LES RECONVERSIONS PROFESSIONNELLES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES RECONVERSIONS PROFESSIONNELLES"

Transcription

1 Conseil d orientation pour l emploi LES RECONVERSIONS PROFESSIONNELLES CHANGER DE METIER : QUELS ENJEUX? QUELS RISQUES? QUELLES OPPORTUNITES? COLLOQUE DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 26 SEPTEMBRE

2 Synthèse SECRETARIAT GENERAL DU COE Octobre

3 SOMMAIRE INTRODUCTION... 4 LES RECONVERSIONS PROFESSIONNELLES : PRINCIPAUX FAITS ET CHIFFRES... 6 DISCOURS D OUVERTURE DE MICHEL SAPIN, ministre du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social (colloque du 26 septembre 2013) SYNTHESE DU COLLOQUE / PREMIERE TABLE RONDE : Enjeux : quelles reconversions professionnelles dans une économie en changement? SYNTHESE DE L ENQUETE COE OPINIONWAY : «Opinions et attitudes des employeurs face aux reconversions professionnelles» SYNTHESE DU COLLOQUE / DEUXIEME TABLE RONDE : Perceptions : quels regards les salariés et les employeurs portent ils sur les reconversions professionnelles? SYNTHESE DU COLLOQUE / TROISIEME TABLE RONDE : Solutions : pour des reconversions professionnelles plus volontaires et mieux sécurisées Le colloque du COE du 26 septembre 2013 en images ANNEXE 1 : PROGRAMME DU COLLOQUE ANNEXE 2 : BIBLIOGRAPHIE

4 INTRODUCTION Après avoir travaillé à plusieurs reprises sur la question des mobilités professionnelles (par exemple dans ses rapports «Mutations économiques, reclassement, revitalisation» ou «Les trajectoires et mobilités professionnelles»), le Conseil d Orientation pour l Emploi a choisi d apporter un éclairage sur les reconversions professionnelles, en organisant son colloque annuel sur ce thème, en partenariat avec Europe1 et Les Echos. Les transitions professionnelles font aujourd hui partie intégrante de la vie professionnelle, qu il s agisse de changements d entreprise, d évolutions au sein d une entreprise ou de mobilités géographiques. Rares sont les personnes qui exercent toute leur vie la même profession dans la même entreprise et au même endroit. Les reconversions professionnelles sont plus que des évolutions : elles impliquent un changement important, voire dans certains cas une rupture dans une trajectoire professionnelle. En dépit des mouvements de plus en plus nombreux sur le marché du travail, peu d intérêt a jusqu ici été porté à la manière dont ces mouvements, notamment en cas de reconversion, sont vécus et perçus par les personnes salariés ou employeurs. Or, si changer de métier est un rêve pour certains salariés, cela peut à l inverse constituer dans certaines circonstances, une véritable épreuve. Qu elles soient volontaires ou non, la fréquence des reconversions professionnelles et la façon dont elles se déroulent nous en apprennent beaucoup sur le fonctionnement du marché du travail et plus largement sur la société. D un côté, elles mettent en évidence la place qu occupe le travail dans nos vies et dans la société. Le travail est un élément de notre identité, à la fois facteur d épanouissement personnel et d intégration sociale. Il doit donc correspondre, dans l idéal, à un choix de la personne. Lorsqu elle n est plus satisfaite du métier qu elle exerce, elle peut choisir librement d en changer. On voit même des personnes quitter un emploi stable et bien rémunéré pour commencer une nouvelle carrière répondant davantage à leurs aspirations personnelles. D un autre côté, les personnes n ont pas toujours le choix en matière d emploi et peuvent être contraintes de s adapter, voire subissent des situations non souhaitées. De fait, l augmentation des transitions sur le marché du travail depuis trente ans est essentiellement due à la hausse des passages par le chômage. Dans ce contexte où les ruptures sont de plus en plus fréquentes, la reconversion professionnelle est donc également une option, voire un passage obligé, face au risque de chômage ou lorsque celui ci survient. 4

5 Entre ces deux dimensions mise en œuvre d un projet de vie et adaptation aux mutations économiques et technologiques sur le marché du travail, les questions autour des reconversions professionnelles sont nombreuses : quelle est leur fréquence? Comment vont elles évoluer? Comment sont elles perçues? Quels sont les obstacles aux reconversions professionnelles? Sur quelles aides les salariés peuventils ou non compter? Comment les salariés préparent ils et vivent ils ce changement si important, qu il soit voulu ou subi? Sur quels outils peuvent ils s appuyer? Alors que la mobilité est de plus en plus valorisée dans le débat public, quel regard portent les employeurs c est à dire ceux qui recrutent, ou non sur ces changements de trajectoire professionnelle? * * * Le 26 septembre 2013, lors du colloque annuel du Conseil d Orientation pour l Emploi, les membres du Conseil mais aussi des experts économistes, sociologues, psychologues ainsi que des praticiens des ressources humaines se sont penchés sur ces questions. Une enquête COE/OpinionWay a été réalisée à cette occasion afin d analyser la perception des DRH et des entreprises sur ces changements de métier («Opinions et attitudes des employeurs face aux reconversions professionnelles»). Le Conseil a volontairement retenu une approche très large des reconversions professionnelles, en s intéressant aux enjeux macroéconomiques soulevés par ce sujet, et en abordant de manière concrète les trajectoires des personnes sur le marché du travail (voir le programme détaillé en annexe 1). Le présent document rend compte des interventions et des échanges qui ont eu lieu lors du colloque du 26 septembre 2013 et les complète de certains éléments techniques relatifs au sujet traité, afin d en éclairer le contexte et les enjeux. Des éléments plus détaillés sont également disponibles sur le site Internet du Conseil (www.coe.gouv.fr/). Ayant été élaboré par le Secrétariat général du Conseil, il n engage évidemment pas le Conseil lui même ni aucun de ses membres au delà des propos tenus par les intervenants. 5

6 LES RECONVERSIONS PROFESSIONNELLES : PRINCIPAUX FAITS ET CHIFFRES Dans son rapport sur «Les trajectoires et mobilités professionnelles» 1, le Conseil d orientation pour l emploi a mis en évidence la grande variété des réalités, parfois liées, que recouvre la notion de mobilité sur le marché du travail. La mobilité sur le marché du travail peut d abord être «verticale». Elle se décompose alors en au moins deux sous ensembles : la mobilité salariale et le changement de catégorie socio professionnelle en cours de carrière. Elle peut également être «horizontale». Elle peut être géographique, impliquer un changement de statut (emploi public, emploi privé, indépendant), un changement d établissement (s accompagnant ou non d un changement d employeur) ou encore un changement de métier. C est à cette dernière catégorie de mobilité professionnelle que nous nous intéressons ici. Avec 56 % des actifs ayant déjà changé de métier ou de secteur d activité au cours de leur carrière (Enquête IPSOS/ AFPA 2012), le phénomène des reconversions professionnelles est largement répandu sur le marché du travail. Les principaux faits et chiffres présentés ci dessous permettent de décrire l état de ces reconversions professionnelles en France. Des reconversions professionnelles en augmentation et correspondant à un choix personnel volontaire pour une majorité de personnes En moyenne, sur la période , environ 7,4 % des salariés employés exercent un métier 2 qui diffère de celui exercé dans le cadre de leur dernier emploi 3 (graphique 1). Ce taux de mobilité, extrêmement variable et sensible aux cycles économiques, est particulièrement élevé dans les phases de croissance rapide mais n a pas connu d évolution tendancielle à la hausse ou à la baisse. Une fois prise en compte la modification de la répartition des salariés selon leur âge, on constate toutefois une augmentation tendancielle des changements de métiers depuis les années En effet, la mobilité professionnelle diminuant avec l âge, l élévation de l âge moyen des salariés entre 1982 et 2009 a diminué de façon mécanique le taux de mobilité sur cette période. 1 Conseil d orientation pour l emploi (2009), «Les trajectoires et mobilités professionnelles», septembre. 2 La nomenclature des professions utilisée est celle des professions et catégories socioprofessionnelles (PCS) qui possède quatre niveaux d agrégation. Le chiffre de 7,4 % correspond au taux de mobilité dans la nomenclature à 3 chiffres qui compte 434 professions. En utilisant les nomenclatures de niveau 1 (7 professions) et 2 (28 professions), les taux de mobilité sont respectivement de 3,8 % et 4,7 %. 3 E. Lalé (2012), Trends in occupational mobility in France : , Labour economics, 19 (2012) , mars. 6

