Présentation à la consultation publique de la Commission de l équité salariale. concernant la Loi sur l équité salariale

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Présentation à la consultation publique de la Commission de l équité salariale. concernant la Loi sur l équité salariale"

Transcription

1 Présentation à la consultation publique de la Commission de l équité salariale concernant la Loi sur l équité salariale par la Confédération des syndicats nationaux Montréal, le 16 septembre 2002

2 Présentation à la consultation publique de la Commission de l équité salariale 2 Table des matières Introduction Résultats de l enquête effectuée par la CSN dans les milieux de travail Les questions soulevées par la Commission de l équité salariale...7 a) La connaissance insuffisante de la discrimination systémique et de l équité salariale..7 Les activités de promotion et de sensibilisation...7 Les moyens que pourrait envisager la Commission...7 b) Le démarrage d une démarche d équité salariale...8 c) Les difficultés vécues lors de la démarche...8 d) La discrimination systémique et les biais sexistes...9 e) La participation du personnel salarié...9 f) La protection des travailleuses non syndiquées...9 g) Les effets positifs de l équité salariale dans l entreprise...10 h) L évolution du marché du travail, l équité salariale et son maintien...10 Conclusion...12

3 Présentation à la consultation publique de la Commission de l équité salariale 3 Introduction C est avec plaisir que nous avons reçu l invitation de la Commission de l équité salariale (CES) à participer à la consultation publique concernant la Loi sur l équité salariale. Comme vous le savez, la Confédération des syndicats nationaux (CSN) a toujours lutté contre toutes les formes de discrimination et s est impliquée très activement sur cette question. Nous regroupons plus de membres oeuvrant dans l ensemble des secteurs économiques. Dans le passé, nous sommes intervenus à de nombreuses reprises pour revendiquer une loi sur l équité salariale. Depuis son adoption, nos interventions ont notamment porté sur la nécessité que cette loi soit appliquée dans le sens d une véritable reconnaissance du travail des femmes. Malheureusement, nous constatons que tel n a pas toujours été le cas. Plusieurs employeurs ont utilisé différentes tactiques pour repousser l application concrète du principe d équité salariale. Par contre, dans certaines situations, nous avons réussi à faire reconnaître le travail des femmes et à mettre en place des correctifs salariaux. Dans le texte qui suit, nous donnerons notre point de vue sur la mise en œuvre de la Loi sur l équité salariale dans les entreprises comptant de 10 à 49 salarié-es. Dans la première partie, nous vous présentons les résultats d une enquête que nous avons effectuée dans nos syndicats. Dans la deuxième partie, nous abordons les différentes questions soulevées dans le document de la Commission Consultation publique, Document de référence pour les participants et les participantes. Ces questions sont liées entre elles et il faut les voir comme se complétant mutuellement. Nous espérons que les observations et les réflexions que nous vous présentons pourront contribuer à enrichir vos débats et vos réflexions.

4 Présentation à la consultation publique de la Commission de l équité salariale 4 1. Résultats de l enquête effectuée par la CSN dans les milieux de travail Nous avons effectué une enquête dans les syndicats du secteur privé à la fin de 2001 et au début L objectif était de connaître la situation dans les milieux de travail après l échéance du 21 novembre Il s agit d une enquête d ordre factuel, c est-à-dire que nous voulions savoir si les démarches étaient terminées, en cours ou si elles n avaient pas débuté. Dans les cas où elles étaient terminées, nous voulions connaître si des correctifs avaient été identifiés. Enfin, nous voulions aussi savoir si les syndicats avaient exercé les droits mentionnés dans la loi. Il ne s agit donc pas d une recherche sur la qualité des différentes démarches dans les milieux de travail. Ce dernier aspect fera l objet d une autre recherche à l automne Les résultats qui suivent représentent une compilation en date du 7 février 2002 pour les entreprises comptant moins de 50 salarié-es. Parmi les 333 syndicats ayant répondu à l enquête, il y en a 144 que nous avons classés comme étant des situations particulières telles des fusions de municipalités, des entreprises créées après 1997, des entreprises ayant utilisé le Chapitre 9 de la loi, etc. La compilation apparaît au Tableau 1. - Tableau 1 - Entreprises comptant moins de 50 salarié-es Situations particulières Correction Chapitre Regroupement Pas Ne s applique pas Total après 1996, 9 d information -10 Faillite, fusion salarié-es fermeture Pour six syndicats, il s agit de fusion ou de création de nouvelles entreprises. Dans 44 cas, les employeurs ont utilisé le Chapitre 9 de la loi. Il s agit de Caisses faisant partie du Mouvement Desjardins. Dans 17 cas, les syndicats tentent ou ont conclu une entente avec les employeurs afin que la démarche se fasse de façon regroupée. Huit syndicats n ont pas fourni d information. Dans 52 entreprises, le nombre de salarié-es est inférieur à dix. Enfin, il y a des cas de fermeture d entreprise ou de personnes ayant le statut de pigistes (17 syndicats). Pour les 189 autres syndicats ayant répondu à l enquête, nous avons regroupé les réponses en quatre catégories. 1. Le processus est terminé 2. Le processus n est pas terminé 3. Il n y a pas de démarche 4. Autres situations possibles

