Enquête mycotoxines : la contamination des blés en France depuis 2010

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Enquête mycotoxines : la contamination des blés en France depuis 2010"

Transcription

1 Enquête mycotoxines : la contamination des blés en France depuis 21 Pour la première fois, NEOVIA publie, en collaboration avec le laboratoire d analyse LABOCEA (ex LDA 22) les résultats de son enquête sur la contamination en mycotoxines des blés en France, de 21 à 213. Aujourd hui, l expertise de NEOVIA ne s étend plus seulement à l amélioration continue de sa gamme d additifs, mais aussi à la réalisation d enquêtes mycotoxines solides sur matières premières et aliments. Le saviez- vous? La problématique des mycotoxines est connue depuis plus de 5 ans, et il existe potentiellement plus de 3 molécules différentes. Plus de 1 mycotoxines et métabolites ont d ores et déjà été recensées jusqu aujourd hui, et 43 peuvent être analysées en routine pour la nutrition animale. De plus, si les effets de certaines mycotoxines sur la santé et les performances des animaux sont bien connus, les interactions entre différentes molécules sont souvent négligées voire complétement oubliés! Ces effets combinés (on parle d effets synergiques) sont pourtant souvent bien plus dangereux pour les animaux que la simple addition des effets un à un des différentes mycotoxines. Regardons ensemble quelles contaminations en mycotoxines ont affecté les blés français depuis 21 Sans oublier les co- contaminations et les effets de synergies! MATERIEL & METHODE Depuis 21, plus de 25 échantillons de blé français ont été analysés par Neovia et LABOCEA (cf. tableau n 1). Tous ces échantillons ont été analysés grâce à la méthode de chromatographie liquide couplée à une spectrographie de masse (LC- MS / MS), avec des seuils de détection, très fins, variables en fonction des mycotoxines (cf. tableau n 2). Tableau n 1 : Nombre d échantillons analysés par an Nombre d échantillons de blé analysés en Nombre d échantillons de blé analysés en Nombre d échantillons de blé analysés en Nombre d échantillons de blé analysés en

2 Tableau n 2 : Seuils minimaux de détection SEUIL DE MOLECULE DETECTION (PPB) T- 2 / HT- 2 T- 2 Tétraol >2 T- 2 Triol >2 DON DOM ac DON 3 ac DON Nivalénol Zéaralenone Au total, 43 mycotoxines différentes ont été testées dans chaque échantillon : des mycotoxines se développant majoritairement au champ comme les trichothécènes, la zéaralénone et les fumonisines ; mais aussi des mycotoxines se développant surtout pendant la conservation au silo, comme les ochratoxines et les aflatoxines ; et des mycotoxines pouvant se développer aussi bien au champ que pendant la conservation, comme les alcaloïdes de l ergot. Cette étude synthétise donc plus de 1 5 analyses de mycotoxines. Afin d évaluer la fréquence d apparition de métabolites ou des molécules de mêmes familles, la présence relative des «molécules sœurs» de la toxine T- 2, du DON, de la fumonisine B1, de la zéaralénone, de l aflatoxine B1 et de l ochratoxine A ont été calculés. Enfin, 36 couples de mycotoxines les plus fréquents (co- contamination) ont été identifiés, afin de corréler la présence d une toxine à une seconde. Somme des métabolites Somme fumonisines B1, B2 et B3 Monoliformine Acide ténuazonique Somme des alcaloïdes Sommes des aflatoxines Ochratoxine A >5 >1 >1 L interprétation des résultats présentés ci- après doit tenir compte du fait que tous ces échantillons de blés n ont pas tous été envoyés en analyse au hasard. Certains étaient suspectés d être contaminés, l analyse venant confirmer (ou inverser) ces suspicions. RESULTATS OCCURRENCE DES MYCOTOXINES Au travers des 251 résultats d analyses effectuées sur des blés, des nettes tendances de contamination ont pu être révélées (cf. tableau 3). Ainsi, au cours des 4 dernières récoltes, en moyenne 88% des blés analysés étaient contaminés par du déoxynivalénol (DON) aussi appelé vomitoxine, produit par les moisissures de champs souvent de type Fusarium. Ce taux atteint même 97% pour la récolte 213! D autres toxines de Fusarium, le nivalénol et la zéaralénone, sont elles aussi retrouvées à fréquences élevées (respectivement 61% et 24% des échantillons contaminés en moyenne). D importantes contaminations par des mycotoxines produites généralement autant au champ que pendant la conservation ont aussi été observées. C est de cas de l acide ténuazonique, présent dans 2% des échantillons de blés analysés, et des alcaloïdes de l ergot dans 25% des échantillons.

3 Ainsi un profil général {blé français} peut être dégagé. Toutefois les pourcentages et niveaux de contaminations varient chaque année. Les contaminations sont donc à suivre annuellement pour avoir une réelle vue des risques encourus pour la santé des animaux. 2 exemples pour illustrer ce propos : - En 21, le pourcentage d échantillons contaminés par du DON était inférieur à celui de 213, mais en moyenne les échantillons étaient 6% plus contaminés! a été l année présentant les plus fortes contaminations en Nivalénol, alors que ce fut l année 212 pour les toxines T- 2 / HT- 2. Tableau n 3 : Occurrence des mycotoxines par année de récolte FAMILLE DE MYCOTOXINE MOLECULE % ECHANTILLONS CONTAMINES MOYENNE (PPB) ECART- TYPE (PPB) T- 2 / HT- 2 15% 18% 26% 16% Trichothécènes de type A Métabolites: T- 2 Tétraol 12% 6% 9% 9% T- 2 Triol % % 1% % 2 DON 85% 81% 87% 97% Champs Trichothécènes de type B Métabolites: DOM ac DON 3 ac DON 15% 15% 15% 1% 7% 4% 5% 16% 7% % 3% 11% Nivalénol 54% 61% 6% 67% Zéaralenone Zéaralenone 38% 9% 29% 27% Métabolites 8% 1% 1% 2% Fumonisines Fumonisines B1, B2 et B3 15% 4% 5% 8% Autre produit de Fusarium sp. Monoliformine 8% % 3% 11% Champs et stockage Alternaria Alcaloïdes de l ergot Acide ténuazonique Somme des alcaloïdes 42% 34% 12% 8% % 16% 37% 25% Stockage Aflatoxines Sommes des aflatoxines % % % % Ochratoxines Ochratoxine A 15% 1% % 5% Effets sur les animaux Seules ou conjuguées à d autres problèmes pathologiques ou mauvaises conduites d élevages, les mycotoxicoses provoquent et amplifient sensiblement les pertes de performances des troupeaux et les effets sur la santé des animaux. Aussi, lorsqu elles sont présentes simultanément dans une matière première, les