7 Graphique 1 : Evolution de la mobilité professionnelle en France entre 1982 et 2009 Source : E. Lalé (2012), op cit. sans prise en compte des effets de structure démographique, en prenant en compte les effets de structure démographique Les reconversions professionnelles en France se font principalement à l occasion d une rupture de contrat : sur la période , 22,3 % des reconversions professionnelles ont eu lieu à la suite d un licenciement économique ou personnel, 25,3 % à la suite d une fin de CDD et 34,3 % à la suite d une démission ou d une rupture conventionnelle (graphique 2). Graphique 2 : Situations préalables à la reconversion professionnelle Sources : présentation de S. Scarpetta pour le COE le 26 septembre Calculs OCDE à partir de l enquête emploi INSEE ( ). Secteur d origine des actifs occupés du secteur du privé. Situation observée 4 trimestres après la première interrogation. 7

8 En 2012, pour plus de la moitié des personnes ayant déjà changé d orientation professionnelle au cours de leur vie, il s agissait d un choix personnel volontaire (graphique 3). Cette proportion est d autant plus importante que le niveau de qualification est élevé, les cadres étant bien plus concernés (76 %) par les reconversions volontaires que les ouvriers (45 %). Graphique 3 : Motifs à l origine de la dernière reconversion professionnelle *item non suggéré Source : Enquête IPSOS/ AFPA, octobre 2012 Des reconversions professionnelles très dépendantes du métier exercé initialement Les changements de métier dépendent beaucoup du domaine professionnel dans lequel exerce la personne. Il existe des domaines professionnels 4 où les changements de métiers sont rares. Il s agit notamment de domaines professionnels dont l accès est réglementé, comme ceux de la santé ou de la fonction publique 5 (tableau 1). C est également le cas de professions très qualifiées généralement accessibles par la voie de la promotion interne (cadres de la banque et des assurances), de métiers stables d indépendants (agriculteurs, patrons et cadres d hôtels, cafés et restaurant) ou encore de métiers aux compétences très spécifiques comme les métiers de bouche (boulangers, bouchers, charcutiers) ou encore d ouvriers qualifiés du bâtiment ou de l industrie. Cela ne signifie pas pour autant que, pour certains de ces métiers (notamment ceux requérant une compétence très spécifique), la mobilité n est pas importante : les personnes peuvent changer fréquemment d employeurs mais sans changer de métier, relevant d une logique de «marché professionnel». 4 Les besoins d analyse de l emploi et du chômage par métier ont conduit à la création de nomenclatures spécifiques des métiers qui regroupent les différents métiers en «familles professionnelles», ellesmêmes regroupées en «domaines professionnels». 5 Simonnet V. et Ulrich V. (2009), La mobilité entre métiers : 30 % des personnes en emploi en 1998 avaient changé de métier en 2003, Premières synthèses, DARES, n 05.3, janvier. 8

9 Tableau 1 : Les familles professionnelles à faible mobilité Source : V. Simonnet et V. Ulrich (2009), calculs Dares à partir de l enquête FQP 2003, Insee. Lecture : parmi les médecins et assimilés en 1998, 4 % sont au chômage ou en inactivité et 96 % sont encore en emploi en Lorsqu'ils sont en emploi aux deux dates, 98 % exercent toujours le même métier. Ils ont occupés 1,3 emploi en moyenne entre 1998 et % d'entre eux ont changé au moins une fois de fonction ou de poste sans promotion en 5 ans et 3 % ont eu une promotion. Ils ont passé 40 % de leur temps en emploi en CDI, 7 % en CDD ou en intérim et 53 % à leur compte. Champ : personnes en emploi en 1998 dans les 20 familles professionnelles où la proportion de personnes étant restées dans le même métier entre 1998 et 2003 est la plus élevée. France métropolitaine. 9

10 Au contraire, dans certains domaines professionnels, les changements de métiers sont fréquents, même s ils ont généralement lieu au sein du même domaine professionnel. C est notamment le cas des domaines professionnels de la gestion et de l administration des entreprises ou encore de l informatique où les mouvements entre métiers au sein du même domaine professionnel sont très fréquents 6. Tableau 2 : Les familles professionnelles à forte mobilité au sein du même domaine professionnelle Source : V. Simonnet et V. Ulrich (2009), calculs Dares à partir de l enquête FQP 2003, Insee, Champ : personnes en emploi en 1998 dans les 20 familles professionnelles où la proportion de personnes ayant changé de métier dans le même domaine professionnel entre 1998 et 2003 est la plus élevée. France métropolitaine. 6 Simonnet V. et Ulrich V. (2009), op cit. 10

11 Enfin, d autres métiers sont caractérisés par une forte mobilité vers des métiers dans d autres domaines professionnels. C est notamment le cas des ingénieurs et cadres de l industrie ou encore de métiers de l électricité et de l électronique 7. Tableau 3 : Les familles professionnelles ouvrant fréquemment vers d autres domaines professionnelles Source : Simonnet V. et Ulrich V. (2009), La mobilité entre métiers : 30 % des personnes en emploi en 1998 avaient changé de métier en 2003, Premières synthèses, DARES, n 05.3, janvier. Champ : personnes en emploi en 1998 dans les 20 familles professionnelles où la proportion de personnes ayant changé de domaine professionnel entre 1998 et 2003 est la plus élevée. France métropolitaine. 7 Simonnet V. et Ulrich V. (2009), op cit. 11

