TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS"

Transcription

1 TOUS À L ÉCOLE MOYEN-ORIENT ET AFRIQUE DU NORD INITIATIVE MONDIALE EN FAVEUR DES ENFANTS NON SCOLARISÉS RÉSUMÉ TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS OCTOBRE 2014

2 2015 UNICEF Bureau régiona, Moyen-Orient et Afrique du Nord Photo de couverture : UNICEF / TUN2007 / Noorani

3 Résumé Introduction La généraisation de enseignement en Tunisie fait partie des priorités du gouvernement depuis indépendance. Ainsi depuis 1958, es réformes successives du système éducatif tunisien ont jeté es bases d un enseignement unifié de 13 années, gratuit et obigatoire de 6 à 16 ans. Dans e miieu des années quatre-vingt-dix, objectif d un accès universe à écoe pour tous, aors en très bonne voie de réaisation, s est coupé d un objectif d améioration de a quaité du système éducatif. Redonner sens aux apprentissages, rendre éève pus actif dans a construction de ceux-ci, outier es enseignants afin qu is interviennent auprès des pus faibes tes étaient es objectifs recherchés en vue d augmenter efficacité du système éducatif tunisien et de e rendre pus incusif et pus équitabe. Autour de ce eitmotiv ont été mises en œuvre différentes réformes dont a oi de 2002 qui entend généraiser année préparatoire dans e secteur pubic et es programmes d aide aux enfants en difficuté à écoe (PASS, PEP, ISEH, etc.). Ces décennies de déveoppement du secteur éducatif tunisien ont formé a carte scoaire actuee. En 2013, e taux net de scoarisation des enfants de 6 ans est de 99,4% (égaité fies/garçons) et ceui des enfants de 6 à 11 ans est de 98,9% : i s agit d une couverture quasi universee assurée depuis une dizaine d années déjà. Par aieurs, e ratio d éèves par enseignants ne cesse de diminuer pour atteindre aujourd hui 17,2. Au Coège et au Lycée, a situation est pus probématique puisque e taux de scoarisation des jeunes de 12 à 18 ans stagne depuis 10 ans aux aentours des 74-75%. Le Coège et e Lycée accusent par aieurs un taux de redoubement qui, en , était de 10 points pus éevé que ceui du Primaire (17,3% au Coège et 16,8% au Lycée contre 7,5% dans e cyce Primaire). Le taux d abandon est aussi significativement supérieur : 1% dans e Primaire contre 9,3% au Coège et 11,9% au Lycée. Aors qu ee traverse un processus de transition démocratique sans précédent, a Tunisie est confrontée à de nombreux défis (économiques, poitiques, sociaux, reigieux ) qui pèsent tout autant comme une menace que comme une opportunité pour e système éducatif du pays, si ceui-ci entend se saisir de a dynamique de changement pour améiorer a scoarité des enfants tunisiens. C est dans a poursuite de ce dernier objectif que s inscrit a présente étude sur es enfants en dehors de écoe. Ee vise à dresser a situation des enfants non scoarisés (ENS) ou présentant un risque de e devenir. Ee cherche égaement à identifier es facteurs sociopoitiques et cutures qui freinent accès à écoe et a poursuite de a scoarisation de ces enfants, en vue de proposer un certain nombre de pistes d action. Résumé Tunisie rapport nationa sur es enfants non scoarisés 1

4 L étude repose donc sur un doube voet anaytique : un premier voet quantitatif de cacu des enfants en dehors de écoe ou risquant de e devenir dans e Préscoaire, e Primaire et e Coège ; et un deuxième voet quaitatif d identification des obstaces et des gouets d étrangements expicatifs des processus en jeu dans es phénomènes d excusion scoaire, ainsi que des stratégies existantes pour es surmonter et des imites de ces stratégies. Les grandes tendances de excusion scoaire en Tunisie D un point de vue méthodoogique, on notera es difficutés à avoir des données démographiques fiabes et cohérentes entre es différentes sources (INS, NU). Ces imprécisions ont pour conséquence qu i est difficie de désagréger es taux issus des données administratives par miieu, par gouvernorat, etc. Les données MICS issues des enquêtes auprès des ménages permettent de paier cette imite et autorisent des croisements par genre, par niveau d éducation de a mère et par quintie de richesse. Le tabeau ci-dessous regroupe es données cés issues de anayse des Cinq dimensions de excusion scoaire. Les Cinq dimensions de excusion en Tunisie Fies Garçons Tota Nombre Pourcentage Nombre Pourcentage Nombre Pourcentage Enfants non scoarisés D1 : Enfants âgés de 5 ans (Préparatoire) ,0% ,6% ,3% D2 : Enfants âgés de 6 à 10 ans (Primaire) ,2% ,7% ,5% D3 : Enfants âgés de 11 à 14 ans (Coège) ,8% ,3% ,0% Tota des enfants non scoarisés ,8% ,2% ,0% Enfants encourant un risque de déscoarisation D4 : Enfants scoarisés au Primaire ,2% ,9% ,5% D5 : Enfants scoarisés au Coège ,4% ,9% ,3% Tota des enfants encourant un risque de déscoarisation ,8% ,7% ,3% Source : 5D cacuation, d après es données du ME, INS et cacus de auteur Que nous enseigne ce tabeau? Dans e Préscoaire, en 2006, un enfant sur deux était inscrit dans année Préparatoire. L évoution va dans e bon sens puisque, aujourd hui, i n y a pus qu un enfant sur trois qui ne suit pas année Préparatoire (e taux d ENS à 5 ans est de 30,3%, soit enfants dont fies), même si une partie de ces enfants suit un enseignement Préscoaire d une autre forme. En conséquence de quoi, accès à un enseignement Préscoaire est encore aborieux pour près d un enfant sur quatre. Surtout, cet accès n est pas réparti de façon équitabe puisqu un enfant inscrit en première année Primaire a près de deux fois pus de chances d avoir suivi une année Préparatoire orsque sa mère a suivi enseignement supérieur ou orsqu i se trouve dans une famie aisée, que orsque sa mère n a pas ou peu reçu d éducation ou qu i provient d une famie très pauvre. Dans a fouée, on enregistre de grandes différences en termes d accès entre e miieu urbain (9 enfants sur 10) et e miieu rura (6 enfants sur 10). Dans es différents niveaux, tant pour es fies que pour es garçons, on enregistre des pourcentages importants d éèves précoces dans e Préscoaire, e Primaire et e Coège. A inverse, un nombre reativement réduit d éèves suit son cursus avec retard. 2 Moyen-Orient et Afrique du nord initiative mondiae en faveur des enfants non scoarisés

5 Dans e cyce Primaire, e taux de scoarisation est atteint de manière presque universee, ques que soient es profis d enfants. Le nombre d ENS en âge du Primaire est de (6 070 fies), soit un taux de 1,5%. Parmi cette faibe proportion d enfants en dehors de écoe Primaire, a majorité rejoindra écoe de manière pus tardive. En termes de maintien des éèves dans e cyce Primaire, es données sont encourageantes puisqu en 2012, e nombre d abandons est trois fois moindre que ceux enregistrés en 2000 (passant de 9% à 3%). Mais cette diminution s est faite au détriment d un système d enseignement de quaité, es éèves n ayant pas acquis es compétences de base requises atteignant magré tout a sixième année de enseignement de base. C est pourquoi, au Coège, on enregistre un nombre d abandons qui, s i a baissé en 12 ans, reste deux fois pus éevé qu au Primaire, posant a question de a déicate transition entre es deux cyces. On enregistre égaement une déperdition reativement importante parmi es éèves handicapés au fi des années d enseignement. Du Primaire au Coège eur nombre diminue de près des deux tiers et on n en retrouve qu un quart au Lycée. La question du genre est très sensibe dans es abandons au Coège et a même augmenté avec es années pour devenir deux fois pus importante chez es garçons que chez es fies. Les variabes socio-économiques interviennent égaement. Les études cohortes montrent en effet que es difficutés scoaires sont corréées au statut socio-économique, eque fait ui-même objet d importantes disparités régionaes en Tunisie. L enquête MICS4 (2012) révèe de grandes disparités régionaes dans es gouvernorats du centre ouest qui enregistrent es taux de scoarisation es pus faibes. Les enfants de 12 à 14 ans sont en dehors de écoe dans des proportions pus éevées qu au Primaire : un peu pus d un enfant en âge d aer au Coège sur dix (soit un tota de , dont fies) ne suit pas, en effet, une scoarité dans e deuxième cyce de enseignement de base. I s agit majoritairement d enfants qui ont abandonné écoe par e passé, ce qui fait de abandon a probématique majeure du Coège. De 12 ans à 18 ans, a probabiité d être en dehors du système scoaire augmente avec âge. Néanmoins, es données MICS4 montrent que es enfants et jeunes, comptés comme se trouvant en dehors du système scoaire, peuvent être inscrits dans e secteur de a formation professionnee (qui ne dépend pas du ME). La catégorie «enfant en dehors de écoe» considère donc une variété de situations qu i convient de prendre en compte : enfants inscrits dans un système d enseignement paraèe, enfants inscrits en formation professionnee, enfants qui travaient, enfants expatriés, etc. Quant à a probématique du travai des enfants, MICS4 nous enseigne que 2,6% des enfants de 5 à 14 ans sont engagés dans un travai, et ce sont essentieement des enfants de 5 à 11 ans. Les enfants non scoarisés sont davantage engagés dans un travai que es enfants scoarisés et i s agit à d une différence très significative parmi es ans (10% contre 0,5%). Les enfants vivant en miieu rura sont davantage engagés à travaier, qu is soient scoarisés ou pas, que es enfants des miieux urbains. On enregistre aussi des variations entre sexes. Ainsi, parmi es enfants scoarisés, on constate qu i y deux fois pus de garçons qui travaient que de fies, aors que parmi es enfants non scoarisés a situation est inversée. Comment expiquer cette situation, ques en sont es principaux ressorts et, s i faut agir, par où commencer? Dans a deuxième partie de étude, différents gouets d étrangements du système éducatif tunisien ont été mis en évidence et différentes stratégies adoptées depuis pusieurs années ont été discutées. Cette anayse a abouti à pusieurs constats et recommandations, synthétisés comme suit. I) I faut investir massivement dans e préscoaire : dans es infrastructures, unification et a standardisation des programmes et a formation des éducateurs. Le système éducatif tunisien reste confronté à une faibe préscoarisation des enfants, ce qui freine e déveoppement de enfant et affecte efficacité de enseignement primaire. Résumé Tunisie rapport nationa sur es enfants non scoarisés 3

6 Bien que e taux de couverture ait augmenté depuis 2006, orsque a moitié des enfants ne recevait aucune forme de préscoarité avant 6 ans, aujourd hui encore, un enfant sur quatre ne bénéficie toujours pas de couverture Préscoaire et un enfant sur trois ne suit pas année Préparatoire avant d entamer e cyce Primaire. La question de a couverture Préscoaire se pose avec pus d acuité en miieu rura. I convient de contrer cette tendance en rendant e Préscoaire obigatoire et gratuit, dans e cadre d une poitique d ensembe, c est-à-dire une poitique qui ne se imite pas uniquement à année préparatoire, mais qui intègre aussi a préscoarisation des enfants de 3 et 4 ans. Ces années qui précèdent e début de a scoarisation Primaire sont en effet cruciaes pour e déveoppement de enfant : pour a formation de sa personnaité, pour a contribution à ses succès scoaires utérieurs mais aussi pour e dépistage précoce d insuffisances physiques ou mentaes susceptibes de imiter ses chances de réussite scoaire. Si impusion et e cadre généra doivent venir de manière décisive des ministères chargés de enfance et de éducation, a mise en œuvre devra, quant à ee, s appuyer sur ensembe des acteurs régionaux et ocaux, associatifs et privés concernés. Le niveau oca a un rôe cé à jouer, étant pus à même de traduire es grandes impusions dans es besoins ocaux. Le rôe des coectivités ocaes dans a gestion des jardins d enfants doit être reancé. Le secteur privé doit aussi être associé en tant que partenaire stratégique, en ui proposant notamment des incitations financières pour qu i investisse dans es régions es pus pauvres. Au niveau de a demande, des campagnes de sensibiisation doivent être menées auprès des parents qui ne voient pas toujours intérêt d une préscoarisation de eur enfant, surtout dans es miieux ruraux. Sur a base de ces enseignements, es recommandations spécifiques suivantes sont formuées : Rendre sans pus tarder a préscoarité obigatoire et gratuite. I n est pas acceptabe que dans a Tunisie d aujourd hui, autant d enfants de 5 ans ne soient pas encore scoarisés. Dans e cadre d une stratégie nationae du Préscoaire, reancer a voonté de généraisation de année préparatoire, sous impusion du ministère de Education et du ministère chargé de Enfance, et sous es conditions suivantes : penser a généraisation dans e cadre d une poitique d ensembe du Préscoaire c est-à-dire une poitique qui ne se imite pas à année Préparatoire mais incut aussi es enfants de 3 et 4 ans ; penser quantité et quaité ensembe, car i n est pas concevabe de généraiser enseignement Préscoaire s i n est pas de quaité ; et mettre davantage encore accent sur es régions ruraes. S appuyer sur ensembe des acteurs opérant à un niveau oca, en particuier es coectivités ocaes. II) La quaité du système éducatif tunisien (y compris a quaité de offre) reste un défi très actue. Cette quaité doit être améiorée à tous es niveaux, en commençant par e niveau préscoaire, et en priviégiant notamment a transition entre e primaire et e coège. II.1) Le premier défi à reever pour augmenter a quaité de éducation est ceui de a formation des enseignants. A ce jour, a Tunisie ne possède pas de centre de formation pour ensembe des métiers de éducation. I est indispensabe qu une poitique de formation des enseignants ambitieuse soit éaborée, en distinguant bien es compétences attendues des enseignants / éducateurs dans chacun des niveaux. Les critères de recrutement des enseignants doivent aussi être révisés. Le métier d enseignant ne s improvise nuement et exige des compétences spécifiques d ordre pédagogique. La baance existant actueement entre quaifications (dans une optique de vaorisation du métier d enseignant, via exigence de posséder une maîtrise) et compétences enseignantes (dans une optique d exercice du métier d enseignant) est déséquiibrée et doit être repensée au profit du deuxième pôe. 4 Moyen-Orient et Afrique du nord initiative mondiae en faveur des enfants non scoarisés

7 II.2) Le deuxième défi consiste à se donner es moyens d un enseignement qui pace éève au centre des apprentissages. La réforme introduite dans e miieu des années quatre-vingt-dix faisant appe à approche par compétences témoignait d une voonté d améioration du système d enseignement dans e sens de pus d efficacité, de quaité et d équité. Sur e fond, cette réforme était très pertinente mais ee ne s est pas donné es moyens de ses ambitions. En particuier pour e travai par cyce d apprentissage impiquant des sessions de remédiation ainsi que des moments d évauations formatives puis certificatives qui permettent d évauer a mesure dans aquee éève a intégré es compétences requises. C est pourquoi, ce n est pas sur e redépoiement d une poitique de redoubement qu i faut mettre accent : on se tromperait aors de débat. I faut putôt mettre accent sur e déveoppement d un système d évauation des acquis des éèves, qui se base sur a résoution de situations compexes et concrètes, afin de favoriser au maximum expoitation des ressources dans intérêt des éèves. Un te système d évauation suppose, en amont, que des situations compexes soient travaiées avec es éèves en casse. I faut aussi renforcer de manière décisive es cours de remédiation au bénéfice des éèves en difficuté. II.3) Le troisième défi à reever est ceui de a révision et de uniformisation des programmes. Les différents niveaux doivent diaoguer en vue d instaurer une certaine cohérence entre es différents programmes. Le cadre administratif reativement coisonné doit être surmonté par un groupe de piotage mis en pace pour superviser a révision des programmes (matières ittéraires, sciences humaines ) afin d assurer une continuité entre es différents cyces d enseignement. II.4) Le quatrième défi se jouant à un niveau pus oca touche a quaité de a vie scoaire au sein de chaque étabissement. Dans a veine du décret de 2004, i faut renforcer a dimension «offre scoaire» en intégrant des activités socio-cuturees, sportives et civiques. L étude sur accompagnement scoaire recommande par exempe d intégrer, au sein même du temps scoaire, tant es devoirs que es activités cuturees et sportives en es articuant avec es apprentissages, et d en définir a contribution en référence au soce de compétences cibé pour chaque niveau. Eaborer un projet cuture et sportif intégré fait aussi partie des actions à réaiser en vue d améiorer e cadre de vie scoaire, pour que ceui-ci soit perçu de façon positive et stimuante par es éèves. II.5) Le cinquième défi se joue sur a quaité de offre. Dans a Tunisie d aujourd hui, a quaité des infrastructures et des équipements reste variabe, y compris parfois au niveau des équipements de base (atrines, eau potabe, routes goudronnées ), ce qui ne peut être toéré. La question du transport scoaire se pose de façon ancinante dans es régions ruraes et doit être régée en mettant sur pied une offre de transport adaptée à chaque environnement oca, à exempe du partenariat réaisé par e MAFF avec une association ocae autour de a mise en circuation d un bus gratuit pour es enfants sur e chemin de écoe. La piste des cantines scoaires doit aussi être exporée, car aimentation est primordiae tant pour e bien-être que pour a concentration de éève. II.6) On pointera aussi e fait que enseignement technique devrait faire objet d une attention particuière en revaorisant e programme et en introduisant une dimension pratique compémentaire à a dimension théorique, voire en proposant aux jeunes une possibiité d aternance enseignement/travai (e travai étant rémunéré et sous forme de stage) afin de es confronter au marché de empoi, tout en eur donnant a possibiité de poursuivre eur scoarité. II.7) De manière transversae, pour toutes es réformes futures, a igne d horizon doit être cee de standards de quaité rigoureux, mais aussi équitabes. L équité signifie qu on préfère donner davantage de chances de progresser aux pus faibes que de faire réussir haut a main es pus forts. Résumé Tunisie rapport nationa sur es enfants non scoarisés 5

8 Choisir équité passe par une attention particuière aux régions es pus défavorisées, en particuier es miieux ruraux qui enregistrent des taux de scoarisation pus bas que es miieux urbains. C est surtout e cas dans e Préscoaire et dans es Coèges et Lycées. En d autres termes, idée d accorder des moyens sur a base d une discrimination positive est intéressante, pour peu que cea se fasse sur a base d une anayse préaabe des besoins. Cette anayse des besoins est centrae si on ne veut pas diapider es moyens. Choisir équité passe aussi par accorder une attention spécifique au groupe vunérabe que forment es enfants handicapés. La Tunisie a mis en œuvre depuis 10 ans une stratégie intégrative ambitieuse qui a toutefois révéé de nombreuses imites : manque de formation spécifique du personne, des structures non aménagées en conséquence, un manque criant de moyens Le pan rénové d incusion scoaire des enfants handicapés, en discussion à heure actuee, devra s appuyer argement sur évauation des pratiques précédentes dans es écoes intégratives afin de ne pas répéter es erreurs passées. I conviendrait en particuier de carifier ce qui est entendu par «enfant handicapé (éger)». Quees que soient es formues choisies, i convient que intégration de enfant handicapé ne devienne pas une finaité en soi mais reste bien un moyen au service du déveoppement et de épanouissement de enfant handicapé. Choisir équité passe aussi, nécessairement, par une mise en question du mythe de a casse ou de étabissement homogène. Loin de favoriser a quaité des apprentissages pour tous, regrouper es éèves par niveau intensifie es différences entre es éèves faibes et forts au détriment des premiers. A inverse, des études ont montré que enseignement donné dans des casses hétérogènes est tout aussi efficace, et qu i est même pus avantageux pour es éèves es pus faibes. L hétérogénéité permet par aieurs de réduire a compétition au profit de a compréhension. Si objectif de écoe est, entre autres missions, de renforcer ouverture sur a civiisation universee, comme e préconise artice 3 de a oi d orientation de 2002, on peut égitimement se demander si a compréhension de soi, des autres, du sens des matières enseignées, etc. peut être sacrifiée en faveur de a réussite qui dès ors se trouve vidée de son sens. Sur a base de ces enseignements, es recommandations spécifiques suivantes sont formuées : Initier un «Programme nationa de mise à niveau de infrastructure scoaire» (PNMANIS). En 2014, écoe pubique tunisienne doit reféter une image digne des enfants du pays. Si a participation de a société civie est une piste intéressante, ee ne peut en aucun cas se substituer aux missions qui incombent à autorité pubique. I est suggéré qu en espace de 5 ans, ensembe des écoes, des Coèges et des Lycées soient aux normes tunisiennes d équipement. Cea nécessite : i) une définition des normes ; ii) une cartographie exhaustive de état des infrastructures ; iii) éaboration d un business pan de PNMANIS. Revoir en profondeur e système d évauation des acquis des éèves en se basant sur a résoution de situations compexes et en renforçant es cours de remédiation. Repenser une poitique ambitieuse de formation des enseignants et revoir es critères de eur recrutement au profit notamment des compétences pédagogiques des enseignants recrutés afin de préparer (et vaoriser) davantage à a compexité d exercer e métier d enseignant. Instaurer une cohérence entre es programmes des différents cyces d enseignement en es réformant, voire en uniformisant davantage eurs contenus. Poursuivre dans a voie du décret de 2004 reatif à a vie scoaire en intégrant, au sein même du temps scoaire, tant es devoirs que es activités cuturees et sportives, en es articuant avec es apprentissages, et en définissant eur contribution en référence au soce de compétences cibé pour chaque niveau. Cea doit incure une réfexion sur comment moduer e temps scoaire seon certains paramètres sociaux et ocaux. 6 Moyen-Orient et Afrique du nord initiative mondiae en faveur des enfants non scoarisés

9 Mettre accent sur a question du transport scoaire dans es régions ruraes, et sur a question des cantines scoaires dans es régions défavorisées. Revaoriser enseignement technique et penser à des formues d enseignement en aternance. Dans a mise sur pied du Pan rénové d incusion scoaire des enfants handicapés, qui devrait prendre a forme d un véritabe Pan intégré de prise en charge des enfants handicapés, veier à adopter des objectifs cairs, des responsabiités bien réparties, des indicateurs de performance, un mécanisme de suivi et de redevabiité. S appuyer argement sur évauation des pratiques précédentes. Pour toutes es réformes futures, avoir comme igne d horizon des standards de quaité rigoureux, mais aussi équitabes. L équité impique de porter une attention particuière aux régions. Ee impique aussi de mener une réfexion sur e mythe de efficacité de homogénéité des casses, et d initier, e cas échéant, des expériences piotes de casses hétérogènes, encadrées et bien outiées. III) La gouvernance du secteur de éducation doit être sensibement améiorée, de trois manières : 1) en renforçant e processus de décentraisation en cours, 2) en consoidant a coaboration horizontae entre es acteurs, à tous es niveaux ; et 3) en renforçant es moyens de connaissance de son système éducatif. III.1) La création des commissariats régionaux est considérée comme une avancée dans améioration de a gouvernance du système éducatif et donc de son efficacité mais ce processus ne se fait pas sans difficutés. D importantes imites subsistent encore : sur e pan du déveoppement des compétences au niveau régiona (comme, par exempe, a cuture de a panification stratégique), sur e pan budgétaire, etc. I faut répondre à ces imites en renforçant ces structures régionaes, afin qu ees se constituent en entités pus autonomes, avec des projets éducatifs spécifiques définis dans e cadre des orientations nationaes. Une des forces du processus de décentraisation est d accorder des moyens à des entités qui opèrent à une échee pus petite que échee nationae. Dans cette optique, on ne peut que recommander aux commissariats nouveement créés de creuser a piste d initiatives partenariaes avec des associations ocaes, dans e cadre de contrats cadres, autour d objectifs spécifiques tes que e transport scoaire, aide aux devoirs, es activités cuturees ou sportives, etc. Les associations disposent d une expertise et d une connaissance au niveau oca à expoiter, au cas par cas, dans e cadre de partenariats à construire autour d actions et d objectifs cairs, panifiés et budgétisés. Des projets mis en œuvre à échee ocae qui pus est, des projets intégrés permettent par aieurs de maximiser es chances d impact. III.2) La coordination entre acteurs doit être consoidée à tous es niveaux. Au niveau centraisé, a diversité des tutees ministériees dans pusieurs domaines e Préscoaire, e handicap, e domaine des droits de enfant engendre des probèmes de gouvernance qui ont des répercussions très concrètes sur e parcours de enfant. Au niveau oca a coordination entre es divers intervenants, issus de différents secteurs (médecins, enseignants, assistants sociaux, éducateurs spéciaisés, etc.), fait généraement défaut au sein des dispositifs mis en pace en faveur de aide aux enfants en difficuté. Cea est particuièrement frappant dans a probématique de a prise en charge des enfants handicapés, caractérisée par une péthore d acteurs. Cette mutipicité d intervenants pose a question du fonctionnement de a prise en charge de enfant, mais aussi cee de sa isibiité : pour es parents qui n en ont donc pas une ecture caire, et ne savent souvent pas à quee structure s adresser mais aussi pour es intervenants qui, souvent, n ont pas une vision précise de eurs missions ni même des moyens à disposition. En conséquence, es responsabiités de chacun sont diuées dans un ensembe aux contours fous, personne ne sachant vraiment où commence son rôe et où i s arrête. Résumé Tunisie rapport nationa sur es enfants non scoarisés 7

10 III.3) La Tunisie a un système de coecte d information et de production de données statistiques très avancé. Mais cette étude a mis en évidence e fait que e pays souffre encore de certaines insuffisances sur e pan des moyens de connaissance de son système éducatif au niveau des études, évauations, coecte des données sur des sujets tes que a quaité du Préscoaire, a transition Primaire-Coège, e travai des enfants (voir ci-dessous), intégration des enfants porteurs de handicap, etc. Sur ce pan, on ne peut que recommander a nécessité de davantage de mise en cohérence de ensembe du dispositif statistique existant dans e cadre d un système d information intégré s appuyant sur une batterie d indicateurs pertinents, afin d augmenter efficacité du piotage du système éducatif (voir notamment es indicateurs reatifs à a quaité de enseignement et portant sur es performances des éèves). I y a égaement nécessité de déveopper a cuture de a panification stratégique, d y consacrer des moyens, en particuier sur e pan de a mise en œuvre des mécanismes de suivi et d évauation aux niveaux oca et régiona. Parmi ces insuffisances, a question spécifique du travai des enfants reste peu étudiée en Tunisie. Pourtant cette probématique existe et se pose de manière différenciée seon es miieux et es régions, seon e sexe et seon e statut socio-économique de a famie de enfant. Les réponses à apporter seront donc, ees aussi, à différencier seon es cas. On ne peut que recommander a poursuite d une anayse pus documentée et pus fine de ce phénomène afin d en saisir es tenants et aboutissants, condition préaabe pour endiguer ce phénomène que a Tunisie s est engagée, au niveau internationa, à éradiquer. Sur a base de ces enseignements, es recommandations spécifiques suivantes sont formuées : Poursuivre e processus de décentraisation en octroyant es moyens nécessaires aux commissariats régionaux de éducation. Exporer es potentiaités que recèe a coaboration avec des acteurs opérant au niveau oca en vue de maximiser es chances d impact : coectivités ocaes, secteur associatif, opérateurs privés et ce dans différents secteurs, dont notamment e Préscoaire, a prise en charge des enfants handicapés et a prise en charge des enfants menacés. Intensifier es échanges d information et a coordination à tous es niveaux, afin que a mise en réseau définie sur papier trouve une effectivité sur e terrain, dans a pratique des intervenants, et apporte des réponses qui fassent sens pour enfant en difficuté. Le cas échéant, effectuer un travai de mise à pat des dispositifs existants de prise en charge de enfance (éducation, socia, justice ) en vue de es rationaiser. Organiser des sessions d information au niveau oca et / ou régiona pour es enseignants et es famies sur es différents dispositifs existants en faveur des éèves en difficuté (dans e cyce Primaire en particuier). Introduire davantage de mise en cohérence de ensembe du dispositif statistique existant dans e cadre d un système d information intégré s appuyant sur une batterie d indicateurs pertinents afin d augmenter efficacité du piotage du système éducatif. Rendre ce dispositif statistique transparent. A cette fin, i convient notamment d améiorer es EMIS et autres systèmes de coecte des données et de mettre à jour périodiquement es données OOSC. Déveopper a cuture de a panification stratégique et y consacrer des moyens, en particuier sur e pan de a mise en œuvre des mécanismes de suivi et d évauation aux niveaux oca et régiona. Dans e cadre de recherches futures (en coaboration éventuee avec e CNIPRE et e miieu universitaire), entreprendre une anayse pus documentée et pus fine du phénomène du travai des enfants afin d en saisir es tenants et aboutissants, condition préaabe pour endiguer ce phénomène que a Tunisie s est engagée, au niveau internationa, à éradiquer. 8 Moyen-Orient et Afrique du nord initiative mondiae en faveur des enfants non scoarisés

11

12 Pour pus d information consutez notre site internet : UNICEF Tunisie 58, avenue Tahar Ben Achour 1082, Mutueevie, Tunis Tunisie Té : , , Fax : Site web :

TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS TOUS À L ÉCOLE

TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS TOUS À L ÉCOLE TOUS À L ÉCOLE MOYEN-ORIENT ET AFRIQUE DU NORD INITIATIVE MONDIALE EN FAVEUR DES ENFANTS NON SCOLARISÉS TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS OCTOBER 2014 OCTOBRE 2014 TOUS À L ÉCOLE

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

PLAN. renforcement des capacités de gestion de l environnement. national au Burkina Faso. Contexte CONSTATS

PLAN. renforcement des capacités de gestion de l environnement. national au Burkina Faso. Contexte CONSTATS Ateier sur a pérennisation du capita nature Etat des ieux sur e renforcement des capacités de gestion de environnement nationa au Burkina Faso MECV SP-CONEDD PLAN CONTEXTE OBJECTIFS DEFINITIONS (RAPPELS)

Plus en détail

Politique du patrimoine

Politique du patrimoine Poitique du patrimoine 3025 1807 7407 3025 1807 7407 333, avenue Acadie Dieppe, N.-B. E1A 1G9 tééphone: 877.7900 info@dieppe.ca dieppe.ca PRÉAMBULE Le déveoppement d une Poitique du patrimoine pour a Vie

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Langues du monde et formation appliquée en relations internationales de l Institut National des Langues et Civilisations Orientales

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE 2/03 1 CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE Séance du 20 Novembre 2009 Commission n 2 Administration Générae et Personne Commission n 7 Finances DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL

Plus en détail

Vétérinaires : quelles perspectives d activité en 2010?

Vétérinaires : quelles perspectives d activité en 2010? Vétérinaires : quees perspectives d activité en 2010? Edito Arnaud Duet Docteur Vétérinaire Président d Ergone Ergone, nouvee association pour es vétérinaires qui partagent envie d entreprendre, a vouu

Plus en détail

ALGÉRIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS

ALGÉRIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS TOUS À L ÉCOLE MOYEN-ORIENT ET AFRIQUE DU NORD INITIATIVE MONDIALE EN FAVEUR DES ENFANTS NON SCOLARISÉS RÉSUMÉ ALGÉRIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS OCTOBRE 2014 2015 UNICEF Bureau régiona,

Plus en détail

l'oiseau Bleu HÉBERGEMENT ET INSERTION Synthèse du Projet Associatif

l'oiseau Bleu HÉBERGEMENT ET INSERTION Synthèse du Projet Associatif 'Oiseau Beu HÉBERGEMENT ET INSERTION Synthèse du Projet Associatif Le projet associatif de Oiseau Beu a été éaboré en 2010 et adopté par e Consei d administration du 20 septembre 2010 Introduction Ce projet

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance CONEPT/RDC Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance Rapport de l Enquête réalisée à Kinshasa Résumé des résultats et recommandations Avec l Appui de Juillet

Plus en détail

Le Conseil général, acteur de l insertion

Le Conseil général, acteur de l insertion Le Consei généra, acteur de insertion éditoria Le Consei généra est e chef de fie des poitiques de soidarités dans e Va d Oise. A ce titre, i est notamment responsabe du revenu de soidarité active (RSA)

Plus en détail

Élevons la voix! Mesures pour lutter contre les comportements d intimidation et de cyberintimidation

Élevons la voix! Mesures pour lutter contre les comportements d intimidation et de cyberintimidation Éevons a voix! Mesures pour utter contre es comportements d intimidation et de cyberintimidation Introduction L intimidation est un probème compexe et dououreux, pour eque i n existe pas de soution facie.

Plus en détail

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace!

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! 5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! Edition 2010 Des formations -s & -s Nouveauté rentrée 2010 : Réduction de l offre : Le socle + 4 déclinaisons spécifiques www.management-progression.fr

Plus en détail

Annexe A Tableaux de développement de l enfant

Annexe A Tableaux de développement de l enfant s 176 Annexe A Tabeaux de déveoppement de enfant Comment utiiser ces tabeaux de déveoppement de enfant Les enfants se déveoppent dans pusieurs domaines principaux: a capacité physique (e corps), a capacité

Plus en détail

à des commissions d enquête

à des commissions d enquête Protocoe sur a nomination de juges à des commissions d enquête Adopté par e Consei canadien de a magistrature août 2010 Sa Majesté a Reine du chef du Canada, 2010 Numéro du cataogue : JU14-21/2010 ISBN

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

La saisonnalité des zones touristiques de Rhône-Alpes

La saisonnalité des zones touristiques de Rhône-Alpes La saisonnaité des zones touristiques de Rhône-Apes Bresse Pays de Gex Haut Chabais Rives du Léman Vaée verte Les Brasses Roanne Pays beaujoais Dombes Bugey Genevois- Abanais-Arve Aravis Bornes Giffre

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Sciences humaines et sociales de l Université de la Réunion Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

la taille des entreprises

la taille des entreprises 1 Contrat de génération : une mise en œuvre adaptée à la taille des entreprises Si le contrat de génération concerne toutes les entreprises, elles n ont pas toutes les mêmes leviers en matière d emploi,

Plus en détail

Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie

Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie Termes de référence Contexte et justification : Dans le cadre

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Position de la Fédération des Étudiant(e)s Francophones (F.E.F.) discutée puis adoptée lors des Conseils du 25 septembre

Plus en détail

DOSSIER DE PRESEntatIOn

DOSSIER DE PRESEntatIOn DOSSIER DE PRESEntatIOn www.ufdi.fr 1 - Historique de association SOmmaIRE 2 - Présentation de association 3 - nos activités 4 - Les missions de UFDI 5 - Les membres du bureau 6 - Présentation des déégués

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Responsable grands comptes de l Université Paris-Est Marne-la-Vallée - UPEM Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation

Plus en détail

Position du think tank Sport et Citoyenneté relative à la santé et au sport

Position du think tank Sport et Citoyenneté relative à la santé et au sport Position du think tank Sport et Citoyenneté relative à la santé et au sport 1 Juin 2012 Position adoptée à l issue des échanges et travaux du réseau européen «Sport et Santé», créé et animé par Sport et

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Ingénierie économique et statistique de l Université Panthéon-Assas Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Management du tourisme et des loisirs, spécialité e-commercialisation des produits touristiques de l Université de Corse Pasquale

Plus en détail

3 principes fondamentaux pour un management efficace : 5 formations indispensables pour les managers

3 principes fondamentaux pour un management efficace : 5 formations indispensables pour les managers 3 principes fondamentaux pour un management efficace : A chaque objectif opérationnel un objectif managérial La motivation des collaborateurs : préoccupation centrale La relation Manager / collaborateur

Plus en détail

CHAPITRE 4. LE CONTEXTE DE L EDUCATION A MADAGASCAr

CHAPITRE 4. LE CONTEXTE DE L EDUCATION A MADAGASCAr CHAPITRE 4 Education et TIC LE CONTEXTE DE L EDUCATION A MADAGASCAr a Des résutats contrastés du système éducatif du pays a Les principaux défis pour améioration du système éducatif LES TIC ET L EDUCATION

Plus en détail

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE n Quelles sont les différences et les similarités, d après certaines caractéristiques du milieu familial et les réponses au questionnaire, entre les élèves de 9 e année inscrits au cours théorique et au

Plus en détail

Evaluation des cursus de sciences économiques et de gestion en FWB

Evaluation des cursus de sciences économiques et de gestion en FWB Evaluation des cursus de sciences économiques et de gestion en FWB Analyse transversale Mardi 4 novembre 2014 Une restitution en trois temps 1. Une approche macro... 2. Focus sur la gouvernance avec quelques

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Entrainement sportif de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des

Plus en détail

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France Refondation de l Ecole De la République Contribution des CCI de France Octobre 2012 Etablissements publics dirigés par des chefs d entreprises élus par leurs pairs, les CCI de France assurent globalement

Plus en détail

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Introduction Le vieillissement de la population et l inversion

Plus en détail

shp Nous donnons de la vie à votre prévoyance i n d i v i d u e l. s û r. s o u p l e C o n c e p t s d e p r é v o y a n c e r é f l é c h i s

shp Nous donnons de la vie à votre prévoyance i n d i v i d u e l. s û r. s o u p l e C o n c e p t s d e p r é v o y a n c e r é f l é c h i s shp C o n c e p t s d e p r é v o y a n c e r é f é c h i s Nous donnons de a vie à votre prévoyance i n d i v i d u e. s û r. s o u p e Bien pus qu un fournisseur de prestations de prévoyance «SHP est

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Entreprises et cabinets d affaires : assistance juridique de l Université d'artois Vague E 2015-2019 Campagne d

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 CONSTRUCTION DE DÉFENSE (1951) LIMITÉE PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 (Modifie et abrège le profil en date

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

E-Forum sur l Approche par les Compétences

E-Forum sur l Approche par les Compétences E-Forum sur l Approche par les Compétences Exposé liminaire Deux conceptions de l approche par compétences BIEF / 05.09.19 1 Quand on parle d approche par les compétences dans les curriculums, on pense

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Chargé de clientèle en assurance de l Université de Nîmes Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

LES REFERENTIELS DES METIERS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE AU BENIN

LES REFERENTIELS DES METIERS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE AU BENIN Atelier pour l Afrique Subsaharienne FORMATION DE MASSE EN MILIEU RURAL, ÉLÉMENT DE RÉFLEXION POUR LA DÉFINITION D UNE POLITIQUE NATIONALE Ouagadougou, Burkina Faso 30 mai au 3 juin 2005 LES REFERENTIELS

Plus en détail

Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur

Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur RÉSUMÉ DE RECHERCHE Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur Fondé sur un rapport de recherche réalisé

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

Afrique du Sud Angola Botswana Comores Lesotho Madagascar Malawi Maurice Mozambique Namibie Seychelles Swaziland Zambie Zimbabwe

Afrique du Sud Angola Botswana Comores Lesotho Madagascar Malawi Maurice Mozambique Namibie Seychelles Swaziland Zambie Zimbabwe Afrique du Sud Angoa Botswana Comores Lesotho Madagascar Maawi Maurice Mozambique Namibie Seychees Swaziand Zambie Zimbabwe 124 Rapport goba 2010 du HCR Le directeur de écoe d Osire (Namibie), Caros Sukuakueche,

Plus en détail

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse PLAN AUTISME 2013-2017 Synthèse Plan d actions régional Océan Indien En adoptant le 3ème Plan Autisme en mai 2013, la ministre des affaires sociales et de la santé répondait à une attente forte des personnes

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion des ressources humaines en PME

Licence professionnelle Gestion des ressources humaines en PME Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion des ressources humaines en PME Université Toulouse 1 Capitole UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Enseignement de la langue des signes française en milieu scolaire de l Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

Panorama des mesures gouvernementales en faveur des entreprises CCI Lozère 18/10/2013

Panorama des mesures gouvernementales en faveur des entreprises CCI Lozère 18/10/2013 Panorama des mesures gouvernementaes en faveur des entreprises CCI Lozère 18/10/2013 Une mission soutenir a croissance et a compétitivité des entreprises L innovation Accompagnement et financement des

Plus en détail

Standards Européens de Jeu Responsable L exemple des loteries

Standards Européens de Jeu Responsable L exemple des loteries Standards Européens de Jeu Responsabe L exempe des oteries Perinde van Dijken, Dééguée Jeu Responsabe, Loterie Romande Raymond Bovero, Directeur des programmes Jeu Responsabe & Déveoppement durabe, La

Plus en détail

Junior ESSEC 19/01/2015

Junior ESSEC 19/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Transformation numérique des relations administration-usagers Thème de la journée

Plus en détail

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques Anne M. Marchetti Programme Aperçu général de la gestion des risques, de l évaluation des risques et du contrôle interne Contexte actuel Contrôle interne

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Informatique de l Université Paris 7 Denis Diderot Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Administration économique et sociale de l Université de la Réunion Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali.

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Initiative conjointe CEDLAS - DNACPN Février 2011 1 Résumé... 3 Description de l étude... 3

Plus en détail

SITUATION DES ENFANTS 16

SITUATION DES ENFANTS 16 SITUATION DES ENFANTS 16 Soumaïla MARIKO et Ibrahim CHAIBOU La convention internationale relative aux Droits de l Enfant du 20 novembre 1989, en son article 3, alinéa 2, stipule que : «tous les États parties

Plus en détail

QUELLE PROTECTION SOCIALE POUR MADAGASCAR? SYSTÈMES DE PROTECTION SOCIALE ET DE SÉCURITÉ SOCIALE A MADAGASCAR

QUELLE PROTECTION SOCIALE POUR MADAGASCAR? SYSTÈMES DE PROTECTION SOCIALE ET DE SÉCURITÉ SOCIALE A MADAGASCAR QUELLE PROTECTION SOCIALE POUR MADAGASCAR? SYSTÈMES DE PROTECTION SOCIALE ET DE SÉCURITÉ SOCIALE A MADAGASCAR Rencontre des experts en protection sociale à Madagascar 18 et 19 Août 2015 Hôtel COLBERT Antaninarenina

Plus en détail

La Stratégie visant la réussite des élèves et l apprentissage apprentissage j usqu jusqu à l âge g d e de 18 18 ans

La Stratégie visant la réussite des élèves et l apprentissage apprentissage j usqu jusqu à l âge g d e de 18 18 ans La Stratégie visant la réussite des élèves et l apprentissage jusqu à l âgede18ans Ministère de l Éducation de l Ontario Direction des politiques et programmes d éducation en langue française Mai 2010

Plus en détail

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE DAMIEN PÉAN ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE LES GUIDES PRATIQUES GESTION - COMPTABILITÉ - FINANCE Comprendre les comptes annuels et améliorer la situation financière de l entreprise

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

ET EN V LÀ SIX (OU SEPT) : Un appui multi-bailleurs au programme du gouvernement marocain en faveur de l enseignement scolaire

ET EN V LÀ SIX (OU SEPT) : Un appui multi-bailleurs au programme du gouvernement marocain en faveur de l enseignement scolaire Jeffrey Waite, Banque mondiale Sommet pour l éducation en Afrique 13 juillet 2011 ET EN V LÀ SIX (OU SEPT) : Un appui multi-bailleurs au programme du gouvernement marocain en faveur de l enseignement scolaire

Plus en détail

Intégration visuelle des installations de branchement aux bâtiments résidentiels. Guide des bonnes pratiques

Intégration visuelle des installations de branchement aux bâtiments résidentiels. Guide des bonnes pratiques Intégration visuee des instaations de branchement aux bâtiments résidenties Guide des bonnes pratiques Guide des bonnes pratiques Légende s techniques PRINCIPAUX SYMBOLES UTILISÉS RECOMMANDÉ ACCEPTabe

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Académie de Versailles STMG. Sciences et Technologies du Management et de la Gestion

Académie de Versailles STMG. Sciences et Technologies du Management et de la Gestion Sciences et Technologies du Management et de la Gestion 1 À la rentrée, la série STMG remplace STG La place de la série STG / STMG Le sens de cette rénovation Les contenus d enseignement 2 La place de

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion et édition de fonds photographiques et audiovisuels de l Université Lille 3 Sciences humaines et sociales

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

Commentaire des articles

Commentaire des articles - 1 - Luxembourg, le 25 septembre 2013 Objet : Projets de règlements grands-ducaux - portant sur l élaboration et l application du plan de développement scolaire - portant sur l accompagnement des élèves

Plus en détail

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers 1 Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan Proposition commune des associations d usagers (document élaboré sur la base de la note publique rédigée par Saïd Acef)

Plus en détail

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS becret OGER INTERNATIONAL [Sélectionnez la date] Service Ressources Humaines OGER INTERNATIONAL Avril 2012 PREAMBULE Constatant que le taux d emploi des 55-64

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

STAGE STAGE STAGE STAGE STAGE

STAGE STAGE STAGE STAGE STAGE 01 STAGE 03 STAGE 02 STAGE 04 STAGE 05 STAGE I I I - - I Le système de management intégré : es normes ISO 9001/ISO 14001/ OHSAS 18001 Le système de management de quaité : a norme ISO 9001 (Exigences- Audit

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE JANVIER 2014 INTRODUCTION Le CAMO pour personnes handicapées souhaitait établir un portrait de la situation de la formation des personnes

Plus en détail

Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode

Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur L Outplacement Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode d emploi pratique et opérationnel sur l Outplacement

Plus en détail

Plan de développement stratégique 2013-2016

Plan de développement stratégique 2013-2016 Plan de développement stratégique 2013-2016 INTRODUCTION Le Plan de développement stratégique présenté dans les pages qui suivent expose les objectifs du Groupe de Collaboration Internationale en Ingénierie

Plus en détail

2.3 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Politique d évaluation des apprentissages, Décroche tes rêves, mars 2003.

2.3 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Politique d évaluation des apprentissages, Décroche tes rêves, mars 2003. 2.3 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Politique d évaluation des apprentissages, Décroche tes rêves, mars 2003. 2.4 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Cadre de référence en

Plus en détail

Scolarisation des filles en Afrique de l Ouest et du Centre. Bilan de l expérience UNICEF

Scolarisation des filles en Afrique de l Ouest et du Centre. Bilan de l expérience UNICEF Scolarisation des filles en Afrique de l Ouest et du Centre Bilan de l expérience UNICEF Pourquoi est-il important de se focaliser sur l éducation, en particulier celles des filles? Bénéfices individuels

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Marketing opérationnel de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des

Plus en détail

La banque publique au service de la croissance des entreprises françaises

La banque publique au service de la croissance des entreprises françaises C D F E 4 JUIN 2015 La banque pubique au service de a croissance des entreprises françaises 2 01. 02. Qui sommes-nous? Réseau Bpifrance 03. Nos missions 06. 07. 08. Garantie Bpifrance Financement Bpifrance

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION

POLITIQUE DE FORMATION POLITIQUE DE FORMATION ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES Table des matières 1. Préambule... - 2-2. Buts généraux... - 2-3. Objectifs... - 2-4. Axes et typologie de formation... - 3-4.1 Axes de formation...

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/MP.PP/WG.1/2010/8 Distr. générale 17 mai 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion des Parties à la Convention sur l accès

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Métiers de la formation de l Université de Valenciennes et du Hainaut- Cambrésis - UVHC Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Import-Export de l Université Paris-Est Marne-la-Vallée - UPEM Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LERECRUTEMENT D UN CONSULTANT POUR LA CONCEPTION D UN PLAN DEFORMATION QUADRIENNAL EN PASSATION DE MARCHES PUBLICS

TERMES DE REFERENCE POUR LERECRUTEMENT D UN CONSULTANT POUR LA CONCEPTION D UN PLAN DEFORMATION QUADRIENNAL EN PASSATION DE MARCHES PUBLICS TERMES DE REFERENCE POUR LERECRUTEMENT D UN CONSULTANT POUR LA CONCEPTION D UN PLAN DEFORMATION QUADRIENNAL EN PASSATION DE MARCHES PUBLICS COMPOSANTE 1 : AMELIORATION DE L EFFICACITE ET DE LA TRANSPARENCE

Plus en détail