Version n 1. Les métiers de l imprimerie. Prospective DOSSIER SECTORIEL CNFPT. Centre National de la Fonction Publique Territoriale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Version n 1. Les métiers de l imprimerie. Prospective DOSSIER SECTORIEL CNFPT. Centre National de la Fonction Publique Territoriale"

Transcription

1 Version n 1 Pôle de compétences ateliers-matériels Les métiers de l imprimerie DOSSIER SECTORIEL Prospective CNFPT Centre National de la Fonction Publique Territoriale

2 Pôle de compétences ateliers matériels Dossier sectoriel Les métiers de l imprimerie Septembre 2005

3 Editions du CNFPT, 2005 Aucune partie de la présente publication ne peut être reproduite, mise en mémoire ou transmise sous aucune forme, ni aucun moyen électronique ou mécanique, par photocopie, enregistrement, ou toute autre façon sans autorisation du Centre national de la fonction publique territoriale, rue d Anjou, Paris cedex 08. ISBN :

4 > Avant-propos Dossier sectoriel Le constat d un monde territorial en mutation Transformation du contexte institutionnel, élargissement du champ des interventions et diversification corrélative des métiers territoriaux sont autant de mutations auxquelles doivent faire face les collectivités territoriales. Partant du constat d un monde territorial en mutation, le CNFPT a fait le choix de renforcer ses capacités d observation, d analyse et de prospective de la fonction publique territoriale. Ce choix répond au souci inscrit dans le projet d établissement «d un développement des compétences professionnelles indispensables» des agents territoriaux. Cette observation porte notamment sur la relation emploi-formation afin de repérer les évolutions des champs professionnels et des métiers exercés par les fonctionnaires territoriaux ainsi que les besoins de compétences qui soutiennent leur activité. Les pôles de compétences en réponse Dans cette perspective, le CNFPT a souhaité généraliser, sur l ensemble des délégations régionales et des écoles, la mise en place de pôles de compétences. Ils répondent à la volonté : - d approfondir notre expertise emploi-formation des secteurs d activités des collectivités territoriales, - de favoriser l expérimentation et la relation avec le milieu professionnel, - de transférer ces acquis à l ensemble des structures de l établissement. Les pôles de compétences ont été répartis sur la base des principaux champs professionnels de la fonction publique territoriale établie au regard des enjeux traversant le système de travail dans les collectivités. Les secteurs d activités des collectivités territoriales à la loupe Une trentaine de champs professionnels ou secteurs d activités a été identifiée 1 et a donné lieu, sur proposition de la commission innovation et prospective, à l attribution, par le conseil d administration du CNFPT de 30 pôles de compétences répartis dans 22 structures du CNFPT : l Inet, les quatre écoles nationales d application et 17 délégations régionales. 1 Les transversaux : management public et gouvernance, pratiques managériales, développement des territoires, urbanisme et aménagement, déplacements et transports, environnement, politique de la ville, formation professionnelle, information et technologie de traitement de l information, communication ; les fondamentaux : gestion financière et comptabilité, affaires juridiques et administratives, ressources humaines et gestion des personnels ; les interventions de type technique : patrimoine bâti, infrastructures et réseaux, espaces verts, eau et assainissement, propreté publique et gestion des déchets, ateliers et matériels, restauration collective ; les interventions de type social : culture, social, logement, santé, laboratoires, sport, éducation, population, funéraire, sécurité-police, sécurité-pompiers et risques majeurs. 3

5 Dossier sectoriel > Avant-propos Leur mission essentielle est de conduire des études prospectives, formalisées par le dossier sectoriel, puis d élaborer des référentiels d emplois, d activités et de compétences à partir des principaux emplois types ou métiers identifiés, et de transférer cette expertise vers l ensemble du réseau CNFPT. Le dossier sectoriel, outil de veille et de prospective Le dossier sectoriel décrit la problématique de la relation emploi-formation. Il recueille, analyse et croise les indicateurs significatifs des évolutions professionnelles de chacun des secteurs repérés. Il est surtout un outil indispensable au CNFPT dans ses choix sur les orientations et la déclinaison sectorielle de sa politique nationale de formation professionnelle. Une actualisation du dossier sectoriel par les pôles de compétences devrait être réalisée tous les trois ans environ. Cartographie des pôles de compétences Bretagne Environnement Laboratoire des territoires Enact Angers Ressources humaines Social Haute-Normandie Restauration collective Picardie Enfance-jeunesse Éducation-animation Pays de la Loire Développement Centre Propreté-déchets Enact Dunkerque Urbanisme-aménagement Nord - Pas-de-Calais Politique de la ville Grande couronne NTIC Champagne- Ardenne Lecture publique Bourgogne Patrimoine culturel Enact Nancy Affaires juridiques et administratives Culture, enseignement artistique Alsace-Moselle Ateliers-matériels Inet Management public Poitou-Charentes Déplacementstransports Limousin Eauassainissement Rhône-Alpes Lyon Pratiques managériales Rhône-Alpes Grenoble Logement-habitat 4 Enact Montpellier Finances publiques Espaces verts Midi-Pyrénées Infrastructures Sport et réseaux Patrimoine bâti Languedoc-Roussillon Population Funéraire Sécurité-police Paca Pompiers-risques majeurs

6 > Sommaire Dossier sectoriel Préambule... 7 Organigramme du pôle... 8 CHAPITRE I : ANALYSE DE L ENVIRONNEMENT... 9 Les cadrages politiques... 9 Les évolutions technologiques L encadrement juridique et réglementaire CHAPITRE II : L EMPLOI ET LES AGENTS Les caractéristiques du marché de l emploi du secteur privé Les caractéristiques des agents du secteur public territorial Les emplois territoriaux dans les ateliers d imprimerie Chapitre III : LA FORMATION ET LES PUBLICS Les caractéristiques du marché de la formation initiale Les diplômes et les formations L offre de formation du CNFPT CHAPITRE IV : DIAGNOSTIC ET ORIENTATION DE L OFFRE DE FORMATION DU CNFPT.. 33 Le diagnostic de l offre de formation ANNEXES Bibliographie Liste des collectivités ayant répondu à l enquête Liste des intitulés des stages CNFPT Termes techniques, matériels utilisés Article de la Gazette des communes

7

8 > Préambule Dossier sectoriel Le secteur ateliers-matériels recouvre quatre sous-secteurs dont la caractéristique commune est l existence d un rapport à la machine. Il s agit des sous secteurs : véhicules, imprimerie, entretien et services généraux, techniciens du spectacle. Le dossier sectoriel «Les métiers de l imprimerie» est le troisième dossier produit par le pôle de compétences depuis le début de l année Il est caractérisé par un vif intérêt des agents de ce secteur à participer à l analyse prospective, ce qui nous a permis de rassembler des données écrites et orales en nombre suffisant pour étayer nos constats. Comme l ensemble des secteurs du pôle ateliers-matériels, les métiers de l imprimerie ont fortement évolués grâce à l apport de l informatique et du numérique. Les compétences liées aux emplois doivent également se renforcer dans ce domaine. Pour autant les imprimeurs ne deviennent pas des «presse bouton», le respect des règles de l art, la sensibilité et le savoir-faire demeurent des conditions importantes à la réalisation de ces métiers, l informatique restant un outil au service de la créativité. Nous tenons à remercier Carole Lombard, étudiante à l école des Beaux-Arts de la ville de Metz, pour la qualité de son travail et l aide précieuse qu elle nous a apportée dans la réalisation de ce document. François Harmand et Jean-Louis Darciaux du pôle ateliers-matériels 7

9 Dossier sectoriel > Préambule Organigramme de présentation des domaines d étude du pôle de compétences ateliers-matériels DOMAINE : imprimerie niveau 1 niveau 2 niveau 3 Sous-secteur VÉHICULES A1 MAINTENANCE Chef ou responsable d atelier Mécanicien Magasinier Électricien Carrossier Peintre A11 MÉTIERS DE LA CONDUITE DES VEHICULES Chauffeur Conducteurs poids lourds Conducteurs transport en commun Conducteurs d engins A12 Pôle de compétences ateliers matériels A0 Sous-secteur IMPRIMERIE A2 MÉTIERS DE L IMPRIMERIE Chef d atelier d imprimerie Imprimeur- reprographe Opérateur PAO Ouvriers qualifiés de l imprimerie A21 Sous-secteur ENTRETIEN DES SERVICES GÉNÉRAUX A3 ATELIERS Manutentionnaire Cariste Métallier Chaudronnier Serrurier Menuisier d aménagement A3 8 Sous-secteur TECHNICIENS DU SPECTACLE A4 SPECTACLES/THÉÂTRE Machiniste Accessoiriste Costumier Habilleur Décorateur Tapissier Perruquier, etc. A4

10 > L analyse de l environnement [ Chapitre 1 ] Dossier sectoriel Les cadrages politiques La reprographie : un enjeu économique Un service d imprimerie engendre des coûts de production, d investissement et de fonctionnement qui représentent un coût substantiel pour une collectivité. Aussi, il n est pas étonnant de ne voir apparaître ces services en régie que dans les collectivités de taille importante et moyenne. Pour les autres, il s agit plus d un service de reprographie centralisé ou encore de confier la totalité de ces travaux à l extérieur. Si tous les services d une collectivité utilisent la photocopie, il nous faut ici distinguer la reprographie unitaire réalisée directement dans les services, de la reprographie en grande série réalisée par l imprimerie de la collectivité ou en sous-traitance. Les machines pour ces deux types de production diffèrent. Il faut également noter que les travaux de reprographie ne sont qu une partie des missions d un service dit imprimerie. L autre étant consacrée à des travaux de conception, réalisation nécessitant des compétences dans le domaine de l imprimerie de la publication et de la communication. Les articles publiés par la presse spécialisée (annexe 5) et l enquête que nous avons menée nous confirment que le choix de la majorité des collectivités est d opter pour une solution mixte en matière d imprimerie. Celle-ci consiste à maintenir un service d imprimerie en régie pour les moyens tirages et de choisir la sous-traitance pour les gros tirages ou en cas de pics sur la demande de production. Cette solution permet de garder la maîtrise des coûts de production unitaire et sur ceux d investissement tout en préservant la qualité, la créativité, la réactivité et la confidentialité des travaux. Suivant les mêmes sources, la partie conception est également maintenue en régie pour les travaux concernant les petits et moyens formats (plaquettes, bulletins, petites affiches, etc.) l affichage et les campagnes publicitaires sont sous-traités. Parmi les travaux produits par les collectivités, on trouve les supports de communication (presse externe/interne tel que le journal municipal, les prospectus, les affiches, les revues de presse, les plaquettes et notes de service, les brochures, les dépliants ) ; administratifs (imprimés et formulaires divers, rapports de commissions permanentes, documents financiers, comptesrendus du conseil régional et du conseil économique, travaux d élus, contrats de sécurité, notes de service, bulletins de paie, contrats de politique de la ville, bulletins officiels.) et les divers (programmes, tarifs, cartons d invitation, cartes de visite, repiquage des lettres, têtes de lettres, menus, adressage du journal mensuel ). Au regard de l enquête, il est à noter que les travaux sont sous-traités, si et seulement si : les travaux demandés sont en nombre important, dépassant la capacité de production du service ou un délai trop court pour une production interne, et les travaux demandés dépassent les caractéristiques techniques du matériel (format, support, quantité, finition particulière). Tout en gardant la maîtrise des dépenses par une connaissance des quantités à produire et des 9

11 Dossier sectoriel > L analyse de l environnement seuils de rentabilité, les collectivités n hésitent donc pas à investir dans le renouvellement de leur parc machines comme le montre l exemple cité plus loin. En effet, si le coût du matériel d imprimerie est lié à la technologie de pointe utilisée, il est surtout dépendant des capacités de production de la machine d où l utilité de ne pas surdimensionner son choix. Certaines collectivités ont fait le choix du tout numérique interne. Ainsi, la visite que nous avons récemment réalisée dans l imprimerie d une collectivité de Lorraine où les locaux, obsolètes et non conformes, et le matériel, vétuste et polluant, nous permet de constater qu ils vont être remplacés par des locaux rénovés, climatisés et ventilés et par une gamme de machines numériques, dont une presse offset de type DI (direct imagine). Tout ce matériel sera relié par liaison informatique à tous les services de la collectivité (imprimerie, services administratif, techniques, espaces verts, ateliers). Le choix était clair au départ : écologie, efficacité, rapidité, réactivité et en plus confidentialité. Les évolutions technologiques Les nouvelles technologies de l information et de la communication ont complètement révolutionné le secteur de l imprimerie. Les métiers de la pré-presse ont été les premiers à subir l arrivée de ces nouvelles techniques. Le CtP (computer to plate : de l ordinateur à la plaque), les logiciels de retouche et de montage photos, ceux de traitement graphiques font que les emplois de typographes, monteur photo, imposeur, copiste ont pratiquement disparus de l imprimerie de labeur. L informatique a modifiée le rôle de l opérateur de PAO, qui devient le maillon essentiel et quasiment unique de la prépresse. L évolution des logiciels nécessite une actualisation des connaissances de manière régulière. L internet et l intranet ont permis la mise en réseau des copieurs et des presses numériques facilitant ainsi la préparation des fichiers, la priorisation des travaux, la programmation et la planification des machines. La numérisation du flux de production a pour conséquence, entre autres, de rapprocher l imprimerie de la bureautique et de la reprographie (l imprimeur-reprographe doit de plus en plus maîtriser l outil informatique). L arrivée des copieurs haut volume (type DocuTech ou DigiPress) sont le support d un service-client complémentaire à l activité offset. Ils supportent tout une gamme de services «pointus» et aussi complets que possible englobant l impression à la demande dans de très courts délais, tirages à l exemplaire, finition (agrafage, rognage ou thermocollage) et routage (mise sous pli), service internet, etc. Ils apportent de la productivité, de la souplesse dans les paramétrages et les formats, et leur entretien est facile. Ces outils appropriés vont permettre à la collectivité de continuer à produire près de son implantation et quand elle veut : ce qu on appelle l impression de proximité (le «print on demand»). 10 Cette évolution technologique se confirme au sein des imprimeries territoriales, qui, après avoir pendant des années utilisé du matériel ancien, renouvellent maintenant régulièrement leur parc de copieurs (contrat de location et de maintenance) et d offset. Certaines imprimeries territoriales sont dotées actuellement de presse offset numérique 2 couleurs, parfois de type DI, de nombreuses autres envisagent le renouvellement de leur parc à moyen terme. Ce phénomène est rendu nécessaire par plusieurs facteurs importants : d abord, par le développement des services de communication dans les collectivités qui entraîne une hausse des documents à imprimer, ensuite par la qualité des documents que l imprimerie doit fournir tant en interne qu en externe et enfin par les partenariats établis avec les différents prestataires pri-

12 > L analyse de l environnement Dossier sectoriel vés auxquels sont confiés des travaux non réalisables en interne : formats, délais trop courts ou quantité trop importante. Il ressort de cette «révolution» un recentrage des métiers de l imprimerie : opérateur PAO en pré-presse, imprimeur-reprographe en presse, ouvrier qualifié de l imprimerie en finition. Avec en plus, une tendance à la polyvalence dans les structures les plus petites. L encadrement juridique et réglementaire La protection de l environnement La législation sur l eau Tout liquide susceptible de polluer l eau ou le sol doit être muni d une capacité de rétention étanche aux produits concernés. Le règlement sanitaire départemental interdit de déverser quelconque produit, substance, solide ou liquide dans les eaux superficielles ou souterraines ainsi que l utilisation de puits perdus ou de puisards qui rejettent dans le sol, les eaux usées (voir articles L 511 à l 517 et L 210 à L 216 du Code de l environnement). À savoir : le secteur de l imprimerie utilise des produits qui entrent dans le cadre de cette législation. La législation sur les déchets L article L 541 du Code de l environnement interdit leur dépôt ou rejet dans le milieu naturel. Les déchets dangereux doivent faire l objet de la tenue d un registre afin que l administration puisse contrôler leur devenir. Le décret 79/981 du 21 novembre 1979 prévoit que les huiles usagées doivent être stockées dans des conditions satisfaisantes et sans mélange. Elles doivent être remises à un ramasseur agréé. Depuis le décret du 13 juillet 1994, c est aux entreprises de prendre en charge la valorisation de leurs déchets. Pour ces déchets, la valorisation est obligatoire par réemploi ou recyclage (incinération dans une installation agréée) À savoir : les déchets concernés dans l imprimerie sont : le papier, les films, les toners, les plaques de copieurs, les encres Législation sur l air L arrêté français du 2 février 1998, vise à réduire les émissions de composés organiques volatils dues à l utilisation de solvants organiques d où : - création de valeurs limites d émissions de solvants à l atmosphère - plan de gestion des solvants qui vérifie la conformité des installations et qui représente un outil de gestion interne pour la mise en place de mesures de réduction des émissions - l arrêté impose une réduction des émissions fugitives (c est-à-dire qui sortent par les portes et fenêtres de l atelier). À savoir : l imprimerie offset avec rotative équipée de sécheur thermique : - en sortie d épurateur, les émissions canalisées ne doivent pas dépasser 15 mgc/nm 3 (milligramme d équivalent carbone) Nm 3 = normo mètre cube, à O C et sous une pression de 1 bar - les émissions fugitives ne doivent pas excéder 30 % de la consommation annuelle de solvants. 11

13 Dossier sectoriel > L analyse de l environnement L imprimerie offset feuille, continue, rotative sans secteur thermique, héliogravure, flexographie, sérigraphie en rotative : - émissions canalisées inférieures à 75 mgc/nm 3 - émissions fugitives inférieures à 20 ou 25 % de la consommation annuelle de solvants. (Pour plus de précisions, cf. à l arrêté-type de la rubrique et à l arrêté du 2 février 1998) Législation sur les installations classées Les installations pouvant être source de pollution sont soumises aux articles L 511 à L 517 du Code de l environnement relatifs aux «installations classées pour la protection de l environnement» et à leur décret d application du 21 septembre Les activités concernées par cette loi sont définies par une nomenclature regroupant 400 rubriques environ et les installations concernées sont soumises à un régime d autorisation ou de déclaration qui concerne les activités qui ont un impact plus limité sur l environnement. En retour, l administration envoie un récépissé de déclaration, contenant les règles que doit respecter l entreprise. À noter : les entreprises des arts graphiques peuvent être concernées à plusieurs titres, notamment par la rubrique de la nomenclature des installations classées relative à l utilisation de l offset à séchage thermique et à l héliogravure, la flexographie ou opérations connexes aux procédés d impression quels qu ils soient si la quantité totale de produits consommés est supérieure à 50 kg/jour. L hygiène et la sécurité en imprimerie Outre les risques communs à tous les métiers manuels, les imprimeurs encourent des risques particuliers précisés ci-dessous : Les éthers de glycol = se protéger contre les effets toxiques En 1997, tonnes d éthers de glycol étaient commercialisées en France. Réputés les plus dangereux, les éthyléniques représentaient tonnes. La moitié était utilisée pour la fabrication de peintures, encres et colles. Aujourd hui, ils ont été peu à peu remplacés par les dérivés propyléniques. Il existe une référence permettant d identifier un produit dangereux : le numéro «CAS» (Chemical Alostract Service). Pour les éthers de glycol, il n existe pas moins de 6 ou 7 noms différents pour un seul et même produit. 12 Les effets toxiques des éthers de glycol De toutes les substances chimiques, les éthers de glycol sont ceux qui pénètrent le plus facilement à travers la peau. On estime à deux millions le nombre de personnes exposées au plan professionnel et beaucoup plus au plan domestique. Des études réalisées sur les animaux ont mis en évidence leurs effets sur le sang, les tissus générateurs de sang, le système de production des mâles et sur les embryons. Des cas de malformations d enfants ont été signalés, imputables à l exposition répétée de leur mère aux éthers de glycol sur le milieu du travail. Maîtriser les risques - Réduire l usage de ces produits au strict minimum - installer un captage des vapeurs - veiller à l étiquetage des conteneurs - stocker les produits dans un local spécifique ventilé - éviter le contact cutané (gants, lunettes, blouses, ).

14 > L analyse de l environnement Dossier sectoriel Substituer les éthers de glycol par des produits moins toxiques est une mesure de prévention collective. Les fabricants doivent informer les utilisateurs professionnels par un étiquetage obligatoire et fournir à la demande du chef d entreprise la fiche de données de sécurité qui indique les précautions à prendre pendant l usage du produit Ventilation d une machine Une source de risque : le bruit Même si le nombre d affections provoquées par le bruit a diminué au cours de ces 10 dernières années, il reste une pathologie professionnelle majeure. Pas moins de 700 nouvelles surdités sont décelées chaque année salariés sont soumis à des bruits dépassant 85 db (A), risquant partiellement une surdité. Facteur de surdité, le bruit peut également être source de stress physique ou psychologique. Il peut également présenter une source de danger lorsqu il rend difficile la perception des signaux sonores. Le règlement sur la qualité du milieu de travail définit les sortes de bruit et présente les normes auxquelles toutes les entreprises doivent se conformer. En imprimerie, nous retrouvons principalement le bruit continu. La norme de base pour le bruit continu est de 90 dba pour 8 heures d exposition continue, pour 40 heures par semaine NORMES POUR LE BRUIT CONTINU Niveau de bruit temps (dba) d exposition permis (heures/jour)* ,3 94 4, , ,6 99 2, , ,5 * ceci comprend toute exposition ou toute série de courtes expositions sur une période de travail d un travailleur. Réduire le bruit à la source ou l empêcher de se propager n est pas toujours possible. Dans ce cas, il faut protéger individuellement les personnes exposées au bruit. L employeur doit alors fournir aux travailleurs exposés des protecteurs auditifs, répondant aux besoins des utilisateurs et faciles à ajuster et à entretenir. S il y a un comité de santé et de sécurité dans l entreprise, celui-ci participe aux choix des équipements de protection. Le risque mécanique Quelques principes simples de prévention guident les ingénieurs et les techniciens du bureau d étude pour concevoir des machines sûres. Il est utile qu un membre du CHSCT les connaisse, ne serait-ce que pour s assurer que les choses fonctionnent bien comme les concepteurs l ont prévu : - concevoir des mécanismes non dangereux par nature et en tout cas chercher à réduire le danger (limitation de la vitesse ou de la force du mécanisme aux besoins du travail, par exemple) ; - empêcher l accès à la zone dangereuse par un protecteur fixe (carter, capot, grille), démontable pour l entretien de la machine ; - empêcher l accès à la zone dangereuse par maintien à distance de toutes les parties du corps, pendant les phases de mouvement des éléments mobiles dans la zone dangereuse : dispositifs chasse corps, chasse-main, dispositif de commande à 2 mains, capteurs photo-électriques ; - faire en sorte que l accès ne soit possible que lorsque les éléments mobiles sont arrêtés : protecteur ouvrant avec dispositif de verrouillage ; 13

15 Dossier sectoriel > L analyse de l environnement - pour fonctionner sans risque durant les interventions (pour les opérations de réglage ou d entretien), il peut être nécessaire que le protecteur soit ouvert. Le fonctionnement de la machine doit alors se faire par une commande spéciale déclenchant un fonctionnement à faible vitesse ou par à-coups, qui est interrompu dès que l on cesse d agir sur la commande ; - arrêt d urgence (arrêt immédiat des éléments mobiles, notamment lors d un incident pouvant dégénérer en accident, art. R ). La localisation de la (ou des) commande d arrêt d urgence doit être facile d accès et de type «coup de poing» et de couleur rouge. LES ORGANISMES PROFESSIONNELS organisme adresse ville tél FICG 68, boulevard St Marcel PARIS Fédération de l imprimerie et des industries graphiques SICOGIF 48, bd des Batignolles PARIS Syndicat national des industries de la communication graphique et de l imprimerie françaises SNER Syndicat national des entreprises 8, rue de Berry PARIS de reprographie Syndicat des correcteurs 3, rue du Château d Eau PARIS Chambre syndicale nationale 15, rue de Buci PARIS de la Reliure Brochure Dorure Chambre syndicale de la 15, rue de Châteaudun PARIS sérigraphie française Syndicat national du livre 94, boulevard Blanqui PARIS et des industries connexes CNL 53, rue de Verneuil PARIS Centre national du livre 14 LES SALONS organisme adresse organisateur IFRA EXPO BARCELONE (Espagne) IFRA En octobre Congrès de la flexologiee Palais des congrès de BEAUNE ATFassociation En octobre Technique de Flexologie SERI EXPO PARIS Porte de Versailles SEMP BP 38 En février VILLEPINTE DIGIPRIN EUROPE PARIS Porte de Versailles SEMP BP 38 En février VILLEPINTE

16 > L analyse de l environnement Dossier sectoriel GRAVURE FLEXOGRAPHIE PARIS Cité des Sciences CSNGF En mars 17 rue Pastourelle PARIS DRUPA DUSSELDORF MESSE En mai (Allemagne) DUSSELDORF -dusseldorf.de GmbH Postfach DUSSELDORF Allemagne 211/ SITES INTERNET Site FICG Le GMI LE SICOGIF FLEXOGRAPHIE FRANCAISE FORMATION PROFESSIONNELLE DES INDUSTRIES DE LA COMMUNICATION GRAPHIQUE ET CONNEXE Définition Site de la fédération de l imprimerie et de la communication graphique Site du groupement des métiers de l imprimerie. Annuaire professionnel, actualité, actualités juridiques, formation, informations pratiques, nombreux liens, etc. Site du syndicat national des industries graphiques et de l imprimerie française. Actualité, agenda, publications, annuaire professionnel, bourse d emploi, etc. Site de l association technique de la flexographie. Documents techniques, annuaire professionnel, formation, etc. Site de l association nationale pour la formation professionnelle des industries graphiques et connexes. Filières, diplômes, adresses utiles, emploi, établissement en France, etc. 15

17

18 > L emploi et les agents [ Chapitre 2 ] Dossier sectoriel Les caractéristiques du marché de l emploi dans le secteur privé Le secteur «Édition, Imprimerie, Presse» employait fin 2000 environ personnes. L imprimerie de labeur est, de loin, le plus gros employeur du secteur avec environ emplois. Viennent ensuite l édition de journaux ( emplois), l édition de revues et périodiques ( emplois), l édition de livres ( emplois), composition et photogravure ( emplois), reliure et finition (8 100 emplois), les autres activités graphiques (7 200 emplois) et les entreprises d enregistrements sonores et vidéos (3 150 emplois). Si le nombre d entreprises reste stable entre 1999 et 2001, aux alentours de , il apparaît que le nombre d entreprises passant sous le contrôle d un groupe croît de manière spectaculaire, passant de entreprises en 1999 à en L imprimerie au sens large, plus communément désignée sous le terme d industrie graphique, génère un chiffre d affaires de l ordre de 9,3 milliards d euros. Elle comprend les secteurs du prépresse, de la reliure, de la finition et de l imprimerie de labeur. Cette dernière en est l élément principal. Son CA représente 85 % des industries graphiques et presque le tiers du CA du secteur «Édition, Imprimerie, Presse». Le secteur des industries graphiques a connu au cours de dernières années des évolutions techniques et culturelles conséquentes qui ont affecté fondamentalement l activité des opérateurs (source : OPCA-CGM observatoire paritaire des industries de composition graphique et du multimédia) : - au niveau du prépresse les matériels et logiciels sont de plus en plus puissants et de plus en plus experts. Les opérateurs de prépresse doivent de plus en plus maîtriser l ensemble du processus de traitement de données numérisées ; - la numérisation de la chaîne graphique a fait apparaître des fonctions assez polyvalentes qui demandent une plus grande autonomie dans le travail et qui requièrent des connaissances spécifiques au secteur avec celles plus générales de l informatique appliquée ; - la tendance au tout numérique conduit à intégrer certaines activités relevant du multimédia pour être capable, aussi bien en prépresse qu en impression, de traiter des fichiers destinés à être transférés et utilisés sur différents supports ; - les frontières qui existaient entre la préparation de la forme imprimante et l impression s estompent, voire tendent à disparaître, du fait de l évolution du matériel intégrant de plus en plus la numérisation des données ; - actuellement la production d un imprimé devient un flux continu allant du captage de données informatiques à la machine à imprimer. Les opérateurs voient donc leurs tâches s élargir en amont et en aval de leur métier d origine. 17

19 Dossier sectoriel > L emploi et les agents Les principales difficultés auxquelles sont confrontées actuellement les industries graphiques : - le vieillissement des effectifs, les personnes de plus de 46 ans représentent 28 % des emplois ; - le décalage notoire entre la demande de formation des jeunes et les besoins d emploi des entreprises. En effet, les métiers de prépresse représentent un attrait très important auprès des jeunes. Il en résulte un flux important de techniciens en PAO alors que le déficit d image auprès des jeunes des métiers de l impression, du façonnage induit des recrutements difficiles tant en formation qu en emplois. Les enjeux du domaine professionnel dans les années à venir sont de : - rassembler les compétences de prépresse et les compétences de production ; - greffer les savoirs spécifiques des industries graphiques sur une compétence informatique ; - se positionner sur les nouveaux supports de communication ; - favoriser la formation des publics dits d insertion aux métiers de la finition ; - rétablir un meilleur équilibre dans l orientation des jeunes en formation initiale ; - travailler sur la connaissance et la valorisation des métiers porteurs (impression, façonnage) ; - favoriser la reprise d entreprise ; - faire face au vieillissement de la population ; - attirer les femmes. Les caractéristiques des agents travaillant dans le secteur public territorial Des chiffres à analyser Les chiffres actuellement disponibles sur l emploi dans le secteur ateliers-matériels sont fournis par l Observatoire de l emploi territorial du CNFPT, lequel appuie ses travaux sur l enquête sur les personnels des collectivités territoriales et des services publics locaux réalisée par l Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE). Les résultats que nous communiquons sont extraits de la note de conjoncture de novembre Le secteur ateliers-matériels qui compte agents, dont sont des emplois aidés, appartient au secteur d activités des interventions techniques qui dénombre, lui, agents. Les emplois des interventions techniques se situent dans toutes les tailles de collectivités mais proportionnellement les demandes de recrutement sont plus nombreuses dans les collectivités de taille moyenne et petite ou dans les structures intercommunales (75 % des recrutement demandés dans les communes de moins de habitants, 33 % dans les communes de à hab, 44 % dans les structures intercommunales.) 18 Les agents des métiers ateliers-matériels représentent 12 % de l effectif du secteur interventions techniques. Mais également 3,3 % de l emploi territorial. 82,4 % des agents appartiennent à la filière technique qui est composée de la manière suivante : - 94 % d agents de catégorie C, - 5 % d agents de catégorie B, - 1 % d agents de catégorie A. La moyenne d âge est de plus de 44 ans, le taux de recrutement en 2004 est de 1,1 % pour le secteur ateliers-matériels (1,7 % tous secteurs confondus).

20 > L emploi et les agents Dossier sectoriel Les chiffres dans l imprimerie territoriale Résultats de l enquête «Imprimerie» menée par le pôle Toutes les données figurant dans les tableaux ci-dessous sont extraites des bulletins renvoyés par les collectivités dans le cadre de l enquête, à savoir cinq conseils régionaux (sur les 22 contactés) ; neuf conseils généraux (sur les 22 contactés) et 12 communes de plus de habitants (sur les 32 contactées). EFFECTIFS DES SERVICES IMPRIMERIE Collectivités de De à Plus de Départements Régions à hab. habitants habitants Nombre moyen d agents 6,3 12,3 7,5 5,3 Nombre de collectivités (Bottin des communes 2001) Nombre total d agents C est dans les villes de France de à habitants que les agents du secteur imprimerie sont les plus nombreux car ils représentent les 2/3 des agents (2 463 sur un total de 3 744). L ensemble des personnels des imprimeries représente 9 % environ des effectifs du secteur ateliers-matériels. Si ces chiffres donnent une indication intéressante, ils restent quand même approximatifs, car extraits d une enquête sur un nombre restreint de collectivités. Ils tiennent compte uniquement des agents dont le poste et le métier sont identifiés dans une imprimerie de collectivité. Les agents assurant des services complets dans des cellules de reprographie ne sont pas comptabilisés dans cette étude. Répartition des grades dans les métiers de l imprimerie : Les résultats corroborent les chiffres fournis par l Observatoire de l emploi territorial concernant l ensemble du secteur ateliers-matériels. Le constat suivant signifie que l échantillon choisi pour l enquête est représentatif du sous-secteur imprimerie. EFFECTIFS DES SERVICES IMPRIMERIE Grades Contrôleur Agent de Agent Autres Autres Autres % de % de Maîtrise technique grades grades cas (1) cat.b cat.c Emplois cat.b cat.c cat. C cat.b cat.c Chef d atelier d imprimerie 25 % 28 % 17 % 30 % 42 % 58 % Imprimeur 30 % 42 % 16 % 12 % 88 % Papetier brocheur 71 % 7 % 15 % 7 % 93 % Photocomposeur 23 % 35 % 38 % 4 % 23 % 73 % Relieur 23 % 45 % 9 % 23 % 9 % 91 % (1) autres cas: apprentis, emploi-jeune, C.E.S Chiffres exprimés en pourcentage des emplois 19

INDUSTRIE GRAPHIQUE. Technicien(ne) des industries graphiques Technicien(ne) en infographie

INDUSTRIE GRAPHIQUE. Technicien(ne) des industries graphiques Technicien(ne) en infographie SUITES AU 3 e INDUSTRIE GRAPHIQUE 2 e degré Technique de Qualification Technicien(ne) des industries graphiques Technicien(ne) en infographie en 3 e en 4 e Dessin technique 4 4 Technologie 4 4 Travaux

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME. Mention complémentaire Organisateur de réceptions 5

ANNEXE I RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME. Mention complémentaire Organisateur de réceptions 5 ANNEXE I RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME Mention complémentaire Organisateur de réceptions 5 RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES Définition Le titulaire de la mention complémentaire Organisateur de réceptions

Plus en détail

Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009

Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009 Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009 Les entreprises du paysage de la CNATP ont 6 mois après la date d extension

Plus en détail

«Le baccalauréat professionnel RPIP : réalisation des produits imprimés et plurimédia

«Le baccalauréat professionnel RPIP : réalisation des produits imprimés et plurimédia «Le baccalauréat professionnel RPIP : réalisation des produits imprimés et plurimédia La certification intermédiaire, le BEP «réalisation des produits imprimés et plurimedia» DESPREZ JM IA IPR STI LILLE

Plus en détail

Former à un métier - Éduquer à la vie

Former à un métier - Éduquer à la vie P.I.M. (PARCOURS D INITIATION AUX METIERS) La P.I.M. est une classe de découverte des métiers qui s adresse à des jeunes qui ont minimum 15 ans (élèves de 6 ème, 5 ème ) et qui n ont pas l âge d intégrer

Plus en détail

«Le baccalauréat professionnel RPIP : réalisation des produits imprimés et plurimédia

«Le baccalauréat professionnel RPIP : réalisation des produits imprimés et plurimédia «Le baccalauréat professionnel RPIP : réalisation des produits imprimés et plurimédia Le contexte de la rénovation du diplôme Synthèse prospective emplois compétences Le contexte professionnel des industries

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS B - TECHNICIEN TERRITORIAL BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS B - TECHNICIEN TERRITORIAL BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/LL/FG/DEJ/N 13-25 (1 bis) Equipe RH4 01 43 93 82 93 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Vous avez... Le sens des responsabilités Le sens de l organisation Des qualités relationnelles De l intérêt pour les nouvelles technologies

Vous avez... Le sens des responsabilités Le sens de l organisation Des qualités relationnelles De l intérêt pour les nouvelles technologies Communication et Industries Graphiques Vous avez... Le sens des responsabilités Le sens de l organisation Des qualités relationnelles De l intérêt pour les nouvelles technologies Vous aimez... Photoshop

Plus en détail

Céramique. Apprentissage. CFA Céramique Bourgogne. CFA Céramique Limousin. Institut Céramique Française

Céramique. Apprentissage. CFA Céramique Bourgogne. CFA Céramique Limousin. Institut Céramique Française Apprentissage CFA Bourgogne CFA Limousin Institut Française Cette représentation ou reproduction par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2

Plus en détail

L emploi et la formation dans les Industries de la communication graphique. Chiffres clés

L emploi et la formation dans les Industries de la communication graphique. Chiffres clés L emploi et la formation dans les Industries de la communication graphique Chiffres clés 2010 ENTREPRISES ET EFFECTIFS ENTREPRISES : 6 664 établissements en 2009 6 000 5 000 4 000 3 000 2 000 1 000 0 Évolution

Plus en détail

DE LA CARTOGRAPHIE DES METIERS DE L EDITION DU LIVRE. Octobre 2015

DE LA CARTOGRAPHIE DES METIERS DE L EDITION DU LIVRE. Octobre 2015 CPNE EDITION DU LIVRE CAHIER DES CHARGES POUR LA MISE A JOUR DE LA CARTOGRAPHIE DES METIERS DE L EDITION DU LIVRE Octobre 2015 OBJET DE L APPEL D OFFRE Le présent appel d offre est lancé par l Afdas pour

Plus en détail

PRESENTATION FONCTIONNALITES

PRESENTATION FONCTIONNALITES Présentation du logiciel COMET (version DHOS) SOMMAIRE PRESENTATION FONCTIONNALITES Un logiciel au cœur de la gestion des savoir-faire DESCRIPTION Organisation des données Phase de gestion et traitement

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 24 MAI 2013 DELIBERATION N CR-13/20.283 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DES RESSOURCES HUMAINES Stratégie régionale de développement d'une gestion prévisionnelle des emplois

Plus en détail

Systèmes d information

Systèmes d information 11 Systèmes Cette famille rassemble des métiers dont la finalité est de concevoir, développer, exploiter et entretenir des solutions (logicielles et matérielles) répondant aux besoins collectifs et individuels

Plus en détail

Bâtiments - Infrastructures

Bâtiments - Infrastructures 93 CONCEPTEUR D OUVRAGE ET D ÉQUIPEMENT Code : INF01 Concepteur d ouvrage et d équipement FPEINF01 Il conduit ou participe à des opérations d infrastructures dans le cadre de la réalisation d opérations

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES

INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION ACTIVITE et TACHES

Plus en détail

FICHE FONCTION RESPONSABLE SERVICE ENTRETIEN ET TRAVAUX NEUFS

FICHE FONCTION RESPONSABLE SERVICE ENTRETIEN ET TRAVAUX NEUFS POUR CANDIDATER : Mariane.Colmant@dupont.com ETAT SIGNALETIQUE SERVICE : MAINTENANCE SITE : SASSENAGE (38) Intitulé du poste : Responsable Service Entretien et Travaux Neufs Cette fiche fonction sera révisée

Plus en détail

LYCÉE GARAMONT BTS DESIGN GRAPHIQUE

LYCÉE GARAMONT BTS DESIGN GRAPHIQUE LYCÉE GARAMONT BTS DESIGN GRAPHIQUE LA FORMATION Le BTS Design graphique a pour fondement la conceptualisation et la création de produits de communication au service d un particulier, d une institution

Plus en détail

DEFINITION DE POSTE MISSIONS DU SERVICE

DEFINITION DE POSTE MISSIONS DU SERVICE DEFINITION DE POSTE DIRECTION : Direction des Ressources et des Relations Humaines MISSIONS DU SERVICE Mise en oeuvre de la politique de gestion des Ressources Humaines auprès du Conseil Général de la

Plus en détail

LA CHAMBRE RÉGIONALE DES COMPTES DE BRETAGNE UN(E) VERIFICATEUR(TRICE)

LA CHAMBRE RÉGIONALE DES COMPTES DE BRETAGNE UN(E) VERIFICATEUR(TRICE) LA CHAMBRE RÉGIONALE DES COMPTES DE BRETAGNE RECRUTE UN(E) VERIFICATEUR(TRICE) Catégorie A poste vacant le 1er Avril 2016 MISSIONS Créées par la loi n 82.213 du 2 mars 1982 modifiée, les chambres régionales

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM IN ACTION auprès des équipes de Maitrise d Œuvre Cette consultation a pour objectif d

Plus en détail

FICHE METIER. «Chef opérateur du son» Ingénieur du son (en prise de son) APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER

FICHE METIER. «Chef opérateur du son» Ingénieur du son (en prise de son) APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Chef opérateur du son Version 1 «Chef opérateur du son» APPELLATION(S) DU METIER Ingénieur du son (en prise de son) DEFINITION DU METIER Le chef opérateur du son assure les prises de son sur les lieux

Plus en détail

Annexe 8 : Référentiel de formation représentant du personnel au CHSCT

Annexe 8 : Référentiel de formation représentant du personnel au CHSCT Annexe 8 : Référentiel de formation représentant du personnel au CHSCT REFERENTIEL INTERMINISTERIEL DU REPRESENTANT DU PERSONNEL AU CHSCT (DOCUMENT DE BASE : HORS RIME) Annexe 8 Référentiel de formation

Plus en détail

Logistique. Les différentes sous-familles et leurs missions. Entretien, maintenance et sécurité des bâtiments (10A)

Logistique. Les différentes sous-familles et leurs missions. Entretien, maintenance et sécurité des bâtiments (10A) 10 Logistique Cette famille rassemble des métiers dont la finalité est de mettre à la disposition des services de l entreprise les ressources nécessaires à leur fonctionnement, en assurant l entretien

Plus en détail

AGENCEUR D INTÉRIEUR. Une équipe aux. multiples savoir-faire. un métier valorisant! www.deviensagenceur.fr

AGENCEUR D INTÉRIEUR. Une équipe aux. multiples savoir-faire. un métier valorisant! www.deviensagenceur.fr AGENCEUR D INTÉRIEUR un métier valorisant! Une équipe aux multiples savoir-faire www.deviensagenceur.fr L architecte, l architecte d intérieur, le décorateur, le designer et l agenceur d intérieur contribuent

Plus en détail

Imprimeur / Imprimeuse. Offsettiste. Rotativiste. Rotativiste hélio

Imprimeur / Imprimeuse. Offsettiste. Rotativiste. Rotativiste hélio E1301 - Conduite de machines null d'impression IASEC : c Appellations Aide conducteur / conductrice de machines d'impression Conducteur / Conductrice de rotatives typographie Bobineur / Bobineuse en industrie

Plus en détail

Industries graphiques et environnement La marque Imprim Vert

Industries graphiques et environnement La marque Imprim Vert Industries graphiques et environnement La marque Imprim Vert «Effluents non domestiques» Mardi 12 juillet 2011 àl ASCOMADE Julien RAVEREAU Ingénieur Environnement / Sécurité 01.44.08.64.41 julien.ravereau@com

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM DATA auprès des collectivités et des bailleurs sociaux Cette consultation a pour objectif

Plus en détail

1/ Le patrimoine de l Entreprise :

1/ Le patrimoine de l Entreprise : Le directeur du service maintenance assume plusieurs responsabilités à savoir : - Une responsabilité technique du patrimoine qui lui est confié. A ce titre, il a : - Une connaissance approfondie des équipements

Plus en détail

Programme détaillé BTS COMPTABILITE ET GESTION DES ORGANISATIONS. Objectifs de la formation. Les métiers DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS COMPTABILITE ET GESTION DES ORGANISATIONS. Objectifs de la formation. Les métiers DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le Brevet de Technicien Supérieur de Comptabilité et Gestion des Organisations est un diplôme national de l enseignement supérieur dont le titulaire, au sein des services administratifs,

Plus en détail

E1306 - Prépresse. Appellations (Métiers courants) Définition. Accés à l'emploi métier. Conditions d'exercice de l'activité

E1306 - Prépresse. Appellations (Métiers courants) Définition. Accés à l'emploi métier. Conditions d'exercice de l'activité Appellations (Métiers courants) Graphiste en Publication Assistée par Ordinateur -PAO- Maquettiste d'exécution publicitaire Opérateur / Opératrice de prépresse Graphiste metteur / metteuse en page Metteur

Plus en détail

FICHE DE FONCTION - 04

FICHE DE FONCTION - 04 FICHE DE FONCTION - 04 ANIMATEUR/EDUCATEUR de classe 1 INTITULE DE LA FONCTION : animateur/éducateur RELATIONS HIERARCHIQUES L animateur/éducateur de classe 1 exerce ses fonctions sous la responsabilité

Plus en détail

maquettiste info graphiste multimedia

maquettiste info graphiste multimedia maquettiste info graphiste multimedia Filière numérique du campus fonderie de l image www. Titre certifié de niveau IV inscrit au RNCP Formation gratuite et rémunérée en apprentissage sur 2 ans évaluation

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

FORMATION DES REPRESENTANTS DU PERSONNEL AU CHSCT 5 JOURS

FORMATION DES REPRESENTANTS DU PERSONNEL AU CHSCT 5 JOURS FORMATION DES REPRESENTANTS DU PERSONNEL AU CHSCT 5 JOURS Durée : Participants : Public : Pré-requis : 5 jours (effectif > 300 pers) 4 à 9 personnes Membres du CHSCT Délégués du personnel investis des

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA FORMATION

LES PRINCIPES DE LA FORMATION LES PRINCIPES DE LA FORMATION 1 SOMMAIRE I.L évolution de la législation p 3 II. La formation, un élément essentiel de la mise en œuvre des missions de service public p 3 III. La formation répond à de

Plus en détail

Introduction à la maintenance

Introduction à la maintenance 1/- Introduction : Le maintien des équipements de production est un enjeu clé pour la productivité des usines aussi bien que pour la qualité des produits. C est un défi industriel impliquant la remise

Plus en détail

Atelier Prospectif «Chimie Matériaux et Recyclage» Réunion 2

Atelier Prospectif «Chimie Matériaux et Recyclage» Réunion 2 Atelier Prospectif «Chimie Matériaux et Recyclage» Réunion 2 Contexte de l offre de formation professionnelle initiale Tourcoing le 09 avril 2015 Offre de formation professionnelle initiale La politique

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

FICHE METIER Responsable de service

FICHE METIER Responsable de service DOCUMENT DE TRAVAIL FICHE METIER Responsable de service METIER RESPONSABLE DE SERVICE Date de création/modification Janvier 2011 Définition du métier En relation et en cohérence avec les objectifs de la

Plus en détail

Fiche métier Responsable de la préparation des produits

Fiche métier Responsable de la préparation des produits Fiche métier Responsable de la préparation Il peut aussi s appeler > Chef/responsable de station de conditionnement. > Chef d entrepôt. Caractéristiques du métier > Le/la responsable de la préparation

Plus en détail

Manuel qualité. Société AMO GOURDEL l usinage numérique Mécanique générale de précision

Manuel qualité. Société AMO GOURDEL l usinage numérique Mécanique générale de précision Manuel qualité Société AMO GOURDEL l usinage numérique Mécanique générale de précision Création : Oct. 2012 Atelier Mécanique de l Ouest GOURDEL Z.A La verdure 85170 Belleville sur Vie Tél : 02 51 41 08

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS

QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS Etablissement public foncier de Languedoc-Roussillon créé par décret n 2008 670 du 2 juillet 2008 1 QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS A. LES RECETTES LES HYPOTHESES SUR LE NIVEAU DES RECETTES

Plus en détail

Eléments de Gestion Industrielle

Eléments de Gestion Industrielle Eléments de Gestion Industrielle L objet de ce document est de rappeler quelques définitions élémentaires de gestion industrielle à l intention de lecteurs n ayant pas reçu une formation technique. Sommaire

Plus en détail

CHEF DE CHANTIER LES CLIPS MÉTIERS : TRAVAUX PUBLICS. Réalisation : Jean-Michel Gerber Production : Capa Entreprises Onisep, 2002 Durée : 02 min 17 s

CHEF DE CHANTIER LES CLIPS MÉTIERS : TRAVAUX PUBLICS. Réalisation : Jean-Michel Gerber Production : Capa Entreprises Onisep, 2002 Durée : 02 min 17 s LES CLIPS MÉTIERS : TRAVAUX PUBLICS CHEF DE CHANTIER Réalisation : Jean-Michel Gerber Production : Capa Entreprises Onisep, 2002 Durée : 02 min 17 s L enseignement de découverte professionnelle fournit

Plus en détail

nous sommes à même de vous conseiller dans les différentes étapes de réalisation de vos documents

nous sommes à même de vous conseiller dans les différentes étapes de réalisation de vos documents Note méthodologique blf impression. 4, rue Ariane. ZA Toussaint Catros. 33185 Le Haillan tél. 05 56 13 13 00. fax 05 56 47 83 19. e-mail : contact@blfimpression.fr 2 Le conseil BLF Impression compte dans

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Guide du recrutement 2013

Guide du recrutement 2013 Agence Nationale de la Conservation Foncière, du Cadastre et de la Cartographie Direction des Ressources Humaines Département du Développement Professionnel Guide du recrutement 2013 Juillet 2013 1 Sommaire

Plus en détail

GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES

GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES Françoise KERLAN GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES Préface de Jean-Louis Muller Directeur à la CEGOS Ancien responsable de Formation à l Université Paris 9 Dauphine Deuxième

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Ministère de l Education Nationale

Ministère de l Education Nationale Ministère de l Education Nationale BREVETS D ETUDES PROFESSIONNELLES Document d accompagnement des programmes de VIE SOCIALE ET PROFESSIONNELLE - 1 - Direction des lycées et collèges Sous-direction des

Plus en détail

GESTIONNAIRE DE STOCKS. Organigramme

GESTIONNAIRE DE STOCKS. Organigramme Organigramme Les valeurs qui font notre Entreprise Construire au quotidien une relation de confiance avec notre clientèle et la placer au cœur de nos préoccupations, c est répondre tous ensemble à un objectif

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Référencement des prestataires Mode d emploi» Vous envisagez de participer au Dispositif Local d Accompagnement (DLA) en Région Champagne- Ardenne, sur des missions d

Plus en détail

B.T.S. MAINTENANCE DES SYSTЀMES Systèmes éoliens

B.T.S. MAINTENANCE DES SYSTЀMES Systèmes éoliens Systèmes éoliens du candidat Établissement de formation / Ville Académie Épreuve E5 : Activités de maintenance Sous-épreuve E51 : Maintenance corrective d un bien Durée : 6 heures Coefficient 2 E51c Support

Plus en détail

Organisation pratique de la partie professionnelle de la deuxième année

Organisation pratique de la partie professionnelle de la deuxième année Organisation pratique de la partie professionnelle de la deuxième année Rappel sur le stage professionnel... Il se déroule en deux temps et recouvre deux réalités différentes : le stage ouvrier en juin

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

Les référentiels et les formations de la fonction Maintenance

Les référentiels et les formations de la fonction Maintenance Les référentiels et les formations de la fonction Assurer le bon fonctionnement grâce à une préventive et curative performante en : - organisant les services techniques en conséquence, - encadrant l'entretien

Plus en détail

1. LA STRUCTURE DE LA FONCTION COMMERCIALE 3. DEFINITION DES EMPLOIS COMMERCIAUX TYPES

1. LA STRUCTURE DE LA FONCTION COMMERCIALE 3. DEFINITION DES EMPLOIS COMMERCIAUX TYPES Secrétaire commerciale Module 1 : Fiches de commerce Chapitre 2 : Les métiers commerciaux Plan du Chapitre 2 : Les métiers commerciaux 1. LA STRUCTURE DE LA FONCTION COMMERCIALE 2. ANALYSE D'UNE OFFRE

Plus en détail

Ce que disent les Instructions officielles.

Ce que disent les Instructions officielles. Ce que disent les Instructions officielles. Extraits du programme de 3 e de technologie Dans la logique de la technologie, les différentes activités sont mises en relation avec les réalités industrielles

Plus en détail

ADAPTABILITE. Les Formations En Sécurité Des Risques Professionnels.

ADAPTABILITE. Les Formations En Sécurité Des Risques Professionnels. RIGUEUR CONFIANCE EXIGENCE ECOUTE EXPERTISE RESPECT ADAPTABILITE Les Formations En Sécurité Des Risques Professionnels. Des outils pragmatiques, des Conseils sur mesures pour faire avancer la Santé & Sécurité

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Ingénieur-e en performance énergétique. Nouveauté 2013. Formation par apprentissage. en partenariat avec

Ingénieur-e en performance énergétique. Nouveauté 2013. Formation par apprentissage. en partenariat avec Nouveauté 2013 en partenariat avec Formation par apprentissage Ingénieur-e en performance énergétique ÉCOLE PUBLIQUE D INGÉNIEUR-E-S Institut National des Sciences Appliquées de Rouen Performance énergétique

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT)

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Synthèse Constitué dans tous les établissements occupant au moins 50 salariés, le CHSCT a pour mission de contribuer à la protection

Plus en détail

Mme Catherine Malki - enseignante STMS - Lycée J Jaurès- Châtenay-Malabry

Mme Catherine Malki - enseignante STMS - Lycée J Jaurès- Châtenay-Malabry PRE-REQUIS DES BACHELIERS ST2S Pôle méthodologie : Comment les organisations sanitaires et sociales mettent en place un plan d action pour améliorer la santé ou le bien être social des populations? Notion

Plus en détail

6. ARTS APPLIQUES 6.2. PRODUCTION GRAPHIQUE 6.2.6. OUVRIER / OUVRIERE EN SERIGRAPHIE

6. ARTS APPLIQUES 6.2. PRODUCTION GRAPHIQUE 6.2.6. OUVRIER / OUVRIERE EN SERIGRAPHIE CCPQ Rue A. Lavallée, 1 1080 Bruxelles Tél. : 02 690 85 28 Fax : 02 690 85 78 Email : ccpq@profor.be www.enseignement.be 6. ARTS APPLIQUES 6.2. PRODUCTION GRAPHIQUE 6.2.6. OUVRIER / OUVRIERE EN SERIGRAPHIE

Plus en détail

(CHSCT)? Rôle du CHSCT

(CHSCT)? Rôle du CHSCT Le Comité d'hygiène et Sécurité des Conditions de Travail (CHSCT)? Des points de repères pour y voir plus clair Attention, les échéance de renouvellement des membres du CHSCT, contrairement aux autres

Plus en détail

CERTIFICATION DU BAC PRO 3 ANS

CERTIFICATION DU BAC PRO 3 ANS CERTIFICATION DU BAC PRO 3 ANS Objectif : Etablir une relation entre les unités constitutives du diplôme. U 11, U12, U 31, U 32, U33. - Les sujets doivent être en lien avec le référentiel et en cohérence

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 2007 10 89 0264 FICHE D IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Coordonnateur (trice) du développement

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Bâtiment ÉLECTRICIEN

Bâtiment ÉLECTRICIEN Bâtiment ÉLECTRICIEN ÉLECTRICIEN L électricien effectue tous les travaux d installations électriques et de raccordement d appareils électriques dans diverses spécialités : éclairage, confort thermique,

Plus en détail

Bâtiment SERRURIER- MÉTALLIER

Bâtiment SERRURIER- MÉTALLIER Bâtiment SERRURIER- MÉTALLIER SERRURIER- MÉTALLIER Le serrurier-métallier travaille tout type de construction métallique : serrurerie, rampe d escalier, porte, fenêtre, véranda, pont, passerelle, pylône...

Plus en détail

LES CONTRATS D ETUDES PROSPECTIVES

LES CONTRATS D ETUDES PROSPECTIVES LES CONTRATS D ETUDES PROSPECTIVES Le Conseil Régional, l Etat, les OPCA (Organismes Paritaires Collecteurs Agréés), les partenaires sociaux, avec le concours de l AGEFMA ont réalisé des CEP (Contrats

Plus en détail

COMMUNICATION P R É A L A B L E À L A M I S E E N P L A C E D UNE ÉVÉNEMENTIELS-INFOGRAPHIE

COMMUNICATION P R É A L A B L E À L A M I S E E N P L A C E D UNE ÉVÉNEMENTIELS-INFOGRAPHIE Fonction de service émergente NUEL PROFESSIONNEL (dont la mutualisation entre CPIE ou structures locales pourrait être pertinente) COMMUNICATION ÉVÉNEMENTIELS-INFOGRAPHIE P R É A L A B L E À L A M I S

Plus en détail

B.T.S. MAINTENANCE DES SYSTЀMES Systèmes de production

B.T.S. MAINTENANCE DES SYSTЀMES Systèmes de production Toutes les actions sont à réaliser obligatoirement B.T.S. MAINTENANCE DES SYSTЀMES Systèmes de production du candidat Etablissement de formation / Ville Académie Épreuve E5 : Activités de maintenance Sous-épreuve

Plus en détail

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant :

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant : Grille d évaluation du stage d immersion en entreprise de 3 ème bachelier 2014-2015 Etudiant : Entreprise :. Date : Superviseur :. Maitre de stage : Signature :. 1. Evaluation continue [60 pts] Entourez

Plus en détail

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre 5-7 AVENUE DU GENERAL DE GAULLE 94160 SAINT MANDE Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre - Actions individuelles : diagnostic RH et accompagnement des

Plus en détail

Offres et besoins de formations : les enjeux en Nord-Pas de Calais

Offres et besoins de formations : les enjeux en Nord-Pas de Calais Offres et besoins de formations : les Vers une définition concertée des enjeux de développement des formations professionnelles en région Nord-pas de Calais Région Nord-Pas de Calais Mission d Appui aux

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3090 Convention collective IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs de biens, sociétés immobilières, agents

Plus en détail

LES CONTRATS DE PROFESSIONNALISATION CARACTÉRISTIQUES DES CONTRATS... 9

LES CONTRATS DE PROFESSIONNALISATION CARACTÉRISTIQUES DES CONTRATS... 9 ENTREPRISES ET EFFECTIFS LES ÉTABLISSEMENTS... 2 LES SALARIÉS... 4 LE PROFIL DES SALARIÉS... 6 LES PRÉVISIONS DE DÉPART À LA RETRAITE PAR ACTIVITÉ... 7 LA FORMATION INITIALE... 8 LES CONTRATS DE PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

LIVRET D ACCOMPAGNEMENT DU TUTEUR

LIVRET D ACCOMPAGNEMENT DU TUTEUR LIVRET D ACCOMPAGNEMENT DU TUTEUR Nom de l étudiant(e) : Structure d accueil : Nom du tuteur : STAGE BTS AM Lycée Marie Curie 70 avenue de Paris 78000 VERSAILLES 01 39 24 69 24 www.lyc-curie-versailles.ac-versailles.fr

Plus en détail

«MAINTENANCE ET ASSISTANCE TECHNIQUE CAHIER DES CHARGES DU SITE INTERNET WWW.CILGERE.FR» MARCHE 15.004 :

«MAINTENANCE ET ASSISTANCE TECHNIQUE CAHIER DES CHARGES DU SITE INTERNET WWW.CILGERE.FR» MARCHE 15.004 : MARCHE 15.004 : «MAINTENANCE ET ASSISTANCE TECHNIQUE DU SITE INTERNET WWW.CILGERE.FR» CAHIER DES CHARGES Cahier des Charges - CILGERE Page n 1/7 SOMMAIRE ARTICLE 1 : PREAMBULE 3 1.1 Présentation de CILGERE

Plus en détail

Bâtiment PEINTRE- DÉCORATEUR

Bâtiment PEINTRE- DÉCORATEUR Bâtiment PEINTRE- DÉCORATEUR PEINTRE- DÉCORATEUR Le peintre-décorateur recouvre les murs intérieurs/ extérieurs et les plafonds de revêtements, afin de les protéger et de les décorer. Métier Le peintre-décorateur

Plus en détail

Activité économique. L activité globale du secteur. Les échanges commerciaux. La production d imprimés entre 2000 et 2010

Activité économique. L activité globale du secteur. Les échanges commerciaux. La production d imprimés entre 2000 et 2010 Activité économique L activité globale du secteur L activité globale pour le secteur de l Imprimerie s élève en 2010 à environ 2,5 millions de tonnes produites, pour un chiffre d affaires que l on peut

Plus en détail

Les droits syndicaux en matière d environnement

Les droits syndicaux en matière d environnement Les droits syndicaux en matière d environnement 1. Introduction Le CPPT dispose de compétences par rapport à l environnement. Le CE n a, quant à lui, pas de compétence propre par rapport à l environnement

Plus en détail

CCPQ CONDUCTEUR CONDUCTRICE DE PRESSE NUMÉRIQUE PROFIL DE QUALIFICATION 1/8

CCPQ CONDUCTEUR CONDUCTRICE DE PRESSE NUMÉRIQUE PROFIL DE QUALIFICATION 1/8 CCPQ Bd Pachéco - 19 - boîte 0 1010 Bruxelles Tél. : 02 210 50 65 Fax : 02 210 55 33 Email : ccpq@profor.be www.enseignement.be INDUSTRIE GRAPHIQUE METIERS DE L'IMPRESSION CONDUCTEUR CONDUCTRICE DE PRESSE

Plus en détail

L EVOLUTION ET LES ENJEUX LIES A LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE

L EVOLUTION ET LES ENJEUX LIES A LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE L EVOLUTION ET LES ENJEUX LIES A LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE Analyse de l évolution des emplois et des compétences dans les industries chimiques en Haute-Normandie à horizon 2020 SYNTHESE Monsieur Ludovic

Plus en détail

LA FILIÈRE DE FORMATION DES INDUSTRIES DES PAPIERS & CARTONS

LA FILIÈRE DE FORMATION DES INDUSTRIES DES PAPIERS & CARTONS LA FILIÈRE DE FORMATION DES INDUSTRIES DES PAPIERS & CARTONS CAP CONDUITE DE SYSTÈMES INDUSTRIELS OPTION PAPIERS-CARTONS Vous pouvez accéder au CAP Conduite des systèmes industriels option Papiers-cartons

Plus en détail

Le Répertoire des emplois-types du CNRS

Le Répertoire des emplois-types du CNRS Le Répertoire des emplois-types du CNRS Quelques dates... 1991 : 1ère version du répertoire des emplois-types 1999 : 2ème version du répertoire des emplois-types 2002 : publication de la nouvelle nomenclature

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

AGENT DE VOIRIE POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE MISSIONS

AGENT DE VOIRIE POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE MISSIONS Direction des Ressources humaines AGENT DE VOIRIE DANS UN CENTRE D EXPLOITATION DÉPARTEMENTAL POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Routes Service : Centre Technique Départemental

Plus en détail

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232 Famille : Analyse laboratoire Sous-famille : Analyse laboratoire Code ROME : 52232 Technicien(ne) d analyse chimie / physicochimie Chimiste Technicien(ne)-analyste chimie Analyste chimie Définir, réaliser

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail