Exigences en matière de bien-être animal Renée Bergeron, Ph.D., agr. Symposium sur les perspectives de l industrie laitière 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Exigences en matière de bien-être animal Renée Bergeron, Ph.D., agr. Symposium sur les perspectives de l industrie laitière 2013"

Transcription

1 Exigences en matière de bien-être animal Renée Bergeron, Ph.D., agr. Symposium sur les perspectives de l industrie laitière 2013

2 Introduction Essor important du mouvement pour le bienêtre depuis le début du siècle Le bien-être fait jaser et couler beaucoup d encre

3 Introduction Le respect du bien-être animal est de plus en plus perçu comme une composante de la notion élargie de qualité d une denrée alimentaire Valeur nutritionnelle, goût, santé, salubrité & éthique Changements dans les demandes/comportement des consommateurs «L attitude des canadiens envers le bien-être animal est encore très variable, mais un groupe de consommateurs très motivés font des pressions pour que des normes plus strictes soient appliquées» (Uzea et al., 2011)

4 Définition du bien-être Les cinq libertés Libre de la faim et de la malnutrition Libre d inconfort Libre de la douleur, de blessures et de la maladie Libre Libre de la peur d exprimer des et de la comportements souffrance normaux mentale Adapté de FAWC (1993)

5 Définition du bien-être Le bien-être animal varie sur une échelle de très bon à très mauvais (Broom, 1991; JAS 69:4167) «ni blanc, ni noir» Ce que l on considère comme un «bon» bienêtre et le niveau de bien-être que l on est prêt à offrir aux animaux dépend de notre conception du bien-être, de nos valeurs, de critères économiques

6 Définition du bien-être Bien-être animal Se servir des animaux est acceptable en autant qu ils soient bien traités Il existe une grande variété d opinions sur ce que veut dire «traitement humanitaire des animaux» Droits des animaux Les humains n ont pas le droit d employer les animaux pour satisfaire leurs propres besoins, qu ils soient alimentaires, vestimentaires, à des fins de recherche, etc.

7 Les groupes de défense des droits des animaux prônent généralement le végétalisme Leurs pratiques sont parfois douteuses Mauvaise information sur les pratiques d élevage Fausse représentation de la réalité en focalisant sur exemples de cruauté

8 Ils réussissent néanmoins à attirer l attention de la population sur certaines pratiques d élevage

9 Que l on soit d accord ou non avec les idées qui sont présentées

10 Quelques pratiques controversées Séparation des veaux de leur mère à la naissance et restriction alimentaire Vaches attachées et n ayant pas accès au pâturage Écornage des veaux sans anesthésie

11 Quelques pratiques controversées Mais le bien-être va bien au-delà des pratiques controversées N importe quelle pratique, technique ou système peut potentiellement avoir un impact négatif sur le bien-être en causant stress, maladies ou blessures

12 Mesure scientifique du bien-être Il est possible de mesurer le bien-être objectivement: Productivité Santé et condition physique Condition physiologique Comportement

13 Mesure du bien-être à la ferme Les études sur le bien-être sont souvent multidisciplinaires Ne mesurer qu une seule catégorie de variables, comme la santé ou la productivité, peut être trompeur (Fraser, 2003)

14 Mesure du bien-être à la ferme Variables basées sur les ressources et la gestion (input) Alimentation Logement Litière Température Formation, «procédures normalisées», etc. Variables basées sur l animal (output) Production laitière Fertilité Santé Comportement normal Facilité de mouvement, etc.

15 Mesure du bien-être à la ferme Variables basées sur les ressources et la gestion (input) Type et qualité du plancher (ressource) Fréquence de la taille des onglons (gestion) Variables basées sur l animal (output) Cote de boiterie sur une échelle de 1 à 5 1= vache normale à 5= vache très boiteuse Boiteries

16 Mesure du bien-être à la ferme Les variables basées sur les ressources et la gestion ont tendance à être plus fiables, faciles et rapides à mesurer (EFSA, 2012) Elles mesurent les facteurs de risque pour le bienêtre des animaux plutôt que leurs conséquences sur les animaux (EFSA, 2012) Les variables basées sur l animal sont les indicateurs du bien-être les plus valides et flexibles

17 Normes en matière de bien-être En réponse aux préoccupations de la société, plusieurs normes de bien-être ont été développées Législation (surtout en Europe) Des pratiques ont été bannies (systèmes de cages) Codes de pratiques Programmes d assurance-qualité Certains visent principalement le bien-être D autres visent la salubrité avec un volet bien-être

18 Normes en matière de bien-être La nature et la qualité des programmes d assurance-qualité et leurs effets sur le bienêtre sont très variables Normes de détaillants Ex. Chaînes d alimentation rapide Normes de producteurs Ex. Groupes de producteurs Normes gouvernementales Ex. Normes biologiques Normes de sociétés civiles Ex. Organismes à but non lucratif (Thompson et al., 2007)

19 Normes en matière de bien-être Exemples d exigences en termes d espace pour les poules pondeuses: Code de pratiques canadien: cm 2 United Egg Producers: cm 2 McDonald: 465 cm 2 Burger King: 484 cm 2 Directive UE ( ): 550 cm 2 SPCA certified: 1486 cm 2 Biologique (C-B): 2322 cm 2

20 Normes en matière de bien-être La plupart de ces programmes d assurancequalité offrent des opportunités de différenciation du produit (label) et/ou de production de viande/lait pour des marchés de niche (Honeyman et al. 2006)

21 Normes en matière de bien-être Certains programmes ont été conçus pour aider tous les producteurs à: apporter des améliorations à leurs installations et leur gestion outil éducatif informer les consommateurs sur le niveau de bienêtre de leurs animaux (Welfare Quality, 2009)

22 Normes en matière de bien-être SPCA Certified Biologique Can Red Tractor N. Dairy FARM LCQ Attache NON OUI* OUI* OUI* OUI Pas d accès au NON NON OUI OUI OUI pâturage Écornage-SA NON NON NON* NR NON Mesures basées OUI NON OUI OUI OUI sur l animal Audit par un tiers OUI OUI OUI OUI OUI * Accès à l extérieur/exercice à chaque jour **OK pour enlèvement des bourgeons de corne

23 Bien-être dans le secteur laitier Conseil national pour les soins aux animaux d élevage (CNSAE) «coordonne une démarche nationale pour faire progresser les soins et le bien-être des animaux d élevage» Dirige le processus de révision et de développement des Codes de pratiques Dirige le processus de développement de programmes d évaluation à la ferme selon un Modèle d évaluation des soins aux animaux (MESA)

24 Bien-être dans le secteur laitier Depuis janvier 2012, une équipe d élaboration de programme travaille sur le programme d évaluation du bien-être à la ferme pour le secteur laitier Modèle établi selon les recommandations du Code de pratiques Comprend la mesure de variables basées sur les ressources, la gestion et l animal Une phase d essais à la ferme est en cours

25 Bien-être dans le secteur laitier L objectif des producteurs de lait canadiens est d incorporer le nouveau programme d évaluation des soins aux animaux pour le secteur laitier au programme de salubrité des aliments à la ferme: Lait canadien de qualité (LCQ)

26 Conclusion Les consommateurs ont besoin d être rassurés sur la qualité de leurs aliments, incluant la façon dont ils ont été produits Des normes nationales et des systèmes d audits à la ferme vont continuer à être développés à la demande des consommateurs Les producteurs doivent demeurer proactifs et démontrer leurs bonnes pratiques via l implantation de leur programme d assurance-qualité

LE BIEN-ÊTRE BOVIN C EST QUOI? Février et mars 2014

LE BIEN-ÊTRE BOVIN C EST QUOI? Février et mars 2014 LE BIEN-ÊTRE BOVIN C EST QUOI? Février et mars 2014 PROGRAMME D APPUI À L IMPLANTATION DE SYSTÈMES DE SALUBRITÉ ALIMENTAIRE, BIOSÉCURITÉ, TRAÇABILITÉ ET SANTÉ ET BIEN-ÊTRE DES ANIMAUX PLAN DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

Le bien-être animal : fiction ou réalité?

Le bien-être animal : fiction ou réalité? Le bien-être animal : fiction ou réalité? Par Daniel-Mercier Gouin Coll. Denis Beaudoin Définition Plan de la présentation Le point sur la réglementation ici et ailleurs Les implications opérationnelles

Plus en détail

13-10-17. Un fossé à combler. Vie naturelle : les animaux devraient mener une vie naturelle. États affectifs : les animaux devraient se sentir bien

13-10-17. Un fossé à combler. Vie naturelle : les animaux devraient mener une vie naturelle. États affectifs : les animaux devraient se sentir bien Suède 1988 Exige des pâturages pour les bovins laitiers Un fossé à combler Le bien-être animal vu par le public et par les producteurs Jeffrey Spooner et Catherine Schuppli Royaume-Uni 1996 Interdit les

Plus en détail

Bien-être et systèmes de logement en production des poules pondeuses

Bien-être et systèmes de logement en production des poules pondeuses Bien-être et systèmes de logement en production des poules pondeuses Présenté par: Yousra Mahmoudi Maîtrise en sciences animales avec mémoire Directeur de recherche: Dany Cinq-Mars Codirecteurs de recherche:

Plus en détail

Développement d un système de monitoring du bien-être des veaux en élevage

Développement d un système de monitoring du bien-être des veaux en élevage Développement d un système de monitoring du bien-être des veaux en élevage Joop LENSINK 1, Kees VAN REENEN 2, Hélène LERUSTE 1 1 Institut Supérieur d Agriculture (ISA) Lille, France 2 Animal Science Group,

Plus en détail

Michel Carrier, agr,club Lait Bio, Valacta

Michel Carrier, agr,club Lait Bio, Valacta Michel Carrier, agr,club Lait Bio, Valacta La relation homme animal peut ainsi être définie comme le degré de proximité ou de distance entre l animal et l homme, c est-à-dire la perception mutuelle qui

Plus en détail

Le bien-être animal en action : programme canadien d assurance qualité à la ferme

Le bien-être animal en action : programme canadien d assurance qualité à la ferme Colloque sur la production porcine «Comment faire autrement?» Le mardi 7 novembre 2006, Hôtel Universel Best Western, Drummondville Le bien-être animal en action : programme canadien d assurance qualité

Plus en détail

Ø Demandé en 2009 Ø Amorcé en 2010 Ø Période de commentaires publics en 2013 Ø 4 700 commentaires plus que pour tout autre code

Ø Demandé en 2009 Ø Amorcé en 2010 Ø Période de commentaires publics en 2013 Ø 4 700 commentaires plus que pour tout autre code Le Code pour les porcs Ø Demandé en 2009 Ø Amorcé en 2010 Ø Période de commentaires publics en 2013 Ø 4 700 commentaires plus que pour tout autre code Ø Maintenant : traitement des commentaires Les défis

Plus en détail

par Geoff Urton, BCSPCA (Version originale publiée dans le BC Organic Grower, mai 2008. Reproduite avec autorisation.)

par Geoff Urton, BCSPCA (Version originale publiée dans le BC Organic Grower, mai 2008. Reproduite avec autorisation.) Les cinq libertés dans les exploitations biologiques par Geoff Urton, BCSPCA (Version originale publiée dans le BC Organic Grower, mai 2008. Reproduite avec autorisation.) Table des matières Introduction...

Plus en détail

Annexe 2. LE BIEN-ÊTRE DES \MMAl \ l)'ele\ AGE : UNE DEMANDE SOCIALE FORTE Qlï PÈSE SUR L'ÉCONOMIE DES FILIÈRES

Annexe 2. LE BIEN-ÊTRE DES \MMAl \ l)'ele\ AGE : UNE DEMANDE SOCIALE FORTE Qlï PÈSE SUR L'ÉCONOMIE DES FILIÈRES Annexe 2 LE BIEN-ÊTRE DES \MMAl \ l)'ele\ AGE : UNE DEMANDE SOCIALE FORTE Qlï PÈSE SUR L'ÉCONOMIE DES FILIÈRES Isabelle VEISSIER Laboratoire «Adaptation des Herbivores aux Milieux» de l'inra de Theix Karine

Plus en détail

Qu est-ce que le bien-être animal?

Qu est-ce que le bien-être animal? Nouvelles tendances en bien-être animal Sciences, et sensibilisation John Webster Université de Bristol Conférence du CNSAE, Ottawa 2007 Qu est-ce que le bien-être animal? Pour eux? Qu entend-on par protection,

Plus en détail

Bien-être animal et législation dans les pays en développement

Bien-être animal et législation dans les pays en développement Bien-être animal et législation dans les pays en développement Défis et opportunités Animal Welfare Legislation in Developing Countries Challenges and Opportunities Un paradoxe? Apparent seulement car

Plus en détail

CONCILIER LE BIEN-ÊTRE DE NOS ANIMAUX D ÉLEVAGE ET LA COMPÉTITIVITÉ DE L INDUSTRIE

CONCILIER LE BIEN-ÊTRE DE NOS ANIMAUX D ÉLEVAGE ET LA COMPÉTITIVITÉ DE L INDUSTRIE CONCILIER LE BIEN-ÊTRE DE NOS ANIMAUX D ÉLEVAGE ET LA COMPÉTITIVITÉ DE L INDUSTRIE Mémoire de La Coop fédérée dans le cadre des consultations particulières et auditions publiques sur le projet de loi n

Plus en détail

Avis de changement : Nouveaux Manuel de référence et Cahier de travail

Avis de changement : Nouveaux Manuel de référence et Cahier de travail Avis de changement : Nouveaux Manuel de référence et Cahier de travail Juin 2010 Nouveaux documents : Manuel de référence et Cahier de travail du LCQ, juin 2010 (Remplacent les versions de novembre 2003)

Plus en détail

assurance et confiance Les programmes à la ferme offrent aux consommateurs

assurance et confiance Les programmes à la ferme offrent aux consommateurs Les programmes à la ferme offrent assurance et confiance aux consommateurs Les programmes à la ferme des PPC, Votre propre poulet et le Programme de soins aux animaux (PSA), ont été conçus pour répondre

Plus en détail

L éthique dans la société contemporaine

L éthique dans la société contemporaine L éthique dans les entreprises en contexte de gestion de crise dans le secteur agroalimentaire Horizon Marketing agroalimentaire 2009 Jeudi15 octobre 2009 M e Manon Beaumier, DSG-UQTR L éthique dans la

Plus en détail

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 ISO 14001: 2015 Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 4115, Rue Sherbrooke Est, Suite 310, Westmount QC H3Z 1K9 T 514.481.3401 / F 514.481.4679

Plus en détail

AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ. Direction de l évaluation et de l assurance qualité

AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ. Direction de l évaluation et de l assurance qualité POLITIQUE POL-DEAQ-04 AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ ÉMETTEUR : APPROUVÉ PAR : Direction de l évaluation et de l assurance qualité Conseil d administration DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 6 octobre 2011

Plus en détail

Réflexion sur nos interventions de promotion d une saine alimentation

Réflexion sur nos interventions de promotion d une saine alimentation Jeunes : activités d apprentissage Soutien aux familles Écoles et milieux fréquentés par les jeunes : environnements physique et social Communauté CE QUE L ON SAIT Les préférences alimentaires, les connaissances

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE Adoptée par le Conseil d administration le 15 mai 2008 par sa résolution CA-265-2647, mise à jour le 15 novembre 2012 par la résolution CA-301-3112 1. PRÉAMBULE Alors

Plus en détail

Chapitre 8 Bien-être des animaux

Chapitre 8 Bien-être des animaux Chapitre 8 Bien-être des animaux Le secteur de l élevage dans les pays industrialisés a beaucoup évolué depuis la Seconde Guerre mondiale. La productivité est montée en flèche grâce à l utilisation de

Plus en détail

PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT

PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT Financement dans le cadre de la «Charte Agroalimentaire» et du programme «AGIR pour l AGROALIMENTAIRE» Le parcours proposé se découpe en 3 modules

Plus en détail

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Germain Duclos Psychoéducateur et orthopédagogue FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Image tirée sur Google 3 Le décrochage scolaire pose le problème de la motivation scolaire chez plusieurs

Plus en détail

Sécurité alimentaire 101 : Définition et relation avec la protection des aliments

Sécurité alimentaire 101 : Définition et relation avec la protection des aliments Sécurité alimentaire 101 : Définition et relation avec la protection des aliments Karen Rideout, M.Sc. Centre de collaboration nationale en santé environnementale Centre de contrôle des maladies de la

Plus en détail

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière Premier

Plus en détail

Responsabilité Sociétale des Entreprises : un atout pour l entreprise l. F. Douki

Responsabilité Sociétale des Entreprises : un atout pour l entreprise l. F. Douki Responsabilité Sociétale des Entreprises : un atout pour l entreprise l? La RSE associée e au management du risque, levier de performance pour la pérennité de l entreprisel Présentation Eco Avenir Conseil

Plus en détail

Amélioration de l inspection dans une entreprise

Amélioration de l inspection dans une entreprise Département de génie mécanique Certificat en gestion et assurance de la qualité QUA151 GESTION ET TECHNIQUES D INSPECTION Projet de session Été 2013 Amélioration de l inspection dans une entreprise 1-

Plus en détail

parle-t-on de l HACCP? Directive CEE 93/43 hygiène des aliments janvier 1996 principes fondamentaux de la méthode HACCP

parle-t-on de l HACCP? Directive CEE 93/43 hygiène des aliments janvier 1996 principes fondamentaux de la méthode HACCP HACCP parle-t-on de l HACCP? La réglementation en matière d hygiène alimentaire a considérablement évolué ces dernières années. La compétence des professionnels dans le choix des moyens à mettre en œuvre

Plus en détail

L essentiel de la révision 2015 des normes ISO 9001 et ISO 14001

L essentiel de la révision 2015 des normes ISO 9001 et ISO 14001 L essentiel de la révision 2015 des normes ISO 9001 et ISO 14001 SAQ Event (Section Genève) F E R Mardi 23 juin 2015 Raphaël Granges, Directeur ARIAQ ARIAQ 2015 / RAG / ISO 9001 et 14001 V. 2015 1 ARIAQ

Plus en détail

Expert workshop. 9h-16h 14 septembre 2011

Expert workshop. 9h-16h 14 septembre 2011 Expert workshop 9h-16h 14 septembre 2011 Effets de la convergence d industries sur le choix stratégique associé à l organisation du processus d innovation : Le cas du jeu vidéo et du cinéma d animation

Plus en détail

Feuillet d information : Produits de santé naturels vétérinaires et LCQ

Feuillet d information : Produits de santé naturels vétérinaires et LCQ p Octobre 2011 Feuillet d information : Produits de santé naturels vétérinaires et LCQ Introduction : Le programme Lait canadien de qualité (LCQ) est au courant de l utilisation des produits de santé naturels

Plus en détail

«Pratiquez vous» les bonnes pratiques?

«Pratiquez vous» les bonnes pratiques? «Pratiquez vous» les bonnes pratiques? Steve Adam, agr. Valacta 29 janvier 2014 Programmes de bien-être des animaux dans le monde États-Unis Programme Dairy FARM Participation volontaire Certains transformateurs

Plus en détail

Le diagnostic stratégique : définition. Le diagnostic stratégique : définition. Le diagnostic stratégique : le diagnostic interne

Le diagnostic stratégique : définition. Le diagnostic stratégique : définition. Le diagnostic stratégique : le diagnostic interne Le diagnostic stratégique : définition Le diagnostic stratégique consiste à évaluer la situation de l entreprise dans son environnement, afin de déterminer ses possibilités de survie et de développement.

Plus en détail

Un meilleur système pour protéger la santé et la sécurité des Canadiens. Nouvelles initiatives pour les importations

Un meilleur système pour protéger la santé et la sécurité des Canadiens. Nouvelles initiatives pour les importations Un meilleur système pour protéger la santé et la sécurité des Canadiens Nouvelles initiatives pour les importations La transformation de l ACIA Raison d être o Mondialisation et concentration de l industrie

Plus en détail

Être conforme à la norme PCI. OUI, c est possible!

Être conforme à la norme PCI. OUI, c est possible! Être conforme à la norme PCI OUI, c est possible! Présentation Réseau Action TI 8 mai 2013 Johanne Darveau Directrice systèmes, portefeuille de projets et support applicatif Technologies de l information

Plus en détail

Motivations & freins des conseillers clientèle à l entrée dans le monde de la Relation Client à distance

Motivations & freins des conseillers clientèle à l entrée dans le monde de la Relation Client à distance Motivations & freins des conseillers clientèle à l entrée dans le monde de la Relation Client à distance Enquête exclusive TeleRessources dans le cadre du séminaire 1 1. Contexte et objectifs du projet

Plus en détail

S installer en Massif central, faire vivre un territoire

S installer en Massif central, faire vivre un territoire 16 mars 2012 S installer en Massif central, Le Vee Gilles Machat Marie Marchetti Célia Commanditaire : Amélie Chavarot faire vivre un territoire Diversité des exploitations agricoles au sein du Massif

Plus en détail

Instructions sur l assurance-qualité dans les petites et moyennes entreprises de révision

Instructions sur l assurance-qualité dans les petites et moyennes entreprises de révision Instructions sur l assurance-qualité dans les petites et moyennes entreprises de révision Les instructions sur l'assurance-qualité représentent une application des exigences dans des PME de révision formulées

Plus en détail

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS REGARDS CROISÉS DES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE Administrateurs Présidents de conseil d administration/surveillance

Plus en détail

L APPORT DE L AUDIT INTERNE AU SECTEUR PUBLIC: GESTION PAR LA PERFORMANCE

L APPORT DE L AUDIT INTERNE AU SECTEUR PUBLIC: GESTION PAR LA PERFORMANCE L APPORT DE L AUDIT INTERNE AU SECTEUR PUBLIC: GESTION PAR LA PERFORMANCE CONFÉRENCE INTERNATIONALE FRANCOPHONE DE L UFAI ESTHER STERN, CONSEILLÈRE INTERRÉGIONALE, GESTION DES FINANCES PUBLIQUES NATIONS

Plus en détail

Travailler ensemble pour une meilleure alimentation, éthique et plus respectueuse des animaux d élevage. CIWF Agroalimentaire

Travailler ensemble pour une meilleure alimentation, éthique et plus respectueuse des animaux d élevage. CIWF Agroalimentaire Travailler ensemble pour une meilleure alimentation, éthique et plus respectueuse des animaux d élevage CIWF Agroalimentaire L Équipe Agroalimentaire Depuis sa création en 2007, l équipe agroalimentaire

Plus en détail

Ça tombe bien pour tous

Ça tombe bien pour tous 1 Ça tombe bien pour tous 2 Sommaire Communiqué de Presse Situation Groupe CADYST-INVEST Pôle Alimentaire du Groupe: LA PASTA S.A. & PANZANI CAMEROUN La Qualité au cœur des process Norme ISO 9001: 2008

Plus en détail

PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT

PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT Financement dans le cadre de la «Charte Agroalimentaire» et du programme «AGIR pour l AGROALIMENTAIRE» Le parcours proposé se découpe en 3 modules

Plus en détail

Produits de service Atlas Copco

Produits de service Atlas Copco Produits de service Atlas Copco Audits de centrales et réseaux d air comprimé AIRScan TM ECONOMIES D ENERGIE AIRScan une approche globale de la performance énergétique L air comprimé est une énergie vitale

Plus en détail

Tableau synoptique du chapitre 7

Tableau synoptique du chapitre 7 Tableau synoptique du chapitre 7 Le rôle du superviseur dans le processus de rémunération Le superviseur peut être appelé à : participer à l évaluation des postes de ses employés. prendre des décisions

Plus en détail

CA2, Systèmes d assurance et durabilité

CA2, Systèmes d assurance et durabilité CA2, Systèmes d assurance et durabilité Présenté aux Producteurs laitiers du Canada Pau Spooner, Division des politiques des Systèmes d'assurance et de l alimentation Ottawa, le 5 février 2014 Objet Présenter

Plus en détail

Ici et ailleurs. La production laitière. Sujets abordés. Différence entre les fermes laitières d ici et ailleurs dans le monde

Ici et ailleurs. La production laitière. Sujets abordés. Différence entre les fermes laitières d ici et ailleurs dans le monde Sylvain Boyer, T.P. Directeur principal, service des ruminants La Coop fédérée La production laitière Ici et ailleurs Sujets abordés Différence entre les fermes laitières d ici et ailleurs dans le monde

Plus en détail

MÉMOIRE SUR LA RÉFORME DU DROIT DES ASSOCIATIONS. Présenté au ministère des Finances

MÉMOIRE SUR LA RÉFORME DU DROIT DES ASSOCIATIONS. Présenté au ministère des Finances MÉMOIRE SUR LA RÉFORME DU DROIT DES ASSOCIATIONS Présenté au ministère des Finances Mars 2009 PRÉAMBULE L automne dernier, le ministère des Finances déposait un document de consultation sur l adoption

Plus en détail

S E R V I C E S. Nactus La nature en action dans votre élevage OFFRES DE

S E R V I C E S. Nactus La nature en action dans votre élevage OFFRES DE OFFRES DE S E R V I C E S Nactus La nature en action dans votre élevage H O M E O P A T H I E L E S F O N D A M E N T A U X Vous êtes le premier témoin de votre élevage, devenez le premier acteur de sa

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF)

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF) RÔLE DE LA FONCTION Finance est une fonction autonome qui rend compte avec exactitude et en temps utile du rendement des unités opérationnelles (y compris les secteurs d activité) de l institution financière

Plus en détail

Colloque FIL IDF CANADA / STELA

Colloque FIL IDF CANADA / STELA Colloque FIL IDF CANADA / STELA 13-16 mai 2013 Session 2: Développement durable de l industrie laitière Initiatives de développement durable Point de vue d un transformateur Présenté par : Martin Scuccimarri,

Plus en détail

Atelier du producteur

Atelier du producteur Septembre 2015 Mise à jour Salubrité des aliments (LCQ) Atelier du producteur Introduction Cet atelier a pour objectif d expliquer : Les changements apportés au programme LCQ (Lait canadien de qualité)

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE DU FOURNISSEUR

CODE D ÉTHIQUE DU FOURNISSEUR CODE D ÉTHIQUE DU FOURNISSEUR 1. Introduction Le groupe Fluidra est fermement engagé dans le respect des principes établis en matière de droits de l homme, du travail, de l environnement et des pratiques

Plus en détail

Partie I Contexte de la veille réglementaire HSE

Partie I Contexte de la veille réglementaire HSE Partie I Contexte de la veille réglementaire HSE 1 Définitions 1.1 Veille réglementaire La veille réglementaire, qui constitue l étape préalable, est à distinguer de l évaluation de conformité, étape

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & Analyse comparée. Octobre 2012

La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & Analyse comparée. Octobre 2012 La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & la Norme ISO 26000 Analyse comparée Octobre 2012 Sommaire 1. Introduction 2. Les instruments permettant d orienter les démarches RSE 3. La Charte de responsabilité

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 59 e réunion Distr. : restreinte 11 février 2014 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : Politique de santé globale du personnel COTE : DG 2013-02 APPROUVÉE PAR : Le conseil d administration le 26 février 2013 EN VIGUEUR LE : 26 février 2013 RESPONSABLE

Plus en détail

Groupe de travail sur l accréditation pour les programmes coopératifs

Groupe de travail sur l accréditation pour les programmes coopératifs Accréditation du NIGP pour les programmes coopératifs Forum du CCMP de 2014 N.B. : Ce document ne constitue pas la version originale mais a été traduit par un tiers. Groupe de travail sur l accréditation

Plus en détail

Partenaires en protection Aller de l avant

Partenaires en protection Aller de l avant Partenaires en protection Aller de l avant Rapport de situation Comité consultatif sur les activités commerciales à la frontière Le 26 février 2008 Table des matières Point de vue du gouvernement 3 Consultations

Plus en détail

Programme de certification d aliments transformés avec contrôle optimal d allergènes

Programme de certification d aliments transformés avec contrôle optimal d allergènes Programme de certification d aliments transformés avec contrôle optimal d allergènes Par: Claire Dufresne AQAA Rencontre BNQ-AFNOR Octobre 2006 Mission de l AQAA Offrir du soutien et de l information,

Plus en détail

Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents

Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents Octobre 2015 Préparé par : William Gardner Heather Woltman

Plus en détail

Innover sans disparaître Mieux gérer la créativité au sein de l entreprise

Innover sans disparaître Mieux gérer la créativité au sein de l entreprise Innover sans disparaître Mieux gérer la créativité au sein de l entreprise Par Nicole Cournoyer Consultante et formatrice en créativité 2573 rue de Port-Royal, Sainte-Foy (Québec), G1V 1A5 Tél.: (418)

Plus en détail

Besoin de protéger vos informations? Prenez des mesures grâce à l ISO/IEC 27001 de BSI.

Besoin de protéger vos informations? Prenez des mesures grâce à l ISO/IEC 27001 de BSI. Besoin de protéger vos informations? Prenez des mesures grâce à l ISO/IEC 27001 de BSI. L ISO/IEC 27001 de BSI - votre premier choix en matière de sécurité de l information. BSI est l organisme de normalisation

Plus en détail

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE Plan Introduction I : Définition des concepts A. : la communication (com. Interne) B. : la motivation II : la communication dans l entreprise A.

Plus en détail

Compléments ments alimentaires Les règles du jeu - SCL / Strasbourg-Illkirch 14 octobre 2011

Compléments ments alimentaires Les règles du jeu - SCL / Strasbourg-Illkirch 14 octobre 2011 Compléments ments alimentaires Les règles du jeu - SCL / Strasbourg-Illkirch 14 octobre 2011 Bureau 4A : Nutrition & Information sur les denrées alimentaires Novel Food, Adjonction V&M, SBNP Compléments

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE)

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) 1 Table des matières Introduction... 3 À propos du Plan pluriannuel d accessibilité de l OQRE... 3

Plus en détail

Principaux domaines d'expertise

Principaux domaines d'expertise Principaux domaines d'expertise Élaborer des stratégies, programmes, plans et indicateurs de durabilité Politiques, procédures et plans environnementaux et/ou de durabilité de la société Les règlements

Plus en détail

Consultation Economie verte Révision de la loi sur la protection de l environnement

Consultation Economie verte Révision de la loi sur la protection de l environnement Office fédéral de l environnement 3003 Berne Lausanne, le 30 septembre 2013 Consultation Economie verte Révision de la loi sur la protection de l environnement Madame, Monsieur, La Fédération romande des