5 Présentation à la consultation publique de la Commission de l équité salariale 5 Les résultats apparaissent au Tableau 2. - Tableau 2 - Entreprises comptant entre 10 et 49 salarié-es Processus terminé Pas d ajustement 8 Ajustement 5 Pas d information 8 Catégorie masculine 53 Autre 6 Total 80 Processus non-terminé Se poursuit 8 Demande renseignement 23 CES 7 Catégorie féminine 3 Total 41 Pas de démarche 58 Autre 10 Grand total 189 Le processus est terminé pour 80 syndicats (42 %). Dans 53 cas, il n y a que des catégories masculines d emplois. Il s agit pour la majorité de petites entreprises du secteur industriel oeuvrant dans les secteurs de la métallurgie, de l usinage, de l emballage, de garage ou dans le secteur du transport. Il n y a pas d ajustement dans huit entreprises, alors que pour cinq autres il y a eu des correctifs. Dans ces entreprises il y a eu 21 catégories féminines d emplois qui ont eu un ajustement. Nous n avons pas les données sur le nombre de salarié-es ayant eu des correctifs ni sur l importance des coûts de ces ajustements. Par contre, le Tableau 3 donne plus de détails sur l ordre de grandeur des différents ajustements. Nombre de catégories d emplois moins de 25 - Tableau 3 - Ajustement salarial suite à une démarche d équité en $/heure Compilation pour 5 entreprises 21 correctifs de 25 à 50 de 50 à 1 $ de 1 $ à 1,50 $ de 1,50 $ à 2 $ de 2 $ à 2,50 $ plus de 3 $

6 Présentation à la consultation publique de la Commission de l équité salariale 6 Les correctifs varient de 4 à 3,50 $ l heure et sont étalés sur une période de cinq ans. Dans la majorité des cas, le montant du correctif est inférieur à 1,00 $. En effet, cinq catégories d emplois ont un ajustement de moins de 25, tandis que pour six autres, le correctif se situe entre 25 et 50. Enfin, le correctif varie de 50 à 1,00 $ pour deux catégories d emplois. Pour quatre autres cas, l ajustement varie entre 1,00 $ et 2,00 $ et pour trois cas il se situe entre 2,00 $ et 2,50 $. Il y a une seule catégorie où le correctif est plus élevé que 3,00 $. Nous n avons pas les données sur le nombre de salarié-es ayant eu des correctifs, ni sur l importance des coûts de ces ajustements. Le processus n était pas terminé malgré les échéances de la loi dans 41 (27 %) syndicats. Des demandes de renseignements supplémentaires ont été faites dans 23 cas et sept syndicats évaluaient la possibilité de demander l intervention de la Commission sur l équité salariale (CES) car il n y avait pas eu d affichage. Les démarches se poursuivaient dans huit cas et dans trois autres il n y avait que des catégories féminines d emplois. Il s agit d entreprises oeuvrant dans le domaine des services tels l entretien et les services alimentaires. Il n y avait pas eu de démarches, ni d affichages dans 58 autres cas (31 %). Les employeurs n avaient pas amorcé de démarches et les syndicats ne semblaient pas vouloir ou pouvoir intervenir. Pour 10 entreprises, il y avait eu fermeture ou fusion ou encore création d un nouveau syndicat. Suite à cette enquête, nous constatons que dans 42 % des cas les démarches sont terminées, mais principalement parce qu il n y avait pas de catégories féminines d emplois. Ce n est que dans cinq cas qu il y a eu des ajustements salariaux dont le niveau est très variable. Dans 31 % des cas, la démarche n a pas été faite et il ne semble pas qu elle se fera. Enfin, dans 27 % des cas, le processus n était pas encore terminé. Il ressort donc, que dans une grande proportion, peu de démarches d équité ont été faites dans les entreprises de moins de 50 salarié-es. Notre enquête ne portait que sur l aspect informatif, mais déjà nous pouvons dire que le fait de ne pas rendre obligatoire la participation des salarié-es a certainement influencé la situation. Dans les cas où il y a eu une forme de consultation, l employeur décidait seul. Les salarié-es n étaient donc pas intéressés à poursuivre dans ce contexte.

7 Présentation à la consultation publique de la Commission de l équité salariale 7 2. Les questions soulevées par la Commission de l équité salariale Dans cette section nous répondons aux différentes questions soumises par la Commission en suivant les mêmes thèmes que ceux mentionnés dans le document de consultation du 28 juin a) La connaissance insuffisante de la discrimination systémique et de l équité salariale Il est vrai que la méconnaissance du principe de l équité salariale pourrait expliquer en partie le retard dans l application de la loi. En effet, plusieurs confondent encore le principe de «travail égal, salaire égal» à celui de «travail équivalent, salaire égal». Par contre, nous ne pouvons attribuer à cette confusion, l énorme retard qu ont pris les entreprises à analyser leur structure salariale. Dans plusieurs cas, les employeurs ont indûment retardé le travail espérant peut-être une modification à la loi, ou encore sachant que la CES n interviendrait qu en cas de plaintes de la part de salarié-es. Les délais pour être entendus par la Commission étaient très longs, ce qui retardait d autant le processus. De plus, dans les milieux de travail où le nombre de salarié-es est faible, il est peu probable qu une plainte serait déposée, compte tenu de la peur de représailles. Les activités de promotion et de sensibilisation Nous avons organisé différentes activités de sensibilisation à l équité salariale depuis les cinq dernières années. Activités d information auprès des membres des organismes de la CSN, activités de formation pour les personnes salarié-es, activités de formation pour les militantes et militants, campagne de sensibilisation, matériel de formation, etc. Dans le cadre de ces activités, nous n avons pas utilisé le matériel de la CES, ne le jugeant pas adéquat pour le but recherché. Il a été uniquement distribué à titre d information sur la CES. Les moyens que pourrait envisager la Commission La CES doit être proactive dans les moyens qu elle met de l avant pour rejoindre les femmes. La Commission pourrait faire des enquêtes et sondages auprès des entreprises pour connaître l état de la situation. Elle pourrait faire le même type de travail auprès des femmes avec la collaboration de différents regroupements lorsque cela est possible. À partir de l information recueillie, la Commission identifierait les obstacles au démarrage des démarches d équité salariale. Elle serait en mesure de

