Collège National des Experts Architectes Français avec le concours de CEACAP, CNAE-JJA, CAC

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Collège National des Experts Architectes Français avec le concours de CEACAP, CNAE-JJA, CAC"

Transcription

1 Collège National des Experts Architectes Français avec le concours de CEACAP, CNAE-JJA, CAC (Cn2/ 048) C.R. N ème T.R.N.J Responsables : J.X. LOURDEAU 2 rue de Quincy EPINAY sous SENART T Liliane IDOUX 1 rue Castex PARIS T J. SINAY 52 rue de Tocqueville PARIS T J. F. RONJAT 7 rue Froissart PARIS T Table Ronde Nationale Jurisprudentielle Paris 15 Juin 2006 Sujet : «Habitat insalubre, logement décent» Conditions : Rappel : les T.R.N.J. ont lieu le matin, sur invitations. Entrée : 20 pour les membres du Collège et 50 pour les autres. Lieu : Centre de congrès de l U.I.C. 16 rue Jean Rey PARIS Invités : Magistrats, Avocats, Ingénieurs, Experts architectes, Experts non architectes, Collégiens. Présents : une soixantaine de personnes. Conférenciers : M. Jean-François RONJAT, architecte expert près la Cour d Appel de Paris M. Jean de KEATING-HART, Magistrat au T.G.I. de Paris Mme Marie-Madeleine LARDET, Conseillère à la 3 ème chambre C. Cass. Commentaires : C est un sujet qui est en rapport avec les nouveaux textes récemment parus. Exportation? : Ce sujet pourrait être exporté, à condition que M. Ronjat accepte de se déplacer (à vérifier), mais il est peu probable que les autres conférenciers l accepte Compte Rendu : Voir ci après P. PROD HOMME le 20 Juin 2006 destinataires : les membres du Collège. 473

2 C.N.E.A.F. PARIS 119 ième T.R.N.J. 15 Juin 2006 Le sujet : «Habitat insalubre, logement décent» Exceptionnellement, la séance a été ouverte par le Président Henri Rouch, et Liliane Idoux, pour présenter les excuses de Jean-Xavier Lourdeau, empêché par un deuil récent. L exposé de J.F. Ronjat Les textes qui intéressent ce type de logements sont répartis dans de nombreux recueils : codes de la Santé publique, de la Construction et de l Habitation, Règlement Sanitaire de la Ville de Paris (voire aussi les Règlements Sanitaires régionaux). Mais le plus récent des textes est l ordonnance Borloo du 14 Décembre 2005, sur la lutte contre l habitat insalubre ou dangereux. Cette ordonnance a le mérite de préciser les personnes habilitées à agir, et, en particulier, préciser les rôles respectifs du propriétaire, du Maire, et du Préfet, tel que : 1/ s il y a péril imminent ou mise en danger de l habitabilité : l ordonnance définit les conditions d urgence qui sont alors du ressort du Préfet. 2/ par contre, s il il y a péril non imminent, ce sera du ressort du Maire. 3/ en cas de péril dans un seul logement d une copropriété, et de défaillance du co-propriétaire concerné, l autorité peut se substituer à celui-ci. 4/ les travaux nécessités par l état de péril ou d insalubrité doivent privilégier le maintien ou le retour des occupants dans les lieux. 5/ l ordonnance précise les possibilités d expropriation : 5.1/ Pour éviter les dérives des opérations de spéculation immobilière, l ordonnance insiste sur la protection des occupants : suspension du bail / impossibilité d expulsion en cas de péril / inclusion des hôtels meublés dans le champ de l ordonnance / renfort des dispositions pénales, en particulier contre les «marchands de sommeil». 5.2/ elle précise les différences entre Péril et Insalubrité, chacun de ces 2 termes relevant de compétences différentes : ex. un immeuble isolé dans un terrain clôturé, dont la structure est saine,et n est pas en état de péril, peut néanmoins être en état d insalubrité. à l inverse, un immeuble menaçant ruine peut ne pas être insalubre. Pour qu il y ait péril, le danger doit émaner d un édifice qui menace l ordre public. L insalubrité L habitat insalubre fait l objet de réglementation dans les codes des Collectivités territoriales, et de la Santé publique depuis environ En Juillet 1970, la loi Vivien précise «ce qui est de nature à porter atteinte à la vie ou la santé des occupants». 474

3 Les textes préciseront qu il y a : insalubrité irrémédiable si les travaux exigent une reconstruction insalubrité rémèdiable dans le cas contraire. Les définitions de l insalubrité prennent en compte : les caractéristiques de dégradation des immeubles mais aussi les conditions anormales d occupation Cependant, ceci ne figure pas dans le Code de la Santé publique : il faut le rechercher dans les règles minimales qui ont été fixées en 1978 par le Code de la construction et de l habitation (art. R annexes 1 et 2) : ouvertures / ventilation / section / éclairage naturel / superficie des pièces (>7 m2 - >9 m2 pour les pièces principales) / H.S.P. > = 2.20 m2 (puis 2.30) / étanchéité des murs et sols / section des canal. d eaux vannes / électricité (NF P 1400 et 1500) / gaz (règl. spécifiques) / obligation de conduits / interdiction de condamner les prises et évacuations d air / Une circulaire du 23/06/2003 de la Direction générale de la santé, de l habitation et de la construction a diffusé des «grilles»assez précises et complètes, permettant d apprécier l insalubrité. Toutefois, ces «grilles» n ont aucune valeur juridique (une question sera ultérieurement posée : peuvent-elles servir au Tribunal si elles lui sont présentées à l appui d une demande de saisine? Le magistrat répondra que le cas ne lui est jamais arrivé). Elles utilisent un certain nombre de critères dont l effet cumulatif définit le taux d insalubrité : 35 critères pour l immeuble / 29 pour le logement (avec des coefficients différents selon les risques) En conclusion, l insalubrité peut être caractérisée par : un équipement insuffisant un entretien insuffisant des conditions d occupation dangereuses Le logement décent Il est défini par la loi S.R.U. : conditions minimales d habitabilité des locaux mis en location, précisées le décret du 06 Mars 1987 : éclairage / superficie / HSP / ouvertures / ventilation / cuisine, coin cuisine, s de b, wc, sols étanches, protection des parois de douches et de baignoires / gaz / électricité / interdiction d infiltrations par remontées d humidité / étanchéité des couvertures et accessoires / La loi Solidarité du 13/12/2000 impose également un logement décent : conformité aux caractéristiques du décret du 30/01/2000 (art. 2,3 et 4) : clos couvert du G.O. / parties communes / garde-corps escaliers / gaz / installation de chauffage / appareil de cuisson / salle d eau / WC (commun possible si sur même palier) / pièce principale > 9 m2 / HSP 2.20 Ces textes posent néanmoins quelques questions : quelle date réelle d application? / c est aux locataires d apporter la preuve de la non-conformité, mais ceux-ci sont souvent issus de populations fragiles, étant ou se croyant- à la limite de la légalité, et, de ce fait, craignant des ennuis ou des représailles / et quid des innombrables «chambres de bonne», dont la mise en conformité représenterait une impossibilité, ou un coût trop élevé pour le propriétaire, et qui disparaîtraient alors du champ locatif? 475

