Travaux interdits et travail en élévation. Aspects réglementaires applicables en EPLE. Les interdits et les dérogations

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Travaux interdits et travail en élévation. Aspects réglementaires applicables en EPLE. Les interdits et les dérogations"

Transcription

1 Travaux interdits et travail en élévation Aspects réglementaires applicables en EPLE Les interdits et les dérogations Adresse du site hygiène et sécurité académique: Consultation du tableau de bord santé et sécurité de votre établissement: ou https://bv.ac-creteil.fr/hygiene2/ Contacts: Robert FLAMIA, Inspecteur hygiène et sécurité pour l académie tél : fax : Eric EVRARD, ACMO académique tel: courrier électronique: 1

2 Le travail en hauteur : La réglementation ne donnant pas de définition du travail en hauteur, c est au chef d établissement de prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé des travailleurs. Pour atteindre ce but, il met en place des actions de prévention des risques professionnels (L du code du travail) qui résultent d une évaluation préalable des risques sur les postes de travail. Le chef d établissement, compte tenu de la nature des activités de l établissement évalue les risques pour la santé et la sécurité des travailleurs notamment sur le plan des équipements de travail (L ). Il prend en considération les capacités de l intéressé à mettre en œuvre les précautions nécessaires (L ). Cette évaluation est conduite dans la transcription et la mise à jour d un document unique (D.U.E.R.) R à 2 2

3 Le travail en hauteur : respect des principes de prévention Pour que ce travail soit exécuté en sécurité, le chef d établissement intègre à la démarche de prévention des risques, les principes généraux de prévention sur le travail en hauteur (L ) 1- éviter les risques 2- évaluer les risques qui ne peuvent pas être évités 3- combattre les risques à la source 4- limiter le travail monotone et cadencé par la conception des postes de travail, le choix des équipement et des méthodes 5- tenir compte de l état de l évolution de la technique 6- planifier la prévention dans un ensemble cohérent 7- privilégier la protection collective par rapport à la protection individuelle 8- informer et former les travailleurs 3

4 Mesures générales de prévention L expression de «travail en hauteur» désigne les situations de travail résultant de l emplacement du travail (toitures, passerelles, charpentes ) mais aussi celles résultant de l utilisation de certains équipements (échelles, échafaudages, plate-formes de travail) C est la première cause d accidents graves ou mortels dans le secteur du BTP L employeur met à disposition des travailleurs les équipements de travail nécessaires, appropriés au travail à réaliser ou convenablement adaptés à cet effet, en vue de préserver leur santé et leur sécurité ( R ). Les dispositions spécifiques liées au travail en hauteur sont codifiées dans les articles R à R du code du travail intitulé «dispositions particulières applicables à l exécution de travaux temporaires en hauteur et à certains équipements de travail utilisés à cette fin» (échafaudages, échelles, escabeaux,marchepieds, cordes) et les dispositions des articles R à 103 relatifs aux équipements de protection individuels. La prévention doit se faire le plus en amont possible en privilégiant les mesures de protection collectives. 4

5 Article R Mesures générales de prévention du plan de travail et des chutes de hauteur Les travaux temporaires en hauteur sont réalisés à partir d'un plan de travail conçu, installé ou équipé de manière à préserver la santé et la sécurité des travailleurs. Le poste de travail est tel qu'il permet l'exécution des travaux dans des conditions ergonomiques. Article R La prévention des chutes de hauteur à partir d'un plan de travail est assurée : 1 Soit par des garde-corps intégrés ou fixés de manière sûre, rigides et d'une résistance appropriée, placés à une hauteur comprise entre un mètre et 1,10 m et comportant au moins : a) Une plinthe de butée de 10 à 15 cm, en fonction de la hauteur retenue pour les gardecorps ; b) Une main courante ; c) Une lisse intermédiaire à mi-hauteur ; 2 Soit par tout autre moyen assurant une sécurité équivalente. 5

6 Mesures générales de prévention Article R Lorsque les dispositions de l'article R ne peuvent être mises en œuvre, des dispositifs de recueil souples sont installés et positionnés de manière à permettre d'éviter une chute de plus de trois mètres. Article R Lorsque des dispositifs de protection collective ne peuvent être mis en œuvre à partir d'un plan de travail, la protection individuelle des travailleurs est assurée au moyen d'un système d'arrêt de chute approprié ne permettant pas une chute libre de plus d'un mètre ou limitant dans les mêmes conditions les effets d'une chute de plus grande hauteur. Lorsqu'il est fait usage d'un tel équipement de protection individuelle, un travailleur ne doit jamais rester seul afin de pouvoir être secouru dans un délai compatible avec la préservation de sa santé. L'employeur précise dans une notice les points d'ancrage, les dispositifs d'amarrage et les modalités d'utilisation de l'équipement de protection individuelle. 6

7 Dispositions spécifiques: conditions générales de travail, d accès et de circulation en hauteur Moyens d accès au poste de travail et de circulation en hauteur article R à 67 : L accès et les circulations doivent se faire en toute sécurité et permettre une intervention rapide des secours et l évacuation en cas de danger grave et imminent. Le niveau de sécurité doit être au moins équivalent à celui du poste de travail. A tout moment, de l exécution du travail, les mesures de prévention collective doivent être assurées. Respect des conditions météorologiques ou environnementales R

8 Dispositions spécifiques: les échafaudages Utilisation des échafaudages articles R à 80: Les échafaudages doivent être montés, modifiés et démontés sous la direction d'une personne compétente et par des travailleurs qui ont reçu une formation adéquate (l'article du Code du Travail R précise le contenu de cette formation). La personne qui dirige les opérations de montage et de démontage doit disposer de la notice du fabricant, du plan de montage et de démontage et de la note de calcul. La stabilité doit être assurée à tous les moments. Le déplacement ou le basculement des échafaudages roulants doit être empêché par des dispositifs appropriés. Aucun travailleur ne doit demeurer sur un échafaudage roulant lors de son déplacement. Aucun vide de plus de 20 cm ne doit exister entre le bord du plancher de l échafaudage et l ouvrage.