8 Présentation à la consultation publique de la Commission de l équité salariale 8 développer des moyens concrets pouvant soutenir les employeurs et d autres assurant aux femmes une aide adéquate et efficace. La CES devrait faire la promotion de démarches regroupant plusieurs employeurs d un même secteur en mettant l accent sur les avantages d une telle approche (outils disponibles, démarches appropriées au secteur, mise en commun de ressources, etc.). Évidemment, nous savons que cela demande énergies, ressources et temps, mais nous pensons que ce travail est nécessaire pour assurer une réelle application de la loi. b) Le démarrage d une démarche d équité salariale Les mesures à mettre en place Dans la première section, nous avons mentionné la possibilité pour la Commission de faire enquête auprès des employeurs. Cette mesure pourrait être utilisée comme un incitatif auprès des employeurs pour assurer qu ils débutent et terminent les démarches d équité salariale. Entreprises sans comparateurs masculins L information que nous avons, nous indique que les entreprises sans comparateurs masculins se retrouvent dans le secteur des services tel les centres d hébergement pour personnes âgées, les sous-contractants dans le domaine des services alimentaires ou de l entretien ménager. Enfin, les maisons d hébergement pour femmes représentent un secteur spécifique où il n y a aucun emploi masculin. c) Les difficultés vécues lors de la démarche Très peu d entreprises ont réalisé une véritable démarche d équité salariale. Au début de 2002, la majorité n avait pas encore affiché de résultats Lorsque des démarches ont été faites, il y a eu recours à des personnes de l extérieur dans certains cas. Des comités de travail ont été mis sur pied dans certaines municipalités où il existe une tradition de comité consultatif. Dans d autres cas, la mise sur pied de comités de travail s est avérée un leurre car les employeurs décidaient seuls. Dans plusieurs cas, nous avons pu constater la difficulté des femmes à faire valoir leur point de vue, particulièrement lorsque l employeur faisait appel à de supposés «experts» de l extérieur. Sur ce point, le manque d ouverture de la CES et les faiblesses dans le travail d éducation sont certainement un des éléments à considérer.

9 Présentation à la consultation publique de la Commission de l équité salariale 9 d) La discrimination systémique et les biais sexistes De façon générale, il a été très difficile de faire reconnaître adéquatement le travail des femmes et de corriger les discriminations. Les cas où cela a été possible, sont ceux où les syndicats ont été très présents dans la démarche et ont constamment insisté pour faire reconnaître la valeur du travail des femmes. Ces situations sont très rares dans les cas des entreprises de moins de 50 salarié-es car la participation de ces derniers, n est pas obligatoire. Nous avons déjà critiqué le peu de travail de la CES sur un sujet aussi important que la discrimination systémique. Pourtant, cerner correctement les biais discriminatoires est ce qui différencie une démarche d équité salariale d un processus de relativité salariale ou de restructuration salariale. L éducation sur la discrimination systémique et sur les moyens de l identifier et de la corriger est au cœur de toute démarche d équité salariale. Sur ce point, la CES doit assumer les responsabilités qui lui incombent et mettre de l avant des mesures pour éduquer et informer les salarié-es et les employeurs. e) La participation du personnel salarié Comme nous l avons déjà mentionné, les cas de participation de salarié-es dans les entreprises de moins de 50 personnes sont une exception. La participation des salarié-es est importante dans l élaboration d une démarche d équité salariale. Ils doivent avoir une prise réelle sur la mise en place de cette démarche. f) La protection des travailleuses non syndiquées Il est sûrement plus difficile pour une femme non syndiquée de porter plainte auprès de la Commission. C est pourquoi la Commission devrait apporter un soutien particulier aux femmes. Elle pourrait enquêter auprès d employeurs sans qu il y ait plainte afin de connaître la situation dans un secteur ou une région donnée. Cette activité permet de vérifier l application de la loi dans différents milieux de travail tout en protégeant l identité des personnes salariées. Nous avons rendu disponible aux groupes de femmes et aux femmes l ensemble du matériel que nous avons produit. Dans certaines régions, nous avons participé à des rencontres organisées sur le sujet de l équité salariale. La CES a un rôle d accompagnement important auprès des femmes non syndiquées. Elle pourrait soutenir financièrement les femmes qui voudraient porter plainte.

10 Présentation à la consultation publique de la Commission de l équité salariale 10 g) Les effets positifs de l équité salariale dans l entreprise Peu de démarches d équité salariale sont terminées. Dans la mesure où une démarche est faite correctement, c est-à-dire dans le but de corriger les discriminations salariales et lorsqu une véritable participation des salarié-es est assurée, il y a certainement des effets positifs tant pour les salarié-es que pour l employeur. Nous pensons notamment à une meilleure connaissance des emplois, des salaires et de l organisation du travail, à une plus grande transparence dans les relations de travail et à une plus grande participation des salarié-es au processus de détermination du système de rémunération. Il pourrait être possible d établir des habitudes de participation et de consultation entre l employeur et les salarié-es. h) L évolution du marché du travail, l équité salariale et son maintien Nous avons déjà mentionné que peu d entreprises avaient fait une véritable démarche d équité salariale. Dans le cas d entreprises ayant terminé une démarche d équité salariale, il n y a pas de mécanismes formels mis en place pour assurer le maintien de l équité salariale. La loi n oblige pas une participation des salarié-es dans les processus d équité salariale pour les entreprises de moins de 50 personnes. Pourtant, la loi mentionne explicitement le devoir d assurer le maintien de l équité salariale lors du renouvellement d une convention collective, alors que les résultats de la démarche sont élaborés uniquement par l employeur. Dans ce contexte, dans quelle mesure une association syndicale pourrait-elle être tenue responsable de maintenir les résultats d une démarche à laquelle elle n a pas participée et dont les résultats pourraient signifier des reculs pour les salarié-es? Comment sera évaluée l atteinte de l équité salariale dans les faits? La Commission devrait développer des outils servant à identifier si l équité est atteinte et si elle est maintenue. Ces outils pourraient prendre la forme d indicateurs quantitatifs mesurant l écart de salaire entre les emplois féminins et masculins, celui entre les taux de salaire d entrée pour des emplois féminins et masculins, etc. Ces indicateurs aideraient à soulever des questions sur la structure salariale dans l entreprise et à identifier des correctifs possibles si la situation est jugée discriminatoire. La CES pourrait instaurer une veille sur l équité salariale comme il en existe sur d autres sujets. Ce travail permettrait d avoir une information pertinente et une mise à jour régulière sur la situation dans les entreprises et sur les moyens concrets à développer pour soutenir ce travail. Il assurerait aussi que l équité salariale demeure un sujet d actualité.