4 L habitat indigne? En fait, c est un logement insalubre, ou situé dans un immeuble menaçant ruine Quelques chiffres : 17 îlots insalubres dans Paris, incluant quelques maisons ou immeubles, ont été résorbés très lentement : il aura fallu attendre l après libération En 1996, il y avait encore dans Paris logements sans eau ni wc. En 2002, toujours à Paris, l habitat insalubre concernait 420 immeubles dont 1/3 était propriété de la Ville de Paris, 1/3 en copropriété avec la Ville de Paris, et 1/3 appartenait à des propriétaires privés. M. Jean de KEATING-HART magistrat au Tribunal de Grande Instance de Paris Avec franchise, le conférencier s excuse de ce que les textes sont trop récents pour avoir fait l objet de jurisprudences. Tout au plus pourra-t-il donner des précisions sur les rapports entre propriétaires et locataires et bien sûr répondre aux questions. Dans le contentieux locatif, le Juge d Instance nomme l expert. Cependant l ordonnance du 16/12/2005 a retiré au Juge le peu de compétence qu il avait, pour mettre à la charge des Tribunaux Administratifs ce qui concerne les rapports avec les Maires et les Préfets. Elle ne laisse au Juge d Instance que la seule compétence de défense des libertés individuelles, qui se traduit par permettre à l expert de «forcer une porte» pour pouvoir accomplir la mission confiée par le T.A. Ainsi, on pourrait parler du «Juge Serrurier», et de l «Expert-Explorateur» En fait, la fonction du juge s arrête là : il n aura même pas à lire le rapport! En revanche : a) la répression entre dans le champ de ses possibilités : - Sanctions contre les marchands de sommeil : il existe un texte complexe, mais tellement complexe qu il n y a pratiquement jamais de sanctions. - Coercition pour permettre l entrée dans les lieux, et contraindre sous astreinte le propriétaire à exécuter les travaux : mais qui va en saisir le Juge? - En fait on peut parler d actions de «gesticulation» : Pour parfait exemple : les problèmes de saturnisme (le plomb des canalisations) n ont pratiquement rien amené devant les tribunaux, à part quelques décisions d indemnisation aux familles : Pour mémoire : le dossier doit être instruit par le magistrat instructeur, et que c est ce dernier qui saisira le Juge : or la surcharge de ces magistrats est telle qu ils n interviennent qu au bout de presque 10 ans Autre problème : les propriétés en déshérence. C est un gros travail mais du ressort des tribunaux Administratifs b) la loi S.R.U. a donné au Juge d Instance les moyens de contraindre un bailleur à donner un logement décent : nous avons vu que les locataires craignent d attaquer leurs propriétaires, si bien qu il n y a pratiquement pas d actions. 476

5 Mme Marie Madeleine LARDET Conseillère à la Cour de Cassation S excusera à son tour d être dans la même position que M. de KEATING-HART : dans la mesure où les Tribunaux de première instance n ont généré aucune jurisprudence, il est bien évident que la Cour de Cassation n a pas eu à traiter de ce sujet elle aussi, répondra aux questions. Liliane IDOUX donne alors la parole à la salle pour les questions. La première question va générer un véritable débat, sachant que 40% des désordres d assurance concernent des dégâts des eaux : elle est posée par F. Grenade expert architecte près la Cour de Cassation : «Qui peut définir «l étanchéité» des murs et sols des salles de bains, exigé par l article 45 du Règlement Sanitaire de la Ville de Paris?» Réponse : étant donné qu un carrelage n est pas réputé étanche (ce que nombre de magistrats ignorent ), il est indispensable de prévoir une étanchéité posée sous le carrelage, sur la structure du plancher (béton ou bois). Ce qui pose le problème des seuils de portes, et de traversée de canalisations Et quid des «pièces humides» dont les cuisines, outre les salles de bains et les toilettes, qui devraient bénéficier d une «étanchéité» sur les murs recevant une projection d eau, et sur les sols, avec un relevé de 15 cm? Sachant qu un simple film étanche «retarde» simplement le désordre, il faudrait définir un «niveau» d étanchéité Désert : En fait, il y a une différence entre étanchéité et imperméabilisation, cette dernière semblant être seule réellement exigée. XXX :Et quid de la conformité aux règles EDF (la Norme C change sans arrêt) : Réponse : en réalité, c est moins une conformité qu une mise en sécurité qu il faut viser ici. Lasri cite le cas d un squatt dont l expert constate, certes, qu il manque des fenêtres dans certaines pièces, mais par contre, que l immeuble semble occupé de façon décente (toutefois, est-ce certain : les occupants étant prévenus de la visite, n ont-ils pas présenté les lieux de façon favorable?) - En fait, il doit donner son avis sur les demandes «piffométriques» des demandeurs, et ceci, peut aboutir à des travaux dont le coût représentera une véritable spoliation du propriétaire. Le rédacteur de ce compte rendu a lui-même eu le cas, dans un village, d un petit logement dont la locataire se plaignait d inconforts réels, certes, mais mineurs et oubliait de dire qu elle payait un loyer plus que symbolique (elle était pratiquement logée par charité!). C était une vielle dame de 80 ans, habituée du contentieux, vraie chipie (Tatie Danielle!). Mais le Droit était pour elle : elle a obligé son propriétaire à faire des travaux qui représentaient plusieurs fois la totalité des loyers qu elle lui avait payés, et qu elle paierait jusqu à sa mort Mathieu : la mise en conformité aux règlements aboutirait à des sommes que les propriétaires seraient bien en peine de payer : voir la loi de M. de Keating-Hart : la loi de 1948 : parlons en! Ce qu en a fait le législateur est une véritable catastrophe, et toutes les lois tendant à y mettre fin ont été défigurées par les Tribunaux. 477

