OPTIMISER LES TECHNIQUES D APPLICATION DES PESTICIDES EN VIGNE EN FRANCE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "OPTIMISER LES TECHNIQUES D APPLICATION DES PESTICIDES EN VIGNE EN FRANCE"

Transcription

1 OPTIMISER LES TECHNIQUES D APPLICATION DES PESTICIDES EN VIGNE EN FRANCE Bernadette RUELLE Cemagref Montpellier/UMR ITAP 1

2 Je remercie le GORE, l INIA, le CG34 de m avoir invitée à ce séminaire PLAN: Présentation du Cemagref et de l UMR ITAP Le contexte des pesticides en Europe et en France Technologies permettant de réduire l utilisation des pesticides en vigne en France Conclusion

3 PRESENTATION CEMAGREF ET UMR ITAP

4 Le Cemagref Institut de recherche en science et technologie pour l environnement Établissement public STRASBOURG Double compétence dans le domaine de l eau et des agro procédés crée en centres en France 1400 personnes UMR ITAP

5 UMR Information et technologies pour les procédés en agriculture et en environnement 5

6 UMR ITAP Objectifs: Développer des méthodes et outils (ex: capteurs) pour réduire les impacts de l agriculture sur l environnement pour une production agricole durable L un de nos axes de recherche: les procédés de pulvérisation

7 Procédés de pulvérisation agricole Une approche multi-échelle 1. Fragmentation & Dispersion (Buse) 2. Pénétration & Dépôts des Produits (Végétation) 3. Pertes au Sol & dans l Air (Parcelle) 4. Dispersion (Voisinage parcelles) Prévision et Compréhension des Risques Mise en place de dispositifs de Surveillance (Région) Un couplage modélisation-expérimentation 7

8 Procédés de pulvérisation agricole Plateforme Technologique ReducPol: Outil de Recherche en conditions contrôlées et au champ Outil d Évaluation des performances techniques et environnementales des technologies Recherche du Laboratoire aux Champs

9 Plateau ReducPol: étude des gouttes Soufflerie = vent artificiel Laser Tailles et vitesses des gouttes Pour mesure le transport des gouttes sous l effet du vent 9

10 Plateau ReducPol: tests performances des pulvérisateurs Mesure de répartition sous rampe de pulvérisation 10

11 LE CONTEXTE DES PESTICIDES EN EUROPE ET EN FRANCE

12 Quelques chiffres: principaux marchés des pesticides dans le monde Europe Amérique Latine des pesticides dans les aliments, l eau, l air, impact santé (utilisateurs,consommateurs)

13 Politique de réduction des usages et des impacts des pesticides en Europe Directives européennes: Directive Cadre sur l Eau (DCE), objectif; Bon état écologique des masses d eau en 2015, Révision de la directive machine: intégration d exigence pour la protection de l environnement pour la fabrication des pulvérisateurs, Révision de l homologation (directive 91/414/CE) des substances actives et interdiction de l utilisation des plus toxiques.

14 Politique de réduction des usages et des impacts des pesticides en Europe Directives européennes: Mise en place de la directive sur l utilisation durable des pesticides (Janvier 2010), par exemple: auto certification du matériel neuf de pulvérisation par les constructeurs Mise en place du Contrôle obligatoire des pulvérisateurs ( 2009 en France, tous les 5ans) Interdiction traitements par aeronef sauf dérogation Formation obligatoire pour les personnes appliquant les pesticides (à partir de 2014) Etablissement de plans d actions nationaux (ECOPHYTO 2018 en France)

15 En France: Plan ECOPHYTO 2018 Plan Ecophyto 2018 (09/2008) : Objectif: diminuer si possible de 50% l utilisation des pesticides en 10 ans. La vigne: 4% de la SAU en France et utilise 20% des pesticides dont 80% de fongicides comment limiter l utilisation des pesticides et la contamination de l environnement (eau, sol, air)?

16 Comment limiter l utilisation des pesticides et la contamination de l environnement? Il faut combiner plusieurs actions: Au niveau de l exploitation: choix des cépages (sensibilité aux maladies et ravageurs), des itinéraires techniques Au niveau de la parcelle: raisonner les traitements à la parcelle en fonction du ravageur et de la pression pas de traitement systématique! Ex: raisonner la dose grâce à la méthode OPTIDOSE (IFV) Réduire la dose ou le nombre de traitements est possible à condition que le pulvérisateur fonctionne correctement! 16

17 Comment limiter l utilisation des pesticides et la contamination de l environnement? Agir sur la phase d application Choix produit remplissage pulvérisation rinçage Détermination de la dose optimale Limiter les pertes Sécurité opérateur Application Optimale (météo, Matériel, dérive limitée Efficacité Gestion effluents Comment optimiser la phase de pulvérisation?

18 Le matériel d application: comment le choisir? Différents mode de conduite de la vigne Vignes étroites: inter rang environ 1m Vignes larges: inter rang = 2 à 3m 18

19 Le matériel d application: comment le choisir? De nombreux types de pulvérisateurs Pas de solution universelle étudier les pratiques pour optimiser 19

20 Etude des pratiques: le Projet LIFE AWARE (A Water Assessment to Respect the Environment) ORéduire la pollution de l eau par les produits phytosanitaires en optimisant les techniques d application L utilisation des T.I.C. embarquées cofinancé à 50% par l outil Life Environnement de l'union Européenne 20

21 Les 9 partenaires du projet Centres de recherche/enseignement Partenaires privés Cemagref (coordinateur) Ereca Montpellier SupAgro Voe Développement LISAH IRTA CISA (consortium de coopératives italiennes) Organisme de Conseil Partenaires locaux Chambre Agriculture de l'hérault Collectivité territoriale Conseil Général de l'hérault Cave coopérative les coteaux de Neffiès et caves particulières Mairie de Neffiès 21

22 A Neffiès dans l Hérault (France) 22

23 Une approche bassin versant Installation de capteurs sur les pulvérisateurs pour mesurer les paramètres de la pulvérisation Expérimentations sur les dépôts de pesticides au sol lors des applications Modélisation du transfert des pesticides sur le BV Mesure de la pluviométrie Prélèvement s d eau pour mesurer les teneurs en pesticides BV de la Vaillèle à Neffiès, 310 ha de vignes, garrigues, forêts 50 ha de vigne étudiés (16% BV, 70% des vignes du BV) 14 viticulteurs motivés 23

24 Mesures dépôts pesticides au sol en fonction du stade végétatif Pertes: début/pleine végétation 30-40% 30-40% 20-30% 50-60% 40% 10% Début de végétation 70% de pertes Sources Cemagref/UMR ITAP: projet LIFE AWARE (http://www.lifeaware.org) Pleine végétation 40% de pertes Des progrès sont possible en choisissant bien le pulvérisateur et en le réglant correctement 24

25 Mesures dépôts pesticides au sol en fonction du stade végétatif: conclusion Pertes importantes au sol en début de végétation pollution de l eau Utilisation de pulvérisateurs adaptés. Panneaux récupérateurs = 30 à 40% d économie de pesticides/ saison Les canons sont à proscrire

26 Mesures dépôts pesticides au sol en fonction du stade végétatif: conclusion Importance de l entretien et du réglage de l appareil pour limiter les pertes Entretenir et contrôler régulièrement son pulvérisateur. En 2009: mise en place en France du contrôle technique obligatoire des pulvérisateurs tous les 5 ans Informer former

27 Les nouvelles technologies de l information et de la communication: le système embarqué sur le pulvérisateur GPS 27

28 Le Système embarqué: les étapes de son utilisation Le système permet de gérer toutes les étapes du traitement: Avant traitement : Mesure précis du niveau de cuve au remplissage, Réglage facile des débits, Mesure des paramètres climatiques( vitesse du vent, hygrométrie, température) Création de fiches de traitement Pendant le traitement : Visualisation et enregistrement automatique des paramètres (débits, volume, vent, etc.) Détection des dysfonctionnements du pulvérisateur (bouchage de buse, etc.) Après traitement : Traitements des données Visualisation des parcelles et de la qualité de pulvérisation Génération automatique du cahier de traitement

29 Analyse des traitements Pulvérisation hétérogène avec de nombreuses zones traitées avec un volume > 15% du vol/ha théorique...

30 Analyse des traitements Dysfonctionnement du pulvérisateur Débit souhaité Débit droit Débit gauche

31 Intérêt du système pour les viticulteurs Après trois années d utilisation les viticulteurs équipés indiquent avoir particulièrement apprécié : Avant traitement : Estimation exacte de la surface traitée (GPS) : très souvent < surface prise en compte (cadastre) économie d intrants de 5 à 15 % Réglage facile du débit des 2 rampes Pendant le traitement : Appliquer exactement le Vol/ha souhaité : économie d intrants de 0 à 10 % Surveillance des dysfonctionnements: confort et diminution de l exposition aux produits, diminution du risque et limitation des pertes ponctuelles. Après traitement : Analyse précise des traitements Traçabilité des opérations de pulvérisation : confort et précision Economie de pesticides de 10 à 15%

32 Limiter la dérive des pesticides lors de l application On étudie aussi la dérive: quantité de pesticides qui n atteind pas le végétal Il existe des technologies pour limiter la dérive: buses Pulvérisateurs

33 Conclusion L optimisation des techniques d application est l une des voies pour réduire l utilisation des pesticides et réduire leurs impacts Pas de traitement systématique Traiter en conditions climatiques favorables (humidité, température, vent) En début de végétation: utiliser des appareils adaptés (ex: panneaux récupérateurs), régler les appareils pour limiter les pertes En cours de végétation, utiliser de préférence des appareils face par face

34 Conclusion Les capteurs embarqués et les nouvelles technologies de l information et de la communication permettent d optimiser la pulvérisation GPS + cartographie + commandes électroniques ATTENTION: Coût Facilité d utilisation

35 Conclusion Nécessité de combiner plusieurs actions ( agronomique, technologique, aménagement du territoire ) en prenant en compte les facteurs sociaux économiques pour limiter l usage et les impacts des pesticides, Des besoins très importants d information et de formation des viticulteurs sur: le fonctionnement et l entretien du matériel les impacts des pesticides sur la santé et l environnement Le Chili et la France ont des expériences différentes dans le domaine de la réduction de l utilisation des pesticides: il est très intéressant de pouvoir comparer les approches et de mener des travaux de recherche et de développement ensemble.

36 Merci pour votre attention Contacts:

37 Directives européennes Politique de réduction de l usage et des impacts (santé et environnement) des pesticides en Europe. Révision de l homologation (directive 91/414/CE) des substances actives et interdiction de l utilisation des plus toxiques, Mise en place de la directive sur l utilisation durable des pesticides (13/01/2010): auto certification du matériel neuf par les constructeurs Contrôle des pulvérisateurs (obligatoire depuis 2009 en France) Gestion des fonds de cuves des pulvérisateurs CERTIPHYTO obligatoire à partir de 2014 Définition des Zones Non Traitées Stockage des produits Récupération des emballages et des vieux produits Interdiction traitements par aeronef sauf dérogation Etablissement de plans d actions nationaux (ECOPHYTO 2018 en France)

38 Limiter la dérive lors de l application Effet du type de matériel et du stade végétatif % de dérive % de dérive 5,0% 2,5% 4,5% 4,0% 3,5% 3,0% 2,5% VS10 - début végétation AB MOST - début végétation CG - début végétation 2,0% 1,5% VS10 - pleine végétation AB MOST - pleine végétation CG - pleine végétation Pendillard - TVI rose - pleine végétation Pendillard - ATR blanche - pleine végétation 2,0% 1,0% 1,5% 1,0% 0,5% 0,5% 0,0% distance (m) 0,0% distance (m) Début végétation Pleine végétation

39

40 II. Une grande diversité de matériels Variabilité du matériel : comment s y retrouver??? 40

Projet LIFE: AWARE (A Water Assessment to Respect the Environment)

Projet LIFE: AWARE (A Water Assessment to Respect the Environment) Projet LIFE: AWARE (A Water Assessment to Respect the Environment) Réduire la pollution de l eau l par les produits phytopharmaceutiques en améliorant les pratiques de protection des plantes L utilisation

Plus en détail

Les Technologies de l Information et de la Communication au Service d une Agriculture Durable

Les Technologies de l Information et de la Communication au Service d une Agriculture Durable Projet TICSAD Les Technologies de l Information et de la Communication au Service d une Agriculture Durable Une initiative de l Etablissement de Formation Agricole de Montpellier (EPLEFPA MOH) et du Cemagref

Plus en détail

Utilisation des NTIC*.pour optimiser les pratiques de pulvérisation et limiter la contamination de l environnement

Utilisation des NTIC*.pour optimiser les pratiques de pulvérisation et limiter la contamination de l environnement Utilisation des NTIC*.pour optimiser les pratiques de pulvérisation et limiter la contamination de l environnement Exemple du projet AWARE Vincent de RUDNICKI *, Bernadette RUELLE *, Michael DOUCHIN *,

Plus en détail

Les stratégies de l IFV pour la réduction des usages de pesticides en viticulture

Les stratégies de l IFV pour la réduction des usages de pesticides en viticulture Les stratégies de l IFV pour la réduction des usages de pesticides en viticulture - Le texte de votre communication en français qui sera intégré aux actes de la conférence en format Word sans mise en page

Plus en détail

Réduire les intrants : que peut-on attendre des panneaux récupérateurs?

Réduire les intrants : que peut-on attendre des panneaux récupérateurs? Réduire les intrants : que peut-on attendre des panneaux récupérateurs? Une réduction significative des intrants phytosanitaires, entres autres souhaitée dans le cadre du plan Ecophyto, ne peut espérer

Plus en détail

Demi-journée technique du 22 mai 2014 «Optimiser sa pulvérisation» SYNTHESE

Demi-journée technique du 22 mai 2014 «Optimiser sa pulvérisation» SYNTHESE Pertes dans l air et dans l eau L objet de cette journée était d optimiser la pulvérisation et limiter les pertes avec les appareils de traitement qui existent sur les domaines viticoles. Depuis le 22

Plus en détail

Le nettoyage du pulvérisateur

Le nettoyage du pulvérisateur Prévenir la contamination de l'eau par des sources ponctuelles Le nettoyage du pulvérisateur Page 1 TOPPS Le projet TOPPS (acronyme de Train the Operators to Prevent Pollution from Point Sources by pesticides),

Plus en détail

Plan d actions développement durable filière des vins de Bourgogne. BIVB / Pôle Technique et Qualité

Plan d actions développement durable filière des vins de Bourgogne. BIVB / Pôle Technique et Qualité Plan d actions développement durable filière des vins de Bourgogne BIVB / Pôle Technique et Qualité Plan d actions développement durable Plan Amplitude 2015 : Etre la référence mondiale des grands vins

Plus en détail

Pulvériser en bas volume et Optimiser les conditions d application

Pulvériser en bas volume et Optimiser les conditions d application Pulvériser en bas volume et Optimiser les conditions d application 1 Maîtriser la qualité de pulvérisation en bas volume pour gagner en efficacité Mathilde LHEUREUX Ingénieur conseil Chambre d Agriculture

Plus en détail

Introduction Accompagner une viticulture compétitive et responsable. Remercier ET rebondir sur l idée développée par JAMES DE ROANY

Introduction Accompagner une viticulture compétitive et responsable. Remercier ET rebondir sur l idée développée par JAMES DE ROANY Introduction Accompagner une viticulture compétitive et responsable Remercier ET rebondir sur l idée développée par JAMES DE ROANY La Qualité d'un service ou d'un produit n'est pas ce que vous y mettez.

Plus en détail

Optimisation des appareils de traitements arboricoles

Optimisation des appareils de traitements arboricoles Optimisation des appareils de traitements arboricoles Un grand défi à relever: améliorer la qualité des l applications phytosanitaires tout en réduisant leurs émissions sonores Photos: C. Tarramarcaz Problématique

Plus en détail

(Partie française située sur le territoire du bassin Rhin-Meuse)

(Partie française située sur le territoire du bassin Rhin-Meuse) DIRECTIVE 2000/60/CE DU PARLEMENT EUROPEEN ET DU CONSEIL DU 23 OCTOBRE 2000 ETABLISSANT UN CADRE POUR UNE POLITIQUE COMMUNAUTAIRE DANS LE DOMAINE DE L EAU (Partie française située sur le territoire du

Plus en détail

Choix des instruments de mesure

Choix des instruments de mesure Amélioration des processus grâce à une gestion des techniques de mesure L'évaluation des valeurs d un processus est plus qu uniquement l'intégration du capteur et la lecture des indications. Afin de faire

Plus en détail

TECHNIQUE DE PULVÉRISATION: TSG 99% DE RÉDUCTION DE LA DÉRIVE! 40% DE RÉDUCTION DE PRODUITS PHYTOSANITAIRES!

TECHNIQUE DE PULVÉRISATION: TSG 99% DE RÉDUCTION DE LA DÉRIVE! 40% DE RÉDUCTION DE PRODUITS PHYTOSANITAIRES! POUR L AMOUR DES VIGNES. TECHNIQUE DE PULVÉRISATION: TSG 99% DE RÉDUCTION DE LA DÉRIVE! 40% DE RÉDUCTION DE PRODUITS PHYTOSANITAIRES! AVEC LES TUNNELS TSG VOUS ÊTES DÉJÀ PRÊTS POUR LA RÉDUCTION DES INTRANTS

Plus en détail

L application du produit sur la cible

L application du produit sur la cible Fiche IV - 3 La limitation des risques au cours de l application L application du produit sur la cible L -IVobjectif d une application est de positionner les produits phytosanitaires sur la cible : la

Plus en détail

OFFRE DE FORMATIONS 2015

OFFRE DE FORMATIONS 2015 Centre de Ressources, d Accompagnement et de Formations pour la Construction Durable et la Performance Énergétique en Aquitaine 159 Avenue de l alouette 33700 Mérignac OFFRE DE FORMATIONS 2015 LA CDPEA

Plus en détail

Guide de lecture du référentiel de certification pour l activité de «conseil indépendant de toute activité de vente ou d application»

Guide de lecture du référentiel de certification pour l activité de «conseil indépendant de toute activité de vente ou d application» Guide de lecture du référentiel de certification pour l activité de «conseil indépendant de toute activité de vente ou d application» mentionné à l article 7 de l arrêté du 25 novembre 2011 fixant les

Plus en détail

Vers une gestion durable des ressources en eau

Vers une gestion durable des ressources en eau Vers une gestion durable des ressources en eau Carrefours de l innovation agronomique Productions végétales et sécheresse Toulouse - 6 juin 2008 Nelly LE CORRE-GABENS Responsable du Service Agronomie-Environnement

Plus en détail

Management. des processus

Management. des processus Management des processus 1 Sommaire Introduction I Cartographie * ISO 9001 : 2000 * Cartographie - définition * Processus - définition * Identification des processus II Processus * Définitions * Objectifs

Plus en détail

NTIC : de nouveaux outils pour maitriser. phytosanitaires et leur traçabilité

NTIC : de nouveaux outils pour maitriser. phytosanitaires et leur traçabilité NTIC : de nouveaux outils pour maitriser i l'application des produits phytosanitaires et leur traçabilité Vincent de RUDNICKI, CEMAGREF 11 décembre Vincent 2009 de Rudnicki Toulouse CEMAGREF Pulvérisation

Plus en détail

En avant première au Sima Stand 25, Hall 6 GUARDIAN AIR TWIN, NOUVELLE BUSE ANTI-DERIVE DOUBLE FENTES A ASPIRATION D AIR

En avant première au Sima Stand 25, Hall 6 GUARDIAN AIR TWIN, NOUVELLE BUSE ANTI-DERIVE DOUBLE FENTES A ASPIRATION D AIR C o mmuniqué de presse Cambridge, le 1 février 2011 En avant première au Sima Stand 25, Hall 6 GUARDIAN AIR TWIN, NOUVELLE BUSE ANTI-DERIVE DOUBLE FENTES A ASPIRATION D AIR A l occasion du Sima, le fabricant

Plus en détail

Certification environnementale des exploitations agricoles

Certification environnementale des exploitations agricoles Certification environnementale des exploitations agricoles Afin de vous adresser une proposition sans engagement de votre part, nous vous remercions de bien vouloir remplir ce document et de nous le retourner

Plus en détail

2013-2018 PROGRAMME D APPUI EN AGROENVIRONNEMENT VOLET 1 POUR LES EXPLOITATIONS AGRICOLES

2013-2018 PROGRAMME D APPUI EN AGROENVIRONNEMENT VOLET 1 POUR LES EXPLOITATIONS AGRICOLES 2013-2018 PROGRAMME D APPUI EN AGROENVIRONNEMENT VOLET 1 POUR LES EXPLOITATIONS AGRICOLES ADOPTER DES PRATIQUES AGROENVIRONNEMENTALES : UN PLUS POUR VOTRE ENTREPRISE! INTERVENTIONS SOUTENUES 1 À HAUTEUR

Plus en détail

AG Technique Commission de Développement Viticole. Activités 2014

AG Technique Commission de Développement Viticole. Activités 2014 AG Technique Commission de Développement Viticole Activités 2014 Au service de la technique sur les exploitations; Anticiper les questions de demain, stimuler et participer à l innovation, Renforcer l

Plus en détail

Influence des conditions et matériels de pulvérisation sur les pertes de pesticides au sol et dans l air en viticulture Languedocienne

Influence des conditions et matériels de pulvérisation sur les pertes de pesticides au sol et dans l air en viticulture Languedocienne Influence des conditions et matériels de pulvérisation sur les pertes de pesticides au sol et dans l air en viticulture Languedocienne C. Sinfort, E. Cotteux, B. Bonicelli, B. Ruelle, M. Douchin, M. Berenger,

Plus en détail

Solutions Laboratoires

Solutions Laboratoires Solutions Laboratoires Créons le Bien-Être Solutions Laboratoires Des espaces de travail sûrs et fonctionnels pour les professionnels des laboratoires. 2 Les solutions Halton Vita offrent une gestion intelligente

Plus en détail

Evaluation de l impact des MAEt sur les pratiques et systèmes agricoles en région Pays de la Loire

Evaluation de l impact des MAEt sur les pratiques et systèmes agricoles en région Pays de la Loire Evaluation de l impact des MAET sur les pratiques et systèmes agricoles en région Pays de la Loire Restitution en territoires à enjeu eau Layon Aubance 16 avril 2014 Evaluation de l impact des MAEt sur

Plus en détail

CAPTRONIC Innovation des PME par l électronique et le logiciel embarqué

CAPTRONIC Innovation des PME par l électronique et le logiciel embarqué CAPTRONIC Innovation des PME par l électronique et le logiciel embarqué Sébastien SALAS salas@captronic.fr Tél : 06 87 83 32 32 CAP TRONIC, un programme financé par : JESSICA FRANCE fondée par : 24 Ingénieurs

Plus en détail

Séminaire RDI2015. P r é s e n t a t i o n

Séminaire RDI2015. P r é s e n t a t i o n P r é s e n t a t i o n Séminaire RDI 2015 Séminaire RDI2015 La politique RDI au service de la gestion de l eau et des milieux aquatiques : point d étape et perspectives Les finalités opérationnelles des

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement des zones humides artificielles pour réduire les flux de pesticides

Optimisation du fonctionnement des zones humides artificielles pour réduire les flux de pesticides Optimisation du fonctionnement des zones humides artificielles pour réduire les flux de pesticides Mitigation of agricultural nonpoint-source pesticide pollution and phytoremediation in artificial wetland

Plus en détail

EVALUATION DES TENEURS EN PESTICIDES SUR UN TRANSECT DE 10KM DANS LA MARNE. Protégeons ensemble l'air que nous respirons

EVALUATION DES TENEURS EN PESTICIDES SUR UN TRANSECT DE 10KM DANS LA MARNE. Protégeons ensemble l'air que nous respirons EVALUATION DES TENEURS EN PESTICIDES SUR UN TRANSECT DE 1KM DANS LA MARNE Afin de répondre aux différentes attentes nationale et régionale, ATMO Champagne-Ardenne mène des campagnes de mesures de produits

Plus en détail

Séminaire Retour d Expérience

Séminaire Retour d Expérience Séminaire Retour d Expérience Problématique des épaisseurs d eau sur pistes Jonathan GERTHOFFERT - STAC Marc HUAULT - SATB Sommaire Cartographie évolutive de la plate-forme en conditions météorologiques

Plus en détail

Évaluation des actions agri-environnementales et de la durabilité des exploitations agricoles

Évaluation des actions agri-environnementales et de la durabilité des exploitations agricoles 10ème COLLOQUE International de SIFFE «Évaluation environnementale et développement d une agriculture durable» Angers, 20-24 juin 2005 Évaluation des actions agri-environnementales et de la durabilité

