Les services de sécurité libanais et syriens : la marque de l architecte

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les services de sécurité libanais et syriens : la marque de l architecte"

Transcription

1 ARI Projects Arab Securitocracies and Security Sector Reform Août 2012 Les services de sécurité libanais et syriens : la marque de l architecte par Konrad Sztyler * «Le Levant est un carrefour où tout passe : religions, armées, empires, marchandises, sans que rien ne bouge.» - Charles De Gaulle ** Le système sécuritaire du Levant constitue un sujet hautement sensible dans le contexte actuel. Au Liban, le poids de la guerre civile d une part, et l activité politique persistante des milices à l intérieur du pays et contre Israël d autre part, pèsent sur ce secteur en cours de transformation. En Syrie, l emprise politique de la famille Al- Asad, l opacité de la structure de pouvoir, et le caractère autoritaire de l appareil sécuritaire freinent tout effort en faveur d une plus grande transparence de l Etat. Dans ce contexte, la fragilité libanaise et l orthodoxie syrienne font obstacle à une réforme démocratique du secteur dans la région. L instabilité quasi constante du gouvernement libanais et les vives contestations en Syrie nous interrogent sur le rôle des services de sécurité, leurs prérogatives, les conséquences potentielles de leur activité, la nature de leurs missions, leurs rapports aux citoyens, et leurs modes opératoires. Pour répondre à ces questions, une analyse critique de l appareil sécuritaire s impose. Le Liban et la Syrie ont hérité d une structure sécuritaire mise en place par la puissance mandataire dans les années Le système de sécurité englobe l armée, la police, la police des frontières, la gendarmerie, les services de renseignements, les institutions judiciaires et pénitentiaires, ainsi que les instances civiles qui assurent le contrôle de toutes ces institutions. Ces fonctions, auparavant attribuées à l Etat, sont aujourd hui de plus en plus souvent déléguées aux sociétés militaires et de sécurité privées. Tous ces domaines sont interdépendants et * Konrad Sztyler, diplômé de l Institut d Etudes Politiques de Paris - Sciences Po Paris en Affaires Internationales/Sécurité Internationale et de l Université de Varsovie en Etudes Arabes. **. Charles de Gaulle, commandant affecté en 1930 à l état-major de l armée du Levant, in L. Nachin, Charles de Gaulle, général de France, Colbert, 1944 d après : ALBORD, Maurice, L Armée Française et les Etats du Levant, , CNRS Editions, Paris, 2000, p. 317.

2 2 leur évolution repose sur les choix politiques des pouvoirs en place. Dans les deux pays, la formation du système sécuritaire a d abord résulté, entre autres, des dynamiques entre le pouvoir mandataire et les populations autochtones, puis, après le départ des Français, des interdépendances entre les communautés locales, exacerbées par l influence étrangère. Quels sont les vestiges de la présence française au Proche-Orient et comment les Etats du Levant se sont-ils positionnés face à l héritage de l époque mandataire en matière de système de sécurité? Enfin, en quoi la présence française a-t-elle influencé le rôle des minorités dans les services de sécurité du Liban et de la Syrie actuels? Au vue de ces interrogations, il convient de se pencher sur les fondements des services de sécurité levantins tels qu ils ont été posés sous le mandat français (I), pour analyser ensuite comment le Liban et la Syrie indépendants ont pu faire évoluer le secteur (II). I. Le mandat français et les fondements des services de sécurité levantins actuels La position mandataire de la France au Levant s inscrit dans la politique impériale du pays, fondée d une part sur une stratégie d influence menée pendant la période ottomane et d autre part sur une présence militaire dans la région à partir de Bien que les officiers levantins avaient déjà servi dans l armée ottomane 1, ce n est que dans l entre-deux-guerres que se dessinent réellement les prémices structurelles du système actuel. 1 Bernard Vernier remarque à juste titre que deux dictateurs syriens, Az-Za īm et Al-Hannāwī, ont commencé leurs carrières militaires dans l armée ottomane. A. La genèse de la présence française au Levant La politique d influence à l époque de l Empire ottoman Depuis les premières relations bilatérales avec l Empire ottoman, au XVIème siècle, la France n a eu de cesse de chercher à renforcer sa position et préserver ses intérêts au Proche- Orient. La pénétration économique et culturelle s est faite entre autres grâce au système des traités dits «capitulations», qui garantissaient «la protection de tous les ressortissants européens dans l Empire» et des «religieux latins installés en Orient» 2. D abord officieuses, les prétentions françaises s accompagnent en 1860 d une mission militaire, en réponse aux massacres de chrétiens, qui marque le début de la politique sécuritaire française au Levant. La minorité chrétienne, et notamment les maronites, deviennent non seulement «la clientèle» principale de la France, mais surtout les auxiliaires de la mainmise française sur la région. Grâce à l appui de la France, la Sublime Porte accorde le statut autonome du Mont-Liban en Ainsi, la domination maronite sur le Mont-Liban cimente la présence française dans la région, qui se développe avec l implantation du système scolaire 4, l organisation des missions de charité catholiques, la formation de cadres techniques, des contributions aux œuvres catholiques, et une présence navale dans la région. Les investissements dans les entreprises locales se multiplient, principalement entre 1881 et 1914, époque à 2 CLOAREC, Vincent, La France et la question de Syrie ( ), CNRS, Paris, 2010, p. 8 3 Avec un gouverneur ottoman catholique (mutaṣarrif), et un conseil administratif de 12 représentants des six principales confessions du Mont-Liban élus à la proportionnelle. Ibid, p Entre et enfants sont concernés par les subventions. Ibid, p. 12.

3 3 laquelle les capitaux français participent au financement des Chemins de fer en Syrie, des Tramways Libanais, du Port de Beyrouth, du Gaz de Beyrouth, des Eaux de Beyrouth 5, ainsi que des banques 6. Cette stratégie de défense des intérêts français par le biais de la protection des chrétiens prévaut jusqu en 1913, date des premiers travaux de la Commission des Affaires Syriennes 7 qui soumet une nouvelle définition de la Syrie en suggérant d inclure 8 le Mont- Liban, les vilayets de Beyrouth et de Damas, une partie du vilayet d Alep, ainsi que la mutaṣarrifiyya de Palestine 9. Peu à peu, l intérêt de la France en Orient s étend aux musulmans, jusqu ici négligés. Elle entreprend de clientéliser des notables appartenant à des communautés minoritaires 10 par tous les moyens disponibles. Cependant, les élites sunnites se méfient des relations avantageuses entretenues avec les maronites et des prérogatives dont ils bénéficient. 5 THOBIE, Jacques, La France Impériale, , Collection Chemin d aujourd hui, Editions Mégrelis, 1982, Paris, p L exportation de capitaux français est considérable. A l époque, ils représentent 65,93% des capitaux étrangers placés en fonds publics ottomans (soit 1,15 milliard de francs sur un total de 1,95 milliard), ce qui fait de la France le premier créancier de l Empire ottoman CLOAREC, Vincent, op.cit., p Créée en novembre 1912 par Raymond Poincaré et Maurice Paléologue. 8 Ibid., p Une partie des membres ne soutient pas cette dernière proposition. 10 Les populations visées prioritairement sont les suivantes : les Alaouites de Tripoli et de Homs, les Chiites de la vallée de la Bekaa et du sud de Beyrouth, les Ismaéliens de Lattaquié, les Algériens damascènes et de Tibériade ainsi que les Druzes. Ibid., p Le mandat de la Société des Nations et la politique classique du partage («divide et impera») Le mandat 11 de la Société des Nations et le choix du mandataire fait par les puissances alliées 12, qui ont confié à la France la tutelle de la Syrie 13, assurent la légitimité juridique de la présence politique et militaire française au Proche-Orient et couronnent l engagement français dans la région sous l Empire ottoman. Dans la région, qui regroupe une multitude de communautés dont les intérêts politiques sont souvent contradictoires, la nouvelle administration française saura exploiter à son profit les antagonismes et les ambitions divergentes des populations de la Grande Syrie. Ainsi, bien que le choix de la France en tant que nouvelle force mandataire était vivement soutenu par la minorité maronite du Mont- Liban, des nationalistes syriens en opposition à toute présence étrangère sur le territoire de Bilad Cham (Bilād aš-šām) proclament 14, suite à la conférence de San Remo, la Constitution d un royaume arabe de Syrie. Leur rêve, enterré à Maysalūn 15, finit par le dépôt des armes par l émir Faysal et l imposition du mandat aux Syriens par la force. Ces résistances amènent le général Gouraud à la mise en place d une 11 Les bases juridiques du mandat se trouvent dans l article 22 du Pacte de la Société des Nations. «Une mission sacrée de civilisation», autrement dit la tutelle «des peuples non encore capables de se diriger euxmêmes» a été confiée aux «nations développées». 12 Le 25 avril 1920 à San Remo. 13 La Mésopotamie et la Palestine étaient sous tutelle britannique. 14 Le 3 juillet Les forces françaises ont combattu les armées arabes à Maysalūn en juillet Le Général Gouraud défait les troupes de l émir Faysal.

4 4 «administration directe à dominante militaire» 16. Les réseaux britanniques dans la région étant beaucoup plus développés que ses propres réseaux, la France mandataire dépend pour une part de l aide britannique. Afin d asseoir son pouvoir et de consolider les contacts avec les minorités locales, elle mène une politique du partage et divise le territoire en plusieurs entités étatiques basées sur l appartenance religieuse et ethnique. Le Haut-Commissaire, instance qui représente la France, détient le pouvoir, régit les administrations locales, et tire ses ressources des douanes. Le territoire qui correspond à la Syrie actuelle est passé par plusieurs étapes de morcellement. Sous le mandat français, l organisation politique et administrative des Etats du Levant s organise de la manière suivante17 : - le Grand-Liban est proclamé 18 et devient en 1943 la République libanaise indépendante. - Le Sandjak autonome d Alexandrette est rattaché à la Turquie. - Le Gouvernement de Damas englobe aussi les villes de Hama et Homs. - Le Gouvernement d Alep, quant à lui, s étend jusqu à la nouvelle frontière 16 DIB, Boutros (dir.), Histoire du Liban : des origines au Xxe siècle, Paris, 2006, p TEKLU Youssef Sélim, «Droit public des pays fondateurs de la Ligue arabe», in (dir) KHOURY, Gérard D. et MEOUCHY, Nadine, Etats et sociétés de l Orient arabe en quête d avenir - Fondements et sources ( ). Actes de la semaine internationale d études sur le Moyen-Orient, MMSH, Aix en Provence, juin p er septembre 1920 proclamation solennelle. Le général Gouraud rattache au Mont-Liban, fief historique des Maronites les quatre cazas de la vallée al-biqā (Hāṣbiyyā, Rāšayā, Ba albak et Mu allaqa) ainsi que les villes côtières Beyrouth, Tripoli et Saida. avec l Irak et comprend la région Nord-est, le Jézireh Sur le littoral, le territoire des Alaouites devient l Etat des Alaouites Par arrêté, le Haut-Commissaire crée l Etat du Djébel Druze autonome en Cette division mérite une attention particulière puisqu elle est révélatrice, d une part, d un système mandataire faible qui essayait d assurer sa position par le biais des minorités religieuses. En l occurrence, la création du Liban, en tant qu entité séparée de la Syrie historique répondait à des demandes exprimées par les maronites du Mont-Liban, tout en négligeant des nationalistes syriens opposés à la présence française. D autre part, officiellement engagé pour défendre les particularismes locaux, le processus du partage s inscrivait en réalité dans la politique impériale menée par la France, qui redoutait que les idées nationalistes ne se propagent à ses colonies d Afrique du Nord. Enfin, la stratégie française d affaiblissement des Sunnites avait pour but de mieux contrôler cette communauté, jugée potentiellement influente. Ainsi, les Français ont assujetti les populations syriennes tout en réduisant leur capacité d agir. Sans aucun doute, la pérennisation du communautarisme est le résultat le plus durable de la politique sécuritaire de la France au Levant. 19 Les gouvernements d Alep et de Damas sont réunis au sein d un Etat de Syrie à partir de 1 er janvier Les circonscriptions administratives du Territoire des Alaouites, de l Etat d Alep et de la région de Damas à partir de 1922 faisaient parti de la Fédération des Etats autonomes de Syrie. Cette dernière dissoute avec le détachement de l Etat des Alaouites et la fusion de l Etat d Alep avec l Etat de Damas.

5 5 B. L implantation du système de sécurité impérial français La structure sécuritaire militarisée au service du pouvoir mandataire Le système sécuritaire que la France développait sur le territoire de la Syrie historique devait servir, en premier lieu, les intérêts du mandataire et non ceux des populations autochtones. Le contexte culturel multiconfessionnel, l opposition des nationalistes et les quelques problèmes budgétaires allaient à l encontre des ambitions régionales de la France. En conséquence, la puissance mandataire faisait appel à ses expériences coloniales et au soutien des militaires français du Maroc 21. Pour en citer un exemple, le premier haut-commissaire général Gouraud, un très proche collaborateur du maréchal Lyautey, est passé par le Soudan, la Mauritanie et le Maroc avant d arriver au Levant. Les forces d occupation françaises, chargées principalement du maintien de l ordre et de la surveillance des frontières, étaient constituées de troupes issues à la fois de la métropole et des colonies 22. Les officiers Français occupaient des postes dans l administration nouvellement créée et participaient à la mise en place de la politique locale et sécuritaire dans les régions de leurs affectations 23. Notamment, le poste de haut- 21 Parmi les officiers du renseignement, 55,6% avait une expérience dans les colonies avant l arrivée au Levant. MIZRAHI, Jean-David, Genèse de l Etat mandataire, Service des Renseignements et bandes armées en Syrie et au Liban dans les années 1920, Publications Sorbonne, 2003, p Pour plus d information sur la composition et le développement des troupes métropolitaines et coloniales : ALBORD, Maurice, L Armée Française et les Etats du Levant, , CNRS Editions, Paris, Outre le découpage administratif, il existait une structure militaire: Syrie Nord, Syrie Sud, Jézireh, pays commissaire a été attribué dans les premières années à des militaires de carrière. Les services du renseignement du Levant ont joué un rôle primordial car ils assuraient l interface avec les habitants des Etats-provinces et intervenaient dans le «réseau déjà en place d officiers disséminés sur l ensemble du territoire et ayant pour mission de renseigner le commandement dans un contexte encore troublé par les révoltes et le banditisme, tout en exerçant à titre provisoire un certain nombre de charges administratives» 24. En effet, au Levant plus qu ailleurs, l appareil sécuritaire est dépendant de l information, dans un contexte où l opposition des nationalistes se juxtapose à une mosaïque communautaire religieuse et ethnique. Or, bien qu une partie de la population sous tutelle refusait de coopérer avec les militaires, estimant qu une forte militarisation était incompatible avec l esprit du mandat, les services de renseignement étaient capables d obtenir les informations pour anticiper les contestations au niveau local, déchiffrer l organisation de la société et, in fine, sécuriser le pouvoir. En 1922, le service compte 70 officiers 25. Seul organe à couvrir l intégralité du territoire, il s agit d un acteur à part de la politique mandataire française. Enfin, l architecture des troupes autochtones a été dessinée à l image de l armée française par les officiers français, responsables de la formation et de l encadrement, qui commandaient également la gendarmerie restructurée depuis l époque ottomane. Cependant, leur connaissance du pays a souvent été minime et, de surcroît, ils n envisageaient pas le partage du pouvoir druze et territoire alaouite, d après ALBORD, Maurice, L Armée Française et les Etats du Levant, , CNRS Editions, Paris, 2000, p MIZRAHI, Jean-David, op.cit., p Idem, p.88.

6 6 avec la population locale. Le transfert des fonctions a donc été difficile et retardé. L extension du système sécuritaire pour répondre aux besoins du moment Le système sécuritaire mis en place par la puissance mandataire a tout de même dû s adapter aux conditions du Levant. On assiste ainsi à un certain nombre de changement au sein des services, dans un premier temps après les incursions de bandes armées de type «guérilla» en provenance du territoire turc. Ces groupes de différentes tailles constituaient une menace réelle au régime mandataire. Pour les contrer, la France organise des unités de gendarmerie mobile 26, encadrées par le lieutenant Collet. Comme sous l Empire ottoman, la population tcherkesse locale est engagée à cette fin. Les Tcherkesses constituaient «le noyau» de cette formation, et ce même après que le recrutement ne se soit étendu à d autres groupes. Par ailleurs, les raids des groupes armés sont aussi à l origine de la mise en place d une frontière nord réellement sécurisée. La révolte druze apparaît comme deuxième étape de la croissance du secteur de sécurité syrien. En effet, pour combattre les insurgés du Djébel Druze le dispositif militaire a renforcé : soldats issus des troupes métropolitaines et coloniales, des troupes auxiliaires (Légion syrienne) et 4500 des supplétives 27. Ces derniers appartiennent à une nouvelle formation, les «escadrons de gardes mobiles», créée à l image de la gendarmerie mobile de la région frontalière nord. Cette extension accompagne la montée 26 Il existe aussi des unités de gendarmerie dites fixes, déployées dans les campagnes du pays. D après MIZRAHI, Jean-David, op.cit. 27 Ibid., p en puissance et l augmentation des effectifs du Service de renseignement du Levant, tant dans la région du Djébel Druze, que dans la région de Damas et du Mont-Liban. Le service enrôle des populations kurdes, circassiennes, bédouines, alaouites et plus tard druzes, avant d être renommé en 1931 «Services spéciaux du Levant». Ce changement d appellation marque les réformes structurelles du système sécuritaire tel qu il sera transmis aux populations locales après le départ français. Enfin, la création des «Troupes Spéciales du Levant» constitue la dernière étape de la restructuration de l architecture sécuritaire levantine. Créée en 1916 pour combattre les Ottomans, la «Légion d Orient» comprenait 4500 recrues (Libanais, Syriens et Arméniens). Elle est rebaptisée en juillet 1920 «Troupes auxiliaires du Levant» 28, puis «Troupes spéciales du Levant» 29 dix ans plus tard en mars Les recrues étaient alors formés à l école militaire de Homs 30 et jusqu en 1943, les formations syriennes et libanaises, servaient sous le même drapeau. Ce n est que leur séparation qui donne naissance aux deux futures armées du Liban et de la Syrie, jusqu en 1945 sous le contrôle de la France 31. Comme le souligne Jean-David Mizrahi, «l élément minoritaire demeure une composante incontournable des Troupes Spéciales du Levant» 32. Les communautés 28 Les troupes comptent soldats en 1924, D après FREIHA, Adel A., L Armée et l Etat au Liban ( ), Librairie Générale du Droit et de la Jurisprudence, Paris, 1980, p Au nombre de hommes en 1942, Idem. 30 Elle-même transférée à Damas en 1934, Idem. 31 Le 15 juin 1944 a lieu la signature d un accord stipulant le transfert du commandement aux Libanais. Cet accord devient effectif le 1 er août Ibid., p. 436.

7 7 religieuses et ethniques représentaient 33 28,7% de la population syrienne et 51,3% des effectifs des Troupes Spéciales du Levant. Au contraire, la majorité Sunnite (57,2% de la population) fournissait 35,7% 34 du dispositif militaire 35. D un côté, les minorités sont déployées dans leurs territoires respectifs, où leur proportion a pu atteindre 80%, voire 90%, des effectifs (exemples des Alaouites sur le littoral, des Druzes sur le Djébel Druze, des chrétiens et des Kurdes en Haute-Jézireh, ou encore des Assyro-Chaldéens dans la Jézireh). D un autre côté, ils sont déployés dans les centres politiques, comme les Tcherkesses dans la région de Damas. Les sunnites sont donc non seulement sousreprésentés 36, mais aussi entourés par des unités à forte composante minoritaire. Autrement dit, le recrutement des autochtones marque le début de la cooptation à l origine du long processus de redistribution du pouvoir, dont les résultats sont visibles aujourd hui. II. Les services de sécurité dans le processus de redistribution de puissance après l indépendance Le XXème siècle a amené une série de bouleversements au Proche et Moyen-Orient, parmi lesquels des altérations politiques et des ruptures culturelles, mais aussi et avant tout des modifications d alliances. Après les indépendances, le rôle de l armée et la 33 Alaouites : 15,7% de la population, 24,4% du total des effectifs ; Kurdes : 6,9% de la population, 4,0% des effectifs ; Tcherkesses : 1,7% et 5,5% ; Druzes : 3,3% et 6,5% ; Ismaéliens : 1,0% et 1,9% ; Assyro- Chaldéens : 0,1% et 9,0%. D après MIZRAHI, Jean- David, op.cit., p Dont 29,8% de population sédentaire et 5,9% de Bédouins. 35 MIZRAHI, Jean-David, op.cit., p A part le 3 ème bataillon où ils constituent 72% et stationnent entre Homs et Hama. construction du système sécuritaire évoluent. Les coups d Etat successifs ont provoqué des crises institutionnelles. Des bandes armées et les milices, souvent ravitaillées à l étranger, complexifiaient la donne géopolitique du Levant. Les effets néfastes du conflit israéloarabe ont été ressentis dans toute la région. Par conséquent, le Proche-Orient s est militarisé, à l image de la vie politique libanaise et syrienne où la présence de services de sécurité efficaces est devenue cruciale. Quelle place accorde-t-on aux services de sécurité dans la vie politique au Liban et en Syrie? Après le départ du mandataire français, des remaniements ont eu lieu dans les deux pays, bien que la redistribution de puissance se soit faite selon deux modèles différents, qui démontrent bien les spécificités des relations entre les civils, les militaires et la sécurité au Proche-Orient. La France a quant à elle perdu de son influence au profit d autres acteurs. A. Une construction libanaise fragile L inertie des services de sécurité étatiques L amitié entre la France et la minorité maronite libanaise a garanti à cette dernière une place de choix au sein d un nouveau système politique innovant, défini par le Pacte national qui détaille le partage des pouvoirs entre les communautés religieuses libanaises et fournit ainsi les bases d une dépendance communautaire en matière de sécurité. Cependant, cette alliance n a pas pu répondre à long terme aux besoins sécuritaires ni de la région, ni du pays, et ainsi à une nouvelle structuration des services de sécurité 37. La France a laissé en héritage, tant pour le Liban que pour la Syrie, des unités constituées sur une base confessionnelle. Le 37 Les conséquences de cette dépendance sont décrites dans la partie suivante.

8 8 nouveau régime libanais veut que l armée soit neutre, en conformité avec l article 95 de la Constitution. En réalité, cette neutralité que l armée réclame témoigne non seulement de son impuissance mais aussi du manque de crédibilité du secteur face aux citoyens. En effet, elle hésite à mener des opérations de sécurité intérieure, comme pendant la guerre civile de 1958, et à défendre le territoire et sa population comme durant l agression israélienne de L armée, malgré l accroissement démographique, reste donc factionnalisée et confessionnalisée. «Il y a enfin la tradition implicite de faire de chaque fonction, de chaque instance créée au sein de l'institution, le fief d'une communauté ou d'une région» 38. L apparition des acteurs extérieurs et non étatiques La situation géopolitique du Liban est propice à l émergence de crises internes et externes, à cause desquelles des acteurs non étatiques se distinguent et des forces extérieures entrent en jeu. La diversité libanaise devient un élément de discorde, à cause de la pérennisation du communautarisme, amplifié par les aspects socio-économiques. Enfin, le clientélisme exacerbe les sentiments d appartenances claniques, et donc les divisions au sein de la nation. Pour exprimer des positions politiques ou des besoins sociaux, les minorités se dotent depuis les années 1920s 39 de moyens militaires et s appuient sur les bandes armées 38 DUPONT, Hubert, «La nouvelle armée libanaise, Instrument du pouvoir ou acteur politique?», CONFLUENCES Méditerranée - n 29, printemps 1999, p Les bandes armées chiites ont combattu contre la présence française et pour l unification avec le Royaume de l émir Faysal. MERVIN, Sabrina, «Le Liban Sud, des bandes armées à la guérilla ( )», in MERMIER, Franck et PICARD, Elizabeth, Liban, une guerre de 33 jours La Découverte «Cahiers libres», 2007 p et les milices. Après les accords de Ṭā if, l Etat a essayé de désarmer les milices des partis politiques et de réhabiliter leurs membres dans l armée nationale. Le processus, dont le succès est partiel, n a pas pleinement abouti 40. Avec l indépendance, une nouvelle porte s ouvre aux ingérences étrangères dans les affaires du Liban, notamment celle de la Syrie qui tente de contrôler le Liban et son système de sécurité. Elle finira non seulement par déployer son armée sur le territoire libanais durant la guerre civile, mais également par devenir une base stratégique pour les Iraniens : c est via Damas que l Iran a pu appuyer la création du Hezbollah en 1982 et, un an plus tard, la Syrie devient un pont entre Beyrouth et Téhéran après la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays. L Iran et la Syrie vont profiter de cette alliance en ce qui concerne leurs ambitions libanaises. Le but de l Iran était de créer une République islamique du Liban. Bien que cet objectif figurait parmi les priorités de la politique étrangère iranienne depuis la Révolution, il ne se concrétise qu à partir de 1982, lorsque Khomeiny change de stratégie suite à l échec des tentatives d instrumentalisation des groupes chiites préexistants, qui se veulent autonomes, et crée un nouveau mouvement avec l aide syrienne, le Hezbollah (parti de Dieu) 41 dans la plaine de la Bekaa. Cette création est rendue possible grâce au vide politique entraîné par la disparition du leader chiite libanais, l imam Mūsà Ṣadr en 1978 en Libye. Par le biais d investissements dans le 40 Pour plus d information sur le sujet : DUPONT, Hubert, op.cit., 41 Avant d appuyer la création du Hezbollah, l Iran a soutenu le parti chiite libanais Amal, puis a aidé à la création du parti Amal islamique, et enfin du Jihad islamique.

9 9 Sud du pays, longtemps marginalisé, le parti a pris en charge les hôpitaux, les écoles et d autres services. Le soutien populaire s est donc traduit par la montée du parti dans les sondages, son entrée au Parlement, et in fine sa participation au gouvernement. Grâce aux milices, il est devenu l une des forces politiques libanaises les plus actives et les plus perturbatrices en même temps. Le Hezbollah a refusé la démilitarisation de ses milices, pourtant exigée par les accords de Ṭā if, et conservé ses forces militaires face à l armée israélienne. Or, mis à part la protection de la frontière Sud, son action contribue assez peu à la stabilisation politique du pays. Bien au contraire, la guerre de 2006 a été provoquée par les enlèvements de deux soldats de Tsahal par l organisation et une suite de crises politiques 42 ont suivi. Des manifestations sont organisées à travers pays et la prise de contrôle de quartiers est devenue récurrente. Dernière crise politique en date, des ministres du Hezbollah ont quitté le gouvernement. Le parti, bien que dans l opposition, a su dicter ses conditions aux autres acteurs politiques et sécuritaires libanais. B. Le système sécuritaire au centre de la politique en Syrie Le manque d unité dans la vie politique syrienne et l entré de l armée dans la politique Quand les derniers soldats Français quittent le Levant en 1946, le paysage sécuritaire de la Syrie se redessine. Dans un premier temps, la période de se caractérise par une crise du régime parlementaire, les différents partis ne parvenant pas à trouver un accord sur un certain nombre de questions de 42 Parmi elles, les crises provoquées par la création du Tribunal spécial pour le Liban et le fait que le Hezbollah soit suspecté d avoir organisé et participé à l assassinat du Premier Ministre Rafīq al-harīrī. politique interne et externe, notamment l alignement sur l axe hachémite (ou égyptosaoudien). Ce manque d unité aura pour conséquence une série de coups d Etat, qui consacrent l entrée de l armée dans la vie politique du pays. Les dictatures militaires s enchaînent, et l armée est en expansion constante. Les effectifs se multiplient : environ soldats sont en service en 1966, en 1975 et en A titre de comparaison, durant les mêmes périodes, les effectifs au Liban évoluent de la manière suivante : soldats en 1966, en 1975 et en On observe une tendance similaire en ce qui concerne les groupes paramilitaires syriens : en 1966, en 1975 et en L expansion du secteur sécuritaire coïncide avec l émergence de nouvelles alliances. Tout d abord, l URSS s affirme en tant qu acteur régional dès les années 1940 et la Syrie entre dans la sphère d influence soviétique au début des années Les relations bilatérales se renforcent dans les années 1960 et La coopération entre les deux pays se concrétise par l envoi d officiers et de spécialistes russes, ainsi que par des ventes d armes. La Russie conserve non seulement une base navale à Ṭarṭūs, mais est aussi devenue le premier fournisseur d armes du pays : entre 2003 et 2006, la Russie a vendu à la Syrie des armes à hauteur de 400 millions de dollars 43 Les données chiffrées proviennent de: PICARD, Elizabeth, Arab Military in Politics: form Revolutionary Plot to Authoritarian State, p. 192, in (ed.) LUCIANI, Giacomo, The Arab State, Routledge, London, Au Liban le développement est moins spectaculaire : en 1966, en 1975 et Ibid.

10 10 américains. Ce montant a ensuite triplé entre 2007 et Parallèlement, la Syrie développe son alliance avec l Iran. C est à l époque de la guerre Iran- Iraq que les liens forts entre Damas et Téhéran se sont mis en place. La Syrie était alors le seul pays arabe à soutenir ouvertement l Iran. Il s agit d une exception notable puisque, à part Oman, l Algérie et la Lybie qui sont restés neutres, tous les autres acteurs régionaux se sont alignés sur l Irak. Le rapprochement économique et surtout politique entre les deux pays est l une des conséquences de la Révolution en Iran. Le soutien de la Syrie a été récompensé par l envoi d armes, de pétrole et d autres avantages économiques. Sans aucun doute, l opposition à l Israël a également joué un rôle unificateur, de même que les intérêts communs au Liban. Les échanges et les investissements iraniens concernent aussi d autres domaines plus sensibles : les réacteurs nucléaires syriens, bombardés par Israël, ont ainsi été construits avec l aide iranienne. Ces évolutions démontrent d une part que l armée réagit aux défaites dans les guerres contre Israël, et illustrent d autre part le changement de rhétorique, «du nationalisme socialisant et triomphant» 46 vers un pragmatisme basé sur la minorité alaouite qui accompagne le régime. Le renforcement de l élément minoritaire dans le commandement Le pari de la communauté alaouite a été couronné de succès. En effet, ceux qui auparavant faisaient parti des plus démunis contrôlent aujourd hui l appareil sécuritaire de l Etat. Ce processus a lentement commencé sous le mandat français, et s est accéléré après le coup d Etat mené par Ḥāfiẓ al- Asad, qui sécurise sa position au sein de la communauté tout en consolidant le bras armé du régime et des services de sécurité. Alain Chouet résume les causes de l emprise alaouite de la manière suivante : «L appareil de contrainte de l Etat, Armée, Police, Administration fiscale ou douanière, avait toujours été dans des mains étrangères et l on avait bien su s en accommoder. De fait, il n était nullement perçu comme un instrument valorisant, facteur de promotion et de contrôle sérieux de la société civile» 47. Effectivement, les notables sunnites n appréciaient pas les services de sécurité, tandis que l armée garantissait l ascension sociale à des jeunes issus des minorités. En plus, le passage par l école militaire, ouverte par les Français, leur donnait une éducation qu ils n auraient pas trouvée dans leurs villages d origine. Le parti Baath proposait une idéologie égalitariste en alternative à la suprématie des sunnites. Afin de protéger le régime, des unités d élites seront mises en place, ainsi que tout un système de brigades de défense, de forces spéciales et paramilitaires et de services de renseignement. Tout comme les Français à l époque du mandat, le régime développe des moyens de contrôle de la population et du territoire. Les structures de commandement sont modifiées pour mettre à leur tête les représentants des différentes tribus alaouites. De surcroît, les alaouites ont également infiltré l administration et l appareil public de l Etat. 45 The Military Balance, 2012, Table 41, Arms Deliveries to Middle East and North Africa by supplier, , p Ibid. 47 CHOUET, Alain, «L'espace tribal des Alaouites à l épreuve du pouvoir, La désintégration par le politique», p.1.

11 11 Conclusion Pour conclure, la France, usant de son influence historique, a instauré un mandat dans le Levant. Pour pouvoir contrôler le territoire et ses populations, elle a adopté l adage politique «diviser pour mieux régner». Elle a aussi implanté des services de sécurité structurés à l image des unités françaises et coloniales, pour ensuite les utiliser face aux incursions des bandes armées et aux révoltes des populations autochtones. Pour contrer l opposition de la majorité sunnite, elle a favorisé des populations minoritaires et de classes sociales inférieures. La puissance mandataire a donc posé des fondements des services actuels. Après le départ des troupes françaises, les Etats du Levant, le Liban et la Syrie, ont redistribué le pouvoir au sein des institutions mises en place par le mandataire. Au Liban, où l inertie du système sécuritaire est forte, la stabilité et la sécurité du pays dépendent d acteurs non étatiques et étrangers. La Syrie, quant à elle, a préféré faire entrer l armée dans la politique, et les deux sphères sont régies par une seule et même minorité, les alaouites. L émancipation des alaouites a été initialisée sous le mandat français. De nos jours, la communauté est soudée plus que jamais. Elle a su entrer dans le commandement des services de sécurité pour garantir la survie du régime et de ses intérêts. Elle a également coopté les familles marchandes ainsi que d autres minorités, tout en restant prudente et vigilante. Enfin, elle a créé des relations clientélistes et tissé des réseaux entre les élites du pays. Autrement dit, elle a emprunté son modèle de politique sécuritaire à la puissance mandataire française. Aujourd hui cependant, il apparaît que ce système, d un point de vue moral, est dépassé par les évènements qui traversent la Syrie. Reste à savoir comment le régime va ajuster son appareil sécuritaire face à cette instabilité. Finalement, le rôle de la France dans la structuration des services de sécurité du Levant a surtout pérennisé les communautarismes, certaines minorités étant favorisées tant dans l administration publique qu au sein des services de sécurité. Cependant, chaque modèle, libanais ou syrien, conserve ses spécificités. Au Liban, les services sécuritaires étatiques ne s engagent pas dans la vie politique à cause de leur faiblesse et de l héritage de la guerre civile. Malgré cela, la communauté défavorisée chiite a réussi à prendre le contrôle des institutions politiques et à intimider les services de sécurité libanais et israéliens. Dans le cas syrien, au contraire, les services de sécurité, dominés par une minorité, contrôlent l Etat et ses institutions.

17 avril 1946 Proclamation d'indépendance de la Syrie. 17 avril 1946

17 avril 1946 Proclamation d'indépendance de la Syrie. 17 avril 1946 Cinq ans après avoir obtenu son indépendance des Forces françaises libres, en 1941, la Syrie se soustrait de la tutelle française. Ses dirigeants proclament l'indépendance le 17 avril 1946 alors que les

Plus en détail

Le Moyen-Orient et le pétrole. pp32-39

Le Moyen-Orient et le pétrole. pp32-39 Le Moyen-Orient et le pétrole. pp32-39 Sujet 2 : Introduction : Définir l espace géographique qui constitue le M-O est une difficulté car cette notion ne recoupe pas les mêmes espaces lorsque l on utilise

Plus en détail

«Les Arabes sont musulmans, les musulmans sont arabes.»

«Les Arabes sont musulmans, les musulmans sont arabes.» «Les Arabes sont musulmans, les musulmans sont arabes.» Les Turcs, les Persans et autres Arabes musulmans (...) Extrait de lettre de lecteur au journal Le Monde À cette idée reçue, il faut opposer d emblée

Plus en détail

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales Ministère de la modernisation des secteurs publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Ecole Nationale d Administration Fondation Hanns Seidel Original :

Plus en détail

Au Niger, le soutien est fort mais pas unanime pour l adoption de la sharia dans la Constitution

Au Niger, le soutien est fort mais pas unanime pour l adoption de la sharia dans la Constitution Introduction Les questions religieuses connaissent un regain d intérêt dans les espaces publics de nos pays. Au Niger, elles sont devenues préoccupantes en raison des évènements récents qui ont marqué

Plus en détail

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis Introduction L ensemble ensemble documentaire qui suit est complémentaire compl mentaire des dossiers réalisés r dans le cadre du Concours national de la Résistance R sistance et de la Déportation, D notamment

Plus en détail

DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS

DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS H3.Thème 2. DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS Comment les colonies accèdent-elles à l indépendance? A quelles difficultés ces nouveaux Etats sont-ils confrontés? Frise p 111. Les différentes

Plus en détail

Le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Première Guerre mondiale

Le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Première Guerre mondiale Term L, histoire-géographie LMA, 2012-2013 Thème 3 Puissances et tensions dans le monde de la fin de la Première Guerre mondiale à nos jours Question 2 Un foyer de conflits Cours Le Proche et le Moyen-Orient,

Plus en détail

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN COMPRENDRE CE QU EST L OTAN LES ORIGINES DE L ALLIANCE Au lendemain de la seconde guerre mondiale, l Europe de l Est et l Europe de l Ouest se sont trouvées séparées par les divisions idéologiques et politiques

Plus en détail

I la question d'israël. 1 les origines et le conflit iraélo-arabe

I la question d'israël. 1 les origines et le conflit iraélo-arabe I la question d'israël 1 les origines et le conflit iraélo-arabe Le sionisme apparaît à la fin du XIXe siècle, à l'époque des nationalismes. Pour cette idéologie, les juifs doivent retourner sur la terre

Plus en détail

10 Février 2015. Moyen-Orient: les alliances en temps de troubles

10 Février 2015. Moyen-Orient: les alliances en temps de troubles ARI ARI 7/2015 10 Février 2015 Moyen-Orient: les alliances en temps de troubles Haizam Amirah-Fernández Analyste principal sur la Méditerranée et le monde arabe au Real Instituto Elcano à Madrid @HaizamAmirah.

Plus en détail

Le Moyen-Orient depuis `1990: carte `1

Le Moyen-Orient depuis `1990: carte `1 Le Moyen-Orient depuis `1990: carte `1 L essentiel de la carte comprend des états membres de la ligue arabe. Au nord, se trouvent des états non membres, en allant d ouest en est: la Turquie, l Iran et

Plus en détail

Les relations commerciales entre les pays méditerranéens

Les relations commerciales entre les pays méditerranéens Les relations commerciales entre les pays méditerranéens Giorgia Giovannetti Directrice du volet «Développement» du Programme de gouvernance mondiale Centre d études Robert Schuman Institut universitaire

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

De la Guerre Froide à un nouvel ordre mondial?(1975-2009)

De la Guerre Froide à un nouvel ordre mondial?(1975-2009) (1975-2009) Ruptures et continuités dans les relations internationales des années 80 à nos jours? L ouverture du mur de Berlin : le 9/11/1989 Sommet d Oslo : un espoir de paix en 1993 I/ Une remise en

Plus en détail

Education-Civique. Chapitre n. La Défense et l action internationale en France

Education-Civique. Chapitre n. La Défense et l action internationale en France Education-Civique Chapitre n. La Défense et l action internationale en France I) La Défense globale du territoire national Problématique : Comment le territoire national et la population sont-ils protégés?

Plus en détail

le 2 avenue de l observatoire historique du bâtiment école nationale d administration

le 2 avenue de l observatoire historique du bâtiment école nationale d administration le 2 avenue de l observatoire historique du bâtiment école nationale d administration HISTORIQUE DU BÂTIMENT Robert II, dit Le Pieux (972-1031), fils et successeur de Hugues Capet, bâtit le premier en

Plus en détail

Les Forces de Sécurité Intérieure

Les Forces de Sécurité Intérieure Les Forces de Sécurité Intérieure Premièrement: La création des forces de sécurité intérieure. Le Liban ne connut une organisation policière au sens moderne et légal du mot qu avec la création de la gendarmerie

Plus en détail

CAPES externe d histoire et de géographie

CAPES externe d histoire et de géographie Cette banque de données a été réalisée initialement avec la participation de Laurent Carroué, Rachid Azzouz, Martin Fugler, Claire Mondollot, Claude Ruiz et Jean-Louis Leydet. Son objectif est de disposer

Plus en détail

Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012

Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012 Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012 Introduction Le Groupe Co-operators limitée est détenu et dirigé par 45 membres-propriétaires de tout le Canada, issus

Plus en détail

SOMMET DE L'OTAN. Newport, Pays-de-Galles, 4-5 sept 2014. Institut Open Diplomacy 79 avenue de la République, 75011 Paris open-diplomacy.

SOMMET DE L'OTAN. Newport, Pays-de-Galles, 4-5 sept 2014. Institut Open Diplomacy 79 avenue de la République, 75011 Paris open-diplomacy. SOMMET DE L'OTAN Newport, Pays-de-Galles, 4-5 sept 2014 COMPTE RENDU Délégation Youth Diplomacy Programme cadre : Politiques de défense et de sécurité Délégués : Jean-Florian Ciavaldini, Mehdi Lebeaupin

Plus en détail

Le Marché de l Assurance au LIBAN

Le Marché de l Assurance au LIBAN Le Marché de l Assurance au LIBAN Monsieur Assaad Mirza Président de l ACAL 1 Première partie : Evolution du Marché A) Genèse et essor Les premiers contrats d assurance ont été introduits par le développement

Plus en détail

Division Espace et Programmes Interarméeses. État tat-major des armées

Division Espace et Programmes Interarméeses. État tat-major des armées Division Espace et Programmes Interarméeses LE MINDEF en quelques mots 295 000 personnes, militaires et civils. 7000 personnes engagées en opérations extérieures, 80% au sein d une coalition internationale

Plus en détail

BUREAU DE LA DEMOCRATIE, DES DROITS HUMAINS ET DU TRAVAIL Rapport International 2009sur la liberté religieuse 26 octobre 2009

BUREAU DE LA DEMOCRATIE, DES DROITS HUMAINS ET DU TRAVAIL Rapport International 2009sur la liberté religieuse 26 octobre 2009 Sénégal BUREAU DE LA DEMOCRATIE, DES DROITS HUMAINS ET DU TRAVAIL Rapport International 2009sur la liberté religieuse 26 octobre 2009 La liberté religieuse est inscrite dans la Constitution, et les autres

Plus en détail

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme,

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme, Documents de synthèse DS 2 20.12.09 IIEDH Observatoire de la diversité et des droits culturels Situation des droits culturels Argumentaire politique www.droitsculturels.org 1. Définition des droits culturels

Plus en détail

Le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Première Guerre Mondiale

Le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Première Guerre Mondiale Le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Première Guerre Mondiale Manuels de référence pour les documents : -Terminale L-ES. HATIER 2012. Bourel et Chevallier - Terminale

Plus en détail

OCCIDENT. L'Occident existe-t-il encore? Préambule. Rappel question. Thèse Idée maîtresse. Annonce de plan

OCCIDENT. L'Occident existe-t-il encore? Préambule. Rappel question. Thèse Idée maîtresse. Annonce de plan OCCIDENT LAROUSSE. Ensemble des peuples habitant les pays de l'europe de l'ouest ; civilisation des peuples qui habitent ces pays (avec majuscule). Ensemble des États du pacte de l'atlantique Nord. Page

Plus en détail

Question 2 Le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Première Guerre mondiale

Question 2 Le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Première Guerre mondiale Terminales ES-L /Histoire Regards historiques sur le monde actuel Thème 3 - Puissances et tensions dans le monde de la fin de la Première Guerre mondiale à nos jours Question 2 Le Proche et le Moyen-Orient,

Plus en détail

Programme CNRS-ERC- IREMAM- CERI. When Authoritarianism Fails in the Arab World (WAFAW) APPEL A CANDIDATURES

Programme CNRS-ERC- IREMAM- CERI. When Authoritarianism Fails in the Arab World (WAFAW) APPEL A CANDIDATURES Programme CNRS-ERC- IREMAM- CERI When Authoritarianism Fails in the Arab World (WAFAW) APPEL A CANDIDATURES Chercheurs doctorants et post-doctorants en sciences politiques/relations internationales/économie

Plus en détail

Le monde a besoin de paix en Palestine

Le monde a besoin de paix en Palestine ANALYSE 2007 Le monde a besoin de paix en Palestine Publié avec le soutien du service de l éducation permanente de la Communauté française Pax Christi Wallonie-Bruxelles Le monde a besoin de paix en Palestine

Plus en détail

.LE PROCHE ET LE MOYEN-ORIENT, FOYER DE CONFLITS DEPUIS.

.LE PROCHE ET LE MOYEN-ORIENT, FOYER DE CONFLITS DEPUIS. .LE PROCHE ET LE MOYEN-ORIENT, FOYER DE CONFLITS DEPUIS. Introduction Š Proche-Orient et Moyen-Orient, de quoi parle-t-on? Le Proche-Orient et le Moyen-Orient sont complexes et difficiles à définir. Ils

Plus en détail

Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91)

Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91) LA GUERRE FROIDE p82 à 89 Fiche d objectifs/plan détaillé Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91) Comment à partir de 1947, Etats-Unis et l URSS s affrontent-ils

Plus en détail

UNION EUROPÉENNE ET SÉCURITÉ : ASPECTS INTERNES ET EXTERNES

UNION EUROPÉENNE ET SÉCURITÉ : ASPECTS INTERNES ET EXTERNES COLLECTION RENCONTRES EUROPÉENNES UNION EUROPÉENNE ET SÉCURITÉ : ASPECTS INTERNES ET EXTERNES Éditeur : Catherine FLAESCH-MOUGIN 2 0 0 9 ISBN 978-2-8027-2696-8 D / 2009 / 0023 / 34 2009 Etablissements

Plus en détail

NATIONS UNIES. Déclaration des droits des personnes appartenant à des minorités nationales ou ethniques, religieuses et linguistiques

NATIONS UNIES. Déclaration des droits des personnes appartenant à des minorités nationales ou ethniques, religieuses et linguistiques NATIONS UNIES Déclaration des droits des personnes appartenant à des minorités nationales ou ethniques, religieuses et linguistiques www2.ohchr.org/english/issues/minorities Droits des minorités Introduction

Plus en détail

Commission pour la consolidation de la paix Configuration pays République centrafricaine

Commission pour la consolidation de la paix Configuration pays République centrafricaine Commission pour la consolidation de la paix Configuration pays République centrafricaine La politique nationale et le soutien de la Communauté internationale au développement de la Réforme du Secteur de

Plus en détail

Leçon n 11 : «Géopolitique du monde actuel»

Leçon n 11 : «Géopolitique du monde actuel» Leçon n 11 : «Géopolitique du monde actuel» Introduction : Au début des années 90, la Guerre Froide se termine avec l éclatement de l URSS. Un monde unipolaire, dominé par les États-Unis, accouche d un

Plus en détail

Le Président de la République est le responsable

Le Président de la République est le responsable LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE Le Président de la République est le responsable suprême de la politique de défense. A ce titre, il est le garant de l indépendance nationale, de l intégrité du territoire

Plus en détail

Le printemps syrien : enjeux et perspectives

Le printemps syrien : enjeux et perspectives po Mohammed Fadhel TROUDI Docteur en Droit international, Enseignant-chercheur associé à l Académie de Géopolitique de Paris. Directeur du Pôle Méditerranée (MENA) de l Observatoire de la Mer noire, du

Plus en détail

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc Débat du Conseil de Sécurité Sur Le Maintien de la paix multidimensionnel Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki Ambassadeur Representant du Maroc New York, 21 Janvier 2013 Prière de vérifier à l audition

Plus en détail

COMPRENDRE LES ENJEUX GÉOPOLITIQUES DES CHRÉTIENS D ORIENT

COMPRENDRE LES ENJEUX GÉOPOLITIQUES DES CHRÉTIENS D ORIENT OBSERVATOIRE GÉOPOLITIQUE DU RELIGIEUX COMPRENDRE LES ENJEUX GÉOPOLITIQUES DES CHRÉTIENS D ORIENT ENTRETIEN AVEC JEAN-FRANÇOIS COLOSIMO Historien des religions, essayiste et philosophe, enseignant à l

Plus en détail

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE HAUT REPRÉSENTANT POUR LES AFFAIRES ETRANGÈRES ET LA POLITIQUE DE SÉCURITÉ COMMISSION PARLEMENTAIRE AFET COMMISSION PARLEMENTAIRE SEDE ARMéE EUROPEENNE ATHENA EUROPOL EUROJUST

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 Institués dès 2000 par l AdCF, au lendemain de la naissance des premières communautés d agglomération issues de la loi Chevènement, le Club des agglomérations et la

Plus en détail

Thème 2: Grandes puissances et conflits dans le monde depuis 1945

Thème 2: Grandes puissances et conflits dans le monde depuis 1945 Thème 2: Grandes puissances et conflits dans le monde depuis 1945 Le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale M.Brossaud & M.Gross AEFE Asie Pacifique

Plus en détail

L Europe en marche vers la défense antimissiles?

L Europe en marche vers la défense antimissiles? L Europe en marche vers la défense antimissiles? Bruno Gruselle Chargé de recherche (24 novembre 2005) L existence d une menace balistique fait l objet d un consensus entre les pays européens. Les deux

Plus en détail

Ce projet de loi fixe un plafond pour le budget de la Défense et un plancher pour le budget de l Aide internationale.

Ce projet de loi fixe un plafond pour le budget de la Défense et un plancher pour le budget de l Aide internationale. NOTES EXPLICATIVES Ce projet de loi crée les Forces d autodéfense du Québec. Il vise à modifier la politique québécoise de défense nationale dans le sens d une renonciation au droit de belligérance, sauf

Plus en détail

25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE

25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE 25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE Fidèle aux exigences de Liberté, d Égalité et de Fraternité qui le fondent, le Grand Orient de France a pour principe essentiel la liberté absolue

Plus en détail

Curriculum Vitae. Situation actuelle

Curriculum Vitae. Situation actuelle Curriculum Vitae Pr. Mounir Georges Abou Assali Situation actuelle Conseiller du Ministre de l'education et de l'enseignement Supérieur Conseil Suprême de l'education- Qatar Professeur retraité depuis

Plus en détail

La Protection des majeurs

La Protection des majeurs La Protection des majeurs Les mesures de protection juridique des majeurs Les mesures de protection juridique des majeurs sont définies dans le cadre de la loi du 5/03/2007 portant réforme de la protection

Plus en détail

Chapitre 6 Le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Première Guerre mondiale

Chapitre 6 Le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Première Guerre mondiale CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN IMPRESSION DU 16 février 2015 Chapitre 6 Le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Première Guerre mondiale Table des matières 1 Le

Plus en détail

NAISSANCE D UNE NOUVELLE COMPAGNIE

NAISSANCE D UNE NOUVELLE COMPAGNIE NAISSANCE D UNE NOUVELLE COMPAGNIE CNIA SAADA Assurance est née de l union de deux grandes forces de l assurance, CNIA Assurance et Assurances Es Saada, qui ont mis en commun leurs compétences humaines

Plus en détail

Les mesures en faveur de

Les mesures en faveur de Les mesures en faveur de l attractivité Invest in France La France est une destination de premier ordre pour les investissements directs étrangers. Elle accueille sur son sol plus de 0 000 entreprises

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Numéro WHH du projet: AF 1519 / COD 1063-07 Numéro KfW du projet : KfW 2007 65 537

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA)

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) PLACE ET RÔLE DE L ADMINISTRATION - DE LA FONCTION PUBLIQUE - DANS LA MISE EN ŒUVRE DES MISSIONS DE L ETAT ET DE LA VISION NATIONALE DE DEVELOPPEMENT

Plus en détail

PRÉSENTATION DE FRANÇOIS-MARIE MONNET. Aucun moteur de recherche, interrogé sur le tableau attribué à Jérôme Bosch et intitulé «l escamoteur»

PRÉSENTATION DE FRANÇOIS-MARIE MONNET. Aucun moteur de recherche, interrogé sur le tableau attribué à Jérôme Bosch et intitulé «l escamoteur» PRÉSENTATION DE FRANÇOIS-MARIE MONNET LA TRANSPARENCE EST-ELLE LA SOLUTION POUR RÉTABLIR LA CONFIANCE DANS LA FINANCE? Aucun moteur de recherche, interrogé sur le tableau attribué à Jérôme Bosch et intitulé

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

QUELLE REFORME DE L ASSURANCE-MALADIE AUX ETATS-UNIS? 1

QUELLE REFORME DE L ASSURANCE-MALADIE AUX ETATS-UNIS? 1 QUELLE REFORME DE L ASSURANCE-MALADIE AUX ETATS-UNIS? 1 François Vergniolle de Chantal* La crise que subissent les classes moyennes a constitué un enjeu majeur de la présidentielle de 2008 aux Etats-Unis.

Plus en détail

23. La situation au Moyen-Orient

23. La situation au Moyen-Orient Répertoire de la pratique du Conseil de sécurité par le Conseil de sécurité au titre du point intitulé «La situation entre l Iraq et le Koweït». Toutefois, les actions des forces de la coalition, par leur

Plus en détail

Gouverner en Islam entre le xe siècle et le xve siècle (Iraq jusqu'en 1258, Syrie, Hijaz, Yémen, Égypte, Maghreb et al-andalus).

Gouverner en Islam entre le xe siècle et le xve siècle (Iraq jusqu'en 1258, Syrie, Hijaz, Yémen, Égypte, Maghreb et al-andalus). Histoire Histoire ancienne (Nouvelle question) Le monde romain de 70 av. J.-C. à 73 ap. J.-C. Cette question se propose de couvrir l histoire de l Empire romain entre la fin de la République et le début

Plus en détail

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale.

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale. Strasbourg, 2 mai 2014 CODEXTER (2014) 5 COMITE D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE TERRORISME ET LE CRIME ORGANISE

Plus en détail

LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE

LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE En 2012, toutes les universités françaises seront autonomes ; elles le seront dans un contexte mondial où leur rôle est à la fois fortement réaffirmé et sujet à de profondes

Plus en détail

Promulgue la loi dont la teneur suit : TITRE I

Promulgue la loi dont la teneur suit : TITRE I Loi n 98-11 du 29 Rabie Ethani 1419 correspondant au 22 août 1998 portant loi d Orientation et de Programme à Projection Quinquennale sur la Recherche Scientifique et le Développement Technologique 1998-2002

Plus en détail

COURS D INSTITUTIONS EUROPEENNES Mme Catherine SCHNEIDER, Professeur, Chaire Jean Monnet. PLAN dossier 2 : LES INSTITUTIONS DE DEFENSE ET DE SECURITE

COURS D INSTITUTIONS EUROPEENNES Mme Catherine SCHNEIDER, Professeur, Chaire Jean Monnet. PLAN dossier 2 : LES INSTITUTIONS DE DEFENSE ET DE SECURITE 1 LICENCE 2 ième année DROIT COURS D INSTITUTIONS EUROPEENNES Mme Catherine SCHNEIDER, Professeur, Chaire Jean Monnet PLAN dossier 2 : LES INSTITUTIONS DE DEFENSE ET DE SECURITE SECTION 1 - L'OTAN, ORGANISATION

Plus en détail

De l Etat français à la IVème République (1940-1946)

De l Etat français à la IVème République (1940-1946) De l Etat français à la IVème République (1940-1946) Introduction : Présentation de la défaite : -En juin 1940, la chute de la IIIème République (1875-1940) accompagne la déroute militaire. -Le 10 juillet

Plus en détail

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ INSTITUT DE MANAGEMENT PUBLIC ET GOUVERNANCE TERRITORIALE 21 RUE GASTON DE SAPORTA 13100 AIX EN PROVENCE DIPLOME UNIVERSITAIRE (DU) ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ OBJECTIFS Faire comprendre

Plus en détail

La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le droit civil

La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le droit civil La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le droit civil (exposé fait par Jacqueline de GUILLENCHMIDT lors de la rencontre franco-arménienne du 23 janvier 2007 sur le patrimoine juridique commun)

Plus en détail

Les métiers du ministère des Affaires étrangères. m ti. é er. Direction des ressources humaines 2013

