Collège National des Experts Architectes Français avec le concours de CEACAP, CNAE-JJA, CAC

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Collège National des Experts Architectes Français avec le concours de CEACAP, CNAE-JJA, CAC"

Transcription

1 Collège National des Experts Architectes Français avec le concours de CEACAP, CNAE-JJA, CAC (Cn2/ 048) C.R. N ème T.R.N.J Responsables : J.X. LOURDEAU 2 rue de Quincy EPINAY sous SENART T Liliane IDOUX 1 rue Castex PARIS T J. SINAY 52 rue de Tocqueville PARIS T J. F. RONJAT 7 rue Froissart PARIS T Table Ronde Nationale Jurisprudentielle Paris 15 Juin 2006 Sujet : «Habitat insalubre, logement décent» Conditions : Rappel : les T.R.N.J. ont lieu le matin, sur invitations. Entrée : 20 pour les membres du Collège et 50 pour les autres. Lieu : Centre de congrès de l U.I.C. 16 rue Jean Rey PARIS Invités : Magistrats, Avocats, Ingénieurs, Experts architectes, Experts non architectes, Collégiens. Présents : une soixantaine de personnes. Conférenciers : M. Jean-François RONJAT, architecte expert près la Cour d Appel de Paris M. Jean de KEATING-HART, Magistrat au T.G.I. de Paris Mme Marie-Madeleine LARDET, Conseillère à la 3 ème chambre C. Cass. Commentaires : C est un sujet qui est en rapport avec les nouveaux textes récemment parus. Exportation? : Ce sujet pourrait être exporté, à condition que M. Ronjat accepte de se déplacer (à vérifier), mais il est peu probable que les autres conférenciers l accepte Compte Rendu : Voir ci après P. PROD HOMME le 20 Juin 2006 destinataires : les membres du Collège. 473

2 C.N.E.A.F. PARIS 119 ième T.R.N.J. 15 Juin 2006 Le sujet : «Habitat insalubre, logement décent» Exceptionnellement, la séance a été ouverte par le Président Henri Rouch, et Liliane Idoux, pour présenter les excuses de Jean-Xavier Lourdeau, empêché par un deuil récent. L exposé de J.F. Ronjat Les textes qui intéressent ce type de logements sont répartis dans de nombreux recueils : codes de la Santé publique, de la Construction et de l Habitation, Règlement Sanitaire de la Ville de Paris (voire aussi les Règlements Sanitaires régionaux). Mais le plus récent des textes est l ordonnance Borloo du 14 Décembre 2005, sur la lutte contre l habitat insalubre ou dangereux. Cette ordonnance a le mérite de préciser les personnes habilitées à agir, et, en particulier, préciser les rôles respectifs du propriétaire, du Maire, et du Préfet, tel que : 1/ s il y a péril imminent ou mise en danger de l habitabilité : l ordonnance définit les conditions d urgence qui sont alors du ressort du Préfet. 2/ par contre, s il il y a péril non imminent, ce sera du ressort du Maire. 3/ en cas de péril dans un seul logement d une copropriété, et de défaillance du co-propriétaire concerné, l autorité peut se substituer à celui-ci. 4/ les travaux nécessités par l état de péril ou d insalubrité doivent privilégier le maintien ou le retour des occupants dans les lieux. 5/ l ordonnance précise les possibilités d expropriation : 5.1/ Pour éviter les dérives des opérations de spéculation immobilière, l ordonnance insiste sur la protection des occupants : suspension du bail / impossibilité d expulsion en cas de péril / inclusion des hôtels meublés dans le champ de l ordonnance / renfort des dispositions pénales, en particulier contre les «marchands de sommeil». 5.2/ elle précise les différences entre Péril et Insalubrité, chacun de ces 2 termes relevant de compétences différentes : ex. un immeuble isolé dans un terrain clôturé, dont la structure est saine,et n est pas en état de péril, peut néanmoins être en état d insalubrité. à l inverse, un immeuble menaçant ruine peut ne pas être insalubre. Pour qu il y ait péril, le danger doit émaner d un édifice qui menace l ordre public. L insalubrité L habitat insalubre fait l objet de réglementation dans les codes des Collectivités territoriales, et de la Santé publique depuis environ En Juillet 1970, la loi Vivien précise «ce qui est de nature à porter atteinte à la vie ou la santé des occupants». 474

3 Les textes préciseront qu il y a : insalubrité irrémédiable si les travaux exigent une reconstruction insalubrité rémèdiable dans le cas contraire. Les définitions de l insalubrité prennent en compte : les caractéristiques de dégradation des immeubles mais aussi les conditions anormales d occupation Cependant, ceci ne figure pas dans le Code de la Santé publique : il faut le rechercher dans les règles minimales qui ont été fixées en 1978 par le Code de la construction et de l habitation (art. R annexes 1 et 2) : ouvertures / ventilation / section / éclairage naturel / superficie des pièces (>7 m2 - >9 m2 pour les pièces principales) / H.S.P. > = 2.20 m2 (puis 2.30) / étanchéité des murs et sols / section des canal. d eaux vannes / électricité (NF P 1400 et 1500) / gaz (règl. spécifiques) / obligation de conduits / interdiction de condamner les prises et évacuations d air / Une circulaire du 23/06/2003 de la Direction générale de la santé, de l habitation et de la construction a diffusé des «grilles»assez précises et complètes, permettant d apprécier l insalubrité. Toutefois, ces «grilles» n ont aucune valeur juridique (une question sera ultérieurement posée : peuvent-elles servir au Tribunal si elles lui sont présentées à l appui d une demande de saisine? Le magistrat répondra que le cas ne lui est jamais arrivé). Elles utilisent un certain nombre de critères dont l effet cumulatif définit le taux d insalubrité : 35 critères pour l immeuble / 29 pour le logement (avec des coefficients différents selon les risques) En conclusion, l insalubrité peut être caractérisée par : un équipement insuffisant un entretien insuffisant des conditions d occupation dangereuses Le logement décent Il est défini par la loi S.R.U. : conditions minimales d habitabilité des locaux mis en location, précisées le décret du 06 Mars 1987 : éclairage / superficie / HSP / ouvertures / ventilation / cuisine, coin cuisine, s de b, wc, sols étanches, protection des parois de douches et de baignoires / gaz / électricité / interdiction d infiltrations par remontées d humidité / étanchéité des couvertures et accessoires / La loi Solidarité du 13/12/2000 impose également un logement décent : conformité aux caractéristiques du décret du 30/01/2000 (art. 2,3 et 4) : clos couvert du G.O. / parties communes / garde-corps escaliers / gaz / installation de chauffage / appareil de cuisson / salle d eau / WC (commun possible si sur même palier) / pièce principale > 9 m2 / HSP 2.20 Ces textes posent néanmoins quelques questions : quelle date réelle d application? / c est aux locataires d apporter la preuve de la non-conformité, mais ceux-ci sont souvent issus de populations fragiles, étant ou se croyant- à la limite de la légalité, et, de ce fait, craignant des ennuis ou des représailles / et quid des innombrables «chambres de bonne», dont la mise en conformité représenterait une impossibilité, ou un coût trop élevé pour le propriétaire, et qui disparaîtraient alors du champ locatif? 475