11 Présentation à la consultation publique de la Commission de l équité salariale 11

12 Présentation à la consultation publique de la Commission de l équité salariale 12 Conclusion Vingt ans d application de la Charte des droits et libertés de la personne du Québec nous ont montré les limites d un système basé sur des plaintes pour lutter contre la discrimination salariale. L adoption d une loi proactive en 1996 a constitué un pas important pour les femmes et pour la société en reconnaissant l importance d appliquer l équité salariale dans les milieux de travail. Six ans après l adoption de la loi, nous constatons un très grand retard dans son application. Ce retard est dû à différents facteurs dont particulièrement l existence du Chapitre 9 de la loi permettant aux employeurs de faire accepter des programmes n ayant d équité salariale que le nom. Les décisions de la CES dans ces dossiers ont confirmé les craintes que nous avions déjà exprimées à savoir que les employeurs n avaient pas à démontrer que l équité salariale était atteinte dans leur entreprise. Le message lancé par la CES signifiait que les employeurs du Québec pouvaient poursuivre dans le même sens que ceux ayant eu recours au Chapitre 9, c est-à-dire tenter de ne pas véritablement appliquer l équité salariale dans leur entreprise. Ainsi, d autres facteurs pouvant expliquer le retard dans l application de la loi se sont ajoutés tels les tactiques des employeurs pour retarder les démarches d équité salariale, le manque d information et de sensibilisation auprès des femmes et des employeurs, l impossibilité pour les salarié-es de participer et de faire valoir leur point de vue et le peu de soutien de la part de la CES. Mentionnons pour terminer le manque de moyens appropriés pour rejoindre et apporter un soutien particulier aux femmes non syndiquées. Nous avons mentionné les lacunes et les difficultés que nous avons identifiées dans le travail afin de partager avec la CES l information et l expérience nécessaires pour trouver des solutions concrètes. Nous espérons que la Commission de l équité salariale utilisera pleinement le mandat qui lui est dévolu afin de modifier cette situation et de faire en sorte que l équité salariale s applique dans l ensemble des milieux de travail au Québec. Soyez assurés de notre entière collaboration dans la suite de vos travaux.

COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE?

COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE? COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE? Information à l intention des personnes salariées travaillant dans une entreprise de 10 à 49 personnes salariées La Loi sur l équité

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

pas d exception pour le secteur de la construction!

pas d exception pour le secteur de la construction! Loi sur l équité salariale : pas d exception pour le secteur de la construction! Souvent, les dirigeants d entreprises du secteur de la construction vont dire : «Nous sommes régis par la Commission de

Plus en détail

Conciliation en matière d équité salariale

Conciliation en matière d équité salariale Conciliation en matière d équité salariale Colloque international CRIMT La négociation au travail Le travail de négociation 25-26 avril 2013 NÉGOCIATION? «L équité salariale ne se négocie pas, elle est

Plus en détail

OUTIL DE PLANIFICATION DE L ÉVALUATION DU MAINTIEN DE L ÉQUITÉ SALARIALE

OUTIL DE PLANIFICATION DE L ÉVALUATION DU MAINTIEN DE L ÉQUITÉ SALARIALE OUTIL DE PLANIFICATION DE L ÉVALUATION DU MAINTIEN DE L ÉQUITÉ SALARIALE 2014-2015 FAITES VOTRE BILAN Cet outil vise à faciliter la planification de l évaluation du maintien de l équité salariale, selon

Plus en détail

Foire aux questions. Qu est-ce que l équité salariale?

Foire aux questions. Qu est-ce que l équité salariale? Foire aux questions Qu est-ce que l équité salariale? Selon la Commission de l équité salariale, le principe de l'équité salariale réfère au droit des personnes occupant un emploi à prédominance féminine,

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE?

COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE? COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE? Information à l intention des personnes salariées travaillant dans une entreprise de 100 personnes salariées ou plus La Loi sur

Plus en détail

Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est

Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est Section locale 2000 Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est actuellement en vigueur... 3 1997...3

Plus en détail

Tableau synoptique du chapitre 7

Tableau synoptique du chapitre 7 Tableau synoptique du chapitre 7 Le rôle du superviseur dans le processus de rémunération Le superviseur peut être appelé à : participer à l évaluation des postes de ses employés. prendre des décisions

Plus en détail

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale)

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Chapitre 4 Recouvrement des créances fiscales Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Mise en contexte Créances fiscales : 7,6 G$ au 31 mars 2011 Somme avant ajustements pour tenir

Plus en détail

BULLETIN QUESTIONS-RÉPONSES PROGRAMME D ÉQUITÉ SALARIALE

BULLETIN QUESTIONS-RÉPONSES PROGRAMME D ÉQUITÉ SALARIALE BULLETIN QUESTIONS-RÉPONSES PROGRAMME D ÉQUITÉ SALARIALE La Ville de Montréal et le Syndicat des fonctionnaires municipaux de Montréal (SCFP) LE 9 FÉVRIER 2011 Dans le cadre du deuxième affichage faisant

Plus en détail

Relativité salariale et échelles de traitement : une mise au point

Relativité salariale et échelles de traitement : une mise au point Relativité salariale et échelles de traitement : une mise au point 9 septembre 2013 Bonjour à toutes et à tous, L article de Lisa-Marie Gervais publié dans Le Devoir de ce samedi 7 septembre concernant

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 37080 FRA Québec, le : 11 juin 2015 Membre : Sophie Raymond, commissaire Commission de l équité salariale et Toiture bon prix Abitibi inc. Partie mise en

Plus en détail

PROGRAMME INSTITUTIONNEL D ÉQUITÉ SALARIALE ÉVALUATION DU MAINTIEN DE L ÉQUITÉ SALARIALE

PROGRAMME INSTITUTIONNEL D ÉQUITÉ SALARIALE ÉVALUATION DU MAINTIEN DE L ÉQUITÉ SALARIALE PROGRAMME INSTITUTIONNEL D ÉQUITÉ SALARIALE ÉVALUATION DU MAINTIEN DE L ÉQUITÉ SALARIALE en vertu du chapitre IV.I de la Loi sur l équité salariale, visant les personnes représentées par : Syndicat des

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 36455 FRA Québec, le : 17 février 2015 Membre : Sophie Raymond, commissaire Commission de l équité salariale et 9061 1674 Québec inc. (connue sous le nom

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS DE LA CAMPAGNE «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 Réalisé par le Service Prévention Santé de

Plus en détail

Harcèlement psychologique en milieu de travail syndiqué

Harcèlement psychologique en milieu de travail syndiqué Harcèlement psychologique en milieu de travail syndiqué Point de vue syndical sur l application des lois Michelle Desfonds Marie-Claude Morin Communication présentée à la 6e Conférence internationale sur

Plus en détail

régime d assurance collective

régime d assurance collective régime d assurance collective L heure d adhérer Ma ligne de vie Ma ligne de santé Ma ligne de protection de revenu 2 Bonjour, je suis Fiche Adhésion, la toute dernière de la série des fiches. Ma mission

Plus en détail

Les salariés et la réforme de la formation professionnelle

Les salariés et la réforme de la formation professionnelle Les salariés et la réforme de la formation professionnelle Sondage Ifop pour Théâtre à la Carte Contacts Ifop : Anne-Sophie VAUTREY - Directrice d études Département Opinion et Stratégies d Entreprise

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DUPERSONNEL DE SOUTIEN (PO 13) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL

Plus en détail

Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020. De la version 2005 à la version 2012

Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020. De la version 2005 à la version 2012 Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020 De la version 2005 à la version 2012 Plan de la présentation L intervention sera structurée suivant les 8 chapitres de la norme. Publiée le 1 er mars 2012, homologuée

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

Intégration : la limite est dépassée Faut faire plus qu en parler!

Intégration : la limite est dépassée Faut faire plus qu en parler! Intégration : la limite est dépassée Faut faire plus qu en parler! Le chemin parcouru L intégration des élèves en difficulté en classe régulière est une priorité pour la Fédération des syndicats de l enseignement

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 16085 FRA Québec, le : 17 janvier 2013 Membres : Marie Rinfret, présidente Sophie Raymond, commissaire Personne salariée Partie plaignante et Auberge du Portage

Plus en détail

Règlement sur l immigration à Montréal

Règlement sur l immigration à Montréal Projet de règlement Règlement sur l immigration à Montréal Présenté par Luis Nobre Jeune Conseil de Montréal 2013 Projet de règlement numéro 2 Règlement sur l immigration à Montréal PRÉSENTATION Présenté

Plus en détail

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est penchée ce que nous pourrions faire pour aider nos clients

Plus en détail

DISTORSION DE LA STRUCTURE SALARIALE DES ENSEIGNANTES ET DES ENSEIGNANTS DE CEGEP FNEEQ-CSN

DISTORSION DE LA STRUCTURE SALARIALE DES ENSEIGNANTES ET DES ENSEIGNANTS DE CEGEP FNEEQ-CSN DISTORSION DE LA STRUCTURE SALARIALE DES ENSEIGNANTES ET DES ENSEIGNANTS DE CEGEP FNEEQ-CSN Février 2011 Distorsion de la structure salariale des enseignantes et des enseignants de cégep Perte de la reconnaissance

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 35457 FRA Québec, le : 3 février 2015 Membres : Marie Rinfret, présidente Sophie Raymond, commissaire Personne salariée syndiquée Partie plaignante et Ville

Plus en détail

HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL

HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES Numéro du document : 0903-07 Adoptée par la résolution : 60 0903 En date du : 2 septembre 2003 Modifiée par la résolution : En date du

Plus en détail

PLAN DE LA PRÉSENTATION

PLAN DE LA PRÉSENTATION DES OUTILS POUR FAVORISER LE TRANSFERT DE FERME : RAPPORT D ÉTUDE Par Marie-Eve Bourdeau Colloque sur l établissement et le retrait en agriculture Le 18 mars 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION 1. Contexte 2.

Plus en détail

Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013. Présenté verbalement lors du Conseil fédéral de novembre 2013

Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013. Présenté verbalement lors du Conseil fédéral de novembre 2013 Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013 Présenté verbalement lors du Conseil fédéral de novembre 2013 10 décembre 2013 Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013 Nous sommes

Plus en détail

Charte du Bénévolat dans votre association (règles du jeu collectives) Convention d engagement réciproque (règles du jeu individuelles)

Charte du Bénévolat dans votre association (règles du jeu collectives) Convention d engagement réciproque (règles du jeu individuelles) France Bénévolat a mis au point deux documents type qui peuvent servir de base à la clarification des règles du jeu entre bénévoles et associations et permettre ainsi le développement de bonnes pratiques.

Plus en détail

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La gestion de la santé et de la sécurité du travail doit faire partie intégrante des activités quotidiennes d un établissement.

Plus en détail

Le harcèlement psychologique au travail

Le harcèlement psychologique au travail COMMISSION DES NORMES DU TRAVAIL Le harcèlement psychologique au travail COMPRENDRE PRÉVENIR COMPRENDRE Au Québec, chaque salarié a droit à un milieu de travail où il n y a pas de harcèlement psychologique.