9 Dispositions spécifiques: les échelles et cordes Utilisation des échelles, escabeaux et marchepieds articles R et R à 88: Les échelles, escabeaux et marchepieds ne doivent pas être utilisés comme postes permanents de travail en hauteur! Sauf en cas d impossibilité technique de recourir à un équipement de protection collective, ou si le risque résultant de l évaluation est faible avec des travaux de courte durée et non répétitifs. Les échelles doivent avoir toujours leurs échelons ou marches horizontaux et doivent être fixées avec des dispositifs antidérapants. Utilisation des cordes (articles R à 90) Le dispositif doit toujours comporter une corde de travail constituant un moyen d accès, de descente et de soutien et une corde de sécurité équipée d un système d arrêt de chute. Elles ne peuvent être utilisées pour établir un poste de travail sauf en cas d impossibilité de mettre en place des protections collectives. 9

10 Les travaux interdits aux jeunes travailleurs âgés de moins de dix-huit ans Le code du travail établit une liste des travaux interdits aux jeunes travailleurs. Ce sont des travaux qui présentent notamment un risque important pour la santé. Cependant ces travaux peuvent, sous certaines conditions, faire l objet d une dérogation. C est le cas du travail en hauteur pour tous les chantiers et travaux du bâtiment et des travaux publiques. La notion de jeunes travailleurs s applique couramment aux travailleurs et aux élèves des filières technologiques et professionnelles âgés de 15 à 18 ans.

11 Les travaux interdits aux mineurs L article D : 1- Sauf dérogation prévue à l article D , il est interdit d employer des jeunes travailleurs à des travaux en élévation sur tous les chantiers du bâtiment et de travaux publics. (décret n du 13 mars 1989) Cette dérogation définie par l article D précise que ces travaux peuvent être autorisés si l aptitude médicale à ces travaux a été constatée et si une consigne écrite détermine les conditions d emploi et de surveillance des intéressés. Cette procédure s applique seulement aux jeunes travailleurs âgés de mois de 18 ans. 2- Par ailleurs, les travaux suivants restent toujours interdits : Travaux sur nacelles suspendues, échafaudages volants, échelles suspendues et plates-formes élévatrices sur mâts ou élévateurs à nacelle ; Montage et démontage des échafaudages et de tout autre dispositif de protection ; Travaux de montage-levage en élévation ; Montage et démontage d'appareils de levage. 11

12 Autres dérogations spécifiques accordées pour les élèves et les apprentis Articles D à 47 Les jeunes travailleurs titulaires âgés de mois de dix-huit ans titulaires d un contrat d apprentissage ainsi que les élèves préparant un diplôme de l enseignement technologique ou professionnel peuvent être autorisés à utiliser, au cours de leur formation professionnelle, les équipements de travail dont l usage est interdit à la section II. La section II comprend toutes les interdictions générales compilées en 12 sous-sections dont les équipements de travail en mouvement non protégés et les travaux en élévation. Pour ce faire, une demande de dérogation écrite doit être faite à l inspecteur du travail qui est le seul à pouvoir leur accorder ces autorisations. La forme de ces dérogations suit le cadre général de l utilisation de machines dangereuses pour les élèves de 15 à 18 ans dans l enseignement professionnel. 12

13 La dérogation Les demandes doivent être faites : 1- dans le cadre des enseignements technologiques et professionnels, après avis favorable du médecin chargé de la surveillance des élèves et de l autorisation du professeur ET 2- dans le cadre des périodes de stage et de formation en entreprise, après avis favorable du médecin du travail et autorisation du moniteur d atelier Avis favorable du médecin chargé de la surveillance des élèves Avis favorable du médecin du travail Autorisation du professeur Autorisation du moniteur d atelier Demande de dérogation autorisée par l inspecteur du travail

14 La dérogation La demande de dérogation est adressée par lettre recommandée avec accusé de réception. L autorisation est réputée acquise si l inspecteur du travail n a pas fait connaître sa décision dans un délai de deux mois à compter de la réception de la demande complète. Les demandes sont renouvelables chaque année. Elles sont révocables à tout moment si les conditions de l autorisation ne sont plus remplies. 14

15 15

16 Moyens d accès au poste de travail et circulation en hauteur Les moyens d accès au poste de travail sont choisis en fonction de la fréquence de circulation, de la hauteur, de la durée d utilisation et de leur ergonomie. Ils doivent en outre permettre une intervention rapide des secours et l évacuation en cas de danger imminent (article R du Code du travail). La circulation en hauteur doit s effectuer en sécurité sans créer de risque de chute lors du passage entre un moyen d accès et des plateformes, planchers ou passerelles. Utilisation des échelles, escabeaux et marche-pieds Les échelles, escabeaux, marche-pieds ne doivent pas être utilisés comme postes de travail, sauf en cas d impossibilité technique de recourir à un équipement de protection collective ou si le risque résultant de l évaluation est faible et les travaux de courte durée et non répétitifs (article R du Code du travail). Leurs matériaux constitutifs et leur assemblage doivent être solides, résistants, et adaptés du point de vue ergonomique (article R ), leur stabilité assurée à l accès et lors de l utilisation, leurs échelons ou marches horizontaux (article R ). L utilisation des échelles fixes, portables, suspendues, à coulisse et des échelles d accès obéit à certaines règles. Toutes doivent permettre une prise et un appui sûrs. Le port de charges, légères et peu encombrantes, doit rester exceptionnel (article R ). Conditions d utilisation des échafaudages Le montage, le démontage ou la modification sensible d un échafaudage doivent être effectués sous la direction d une personne compétente par des travailleurs ayant reçu une formation à la sécurité adéquate et spécifique, détaillée aux articles R , R et R du Code du travail et renouvelée pour tenir compte de l évolution des équipements (article R ). En ce qui concerne les échafaudages de pied, le chef d établissement dispose des référentiels de compétence de la récente recommandation R 408 de la CNAMTS ("Prévention des risques liés au montage, à l'utilisation et au démontage des échafaudages de pied"). Il doit délivrer une attestation de compétence au personnel reconnu compétent après cette formation ou l obtention d un CAP ou d un certificat de qualification professionnelle (CQP). Le personnel chargé du montage, du démontage ou de la transformation d un échafaudage doit disposer de la notice ou du plan de montage et de démontage du fabricant et s appuyer sur la note de calcul prévue par la notice, lorsque le montage envisagé correspond à celui prévu par le fabricant. Dans le cas contraire, ou lorsque n existe pas de note calcul, une personne compétente devra réaliser un calcul de résistance et de stabilité. Lorsque la configuration envisagée n est pas prévue par la notice, une personne compétente devra établir un plan de montage, d utilisation et de démontage de l échafaudage. Tous ces documents sont conservés sur le lieu de travail. Pendant ces opérations, une protection contre les risques de chute de hauteur et de chute d objet doit être assurée avant l accès à un niveau d un échafaudage. Les éléments à assembler sont constitués de matériaux d une solidité et d une résistance appropriée à leur emploi et vérifiés avant chaque montage (article R ). Les vérifications avant mise ou remise en service d un échafaudage, ainsi que les vérifications journalières et trimestrielles, devront être conformes aux dispositions de l arrêté du 21 décembre 2004, commentées par la circulaire du 27 juin L installation des échafaudages doit respecter certaines règles visant leur stabilité, la visibilité de la charge admissible, les garde-corps, les planchers, les moyens d accès, les zones d accès limités (articles R à R ). Des règles particulières s appliquent aux échafaudages fixes et roulants (article R ).

