Climats. petits-enfants p. 7. Bien occuper vos. juillet 2010 n 64. Le magazine de votre retraite

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Climats. petits-enfants p. 7. Bien occuper vos. juillet 2010 n 64. Le magazine de votre retraite"

Transcription

1 Climats Le magazine de votre retraite CAISSE NATIONALE DE RETRAITES DES AGENTS DES COLLECTIVITES LOCALES Forum Retraite : entre crise financière et réforme p. 4 «Bien vieillir- Vivre ensemble» à Cherbourg-Octeville p. 10 Bien occuper vos petits-enfants p. 7 juillet 2010 n 64

2 En bref DU NOUVEAU SUR NOS SITES INTERNET Pour faciliter votre navigation sur son portail, la direction des Retraites de la Caisse des Dépôts a mis en œuvre un moteur de recherche plus performant. Autre évolution : votre espace retraite change de nom et devient votre espace personnalisé, encore plus sécurisé. Cette année, au 1 er avril, la revalorisation générale des pensions de la CNRACL, fixée par décret, est de 0,9 % C est le nombre de plis reçus, par jour, par le service courrier de la Caisse des Dépôts POUR CONTACTER VOTRE CAISSE DE RETRAITE Par courrier (évitez les envois recommandés, ils sont coûteux et rarement utiles) : 1 Caisse des Dépôts - CNRACL - rue du Vergne Bordeaux cedex Par courriel : 2 Choisissez votre profi l : «Vous êtes retraité», rubrique : «Contactez-nous». Un formulaire de contact est à votre disposition. Il vous permettra de poser vos questions. 3Par téléphone : au moment de votre appel, munissez-vous de votre numéro de pension et de votre numéro de Sécurité sociale. En fonction de votre question, l un ou l autre de ces numéros vous sera demandé. PROFITEZ DES HEURES CREUSES De 9 h à 12 h De 12 h à 16 h Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Périodes très chargées Périodes assez chargées Périodes peu chargées LES BONS NUMÉROS POUR NOUS JOINDRE Quoi? Votre pension CNRACL Informations sur : son montant, ses dates de virement, les modalités de changement d adresse et de compte, la majoration pour enfants Émission d attestations fiscales et de paiement Toute autre information sur votre pension Le Fonds d action sociale les aides les chèques vacances les prêts sociaux Cesu (toutes prestations, hors aide ménagère) le catalogue Vacancez-vous la carte loisirs Vikiva Numéro? Quand? Serveur vocal disponible 7 j/7 et 24 h/24 Du lundi au vend. de 9 h à 16 h Du lundi au vendredi de 9 h à 16 h Dates de virement des retraites CNRACL Votre pension est versée dans les derniers jours de chaque mois. Si votre compte n est pas crédité le premier jour du mois suivant, merci de vous renseigner auprès de votre teneur de compte (banque, Banque postale, Caisse d Épargne) avant de contacter la CNRACL. Les dates de paiement sont disponibles 7 j/7 et 24 h/24 sur le serveur vocal, , et sur le site, profi l «Vous êtes retraité», «Informations pratiques». Attention : la réglementation applicable par la CNRACL ne permet pas de verser des acomptes ou de virer votre pension avant les dates indiquées ci-contre. Vous devez prévoir un délai supplémentaire pour que le montant de votre retraite soit effectivement porté sur votre compte. Virements bancaires Mai /05 27/05 Juin /06 28/06 Juillet /07 28/07 Août /08 27/08 Septembre /09 28/09 Octobre /10 27/10 Novembre /11 26/11 Décembre /12 22/12 Banque postale Caisse nationale d épargne Lettre-chèque postale Mandat carte international Votre magazine Climats est gratuit et adressé automatiquement trois fois par an à tous les pensionnés de la CNRACL. Il peut être téléchargé sur le site 2 Climats n 64 juillet 2010

3 sommaire Pascal Saura - CDC L a venue de l été ne fait pas oublier à nos retraités habitant la Vendée, la Charente- Maritime, la Vienne, les Deux Sèvres et les communes environnantes le drame de la tempête Xynthia. Le Fonds d action sociale, attentif aux situations des retraités en grande difficulté, pourra être à leur côté dans le cadre d un dispositif d aides mis en place de manière pérenne par le Conseil d administration. Le guide de l action sociale 2010 est à votre disposition sur simple demande et accessible sur le site internet Sujets plus paisibles, découvrez dans votre magazine le devenir de votre courrier depuis que la gestion électronique de données (GED) permet de numériser les documents, et les nouvelles modalités d accueil à l espace retraités instaurées pour renforcer la sécurité de l accès au site Internet de la CNRACL. Claude Domeizel, président du Conseil d administration de la CNRACL, sénateur des Alpes-de-Haute-Provence Après la tempête Et puis à cette époque de l année, toutes les formules de vacances existent pour rêver ou pour partir! Les pages Evasion vous transporteront au Mali dans le cadre d une démarche solidaire, à Paris au mois d août, au Canada sous les couleurs de l été indien. Vous ferez également connaissance avec une toute nouvelle prestation de l ANCV, qui propose aux retraités de plus de 60 ans, non imposables, de partir sur tout le territoire, en pension complète, avec un montant restant à charge modéré. Encore des idées! Si vous passez vos vacances avec vos petits-enfants, Climats vous suggère quelques bonnes recettes pour les amuser À moins que les offres informatiques ne vous tentent! Quel que soit votre choix, faites attention au soleil et à la chaleur. Bon été et agréable lecture à toutes et à tous! En cahier central, retrouvez votre Cahier Infos Actualités de la CNRACL p. I Évolutions législatives et réglementaires Zoom sur ce qui vous concerne. Votre caisse et vous p. III Les services en ligne sur Internet Un espace personnalisé et sécurisé. p. IV Le Répertoire national commun de la protection sociale Un fichier unique pour la protection sociale. p. VI La vie d un courrier adressé à votre caisse de retraite Les partenaires de la CNRACL p. VII Prêts sociaux aux retraités de la CNRACL p. VII La carte Vikiva société P. 4 Forum Retraite : entre crise financière et réforme vie quotidienne P. 7 Bien occuper vos petits-enfants P. 8 Le soleil à petite dose P. 8 La technologie adaptée aux seniors rencontre P. 9 Dans l intimité des grands maîtres initiatives P. 10 «Bien vieillir - Vivre ensemble» à Cherbourg-Octeville évasion P. 12 Mali terre de légendes P. 14 Incontournables! Villages de vacances P. 15 Paris au mois d août Le papier utilisé pour la fabrication de ce magazine répond aux critères PEFC qui contribuent à la gestion durable des forêts. Climats n 64 juillet Caisse des Dépôts Retraites, rue du Vergne, Bordeaux cedex, tél. : Directeur de la publication : Gérard Perfettini. Rédacteur en chef : Martine Etcheverria. Conception, réalisation : Reed Publishing. Impression : Imaye Graphic. Photo de couverture : Epictura. Illustrations cahier infos : Michel Nolot. ISSN Dépôt légal : 3 e trim Climats n 64 juillet

4 société Forum Retraite entre crise financière Credit: Jean-Marie Laugery et réforme Quelles conséquences la crise a-t-elle sur les retraites? Quelles sont les nouvelles donnes pour la future réforme de 2010? Autant de points cruciaux qui ont fait l objet de débats lors du traditionnel Forum organisé par la direction des Retraites de la Caisse des Dépôts, le 30 mars à Bordeaux. i, à l origine, la crise est de nature financière, elle s est transformée en crise économique et sociale comme l ont démontré les intervenants du Forum lors de leurs tables rondes. Les exemples sont nombreux, chaque jour, de l impact sur le financement des régimes de retraite (complémentaire, obligatoire), mais aussi sur les individus. Les exemples de répercussions d Anna Cristina d Addio, de l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), le démontrent. Là où la part des pensions privées et l épargne retraite étaient importantes, la crise a eu une plus grande ampleur, comme au Canada, aux Pays-Bas, aux États-Unis, en Australie et au Royaume- Uni, où les pertes ont été considérables. De même, là où l épargne retraite était investie dans des produits à risques, les dispositifs de retraite individuels et l équilibre financier des régimes ont été fortement touchés. Comme l ont été aussi les pays dont l équilibre financier des régimes publics était précaire. À l évidence, les personnes les plus impactées sont celles qui avaient investi dans des régimes à cotisations définies, et qui se rapprochent de l âge de la retraite. À la suite de cette crise, certains pays devront obligatoirement renforcer leurs filets de protection pour les personnes âgées, comme l ont déjà fait la Finlande, l Espagne, la Belgique ou encore la France. «La crise a mis en exergue la vulnérabilité des régimes privés à cotisations définies», a analysé Anna Cristina d Addio. De fait, l avenir des retraites est un sujet d inquiétude pour 64 % des Français (1). Ce taux atteint 84 % pour les jeunes actifs 41 % d entre eux étant même très inquiets (2). 4 Climats n 64 juillet 2010

5 Le Forum a été l occasion de réfl échir à l avenir des retraites avec, entre autres intervenants, Henri Sterdyniak, directeur du département économie de la mondialisation de l OFCE (ci-contre, en haut) et Claude Domeizel président du Conseil d administration de la CNRACL (ci-contre). Beaucoup s accordent à dire qu il faut refonder notre sytème. Mais comment? En savoir + À lire : Guide pratique de la retraite, de Patrick Lelong, éditions Jacob-Duvernet, 2009, 11. Des Liens et des transferts entre générations, d André Masson, éditions de l EHESS, 2009, 28. Les Retraites en France et dans le monde, nouvelles problématiques, de François Charpentier, éditions Économica, 2009, 29. Sur Internet : Les Pensions dans les pays de l OCDE 2009 : panorama des systèmes de retraites, ouvrage collectif de l OCDE, 2009, téléchargeable sur 35. Des informations, notamment sur les comptes notionnels, sur le site «Je me demande à quoi ma pension va ressembler dans quelques années.», «La retraite? Je ne me fais pas d illusion, je percevrai une pension qui ressemblera à une peau de chagrin si je ne trouve pas de solutions alternatives» sont autant de questions que les Français se posent. La crise financière a mis en évidence les risques que les placements financiers faisaient courir, avec une énorme variabilité selon la composition du portefeuille, entre obligations et actions. Pour autant, d autres périls potentiels et incertitudes pèsent sur les retraites : économiques, démographiques, mais aussi sociaux. La réforme des retraites 2010 qui s amorce va donc devoir s adapter à un contexte très délicat : l allongement de l espérance de vie, le déséquilibre croissant entre actifs et retraités et un taux de fécondité plutôt à la baisse. Une réforme systémique? Une nouvelle réforme, d accord, mais laquelle? Beaucoup s accordent à dire qu il faut repenser notre système. Mais de quelle façon? En repoussant l âge légal de départ à la retraite? En augmentant les cotisations? Autant de propositions brûlantes, on le sait, mises sur la table. Même si notre système fondateur de retraites par répartition est mis à mal par les paramètres précités (longévité, déséquilibre actifsretraités ), il semble acquis que l on ne le remette pas en cause, même si l idée d une part de retraite par capitalisation fait son chemin, les Français, du reste, étant à 60 % favorables à un mix des deux (3). Alors, quelle autre piste? Celle d une réforme systémique, indiquent plusieurs spécialistes, le Conseil d orientation des retraites lui-même n écartant pas l hypothèse. De quoi s agirait-il? En fait, de remplacer notre actuel régime reposant sur les annuités par un régime par points, ou un régime en comptes notionnels. Les deux systèmes, qui appartiennent tous les deux à la «branche» répartition, sont d ailleurs assez proches. En simplifiant, disons que, dans le premier déjà appliqué par les régimes complémentaires (Arrco et Agirc) l assuré acquiert des points tout au long de sa carrière, sa pension résultant du nombre de points multiplié par la valeur du point. Alors que, dans le second, le salarié accumule un capital virtuel correspondant aux cotisations versées. Ce capital dit «notionnel» lui est versé, au moment où il part à la retraite, sous forme d une pension calculée en fonction de deux critères : son âge et son espérance de vie à ce moment précis. Le régime en comptes notionnels adopté en Suède et en Italie a fait débat au Forum. Pour Jean-Louis Guérin, de la Direction régionale du Climats n 64 juillet

