Tableau 1. Liste (non exhaustive) des protéines se localisant dans les P-Bodies

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Tableau 1. Liste (non exhaustive) des protéines se localisant dans les P-Bodies"

Transcription

1 NOM FONCTION EFFET DE L ABSENCE OU DE REFERENCES LA SUREXPRESSION SUR LES P- BODIES XRN1 exonucléase 5 3 Absence : augmente la taille et le Bashkirov et al Shet et Parker 2003 Cougot nombre des P-bodies et al GW182 Voie du miarn Absence : inhibition des P-bodies Eystathioy et al DCP1 Enzyme de décoiffage Absence : augmente la taille et le nombre des P-bodies DCP2 Enzyme de décoiffage Absence : inhibition des P-bodies Surexpression : augmente la taille et le nombre des P-bodies Ge-1 Pat1 EDC3 LSm 1-7 RAP55 RCK/p54 (Dhh1) Co-activateur de décoiffage Co-activateur de décoiffage Co-activateur de décoiffage Complexe co-activateur de décoiffage Co-activateur de décoiffage Co-activateur de décoiffage, régulation de la traduction Absence : inhibition des P-bodies Surexpression : augmente la taille et le nombre des P-bodies Absence: légère diminution de la taille des P-bodies Surexpression : augmente la taille et le nombre des P-bodies Tableau 1. Liste (non exhaustive) des protéines se localisant dans les P-Bodies Yang et al van Dijk et al Shet et Parker 2003 Cougot et al van Dijk et al Shet et Parker 2003 Cougot et al Yu et al Fenger-Grøn et al van Dijk et al Shet et Parker 2003 Surexpression : inhibition des P-bodies Kshirsagar et al Fenger-Grøn et al Absence : inhibe les P-bodies chez Ingelfinger et al l humain mais augmente le nombre de P-bodies chez la levure Absence : inhibition des P-bodies Yang WH et al Absence : inhibition des P-bodies Surexpression : augmente le nombre P-bodies chez l humain mais les inhibe chez la levure Shet et Parker 2003 Cougot et al Chu et Rana 2006 eif4e Facteur d initiation de la Non Déterminé (N.D.) Andrei et al Ferraiuolo et al.2005 traduction eif4e-t Répresseur traductionnel Absence : inhibition des P-bodies Andrei et al Ferraiuolo et al.2005 SMG5 Surveillance ARN N.D. Unterholzner et Izaurralde 2004 SMG7 Surveillance ARN Surexpression : augmente la taille des P-bodies UPF1 Surveillance ARN Pas d effet (chez la levure) Sheth et Parker 2006 Unterholzner et Izaurralde 2004 UPF 2-3 Surveillance ARN Absence : augmente la taille des P- bodies Argonaute Voie des miarn et siarn Complexe CCR4-CAF1- NOT Unterholzner et Izaurralde 2004 Unterholzner et Izaurralde 2004 N.D. Liu et al Sen et Blau 2005 Déadenylation Absence : inhibition des P-bodies Shet et Parker 2003 Cougot et al Andrei et al CPEB Régulateur traductionnel N.D. Wilczynska et al FAST Fas activated Serine threonine phosphoprotéine. Epissage alternatif N.D. Kedersha et al TTP Dégradation des ARNm N.D. Fenger-Grøn et al Kedersha et al Franks et Lykke-Andersen 2007 APOBEC3G N.D. Wichroski et al Cytidine déaminase (fonction antivirale)

2 Figure 1. Voies de dégradation des ARNm chez les eucaryotes. La déadénylation est la première étape de la dégradation des ARNm. Il existe plusieurs complexes de déadénylation chez les eucaryotes: le complexe PARN2-PARN3 est impliqué dans l initiation de la dégradation tandis que le complexe CAF1-CCR4-NOT la poursuit. Les composants de ce complexe se localise des les P-bodies. La voie de dégradation à partir de l extrémité 3 est catalysée par le complexe SKI et l exosome. La dégradation 5-3 nécessite que la coiffe soit enlevée, ce qui est réalisé par l enzyme DCP1-DCP2, avant l action de l exonucléase XRN1. Il existe différents co-activateur de décoiffage, comme Pat1, EDC3, RCK/p54, Chez la levure le complexe de décoiffage est composé de DCP1-DCP2, chez l humain ce complexe est plus important et contient également EDC3 et Ge-1 (adapté de Eulalio et al. 2007a).

3 A. B. Figure 2. Lien entre le NMD et les P-bodies (adapté de Eulalio et al. 2007a) A.UPF1 est une hélicase ARN nécessaire à la surveillance ARN (NMD). La phosphorylation de UPF1 par SMG1 nécessite son interaction avec UPF2 et UPF3. Sa déphosphorylation est réalisée via SMG5-7, qui recrutent la phosphatase PP2A. B. Suite à la lecture d un codon stop prématuré (PTC) par le ribosome, UPF1 est recruté sur l ARNm, interagit avec UPF2 et 3, ce qui promeut sa phosphorylation. Celle-ci induit le recrutement de SMG7, via une interaction avec les domaines , qui reconnaissent spécifiquement la forme phosphorylée de UPF1. Le recrutement de SMG7 conduit à la dégradation de l ARNm et à sa localisation dans les P- bodies. Le rôle de SMG6 n est pour l instant pas clairement défini mais cette protéine ne se localise pas dans les P-bodies, contrairement à SMG5 et à SMG7. De plus, SMG5-7 recrute une phosphatase PP2A, qui déphophoryle UPF1, et rompt ainsi l interaction UPF1-domaine UPF1 est alors relargué dans le cytoplasme.

4 A. B. Figure 3. Mécanisme de régulation post-transcriptionelle par des petits ARN chez. les mammifères (adapté de Eulalio et al. 2007a). A. Action des sirna. Le petit ARN est entièrement complémentaire à la séquence cible. Le clivage est réalisé par la protéine Argonaute (AGO), les fragments qui en résultent sont dégradés par XRN1 et par l exosome. B. Action des mirna. Le petit ARN est partiellement complémentaire à la séquence cible. Son action nécessite la protéine GW182. La liaison du mirna sur le messager accélère sa déadénylation et son décoiffage. De plus, les miarn peuvent également réprimer la traduction du messager sans affecter sa durée de vie.

