SUR UNE FORMULE GÉNÉRALE POUR LE CALCUL DES PRIMES PURES D'ASSURANCES SUR LA VIE. Professeur à /' Université de Strasbotirg, Strasbourg, France.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SUR UNE FORMULE GÉNÉRALE POUR LE CALCUL DES PRIMES PURES D'ASSURANCES SUR LA VIE. Professeur à /' Université de Strasbotirg, Strasbourg, France."

Transcription

1 SUR UNE FORMULE GÉNÉRALE POUR LE CALCUL DES PRIMES PURES D'ASSURANCES SUR LA VIE PAR M. MAURICE FRéCHET, Professeur à /' Université de Strasbotirg, Strasbourg, France. INTRODUCTION Dans son ouvrage Introduction à la science actuarielle, M. Du Pasquier obtient quelques formules générales qu'il n'avait trouvées «dans aucun traité et qui renferment comme cas particuliers les formules classiques pour le calcul de la prime unique aussi bien que de la prime échelonnée)). Les formules nouvelles auxquelles il fait ainsi allusion sont des formules dans lesquelles le second membre variant avec le genre d'assurance envisagée ne se distingue pas de celui des formules classiques et représente la valeur actuelle des contrats. La nouveauté consiste dans le premier membre qui a l'expression générale suivante PD x +a(n x -N x+t ) et représente la valeur actuelle des primes (soient une prime unique P, et une prime annuelle a constante, anticipée, temporaire pendant t années) pour l x assurés, à l'époque de leur naissance. Il nous a paru que l'utilité d'une formule générale était beaucoup plus manifeste pour l'expression du second membre, étant donnée la grande variété des engagements pris par les assureurs. Tandis que le paiement des primes ne s'écarte guère des trois types: prime unique, prime constante vie entière; prime constante temporaire. On trouvera dans ce qui suit une formule générale qui s'applique, quelle que soit la forme du contrat (supposé sur une seule tête). L'un des buts poursuivis est celui même de M. Du Pasquier: obtenir une formule générale qu'il suffit de particulariser dans chaque cas concret sans avoir besoin d'imaginer à chaque fois un raisonnement nouveau. La généralité obtenue 'concernant aussi bien les différentes formes d'engagements de l'assureur que les différents modes de paiement des primes est considérablement plus étendue que celle qu'a atteint M. Du Pasquier. Toutes les fois qu'on sera embarrassé par une combinaison nouvelle, on pourra, au lieu de recherqher le prix de revient par une subtile méthode indirecte, remplacer purement et simplement les quantités qui figurent dans la formule générale (7) par celles qui correspondent à la combinaison considérée. Nous ne recommandons pas pourtant particulièrement cette manière de faire. C'est pour d'autres raisons que nous signalons cette formule. D'une 2-55

2 858 MAURICE FRECHET part, en effet, elle montre que toute prime peut s'exprimer en fonction des nombres de commutation, vérité d'expérience qui se trouve ici établie de façon tout à fait générale. Et, d'autre part, elle permet d'écarter, comme nous le verrons plus loin, une objection justifiée portant sur le mode d'établissement des formules particulières. Données et notations. -Nous supposerons d'abord, dans ce qui suit, que l'unité de temps envisagée est l'année. Soit alors x l'âge en années de la tête assurée, au moment de la signature du contrat. On ne sait pas d'avance quelles seront les sommes payées soit par l'assureur, soit par le payeur de primes au cours de la n e année du contrat. Mais on sait d'avance quelles seront ces sommes en cas de vie, et quelles seront ces sommes en cas de décès. C'est cela que doit spécifier le contrat. On sait donc quelle somme V x + n sera payée par l'assureur au momen où l'assuré entre dans l'âge x+n, s'il atteint cet âge et l'on sait quelle somme A x + n paiera l'assureur l'année du décès de l'assuré, si ce décès a lieu à l'âge x + n. Cette dernière somme pouvant être payée à des époques variables suivant le mois du décès, nous supposerons par exemple qu'elle est en moyenne payable en fin d'année de décès. D'autre part, les primes n'étant jamais payables que pendant la vie du payeur de primes, nous savons qu'en entrant dans l'âge x + n celui-ci devra payer une prime p x + n et que l'assureur ne recevra plus rien du chef de ce contrat après le décès du payeur de primes. Bien entendu, dans les cas particuliers, certaines des sommes F x + M, A x+n, px+n pourront être nulles. Calcul du prix de revient du contrat. -Ceci étant, appelons U le prix de revient du contrat, c'est-à-dire la prime pure unique équivalente à l'ensemble des primes convenues. Puisque pour les primes pures, nous faisons abstraction des charges, des bénéfices et des pertes, il est indifférent pour le payeur de primes de s'adresser à un seul assureur qui lui garantira l'ensemble des engagements inscrits dans le contrat, ou de s'adresser à autant d'assureurs qu'il y a de sommes V x+n, A x+n à assurer. Ainsi U est égal à la somme des primes pures relatives aux paiements de chacune de ces sommes prises isolément. Or V x + n est une somme à payer au moment où l'assuré entre dans l'âge x+n et seulement s'il atteint cet âge. La prime afférente à V x + n seul est donc la prime pure unique à payer à l'âge x pour un capital V x+n différé de n années en cas de vie. Cette prime est manifestement proportionnelle à V x + n. Elle est égale à V x + n. ( n E x ) en désignant par la notation ( n E x ) la prime correspondant à un capital assuré de 1. De même, la prime afférente à A x + n est égale à A x+n. ( n F x ) en désignant par ( n F x ) la prime pure unique à payer à l'âge x pour une assurance en cas de

3 SUR LE CALCUL DES PRIMES PURES D'ASSURANCES SUR LA VIE 859 décès temporaire pendant une année, différée de n années et pour un capital de 1. Finalement U= V x + V x+1. (i *) V x + n. ( *)+... +A X. ( 0 F X )+A X+1. (,F X )+... +A x+n. ( n F x )+... Mais U est équivalent à l'ensemble des primes p x + n. C'est-à-dire qu'au lieu de payer ces primes aux époques convenues, l'assuré pourrait en payant U charger un nouvel assureur de lui payer les sommes p x + n - Autrement dit, U est le prix de revient du contrat consistant à substituer aux sommes V x + n les sommes p x + n et à supprimer les paiements des sommes A x + n. Par suite, la formule précédente conviendra à ce nouveau contrat moyennant les modifications indiquées. D'où U^px+Px+i- (ie x )+p x+2. ( 2 E X )+... +p x+n. ( n E x )+... On a donc finalement une première formule générale Px + Px+l-(lEx)+Px+2- (ze x )+... +p x +. ( n E x )+... = (1) V x + V x+l.(,e x )+V x + 2. ( 2 E X ) V x + n.( n E x )+... +A,. (of x ) + A x^. G^.) + A, +2. ( 2 F X )+... +A x+n. ( n F x )+... On peut simplifier cette formule en calculant les ( n F x ) en fonction des ( n E x ), suivant un raisonnement connu. Si un assuré d'âge x paie une prime unique ( n F x ) + ( n+l E x ) l'assureur devra payer 1 à la fin de la (n + l) Q année du contrat, soit au bénéficiaire si l'assuré décède au cours de cette année, soit à l'assuré si celui-ci survit à la fin de la même année. L'assureur ne paie rien dans les autres cas. On voit qu'en somme, l'assureur s'engage à payer 1 à la fin de la (n+l) leme année du contrat, si l'assuré est en vie en entrant dans l'âge x + n. Il revient au même pour l'assureur d'avancer ce paiement de 1 d'une année en escomptant ce paiement, c'est-à-dire en payant IX ou v francs si on pose v, i désignant le taux d'intérêt 1+i 1+i annuel pour un franc. Finalement ( n F x ) + ( n+1 E x ) est la prime pure unique payable à l'âge x pour un capital v différé de n années en cas de vie. D'où: (2) (nf x )=v. ( 1t E x )-( n+l E x ). La formule (1) devient alors: Px + Px+i- (le x )+p x + 2. ( 2 E X )+... +p x +n- (ne x )+.. = (3) V x + V x+1. ( 1 E X ) + V x^. ( 2 E X ) V x+n. ( n E x )+... +v. A x + (va x+1 - A x ) ( X E X ) + (va x A x+1 ) ( 2 E X ) (yax+ n -Ax+n-i)(nE x ) +... Cette formule, s'appliquant à toutes les combinaisons d'assurances sur une seule tête, est indépendante de la théorie des probabilités. Elle suppose seulement que, pour chaque durée n et pour chaque âge x, le prix d'un contrat d'assurances

4 860 MAURICE FRÉCHET de capital différé de n années en cas de vie a une valeur déterminée proportioneile au montant du capital assuré. Le prix ( n E x ) de ce contrat pour un capital assuré de 1 franc pourrait, par exemple, être déterminé expérimentalement au moment où les opérations de l'assureur atteindraient la stabilité. Il est d'avance évident que ce prix doit être inférieur à la valeur actuelle v n d'un paiement certain de 1 franc différé de n années. On aurait donc à déterminer expérimentalement le coefficient k tel que ( n E x )=k.v\ Introduction de la probabilité de survie. -Pour calculer ne x le raisonnement ordinairement usité peut se présenter sous la forme suivante: Supposons qu'au même moment, un certain nombre L x d'assurés d'âge x souscrivent chacun une assurance pour un capital de 1 franc différé de n années en cas de vie. A moins que certains assurés présentent des risques spéciaux tarifés à part, l'assureur est obligé de leur demander à chacun la même prime (pure unique) ne x. Il reçoit donc au total la somme L x. ( n E x ). Au bout de n années, cette somme placée à intérêts composés est devenue L x.( n E x ).(l+i) n et elle devrait compenser le versement que l'assureur doit faire aux survivants. Si donc le nombre de ceux-ci est désigné par L x+n on voit qu'il n'y aurait ni bénéfice, ni perte si l'on avait ou en posant encore v- 1 1+i L x. ( n E x ). (l+ï) n ~R n^x T xj r n = L x + n Mais l'assureur ne connait pas d'avance la valeur de L x+n ) il sait seulement que si le nombre L x des contractants est assez grand, le rapport ^^-est, pratiquement, I>x voisin d'un nombre donné par les tables de survie sous la forme-^*, et qu'on lx appelle probabilité de survie de l'âge x à l'âge x+n. Dans l'ignorance de la valeur précise de valeur précise de x+n x+n. pour ceux de ses assurés qui ont contracté à l'âge x une pour ceux de ses assurés qui ont contracté l'âge une I>x l différé de n années, l'assureur adopte la solution équit< assurance d'un capital différé de années, l'assureur adopte la solution équitable consistant à remplacer ce rapport inconnu par sa valeur moyenne connue ^t^ et il prend ne x =^.v n. lx Objection. Le raisonnement précédent repose soir l'hypothèse que L x est grand. Or, même pour une grosse entreprise d'assurance, le nombre de ceux lx

5 SUR LE CALCUL DES PRIMES PURES D'ASSURANCES SUR LA VIE 861 qui contractent une assurance de capital différé, précisément à l'âge x et précisément pour une durée de n années n'est pas très considérable. Réfutation. La formule (2) permet de réfuter l'objection, ou, plutôt d'en diminuer la portée en étendant celle du raisonnement. En effet, la formule (3) montre qu'on peut considérer toute combinaison d'assurance comme se ramenant à une combinaison d'assurances de capitaux différés de diverses durées. De sorte que tout assuré d'âge x peut être considéré comme ayant contracté une assurance d'un capital différé de n années pourvu que l'un des montants correspondants px+m Vx+n ou va x+n A x+n^ ne soit pas nul. Il suffira pour cela qu'il ait à payer une prime à l'âge x+n ou qu'il soit couvert par une assurance soit en cas de vie, soit en cas de décès jusqu'à l'âge x+n. On voit alors que le groupe sur lequel portait le raisonnement précédent est beaucoup plus étendu que celui considéré tout d'abord et par suite qu'il n'est plus excessif d'admettre que le rapport observé ^*est voisin du rapport l'x prévue. h Introduction des nombres de commutation. Oh peut maintenant remplacer dans la formule (2) les nombres ne x par leurs valeurs. On a vu que (4) JE x = v" l *±». On évitera l'emploi simultané de deux tables, une de survie, une d'intérêts, en calculant d'avance les quantités D x = l x v x et en remarquant qu'alors (5) «*=% Ji - U X Au lieu de remplacer directement ( n E x ) par cette valeur dans la formule (3) il vaut mieux se servir de la formule (1) après avoir calculé nf x au moyen des formules (2) et (4) : OU t'x «+1 lx+n+i \ t x h w-f-l *F~ = v en appelant d x+n le nombre de décès l x+n l x + n+1 à l'âge x+n donné par la table de survie. En posant C x = d x.v x on aura (6) nf*=v C -^. DX Il ne reste plus qu'à remplacer dans (1) les quantités ne x et nf x au moyen des formules (5) et (6). On obtient ainsi la formule finale a x-{~n h p X 'D x +p x+1.d x+1 +p x j r2.d x p x+n.d x+n +... = (7) V x.d x +V x+1.d x+1 +V x + i.d x V x + H.D x+h v[a x. C Ä + A Ä+1. C x + x + A x + 2. C Ä+2 + +A*+ M. C x + n +... ].

6 862 MAURICE FRECHET Telle est la formule générale qui permet le calcul des primes p x + n payables en entrant dans Vage x+n pour une assurance contractée à Vage x et qui garantit le paiement de sommes telles que V x + n payables au n e anniversaire du contrat si Vassuré est en vie à cette époque, et de sommes telles que A x + n payables en moyenne en fin d'année de décès si l'assuré meurt à l'âge x + n. Méthode dite eulérienne. -Une fois légitimée la formule (7), on peut la retrouver d'une façon plus rapide en écrivant que si l x assurés du même âge contractent la même assurance, la valeur actuelle, à une époque quelconque des engagements des l x assurés est égale à la valeur actuelle, à la même époque, des engagements de l'assureur en supposant que les décès des contractants suivent exactement la loi de mortalité exprimée par la table dressée d'avance des nombres l x. En prenant pour époque de base leur naissance, la valeur actuelle des primes p x + n payées par les l x + n survivants à l'âge x+n sera égale à la somme p x+n.l x+n escomptée de x+n années, soit Px+n-lx+n-V == Px+n-I'x+if De même, la valeur actuelle des capitaux V x+n sera V x+n.d x + n. la valeur actuelle des capitaux A* +w payés à d x + n bénéficiaires sera, années auparavant: A x+n. d x+n. v x+n+1 = va x+n. C x+n. D'où la formule (7). Enfin, x+n+1 Seulement, cette façon de procéder constitue plutôt un moyen mnémotechnique qu'une méthode de démonstration. Les nombres réels des survivants et des décès sont très différents des nombres l x, d x. Ce sont les rapports de ces nombres qui sont voisins des rapports correspondants. Ce qui fait que l'équation obtenue par ce second moyen est cependant valable, c'est que cette équation est homogène par rapport aux l x. Dans Je cas particulier envisagé par M. Du Pasquier on a: p x = P+a, p x+1 = a,..., p x+t^ = a, p x + t = p x+t+1 =... =0; le premier membre de (7) devient (P+a)D x ad x+i 1 = PD x +a(d x D x+t^) ou PD x +a(n x -N x + t ) en posant (8) N x = D x +D x + x +... On retrouve ainsi l'expression de M. Du Pasquier. REMARQUES I. D'après ce qui précède, nous avons appelé p r, V r les sommes à payer respectivement par l'assuré et par l'assureur, si l'assuré est en vie en entrant dans l'âge r. Et nous avons supposé ces sommes payables au r ième anniversaire, ou comptées pour leurs valeurs à cette époque. Si l'existence de l'assuré, en entrant dans l'âge r déterminait le paiement de sommes payables à d'autres

7 SUR LE CALCUL DES PRIMES PURES D'ASSURANCES SUR LA VIE 863 époques, nous aurions donc à prendre pour p r, V r les valeurs actuelles de ces sommes (respectivement dues par l'assuré et par l'assureur) capitalisées ou escomptées au r ieme anniversaire. De même, A r dans notre notation désigne la valeur capitalisée ou escomptée à la fin de l'année du décès lorsque ce décès a lieu à l'âge r. Si donc, par exemple, on admet que les paiements en cas de décès ont lieu immédiatement après le décès et que comme les décès se répartissent assez régulièrement tout le long de l'année, les paiements ont lieu en moyenne au milieu de l'année du décès, alors si l'on appelle ô r la valeur effective du capital assuré en cas de décès à l'âge r on devra prendre pour A r A r = (l+«) i 8 r =-^= Vv et comme les termes en A dans la formule (7) sont multipliés par v, il faudra remplacer dans cette formule A r par ô r et v par Vv. IL Le raisonnement et les formules obtenues ne seraient pas altérées si l'unité de temps était, non pas l'année, mais le semestre, le trimestre, le mois,... Seulement, les notations x, i, v... se rapporteraient à la nouvelle unité de temps. Comme les tables de mortalité se rapportent, en général, au cas où l'unité de temps est l'année, il faudrait interpoler selon les méthodes développées dans les traités d'assurances pour obtenir les valeurs des l x, D x,... relatives aux semestres, trimestres,... APPLICATIONS I. Traitons, d'abord, à titre d'exemple, une des combinaisons usuelles d'assurances: rente viagère à jouissance différée et à capital réservé. Soit à calculer la prime annuelle P à payer à partir de l'âge x pour assurer le paiement d'une rente viagère de 1, différée de n années, étant entendu qu'au décès de la personne assurée, les ayants-droit recevront la totalité des primes versées, sans intérêt. Le premier terme de la rente sera payé à l'entrée de l'assuré dans l'âge x+n et suivra d'une année le versement de la dernière prime. On a évidemment, dans ce cas: Px^Px+i =... =Px+n-l ^P) Px+n = Px+n+l =. =0, Vx= Vx+i^.. = Vx+n-i ~0; V x+n V x + n + l =... =1, A* = P; A* +1 = 2P;...A x+n^ = wp = A* +n = A Ä+n+1 En portant dans la formule (7) les valeurs des p x +i, V x +j, A x+k, indiquées ci-dessus, celle-ci devient: ou P(D X +D X D x + n - 1 )=D x+n +D x + n + l vp(c x +2C x j rl nc x + n - i +nc x+n +nc x+n ) P(N x -N x+n ) =N x+n +vp(r x -R x + n ),

8 864 MAURICE FRECHET en posant conformément à l'usage D'où enfin M X =C X +C X ; R x = M x +M x+l +... N x+n N x -N x+n -v(r x -R x + n ) IL Mais il est surtout intéressant d'appliquer la formule (7) à des combinaisons peu courantes, pour lesquelles les Traités d'assurances n'offrent pas une formule toute faite et qui cependant se présentent à l'occasion aux actuaires. Nous conseillons, pour éviter toute erreur, sur l'interprétation des indices des quantités p r, V r, A r et de leurs dates de paiement, de rétablir directement dans chaque cas la formule (7) en employant le raisonnement abrégé indiqué plus haut. A titre d'exemple, nous traiterons un problème posé aux examens de VInstitut des Actuaires français. En novembre 1905, on demandait aux candidats de calculer la prime pure P à verser viagèrement pendant n' années pour garantir le paiement par l'assureur en cas de décès de l'assuré des annuités restant dues pour amortir un emprunt A que l'assuré a contracté à l'âge x en même temps que sa police d'assurance au taux t pour 1 avec remboursement en n années. Les annuités sont payables en fin d'année. Escomptons les engagements de l'assureur et de l x assurés à l'époque de la naissance, en supposant que la mortalité des assurés se conforme à une table de survie donnant d'avance les valeurs des l r survivants à l'âge r, et désignons par i le taux technique (pour 1) de l'assurance. La valeur actuelle des primes 1 est, en posant v= -. 1+i (11) Pl x v x +Pl x+l v x Pl x+n,_ 1 f+»'-*=p(d x +.. +ZW-i) =P(N x -N x + n >). Le seul engagement de l'assureur consiste à payer en cas de décès à l'âge r et en fin d'année de décès une certaine somme A r. De sorte que la valeur actuelle des engagements de l'assureur est: (12) A x d x v x A x+1 d x+1 v x =v[a x C x + A x^c x+l +... ]. Calculons les A; A x + r est la somme des valeurs escomptées en fin d'âge x + r des annuités (que nous appellerons a) restant à payer. Soit, en posant w : L+t A x+r = a+aw+aw aw n ~ l ~ r = (l-w n ~ r ). tw La valeur de l'expression (12) est donc ^{(l-w n )C x (l-w n ~ r )C x^r+... tw +(l-w)c x^n^} = ~{M x -M x + n -(w n C x w *-'C, +r wc x + n - x )}. tw

9 At l-w n SUR LE CALCUL DES PRIMES PURES D'ASSURANCES SUR LA VIE 865 On a donc l'expression de P: P= **V \M x -M x+n -(w«c x +...+w n ~ r C x+r +...+wc x+n^)}. tw(n x -N x+n >) Si on donne, non pas a, mais le capital A à amortir, on remplacera a par n De sorte que P- ^ \M x -M x+n -(w n C x +.. +w n - r C x + r +.. +wc x+n l )}. w(l-w )(N x -N x + n >) et Dans le cas particulier où i t, la formule se simplifie: w n C x w n ~ r C x+r wc x+n - 1 = v n d x v x v «~'d x+r v x+r vd x + n 1 v x+n ~ 1 =v x+n (l x -l x+n ) =v n D x ~D x + n Pss A JM x ~M x + n +D x + n -v n D x l~v n \ N x -N x + n <

10

le versement d'un capital décès d'un montant 30, 000 aux ayants-droits si l'assuré décès décède avant 60 ans,

le versement d'un capital décès d'un montant 30, 000 aux ayants-droits si l'assuré décès décède avant 60 ans, Contrat d'assurance 1 Un individu d'âge x = 45 a souscrit un contrat d'assurance avec les garanties suivantes, avant 60 ans, le versement à l'assuré, à partir de sa 60ème anné, d'une annuité vie entière,

Plus en détail

Table des matières. I Mathématiques financières 1. Préface

Table des matières. I Mathématiques financières 1. Préface Table des matières Préface v I Mathématiques financières 1 1 Calculs de dates et de durées 3 1.1 Nombre de jours séparant 2 dates............. 3 1.1.1 Base 30 / 360 : Méthode allemande........ 4 1.1.2

Plus en détail

MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES

MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES Table des matières Version 2012 Lang Fred 1 Intérêts et taux 2 1.1 Définitions et notations................................ 2 1.2 Intérêt simple......................................

Plus en détail

Fiche mathématiques financières

Fiche mathématiques financières Fiche mathématiques financières Thème 1 : Les taux d'intérêts simples et composés Taux d'intérêts simples : Les taux d'intérêts simples sont appliqués dans le cas d'emprunts dont la durée est inférieure

Plus en détail

Chapitre 2. Valeur acquise par un capital

Chapitre 2. Valeur acquise par un capital MATHEMATIQUES FINANCIERES Le temps, c'est de l'argent Si un capital est placé pendant "un temps assez long", on utilise les intérêts composés. En règle générale, à moins d'être complètement étranger aux

Plus en détail

Chapitre 5. Calculs financiers. 5.1 Introduction - notations

Chapitre 5. Calculs financiers. 5.1 Introduction - notations Chapitre 5 Calculs financiers 5.1 Introduction - notations Sur un marché économique, des acteurs peuvent prêter ou emprunter un capital (une somme d argent) en contrepartie de quoi ils perçoivent ou respectivement

Plus en détail

Mathématiques financières

Mathématiques financières Mathématique financière à court terme I) Les Intérêts : Intérêts simples Mathématiques financières - Intérêts terme échu et terme à échoir - Taux terme échu i u équivalent à un taux terme à échoir i r

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES V 3.3 Marc MENOU Décembre 2008 TABLE DES MATIERES TABLE DES MATIERES 2 1 INTRODUCTION 7 2 DEFINITIONS 10 2.1 CONCERNANT LE TEMPS 10 2.2 CONCERNANT L INTERET 11 3 SOMME UNIQUE

Plus en détail

L'INTÉRÊT COMPOSÉ. 2.1 Généralités. 2.2 Taux

L'INTÉRÊT COMPOSÉ. 2.1 Généralités. 2.2 Taux L'INTÉRÊT COMPOSÉ 2.1 Généralités Un capital est placé à intérêts composés lorsque les produits pendant la période sont ajoutés au capital pour constituer un nouveau capital qui, à son tour, portera intérêt.

Plus en détail

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 10 - Les assurances

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 10 - Les assurances Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil Publications CCH ltée Corrigé du chapitre 10 - Les assurances Réponses aux questions 10.1 Le contrat d assurance est celui par lequel l assureur, moyennant

Plus en détail

Principes généraux de l'imposition des contrats d'assurancevie établis au Canada

Principes généraux de l'imposition des contrats d'assurancevie établis au Canada Principes généraux de l'imposition des contrats d'assurancevie établis au Canada Renseignements L'assurance-vie joue un rôle de plus en plus important dans la planification financière en raison de la croissance

Plus en détail

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la Programmation Linéaire. 5 . Introduction Un programme linéaire s'écrit sous la forme suivante. MinZ(ou maxw) =

Plus en détail

D'UN THÉORÈME NOUVEAU

D'UN THÉORÈME NOUVEAU DÉMONSTRATION D'UN THÉORÈME NOUVEAU CONCERNANT LES NOMBRES PREMIERS 1. (Nouveaux Mémoires de l'académie royale des Sciences et Belles-Lettres de Berlin, année 1771.) 1. Je viens de trouver, dans un excellent

Plus en détail

Chapitre 1. La valeur et le temps. 1 Exercice 01-16. 2 Corrigé rigé de l exercice 01-16

Chapitre 1. La valeur et le temps. 1 Exercice 01-16. 2 Corrigé rigé de l exercice 01-16 Chapitre 1 La valeur et le temps 1 Exercice 01-16 16 Échéance commune de plusieurs effets Définition. L échéance commune de plusieurs effets est l échéance d un effet unique qui, le jour de l équivalence,

Plus en détail

Circulaire du directeur des contributions L.I.R. - N 23/2 du 30 avril 2002 DIRECTION DES CONTRIBUTIONS DIRECTES L.I.R. - N 23/2

Circulaire du directeur des contributions L.I.R. - N 23/2 du 30 avril 2002 DIRECTION DES CONTRIBUTIONS DIRECTES L.I.R. - N 23/2 DIRECTION DES CONTRIBUTIONS DIRECTES L.I.R. - N 23/2 Circulaire du directeur des contributions L.I.R. - N 23/2 du 30 avril 2002 Objet : Valeur actuelle des rentes viagères L application de certaines dispositions

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

AVENANT DE COÛT UNIFORME JACK HELPER & JILL HELPER

AVENANT DE COÛT UNIFORME JACK HELPER & JILL HELPER AVENANT DE COUVERTURE SUPPLÉMENTAIRE annexé à la police n o établi par la Transamerica Vie Canada Assuré au titre de l'avenant : JACK HELPER & JILL HELPER Date d'établissement de l'avenant : 01 octobre

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

1.1 Définitions... 2 1.2 Opérations élémentaires... 2 1.3 Systèmes échelonnés et triangulaires... 3

1.1 Définitions... 2 1.2 Opérations élémentaires... 2 1.3 Systèmes échelonnés et triangulaires... 3 Chapitre 5 Systèmes linéaires 1 Généralités sur les systèmes linéaires 2 11 Définitions 2 12 Opérations élémentaires 2 13 Systèmes échelonnés et triangulaires 3 2 Résolution des systèmes linéaires 3 21

Plus en détail

TCAS Taxe sur les conventions d'assurances Exonérations Assurances sur la vie et contrats de rente viagère

TCAS Taxe sur les conventions d'assurances Exonérations Assurances sur la vie et contrats de rente viagère Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-TCAS-ASSUR-10-40-30-10-20120912 DGFIP TCAS Taxe sur les conventions d'assurances

Plus en détail

A. QuiQUET (Paris - Francia) SUR DES CARRÉS PARFAITS VIAGERS

A. QuiQUET (Paris - Francia) SUR DES CARRÉS PARFAITS VIAGERS A. QuiQUET (Paris - Francia) SUR DES CARRÉS PARFAITS VIAGERS 1. - Si Ton représente par a le prix d'une annuité viagère immédiate de 1 fr., payable jusqu'au dernier décès de deux têtes d'âges x et y, c'est-à-dire

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

ÉPARGNE-PENSION COMMENT S Y PRENDRE?

