Chiffres. et commentaires. 2011, les TPE toujours dans la course. Activité : +2,6% Résultat : +2,3%

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chiffres. et commentaires. 2011, les TPE toujours dans la course. Activité : +2,6% Résultat : +2,3%"

Transcription

1 Chiffres Collection de la France des TPE Cahier n 18, octobre 212 et commentaires 211, les TPE toujours dans la course Activité : +2,6% : +2,3% 75 PROFESSIONS DU COMMERCE ET DE L ARTISANAT EN FRANCE

2 Édito L édition du cahier "Chiffres et commentaires" de la collection de la France des TPE a été entièrement repensée cette année pour son 18 ème numéro. Cette nouvelle version se caractérise par la réalisation de fiches professionnelles impliquant une rédaction plus orientée métier que secteur d'activité et illustrées de graphiques issus des statistiques professionnelles "Données et évolutions". Chaque fiche est complétée par une analyse de la consommation du marché et des tendances. Elle est illustrée, en outre, par le témoignage d un chef d entreprise sur sa profession. Ce document annuel constitue un recueil unique d analyse de l activité des TPE pour l année 211. Cette analyse, validée par la commission des études économiques, porte sur 23 professions du commerce, de l artisanat et des services et 18 professions du secteur agricole. Des éléments transmis par 133 Centres de Gestion Agrées, membres du réseau, la commission des études économiques a dégagé 75 professions les mieux représentées dans les CGA réparties dans 11 secteurs d activité. L année 211 permet de constater que malgré la "crise économique" et la morosité ambiante les chiffes des TPE restent globalement positifs. En effet l évolution globale du chiffre d affaires est de 2,6% contre +,9% en 21, le résultat hors cotisations exploitant est quant à lui en augmentation de 2,3% proche de la performance de 21. La réduction de l endettement des TPE, conjointe à une nouvelle baisse des investissements, -6,1%, démontre la prudence des chefs d entreprise face à la conjoncture actuelle. Cette baisse régulière de l investissement est préoccupante pour le maintien de "l outil de production" et la compétitivité des entreprises. L engagement des chefs d entreprises est un atout majeur dans ce contexte économique difficile que nous traversons. Les résultats observés au premier semestre 212 les obligent à redoubler d efforts et de maîtrise pour maintenir l activité et la rentabilité. Christiane Company Présidente Chiffres et commentaires Le puy du fou - Venddée INFOS PRATIQUES Cette 18 ème édition présente les indicateurs statistiques sur l évolution économique de près de 193 TPE adhérentes des CGA membres du réseau FCGA/ANPRECEGA. Ces résultats sont calculés à partir des déclarations fiscales 211. Les 75 professions de cette étude sont regroupées en 11 secteurs d activité. Chacun d entre eux présente des informations économiques et sociologiques permettant de positionner les TPE dans leur environnement. Une analyse sur l évolution des critères de gestion et sur les niveaux de résultat vient compléter cette étude. Chacune de ces 75 professions fait enfin l objet d une analyse économique spécifique. Si ces résultats traduisent des tendances bien réelles, ils ne doivent en aucun cas être considérés comme des normes professionnelles. NOTES TECHNIQUES Par convention, le résultat brut est considéré comme la rémunération brute avant impôt du chef d'entreprise, c'est-à-dire son revenu disponible plus ses cotisations sociales. Pour 211, contrairement aux années précédentes, qui se référaient au SMIC net, le SMIC annuel brut, arrondi à 16 5, a été retenu comme indicateur d appréciation du résultat brut. À l aide de ce critère, il est possible de classer et de compter les effectifs d entreprises appartenant aux quatre tranches suivantes de résultat brut : RC inférieur à 16 5, RC compris entre 16 5 et 33, RC compris entre 33 et 49 5, RC supérieur à Les variations des indices de prix retenues sont celles publiées par l INSEE. Voir "Informations Rapides" janvier 212, prix à la consommation, en moyenne annuelle 21 et 211. Pour le secteur du bâtiment, c est la variation annuelle de la moyenne associée à l indice du coût de la construction qui est reprise. La moyenne associée est la moyenne arithmétique de l indice du coût de la construction des quatre trimestres 211 par rapport aux quatre trimestres 21. Les abréviations : CA : Chiffre d affaires CP : CAF : Capacité d autofinancement MB : Marge brute : Excédent brut d exploitation VA : RC : TPE : Très petite entreprise Chiffres et commentaires Cahier n 18 - Octobre 212 Collection de la France des TPE Réalisé par : La Fédération des Centres de Gestion Agréés, FCGA, 2 rue Meissonier, 7517 Paris avec la participation de : L Association Nationale des Directeurs de Centres et Associations agréés, ANPRECEGA Directeur de la publication : Christiane Company, FCGA Directeurs délégués de la publication : Yves Marmont, FCGA Jean-Pierre Bonnet, ANPRECEGA Directeur de la rédaction : Yves Granier, CGA des Hauts de France Comité de rédaction : Nathalie Azmi, OGA Atlantic ; Marianne Baufle, CRGA Franche-Comté ; Marie-Dominique Celin, CGA Cornouailles ; Patrick Chauvigné, Centre Anjou Gestion ; Marie-Line Dufourg, CGA Libourne ; Jean Florin, CGA Côtes d'armor ; Yves Granier, CGA des Hauts de France ; Thierry Guérin, Xavier Hebrard, CGA Landes de Gascogne ; CGA Val de France ; Christine Lasne, CGA des Hauts de France ; Hélène Livet, CRGA Franche-Comté ; Jocelyne Loré, CGAIBA ; Vincent Mémin, CGA Charente-Maritime. Comité de validation des données : Véronique Bertrand, CGA79 ; Jean-Pierre Bonnet, CGA Vendée ; Marie-Line Dufourg, CGA Libourne ; Jean Florin, CGA Côtes d'armor ; Yves Granier, CGA des Hauts de France ; Yves Marmont, FCGA ; Martine Samat, CGA des Bouches du Rhône. Participation pour les témoignages : Christine Berthomieu, CGAL Libourne ; Nathalie Condouret, CECOGIR ; Thierry Garbaye, CECOGEB ; Bruno Jouan, CGA 37 ; Brigitte Lemeillet, CGALA ; Philippe Legault, CGAIB ; Marie-Laure Marmouzet, CGA du Douaisis ; Jean-Baptiste Robineau, CGA 74 ; Catherine Sussan, CECOGIR ; Nicole Vergara, CEGECOBA Traitement informatique : Alain Blaizeau, OGA Atlantic Conception-maquette : Nathalie Azmi, OGA Atlantic Impression : Imprimerie Boutet, 856 Boufféré Édition : SAS CGA Diffusion, 2 rue Meissonier, 7517 Paris, Tél ISSN : X - Cahier annuel, prix : 45 TTC