Plus en détail

Résumé du Mémoire d Executive Master

Résumé du Mémoire d Executive Master EXECUTIVE MASTER EN POLITIQUES ET PRATIQUES DU DEVELOPPEMENT (DPP) Année Académique 2012 2013 Résumé du Mémoire d Executive Master Bilan d une approche basée sur l accompagnement des partenaires: Cas du

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE. 8-9.05 Comité au niveau de l école pour les élèves à risque et les élèves handicapés ou en difficulté d adaptation ou d apprentissage

AIDE-MÉMOIRE. 8-9.05 Comité au niveau de l école pour les élèves à risque et les élèves handicapés ou en difficulté d adaptation ou d apprentissage Version du 2 octobre 2015 COMPOSITION ET NOMINATION AIDE-MÉMOIRE 8-9.05 Comité au niveau de l école pour les élèves à risque et les élèves handicapés ou en difficulté d adaptation ou d apprentissage A)

Plus en détail

Politique institutionnelle pour un milieu d étude et de travail exempt de harcèlement psychologique

Politique institutionnelle pour un milieu d étude et de travail exempt de harcèlement psychologique Politique institutionnelle pour un milieu d étude et de travail exempt de harcèlement psychologique Adoptée par le Conseil d administration Le 6 décembre 2011 1. PRINCIPES ET VALEURS Le Cégep de Saint-Jérôme

Plus en détail

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE Résumé PREFACE 2 INTRODUCTION 2 1. BUT ET CHAMP D APPLICATION 2 2. REFERENCES DOCUMENTAIRES ET NORMES 3 3. TERMES ET DEFINITIONS 3 4. POLITIQUE POUR UNE CONSOMMATION RAISONNEE (PCC) 3 5. RESPONSABILITE

Plus en détail

Promouvoir l équité salariale

Promouvoir l équité salariale Promouvoir l équité salariale Guide de mise en œuvre de l égalité salariale au moyen de l évaluation non sexiste des emplois Programme pour la Promotion de la Déclaration de l OIT relative aux principes

Plus en détail

COMMENT LIRE L AFFICHAGE SUR L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMENT LIRE L AFFICHAGE SUR L ÉQUITÉ SALARIALE Juillet 2002 COMMENT LIRE L AFFICHAGE SUR L ÉQUITÉ SALARIALE La Loi sur l équité salariale oblige ts les employeurs dont l entreprise compte 10 personnes salariées plus à réaliser une démarche d équité

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DÉPOSÉ AU CONSEIL DES COMMISSAIRES

RAPPORT ANNUEL DÉPOSÉ AU CONSEIL DES COMMISSAIRES RAPPORT ANNUEL DÉPOSÉ AU CONSEIL DES COMMISSAIRES POUR L ANNÉE SCOLAIRE 2012-2013 Préparé le 4 septembre 2013 Déposé le 11 septembre 2013 En vertu de l article 220.2 de la Loi sur l instruction publique

Plus en détail

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible Le 6 février 2007. Du concept de métier lourd à celui de métier pénible - Réflexion sur l évolution - Sandra Invernizzi Métier lourd et métier pénible La notion de métier lourd reconnaît qu un métier comporte

Plus en détail

PROGRAMME DISTINCT D ÉQUITÉ SALARIALE DU GROUPE PROFESSIONNEL ÉVALUATION DU MAINTIEN DE L ÉQUITÉ SALARIALE

PROGRAMME DISTINCT D ÉQUITÉ SALARIALE DU GROUPE PROFESSIONNEL ÉVALUATION DU MAINTIEN DE L ÉQUITÉ SALARIALE PROGRAMME DISTINCT D ÉQUITÉ SALARIALE DU GROUPE PROFESSIONNEL ÉVALUATION DU MAINTIEN DE L ÉQUITÉ SALARIALE en vertu du chapitre IV.I de la Loi sur l équité salariale, visant les professionnelles et les

Plus en détail

L A GESTION INTÉGRÉE DES ABSENCES POUR RA ISONS DE SA NTÉ

L A GESTION INTÉGRÉE DES ABSENCES POUR RA ISONS DE SA NTÉ L A GESTION INTÉGRÉE DES ABSENCES POUR RA ISONS DE SA NTÉ Les grandes lignes du programme À l intention des gestionnaires du Mouvement Desjardins UNE APPROCHE NOVATRICE Le Mouvement Desjardins est soucieux

Plus en détail

Discrimination salariale / Équité salariale

Discrimination salariale / Équité salariale J Discrimination salariale / Équité salariale Les employeurs n accordent pas une valeur juste au travail des femmes et aux tâches faites par d autres groupes désignés. Les syndicats peuvent changer la

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

ENTENTE RELATIVE À L ÉLABORATION D UN PROGRAMME D ÉQUITÉ SALARIALE CONCERNANT LES COLS BLANCS DE LA VILLE DE GATINEAU

ENTENTE RELATIVE À L ÉLABORATION D UN PROGRAMME D ÉQUITÉ SALARIALE CONCERNANT LES COLS BLANCS DE LA VILLE DE GATINEAU ENTENTE RELATIVE À L ÉLABORATION D UN PROGRAMME D ÉQUITÉ SALARIALE CONCERNANT LES COLS BLANCS DE LA VILLE DE GATINEAU Objet : Programme d équité salariale QUE QUE QUE QUE les dispositions de la Loi sur

Plus en détail

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004 Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité Ébauche septembre 2004 Le présent guide a été conçu dans le but d aider les petits exploitants du domaine de l aviation

Plus en détail

«L art d accompagner les dirigeants» COACHING CROISÉ ACCOMPAGNEMENT DE DIRIGEANTS ET MENTORAT. Le partenaire de votre réussite

«L art d accompagner les dirigeants» COACHING CROISÉ ACCOMPAGNEMENT DE DIRIGEANTS ET MENTORAT. Le partenaire de votre réussite «L art d accompagner les dirigeants» COACHING CROISÉ ACCOMPAGNEMENT DE DIRIGEANTS ET MENTORAT F A I S O N S CONNAISSANCE > VOUS ÊTES Dirigeant d une petite ou moyenne entreprise Repreneur d une entreprise

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

POLITIQUE D APPROVISIONNEMENT RESPONSABLE AU CÉGEP DE DRUMMONDVILLE

POLITIQUE D APPROVISIONNEMENT RESPONSABLE AU CÉGEP DE DRUMMONDVILLE POLITIQUE N o 21 POLITIQUE D APPROVISIONNEMENT RESPONSABLE AU CÉGEP DE DRUMMONDVILLE Adoptée le 4 mai 2010 cegepdrummond.ca Adoptée au conseil d administration : 4 mai 2010 (CA-10-05-04-06) Cégep de Drummondville

Plus en détail

PROCESSUS RÉGISSANT L UTILISATION DE LA LIGNE ÉTHIQUE DU BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL DE LA VILLE DE MONTRÉAL

PROCESSUS RÉGISSANT L UTILISATION DE LA LIGNE ÉTHIQUE DU BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL DE LA VILLE DE MONTRÉAL PRÉAMBULE OBJECTIFS PROCESSUS RÉGISSANT L UTILISATION DE LA LIGNE ÉTHIQUE DU BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL DE LA VILLE DE MONTRÉAL PRÉAMBULE Considérant la reconnaissance par la Ville de Montréal (ci-après

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

FORFAIT ANNUEL EN JOURS

FORFAIT ANNUEL EN JOURS CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DU COMMERCE DE DÉTAIL ET DE GROS À PRÉDOMINANCE ALIMENTAIRE AVENANT N 52 DU 17 SEPTEMBRE 2015 FORFAIT ANNUEL EN JOURS Préambule Le présent accord a pour objet la fixation

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes. La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités

Politique de gestion des plaintes. La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités Politique de gestion des plaintes La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités PRÉAMBULE L administration gouvernementale québécoise place au cœur de ses priorités la qualité

Plus en détail

Programme pour contrer toute forme de violence ou de harcèlement

Programme pour contrer toute forme de violence ou de harcèlement Programme pour contrer toute forme de violence ou de harcèlement Adopté au Conseil d administration le 29 novembre 2004 Table des matières Préambule... 3 Définitions... 4 Objectifs, principes et champ

Plus en détail

"#$!%&!'(')$$*&!+%)!,#!-.(&,/*.0#!#-!,#!01-(0*.'2*,#3! $45*00#!,41$67#!#-!'.#&8!,*&!#&7*$9! :%-'$(;#0#&-!

#$!%&!'(')$$*&!+%)!,#!-.(&,/*.0#!#-!,#!01-(0*.'2*,#3! $45*00#!,41$67#!#-!'.#&8!,*&!#&7*$9! :%-'$(;#0#&-! "#$%&'(')$$*&+%),#-.(&,/*.0##-,#01-(0*.'2*,#3 $45*00#,41$67##-'.#&8,*&#&7*$9 :%-'$(;#0#&- La continuité d une carrière enrichie par le changement Expert depuis plus de 25 ans en outplacement et conseil

Plus en détail

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS becret OGER INTERNATIONAL [Sélectionnez la date] Service Ressources Humaines OGER INTERNATIONAL Avril 2012 PREAMBULE Constatant que le taux d emploi des 55-64

Plus en détail

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024 Note de service À : De : Tous les Fellows, affiliés, associés et correspondants de l Institut canadien des actuaires Geoff Guy, président Conseil des normes actuarielles Date : Le 29 mars 2007 Objet :

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Comité de concertation en entreprises (CM) 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2009-09-14 Table des matières Section 1 : p. 2 sur 7 Table des matières RÉFÉRENCE TABLE DES MATIÈRES...

Plus en détail

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la Commission des affaires sociales de l Assemblée nationale

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la Commission des affaires sociales de l Assemblée nationale PROJET DE LOI N O 108 LOI MODIFIANT LA LOI SUR L ASSURANCE PARENTALE ET D AUTRES DISPOSITIONS LÉGISLATIVES Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la Commission des affaires sociales

Plus en détail

C est quoi le RREGOP?

C est quoi le RREGOP? C est quoi le RREGOP? C est un acronyme signifiant : Régime de retraite des employés du gouvernement et des organismes publics. Créé le 1 er juillet 1973, le RREGOP vise les employés réguliers et occasionnels

Plus en détail

NOTE DE SERVICE DESTINATAIRES : DATE : Le 4 septembre 2015 OBJET :

NOTE DE SERVICE DESTINATAIRES : DATE : Le 4 septembre 2015 OBJET : NOTE DE SERVICE DESTINATAIRES : Personnes responsables locales à la «classification et carrière» des sections de Revenu Québec (RQ) Personnes responsables locales à la «classification et carrière» des

Plus en détail

FICHE. Le financement

FICHE. Le financement FICHE # 7 Le financement Le financement Pourquoi entreprendre cette démarche? Parce que c est par le financement à la mission globale que les organismes communautaires autonomes pourront réaliser leur

Plus en détail

OUTIL DIAGNOSTIQUE DE L ACTION EN PARTENARIAT

OUTIL DIAGNOSTIQUE DE L ACTION EN PARTENARIAT OUTIL DIAGNOSTIQUE DE L ACTION EN PARTENARIAT Angèle Bilodeau, Ph.D. 1, 2 Marilène Galarneau, M.Sc. 2 Michel Fournier, M.Sc. 1 Louise Potvin, Ph.D. 2 Gilles Sénécal, Ph.D. 2, 3 Jocelyne Bernier, M.Sc.

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques En 2013, le Conseil des arts du Canada a publié le Document d'information : Révision des programmes de subventions de fonctionnement

Plus en détail

PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES

PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES Aidez vos clients à protéger leur entreprise contre les frais imprévus.