4 mycotoxines peuvent créer des synergies et avoir des conséquences bien plus délétères pour la santé des animaux que la simple addition des effets des mycotoxines isolées! Le DON, présent majoritairement dans les échantillons analysés, a des effets plus ou moins importants selon la sensibilité des espèces : les porcs y sont très sensibles, les volailles et ruminants relativement moins. Les premiers effets d une intoxication chronique par le DON sont des baisses de GMQ et d ingestion ainsi que des altérations de l immunité. Bien que légèrement moins présent dans les échantillons analysés, le nivalénol, autre trichothécène de type B (comme le DON), est reconnu pour être globalement plus toxique que le DON : il est documenté pour son immunotoxicité et son hématotoxicité. La zéaralénone est, elle, très bien documentée pour ses effets délétères sur la reproduction. Les espèces les plus sensibles aux effets de la zéaralénone sont les porcs, suivis des ruminants et des volailles. Ses effets peuvent varier entre retard d œstrus, avortements, baisse de la qualité de semence et modifications des caractères sexuels. Enfin, l acide ténuazonique présent dans 2% des échantillons, amplifie les effets des trichothécènes, et les alcaloïdes de l ergot retrouvés dans un quart des blés analysés sont à l origine de baisse de GMQ et de troubles de la fertilité, notamment chez les porcs. CO- CONTAMINATION PAR DES METABOLITES ET / OU DES MOLECULES SŒURS En règle générale, dans les plans de contrôle de matières premières, seules les mycotoxines les plus connues sont recherchées. Mais bien souvent, lorsqu il y a une contamination par de la fumonisine B1 par exemple, il y a également présence des fumonisines B2 voire B3. Même constat pour le DON et le 15- acetyl- DON ou le 3- acetyl- DON ou le DOM- 1 D où l importance de savoir si, lorsque l on trouve une mycotoxine, il faut considérer cette contamination seule ou s il faut considérer les autres molécules morphologiquement proches qui auront des effets similaires sur les animaux Le graphique 1 ci- dessous présente le pourcentage d échantillons contaminés à la fois par une molécule et par des molécules morphologiquement proches, pour les échantillons de la récolte 213. Nombre d'échantillons contaminés par mycotoxine et métabolites (%) 7% 6% 5% 4% 3% 2% 1% % Graphique n 1: Contaminations multiples. Récolte 213 (64 échantillons) 4% T- 2 + métabolites 34% DON + métabolites 67% Fumonisine B1 + métabolites 6% Zéaralénone + métabolites ABlatoxine B1 + Ochratoxine A + métabolites métabolites Il ressort que pour trois mycotoxines, les blés français sont également très souvent contaminés par leurs métabolites ou molécules sœurs: fumonisine B1, toxine T- 2, et DON. Cependant, même si 67% des échantillons contaminés par la fumonisine B1 le sont aussi par ses molécules sœurs (fumonisines B2 et B3), les quantités de

5 toxines présentes ne sont généralement pas assez élevées pour impacter notablement la santé ou les performances des animaux (sauf exceptions). Les métabolites de la toxine T- 2 (HT- 2, T- 2 triol, T- 2 tétraol), présents dans 4% des échantillons contaminés par cette première, ont des toxicités globalement très supérieures à celle du DON, tout comme la toxine T- 2 elle- même. Il est donc important d en tenir compte pour l évaluation de la qualité des blés. Enfin, 34% des échantillons contaminés par le DON contiennent également des métabolites de DON : 3- ac- DON, 15- ac- DON et/ou DOM- 1. Comparées au DON, ces métabolites ont des toxicités variables en fonction des espèces. Ainsi le 15- ac- DON est prouvé pour être environ 5 fois plus toxique pour les porcs que ne peut l être le DON alors que le DOM- 1 semble moins toxique, par exemples. CO- OCCURRENCE DES MYCOTOXINES Graphique n 2 : Contamination par couples de mycotoxines Récolte 213 (64 échantillons) Nivalénol + Alcaloïdes de l'ergot Nivalénol + Zéaralénone DON + Nivalénol DON + Alcaloïdes de l'ergot DON + Monoliformine DON + Zéaralénone T- 2 + Nivalénol T- 2 + DON 18,8% 19,% 25,% 1,9% 26,6% 12,5% 14,1% 67,2%,% 1,% 2,% 3,% 4,% 5,% 6,% 7,% 8,% Parmi les 36 couples de mycotoxines étudiés, seuls 8 couples contaminent plus de 1% des échantillons (voir graphique 2). C est le cas notamment du couple {DON + Nivalénol} qui apparait dans plus de 67% des échantillons de blé analysés. D autres co- contaminations apparaissent fréquemment, comme le DON associé à la zéaralénone ou le DON associé aux alcaloïdes de l ergot. Globalement, ces associations de mycotoxines suivent les tendances de contamination des échantillons. En effet, le DON étant présent dans 97% des échantillons de la récolte 213, il se retrouve de fait très souvent associé à plusieurs types de toxines présentes également dans ces échantillons! Les effets de ces co- contaminations ne doivent cependant pas être négligés. Deux mycotoxines présentes dans un échantillon à des niveaux individuels trop faibles pour être toxiques peuvent le devenir lorsqu elles sont associées. C est notamment le cas de la synergie créée par le DON et le Nivalénol qui, associés, altèrent l intégrité de la barrière intestinale des animaux, parfois même à de très faibles concentrations. L association du DON et de la zéaralénone présente également un autre effet synergique notable. Elle provoque notamment des baisses de GMQ et de consommation alimentaire, ainsi qu une altération de l immunité, notamment chez les porcs. Des troubles de la reproduction peuvent également être observés, même avec des faibles contaminations en zéaralénone. Enfin, même si peu d études ont été réalisées sur les potentiels effets synergiques des alcaloïdes de l ergot et du DON, cette combinaison semble être additive.

