OPTIMISER LES TECHNIQUES D APPLICATION DES PESTICIDES EN VIGNE EN FRANCE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "OPTIMISER LES TECHNIQUES D APPLICATION DES PESTICIDES EN VIGNE EN FRANCE"

Transcription

1 OPTIMISER LES TECHNIQUES D APPLICATION DES PESTICIDES EN VIGNE EN FRANCE Bernadette RUELLE Cemagref Montpellier/UMR ITAP 1

2 Je remercie le GORE, l INIA, le CG34 de m avoir invitée à ce séminaire PLAN: Présentation du Cemagref et de l UMR ITAP Le contexte des pesticides en Europe et en France Technologies permettant de réduire l utilisation des pesticides en vigne en France Conclusion

3 PRESENTATION CEMAGREF ET UMR ITAP

4 Le Cemagref Institut de recherche en science et technologie pour l environnement Établissement public STRASBOURG Double compétence dans le domaine de l eau et des agro procédés crée en centres en France 1400 personnes UMR ITAP

5 UMR Information et technologies pour les procédés en agriculture et en environnement 5

6 UMR ITAP Objectifs: Développer des méthodes et outils (ex: capteurs) pour réduire les impacts de l agriculture sur l environnement pour une production agricole durable L un de nos axes de recherche: les procédés de pulvérisation

7 Procédés de pulvérisation agricole Une approche multi-échelle 1. Fragmentation & Dispersion (Buse) 2. Pénétration & Dépôts des Produits (Végétation) 3. Pertes au Sol & dans l Air (Parcelle) 4. Dispersion (Voisinage parcelles) Prévision et Compréhension des Risques Mise en place de dispositifs de Surveillance (Région) Un couplage modélisation-expérimentation 7

8 Procédés de pulvérisation agricole Plateforme Technologique ReducPol: Outil de Recherche en conditions contrôlées et au champ Outil d Évaluation des performances techniques et environnementales des technologies Recherche du Laboratoire aux Champs

9 Plateau ReducPol: étude des gouttes Soufflerie = vent artificiel Laser Tailles et vitesses des gouttes Pour mesure le transport des gouttes sous l effet du vent 9

10 Plateau ReducPol: tests performances des pulvérisateurs Mesure de répartition sous rampe de pulvérisation 10

11 LE CONTEXTE DES PESTICIDES EN EUROPE ET EN FRANCE

12 Quelques chiffres: principaux marchés des pesticides dans le monde Europe Amérique Latine des pesticides dans les aliments, l eau, l air, impact santé (utilisateurs,consommateurs)

13 Politique de réduction des usages et des impacts des pesticides en Europe Directives européennes: Directive Cadre sur l Eau (DCE), objectif; Bon état écologique des masses d eau en 2015, Révision de la directive machine: intégration d exigence pour la protection de l environnement pour la fabrication des pulvérisateurs, Révision de l homologation (directive 91/414/CE) des substances actives et interdiction de l utilisation des plus toxiques.

14 Politique de réduction des usages et des impacts des pesticides en Europe Directives européennes: Mise en place de la directive sur l utilisation durable des pesticides (Janvier 2010), par exemple: auto certification du matériel neuf de pulvérisation par les constructeurs Mise en place du Contrôle obligatoire des pulvérisateurs ( 2009 en France, tous les 5ans) Interdiction traitements par aeronef sauf dérogation Formation obligatoire pour les personnes appliquant les pesticides (à partir de 2014) Etablissement de plans d actions nationaux (ECOPHYTO 2018 en France)

15 En France: Plan ECOPHYTO 2018 Plan Ecophyto 2018 (09/2008) : Objectif: diminuer si possible de 50% l utilisation des pesticides en 10 ans. La vigne: 4% de la SAU en France et utilise 20% des pesticides dont 80% de fongicides comment limiter l utilisation des pesticides et la contamination de l environnement (eau, sol, air)?

16 Comment limiter l utilisation des pesticides et la contamination de l environnement? Il faut combiner plusieurs actions: Au niveau de l exploitation: choix des cépages (sensibilité aux maladies et ravageurs), des itinéraires techniques Au niveau de la parcelle: raisonner les traitements à la parcelle en fonction du ravageur et de la pression pas de traitement systématique! Ex: raisonner la dose grâce à la méthode OPTIDOSE (IFV) Réduire la dose ou le nombre de traitements est possible à condition que le pulvérisateur fonctionne correctement! 16

17 Comment limiter l utilisation des pesticides et la contamination de l environnement? Agir sur la phase d application Choix produit remplissage pulvérisation rinçage Détermination de la dose optimale Limiter les pertes Sécurité opérateur Application Optimale (météo, Matériel, dérive limitée Efficacité Gestion effluents Comment optimiser la phase de pulvérisation?

18 Le matériel d application: comment le choisir? Différents mode de conduite de la vigne Vignes étroites: inter rang environ 1m Vignes larges: inter rang = 2 à 3m 18

19 Le matériel d application: comment le choisir? De nombreux types de pulvérisateurs Pas de solution universelle étudier les pratiques pour optimiser 19

20 Etude des pratiques: le Projet LIFE AWARE (A Water Assessment to Respect the Environment) ORéduire la pollution de l eau par les produits phytosanitaires en optimisant les techniques d application L utilisation des T.I.C. embarquées cofinancé à 50% par l outil Life Environnement de l'union Européenne 20

21 Les 9 partenaires du projet Centres de recherche/enseignement Partenaires privés Cemagref (coordinateur) Ereca Montpellier SupAgro Voe Développement LISAH IRTA CISA (consortium de coopératives italiennes) Organisme de Conseil Partenaires locaux Chambre Agriculture de l'hérault Collectivité territoriale Conseil Général de l'hérault Cave coopérative les coteaux de Neffiès et caves particulières Mairie de Neffiès 21

22 A Neffiès dans l Hérault (France) 22

23 Une approche bassin versant Installation de capteurs sur les pulvérisateurs pour mesurer les paramètres de la pulvérisation Expérimentations sur les dépôts de pesticides au sol lors des applications Modélisation du transfert des pesticides sur le BV Mesure de la pluviométrie Prélèvement s d eau pour mesurer les teneurs en pesticides BV de la Vaillèle à Neffiès, 310 ha de vignes, garrigues, forêts 50 ha de vigne étudiés (16% BV, 70% des vignes du BV) 14 viticulteurs motivés 23

