Chiffres. et commentaires. 2011, les TPE toujours dans la course. Activité : +2,6% Résultat : +2,3%

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chiffres. et commentaires. 2011, les TPE toujours dans la course. Activité : +2,6% Résultat : +2,3%"

Transcription

1 Chiffres Collection de la France des TPE Cahier n 18, octobre 212 et commentaires 211, les TPE toujours dans la course Activité : +2,6% : +2,3% 75 PROFESSIONS DU COMMERCE ET DE L ARTISANAT EN FRANCE

2 Édito L édition du cahier "Chiffres et commentaires" de la collection de la France des TPE a été entièrement repensée cette année pour son 18 ème numéro. Cette nouvelle version se caractérise par la réalisation de fiches professionnelles impliquant une rédaction plus orientée métier que secteur d'activité et illustrées de graphiques issus des statistiques professionnelles "Données et évolutions". Chaque fiche est complétée par une analyse de la consommation du marché et des tendances. Elle est illustrée, en outre, par le témoignage d un chef d entreprise sur sa profession. Ce document annuel constitue un recueil unique d analyse de l activité des TPE pour l année 211. Cette analyse, validée par la commission des études économiques, porte sur 23 professions du commerce, de l artisanat et des services et 18 professions du secteur agricole. Des éléments transmis par 133 Centres de Gestion Agrées, membres du réseau, la commission des études économiques a dégagé 75 professions les mieux représentées dans les CGA réparties dans 11 secteurs d activité. L année 211 permet de constater que malgré la "crise économique" et la morosité ambiante les chiffes des TPE restent globalement positifs. En effet l évolution globale du chiffre d affaires est de 2,6% contre +,9% en 21, le résultat hors cotisations exploitant est quant à lui en augmentation de 2,3% proche de la performance de 21. La réduction de l endettement des TPE, conjointe à une nouvelle baisse des investissements, -6,1%, démontre la prudence des chefs d entreprise face à la conjoncture actuelle. Cette baisse régulière de l investissement est préoccupante pour le maintien de "l outil de production" et la compétitivité des entreprises. L engagement des chefs d entreprises est un atout majeur dans ce contexte économique difficile que nous traversons. Les résultats observés au premier semestre 212 les obligent à redoubler d efforts et de maîtrise pour maintenir l activité et la rentabilité. Christiane Company Présidente Chiffres et commentaires Le puy du fou - Venddée INFOS PRATIQUES Cette 18 ème édition présente les indicateurs statistiques sur l évolution économique de près de 193 TPE adhérentes des CGA membres du réseau FCGA/ANPRECEGA. Ces résultats sont calculés à partir des déclarations fiscales 211. Les 75 professions de cette étude sont regroupées en 11 secteurs d activité. Chacun d entre eux présente des informations économiques et sociologiques permettant de positionner les TPE dans leur environnement. Une analyse sur l évolution des critères de gestion et sur les niveaux de résultat vient compléter cette étude. Chacune de ces 75 professions fait enfin l objet d une analyse économique spécifique. Si ces résultats traduisent des tendances bien réelles, ils ne doivent en aucun cas être considérés comme des normes professionnelles. NOTES TECHNIQUES Par convention, le résultat brut est considéré comme la rémunération brute avant impôt du chef d'entreprise, c'est-à-dire son revenu disponible plus ses cotisations sociales. Pour 211, contrairement aux années précédentes, qui se référaient au SMIC net, le SMIC annuel brut, arrondi à 16 5, a été retenu comme indicateur d appréciation du résultat brut. À l aide de ce critère, il est possible de classer et de compter les effectifs d entreprises appartenant aux quatre tranches suivantes de résultat brut : RC inférieur à 16 5, RC compris entre 16 5 et 33, RC compris entre 33 et 49 5, RC supérieur à Les variations des indices de prix retenues sont celles publiées par l INSEE. Voir "Informations Rapides" janvier 212, prix à la consommation, en moyenne annuelle 21 et 211. Pour le secteur du bâtiment, c est la variation annuelle de la moyenne associée à l indice du coût de la construction qui est reprise. La moyenne associée est la moyenne arithmétique de l indice du coût de la construction des quatre trimestres 211 par rapport aux quatre trimestres 21. Les abréviations : CA : Chiffre d affaires CP : CAF : Capacité d autofinancement MB : Marge brute : Excédent brut d exploitation VA : RC : TPE : Très petite entreprise Chiffres et commentaires Cahier n 18 - Octobre 212 Collection de la France des TPE Réalisé par : La Fédération des Centres de Gestion Agréés, FCGA, 2 rue Meissonier, 7517 Paris avec la participation de : L Association Nationale des Directeurs de Centres et Associations agréés, ANPRECEGA Directeur de la publication : Christiane Company, FCGA Directeurs délégués de la publication : Yves Marmont, FCGA Jean-Pierre Bonnet, ANPRECEGA Directeur de la rédaction : Yves Granier, CGA des Hauts de France Comité de rédaction : Nathalie Azmi, OGA Atlantic ; Marianne Baufle, CRGA Franche-Comté ; Marie-Dominique Celin, CGA Cornouailles ; Patrick Chauvigné, Centre Anjou Gestion ; Marie-Line Dufourg, CGA Libourne ; Jean Florin, CGA Côtes d'armor ; Yves Granier, CGA des Hauts de France ; Thierry Guérin, Xavier Hebrard, CGA Landes de Gascogne ; CGA Val de France ; Christine Lasne, CGA des Hauts de France ; Hélène Livet, CRGA Franche-Comté ; Jocelyne Loré, CGAIBA ; Vincent Mémin, CGA Charente-Maritime. Comité de validation des données : Véronique Bertrand, CGA79 ; Jean-Pierre Bonnet, CGA Vendée ; Marie-Line Dufourg, CGA Libourne ; Jean Florin, CGA Côtes d'armor ; Yves Granier, CGA des Hauts de France ; Yves Marmont, FCGA ; Martine Samat, CGA des Bouches du Rhône. Participation pour les témoignages : Christine Berthomieu, CGAL Libourne ; Nathalie Condouret, CECOGIR ; Thierry Garbaye, CECOGEB ; Bruno Jouan, CGA 37 ; Brigitte Lemeillet, CGALA ; Philippe Legault, CGAIB ; Marie-Laure Marmouzet, CGA du Douaisis ; Jean-Baptiste Robineau, CGA 74 ; Catherine Sussan, CECOGIR ; Nicole Vergara, CEGECOBA Traitement informatique : Alain Blaizeau, OGA Atlantic Conception-maquette : Nathalie Azmi, OGA Atlantic Impression : Imprimerie Boutet, 856 Boufféré Édition : SAS CGA Diffusion, 2 rue Meissonier, 7517 Paris, Tél ISSN : X - Cahier annuel, prix : 45 TTC

