Une rentrée 2012 dans la tempête!!!

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Une rentrée 2012 dans la tempête!!!"

Transcription

1 Le Journal des Employés et Cadres FORCE OUVRIÈRE N 47 - SEPTEMBRE 2012 L information des sections de la Fédération des Employés et Cadres CGT FORCE OUVRIÈRE Une rentrée 2012 dans la tempête!!!

2

3 JEC In s Edito Serge LEGAGNOA Secrétaire général Tél: UNE RENTRÉE 2012 DANS LA TEMPÊTE!!! Les mois de septembre/octobre sont propices aux tempêtes et tornades de toutes sortes sur le plan climatique. Il faut bien constater que cette rentrée 2012 ne se déroule pas sous les meilleurs auspices dans d autres domaines. La situation économique ne fait que se dégrader entraînant des conséquences sociales majeures. Chaque jour apporte son lot de plans de suppressions d emplois, quand il ne s agit pas de fermetures pures et simples d entreprises. Le cap des trois millions de chômeurs officiels vient d être dépassé et c est, de fait plus de cinq millions de Français qui sont inscrits à Pôle Emploi. Dans ce climat de tempête économique et sociale, tout le monde se tourne vers l Etat pour lui demander d agir, d intervenir, et en particulier ceux qui le méprisent. D un côté, il y a ceux qui réclament des mesures de relance, un infléchissement des politiques de rigueur et d austérité en France comme en Europe ; et de l autre, ceux qui continuent à vouloir faire éponger les dettes du secteur privé par l Etat pour mieux ensuite le vilipender, tout en réclamant plus de flexibilité, de réductions des acquis sociaux, de remise en cause des fondements de la protection sociale, etc. Dans ce camp, on y trouve toujours le Medef, plus idéologue qu entrepreneur, accompagné de son gentil "toutou", la CFDT, "revendiquant" des accords compétitivité-emploi. Laquelle CFDT n hésite pas à se poser en donneuse de leçons auprès de ceux qui refusent d entrer dans la logique des discussions du coût du travail. Ce serait suicidaire pour les salariés, tant sur l emploi, les salaires, le temps de travail, que sur le contrat de travail individuel et les garanties collectives en cas de licenciement. C est le logiciel ultralibéral qui est à changer et en urgence! D ailleurs, comment le gouvernement français peut-il s octroyer les marges de manœuvre nécessaires à la relance de l économie sans remettre en cause les préceptes des traités européens? Dire qu il prendra les mesures de relance nécessaires tout en indiquant qu il respectera à la lettre l orthodoxie budgétaire dès 2013 est antinomique. Ce qui est vrai pour notre pays l est aussi pour l Europe. Un taux de chômage européen de plus de 11% représentant 18 millions de chômeurs officiels. Une récession qui s installe dans la plupart des pays européens. Des populations qui s interrogent de plus en plus sur la légitimité des politiques d austérité imposées. Ainsi les Pays-Bas, hier le modèle des chantres de la flexibilité et de la rigueur, auront bientôt des élections qui sont l occasion de vifs débats sur ces sujets. L austérité ajoutée à l austérité n a donné, ne donne et ne donnera aucun résultat positif à cette crise. Ainsi la Grèce qui en est le laboratoire le plus avancé, s enfonce un peu plus chaque jour en raison de l ampleur et des dégâts des plans d austérité imposés par la troïka (FMI- BCE-Commission Européenne). D ailleurs, le gouvernement grec doit annoncer ces jours-ci une nouvelle saignée : réduction de toutes les pensions de retraite supérieures à 700 euros, licenciement de fonctionnaires d ici à 2015 dont seraient mis en chômage technique dès la fin de l année, suppression des primes de Noël, de Pâques et de congés, réduction de 35% des salaires des entreprises d utilité publique, accélération de la privatisation de la loterie nationale, du gaz, de l électricité, de l eau, des ports L Espagne, quatrième puissance de la zone euro, s enfonce, elle aussi, de plus en plus et s apprête à demander une nouvelle aide financière. Quelles contreparties supplémentaires la troïka va-t-elle exiger? Quant à l Allemagne, érigée en modèle de rigueur et de dynamisme, elle commence à connaître les conséquences de ce marasme et une réduction de son activité économique. Cela la fera-t-elle fléchir? C est dans ce climat particulier de rentrée 2012 que nous devons continuer avec force à faire entendre notre petite musique éloignée de la pensée unique ambiante et ainsi nous donner les moyens de transformer cette tempête en tourmente. Serge LEGAGNOA Secrétaire général Page 3 /N 47 - Septembre 2012

4 JEC In s Sommaire Page 3 Page 6 Page 8 Page 11 Page 12 Page 16 Page 18 Page 20 Page 22 Page 26 Page 28 Page 30 Page 31 Edito UNE RENTRÉE 2012 DANS LA TEMPÊTE!!! CIRIEC PEUT-ON ENCORE ÊTRE MUTUALISTE EN 2012? Section Assurances NOUVELLE PROVOCATION DU GROUPE GENERALI CONTRE NOTRE SYNDICAT FO : UN DÉLÉGUÉ SYNDICAL MIS À PIED Section Casinos et Cercles de Jeux UNE RENTRÉE COMBATIVE Section Commerce LA RELANCE DE L'INDUSTRIE EST SANITAIRE! Section Crédit UNE RENTRÉE SOUS LE SIGNE DE L INCERTITUDE POUR NOS PATRONS MAIS DES CERTITUDES DANS NOS REVENDICATIONS Section Presse, Edition, Publicité DEUX ACCORDS SALARIAUX 2012 ONT ÉTÉ SIGNÉS AU DÉBUT DE L'ÉTÉ : DANS LE SECTEUR DE LA PUBLICITÉ ET CELUI DE L'ÉDITION Section Organismes Agricoles DES GRANDS PRINCIPES AUX ACTES, IL Y A SOUVENT UN MONDE! Section Organismes Sociaux CLASSIFICATION : LES PROPOSITIONS DE FO, DISCUTONS-EN Secteur Juridique Fédéral - HARCÈLEMENT SEXUEL - SALARIÉS PROTÉGÉS - LE COUP DE MAIN DU JURISTE Cadres SALAIRES DES CADRES : MOINS DE 4 CADRES SUR 10 PENSENT OBTENIR UNE AUGMENTATION EN 2012 L'ENGAGEMENT DE FO-CADRES : ENCADRER LES POLITIQUES DE RÉMUNÉRATION AFOC - BROCHURES "NUMÉROS UTILES" : ATTENTION! - QUAND PEUT-ON FAIRE APPEL À LA JURIDICTION DE PROXIMITÉ? - NON AU RETOUR DES HOTLINES PAYANTES! VIANDOXX PAR SAMI J. BOUCHOUCHI DÉLIRIUM TRÈS MINCE PAR CLAUDIO FRANCONE Page 4 /N 47 - Septembre 2012 JEC INFOS Mensuel d information des sections de la Fédération des Employés et Cadres CGT FORCE OUVRIERE Directeur de la publication : Serge Legagnoa FÉDÉRATION DES EMPLOYÉS ET CADRES CGT FORCE OUVRIÈRE 28, rue des Petits Hôtels PARIS - Tél. : Conception, réalisation & impression : Tél. : Photos : PHOVOIR - FEC-FO - DS CPPAP 0513 S 08226

