curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCK LIE

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE"

Transcription

1

2 Déclarer un événement indésirable un élément majeur pour la sécurits curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCK LIE

3 Les hôpitaux plus meurtriers que la route Courrier de l escaut, janvier décès par an suite à une hospitalisation 6 à 10% d événements indésirables sur l ensemble des admissions 50% de ces EI seraient évitables!

4 Comment limiter ces erreurs? Pour diminuer les erreurs, il faut d abord les connaître! Une solution : la mise en place d un système de notification des événements indésirables Donner la possibilité à l ensemble du personnel de signaler une anomalie pouvant porter atteinte au patient, son entourage ou au personnel

5 Déroulement du projet Phase PLAN : planification -Etat des lieux -Fixation des objectifs -Planification du projet AMELIORATION Phase DO : Mise en oeuvre -Conception du document -Formation du personnel -Lancement du système -Organisation du circuit QUALITE P A D C Phase ACT : Améliorer -Détermination des axes de travail prioritaires -Proposition d amélioration au comité sécurité patient -Ajustement du document Phase CHECK : Mesurer -Recueil des incidents -Analyse des données

6 Phase PLAN : planification L origine du projet Mise en place d un premier système Deux fiches : personnel et patient + matériel Très peu de retour jusqu à plus du tout Analyse critique de ce premier système pour démarrer un nouveau projet

7 Phase PLAN : planification L origine du projet Diagramme causes/effets ou arrête d Hishikawa MATIERE MAIN D OEUVRE MATERIEL Fiches de recueil peu adaptées Manque de motivation du personnel au rapportage PROBLEME Mauvais rapportage des événements indésirables dans l institution Peur de la délation et des réprimandes Pas d informatisation des fiches EFFETS Manque d information concernant le nombre et la nature des événements indésirables qui surviennent dans l institution Mauvaise sensibilisation du personnel Mauvaise condition dans le service Mauvaise transmission des fiches Mauvaise définition de l événement indésirable Manque de temps METHODE MILIEU

8 Phase PLAN : planification Le système de notification des incidents Objectifs : - Connaître les erreurs en les mesurant - Corriger ces erreurs en mettant des actions de prévention

9 Phase PLAN : planification Planification du projet Conception du document : MAI-JUIN 2008 Validation en comité sécurité patient : JUIN 2008 Création d un formulaire informatisé : JUIN-SEPTEMBRE 2008 Formation et communication : SEPTEMBRE 2008-FEVRIER 2009 Organisation du circuit + procédure : DECEMBRE-JANVIER Validation du circuit en comité sécurité patient : JANVIER 2009 Lancement du projet : FEVRIER 2009 Première mesure : AVRIL 2009

10 Phase DO : Mise en oeuvre Conception du document de notification Document crée à partir : - Des documents existant précédemment - De différents modèles trouvés sur internet Ajustement et validation du contenu au comité «Patient Safety» Création d un programme informatique associé

11

12 Phase DO : Mise en oeuvre Contenu Une feuille A4 recto-verso très simple à remplir Fiche de déclaration de risques patients, visiteurs, et professionnels Dix parties à compléter au recto : 1) Personne déclarante (facultatif et anonymisée par la cellule qualité) 2) Personne concernée 3) Date, lieu et heure de l événement 4) Présence de témoin(s) 5) Identification de l événement

13 Phase DO : Mise en oeuvre Contenu 6) Description et cause(s) de l incident 7) Description des conséquences immediates et mesures prises 8) Proposition d actions à mettre en œuvre 9) Gravité estimée 10) Fréquence Au verso - Définition d un EI - Pourquoi remplir la fiche? - Notice de remplissage de la fiche

14 Phase DO : Mise en oeuvre La déclaration d informatique Sur INTRANETCHWapi

15 Phase DO : Mise en oeuvre La mise en place Sensibilisation via des formations qualité (2h30) ( du 25/09/08 au 12/02/09-40 formations + 3 sessions médecins) Modification de la fiche au cours des formations et par rapport aux premiers résultats Participation du personnel à l élaboration du document Validation au comité sécurité patients (7/01)

16 Phase DO : Mise en oeuvre La mise en place Organisation du circuit des fiches formalisé dans une procédure Affichage dans les différents services d une procédure simplifiée «Déclarer un événement indésirable, le premier pas vers la sécurité du patient!»

17 Phase DO : Mise en oeuvre La procédure de signalement Validée en comité sécurité patient Remplissage : Formulaire papier disponible - En cuisine - Dans les Unités de Soins - Au service entretien et maintenance Formulaire informatisé pour tous les autres services => Disponible sur l intranet Formulaires papier spécifiques aux chutes, escarres et accidents transfusionels (Traités au département infirmier)

18 Phase DO : Mise en oeuvre La procédure de signalement Transmission : Instantanée par informatique (le DQ est averti par mail) Le plus rapidement possible pour le formulaire papier : - Par courrier interne dans enveloppe confidentielle adressée au DQ - Dépôt à l accueil dans enveloppe confidentielle adressée au DQ (l accueil prévient le DQ par téléphone qui vient chercher l enveloppe ou lui fait parvenir par courrier interne)

19 Phase DO : Mise en oeuvre La procédure de signalement Traitement et analyse : Lecture de chaque fiche et anonymisation Encodage des formulaires papier dans la base de données informatique Numérotation de toutes les fiches Traitement immédiat selon la gravité de l incident Traitement statistique trimestriel (utilisation du Pareto) Proposition d actions préventives en comité sécurité patient

20 Phase DO : Mise en oeuvre La procédure de signalement Communication des résultats r : Dans les services chaque trimestre Via l intranet Dans les différents comités : - Comité patient safety - Comité de direction - Comité de chefs de service

21 Phase DO : Mise en oeuvre La procédure de signalement S u r v e n u e d u n in c id e n t A le r te r le r e s p o n s a b le d u s e r v ic e e t c o rr ig e r l in c id e n t N o tifie r l in c id e n t L in c id e n t e s t u n e c h u t e o u u n e s c a r r e? O u i R e m p lis s a g e d u fo r m u la ir e p a p ie r c h u te s o u e s c a r r e s N o n T r a ite m e n t a u s e c r é ta ria t d u d é p a r te m e n t in fir m ie r R e m p lis s a g e d u fo rm u la ir e p a p ie r R e m p lis s a g e d u fo r m u la ir e in fo rm a tis é E n v o i d e la fic h e a u D Q E n v e lo p p e c o n fid e n t ie lle T r a n s m is s io n v ia l a c c u e il E n c o d a g e in fo r m a tiq u e L e c tu r e d e la fic h e, n u m é r o ta tio n e t c la s s e m e n t L in c id e n t n é c e s s ite u n e a n a ly s e im m é d ia te? O u i C o n ta c t a v e c le s e r v ic e N o n A n a ly s e d e c a u s e s p r o fo n d e s A n a ly s e s ta tis tiq u e tr im e s tr ie lle M is e e n p la c e d a c tio n s d e p ré v e n t io n a u c o m ité s é c u r ité p a tie n t C o m m u n ic a tio n a u p e r s o n n e l

22 Phase DO : Mise en oeuvre S u rv e n u e d u n in c id e n t A le rte r le re s p o n s a b le d u s e rv ic e e t c o rrig e r l in c id e n t N o tifie r l in c id e n t L in c id e n t e s t u n e c h u te o u u n e s c a rre? O u i R e m p lis s a g e d u fo rm u la ire p a p ie r c h u te s o u e s c a rre s N o n T ra ite m e n t a u s e c ré ta ria t d u d é p a rte m e n t in firm ie r R e m p lis s a g e d u fo rm u la ire p a p ie r R e m p lis s a g e d u fo rm u la ire in fo rm a tis é E n v o i d e la fic h e a u D Q E n v e lo p p e c o n fid e n tie lle T ra n s m is s io n v ia l a c c u e il E n c o d a g e in fo rm a tiq u e L e c tu re d e la fic h e, n u m é ro ta tio n e t c la s s e m e n t

23 Phase DO : Mise en oeuvre L e c tu re d e la fic h e, n u m é ro ta tio n e t c la s s e m e n t L in c id e n t n é c e s s ite u n e a n a ly s e im m é d ia te? O u i C o n ta c t a v e c le s e rv ic e N o n A n a ly s e d e c a u s e s p ro fo n d e s A n a ly s e s ta tis tiq u e trim e s trie lle M is e e n p la c e d a c tio n s d e p ré v e n tio n a u c o m ité s é c u rité p a tie n t C o m m u n ic a tio n a u p e rs o n n e l

24 Phase DO : Mise en oeuvre Communication dans les services Via affichage : Pourquoi signaler? Que signaler? Qui signale? Comment signaler? Quand signaler? Comment sont traités les documents?

25 Phase DO : Mise en oeuvre

26 Phase CHECK : Mesurer Le recueil des données 1er semestre de fonctionnement (1er octobre mars 2009) 163 incidents déclarés (la majorité par informatique) 25% 17% 4% 15% 6% 7% 10% 7% 9% Laboratoire Urgences Autres HD3 Autres services Entretien Pharmacie DC1 IMC

27 Phase CHECK : Mesurer L exploitation des données Le diagramme de PARETO Histogramme classant les incidents en ordre décroissant d effectifs, afin de mettre en évidence les incidents prioritaires à traiter ~ 20 % des causes expliquent souvent jusqu à 80 % du problème => ~ 20 % des types d incidents sont responsables de 80% des déclarations

28 Effectifs Effectifs cumulés % d'effectifs % d'incidents Erreur d'identité du patient % 3% Autres % 5% Hygiène générale % 8% Matériel % 11% Mauvais m édicament % 13% Actes médicaux % 16% Défaut d'inform ation % 18% Erreurs de dosage % 21% Accident d'exposition au sang % 24% Délais de prise en charge % 26% Problèmes liés au transport int et ext % 29% Absence de prescription % 32% Non respect des règles d'isolement % 34% Violences % 37% Erreurs de posologie % 39% Fugues % 42% Erreurs de conservation et de stockage % 45% Bris et perte d'objet personnel % 47% Erreurs d'approvisionnement % 50% Dispositif médical défaillant % 53% Sortie contre avis médical % 55% Non signalement d'un patient contagieux % 58% maltraitance % 61% Déçès inattendu % 63% Documents non complétés % 66% Refus de soin % 68% Tentative de suicide % 71% Toxi-infection alimentaire % 74% Erreurs de voie d'administration % 76% Effets secondaires % 79% Médicaments périmés % 82% Complications pré-opératoires % 84% Complications post-opératoires % 87% Réadmissions % 89% Suivi de régime % 92% Dénutrition % 95% Exposition à des radiations ionisantes % 97% Gestion de la douleur % 100% Diagramme de PARETO

29 Phase CHECK : Mesurer Diagramme de PARETO Effectifs Effectifs cumulés % d'effectifs % d'incidents Erreur d'identité du patient % 3% Autres % 5% Hygiène générale % 8% Matériel % 11% Mauvais m édicam ent % 13% Actes m édicaux % 16% Défaut d'inform ation % 18% Erreurs de dosage % 21% Accident d'exposition au sang % 24% Délais de prise en charge % 26% Problèm es liés au transport int et ext % 29% Absence de prescription % 32%

30 Non signalement d'un patient contagieux Phase CHECK : Mesurer Diagramme de PARETO Diagramme de PARETO Effectifs cumulés % d'effectifs % 100% 80% 60% 40% 20% 0% maltraitance Autres Erreurs de dosage Accident d'exposition au sang Absence de prescription Violences Erreurs de posologie Fugues Erreurs de conservation et de stockage Bris et perte d'objet personnel Erreurs d'approvisionnement

31 Phase CHECK : Mesurer Quels incidents exactement? Base de données EI

32 Phase ACT : Agir, améliorer 5 objectifs pour commencer Diminuer le nombre d erreurs d identité patients sur les demandes d analyses biologiques Mettre en place une organisation unique pour tous les services Diminuer le nombre de perte d objets personnels et en particulier les prothèses (dentiers, etc ) Sensibilisation au débarrassage des plateaux repas dans les services (infirmières + aides logistiques) Définir les «tâches d entretien» entre les différents acteurs (technicienne de surfaces, aides logistiques, infirmières) Mettre en place une procédure pour le nettoyage du matériel Diminuer les discordances entre ordres permanents des chirurgiens et prescriptions anesthésistes post-opératoires + poursuite des procédures Nursing/Pharmacie dans le groupe «médicaments»

33 Phase ACT : Agir, améliorer Communication des résultatsr

34 UN MESSAGE : «Chaque incident rapporté est un trésor» Pas un objet de sanction ou de délation!

35 Avez-vous vous des questions?

36 Merci de votre attention

20 e Journée de l'afphb

20 e Journée de l'afphb «La Pharmacie Hospitalière : quels projets pour le futur?» L Arrêté Royal du 4 mars 1991, 20 ans après C h â te a u d u L a c, G e n v a l - 7 m a rs 2 0 0 9 COMMENT UTILISER VOTRE BOÎTIER? Utilisez les

Plus en détail

Analyse des incidents

Analyse des incidents Analyse des incidents Formation B-Quanum 26/06/2012 N. Jacques Coordinatrice Qualité CMSE Introduction Contexte Contrat SPF Coordinateur qualité Médecine nucléaire Hôpital = Entreprise à Haut Risque Efficacité

Plus en détail

Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013

Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Les questions sont rés en différentes rubriques se rapportant au thème Safe. Il est prévu que les différents partenaires de l

Plus en détail

Grille «Identito-vigilance» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013

Grille «Identito-vigilance» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Grille «Identito-vigilance» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Les questions sont rés en différentes rubriques se rapportant au thème identito-vigilance. Il est prévu que les différents

Plus en détail

Présentation de la formation au professionnelle pour les aides spécialis. situation de handicap. Promotion 2009/2010

Présentation de la formation au professionnelle pour les aides spécialis. situation de handicap. Promotion 2009/2010 Présentation de la formation au Certificat d aptitude d professionnelle pour les aides spécialis cialisées, les enseignements adaptés s et la scolarisation des élèves en situation de handicap CAPA-SH Promotion

Plus en détail

Conseils pour l élaboration du Document Unique d Evaluation des Risques

Conseils pour l élaboration du Document Unique d Evaluation des Risques Partie 2 SOMMAIRE v Les objectifs du Document Unique v Quelques Recommandations v L évaluation Professionnels Une démarche Méthodologique 25-06- 2015 Isabelle Weissberger Président de BW Consultants Précédemment

Plus en détail

Registre Santé et Sécurité au Travail Ecole

Registre Santé et Sécurité au Travail Ecole Registre Santé et Sécurité au Travail Tel : Mail : Directeur Circonscription Cachet de l école Assistant de prévention de circonscription Le guide pour la mise en place du registre santé et sécurité au

Plus en détail

GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ

GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ PLAN Préambule Historique de la démarche Cartographie Organigramme Situation actuelle Constat Préambule OVE comprend : Un secteur social Un secteur médico-social

Plus en détail

Fonctionnalités HSE PILOT. Groupe QFI www.hse-pilot.com

Fonctionnalités HSE PILOT. Groupe QFI www.hse-pilot.com Fonctionnalités HSE PILOT Groupe QFI www.hse-pilot.com Module produit chimique RECENSEMENT DES PRODUITS Les produits chimiques sont omniprésents dans les entreprises. La gestion qui leur est associée peut

Plus en détail

Statistique des établissements de santé non hospitaliers. Formation aux établissements soumis au relevé Utilisation de l application SOMED

Statistique des établissements de santé non hospitaliers. Formation aux établissements soumis au relevé Utilisation de l application SOMED Statistique des établissements de santé non hospitaliers Formation aux établissements soumis au relevé Utilisation de l application SOMED Plan Principe général de SOMED Utilisation de l application version

Plus en détail

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information»

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» G. Hatem Gantzer Hôpital de Saint Denis Séminaire AUDIPOG 9/4/2015 Les autres points clés de la certification impactés par le SI Le dossier

Plus en détail

-=-=-=-=-=- ARTICLE 2 INSCRIPTIONS AUX ACTIVITES PERISCOLAIRES

-=-=-=-=-=- ARTICLE 2 INSCRIPTIONS AUX ACTIVITES PERISCOLAIRES Règlement intérieur de la restauration scolaire et des activités péri et extra scolaires de la ville de Gardanne -=-=-=-=-=- ARTICLE 1 OBJET DU REGLEMENT Le présent règlement a pour objet de préciser les

Plus en détail

I. La politique qualité et gestion des risques de l Hôpital Local Intercommunal Soultz Issenheim.

I. La politique qualité et gestion des risques de l Hôpital Local Intercommunal Soultz Issenheim. I. La politique qualité et gestion des risques de l Hôpital Local Intercommunal Soultz Issenheim. A. Les politiques 1) La politique qualité Les démarches d évaluation et d amélioration continues de la

Plus en détail

Coopérations professionnelles. Dépistage rétinopathie diabétique par lecture différée de photographies du fond d oeil

Coopérations professionnelles. Dépistage rétinopathie diabétique par lecture différée de photographies du fond d oeil Coopérations professionnelles Ophtalmologie Dépistage rétinopathie diabétique par lecture différée de photographies du fond d oeil 1 Présentation générale Intitulé du Protocole de coopération (PC) Réalisation

Plus en détail

PRÉPAREZ VOTRE ÉVALUATION EXTERNE ET GÉREZ VOS RISQUES Appuyez-vous dès à présent sur notre module d évaluation interne!

PRÉPAREZ VOTRE ÉVALUATION EXTERNE ET GÉREZ VOS RISQUES Appuyez-vous dès à présent sur notre module d évaluation interne! PRÉPAREZ VOTRE ÉVALUATION EXTERNE ET GÉREZ VOS RISQUES Appuyez-vous dès à présent sur notre module d évaluation interne! Sans attendre l échéance de janvier 2014, dès à présent, bénéficiez de notre offre

Plus en détail

Le Département de Veille Sanitaire du CHU de Grenoble.

Le Département de Veille Sanitaire du CHU de Grenoble. 1 Le Département de Veille Sanitaire du CHU de Grenoble. Une expérience de gestion intégrée de la qualité et des risques sanitaires. P François, MR Mallaret, J Shum, V Danel. PFrancois@chu-grenoble.fr

Plus en détail

HOPITAL DE SOULTZ N :S.PC.A.001.1 SERVICES DESTINATAIRES SERVICE DE SOINS DE SUITE ET DE READAPTATION SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE

HOPITAL DE SOULTZ N :S.PC.A.001.1 SERVICES DESTINATAIRES SERVICE DE SOINS DE SUITE ET DE READAPTATION SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE HOPITAL DE SOULTZ N :S.PC.A.001.1 PROCEDURE D ACCUEIL CLASSEUR 1 : CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 5 : CLASSEUR 6 : CLASSEUR 7 : CLASSEUR 8 : CLASSEUR 9 : CLASSEUR 10 : CLASSEUR 11 : SERVICES

Plus en détail

FICHE D URGENCE * ECOLE JEAN MOULIN - LE BARCARES - Nom - Prénom de l enfant : Classe :.Date de naissance :..

FICHE D URGENCE * ECOLE JEAN MOULIN - LE BARCARES - Nom - Prénom de l enfant : Classe :.Date de naissance :.. FICHE D URGENCE * ECOLE JEAN MOULIN - LE BARCARES - Nom - Prénom de l enfant : Classe :.Date de naissance :.. Nom et adresse des parents ou du représentant légal :... N et adresse du centre de sécurité

Plus en détail

DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS CADRE LÉGISLATIF DOCUMENT N 1 DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS Secteur de la poissonnerie DOC N1.indd 1 21/11/2014 10:49 OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR Article L4121-1du code du travail

Plus en détail

Mutualiser et communiquer les indicateurs curité des soins au sein d'un GCS

Mutualiser et communiquer les indicateurs curité des soins au sein d'un GCS Mutualiser et communiquer les indicateurs de qualité et de sécurits curité des soins au sein d'un GCS Marc MOULAIRE, ingénieur qualité-risques Journée régionale 2010 «Qualité et Sécurité des soins en Rhône

Plus en détail

1. Fonctionnement des CHSCT académique et départementaux

1. Fonctionnement des CHSCT académique et départementaux Programme annuel de prévention académique pour l année civile 2013 RECTORAT Secrétariat Général Le programme annuel de prévention académique 2013 a été rédigé en s appuyant sur les orientations stratégiques

Plus en détail

Evènements indésirables [EI] survenus lors des soins hors hospitalisation Questionnaire d'opinion et retour d'expérience

Evènements indésirables [EI] survenus lors des soins hors hospitalisation Questionnaire d'opinion et retour d'expérience Evènements indésirables [EI] survenus lors des soins hors hospitalisation Questionnaire d'opinion et retour d'expérience Le CISS Franche-Comté regroupe 75 associations représentant des malades, des aidants,

Plus en détail

CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES

CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES SECTION 1 : Le comité de pilotage, de la qualité et de la certification 1. Composition Le comité

Plus en détail

ANALYSE DE L'ACTIVITÉ GÉNÉRALE DE L ENTREPRISE

ANALYSE DE L'ACTIVITÉ GÉNÉRALE DE L ENTREPRISE ANALYSE DE L'ACTIVITÉ GÉNÉRALE DE L ENTREPRISE Contexte : l objectif pédagogique de la visite est de mettre en évidence les différentes activités dans l organisation concernée. Chaque élève ou groupe d

Plus en détail

Patient : Contacts : Nom : Prénom : Nom de jeune fille : Sexe : F M. Date de naissance : Adresse : Téléphone : Téléphone portable :

Patient : Contacts : Nom : Prénom : Nom de jeune fille : Sexe : F M. Date de naissance : Adresse : Téléphone : Téléphone portable : Patient : Nom : Prénom : Nom de jeune fille : Sexe : F M Date de naissance : Adresse : Téléphone : Téléphone portable : Personnes à joindre : Contacts : Service hospitalier Etablissement de santé Acteurs

Plus en détail

FIABILISATION DE L IDENTIFICATION DU PATIENT À TOUTES LES ÉTAPES DE SA PRISE EN CHARGE

FIABILISATION DE L IDENTIFICATION DU PATIENT À TOUTES LES ÉTAPES DE SA PRISE EN CHARGE FIABILISATION DE L IDENTIFICATION DU PATIENT À TOUTES LES ÉTAPES DE SA PRISE EN CHARGE Le processus identitovigilance (IDV) Limiter le risque Manuela OLIVER Laetitia MAZZONI THEMES V2014 Intitulé Critères

Plus en détail

Bonnes pratiques à l intention du demandeur du service

Bonnes pratiques à l intention du demandeur du service Page : 1/5 Objectif : Quels sont les pratiques qui permettent un traitement plus rapide et plus efficace des demandes au service et qui minimisent les erreurs. Concernant le soumission de la demande Privilégier

Plus en détail

PROCEDURE EXIGENCES LEGALES ET AUTRES EXIGENCES en santé et sécurité au travail (la version faisant foi est celle disponible sur Intranet)

PROCEDURE EXIGENCES LEGALES ET AUTRES EXIGENCES en santé et sécurité au travail (la version faisant foi est celle disponible sur Intranet) Fonction Nom Signature Création Vérification Approbation DDSIS N version Nature de la modification 01 Création Direction Encadrement Diffusion Sommaire : 1 - OBJET... page 2 2 - DOMAINE D'APPLICATION...

Plus en détail

Loi sur la formation professionnelle, l emploi et la démocratie social 05 mars 2014

Loi sur la formation professionnelle, l emploi et la démocratie social 05 mars 2014 Loi sur la formation professionnelle, l emploi et la démocratie social 05 mars 2014 Entretien professionnel Suppression de l obligation de réaliser certains entretiens La loi du 5 mars 2014 rend l entretien

Plus en détail

Guide d aide à la saisie de vos déplacements. Etape 1/6 LA FICHE PROFIL

Guide d aide à la saisie de vos déplacements. Etape 1/6 LA FICHE PROFIL ULYSSE-D.T. (Déplacements Temporaires) Outil de gestion des frais de déplacement Guide d aide à la saisie de vos déplacements Etape 1/6 LA FICHE PROFIL 1 ATTENTION LES FRAIS DE DEPLACEMENTS POUR LA FORMATION

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION

REGLEMENT DE LA CONSULTATION CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE BESANÇON Direction du Système d'information Hôpital St Jacques 2 Place St Jacques 25030 - Besançon Cedex PROCEDURE ADAPTEE 2006/81 du 21 septembre 2006 MAINTENANCE ET

Plus en détail

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Bertrice LOULIERE, coordonnateur OMEDIT ARS Aquitaine Journée Qualité et Sécurité des Soins dans les établissements de santé 30 septembre 2011

Plus en détail

Livret d analyse de situations didactiques et de l activité professionnelle.

Livret d analyse de situations didactiques et de l activité professionnelle. Livret d analyse de situations didactiques et de l activité professionnelle. Objectifs : - Comprendre le métier et analyser les éléments structurants la situation professionnelle, les classes de situation,

Plus en détail

L Ergonomie C a fé S c ie n c e s C o g n itiv e s - 2 8 /0 3 /0 7

L Ergonomie C a fé S c ie n c e s C o g n itiv e s - 2 8 /0 3 /0 7 L Ergonomie C a fé S c ie n c e s C o g n itiv e s - 2 8 /0 3 /0 7 L Ergonomie? Etymologie S o n n o m p ro v e n a n t d u g re c e rg o n (travail) e t n o m o s (lois) p o u r d é s ig n e r la s c

Plus en détail

Rapport d activité 2014. Validé Conseil d administration du 22/05/2015

Rapport d activité 2014. Validé Conseil d administration du 22/05/2015 Rapport d activité 2014 Validé Conseil d administration du 22/05/2015 Sommaire L activité INFO / CONSEIL : 1. La permanence téléphonique 2. L accueil sans rendez-vous 3. Les mails INFO 4. Le Collectif

Plus en détail

Le management des projets informatiques : quelle est la pratique des chefs de projets?

Le management des projets informatiques : quelle est la pratique des chefs de projets? Le management des projets informatiques : quelle est la pratique des chefs de projets? La commission informatique de l'afitep (ASSOCIATION FRANCOPHONE DE MANAGEMENT DE PROJET) étudie les pratiques mises

Plus en détail

Considérations à Prendre en Compte Pour Améliorer le SIGL. Lisa A Hare Co-chair LMIS Work Stream May 2014

Considérations à Prendre en Compte Pour Améliorer le SIGL. Lisa A Hare Co-chair LMIS Work Stream May 2014 Considérations à Prendre en Compte Pour Améliorer le SIGL Lisa A Hare Co-chair LMIS Work Stream May 2014 Les besoins en données dépendent des décisions à prendre Quelques exemples de décisions: Gestion

Plus en détail

DOCUMENT UNIQUE D'EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

DOCUMENT UNIQUE D'EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS DOCUMENT UNIQUE D'EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS Version numéro : Date première rédaction : Date de la dernière mise à jour : Nom de l'entreprise Textes réglementaires Principes généraux de la loi

Plus en détail

LE MANAGEMENT VISUEL

LE MANAGEMENT VISUEL LE MANAGEMENT VISUEL Définition: Le management visuel contribue à la communication et à l image de marque de la société. Son objectif est de définir, à l aide d outils visuels, un environnement de travail

Plus en détail

Politique relative à la gestion des dossiers des élèves jeunes et adultes (5211-03-01).

Politique relative à la gestion des dossiers des élèves jeunes et adultes (5211-03-01). RECUEIL DE GESTION SECTEUR DIRECTION GÉNÉRALE IDENTIFICATION CODE : 5211-03-03 TITRE : PROCÉDURE RELATIVE À LA GESTION DES DOSSIERS DES ÉLÈVES DU PRÉSCOLAIRE, DU PRIMAIRE ET DU SECONDAIRE Adoption : Le

Plus en détail

ANNEXE À LA RÉCLAMATION DU TRAVAILLEUR MALADIE PROFESSIONNELLE PULMONAIRE

ANNEXE À LA RÉCLAMATION DU TRAVAILLEUR MALADIE PROFESSIONNELLE PULMONAIRE ANNEXE LA RÉCLAMATION DU TRAVAILLEUR Comment remplir le formulaire Vous devez remplir ce formulaire lorsque vous croyez être atteint d une maladie professionnelle pulmonaire causée par votre travail. Ce

Plus en détail

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité Réunion nationale des OMEDIT 26 mai 2011 Valerie Salomon Bureau Qualité et sécurité des soins Sous direction du pilotage de la performance

Plus en détail

HACCP et sécurité sanitaire des aliments

HACCP et sécurité sanitaire des aliments HACCP et sécurité sanitaire des aliments 1. A votre avis, comment cet accident aurait-il pu être évité? En identifiant les risques alimentaires potentiels liés à l activité de conserverie artisanale et

Plus en détail

Conseils pour réaliser un tableau de sortie

Conseils pour réaliser un tableau de sortie Conseils pour réaliser un tableau de sortie Ne pas oublier d adapter le langage au patient ou à l institution! Attention au langage trop scientifique ; mais rester cependant clair et précis ; faire passer

Plus en détail

CQP Inter-branches Technicien de la Qualité

CQP Inter-branches Technicien de la Qualité CQP Inter-branches Technicien de la Qualité Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification OBSERVATOIRE DES INDUSTRIES CHIMIQUES Désignation du métier ou des composantes du métier

Plus en détail

Votre avis est essentiel!

Votre avis est essentiel! M E S U R E D E L A S AT I S F AC T I O N D E S U S AG E R S D E L A M D P H - Maisons Départementales des Personnes Handicapées - Votre avis est essentiel! La MDPH a un réel besoin de retours sur son

Plus en détail

Demande de Bourse Projets Jeunes (BPJ)

Demande de Bourse Projets Jeunes (BPJ) Demande de Bourse Projets Jeunes (BPJ) Vous avez envie d agir seul(e) ou en groupe (maxi 7 personnes), Agé(e) de 16 à 25 ans, vous avez un projet (Humanitaire, artistique, sportif, musical, ) Vous pouvez

Plus en détail

TITRE : PREVENIR ET GERER MES RISQUES PROFESSIONNELS POUR AMELIORER LA PERFORMANCE DE MON ENTREPRISE

TITRE : PREVENIR ET GERER MES RISQUES PROFESSIONNELS POUR AMELIORER LA PERFORMANCE DE MON ENTREPRISE I N V I T A T I O N Madame, Monsieur, Cher dirigeant, Stress, harcèlement, violence, TMS liés à l'organisation du travail, au handicap ou au vieillissement Les risques professionnels évoluent ainsi que

Plus en détail

GUIDE DES SORTIES ET VOYAGES SCOLAIRES

GUIDE DES SORTIES ET VOYAGES SCOLAIRES Lycée Professionnel Gaston Barré 79010 NIORT Cedex 05 49 28 05 20 GUIDE DES SORTIES ET VOYAGES SCOLAIRES Les sorties et voyages scolaires sont proposés dans le cadre d un projet et sont considérés comme

Plus en détail

Le projet technique S9

Le projet technique S9 Le projet technique S9 Définition du projet (annexe IIIc du référentiel) Le projet technique de seconde année a une double finalité: Compléter les acquis dans des situations particulières qui ont intérêt

Plus en détail

EHPAD CONTRAT DE SEJOUR CHAMPAGNE EN VALROMEY 01260

EHPAD CONTRAT DE SEJOUR CHAMPAGNE EN VALROMEY 01260 EHPAD (EtablissEmEnt d hébergement de personnes âgées dépendantes) CHAMPAGNE EN VALROMEY 01260 CONTRAT DE SEJOUR Tel : 04 79 87 61 41 Fax : 04 79 87 50 41 e-mail : mdrcostaz@wanadoo.fr site internet :

Plus en détail

Cartographie des risques

Cartographie des risques Cartographie des risques en gynécologie cologie-obstétriquetrique Prévention ou gestion? Marc MOULAIRE gestionnaire des risques SEMINAIRE Qualité et gestion des risques en périnatalité et Gynécologie PARIS,

Plus en détail

La recherche clinique :

La recherche clinique : La recherche clinique : Aspects Administratifs et Financiers Pascal Thomas EMRC PACA 20 juin 2014 Essai thérapeutique Tester un nouveau traitement (ou existant), ou un dispositif L'objectif principal =

Plus en détail

Demande d enregistrement au Répertoire national des certifications professionnelles SECRETAIRE ASSISTANT DE DIRECTION

Demande d enregistrement au Répertoire national des certifications professionnelles SECRETAIRE ASSISTANT DE DIRECTION Demande d enregistrement au Répertoire national des certifications s SECRETAIRE ASSISTANT DE DIRECTION FICHE 6 INGENIERIE : REFERENTIEL D ACTIVITES ET REFERENTIEL DE CERTIFICATION Domaine d activités 1

Plus en détail

Guide pour l étudiant de Paris X

Guide pour l étudiant de Paris X UNIVERSITÉ PARIS X - NANTERRE Guide pour l étudiant de Paris X Séjour d études en Asie Université Paris X Nanterre, 200 avenue de la République 92001 Nanterre cedex, France VOTRE SÉJOUR D ÉTUDES Vous souhaitez

Plus en détail

LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX. dans le monde de l entreprise

LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX. dans le monde de l entreprise LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX dans le monde de l entreprise PREAMBULE Contexte Les évolutions du travail Nouvelles logiques commerciales ; logique de services Nouvelles organisations Des évolutions technologiques

Plus en détail

Guide. pour déterminer le niveau de sécurité. de votre site. Université d Angers IMIS ESTHUA

Guide. pour déterminer le niveau de sécurité. de votre site. Université d Angers IMIS ESTHUA Université d Angers IMIS ESTHUA Licence Professionnelle Technicien Animateur Sécurité Promotion 2005-2006 Guide pour déterminer le niveau de sécurité de votre site BOULAND Régis DEWARUMEZ Léa PLET Aurélie

Plus en détail

Gestion des risques - Vaucouleurs- 2014 1

Gestion des risques - Vaucouleurs- 2014 1 GESTION DES RISQUES RESIDENT A PRIORI Directrice : ROYER Marie Thérèse Cadre Supérieur de Santé : MAFIOLY Christine Psychologue : MAISON DE RETRAITE 3 Voie Romaine 55140 VAUCOULEURS : 03.29.89.20.33 :

Plus en détail

Méthodes et outils de l analyse des pratiques professionnelles

Méthodes et outils de l analyse des pratiques professionnelles Méthodes et outils de l analyse des pratiques professionnelles Dr Nelly LE REUN, DIU soignant en gérontologie, Brest, 9 mai 2012 11/05/2012 1 Formation initiale Formation continue: acquisition de nouvelles

Plus en détail

GESTIONNAIRE ADMINISTRATIF DIRECTION DES ÉTUDES SERVICE DU CHEMINEMENT SCOLAIRE REGISTRARIAT

GESTIONNAIRE ADMINISTRATIF DIRECTION DES ÉTUDES SERVICE DU CHEMINEMENT SCOLAIRE REGISTRARIAT Le Cégep de l Outaouais accueille, dans ses trois campus et son Centre d études collégiales, plus de 5 150 étudiantes et étudiants à qui il offre un riche éventail de 5 programmes pré universitaires et

Plus en détail

Guide d'utilisation de l outil de gestion des Demandes d Interventions SOMMAIRE. Introduction Page 2

Guide d'utilisation de l outil de gestion des Demandes d Interventions SOMMAIRE. Introduction Page 2 SOMMAIRE Introduction Page 2 1 - Se connecter Page 3 2 - Comment signaler un problème technique? Page 4 3 - Comment suivre les tickets déjà envoyés? Page 5 4 - Visualiser et Ajouter un suivi Page 6 5 -

Plus en détail

LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE

LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE La question posée s inscrit dans une démarche d amélioration de la circulation de l information. questionnaire d

Plus en détail

Les obligations de l'exploitant

Les obligations de l'exploitant Guide technique : Sécurité > Les obligations de l'exploitant > Les obligations de l'exploitant Les obligations de l'exploitant L exploitant assiste aux visites de la commission de sécurité, ou s y fait

Plus en détail

GROUPE REGIONAL D IDENTITOVIGILANCE

GROUPE REGIONAL D IDENTITOVIGILANCE GROUPE REGIONAL D IDENTITOVIGILANCE Présentation du groupe de travail et des travaux envisagés Organisation du groupe Pilotage global : GCS e-santé PACA Pour chaque thème de travail 1 niveau : le groupe

Plus en détail

Banalisation des risques = danger!

Banalisation des risques = danger! Banalisation des risques = danger! Claude Millette Conseiller en prévention Forum Santé et sécurité du travail Centre des congrès de Québec 24 avril 2013 Prévention des blessures - Association sectorielle

Plus en détail

Secteur de la santé, le métier et la fonction L environnement territorial sanitaire et médico-social (liée au poste d affectation)

Secteur de la santé, le métier et la fonction L environnement territorial sanitaire et médico-social (liée au poste d affectation) Secrétaire Médicale - MEDICO-SOCIALE Titre enregistré par le Ministre au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) par arrêté publié au journal officiel de la République Française

Plus en détail

Logiciels de gestion sur mesure Etude et développement. Logiciel de suivi des évènements indésirables dans les établissements hospitaliers

Logiciels de gestion sur mesure Etude et développement. Logiciel de suivi des évènements indésirables dans les établissements hospitaliers Logiciels de gestion sur mesure Etude et développement VIGITRACE Logiciel de suivi des évènements indésirables dans les établissements hospitaliers VIGITRACE Page 2 1. Préambule Le logiciel «Vigitrace»

Plus en détail

S.T.G. (Sciences et Technologies de la Gestion) S.T.S.S. (Sciences et Technologies de la Santé et du Social)

S.T.G. (Sciences et Technologies de la Gestion) S.T.S.S. (Sciences et Technologies de la Santé et du Social) Etablissement d Enseignement Secondaire & Supérieur Dossier Candidature D.C.G. formation initiale 2010/2011 Secondes Premières et Terminales BTS Indifférenciées + S.M.S. L ES S S.T.G. (Sciences et Technologies

Plus en détail

l accord du titulaire.

l accord du titulaire. DOSSIER DE COORDINATION ET DE SANTÉ appartenant à Madame / Monsieur Ce dossier contient des informations confidentielles. Vous ne pouvez le consulter qu avec l accord du titulaire. Dossier de Coordination

Plus en détail

> Nouveaux services en ligne > avril 4 > Page #

> Nouveaux services en ligne > avril 4 > Page # > Nouveaux services en ligne > avril 4 > Page # Deux nouveaux services en ligne Principes (1/2) Engagé dans le déploiement de la stratégie pour faire entrer l école dans l ère du numérique, votre établissement

Plus en détail

EHPAD. Hôpital de Chatillon sur Indre Service Qualité 13 Avenue de Verdun 36700 Chatillon sur Indre

EHPAD. Hôpital de Chatillon sur Indre Service Qualité 13 Avenue de Verdun 36700 Chatillon sur Indre Page 1 sur 5 Il est important pour l de connaître vos impressions sur votre séjour. Afin d améliorer la qualité de nos prestations et de mieux répondre à vos attentes, nous vous invitons à remplir ce questionnaire

Plus en détail

Système de Management Intégré Qualité, Sécurité et Environnement. Un atout pour l entreprise

Système de Management Intégré Qualité, Sécurité et Environnement. Un atout pour l entreprise CCI Moselle, le16 avril 2013 Système de Management Intégré Qualité, Sécurité et Environnement Un atout pour l entreprise Intervention de Olivier Rousseaux, Auditeur QSE, Expert en organisation et management

Plus en détail

Le Correspondants Informatique et Libertés (CIL) et la CNIL

Le Correspondants Informatique et Libertés (CIL) et la CNIL Le Correspondants Informatique et Libertés (CIL) et la CNIL - CLUSIF 14/10/2010 La création du CIL Origine : Introduit en 2004 à l occasion de la refonte de la loi informatique et libertés du 6 janvier

Plus en détail

Évaluation des Risques et Élaboration du Document Unique

Évaluation des Risques et Élaboration du Document Unique Évaluation des Risques et Élaboration du Document Unique Septembre 2010 Sommaire Réalisé par : Les Médecins du Travail Et Les IPRP du SMTI Comprendre ce qu est la démarche de prévention ainsi que l évaluation

Plus en détail

MSSanté, la garantie d échanger en toute confiance. Mieux comprendre. MSSanté FAQ. Février 2014 / V2

MSSanté, la garantie d échanger en toute confiance. Mieux comprendre. MSSanté FAQ. Février 2014 / V2 MSSanté, la garantie d échanger en toute confiance Mieux comprendre MSSanté FAQ Février 2014 / V2 FAQ MSSanté MSSanté, la garantie d échanger en toute confiance sommaire 1. Le Système MSSanté 2 MSSanté

Plus en détail

ORGANISER ET GERER SON. Organisation management SYSTÈME QUALITE

ORGANISER ET GERER SON. Organisation management SYSTÈME QUALITE ORGANISER ET GERER SON Organisation management SYSTÈME QUALITE Regensdorf 06.06.2013 1 Plan 1. Introduction 2. Problématiques 3. Principes fondamentaux du management 4. Organiser un processus 5. Cartographie

Plus en détail

Prévention Santé Environnement

Prévention Santé Environnement Prévention Santé Environnement Epreuve sur dossier Baccalauréat Professionnel vente ou arcu Nom Prénom SESSION 201X SOMMAIRE Introduction 1. Présentation de l entreprise et de la PFMP. 2. Description d

Plus en détail

LA DEMARCHE DE SOINS INFIRMIERE N.LANNEE CADRE FORMATEUR IFSI CHU ROUEN

LA DEMARCHE DE SOINS INFIRMIERE N.LANNEE CADRE FORMATEUR IFSI CHU ROUEN LA DEMARCHE DE SOINS INFIRMIERE N.LANNEE CADRE FORMATEUR IFSI CHU ROUEN définition Démarche de soins = processus de soins Processus intellectuel, Mode de pensée logique et rigoureux, Résolution de problème

Plus en détail

POLITIQUE Hygiène, Sécurité, environnement HSE

POLITIQUE Hygiène, Sécurité, environnement HSE POLITIQUE Hygiène, Sécurité, environnement HSE La politique HSe de tdf repose sur l identification et la qualification en amont des risques associés à son activité, la focalisation sur les dangers à haut

Plus en détail

Projet de développement durable 2015-2019. Lundi 23 novembre 2015

Projet de développement durable 2015-2019. Lundi 23 novembre 2015 Projet de développement durable 2015-2019 Lundi 23 novembre 2015 Organisation de la démarche développement durable au CHU Organisation de la démarche Le CHU de Clermont-Ferrand s est formellement engagé

Plus en détail

Vos droits dans les cliniques et hôpitaux privés

Vos droits dans les cliniques et hôpitaux privés Vos droits dans les cliniques et hôpitaux privés Cliniques et hôpitaux privés, on peut tous y aller! Accessibles à tous Les cliniques et hôpitaux privés accueillent tous les patients y compris ceux qui

Plus en détail

Les démarches fiscales en ligne. Jeudi 4 avril Auditorium CCI

Les démarches fiscales en ligne. Jeudi 4 avril Auditorium CCI Les démarches fiscales en ligne Jeudi 4 avril Auditorium CCI Les démarches fiscales en ligne 9 avril 2013 Plan de la présentation 1. Présentation du service "Vos démarches fiscales en ligne" 2. Comment

Plus en détail

region guide sante:mise en page 1 04/03/13 17:07 Page1 Guide pratique à l attention des professionnels de santé URPS DE BIOLOGIE MÉDICALE PACA

region guide sante:mise en page 1 04/03/13 17:07 Page1 Guide pratique à l attention des professionnels de santé URPS DE BIOLOGIE MÉDICALE PACA region guide sante:mise en page 1 04/03/13 17:07 Page1 Guide pratique à l attention des professionnels de santé URPS DE BIOLOGIE MÉDICALE PACA region guide sante:mise en page 1 04/03/13 17:07 Page2 region

Plus en détail

Décret n 2001-1016 du 5 novembre 2004

Décret n 2001-1016 du 5 novembre 2004 Décret n 2001-1016 du 5 novembre 2004 Circulaire du 18 avril 2002 Vous avez au moins 1 salarié? un apprenti? Vous allez embaucher une personne en CDI, CDD ou intérim? Alors vous êtes concerné quel que

Plus en détail

INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CENTRE HOSPITALIER ROBERT-PAX DE SARREGUEMINES

INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CENTRE HOSPITALIER ROBERT-PAX DE SARREGUEMINES PROTOCOLE D ACCUEIL ET D ENCADREMENT DES ETUDIANTS EN STAGE 1. LES OBJECTIFS Objectif global : Cette procédure se propose de formaliser les modalités d accueil et d encadrement de l étudiant en stage Objectifs

Plus en détail

MONITORING / SUIVI DES PATIENTS

MONITORING / SUIVI DES PATIENTS Formation Recherche Clinique OncoBasseNormandie 02/12/2013 MONITORING / SUIVI DES PATIENTS Jean-Michel GRELLARD ARC Coordinateur - Centre François Baclesse Quelques définitions Cahier d observation ou

Plus en détail

LE GUIDE DE DBM TECHNOLOGIES

LE GUIDE DE DBM TECHNOLOGIES LE GUIDE DE DBM TECHNOLOGIES Bienvenue Vous avez souscrit un contrat de maintenance serveur ou de maintenance parc informatique, et nous vous en remercions. Grâce à ce livret, nous souhaitons optimiser

Plus en détail

APPEL A PROJETS «SENSIBILISER LES SCOLAIRES AUX GESTES DE PREVENTION DE LA PRODUCTION DES DECHETS» REGLEMENT

APPEL A PROJETS «SENSIBILISER LES SCOLAIRES AUX GESTES DE PREVENTION DE LA PRODUCTION DES DECHETS» REGLEMENT APPEL A PROJETS «SENSIBILISER LES SCOLAIRES AUX GESTES DE PREVENTION DE LA PRODUCTION DES DECHETS» REGLEMENT Date limite de dépôt des dossiers : vendredi 9 janvier 2015 12 heures Contact : Communauté d

Plus en détail

Les étapes de l admission en 1 ère année de BTS par apprentissage

Les étapes de l admission en 1 ère année de BTS par apprentissage Les étapes de l admission en 1 ère année de BTS par apprentissage 1- S inscrire sur le site Admission Post Bac www.admission-postbac.fr entre le 20 janvier et le 19 mars 2016 pour formulation des vœux

Plus en détail

Intégration des règles d Hygiène, Sécurité et Environnement (HSE)

Intégration des règles d Hygiène, Sécurité et Environnement (HSE) Intégration des règles d Hygiène, Sécurité et Environnement (HSE) Action Nationale à Gestion Déconcentrée Une démarche qualité au service de la chimie organisée par le Cermav, Autrans, 12-15 octobre 2010

Plus en détail

Mise en place d une politique de gestion des risques et efficience du circuit de signalement des événements indésirables. en établissements?

Mise en place d une politique de gestion des risques et efficience du circuit de signalement des événements indésirables. en établissements? Mise en place d une politique de gestion des risques et efficience du circuit de signalement des événements indésirables en établissements? Dr Jean-Luc Quenon Système de signalement Tout système permettant

Plus en détail

RECUEIL DES POLITIQUES ADE09-DA21 ADMINISTRATION DES ÉCOLES Enseignement à domicile pour des raisons médicales Enseignement Filet de sécurité OBJECTIF

RECUEIL DES POLITIQUES ADE09-DA21 ADMINISTRATION DES ÉCOLES Enseignement à domicile pour des raisons médicales Enseignement Filet de sécurité OBJECTIF RÉSOLUTION : C.E. Date d adoption : 3 mai 2013 En vigueur : 1 er septembre 2013 À réviser avant : OBJECTIF Le Conseil des écoles publiques de l Est de l Ontario a comme priorité d assurer la sécurité et

Plus en détail

CQP Inter-branches Technicien de la Qualité. Préparation de l évaluation des compétences par le candidat

CQP Inter-branches Technicien de la Qualité. Préparation de l évaluation des compétences par le candidat CQP Inter-branches Technicien de la Qualité Préparation de l évaluation des compétences par le candidat Vous souhaitez obtenir le Certificat de Qualification Professionnelle Inter-branches (CQPI) «Technicien

Plus en détail

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg Recherche des causes d un grave défaut de transmission d information en présence d une situation à fort risque de contamination CClin Est Le 17 avril 2014 Strasbourg 1 Contexte Développement de la culture

Plus en détail

DéboraNUNGE, Pharmacien. Jeudi 8 octobre 2015

DéboraNUNGE, Pharmacien. Jeudi 8 octobre 2015 DéboraNUNGE, Pharmacien Jeudi 8 octobre 2015 Introduction : Nouveautés de la v2014 Avant la visite Etapes Eléments d Investigation Obligatoires La visite Déroulement Eléments investigués et questions posées

Plus en détail

Organisation du retour à domicile, utilisation du classeur de liaison

Organisation du retour à domicile, utilisation du classeur de liaison www.centre-paul-strauss.fr Organisation du retour à domicile, utilisation du classeur de liaison Barbara POIROT, Laïla WEISS IDE Service de Soins d Accompagnement Contexte Hôpital de jour de soins d accompagnement

Plus en détail

-Identifier les éléments qui déterminent le coût d un objet technique.

-Identifier les éléments qui déterminent le coût d un objet technique. A / LES OBJETS TECHNIQUES EN DOMOTIQUE B / LA REPRESENTATION FONCTIONNELLE C / LE RESPECT DES CONTRAINTES D / LA CHAINE D ENERGIE D UN OBJET TECHNIQUE E/ LA CHAINE D INFORMATION D UN OBJET TECHNIQUE A

Plus en détail

Référentiel d activités professionnelles

Référentiel d activités professionnelles Bac pro de la 20éme CPC Référentiel d activités professionnelles Les titulaires de ce baccalauréat professionnel 20 ème CPC exercent leurs activités : - dans le souci constant de la bientraitance des personnes,

Plus en détail

Rappels : Les structures d HAD sont soumises aux mêmes règles et obligations que les établissements de santé «classiques» en matière de qualité et de sécurité des soins, notamment dans le domaine pharmaceutique.

Plus en détail

Études de poste et évaluation dosimétrique: place du médecin du travail. Christine Gauron INRS-Paris

Études de poste et évaluation dosimétrique: place du médecin du travail. Christine Gauron INRS-Paris Études de poste et évaluation dosimétrique: place du médecin du travail Christine Gauron INRS-Paris Rencontres Nucléaire et santé 17 janvier 2007 Etudes de poste place réglementaire Tous risques confondus,

Plus en détail