4 L habitat indigne? En fait, c est un logement insalubre, ou situé dans un immeuble menaçant ruine Quelques chiffres : 17 îlots insalubres dans Paris, incluant quelques maisons ou immeubles, ont été résorbés très lentement : il aura fallu attendre l après libération En 1996, il y avait encore dans Paris logements sans eau ni wc. En 2002, toujours à Paris, l habitat insalubre concernait 420 immeubles dont 1/3 était propriété de la Ville de Paris, 1/3 en copropriété avec la Ville de Paris, et 1/3 appartenait à des propriétaires privés. M. Jean de KEATING-HART magistrat au Tribunal de Grande Instance de Paris Avec franchise, le conférencier s excuse de ce que les textes sont trop récents pour avoir fait l objet de jurisprudences. Tout au plus pourra-t-il donner des précisions sur les rapports entre propriétaires et locataires et bien sûr répondre aux questions. Dans le contentieux locatif, le Juge d Instance nomme l expert. Cependant l ordonnance du 16/12/2005 a retiré au Juge le peu de compétence qu il avait, pour mettre à la charge des Tribunaux Administratifs ce qui concerne les rapports avec les Maires et les Préfets. Elle ne laisse au Juge d Instance que la seule compétence de défense des libertés individuelles, qui se traduit par permettre à l expert de «forcer une porte» pour pouvoir accomplir la mission confiée par le T.A. Ainsi, on pourrait parler du «Juge Serrurier», et de l «Expert-Explorateur» En fait, la fonction du juge s arrête là : il n aura même pas à lire le rapport! En revanche : a) la répression entre dans le champ de ses possibilités : - Sanctions contre les marchands de sommeil : il existe un texte complexe, mais tellement complexe qu il n y a pratiquement jamais de sanctions. - Coercition pour permettre l entrée dans les lieux, et contraindre sous astreinte le propriétaire à exécuter les travaux : mais qui va en saisir le Juge? - En fait on peut parler d actions de «gesticulation» : Pour parfait exemple : les problèmes de saturnisme (le plomb des canalisations) n ont pratiquement rien amené devant les tribunaux, à part quelques décisions d indemnisation aux familles : Pour mémoire : le dossier doit être instruit par le magistrat instructeur, et que c est ce dernier qui saisira le Juge : or la surcharge de ces magistrats est telle qu ils n interviennent qu au bout de presque 10 ans Autre problème : les propriétés en déshérence. C est un gros travail mais du ressort des tribunaux Administratifs b) la loi S.R.U. a donné au Juge d Instance les moyens de contraindre un bailleur à donner un logement décent : nous avons vu que les locataires craignent d attaquer leurs propriétaires, si bien qu il n y a pratiquement pas d actions. 476

5 Mme Marie Madeleine LARDET Conseillère à la Cour de Cassation S excusera à son tour d être dans la même position que M. de KEATING-HART : dans la mesure où les Tribunaux de première instance n ont généré aucune jurisprudence, il est bien évident que la Cour de Cassation n a pas eu à traiter de ce sujet elle aussi, répondra aux questions. Liliane IDOUX donne alors la parole à la salle pour les questions. La première question va générer un véritable débat, sachant que 40% des désordres d assurance concernent des dégâts des eaux : elle est posée par F. Grenade expert architecte près la Cour de Cassation : «Qui peut définir «l étanchéité» des murs et sols des salles de bains, exigé par l article 45 du Règlement Sanitaire de la Ville de Paris?» Réponse : étant donné qu un carrelage n est pas réputé étanche (ce que nombre de magistrats ignorent ), il est indispensable de prévoir une étanchéité posée sous le carrelage, sur la structure du plancher (béton ou bois). Ce qui pose le problème des seuils de portes, et de traversée de canalisations Et quid des «pièces humides» dont les cuisines, outre les salles de bains et les toilettes, qui devraient bénéficier d une «étanchéité» sur les murs recevant une projection d eau, et sur les sols, avec un relevé de 15 cm? Sachant qu un simple film étanche «retarde» simplement le désordre, il faudrait définir un «niveau» d étanchéité Désert : En fait, il y a une différence entre étanchéité et imperméabilisation, cette dernière semblant être seule réellement exigée. XXX :Et quid de la conformité aux règles EDF (la Norme C change sans arrêt) : Réponse : en réalité, c est moins une conformité qu une mise en sécurité qu il faut viser ici. Lasri cite le cas d un squatt dont l expert constate, certes, qu il manque des fenêtres dans certaines pièces, mais par contre, que l immeuble semble occupé de façon décente (toutefois, est-ce certain : les occupants étant prévenus de la visite, n ont-ils pas présenté les lieux de façon favorable?) - En fait, il doit donner son avis sur les demandes «piffométriques» des demandeurs, et ceci, peut aboutir à des travaux dont le coût représentera une véritable spoliation du propriétaire. Le rédacteur de ce compte rendu a lui-même eu le cas, dans un village, d un petit logement dont la locataire se plaignait d inconforts réels, certes, mais mineurs et oubliait de dire qu elle payait un loyer plus que symbolique (elle était pratiquement logée par charité!). C était une vielle dame de 80 ans, habituée du contentieux, vraie chipie (Tatie Danielle!). Mais le Droit était pour elle : elle a obligé son propriétaire à faire des travaux qui représentaient plusieurs fois la totalité des loyers qu elle lui avait payés, et qu elle paierait jusqu à sa mort Mathieu : la mise en conformité aux règlements aboutirait à des sommes que les propriétaires seraient bien en peine de payer : voir la loi de M. de Keating-Hart : la loi de 1948 : parlons en! Ce qu en a fait le législateur est une véritable catastrophe, et toutes les lois tendant à y mettre fin ont été défigurées par les Tribunaux. 477

6 Après le dépôt du rapport, le Juge sera-t-il saisi? Pratiquement jamais. Et s il l est, que peut-il faire? Condamner un syndicat de co-propriétaires à créer une descente d eaux vannes pour desservir un logement du 16 ième étage qui en est privé a-t-il un sens? Pourra-t-on obliger chacun des co-propriétaires, du 15 ième étage au rez-de-chaussée, à accepter le passage de cette canalisation? Sachant que la plupart des co-propriétaires ont déjà des difficultés à payer leurs charges Même chose pour la mise aux normes des milliers de chambre de bonne. En fait, personne ne fera de travaux sans l action de la puissance publique. Legros : squatteurs et mauvais usage : très bien organisé! En plus, longueur des expertises pendant lesquelles des désordres qui auraient pu être réparés à condition d être traités de suite, se dégradent de façon irrémédiable. Ronjat : et les locataires qui refusent de quitter les lieux. Pompey : et la pertinence des remèdes : des fenêtres fuyardes sont remplacées par des fenêtres PVC. Etanches, d où condensations catastrophiques, et moisissures. C est le remède qui aggrave le désordre Ronjat : par contre, l expert est souvent bien écouté du syndicat des co-propriétaires : il devrait pouvoir leur expliquer. M. de Keating-Hart : effectivement l expert a alors un rôle primordial. Autrement, la question est : «qui a décidé des travaux?». Pompey rappelle que le collège a déjà fait 2 Congrès sur «Santé et Habitation» à Lille en 2002 et à Montpellier Rouvray : comme moyens de chauffage, une PC dans chaque pièce est-elle suffisante? Réponse : non. XXX : et le problème des logements «tournants» : 4 personnes y dorment la nuit, 4 autres le jour et à partir de combien de personnes un logement est-il en sur-occupation? Aucun texte ne le précise. M. de Keating-Hart : hélas, si vous faites un rapport précisant que la cause des désordres est dans la sur-occupation, le Juge ne peut prononcer la résiliation du bail. Mais le bail demande généralement une occupation «en bon père de famille». Izoard : Voici un exemple de «bon père de famille» : un seul homme, 2 femmes et 14 enfants Il a été mis à sa disposition 2 logements réunis par un palier : il n y a pas suroccupation, mais le mode d occupation : couscous, et vapeur..., certes normal pour les occupants, provoque des condensations qui descendent dans la cage d escalier, et dégradent lentement l immeuble Lemeslif : «les travaux à faire»? C est de la maîtrise d œuvre : l expert ne devrait pas avoir à répondre à cette question. Réponse : l expert doit donner son avis sur les travaux proposés par les parties Delcourt : si le propriétaire et le locataire sont également impécunieux, que peut-on faire? Réponse : rien Pompey : Il existe un observatoire de l habitat insalubre dans l Héraut : en existe-t-il ailleurs? Ronjat : Les villes peuvent mettre en place des M.O.U.S. (qui font des missions de maîtrise d œuvre sociale) qui permettent de rencontrer les propriétaires. Grenade à propos de «corbeaux» en B.A., évoque le problèmes des désordres évolutifs : selon le professeur Malinvaud, il faut : 1 / que des éléments aient subi des désordres qualifiés «décennaux» pendant la période des 10 années. 478

7 2 / que les désordres qui surviennent après cette période sur des éléments semblables soient de même nature. M. de Keating-Hart : le Juge doit de prononcer sur des questions de fait, mais, pour cela, il doit être renseigné par l expert. Dans le cas cité, il ne faut pas raisonner corbeau par corbeau, mais par type d ouvrage. Autre exemple : une grande résidence construite en 1970 comporte ml de rives de balcon. Des désordres (poussée de fers, éclats de béton, mousses) sont survenus pendant la période décennale, et la première expertise a lieu en Les réparations sont faites en En 2006, de nouveaux désordres surviennent, et une nouvelle expertise est réclamée. Le problème est que le repérage des désordres initiaux n avait pas été fait, et que l on ne pouvait savoir si les désordres nouveaux affectaient des éléments non traités (alors responsabilité des constructeurs initiaux), ou des éléments ayant subi une réparation (alors responsabilité des entreprises ayant effectué les réparations) Mme Lardet confirme que la Cour ce Cassation n a jamais prolongé la décennale. Rebutato : l expert doit rechercher l origine des désordres : le Maître d œuvre et l entreprise qui font les réparations ont-ils bien saisi la réalité de la pathologie, et le traitement qu elle nécessitait? (c est bien pour cela que l expert doit donner son avis sur le remède proposé ). Finalement, le débat se terminera sur l évocation d un cas de sur-occupation involontaire : Il s agissait d une famille avec 2 chambres d enfants. Dans chacune d elle, plusieurs enfants, mais en nombre apparemment raisonnable. Les 2 chambres étaient semblables : même orientation, mêmes fenêtres, mêmes ventilations et chauffages, mêmes isolations des murs extérieurs, rien d anormal sur le revêtement extérieur des façades, et même nombre d occupants. Or l une d elle présentait des moisissures très importantes. L expert, après avoir tenté plusieurs solutions sans résultat, a eu l idée de faire changer l occupation : il a demandé que l enfant le plus jeune (âgé de 3 ans les autres étant nettement plus grands ) permute de chambre avec un autre enfant plus âgé. Il a suffi d un mois et demi pour que la première chambre s assainisse, et que la seconde se couvre de moisissures La raison : les jeunes enfants, jusqu à environ 6 ans «constituent» leurs poumons en les faisant fonctionner beaucoup plus que ceux des adultes. De ce fait la quantité de vapeur d eau qu ils expirent est quatre fois plus importante que celle de l adulte Liliane Idoux clôturera la séance en remerciant conférenciers et auditeurs, et en annonçant : le prochain congrès : à Saint Malo, sur «Acier et verre», les 12, 13, 14 Octobre prochain et le programme des prochaines T.R.N.J. : 2006 / Novembre : le coût du procès 2007 / Mars : architectes et droit d auteur / Juin : pathologie des carrelages / Novembre : parties communes et parties privées 2008 / Mars : durée de vie des matériaux et ouvrages / Juin : pathologie des revêtements céramique / Novembre : l expert interdit de droit 2009 / Mars : béton armé : technique et pathologie / Juin : la réception / Novembre : le péril.. Compte rendu rédigé par Pierre Prod homme qui s excuse des erreurs ou omissions qui auraient pu s y glisser. 479

Une action privée : la lutte contre la non-décence 09/2011 1

Une action privée : la lutte contre la non-décence 09/2011 1 Une action privée : la lutte contre la non-décence 09/2011 1 Une action privée : la lutte contre la non-décence Sommaire Le cadre juridique : les obligations du bailleur et la décence Les critères de la

Plus en détail

Questions réponses. Le maire sera compétent pour la procédure d insalubrité si la mairie possède un service communal d hygiène et de la santé

Questions réponses. Le maire sera compétent pour la procédure d insalubrité si la mairie possède un service communal d hygiène et de la santé Questions réponses L HABITAT INDIGNE : 1. Quelle définition pour l habitat indigne? L habitat indigne regroupe les différentes situations dans lesquelles des locaux donnés à usage d habitation ne sont

Plus en détail

Collège National des Experts Architectes Français

Collège National des Experts Architectes Français C.N.E.A.F. P.Prod homme Chargé des Régions Collège National des Experts Architectes Français (d.218) C.R. N 48 114 ème T.R.N.J Responsables : J.X. LOURDEAU 2 rue de Quincy 91 860 EPINAY sous SENART T.

Plus en détail

«Qu est-ce que la MOUS lutte contre l habitat indigne?»

«Qu est-ce que la MOUS lutte contre l habitat indigne?» «Qu est-ce que la MOUS lutte contre l habitat indigne?» Interventions dans le cadre de la MOUS Qu est-ce que l habitat indigne? «Constituent un habitat indigne les locaux utilisés aux fins d habitation

Plus en détail

FICHE ROL DEPARTEMENT DU TARN RELEVE D OBSERVATION LOGEMENT (ROL) I:\ENVIR\CB\2008\HABITAT\guide as\fiche ROL.doc

FICHE ROL DEPARTEMENT DU TARN RELEVE D OBSERVATION LOGEMENT (ROL) I:\ENVIR\CB\2008\HABITAT\guide as\fiche ROL.doc FICHE ROL DEPARTEMENT DU TARN RELEVE D OBSERVATION LOGEMENT (ROL) I:\ENVIR\CB\2008\HABITAT\guide as\fiche ROL.doc Le ROL est un document à usage des intervenants de terrain non techniciens du bâtiment.

Plus en détail

La notion de péril. Janvier 2013 - Nancy Bouché-

La notion de péril. Janvier 2013 - Nancy Bouché- La notion de péril Danger réel et actuel :. pour la sécurité publique (passants),. pour la sécurité des occupants,. lié à des causes propres à l édifice quelconque et où que celui-ci soit situé (hors cause

Plus en détail

Pouvoirs de police du maire

Pouvoirs de police du maire Pouvoirs de police du maire Police générale et polices spéciales pouvoirs de police maire Hélène Schützenberger PNLHI 1 Définition de l habitat indigne article 84 Loi du 25 mars 2009 «Constituent un habitat

Plus en détail

Qu est-ce qu un logement décent?

