CAHIER D ORIENTATIONS STRATÉGIQUES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CAHIER D ORIENTATIONS STRATÉGIQUES"

Transcription

1 GRANDE OFFENSIVE AGRICOLE POUR LA NOURRITURE ET L ABONDANCE CAHIER D ORIENTATIONS STRATÉGIQUES Matrice d opportunités d investissements Révision : 6/07/08 Impression : 7/07/08 MINISTERE DE L AGRICULTURE Avenue Léopold Sédar Senghor Building Administratif, 3 ème étage, Dakar Sénégal Tél. () Fax () Web APIX S.A. PROMOTION DE L INVESTISSEMENT ET GRANDS TRAVAUX 5-54, rue Mohamed V, BP 430, CP 854, Dakar Sénégal Tél. () Fax () Web ou

2 CAHIER D ORIENTATIONS STRATÉGIQUES TYPE DE DOCUMENT Résumé synoptique des créneaux commerciaux et des opportunités d investissements pour les filières prioritaires de la GOANA VERSION #.0 OBJET CONTENU Guider les investisseurs dans l identification des opportunités potentielles en termes de production, de fournitures des intrants, de stockage, de transformation et de distribution.. Positionnement des filières cibles de la GOANA. Niveau de demande pour des créneaux de commercialisation 3. Matrice d opportunités d investissements GOANA 4. Opportunités pour la fourniture des intrants et équipements agricoles 5. Mesures d accompagnement prévues par l État 6. Estimation du coût / besoins de la GOANA et des retombées aux producteurs DESTINATAIRES Tout investisseur potentiel d amont en aval de la chaine d approvisionnement ainsi que des structures d encadrement et d appui responsables des investissements structurants pour le compte de l Etat. CAHIER D ORIENTATIONS STRATÉGIQUES

3 POSITIONNEMENT DES FILIÈRES CIBLES DE LA GOANA Schéma des chaînes d approvisionnement des productions céréalières, vivrières et agro-industrielles au Sénégal Aménagement et fourniture de facteurs Encadrement et formation Fournisseurs des semences Exploitations familiales Groupements des Petits producteurs PME agricoles Mil Sorgho Niébé Manioc Maïs Arachide Riz (pluvial) Arachide Maïs Sésame Coton Stockage et autoconsommation Collecte Marchés hebdomadaires et régionaux Collecte Transformation artisanale Céréales locales Produits vivriers Structures de transformation semi industrielles Céréales locales Riz Marchés de consommation nationaux Fournisseurs engrais et produits phyto Fournisseurs équipement agricole Riz, semences Producteurs agro industriels Canne à sucre Structures de Infrastructures transformation de stockage agroindustrielle Huile d arachide, Sucre Mouture de farines Aliments pour animaux Coton, Amidon Stockage Marchés internationaux Riz, Blé, Maïs, Huile Farine de manioc CAHIER D ORIENTATIONS STRATÉGIQUES 3

4 POSITIONNEMENT DES FILIÈRES CIBLES DE LA GOANA Chaînes d approvisionnement prioritaires de la GOANA : cultures céréalières et vivrières Cultures concernées Systèmes de production dominants Liens en amont du processus de production Liens en aval du processus de production : transformation artisanale et semiindustrielle - Les chaines d approvisionnement prioritaires pour la GOANA, incluent principalement les cultures céréalières (mil, sorgho, fonio, maïs et riz), le manioc et le niébé. Le blé, une autre filière prioritaire n est pour le moment qu à l étape des tests de production au Sénégal. - Domination des systèmes de production de type agriculture familiale (de très petite taille) ou groupements de petits producteurs. Mode de culture extensif, en majorité pluvial, avec faible utilisation d intrants et un très faible niveau de mécanisation / utilisation d équipement agricole y compris pour les opérations post-récolte (moissonnage / battage). Niveau de rendements relativement faible avec de fortes fluctuations liées aux aléas climatiques. Dégradation de la qualité des sols contribuant à la baisse de productivité dans plusieurs zones de production. - Recours à l irrigation pour les cultures de maïs et du manioc dans certaines zones avec des améliorations significatives du niveau des rendements. - Systèmes de production maîtrisés pour le riz irrigué dans la zone du Fleuve Sénégal avec l émergence de périmètres de plusieurs dizaines d hectares de culture. Ces opérateurs privés peuvent être qualifiés comme des PME agricoles, mais demeurent pour le moment très minoritaires au niveau du secteur. - Pour les cultures vivrières, les liens en amont de la production en termes d approvisionnement en intrants et d utilisation du matériel agricole demeurent faibles. Pour les semences l auto-approvisionnement prédomine avec un accès très limité aux semences de variétés améliorées (absence de producteurs spécialisés de semences). - Réseau de fournisseurs d engrais existant sur le territoire national, lié principalement aux cultures de rente (arachide et coton) partiellement subventionné par l État, mais le taux d utilisation pour les cultures céréalières et vivrières demeure faible. - En termes d accès au savoir faire (technologies nouvelles, pratiques améliorées) et à l encadrement de production, des liens existent à travers des réseaux non étatiques et étatiques et leurs antennes régionales (INP, ANCAR, Directions Régionales de l Agriculture) et pour les zones irriguées à travers la SAED (zone du fleuve Sénégal) et la SODAGRI (pour le Bassin de l Anambé). - Grande partie de la production destinée à l autoconsommation et commercialisation du surplus de production au niveau d un réseau de marchés hebdomadaires avec des échanges importants entre les zones excédentaires (sud) et déficitaires (nord). - Transformation artisanale domine le secteur (estimée à plusieurs milliers d unités à Dakar et dans les autres villes) mais des liens de plus en plus forts se développent avec des structures de transformation de type semi-industriel desservant des marchés nationaux et d exportation avec des produits à base de céréales locales finis ou semi finis, tels que farines, semoules, brisures, et autres. Le nombre de micro entreprises et PME sur le territoire national est estimé à plus d une centaine. - Approvisionnement des unités de transformation par un circuit de collecte et de distribution via des marchés hebdomadaires avec très peu de contractualisation entre les producteurs et les transformateurs. La disponibilité et la qualité de la matière première constituent un goulot d étranglement important. CAHIER D ORIENTATIONS STRATÉGIQUES 4

5 Liens en aval du processus de production : transformation de type agro-industriel Axes stratégiques pour le renforcement des chaînes d approvisionnement céréalières et vivrières - Les liens entre la base de production des céréales locales (mil, sorgho, maïs, riz) et les structures agro-industrielles de transformation installées sur le territoire national sont faiblement développées pour le moment. - La fabrication de farines pour la consommation humaine est principalement réalisée à partir du blé importé. La fabrication des aliments pour animaux utilise surtout le maïs importé comme matière première mais aussi le maïs produit localement (ainsi que le sorgho). - La production d amidon est basée essentiellement sur la farine du manioc importé. Le sucre constitue aujourd hui la seule culture agro-industrielle intégrée localement (en dehors de la tomate au niveau du secteur horticole). - Le niveau de production du riz local ne justifie pas pour le moment des investissements en capacité de transformation de type agro-industriel. - Le système d approvisionnement et l organisation de collecte, de séchage, de la première transformation et de stockage de la matière première est faiblement adapté pour le moment pour assurer une base d approvisionnement stable et régulière à des structures agro-industrielles (céréales, maïs, manioc) à partir de la production assurée par les petits producteurs nationaux. - Les structures agro-industrielles s approvisionnent en matières premières sur les marchés internationaux en majorité. Ils se tourneront vers les producteurs locaux sous réserve d une amélioration de leurs performances en termes de rendements, de maîtrise des coûts de production et de respect de cahiers des charges. Au niveau de la production - Amélioration du niveau des rendements pour les cultures pluviales par l adoption de meilleures pratiques (y compris de pratiques visant la conservation des sols et de l eau), l utilisation plus intensive et rationnelle d intrants de qualité (semences, engrais) et le regroupement des petits producteurs visant spécifiquement une meilleure maîtrise des techniques de production. - Développement des nouveaux périmètres de cultures irrigués par des structures agro-industrielles et des PME pour assurer une base d approvisionnement de produits tels que le riz pour la grande consommation et le maïs pour la transformation industrielle. En amont du processus de production - Développement de réseaux de production et de distribution de semences améliorées et d autres intrants, incluant des amendements en matière organique. - Renforcement des réseaux d encadrement et de formation permettant de diffuser des améliorations techniques et des bonnes pratiques au niveau des petits producteurs. En aval de la chaîne d approvisionnement - Développement graduel du réseau d approvisionnement (logistique, groupage, stockage) permettant de canaliser des volumes importants de productions céréalières vers des structures de transformation de type agro-industriel (visant la substitution graduelle aux matières premières importées). - Développement des «linkages» avec des structures agro-industrielles de transformation notamment dans les domaines de la production de farine de mil, de la transformation du manioc (amidon) et de maïs (aliments pour animaux). - Amélioration des axes logistiques entre les zones à fort potentiel de production, (Casamance) et les marchés de consommation à Dakar et autres grandes villes. CAHIER D ORIENTATIONS STRATÉGIQUES 5

6 NIVEAU DE LA DEMANDE POUR DES CRÉNEAUX DE COMMERCIALISATION Cultures pluviales Riz Très fort pour l autoconsommation (décorticage artisanal) Fort pour la petite transformation pour les marchés régionaux Mil Très fort pour l autoconsommation (décorticage artisanal) Fort potentiel pour les marchés hebdomadaires régionaux Fort pour la petite transformation (semi-industrielle) pour les marchés urbains nationaux et niches d exportation Moyen pour la transformation de type agro-industriel pour les marchés nationaux Sorgho Fort potentiel pour les marchés hebdomadaires nationaux Moyen pour la petite transformation (semi-industrielle) et industrielle en aliments pour animaux (volaille) Moyen à fort pour la transformation agro-industrielle (production de bière) Fonio Potentiel en croissance pour l autoconsommation Potentiel en croissance pour la transformation semi-industrielle pour les marchés nationaux et niches d exportation Maïs Moyen pour autoconsommation et marchés hebdomadaires régionaux Moyen pour la transformation semi-industrielle pour les marchés nationaux Potentiel existant pour fournir l agro-industrie nationale pour la transformation en aliments pour animaux (dépend des rendements obtenus et du système de collecte en place) Manioc Moyen pour autoconsommation et marchés hebdomadaires régionaux Potentiel existant pour fournir l agro-industrie nationale pour la transformation en aliments pour animaux et la production d amidon (dépend des rendements et de la mise en place de systèmes de première transformation et de collecte efficaces) Niébé Très fort pour l autoconsommation Fort potentiel pour les marchés hebdomadaires régionaux Sésame Fort pour la transformation semi-industrielle (graines) et industrielle (graine et huile) pour les marchés internationaux Fort potentiel d exportation en vrac et niches porteuses pour le produit bio Cultures irriguées Riz Très fort pour la transformation semi-industrielle et industrielle pour les marchés de consommation nationaux Maïs Fort pour le secteur d alimentation pour animaux (+/- 00 mille tonnes) Potentiel éventuel sur les marchés sous-régionaux et internationaux, dépendamment des rendements et des cours mondiaux Sorgho Moyen/fort pour la transformation agro-industrielle pour la production d alimentation pour animaux (principalement volaille) et production de farines Blé Fort en import-substitution (00 mille tonnes) si des rendements compétitifs sont atteints et un système de stockage et de collecte est efficace Potentiel à explorer pour les marchés de la sous-région (sous mêmes conditions que pour le marché national) CAHIER D ORIENTATIONS STRATÉGIQUES 6

7 3 MATRICE D OPPORTUNITÉS D INVESTISSEMENTS GOANA Schéma de la matrice des opportunités d investissements GOANA Cultures pluviales structurants privés structurants privés structurants privés Produits vivriers et de transformation artisanale Cultures Irrigués structurants privés structurants privés structurants privés Produits nécessitant une transformation agro industrielle Facteurs déterminants des investissements à réaliser Commentaires et renseignements pour les investisseurs La matrice vise à donner un aperçu des principales opportunités d investissement aux investisseurs privés incluant des petits producteurs, des groupements, des PME agricoles et des structures agro-industrielles nationales et internationales au niveau des différentes filières ciblés par la GOANA. En même temps, la matrice présente les investissements structurants publics nécessaires pour précéder, accompagner ou capitaliser les investissements privés. La matrice ne fait pas de distinction entre les investissements structurants déjà pris en compte dans le cadre de la GOANA et/ou autres programmes de l État et ceux qui restent à mettre en œuvre. La matrice est structurée selon les 4 axes suivants Chaîne d approvisionnement concernée Maillon de la chaîne d approvisionnement Système de production Produits issus des cultures vivrières, incluant les produits transformés artisanalement et/ou semi-industriellement destinés aux marchés nationaux et à des niches d exportation Produits pour la transformation de type agro-industrielle destinés aux marchés nationaux et internationaux En amont du processus de production : approvisionnement en intrants, en équipements et matériels agricoles, aménagement, etc. Au niveau de la production agricole (culture) En aval du processus de production : conditionnement, stockage, transformation et distribution Système de production prédominant pour chaque type de culture Systèmes de production en irrigué Systèmes de production en pluvial Type d investissement structurants : essentiellement des investissements publics requis pour l amélioration du potentiel compétitif des filières agricoles privés par les producteurs (incluant les petits producteurs) et autres acteurs en amont et en aval des chaines d approvisionnement Niveau de priorité / opportunité d investissement () investissements à très haute priorité, opportunités favorables à court terme () investissements à haute priorité, opportunités à court ou moyen terme CAHIER D ORIENTATIONS STRATÉGIQUES 7

8 3 UN DÉFICIT CÉRÉALIER ET VIVRIER À COMBLER La GOANA cible en priorité des filières de production céréalières et vivrières (autoconsommées à près de 90%) qui constituent la base alimentaire et occupent la grande majorité de la population rurale (petit paysannat). Le Sénégal connaît un déficit de production vivrière de près de la moitié de ses besoins estimés à près d un million de tonnes (particulièrement dans les périodes de soudures) comblée par des importations massives de riz et de blé. Afin de diminuer sa dépendance aux importations des denrées de base, le pays devra investir pour augmenter les superficies cultivées mais surtout la productivité (améliorer les rendements et diminuer les pertes). Au niveau de la production, il s agit d évaluer le potentiel en termes d opportunités d investissements que présentent les différentes filières tant pour les petits producteurs, les PME agricoles et les investisseurs de taille agro-industrielle. Cultures GOANA potentiels au niveau de la production (culture) Cultures pluviales Riz Mil Sorgho Fonio Niébé Petits exploitants familiaux (< ha) oui oui oui Groupements / PME agricoles (-50 ha) Maïs oui / AI* oui / AI* Manioc oui / AI* oui / AI* Sésame oui / AI* oui / AI* Cultures irriguées oui oui Entreprises agroindustrielles (> 50 ha) Riz oui oui Maïs oui / AI* oui Sorgho oui / AI* oui Blé oui / AI* oui * Opportunités d investissements sous condition d établissement de liens contractuels avec l agro-industrie de transformation CAHIER D ORIENTATIONS STRATÉGIQUES 8

9 GOANA potentiels dans la fourniture de biens et services en AMONT DU PROCESSUS DE PRODUCTION Domaines d investissement : AMÉNAGEMENT IRRIGATION INTRANTS ÉNERGIE TRANSPORT MÉCANISATION CONSTRUCTION FORMATION ENCADREMENT - REPRÉSENTATION Filières Besoins et opportunités par type d investissement Priorité STRUCTURANT IRRIGUÉ Riz Maïs Sorgho Blé Horticulture Réseaux supplémentaires d adducteurs et d émissaires sur les principaux cours d eau de surface (Fleuve Sénégal, accent sur le Delta privé d eau) Création des bassins de rétention à partir des cours d eau existants Aménagements hydro-agricoles : réhabilitation des ouvrages existants et création de nouveaux périmètres Création de pistes de production dans des zones à fort potentiel de production Amélioration des pistes d accès logistique (bitumage : ex accès au Lac de Guiers) Tirage de lignes de moyenne tension le long des adducteurs dans des zones à fort potentiel de production Réalisation des aménagements dans les zones à plus fort potentiel hydraulique à partir des forages ayant un débit excédentaire utilisable pour l agriculture PRIVÉ Conduite de tests de performance et de sélection variétale (fournisseurs de semences incluant les multinationales) Production semencière et de matériel végétal de qualité certifiée Formulation et distribution des engrais, des amendements et de bio fertilisant Fourniture, distribution et maintenance de petite et grosse mécanisation agricole (équipement et matériel), pièces détachées, ateliers, garages Fourniture, installation et maintenance de pompes, stations de pompage et de systèmes d irrigation Construction de bâtiments agricoles Fourniture du matériel et installation de clôtures Services de conception des aménagements agricoles (fermes, systèmes d irrigation et systèmes de gestion) Services d aménagement et de préparation des périmètres de production (topographie, terrassement, drainage, préparation des sols, etc.) Encadrement technique des projets agricoles (phase d opération): conseil technique, formation du personnel, services spécialisés agronomie et gestion Mise en place des infrastructures de télécommunication 3 CAHIER D ORIENTATIONS STRATÉGIQUES 9

10 Filières Besoins et opportunités par type d investissement Priorité STRUCTURANT PLUVIAL Mil Sorgho Fonio Maïs Manioc Riz Niébé Sésame Arachide Création de pistes de production dans des zones à fort potentiel de production Réhabilitation de l axe routier Tambacounda Kaolack Développement et diffusion de variétés plus performantes et plus productives pour les principales spéculations (en synergie avec le secteur privé PPP) Système d encadrement des producteurs visant le transfert de packages technologiques et pratiques permettant une amélioration des rendements (culture) création des Centres Ruraux d Innovation et de Qualité (CRIQ) Système d encadrement des producteurs visant le transfert des packages technologiques et pratiques permettant l amélioration du potentiel productif des sols (en collaboration avec des structures de la société civile) Alphabétisation de la population rurale PRIVÉ Production semencière et de matériel végétal de qualité certifiée Points de vente : distribution des engrais, des amendements et de bio fertilisant Fourniture, distribution et maintenance de petite mécanisation agricole (équipement et matériel) Petits aménagements pour préserver le potentiel productif des sols : lutte contre l érosion, amélioration du potentiel de rétention d eau des sols, reboisement, etc. (ces investissements devront pouvoir être réalisés par les populations rurales concernées) Réseau d encadrement technique des groupements des petits producteurs par des structures de type agro-industriel (modèles de type d encadrement développé par les structures agro-industrielles et notamment la SOCAS dans la filière de tomate industrielle CAHIER D ORIENTATIONS STRATÉGIQUES 0

11 GOANA potentiels dans la fourniture de biens et services en AVAL DU PROCESSUS DE PRODUCTION Domaines d investissement : COLLECTE CONDITIONNEMENT STOCKAGE CONSERVATION TRANSPORT TRANSFORMATION DISTRIBUTION COMMERCIALISATION MARKETING Filières Besoins et opportunités par type d investissement Priorité STRUCTURANT IRRIGUÉ Riz Maïs Sorgho Blé Horticulture Construction, aménagement et mise à niveau des marchés ruraux de consolidation Construction, aménagement et mise à niveau des marchés terminaux régionaux et urbains de distribution Construction de magasins de stockage de céréales dans les zones de forte concentration (formule de type PPP à rechercher pour l exploitation et la gestion des infrastructures) Normalisation : établissement et vulgarisation de normes au niveau national Crédit de stockage de produits vivriers permettant aux producteurs de conserver leur production en vue d une commercialisation étalée sur une plus grande période PRIVÉ Systèmes d achats de production aux producteurs (formules de contractualisation selon filière) Services de transport des productions vers les usines de transformation Construction de magasins de stockage de céréales associées aux usines de transformation (maintien des stocks pour assurer une utilisation optimale des capacités d usinage installées) Infrastructures de transformation : rizeries de petite taille et de taille industrielle Équipement de séchage, d égrenage et de conditionnement du maïs et du sorgho Moulins à céréales pour la fabrication de farines Stations de conditionnement pour les produits horticoles CAHIER D ORIENTATIONS STRATÉGIQUES

12 Filières Besoins et opportunités par type d investissement Priorité STRUCTURANT PLUVIAL Mil Sorgho Fonio Maïs Manioc Riz Niébé Sésame Arachide Axe routier Tambacounda Kaolack (voir investissement en amont) Construction, aménagement et mise à niveau des marchés ruraux de consolidation Construction, aménagement et mise à niveau des marchés terminaux régionaux et urbains de distribution Construction de magasins de stockage de céréales dans les zones de forte concentration (formule de type PPP à rechercher pour l exploitation et la gestion des infrastructures) Infrastructures logistiques de base au niveau du port de Ziguinchor pour améliorer la capacité de manutention des céréales pour leur acheminement vers Dakar (en concertation avec des opérateurs privés, voir section investissements privés) Normalisation : établissement et vulgarisation de normes au niveau national Crédit de stockage de produits vivriers permettant aux producteurs de conserver leur production en vue d une commercialisation étalée sur une plus grande période PRIVÉ Systèmes d achats de production aux producteurs avec points de collecte délocalisés Services de transport des productions vers les usines de transformation Équipements de transformation adaptés aux céréales (de type semiindustriel) Équipement de traitement du manioc en vue de l incorporer dans les procédés de transformation industrielle (production de l amidon) Infrastructures de transformation : usines de transformation du sésame Équipement de séchage, d égrenage et de conditionnement du maïs, du niébé et du fonio Mini-rizerie équipé de décortiqueuse compacte permettant d obtenir un produit correspondant aux exigences du consommateur Moulins à céréales pour la fabrication de farines (type artisanale et semiindustriel) pour le sorgho et le fonio Systèmes de gestion de qualité et d hygiène au niveau de la transformation des céréales locales pour la consommation Système de collecte, de stockage, de traitement et de transport de l arachide d huilerie vers les usines de transformation Infrastructures logistiques complémentaires en équipement de manutention et de transport (navires adaptés) pour les céréales entre la Casamance et Dakar CAHIER D ORIENTATIONS STRATÉGIQUES

13 4 OPPORTUNITÉS POUR LA FOURNITURE DES INTRANTS ET ÉQUIPEMENTS AGRICOLES Les objectifs de la GOANA permettent d estimer les besoins (niveau indicatif de demande potentielle) en termes d intrants (semences, engrais, produits phytosanitaires), de matériels et équipements agricoles, d aménagements hydro-agricoles, de services, etc. Cette demande en amont et en aval de la production constitue des d opportunités pour les fournisseurs de biens et de services. Besoins en semences céréalières et vivrières Type de semences Besoins en matériels agricoles Type de matériel Surface (ha) Maïs Quantité (unités) Tracteurs cultures irriguées 37 Tracteurs cultures pluviales 833 Charrues 55 Semoirs 00 Remorques 55 Faucheuses 00 Moissonneuses-batteuses 40 Batteuses à riz 30 Batteuses à mil / sorgho / maïs 50 Besoins en produits phytosanitaires Quantité (tonnes) Certifiées locales 000 Ordinaires locales QPM 000 Hybrides 500 Mil Ordinaires Certifiées 300 Sorgho Ordinaires 460 Certifiées 00 Niébé Ordinaires Certifiées 85 Sésame Ordinaires Certifiées 0 Manioc (tige) Blé L État a prévu de consacrer 3 milliards F CFA pour l achat de produits phytosanitaires en 008 (voir estimation par produit à la page 5). Besoins en semences d arachide Variété Quantité (tonnes) Besoins en engrais Type d engrais Quantité (tonnes) Urée Besoins en équipements agricoles Type d équipement Quantité (unités) Rizerie 6 Maïserie 7 Unité transformation manioc 4 Besoins en aménagements hydroagricoles Les besoins en aménagements et matériels d irrigation portent sur ha localisés dans la Vallée du Fleuve Sénégal et dans le Bassin de l Anambé. Besoins en prestations de services La demande en services concerne à la fois les activités liées au travail du sol (labour, offset, billonnage, etc.), à la récolte, au battage, au décorticage, à l égrenage, à la transformation, à l amélioration foncière, etc. Sources des besoins estimés : Ministère de l Agriculture CAHIER D ORIENTATIONS STRATÉGIQUES 3

14 5 MESURES D ACCOMPAGNEMENT PRÉVUES PAR L ÉTAT Le potentiel de développement d une agriculture modernisée et plus productive doit tenir compte d abord de l intérêt et de la capacité des investisseurs privés à mobiliser des financements dans le court et le moyen terme. Il dépendra aussi des mesures d accompagnement prises par l État et des investissements publics qui seront réalisés en termes d infrastructures d accès physique (routes, pistes rurales), d infrastructures d accès aux facteurs et notamment à l eau (aménagements hydrauliques, forages). Dans le cadre de la mise en œuvre de la Stratégie de Croissance Accélérée pour la grappe Agriculture et Agro-industrie et du Plan REVA (Retour Vers l Agriculture), des investissements structurants ont été identifiés, sont prévus et leur réalisation est en cours ou à venir à moyens termes. Texte de Loi spéciale GOANA Projet de loi fixant le régime fiscal et douanier des activités effectuées dans le cadre de la Grande Offensive Agricole pour la Nourriture et l Abondance. Article premier : Les acquisitions de matériel agricole, semences, engrais, produits phytosanitaires, aliments de volailles et de bétail, animaux reproducteurs de race pure, œufs à couver, poussins dits d un jour entrant directement dans un cycle de production végétal ou animal, destinées aux activités agricoles effectuées dans le cadre de la Grande Offensive Agricole pour la Nourriture et l Abondance (GOANA), sont exonérées de taxe sur la valeur ajoutée et de droits de douane. Article : Les revenus générés par les exploitations agricoles créées dans le cadre du programme de la GOANA sont exonérés de l impôt sur le revenu, dans la limite de cinq (5) ans. Article 3 : Les revenus résultant d activités agricoles menées dans le cadre de la GOANA peuvent être transférés librement à l extérieur du Sénégal, dans le respect des textes en vigueur. Article 4 : Les modalités d application de la présente loi seront précisées par voie réglementaire. Les investisseurs GOANA pourront aussi bénéficier des mesures d accompagnement proposées et prévues par l État Il s agit notamment de subventions pour l approvisionnement en intrants (semences, engrais et produits phytosanitaires, de matériels et d équipements agricoles). D autres mesures incitatives ont été prises par l Etat en termes de facilités ou d exonérations fiscales, de facilitation de l accès au foncier et au crédit agricole. Les subventions accordées sur les prix fournisseur des semences et le matériel agricole sélectionnés pourront atteindre le taux de 70 à 80%. Celles sur les engrais et produits phytosanitaires 50%. Des exonérations de taxes sont accordées aux importateurs d engrais et de matériel agricole. De manière plus globale, une Loi spéciale GOANA a été introduite pour octroyer des facilités fiscales à toute activité de promotion de la GOANA : exonération de taxes sur la valeur ajoutée, de droits de douane et d impôt sur le revenu. Subventions sur le prix des semences (en F CFA / kg, campagne 008) Type de semences Prix fournisseur Montant subvention Prix cession producteur Maïs Locales QPM Hybrides Mil Sorgho Hybrides Locales Niébé Sésame Fonio Manioc (tige) Arachide coques Arachide graines 600 à à Subventions sur le prix des engrais (en F CFA / kg, campagne 008) Type Prix Montant Prix cession d engrais fournisseur subvention producteur Urée Sources : Ministère de l Agriculture CAHIER D ORIENTATIONS STRATÉGIQUES 4

15 6 ESTIMATION DU COÛT / BESOINS DE LA GOANA ET DES RETOMBÉES AUX PRODUCTEURS La GOANA représente un investissement estimé à 345 milliards de francs CFA (55 millions d Euros ou 85 millions en équivalent US dollar). Il est prévu qu environ 93 milliards F CFA seront consacrés à l achat d engrais, 5 milliards à celui de semences et 3 milliards destinés à l achat de produits phytosanitaires. Le reste des investissements porte sur le matériel et les équipements agricoles, les aménagements hydro-agricoles, l encadrement et le suivi pour un coût global de 87 milliards de F CFA. Estimation du coût des investissements GOANA (en millions de F CFA) TYPE D'INVESTISSEMENT / PRODUIT MANIOC MAÏS RIZ MIL SORGHO FONIO BLE NIEBE TOTAL SEMENCES ENGRAIS PRODUITS PHYTOSANITAIRES MATERIELS ET EQUIPEMENTS* Production** Post-récolte / transformation AMENAGEMENTS HYDRO-AGRICOLES ENCADREMENT ET SUIVI TECHNIQUE TOTAL COÛT D'INVESTISSEMENTS GOANA * Tracteurs équipés, charrues, semoirs, remorques, faucheuses, moissonneuses batteuses, batteuses à riz pour la production et rizeries, maïseries et unités de transformation du manioc pour le post-récolte / transformation ** Des investissements en matériels et équipements prévus pour le riz profiteront aussi au blé (à l'exception des batteuses à riz). D'autres prévus pour le manioc et le maïs profiteront au mil, sorgho, fonio et niébé La contribution financière de l État à la GOANA est évaluée à 95 milliards de F CFA sous la forme de subventions accordés sur le prix des semences, des engrais, des produits phytosanitaires, du matériel agricole. L État sera en mesure de mobiliser 35 milliards sur son budget consolidé d investissement pour la campagne hivernale 008 et la contre-saison Les investissements privés attendus d amont en aval de la production sont estimés à environ 60 milliards de francs CFA. En tenant compte des objectifs de la GOANA, les retombées aux producteurs d une valorisation de surplus de production éventuels ont été estimées. Ces retombées sont présentées dans le tableau suivant en termes de chiffre d affaire par hectare pour les différents produits ciblés. Estimation des retombées aux producteurs par produit (en F CFA) PRODUITS MANIOC MAÏS RIZ IR 80% (paddy) RIZ PL 0% (paddy) MIL SORGHO FONIO BLE NIEBE OBJECTIFS DE PRODUCTION (tonnes) RENDEMENTS (tonnes / hectare) 0,0 4,0 5,0,0,0,0 0,7 4,0 0,7 SURFACES (hectare) PRIX UNITAIIRE* (F CFA / kg bord champ) VALEUR COMMERCIALE** (en millions de F CFA) CHIFFRE D'AFFAIRE / hectare (F CFA) * Source prix unitaire Estimation CILSS APS APS CILSS CILSS Prestige 00 Euro/t Estimation *" Une partie importante de la production sera destinée à l'autoconsommation CAHIER D ORIENTATIONS STRATÉGIQUES 5

Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal

Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal Forum des investisseurs privés Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal Groupe Consultatif 25 février 2014 Chambre de Commerce et d'industrie de région Paris Ile-de-France 27, avenue

Plus en détail

AGRICULTURE. Note technique thématique

AGRICULTURE. Note technique thématique AGRICULTURE Note technique thématique CONTEXTE DE L AGRICULTURE SENEGALAISE La pauvreté rurale, la sécurité alimentaire et l'agriculture durable constituent des défis pressants au Sénégal. Les trois problèmes

Plus en détail

D A N S L E S E C T E U R A G R I C O L E D U S É N É G A L

D A N S L E S E C T E U R A G R I C O L E D U S É N É G A L O P P O R T U N I T É S D I N V E S T I S S E M E N T D A N S L E S E C T E U R A G R I C O L E D U S É N É G A L 1. Contexte Sommaire 2. Présentation du secteur agricole sénégalais 3. Potentiel naturel

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE

Fiches de synthèse AGRICULTURE CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 1- Secteur agricole au Sénégal Foncier Le foncier sénégalais appartient à 95 % au domaine national

Plus en détail

FUCOPRI. Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010. III. Place du riz dans la sécurité alimentaire

FUCOPRI. Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010. III. Place du riz dans la sécurité alimentaire FUCOPRI M. Ayouba HASSANE, Directeur Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010 I. Présentation de la FUCOPRI II. Présentation très rapide de la zone de production rizicole III. Place du

Plus en détail

Liste des Tableaux Tableau

Liste des Tableaux Tableau Liste des Tableaux Tableau 1 Dynamique entrepreneuriale des acteurs d un système privé de 37 distribution d engrais dans le processus de marché 2 Relations entre fonctions/flux de marketing, contraintes

Plus en détail

Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013

Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013 Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013 Novembre 2008 Introduction : CONTEXTE ET CONJONCTURE national et international l augmentation des cours des matières premières

Plus en détail

Projet de Croissance Agricole et de Sécurisation Foncière. Conférence-débat sur les investissements nécessitant de grandes superficies foncières,

Projet de Croissance Agricole et de Sécurisation Foncière. Conférence-débat sur les investissements nécessitant de grandes superficies foncières, Projet de Croissance Agricole et de Sécurisation Foncière Conférence-débat sur les investissements nécessitant de grandes superficies foncières, Objectifs et bénéficiaires Objectifs: 1. Accroître les revenus

Plus en détail

NOUVELLE STRATEGIE POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA COMPETITIVITE LOGISTIQUE DU MAROC

NOUVELLE STRATEGIE POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA COMPETITIVITE LOGISTIQUE DU MAROC NOUVELLE STRATEGIE POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA COMPETITIVITE LOGISTIQUE DU MAROC Marrakech, 19 mai 2011 Stratégie logistique : Cadre général Développement de la logistique = priorité stratégique pour renforcer

Plus en détail

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO INADES-Formation Togo B.P. 12 472 Lomé TEL. (228) 225-92-16 FAX : (228) 225-92-17 inadesformation@if-togo.net EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO Présentée par N Key Kwami AMONA Directeur

Plus en détail

CAHIER DE REPÈRES TECHNIQUES

CAHIER DE REPÈRES TECHNIQUES GRANDE OFFENSIVE AGRICOLE POUR LA NOURRITURE ET L ABONDANCE CAHIER DE REPÈRES TECHNIQUES Objectifs et potentiel de production Révision : 16/07/08 Impression : 16/07/08 MINISTERE DE L AGRICULTURE Avenue

Plus en détail

Document d information. Programme du DCC de la FIPA en matière de capacités commerciales (2003-2006)

Document d information. Programme du DCC de la FIPA en matière de capacités commerciales (2003-2006) DCC/3 français Fédération Internationale des Producteurs Agricoles Comité de Coopération au Développement (DCC) Afrique, Bamako (Mali), le 27 mars 2003 Document d information Programme du DCC de la FIPA

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées Système plantes sarclées Caractéristiques Variantes de ce système Production de viande (vaches allaitantes ou bœufs sur 10ha d herbe) 1,3 unité de main d œuvre : 1 chef d exploitation et 1 salarié occasionnel

Plus en détail

REPUBLIQUE DU SENEGAL MINISTERE DE L AGRICULTURE. Projet de Facilité Alimentaire au Sénégal. Plan de visibilité et stratégie de communication

REPUBLIQUE DU SENEGAL MINISTERE DE L AGRICULTURE. Projet de Facilité Alimentaire au Sénégal. Plan de visibilité et stratégie de communication REPUBLIQUE DU SENEGAL MINISTERE DE L AGRICULTURE Projet de Facilité Alimentaire au Sénégal Plan de visibilité et stratégie de communication OCTOBRE 2010 A. Contexte 1. Face à la crise alimentaire qui a

Plus en détail

NOUVEL AÉROPORT INTERNATIONAL BLAISE DIAGNE

NOUVEL AÉROPORT INTERNATIONAL BLAISE DIAGNE NOUVEL AÉROPORT INTERNATIONAL BLAISE DIAGNE Révision : 16/04/07 Impression : 16/04/07 NOUVEL AÉROPORT INTERNATIONAL BLAISE DIAGNE 2 JUSTIFICATION DU PROJET Le Sénégal a connu depuis la dévaluation de 1994

Plus en détail

N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique

N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique PDRH Mesure 121 : «Modernisation des exploitations agricoles» C. Dispositifs régionaux complémentaires d aides à la modernisation 121 C4.

Plus en détail

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE PROGRAMME NATIONAL D INVESTISSEMENT AGRICOLE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET

Plus en détail

FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES :

FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES : FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES : EXPERIENCE DU RCPB Du 27 au 30 mars 2012 0 KAMPALA/OUGANDA PLAN 1- Contexte 2- Entreprises agricoles au Burkina 3- Besoins de financement des

Plus en détail

ETUDE DE CAS FACILITATION POUR LA MISE EN PLACE D UNE FAITIERE DE MARAICHAGE A VOCATION ECONOMIQUE DANS LA REGION DE KOLDA/SENEGAL

ETUDE DE CAS FACILITATION POUR LA MISE EN PLACE D UNE FAITIERE DE MARAICHAGE A VOCATION ECONOMIQUE DANS LA REGION DE KOLDA/SENEGAL Séminaire de partage "Nourrir les villes par une agriculture familiale durable" du samedi 7 au lundi 9 décembre 2013 à Dakar, Sénégal ETUDE DE CAS FACILITATION POUR LA MISE EN PLACE D UNE FAITIERE DE MARAICHAGE

Plus en détail

Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014.

Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014. Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014. -------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 3- Secteur agricole Présentation générale Le couvert forestier du Gabon couvre 22 millions de ha (FAO

Plus en détail

FORUM D AFFAIRES JAPON - CEDEAO SESSION 3 : AGRICULTURE

FORUM D AFFAIRES JAPON - CEDEAO SESSION 3 : AGRICULTURE FORUM D AFFAIRES JAPON - CEDEAO SESSION 3 : AGRICULTURE Tokyo, 28 octobre 2015 ------------ Intervention de Monsieur Amadou SANO, Directeur Marketing de APIX-SA. ------------ INTRODUCTION 1. Situation

Plus en détail

2ème Séminaire international SESAME 2

2ème Séminaire international SESAME 2 2 ème Séminaire international SESAME 2 Meknés, Maroc, les 25 et 26 Avril 2014 Contribution du CGER VALLEE «L Agriculture Familiale dans la Vallée du Fleuve Sénégal» Présentation : Monsieur Amadou THIAW,

Plus en détail

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Appel à projets 2010 Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Un programme conjoint entre la Fondation de France et le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) Date limite

Plus en détail

BURKINA FASO Unité Progrès - Justice. 03 BP 7037 Ouagadougou 03, Burkina Faso Tel. +226 50 32 40 28 Fax. +226 50 31 22 09 Email: mob@cenatrin.

BURKINA FASO Unité Progrès - Justice. 03 BP 7037 Ouagadougou 03, Burkina Faso Tel. +226 50 32 40 28 Fax. +226 50 31 22 09 Email: mob@cenatrin. BURKINA FASO Unité Progrès - Justice 03 BP 7037 Ouagadougou 03, Burkina Faso Tel. +226 50 32 40 28 Fax. +226 50 31 22 09 Email: mob@cenatrin.bf SOMMAIRE Introduction I. Caractéristiques physiques et potentialités

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

Energies Renouvelables Au Sénégal. Evaluation et Résultats politiques

Energies Renouvelables Au Sénégal. Evaluation et Résultats politiques Energies Renouvelables Au Sénégal Evaluation et Résultats politiques Monsieur Louis Seck, Sénégal Ancien ministre des Energies Renouvelables Lseck2@yahoo.fr FICHE D IDENTITE DU SENEGAL PLAN DE L EXPOSE

Plus en détail

. Le résumé est la dernière partie à rédiger.. Résumé concis et convaincant.

. Le résumé est la dernière partie à rédiger.. Résumé concis et convaincant. Plan d élaboration du PLAN D AFFAIRES Avant de réaliser votre projet, élaborez votre plan d affaires selon le modèle suivant : RESUME :. Le résumé est la dernière partie à rédiger.. Résumé concis et convaincant.

Plus en détail

BDS standards pour les créateurs d entreprises et les PME CREATEURS D ENTREPRISE

BDS standards pour les créateurs d entreprises et les PME CREATEURS D ENTREPRISE BDS standards pour les créateurs d entreprises et les PME CREATEURS D ENTREPRISE (3) 1. Germe/TRIE 1 comprendre la relation entre l idée d entreprise, l entreprise, et l entrepreneur ; être à même d engager

Plus en détail

Le programme-cadre de développement des SADA

Le programme-cadre de développement des SADA 4 Le programme-cadre de développement SADA L étude de cas ne saurait être complète sans présenter une méthode d élaboration programmes de développement SADA. Les sections suivantes montrent les étapes

Plus en détail

Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole

Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole Michael Marx, Centre d investissement Organisation des Nations Unies pour l Agriculture et l Alimentation Date: 18 mars 2015 AgriFin

Plus en détail

L efficacité énergétique dans le secteur des grandes cultures

L efficacité énergétique dans le secteur des grandes cultures L efficacité énergétique dans le secteur des grandes cultures Mars 2008 Cette fiche pratique, publiée à l intention des productrices et producteurs céréaliers, fournit des renseignements et des conseils

Plus en détail

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES Le Schéma Régional de Développement Economique prévoit dans son orientation intitulée Promouvoir une attractivité économique durable, axe 5 une stratégie foncière pour

Plus en détail

Le warrantage : un moyen efficace pour une meilleure commercialisation des produits au profit des petits agriculteurs

Le warrantage : un moyen efficace pour une meilleure commercialisation des produits au profit des petits agriculteurs Le warrantage : un moyen efficace pour une meilleure commercialisation des produits au profit des petits agriculteurs Diakalia SOGODOGO, André BATIONO, Béjamé COULIBALY et Boubacar S. Camara I. INTRODUCTION

Plus en détail

République du Niger. Croix-Rouge Nigérienne

République du Niger. Croix-Rouge Nigérienne République du Niger Croix-Rouge Nigérienne Thème présenté: La promotion des cultures maraîchères à travers des petits périmètres irrigués collectifs féminins ou mixtes Yayé Mounkaïla Coordonnateur Sécurité

Plus en détail

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C L agriculture est par nature une activité spéculative, car les besoins alimentaires et la production agricole sont décalés dans le temps. En effet les besoins alimentaires

Plus en détail

Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne? Extraits d étude

Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne? Extraits d étude Note d information / Politiques agricoles n 13 Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne? Extraits d étude 27 mai 2013 / Sélection par l équipe technique RECA RECA Réseau

Plus en détail

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE KALABANCORO

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE KALABANCORO PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DU MALI ---------------------- Un Peuple Un But Une Foi Commissariat à la Sécurité Alimentaire (CSA) ----------------------- Projet de Mobilisation des Initiatives

Plus en détail

Régularisation actif 1,3 Régularisation passif 0,1. Total actif 368,7 Total passif 368,7 Source : RICA 2009

Régularisation actif 1,3 Régularisation passif 0,1. Total actif 368,7 Total passif 368,7 Source : RICA 2009 1 Structure du bilan Le bilan décrit la situation patrimoniale de l exploitation à la clôture de l exercice. Il présente en regard l actif à gauche et le passif à droite, dont les cumuls sont par définition

Plus en détail

Appel à projets. Ouvert du 15 mars au 1 er mai 2016. Table des matières

Appel à projets. Ouvert du 15 mars au 1 er mai 2016. Table des matières N Appel à projets Soutien aux investissements des Industries agroalimentaires (Type d opération.2a du Programme de Développement Rural de Franche-Comté) (version 1.2 du PDRR approuvée par la Commission

Plus en détail

Sommaire. 03 Introduction. 03 Quelles sont les Entreprises ciblées? 03 Quel est le champ d application du programme?

Sommaire. 03 Introduction. 03 Quelles sont les Entreprises ciblées? 03 Quel est le champ d application du programme? 1 Sommaire 03 Introduction 03 Quelles sont les Entreprises ciblées? 03 Quel est le champ d application du programme? 04 Quelles sont les actions éligibles? 04 Quelles sont les modalités de financement

Plus en détail

FORUM AGRIBUSINESS 2012

FORUM AGRIBUSINESS 2012 FORUM AGRIBUSINESS 2012 «Partenariat Investissement Technologie pour relancer l Agriculture africaine» CREDIT MUTUEL DU SENEGAL THEME : FINANCER L AGRICULTURE AFRICAINE : MECANISMES STRATEGIES MODELES

Plus en détail

Indicateurs de résultats en Agriculture Durable

Indicateurs de résultats en Agriculture Durable Indicateurs de résultats en Agriculture Durable Formation «Mesures et indicateurs en agriculture durable» - 5 mars et 19 mai 2008- FNCIVAM Indicateurs clés socio-économiques Les indicateurs connus sont

Plus en détail

LES MESURES D INCITATIONS A L INVESTISSEMENT PRIVE EN REPUBLIQUE DU CAMEROUN

LES MESURES D INCITATIONS A L INVESTISSEMENT PRIVE EN REPUBLIQUE DU CAMEROUN LES MESURES D INCITATIONS A L INVESTISSEMENT PRIVE EN REPUBLIQUE DU CAMEROUN EXTRAIT DE LA LOI N 2013/004 DU 11 AVRIL 2013 TITRE II CHAPITRE I DES INCITATIONS FISCALES ET DOUANIERES ARTICLE 5. Les incitations

Plus en détail

(Union des caisses mutuelles d épargne et de crédit du Mali BP: E4213, TEL 20 29 51 25 BAMAKO)

(Union des caisses mutuelles d épargne et de crédit du Mali BP: E4213, TEL 20 29 51 25 BAMAKO) Kafo Jiginew (Union des caisses mutuelles d épargne et de crédit du Mali BP: E4213, TEL 20 29 51 25 BAMAKO) Salon de financement de l agriculture à Sikasso du 06 au 08 mars 2014 THEME : «Le financement

Plus en détail

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances Consultation pré-budgétaire Préparé à l attention du ministre des Finances Saint-Antoine, Nouveau-Brunswick Octobre 2009 Les priorités du CÉNB : - le Plan d action pour l autosuffisance du nord du Nouveau-Brunswick;

Plus en détail

APPENDICE A. DESCRIPTION DU PROJET D Elevage de lapins de l Adjido Bénin

APPENDICE A. DESCRIPTION DU PROJET D Elevage de lapins de l Adjido Bénin APPENDICE A DESCRIPTION DU PROJET D Elevage de lapins de l Adjido Bénin I. Introduction Le présent Appendice décrit les activités qui doivent être réalisées, ainsi que les résultats qui doivent être obtenus,

Plus en détail

PARTENARIAT ENTRE LE SYSTEME DES NATIONS UNIES ET LE SENEGAL POUR UN DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL INCLUSIF ET DURABLE

PARTENARIAT ENTRE LE SYSTEME DES NATIONS UNIES ET LE SENEGAL POUR UN DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL INCLUSIF ET DURABLE PARTENARIAT ENTRE LE SYSTEME DES NATIONS UNIES ET LE SENEGAL POUR UN DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL INCLUSIF ET DURABLE Par Madame F. Bintou DJIBO, COORDONNATRICE DU SYSTÈME DES NATIONS UNIES AU SENEGAL Plan

Plus en détail

ATELIER SUR L AGRICULTURE ET LA PROTECTION SOCIALE EXPERIENCE DU SENEGAL

ATELIER SUR L AGRICULTURE ET LA PROTECTION SOCIALE EXPERIENCE DU SENEGAL ATELIER SUR L AGRICULTURE ET LA PROTECTION SOCIALE EXPERIENCE DU SENEGAL Présenté par Mouhamadou Moustapha FALL Ingénieur agroéconomiste spécialiste assurance agricole Directeur Général Adjoint de la Compagnie

Plus en détail

ENERGIE. Ministère de l Energie. par Mr. Ibrahima NIANE Directeur de l Electricité

ENERGIE. Ministère de l Energie. par Mr. Ibrahima NIANE Directeur de l Electricité République du Sénégal Un peuple Un but Une foi - - - - - - - - - - - Ministère de l Energie ENERGIE par Mr. Ibrahima NIANE Directeur de l Electricité Dakar, le 10 mars 2014 CONTEXTE Important retard d

Plus en détail

Salon Tech & Bio Intervention mercredi 7 septembre

Salon Tech & Bio Intervention mercredi 7 septembre Groupe engagé qui initie, transforme et commercialise à ses marques des produits biologiques et écologiques issus du végétal Salon Tech & Bio Intervention mercredi 7 septembre Euro - Nat SA Jatariy SRL

Plus en détail

Fiche projet La révision du projet d aménagement d une station touristique future Version du 26 novembre 2010

Fiche projet La révision du projet d aménagement d une station touristique future Version du 26 novembre 2010 République Tunisienne Ministère de l Environnement et du Développement Durable Coopération Technique Allemande Elaboration de la stratégie nationale d adaptation au changement climatique du secteur touristique

Plus en détail

CHAPITRE I - DISPOSITIONS GENERALES SECTION I : DE L OBJET ET DU CHAMP D APPLICATION

CHAPITRE I - DISPOSITIONS GENERALES SECTION I : DE L OBJET ET DU CHAMP D APPLICATION PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE GABONAISE Union-Travail-Justice Loi n 022/2008 Portant Code Agricole en République Gabonaise. L Assemblée Nationale et le Sénat ont délibéré et adopté ; Le Président

Plus en détail

www.elephant-vert.com 1

www.elephant-vert.com 1 www.elephant-vert.com 1 L AGRICULTURE FACE À DES DÉFIS INÉDITS 3 L Afrique au cœur d un carrefour stratégique 1. 2. 3. 4. 5. Défi sanitaire: 1 Africain sur 4 souffre encore de malnutrition. Dans les pays

Plus en détail

DÉVELOPPEMENT DES PLANTATIONS FORESTIÈRES EN AFRIQUE ~ CONDITIONS CADRES NÉCESSAIRES

DÉVELOPPEMENT DES PLANTATIONS FORESTIÈRES EN AFRIQUE ~ CONDITIONS CADRES NÉCESSAIRES DÉVELOPPEMENT DES PLANTATIONS FORESTIÈRES EN AFRIQUE ~ CONDITIONS CADRES NÉCESSAIRES Espace Fréjorgues Ouest, 60 rue Henri Fabre 34130 Mauguio Gd Montpellier - France Tél : +33 (0)4 67 20 08 09 - Fax :

Plus en détail

********************* Par

********************* Par ********************* Par Salifou B DIARRA Dr Niama Nango DEMBELE : OMA : PROMISAM Mai 2006 1 PERSPECTIVES D EVOLUTION DES MARCHES CEREALIERS POUR LA PERIODE DE SOUDURE 2005/06 Introduction On ne parlerait

Plus en détail

BTS Amartey Président, Ghana Agri-Input Dealer Association (l Association des distributeurs d intrants agricoles du Ghana)

BTS Amartey Président, Ghana Agri-Input Dealer Association (l Association des distributeurs d intrants agricoles du Ghana) Statut actuel des petites et moyennes entreprises qui se lancent dans l'agroalimentaire et questions que les gouvernements africains doivent aborder pour promouvoir les petites et moyennes entreprises

Plus en détail

Les avantages de la charte de l investissement

Les avantages de la charte de l investissement Les avantages de la charte de l investissement La charte de l investissement a pour objectif de fixer l action de l Etat en matière de promotion des investissements pour les dix années à venir. Elle remplace

Plus en détail

Rapport synthèse. Du 06 au 10 avril 2009. Rapport synthèse du Séminaire régional de formation aux outils et méthodologies pour l intégration

Rapport synthèse. Du 06 au 10 avril 2009. Rapport synthèse du Séminaire régional de formation aux outils et méthodologies pour l intégration 01 BP. 6269, Ouagadougou 01, Burkina Faso; Tel: (226) 50 36 98 21; GSM: (226) 70 80 64 52 Email: iavs_mail@yaho.fr; iavs.refer.ne http:// iavs.6mablog.com Agreement n 2001-1080/MESSR/AG/SG/DGESRS Rapport

Plus en détail

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Impact de la variabilité des prix des produits agricoles et des intrants sur les exploitations en France Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Colloque

Plus en détail

MARQUE PARC NATUREL REGIONAL

MARQUE PARC NATUREL REGIONAL MARQUE PARC NATUREL REGIONAL La présente fiche traite du cas concret du PNR du Morvan. C est un exemple méthodologique transférable à d autres territoires pour l éligibilité du processus de marquage «Parc

Plus en détail

AGENDA POUR LA COMPETITIVITE DE LA FILIERE COTON TEXTILE DE L UEMOA

AGENDA POUR LA COMPETITIVITE DE LA FILIERE COTON TEXTILE DE L UEMOA Page 1 AGENDA POUR LA COMPETITIVITE DE LA FILIERE COTON TEXTILE DE L UEMOA Axe 1 : Création et mise en place d un Fonds régional de promotion de la production et d incitation à la transformation locale

Plus en détail

Fonds d investissement dédié aux activités de conditionnement, transformation et commercialisation de produits issus du terroir SOUSS-MASSA-DRAA

Fonds d investissement dédié aux activités de conditionnement, transformation et commercialisation de produits issus du terroir SOUSS-MASSA-DRAA Fonds d investissement TARGA Groupe Crédit Agricole du Maroc Fonds d investissement dédié aux activités de conditionnement, transformation et commercialisation de produits issus du terroir SOUSS-MASSA-DRAA

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

Contribution du GMPV-FFB

Contribution du GMPV-FFB Contribution du GMPV-FFB Consultation sur l évolution des mécanismes de soutien aux installations sous obligation d achat Février 2014 GMPV-FFB : Groupement des Métiers du Photovoltaïque de la Fédération

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique Appel à manifestation d intérêts Economie numérique CONTEXTE La Région considère comme prioritaire le secteur numérique, vecteur essentiel de performance, de modernité et d attractivité du territoire,

Plus en détail

Royaume du Maroc DIRECTION DU BUDGET

Royaume du Maroc DIRECTION DU BUDGET Royaume du Maroc DIRECTION DU BUDGET Dialogue économique avec les Conseillers Économiques près des Ambassades des pays partenaires et les bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux 1 SOMMAIRE I RENFORCEMENT

Plus en détail

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE RESEAU DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA ********************************* Fédération des Caisses Populaires du Burkina (F.C.P.B.) Tél.: 50.30.48.41, Fax : 50.30.49.10 ; E-mail : fcpb@fasonet.bf ; Adresse

Plus en détail

La nature, excellence et base économique de l agglomération

La nature, excellence et base économique de l agglomération 3491-INTERIEUR_ANGERS_thème 25/09/03 12:27 Page 14 Thème 1 La nature, excellence et base économique Thème 1 Le Projet d agglomération 2015 Angers, laboratoire de l économie du futur Les performances économiques

Plus en détail

Atelier régional de réflexion sur les PNIA et le PRIA Niamey, les 27, 28 et 29 Avril 2011. Dr Bio Goura SOULE Soule_goura@yahoo.fr

Atelier régional de réflexion sur les PNIA et le PRIA Niamey, les 27, 28 et 29 Avril 2011. Dr Bio Goura SOULE Soule_goura@yahoo.fr Revue analytique des stratégies nationales d investissement et de politiques agricoles en vue de la promotion des filières de base en Afrique de l Ouest Atelier régional de réflexion sur les PNIA et le

Plus en détail

Forum des investisseurs privés

Forum des investisseurs privés Forum des investisseurs privés Panel : Investir dans l Immobilier au Sénégal Groupe Consultatif 25 février 2014 Chambre de Commerce et d'industrie de région Paris Ile-de-France 27, avenue de Friedland

Plus en détail

Propositions pour un Plan Départemental de Relance de la Cerise

Propositions pour un Plan Départemental de Relance de la Cerise Annexe 4 à la délibération n 3 du 28 juillet 2008 Propositions pour un Plan Départemental de Relance de la Cerise Traditionnellement implantée dans le Vallespir et sur le piémont des Albères, la cerise,

Plus en détail

IDENTIFICATION DU DEMANDEUR

IDENTIFICATION DU DEMANDEUR Document unique IDEA diagnostic et projet d exploitation Dispositif régional d Intervention pour le Développement Economique des Entreprises Agricoles, aquacoles, de pêche et d exploitation forestière

Plus en détail

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil :

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : Journée de l Ingénieur Tunisien Tunis, 30 octobre 2010

Plus en détail

Politique de développement du secteur privé au Mali

Politique de développement du secteur privé au Mali Politique de développement du secteur privé au Mali Les reformes entreprises par l Etat malien au niveau macro-économique ont été accompagnées d un d appui au renforcement du secteur privé. Le Mali a consacré

Plus en détail

LES ENTREPRISES D ENTRAÎNEMENT GUIDE D APPLICATION DU CONCEPT DE L ENTREPRISE D ENTRAÎNEMENT

LES ENTREPRISES D ENTRAÎNEMENT GUIDE D APPLICATION DU CONCEPT DE L ENTREPRISE D ENTRAÎNEMENT LES ENTREPRISES D ENTRAÎNEMENT GUIDE D APPLICATION DU CONCEPT DE L ENTREPRISE D ENTRAÎNEMENT Des conditions matérielles adéquates Des locaux identifiés ayant une surface suffisante; Des ressources humaines

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système Pommes de terre et légumes.

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système Pommes de terre et légumes. Système Pommes de terre et légumes. Caractéristiques Variantes de ce système : Il existe près de 150 exploitations de moins de 100 ha qui produisent de la pomme de terre, essentiellement pour une vente

Plus en détail

Cartographie de compétences d un entrepreneur

Cartographie de compétences d un entrepreneur Cartographie de compétences d un entrepreneur Mission générale L entrepreneur définit la stratégie générale de l entreprise et supervise sa mise en œuvre Principales activités L entrepreneur fixe les objectifs

Plus en détail

Des conditions de travail décentes

Des conditions de travail décentes LISTE D IDEÉS POUR LE PLAN DE DEVELOPPEMENT FAIRTRADE POUR LES ORGANISATIONS DE PETITS PRODUCTEURS Toutes les organisations sont différentes et auront des priorités ainsi que des stratégies de développement

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION PROGRAMME REGIONAL D APPUI ACCES AUX MARCHES

NOTE DE PRESENTATION PROGRAMME REGIONAL D APPUI ACCES AUX MARCHES COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL Secrétariat Exécutif NOTE DE PRESENTATION PROGRAMME REGIONAL D APPUI

Plus en détail

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial Entretien accordé par Monsieur Le Ministre du Commerce à l APS ( 31/01/2014) Points abordés : Protection du produit national, Crédit à la consommation, L accord commercial préférentiel "Algérie-Tunisie,

Plus en détail

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA INTITULE DU PROJET : PROJET DE PROMOTION DE L INITIATIVE LOCALE POUR LE DEVELOPPEMENT D AGUIE 1 Intitulé du Projet : Projet de Promotion de l Initiative Locale pour le

Plus en détail

وزارة الفلاحة والصید البحري Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime

وزارة الفلاحة والصید البحري Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime وزارة الفلاحة والصید البحري Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime Plan Maroc Vert Stratégie de développement intégré de l Agriculture au Maroc Filière céréalière Casablanca, 24 juin 2009 PLAN

Plus en détail

DÉBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ÉNERGETIQUE

DÉBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ÉNERGETIQUE DÉBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ÉNERGETIQUE CONTRIBUTIONS PRÉLIMINAIRES DE LA FF3C AUX RÉFLEXIONS DU GROUPE DE CONTACT DES ENTREPRISES DE L ÉNERGIE Préambule La distribution d énergies hors réseaux (carburants

Plus en détail

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 PLAN Situation de la PME au Maroc : Définition, PME en chiffres Forces et faiblesses de la

Plus en détail

Exécution d ALES: le cas Yapı Kredi. Gestion du segment agricole Istanbul, août 2013

Exécution d ALES: le cas Yapı Kredi. Gestion du segment agricole Istanbul, août 2013 Exécution d ALES: le cas Yapı Kredi Gestion du segment agricole Istanbul, août 2013 Table des matières Logique de l activité bancaire agricole Yapı Kredi Bank en bref ALES Processus & Schéma Démo Politique

Plus en détail

ENVIRONMENT DES AFFAIRES ET OPPORTUNITIES D INVESTISSEMENTS AU BURKINA FASO

ENVIRONMENT DES AFFAIRES ET OPPORTUNITIES D INVESTISSEMENTS AU BURKINA FASO ENVIRONMENT DES AFFAIRES ET OPPORTUNITIES D INVESTISSEMENTS AU BURKINA FASO Chambre de Commerce et d Industrie Avril 2015 1 BURKINA FASO Votre porte d accès au marché ouest africain 2 AGENDA Contexte géographique

Plus en détail

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique 2 ORIENTATIONS DE L'OCDE POUR LES POLITIQUES CONCERNANT LE CONTENU NUMÉRIQUE Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique Le contenu numérique est devenu un élément de plus

Plus en détail

Les énergies renouvelables au profit des populations sahéliennes : Les solutions du CILSS

Les énergies renouvelables au profit des populations sahéliennes : Les solutions du CILSS Comité permanent Inter Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel Permanent Inter States Committee for Drought Control in the Sahel Les énergies renouvelables au profit des populations sahéliennes

Plus en détail

y Négoce Productions Végétales y Activités y Chiffres y Spécificités

y Négoce Productions Végétales y Activités y Chiffres y Spécificités y Négoce Productions Végétales y Activités y Chiffres y Spécificités NEGOCE PRODUCTIONS VEGETALES w 396 millions d euros de chiffre d affaires w 220 salariés w 75 centres appro/collecte w 1,02 million

Plus en détail

AXE 3 AMELIORER FICHE THEMATIQUE 3-4 : LA COMPETITIVITE DES PME L IMMOBILIER LOCATIF PUBLIC. Version adoptée au CPR du 12/12/14 2

AXE 3 AMELIORER FICHE THEMATIQUE 3-4 : LA COMPETITIVITE DES PME L IMMOBILIER LOCATIF PUBLIC. Version adoptée au CPR du 12/12/14 2 AXE 3 AMELIORER LA COMPETITIVITE DES PME FICHE THEMATIQUE 3-4 : L IMMOBILIER LOCATIF PUBLIC Version adoptée au CPR du 12/12/14 2 PRIORITE D INVESTISSEMENT N 3d : Soutien à la capacité des PME à participer

Plus en détail

Devenir maraîcher en Picardie

Devenir maraîcher en Picardie Devenir maraîcher en Picardie Vous envisagez une reconversion professionnelle en agriculture, Vous voulez créer, reprendre une entreprise ou vous associer, Venez tester votre projet dans un cadre sécurisé.

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM DATA auprès des collectivités et des bailleurs sociaux Cette consultation a pour objectif

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM IN ACTION auprès des équipes de Maitrise d Œuvre Cette consultation a pour objectif d

Plus en détail

EST-CE QUE LA MICROFINANCE REPOND AUX BESOINS DES. Mamy RAJOHANESA PCA de FIFATA MADAGASCAR

EST-CE QUE LA MICROFINANCE REPOND AUX BESOINS DES. Mamy RAJOHANESA PCA de FIFATA MADAGASCAR EST-CE QUE LA MICROFINANCE REPOND AUX BESOINS DES AGRICULTEURS MALGACHES? Mamy RAJOHANESA PCA de FIFATA MADAGASCAR Madagascar en chiffres 19 millions d habitants 587 000 km2 Un PIB de 250 $ US par habitant

Plus en détail

Ministère de l Industrie de la PME et de la Promotion de l Investissement. Cahier des charges

Ministère de l Industrie de la PME et de la Promotion de l Investissement. Cahier des charges Ministère de l Industrie de la PME et de la Promotion de l Investissement. Division de la Qualité et de la Sécurité Industrielle Cahier des charges relatif à la sélection des entreprises et organismes

Plus en détail

Position d origin sur le futur de la PAC

Position d origin sur le futur de la PAC Position d origin sur le futur de la PAC Ce document constitue la position d origin, Organisation pour un Réseau International d'indications Géographiques, aux questions posées par Dacian Cioloș, Commissaire

Plus en détail