12 En adoptant une autre grille de lecture, on peut souligner que les changements de métier peuvent s accompagner ou non d un changement d employeur. Dans certains cas, les changements de métier s opèrent sans changer d employeur. Cela concerne notamment les métiers à «marché interne» : personnels administratifs des fonctions publiques, employés et techniciens administratifs des entreprises privées, employés et cadres de la banque et de l assurance, agents de maîtrise de l industrie. Dans beaucoup d autres cas, les changements de métiers s accompagnent de changements d employeurs, parfois fréquents : parmi les personnes en emploi en 1998 exerçant un autre métier dans un domaine différent en 2003, près de la moitié ont connu trois employeurs ou plus 8. Ces mobilités externes s observent particulièrement dans les métiers peu qualifiés, où les individus alternent souvent des contrats courts avec des périodes d inactivité ou de chômage : ouvriers non qualifiés (industrie, bâtiment, manutention), employés de maison, agents d entretien, aides à domicile, vendeurs et employés de l hôtellerie et de la restauration. Au total, le bilan est assez contrasté. Pour les mobilités internes (c est à dire en conservant le même employeur) et les transitions de l emploi vers l emploi (soit environ 9 % des emplois et les deux tiers des transitions), on peut penser qu il s agit plutôt de mobilités choisies et plutôt favorables à la carrière professionnelle des individus 9. Au contraire, pour les transitions via le chômage, un tiers des transitions au début des années 2000, mais les plus dynamiques, ce sont des mobilités subies, parfois défavorables 10. Les reconversions professionnelles sont plus fréquentes pour les jeunes et pour les hommes. Les jeunes évoluent plus souvent vers un autre métier que leurs aînés : entre 1998 et 2003, 31 % des ans ont changé de domaine professionnel, contre 21 % pour les ans et 15 % pour les ans (Tableau 3). Si les hommes changent plus fréquemment de domaine professionnel que les femmes, on observe peu de différences selon le genre s agissant des changements de métier au sein du même domaine professionnel. Entre 1998 et 2003 près d un quart des hommes avait changé de domaine professionnel, contre moins d un cinquième des femmes. Les changements de métiers au sein du même domaine professionnel avaient concerné respectivement 8 % des femmes et 7 % des hommes sur la même période. 8 Simonnet V. et Ulrich V. (2009), op cit. 9 Balathier Lantage H. (de), Klein T., (2011), Le travail et l emploi dans vingt ans, Centre d analyse stratégique (juillet). Rapport du groupe de travail présidé par Odile Quintin. 10 Dans 70% des cas, les changements de métiers après un passage par Pôle emploi correspondent à des métiers différents de celui qui était recherché par les demandeurs d emploi. Par ailleurs, un quart de ces sorties du chômage se traduisent par une mobilité descendante (baisse du niveau de qualification de l emploi retrouvé), cf. Prokovas N., Poujouly C. (2009), «Mobilités professionnelles. Un tiers des personnes qui retrouvent un emploi changent de métier et de qualification», Repères & Analyses, Etudes, n 3, Pôle emploi, avril. 12

13 Tableau 4 : Situation socioprofessionnelle en 2003 des personnes en emploi en 1998 selon leurs caractéristiques individuelles et leur parcours professionnel Source : V. Simonnet et V. Ulrich (2009), calculs Dares à partir de l enquête FQP 2003, Insee, Lecture : parmi les personnes en emploi en 1998, 55 % sont des hommes. Parmi eux, 93 % sont encore en emploi en 2003, dont 69 % dans le même métier, 7 % dans un métier différent mais dans le même domaine professionnel et 24 % dans un domaine différent. Champ : personnes en emploi en France métropolitaine. 13

14 DISCOURS D OUVERTURE DE MICHEL SAPIN, ministre du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social (colloque du 26 septembre 2013) Madame la présidente du COE, chère Marie Claire, Mesdames, messieurs, Je vous remercie tout d abord pour l invitation que vous m avez faite à venir introduire votre colloque et à partager avec vous quelques réflexions sur les enjeux des changements de métier, votre sujet du jour. Ces moments, et les lieux comme le vôtre, sont importants pour poser une analyse structurante et de long terme. Certes, l actualité n est jamais très loin, et celle du jour pour être précis celle d hier n est pas mauvaise avec «la forte baisse du chômage qui n est pas encore une inversion» mais, il faut aussi pouvoir s en défaire et prendre de la hauteur. Ne jamais le faire serait manquer à notre rôle aux uns et aux autres gouvernants, responsables patronaux ou syndicaux, experts. C est ainsi que, voici quelques mois, le Gouvernement a décidé de créer j allais dire de recréer un instrument nouveau : le Commissariat général à la stratégie et à la prospective (CGSP). L initiative était venue des partenaires sociaux lors de la Grande Conférence Sociale de juillet Je sais que le Commissaire Jean Pisani Ferry a déjà rencontré les partenaires sociaux pour fixer avec eux les modalités d un renouveau de la concertation sur les perspectives économiques et sociales. Le Commissariat s est mis au travail et a déjà produit, à la demande du Président de la République, un document d un ton plus vif que ceux auxquels nous étions habitués jusqu ici. Ce document a fourni la matière d une réflexion stimulante lors du séminaire gouvernemental du 19 août sur la vision de la France en 2025, un travail qui se poursuit dans la concertation. Nous avons besoin, sur les problèmes de notre économie et de notre société, de diagnostics précis et acérés. Justement, la question que vous posez aujourd hui participe de cette réflexion : «changer de métier». Je vous remercie de la poser en ces termes plus intéressants que la seule mobilité qui permettent d envisager la globalité du sujet. Cela dénote de la pertinence et de l expertise du COE, qui n est plus à démontrer, et qui trouvera dans une articulation plus étroite avec le CGSP une plus value encore accrue. NB : Seul le prononcé fait foi 14

15 On peut prendre la question du changement de métier en différents sens : Celui de l évolution professionnelle, de la construction réussie d une carrière faite d opportunités différentes et de bifurcations enrichissantes ; mais changer de métier n est pas toujours voulu, c est aussi une violence, celle de l emploi détruit, de la reconversion contrainte. Je sais qu il est nécessaire de penser en termes de parcours et de mobilité, mais il faut bien mesurer le caractère parfois insécurisant de cela, notamment pour les plus bas niveaux de qualification. Gare donc aux constructions théoriques, à l idéal abstrait d une société de la fluidité sans obstacle. Cela est bien étranger à la réalité de millions de vies de travailleurs dont on ne peut ignorer la matérialité, l ancrage géographique, l attachement à son savoirfaire, etc Dans ces conditions, un enjeu s impose de manière primordiale, celui de la sécurisation. Pourquoi? Pour convertir le risque du mouvement en une chance et conjurer la vulnérabilité qu il induit. Permettez moi, dans cette enceinte d analyse et de réflexion, avant d être plus concret, de poser d abord une analyse de société. L expérience de la modernité est que «tout va de plus en plus vite» ; à la fois l accélération technique mais aussi l augmentation des rythmes de vie. Or, par le passé, le changement se faisait dans des structures relativement stables le commissariat au plan, dont le CGSP prend la suite, était l'une de ces structures stables qui faisaient naître le changement. Il prenait alors le nom de progrès. La nature du changement est aujourd'hui fondamentalement différente, très loin de la prévisibilité. Il est devenu synonyme d'incertitude fondamentale et potentiellement chaotique. De sorte qu il est de plus en plus difficile de dire de quoi demain sera fait. Pour beaucoup, l impression qui domine est celle d une pente glissante orientée vers le bas. Cette pression de l accélération s exprime par la peur de manquer (manquer d'emploi, par exemple) et par la contrainte permanente d adaptation (c est la flexibilité). S'il fallait oser une image, je dirais que la modernité est devenue liquide. Rien ne doit s opposer à la vitesse de l économie (pas même l interdiction de l ouverture des magasins la nuit!). Mais cela a des conséquences : ce qui est abandonné, sous la contrainte de la société de l accélération qui va du direct permanent à la télévision jusqu à la production «juste à temps» c est l idée d un projet identitaire de long terme individuel comme collectif, avec son autonomie, ses objectifs, ses valeurs. Dès lors comment se projeter? Comment prendre le risque du changement, à commencer par le changement de métier? Nous sommes face à cette situation. Elle impose des réponses nouvelles en termes de politique sociale et d emploi pour les rendre capables de prendre en charge l accélération. Je m explique. 15