6 Après le dépôt du rapport, le Juge sera-t-il saisi? Pratiquement jamais. Et s il l est, que peut-il faire? Condamner un syndicat de co-propriétaires à créer une descente d eaux vannes pour desservir un logement du 16 ième étage qui en est privé a-t-il un sens? Pourra-t-on obliger chacun des co-propriétaires, du 15 ième étage au rez-de-chaussée, à accepter le passage de cette canalisation? Sachant que la plupart des co-propriétaires ont déjà des difficultés à payer leurs charges Même chose pour la mise aux normes des milliers de chambre de bonne. En fait, personne ne fera de travaux sans l action de la puissance publique. Legros : squatteurs et mauvais usage : très bien organisé! En plus, longueur des expertises pendant lesquelles des désordres qui auraient pu être réparés à condition d être traités de suite, se dégradent de façon irrémédiable. Ronjat : et les locataires qui refusent de quitter les lieux. Pompey : et la pertinence des remèdes : des fenêtres fuyardes sont remplacées par des fenêtres PVC. Etanches, d où condensations catastrophiques, et moisissures. C est le remède qui aggrave le désordre Ronjat : par contre, l expert est souvent bien écouté du syndicat des co-propriétaires : il devrait pouvoir leur expliquer. M. de Keating-Hart : effectivement l expert a alors un rôle primordial. Autrement, la question est : «qui a décidé des travaux?». Pompey rappelle que le collège a déjà fait 2 Congrès sur «Santé et Habitation» à Lille en 2002 et à Montpellier Rouvray : comme moyens de chauffage, une PC dans chaque pièce est-elle suffisante? Réponse : non. XXX : et le problème des logements «tournants» : 4 personnes y dorment la nuit, 4 autres le jour et à partir de combien de personnes un logement est-il en sur-occupation? Aucun texte ne le précise. M. de Keating-Hart : hélas, si vous faites un rapport précisant que la cause des désordres est dans la sur-occupation, le Juge ne peut prononcer la résiliation du bail. Mais le bail demande généralement une occupation «en bon père de famille». Izoard : Voici un exemple de «bon père de famille» : un seul homme, 2 femmes et 14 enfants Il a été mis à sa disposition 2 logements réunis par un palier : il n y a pas suroccupation, mais le mode d occupation : couscous, et vapeur..., certes normal pour les occupants, provoque des condensations qui descendent dans la cage d escalier, et dégradent lentement l immeuble Lemeslif : «les travaux à faire»? C est de la maîtrise d œuvre : l expert ne devrait pas avoir à répondre à cette question. Réponse : l expert doit donner son avis sur les travaux proposés par les parties Delcourt : si le propriétaire et le locataire sont également impécunieux, que peut-on faire? Réponse : rien Pompey : Il existe un observatoire de l habitat insalubre dans l Héraut : en existe-t-il ailleurs? Ronjat : Les villes peuvent mettre en place des M.O.U.S. (qui font des missions de maîtrise d œuvre sociale) qui permettent de rencontrer les propriétaires. Grenade à propos de «corbeaux» en B.A., évoque le problèmes des désordres évolutifs : selon le professeur Malinvaud, il faut : 1 / que des éléments aient subi des désordres qualifiés «décennaux» pendant la période des 10 années. 478

7 2 / que les désordres qui surviennent après cette période sur des éléments semblables soient de même nature. M. de Keating-Hart : le Juge doit de prononcer sur des questions de fait, mais, pour cela, il doit être renseigné par l expert. Dans le cas cité, il ne faut pas raisonner corbeau par corbeau, mais par type d ouvrage. Autre exemple : une grande résidence construite en 1970 comporte ml de rives de balcon. Des désordres (poussée de fers, éclats de béton, mousses) sont survenus pendant la période décennale, et la première expertise a lieu en Les réparations sont faites en En 2006, de nouveaux désordres surviennent, et une nouvelle expertise est réclamée. Le problème est que le repérage des désordres initiaux n avait pas été fait, et que l on ne pouvait savoir si les désordres nouveaux affectaient des éléments non traités (alors responsabilité des constructeurs initiaux), ou des éléments ayant subi une réparation (alors responsabilité des entreprises ayant effectué les réparations) Mme Lardet confirme que la Cour ce Cassation n a jamais prolongé la décennale. Rebutato : l expert doit rechercher l origine des désordres : le Maître d œuvre et l entreprise qui font les réparations ont-ils bien saisi la réalité de la pathologie, et le traitement qu elle nécessitait? (c est bien pour cela que l expert doit donner son avis sur le remède proposé ). Finalement, le débat se terminera sur l évocation d un cas de sur-occupation involontaire : Il s agissait d une famille avec 2 chambres d enfants. Dans chacune d elle, plusieurs enfants, mais en nombre apparemment raisonnable. Les 2 chambres étaient semblables : même orientation, mêmes fenêtres, mêmes ventilations et chauffages, mêmes isolations des murs extérieurs, rien d anormal sur le revêtement extérieur des façades, et même nombre d occupants. Or l une d elle présentait des moisissures très importantes. L expert, après avoir tenté plusieurs solutions sans résultat, a eu l idée de faire changer l occupation : il a demandé que l enfant le plus jeune (âgé de 3 ans les autres étant nettement plus grands ) permute de chambre avec un autre enfant plus âgé. Il a suffi d un mois et demi pour que la première chambre s assainisse, et que la seconde se couvre de moisissures La raison : les jeunes enfants, jusqu à environ 6 ans «constituent» leurs poumons en les faisant fonctionner beaucoup plus que ceux des adultes. De ce fait la quantité de vapeur d eau qu ils expirent est quatre fois plus importante que celle de l adulte Liliane Idoux clôturera la séance en remerciant conférenciers et auditeurs, et en annonçant : le prochain congrès : à Saint Malo, sur «Acier et verre», les 12, 13, 14 Octobre prochain et le programme des prochaines T.R.N.J. : 2006 / Novembre : le coût du procès 2007 / Mars : architectes et droit d auteur / Juin : pathologie des carrelages / Novembre : parties communes et parties privées 2008 / Mars : durée de vie des matériaux et ouvrages / Juin : pathologie des revêtements céramique / Novembre : l expert interdit de droit 2009 / Mars : béton armé : technique et pathologie / Juin : la réception / Novembre : le péril.. Compte rendu rédigé par Pierre Prod homme qui s excuse des erreurs ou omissions qui auraient pu s y glisser. 479

FICHE ROL DEPARTEMENT DU TARN RELEVE D OBSERVATION LOGEMENT (ROL) I:\ENVIR\CB\2008\HABITAT\guide as\fiche ROL.doc

FICHE ROL DEPARTEMENT DU TARN RELEVE D OBSERVATION LOGEMENT (ROL) I:\ENVIR\CB\2008\HABITAT\guide as\fiche ROL.doc FICHE ROL DEPARTEMENT DU TARN RELEVE D OBSERVATION LOGEMENT (ROL) I:\ENVIR\CB\2008\HABITAT\guide as\fiche ROL.doc Le ROL est un document à usage des intervenants de terrain non techniciens du bâtiment.

Plus en détail

Qu est-ce qu un logement décent?

Qu est-ce qu un logement décent? direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction Guide d évaluation Qu est-ce qu un logement décent? Que vous soyez propriétaire ou locataire Quelques éléments de réponse... Octobre

Plus en détail

C est quoi un logement insalubre?