Plus en détail

Valeur ajoutée de la modélisation en agriculture dans la chaine de transformation céréalière

Valeur ajoutée de la modélisation en agriculture dans la chaine de transformation céréalière Valeur ajoutée de la modélisation en agriculture dans la chaine de transformation céréalière Philippe Lehrmann, PhD Axéréal Axéréal: structuration en Business Units Groupe coopératif agro-industriel, leader

Plus en détail

BANC D ESSAI COMPARATIF DE DIFFERENTS PULVERISATEURS DANS LE VIGNOBLE CHARENTAIS JUILLET 2011

BANC D ESSAI COMPARATIF DE DIFFERENTS PULVERISATEURS DANS LE VIGNOBLE CHARENTAIS JUILLET 2011 BANC D ESSAI COMPARATIF DE DIFFERENTS PULVERISATEURS DANS LE VIGNOBLE CHARENTAIS JUILLET 2011 A. Davy : IFV Pôle de Bordeaux Blanquefort - Tél : 05 56 35 58 80 alexandre.davy@vignevin.com L. Duquesne :

Plus en détail

Essais de mesure de la dérive

Essais de mesure de la dérive Essais de mesure de la dérive 2007-2009 Identifier des solutions pratiques permettant de limiter les impacts environnementaux liés à la protection du vignoble Réduction des risques de pollutions diffuses

Plus en détail

Gestion de l eau dans les ateliers de transformation de l enseignement agricole. Quels enjeux?

Gestion de l eau dans les ateliers de transformation de l enseignement agricole. Quels enjeux? Gestion de l eau dans les ateliers de transformation de l enseignement agricole Quels enjeux? L eau est un patrimoine commun dont la valeur est reconnue par tous. Charte européenne de l eau, 1967 Atteindre

Plus en détail

> Reconquête de la qualité de l eau destinée à l eau potable. > Préservation des captages pour prévenir leur dégradation

> Reconquête de la qualité de l eau destinée à l eau potable. > Préservation des captages pour prévenir leur dégradation Directive Cadre Eau 2000/60/CE Objectifs : > Reconquête de la qualité de l eau destinée à l eau potable Réduction du degré de traitement des eaux brutes pour la production d eau potable > Préservation

Plus en détail

PROPOSITION D UNE APPROCHE DE SEGMENTATION D IMAGES HYPERSPECTRALES

PROPOSITION D UNE APPROCHE DE SEGMENTATION D IMAGES HYPERSPECTRALES PROPOSITION D UNE APPROCHE DE SEGMENTATION D IMAGES HYPERSPECTRALES Nathalie GORRETTA MONTEIRO 1 1 UMR Information et Technologies pour les Agro-Procédés, Cemagref Montpellier, France Présentée le 25 Février

Plus en détail

La réglementation liée aux produits phytosanitaires en ZNA

La réglementation liée aux produits phytosanitaires en ZNA Un contexte en constante évolution La réglementation liée aux produits phytosanitaires en ZNA Pauline Bodin, chargée de mission Ecophyto ZNA Direction régionale et interdépartementale de l alimentation,

Plus en détail

Séminaire final du projet Climaster Caen 28/11/2011

Séminaire final du projet Climaster Caen 28/11/2011 Impact du changement climatique sur l'organisation du travail dans les exploitations agricoles : une analyse des jours agronomiquement disponibles (JAD) A. Joannon, C. Barbeau, G. Barbeau, V. Hallaire,

Plus en détail

VITICULTURE 2012 V 12 / PACA 02 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE

VITICULTURE 2012 V 12 / PACA 02 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE VITICULTURE 212 V 12 / PACA 2 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE Silvère DEVEZE Chambre d Agriculture de Vaucluse 1- Identification de l action a. Responsables techniques et partenaires :

Plus en détail

Stage de Formation d une semaine en Protection Intégrée des Cultures proposé par ENDURE

Stage de Formation d une semaine en Protection Intégrée des Cultures proposé par ENDURE Stage de Formation d une semaine en Protection Intégrée des Cultures proposé par ENDURE Suggestion pour les Pays d Europe du Nord Horaire Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi 8.00-8.45 En quoi consiste

Plus en détail

Qualité du parc pulvérisateurs agricoles sur la zone du GDON du Libournais

Qualité du parc pulvérisateurs agricoles sur la zone du GDON du Libournais Qualité du parc pulvérisateurs agricoles sur la zone du GDON du Libournais 23 Février 2012 Enquête et rédaction : P. Jarrige, GDON du Libournais Synthèse de l enquête de pratiques réalisées auprès de 78

Plus en détail

5 ème forum régional «votre commune sans pesticides»

5 ème forum régional «votre commune sans pesticides» 5 ème forum régional «votre commune sans pesticides» Textes réglementaires relatifs à l utilisation des produits phytosanitaires Règlement européen 1107/2009 du 21 octobre 2009 -Concerne la mise sur le

Plus en détail

Gestion des effluents et autres déchets phytosanitaires

Gestion des effluents et autres déchets phytosanitaires NOTE TECHNIQUE Gestion des effluents et autres déchets phytosanitaires en agriculture n Comment les limiter? n Quels moyens de gestion? L utilisation de produits phytosanitaires génère des déchets dangereux

Plus en détail

30% (plafond dépense éligible : 70 000 ) 30% Viticulture, cidriculture, semences, arboriculture, pépinière viticole

30% (plafond dépense éligible : 70 000 ) 30% Viticulture, cidriculture, semences, arboriculture, pépinière viticole Liste des investissements éligibles (extrait du règlement d appel à candidatures PCAE volet végétal régional du 10 avril 2015) Les taux d aide ci-dessous sont majorés pour les JA selon les conditions prévues

Plus en détail

Présentation de m2ocity

Présentation de m2ocity Présentation de m2ocity Télérelevé ouvert et interopérable : solutions et usages innovants pour la ville durable Septembre 2012 Le télérelevé des compteurs et capteurs intelligents peut aider à apporter

Plus en détail

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Ingrid HERMITEAU Agence de l eau Loire-Bretagne Cap sur la révision du Sdage 1. Rappel : qu est-ce que le Sdage? 2. Les éléments de réflexion