3 Sommaire 4 6 Boucherie : Période fade Boucherie-Charcuterie : Manque de sel Charcuterie : Aigre doux Boulangerie-Pâtisserie : Manque de levain Pâtisserie : Recette sans succès Alimentation générale : Faible course Supérettes : Rayon cherche résultat Fruits et légumes : Peu juteux Crémerie : Abondance Poissonnerie : Vents portants 14 Maroquinerie : Des affaires dans le sac Prêt-à-porter : De plus en plus court Lingerie féminine : Réajustée Chaussures : Toujours en marche Mercerie : Bouton dort Horlogerie-Bijouterie : Brillant 2 Antiquités, brocante : Redoré Cadeaux, souvenirs : Surprise Ébénisterie, rénovation de meubles : Dépoussiéré Tapisserie, décoration : Étoffé Électroménager, radio, TV, Hifi : Brun, blanc, rouge Fleurs : Rose pâle 26 Salon de coiffure : Garde des couleurs Coiffure à domicile : Lisse Esthétique : À peaufiner Parfumerie, Produits de beauté : Embellie Esthétique et Parfumerie : Volatile 3 ENSEMBLE ET SECTEURS D'ACTIVITÉ 211, TPE toujours dans la course COMMERCE DE DÉTAIL ALIMENTAIRE ÉQUIPEMENT DE LA PERSONNE ÉQUIPEMENT DE LA MAISON BEAUTÉ-ESTHÉTIQUE CULTURE ET LOISIRS Articles de pêche et de chasse : Tir groupé Articles de sport : Pas de record Commerce et rép. de cycles et de scooters : Pas de dopage! Librairie, papeterie, presse : Zéro papier? Tabac, jeux, journaux : Nuage de fumée Studio photographique : Hors cadre Café-hôtellerie-restauration Café-tabac, jeux, journaux : Pas encore le jackpot Café-jeux : Sans arôme Hôtel sans restaurant : À ressort Hôtel-Restaurant : En sommeil Hôtellerie de plein air : La prime aux étoiles Brasserie : Changement de plateau Café-Restaurant : Gamelle Restaurant : Retour en cuisine Crêperie : Crêpes rient Pizzeria : Pas royale Restauration rapide : Moins rapide SANTÉ Pharmacie : Forme générique Prothésiste dentaire : Atone Optique, lunetterie : En demi-teinte SERVICES Cordonnerie : Ça piétine Imprimerie : Sous pression Marbrerie funéraire : Taillé sur mesure Signalétique : Belle affiche Agence immobilière : À l'aide... Entreprise de nettoyage : Ça brille Blanchisserie, pressing : De la vapeur Toilettage d animaux : Dans le sens du poil AUTO-MOTO Carrosserie automobile : Rayures Garage : Quelques ratés Garage, VO-VN : Prestation minimum Garage, VO-VN, carburant : Mauvais rendement Commerce et réparation de motos : Nouvelle glissade TRANSPORTS Ambulance : Chute de tension Transport de marchandises : Fin de course au ralenti Messagerie, fret express : Ne paie pas Taxi : Chaussée glissante BÂTIMENT Couverture : Au top Charpente : Massif Maçonnerie : À la pelle Terrassement, travaux publics : Belle portance Électricité générale : Pas survolté Plomberie, chauffage, sanitaire : Entartré Menuiserie : Bien poncée Serrurerie, métallerie : Serrure 3 points Peinture : Petit filet Plâtrerie, staff, décoration : Belle prise Revêtement sols, murs, carrelage : Ça déroule Chiffres et commentaires - Octobre n 18

4 Ensemble et secteurs d activité CA : +2,6% < RC : +2,3% L'année 211 a vu l'économie française se maintenir, le produit intérieur brut exprimé en euros constants augmentant de 1,7% en moyenne annuelle, au même rythme qu'en 21. Cette bonne orientation, après la forte crise de 29, est due principalement à la demande des entreprises qui ont reconstitué leurs stocks et ont pas mal investi. En revanche, la consommation des ménages marque le pas en 211. Celle-ci n'augmente que de,3% contre 1,4% en 21. L'accélération des prix, +2,1% en 211 contre +1,5% en 21, le ralentissement du pouvoir d'achat et une épargne de précaution encore à la hausse en sont les raisons. Depuis la crise de 28, le rythme moyen de progression de la consommation des ménages est de,1% par trimestre contre,5% entre 2 et 27. Les entreprises du commerce, de l'artisanat et des services qui s'adressent pour beaucoup à ces ménages sont, malgré tout, bien orientées en 211. Leur chiffre d'affaires progresse de 2,6% après une année 21 à +,9%, laquelle faisait suite à une baisse de,8% en 29. La rentabilité finale des TPE françaises participant à l'étude confirme le redressement de 21. Le résultat moyen, exprimé cette année avant cotisations sociales, progresse de 2,3% par rapport à Évolution des ratios économiques 211/21 en K 2,6% Chiffre d affaires 3,% Marge brute 2,4% 4,% 2,1% 2,3% Au sein de ces TPE, certains secteurs d'activité s'en tirent mieux que d'autres. Ainsi les transports, +4,4%, et les services divers, +3,7%, confirment leur belle orientation de 29 en progressant plus vite que la moyenne. La bonne surprise vient du secteur du bâtiment qui retrouve des couleurs avec une hausse d'activité de 4,3% après deux années de baisse, -,3% en 21 et -1,8% en , les TPE toujours dans la course Les huit autres secteurs enregistrent des variations de chiffre d'affaires inférieures à la moyenne de 2,6%. Seul le secteur culture-loisirs est en recul d'activité, -,2% en 211. Entre ces bornes les cafés-hôtels-restaurants maintiennent une bonne orientation, +2,3% en 211 après +2,9% en 21. Les professionnels de l'alimentaire redressent la tête avec un chiffre d'affaires en hausse de 1,5% qui contraste avec la stagnation de 29. Le secteur santé, +,9%, fait moins bien qu'en 21, +1,5%. Les professionnels de l'équipement de la maison et de la personne peinent à retrouver du tonus avec des variations d'activité légèrement positives. Ce bon niveau d'activité constaté en 211 s'accompagne d'une meilleure rentabilité sur l'ensemble des TPE. C'est la bonne progression des marges brutes, +3,%, qui permet de faire face à l'alourdissement des charges de structure et des frais de dont la hausse est de 4,% en 211. Mais la hausse moyenne du résultat brut, +2,3%, cache des performances contrastées. Ainsi, seuls trois secteurs tirent vers le haut. En premier, le secteur santé, qui réalise le meilleur score, +3,2% en 211 après un excellent +6,2% en 21. Puis vient le secteur des services qui continue de progresser nettement, +2,6% en 211, après +3,6% en 21. Enfin, les entreprises du bâtiment restaurent leur rentabilité, +2,% en 211, après un recul de 2,3% enregistré en 21. A l'inverse, les cafés-hôtels-restaurants déçoivent avec une Chiffres clés Nombre d adhérents 193 Chiffre d affaires moyen 256 K moyen net 34 K moyen brut 5 K Indice des prix +2,1% rentabilité en baisse, -,8%, faisant oublier le remarquable +6,6% de 21. Les autres secteurs sont également en baisse de rentabilité en K Évolution des ratios financiers 211/21 4,1% 5,8% -6,1% ,% CAF brute Prélèvements Investissement Endettement Les chefs d'entreprises des TPE étudiées ici ont arbitré le partage du revenu dégagé en leur faveur. Leurs prélèvements, qui correspondent à leurs rémunérations ont augmenté sensiblement, +5,8%, et plus vite que la capacité d'autofinancement brute, +4,1%. Des investissements encore en baisse, -6,1%, et un désendettement toujours marqué peuvent traduire leurs incertitudes quant à l'avenir. 4 Chiffres et commentaires - Octobre n 18

5 Classement des résultats s LES 19 PROFESSIONS QUI GAGNENT PLUS DE 49 5 brut Garage, VO-VN Charpente Crêperie Hôtel sans restaurant Supérettes Serrurerie, métallerie Entreprise de nettoyage Garage, VO-VN, carb ant Horlogerie, bijouterie Boucherie-charcuterie Couverture Café-tabac, jeux, j aux Tabac, journaux, jeux Marbrerie funéraire Agence immobilière Prothésiste dentaire Ambulance Optique, lunetterie Pharmacie Le résultat moyen brut, c est-à-dire avant versement des cotisations sociales dues par le chef d entreprise, est de 5 en 211 contre 48 en 21. Hors le secteur santé, ce résultat se monte à 42. Toutes activités confondues, il se dégage une grande disparité dans la distribution de la rentabilité exprimée par ce résultat brut. Cette distribution est analysée en prenant comme base de référence la valeur annuelle du SMIC brut arrondi à Classement du résultat par profession. Répartition des entreprises 22% 45% 24% 9% LES 25 PROFESSIONS QUI GAGNENT ENTRE ET 49 5 brut Crémerie Peinture Poissonnerie Peintre en lettres Plâtrerie, staff, déco. Électricité générale Carrelage Garage Librairie, pap., presse Transport marchandises Menuiserie Hôtel-restaurant Terrassement,TP. Pâtisserie Brasserie Restaurant Pizzeria Carrosserie automobile Hôtellerie de plein air Station-service Boucherie Plomberie, chauf. sanit aire Maçonnerie Charcuterie Boulangerie-Pâtisserie LES 16 PROFESSIONS QUI GAGNENT ENTRE 33 ET brut < 33 de 33 à de à 49 5 > Quatre tranches ont été établies. La première est bornée à deux fois le SMIC annuel brut. La suivante va de 33 à 41 25, la troisième va de à 49 5 et la dernière compte les professions dont le résultat brut est supérieur à 49 5, soit trois fois le smic brut annuel. Parmi les 77 professions étudiées, elles sont 19 à dégager un bénéfice brut supérieur à 49 5 en 211. Les ambulanciers et taxiambulances côtoient les cafés-tabacs-jeux-journaux, les bouchers-charcutiers, les supérettes, les garagistes ou les couvreurs. Dans la tranche suivante se trouvent 25 professions dont les boulangers-pâtissiers, les maçons, les restaurants, les menuisiers, les crémiers et les poissonniers. La troisième tranche regroupe les 16 professions dont la rentabilité s étage de 33 à En font partie notamment, le prêt-à-porter, les fruits et légumes, les imprimeurs, les chausseurs et les maroquiniers. La dernière tranche regroupe 17 activités dont les revenus sont inférieurs à 33. Les antiquaires, les ébénistes, les salons de coiffure, les fleuristes, les taxis y sont recensés, ainsi que les pressings, les studios-photos, ou la cordonnerie encore l esthétique Prêt-à-porter Fruits et légumes Lingerie féminine Comm. et Rép. cycles Comm. et réparation motos Café, jeux Articles de pêche- chasse Articles de sport Imprimerie Électroménager -Rép tion Parfumerie, produits beauté Messagerie, fret express Chaussures Café-restaurant Électroménager, TV, HIF LES 17 PROFESSIONS QUI GAGNENT MOINS DE 33 brut Coiffure à domicile Toilettage d animaux Mercerie Esthétique Blanchisserie, pressing Salon de coiffure Esthétique, Parfumerie Tapisserie, décoration Cadeaux, souvenirs Studio photographique Fleurs Ébénisterie, rénov.meubles Alimentation générale Taxi Restauration rapide Cordonnerie Maroquinerie Antiquités-brocante Chiffres et commentaires - Octobre n 18 5

6 Boucherie PÉRIODE FADE LA PROFESSION EN 211 en K Évolution des ratios économiques 211/ % Chiffres d'affaires Commerce de détail alimentaire 2.1% Marge brute 1.3% 5.% %.2% CA : +1,6% RC : +,2% Chiffres clés Nombre d adhérents : 689 Chiffre d affaires brut moyen : 36 K brut moyen : 47 K Indice des prix : +2,6% (viandes) En termes de chiffre d affaires et de rentabilité, l année 21 avait été très morose pour les bouchers traditionnels. L année 211 réussit à peine à maintenir le niveau des indicateurs. En effet, l activité progresse de 1,6% et le résultat brut est stable, +,2%, dans un contexte où les prix progressent de 2,6%. Le bénéfice brut dégagé en 211 se monte à 47. Ainsi, les bouchers de proximité sont, comme en 21, en 5 ème position au niveau du commerce de détail alimentaire et 24 ème au classement général. Ils sont 37% à gagner plus de 49 5 bruts et 14% à avoir un résultat brut inférieur à Répartition des entreprises par tranches de résultat en 211 9% 37% 26% 28% Les taux structurels de la profession 1% Chiffre d affaires 35% 25% Marge brute 6% 17% 15% < 16 5 de 16,5 à 33 de 33 à 49 5 > % des bouchers ont un bénéfice inférieur à Les bouchers sont en 5 ème position dans leur secteur et 24 ème au classement général. Les charges de représentent 6% du chiffre d affaires et le résultat, 15 Sur les 4 ans, les hausses du chiffre d affaires et du résultat brut restent proches Palmarès des résultats s Secteur en ème Boucherie- Charcuterie 15ème 2ème 21ème 24ème 31ème 42ème 44ème Supérette Boulangerie- Pâtisserie Charcuterie Boucherie Fruits et légumes Évolution du Chiffre d affaires, du résultat et des charges de Boucherie - Base 1 au 31/12/27 Alimentation G ale C.A. C.P. R.C. Pâtisserie Poissonnerie Crémerie 59ème 65ème Boucherie-charcuterie MANQUE DE SEL LA PROFESSION EN 211 en K Évolution des ratios économiques 211/21 1.8% Chiffres d'affaires 1.3% Marge brute.7% % -.1%.% CA : +1,8% RC : +,% Chiffres clés Nombre d adhérents : Chiffre d affaires brut moyen : 318 K brut moyen : 56 K Indice des prix : +2,6 % (viandes) Après un léger recul en 21, les boucheries-charcuteries enregistrent une amélioration de leur chiffre d affaires de +1,8% mais l accroissement des charges ne permet pas d augmenter le résultat qui reste similaire à 21. Environ 6% de ces professionnels gagnent moins d un smic annuel brut, ¼ d entres eux se situent entre 33 et 49 5, mais ils sont près de la moitié à obtenir un résultat brut supérieur à 49 5 soit plus de 3 smic annuel brut. Cette profession obtient la 1 ème place du palmarès général et la première du secteur des commerces de détail alimentaire. 6 Chiffres et commentaires - Octobre n 18

