RAPPORT DES ACTIVITÉS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT DES ACTIVITÉS 2012-2013"

Transcription

1 RAPPORT DES ACTIVITÉS

2 TABLE DES MATIÈRES LA MISSION DE L ORGANISME... 1 LE CONSEIL D'ADMINISTRATION... 3 LE PERSONNEL... 4 NOS REMERCIEMENTS... 5 LE MOT DE LA DIRECTION ET DU CONSEIL D ADMINISTRATION... 6 LE BILAN DES ACTIVITÉS Volet 1 : L accompagnement dans la mise en place de structures de gestion des conflits Médiation de quartier Ŕ Une alternative citoyenne... 9 Des conflits bien gérés Tout le monde y gagne! Passerelles Volet 2 : La participation à la gestion des mesures prévues par la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents (LSJPA) Tableau de la LSJPA La répartition de la clientèle Le portrait des adolescents référés La mesure de renvoi La consultation auprès des victimes Les mesures déterminées à la suite de la consultation auprès des victimes La mesure de versement à la communauté La mesure de développement des habiletés sociales La mesure de travaux communautaires et de travaux bénévoles La mesure de travaux compensatoires Les organismes qui ont accueilli les adolescents Le soutien aux organismes d'accueil Nos autres activités Les activités de formation Les activités de concertation provinciales Les activités de concertation régionales Nos adhésions LES ORGANISMES D'ACCUEIL PAR SOUS-RÉGIONS Cap-Rouge & Chauveau Charlevoix Orléans Portneuf Québec-Centre LES MEMBRES DE LA CORPORATION LES ÉTATS FINANCIERS AU 31 MARS 2013 (document fourni sur demande)

3 LA MISSION DE L'ORGANISME L Autre Avenue est un organisme de justice alternative (OJA) qui œuvre depuis 1982 dans la Capitale-Nationale, c est-à-dire de Portneuf à Charlevoix en passant par Québec. À l image des 22 autres OJA membres du Regroupement des organismes de justice alternative du Québec (ROJAQ), notre pratique en matière de justice se distingue par une approche basée sur la participation des citoyens. Nous travaillons à la promotion et au développement d une justice réparatrice par laquelle les personnes concernées par une situation délictuelle, litigieuse ou conflictuelle, peuvent participer activement au processus de règlement, et ce, dans le respect de leurs droits. Dans ce contexte, nous appliquons diverses mesures de réparation, accomplies au profit de la victime ou de la communauté, dans le cadre de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents et des autres lois à caractère pénal. Le soutien et l accompagnement des milieux dans la mise en place de structures de gestion des conflits occupent également une partie du mandat de L Autre Avenue. Notre organisme voit autrement et agit différemment : Voit autrement en : Adhérant à une approche éducative et réparatrice plutôt que répressive en matière de justice et de règlement des différends. Considérant d abord les personnes et les torts causés plutôt que le geste commis. Croyant que certaines situations du quotidien peuvent être résolues sans nécessairement toujours faire appel au système de justice. Reconnaissant aux personnes leur droit de prendre une place active dans la gestion de leur situation et en leur capacité à trouver des solutions satisfaisantes pour elles, notamment par le biais d une meilleure communication. Dans ce document, le générique masculin est utilisé sans aucune discrimination et seulement dans le but d'alléger le texte.

4 LA MISSION DE L ORGANISME (suite) 2 Agit différemment en : Favorisant la participation de tous les acteurs impliqués dans une situation litigieuse ou délictuelle, qu il s agisse de l adolescent, de ses parents, de la personne victime, des citoyens ou de la communauté. Favorisant le développement, au sein du système de justice, de procédures permettant aux victimes d être entendues et de participer aux processus de décision. Accompagnant les personnes dans leurs démarches et non en faisant à leur place. Offrant à l ensemble de la population des alternatives aux recours traditionnels. Les fondements de nos actions : l accueil et le non-jugement; l écoute et la communication; le respect de la personne et de ses besoins; la coopération dans la recherche de solutions.

5 LE CONSEIL D'ADMINISTRATION 3... un conseil d administration formé de bénévoles issus de la communauté qui concourt à une justice basée sur la participation des citoyens. La présidente : Le vice-président : Le trésorier : La secrétaire : Les administrateurs : Dominique Trudel Avocate Aide juridique Ŕ Section jeunesse Fernand Côté Retraité Denis Arsenault Retraité Marie-Josée Gauvin Avocate La Capitale assurances générales Ernest Labranche Responsable Bibliothèque Ste-Famille/St-François-de-l Île-d Orléans Yennelys Alcedo Intervenante jeunesse Ŕ Gestion du programme Mères/Enfants Maison pour femmes immigrantes Julie Létourneau Professionnelle Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) Julie Dumont Directrice L Autre Avenue Johanne Gagnon Intervenante sociale L Autre Avenue (Représentante des employés) En , les membres du conseil d administration se sont réunis à sept reprises et ont tenu une consultation à distance (par courrier électronique).

6 LE PERSONNEL 4... une équipe de travail qui concrétise tous les jours une pratique différente en matière de justice. La direction Julie Dumont Le soutien administratif Françoise Choinière, adjointe administrative Sonia Fortier, secrétaire-réceptionniste (avril à décembre 2012) Manon Pesant, secrétaire-réceptionniste (retour en janvier 2013) L équipe d intervention Les permanentes : Marilyn Berthiaume Amélie Doucet Marie Faucher (congé de maternité à partir de décembre 2012) Johanne Gagnon Marie-Noëlle Lavallée (Bureau de Portneuf) Isabelle Lavoie Mélissa Morency Annick Paquet Renée-Claude Pichette (congé de maternité) Lisa-Marie Roy La contractuelle : Emilie Tessier (employée du programme Emplois d été Canada de juin à juillet et employée de l organisme jusqu en novembre 2012) La stagiaire : Marie-Pier Savard (septembre 2012 à mars 2013)

7 NOS REMERCIEMENTS 5... le personnel et le conseil d administration tiennent à souligner de façon toute particulière la contribution des personnes et des organismes suivants : Les partenaires financiers L Agence de la Santé et des Services Sociaux de la Capitale-Nationale (Programme de soutien aux organismes communautaires) Le Développement des ressources humaines du Canada (Programme Emplois d été Canada) La Ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale et de la région de la Chaudière-Appalaches Les députés provinciaux des circonscriptions de Charlesbourg et de Louis-Hébert (Programme de soutien à l action bénévole) Les partenaires et collaborateurs Le Centre jeunesse de Québec Le Service de police de la Ville de Québec et la Sûreté du Québec Les Cours municipales Les juges de la Chambre de la jeunesse Les avocats de l Aide juridique, section jeunesse Les procureurs aux poursuites criminelles et pénales Le Centre d aide aux victimes d actes criminels (CAVAC) de Québec Les différents organismes qui ont accueilli et accompagné les adolescents dans la réalisation de leur mesure Les bénévoles de Médiation de quartier Les personnes-ressources du Service de protection contre les incendies de la Ville de Québec et de l Association des grands brûlés (FLAM) La Ville de Québec (pour la visibilité offerte à Médiation de quartier) Les centres locaux de services communautaires (CLSC) et les centres de santé et de services sociaux (CSSS) de la région (pour les prêts de locaux et la visibilité offerte à Médiation de quartier) Le Centre de justice de proximité de Québec Le Bureau d information juridique de l Université Laval (BIJ) L Agence Idécom (pour nos outils promotionnels) Notre instance La permanence de notre regroupement provincial (ROJAQ) et les organismes de justice alternative du Québec membres du ROJAQ

8 LE MOT DE LA DIRECTION ET DU CONSEIL D ADMINISTRATION 6... Une autre année dans la vie de L Autre Avenue vient de se terminer. Tel que nous l avions annoncé dans le rapport des activités de l an dernier, l année a donné lieu à la poursuite de projets emballants qui contribuent à donner tout son sens au slogan de notre regroupement provincial : Voir autrement, agir différemment. L équipe s est appliquée, cette année encore, à faire la promotion de la participation active des personnes dans la gestion des situations qu elles vivent, qu il s agisse d un délit ou d un conflit. Chacune de nos actions, qu elles se réalisent dans un contexte légal ou social, visent essentiellement à donner une place privilégiée aux personnes concernées par ces situations afin qu elles puissent exprimer leur point de vue et s impliquer dans la recherche de solutions. Peu importe leur statut (adolescents, victimes, citoyens), les personnes auprès desquelles nous travaillons se voient accompagnées avec les mêmes principes d intervention basés sur le respect, le non-jugement et la reconnaissance de leurs capacités à prendre en charge leur situation. Pour illustrer ceci, soulignons d abord le déploiement de Passerelles, projet de gestion des conflits en milieu scolaire. À l école primaire des Jeunes-du-Monde, nous avons travaillé, de concert avec le personnel du milieu, à la deuxième année d implantation du projet. L équipe de petits médiateurs, formée d anciens et de nouveaux, s est rendue disponible au moment des récréations afin d aider leurs camarades lors de situations de conflits. Par ailleurs, le Collège Saint-Charles-Garnier et le Cégep de Sainte-Foy ont vécu, avec notre accompagnement, la première année d implantation du projet. Au cégep, le service de médiation destiné aux enseignants a été lancé en octobre tandis qu au collège, c est en février que le service a été mis en place pour les étudiants. Dans ces trois milieux, plus d une trentaine de médiateurs offrent à leurs pairs leur écoute et leur soutien et les encouragent à privilégier le dialogue pour tenter de résoudre leurs conflits. Nous tenons à saluer l engagement, la générosité et la disponibilité de ces médiateurs. Il convient également de mettre en lumière la remarquable évolution de notre service de médiation citoyenne. Nous constatons que cette alternative aux recours plus traditionnels connaît de plus en plus de popularité. Grâce à notre merveilleuse équipe de médiateurs bénévoles de Médiation de quartier, nous pouvons offrir aux citoyens de la Ville de Québec un accompagnement dans la gestion de leurs situations de conflits, contribuant ainsi à l amélioration de leur qualité de vie. Dans cette même perspective, nous sommes d ailleurs heureux de la récente orientation du Ministère de la Justice qui invite les Centres de justice de proximité, aux termes des trois années de projet pilote, à ajouter à leur panier de services l option de la médiation.

9 ... LE MOT DE LA DIRECTION ET DU CONSEIL D ADMINISTRATION (suite) 7 Il s agit pour nous d une confirmation de l importance accordée aux modes alternatifs de règlements des différends dont nous faisons la promotion depuis bon nombre d années et il nous fera plaisir d y apporter notre contribution. Par ailleurs, nous sommes heureux de constater que L Autre Avenue est de plus en plus interpelé pour offrir des ateliers sur différents sujets en lien avec notre mission tels que la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents, la gestion des conflits, la médiation, la communication et l intimidation. Par ces diverses activités qui s ajoutent à celles que nous réalisons sur une base régulière, nous avons rejoint 1150 personnes en cours d année à qui nous avons pu transmettre les valeurs que nous portons à titre d organisme de justice alternative. Finalement, nous désirons souligner l apport incontestable des organismes de la communauté avec lesquels nous avons plaisir à travailler dans le cadre des différentes mesures que nous appliquons. Les liens que nous établissons avec nos partenaires des divers milieux qui accueillent et accompagnent les adolescents sont pour nous une réelle source d inspiration et de motivation. Nous tenons à les remercier de permettre aux adolescents de réaliser au sein de leur organisme leur démarche de réparation sociale. Nous les remercions pour l ouverture qu ils leur démontrent, l écoute qu ils leur accordent et le temps qu ils leur allouent. Dans un contexte où nous savons que ces organismes sont sollicités de toutes parts par différents programmes et projets, nous leur sommes reconnaissants de leur fidélité et de leur complicité. Nous vous invitons maintenant à faire la lecture du rapport afin de constater l ampleur du travail accompli par l équipe, tant dans le cadre de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents que dans les projets réalisés dans la communauté. Derrière chaque action posée se trouve un membre de l équipe de L Autre Avenue que nous tenons à remercier personnellement et chaleureusement. Dominique Trudel Présidente Julie Dumont Directrice

10 8 LE BILAN DES ACTIVITÉS

11 Volet 1 : L accompagnement dans la mise en place de structures de gestion des conflits MÉDIATION DE QUARTIER Une alternative citoyenne 9... un service de gestion des conflits offert PAR et POUR les citoyens. L année fut active et bien remplie pour Médiation de quartier. Le service a reçu un total de 110 demandes, soit 22 de plus que l année dernière, une preuve de la confiance accordée à Médiation de quartier et de son franc succès! Cette année encore, il est intéressant de constater que le service semble de plus en plus connu des citoyens et citoyennes et des différents partenaires tels que le personnel des arrondissements, les policiers, les intervenants de divers organismes, etc. Cette plus grande connaissance est également synonyme de reconnaissance. Effectivement, les nombreux commentaires recueillis des différentes instances démontrent l importance de l existence du service et de son apport réel dans la communauté. L appui et l encouragement de ces précieux collaborateurs nous illustrent la nécessité de redoubler d efforts dans le but de faire rayonner, encore et toujours, cette alternative dans la communauté. Par ailleurs, forts de l expertise développée l année dernière, nous avons continué à offrir des ateliers sur la thématique de la gestion des conflits. Un bon nombre d organisations ont approché Médiation de quartier à ce sujet. Plusieurs collaborations sont nées de ces contacts et dix ateliers ont ainsi été offerts à divers groupes de la communauté. L année a aussi été marquée par l arrivée de quatre nouvelles bénévoles. Elles ont apporté un vent de renouveau à la dynamique positive et harmonieuse de l équipe. Ce sont maintenant onze médiateurs bénévoles compétents et solides qui constituent l équipe de Médiation de quartier, un groupe de citoyens actifs et engagés! Finalement, il semble que les citoyens soient de plus en plus ouverts à entendre parler de cette alternative basée sur l écoute et le dialogue qu est la médiation. Les rencontres avec ces citoyens démontrent que la gestion des situations de conflits n est pas une mince affaire. Toutefois, il appert que les citoyens souhaitent déployer des efforts, à petite ou à grande échelle, afin d élaborer une réflexion, de tenter des initiatives personnelles ou de participer à un processus de médiation. En somme, peu importe le nombre de médiations ou l état du dossier à la fermeture, les citoyens et citoyennes faisant appel à Médiation de quartier ont l occasion de prendre un temps de réflexion et d envisager les choses autrement. Et c est là l essence même de la médiation citoyenne : que chacun se réapproprie le pouvoir sur les situations qu il vit et

12 10... MÉDIATION DE QUARTIER (suite) réalise qu il est en mesure d y changer quelque chose. Et souvent, tout ce qu il manque, c est l écoute de quelqu un qui n est pas concerné par la situation et un peu de soutien pour se mettre en action En ce sens, il est intéressant de constater, à la lecture des statistiques de l année, qu après un échange avec les médiateurs, dix personnes ont choisi de résoudre leur conflit par elles-mêmes et huit autres ont été en mesure de solutionner le tout sans recourir à la démarche de médiation et au soutien supplémentaire des médiateurs. Pour en savoir plus, nous vous invitons à lire la suite! Manière dont la personne a entendu parler de Médiation de quartier Arrondissement - Municipalité : 29 Organisme, institution, référence d un intervenant, 29 à la suite d une représentation auprès d un partenaire : Policiers : 2 1 Site Web (de L Autre Avenue ou du regroupement provincial) : 7 Publicité (dépliant, affiche, article de journal, radio) : 4 Connaissait déjà le service : 4 Bouche-à-oreille (ami, connaissance, autre citoyen) : 2 Information manquante : 1 2 Autres : 2 Précisions sur la situation des conflits : Lien entre les personnes en conflit Nombre de demandes Type de conflits Voisins 82 Aménagement (clôtures, arbres, espaces communs, etc.) 54 Dérangement par le bruit 10 Conflit interpersonnel 9 Acte criminel (intimidation, menaces, 1 harcèlement, méfait, vol) Nature non précisée 8 Membres d une même famille 10 Conflit interpersonnel 5 Médiation familiale (séparation, divorce, 5 pension alimentaire, garde d enfants) Locataires / propriétaires 6 Entente non respectée /droits / responsabilités / devoirs Amis, connaissances 2 Conflit interpersonnel Citoyens / citoyens 2 Lié à un acte criminel Citoyen-institution 1 Étudiant et établissement scolaire Demande d information 5 Motif non précisé sur le message laissé 2

13 11... MÉDIATION DE QUARTIER (suite) Lieu de résidence du demandeur Ville de Québec - Arrondissement de La Cité-Limoilou : 23 - Arrondissement de Charlesbourg : 18 - Arrondissement de Ste-Foy-Sillery-Cap-Rouge : 15 - Arrondissement des Rivières : 8 - Arrondissement de La Haute-Saint-Charles : 7 - Arrondissement de Beauport : 6 Ville de Saint-Augustin : 5 Ville de l Ancienne-Lorette : 3 Stoneham et Tewkesbury : 4 Portneuf : 2 Lac-Beauport : 1 Rive-Sud de Québec : 1 Côte-de-Beaupré : 1 Information manquante : 16 Nature de l accompagnement offert en résolution de conflits Rencontre initiale effectuée avec la première partie (demandeur) : 34 Contact effectué auprès de la deuxième partie : 2 1 Rencontre initiale effectuée avec la deuxième partie : 9 Rencontres supplémentaires pour préparation à la médiation : 7 Rencontres de médiation : 5 Résultat de la démarche Le demandeur se retire 29 Ne donne pas suite 23 Se désiste 6 Demande d information 14 Décision de recourir à une autre instance 14 Choix de résoudre la situation par eux-mêmes 10 La partie 2 ne donne pas suite 10 Orienté vers une autre ressource 1 1 Médiation familiale 2 Autre ressource 9 Situation résolue sans Médiation de quartier 8 Médiation 5 Impossible de joindre la partie 1 4 Refus de la partie 2 4 Dossier en cours 2

14 12 DES CONFLITS BIEN GÉRÉS TOUT LE MONDE Y GAGNE!... un programme en résolution des conflits ciblant les enfants de deux à cinq ans. Des conflits bien gérés Tout le monde y gagne! est né d une initiative de l organisme de justice alternative de Victoriaville, Pacte Bois-Francs. Ce programme s adresse au personnel œuvrant dans les centres de la petite enfance (CPE), les services de garde en milieu familial et en milieu scolaire et les classes d enseignement préscolaire. Il s amorce par une formation portant sur la résolution des conflits offerte aux éducateurs ou aux enseignants. Par la suite, les personnes ayant reçu la formation sont habilitées à faire connaître aux enfants, par le biais d ateliers, les étapes de résolution des conflits. Une formation est également offerte aux parents des enfants afin d assurer la continuité de l approche à la maison. Du matériel pédagogique simple et attrayant soutient l implantation du programme. Au cours de l année , nous avions fait le choix de ne pas faire de promotion active de ce programme afin de pouvoir nous concentrer sur le projet Passerelles (voir section suivante). Toutefois, nous avons eu quelques contacts avec des CPE qui donneront lieu à la reprise des activités de formation dès la prochaine année.

15 PASSERELLES un projet collectif de gestion des conflits qui vise à établir des passerelles entre les différents acteurs du milieu scolaire. Le programme Passerelles a été élaboré par une équipe d intervenants des organismes de justice alternative en collaboration avec la permanence du Regroupement des organismes de justice alternative du Québec (ROJAQ). Il s agit d un projet qui mise sur la participation, l engagement, les compétences et les ressources de l établissement scolaire. Passerelles est un projet qui permet aux acteurs du milieu d être partie prenante du développement d une vision et d un engagement communs en gestion des conflits. Il vise à établir des passerelles entre les différents acteurs du milieu scolaire. Ce projet s adresse à tous les établissements scolaires, tant public que privé, du niveau préscolaire jusqu au niveau universitaire. Le projet Passerelles peut être complémentaire et s adapter à ceux déjà mis en place dans les milieux scolaires. Il a pour objectifs de : promouvoir une saine gestion des conflits en milieu scolaire basée sur la communication et le dialogue; développer les connaissances et les compétences des différents acteurs du milieu scolaire en lien avec un continuum de pratiques en gestion des conflits; favoriser l application des valeurs d équité, de respect, d écoute, de coopération et de recherche de solutions au sein du milieu scolaire; susciter la participation au projet collectif de tous les acteurs concernés par la vie scolaire.

16 ... PASSERELLES (suite) 14 En , nous avons poursuivi notre implication dans les trois milieux scolaires avec lesquels nous avions déjà amorcé des actions. À l école des Jeunes-du-Monde, nous avons soutenu le personnel dans la deuxième année d implantation de Passerelles. À la suite d une formation reçue, une vingtaine d élèves médiateurs ont été actifs dans la cour d école dès la rentrée scolaire afin d aider leurs camarades à régler une soixantaine de conflits. Au Collège Saint-Charles-Garnier, l année scolaire a débuté par une formation de base offerte à l ensemble du personnel de l école. Puis, six élèves ont reçu une formation en médiation afin de les habiliter à assister leurs pairs dans la résolution de leurs conflits. Le service de médiation a officiellement été lancé en février De plus, douze adultes ont participé à une formation en médiation dans le but de leur faire connaître l approche que nous privilégions et pour leur donner des outils supplémentaires. Finalement, au Cégep de Sainte-Foy, quatre formations de base en gestion des conflits ont été offertes aux enseignants et 51 d entre eux y ont participé. Par ailleurs, dix enseignants ont reçu une formation de trois jours en médiation. L équipe de médiateurs est, depuis octobre 2012, disponible pour accompagner leurs collègues de travail désirant entreprendre une démarche de résolution de conflits.

17 Volet 2 : La participation à la gestion des mesures prévues par la LSJPA 15

18 LA RÉPARTITION DE LA CLIENTÈLE des victimes à qui nous faisons une place et des adolescents que nous accompagnons dans une démarche de réparation et de conscientisation. Entre le 1 er avril 2012 et le 31 mars 2013, un total de 715 adolescents ont bénéficié de nos services. De ce nombre, 37 adolescents ont accompli plus d une mesure sous notre supervision, ce qui porte le nombre de mesures appliquées à 761. Travaux communautaires et bénévoles 439 Mesures de réparation envers la victime 93 Renvoi 77 Travaux compensatoires 72 Versement à la communauté 49 Développement des habiletés sociales 3 1 De plus, nous avons reçu 250 demandes de consultation à effectuer auprès des victimes. Au total, ce sont donc 1011 demandes de service qui nous ont été adressées par nos partenaires, soit une cinquantaine de moins que l an dernier. ÉVOLUTION DES DEMANDES DE SERVICE SELON LE PROCESSUS DE RÉFÉRENCE Mesures extrajudiciaires Sanctions judiciaires ANNÉE Consultations victime Renvoi Travaux commun. Sanctions extrajudiciaires D.H.S.* Mesures orientées vers la victime V.C.** Travaux bénévoles Peines spécifiques D.H.S.* Mesures orientées vers la victime V.C.** Travaux compensatoires TOTAL * D.H.S. : Mesure visant le développement des habiletés sociales ** V.C. : Versement à la communauté

19 LE PORTRAIT DES ADOLESCENTS RÉFÉRÉS qui sont-ils? Ces données concernent les 715 adolescents qui ont été référés en cours d année pour l ensemble des mesures que nous appliquons (renvoi, mesures de réparation envers la victime, mesures de réparation envers la communauté, mesures de développement des habiletés sociales et travaux compensatoires). DONNÉES PSYCHOSOCIALES Portrait type du jeune usager Il est de sexe masculin; il est âgé de 16 ans; il vit dans son milieu familial; et il est étudiant. Sexe Nombre de garçons 540 (76%) Nombre de filles (24%) En comparaison avec l an passé, nous remarquons une légère diminution de l ordre de 2% des jeunes filles référées à nos services. Cependant, lorsqu on isole la mesure de renvoi, la proportion des filles demeure la même, soit 34%. Âge moyen Garçons et filles 16 ans Répartition des adolescents par catégorie d'âges ans 28 (4%) ans (35%) ans 346 (48%) 18 ans et plus 90 (13%)

20 ... LE PORTRAIT DES ADOLESCENTS RÉFÉRÉS (suite) 18 Lieu de résidence (par sous-régions) Orléans 281 (39%) Cap-Rouge & Chauveau 232 (33%) Québec-Centre 130 (18%) Portneuf 42 (6%) Charlevoix 30 (4%) DONNÉES RELATIVES À LA SITUATION DÉLICTUELLE Nature des infractions commises Infractions contre les droits de propriété 38,0% (vol simple, introduction et vol par effraction, possession de biens criminellement obtenus, vol qualifié, possession d outils de cambriolage, infraction ressemblant aux vols, extorsion) Infractions contre la personne et la réputation 1 8,0% (voies de fait simple, proférer des menaces, voies de fait grave, voies de fait contre un agent de la paix, harcèlement criminel, capacité de conduite affaiblie, agression sexuelle, conseiller le suicide, séquestration) Infractions en vertu de la Loi réglementant certaines drogues et autres 1 7,0% substances (possession de substances, trafic de substances, possession en vue de trafic, production de substances) Infractions contre l application de la Loi et l administration de la justice 9,0% (omission de comparaître ou de se conformer, défaut de se conformer à une décision, corruption et désobéissance, méfait public, faciliter une évasion) Actes volontaires et prohibés concernant certains biens 7,0% (méfait, incendie criminel) Infractions aux règlements municipaux 4,5% Opérations frauduleuses 2,5% (fraude) Infractions au Code de la sécurité routière 1,0% Tentatives, complots, complicité après le fait 1,0% Autres 2,0% (infractions d ordre sexuel, actes contraires aux bonnes mœurs, inconduite, infractions relatives à l usage et à la possession d armes à feu et aux autres armes offensives, infraction contre l ordre public)

21 LA MESURE DE RENVOI une mesure qui s applique aux adolescents qui ont commis un délit d ordre mineur. Un partenariat entre L Autre Avenue et les policiers, basé sur la non-judiciarisation. Le renvoi à un programme ou à un organisme communautaire est une disposition prévue dans la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents afin de favoriser, lorsque jugé pertinent, la non-judiciarisation des adolescents ayant commis des délits mineurs. Ainsi, lorsque les policiers procèdent à l arrestation d un adolescent, ils peuvent décider, en vertu du pouvoir discrétionnaire qui leur est consenti, de le référer à notre organisme pour qu il participe à une activité de sensibilisation en lien avec la nature du délit commis. Des conditions sont toutefois nécessaires : le policier doit obtenir l autorisation du Procureur aux poursuites criminelles et pénales et l adolescent doit consentir à la mesure de renvoi. DESCRIPTION DES ACTIVITÉS OFFERTES Trois activités de sensibilisation, d une durée de deux heures chacune, ont été mises en place dans le cadre de la mesure de renvoi : une sur le vol à l étalage, une sur les stupéfiants et une sur l impact de la commission d un délit. Ces activités, généralement offertes en groupe, visent à informer les adolescents sur les différents aspects de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents de même qu à favoriser une réflexion sur les motifs de passage à l acte et sur les conséquences de leur geste, tant pour eux que pour les victimes. Il est à noter qu un adolescent ayant déjà bénéficié d une activité de sensibilisation peut être référé par le policier pour une mesure de travaux communautaires d une durée de trois heures. DONNÉES RELATIVES À LA MESURE Un total de 77 adolescents ont été référés dans le cadre de la mesure de renvoi, soit 33 de moins que l an dernier.

22 ... LA MESURE DE RENVOI (suite) 20 Nombre de références et activités réalisées Nombre de références Nombre d activités réalisées en groupe en individuel Activité sur les stupéfiants Activité sur le vol à l étalage Activité sur l impact de la commission d un délit Activité jumelée sur l impact de la commission d un délit et sur le vol à l étalage

23 LA CONSULTATION AUPRÈS DES VICTIMES une procédure, relativement aux situations de délits commis par des mineurs, qui reconnaît l importance du point de vue des victimes d actes criminels dans le processus judiciaire et favorise leur participation. Dans le cadre de l Entente-cadre provinciale sur le Programme de sanctions extrajudiciaires, notre responsabilité est de contacter les victimes : afin de les informer des suites de la plainte policière et des étapes à venir; pour recueillir les conséquences que le délit a eues dans leur vie; afin qu elles puissent exprimer leur opinion sur l évènement et leur souhait d obtenir réparation. Le résultat de la consultation est ensuite soumis à un intervenant du Centre jeunesse qui procède à l évaluation de l adolescent et décide, à la lumière de l information recueillie, de la mesure la plus adéquate à appliquer, à savoir soit une mesure de réparation envers la victime ou envers la communauté, ou encore la participation à un programme de développement des habiletés sociales. Entre le 1 er avril 2012 et le 31 mars 2013, nous avons procédé à des consultations dans des situations impliquant 250 adolescents contrevenants et 269 victimes. La majorité des victimes (70%) étaient des individus, alors que 30% étaient des victimes corporatives (commerces, entreprises, organismes communautaires, municipaux ou publics). La nature de la relation entre la victime et le contrevenant était la suivante : Pas de relation (les parties ne se connaissent pas) 31% Service (commerçant-client, éducateur-jeune, etc.) 25% École (toute situation en contexte scolaire) 22% Ami, connaissance 1 1% Parent (lien parent-enfant) 3% Liens familiaux indirects (oncle, tante, etc.) 3% Autres : 5% - Couple/ex-couple 2,0% - Fratrie 1,5% - Locataire/propriétaire 1,0% - Voisinage 0,5%

Rapport des activités 2014-2015

Rapport des activités 2014-2015 Rapport des activités 2014-2015 TABLE DES MATIÈRES LA MISSION DE L ORGANISME... 1 LE CONSEIL D ADMINISTRATION... 2 LE PERSONNEL... 3 NOS PARTENAIRES... 4 LE MOT DE LA DIRECTION ET DU CONSEIL D ADMINISTRATION...

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles. Adopté : 17 avril 2007. CATÉGORIE : Ressources humaines. Dernière révision : 25 janvier 2013

Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles. Adopté : 17 avril 2007. CATÉGORIE : Ressources humaines. Dernière révision : 25 janvier 2013 Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles CATÉGORIE : Ressources humaines SURVEILLANCE : juin 2014 Adopté : 17 avril 2007 Dernière révision : 25 janvier 2013 Révisée le : 20 septembre 2013 Le Centre de santé

Plus en détail

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 POLITIQUE D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 PRÉAMBULE En raison de son caractère public et de sa mission, la Commission

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

CADRE DE GESTION RELATIF À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES Adopté par le Conseil des commissaires le 25 juin 2008

CADRE DE GESTION RELATIF À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES Adopté par le Conseil des commissaires le 25 juin 2008 DOCUMENT OFFICIEL CADRE DE GESTION RELATIF À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES Adopté par le Conseil des commissaires le 25 juin 2008 Service des ressources humaines www.csp.qc.ca TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

POLITIQUE DES COMMUNICATIONS

POLITIQUE DES COMMUNICATIONS Cégep de Sept-Îles POLITIQUE DES COMMUNICATIONS Service émetteur : Direction des communications Instance décisionnelle : Conseil d administration Date d approbation : Le 7 mars 2006 Dernière révision :

Plus en détail

Analyse de données statistiques Centre de santé et de services sociaux de Québec-Nord

Analyse de données statistiques Centre de santé et de services sociaux de Québec-Nord Analyse de données statistiques Centre de santé et de services sociaux de Québec-Nord RÉSUMÉ& LeCentredesantéetdeServicesSociauxdeQuébec5Norddoitpériodiquementréévaluerses priorités d action et champs

Plus en détail

Les centres de réadaptation

Les centres de réadaptation Les centres en déficience physique et en déficience intellectuelle ont pour mission d'offrir des services d'adaptation ou de réadaptation et d'intégration sociale à des personnes qui ont des besoins particuliers

Plus en détail

La mission du Carrefour de formation, de recherche et de référence de l AQRP Fusionner et diffuser les savoirs pour changer les pratiques

La mission du Carrefour de formation, de recherche et de référence de l AQRP Fusionner et diffuser les savoirs pour changer les pratiques La mission du Carrefour de formation, de recherche et de référence de l AQRP Fusionner et diffuser les savoirs pour changer les pratiques Nature du projet Mise en place d un Carrefour de formation, de

Plus en détail

OFFICE MUNICIPAL D HABITATION ET CENTRE DE LA PETITE ENFANCE NEZ À NEZ DE GRANBY PROJET DE CONSTRUCTION DE 24 LOGEMENTS INCLUANT 66 PLACES EN GARDERIE

OFFICE MUNICIPAL D HABITATION ET CENTRE DE LA PETITE ENFANCE NEZ À NEZ DE GRANBY PROJET DE CONSTRUCTION DE 24 LOGEMENTS INCLUANT 66 PLACES EN GARDERIE OFFICE MUNICIPAL D HABITATION ET CENTRE DE LA PETITE ENFANCE NEZ À NEZ DE GRANBY PROJET DE CONSTRUCTION DE 24 LOGEMENTS INCLUANT 66 PLACES EN GARDERIE PROJET DE LOGEMENT SOCIAL AVEC SERVICES DE GARDE ET

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes. La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités

Politique de gestion des plaintes. La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités Politique de gestion des plaintes La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités PRÉAMBULE L administration gouvernementale québécoise place au cœur de ses priorités la qualité

Plus en détail

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes.

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. 2 Protection de l enfance et droit de la famille FR 002 LE DROIT DE LA FAMILLE ET LES FEMMES EN ONTARIO Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. Renseignez-vous sur vos droits. Protection de

Plus en détail

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN POLITIQUE : 5-12 Services éducatifs Entrée en vigueur : 19 avril 2011 (CC110419-10) TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

Plus en détail

Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7

Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7 Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7 novembre 2012 Cadre de mieux-être en Le cadre de notre

Plus en détail

Les méthodes alternatives de règlement des conflits et le droit de la famille

Les méthodes alternatives de règlement des conflits et le droit de la famille FR001 1 Les méthodes alternatives de règlement des conflits et le droit de la famille Un seul droit de la famille pour toutes les femmes Renseignez-vous sur vos droits fodf Femmes ontariennes et droit

Plus en détail

HÉLÈNE JOLIN. 405, rue de Dieppe Saint-Jean-sur-Richelieu (Québec) J3B 1S9 Tél. : (450) 359-0141 Courriel : jolin.h@sympatico.ca SOMMAIRE D EXPÉRIENCE

HÉLÈNE JOLIN. 405, rue de Dieppe Saint-Jean-sur-Richelieu (Québec) J3B 1S9 Tél. : (450) 359-0141 Courriel : jolin.h@sympatico.ca SOMMAIRE D EXPÉRIENCE HÉLÈNE JOLIN 405, rue de Dieppe Saint-Jean-sur-Richelieu (Québec) J3B 1S9 Tél. : (450) 359-0141 Courriel : jolin.h@sympatico.ca SOMMAIRE D EXPÉRIENCE Expérience acquise dans l intervention et le développement

Plus en détail

Politique institutionnelle relative à l internationalisation

Politique institutionnelle relative à l internationalisation Politique institutionnelle relative à l internationalisation Politique adoptée au conseil administration le 3 avril 2013 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 3 1. DÉFINITIONS... 3 2. FINALITÉS... 6 3. OBJECTIFS

Plus en détail

Cadre des bénévoles. Centre-Femmes du Grand-Portage

Cadre des bénévoles. Centre-Femmes du Grand-Portage Cadre des bénévoles Centre-Femmes du Grand-Portage Printemps 2012 Préambule Le bénévolat est un geste libre (volontaire), une contribution qui vise le développement de la personne et de la collectivité.

Plus en détail

Conférence québécoise sur la violence envers les aînés : Agir en collectivité 14 avril 2003 Présenté par Sylvie Biscaro et Nathalie Lamy

Conférence québécoise sur la violence envers les aînés : Agir en collectivité 14 avril 2003 Présenté par Sylvie Biscaro et Nathalie Lamy Conférence québécoise sur la violence envers les aînés : Agir en collectivité 14 avril 2003 Présenté par Sylvie Biscaro et Nathalie Lamy Les Centres d aide aux victimes d actes criminels au service des

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

Modèle de profil de compétences en organisation communautaire en CSSS

Modèle de profil de compétences en organisation communautaire en CSSS Modèle de profil de compétences en organisation communautaire en CSSS Novembre 2010 La création d un profil de compétences en organisation communautaire en CSSS 1 s est imposée comme un des moyens pour

Plus en détail

POLITIQUE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE # 41-10

POLITIQUE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE # 41-10 POLITIQUE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE # 41-10 Adoption le 12 juin 2007 Amendement le Mise en vigueur le 1 er juillet 2007 Résolution # C.C.-2332-06-07 Autorisation Susan Tremblay Directrice générale

Plus en détail

SECTION : Politique NUMÉRO : P201 PAGES : 6 SERVICE ÉMETTEUR : Direction des Services aux étudiants

SECTION : Politique NUMÉRO : P201 PAGES : 6 SERVICE ÉMETTEUR : Direction des Services aux étudiants POLITIQUE POLITIQUE D ÉDUCATION INTERCULTURELLE DATE : 26 mars 2014 SECTION : Politique NUMÉRO : P201 PAGES : 6 SERVICE ÉMETTEUR : Direction des Services aux étudiants DESTINATAIRES : À toute la communauté

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS DE LA CAMPAGNE «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 Réalisé par le Service Prévention Santé de

Plus en détail

RÈGLEMENT NO. 2010-02-289 AUX FINS DE DOTER LA MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE D UNE POLITIQUE DE GESTION DES RELATIONS AVEC SES CITOYENS

RÈGLEMENT NO. 2010-02-289 AUX FINS DE DOTER LA MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE D UNE POLITIQUE DE GESTION DES RELATIONS AVEC SES CITOYENS PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE COMTÉ DE RIVIERE-DU-LOUP RÈGLEMENT NO. 2010-02-289 AUX FINS DE DOTER LA MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE D UNE POLITIQUE DE GESTION DES RELATIONS

Plus en détail

Application de la stratégie d action au Québec

Application de la stratégie d action au Québec A. Résumé des grandes lignes de la stratégie d action À la suite d une réflexion réalisée en 2013, L ŒUVRE LÉGER a revu sa stratégie d action auprès de ses partenaires et du public en général (se référer

Plus en détail

La fraude par complaisance et la justice alternative chez les mineurs

La fraude par complaisance et la justice alternative chez les mineurs La fraude par complaisance et la justice alternative chez les mineurs Présentation personnelle 1996-2001 Représentante service à la clientèle pour la Banque Laurentienne du Canada (BLC) pendant mes études

Plus en détail

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Date de la rencontre : le 25 novembre 2014 Heure : 9 h Lieu : Terrebonne Local : Salle du conseil Présentateur : Marcel Côté, directeur général

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Table des matières CONTEXTE...5 OBJET...7 CHAMP D APPLICATION...7 PRINCIPES GÉNÉRAUX ET VALEURS...7 OBJECTIFS GÉNÉRAUX...8 OBJECTIFS PARTICULIERS...8 DISPOSITIONS

Plus en détail

MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE

MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE ANNEXE A MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE MISE À JOUR EN AOÛT 2015 MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE 1. Les outils

Plus en détail

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA DESCRIPTION DU POSTE D INTERVENANT-PIVOT Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA Titre : Intervenant-pivotRelève du : Gestionnaire du programme Programme : Services de soutien communautaireapprouvé

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Karyne Daigle, stagiaire Maîtrise en santé communautaire MISE EN CONTEXTE Le

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE N o 4 POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Modifiée le 9 novembre 2010 cegepdrummond.ca Règlement n o 12 abrogé : 6 décembre 2004 (CA-04-12-06-03) Politique adoptée au conseil d administration

Plus en détail

Liste des recommandations

Liste des recommandations RECOMMANDATIONS À TOUS LES MINISTÈRES ET ORGANISMES L EXERCICE DES POUVOIRS DISCRÉTIONNAIRES DE L ADMINISTRATION: Que lorsque, dans l exercice de ses pouvoirs discrétionnaires, l Administration prend une

Plus en détail

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : Politique de santé globale du personnel COTE : DG 2013-02 APPROUVÉE PAR : Le conseil d administration le 26 février 2013 EN VIGUEUR LE : 26 février 2013 RESPONSABLE

Plus en détail

SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES

SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES Numéro du document : 1209-04 Adoptée par la résolution : 109 1209 En date du : 8 décembre 2009 Remplacée

Plus en détail

SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Numéro du document : 0608-14 Adoptée par la résolution : 347 0608 En date du : 17 juin

Plus en détail

Législation relative à la justice pénale pour les jeunes

Législation relative à la justice pénale pour les jeunes Capsule juridique Législation relative à la justice pénale pour les jeunes Au Canada, le taux d incarcération des adolescents est plus élevé que chez les adultes. Environ 80 pour cent des peines de placement

Plus en détail

Regroupement hockey de Québec Ouest REGROUPEMENT HOCKEY DE QUÉBEC OUEST CODE DE DÉONTOLOGIE

Regroupement hockey de Québec Ouest REGROUPEMENT HOCKEY DE QUÉBEC OUEST CODE DE DÉONTOLOGIE REGROUPEMENT HOCKEY DE QUÉBEC OUEST CODE DE DÉONTOLOGIE SAISON 2010-2011 TABLE DES MATIÈRES 1. Le lexique... 3 2. Le code de déontologie... 3 3. Les règles d éthique... 3 Le code d éthique des administrateurs...

Plus en détail

Analyse du sondage. Vandalisme Environnement Vol habitation

Analyse du sondage. Vandalisme Environnement Vol habitation Analyse du sondage A. Les problématiques Les personnes sondées ont été questionnées sur divers problèmes et un classement a été établi sur base de ce qu elles considèrent être la problématique la plus

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

1. Éditorial. Décembre 2011 Volume 4 no. 1

1. Éditorial. Décembre 2011 Volume 4 no. 1 Les aînés regroupés de Charlesbourg 7260, boulevard Cloutier, Québec, G1H 3E8 http://www.caabcharlesbourg.org/arc arc@caabcharlesbourg.org Décembre 2011 Volume 4 no. 1 1. Éditorial Gérald Lavoie Président

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

Fondation Pro Familia

Fondation Pro Familia Centre Polyvalent pour Enfants Services pour femmes et leurs enfants en détresse Centre de Consultation et de Médiation Familiale Centre de Formation Psycho-Familiale www.profamilia.lu Contact Fondation

Plus en détail

Programme Transit. Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle

Programme Transit. Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle Programme Transit Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle Développé par l Association des personnes handicapées de la rive-sud

Plus en détail

POUR LA RÉUSSITE DE NOS ÉLÈVES, OSONS RÊVER ENSEMBLE!

POUR LA RÉUSSITE DE NOS ÉLÈVES, OSONS RÊVER ENSEMBLE! COMMISSION SCOLAIRE DE LA CAPITALE ÉCOLE SAINT-MALO LE PROJET ÉDUCATIF 2010-2015 DE L ÉCOLE POUR LA RÉUSSITE DE NOS ÉLÈVES, OSONS RÊVER ENSEMBLE! Projet éducatif adopté par les membres du conseil d établissement

Plus en détail

Politique de favorisation de la lecture

Politique de favorisation de la lecture Politique de favorisation de la lecture Adoptée le 6 décembre 2011 Préambule L importance de la lecture est un enjeu fondamental dans notre société. L écrit est partout. «La lecture est au cœur du développement

Plus en détail

VISION TRIENNALE. Cour du Québec Vision triennale 2015 2016 2017 1

VISION TRIENNALE. Cour du Québec Vision triennale 2015 2016 2017 1 VISION TRIENNALE 2015 2016 2017 Cour du Québec Vision triennale 2015 2016 2017 1 MESSAGE DE LA JUGE EN CHEF La Cour du Québec prend régulièrement un temps d arrêt pour réfléchir aux actions à poursuivre

Plus en détail

POLITIQUE D OCTROI DE DONS ET COMMANDITES

POLITIQUE D OCTROI DE DONS ET COMMANDITES POLITIQUE D OCTROI DE DONS ET COMMANDITES Révisée le 20 août 2014 Contenu CADRE GÉNÉRAL... 2 Politique... 2 Définitions... 2 Imputabilité... 2 Budget... 2 OBJECTIFS GÉNÉRAUX... 3 Attribution... 3 Exclusions...

Plus en détail

POLITIQUE VISANT À CONTRER LE HARCÈLEMENT ET LA VIOLENCE AU TRAVAIL

POLITIQUE VISANT À CONTRER LE HARCÈLEMENT ET LA VIOLENCE AU TRAVAIL POLITIQUE POLITIQUE VISANT À CONTRER LE HARCÈLEMENT ET LA VIOLENCE AU TRAVAIL # 61-03 Adoption le 14 juin 2005 Amendement le Mise en vigueur le 14 juin 2005 Résolution # C.C.-1865-06-05 Autorisation Susan

Plus en détail

Date : Lieu : 9h00 à 16h30. Consultations régionales : le gouvernement en ligne Communautique

Date : Lieu : 9h00 à 16h30. Consultations régionales : le gouvernement en ligne Communautique Date : Lieu : 9h00 à 16h30 Carnet de travail Ce carnet est à la fois, POUR VOUS, un carnet de notes, de travail et de réflexion ; Pour, un moyen de recueillir de l information sur les enjeux du gouvernement

Plus en détail

Règlement sur l immigration à Montréal

Règlement sur l immigration à Montréal Projet de règlement Règlement sur l immigration à Montréal Présenté par Luis Nobre Jeune Conseil de Montréal 2013 Projet de règlement numéro 2 Règlement sur l immigration à Montréal PRÉSENTATION Présenté

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en DES SERVICES DES INTERVENTIONS DE RÉADAPTATION CIBLÉES ET SPÉCIFIQUES VISANT LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DE LA PERSONNE ET AYANT COMME OBJECTIFS de favoriser l intégration et la participation sociales de

Plus en détail

LE COMPLICE BULLETIN DE LIAISON L AUTRE AVENUE, ORGANISME DE JUSTICE ALTERNATIVE. Johanne Gagnon pour l équipe de L Autre Avenue.

LE COMPLICE BULLETIN DE LIAISON L AUTRE AVENUE, ORGANISME DE JUSTICE ALTERNATIVE. Johanne Gagnon pour l équipe de L Autre Avenue. BULLETIN DE LIAISON L AUTRE AVENUE, ORGANISME DE JUSTICE ALTERNATIVE Décembre 2012 Dans ce numéro Nos vœux de Noël 1 Des nouvelles... de 2 nous Fermeture des 2 bureaux pendant le temps des Fêtes Le déploiement

Plus en détail

2.3 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Politique d évaluation des apprentissages, Décroche tes rêves, mars 2003.

2.3 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Politique d évaluation des apprentissages, Décroche tes rêves, mars 2003. 2.3 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Politique d évaluation des apprentissages, Décroche tes rêves, mars 2003. 2.4 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Cadre de référence en

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE 2014-2017

PLAN STRATÉGIQUE 2014-2017 PLAN STRATÉGIQUE 2014-2017 Présentation Ce plan stratégique décrit les orientations qu a résolu d adopter le (CJSS) pour la réalisation de sa mission 1 au cours de la période 2014-2017. Il vise à guider

Plus en détail

Rappelons ici les 3 enjeux majeurs du plan de réussite qui ont guidé nos actions cette année :

Rappelons ici les 3 enjeux majeurs du plan de réussite qui ont guidé nos actions cette année : FONCTIONNEMENT DE L ÉCOLE Le bilan présenté ici ne peut faire état de tous les événements qui ont eu lieu pendant l année scolaire 2005-2006. Toutefois, nous pouvons affirmer que l implication et le travail

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DUPERSONNEL DE SOUTIEN (PO 13) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL

Plus en détail

Programme pour contrer toute forme de violence ou de harcèlement

Programme pour contrer toute forme de violence ou de harcèlement Programme pour contrer toute forme de violence ou de harcèlement Adopté au Conseil d administration le 29 novembre 2004 Table des matières Préambule... 3 Définitions... 4 Objectifs, principes et champ

Plus en détail

Politique institutionnelle pour un milieu d étude et de travail exempt de harcèlement psychologique

Politique institutionnelle pour un milieu d étude et de travail exempt de harcèlement psychologique Politique institutionnelle pour un milieu d étude et de travail exempt de harcèlement psychologique Adoptée par le Conseil d administration Le 6 décembre 2011 1. PRINCIPES ET VALEURS Le Cégep de Saint-Jérôme

Plus en détail

PROMOTION DES SERVICES DU C.P.E.

PROMOTION DES SERVICES DU C.P.E. PROMOTION DES SERVICES DU C.P.E. Il est important pour le CPE de se différencier par une approche axée sur la valeur ajoutée. Vous découvrirez en lisant nos objectifs que notre approche marketing sera

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Un chantier d intervention dans deux quartiers défavorisés de Sherbrooke

Un chantier d intervention dans deux quartiers défavorisés de Sherbrooke Un chantier d intervention dans deux quartiers défavorisés de Sherbrooke Vendredi, le 12 mars 2010 13 e Journées annuelles de santé publique Intervention de proximité : développement des personnes et des

Plus en détail

Le CLIC de Bordeaux-Cartierville

Le CLIC de Bordeaux-Cartierville Étude de cas #1 Le CLIC de Atelier sur l impact collectif Mai 2014 Les conditions préalables à l impact collectif Un sentiment d'urgence En 1990, un colloque intitulé "Deux mondes, deux réalités" est organisé

Plus en détail

Introduction. Activités admissibles. Objectifs. Domaines visés. Guide des candidatures de 2015

Introduction. Activités admissibles. Objectifs. Domaines visés. Guide des candidatures de 2015 Guide des candidatures 2015 Introduction Dans tout l Ontario, il y a beaucoup d entreprises, d organismes, de collectivités et de particuliers qui font plus que ce qui est requis par la législation environnementale,

Plus en détail

Sun Life. Programme d aide aux employés. Pour aider votre entreprise à mieux performer.

Sun Life. Programme d aide aux employés. Pour aider votre entreprise à mieux performer. Sun Life Programme d aide aux employés Des services professionnels et confidentiels pour aider à résoudre les problèmes susceptibles de nuire à la performance au travail. Pour aider votre entreprise à

Plus en détail

Introduction...3. Mise en contexte...4. Fédéral...5. National (Québec)...5. Régional...6. Local...6. Montréal...7. Modèle de portrait...