3 Sommaire 4 6 Boucherie : Période fade Boucherie-Charcuterie : Manque de sel Charcuterie : Aigre doux Boulangerie-Pâtisserie : Manque de levain Pâtisserie : Recette sans succès Alimentation générale : Faible course Supérettes : Rayon cherche résultat Fruits et légumes : Peu juteux Crémerie : Abondance Poissonnerie : Vents portants 14 Maroquinerie : Des affaires dans le sac Prêt-à-porter : De plus en plus court Lingerie féminine : Réajustée Chaussures : Toujours en marche Mercerie : Bouton dort Horlogerie-Bijouterie : Brillant 2 Antiquités, brocante : Redoré Cadeaux, souvenirs : Surprise Ébénisterie, rénovation de meubles : Dépoussiéré Tapisserie, décoration : Étoffé Électroménager, radio, TV, Hifi : Brun, blanc, rouge Fleurs : Rose pâle 26 Salon de coiffure : Garde des couleurs Coiffure à domicile : Lisse Esthétique : À peaufiner Parfumerie, Produits de beauté : Embellie Esthétique et Parfumerie : Volatile 3 ENSEMBLE ET SECTEURS D'ACTIVITÉ 211, TPE toujours dans la course COMMERCE DE DÉTAIL ALIMENTAIRE ÉQUIPEMENT DE LA PERSONNE ÉQUIPEMENT DE LA MAISON BEAUTÉ-ESTHÉTIQUE CULTURE ET LOISIRS Articles de pêche et de chasse : Tir groupé Articles de sport : Pas de record Commerce et rép. de cycles et de scooters : Pas de dopage! Librairie, papeterie, presse : Zéro papier? Tabac, jeux, journaux : Nuage de fumée Studio photographique : Hors cadre Café-hôtellerie-restauration Café-tabac, jeux, journaux : Pas encore le jackpot Café-jeux : Sans arôme Hôtel sans restaurant : À ressort Hôtel-Restaurant : En sommeil Hôtellerie de plein air : La prime aux étoiles Brasserie : Changement de plateau Café-Restaurant : Gamelle Restaurant : Retour en cuisine Crêperie : Crêpes rient Pizzeria : Pas royale Restauration rapide : Moins rapide SANTÉ Pharmacie : Forme générique Prothésiste dentaire : Atone Optique, lunetterie : En demi-teinte SERVICES Cordonnerie : Ça piétine Imprimerie : Sous pression Marbrerie funéraire : Taillé sur mesure Signalétique : Belle affiche Agence immobilière : À l'aide... Entreprise de nettoyage : Ça brille Blanchisserie, pressing : De la vapeur Toilettage d animaux : Dans le sens du poil AUTO-MOTO Carrosserie automobile : Rayures Garage : Quelques ratés Garage, VO-VN : Prestation minimum Garage, VO-VN, carburant : Mauvais rendement Commerce et réparation de motos : Nouvelle glissade TRANSPORTS Ambulance : Chute de tension Transport de marchandises : Fin de course au ralenti Messagerie, fret express : Ne paie pas Taxi : Chaussée glissante BÂTIMENT Couverture : Au top Charpente : Massif Maçonnerie : À la pelle Terrassement, travaux publics : Belle portance Électricité générale : Pas survolté Plomberie, chauffage, sanitaire : Entartré Menuiserie : Bien poncée Serrurerie, métallerie : Serrure 3 points Peinture : Petit filet Plâtrerie, staff, décoration : Belle prise Revêtement sols, murs, carrelage : Ça déroule Chiffres et commentaires - Octobre n 18

4 Ensemble et secteurs d activité CA : +2,6% < RC : +2,3% L'année 211 a vu l'économie française se maintenir, le produit intérieur brut exprimé en euros constants augmentant de 1,7% en moyenne annuelle, au même rythme qu'en 21. Cette bonne orientation, après la forte crise de 29, est due principalement à la demande des entreprises qui ont reconstitué leurs stocks et ont pas mal investi. En revanche, la consommation des ménages marque le pas en 211. Celle-ci n'augmente que de,3% contre 1,4% en 21. L'accélération des prix, +2,1% en 211 contre +1,5% en 21, le ralentissement du pouvoir d'achat et une épargne de précaution encore à la hausse en sont les raisons. Depuis la crise de 28, le rythme moyen de progression de la consommation des ménages est de,1% par trimestre contre,5% entre 2 et 27. Les entreprises du commerce, de l'artisanat et des services qui s'adressent pour beaucoup à ces ménages sont, malgré tout, bien orientées en 211. Leur chiffre d'affaires progresse de 2,6% après une année 21 à +,9%, laquelle faisait suite à une baisse de,8% en 29. La rentabilité finale des TPE françaises participant à l'étude confirme le redressement de 21. Le résultat moyen, exprimé cette année avant cotisations sociales, progresse de 2,3% par rapport à Évolution des ratios économiques 211/21 en K 2,6% Chiffre d affaires 3,% Marge brute 2,4% 4,% 2,1% 2,3% Au sein de ces TPE, certains secteurs d'activité s'en tirent mieux que d'autres. Ainsi les transports, +4,4%, et les services divers, +3,7%, confirment leur belle orientation de 29 en progressant plus vite que la moyenne. La bonne surprise vient du secteur du bâtiment qui retrouve des couleurs avec une hausse d'activité de 4,3% après deux années de baisse, -,3% en 21 et -1,8% en , les TPE toujours dans la course Les huit autres secteurs enregistrent des variations de chiffre d'affaires inférieures à la moyenne de 2,6%. Seul le secteur culture-loisirs est en recul d'activité, -,2% en 211. Entre ces bornes les cafés-hôtels-restaurants maintiennent une bonne orientation, +2,3% en 211 après +2,9% en 21. Les professionnels de l'alimentaire redressent la tête avec un chiffre d'affaires en hausse de 1,5% qui contraste avec la stagnation de 29. Le secteur santé, +,9%, fait moins bien qu'en 21, +1,5%. Les professionnels de l'équipement de la maison et de la personne peinent à retrouver du tonus avec des variations d'activité légèrement positives. Ce bon niveau d'activité constaté en 211 s'accompagne d'une meilleure rentabilité sur l'ensemble des TPE. C'est la bonne progression des marges brutes, +3,%, qui permet de faire face à l'alourdissement des charges de structure et des frais de dont la hausse est de 4,% en 211. Mais la hausse moyenne du résultat brut, +2,3%, cache des performances contrastées. Ainsi, seuls trois secteurs tirent vers le haut. En premier, le secteur santé, qui réalise le meilleur score, +3,2% en 211 après un excellent +6,2% en 21. Puis vient le secteur des services qui continue de progresser nettement, +2,6% en 211, après +3,6% en 21. Enfin, les entreprises du bâtiment restaurent leur rentabilité, +2,% en 211, après un recul de 2,3% enregistré en 21. A l'inverse, les cafés-hôtels-restaurants déçoivent avec une Chiffres clés Nombre d adhérents 193 Chiffre d affaires moyen 256 K moyen net 34 K moyen brut 5 K Indice des prix +2,1% rentabilité en baisse, -,8%, faisant oublier le remarquable +6,6% de 21. Les autres secteurs sont également en baisse de rentabilité en K Évolution des ratios financiers 211/21 4,1% 5,8% -6,1% ,% CAF brute Prélèvements Investissement Endettement Les chefs d'entreprises des TPE étudiées ici ont arbitré le partage du revenu dégagé en leur faveur. Leurs prélèvements, qui correspondent à leurs rémunérations ont augmenté sensiblement, +5,8%, et plus vite que la capacité d'autofinancement brute, +4,1%. Des investissements encore en baisse, -6,1%, et un désendettement toujours marqué peuvent traduire leurs incertitudes quant à l'avenir. 4 Chiffres et commentaires - Octobre n 18