6 société Parmi les intervenants du forum, fi guraient Anna Cristina d Addio de l OCDE et Patrick Lelong, journaliste économique et fi nancier à France Info. Les Français face à leurs contradictions Anna Cristina d Addio, Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). «Suite à cette crise, certains pays devront obligatoirement renforcer leurs filets de protection pour les personnes âgées, comme l ont déjà fait la Finlande, l Espagne, la Belgique ou la France. D autres ont mis en place des versements exceptionnels dans le cadre de plan de relance (États- Unis). Certains ont autorisé l accès anticipé à l épargne retraite (Islande), bien que cette mesure s avère quelque peu risquée. De nombreux pays étudient la possibilité d investissement dans des plans de retraite à risque différencié selon l âge, d autres encore ont modifié leur cadre réglementaire.» «Des filets de protection.» développement économique et territorial Nord-Pas-de-Calais, c est un «système très flou, défini par des paramètres techniques compliqués». Pour Antoine Bozio, de l Institute for fiscal Studies de Londres, il «permet des choix sociaux très clairs et d augmenter la redistribution vers les actifs aux salaires les plus faibles». Henri Sterdyniak, de l Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), a fait observer que ce régime «offre le choix aux individus de partir précocement à la retraite avec une petite pension (sachant qu à 60 ans le taux de remplacement n est assuré qu à 48 %), ou de demeurer en activité jusqu à 67 ans afin de bénéfi c ier d une retraite satisfaisante. Le montant de la pension dépend de façon cruciale des années de travail effectuées entre 60 et 67 ans, période qui n est pas la plus facile du point de vue des employés.» Claude Domeizel, sénateur des Alpes-de-Haute-Provence, président du Conseil d administration de la CNRACL, y voit «une méthode intéressante pour calculer le montant de la retraite». On le voit, le débat est ouvert. Après les idées, place aux actes. Rendez-vous cet automne à l Assemblée nationale. Patrick Coudreau 1 et 3) Sondage Cecop-CSA, février ) Enquête Ipsos, mai Selon un sondage Cecop-CSA de 2007, 75 % des jeunes actifs jugent indispensable de trouver des solutions d épargne alternatives pour conforter la pension qu ils recevront lorsqu ils seront à la retraite. Ils privilégient les solutions individuelles aux solutions collectives telles que les plans d épargne du style PPESV, Perco, etc. Dans le même temps, différentes enquêtes de comportement montrent des Français contradictoires, voire quelque peu passifs face à la question de l épargne. En 2007, un cinquième d entre eux seulement déclarait épargner en vue de sa future retraite, beaucoup considérant que le financement des retraites doit être pris en charge principalement par l État. Une tendance rapportée, lors du Forum, par Florence Legros, de l université Paris-Dauphine, qui a ajouté que l «implication des entreprises au travers de l épargne salariale» fait également l objet d une attente de la part des employés. Autre «habitude» prise par nos concitoyens, observée là encore par Florence Legros : «Tous reportent la préparation de la retraite à la tranche d âge qui suit la leur. Une certaine myopie persiste donc, en dépit de la crise.» 6 Climats n 64 juillet 2010

7 vie quotidienne Credit: Epictura «J m ennuie On fait quoi?» Pour ne manquer d aucune ressource cet été, voici quelques recettes pour occuper joyeusement vos chères Bien occuper têtes blondes. vos petits-enfants Proposez de nouvelles activités 1 sportives : natation, golf, parcours acrobatiques dans les arbres L été est propice aux découvertes. Une belle occasion de partager votre expérience, tout en gardant la forme! Contactez votre office du tourisme pour savoir où se pratiquent ces activités dans votre région. Amusez-vous ensemble sur Internet : coloriage, jeux, recettes de 2 cuisine sur le Web, les sites tels que ou fourmillent d idées en tout genre, et sont suffisamment simples pour que vos chérubins puissent manier la souris sans souci! Accompagnez-les, et surfez à tout va. Mettez-vous au fourneau : dès 3 4 ans, les enfants ne demandent qu à mettre la main à la pâte. Initiezles à la cuisine avec, par exemple, le grand classique du cuisinier Michel Oliver, La Pâtisserie est un jeu d enfants (éd. Plon, 21 ). Développez l imaginaire : dessinez, chantez ou faites une chasse 4 au trésor pour vous amuser, tout en conservant des moments inoubliables en compagnie de vos petits-enfants. Les jours de pluie, pourquoi ne pas créer une gazette familiale qui raconte l histoire ou l actualité de votre famille? Organisez une randonnée : 5 faites preuve d inventivité. La randonnée n est pas vraiment l activité préférée des plus jeunes! Entraînez-les dans un parcours inventif et ludique. Invitez-les à pêcher dans un lac de montagne, à admirer les marmottes, les fleurs rares La Fédération française de randonnée pédestre (www. ffrandonnee.fr) propose de nombreux itinéraires. 6 Découvrez de nouveaux jeux de société : les grandes vacances sont l occasion d apprendre les règles de nouveaux jeux. Le site vous permettra de trouver la ludothèque la plus proche de chez vous. N oubliez pas! Les jeux oraux comme le logorallye : «Je te cite trois mots et tu fabriques une histoire avec.» sont tout aussi propices aux moments de détente, et pour pas un sou! 7 Explorez le monde ensemble : pousser la porte d un musée ou d un restaurant chinois, écouter un concert, voir une pièce de théâtre Vivez ensemble de nouvelles expériences et partagez ensuite vos impressions autour d une glace Invitez un cousin ou un copain : 8 à deux, on trouve plus facilement des idées. Équipez-vous en ballons, raquettes, balançoire Partagez leur passion pour les 9 jeux vidéo : faites-vous initier, et même si vous ne devenez pas un expert, l envie de partager et d y prendre du plaisir suffisent. Racontez une comptine : en 10 tant que grands-parents, vous êtes un conteur né. Ces moments sont l occasion de partager tendresse et complicité! Christophe Polaszek En savoir + Pour en faire davantage. Profitez des activités proposées par les centres de loisirs de votre commune ou de votre région. Renseignez-vous auprès de votre mairie, et n oubliez par d inscrire vos petits-enfants assez tôt pour éviter les listes d attente. À lire. Profession, grands-parents. Tout ce qu il faut savoir pour s occuper de ses petits-enfants, d Élizabeth Laban, Barbara Trostler et Myron Laban, éd. Marabout, 2010, 10,90. Le Livre des grands-pères épatants avec leurs petits-enfants, de John Gribble, éd. Fetjaine, 2010, 12,90. Climats n 64 juillet

8 vie quotidienne Credit: D. R. Le soleil à petite dose Quelques principes rappelés par le D r Laura Barthés- Anidjar, dermatologue, pour profiter des beaux jours sans agresser la peau. Le soleil, un ami? Oui! C est une source de bien-être moral et physique. Notre corps en a besoin pour synthétiser la vitamine D, indispensable à la solidité des os. Mais dix minutes d exposition par jour en été suffisent à renouveler le stock de vitamine D pour l année. Comment se protéger efficacement? Il est conseillé de ne pas s exposer directement entre 12 et 16 heures, et de se couvrir la peau avec des vêtements à manches longues, et la tête avec un chapeau, sans oublier les lunettes à monture enveloppante. L important est de ne pas attraper de coup de soleil. C est le signe que la peau ne supporte plus les rayons. Autre point important : la protection des enfants est déterminante pour éviter qu ils développent un cancer plus tard. Quelle crème? Une crème ou un spray avec un indice de 50 doit être appliquée toutes les deux heures. Progressivement, l indice peut être baissé, mais jamais le nombre d applications. Il faut également vérifier que la crème filtre aussi bien les UVA que les UVB. Les UVA ayant un rôle majeur dans le vieillissement de la peau. Enfin, la protection sous un parasol n est jamais totale : l eau et le sable réfléchissent une partie des rayons par dessous. La crème reste donc indispensable, même à l ombre! La technologie adaptée aux seniors Formidables outils d apprentissage et de communication, Internet et la téléphonie mobile séduisent aussi les seniors. À condition que le matériel soit facile à utiliser L informatique, c est compliqué? Pas si sûr En effet, de plus en plus de fabricants proposent désormais des ordinateurs conçus spécialement pour les vrais débutants ou ceux qui ne veulent pas se compliquer la vie. À partir d une seule touche du clavier, au choix, on affiche à l écran les informations utiles au quotidien (météo, programme de télévision, cartes routières ), on écrit ses s, on regarde des photos ou des vidéos, on écoute de la musique Avec les ordinateurs à écran tactile, le plaisir est encore plus immédiat : des cases appelées «icônes» apparaissent sur l écran, et les commandes s exécutent en effleurant simplement du doigt celle de son choix. Plus besoin ni de clavier, ni de souris! Les fabricants ont même doté leurs modèles de fonctions d apprentissage usant de mots simples pour résoudre les éventuels problèmes. Autre progrès notable : la plupart de ces ordinateurs, débarrassés du superflu, résistent beaucoup plus efficacement aux virus qui circulent sur Internet! La magie Wi-Fi Les ordinateurs ont été aussi repensés pour que leur installation nécessite moins de câbles à brancher. Jusqu au Wi-Fi, qui permet de consulter Internet depuis toutes les pièces de la maison, sans aucun fil. Idéal lorsqu on possède un modèle portable! Pour en profiter, l ordinateur doit être équipé du système Wi-Fi (sur le marché, aujourd hui, presque tous en sont dotés) et le domicile être pourvu d une connexion Internet du même nom (une option généralement payante, qui nécessite quelques petits réglages). La plupart de ces modèles simplifiés se trouvent au rayon informatique des grandes enseignes et chez certains fournisseurs d accès à Internet. Simple, comme un coup de fil Autre domaine où la simplicité a gagné du terrain : la téléphonie mobile. Les grands opérateurs conçoivent aujourd hui des modèles aux fonctions réduites à l essentiel, avec larges touches, menus clairs et écran confortable*. Un fabricant propose même un portable ne comportant qu une seule touche! Il suffit d appuyer dessus pour contacter une opératrice, qui se charge de la mise en relation avec le numéro souhaité, qu il concerne la famille, les amis, les voisins Certains opérateurs proposent également une mise en relation 7 j/7 et 24 h/24 avec une plate-forme d assistance. On avait presque oublié qu un téléphone servait à téléphoner. Christophe Polaszek * Ces appareils sont généralement compatibles avec des appareils auditifs. Dans le coup Selon une étude récente du Credoc, 62 % des seniors sont équipés d un ordinateur ils étaient 45 % en 2008 et 74 % sont équipés d un téléphone mobile. Raison de ce succès : des produits de mieux en mieux adaptés et plus accessibles. À lire. À la découverte de son PC. Spécial grands débutants, de Frédéric Sachot, éd. Eyrolles, ,90. 8 Climats n 64 juillet 2010