6 CONCLUSION L enquête mycotoxines réalisée par NEOVIA en collaboration avec LABOCEA sur les blés des récoltes 21 à 213 apporte une information souvent demandée par les professionnels de la nutrition animale en France : quelles sont les mycotoxines présentes dans les blés? Au- delà de cette première réponse qualitative et quantitative, l enquête met en lumière que la contamination des matières premières ne peut se résumer à la seule présence de 6 principales mycotoxines usuellement recherchées (DON, T- 2, FB1, ZON, OTA, AFLA). Il s agit d un sujet bien plus complexe, qu il faut aborder dans sa totalité. Plus d études doivent désormais être menées pour mieux appréhender les effets synergiques que peuvent avoir certaines mycotoxines entre elles, et pour mieux connaitre les effets de certaines toxines. La communauté scientifique internationale publie de nombreux travaux chaque année, enrichissant petit à petit la connaissance sur ce thème compliqué et souvent sous- estimé pour les professionnels. Les mycotoxines dans l alimentation constituent un problème majeur pour la santé des animaux, très souvent difficile à diagnostiquer. Une approche globale peut être mise en place afin de mieux évaluer les risques pour les animaux. Une stratégie adaptée peut être également adoptée pour contrer les effets néfastes en cas de contaminations avérées. Pour faire face à cette thématique complexe, n hésitez pas à faire appel à des experts.

MYCOTOXINES : changements règlementaires et analytiques

MYCOTOXINES : changements règlementaires et analytiques MYCOTOXINES : changements règlementaires et analytiques E. MARENGUE ( LDA22 ) et S. HULOT ( IDAC ) PLAN 1) La problématique 2) Les évolutions règlementaires 3) L échantillonnage : étape clé 4) Les techniques

Plus en détail

Avantages et inconvénients

Avantages et inconvénients GESTION DU RISQUE M Y C O T O X I N E S Marqueurs biologiques liés aux mycotoxines Avantages et inconvénients Christina Schwab Chef de produit, Gestion du risque mycotoxines 2 Christina Schwab Chef de

Plus en détail

Mythes, croyances et réalités

Mythes, croyances et réalités Mythes, croyances et réalités Michel Vignola, agr., M. Sc., Nutreco Canada Agresearch L objectif de l exposé suivant est d introduire la problématique en précisant le vocabulaire de base et en brossant

Plus en détail

RECHERCHE DES MYCOTOXINES

RECHERCHE DES MYCOTOXINES SERVICE DE PROTECTION Page 1 de 5 DE LA CONSOMMATION Département de l'action sociale et de la santé GENÈVE RECHERCHE DES MYCOTOXINES Les mycotoxines résultent de la présence de diverses moisissures pouvant

Plus en détail

Analyse des facteurs de risque de la contamination des céréales c par les mycotoxines

Analyse des facteurs de risque de la contamination des céréales c par les mycotoxines Journée séminaire Qualité sanitaire et contaminants des productions végétales de grande culture Pau-Montardon 11/02/2010 Journée séminaire : Qualité sanitaire et contaminants des productions végétales

Plus en détail

CARACTERISATION DES ESPECES DE CHAMPIGNONS ET DE MYCOTOXINES CONTAMINANT DES ENSILAGES EN BELGIQUE

CARACTERISATION DES ESPECES DE CHAMPIGNONS ET DE MYCOTOXINES CONTAMINANT DES ENSILAGES EN BELGIQUE CARACTERISATION DES ESPECES DE CHAMPIGNONS ET DE MYCOTOXINES CONTAMINANT DES ENSILAGES EN BELGIQUE Héloïse Bastiaanse et François Van Hove, Mycothèque de l UCL (BCCM TM /MUCL) Projet de recherche financé

Plus en détail

Les mycotoxines. Jean-Denis Bailly Mycotoxicologie ENVT. Définition? Composé toxique produit par des moisissures. champignons microscopiques

Les mycotoxines. Jean-Denis Bailly Mycotoxicologie ENVT. Définition? Composé toxique produit par des moisissures. champignons microscopiques Les mycotoxines Jean-Denis Bailly Mycotoxicologie ENVT Définition? Composé toxique produit par des moisissures champignons microscopiques 1 Historique Impact des mycotoxines en santé humaine Ergotisme:

Plus en détail

CAMPAGNE 2015/2016 CATALOGUE TARIFAIRE

CAMPAGNE 2015/2016 CATALOGUE TARIFAIRE LABORATOIRE CEREALIER CAMPAGNE 2015/2016 CATALOGUE TARIFAIRE (Applicable à partir du 01/08/2015) Adhérent BIPEA Agréé Syndicat de Paris Blé de meunerie Addendum II option A et B Orge de Brasserie Addendum

Plus en détail

Caractérisation des espèces de champignons et de mycotoxines contaminant des ensilages en Belgique

Caractérisation des espèces de champignons et de mycotoxines contaminant des ensilages en Belgique Caractérisation des espèces de champignons et de mycotoxines contaminant des ensilages en Belgique Projet de recherche C3/00/22 financé par la politique scientifique fédérale dans le cadre du programme

Plus en détail

LES RISQUES LIES AUX MOISISSURES

LES RISQUES LIES AUX MOISISSURES LES RISQUES LIES AUX MOISISSURES 1. GENERALITES 2. DEFINITIONS ET MODES D ACTION DES MYCOTOXINES 3. LES MYCOTOXINES 4. MYCOTOXINES DANS LES ALIMENTS 5. LUTTE CONTRE LES MYCOTOXINES LES RISQUES LIES AUX

Plus en détail

Identification des grains de blé et d orge endommagés par la fusariose de l épi

Identification des grains de blé et d orge endommagés par la fusariose de l épi Identification des grains de blé et d orge endommagés par la fusariose de l épi Bulletin de biologie des grains n o 2 3 e édition S.J. Symons, R.M. Clear, K. Bell et C. Butler Laboratoire de recherches

Plus en détail

Changements de la réglementation sur les mycotoxines en Amérique du Nord

Changements de la réglementation sur les mycotoxines en Amérique du Nord Changements de la réglementation sur les mycotoxines en Amérique du Nord Les mycotoxines au Canada 1700-2012 J. David Miller Professeur Département de chimie Université de Carleton En 1721, une récolte

Plus en détail

RisqueMycotoxines et Salmonellesdans le bléet les farines

RisqueMycotoxines et Salmonellesdans le bléet les farines RisqueMycotoxines et Salmonellesdans le bléet les farines Le portfolio de solutions le plus large Allergène, mycotoxines, germes pathogènes, OGM, contrôle de l hygiène, flores d altération Milieux de cultures

Plus en détail

FORMULES DE CALCUL. Prix = PV TTC = PV HT x (1 + taux de TVA) TVA = PV HT x taux de TVA PV HT = PV TTC 1 + taux de TVA

FORMULES DE CALCUL. Prix = PV TTC = PV HT x (1 + taux de TVA) TVA = PV HT x taux de TVA PV HT = PV TTC 1 + taux de TVA FORMULES DE CALCUL Le prix : Prix = PV TTC = PV HT x (1 + taux de TVA) TVA = PV HT x taux de TVA PV HT = PV TTC 1 + taux de TVA Ex : PV TTC = 250 x 1,196 = 299. TVA = 250 x 19,6 % = 49. PV HT = 299 = 250.

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

FEMMES ET PRODUITS CHIMIQUES

FEMMES ET PRODUITS CHIMIQUES L impact des produits chimiques dangereux sur les femmes Amorce de réflexion suite à un atelier d experts Synthèse du rapport paru le 8 mars 2016 Ce rapport a pour objet une revue de l information disponible

Plus en détail

GÉDIA AUDIT & SURVEILLANCE DES COÛTS D ENTRÉE DES ARTICLES FABRIQUÉS

GÉDIA AUDIT & SURVEILLANCE DES COÛTS D ENTRÉE DES ARTICLES FABRIQUÉS GÉDIA AUDIT & SURVEILLANCE DES COÛTS D ENTRÉE DES ARTICLES FABRIQUÉS 1. Pourquoi il est indispensable de surveiller les coûts d entrées des articles fabriqués 1.1. La règle de base de valorisation du stock

Plus en détail

MIEUX CONNAÎTRE L ÉVOLUTION DE LA QUALITÉ DE LA CONSTRUCTION GRĀCE AU TABLEAU DE BORD SYCODÉS CRÉÉ PAR L AQC

MIEUX CONNAÎTRE L ÉVOLUTION DE LA QUALITÉ DE LA CONSTRUCTION GRĀCE AU TABLEAU DE BORD SYCODÉS CRÉÉ PAR L AQC Dossier de presse Janvier 2007 Service de presse MIEUX CONNAÎTRE L ÉVOLUTION DE LA QUALITÉ DE LA CONSTRUCTION GRĀCE AU TABLEAU DE BORD SYCODÉS CRÉÉ PAR L AQC L Observatoire de la Qualité de la Construction

Plus en détail

Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur

Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur RÉSUMÉ DE RECHERCHE Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur Fondé sur un rapport de recherche réalisé

Plus en détail

Les salariés et la réforme de la formation professionnelle

Les salariés et la réforme de la formation professionnelle Les salariés et la réforme de la formation professionnelle Sondage Ifop pour Théâtre à la Carte Contacts Ifop : Anne-Sophie VAUTREY - Directrice d études Département Opinion et Stratégies d Entreprise

Plus en détail

Évolution de l'inflation par classe de revenu

Évolution de l'inflation par classe de revenu Bijlage/Annexe 4 DÉPARTEMENT DES ÉTUDES Évolution de l'inflation par classe de revenu. Introduction Dans le contexte des récentes fortes variations des prix des matières premières et de leurs impacts sur

Plus en détail

Contamination des aliments par des moisissures et/ou des mycotoxines : analyse

Contamination des aliments par des moisissures et/ou des mycotoxines : analyse Contamination des aliments par des moisissures et/ou des mycotoxines : analyse 1- Stratégies d échantillonage 2- Conditions de conservation 3- Analyses mycologiques et /ou mycotoxicologiques 4- Analyses

Plus en détail

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 bis Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

Conservation des grains de céréales et des farines

Conservation des grains de céréales et des farines Les calculatrices sont autorisées conformément à la circulaire no 99-186 du 16 novembre 1999. La clarté du raisonnement et la qualité de la rédaction interviennent dans l appréciation des copies. Conservation

Plus en détail

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document n 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les évolutions de pouvoir d

Plus en détail

ÉTUDE DES COÛTS DE PRODUCTION 2007 Comparez votre ferme!

ÉTUDE DES COÛTS DE PRODUCTION 2007 Comparez votre ferme! SPÉCIAL RENTABILITÉ SPÉCIAL RENTABILITÉ SPÉCIAL ÉCONOMIE ÉTUDE DES COÛTS DE PRODUCTION Comparez votre ferme! Pour une quatrième année consécutive, la FPPQ publie son étude sur les coûts de production.

Plus en détail

Impact toxicologique des migrants : valeurs d exposition, limites d exposition et évaluation du risque

Impact toxicologique des migrants : valeurs d exposition, limites d exposition et évaluation du risque Impact toxicologique des migrants : valeurs d exposition, limites d exposition et évaluation du risque Les notions de danger et de risque Aujourd hui, on fait souvent la confusion entre danger et risque,

Plus en détail

Infestation par Dipylidium caninum,

Infestation par Dipylidium caninum, Fiche technique n 24 Infestation par Dipylidium caninum, le téniasis félin à Dipylidium Parmi tous les vers qui peuvent infester le chat, Dipylidium caninum est un parasite fréquemment rencontré dans le

Plus en détail

RÉSUMÉ DE RECHERCHE. Fondé sur un rapport de recherche préparé pour l IB par : Ling Tan et Yan Bibby, Australian Council for Educational Research

RÉSUMÉ DE RECHERCHE. Fondé sur un rapport de recherche préparé pour l IB par : Ling Tan et Yan Bibby, Australian Council for Educational Research RÉSUMÉ DE RECHERCHE Comparaison des résultats d élèves issus ou non d établissements dispensant les programmes de l IB au programme ISA d évaluation des écoles internationales, et au questionnaire sur

Plus en détail

Chapitre VI Échantillonages et simulations

Chapitre VI Échantillonages et simulations Chapitre VI Commentaires : Récursivement, les commentaires ne sont pas à l attention des élèves.. Fluctuation d échantillonnage Définition : En statistiques, un échantillon de taille n est la liste des

Plus en détail

Un aperçu de certains congés sociaux offerts aux salariés conventionnés du Québec

Un aperçu de certains congés sociaux offerts aux salariés conventionnés du Québec Un aperçu de certains congés sociaux offerts aux salariés conventionnés du Québec par Patrick Bourassa * Ministère du Travail 4 avril 2006 * Patrick Bourassa était affecté, lors de la période de rédaction,

Plus en détail

Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale

Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale A la Conférence Internationale sur la Population et le Développement, tenue au Caire en 1994, 179 pays ont approuvé un Programme d action qui

Plus en détail

État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne

État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne Année scolaire 2009-2010 Service de Protection Maternelle et Infantile Exploitation des données statistiques : Observatoire de la santé

Plus en détail

Fiche thématique n 9 Les infractions au code de la consommation et au droit de la concurrence en 2012

Fiche thématique n 9 Les infractions au code de la consommation et au droit de la concurrence en 2012 Les infractions au code de la consommation et au droit de la concurrence en 2012 Principaux enseignements En 2012, les enquêteurs de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la

Plus en détail

Essai comparatif S.E.P. Elevage porcin. 1- Présentation générale

Essai comparatif S.E.P. Elevage porcin. 1- Présentation générale ELEVAGE PORCIN Essai comparatif S.E.P. Elevage porcin 1-1 ) Introduction : 1- Présentation générale Le souhait de Vitaleco, importateur Plocher en Espagne, est de développer son activité sur la péninsule

Plus en détail

Stratégies commerciales et rentabilité en viticulture : les enseignements de 2011

Stratégies commerciales et rentabilité en viticulture : les enseignements de 2011 Stratégies commerciales et rentabilité en viticulture : les enseignements de 2011 L antenne viticole de la chambre d agriculture du var analyse régulièrement les prix de vente et les coûts de production

Plus en détail

Incohérences entre le Rapport URC ECO SSIAD et le système de tarification proposé

Incohérences entre le Rapport URC ECO SSIAD et le système de tarification proposé Incohérences entre le Rapport URC ECO SSIAD et le système de tarification proposé P.16 Les SSIAD de l échantillon représentent environ 1.8% des SSIAD et 2.4% des places installées. Les tarifs des soins

Plus en détail

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM Chapitre I :Seuil de rentabilité Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM PLA N I- Introduction II- Charges 1- Charges variables 2- Charges fixes 3- Charges mixtes III- Le compte de résultat différentiel IV- Seuil

Plus en détail

AMELIORATION DE LA FIABILITE D UN MOTEUR GRÂCE AU TEST STATIQUE ET DYNAMIQUE

AMELIORATION DE LA FIABILITE D UN MOTEUR GRÂCE AU TEST STATIQUE ET DYNAMIQUE AMELIORATION DE LA FIABILITE D UN MOTEUR GRÂCE AU TEST STATIQUE ET DYNAMIQUE Le test statique est un moyen très connu pour évaluer les moteurs électriques. Cependant, si un moteur ne peut pas être arreté,

Plus en détail

REPÈRES. Les mineures mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2009. n 13. Septembre 2010

REPÈRES. Les mineures mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2009. n 13. Septembre 2010 n 13 REPÈRES Septembre 2010 Directeur de la publication : André-Michel VENTRE, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe SOULLEZ, chef du département de l ONDRP Les mineures mises en cause pour

Plus en détail

IMPACT DE LA QUALITE FONGIQUE ET MYCOTOXIQUE DE L ALIMENT SUR LA PRODUCTION DE PINTADES ET DE PALMIPEDES GRAS

IMPACT DE LA QUALITE FONGIQUE ET MYCOTOXIQUE DE L ALIMENT SUR LA PRODUCTION DE PINTADES ET DE PALMIPEDES GRAS IMPACT DE LA QUALITE FONGIQUE ET MYCOTOXIQUE DE L ALIMENT SUR LA PRODUCTION DE PINTADES ET DE PALMIPEDES GRAS Arturo-Schaan Marisela 1, Clement Francis 1, Guerre Philippe 2 1 CCPA, Z.A. Nord-Est du Bois

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

Les dispositifs non innovants. Évaluation biologique : relations avec la validation du nettoyage. iso 10993-1

Les dispositifs non innovants. Évaluation biologique : relations avec la validation du nettoyage. iso 10993-1 cahier spécial 45 Évaluation biologique : relations avec la validation du nettoyage Par Aurélien Bignon, BioM Advice Les dispositifs médicaux (DM) doivent suivre une procédure d évaluation biologique décrite

Plus en détail

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident?

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Le débat sur les conséquences de l affaiblissement du permis à points par un amendement à la LOPPSI2, qui double

Plus en détail

II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE

II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE A. DEMOGRAPHIE 1. Evolution démographique 1.1. Dynamisme démographique 1.2. Structure de la population 1.3. Structure des ménages 2. Hypothèses d'évolution

Plus en détail

Principes d évaluation du risque chimique en sécurité alimentaire

Principes d évaluation du risque chimique en sécurité alimentaire Principes d évaluation du risque chimique en sécurité alimentaire Pr D Parent-Massin Laboratoire de Toxicologie Alimentaire et Cellulaire EA 3880 Université de Bretagne Occidentale RISQUE Le risque est

Plus en détail

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SEPTEMBRE 2008 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 SONDAGE ET ÉCHANTILLONNAGE... 3 SONDAGE... 3 ÉCHANTILLONNAGE... 4 COMPILATION DES RÉSULTATS... 4

Plus en détail

Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer

Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer Annexe À l occasion du 50 ème anniversaire de l assurance soins de santé et indemnités, la MC a mené une enquête

Plus en détail

Le besoin d épargne retraite en France. Septembre 2010. EPSG_CBC_FRANCE_28469_BRO.indd 1 15/09/2010 19:46

Le besoin d épargne retraite en France. Septembre 2010. EPSG_CBC_FRANCE_28469_BRO.indd 1 15/09/2010 19:46 Le besoin d épargne retraite en France Septembre 2010 EPSG_CBC_FRANCE_28469_BRO.indd 1 15/09/2010 19:46 A propos d Aviva France Aviva est le 6 e assureur mondial*, avec plus de 5 millions de clients répartis

Plus en détail

Synthèse des données statistiques sur les salariés de la presse en 2007

Synthèse des données statistiques sur les salariés de la presse en 2007 Synthèse des données statistiques sur les salariés de la presse en 2007 Des tendances stables En 2007, le périmètre de la presse tel que défini par l Observatoire comprenait 2 066 entreprises, soit 321

Plus en détail

PROTOCOLE AVORTEMENTS EN SERIES

PROTOCOLE AVORTEMENTS EN SERIES Laboratoire Vétérinaire et Alimentaire Départemental 54 PROTOCOLE AVORTEMENTS EN SERIES Principe : Démarche de diagnostic différentiel des avortements de bovins selon un protocole commun Meuse - Moselle

Plus en détail

Synthèse. Jeux d argent. Internet et jeux vidéo. Comparaison avec les apprentis

Synthèse. Jeux d argent. Internet et jeux vidéo. Comparaison avec les apprentis ENQUÊTE SUR LA PRATIQUE D INTERNET, DES JEUX VIDEO ET JEUX D ARGENT PAR DES COLLEGIENS PAS C AL E SCH AL B E T T E R, LIC.ES.SOC. C O L L AB O R AT R I C E S C I E N T I F I Q U E AD D I C T I O N VAL

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. l'aspartame

Consensus Scientifique sur. l'aspartame page 1/6 Consensus Scientifique sur l'aspartame Source : SCF (2002) Résumé & Détails: GreenFacts Niveau 2 - Détails sur l'aspartame 1. Qu'est-ce que l'aspartame?...2 1.1 Quelle est l'histoire de l'aspartame?...2

Plus en détail

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001)

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001) Analyse des données de santé mentale -, ESCC cycle 1.1 (2000-) Avant-propos Ce document traite des principaux résultats régionaux de l ESCC 1.1 portant sur la santé mentale. Les indicateurs présentés ici

Plus en détail

Le divorce. Laure Chaussebourg Valérie Carrasco Aurélie Lermenier

Le divorce. Laure Chaussebourg Valérie Carrasco Aurélie Lermenier Secrétariat Général Service support et moyens du ministère Sous-direction de la Statistique et des Études Le divorce Laure Chaussebourg Valérie Carrasco Aurélie Lermenier Juin 2009 2 SG-2S2M- SDSE BDSE100

Plus en détail

1. Les mycotoxines dans les grains 2. Les mycotoxines dans les fourrages

1. Les mycotoxines dans les grains 2. Les mycotoxines dans les fourrages LES MYCOTOXINES CHEZ LES OVINS POUR Y VOIR UN PEU PLUS CLAIR! CONTENU : 1. Les mycotoxines dans les grains 2. Les mycotoxines dans les fourrages RÉDACTEURS : Dany Cinq-Mars, agronome, Ph.D., Division nutrition

Plus en détail

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi Chapitre 4 Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi 4.1 Ensemble des participants Parmi les 3 347 personnes interrogées dans le cadre de cette étude, 616 (18 %) étaient des personnes

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES

L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES 18ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES présenté par le professeur Michel Mouillart - Mercredi 12 avril 2006-1 Accueil de Monsieur Pierre Cortesse, Président du Conseil Scientifique

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA SANTÉ ET DES CONSOMMATEURS

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA SANTÉ ET DES CONSOMMATEURS COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA SANTÉ ET DES CONSOMMATEURS Décembre 2012 GUIDE A L INTENTION DES AUTORITES COMPETENTES POUR LE CONTROLE DE LA CONFORMITE AVEC LES ACTES LEGISLATIFS DE L UE

Plus en détail

AP SVT. Exercice 1. Exercice 2. Exercice 3.

AP SVT. Exercice 1. Exercice 2. Exercice 3. Exercice 1. AP SVT On cherche à comprendre le mode de transmission de deux caractères chez la Drosophile, organisme diploïde. Effectuez une analyse génétique pour expliquer les résultats des croisements

Plus en détail

UN COUP DE POUCE POUR PENSER SON EVALUATION INDICATEURS D EVALUATION 4 EXEMPLES DANS LES DOMAINES DE L EAU, DE L EDUCATION,

UN COUP DE POUCE POUR PENSER SON EVALUATION INDICATEURS D EVALUATION 4 EXEMPLES DANS LES DOMAINES DE L EAU, DE L EDUCATION, UN COUP DE POUCE POUR PENSER SON EVALUATION INDICATEURS D EVALUATION 4 EXEMPLES DANS LES DOMAINES DE L EAU, DE L EDUCATION, DE LA SANTE ET DU DEVELOPPEMENT. Les indicateurs ci-dessous sont donnés à titre

Plus en détail

Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon

Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon Baromètre santé nutrition 2008 Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon Le modèle alimentaire français accorde une importance particulière à la sociabilité et à la commensalité

Plus en détail

La protection du personnel soignant: Contacts cytostatiques - Rayonnements ionisants

La protection du personnel soignant: Contacts cytostatiques - Rayonnements ionisants La protection du personnel soignant: Contacts cytostatiques - Rayonnements ionisants Dr. Lechevin Véronique Médecin du travail Dépt Surveillance médicale S.C.P.P. ULB - Erasme - Bordet A. Introduction

Plus en détail

FRANCE, DANEMARK, ALLEMAGNE ET ITALIE

FRANCE, DANEMARK, ALLEMAGNE ET ITALIE ANALYSE DU COUT DES MATERIAUX ET EQUIPEMENTS DE CONSTRUCTION EN FRANCE, DANEMARK, ALLEMAGNE ET ITALIE SYNTHESE ET RECOMMANDATIONS Juillet 2011 57 bd de Montmorency - 75016 Paris - France - Tel : + 33 (0)1

Plus en détail

Yvon CAVELIER. Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants. A l Assaut du ZE-Couillon

Yvon CAVELIER. Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants. A l Assaut du ZE-Couillon Yvon CAVELIER Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants A l Assaut du ZE-Couillon Réservé aux membres du Club Des Turfistes Gagnants Copyright 2010 - Page 1 Table des Matières I - CE QUI A CHANGE DANS

Plus en détail

Evaluation des risques fournisseurs en corrélation avec la Norme ISO 9001 :2015

Evaluation des risques fournisseurs en corrélation avec la Norme ISO 9001 :2015 1 Résumé L ISO 9001 Version 2008 est actuellement en cours de révision pour une publication en Septembre 2015, avec obligation pour les services biomédicaux de se conformer à tous les nouveaux critères

Plus en détail

Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus

Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus I/ L alcool, ennemi du fœtus p2 II/ Les dommages causés par l alcool sur l embryon et le fœtus III/ L atteinte du système nerveux IV/ Les structures cérébrales

Plus en détail

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Le salaire est une composante essentielle du contrat de travail. Dans les banques, les salaires sont en général négociés individuellement. Le fait de

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Actualisation avril 2011 Afin d aider les femmes et leur chirurgiens dans cette discussion, l Afssaps met à disposition un guide d aide

Plus en détail

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE 14 TÉTANOS ET LA ROUGEOLE 14.1 INTRODUCTION Soumaïla MARIKO Comme on l a déjà précisé au chapitre 1, des tests de dépistage de l immunité contre le tétanos et

Plus en détail

Enquête sur la problématique du tabagisme auprès de la population fribourgeoise réalisée par l Institut de sondage M.I.S Trend en 2009 et 2012

Enquête sur la problématique du tabagisme auprès de la population fribourgeoise réalisée par l Institut de sondage M.I.S Trend en 2009 et 2012 Enquête sur la problématique du tabagisme auprès de la population fribourgeoise réalisée par l Institut de sondage M.I.S Trend en 2009 et 2012 Résumé des résultats mai 2013 Depuis 2009, le CIPRET Fribourg

Plus en détail

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait.

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait. Préambule Évoquée de façon générale dans la note de cadrage initiale (étude n 1 «L Habitat dans l Allier Constats et Enjeux» mars 2007), l accession sociale à la propriété (ou l accession aidée) fait ici

Plus en détail

INDICE DE FRÉQUENCE DES ACCIDENTS DE SERVICE

INDICE DE FRÉQUENCE DES ACCIDENTS DE SERVICE INDICATEUR 1 INDICE DE FRÉQUENCE DES ACCIDENTS DE SERVICE Mesurer la fréquence des accidents de service survenus dans l année. Renseigner sur la sinistralité dans le domaine des accidents de service entrainant

Plus en détail

Déterminer l intensité des orages en vue de leur classification et de leur étude climatologique

Déterminer l intensité des orages en vue de leur classification et de leur étude climatologique Déterminer l intensité des orages en vue de leur classification et de leur étude climatologique Explications sur la nouvelle échelle d intensité des orages en usage au sein de KERAUNOS depuis janvier 2013

Plus en détail

Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain

Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain ORLY CHAMPIGNY-SUR-MARNE NOGENT-SUR-MARNE VILLECRESNES VILLEJUIF Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain Synthèse des résultats du questionnaire BONNEUIL-SUR-MARNE SUCY-EN-BRIE

Plus en détail

La fonction communication en collectivité locale

La fonction communication en collectivité locale Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 2 ème partie La fonction communication en collectivité locale Organisation, missions, moyens et outils Introduction. Les quelques 4000 communes

Plus en détail

Introduction p.3. Méthodologie p.4. Profil des répondants - Le public p.6 - Les musiciens p.6

Introduction p.3. Méthodologie p.4. Profil des répondants - Le public p.6 - Les musiciens p.6 Evaluation de la campagne 2012 1 Sommaire Introduction p.3 Méthodologie p.4 Profil des répondants - Le public p.6 - Les musiciens p.6 Pratiques d écoute - du public - fréquentation des lieux de musique

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

DIRECTIVE 2007/16/CE DE LA COMMISSION

DIRECTIVE 2007/16/CE DE LA COMMISSION 20.3.2007 Journal officiel de l Union européenne L 79/11 DIRECTIVES DIRECTIVE 2007/16/CE DE LA COMMISSION du 19 mars 2007 portant application de la directive 85/611/CEE du Conseil portant coordination

Plus en détail

La séance photo à 8,50 Euros? Analyse du marché des séances photo des photographes professionnels

La séance photo à 8,50 Euros? Analyse du marché des séances photo des photographes professionnels La séance photo à 8,50 Euros? Analyse du marché des séances photo des photographes professionnels XXLPIX Mars 2013 Une séance photo à 8,50 Euro? À propos de cette étude de marché XXLPIX GmbH teste régulièrement

Plus en détail

Quelques résultats d une enquête de la FTU pour la FEC

Quelques résultats d une enquête de la FTU pour la FEC NOTES NOTES ÉDUCATION PERMANENTE N N 18 2007-16 OCTOBRE - AOÛT 2005 2007 ASSOCIATION POUR POUR UNE UNE FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ CHAUSSÉE DE HAECHT, 579 B-1031 BRUXELLES RUE DE L ARSENAL, 5 B-5000 NAMUR

Plus en détail

AMBASSADE DE FRANCE AUX ÉTATS-UNIS SERVICE ÉCONOMIQUE REGIONAL DE WASHINGTON

AMBASSADE DE FRANCE AUX ÉTATS-UNIS SERVICE ÉCONOMIQUE REGIONAL DE WASHINGTON Washington, le 5 février 2014 Objet : Mise en application de la loi de modernisation de sécurité sanitaire des aliments (FSMA - Food Safety Modernization Act) Détermination des aliments considérés à haut

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS DE LA CAMPAGNE «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 Réalisé par le Service Prévention Santé de

Plus en détail

TAUX DE TRANSFORMATION

TAUX DE TRANSFORMATION Table des matières 1 Le choix des produits...2 2 La politique tarifaire...4 Introduction Afin de convertir efficacement vos visiteurs en acheteurs, il faut veiller à ne jamais les décevoir. La cause première

Plus en détail

Guide interprofessionnel de gestion des mycotoxines dans la filière céréalière

Guide interprofessionnel de gestion des mycotoxines dans la filière céréalière Guide interprofessionnel de gestion des mycotoxines dans la filière céréalière Guide interprofessionnel de gestion des mycotoxines dans la filière céréalière Edition 2009 CE GUIDE A ÉTÉ ÉLABORÉ PAR LES

Plus en détail

Développement du couplage LC-MALDI-MS/MS pour l analyse des toxines d origine phytoplanctonique

Développement du couplage LC-MALDI-MS/MS pour l analyse des toxines d origine phytoplanctonique Développement du couplage LC-MALDI-MS/MS pour l analyse des toxines d origine phytoplanctonique Christelle DELEUZE Licenciée en Sciences Chimiques Laboratoire de Spectrométrie de Masse Service du Professeur

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES 1. EVOLUTION DU PRIX DES MATIERES PREMIERES EN ALIMENTATION ANIMALE ET DES INDICES ALIMENT ITAVI AU MOINDRE COUT 1.1. DIMINUTION DU PRIX DES CEREALES

Plus en détail

Étude de validation du Bluestar Forensic

Étude de validation du Bluestar Forensic Étude de validation du Bluestar Forensic I. Matériels et matières utilisés II. des tests 2.1. Détermination du seuil de sensibilité du kit Bluestar 2.2. Détermination de taches en fonction de leur volume

Plus en détail

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES 1. EVOLUTION DU PRIX DES MATIERES PREMIERES EN ALIMENTATION ANIMALE ET DES INDICES ALIMENT ITAVI AU MOINDRE COUT 1.1. BAISSE DU COURS DES CEREALES ET

Plus en détail

ENQUETE SUR LES SOLIDARITES FAMILIALES

ENQUETE SUR LES SOLIDARITES FAMILIALES OBSERVATOIRE REGIONAL DE LA FAMILLE ENQUETE SUR LES SOLIDARITES FAMILIALES INTRODUCTION Une étude américaine considère que les liens entre frères et sœurs, plutôt affectifs et égalitaires, représentent

Plus en détail

Etudes, Actuariat et statistiques

Etudes, Actuariat et statistiques Etudes, Actuariat et statistiques Mots clés Pension de réversion IRCANTEC Octobre 2014 Résumé L Institution de retraite complémentaire des agents non titulaires de l Etat et des collectivités publiques

Plus en détail

ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013

ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013 ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013 Enquête réalisée par mail sur la période du 6 au 13 juin 2013 Préambule : Depuis fin 2011, la Chambre de métiers et de l artisanat réalise une enquête de conjoncture

Plus en détail

Résultats de l enquête 2014

Résultats de l enquête 2014 Gestion des déchets de verre plat/châssis usagés Menuisiers, poseurs de châssis et couvreurs belges Résultats de l enquête 2014 En partenariat avec Table des matières 1. Contexte... 3 2. Synthèse des résultats...

Plus en détail

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION 1/ RESUME DE L ANALYSE Cette étude a pour objectif de modéliser l écart entre deux indices d inflation afin d appréhender le risque à très long terme qui

Plus en détail

LES OBJECTIFS DE LA LOI

LES OBJECTIFS DE LA LOI Jean-Pierre STOULS Avocat AIPPI - 17 juin 2009 LES OBJECTIFS DE LA LOI Constat d une indemnisation de la victime souvent trop faible : système antérieur fondé sur le principe de la responsabilité civile

Plus en détail

Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole

Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole Michael Marx, Centre d investissement Organisation des Nations Unies pour l Agriculture et l Alimentation Date: 18 mars 2015 AgriFin

Plus en détail

Typologie des lignes au sein d un réseau. Centre et Hyper centre. Centre (hors hyper centre)

Typologie des lignes au sein d un réseau. Centre et Hyper centre. Centre (hors hyper centre) MESURE DE LA PERFORMANCE DES LIGNES DE TRANSPORT PUBLIC URBAIN APEROL Amélioration de la Performance Economique des Réseaux par l Optimisation des Lignes Rapport PREDIT GO 6 Politiques de Transport Faivre

Plus en détail