7 Revêtement de sols, murs ÇA DÉROULE LA PROFESSION EN 211 en K Évolution des ratios économiques 211/21 4.9% Chiffres d'affaires 4.7% Marge brute 4.1% 6.8% % 3.4% CA : +4,9% RC : +3,4% Chiffres clés Nombre d adhérents : Chiffre d affaires brut moyen : 146 K brut moyen : 43 K Variation de la moyenne associée du coût de la construction : +5,45% Après deux années de baisse, l'activité de revêtements de sols, murs et carrelage retrouve des couleurs. La croissance du chiffre d'affaires, +4,9%, reste toutefois proche de la hausse des prix observée dans le bâtiment pour 211, +5,45%. C'est, avec la peinture, l'un des plus petits niveaux d'activité du secteur. Les marges ont cependant été préservées et les revenus ont progressé de 3,4%. C'est là leur meilleur taux de croissance de ces cinq dernières années. Avec toutefois 43 de revenus, ces professionnels se maintiennent de justesse dans la première moitié du classement général des revenus des entreprises. Ils sont aussi nombreux, 32%, à dégager entre un et deux SMIC que au-delà de trois. Répartition des entreprises par tranches de résultat en 211 Les taux structurels de la profession 1% Chiffre d affaires 32% 69% Marge brute 29% 8% 5% 32% 15% 32% 2% < 16 5 de 16,5 à 33 de 33 à 49 5 > 49 5 Les revenus sont compris, pour 61% de ces professionnels, entre 16 5 et Cette profession de maintient de justesse en première moitié du classement général. Les frais de n'absorbent que 15% du chiffre d'affaires. Après une baisse sur 21, les frais de repartent nettement à la hausse en Palmarès des résultats s Secteur en 211 9ème Couverture 14ème 18ème 22ème 23ème 32ème 34ème 38ème 39ème 4ème 43è Serrurerie, métallerie Charpente Maçonnerie Plomberie, chauffage, sanitaire Terrassements, Tvaux publics Menuiserie Carrelage Électricité générale Plâtrerie, staff, déco. Évolution du Chiffre d affaires, du résultat et des charges de Base 1 au 31/12/27 Peinture C.A. C.P. R.C LE MÉTIER VU PAR... M. Crespin Bruno, revêtement de sols, Marseille (Bouches-du-Rhône) "J exerce mon activité depuis 27. Depuis ces dernières années, les grandes surfaces de bricolage créent une concurrence basse ou moyenne gamme. Pour se démarquer, beaucoup d exigence de qualité et de performances dans les matières travaillées sont nécessaires. Il faut toujours garder une longueur d avance en étudiant de nouveaux produits, telle que la métallisation. Tous les travaux effectués dans les collectivités, hôpitaux, écoles, lieux publics, doivent répondre aux normes et à la réglementation pour le bâtiment, entraînant ainsi des remises à niveaux régulières en terme de sécurité. Les matières travaillées demandent des connaissances particulières. Les nouvelles technologies, blog photos, sites, pages réseaux sociaux Facebook, ont facilité les relations avec les clients. Les contacts se font essentiellement par SMS, MMS ou mails." LE MARCHÉ Après deux années particulièrement difficiles, les professionnels du bâtiment retrouvent le sourire. Le redémarrage de l'activité a été plus rapide que prévu lors des deux premiers trimestres. Soutenue par une belle fin d'année, la hausse annuelle s'établit à 4,3%. Des craintes sur le taux de la TVA, le recentrage du prêt à taux zéro ou la suppression de crédits d'impôts ont boosté l'activité. Le secteur "entretien-réparation", qui concerne notamment ces professionnels, est soutenu par les travaux d'amélioration de la performance énergétique du logement, APEL, en hausse de 4%. En 211, permis de construire ont été délivrés, en hausse de 17,9% par rapport à l'année précédente. Les mises en chantiers ont progressé globalement de près de 22%, avec notamment unités en neuf, un gain de 22,2%. À la fin 211, l'emploi intérimaire du bâtiment s'élevait à 12 équivalents temps plein, en hausse de 1% sur un an. Les crédits sont à des taux historiquement bas mais plus difficiles à obtenir. De plus, les turbulences sur l'économie, mondiale ou européenne, rendent plus frileux le consommateur. Le ralentissement envisagé pour 212 a été confirmé au cours des premiers trimestres de l'année. L'emploi, plutôt préservé jusqu'à présent, risque de souffrir nettement. Les TPE jouent là un rôle d'amortisseur, limitant au maximum les licenciements, notamment en 28 et 29. Cet effet risque de trouver ses limites en 212. Source : Chiffres et commentaires - Octobre n 18 71

8 RÉALISATION : Fédération des Centres de Gestion Agréés, 2 rue Meissonier, 7517 Paris - Tél : Association Nationale des Directeurs de Centres et Associations de Gestion Agréés, 52 rue d'illiers, Orléans - Tél : Édition : CGA Diffusion, 2 rue Meissonier, 7517 Paris - Tél :

9 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Chiffres et Commentaires Cahier n 18 Réf/gb stats 27 novembre 212 Combien gagnent les commerçants? La 18ème édition du recueil «Chiffres et Commentaires» publié par la Fédération des centres de gestion agréés (FCGA) passe au crible les revenus des artisans et des commerçants en 211. Une enquête inédite qui compare les performances de 75 professions du commerce et de l artisanat dans 11 secteurs d activité. Principaux enseignements. Pour en savoir plus : (Catégorie : Observatoire de la Petite Entreprise) Tchao la crise? En 211, l activité des petites entreprises du commerce et de l artisanat redémarre : +2,6% contre +,9% en 21. Hausse du chiffre d affaires et stabilité de la variation des bénéfices avec un résultat moyen qui s établit à +2,3% (contre +2,1% l année précédente). Globalement, les commerçants et les artisans renouent avec la croissance dans un contexte économique pourtant toujours préoccupant. Et ces deux indicateurs statistiques dissimulent en réalité de fortes disparités sectorielles. Si les transports (+4,4%) et le bâtiment (+4,3%) font la course en tête, la culture et les loisirs (-,2%) ainsi que la santé (+,9%) figurent en queue de peloton. Menace sur la compétitivité L étude exclusive de la FCGA met également en exergue une baisse inquiétante des investissements dans les petites entreprises du commerce et de l artisanat : -6,1%. Alors que Louis Gallois, Commissaire à l Investissement, vient de remettre son rapport sur la compétitivité de l économie française, ce constat est préoccupant. La réduction des investissements dans les TPE peut menacer la qualité de leur outil de production et affaiblir leur compétitivité. Le palmarès des revenus L analyse comparative des résultats s bruts (avant versement des cotisations sociales dues par le chef d entreprise) laisse apparaître d importants écarts entre les différentes professions. En 211, le résultat moyen brut, tous secteurs confondus, s élève à 5 (contre 48 en 21). Mais il chute à 42 si l on exclut les métiers de la santé (pharmaciens, opticiens, prothésistes dentaires) dont les niveaux élevés de revenus «gonflent» artificiellement les moyennes statistiques. Ils gagnent moins de professions réalisent un résultat brut inférieur à 2 fois le SMIC annuel brut (33 ). 3 occupent la première marche du podium :

10 - L antiquité-brocante : 32 - La cordonnerie : 32 - La restauration rapide : 32 Ils gagnent entre 33 et professions dégagent un résultat brut qui oscille entre ces deux seuils. 3 arrivent en tête avec des résultats quasiment identiques : - La maroquinerie : 41 - L électroménager-tv-hifi : 41 - Les cafés-restaurants : 4 Ils gagnent entre et professions affichent un résultat brut compris dans cette deuxième tranche. Trois se partagent la première place : - La boulangerie-pâtisserie : 49 - La charcuterie : 49 - La maçonnerie : 49 Ils gagnent plus de professions enregistrent un résultat brut supérieur à 3 fois le SMIC brut annuel (49 5 ). Les trois premières sont : - La pharmacie : L optique-lunetterie : 93 - Le transport de malades (ambulances) : 79 METHODOLOGIE DE L ETUDE «CHIFFRES ET COMMENTAIRES» Cette 18 ème édition présente les indicateurs statistiques sur l évolution économique de près de 193 TPE adhérentes des CGA membres du réseau FCGA/Anprecega. Ces résultats sont calculés à partir des déclarations fiscales 211. Les 75 professions de cette étude sont regroupées en 11 secteurs d activité. Chacun d entre eux présente des informations économiques et sociologiques permettant de positionner les TPE dans leur environnement. Une analyse sur l évolution des critères de gestion et sur les niveaux de résultat vient compléter cette étude. Chacune de ces 75 professions fait enfin l objet d une analyse économique spécifique. Si ces résultats traduisent des tendances bien réelles, ils ne doivent en aucun cas être considérés comme des normes professionnelles. LA FEDERATION DES CENTRES DE GESTION AGREES EN BREF 4 petites entreprises (TPE) et 114 Centres de Gestion Agréés (CGA) 92 % des entreprises nationales ont moins de 1 salariés 5 % des TPE imposées au BIC sont adhérentes à un CGA Grâce à l adhésion à un CGA, le revenu imposable de l entreprise n est pas majoré de 25 %! Le réseau FCGA créé en 1978, c est aussi 2 d emplois salariés et non salariés, 7 milliards d euros de chiffre d affaires et 6 experts-comptables correspondants. Les CGA, structures associatives de proximité, constituent un pôle remarquable de conseils collectifs : aide à la gestion, formation et prévention fiscale. Les TPE bénéficient d une offre pédagogique attractive (les CGA sont parmi les premiers centres formateurs de la petite entreprise avec 5 heures annuelles de formation). La FCGA forme un réseau d information et d assistance aux TPE présent sur l ensemble du territoire national et capitalise une expertise économique et sociale reconnue de la petite entreprise. Elle dispose d outils d observation et d analyse particulièrement fiables qui alimentent régulièrement une base de données statistiques très performante. Contacts presse Guylaine Bourdouleix

2012, coup de froid sur les TPE

2012, coup de froid sur les TPE Chiffres ET COMMENTAIRES Collection de la France des TPE Cahier n 19, octobre 213 www.fcga.fr 212, coup de froid sur les TPE Activité : +,5% Résultat : -2,5% ZOOM SUR LES CAFÉS, HÔTELS, RESTAURANTS Un

Plus en détail

Les Tops et les Flops des TPE en 2011!