9 Juillet 2010 n 64 Cahier Infos L actualité de votre retraite Actualités de la CNRACL : les dernières évolutions législatives et réglementaires Votre caisse et vous : les services en ligne sur Internet Vous déménagez à l étranger Les aides du Fonds d action sociale Le Répertoire national commun de la protection sociale (RNCPS) La téléassistance Les partenaires CNRACL : prêts sociaux aux retraités de la CNRACL La carte Vikiva. Credit: Getty Climats vous propose une fois par an de faire un point sur les principaux textes lois, décrets, circulaires parus pendant l année, et qui ont une incidence directe ou indirecte sur le retraité de la CNRACL que vous êtes. Évolutions législatives et réglementaires Zoom sur ce qui vous concerne Votre pension est revalorisée chaque année au mois d avril La loi de financement de la Sécurité sociale pour 2009, dans son article 79, prévoit que les revalorisations des pensions et rentes n interviennent plus au mois de janvier mais au mois d avril. Chaque année, fin mars, une circulaire interministérielle fixe le taux de revalorisation applicable au 1 er avril. Ainsi, fin avril, vous recevez un bulletin de paiement de la CNRACL. Une mesure progressive pour l Aspa L article 73 de la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2009 autorise l augmentation progressive entre 2009 et 2012 des montants et plafonds de ressources de l allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa), plus connue sous sa précédente dénomination de «minimum vieillesse». L Aspa est une garantie de ressources pour les personnes âgées de plus de 60 ans sans pension-retraite ou ayant trop peu cotisé pour bénéficier d une retraite suffisante. Cette revalorisation progressive de l ordre de 25 % concernera les personnes seules et les couples lorsqu un seul membre en bénéficie. Climats n 64 juillet 2010 I

10 Actualités de la CNRACL La neutralisation des effets de la décentralisation sur les finances du régime. La mise en œuvre de l étape II de la décentralisation concernant plus particulièrement l enseignement et les routes, avec le transfert des techniciens ouvriers et de services (TOS), prévue par la loi «libertés et responsabilités locales» du 13 août 2004 a pour conséquence l intégration de la majorité des agents concernés dans la fonction publique territoriale et leur affiliation à la CNRACL. L article 59 de la loi de finances pour 2010 instaure un dispositif de neutralisation financière pour la CNRACL des personnels de l État intégrés dans la fonction publique territoriale suite au transfert de compétences. À compter du 1 er janvier 2010, la CNRACL va reverser à l État le montant des cotisations perçues pour ces personnels et, en contrepartie, l État remboursera à la CNRACL le montant des prestations versées par le régime à compter de l admission à la retraite de ces agents ainsi que les charges de compensation générées. Vous souhaitez reprendre une activité professionnelle auprès d un employeur public? L article 88 de la loi du 17 décembre 2008 de financement de la Sécurité sociale pour 2009 libéralise le cumul d une pension de retraite et d un revenu d activité professionnelle versé par un employeur public. Depuis le 1 er janvier 2009, de nouvelles règles de cumul sont entrées en vigueur, qui permettent aux pensionnés, sous certaines conditions, de cumuler intégralement leur pension de retraite de base et une rémunération publique. La circulaire interministérielle DSS/3A/2009/45 précise les modalités d application de ces nouvelles règles. Une modification concernant la représentation des ministères de tutelle au Conseil d administration de la CNRACL Le décret du 11 novembre 2009 relatif à la tutelle sur les organismes de Sécurité sociale modifie le décret sur la Caisse nationale de retraites des agents des collectivités locales. La représentation des affiliés et des collectivités locales est inchangée. En revanche, la présence comme administrateurs de cinq représentants de l État est supprimée. Ainsi, seuls les deux commissaires du gouvernement représentant les ministères chargés de la Sécurité sociale et du Budget assistent désormais aux séances du Conseil d administration et des commissions constituées par celui-ci. Les commissaires du gouvernement sont assistés dans leur mission par un conseil de tutelle comprenant, outre les commissaires du gouvernement, les représentants des ministres chargés des Collectivités territoriales, de la Santé et de la Fonction publique. Le président du Conseil supérieur de la fonction publique hospitalière et celui de la fonction publique territoriale assistent également aux séances, sans voix délibérative. UNE RÉFORME QUI PEUT VOUS INTÉRESSER, NOTAMMENT SI VOUS AVEZ ÉTÉ AGENT HOSPITALIER Credit: Epictura Il s agit de la loi du 21 juillet 2009 portant sur la réforme de l hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires. La loi, dont l objectif est la réorganisation et la modernisation de l ensemble du système de santé, comprend quatre titres consacrés respectivement à la modernisation des établissements de santé, à l accès de tous à des soins de qualité, aux mesures de santé publique et à la prévention, enfi n à l organisation territoriale du système de santé. II Climats n 64 juillet 2010

11 Votre caisse et vous Credit: Getty Les services en ligne sur Internet un espace personnalisé et sécurisé Un espace personnalisé Depuis le mois de mai, votre «espace retraite» a changé de nom et devient votre «espace personnalisé». D accès gratuit, il vous permet de consulter à tout moment vos données personnelles telles que vos paiements de pension ou vos avis de situation. Vous avez également la possibilité d éditer des attestations, de télécharger des formulaires ou de consulter votre montant imposable. Grâce à ces services en ligne, vous gagnez du temps dans vos démarches administratives et évitez courriers ou appels téléphoniques inutiles. Un espace sécurisé Les conditions d accès à votre espace personnalisé Internet ont été renforcées. Mis en place depuis avril, ce nouveau dispositif améliore la sécurité de cet espace privé et modifie quelque peu votre connexion. Si vous étiez déjà inscrit : vous devez changer votre code confidentiel à la première connexion. Si vous n étiez pas encore inscrit : lors de votre inscription, un code de certification vous est communiqué, et vous recevez automatiquement un code confidentiel provisoire par courriel. Vous avez ensuite un délai de quinze jours pour vous connecter et ainsi valider votre inscription. Passé ce délai, votre inscription sera annulée. Lors de votre première connexion, saisissez votre code de certification et changez votre code confidentiel pour mieux le personnaliser. Désormais vous pouvez - changer votre code confidentiel à tout moment, - générer vous-même un nouveau code confidentiel en cas de perte de celui-ci. Bonne navigation sur notre site Internet profil «Retraité»! Vous déménagez à l étranger Si ce départ est défi nitif, c est-à-dire si votre résidence fi scale n est plus en France plus de 180 jours par an, votre situation, au regard des cotisations sociales, change. Vous pouvez également être soumis à des retenues à la source sur votre pension. Si ce départ n est que temporaire, il vous suffi t de faire suivre votre courrier par voie postale. Alors, avant de nous signaler tout changement d adresse, pensez à bien préciser qu il s agit d un départ défi nitif! n 64 juillet 2010 III Credit: Fotolia

12 Votre caisse et vous Les aides du Fonds d action sociale Un dispositif pour faire face aux besoins du quotidien comme à des situations exceptionnelles. La tempête Xynthia a durement frappé notre pays et occasionné, pour certains d entre vous, des dégâts matériels importants. Le Fonds d action sociale (FAS) de votre caisse de retraite, dont l objectif est d aider les retraités les plus démunis du régime, peut vous apporter son soutien financier. Ainsi, dans le cadre de son dispositif permanent, le FAS propose des aides financières spécifiques, non imposables et non remboursables, vous permettant de faire face à vos besoins quotidiens, mais également des aides exceptionnelles dans le cadre de dépenses ponctuelles liées à de graves difficultés. Les conditions d attribution de ces aides sont décrites dans le Guide de l action sociale Pour obtenir des renseignements complémentaires, vous pouvez contacter le FAS : par téléphone : , par courriel : («Profil retraités» > «Le Fonds d action sociale» > «Contactez-nous») par courrier : Caisse des Dépôts CNRACL - Fonds d action sociale Rue du Vergne Bordeaux cedex Credit: Getty Le Répertoire national commun de la protection sociale (RNCPS) Un répertoire unique pour la protection sociale De quoi s agit-il? Le RNCPS a été institué par l article L du code de la Sécurité sociale et autorisé par le décret n du 16 décembre 2009 après avis de la Cnil (Commission nationale de l informatique et des libertés). Afin de le mettre en œuvre, un projet a été lancé fin 2007, qui regroupe l ensemble des organismes chargés de la gestion d un régime obligatoire de Sécurité sociale, Pôle emploi et les caisses de congés payés. Ces organismes alimentent et consultent le répertoire. Les Urssaf, ainsi que les collectivités locales, pour l attribution d une aide sociale, pourront également le consulter. Le répertoire sera complété par un dispositif de gestion des échanges, qui pourra être utilisé par ces organismes entre eux et avec les administrations fiscales. Le RNCPS recense les bénéficiaires de prestations sociales et toutes les prestations qui leurs sont versées, sans les montants. Très concrètement, il permet, sur la base du numéro de Sécurité sociale (NIR) qui constitue l identifiant des bénéficiaires et la clé d accès au répertoire, de connaître les organismes auxquels une personne est rattachée et les prestations qui lui sont servies, à l exception des montants. Chaque organisme indique l adresse déclarée par l assuré pour le versement des prestations. Ces informations sont partagées entre tous les partenaires. À quoi cela sert-il? Le RNCPS a pour objectif de faciliter les démarches administratives, diminuer le temps de traitement des dossiers, améliorer la qualité du service IV Climats n 64 juillet 2010

13 Votre caisse et vous LA TÉLÉASSISTANCE UN SERVICE À LA PERSONNE AU QUOTIDIEN Se sentir seul, redouter des malaises ou des chutes sont les principales causes qui incitent à quitter son domicile. rendu et réduire les risques de fraude aux prestations sociales. Les acteurs du RNCPS Fin 2007, un comité de pilotage a été instauré, sous la présidence du directeur de la Sécurité sociale. Ce comité, et le groupe maîtrise d ouvrage associé, regroupent quatorze organismes directement impliqués dans le projet : l Acoss, l Agirc- Arrco, la CCMSA, la Cnaf, la Cnamts, la Cnav, la CNAVPL, la CNMSS, la CDC (pour l Ircantec et la CNRACL), le CI-BTP Union des caisses de France, le RSI, le SPE, Pôle emploi. Les régimes spéciaux sont informés par les deux derniers membres : la CPRP SNCF et la CNMSS. La direction de la Sécurité sociale coordonne les travaux. Elle est responsable du répertoire en tant que maître d ouvrage ; elle a pris en charge la présentation du dossier à la Cnil ainsi que la préparation du décret pris en Conseil d État (décret du 16 décembre 2009). Les travaux pour définir le contenu et le fonctionnement du dispositif sont réalisés avec des groupes d experts issus des différents organismes, réunis en fonction des thèmes à traiter. La Cnav est l opérateur du RNCPS. Les informations fournies au RNCPS sont sous la responsabilité des partenaires, d autant plus qu elles ont vocation à rester conservées par leurs soins (sauf impossibilités techniques particulières) : elles ne sont en effet collectées par le RNCPS que le temps nécessaire à leur consultation. Une association étroite et permanente entre les équipes ainsi mobilisées et la direction du projet a permis, début 2010, la livraison de la première partie du dispositif. Un projet original fondé sur le décloisonnement Le nombre très important d organismes concernés et le travail partenarial, basé sur le volontariat des contributeurs, constituent la principale originalité du projet. Ainsi et à titre d exemple, la Cnamts et la CNMSS participent directement aux travaux de qualification du dispositif ; la Caisse des Dépôts est contributeur pilote. L ampleur, la qualité et la richesse des échanges ainsi suscités et le dispositif RNCPS en lui-même font de ce projet un véritable exemple de décloisonnement institutionnel et administratif. Grâce à la téléassistance, vous pouvez rester chez vous en toute sérénité : vous disposez d un service d assistance à domicile accessible 24 h/24, et 7 j/7. En cas de nécessité, par une simple pression sur un boîtier, vous contactez ce service et un interlocuteur spécialisé vous apporte une présence, un soutien moral ou bien un secours. C est une solution sécurisante pour vous et pour vos proches. Depuis de nombreuses années, la CNRACL accompagne cette démarche : en aidant fi nancièrement ses retraités, à hauteur maximum de 20 par mois (les revenus mensuels du foyer ne doivent pas dépasser pour une personne seule et pour un couple), en proposant deux partenaires sélectionnés pour la qualité de leurs prestations. Filassist Contact Services, tél. : (0,12 /min, hors mobile) GTS Mondial Assistance, tél. : Si vous souhaitez obtenir des renseignements complémentaires, veuillez contacter directement ces partenaires, sans aucun engagement de votre part. Climats n 64 juillet 2010 V