17 Travaux interdits aux jeunes travailleurs Le travail en hauteur des jeunes de moins de 18 ans fait l objet d'une réglementation particulière inscrite au Code du travail. Sur les chantiers de bâtiment et de travaux publics, les "travaux en élévation" leur sont interdits, sauf s ils sont reconnus aptes médicalement. (article R du Code du travail). Dans ce cas, une consigne écrite détermine leurs conditions d emploi et de surveillance. L utilisation de certains équipements est prohibée (cordes à nœuds, sellettes, nacelles et échelles suspendues, échafaudages volants, plates-formes, montage et démontage des échafaudages, montage-levage en élévation), tout comme certains travaux (ravalement de façades au jet de sable) (article R et ). Cependant, des dérogations sont prévues : au cours de la formation professionnelle des apprentis et des élèves des établissements d enseignement technique sur autorisation de l inspection du travail après avis favorable du médecin du travail (article R ) et lorsque les jeunes travailleurs sont titulaires d un certificat d aptitude professionnelle (article R ). Article R (inséré par Décret nº du 1 septembre 2004 art. 2 Journal Officiel du 3 septembre 2004) Les échafaudages ne peuvent être montés, démontés ou sensiblement modifiés que sous la direction d'une personne compétente et par des travailleurs qui ont reçu une formation adéquate et spécifique aux opérations envisagées, dont le contenu est précisé aux articles R et R et comporte notamment : a) La compréhension du plan de montage, de démontage ou de transformation de l'échafaudage ; b) La sécurité lors du montage, du démontage ou de la transformation de l'échafaudage ; c) Les mesures de prévention des risques de chute de personnes ou d'objets ; d) Les mesures de sécurité en cas de changement des conditions météorologiques qui pourrait être préjudiciable aux personnes en affectant la sécurité de l'échafaudage ; e) Les conditions en matière d'efforts de structure admissibles ; f) Tout autre risque que les opérations de montage, de démontage et de transformation précitées peuvent comporter. Cette formation est renouvelée dans les conditions prévues à l'article R Article R233-3 (Décret nº du 11 janvier 1993 art. 2 Journal Officiel du 13 janvier 1993 en vigueur le 15 janvier 1993) Sans préjudice des dispositions de l'article R , la formation à la sécurité dont bénéficient les travailleurs chargés de la mise en oeuvre ou de la maintenance des équipements de travail doit être renouvelée et complétée aussi souvent qu'il est nécessaire pour prendre en compte les évolutions des équipements de travail dont ces travailleurs ont la charge.

TRAVAUX EN HAUTEUR Nouvelle législation. Décret du 01/09/2004 Arrêté du 21/12/2004 Recommandation R 408

TRAVAUX EN HAUTEUR Nouvelle législation. Décret du 01/09/2004 Arrêté du 21/12/2004 Recommandation R 408 TRAVAUX EN HAUTEUR Nouvelle législation Décret du 01/09/2004 Arrêté du 21/12/2004 Recommandation R 408 Décret du 01 septembre 2004 Réalisation des travaux temporaires en hauteur PRÉVENIR LES CHUTES Art.

Plus en détail

- Hygiène et sécurité - Le travail en hauteur

- Hygiène et sécurité - Le travail en hauteur - Hygiène et sécurité - Le travail en hauteur La présente fiche rappelle les différentes mesures concernant la prévention des risques liés au travail en hauteur. 1. De nouvelles dispositions réglementaires

Plus en détail

TRAVAUX TEMPORAIRES EN HAUTEUR

TRAVAUX TEMPORAIRES EN HAUTEUR TRAVAUX TEMPORAIRES EN HAUTEUR TRANSPOSITION DE LA DIRETIVE EUROPEENNE (2001-45) ET FIXATION DE NOUVELLES MESURES (Décret 2004-924 du 1 er septembre 2004) 1 Les nouvelles dispositions Le décret n 2004-924

Plus en détail

MASTER PREVENTION DES RISQUES ET NUISANCES TECHNOLOGIQUES

MASTER PREVENTION DES RISQUES ET NUISANCES TECHNOLOGIQUES MASTER PREVENTION DES RISQUES ET NUISANCES TECHNOLOGIQUES 1 I. Les textes applicables Décret du 8 janvier 1965 modifié qui concerne les mesures de protection applicables aux établissements dont le personnel

Plus en détail

De nouvelles dispositions réglementaire depuis le 1er septembre 2004

De nouvelles dispositions réglementaire depuis le 1er septembre 2004 Fiche technique de sécurité Le travail en hauteur De nouvelles dispositions réglementaire depuis le 1er septembre 2004 Le décret n 2004-924 en date du 1er septembre 2004 abrogea les principales dispositions

Plus en détail

Arrêté royal du 31 août 2005 relatif à l utilisation des équipements de travail. pour des travaux temporaires en hauteur.

Arrêté royal du 31 août 2005 relatif à l utilisation des équipements de travail. pour des travaux temporaires en hauteur. Arrêté royal du 31 août 2005 relatif à l utilisation des équipements de travail pour des travaux temporaires en hauteur (M.B. 15.9.2005; errata: M.B. 22.8.2006) Sous-section I.- Champ d application et

Plus en détail

Le travail en hauteur

Le travail en hauteur peut engendrer des risques - c est d ailleurs l un des premiers cas d accident de travail. Vous trouverez dans ce document des mesures de sécurité générales ainsi que des indications concrètes liées à

Plus en détail

LE TRAVAIL EN HAUTEUR

LE TRAVAIL EN HAUTEUR F I C H E P R E V E N T I O N N 0 2 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LE TRAVAIL EN HAUTEUR STATISTIQUES Avec près d une centaine d agent victime de chutes de hauteur durant les 5 dernières années dans les

Plus en détail

TRAVAUX EN HAUTEUR. Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale du Gard. Réunion Travaux en Hauteur 28 et 29 juin 2005

TRAVAUX EN HAUTEUR. Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale du Gard. Réunion Travaux en Hauteur 28 et 29 juin 2005 TRAVAUX EN HAUTEUR Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale du Gard SOMMAIRE Les accidents de service La nouvelle réglementation Les principes généraux de prévention Quelques situations de

Plus en détail

1. REGLEMENTATION : 2. INTRODUCTION :

1. REGLEMENTATION : 2. INTRODUCTION : 1. REGLEMENTATION : Décret n 65-48 du 8 janvier 1965 modifié portant règlement d'administration publique pour l'exécution des dispositions de la partie IV du Code du travail en ce qui concerne les mesures