5 Classement des résultats s LES 19 PROFESSIONS QUI GAGNENT PLUS DE 49 5 brut Garage, VO-VN Charpente Crêperie Hôtel sans restaurant Supérettes Serrurerie, métallerie Entreprise de nettoyage Garage, VO-VN, carb ant Horlogerie, bijouterie Boucherie-charcuterie Couverture Café-tabac, jeux, j aux Tabac, journaux, jeux Marbrerie funéraire Agence immobilière Prothésiste dentaire Ambulance Optique, lunetterie Pharmacie Le résultat moyen brut, c est-à-dire avant versement des cotisations sociales dues par le chef d entreprise, est de 5 en 211 contre 48 en 21. Hors le secteur santé, ce résultat se monte à 42. Toutes activités confondues, il se dégage une grande disparité dans la distribution de la rentabilité exprimée par ce résultat brut. Cette distribution est analysée en prenant comme base de référence la valeur annuelle du SMIC brut arrondi à Classement du résultat par profession. Répartition des entreprises 22% 45% 24% 9% LES 25 PROFESSIONS QUI GAGNENT ENTRE ET 49 5 brut Crémerie Peinture Poissonnerie Peintre en lettres Plâtrerie, staff, déco. Électricité générale Carrelage Garage Librairie, pap., presse Transport marchandises Menuiserie Hôtel-restaurant Terrassement,TP. Pâtisserie Brasserie Restaurant Pizzeria Carrosserie automobile Hôtellerie de plein air Station-service Boucherie Plomberie, chauf. sanit aire Maçonnerie Charcuterie Boulangerie-Pâtisserie LES 16 PROFESSIONS QUI GAGNENT ENTRE 33 ET brut < 33 de 33 à de à 49 5 > Quatre tranches ont été établies. La première est bornée à deux fois le SMIC annuel brut. La suivante va de 33 à 41 25, la troisième va de à 49 5 et la dernière compte les professions dont le résultat brut est supérieur à 49 5, soit trois fois le smic brut annuel. Parmi les 77 professions étudiées, elles sont 19 à dégager un bénéfice brut supérieur à 49 5 en 211. Les ambulanciers et taxiambulances côtoient les cafés-tabacs-jeux-journaux, les bouchers-charcutiers, les supérettes, les garagistes ou les couvreurs. Dans la tranche suivante se trouvent 25 professions dont les boulangers-pâtissiers, les maçons, les restaurants, les menuisiers, les crémiers et les poissonniers. La troisième tranche regroupe les 16 professions dont la rentabilité s étage de 33 à En font partie notamment, le prêt-à-porter, les fruits et légumes, les imprimeurs, les chausseurs et les maroquiniers. La dernière tranche regroupe 17 activités dont les revenus sont inférieurs à 33. Les antiquaires, les ébénistes, les salons de coiffure, les fleuristes, les taxis y sont recensés, ainsi que les pressings, les studios-photos, ou la cordonnerie encore l esthétique Prêt-à-porter Fruits et légumes Lingerie féminine Comm. et Rép. cycles Comm. et réparation motos Café, jeux Articles de pêche- chasse Articles de sport Imprimerie Électroménager -Rép tion Parfumerie, produits beauté Messagerie, fret express Chaussures Café-restaurant Électroménager, TV, HIF LES 17 PROFESSIONS QUI GAGNENT MOINS DE 33 brut Coiffure à domicile Toilettage d animaux Mercerie Esthétique Blanchisserie, pressing Salon de coiffure Esthétique, Parfumerie Tapisserie, décoration Cadeaux, souvenirs Studio photographique Fleurs Ébénisterie, rénov.meubles Alimentation générale Taxi Restauration rapide Cordonnerie Maroquinerie Antiquités-brocante Chiffres et commentaires - Octobre n 18 5

6 Boucherie PÉRIODE FADE LA PROFESSION EN 211 en K Évolution des ratios économiques 211/ % Chiffres d'affaires Commerce de détail alimentaire 2.1% Marge brute 1.3% 5.% %.2% CA : +1,6% RC : +,2% Chiffres clés Nombre d adhérents : 689 Chiffre d affaires brut moyen : 36 K brut moyen : 47 K Indice des prix : +2,6% (viandes) En termes de chiffre d affaires et de rentabilité, l année 21 avait été très morose pour les bouchers traditionnels. L année 211 réussit à peine à maintenir le niveau des indicateurs. En effet, l activité progresse de 1,6% et le résultat brut est stable, +,2%, dans un contexte où les prix progressent de 2,6%. Le bénéfice brut dégagé en 211 se monte à 47. Ainsi, les bouchers de proximité sont, comme en 21, en 5 ème position au niveau du commerce de détail alimentaire et 24 ème au classement général. Ils sont 37% à gagner plus de 49 5 bruts et 14% à avoir un résultat brut inférieur à Répartition des entreprises par tranches de résultat en 211 9% 37% 26% 28% Les taux structurels de la profession 1% Chiffre d affaires 35% 25% Marge brute 6% 17% 15% < 16 5 de 16,5 à 33 de 33 à 49 5 > % des bouchers ont un bénéfice inférieur à Les bouchers sont en 5 ème position dans leur secteur et 24 ème au classement général. Les charges de représentent 6% du chiffre d affaires et le résultat, 15 Sur les 4 ans, les hausses du chiffre d affaires et du résultat brut restent proches Palmarès des résultats s Secteur en ème Boucherie- Charcuterie 15ème 2ème 21ème 24ème 31ème 42ème 44ème Supérette Boulangerie- Pâtisserie Charcuterie Boucherie Fruits et légumes Évolution du Chiffre d affaires, du résultat et des charges de Boucherie - Base 1 au 31/12/27 Alimentation G ale C.A. C.P. R.C. Pâtisserie Poissonnerie Crémerie 59ème 65ème Boucherie-charcuterie MANQUE DE SEL LA PROFESSION EN 211 en K Évolution des ratios économiques 211/21 1.8% Chiffres d'affaires 1.3% Marge brute.7% % -.1%.% CA : +1,8% RC : +,% Chiffres clés Nombre d adhérents : Chiffre d affaires brut moyen : 318 K brut moyen : 56 K Indice des prix : +2,6 % (viandes) Après un léger recul en 21, les boucheries-charcuteries enregistrent une amélioration de leur chiffre d affaires de +1,8% mais l accroissement des charges ne permet pas d augmenter le résultat qui reste similaire à 21. Environ 6% de ces professionnels gagnent moins d un smic annuel brut, ¼ d entres eux se situent entre 33 et 49 5, mais ils sont près de la moitié à obtenir un résultat brut supérieur à 49 5 soit plus de 3 smic annuel brut. Cette profession obtient la 1 ème place du palmarès général et la première du secteur des commerces de détail alimentaire. 6 Chiffres et commentaires - Octobre n 18