14 Votre caisse et vous Dois-je vous envoyer mon avis d imposition sur mes revenus 2009 quand je le recevrai? Sauf demande explicite de notre part, vous n avez pas à nous envoyer ce document. En effet, la Direction générale des impôts et votre caisse de retraite ont mis en place un système d échange permettant de mettre à jour automatiquement, tous les ans, les précomptes de cotisations sociales effectués sur votre pension. La qualité de la gestion de votre pension de nouveau reconnue! Pour la troisième fois, le service qui gère votre pension a obtenu le renouvellement de la certification ISO 9001 par l Afaq (Association française d amélioration qualité). Cette certification garantit la volonté permanente d améliorer le service qui vous est rendu. Nous nous engageons ainsi à vous offrir un service de qualité afin de satisfaire au mieux vos attentes et vos besoins. Credit: Michel Nolot La vie d un courrier adressé à votre caisse de retraite 1. Courrier posté. Si vous nous adressez une demande par écrit, vous y avez indiqué votre nom, votre adresse et vos références de pension Vous postez la demande 3. Tri du courrier. Votre demande est transmise au service de la gestion des pensions. Chaque jour, douze personnes détachées de leurs groupes de travail «indexent» le courrier entrant. Indexer dans le jargon Caisse des Dépôts équivaut à définir le type d action répondant à votre courrier. 2. Arrivée du courrier. Votre demande arrive au service courrier de la Caisse des Dépôts qui reçoit et trie courriers en moyenne par jour 4. Numérisation. Les plis sont acheminés vers la cellule en charge de la numérisation, qui scanne votre courrier pour l enregistrer dans notre système informatique. 5. Traitement des dossiers. Le lendemain votre demande est lue à l écran par le groupe en charge de votre dossier. Il apportera dans les meilleurs délais la réponse appropriée. Cette technique permet un archivage de l ensemble des documents que nous échangeons avec vous et un suivi personnalisé de votre dossier, visible à tous les instants. VI Climats n 64 juillet 2010

15 Les partenaires de la CNRACL Prêts sociaux aux retraités de la CNRACL V otre caisse de retraite vous accompagne dans votre vie quotidienne pour, par exemple, réaliser des travaux d amélioration dans votre habitation principale ou pour faire face à une dépense importante imprévue. et pour un couple, votre résidence principale doit se situer en France métropolitaine ou dans un département d outre-mer, vous devez avoir moins de 80 ans et avoir renseigné une déclaration d état de santé. Caractéristiques des prêts : des taux d intérêts particulièrement attractifs (compris entre 0 et 4 %, selon les ressources du foyer), des frais d assurance invalidité/décès pris en charge par le FAS (Fonds d action sociale) de votre caisse de retraite, pas de frais de dossier. Conditions à remplir : la pension CNRACL doit être votre pension principale, vos ressources ne doivent pas dépasser pour une personne seule Vous souhaitez obtenir des renseignements ou bénéficier d un dossier d instruction? Par téléphone : Par courriel à : Par courrier : CNRACL, Services aux pensionnés, rue du vergne, Bordeaux cedex Sur le site Internet : (Profil Retraité, Rubrique Services aux pensionnés). Credit: Phovoir Vikiva Une carte de réductions aux multiples facettes V comme «vivre pleinement sa retraite». I comme «initiatives» des adhérents Vikiva qui organisent des journées rencontre. K comme «kyrielle» de réductions dans des domaines aussi variés que l achat de voitures neuves, l hôtellerie, la location d automobiles, de camping-cars ou de bateaux, les abonnements à des magazines, la thalasso I comme «invitations», Vous souhaitez plus de parce que les bons moments sont encore meilleurs quand ils sont partagés grâce aux petites annonces gratuites. V comme «vacances» du catalogue Vacancez-vous! de la CNRACL. A comme «avantages», avec les bons d achat, la billetterie spectacles et cinéma, les parcs à tarifs préférentiels. renseignements : laissez votre numéro de Sécurité sociale sur le serveur vocal au , une documentation vous sera adressée dans les meilleurs délais, ou envoyez un courriel à ou écrivez à CNRACL-Vikiva, rue du Vergne, Bordeaux Cedex. n 64 juillet 2010 VII

16 Les partenaires de la CNRACL Financez vos obsèques ASSUREZ VOS OBSÈQUES AVEC PUBLIC OBSÈQUES LA GARANTIE RÉSERVÉE AUX RETRAITÉS DE LA CNRACL -10% sur la première prime annuelle du conjoint pour une adhésion simultanée La Garantie Obsèques, au service des familles depuis plus de 50 ans, vous propose : Une solution financière personnalisée en fonction du capital défini Partenaire de La Garantie Obsèques depuis 1995 Une protection instantanée en cas de décès par accident Une équipe à l écoute de vos souhaits et médiatrice entre les opérateurs funéraires et vous Une assistance 24h/24 et 7j/7 pour vos proches Mutuelle spécialisée dans la prévoyance obsèques depuis plus de 36 ans, MUTAC vous assure : le paiement direct des frais d obsèques auprès de tous les opérateurs funéraires français une assistance complète et une aide 24h/24 et 7j/7 pour vos proches une garantie immédiate en cas de décès par accident MUTUELLE RÉDUCTION DE 3 MOIS DE COTISATION pour votre conjoint* soit -25% la 1 ère année *pour toute adhésion simultanée d un couple Recevoir une documentation "La Prévoyance Obsèques" Vous M. Mme Mlle Prénom : Nom : Né(e) le : / / Adresse : Code Postal : Ville : Téléphone : Votre conjoint retraités de la CNRACL nous font confiance ligne dédiée Une marque de GMC Europe Prénom : Né(e) le : / / Nom : Recevoir une étude gratuite pour une garantie de : Retourner ce coupon à GMCE La Garantie Obsèques : 10, rue Henner Paris Cedex 9 juin 10 Mutuelle certifiée Renseignements au ou au PRIX APPEL LOCAL DEMANDE DE DOCUMENTATION A retourner sans affranchir à : MUTAC libre réponse Montpellier cedex 3 VOUS M. Mme Mlle Nom : Prénom : Né(e) le : I I I/I I I/I I I Adresse : Ville : Code postal : I I I I I I Tél. : I I I I I I I I I I I VOTRE CONJOINT(E) M. Mme Mlle Nom : Prénom : Né(e) le : I I I/I I I/I I I Oui, je souhaite recevoir (sans engagement de ma part) une étude chiffrée pour une garantie de : SID-04 VIII Climats n 64 juillet 2010

17 rencontre La passion de la reproduction habite Denise Machin depuis l enfance, avec une prédilection pour Vermeer. Credit: D. R. Dans l intimité des grands maîtres En côtoyant de près les grands peintres, Denise Machin s est construit une seconde vie. Les copier fi dèlement n a jamais cessé d adoucir ses jours. D ans son regard, on peut voir se refléter des chefs-d œuvre qui, mis bout à bout, racontent une histoire : la vie qu elle a consacrée à la peinture. Cette passion, Denise Machin l a héritée d un père qui adorait dessiner : «Sur mes cahiers d écolier, je reproduisais Tarzan et Errol Flynn», confie-t-elle dans un sourire. Petite fille déjà, elle rêvait de devenir restauratrice de tableaux. Mais de telles études coûtaient cher et les revenus de ses parents étaient modestes. Elle a alors choisi de se consacrer aux autres et est devenue infirmière sans pour autant cesser de peindre. Denise a toujours vécu la peinture comme un besoin et un prolongement de sa propre existence. Son plaisir est de copier les grands peintres, même si elle excelle aussi dans le portrait ou la nature morte. «J adore reproduire : c est une façon de retrouver l âme du peintre et je veux faire partager toute cette beauté.» Au cœur de sa passion, une place bien particulière est consacrée aux peintres hollandais du XVII e siècle, à Vermeer surtout, qu elle affectionne : «Il y a une intimité chez lui qui se dévoile, même lorsqu il peint une chaise ou une table. Lorsqu on regarde La Laitière, on ne peut que pénétrer dans le tableau.» Une passion communicative Si Denise a eu deux vies, celles-ci se sont parfois rejointes. Ainsi, en 1984, elle a réalisé une grande exposition pour l inauguration du salon de musique de l hôpital San-Salvadour à Hyères (Provence-Alpes-Côte d Azur) où elle travaillait. Pour l occasion, elle avait peint des portraits de grands musiciens : Beethoven y côtoyait Liszt et Berlioz. Cette exposition a fait connaître Denise dans tout le Var et elle a alors réalisé d autres expositions à Bormes-les-Mimosas, Toulon, Hyères de nouveau Ce partage est si important à ses yeux qu elle offre tous ses tableaux à son entourage. Peut-être y a-t-il une part de contagion dans cette passion, son mari peignant lui aussi des aquarelles et sa fille ayant suivi ses études aux Beaux-Arts? «J ai besoin de ce moyen d évasion. La peinture m apporte la sérénité que je ne trouve pas dans la vie actuelle, confie-t-elle. Lorsque je peins, j oublie tous mes soucis.» Véronique Pierron En savoir + La copie à travers les siècles Au Moyen Âge, les peintres reproduisaient souvent les tableaux de leurs prédécesseurs. La réitération des copies des mêmes œuvres, donc des mêmes motifs, a conféré au style de l époque son caractère collectif. Par la suite, la copie a principalement aidé à l enseignement des arts picturaux. Elle a ainsi servi à l exécution de toiles par des élèves d ateliers qui, sous l égide d un grand maître, imitaient son style, celui-ci les signant ensuite, comme s il les avait lui-même exécutées. Aujourd hui, la copie des originaux exposés dans les musées est une activité tout à fait légale, encadrée par un décret de Vous aussi, faites-nous partager votre passion. N hésitez pas à nous écrire : CNRACL Climats, Service communication, rue du Vergne, Bordeaux cedex Climats n 64 juillet

18 initiatives Le 2 février 2010, Cherbourg-Octeville recevait offi ciellement le label «Bien vieillir - Vivre ensemble. «Bien vieillir - Vivre ensemble» à Cherbourg-Octeville Le ministère de la Santé et le secrétariat d État chargé des Aînés ont créé le label «Bien vieillir - Vivre ensemble», qui promeut les initiatives des collectivités locales envers les plus âgés. Il a notamment été décerné à Cherbourg-Octeville, très en pointe dans ce domaine. V ieillir et s épanouir, c est possible! C est tout l objet du pari lancé depuis plusieurs années par Cherbourg-Octeville (Manche), qui multiplie les initiatives envers les personnes âgées pour les aider à mieux appréhender les défis du vieillissement. C est ainsi que, les 7 et 8 octobre 2009, la ville a organisé le premier forum «Vieillir et s épanouir», dont l objectif était de permettre aux retraités et futurs retraités de rencontrer à la fois les services municipaux qui leur sont dédiés et les associations du troisième âge. Pendant deux jours, débats et présentations se sont enchaînés autour de thématiques liées au vieillissement. En parallèle, des informations flash consacrées aux modalités d inscription étaient diffusées dans certains établissements publics. Le Forum s est achevé sur un moment fort : un défilé de mode seniors. Une trentaine de mannequins volontaires, recrutés dans les foyersrésidences et les clubs des aînés de la ville, ont défilé dans des tenues prêtées par les commerçants locaux. Près de trois cents personnes y ont assisté. Au final, ce forum s est soldé par un réel succès en attirant plus de six cents personnes. Des aînés chouchoutés Mais en cette même année 2009, Cherbourg-Octeville s était déjà distinguée : aux thés dansants et sorties annuelles qu elle proposait à ses habitants de plus de 60 ans, elle avait ajouté de nouvelles actions, dont le développement d un véritable programme culturel à destination des seniors avec, par exemple, des tarifs préférentiels pour certains spectacles. «Depuis 2001, nous avons aussi mis en place, un comité de pilotage accessibilité, précise Jean-Pierre Thomas, responsable personnes âgées, personnes handicapées et promotion de la santé à la mairie de Cherbourg-Octeville. En concertation 10 Climats n 64 juillet 2010

19 Moment fort du forum d octobre 2009, un défi lé seniors a clôturé les deux journées de réfl exion devant 300 spectateurs. Credits: remise du label DICOM/DEACG. Mairie de Cherbourg-Octeville/J. M. Enault. Entretien avec Frédéric Bastian, maire adjoint aux solidarités et à la cohésion sociale de Cherbourg-Octeville. Élu référent et coordinateur du label «Bien vieillir - Vivre ensemble». «Ce label marque la volonté de notre municipalité de s imposer un cadre quasi contractuel pour développer des actions en faveur de nos aînés. Nous allons mettre en place un comité de pilotage. Il sera au moins l équivalent d un conseil des sages : aux clubs et associations, viendront s associer les différentes délégations de la collectivité pour mener un travail transversal. Il sera force de propositions auprès du conseil municipal. Le premier comité de pilotage s est réuni en juin. Il est chargé de joindre les associations d aînés pour les solliciter sur des thématiques de travail. Ensuite, des groupes de travail seront définis et pourront se réunir à partir de septembre.» «Ce comité de pilotage sera au moins l équivalent d un conseil des sages.» avec les élus, il nous semblait intéressant de montrer que les réalisations à destination des seniors valent aussi pour les personnes en situation de dépendance ou de handicap.» La ville a aussi développé le service Bibliodom (portage de livres à domicile), le soutien aux clubs du troisième âge, ou encore le développement d actions intergénérationnelles dans les espaces solidaires de la ville. Elle s est également investie dans la construction d un Ehpad (Établissement d hébergement des personnes âgées dépendantes). Un plan d action pour les seniors C est dans la foulée de toutes ces initiatives, notamment de la réussite du forum «Vieillir et s épanouir», que Cherbourg-Octeville a décidé de postuler au label «Bien vieillir - Vivre ensemble». Créé en 2009 par les ministères de la Santé et du Travail, il promeut les initiatives des collectivités locales dans le domaine du bien vieillir. Jean-Pierre Thomas explique : «Les résultats positifs du Forum, nous ont amenés à proposer aux élus que la ville dépose une demande pour être labellisée. C était la suite logique donnée à la dynamique lancée de nombreuses années auparavant, et que nous souhaitions poursuivre dans un cadre plus formel.» Ce label, obtenu le 2 février 2010, récompense l importance et la diversité des actions mises en place par la ville en faveur de ses aînés. Aujourd hui trente-quatre villes l ont obtenu. En contrepartie, elles se sont engagées à établir un calendrier d action sur cinq ans avec un bilan d évaluation final : la première année, un comité de pilotage doit réaliser un audit de la commune. L année suivante, celui-ci donnera lieu à l élaboration d un plan d action sur trois ans. Chaque ville devra alors mettre au point des indicateurs de référence pour mesurer la mise en œuvre de son programme afin d éva- luer, la cinquième année, l ensemble des actions entreprises. «Un des points forts du label est qu il impose la création d un comité de pilotage personnes âgées ainsi qu un groupe de travail dédié, souligne Jean-Pierre Thomas. Nous allons donc réaliser l audit de ce qui existe, puis nous interrogerons les personnes concernées sur leurs besoins. L analyse de leurs réponses nous permettra de dégager quelques pistes de travail.» Véronique Pierron Bon à savoir Pour concourir au label, les trente-quatre villes labellisées ont présenté le projet phare de la ville envers les aînés. Ainsi, la ville de Canéjean, près de Bordeaux, a mis en avant son atelier d écriture, celle de Clapiers, dans l Hérault, s est investie dans ses ateliers mémoire, et Courbevoie, dans les Hauts-de-Seine, se singularise par la qualité des liens intergénérationnels qu elle a favorisés. Climats n 64 juillet

20 évasion Sur la falaise du Bandiagara, l un des multiples villages dogon, Tellems. Mali terre de légendes On ne peut ni rester insensible à la magie que dégage la culture dogon, ni oublier un coucher de soleil sur la grande falaise de Bandiagara Rencontre avec un peuple mystérieux lors d un voyage solidaire. à-bas, tout au sud, au-delà des montagnes arides, est un royaume méconnu. Au-delà des grands ergs, les caravanes partent chargées d or et de bois précieux. Au-delà des déserts est la promesse de l eau. Là-bas, au sud, tout au bout du Sahara, le fleuve Niger, l un des plus grands fleuves d Afrique, s impose comme la colonne vertébrale du Mali. Trait d union entre le désert et la savane, Mopti, surnommée la «Venise malienne», est l un des grands carrefours commerciaux du pays. La ville déborde d énergie. Toute la semaine, le port est le théâtre d une activité intense. On s y bouscule dans un joyeux et bruyant désordre. Sacs de farine, riz du delta, sel du désert, calebasses de lait, paniers de dattes et de poissons tous les commerces venus d ici et d ailleurs passent par cette zone de transit. Des visages aux traits multiples s y croisent, symbole d un Mali aux nombreuses ethnies, toujours fraternelles. Et, au-delà du fleuve, au pays des rochers, les hommes ont construit leur maison dans la falaise Direction Bandiagara, à la découverte de la région incontournable du Mali, le mythique pays dogon. L Afrique s y dessine dans toute sa majesté et sa force. Bien qu ils forment l ethnie la plus célèbre du pays, les Dogon ne sont guère plus de trois cent cinquante mille, dispersés dans d étonnants villages nichés sur la grande falaise de Bandiagara, classée patrimoine mondial culturel et naturel de l humanité par l Unesco. La disposition compacte des villages exprime une vision du monde très élaborée. La société dogon est organisée selon une hiérarchie bien définie, et la vie s harmonise autour d une cosmogonie riche en mythes, où le culte des morts tient une grande place. Elle est fondée sur une famille étendue et 12 Climats n 64 juillet 2010

Guide. du Correspondant Mutualiste MNT 2O15

Guide. du Correspondant Mutualiste MNT 2O15 Guide du Correspondant Mutualiste MNT 2O15 Merci pour votre démarche et bienvenue Comme 9 000 agents territoriaux, vous êtes désormais Correspondant Mutualiste à la Mutuelle Nationale Territoriale. Afin

Plus en détail

Veufs MARS 2015. Veuvage, vos droits. B Retraite de réversion. B Allocation de veuvage. B Autres prestations

Veufs MARS 2015. Veuvage, vos droits. B Retraite de réversion. B Allocation de veuvage. B Autres prestations Veufs MARS 2015 Veuvage, vos droits B Retraite de réversion B Allocation de veuvage B Autres prestations Veuvage, vos droits À la perte de votre conjoint, de nombreuses démarches sont à accomplir. L Assurance

Plus en détail

Seniors en Vacances OFFREZ DU BIEN-ÊTRE À VOS SENIORS. Parce que les vacances, c est essentiel.

Seniors en Vacances OFFREZ DU BIEN-ÊTRE À VOS SENIORS. Parce que les vacances, c est essentiel. 2015 Seniors en Vacances OFFREZ DU BIEN-ÊTRE À VOS SENIORS Parce que les vacances, c est essentiel. Un outil innovant au service de vos politiques sociales Ce programme déployé par l ANCV depuis 2007 a

Plus en détail

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO DEMANDE ET CALCUL DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE. n o 4. Demande et calcul de la retraite complémentaire

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO DEMANDE ET CALCUL DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE. n o 4. Demande et calcul de la retraite complémentaire GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO DEMANDE ET CALCUL DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE Guide salariés n o 4 JUIN 2015 Demande et calcul de la retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref...

Plus en détail

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité vous guider Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité n Non-salariés agricoles www.msa.fr Sommaire Comprendre votre retraite Votre carrière 4 Vos cotisations 4 Le droit à l information

Plus en détail

Commission ad hoc. Séance du 10 février 2014. 2.- Loi garantissant l avenir et la justice du système de retraites

Commission ad hoc. Séance du 10 février 2014. 2.- Loi garantissant l avenir et la justice du système de retraites Commission ad hoc Séance du 10 février 2014 2.- Loi garantissant l avenir et la justice du système de retraites La loi n 2014-40 du 20 janvier 2014 garantissant l avenir et la justice du système de retraites,

Plus en détail

Les solutions Henner SÉLECTION OBSÈQUES. Les solutions Henner PUISQUE CE N'EST PAS QUAND JE VEUX, ÇA SERA COMME JE VEUX!

Les solutions Henner SÉLECTION OBSÈQUES. Les solutions Henner PUISQUE CE N'EST PAS QUAND JE VEUX, ÇA SERA COMME JE VEUX! Les solutions Henner SÉLECTION OBSÈQUES Les solutions Henner SENIORS PUISQUE CE N'EST PAS QUAND JE VEUX, ÇA SERA COMME JE VEUX! La star, c est moi! INDÉPENDANCE ET LIBERTÉ, N ÊTRE UNE CHARGE POUR PERSONNE

Plus en détail

La gestion sous mandat de caisses de retraite publique

La gestion sous mandat de caisses de retraite publique Retraites La gestion sous mandat de caisses de retraite publique Dès sa création en 1816, la Caisse des Dépôts s est vu confier la gestion des systèmes de retraite publique. Cette responsabilité participe

Plus en détail

EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS

EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE la qui renouvelle la mutuelle Dirigeants et salariés de petites structures... Vous êtes déjà nombreux à nous

Plus en détail

PARTICULIERS APICIL DÉPENDANCE. Préservez l harmonie de votre vie! Ensemble, dessinons votre Protection Sociale Durable

PARTICULIERS APICIL DÉPENDANCE. Préservez l harmonie de votre vie! Ensemble, dessinons votre Protection Sociale Durable PARTICULIERS APICIL DÉPENDANCE Préservez l harmonie de votre vie! Ensemble, dessinons votre Protection Sociale Durable APICIL DÉPENDANCE Aujourd hui, la dépendance touche 1 personne sur 10 à l âge de 60

Plus en détail

Préparer aujourd hui votre retraite de demain

Préparer aujourd hui votre retraite de demain Préparer aujourd hui votre retraite de demain SOMMAIRE PAGES Deux grands principes Comment se calcule votre retraite? L épargne retraite doit aujourd hui faire partie d un budget Faites le point sur votre

Plus en détail

FICHE D INSCRIPTION A UNE SESSION DE FORMATION BAFA A RENVOYER A L ASSOCIATION IMP-ACTES

FICHE D INSCRIPTION A UNE SESSION DE FORMATION BAFA A RENVOYER A L ASSOCIATION IMP-ACTES Ne rien inscrire dans ce cadre Identifiant stagiaire Identifiant Stage PARIS-75-10-2009 Reçu le : INSCRIPTION : Je souhaite m inscrire à : Une formation générale (théorique) BAFA Dates : Lieu : Une formation

Plus en détail

Demande de retraite d un fonctionnaire de l Etat ou d un magistrat

Demande de retraite d un fonctionnaire de l Etat ou d un magistrat Nous sommes là pour vous aider Demande de retraite d un fonctionnaire de l Etat Articles D.1 et D.21 du code des pensions civiles et militaires de retraite et demande de retraite additionnelle Article

Plus en détail

La contribution du répertoire national de la protection sociale à la détection des droits potentiels et des droits ouverts indûment

La contribution du répertoire national de la protection sociale à la détection des droits potentiels et des droits ouverts indûment ECOLE DES DIRIGEANTS DE LA PROTECTION SOCIALE La contribution du répertoire national de la protection sociale à la détection des droits potentiels et des droits ouverts indûment Par Claude FRICONNEAU Claude

Plus en détail

Demande de retraite d un fonctionnaire de l Etat ou d un magistrat

Demande de retraite d un fonctionnaire de l Etat ou d un magistrat Nous sommes là pour vous aider Demande de retraite d un fonctionnaire de l Etat Articles D.1 et D.21 du code des pensions civiles et militaires de retraite Important : ce formulaire est réservé aux personnels

Plus en détail

vous guider Sur Internet aussi, ma MSA est à mon service www.msa.fr

vous guider Sur Internet aussi, ma MSA est à mon service www.msa.fr vous guider Sur Internet aussi, ma MSA est à mon service www.msa.fr comment accéder au site de votre msa? Pour vous rendre sur le site de votre MSA, c est très simple. Vous pouvez vous connecter de trois

Plus en détail

Le Parlement et le Gouvernement

Le Parlement et le Gouvernement et chiffres clés 2 3 Le plus important régime de retraite Le cadre général Le système de retraite français, fondé depuis 1945 sur la technique de la répartition, repose sur la solidarité entre les générations.

Plus en détail

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO LE LIVRET DU RETRAITÉ. n o 2. Le livret du retraité

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO LE LIVRET DU RETRAITÉ. n o 2. Le livret du retraité GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO LE LIVRET DU RETRAITÉ Guide salariés n o 2 MARS 2015 Le livret du retraité Sommaire La retraite, en bref... 3 Points clés... 4 Points de repères... 8 Points

Plus en détail

Parlons retraite. Découvrez notre nouveau site. Mes dates de paiement. CALENDRIER PAIEMENTS 2014 Votre retraite de base

Parlons retraite. Découvrez notre nouveau site. Mes dates de paiement. CALENDRIER PAIEMENTS 2014 Votre retraite de base La lettre aux retraités du régime général de la Sécurité sociale Parlons retraite 2014 Du nouveau sur notre site national www.lassuranceretraite.fr Fotolia Découvrez notre nouveau site Désormais, la page

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité vous guider Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité n Salariés agricoles www.msa.fr Sommaire Comprendre votre retraite Votre compte individuel 4 Votre relevé de carrière 5 Le droit à

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL. maintien à domicile personnes âgées - handicapées. Aide à domicile

LIVRET D ACCUEIL. maintien à domicile personnes âgées - handicapées. Aide à domicile C E N T R E C O M M U N A L A C T I O N S O C I A L E LIVRET D ACCUEIL maintien à domicile personnes âgées - handicapées Aide à domicile Portage de repas Téléalarme 1 SOMMAIRE AVANT-PROPOS L aide à domicile

Plus en détail

Bulletin d adhésion individuelle Salarié

Bulletin d adhésion individuelle Salarié Identification de l adhérent Bulletin d adhésion individuelle Salarié à remplir et à retourner à Groupe NOVALIS TAITBOUT - Délégation internationale 4 rue du Colonel Driant - 75040 Paris Cedex 01 M me

Plus en détail

RETRAITE 83 MULTISUPPORTS

RETRAITE 83 MULTISUPPORTS RETRAITE 83 MULTISUPPORTS NOUVELLE GÉNÉRATION PARLONS D AVANTAGES RETRAITE RETRAITE 83 MULTISUPPORTS 1 Retraite 83 Multisupports Nouvelle Génération Retraite 83 Multisupports Nouvelle Génération : une

Plus en détail

Être intérimaire chez Page Personnel

Être intérimaire chez Page Personnel Intérim et recrutement spécialisés www.pagepersonnel.fr BIENVENUE CHEZ PAGE PERSONNEL Nous sommes heureux de vous compter parmi les intérimaires de et vous remercions de votre confiance. Ce guide vous

Plus en détail

L offre IRP AUTO partenaire des Écoles de conduite

L offre IRP AUTO partenaire des Écoles de conduite L offre IRP AUTO partenaire des Écoles de conduite www.irp-auto.com IRP AUTO Qui sommes-nous? Nos métiers IRP AUTO, est le groupe de protection sociale des professionnels de l automobile. Il regroupe des

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

SOMMAIRE. Comment fonctionne le système de retraite des salariés? Pourquoi cotiser? Qui est concerné par la retraite complémentaire?

SOMMAIRE. Comment fonctionne le système de retraite des salariés? Pourquoi cotiser? Qui est concerné par la retraite complémentaire? SOMMAIRE Comment fonctionne le système de retraite des salariés? Pourquoi cotiser? Qui est concerné par la retraite complémentaire? Comment se construit ma retraite complémentaire? Et si ma situation change?

Plus en détail

COMPRENDRE SA RETRAITE

COMPRENDRE SA RETRAITE Salar ié du secteur pr ivé COMPRENDRE SA RETRAITE avec l Assurance retraite, l Arrco et l Agirc??? Janvier 2012 = Le système de retraite Le système de retraite obligatoire est à deux étages. Vous cotisez,

Plus en détail

Risque et assurance vieillesse

Risque et assurance vieillesse Risque et assurance vieillesse Plan d Intervention > La protection sociale La protection sociale entre assurance et solidarité La protection sociale en chiffres Le projet de Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

Demande. d intervention sociale. 1 - le demandeur (écrire en lettres majuscules et en noir) 2 - le conjoint actuel

Demande. d intervention sociale. 1 - le demandeur (écrire en lettres majuscules et en noir) 2 - le conjoint actuel Demande d intervention sociale Confidentiel Cadre réservé au service 1 - le demandeur (écrire en lettres majuscules et en noir) actif chômeur (1) retraité autre, précisez : nom de naissance : prénom :

Plus en détail

FNAR et UFR-rg. Rejoignez-nous pour la défense et la représentation des retraités et une protection sociale solidaire et durable

FNAR et UFR-rg. Rejoignez-nous pour la défense et la représentation des retraités et une protection sociale solidaire et durable FNAR et UFR-rg Rejoignez-nous pour la défense et la représentation des retraités et une protection sociale solidaire et durable Qui sommes-nous Pourquoi se mobiliser Questions d actualité Nos propositions

Plus en détail

Retraite 83 euro. Retraite 83 euro. La retraite supplémentaire des salariés en toute sécurité

Retraite 83 euro. Retraite 83 euro. La retraite supplémentaire des salariés en toute sécurité Retraite 83 euro La retraite supplémentaire des salariés en toute sécurité Retraite 83 euro Les contrats de retraite article 83 sont désormais ouverts aux versements individuels et facultatifs des salariés.

Plus en détail

Projet. Règlement d Aide Au Maintien à Domicile des Personnes Agées Date de validité : du 1 er janvier au 31 décembre 2014. Principes Généraux

Projet. Règlement d Aide Au Maintien à Domicile des Personnes Agées Date de validité : du 1 er janvier au 31 décembre 2014. Principes Généraux Sèvres-Vienne Règlement d'action Sanitaire et Sociale Projet Règlement d Aide Au Maintien à Domicile des Personnes Agées Date de validité : du 1 er janvier au 31 décembre 2014 Principes Généraux Préambule

Plus en détail

Réunica vous accompagne

Réunica vous accompagne GUIDE DES SERVICES Réunica vous accompagne REUNICA.COM Nos services CLIENTS SANTÉ Particuliers et affiliés à un contrat collectif Professionnels (auto-entrepreneurs, TNS) Assistance Réunica Assistance

Plus en détail

EOVI ENTREPRISES TOUT POUR ORCHESTRER

EOVI ENTREPRISES TOUT POUR ORCHESTRER EOVI ENTREPRISES TOUT POUR ORCHESTRER LA PROTECTION sociale de vos salariés SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE la qui renouvelle la mutuelle EOVI MUTUELLE, UN EXPERT DE CONFIANCE Des chiffres et des Hommes

Plus en détail

Régime de rentes du Québec

Régime de rentes du Québec En cas d invalidité Régime de rentes du Québec Pour en savoir plus sur les prestations d invalidité du Régime de rentes du Québec. Ce document n a pas force de loi. En cas de conflit d interprétation,

Plus en détail

les GARANTIES PRÉVOYANCE

les GARANTIES PRÉVOYANCE les GARANTIES PRÉVOYANCE Malakoff Médéric vous propose des garanties «à la carte» en fonction de vos besoins spécifiques ou, pour vous faciliter la vie, des packages complets : Spécial 1,50 % pour répondre

Plus en détail

Cardif Retraite. Professionnels Plus. Donnez plus de vie à votre future retraite CONTRAT LOI MADELIN

Cardif Retraite. Professionnels Plus. Donnez plus de vie à votre future retraite CONTRAT LOI MADELIN Cardif Retraite Professionnels Plus CONTRAT LOI MADELIN Donnez plus de vie à votre future retraite BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance Yves Durand 10 e assureur européen*, BNP Paribas

Plus en détail

MUTUELLE DU MINISTERE DE LA JUSTICE. Agents TERRITORIAUX. Etre bien. protégé, c est. essentiel

MUTUELLE DU MINISTERE DE LA JUSTICE. Agents TERRITORIAUX. Etre bien. protégé, c est. essentiel MUTUELLE DU MINISTERE DE LA JUSTICE Agents TERRITORIAUX Etre bien protégé, c est essentiel OFFRE L ABELLISÉE LES ENGAGEMENTS DE LA MMJ Fondée en 1944 et animée par et pour les agents du ministère de la

Plus en détail

SERVICES. aux Adhérents NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE

SERVICES. aux Adhérents NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE SERVICES aux Adhérents NOUS SOMMES PARCE BIEN QUE PLACÉS VOUS ÊTES POUR PLUS VOUS QU UN COMPRENDRE MÉDECIN, NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE Services aux adhérents + En partenariat avec

Plus en détail

CONSEIL SUPÉRIEUR. de la FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Conseil supérieur de la FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE - 2011

CONSEIL SUPÉRIEUR. de la FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Conseil supérieur de la FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE - 2011 2 0 1 2 5 CONSEIL SUPÉRIEUR de la FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Conseil supérieur de la FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE - 2011 l édito du Président 3 L a fonction publique territoriale, et avec elle «son»

Plus en détail

Générations. Aménagement des fins de carrière et transition entre activité et retraite. Des Repères pour l Action. Toutes les

Générations. Aménagement des fins de carrière et transition entre activité et retraite. Des Repères pour l Action. Toutes les Toutes les Générations www.toutes-les-generations-en-entreprise.com Direction Départementale du Travail, de l Emploi et de la Formation Professionnelle du Val d Oise PLAN ÉGALITÉ ACCÈS À L EMPLOI ET DANS

Plus en détail

Livret «Spécial jeunes»

Livret «Spécial jeunes» Jeunes travailleurs & Apprentis avantages Livret Action sociale «Spécial jeunes» Découvrez les prestations réservées aux jeunes et aux apprentis SANTÉ I PRÉVOYANCE I ÉPARGNE I RETRAITE I ACTION SOCIALE

Plus en détail

Retraités du Régime Agricole

Retraités du Régime Agricole Retraités du Régime Agricole Des aides pour vivre à domicile 2015 www.msa49.fr Favoriser le maintien à domicile des personnes retraitées C est : Aider, à leur domicile, en foyer logement ou en MARPA *,

Plus en détail

COTISATIONS ET POINTS DE

COTISATIONS ET POINTS DE GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO COTISATIONS ET POINTS DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE Guide salariés n o 3 Cotisations et points de la retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref...

Plus en détail

Découvrez. les5. bonnes. raisons MNT. d adhérer. à la

Découvrez. les5. bonnes. raisons MNT. d adhérer. à la Découvrez les5 d adhérer à la bonnes raisons MNT 1 Vous 3 Vous En adhérant à la MNT, vous choisissez une mutuelle qui vous connaît bien optimisez votre 2budget santé Vous disposez de services efficaces

Plus en détail

Votre conjoint peut, lui aussi, s affilier à la complémentaire retraite du C.G.O.S!

Votre conjoint peut, lui aussi, s affilier à la complémentaire retraite du C.G.O.S! Mariés Votre conjoint peut, lui aussi, s affilier à la complémentaire retraite du C.G.O.S! Concubins À PARTIR DE 18 PAR MOIS Pacsés Vous le savez, souscrire à une complémentaire retraite est aujourd hui

Plus en détail

Parlons retraite. Découvrez notre nouveau site. Mes dates de paiement. CALENDRIER PAIEMENTS 2014 Votre retraite de base

Parlons retraite. Découvrez notre nouveau site. Mes dates de paiement. CALENDRIER PAIEMENTS 2014 Votre retraite de base La lettre aux retraités du régime général de la Sécurité sociale Parlons retraite 2014 Du nouveau sur notre site national www.lassuranceretraite.fr Fotolia Découvrez notre nouveau site Désormais, la page

Plus en détail

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 Contact presse Éva Quickert-Menzel 01 44 38 22 03 Sommaire Chiffres-clés des retraites...

Plus en détail

ous allez faire valoir vos droits à la retraite. Votre mutuelle vous accompagne dans cette étape de votre vie et vous dit tout ce qu il faut savoir.

ous allez faire valoir vos droits à la retraite. Votre mutuelle vous accompagne dans cette étape de votre vie et vous dit tout ce qu il faut savoir. Document non contractuel - R2/COM/EJ/JANV.15 V ous allez faire valoir vos droits à la retraite. Votre mutuelle vous accompagne dans cette étape de votre vie et vous dit tout ce qu il faut savoir. MCVPAP,

Plus en détail

S O M M A I R E I MAJ.1.04 A ASSURANCE VIEILLESSE - RÉGIME GÉNÉRAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE B ARRCO - RÉGIMES COMPLÉMENTAIRES DES SALARIÉS

S O M M A I R E I MAJ.1.04 A ASSURANCE VIEILLESSE - RÉGIME GÉNÉRAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE B ARRCO - RÉGIMES COMPLÉMENTAIRES DES SALARIÉS I MAJ.1.04 S O M M A I R E A ASSURANCE VIEILLESSE - RÉGIME GÉNÉRAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE B ARRCO - RÉGIMES COMPLÉMENTAIRES DES SALARIÉS C AGIRC - RÉGIME DES CADRES ET ASSIMILÉS D ACCORDS ET RÈGLES COMMUNES

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

A - ASSURANCE VIEILLESSE RÉGIME GÉNERAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE CAISSE NATIONALE D ASSURANCE VIEILLESSE (CNAV) Organisation de la branche vieillesse

A - ASSURANCE VIEILLESSE RÉGIME GÉNERAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE CAISSE NATIONALE D ASSURANCE VIEILLESSE (CNAV) Organisation de la branche vieillesse I MAJ.09-2015 SOMMAIRE A - ASSURANCE VIEILLESSE RÉGIME GÉNERAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE CAISSE NATIONALE D ASSURANCE VIEILLESSE (CNAV) Organisation de la branche vieillesse A10 A10 FINANCEMENT DE L ASSURANCE

Plus en détail

Nos 6 engagements de services. Entreprises

Nos 6 engagements de services. Entreprises RETRAITE COMPLÉMENTAIRE Nos 6 engagements de services Entreprises Déclaration des salaires 2011 Deux moyens existent : la déclaration en ligne (aucune inscription préalable). le dépôt d une DADS-U sur

Plus en détail

Lexique de la CIMR. Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition

Lexique de la CIMR. Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition Lexique de la CIMR Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition Plus d informations sur 0522 424 888 ou sur www.cimr.ma - www.cimrpro.ma EDITO Pour vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

LE SALON DES SÉNIORS & GRAMOUNES

LE SALON DES SÉNIORS & GRAMOUNES 1 ère ÉDITION à la Réunion LE SALON DES SÉNIORS & GRAMOUNES Du 11 au 13 MARS 2016 Au PARC DES EXPOSITIONS ET DES CONGRÈS AUGUSTE LEGROS SAINT DENIS DE LA RÉUNION INFOS : contact@eventgo.fr / 0692 527 520

Plus en détail

BRANCHE DES ORGANISMES DE FORMATION RÉGIME DE PRÉVOYANCE VOS SALARIÉS MÉRITENT LE MEILLEUR

BRANCHE DES ORGANISMES DE FORMATION RÉGIME DE PRÉVOYANCE VOS SALARIÉS MÉRITENT LE MEILLEUR BRANCHE DES ORGANISMES DE FORMATION RÉGIME DE PRÉVOYANCE VOS SALARIÉS MÉRITENT LE MEILLEUR LE CHOIX DE L OFFRE MALAKOFF MÉDÉRIC Les partenaires sociaux de la convention collective nationale des Organismes

Plus en détail

Audition de Philippe Bas ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Audition de Philippe Bas ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Audition de Philippe Bas ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

FORMATIONS. 1er semestre 2012. Stages 2012. Centre National de Gestion Agréé Interprofessionnel de France

FORMATIONS. 1er semestre 2012. Stages 2012. Centre National de Gestion Agréé Interprofessionnel de France FORMATIONS 1er semestre 2012 Stages 2012 Centre National de Gestion Agréé Interprofessionnel de France 56, rue de Londres 75008 Paris Tél : 01 44 90 88 22 Fax : 01 44 90 88 29 e-mail : info@cngaif.fr Agréé

Plus en détail

santé Nos expertises au service des salariés et des entreprises LE GUIDE PRATIQUE SANTÉ

santé Nos expertises au service des salariés et des entreprises LE GUIDE PRATIQUE SANTÉ santé Nos expertises au service des salariés et des entreprises LE GUIDE PRATIQUE SANTÉ 2 INTRODUCTION LE GROUPE AG2R LA MONDIALE, UNE EXPERTISE COMPLÈTE EN ASSURANCE DE PROTECTION SOCIALE ET PATRIMONIALE

Plus en détail

ACCÉDER. aux services. Brochure d information sur les services, les offres du Groupe La Poste et leurs accès aux gens du voyage

ACCÉDER. aux services. Brochure d information sur les services, les offres du Groupe La Poste et leurs accès aux gens du voyage ACCÉDER aux services Brochure d information sur les services, les offres du Groupe La Poste et leurs accès aux gens du voyage 1 Souhaitant faciliter la relation avec tous ses clients, le Groupe La Poste

Plus en détail

Montant maximum : 2 400 au taux d intérêt annuel fixe de 3% Les frais de dossier représentent 3 % du capital prêté et seront déduits du capital versé

Montant maximum : 2 400 au taux d intérêt annuel fixe de 3% Les frais de dossier représentent 3 % du capital prêté et seront déduits du capital versé DEMANDE DE PRÊT «AMELIORATION DU CADRE DE VIE» Montant maximum : 2 400 au taux d intérêt annuel fixe de 3% Les frais de dossier représentent 3 % du capital prêté et seront déduits du capital versé Bénéficiaires

Plus en détail

Demande. d intervention sociale CONFIDENTIEL. 1 - Le demandeur (Écrire en lettres majuscules et en noir) 2 - Le conjoint actuel

Demande. d intervention sociale CONFIDENTIEL. 1 - Le demandeur (Écrire en lettres majuscules et en noir) 2 - Le conjoint actuel Annexe à l'instruction Agirc-Arrco 2009-101-DAS 14/10/2009 Demande d intervention sociale Cadre réservé au service CONFIDENTIEL 1 - Le demandeur (Écrire en lettres majuscules et en noir) chômeur(1) actif

Plus en détail

Epargne. Bien comprendre l épargne-retraite en entreprise. L offre globale. Assurances et Services pour le développement des entreprises.

Epargne. Bien comprendre l épargne-retraite en entreprise. L offre globale. Assurances et Services pour le développement des entreprises. entreprises Epargne Bien comprendre l épargne-retraite en entreprise L offre globale Groupama Assurances et Services pour le développement des entreprises. epargne Comment maintenir le niveau des retraites?

Plus en détail

Conseil d'orientation desretraites

Conseil d'orientation desretraites Les COLLOQUES du Conseil d'orientation desretraites Les systèmes de retraite face à la crise en France et à l'étranger Dossier du participant 3 décembre 2009 Maison de la Chimie - Paris en France et à

Plus en détail

Action sociale. Demande d aide pour Bien vieillir chez soi

Action sociale. Demande d aide pour Bien vieillir chez soi Nous sommes là pour vous aider Action sociale Demande d aide pour Bien vieillir chez soi Action sociale Vivre chez soi Cette notice a été réalisée pour vous aider à compléter votre demande. Pour nous contacter

Plus en détail

Bulletin d adhésion individuelle Salarié

Bulletin d adhésion individuelle Salarié International Le Pack Expat CFE Bulletin d adhésion individuelle Salarié À remplir et à retourner à : Humanis - Direction des activités internationales 93 rue Marceau - 93187 Montreuil cedex Identification

Plus en détail

face face Retraite Et si on parlait de votre retraite?

face face Retraite Et si on parlait de votre retraite? face à face Et si on parlait de votre retraite? K. Dodge / Masterfile Nous allons vivre longtemps... Espérance de vie à la naissance 100 90 80 70 60 63,4 69,2 74,6 82,9 82,7 L allongement de l espérance

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle COUVERTURE SOCIALE AU MAROC COUVERTURE SOCIALE AU MAROC - Régime de sécurité sociale; - Régime du RCAR; - Code de la couverture

Plus en détail

D ENTREPRISE GUIDE PRATIQUE DU CREATEUR. La protection sociale professionnelle est une création continue

D ENTREPRISE GUIDE PRATIQUE DU CREATEUR. La protection sociale professionnelle est une création continue GUIDE PRATIQUE DU CREATEUR D ENTREPRISE ASSURANCE DE PERSONNES RETRAITE COMPLÉMENTAIRE ACCOMPAGNEMENT SOLIDAIRE ET PRÉVENTION SOCIALE CONGÉS SPECTACLES MÉDICAL ET PRÉVENTION SANTÉ SERVICES AUX PROFESSIONS

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE IMPORTANT

NOTICE EXPLICATIVE IMPORTANT NOTICE EXPLICATIVE Pour demander votre affiliation au Régime de Sécurité Sociale des Auteurs, vous devez déclarer les revenus d auteur perçus au cours des deux années précédentes l année en cours de laquelle

Plus en détail

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Commentaire général Le premier

Plus en détail

Règlement d Action Solidaire modifié par l Assemblée générale des 15 et 16 septembre 2014 Mis à jour au 1 er janvier 2015

Règlement d Action Solidaire modifié par l Assemblée générale des 15 et 16 septembre 2014 Mis à jour au 1 er janvier 2015 1 Conformément aux articles 5 des statuts et 11 du règlement intérieur, ce présent règlement précise les conditions de mise en œuvre de l action solidaire de la Mutuelle. Chapitre I CONDITIONS GENERALES

Plus en détail

RUGBY-CLUB SAINT-BRIEUC

RUGBY-CLUB SAINT-BRIEUC Ecole de Rugby Saison 2014 / 2015 Liste des documents téléchargeables pour les joueurs et leur famille Liste des documents A lire et à conserver Infos pratiques & pièces à fournir A lire et à conserver

Plus en détail

Salarié (cet imprimé ne concerne pas les gérants et actionnaires majoritaires

Salarié (cet imprimé ne concerne pas les gérants et actionnaires majoritaires Salarié (cet imprimé ne concerne pas les gérants et actionnaires majoritaires qui doivent compléter un formulaire «Travailleur indépendant») Bulletin d adhésion Identification N de Sécurité sociale Nom...

Plus en détail

Montant maximum : 2 000 - sans intérêts Les frais de dossier représentent 1,5 % du capital prêté et seront déduits du capital versé

Montant maximum : 2 000 - sans intérêts Les frais de dossier représentent 1,5 % du capital prêté et seront déduits du capital versé DEMANDE DE «PRÊT SOCIAL» Montant maximum : 2 000 - sans intérêts Les frais de dossier représentent 1,5 % du capital prêté et seront déduits du capital versé Bénéficiaires : agents de droit public rémunérés

Plus en détail

GARDE D ENFANTS. Tout savoir sur la PAJE

GARDE D ENFANTS. Tout savoir sur la PAJE GARDE D ENFANTS Tout savoir sur la PAJE Sommaire Qu est-ce que la PAJE? Page 2 La prime à la naissance ou à l adoption Page 3 L allocation de base Page 4 Le complément de libre choix du mode de garde Page

Plus en détail

Régie des rentes du Québec 2006. En cas

Régie des rentes du Québec 2006. En cas Régie des rentes du Québec 2006 En cas Profitez de nos services en ligne Le relevé de participation au Régime de rentes du Québec ; SimulRetraite, un outil de simulation des revenus à la retraite ; La

Plus en détail

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité vous guider Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité n Non-salariés agricoles www.msa.fr Sommaire Comprendre votre retraite Votre compte individuel 4 Votre relevé de carrière 4 Vos cotisations

Plus en détail

AIDES SOCIALES 2015 Cocher la case correspondante à l aide concernée

AIDES SOCIALES 2015 Cocher la case correspondante à l aide concernée Pour tout renseignement, contacter le Centre de la Relation Clients : Tél. 01 44 90 13 33 Fax 01 44 90 20 15 Formulaire de contact accessible sur notre site Internet www.crpcen.fr AIDES SOCIALES 2015 Cocher

Plus en détail

AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE

AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE SOMMAIRE 04 Introduction OBJET FINANCEMENT FONCTIONNEMENT 10 Les entreprises et le Congé de Fin d Activité ADHeSION à L AGECFA-Voyageurs PERSONNEL AFFILIe

Plus en détail

PERSONIA : ENSEIGNE CREE A L INITIATIVE DE L ADMR D AG2R ET DU CREDIT MUTUEL

PERSONIA : ENSEIGNE CREE A L INITIATIVE DE L ADMR D AG2R ET DU CREDIT MUTUEL PERSONIA DOSSIER DE PRESSE Paris, le mardi 14 février 2006 PERSONIA : ENSEIGNE CREE A L INITIATIVE DE L ADMR D AG2R ET DU CREDIT MUTUEL PERSONIA propose, depuis le début du mois, une gamme de services

Plus en détail

PRÉVOYANCE SANTÉ ÉPARGNE RETRAITE OFFRE CRÉATEURS TRAVAIL TEMPORAIRE

PRÉVOYANCE SANTÉ ÉPARGNE RETRAITE OFFRE CRÉATEURS TRAVAIL TEMPORAIRE PRÉVOYANCE SANTÉ ÉPARGNE RETRAITE OFFRE CRÉATEURS TRAVAIL TEMPORAIRE Regarder vers l avenir, c est essentiel VOUS REGARDEZ VERS L AVENIR Vous venez de créer votre entreprise de Travail Temporaire et nous

Plus en détail

CONCEPT Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux

CONCEPT Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux new 3 12 2014 CONCEPT Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux est la déclinaison suisse du célèbre magazine français lancé en 1968. Alors précurseur sur la cible des 50 ans et plus, il est aujourd hui le

Plus en détail

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO L ESSENTIEL EN QUATRE POINTS. n o 3. Cotisations et points de la retraite complémentaire

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO L ESSENTIEL EN QUATRE POINTS. n o 3. Cotisations et points de la retraite complémentaire GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO L ESSENTIEL EN QUATRE POINTS Guide salariés n o 3 Cotisations et points de la retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref... 3 Points clés... 4 Points

Plus en détail

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2014 à 9 h 30 «Ages légaux de la retraite, durée d assurance et montant de pension» Document n 5 Document de travail, n engage pas le

Plus en détail

Caisse Interprofessionnelle de Prévoyance et d Assurance Vieillesse. Professionnels libéraux. La réversion votre guide

Caisse Interprofessionnelle de Prévoyance et d Assurance Vieillesse. Professionnels libéraux. La réversion votre guide Caisse Interprofessionnelle de Prévoyance et d Assurance Vieillesse Professionnels libéraux La réversion votre guide 2013 SOMMAIRE Les démarches à accomplir en cas de décès du professionnel libéral p.

Plus en détail

Tout. Particulier employeur. savoir. sur le. Cesu. L essayer, c est l adopter! Février 2014. www.cesu.urssaf.fr

Tout. Particulier employeur. savoir. sur le. Cesu. L essayer, c est l adopter! Février 2014. www.cesu.urssaf.fr Particulier employeur Tout savoir sur le Cesu L essayer, c est l adopter! Février 2014 Le Cesu l essayer, c est l adopter! Qui n a pas eu un jour envie d une aide pour le ménage, les devoirs des enfants,

Plus en détail

Vous accompagner pour bien vivre votre retraite. Retraite Santé et prévention Prévoyance et assurance de personnes Accompagnement solidaire et social

Vous accompagner pour bien vivre votre retraite. Retraite Santé et prévention Prévoyance et assurance de personnes Accompagnement solidaire et social Vous accompagner pour bien vivre votre retraite Retraite Santé et prévention Prévoyance et assurance de personnes Accompagnement solidaire et social Sommaire Pour Audiens, votre groupe de protection sociale,

Plus en détail

Il vous aidera à mieux connaître vos droits et vous rappellera vos obligations pour éviter toute interruption dans le versement de votre pension.

Il vous aidera à mieux connaître vos droits et vous rappellera vos obligations pour éviter toute interruption dans le versement de votre pension. Ce guide édité par la Caisse de Prévoyance Sociale de Saint-Pierre et Miquelon a été conçu pour répondre aux questions que vous vous posez le plus souvent en tant que bénéficiaires de la pension d invalidité.

Plus en détail

Fiche n 5 Retraites 2013

Fiche n 5 Retraites 2013 Fiche n 5 Retraites 2013 3 juin 2013 2013 Partager les richesses c'est taxer les profits, pas notre niveau de vie Retraites complémentaires La retraite complémentaire représente environ 1/3 de la pension

Plus en détail

Caisse Interprofessionnelle de Prévoyance et d Assurance Vieillesse. Professionnels libéraux. Votre guide de. l invalidité-décès

Caisse Interprofessionnelle de Prévoyance et d Assurance Vieillesse. Professionnels libéraux. Votre guide de. l invalidité-décès Caisse Interprofessionnelle de Prévoyance et d Assurance Vieillesse Professionnels libéraux Votre guide de l invalidité-décès 2013 Afin de vous permettre de comprendre le SOMMAIRE La cotisation du régime

Plus en détail

Appel à projets CAP Retraite Bretagne. «Agir contre l isolement des seniors»

Appel à projets CAP Retraite Bretagne. «Agir contre l isolement des seniors» Appel à projets CAP Retraite Bretagne «Agir contre l isolement des seniors» La mutualité sociale agricole (MSA), le régime social des indépendants (RSI), la caisse d assurance retraite et de santé au travail

Plus en détail

INOV CLIENTS INOV COURTAGE 360 COURTAGE. Un réseau de courtiers innovant au service des entreprises et des particuliers

INOV CLIENTS INOV COURTAGE 360 COURTAGE. Un réseau de courtiers innovant au service des entreprises et des particuliers Janvier 2015 Numéro 8 INOV COURTAGE 360 COURTAGE Un réseau de courtiers innovant au service des entreprises et des particuliers 360 COURTAGE ont le plaisir de vous adresser le 8ème numéro d Après une année

Plus en détail

BULLETIN DE VERSEMENT

BULLETIN DE VERSEMENT MON ENTREPRISE Tout bulletin incomplet ou erroné ne sera pas pris en compte N client Entreprise BNP Paribas Epargne & Retraite Entreprises * : Raison sociale : Dénomination commerciale : MES COORDONNÉES

Plus en détail

La pension minière de réversion

La pension minière de réversion La pension minière de réversion DdRS Dossier de demande Une notice explicative pour vous aider dans vos démarches ainsi que la liste des pièces justificatives à joindre à votre demande La demande de pension

Plus en détail