Plus en détail

Bien-être animal La perception et les réponses des éleveurs et de leurs organisations

Bien-être animal La perception et les réponses des éleveurs et de leurs organisations Bien-être animal La perception et les réponses des éleveurs et de leurs organisations 27 novembre 2013 Académies d Agriculture et Académie vétérinaire Pierre QUÉMÉRÉ Pierre LE NEINDRE Bien-être animal

Plus en détail

Quelques aspects. de la Restauration sociale. en Île-de-France

Quelques aspects. de la Restauration sociale. en Île-de-France Préfet de la région d Île-de-France DRIAAF Quelques aspects de la Restauration sociale en Île-de-France 1 Contexte régional en matière d accessibilité alimentaire et de nutrition 2 Éléments du contexte

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

SERVICES DE CONSULTATION ALIMENTAIRE

SERVICES DE CONSULTATION ALIMENTAIRE Groupe EnvironeX SERVICES DE CONSULTATION ALIMENTAIRE labenvironex.com «Des conseils et diagnostics en agroalimentaire, de la ferme à la table!» Les laboratoires du Groupe EnvironeX disposent d une solide

Plus en détail

PROGRAMME MIAGHA : RAPPORT D ACTIVITE 2010/2011

PROGRAMME MIAGHA : RAPPORT D ACTIVITE 2010/2011 Association de Développement A but non lucratif. B.P. 191 Dschang. Tel.(00237) 77 76 14 61 / 99 71 64 75/ 99 06 81 15 E mail : pipadcam@yahoo.fr http://www.pipad.org «Aider les plus pauvres à s auto- développer»

Plus en détail

LA NORME ISO 9001:2008

LA NORME ISO 9001:2008 LA NORME ISO 9001:2008 Culture d entreprise (261) 32 11 225 25 culturedentreprise@univers.mg www.univers.mg www.univers.mg LA NORME ISO 9001:2008 Page 1 sur 11 Comprendre la norme ISO 9001 ne peut se faire

Plus en détail

Transformation IT de l entreprise LE PAAS EST-IL VRAIMENT L APANAGE DU CLOUD PUBLIC?

Transformation IT de l entreprise LE PAAS EST-IL VRAIMENT L APANAGE DU CLOUD PUBLIC? Transformation IT de l entreprise LE PAAS EST-IL VRAIMENT L APANAGE DU CLOUD PUBLIC? D on Boulia, Vice Président chargé de la stratégie IBM WebSphere et privé, explique comment le concept ne doit pas être

Plus en détail

B O S H A Bureau Occupational Safety & Health Algeria Programme de formation «Superviseur HSE»

B O S H A Bureau Occupational Safety & Health Algeria Programme de formation «Superviseur HSE» Programme de formation «Superviseur HSE» Le programme est conçu pour les diplômés universitaires (Ingénieurs ou autres) sans expérience professionnelle ou des inspecteurs, animateurs HSE, HSE officiers

Plus en détail

Programme du diplôme du Baccalauréat International Dossier d inscription année 2015-2016

Programme du diplôme du Baccalauréat International Dossier d inscription année 2015-2016 Programme du diplôme du Baccalauréat International Dossier d inscription année 2015-2016 Nom de l étudiant : Dossier à retourner complété au plus tard le 2 février 2015 TOUTES LES DEMANDES POUR LE DIPLÔME

Plus en détail

Plus que la seule détection des chaleurs. Détection des chaleurs Nedap. Détection des chaleurs de précision avec Contrôle sanitaire

Plus que la seule détection des chaleurs. Détection des chaleurs Nedap. Détection des chaleurs de précision avec Contrôle sanitaire Plus que la seule détection des chaleurs Détection des chaleurs Nedap de précision avec Contrôle sanitaire de précision avec Contrôle sanitaire Rendement et efficacité de la gestion sont les facteurs clés

Plus en détail

DOSSIER DE PARTICIPATION

DOSSIER DE PARTICIPATION DOSSIER DE PARTICIPATION " Marquez une page de votre entreprise avec les Trophées de la performance environnementale 2014 " L ENVIRONNEMENT ET MON ENTREPRISE... Vous avez à cœur de développer votre activité

Plus en détail

SECTION : Politique NUMÉRO : P201 PAGES : 6 SERVICE ÉMETTEUR : Direction des Services aux étudiants

SECTION : Politique NUMÉRO : P201 PAGES : 6 SERVICE ÉMETTEUR : Direction des Services aux étudiants POLITIQUE POLITIQUE D ÉDUCATION INTERCULTURELLE DATE : 26 mars 2014 SECTION : Politique NUMÉRO : P201 PAGES : 6 SERVICE ÉMETTEUR : Direction des Services aux étudiants DESTINATAIRES : À toute la communauté

Plus en détail

D039942/02 P A R L E G O U V E R N E M E N T, À L A S S E M B L É E N A T I O N A L E E T A U S É N A T.

D039942/02 P A R L E G O U V E R N E M E N T, À L A S S E M B L É E N A T I O N A L E E T A U S É N A T. D039942/02 ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2014-2015 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 23 juillet 2015 Enregistré à la Présidence du Sénat le

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Organisme Certificateur Associatif. la qualité a une origine

Organisme Certificateur Associatif. la qualité a une origine Organisme Certificateur Associatif la qualité a une origine Présentation de CERTIPAQ - Association Loi 1901, à but non lucratif, créée en 1997 - Spécialisée dans les filières agricoles et agroalimentaires

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE SANTÉ ET PROTECTION DES CONSOMMATEURS Direction F Office alimentaire et vétérinaire Le Directeur

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE SANTÉ ET PROTECTION DES CONSOMMATEURS Direction F Office alimentaire et vétérinaire Le Directeur COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE SANTÉ ET PROTECTION DES CONSOMMATEURS Direction F Office alimentaire et vétérinaire Le Directeur Grange, le D(2002) NUMÉRO DE RÉFÉRENCE : DG(SANCO)/8624/2002 RS

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

Charte du comité de direction et d évaluation des risques du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse

Charte du comité de direction et d évaluation des risques du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse Charte du comité de direction et d évaluation des risques du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse Attributions, obligations et responsabilités du Comité de direction et d évaluation

Plus en détail

Position du think tank Sport et Citoyenneté relative à la santé et au sport

Position du think tank Sport et Citoyenneté relative à la santé et au sport Position du think tank Sport et Citoyenneté relative à la santé et au sport 1 Juin 2012 Position adoptée à l issue des échanges et travaux du réseau européen «Sport et Santé», créé et animé par Sport et

Plus en détail

C H A P I T R E. Contrôles généraux des technologies de l information

C H A P I T R E. Contrôles généraux des technologies de l information C H A P I T R E Contrôles généraux des technologies de l information 9 Mise en contexte Un portrait des rapports aux responsables de la gouvernance et à la direction est dressé pour une troisième année

Plus en détail

Règles des paiements de débit sans NIP Les modifications doivent se faire en respectant les intérêts des consommateurs

Règles des paiements de débit sans NIP Les modifications doivent se faire en respectant les intérêts des consommateurs Règles des paiements de débit sans NIP Les modifications doivent se faire en respectant les intérêts des consommateurs présentés à l Association canadienne des paiements à la suite de la publication de

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/INF/10 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 18 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LES POLITIQUES

Plus en détail

Tendances et perspectives du marché de la viande ovine dans le monde et au Québec

Tendances et perspectives du marché de la viande ovine dans le monde et au Québec Tendances et perspectives du marché de la viande ovine dans le monde et au Québec Présentée par : Amina Baba-Khelil, M.Sc., agr, chargée de projet, FPAMQ 21 Février 2013 Production ovine En ouvelle-zélande

Plus en détail

Procédure d admissibilité et de gestion de la liste d attente prioritaire CPE/BC Québec-Centre, installation les Petites Saisons

Procédure d admissibilité et de gestion de la liste d attente prioritaire CPE/BC Québec-Centre, installation les Petites Saisons Procédure d admissibilité et de gestion de la liste d attente prioritaire CPE/BC Québec-Centre, installation les Petites Saisons 2000, 1ere Avenue Québec (Québec) G1L 3M5 Téléphone (418) 647-2543 Courriel

Plus en détail

& Que choisir. favoriser le bien-être

& Que choisir. favoriser le bien-être Label Rouge & Agriculture Biologique Que choisir pour favoriser le bien-être des animaux? Un guide des tiné au consommateur Protection mondiale des animaux de ferme Ce petit guide a pour objectif d aider

Plus en détail

ASSOCIATION DES PRODUCTEURS ALGERIENS DE BOISSONS

ASSOCIATION DES PRODUCTEURS ALGERIENS DE BOISSONS ASSOCIATION DES PRODUCTEURS ALGERIENS DE BOISSONS Symposium sur la valorisation des produits agricoles dans les boissons Hôtel HILTON Mars 2013 EXIGENCES ET OBLIGATIONS DE LA SECURITE ALIMENTAIRE DANS

Plus en détail

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat)

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat) DIXIEME SESSION DE LA CONFERENCE DES PARTIES Bergen, 20-25 novembre 2011 Point 18 de l ordre du jour CONVENTION SUR LES ESPECES MIGRATRICES CMS Distribution: Générale PNUE/CMS/Conf.10.17 26 septembre 2011

Plus en détail

Quelques informations relatives à la mise en œuvre d un programme de dépistage prénatal du syndrome de Down au Québec NOTE

Quelques informations relatives à la mise en œuvre d un programme de dépistage prénatal du syndrome de Down au Québec NOTE COMMISSAIRE À LA SANTÉ ET AU BIEN-ÊTRE Quelques informations relatives à la mise en œuvre d un programme de dépistage prénatal du syndrome de Down au Québec NOTE POUR LA CONSULTATION SUR LE DÉPISTAGE DU

Plus en détail

POINT D'ECHANGE INTERNET (IXP), PROJET AXIS.

POINT D'ECHANGE INTERNET (IXP), PROJET AXIS. PREMIERE EDITION DU FORUM SUR LA GOUVERNANCE DE L INTERENT. POINT D'ECHANGE INTERNET (IXP), PROJET AXIS. N Djamena, 08 09 décembre 2015 Présenté par: TCHOU-YAHEKI PALOUMA Roger Contacts: (+235) 99-65-89-43

Plus en détail