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

SYNTHESE DES POSITIONS RETENUES LORS DE LA REUNION EMPLOYEUR DU 14 DECEMBRE 2010. Maître Joël FERRION Le 19/01/2011

SYNTHESE DES POSITIONS RETENUES LORS DE LA REUNION EMPLOYEUR DU 14 DECEMBRE 2010. Maître Joël FERRION Le 19/01/2011 SYNTHESE DES POSITIONS RETENUES LORS DE LA REUNION EMPLOYEUR DU 14 DECEMBRE 2010 Maître Joël FERRION Le 19/01/2011 Faut-il ou non une nouvelle convention collective? A l origine l idée de l autonomisation

Plus en détail

L ACTE SOUS SIGNATURE JURIDIQUE. Les domaines d application en matière de droit social

L ACTE SOUS SIGNATURE JURIDIQUE. Les domaines d application en matière de droit social L ACTE SOUS SIGNATURE JURIDIQUE Les domaines d application en matière de droit social Dans le domaine du droit social l acte juridique occupe une place prépondérante. La négociation est en effet un mode

Plus en détail

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN POLITIQUE : 5-12 Services éducatifs Entrée en vigueur : 19 avril 2011 (CC110419-10) TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

Plus en détail

licenciement collectif cessation d emploi

licenciement collectif cessation d emploi Commission des normes du travail L avis de licenciement collectif L avis de cessation d emploi L avis de licenciement collectif L avis de cessation d emploi Vous devez mettre fin à l emploi de 10 salariés

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

RÈGLES DE GESTION INTERNE

RÈGLES DE GESTION INTERNE RÈGLES DE GESTION INTERNE TITRE: NATURE DU DOCUMENT: Règlement x Procédure Page 1 de 6 x Politique Directive C.A. C.E. x C.G. Direction générale Résolution 00-650-6.00 Direction x Nouveau document x Amende

Plus en détail

«Pratique de la GPEC dans les entreprises»

«Pratique de la GPEC dans les entreprises» «Pratique de la GPEC dans les entreprises» Etat des lieux Etude réalisée par En partenariat avec Avril 2009 www.cerclerh.com Sommaire 1- Introduction 2- Méthodologie 3- Signalétique 4- Pratiques de la

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Décret relatif au départ à la retraite à 60 ans

DOSSIER DE PRESSE. Décret relatif au départ à la retraite à 60 ans DOSSIER DE PRESSE Décret relatif au départ à la retraite à 60 ans 6 juin 2012 Fiche 1 : Présentation de la mesure Fiche 2 : Pourquoi cette mesure? Fiche 3 : Comment s appliquera-t-elle? A qui bénéficiera-t-elle?

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 6726 FRA Québec, le : 20 février 2013 Membres : Marie Rinfret, présidente Sophie Raymond, commissaire Personne salariée Partie plaignante et Centre d accueil

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir. Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au

Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir. Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au PLAN D INTERVENTION Service des ressources éducatives Version finale

Plus en détail

GUIDE DE DÉTERMINATION DE L ÉCHELON SALARIAL

GUIDE DE DÉTERMINATION DE L ÉCHELON SALARIAL GUIDE DE DÉTERMINATIONN DE L ÉCHELON SALARIAL CALCUL DE L EXPÉRIENCEE ET DE LA SCOLARITÉ AVANCEMENT D ÉCHELON EN «PROGRESSION NORMALE» ET EN «PROGRESSION ACCÉLÉRÉE» CONVENTION 2010-2015 JANVIER 2012 Rédaction

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Foire aux questions. 1. Comment savoir quels ajustements s appliquent aux trois fonctions suivantes :

Foire aux questions. 1. Comment savoir quels ajustements s appliquent aux trois fonctions suivantes : Foire aux questions Mise à jour le 5 janvier 2011 Liste des questions 1. Comment savoir quels ajustements s appliquent aux trois fonctions suivantes : Technicien / Technicienne en coordination du travail

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES Politique adoptée par la Résolution CA-2013-2014-7 du conseil d administration du Conservatoire à sa 26 e séance ordinaire tenue

Plus en détail

La mission du Carrefour de formation, de recherche et de référence de l AQRP Fusionner et diffuser les savoirs pour changer les pratiques

La mission du Carrefour de formation, de recherche et de référence de l AQRP Fusionner et diffuser les savoirs pour changer les pratiques La mission du Carrefour de formation, de recherche et de référence de l AQRP Fusionner et diffuser les savoirs pour changer les pratiques Nature du projet Mise en place d un Carrefour de formation, de

Plus en détail

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL PLAN : I. Introduction II. Définitions : 1) Fonction paie personnel 2) Audit paie personnel III. Démarche de l audit paie et personnel IV. audit cycle paie personnel 1)

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

Exemples d utilisation

Exemples d utilisation Exemples d utilisation Afin de vous donner une indication de la puissance de Librex, voici quelques exemples de la façon dont le logiciel peut être utilisé. Ces exemples sont des cas réels provenant de

Plus en détail

La loi sur l équité salariale du Québec

La loi sur l équité salariale du Québec RÉSEAU DES FEMMES PARLEMENTAIRES DES AMÉRIQUES La loi sur l équité salariale du Québec Notes pour une allocution de Mme Danielle Doyer, députée de Matapédia, dans le cadre du Forum panaméricain «Citoyenneté

Plus en détail

Tous pour un... un pour tous!

Tous pour un... un pour tous! Tous pour un... un pour tous! Activités de développement de la solidarité Élèves du primaire GUIDE D ANIMATION À L INTENTION DES ENSEIGNANTS proposé par 5935, St-Georges, bureau 310 Lévis (Québec) G6V

Plus en détail

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE n Quelles sont les différences et les similarités, d après certaines caractéristiques du milieu familial et les réponses au questionnaire, entre les élèves de 9 e année inscrits au cours théorique et au

Plus en détail

Services d orientation pour adultes

Services d orientation pour adultes Services d orientation pour adultes Le c.o. pour adultes est le spécialiste de la relation entre l individu, le travail et la formation. Se réorienter Trouver un travail à sa mesure Faire le point sur

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail