Les services de sécurité libanais et syriens : la marque de l architecte

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les services de sécurité libanais et syriens : la marque de l architecte"

Transcription

1 ARI Projects Arab Securitocracies and Security Sector Reform Août 2012 Les services de sécurité libanais et syriens : la marque de l architecte par Konrad Sztyler * «Le Levant est un carrefour où tout passe : religions, armées, empires, marchandises, sans que rien ne bouge.» - Charles De Gaulle ** Le système sécuritaire du Levant constitue un sujet hautement sensible dans le contexte actuel. Au Liban, le poids de la guerre civile d une part, et l activité politique persistante des milices à l intérieur du pays et contre Israël d autre part, pèsent sur ce secteur en cours de transformation. En Syrie, l emprise politique de la famille Al- Asad, l opacité de la structure de pouvoir, et le caractère autoritaire de l appareil sécuritaire freinent tout effort en faveur d une plus grande transparence de l Etat. Dans ce contexte, la fragilité libanaise et l orthodoxie syrienne font obstacle à une réforme démocratique du secteur dans la région. L instabilité quasi constante du gouvernement libanais et les vives contestations en Syrie nous interrogent sur le rôle des services de sécurité, leurs prérogatives, les conséquences potentielles de leur activité, la nature de leurs missions, leurs rapports aux citoyens, et leurs modes opératoires. Pour répondre à ces questions, une analyse critique de l appareil sécuritaire s impose. Le Liban et la Syrie ont hérité d une structure sécuritaire mise en place par la puissance mandataire dans les années Le système de sécurité englobe l armée, la police, la police des frontières, la gendarmerie, les services de renseignements, les institutions judiciaires et pénitentiaires, ainsi que les instances civiles qui assurent le contrôle de toutes ces institutions. Ces fonctions, auparavant attribuées à l Etat, sont aujourd hui de plus en plus souvent déléguées aux sociétés militaires et de sécurité privées. Tous ces domaines sont interdépendants et * Konrad Sztyler, diplômé de l Institut d Etudes Politiques de Paris - Sciences Po Paris en Affaires Internationales/Sécurité Internationale et de l Université de Varsovie en Etudes Arabes. **. Charles de Gaulle, commandant affecté en 1930 à l état-major de l armée du Levant, in L. Nachin, Charles de Gaulle, général de France, Colbert, 1944 d après : ALBORD, Maurice, L Armée Française et les Etats du Levant, , CNRS Editions, Paris, 2000, p. 317.

2 2 leur évolution repose sur les choix politiques des pouvoirs en place. Dans les deux pays, la formation du système sécuritaire a d abord résulté, entre autres, des dynamiques entre le pouvoir mandataire et les populations autochtones, puis, après le départ des Français, des interdépendances entre les communautés locales, exacerbées par l influence étrangère. Quels sont les vestiges de la présence française au Proche-Orient et comment les Etats du Levant se sont-ils positionnés face à l héritage de l époque mandataire en matière de système de sécurité? Enfin, en quoi la présence française a-t-elle influencé le rôle des minorités dans les services de sécurité du Liban et de la Syrie actuels? Au vue de ces interrogations, il convient de se pencher sur les fondements des services de sécurité levantins tels qu ils ont été posés sous le mandat français (I), pour analyser ensuite comment le Liban et la Syrie indépendants ont pu faire évoluer le secteur (II). I. Le mandat français et les fondements des services de sécurité levantins actuels La position mandataire de la France au Levant s inscrit dans la politique impériale du pays, fondée d une part sur une stratégie d influence menée pendant la période ottomane et d autre part sur une présence militaire dans la région à partir de Bien que les officiers levantins avaient déjà servi dans l armée ottomane 1, ce n est que dans l entre-deux-guerres que se dessinent réellement les prémices structurelles du système actuel. 1 Bernard Vernier remarque à juste titre que deux dictateurs syriens, Az-Za īm et Al-Hannāwī, ont commencé leurs carrières militaires dans l armée ottomane. A. La genèse de la présence française au Levant La politique d influence à l époque de l Empire ottoman Depuis les premières relations bilatérales avec l Empire ottoman, au XVIème siècle, la France n a eu de cesse de chercher à renforcer sa position et préserver ses intérêts au Proche- Orient. La pénétration économique et culturelle s est faite entre autres grâce au système des traités dits «capitulations», qui garantissaient «la protection de tous les ressortissants européens dans l Empire» et des «religieux latins installés en Orient» 2. D abord officieuses, les prétentions françaises s accompagnent en 1860 d une mission militaire, en réponse aux massacres de chrétiens, qui marque le début de la politique sécuritaire française au Levant. La minorité chrétienne, et notamment les maronites, deviennent non seulement «la clientèle» principale de la France, mais surtout les auxiliaires de la mainmise française sur la région. Grâce à l appui de la France, la Sublime Porte accorde le statut autonome du Mont-Liban en Ainsi, la domination maronite sur le Mont-Liban cimente la présence française dans la région, qui se développe avec l implantation du système scolaire 4, l organisation des missions de charité catholiques, la formation de cadres techniques, des contributions aux œuvres catholiques, et une présence navale dans la région. Les investissements dans les entreprises locales se multiplient, principalement entre 1881 et 1914, époque à 2 CLOAREC, Vincent, La France et la question de Syrie ( ), CNRS, Paris, 2010, p. 8 3 Avec un gouverneur ottoman catholique (mutaṣarrif), et un conseil administratif de 12 représentants des six principales confessions du Mont-Liban élus à la proportionnelle. Ibid, p Entre et enfants sont concernés par les subventions. Ibid, p. 12.

3 3 laquelle les capitaux français participent au financement des Chemins de fer en Syrie, des Tramways Libanais, du Port de Beyrouth, du Gaz de Beyrouth, des Eaux de Beyrouth 5, ainsi que des banques 6. Cette stratégie de défense des intérêts français par le biais de la protection des chrétiens prévaut jusqu en 1913, date des premiers travaux de la Commission des Affaires Syriennes 7 qui soumet une nouvelle définition de la Syrie en suggérant d inclure 8 le Mont- Liban, les vilayets de Beyrouth et de Damas, une partie du vilayet d Alep, ainsi que la mutaṣarrifiyya de Palestine 9. Peu à peu, l intérêt de la France en Orient s étend aux musulmans, jusqu ici négligés. Elle entreprend de clientéliser des notables appartenant à des communautés minoritaires 10 par tous les moyens disponibles. Cependant, les élites sunnites se méfient des relations avantageuses entretenues avec les maronites et des prérogatives dont ils bénéficient. 5 THOBIE, Jacques, La France Impériale, , Collection Chemin d aujourd hui, Editions Mégrelis, 1982, Paris, p L exportation de capitaux français est considérable. A l époque, ils représentent 65,93% des capitaux étrangers placés en fonds publics ottomans (soit 1,15 milliard de francs sur un total de 1,95 milliard), ce qui fait de la France le premier créancier de l Empire ottoman CLOAREC, Vincent, op.cit., p Créée en novembre 1912 par Raymond Poincaré et Maurice Paléologue. 8 Ibid., p Une partie des membres ne soutient pas cette dernière proposition. 10 Les populations visées prioritairement sont les suivantes : les Alaouites de Tripoli et de Homs, les Chiites de la vallée de la Bekaa et du sud de Beyrouth, les Ismaéliens de Lattaquié, les Algériens damascènes et de Tibériade ainsi que les Druzes. Ibid., p Le mandat de la Société des Nations et la politique classique du partage («divide et impera») Le mandat 11 de la Société des Nations et le choix du mandataire fait par les puissances alliées 12, qui ont confié à la France la tutelle de la Syrie 13, assurent la légitimité juridique de la présence politique et militaire française au Proche-Orient et couronnent l engagement français dans la région sous l Empire ottoman. Dans la région, qui regroupe une multitude de communautés dont les intérêts politiques sont souvent contradictoires, la nouvelle administration française saura exploiter à son profit les antagonismes et les ambitions divergentes des populations de la Grande Syrie. Ainsi, bien que le choix de la France en tant que nouvelle force mandataire était vivement soutenu par la minorité maronite du Mont- Liban, des nationalistes syriens en opposition à toute présence étrangère sur le territoire de Bilad Cham (Bilād aš-šām) proclament 14, suite à la conférence de San Remo, la Constitution d un royaume arabe de Syrie. Leur rêve, enterré à Maysalūn 15, finit par le dépôt des armes par l émir Faysal et l imposition du mandat aux Syriens par la force. Ces résistances amènent le général Gouraud à la mise en place d une 11 Les bases juridiques du mandat se trouvent dans l article 22 du Pacte de la Société des Nations. «Une mission sacrée de civilisation», autrement dit la tutelle «des peuples non encore capables de se diriger euxmêmes» a été confiée aux «nations développées». 12 Le 25 avril 1920 à San Remo. 13 La Mésopotamie et la Palestine étaient sous tutelle britannique. 14 Le 3 juillet Les forces françaises ont combattu les armées arabes à Maysalūn en juillet Le Général Gouraud défait les troupes de l émir Faysal.

4 4 «administration directe à dominante militaire» 16. Les réseaux britanniques dans la région étant beaucoup plus développés que ses propres réseaux, la France mandataire dépend pour une part de l aide britannique. Afin d asseoir son pouvoir et de consolider les contacts avec les minorités locales, elle mène une politique du partage et divise le territoire en plusieurs entités étatiques basées sur l appartenance religieuse et ethnique. Le Haut-Commissaire, instance qui représente la France, détient le pouvoir, régit les administrations locales, et tire ses ressources des douanes. Le territoire qui correspond à la Syrie actuelle est passé par plusieurs étapes de morcellement. Sous le mandat français, l organisation politique et administrative des Etats du Levant s organise de la manière suivante17 : - le Grand-Liban est proclamé 18 et devient en 1943 la République libanaise indépendante. - Le Sandjak autonome d Alexandrette est rattaché à la Turquie. - Le Gouvernement de Damas englobe aussi les villes de Hama et Homs. - Le Gouvernement d Alep, quant à lui, s étend jusqu à la nouvelle frontière 16 DIB, Boutros (dir.), Histoire du Liban : des origines au Xxe siècle, Paris, 2006, p TEKLU Youssef Sélim, «Droit public des pays fondateurs de la Ligue arabe», in (dir) KHOURY, Gérard D. et MEOUCHY, Nadine, Etats et sociétés de l Orient arabe en quête d avenir - Fondements et sources ( ). Actes de la semaine internationale d études sur le Moyen-Orient, MMSH, Aix en Provence, juin p er septembre 1920 proclamation solennelle. Le général Gouraud rattache au Mont-Liban, fief historique des Maronites les quatre cazas de la vallée al-biqā (Hāṣbiyyā, Rāšayā, Ba albak et Mu allaqa) ainsi que les villes côtières Beyrouth, Tripoli et Saida. avec l Irak et comprend la région Nord-est, le Jézireh Sur le littoral, le territoire des Alaouites devient l Etat des Alaouites Par arrêté, le Haut-Commissaire crée l Etat du Djébel Druze autonome en Cette division mérite une attention particulière puisqu elle est révélatrice, d une part, d un système mandataire faible qui essayait d assurer sa position par le biais des minorités religieuses. En l occurrence, la création du Liban, en tant qu entité séparée de la Syrie historique répondait à des demandes exprimées par les maronites du Mont-Liban, tout en négligeant des nationalistes syriens opposés à la présence française. D autre part, officiellement engagé pour défendre les particularismes locaux, le processus du partage s inscrivait en réalité dans la politique impériale menée par la France, qui redoutait que les idées nationalistes ne se propagent à ses colonies d Afrique du Nord. Enfin, la stratégie française d affaiblissement des Sunnites avait pour but de mieux contrôler cette communauté, jugée potentiellement influente. Ainsi, les Français ont assujetti les populations syriennes tout en réduisant leur capacité d agir. Sans aucun doute, la pérennisation du communautarisme est le résultat le plus durable de la politique sécuritaire de la France au Levant. 19 Les gouvernements d Alep et de Damas sont réunis au sein d un Etat de Syrie à partir de 1 er janvier Les circonscriptions administratives du Territoire des Alaouites, de l Etat d Alep et de la région de Damas à partir de 1922 faisaient parti de la Fédération des Etats autonomes de Syrie. Cette dernière dissoute avec le détachement de l Etat des Alaouites et la fusion de l Etat d Alep avec l Etat de Damas.

5 5 B. L implantation du système de sécurité impérial français La structure sécuritaire militarisée au service du pouvoir mandataire Le système sécuritaire que la France développait sur le territoire de la Syrie historique devait servir, en premier lieu, les intérêts du mandataire et non ceux des populations autochtones. Le contexte culturel multiconfessionnel, l opposition des nationalistes et les quelques problèmes budgétaires allaient à l encontre des ambitions régionales de la France. En conséquence, la puissance mandataire faisait appel à ses expériences coloniales et au soutien des militaires français du Maroc 21. Pour en citer un exemple, le premier haut-commissaire général Gouraud, un très proche collaborateur du maréchal Lyautey, est passé par le Soudan, la Mauritanie et le Maroc avant d arriver au Levant. Les forces d occupation françaises, chargées principalement du maintien de l ordre et de la surveillance des frontières, étaient constituées de troupes issues à la fois de la métropole et des colonies 22. Les officiers Français occupaient des postes dans l administration nouvellement créée et participaient à la mise en place de la politique locale et sécuritaire dans les régions de leurs affectations 23. Notamment, le poste de haut- 21 Parmi les officiers du renseignement, 55,6% avait une expérience dans les colonies avant l arrivée au Levant. MIZRAHI, Jean-David, Genèse de l Etat mandataire, Service des Renseignements et bandes armées en Syrie et au Liban dans les années 1920, Publications Sorbonne, 2003, p Pour plus d information sur la composition et le développement des troupes métropolitaines et coloniales : ALBORD, Maurice, L Armée Française et les Etats du Levant, , CNRS Editions, Paris, Outre le découpage administratif, il existait une structure militaire: Syrie Nord, Syrie Sud, Jézireh, pays commissaire a été attribué dans les premières années à des militaires de carrière. Les services du renseignement du Levant ont joué un rôle primordial car ils assuraient l interface avec les habitants des Etats-provinces et intervenaient dans le «réseau déjà en place d officiers disséminés sur l ensemble du territoire et ayant pour mission de renseigner le commandement dans un contexte encore troublé par les révoltes et le banditisme, tout en exerçant à titre provisoire un certain nombre de charges administratives» 24. En effet, au Levant plus qu ailleurs, l appareil sécuritaire est dépendant de l information, dans un contexte où l opposition des nationalistes se juxtapose à une mosaïque communautaire religieuse et ethnique. Or, bien qu une partie de la population sous tutelle refusait de coopérer avec les militaires, estimant qu une forte militarisation était incompatible avec l esprit du mandat, les services de renseignement étaient capables d obtenir les informations pour anticiper les contestations au niveau local, déchiffrer l organisation de la société et, in fine, sécuriser le pouvoir. En 1922, le service compte 70 officiers 25. Seul organe à couvrir l intégralité du territoire, il s agit d un acteur à part de la politique mandataire française. Enfin, l architecture des troupes autochtones a été dessinée à l image de l armée française par les officiers français, responsables de la formation et de l encadrement, qui commandaient également la gendarmerie restructurée depuis l époque ottomane. Cependant, leur connaissance du pays a souvent été minime et, de surcroît, ils n envisageaient pas le partage du pouvoir druze et territoire alaouite, d après ALBORD, Maurice, L Armée Française et les Etats du Levant, , CNRS Editions, Paris, 2000, p MIZRAHI, Jean-David, op.cit., p Idem, p.88.

6 6 avec la population locale. Le transfert des fonctions a donc été difficile et retardé. L extension du système sécuritaire pour répondre aux besoins du moment Le système sécuritaire mis en place par la puissance mandataire a tout de même dû s adapter aux conditions du Levant. On assiste ainsi à un certain nombre de changement au sein des services, dans un premier temps après les incursions de bandes armées de type «guérilla» en provenance du territoire turc. Ces groupes de différentes tailles constituaient une menace réelle au régime mandataire. Pour les contrer, la France organise des unités de gendarmerie mobile 26, encadrées par le lieutenant Collet. Comme sous l Empire ottoman, la population tcherkesse locale est engagée à cette fin. Les Tcherkesses constituaient «le noyau» de cette formation, et ce même après que le recrutement ne se soit étendu à d autres groupes. Par ailleurs, les raids des groupes armés sont aussi à l origine de la mise en place d une frontière nord réellement sécurisée. La révolte druze apparaît comme deuxième étape de la croissance du secteur de sécurité syrien. En effet, pour combattre les insurgés du Djébel Druze le dispositif militaire a renforcé : soldats issus des troupes métropolitaines et coloniales, des troupes auxiliaires (Légion syrienne) et 4500 des supplétives 27. Ces derniers appartiennent à une nouvelle formation, les «escadrons de gardes mobiles», créée à l image de la gendarmerie mobile de la région frontalière nord. Cette extension accompagne la montée 26 Il existe aussi des unités de gendarmerie dites fixes, déployées dans les campagnes du pays. D après MIZRAHI, Jean-David, op.cit. 27 Ibid., p en puissance et l augmentation des effectifs du Service de renseignement du Levant, tant dans la région du Djébel Druze, que dans la région de Damas et du Mont-Liban. Le service enrôle des populations kurdes, circassiennes, bédouines, alaouites et plus tard druzes, avant d être renommé en 1931 «Services spéciaux du Levant». Ce changement d appellation marque les réformes structurelles du système sécuritaire tel qu il sera transmis aux populations locales après le départ français. Enfin, la création des «Troupes Spéciales du Levant» constitue la dernière étape de la restructuration de l architecture sécuritaire levantine. Créée en 1916 pour combattre les Ottomans, la «Légion d Orient» comprenait 4500 recrues (Libanais, Syriens et Arméniens). Elle est rebaptisée en juillet 1920 «Troupes auxiliaires du Levant» 28, puis «Troupes spéciales du Levant» 29 dix ans plus tard en mars Les recrues étaient alors formés à l école militaire de Homs 30 et jusqu en 1943, les formations syriennes et libanaises, servaient sous le même drapeau. Ce n est que leur séparation qui donne naissance aux deux futures armées du Liban et de la Syrie, jusqu en 1945 sous le contrôle de la France 31. Comme le souligne Jean-David Mizrahi, «l élément minoritaire demeure une composante incontournable des Troupes Spéciales du Levant» 32. Les communautés 28 Les troupes comptent soldats en 1924, D après FREIHA, Adel A., L Armée et l Etat au Liban ( ), Librairie Générale du Droit et de la Jurisprudence, Paris, 1980, p Au nombre de hommes en 1942, Idem. 30 Elle-même transférée à Damas en 1934, Idem. 31 Le 15 juin 1944 a lieu la signature d un accord stipulant le transfert du commandement aux Libanais. Cet accord devient effectif le 1 er août Ibid., p. 436.

7 7 religieuses et ethniques représentaient 33 28,7% de la population syrienne et 51,3% des effectifs des Troupes Spéciales du Levant. Au contraire, la majorité Sunnite (57,2% de la population) fournissait 35,7% 34 du dispositif militaire 35. D un côté, les minorités sont déployées dans leurs territoires respectifs, où leur proportion a pu atteindre 80%, voire 90%, des effectifs (exemples des Alaouites sur le littoral, des Druzes sur le Djébel Druze, des chrétiens et des Kurdes en Haute-Jézireh, ou encore des Assyro-Chaldéens dans la Jézireh). D un autre côté, ils sont déployés dans les centres politiques, comme les Tcherkesses dans la région de Damas. Les sunnites sont donc non seulement sousreprésentés 36, mais aussi entourés par des unités à forte composante minoritaire. Autrement dit, le recrutement des autochtones marque le début de la cooptation à l origine du long processus de redistribution du pouvoir, dont les résultats sont visibles aujourd hui. II. Les services de sécurité dans le processus de redistribution de puissance après l indépendance Le XXème siècle a amené une série de bouleversements au Proche et Moyen-Orient, parmi lesquels des altérations politiques et des ruptures culturelles, mais aussi et avant tout des modifications d alliances. Après les indépendances, le rôle de l armée et la 33 Alaouites : 15,7% de la population, 24,4% du total des effectifs ; Kurdes : 6,9% de la population, 4,0% des effectifs ; Tcherkesses : 1,7% et 5,5% ; Druzes : 3,3% et 6,5% ; Ismaéliens : 1,0% et 1,9% ; Assyro- Chaldéens : 0,1% et 9,0%. D après MIZRAHI, Jean- David, op.cit., p Dont 29,8% de population sédentaire et 5,9% de Bédouins. 35 MIZRAHI, Jean-David, op.cit., p A part le 3 ème bataillon où ils constituent 72% et stationnent entre Homs et Hama. construction du système sécuritaire évoluent. Les coups d Etat successifs ont provoqué des crises institutionnelles. Des bandes armées et les milices, souvent ravitaillées à l étranger, complexifiaient la donne géopolitique du Levant. Les effets néfastes du conflit israéloarabe ont été ressentis dans toute la région. Par conséquent, le Proche-Orient s est militarisé, à l image de la vie politique libanaise et syrienne où la présence de services de sécurité efficaces est devenue cruciale. Quelle place accorde-t-on aux services de sécurité dans la vie politique au Liban et en Syrie? Après le départ du mandataire français, des remaniements ont eu lieu dans les deux pays, bien que la redistribution de puissance se soit faite selon deux modèles différents, qui démontrent bien les spécificités des relations entre les civils, les militaires et la sécurité au Proche-Orient. La France a quant à elle perdu de son influence au profit d autres acteurs. A. Une construction libanaise fragile L inertie des services de sécurité étatiques L amitié entre la France et la minorité maronite libanaise a garanti à cette dernière une place de choix au sein d un nouveau système politique innovant, défini par le Pacte national qui détaille le partage des pouvoirs entre les communautés religieuses libanaises et fournit ainsi les bases d une dépendance communautaire en matière de sécurité. Cependant, cette alliance n a pas pu répondre à long terme aux besoins sécuritaires ni de la région, ni du pays, et ainsi à une nouvelle structuration des services de sécurité 37. La France a laissé en héritage, tant pour le Liban que pour la Syrie, des unités constituées sur une base confessionnelle. Le 37 Les conséquences de cette dépendance sont décrites dans la partie suivante.

8 8 nouveau régime libanais veut que l armée soit neutre, en conformité avec l article 95 de la Constitution. En réalité, cette neutralité que l armée réclame témoigne non seulement de son impuissance mais aussi du manque de crédibilité du secteur face aux citoyens. En effet, elle hésite à mener des opérations de sécurité intérieure, comme pendant la guerre civile de 1958, et à défendre le territoire et sa population comme durant l agression israélienne de L armée, malgré l accroissement démographique, reste donc factionnalisée et confessionnalisée. «Il y a enfin la tradition implicite de faire de chaque fonction, de chaque instance créée au sein de l'institution, le fief d'une communauté ou d'une région» 38. L apparition des acteurs extérieurs et non étatiques La situation géopolitique du Liban est propice à l émergence de crises internes et externes, à cause desquelles des acteurs non étatiques se distinguent et des forces extérieures entrent en jeu. La diversité libanaise devient un élément de discorde, à cause de la pérennisation du communautarisme, amplifié par les aspects socio-économiques. Enfin, le clientélisme exacerbe les sentiments d appartenances claniques, et donc les divisions au sein de la nation. Pour exprimer des positions politiques ou des besoins sociaux, les minorités se dotent depuis les années 1920s 39 de moyens militaires et s appuient sur les bandes armées 38 DUPONT, Hubert, «La nouvelle armée libanaise, Instrument du pouvoir ou acteur politique?», CONFLUENCES Méditerranée - n 29, printemps 1999, p Les bandes armées chiites ont combattu contre la présence française et pour l unification avec le Royaume de l émir Faysal. MERVIN, Sabrina, «Le Liban Sud, des bandes armées à la guérilla ( )», in MERMIER, Franck et PICARD, Elizabeth, Liban, une guerre de 33 jours La Découverte «Cahiers libres», 2007 p et les milices. Après les accords de Ṭā if, l Etat a essayé de désarmer les milices des partis politiques et de réhabiliter leurs membres dans l armée nationale. Le processus, dont le succès est partiel, n a pas pleinement abouti 40. Avec l indépendance, une nouvelle porte s ouvre aux ingérences étrangères dans les affaires du Liban, notamment celle de la Syrie qui tente de contrôler le Liban et son système de sécurité. Elle finira non seulement par déployer son armée sur le territoire libanais durant la guerre civile, mais également par devenir une base stratégique pour les Iraniens : c est via Damas que l Iran a pu appuyer la création du Hezbollah en 1982 et, un an plus tard, la Syrie devient un pont entre Beyrouth et Téhéran après la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays. L Iran et la Syrie vont profiter de cette alliance en ce qui concerne leurs ambitions libanaises. Le but de l Iran était de créer une République islamique du Liban. Bien que cet objectif figurait parmi les priorités de la politique étrangère iranienne depuis la Révolution, il ne se concrétise qu à partir de 1982, lorsque Khomeiny change de stratégie suite à l échec des tentatives d instrumentalisation des groupes chiites préexistants, qui se veulent autonomes, et crée un nouveau mouvement avec l aide syrienne, le Hezbollah (parti de Dieu) 41 dans la plaine de la Bekaa. Cette création est rendue possible grâce au vide politique entraîné par la disparition du leader chiite libanais, l imam Mūsà Ṣadr en 1978 en Libye. Par le biais d investissements dans le 40 Pour plus d information sur le sujet : DUPONT, Hubert, op.cit., 41 Avant d appuyer la création du Hezbollah, l Iran a soutenu le parti chiite libanais Amal, puis a aidé à la création du parti Amal islamique, et enfin du Jihad islamique.

9 9 Sud du pays, longtemps marginalisé, le parti a pris en charge les hôpitaux, les écoles et d autres services. Le soutien populaire s est donc traduit par la montée du parti dans les sondages, son entrée au Parlement, et in fine sa participation au gouvernement. Grâce aux milices, il est devenu l une des forces politiques libanaises les plus actives et les plus perturbatrices en même temps. Le Hezbollah a refusé la démilitarisation de ses milices, pourtant exigée par les accords de Ṭā if, et conservé ses forces militaires face à l armée israélienne. Or, mis à part la protection de la frontière Sud, son action contribue assez peu à la stabilisation politique du pays. Bien au contraire, la guerre de 2006 a été provoquée par les enlèvements de deux soldats de Tsahal par l organisation et une suite de crises politiques 42 ont suivi. Des manifestations sont organisées à travers pays et la prise de contrôle de quartiers est devenue récurrente. Dernière crise politique en date, des ministres du Hezbollah ont quitté le gouvernement. Le parti, bien que dans l opposition, a su dicter ses conditions aux autres acteurs politiques et sécuritaires libanais. B. Le système sécuritaire au centre de la politique en Syrie Le manque d unité dans la vie politique syrienne et l entré de l armée dans la politique Quand les derniers soldats Français quittent le Levant en 1946, le paysage sécuritaire de la Syrie se redessine. Dans un premier temps, la période de se caractérise par une crise du régime parlementaire, les différents partis ne parvenant pas à trouver un accord sur un certain nombre de questions de 42 Parmi elles, les crises provoquées par la création du Tribunal spécial pour le Liban et le fait que le Hezbollah soit suspecté d avoir organisé et participé à l assassinat du Premier Ministre Rafīq al-harīrī. politique interne et externe, notamment l alignement sur l axe hachémite (ou égyptosaoudien). Ce manque d unité aura pour conséquence une série de coups d Etat, qui consacrent l entrée de l armée dans la vie politique du pays. Les dictatures militaires s enchaînent, et l armée est en expansion constante. Les effectifs se multiplient : environ soldats sont en service en 1966, en 1975 et en A titre de comparaison, durant les mêmes périodes, les effectifs au Liban évoluent de la manière suivante : soldats en 1966, en 1975 et en On observe une tendance similaire en ce qui concerne les groupes paramilitaires syriens : en 1966, en 1975 et en L expansion du secteur sécuritaire coïncide avec l émergence de nouvelles alliances. Tout d abord, l URSS s affirme en tant qu acteur régional dès les années 1940 et la Syrie entre dans la sphère d influence soviétique au début des années Les relations bilatérales se renforcent dans les années 1960 et La coopération entre les deux pays se concrétise par l envoi d officiers et de spécialistes russes, ainsi que par des ventes d armes. La Russie conserve non seulement une base navale à Ṭarṭūs, mais est aussi devenue le premier fournisseur d armes du pays : entre 2003 et 2006, la Russie a vendu à la Syrie des armes à hauteur de 400 millions de dollars 43 Les données chiffrées proviennent de: PICARD, Elizabeth, Arab Military in Politics: form Revolutionary Plot to Authoritarian State, p. 192, in (ed.) LUCIANI, Giacomo, The Arab State, Routledge, London, Au Liban le développement est moins spectaculaire : en 1966, en 1975 et Ibid.

10 10 américains. Ce montant a ensuite triplé entre 2007 et Parallèlement, la Syrie développe son alliance avec l Iran. C est à l époque de la guerre Iran- Iraq que les liens forts entre Damas et Téhéran se sont mis en place. La Syrie était alors le seul pays arabe à soutenir ouvertement l Iran. Il s agit d une exception notable puisque, à part Oman, l Algérie et la Lybie qui sont restés neutres, tous les autres acteurs régionaux se sont alignés sur l Irak. Le rapprochement économique et surtout politique entre les deux pays est l une des conséquences de la Révolution en Iran. Le soutien de la Syrie a été récompensé par l envoi d armes, de pétrole et d autres avantages économiques. Sans aucun doute, l opposition à l Israël a également joué un rôle unificateur, de même que les intérêts communs au Liban. Les échanges et les investissements iraniens concernent aussi d autres domaines plus sensibles : les réacteurs nucléaires syriens, bombardés par Israël, ont ainsi été construits avec l aide iranienne. Ces évolutions démontrent d une part que l armée réagit aux défaites dans les guerres contre Israël, et illustrent d autre part le changement de rhétorique, «du nationalisme socialisant et triomphant» 46 vers un pragmatisme basé sur la minorité alaouite qui accompagne le régime. Le renforcement de l élément minoritaire dans le commandement Le pari de la communauté alaouite a été couronné de succès. En effet, ceux qui auparavant faisaient parti des plus démunis contrôlent aujourd hui l appareil sécuritaire de l Etat. Ce processus a lentement commencé sous le mandat français, et s est accéléré après le coup d Etat mené par Ḥāfiẓ al- Asad, qui sécurise sa position au sein de la communauté tout en consolidant le bras armé du régime et des services de sécurité. Alain Chouet résume les causes de l emprise alaouite de la manière suivante : «L appareil de contrainte de l Etat, Armée, Police, Administration fiscale ou douanière, avait toujours été dans des mains étrangères et l on avait bien su s en accommoder. De fait, il n était nullement perçu comme un instrument valorisant, facteur de promotion et de contrôle sérieux de la société civile» 47. Effectivement, les notables sunnites n appréciaient pas les services de sécurité, tandis que l armée garantissait l ascension sociale à des jeunes issus des minorités. En plus, le passage par l école militaire, ouverte par les Français, leur donnait une éducation qu ils n auraient pas trouvée dans leurs villages d origine. Le parti Baath proposait une idéologie égalitariste en alternative à la suprématie des sunnites. Afin de protéger le régime, des unités d élites seront mises en place, ainsi que tout un système de brigades de défense, de forces spéciales et paramilitaires et de services de renseignement. Tout comme les Français à l époque du mandat, le régime développe des moyens de contrôle de la population et du territoire. Les structures de commandement sont modifiées pour mettre à leur tête les représentants des différentes tribus alaouites. De surcroît, les alaouites ont également infiltré l administration et l appareil public de l Etat. 45 The Military Balance, 2012, Table 41, Arms Deliveries to Middle East and North Africa by supplier, , p Ibid. 47 CHOUET, Alain, «L'espace tribal des Alaouites à l épreuve du pouvoir, La désintégration par le politique», p.1.

11 11 Conclusion Pour conclure, la France, usant de son influence historique, a instauré un mandat dans le Levant. Pour pouvoir contrôler le territoire et ses populations, elle a adopté l adage politique «diviser pour mieux régner». Elle a aussi implanté des services de sécurité structurés à l image des unités françaises et coloniales, pour ensuite les utiliser face aux incursions des bandes armées et aux révoltes des populations autochtones. Pour contrer l opposition de la majorité sunnite, elle a favorisé des populations minoritaires et de classes sociales inférieures. La puissance mandataire a donc posé des fondements des services actuels. Après le départ des troupes françaises, les Etats du Levant, le Liban et la Syrie, ont redistribué le pouvoir au sein des institutions mises en place par le mandataire. Au Liban, où l inertie du système sécuritaire est forte, la stabilité et la sécurité du pays dépendent d acteurs non étatiques et étrangers. La Syrie, quant à elle, a préféré faire entrer l armée dans la politique, et les deux sphères sont régies par une seule et même minorité, les alaouites. L émancipation des alaouites a été initialisée sous le mandat français. De nos jours, la communauté est soudée plus que jamais. Elle a su entrer dans le commandement des services de sécurité pour garantir la survie du régime et de ses intérêts. Elle a également coopté les familles marchandes ainsi que d autres minorités, tout en restant prudente et vigilante. Enfin, elle a créé des relations clientélistes et tissé des réseaux entre les élites du pays. Autrement dit, elle a emprunté son modèle de politique sécuritaire à la puissance mandataire française. Aujourd hui cependant, il apparaît que ce système, d un point de vue moral, est dépassé par les évènements qui traversent la Syrie. Reste à savoir comment le régime va ajuster son appareil sécuritaire face à cette instabilité. Finalement, le rôle de la France dans la structuration des services de sécurité du Levant a surtout pérennisé les communautarismes, certaines minorités étant favorisées tant dans l administration publique qu au sein des services de sécurité. Cependant, chaque modèle, libanais ou syrien, conserve ses spécificités. Au Liban, les services sécuritaires étatiques ne s engagent pas dans la vie politique à cause de leur faiblesse et de l héritage de la guerre civile. Malgré cela, la communauté défavorisée chiite a réussi à prendre le contrôle des institutions politiques et à intimider les services de sécurité libanais et israéliens. Dans le cas syrien, au contraire, les services de sécurité, dominés par une minorité, contrôlent l Etat et ses institutions.

Avis à l opinion Public

Avis à l opinion Public Avis à l opinion Public La Syrie était le berceau de la civilisation humaine où toutes les civilisations ont né et se sont épanouies. La Syrie a une situation géographique et stratégique très importante

Plus en détail

Prépa Sciences Po : Les frontières - Le Proche-Orient

Prépa Sciences Po : Les frontières - Le Proche-Orient Prépa Sciences Po : Les frontières - Le Proche-Orient par webmaster - Jeudi, janvier 27, 2011 http://ses-noailles.fr/2011/01/prepa-sciences-po-les-frontieres-le-proche-orient/ Dans le cadre de la préparation

Plus en détail

Baccalauréat Technologique. Session 2014-2015. Histoire- Géographie. Série : STMG

Baccalauréat Technologique. Session 2014-2015. Histoire- Géographie. Série : STMG Baccalauréat Technologique Devoir Commun Session 2014-2015 ***** Histoire- Géographie Série : STMG Durée : 2h30 Coefficient : 2 Les calculatrices ne sont pas autorisées Le candidat doit répondre à toutes

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Avantages et inconvénients d une force internationale

Avantages et inconvénients d une force internationale e 11 r aaooûût t 22000066 Institut du Renseignement Centre d Etudes du Terrorisme Avantages et inconvénients d une force internationale (par le Général. (res.) Moshe Yaalon et le Général. (res.) Yaakov

Plus en détail

MANDAT SYRIE-LIBAN 1... 1920-1946

MANDAT SYRIE-LIBAN 1... 1920-1946 MANDAT SYRIE-LIBAN 1... 1920-1946 Les archives du Haut-Commissariat de la République en Syrie et au Liban, rapatriées en 1968, représentent plus de 5 000 cartons et liasses. A la suite des accords Sykes-Picot

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Résolution sur une stratégie de lutte contre le groupe terroriste «Etat Islamique»

Résolution sur une stratégie de lutte contre le groupe terroriste «Etat Islamique» Résolution sur une stratégie de lutte contre le groupe terroriste «Etat Islamique» Commission Affaires étrangères et migration (Version originale) Insistant sur la nécessité de freiner puis stopper l expansion

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES

CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES Les épreuves écrites et orales des concours externe et interne pour l accès à l emploi de secrétaire des affaires étrangères

Plus en détail

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial Entretien accordé par Monsieur Le Ministre du Commerce à l APS ( 31/01/2014) Points abordés : Protection du produit national, Crédit à la consommation, L accord commercial préférentiel "Algérie-Tunisie,

Plus en détail

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc Débat du Conseil de Sécurité Sur Le Maintien de la paix multidimensionnel Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki Ambassadeur Representant du Maroc New York, 21 Janvier 2013 Prière de vérifier à l audition

Plus en détail

Le rôle de l Office européen des brevets dans l amélioration de la protection de la propriété industrielle dans les pays en développement.

Le rôle de l Office européen des brevets dans l amélioration de la protection de la propriété industrielle dans les pays en développement. Séminaire itinérant OEB OAPI INPI Nouakchott, Dakar, Niamey Juillet 2004 Le rôle de l Office européen des brevets dans l amélioration de la protection de la propriété industrielle dans les pays en développement.

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Pourquoi le Traité de. De Nice à Lisbonne

Pourquoi le Traité de. De Nice à Lisbonne Pourquoi le Traité de Lisbonne? De Nice à Lisbonne Le Traité de Nice Conclusion à Nice le 11 décembre 2000 Signature le 26 février 2001 1 er février 2003 Entrée en vigueur du traité 2000 2001 2002 2003

Plus en détail

Les particularités des rémunérations des réservistes militaires

Les particularités des rémunérations des réservistes militaires Les particularités des rémunérations des réservistes militaires PRESENTATION Pour favoriser le développement et l attractivité de la réserve militaire, les rémunérations versées aux réservistes sont exonérées

Plus en détail

17 avril 1946 Proclamation d'indépendance de la Syrie. 17 avril 1946

17 avril 1946 Proclamation d'indépendance de la Syrie. 17 avril 1946 Cinq ans après avoir obtenu son indépendance des Forces françaises libres, en 1941, la Syrie se soustrait de la tutelle française. Ses dirigeants proclament l'indépendance le 17 avril 1946 alors que les

Plus en détail

Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain.

Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain. Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain. Professeur Hugh Campbell Université d Otago, Nouvelle-Zélande La politique agricole avant la Deuxième guerre

Plus en détail

Quelle est l évolution du paysage politique du monde depuis 1945? Comment est-on passé d un monde bipolaire à un monde multipolaire?

Quelle est l évolution du paysage politique du monde depuis 1945? Comment est-on passé d un monde bipolaire à un monde multipolaire? LES RELATIONS INTERNATIONALES DE 1945 à nos JOURS p126 à 157 Quelle est l évolution du paysage politique du monde depuis 1945? Comment est-on passé d un monde bipolaire à un monde multipolaire? I- LES

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

BUREAU DE LA DEMOCRATIE, DES DROITS HUMAINS ET DU TRAVAIL Rapport International 2009sur la liberté religieuse 26 octobre 2009

BUREAU DE LA DEMOCRATIE, DES DROITS HUMAINS ET DU TRAVAIL Rapport International 2009sur la liberté religieuse 26 octobre 2009 Sénégal BUREAU DE LA DEMOCRATIE, DES DROITS HUMAINS ET DU TRAVAIL Rapport International 2009sur la liberté religieuse 26 octobre 2009 La liberté religieuse est inscrite dans la Constitution, et les autres

Plus en détail

Les effets économiques de la guerre en Syrie et de la progression de l État islamique sur les pays du Levant. Elena Ianchovichina et Maros Ivanic

Les effets économiques de la guerre en Syrie et de la progression de l État islamique sur les pays du Levant. Elena Ianchovichina et Maros Ivanic Les effets économiques de la guerre en Syrie et de la progression de l État islamique sur les pays du Levant Elena Ianchovichina et Maros Ivanic Résumé détaillé Cet article propose une estimation quantitative

Plus en détail

LES MINORITÉS AU COEUR DE LA CRISE SYRIENNE

LES MINORITÉS AU COEUR DE LA CRISE SYRIENNE OBSERVATOIRE DES MUTATIONS POLITIQUES DANS LE MONDE ARABE LES MINORITÉS AU COEUR DE LA CRISE SYRIENNE PAR LCL. KAMAL KAMAL Officier de l armée de terre libanaise, stagiaire de la 21e promotion «Ceux de

Plus en détail

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Juin 2013 Agenda Facteurs de développement du secteur bancaire syrien Le secteur bancaire syrien: performance solide, mais La Syrie

Plus en détail

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange 5 6 avril 2004 Compte Rendu La conférence s est tenue le 5 et 6 avril 2004 à Doha. Elle a été inaugurée par S.E. Royale Sheikh/ Hamad

Plus en détail

Caisse des Dépôts et Consignations Étude sur les fondations universitaires à l étranger

Caisse des Dépôts et Consignations Étude sur les fondations universitaires à l étranger DOCUMENT PROJET Caisse des Dépôts et Consignations Étude sur les fondations universitaires à l étranger Synthèse de l étude Réunion CPU du 18 juin 2009 Membre du réseau Ernst & Young Global Limited Les

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC»

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» Par Pierre-Claver NZOHABONAYO SECRETAIRE GENERAL ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES «OPC» 1. OBJECTIFS Dès sa création, l OPC vise une régulation articulée

Plus en détail

Séminaire sur la Gestion des Ressources Humaines en Afrique Défis pour le Troisième Millénaire. Aide Memoire

Séminaire sur la Gestion des Ressources Humaines en Afrique Défis pour le Troisième Millénaire. Aide Memoire African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

7 juin 2010 Journal Officiel de la République Démocratique du Congo Première partie - n spécial

7 juin 2010 Journal Officiel de la République Démocratique du Congo Première partie - n spécial Première partie 51 ème année Numéro spécial JOURNAL OFFICIEL de la République Démocratique du Congo Cabinet du Président de la République Kinshasa - 7 juin 2010 PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE Loi organique

Plus en détail

PROFIL : COMMUNAUTÉ ÉCONOMIQUE DES ÉTATS D AFRIQUE CENTRALE (CEEAC)

PROFIL : COMMUNAUTÉ ÉCONOMIQUE DES ÉTATS D AFRIQUE CENTRALE (CEEAC) PROFIL : COMMUNAUTÉ ÉCONOMIQUE DES ÉTATS D AFRIQUE CENTRALE (CEEAC) 1. ADRESSE : CEEAC : +241-44 47 31 BP 2112 Fax:+241-44 47 32 Libreville Gabon Email: ceeac.orgsr@inet.ga Website : www.ceeac-eccas.org

Plus en détail

Croissance, emploi et protection sociale

Croissance, emploi et protection sociale Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Croissance, emploi et protection sociale Juillet 1998 Document de travail n 32 La problématique croissance, emploi et protection sociale

Plus en détail

Commission nationale suisse Justice et Paix Prise de position sur l initiative pour l interdiction d exporter du matériel de guerre

Commission nationale suisse Justice et Paix Prise de position sur l initiative pour l interdiction d exporter du matériel de guerre «Ils briseront leurs épées pour en faire des socs et leurs lances pour en faire des serpes. On ne lèvera plus l'épée nation contre nation, on n'apprendra plus à faire la guerre» Isaïe 2,4 Commission nationale

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Séminaire d introduction au droit international humanitaire Collège d Europe 16-18 février 2009

Séminaire d introduction au droit international humanitaire Collège d Europe 16-18 février 2009 Séminaire d introduction au droit international humanitaire Collège d Europe 16-18 février 2009 Document de travail. Copyright Yves Sandoz. A ne pas citer ni reproduire Ouverture du Séminaire Ire demi-journée:

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES

5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES 5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES Qu est est-ce que la DG Trésor? La direction générale du Trésor est au service du ministre pour lui proposer et conduire sous son autorité la politique

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

PROJET D AIDE AUX VICTIMES EN SYRIE

PROJET D AIDE AUX VICTIMES EN SYRIE PROJET D AIDE AUX VICTIMES EN SYRIE Ligue Pour Une Syrie Libre Association loi 1901 Sommaire : I) Présentation et objectifs de l association p.2 II) Contexte et zones d intervention p.3 III) Principales

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION Le Canada dans le monde Sondage national auprès des Canadiens et des Canadiennes

DOCUMENT D INFORMATION Le Canada dans le monde Sondage national auprès des Canadiens et des Canadiennes DOCUMENT D INFORMATION Le Canada dans le monde Sondage national auprès des Canadiens et des Canadiennes Commandé par la Fondation Pierre Elliott Trudeau en collaboration avec l Université de Montréal Contexte

Plus en détail

Moyen-Orient et Afrique du Nord Page 1 sur 5 Notes sectorielles

Moyen-Orient et Afrique du Nord Page 1 sur 5 Notes sectorielles Moyen-Orient et Afrique du Nord Page 1 sur 5 1. Généralités DEVELOPPEMENT URBAIN La région MENA a l un des taux de croissance démographique les plus élevés du monde (2,1 % en moyenne par an de 1990 à 2003).

Plus en détail

Le DSI du futur Rapport d'étude

Le DSI du futur Rapport d'étude Le DSI du futur Rapport d'étude Devenir un catalyseur du changement Partagez ce rapport d'étude Le DSI du futur : Devenir un catalyseur du changement Tandis que la plupart des DSI s accordent à dire que

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 NATIONS UNIES S Conseil de sécurité Distr. GÉNÉRALE S/RES/1270 (1999) 22 octobre 1999 RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 mai 2011 à 9 h 30 «Les redistributions au sein du système de retraite» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Les droits familiaux

Plus en détail

LIBAN. département français. Habassou, responsable des programmes

LIBAN. département français. Habassou, responsable des programmes LIBAN POPULATION : 4,6 millions CAPITALE : Beyrouth MONNAIE : Livre Libanaise SUPERFICIE : taille moyenne d un département français DENSITÉ : 373 hab / km² ESPÉRANCE DE VIE : 79,7 ans ACCÈS À L EAU POTABLE

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Sixième Commission (A/65/475)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Sixième Commission (A/65/475)] Nations Unies A/RES/65/34 Assemblée générale Distr. générale 10 janvier 2011 Soixante-cinquième session Point 107 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport

Plus en détail

de présenter une optique commune de solutions aux problèmes de développement qui se posent dans ces pays.

de présenter une optique commune de solutions aux problèmes de développement qui se posent dans ces pays. PLAN DU SÉMINAIRE Guide de bonnes pratiques en matière de développement dans les pays les plus défavorisés de l environnement Euro méditerranéen Education, Egalité entre hommes et femmes et Etat de droit

Plus en détail

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique:

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation Hanns Seidel Original : français La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Direction de la gestion

Plus en détail

COOPERATION JUDICIAIRE INTERNATIONALE EN MATIERE DU DROIT DE LA FAMILLE 1

COOPERATION JUDICIAIRE INTERNATIONALE EN MATIERE DU DROIT DE LA FAMILLE 1 COOPERATION JUDICIAIRE INTERNATIONALE EN MATIERE DU DROIT DE LA FAMILLE 1 Berceau et héritier des civilisations et des conceptions religieuses de l antique Orient, le Liban a su accueillir sur son petit

Plus en détail

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Conseil des barreaux européens Council of Bars and Law Societies of Europe Association internationale sans but lucratif Rue Joseph II, 40 /8 1000 Bruxelles T. : +32 (0)2 234 65 10 F. : +32 (0)2 234 65

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Cluj-Napoca / Transylvanie http://www.institutfrancais-roumanie.com Appel à contribution

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise 1 Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise Introduction : La ROAM est un syndicat professionnel créé en 1855, qui a pour

Plus en détail

Réflexion-Débats. Le génocide des arméniens. Spécificité et difficulté d un enseignement.

Réflexion-Débats. Le génocide des arméniens. Spécificité et difficulté d un enseignement. Réflexion-Débats Le génocide des arméniens. Spécificité et difficulté d un enseignement. Par Sophie Ferhadjian Présentation du génocide des Arméniens, 1915 L Arménie est un territoire situé entre l Euphrate

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

UNION POUR LA MEDITERRANEE Agenda de la Formation professionnelle

UNION POUR LA MEDITERRANEE Agenda de la Formation professionnelle UNION POUR LA MEDITERRANEE Agenda de la Formation professionnelle GOUVERNANCE Le présent document résume les échanges du groupe de pilotage tripartite constitué de Maurice Mézel du Ministère du Travail,

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

SIXIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011)

SIXIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011) SIXIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011) INTRODUCTION 1. Le 26 février 2011, le Conseil de sécurité de l

Plus en détail

Développement de l'afrique Subsaharienne. Quels rôles et Opportunités pour le Maroc? TANGER (Maroc) 24, 25, 26 AVRIL 2014

Développement de l'afrique Subsaharienne. Quels rôles et Opportunités pour le Maroc? TANGER (Maroc) 24, 25, 26 AVRIL 2014 Développement de l'afrique Subsaharienne. Quels rôles et Opportunités pour le Maroc? TANGER (Maroc) 24, 25, 26 AVRIL 2014 L accompagnement des IDE (Investissements Directs Etrangers) par les banques marocaines

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

Immigration et diversité ethnoculturelle au Québec

Immigration et diversité ethnoculturelle au Québec Immigration et diversité ethnoculturelle au Québec L Enquête nationale auprès des ménages (ENM) Analyse régionale Janvier 2014 Le portrait sur l Immigration et la diversité ethnique au Canada était la

Plus en détail

Constitutions d'europe centrale, orientale et balte

Constitutions d'europe centrale, orientale et balte Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1995), «Constitutions d'europe centrale, orientale et balte», Documents SIGMA, No. 2, Éditions OCDE. http://dx.doi.org/10.1787/5kml6gc7k4jj-fr

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

Allant encore plus loin, le président ajoute :

Allant encore plus loin, le président ajoute : Introduction La fin du communisme et du collectivisme a pu donner à penser que la loi du marché allait s imposer à l ensemble de l économie de la planète. Recherche de valeur pour l actionnaire, exigence

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Seminar on latest trends and opportunities in IT

Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Seminar on latest trends and opportunities in IT Discours du Ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Seminar on latest trends and opportunities in IT Date : Jeudi 29 Mars 2012 Time:

Plus en détail

Les aides aux petites et moyennes entreprises

Les aides aux petites et moyennes entreprises FICHE 9 Les aides aux petites et moyennes entreprises Les petites et moyennes entreprises «jouent un rôle décisif dans la création d emplois et, d une manière plus générale, représentent un facteur de

Plus en détail

INTRODUCTION. L Alliance Européenne pour la Liberté défendra les changements fondamentaux suivants:

INTRODUCTION. L Alliance Européenne pour la Liberté défendra les changements fondamentaux suivants: INTRODUCTION Les futures élections européennes se tiendront du au 5 mai 014 dans l ensemble des 8 États membres. Cette charte, non contraignante, présente les positions politiques communes que les membres

Plus en détail

Chantier restructurations

Chantier restructurations Chantier restructurations Le présent document réalisé par le groupe de travail en charge du chantier restructurations, se fixe pour objectif de décrire de manière synthétique les enjeux présents et à venir

Plus en détail

Certaines personnes disent «il faut résister». D autres se demandent pourquoi ne pas laisser les Flamands scinder BHV.

Certaines personnes disent «il faut résister». D autres se demandent pourquoi ne pas laisser les Flamands scinder BHV. Note pédagogique BHV, pourquoi ce n est pas si facile? Nombreux sont les citoyens qui se demandent pourquoi les responsables politiques passent tant de temps sur BHV, alors qu il y a tant de réalités à

Plus en détail

Le Liban dans le contexte convulse du Proche-Orient

Le Liban dans le contexte convulse du Proche-Orient Le Liban dans le contexte convulse du Proche-Orient «Les raisons sont là pour que le Hezbollah, même si l on n aime pas du tout son idéologie, ne soit pas désarmé» pense l économiste et historien libanais,

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

Rapport de situation Intervention d'urgence en Syrie 12 Juin 2013

Rapport de situation Intervention d'urgence en Syrie 12 Juin 2013 Rapport de situation Intervention d'urgence en Syrie 12 Juin 2013 5 millions d enfants syriens auront besoin d être sauvés cette année Le 7 Juin 2013, les Nations Unies ont lancé l appel au don le plus

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

PRÉSENTATION A MONTRÉAL SUPÈRE CONFÉRENCE 20 FÉVRIER 2014

PRÉSENTATION A MONTRÉAL SUPÈRE CONFÉRENCE 20 FÉVRIER 2014 PRÉSENTATION A MONTRÉAL SUPÈRE CONFÉRENCE 20 FÉVRIER 2014 (Message : MO répond à des besoins concrets que le réseau seul ne peut combler : un toit, un support à la reconstruction MO est une ressource complémentaire

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE La coopération judiciaire face à la «souveraineté pénale» étatique

PREMIÈRE PARTIE La coopération judiciaire face à la «souveraineté pénale» étatique TABLE DES MATIÈRES 717 PAGES Préface........................................................... 5 Introduction générale............................................... 13 1. La lente émergence d un espace

Plus en détail

Je commencerai donc par quelques chiffres clés concernant nos relations avec l Afrique.

Je commencerai donc par quelques chiffres clés concernant nos relations avec l Afrique. Mesdames, Messieurs, C est pour moi un grand plaisir de pouvoir présenter aujourd hui la coopération japonaise en Afrique aux différents partenaires qui ont répondu à mon invitation à cette soirée de rencontre.

Plus en détail

DISCOURS DE MME JUSTINE GREENING, MINISTRE DU DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL, AU NOM DU GOUVERNEMENT DU ROYAUME-UNI

DISCOURS DE MME JUSTINE GREENING, MINISTRE DU DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL, AU NOM DU GOUVERNEMENT DU ROYAUME-UNI DISCOURS DE MME JUSTINE GREENING, MINISTRE DU DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL, AU NOM DU GOUVERNEMENT DU ROYAUME-UNI AM100f-X 1 Discours de Mme Justine Greening, ministre du Développement international, gouvernement

Plus en détail

Présentation du Programme : Phase II

Présentation du Programme : Phase II PROGRAMME D APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DE L ACCORD D ASSOCIATION Présentation du Programme : Phase II L Accord d Association constitue le cadre juridique L Accord d Association constitue le cadre juridique

Plus en détail

Le Président de la République est le responsable

Le Président de la République est le responsable LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE Le Président de la République est le responsable suprême de la politique de défense. A ce titre, il est le garant de l indépendance nationale, de l intégrité du territoire

Plus en détail

L intégration professionnelle des chirurgiens-dentistes citoyens français à diplôme hors Union Européenne

L intégration professionnelle des chirurgiens-dentistes citoyens français à diplôme hors Union Européenne L intégration professionnelle des chirurgiens-dentistes citoyens français à diplôme hors Union Européenne - RAPPORT - Pôle des Chirurgiens-Dentistes FPS Juin 2003 FPS-SNPAC Page 1 sur 5 L intégration professionnelle

Plus en détail

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE Capitaine de vaisseau Ndome Faye, Conseiller Militaire à la Mission Permanente du Sénégal auprès des Nations unies à New York Dans certains

Plus en détail

LES NOTAIRES D EUROPE S ENGAGENT POUR

LES NOTAIRES D EUROPE S ENGAGENT POUR LES NOTAIRES D EUROPE S ENGAGENT POUR 2020 pour une politique européenne de la justice à la hauteur des enjeux socio-économiques NOS 5 ENGAGEMENTS POUR 2020 NOTAIRES D EUROPE 1 Parce qu ils sont les conseillers

Plus en détail

Pénétration du marché par les petites et moyennes entreprises du Québec. Rapport d analyse

Pénétration du marché par les petites et moyennes entreprises du Québec. Rapport d analyse Pénétration du marché par les petites et moyennes entreprises du Québec Rapport d analyse Sommaire Aéro Montréal, forum de concertation stratégique de la grappe aérospatiale du Québec, a demandé à PwC

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation Recommandations Thèses relatives à l accréditation Berne, le 17 décembre 2003 Seite 2 Recommandations aux hautes écoles spécialisées suisse 1. Accréditation et processus de Bologne Dans la Déclaration

Plus en détail

Clôture du Sommet Bancaire Francophone en France

Clôture du Sommet Bancaire Francophone en France Clôture du Sommet Bancaire Francophone en France Yousif: Vers la création d une union de banques francophones Torbey: Importance du rôle financier de Beyrouth Obolensky: Nécessité de promouvoir la coopération

Plus en détail