Plus en détail

MÉMO SÉCURITÉ. travaux en hauteur : échafaudage roulant. entreprises artisanales du bâtiment

MÉMO SÉCURITÉ. travaux en hauteur : échafaudage roulant. entreprises artisanales du bâtiment MÉMO SÉCURITÉ entreprises artisanales du bâtiment travaux en hauteur : échafaudage roulant Les échafaudages roulants sont des équipements d accès en hauteur couramment utilisés par certains métiers du

Plus en détail

TRAVAIL EMPLOI FORMATION

TRAVAIL EMPLOI FORMATION TRAVAIL EMPLOI FORMATION Equipement de protection Hygiène et sécurité Prévention Santé MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Direction générale du travail

Plus en détail

PLAN. Introduction Quand Avec quoi Protection Les chantiers Rôle du CHS Rôle de l ACMO

PLAN. Introduction Quand Avec quoi Protection Les chantiers Rôle du CHS Rôle de l ACMO PLAN Introduction Quand Avec quoi Protection Les chantiers Rôle du CHS Rôle de l ACMO INTRODUCTION La protection contre les chutes de hauteur est trop souvent réduite à une question d'équipements de protection

Plus en détail

Centre de gestion Fonction Publique Territoriale des Hautes-Alpes

Centre de gestion Fonction Publique Territoriale des Hautes-Alpes 1. DEFINITIONS Le travail en hauteur désigne soit un emplacement de travail (toitures, charpentes, passerelles ), soit l utilisation de certains équipements (échelles, échafaudages, plates-formes de travail

Plus en détail

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Circulaire d'informations n 2009/17 du 15 septembre 2009 LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Références : - Loi n 84-594 du 12 juillet 1984 modifiée relative à la formation des agents de

Plus en détail

Le travail en hauteur

Le travail en hauteur 3 ème réunion 2013 du réseau départemental des assistants et conseillers de prévention Le travail en hauteur 1 er octobre 2013 9H30-12H00 1 Sommaire de la présentation A. Le réseau des assistants et conseillers

Plus en détail

RÉGLEMENTATION SÉCURITÉ

RÉGLEMENTATION SÉCURITÉ RÉGLEMENTATION SÉCURITÉ Amiante page 22 Utiliser des échafaudages de pied 10068 - page 23 Monter et démonter des échafaudages de pied de type multidirectionnels 10085 - page 23 Monter et démonter des échafaudages

Plus en détail

31 AOUT 2005. - Arrêté royal relatif à l'utilisation des équipements de travail pour des travaux temporaires en hauteur (1)

31 AOUT 2005. - Arrêté royal relatif à l'utilisation des équipements de travail pour des travaux temporaires en hauteur (1) 31 AOUT 2005. - Arrêté royal relatif à l'utilisation des équipements de travail pour des travaux temporaires en hauteur (1) ALBERT II, Roi des Belges, A tous, présents et à venir, Salut. Vu la loi du 4

Plus en détail

Travaux de toiture. Guide pratique

Travaux de toiture. Guide pratique Travaux de toiture Guide pratique 1 Travaux de toiture dangereux 2 Travaux de toiture dangereux 3 Travaux de toiture dangereux 4 Echelles de couvreurs Pour les travaux sur une surface dont la pente est

Plus en détail

Marc BURY, Ingénieur-Conseil

Marc BURY, Ingénieur-Conseil Animation : Marc BURY, Ingénieur-Conseil CRAM Nord-Est Denis JACQUEL Vice-Président CAPEB de Lorraine Ouverture par les organisations professionnelles du Bâtiment François LASSALLE Chef de File Prévention

Plus en détail

Le travail en hauteur : Réglementation

Le travail en hauteur : Réglementation Le travail en hauteur : Réglementation Extrait dossier INRS (mis à jour 4-01-2007) Pour que le travail en hauteur soit exécuté en sécurité, l'employeur doit privilégier la protection collective sur la

Plus en détail

La protection. Individuelle & Collective Mise en sécurité toiture-terrasse. www.n-projetel.com. N-PROJETEL 16, rue Jean Poulmarch 95100 ARGENTEUIL

La protection. Individuelle & Collective Mise en sécurité toiture-terrasse. www.n-projetel.com. N-PROJETEL 16, rue Jean Poulmarch 95100 ARGENTEUIL Dossier de présentation N-PROJETEL www.n-projetel.com Individuelle & Collective Mise en sécurité -terrasse N-PROJETEL 16, rue Jean Poulmarch 95100 ARGENTEUIL sont des marques de N-PROJETEL Dossier de présentation

Plus en détail

Risques majeurs : > chutes lors de l accès aux toitures, > chutes en périphérie des bâtiments, au sol ou sur une autre toiture en contrebas.

Risques majeurs : > chutes lors de l accès aux toitures, > chutes en périphérie des bâtiments, au sol ou sur une autre toiture en contrebas. Risques majeurs : > chutes lors de l accès aux toitures, > chutes en périphérie des bâtiments, au sol ou sur une autre toiture en contrebas. L intégration de la sécurité lors de la conception des bâtiments

Plus en détail

GUIDE ECHAFAUDAGE ROULANT MDS

GUIDE ECHAFAUDAGE ROULANT MDS La sécurité n est performante que si elle est accessible Économique et Ergonomique GUIDE ECHAFAUDAGE ROULANT MDS Montage et Démontage en Sécurité Ce guide est une information sur la législation de sécurisation

Plus en détail

Programme 2015. Artisanat. Industrie. Bâtiment. Evénementiel. www.layher-formation.fr Conventionné

Programme 2015. Artisanat. Industrie. Bâtiment. Evénementiel. www.layher-formation.fr Conventionné Formations aux métiers de l échafaudage agréées par le Syndicat Français Artisanat Industrie Bâtiment Evénementiel Quel que soit votre domaine d activité, ces formations vous concernent 2015 www.layher-formation.fr

Plus en détail

GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ

GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ 16 A GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ Plan de prévention - Protocole de sécurité pour le chargement ou le déchargement de véhicule Permis de feu - Dossier des plans de prévention, protocoles de sécurité pour

Plus en détail

Simplification de la procédure d accueil en entreprise d un jeune mineur en formation professionnelle

Simplification de la procédure d accueil en entreprise d un jeune mineur en formation professionnelle Simplification de la procédure d accueil en entreprise d un jeune mineur en formation professionnelle BTP CFA Vendée vous informe des nouvelles réglementations en vigueur. CONCRETEMENT : CE QUI CHANGE

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN MATIÈRE DE PRÉVENTION ET SÉCURITÉ DES SALARIÉS

LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN MATIÈRE DE PRÉVENTION ET SÉCURITÉ DES SALARIÉS LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN MATIÈRE DE PRÉVENTION ET SÉCURITÉ DES SALARIÉS SOMMAIRE Le rappel des obligations légales. les principaux risques. Le document Unique. Rappel des obligations légales Article

Plus en détail

Le travail en hauteur

Le travail en hauteur 1 di 7 08/09/2005 15.22 Le travail en hauteur Pour que le travail en hauteur soit exécuté en sécurité, l'employeur doit privilégier la protection collective sur la protection individuelle. Le Code du travail

Plus en détail

Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail

Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail Destiné aux entreprises réalisant des travaux susceptibles d'être en présence d'amiante

Plus en détail

Dispositif composé d une ceinture ou d un harnais qui empêche de

Dispositif composé d une ceinture ou d un harnais qui empêche de Préparé par : Daniel Dufresne Approuvé CÉF par : Bernard Roy Date : 28 aout 2012 Révisé par : Gilbert Hautcoeur Approuvé CSF par : Yvan Lebel Page : 1 de 7 1.0 OBJET Cette procédure a comme objectif d

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ Décret n o 2008-1325 du 15 décembre 2008 relatif à la sécurité des ascenseurs,

Plus en détail

Veille Réglementaire VEILLE REGLEMENTAIRE. Réponse DAJ. Réponse DAJ. Nanoparticules. Nanoparticules

Veille Réglementaire VEILLE REGLEMENTAIRE. Réponse DAJ. Réponse DAJ. Nanoparticules. Nanoparticules 30 e rencontres du GP'Sup Université de Strasbourg 9 et 10 décembre 2010 Veille Réglementaire Janvier 2005 IHSESR - Présentation 1 VEILLE REGLEMENTAIRE Réponses DAJ Électricité Rayonnements optiques A

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D OBTENTION PAR EQUIVALENCE DU CERTIFICAT D APTITUDE A L HYPERBARIE (1) Secrétariat Certification Hyperbare

DOSSIER DE DEMANDE D OBTENTION PAR EQUIVALENCE DU CERTIFICAT D APTITUDE A L HYPERBARIE (1) Secrétariat Certification Hyperbare DOSSIER DE DEMANDE D OBTENTION PAR EQUIVALENCE DU CERTIFICAT D APTITUDE A L HYPERBARIE (1) Contact : Nathalie Hypert : nhypert@inpp.org Nota (1) - Dossier à adresser, suivant le cas, à la Direction Régionale

Plus en détail

ILLUMINATIONS DE NOEL

ILLUMINATIONS DE NOEL En période de fin d année, de nombreux agents des services techniques des collectivités territoriales sont confrontés à la pose et la dépose des illuminations de Noël. Cette activité ponctuelle présente

Plus en détail

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail

Guide de bonne pratique sous section 4 amiante

Guide de bonne pratique sous section 4 amiante Guide de bonne pratique sous section 4 amiante Orienter, organiser, construire sa démarche de prévention dans le cadre d interventions susceptibles de provoquer l émissions de fibres d amiante ACERFS Formation

Plus en détail

BASES RÉGLEMENTAIRES DE LA PRÉVENTION DANS LE BÂTIMENT ET LES TRAVAUX PUBLICS

BASES RÉGLEMENTAIRES DE LA PRÉVENTION DANS LE BÂTIMENT ET LES TRAVAUX PUBLICS BASES RÉGLEMENTAIRES DE LA PRÉVENTION DANS LE BÂTIMENT ET LES TRAVAUX PUBLICS RÉFÉRENCES PRÉVENTION INTRODUCTION Avec le travail naît le risque professionnel. S il a toujours existé, il s est développé

Plus en détail

5. INSPECTION COMMUNE PREALABLE ET PLAN DE PREVENTION

5. INSPECTION COMMUNE PREALABLE ET PLAN DE PREVENTION 1. OBJET Le décret n 92-158 du 20 février 1992 s'applique dès lors qu'une entreprise extérieure intervient dans un établissement d'une collectivité ou dans ses dépendances ou chantiers. 2. REGLEMENTATION

Plus en détail

ECT FORMATION. Module Validation des Acquis et de l Expérience / formation qualifiante C.Q.P 1 et 2

ECT FORMATION. Module Validation des Acquis et de l Expérience / formation qualifiante C.Q.P 1 et 2 ECT FORMATION Organisme de Formation pour la qualification des Techniciens Cordistes et des opérateurs utilisant des E.P.I de classe 3 contre les chutes de hauteur (CE EN 363) Module Validation des Acquis

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Travaux en hauteur Plan de la présentation 1. Aperçu de la législation 2. Le travail sur les échelles 3. Utilisation des échafaudages 4. Quid de l'entretien? 5. Les accidents de travail 6. L'organisation

Plus en détail

Obligations RÉGLEMENTAIRES en matière d information et de formation des travailleurs à la prévention des risques à l amiante

Obligations RÉGLEMENTAIRES en matière d information et de formation des travailleurs à la prévention des risques à l amiante Obligations RÉGLEMENTAIRES en matière d information et de formation des travailleurs à la prévention des risques à l amiante Partie réglementaire nouvelle QUATRIÈME PARTIE : SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL

Plus en détail

Travail en hauteur : Dans les entreprises

Travail en hauteur : Dans les entreprises Travail en hauteur : Dans les entreprises Mauro GERETTO Inspecteur du travail 30.09.2015 - Page 1 Plan de la présentation 1. Garde-corps 2. Echelles 3. Echafaudages roulants 4. PEMP 5. Plateformes suspendues

Plus en détail

Inspection en hygiène et sécurité

Inspection en hygiène et sécurité Centre de Gestion du Haut-Rhin Fonction Publique erritoriale 22 rue Wilson - 68027 COLMAR Cedex él. : 03 89 20 36 00 - Fax : 03 89 20 36 29 - cdg68@calixo.net - www.cdg68.fr Circulaire n 09/2013 Cl. C44

Plus en détail

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION 1 ère journée Durée : 6 heures sur les expériences de chacun, Travail en sous-groupes et Synthèse collective. 1. Prise de contact Créer les conditions

Plus en détail

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE»

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» COMMUNICATION RELATIVE AU CADRE REGLEMENTAIRE CONCERNANT LA PREVENTION

Plus en détail

OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION

OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION Service Santé Sécurité au Travail Maison des Communes Cité Administrative Rue Renoir BP 609 64006 PAU Cedex

Plus en détail

Entreprises étrangères travaillant en France

Entreprises étrangères travaillant en France Entreprises étrangères travaillant en France QUELLES SONT LEURS OBLIGATIONS? Si les entreprises sont établies sur le territoire de l Union européenne, elles peuvent «librement» effectuer des travaux en

Plus en détail

Protections collectives contre les chutes de hauteur

Protections collectives contre les chutes de hauteur Fiche 2 Protections collectives contre les chutes de hauteur A qui servent-elles? Comment les dimensionner? promouvoir cette disposition? Quels en est le coût, quels en sont les gains? Sur la majorité

Plus en détail

DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS (Décret du 5 Novembre 2001) LE DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS PROLEGIS est une société de Conseil en entreprises. Notre

Plus en détail

Seul les Labels, et représentent une preuve officielle. Le marquage NF EN131 est une affirmation qui n engage que la responsabilité du fabricant.

Seul les Labels, et représentent une preuve officielle. Le marquage NF EN131 est une affirmation qui n engage que la responsabilité du fabricant. LES NORMES La sécurité sous toutes ses formes EXIGEZ LA CERTIFICATION POUR VOS ECHELLES ET MARCHEPIEDS LA PREUVE PAR LE LABEL NORMES, DÉCRET, LABELS Des textes officiels et des marques qui certifient la

Plus en détail

Jeunes de moins de 18 ans

Jeunes de moins de 18 ans Guide technique Champagne-Ardenne Conditions de Travail Jeunes de moins de 18 ans Travaux interdits de dérogation Décembre 2012 DIRECCTE Champagne Ardenne Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence,

Plus en détail

Mél : Nom de l ACMO : Mél ACMO :

Mél : Nom de l ACMO : Mél ACMO : Etat des lieux en hygiène et sécurité dans un établissement scolaire Rectorat Inspection en Hygiène et sécurité Dossier suivi par M. Gilbert ROUSSEAU Téléphone 05 57 57 39 82 Fax 05 57 57 87 40 Mél: Gilbert.rousseau@acbordeaux.fr

Plus en détail

DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DES INDUSTRIES DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS

DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DES INDUSTRIES DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS RECO R.457 DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DES INDUSTRIES DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS Prévention des risques liés au montage, au démontage et à l utilisation des échafaudages roulants Pour vous aider

Plus en détail

ACCUEILLIR. un jeune dans le BTP ACCUEIL

ACCUEILLIR. un jeune dans le BTP ACCUEIL ACCUEILLIR un jeune dans le BTP ACCUEIL ACCUEILLIR un jeune dans le BTP Complétez votre démarche d accueil en commandant le coffret accueil de votre métier ou en le téléchargeant sur www.oppbtp.fr Coffrets

Plus en détail

FORMATIONS OBLIGATOIRES

FORMATIONS OBLIGATOIRES FORMATIONS OBLIGATOIRES Page 1/9 Table des matières Table des matières...2 I. Réglementation...3 Principes généraux issus des Directives Européennes :...3 Directive Européenne 89-391 modifiée «Sécurité

Plus en détail

Vous travaillez en hauteur

Vous travaillez en hauteur Les situations de chantier Fiche n 050 Vous travaillez en hauteur Tableau récapitulatif Chantier : Date : Mesures de prévention à mettre en œuvre Eliminer les échelles comme postes de travail. P Voir la

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2015-1588 du 4 décembre 2015 relatif à l organisation et au fonctionnement

Plus en détail

PLAN DE PREVENTION FOIRE EXPOSITION 30 AOUT AU 8 SEPTEMBRE 2013 S O M M A I R E. 1. Parties prenantes 1. 2. Prescriptions générales 1

PLAN DE PREVENTION FOIRE EXPOSITION 30 AOUT AU 8 SEPTEMBRE 2013 S O M M A I R E. 1. Parties prenantes 1. 2. Prescriptions générales 1 PLAN DE PREVENTION FOIRE EXPOSITION 30 AOUT AU 8 SEPTEMBRE 2013 S O M M A I R E Pages 1. Parties prenantes 1 2. Prescriptions générales 1 3. Inspection commune 1 & 2 4. Définition des phases d activités,

Plus en détail

Travaux en hauteur (Directive)

Travaux en hauteur (Directive) Travaux en hauteur (Directive) Encadrements administratifs Date d'entrée en vigueur: 10/06/09 Date de fin: Commentaire: Service émetteur: Capital humain Service du signataire: Capital humain, Direction

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION Chariots Automoteurs A Conducteur Porté R389

PROGRAMME DE FORMATION Chariots Automoteurs A Conducteur Porté R389 PROGRAMME DE FORMATION Chariots Automoteurs A Conducteur Porté R389 Les différents types et catégories de Chariots automoteurs à Conducteur porté (hors chantier BTP) Cat1 Transpalette à conducteur porté

Plus en détail

Politique : travail en hauteur

Politique : travail en hauteur Page 1 sur 9 1. BUT... 3 2. PORTÉE... 3 3. DÉFINITIONS... 3 4. RÔLES ET RESPONSABILITÉS... 3 a) Chef d exploitation / Agent de projets de l ASC... 3 b) Exécutant de l ASC et sous-traitant... 4 c) Agent

Plus en détail

SERRURERIE ET SÉCURITÉ

SERRURERIE ET SÉCURITÉ IL S AGIT LE PLUS SOUVENT DE TRAVAUX DE GRANDE HAUTEUR. L OUVRAGE DATANT DE PLUS DE 10 ANS EN GÉNÉRAL, LES DISPOSITIFS DE SÉCURITÉ DES ACCÈS ET PLATEFORMES NE SONT PLUS ADAPTÉS, VOIRE PARFOIS MANQUANTS.

Plus en détail

La santé et la sécurité en entreprise

La santé et la sécurité en entreprise La santé et la sécurité en entreprise Ce guide est élaboré en vue de guider votre entreprise dans la conformité aux obligations légales concernant les documents et registres obligatoires. Il est structuré

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Décret n o 2008-321 du 4 avril 2008 relatif à l examen des caractéristiques génétiques

Plus en détail

1 la loi: la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail;

1 la loi: la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail; Arrêté royal du 30 août 2013 fixant des dispositions générales relatives au choix, à l'achat et à l'utilisation d'équipements de protection collective (M.B. 7.10.2013) Chapitre I er. - Dispositions relatives

Plus en détail

réedition avril 2006 HYGIÈNE ET SÉCURITÉ

réedition avril 2006 HYGIÈNE ET SÉCURITÉ réedition avril 2006 HYGIÈNE ET SÉCURITÉ DANS LES TRAVAUX DU BÂTIMENT, TRAVAUX PUBLICS ET TOUS AUTRES TRAVAUX CONCERNANT LES IMMEUBLES Consolidation de la réglementation selon le sommaire du DECRET DU

Plus en détail

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DU BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DU BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR RÈGLEMENT GÉNÉRAL DU BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TEXTES OFFICIELS RELATIFS AU B.T.S. Décret n 95-665 du 9 mai 1995 Portant règlement général des B.T.S. B.O. n 23 du 8 juin 1995 Décret n 96-195 du 8

Plus en détail

1- PREAMBULE Les travaux seront exécutés en présence des enfants.

1- PREAMBULE Les travaux seront exécutés en présence des enfants. 1 LOCOAL-MENDON, le 08 juillet 2014 PLAN GÉNÉRAL DE COORDINATION DE SÉCURITÉ ET DE PROTECTION DE LA SANTÉ SIMPLIFIE MAÎTRE D OUVRAGE : COMMUNE 56890 PLESCOP OPÉRATION : Travaux à le Maison de l'enfant

Plus en détail

ECO SECURE. Sécurité en Toiture. Solutions de sécurité collective et individuelle en toiture

ECO SECURE. Sécurité en Toiture. Solutions de sécurité collective et individuelle en toiture Sécurité en Toiture Solutions globales et personnalisées en neuf et en rénovation Produits esthétiques qui répondent aux normes en vigueur ECO SECURE Solutions de sécurité collective et individuelle en

Plus en détail

- Intervenant- Dr FAUQUEMBERGUE Médecin du Travail

- Intervenant- Dr FAUQUEMBERGUE Médecin du Travail - Intervenant- Dr FAUQUEMBERGUE Médecin du Travail PLAN Réforme au 1 er Juillet 2012 Les missions du service de santé au travail Les missions du médecin du travail Les missions de l IPRP (Intervenant en

Plus en détail

DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS CADRE LÉGISLATIF DOCUMENT N 1 DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS Secteur de la poissonnerie DOC N1.indd 1 21/11/2014 10:49 OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR Article L4121-1du code du travail

Plus en détail

CENTRE SPATIAL JOHN H. CHAPMAN GESTION IMMOBILIÈRE PROGRAMME TRAVAIL EN HAUTEUR

CENTRE SPATIAL JOHN H. CHAPMAN GESTION IMMOBILIÈRE PROGRAMME TRAVAIL EN HAUTEUR CENTRE SPATIAL JOHN H. CHAPMAN GESTION IMMOBILIÈRE PROGRAMME TRAVAIL EN HAUTEUR AVRIL 2013 Page 1 sur 13 1. BUT... 3 2. PORTÉE... 3 3. DÉFINITIONS... 3 4. RÔLES ET RESPONSABILITÉS... 3 a)gestionnaire immobilier...

Plus en détail

Rectorat d Académie d Aix-Marseille Septembre 2014 Délégation Académique Sécurité Hygiène et Conditions de Travail (DASH-CT)

Rectorat d Académie d Aix-Marseille Septembre 2014 Délégation Académique Sécurité Hygiène et Conditions de Travail (DASH-CT) Rectorat d Académie d Aix-Marseille Septembre 2014 Délégation Académique Sécurité Hygiène et Conditions de Travail (DASH-CT) Consultez notre site Internet : http://www.pedagogie.ac-aix-marseille.fr/jcms/c_43964/accueil

Plus en détail

Liste de contrôle Ponts roulants

Liste de contrôle Ponts roulants La sécurité, c est réalisable. Liste de contrôle Ponts roulants Travaille-t-on en toute sécurité dans votre entreprise avec des ponts roulants? Les ponts roulants sont couramment utilisés dans l industrie

Plus en détail

Travail sur échafaudages en éventail

Travail sur échafaudages en éventail Extrait gratuit de la documentation Sécurité des chantiers du BTP - Guide illustré Les chutes en hauteur Travail sur échafaudages en éventail Référence Internet PSI.07.1.030 Les échafaudages en éventail

Plus en détail

Note relative au reclassement pour inaptitude physique à l attention des membres de la CAP

Note relative au reclassement pour inaptitude physique à l attention des membres de la CAP Note relative au reclassement pour inaptitude physique à l attention des membres de la CAP REFERENCES : - Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée portant dispositions statutaires relatives à la fonction

Plus en détail

Pôle «Prévention et Santé au Travail» Service «Prévention et Conditions de Travail»

Pôle «Prévention et Santé au Travail» Service «Prévention et Conditions de Travail» Pôle «Prévention et Santé au Travail» Service «Prévention et Conditions de Travail» Titre II du décret n 85-603 du 10 juin 1985 modifié par le décret 2012-170 du 3 février 2012 (articles 6 à 9) Article

Plus en détail

INSPECTION HYGIÈNE ET SÉCURITÉ Enseignement supérieur - Recherche. Livre des références. La prévention des risques professionnels

INSPECTION HYGIÈNE ET SÉCURITÉ Enseignement supérieur - Recherche. Livre des références. La prévention des risques professionnels Livre des références La prévention des risques professionnels Livre des références La prévention des risques professionnels Document d auto-évaluation élaboré par l IHSESR avec le concours de la CPU. Document

Plus en détail

- Des échelles d accès au(x) plateau(x), - De contreventements. - Des stabilisateurs (pour éviter que l échafaudage ne se mobilise),

- Des échelles d accès au(x) plateau(x), - De contreventements. - Des stabilisateurs (pour éviter que l échafaudage ne se mobilise), Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de l a Dordogne - Infos Prévention n 5 septembre 2006 Infos Prévention SOMMAIRE : Les échafaudages roulants : réglementation et terminologie. Quelques

Plus en détail

Animation du réseau départemental des agents de prévention

Animation du réseau départemental des agents de prévention Animation du réseau départemental des agents de prévention Réseau agents de prévention TRAVAIL EN HAUTEUR Réseau agents de prévention Réglementation Définition Toute élévation au-dessus du niveau du sol,

Plus en détail

LES OBLIGATIONS SST DECLINÉES SELON LE CONTEXTE. 1 Conférence EXPOPROTECTION - 05 novembre 2014 www.prevention-risquespro.fr

LES OBLIGATIONS SST DECLINÉES SELON LE CONTEXTE. 1 Conférence EXPOPROTECTION - 05 novembre 2014 www.prevention-risquespro.fr Intitulé Conférence Philippe de FAUCAMBERGE au salon EXPOPROTECTION PARIS 05 11 2014 Manager la Sécurité et la Santé au Travail et améliorer les performances de l Entreprise en utilisant le Document Unique

Plus en détail

Formation ACMO / CHS 26 mai 2011. Intervention d entreprises extérieures. Plan de Prévention Protocole de Sécurité. Brochure ED 941 INRS

Formation ACMO / CHS 26 mai 2011. Intervention d entreprises extérieures. Plan de Prévention Protocole de Sécurité. Brochure ED 941 INRS Formation ACMO / CHS 26 mai 2011 Intervention d entreprises extérieures Brochure ED 941 INRS Plan de Prévention Protocole de Sécurité PLAN Introduction Réglementation Démarche globale Cas particulier du

Plus en détail

Page 1. Le Plan de Prévention

Page 1. Le Plan de Prévention Page 1 Le Plan de Prévention 01 LA REGLEMENTATION Rappel : Le document Unique d Evaluation des Risques Dans toute entreprise, le chef d entreprise a pour obligation d assurer la sécurité et la santé de

Plus en détail

Réf. Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la Santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R.

Réf. Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la Santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE NANTES Nantes, le 17 Avril 2015 N/Réf. : CODEP-NAN-2015-015410 SEF France 110 boulevard Denis Papin 53000 LAVAL Objet Inspection de la radioprotection du 3 avril 2015 SEF

Plus en détail

Valérie Joriot OPPBTP

Valérie Joriot OPPBTP Valérie Joriot OPPBTP Janvier 2012 LE RISQUE DE CHUTES DE HAUTEURS Non! Oui! 1/ Les statistiques 2011 et les chutes de hauteur en LR 2/ La réglementation 3/ les situations à risque - les mesures de prévention

Plus en détail

Solutions de sécurité collective et individuelle en toiture

Solutions de sécurité collective et individuelle en toiture Sécurité en toiture Produits esthétiques et conformes aux normes en vigueur ECO SECURE Solutions de sécurité collective et individuelle en toiture CONCEPTION / FABRICATION / INSTALLATION / RÉNOVATION /

Plus en détail

PRINCIPES DE CONCEPTION DES DISPOSITIFS DE SECURITÉ SUR LES TOITS

PRINCIPES DE CONCEPTION DES DISPOSITIFS DE SECURITÉ SUR LES TOITS PRINCIPES DE CONCEPTION DES DISPOSITIFS DE SECURITÉ SUR LES TOITS PREAMBULE Les travaux sur les toits comptent parmi les activités les plus dangereuses. Il n'est pas rare que des interventions soient nécessaires

Plus en détail

NOTE DE SERVICE SG/SAFSL/SDTPS/N2009-1517 Date: 22 juin 2009

NOTE DE SERVICE SG/SAFSL/SDTPS/N2009-1517 Date: 22 juin 2009 MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE MINISTERE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITE ET DE LA VILLE Ministère de l'agriculture et de la pêche Secrétariat général Service

Plus en détail

Centre international d études pédagogiques

Centre international d études pédagogiques Centre international d études pédagogiques 1, avenue Léon-Journault 92318 Sèvres Cedex Tél. : 33 (0)1 45 07 60 00 - poste 69 78 - Fax : 33 (0)1 45 07 60 01 Site Internet : www.ciep.fr MARCHE DE SERVICE

Plus en détail

CONVENTION D ADHESION AU SERVICE DE MEDECINE PREVENTIVE DU CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU CHER ANNEE.

CONVENTION D ADHESION AU SERVICE DE MEDECINE PREVENTIVE DU CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU CHER ANNEE. CONVENTION D ADHESION AU SERVICE DE MEDECINE PREVENTIVE DU CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU CHER ANNEE. Entre : - Monsieur Claude LELOUP, Président du Centre de Gestion du CHER

Plus en détail

LE TRAVAIL EN HAUTEUR

LE TRAVAIL EN HAUTEUR LE TRAVAIL EN HAUTEUR > Contact : prevention@cdg38.fr Ingénieurs en prévention des risques professionnels 04.56.38.87.04 > Pôle : Prévention des risques professionnels > Date : juillet 2016 LE TRAVAIL

Plus en détail

- SUPERVISEUR HSE - FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 3

- SUPERVISEUR HSE - FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 3 FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 3 - SUPERVISEUR HSE - 1- OBJECTIFS Donner une formation HSE d un niveau de supervision et notamment : Aider à la définition de la politique et des objectifs HSE. Comprendre

Plus en détail

Guide pour les entreprises utilisatrices de travail eurs temporaires 2012

Guide pour les entreprises utilisatrices de travail eurs temporaires 2012 Guide pour les entreprises utilisatrices de travailleurs temporaires 2012 2 Guide pour les entreprises utilisatrices Edito c Editorial Le travailleur temporaire, est un perpétuel nouveau, soumis à des

Plus en détail

POUR L INSTALLATION TEMPORAIRE DE TRIBUNES ET GRADINS EXTERIEURS ET INTERIEURS

POUR L INSTALLATION TEMPORAIRE DE TRIBUNES ET GRADINS EXTERIEURS ET INTERIEURS RESUME DES EXIGENCES EN MATIERE DE PREVENTION DES INCENDIES POUR L INSTALLATION TEMPORAIRE DE TRIBUNES ET GRADINS EXTERIEURS ET INTERIEURS 1. Base Les prescriptions de protection incendie AEAI sont la

Plus en détail

Liste de contrôle Circulation des véhicules ferroviaires dans l entreprise

Liste de contrôle Circulation des véhicules ferroviaires dans l entreprise La sécurité, c est réalisable Liste de contrôle Circulation des véhicules ferroviaires dans l entreprise La sécurité lors des manœuvres des véhicules ferroviaires dans votre entreprise est-elle garantie?

Plus en détail

concernant «TITR ELEVE» «NOM ELEVE» «PRENOM ELEVE» élève de la classe de «CLASSE»

concernant «TITR ELEVE» «NOM ELEVE» «PRENOM ELEVE» élève de la classe de «CLASSE» MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE ACADEMIE DE BESANCON LYCEE PROFESSIONNEL "Luxembourg" 16, Place du 11 ème Chasseurs B.P. 365 70014 VESOUL CEDEX 03 84 97 31 00 --------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE MONTAGE ET UTILISATION. Ref. 111117

NOTICE TECHNIQUE MONTAGE ET UTILISATION. Ref. 111117 ECHAFAUDAGE ROULANT R300 NOTICE TECHNIQUE MONTAGE ET UTILISATION Ref. 111117 révision du 31/01/2006 Echafaudage R300 P 1/10 Caractéristiques générales Construction: Structure acier, galvanisé Charge admise:

Plus en détail

Ordonnance sur les qualifications des spécialistes de la sécurité au travail

Ordonnance sur les qualifications des spécialistes de la sécurité au travail Ordonnance sur les qualifications des spécialistes de la sécurité au travail 822.116 du 25 novembre 1996 (Etat le 5 décembre 2006) Le Conseil fédéral suisse, Vu l art. 83, al. 2, de la loi fédérale du

Plus en détail

Exploitation (installation, utilisation et repli) des plates-formes suspendues motorisées

Exploitation (installation, utilisation et repli) des plates-formes suspendues motorisées RECOMMANDATION R 433 Recommandation adoptée par le Comité technique national du bâtiment et des travaux publics lors de sa réunion du 26 novembre 2007. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail