Méthodologie et critères d évaluation des impacts du bruit et des vibrations

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Méthodologie et critères d évaluation des impacts du bruit et des vibrations"

Transcription

1 7B Méthodologie et critères d évaluation des impacts du bruit et des vibrations 7B.1 Introduction Cette annexe fournit les détails de la base de développement de critères pour évaluer l'importance des impacts sonores et des vibrations pour le Projet Simandou, et décrit les méthodes utilisées pour estimer les impacts générés par la voie ferrée de Simandou : La Section 7B.2 revoit les documents d orientation internationaux liés aux bruits et aux vibrations ; La Section 7B.3 décrit la démarche d estimation et d'évaluation du bruit généré pendant de construction ; La Section 7B.4 décrit la démarche de l'évaluation sonore de l'exploitation de la voie ferrée ; et La Section 7B.5 explique la démarche de l'évaluation des impacts sonores et des vibrations liés à l'utilisation d'explosifs pendant la construction de tunnels. 7B.2 Directives internationaux Il y a généralement trois types d indicateurs, concernant les niveaux sonores, pouvant être considérés pour l évaluation du bruit et des vibrations : les niveaux de bruits et de vibrations totaux, qui induisent des impacts (qui sont souvent contenus dans les directives de planification des nouveaux projets, mais qui ne requièrent pas d atténuation du bruit) ; les niveaux de bruits et de vibrations dépassant les seuils, qui produisent des impacts potentiels. Ceux-ci nécessitent la mise en place de mesures d atténuation à la source prenant en compte les conditions et les bénéfices d un schéma ; et les niveaux auxquels les réglementations imposent une atténuation du bruit au niveau du récepteur sous forme d une insonorisation ou d une atténuation du bruit au niveau des bâtiments affectés, faute de quoi les niveaux seraient jugés inacceptables. L Organisation mondiale de la santé (OMS) de même que l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et la Société financière internationale (SFI) sont deux des principales organisations ayant collecté des données et développé leurs propres évaluations des effets de l exposition au bruit environnemental. Sur la base de ces évaluations, des valeurs conseillées pour différentes situations et périodes d exposition ont été définies. 7B.2.1 Directives de l OMS/OCDE Les Directives de l Organisation mondiale de la santé (OMS 1999) relatives au bruit dans l environnement (Eds B. Berglund, T. Lindvall, D.H. Schwela. Genève : OMS) fournissent la recommandation générique suivante concernant l apparition d effets du bruit sur la santé. Pour protéger la majorité des personnes contre les fortes nuisances sonores diurnes, le niveau de pression acoustique sur les balcons, terrasses et espaces de vie extérieurs ne devrait pas dépasser 55 db L Aeq pour un bruit de fond continu. Pour protéger la majorité des personnes contre des nuisances diurnes modérées, le niveau de pression acoustique extérieur ne devrait pas dépasser 50 db L Aeq. La nuit, les niveaux de pression acoustique au droit des façades extérieures des espaces de vie ne devraient pas dépasser 45 db L Aeq et 60 db L AMax, pour que les personnes puissent dormir les fenêtres 7B-1

2 ouvertes. Ces valeurs ont été obtenues en supposant que la réduction du bruit de l extérieur vers l intérieur avec les fenêtres en partie ouvertes s élève à 15 db. 7B.2.2 Directives EHS de la SFI Les directives générales EHS générales de la SFI distinguent deux catégories principales de récepteurs, à savoir les récepteurs résidentiels et les récepteurs industriels, mais elles ne sont pas spécifiques à une source particulière. Les directives relatives aux niveaux sonores pour ces récepteurs sont résumées dans le Tableau 7B.1. Elles font référence au bruit provenant des installations et aux sources de bruit stationnaires et elles sont habituellement utilisées comme normes pour la de conception des installations industrielles. Bien qu elles fournissent des recommandations générales sur les effets du bruit, la SFI a indiqué qu elles n étaient pas directement applicables aux sources de bruit mobiles ou liées au transport. Les mesures doivent être relevées aux récepteurs du bruit situés en dehors du périmètre de la propriété du projet. Tableau 7B.1 Lignes directrices sur les niveaux sonores de la SFI (Directives EHS générales Tableau 1.7.1) Récepteur Niveaux de bruits ambiants maximum admissibles, L Aeq, 1h, dba espace ouvert Diurne 07h00 à 22h00 Nocturne 22h00 à 07h00 Résidentiel, institutionnel, d enseignement industriel, commercial Les directives EHS générales sur le secteur des voies ferrées de la SFI (SFI 2007) ne fournissent pas d orientation particulière pour les niveaux sonores émanant des voies ferrées. 7B.3 Bruit dus aux travaux de construction 7B.3.1 Introduction Cette section présente les recommandations actuelles en matière de bruit pour informer l élaboration des critères d évaluation des impacts du bruit de construction de la mine de Simandou et elle décrit la méthode utilisée pour prévoir le bruit dû aux travaux de construction. 7B.3.2 Directives relatives au bruit dû aux travaux de construction Les sites de construction ont des caractéristiques spéciales par rapport à d autres générateurs importants de bruit La phase de construction est généralement réalisée à l air libre, sa durée est généralement temporaire, et des niveaux sonores variables sont produits par différents types de sources de bruit. L équipement peut être stationnaire ou mobile ; l équipement stationnaire fonctionne à un emplacement pendant un ou plusieurs jours d affilée, et peut faire fonctionner un dispositif fixe (pompes, générateurs, compresseurs) ou variable (battage de pieux, broyeurs de pavés), alors que l équipement mobile se déplacera autour des sites (bulldozers, grues mobiles, camions de transport, etc.). Les niveaux sonores émis par les équipements de construction peuvent varier de façon importante et dépendent de facteurs comme le type d équipement, le modèle spécifique, les opérations effectuées, la durée de l activité et l état de l équipement. Il n y a aucun critère normalisé pour évaluer les impacts du bruit de construction et par conséquent, de tels critères sont donc habituellement déterminés sur la base d un projet spécifique. Les critères devraient prendre en compte l environnement acoustique existant, les niveaux sonores absolus pendant les activités de construction et l utilisation des terres par le récepteur. Les approches actuellement retenues pour déterminer les critères des impacts du bruit de construction pour l aménagement des terrains dans les pays de l Union Européenne (UE) dont la Grande-Bretagne, et également les États-Unis, l Australie, le Japon, la Corée et Hong Kong sont tous similaires, en ce sens que 7B-2

3 la sensibilité au bruit des différentes utilisations des terrains constitue le principal indicateur d un niveau sonore acceptable, attribuable aux activités de construction à différentes périodes de la journée (jour, soirée, nuit). L autre facteur important pour évaluer les effets des impacts du bruit est la durée de l impact. Un bilan du critère d'évaluation d'impact du niveau sonore lié à la construction, exprimé par les valeurs LAeq normalisées à des valeurs préférables (minimales) et acceptables (maximales) pendant la journée et la nuit, pour les pays mentionnés précédemment, est présenté dans la Figure 7B.1. Les fourchettes présentées à la Figure 7B.1 couvrent les critères diurnes et nocturnes, ainsi que certains critères sur 24 heures. Figure 7B.1 Fourchettes des limites de bruit résidentiel (L Aeq ) pour les travaux de construction 7B.3.3 Critère de l'impact du bruit lié à la construction Le principe fondamental des critères d évaluation des impacts du bruit de construction pour le Projet Simandou est de permettre une protection adéquate des utilisations existantes des terrains sensibles, tout en permettant de terminer les travaux de construction de manière pragmatique. Les recommandations résumées ci-dessus ont été passées en revue pour définir un ensemble approprié de critères pour le Projet Simandou. Ils sont présentés dans le Tableau 7B.2. Les degrés d importance sont ceux définis dans le Chapitre 1 : Introduction à l EISE. La durée du bruit de construction est prise en compte en appliquant des seuils de bruit variables pour un impact significatif. Un seuil d impact du bruit critique est défini sur la base du niveau généralement considéré comme celui auquel un endommagement de l audition peut se produire (LAmax 85 dba). 7B-3

4 Tableau 7B.2 Période de travail Critères d'évaluation pour le bruit de construction affectant les récepteurs résidentiels Niveau sonore diurne, db L Aeq, 1h Niveau sonore nocturne, db L Aeq, 1h Toutes périodes L Amax Importance Non significative Mineure Modérée Majeure Non significative Mineure Modérée Majeure Critique Exposition à court terme < 1 mois Exposition à moyen terme 1 à 6 mois Exposition à long terme > 6 mois < >75-80 >80 < >60-65 >65 < >70-75 >75 < >55-60 >60 < >60-65 >65 < >55 > 85 7B.3.4 Méthode de prévision du bruit de construction Le logiciel de modélisation sonore Predictor V8.01 de Bruel & Kjaer a été utilisé pour calculer les émissions sonores des activités de construction en utilisant les méthodes identifiées dans la norme britannique British Standard BS5228:2009 Contrôle du bruit et des vibrations sur les chantiers de construction et autres chantiers en plein air. La norme BS5228 fournit des recommandations sur les méthodes de prévision et de mesure du bruit et elle identifie des niveaux sonores indicatifs, en termes de niveaux de puissance acoustique (SWL ou Lw) et d activité L Aeq (le niveau sonore équivalent pondéré A), pour une large gamme d équipements de construction. Elle recommande également des méthodes de contrôle du bruit pour les chantiers de construction et les sites en plein air où les travaux de construction et d exploitation produisent des niveaux sonores significatifs. Le modèle informatique comprend des données de sources de bruit identifiables, les caractéristiques du terrain environnant et les effets de barrière des bâtiments ou des structures à proximité. Il peut être utilisé pour calculer les niveaux sonores à des emplacements spécifiés (calcul en un point unique), ou le périmètre sonore sur une zone définie (calcul du périmètre). De par l étendue du projet et le nombre de récepteurs, la fonctionnalité de calcul du périmètre sonore a été utilisée pour prévoir les niveaux sonores des activités de construction de la mine. Des facteurs comme les conditions météorologiques (par exemple, la vitesse et la direction du vent), l absorption atmosphérique, et l atténuation au sol peuvent influencer le niveau sonore reçu d un jour à l autre. Cependant, la prévision de ces effets étant complexe, une démarche prudente a été adoptée en supposant un air calme et aucune absorption atmosphérique, ce qui risque de donner des prévisions à la hausse des niveaux sonores. 7B.4 Bruit de l exploitation de la voie ferrée 7B.4.1 Introduction Cette section revoit les recommandations actuelles en matière de bruit d'exploitation de voies ferrées, détaille les critères d'évaluation développés pour l'exploitation de voies ferrées et décrit la méthode d estimation. Le document d'orientation est généralement dérivé de recherches sur la réponse humaine au bruit et aux vibrations, et les critères sont développés en prenant en compte la nécessité de protéger le bien être de la communauté et la possibilité pour les individus de pouvoir dormir, se relaxer et converser sans interférences déraisonnables d'un bruit intrusif. 7B.4.2 Critères de bruit de l exploitation de la voie ferrée Il n'existe aucune directive chiffrée nationale ou internationale en matière le bruit de l'exploitation de la voie ferrée. Les directives EHS de la SFI sur les voies ferrées indiquent que le bruit ferroviaire a de multiples 7B-4

5 origines toutes contribuant au volume de bruit total. Ces sources sont notamment le bruit de roulement généré par le contact entre la roue et le rail lors du déplacement normal et du freinage ; le bruit aérodynamique engendré par le train repoussant de l air (notamment pour les trains à grande vitesse) ; et le bruit de traction, provenant du moteur et des ventilateurs. Ces directives apportent des recommandations en matière de stratégies de réduction ou de prévention du bruit, mais elles ne donnent pas de directives en termes de bruit lié à la voie ferrée. Cependant, la SFI donne des directives sur le bruit des routes à péage (Directives EHS pour les routes à péage 2011), qui indiquent ce qui suit. Les directives du bruit du groupe de la Banque Mondiale pour les routes à péage, avril 2011 Le bruit de la circulation peut être une nuisance importante et pourrait être suffisamment fort pour interférer avec une conversation normale (22), pourrait causer du stress chez les enfants et augmenter la pression sanguine, le rythme cardiaque, et les niveaux des hormones de stress (23). Les niveaux sonores de la circulation sont réduits par la distance, le terrain, la végétation et les obstacles naturels ou artificiels. Les pratiques de gestion pour empêcher, minimiser et contrôler le bruit comprennent : La prise en compte des impacts du bruit pendant la conception de la route afin prévenir les impacts négatifs sur les propriétés voisines par la mise en place de priorités de passage (balises) sur la route et/ou par la conception et la mise en place des mesures de contrôle du bruit exposées ci-dessous (24) (25). La conception et la mise en œuvre des mesures de contrôle du bruit peuvent comprendre les suivantes : construction de la route sous le niveau des terrains voisins des barrières acoustiques le long du droit de passage, (par exemple, des buttes de terre, des murs et de la végétation) (26) Isolation de la structure des bâtiments voisins (ce qui consiste typiquement à remplacer les fenêtres) utilisation de revêtements de route qui entraînent moins de bruits de chaussée / pneus, comme les enrobés à matrice de pierre (SMA). Remarque sur les directives : (22) A une distance de 50 pieds, le bruit de la circulation va d'environ 70 dba à 90 dba pour les camions lourds. (23) Evans, Gary W. et al. (2001) (24) Par exemple, les États-Unis. L'administration fédérale des autoroutes a établi des critères d'impact du bruit, comme le L10 (niveau sonore dépassé 10 pour cent du temps) = 70 dba pour une utilisation résidentielle. Un nouveau projet de route ne devrait pas causer une augmentation importante des niveaux sonores existants dans les propriétés voisines. (25) Le bruit de la circulation n'est pas généralement perçu comme une nuisance pour les personnes qui vivent à plus de 150 mètres des autoroutes à grosse circulation ou à plus de 30 à 60 mètres des routes peu fréquentées. (26) Les mesures d'atténuation les plus efficaces comprennent les barrières et les buttes antibruit, qui peuvent réduire le bruit de 5 dba ou davantage. Le coût des murs antibruit a été estimé à 1-3 millions de dollars par mile (Projet NCHRP (04) Les directives sur l atténuation sont aussi pertinentes pour la conception et l exploitation des voies ferrées, à l'exception du fait que la réduction du bruit de l'interface rail/route sur une voie ferrée passe normalement par le maintien de la voie ferrée dans de bonnes conditions. Les directives font référence à un exemple de limites de bruit pour les routes provenant des États-Unis (voir la note 24 ci-dessus), et qui suggère un seuil de 70 dba en zone résidentielle. En l absence de critères internationaux, les normes et les directives d autres pays ont été examinées, y compris celles du Royaume-Uni (RU), d autres pays de l Union européenne (UE), des États-Unis d Amérique (USA), d Australie, du Japon, de la Corée et de Hong Kong. Il est aussi fait référence à une étude des réglementations et directives acoustiques établies par l'international Institute of Noise Control Engineering (I- INCE) en 2009 (1). Les critères de niveau sonore de voies ferrées pour divers pays sont indiqués dans la Figure 7B.2. Toutes les valeurs fournies sont des niveaux sonores extérieurs enregistrés sur les récepteurs résidentiels et normalisés pour les espaces ouverts lorsque possible, afin de proposer une comparaison juste. Les (1) Survey of Legislation, Regulations, and Guidelines for Control of Community Noise (I-INCE Publication 09-1), I-INCE, B-5

6 échelles proposées dans la Figure 7B.2 couvrent les critères diurnes et nocturnes, ainsi que certains critères sur 24 heures et différents types de récepteurs. Figure 7B.2 Limites de bruit pendant l exploitation en zone résidentielle (L Aeq ) Le Tableau 7B.3 contient plus de détails sur l étude INCE. Les limites de bruit présentées dans la Figure 7B.2 et le Tableau 7B.3 ne sont pas tout à fait comparables, car elles diffèrent en ce qui concerne : les paramètres : Les standards sont définies avec de paramètres différents, incluant L max, L Aeq, L den, L A90 et L dn, et les limites de ces indices ne sont pas directement comparables ; les durées de référence : Les horaires définissant la journée et la nuit varient entre les différents régimes règlementaires ; "Bonus ferroviaire" : Dans certains cas, un "bonus ferroviaire" de 5 db est pris en compte pour reconnaître le fait que les personnes semblent moins sensibles au bruit d une voie ferrée qu'aux autres sources de transport, car le bruit de la voie ferrée n'est généralement pas continu comme le sont les industries ou la circulation routière, et donc, les individus ont tendance à s'habituer plus au bruit de la voie ferrée. Dans certains cas, cette correction est soustraite au niveau sonore estimé de la voie ferrée. Nous avons ajouté 5 db aux normes pertinentes, afin que les valeurs du Tableau 7B.3 puissent être comparées directement ; et la différence entre les seuils d'étude d'impact et les déclencheurs de mesures d'atténuation. Les normes varient aussi en fonction de leur objectif et de l action requise quand elles sont dépassées. En général, les niveaux les plus bas sont appliqués aux planifications de nouvelles habitations, et peuvent être utilisés pour définir l'origine de l'impact acoustique. Par exemple, le niveau britannique de 55 dba diurne s'applique aux nouvelles habitations où aucune atténuation ne sera requise sur la voie ferrée ou les maisons. Des niveaux plus élevés sont généralement utilisés comme limites du bruit acceptable émanant des voies ferrées. Ils peuvent exiger la mise en place d'une isolation acoustique (comme le double vitrage et la ventilation forcée) du récepteur si elles sont dépassées. On présume que les conditions autour de la voie ferrée de Simandou ne se prêteront pas à la mise en place de l isolation acoustique. 7B-6

7 Tableau 7B.3 Résumé des résultats de la revue de l'i-ince Pays L day L eve L night L den L Aeq 24 h L dn Bonus ferroviaire inclus L Amax Remarques Autriche Le bonus ferroviaire a été inclus dans limite L Aeq Belgique Danemark 64 Finlande France Allemagne Limites pour les nouvelles voies ferrées ou pour l'extension de l'exploitation de l'infrastructure existante Limite pour les hôpitaux, les écoles ou les zones résidentielles - les limites pour les résidences estivales et les campings sont inférieures (59) Résidences existantes ; la limite pour les nouvelles résidences est de 45 db en nocturne. Limites d'utilisation sur de nouvelles terres ou des terres modifiées Limite en vigueur, en prenant en compte le fait que 5 db sont retranchés du bruit ferroviaire pour les nouvelles voies ferrées Italie Converti à partir du niveau de la façade (soustraction de 2,5 db et arrondi) Pays Bas Dépend de l'utilisation des terres (de "naturel" à "industriel") Norvège 58 Comprend également un maximum la nuit Portugal Prend en compte une limite réduite de 5 db pour les nouvelles voies ferrées Suède Pas de restriction prévue à ce stade Suisse Turquie Royaume- Uni Corée États-Unis Pour les nouvelles sources, récepteurs résidentiels et inclut l'effet d'un bonus ferroviaire minimum Aucune mesure d'atténuation n est nécessaire pour les nouvelles habitations aux limites les plus élevées de 66 L d, tandis que 61 L n entraîneraient un besoin d'isolation acoustique Le bruit à ce niveau est défini comme un impact, mais 65 db est décrit comme un "impact grave" vdf B-7

8 La politique préliminaire d aménagement de l Australie-Occidentale relative aux bruits des trains (1) offre des directives particulièrement utiles, car elles s appliqueront aux projets ferroviaires dans le cadre d exploitations minières. Elle prévoit trois niveaux pour les impacts acoustiques, qui sont présentés dans le Tableau 7B.4. Tableau 7B.4 Durée Déclaration préliminaire de politique d'aménagement : Bruit du transport ferroviaire et routier : Western Australian Planning Commission Exposition Niveau 1 "Cible du bruit" Exposition Niveau 2 Exposition Niveau 3 "Limite de bruit" Diurne de 6h00 à 22h00 55 dba < L Aeq, 16h 55 dba < L Aeq, 16h < 60 dba 60 dba L Aeq, 16h Nocturne de 22h00 à 6h00 50 dba L Aeq, 8hr 50 dba < L Aeq, 16h < 55 dba 55 dba L Aeq, 8h Remarque : Le niveau sonore doit être déterminé à un point situé à 1 mètre de l'extrémité du site ou de la façade du bâtiment étant la plus exposée à la source du bruit, et à 1,5 m au-dessus du niveau du sol à cet endroit. Les évaluations du bruit devront généralement refléter l'impact de toute augmentation future de la circulation ferroviaire et routière, en se basant sur une période d estimation de 20 ans. La différence de 5 db entre le bruit extérieur «cible» et le bruit extérieur «limite» représente une «marge de conformité acceptable». Normalement, il est possible d'atteindre des niveaux sonores extérieurs conformes à cette marge acceptable lorsque des récepteurs ou des voies ferrées existent. Il est reconnu que dans certains cas, il ne sera pas possible d'atteindre ce critère acoustique. Dans ces circonstances, il est recommandé de prendre en compte les avantages, le coût, la faisabilité, les préférences communautaires, les impacts sur les équipements, la sécurité et les conflits avec les autres politiques de transport et d'aménagement. 7B.4.3 Critères d évaluation du bruit d exploitation de la voie ferrée de Simandou Les normes et directives mentionnées plus haut ont été utilisées pour définir les critères d évaluation de l importance du bruit de la voie ferrée donnés dans le Tableau 7B.5. Tableau 7B.5 Période d exploitation Critères d'évaluation pour le bruit de construction affectant les récepteurs résidentiels Niveau sonore diurne, L Aeq dba Niveau sonore nocturne, L Aeq dba L AMax Importance Non significative Mineure Modérée Majeure Non significative Mineure Modérée Majeure Critique Bruit des voies ferrées < > > 65 < > > 60 > 85 L Aeq est utilisé en tant que paramètre principal pour déterminer l importance des impacts acoustiques, à l exception des impacts critiques, qui sont déterminés par une valeur L Amax. Un critère L Amax serait plus approprié pour une voie ferrée utilisée uniquement par quelques trains par jour, ou lorsque les trains passent très près des récepteurs (généralement entre 15 et 20 mètres), particulièrement la nuit, lorsque la perturbation du sommeil est un problème potentiel. Compte tenu du fait que les récepteurs les plus proches de la voie ferrée de Simandou se trouvent à une distance minimum de 60 m (en dehors du corridor de construction), et que le niveau de service est constant en périodes diurne et nocturne, on considère que L Aeq est un paramètre plus approprié. (1) Western Australian Planning Commission, 2009 ; Draft Statement of Planning Policy: Road and Rail Transportation Noise. 7B-8

9 7B.4.4 Méthode de prévision du bruit dû à l'exploitation Le logiciel de modélisation sonore SoundPLAN a été utilisé pour calculer les émissions sonores de la voie ferrée aux emplacements des récepteurs (agglomérations) identifiés le long de la route. Ce modèle prend en compte le nombre de trains passant à un point donné (jusqu'à un train dans chaque sens par heure), leur vitesse, le fait qu ils soient pleins ou vides, et le nombre de wagons de fret et de locomotives. Le modèle SoundPLAN met en œuvre la méthode de calcul NORD (1996) pour la propagation du bruit liée aux voies ferrées (1). Cette méthodologie présente l avantage de permettre la prévision des niveaux sonores LAeq et des niveaux sonores maximum (L Amax ). NORD (1996) utilise des termes source standard ferroviaires à partir d'une base de données mesurées, qui sont spécifiés en termes de puissance acoustique par unité de longueur des trains. Le terme source le plus approprié a été sélectionné et représente un train de fret norvégien à traction diesel. Les termes sources ne sont pas fournis séparément pour locomotives et wagons, mais pour les configurations typiques de trains de fret il est normal que les wagons dominent les niveaux sonores d'un train, et c'est pourquoi les configurations précises ne devraient pas avoir un effet important sur les niveaux prévus. Pour calibrer les prévisions afin qu'elles reflètent le type de train qui sera habituellement utilisé par Rio Tinto, les niveaux sonores ont été calculés et comparés à des valeurs mesurées sur un train de fret sur les installations de Rio Tinto en Australie (2). Le niveau prédit à l'aide de NORD (1996) pour la situation de référence a été de 4 db au-dessus de celui mesuré à 750 m. Sur cette base, il serait logique de soustraire 4 db afin de calibrer le modèle, mais une comparaison effectuée avec un calcul parallèle utilisant la méthode de calcul du bruit ferroviaire (CRN) (3) du Royaume-Uni indique qu une correction de 2 dba fournirait une estimation prudente et raisonnable. La modélisation sonore est basée sur le tracé indicatif illustré au Chapitre 2 : Description du Projet. On part de l hypothèse que le sol est plat de part et d autre de la voie ferrée, ce qui fournit un pire cas raisonnable : en effet, dans les zones où la voie ferrée passera dans des tranchées, les niveaux sonores réels seront inférieurs, car elles font office de barrière acoustique efficace. On constatera une légère augmentation du bruit là où la voie ferrée est élevée, mais la différence sera généralement inférieure à 2 db. Les sites des agglomérations ont été établis comme points de référence sur des photos aériennes datant de L utilisation de points uniques introduit une certaine incertitude, mais comme la plupart d entre eux représentent de petits villages, les emplacements exacts des propriétés ne devraient pas résulter en des incertitudes suffisamment importantes pour remettre en cause les conclusions générales. 7B.5 Travail à l explosif 7B.5.1 Introduction Cette section présente l examen des directives actuelles concernant les émissions dues au travail à l explosif pour informer l élaboration de critères d évaluation de l impact des tirs d explosifs réalisés dans le cadre de l exploitation de la mine de Simandou. Le travail à l explosif lié aux activités minières et de construction peuvent avoir des impacts sur les personnes, la faune et les structures environnantes, y compris l usine, les machines, les bâtiments et les conduites du fait des déflagrations (surpressions d air) et des vibrations du sol. En cas de travail à l explosif, l énergie est transmise dans l air depuis le site de l explosion sous forme d ondes de surpressions aériennes. Ces ondes de surpressions sont constituées d énergie s étalant sur un large éventail de fréquences. Certaines sont supérieures à 20 Hz et sont perceptibles comme des sons, mais la majorité d entre elles sont inférieures à 20 Hz et sont donc inaudibles ; toutefois, elles peuvent être ressenties comme des secousses. La combinaison du son et des secousses constitue une déflagration. Une déflagration peut entraîner des vibrations secondaires à une fréquence audible dans les bâtiments, (1) Bruit du trafic ferroviaire méthode prédictive nordique. Tema Nord : 1996 :524, Nordic Council of Ministers (Conseil des ministres nordiques), (2) Développement du Port B Cape Lambert : Évaluation du bruit (Rpt Rev0-29 July 08), SVT, (3) Calculation of Railway Noise (Calcul du bruit ferroviaire), UK HMSO, B-9

10 c est habituellement cet effet qui engendre des plaintes des occupants. Il n y a aucune preuve connue de dommages structurels provenant de niveaux de déflagration excessifs. L énergie est également transmise dans le sol sous forme de vibrations. L effet des vibrations sur les individus est très subjectif car les niveaux de tolérance varient d une personne à une autre. De ce fait, il est difficile d évaluer les niveaux d acceptabilités des vibrations dans le sol. Les limites appropriées doivent tenir compte des conditions locales et de la nature des travaux. 7B.5.2 Recommandations relatives à l utilisation d explosifs En l absence de directives guinéennes ou de directives internationales concernant l utilisation d explosifs, les sources suivantes ont été passées en revue : 1. Limites de l Ontario, pour les carrières (Canada) ; 2. OSMRE (Office of Surface Mining Reclamation and Enforcement), États-Unis ; 3. Australian and New Zealand Environment and Conservation Council (ANZECC) Technical Basis for Guidelines to Minimise Annoyance due to Blasting Overpressure and Ground Vibration (Bases techniques pour les directives visant à minimiser les nuisances dues aux déflagrations et aux vibrations du sol) (ANZECC, 1990) ; 4. Norme britannique BS6472: 2008 Guide To Evaluation of Human Exposure to Vibration in Buildings, Part 2 : Blasting Induced Vibration (Guide d évaluation de l exposition humaine aux vibrations dans les bâtiments, partie 2 : Vibrations induites par l abattage à l explosif ; 5. Norme britannique BS5228 (2009) Code of Practice for noise and vibration control on construction and open sites (Code d usages pour le contrôle du bruit et des vibrations sur les chantiers de construction et les milieux ouverts) ; 6. Minerals Technical Advice Note 2 Coal (Conseils techniques sur les minéraux), note 2 : Charbon (MTAN)), Janvier 2009 (pays de Galles) ; 7. Minerals Planning Guidance Note 9 (MPG) (Directive de planification sur les minerais, note 9), 1992 (RU) et circulaire du gouvernement écossais nº 26/1992 ; et 8. Norme australienne AS Explosifs Stockage, transport et utilisation. Les directives sont des limites définies pour les déflagrations, mesurées en dbz ou dblinear, et les vibrations du sol, mesurées comme la vitesse de crête des particules (PPV) en mm/s. Un récapitulatif est présenté dans le Tableau 7B.6. Tableau 7B.6 Type d émissions Critères courants des émissions liées au travail à l explosif Critères régionaux Récepteur Ontario 1 États-Unis 2 Australie Royaume-Uni Déflagration (surpression) db(z) Résidentiel (< 6Hz) 133 (< 2Hz) 134 (< 0,1Hz) 115 (95 %) (max) (95 %) (max) 6 Vibrations maximales du sol recommandées 5 (95 %) 3 10 (max) 3 6 (95 %) 6 6 (95 %) 7 12 (max) 7 Vitesse de crête des particules (mm/s) Bureaux, bâtiments commerciaux et industriels 12,5 31 (< 100m) 25 (> 100m) 19 (> 1500m) 25 (95 %) (95%) (max) 5 Résidentiel 2 (long terme) (diurne) 4 5 (max) 3 2 (nocturne) 4 Remarque : Les références renvoient à la liste des directives pertinentes ci-dessus. 7B-10

11 Les critères pour éviter les dommages structurels liés aux vibrations temporaires des explosions sont présentés dans la norme australienne AS Explosifs - Stockage, transport et utilisation (ANZECC 2006), les normes britanniques BS 6472 : 2008 et BS7385: 1993 et la norme allemande DIN : Ces critères sont résumés dans le Tableau 7B.7. Les seuils de dommages structurels sont généralement supérieurs à ceux spécifiés dans le Tableau 7B.6. Tableau 7B.7 Critères courants des vibrations du sol pour les structures Type de structure Critère de vibration du sol (mm/s) Source Lignes électriques (aériennes) 100 AS 2187,2 (ANZECC 2006) Canalisations enterrées (acier) 100 Routes 20 Bâtiments/bureaux/ateliers du site Convoyeurs (construction standard) 20 DIN : Tableau 2 Ligne 1 Critères conservateurs Directives 2 x ANZECC DIN : (Tableau 1 Ligne 1) 100 Terrock Consulting (2008) [1] [1] une enquête sur les effets des déflagrations sur les tapis roulants à Cumnock Colliery (NSW, Australie), réalisée par Terrock Consulting Engineers, a révélé qu'une vitesse maximum des particules (PPV) de 100 mm/s n'entrainerait pas de surcharge de la structure du tapis roulant lorsque la courroie du tapis fonctionne" (Terrock Consulting Engineers, Juillet 2008). 7B.5.3 Critères d évaluation pour les tirs d explosifs Les recommandations résumées ci-dessus ont été utilisées pour définir les critères d évaluation de l importance des émissions dues au travail à l explosif pour le Projet Simandou. Ces critères sont replis dans le Tableau 7B.8. Les critères sont conçus pour garantir une protection adéquate des terrains sensibles tout en permettant de mener l exploitation de manière pragmatique. Les critères sont présentés comme des limites de 95 centiles pour le bien-être humain dans les bâtiments occupés et pour éviter le risque de dommages esthétiques et structurels aux bâtiments liés aux effets à long terme des vibrations. Des limites plus faibles sont définies pour les périodes nocturnes. Aucune distinction n est faite entre les importances «mineure» et «modérée» du fait de la nature des impacts résultant des tirs d explosifs et de la réponse des récepteurs. Les impacts critiques des déflagrations sont identifiés lorsque le bruit des déflagrations dépasse 140 dbz, généralement accepté comme le seuil de sécurité audible. Tableau 7B.8 Critères d évaluation des impacts des tirs d explosifs Période Non significatif Déflagration db(z) 95 centiles Mineur / modéré Majeur Critique Non significatif Vibrations PPV mm/s 95 centiles Mineur / modéré Majeur Critique Diurne <115 > > > 140 <2 >2-5 > 5-10 > 10 Nocturne <105 > > > 140 <1 >1-2 >2-5 > 5 7B.5.4 Méthodologie de prévision des déflagrations et des vibrations du sol Les vibrations du sol et les niveaux de déflagration ont été prévus en utilisant la méthodologie présentée dans le Guide ICI sur les tirs d explosifs (ICI 1995) pour permettre de comprendre le potentiel des impacts dus aux tirs d explosifs. 7B-11

12 7B Prévision des déflagrations La loi du 95ème centile régissant les sites de déflagrations (qui peut être dépassée à un niveau maximum de 5% du total d explosions annuel) est définie par le pic du niveau de déflagration (SPL) mesuré en db (Z), et est exprimée comme suit : Surpression de déflagration (95%) = 165,3 24 log 10 (SD) où la distance étalonnée MIC (Charge instantanée maximale) est la masse d explosifs maximale (en kg) mise à feu à retardement à tout intervalle de 8 millisecondes ; et d est la distance entre la charge (lieu de l explosion) et le récepteur. 7B Prévision des vibrations dues aux tirs d explosifs La loi décrivant la somme vectorielle des vitesses de crête (Peak Vector Sum, PVS) des vibrations au sol d un site donné est définie comme : PVS (mm/s) = 1140 (SD) -1,6 où la distance est à l échelle MIC est la masse d explosif maximale (kilogrammes) mise à feu à retardement à un intervalle de 8 millisecondes ; et d est la distance entre la charge et le récepteur. 7B-12

Tableau 1 Routes nouvelles ou modifiées : les infrastructures concernées

Tableau 1 Routes nouvelles ou modifiées : les infrastructures concernées Codes l'environnement Décret 95-22 du 9 janvier relatif à la limitation du bruit des aménagements et transports terrestres mai relatif au bruit des 97-110 du 12 relative à la prise en compte du bruit dans

Plus en détail

Généralité sur le bruit

Généralité sur le bruit Généralité sur le bruit (Sources : http://www.bruitparif.fr, http://www.sante.gouv.fr et http://www.afsse.fr ) DRASS Rhône Alpes Groupe Régional Bruit 2009 1. Le son Le son est un phénomène physique qui

Plus en détail

1 INTERET ET ELEMENTS D INTERPRETATION DE L INDICATEUR

1 INTERET ET ELEMENTS D INTERPRETATION DE L INDICATEUR Fiche méthodologique INDICATEUR : L DEN LIÉ AU TRAFIC AÉRIEN THEME : BRUIT 1 INTERET ET ELEMENTS D INTERPRETATION DE L INDICATEUR Question posée par l indicateur : Quelle est la répartition spatiale des

Plus en détail

Arrêtons: Art. 2. Champ d'application

Arrêtons: Art. 2. Champ d'application Règlement grand-ducal du 2 août 2006 portant application de la directive 2002/49/CE du Parlement européen et du Conseil du 25 juin 2002 relative à l'évaluation et à la gestion du bruit dans l'environnement.

Plus en détail

MESURES de BRUIT. Chantier A63 Rechargement

MESURES de BRUIT. Chantier A63 Rechargement 1/21 MESURES de BRUIT Installations d enrobage Plate-forme LABENNE (40) RAPPORT DE MESURAGE Bruit ambiant et émergences RAPPORT DE MESURAGE Mesures réalisées le 17/10/2013 2/21 SOMMAIRE Page Conclusions

Plus en détail

ETUDE D IMPACT ACOUSTIQUE

ETUDE D IMPACT ACOUSTIQUE ETUDE D IMPACT ACOUSTIQUE PROJET D AMÉNAGEMENT D UN CENTRE DE STOCKAGE DE SEDIMENTS Commune de Bessines-sur-Gartempe Maître d Ouvrage AREVA Etablissement de Bessines 1, Avenue du Brugeaud 87250 Bessines

Plus en détail

CODE DE SÉCURITÉ SAFETY CODE. Publié par: Le Directeur général Date de publication: 1993 Original: français PROTECTION CONTRE LE BRUIT

CODE DE SÉCURITÉ SAFETY CODE. Publié par: Le Directeur général Date de publication: 1993 Original: français PROTECTION CONTRE LE BRUIT Edms 335722 CERN CODE DE SÉCURITÉ SAFETY CODE A 8 Publié par: Le Directeur général Date de publication: 1993 Original: français PROTECTION CONTRE LE BRUIT Table des matières 1 Base juridique 2 Objet 3

Plus en détail

Délibération n 09-2-5 POINT N 5 DE L'ORDRE DU JOUR -=-=-=-=-= AGENCE DE L'ENVIRONNEMENT ET DE LA MAITRISE DE L'ENERGIE CONSEIL D'ADMINISTRATION

Délibération n 09-2-5 POINT N 5 DE L'ORDRE DU JOUR -=-=-=-=-= AGENCE DE L'ENVIRONNEMENT ET DE LA MAITRISE DE L'ENERGIE CONSEIL D'ADMINISTRATION Délibération n 09-2-5 POINT N 5 DE L'ORDRE DU JOUR -=-=-=-=-= AGENCE DE L'ENVIRONNEMENT ET DE LA MAITRISE DE L'ENERGIE CONSEIL D'ADMINISTRATION SEANCE DU 11 FÉVRIER 2009 -=-=-=-=-= SYSTEME D AIDES POUR

Plus en détail

MESURES DE BRUIT A l ÉTAT INITIAL

MESURES DE BRUIT A l ÉTAT INITIAL DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER UNE UNITE DE METHANISATION DE MATIERES ORGANIQUES Siège social : FRANCE BIOGAZ VALORISATION 12 rue Finkmatt 67000 STRASBOURG Tél. : 03 88 23 47 72 Fax : 03

Plus en détail

P.L.U. Plan Local d'urbanisme PRESCRIPTION D'ISOLEMENT ACOUSTIQUE AU VOISINAGE DES INFRASTRUCTURES TERRESTRES DOCUMENT OPPOSABLE

P.L.U. Plan Local d'urbanisme PRESCRIPTION D'ISOLEMENT ACOUSTIQUE AU VOISINAGE DES INFRASTRUCTURES TERRESTRES DOCUMENT OPPOSABLE Commune du Département de l'oise P.L.U Plan Local d'urbanisme PRESCRIPTION D'ISOLEMENT ACOUSTIQUE AU VOISINAGE DES INFRASTRUCTURES TERRESTRES DOCUMENT OPPOSABLE Document Établi le 20 septembre 2013 Le

Plus en détail

Pompes à Chaleur & environnement acoustique. Recommandations pour la mise en œuvre des pompes à chaleur. Fiche technique n 1

Pompes à Chaleur & environnement acoustique. Recommandations pour la mise en œuvre des pompes à chaleur. Fiche technique n 1 Fiche technique n 1 Pompes à Chaleur & environnement acoustique Recommandations pour la mise en œuvre des pompes à chaleur Association Française pour les Pompes A Chaleur 1 1 Puissance et pression acoustique

Plus en détail

Le Bruit en Europe Colloque du Conseil National du Bruit Paris, 12-13 Décembre 2000

Le Bruit en Europe Colloque du Conseil National du Bruit Paris, 12-13 Décembre 2000 Le Bruit en Europe Colloque du Conseil National du Bruit Paris, 12-13 Décembre 2000 Le bruit des transports en Europe : exposition de la population, risques pour la santé et coût pour la collectivité Jacques

Plus en détail

Traitement des plaintes sur le bruit et exigences aux entreprises qui le génèrent

Traitement des plaintes sur le bruit et exigences aux entreprises qui le génèrent Traitement des plaintes sur le bruit et exigences aux entreprises qui le génèrent Références légales : LRQ (c. Q-2), articles 20 et 22 JUIN 2006 Introduction 1. Objet de la note d instructions Cette note

Plus en détail

Journal officiel des Communautés européennes

Journal officiel des Communautés européennes L 189/12 18.7.2002 DIRECTIVE 2002/49/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 25 juin 2002 relative à l évaluation et à la gestion du bruit dans l environnement LE PARLEMENT EUROPÉEN ET LE CONSEIL DE

Plus en détail

Le bruit. Le bruit Page 1 sur 10

Le bruit. Le bruit Page 1 sur 10 Le bruit Le bruit Page 1 sur 10 Introduction Les ambiances de travail (bruits, éclairage, ambiance thermique ) sont des éléments essentiels pour une bonne exécution d une tâche, tant leur impact sur l

Plus en détail

Résumé non technique. Tableaux d estimation

Résumé non technique. Tableaux d estimation Résumé non technique Tableaux d estimation 4 Chapitre 1 Introduction 5 E n application de la directive européenne 2002/49/CE, et de ses retranscriptions en droit français (décret 2006-361 du 24 mars 2006

Plus en détail

ANNEXE 2 L ACOUSTIQUE

ANNEXE 2 L ACOUSTIQUE ANNEXE 2 L ACOUSTIQUE LE BRUIT DÉFINITION Niveaux de l ambiance sonore résultant des activités Bruit admissible et confort à l intérieur L ISOLATION ACOUSTIQUE L INDICE D AFFAIBLISSEMENT ACOUSTIQUE PONDÉRÉ

Plus en détail

Analyse des bruits de clavier d ordinateur

Analyse des bruits de clavier d ordinateur Analyse des bruits de clavier d ordinateur Introduction 1 Enregistrement des bruits de clavier 2 Analyse des bruits de clavier 3 Analyse du niveau de pression acoustique vs. temps 4 Sonie vs. temps 4 Acuité

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT. Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE

COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT. Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT Chapitre 1 : NOTIONS DE BASE Chapitre 2 : LES SOURCES DE BRUIT Chapitre 3 : ISOLATION ACOUSTIQUE DES PAROIS Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE Chapitre

Plus en détail

Cartes de bruit stratégiques

Cartes de bruit stratégiques Département de la Sarthe Cartes de bruit stratégiques Grandes infrastructures de transports Réseau autoroutier COFIROUTE Résumé non technique Article R 572-5 du code de l environnement Vu pour être annexé

Plus en détail

NOTICE D EMPLOI SLT-TR

NOTICE D EMPLOI SLT-TR Tel.: +33 (0) 972 3537 17 Fax: +33 (0) 972 3537 18 info@pce-france.fr NOTICE D EMPLOI SLT-TR Symbole d avertissement Attention: Ne pas exposer le terminal d entrée à une tension de surcharge ou au courant.

Plus en détail

Installations classées pour la protection de l'environnement Campagne de mesure de bruit SOMMAIRE I. OBJET DE L ETUDE... 3

Installations classées pour la protection de l'environnement Campagne de mesure de bruit SOMMAIRE I. OBJET DE L ETUDE... 3 SOMMAIRE I. OBJET DE L ETUDE... 3 II. MODE OPERATOIRE... 3 A. MATERIEL UTILISE... 3 1) Sonomètre... 3 2) Calibreur... 3 B. METHODE DE MESURE... 4 C. POSITIONNEMENT DU MATERIEL... 4 III. CAMPAGNE DE MESURE...

Plus en détail

RESUMÉ NON TECHNIQUE ELABORATION DES CARTES DE BRUIT COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU HAUT VAL DE MARNE

RESUMÉ NON TECHNIQUE ELABORATION DES CARTES DE BRUIT COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU HAUT VAL DE MARNE DIRECTION GENERALE ADJOINTE CHARGEE DE L AMENAGEMENT ET DU DEVELOPPEMENT Service études et prospective RESUMÉ NON TECHNIQUE ELABORATION DES CARTES DE BRUIT COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU HAUT VAL DE MARNE

Plus en détail

En mars 2001, à l occasion d une journée

En mars 2001, à l occasion d une journée Solutions Cetiat MESURES ACOUSTIQUES TROIS NORMES POUR MESURER LE BRUIT DES MACHINES La chasse au bruit oblige les fournisseurs à tenir compte des caractéristiques acoustiques de leurs matériels de plus

Plus en détail

Extraits du Code du Travail

Extraits du Code du Travail Extraits du Code du Travail Bruit au travail - Santé auditive QUATRIÈME PARTIE : SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL LIVRE IV : PRÉVENTION DE CERTAINS RISQUES D EXPOSITION TITRE III : PRÉVENTION DES RISQUES D

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

TITRE III PRÉVENTION DES RISQUES D'EXPOSITION AU BRUIT. CHAPITRE Ier Dispositions générales

TITRE III PRÉVENTION DES RISQUES D'EXPOSITION AU BRUIT. CHAPITRE Ier Dispositions générales Code du travail nouveau : TITRE III - PREVENTION DES RISQUES D'EXPOSITION AU BRUIT TITRE III PRÉVENTION DES RISQUES D'EXPOSITION AU BRUIT CHAPITRE Ier Dispositions générales SECTION 1 Définitions Art.

Plus en détail

ACOUPHEN ENVIRONNEMENT GROUPEMENT COORDONNE PAR LA COMMUNE DE MONTESSON ETUDE REALISEE POUR LE COMPTE DU : RAPPORT D ETUDE RA-080001-07-A

ACOUPHEN ENVIRONNEMENT GROUPEMENT COORDONNE PAR LA COMMUNE DE MONTESSON ETUDE REALISEE POUR LE COMPTE DU : RAPPORT D ETUDE RA-080001-07-A MANAGEMENT DE L SONORE WWW.ACOUPHEN-.COM CONTACT@ACOUPHEN-.COM SIEGE SOCIAL LYON CAMPUS DE LA DOUA 66, BD NIELS BOHR B.P. 52132 69603 VILLEURBANNE CEDEX TEL / 33 (0)4 72 69 01 22 FAX / 33 (0)4 72 44 04

Plus en détail

CPCU Chaufferie de Vaugirard 25 rue Georges Pitard 75015 PARIS. À l attention de Madame JOYCE-ERMOLLI RAPPORT DE VÉRIFICATION

CPCU Chaufferie de Vaugirard 25 rue Georges Pitard 75015 PARIS. À l attention de Madame JOYCE-ERMOLLI RAPPORT DE VÉRIFICATION CPCU Chaufferie de Vaugirard 25 rue Georges Pitard 75015 PARIS À l attention de Madame JOYCE-ERMOLLI RAPPORT DE VÉRIFICATION NIVEAUX SONORES ÉMIS DANS L ENVIRONNEMENT EN RÉFÉRENCE À L ARRÊTÉ DU 23 JANVIER

Plus en détail

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Depuis la création de Syngenta en 2000, nous avons accordé la plus haute importance à la santé, à la sécurité et à l environnement (SSE) ainsi qu

Plus en détail

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE ORGANISATION FOR ECONOMIC CO-OPERATION AND DEVELOPMENT TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE 14-15 septembre 2006 Séoul, Corée Déclaration de Séoul (version définitive) CENTRE

Plus en détail

Détermination et évaluation des nuisances sonores liées à l'exploitation des établissements publics

Détermination et évaluation des nuisances sonores liées à l'exploitation des établissements publics Détermination et évaluation des nuisances sonores liées à l'exploitation des établissements publics Directive du 10 mars 1999 (modification du 30 mars 2007) 1. PREAMBULE La loi fédérale sur la protection

Plus en détail

Les effets nocifs du bruit sur l'homme

Les effets nocifs du bruit sur l'homme La santé n'est pas seulement l'absence de maladie mais un état de complet bien être physique, mental et social (OMS) Le bruit est un ensemble confus de sons non désirés (Littré) ou un ensemble de sons

Plus en détail

37. LES VALEURS ACOUSTIQUES ET VIBRATOIRES UTILISÉES EN RÉGION BRUXELLOISE (VERSION 2010)

37. LES VALEURS ACOUSTIQUES ET VIBRATOIRES UTILISÉES EN RÉGION BRUXELLOISE (VERSION 2010) 37. LES VALEURS ACOUSTIQUES ET VIBRATOIRES UTILISÉES EN RÉGION BRUXELLOISE (VERSION 2010) Des explications concernant les indices acoustiques évoqués dans le texte ci-dessous sont fournies dans la fiche

Plus en détail

MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE

MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE 2015 Résumé Le niveau et la dynamique de développement du transport aérien suisse sont analysés et évalués dans le cadre d un vaste monitoring

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

Elaboration d une méthodologie définissant un indicateur représentatif du risque sanitaire induit par les nuisances sonores en milieu urbain

Elaboration d une méthodologie définissant un indicateur représentatif du risque sanitaire induit par les nuisances sonores en milieu urbain Elaboration d une méthodologie définissant un indicateur représentatif du risque sanitaire induit par les nuisances sonores en milieu urbain Marine Baulac Delphine Bourgois, Solène Marry, Christophe Goeury,

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

PLACE DE L ACADIE MISE À JOUR DES ÉTUDES ACOUSTIQUES À PARTIR DES PLANS DE SITE RÉVISÉS SOUMIS EN DATE DU 3 DÉCEMBRE 2008

PLACE DE L ACADIE MISE À JOUR DES ÉTUDES ACOUSTIQUES À PARTIR DES PLANS DE SITE RÉVISÉS SOUMIS EN DATE DU 3 DÉCEMBRE 2008 MJM CONSEILLERS EN ACOUSTIQUE INC MJM ACOUSTICAL CONSULTANTS INC 55, Côte des Neiges, Bureau 0 Montréal (Québec) Tél.: (5) 77-98 HS A6 Fax: (5) 77-986 Site internet: www.mjm.qc.ca Courrier électronique:

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

Cartes de bruit stratégiques

Cartes de bruit stratégiques RAPPORTS CETE Normandie Centre LRB Laboratoire Régional de Blois Affaire 131550 Cartes de bruit stratégiques Réseau routier national de l'eure Résumé non technique Article 3 du décret du 24 mars 2006 Novembre

Plus en détail

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations par Robert Fluri et Robert Müller, Direction de la statistique, Banque nationale suisse, Zurich BNS 42

Plus en détail

Cartes stratégiques de bruit Résumé non technique

Cartes stratégiques de bruit Résumé non technique Cartes stratégiques de bruit Résumé non technique CA. Les Lacs de l'essonne - CSB - Résumé non technique 03 11 2014-1/19 Sommaire I. Contexte réglementaire autour de l élaboration des cartes de bruit stratégiques...3

Plus en détail

Notions d acoustique contexte réglementaire et solutions de prévention

Notions d acoustique contexte réglementaire et solutions de prévention Réduire le bruit au travail : des solutions de prévention 29 octobre 2008 Notions d acoustique contexte réglementaire et solutions de prévention Hubert FINCK Ingénieur Conseil Les enjeux Le bruit concerne

Plus en détail

> REnDRE LE BRuIt visible

> REnDRE LE BRuIt visible > REnDRE LE BRuIt visible > sonbase La Base de données SIG pour la Suisse Déterminer et analyser la pollution sonore pour l ensemble de la Suisse 02 > sonbase La base de données SIG pour la Suisse La base

Plus en détail

JERI 2014 Expérience du canton de Fribourg en matière de revêtement phonoabsorbant

JERI 2014 Expérience du canton de Fribourg en matière de revêtement phonoabsorbant Tiefbauamt TBA Expérience du canton de Fribourg en matière de revêtement phonoabsorbant 25 novembre 2014 André Magnin, Ingénieur cantonal, chef du Service des ponts et chaussées Direction de l aménagement,

Plus en détail

Un forum d échanges pour les professionnels de la construction Un site à l usage des conducteurs de travaux Une plateforme d informations techniques

Un forum d échanges pour les professionnels de la construction Un site à l usage des conducteurs de travaux Une plateforme d informations techniques Rapport technique / Machines Contenu : Système pousse-tube Rédaction Date : Laurent Chevrier / Etudiant ETC 3ème année : 8 janvier 2013 Système pousse-tube Introduction Anciennement, les travaux de mise

Plus en détail

Méthodologie de mesure et de présentation d un rapport sur le bruit ferroviaire

Méthodologie de mesure et de présentation d un rapport sur le bruit ferroviaire Méthodologie de mesure et de présentation d un rapport sur le bruit ferroviaire disponible sur divers supports Ce document ainsi que les autres publications de l Office des transports du Canada sont disponibles

Plus en détail

Conseil Economique et Social

Conseil Economique et Social NATIONS UNIES E Conseil Economique et Social Distr. GENERALE TRANS/AC.7/2002/1 14 décembre 2001 Originale : FRANÇAIS COMMISSION ÉCONOMIC POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe pluridisciplinaire

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

MUNICIPALITÉ D'ÉCUBLENS/VD PRÉAVIS No 7/2009

MUNICIPALITÉ D'ÉCUBLENS/VD PRÉAVIS No 7/2009 MUNICIPALITÉ D'ÉCUBLENS/VD PRÉAVIS No 7/2009 Assainissement du bruit routier sur la Commune d'ecublens/vd Demande d'un crédit d'étude AU CONSEIL COMMUNAL D'ÉCUBLENS/VD Monsieur le Président, Mesdames et

Plus en détail

avis délibéré de l Autorité environnementale relatif à la modernisation de la ligne D du RER n Ae: 2010-60

avis délibéré de l Autorité environnementale relatif à la modernisation de la ligne D du RER n Ae: 2010-60 avis délibéré de l Autorité environnementale relatif à la modernisation de la ligne D du RER n Ae: 2010-60 Avis délibéré n AE 2010-60 / n CGEDD 007536-01 adopté lors de la séance du 23 février 2011 de

Plus en détail

CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT

CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT DÉCLARATION DE PRINCIPES CONCERNANT L'ERGONOMIE ET LA SÉCURITÉ DES SYSTÈMES D'INFORMATION EMBARQUÉS Introduction

Plus en détail

Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires

Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires Systèmes cellulaires Réseaux cellulaires analogiques de 1ère génération : AMPS (USA), NMT(Scandinavie), TACS (RU)... Réseaux numériques de 2ème

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores

Les Français et les nuisances sonores Les Français et les nuisances sonores Sondage Ifop pour le Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Contact Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion et

Plus en détail

Comparaisons internationales de la dette

Comparaisons internationales de la dette Annexe 2 Comparaisons internationales de la dette Faits saillants Selon les statistiques officielles publiées par le Fonds monétaire international (FMI) et l Organisation de coopération et de développement

Plus en détail

Caractéristiques des ondes

Caractéristiques des ondes Caractéristiques des ondes Chapitre Activités 1 Ondes progressives à une dimension (p 38) A Analyse qualitative d une onde b Fin de la Début de la 1 L onde est progressive puisque la perturbation se déplace

Plus en détail

Ordonnance sur la protection contre le bruit

Ordonnance sur la protection contre le bruit Ordonnance sur la protection contre le bruit (OPB) Modification du 23 août 2006 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 15 décembre 1986 sur la protection contre le bruit 1 est modifiée comme

Plus en détail

TARIFS DE COURTAGE. OFFRE ZONEBOURSE.COM / INTERACTIVE BROKERS Au 7 juillet 2015

TARIFS DE COURTAGE. OFFRE ZONEBOURSE.COM / INTERACTIVE BROKERS Au 7 juillet 2015 TARIFS DE COURTAGE OFFRE ZONEBOURSE.COM / INTERACTIVE BROKERS Au 7 juillet 2015 La présente brochure a pour objet de vous présenter les principales conditions tarifaires appliquées aux services financiers

Plus en détail

Cours d Acoustique. Niveaux Sonores Puissance, Pression, Intensité

Cours d Acoustique. Niveaux Sonores Puissance, Pression, Intensité 1 Cours d Acoustique Techniciens Supérieurs Son Ière année Aurélie Boudier, Emmanuelle Guibert 2006-2007 Niveaux Sonores Puissance, Pression, Intensité 1 La puissance acoustique Définition La puissance

Plus en détail

DR NEMB PIERRE SAMUEL VICE DOYEN CHARGE DE LA PROGRAMMATION ET DU SUIVI DES ACTIVITES ACADEMIQUES UNIVERSITE DE DSCHANG/FSEG INTRODUCTION

DR NEMB PIERRE SAMUEL VICE DOYEN CHARGE DE LA PROGRAMMATION ET DU SUIVI DES ACTIVITES ACADEMIQUES UNIVERSITE DE DSCHANG/FSEG INTRODUCTION DR NEMB PIERRE SAMUEL VICE DOYEN CHARGE DE LA PROGRAMMATION ET DU SUIVI DES ACTIVITES ACADEMIQUES UNIVERSITE DE DSCHANG/FSEG EVALUATION D IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX DANS LES VILLES. INTRODUCTION La ville

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

CMC MARKETS UK PLC. Conditions Tarifaires CFDs. Plateforme Next Generation. Janvier 2015. RCS Paris: 525 225 918

CMC MARKETS UK PLC. Conditions Tarifaires CFDs. Plateforme Next Generation. Janvier 2015. RCS Paris: 525 225 918 CMC MARKETS UK PLC Conditions Tarifaires CFDs Plateforme Next Generation Janvier 2015 RCS Paris: 525 225 918 Société immatriculée en Angleterre sous le numéro 02448409 Société agréée et réglementée par

Plus en détail

1. Prendre toutes les mesures raisonnables nécessaires pour assurer la protection du personnel, des clients, des biens et du public.

1. Prendre toutes les mesures raisonnables nécessaires pour assurer la protection du personnel, des clients, des biens et du public. Section C CONSIGNES DE SÉCURITÉ ET AUTRES À L INTENTION DES PERSONNES NON MEMBRES DU PERSONNEL CN APPELÉES À TRAVAILLER SUR UNE EMPRISE FERROVIAIRE (L «EMPRISE CN») Introduction Le présent document décrit

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

La publication, au second

La publication, au second Les entreprises industrielles françaises de plus en plus impliquées dans les NTIC Malgré l adoption accélérée des différents outils des nouvelles technologies de l information et de la communication (NTIC)

Plus en détail

Chapitre 13. Plan de gestion environnementale et sociale

Chapitre 13. Plan de gestion environnementale et sociale Chapitre 13 Plan de gestion environnementale et sociale Table des matières Table des matières... 13-i 13 Plan de gestion environnementale et sociale... 13-1 13.1 Cadre d élaboration du plan de gestion...

Plus en détail

7-2. Annexe Voies Bruyantes. Cartographie des zones affectées par le bruit des infrastructures routières sur la commune (A89) Arrêtés associés

7-2. Annexe Voies Bruyantes. Cartographie des zones affectées par le bruit des infrastructures routières sur la commune (A89) Arrêtés associés AGC - Patrick REYNÈS Etude & Conseil Urbanisme Environnement DÉPARTEMENT DE LA LOIRE COMMUNE D'AMIONS PLAN LOCAL D URBANISME 7-2 Annexe Voies Bruyantes Cartographie des zones affectées par le bruit des

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Aspects de santé publique et réglementaires

Aspects de santé publique et réglementaires Contexte général : les jeunes et l écoute de la musique amplifiée Aspects de santé publique et réglementaires Yves CAZALS, Directeur de Recherche à l INSERM, Université Aix-marseille Rapporteur du groupe

Plus en détail

Your Power Energie de traction

Your Power Energie de traction Your Power Energie de traction Table de matière 1. Qu est-ce que l énergie de traction? 3 1.1 Du producteur au train 1.2 Avantages 1.3 Energie, tension ou courant 1.4 Transport et distribution 1.5 Fourniture

Plus en détail

E-T-A PowerPlex Commande multiplexée pour applications nautiques

E-T-A PowerPlex Commande multiplexée pour applications nautiques E-T-A PowerPlex Commande multiplexée pour applications nautiques E-T-A PowerPlex La technologie E-T-A PowerPlex commande multi - plexée et protection de réseau électrique de bord pour applications nautiques.

Plus en détail

Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs

Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs 1. Bases 1.1. Fonctionnement du chauffe-eau à pompe à chaleur (CEPAC) Comme son nom l indique, un chauffe-eau pompe à chaleur

Plus en détail

CODE 5 CODE NORMALISÉ DE L OCDE POUR LA MESURE OFFICIELLE DU BRUIT AU(X) POSTE(S) DE CONDUITE DES TRACTEURS AGRICOLES ET FORESTIERS CODE 5 - MARS 2005

CODE 5 CODE NORMALISÉ DE L OCDE POUR LA MESURE OFFICIELLE DU BRUIT AU(X) POSTE(S) DE CONDUITE DES TRACTEURS AGRICOLES ET FORESTIERS CODE 5 - MARS 2005 CODE 5 CODE NORMALISÉ DE L OCDE POUR LA MESURE OFFICIELLE DU BRUIT AU(X) POSTE(S) DE CONDUITE DES TRACTEURS AGRICOLES ET FORESTIERS 5-1 TABLE DES MATIÈRES 1. DÉFINITIONS... 5-3 1.1 Tracteurs agricoles

Plus en détail

et protection Une nouvelle référence : design, confort The Power to Protect Your World*

et protection Une nouvelle référence : design, confort The Power to Protect Your World* 3M Département Solutions pour la Protection Individuelle 3M Peltor Série X Une nouvelle référence : design, confort et protection SM The Power to Protect Your World* 1765.indd 1 NOUS VIVONS DANS UN MONDE

Plus en détail

mémo santé du bâtiment Chef d entreprise artisanales Le bruit est un son désagréable et gênant.

mémo santé du bâtiment Chef d entreprise artisanales Le bruit est un son désagréable et gênant. L'alliée de votre réussite mémo santé Chef d entreprise artisanale ATTENTION! LE BRUIT REND SOURD! Entreprises artisanales du bâtiment Le bruit est un son désagréable et gênant. Le son est le résultat

Plus en détail

Intraday Pricing Service. Votre traitement instantané quand vous le souhaitez.

Intraday Pricing Service. Votre traitement instantané quand vous le souhaitez. Intraday Pricing Service Votre traitement instantané quand vous le souhaitez. Intraday Pricing Service associe une base de données sur les instruments financiers d envergure internationale à un système

Plus en détail

EVALUATION DE L EXPOSITION AU BRUIT EN PERIODE SCOLAIRE CHEZ UN MAITRE-NAGEUR EN PISCINE COUVERTE

EVALUATION DE L EXPOSITION AU BRUIT EN PERIODE SCOLAIRE CHEZ UN MAITRE-NAGEUR EN PISCINE COUVERTE EVALUATION DE L EXPOSITION AU BRUIT EN PERIODE SCOLAIRE CHEZ UN MAITRE-NAGEUR EN PISCINE COUVERTE I - INTRODUCTION Le bruit dans les piscines est crée par les activités ludiques et les cris des usagers.

Plus en détail

La gamme de produits de SIX Financial Information. Pour répondre à tous vos besoins.

La gamme de produits de SIX Financial Information. Pour répondre à tous vos besoins. La gamme de produits de SIX Financial Information Pour répondre à tous vos besoins. Depuis plus de 80 ans, SIX Financial Information collecte, traite et distribue des informations financières internationales.

Plus en détail

Formation 2013 Bâtiment Durable

Formation 2013 Bâtiment Durable Formation 2013 Bâtiment Durable ACOUSTIQUE Bruxelles Environnement ISOLATION ACOUSTIQUE DES FAÇADES Debby WUYTS, Ir CSTC-WTCB GUIDANCE ÉCO-CONSTRUCTION ET DÉVELOPPEMENT DURABLE 2 mai 2013 Formation mise

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

Stimuler la rénovation des bâtiments Un aperçu des bonnes pratiques en Europe

Stimuler la rénovation des bâtiments Un aperçu des bonnes pratiques en Europe La Défense, 18 novembre 2013 Stimuler la rénovation des bâtiments Un aperçu des bonnes pratiques en Europe Bogdan Atanasiu Buildings Performance Institute Europe Bogdan.Atanasiu@bpie.eu @BPIE_eu Exigences

Plus en détail

Département de l ARIEGE

Département de l ARIEGE LES RAPPORTS BUREAU VERITAS Bureau Veritas 12 rue Michel Labrousse Bât 15 BP 64797 31047 TOULOUSE CEDEX 1 Dardilly, le 12 juillet 2012 Département de l ARIEGE Elaboration des cartes de bruit stratégiques

Plus en détail

PROJET TOSA INFORMATIONS GÉNÉRALES

PROJET TOSA INFORMATIONS GÉNÉRALES PROJET TOSA INFORMATIONS GÉNÉRALES 1 LE BUS DU FUTUR EST SUISSE Grande première suisse et même mondiale, TOSA est un bus articulé à batterie rechargeable pour la desserte des villes. L'énergie de propulsion

Plus en détail

CANALISATIONS A L AIR LIBRE OU DANS LES PASSAGES COUVERTS, OUVERTS SUR L'EXTERIEUR SOMMAIRE

CANALISATIONS A L AIR LIBRE OU DANS LES PASSAGES COUVERTS, OUVERTS SUR L'EXTERIEUR SOMMAIRE CAHIER DES CHARGES AFG CANALISATIONS A L AIR LIBRE OU DANS LES PASSAGES COUVERTS, OUVERTS SUR L'EXTERIEUR RSDG 5 15 décembre 2002 SOMMAIRE 1. - REGLES GENERALES 2 1.1. - Objet du cahier des charges 2 1.2.

Plus en détail

Article 2 RISQUE DE CONTAGION DU MARCHE INTERBANCAIRE LUXEMBOURGEOIS

Article 2 RISQUE DE CONTAGION DU MARCHE INTERBANCAIRE LUXEMBOURGEOIS Article 2 RISQUE DE CONTAGION DU MARCHE INTERBANCAIRE LUXEMBOURGEOIS 2 RISQUE DE CONTAGION DU MARCHE INTERBANCAIRE LUXEMBOURGEOIS 40 Introduction 42 1 Le marché interbancaire luxembourgeois 43 1.1 Importance

Plus en détail

PNEUS HIVER EN EUROPE

PNEUS HIVER EN EUROPE PNEUS HIVER EN EUROPE En période hivernale, difficile de savoir si l équipement en pneus neige des voitures est obligatoire dans le(s) pays européen(s) que vous allez traverser pendant vos vacances ou

Plus en détail

CMC MARKETS UK PLC. Conditions Tarifaires CFDs. Plateforme Next Generation. Août 2014. RCS Paris: 525 225 918

CMC MARKETS UK PLC. Conditions Tarifaires CFDs. Plateforme Next Generation. Août 2014. RCS Paris: 525 225 918 CMC MARKETS UK PLC Conditions Tarifaires CFDs Plateforme Next Generation Août 2014 RCS Paris: 525 225 918 Société immatriculée en Angleterre sous le numéro 02448409 Société agréée et réglementée par la

Plus en détail

Cartographie du bruit du trafic aérien en Région de Bruxelles-Capitale Année 2011

Cartographie du bruit du trafic aérien en Région de Bruxelles-Capitale Année 2011 Rapport Technique Bruit Cartographie du bruit du trafic aérien en Région de Bruxelles-Capitale Année 211 Version Novembre 213 Division Autorisations et partenariats Sous-division Actions intégrées Département

Plus en détail

laser REDSCAN RLS-3060

laser REDSCAN RLS-3060 laser REDSCAN RLS-3060 Détection laser RLS6030 - Portée linéaire 60m (30m par côté) - 190 - Montage vertical ou horizontal - 4 zones de détections pour 4 PTZ camera - algorithme unique de détection - Fonction

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Ventilateurs centrifuges pour cuisines collectives non classées et nombreux autres domaines d application. Ventilateurs centrifuges MegaBox

Ventilateurs centrifuges pour cuisines collectives non classées et nombreux autres domaines d application. Ventilateurs centrifuges MegaBox Ventilateurs centrifuges Points forts de la gamme Ventilateur centrifuge insonorisé Groupe moto-turbine monté sur porte avec charnières pour un nettoyage et un entretien facilités Moteur à vitesse variable,

Plus en détail

OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION

OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION Service Santé Sécurité au Travail Maison des Communes Cité Administrative Rue Renoir BP 609 64006 PAU Cedex

Plus en détail

QFA31... Sondes d'ambiance. Building Technologies HVAC Products. Symaro. pour température et humidité relative

QFA31... Sondes d'ambiance. Building Technologies HVAC Products. Symaro. pour température et humidité relative 1 858 1858P01 1858P02 Symaro Sondes d'ambiance pour température et humidité relative QFA31... Alimentation 24 V~ ou 13,5...3 Signal de sortie 0...10 V / 4 20 ma pour humidité relative et température Très

Plus en détail