7 Revêtement de sols, murs ÇA DÉROULE LA PROFESSION EN 211 en K Évolution des ratios économiques 211/21 4.9% Chiffres d'affaires 4.7% Marge brute 4.1% 6.8% % 3.4% CA : +4,9% RC : +3,4% Chiffres clés Nombre d adhérents : Chiffre d affaires brut moyen : 146 K brut moyen : 43 K Variation de la moyenne associée du coût de la construction : +5,45% Après deux années de baisse, l'activité de revêtements de sols, murs et carrelage retrouve des couleurs. La croissance du chiffre d'affaires, +4,9%, reste toutefois proche de la hausse des prix observée dans le bâtiment pour 211, +5,45%. C'est, avec la peinture, l'un des plus petits niveaux d'activité du secteur. Les marges ont cependant été préservées et les revenus ont progressé de 3,4%. C'est là leur meilleur taux de croissance de ces cinq dernières années. Avec toutefois 43 de revenus, ces professionnels se maintiennent de justesse dans la première moitié du classement général des revenus des entreprises. Ils sont aussi nombreux, 32%, à dégager entre un et deux SMIC que au-delà de trois. Répartition des entreprises par tranches de résultat en 211 Les taux structurels de la profession 1% Chiffre d affaires 32% 69% Marge brute 29% 8% 5% 32% 15% 32% 2% < 16 5 de 16,5 à 33 de 33 à 49 5 > 49 5 Les revenus sont compris, pour 61% de ces professionnels, entre 16 5 et Cette profession de maintient de justesse en première moitié du classement général. Les frais de n'absorbent que 15% du chiffre d'affaires. Après une baisse sur 21, les frais de repartent nettement à la hausse en Palmarès des résultats s Secteur en 211 9ème Couverture 14ème 18ème 22ème 23ème 32ème 34ème 38ème 39ème 4ème 43è Serrurerie, métallerie Charpente Maçonnerie Plomberie, chauffage, sanitaire Terrassements, Tvaux publics Menuiserie Carrelage Électricité générale Plâtrerie, staff, déco. Évolution du Chiffre d affaires, du résultat et des charges de Base 1 au 31/12/27 Peinture C.A. C.P. R.C LE MÉTIER VU PAR... M. Crespin Bruno, revêtement de sols, Marseille (Bouches-du-Rhône) "J exerce mon activité depuis 27. Depuis ces dernières années, les grandes surfaces de bricolage créent une concurrence basse ou moyenne gamme. Pour se démarquer, beaucoup d exigence de qualité et de performances dans les matières travaillées sont nécessaires. Il faut toujours garder une longueur d avance en étudiant de nouveaux produits, telle que la métallisation. Tous les travaux effectués dans les collectivités, hôpitaux, écoles, lieux publics, doivent répondre aux normes et à la réglementation pour le bâtiment, entraînant ainsi des remises à niveaux régulières en terme de sécurité. Les matières travaillées demandent des connaissances particulières. Les nouvelles technologies, blog photos, sites, pages réseaux sociaux Facebook, ont facilité les relations avec les clients. Les contacts se font essentiellement par SMS, MMS ou mails." LE MARCHÉ Après deux années particulièrement difficiles, les professionnels du bâtiment retrouvent le sourire. Le redémarrage de l'activité a été plus rapide que prévu lors des deux premiers trimestres. Soutenue par une belle fin d'année, la hausse annuelle s'établit à 4,3%. Des craintes sur le taux de la TVA, le recentrage du prêt à taux zéro ou la suppression de crédits d'impôts ont boosté l'activité. Le secteur "entretien-réparation", qui concerne notamment ces professionnels, est soutenu par les travaux d'amélioration de la performance énergétique du logement, APEL, en hausse de 4%. En 211, permis de construire ont été délivrés, en hausse de 17,9% par rapport à l'année précédente. Les mises en chantiers ont progressé globalement de près de 22%, avec notamment unités en neuf, un gain de 22,2%. À la fin 211, l'emploi intérimaire du bâtiment s'élevait à 12 équivalents temps plein, en hausse de 1% sur un an. Les crédits sont à des taux historiquement bas mais plus difficiles à obtenir. De plus, les turbulences sur l'économie, mondiale ou européenne, rendent plus frileux le consommateur. Le ralentissement envisagé pour 212 a été confirmé au cours des premiers trimestres de l'année. L'emploi, plutôt préservé jusqu'à présent, risque de souffrir nettement. Les TPE jouent là un rôle d'amortisseur, limitant au maximum les licenciements, notamment en 28 et 29. Cet effet risque de trouver ses limites en 212. Source : Chiffres et commentaires - Octobre n 18 71

8 RÉALISATION : Fédération des Centres de Gestion Agréés, 2 rue Meissonier, 7517 Paris - Tél : Association Nationale des Directeurs de Centres et Associations de Gestion Agréés, 52 rue d'illiers, Orléans - Tél : Édition : CGA Diffusion, 2 rue Meissonier, 7517 Paris - Tél :

9 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Chiffres et Commentaires Cahier n 18 Réf/gb stats 27 novembre 212 Combien gagnent les commerçants? La 18ème édition du recueil «Chiffres et Commentaires» publié par la Fédération des centres de gestion agréés (FCGA) passe au crible les revenus des artisans et des commerçants en 211. Une enquête inédite qui compare les performances de 75 professions du commerce et de l artisanat dans 11 secteurs d activité. Principaux enseignements. Pour en savoir plus : (Catégorie : Observatoire de la Petite Entreprise) Tchao la crise? En 211, l activité des petites entreprises du commerce et de l artisanat redémarre : +2,6% contre +,9% en 21. Hausse du chiffre d affaires et stabilité de la variation des bénéfices avec un résultat moyen qui s établit à +2,3% (contre +2,1% l année précédente). Globalement, les commerçants et les artisans renouent avec la croissance dans un contexte économique pourtant toujours préoccupant. Et ces deux indicateurs statistiques dissimulent en réalité de fortes disparités sectorielles. Si les transports (+4,4%) et le bâtiment (+4,3%) font la course en tête, la culture et les loisirs (-,2%) ainsi que la santé (+,9%) figurent en queue de peloton. Menace sur la compétitivité L étude exclusive de la FCGA met également en exergue une baisse inquiétante des investissements dans les petites entreprises du commerce et de l artisanat : -6,1%. Alors que Louis Gallois, Commissaire à l Investissement, vient de remettre son rapport sur la compétitivité de l économie française, ce constat est préoccupant. La réduction des investissements dans les TPE peut menacer la qualité de leur outil de production et affaiblir leur compétitivité. Le palmarès des revenus L analyse comparative des résultats s bruts (avant versement des cotisations sociales dues par le chef d entreprise) laisse apparaître d importants écarts entre les différentes professions. En 211, le résultat moyen brut, tous secteurs confondus, s élève à 5 (contre 48 en 21). Mais il chute à 42 si l on exclut les métiers de la santé (pharmaciens, opticiens, prothésistes dentaires) dont les niveaux élevés de revenus «gonflent» artificiellement les moyennes statistiques. Ils gagnent moins de professions réalisent un résultat brut inférieur à 2 fois le SMIC annuel brut (33 ). 3 occupent la première marche du podium :

10 - L antiquité-brocante : 32 - La cordonnerie : 32 - La restauration rapide : 32 Ils gagnent entre 33 et professions dégagent un résultat brut qui oscille entre ces deux seuils. 3 arrivent en tête avec des résultats quasiment identiques : - La maroquinerie : 41 - L électroménager-tv-hifi : 41 - Les cafés-restaurants : 4 Ils gagnent entre et professions affichent un résultat brut compris dans cette deuxième tranche. Trois se partagent la première place : - La boulangerie-pâtisserie : 49 - La charcuterie : 49 - La maçonnerie : 49 Ils gagnent plus de professions enregistrent un résultat brut supérieur à 3 fois le SMIC brut annuel (49 5 ). Les trois premières sont : - La pharmacie : L optique-lunetterie : 93 - Le transport de malades (ambulances) : 79 METHODOLOGIE DE L ETUDE «CHIFFRES ET COMMENTAIRES» Cette 18 ème édition présente les indicateurs statistiques sur l évolution économique de près de 193 TPE adhérentes des CGA membres du réseau FCGA/Anprecega. Ces résultats sont calculés à partir des déclarations fiscales 211. Les 75 professions de cette étude sont regroupées en 11 secteurs d activité. Chacun d entre eux présente des informations économiques et sociologiques permettant de positionner les TPE dans leur environnement. Une analyse sur l évolution des critères de gestion et sur les niveaux de résultat vient compléter cette étude. Chacune de ces 75 professions fait enfin l objet d une analyse économique spécifique. Si ces résultats traduisent des tendances bien réelles, ils ne doivent en aucun cas être considérés comme des normes professionnelles. LA FEDERATION DES CENTRES DE GESTION AGREES EN BREF 4 petites entreprises (TPE) et 114 Centres de Gestion Agréés (CGA) 92 % des entreprises nationales ont moins de 1 salariés 5 % des TPE imposées au BIC sont adhérentes à un CGA Grâce à l adhésion à un CGA, le revenu imposable de l entreprise n est pas majoré de 25 %! Le réseau FCGA créé en 1978, c est aussi 2 d emplois salariés et non salariés, 7 milliards d euros de chiffre d affaires et 6 experts-comptables correspondants. Les CGA, structures associatives de proximité, constituent un pôle remarquable de conseils collectifs : aide à la gestion, formation et prévention fiscale. Les TPE bénéficient d une offre pédagogique attractive (les CGA sont parmi les premiers centres formateurs de la petite entreprise avec 5 heures annuelles de formation). La FCGA forme un réseau d information et d assistance aux TPE présent sur l ensemble du territoire national et capitalise une expertise économique et sociale reconnue de la petite entreprise. Elle dispose d outils d observation et d analyse particulièrement fiables qui alimentent régulièrement une base de données statistiques très performante. Contacts presse Guylaine Bourdouleix

2012, coup de froid sur les TPE

2012, coup de froid sur les TPE Chiffres ET COMMENTAIRES Collection de la France des TPE Cahier n 19, octobre 213 www.fcga.fr 212, coup de froid sur les TPE Activité : +,5% Résultat : -2,5% ZOOM SUR LES CAFÉS, HÔTELS, RESTAURANTS Un

Plus en détail

Statistiques Exercice 2012

Statistiques Exercice 2012 Statistiques Exercice 2012 Bénéfices Industriels et Commerciaux MISE EN GARDE AUX UTILISATEURS Les informations communiquées dans ce fascicule sont communiquées titre indicatif et ne peuvent être considérées,

Plus en détail

Statistiques Exercice 2011

Statistiques Exercice 2011 Statistiques Exercice 2011 Bénéfices Industriels et Commerciaux MISE EN GARDE AUX UTILISATEURS Les informations consignées dans ce fascicule sont communiquées à titre indicatif et ne peuvent être considérées,

Plus en détail

Le centre de gestion a le plaisir de vous adresser les statistiques professionnelles élaborées à partir des dossiers de gestion 2013.