ÉPARGNE-PENSION COMMENT S Y PRENDRE? COMMENT S Y PRENDRE? 1. L'ÉPARGNE-PENSION, C EST QUOI? L'épargne-pension vous permet de vous constituer une pension complémentaire à votre initiative individuelle. Au passage, vous pouvez déduire ce que

Plus en détail

Plan. 5 Actualisation. 7 Investissement. 2 Calcul du taux d intérêt 3 Taux équivalent 4 Placement à versements fixes.

Plan. 5 Actualisation. 7 Investissement. 2 Calcul du taux d intérêt 3 Taux équivalent 4 Placement à versements fixes. Plan Intérêts 1 Intérêts 2 3 4 5 6 7 Retour au menu général Intérêts On place un capital C 0 à intérêts simples de t% par an : chaque année une somme fixe s ajoute au capital ; cette somme est calculée

Plus en détail

LE RÉGIME DE GARANTIES DES RETRAITÉS LIGNES DIRECTRICES ADMINISTRATIVES D ORDRE GÉNÉRAL QUESTIONS ET RÉPONSES

LE RÉGIME DE GARANTIES DES RETRAITÉS LIGNES DIRECTRICES ADMINISTRATIVES D ORDRE GÉNÉRAL QUESTIONS ET RÉPONSES LIGNES DIRECTRICES ADMINISTRATIVES D ORDRE GÉNÉRAL S ET S Le Conseil de la rémunération et des nominations dans les collèges, le Syndicat des employées et employés de la fonction publique pour le personnel

Plus en détail

Assurance-vie de base SunSpectrum Assurance sur deux têtes payable au premier décès

Assurance-vie de base SunSpectrum Assurance sur deux têtes payable au premier décès Assurance-vie de base SunSpectrum Assurance sur deux têtes payable au premier décès Numéro du contrat : AV-1234,567-8 Propriétaire du contrat : John Doe Mary Doe Nous fournissons le texte suivant exclusivement

Plus en détail

MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES I. CHAPITRE I Intérêt et escompte. L intérêt et sa mesure. (ACT2025) Robert Bédard

MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES I. CHAPITRE I Intérêt et escompte. L intérêt et sa mesure. (ACT2025) Robert Bédard MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES I (ACT2025) Robert Bédard CHAPITRE I Intérêt et escompte L intérêt et sa mesure L'intérêt est ce qu'un emprunteur d'un capital versera à un prêteur pour l'utilisation de cette

Plus en détail

SUITES ET SÉRIES GÉOMÉTRIQUES

SUITES ET SÉRIES GÉOMÉTRIQUES SUITES ET SÉRIES GÉOMÉTRIQUES Sommaire 1. Suites géométriques... 2 2. Exercice... 6 3. Application des suites géométriques aux mathématiques financières... 7 4. Vocabulaire... 7 5. Exercices :... 8 6.

Plus en détail

RÉGIME D'ASSURANCE COLLECTIVE

RÉGIME D'ASSURANCE COLLECTIVE RÉGIME D'ASSURANCE COLLECTIVE ASSURANCE VIE DE BASE OBLIGATOIRE ET ASSURANCE VIE SUPPLÉMENTAIRE pour le personnel professionnel, cadre et directeur de service de UNIVERSITÉ LAVAL N de police : 92 072 -

Plus en détail

EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE

EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE OLIVIER COLLIER Exercice 1 (2012) Une entreprise veut faire un prêt de S euros auprès d une banque au taux annuel composé r. Le remboursement sera effectué en n années par

Plus en détail

MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES I

MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES I MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES I Deuxième cours Rappel: Intérêt Rappel: Intérêt Fonction de capitalisation 1 Rappel: Intérêt Fonction de capitalisation Fonction d accumulation Rappel: Intérêt Fonction de capitalisation

Plus en détail

Chapitre 4 - La valeur de l argent dans le temps et l'actualisation des cash-flows

Chapitre 4 - La valeur de l argent dans le temps et l'actualisation des cash-flows Chapitre 4 - La valeur de l argent dans le temps et l'actualisation des cash-flows Plan Actualisation et capitalisation Calculs sur le taux d intérêt et la période Modalités de calcul des taux d intérêts

Plus en détail

Série d exercices 4. /s k

Série d exercices 4. /s k ACT-10412 Mathématiques financières Série d exercices 4 1. Un prêt est remboursé à l aide de n paiements annuels égaux. Après n 1 années, le montant total de capital remboursé s élève à 3 955,20. La part

Plus en détail

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire Avoirs dormants L assureur réveille le bénéficiaire 2 Avoirs dormants Table des matières Table des matières... 2 1 Introduction... 3 1.1 Avoirs dormants... 3 1.2 Nouvelle législation... 3 2 Procédures

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Applications linéaires I) Applications linéaires - Généralités 1.1) Introduction L'idée d'application linéaire est intimement liée à celle d'espace vectoriel. Elle traduit la stabilité par combinaison

Plus en détail

Note d application du mécanisme d écrêtement des surprimes médicales

Note d application du mécanisme d écrêtement des surprimes médicales Commission de médiation de la convention AERAS 18 décembre 2012 Note d application du mécanisme d écrêtement des surprimes médicales A Conditions d éligibilité 1) Condition de ressources Cette condition

Plus en détail

I Suites géométriques, maths fi (1 + α + α 2 + + α n )

I Suites géométriques, maths fi (1 + α + α 2 + + α n ) UPV MathsL1S1 1 Suites. Maths fi I Suites géométriques, maths fi (1 + α + α 2 + + α n ) I Deux résultats fondamentaux 1) 1 + 2 + + n = n (n + 1) / 2 On peut connaître ce résultat par coeur. (D ailleurs

Plus en détail

DUT Techniques de commercialisation Mathématiques et statistiques appliquées

DUT Techniques de commercialisation Mathématiques et statistiques appliquées DUT Techniques de commercialisation Mathématiques et statistiques appliquées Francois.Kauffmann@unicaen.fr Université de Caen Basse-Normandie 3 novembre 2014 Francois.Kauffmann@unicaen.fr UCBN MathStat

Plus en détail

Imposition des participations et des avances sur police d assurance vie

Imposition des participations et des avances sur police d assurance vie Imposition des participations et des avances sur police d assurance vie Introduction Le titulaire d un contrat d assurance vie (aussi appelé «police») doit ajouter à son revenu les gains réalisés par suite

Plus en détail

CHAPITRE 2 INTERETS SIMPLE ET ESCOMPTE

CHAPITRE 2 INTERETS SIMPLE ET ESCOMPTE CHAPITRE 2 INTERETS SIMPLE ET ESCOMPTE I. Intérêts simples 1. Définition: Une personne empruntant une somme d'argent (Capital) pour une certaine période doit rembourser le preteur non seulement en capital,

Plus en détail

LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE

LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE (Art L 136-7-II du code de la sécurité sociale ; Art 125-0 A, 757 B et 990 I du code général des impôts; Instructions Bulletin Officiel des Impôts n 16 du 23

Plus en détail

est diagonale si tous ses coefficients en dehors de la diagonale sont nuls.

est diagonale si tous ses coefficients en dehors de la diagonale sont nuls. Diagonalisation des matrices http://www.math-info.univ-paris5.fr/~ycart/mc2/node2.html Sous-sections Matrices diagonales Valeurs propres et vecteurs propres Polynôme caractéristique Exemples Illustration

Plus en détail

Un peu de calculs financiers

Un peu de calculs financiers Un peu de calculs financiers 1. Les intérêts simples Intérêt : somme rapportée par le prêt d un capital. Il est proportionnel au montant de la somme prêtée et à la durée du prêt Période : le temps est

Plus en détail

La maison Ecole d ' Amortissement d un emprunt Classe de terminale ES. Ce qui est demandé. Les étapes du travail

La maison Ecole d ' Amortissement d un emprunt Classe de terminale ES. Ce qui est demandé. Les étapes du travail La maison Ecole d ' Amortissement d un emprunt Classe de terminale ES Suites géométriques, fonction exponentielle Copyright c 2004 J.- M. Boucart GNU Free Documentation Licence L objectif de cet exercice

Plus en détail

Texte 1, Choix intertemporel du consommateur Microéconomie 3-851-84

Texte 1, Choix intertemporel du consommateur Microéconomie 3-851-84 1 Texte 1, Choix intertemporel du consommateur Microéconomie 3-851-84 1. Présentation générale du contexte intertemporel La théorie du comportement du consommateur telle que nous l'avons vue jusqu'à présent,

Plus en détail

Vecteurs.nb 1. Collège du Sud 1-ère année. Mathématiques. Vecteurs. Edition 2003/2004 - DELM

Vecteurs.nb 1. Collège du Sud 1-ère année. Mathématiques. Vecteurs. Edition 2003/2004 - DELM Vecteurs.nb 1 Collège du Sud 1-ère année Mathématiques Vecteurs Edition 00/004 - DELM Supports de cours de mathématiques de degré secondaire II, lien hypertexte vers la page mère http://www.deleze.name/marcel/sec/index.html

Plus en détail

Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013

Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013 Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013 Les Intérêts des Comptes Courants d Associés- Généralités 2 PAGES Généralités 3 Champs d application 5 La libération totale du capital 6 Le taux

Plus en détail

Gestion de portefeu ille

Gestion de portefeu ille CYCLE SUPERIEUR AUDIT ET CONTRÔLE DE GESTIO Semestre : 8 Module : Gestion de portefeu ille Évaluation des actifs à revenu fixe I- Mesure du rendement des obligations II- Les risques de placement des titres

Plus en détail

Rachat de l année de vos 24 ans dans le Régime de rentes du Mouvement Desjardins (RRMD)

Rachat de l année de vos 24 ans dans le Régime de rentes du Mouvement Desjardins (RRMD) Novembre 2005 Rachat de l année de vos 24 ans dans le Régime de rentes du Mouvement Desjardins (RRMD) (Mise à jour du Communiqué de 1998) À qui s'adresse le rachat? Le rachat ne s'adresse pas à tous les

Plus en détail

OFPPT ROYAUME DU MAROC RESUME THEORIQUE & GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES MODULE N :15 MATHEMATIQUES FINANCIERES SECTEUR : TERTIAIRE SPECIALITE : TSGE

OFPPT ROYAUME DU MAROC RESUME THEORIQUE & GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES MODULE N :15 MATHEMATIQUES FINANCIERES SECTEUR : TERTIAIRE SPECIALITE : TSGE OFPPT ROYAUME DU MAROC Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail DIRECTION RECHERCHE ET INGENIERIE DE FORMATION RESUME THEORIQUE & GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES MODULE N :15 MATHEMATIQUES

Plus en détail

Obligation : transfert dans le temps

Obligation : transfert dans le temps Obligation : transfert dans le temps Dans ce premier chapitre nous introduirons les principales notions concernant les obligations. Les principes élémentaires de la notion d arbitrage y sont décrits. Une

Plus en détail

GÉNÉRALITÉS SUR LES FONCTIONS

GÉNÉRALITÉS SUR LES FONCTIONS . Qu'est-ce qu'une fonction? Vocabulaire GÉNÉRALITÉS SUR LES FONCTIONS Définition Notion de fonction À chaque fois que l'on associe à une quantité une (autre) quantité, on dit que que l'on définit une

Plus en détail

Utilisation des fonctions financières d Excel

Utilisation des fonctions financières d Excel Utilisation des fonctions financières d Excel TABLE DES MATIÈRES Page 1. Calcul de la valeur acquise par la formule des intérêts simples... 4 2. Calcul de la valeur actuelle par la formule des intérêts

Plus en détail

Temporaire Sun Life. Numéro du contrat : AV-1234,567-8. Propriétaire du contrat : Jim Doe

Temporaire Sun Life. Numéro du contrat : AV-1234,567-8. Propriétaire du contrat : Jim Doe Temporaire Sun Life Numéro du contrat : AV-1234,567-8 Propriétaire du contrat : Jim Doe Nous fournissons le texte suivant exclusivement pour que vous puissiez vous y reporter facilement. Il ne doit pas

Plus en détail

Université de Tunis Ecole Supérieure des Sciences Economiques et Commerciales. Valeur nominale

Université de Tunis Ecole Supérieure des Sciences Economiques et Commerciales. Valeur nominale Université de Tunis Ecole Supérieure des Sciences Economiques et Commerciales Cahier d exercices Gestion Obligataire Notions de base Exercice 1.1 : Soit un emprunt obligataire remboursable par annuités

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

Collège du Sud, Bulle 2-ème année OS PAM 3-ème année OC AM. Applications des mathématiques. Equations

Collège du Sud, Bulle 2-ème année OS PAM 3-ème année OC AM. Applications des mathématiques. Equations Collège du Sud, Bulle 2-ème année OS PAM 3-ème année OC AM Applications des mathématiques Equations Résolution de l'équation f(x) = 0 par diverses méthodes Version pour Mathematica Edition 2014/2015 Marcel

Plus en détail

Compte bancaire ou assurance vie? 5. Amortissement direct ou indirect?

Compte bancaire ou assurance vie? 5. Amortissement direct ou indirect? 92 LE GUIDE FINANCIER DU PROPRIÉTAIRE Compte bancaire ou assurance vie? La décision de prendre un compte bancaire dépendra du profil du client et de ses besoins. Par exemple, si l emprunteur est célibataire

Plus en détail

Récapitulatif de la loi sur les contrats privés d'assurance maladie

Récapitulatif de la loi sur les contrats privés d'assurance maladie Récapitulatif de la loi sur les contrats privés d'assurance maladie La Loi Verwilghen concerne principalement les contrats d'assurance maladie non liés à l'activité professionnelle mais elle impose également

Plus en détail

Assurance Vie. Présenté par: Anass Ait El bid & El Younani Abdelmajid

Assurance Vie. Présenté par: Anass Ait El bid & El Younani Abdelmajid Assurance Vie Présenté par: Anass Ait El bid & El Younani Abdelmajid Plan I. Introduction II. III. IV. 1. Definition Les types de l assurance vie 1. L assurance en cas de vie 2. L assurance en cas de décès

Plus en détail

Service des ressources humaines et financières. Le sommaire Régime de retraite des employées et employés de l'université de Sherbrooke

Service des ressources humaines et financières. Le sommaire Régime de retraite des employées et employés de l'université de Sherbrooke Service des ressources humaines et financières Le sommaire Régime de retraite des employées et employés de l'université de Sherbrooke Votre régime de retraite à l Université de Sherbrooke Modes de prestations

Plus en détail

DONS D'ASSURANCE VIE

DONS D'ASSURANCE VIE DONS D'ASSURANCE VIE Il est intéressant de donner par le biais d une assurance vie car ainsi, pour un coût modeste, on peut faire un don ultérieur substantiel. Plusieurs options sont envisageables : 1

Plus en détail

9. Équations différentielles

9. Équations différentielles 63 9. Équations différentielles 9.1. Introduction Une équation différentielle est une relation entre une ou plusieurs fonctions inconnues et leurs dérivées. L'ordre d'une équation différentielle correspond

Plus en détail

Planification de la poursuite des affaires

Planification de la poursuite des affaires Planification de la poursuite des affaires P rotection contre la perte d'un collaborateur essentiel Produit pour : Produit par : Bill Phillips ABC Widget Soutien Commerical Sun Life 9ième étage, 225 rue

Plus en détail

VALEURS MOBILIÈRES DESJARDINS INC. CRI MANITOBA

VALEURS MOBILIÈRES DESJARDINS INC. CRI MANITOBA Avenant de compte de retraite immobilisé (CRI) annexé au contrat de REER autogéré Valeurs mobilières Desjardins inc. (RER 168-066) LE PRÉSENT DOCUMENT EST UN AVENANT AU CONTRAT DE REER CONCLU ENTRE : ET

Plus en détail

CONDITIONS COMPLÉMENTAIRES POUR LES ASSURANCES-VIE LIÉES À DES PARTS DE FONDS

CONDITIONS COMPLÉMENTAIRES POUR LES ASSURANCES-VIE LIÉES À DES PARTS DE FONDS Édition 2014 CONDITIONS COMPLÉMENTAIRES POUR LES ASSURANCES-VIE LIÉES À DES PARTS DE FONDS SOMMAIRE 1. Termes 2 1.1 Avoir en parts de fonds 2 1.2 Réserve mathématique 2 1.3 Valeur de rachat 2 1.4 Valeurs

Plus en détail

KIT DE SURVIE EN RECHERCHE D EXTREMA LIÉS

KIT DE SURVIE EN RECHERCHE D EXTREMA LIÉS KIT DE SURVIE EN RECHERCHE D EXTREMA LIÉS Remarques préliminaires : Ce court document n a nullement la prétention de présenter la question de la recherche d extrema liés avec toute la rigueur qui lui serait

Plus en détail

Ordonnance du 27 juin 1995 sur l'assurance-maladie (OAMal)

Ordonnance du 27 juin 1995 sur l'assurance-maladie (OAMal) Ordonnance du 27 juin 1995 sur l'assurance-maladie (OAMal) Entrée en vigueur prévue le 1 er janvier 2017 Teneur des modifications et commentaire Berne, août 2015 1 Table des matières 1 Contexte 3 2 Dispositions

Plus en détail

Le capital placé reste invariable et produit des intérêts égaux pour chaque période de placement.

Le capital placé reste invariable et produit des intérêts égaux pour chaque période de placement. 3. Les intérêts composés 3. Les intérêts composés 3.1. Introduction ➊ Placement à intérêts simples Le capital placé reste invariable et produit des intérêts égaux pour chaque période de placement. ➋ Placement

Plus en détail

RÉGIME D'ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIF (le «régime collectif»)

RÉGIME D'ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIF (le «régime collectif») RÉGIME D'ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIF (le «régime collectif») Les régimes d'épargne-retraite individuels (les «régimes») prévus par le régime collectif sont établis par la Sun Life du Canada, compagnie d'assurance-vie

Plus en détail

V o ir la v ie e n Ble ue. Plan Hypothécaire. Un plan d assurance hypothécaire sécurisant pour votre prêt et votre marge de crédit...

V o ir la v ie e n Ble ue. Plan Hypothécaire. Un plan d assurance hypothécaire sécurisant pour votre prêt et votre marge de crédit... V o ir la v ie e n Ble ue Plan Hypothécaire Un plan d assurance hypothécaire sécurisant pour votre prêt et votre marge de crédit... PlanHypothécaire Croix Bleue est heureuse de vous présenter un plan d

Plus en détail

Suites numériques 4. 1 Autres recettes pour calculer les limites

Suites numériques 4. 1 Autres recettes pour calculer les limites Suites numériques 4 1 Autres recettes pour calculer les limites La propriété suivante permet de calculer certaines limites comme on verra dans les exemples qui suivent. Propriété 1. Si u n l et fx) est

Plus en détail

Dossier PME. Positionnement salarial

Dossier PME. Positionnement salarial Dossier PME Positionnement salarial Imaginons la situation suivante: l'entreprise X, active dans le secteur des services, compte 40 collaborateurs et est située en région bruxelloise. La société se développe

Plus en détail

La retraite des Praticiens Hospitaliers = retraite du régime général de la Sécurité Sociale + retraite complémentaire IRCANTEC

La retraite des Praticiens Hospitaliers = retraite du régime général de la Sécurité Sociale + retraite complémentaire IRCANTEC La retraite des Praticiens Hospitaliers = retraite du régime général de la Sécurité Sociale + retraite complémentaire IRCANTEC Denis Desanges A - Introduction I - La retraite du régime général La Loi Fillon

Plus en détail

Taux d évolution moyen.

Taux d évolution moyen. Chapitre 1 Indice Taux d'évolution moyen Terminale STMG Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Indice simple en base 100. Passer de l indice au taux d évolution, et réciproquement.

Plus en détail

Chapitre 1 : la comptabilité de caisse

Chapitre 1 : la comptabilité de caisse La comptabilité de caisse www.comptanat.fr Chapitre 1 : la comptabilité de caisse À l'origine de la comptabilité de caisse se trouve l'idée que, pour limiter les risques de détournement, seule une personne

Plus en détail

REGLEMENT MUTUALISTE N 7 Branche n 20 Art L 221-2-II du code de la mutualité

REGLEMENT MUTUALISTE N 7 Branche n 20 Art L 221-2-II du code de la mutualité REGLEMENT MUTUALISTE N 7 Branche n 20 Art L 221-2-II du code de la mutualité Garantie EPARGNE (fiscalité assurance-vie ou P.E.P. sur option) à souscription individuelle Article 1 Objet La présente garantie

Plus en détail

Suites numériques 2. n=0

Suites numériques 2. n=0 Suites numériques 1 Somme des termes d une suite Dans les applications, il est souvent nécessaire de calculer la somme de quelques premiers termes d une suite (ou même de tous les termes, mais on étudiera

Plus en détail

AVANTAGES DU PERSONNEL

AVANTAGES DU PERSONNEL I H E C Carthage CES DE REVISION COMPTABLE NORMES COMPTABLES AVANTAGES DU PERSONNEL (IAS 19) 1. Champ d application I. INTRODUCTION La norme IAS 19 traite de la comptabilisation des retraites et de tous

Plus en détail

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini.

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. 1 Introduction Des actions comme lancer un dé, tirer une carte d un jeu, observer la durée de vie d une ampoule électrique, etc...sont

Plus en détail

5) À la fin de l examen, insérer votre questionnaire dans votre cahier d examen.

5) À la fin de l examen, insérer votre questionnaire dans votre cahier d examen. ACT2025 groupes 20, 21, 22. Mathématiques financières I EXAMEN DE MI-SESSION mercredi 4 novembre 2009 Professeurs: Version 2. Robert Bédard Claude Pichet Nom de famille (en lettres majuscules): Prénom:

Plus en détail

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes On peut calculer les rentabilités de différentes façons, sous différentes hypothèses. Cette note n a d autre prétention que

Plus en détail

Août 2013. Plus précisément, la partie exonérée du gain sera égale à :

Août 2013. Plus précisément, la partie exonérée du gain sera égale à : Août 2013 LOUER VOTRE LOGEMENT INCIDENCE SUR L'EXONÉRATION DE RÉSIDENCE PRINCIPALE La plupart de nos lecteurs connaissent probablement l'exonération de résidence principale, qui fait que la totalité ou

Plus en détail

Conditions de l'indemnisation: dommage réparé par ailleurs

Conditions de l'indemnisation: dommage réparé par ailleurs Conditions de l'indemnisation: dommage réparé par ailleurs Article juridique publié le 30/06/2015, vu 973 fois, Auteur : Maître Joan DRAY La Cour de cassation réaffirme constamment que le préjudice, pour

Plus en détail

CONDITIONS COMPLÉMENTAIRES POUR LES ASSURANCES VIE LIÉES À DES PARTS DE FONDS

CONDITIONS COMPLÉMENTAIRES POUR LES ASSURANCES VIE LIÉES À DES PARTS DE FONDS Édition 2014 CONDITIONS COMPLÉMENTAIRES POUR LES ASSURANCES VIE LIÉES À DES PARTS DE FONDS SOMMAIRE 1. Termes 2 1.1 Avoir en parts de fonds 2 1.2 Réserve mathématique 2 1.3 Valeur de rachat 2 1.4 Valeurs

Plus en détail

1.3. Les principes de base en assurance invalidité

1.3. Les principes de base en assurance invalidité Chapitre 1 Mise en contexte de l assurance invalidité 17 1.3. Les principes de base en assurance invalidité Afin d'être en mesure de bien comprendre les notions relatives à l'assurance invalidité, il convient

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 96 DU 12 NOVEMBRE 2010 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 7 G-6-10 INSTRUCTION DU 28 OCTOBRE 2010 MUTATIONS A TITRE GRATUIT. SUCCESSIONS. PLAN D EPARGNE RETRAITE POPULAIRE

Plus en détail

DES FONCTIONS FINANCIERES SUR EXCEL

DES FONCTIONS FINANCIERES SUR EXCEL BIOVA CONSULTING DES FONCTIONS FINANCIERES SUR EXCEL Messanh Ametepe Kouevidjin BIOVA CONSULTING Liberte 5-studio 5393/0-dakar-senegal BIOVA CONSULTING/ biovaconsulting@gmail.com / amk_consulting@yahoo.fr

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

Solutions de rentes assurées. Augmentez votre revenu de retraite après s impôt... sans entamer vos placements!

Solutions de rentes assurées. Augmentez votre revenu de retraite après s impôt... sans entamer vos placements! Solutions de rentes assurées Augmentez votre revenu de retraite après s impôt...... sans entamer vos placements! Placements actuels dans des CPG Malgré les faibles taux d'intérêt connus au Canada depuis

Plus en détail

Chapitre 8 L évaluation des obligations. Plan

Chapitre 8 L évaluation des obligations. Plan Chapitre 8 L évaluation des obligations Plan Actualiser un titre à revenus fixes Obligations zéro coupon Obligations ordinaires A échéance identique, rendements identiques? Évolution du cours des obligations

Plus en détail

CAISSE DE PENSION FREELANCE

CAISSE DE PENSION FREELANCE Caisse de pension Freelance CAISSE DE PENSION FREELANCE du syndicat des médias comedia RÉSUMÉ DU RÈGLEMENT 2007 Valable dès le 01.01.2007 Caisse de pension Freelance 1/6 RESUME DES DISPOSITIONS LES PLUS

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications

Espaces vectoriels et applications Espaces vectoriels et applications linéaires 1 Définitions On parle d espaces vectoriels sur le corps R ou sur le corps C. Les définitions sont les mêmes en substituant R à C ou vice versa. Définition

Plus en détail

Fiche d informations financières assurance vie. Argenta-Flexx 1

Fiche d informations financières assurance vie. Argenta-Flexx 1 Fiche d informations financières assurance vie Argenta-Flexx 1 Type d assurance vie Assurance vie (branche 21) avec rendement garanti par Argenta Assurances SA (dénommée ci-après l Assureur ). Depuis le

Plus en détail

625, rue St-Amable Québec (Québec) G1R 2G5. AVENANT - COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ DU MANITOBA (CRI-Manitoba)

625, rue St-Amable Québec (Québec) G1R 2G5. AVENANT - COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ DU MANITOBA (CRI-Manitoba) 625, rue St-Amable Québec (Québec) G1R 2G5 AVENANT - COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ DU MANITOBA (CRI-Manitoba) Nature de l avenant Le présent avenant ne s applique qu au preneur pour lequel des prestations

Plus en détail

Le régime fiscal du contrat d'assurance-vie en cas de vie

Le régime fiscal du contrat d'assurance-vie en cas de vie Le régime fiscal du contrat d'assurance-vie en cas de vie Le souscripteur peut récupérer les sommes investies. Cette faculté lui est personnelle et est appelée rachat. Le rachat peut être total, partiel

Plus en détail

Assurance vie entière avec participation Équimax. (pour enfants) Avenants facultatifs

Assurance vie entière avec participation Équimax. (pour enfants) Avenants facultatifs Assurance vie entière avec participation Équimax (pour enfants) Avenants facultatifs Option Assurabilité garantie flexible Exonération de primes en cas de décès ou d'invalidité de la proposante ou du proposant

Plus en détail

Ma banque, mes emprunts et mes intérêts

Ma banque, mes emprunts et mes intérêts Ma banque, mes emprunts et mes intérêts Alexandre Vial 0 janvier 2009 Les intérêts cumulés Je place 00 e à 4% par an pendant un an. Donc au bout d un an, j ai 00 + 00. 4 = 00 00( + 4 ) =04 e. 00 Cependant,

Plus en détail

Éditeur officiel du Québec À jour au 1er janvier 2016 Ce document a valeur officielle.

Éditeur officiel du Québec À jour au 1er janvier 2016 Ce document a valeur officielle. Éditeur officiel du Québec À jour au 1 janvi 2016 Ce document a valeur officielle. chapitre R-12, r. 2 Règlement sur le partage et la cession des droits accumulés au titre des régimes de retraite prévus

Plus en détail

L assurance-santé au Canada

L assurance-santé au Canada L assurance-santé au Canada Guide sur la fiscalité L assurance maladies graves dans le cadre d une convention d achat et de vente en cas d invalidité Décembre 2013 La vie est plus radieuse sous le soleil

Plus en détail