Les métiers du ministère des Affaires étrangères. m ti. é er. Direction des ressources humaines 2013 Les métiers du ministère des Affaires étrangères m ti s é er Direction des ressources humaines 2013 Les métiers du ministère des Affaires étrangères Introduction Les agents diplomatiques et consulaires

Plus en détail

Pour le maintien de la cohésion et de la cohérence régionale

Pour le maintien de la cohésion et de la cohérence régionale Les regroupements d organismes communautaires de Montréal Mémoire Pour le maintien de la cohésion et de la cohérence régionale Présenté à la commission de la santé et des services sociaux de l Assemblée

Plus en détail

TRAITE DE LISBONNE. Marie-Laure BASILIEN-GAINCHE* La Cour constitutionnelle fédérale d Allemagne a rendu, le 30 juin 2009, une décision fort

TRAITE DE LISBONNE. Marie-Laure BASILIEN-GAINCHE* La Cour constitutionnelle fédérale d Allemagne a rendu, le 30 juin 2009, une décision fort L ALLEMAGNE ET L EUROPE. REMARQUES SUR LA DECISION DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE FEDERALE RELATIVE AU TRAITE DE LISBONNE Marie-Laure BASILIEN-GAINCHE* INTRODUCTION La Cour constitutionnelle fédérale d Allemagne

Plus en détail

Ouverture de. Notre premier Centre de Paix pour la Syrie Aidez-nous à donner un avenir aux jeunes

Ouverture de. Notre premier Centre de Paix pour la Syrie Aidez-nous à donner un avenir aux jeunes Ouverture de Notre premier Centre de Paix pour la Syrie Aidez-nous à donner un avenir aux jeunes Photo couverture et petite photo en haut : flickr.com // avec l autorisation du photographe syrien et membre

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement Royaume du Maroc Ministère de l Intl Intérieur Direction Générale G des Collectivités s Locales L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

Plus en détail

Des cartes pour comprendre un monde complexe

Des cartes pour comprendre un monde complexe Des cartes pour comprendre un monde complexe Propositions de séquences en TES/L et en TS sur le cours introductif de géographie par Damien LOQUAY, EEMCP2 en Tunisie Ce que disent les programmes Terminale

Plus en détail

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Plusieurs tentatives visant la mise à niveau et la refonte du secteur des assurances en Tunisie ont déjà

Plus en détail

Le christianisme arabe, depuis le XIXe siècle,

Le christianisme arabe, depuis le XIXe siècle, WEBZINE PLURALISME CULTUREL MIGRATION DIVERSITÉ RELIGIEUSE ÉTÉ 2014 Le christianisme arabe pris en tenaille entre les politiques occidentales et les mouvances islamiques armées PAR GEORGES CORM 1 Ce texte

Plus en détail

Lancement de l Association Professionnelle des Intermédiaires en Crédits (APIC)

Lancement de l Association Professionnelle des Intermédiaires en Crédits (APIC) Lancement de l Association Professionnelle des Intermédiaires en Crédits (APIC) Cafpi, leader historique en matière de courtage en crédit immobilier, Meilleurtaux.com dont le développement s est appuyé

Plus en détail

Projet. Statuts 1. NOM ET SIÈGE 2. OBJET 3. ACTIVITÉS. Version finale du 29.09.2014

Projet. Statuts 1. NOM ET SIÈGE 2. OBJET 3. ACTIVITÉS. Version finale du 29.09.2014 Version finale du 29.09.2014 1. NOM ET SIÈGE Statuts 3 Les conflits d intérêts entre les membres se résolvent au sein de l association. S il est impossible de parvenir à un accord au sein de l association,

Plus en détail

Le nouvel espace politique européen

Le nouvel espace politique européen Frédéric Lebaron à l issue de la séquence électorale récente, en particulier en France et en Grèce, le nouveau champ politique issu de la crise financière se dessine plus clairement en Europe. L Union

Plus en détail

NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015)

NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015) NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015) En vue d éclairer l opinion publique tunisienne, initiée et non initiée, sur l opportunité de l émission obligataire

Plus en détail

FINAL ACCORD DE LA MANCHA 25 juin 2006, Athènes L ACCORD DE LA MANCHA

FINAL ACCORD DE LA MANCHA 25 juin 2006, Athènes L ACCORD DE LA MANCHA L ACCORD DE LA MANCHA Le processus de La Mancha est né de la nécessité de relever les défis internes et externes auxquels se heurte l'action de MSF. Après plus d une année de discussions et de débats,

Plus en détail

La Constitution et l exercice des pouvoirs

La Constitution et l exercice des pouvoirs Thème La Constitution et l exercice des pouvoirs Instituée par le général de Gaulle en 958, et toujours en vigueur aujourd hui grâce à la souplesse des institutions qui ont su s adapter au fil du temps,

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

DECRET N 2014-288. fixant les attributions du Ministre de la Défense Nationale ainsi que l organisation générale de son Ministère.

DECRET N 2014-288. fixant les attributions du Ministre de la Défense Nationale ainsi que l organisation générale de son Ministère. MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE ------------- DECRET N 2014-288 fixant les attributions du Ministre de la Défense Nationale ainsi que l organisation générale de son Ministère. LE PREMIER MINISTRE, CHEF

Plus en détail

N 3039 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 3039 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI N 3039 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 26 août 2015. PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord

Plus en détail

politique de la France en matière de cybersécurité

politique de la France en matière de cybersécurité dossier de presse politique de la France en matière de cybersécurité 20 février 2014 Contact presse +33 (0)1 71 75 84 04 communication@ssi.gouv.fr www.ssi.gouv.fr Sommaire L ANSSI L ANSSI en chiffres Le

Plus en détail

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 Comité préparatoire de la Conférence des Parties chargée d examiner le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires en 2010 NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 15 mai 2009 Français Original : anglais Troisième

Plus en détail

Intelligence and Terrorism Information Center at the Israel Intelligence Heritage & Commemoration Center (IICC)

Intelligence and Terrorism Information Center at the Israel Intelligence Heritage & Commemoration Center (IICC) 18 novembre 2008 Intelligence and Terrorism Information Center at the Israel Intelligence Heritage & Commemoration Center (IICC) Al-Quds, la seconde chaîne de télévision par satellite du Hamas, a commencé

Plus en détail

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée (JO n 4984 p. 13) L assemblée nationale à délibéré et adopté, Le président de la république promulgue la loi dont la teneur suit

Plus en détail

Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France

Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France Origine, composition des fonds d archives C est la loi Jourdan du 15 septembre 1798 qui substitue

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

Comité monétaire et financier international

Comité monétaire et financier international Comité monétaire et financier international Trente-et-unième réunion 18 avril 2015 Déclaration de Mr. Regis Immongault Ministre de l économie, de la promotion des investissements et de la prospective Gabon

Plus en détail

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous?

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous? Les textes de l exposition «Dictature et démocratie» et le questionnaire pédagogique sont assez longs. Nous vous conseillons donc de répartir les fiches de travail entre vos élèves et de mettre les réponses

Plus en détail

LES NON-ALIGNÉS D HIER À AUJOURD HUI

LES NON-ALIGNÉS D HIER À AUJOURD HUI ÉDITORIAL LES NON-ALIGNÉS D HIER À AUJOURD HUI MICHEL ROGALSKI Privé de la présence de Fidel Castro pour cause de maladie, le XIV e Sommet des Non-alignés s est tenu en septembre 2006 à La Havane. L usage

Plus en détail

La décolonisation et la construction de nouveaux Etats: Inde et Algérie

La décolonisation et la construction de nouveaux Etats: Inde et Algérie La décolonisation et la construction de nouveaux Etats: Inde et Algérie Introduction Colonisation française vers 1900 en Afrique L indépendance en Algérie 1962 (photo de Marc Riboud) Que révèlent ces photos

Plus en détail

Première partie IMMUNITÉ ET JUSTICE : LES CONTRADICTIONS... 31. Titre 1 Contradiction des fondements et divergence des sources...

Première partie IMMUNITÉ ET JUSTICE : LES CONTRADICTIONS... 31. Titre 1 Contradiction des fondements et divergence des sources... TABLE DES MATIÈRES Remerciements......................................................................... 7 Préface.................................................................................... 9

Plus en détail