5 Figure 4. Modèle de la dynamique des P-bodies. La transition d un RNPm d un état de traduction active (1) vers une répression de la traduction (2) implique la perte des facteurs de traduction et la liaison de facteurs de répression. Il se peut également que des facteurs de dégradation se fixent sur le messager, et l envoient vers les voies de dégradation (3). Il est possible qu il y ait des affinités entre les composants RNPm dont la traduction est réprimée et ceux qui sont marqués pour être dégradés, suffisamment importantes pour mener à la formation des P-bodies (4). De plus, l agrégation d un RNPm dans les P-bodies renforcerait la répression de sa traduction, et son engament dans les voies de dégradation (adapté de Eulalio et al. 2007a).

6 NOM FONCTION REMARQUES REFERENCES 48S Complexe de pré-initiation Présence d eif2 incertaine Kedersha et al. 1999, 2002, Kimball et al dans les SG. On parle alors de 48S* TIA1 TIAR Tristetraproline (TTP) Répresseur traductionnel des ARNm Responsable de la formation des SG. Surexpression induit la formation des SG. Répresseur traductionnel des ARNm Dégradation des ARNm Présent également dans P- bodies. Surexpression favorise échange P-Bodies-SG BRF1 Dégradation des ARNm Présent également dans P- bodies. Surexpression favorise échange P-Bodies-SG Smaug SMN FMRP FXR1P FXR2P G3BP CPEB Rck/p54 PABP Répresseur traductionnel des ARNm Assemblage des petits ARN nucléaires Localisation et régulation de la traduction des ARNm Partenaire d interaction de FMRP Partenaire d interaction de FMRP Endonucléase probablement impliquée dans la stabilité et / ou la traduction des ARNm Régulation de la traduction des ARNm Co-activateur de décoiffage, régulation de la traduction Fixe la queue poly(a) des ARNm, impliquée dans la traduction et la stabilité des ARNm Surexpression induit la formation des SG. Surexpression induit des SG de manière très importante Surexpression induit la formation des SG Présent également dans P- bodies Tableau 2. Liste (non exhaustive) des composants des granules de stress. Kedersha et al Gilks et al Kedersha et al Stoecklin et al Kedersha et al Stoecklin et al Kedersha et al Baez et al.2005 Hua et Zhou 2004 Mazroui et al Mazroui et al Mazroui et al Tourrière et al Irvine et al Wilczinska et al Wilczinska et al Kedersha et al HuR Export nucléaire et stabilité des Kedersha et al ARNm Staufen Localisation des ARNm Thomas et al TRAF2 voie d activation de NF-kB par Kim et al le TNFα Argonaute 2 Voie de régulation par les Présent également dans P- Leung et al.2006 miarn et siarn bodies miarn Micro ARN impliqué dans la traduction et la dégradation des ARNm Présent également dans P- bodies Leung et al.2006 PMR1 APOBEC3G FAST Caprin-1 Endonucléase. Dégradation des ARNm Cytidine déaminase (fonction antivirale) Fas activated Serine threonine phosphoprotéine. Epissage alternatif Impliquée dans la prolifération cellulaire, régulation de la traduction Présent également dans P- bodies Présent également dans P- bodies Surexpression induit la formation des SG Yang F et al Gallois-Montbrun et al 2007, Kozak et al.2006 Simarro et al Solomon et al.2007

7 Figure 5. Initiation de la traduction dépendante de la coiffe. 1. Le ribosome est constitué de deux sous-unités. L association des facteurs d initiation avec la petite sous-unité, empêche la réassociation des deux sousunité. 2. Le facteur d initiation eif2 est protéine qui lie le GTP et qui interagit spécifiquement avec le ARNt initiateur, le met-arnti. Ces trois composant forment le complexe ternaire. 3. Le complexe ternaire est recruté par la petite sous unité ribosomale (40S) pour former le complexe 43S. 4. Par l intermédiaire du complexe eif4f qui lia la coiffe, le complexe 43S lie l ARN messager, pour former le complexe de pré-initiation 48S. 5. La petite sous-unité ribosomale scanne alors le messager jusqu au codon «start» 6. Lorsque le codon «start» est atteint, la grande sousunité se lie à la petite sous-unité. Le facteur eif5 hydrolyse le GTP du complexe ternaire en GDP. Les différents facteurs d initiation sont relâchés. La phase d élongation peut alors commencer.

8 Figure 6. Régulation d eif2 Le facteur d initiation de la traduction eif2 lié au GTP et l ARN de transfert initiateur metarnti forme le complexe ternaire. Lors de l initiation de la traduction, une fois le codon «start» reconnu, le GTP est hydrolysé en GDP (voir figure 5). Le GDP lié à l eif2 est ensuite recyclé en GTP par le facteur d échange eif2b. Quatre kinases de l eif2 ont été identifiée chez les mammifères. Lors d un stress cellulaire, elles phosphorylent eif2. Ce facteur d initiation passe alors du rôle de substrat à celui d inhibiteur d eif2b. Il en résulte une diminution du taux d eif2-gtp, ce qui provoque l arrêt général de la traduction.

9 Figure 7. Régulation de la traduction d ATF4 Après la traduction de la µorf1, la petite sous-unité 40S rescanne le messager dans le sens 5 3. En condition normale, le complexe d initiation eif2 qui lie le GTP, fixe le met-arnti pour former le complexe ternaire. Le petite sous-unité acquiert rapidement le complexe ternaire et avec la grande sous-unité 60S, ré-initie la traduction au niveau de la µorf2. Après traduction de celle-ci, le ribosome se dissocie et la région codant pour ATF4 n est pas traduite. Par contre en présence de stress, eif2 est phosphorylé et le niveau de complexe ternaire disponible est moindre. Après traduction de la µorf1, le temps pour que la petite sous-unité acquiert le complexe ternaire est plus important, de sorte que la sous-unité 40S (ou du moins une partie importante des 40S) continue de scanner à travers la µorf2. Aussi, lorsqu elle acquiert le complexe ternaire, elle peut réinitier la traduction au niveau du codon «start» de la région codante pour ATF4, qui est alors traduit (adapté de Vattem et Weck 2004).

10 Figure 8. Modèle de formation des granules de stress dépendant de la protéine TIA-1. En absence de stress, le taux de complexe ternaire GTP-eIF2-metARNti permet une initiation normale de la traduction. Par contre, le stress cellulaire conduit à la phosphorylation de l eif2 par la kinase PKR, PERK, HRI ou GCN2, ce qui provoque une baisse de la disponibilité du complexe ternaire. Dans ce contexte, les protéine TIA-1 lient le complexe de pré-initiation 48S* (voir texte) et s agrègent par leur domaine carboxy-terminal. Cette agrégation conduit à la formation des granules de stress. (adapté de Kedersha et Anderson 2002)

11 Figure 9. Lien en les SG et les P-bodies. En cas de stress cellulaire, il y a arrêt de la traduction et formation des granules de stress. Ceuxci pourraient jouer un rôle de centre de tri où les RNPm seraient remodelés en fonction du devenir de l ARNm. Des facteurs comme les protéines TIA conduiraient à un stockage des ARNm et au maintien de la répression de la traduction. D autres facteurs comme les protéines TTP et RCK/p54, qui se localisent à la fois dans les SG et les P-bodies, feraient transiter les ARNm destinés à être dégradés vers les P-bodies. Enfin, les ARNm séquestrés pourraient retourner dans des cycles de traduction lorsque, par exemple, le stress a été surmonté (adapté de Kedersha et al. 2005).