Introduction...3. Mise en contexte...4. Fédéral...5. National (Québec)...5. Régional...6. Local...6. Montréal...7. Modèle de portrait... OUTILS DE RÉALISATION D UN PORTRAIT DE MILIEU IEU DANS LE CADRE DE L L OPÉRATION QUARTIER Août 2003 TABLE DES MATIÈRES Introduction...3 Mise en contexte...4 Fédéral...5 National (Québec)...5 Régional...6

Plus en détail

Projet de réaménagement

Projet de réaménagement Projet de réaménagement De Place L Acadie et de Place Henri-Bourassa Mémoire de Jocelyne Cyr commissaire scolaire Circonscription de Cartierville Commission scolaire de Montréal Déposé le 18 février 2009

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DÉPOSÉ AU CONSEIL DES COMMISSAIRES

RAPPORT ANNUEL DÉPOSÉ AU CONSEIL DES COMMISSAIRES RAPPORT ANNUEL DÉPOSÉ AU CONSEIL DES COMMISSAIRES POUR L ANNÉE SCOLAIRE 2012-2013 Préparé le 4 septembre 2013 Déposé le 11 septembre 2013 En vertu de l article 220.2 de la Loi sur l instruction publique

Plus en détail

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes.

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. 1 Règlement extrajudiciaire des différends et droit de la famille FR 001 LE DROIT DE LA FAMILLE ET LES FEMMES EN ONTARIO Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. Renseignez-vous sur vos droits.

Plus en détail

Procédures de traitement des plaintes relatives à la comptabilité et à la vérification

Procédures de traitement des plaintes relatives à la comptabilité et à la vérification Procédures de traitement des plaintes relatives à la comptabilité et à la vérification Secrétariat Corporate Service corporatif August 7, 2014 V1.0 7 août 2014 V9.0 Pour usage interne Table des matières

Plus en détail

Gestion commerciale LCA.8Z. Information : (514) 376-1620, poste 419

Gestion commerciale LCA.8Z. Information : (514) 376-1620, poste 419 Gestion LCA.8Z Information : (514) 376-1620, poste 419 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 35 unités 1/3. Buts généraux du programme Ce programme

Plus en détail

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS Volet 2 - Les options résidentielles LES OPTIONS RÉSIDENTIELLE La Fiche d information à l intention des parents porte sur différents sujets susceptibles d

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ;

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ; Livre III Action sociale et médico-sociale mise en œuvre par des établissements et des services Titre Ier : Établissements et services soumis à autorisation Chapitre Ier : Dispositions générales Section

Plus en détail

COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE

COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE RELATIVE À L'INTERNATIONALISATION ET À L'ÉDUCATION INTERCULTURELLE ET CITOYENNE 1055, 116 e rue Ville Saint-Georges (Québec)

Plus en détail

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin Comité des Parties de la Convention du Conseil de l'europe sur la lutte contre la traite des êtres humains Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la

Plus en détail

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes.

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. 7 Arbitrage familial FR 007 LE DROIT DE LA FAMILLE ET LES FEMMES EN ONTARIO Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. Renseignez-vous sur vos droits. Arbitrage familial La présente brochure est

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES

POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES RÈGLEMENTS POLITIQUES PROCÉDURES POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES PRÉAMBULE La politique de gestion des programmes d études propose une démarche intégrée des différentes actions du Collège

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL DATE : 1 er juillet 2013 SECTION : Programme NUMÉRO : PG301 PAGES : 6 RESPONSABLE : Direction des ressources humaines

Plus en détail

PSYCHOÉDUCATION Personnes rejoignables 64 Hommes Femmes Nombre de répondants 30 46,9 % 3 ( 10 %) 27 ( 90 %)

PSYCHOÉDUCATION Personnes rejoignables 64 Hommes Femmes Nombre de répondants 30 46,9 % 3 ( 10 %) 27 ( 90 %) Ensemble du 1 er cycle - Emplois PSYCHOÉDUCATION Personnes rejoignables 64 Hommes Femmes Nombre de répondants 30 46,9 % 3 ( 10 %) 27 ( 90 %) Note : les pourcentages ne sont pas affichés pour les questions

Plus en détail

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention À moins d indications contraires, toutes les définitions

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES

RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES Présentées au conseil d établissement de l école Notre-Dame-du-Rosaire lors de la séance ordinaire du 9 juin 2014.

Plus en détail

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles Centre de réadaptation en déficience intellectuelle de Québec (CRDI de Québec) 7843, rue des Santolines Québec (Québec) G1G 0G3 Téléphone : 418 683-2511 Télécopieur : 418 683-9735 www.crdiq.qc.ca Fiche

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis Page 7002-1 1.0 Préambule En 2008, le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport adoptait son Plan d action pour l amélioration du français à l enseignement primaire et à l enseignement secondaire.

Plus en détail

Implanter le soutien aux études pour les personnes vivant avec un trouble mental

Implanter le soutien aux études pour les personnes vivant avec un trouble mental XVI e Colloque de l AQRP Rétablissement et pleine citoyenneté : du discours à l action Implanter le soutien aux études pour les personnes vivant avec un trouble mental Bernard Deschênes Agence de la santé

Plus en détail

visant à modifier la Loi sur les services à l'enfance et à la famille a été approuvé.

visant à modifier la Loi sur les services à l'enfance et à la famille a été approuvé. Gouvernement du Nunavut Rapport d'étape relatifs aux recommandations du Comité permanent sur les opérations gouvernementales et les comptes publics Avril 2013 Rapport sur l examen du rapport de 2011 de

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur les services de santé et les services sociaux concernant la certification de certaines ressources offrant de l hébergement

Loi modifiant la Loi sur les services de santé et les services sociaux concernant la certification de certaines ressources offrant de l hébergement Projet de loi n o 56 Loi modifiant la Loi sur les services de santé et les services sociaux concernant la certification de certaines ressources offrant de l hébergement Mémoire présenté en commission parlementaire

Plus en détail

P O L I T I Q U E. N o 320. du Conseil scolaire acadien provincial. Adoptée : le 1 er novembre 2014 Page 1 de 7

P O L I T I Q U E. N o 320. du Conseil scolaire acadien provincial. Adoptée : le 1 er novembre 2014 Page 1 de 7 TYPE DE POLITIQUE : TITRE DE LA POLITIQUE : Mode de gestion Communication Adoptée : le 1 er novembre 2014 Page 1 de 7 1. ÉNONCÉ Le Conseil scolaire acadien provincial (CSAP) considère que la communication

Plus en détail

Éducation nationale ÉDUCATION NATIONALE 1/8

Éducation nationale ÉDUCATION NATIONALE 1/8 Éducation nationale ÉDUCATION NATIONALE 1/8 ACTION DE LUTTE CONTRE LA DÉSCOLARISATION ET L EXCLUSION Objectifs de l action Accompagner les dispositifs de prévention de la déscolarisation. Mettre en place

Plus en détail

LA LUTTE À LA VIOLENCE FAITE AUX PERSONNES ÂGÉES : DROITS ET RESPONSABILITÉS

LA LUTTE À LA VIOLENCE FAITE AUX PERSONNES ÂGÉES : DROITS ET RESPONSABILITÉS Cat. 2.600.214 LA LUTTE À LA VIOLENCE FAITE AUX PERSONNES ÂGÉES : DROITS ET RESPONSABILITÉS M e Roger Lefebvre, vice-président M e Claire Bernard, conseillère juridique Allocution présentée, le 14 avril

Plus en détail

ON A SIGNALÉ LA SITUATION DE VOTRE ENFANT AU DPJ LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE

ON A SIGNALÉ LA SITUATION DE VOTRE ENFANT AU DPJ LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE ON A SIGNALÉ LA SITUATION DE VOTRE ENFANT AU DPJ LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE CETTE BROCHURE A ÉTÉ RÉALISÉE SOUS LA SUPERVISION DU SERVICE DES JEUNES ET DES FAMILLES DU MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET

Plus en détail