INTERET DANS LE CADRE DE MISSIONS DE FORMATION REALISEES POUR L ACNBH ACNBH Agrément FMC N 100 168 39 ème Colloque National des Biologistes des Hôpitaux Lille, 4 au 8 oct 2010 DECLARATION D INTERET DANS LE CADRE DE MISSIONS DE FORMATION REALISEES POUR L ACNBH Dr Mme Béatrice

Plus en détail

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE NOVEMBRE 2016 HAS 2016 SPILF Dr ASMA CHEBIL Gynécologue Obstétricien Centre hospitalier de Mayotte

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE NOVEMBRE 2016 HAS 2016 SPILF Dr ASMA CHEBIL Gynécologue Obstétricien Centre hospitalier de Mayotte INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE Dr ASMA CHEBIL Gynécologue Obstétricien Centre hospitalier de Mayotte NOVEMBRE 2016 HAS 2016 SPILF 2015 INTRODUCTION L infection urinaire (IU) peut avoir des conséquences

Plus en détail

Les infections urinaires

Les infections urinaires Les infections urinaires 1 Epidémiologie C est une multiplication de germes dans l urine vésicale et/ou les tissus de l appareil urinaire. La fréquence maximale de ces infections survient chez la femme

Plus en détail

06/10/2014 QUE FAIRE DEVANT DES URINES DÉMARCHE EST-CE UNE INFECTION URINAIRE? TROUBLES?

06/10/2014 QUE FAIRE DEVANT DES URINES DÉMARCHE EST-CE UNE INFECTION URINAIRE? TROUBLES? QUE FAIRE DEVANT DES URINES TROUBLES? JL Schmit octobre 2014 DÉMARCHE Est-ce une infection urinaire? Si oui dois-je traiter? Si oui comment? EST-CE UNE INFECTION URINAIRE? Autre cause d urines troubles:

Plus en détail

Selon les recommandation de la HAS 2012 Dr Azizi Fatima Staff MG 04/12/2014

Selon les recommandation de la HAS 2012 Dr Azizi Fatima Staff MG 04/12/2014 Selon les recommandation de la HAS 2012 Dr Azizi Fatima Staff MG 04/12/2014 Introduction La salpingite correspond à une infection tubaire secondaire à l'ascension de germes du vagin à travers le col vers

Plus en détail

Prévention Infections urinaires associées aux soins. Astruc K,Aho Glélé LS, ARLIN Bourgogne Dijon, Mars 2015

Prévention Infections urinaires associées aux soins. Astruc K,Aho Glélé LS, ARLIN Bourgogne Dijon, Mars 2015 Prévention Infections urinaires associées aux soins Astruc K,Aho Glélé LS, ARLIN Bourgogne Dijon, Mars 2015 Définition IU Définition Au moins un des signes suivants Fièvre (>38 C), impériosité mictionnelle,

Plus en détail

DIPLOME D'ETAT DE SAGES-FEMMES Années universitaires 2011-2015

DIPLOME D'ETAT DE SAGES-FEMMES Années universitaires 2011-2015 UNIVERSITE DE NANTES UFR MEDECINE ECOLE DE SAGES-FEMMES DIPLOME D'ETAT DE SAGES-FEMMES Années universitaires 2011-2015 Prélèvement des urines dans les services de gynéco-obstétrique : Etude de la qualité

Plus en détail

Recommandations de Bonnes Pratiques pour la prise en charge des Infections Urinaires Associées aux Soins (IUAS) de l adulte

Recommandations de Bonnes Pratiques pour la prise en charge des Infections Urinaires Associées aux Soins (IUAS) de l adulte Recommandations de Bonnes Pratiques pour la prise en charge des Infections Urinaires Associées aux Soins (IUAS) de l adulte Rémy Gauzit (pour le groupe de travail) Unité de réanimation thoracique CHU Cochin

Plus en détail

Recommandations de bonne pratique INFECTIONS URINAIRES AU COURS DE LA GROSSESSE

Recommandations de bonne pratique INFECTIONS URINAIRES AU COURS DE LA GROSSESSE Recommandations de bonne pratique INFECTIONS URINAIRES AU COURS DE LA GROSSESSE - colonisation urinaire gravidique - cystite gravidique - pyélonéphrite aiguë gravidique Société de Pathologie Infectieuse

Plus en détail

Soirée infectiologie Infection urinaire 10 mars Anne Vandendriessche Maladies Infectieuses

Soirée infectiologie Infection urinaire 10 mars Anne Vandendriessche Maladies Infectieuses oirée infectiologie Infection urinaire 10 mars 2016 Anne Vandendriessche Maladies Infectieuses Cas clinique Mme P, 64 ans, diabétique consulte car elle doit être opérée pour pose d'une PTH. Elle est apyrétique

Plus en détail

Faculté de Médecine de Marseille

Faculté de Médecine de Marseille Faculté de Médecine de Marseille Infections urinaires de l enfant et de l adulte. Leucocyturie (93) Philippe Brunet, Michel Tsimaratos, Jean-Michel Guys, Eric Lechevallier Février 2006 1. Définition Les

Plus en détail

Infections urinaires communautaires: faire du neuf avec du vieux Recommandations SPILF 2014

Infections urinaires communautaires: faire du neuf avec du vieux Recommandations SPILF 2014 Infections urinaires communautaires: faire du neuf avec du vieux Recommandations SPILF 2014 Pr Didier Neau Hôpital Pellegrin Arrêt de commercialisation de 31 molécules, 10 nouvelles molécules Recommandations

Plus en détail

Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire

Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire Murielle Galas, Gaëlle Dunoyer, Claude Olive, Rafaëlle Théodose, François Lengellé, Patrick Hochedez,

Plus en détail

Méningites infectieuses

Méningites infectieuses Méningites infectieuses Etiologies et conduites à tenir Stéphane Erouart MISP Cécile Lecocq IDESP Sommaire Agents causaux Précautions standard Infections invasives à méningocoque Définition Validation

Plus en détail

Les Infections sexuellement transmissibles. Morgane Fève

Les Infections sexuellement transmissibles. Morgane Fève Les Infections sexuellement transmissibles Morgane Fève Définition IST maladies infectieuses transmises d'un individu à l'autre exclusivement lors des rapports sexuels. Les principales IST Virales VIH

Plus en détail

INFECTION URINAIRE. DR ELHADJI NDIAYE DIOP Chirurgien-urologue CS DE NDAMATOU

INFECTION URINAIRE. DR ELHADJI NDIAYE DIOP Chirurgien-urologue CS DE NDAMATOU INFECTION URINAIRE DR ELHADJI NDIAYE DIOP Chirurgien-urologue CS DE NDAMATOU I) INTRODUCTION C est un véritable problème de santé publique qui intéresse tous les acteurs. L infection urinaire est un terme

Plus en détail