C est quoi un logement insalubre? LOGEMENT INSALUBRE C est quoi un logement insalubre? C est un logement qui présente un danger pour la santé des occupants, compte tenu de la dégradation du bâti ou de la présence de substances dangereuses

Plus en détail

DDELIND Dispositif Départemental d'eradication du Logement Indigne ou Non Décent

DDELIND Dispositif Départemental d'eradication du Logement Indigne ou Non Décent Pôle Aménagement du Territoire Plan Départemental d'action pour le Logement des Personnes Défavorisées du Bas-Rhin DDELIND Dispositif Départemental d'eradication du Logement Indigne ou Non Décent Fiche

Plus en détail

Immeuble collectif AQC

Immeuble collectif AQC AQC Immeuble collectif Comment bien utiliser votre assurance construction «Dommages-Ouvrage»? Ce document est édité par l Agence Qualité Construction, association dont la mission est d améliorer la qualité

Plus en détail

LES POLICES DE L HABITAT INSALUBRE (1) Logements, immeubles et ilots insalubres

LES POLICES DE L HABITAT INSALUBRE (1) Logements, immeubles et ilots insalubres LES POLICES DE L HABITAT INSALUBRE (1) Logements, immeubles et ilots insalubres Qu est-ce que l habitat insalubre? Définition ancienne : de 1850 à 1902 La loi : art L.1331-26 du code de la santé publique

Plus en détail

L HABITAT INDIGNE définition loi MOLLE

L HABITAT INDIGNE définition loi MOLLE L HABITAT INDIGNE définition loi MOLLE NON DÉCENCE Défaut de CONFORT et de SÉCURITÉ MANQUEMENT À LA SALUBRITÉ GÉNÉRALE Défaut d'hygiène et de SALUBRITÉ INSALUBRITÉ DANGER pour la SANTÉ publique DANGER

Plus en détail

EN CAS DE DÉFAUT DE CONSTRUCTION, CONTACTER D ABORD LE CONSTRUCTEUR L ASSURANCE DOMMAGE-OUVRAGE NE REMPLACE PAS LE SERVICE APRÈS-VENTE DU CONSTRUCTEUR

EN CAS DE DÉFAUT DE CONSTRUCTION, CONTACTER D ABORD LE CONSTRUCTEUR L ASSURANCE DOMMAGE-OUVRAGE NE REMPLACE PAS LE SERVICE APRÈS-VENTE DU CONSTRUCTEUR La garanties Dommage-Ouvrage qu est ce que c est? Vous êtes propriétaire d une maison que vous avez fait construire depuis moins de 10 ans. Un désordre lié à la construction apparaît. Vous avez souscrit

Plus en détail

COMMENT LOUER UN LOGEMENT DANS DE BONNES CONDITIONS? Plaquette à l'attention des professionnels de l'immobilier

COMMENT LOUER UN LOGEMENT DANS DE BONNES CONDITIONS? Plaquette à l'attention des professionnels de l'immobilier COMMENT LOUER UN LOGEMENT DANS DE BONNES CONDITIONS? Plaquette à l'attention des professionnels de l'immobilier QUE FAUT-IL FAIRE AVANT LA MISE EN LOCATION LE CONTRAT DE LOCATION Le contrat de location

Plus en détail

Comment bien utiliser votre assurance «Dommages-Ouvrage»

Comment bien utiliser votre assurance «Dommages-Ouvrage» Comment bien utiliser votre assurance «Dommages-Ouvrage» Ce document est édité par l Agence Qualité Construction, association dont la mission est d améliorer la qualité des constructions. Il a été rédigé

Plus en détail

LE CONTEXTE DU LOGEMENT EN FRANCE

LE CONTEXTE DU LOGEMENT EN FRANCE LE CONTEXTE DU LOGEMENT EN FRANCE 60 000 000 d habitants 30 000 000 de logements, dont : 26 000 000 de résidences principales, 2 000 000 de logements vacants, 2 000 000 de résidences secondaires, Sur les

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L HABITAT INDIGNE

OBSERVATOIRE DE L HABITAT INDIGNE ADIL des Hautes-Alpes OBSERVATOIRE DE L HABITAT INDIGNE RAPPORT ANNUEL POUR LE RECENSEMENT 2013 1 B I S R U E D E V A L S E R R E 0 5 0 0 0 G A P SOMMAIRE INTRODUCTION Définition de l habitat indigne------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

OBJET : Modalités d'attribution du fonds d Aide au Relogement d Urgence (FARU).

OBJET : Modalités d'attribution du fonds d Aide au Relogement d Urgence (FARU). DIRECTION GENERALE DES COLLECTIVITES LOCALES SOUS-DIRECTION DES COMPETENCES ET DES INSTITUTIONS LOCALES BUREAU DES OPERATIONS D AMENAGEMENT, DE L URBANISME ET DE L HABITAT AFFAIRE SUIVIE PAR : Pascal MATHIEU

Plus en détail

Le logement décent. L ADIL 63 vous informe : Juin 2011. Votre propriétaire a l obligation de vous délivrer un logement décent :

Le logement décent. L ADIL 63 vous informe : Juin 2011. Votre propriétaire a l obligation de vous délivrer un logement décent : L ADIL 63 vous informe : Juin 2011 Le logement décent Les logements concernés : logements loués à titre d habitation principale (ou mixte : habitation principale et professionnelle) nus ou meublés. Sauf

Plus en détail

Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité réduite, aux installations et établissements recevant du public.

Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité réduite, aux installations et établissements recevant du public. Conseil Départemental d Ille-et-Vilaine - 16 rue Saint-Hélier - 35000 RENNES 02 99 67 46 27 02 99 67 46 28 ille-et-vilaine@oncd.org www.odcd35.fr Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité réduite,

Plus en détail

Guide simplifié du locataire

Guide simplifié du locataire mais assez complêt Guide simplifié du locataire OBLIGATIONS ET CONSEILS EN MATIÈRE D ENTRETIEN DE VOTRE LOGEMENT Nous voulons vous aider à récupérer votre dépôt de garantie LOGICIEL DE GESTION LOCATIVE

Plus en détail

> GUIDE DU BAILLEUR. Votre locataire, la Caf et vous

> GUIDE DU BAILLEUR. Votre locataire, la Caf et vous > GUIDE DU BAILLEUR Votre locataire, la Caf et vous 1 Préambule Propriétaires, bailleurs, vous louez un ou plusieurs logements à des personnes allocataires d une Caf. Savez-vous que les Caf aident près

Plus en détail

Un logement en bon état d usage, de confort et d entretien

Un logement en bon état d usage, de confort et d entretien Un logement en bon état d usage, de confort et d entretien PROPRIÉTAIRE ou LOCATAIRE vous avez des obligations VOUS AVEZ SIGNÉ UN BAIL. CE CONTRAT DE LOCATION, RENFORCÉ PAR LES DISPOSITIONS LÉGALES, PRÉCISE

Plus en détail

INTERVENIR SUR LE BATI ANCIEN

INTERVENIR SUR LE BATI ANCIEN I - Données Générales INTERVENIR SUR LE BATI ANCIEN Rivalités entre réhabilitation, restauration et rénovation Au cours des dernières années, d'importantes études ont été entreprises dans les quartiers

Plus en détail

guide du copropriétaire

guide du copropriétaire guide du copropriétaire 2 sommaire 6 Comment fonctionne la copropriété? 3 Edito 11 Vous êtes copropriétaires, vous devez... 14 Lexique 4 Qu est-ce que la copropriété? 12 Foire aux questions 10 La vie de

Plus en détail

LES OBLIGATIONS AVANT LA MISE EN LOCATION

LES OBLIGATIONS AVANT LA MISE EN LOCATION Sommaire AVANT PROPOS 2 LES OBLIGATIONS AVANT LA MISE EN LOCATION 3 Fiche n 1 : les documents nécessaires 4 1 Le contrat de location 4 2 Les diagnostics techniques 5 Fiche n 2 : un logement et des parties

Plus en détail

Lutte contre l habitat indigne dans la Nièvre

Lutte contre l habitat indigne dans la Nièvre Lutte contre l habitat indigne dans la Nièvre Ce document réalisé par le pôle départemental de lutte contre l'habitat indigne, s adresse aux élus et aux professionnels intervenant dans les domaines de

Plus en détail

Mise en œuvre des opérations de restauration immobilière

Mise en œuvre des opérations de restauration immobilière Mise en œuvre des opérations de restauration immobilière Schéma de procédure La déclaration d utilité publique L enquête organisée par préfet selon les dispositions du code de l expropriation Dossier 1)

Plus en détail

DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER. Cursus complet théorique et pratique

DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER. Cursus complet théorique et pratique DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER Cursus complet théorique et pratique Durée : 6 semaines, soit 30 jours de formation : 210 heures Nature de la formation : théorique et pratique Horaires : de 09h00-12h00 / 13h00-17h00

Plus en détail

PIG Programme d Intérêt Général Communauté de Communes Les Hauts du Lyonnais. Réunion Publique du 27/06/2013

PIG Programme d Intérêt Général Communauté de Communes Les Hauts du Lyonnais. Réunion Publique du 27/06/2013 PIG Programme d Intérêt Général Communauté de Communes Les Hauts du Lyonnais Réunion Publique du 27/06/2013 1 Sa durée est de 3 ans de Juin 2013 à Mai 2016. Le périmètre de l opération concerne les 10

Plus en détail

Communauté de Communes des 4B Sud-Charente

Communauté de Communes des 4B Sud-Charente Communauté de Communes des 4B Sud-Charente Suivi-animation du PIG Intervention auprès des artisans 10 décembre 2013 SOMMAIRE 1. Qui est URBANiS et quel est son rôle? 2. Qu est-ce qu un PIG? 3. Les types

Plus en détail

Impôts 2015. TVA à 5,5% ou 10% - Travaux dans les logements de plus de 2 ans. particuliers. professionnels du bâtiment

Impôts 2015. TVA à 5,5% ou 10% - Travaux dans les logements de plus de 2 ans. particuliers. professionnels du bâtiment Impôts 2015 TVA à 5,5% ou 10% - Travaux dans les logements de plus de 2 ans particuliers professionnels du bâtiment travaux relevant des taux réduits attestation Les principaux taux de TVA depuis le 1er

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie. Le règlement de Sécurité contre les risques d incendie. ERP et IGH de Type O

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie. Le règlement de Sécurité contre les risques d incendie. ERP et IGH de Type O Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie JURIDIQUE Date : 31/01/2012 N : 04.12 Le règlement de Sécurité contre les risques d incendie ERP et IGH de Type O L arrêté du 25 octobre 2011 portant

Plus en détail

Lutter contre l habitat indigne : Guide de l hébergement et du relogement

Lutter contre l habitat indigne : Guide de l hébergement et du relogement couv guide heberg relogement pnlhi sept 2012:Mise en page 1 17/09/2012 11:10 Page 1 Délégation interministérielle à l hébergement et à l accès au logement (Dihal) 20, avenue de Ségur - 75007 Paris contact.dihal@developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

Guide. de repérage et de traitement des situations d habitat dégradé. Edition juillet 2014

Guide. de repérage et de traitement des situations d habitat dégradé. Edition juillet 2014 Guide Edition juillet 2014 de repérage et de traitement des situations d habitat dégradé Non-Décence / Manquement à la salubrité générale des habitations / Insalubrité des habitations / Bâtiments menaçant

Plus en détail

Habitat indigne Habitat dangereux Habitat insalubre Immeuble menaçant ruine

Habitat indigne Habitat dangereux Habitat insalubre Immeuble menaçant ruine Habitat indigne Habitat dangereux Habitat insalubre Immeuble menaçant ruine Circulaire de la DACG n CRIM07 14/G4 du 4 octobre 2007 relative à la présentation des dispositions de la loi du 13 juillet 2006

Plus en détail

Le Guide Dégât des eaux

Le Guide Dégât des eaux Les fiches pratiques Oralia Fiche N 019 Edition Juin 2011 Le Guide Dégât des eaux Qu est-ce qu un dégât des eaux p. 1 Que faire après un dégât des eaux p. 2 La recherche de fuite p. 2 La convention CIDRE

Plus en détail

Lutter contre l habitat indigne : Guide pratique à l usage des occupants

Lutter contre l habitat indigne : Guide pratique à l usage des occupants Lutter contre l habitat indigne : Guide pratique à l usage des occupants 15 mai 2011 Ministère de l Ecologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement Délégation à l hébergement et à l accès

Plus en détail

PROJET DE LOI LOGEMENT ET URBANISME

PROJET DE LOI LOGEMENT ET URBANISME PROJET DE LOI LOGEMENT ET URBANISME Décryptage : ce qui pourrait changer pour les propriétaires et les locataires Jean-François BUET Président de la FNAIM Etienne GINOT Président de l UNIS Point presse

Plus en détail

Les obligations du bailleur relatives aux diagnostics immobiliers lors de la mise en location d un logement

Les obligations du bailleur relatives aux diagnostics immobiliers lors de la mise en location d un logement 11/2007 ADIL des Hauts de Seine L ADIL Vous Informe Les obligations du bailleur relatives aux diagnostics immobiliers lors de la mise en location d un logement Jusqu alors réservée aux cas de vente d un

Plus en détail

Lutter contre l habitat indigne : Guide pratique à l usage des occupants

Lutter contre l habitat indigne : Guide pratique à l usage des occupants Lutter contre l habitat indigne : Guide pratique à l usage des occupants Réédition octobre 2012 >> www.territoires.gouv.fr Préambule Disposer d un logement sain, sûr, et décent est un des droits élémentaires

Plus en détail

Les travaux subventionnables par l Anah LA LISTE ÉTABLIE AU 1 ER JANVIER 2009. Document d information non contractuel

Les travaux subventionnables par l Anah LA LISTE ÉTABLIE AU 1 ER JANVIER 2009. Document d information non contractuel Les travaux subventionnables par l Anah LA LISTE ÉTABLIE AU 1 ER JANVIER 2009 Document d information non contractuel L Anah, Agence nationale de l habitat, attribue des aides financières aux propriétaires

Plus en détail

Propriétaires, Locataires, Administrateurs de Biens et Assurance en Copropriété

Propriétaires, Locataires, Administrateurs de Biens et Assurance en Copropriété Propriétaires, Locataires, Administrateurs de Biens et Assurance en Copropriété 1. Caractéristiques et champ d application d une Assurance Immeuble : Existe -t-il une obligation d assurance? Aucun texte

Plus en détail

Guide d intervention et d information. Habitat.