12 Figure 10. alignement de séquences peptidiques de la protéine CIRP. Alignement réalisé par le programme clustal comparant les trois homologues du xénope, ainsi que la forme humaine et murine.

13 Figure 11. Méthylation sur arginine La méthylation des résidus arginine des protéine par les PRMT nécessite un donneur du groupement méthyle: la S-adenosylméthionine (AdoMet) qui est convertie en S-adensylhomocystéine (AdoHcy). Il existe deux types de PRMT: les deux types catalysent la formation de monométhylarginine (MMA), mais les enzymes de type I mènent à la production de diméthylarginine asymétrique (adma), tandis que le type II lui, conduit à la formation de diméthylarginine symétrique (sdma).

14 Figure 12. Structure conservée des PRMT Jusqu à présent neuf PRMT ont été identifiées. Les PRMT1-8 partagent une même signature les zones I, post I, II, III, ainsi que la boucle THW (voir texte). A noter la présence d un domaine SH3 chez PRMT2 et d un doigt de zinc chez PRMT3. La structure de la PRMT9 (non représentée) diffère de toutes les autres PRMT (adapté de Bedford et al. 2005).

15 Figure 13. Liste de substrats identifiés des PRMT. Des analyses par spectrométrie de masse ont identifié plus de substrats mais on ignore quelle PRMT est responsable de leur méthylation. Les PRMT2, PRMT8, PRMT9 n ont pas de substrats identifiés, jusqu ici (repris de Bedford et al.2005).

16 Figure 14. Réversibilité potentielle de la méthylation sur arginine. La méthylation sur arginine a pendant longtemps été considérée comme une modification post-traductionnelle irréversible. Cependant, il a été montré qu une amine oxydase, LSD1 est capable de déméthyler des lysines. Il est donc possible qu un mécanisme similaire existe pour les arginines. De plus, la peptidyl Arginine Deiminase 4 (PAD4) est capable de modifier une arginine monométhylée en citrulline dans les histones. Ceci dit, aucune de ces modifications n a été montré pour les protéines de liaison à l ARN (repris de Bedford et al. 2005).

Chapitre 5 : La transcription. Professeur Joël LUNARDI

Chapitre 5 : La transcription. Professeur Joël LUNARDI Chapitre 5 : La transcription UE1 : Biochimie Biologie moléculaire Professeur Joël LUNARDI Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Chapitre 5. La transcription

Plus en détail

Régulation GAL4 chez S. cerevisiae. Annie Sainsard-Chanet

Régulation GAL4 chez S. cerevisiae. Annie Sainsard-Chanet Régulation GAL4 chez S. cerevisiae Annie Sainsard-Chanet Contrôle de l expression génique Mécanismes qui régulent, augmentent ou diminuent l expression d un gène donné suivant le milieu, le tissu, le stade

Plus en détail

L épissage alternatif : un gène, combien de protéines?

L épissage alternatif : un gène, combien de protéines? L épissage alternatif : un gène, combien de protéines? Avant la publication de la séquence complète de l ADN du génome humain, au début des années 2000, on estimait le nombre de gènes à environ 300.000.

Plus en détail

G.E. Wild, P. Papalia, M.J. Ropeleski, J. Faria et A.B.R. Thomson

G.E. Wild, P. Papalia, M.J. Ropeleski, J. Faria et A.B.R. Thomson 15 Applications des techniques de génie génétique à la gastro-entérologie et à l hépatologie : Paradigmes fondamentaux de la biologie moléculaire de la cellule G.E. Wild, P. Papalia, M.J. Ropeleski, J.

Plus en détail

VI- Expression du génome

VI- Expression du génome VI- Expression du génome VI-1.- EXPRESSION DU GÉNOME- PRINCIPES GÉNÉRAUX DOGME CENTRAL Les gènes et l information génétique sont conservés sous forme d acides nucléiques La perpétuation à l identique de

Plus en détail

L EXPRESSION DES GENES

L EXPRESSION DES GENES Denise Aragnol Instabilité du génome et cancérogenèse CNRS/Université de la Méditerranée L EXPRESSION DES GENES Chez les eucaryotes? I-DEFINITION D EXPRESSION GENIQUE Expression génique : recouvre l ensemble

Plus en détail

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES CHAITRE 3 LA SYNTHESE DES ROTEINES On sait qu un gène détient dans sa séquence nucléotidique, l information permettant la synthèse d un polypeptide. Ce dernier caractérisé par sa séquence d acides aminés

Plus en détail

Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT

Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT DATE SEQUENCE lundi 12 : revoir la fiche méthodologique «utiliser le microscope optique» (disponible sur le site du lycée) Lundi 12 1 er contact avec les élèves.

Plus en détail

3. L'ARN: Structure, Diffférents Types Et Propriétés tructure assification des ARN ARN ribosoinaux (ARNr) synthétisés dans le noyau

3. L'ARN: Structure, Diffférents Types Et Propriétés tructure assification des ARN ARN ribosoinaux (ARNr) synthétisés dans le noyau 3. L'ARN: Structure, Diffférents Types Et Propriétés Structure Les ARN sont des polymères de RiboNucléotides liés par des liaisons phosophodiester 5'-3'. Les bases azotées sont A-U, C-G. Le sucre est le

Plus en détail

Module 5 La maturation de l ARN et le contrôle post-transcriptionnel chez les eucaryotes

Module 5 La maturation de l ARN et le contrôle post-transcriptionnel chez les eucaryotes Module 5 La maturation de l ARN et le contrôle post-transcriptionnel chez les eucaryotes Où trouver l'information complémentaire? MCB -11, GVII-5, 22, 23. La maturation des ARNm chez les eucaryotes Les

Plus en détail

L'analyse protéomique et les sciences -omiques: des données massives à interpréter et sauvegarder

L'analyse protéomique et les sciences -omiques: des données massives à interpréter et sauvegarder L'analyse protéomique et les sciences -omiques: des données massives à interpréter et sauvegarder Christine CARAPITO, Alexandre BUREL, Patrick GUTERL, Alexandre WALTER, Jérôme PANSANEL, Fabrice VARRIER,

Plus en détail

Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT

Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT DATE SEQUENCE jeudi 8 : revoir la fiche méthodologique «utiliser le microscope optique» (disponible sur le site du lycée) Jeudi 8 1 er contact avec les élèves.

Plus en détail

Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme

Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme Introduction Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme Informatique: - stocker les données - éditer les données - analyser les données (computational

Plus en détail

Chapitre 7 : Structure de la cellule Le noyau cellulaire

Chapitre 7 : Structure de la cellule Le noyau cellulaire UE2 : Structure générale de la cellule Chapitre 7 : Structure de la cellule Le noyau cellulaire Professeur Michel SEVE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

ULBI 101 Biologie Cellulaire L1. Le Système Membranaire Interne

ULBI 101 Biologie Cellulaire L1. Le Système Membranaire Interne ULBI 101 Biologie Cellulaire L1 Le Système Membranaire Interne De la nécessité d un SMI Le volume augmente comme le cube de la dimension linéaire, alors que la surface n'est augmentée que du carré Une

Plus en détail

Titre: Domaine scientifique : Mots clés : Directeurs de thèse : Institution des directeurs de thèse : Adresse email des directeurs de thèse :

Titre: Domaine scientifique : Mots clés : Directeurs de thèse : Institution des directeurs de thèse : Adresse email des directeurs de thèse : Titre: Détermination de l ensemble des ARNs non codants chez Ostreococcus, un modèle d algue unicellulaire marine infectée par des virus à ADN double brin Domaine scientifique : Génomique Mots clés : ARN

Plus en détail

Filière BCPST BIOLOGIE. Epreuve commune aux ENS de Paris, Lyon et Cachan. Durée : 6 heures

Filière BCPST BIOLOGIE. Epreuve commune aux ENS de Paris, Lyon et Cachan. Durée : 6 heures 74.01B SESSION 2007 Filière BCPST BIOLOGIE Epreuve commune aux ENS de Paris, Lyon et Cachan Durée : 6 heures L usage de calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, non imprimantes et

Plus en détail

TRANSCRIPTION TRADUCTION

TRANSCRIPTION TRADUCTION 4 TRANSCRIPTION TRADUCTION Objectifs : définir transcription et traduction et donner leur localisation cellulaire sur un schéma, identifier les acteurs de la transcription (ARNpol, brin transcrit, ARNm)

Plus en détail

4. COMMENTAIRES DES ÉPREUVES ECRITES

4. COMMENTAIRES DES ÉPREUVES ECRITES 4. COMMENTAIRES DES ÉPREUVES ECRITES 4.1 Épreuve écrite portant sur le programme général du secteur A (Biologie et physiologie cellulaires, biologie moléculaire: leur intégration au niveau des organismes).

Plus en détail

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus : implication des voies de signalisation intracellulaire du processus de RVD. Audrey Fouchs Confrontées

Plus en détail

Le monde complexe et mouvant des ARN. Première partie

Le monde complexe et mouvant des ARN. Première partie Le monde complexe et mouvant des ARN. Première partie J. Lamoril a, N. Ameziane a, J.-C. Deybach a, P. Bouizegarène a, M. Bogard b alaboratoire de biochimie et génétique moléculaire, Hôpital Louis-Mourier,

Plus en détail

Contrôle de l'expression génétique : Les régulations post-transcriptionnelles

Contrôle de l'expression génétique : Les régulations post-transcriptionnelles Contrôle de l'expression génétique : Les régulations post-transcriptionnelles http://perso.univ-rennes1.fr/serge.hardy/ utilisateur : biochimie mot de passe : 2007 L'ARNm, simple intermédiaire entre le

Plus en détail

Les acides nucléiques et génomes

Les acides nucléiques et génomes Chapitre 2 : UE1 : Biochimie Biologie moléculaire Les acides nucléiques et génomes Professeur Joël LUNARDI Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Chapitre

Plus en détail

chez les eucaryotes, source de diversification et de modulation de l'expression des gènes

chez les eucaryotes, source de diversification et de modulation de l'expression des gènes L'initiation de la traduction chez les eucaryotes, source de diversification et de modulation de l'expression des gènes Olivier Jean-Jean, Michel Cassan, Jean-Pierre Rousset Société Française de Génétique

Plus en détail

COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles. 19 octobre 2007. de l hôte par les. Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux

COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles. 19 octobre 2007. de l hôte par les. Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles 19 octobre 2007 Inhibition des défenses de l hôte par les bactéries pathogènes Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux Gwennola ERMEL I Détection

Plus en détail

TD de Biochimie 4 : Coloration.

TD de Biochimie 4 : Coloration. TD de Biochimie 4 : Coloration. Synthèse de l expérience 2 Les questions posées durant l expérience 2 Exposé sur les méthodes de coloration des molécules : Générique Spécifique Autres Questions Pourquoi

Plus en détail

Différences entre Homme et singes?

Différences entre Homme et singes? Différences entre Homme et singes? Différences entre Homme et singes? Apparition de l œil? Apparition du vol? Apparition des hémoglobines? Molécule d hémoglobine HEME Chaîne polypeptidique de type 2 Chaîne

Plus en détail

ANNEXE XVII L INTERFÉRENCE PAR L ARN

ANNEXE XVII L INTERFÉRENCE PAR L ARN ANNEXE XVII L INTERFÉRENCE PAR L ARN Découverte par hasard en 1998, l interférence par l ARN suscite un intérêt croissant de la part des biologistes, et ce pour deux raisons : c est un moyen pratique d

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 QCM 1 La plupart des techniques de biologie moléculaire repose sur le principe de complémentarité

Plus en détail

1. L ADN et l information génétique. l ADN l information génétique est contenue dans l ADN. traduction. comment fait-on une protéine?

1. L ADN et l information génétique. l ADN l information génétique est contenue dans l ADN. traduction. comment fait-on une protéine? 1. L ADN et l information génétique l ADN l information génétique est contenue dans l ADN (ADN) (ARN) 1 2 A G T C U comment fait-on une protéine? traduction l information génétique est organisée par triplets

Plus en détail

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli Les cytokines et leurs récepteurs Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli l i@ i 1 Les cytokines et leurs récepteurs 2 mécanismes principaux d interactions cellulaires : - contact membranaire

Plus en détail

Biologie Moléculaire

Biologie Moléculaire Université Pierre et Marie Curie Biologie Moléculaire Objectifs au cours de Biochimie PAES 2009-2010 Pr. C. Housset (Chantal.Housset@st-antoine.inserm.fr) Pr. A. Raisonnier (alain.raisonnier@upmc.fr) Mise

Plus en détail

Séquence 2. L expression du patrimoine génétique. Sommaire

Séquence 2. L expression du patrimoine génétique. Sommaire Séquence 2 L expression du patrimoine génétique Sommaire 1. La synthèse des protéines 2. Phénotypes, génotypes et environnement Synthèse de la séquence 2 Exercices de la séquence 2 Glossaire des séquences

Plus en détail

Etude transcriptomique de la dégradation des parois lignocellulosiques de son et paille de blé durant la croissance de Thermobacillus xylanilyticus

Etude transcriptomique de la dégradation des parois lignocellulosiques de son et paille de blé durant la croissance de Thermobacillus xylanilyticus Journées SFR condorcet Compiègne 8-9 juillet 2015 Projet Hydroseq : UMR FARE-CRRBM Etude transcriptomique de la dégradation des parois lignocellulosiques de son et paille de blé durant la croissance de

Plus en détail

Interaction entre les voies de transduction intracellulaire : exemple des puces à ADN. et analyse protéomique,

Interaction entre les voies de transduction intracellulaire : exemple des puces à ADN. et analyse protéomique, Interaction entre les voies de transduction intracellulaire : exemple des puces à ADN. et analyse protéomique, et 1 Niveau d analyse en biologie Interactions Cellule/Cellule TB Génome Transcriptome Voies

Plus en détail

Chapitre II La régulation de la glycémie

Chapitre II La régulation de la glycémie Chapitre II La régulation de la glycémie Glycémie : concentration de glucose dans le sang valeur proche de 1g/L Hypoglycémie : perte de connaissance, troubles de la vue, voire coma. Hyperglycémie chronique

Plus en détail

MINISTÈRE DE l'enseignement supérieur ET DE LA RECHERCHE ÉCOLE PRATIQUE DES HAUTES ÉTUDES. Sciences de la Vie et de la Terre MÉMOIRE

MINISTÈRE DE l'enseignement supérieur ET DE LA RECHERCHE ÉCOLE PRATIQUE DES HAUTES ÉTUDES. Sciences de la Vie et de la Terre MÉMOIRE MINISTÈRE DE l'enseignement supérieur ET DE LA RECHERCHE ÉCOLE PRATIQUE DES HAUTES ÉTUDES Sciences de la Vie et de la Terre MÉMOIRE Présentée par Zeyni MANSUROGLU pour l obtention du diplôme de l École

Plus en détail

Techniques d étude des Gènes et de leur Régulation. A. Galmiche, 2011-2012

Techniques d étude des Gènes et de leur Régulation. A. Galmiche, 2011-2012 Techniques d étude des Gènes et de leur Régulation A. Galmiche, 2011-2012 1. Introduction et techniques de base 2. Détection des acides nucléiques et mesure de l expression des gènes: Hybridations PCR

Plus en détail

Le cycle cellulaire: Introduction

Le cycle cellulaire: Introduction Le cycle cellulaire: Introduction Dr Gerardo Ferbeyre Département de biochimie, E515 g.ferbeyre@umontreal.ca A étudier pour l examen L étude du cycle cellulaire est fascinante: Permet la compréhension

Plus en détail

Respiration Mitochondriale

Respiration Mitochondriale Université Pierre et Marie Curie Respiration Mitochondriale Objectifs au cours de Révisions Biochimie PCEM2 Révisions Biochimie Métabolique 2004-2005 Pr. A. Raisonnier (alain.raisonnier@upmc.fr) Mise à

Plus en détail

Contrôle de l'expression génétique :

Contrôle de l'expression génétique : Contrôle de l'expression génétique : Les régulations post-transcriptionnelles L'ARNm, simple intermédiaire entre le génome et les protéines? gène protéine L'ARNm, simple intermédiaire entre le génome et

Plus en détail

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier Les OGM 5 décembre 2008 Nicole Mounier Université Claude Bernard Lyon 1 CGMC, bâtiment Gregor Mendel 43, boulevard du 11 Novembre 1918 69622 Villeurbanne Cedex OGM Organismes Génétiquement Modifiés Transfert

Plus en détail

Les biologistes ont l habitude de représenter le cycle cellulaire par un cercle ou un anneau divisé en quartiers,

Les biologistes ont l habitude de représenter le cycle cellulaire par un cercle ou un anneau divisé en quartiers, ANNEXE XIIIIII CONTRÔLE DU CYCLE CELLULAIRE Les biologistes ont l habitude de représenter le cycle cellulaire par un cercle ou un anneau divisé en quartiers, correspondant aux quatre phases principales

Plus en détail

L amélogénèse Dr Cuisinier

L amélogénèse Dr Cuisinier L amélogénèse Dr Cuisinier Lorsque la première couche de dentine est formée l'email se forme. L'amélogénèse est la synthèse et la sécrétion des molécules de la matrice de l'émail, la minéralisation de

Plus en détail

Cours 5. Transmission et remaniement de l information génétique. http://rna.igmors.u-psud.fr/gautheret/cours/

Cours 5. Transmission et remaniement de l information génétique. http://rna.igmors.u-psud.fr/gautheret/cours/ Cours 5 Transmission et remaniement de l information génétique http://rna.igmors.u-psud.fr/gautheret/cours/ 1 Plan Rappels sur la réplication de l ADN Le cycle cellulaire et ses contrôles La mitose Recombinaisons

Plus en détail

Génie Génétique. Characterization of a Brassica napus Myrosinase Expressed and Secreted by Pichia pastoris L3 IMS ISSBA

Génie Génétique. Characterization of a Brassica napus Myrosinase Expressed and Secreted by Pichia pastoris L3 IMS ISSBA L3 IMS ISSBA Génie Génétique Characterization of a Brassica napus Myrosinase Expressed and Secreted by Pichia pastoris COLONIER Thomas, DOMEN Robin, GUERIN Nathan Filière Biotechnologie L3 IMS ISSBA La

Plus en détail

Université Louis Pasteur Strasbourg I Ecole Doctorale des Sciences de la Vie et de la Santé THESE. En vue de l obtention du grade de

Université Louis Pasteur Strasbourg I Ecole Doctorale des Sciences de la Vie et de la Santé THESE. En vue de l obtention du grade de Université Louis Pasteur Strasbourg I Ecole Doctorale des Sciences de la Vie et de la Santé THESE En vue de l obtention du grade de Docteur de l Université Louis Pasteur de Strasbourg Discipline : Aspects

Plus en détail

EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales

EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales Université Joseph Fourier FACULTE DE MEDECINE 38700 LA TRONCHE Année Universitaire 2012/2013 EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales 1ère SESSION UE 5.1 : Biochimie 1 Lundi 4 février 2013 8h30 à 9h30

Plus en détail

Méthodes d études. Chapitre 8 : Professeur Joël LUNARDI. UE1 : Biochimie Biologie moléculaire

Méthodes d études. Chapitre 8 : Professeur Joël LUNARDI. UE1 : Biochimie Biologie moléculaire Chapitre 8 : UE1 : Biochimie Biologie moléculaire Méthodes d études Professeur Joël LUNARDI Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Chapitre 8. 8. Méthodes

Plus en détail

TP B43 Bio-Informatique 1. TP 1 : Les commandes LINUX et les instructions exécutables sous OCTAVE

TP B43 Bio-Informatique 1. TP 1 : Les commandes LINUX et les instructions exécutables sous OCTAVE TP B43 Bio-Informatique 1 TP 1 : Les commandes LINUX et les instructions exécutables sous OCTAVE 1) Quelques commandes LINUX - Ouvrir un terminal (menu Applications Accessoires Terminal) - Afficher la

Plus en détail

I. La levure Saccharomyces cerevisiae: mode de vie

I. La levure Saccharomyces cerevisiae: mode de vie LES LEVURES UE «levures» -5 avril: généralités (MN Simon) -6 avril: analyse génétique (MN Simon) -6 avril: Cycle cellulaire I: la réplication (E. bailly) -7 avril: Cycle cellulaire II: la mitose (E. Bailly)

Plus en détail

Travaux dirigés de Microbiologie Master I Sciences des Génomes et des Organismes Janvier 2015

Travaux dirigés de Microbiologie Master I Sciences des Génomes et des Organismes Janvier 2015 Andrew Tolonen atolonen@genoscope.cns.fr Travaux dirigés de Microbiologie Master I Sciences des Génomes et des Organismes Janvier 2015 A- Généralités I- La vie sur terre telle que nous la connaissons ne

Plus en détail

Caractérisation des interactions protéine ligand par échange 1 H/ 3 H : Application au complexe entre la protéine hasf1 et l histone H3

Caractérisation des interactions protéine ligand par échange 1 H/ 3 H : Application au complexe entre la protéine hasf1 et l histone H3 ORSAY N D ORDRE : 8658 Université de Paris Sud U.F.R. Scientifique d Orsay THESE de DOCTORAT Présentée par : Guillaume Mousseau Pour obtenir le grade de DOCTEUR EN SCIENCES DE L UNIVERSITE PARIS XI ORSAY

Plus en détail

ARN et bioinformatique: PDF processed with CutePDF evaluation edition www.cutepdf.com

ARN et bioinformatique: PDF processed with CutePDF evaluation edition www.cutepdf.com ARN et bioinformatique: Partie 1 PDF processed with CutePDF evaluation edition www.cutepdf.com Sommaire Principes biologiques : Transcription/traduction, types d ARN, formes primaires/secondaires. Zuker

Plus en détail

THESE. présentée DEVANT L UNIVERSITE DE RENNES I. Pour obtenir. Le grade de : DOCTEUR DE L UNIVERSITE DE RENNES I. Mention : Biologie PAR

THESE. présentée DEVANT L UNIVERSITE DE RENNES I. Pour obtenir. Le grade de : DOCTEUR DE L UNIVERSITE DE RENNES I. Mention : Biologie PAR Avertissement Au vu de la législation sur les droits d'auteur, ce travail de thèse demeure la propriété de son auteur, et toute reproduction de cette oeuvre doit faire l'objet d'une autorisation de l'auteur.

Plus en détail

Génétique : Prédisposition au mélanome et neurofibromatose de type 1

Génétique : Prédisposition au mélanome et neurofibromatose de type 1 Génétique : Prédisposition au mélanome et neurofibromatose de type 1 INTRODUCTION Quelles pathologies dermatologiques sont concernées par la consultation d oncogénétique? - Prédisposition héréditaire au

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

INTRODUCTION À L'ENZYMOLOGIE

INTRODUCTION À L'ENZYMOLOGIE INTRODUCTION À L'ENZYMOLOGIE Les enzymes sont des macromolécules spécialisées qui - catalysent les réactions biologiques - transforment différentes formes d'énergie. Les enzymes diffèrent des catalyseurs

Plus en détail

1 er sujet : ancre GPI et association aux rafts (64 points)

1 er sujet : ancre GPI et association aux rafts (64 points) Université Joseph Fourier - Grenoble I Année 2007-2008 Epreuve de BIO121 1 ère session mai 2008 Durée : 2 heures Les documents, la calculette et le téléphone portable ne sont pas autorisés. Total des points

Plus en détail

VI. Domaines protéiques

VI. Domaines protéiques Chapitre 1 Structure des protéines I. Rappels Définitions II. La Protein Data Bank (PDB) III. Angles dièdres et diagramme de ramachandran IV. Structures secondaires V. Structures supersecondaires VI. Domaines

Plus en détail

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques UE7 Cours n 9 C. LAMAZE 24.11.11 Elise GODEAU (partie1) Guillaume MERGENTHALER (partie2) Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques SOMMAIRE : I. L endocytose à récepteurs : la voie des clathrines

Plus en détail

Biomarqueurs en Cancérologie

Biomarqueurs en Cancérologie Biomarqueurs en Cancérologie Définition, détermination, usage Biomarqueurs et Cancer: définition Anomalie(s) quantitative(s) ou qualitative(s) Indicative(s) ou caractéristique(s) d un cancer ou de certaines

Plus en détail

Biochimie I. Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1. Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst

Biochimie I. Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1. Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst Biochimie I Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1 Daniel Abegg Sarah Bayat Alexandra Belfanti Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst Laboratoire

Plus en détail

Atelier 5/11/2013. Structure de la chromatine et marques épigénétiques

Atelier 5/11/2013. Structure de la chromatine et marques épigénétiques Atelier 5/11/2013 Structure de la chromatine et marques épigénétiques La chromatine ADN ADN + Histones = Nucleosome ADN + Protéines + ARNs = Chromatine Niveau extrême de condensation = Chromosome métaphasique

Plus en détail

Deux plateformes IBiSA et 3 plateaux techniques regroupés depuis 2010. Responsable scientifique Denis Milan. Coordination des nouveaux investissements

Deux plateformes IBiSA et 3 plateaux techniques regroupés depuis 2010. Responsable scientifique Denis Milan. Coordination des nouveaux investissements RNA-seq Olivier Bouchez Nathalie Marsaud Mercredi 28 mars 2012 Plateforme GeT : Génome et Transcriptome Deux plateformes IBiSA et 3 plateaux techniques regroupés depuis 2010 Responsable scientifique Denis

Plus en détail

voies de signalisation

voies de signalisation Olivier Lascols Faculté de Médecine ierre et Marie Curie Généralités s sur les voies de signalisation 1 I. Caractérisation risation d une d voie de transduction d un d signal Exemple du Signal Mitogénique

Plus en détail

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION Laboratoire de Physiologie Végétale Université de Neuchâtel (2005) Travaux pratiques METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA PAR AFFINITE AU GLUTATHION INTRODUCTION: Les protéines tiennent

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA Amplification spécifique Détection spécifique Clonage dans des vecteurs Amplification in vitro PCR Hybridation moléculaire - hôte cellulaire

Plus en détail

Recherche de parenté entre les vertébrés

Recherche de parenté entre les vertébrés 1 CHAPITRE A Recherche de parenté entre les vertébrés 2 Chapitre A : Recherche de parentés entre les êtres vivants Tous les êtres vivants présentent des structures cellulaires et un fonctionnement commun

Plus en détail

Annales de Biologie Cellulaire QCM (niveau SVT 1 er année)

Annales de Biologie Cellulaire QCM (niveau SVT 1 er année) Annales de Biologie Cellulaire QCM (niveau SVT 1 er année) Equipe pédagogique Université Bordeaux-1 Didier Morin, Michel Moenner, Sophie North, Gérard Tramu et IJsbrand Kramer Contact : i.kramer@iecb.u-bordeaux.fr

Plus en détail

Questionnaire du 2 e tour (demi-finale)

Questionnaire du 2 e tour (demi-finale) Questionnaire du 2 e tour (demi-finale) Mercredi, le 11 février 2015 Instructions: Vous avez 100 minutes pour répondre aux 57 questions ; Aucune aide n est permise (dictionnaire, calculatrice, ) ; A chaque

Plus en détail

Les thérapies ciblées du cancer. Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée.

Les thérapies ciblées du cancer. Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée. Les thérapies ciblées du cancer Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée. Une thérapie ciblée est un traitement qui agit par un mécanisme spécifique sur des altérations biologiques

Plus en détail

Article. «Repliement et production de protéines recombinantes» Jean-Michel Betton et Alain Chaffotte

Article. «Repliement et production de protéines recombinantes» Jean-Michel Betton et Alain Chaffotte Article «et production de protéines recombinantes» Jean-Michel Betton et Alain Chaffotte M/S : médecine sciences, vol. 21, n 6-7, 2005, p. 613-617. Pour citer cet article, utiliser l'information suivante

Plus en détail

Application de la cytométrie en flux à l analyse du cycle cellulaire

Application de la cytométrie en flux à l analyse du cycle cellulaire Application de la cytométrie en flux à l analyse du cycle cellulaire Montpellier 26 Janvier 2012 Xavier RONOT Laboratoire CaCyS Cancer, Cycle cellulaire et Sénescence EPHE, Grenoble xavier.ronot@ujf-grenoble.fr

Plus en détail

Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques

Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques D. Gilis Bioinformatique génomique et structurale Faculté des sciences appliquées Université Libre de Bruxelles Objectif: illustrer en quoi

Plus en détail

Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T.

Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T. Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T. Marcelo de Carvalho, Olivier Adotévi, Valérie Frenkel, Gilles Thibault, Richard Le Naour I-Introduction... 2 II-Activation des lymphocytes

Plus en détail

Sommaire. Première partie Les concepts de base

Sommaire. Première partie Les concepts de base Sommaire Préface à la troisième édition... Préface à la deuxième édition... Avant-propos à la troisième édition... Avant-propos à la deuxième édition... Avant-propos à la première édition... XV XVII XIX

Plus en détail

Lucie Carriere. To cite this version: HAL Id: tel-00713530 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00713530

Lucie Carriere. To cite this version: HAL Id: tel-00713530 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00713530 Etude de la localisation à grande échelle de la machinerie de transcription de classe III, et de sa relation avec le facteur de transcription TFIIS dans les cellules souches embryonnaires de souris Lucie

Plus en détail

DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE, RELATIONS AVEC L ENVIRONNEMENT

DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE, RELATIONS AVEC L ENVIRONNEMENT DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE, RELATIONS AVEC L ENVIRONNEMENT activités Notions construites Mots clés Demander de décrire morphologiquement voisin/ voisine, lui demander son groupe sanguin, ses performances

Plus en détail

II.4.2. Les modèles des complexes utilisés

II.4.2. Les modèles des complexes utilisés d'occupation (Qcns), car l'affinement de Qcns et Bcns est corrélé. Ensuite, des molécules d'eau sont introduites de manière automatique dans le modèle. L'inspection du modèle et des cartes de densité électronique

Plus en détail

Plan du cours «Biologie du développement»

Plan du cours «Biologie du développement» Plan du cours «Biologie du développement» Partie I : Notions de base de la biologie du développement. Définitions, les principales étapes de l embryogenèse Les facteurs moléculaires contrôlant les processus

Plus en détail

ORIGINE ET DIFFERENTS TYPES DE RYTHMES BIOLOGIQUES. Carine Bécamel carine.becamel@igf.cnrs.fr 04 67 14 29 83

ORIGINE ET DIFFERENTS TYPES DE RYTHMES BIOLOGIQUES. Carine Bécamel carine.becamel@igf.cnrs.fr 04 67 14 29 83 ORIGINE ET DIFFERENTS TYPES DE RYTHMES BIOLOGIQUES Carine Bécamel carine.becamel@igf.cnrs.fr 04 67 14 29 83 INTRODUCTION Rythmes biologiques: définition Tout être vivant (humain, animal, végétal) est soumis

Plus en détail

------- SESSION 2013 ÉPREUVE À OPTION. (durée : 4 heures coefficient : 6 note éliminatoire 4 sur 20) CHIMIE

------- SESSION 2013 ÉPREUVE À OPTION. (durée : 4 heures coefficient : 6 note éliminatoire 4 sur 20) CHIMIE CNCURS SUR ÉPREUVES UVERT AUX CANDIDATS TITULAIRES D UN DIPLÔME U TITRE CNFÉRANT LE GRADE DE MASTER U D'UN DIPLÔME U TITRE HMLGUÉ U ENREGISTRÉ AU RÉPERTIRE NATINAL DES CERTIFICATINS PRFESSINNELLES AU NIVEAU

Plus en détail

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI Hémostase Laboratoire d Hématologie Angers Octobre 2012 Cours IFSI Introduction (2) Activation simultanée de différentes fonctions biologiques spécifiques ayant des cinétiques différentes, et se succédant

Plus en détail

TD Bioinformatique : Sequence Alignment. Pourquoi faire une recherche par similarité?

TD Bioinformatique : Sequence Alignment. Pourquoi faire une recherche par similarité? TD Bioinformatique : Sequence lignment Pourquoi faire une recherche par similarité? - Savoir si ma séquence ressemble à d'autres déjà connues. - Trouver toutes les séquences d'une même famille. - Rechercher

Plus en détail

fonction processus biologiques criblage

fonction processus biologiques criblage Transcriptome 1 Transcriptome : ensemble des ARNm ou transcrits présents dans une population de cellules dans des conditions données. Plan Introduction Acquisition des données Description des données Transformation,

Plus en détail

Identification de mécanismes de régulation des fonctions des interférons: Rôle de la palmitoylation du récepteur de l interféron de type I

Identification de mécanismes de régulation des fonctions des interférons: Rôle de la palmitoylation du récepteur de l interféron de type I Identification de mécanismes de régulation des fonctions des interférons: Rôle de la palmitoylation du récepteur de l interféron de type I Julie Claudinon To cite this version: Julie Claudinon. Identification

Plus en détail

LE RIBORÉGULATEUR THIB D ESCHERICHIA COLI : UNE RÉGULATION EN TRANS? par. Maxime Simoneau-Roy

LE RIBORÉGULATEUR THIB D ESCHERICHIA COLI : UNE RÉGULATION EN TRANS? par. Maxime Simoneau-Roy LE RIBORÉGULATEUR THIB D ESCHERICHIA COLI : UNE RÉGULATION EN TRANS? par Maxime Simoneau-Roy mémoire présenté au Département de biologie en vue de l'obtention du grade de maître ès sciences (M.Sc.) FACULTÉ

Plus en détail

Formavie 2010. 2 Différentes versions du format PDB...3. 3 Les champs dans les fichiers PDB...4. 4 Le champ «ATOM»...5. 6 Limites du format PDB...

Formavie 2010. 2 Différentes versions du format PDB...3. 3 Les champs dans les fichiers PDB...4. 4 Le champ «ATOM»...5. 6 Limites du format PDB... Formavie 2010 Les fichiers PDB Les fichiers PDB contiennent les informations qui vont permettre à des logiciels de visualisation moléculaire (ex : RasTop ou Jmol) d afficher les molécules. Un fichier au

Plus en détail

Utilisation des substrats énergétiques

Utilisation des substrats énergétiques Utilisation des substrats énergétiques Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières I Les organes et les substrats... 3 I.1 Les substrats énergétiques...

Plus en détail

Les grandes voies de transmission du signal en cancérologie : où en sommes-nous?

Les grandes voies de transmission du signal en cancérologie : où en sommes-nous? Les grandes voies de transmission du signal en cancérologie : où en sommes-nous? Dynamique des réseaux de signalisation et réponse aux thérapies ciblées Pascal GAUDUCHON Unité "Biologie et Thérapies Innovantes

Plus en détail

Master Professionnel. Expression Génique et. e-mail : dess.biotech@ipbs.fr / Tel : +33 (0) 5 61 17 58 59 http://www.m2p-egpr.ups-tlse.

Master Professionnel. Expression Génique et. e-mail : dess.biotech@ipbs.fr / Tel : +33 (0) 5 61 17 58 59 http://www.m2p-egpr.ups-tlse. 24/10/2011 1 Master Professionnel Biotechnologie Master Protéines Recombinantes Expression Génique et Protéines Recombinantes e-mail : dess.biotech@ipbs.fr / Tel : +33 (0) 5 61 17 58 59 http://www.m2p-egpr.ups-tlse.fr/

Plus en détail

Etude des héparan sulfates protéoglycans anticoagulant dans la reproduction

Etude des héparan sulfates protéoglycans anticoagulant dans la reproduction Etude des héparan sulfates protéoglycans anticoagulant dans la reproduction Pattern d expression chez les rongeurs, dans l ovaire humain, et fonction de reproduction dans des modèles de souris transgéniques

Plus en détail

Les interférons de type I et leur fonction antivirale

Les interférons de type I et leur fonction antivirale Manuscrit déposé le 09/01/2006 Ann. Méd. Vét., 2006, 150, 73-107 formation continue - articles de synthèse Les interférons de type I et leur fonction antivirale LEROY M., DESMECHT D. Département de Morphologie

Plus en détail

LA RÉACTION DE POLYMÉRISATION EN CHAÎNE (PCR) PRINCIPE ET APPLICATIONS

LA RÉACTION DE POLYMÉRISATION EN CHAÎNE (PCR) PRINCIPE ET APPLICATIONS Muséum de Nîmes 19, rand rue BP 81295 F-30015 Nîmes cedex 1 L RÉTION DE POLYMÉRISTION EN HÎNE (PR) PRINIPE ET PPLITIONS Tel / Fax : +33(0)466 67 82 29 E-mail : info@ecole-adn.fr http://www.ecole-adn.fr

Plus en détail

Université d Evry-Val d Essonne Ecole Doctorale des Génomes Aux Organismes. Thèse

Université d Evry-Val d Essonne Ecole Doctorale des Génomes Aux Organismes. Thèse Université d Evry-Val d Essonne Ecole Doctorale des Génomes Aux Organismes Thèse Présentée pour obtenir le grade de Docteur en sciences de l université d Evry-Val d Essonne Spécialité Bioinformatique par

Plus en détail

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Mariette Matondo Le 27 Novembre 2008. Titre :

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Mariette Matondo Le 27 Novembre 2008. Titre : THÈSE En vue de l'obtention du DOCTORAT DE L UNIVERSITÉ DE TOULOUSE Délivré par l'université Toulouse III - Paul Sabatier Discipline ou spécialité : Biochimie et Biologie cellulaire Présentée et soutenue

Plus en détail

Classification d ARN codants et d ARN non-codants

Classification d ARN codants et d ARN non-codants Classification d ARN codants et d ARN non-codants THÈSE présentée et soutenue publiquement le 31 mars 2009 pour l obtention du Doctorat de l Université des Sciences et Technologies de Lille (spécialité

Plus en détail

Vers l individualisation des prescriptions en oncologie : rôle du génome constitutionnel

Vers l individualisation des prescriptions en oncologie : rôle du génome constitutionnel Vers l individualisation des prescriptions en oncologie : rôle du génome constitutionnel Jacques Robert I NSERM U916 I nstitut Bergonié Université de Bordeaux Le génome constitutionnel 3 milliards de paires

Plus en détail