Mensuel. Février Actualité. Marchés

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mensuel. Février 2015. Actualité. Marchés"

Transcription

1 AM Actualité Mensuel Marchés Février 2015 Vocation du document Le présent document a été produit par HSBC Global Asset Management afin de partager sa vision de long terme. Cette vision, présentée par classes d actifs et zones géographiques, sous-tend nos choix d allocation au sein des solutions d investissement que nous gérons. Pour autant cette vision ne peut à elle seule permettre d établir une allocation d actifs. En effet, composer un portefeuille sur la base de ce document ne saurait aboutir à une solution optimisée ni même diversifiée au regard du couple rendement/risque. Par ailleurs, il est important de prendre en compte les spécificités des investisseurs : l horizon de placement, l aversion au risque, la diversification de ses avoirs, avant toute recommandation. Ainsi, la présente communication ne peut constituer un conseil en investissement ou une recommandation en vue d acheter ou de vendre des actifs. Elle ne saurait davantage être considérée comme une recherche en investissements.

2 La BCE lance son programme d assouplissement quantitatif pour soutenir les cours des actifs Points clés et vues d ensemble Les actions européennes ont surperformé en janvier avec l annonce du programme d assouplissement quantitatif (QE) de la Banque centrale européenne (BCE). La forte baisse des cours du pétrole, malgré les pressions baissières qu il exerce sur l inflation, devrait dynamiser la croissance mondiale, qui bénéficie également du soutien d une politique monétaire accommodante. À notre avis, les principaux marchés des obligations d État n offrent pas un rendement suffisant pour compenser leur risque. Nous pensons que les actifs d entreprises sont plus attractifs, en particulier les actions, même si des pics de volatilité périodiques sont à prévoir. Concernant les obligations d entreprises, les écarts de crédit (spreads de crédit) des obligations à haut rendement nous apparaissent intéressants. Après un solide rebond, le dollar américain (USD) semble à présent s établir à sa juste valeur face à l euro (EUR) et au yen (JPY). Toutefois, face aux autres devises du G10, il paraît toujours sous-évalué, en particulier face au dollar australien (AUD) et au dollar néo-zélandais (NZD). Les banques centrales restent déterminées à tout mettre en œuvre pour soutenir l économie mondiale. La BCE a finalement démarré son programme d achats d actifs et la baisse des cours du pétrole pourra permettre à la Réserve fédérale américaine (Fed) de retarder ses relèvements de taux, bloqués à un plus bas historique de 0,25 % depuis plus de six ans. En outre, la politique budgétaire devrait moins ralentir la croissance. Nous pensons que les actifs jugés «les plus sûrs», notamment les obligations d État des principaux marchés développés, offrent des perspectives de performances médiocres à long terme. Les marchés des obligations d État des pays européens périphériques et de certains pays émergents paraissent plus intéressants en termes de rapport risque/rendement. Bilan de la BCE en milliards d euros EUR, Mds 3,500 En supposant 60 mld EUR d achats par mois jusqu en septembre ,000 2,500 2,000 Prévisions 1, Actifs du bilan de la BCE Source : Bloomberg, HSBC Global Asset Management au 27 janvier

3 3

4 Le lancement du QE souverain par la BCE a soutenu les marchés actions et obligataires internationaux, dans un contexte de nouvelle baisse des cours du pétrole Les actions européennes ont surperformé et les rendements des obligations d État des principaux marchés ont fléchi sous l effet des nouvelles mesures de relance monétaires de la BCE En janvier, les marchés actions mondiaux ont progressé grâce à l amélioration de l appétit pour le risque. Cet appétit des investisseurs pour le risque a été stimulé par l annonce de l assouplissement quantitatif de la Banque centrale européenne (BCE), malgré une nouvelle baisse des cours du pétrole, qui ont cédé -13 % sur le mois, et des épisodes significatifs de volatilité, alors que la Banque nationale suisse (BNS) a décidé d abandonner son cours plancher de 1,2 CHF/EUR et que les investisseurs ont évalué l issue des élections grecques. L indice MSCI AC World a gagné +0,9 % en termes de rendement total en devise locale. L indice MSCI Eurozone a notamment surperformé, en signant une hausse de plus de +7 %. Les rendements des obligations d État des marchés développés jugées «les plus sûres» se sont considérablement relâchées en janvier, sous l effet du repli des cours du pétrole, qui a affaibli les perspectives d inflation, et de l annonce par la BCE de nouvelles mesures d assouplissement monétaire. Les rendements des bons du Trésor américain à 10 ans ont cédé près de -35 points de base (pb) pour s établir à 1,82 %, et les rendements des obligations d État allemandes à 10 ans ont fléchi de plus de -15 pb à 0,38 %. L euro (EUR) s est déprécié de pratiquement -6 % contre le dollar américain (USD) en raison des prévisions divergentes de taux d intérêt relatifs. (Toutes les données sont au 27 janvier 2015). La politique monétaire accommodante et la réduction du frein budgétaire devraient soutenir la croissance Deux autres raisons suggèrent que la croissance mondiale sera solide cette année. En premier lieu, les banques centrales restent déterminées à tout mettre en œuvre pour soutenir l économie mondiale. En effet, au cours de sa réunion du mois de janvier, la Banque centrale européenne (BCE) s est finalement résignée à l inévitable et a démarré son programme d achats d actifs. La BCE entend désormais acheter 60 milliards d euros d actifs par mois, pour la première fois une part importante de ses achats sera effectuée en obligations d État, afin de s assurer que l inflation, qui se situait à -0,2 % en décembre, atteigne l objectif de +2 %. Par ailleurs, la baisse des cours du pétrole pourrait permettre à la Réserve fédérale américaine (Fed) de retarder une fois de plus son processus de relèvements de taux, bloqués à un plus bas historique de 0,25 % depuis plus de six ans. En deuxième lieu, le frein budgétaire devrait en moyenne être moins important au cours des deux prochaines années dans les économies développées qu il ne l a été ces cinq dernières années. C est même le cas dans une zone euro confrontée à des problèmes budgétaires, où les bons résultats du parti antiaustérité Syriza aux récentes élections grecques pourraient annoncer l amorce d un virage contre l austérité. La baisse des cours du pétrole devrait exacerber les pressions déflationnistes, mais influencer positivement la croissance mondiale Bien que les prévisions d inflation du consensus (graphique 1) aient fléchi en réaction à la baisse de près de 60 % des cours du pétrole depuis fin juin, les investisseurs ne sont pas encore convaincus que ce repli puisse avoir un effet stimulant sur la croissance mondiale. Le consensus anticipe une croissance mondiale de +3 % en 2015, contre +3,2 % il y a trois mois. La révision à la baisse des attentes de croissance par le consensus reflète en partie un regain d agitation dans la zone euro et le ralentissement actuel du rythme de croissance en Chine. Il existe néanmoins une réticence à accepter que la baisse des cours du pétrole, si elle venait à se maintenir, puisse être positive pour la croissance mondiale. Graphique 1 : Les prévisions d inflation du consensus ont été considérablement dégradées depuis juin sous l effet de la baisse des cours du pétrole GA, % GA, % Jan 14 Apr 14 Jul 14 Oct 14 Jan 15 IPC États-Unis 2015, à g. IPC Roy.-Uni 2015, à g. IPC Japon 2015, à g. IPC zone euro 2015, à dr. Source : Bloomberg, au 27 janvier

5 Des perspectives de croissance nationales cycliquement divergentes Bien que la croissance mondiale totale se maintienne plutôt bien, des divergences cycliques subsistent entre les pays. En l état actuel, il semblerait que la croissance américaine se situe autour de 3 % et que l équilibre des risques de la croissance américaine s oriente à la hausse pour 2015 selon les prévisions consensus. Les indicateurs cycliques de la zone euro et du Japon s essoufflent et les prévisions de croissance du consensus sont un peu moins optimistes. Dans la zone euro, un certain nombre d éléments suggèrent un redressement de la dynamique de croissance en 2015 et signalent la possibilité d une hausse inattendue des prévisions du consensus. Ces éléments comprennent notamment des mesures plus agressives de la BCE, la baisse du taux de change et les premiers signes d une amélioration de l offre et de la demande de crédit, soulignée par l enquête de la BCE auprès des responsables de crédit. Les attentes de la croissance chinoise en 2015 se modèrent à 7 % et continueront probablement de s ajuster à la baisse. L excédent des capacités de production continuent de peser sur les prix Dans les principales économies développées, l inflation reste modérée, en raison notamment de la faible augmentation des salaires. Les pressions désinflationnistes sont également une caractéristique des marchés émergents aujourd hui. L inflation dans les pays de l OCDE s est réduite de moitié, de 3,2 % fin 2011 à 1,5 %, et semble destinée à diminuer davantage au cours des prochains mois sous l effet de la faiblesse des cours de l énergie et de l excédent des moyens de production. La faiblesse de l inflation devrait maintenir les taux directeurs des banques centrales à des niveaux bas à moyen terme. Nous anticipons donc des taux d intérêt réels bas par rapport à leurs données historiques, qui devraient contribuer à soutenir la croissance économique et les cours des actifs à risque. 5

6 Les marchés des obligations d État des pays européens périphériques et de certains pays émergents semblent offrir des opportunités En 2014, l indice Barclays Global Aggregate couvert en USD, a enregistré un rendement de 7,6 %, et les obligations d État américaines à 10 ans se sont repliées à tout juste 2,2 % vers la fin de l année. Après leurs solides performances l année dernière, nous pensons que les actifs jugés «les plus sûrs», y compris les principales obligations d État des marchés développés, offrent des perspectives de rendement médiocres à long terme. Les marchés des obligations d État des pays européens périphériques et de certains pays émergents paraissent plus intéressants en termes de rapport risque/rendement. À notre avis, les obligations d État à 10 ans des pays européens périphériques offrent de meilleures perspectives de rendements par rapport aux obligations d État allemandes. Nous pensons que la mise en œuvre du programme QE par la BCE comprimera les primes de risque des pays périphériques et pourra être à l origine d une surperformance de ces obligations. Toutefois, au cours des prochaines semaines, les tentatives du nouveau gouvernement grec de négocier un plan de sauvetage amélioré devraient générer de la volatilité sur les marchés des obligations des pays périphériques de la zone euro. Le processus de négociation risque d être une source d inquiétudes pour les marchés en leur faisant craindre que la Grèce ne sorte de la zone euro ou que d autres économies périphériques ne tentent également de conclure un meilleur accord avec leurs créanciers. Le dollar américain semble à présent s établir à sa juste valeur face à l euro et au yen, mais paraît toujours sous-évalué par rapport aux monnaies du G10 Le dollar américain (USD) mesuré par l indice DXY (graphique 2), a progressé de +12,8 % en 2014 et a gagné +5 % depuis le début de l année. Nous estimons qu après ce solide rebond, il se situe maintenant à sa juste valeur par rapport à l EUR et au JPY. Toutefois, face aux autres devises du G10, le dollar américain continue d être sous-évalué, en particulier par rapport au dollar australien et au dollar néo-zélandais. En outre, le dollar australien devrait pâtir des liens de l économie australienne avec la Chine, de sa dépendance à l égard des matières premières ainsi que du ralentissement de son marché immobilier. Parmi les devises des marchés émergents, nous continuons d observer des divergences régionales de perspectives entre l Asie et l Amérique latine. À moyen terme, certaines des devises asiatiques présentent toujours un profil rendement/risque intéressant et sont traditionnellement considérées comme des valeurs sûres lorsque la Fed relève ses taux d intérêt. Graphique 2 : Malgré un renforcement, l USD reste en dessous de son niveau du début des années 2000 Index DXY Index Source : Bloomberg, au 27 janvier

7 Les spreads de crédit des obligations à haut rendement paraissent attractifs Depuis la fin du 3 ème trimestre 2014, les spreads de crédit américains s élargissent en raison des anticipations de hausses des taux d intérêt américains et, dans le cas des obligations à haut rendement, de l impact de la baisse des cours du pétrole sur la solvabilité des compagnies d exploitation du gaz de schiste. L énergie représente 14 % de l indice des obligations à haut rendement américaines. Les spreads de crédit affichent une volatilité sensiblement inférieure. Bien que les perspectives de performances ajustées du risque des obligations «Investment Grade» soient au même niveau qu à la fin septembre, celles des obligations à haut rendement sont en hausse en raison de l élargissement des écarts de taux (spreads) (graphique 3). Bien que la prise de risque de crédit soit récompensée par un rendement beaucoup plus attrayant, elle n est pas sans risque. Par exemple, une hausse rapide des taux d intérêt américains demeure un risque important pour les obligations à haut rendement. Toutefois, pour le moment, le risque de défaut demeure relativement favorable : le taux de défaut spéculatif s établit à seulement 2,2 % et ne devrait atteindre que 2,6 % en 2015, d après les prévisions de Moody s. Des pics de volatilité périodiques sont à prévoir sur les marchés actions en 2015 Parmi les principaux catalyseurs potentiels de ce choc figure une hausse plus rapide des taux d intérêt américains, dans le cas où une accélération de l inflation des salaires se matérialiserait, un ralentissement plus marqué que prévu de l économie chinoise ainsi qu un nouvel épisode de crise dans la zone euro si le nouveau gouvernement grec parviendrait à négocier un accord plus favorable avec ses créanciers, ce qui encouragerait d autres pays périphériques à réclamer à leur tour de meilleures conditions. Les pics de volatilité des trois derniers mois fournissent probablement un avant-goût de Graphique 3 : Les obligations à haut rendement américaines paraissent de plus en plus attractives Graphique 4 : Les pics de volatilité des marchés actions risquent de devenir plus fréquents % Barclays US Comp HY Spread Source : Bloomberg au 27 janvier 2015 Index CBOE S&P 500 VIX Index Source : Bloomberg au 27 janvier

8 Perspectives des classes d actifs à long terme CLASSES D ACTIFS PERSPECTIVES Actions Monde États-Unis Royaume-Uni Zone euro Japon Asie hors Japon Pays d Europe centrale et orientale et Amérique latine La stratégie la plus rentable à long terme consistera, selon nous, à conserver un risque sur les actions plutôt que sur le marché monétaire ou des obligations d État des marchés développés. La reprise économique mondiale reste selon nous sur ses rails, et les valorisations des actions ne sont pas encore excessives. Les risques susceptibles de peser sur les marchés actions comprennent un durcissement monétaire trop rapide aux États-Unis, une déflation dans la zone euro ou encore une intensification du ralentissement en Chine. Ces incertitudes devraient donner lieu à des pics soudains de volatilité. La reprise économique aux États-Unis apparaît comme étant de plus en plus solide et la Fed reste déterminée à assurer la poursuite de cette reprise, ce qui a pour effet de soutenir le marché des actions américaines. Les valorisations des actions nous paraissent toujours attractives par rapport aux obligations d État jugées «les plus sûres». Nous pensons que la croissance des bénéfices des entreprises américaines continuera à être un facteur déterminant dans la croissance des actions mondiales. Les valorisations des actions britanniques demeurent attractives par rapport aux obligations d État jugées «les plus sûres». La reprise au Royaume-Uni semble robuste et la Banque d Angleterre (BoE) ne semble pas pressée de durcir sa politique monétaire. Malgré un environnement monétaire mondial accommodant qui devrait offrir un soutien, les élections devraient injecter une certaine dose d incertitude politique en En 2015, les actions de la zone euro devraient bénéficier du soutien substantiel du programme d assouplissement quantitatif. Les mesures de relance, des taux ultra-bas, la faiblesse de l euro et des valorisations attractives devraient compenser des facteurs négatifs comme les risques de la zone euro, la «lowflation» et une croissance morne des bénéfices. Les changements agressifs de politique monétaire et budgétaire devraient soutenir les actions, maintenir un yen faible et aider la croissance économique et des bénéfices des entreprises, bien que la baisse des salaires réels pèse sur la demande intérieure à court terme. Les actions devraient être avantagées par des valorisations attractives et par la faiblesse des rendements obligataires. Les perspectives de croissance et de valorisation restent attractives en Asie hors Japon. Le risque pesant sur ces marchés provient des flux sortants d investissements étrangers. En général, la hausse des taux américains/baisse des liquidités se traduit par un rééquilibrage des portefeuilles et par des pertes des actions asiatiques. Toutefois, des relèvements agressifs ne font pas partie de notre scénario principal et l Asie possède une base d investisseurs plus diverse qu avant. Les écarts de croissance positifs par rapport aux marchés développés pourraient se maintenir à long terme. Toutefois, comme c est souvent le cas en Asie, ces marchés émergents restent vulnérables aux inquiétudes des investisseurs vis-à-vis de la réduction des liquidités mondiales. La récente baisse des cours des matières premières devrait continuer d être un frein important pour les producteurs dépendants de matières premières tels que le Chili. En outre, les tensions géopolitiques restent élevées et imprévisibles. Obligations d État Nous pensons que les rendements des bons du Trésor américain sont faibles par rapport à leur moyenne de long terme et intègrent des perspectives macroéconomiques excessivement pessimistes pour l économie américaine. En outre, étant États-Unis donné la faiblesse des rendements, nous pensons que les risques sont nettement orientés à la hausse. Nous préférons donc être sous-pondérés par rapport aux actifs à risque comme les actions. Royaume-Uni Zone euro Marchés émergents Obligations privées Investment grade High yield (haut rendement) Nous pensons que les rendements des obligations d Etat britanniques sont faibles par rapport à leur moyenne de long terme et intègrent des perspectives macroéconomiques excessivement pessimistes. Nous privilégions donc généralement les actions par rapport aux obligations d État jugées «les plus sûres» sur la base du rendement relatif. Les obligations des pays du cœur de la zone euro sont surévaluées. Toutefois, en raison du lancement du programme QE européen, nous n anticipons pas de correction. Compte tenu des rendements négatifs dans les principaux pays européens, nous percevons davantage d opportunités dans certains actifs périphériques. Globalement, en sachant que la hausse sera désormais limitée, nous préférons être sous-pondérés sur les obligations et longs sur les actions et le crédit. Les spreads de l univers des obligations des marchés émergents courent le risque de s élargir au moment du resserrement de la politique monétaire américaine. Les obligations en devises locales ont cédé du terrain avec le renforcement du dollar au cours des six derniers mois, même si nous anticipons une appréciation des devises locales à long terme. Les obligations des devises dépendantes des matières premières sont particulièrement exposées. Les spreads des obligations libellées en dollar paraissent serrés par rapport à leurs données historiques. Toutefois, l amélioration des rendements continue de les rendre attractifs par rapport aux obligations d État des pays développés. Les bilans des entreprises nous paraissent toujours bons et les investisseurs continueront probablement à rechercher des rendements sur fond d amélioration progressive de l économie mondiale et de maintien de faibles taux d intérêt par les banques centrales. Le resserrement de la politique monétaire américaine demeure un risque important. Depuis juillet dernier, les spreads de crédit se sont sensiblement écartés dans les pays développés, le rendement des obligations High Yield s est donc amélioré, et avec lui, notre estimation des rendements attendus pour cette classe d actifs. Les défauts restent faibles et la demande de rendement élevée. Il existe néanmoins des risques. Comme pour les obligations «Investment Grade», les prévisions de resserrement de la politique monétaire américaine pourraient donner lieu à des pics de volatilité des obligations à haut rendement. Matières premières L or reste exposé à des risques, dans un environnement d inflation basse et de dollar fort. Bien que la perspective de Or programmes QE massifs dans la zone euro et au Japon puisse permettre de stabiliser le métal jaune à court terme, nous pensons que l or offre une valeur limitée. Autres matières premières Immobilier Les matières premières telles que les métaux industriels semblent de moins en moins tirer profit du rebond économique mondial en raison de l offre excédentaire. Malgré la faiblesse apparente des cours du pétrole brut, il faudra du temps pour atteindre un équilibre entre l offre et la demande. Nous restons donc globalement neutres sur les matières premières. Le marché de l immobilier continue d offrir une prime de rendement attractive par rapport aux obligations des pays les mieux notés, bien que nous soyons sélectifs par région. 8

9 Informations importantes Ce document a été produit exclusivement à des fins d information générale. Les vues et opinions exprimées sont celles d HSBC Global Asset Management, sur la base de données au 27 janvier Ces vues et opinions ne sauraient constituer une recommandation de placement. Cette publication n est destinée qu à des investisseurs non professionnels au sens de la Directive Européenne MIF. L ensemble des informations contenues dans ce document peuvent être amenées à changer sans avertissement préalable. Toute reproduction ou utilisation non autorisée des commentaires et analyses de ce document engagera la responsabilité de l utilisateur et sera susceptible d entraîner des poursuites. Ce document ne revêt aucun caractère contractuel et ne constitue en aucun cas ni une sollicitation d achat ou de vente, ni une recommandation d achat ou de vente de valeurs mobilières dans toute juridiction dans laquelle une telle offre n est pas autorisée par la loi. Les commentaires et analyses reflètent l opinion de HSBC Global Asset Management (France) sur les marchés et leur évolution, en fonction des informations connues à ce jour. Ils ne sauraient constituer un engagement de HSBC Global Asset Management (France). En conséquence, HSBC Global Asset Management (France) ne saurait être tenu responsable d une décision d investissement ou de désinvestissement prise sur la base de ces commentaires et/ou analyses. Toutes les données sont issues de HSBC Global Asset Management sauf avis contraire. Les informations fournies par des tiers proviennent de sources que nous pensons fiables mais nous ne pouvons en garantir l exactitude. HSBC Global Asset Management (France) RCS Nanterre. Société de Gestion de Portefeuille agréée par l Autorité des Marchés Financiers (n GP99026) Adresse postale : Paris cedex 08 Adresse d accueil : Immeuble Ile de France - 4 place de la Pyramide - La Défense Puteaux (France) Document non contractuel Ce document est diffusé par HSBC France Société Anonyme au capital de euros - SIREN RCS Paris ORIAS Siège social : 103, avenue des Champs-Elysées Paris - Banque et société de courtage en assurance immatriculée auprès de l ORIAS (Organisme pour le Registre des Intermédiaires en Assurance sous le n FP

STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014

STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014 STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014 Allocations d actifs Conseil en Investissements Financiers ORIAS 07 006 343 CIF E001949 1 Conjoncture déprimée en Europe, mais soutenue dans les zones US

Plus en détail

Donner du sens à votre investissement

Donner du sens à votre investissement Donner du sens à votre investissement Une offre de fonds Développement Durable pour une épargne socialement responsable Les fonds socialement responsables investissent dans les entreprises qui ont mis

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

Rentabilité des actifs et allocation stratégique

Rentabilité des actifs et allocation stratégique Rentabilité des actifs et allocation stratégique LE CERCLE INVESCO : SESSION 2007 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management 2 Section 01 Section 02 Section 03 Un modèle de description

Plus en détail

HSBC World Selection Diversifier vos investissements en un seul placement

HSBC World Selection Diversifier vos investissements en un seul placement HSBC World Selection Diversifier vos investissements en un seul placement Une gamme composée de 5 fonds diversifiés La gamme HSBC World Selection (1) est composée de 5 fonds afin de correspondre aux différents

Plus en détail

Belfius Pension Fund Reporting Mensuel Juin 2015

Belfius Pension Fund Reporting Mensuel Juin 2015 Belfius Pension Fund Reporting Mensuel Juin 2015 130 125 120 115 110 105 95 90 Rendement depuis 31/12/2014 (% changement en EUR) MSCI Europe MSCI EMU MSCI United Kingdom ( ) MSCI World ex-europe ( ) MSCI

Plus en détail

Donner du sens à votre investissement

Donner du sens à votre investissement Donner du sens à votre investissement Une offre de fonds Développement Durable pour une épargne socialement responsable Les fonds Développement Durable investissent dans les entreprises qui ont mis en

Plus en détail

Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT)

Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT) Réservé aux investisseurs professionnels Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT) Asset management Stéphane Scherer Client Relationship Manager 18

Plus en détail

Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015

Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015 Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015 PERFORMANCE DES MARCHÉS ACTIONS EN 2014 (EN EURO) PERFORMANCE DES MARCHÉS OBLIGATAIRES EN 2014 (DEVISES LOCALES) Monde 19,5%

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques Economie et Marchés : Bilan 2010 et Perspectives 2011 Paris, le 27 décembre 2010 ECONOMIE Tendances 2010 : poursuite de la reprise dans les pays développés, signes de surchauffe dans certains pays émergents

Plus en détail

Stratégie de placement

Stratégie de placement Très défensif ingsstrategie Climat d investissement Taux directeur : évolution et prévisions États-Unis 1,5 UEM 0,5 10-2010 10-2011 10-2012 10-2013 10-2014 10-2015 Taux à dix ans : évolution et prévisions

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

PERFORMANCE HISTORIQUE DÉFLATÉE DES MARCHÉS FINANCIERS

PERFORMANCE HISTORIQUE DÉFLATÉE DES MARCHÉS FINANCIERS PERFORMANCE HISTORIQUE DÉFLATÉE DES MARCHÉS FINANCIERS ACTIFS FRANCAIS CORRIGÉS DE L INFLATION DE JANVIER 1950 À JUIN 2011 PERFORMANCE ANNUALISÉE ACTIONS 5,9 % MONÉTAIRE 1,2 % IMMOBILIER 5,2 % OR 1,1 %

Plus en détail

LES TROIS ETAGES DE LA POLITIQUE MONETAIRE DE LA BCE

LES TROIS ETAGES DE LA POLITIQUE MONETAIRE DE LA BCE 1 LES TROIS ETAGES DE LA POLITIQUE MONETAIRE DE LA BCE SOUS-TITRE FLASH 2 Les trois étages de la politique monétaire de la BCE En juin, la BCE devrait tirer sa dernière «cartouche» conventionnelle et démarrer

Plus en détail

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel Obligations Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel AUTEUR : LAETITIA TALAVERA-DAUSSE Tout au long de l année en Europe, plusieurs événements ont

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

FLASH MARCHE - POINT SUR LA CHINE

FLASH MARCHE - POINT SUR LA CHINE FLASH MARCHE - POINT SUR LA CHINE RAPPEL DU CONTEXTE La baisse du marché actions chinois entamée depuis juin dernier a connu son plus violent épisode durant la journée de lundi et s est notamment propagée

Plus en détail

Panorama macroéconomique. allocation des actifs

Panorama macroéconomique. allocation des actifs Panorama macroéconomique mondial et allocation des actifs Par Andreas Koester, Head of Asset Allocation & Currency, Global Investment Solutions (GIS) En tant qu investisseurs multi-actifs, nous consacrons

Plus en détail

Indicateur mondial de la multi gestion

Indicateur mondial de la multi gestion Indicateur mondial de la multi gestion (8ème vague - Juin 4) Contacts TNS Sofres : Frédéric CHASSAGNE / Dawn WALKER : 1 92 45 37 / 46 4 Contrat 15EE5 Département Communication & Finance SOMMAIRE Méthodologie...

Plus en détail

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier L évolution du marché des Fonds à fin Janvier Le marché des fonds de droit français débute cette nouvelle année sur une formidable progression de +4,6% de son niveau d encours, l équivalent de 35,7 milliards

Plus en détail

Les matières premières : une baisse annoncée

Les matières premières : une baisse annoncée Que s'est-il passé en juillet? Commentaires de marché Focus Marchés Le carnage sur les matières premières et en Chine sur les marchés domestiques ont été les éléments essentiels dans ce qui fut un mois

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque

Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque Perspectives Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque Une approche mesurée du risque s impose : la prise de risque maitrisée est la solution AUTEUR : STEFAN HOFRICHTER

Plus en détail

Direction des Etudes et des Prévisions Financières N 04/08- avril 2008 DENI/SCI. Tableau de bord. ( variations en % sauf indication contraire)

Direction des Etudes et des Prévisions Financières N 04/08- avril 2008 DENI/SCI. Tableau de bord. ( variations en % sauf indication contraire) Royaume du Maroc N 04/08- avril 2008 DENI/SCI Synthèse En matière de politique monétaire, la Fed, a baissé son taux directeur de 75 pb pour le ramener à 2,25%, lors de sa réunion du 18 mars 2008, dans

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Perspectives et stratégie de placement

Perspectives et stratégie de placement Perspectives et stratégie de placement 26 mars 2015 Independent Asset Managers since 1982 Environnement macro-économique Au niveau macro-économique, les chiffres de l économie américaine sont relativement

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

Les marchés financiers offrent des opportunités à long terme pour rechercher un potentiel de valorisation de votre patrimoine.

Les marchés financiers offrent des opportunités à long terme pour rechercher un potentiel de valorisation de votre patrimoine. Les marchés financiers offrent des opportunités à long terme pour rechercher un potentiel de valorisation de votre patrimoine. Afin d en profiter, le Plan d Epargne en Actions (1) (PEA) et le Plan d Epargne

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

L OBSERVATEUR FINANCIER

L OBSERVATEUR FINANCIER L OBSERVATEUR FINANCIER Services économiques TD TURBULENCES SUR LES MARCHÉS ÉMERGENTS: POSSIBLE REPORT DU RELÈVEMENT DU TAUX DIRECTEUR DE LA FED Faits saillants Pour un deuxième mois consécutif, les mouvements

Plus en détail

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL L activité économique mondiale en 2013 s est caractérisée par une reprise progressive dans les pays avancés, bien qu à des degrés variables selon les pays. Dans

Plus en détail

Newsletter Aoû t 2013

Newsletter Aoû t 2013 Newsletter Aoû t 2013 Table des matières Introduction... 2 Performances... 3 SIF Structured Product Sicav... 3 Eurinvest Flexible Opportunities... 4 Procès-verbal du Comité de Placement du 22 août 2013...

Plus en détail

BAROMETER. La Fed ouvre la voie à un rallye des actions. Asset Management

BAROMETER. La Fed ouvre la voie à un rallye des actions. Asset Management Asset Management perspectives d investissement mensuelles à trois mois Janvier 2016 BAROMETER La Fed ouvre la voie à un rallye des actions classes d actifs Nous relevons l exposition aux actions à surpondérée,

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Konjunkturforschungsstelle KOF Swiss Economic Institute ETH Zurich LEE G 6 Leonhardstrasse 89 Zurich Tél.: + 6 9 kofcc@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich, juin, 9h Prévisions d été : relance dans

Plus en détail

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance. PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 31 décembre 2013 Paramètres de marché au 31 décembre 2013 Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Plus en détail

SINFONI Optima. «La grande stratégie est sans coup d éclat, la grande victoire ne se voit pas» François Jullien. 1er juin 2012

SINFONI Optima. «La grande stratégie est sans coup d éclat, la grande victoire ne se voit pas» François Jullien. 1er juin 2012 18 Bd Montmartre 75009 Paris - Tél : 01 42 68 86 00 SINFONI Optima Fonds diversifié de droit français 1er juin 2012 «La grande stratégie est sans coup d éclat, la grande victoire ne se voit pas» François

Plus en détail

Document non contractuel destiné à des investisseurs professionnels au sens de la Directive Européenne MIF. Octobre 2015

Document non contractuel destiné à des investisseurs professionnels au sens de la Directive Européenne MIF. Octobre 2015 Document non contractuel destiné à des investisseurs professionnels au sens de la Directive Européenne MIF Octobre 21 La Fed maintient le statu quo en raison de préoccupations concernant la croissance

Plus en détail

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage 2014/2015 : Rétrospective et perspectives Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage Rétrospective 2014 L annonce, l année dernière, par la Réserve fédérale américaine (Fed) de réduire

Plus en détail

Edition spéciale de l Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses EDITION SPÉCIALE

Edition spéciale de l Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses EDITION SPÉCIALE EDITION SPÉCIALE Edition spéciale de l Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses L indice perd 1,83% en janvier 2015 La mauvaise performance de janvier se reflète également dans l allocation

Plus en détail

Inflation américaine % Chômage américain %

Inflation américaine % Chômage américain % FLASH MARCHÉS Rédigé le 17 juin 2013 Violent décrochage de la dette émergente : l opportunité d accroître ses positions? Le point avec Brigitte Le Bris, directeur taux internationaux et devises, Clothilde

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

de l'équipe de gestion diversifiée de Schroders

de l'équipe de gestion diversifiée de Schroders Publié en avril 2015 Réservé aux investisseurs et aux conseillers financiers professionnels Stratégie d'investissement mensuelle de l'équipe de gestion diversifiée de Schroders Section 1 : Opinions mensuelles

Plus en détail

ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION

ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION ANNEE 2011 1 ANANTA PATRIMOINE S.A. (Genève) est une société de gestion affiliée à l O.A.R.G. (Organisme d Autorégulation des Gérants de patrimoine) sous le numéro d agrément

Plus en détail

Actions Européennes : 3 thèmes pour 2015

Actions Européennes : 3 thèmes pour 2015 PERSPECTIVES 2015 Actions Européennes : 3 thèmes pour 2015 Diego Franzin, Directeur de la Gestion Actions Européennes Janvier 2015 Actions européennes : perspectives Diego Franzin Directeur de la Gestion

Plus en détail

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 30 SEPTEMBRE 2011

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 30 SEPTEMBRE 2011 LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 30 SEPTEMBRE 2011 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance Epargne Pension AEP - Assurance Epargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas

Plus en détail

COMPRENDRE NOS CONVICTIONS SUR LES PERSPECTIVES DU SECTEUR FINANCIER FRANÇAIS (BANQUE / ASSURANCE)

COMPRENDRE NOS CONVICTIONS SUR LES PERSPECTIVES DU SECTEUR FINANCIER FRANÇAIS (BANQUE / ASSURANCE) JUIN 2015 CONVICTIONS & PERSPECTIVES COMPRENDRE NOS CONVICTIONS SUR LES PERSPECTIVES DU SECTEUR FINANCIER FRANÇAIS (BANQUE / ASSURANCE) PLACEMENT ATHENA FINANCE JUIN 2015 Nos convictions Nos convictions

Plus en détail

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES La Banque de Luxembourg met à votre service son expertise en matière de gestion de patrimoine. En choisissant

Plus en détail

Choc financier et prix des matières premières

Choc financier et prix des matières premières Choc financier et prix des matières premières Olivier BIZIMANA Direction des Études Économiques http://kiosque-eco.credit-agricole.fr 15 décembre 2008 1 Olivier Bizimana 33 (0)1.43.23.67.55 olivier.bizimana@credit-agricole-sa.fr

Plus en détail

L évolution du marché des OPCVM à fin novembre

L évolution du marché des OPCVM à fin novembre L évolution du marché des OPCVM à fin novembre Après avoir enregistré une belle progression en octobre, le marché des fonds de droit français voit son encours se replier de -0,2%, l équivalent de 1,6 milliard

Plus en détail

Perspectives et stratégie de placement 2012. Premier trimestre 2012

Perspectives et stratégie de placement 2012. Premier trimestre 2012 Perspectives et stratégie de placement 2012 Premier trimestre 2012 Macro-économie générale & marchés obligataires Les perspectives économiques mondiales se sont significativement détériorées depuis cet

Plus en détail

Taux de change. Calendrier des évènements de la semaine. openbook.etoro.com. Rendez-vous sur le nouveau réseau social de Trading d'etoro :

Taux de change. Calendrier des évènements de la semaine. openbook.etoro.com. Rendez-vous sur le nouveau réseau social de Trading d'etoro : Rendez-vous sur le nouveau réseau social de Trading d'etoro : openbook.etoro.com Les marchés action sont repartis à la hausse cette semaine suite à différents chiffres économiques qui ont entrainé un rebond.

Plus en détail

Perspectives du marché pétrolier et évolution du fonds LFP ENFA Vision Pétrole

Perspectives du marché pétrolier et évolution du fonds LFP ENFA Vision Pétrole Perspectives du marché pétrolier et évolution du fonds LFP ENFA Vision Pétrole Cette Lettre Vision Pétrole aborde les perspectives du marché pétrolier et informe des modifications du fonds LFP ENFA Vision

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

49 BIS AVENUE FRANKLIN ROOSEVELT 75008 PARIS TÉL : 01 55 34 97 00 FAX : 01 55 34 97 01 S.A. AU CAPITAL DE 2 026 213..68-384 115 887 PARIS 671C

49 BIS AVENUE FRANKLIN ROOSEVELT 75008 PARIS TÉL : 01 55 34 97 00 FAX : 01 55 34 97 01 S.A. AU CAPITAL DE 2 026 213..68-384 115 887 PARIS 671C 49 BIS AVENUE FRANKLIN ROOSEVELT 75008 PARIS TÉL : 01 55 34 97 00 FAX : 01 55 34 97 01 S.A. AU CAPITAL DE 2 026 213..68-384 115 887 PARIS 671C -SOCIÉTÉ DE GESTION DE PORTEFEUILLE AGRÉMENT N GP95012 TVA

Plus en détail

PERSPECTIVES ALLOCATION

PERSPECTIVES ALLOCATION PERSPECTIVES ALLOCATION Document destiné aux clients professionnels La patience de la Fed bientôt à bout? Raphaël Gallardo Stratégiste - Investissement et Solutions Clients A lors que la grande majorité

Plus en détail

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or Argumentaire d investissement sur les minières Or I/ Situation du marché de l or Physique 1/ Evolution sur les trois dernières années. Après avoir profité d une situation de stress importante sur l économie

Plus en détail

Votre patrimoine est une histoire qui s écrit. Macroéconomie. novembre 2015. Olivier KELSCH Conseiller Privé Gérant. Mob.

Votre patrimoine est une histoire qui s écrit. Macroéconomie. novembre 2015. Olivier KELSCH Conseiller Privé Gérant. Mob. Votre patrimoine est une histoire qui s écrit Macroéconomie novembre 2015 Olivier KELSCH Conseiller Privé Gérant Mob. 06 25 83 20 79 SYNTHESE Les fondamentaux économiques restent positifs aux Etats-Unis

Plus en détail

Le ralentissement de la croissance économique et des bénéfices des entreprises n altère pas notre optimisme pour l année à venir

Le ralentissement de la croissance économique et des bénéfices des entreprises n altère pas notre optimisme pour l année à venir Le ralentissement de la croissance économique et des bénéfices des entreprises n altère pas notre optimisme pour l année à venir Janvier 2008 Philipp Vorndran Senior Investment Strategist, Multi-Asset

Plus en détail

PERSPECTIVES ALLOCATION

PERSPECTIVES ALLOCATION PERSPECTIVES ALLOCATION Document destiné aux clients professionnels Guerre des changes : fin de l acte II? Raphaël Gallardo Stratégiste - Investissement et Solutions Clients D ans un monde marqué par un

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

J.P. Morgan Asset Management. Obligations convertibles mondiales

J.P. Morgan Asset Management. Obligations convertibles mondiales DOCUMENT RESERVE AUX PROFESSIONNELS NE PAS DISTRIBUER AU PUBLIC J.P. Morgan Asset Management Obligations convertibles mondiales Antony Vallée, Responsable de la gestion convertibles Philosophie d investissement

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa

Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa Petit rappel des faits Partie I : Marché des actions et banques centrales Mars - juillet 2012 :

Plus en détail

OFI Bond Allocation Gestion obligataire flexible et dynamique sous contrainte de risque

OFI Bond Allocation Gestion obligataire flexible et dynamique sous contrainte de risque CONFÉRENCE OFI INNOVATIONS ET RECOMMANDATIONS 2015 OFI ASSET MANAGEMENT OFI Bond Allocation Gestion obligataire flexible et dynamique sous contrainte de risque Yannick LOPEZ Directeur des gestions Taux

Plus en détail

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014 LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie DONNÉES au 30 juin 2014 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance épargne Pension AEP - Assurance épargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 ACTUALITE ECONOMIQUE L activité mondiale devrait poursuivre son affermissement. L impulsion est donnée par les pays avancés, bien que leurs redressements restent inégaux.

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Perspectives et stratégie de placement

Perspectives et stratégie de placement Perspectives et stratégie de placement Mars 2014 Independent Asset Managers since 1982 Environnement macro-économique Au niveau macro-économique, les chiffres économiques récents aux Etats-Unis indiquent

Plus en détail

End of the floor on EURCHF

End of the floor on EURCHF Les marchés financiers en toute sérénité End of the floor on EURCHF 11 March 2015 Need to revise risk management and hedging strategies? 15 January: was this a black swan? What hints helped anticipating

Plus en détail

POINT SUR LES OPPORTUNITES DE PLACEMENTS POUR LES CARPA NOVEMBRE 2014

POINT SUR LES OPPORTUNITES DE PLACEMENTS POUR LES CARPA NOVEMBRE 2014 POINT SUR LES OPPORTUNITES DE PLACEMENTS POUR LES CARPA NOVEMBRE 2014 1. PLACEMENTS COURT TERME 1.1 Fonds monétaire Ces placements permettent d optimiser la gestion de trésorerie sur un horizon 1 à 15

Plus en détail

Développements. Internationaux

Développements. Internationaux Développements Internationaux Pétrole et matières premières Le cours de l or noir a baissé à nouveau Au quatrième trimestre 2015, le cours du Brent a fluctué autour de 45 $ par baril en moyenne. L offre

Plus en détail

Juillet-Août 2010. LETTRE MENSUELLE numéro 8 L IMMOBILIER

Juillet-Août 2010. LETTRE MENSUELLE numéro 8 L IMMOBILIER Juillet-Août 2010 LETTRE MENSUELLE numéro 8 L IMMOBILIER Les prix qui avaient baissé de 5 à 10% en 2009 ont regagné le terrain perdu depuis le début de l année. Les prix de l ancien nous semble toutefois

Plus en détail

État de la conjoncture économique de la zone Euro au 31 Octobre 2015. Source: Bloomberg. LÉGENDE

État de la conjoncture économique de la zone Euro au 31 Octobre 2015. Source: Bloomberg. LÉGENDE Dashboard Economique de la zone Euro Notre tableau de bord vise à aider les investisseurs à comprendre l état de santé économique de la zone Euro. Ce document ne saurait et n a pas vocation à prédire la

Plus en détail

PERSPECTIVES ALLOCATION

PERSPECTIVES ALLOCATION PERSPECTIVES ALLOCATION Document destiné aux clients professionnels Sous le signe des taux Raphaël Gallardo Stratégiste - Investissement et Solutions Clients L e rally sur les marchés actions des pays

Plus en détail

BCE : «et croyez-moi, ce sera suffisant»

BCE : «et croyez-moi, ce sera suffisant» Aperiodique n 16/075 15 mars 2016 BCE : «et croyez-moi, ce sera suffisant» La BCE a annoncé qu elle augmentait le montant du QE de 20 Mds EUR par mois et qu elle ajoutait certaines obligations d entreprises

Plus en détail

Métaux industriels. Pétrole

Métaux industriels. Pétrole Nous sous-pondérons les matières premières les plus cycliques (métaux industriels et pétrole). Mais nous considérons toujours l or et les autres métaux précieux comme des valeurs refuge. Les matières premières

Plus en détail

de l'équipe de gestion diversifiée de Schroders

de l'équipe de gestion diversifiée de Schroders Publié en mars 2015 Réservé aux investisseurs et aux conseillers financiers professionnels Stratégie d'investissement mensuelle de l'équipe de gestion diversifiée de Schroders Section 1 : Opinions mensuelles

Plus en détail

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ mars 2015 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 Contexte de marché en Europe 4 INTRODUCTION Après une courte accalmie sur le marché des taux en février, la chute des rendements a repris

Plus en détail

Perspectives 2015 Divergences

Perspectives 2015 Divergences NOVEMBRE 2014 Perspectives 2015 Divergences Jean-Sylvain Perrig, CIO Union Bancaire Privée, UBP SA Rue du Rhône 96-98 CP 1320 1211 Genève 1, Suisse Tél. +4158 819 21 11 Fax +4158 819 22 00 ubp@ubp.com

Plus en détail

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses Global Custody Solutions Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses Performance des caisses de pension suisses au 31 mars 2010 Résultats positifs pour le quatrième trimestre consécutif Rendement

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

Macro Network Consensus

Macro Network Consensus 3 ème trimestre 2015 NUMERO 3 Macro Network Consensus Le Macro Network Consensus consulte les économistes de la place de Genève et de Paris pour établir un consensus macroéconomique européen sur les risques

Plus en détail

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT La Banque de Luxembourg met à votre service son expertise en matière de gestion

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2015 asdf Nations Unies New York, 2015 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial La croissance mondiale progressera légèrement

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

La lettre patrimoniale n 17 - Octobre 2014

La lettre patrimoniale n 17 - Octobre 2014 Actualité Marchés Panorama Malgré quelques surprises, l année 2014 se déroule comme prévu Vente massive des marchés émergents : l importance de la gestion des risques pour optimiser les rendements Envolée

Plus en détail

«Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde».

«Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde». «Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde». Un contexte toujours difficile Conséquences pour les placements Conséquences pour la gestion des CARPA Reste-t-il des opportunités?

Plus en détail

Perf. Depuis le 31/12/14. Depuis le 31/12/14 ÉCONOMIE. Perf. Depuis le 31/12/14 MARCHÉS. Perf. Depuis le 31/12/14

Perf. Depuis le 31/12/14. Depuis le 31/12/14 ÉCONOMIE. Perf. Depuis le 31/12/14 MARCHÉS. Perf. Depuis le 31/12/14 Edition du 07 décembre 2015 Actualités du 31 novembre au 04 décembre 2015 Marchés Actions 04/12/15 CAC 40 4691-4,9% -5,2% 9,8% Eurostoxx 50* 3310-5,1% -3,8% 5,2% S&P 500 2050-1,9% -2,5% -0,50% Marchés

Plus en détail

Les Web Conférences Cortal Consors

Les Web Conférences Cortal Consors Les Web Conférences Cortal Consors Des formations gratuites! Échangez en direct avec des experts un large choix de formations accessibles et interactives tout au long de l'année Comment diversifier ses

Plus en détail

Stratégie d investissement

Stratégie d investissement Stratégie d investissement SG Private Banking Lettre de la Stratégie d Investissement AVRIL 2009. N 26 Éditorial Il est désormais acquis que l activité connaît dans les pays développés une récession sans

Plus en détail

La parité des risques

La parité des risques 24 La parité des risques La pertinence des stratégies de parité des risques Si l on devait résumer la notion de «parité des risques» (ou Risk Parity en anglais) en un seul mot, le terme de «diversification»

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

La Chine atterrit et le marché décolle!

La Chine atterrit et le marché décolle! Que s'est-il passé en avril? Focus Marchés Commentaires de marché En avril, le ralentissement économique du premier trimestre est confirmé par les chiffres de croissance publiés en Chine et aux Etats-Unis.

Plus en détail

Etude de marché sur les SCPI - 16 questions à l attention des CGP

Etude de marché sur les SCPI - 16 questions à l attention des CGP Etude de marché sur les SCPI - 16 questions à l attention des CGP Etude de marché SCPI Exclusive Partners, société indépendante de conseil en investissement a réalisé en août-septembre 2012 une étude auprès

Plus en détail