24 Mesures dépôts pesticides au sol en fonction du stade végétatif Pertes: début/pleine végétation 30-40% 30-40% 20-30% 50-60% 40% 10% Début de végétation 70% de pertes Sources Cemagref/UMR ITAP: projet LIFE AWARE (http://www.lifeaware.org) Pleine végétation 40% de pertes Des progrès sont possible en choisissant bien le pulvérisateur et en le réglant correctement 24

25 Mesures dépôts pesticides au sol en fonction du stade végétatif: conclusion Pertes importantes au sol en début de végétation pollution de l eau Utilisation de pulvérisateurs adaptés. Panneaux récupérateurs = 30 à 40% d économie de pesticides/ saison Les canons sont à proscrire

26 Mesures dépôts pesticides au sol en fonction du stade végétatif: conclusion Importance de l entretien et du réglage de l appareil pour limiter les pertes Entretenir et contrôler régulièrement son pulvérisateur. En 2009: mise en place en France du contrôle technique obligatoire des pulvérisateurs tous les 5 ans Informer former

27 Les nouvelles technologies de l information et de la communication: le système embarqué sur le pulvérisateur GPS 27

28 Le Système embarqué: les étapes de son utilisation Le système permet de gérer toutes les étapes du traitement: Avant traitement : Mesure précis du niveau de cuve au remplissage, Réglage facile des débits, Mesure des paramètres climatiques( vitesse du vent, hygrométrie, température) Création de fiches de traitement Pendant le traitement : Visualisation et enregistrement automatique des paramètres (débits, volume, vent, etc.) Détection des dysfonctionnements du pulvérisateur (bouchage de buse, etc.) Après traitement : Traitements des données Visualisation des parcelles et de la qualité de pulvérisation Génération automatique du cahier de traitement

29 Analyse des traitements Pulvérisation hétérogène avec de nombreuses zones traitées avec un volume > 15% du vol/ha théorique...

30 Analyse des traitements Dysfonctionnement du pulvérisateur Débit souhaité Débit droit Débit gauche

31 Intérêt du système pour les viticulteurs Après trois années d utilisation les viticulteurs équipés indiquent avoir particulièrement apprécié : Avant traitement : Estimation exacte de la surface traitée (GPS) : très souvent < surface prise en compte (cadastre) économie d intrants de 5 à 15 % Réglage facile du débit des 2 rampes Pendant le traitement : Appliquer exactement le Vol/ha souhaité : économie d intrants de 0 à 10 % Surveillance des dysfonctionnements: confort et diminution de l exposition aux produits, diminution du risque et limitation des pertes ponctuelles. Après traitement : Analyse précise des traitements Traçabilité des opérations de pulvérisation : confort et précision Economie de pesticides de 10 à 15%

32 Limiter la dérive des pesticides lors de l application On étudie aussi la dérive: quantité de pesticides qui n atteind pas le végétal Il existe des technologies pour limiter la dérive: buses Pulvérisateurs

33 Conclusion L optimisation des techniques d application est l une des voies pour réduire l utilisation des pesticides et réduire leurs impacts Pas de traitement systématique Traiter en conditions climatiques favorables (humidité, température, vent) En début de végétation: utiliser des appareils adaptés (ex: panneaux récupérateurs), régler les appareils pour limiter les pertes En cours de végétation, utiliser de préférence des appareils face par face

34 Conclusion Les capteurs embarqués et les nouvelles technologies de l information et de la communication permettent d optimiser la pulvérisation GPS + cartographie + commandes électroniques ATTENTION: Coût Facilité d utilisation

35 Conclusion Nécessité de combiner plusieurs actions ( agronomique, technologique, aménagement du territoire ) en prenant en compte les facteurs sociaux économiques pour limiter l usage et les impacts des pesticides, Des besoins très importants d information et de formation des viticulteurs sur: le fonctionnement et l entretien du matériel les impacts des pesticides sur la santé et l environnement Le Chili et la France ont des expériences différentes dans le domaine de la réduction de l utilisation des pesticides: il est très intéressant de pouvoir comparer les approches et de mener des travaux de recherche et de développement ensemble.

36 Merci pour votre attention Contacts:

37 Directives européennes Politique de réduction de l usage et des impacts (santé et environnement) des pesticides en Europe. Révision de l homologation (directive 91/414/CE) des substances actives et interdiction de l utilisation des plus toxiques, Mise en place de la directive sur l utilisation durable des pesticides (13/01/2010): auto certification du matériel neuf par les constructeurs Contrôle des pulvérisateurs (obligatoire depuis 2009 en France) Gestion des fonds de cuves des pulvérisateurs CERTIPHYTO obligatoire à partir de 2014 Définition des Zones Non Traitées Stockage des produits Récupération des emballages et des vieux produits Interdiction traitements par aeronef sauf dérogation Etablissement de plans d actions nationaux (ECOPHYTO 2018 en France)

38 Limiter la dérive lors de l application Effet du type de matériel et du stade végétatif % de dérive % de dérive 5,0% 2,5% 4,5% 4,0% 3,5% 3,0% 2,5% VS10 - début végétation AB MOST - début végétation CG - début végétation 2,0% 1,5% VS10 - pleine végétation AB MOST - pleine végétation CG - pleine végétation Pendillard - TVI rose - pleine végétation Pendillard - ATR blanche - pleine végétation 2,0% 1,0% 1,5% 1,0% 0,5% 0,5% 0,0% distance (m) 0,0% distance (m) Début végétation Pleine végétation

39

40 II. Une grande diversité de matériels Variabilité du matériel : comment s y retrouver??? 40

Utilisation des NTIC*.pour optimiser les pratiques de pulvérisation et limiter la contamination de l environnement

Utilisation des NTIC*.pour optimiser les pratiques de pulvérisation et limiter la contamination de l environnement Utilisation des NTIC*.pour optimiser les pratiques de pulvérisation et limiter la contamination de l environnement Exemple du projet AWARE Vincent de RUDNICKI *, Bernadette RUELLE *, Michael DOUCHIN *,

Plus en détail

BANC D ESSAI COMPARATIF DE DIFFERENTS PULVERISATEURS DANS LE VIGNOBLE CHARENTAIS JUILLET 2011

BANC D ESSAI COMPARATIF DE DIFFERENTS PULVERISATEURS DANS LE VIGNOBLE CHARENTAIS JUILLET 2011 BANC D ESSAI COMPARATIF DE DIFFERENTS PULVERISATEURS DANS LE VIGNOBLE CHARENTAIS JUILLET 2011 A. Davy : IFV Pôle de Bordeaux Blanquefort - Tél : 05 56 35 58 80 alexandre.davy@vignevin.com L. Duquesne :

Plus en détail

Les Enjeux de l'agriculture de Précision

Les Enjeux de l'agriculture de Précision Les Enjeux de l'agriculture de Précision G. Grenier, Professeur d Automatique et Génie des Equipements; Bordeaux Sciences Agro Contexte : Qu'est-ce que l'agriculture de Précision? Changement de Paradigme

Plus en détail

Influence des conditions et matériels de pulvérisation sur les pertes de pesticides au sol et dans l air en viticulture Languedocienne

Influence des conditions et matériels de pulvérisation sur les pertes de pesticides au sol et dans l air en viticulture Languedocienne Influence des conditions et matériels de pulvérisation sur les pertes de pesticides au sol et dans l air en viticulture Languedocienne C. Sinfort, E. Cotteux, B. Bonicelli, B. Ruelle, M. Douchin, M. Berenger,

Plus en détail

son pulvérisateur Bien choisir et entretenir Préservez l environnement tout en optimisant votre pulvérisation Institut Français de la Vigne et du Vin

son pulvérisateur Bien choisir et entretenir Préservez l environnement tout en optimisant votre pulvérisation Institut Français de la Vigne et du Vin Bien choisir et entretenir son pulvérisateur Préservez l environnement tout en optimisant votre pulvérisation FRANCE Institut Français de la Vigne et du Vin Bien choisir et entretenir L son pulvérisateur

Plus en détail

TRAITEMENT DES EFFLUENTS PHYTOSANITAIRES

TRAITEMENT DES EFFLUENTS PHYTOSANITAIRES ASSOCIATION TECHNIQUE VITICOLE 49 TRAITEMENT DES EFFLUENTS PHYTOSANITAIRES Qu est-ce qu un effluent phytosanitaire? Selon l arrêté ministériel du 12 septembre 2006 sont considérés comme effluents phytosanitaires

Plus en détail

VITICULTURE 2012 V 12 / PACA 02 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE

VITICULTURE 2012 V 12 / PACA 02 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE VITICULTURE 212 V 12 / PACA 2 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE Silvère DEVEZE Chambre d Agriculture de Vaucluse 1- Identification de l action a. Responsables techniques et partenaires :

Plus en détail

AG Technique Commission de Développement Viticole. Activités 2014

AG Technique Commission de Développement Viticole. Activités 2014 AG Technique Commission de Développement Viticole Activités 2014 Au service de la technique sur les exploitations; Anticiper les questions de demain, stimuler et participer à l innovation, Renforcer l

Plus en détail

Afin de définir les axes d innovation liés à l observation de la Terre dans le domaine des risques naturels et de l agriculture, des «réservoirs d

Afin de définir les axes d innovation liés à l observation de la Terre dans le domaine des risques naturels et de l agriculture, des «réservoirs d 1 Afin de définir les axes d innovation liés à l observation de la Terre dans le domaine des risques naturels et de l agriculture, des «réservoirs d innovation» ont été définis. Ils correspondent à des

Plus en détail

Aire individuelle de remplissage et de lavage du pulvérisateur

Aire individuelle de remplissage et de lavage du pulvérisateur Aire individuelle de remplissage et de lavage du pulvérisateur Dans le cadre du traitement des cultures, plusieurs mesures doivent être mises en œuvre afin d assurer la protection de l utilisateur et de

Plus en détail

16 Transport, stockage et traçabilité

16 Transport, stockage et traçabilité F - Produits phytosanitaires : les bons réflexes! 16 Transport, stockage et traçabilité OBJECTIF Connaître les obligations à respecter dans le cadre du transport et du stockage de produits phytosanitaires,

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

pendant le traitement,

pendant le traitement, 19 Pendant le traitement OBJECTIF Connaître et appliquer la réglementation et les bonnes pratiques phytosanitaires lors de l application du traitement afin d éviter des pollutions environnementales et

Plus en détail

visées par la circulaire du 23 avril 2009 relative aux espèces exotiques envahissantes (berce du Caucase, balsamine de l Himalaya, ).

visées par la circulaire du 23 avril 2009 relative aux espèces exotiques envahissantes (berce du Caucase, balsamine de l Himalaya, ). Quelques précisions sur les règles relatives aux zones tampons lors de l application de produits phytopharmaceutiques à usage professionnel en agriculture et en horticulture en Wallonie : Introduction

Plus en détail

édito LA précision passe par une bonne décision Sommaire

édito LA précision passe par une bonne décision Sommaire YEHDEB558Q65ALAD54ZFRE8 RE8R7AS1 7AS14 474F11DF2S3OZPTKZMANFN www.tecnoma.com YEHDEB558Q65ALAD54ZFRE8R7AS1 YEHDEUTO7PEM148AKICBZOZN6584 474F11DF2S3OZPTKZMANFN YEHDEB558Q65ALAD54ZFRE8R7AS14 AGRICULTURE

Plus en détail

Comment concevoir son lit biologique

Comment concevoir son lit biologique santé - sécurité au travail > RISQUE PHYTOSANITAIRE Gestion des effluents phytosanitaires Comment concevoir son lit biologique > Choix du procédé > Méthode de conception > Construction du lit biologique

