Les frais relatifs à l impression de ce document ont été assumés entièrement par :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les frais relatifs à l impression de ce document ont été assumés entièrement par :"

Transcription

1

2 Les frais relatifs à l impression de ce document ont été assumés entièrement par : Rapport annuel 2012 Rédaction : Éric Boulay et Sonya Bergeron Révision linguistique : Sylvie Lamothe, Justemot Mise en page : Martin Tremblay Copyright Maison de Lauberivière

3 Table des matières Mot du président 3 Mot du directeur général 4 Membres du conseil d administration 5 Structure de l organisme 6 Parrain et marraine d honneur 7 Les réalisations 8 Concertation et comités 11 Les ressources humaines 13 La contribution de l entreprise et des institutions 15 Lauberivière un milieu d apprentissage 17 Les secteurs 18 La distribution de vêtements 27 Les jardins de Lauberivière 28 Fondation de Lauberivière 29 Revue de presse 31 Remerciements 44

4

5 Mot du président L assemblée générale annuelle me permet de vous remercier, vous de la direction de la Maison, vous les bénévoles, vous du conseil d administration, vous qui nous permettez de poursuivre notre mission, soit : Accueillir avec respect, amour et compréhension, toute personne dans le besoin, quelle que soit la raison qui l amène à frapper à notre porte. Offrir les services qui lui permettraient de trouver une solution à sa situation et, si possible, lui redonner son autonomie. Cet effort est rendu possible grâce aux dons majeurs de la Fondation. Nous tenons à souligner son grand apport financier et l esprit de collaboration de chacun de ses membres. Un grand merci aux communautés religieuses, à la Fondation de la Maison et, bien sûr, au grand public de la région de Québec pour leur proverbiale générosité. Nous ne pourrions exister sans elle. Nous vous assurons de tout notre dévouement à la cause de l itinérance. Le président du conseil d administration, Georges Amyot Président du Conseil d administration 3

6 Mot du directeur général Le professionnalisme dégagé par La Maison de Lauberivière vient de sa qualité d accueil et des résultats obtenus jusqu ici. Mais, par-dessus tout, il résulte de l attachement à l œuvre manifesté par les gens qui s y consacrent. Les gens qui frappent à la porte de La Maison de Lauberivière ne viennent pas consciemment et volontairement chercher de l aide. Ils viennent parce qu ils n ont pas le choix. Ils ont faim. Ils ont froid. Ils viennent chercher l essentiel. Les services d urgence que nous offrons sont une occasion pour nous de créer un lien de confiance avec ces personnes afin de les aider à cheminer vers le rétablissement. Aider des gens qui sont souvent réticents à se mettre en mouvement, faute d estime personnelle, nous a permis de développer une expertise unique, propre au savoir-être nécessaire pour soutenir cette clientèle en marge du système actuel. Pour ce faire, notre support est basé sur une capacité d accueil comportant un haut seuil de tolérance envers des comportements insolites, issus d une grande souffrance, ainsi qu un profond respect de l être humain. En nos murs, nous avons su relever le défi d accompagner des gens désaffiliés et souvent jugés comme «plus ou moins volontaires». Ayant confiance en l expérience et en l approche de La Maison de Lauberivière avec une clientèle plus difficile, de plus en plus de partenaires nous contactent afin de bénéficier de notre expertise. En plus des nombreux services qu elle offre déjà, la Maison a été appelée au cours de l année à mettre en œuvre le projet Vie de parvis, d une part, et à déposer un mémoire à la Commission populaire sur l accès au logement, d autre part. Elle participe également à l implantation de nouveaux partenariats comme, entre autres, le projet Intervention multisectorielle de programmes d accompagnement à la cour, nommé IMPAC. Ce projet est détaillé à la p.10. À l aube de nos 30 ans, de nombreux défis nous attendent dans les prochaines années. En voici quelques-uns : Au chapitre de l hébergement d urgence, le mois de décembre a été très achalandé. Nous avons noté une augmentation de 43 % par rapport aux années précédentes. Nous sommes en réflexion en ce qui concerne le secteur de la Réinsertion sociale. Nous souhaitons moduler notre offre de services afin de mieux répondre aux besoins. Nous croyons qu un secteur spécialisé dans le traitement des dépendances serait pertinent. Il apparaît comme un élément manquant à notre offre de services. Finalement, le manque de logements adaptés aux besoins des gens qui frappent à notre porte demeure, encore et toujours, préoccupant. Nous vous présentons notre rapport d activités de cette année. Il fait la synthèse, notamment, de nos réalisations, de nos partenariats et de la situation actuelle de nos services. Éric Boulay 4

7 Membres du conseil d administration Guy Bernard, administrateur, Père Gilles Jalbert, administrateur, Daniel Garneau, trésorier, Sœur Lise Rochette, administratrice, Sœur Ghislaine Roseberry, administratrice, Sœur Lucie Blondeau, secrétaire, Nathalie Gagnon, vice-présidente, Maurice Thériault, administrateur et Georges Amyot, président. Georges Amyot, président... secteur privé, Amyot Architecte Nathalie Gagnon, vice-présidente... secteur privé, Avocate/Médiatrice Matières familiales Daniel Garneau, trésorier... secteur privé, CA, Ernst & Young Sœur Lucie Blondeau, secrétaire... communauté, Les Sœurs de la Congrégation de Notre-Dame Père Gilles Jalbert, administrateur... communauté, Les Missionnaires de Mariannhill Guy Bernard, administrateur... secteur privé, M e Guy Bernard, Avocat Sœur Ghislaine Roseberry, administratrice... communauté, Les Sœurs Servantes du Saint-Cœur de Marie Sœur Lise Rochette, administratrice... communauté, Sœurs de la Charité de Québec Maurice Thériault, administrateur... communauté, Congrégation de Jésus et Marie (Eudiste) En 2012, le conseil d administration de La Maison de Lauberivière a tenu six réunions régulières et deux rencontres du comité exécutif. Notre assemblée générale annuelle a été tenue le 19 avril 2012 et 29 personnes étaient présentes. Cinquante-cinq communautés et religieux sont membres de la corporation de la Maison. En ce qui concerne le comité de régie interne (CRI), il y a eu huit rencontres. Ce comité est composé d un membre du conseil d administration de la Maison, des trois membres de la direction de La Maison de Lauberivière, du directeur général de la Maison et de la directrice générale de la Fondation. 5

8 Structure de l organisme Si 2011 était une année de restructuration, 2012 a été l année où l on a pleinement mis à l épreuve cette nouvelle structure. Celle-ci s illustre par l organigramme suivant : Conseil d administration Directeur général Eric Boulay Coordonnatrice aux services administratifs et financiers Doris Roberge Services administratifs Bénévolat Club social Coordonnateur clinique Frédéric Lapointe Coordonnateur des services de soutien Gilles Hinse RVCV Maison Francis Peuch RVCV Saint-Roch Caroline Plourde Fiducie Magali Parent Dégrisement Marie-Andrée Bisson Sécurité Raymond Fiset Maintenance Jocelyn Ampleman Informatique Martin Tremblay À l aube de l emploi Philippe Gouin Travaux compensatoires Insertion sociale La chancelière Clinique médicale Véronique Lampron Buanderie Marie-Claude Savard Approvisionnement Stéphane Desaulniers Entretien ménager Roch Falardeau Accueil-femmes Benoit Desrochers Intervenante pivot Anne-Marie LaRochelle Friperie Couture Camions Les jardins de Lauberivière Accueil-hommes France Gallant Réinsertion sociale Raynald Lessard Magasin Fernand Lamontagne Multisectoriel Presbytère Michel Guévin Cuisine Emmanuel Legendre 6

9 Parrain et marraine d honneur Fidèle à sa philosophie apolitique, La Maison de Lauberivière a eu le bonheur de pouvoir compter, au fil des années, sur la personne qui occupe le rôle de ministre du Travail, de l Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable des régions de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches comme parrain ou marraine d honneur. Monsieur Sam Hamad a tenu ce rôle important à nos yeux pendant les dernières années et nous lui en sommes très reconnaissants. En 2012, nous sommes fiers que madame Agnès Maltais ait accepté de poursuivre cette tradition et, ainsi, de devenir notre nouvelle marraine d honneur. Message de la députée de Taschereau, madame Agnès Maltais S associer à La Maison de Lauberivière est un honneur, car c est participer à une cause de grande importance : celle de venir en aide au prochain, aux plus démunis, de tendre l oreille et la main à des personnes qui peinent à trouver leur place et leur dignité. Et ce dans une société qui doit tendre impérativement vers une véritable équité dans le partage des moyens et des ressources. La Maison de Lauberivière apporte des soins de grande qualité aux personnes qui nécessitent une écoute bienveillante, une attention particulière à leur situation et un accompagnement professionnel sur le chemin de la réhabilitation. Et surtout, La Maison de Lauberivière apporte de l espoir et de la lumière à celles et ceux qui gravitent dans la grisaille. Elle leur accroche un sourire là où il y avait de la tristesse. Elle les abrite sous un toit vert au lieu de les abandonner sur la dure. Je félicite et remercie de tout cœur les administrateurs, le personnel et les bénévoles qui se consacrent au mieuxêtre de leurs concitoyens. Un coup de chapeau également aux donateurs qui s impliquent socialement au maintien et au développement des ressources de La Maison de Lauberivière. Agnès Maltais Députée de Taschereau Message du député de Louis-Hébert, M. Sam Hamad Je suis très honoré de m associer à l œuvre de La Maison de Lauberivière qui soulignera cette année «30 ans d amour et d espoir». Malheureusement, dans notre société d aujourd hui, il existe encore des personnes en situation de pauvreté. Il est certain que ces personnes n ont pas choisi de l être et n ont pas choisi la misère. La générosité doit être au premier plan de nos préoccupations pour développer une société juste et moderne, où l entraide doit être une valeur à partager par nous tous. Je veux par cette occasion, remercier tous les bénévoles, les généreux donateurs qui font en sorte que les personnes en situation de pauvreté sont soutenues et accompagnées dans leur solitude. Merci à La Maison de Lauberivière, à ses employés et à ses collaborateurs 7

10 Les réalisations Vie de parvis Le parvis de l église Saint-Roch est un lieu où plusieurs classes sociales cohabitent. S y côtoient tous les jours travailleurs, citoyens, commerçants, touristes, habitués du parvis et personnes itinérantes. Tous ensemble, ils reflètent la diversité de notre société, mais faute de réelle mixité sociale, cette diversité mène souvent à des perceptions erronées, ou non, sur les gens qui utilisent cet espace public. À la suite du déplacement du secteur Rendez-Vous Centre-Ville (RVCV) du côté de la rue Saint-François, certains s inquiétaient de la concentration, dans ce coin du quartier, de nos usagers et des utilisateurs d autres ressources situées à proximité dont les mandats sont différents. Cette inquiétude a été nommée par le Comité de réflexion sur la rue Saint-François, un comité issu de la table de quartier l EnGrEnAge. Ce projet est détaillé à la p.12. Parallèlement, madame Chantal Gilbert, conseillère du district électoral des Faubourgs, membre du comité exécutif et responsable du développement social à la Ville de Québec, nous a invités à participer à l harmonisation de l utilisation du parvis de l église Saint-Roch. Ensemble, et forts de notre expertise, nous avons mis en œuvre un projet appelé Vie de Parvis. Ce projet, réalisé en collaboration avec des acteurs du milieu, vise l implantation d un travailleur de milieu, un agent de mixité, qui intervient de façon positive afin d accroître la mixité sociale et favoriser une saine cohabitation. Cet agent de mixité a fait un travail remarquable. Il s est imprégné du milieu en jouant différents rôles, dont celui d agent d information, de sensibilisation, de médiation, de liaison et de suivi de projets. Cette démarche a permis de trouver les irritants et de mesurer le sentiment d insécurité. Nous remarquons que la forte affluence et le regroupement de personnes marginalisées constituent un irritant. De plus, la consommation d alcool ou de drogues ou, encore, les gestes qui sont perçus comme des incivilités par certains, ont aussi été définis comme des irritants. Le rôle de l agent de mixité s est avéré pertinent pour les personnes qui démontrent une ouverture à la vie sur le parvis et pour améliorer les conditions de vie de tous. De plus, le Service de police de la Ville de Québec souligne que le développement communautaire leur permet d effectuer leur travail dans de meilleures conditions. On a remarqué une plus grande confiance des patrouilleurs envers le milieu et une diminution de l intrusion. Pour la première fois, aucune plainte citoyenne n a été répertoriée durant l été autour du parvis de l église Saint-Roch. Ce projet est un exemple qui démontre que La Maison de Lauberivière est de plus en plus appelée à trouver des solutions durables à la problématique de l itinérance. Tout cela a été rendu possible grâce à la contribution et à l implication de nombreuses instances du milieu, notamment la Ville de Québec, l Office municipal d habitation de Québec, la Caisse populaire Desjardins du Centre-Ville, la Société de développement commercial Centre-ville de Québec (SDC) et les citoyens de Saint-Roch. 8

11 Mémoire sur la commission d accès au logement Au mois de novembre dernier, La Maison de Lauberivière participait à la Commission populaire itinérante sur le droit au logement et y déposait un mémoire. Cette commission, qui se rendait dans les 17 régions administratives du Québec, avait comme objectif de dresser le portrait des problèmes de logement vécus par les personnes sansabri, entre autres, sur le territoire québécois. Les problèmes d accessibilité au logement perdurent dans la région de Québec et la grande majorité des gens qui frappent à notre porte vivent des problèmes de logement. Dans les années 2000, la raréfaction des logements a propulsé à la hausse le taux de fréquentation de nos lits d urgence. La Maison de Lauberivière a même dû ouvrir, à plusieurs reprises, des cellules de crise avec des lits supplémentaires pour pallier cette nouvelle réalité. Depuis, en partenariat avec d autres refuges, nous avons établi un plan d urgence afin de remédier à ces débordements. Quand des personnes dépensent l ensemble de leurs revenus pour leur loyer, elles deviennent dépendantes de notre service de repas. Plusieurs se disent victimes de discrimination dans l accès au logement : les références requises sont souvent nombreuses et il est fréquent que l on demande un numéro d assurance sociale ou un numéro de compte de banque, soit des données privées. Souvent, les propriétaires demandent un dépôt variant de 50 $ à 200 $, seulement pour «réserver» un logement. Nos usagers, sans le sou, sont a priori privés de l accès à ces logements et n ont pas d autre choix que de se loger dans des logements souvent délabrés. Un bon nombre de personnes nous ont raconté être aux prises, entre autres, avec des problèmes de moisissures. Pour les gens qui frappent à notre porte, il y a un besoin criant de logements adaptés à leurs besoins 9

12 Projet Intervention Multisectorielle de Programmes d Accompagnement à la Cour (IMPAC) Des gens aux prises avec des problèmes psychosociaux, en situation de grande pauvreté et, qui plus est, sans réseaux sociaux, se retrouvent parfois aux prises avec des problèmes judiciaires en raison d un délit mineur en lien avec leurs problèmes. Les exemples sont nombreux : en 2011, causes en instance devant la cour municipale avaient comme adresse La Maison de Lauberivière. Pour ce type de causes, l approche traditionnelle d application d une sentence échoue la plupart du temps, car on ne tient pas compte du traitement du problème sous-jacent. Au contraire, cette approche a plutôt tendance à cristalliser la situation problématique des gens. Un groupe composé de Sylvie Thibodeau, conseillère en loisir communautaire et développement social à la Ville de Québec, Johanne Denis, directrice de la Division du droit pénal et responsabilité civile et Annie Gaudreault, directrice du Greffe de la cour municipale, ont entrepris une démarche pour développer un projet visant l adaptabilité du tribunal aux personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale, de déficience intellectuelle, de trouble envahissant du développement ou d itinérance. Il s agit du projet IMPAC. Ce projet propose de mettre en place d autres méthodes de traitement des dossiers, à différentes étapes de la trajectoire judiciaire, afin de migrer vers une justice à caractère communautaire. La Maison de Lauberivière a été choisie comme partenaire pour contribuer à la mise en place de solutions durables et mieux adaptées à la situation de nos usagers. Cette démarche est à peine commencée, mais nous croyons qu elle favorisera l encadrement et le suivi des gens ainsi que leur réinsertion sociale. De plus, nous croyons que le recours à l emprisonnement qui, de toute façon, ne constituait pas une solution durable, sera diminué. Le Marchand de lunette Notre clientèle n a généralement pas les moyens de s acheter des lunettes et, trop souvent, elle renonce à cet achat pourtant essentiel. Simon Dufour, opticien d ordonnance depuis 2005, a eu l idée d implanter à La Maison de Lauberivière, ainsi que dans d autres organismes, un service permettant aux gens à très faible revenu de se procurer des lunettes. Il s agit d une réelle option pour eux. Chaque mercredi, Simon Dufour se présente muni de deux valises pleines de lunettes et d un sac de matériel à La Maison de Lauberivière ainsi qu à son point de service du Rendez-Vous Centre-Ville. En 2012, ce nouveau partenariat a permis d aider plus d une trentaine de personnes à se procurer des lunettes. 10

13 Concertation et comités Le RAIIQ s appuie sur la volonté de groupes ressources en itinérance souhaitant mettre en commun leurs expertises, leurs forces et leurs préoccupations pour améliorer les conditions de vie des personnes en situation ou à risque d itinérance, dans la région de Québec. Le RAIIQ rassemble 36 organismes qui interviennent sur le territoire de la ville de Québec et qui rayonnent audelà de celle-ci. Ces organismes communautaires ont des missions et des axes d intervention diversifiés qui influencent positivement les conditions de vie des personnes en situation ou à risque d itinérance. La Maison de Lauberivière participe activement aux rencontres du RAIIQ et à ses sous-comités. À titre d exemple, en 2012, Lauberivière a collaboré au Comité hébergement, au Comité judiciarisation et à l organisation de La Nuit des sans-abri. L un des objectifs du Comité hébergement du RAIIQ est d appliquer, en partenariat avec La Maison de Lauberivière, un plan d action pour réagir rapidement et efficacement aux situations de débordement dans les refuges. Dans ce plan d action, il est prévu que La Maison de Lauberivière ajoute deux lits civières d urgence en cas de débordement, en plus de l apport de l intervenant pivot (voir section Intervenant pivot). Dans l éventualité où l ajout de lits supplémentaires ne parviendrait pas à suffire à la demande, La Maison de Lauberivière pourrait mettre en place une unité d urgence comprenant une quinzaine de lits supplémentaires. Le conseil d établissement du Centre Louis-Jolliet La Maison de Lauberivière et le Centre Louis-Jolliet, centre d éducation aux adultes, sont partenaires sur plusieurs projets. Le Centre Louis-Jolliet a comme mission de contribuer au développement global des individus en assurant la qualité de leur milieu d étude, de travail et de vie. La Maison de Lauberivière siège maintenant au conseil d établissement du Centre Louis-Jolliet. Ce conseil d établissement exerce ses pouvoirs dans un contexte de partenariat avec la communauté, en respectant les responsabilités de gestion de la direction et les compétences professionnelles du personnel du Centre. Six rencontres ont été prévues, entre septembre 2012 et mai

14 L EnGrEnAgE La Maison de Lauberivière participe, depuis les débuts de sa création, à la table de quartier l EnGrEnAgE. Cet organisme est un lieu d action, d échange et de concertation de groupes communautaires et de citoyens et citoyennes qui partagent le but commun d améliorer la qualité de vie dans le quartier Saint-Roch. La table de quartier agit dans une perspective collective afin de rallier divers acteurs à ses trois principaux axes de travail, soit : Favoriser la mixité dans le quartier; Favoriser l appropriation des espaces publics par les citoyens; Permettre la concertation du milieu quant au développement du quartier. La table de quartier l EnGrEnAgE travaille en sous-comités sur des sujets spécifiques, selon ses priorités d action. La Maison de Lauberivière a été invitée à participer à différents comités de l EnGrEnAgE, comme le Comité de réflexion de la rue Saint-François dans le quartier Saint-Roch, le Comité d animation et le Comité du parvis en fête. 12

15 Les ressources humaines Implication et reconnaissance des ressources humaines La Maison de Lauberivière ne serait pas devenue ce qu elle est aujourd hui sans le dévouement de son personnel bénévole et salarié et l engagement profond de celui-ci envers sa mission d accueil et de rétablissement. Le bénévolat, le cœur de notre organisation Année après année, un grand nombre de bénévoles s impliquent dans la réalisation de l œuvre humanitaire de la Maison. En 2012, ils ont été 152 à effectuer un total de heures de bénévolat. Sans eux, impossible d atteindre nos objectifs. Ils sont au cœur de notre organisation. De cette extraordinaire implication, La Maison de Lauberivière est très reconnaissante. D ailleurs, nous tentons de le démontrer par l organisation d activités qui valorisent ce dévouement. L une d elles est le très populaire dîner de Noël, une occasion pour nous de les remercier et de remettre un diplôme de reconnaissance à ceux qui ont plusieurs années d implication. Voici un extrait de l allocution qui a été livrée, lors de cet événement, par notre coordonnatrice aux services administratifs et financiers, madame Roberge : Mesdames et messieurs, chers bénévoles, Bonjour et bienvenue à votre traditionnel dîner de reconnaissance. La direction, le personnel de la Maison et de la Fondation ainsi que notre clientèle s unissent à moi pour vous dire mille fois merci. [ ] Chaque année vous êtes plus d une centaine de bénévoles à traverser nos portes pour nous apporter le soutien, l aide et la bonne humeur dont nous avons besoin pour poursuivre notre travail et remplir notre mission d aide. Votre présence permet à nos équipes de travail d accomplir leur mission en se sentant soutenues et appuyées par vous tous. Sans vous, La Maison de Lauberivière serait bien petite. Vous êtes très importants à nos yeux et chers à nos cœurs. Aujourd hui, membres du personnel, parents et amis se joignent à moi BÉNÉVOLEMENT pour vous servir un excellent dîner concocté par notre équipe de la cuisine. [ ] Au risque de me répéter, nous tenons à vous dire MILLE FOIS MERCI et nous souhaitons vous garder avec nous très longtemps. Nous remercions le ciel que le chemin de votre vie vous ait dirigé vers nous afin que nous puissions prendre cette route d entraide tous ensemble. [ ] 13

16 Un personnel de qualité Il est toujours étonnant, malgré la tristesse de la situation des gens qui frappent à notre porte, de voir l enthousiasme, la passion et l engagement démontrés par le personnel de La Maison de Lauberivière. En 2012, 83 salariés ont participé à nos ressources. Comme pour le personnel bénévole, il est important pour nous de valoriser et de reconnaître l engagement du personnel salarié. Cette année, nous avons célébré l ancienneté des employés comptant plus de 10 ans de service en offrant trois diplômes de reconnaissance, l un pour 20 ans de service et les deux autres, pour 10 ans. Aurèle Lavoie recevant un diplôme de reconnaissance pour ses 20 ans de service. Le programme d aide et d accompagnement social (PAAS) Le programme PAAS a comme objectif d aider les personnes à l écart du marché du travail à atteindre leur plein potentiel. En partenariat avec Emploi-Québec, La Maison de Lauberivière s est donné le mandat d accompagner les personnes participantes et de les placer en situation d apprentissage. Durant l année 2012, 20 personnes, soit 16 hommes et 4 femmes, ont participé à ce programme et ont accompli heures de travail. Les secteurs qui en ont bénéficié sont la cuisine, la buanderie, les centres de jour et la friperie. Les travaux communautaires Cinquante-trois personnes ont effectué leurs travaux communautaires dans la Maison, dont 46 hommes et 7 femmes. On comptabilise cet effort à heures de travail. Les travaux compensatoires Neuf personnes ont exécuté des travaux compensatoires à La Maison de Lauberivière. Cela représente en tout 665 heures de travail. 14

17 La contribution de l entreprise et des institutions Plusieurs entreprises privées de la région de Québec incitent leurs employés à s investir dans un organisme communautaire en les libérant pour une activité ponctuelle. Les employés s impliquent donc dans une activité communautaire pour laquelle ils sont rémunérés par leur employeur. La Maison de Lauberivière est souvent privilégiée dans ce genre d initiative. Ainsi, plusieurs entreprises s impliquent dans l œuvre de Lauberivière, principalement dans le service des repas. Nous recevions Desjardins Groupes d assurances générales Le 12 décembre À titre d exemple, voici des entreprises qui ont participé à ces activités : Caisse populaire Desjardins de Québec Consulat des États-Unis CSST INO La Capitale assurances générales La Carra Les vétérans de l armée M gr Lacroix et le personnel du Diocèse de Québec Ministère de l Emploi et de la Solidarité sociale Prospéro Taléo Informatique 15

18 Un don de Desjardins Groupes d assurances générales Le 12 décembre 2012 Nos donateurs fidèles depuis plusieurs années Addition-Elle Ameublement Tanguay Café Krieghoff Cégep Limoilou Campus Charlesbourg Centre des congrès de Québec Cotsco Lebourgneuf Cotsco Sainte-Foy Du Fruitier Érico chocolat Galerie du chocolat Garde côtière canadienne Gestev Gestion d événements Gîte Jeunesse Home Dépot Hôtel Le Dauphin IGA des Sources Cap-Rouge Jack s Prêt-à-porter Jardin Mobile 985 Godin La Boîte à pain Le café Le Hobbit Le Capitole de Québec Le Charlemagne Liquida Golf Loblaws Ancienne-Lorette Manoir Sully Médi Sélect Mode Avalanche Moisson Québec Musée de l abeille Par Ballon Enr. Pharmaprix 4850, boulevard Henri-Bourassa Pharmaprix 995, boulevard Wilfrid-Hamel Pharmaprix Cap-Rouge Pharmaprix l Ormière Poulet Benny boulevard de l Ormière Restaurant l Académie Salon des Jeux du Québec Smucker s SSQ Assurances générales Taouk Le Saladier Tim Horton 5025, boulevard de l Ormière Tim Horton 9430, boulevard de l Ormière Urban Outfitters Valentine Place Fleur de Lys Vêtements Sport Apogée Winners En 2012, des élèves de diverses écoles secondaires ont servi des repas. Voici la liste des principaux établissements : La Camaradière Les Etchemins Saint-Charles Garnier 16

19 Lauberivière un milieu d apprentissage En 2012, nous avons accueilli une quinzaine de stagiaires réguliers, ainsi que plusieurs autres pour de petits stages d observation. Le fait d accueillir ce grand nombre de stagiaires nous permet de communiquer et enseigner notre savoir-être, notre savoir-faire et surtout notre passion d aider les gens. En retour, cette ouverture nous incite à améliorer constamment nos façons de faire et à nous tenir à jour sur les récentes théories éducatives en relation d aide et dans bien d autres domaines. Les établissements d enseignement d où provenaient ces stagiaires sont : Programmes d études : Gestion d un établissement de restauration Informatique Médecine Techniques de travail social Techniques d éducation spécialisée Techniques d intervention en délinquance 17

20 Les secteurs La situation économique actuelle fait en sorte que les entreprises ont besoin de main-d œuvre spécialisée. Le taux de chômage étant relativement bas, le personnel qualifié se raréfie. Dans ce contexte, le rôle que joue le programme À l aube de l emploi, mis en œuvre en partenariat avec le Centre Louis- Jolliet, est doublement important. En plus d aider les gens à retrouver leur estime d eux-mêmes, par l expérimentation et la réalisation du programme en entretien ménager, À l aube de l emploi aide la région de Québec à se doter d une maind œuvre qualifiée. À l aube de l emploi en est à sa sixième année. En 2012, 22 personnes ont été diplômées, soit un nombre record pour une seule année. Depuis son ouverture, 90 personnes ont terminé cette formation avec succès et 95 % des gens embauchés après leur stage sont toujours employés à l heure actuelle. 18

21 Clinique médicale Pour des gens qui ne recevraient pas de soin autrement, La Maison de Lauberivière pilote une clinique médicale à haut seuil d acceptation, en collaboration avec le Centre de santé et de services sociaux de la Vieille-Capitale (CSSS) et le Centre de réadaptation de Québec (CRDQ). Docteur Lucie Deshaies, entourée des docteurs Jean-Pierre Routy et Réjean Thomas lors d une conférence de presse soulignant l importance de la lutte contre le Sida. (Gracieuseté du journal de Québec) Parmi les services offerts on retrouve le dépistage d infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS), les soins courants, comme le traitement d abcès ou de plaies infectées, le suivi de méthadone et celui des prescriptions ponctuelles, comme les antibiotiques, et beaucoup plus encore. Grâce à ce service, c est plus de actes médicaux ou psychosociaux qui ont été posés en Un volet emballant de la Clinique médicale de La Maison de Lauberivière est le projet Traitement actif de l hépatite C auprès des toxicomanes injecteurs en milieu communautaire (TACTIC). Ce projet constitue un modèle d offre conjointe de soins entre établissements, combinant le support du réseau institutionnel de santé, d une part, et le lien de confiance et la proximité du milieu communautaire qu est La Maison de Lauberivière, d autre part. Basé sur le principe de réduction des méfaits combiné à une offre de services à haut seuil d acceptation, TACTIC a démontré que l on pouvait guérir l hépatite C chez des utilisateurs de drogues intraveineuses (UDI), même si ces derniers en consomment activement. Traditionnellement, les UDI étaient exclus des traitements de l hépatite. On leur reprochait d être démotivés, inconstants et affectés de problèmes de santé mentale ou d une comorbidité rendant leur guérison improbable. Les premiers résultats de TACTIC ont pourtant prouvé l inverse. Ils établissent que dans ce modèle de soin peu coûteux, les patients démontrent une plus grande motivation, un plus haut taux d assiduité et une proportion de guérison supérieure à celle des études antérieures. L assiduité au traitement dans le cadre du projet TACTIC a été supérieure à 95 % pour la presque totalité des patients et le taux de réussite du traitement, aussi appelé taux de guérison, a été de 75 %, ce qui est supérieur au taux des patients réguliers. La docteure Lucie Deshaies a été invitée, à plusieurs reprises, à des congrès internationaux pour présenter le succès de ce projet novateur qu est TACTIC. L avenir s annonce prometteur, car TACTIC fait partie d un projet de recherche évalué par la Direction régionale de santé publique de la Capitale-Nationale qui, nous le croyons, permettra d exporter les bienfaits de ce modèle de soin à l extérieur des murs de La Maison de Lauberivière. 19

Rapport annuel 2010. Accueil. Compassion. Services. Autonomie

Rapport annuel 2010. Accueil. Compassion. Services. Autonomie Rapport annuel 2010 Accueil Compassion Services Autonomie Rapport annuel 2010 Rédaction : Chantale Dugas et Éric Boulay Correction : Sonya Bergeron Mise en page : Mathieu Charest Copyright Maison de Lauberivière

Plus en détail

La réinsertion sociale. Pour que la rue ait une issue...

La réinsertion sociale. Pour que la rue ait une issue... La réinsertion sociale Pour que la rue ait une issue... La philosophie d intervention du service de réinsertion sociale de la Maison du Père repose sur une approche de réduction des méfaits. Elle prône,

Plus en détail

bilan de la distinction coopérative Une caisse près de ses membres et de son milieu.

bilan de la distinction coopérative Une caisse près de ses membres et de son milieu. bilan de la distinction coopérative 2009 Une caisse près de ses membres et de son milieu. Message du président et du directeur général La distinction coopérative, c est ce qui différencie votre caisse

Plus en détail

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Dans cet atelier, nous verrons plusieurs façons d intervenir en tant que pair aidant. Anne-Marie Benoit présentera son travail

Plus en détail

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles Centre de réadaptation en déficience intellectuelle de Québec (CRDI de Québec) 7843, rue des Santolines Québec (Québec) G1G 0G3 Téléphone : 418 683-2511 Télécopieur : 418 683-9735 www.crdiq.qc.ca Fiche

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

Absences motivées : madame Francine Doucet, messieurs André Couture et Jacques Pineault.

Absences motivées : madame Francine Doucet, messieurs André Couture et Jacques Pineault. PROCÈS-VERBAL de la première (09-01) assemblée régulière de l année 2009 du Conseil d administration du Collège de Rimouski tenue le mardi 27 janvier 2009, à 17 h, au local G-130 du Cégep de Rimouski.

Plus en détail

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS Volet 2 - Les options résidentielles LES OPTIONS RÉSIDENTIELLE La Fiche d information à l intention des parents porte sur différents sujets susceptibles d

Plus en détail

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires 1 Volet 4 : Ainé-e-s Table des matières À retenir... 1 Ce qu en disent les acteurs communautaires... 1 1. Un portrait des aîné e s du quartier... 2 1.1 Répartition des personnes âgées de 65 ans et plus...

Plus en détail

MOT DE LA PRÉSIDENTE

MOT DE LA PRÉSIDENTE RAPPORT D ACTIVITÉS 2011-2012 MOT DE LA PRÉSIDENTE L année 2011-2012 fut une année d imprévus. L absence de madame Hélène Blackburn, directrice générale, a demandé une réorganisation des tâches. Madame

Plus en détail

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mai 2013 PRÉAMBULE... 3 1. DISTRIBUER LA BONIFICATION DE 25M$... 4 2. OPTIMISER L AFE... 5 3. AMÉLIORER LA SENSIBILISATION DES

Plus en détail

L accessibilité universelle : Un engagement de la Ville de Montréal Des réalisations concrètes (Version en langage simplifié) Édition 2010

L accessibilité universelle : Un engagement de la Ville de Montréal Des réalisations concrètes (Version en langage simplifié) Édition 2010 L accessibilité universelle : Un engagement de la Ville de Montréal Des réalisations concrètes (Version en langage simplifié) Édition 2010 Table des matières Lexique... 5 Mot du maire Gérard Tremblay...

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ORGANISMES COMMUNAUTAIRES

LE FINANCEMENT DES ORGANISMES COMMUNAUTAIRES LE FINANCEMENT DES ORGANISMES COMMUNAUTAIRES Par Denys Légaré, directeur général Daniel Asselin, président Grand forum de la préven0on du suicide 14 octobre 2014 Plan de la présentation Les tendances en

Plus en détail

Les conséquences du sous-financement des organismes communautaires montréalais

Les conséquences du sous-financement des organismes communautaires montréalais Les conséquences du sous-financement des organismes communautaires montréalais Des conclusions qui appellent à la mobilisation Rapport du RIOCM sur le sous-financement des organismes communautaires de

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui.

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Mesdames et Messieurs, 1 Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Le but de ce moment d échange est de mieux faire connaissance. Il est aussi

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

Contact Personnel. Personal Contact. Chers partenaires,

Contact Personnel. Personal Contact. Chers partenaires, Édition du printemps 2012 Bulletin d information pour les partenaires de La Personnelle Chers partenaires, Comme annoncé en novembre dernier, notre équipe de la commercialisation a travaillé, au cours

Plus en détail

DEVIS D ÉVALUATION. Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan. Automne 2013

DEVIS D ÉVALUATION. Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan. Automne 2013 DEVIS D ÉVALUATION Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan Automne 2013 La mise en contexte de l évaluation Depuis sa création en 1993, la commission d évaluation de l enseignement

Plus en détail

Pour la prospérité : investissons dans le développement social du Québec

Pour la prospérité : investissons dans le développement social du Québec Pour la prospérité : investissons dans le développement social du Québec Présentation à la ministre des Finances du Québec, Mme Monique Jérôme-Forget lors des consultations prébudgétaires le 14 février

Plus en détail

La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives

La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives Conférenciers Stéphane Chabot, Réseau d investissement social du Québec (RISQ) Lucie Villeneuve, Réseau québécois du crédit communautaire (RQCC)

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2010-2011

RAPPORT ANNUEL 2010-2011 RAPPORT ANNUEL 2010-2011 8 juin 2011 TABLE DES MATIÈRES Mission... 3 Rapport du président... 4 Conseil d'administration 2010-2011... 7 Rapport du trésorier... 8 Rapport de la vérificatrice... 9 Rapport

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Une grande équipe. Le conseil d administration. Un travail précieux et sérieux. Le personnel. Les 3 axes d intervention. Rapport annuel 2008-2009

Une grande équipe. Le conseil d administration. Un travail précieux et sérieux. Le personnel. Les 3 axes d intervention. Rapport annuel 2008-2009 Rapport annuel 2008-2009 2009 Une grande équipe Le personnel : www.servicesjuridiques.org Présenté le 2 juin 2009 Le Conseil d administration - 10 citoyen(ne)s - 2 groupes communautaires - 1 représentante

Plus en détail

Rapport annuel de la Fondation du Cégep de Lévis-Lauzon. Exercice terminé le 30 juin 2012

Rapport annuel de la Fondation du Cégep de Lévis-Lauzon. Exercice terminé le 30 juin 2012 Rapport annuel de la Fondation du Cégep de Lévis-Lauzon Exercice terminé le 30 juin 2012 Table des matières Mot du président... 3 Activités de financement... 4 1. Tournoi de Golf... 4 2. Tirage... 5 Nos

Plus en détail

Consultation publique

Consultation publique Consultation publique PROJET DE REDÉVELOPPEMENT DU SITE DES ANCIENS ATELIERS DU CN Mémoire déposé par le Club populaire des consommateurs de Pointe-Saint-Charles dans le cadre des consultations publique

Plus en détail

PLAN D ACTION 2015 À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES

PLAN D ACTION 2015 À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES INTRODUCTION En vertu de l article 61.1 de la Loi assurant l exercice des droits des personnes, en vue de leur intégration scolaire, professionnelle et

Plus en détail

Caisse d économie des employés en Télécommunication

Caisse d économie des employés en Télécommunication Caisse d économie des employés en Télécommunication 1 HOMMAGES Hommage à M. Michel Laberge, ex-président du Conseil d administration de la Caisse d économie Desjardins des employés en Télécommunication

Plus en détail

LE COMPLICE BULLETIN DE LIAISON L AUTRE AVENUE, ORGANISME DE JUSTICE ALTERNATIVE. Johanne Gagnon pour l équipe de L Autre Avenue.

LE COMPLICE BULLETIN DE LIAISON L AUTRE AVENUE, ORGANISME DE JUSTICE ALTERNATIVE. Johanne Gagnon pour l équipe de L Autre Avenue. BULLETIN DE LIAISON L AUTRE AVENUE, ORGANISME DE JUSTICE ALTERNATIVE Décembre 2012 Dans ce numéro Nos vœux de Noël 1 Des nouvelles... de 2 nous Fermeture des 2 bureaux pendant le temps des Fêtes Le déploiement

Plus en détail

21 mars 2014 Centre des congrès de Québec. Plan de commandite

21 mars 2014 Centre des congrès de Québec. Plan de commandite Plan de commandite 21 mars 2014 Centre des congrès de Québec Serez-vous de l expérience? C est au Centre des congrès de Québec que se déroulera, le 21 mars 2014, la 20e édition du Bal des Grands Romantiques.

Plus en détail

«L AVENIR DU HORS CAMPUS»

«L AVENIR DU HORS CAMPUS» ASSOCIATION DES ÉTUDIANT(E)S HORS CAMPUS UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS RIVIÈRE 4 IEME CONGRÈS 27 ET 28 OCTOBRE 2001 «L AVENIR DU HORS CAMPUS» LES PARTICIPANTS AEHCUQTR M. Claude Salvas, président Mme Micheline

Plus en détail

PLAN D'ACTION 2009-2010

PLAN D'ACTION 2009-2010 PLAN D'ACTION 2009-2010 Adopté par le conseil d administration, le 21 septembre 2009 - 2 - INTRODUCTION En 2009-2010, une des actions à mener en priorité sera de poursuivre la sollicitation des entreprises

Plus en détail

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance.

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance. Recommandez Sunrise Un partenaire de confiance. Soins de longue durée et soins pour personnes semi-autonomes Soins pour personnes souffrant de l Alzheimer ou éprouvant des troubles de la mémoire Soins

Plus en détail

Stratégie locale d inclusion de logements sociaux et abordables et de lutte à l insalubrité

Stratégie locale d inclusion de logements sociaux et abordables et de lutte à l insalubrité Stratégie locale d inclusion de logements sociaux et abordables et de lutte à l insalubrité Introduction Un milieu de vie inclusif et sain Rosemont La Petite-Patrie est reconnu comme un milieu de vie complet

Plus en détail

PLAN D ACTION 2014-2015 Présenté à l assemblée générale annuelle du 18 juin 2014

PLAN D ACTION 2014-2015 Présenté à l assemblée générale annuelle du 18 juin 2014 PLAN D ACTION 2014-2015 Présenté à l assemblée générale annuelle du 18 juin 2014 NOTE Il faut considérer que le CV est constitué d une petite équipe et de finances limitées. Il faut conserver de l espace

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2010-2011 DU CONSEIL D ÉTABLISSEMENT

RAPPORT ANNUEL 2010-2011 DU CONSEIL D ÉTABLISSEMENT Centre Saint-Louis Centre Conrad-Barbeau 262, rue Racine 500, rue de la Faune Québec (Québec) G2B 1E6 Québec (Québec) G1G 5E4 Téléphones : 418 847-7170 poste 6300 418 622-7100 poste 5250 Télécopieurs :

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. 1.1 Introduction.. 1. 1.2 Profil des familles de Stanstead 2. 1.3 Nature de la politique 3. Volet 1 : Prendre racine à Stanstead

TABLE DES MATIÈRES. 1.1 Introduction.. 1. 1.2 Profil des familles de Stanstead 2. 1.3 Nature de la politique 3. Volet 1 : Prendre racine à Stanstead PROGRAMME D AIDE FINANCIÈRE ET DE SOUTIEN AUX FAMILLES DE LA VILLE DE STANSTEAD EN COLLABORATION AVEC LA CAISSE DESJARDINS DE STANSTEAD DANS LE CADRE DE SA POLITIQUE DE BIENVENUE Projet rédigé par : Le

Plus en détail

Nos clients une réussite!

Nos clients une réussite! BULLETIN SARCA Commission scolaire des Premières-Seigneuries Volume 4, n o 3 Juin 2014 CONTENU Au babillard... 1 Nos clients une réussite!... 1 Retourner en classe Moi?.. 2 Démystifier la formation professionnelle...

Plus en détail

La reddition de comptes dans le cadre du soutien à la mission globale

La reddition de comptes dans le cadre du soutien à la mission globale La reddition de comptes dans le cadre du soutien à la mission globale Programme de soutien aux organismes communautaires SERVICES SOCIAUX Édition : La Direction des communications du ministère de la Santé

Plus en détail

Mesdames et messieurs, chers actionnaires,

Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Allocution de monsieur Réal Raymond président et chef de la direction de la Banque Nationale du Canada Fairmont Le Reine Elizabeth Montréal, le 8 mars 2006 Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Permettez-moi

Plus en détail

Planification stratégique 2012-2015

Planification stratégique 2012-2015 DE CHAUDIÈRE-APPALACHES Planification stratégique 2012-2015 Reprendre du pouvoir sur sa vie. 23681_CRDCA_Planification 2012.indd 1 Description de la démarche La démarche de planification stratégique du

Plus en détail

1989 / 1990. Membres du conseil d administration. Bons coups / évènements marquants

1989 / 1990. Membres du conseil d administration. Bons coups / évènements marquants 1989 / 1990 Présidente Sylvie Gilbert Fowlis Vice-présidente Suzanne Beaudin Secrétaire & Trésorier Paul Messier Conseillère Thérèse Dubois Conseillère Jacqueline Rodrigue Conseiller Stanley Lake Personne-ressource

Plus en détail

OFFICE MUNICIPAL D HABITATION ET CENTRE DE LA PETITE ENFANCE NEZ À NEZ DE GRANBY PROJET DE CONSTRUCTION DE 24 LOGEMENTS INCLUANT 66 PLACES EN GARDERIE

OFFICE MUNICIPAL D HABITATION ET CENTRE DE LA PETITE ENFANCE NEZ À NEZ DE GRANBY PROJET DE CONSTRUCTION DE 24 LOGEMENTS INCLUANT 66 PLACES EN GARDERIE OFFICE MUNICIPAL D HABITATION ET CENTRE DE LA PETITE ENFANCE NEZ À NEZ DE GRANBY PROJET DE CONSTRUCTION DE 24 LOGEMENTS INCLUANT 66 PLACES EN GARDERIE PROJET DE LOGEMENT SOCIAL AVEC SERVICES DE GARDE ET

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2009-2015

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2009-2015 PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2009-2015 VERSION REVISEE EN JUILLET 2013 Avenant au plan 2009-2012 Le gouvernement du Québec a autorisé, le 29 février 2012, par décret, le report de l exercice

Plus en détail

DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS

DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS d Ahuntsic et Montréal-Nord. Lorsque le processus de

Plus en détail

LA MAISON DES PETITES LUCIOLES PLANIFICATION STRATÉGIQUE 2015-2018 DOCUMENT-SYNTHÈSE

LA MAISON DES PETITES LUCIOLES PLANIFICATION STRATÉGIQUE 2015-2018 DOCUMENT-SYNTHÈSE LA MAISON DES PETITES LUCIOLES PLANIFICATION STRATÉGIQUE - DOCUMENT-SYNTHÈSE 8 MAI 1 TABLE DES MATIÈRES MISE EN CONTEXTE... 3 DÉMARCHE ET ÉTAPES..... 3 RÉSULTATS DE LA PLANIFICATION STRATÉGIQUE..4 MISSION...4

Plus en détail

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE DU 27 AVRIL 2015

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE DU 27 AVRIL 2015 ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE DU 27 AVRIL 2015 RAPPORT ANNUEL 2014 TABLE DES MATIÈRES PAGE MOT DE LA PRÉSIDENTE 3 STRUCTURE ADMINISTRATIVE : - ORGANIGRAMME.. 4 - LISTE DES MEMBRES 5 - LISTE DES MEMBRES DU

Plus en détail

POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY

POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY «Penser et agir famille» LES OBJECTIFS 1. Accueillir les familles avec respect et ouverture d esprit dans toutes leurs formes et leurs différences. 2. Stimuler

Plus en détail

LA CAISSE DESJARDINS DE QUÉBEC

LA CAISSE DESJARDINS DE QUÉBEC GUIDE À L USAGE DE L EMPLOYEUR LA CAISSE DESJARDINS DE QUÉBEC un partenaire incontournable dans l intégration réussie de votre main-d œuvre immigrante Visitez-nous au desjardins.com/caissedequebec Être

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

Ce document peut être reproduit sans restriction, en tout ou en partie, en autant que la source soit mentionnée.

Ce document peut être reproduit sans restriction, en tout ou en partie, en autant que la source soit mentionnée. Édition produite par : l Agence de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale Direction régionale de la planification, de la gestion du changement et des ressources humaines Ce document

Plus en détail

Adoption du Plan pluriannuel 2008-2011 du réseau de la santé et des services sociaux de l Estrie

Adoption du Plan pluriannuel 2008-2011 du réseau de la santé et des services sociaux de l Estrie Volume 2, numéro 5 Décembre 2008 Adoption du Plan pluriannuel 2008-2011 du réseau de la santé et des services sociaux de l Estrie Le conseil d administration de l Agence de la santé et des services sociaux

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2013-2014 FORÊT D ARDEN LES JEUNES D AUJOURD HUI, L ESPOIR DE DEMAIN

RAPPORT ANNUEL 2013-2014 FORÊT D ARDEN LES JEUNES D AUJOURD HUI, L ESPOIR DE DEMAIN RAPPORT ANNUEL 2013-2014 FORÊT D ARDEN LES JEUNES D AUJOURD HUI, L ESPOIR DE DEMAIN Crédit photo : Lino Cipresso Photo BIENVENUE Nous sommes très heureux de vous présenter le rapport annuel 2013-2014 de

Plus en détail

Présentation Plan Marketing UDEM

Présentation Plan Marketing UDEM Association pour les enfants atteints de cancer Présentation Plan Marketing UDEM Janvier 2015 Lysanne Groulx Directrice communications et marketing Leucan - Plus de 35 ans d espoir Mission : Accroître

Plus en détail

Les organismes communautaires : partenaires essentiels d une véritable assurance autonomie

Les organismes communautaires : partenaires essentiels d une véritable assurance autonomie Commission de la santé et des services sociaux L autonomie pour tous Consultations particulières sur la création d une assurance autonomie Les organismes communautaires : partenaires essentiels d une véritable

Plus en détail

Partenariat patient-pair aidant-équipe soignante, un trio gagnant favorisant l espoir du rétablissement.

Partenariat patient-pair aidant-équipe soignante, un trio gagnant favorisant l espoir du rétablissement. Partenariat patient-pair aidant-équipe soignante, un trio gagnant favorisant l espoir du rétablissement. Automne 2014 MOT DE BIENVENUE ET PRÉSENTATION DES FORMATRICES Réjeanne Bouchard Guylaine Cloutier

Plus en détail

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Page1 Volume 4, numéro 1 Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Extraits de «Endettement étudiant : État des lieux, déterminants et impacts», Fédération étudiante universitaire

Plus en détail

Le Fonds des architectes. RAPPORT annuel 2014

Le Fonds des architectes. RAPPORT annuel 2014 Le Fonds des architectes RAPPORT annuel 2014 Table des matières La mission 2 Rapport de gestion 2014 3 Le conseil d administration du Fonds des architectes 5 Les comités du conseil d administration 6

Plus en détail

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire 1 Intervention de Marisol TOURAINE Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Maison de Santé Pluridisciplinaire Magny-en-Vexin Vendredi 20 février 2015 Seul le prononcé fait

Plus en détail

FAIRE COMPTER LES VOTES DANS NOS MILIEUX DE VIE

FAIRE COMPTER LES VOTES DANS NOS MILIEUX DE VIE FAIRE COMPTER LES VOTES DANS NOS MILIEUX DE VIE Que vous puissiez voter ou non, vous pouvez contribuer à façonner l avenir de notre pays : Dites aux autres pourquoi il est important de voter. Organisez

Plus en détail

Rapport d activités de. l Association Québécoise. pour les Enfants Dyspraxiques (AQED)

Rapport d activités de. l Association Québécoise. pour les Enfants Dyspraxiques (AQED) Rapport d activités de l Association Québécoise pour les Enfants Dyspraxiques (AQED) Année 2013-2014 Introduction L association a été constituée par lettres patentes du registraire des entreprises au nom

Plus en détail

CONSTRUIRE ET VIVRE ENSEMBLE

CONSTRUIRE ET VIVRE ENSEMBLE LANAUDIÈRE Novembre 2014 CONSTRUIRE ET VIVRE ENSEMBLE Pour des logements salubres et abordables qui répondent aux besoins de notre collectivité Bianca Bourbeau ps. éd. Coordonnatrice régionale en itinérance

Plus en détail

RÉSEAU D ACTION PROFESSIONNELLE CSQ

RÉSEAU D ACTION PROFESSIONNELLE CSQ RÉSEAU D ACTION PROFESSIONNELLE CSQ Compte-rendu Réunion du 22 octobre 2008 Cette réunion terminait un processus de 3 ans portant sur les cinq propositions pour une meilleure éducation au Québec. D entrée

Plus en détail

L ÉCHO MONTS ET RIVIÈRES Numéro 9 octobre 2009

L ÉCHO MONTS ET RIVIÈRES Numéro 9 octobre 2009 Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées, section Monts et Rivières de la Vallée du Richelieu Beloeil, Carignan, Chambly, McMasterville, Mont-Saint-Hilaire,

Plus en détail

Travailler avec les propriétaires et les gestionnaires pour l accessibilité au logement

Travailler avec les propriétaires et les gestionnaires pour l accessibilité au logement Travailler avec les propriétaires et les gestionnaires pour l accessibilité au logement Résumé Ce texte fait partie d une banque de 50 récits de pratiques d intervention en itinérance qui ont été réalisés

Plus en détail

Assemblée publique annuelle 2011 3 novembre 2011 Trois-Rivières, QC. allocutions de

Assemblée publique annuelle 2011 3 novembre 2011 Trois-Rivières, QC. allocutions de 1 Assemblée publique annuelle 2011 3 novembre 2011 Trois-Rivières, QC allocutions de Bryan P. Davies Président du conseil d administration Société d assurance-dépôts du Canada et Michèle Bourque Présidente

Plus en détail

RÉSEAU ÉTS (ASSOCIATION DES DIPLÔMÉS)

RÉSEAU ÉTS (ASSOCIATION DES DIPLÔMÉS) Ouverture de la séance à 18 h. RÉSEAU ÉTS (ASSOCIATION DES DIPLÔMÉS) Compte rendu de la quarante-troisième assemblée générale tenue le mercredi 1 er octobre 2014 à la Brasserie Molson Coors, Salon John-Molson,

Plus en détail

Logement de transition avec suivi intensif:

Logement de transition avec suivi intensif: Logement de transition avec suivi intensif: de nouveaux partenaires pour innover Résumé Ce texte fait partie d une banque de 50 récits de pratiques d intervention en itinérance qui ont été réalisés avec

Plus en détail

Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d administration

Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d administration Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d admini istration Mai 2012 1 Le programme de maîtrise en administration des affaires, cheminement coopératif (MBA Coop) de la Faculté d administration

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB En juin 2012, le conseil d administration de l AFANB a décidé d entreprendre une démarche de révision du plan stratégique qui mènera au dépôt d un plan stratégique

Plus en détail

Reconduire le programme AccèsLogis Québec et assurer un développement soutenu de logements sociaux et communautaires

Reconduire le programme AccèsLogis Québec et assurer un développement soutenu de logements sociaux et communautaires Reconduire le programme AccèsLogis Québec et assurer un développement soutenu de logements sociaux et communautaires Automne 2014 UN PROGRAMME PERTINENT ET NÉCESSAIRE Les besoins de logements abordables

Plus en détail

INTERODAS 2014 HORS-SERIE BULLETIN D INFORMATION ET DE LIAISON ORGANISATION D AIDE AUX SANS-EMPLOI (ODAS-MONTRÉAL)

INTERODAS 2014 HORS-SERIE BULLETIN D INFORMATION ET DE LIAISON ORGANISATION D AIDE AUX SANS-EMPLOI (ODAS-MONTRÉAL) INTERODAS 2014 HORS-SERIE BULLETIN D INFORMATION ET DE LIAISON ORGANISATION D AIDE AUX SANS-EMPLOI (ODAS-MONTRÉAL) TESTEZ VOS CONNAISSANCES SUR L AIDE SOCIALE VRAI ou FAUX? 1. Le ministère de l Emploi

Plus en détail

CAMPAGNE MAJEURE DE FINANCEMENT NOUS AVONS RÉUSSI ENSEMBLE! MERCI

CAMPAGNE MAJEURE DE FINANCEMENT NOUS AVONS RÉUSSI ENSEMBLE! MERCI CAMPAGNE MAJEURE DE FINANCEMENT NOUS AVONS RÉUSSI ENSEMBLE! MERCI NOUS AVONS RÉUSSI ENSEMBLE, MERCI! C est avec enthousiasme que nous nous sommes associés à cette seconde campagne majeure de financement

Plus en détail

2015-2019 PLAN DE DEVELOPPEMENT LOCAL COMITÉ DE COORDINATION

2015-2019 PLAN DE DEVELOPPEMENT LOCAL COMITÉ DE COORDINATION COORDINATION PATRICE GAUTHIER SYLVIE PELLETIER PIERRE THIBODEAU 2015-2019 PLAN DE DELPHINE CHARMOILLE HUGUES DEGLAIRE MANON GAUTHIER SYLVAIN LESSARD CHANTAL ROY LOCAL Municipalité de Saint-Ulric En collaboration

Plus en détail

Rendez-vous. Programme. 10 avril 2014 CENTRE FÉLIX-LECLERC 1001 RANG SAINT-MALO, TROIS-RIVIÈRES

Rendez-vous. Programme. 10 avril 2014 CENTRE FÉLIX-LECLERC 1001 RANG SAINT-MALO, TROIS-RIVIÈRES Rendez-vous Programme 10 avril 2014 CENTRE FÉLIX-LECLERC 1001 RANG SAINT-MALO, TROIS-RIVIÈRES Rendez-vous Les partenaires du DAFA et le Conseil québécois du loisir sont heureux de vous accueillir à ce

Plus en détail

Pour l exclusion des offices d habitation des décrets sur le personnel d entretien des édifices publics

Pour l exclusion des offices d habitation des décrets sur le personnel d entretien des édifices publics Pour l exclusion des offices d habitation des décrets sur le personnel d entretien des édifices publics Mémoire présenté au ministère du Travail dans le cadre de la consultation de la Loi sur les décrets

Plus en détail

lieu de rassemblement où ils ont rapidement développé un sentiment d appartenance.

lieu de rassemblement où ils ont rapidement développé un sentiment d appartenance. P R I N T E M P S 2 0 1 1 N U M É R O 6 R.A.P. Jeunesse sur le terrain L unité mobile d intervention La Bohème Le travail de rue à l Université Puis au Cegep Marie-Pier en stage à R.A.P. Témoignage d une

Plus en détail

Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire

Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire Pour adultes handicapés mentaux de la Meuse serésienne rue Hainchamps 77 siège social: a.s.b.l. Cesahm 4100 Seraing rue du Sewage 9 à 4100

Plus en détail

Positionnement associatif sur la place des coopératives de santé au sein du réseau local de services

Positionnement associatif sur la place des coopératives de santé au sein du réseau local de services Positionnement associatif sur la place des coopératives de santé au sein du réseau local de services Association québécoise d établissements de santé et de services sociaux, 2010 505, boul. De Maisonneuve

Plus en détail

Un manque de logements, Un manque de services. Comment répondre adéquatement à ce plan d action?

Un manque de logements, Un manque de services. Comment répondre adéquatement à ce plan d action? Plan d action ministériel en santé mentale 2005-2010 «La force des liens» Phase II : services résidentiels en santé mentale Un manque de logements, Un manque de services. Comment répondre adéquatement

Plus en détail

ADOPTÉ Le 11 mai 2015

ADOPTÉ Le 11 mai 2015 ADOPTÉ Le 11 mai 2015 Procès-verbal de la 1 re assemblée spéciale 2015-2016 des membres du conseil d administration de la Conférence régionale des élus de l Outaouais tenue par conférence téléphonique,

Plus en détail

MOORE, France, secrétaire d assemblée. GUAY, M. Jean-Marc ROBERGE, Mme Gaétane ROY, Mme Julie

MOORE, France, secrétaire d assemblée. GUAY, M. Jean-Marc ROBERGE, Mme Gaétane ROY, Mme Julie PROCÈS-VERBAL DE LA RÉUNION SPÉCIALE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DES ETCHEMINS, TENUE LE 17 JUILLET 2014, À 18 H 30, AU CENTRE ADMINISTRATIF (SALLE DE RÉUNION

Plus en détail

Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée?

Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée? Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée? Hélène Le Brun, conseillère septembre 2007 D-11815 Centrale des syndicats du Québec

Plus en détail

La mission et les résultats en chiffres pour 2006-2007 1

La mission et les résultats en chiffres pour 2006-2007 1 La mission et les résultats en chiffres 1 La mission du Protecteur du citoyen Le Protecteur du citoyen a pour mandat, en vertu de la Loi sur le Protecteur du citoyen et, depuis le 1 er avril 2006, en vertu

Plus en détail

mission Le conflit des «gars de Lapalme»,

mission Le conflit des «gars de Lapalme», composition Le conflit des «gars de Lapalme», à l origine du CIMM Le 1 er mai 1970, la CSN, la CEQ et la FTQ organisaient, à Montréal, une manifestation en appui aux travailleurs et à la travailleuse de

Plus en détail

RAPPORT ANN UE L 2014-2015

RAPPORT ANN UE L 2014-2015 RAPPORT ANN UE L 2014-2015 TABLE DES MATIÈRES Mots du président et de la direction... 4 Historique... Mission... Territoire... Présentation de l équipe... 5 6 6 7 Les bénévoles experts Processus d action

Plus en détail

L UNIVERS DES MOTS. Alphabétisation MRC de L Assomption. Présentation

L UNIVERS DES MOTS. Alphabétisation MRC de L Assomption. Présentation L UNIVERS DES MOTS Alphabétisation MRC de L Assomption Présentation COORDONNÉES L Univers des mots Carole Baril, directrice 547, rue Leclerc, bureau 200 Repentigny (Québec) J6A 8B4 Tél. : (450) 582-6561

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE

PLANIFICATION STRATÉGIQUE PLANIFICATION STRATÉGIQUE Le CRDITED de Montréal est une organisation innovante qui vise l excellence. Il contribue significativement, avec ses partenaires, à la participation sociale des personnes ayant

Plus en détail

9h à 16h Séminaire d une journée avec Luc Jetté. Nouvelle formule cette année!

9h à 16h Séminaire d une journée avec Luc Jetté. Nouvelle formule cette année! Québec, le 3 mars 2011 Liste préliminaire des conférenciers et des sujets traités Colloque 2011 de l APAPI 24, 25, 26 et 27 mai 2011 Afin de débuter vos demandes de libération pour le colloque 2011 avant

Plus en détail

CANADA VILLE DE POHÉNÉGAMOOK MRC DE TÉMISCOUATA

CANADA VILLE DE POHÉNÉGAMOOK MRC DE TÉMISCOUATA CANADA VILLE DE POHÉNÉGAMOOK MRC DE TÉMISCOUATA PROCÈS-VERBAL de la séance régulière du Conseil municipal de la Ville de Pohénégamook, MRC de Témiscouata, tenue le 3 août 2015, à 20 h, en la salle des

Plus en détail

PRÉSENTE. Alimentée par GUIDE DES CHAUFFEURS

PRÉSENTE. Alimentée par GUIDE DES CHAUFFEURS PRÉSENTE Alimentée par GUIDE DES CHAUFFEURS LA COURSE DU GRAND DÉFI PIERRE LAVOIE ÉDITION 2015 TABLE DES MATIÈRES Mission... 4 Contexte de l évènement... 4 Horaire... 5 La Course de nuit vendredi 8 mai...

Plus en détail

Planification stratégique 2012 2015

Planification stratégique 2012 2015 Faculté de médecine Département de chirurgie Planification stratégique 2012 2015 Luc Valiquette MD Directeur du département Travail de L. Conrad Pelletier MD, MBA Conseiller en gestion 22 octobre2012 Introduction

Plus en détail

Cadre de gestion du fonds régional d investissement (FRIJ) en Chaudière-Appalaches

Cadre de gestion du fonds régional d investissement (FRIJ) en Chaudière-Appalaches Cadre de gestion du fonds régional d investissement (FRIJ) en Chaudière-Appalaches Document mis à jour en avril 2014 Table de matière 1. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX 3 1.1 PRÉSENTATION DU FONDS RÉGIONAL D INVESTISSEMENT

Plus en détail

Adopté à l unanimité des conseillers

Adopté à l unanimité des conseillers Province de Québec M.R.C. d Arthabaska Municipalité de Saint-Albert Ouverture de la séance ordinaire du conseil de la Municipalité de Saint- Albert, tenue le 2 avril 2013 à 19h30, au bureau municipal,

Plus en détail

Commission de la santé et des services sociaux

Commission de la santé et des services sociaux Commission de la santé et des services sociaux Mémoire présenté à la Commission de la santé et des services sociaux dans le cadre de la consultation publique sur le document : «L AUTONOMIE POUR TOUS livre

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE BE

RAPPORT ANNUEL DE BE Chaque milieu a sa couleur, sa réalité et son expertise. Bénévoles d Expertise est celui qui favorise le partage, l échange et le transfert des connaissances. Bénévoles d Expertise entend réussir la réalisation

Plus en détail

Revue de presse. Période de janvier à mai 2012. Direction du Financement et des communications

Revue de presse. Période de janvier à mai 2012. Direction du Financement et des communications Revue de presse Période de janvier à mai 2012 Direction du Financement et des communications Table des matières 1. Rapport médias pages 2 et 3 2. Coupures de presse pages 4 à 33 Journal de Québec (25 ans)

Plus en détail

Madame Nathalie Ouellet, OMA, directrice générale et Madame Rita Parent, OMA, greffière assistent également à cette assemblée.

Madame Nathalie Ouellet, OMA, directrice générale et Madame Rita Parent, OMA, greffière assistent également à cette assemblée. La parution de ce procès-verbal est autorisée conditionnellement à la réserve suivante : Le procès-verbal sera approuvé lors de la séance du 03 octobre 2011 et signé par le greffier et le maire ou la personne

Plus en détail

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés.

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. -Avril 2014- Article premier Les dispositions qui suivent constituent la charte d

Plus en détail

MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX

MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX CONCERNANT LE LIVRE BLANC SUR LA CRÉATION D UNE ASSURANCE AUTONOMIE NOVEMBRE

Plus en détail

ASSEMBLÉE ORDINAIRE DU MARDI 10 MARS 2009

ASSEMBLÉE ORDINAIRE DU MARDI 10 MARS 2009 PROCÈS-VERBAL de la réunion ordinaire du conseil municipal de la Ville de Clermont, tenue à l hôtel de ville de Clermont, le 10 mars 2009 à 20 heures. Sont présents : M. Luc Cauchon, conseiller M. Rosaire

Plus en détail