Qu est-ce qu un logement décent? direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction Guide d évaluation Qu est-ce qu un logement décent? Que vous soyez propriétaire ou locataire Quelques éléments de réponse... Octobre

Plus en détail

LUTTE CONTRE L HABITAT NON DECENT ET INDIGNE NOTIONS JURIDIQUES ET REPARTITION DES COMPETENCES

LUTTE CONTRE L HABITAT NON DECENT ET INDIGNE NOTIONS JURIDIQUES ET REPARTITION DES COMPETENCES LUTTE CONTRE L HABITAT NON DECENT ET INDIGNE NOTIONS JURIDIQUES ET REPARTITION DES COMPETENCES I. DÉFINITION DE L HABITAT INDIGNE 1. Ce qu'il recouvre : La notion d habitat indigne recouvre l ensemble

Plus en détail

Les hôtels dits «meublés»

Les hôtels dits «meublés» Les hôtels dits «meublés» Définition Régime applicable en matière de police Qu est ce qu un «hôtel meublé»? Les «garnis» et meublés dans l histoire Le statut de la loi du 2 avril 1949 - les homologations

Plus en détail

C est quoi un logement insalubre?

C est quoi un logement insalubre? LOGEMENT INSALUBRE C est quoi un logement insalubre? C est un logement qui présente un danger pour la santé des occupants, compte tenu de la dégradation du bâti ou de la présence de substances dangereuses

Plus en détail

DDELIND Dispositif Départemental d'eradication du Logement Indigne ou Non Décent

DDELIND Dispositif Départemental d'eradication du Logement Indigne ou Non Décent Pôle Aménagement du Territoire Plan Départemental d'action pour le Logement des Personnes Défavorisées du Bas-Rhin DDELIND Dispositif Départemental d'eradication du Logement Indigne ou Non Décent Fiche

Plus en détail

St Michel, jeudi 23 octobre à 18h00. Roumengoux, jeudi 29 janvier à 18h00 Montesquieu-Avantes, jeudi 5 février à 18h00

St Michel, jeudi 23 octobre à 18h00. Roumengoux, jeudi 29 janvier à 18h00 Montesquieu-Avantes, jeudi 5 février à 18h00 St Michel, jeudi 23 octobre à 18h00 Saurat, jeudi 13 novembre à 18h00 Roumengoux, jeudi 29 janvier à 18h00 Montesquieu-Avantes, jeudi 5 février à 18h00 1 La lutte contre l'habitat indigne DDEA 09 SAUH

Plus en détail

Immeuble collectif AQC

Immeuble collectif AQC AQC Immeuble collectif Comment bien utiliser votre assurance construction «Dommages-Ouvrage»? Ce document est édité par l Agence Qualité Construction, association dont la mission est d améliorer la qualité

Plus en détail

Guide. de repérage des situations d habitat dégradé. Edition 2012

Guide. de repérage des situations d habitat dégradé. Edition 2012 Guide Edition 2012 de repérage des situations d habitat dégradé Non-Décence / Manquement à la salubrité générale des habitations / Insalubrité des habitations / Procédure d urgence en cas de danger ponctuel

Plus en détail

Fiche de repérage de l'habitat indigne des Hauts-de-Seine

Fiche de repérage de l'habitat indigne des Hauts-de-Seine Pôle départemental de lutte contre l'habitat indigne des Hauts-de-Seine Fiche de repérage de l'habitat indigne des Hauts-de-Seine Adresse complète du local/ logement : Etage : Numéro de porte : Nom des

Plus en détail

G. Le confort et la qualité des logements

G. Le confort et la qualité des logements G. Le confort et la qualité des logements I Le confort A - Les installations sanitaires Source : INSEE Les installations sanitaires sont une des composantes du confort de base avec l'eau courante et les

Plus en détail

- Habitat indigne - Les aides au logement de l'anah

- Habitat indigne - Les aides au logement de l'anah REUNIONS LOGEMENT 2010-2011 Agence Départementale d Information sur le Logement REUNIONS LOGEMENT 2010-2011 Od Ordre du jour: - Habitat indigne - Les aides au logement de l'anah 1 Le logement indigne dans

Plus en détail

LE GOUVERNEMENT DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE ;

LE GOUVERNEMENT DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE ; Arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale déterminant les exigences élémentaires en matière de sécurité, de salubrité et d équipement des logements. LE GOUVERNEMENT DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE

Plus en détail

ÉTAT DU LOGEMENT : A RENSEIGNER PAR LA MAIRIE

ÉTAT DU LOGEMENT : A RENSEIGNER PAR LA MAIRIE ÉTAT DU LOGEMENT : A RENSEIGNER PAR LA MAIRIE COCHER LA SITUATION OBSERVEE - si cas 2 ou 3 cochés : situation à traiter par le Maire. Envoi à la DDASS, pour information, des copies des courriers émis par

Plus en détail

COMMENT LOUER UN LOGEMENT DANS DE BONNES CONDITIONS? Plaquette à l'attention des professionnels de l'immobilier

COMMENT LOUER UN LOGEMENT DANS DE BONNES CONDITIONS? Plaquette à l'attention des professionnels de l'immobilier COMMENT LOUER UN LOGEMENT DANS DE BONNES CONDITIONS? Plaquette à l'attention des professionnels de l'immobilier QUE FAUT-IL FAIRE AVANT LA MISE EN LOCATION LE CONTRAT DE LOCATION Le contrat de location

Plus en détail

LES POLICES DE L HABITAT INSALUBRE (1) Logements, immeubles et ilots insalubres

LES POLICES DE L HABITAT INSALUBRE (1) Logements, immeubles et ilots insalubres LES POLICES DE L HABITAT INSALUBRE (1) Logements, immeubles et ilots insalubres Qu est-ce que l habitat insalubre? Définition ancienne : de 1850 à 1902 La loi : art L.1331-26 du code de la santé publique

Plus en détail

N 4522 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 4522 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 4522 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 5 juin 2012. PROPOSITION DE LOI visant à renforcer les pouvoirs du

Plus en détail

guide du locataire en copropriété

guide du locataire en copropriété guide du locataire en copropriété 2 sommaire édito 3 3 Edito 6 Comment fonctionne juridiquement la copropriété? 10 Qui fait quoi dans la copropriété? 12 Foire aux questions 14 Lexique 4 Qu est-ce qu une

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L HABITAT INDIGNE

OBSERVATOIRE DE L HABITAT INDIGNE ADIL des Hautes-Alpes OBSERVATOIRE DE L HABITAT INDIGNE RAPPORT ANNUEL POUR LE RECENSEMENT 2013 1 B I S R U E D E V A L S E R R E 0 5 0 0 0 G A P SOMMAIRE INTRODUCTION Définition de l habitat indigne------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

L HABITAT INDIGNE définition loi MOLLE

L HABITAT INDIGNE définition loi MOLLE L HABITAT INDIGNE définition loi MOLLE NON DÉCENCE Défaut de CONFORT et de SÉCURITÉ MANQUEMENT À LA SALUBRITÉ GÉNÉRALE Défaut d'hygiène et de SALUBRITÉ INSALUBRITÉ DANGER pour la SANTÉ publique DANGER