Plus en détail

La Direction des Espaces Verts et de l Environnement (DEVE) de la ville de Paris

La Direction des Espaces Verts et de l Environnement (DEVE) de la ville de Paris Direction des Espaces Verts et de l Environnement La réduction d usage en ville, exemple d une grande ville en gestion alternative économe en pesticide : La Direction des Espaces Verts et de l Environnement

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION

DOSSIER D INFORMATION DOSSIER D INFORMATION PRESSE SOMMAIRE TECNOMA 2- Entreprise Champenoise créée en 1952 2- De TECNOMA au groupe EXEL Industries 3 - De la conception à la production 4 & 5- Des domaines d application variés

Plus en détail

Notice Kocide Opti. DuPont. Opti. Kocide. Kocide Opti. La protection cuivre à petite dose

Notice Kocide Opti. DuPont. Opti. Kocide. Kocide Opti. La protection cuivre à petite dose Notice Kocide DuPont Kocide Kocide La protection cuivre à petite dose Les enjeux du cuivre en viticulture Le cuivre est un fongicide de contact à action strictement préventive, doté d un mode d action

Plus en détail

5 ème forum régional «votre commune sans pesticides»

5 ème forum régional «votre commune sans pesticides» 5 ème forum régional «votre commune sans pesticides» Textes réglementaires relatifs à l utilisation des produits phytosanitaires Règlement européen 1107/2009 du 21 octobre 2009 -Concerne la mise sur le

Plus en détail

Séminaire final du projet Climaster Caen 28/11/2011

Séminaire final du projet Climaster Caen 28/11/2011 Impact du changement climatique sur l'organisation du travail dans les exploitations agricoles : une analyse des jours agronomiquement disponibles (JAD) A. Joannon, C. Barbeau, G. Barbeau, V. Hallaire,

Plus en détail

Annexe A : Tableau des exigences

Annexe A : Tableau des exigences E1 E1.1 E1.2 E1.3 E1.4 E1.5 E1.6 Exigences générales production Les végétaux destinés à la consommation humaine doivent être cultivés au Québec. Les végétaux destinés à la consommation humaine doivent

Plus en détail

Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises?

Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises? Pierre MANGEOT 3 juillet 2014 Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises? Agence de l eau Rhin- Meuse, quelques repères

Plus en détail

Inventaire et suivi des populations d écrevisses à pieds blancs dans le Jura - Plan de Gestion Piscicole et de Restauration des milieux aquatiques du Jura - 1 Situation actuelle de l écrevisse à pieds

Plus en détail

Valeur ajoutée de la modélisation en agriculture dans la chaine de transformation céréalière

Valeur ajoutée de la modélisation en agriculture dans la chaine de transformation céréalière Valeur ajoutée de la modélisation en agriculture dans la chaine de transformation céréalière Philippe Lehrmann, PhD Axéréal Axéréal: structuration en Business Units Groupe coopératif agro-industriel, leader

Plus en détail

Joël ROCHARD Cécile VALLET IFV Pole National Développement Durable

Joël ROCHARD Cécile VALLET IFV Pole National Développement Durable Entretiens Vigne Octobre Vin Languedoc-Roussillon 2009 Joël ROCHARD Cécile VALLET IFV Pole National Développement Durable Pole National Développement Durable(Epernay) +Gestion des effluents et déchets

Plus en détail

ETAT DE L ART ET PERSPECTIVES POUR LES SERVICES NUMÉRIQUES APPLIQUÉS À LA VITICULTURE.

ETAT DE L ART ET PERSPECTIVES POUR LES SERVICES NUMÉRIQUES APPLIQUÉS À LA VITICULTURE. ETAT DE L ART ET PERSPECTIVES POUR LES SERVICES NUMÉRIQUES APPLIQUÉS À LA VITICULTURE. UMR ITAP Montpellier Christophe.guizard@irstea.fr www.irstea.fr PLAN Introduction Toujours + Les TICs L écosystème

Plus en détail

De l'agriculture Raisonnée à l'agriculture Mesurée

De l'agriculture Raisonnée à l'agriculture Mesurée À propos d'innovation en agroéquipements De l'agriculture Raisonnée à l'agriculture Mesurée G. Grenier, Professeur d Automatique et Génie des Equipements Académie d Agriculture de France, 18 Juin 2014

Plus en détail

2. Identification de l'organisme de formation : Adresse BP 7

2. Identification de l'organisme de formation : Adresse BP 7 Comité VIVEA sollicité : D042 Réf. interne : D042/2010/1012 - Attention dossier non encore envoyé à Vivea 1. Titre de l'action de formation : certiphyto 2. Identification de l'organisme de formation :

Plus en détail

Philippe NAVAS, Sandra RONGIERAS Inspecteurs

Philippe NAVAS, Sandra RONGIERAS Inspecteurs Les contrôles et la certification du vin bio Philippe NAVAS, Sandra RONGIERAS Inspecteurs Présentation de la démarche de certification 2 Comment s appliquera la nouvelle règlementation? Les contrôles réalisés

Plus en détail

CAPTRONIC Innovation des PME par l électronique et le logiciel embarqué

CAPTRONIC Innovation des PME par l électronique et le logiciel embarqué CAPTRONIC Innovation des PME par l électronique et le logiciel embarqué Sébastien SALAS salas@captronic.fr Tél : 06 87 83 32 32 CAP TRONIC, un programme financé par : JESSICA FRANCE fondée par : 24 Ingénieurs

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

Bilan Carbone des interventions viticoles

Bilan Carbone des interventions viticoles Chambre d agriculture de Vaucluse Bilan Carbone des interventions viticoles Silvère DEVEZE Chambre d Agriculture de Vaucluse Tél : 04.90.23.65.65 fax : 04.90.23.65.40 email : accueil@vaucluse.chambagri.fr

Plus en détail

Un système universel, économique, automatique et autonome

Un système universel, économique, automatique et autonome Un système universel, économique, automatique et autonome Principe de fonctionnement 1 Une ou plusieurs AGRIBASES sont installées dans les parcelles. Les capteurs y sont branchés 2 3 Les AGRIBASES communiquent,

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

Le Biocontrôle: une nouvelle filière en plein essor, une opportunité pour l émergence de start-ups comme Agrauxine

Le Biocontrôle: une nouvelle filière en plein essor, une opportunité pour l émergence de start-ups comme Agrauxine Le Biocontrôle: une nouvelle filière en plein essor, une opportunité pour l émergence de start-ups comme Agrauxine Antoine COUTANT, Président Agrauxine Morlaix, le 29 Novembre 2013 Sommaire Le biocontrôle:

Plus en détail

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Ingrid HERMITEAU Agence de l eau Loire-Bretagne Cap sur la révision du Sdage 1. Rappel : qu est-ce que le Sdage? 2. Les éléments de réflexion

Plus en détail

PROPOSITION D UNE APPROCHE DE SEGMENTATION D IMAGES HYPERSPECTRALES

PROPOSITION D UNE APPROCHE DE SEGMENTATION D IMAGES HYPERSPECTRALES PROPOSITION D UNE APPROCHE DE SEGMENTATION D IMAGES HYPERSPECTRALES Nathalie GORRETTA MONTEIRO 1 1 UMR Information et Technologies pour les Agro-Procédés, Cemagref Montpellier, France Présentée le 25 Février

Plus en détail

Eco Land 3D. Projet. Partagez votre vision du paysage. Agropolis Fondation 18 mars 2009. Présentation projet EcoLand3D

Eco Land 3D. Projet. Partagez votre vision du paysage. Agropolis Fondation 18 mars 2009. Présentation projet EcoLand3D Partagez votre vision du paysage Projet Eco Land 3D Agropolis Fondation 18 mars 2009 Présentation Bionatics Profil de la société Projet démarré en 2001 Transfert de technologie avec le CIRAD Éditeur de

Plus en détail

II - Définition et objectifs

II - Définition et objectifs CAHIER DES CHARGES TYPE D ELABORATION D UN PLAN DE GESTION DIFFERENCIEE DES ESPACES PUBLICS OU D UNE DEMARCHE «OBJECTIF ZERO PESTICIDE» A L ECHELLE D UNE COMMUNE ou GROUPEMENT DE COMMUNES NOVEMBRE 2014

Plus en détail

Développement Durable Approche d une Maison de Champagne. Viticulture Durable : Approche et Solutions Pratiques

Développement Durable Approche d une Maison de Champagne. Viticulture Durable : Approche et Solutions Pratiques Développement Durable Approche d une Maison de Champagne Viticulture Durable : Approche et Solutions Pratiques 2 Notre Vision Un engagement de longue date dans l environnement La volonté d aller plus loin

Plus en détail

Séminaire RDI2015. P r é s e n t a t i o n

Séminaire RDI2015. P r é s e n t a t i o n P r é s e n t a t i o n Séminaire RDI 2015 Séminaire RDI2015 La politique RDI au service de la gestion de l eau et des milieux aquatiques : point d étape et perspectives Les finalités opérationnelles des

Plus en détail

Le dispositif de la sécurité sanitaire des produits alimentaires au Maroc

Le dispositif de la sécurité sanitaire des produits alimentaires au Maroc Le dispositif de la sécurité sanitaire des produits alimentaires au Maroc 2 ème Conférence Nationale sur la Santé Marrakech, 02 juillet 2013 Ahmed Bentouhami Cadre légal, missions et attributions LOI

Plus en détail

Projet Miriphyque: utilisation des logiciels Macro/Cemafor pour le bassin de la Morcille. Côme Durand, mars 2014. Irstea.

Projet Miriphyque: utilisation des logiciels Macro/Cemafor pour le bassin de la Morcille. Côme Durand, mars 2014. Irstea. Projet Miriphyque: utilisation des logiciels Macro/Cemafor pour le bassin de la Morcille Côme Durand, mars 2014. Irstea. 1 Sommaire 1) Présentation 2) Travaux déjà réalisés sur le projet 3) Influence des

Plus en détail

TIM & GS NOS 10 DIVISIONS POUR VOTRE SUCCES

TIM & GS NOS 10 DIVISIONS POUR VOTRE SUCCES Le leader du service en Afrique TIM & GS NOS 10 DIVISIONS POUR VOTRE SUCCES «La vente d un équipement, d un service ou d une prestation, est une affaire de confiance» www.tim-gs.ci 1 Chers clients, Nous

Plus en détail

CONTAMINATION DES VINS ET DES CHAIS

CONTAMINATION DES VINS ET DES CHAIS Page : 1/5 CONTAMINATION DES VINS ET DES CHAIS La contamination des vins et des est redoutée par les viticulteurs au regard des conséquences organoleptiques, et donc économiques qu elles peuvent engendrer.

Plus en détail

L agrément des entreprises pour le conseil indépendant à l utilisation de produits phytopharmaceutiques. Ordre du jour

L agrément des entreprises pour le conseil indépendant à l utilisation de produits phytopharmaceutiques. Ordre du jour L agrément des entreprises pour le conseil indépendant à l utilisation de produits phytopharmaceutiques Ordre du jour 1. Le cadre réglementaire 2. Les exigences organisationnelles et leurs applications

Plus en détail

PULVERISATION DE LEVURES A LA VIGNE : UN OUTIL DE LUTTE PREVENTIF CONTRE LE DEVELOPPEMENT D ASPERGILLUS CARBONARIUS J.M. SALMON

PULVERISATION DE LEVURES A LA VIGNE : UN OUTIL DE LUTTE PREVENTIF CONTRE LE DEVELOPPEMENT D ASPERGILLUS CARBONARIUS J.M. SALMON PULVERISATION DE LEVURES A LA VIGNE : UN OUTIL DE LUTTE PREVENTIF CONTRE LE DEVELOPPEMENT D ASPERGILLUS CARBONARIUS J.M. SALMON INRA MONTPELLIER UMR n 1083 «Sciences pour l Oenologie» et INRA GRUISSAN

Plus en détail

Le Programme Régional de Protection des Végétaux. Henri BROUCHOUD Cirad Réunion

Le Programme Régional de Protection des Végétaux. Henri BROUCHOUD Cirad Réunion Le Programme Régional de Protection des Végétaux Henri BROUCHOUD Cirad Réunion PRPV (2003-2008) Programme Régional de Protection des Végétaux e-prpv (2009 2014) Elargissement et Pérennisation du Réseau

Plus en détail

LA TÉLÉDETECTION EN AGRICULTURE. par Bruno Tisseyre 1

LA TÉLÉDETECTION EN AGRICULTURE. par Bruno Tisseyre 1 1 LA TÉLÉDETECTION EN AGRICULTURE par Bruno Tisseyre 1 RÉSUMÉ Avec la médiatisation des applications développées à partir des drones, la télédétection appliquée à l'agriculture fait aujourd hui beaucoup

Plus en détail

Le poste de remplissage du pulvérisateur

Le poste de remplissage du pulvérisateur - III - La préparation de la bouillie et le remplissage du pulvérisateur Fiche III - 5 Le poste de remplissage du pulvérisateur douche 2 local phyto ACCÈS RÉSERVÉ 7 zone de préparation des produits 1 4

Plus en détail

Optimisation des appareils de traitements arboricoles

Optimisation des appareils de traitements arboricoles Optimisation des appareils de traitements arboricoles Un grand défi à relever: améliorer la qualité des l applications phytosanitaires tout en réduisant leurs émissions sonores Photos: C. Tarramarcaz Problématique

Plus en détail

cedex 2 IRSTEA - UMR ITAP «Information-Technologie- Analyse environnementale - Procédés agricoles»

cedex 2 IRSTEA - UMR ITAP «Information-Technologie- Analyse environnementale - Procédés agricoles» Innovations Agronomiques 28 (2013), 101-111 Les nouvelles technologies pour réduire les quantités de produits phytosanitaires et leurs impacts sur l'environnement Chevrier C. 1, De Rudnicki V. 2, Ruelle

Plus en détail

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena)

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena) Mise en œuvre des outils L. VARVOUX (Terrena) Témoignage de Laurent Varvoux Service Agronomie Terrena Responsable relations Sol - Cultures Fertilisation Outils d Aide à la Décision Couverts végétaux Membre

Plus en détail

N-Tester. Le pilotage de l azote tout simplement

N-Tester. Le pilotage de l azote tout simplement N-Tester Le pilotage de l azote tout simplement La fertilisation azotée : Une approche globale Réconcilier rendement et environnement Il est scientifiquement établi depuis fort longtemps que le risque

Plus en détail

Gestion de la résistance Mildiou et oïdium de la vigne

Gestion de la résistance Mildiou et oïdium de la vigne ANNEXE Note nationale 2012 Gestion de la résistance Mildiou et oïdium de la vigne Cette note a été rédigée par un groupe de travail réunissant des représentants de la Direction Générale de l Alimentation

Plus en détail

Sûreté alimentaire. Quelles innovations pour la maîtrise des contaminants et l'authentification des produits agricoles et alimentaires?

Sûreté alimentaire. Quelles innovations pour la maîtrise des contaminants et l'authentification des produits agricoles et alimentaires? Sûreté alimentaire Quelles innovations pour la maîtrise des contaminants et l'authentification des produits agricoles et alimentaires? > 13 & 14 novembre 2013 > Montpellier SupAgro INRA www.rencontres-qualimediterranee.fr

Plus en détail

Propositions d actions Bassin du Doron 23/03/11

Propositions d actions Bassin du Doron 23/03/11 Propositions d actions Bassin du Doron 23/03/11 Points proposés : Le Contrat de rivière: avancement, objectifs Etat des lieux du bassin du Doron Enjeux et objectifs, propositions d actions Vers une mise

Plus en détail

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires Stockage et épandage du digestat Evolutions réglementaires Sommaire Introduction Rappels des différents régimes des installations classées de méthanisation Les règles autour du stockage Du plan d épandage

Plus en détail

L Agriculture de précision aujourd hui en France, Les pratiques des Agriculteurs

L Agriculture de précision aujourd hui en France, Les pratiques des Agriculteurs L Agriculture de précision aujourd hui en France, Les pratiques des Agriculteurs Présentation : Marc VAN COILLIE. Fondateur en 1996 de SATplan (Gps et Agriculture) Jusqu en 2012 ( 25 collaborateurs, 6

Plus en détail

Guide de la documentation parcellaire

Guide de la documentation parcellaire Guide de la documentation parcellaire Agrar-Office AgroWIN Agrar-Office AgroWIN 0 200 m 0 200 m 40% 30% 20% 10% 0% Statistik gespeichert am 26.09.2007 Mittelwert 69,43 % 25% 20% 15% 10% 5% 0% Legende [%]

Plus en détail

Orléans Le 24 janvier 2013

Orléans Le 24 janvier 2013 1 * La genèse du projet / Eléments du contexte * Le cadre européen (Directive 209/128/CE) * La déclinaison nationale : le plan Ecophyto * Présentation du portail ECOPHYTOPIC * ECOPHYTOPIC : Présentation

Plus en détail

MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE)

MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE) MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : STIC POUR L'ECOLOGIE

Plus en détail

Illustrator eps / CMJN / Eco Maires en Noir. guide. méthodologique. espaces Verts

Illustrator eps / CMJN / Eco Maires en Noir. guide. méthodologique. espaces Verts Illustrator eps / CMJN / Eco Maires en Noir guide méthodologique espaces Verts Une année sous le signe de la biodiversité Concept récent et relativement méconnu du grand public, la biodiversité (ou diversité

Plus en détail

LIDAR LAUSANNE 2012. Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés

LIDAR LAUSANNE 2012. Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés LIDAR LAUSANNE 2012 Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés LIDAR 2012, nouveaux modèles altimétriques 1 Affaire 94022 /

Plus en détail

Conception de systèmes d'information et d'entrepôts de données

Conception de systèmes d'information et d'entrepôts de données Territoires, Environnement, Télédétection et Information Spatiale Unité mixte de recherche AgroParisTech - Cirad - Irstea Conception de systèmes d'information et d'entrepôts de données Vers des structures

Plus en détail

La démarche environnementale du projet AREMIS-Lure. SYMA AREMIS-Lure SYndicat Mixte pour l Aménagement d AREMIS-Lure

La démarche environnementale du projet AREMIS-Lure. SYMA AREMIS-Lure SYndicat Mixte pour l Aménagement d AREMIS-Lure EGIS SYMA AREMIS-Lure SYndicat Mixte pour l Aménagement d AREMIS-Lure La démarche environnementale du projet AREMIS-Lure Journée d information PREDIM Lundi 12 septembre 2011 Co-financeurs : B.E. : Le SYMA

Plus en détail

Guide de lecture du référentiel de certification pour l activité de «application en prestation de service»

Guide de lecture du référentiel de certification pour l activité de «application en prestation de service» Guide de lecture du référentiel de certification pour l activité de «application en prestation de service» mentionné à l article 7 de l arrêté du 25 novembre 2011 fixant les modalités de certification

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Arrêté du 30 juin 2014 modifiant l arrêté du 25 novembre 2011 relatif au référentiel de certification

Plus en détail

Séminaire OPEN DATA de l AFIA et du RMT Modelia du 7 janvier 2015 Paris

Séminaire OPEN DATA de l AFIA et du RMT Modelia du 7 janvier 2015 Paris Diagnostic en santé végétale : Comment optimiser la collecte et le traitement de l information technique et scientifique? Action du Réseau Mixte Technologique «Diagnostic en santé végétale» VEGDIAG Labellisé

Plus en détail

L autoguidage diminue-t-il vraiment la consommation de carburant?

L autoguidage diminue-t-il vraiment la consommation de carburant? L autoguidage diminue-t-il vraiment la consommation de carburant? Lorsqu un producteur achète un système d autoguidage, on lui fait souvent valoir des économies de carburant et une plus grande précision

Plus en détail

Mise en œuvre des produits de protection de la vigne

Mise en œuvre des produits de protection de la vigne Mise en œuvre des produits de protection de la vigne 1 Documentation technique de l exploitant 4 Transport des produits phytosanitaires 5 Stockage des produits phytosanitaires 7 Préparation des produits

Plus en détail

Évaluation des actions agri-environnementales et de la durabilité des exploitations agricoles

Évaluation des actions agri-environnementales et de la durabilité des exploitations agricoles 10ème COLLOQUE International de SIFFE «Évaluation environnementale et développement d une agriculture durable» Angers, 20-24 juin 2005 Évaluation des actions agri-environnementales et de la durabilité

Plus en détail

Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts

Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts 35 36 Introduction La directive cadre sur l eau donne à l analyse économique une place déterminante.

Plus en détail

Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh

Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh Laure Beff, Yvon Lambert, Nicolas Beaudoin, Bruno Mary et Thierry

Plus en détail

Surveillance Biologique du Territoire

Surveillance Biologique du Territoire Surveillance Biologique du Territoire Gaillac Bilan de campagne 2014 3 novembre 2014 Title:BSV.eps Title:ecophyto.eps Creator:Adobe Illustrator(R) 15.1 Creator:Adobe Illustrator(R) 15.1 CreationDate:15/10/12

Plus en détail

Journée sites pilotes Embrun, 17 octobre 2013

Journée sites pilotes Embrun, 17 octobre 2013 Ce projet a été cofinancé par l'union européenne Fonds européen de développement régional (FEDER) Journée sites pilotes Embrun, 17 octobre 2013 Opération CIMA POIA «sites pilotes de gestion intégrée des

Plus en détail

Comité Régional d Orientation et de Suivi du plan Ecophyto. 23 février 2015

Comité Régional d Orientation et de Suivi du plan Ecophyto. 23 février 2015 Comité Régional d Orientation et de Suivi du plan Ecophyto 23 février 2015 Présentation des RITA Définition et périmètre : Réseau d Innovation et de Transfert Agricole Présent dans les 5 DOM Créés en 2011

Plus en détail

Logiciel pour la logistique. Comme si vous y étiez

Logiciel pour la logistique. Comme si vous y étiez Logiciel pour la logistique Comme si vous y étiez 1 La famille de produits CarLo 3 CarLo 4 Le logiciel de logistique flexible pour la gestion du transport et de la planification CarLo inmotion 6 Le logiciel

Plus en détail

Comment valoriser sa toiture plate en milieu urbain

Comment valoriser sa toiture plate en milieu urbain Séminaire Bâtiment Durable : Comment valoriser sa toiture plate en milieu urbain 27/03/2015 Bruxelles Environnement Comment valoriser les eaux pluviales grâce à sa toiture? Maggy Hovertin MATRIciel Objectifs

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date :

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date : TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C2.2 : Analyser, vérifier une faisabilité Thème : S4 : Approche scientifique et technique des

Plus en détail

ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS)

ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS) ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS) PROJET DE GESTION DES RESSOURCES EN EAU ET DE L ENVIRONNEMENT DU BASSIN DU FLEUVE SENEGAL (GEF/BFS) ATELIER DE CONCERTATION SUR LA GESTION DES

Plus en détail

Qu'est-ce que la bourse foncière forestière de l Ardèche?

Qu'est-ce que la bourse foncière forestière de l Ardèche? Qu'est-ce que la bourse foncière forestière de l Ardèche? Vous êtes un propriétaire forestier privé ou public? ou vous envisagez de le devenir? Vous souhaitez vendre, échanger ou acheter des parcelles

Plus en détail

Acquisition. d une centrale de surveillance des températures CAHIER DES CHARGES. Maître de l'ouvrage :

Acquisition. d une centrale de surveillance des températures CAHIER DES CHARGES. Maître de l'ouvrage : Acquisition d une centrale de surveillance des températures CAHIER DES CHARGES Maître de l'ouvrage : INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE Etablissement public à caractère Scientifique et Technologique

Plus en détail

L Observatoire du Développement Rural: intérêt et limites de sources de données administratives pour des projets de recherche

L Observatoire du Développement Rural: intérêt et limites de sources de données administratives pour des projets de recherche Séminaire Open Data en Agriculture : état des lieux et perspectives 12 novembre 2013 - Paris L Observatoire du Développement Rural: intérêt et limites de sources de données administratives pour des projets

Plus en détail

Région... ... ... ... ... Lieu-dit de la parcelle... ...

Région... ... ... ... ... Lieu-dit de la parcelle... ... Vu l avis favorable du Conseil National de l Information Statistique cette enquête reconnue d intérêt général et de qualité statistique est obligatoire. Visa n 2007 X 019 AG du Ministre de l Agriculture

Plus en détail

BIEN CHOISIR VOTRE SYSTEME DE GUIDAGE PAR SATELLITES

BIEN CHOISIR VOTRE SYSTEME DE GUIDAGE PAR SATELLITES BIEN CHOISIR VOTRE SYSTEME DE GUIDAGE PAR SATELLITES Le guidage par GPS est un outil qui trouve maintenant sa place dans les structures de type polyculture-élevage. Avec des prix de plus en plus abordables,

Plus en détail

TECHNOLOGIES EXPERTISES RECHERCHES ANALYTIQUES EN ENVIRONNEMENT. SyPACV2. Système de prélèvement automatique compact - 2 ème génération

TECHNOLOGIES EXPERTISES RECHERCHES ANALYTIQUES EN ENVIRONNEMENT. SyPACV2. Système de prélèvement automatique compact - 2 ème génération TECHNOLOGIES EXPERTISES RECHERCHES ANALYTIQUES EN ENVIRONNEMENT Ingénierie SyPACV2 Système de prélèvement automatique compact - 2 ème génération 2012 SOMMAIRE 1. Le service Ingénierie 2. Qu est-ce que

Plus en détail

Auteurs : Christophe Gaviglio Philippe Saccharin Nicolas Barthes - IFV pôle Sud-Ouest

Auteurs : Christophe Gaviglio Philippe Saccharin Nicolas Barthes - IFV pôle Sud-Ouest Compte rendu ETUDE DES PERFORMANCES ENERGETIQUES DES MATERIELS VITICOLES Auteurs : Christophe Gaviglio Philippe Saccharin Nicolas Barthes - IFV pôle Sud-Ouest Contact : V innopôle BP 22 81310 Lisle sur

Plus en détail

La norme NF EN ISO/CEI 17025 Mise en œuvre au CTP. Michèle BOUCLIER 12 octobre 2011

La norme NF EN ISO/CEI 17025 Mise en œuvre au CTP. Michèle BOUCLIER 12 octobre 2011 La norme NF EN ISO/CEI 17025 Mise en œuvre au CTP Michèle BOUCLIER 12 octobre 2011 Centre Technique du Papier CTP Domaine Universitaire - 351, rue de la Papeterie - 38044 Grenoble Cedex 09 - France Tél.

Plus en détail

La précision en agriculture

La précision en agriculture ALPA 2, les Noires Terres 54740 HAROUE CRA Lorraine 9, rue de la Vologne 54520 LAXOU La précision en agriculture [Les enjeux de l agriculture de précision et acquisition de références en Lorraine] Document

Plus en détail

Bulletin de santé du végétal

Bulletin de santé du végétal Poitou-Charentes Bulletin de santé du végétal ÉDITION VITICULTURE CHARENTES Numéro 81 20 août 2013 Prochain bulletin en septembre FLAVESCENCE DORÉE : l'assainissement du vignoble charentais repose sur

Plus en détail

Influence du changement. agronomiques de la vigne

Influence du changement. agronomiques de la vigne Influence du changement climatique sur les résultatsr agronomiques de la vigne à l'aide du modèle STICS Iñaki García a de Cortázar Atauri Unité CSE - Avignon Réunion Protection du Vignoble Changement Climatique

Plus en détail

LGA all-in-one Leader des solutions de gestion des exploitations agricoles

LGA all-in-one Leader des solutions de gestion des exploitations agricoles LGA all-in-one Leader des solutions de gestion des exploitations agricoles Premier progiciel marocain conçu spécialement pour la gestion de la production agricole. Gestion simple et efficace de toutes

Plus en détail

PROGRAMME D ACTION 2013-2018

PROGRAMME D ACTION 2013-2018 PROGRAMME D ACTION 2013-2018 PROGRAMME D ACTION 2013-2018 > L eau, cette ressource vitale que l on pensait renouvelable à l infini, n est pas inépuisable. 40 % des territoires sur lesquels intervient l

Plus en détail

Les nouveaux instruments économiques en matière de politiques environnementales. Congrès ASDEQ 2006 Claude Sauvé

Les nouveaux instruments économiques en matière de politiques environnementales. Congrès ASDEQ 2006 Claude Sauvé Les nouveaux instruments économiques en matière de politiques environnementales Congrès ASDEQ 2006 Claude Sauvé Objectifs Mieux faire connaître les systèmes de création de marché qui ont été développés

Plus en détail

Présentation du projet de ressourcement DEAR. Christophe MULLER christophe.muller@im2np.fr

Présentation du projet de ressourcement DEAR. Christophe MULLER christophe.muller@im2np.fr www.ics star.fr Présentation du projet de ressourcement DEAR Christophe MULLER christophe.muller@im2np.fr www.ics star.fr Quelques mots sur l Institut Carnot STAR Institut Carnot STAR Périmètre scientifique

Plus en détail

Parc naturel régional du Luberon Opération «Jardiner au naturel» ARPE PACA 6 octobre 2014 Aix en Provence

Parc naturel régional du Luberon Opération «Jardiner au naturel» ARPE PACA 6 octobre 2014 Aix en Provence Parc naturel régional du Luberon Opération «Jardiner au naturel» ARPE PACA 6 octobre 2014 Aix en Provence L engagement du Parc du Luberon dans cette opération Un constat : forte consommation de pesticides

Plus en détail

Améliorations de l outil d aide à la décision STRATEAU et implémentations de bassins tests

Améliorations de l outil d aide à la décision STRATEAU et implémentations de bassins tests Améliorations de l outil d aide à la décision STRATEAU et implémentations de bassins tests Dans le cadre de la convention signée entre l Ambassade de l Eau et l ensemble des Agences de Bassin françaises,

Plus en détail

Les produits phytosanitaires

Les produits phytosanitaires Les produits phytosanitaires La plupart des collectivités utilisent des herbicides pour le désherbage de la voirie et des espaces verts, dans un objectif esthétique et d entretien des infrastructures.

Plus en détail