Les Tops et les Flops des TPE en 2011! Les Tops et les Flops des TPE en 2011 - Tendances 2012 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Observatoire de la petite entreprise de la FCGA* n 44, en partenariat avec la Banque Populaire Les Tops et les Flops des TPE

Plus en détail

Statistiques Exercice 2012

Statistiques Exercice 2012 Statistiques Exercice 2012 Bénéfices Industriels et Commerciaux MISE EN GARDE AUX UTILISATEURS Les informations communiquées dans ce fascicule sont communiquées titre indicatif et ne peuvent être considérées,

Plus en détail

Statistiques Exercice 2011

Statistiques Exercice 2011 Statistiques Exercice 2011 Bénéfices Industriels et Commerciaux MISE EN GARDE AUX UTILISATEURS Les informations consignées dans ce fascicule sont communiquées à titre indicatif et ne peuvent être considérées,

Plus en détail

Le centre de gestion a le plaisir de vous adresser les statistiques professionnelles élaborées à partir des dossiers de gestion 2013.

Le centre de gestion a le plaisir de vous adresser les statistiques professionnelles élaborées à partir des dossiers de gestion 2013. Statistiques 2013 3, rue de Lyon B.P. 531 71010 MACON CEDEX Tél. 03.85.21.90.60 Télécopie 03.85.21.90.69 E-mail : contact@cgai-macon.fr Agrément de la Direction Régionale des Impôts n 1.02.710 du 6 mars

Plus en détail

ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013

ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013 ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013 Enquête réalisée par mail sur la période du 6 au 13 juin 2013 Préambule : Depuis fin 2011, la Chambre de métiers et de l artisanat réalise une enquête de conjoncture

Plus en détail

1. Définition - Accès à la profession... 7. 2. Typologie des intervenants... 8. a. Les réseaux de constructeurs... 9 b. Les réseaux indépendants...

1. Définition - Accès à la profession... 7. 2. Typologie des intervenants... 8. a. Les réseaux de constructeurs... 9 b. Les réseaux indépendants... Garage 2013-2014 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Synthèse 5 Présentation

Plus en détail

Activité. et tendances. et tendances. 2012, partie difficile pour les TPE. Indice TPE : -2,2% Collection de la France des TPE Cahier n 17, avril 2013

Activité. et tendances. et tendances. 2012, partie difficile pour les TPE. Indice TPE : -2,2% Collection de la France des TPE Cahier n 17, avril 2013 www.fcga.fr www.fcga.fr et tendances Collection de la France des TPE Cahier n 17, avril 2013 et tendances 2012, partie difficile pour les TPE Indice TPE : -2,2% 26 PROFESSIONS DU COMMERCE ET DE L ARTISANAT

Plus en détail

Synthèse 5. 1. Définition... 7. a. Définition de l activité d administrateur de biens... 7 b. Définition de l activité d agent immobilier...

Synthèse 5. 1. Définition... 7. a. Définition de l activité d administrateur de biens... 7 b. Définition de l activité d agent immobilier... 2013-2014 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Synthèse 5 Présentation de la profession

Plus en détail

Electricité - Plomberie

Electricité - Plomberie Electricité - Plomberie 2014-2015 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Sommaire

Plus en détail

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE Juillet-août-septembre 2012 Note trimestrielle N 40 Lettre trimestrielle d information UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE CONJONCTURE Détérioration plus marquée au cours de

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU COMMERCE ET DES SERVICES 2EME TRIMESTRE 2013

OBSERVATOIRE DU COMMERCE ET DES SERVICES 2EME TRIMESTRE 2013 N.C : Non calculable actuellement par insuffisance de données OBSERVATOIRE DU COMMERCE ET DES SERVICES PAR PROFESSION Cumul depuis le 1er janvier Cumul / 12 derniers mois Echantillon Chiffre d'affaires

Plus en détail

Sommaire 2. Synthèse 6. Présentation de la profession 10. 1. Définitions... 10

Sommaire 2. Synthèse 6. Présentation de la profession 10. 1. Définitions... 10 2014-2015 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Sommaire 2 Synthèse 6 Présentation

Plus en détail

Principaux ratios et points de repère

Principaux ratios et points de repère 1/46 de gestion en hôtellerie-restauration Réactualisés 01/10/ - 2/46 Sommaire 1 ère partie Les ratios de charges d exploitation et les soldes intermédiaires de gestion 2 ème partie Les indicateurs de

Plus en détail

ORAC. Opération initiée, financée et pilotée par : En partenariat avec. Cofinancée par : Avec le concours technique de :

ORAC. Opération initiée, financée et pilotée par : En partenariat avec. Cofinancée par : Avec le concours technique de : Opération de Restructuration de l'artisanat et du Commerce du Pays du Bocage Vendéen ORAC - Aides individuelles - Opération initiée, financée et pilotée par : En partenariat avec Cofinancée par : Avec

Plus en détail

VALEUR des FONDS DE COMMERCE - 2002 / 2011 -

VALEUR des FONDS DE COMMERCE - 2002 / 2011 - VALEUR des FONDS DE COMMERCE - 2002 / 2011 - En fonction : - du C hiffre d' A ffaires H.T. - de l' E xcédent B rut d' E xploitation Données issues des déclarations fiscales des adhérents du C.G.A.R.H.N.

Plus en détail

Fiche pratique n 32 L évaluation d un fonds de commerce

Fiche pratique n 32 L évaluation d un fonds de commerce Fiche pratique n 32 L évaluation d un fonds de commerce 2008 CCI d Alençon 1 er septembre 2008 - - 1 - - Sommaire Évaluation d un fonds de commerce... 3 Avertissement... 4 Barème... 5 Contacts... 10 CCI

Plus en détail

Analyse des mouvements au Répertoire des Métiers

Analyse des mouvements au Répertoire des Métiers Analyse des mouvements au Répertoire des Métiers Evolution du nombre d entreprises sur ans Du er janvier 99 au er janvier au er janvier 99 99 99 998 999 nombre d entreprises 9 8 99 8 9 9 Le secteur artisanal

Plus en détail

Marchand de biens 2014-2015

Marchand de biens 2014-2015 Marchand de biens 2014-2015 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Sommaire 2 Synthèse

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

TRAVAUX DE SERRURERIE

TRAVAUX DE SERRURERIE TRAVAUX DE SERRURERIE SOMMAIRE LE MARCHÉ DES TRAVAUX DE SERRURERIE... 2 LA RÉGLEMENTATION DES TRAVAUX DE SERRURERIE... 5 L'ACTIVITÉ DES TRAVAUX DE SERRURERIE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DES TRAVAUX DE

Plus en détail

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Contact : Fabien LALLEMENT - 05 57 14 27 13 Avril 2012 Sommaire 1. Périmètre de l analyse... Page 1 2. Définition des termes utilisés...