Plus en détail

L O G E M E N T INDIGNE

L O G E M E N T INDIGNE L O G E M E N T INDIGNE -Dominique CHARIN, Conseillère juriste ADIL 26 -Nelly ARGOUD élève-avocate ADIL 26 Quelques notions à ne pas confondre Certaines notions ne doivent pas être confondues. D un côté

Plus en détail

EN CAS DE DÉFAUT DE CONSTRUCTION, CONTACTER D ABORD LE CONSTRUCTEUR L ASSURANCE DOMMAGE-OUVRAGE NE REMPLACE PAS LE SERVICE APRÈS-VENTE DU CONSTRUCTEUR

EN CAS DE DÉFAUT DE CONSTRUCTION, CONTACTER D ABORD LE CONSTRUCTEUR L ASSURANCE DOMMAGE-OUVRAGE NE REMPLACE PAS LE SERVICE APRÈS-VENTE DU CONSTRUCTEUR La garanties Dommage-Ouvrage qu est ce que c est? Vous êtes propriétaire d une maison que vous avez fait construire depuis moins de 10 ans. Un désordre lié à la construction apparaît. Vous avez souscrit

Plus en détail

SOMMAIRE Droit de l immobilier Financement Fiscalité Transactions Gestion locative La copropriété

SOMMAIRE Droit de l immobilier Financement Fiscalité Transactions Gestion locative La copropriété SOMMAIRE Droit de l immobilier Fiche 1 La loi Hoguet... 4 Fiche 2 Solidarité et renouvellement urbain... 6 Fiche 3 Les mandats... 8 Fiche 4 Les promesses... 10 Fiche 5 Les diagnostics... 12 Fiche 6 L habitation

Plus en détail

> GUIDE DU BAILLEUR. Votre locataire, la Caf et vous

> GUIDE DU BAILLEUR. Votre locataire, la Caf et vous > GUIDE DU BAILLEUR Votre locataire, la Caf et vous 1 Préambule Propriétaires, bailleurs, vous louez un ou plusieurs logements à des personnes allocataires d une Caf. Savez-vous que les Caf aident près

Plus en détail

LE CONTEXTE DU LOGEMENT EN FRANCE

LE CONTEXTE DU LOGEMENT EN FRANCE LE CONTEXTE DU LOGEMENT EN FRANCE 60 000 000 d habitants 30 000 000 de logements, dont : 26 000 000 de résidences principales, 2 000 000 de logements vacants, 2 000 000 de résidences secondaires, Sur les

Plus en détail

Habitat dégradé. guide à l usage des. m aires

Habitat dégradé. guide à l usage des. m aires 2009 Habitat dégradé guide à l usage des m aires habitat dégradé guide à l usage des maires 2 Instance départementale de Lutte contre l Habitat Indigne L instance départementale de Lutte contre l Habitat

Plus en détail

Comment bien utiliser votre assurance «Dommages-Ouvrage»

Comment bien utiliser votre assurance «Dommages-Ouvrage» Comment bien utiliser votre assurance «Dommages-Ouvrage» Ce document est édité par l Agence Qualité Construction, association dont la mission est d améliorer la qualité des constructions. Il a été rédigé

Plus en détail

[Programme départemental

[Programme départemental sortir du mal-logement en isère [ Programme départemental [Programme départemental pour les locataires et propriétaires du parc privé [ du guide à l attention des acteurs de l habitat «SORTIR DU MAL-LOGEMENT

Plus en détail

3. Quel est le rôle du maire, voire des autres élus locaux dans la lutte contre l habitat indigne?

3. Quel est le rôle du maire, voire des autres élus locaux dans la lutte contre l habitat indigne? Pôle départemental de lutte contre l habitat indigne (PDLHI) Union des Maires de l Essonne (UME) Réunion d information et de sensibilisation du 5 octobre 2012 3. Quel est le rôle du maire, voire des autres

Plus en détail

Aménagement des combles

Aménagement des combles FICHE TECHNIQUE Aménagement des combles 2 2 DESCRIPTION, FONCTIONS DES COMBLES LE PROJET D AMÉNAGEMENT DES COMBLES > Autorisations administratives > Type de charpente > Plancher > Accessibilité > Isolation

Plus en détail

CONSIDÉRANT QU avis de motion du présent règlement a été donné lors de la séance du Conseil tenue le 4 juillet 2007;

CONSIDÉRANT QU avis de motion du présent règlement a été donné lors de la séance du Conseil tenue le 4 juillet 2007; RÈGLEMENT NUMÉRO 762 RÈGLEMENT SUR LA SALUBRITÉ ET L ENTRETIEN DES LOGEMENTS CONSIDÉRANT QU avis de motion du présent règlement a été donné lors de la séance du Conseil tenue le 4 juillet 2007; LE 18 JUILLET

Plus en détail

Allocation de Relogement

Allocation de Relogement Direction du Logement Rue du Progrès, 80 bte 1 1035 Bruxelles Allocation de Relogement NORMES D ADEQUATION DES LOGEMENTS Remarque importante : Comment lire les normes?...3 Normes d occupation et de grandeur

Plus en détail

Guide simplifié du locataire

Guide simplifié du locataire mais assez complêt Guide simplifié du locataire OBLIGATIONS ET CONSEILS EN MATIÈRE D ENTRETIEN DE VOTRE LOGEMENT Nous voulons vous aider à récupérer votre dépôt de garantie LOGICIEL DE GESTION LOCATIVE

Plus en détail

OBJET : Modalités d'attribution du fonds d Aide au Relogement d Urgence (FARU).

OBJET : Modalités d'attribution du fonds d Aide au Relogement d Urgence (FARU). DIRECTION GENERALE DES COLLECTIVITES LOCALES SOUS-DIRECTION DES COMPETENCES ET DES INSTITUTIONS LOCALES BUREAU DES OPERATIONS D AMENAGEMENT, DE L URBANISME ET DE L HABITAT AFFAIRE SUIVIE PAR : Pascal MATHIEU

Plus en détail

Michel SALMON Architecte D.P.L.G. 17, rue Charles Lecocq 75015 PARIS Tél : 01 48 28 80 90 Mob : 06 08 76 85 41 e : architectesalmon@gmail.

Michel SALMON Architecte D.P.L.G. 17, rue Charles Lecocq 75015 PARIS Tél : 01 48 28 80 90 Mob : 06 08 76 85 41 e : architectesalmon@gmail. M. S Paris, le 28 avril 2014. Objet : Michel SALMON Architecte D.P.L.G. 17, rue Charles Lecocq 75015 PARIS Tél : 01 48 28 80 90 Mob : 06 08 76 85 41 e : architectesalmon@gmail.com Cabinet CB2I A l attention

Plus en détail

Préambule et définitions

Préambule et définitions Prévention et traitement de l habitat indigne en Charente-Maritime Préambule et définitions Guide pratique à l usage des Maires Fiche 1 Introduction En Charente Maritime, le nombre de logements potentiellement

Plus en détail

Habitat. Réglementation. Locataires, propriétaires Connaissez-vous le rôle de votre maire?

Habitat. Réglementation. Locataires, propriétaires Connaissez-vous le rôle de votre maire? Habitat Réglementation Locataires, propriétaires Connaissez-vous le rôle de votre maire? Habitat Ce qu il faut savoir sur l habitat SOMMAIRE QU EST-CE QU UN LOCAL D HABITATION? 2 Habitat Ce qu il faut

Plus en détail

Le logement décent. L ADIL 63 vous informe : Juin 2011. Votre propriétaire a l obligation de vous délivrer un logement décent :

Le logement décent. L ADIL 63 vous informe : Juin 2011. Votre propriétaire a l obligation de vous délivrer un logement décent : L ADIL 63 vous informe : Juin 2011 Le logement décent Les logements concernés : logements loués à titre d habitation principale (ou mixte : habitation principale et professionnelle) nus ou meublés. Sauf

Plus en détail

Mise en œuvre des opérations de restauration immobilière

Mise en œuvre des opérations de restauration immobilière Mise en œuvre des opérations de restauration immobilière Schéma de procédure La déclaration d utilité publique L enquête organisée par préfet selon les dispositions du code de l expropriation Dossier 1)

Plus en détail

Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité réduite, aux installations et établissements recevant du public.

Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité réduite, aux installations et établissements recevant du public. Conseil Départemental d Ille-et-Vilaine - 16 rue Saint-Hélier - 35000 RENNES 02 99 67 46 27 02 99 67 46 28 ille-et-vilaine@oncd.org www.odcd35.fr Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité réduite,

Plus en détail

S e p t e m b r e 2 0 0 9

S e p t e m b r e 2 0 0 9 STYLE S e p t e m b r e 2 0 0 9 Direction Générale de l Aménagement, du Logement et de la Nature Direction de l Habitat, de l Urbanisme et des Paysages Arche sud 92055 La Défense cedex téléphone : 33 (0)

Plus en détail

Un logement en bon état d usage, de confort et d entretien

Un logement en bon état d usage, de confort et d entretien Un logement en bon état d usage, de confort et d entretien PROPRIÉTAIRE ou LOCATAIRE vous avez des obligations VOUS AVEZ SIGNÉ UN BAIL. CE CONTRAT DE LOCATION, RENFORCÉ PAR LES DISPOSITIONS LÉGALES, PRÉCISE

Plus en détail

guide du copropriétaire

guide du copropriétaire guide du copropriétaire 2 sommaire 6 Comment fonctionne la copropriété? 3 Edito 11 Vous êtes copropriétaires, vous devez... 14 Lexique 4 Qu est-ce que la copropriété? 12 Foire aux questions 10 La vie de

Plus en détail

Dossier Technique Immobilier

Dossier Technique Immobilier Dossier Technique Immobilier Numéro de dossier : Date du repérage : RAVAUX/JB/240111 24/01/2011 Désignation du ou des bâtiments Localisation du ou des bâtiments : Département : 85480 Commune : Bournezeau

Plus en détail

Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale. Allocation de Déménagement-installation et d Intervention dans le Loyer (ADIL)

Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale. Allocation de Déménagement-installation et d Intervention dans le Loyer (ADIL) Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale Administration de l Aménagement du Territoire et du Logement Direction du Logement Allocation de Déménagement-installation et d Intervention dans le Loyer (ADIL)

Plus en détail

INTERVENIR SUR LE BATI ANCIEN

INTERVENIR SUR LE BATI ANCIEN I - Données Générales INTERVENIR SUR LE BATI ANCIEN Rivalités entre réhabilitation, restauration et rénovation Au cours des dernières années, d'importantes études ont été entreprises dans les quartiers

Plus en détail

Impôts 2015. TVA à 5,5% ou 10% - Travaux dans les logements de plus de 2 ans. particuliers. professionnels du bâtiment

Impôts 2015. TVA à 5,5% ou 10% - Travaux dans les logements de plus de 2 ans. particuliers. professionnels du bâtiment Impôts 2015 TVA à 5,5% ou 10% - Travaux dans les logements de plus de 2 ans particuliers professionnels du bâtiment travaux relevant des taux réduits attestation Les principaux taux de TVA depuis le 1er

Plus en détail

Le Guide Dégât des eaux

Le Guide Dégât des eaux Les fiches pratiques Oralia Fiche N 019 Edition Juin 2011 Le Guide Dégât des eaux Qu est-ce qu un dégât des eaux p. 1 Que faire après un dégât des eaux p. 2 La recherche de fuite p. 2 La convention CIDRE

Plus en détail

LES ASSURANCES CONSTRUCTION

LES ASSURANCES CONSTRUCTION FICHE PRATIQUE ASSURANCES CONSTRUCTION LES ASSURANCES CONSTRUCTION La Loi Spinetta, du 4 janvier 1978, a institué une double obligation d assurance : Une assurance «responsabilité» doit être souscrite

Plus en détail

Sylvie Cuisinier Guichet Habitat Energie Ville de Limoges

Sylvie Cuisinier Guichet Habitat Energie Ville de Limoges Sylvie Cuisinier Guichet Habitat Energie Ville de Limoges Un constat : L Habitat dégradé La persistance du mal logement. Une réponse : La refonte et le renforcement des outils réglementaires et opérationnels.

Plus en détail

DOSSIER D'INSTRUCTION D UNE DEMANDE D AIDE INDIVIDUELLE. SERVICE A L ORIGINE DE LA DEMANDE : NOM DU SERVICE SOCIAL NOM DU TRAVAILLEUR SOCIAL Adresse

DOSSIER D'INSTRUCTION D UNE DEMANDE D AIDE INDIVIDUELLE. SERVICE A L ORIGINE DE LA DEMANDE : NOM DU SERVICE SOCIAL NOM DU TRAVAILLEUR SOCIAL Adresse DOSSIER D'INSTRUCTION D UNE DEMANDE D AIDE INDIVIDUELLE DU FONDS DE SOLIDARITE LOGEMENT 93 N DE DOSSIER (à remplir par le service instructeur du F.S.L.) : fff fff SERVICE A L ORIGINE DE LA DEMANDE : NOM

Plus en détail

Pour un meilleur confort et une meilleure qualité de vie dans votre logement, nous vous donnons quelques conseils.

Pour un meilleur confort et une meilleure qualité de vie dans votre logement, nous vous donnons quelques conseils. BIEN VIVRE CHEZ SOI Pour un meilleur confort et une meilleure qualité de vie dans votre logement, nous vous donnons quelques conseils. LES RÉPARATIONS LOCATIVES Conformément à la loi N 89-462 du 6 juillet

Plus en détail

Fonds du Logement de Wallonie Habitat et action sociale Cellule d appui et de coordination

Fonds du Logement de Wallonie Habitat et action sociale Cellule d appui et de coordination Arrêté du Gouvernement wallon du 30 août 2007 déterminant les critères minimaux de salubrité, les critères de surpeuplement et portant les définitions visées à l article 1 er, 19 à 22 bis, du Code wallon

Plus en détail

Guide. de repérage et de traitement des situations d habitat dégradé. Annuaire des Interlocuteurs ORNE MANCHE CALVADOS. Edition janvier 2014

Guide. de repérage et de traitement des situations d habitat dégradé. Annuaire des Interlocuteurs ORNE MANCHE CALVADOS. Edition janvier 2014 Annuaire des Interlocuteurs CALVADOS ARS de Basse-Normandie, Délégation Territoriale du Calvados 2, Place Jean Nouzille - 14 000 CAEN Tél : 02 31 70 96 96 Fax : 02 31 70 95 17 www.ars.basse-normandie.sante.fr

Plus en détail

ATELIER 2 Rénovation des centres villages. Partie 1 Agir contre le mal logement

ATELIER 2 Rénovation des centres villages. Partie 1 Agir contre le mal logement ATELIER 2 Rénovation des centres villages Partie 1 Agir contre le mal logement Agir contre le mal logement Le mal logement Les enjeux Les outils de l action publique Le mal logement Quelques illustrations

Plus en détail

Ce guide vous renseignera sur les aides disponibles en Aquitaine, et sur des notions juridiques relatives aux copropriétés.

