Matériaux sous contraintes. Modèles rhéologiques Essais mécaniques

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Matériaux sous contraintes. Modèles rhéologiques Essais mécaniques"

Transcription

1 Matériaux sous contraintes Modèles rhéologiques Essais mécaniques

2 Matériaux sous contrainte Contrainte = F/S (Pa = N/m 2 ) F! S Contrainte normale : " F // S contrainte de cisaillement : # Déformation = $l/l (sans unité) "! allongement noté ε # cisaillement noté %

3 Ensemble de contraintes sur un élément de volume u w v Loi de comportement : lien entre contrainte et déformation Propriétés mécaniques des matériaux

4 Propriétés mécaniques Intrinsèque au matériau 1. déformations indépendantes du temps déformation élastique déformation plastique 2. déformations dépendantes du temps fluage viscoélasticité ou plasticité

5 Modèles rhéologiques Ressort linéaire de raideur k Patin frottant, coefficient de friction µ Piston, amortisseur linéaire, coefficient c

6 Comportement élastique ressort linéaire, raideur k P=k.x Ressort déchargé : retrouve sa forme initiale Déformation réversible

7 Comportement plastique Patin frottant : masse W Coefficient de friction µ (statique et dynamique égaux) Force P 0 pour déplacer le patin Quand la force s annule, patin reste en place Déformation irréversible

8 Comportement en fluage stationnaire Piston de constante c Vitesse de déformation constante en fonction du temps P = c.(dx/dt) Quand la force s annule, piston ne revient pas en place Déformation irréversible

9 Comportement en fluage transitoire Piston de constante c, en parallèle avec un ressort de constante k Vitesse de déformation non constante P = k.x+c.(dx/dt) Quand la force s annule, ressort exerce une force de rappel Déformation réversible dans ce modèle

10 Comparaison modèle / essai mécanique Propriétés relient contraintes/déformation Elasticité : P = k.x, " = E.&! E = k.l/a Plasticité : " 0 =P 0 /A Fluage : P = c.dx/dt, " = '.d&/dt ' = c.l/a

11

12 Essai de traction

13 Machine de traction

14 Eprouvette de traction

15 Mesure des déformations Extensomètre Analyse d image

16 Résultat d un essai de traction Charge F en fonction de l allongement!l

17 Courbe contrainte/déformation

18 Système de coordonnées Conventionnelles ou nominales Rationnelles ou vraies

19

20 Striction

21 Propriétés mécaniques

22 Essai de torsion

23

24 Contrainte à rupture de matériaux fragiles Éprouvette de béton Éprouvette de laiton (matériau ductile) Pas de rupture

25 Essai de flexion Laboratoire Gem (École Centrale de Nantes)

26 Flexion 3 points Flexion 4 points

27 Elasticité Elasto-plasticité

28 Propriétés Élastiques Quelle est l origine physique du module d Young?

29 A l échelle microscopique

30 Modèle du ressort

31

32 Comparaison modèle / expérience Interactions à longue distance (liaisons ioniques) Liaisons mixtes (polymères) Gène stérique pour les macro-moclécules

33

34

35 Origine de la déformation latérale

36 Sollicitation 3D

37 Cisaillement à 1D : La déformation # zy est proportionelle à la déformation % zy Cisaillement à 3 D : G : module de cisaillement (Pa)

38

39

40 Compression hydrostatique

41

42 Energie Elastique

43 Elasticité non linéaire Élasticité non linéaire Grande déformation Matériaux anélastique

44 Propriétés Plastiques Dans quels cas déforme-t-on un matériau dans le domaine plastique?

45 Dans quel cas déforme-t-on un matériau dans le domaine plastique?

46

47 Déformation plastique = déformation irréversible Mécanismes de la déformation plastique? Glissement irréversible de certains plans les uns/aux autres

48 Contrainte macroscopique à l échelle des plans cristallins Sur la section droite S 0 Force normale à S 0 : F Contrainte macroscopique "=F/S 0

49 Les plans orientés à 45 subissent la contrainte de cisaillement maximum #=# c

50 A l échelle macroscopique : contrainte normale " Quand " = " e, déformation plastique Bandes de cisaillement sur le corps de l éprouvette A l échelle microscopique : contrainte de cisaillement # Quand # = # c, déformation plastique Glissement de plans cristallins à 45 les uns / aux autres

51 Energie mise en jeux lors du déplacement de plan supérieur selon x x=0 et x=b position d équilibre, x=b/2 équilibre instable x x=0 x=b

52 Force mise en jeux?

53 Cisaillement pour déplacer le plan supérieur selon x Proposition pour la fonction #=f(x)

54

55 Comparaison modèle/expérience Le modèle ne marche pas! Les matériaux se déforment sous des contraintes plus faibles en utilisant moins d énergie

56 Déformation plastique se fait par déplacement de dislocations

57 Dislocation balaye les plans cristallins Défaut de surface " qques Å (taille du vecteur de bürgers b) Nécessité d avoir un grand nombre de dislocations

58 Propriétés des dislocations Force nécessaire à déplacer une dislocation? L Force F (par unité de longueur) nécessaire à déplacer la dislocation Travail fourni par F : W = F.e.L Surface e.l est déplacé de la longueur b Travail nécessaire : W = #.e.l.b e Force (/unité de l) nécessaire à déplacer une dislocation F = #.b

59 Propriétés des dislocations Energie de cœur des dislocations dépend de leur longueur A B ( une tension de ligne T qui s oppose au déplacement T est // à la ligne de dislocation tend a minimiser sa longueur A et B : points d ancrage R : rayon de courbure de la dislocation

60 Propriétés des dislocations Quelle contrainte de cisaillement pour courber une dislocation? On écrit l'équilibre des forces en présentes : T et F.dl A l équilibre Contrainte de cisaillement nécessaire

61 Déplacement d une dislocation # = G.b/R + # 0 # 0 : résistance intrinsèque du réseau # 0 dépend de nature et intensité de la liaison # 0 dépend de structure cristalline Déformation plastique! déplacement de dislocation

62

63 Déformation plastique avant striction se fait à volume constant

64 Matériau ductile = Matériau qui admet une certaine déformation plastique avant la rupture

65 Réseau de Frank A chaque dislocation est associé : Un plan de glissement Une longueur de dislocation Réseau 3D de dislocations Longueur moyenne de dislocation l : pas du réseau

66 Densité de dislocations D " 10 2 à 10 3 cm -2 cristal parfait D " 10 6 à 10 7 cm -2 cristal «normal» l : longueur moyenne des dislocations

67

68 Dislocation de longueur initiale l (a) : rayon de courbure R = " (b) : la dislocation se courbe sous l effet de # (c) : le rayon de courbure passe par un minimum R = l/2 (d) : le rayon de courbure recommence à augmenter

69 Contrainte de cisaillement nécessaire au déplacement d une dislocation Densité de dislocation Contrainte de cisaillement nécessaire au déplacement d une dislocation augmente avec la densité de dislocation

70 Comment modifier les propriétés dans le domaine plastique?

71 Multiplication de dislocations Source de Frank Read

72 Source de Frank Read

73

74 Échelle Macroscopique = écrouissage ou consolidation

75 Caractéristiques du domaine plastique

76 Écrouissage : modification des propriétés mécaniques

77

78 Quantification de l écrouissage Coordonnées rationnelles Équation empirique de ludwick 0,05 < n < 0,5 : coefficient d écrouissage k : constante du matériaux

79 Modèles simplifiés de comportement

80 Diminution de la longueur moyenne des dislocations Limite d élasticité augmente quand d diminue Durcissement par les précipités

81 Cisaillement des précipités Limite d élasticité dépend de la nature des précipités Durcissement par les précipités

82 Taille des grains Limite d élasticité dépend de la taille des grains Durcissement par affinement de la taille des grains

83 Matériau fragile = Matériau qui n admet pas de déformation plastique avant la rupture # = G.b/R + # 0 # 0 : très élevé pour les matériaux à liaison ionique et covalente Rupture du matériau

84 Striction / endommagement

85 Point de striction Système de coordonnés rationnelles Système de coordonnés conventionnelles

86 Après le striction : déformation ne se fait plus à volume constant Striction catastrophique conduit à la rupture du matériau Quantification de la striction Donne une information sur la ductilité du matériau

87 ductile fragile

88 Striction stable Sollicitation en traction d un acier doux Bande de Lüders Striction stable! suivie d une striction catastrophique

89 Étirement des polymères

90

91 Énergie plastique Energie/ unité de volume : Wp est dissipée au cours de la déformation, non réversible

92

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Les propriétés mécaniques des métaux et alliages sont d un grand intérêt puisqu elles conditionnent

Plus en détail

INFLUENCE de la TEMPERATURE. Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage

INFLUENCE de la TEMPERATURE. Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage INFLUENCE de la TEMPERATURE Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage Transition ductile/fragile Henry Bessemer (UK)! 1856 : production d'acier à grande échelle Pont des Trois-Rivières 31 janvier

Plus en détail

Comportement. mécanique des polymères

Comportement. mécanique des polymères Comportement mécanique des polymères Noëlle BILLON Comportement mécanique des polymères Généralités Effet de la température a) Présentation b) Faibles déformation Notion de transitions c) Autres caractéristiques

Plus en détail

Création (commentaires): 21 décembre 2010 21/12/10 : correction du modèle élasto-plastique (dia 11-2-4)

Création (commentaires): 21 décembre 2010 21/12/10 : correction du modèle élasto-plastique (dia 11-2-4) Création (commentaires): 21 décembre 2010 21/12/10 : correction du modèle élasto-plastique (dia 11-2-4) Suite à l analyse expérimentale qui a mis en évidence plusieurs comportements non linéaires de matériaux,

Plus en détail

P M L R O G W. sylomer. Gamme de Sylomer Standard. Propriétés Méthode de test Commentaires. Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte

P M L R O G W. sylomer. Gamme de Sylomer Standard. Propriétés Méthode de test Commentaires. Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte Matière : Couleur : Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte Gris Recommandations d usage : Pression (dépend du facteur de forme) Déflexion Pression statique maximum :. N/mm ~ % Pression dyn. maximum :. N/mm

Plus en détail

SSNL126 - Flambement élastoplastique d'une poutre droite. Deux modélisations permettent de tester le critère de flambement en élastoplasticité :

SSNL126 - Flambement élastoplastique d'une poutre droite. Deux modélisations permettent de tester le critère de flambement en élastoplasticité : Titre : SSNL16 - Flambement élastoplastique d'une poutre [...] Date : 15/1/011 Page : 1/6 Responsable : Nicolas GREFFET Clé : V6.0.16 Révision : 8101 SSNL16 - Flambement élastoplastique d'une poutre droite

Plus en détail

PHYSIQUE DES MATÉRIAUX : PARTIE POLYMÈRES

PHYSIQUE DES MATÉRIAUX : PARTIE POLYMÈRES PHYSIQUE DES MATÉRIAUX : PARTIE POLYMÈRES 1 Pr. J. Lecomte-Beckers Chapitre 6 : Rhéologie des matériaux polymères 6.0 Aspects phénoménologiques de l élasticité 6.0.1 Introduction La théorie de l élasticité

Plus en détail

Méthodes de caractérisation mécanique

Méthodes de caractérisation mécanique Méthodes de caractérisation mécanique M. Blétry Centre des Matériaux - ENSMP April 25, 2007 Plan 1 2 Essais multiaxiaux 3 Mesures d indentation 4 Fatigue 5 Rupture Plan 1 2 Essais multiaxiaux 3 Mesures

Plus en détail

Mécanique du solide et des matériaux

Mécanique du solide et des matériaux Mécanique du solide et des matériaux Élasticité-Plasticité-Rupture Jean-Claude Charmet Documents concernant l enseignement (Cours, TD, Préceptorats, TP) sur http ://www.pmmh.espci.fr/fr/enseignement Rubrique

Plus en détail

Chapitre 5. Le ressort. F ext. F ressort

Chapitre 5. Le ressort. F ext. F ressort Chapitre 5 Le ressort Le ressort est un élément fondamental de plusieurs mécanismes. Il existe plusieurs types de ressorts (à boudin, à lame, spiral etc.) Que l on comprime ou étire un ressort, tel que

Plus en détail

CONCEPTION PARASISMIQUE DES BATIMENTS (STRUCTURES) INTRODUCTION A LA DYNAMIQUE DES STRUCTURES

CONCEPTION PARASISMIQUE DES BATIMENTS (STRUCTURES) INTRODUCTION A LA DYNAMIQUE DES STRUCTURES COURS DE CONSTRUCTION PARASISMIQUE VOLUME 2 CONCEPTION PARASISMIQUE DES BATIMENTS (STRUCTURES) INTRODUCTION A LA DYNAMIQUE DES STRUCTURES Introduction à la conception PS des structures - Approche qualitative

Plus en détail

RDM Ossatures Manuel d exercices

RDM Ossatures Manuel d exercices RDM Ossatures Manuel d exercices Yves Debard Institut Universitaire de Technologie du Mans Département Génie Mécanique et Productique http://iut.univ-lemans.fr/ydlogi/index.html 26 juin 2006 29 mars 2011

Plus en détail

Cours de béton armé Comportement du béton en flexion simple

Cours de béton armé Comportement du béton en flexion simple Cours de béton armé Comportement du béton en flexion simple BAC3 - HEMES -Gramme 1 Dr Ir P. Boeraeve - Unité 9 Construction - 2007 Conventions/notations Signes : + compression - traction Min Maj NOM 2

Plus en détail

Calcul des charpentes d acier Tome I

Calcul des charpentes d acier Tome I Calcul des charpentes d acier Tome I 2 e édition, 2 e tirage revu, 2008 RÉVISIONS À l intention des lecteurs de la 2 e édition, 1 er tirage, 2005, les principales révisions apportées au 2 e tirage se trouvent

Plus en détail

COURS: MODÉLISATION AVANCÉE DU COMPORTEMENT DES MATÉRIAUX ET ASSEMBLAGES NUMÉRO : GMC-6002 PROFESSEUR : J.C. CUILLIÈRE TRAVAIL PRATIQUE

COURS: MODÉLISATION AVANCÉE DU COMPORTEMENT DES MATÉRIAUX ET ASSEMBLAGES NUMÉRO : GMC-6002 PROFESSEUR : J.C. CUILLIÈRE TRAVAIL PRATIQUE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES ÉCOLE D INGÉNIERIE DE TROIS-RIVIÈRES DÉPARTEMENT DE GÉNIE MÉCANIQUE COURS: MODÉLISATION AVANCÉE DU COMPORTEMENT DES MATÉRIAUX ET ASSEMBLAGES NUMÉRO : GMC-600 PROESSEUR

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

Cours de Résistance des Matériaux (RDM)

Cours de Résistance des Matériaux (RDM) Solides déformables Cours de Résistance des Matériau (RDM) Structure du toit de la Fondation Louis Vuitton Paris, architecte F.Gehry Contenu 1 POSITIONNEMENT DE CE COURS... 2 2 INTRODUCTION... 3 2.1 DEFINITION

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

S.A. au capital de 352 275.- euros r.c.s. Versailles B 331 815 266 00035 code NAF 511T

S.A. au capital de 352 275.- euros r.c.s. Versailles B 331 815 266 00035 code NAF 511T 9 Rue de la Gare 78640 Villiers Saint Frédéric Tel : 01 34 89 68 68 Fax : 01 34 89 69 79 APPAREIL DE TEST DE DURETE, ADHERENCE RESISTANCE à LA TRACTION, FLEXION, ARRACHEMENT.. L appareil ROMULUS se compose

Plus en détail

Ancrage TVR 220. Fixation et Fondation. sans béton. pour Bâtiments

Ancrage TVR 220. Fixation et Fondation. sans béton. pour Bâtiments Ancrage TVR 220 Fixation et Fondation sans béton pour Bâtiments FIXATION TECNIVALOR TVR 220 La solution rapide et garantie sans béton, pour les bâtiments légers (fondation et fixation) qui remplace le

Plus en détail

Essais de charge sur plaque

Essais de charge sur plaque Page No.: 1 L essai de charge sur plaque est exécuté entre autres dans des galeries d exploration ou dans des puits, mais il peut aussi être exécuté à la surface en appliquant un poids mort ou en chargeant

Plus en détail

Description des essais et instrumentation

Description des essais et instrumentation Description des essais et instrumentation Louis Demilecamps Hervé Lançon Xavier Bourbon CEOS.fr - Journée de restitution (Paris) PROGRAMME EXPÉRIMENTAL Tests de flexion sur blocs parallélépipédiques (RL)

Plus en détail

L oscillateur OSCILLATEUR HARMONIQUE. Chapitre 1. I. Introduction, définitions. I.1. Exemple. I.2. Caractérisation du mouvement

L oscillateur OSCILLATEUR HARMONIQUE. Chapitre 1. I. Introduction, définitions. I.1. Exemple. I.2. Caractérisation du mouvement Chapitre 1 OSCILLATEUR HARMONIQUE harmonique étudié dans ce chapitre est un oscillateur mécanique constitué d un ressort et d une masse. Cet exemple simple permettra L oscillateur d introduire le concept

Plus en détail

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI Initiation à la Mécanique des Fluides Mr. Zoubir HAMIDI Chapitre I : Introduction à la mécanique des fluides 1 Introduction La mécanique des fluides(mdf) a pour objet l étude du comportement des fluides

Plus en détail

Cours de résistance des matériaux

Cours de résistance des matériaux ENSM-SE RDM - CPMI 2011-2012 1 Cycle Préparatoire Médecin-Ingénieur 2011-2012 Cours de résistance des matériau Pierre Badel Ecole des Mines Saint Etienne Première notions de mécanique des solides déformables

Plus en détail

GEFDYN - Tests de consolidation 1D d un sol bi-phasique saturé 1

GEFDYN - Tests de consolidation 1D d un sol bi-phasique saturé 1 GEFDYN - Tests de consolidation D d un sol bi-phasique saturé Tests de consolidation D d un sol bi-phasique saturé 6 juin 26 Fernando Lopez-Caballero & Arezou Modaressi Version de Gefdyn : Dyn7229-PC Tests

Plus en détail

ÉTUDE DU COMPORTEMENT À LONG TERME ET À LA FATIGUE DE SYSTÈMES D ANCRAGE DE PIÈCES MÉTALLIQUES DANS LE BÉTON

ÉTUDE DU COMPORTEMENT À LONG TERME ET À LA FATIGUE DE SYSTÈMES D ANCRAGE DE PIÈCES MÉTALLIQUES DANS LE BÉTON PROJET D INITATION À LA RECHERCHE ET AU DÉVELOPPEMENT Laboratoire LGCIE Site Coulomb 2 ÉTUDE DU COMPORTEMENT À LONG TERME ET À LA FATIGUE DE SYSTÈMES D ANCRAGE DE PIÈCES MÉTALLIQUES DANS LE BÉTON Tuteur:

Plus en détail

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA FACULTE DES SCIENCES APPLIQUÉES Département de Génie des Procédés Phénomènes de transferts Travaux pratiques de mécanique des fluides CHAOUCH Noura et SAIFI Nadia 2013

Plus en détail

Modélisation simplifiée d assemblages par éléments équivalents

Modélisation simplifiée d assemblages par éléments équivalents Modélisation simplifiée d assemblages par éléments équivalents Maxime Berot To cite this version: Maxime Berot. Modélisation simplifiée d assemblages par éléments équivalents. Mechanics. École Nationale

Plus en détail

Les premiers BP fibrés en France à la SNCF

Les premiers BP fibrés en France à la SNCF Les premiers BP fibrés en France à la SNCF Historique G. Rivallain INTRODUCTION Après VIERZY en 1972 et les recommandations ministérielles de 1973 : vaste campagne de réhabilitations d OA chantiers lourds

Plus en détail

Chap. 1. Méthodes de caractérisation des matériaux. Contenu : Essai de traction Essai de dureté Essai de résilience

Chap. 1. Méthodes de caractérisation des matériaux. Contenu : Essai de traction Essai de dureté Essai de résilience Chap. 1 Méthodes de caractérisation des matériaux Contenu : Essai de traction Essai de dureté Essai de résilience Plan de cours Objectifs généraux Connaître les corrélations propriétés-comportement Choisir,

Plus en détail

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g.

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g. PHYSQ 130: Hooke 1 LOI DE HOOKE: CAS DU RESSORT 1 Introduction La loi de Hooke est fondamentale dans l étude du mouvement oscillatoire. Elle est utilisée, entre autres, dans les théories décrivant les

Plus en détail

Changements de dimension

Changements de dimension Changements de dimension Le béton peut être soumis à des changements de dimension les causes principales pour ces changements sont: CHARGE MÉCANIQUE FLUAGE VARIATION D HUMIDITÉ SECHAGE VARIATION DE TEMPERATURE

Plus en détail

Rupture et plasticité

Rupture et plasticité Rupture et plasticité Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, 2009 2010 Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, 2009 2010 25 novembre 2009 1 / 44 Rupture et plasticité : plan du cours Comportements

Plus en détail

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE L - 72 FOURNITURE DE SEMELLES ELASTIQUES POUR LA FIXATION DE VOIE "TYPE BOTZELAER" EDITION: 04/2001 Index 1. INTRODUCTION... 3 1.1. DOMAINE

Plus en détail

RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX EN CONCEPTION MÉCANIQUE

RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX EN CONCEPTION MÉCANIQUE ÉCOLE D'INGÉNIEURS DE FRIBOURG (E.I.F.) SECTION DE MÉCANIQUE G.R. Nicolet, texte revu et augmenté en 007 RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX EN CONCEPTION MÉCANIQUE Traction et compression simples Cisaillement simple

Plus en détail

ETUDE DU COMPORTEMENT MECANIQUE D UN MATERIAU COMPOSITE THERMOPLASTIQUE (PP)/ VERRE : EFFET DE DIFFERENTS MILIEUX

ETUDE DU COMPORTEMENT MECANIQUE D UN MATERIAU COMPOSITE THERMOPLASTIQUE (PP)/ VERRE : EFFET DE DIFFERENTS MILIEUX MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU FACULTE DU GENIE DE LA CONSTRUCTION DEPARTEMENT DE GENIE MECANIQUE MEMOIRE DE MAGISTER Spécialité

Plus en détail

Modélisation multiéchelles du comportement mécanique des interconnexions cuivre

Modélisation multiéchelles du comportement mécanique des interconnexions cuivre Modélisation multiéchelles du comportement mécanique des interconnexions cuivre S. LEFEBVRE, B.DEVINCRE, P. VEKEMAN, P. AUBERT, T. HOC Univ Evry Diminution de la taille des interconnexions de cuivre dans

Plus en détail

Ceinture Home Dépôt. Orthèse lombaire et abdominale. Mother-to-be (Medicus)

Ceinture Home Dépôt. Orthèse lombaire et abdominale. Mother-to-be (Medicus) Orthèse lombaire et abdominale Mother-to-be (Medicus) Prévention Soutient courbe lombaire Supporte poids du ventre Ajustable Soulage les maux de dos en position debout (Beaty et al. 1999) Ceinture Home

Plus en détail

Orthèse lombaire et abdominale

Orthèse lombaire et abdominale Orthèse lombaire et abdominale Mother-to-be (Medicus) Prévention Soutient courbe lombaire Supporte poids du ventre Ajustable Soulage les maux de dos en position debout (Beaty et al. 1999) Ceinture Home

Plus en détail

SSNV143 - Traction biaxiale avec la loi de comportement BETON_DOUBLE_DP

SSNV143 - Traction biaxiale avec la loi de comportement BETON_DOUBLE_DP Titre : SSNV14 - Traction biaxiale avec la loi e comport[...] Date : 17/02/2011 Page : 1/14 Manuel e Valiation Fascicule V6.04 : Statique non linéaire es structures volumiques Document V6.04.14 SSNV14

Plus en détail

Information. BASES LITTERAIRES Etre capable de répondre à une question du type «la valeur trouvée respecte t-elle le cahier des charges?

Information. BASES LITTERAIRES Etre capable de répondre à une question du type «la valeur trouvée respecte t-elle le cahier des charges? Compétences générales Avoir des piles neuves, ou récentes dans sa machine à calculer. Etre capable de retrouver instantanément une info dans sa machine. Prendre une bouteille d eau. Prendre CNI + convocation.

Plus en détail

Recommandation pour la maitrise de la fissuration - Thermo-Hydro-Mécanique

Recommandation pour la maitrise de la fissuration - Thermo-Hydro-Mécanique Recommandation pour la maitrise de la fissuration - Thermo-Hydro-Mécanique Francis Barré Géodynamique & Structure Ferraillage minimum des pièces épaisses (Chap 6) Hydratation à jeune âge Séchage du béton

Plus en détail

Catalogue des bandes BFL-Mastix

Catalogue des bandes BFL-Mastix Catalogue des bandes BFL-Mastix pour l étanchéité durable des joints type N type R NOUVEAU Profils spéciaux pour joints soumis à des mouvements et à des pressions élevées type R4 type RB Propriétés des

Plus en détail

MODULE LA3M3 VIBRATIONS, EQUILIBRE ET STABILITE

MODULE LA3M3 VIBRATIONS, EQUILIBRE ET STABILITE Avant la séances de TP : ICENCE DE MECANIQUE TRAVAUX PRATIQUES DE MECANIQUE DES SOIDES MODUE A3M3 VIBRATIONS, EQUIIBRE ET STABIITE le polycopié doit être lu attentivement les parties théoriques à préparer

Plus en détail

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 562 ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 563 TABLE DES MATIÈRES ANNEXE J... 562 POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS

Plus en détail

Justification des traitements anti-liquéfaction

Justification des traitements anti-liquéfaction GUIDE AFPS/CFMS «Procédés d amélioration et de renforcement de sols sous actions sismiques» Justification des traitements anti-liquéfaction Serge LAMBERT Keller Fondations Spéciales Journée Technique AFPS-CFMS

Plus en détail

Influence du vieillissement statique sur la transition ductile-fragile des aciers au C-Mn

Influence du vieillissement statique sur la transition ductile-fragile des aciers au C-Mn Influence du vieillissement statique sur la transition ductile-fragile des aciers au C-Mn Anthony Marais To cite this version: Anthony Marais. Influence du vieillissement statique sur la transition ductile-fragile

Plus en détail

Projet ANR. Bruno Capra - OXAND. 04/06/2015 CEOS.fr - Journée de restitution (Paris) B. CAPRA

Projet ANR. Bruno Capra - OXAND. 04/06/2015 CEOS.fr - Journée de restitution (Paris) B. CAPRA Projet ANR Bruno Capra - OXAND MEFISTO : Maîtrise durable de la fissuration des infrastructures en bétons Contexte Problématique des Maîtres d Ouvrages Evaluation et prédiction de la performance des ouvrages

Plus en détail

RN1569 Déviation de Miramas Construction de l'oa16 15/01/2015

RN1569 Déviation de Miramas Construction de l'oa16 15/01/2015 RN1569 Déviation de Miramas Construction de l'oa16 Sommaire Données générales et contraintes Caractéristiques de l'ouvrage Les études de projet Quelques photos du chantier 2 Données générales et contraintes

Plus en détail

Déformabilité des sols. Tassements. Consolidation

Déformabilité des sols. Tassements. Consolidation Déformabilité des sols. Tassements. Consolidation par Jean-Pierre MAGNAN Ingénieur en chef des Ponts et Chaussées Directeur technique au Laboratoire Central des Ponts et Chaussées, Paris Professeur de

Plus en détail

LABORATOIRE NATIONAL DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS REPUBLIQUE D HAÏTI

LABORATOIRE NATIONAL DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS REPUBLIQUE D HAÏTI LABORATOIRE NATIONAL DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS REPUBLIQUE D HAÏTI Organisme Autonome sous Tutelle du Ministre des Travaux Publics, Transports et Communications PORT-AU-PRINCE, LE : 27 DÉCEMBRE

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

centre de développement pédagogique pour la formation générale en science et technologie LES RESSORTS

centre de développement pédagogique pour la formation générale en science et technologie LES RESSORTS centre de développement pédagogique pour la formation générale en science et technologie LES RESSORTS Mars 2005 Liste des sujets traités Qu est-ce qu un ressort? La loi de Hooke (notes historiques) Les

Plus en détail

W.JALIL Amadeus Consult Alan JALIL

W.JALIL Amadeus Consult Alan JALIL Alan JALIL Présentation de la Méthode Pushover: Association Française du Génie Parasismique Approche Performantielle: Exigences performantielles Non Effondrement / Limitation des Dommages Développement

Plus en détail

Simulation numérique de la nano-indentation d un tri-couche polymère à application optique

Simulation numérique de la nano-indentation d un tri-couche polymère à application optique Simulation numérique de la nano-indentation d un tri-couche polymère à application optique Chi-Thanh NGUYEN (U.P.M.C) (juin-septembre 2009) Encadré par : M. Eric FELDER (C.E.M.E.F) M. Alain BURR (C.E.M.E.F)

Plus en détail

MOTO ELECTRIQUE. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur TD06_08 Moto électrique DIAGRAMME DES INTER-ACTEURS UTILISATEUR ENVIRONNEMENT HUMAIN

MOTO ELECTRIQUE. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur TD06_08 Moto électrique DIAGRAMME DES INTER-ACTEURS UTILISATEUR ENVIRONNEMENT HUMAIN MOTO ELECTRIQUE MISE EN SITUATION La moto électrique STRADA EVO 1 est fabriquée par une société SUISSE, située à LUGANO. Moyen de transport alternatif, peut-être la solution pour concilier contraintes

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Matériaux

SOMMAIRE Thématique : Matériaux SOMMAIRE Thématique : Matériaux Rubrique : Connaissances - Conception... 2 Rubrique : Essais... 7 Rubrique : Matériaux...11 1 SOMMAIRE Rubrique : Connaissances - Conception Connaître les matières plastiques...

Plus en détail

Calcul de structures en bureau d études ISMANS

Calcul de structures en bureau d études ISMANS 1 2 REPRESENTATION SURFACIQUE Le soufflet est suffisamment mince pour que l on puisse travailler avec une surface représentative : approximation «éléments finis». 3 REPRESENTATION SURFACIQUE Soufflet_coque.stp

Plus en détail

Etude des mécanismes de déformation d un polymère semi-cristallin : le poly(ɛ-caprolactone)

Etude des mécanismes de déformation d un polymère semi-cristallin : le poly(ɛ-caprolactone) Etude des mécanismes de déformation d un polymère semi-cristallin : le poly(ɛ-caprolactone) F. Detrez, R. Seguela & G. Coulon Université des Sciences et Technologies de Lille Laboratoire de Structure et

Plus en détail

Guide Réservoirs de stockage

Guide Réservoirs de stockage Guide Réservoirs de stockage Partie A Réservoirs cylindriques verticaux à fonds plats destinés au stockage de produits liquides à une température de service supérieure ou égale à la température ambiante

Plus en détail

Informations sur la conception

Informations sur la conception Delrin PAR DUPONT Module III résine acétal Informations sur la conception Marque déposée de E.I. du Pont de Nemours and Companie The miracles of science est une marque de E.I. du Pont de Nemours and Companie

Plus en détail

Guilhem MOLLON. Polytech Grenoble Département Géotechnique, Troisième année Edition 1, 2012-2013 V1.10

Guilhem MOLLON. Polytech Grenoble Département Géotechnique, Troisième année Edition 1, 2012-2013 V1.10 INTRODUCTION A LA MECANIQUE DES MILIEUX CONTINUS PARTIE 2 Guilhem MOLLON Polytech Grenoble Département Géotechnique, Troisième année Edition 1, 212-213 V1.1 Table des matières Table des matières 2 Avertissement

Plus en détail

AKROLOY PA Nouvelles possibilités de conception en plastique

AKROLOY PA Nouvelles possibilités de conception en plastique AKROLOY PA Nouvelles possibilités de conception en plastique Série AKROLOY PA (PA 6.6 + PA 6I/6T AKROLOY PA l alternative pour des produits innovants en plastique En raison des exigences de réductions

Plus en détail

Installation de câbles haute tension dans des tubes : WATUCAB, FreeFloating et MultiPig VISION & PERFORMANCE

Installation de câbles haute tension dans des tubes : WATUCAB, FreeFloating et MultiPig VISION & PERFORMANCE Installation de câbles haute tension dans des tubes : WATUCAB, FreeFloating et MultiPig VISION & PERFORMANCE Contenu Introduction Techniques d installation Accumulation de forces Techniques d installation

Plus en détail

Exercice 1. Exercice n 1 : Déséquilibre mécanique

Exercice 1. Exercice n 1 : Déséquilibre mécanique Exercice 1 1. a) Un mobile peut-il avoir une accélération non nulle à un instant où sa vitesse est nulle? donner un exemple illustrant la réponse. b) Un mobile peut-il avoir une accélération de direction

Plus en détail

Thibaut Fourcade ÉTUDE DES PROPRIETES MECANIQUES DE MATERIAUX METALLIQUES EN

Thibaut Fourcade ÉTUDE DES PROPRIETES MECANIQUES DE MATERIAUX METALLIQUES EN Institut National Polytechnique de Toulouse(INP Toulouse) Génie des matériaux Thibaut Fourcade jeudi 26 septembre 2013 ÉTUDE DES PROPRIETES MECANIQUES DE MATERIAUX METALLIQUES EN COUCHES MINCES Sciences

Plus en détail

DIMENSIONNEMENT À COURT TERME ET À LONG TERME DE STRUCTURE RENFORCÉE PAR GÉOSYNTHÉTIQUE SUR CAVITÉS POTENTIELLES : PRISE EN COMPTE DE LA SÉCURITÉ

DIMENSIONNEMENT À COURT TERME ET À LONG TERME DE STRUCTURE RENFORCÉE PAR GÉOSYNTHÉTIQUE SUR CAVITÉS POTENTIELLES : PRISE EN COMPTE DE LA SÉCURITÉ DIMENSIONNEMENT À COURT TERME ET À LONG TERME DE STRUCTURE RENFORCÉE PAR GÉOSYNTHÉTIQUE SUR CAVITÉS POTENTIELLES : PRISE EN COMPTE DE LA SÉCURITÉ SHORT AND LONG TERM DESIGN OF GEOSYNTHETIC REINFORCED STRUCTURE

Plus en détail

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées.

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. 1 Ce sujet aborde le phénomène d instabilité dans des systèmes dynamiques

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2 BTS Mécanique et Automatismes Industriels Équations différentielles d ordre, Année scolaire 005 006 . Définition Notation Dans tout ce paragraphe, y désigne une fonction de la variable réelle x. On suppose

Plus en détail

BIOMÉCANIQUE DE LA TRAUMATOLOGIE. Traumatologie. Ostéosynthèse. Branche de la médecine qui s occupe des accidents.

BIOMÉCANIQUE DE LA TRAUMATOLOGIE. Traumatologie. Ostéosynthèse. Branche de la médecine qui s occupe des accidents. École de technologie supérieure GTS-815: Biomécanique orthopédique Professeur Natalia Nuño BIOMÉCANIQUE DE LA TRAUMATOLOGIE Traumatologie Branche de la médecine qui s occupe des accidents. La chirurgie

Plus en détail

Modélisation de l'amortissement en dynamique linéaire

Modélisation de l'amortissement en dynamique linéaire Titre : Modélisation de l'amortissement en dynamique linéa[...] Date : 4/11/11 Page : 1/13 Modélisation de l'amortissement en dynamique linéaire Résumé : Les analyses dynamiques linéaires des structures

Plus en détail

Aide au pilotage et à l exploitation

Aide au pilotage et à l exploitation Aide au pilotage et à l exploitation Tous nos logiciels sont prévus pour fonctionner sous Windows XP / 7. Un partenaire informatique à la hauteur de vos exigences. Pour vous, nous développons les applications

Plus en détail

CHRYSO Serenis. Agent réducteur de retrait

CHRYSO Serenis. Agent réducteur de retrait CHRYSO Serenis Agent réducteur de retrait C H RY S O S e re n i s A g e n t r é d u c t e u r d e re t r a i t Le béton est un matériau vivant, siège de réactions chimiques lentes et par ailleurs soumis

Plus en détail

Simulation physique du frottement latéral à l interface sol-pieu lors du fonçage (cas d une interaction limon acier)

Simulation physique du frottement latéral à l interface sol-pieu lors du fonçage (cas d une interaction limon acier) XI èmes Journées Nationales Génie Côtier Génie Civil Les Sables d Olonne, 22-25 juin 2010 DOI:10.5150/jngcgc.2010.081-O Editions Paralia CFL disponible en ligne http://www.paralia.fr available online Simulation

Plus en détail

Fiche technique relative aux clous pour la fixation d'isolants rigides et semi-rigides d'épaisseur 30 à 200 mm

Fiche technique relative aux clous pour la fixation d'isolants rigides et semi-rigides d'épaisseur 30 à 200 mm Systèmes de fixation Fiche technique relative aux clous pour la fixation d'isolants rigides et semi-rigides d'épaisseur 30 à 200 mm X-IE avec clou type X-PH Fiche technique acceptée par SOCOTEC sous le

Plus en détail

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE Revue Construction étallique Référence DÉVERSEENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYÉTRIQUE SOUISE À DES OENTS D EXTRÉITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE par Y. GALÉA 1 1. INTRODUCTION Que ce

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE ÉPREUVE DE SCIENCES DE L INGÉNIEUR ÉPREUVE DU VENDREDI 20 JUIN 2014 Session 2014 Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient 4,5 pour les candidats ayant choisi un

Plus en détail

ÉTUDE EXPÉRIMENTALE DES POUTRES EN BOIS LAMELLÉ-COLLÉ RENFORCÉES DE BÉTON FIBRÉ À ULTRA-HAUTE PERFORMANCE ET DE BARRES DE POLYMÈRE RENFORCÉ DE FIBRES

ÉTUDE EXPÉRIMENTALE DES POUTRES EN BOIS LAMELLÉ-COLLÉ RENFORCÉES DE BÉTON FIBRÉ À ULTRA-HAUTE PERFORMANCE ET DE BARRES DE POLYMÈRE RENFORCÉ DE FIBRES UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE Faculté de génie Département de génie civil ÉTUDE EXPÉRIMENTALE DES POUTRES EN BOIS LAMELLÉ-COLLÉ RENFORCÉES DE BÉTON FIBRÉ À ULTRA-HAUTE PERFORMANCE ET DE BARRES DE POLYMÈRE RENFORCÉ

Plus en détail

LA FORCE CENTRIFUGE. En effet, cette force tend à expulser les voitures en dehors d un virage serré.

LA FORCE CENTRIFUGE. En effet, cette force tend à expulser les voitures en dehors d un virage serré. LA ORCE CENTRIUGE Introduction La force centrifuge est assez connue du public, elle fait d ailleurs l objet d une question pouvant être posée pour l obtention du permis de conduire. En effet, cette force

Plus en détail

Etude du comportement en mécanique de la rupture de l acier T91 en milieu sodium liquide

Etude du comportement en mécanique de la rupture de l acier T91 en milieu sodium liquide Etude du comportement en mécanique de la rupture de l acier T91 en milieu sodium liquide Samuel HEMERY (2 e année) Directeur de thèse: Thierry Auger (CNRS) Encadrant CEA: Jean Louis Courouau (DPC/SCCME/LECNA)

Plus en détail

Consolidation des argiles. CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER

Consolidation des argiles. CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER Consolidation des argiles CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER Plan Introduction Argiles Phénomène de consolidation Essais de consolidation Equation de la consolidation Degré de consolidation et facteur

Plus en détail

TD : Oscillateur harmonique

TD : Oscillateur harmonique TD : Oscillateur harmonique Observation du chromosome X par microscopie à force atomique. À gauche : nanoparticules observées par microscopie à force atomique (AFM, SP1-P2). Image du Dr. K. Raghuraman

Plus en détail

pendule pesant pendule élastique liquide dans un tube en U

pendule pesant pendule élastique liquide dans un tube en U Chapitre 2 Oscillateurs 2.1 Systèmes oscillants 2.1.1 Exemples d oscillateurs Les systèmes oscillants sont d une variété impressionnante et rares sont les domaines de la physique dans lesquels ils ne jouent

Plus en détail

RACLEURS POLY PIG. Racleurs type PP : 85 ou 110 kg/m 3. en mousse de polyuréthane élastique dur munis d'un fond en polymère.

RACLEURS POLY PIG. Racleurs type PP : 85 ou 110 kg/m 3. en mousse de polyuréthane élastique dur munis d'un fond en polymère. 100 &&racleur de canalisation,poly pig,foam pig,racleur mousse,racleur CC,pipe pig&& RACLEURS POLY PIG Racleurs type FP : 25 kg/m 3. en mousse de polyester souple, avec plaque de base imperméable à l'eau.

Plus en détail

On peut être «lourd» et agile!

On peut être «lourd» et agile! éditorial Traitements & Matériaux 412 Octobre - Novembre 2011 3 On peut être «lourd» et agile! La métallurgie est considérée comme une industrie «lourde», les traitements thermiques comme de «vieux» procédés,

Plus en détail

PY401os (2011-2012) Vous pouvez prévisualiser ce test, mais s'il s'agit d'une tentative réelle, vous serez bloqué en raison de : Navigation du test

PY401os (2011-2012) Vous pouvez prévisualiser ce test, mais s'il s'agit d'une tentative réelle, vous serez bloqué en raison de : Navigation du test Navigation PY401os (2011-2012) Collège École de Commerce PER Université Impressum Connecté sous le nom «Bernard Vuilleumier» (Déconnexion) Réglages Outils de travail Outils de travail Accueil Cours Collège

Plus en détail

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble.. 1 Définition GÉNÉRALITÉS Statique 1 2 Systèmes matériels et solides Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..une pièce mais aussi un liquide ou un gaz Le solide : Il est supposé

Plus en détail

Institut Clément Ader

Institut Clément Ader A00 TRIBOMETRE PION/DISQUE- FAIBLE CHARGE (site d Albi) PRINCIPE Mesurer le coefficient de frottement entre un pion et un disque animé d un mouvement rotatif continu (éventuellement chauffé par induction).

Plus en détail

LES LEVIERS - La théorie -

LES LEVIERS - La théorie - centre de développement pédagogique Pour la formation générale en science et technologie LES LEVIERS - La théorie - Mai 2005 SECTION A LE CONCEPT DE LEVIER Ce laboratoire de travaux pratiques vise à amener

Plus en détail

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Applications résidentielles Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et

Plus en détail

GEOSYNTHETIQUES MURS DE SOUTENEMENT

GEOSYNTHETIQUES MURS DE SOUTENEMENT 06 GEOSYNTHETIQUES MURS DE SOUTENEMENT information général & applications FR GEOSYNTHETIQUES En appliquant les constructions de soutènement Emoblock avec la géogrille Fortrac, nous créons une solution

Plus en détail

Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques

Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques Descriptif du support pédagogique Le banc d essais des structures permet de réaliser des essais et des études

Plus en détail

Formation 2013 Bâtiment Durable

Formation 2013 Bâtiment Durable Formation 2013 Bâtiment Durable ACOUSTIQUE Bruxelles Environnement INDICE D AFFAIBLISSEMENT ACOUSTIQUE DES MATÉRIAUX Sophie MERSCH, Ir arch. CENTRE URBAIN 25 avril 2013 Formation mise en œuvre par le Centre

Plus en détail

EPFL - Travaux pratiques de physique. Hydrodynamique. Résumé

EPFL - Travaux pratiques de physique. Hydrodynamique. Résumé Hydrodynamique Résumé L étude de la dynamique des fluides (liquides et gaz) permet de déterminer les caractéristiques du fluide lui-même ainsi que celles d un objet plongé à l intérieur de celui-ci. Il

Plus en détail

1. Introduction 2. Localiser un séisme 3. Déterminer la force d un séisme 4. Caractériser le mécanisme de rupture d un séisme

1. Introduction 2. Localiser un séisme 3. Déterminer la force d un séisme 4. Caractériser le mécanisme de rupture d un séisme Partie II Les paramètres des séismes Séisme: libération d énergie destructrice à partir de la magnitude 5 Prévision sismique: déterminer l aléa sismique Étude du mécanisme de rupture de la faille 1. Introduction

Plus en détail

P11B1 - PHYSIQUE - Semestre 1

P11B1 - PHYSIQUE - Semestre 1 P11B1 - PHYSIQUE - Semestre 1 Outils de la Physique 1 Jacques LEQUIN Nombre heures Cours 4,5 Nombre heures TD 6 Grandeurs scalaires et vectorielles. Calcul différentiel, systèmes de coordonnées. Définir

Plus en détail

Etude d'un monte-charge

Etude d'un monte-charge BTS ELECTROTECHNIQUE Session 1998 3+

Plus en détail

Annexe F Microscopie à Force Atomique

Annexe F Microscopie à Force Atomique Annexe F Microscopie à Force Atomique 1 Introduction...211 2 Instrumentation...212 2.1 Le levier... 212 2.2 La pointe... 213 2.3 La tête optique... 214 2.4 La céramique piézoélectrique... 214 3 Le mode

Plus en détail