16 Là où la protection sociale et la protection de l emploi étaient statiques (protection sociale attachée au contrat et au poste de travail, lutte contre la destruction de l emploi existant ), nous devons inventer une sécurité dynamique. C est bien ce que dit le terme de «sécurisation» : pas un «état» mais un processus, un mouvement, une adaptation chemin faisant. Qu est ce que cela veut dire? Que les salariés doivent savoir que la politique d emploi est appelée à se reconfigurer pour trouver des parades à l instabilité de l emploi, du chômage non pour fixer mais pour sécuriser le mouvement. Car le prix à payer de l instabilité est trop fort : la multiplication de trimestres non cotisés pour la retraite, l absence de continuité dans les droits attachés au contrat de travail, la perte de garanties sociales liées au changement d espace conventionnel ou au manque de coordination des régimes de protection sociale, mais aussi la dégradation de la santé qui est largement corrélée aux trajectoires précaires et instables. Je pourrais multiplier ces exemples. L enjeu, c est de protéger les transitions. Alors, changer d emploi sera davantage positif non plus seulement pour les cadres qui sont déjà pour beaucoup dans cette dynamique, parfois même dans un espace de mobilité international mais aussi pour les plus bas niveaux de qualification pour qui la menace du changement est ressentie de manière très forte, la flexibilité largement subie et l instabilité, une donnée quotidienne. Dès lors, il nous faudra être particulièrement attentif au couplage entre formation et emploi; entre chômage et formation, et au début de la vie professionnelle entre école et entreprise. Partout, nous aurons à imaginer les maillons juridiques, sociaux, économiques qui conjureront l insécurité sociale. Voilà ce qu est la «sécurisation», une politique moderne de l emploi. La question qui se pose pour envisager sérieusement la fluidification du marché du travail est : comment faire du «parcours» ou des «transitions» la situation de référence et d ancrage des protections plutôt que d attacher chacune de ces protections à un état statique? Et comment rendre les droits consommables en dehors de la référence au cadre de l entreprise? Je voudrais vous livrer mon approche, comme matière à votre réflexion. Si la loi de sécurisation de l emploi (ANI du 11 janvier et loi du 14 juin) vise d abord à maintenir l emploi là où il est par les accords de maintien de l emploi ou par l activité partielle elle porte en elle l ambition de transitions davantage sécurisées, en ouvrant de véritables pistes dans ce sens. Je pense notamment à la création d un compte personnel de formation ayant vocation à être portable et à suivre le salarié où qu il aille. Elle ajoute un conseil en évolution professionnelle pour permettre au salarié de construire son parcours, indépendamment de la formation prescrite par l entreprise elle même qui réfléchit (légitimement) par rapport à ses besoins. Et l on peut lire les nouvelles dispositions liées au PSE comme un moyen d organiser de manière plus satisfaisante et plus sécurisée la transition vers d autres emplois et d autres compétences pour les salariés dont l emploi est détruit. 16

17 Mais cette thématique de la sécurisation de l emploi et des transitions ne s arrête pas à l entreprise. Elle doit être portée à l échelle de la filière. La reconstruction du conseil national de l industrie l incarne parfaitement, en incluant un volet emploi compétences dans l organisation des filières. C est désormais dans un dialogue social et stratégique nouveau entre les différentes composantes de la filière que des transitions vont pouvoir s organiser, permettant les passages d un emploi à un autre, d une compétence à une autre, d un métier à l autre. Dans cet édifice, la gestion prévisionnelle de l emploi et des compétences aura le rôle majeur de faire le lien entre les différentes composantes. Et, à ce titre, elle devra changer de registre, ne plus intervenir seulement au moment des restructurations, mais au contraire devenir un vrai outil de dialogue social sur la gestion des ressources humaines, donc de sécurisation autant que de compétitivité, l un n allant pas sans l autre pour moi. Au delà de la filière, la problématique de la sécurisation s étend au territoire. Là encore, la sécurisation de l emploi a ouvert la brèche en associant davantage le donneur d ordres et le sous traitant, bien souvent à l échelle d un même territoire. Ici, la GPEC se fait territoriale et il appartient et appartiendra à la politique de l emploi d identifier les bassins qui mutent pour faire porter l effort sur ceux ci. Faire porter l effort, qu est ce que cela veut dire quand on fait de la transition le point d ancrage de la logique de sécurisation? Cela veut dire mettre en place comme nous l avons fait des plateformes d adaptation aux mutations économiques pour organiser en douceur la transition d un secteur à un autre et donc permettre à des gens de changer de métier, de se reconvertir en évitant par dessus tout le passage par la case chômage. Je prends un exemple : l une de ces plateformes concerne la LGV vers Bordeaux. C est un immense chantier qui mobilise beaucoup de salariés, mais il aura une fin. D ores et déjà, nous construisons les actions de reconversion pour que ces salariés ne soient pas sans solution une fois le chantier fini. Derrière cela, il y a une idée forte : si on ne peut contrer le mouvement de l économie, on peut le devancer, l organiser et faire en sorte que de moins en moins de salariés passent par la case chômage entre différents emplois. A froid, c est la GPEC d entreprise, de branche, de territoire, c est le bilan de compétences, la VAE, le congé de mobilité. A chaud, ce sont les cellules de reclassement, le contrat de sécurisation professionnelle qui sont autant de pièces d une sécurité sociale professionnelle en gestation. Mais on peut réfléchir encore au delà. L organisation des filières et des territoires pour produire des formes sécurisées de transition n épuisent le sujet. Je pourrais le pousser plus loin en regardant du côté des nouvelles formes d emploi. Elles sont nombreuses et variables, de l hypothèse du contrat cadre type «contrat d activité» réparti entre plusieurs employeurs (les groupements d employeurs, par exemple), jusqu à «l employeur de transition» (coopératives d activité et d emploi et autres incubateurs et pépinières) en passant par le portage salarial. Ces formes existent et doivent désormais produire avec notre aide les effets escomptés de sécurisation. 17

18 Enfin, en dernier lieu, les droits universels et portables, indispensable bagage de toute transition sécurisée que sont le compte personnel de formation pierre angulaire de la future réforme de la formation professionnelle, dont la négociation vient de s engager mardi dernier. Je compte particulièrement sur la formation professionnelle pour contribuer massivement à la sécurisation des transitions, tant en permettant aux demandeurs d emplois de revenir dans l emploi, qu aux salariés d évoluer. Autre compte universel et portable : le compte de pénibilité qui parachèvera l édifice d une sécurité dynamique, en attendant pourquoi pas un jour un éventuel compte social personnel, compte de tous les comptes... Mais là je regarde encore plus loin Vous me direz que beaucoup de ce que je viens d évoquer n est pas opérationnel et renvoie à l avenir. En réalité tout a déjà commencé! Et vous êtes bien placés, ici au COE, pour le savoir. Vous publierez par exemple dans quelques jours un rapport sur les emplois non pourvus, qui montre que l un des enjeux de transitions réussies était d être capable d identifier territoire par territoire des besoins et des demandeurs d emploi, et de les rapprocher par le biais de la formation professionnelle. Je pense également à la renégociation de la convention d assurance chômage qui débutera d ici la fin de l année. Cette renégociation devrait être l occasion d améliorer le rôle de l assurance chômage en tant qu institution du marché du travail dont l objectif, au delà de l indemnisation chômage, doit être également la sécurisation des parcours et le retour à l emploi. C est dans cette logique, je l espère, que les partenaires sociaux aborderont cette négociation. Ils en ont déjà pleinement pris conscience en inscrivant les «droits rechargeables» à leur agenda de réforme. En somme, en économie, on parle souvent de «stabilisateurs automatiques», en l occurrence, c est de «dispositifs de transitions automatiques» dont il s agira de parler, capables d agir à tout moment et partout, non seulement en cas de crise. C est ainsi que je voulais introduire votre colloque, par cette approche globale des changements de métier, donc des transitions. Globale, car, il s agit de mobilité professionnelle donc sociale, géographique autant que juridique, c est à dire des déterminations essentielles dans la vie des gens, aujourd hui encore trop seuls face à l accélération du temps. Bon travail tout au long de cette journée très dense. Je vous remercie. 18

19 SYNTHESE DU COLLOQUE / PREMIERE TABLE RONDE : Enjeux : quelles reconversions professionnelles dans une économie en changement? Dans cette table ronde animée par Etienne Lefebvre, chef du service économie générale des Echos, sont intervenus : Francis KRAMARZ, directeur du Centre de recherche en économie et statistique (CREST), professeur à l Ensae et à l Ecole Polytechnique Jean PISANI FERRY, commissaire général à la stratégie et à la prospective Stefano SCARPETTA, directeur de la Direction de l'emploi, du travail et des affaires sociales, OCDE Philippe TRAINAR, directeur des risques du groupe Scor, membre du Cercle des économistes Francis KRAMARZ indique que la mobilité est restée relativement stable en France depuis trente ans. Son faible niveau la rend toutefois susceptible d être affectée par des effets de composition : les personnes plus jeunes sont plus mobiles, or les jeunes entrent de plus en plus tard sur le marché du travail, alors que l on travaille de plus en plus vieux. Une étude menée sur la situation professionnelle en 2003 des personnes en emploi en 1998 montre que 29 % des personnes ont changé de métier. 8 % sont restées dans le même domaine et 21 % travaillent dans un domaine différent. Certains métiers, comme les médecins ou les assistantes maternelles, sont peu affectés par la mobilité. Les métiers à forte mobilité au sein du même domaine professionnel concernent les personnes travaillant dans des domaines suffisamment larges pour progresser au sein de leur entreprise ou de leur secteur. Il n existe pas de raison de penser que ces résultats, un peu anciens, soient très différents aujourd hui. L exemple des Etats Unis montre que mobilité et inégalités vont de pair. Kambourov met en évidence que les freins aux réallocations et reconversions sont mauvais pour les salariés : mieux vaut quitter rapidement l entreprise quand l emploi est menacé. Stefano SCARPETTA souligne que la France connaît, à l instar des autres pays de l OCDE, une mobilité professionnelle significative. Cette mobilité joue un rôle important d allocation des travailleurs vers des opportunités de travail plus productives et plus rémunératrices. Une partie de ces transitions sont néanmoins subies et ne débouchent pas forcément sur des situations meilleures. En France, une partie de la mobilité s explique également par le passage d un CDD à l autre, parfois en passant par une période de chômage. La structure de l emploi a connu une polarisation en France et en Europe : les pertes d emploi dues à la crise se sont concentrées sur les quantiles intermédiaires de rémunération. La demande de travail s est également polarisée : les activités non répétitives sont de plus en plus demandées alors que les activités répétitives régressent. Une projection à 2020 fait ainsi apparaître des pertes d emploi en Europe dans les professions intermédiaires, alors que les professions supérieures et les professions moins qualifiées progressent. 19

20 Les reconversions professionnelles se font principalement à la suite d une rupture de contrat (licenciement économique ou personnel, fin de CDD ou démission). Parmi les travailleurs victimes de licenciement qui retrouvent un travail sous un délai d un an, près de 50 % en France changent de profession. Certains trouvent après un licenciement un emploi qui exploite mieux leurs compétences, mais d autres font face à une dégradation de leur statut professionnel. La crise économique a entraîné des changements structurels : beaucoup des emplois détruits ne seront pas recréés lors de la reprise. Les compétences génériques prennent une importance croissante au détriment des compétences spécifiques. Ces conclusions sont toutefois tirées de typologies conceptuelles et non de données empiriques. La participation de la France à une vaste étude de l OCDE devrait y remédier. Pour conclure, les reconversions professionnelles nécessitent d être préparées très en amont, ce qui implique de mettre l accent sur le système de formation professionnelle. La France est l un des pays qui investit le moins en la matière. Par ailleurs, la formation professionnelle accroît les inégalités au lieu de les réduire : ceux qui ont des compétences les plus élevées sont également ceux qui en bénéficient le plus. Philippe TRAINAR rappelle que l attente est double vis à vis de la reconversion professionnelle. Elle est censée à la fois rattraper une qualification qu on n a pas eu la chance d acquérir étant jeune et donner au marché du travail plus de fluidité pour s adapter aux évolutions de la demande et des processus de production. Mais cette dernière vision reste assez utopique et porteuse de déconvenues. L expérience de Philippe TRAINAR montre que la demande de reconversion professionnelle est faible dans les pays où le marché du travail est relativement fluide, comme en Suisse, aux Etats Unis ou en Asie. Elle est plus importante dans les pays où le marché du travail est plus rigide, comme en France, en Espagne ou en Allemagne. La reconversion professionnelle permettrait donc d améliorer à la marge le fonctionnement du marché du travail. Le résultat des actions de reconversion s avère souvent décevant, en dépit des nombreux instruments mis en place par les réformes, sans doute par méconnaissance de cette réalité. Les entreprises qui procèdent à des licenciements sont dans l ensemble peu intéressées par des actions de reconversion. Les salariés tendent ainsi à préférer des paiements comptants à des actions de reconversion : au delà des considérations financières de court terme, ils ont conscience d une faible capacité à sélectionner les nouvelles activités et les nouvelles compétences porteuses. Au contraire, les entreprises qui recrutent sont très intéressées par les reconversions qui leur permettent de mobiliser plus rapidement une main d œuvre disponible localement. La reconversion professionnelle intéresse également les plus qualifiés. La maind œuvre de la banque, fortement qualifiée, connaît ainsi un redéploiement massif vers l assurance. Philippe TRAINAR conclut que la reconversion professionnelle ne saurait être le remède d un marché du travail défaillant : elle ne peut apporter ce que seules des réformes structurelles peuvent produire. Elle est en revanche un adjuvant qui peut s avérer très efficace. Cela implique de lui fixer des objectifs et des ambitions raisonnables. Elle doit s appliquer aux entreprises d avenir et non à celles qui perdent pied. Il lui faut être très proche des salariés et des entreprises créatrices d emploi : le lien avec les entreprises qui licencient ne peut être qu ancillaire. Enfin, une évaluation ex post rigoureuse est nécessaire, en particulier quand l argent public est mobilisé, avec concurrence systématique entre les différents offreurs en reconversion. 20

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française.

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française. 1.8 2 2.2 2.4 2.6 Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française Marc Ferracci 1. Introduction : constats et objectifs Depuis

Plus en détail

La mobilité professionnelle revêt

La mobilité professionnelle revêt Mobilité professionnelle 17 Du changement de poste au changement d entreprise, en passant par la promotion : la mobilité des Franciliens Les salariés franciliens, notamment les cadres, ont une propension

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

Bernard Gomel. Le risque de la flexibilité Une tendance de fond du marché de l emploi?

Bernard Gomel. Le risque de la flexibilité Une tendance de fond du marché de l emploi? Bernard Gomel Le risque de la flexibilité Une tendance de fond du marché de l emploi? Pour Bernard Gomel, le marché de l emploi en général est confronté à un risque d individualisation de la relation d

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des La piste des métiers Focus sur les métiers administratifs et comptables L es métiers administratifs et comptables représentent environ 20% des emplois de Poitou-Charentes. Ils ne forment pas pour autant

Plus en détail

Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi?

Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi? Emploi 3 Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi? François Brunet* Inévitablement les générations nombreuses du baby-boom nées entre 1946 et 1973 s approchent de l âge légal

Plus en détail

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice.

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice. Délégation interministérielle à la Famille ENQUÊTE SALARIÉS Baromètre de l Observatoire de la parentalité en entreprise, en partenariat avec la Délégation interministérielle à la famille et l Union nationale

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Rappel méthodologique Contexte & objectifs 1 2 Semaine pour l emploi des personnes handicapées : après avoir longtemps centré le regard

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015 PREFET DE LA REGION MIDI-PYRENEES DOCUMENT D ORIENTATION Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des formations professionnelles 2011-2015 Direction régionale des entreprises,

Plus en détail

Tous les mois, l actualité en bref de Pôle emploi

Tous les mois, l actualité en bref de Pôle emploi Tous les mois, l actualité en bref de Pôle emploi SOMMAIRE INFORMATIONS RESEAU CFTC... 2 Rencontre nationale des mandatés chômage à la Confédération... 2 Suite des réunions de suivi des formations prioritaires

Plus en détail

Stéphanie Dupays. du fait de stratégies individuelles ou familiales ou bien de contraintes liées aux changements

Stéphanie Dupays. du fait de stratégies individuelles ou familiales ou bien de contraintes liées aux changements En un quart de siècle, la mobilité sociale a peu évolué Stéphanie Dupays En 2003, un homme âgé de 40 à 59 ans sur trois a une position sociale identique à celle de son père au même âge. Ce chiffre cache

Plus en détail

un Plan d Action Séniors un accord ou d entreprise Construire TRANSPORT & LOGISTIQUE Avec la participation de

un Plan d Action Séniors un accord ou d entreprise Construire TRANSPORT & LOGISTIQUE Avec la participation de Construire un accord ou d entreprise un Plan d Action Séniors TRANSPORT & LOGISTIQUE Direction régionale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle Avec la participation de La loi, les

Plus en détail

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Fiche n 6 Trois priorités pour les futures négociations 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Lorsque le contexte change, il est très important de vérifier si les objectifs d un système sont toujours adaptés

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

E D I T O L A L E T T R E N 3 0. De l intérêt d un syndicat employeur

E D I T O L A L E T T R E N 3 0. De l intérêt d un syndicat employeur E D I T O Sommaire P1 L édito P2 Révision des classifications et rémunérations minimales : Accord à l unanimité P3 Suite révision des classifications P4 Accord sur la sécurisation de l emploi et le temps

Plus en détail

Loi sur la sécurisation de l emploi

Loi sur la sécurisation de l emploi Dossier de presse JUIN 2013 Loi sur la sécurisation de l emploi contact presse : cab-tef-presse@cab.travail.gouv.fr Tél. 01 49 55 31 02 1 Sommaire Les origines du texte page 3 De la grande conférence à

Plus en détail

Regards croisés sur l intérim

Regards croisés sur l intérim octobre 2012 Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi Regards croisés sur l intérim Regards croisés sur l intérim L Observatoire des Métiers et de l Emploi s est vu confier, depuis 2008,

Plus en détail

Négociation assurance-chômage

Négociation assurance-chômage Négociation assurance-chômage Proposition de document-cadre pour l accord national interprofessionnel relatif à l indemnisation du chômage 1 Eléments synthétiques de diagnostic Créé et géré par les partenaires

Plus en détail

lechômage desfemmes enbretagne

lechômage desfemmes enbretagne emploi recherche femmes recherche chômage Direction régionale du travail, de l'emploi emploi et de la formation professionnelle de Bretagne chômage parcours recherche parcours femmes lechômage desfemmes

Plus en détail

panorama des mobilités professionnelles des cadres édition 2012

panorama des mobilités professionnelles des cadres édition 2012 panorama des mobilités professionnelles des cadres édition 2012 DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 28 JUIN 2012 A 0H01 Les études de l emploi cadre juin 2012 Bilan de la mobilité des cadres en 2011 Perspectives

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE Une enquête /CSA pour Le Cercle des épargnants Note d analyse Février 2009 S.A. au capital de 38.112,25 euros Siège

Plus en détail

Les jeunes et les métiers de l industrie

Les jeunes et les métiers de l industrie Novembre 2013 Institut Lilly N 111442 Contacts : Damien Philippot / Esteban Pratviel 01 45 84 14 44 jerome.fourquet@ifop.com Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude A - B - C - D - Le

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014 Nord-Pas de Calais N 180 JUILLET 2014 Sommaire 02 Le recrutement 03 La gestion des ressources humaines 04 Le recours à la formation continue 07 L alternance La place des RESSOURCES HUMAINES et les pratiques

Plus en détail

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter Formation Gestion des Ressources Humaines M2S formation Découvrir les techniques de base pour recruter Décrire les fonctions et les emplois Définir un dispositif de formation Formation de tuteur La Gestion

Plus en détail

L ACTIVITE PARTIELLE

L ACTIVITE PARTIELLE L ACTIVITE PARTIELLE L'activité partielle permet d'éviter aux salariés de perdre leur emploi lorsque l'activité de leur entreprise se réduit. Dans un contexte de crise économique, le recours au chômage

Plus en détail

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs Séminaire CGTM Mercredi 19 mars 2008 Danielle LAPORT Sociologue Ingénieur Social Equipe de Recherche REV Université Paris XII Val-de-Marne Il me revient

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague Septembre 2011 Baromètre annuel vague - 1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième composante du «prime cost» (coût principal), les charges de personnel.

Plus en détail

Baromètre 2012 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. - Résultats du Volet "salariés-parents" - 3 avril 2012

Baromètre 2012 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. - Résultats du Volet salariés-parents - 3 avril 2012 Baromètre 2012 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale - Résultats du Volet "salariés-parents" - 3 avril 2012 Sommaire Note technique 3 Synthèse des enseignements 4 La conciliation

Plus en détail

Augmenter l impact économique de la recherche :

Augmenter l impact économique de la recherche : Augmenter l impact économique de la recherche : 15 mesures pour une nouvelle dynamique de transfert de la recherche publique, levier de croissance et de compétitivité Partout dans le monde, la recherche

Plus en détail

Perception de l'emploi associatif. Le Mouvement Associatif. Novembre 2014. Perception de l'emploi associatif TNS 2014 48UK60

Perception de l'emploi associatif. Le Mouvement Associatif. Novembre 2014. Perception de l'emploi associatif TNS 2014 48UK60 Le Mouvement Associatif Novembre 2014 1 Présentation de l enquête Méthodologie Echantillon Mode de recueil Dates de terrain Enquête en miroir : 501 jeunes représentatif des personnes âgées de 18 à 24 ans

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Les métiers de la banque et des assurances

Les métiers de la banque et des assurances 18 juin 2015 Les métiers de la banque et des assurances Auteure : Itto BEN HADDOU-MOUSSET 1. Un secteur en mutation depuis les années 1980 L Ile-de-France est la région qui abrite les effectifs bancaires

Plus en détail

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Synthèse Contrat d Objectifs Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Rédaction Christiane LAGRIFFOUL () Nadine COUZY (DR ANFA

Plus en détail

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. Les Jeunes & le Crédit à la Consommation

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. Les Jeunes & le Crédit à la Consommation Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO Les Jeunes & le Crédit à la Consommation Étude de SOFINCO Novembre 2008 Synthèse Avec 14 millions d individus, les 18-34 ans représentent 28% de la population

Plus en détail

Appel à proposition. Unité Territoriale 41. Cité Administrative Porte B 3ème étage 34, avenue Maunoury 41011 BLOIS CEDEX Téléphone : 02.54.55.85.

Appel à proposition. Unité Territoriale 41. Cité Administrative Porte B 3ème étage 34, avenue Maunoury 41011 BLOIS CEDEX Téléphone : 02.54.55.85. Appel à proposition «Convention THYSSEN Suivi des actions et prolongation du portage de l action de Gestion Territoriale des Emplois et des Compétences sur le vendômois secteur de l industrie» Unité Territoriale

Plus en détail

TIC et conditions de travail dans la fonction publique. Salima Benhamou Département Travail et emploi

TIC et conditions de travail dans la fonction publique. Salima Benhamou Département Travail et emploi TIC et conditions de travail dans la fonction publique. Salima Benhamou Département Travail et emploi www.strategie.gouv.fr 7 février 2014, Direction Générale de l administration et de la Fonction Publique.

Plus en détail

Evolution des formes d emploi et politiques publiques. Emmanuelle Wargon. Conseil d Orientation pour l Emploi. Jeudi 23 janvier 2014

Evolution des formes d emploi et politiques publiques. Emmanuelle Wargon. Conseil d Orientation pour l Emploi. Jeudi 23 janvier 2014 Evolution des formes d emploi et politiques publiques Emmanuelle Wargon Déléguée Générale à l Emploi et à la Formation Professionnelle Conseil d Orientation pour l Emploi Jeudi 23 janvier 2014 Plan de

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines Avec une masse salariale s élevant à 4,3 milliards d euros en 2003, le secteur de l assurance est une «industrie de main-d œuvre» qui offre un produit en grande partie immatériel : la couverture d un risque.

Plus en détail

Les salariés du transport et de la logistique

Les salariés du transport et de la logistique Les salariés du transport et de la logistique Les salariés du secteur Transport-Logistique sont essentiellement des hommes (82%), exerçant un métier d ouvrier (68%), qualifié pour la plupart. Globalement,

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont ensuite stabilisés

Plus en détail

CONFERENCE MANPOWER Mardi 8 octobre

CONFERENCE MANPOWER Mardi 8 octobre CONFERENCE MANPOWER Mardi 8 octobre Revisitez votre politique de flexibilité au regard des nouvelles dispositions issues de la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 IAE de Toulouse Conférence

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Les dirigeants face à l innovation

Les dirigeants face à l innovation Les dirigeants face à l innovation Vague 2 FACD N 111164 Contact Ifop : Flore-Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion et Stratégies d'entreprise flore-aline.colmet-daage@ifop.com Mai

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE PREAMBULE L égalité professionnelle doit être un axe fort de la politique des ressources humaines au sein

Plus en détail

Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle. dans le spectacle vivant. Deuxième partie. La formation professionnelle continue

Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle. dans le spectacle vivant. Deuxième partie. La formation professionnelle continue Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle dans le spectacle vivant Deuxième partie La formation professionnelle continue - Données statistiques 2010 Troisième édition L'Observatoire

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire Résultats de l enquête Ifop/Wincor sur les relations des Français à leur agence bancaire Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire -

Plus en détail

Il faut agir contre la montée du chômage!

Il faut agir contre la montée du chômage! Il faut agir contre la montée du chômage! En décembre 2012, le chômage au Luxembourg atteint un niveau record : 16 963 personnes inscrites comme demandeurs d emploi à l ADEM, soit un taux de chômage de

Plus en détail

L emploi des seniors

L emploi des seniors L emploi des seniors dans la branche des laboratoires de biologie médicale Observatoire des métiers des Professions Libérales 52 56 rue Kléber 92309 LEVALLOIS PERRET Cedex Tél. 01 46 39 38 64 Fax 01 46

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération

De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération Les enjeux du nouveau système de politique de rémunération Suite aux diverses propositions faites par

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite

Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 6 mars 2002 «Cycle de vie et retraite» Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite Les systèmes de

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

«Extrait du cahier de l OPEQ n 148»

«Extrait du cahier de l OPEQ n 148» «Extrait du cahier de l OPEQ n 148» LE CONTEXTE ECONOMIQUE DU PRF 2006-2007 PREQUALIFICATION, QUALIFICATION, ACCES A L EMPLOI En 2007, l emploi salarié privé en région tend à la hausse sur l ensemble des

Plus en détail

Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale. Résumé MAEE

Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale. Résumé MAEE MAEE RAPPORT FINAL Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale Résumé Agnès Lambert, Raphaël Beaujeu, Helena Stucky de Quay, Didier Beaufort, Moctar Ahmed, Riad Bensouiah, Ralison

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Union européenne Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Une nouvelle politique de cohésion en réponse aux défis

Plus en détail

SOUFFRANCE AU TRAVAIL

SOUFFRANCE AU TRAVAIL Page 1 sur 8 SOUFFRANCE AU TRAVAIL «Un état de stress survient lorsqu il y a déséquilibre entre la perception qu une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu elle

Plus en détail

Direction Générale du Travail. COE Intervention du 19 novembre 2013 Jean-Denis COMBREXELLE

Direction Générale du Travail. COE Intervention du 19 novembre 2013 Jean-Denis COMBREXELLE Direction Générale du Travail COE Intervention du 19 novembre 2013 Jean-Denis COMBREXELLE Direction Générale du Travail Les nouvelles formes d emploi Introduction Une évolution forte du travail de ces

Plus en détail

Août 2013 Enquête CLCV Tarifs et pratiques des auto écoles

Août 2013 Enquête CLCV Tarifs et pratiques des auto écoles Août 2013 Enquête CLCV Tarifs et pratiques des auto écoles 1 Avec 742 367 permis B délivrés en France en 2011, le permis de conduire est le premier examen en France par son nombre de candidats. Le permis

Plus en détail

Un jeu de rôle socioprofessionnel : LE LABYRINTHE DE L INFORMATION. Synthèse d une expérience originale

Un jeu de rôle socioprofessionnel : LE LABYRINTHE DE L INFORMATION. Synthèse d une expérience originale Un jeu de rôle socioprofessionnel : LE LABYRINTHE DE L INFORMATION Synthèse d une expérience originale Un jeu de rôle socioprofessionnel : LE LABYRINTHE DE L INFORMATION Synthèse d une expérience originale

Plus en détail

UN MARCHE DU RECRUTEMENT DU MARCHE COMPTABLE

UN MARCHE DU RECRUTEMENT DU MARCHE COMPTABLE UN MARCHE DU RECRUTEMENT EN PHASE AVEC l EVOLUTION DU MARCHE COMPTABLE RECRUTEMENT 74% DES EMPLOYEURS ONT RECRUTE SUR L ANNEE 2013/2014 Raisons des recrutements quelles évolutions depuis 3 ans? Le recrutement

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

DE L EMPLOI ET DE LA FORMATION DANS LE SPECTACLE VIVANT ET L AUDIOVISUEL EN RHÔNE-ALPES. Décembre

DE L EMPLOI ET DE LA FORMATION DANS LE SPECTACLE VIVANT ET L AUDIOVISUEL EN RHÔNE-ALPES. Décembre DE L EMPLOI ET DE LA FORMATION DANS LE SPECTACLE VIVANT ET L AUDIOVISUEL EN RHÔNE-ALPES Décembre 2013 Diagnostic de l emploi et de la formation dans le spectacle vivant et l audiovisuel en Rhône-Alpes

Plus en détail

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION Présents : CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, GIM, UIMM 77 D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014 Ordre du jour 1. Adoption du compte-rendu de la séance du

Plus en détail

La gestion des seniors dans l entreprise : Quels enjeux? Quelles actions?

La gestion des seniors dans l entreprise : Quels enjeux? Quelles actions? La gestion des seniors dans l entreprise : Quels enjeux? Quelles actions? Mireille HUGUET Chargée de Mission RH Seniors Présentation Mireille HUGUET Consultante RH et Bilan de compétences Chargée de Mission

Plus en détail

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA)

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) PLACE ET RÔLE DE L ADMINISTRATION - DE LA FONCTION PUBLIQUE - DANS LA MISE EN ŒUVRE DES MISSIONS DE L ETAT ET DE LA VISION NATIONALE DE DEVELOPPEMENT

Plus en détail

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA QUALITÉ DE VIE AU BUREAU - Synthèse de l Institut CSA Contacts Pôle Opinion Corporate Laurence Bedeau Directrice du Pôle (laurence.bedeau@csa.eu) Baptiste Foulquier Chargé

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

SÉCURISATION DE L EMPLOI

SÉCURISATION DE L EMPLOI Accompagner les dirigeants de l ess dans la gestion des ressources humaines DOSSIER JURIDIQUE SÉCURISATION DE L EMPLOI Réalisé par : La Loi sur la sécurisation de l emploi La loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES Enquête complémentaire mentaire de mars 2009 LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES présentée par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mercredi 22 juillet 2009 -

Plus en détail

Comité national d évaluation du rsa Annexes

Comité national d évaluation du rsa Annexes Comité national d évaluation du rsa Annexes Annexe 11 La mise en place du Rsa dans les caisses d allocations familiales (*) Pauline Domingo, Stéphane Donné (Cnaf) Décembre 2011 Les documents d études sont

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

Diplômes et insertion professionnelle

Diplômes et insertion professionnelle Diplômes et insertion professionnelle Béatrice Le Rhun, Pascale Pollet* Les conditions d accès à l emploi des jeunes qui entrent sur le marché du travail varient beaucoup selon le niveau de diplôme. Les

Plus en détail

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Directorate-General for Communication PUBLIC OPINION MONITORING UNIT Bruxelles, 28 avril 2014 Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Couverture

Plus en détail

SERVICES AUX PERSONNES

SERVICES AUX PERSONNES Pays du Grand Beauvaisis Fiche sectorielle Edition 2013 SERVICES AUX PERSONNES Définition du secteur Les services à la personne regroupent l ensemble des services contribuant au mieux-être des citoyens

Plus en détail

Le Baromètre de l économie. BVA - BFM - La Tribune - The Phone House

Le Baromètre de l économie. BVA - BFM - La Tribune - The Phone House Mai 2008 Le Baromètre de l économie BVA - BFM - La Tribune - The Phone House Les indices de confiance BVA - BFM - La Tribune - The Phone House Impact de la crise financière internationale sur l attitude

Plus en détail

NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise

NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise Frédéric ALBERT f.albert@institut-think www.institut-think.com

Plus en détail

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS)

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS) Analyse de l enquête sur le devenir professionnel des artistes issus des écoles supérieures d art dramatique signataires de la plateforme de l enseignement supérieur pour la formation du comédien Enquête

Plus en détail

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix!

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix! Communiqué de presse 21 novembre 2011 Une étude CEDRE/Ifop 1 propose le regard croisé des consommateurs et des chefs d entreprises français sur le «Made in France» 72% des Français prêts à payer plus cher

Plus en détail

Convention Collective Nationale de la Mutualité

Convention Collective Nationale de la Mutualité Page 1 sur 14 Convention Collective Nationale de la Mutualité ACCORD DE BRANCHE SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE PREAMBULE Les organismes mutualistes et leurs salariés sont confrontés à la nécessité de

Plus en détail

12ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012

12ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2013-T1 2013-T2 2013-T3 2013-T4 2014-T1 2014-T2 2014-T3 2014-T4 Fiche Synthèse Sectorielle juillet 2015 Activités juridiques, comptables,

Plus en détail

Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne

Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Magalie Gérard, Directrice de clientèle

Plus en détail

Secteurs et métiers en tension à Paris : éléments de cadrage

Secteurs et métiers en tension à Paris : éléments de cadrage Secteurs et métiers en tension à Paris : éléments de cadrage Réunion du Service Public de l Emploi Départemental (SPED) Séminaire de travail thématique Préfecture de la région d Île-de-France Préfecture

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSSS/15/044 DÉLIBÉRATION N 15/020 DU 7 AVRIL 2015 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL CODÉES AU

Plus en détail

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel».

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Compte Rendu Café RH Dauphine du vendredi 7 février 2014 «L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Ce compte rendu vise à

Plus en détail

ACCORD DU 24 JUIN 2010

ACCORD DU 24 JUIN 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL (Portage salarial) ACCORD DU 24 JUIN 2010 RELATIF AU PORTAGE

Plus en détail

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL Plan : Introduction I.- Le Dialogue Social européen et son cadre La négociation européenne : - pour l entreprise - pour les partenaires sociaux Les

Plus en détail