Guide d intervention et d information. Habitat. Guide d intervention et d information. Habitat. Habitat. Bien que considéré comme un espace sécurisant et protecteur, l habitat est encore dans de trop nombreux cas un lieu pouvant porter atteinte à la

Plus en détail

Les dispositions de la loi ALUR

Les dispositions de la loi ALUR Les dispositions de la loi ALUR Actualité juridique publié le 23/04/2014, vu 1176 fois, Auteur : JurisConseils Le Conseil constitutionnel avait été saisi sur plusieurs dispositions de la loi Alur. On attendait

Plus en détail

Journée nationale d échange du PNLHI Communauté d agglomération Les Portes de l Essonne

Journée nationale d échange du PNLHI Communauté d agglomération Les Portes de l Essonne Journée nationale d échange du PNLHI Communauté d agglomération Les Portes de l Essonne Le 20 septembre 2012 Direction du Logement et de l Habitat Sous-direction de l Habitat - Service Technique de l Habitat

Plus en détail

PROCES-VERBAL DESCRIPTIF

PROCES-VERBAL DESCRIPTIF SECOND ORIGINAL PROCES-VERBAL DESCRIPTIF L an deux mille douze et deux aout A la requête de Le CMAR, Société Coopérative de crédit à capital variable, soumise au Livre V du Code Rural, inscrite au RCS

Plus en détail

L ÉTAT DES LIEUX Dossier juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire

L ÉTAT DES LIEUX Dossier juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire L ÉTAT DES LIEUX Dossier juridique de la Sommaire 1 ANALYSE DE LA CNL / Page 2 Utilité de l état des lieux / Page 2 Etablissement de l état des lieux / Page 2 Forme de l état des lieux / Page 3 Coût de

Plus en détail

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30 VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30 Incendie Code du Travail R4216-1 à R4216-7 ; R4216-11 à R4216-34 Code du Travail R4225-8 Code du Travail R4227-34 à R4227-36 Code du Travail R4227-1

Plus en détail

Nouveau règlement Accessibilité Handicapés

Nouveau règlement Accessibilité Handicapés Nouveau règlement Accessibilité Handicapés 1 Les principaux points à retenir en synthèse Prise en compte de tous les handicaps notamment physique, cognitif, mental ou psychique Exigences de performance

Plus en détail

Copropriété et assurances. Fédération française des sociétés d assurances DEP 302 - JUIN 2003

Copropriété et assurances. Fédération française des sociétés d assurances DEP 302 - JUIN 2003 DEP 302 - JUIN 2003 Copropriété et assurances Fédération française des sociétés d assurances Centre de documentation et d information de l assurance 26, bd Haussmann 75311 Paris Cedex 09 Fax DEP : 01 465

Plus en détail

UNIS. Ce que tout copropriétaire doit connaître COLLECTION LIVRET 3 TOUT SAVOIR SUR. Les parties privatives et les parties communes

UNIS. Ce que tout copropriétaire doit connaître COLLECTION LIVRET 3 TOUT SAVOIR SUR. Les parties privatives et les parties communes UNIS COLLECTION Ce que tout copropriétaire doit connaître LIVRET 3 TOUT SAVOIR SUR Les parties privatives et les parties communes Vous êtes propriétaire de votre appartement dans un immeuble en copropriété.

Plus en détail

Prévenir et faire face aux impayés de loyers. Vous êtes locataire L ADIL VOUS CONSEILLE, CONSULTEZ-LA!

Prévenir et faire face aux impayés de loyers. Vous êtes locataire L ADIL VOUS CONSEILLE, CONSULTEZ-LA! L ADIL réunit l État, les collectivités locales, les organismes d intérêt général, les professionnels publics et privés et les représentants des usagers. Elle est agréée par le Ministère chargé du Logement

Plus en détail

Dans le présent règlement, les mots suivants signifient :

Dans le présent règlement, les mots suivants signifient : PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE MONT-LAURIER RÈGLEMENT NUMÉRO : 119 Règlement sur la salubrité et l entretien des logements. À la séance ordinaire du conseil municipal de la Ville de Mont-Laurier, tenue le

Plus en détail

CONSOLIDATION OFFICIEUSE

CONSOLIDATION OFFICIEUSE 30 AOÛT 2007. Arrêté du Gouvernement wallon déterminant les critères minimaux de salubrité, les critères de surpeuplement et portant les définitions visées à l article 1 er, 19 à 22 bis, du Code wallon

Plus en détail

Demande d aide au logement

Demande d aide au logement Merci de compléter également un formulaire de déclaration de situation. Merci de rappeler votre identité Nom de famille : Prénom : (nom de naissance) Nom d usage : (facultatif et s il y a lieu) Date de

Plus en détail

Rencontre des Responsables de copropriétés de Neuilly sur Seine, le 14 octobre 2014. Focus sur quelques obligations applicables aux copropriétés

Rencontre des Responsables de copropriétés de Neuilly sur Seine, le 14 octobre 2014. Focus sur quelques obligations applicables aux copropriétés Rencontre des Responsables de copropriétés de Neuilly sur Seine, le 14 octobre 2014 Focus sur quelques obligations applicables aux copropriétés Sommaire Domaine Sécurité et sanitaire Mise en sécurité des

Plus en détail

Bailleur / Locataire. Qui fait quoi? Entretien et réparations de votre logement

Bailleur / Locataire. Qui fait quoi? Entretien et réparations de votre logement Bailleur / Locataire Qui fait quoi? Entretien et réparations de votre logement En matière d entretien des logements, la règlementation fixe quelles sont les interventions à la charge du bailleur et celles

Plus en détail

Guide. de la copropriété

Guide. de la copropriété Guide de la copropriété 3F acteur majeur de l'habitat social 3F construit et gère des logements sociaux. Son parc s élève à près de 190 000 logements dont plus de 100 000 en Île-de-France. 3F est composé

Plus en détail

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage.

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Une des problématiques récurrente pour les collectivités en matière d occupation illégale de son territoire tient

Plus en détail

Maison Derb Darquawa Habitabilité et amélioration de la qualité de vie PLAN DE SITUATION

Maison Derb Darquawa Habitabilité et amélioration de la qualité de vie PLAN DE SITUATION Maison Derb Darquawa Habitabilité et amélioration de la qualité de vie PLAN DE SITUATION PLAN R.D.C S2 S3 S4 S7 S1 S8 S12 S11 S9 DIAGNOSTIQUE HABITABILITE SECURITE SALUBRITE CONFORT QUALITE DE VIE SECURITE

Plus en détail

VOUS DEVEZ SIGNER UN BAIL COMMERCIAL : LES POINTS ESSENTIELS A EXAMINER AVANT LA SIGNATURE

VOUS DEVEZ SIGNER UN BAIL COMMERCIAL : LES POINTS ESSENTIELS A EXAMINER AVANT LA SIGNATURE VOUS DEVEZ SIGNER UN BAIL COMMERCIAL : LES POINTS ESSENTIELS A EXAMINER AVANT LA SIGNATURE NOUVEAU BAIL SANS RACHAT DE FONDS DE COMMERCE ET/OU DE DROIT AU BAIL 1. Textes légaux : Décret du 30 septembre

Plus en détail

L HABITAT. Technologie 5ème

L HABITAT. Technologie 5ème L HABITAT LES FONCTIONS CLORE: air, eau RESISTER: poids propre, charges d exploitation, charges climatiques (neige, vent) ISOLER: thermique, acoustique CHAUFFER l hiver RAFFRAICHIR l été PROCURER: hygiène,

Plus en détail

L assurance dommages-ouvrage

L assurance dommages-ouvrage Vous construisez un bâtiment neuf ou réalisez certains travaux sur un bâtiment existant? Afin de faciliter les indemnisations des maîtres d ouvrage lors de la survenance de sinistres, le législateur (loi

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL Remarque préliminaire Cette notice a été élaborée à votre attention dans le but de faciliter votre

Plus en détail

P.L.H Patrick Leleu Humiditologue

P.L.H Patrick Leleu Humiditologue P.L.H Patrick Leleu Humiditologue Depuis notre création, en 1989, à Montpellier, nous pensons que la Qualité du Service naît de la Compétence des Hommes. Si la Compétence reste le Privilège de l Expérience,

Plus en détail

Préavis n 15/14 au Conseil communal

Préavis n 15/14 au Conseil communal COMMUNE D AUBONNE Municipalité Préavis n 15/14 au Conseil communal Travaux de mise à jour des bâtiments rue de l'industrie 8 et 10 Délégué municipal : - M. Michel Crottaz, municipal Aubonne, le 21 octobre

Plus en détail

3 A noter que dans le cadre d une location meublée, les

3 A noter que dans le cadre d une location meublée, les LE POINT SUR Quels recours face au non respect par le bailleur de son obligation de délivrer un logement décent ou de son obligation d entretien et de garantie des vices? Juillet 2007 Rappel Depuis la

Plus en détail

GUIDE DES COMPÉTENCES DU MAIRE EN MATIÈRE DE SALUBRITÉ PUBLIQUE ET DE TROUBLES DE VOISINAGE

GUIDE DES COMPÉTENCES DU MAIRE EN MATIÈRE DE SALUBRITÉ PUBLIQUE ET DE TROUBLES DE VOISINAGE BAS-RHIN GUIDE DES COMPÉTENCES DU MAIRE EN MATIÈRE DE SALUBRITÉ PUBLIQUE ET DE TROUBLES DE VOISINAGE HABITAT ENVIRONNEMENT BRUIT COURRIERS TYPE Préfecture du Bas-Rhin Direction départementale des affaires

Plus en détail

ATTENDU QUE la Ville de Richmond souhaite développer et promouvoir le développement résidentiel dans la ville de Richmond;

ATTENDU QUE la Ville de Richmond souhaite développer et promouvoir le développement résidentiel dans la ville de Richmond; PROVINCE DE QUÉBEC MRC DU VAL-SAINT-FRANÇOIS VILLE DE RICHMOND L assemblée régulière du conseil de la Ville a eu lieu au 745 rue Gouin, le lundi 1 er octobre 2012 à 19 h, sous la présidence de monsieur

Plus en détail

L ACCÈS AU LOGEMENT À L USAGE DU PUBLIC GUIDE PRATIQUE

L ACCÈS AU LOGEMENT À L USAGE DU PUBLIC GUIDE PRATIQUE À L USAGE DU PUBLIC GUIDE PRATIQUE Pôle sanitaire social Ce livret a été élaboré afin de vous guider dans les démarches liées au logement. Vous pouvez vous y référer lors de l intervention. Vous trouverez

Plus en détail

Tableau d'information sur les diagnostics immobiliers publié le 7 août 2012 19:59 par Christophe RONCHETTI [ mis à jour : 21 sept.

Tableau d'information sur les diagnostics immobiliers publié le 7 août 2012 19:59 par Christophe RONCHETTI [ mis à jour : 21 sept. Tableau d'information sur les diagnostics immobiliers publié le 7 août 2012 19:59 par Christophe RONCHETTI [ mis à jour : 21 sept. 2012 14:45 ] 1 - Les diagnostics immobiliers obligatoires pour une vente

Plus en détail

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS L HUMIDITÉ DANS LE BÂTI B EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Pour comprendre comment agit l humiditl humidité,, il faut d abord d connaître Comment s effectuent la pénétration et la propagation

Plus en détail

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

La Protection des majeurs

La Protection des majeurs La Protection des majeurs Les mesures de protection juridique des majeurs Les mesures de protection juridique des majeurs sont définies dans le cadre de la loi du 5/03/2007 portant réforme de la protection

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER, DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DE L IMMIGRATION Arrêté du 26 octobre 2011 portant approbation de diverses dispositions

Plus en détail

COMPTE-RENDU CONSEIL SYNDICAL DU 14/03/2013 Résidence DU PARC 78620 L ETANG LA VILLE

COMPTE-RENDU CONSEIL SYNDICAL DU 14/03/2013 Résidence DU PARC 78620 L ETANG LA VILLE COMPTE-RENDU CONSEIL SYNDICAL DU 14/03/2013 Résidence DU PARC 78620 L ETANG LA VILLE Le conseil syndical du Syndicat des Copropriétaires de la résidence du PARC s est réuni le jeudi 14 mars 2013 à 20h00

Plus en détail

Plan : Introduction : Quelques remarques préliminaires 1) Les dispositions applicables aux établissements à modifier

Plan : Introduction : Quelques remarques préliminaires 1) Les dispositions applicables aux établissements à modifier L arrêté du 24 juillet 2006 Plan : Introduction : Quelques remarques préliminaires 1) Les dispositions applicables aux établissements à modifier 1.1) La détection automatique incendie 1.2) La protection

Plus en détail

LES DIAGNOSTICS IMMOBILIERS - 2013

LES DIAGNOSTICS IMMOBILIERS - 2013 Mail : planning-immodiag@gmail.com LES S S - 2013 LES S S - 2013 VENTE Le DPE : Diagnostic de Performance Energétique Amiante Termites Electricité Gaz L ERNT : Etat des Risques Naturels et Technologiques

Plus en détail

La responsabilité des présidents d A.C.C.A.

La responsabilité des présidents d A.C.C.A. La responsabilité des présidents d A.C.C.A. Bernard MERAUD : Avocat au Barreau de Bourgoin-Jallieu (Assemblée générale FDCI du 26 avril 2014) ---------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Sommaire. Références 138. 8 Le diagnostic gaz - Sommaire. Le diagnostic gaz - Sommaire

Sommaire. Références 138. 8 Le diagnostic gaz - Sommaire. Le diagnostic gaz - Sommaire Sommaire Chapitre 1. Qu est-ce qu une installation gaz? 10 Généralités 11 1.1 Comment ça marche? 12 1.2 Définitions 14 1.3 Les appareils 19 Chapitre 2. Les tuyauteries fixes 28 Généralités 29 2.1 Tuyauteries

Plus en détail

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION sécurité incendie Réglementation et mise en sécurité incendie des bâtiments d habitation > Bâtiments d habitation > Parcs de stationnement > s - foyers Sécurité incendie dans

Plus en détail

TRAVAUX d OFFICE QUESTIONS REPONSES

TRAVAUX d OFFICE QUESTIONS REPONSES TRAVAUX d OFFICE QUESTIONS REPONSES Les arrêtés de police ont pour objet d obliger le propriétaire de locaux insalubres ou dangereux à mettre fin aux désordres touchant à la salubrité ou à la sécurité

Plus en détail

Le point de vue de l'assureur

Le point de vue de l'assureur L'attestation acoustique... Pourquoi? Comment? Avec qui? Odile VIDAL & Vincent PAYEN, Montmirail Groupe VERSPIEREN Le point de vue de l'assureur 4 juillet 2013 Toulouse Attestation acoustique Contrôle

Plus en détail

Allocations de déménagement et de loyer (ADEL)

Allocations de déménagement et de loyer (ADEL) Allocations de déménagement et de loyer (ADEL) INFORMATIONS GÉNÉRALES Statistiques voisines Périodicité Ponctualité Propriété Les allocations de déménagement et de loyer sont octroyées aux personnes quittant

Plus en détail

Handicap visuel. Travaux d adaptation du logement pour les personnes non voyantes ou mal voyantes. Fiche pratique

Handicap visuel. Travaux d adaptation du logement pour les personnes non voyantes ou mal voyantes. Fiche pratique Fiche pratique Handicap visuel Travaux d adaptation du logement pour les personnes non voyantes ou mal voyantes Accéder aux parties communes - sécuriser le cheminement - choisir les équipements - bien

Plus en détail

RÈGLEMENT 569. Et résolu à l unanimité des conseillers présents que le règlement suivant soit adopté :

RÈGLEMENT 569. Et résolu à l unanimité des conseillers présents que le règlement suivant soit adopté : 2011-06-117 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC DRUMMOND MUNICIPALITÉ DE SAINT-FÉLIX-DE-KINGSEY RÈGLEMENT 569 RÈGLEMENT ÉTABLISSANT LES CONDITIONS DE SALUBRITÉ ET D'ENTRETIEN DES LOGEMENTS CONSIDÉRANT QU en

Plus en détail

mode d'emploi Contrat de location saisonnière d un appartement à la montagne

mode d'emploi Contrat de location saisonnière d un appartement à la montagne mode d'emploi Contrat de location saisonnière d un appartement à la montagne Quand utiliser ce modèle? Pour la location saisonnière d un logement situé à la montagne (un appartement, un chalet, ). Le logement

Plus en détail

Préfecture de la région Ile-de-France. Principes généraux

Préfecture de la région Ile-de-France. Principes généraux Préfecture de la région Ile-de-France Principes généraux Guide habitat à l usage des Maires 2008 3 Sommaire Principes généraux 4 Synoptique général relatif au traitement des plaintes en matière d habitat

Plus en détail

Charges de copropriété impayées

Charges de copropriété impayées C est le versement de provisions par les copropriétaires qui permet à la copropriété de fonctionner : grâce au paiement régulier des charges, le syndicat peut entretenir l immeuble et faire face à ses

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. Présentation. Fonds de Solidarité pour le Logement. Juin 2012 page 1/9

GUIDE PRATIQUE. Présentation. Fonds de Solidarité pour le Logement. Juin 2012 page 1/9 Présentation Guide d accompagnement à l application du Règlement Intérieur 2012 à l usage des partenaires Juin 2012 page 1/9 Plan du guide Qu est-ce que le FSL? Comment saisir le Fonds? Les critères généraux

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE GUIDE PRATIQUES AUTORISATION TRAVAUX. avez-vous le permis?

GUIDE PRATIQUE GUIDE PRATIQUES AUTORISATION TRAVAUX. avez-vous le permis? GUIDE PRATIQUES GUIDE PRATIQUE AUTORISATION TRAVAUX avez-vous le permis? Vous envisagez de faire réaliser des travaux? Attention, de la construction d une maison à la rénovation des combles en passant

Plus en détail

Liste de contrôle à utiliser pour les ménages privés

Liste de contrôle à utiliser pour les ménages privés Examen de l habitat à des fins de prévention des chutes Liste de contrôle à utiliser pour les ménages privés 1. Aspects d ordre général Ces points sont à examiner pour chaque pièce du logement utilisée

Plus en détail

Les obligations du vendeur

Les obligations du vendeur Elaboré en Mars 2008. Modifications éventuelles : nous contacter. Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial - 9 Rue des Arènes BP 95236 49052

Plus en détail

Copropriétés des économies à tous les étages

Copropriétés des économies à tous les étages Copropriétés des économies à tous les étages Gaël BOGOTTO EIE Marseille Provence Programme Introduction Les avancés du Grenelle II de l Environnement Les économies d énergie en copropriété Solutions Démarche

Plus en détail

Le Plomb dans l eau AGENCE NATIONALE POUR L AMÉLIORATION DE L HABITAT

Le Plomb dans l eau AGENCE NATIONALE POUR L AMÉLIORATION DE L HABITAT Le Plomb dans l eau De quoi s agit-il? De quoi parle-t-on? Où le trouve-t-on? Quelle est son origine? Responsabilités Quels sont les effets néfastes du plomb dans l eau sur la santé? Comment les détecter?

Plus en détail

Idées reçues et autres contre-vérités

Idées reçues et autres contre-vérités Idées reçues et autres contre-vérités "Juger, c'est de toute évidence, ne pas comprendre ; si l'on comprenait, on ne pourrait plus juger." Citation d'andré Malraux A l occasion des prochaines manifestations

Plus en détail

FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE DECENNALE

FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE DECENNALE FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE DECENNALE 1. MAITRE DE L OUVRAGE (proposant et futur souscripteur du contrat) 1.1. Nom ou raison sociale : 1.2. Adresse précise : 1.3.

Plus en détail

Mieux connaître le secteur du bâtiment

Mieux connaître le secteur du bâtiment iche d animation Compétence B3 Mieux connaître le secteur du bâtiment Objectif Permettre aux élèves de découvrir la diversité des métiers du bâtiment et les caractéristiques de ce secteur. Matériel nécessaire

Plus en détail

a La signature par l occupant

a La signature par l occupant soumises à son approbation, ce manquement grave aux obligations imposées par l arrêté préfectoral entraîne la résolution judiciaire du bail». Ordonnance référé TI Lille : 14.10.04 «Le bailleur qui a proposé

Plus en détail

RÈGLEMENT 942-14 Concernant la salubrité et l entretien des bâtiments résidentiels

RÈGLEMENT 942-14 Concernant la salubrité et l entretien des bâtiments résidentiels PROVINCE DE QUÉBEC COMTÉ DE BONAVENTURE VILLE DE NEW RICHMOND RÈGLEMENT 942-14 Concernant la salubrité et l entretien des bâtiments résidentiels Considérant que la Loi sur l aménagement et l urbanisme

Plus en détail