Plus en détail

Caractéristiques et enjeux du territoire de Fécamp

Caractéristiques et enjeux du territoire de Fécamp Caractéristiques et enjeux du territoire de Fécamp Action GPECT «Artisanat facteur d évolution du territoire» Juillet 2012 - CT, HL et GA 1 Introduction : Les premières mentions de la ville de Fécamp remontent

Plus en détail

Publication. 600 000 commerces de proximité en 2008

Publication. 600 000 commerces de proximité en 2008 Au 1 er janvier 2008, 600 000 commerces, sur un total de 830 000, peuvent être qualifiés de «commerces de proximité». Leur nombre a légèrement augmenté depuis 2002. Ces points de vente emploient la moitié

Plus en détail

Hôtellerie traditionnelle

Hôtellerie traditionnelle Hôtellerie traditionnelle 2012-2013 Sommaire Synthèse 5 Présentation de la profession 6 1. Définition...6 a. Condition d ouverture d un établissement hôtelier... 6 b. Demande de classement d un établissement

Plus en détail

Boucherie Charcuterie Traiteur

Boucherie Charcuterie Traiteur Boucherie Charcuterie Traiteur 2012-2013 Sommaire Synthèse 5 Présentation de la profession 7 1. Définition...7 2. Accès à la profession...7 3. Typologie des intervenants...9 Analyse économique 11 1. Principales

Plus en détail

Présentation de la profession 7. 1. Définition... 7. 2. Accès à la profession... 7. Analyse économique 8

Présentation de la profession 7. 1. Définition... 7. 2. Accès à la profession... 7. Analyse économique 8 ² Prêt-à-porter 2014-2015 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Présentation de

Plus en détail

Synthèse 5. Présentation de la profession 7. 1. Définition... 7. 2. Accès à la profession... 7. 3. Typologie des intervenants... 9

Synthèse 5. Présentation de la profession 7. 1. Définition... 7. 2. Accès à la profession... 7. 3. Typologie des intervenants... 9 Restaurant 2013-2014 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Synthèse 5 Présentation

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE MINISTERE DELEGUE A LA COHESION SOCIALE ET A LA PARITE V E I L L E S T A T I S T I Q U E service des droits des femmes et de l'égalité V E I L L E S T A T I S T I Q U E LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

Plus en détail

Sommaire 2. Synthèse 5. Présentation de la profession 6. 1. Définition... 6. 2. Accès à la profession... 6. Analyse économique 8

Sommaire 2. Synthèse 5. Présentation de la profession 6. 1. Définition... 6. 2. Accès à la profession... 6. Analyse économique 8 Coiffure 2014-2015 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Sommaire 2 Synthèse 5

Plus en détail

Agence de voyages Tour-opérateur

Agence de voyages Tour-opérateur Agence de voyages Tour-opérateur 2013-2014 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire

Plus en détail

STATISTIQUES Edition 2013 (Exercices clos en 2012)

STATISTIQUES Edition 2013 (Exercices clos en 2012) STATISTIQUES Edition 2013 (Exercices clos en 2012) Centre de Gestion Agréé de l Aisne 8, rue Milon de Martigny - BP 24-02002 LAON cedex Tel: 03 23 79 00 65 - Fax: 03 23 23 12 98 - Email: cga.aisne@wanadoo.fr

Plus en détail

Synthèse 6. 1. Définition... 8. 2. Accès à la profession... 8. 3. Typologie des intervenants... 9

Synthèse 6. 1. Définition... 8. 2. Accès à la profession... 8. 3. Typologie des intervenants... 9 Bâtiment 2013-2014 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Synthèse 6 Présentation

Plus en détail

Achats publics dans les services : les PME font jeu égal avec les grandes entreprises

Achats publics dans les services : les PME font jeu égal avec les grandes entreprises Achats publics dans les services : les PME font jeu égal avec les grandes entreprises Yohan Baillieul* Lorsqu elles achètent des prestations de services, les administrations s adressent autant à des petites

Plus en détail

RESTAURATION TRADITIONNELLE

RESTAURATION TRADITIONNELLE RESTAURATION TRADITIONNELLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA RESTAURATION TRADITIONNELLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA RESTAURATION TRADITIONNELLE... 4 L'ACTIVITÉ DE LA RESTAURATION TRADITIONNELLE... 7 LES POINTS

Plus en détail

DIFFUSEUR DE PRESSE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

DIFFUSEUR DE PRESSE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 DIFFUSEUR DE PRESSE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU DIFFUSEUR DE PRESSE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU DIFFUSEUR DE PRESSE... 5 L'ACTIVITÉ DU DIFFUSEUR DE PRESSE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DU DIFFUSEUR DE PRESSE...

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT DES PAYS DE LA LOIRE 2nd semestre 2013 - Edition Janvier 2014 Au cours du second semestre, l activité a été contrastée. Même si le nombre d artisans déclarant une hausse

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

Bijouterie 2012-2013

Bijouterie 2012-2013 Bijouterie 2012-2013 Sommaire Synthèse 5 Présentation de la profession 6 1. Définition...6 2. Accès à la profession...6 3. Typologie des intervenants...7 Analyse économique 9 1. Principales données économiques

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi.

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. 2 ème trimestre 20 Juillet 20 - N 21 >> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. Alors que 20 s annonçait comme l année de la reprise, l évolution de l activité

Plus en détail

«Photographie statistique» des entreprises parisiennes engagées dans le secteur de la construction en 2008 et 2009

«Photographie statistique» des entreprises parisiennes engagées dans le secteur de la construction en 2008 et 2009 «Photographie statistique» des entreprises parisiennes engagées dans le secteur de la construction en 2008 et 2009 Septembre 2009 Introduction Le Greffe du tribunal de commerce de Paris a réalisé à la

Plus en détail

JUILLET 2008 PIVADIS PIVADIS SM CONSEIL. 24, Rue de la Bredauche. Tél: 02.38.43.41.38 Fax: 02.38.70.50.95 Email: pivadis@wanadoo.

JUILLET 2008 PIVADIS PIVADIS SM CONSEIL. 24, Rue de la Bredauche. Tél: 02.38.43.41.38 Fax: 02.38.70.50.95 Email: pivadis@wanadoo. JUILLET 2008 AMIENS -0 PIVADIS SM CONSEIL ETUDE DE POTENTIEL ET DE RESTRUCTURATION DU CENTRE COMMERCIAL «LE COLVERT» AMIENS Proposition de programme commercial PIVADIS 24, Rue de la Bredauche 45380 LA

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

Les ventes d horlogerie-bijouterie en France en 2014

Les ventes d horlogerie-bijouterie en France en 2014 Ecostat Numéro 142 - Février 2015 Les ventes d horlogerie-bijouterie en France en 2014 5,08 milliards d euros TTC en 2014 (- 1 % par rapport à 2013) Source : Société 5 A noter que le chiffre d affaires

Plus en détail

Synthèses professionnelles. Commerce & Artisanat. St-Malo. Brest St-Brieuc. Cesson-Sévigné. Quimper. Rennes. Vannes. Nantes Rezé Les Nantes

Synthèses professionnelles. Commerce & Artisanat. St-Malo. Brest St-Brieuc. Cesson-Sévigné. Quimper. Rennes. Vannes. Nantes Rezé Les Nantes Union Régionale Bretonne des Centres de Gestion Agréés Synthèses professionnelles Commerce & Artisanat St-Malo Brest St-Brieuc Quimper Rennes Cesson-Sévigné Vannes Union Régionale Bretonne des Centres

Plus en détail

Note de conjoncture de l Artisanat des Pays de la Loire

Note de conjoncture de l Artisanat des Pays de la Loire Note de conjoncture de l Artisanat des Pays de la Loire 1er semestre 2014 - Edition juillet 2014 Ce semestre, que retenir dans l artisanat régional? Pour mémoire, le second semestre 2013 avait été marqué

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015 SITUATION FINANCIERE DE L ASSURANCE CHOMAGE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 Octobre 2015 Cette note présente la prévision de la situation financière de l Assurance chômage pour les années 2015 et

Plus en détail

1. Définition... 8. 2. Typologie des intervenants... 10. 1. Principales données économiques de l'activité... 12

1. Définition... 8. 2. Typologie des intervenants... 10. 1. Principales données économiques de l'activité... 12 Pharmacie 2013-2014 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Synthèse 6 Présentation