5

6 CENTRE INTERNATIONAL DE RECHERCHE ET D INFORMATION SUR L ECONOMIE PUBLIQUE, SOCIALE ET COOPERATIVE CIRIEC-France 7 passage Tenaille F Paris - Téléphone : 33 (0) Courriel : - Alain ARNAUD Président du CIRIEC-France PEUT-ON ENCORE ÊTRE MUTUALISTE EN 2012? Page 6 /N 47 - Septembre 2012 Une nouvelle page de l'histoire politique, économique et sociale de notre pays est en train de se tourner, et probablement avec elle, celle de l'europe. Mais des défis majeurs sont en face tant des nouveaux gouvernants que de nous-mêmes, car l environnement reste extrêmement difficile, et particulièrement anxiogène. Le pays est en attente, en attente forte, de plus de justice, d égalité, de fraternité. Nos concitoyens dans leur très grande majorité craignent pour leur avenir et surtout pour celui de leurs enfants auxquels est léguée une dette considérable. Ils sont inquiets pour leur emploi et leur pouvoir d achat, mais aussi pour leurs conditions de vie. Le mal-logement progresse, tout comme s accroît le renoncement aux soins en raison de la diminution des remboursements et des difficultés d accès à une couverture complémentaire. C'est un contexte de dégradation, subi par nos concitoyens, alors que ceux-là n ont pas de responsabilité dans la survenance des crises, un contexte sans visibilité sur l avenir, un contexte d inquiétude, qui porte en germes tous les ingrédients d une grave crise non seulement politique, mais aussi de société. En effet, les fossés qui se creusent, celui de la démocratie, celui des inégalités et de l injustice, celui du vivre ensemble, voire celui d'être ensemble, constituent autant de points de rupture d une société qui pourtant dispose encore de moyens et d atouts importants. Parmi ces atouts, il y a la protection sociale collective, fierté de notre pays, qui a constitué un amortisseur majeur des conséquences des crises, mais qui est dans une situation difficile compte-tenu des déficits accumulés. Il est indispensable d engager à son sujet au plus vite des réformes structurelles, notamment pour son financement. Mais il est nécessaire aussi de s interroger sur la place des complémentaires dans la protection sociale, et plus précisément sur celle de la mutualité, confrontée à un contexte de mutations profondes et à des défis majeurs. Tout d abord, un questionnement de fond vient à l esprit : peut-on encore être mutualiste en 2012? Et si oui, qu est-ce que cela veut encore dire? La question peut surprendre. Mais si l on y regarde bien, elle se pose. Quelle est en effet aujourd hui la situation? Au fil de la construction de l Europe, nous sommes entrés en plein dans un système économique dominé par le couple marchéconcurrence imposé par la culture anglo-saxonne, et soutenu par la pensée néolibérale. La pertinence de l économie de marché comme moyen de développement n est bien évidemment pas à remettre en cause. Ni celle de la concurrence, qui lorsqu elle est libre et non faussée, est censée réguler le marché, en équilibrant l offre et la demande, et en préservant les droits du consommateur. Mais une conséquence importante de cette évolution, c est le développement du consumérisme. Fortement stimulé par les offres surabondantes, le marketing et la publicité, le "low cost", le consumérisme finit par être chez l individu la pratique de vie s appliquant à tout, au détriment du sentiment citoyen et de l intérêt général. C est une évolution redoutable pour les organisations mutualistes, sociétés de personnes, bâtisseuses de dispositifs de solidarité, car leurs membres sont devenus de plus en plus consommateurs et de moins en moins adhérents. Dès lors, peu importe qui propose les produits, on va vers le moins cher et vers le strict minimum en terme de garanties. Du reste, nombreux ne font pas de différence entre acteurs de la complémentaire santé, et le terme de mutuelle est même passé dans le langage commun, sans distinction de catégories d assureurs. Comment ne pas dire d ailleurs que cette tendance à la banalisation est encore renforcée par des pratiques mercantilistes de quelques mutuelles et par le langage employé, ce qui brouille l image de la mutualité, et quelque part l affaiblit? Alors, est-ce que cela est irrémédiable? Est-ce que ce contexte de concurrence doit continuer de concerner les activités qui, comme la protection sociale complémentaire et l accès à la santé, concourent à l intérêt général, en complément du secteur public qui lui, est encore protégé des règles du marché concurrentiel? Est-ce que les règles de concurrence doivent continuer de s appliquer aux sociétés de personnes qui gèrent ces activités d intérêt collectif? On nous dira oui, parce que l OMC et l Europe l ont prévu comme cela, et qu après tout, les Etats avaient la possibilité et la responsabilité de définir leur propre périmètre d activités d intérêt général et de services non économiques, échappant au marché. Dont acte! Mais si ce périmètre se rétrécit, ne prend plus tout en charge, et renvoie au marché ce qu il n a plus les moyens d assumer, ce qui est le cas pour l assurance-maladie, qu en est-il? Et c est bien toute la problématique qui se pose aujourd hui à la mutualité, tirée vers la banalisation par le marché concurrentiel et les pratiques commerciales, alors que ses finalités sont tout autres. Nous pourrions ajouter d autres facteurs de banalisation, qui dépouillent peu à peu la mutualité de ses fondements et dénaturent ses principes de base tels : les contrats collectifs obligatoires, qui sont aux antipodes du fonctionnement mutualiste, les contrats responsables, de moins en moins discriminants dans la pratique de la solidarité, les prises en charge imposées, comme celle des dépassements d'honoraires, la fiscalisation, qui aligne les mutuelles sur les sociétés commerciales Comment dans ces conditions, faire vivre l'idéal mutualiste de liberté, de responsabilité et de fonctionnement

7 démocratique lorsque la souveraineté des assemblées générales de mutualistes est ainsi remise en question? Tout cela n est pas de la simple rhétorique, mais c'est l avenir du mouvement mutualiste qui est en jeu! Si nous n y prenons garde, c est le droit universel à la couverture maladie et à l accès aux soins pour tous qui pourrait se trouver compromis. Nous savons tous, et nous le déplorons, que le régime obligatoire ne peut plus tout prendre en charge, et que la part complémentaire s accroît, ouvrant le marché aux appétits lucratifs. Or pour que ce droit puisse être appliqué dans son universalité, il est nécessaire aujourd hui de disposer de dispositifs complémentaires solidaires, ce qui amène à considérer qu il faut, dans notre pays et en Europe, revisiter le périmètre des services sociaux d intérêt général. Il faut aussi réhabiliter la forme juridique spécifique des organismes qui concourent à cette solidarité, et non pas s en tenir uniquement aux activités exercées, quel que soit le statut utilisé, société de personnes ou société de capitaux. En matière de mutualité comme d économie sociale, la forme de gouvernance a son importance pour remplir son objet social. On peut certes faire de la solidarité avec des sociétés de capitaux, grâce au mécénat ou aux subventions caritatives. Mais les sociétés de capitaux ne sont pas faites pour cela, elles sont faites pour commercialiser des produits et services et pour rémunérer les capitaux investis. Par ailleurs, solidarité et concurrence ne peuvent se conjuguer ensemble, car la concurrence est destructrice des constructions solidaires, ne serait-ce que par le nomadisme et le consumérisme qu elle génère. En matière de protection santé, s il est devenu illusoire que la Sécurité Sociale puisse tout prendre en charge, qu au moins la mutualité, mouvement solidaire et non lucratif, reconnu comme tel, puisse être considérée comme servant l intérêt collectif, aux côtés et en harmonie avec l assurance-maladie obligatoire, tant pour les questions de prise en charge que celles de politiques de prévention et de gestion du risque santé. Ce n est pas tout-à-fait le partage régime obligatoire/régime complémentaire que certains voudraient voir instaurer, ce qui ne ferait qu aggraver encore la situation de banalisation dans laquelle la mutualité se trouve. Il paraît donc nécessaire de militer collectivement pour retrouver les sources du mutualisme, pour revenir aux fondamentaux de la mutualité, non pas seulement parce que nous sommes en temps de crise, et que ce serait utile pour les plus démunis, mais parce que fondamentalement, la mutualité est un mouvement social qui puise ses racines dans son champs naturel, celui de la solidarité et de l accompagnement des personnes, et non pas celui du commerce de garanties et de services, fussent-ils élaborés avec la générosité qui caractérise nos institutions. Retrouver les sources du mutualisme, c est bien entendu favoriser en permanence la mutualisation plutôt que l individualisation. Nous aurons bientôt un exemple concret à évoquer, celui de notre mode de prise en charge solidaire de la perte d autonomie. Ce dossier reviendra sur le devant de la scène dans les prochains mois, et il faudra que nous puissions valoriser et défendre une approche mutualisée et solidaire de la prise en charge de ce risque plutôt que celle de l épargne individuelle portable qui est dans l air ambiant. Retrouver les sources du mutualisme, c est donc tout faire pour sortir du piège de la banalisation, qui sera fatale pour le mouvement mutualiste si les consciences ne sont pas réveillées, et si rien n est fait. Nous avons des atouts pour défendre la spécificité mutualiste et sortir de ce piège infernal : être mutualiste, c est tout d abord mettre en exergue toutes les activités que les mutuelles peuvent exercer en application du code de la mutualité : la gestion d établissements sanitaires et sociaux et autres services de soins et d accompagnement mutualistes, la gestion du Régime Obligatoire, l action sociale, la prévention, la gestion du risque-santé. Ce sont aussi ces activités-là, à véritable utilité sociale, qui caractérisent ce qu est fondamentalement la mutualité, et qui constituent des atouts distinctifs à valoriser auprès de nos concitoyens et des pouvoirs publics. En clair, les mutuelles régies par le code de la mutualité ne sont pas que des assureurs. être mutualiste, c est également être sans ambiguïté aux côtés de la Sécurité Sociale, non pas comme supplétif vassalisé, mais comme partenaire choisi, en capacité de relever ensemble le défi de l accès aux soins et de l amélioration de notre système de santé, et ce faisant, de défendre, probablement mieux que quiconque, l avenir de l assurance-maladie obligatoire. être mutualiste, c est aussi être engagé au sein de l économie sociale dont la mutualité est une composante importante, basée sur des principes, des valeurs, et des pratiques éthiques. L économie sociale apparaît bien aujourd hui dans toute sa pertinence, et plus que jamais, elle constitue une alternative crédible à l économie libérale dont nous subissons les résultats désastreux au plan social. Alors qu un ministère à part entière vient d'être chargé de l économie sociale et solidaire, ce que nous saluons, c est le moment pour les mutuelles d affirmer leur engagement comme actrices de cette forme d économie, aux côtés du monde de la coopération, et du monde associatif. Les militants du mouvement mutualiste convaincus de la nécessité de ces évolutions, resteront donc mutualistes en 2012, et au delà. Ils resteront mutualistes avec fierté, celle d avoir démontré hier l efficacité des actions de la mutualité, celle de porter aujourd hui les valeurs que leur ont transmises leurs prédécesseurs, pour que demain, l idéal d une société solidaire, égalitaire et fraternelle soit une vraie réalité. Extrait des "Brèves" juillet/août 2012 Page 7 /N 47 - Septembre 2012

8 JEC In s Section Assurances Jean-Simon BITTER Secrétaire fédéral Tél: NOUVELLE PROVOCATION DU GROUPE GENERALI CONTRE NOTRE SYNDICAT FO : UN DÉLÉGUÉ SYNDICAL MIS À PIED Michel Estimbre, Directeur au sein de l UES Generali France Assurances, vient de signifier une mise à pied d un jour à un délégué syndical FO. Les faits sont en relation avec une restructuration de l indemnisation au sein de Generali conduite par Gérard Bonnet, Directeur de l indemnisation. En juillet/août 2011, le Comité d Etablissement a été consulté sur cette restructuration. Un débat important a eu lieu sur les effectifs, les élus et représentant FO luttant pour obtenir des effectifs suffisants. Ils obtiennent finalement un engagement limité pour un des services corporels pour lequel Gérard Bonnet reconnaît qu il faudra 9 gestionnaires et non 7 comme indiqué précédemment. est également reproché à notre délégué, un refus de participer à certaines réunions professionnelles, ce qui est faux et n a d ailleurs pas été maintenu quand notre camarade a demandé des preuves de cette allégation. J ai été témoin de l impossibilité, pour notre camarade, de s expliquer sur les propos qu il aurait tenus, Gérard Bonnet l interrompant autoritairement et exigeant qu il réponde par oui ou par non aux accusations. J ai été témoin du refus de Gérard Bonnet de prendre connaissance et même de prendre en main les documents que notre délégué avait préparés. Ces documents étaient des mails et lettres de remerciement de la Direction, d inspecteurs et d agents pour son travail et sa contribution importante à l efficacité du travail. Page 8 /N 47 - Septembre 2012 Mais lors de la mise en œuvre du projet, il n y aura que 7 postes et en réalité 5,2 en ETP (équivalents temps plein). Notre délégué syndical et le syndicat FO dans son ensemble, multiplient les protestations contre cette violation flagrante des engagements pris devant le Comité d Etablissement. Pour les salariés concernés, les tensions sont grandes tant pour les gestionnaires que pour le management. La masse de travail ne peut pas être absorbée avec un effectif aussi réduit. La Direction s obstine et cela, même devant le CHSCT qui est consulté sur l implantation physique pour 7 gestionnaires au lieu des 9 annoncés. Le conflit s étend et prend une dimension nouvelle et les salariés s interrogent à juste titre : à quoi sert le CE, à quoi sert le CHSCT si la Direction ne respecte pas ses engagements? Y a-t-il encore des règles légales imposables à Generali? Enfin le 26 juin, le service concerné est réuni par sa Direction qui annonce que l effectif sera augmenté de 2 personnes mais ces 2 personnes sont mutées depuis un service, lui-même surchargé. Cependant, la responsable du service annonce cette nouvelle en se tournant vers notre délégué syndical pour lui dire : "vous devez être content". C est donc en sa qualité de délégué qu il répond que le syndicat FO ne peut se satisfaire d une mesure qui a été faite au détriment d un autre service et il rappelle que FO revendique des embauches en CDI de salariés qualifiés pour faire face aux besoins, que l effectif reste toujours insuffisant. Cela fait l objet d une polémique dans laquelle notre délégué syndical répond fermement mais avec courtoisie, comme il en a toujours l habitude. Or, notre délégué est convoqué en entretien préalable à sanction le 6 juillet à 14 heures et est reçu par le Directeur de l indemnisation, Gérard Bonnet, accompagné d une salariée de la RH. Pour ma part, en ma qualité de DSC FO chez Generali, j accompagnais notre camarade. Gérard Bonnet a exposé les reproches, tous relatifs à cette réunion du 26 juin 2012, accusant notre camarade d avoir tenu des propos inadmissibles. Cette accusation est sans fondement. Il C est Michel Estimbre qui signifiera à notre camarade une mise à pied d un jour. Michel Estimbre n a pas entendu notre délégué ni le syndicat FO. Il n était pas présent à l entretien. Cette mise à pied est une provocation qui s ajoute aux pressions permanentes que subit notre Syndicat FO dans cette entreprise. Les syndiqués FO se souviennent de cette plainte pour diffamation engagée par GENERALI France ASSURANCES et Michel Estimbre qui avait conduit à ma mise en examen en Rappelons le jugement de relaxe, aujourd hui définitif, qui a été rendu par la Tribunal de Grande Instance de Paris le 10 novembre Il contenait cet attendu : "Le prévenu [il s agit bien de ma personne] avait donc en mains de nombreux éléments qui lui permettaient de s'interroger sur le comportement de la Direction de la Société ASSURANCES FRANCE GENERALI et spécialement de Michel ESTIMBRE à son égard, et sur les objectifs qu'ils poursuivaient. Il pouvait y voir une tentative manifeste de déstabilisation et la liberté de ton reconnue à celui qui intervient dans le cadre d'une polémique syndicale l'autorisait, sur cette base factuelle démontrée [souligné par nous], à évoquer, en termes forts, la «pression inouïe» qui était exercée sur lui." Depuis, cette pression inouïe s est poursuivie sans relâche. Notre syndicat FO a saisi l inspection du travail sur une "base factuelle démontrée". Ces pressions ont pour objet de détourner notre syndicat FO de son action revendicative. Mais jamais nous ne renoncerons à jouer notre rôle de syndicat au service des intérêts des salariés. Nous réclamons l annulation de la mise à pied et le remboursement de la journée de salaire perdue. Nous maintenons nos revendications pour le service concerné de 9 gestionnaires qualifiés. Nous maintenons toutes nos revendications et, notamment, celle du maintien de tous les sites, de tous les emplois sur ces sites et d embauches en CDI à temps plein pour faire face aux besoins.

9

10 Le prochain Congrès fédéral de la aura lieu du 21 au 25 octobre 2013 & à Perpignan (Pyrénées Orientales) Ce sera l occasion de fêter les 120 ans de la Fédération!

11 JEC In s Section Casinos et Cercles de Jeux Hervé HOBBÉ Secrétaire de la Section fédérale Tél: UNE RENTRÉE 2012 COMBATIVE Ça y est, c est la rentrée, rentrée sociale qui s annonce particulièrement chargée, en cette période de crise et de grande souffrance des salariés français. D ores et déjà, de grands chantiers se profilent à l horizon, et Force Ouvrière est et sera de tous les combats, toujours en pointe de la revendication, portant les légitimes espoirs du salariat de la Branche des Casinos. Ainsi, nous devrons traiter les points suivants : Minima conventionnels Les minima sont devenus, malheureusement, les salaires réels pour plus de 60% des salariés de la Branche, selon l aveu de "Casinos de France". Aussi, et compte tenu du lent glissement vers la pauvreté de nombreux travailleurs, Force Ouvrière introduira des revendications permettant de vivre en toute dignité. Cette crise n est pas la nôtre, mais celle de la finance et des grands patrons. Ce n est donc pas à nous d en supporter les conséquences. Cela fait suffisamment longtemps que les syndicats patronaux ont mis les employés au régime sec, alors qu'ils travaillent de plus en plus dans des conditions se dégradant constamment. Tout augmente de manière vertigineuse. L inflation court à 2,13% depuis le début de l année et les salaires devront être revalorisés, en tenant compte de ces paramètres. Renégociation de la mutuelle de Branche Le régime minimal de mutuelle de Branche a été dénoncé à titre conservatoire, et un appel d offre vient d être lancé, pour trouver un nouveau prestataire. Ce choix nous importe peu ; notre préoccupation étant le panier de remboursement des salariés. Et sur ce point, Force Ouvrière ne tolèrera pas une baisse des prestations, et une plus mauvaise couverture des salariés. Notre combat est celui d un accès aux soins décents pour tous les personnels qui ne bénéficiaient, jusqu alors, d aucune couverture complémentaire. Se soigner n est pas un luxe réservé aux élites ; se soigner est l un des droits fondamentaux que nous continuerons à défendre envers et contre tous. Nous nous battrons pour que les prestations soient revues à la hausse, incluant notamment des aides supplémentaires, en termes de services. Compte tenu du retard pris dans l établissement du cahier des charges, la prochaine commission paritaire de santé débattra des propositions faîtes par les huit prestataires sollicités. Mise en place de comités de groupes (JOA et PARTOUCHE) Tel que cela a été fait dans le Groupe Barrière, nous travaillons à la mise en place de Comités de Groupe, notamment chez JOA et PARTOUCHE, permettant à chaque salarié d être correctement défendu. Ces comités doivent être un tremplin mettant en place des Délégués syndicaux de Branche car, ainsi, plus aucune zone de "non-droit" n existera. Des divergences existent encore et nous venons d introduire nos contre-propositions. Mais au-delà de ces négociations en cours, existent de véritables litiges juridiques qui devront être tranchés. Ces litiges sont nés de dérives patronales, prenant leurs aises avec les dispositions conventionnelles ou du code du travail. Nous serons inflexibles sur ces cas et avons mandaté un avocat afin de défendre les salariés face à ces comportements patronaux indignes et inadmissibles. Tel sera le cas de manière systématique : Accord de droit syndical Groupe Barrière Cet accord, signé entre le Groupe Barrière et deux DS Groupe, est une imposture, limitant les droits des salariés et des organisations syndicales. En effet, cet accord est destiné à se substituer à tous les accords d entreprise plus favorables, en essayant de les rendre caduques et, par voie de conséquence, annuler l intégralité des avantages des salariés du groupe. Nous ne tolèrerons pas l attitude despotique d un groupe qui, depuis trop longtemps, s est retranché derrière ses amitiés politiques et le sentiment d impunité qu il procure, afin de démanteler peu à peu, les avantages acquis de haute lutte par les salariés des casinos. Mais les temps changent. Il est d ailleurs curieux, que l un des signataires, simple employé de casino, et représentant CGT, soit aujourd hui devenu propriétaire de son propre casino à Bagnères de Luchon. Cette opération semble curieuse dans son montage financier, et nul doute que le Ministère de tutelle se penchera sur les conditions "particulières" de réalisation de cette transaction et la véritable provenance de ce financement providentiel. Participation Groupe Barrière Des procédures sont en cours sur le calcul de la participation dans le Groupe Barrière. Une telle erreur sur la valeur ajoutée n a d autre but (délibéré ou non) que de limiter la réserve de participation versée aux salariés. Des procédures sont en cours et nous ne doutons pas que les décisions qui seront rendues rempliront le personnel de ses droits pleins et entiers. Vous le voyez, la rentrée s annonce particulièrement chargée et nous serons sur tous les fronts, afin de faire bloc pour que les intérêts des salariés des Casinos ne soient pas foulés au pied. Depuis plusieurs années, ils ont pu s'apercevoir du travail de terrain fourni par notre Organisation syndicale, pour améliorer leur quotidien. Ce n est pas pour rien que FO est la première organisation syndicale de branche. Mais être premier ne signifie rien en soi. Aussi, nous continuerons à œuvrer dans le sens d une justice sociale accrue, en négociant dans un cadre loyal et sincère, mais aussi en montrant les dents dès que cela s avèrera nécessaire. Le travail continue plus que jamais! Page 11 /N 47 - Septembre 2012

12 JEC In s Section Commerce Françoise NICOLETTA Secrétaire fédérale Tél: LA RELANCE DE L INDUSTRIE EST SANITAIRE! En 2008, nous avons connu le fauteuil de relaxation qui provoquait des allergies cutanées, vendu chez Conforama. Dans la presse et sur le net, apparaissaient des photos de dos rouges vifs les victimes ont dû connaître un véritable moment de relaxation. En 2010, dans un article de Marianne "Textile et cuir venus d'asie : chics, pas chers et toxiques", il était dénoncé : "Ainsi, dans l entrepôt central de la marque H&M, sur le Port de Hambourg, 70 % des employés se plaignent de douleurs pouvant résulter d un empoisonnement lié aux Quelques mois après, c était au tour de GEMO de défrayer la chronique avec ses chaussures qui présentaient les mêmes risques. Les pieds étaient rouges, boursouflés, horribles. Pour mémoire, un extrait du Nouvel Observateur du 27/01/2009 : "Les magasins GEMO sont en train de procéder au rappel de paires de ballerines, suite à l hospitalisation en urgence de Jamilla Skoudy une cliente à Compiègne" (voir son témoignage ci-dessous). "J ai été hospitalisée une semaine au CHU de Compiègne début janvier. Il y avait une autre femme qui avait eu exactement le même problème que moi, avec des chaussures made in China, et achetées dans un autre magasin que le Gemo où je suis allée!". Page 12 /N 47 - Septembre 2012 Les analyses des chaussures de Jamilla Skoudy réalisées par la DGCCRF ont en tout cas été formelles : elles contenaient bien du DMF (Diméthylformamide). Laurence Pailloux, responsable juridique du groupe Eram (Gemo, France Arno, Eram, Bocage ) nous confirme : "Nous avons aussi procédé au rappel de 14 autres références, soit paires, où nous avions trouvé des traces de DMF".

13 produits qu ils manipulent. Ou cette employée de la marque Esprit, dont le travail consistait à repasser les jeans tout juste sortis des containers, qui souffre aujourd hui de graves problèmes respiratoires, vraisemblablement liés au dichlorométhane (l un des solvants les plus irritants qui soit), présent dans ces jeans fabriqués en Asie". OUF! Avec de tels problèmes et aussi bien médiatisés, la prise de conscience est générale, de la fabrication à la clientèle. Le contraire serait impensable Cet été, c est une gifle que nous prenons en regardant l excellent reportage nommé "Du poison dans nos vêtements". Cette fois, ce n est plus que les discounters et autres grandes chaînes qui sont montrés du doigt. Il n y a pas que l article MADE IN CHINA à bas prix qui pose des problèmes de santé, mais c est bien tout le textile et le cuir fabriqués en Asie et distribués dans le monde entier, du bas au haut de gamme qui sont dangereux. Le danger est supporté depuis la fabrication jusqu aux clients, en passant par les travailleurs de la logistique et les vendeurs, et cela malgré les communications antérieures, citées plus haut. Le profit a la peau dure! Dans le reportage, que nous vous recommandons de voir, on trouve une série de témoignages de victimes. Maladies pulmonaires, cutanées, cancers et autres, au nom de la rentabilité et causées par la destruction de l industrie. En France, nous avions une belle industrie de la chaussure et du textile. Aujourd hui, à la place, nous avons des zones sinistrées. L importation de ces produits de pays lointains cause des problèmes de transport et c est pour cela, entre autres, qu ils sont traités contre l humidité et les moisissures. Il y a quelques années, Denis LANGLET (militant syndicaliste) écrivait un livre "L'INDUSTRIE DANS LA TOURMENTE DE LA FINANCE" où il démontrait le démantèlement organisé de l industrie au profit du monde de la finance dont les LBO. Les pôles services des industries étaient revendus à des entreprises spécialisées dans le service, d où l augmentation de l activité de ce secteur. Quant au reste, l activité industrielle a été exportée pour partie. L actualité confirme malheureusement la continuité de cette tourmente, le tout accompagné par une politique volontariste européenne et au service des financiers. Aujourd hui, l effet boomerang est violent. Le chômage, la crise et l empoisonnement sont au programme. C est à chaque niveau que nous devons intervenir pour faire reculer ce fléau, par la réindustrialisation, l interdiction d importer de la marchandise impropre à la consommation. Pour nous, militants syndicalistes du Commerce, nous devons intervenir auprès des employeurs pour leur rappeler l existence de l article L du code du travail : X"L'employeur prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs. XCes mesures comprennent : 1 Des actions de prévention des risques professionnels ; 2 Des actions d'information et de formation ; 3 La mise en place d'une organisation et de moyens adaptés. XL'employeur veille à l'adaptation de ces mesures pour tenir compte du changement des circonstances et tendre à l'amélioration des situations existantes." Alors, délégués du personnel, membres du CHSCT, remplissez vos cahiers de réclamations pour les uns et pour les autres. Cela mérite bien une réunion extraordinaire de faire le point sur l origine de la marchandise manipulée et voir si elle contient un des produits de la longue liste citée dans le reportage "Du poison dans nos vêtements" : le diméthylfumarate (DMFU interdit en Europe, dans le cadre de la directive 98/8/CE), des sels de chrome, dont le chrome hexavalent (chrome VI), l oxyde d éthylène, des métaux lourds divers et variés (aluminium, nickel, plomb, mercure ), des produits à base de cyanure, etc. Pour ce faire, nous pouvons nous appuyer sur des experts pluridisciplinaires comme TECHNOLOGIA. Nous ne pouvons passer sous silence ce danger, que nous pouvons éradiquer en utilisant les instances, pour la santé des salariés. Sources : ARTE : Marianne : Le Nouvel Observateur : societe/ OBS1738/l-affaire-des-sofas-et-des-chaussures-chinoisescontaminees-se-propage.html "L'INDUSTRIE DANS LA TOURMENTE DE LA FINANCE" : &no=26045 Coordonnées de TECHNOLOGIA : 42 rue de Paradis Paris Tel. : Fax : Page 13 /N 47 - Septembre 2012

14 Page 14 /N 47 - Septembre 2012

15

16 JEC In s Section Crédit Sébastien BUSIRIS Secrétaire fédéral Tél: UNE RENTRÉE SOUS LE SIGNE DE L INCERTITUDE POUR NOS PATRONS MAIS DES CERTITUDES DANS NOS REVENDICATIONS Page 16 /N 47 - Septembre 2012 Tout le monde en parle, "ça doit et ça va changer" ; le paysage bancaire français et européen, voire mondial doit être modifié. Ce n est pas FO Banques et Sociétés Financières qui va se plaindre que des sécurisations pour les salariés arrivent enfin, car on doit aller plus loin! Depuis 2007, nous n avons eu de cesse d écrire aux différentes instances de gouvernance, tant européennes que nationales, en revendiquant : - plus de transparence, plus de contrôle dans les banques, la lutte contre les paradis fiscaux ; - une moralisation des salaires dans notre profession grâce à une limitation des bonus et la condamnation des régimes de retraites chapeaux (la loi de finances rectificative prévoit déjà des modifications ) ; - l arrêt des suppressions de postes alors que les bénéfices de banques se chiffrent en milliards d euros ; - enfin, que les salariés soient protégés dans l exercice de leur métier et que les responsabilités qui incombent aux établissements ne se transfèrent pas sur les personnes. Nos actions commencent à porter leurs fruits. Progressivement tant au niveau européen qu au niveau français, de nouvelles règles se mettent en place avec pour objectif commun "l assainissement" de nos métiers et de notre profession. Mais la route est encore longue car les paradis fiscaux existent toujours. Les normes Bâle III, même si elles s appliqueront, n ont pas encore permis de se garantir envers les risques systémiques. Il suffit d ailleurs de regarder du côté des affaires : Dexia, Bankia, Crédit Immobilier de France pour s en rendre compte. Du côté des marchés et de la spéculation, ce n est pas mieux Certains traders continuent à œuvrer en toute impunité, mettant en danger leur établissement avec, pour exemple, l affaire de la Baleine de Londres où un seul trader a occasionné la perte de plus de 3,6 milliards d euros à sa banque J.P. Morgan. De même, sur les bonus et retraites chapeaux, même s ils sont en diminution, il faut encore aller plus loin pour éviter, d une part, les prises de risques liées uniquement à l appât du gain et, d autre part, taxer, voire interdire les systèmes de retraites chapeaux qui sont profondément injustes car ils font peser sur l ensemble des salariés d une entreprise, la charge de la retraite pharaonique de leurs dirigeants! Nous attendons donc beaucoup des mesures que doivent prendre le gouvernement et la Commission Européenne dans les prochains mois, tout en restant très vigilants afin d éviter une instrumentalisation de ces mesures par nos dirigeants dans le but de mettre en œuvre de nouvelles "campagnes de suppressions d emplois". Nos attentes sont celles des salariés de la profession bancaire et du secteur du crédit et nous souhaitons que l on cesse d appeler les salariés "Bankstères"! Nous souhaitons une restauration de l image des salariés des banques par le retour à un réel métier de financement de l économie et non celui de Banquier "virtuel" avide de spéculation et d argent facile. Comme le rappelait UNI Finances récemment, tant que nous ne changerons pas les exigences et le diktat des conseils d administration qui imposent un ROE à 2 chiffres, les prises de risques se poursuivront, les conditions de travail continueront à se dégrader car pour maintenir une telle rentabilité, il y aura encore des suppressions d emplois et au final, ce sont les salariés et clients qui paieront la note. FO Banques et Sociétés Financières, comme UNI Finances, souhaitent que les choses changent en prenant mieux en compte les salariés et leurs rémunérations et non uniquement l actionnaire comme c'est le cas actuellement.

17 Sylvie VERCLEYEN & Jean-Luc SCEMAMA Experts-comptables associés COMMENT APPRÉCIER LA SOLVABILITÉ DE L ENTREPRISE 20, rue Brunel PARIS Tél : Fax : Pour les élus de CE, peu initiés à l analyse de la rentabilité et de la solvabilité, l appréciation de l endettement et des capacités de remboursement de l entreprise n est pas un exercice facile. Et pourtant dans le contexte économique actuel, c est le moyen d anticiper une situation éventuelle de cessation des paiements. Pour connaître la solvabilité de son entreprise, il faut être en mesure d apprécier les grands équilibres financiers à travers la structure financière : Comment sont financés les investissements : autofinancement ou emprunt? L entreprise est-elle endettée? A quel niveau? Dispose-t-elle, a contrario, d une trésorerie confortable? Quel est le soutien apporté par l actionnaire? Est-il durable? Existe-t-il des risques de sous-capitalisation? Quel est le besoin en fonds de roulement (BFR)? L activité de l entreprise, au quotidien, génère-t-elle des besoins à financer (stocks, crédits clients) ou des liquidités? De quel ordre? L activité de l année a-t-elle permis de créer de la trésorerie ou bien en a-t-elle consommé? Il convient de connaître quelques notions importantes : capitaux propres, fonds de roulement 1 - L actif immobilisé est composé des immobilisations corporelles (bâtiments, matériel, outil de production..), incorporelles (brevets, licences ) et financières (titres de participation ). Il représente les éléments qui ne disparaissent pas par le cycle d'exploitation. 2 Les capitaux propres présentent les fonds apportés par les actionnaires, ainsi que les bénéfices non distribués moins les pertes. Plus les capitaux propres sont conséquents, plus l entreprise peut résister à des difficultés passagères : il y a souscapitalisation lorsqu ils sont insuffisants, ce qui peut se traduire par une crise de solvabilité. 3 Les dettes à moyen et long terme (DMLT) regroupent les sommes empruntées pour une durée supérieure à un an. 4 Le fonds de roulement (FR) est un indicateur du financement à long terme : c est l excédent des ressources stables sur l actif immobilisé : Le besoin en fonds de roulement (BFR) résulte du décalage dans le temps des recettes par rapport aux frais engagés pour générer celles-ci (durée de rotation des stocks et délai de règlement des clients moins délai de règlement des fournisseurs) : Si le BFR est négatif (on parle alors d une ressource en FR), cela signifie que l exploitation au quotidien génère des liquidités. C est le cas des entreprises de distribution comme les supermarchés où les clients paient comptant. Bilan fonctionnel L analyse financière de l entreprise renseigne le comité d entreprise sur la solvabilité et la pérennité de l entreprise. Elle donne également des informations sur la capacité de l entreprise à emprunter et donc à financer des investissements. Face à l importance des enjeux, surtout en période de crise, n hésitez pas à interroger votre expert.

18 JEC In s Section Presse Edition Publicité Jacques GIROD Secrétaire fédéral Tél: DEUX ACCORDS SALARIAUX 2012 SIGNÉS AU DÉBUT DE L'ÉTÉ DANS LE SECTEUR DE LA PUBLICITÉ Un accord salarial a été signé dans la branche de la Publicité, portant sur des augmentations à effet au 1 er juillet L augmentation est de 2% pour tous les niveaux de toutes les catégories de la grille (Employés, Techniciens/Agents de Maîtrise et Cadres) en regard des salaires minima de la grille conventionnelle au 1 er juillet Vous trouverez, ci-après, pour votre information, le tableau comparatif de l évolution des augmentations salariales issues de cet accord que vous trouverez en pièce jointe. En l état actuel, FO est signataire, la CFDT, CFE-CGC et CFTC devraient le signer tandis que la CGT a clairement indiqué qu elle ne le signerait pas. ** pendant 6 mois *** pendant 1 an Délégation : Jacqueline CUYNET-BECKER et Nathalie HOMAND-DEMIR DANS LE SECTEUR DE L'ÉDITION Les Organisations Syndicales et le Syndicat National de l Edition se sont rencontrés à plusieurs reprises afin de négocier le relèvement des minima conventionnels pour l année Après de nombreux échanges, propositions et contrepropositions, les parties se sont entendues, exceptée la CGT, pour un relèvement uniforme des barèmes à 2%, applicable au 1 er septembre FO-SNPEP a signé cet accord avec plusieurs objectifs en perspective. Il souhaite parvenir à un accord salarial qui permette d assurer la conformité des grilles de salaires avec le niveau du SMIC et de garantir la cohérence des grilles par l application d un relèvement uniforme sur l ensemble des niveaux. Il veut procéder, dès septembre 2012, à un examen de la structure de la grille des salaires dans la perspective d un réajustement pour un meilleur équilibre entre les niveaux en fonction, notamment, de l étude des classifications et des données chiffrées du rapport social annuel de l Edition (deux dates ont déjà été retenues en septembre 2012). La grille des salaires minima avant 3 mois d ancienneté est une disposition introduite dans l accord du 24 juin 2011 à la demande du SNE mais qui n a pas vocation à subsister compte tenu de son caractère illicite et non conforme aux grilles à l ancienneté de la CCN de l Edition. Le SNE a pris l engagement de supprimer cette disposition avant la fin de l année 2012 afin que les négociations 2013 à venir reprennent un schéma normal de la révision des grilles des salaires minima de la convention collective nationale de l Edition. Délégation : Jacqueline CUYNET-BECKER et Nathalie HOMAND-DEMIR Page 18 /N 47 - Septembre 2012 : Le syndicat de la fiche de paie! &

19

20 JEC In s Section Organismes Agricoles Dominique MANISSIER Secrétaire fédéral Tél: Page 20 /N 47 - Septembre 2012 DES GRANDS PRINCIPES AUX ACTES, IL Y A SOUVENT UN MONDE! Au Crédit Agricole, on prône "environnement durable" et "responsabilité sociétale" mais sans l appliquer! En MSA, on applique la loi mais en reprenant d une main ce que l on a été "obligé" de donner de l autre! CRÉDIT AGRICOLE par Dominique MANISSIER Charente-Maritime Deux-Sèvres : NON à la fermeture des sites de Saintes et de Niort! (acte 2) Lors de l assemblée du personnel du 3 juillet 2012, les salariés avaient décidé la date du 3 septembre 2012 pour tenir une nouvelle assemblée et marquer symboliquement la rentrée. Durant l été, l intersyndicale a pris contact avec différents élus politiques des circonscriptions de Saintes (17) et de Niort (79). Les administrateurs et le président de la Caisse Régionale ont été interpellés et des pétitions ont été signées par les commerçants de Saintes et Niort. Le 3 septembre, ce sont donc entre 150 et 250 salariés (selon la direction ou les syndicats) qui ont manifesté à Saintes contre le projet de "fusion déplacement" des sites de Niort et Saintes à La Rochelle, avec le soutien des politiques. Si la mobilisation est moindre qu en juillet, elle est à relativiser en cette fin de période estivale, avec des congés qui se terminent pour certains et la rentrée scolaire pour d autres. L ensemble des élus présents a annoncé aux salariés, qu ils avaient demandé un rendez-vous au Ministre de l Economie. L intersyndicale a demandé à être associée à ce rendez-vous. Un lâcher de 500 ballons représentant symboliquement le départ des salariés touchés par cette décision arbitraire et injuste a été organisé, suivi d une manifestation dans la ville de Saintes. La direction reste muette et n a toujours pas apporté de réponse aux différents courriers adressés tant au président de la caisse régionale qu au conseil d administration. De nouvelles actions symboliques et médiatiques sont déjà prêtes : - interpeller chacun des administrateurs ; - pique-nique à Chey, commune dont le président est maire. Il est important de noter que cette décision de rayer d un coup de plume les deux sites issus de la fusion pour en créer un nouveau ailleurs, est une première dans l institution. Charente-Maritime Deux-Sèvres ne doit pas être le "ballon d essai" des autres caisses régionales Pour le Crédit Agricole, qui se dit acteur et garant de la dynamique des territoires ruraux, le développement durable ne doit pas se limiter à des campagnes d affichages dans les médias A l heure du "bilan carbone", quel serait l impact de cette décision arbitraire? Quelles seraient les conséquences environnementales du "transfert" de 500 salariés (et de leur famille) sur ce nouveau site? MSA par Anita PASSANNANTE Dotation aux Comités d Entreprise La Cour de Cassation, dans un arrêt de la chambre civile du 30 mars 2011, a confirmé un arrêt de la Cour d'appel de Montpellier de 2009 qui a fixé la base de calcul de la dotation aux activités sociales et culturelles (ASC) : la masse salariale globale doit s'entendre comme la masse salariale brute comptable, soit le solde du compte 641. L'arrêt de la Cour de Cassation aligne les modalités de calcul de la dotation ASC sur celles précisées pour la dotation au fonctionnement. Cela soulève cependant un problème de taille : bien souvent, les caisses utilisent comme base de calcul, la masse salariale figurant sur la DADS (Déclaration Annuelle de Données Sociales). Or, le montant de la masse salariale brute comptable, telle que définie la jurisprudence, est souvent plus importante. C est ainsi qu en décembre 2011, la FNEMSA a demandé aux caisses de MSA l application de cette jurisprudence à compter du 1 er janvier Comme nous l avons rappelé par un courrier adressé à la FNEMSA en juin 2012, en cas de manque à percevoir, les CE sont fondés à réclamer ces sommes avec une rétroactivité sur cinq ans. Cette réalité n est d ailleurs pas contestée par la FNEMSA qui vient d en informer l ensemble des directions du réseau MSA, mais sans imposer de rétroactivité sur la période 2007/2010, ou à tout le moins sans en donner les moyens aux caisses. En effet, si la FNEMSA précise sans ambiguïté que si un CE demande une régularisation pour les années 2007/2010, une suite favorable doit être donnée par l employeur elle rajoute que : "chaque organisme MSA étant tenu de respecter son cadrage budgétaire [ ] il devra effectuer les arbitrages nécessaires pour honorer cette demande s il n a pas de marge" Cet argument est une méthode déloyale qui tend à rejeter sur les élus la responsabilité des conséquences financières et des arbitrages qui ne manqueraient pas d être faits d une simple application de la LOI!

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

La formation professionnelle des salariés : principes généraux

La formation professionnelle des salariés : principes généraux 2 nd forum des associations Juin 2013 - Goyave La formation professionnelle des salariés : principes généraux Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi

Plus en détail

CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE

CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE Niveau TERMINALE GF Matière ECONOMIE Thème 9. L Etat a-t-il des marges de manœuvre en termes de politiques économiques? Durée de la séquence 3 heures Notions -Le

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N O

Plus en détail

Chantier restructurations

Chantier restructurations Chantier restructurations Le présent document réalisé par le groupe de travail en charge du chantier restructurations, se fixe pour objectif de décrire de manière synthétique les enjeux présents et à venir

Plus en détail

Section fédérale des Organismes Agricoles/MSA

Section fédérale des Organismes Agricoles/MSA Section fédérale des Organismes Agricoles/MSA SECTION FEDERALE DES ORG. AGRICOLES Paris, le 25 mars 2014 Site Internet : www.fecfo-org-agricoles.fr Lettre circulaire n 12/2014 Aux Secrétaires des Syndicats

Plus en détail

Dossier spécial réforme de la formation professionnelle

Dossier spécial réforme de la formation professionnelle Dossier spécial réforme de la formation professionnelle ABILWAYS vous propose un dossier spécial sur la réforme de la formation professionnelle. Issu de l Accord National Interprofessionnel du 14/12/2013

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE PROTECTION SOCIALE MUTUELLES

FICHE TECHNIQUE PROTECTION SOCIALE MUTUELLES PROTECTION SOCIALE MUTUELLES FICHE TECHNIQUE Références Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires, article 22 bis Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du date Ville

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du date Ville Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du date Ville 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national : début de reprise économique, mais chômage encore trop fort Dans notre région, une problématique

Plus en détail

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS)

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) Proposition pour le site de UD CGT 35 la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) L insécurité dans et au travail est une réalité qui affecte un nombre sans cesse grandissant de salariés.

Plus en détail

TELE TRAVAIL. . L employeur propose aux organisations syndicales les dispositions suivantes : -Le champ d application

TELE TRAVAIL. . L employeur propose aux organisations syndicales les dispositions suivantes : -Le champ d application COMMISSIONS PARITAIRES DES 14 et 28 janvier 2014 TELE TRAVAIL Constatant un développement anarchique de l application du télé travail dans le réseau Sécurité Sociale, la CFTC a été à l initiative de la

Plus en détail

www.leguidedupatrimoine.com

www.leguidedupatrimoine.com Pour vivre pleinement votre retraite, prenez les devants ASSOCIATION D ÉPARGNE VIAGÈRE LA TONTINE Votre assurance sur l avenir La retraite, une nouvelle vie! La retraite, c est une nouvelle étape dans

Plus en détail

J ÉTABLIS MON DOSSIER FINANCIER PRÉVISIONNEL

J ÉTABLIS MON DOSSIER FINANCIER PRÉVISIONNEL J ÉTABLIS MON DOSSIER FINANCIER PRÉVISIONNEL 17 parazit - Fotolia.com Étape 3 > Mes prévisions financières > Mon plan de financement > Mon compte de résultat prévisionnel > Mon seuil de rentabilité > Mon

Plus en détail

Syndicat National de Banque et du crédit. sécurisation de l'emploi. Mobilités interne et externe

Syndicat National de Banque et du crédit. sécurisation de l'emploi. Mobilités interne et externe Syndicat National de Banque et du crédit sécurisation de l'emploi Mobilités interne et externe fiche technique 2 ANI du 11 Janvier 2013 Loi n 2013-504 du 14 juin 2013 Journal Officiel du 16 Juin 2013 Des

Plus en détail

Syndicat C.G.T. du personnel de Grande Maîtrise des Administrations Parisiennes.

Syndicat C.G.T. du personnel de Grande Maîtrise des Administrations Parisiennes. Syndicat C.G.T. du personnel de Grande Maîtrise des Administrations Parisiennes. Le 21 mars 1804, Napoléon Ier instaure le Code civil dont l'article 1781 édicte qu'en cas de litige sur le salaire, la parole

Plus en détail

SOMMAIRE : Le texte intégral de l accord est disponible sur notre site : www.fncpla.org dans la partie «documents à télécharger».

SOMMAIRE : Le texte intégral de l accord est disponible sur notre site : www.fncpla.org dans la partie «documents à télécharger». GUIDE D APPLICATION DE L ACCORD DE BRANCHE DU 13 AVRIL 2006 PORTANT AVENANT A L ACCORD DE CLASSIFICATIONS DU 5 MAI 1992 ET A L ACCORD ARTT DU 14 DECEMBRE 2001 SUR : - SALAIRES, - TEMPS DE TRAVAIL, DANS

Plus en détail

1. Qu est ce que la portabilité des droits en matière de prévoyance?

1. Qu est ce que la portabilité des droits en matière de prévoyance? La portabilité de la couverture prévoyance 1. Qu est ce que la portabilité des droits en matière de prévoyance?... 1 2. Quelles sont les ruptures de contrat de travail concernées par la portabilité?...

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N 137 DU 26 SEPTEMBRE 2011 RELATIF AU TEMPS PARTIEL

Plus en détail

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Janvier 2007 La convention AERAS s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé Fédération française des sociétés d assurances Centre

Plus en détail

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007.

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. La lettre du N 6 Décembre 2007 La Réforme des Heures Supplémentaires La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. Elle prévoit : Pour le salarié : une réduction des

Plus en détail

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses»

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Nous sommes aujourd hui, plus de 500 manifestants dans les rues

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3249 Convention collective nationale IDCC : 1516. ORGANISMES DE FORMATION ACCORD

Plus en détail

Piloter son entreprise : Le suivi de l activité

Piloter son entreprise : Le suivi de l activité 10/505N/05/A. 1. Piloter son entreprise : Le suivi de l activité Comprendre et maîtriser l évolution du BFR 10/505N/05/A. 2. Piloter son entreprise : Le suivi de l activité Le suivi de l activité : constats

Plus en détail

Questionnaire Observatoires Régionaux 2008

Questionnaire Observatoires Régionaux 2008 page 1 sur 18 Questionnaire Observatoires Régionaux 2008 Bilan prévu à l article 12 du Protocole d accord du 30 novembre 2004 page 2 sur 18 Sommaire Préambule...3 Informations générales...4 Référentiels

Plus en détail

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant!

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Regroupés autour d une enseigne commune, les commerçants associés sont des distributeurs grâce à une organisation amont forte et structurée qui

Plus en détail

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent Profondément humain Un peu d histoire pour éclairer le présent Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes de solidarité, de

Plus en détail

Pour une réforme structurelle. de la formation professionnelle

Pour une réforme structurelle. de la formation professionnelle Pour une réforme structurelle de la formation professionnelle L accord du 14 décembre 2013 : ce qu il changera, au quotidien, pour les entreprises, les salariés et les demandeurs d emploi 20 13 POUR L

Plus en détail

GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE

GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE { GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE L ENGAGEMENT DE SERVICE La caisse d assurances sociales du GROUPE S est un maillon indispensable entre l Administration et le citoyen. Elle contribue de concert

Plus en détail

FORFAIT ANNUEL EN JOURS

FORFAIT ANNUEL EN JOURS CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DU COMMERCE DE DÉTAIL ET DE GROS À PRÉDOMINANCE ALIMENTAIRE AVENANT N 52 DU 17 SEPTEMBRE 2015 FORFAIT ANNUEL EN JOURS Préambule Le présent accord a pour objet la fixation

Plus en détail

La mise en œuvre des principes ultralibéraux dans le droit du travail français.

La mise en œuvre des principes ultralibéraux dans le droit du travail français. La mise en œuvre des principes ultralibéraux dans le droit du travail français. La politique du gouvernement dit socialiste puis social libéral et enfin libéral social, a été marquée par un virage à 180

Plus en détail

INDEMNISATION du CHOMAGE PARTIEL :

INDEMNISATION du CHOMAGE PARTIEL : SYNDICAT FORCE OUVRIERE RENAULT SANDOUVILLE Tél : 01.76.82 19 60 Fax : 01.76.82.06.03 @ :fo.sandouville@renault.com Site : www.sandou.free.fr Lundi 21 Octobre 2013 INDEMNISATION du CHOMAGE PARTIEL : Une

Plus en détail

Plan de pension sectoriel

Plan de pension sectoriel FONDS SOCIAL DE L INDUSTRIE DU BETON en coopération avec Plan de pension sectoriel pour les ouvriers de l industrie du beton FSIB Plan de pension sectoriel 1 2 Plan de pension sectoriel FSIB Préface Sophie

Plus en détail

Accord salarial 2008

Accord salarial 2008 Accord salarial 2008 PRÉAMBULE En application de l article L. 2241-1 du Code du travail et de l article 42 de la convention collective de la Banque, les partenaires sociaux se sont rencontrés à trois reprises,

Plus en détail

R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés

R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés QUI EST OETH? L association OETH a pour objectif la mise en œuvre de l Accord de branche relatif à l Obligation d Emploi des

Plus en détail

Le salaire. en 7 questions

Le salaire. en 7 questions Le salaire en 7 questions Sommaire Comment lire ma fiche de paie? p.4 Comment se calcule mon salaire? p.6 Quelle est la différence entre salaire brut et salaire net? La qualification, c est quoi? p.8 C

Plus en détail

Base de données. économiques. et sociales. vigilance, exigences. et conquêtes. élus et mandatés. guide pratique

Base de données. économiques. et sociales. vigilance, exigences. et conquêtes. élus et mandatés. guide pratique Base de données économiques et sociales vigilance, exigences et conquêtes guide pratique élus et mandatés L article 8 de la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 a introduit un nouveau dispositif

Plus en détail

Salaire minimal: «autogoal» et abus de confiance dans le partenariat social

Salaire minimal: «autogoal» et abus de confiance dans le partenariat social Salaire minimal: «autogoal» et abus de confiance dans le Ernst Bachmann, Vice-président de GastroSuisse Président Commission pour le droit du travail et les affaires sociales Conférence de presse annuelle

Plus en détail

R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés.

R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés. R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés. QUI EST OETH? L association OETH a pour objectif la mise en œuvre de l Accord de Branche 2006-2010 relatif à l Obligation

Plus en détail

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi SYNTHESE D EXPERTS Juillet 2013 SOMMAIRE 1 Généralisation de la couverture complémentaire santé...

Plus en détail

Très fraternellement Corinne DESSIGNY Responsable Formation 06.81.19.90.93 corinnedessigny0009@orange.fr formation@cgtoise.com

Très fraternellement Corinne DESSIGNY Responsable Formation 06.81.19.90.93 corinnedessigny0009@orange.fr formation@cgtoise.com L essentiel Sommaire : Bulletin d information de l Union Départementale de la CGT Oise n 67 du0 décembre 0 Page : Edito Page et : Plan de Formation UD et UL Page à 7 : Descriptifs des Formations Page 8:

Plus en détail

Ce que vous devez savoir

Ce que vous devez savoir LIVRET D ACCUEIL ET D INFORMATION Salarié(e)s d entreprises sous-traitantes françaises et étrangères Ce que vous devez savoir Connaître vos droits en matière de : salaires, contrat de travail, conditions

Plus en détail

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT I. MOUVEMENTS COMPTABLES Nous avons vu que le Bilan représente la photographie de la situation de l entreprise à une date donnée : chaque opération nouvelle

Plus en détail

Formation professionnelle

Formation professionnelle L Accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 Pour un nouveau modèle économique et social au service de la compétitivité des entreprises et de la sécurisation de l emploi et des parcours professionnels

Plus en détail

GESTION D UN MAGASIN

GESTION D UN MAGASIN de la formation GESTION D UN MAGASIN Optimiser la performance commerciale du point de vente Connaître les principaux facteurs de performances commerciales Mesurer l impact de la fréquentation sur les résultats

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 7 JUIN 2007

ACCORD NATIONAL DU 7 JUIN 2007 MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord de branche ENSEIGNEMENT AGRICOLE (SECTEUR DES ÉTABLISSEMENTS CATHOLIQUES) ACCORD NATIONAL DU 7 JUIN 2007 RELATIF AUX ÉQUIVALENCES

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction Conciliateurs de Justice depuis un certain nombre d années, nous avons traité et acquis une expérience certaine concernant l ensemble des conflits du quotidien qui préoccupent nos concitoyens

Plus en détail

Les classifications professionnelles ont été révisées à compter du 1 er avril 2007

Les classifications professionnelles ont été révisées à compter du 1 er avril 2007 Les classifications professionnelles ont été révisées à compter du 1 er avril 2007 Après de longues négociations avec les syndicats de salariés, les classifications professionnelles ont été révisées afin

Plus en détail

Programme de formations. (année 2014)

Programme de formations. (année 2014) Programme de formations (année 2014) LBBa, prestataire de formation professionnelle Prestataire de formation professionnelle, enregistré comme tel auprès de l administration, le cabinet LBBa, composé d

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

Après la RPN du 18 octobre

Après la RPN du 18 octobre Spécial Classification n 2 Le 20 octobre 2013 Après la RPN du 18 octobre PROPOSITIONS DE L EMPLOYEUR POSITION DU SNPDOSS CFECGC LA CLASSIFICATION Six niveaux pour quatre fonctions Les quatre fonctions

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

Guide de la formation à la gestion et la comptabilité IDECO

Guide de la formation à la gestion et la comptabilité IDECO La connaissance n est pas un objet comme les autres La connaissance est une information à laquelle vous donnez du sens. Ce processus de construction des connaissances est de ce fait très personnel, lié

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 16 MARS 2007 RELATIF

Plus en détail

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE Contexte : Loi FILLON du 23 Août 2003 : - modification des limites d exonération, - fixation de nouvelles caractéristiques

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE

FORMATION PROFESSIONNELLE FORMATION PROFESSIONNELLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE... 4 L'ACTIVITÉ DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE... 6 LES POINTS DE VIGILANCE

Plus en détail

Les défis du deuxième pilier pour les salariés

Les défis du deuxième pilier pour les salariés Jean-Michel Kupper Administrateur Directeur AG Employee Benefits & HC Les défis du deuxième pilier pour les salariés 1 29/04/2015 Ordre du jour Les défis de la pension légale Les défis du deuxième pilier

Plus en détail

LES DELEGUES SYNDICAUX

LES DELEGUES SYNDICAUX LES DELEGUES SYNDICAUX Chaque syndicat représentatif dans une entreprise ou un établissement de 50 salariés ou plus peut désigner un délégué syndical (DS). Nommé pour une durée indéterminée, le délégué

Plus en détail

L indépendance, c est l affaire de tous

L indépendance, c est l affaire de tous Entreprises OFFRE DÉPENDANCE COLLECTIVE L indépendance, c est l affaire de tous Humanis vous présente une garantie Dépendance collective s adaptant aux besoins de vos salariés et à la hauteur des ambitions

Plus en détail

CONTEXTE LEGISLATIF 1

CONTEXTE LEGISLATIF 1 CONTEXTE LEGISLATIF 1 L envol des taxes en assurance santé depuis 2006 2 LA PORTABILITE Mécanisme de maintien temporaire des garanties santé et prévoyance pour les chômeurs qui bénéficiaient de ces couvertures

Plus en détail

UNE LOI VOTEE MAIS NON APPLIQUEE!

UNE LOI VOTEE MAIS NON APPLIQUEE! UNE LOI VOTEE MAIS NON APPLIQUEE! Loi N 2013-504 du 14.06.2013 Entreprises en LIQUIDATION JUDICIAIRE NON APPLICATION DE LA LOI SUR LA PORTABILITE GRATUITE DES FRAIS DE SANTE et DE PREVOYANCE Si aujourd

Plus en détail

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 Les salaires minima applicables à compter du 1 er janvier 2015 CCN n 3241 En résumé : I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 L avenant n 21 sur les salaires minima

Plus en détail

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- LES FORFAITS JOURS

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- LES FORFAITS JOURS Groupement des Métiers de l Imprimerie ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- JUIN 2014 NOTE N 12 LES FORFAITS JOURS (Articles

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 2 - Juin 2009 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402 dirigeants d entreprise, représentatif

Plus en détail

PROJET DE CRÉATION D ENTREPRISE

PROJET DE CRÉATION D ENTREPRISE DOSSIER DE CANDIDATURE CATÉGORIE : PROJET DE CRÉATION D ENTREPRISE Dépôt des candidatures impérativement avant le 30 avril 2007 auprès de la LMDE et exclusivement par courrier à l adresse ci-dessous. Règlement

Plus en détail

Entretien professionnel une nouvelle obligation à ne pas négliger Revue du 10/07/2014

Entretien professionnel une nouvelle obligation à ne pas négliger Revue du 10/07/2014 Entretien professionnel une nouvelle obligation à ne pas négliger Revue du 10/07/2014 Intégré au Code du travail par la loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie

Plus en détail

Etablir son plan de financement

Etablir son plan de financement OCTOBRE 2015 ENTREPRENEURS N 9 lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES & aveclespme.fr Le nouveau site pratique de la Fédération Bancaire

Plus en détail

Etablir son plan de financement

Etablir son plan de financement OCTOBRE 2015 ENTREPRENEURS N 9 FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES Etablir son plan de financement 2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : info@lesclesdelabanque.com

Plus en détail

Tél. 01 42 55 82 66 / Télécopie 01 42 52 56 26! Courrier électronique : sntpct@wanadoo.fr!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!site : www.sntpct.fr!

Tél. 01 42 55 82 66 / Télécopie 01 42 52 56 26! Courrier électronique : sntpct@wanadoo.fr!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!site : www.sntpct.fr! S.N.T.P.C.T. Adhérent à EURO-MEI Bruxelles 10 rue de Trétaigne 75018 Paris! Syndicat National des Techniciens et Travailleurs de la Production Cinématographique et de Télévision Tél. 01 42 55 82 66 / Télécopie

Plus en détail

Rectorat d Académie d Aix-Marseille Septembre 2014 Délégation Académique Sécurité Hygiène et Conditions de Travail (DASH-CT)

Rectorat d Académie d Aix-Marseille Septembre 2014 Délégation Académique Sécurité Hygiène et Conditions de Travail (DASH-CT) Rectorat d Académie d Aix-Marseille Septembre 2014 Délégation Académique Sécurité Hygiène et Conditions de Travail (DASH-CT) Consultez notre site Internet : http://www.pedagogie.ac-aix-marseille.fr/jcms/c_43964/accueil

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3015 Convention collective nationale IDCC : 1561. CORDONNERIE MULTISERVICE ACCORD

Plus en détail

CONCOURS PETIT POUCET BP 50135 75263 PARIS Cedex 06

CONCOURS PETIT POUCET BP 50135 75263 PARIS Cedex 06 Pour participer il vous suffit de retourner votre dossier de candidature accompagné d une copie de vos cartes étudiants avant le mardi 15 décembre 2009 (cachet de la Poste faisant foi) par courrier à :

Plus en détail

LE DÉMANTÈLEMENT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE QUI S EN VIENT... ÉTAPE N 1 : DÉMONTRER QUE LE DÉFICIT EST INGÉRABLE ET QUE LE SYSTÈME EST TROP GÉNÉREUX.

LE DÉMANTÈLEMENT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE QUI S EN VIENT... ÉTAPE N 1 : DÉMONTRER QUE LE DÉFICIT EST INGÉRABLE ET QUE LE SYSTÈME EST TROP GÉNÉREUX. 29 DECEMBRE 2010 - TRACT N 24 SUD PROTECTION SOCIALE LE DÉMANTÈLEMENT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE QUI S EN VIENT... ÉTAPE N 1 : DÉMONTRER QUE LE DÉFICIT EST INGÉRABLE ET QUE LE SYSTÈME EST TROP GÉNÉREUX. Denis

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS Consultation publique : veuillez adresser vos réponses avant le 27 février 2013 à l adresse électronique hcp@dgtresor.gouv.fr.

Plus en détail

ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42

ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42 ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42 Loi regroupant la Commission de l équité salariale, la Commission des normes du travail et la Commission de la santé et de la sécurité du travail et instituant le Tribunal

Plus en détail

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La Loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2011 institue une prime de partage des profits, ou

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

J ai une belle opportunité de développement

J ai une belle opportunité de développement CF 002 Avril 2010 w w w. lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent w w w.franceac tive.org Financeur solidaire pour l emploi J ai une belle opportunité de développement

Plus en détail

1. Code de la sécurité sociale

1. Code de la sécurité sociale Points-clés de la loi du 17 décembre 2010 portant réforme du système de soins de santé et modifiant : 1. le Code de la sécurité sociale ; 2. la loi modifiée du 28 août 1998 sur les établissements hospitaliers.

Plus en détail

Nos 6 engagements de services. Entreprises

Nos 6 engagements de services. Entreprises RETRAITE COMPLÉMENTAIRE Nos 6 engagements de services Entreprises Déclaration des salaires 2011 Deux moyens existent : la déclaration en ligne (aucune inscription préalable). le dépôt d une DADS-U sur

Plus en détail

Le mémo du délégué du personnel.

Le mémo du délégué du personnel. Le mémo du délégué du personnel. le sommaire. 1. Champ d application 2. Ses attributions et ses rôles 3. Ses moyens d action 4. Protection Légale Préambule Afin de permettre la représentation des salariés

Plus en détail

3 / Nom, fonction et coordonnées de la personne qui a rempli le questionnaire que la fédération pourra contacter pour des précisions :

3 / Nom, fonction et coordonnées de la personne qui a rempli le questionnaire que la fédération pourra contacter pour des précisions : Date : SE PREPARER A APPLIQUER LA CONVENTION COLLECTIVE DE LA BRANCHE DE L AIDE, DE L ACCOMPAGNEMENT, DES SOINS ET DES SERVICES A DOMICILE (BAD) Le guide d auto questionnement a pour finalité de permettre

Plus en détail

3. La formation professionnelle continue à l initiative de l employeur

3. La formation professionnelle continue à l initiative de l employeur 3. La formation professionnelle continue à l initiative de l employeur L employeur a l obligation d assurer l adaptation des salariés à leur poste de travail. Il doit veiller au maintien de leur capacité

Plus en détail

Amiens Métropole. Étude de cadrage de l évolution du SIRH et du SIF. Restitution des travaux et propositions d orientation.

Amiens Métropole. Étude de cadrage de l évolution du SIRH et du SIF. Restitution des travaux et propositions d orientation. Extrait du document remis à la DG Amiens Métropole Étude de cadrage de l évolution du SIRH et du SIF Restitution des travaux et propositions d orientation 8 juin 2007 Sommaire 1.Existant et attentes SI

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

Ressources humaines Epreuves

Ressources humaines Epreuves Examen modulaire SVF-ASFC Edition Printemps 2009 Ressources humaines Epreuves Durée de l examen: 60 minutes Moyens auxiliaires autorisés: aucun Collez ici votre timbre d identification SVP! Points: Note:

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs de biens, sociétés immobilières,

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

Article L. 432-1 du Code du travail

Article L. 432-1 du Code du travail Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus et syndicaux. Ce comité assume des attributions

Plus en détail

Réforme de la Catégorie B Rédacteurs Territoriaux

Réforme de la Catégorie B Rédacteurs Territoriaux SNUCLIAS FSU 173 rue de Charenton 75012 Paris 01 3 7 53 95 01 9 88 06 17 snuclias-fsu@orange.fr www.snuclias-fsu.fr Réforme de la Catégorie B s Territoriaux Le 21 février 2008, organisations syndicales,

Plus en détail

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Conseil des barreaux européens Council of Bars and Law Societies of Europe Association internationale sans but lucratif Rue Joseph II, 40 /8 1000 Bruxelles T. : +32 (0)2 234 65 10 F. : +32 (0)2 234 65

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible Le 6 février 2007. Du concept de métier lourd à celui de métier pénible - Réflexion sur l évolution - Sandra Invernizzi Métier lourd et métier pénible La notion de métier lourd reconnaît qu un métier comporte

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à Le Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du à 1 Présentation générale Annoncé le 14 janvier 2014 par le Président de la République puis présenté par le Premier ministre lors de sa déclaration

Plus en détail