Plus en détail

son pulvérisateur Bien choisir et entretenir Préservez l environnement tout en optimisant votre pulvérisation Institut Français de la Vigne et du Vin

son pulvérisateur Bien choisir et entretenir Préservez l environnement tout en optimisant votre pulvérisation Institut Français de la Vigne et du Vin Bien choisir et entretenir son pulvérisateur Préservez l environnement tout en optimisant votre pulvérisation FRANCE Institut Français de la Vigne et du Vin Bien choisir et entretenir L son pulvérisateur

Plus en détail

Les Enjeux de l'agriculture de Précision

Les Enjeux de l'agriculture de Précision Les Enjeux de l'agriculture de Précision G. Grenier, Professeur d Automatique et Génie des Equipements; Bordeaux Sciences Agro Contexte : Qu'est-ce que l'agriculture de Précision? Changement de Paradigme

Plus en détail

visées par la circulaire du 23 avril 2009 relative aux espèces exotiques envahissantes (berce du Caucase, balsamine de l Himalaya, ).

visées par la circulaire du 23 avril 2009 relative aux espèces exotiques envahissantes (berce du Caucase, balsamine de l Himalaya, ). Quelques précisions sur les règles relatives aux zones tampons lors de l application de produits phytopharmaceutiques à usage professionnel en agriculture et en horticulture en Wallonie : Introduction

Plus en détail

Traitements anti-botrytis : impact des pratiques culturales et de la dose appliquée sur l efficacité de la protection

Traitements anti-botrytis : impact des pratiques culturales et de la dose appliquée sur l efficacité de la protection Traitements anti-botrytis : impact des pratiques culturales et de la dose appliquée sur l efficacité de la protection Le coût élevé des produits anti-botrytis, les problèmes de résidus qu ils sont susceptibles

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE N 2. Etude d un processus technique en liaison avec les technologies de production

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE N 2. Etude d un processus technique en liaison avec les technologies de production SESSION 2008 CONCOURS : EXTERNE SECTION : Sciences et Technologies des agroéquipements et des équipements des aménagements hydrauliques OPTION A : agroéquipements EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE N 2 Etude

Plus en détail

Les bases de la bonne conception thermique. Mohamed ABDESSELAM SOLENER

Les bases de la bonne conception thermique. Mohamed ABDESSELAM SOLENER Les bases de la bonne conception thermique Mohamed ABDESSELAM SOLENER Sénégal : toutes les nuances des climats tropicaux Diagram vent Nord: Toit : 7000 Wh/m2 1500/2000 Wh/m2 Ouest 3500 Wh/m2 est 3500 Wh/m2

Plus en détail

TIM & GS NOS 10 DIVISIONS POUR VOTRE SUCCES

TIM & GS NOS 10 DIVISIONS POUR VOTRE SUCCES Le leader du service en Afrique TIM & GS NOS 10 DIVISIONS POUR VOTRE SUCCES «La vente d un équipement, d un service ou d une prestation, est une affaire de confiance» www.tim-gs.ci 1 Chers clients, Nous

Plus en détail

Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh

Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh Laure Beff, Yvon Lambert, Nicolas Beaudoin, Bruno Mary et Thierry

Plus en détail

Maintenance Industrielle

Maintenance Industrielle Maintenance Industrielle et Gestion des Risques Industriels Maintenance Industrielle Chapitre 2: Organisation de la fonction maintenance Dr. N.LABJAR Année universitaire 2013-2014 Processus de Production

Plus en détail

La COVADIS et le SANDRE. objectif de qualité des données. et inter-opérabilité des données

La COVADIS et le SANDRE. objectif de qualité des données. et inter-opérabilité des données La COVADIS et le SANDRE objectif de qualité des données et inter-opérabilité des données Auteurs : Bernard Allouche, Laurent Coudercy Première rencontre Cerema/Onema Eau et milieux aquatiques, vers de

Plus en détail

Aquis. Gestion de réseaux hydrauliques

Aquis. Gestion de réseaux hydrauliques Aquis Gestion de réseaux hydrauliques 80% de votre capital est investi dans le réseau de distribution Aquis vous donne un contrôle total 2 Un avenir plein de défis Sans informations en temps réel relatives

Plus en détail

Manuel d installation

Manuel d installation SS Systèmes de bio-épuration sur l exploitation : Elimination, par biodégradation, des pesticides contenus dans les eaux de rinçage du pulvérisateur Manuel d installation (Version n 4 2015) +32 (0) 81627172

Plus en détail

Monitoring THPE. Soutien au projet. Présentation du projet

Monitoring THPE. Soutien au projet. Présentation du projet Monitoring THPE Le projet Monitoring THPE a donné lieu à l un des premiers systèmes innovants de suivi des performances énergétiques et de confort des bâtiments. Informations générales Localisation : Région

Plus en détail

Les installations de brûleurs de Zantingh. La certitude d un chauffage écologique et économique en énergie

Les installations de brûleurs de Zantingh. La certitude d un chauffage écologique et économique en énergie Les installations de brûleurs de Zantingh La certitude d un chauffage écologique et économique en énergie You Zantingh fabrique des brûleurs au gaz sous son propre nom depuis 1970. Au cours des années,

Plus en détail

Mesure de l'impact climatique de projets de développement du terrain au système d'information

Mesure de l'impact climatique de projets de développement du terrain au système d'information Mesure de l'impact climatique de projets de développement du terrain au système d'information Clovis GRINAND GeONG 2012 Chambéry 6 novembre 2012 Plan Changement d utilisation des terres et changement climatique

Plus en détail

Inventorier, surveiller, localiser vos biens nomades en temps réel. Meylan - France Avril 2012

Inventorier, surveiller, localiser vos biens nomades en temps réel. Meylan - France Avril 2012 Inventorier, surveiller, localiser vos biens nomades en temps réel Meylan - France Avril 2012 LA SOCIETE FIREFLIES RTLS SAS (*) est une société grenobloise qui conçoit, réalise et installe des solutions

Plus en détail

Les principaux avantages d ISO 14001

Les principaux avantages d ISO 14001 ISO 14001 Les principaux avantages d ISO 14001 ISO 14001 est une norme internationalement reconnue qui établit les exigences relatives à un système de management environnemental. Elle aide les organismes

Plus en détail

Approche technicoéconomiques. des pratiques respectueuses. de l environnement

Approche technicoéconomiques. des pratiques respectueuses. de l environnement Station Régionale ITV Midi-Pyrénées Approche technicoéconomiques des pratiques respectueuses de l environnement 40 - Viticulture durable et environnement - Décembre 2007 Station Régionale ITV Midi-Pyrénées

Plus en détail

Atelier Pléiades / Environnement 8 mars 2000. Besoins relatifs aux risques et à l environnement (2)

Atelier Pléiades / Environnement 8 mars 2000. Besoins relatifs aux risques et à l environnement (2) Besoins relatifs aux risques et à l environnement (2) Environnement = interactions présentation non exhaustive et redondante Du local au planétaire / du planétaire au local... problèmes présentés en deux

Plus en détail

Illustrations de challenges à relever pour la robotique agricole M. Berducat (Irstea) R. Lenain (Irstea) Mercredi 2 mars 2016 (15 h à 17h)

Illustrations de challenges à relever pour la robotique agricole M. Berducat (Irstea) R. Lenain (Irstea) Mercredi 2 mars 2016 (15 h à 17h) Illustrations de challenges à relever pour la robotique agricole M. Berducat (Irstea) R. Lenain (Irstea) Mercredi 2 mars 2016 (15 h à 17h) Robotique en agriculture : une réalité dans l élevage Vers de

Plus en détail

TRAITEMENT DES EFFLUENTS PHYTOSANITAIRES

TRAITEMENT DES EFFLUENTS PHYTOSANITAIRES ASSOCIATION TECHNIQUE VITICOLE 49 TRAITEMENT DES EFFLUENTS PHYTOSANITAIRES Qu est-ce qu un effluent phytosanitaire? Selon l arrêté ministériel du 12 septembre 2006 sont considérés comme effluents phytosanitaires

Plus en détail

Les règles d utilisation des. produits phytopharmaceutiques. en Zones Non Agricoles

Les règles d utilisation des. produits phytopharmaceutiques. en Zones Non Agricoles Les règles d utilisation des produits phytopharmaceutiques en Zones Non Agricoles DRAAF-SRAL 1/ Qu est-ce qu un produit phytopharmaceutique? Produit phytosanitaire = Produit phytopharmaceutique = pesticides

Plus en détail

INDUSTRIES TECHNIQUES

INDUSTRIES TECHNIQUES Version 2 «Chimiste» Le métier s entend exercé par des femmes et des hommes. L emploi du pronom personnel «il» est donc générique et concerne autant les femmes que les hommes. APPELLATION(S) DU METIER

Plus en détail

Eco Land 3D. Projet. Partagez votre vision du paysage. Agropolis Fondation 18 mars 2009. Présentation projet EcoLand3D

Eco Land 3D. Projet. Partagez votre vision du paysage. Agropolis Fondation 18 mars 2009. Présentation projet EcoLand3D Partagez votre vision du paysage Projet Eco Land 3D Agropolis Fondation 18 mars 2009 Présentation Bionatics Profil de la société Projet démarré en 2001 Transfert de technologie avec le CIRAD Éditeur de

Plus en détail

Inventaire et suivi des populations d écrevisses à pieds blancs dans le Jura - Plan de Gestion Piscicole et de Restauration des milieux aquatiques du Jura - 1 Situation actuelle de l écrevisse à pieds

Plus en détail

Equipement de protection collective

Equipement de protection collective Equipement de protection collective Etat des connaissances Sonia Grimbuhler Pour mieux affirmer ses missions, le Cemagref devient Irstea Produits phytopharmaceutiques : Protection de la santé des utilisateurs

Plus en détail

Processus de maîtrise de la végétation sur le Réseau Ferré National 23/05/2013 COTITA Romain ROBERT

Processus de maîtrise de la végétation sur le Réseau Ferré National 23/05/2013 COTITA Romain ROBERT Processus de maîtrise de la végétation sur le Réseau Ferré National 23/05/2013 COTITA Romain ROBERT 1 / COTITA - 23/05/2013 Plan de la présentation I. Principes de gestion de la végétation II. III. Optimisation

Plus en détail

Développement Durable Approche d une Maison de Champagne. Viticulture Durable : Approche et Solutions Pratiques

Développement Durable Approche d une Maison de Champagne. Viticulture Durable : Approche et Solutions Pratiques Développement Durable Approche d une Maison de Champagne Viticulture Durable : Approche et Solutions Pratiques 2 Notre Vision Un engagement de longue date dans l environnement La volonté d aller plus loin

Plus en détail

TECHNOLOGIES EXPERTISES RECHERCHES ANALYTIQUES EN ENVIRONNEMENT. SyPACV2. Système de prélèvement automatique compact - 2 ème génération

TECHNOLOGIES EXPERTISES RECHERCHES ANALYTIQUES EN ENVIRONNEMENT. SyPACV2. Système de prélèvement automatique compact - 2 ème génération TECHNOLOGIES EXPERTISES RECHERCHES ANALYTIQUES EN ENVIRONNEMENT Ingénierie SyPACV2 Système de prélèvement automatique compact - 2 ème génération 2012 SOMMAIRE 1. Le service Ingénierie 2. Qu est-ce que

Plus en détail

LE SDAGE 2010-2015 et le PDM associé : CADRES DE RÉFÉRENCE DE LA GESTION DE L EAU DANS LE BASSIN

LE SDAGE 2010-2015 et le PDM associé : CADRES DE RÉFÉRENCE DE LA GESTION DE L EAU DANS LE BASSIN 1 LE SDAGE 2010-2015 et le PDM associé : CADRES DE RÉFÉRENCE DE LA GESTION DE L EAU DANS LE BASSIN 2 1 Plan de l intervention Le SDAGE : objectifs, enjeux, Le PDM : définition, contenu, chiffrage 3 SDAGE

Plus en détail

Ma maison Haute Qualité Environnementale:

Ma maison Haute Qualité Environnementale: Ma maison Haute Qualité Environnementale: les meilleurs choix à la conception. Conseils et exemples en Eco-construction Marc Somers Architecte & Architecte d intérieur Sommaire Introduction: Les 14+1 objectifs

Plus en détail

Segment : Amont Module : Poste de travail et gestion de la production Tannerie-Mégisserie TERMES DE RÉFÉRENCE

Segment : Amont Module : Poste de travail et gestion de la production Tannerie-Mégisserie TERMES DE RÉFÉRENCE Segment : Amont Module : Poste de travail et gestion de la production Tannerie-Mégisserie TERMES DE RÉFÉRENCE OBJECTIF... 2 RESULTATS... 2 INDICATEURS D IMPACT... 2 POPULATION CONCERNEE... 2 PRE-REQUIS

Plus en détail

Atelier 3 : Information de sécurité embarquée ; Systèmes coopératifs. Introduction

Atelier 3 : Information de sécurité embarquée ; Systèmes coopératifs. Introduction Atelier 3 : Information de sécurité embarquée ; Systèmes coopératifs Introduction Contexte Directive ITS (2010/40) : spécifications de l action c Priorisation et spécifications des systèmes coopératifs

Plus en détail

Raisonnement de la fertilisation des prairies

Raisonnement de la fertilisation des prairies Raisonnement de la fertilisation des prairies Un outil de caractérisation des pratiques de fertilisation : les indices de nutrition (analyses d herbe) Mise au point de l outil : l équipe ORPHEE de l INRA

Plus en détail

Marwan LADKI et Patrice GARIN (1)

Marwan LADKI et Patrice GARIN (1) La rétribution et la gestion collaborative des externalités environnementales, économiques et sociales des systèmes d irrigation gravitaire Pourquoi, pour qui, et comment? Marwan LADKI et Patrice GARIN

Plus en détail

Newsletter Label Promotelec Performance

Newsletter Label Promotelec Performance OCTOBRE 2013 Certification, visites sur site et écarts récurrents sur les installations de VMC 1. Certification, visites sur site et écarts récurrents Fort de 130000 logements neufs visités à ce jour,

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

Annexe A : Tableau des exigences

Annexe A : Tableau des exigences E1 E1.1 E1.2 E1.3 E1.4 E1.5 E1.6 Exigences générales production Les végétaux destinés à la consommation humaine doivent être cultivés au Québec. Les végétaux destinés à la consommation humaine doivent

Plus en détail

Eléments de partage sur la robotique agricole (dans les espace ouverts)

Eléments de partage sur la robotique agricole (dans les espace ouverts) Eléments de partage sur la robotique agricole (dans les espace ouverts) (Exemples de challenges scientifiques et technologiques à relever) M. Berducat Unité de Recherche TSCF- Clermont-Ferrand Département

Plus en détail

Consultations du public sur l eau en 2008

Consultations du public sur l eau en 2008 Consultations du public sur l eau en 2008 Journée d informations et d échanges 14 décembre 2007- Orléans Informations et échanges sur les consultations sur l eau en 2008, 14 décembre 2007 1 Qui était présent?

Plus en détail

CQP Plasturgie Opérateur spécialisé en assemblage, parachèvement finition. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Plasturgie Opérateur spécialisé en assemblage, parachèvement finition. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Plasturgie Opérateur spécialisé en assemblage, parachèvement finition Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Designation du métier ou des composantes du métier en lien

Plus en détail

QUATRE ÉLÉMENTS DIFFÉRENTS DANS 1 PNEU

QUATRE ÉLÉMENTS DIFFÉRENTS DANS 1 PNEU QUATRE ÉLÉMENTS DIFFÉRENTS DANS 1 PNEU SÉCURITÉ EXPÉRIENCE DE CONDUITE EFFICACITÉ TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE Pirelli a toujours été réputé pour ses valeurs fondamentales en particulier ses performances et

Plus en détail

Un système universel, économique, automatique et autonome

Un système universel, économique, automatique et autonome Un système universel, économique, automatique et autonome Principe de fonctionnement 1 Une ou plusieurs AGRIBASES sont installées dans les parcelles. Les capteurs y sont branchés 2 3 Les AGRIBASES communiquent,

Plus en détail

Les packs VARIOLUTION, solutions application complètes

Les packs VARIOLUTION, solutions application complètes Les packs VARIOLUTION, solutions application complètes Avec les nouveaux packs VARIOLUTION, SEW propose des solutions adaptables dédiées aux tâches spécifiques d une branche d activité. Ces solutions techniques

Plus en détail

Le Plan Ecophyto dans les Pays de la Loire

Le Plan Ecophyto dans les Pays de la Loire Le Plan Ecophyto dans les Pays de la Loire Les objectifs nationaux Réduire et améliorer l utilisation des produits phytosanitaires Plan national décliné en région Plan national décliné en région 104 actions

Plus en détail

MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE)

MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE) MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : STIC POUR L'ECOLOGIE

Plus en détail

Définition et évaluation d un système de ventilation innovant pour l habitat

Définition et évaluation d un système de ventilation innovant pour l habitat Définition et évaluation d un système de ventilation innovant pour l habitat Journée Thématique «Équipements Énergétiques du Bâtiment» Paris, Qualité énergétique, environnementale et sanitaire : préparer

Plus en détail

GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS

GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS Stockage et Epandage Etude réalisée pour le compte de l ADEME par : SOLAGRO : M. Christian COUTURIER AQUASOL : M. Thierry BRASSET Coordination technique

Plus en détail

Protection des abeilles et des insectes pollinisateurs

Protection des abeilles et des insectes pollinisateurs Protection des abeilles et des insectes pollinisateurs Des alliées pour nos cultures La pollinisation améliore quantité et qualité des récoltes, Elle concerne 70% des espèces cultivées pour la consommation

Plus en détail

Etude sur les cadres règlementaires et leur efficacité à encourager les entreprises à améliorer leur efficacité énergétique et sur les mesures

Etude sur les cadres règlementaires et leur efficacité à encourager les entreprises à améliorer leur efficacité énergétique et sur les mesures Etude sur les cadres règlementaires et leur efficacité à encourager les entreprises à améliorer leur efficacité énergétique et sur les mesures complémentaires nécessaires Synthèse Avril 2015 Pourquoi

Plus en détail

Les zones à environnement contrôlé : conception, mise en place et maintien de zones à environnement contrôlé :

Les zones à environnement contrôlé : conception, mise en place et maintien de zones à environnement contrôlé : Les zones à environnement contrôlé : conception, mise en place et maintien de zones à environnement contrôlé : partie II : Les exigences du contrôle de qualité Prof. P.ODOU Institut de Pharmacie du CHRU

Plus en détail