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

Loueur en meublés Chambre d hôtes - Gîte

Loueur en meublés Chambre d hôtes - Gîte Loueur en meublés Chambre d hôtes - Gîte 2014-2015 Sommaire Sommaire 2 Synthèse 6 Présentation de la profession 8 1. Définition... 8 2. Accès à la profession... 8 a. Conditions d ouverture... 8 b. Demande

Plus en détail

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Suppression d avantage Particuliers : quelques projets Un seuil relevé BTP intempéries

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Suppression d avantage Particuliers : quelques projets Un seuil relevé BTP intempéries EXTRAITS DU N 45 NOVEMBRE 2010 Gestion & Actualité La note d information du CGL SOMMAIRE Page 2 Page 3 Page 4 Suppression d avantage Particuliers : quelques projets Un seuil relevé BTP intempéries Des

Plus en détail

Café Tabac Presse 2013-2014

Café Tabac Presse 2013-2014 Café Tabac Presse 2013-2014 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Synthèse 5 Présentation

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Reprendre une entreprise en Meuse

Reprendre une entreprise en Meuse Reprendre une entreprise en Meuse Journal d annonces des offres de reprises d entreprises agricoles, artisanales, commerciales et de services CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE TERRITORIALE DE LA MEUSE

Plus en détail

Le centre de gestion a le plaisir de vous adresser les statistiques professionnelles élaborées à partir des dossiers de gestion 2013

Le centre de gestion a le plaisir de vous adresser les statistiques professionnelles élaborées à partir des dossiers de gestion 2013 Statistiques 2013 3, rue de Lyon B.P. 531 71010 MACON CEDEX Tél. 03.85.21.90.60 Télécopie 03.85.21.90.69 E-mail : contact@cgai-macon.fr Agrément de la Direction Régionale des Impôts n 1.02.710 du 6 mars

Plus en détail

Observatoire de l Artisanat Les Artisans en Poitou-Charentes au 30 juin 2013. Région Poitou-Charentes

Observatoire de l Artisanat Les Artisans en Poitou-Charentes au 30 juin 2013. Région Poitou-Charentes Observatoire de l Artisanat Les Artisans en Poitou-Charentes au 30 juin 2013 Région Poitou-Charentes Edito Comme chaque semestre, je tiens à vous présenter au travers de cette publication la synthèse des

Plus en détail

TRAVAUX DE PLOMBERIE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

TRAVAUX DE PLOMBERIE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE LE MARCHÉ DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 2 LA RÉGLEMENTATION DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 4 L'ACTIVITÉ DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 6 LES POINTS DE VIGILEANCE DES TRAVAUX DE PLOMBERIE...

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Rapport annuel "L'industrie Hôtelière Française" de KPMG Entreprises-Stratégies Management / Tourisme-Hôtellerie-Loisirs

Rapport annuel L'industrie Hôtelière Française de KPMG Entreprises-Stratégies Management / Tourisme-Hôtellerie-Loisirs Levallois Perret, le 18 octobre 2005 Rapport annuel "L'industrie Hôtelière Française" de KPMG Entreprises-Stratégies Management / Tourisme-Hôtellerie-Loisirs Amorce de reprise de l activité hôtelière en

Plus en détail

Les conséquences sur le tissu économique

Les conséquences sur le tissu économique Les conséquences sur le tissu économique Entreprises Entreprises L engouement pour les auto-entreprises se calme En Poitou-Charentes, 13 964 entreprises ont été créées en. Après une forte augmentation

Plus en détail

Thème : La consommation des ménages

Thème : La consommation des ménages Thème : La consommation des ménages Vous effectuez votre période de PFMP au sein du magasin ZARA, grande surface spécialisée dans le prêt-à-porter féminin, implantée dans le centre commercial Cap 3000

Plus en détail

34. Les activités commerciales

34. Les activités commerciales 66 34. Les activités commerciales Eléments de méthodologie La notion d offre commerciale (nombre, surfaces commerciales, emplois) Depuis 1995, la Chambre de Commerce et d Industrie de Morlaix dispose d

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 L ASF (Association Française des Sociétés Financières) regroupe l ensemble des établissements de crédit spécialisés :

Plus en détail

Principaux ratios et points de repère de gestion en hôtellerie-restauration. Panorama sur l ensemble des CHR

Principaux ratios et points de repère de gestion en hôtellerie-restauration. Panorama sur l ensemble des CHR Principaux ratios et points de repère de gestion en hôtellerie-restauration Panorama sur l ensemble des CHR Collection Entreprise Tourisme-CHR Juillet 2015 Principaux ratios et points de repère de gestion

Plus en détail

Comportements d achat des ménages

Comportements d achat des ménages Comportements d achat des ménages Consommation des ménages de la Communauté d Agglomération Rhône Alpilles Durance et de la commune de Sénas Animé par : Avec le soutien de : La consommation locale Le commerce

Plus en détail

Entreprises de construction : résultats de l EAE 2007

Entreprises de construction : résultats de l EAE 2007 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 58 Août 2009 Entreprises de construction : résultats de l EAE 2007 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION Le chiffre d affaires net de sous-traitance

Plus en détail

STATISTIQUES PROFESSIONNELLES

STATISTIQUES PROFESSIONNELLES STATISTIQUES PROFESSIONNELLES EXERCICES CLOS EN 2013 Une population étudiée de 5365 adhérents Environ 220 codes A.P.E. représentés 13 ratios étudiés en termes de moyenne, minimum, maximum, écart-type 1:

Plus en détail

SESP Infos rapides IPEA - ENSEMBLE DES TRAVAUX D'ENTRETIEN-AMELIORATION DE LOGEMENTS. 1er trim.05. glissementbt50 glissementipea IPEA BT50

SESP Infos rapides IPEA - ENSEMBLE DES TRAVAUX D'ENTRETIEN-AMELIORATION DE LOGEMENTS. 1er trim.05. glissementbt50 glissementipea IPEA BT50 CONSTRUCTION N 441 - Juin 2008 Légère accélération de l indice des prix des travaux d entretien-amélioration de logements au 1 er trimestre 2008 Au premier trimestre 2008, l indice des prix des travaux

Plus en détail

COMMERCE AMBULANT SOMMAIRE

COMMERCE AMBULANT SOMMAIRE COMMERCE AMBULANT SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE AMBULANT... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE AMBULANT... 6 L'ACTIVITÉ DU COMMERCE AMBULANT... 8 LES POINTS DE VIGILANCE DU COMMERCE AMBULANT... 11 EN SAVOIR

Plus en détail

Synthèse 5. Présentation de la profession 6. 1. Définition...6 2. Accès à la profession...6 3. Typologie des intervenants...7

Synthèse 5. Présentation de la profession 6. 1. Définition...6 2. Accès à la profession...6 3. Typologie des intervenants...7 Fleuriste 2012-2013 Sommaire Synthèse 5 Présentation de la profession 6 1. Définition...6 2. Accès à la profession...6 3. Typologie des intervenants...7 a. Les TPE... 7 b. La grande distribution... 8 c.

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE

FORMATION PROFESSIONNELLE FORMATION PROFESSIONNELLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE... 4 L'ACTIVITÉ DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE... 6 LES POINTS DE VIGILANCE

Plus en détail

Parlons enfin de sous...

Parlons enfin de sous... Parlons enfin de sous... La vie moyenne du vétérinaire 100 90 80 70 60 50 40 30 20 10 0 Homme Age Femme Retraite conjoint Retraite propre Activité libérale Activité salariée Etude Un revenu libéral Un

Plus en détail

Analyse de l activité commerciale du Territoire

Analyse de l activité commerciale du Territoire Analyse de l activité commerciale du Territoire Enquête auprès des ménages résidants Pays de Fougères Point Presse du 26 septembre 2014 Mode de collecte de l étude Consommation des ménages résidents 1-

Plus en détail

ÉTUDES ÉCONOMIQUES CONJONCTURE. Tableau de bord trimestriel de l emploi salarié - Juin 2015 DIRECTION GÉNÉRALE DES ENTREPRISES

ÉTUDES ÉCONOMIQUES CONJONCTURE. Tableau de bord trimestriel de l emploi salarié - Juin 2015 DIRECTION GÉNÉRALE DES ENTREPRISES ÉTUDES ÉCONOMIQUES CONJONCTURE Tableau de bord trimestriel de l emploi salarié - Juin 2015 DIRECTION GÉNÉRALE DES ENTREPRISES DIRECTION GÉNÉRALE DES ENTREPRISES Ce dossier a été réalisé par la sous-direction

Plus en détail

EN NORD PAS-DE-CALAIS

EN NORD PAS-DE-CALAIS FÉVRIER 2015 LES ENTREPRISES EN NORD PAS-DE-CALAIS BILAN 2014 ET PERSPECTIVES 2015 Sommaire CONTEXTE CONJONCTUREL... 3 SYNTHÈSE... 4 INDUSTRIE... 5 RAPPEL DU CONTEXTE CONJONCTUREL RÉGIONAL 2013 ET 2014...

Plus en détail

informations statistiques

informations statistiques indice des prix DE la construction n 62 décembre 213 INDICE GENEVOIS DES PRIX DE LA CONSTRUCTION, EN octobre 213 Dans le canton de Genève, les prix de la construction (TVA non comprise) progressent de

Plus en détail

L indice des prix des travaux d entretienamélioration. de logements à la fin du deuxième trimestre 2009

L indice des prix des travaux d entretienamélioration. de logements à la fin du deuxième trimestre 2009 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 68 Septembre 2009 Indices des prix des travaux d entretien-amélioration de logements à la fin du deuxième trimestre 2009 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT

Plus en détail

BOULANGERIE ET DES TERMINAUX DE CUISSON

BOULANGERIE ET DES TERMINAUX DE CUISSON BOULANGERIE ET DES TERMINAUX DE CUISSON SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA BOULANGERIE ET DES TERMINAUX DE CUISSON... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA BOULANGERIE ET DES TERMINAUX DE CUISSON... 6 L'ACTIVITÉ DE LA BOULANGERIE

Plus en détail

TABLEAU DE BORD DES INVESTISSEMENTS TOURISTIQUES EN PACA

TABLEAU DE BORD DES INVESTISSEMENTS TOURISTIQUES EN PACA TABLEAU DE BORD DES INVESTISSEMENTS TOURISTIQUES EN PACA RESUME DE L EDITION 2013 DONNEES 2012 Le Tableau de bord des investissements touristiques en France a été mis en place en 2006 par Atout France.

Plus en détail

STATISTIQUES FCGA 2015 Présentation générale

STATISTIQUES FCGA 2015 Présentation générale STATISTIQUES FCGA 2015 Présentation générale STATISTIQUES FCGA 2015 Echantillon de 275 000 TPE soumises à l impôt sur le revenu (travaux issus des liasses fiscales 2015) 117 Centres de Gestion Agréés participants

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

Synthèse 5. Présentation de la profession 6. 1. Définition...6 2. Accès à la profession...6 3. Typologie des intervenants...8

Synthèse 5. Présentation de la profession 6. 1. Définition...6 2. Accès à la profession...6 3. Typologie des intervenants...8 Coiffure 2012-2013 Sommaire Synthèse 5 Présentation de la profession 6 1. Définition...6 2. Accès à la profession...6 3. Typologie des intervenants...8 a. Les artisans traditionnels indépendants... 8 b.

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

Les principaux secteurs d activité haut-marnais

Les principaux secteurs d activité haut-marnais Les principaux secteurs d activité haut-marnais Situation 2011 Document réalisé en mars 2012 à partir des données : Contact : CCIT - Observatoire économique 9, rue de la Maladière 52 000 - CHAUMONT Tél.

Plus en détail

Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003

Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003 Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003 PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR RAPPORT D'ÉTUDE Septembre 2006 N 8 Cette étude a été réalisée dans

Plus en détail

L année économique et sociale 2010 dans les Pays de la Loire

L année économique et sociale 2010 dans les Pays de la Loire L année économique et sociale 2010 dans les Pays de la Loire Rendez-vous de l Insee Elmostafa Okham Insee Pays de la Loire La situation économique au niveau national Page 2 En 2010, l économie française

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

RÉPARATION DE MATÉRIEL ÉLECTRIQUE ET ÉLECTRONIQUE

RÉPARATION DE MATÉRIEL ÉLECTRIQUE ET ÉLECTRONIQUE RÉPARATION DE MATÉRIEL ÉLECTRIQUE ET ÉLECTRONIQUE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA RÉPARATION DE MATÉRIEL ÉLECTRIQUE ET ÉLECTRONIQUE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA RÉPARATION DE MATÉRIEL ÉLECTRIQUE ET ÉLECTRONIQUE...

Plus en détail

Bulletin trimestriel de conjoncture n 49

Bulletin trimestriel de conjoncture n 49 Bulletin trimestriel de conjoncture n 49 Mars 2010 4 ème trimestre 2010 Pour le deuxième trimestre consécutif, stabilisation du chiffre d affaires en entretien-rénovation de logements Au 4 ème trimestre

Plus en détail

Analyse des flux de consommation des ménages. Communauté de Communes du Pays de Saint-Aubin-du-Cormier

Analyse des flux de consommation des ménages. Communauté de Communes du Pays de Saint-Aubin-du-Cormier Analyse des flux de consommation des ménages Communauté de Communes du Pays de Saint-Aubin-du-Cormier 19 février 2014 Présentation de l Observation Economique du Commerce et de la Consommation Périmètre

Plus en détail

Organisation du chapitre

Organisation du chapitre RéférenceS janvier 2013 Bilan social annuel du transport routier de marchandises (2011) Organisation du chapitre Ce chapitre décrit l activité des entreprises françaises du transport routier de marchandises

Plus en détail

Boulangerie Pâtisserie

Boulangerie Pâtisserie Boulangerie Pâtisserie 2013-2014 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Synthèse

Plus en détail

Les principaux secteurs d activité haut-marnais

Les principaux secteurs d activité haut-marnais Principaux secteurs d activité haut-marnais Bilan Les principaux secteurs d activité haut-marnais BILAN édition 2011 Document réalisé en partenariat avec Observatoire Economique de la Haute-Marne Principaux

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION AUVERGNE

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION AUVERGNE TENDANCES RÉGIONALES RÉGION AUVERGNE NOVEMBRE 28 Tous les commentaires s appliquent à des données corrigées des variations saisonnières Auvergne Tendances régionales novembre 28 Page 1 sur 8 Vue d ensemble

Plus en détail

SOCIÉTÉ DE GARDIENNAGE

SOCIÉTÉ DE GARDIENNAGE SOCIÉTÉ DE GARDIENNAGE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA SOCIÉTÉ DE GARDIENNAGE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA SOCIÉTÉ DE GARDIENNAGE... 5 L'ACTIVITÉ DE LA SOCIÉTÉ DE GARDIENNAGE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE LA

Plus en détail

Diagnostic de l'offre commerciale dans le Grand Pau

Diagnostic de l'offre commerciale dans le Grand Pau Diagnostic de l'offre e dans le Grand Pau La loi de Modernisation de l'economie du 4 aout 2008 a modifié les responsabilités des collectivités dans l'encadrement du développement. Un travail sur le thème

Plus en détail

EXPOSE SOMMAIRE DE L ACTIVITE 2013

EXPOSE SOMMAIRE DE L ACTIVITE 2013 GENERALE DE SANTE SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 42.320.396,25 EUROS SIEGE SOCIAL : 96, AVENUE D IENA 75116 PARIS RCS PARIS 383 699 048 EXPOSE SOMMAIRE DE L ACTIVITE 2013 Mesdames, Messieurs les Actionnaires,

Plus en détail