Ce guide vous renseignera sur les aides disponibles en Aquitaine, et sur des notions juridiques relatives aux copropriétés. Copropriétaires, vous recherchez des aides pour réaliser des travaux d amélioration de la performance énergétique sur les parties privatives ou communes. Ce guide vous renseignera sur les aides disponibles

Plus en détail

Fiche pratique n 12 : la location meublée (1/03/2010)

Fiche pratique n 12 : la location meublée (1/03/2010) Fiche pratique n 12 : la location meublée (1/03/2010) La location meublée consiste à mettre à la disposition d un locataire un logement comportant des meubles indispensables à la vie quotidienne. Le régime

Plus en détail

Les copropriétés en difficulté

Les copropriétés en difficulté Les copropriétés en difficulté 1) La copropriété 2) La copropriété en difficulté 3) Les outils de traitement 4) Les financements 5) Le rôle des services déconcentrés 1) La copropriété Un préalable : la

Plus en détail

LES OBLIGATIONS AVANT LA MISE EN LOCATION

LES OBLIGATIONS AVANT LA MISE EN LOCATION Sommaire AVANT PROPOS 2 LES OBLIGATIONS AVANT LA MISE EN LOCATION 3 Fiche n 1 : les documents nécessaires 4 1 Le contrat de location 4 2 Les diagnostics techniques 5 Fiche n 2 : un logement et des parties

Plus en détail

Le logement donné en location présente les caractéristiques suivantes :

Le logement donné en location présente les caractéristiques suivantes : ENTRE les soussignés : M. En sa qualité de bailleur, d une part ; ET M. M. En qualité de locataire, d autre part ; IL A ÉTÉ EXPOSÉ ET CONVENU CE QUI SUIT : EXPOSÉ I - Législation applicable Le local d

Plus en détail

PROJET DE LOI LOGEMENT ET URBANISME

PROJET DE LOI LOGEMENT ET URBANISME PROJET DE LOI LOGEMENT ET URBANISME Décryptage : ce qui pourrait changer pour les propriétaires et les locataires Jean-François BUET Président de la FNAIM Etienne GINOT Président de l UNIS Point presse

Plus en détail

PEINTURES, PAPIERS PEINTS OU MOQUETTE SONT TRÈS ABÎMÉS

PEINTURES, PAPIERS PEINTS OU MOQUETTE SONT TRÈS ABÎMÉS INC document FICHE PRATIQUE J. 220 Actualisation le 18-02-07 UNE LOCATION EN MAUVAIS ÉTAT L expression en mauvais état peut aussi bien désigner des réalités aussi diverses que celles-ci : - les peintures,

Plus en détail

ADIL DE L AIN FORMATIONS DROIT ET FINANCEMENT DU LOGEMENT

ADIL DE L AIN FORMATIONS DROIT ET FINANCEMENT DU LOGEMENT ADIL DE L AIN FORMATIONS DROIT ET FINANCEMENT DU LOGEMENT ANNÉE 2014 L équipe des conseillers juristes et financiers de l ADIL de l Ain propose gratuitement des formations destinées à des groupes constitués

Plus en détail

La décence des logements

La décence des logements INFORMATIONS PRATIQUES A L ATTENTION DES PROPRIETAIRES BAILLEURS La décence des logements (Extrait du décret n 2002-120 du 30 janvier 2002 re latif aux caractéristiques du logement décent pris pour l'application

Plus en détail

L ÉTAT DES LIEUX Dossier juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire

L ÉTAT DES LIEUX Dossier juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire L ÉTAT DES LIEUX Dossier juridique de la Sommaire 1 ANALYSE DE LA CNL / Page 2 Utilité de l état des lieux / Page 2 Etablissement de l état des lieux / Page 2 Forme de l état des lieux / Page 3 Coût de

Plus en détail

ADMINISTRATION PROVISOIRE D UNE COPROPRIÉTÉ

ADMINISTRATION PROVISOIRE D UNE COPROPRIÉTÉ ADMINISTRATION PROVISOIRE D UNE COPROPRIÉTÉ ADMINISTRATION PROVISOIRE D UNE COPROPRIÉTÉ 1 PRÉSENTATION La copropriété est un régime de propriété qui s applique à tout ensemble immobilier comprenant des

Plus en détail

L habitat. Habitat et santé. doit respirer. Les partenaires. DDASS du Bas-Rhin. DDE du Bas-Rhin. Centre Antipoison. Ville de Strasbourg

L habitat. Habitat et santé. doit respirer. Les partenaires. DDASS du Bas-Rhin. DDE du Bas-Rhin. Centre Antipoison. Ville de Strasbourg Habitat et santé L habitat doit respirer Les partenaires DDASS du Bas-Rhin DDE du Bas-Rhin Centre Antipoison Ville de Strasbourg Service de Pneumologie des HUS A.D.I.L. CAF pour éviter d avoir cela chez

Plus en détail

Habitat Santé Développement : la santé passe par l habitat

Habitat Santé Développement : la santé passe par l habitat Habitat Santé Développement : la santé passe par l habitat Habitat Santé Développement 80, rue de Paris 93100 Montreuil Tél. : 01 55 86 09 22 Fax : 01 55 86 09 26 contact@hsd-scop.fr L association Habitat

Plus en détail

«Habitat indigne, insalubre et indécent»

«Habitat indigne, insalubre et indécent» Direction des Services à la Population Service Hygiène et Prévention «Habitat indigne, insalubre et indécent» sommaire La lutte contre l'habitat indigne, insalubre et indécent...1 I- Notions :...2 A- L'habitat

Plus en détail

MULTIRISQUE IMMEUBLE

MULTIRISQUE IMMEUBLE MULTIRISQUE IMMEUBLE Intermédiaire : APSILON Code intermédiaire : Code Orias : 08 043 058 Affaire nouvelle (oui/non) Avenant n.. sur contrat n.... Remplacement du contrat n.. PROPOSANT Nom, prénom ou raison

Plus en détail

Notice descriptive Sommaire

Notice descriptive Sommaire Notice descriptive Sommaire Note préliminaire Le présent document indique les équipements et les matériaux qui ont été envisagés lors du projet et à l étude. Ces équipements et ces matériaux sont susceptibles

Plus en détail

72% des bâtiments d habitation sont unifamiliaux en Lozère (58% en LR)

72% des bâtiments d habitation sont unifamiliaux en Lozère (58% en LR) Bilan provisoire plan d actions 2012 2015 Perspectives Réunion plénière du 21 mai 2015 Rappel des enjeux 72% des bâtiments d habitation sont unifamiliaux en Lozère (58% en LR) 38% résidences principales