Le centre de gestion a le plaisir de vous adresser les statistiques professionnelles élaborées à partir des dossiers de gestion 2013. Statistiques 2013 3, rue de Lyon B.P. 531 71010 MACON CEDEX Tél. 03.85.21.90.60 Télécopie 03.85.21.90.69 E-mail : contact@cgai-macon.fr Agrément de la Direction Régionale des Impôts n 1.02.710 du 6 mars

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT DES PAYS DE LA LOIRE 2nd semestre 2013 - Edition Janvier 2014 Au cours du second semestre, l activité a été contrastée. Même si le nombre d artisans déclarant une hausse

Plus en détail

STATISTIQUES PROFESSIONNELLES

STATISTIQUES PROFESSIONNELLES STATISTIQUES PROFESSIONNELLES EXERCICES CLOS EN 2013 Une population étudiée de 5365 adhérents Environ 220 codes A.P.E. représentés 13 ratios étudiés en termes de moyenne, minimum, maximum, écart-type 1:

Plus en détail

EQUIPEMENT COMMERCIAL

EQUIPEMENT COMMERCIAL Territem, au service des entreprises Information territoriale 2011-2014 > Offre globale Chiffres-clés Composition commerciale > Equipements structurants > Cartographies EQUIPEMENT COMMERCIAL Panorama OFFRE

Plus en détail

Atlas Artisanat. de Haute-Garonne. Chambre de Métiers et de l Artisanat Haute-Garonne. Janvier 2012. Etat des lieux et Perspectives

Atlas Artisanat. de Haute-Garonne. Chambre de Métiers et de l Artisanat Haute-Garonne. Janvier 2012. Etat des lieux et Perspectives Chambre de Métiers et de l Artisanat alimentation services bâtiment production Atlas Artisanat de Janvier 2012 Etat des lieux et Perspectives Réalisé par Karima BELKALEM Service Etudes Statistiques et

Plus en détail

Electricité - Plomberie

Electricité - Plomberie Electricité - Plomberie 2014-2015 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Sommaire

Plus en détail

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Depuis maintenant plusieurs années, les collectivités locales s'efforcent d'augmenter leur épargne afin d'autofinancer

Plus en détail

SOMMAIRE. Où et comment trouver une entreprise à reprendre? 4. L évaluation de l entreprise 6 Le budget à prévoir 7 Les droits d enregistrement 7

SOMMAIRE. Où et comment trouver une entreprise à reprendre? 4. L évaluation de l entreprise 6 Le budget à prévoir 7 Les droits d enregistrement 7 1 SOMMAIRE Quels sont les avantages d une reprise d entreprise? 4 Où et comment trouver une entreprise à reprendre? 4 Quelles sont les étapes à suivre? 5 Quelles sont les aides existantes? 6 Quels sont

Plus en détail

TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE

TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE LE MARCHÉ DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 2 LA RÉGLEMENTATION DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 5 L'ACTIVITÉ DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 8 LES POINTS DE VIGILEANCE DES TRAVAUX DE PLOMBERIE...

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

COUVERTURE ET ÉTANCHÉITÉ

COUVERTURE ET ÉTANCHÉITÉ COUVERTURE ET ÉTANCHÉITÉ SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA COUVERTURE ET ÉTANCHÉITÉ... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA COUVERTURE ET ÉTANCHÉITÉ... 5 L'ACTIVITÉ DE LA COUVERTURE ET ÉTANCHÉITÉ... 8 LES POINTS DE VIGILANCE

Plus en détail

Chambre de Commerce et d'industrie de l'oise Création Reprise Transmission d entreprise Pont de Paris CS 60250 60002 BEAUVAIS cedex

Chambre de Commerce et d'industrie de l'oise Création Reprise Transmission d entreprise Pont de Paris CS 60250 60002 BEAUVAIS cedex Edition du 19 juin 2015 Chambre de Commerce et d'industrie de l'oise Création Reprise Transmission d entreprise Pont de Paris CS 60250 60002 BEAUVAIS cedex Espace Entreprendre 03 44 79 80 39 03 44 79 80

Plus en détail

http://www.a2c-31.com Tableau n 3 dépenses, revenus particuliers

http://www.a2c-31.com Tableau n 3 dépenses, revenus particuliers Tableau n 3 dépenses, revenus particuliers Merci de compléter les tableaux suivants pour vous garantir un maximum d'informations en un minimum de temps à l'avenir Si possible, indiquez les dates de fin

Plus en détail

Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas de Calais. L artisanat de la région. Nord - Pas de Calais

Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas de Calais. L artisanat de la région. Nord - Pas de Calais Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas de Calais L artisanat de la région Nord - Pas de Calais Éditorial...5 I. État et évolution de l artisanat du Nord-Pas de Calais... 7 1. 46 341

Plus en détail

Les pôles commerciaux et leurs magasins

Les pôles commerciaux et leurs magasins Les pôles commerciaux et leurs magasins Julien Fraichard* Pour les commerçants, l'implantation de leur établissement dans le tissu urbain est primordiale. Certains types de commerces, comme les magasins

Plus en détail

«Photographie statistique» des entreprises parisiennes engagées dans le secteur de la construction en 2008 et 2009

«Photographie statistique» des entreprises parisiennes engagées dans le secteur de la construction en 2008 et 2009 «Photographie statistique» des entreprises parisiennes engagées dans le secteur de la construction en 2008 et 2009 Septembre 2009 Introduction Le Greffe du tribunal de commerce de Paris a réalisé à la

Plus en détail

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6 NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE Décembre 2014 - N 6 ENQUETE DU 2 nd SEMESTRE 2014 SOMMAIRE Tendance générale Tendance par département Tendance par grand secteur Focus sur les conjoints

Plus en détail

TRAVAUX DE SERRURERIE

TRAVAUX DE SERRURERIE TRAVAUX DE SERRURERIE SOMMAIRE LE MARCHÉ DES TRAVAUX DE SERRURERIE... 2 LA RÉGLEMENTATION DES TRAVAUX DE SERRURERIE... 5 L'ACTIVITÉ DES TRAVAUX DE SERRURERIE... 8 LES POINTS DE VIGILANCE DES TRAVAUX DE

Plus en détail

Note de synthèse 2012

Note de synthèse 2012 ARTISANAT DU BTP - EDITION N 2 NOVEMBRE 2014 Note de synthèse 2012 DANS CE NUMERO 2 ème publication de l Observatoire des formations à la prévention, cette notre présente les principaux chiffres clés de

Plus en détail

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 2 ème trimestre 2013 Repli accentué au 2 ème trimestre (-2%) du volume de travaux d entretienrénovation de logements Cette baisse d activité correspond à une baisse

Plus en détail

ETUDE THEMATIQUE. Parution janvier 2015 CHIFFRES CLEFS SOMMAIRE L ARTISANAT DE L ALIMENTATION EN HAUTE-NORMANDIE.

ETUDE THEMATIQUE. Parution janvier 2015 CHIFFRES CLEFS SOMMAIRE L ARTISANAT DE L ALIMENTATION EN HAUTE-NORMANDIE. ETUDE THEMATIQUE L ARTISANAT DE L ALIMENTATION EN HAUTE-NORMANDIE Parution janvier 2015 CHIFFRES CLEFS 3 311 entreprises 3 471 établissements 2 198 établissements employeurs 5 971 salariés 1 551 apprentis

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Evolution des commerces à Paris. Inventaire des commerces 2014 et évolutions 2011-2014

DOSSIER DE PRESSE. Evolution des commerces à Paris. Inventaire des commerces 2014 et évolutions 2011-2014 DOSSIER DE PRESSE Evolution des commerces à Paris Inventaire des commerces 2014 et évolutions 2011-2014 Contacts presse : Ville de Paris : Marie Francolin : presse@paris.fr / 01.42.76.49.61 CCI Paris :

Plus en détail

PORTES OUVERTES DES CFA

PORTES OUVERTES DES CFA PORTES OUVERTES DES CFA NOMS DES ETABLISSEMENTS VILLE DATE FORMATIONS CFA DINAH DERYCKE 365 rue Jules Guesde 59650 VILLENEUVE D ASCQ Tél : 03 20 19 66 81 22 mars 2013 23 mars 2013 CAP employé de vente

Plus en détail

Artiscope. Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat en Région Centre Au 31 décembre 2013 (2ème Semestre 2013 - Année 2013)

Artiscope. Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat en Région Centre Au 31 décembre 2013 (2ème Semestre 2013 - Année 2013) Observatoire des Métiers et de l Artisanat Région Centre Juin 214 Artiscope Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat en Région Centre Au 31 décembre 213 (2ème Semestre 213 - Année 213) La révision

Plus en détail

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Un tissu d entreprises en mutation Edition 2012 Septembre 2012 1 SOMMAIRE I. Caractéristiques des Très Petites Entreprises du BTP en

Plus en détail

PORTES OUVERTES DES CFA

PORTES OUVERTES DES CFA PORTES OUVERTES DES CFA NOMS DES ETABLISSEMENTS CFA DINAH DERYCKE VILLE DATE FORMATIONS 365 rue Jules Guesde 59650 VILLENEUVE Tél : 03 20 19 66 62 / 03 20 19 66 61 / 03 20 19 66 67 ufa.derycke@ac-lille.fr

Plus en détail

ENTREPRISE DE NETTOYAGE

ENTREPRISE DE NETTOYAGE ENTREPRISE DE NETTOYAGE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 5 L'ACTIVITÉ DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE

Plus en détail

ACTUALISATION DU PANORAMA DE L OFFRE DE REPARATION EN FRANCE

ACTUALISATION DU PANORAMA DE L OFFRE DE REPARATION EN FRANCE ACTUALISATION DU PANORAMA DE L OFFRE DE REPARATION EN FRANCE Synthèse Septembre 2010 Etude réalisée pour le compte de l ADEME par ERNST & YOUNG (Contrat n 0902C0072) Coordination technique : Claire Boujard

Plus en détail

Ce qu il faut savoir en 20 points

Ce qu il faut savoir en 20 points Ce qu il faut savoir en 20 points 1. Comptabilité allégée : o registre des ventes : les obligations comptables des autoentrepreneurs sont réduites. Ils peuvent simplement tenir un livre chronologique mentionnant

Plus en détail

Évolution du tissu artisanal en Bretagne

Évolution du tissu artisanal en Bretagne du tissu artisanal en Bretagne Alors que le nombre d entreprises artisanales bretonnes a baissé depuis 1990, 28 000 emplois salariés supplémentaires ont été créés dans le secteur en 14 ans. La taille des

Plus en détail

4 CHIFFRES À RETENIR

4 CHIFFRES À RETENIR Une baisse continue mais atténuée 4 CHIFFRES À RETENIR Recettes publicitaires totales (médias historiques + Internet + mobile + courrier publicitaire et ISA) 1 ER SEMESTRE 2014-2,6% S1 2014 vs S1 2013

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS SOCIAL CUMUL ACTIVITES BNC BIC BA

FOIRE AUX QUESTIONS SOCIAL CUMUL ACTIVITES BNC BIC BA FOIRE AUX QUESTIONS SOCIAL CUMUL ACTIVITES BNC BIC BA - Etre inscrit en profession libérale permet-il d exercer d autre activité? - Quelles conséquences à l inscription en tant que commerçant/artisan?

Plus en détail

observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr

observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr Edito Marc Basset, Associé, Responsable du secteur Transport sanitaire C est avec un grand plaisir que nous vous présentons l Observatoire du Transport

Plus en détail

COMPOSITION DU BUREAU DE LA CHAMBRE RÉGIONALE suite à l assemblée générale d installation du 18 novembre 2010

COMPOSITION DU BUREAU DE LA CHAMBRE RÉGIONALE suite à l assemblée générale d installation du 18 novembre 2010 COMPOSITION DU BUREAU DE LA CHAMBRE RÉGIONALE suite à l assemblée générale d installation du 18 novembre 2010 Fonction Prénom & Nom Métier Département Président CHOQUET Jean-Claude Boulangerie 44 1 er

Plus en détail

VIE ECONOMIQUE DE MONTSURS

VIE ECONOMIQUE DE MONTSURS VIE ECONOMIQUE DE MONTSURS Liste des commerçants, artisans et industries Liste des Commerçants : Boulangeries-Pâtisseries : L Ilot Gourmand : 7 place Crotigné tél : 02 43 01 02 90 Mr et Mme BONNEAU : 34

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

d attractivité le développe économique, Le commerce Avril 2013 en collaborat

d attractivité le développe économique, Le commerce Avril 2013 en collaborat Mutations du commerce sur le secteur sauvegardé de Tours Etude 1996-2012 Le commerce est un élément de dynamisme et d attractivité des territoires ainsi qu un atout majeur en matière de vitalité et d animation

Plus en détail

Vous voulez devenir apprenti(e)?

Vous voulez devenir apprenti(e)? Vous voulez devenir apprenti(e)? Plan 1. Comment fonctionne l apprentissage 2. Les CFA à Montpellier et environs 3. Les métiers porteurs 4. Les effectifs d apprentis 5. Et si vous ne trouvez pas d employeur?

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

Bâtiment second œuvre

Bâtiment second œuvre Campagnes 2008-2009 et 2009-2010 Les ruptures d apprentissage du Bâtiment second œuvre 2 980 établissements employeurs 4 570 d apprentissage 4 250 apprentis Principales activités du secteur Travaux de

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

TRAVAUX D INSTALLATION ÉLECTRIQUE

TRAVAUX D INSTALLATION ÉLECTRIQUE TRAVAUX D INSTALLATION ÉLECTRIQUE SOMMAIRE MARCHÉ DES TRAVAUX D INSTALLATION ÉLECTRIQUE... 2 LA RÉGLEMENTATION DES TRAVAUX D INSTALLATION ÉLECTRIQUE... 5 L'ACTIVITÉ DES TRAVAUX D INSTALLATION ÉLECTRIQUE...

Plus en détail

Observatoire de la MEF

Observatoire de la MEF 2013 Observatoire de la MEF Cité des métiers du Grand Beauvaisis 36, Avenue Salvador Allende Village Mykonos Bâtiment G 60000 Beauvais 03 60 56 60 60 www.mef-beauvaisis.fr SOMMAIRE 1/Définition du secteur

Plus en détail

" Tout seul on va plus vite, Ensemble on va plus loin!"

 Tout seul on va plus vite, Ensemble on va plus loin! Neyron Tramoyes Beynost Saint Maurice de Beynost Miribel Thil Aimer sa ville, c est la faire vivre! Moi, j adhère! " Tout seul on va plus vite, Ensemble on va plus loin!" A l'ère de la mondialisation,

Plus en détail

BILAN ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DU VAL D OISE 1998-1999 LES ÉQUIPEMENTS COMMUNAUX

BILAN ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DU VAL D OISE 1998-1999 LES ÉQUIPEMENTS COMMUNAUX BILAN ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DU VAL D OISE 1998-1999 LES ÉQUIPEMENTS COMMUNAUX 1 - Des communes inégalement desservies en terme d équipements 2 - Des pôles majeurs d attraction en terme d équipements 3 -

Plus en détail

ACTIVITES REGLEMENTEES

ACTIVITES REGLEMENTEES ACTIVITES REGLEMENTEES Par le décret N 98-246 du 02 Avril 1998, quels que soient le statut juridique et les caractéristiques de l entreprise, un certain nombre d activités, dites réglementées ne peuvent

Plus en détail

LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MONTCUQ. Place des Consuls - 46800 MONTCUQ; Tel: 05.65.31.82.19 communaute.communes-montcuq@wanadoo.

LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MONTCUQ. Place des Consuls - 46800 MONTCUQ; Tel: 05.65.31.82.19 communaute.communes-montcuq@wanadoo. 2012 2013 LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MONTCUQ Place des Consuls - ; Tel: 05.65.31.82.19 communaute.communes-montcuq@wanadoo.fr Présentation de la liste des artisans installés sur le territoire de la Communauté

Plus en détail

AUTO ENTREPRENEURS NOUVEAUTES 2015

AUTO ENTREPRENEURS NOUVEAUTES 2015 AUTO ENTREPRENEURS NOUVEAUTES 2015 Introduction A compter du 1 er janvier 2015, certaines conditions de l auto entreprise changent : un seul statut unique immatriculation obligatoire aux chambres consulaires

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le point sur. Auto-entrepreneur SPÉCIAL DOM

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le point sur. Auto-entrepreneur SPÉCIAL DOM Le point sur SPÉCIAL DOM Le régime Auto-entrepreneur L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut être exercée à titre principal, par exemple, par un chômeur qui veut se lancer «à son compte»

Plus en détail

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Communauté locale de la Vallée de la Missisquoi Nord MRC de Memphrémagog Ce que les chiffres

Plus en détail

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation G1 Recrutements des assistants de recherche et de formation...2 G1.1 Assistant gestion de données patrimoniales...2 G1.2 Assistant technique en génie climatique...2 G1.3 Assistant technique en électricité...2

Plus en détail

ENQUETE BESOIN EN MAIN-D ŒUVRE 2012 Bassin de Vaulx Meyzieu. 2 429 projets de recrutement en 2012

ENQUETE BESOIN EN MAIN-D ŒUVRE 2012 Bassin de Vaulx Meyzieu. 2 429 projets de recrutement en 2012 ENQUETE BESOIN EN MAIN-D ŒUVRE 2012 Bassin de Vaulx Meyzieu 2 429 projets de recrutement en 2012 1 Sommaire 1 L ESSENTIEL 2 LES METIERS PORTEURS 3 LES METIERS NON SAISONNIERS 4 LES METIERS DIFFICILES 5

Plus en détail

CRÉER UNE ENTREPRISE

CRÉER UNE ENTREPRISE CRÉER UNE ENTREPRISE QUELLES SONT LES ACTIVITES QUI RELEVENT DE LA CHAMBRE DE MÉTIERS ET DE L ARTISANAT? Les professions dans lesquelles sont exercées les activités suivantes font l objet d une inscription

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT.

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. -=-=-=- L étude porte sur la situation à la clôture de l exercice 2 (se reporter au compte administratif de 2). Il n est pas tenu compte du budget annexe du

Plus en détail

Seule adresse Le Service Information et Etudes Economiques de la CCD

Seule adresse Le Service Information et Etudes Economiques de la CCD une Seule adresse Le Service Information et Etudes Economiques de la CCD BP 84 - Tél : 21 35 10 70 Fax : 21 35 00 96 - E-mail : ccd@intnet.dj - d'une opportunité à saisir, - d un partenariat à nouer, -

Plus en détail

Les artisans du bâtiment : une profession aux multiples facettes

Les artisans du bâtiment : une profession aux multiples facettes Les artisans du bâtiment : une profession aux multiples facettes principaux résultats de l'étude Artiscan 4000 conduite par DEVELOPPEMENT CONSTRUCTION sur les artisans du bâtiment L'artisanat du bâtiment

Plus en détail

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur. Auto-entrepreneur SPÉCIAL DOM. À jour au 1 er janvier 2015

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur. Auto-entrepreneur SPÉCIAL DOM. À jour au 1 er janvier 2015 Le point sur ( ) SPÉCIAL DOM Le régime Auto-entrepreneur À jour au 1 er janvier 2015 L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut être exercée à titre principal, par exemple, par un chômeur

Plus en détail

La Base Permanente des Équipements

La Base Permanente des Équipements La Base Permanente des Équipements La base permanente d'équipements (BPE) est produite et gérée par l INSEE en collaboration avec différents ministères. En effet, cette base ne provient pas d une enquête

Plus en détail

Portrait statistique de l emploi dans le commerce de détail. sur le périmètre de l inter-scot de l aire métropolitaine lyonnaise

Portrait statistique de l emploi dans le commerce de détail. sur le périmètre de l inter-scot de l aire métropolitaine lyonnaise Les Scot de l aire métropolitaine lyonnaise Agglomération lyonnaise Beaujolais Boucle du Rhône en Dauphiné Bugey-Côtière-Plaine de l Ain La Dombes Loire Centre Monts du Lyonnais Nord-Isère Ouest lyonnais

Plus en détail

L ARTISANAT 1 ère entreprise de France. L apprentissage : Passeport pour l emploi

L ARTISANAT 1 ère entreprise de France. L apprentissage : Passeport pour l emploi L ARTISANAT 1 ère entreprise de France L apprentissage : Passeport pour l emploi le cad de la chambre de Métiers et de l artisanat des conseillers spécialistes de l apprentissage et de l emploi l apprentissage

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

Le guide des formalités

Le guide des formalités Le guide des formalités Tout au long la de votre vie, CMA 30 est là... Sommaire Quelques rappels importants permettant de faciliter la réalisation des formalités auprès du Service Formalités des Entreprises

Plus en détail

Un moyen de limiter les risques

Un moyen de limiter les risques du Bâtiment er Trimestre Aquitaine de votre Centre de Gestion Agréé édito Dans ce nouveau numéro de l Observatoire du bâtiment, votre Centre de gestion fait le point sur le nouveau régime d Entrepreneur

Plus en détail

TRANSPORT SANITAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

TRANSPORT SANITAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 TRANSPORT SANITAIRE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU TRANSPORT SANITAIRE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU TRANSPORT SANITAIRE... 4 L'ACTIVITÉ DU TRANSPORT SANITAIRE... 6 LES POINTS DE VIGILANCE DU TRANSPORT SANITAIRE...

Plus en détail

La création d entreprise en milieu rural

La création d entreprise en milieu rural La création d entreprise en milieu rural Une définition du milieu rural Définir le monde rural à partir de la taille des communes nous paraît insuffisant. En effet, il est important de prendre en compte

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Bonne tenue de l activité au premier semestre 2009

Bonne tenue de l activité au premier semestre 2009 Paris, le 27 août 2009 Bonne tenue de l activité au premier semestre 2009 Croissance organique hors essence et effet calendaire de +1,3% Quasi-stabilité de la marge d EBITDA en organique Résistance des

Plus en détail

Bulletin. d opportunités. Département de l Essonne. Reprises PME/PMI - fonds de commerce et activités artisanales. numéro 2. n CCI Essonne PME/PMI

Bulletin. d opportunités. Département de l Essonne. Reprises PME/PMI - fonds de commerce et activités artisanales. numéro 2. n CCI Essonne PME/PMI Bulletin d opportunités Département de l Essonne Reprises PME/PMI - fonds de commerce et activités artisanales n CCI Essonne PME/PMI n tôlerie fine n métallerie de façades n Fonds de commerce n cafés -

Plus en détail

Mais les modifications ne se cantonnent pas à l indice «R» ou «R2», l AGCF détermine aussi les OBG qui deviennent non programmables : indice «NP».

Mais les modifications ne se cantonnent pas à l indice «R» ou «R2», l AGCF détermine aussi les OBG qui deviennent non programmables : indice «NP». Les indices des intitulés des Cadres de références CPEONS du qualifiant ont donc été modifiés en ce sens. Vous voudrez bien en tenir compte dans vos programmations. Mais les modifications ne se cantonnent

Plus en détail

La situation économique et financière des entreprises agroalimentaires françaises

La situation économique et financière des entreprises agroalimentaires françaises La situation économique et financière des entreprises agroalimentaires françaises Lilia Aleksanyan Juillet 14 Working Paper ALISS 14-03 INRA UR 13 ALISS 65 bd de Brandebourg 945 Ivry-sur-Seine France http://www6.versailles-grignon.inra.fr/aliss

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale et solidaire

Les salariés de l économie sociale et solidaire L'Économie sociale et solidaire Les salariés de l économie sociale et solidaire L'EMPLOI SALARIÉ L ESS, un employeur déterminant de l économie régionale 20 Relative précarité de l emploi dans l ESS 22

Plus en détail

titre : Conseil éligibles

titre : Conseil éligibles Les aides financières du Parc naturel régional de la Haute Vallée de d Chevreuse sont attribuées au titre : du programme d actions du PNR financé par le Conseil régional d Île de France, le Conseil général

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT. Bilan des immatriculations / radiations d entreprises artisanales. Solde net 1 002 entreprises 74%

LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT. Bilan des immatriculations / radiations d entreprises artisanales. Solde net 1 002 entreprises 74% n 6 - JANVIER 21 LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT 23 629 c est * le nombre d entreprises 2 inscrites au Répertoire des métiers de l Essonne. dirigeants d entreprise artisanale ont été interrogés à la fin

Plus en détail

Moniteur des branches Industrie MEM

Moniteur des branches Industrie MEM Moniteur des branches Industrie MEM Octobre 2014 Editeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Traduction Anne Fritsch, Verbanet GmbH, www.verbanet.ch Le texte allemand fait foi Adresse BAK Basel Economics

Plus en détail

COMMINGES 2010. Etude portant sur l Artisanat en zones d activités. Contribution de CMA Haute-Garonne. Octobre 2010. Canton de BOULOGNE- SUR-GESSE

COMMINGES 2010. Etude portant sur l Artisanat en zones d activités. Contribution de CMA Haute-Garonne. Octobre 2010. Canton de BOULOGNE- SUR-GESSE BOULOGNE- SUR-GESSE Canton de AURIGNAC MONTREJEAU SAINT-MARTORY SAINT-GAUDENS SALIES-DU- SALAT BARBAZAN Canton d'aspet de SAINT-BEAT COMMINGES 2010 Etude portant sur l Artisanat en zones d activités LUCHON

Plus en détail

Prediagri Retraite. Préparer sa retraite, c est essentiel. Solutions Assurances Agriculteurs

Prediagri Retraite. Préparer sa retraite, c est essentiel. Solutions Assurances Agriculteurs Solutions Assurances Agriculteurs Complément de retraite Préparer sa retraite, c est essentiel. Votre retraite, c est à vous d en décider. Plus tôt vous la préparez, plus vous mettez d atouts de votre

Plus en détail

L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le régime. Le point sur. Auto-entrepreneur

L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le régime. Le point sur. Auto-entrepreneur Le point sur Le régime Auto-entrepreneur L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut être exercée à titre principal, par exemple, par un chômeur qui veut se lancer «à son compte», par un

Plus en détail

MICRO CONFÉRENCE. «l auto-entrepreneur, avantages et inconvénients» Intervenants :

MICRO CONFÉRENCE. «l auto-entrepreneur, avantages et inconvénients» Intervenants : MICRO CONFÉRENCE «l auto-entrepreneur, avantages et inconvénients» Intervenants : DIRECCTE-LR L EFFET DU LOGIS BOUTIQUE DE GESTION ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES MICRO CONFÉRENCE «l auto-entrepreneur, avantages

Plus en détail

GUIDE DES ARTISANS LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MONTCUQ. Le guide :

GUIDE DES ARTISANS LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MONTCUQ. Le guide : LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MONTCUQ Année 2011 GUIDE DES ARTISANS Le guide : Présentation de la liste des artisans installés sur le territoire de la Communauté de Communes ( c oordonnées, adresse, domaine

Plus en détail

EN ETAT D'IMMEUBLE (REVETEMENT SOL ET MUR) AUPRÈS DES PARTI MR BORAU JEAN-YVES VIC EN BIGORRE SALON DE COIFFURE MIXTE.

EN ETAT D'IMMEUBLE (REVETEMENT SOL ET MUR) AUPRÈS DES PARTI MR BORAU JEAN-YVES VIC EN BIGORRE SALON DE COIFFURE MIXTE. LISTES DES ENTREPRISES INSCRITES AU RM - OCTOBRE 2009 DIRIGEANTS VILLE ACTIVITE MR DEMPHLOUS JACQUES CAMALES CARRELAGE MR MELA SERGE BIZE TERRASSEMENT MR FERRANTI DIDIER ARRODETS-EZ-ANGLES PLOMBERIE BOUCHERIE

Plus en détail

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Auto-entrepreneur. À jour au 1 er janvier 2014

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Auto-entrepreneur. À jour au 1 er janvier 2014 Le point sur ( ) Le régime Auto-entrepreneur À jour au 1 er janvier 2014 L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut être exercée à titre principal, par exemple, par un chômeur qui veut se

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses FÉVRIER 2014 N 016 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques L EMPLOI DANS LES TRÈS PETITES ENTREPRISES EN DÉCEMBRE 2012 Les entreprises

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

En 2013, 605 organismes pratiquent

En 2013, 605 organismes pratiquent j u i n Le marché de l assurance complémentaire santé : des excédents dégagés en 2013 En 2013, 33 milliards d euros de cotisations ont été collectés sur le marché de l assurance complémentaire santé en

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014

Pacte de responsabilité et de solidarité. Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014 Pacte de responsabilité et de solidarité Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014 1 2 Le Pacte : quels bénéficiaires? Les entreprises Toutes les entreprises, quelle que soit

Plus en détail

L ARTISANAT dans les Hauts-de-Seine

L ARTISANAT dans les Hauts-de-Seine L ARTISANAT dans les Hauts-de-Seine Statistiques Baromètre 2013 Réalisés par Avec le soutien financier de Président de la CMA92 Daniel GOUPILLAT 1 000 entreprises artisanales supplémentaires dans les Hauts-de-Seine!

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le point sur. Auto-entrepreneur

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le point sur. Auto-entrepreneur Le point sur Le régime Auto-entrepreneur L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut être exercée à titre principal, par exemple, par un chômeur qui veut se lancer «à son compte» ou à titre

Plus en détail

L ARTISANAT dans les Hauts-de-Seine

L ARTISANAT dans les Hauts-de-Seine L ARTISANAT dans les Hauts-de-Seine Statistiques Baromètre 2012 Réalisés par Avec le soutien financier de Président de la CMA92 Daniel GOUPILLAT Présent dans les secteurs de l Alimentation, du Bâtiment,

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

DOSSIER DE GESTION. Sommaire

DOSSIER DE GESTION. Sommaire 102 Allée de Barcelone 31000 TOULOUSE Forme juridique : ENTREPRISE INDIVIDUELLE Régime fiscal : R. Simplifié Date exercice : 01/07/2012 au 30/06/2013-12 DOSSIER DE GESTION Sommaire Présentation de l'exploitation

Plus en détail