Plus en détail

Rapport n 2014/10/3376

Rapport n 2014/10/3376 Cabinet Pierrick BIZIEN S.A.R.L Expertises et diagnostics immobiliers Tél : 02 99 19 01 59 Port. : 06 30 70 05 71 Fax : 02 99 82 25 31 e-mail : cabinet.pierrickbizien@orange.fr Constat de l'état parasitaire

Plus en détail

PIG Programme d Intérêt Général Communauté de Communes Les Hauts du Lyonnais. Réunion Publique du 27/06/2013

PIG Programme d Intérêt Général Communauté de Communes Les Hauts du Lyonnais. Réunion Publique du 27/06/2013 PIG Programme d Intérêt Général Communauté de Communes Les Hauts du Lyonnais Réunion Publique du 27/06/2013 1 Sa durée est de 3 ans de Juin 2013 à Mai 2016. Le périmètre de l opération concerne les 10

Plus en détail

Les obligations du bailleur relatives aux diagnostics immobiliers lors de la mise en location d un logement

Les obligations du bailleur relatives aux diagnostics immobiliers lors de la mise en location d un logement 11/2007 ADIL des Hauts de Seine L ADIL Vous Informe Les obligations du bailleur relatives aux diagnostics immobiliers lors de la mise en location d un logement Jusqu alors réservée aux cas de vente d un

Plus en détail

Conforme à la norme NF P 03-200

Conforme à la norme NF P 03-200 Cabinet François GUYOT Expert près la cour d appel de Rennes Cabinet François GUYOT DIAGNOSTICS IMMOBILIERS 53 rue Georges Clemenceau 35400 SAINT MALO Tél : 02 99 21 30 21 / Fax : 02 99 21 31 72 E-mail

Plus en détail

DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER. Cursus complet théorique et pratique

DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER. Cursus complet théorique et pratique DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER Cursus complet théorique et pratique Durée : 6 semaines, soit 30 jours de formation Nature de la formation : théorique et pratique Horaires : de 09h00-12h00 / 13h00-17h00 Lieu

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 24 avril 2013 N de pourvoi: 10-28344 ECLI:FR:CCASS:2013:C300496 Non publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Boré et Salve

Plus en détail

DOSSIER VENTE. ou par un technicien de la construction qualifié ayant contracté une assurance professionnelle pour ce type de mission.

DOSSIER VENTE. ou par un technicien de la construction qualifié ayant contracté une assurance professionnelle pour ce type de mission. DOSSIER VENTE Dossier de diagnostic technique L obligation de fournir un dossier de diagnostic technique s inscrit dans l obligation générale pesant sur le vendeur d informer l acquéreur sur les caractéristiques

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Projet de loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové. Lutter contre l habitat indigne. Juin 2013

DOSSIER DE PRESSE. Projet de loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové. Lutter contre l habitat indigne. Juin 2013 DOSSIER DE PRESSE Projet de loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové Lutter contre l habitat indigne Juin 2013 Contact presse Service de presse du ministère de l Égalité des territoires et du

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie. Le règlement de Sécurité contre les risques d incendie. ERP et IGH de Type O

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie. Le règlement de Sécurité contre les risques d incendie. ERP et IGH de Type O Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie JURIDIQUE Date : 31/01/2012 N : 04.12 Le règlement de Sécurité contre les risques d incendie ERP et IGH de Type O L arrêté du 25 octobre 2011 portant

Plus en détail

Propriétaires, Locataires, Administrateurs de Biens et Assurance en Copropriété

Propriétaires, Locataires, Administrateurs de Biens et Assurance en Copropriété Propriétaires, Locataires, Administrateurs de Biens et Assurance en Copropriété 1. Caractéristiques et champ d application d une Assurance Immeuble : Existe -t-il une obligation d assurance? Aucun texte

Plus en détail

Lutter contre l habitat indigne : Guide pratique à l usage des occupants

Lutter contre l habitat indigne : Guide pratique à l usage des occupants Lutter contre l habitat indigne : Guide pratique à l usage des occupants 15 mai 2011 Ministère de l Ecologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement Délégation à l hébergement et à l accès

Plus en détail

DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER. Cursus complet théorique et pratique

DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER. Cursus complet théorique et pratique DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER Cursus complet théorique et pratique Durée : 6 semaines, soit 30 jours de formation : 210 heures Nature de la formation : théorique et pratique Horaires : de 09h00-12h00 / 13h00-17h00

Plus en détail

Lutter contre l habitat indigne : Guide de l hébergement et du relogement

Lutter contre l habitat indigne : Guide de l hébergement et du relogement couv guide heberg relogement pnlhi sept 2012:Mise en page 1 17/09/2012 11:10 Page 1 Délégation interministérielle à l hébergement et à l accès au logement (Dihal) 20, avenue de Ségur - 75007 Paris contact.dihal@developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

Habitat indigne Habitat dangereux Habitat insalubre Immeuble menaçant ruine

Habitat indigne Habitat dangereux Habitat insalubre Immeuble menaçant ruine Habitat indigne Habitat dangereux Habitat insalubre Immeuble menaçant ruine Circulaire de la DACG n CRIM07 14/G4 du 4 octobre 2007 relative à la présentation des dispositions de la loi du 13 juillet 2006

Plus en détail

Les réglementations applicables en matière de location de kots en région wallonne et bruxelloise

Les réglementations applicables en matière de location de kots en région wallonne et bruxelloise Les réglementations applicables en matière de location de kots en région wallonne et bruxelloise A. EN REGION WALLONNE La location d un kot d étudiant requiert l obtention d un permis de location, depuis

Plus en détail

Lutter contre l habitat indigne : Guide pratique à l usage des occupants

Lutter contre l habitat indigne : Guide pratique à l usage des occupants Lutter contre l habitat indigne : Guide pratique à l usage des occupants Réédition octobre 2012 >> www.territoires.gouv.fr Préambule Disposer d un logement sain, sûr, et décent est un des droits élémentaires

Plus en détail

Lutter contre l habitat indigne : Guide pratique à l usage des occupants

Lutter contre l habitat indigne : Guide pratique à l usage des occupants Lutter contre l habitat indigne : Guide pratique à l usage des occupants 15 mai 2011 Ministère de l Ecologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement Délégation à l hébergement et à l accès

Plus en détail

Les dispositions de la loi ALUR

Les dispositions de la loi ALUR Les dispositions de la loi ALUR Actualité juridique publié le 23/04/2014, vu 1176 fois, Auteur : JurisConseils Le Conseil constitutionnel avait été saisi sur plusieurs dispositions de la loi Alur. On attendait

Plus en détail

UNIS. Ce que tout copropriétaire doit connaître COLLECTION LIVRET 3 TOUT SAVOIR SUR. Les parties privatives et les parties communes

UNIS. Ce que tout copropriétaire doit connaître COLLECTION LIVRET 3 TOUT SAVOIR SUR. Les parties privatives et les parties communes UNIS COLLECTION Ce que tout copropriétaire doit connaître LIVRET 3 TOUT SAVOIR SUR Les parties privatives et les parties communes Vous êtes propriétaire de votre appartement dans un immeuble en copropriété.

Plus en détail

Dans le présent règlement, les mots suivants signifient :

Dans le présent règlement, les mots suivants signifient : PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE MONT-LAURIER RÈGLEMENT NUMÉRO : 119 Règlement sur la salubrité et l entretien des logements. À la séance ordinaire du conseil municipal de la Ville de Mont-Laurier, tenue le

Plus en détail