COMMENT TRAVAILLERONS-NOUS DEMAIN? Paru dans Entreprise & Carrières, N 1153 du 16/07/2013 Rubrique : Enquête

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMMENT TRAVAILLERONS-NOUS DEMAIN? Paru dans Entreprise & Carrières, N 1153 du 16/07/2013 Rubrique : Enquête"

Transcription

1 1 sur 2 16/07/ :08 COMMENT TRAVAILLERONS-NOUS DEMAIN? Auteur(s) : VIRGINIE LEBLANC Les technologies de l information modifient toujours plus vite nos façons de travailler. Experts et DRH explorent pour nous l avenir du travail : quelles transformations les organisations, les modes de management et le lien contractuel à l entreprise vont-ils subir? Dans le préambule de leur ouvrage À quoi ressemblera le travail demain? *, Sandra Enlart, directrice générale d Entreprise & Personnel, et Olivier Charbonnier, directeur général du cabinet Interface et cofondateur de D-Sides, laboratoire d innovation et de prospective, écrivent : «Lorsque nous travaillons, nous mobilisons nos amis et les amis de nos amis : plus nos réseaux sont larges, nombreux et bien entretenus, plus nous sommes efficaces. [ ] Plus nos réseaux sont actifs, plus nous avons de la valeur. Les recruteurs ne s y trompent d ailleurs pas, puisque c est le premier critère de sélection» Cet extrait d une fiction du travail illustre bien une des incidences de la diffusion des technologies sur les critères de recrutement. Nouveaux usages Tous les spécialistes du marché s accordent sur l importance croissante des médias sociaux et de la mobilité dans le processus de recrutement (lire p. 22). Des tendances en lien avec les nouveaux usages des jeunes candidats. Ces derniers veulent pouvoir, sinon postuler, du moins consulter les offres depuis leur smartphone. La géolocalisation leur permet d ailleurs d identifier rapidement celles qui sont à proximité de chez eux. Entre autres utilisée par Thales, qui y a greffé de la réalité augmentée (lire l article Recrutement p. 22), cette technologie devrait prendre son essor. À terme, certains prévoient également la disparition du CV au format PDF au profit du «profil». «À l horizon 2030, notre métier de DRH ressemblera à celui d un chasseur de têtes dans un hub de compétences», prédit Laurent Choain, DRH du groupe Mazars et président du Cercle de la prospective RH, qui réunit quelque 200 membres, DRH et professionnels des RH, prospectivistes et cabinets de conseil. Travail nomade Mais les TIC transformeront le monde du travail dans son ensemble. Le rapport «Le travail et l emploi dans vingt ans» de juillet 2011, présenté par le Centre d analyse stratégique, aujourd hui Commissariat général à la stratégie et à la prospective (CGSP), avait examiné cinq sujets : les motivations du travail, les relations d emploi, l organisation et le contenu du travail, les espaces et les temporalités du travail et de l emploi. «Les évolutions intervenues depuis deux ans ne nous ont pas démentis, commente Véronique Deprez Boudier, chef du département travail emploi du CGSP : davantage de travail nomade qui s organise, des exemples d exercice autonome des fonctions et des métiers, une manière de travailler différente qui va continuer d évoluer sous l influence des technologies de l information et des smartphones. La question de la frontière vie personnelle-vie professionnelle est de plus en plus présente ainsi que le sujet de la mobilité, qu il est fondamental d aborder alors que de vraies résistances existent en France s agissant de la mobilité territoriale.» L essor du travail nomade, c est aussi une tendance anticipée par Olivier Charbonnier, pour qui l entreprise «va devenir un lieu de travail et de ressources». «Il est de plus en plus absurde de perdre une heure dans les transports et d arriver dans un open space trop bruyant ou trop calme, surtout si c est pour faire le même travail que celui qu on aurait pu réaliser chez soi ou dans un espace de coworking.» Flexibilité accrue Le cabinet Form a, qui a publié un cahier de prospective intitulé «Imaginative workplace 2013», en collaboration avec le cabinet Les InnO vents, décrypte un modèle d organisation activity based. En clair, l environnement de travail sera organisé par activité et les salariés utiliseront à la carte les lieux et les équipements de travail, en fonction de la variété de leurs tâches au cours d une même journée. Le salarié du tertiaire deviendrait un «nomade intra». Le «travailleur de l information» n aura pas de poste alloué, sa communication sera unifiée et la flexibilité du lieu et des horaires de travail sera la règle. Mais, en contrepartie, il disposera aussi d espaces pour s isoler, se concentrer, et même se détendre (lire p. 25). Ces bouleversements auront une forte incidence sur le management. «Le manager devra alors faire en sorte que le

2 2 sur 2 16/07/ :08 collectif fonctionne bien, il ne sera plus dans une position de juge ou de donneur d ordre, prédit Olivier Charbonnier. Son rôle sera davantage d animer ces nouveaux modèles de travail et de faire vivre à distance le travail collaboratif.» Pour Emmanuelle Léon, professeure de gestion des ressources humaines à l ESCP Europe, «partir du postulat selon lequel un collaborateur rend des comptes à un manager unique dans une unité de temps et de lieu, c est décrire un monde qui n existe déjà plus dans bon nombre d entreprises.» (lire p. 25) D autres formes de liens à l entreprise Corrélativement à ces évolutions se développeront d autres types de mobilités professionnelles autour de démarches territoriales (lire p. 26) et d autres formes de liens à l entreprise. «De nombreuses personnes voudront garder le sentiment d être libres, et se positionneront davantage dans une perspective Je travaille car j y crois, avec une volonté d autonomie par rapport à leur activité. Les salariés n auront plus tant d attachement à un lien de type CDI. L entreprise sera un lieu où le salarié partagera un projet, dans une logique de plaisir, veut croire Sandra Enlart. En contrepartie, l entreprise devra comprendre que le salarié mène d autres projets à côté.» Philippe Durance, enseignant-chercheur au Cnam et prospectiviste, constate déjà qu à «un moment de leur vie, des personnes quittent le monde traditionnel de l entreprise et testent d autres formes de coopérations répondant plus à des projets personnels. Pour remotiver et redonner du sens, les entreprises ont recours par exemple à l innovation participative, qui se développe beaucoup». La Société générale vient d ailleurs de communiquer sur une expérience collaborative qui a associé l ensemble de ses salariés dans le monde, autour d une démarche de coconstruction pour réfléchir aux mutations en jeu sur les trois volets de sa transition numérique : les changements en matière de relations client, les évolutions de leurs conditions de travail et les impacts sur les systèmes technologiques. Le réseau social interne SG Communities a été le support de cette cogitation collective qui a produit plus de idées, issues de 19 pays. * Éditions Dunod, L ESSENTIEL 1 Internet a déjà bousculé les usages en matière de recrutement. Demain, les entreprises devront davantage développer des stratégies d utilisation des réseaux sociaux et des terminaux mobiles. 2 Le télétravail et d autres formes d activité à distance changeront à la fois l organisation de la journée et des espaces de travail. Ils continueront de brouiller la frontière entre vie personnelle et vie professionnelle. 3 La croissance des mobilités professionnelles s accompagnera de la recherche de nouveaux outils RH, notamment territoriaux. LES JEUNES ENTRE INSTANTANÉITÉ ET SPONTANÉITÉ La génération Z, née avec le Web 2.0, et la génération Y, née avec Internet, ont en commun une maîtrise hors pair des outils numériques. Quelles conséquences cela aura-t-il sur leur façon de travailler? «Selon les enquêtes et analyses menées par les auteurs de La Génération Y dans l entreprise, la frontière générationnelle en entreprise n existerait pas. Pour eux, rapporte Carine Dartiguepeyrou, responsable du programme «Transformation numérique» du think tank de l Institut Mines-Télécom et de la Fondation Télécom, les trois seules caractéristiques que l on peut brosser de la génération Y sont : l autonomie, l importance du groupe et l instantanéité. Mais les nombreuses études récentes montrent que la génération Y ne se comporte pas de manière radicalement différente des autres générations lorsqu il s agit de mener des projets en entreprise.» * «C est assez effrayant de parler de générations Z et Y, estime Laurent Bibard, professeur au département management de l Essec et ancien dirigeant de l école. Il faut surtout écouter les jeunes générations.» Selon lui, les jeunes craignent le désaccord, et «si on leur dit que l on n est pas d accord avec leur proposition ou leur travail, ils interprètent cela comme Je suis mauvais». De plus, ils auraient du mal à se projeter dans une expérience longue, leur rapport au temps étant davantage fait d instantanéité. «Ils sont vexés qu on les fasse attendre, leur relation au temps est problématique», constate le professeur. En conséquence, pour les accueillir, les entreprises devront être attentives à la dimension émotionnelle et faire attention à distinguer la personne de l action. Par ailleurs, «comme ils apprennent très vite, il sera très utile de les valoriser quand ils savent et de les utiliser là où ils sont compétents», ajoute Laurent Bibard. Autre élément à prendre en compte, ils n ont pas confiance dans les autorités et les institutions, et ils se positionnent d égal à égal avec leur supérieur. * Chantal Morley, Marie Bia Figueiredo, Emmanuel Baudoin, Alice Hrascinec Salierno, La Génération Y dans l entreprise, mythes et réalités, Pearson, 2012, cité dans Cahier de prospective, Les générations et la transformation numérique de l entreprise, Fondation Télécom, Institut Mines-Télécom, mai 2013.

3 1 sur 2 16/07/ :08 RECRUTEMENT LES SMARTPHONES FERONT LE JOB Auteur(s) : HÉLÈNE TRUFFAUT Sur-titre : RECRUTEMENT On voit mal comment les DRH pourraient encore échapper aux nouveaux usages des jeunes postulants, résolument adeptes des médias sociaux et des terminaux mobiles. Tous les spécialistes le disent : mobilité et réseaux sociaux devraient enfin s imposer! «Le smartphone est devenu le principal outil de communication des jeunes», constate Éric Gellé, directeur régional Europe de l Ouest de l éditeur Lumesse. Dès lors, pourquoi ne pas leur permettre d optimiser leur recherche d emploi par ce biais? C est sur ce créneau que s est positionnée, par exemple, Rue de l emploi, une plate-forme de recrutement 100 % mobile créée en 2012, qui permet aux employeurs de déposer des offres directement depuis leur mobile, et aux candidats d y répondre par le même canal, avec un CV embarqué au format approprié. Le recrutement mobile, ou m-recrutement, profite du reste des fonctionnalités du smartphone, avec l apparition d offres d emploi géolocalisées. Téléchargée fois depuis sa création par l agence Smart& Geek, début 2012, l application Job-AroundMe intègre la réalité augmentée : le candidat filme autour de lui et visualise les annonces à proximité (l outil se synchronise avec les sites carrières des grandes entreprises). Un gadget? Sans doute pas pour des offres d emploi peu qualifié, qui demandent de la réactivité. «Mais si les cadres ne sont pas notre priorité, nous avons de plus en plus de candidats au niveau bac + 5», soutient le patron de Smart&Geek Jean Mariotte. Thales, entre autres, vient d ailleurs d adopter l application JobAroundMe pour présenter à sa cible de jeunes ingénieurs non seulement ses offres d emploi, mais aussi les technologies maison. Une interconnexion croissante «La technologie RFID (sans contact) est également prometteuse, poursuit Jean Mariotte. Elle pourrait permettre d accéder sur un mobile à des informations ou à des offres à partir d objets connectés : logos, affiches, devantures de restaurants» Par ailleurs, beaucoup parient sur une interconnexion croissante des solutions de recrutement : sites d emploi, applications mobiles et système d information RH avec les réseaux sociaux professionnels. Via les interfaces de programmation (API) de ces derniers, les éditeurs ont la possibilité d ajouter certaines fonctionnalités «sociales» à leurs solutions de gestion des talents. Et ils cherchent aujourd hui à optimiser, en limitant les clics, l acte de candidature sur les médias sociaux. CV fraîchement mis à jour À terme, «le CV au format PDF devrait disparaître au profit des profils créés sur les réseaux sociaux professionnels», prédit Adrien Ledoux, cofondateur de JobTeaser (plate-forme de présentation des entreprises destinée aux étudiants et aux jeunes diplômés). L avantage pour les recruteurs est de pouvoir disposer de CV fraîchement mis à jour et du réseau de contacts des intéressés. Selon Adrien Ledoux, le bouton Apply with LinkedIn, que des employeurs insèrent sur leur site de recrutement pour autoriser le transfert direct du profil LinkedIn des candidats, aurait déjà un certain succès aux États-Unis. Mais faciliter la candidature ne va pas sans poser quelques problèmes aux employeurs, qui devront reconfigurer leur site carrières pour l adapter aux terminaux mobiles. En dépit de leurs efforts pour développer leur identité digitale, les entreprises ne sont guère équipées pour traiter les réponses provenant de différents canaux. Sans compter qu avec des candidats prêts à dégainer leur CV en tous lieux et à tous moments, les candidatures risquent de manquer de pertinence et nécessiteront la mise en place de filtres appropriés. Pour l heure, «les personnes en recherche d emploi apprécient surtout de consulter les offres à distance, mais préfèrent postuler de chez eux», tempère Adrien Ledoux, qui, pour sa part, croit beaucoup à la contextualisation des annonces. «L offre sèche ne suffit plus. Elle a besoin d être étayée par du contenu : courte vidéo, interview audio, coaching», énumère-t-il. Il s agit de bichonner les futures recrues. «Une politique est en train de se mettre en place autour de l expérience candidat tout au long du cycle de recrutement», appuie Éric Gellé. Au service des chercheurs d emploi, la vidéo viendra peut-être aussi, à terme, à l aide des recruteurs. C est l objectif d EasyRecrue, une nouvelle application d entretien vidéo différé pour la présélection des postulants. Mais une chose est sûre : pour ne pas manquer leur cible, les recruteurs devront rapidement s atteler à la mise au point d une

4 2 sur 2 16/07/ :08 stratégie multi ou cross-canal.

5 1 sur 2 16/07/ :09 TRAVAIL À DISTANCE LE TÉLÉTRAVAIL SERA MAJORITAIRE OU MARGINAL Auteur(s) : EMMANUEL FRANCK, AVEC V. L. Sur-titre : TRAVAIL À DISTANCE Selon la définition qui en est retenue, les prévisions à dix ans sur le développement du télétravail varient du simple au quintuple. L avenir du télétravail est une histoire de Normands : d ici à dix ans, la France comptera de 12 % à 50 % de télétravailleurs. Ce sera la forme majoritaire du travail ou alors une forme marginale, cela dépendra de la définition du télétravail, de la diffusion de l Internet mobile, des attentes des travailleurs, de l évolution du salariat, du tissu des entreprises, de la transformation des villes, de l attitude des employeurs et de celle des pouvoirs publics. Rien n est sûr, c est la seule certitude! Un potentiel de 38 % des actifs Dans une étude publiée en 2009, le Centre d analyse stratégique, CAS (aujourd hui Commissariat général à la stratégie et à la prospective), estimait que le potentiel de télétravailleurs s établirait à 47 % de la population active en 2015 ; 38 % en «probabilité forte». Pour parvenir à ces résultats, le Commissariat général faisait l hypothèse d une diffusion des TIC dans les entreprises et les administrations. En revanche, il ne croyait pas à «une évolution structurelle du marché de l emploi vers une plus grande part d emplois télétravaillables». Les services à la personne et le médico-social l étant assez peu. Surtout, les calculs du CAS élargissaient le champ des personnes éligibles bien au-delà de la définition officielle du télétravail. Selon celle adoptée par le législateur, le 22 mars 2012, dans la loi de simplification du droit, qui reprend celle de l ANI de 2005, les télétravailleurs sont des salariés effectuant, dans le cadre d un avenant à leur contrat de travail, volontairement et régulièrement, hors des locaux de leur employeur, un travail qu ils auraient pu faire dans ses locaux, en recourant aux nouvelles technologies. Définition élargie Or l étude du CAS incluait également des professions libérales (donc non salariées), les enseignants (qui travaillent habituellement en dehors de la classe) ou des commerciaux (qui circulent traditionnellement en dehors des locaux de l entreprise). Un marqueur de modernité Le souci de cette institution rattachée au gouvernement de gonfler les chiffres pourrait s expliquer par le fait que «le télétravail est un marqueur de modernité sur le plan international», selon Yves Lasfargue, chercheur et directeur de l Obergo (Observatoire des conditions de travail et de l ergostressie). «Si l on s en tient à la définition du législateur, il y aura 12 % à 15 % de télétravailleurs dans dix ans», soutient ce dernier. Selon lui, cela tient d abord au fait que les métiers adaptés à cette forme d organisation ne seront pas si nombreux. En outre, Yves Lasfargue relève qu «avec le développement des smartphones, il va y avoir une démultiplication des lieux et des horaires de travail. Or le télétravail suppose un lieu de travail fixe majoritaire. Dès lors que les outils de mobilité se développent, il devient plus difficile de parler de télétravail». Il relève par ailleurs une spécificité française, qui explique que le télétravail à 100 % n existe pratiquement pas dans l Hexagone où la moyenne tourne autour d un ou deux jours par semaine, contrairement à ce qui se fait aux États-Unis : «Le contrat de travail français encadre un échange de temps contre du salaire, alors qu aux États-Unis, il s agit d un contrat portant sur un résultat.» Selon lui, seuls 4 % à 5 % des salariés français télétravaillent aujourd hui. Mais, là encore, il s agit de conjectures puisqu il n existe aucune statistique officielle. Nicole Turbé-Suetens, experte internationale et animatrice du réseau Distance Expert, estime quant à elle que «le télétravail va continuer à se développer de plus en plus rapidement» pour atteindre 30 % à 40 % des actifs. D une part, parce qu il sert aux directions à compenser le gel des rémunérations. Mais surtout du fait d une «volonté accrue de qualité de vie des citoyens qui travaillent, et donc de sortir du cycle infernal des trajets domicile-travail». Manque de prévisions

6 2 sur 2 16/07/ :09 Toutefois, pour que cette «démobilité» décrite dans une note de juin 2013 de la Fondation pour l innovation politique (Fondapol) existe, «il faut imaginer le rythme auquel les villes et les métropoles vont se transformer et, sur ce sujet, les prévisions sont rares», explique Nicole Turbé-Suetens. A contrario, il ne faut pas compter sur le pouvoir politique ni sur le patronat, «que le sujet n intéresse pas». Elle en veut pour preuve l absence de statistiques officielles sur la question. Le bilan de la négociation collective du ministère du Travail portant sur 2012 ne recense pas les accords de télétravail signés cette année-là, pourtant année 1 de la loi sur le télétravail.

7 1 sur 1 16/07/ :09 LES YAHOO! REVIENNENT AU BERCAIL Auteur(s) : CAROLINE TALBOT, À NEW YORK Marissa Mayer, la nouvelle patronne de Yahoo!, a choqué la Silicon Valley, en février, lorsqu elle a supprimé la possibilité du travail à la maison. Depuis le mois de juin, 200 adeptes du télétravail sont de retour au bureau aux côtés de quelque autres salariés du groupe. Marissa Mayer, transfuge de Google, avait apporté avec elle des habitudes de son ancien employeur beaucoup plus populaires : smartphone pour tous et nourriture à volonté au bureau. Mais l arrêt du télétravail a moins plu. «La vitesse et la qualité sont sacrifiées quand nous travaillons à la maison, a justifié dans un document interne Jackie Reses, responsable des ressources humaines de Yahoo!. Ce document, publié par le site All Things D, évoque une culture «plus productive, plus efficace et plus drôle» au siège de l entreprise. «Nous avons besoin de travailler les uns à côté des autres, écrit Jackie Reses. Être un Yahoo!, ce n est pas seulement faire son travail au jour le jour, mais c est profiter des interactions et des expériences possibles seulement au bureau.» Mettre en commun les points de vue Lorsque le département des ressources humaines a fait connaître ce nouveau règlement, au mois de février, la direction de Yahoo! a refusé d expliquer en détail ses intentions. «No comment», répondait-on systématiquement aux journalistes. Mais quelques mois plus tard, en avril, Marissa Mayer, invitée à Los Angeles au colloque Great Place to Work, s est lâchée : «Les meilleures idées viennent parfois de la mise en commun de deux points de vue différents», a-t-elle dit. Et de citer en exemple une application Yahoo! sur la météo utilisant la géolocalisation. Cette application est le fruit des cogitations de deux ingénieurs logiciels travaillant dans le même bureau. Les arguments de la patronne de Yahoo! vont à contre-courant de la tendance actuelle, favorable au télétravail. Selon les derniers chiffres du Census Bureau, 9,5 % des salariés américains en 2010 restaient au minimum un jour par semaine chez eux, ce qui correspond à une hausse de 35 % par rapport à Et de plus en plus d employeurs encouragent le mouvement : 34 % d entre eux proposaient le télétravail en 2005, explique-t-on à la Society for human resource management ; en 2012, ils étaient 63 %. Pourtant, plusieurs universitaires doutent de l efficacité du travail à distance. Ainsi, le professeur Nicholas Bloom, de l université Stanford, souligne les bienfaits de la «créativité au bureau» : «Vous formez une équipe, vous écrivez sur le même tableau, vous mangez ensemble, vous voyez les réactions de vos collègues.» En prime, l employeur vérifie sur place la qualité du travail accompli. «Les personnels qui restent chez eux tout le temps ne font peut-être rien», accuse-t-il. La productivité des salariés éloignés se mesure moins aisément, et cela se ressent dans leur évolution de carrière. «Les télétravailleurs sont moitié moins promus que leurs collègues au bureau», conclut Nicholas Bloom. La nouvelle politique de Yahoo! n est finalement pas si étrange. La preuve? Elle fait des émules, comme la chaîne de magasins Best Buy.

8 1 sur 1 16/07/ :09 ORGANISATION ATOS : ZÉRO , ZÉRO BUREAU Auteur(s) : V. L. Sur-titre : ORGANISATION Depuis 2009, Atos s est lancé dans un programme de transformation de son entreprise, qui modifie et anticipe la façon de travailler de ses collaborateurs. Fin 2008, dans le cadre d un programme Thierry Breton, le nouveau président d Atos, a réuni un conseil de 35 salariés de 27 à 40 ans, de tous les pays, identifiés comme des talents. Objectif : imaginer des propositions de changements relatives à l organisation du travail dans l entreprise. Thierry Breton estimait que, si les générations Y souhaitaient travailler autrement, il fallait les écouter pour faire bouger les choses. L initiative «zéro » est née de cette réflexion. La jeune génération affirmait ne plus communiquer par ce moyen mais via Facebook ou d autres réseaux sociaux. Aujourd hui, collaborateurs sont membres actifs du nouvel environnement de travail basé sur bluekiwi, outil de collaboration et de réseau social du groupe, du nom de l entreprise spécialisée dont Atos a fait l acquisition. Avec le recul, le slogan «zéro » apparaît comme une traduction marketing de la volonté de le limiter à certains usages. Il restera de toute façon utilisé pour communiquer avec l extérieur communautés «Le travail sur des dossiers partagés entre des salariés ayant les mêmes centres d intérêt est bien plus efficace via un réseau social communautés sont actives. Ces changements se sont accompagnés d un programme d une journée de formation des managers afin de les inciter à se remettre en question dans la façon de piloter leurs équipes», explique Jean-Michel Estrade, DRH France, qui met à profit le réseau social pour mobiliser ses collaborateurs, par exemple lors de séminaires. Volontariat «Dans la même logique de transformation, Atos a mis en œuvre le télétravail sur la base du volontariat, ajoute Jean-Michel Estrade : 13 % des salariés l ont adopté en France et 20 % en région parisienne. Il est limité à 2,5 jours par semaine pour maintenir l esprit collectif et prévenir tout risque d isolement.» En moyenne, les salariés télétravaillent 1,9 jour. Autre pilier de cette transformation de l entreprise, la cohabitation de deux types d espaces de travail sur le site de Bezons (95), qui a réuni les équipes de neuf sites préexistants. Des espaces sont dédiés aux équipes se réunissant autour d un projet et les espaces classiques de postes de travail sont organisés en desk sharing. Autrement dit, le collaborateur qui vient travailler sur le site n a pas de bureau attitré mais rejoint la zone de son service et s y installe où il veut. Des espaces plus confidentiels sont accessibles à proximité ainsi que des salles utilisables en libre service. «Tous nos documents sont numérisés, nous avons très peu de stockage», précise Jean-Michel Estrade. Dans la lignée de ces évolutions, Atos a aussi lancé un programme Byod (Bring your own device). «Nos collaborateurs ont souvent des matériels personnels puissants et parfaitement adaptés à leurs préférences interfaces graphiques par exemple ; nous leur disons : Venez avec et nous ferons en sorte que vous puissiez les utiliser.» 30 % des collaborateurs ont joué le jeu.

9 nformations et solutions pour les professionnels des ressources humai... 1 sur 1 16/07/ :10 MANAGEMENT À DISTANCE QUE LA CONFIANCE RÈGNE! Auteur(s) : V. L. Sur-titre : MANAGEMENT À DISTANCE Le développement probable du management à distance, du fait de la diffusion croissante des TIC et de l internationalisation des entreprises, nécessite d être préparé et de conserver des rencontres physiques indispensables. «Il y a management à distance lorsque le manager est séparé physiquement de ses collaborateurs, ce qui rend difficile, voire impossible, le suivi direct de leur activité, ainsi que des échanges informels réguliers», précise Emmanuelle Léon, professeure de gestion des ressources humaines à l ESCP Europe. Le développement des organisations matricielles, les structures projet, le travail mobile et le télétravail y renvoient tous peu ou prou, selon elle. «Ce qui pose problème aujourd hui, ce sont davantage les populations pour lesquelles le management à distance s impose du fait d une nouvelle organisation dans l entreprise, poursuit-elle. Mais peu d entreprises se rendent compte de la nécessité d informer et de former les managers et les collaborateurs.» Avec le management à distance, «il faut veiller à préserver une communauté professionnelle, à entretenir des relations quotidiennes et à professionnaliser ces relations», prévient Laurent Mahieu, de la CFDT Cadres. Le management à distance ne doit pas pour autant empêcher de formaliser à quel moment on se voit, de prendre la peine d envoyer un de contact : «Le bonjour du matin doit se traduire en distanciel», recommande-t-il. En tout état de cause, «pour être vertueux, le management à distance doit s inscrire dans une logique de confiance», affirme Emmanuelle Léon. 60 % des sédentaires en télétravail Avis partagé à Accenture. Dans cette entreprise de conseil, parmi les quelque 500 salariés sédentaires (soit 10 % de la totalité des effectifs), plus de 60 % sont aujourd hui passés au télétravail, et 80 % des assistantes de direction ont pris cette option. «Cela change la vie des collaborateurs, observe Marc Thiollier, secrétaire général d Accenture France. Ils répartissent leurs tâches différemment et gagnent en bien-être. Ils font tout pour préserver cette possibilité et parfois, au début, ils hésitent même à prendre des pauses. Ils sont presque plus rigoureux dans la gestion de leur temps.» En moyenne, aujourd hui, le télétravail est pratiqué deux jours par semaine, mais les encadrants et les postes de responsables managériaux le pratiquent plutôt un seul jour. «Les télétravailleurs ont fait remonter leur souhait de se voir une journée par semaine, pour partager, communiquer et échanger des idées», souligne Marc Thiollier. Même si toutes les réunions peuvent avoir lieu à distance, grâce aux outils de visiophonie notamment.

10 nformations et solutions pour les professionnels des ressources humai... 1 sur 2 16/07/ :10 MOBILITÉS PROFESSIONNELLES LES DÉMARCHES TERRITORIALES AU SECOURS DES DRH Auteur(s) : LAURENT POILLOT Sur-titre : MOBILITÉS PROFESSIONNELLES La sécurisation des carrières procédera par rapprochements d employeurs et d acteurs publics qui, sur un même bassin, trouveront intérêt à fluidifier le marché du travail plutôt qu à financer des plans sociaux. Inflation des contrats courts et à temps partiel, boom de l auto-entrepreneuriat : de plus en plus souvent, les mobilités professionnelles coïncident avec le développement des formes atypiques d emploi, dans un contexte de chômage record (10,9 % de la population active en mai). «Le CDI représente 75 % de l emploi salarié, mais seulement 25 % des créations d emploi. Il est donc la forme normale du contrat de travail, mais pas forcément l avenir», remarque Chantal Prina, chargée de mission à l association Aravis, qui a mené plusieurs études de terrain sur ce sujet en Rhône-Alpes. Cadre social stable Dans les rares entreprises encore dimensionnées comme des marchés du travail, le sujet de la mobilité est assimilé aux enjeux de qualité de vie au travail. La Poste ( collaborateurs, dont près de la moitié de fonctionnaires) s y prépare. Sa direction s apprête à offrir deux changements professionnels dans une carrière et à développer le temps partiel choisi. «Notre modèle reste fondé sur l emploi permanent à temps complet : la proximité vis-à-vis de nos clients, ainsi que les transformations auxquelles l entreprise fait face, nécessitent un cadre social stable. Néanmoins, les attentes des salariés nous appellent à offrir plus de souplesse», glisse Dominique Bailly, directeur de la performance et de la prospective sociale du groupe La Poste. Richard Duhautois, chercheur au Centre d études de l emploi, distingue différentes réalités suivant le cycle économique, le dynamisme des entreprises, les âges et la taille des établissements. Mais, d une manière générale, «les mobilités externes concernent avant tout les jeunes et les moins qualifiés. Elles sont contraintes, soit par l entrée dans le monde du travail, soit par l effet du chômage de masse qui fait alterner les périodes chômées et d emploi.» À l inverse, selon lui, les mobilités internes sont assimilables à des promotions. «Elles concernent les techniciens qualifiés et les cadres appartenant à de grandes entreprises.» Tester une reconversion Si les employeurs réfléchissent à leur gestion des emplois, peu ont une approche des mobilités. Ils l abordent pour réagir à des épisodes douloureux de PSE engagés dans des bassins d emplois par ailleurs exposés à des pénuries d emplois : «Les DRH auront de plus en plus besoin de se rencontrer régulièrement pour confronter leurs problèmes de postes à pourvoir et agir à plusieurs», anticipe Baptiste Dumas, dirigeant du cabinet Sirac, spécialisé dans l accompagnement au détachement de personnels. Les cellules qui seront mises en place à l initiative des grandes entreprises seront, selon lui, à entrée permanente. Confiées à des intervenants extérieurs (CIBC, maisons de l emploi, consultants RH ), elles permettront aux salariés de tout profil d imaginer, sans injonction d urgence, une reconversion dans une autre entreprise, en en testant la faisabilité. Les premières démarches qui remontent à la fin des années 1990 devront s élargir aux PME, jusqu ici plutôt hors champ. À l époque, de grandes entreprises ayant lancé leur PSE avaient échoué à replacer leurs salariés sur les autres sites distants : pas question, pour eux, de déménager. Ce fut le cas à STMicroelectronics, Salomon et Tefal. Ces entreprises ont stabilisé, depuis, des cellules d accompagnement interentreprises dans l idée de préserver un vivier de main-d œuvre, localement. Les premières, créées en Rhône-Alpes, en Ile-de-France et en Paca, ont été surtout centrées sur le salarié, pour qu il réalise son projet hors de l entreprise. Mutualiser les GPEC Mais d autres dispositifs interentreprises inciteront à mutualiser les GPEC. La loi Cherpion de 2011 sur la sécurisation du prêt de main-d œuvre encadre mieux de telles initiatives, depuis que les pôles de compétitivité ont expérimenté des opérations de prêt de main-d œuvre à but non lucratif pour leurs entreprises adhérentes, lors de la crise de 2008.

11 2 sur 2 16/07/ :10 Ces initiatives restent cependant limitées en nombre d entreprises et de personnes repositionnées. À Lyon, des sociétés le proposent depuis trois ans à leurs salariés, avec l appui méthodologique d Entreprise & Personnel (lire l encadré p. 26). La sécurisation des parcours est «un jeu à acteurs multiples», estime l économiste Bernard Gazier, qui prophétise l avènement des «marchés transitionnels», contre le dogme de la flexisécurité qui entretient, selon lui, une précarisation sociale. «Les carrières à vie supposent des mobilités organisées (passage d une activité à une autre, formation, bénévolat ) : c est à cette condition qu on maintient la capacité d autonomie des gens et qu ainsi on les fidélise» à leur territoire ou à leur entreprise. En attendant, les distinctions de statut donnent du fil à retordre dans les organisations, avertit Chantal Prina : «Les personnels externes CDD courts, intérim, salariés de groupements d employeurs sont difficiles à appréhender. Ils ne sont gérés par personne en direct et n ont pas vraiment de collègues ; le lien de subordination existe, mais ailleurs que sur leur lieu de travail. On peut s interroger sur l impact de ces formes de travail sur les conditions d emploi, même si les parcours sont sécurisés.» PLATES-FORMES DE MOBILITÉS : RETARD À L ALLUMAGE «Nous partons du principe que les gens ont besoin de respirer, pas forcément de partir.» José Félix, DRH d Aldes (systèmes de ventilation), s en est convaincu depuis trois ans, en lançant avec cinq autres DRH de Gerflor, Bayer, Merial, Merck Serono, Orange et Domeo le projet Alliance, qui consiste à offrir aux salariés la possibilité de «voir ailleurs» sans risque pour leur poste. «Nous centrons notre démarche sur le salarié», souligne José Félix. Il peut tenter un stage de découverte, une formation, un détachement ou même un transfert dans une autre entreprise. Si le groupe a été aidé par Entreprise & Personnel (méthodologie), c est la Maison de l emploi qui reçoit les volontaires et coordonne les parties prenantes. Les plates-formes se créent parfois pour les DRH eux-mêmes. C est l option qu a choisie le cabinet Sirac, qui coordonne sept groupes RH dans les départements de Rhône-Alpes. «Le coût moyen pour monter un groupe et pour accompagner une vingtaine de salariés est de euros par an», avance son dirigeant, Baptiste Dumas. Sur ce montant, près d un tiers doit être pris en charge par les pouvoirs publics les deux premières années pour que le dispositif soit viable. Les leviers sont classiques. Aux entreprises, une base de données sur les besoins de compétences. Aux salariés, bilan de compétences, bilan seniors, préparation à la VAE ou aide à la création-reprise d entreprise. C est ce que propose le pôle de mobilité régional (espace Mapp) de Provence Méditerranée aux salariés d Avenir Telecom, STMicroelectronics, CMA-CGM, Lyondell Basell, Eurocopter et Gemalto. Une bourse d offres d emploi, consultable en circuit fermé, vient compléter l ensemble des services. Point commun de ces expériences : peu de salariés osent s engager et donc changer de situation. José Félix en convient. Mais ce n est pas là l essentiel, selon lui : «Il vaut mieux investir dans l accompagnement que financer des PSE.» L. P.

12 1 sur 1 16/07/ :11 NICOLE TURBÉ-SUETENS EXPERTE INTERNATIONALE ET ANIMATRICE DU RÉSEAU DISTANCE EXPERT «Les nouvelles générations géreront seules leur employabilité» Auteur(s) : PROPOS RECUEILLIS PAR L. P. Sur-titre : NICOLE TURBÉ-SUETENS EXPERTE INTERNATIONALE ET ANIMATRICE DU RÉSEAU DISTANCE EXPERT E & C : Que faut-il comprendre de la progression des formes atypiques d emploi (temps partiel, travail non salarié) sur l évolution des mobilités professionnelles? N. T.-S. : Cette tendance illustre le fait que le Code du travail n est visiblement plus adapté aux conditions du marché du travail, puisque c est par son contournement que se trouvent les solutions. Malheureusement, celles-ci sont mises en œuvre au détriment des travailleurs concernés, qui n ont que la possibilité des contrats précaires ou de l entrepreneuriat. Le gouvernement ne l a pas compris, vu la réforme envisagée du statut d auto-entrepreneur et celle du portage salarial. Quant aux syndicats, ils savent très bien qu il est nécessaire de faire évoluer le cadre contractuel ; mais il n y a pas de dialogue social sur le sujet. Rares sont les entreprises capables de s engager de manière ferme et honnête à très long terme exception faite dans les branches qui travaillent sur des produits et services à cycle long, comme l aéronautique, dont le carnet de commandes à huit ans permet d annoncer la possibilité de créer plusieurs milliers d emplois. Elles hésitent donc à s engager. Cette rigidité fait partie des facteurs d intensification du chômage. Elle a un autre effet pervers : celui de la tension sur les rémunérations, avec une tendance à la baisse. Nous sommes donc dans un cercle très vicieux qui ne peut que favoriser l augmentation de ces contrats atypiques. E & C : Pourquoi le projet d une sécurité sociale professionnelle est-il si compliqué à mettre en œuvre, alors que son principe est régulièrement préconisé? N. T.-S. : Pour les raisons que je viens d évoquer : le manque de courage national de revoir le contrat de travail et d en concevoir un adapté à un marché mouvant qui demande de la flexibilité. D ailleurs, l idée de trouver un emploi dans une entreprise dans laquelle on passera sa vie n est plus le rêve prédominant des nouvelles générations. Elles ont très bien compris qu elles ne pouvaient compter que sur elles-mêmes pour gérer leur destin professionnel et auront besoin de pouvoir alterner des périodes de travail probablement intense avec des périodes de remise en cause et de mise à niveau. Elles savent qu elles devront gérer leur employabilité. Nous sommes complètement sortis du système «d ascenseur social» dont la France était si fière. L accompagnement des mobilités est encore assez mal géré parce que celles-ci ne font pas partie des projections d évolution des salariés. Sauf contre-exemples, comme l accord 2013 de Schneider Electric pour «le développement de la mobilité individuelle au sein du groupe». C est probablement un modèle à suivre.

Yves Lasfargue. Télétravail et conditions de vie Les fondements de la réussite

Yves Lasfargue. Télétravail et conditions de vie Les fondements de la réussite Yves Lasfargue Télétravail et conditions de vie Les fondements de la réussite Plus le nombre de jours de télétravail par semaine est élevé, plus les télétravailleurs estiment que les relations avec les

Plus en détail

Recrutement des étudiants sur les nouveaux canaux, mobile et réseaux sociaux : mythe ou réalité?

Recrutement des étudiants sur les nouveaux canaux, mobile et réseaux sociaux : mythe ou réalité? Recrutement des étudiants sur les nouveaux canaux, mobile et réseaux sociaux : mythe ou réalité? NewGen TALENT CENTRE En partenariat avec ÉTUDE JUIN 2013 Emmanuel Delamarre Emmanuel Delamarre participe,

Plus en détail

Direction Générale du Travail. COE Intervention du 19 novembre 2013 Jean-Denis COMBREXELLE

Direction Générale du Travail. COE Intervention du 19 novembre 2013 Jean-Denis COMBREXELLE Direction Générale du Travail COE Intervention du 19 novembre 2013 Jean-Denis COMBREXELLE Direction Générale du Travail Les nouvelles formes d emploi Introduction Une évolution forte du travail de ces

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

Atelier n 1 3ème session

Atelier n 1 3ème session Atelier n 1 3ème session Thématique : Mobilité Interne Synthèse Relevé de discussion 30 janv 2012 Ressources Humaines Groupe Co construction GPEC 2012 Retour sur le dispositif Espace Mobilité 2004 2005

Plus en détail

Le tertiaire supérieur : Un potentiel de création de 20 000 emplois sur la métropole d ici 2020?

Le tertiaire supérieur : Un potentiel de création de 20 000 emplois sur la métropole d ici 2020? Le tertiaire supérieur : Un potentiel de création de 20 000 emplois sur la métropole d ici 2020? 28 novembre 2013 Le Tertiaire Supérieur sur Lille Métropole? Les sources? Le Contrat d Etude Prospective

Plus en détail

la grande enquête EPISODE.4 ÉTAT DES LIEUX DU RECRUTEMENT SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

la grande enquête EPISODE.4 ÉTAT DES LIEUX DU RECRUTEMENT SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX la grande enquête EPISODE.4 ÉTAT DES LIEUX DU RECRUTEMENT SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX la grande enquête Avant-Propos Acteur majeur de l emploi en France, RegionsJob accompagne au quotidien ses utilisateurs,

Plus en détail

Flore-Aline Colmet Daâge*

Flore-Aline Colmet Daâge* NOTE n 153 - Fondation Jean-Jaurès - 23 janvier 2013 - page 1 Un enjeu clé pour dynamiser l emploi Flore-Aline Colmet Daâge* * Directrice d études, département «Opinion et stratégies d entreprise», Ifop

Plus en détail

Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie

Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie Synthèse - Septembre 2012 Une étude pour anticiper les besoins en compétences à horizon 2015-2020 Contexte économique et opportunités

Plus en détail

APPRENTISSAGE. Dossier de presse juillet 2014. L APPRENTISSAGE, que d avantages

APPRENTISSAGE. Dossier de presse juillet 2014. L APPRENTISSAGE, que d avantages Dossier de presse juillet 2014 L APPRENTISSAGE, que d avantages Sommaire Introduction : l apprentissage 3 Quelques chiffres 3 Les enjeux 3 Un dispositif plus simple, plus sécurisé, mieux financé 3 1. Pourquoi

Plus en détail

Les ateliers d Aravis Vous avez dit GPEC...Territoriale?

Les ateliers d Aravis Vous avez dit GPEC...Territoriale? Les ateliers d Aravis Vous avez dit GPEC...Territoriale? Atelier n 2 du 01 Juillet 2011 Les entreprises au cœur de la GPEC T Expérimentation MODEL 74 (bassin d Annecy) Extraits du bilan en cours Chantal

Plus en détail

les mobilités professionnelles et le développement des compétences des salariés sur un territoire?

les mobilités professionnelles et le développement des compétences des salariés sur un territoire? Actions et Communication pour promouvoir les mobilités professionnelles et le développement des compétences des salariés sur un territoire? MARS 2008 Sommaire Introduction Proposition de campagne de communication

Plus en détail

Démarche Compétences - JY LE ROUX

Démarche Compétences - JY LE ROUX 1 Pratiques RH Pratiques de Présélection Résultat chez les employés Résultat dans l entreprise Avantage compétitif Planification Analyse de poste Pratiques de Sélection Recrutement Sélection Pratiques

Plus en détail

Mieux guider les entreprises dans la gestion de leurs ressources en intervenant en amont des restructurations et des phases de mutations

Mieux guider les entreprises dans la gestion de leurs ressources en intervenant en amont des restructurations et des phases de mutations nos métiers Optimisation des Politiques RH Améliorer la performance de l entreprise par l optimisation des Ressources Humaines Accompagnement des réorganisations Mieux guider les entreprises dans la gestion

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH

Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH 1 Levier essentiel dans le pilotage des grands changements que conduit l Institution, la fonction RH doit, du fait de ce positionnement

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt

Appel à manifestation d intérêt Appel à manifestation d intérêt Création et mise en place : D une bourse à l emploi de la branche professionnelle des industries chimiques Du plan et des outils de communication Il n y a pas d allotissement

Plus en détail

ACCORD DU 14 NOVEMBRE 2008

ACCORD DU 14 NOVEMBRE 2008 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord national interprofessionnel GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES

Plus en détail

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel».

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Compte Rendu Café RH Dauphine du vendredi 7 février 2014 «L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Ce compte rendu vise à

Plus en détail

Proce dure de Recrutement

Proce dure de Recrutement Proce dure de Recrutement Avant d enclencher une procédure de recrutement, ne pas oublier de consulter la fiche outil «discrimination» (réf. R.0-1) Maison de l Emploi du Grand Narbonne Boite à Outils RH

Plus en détail

Conférence sociale. Table ronde N 5 «Réunir les conditions du redressement productif» Contribution des CCI DE FRANCE. Juillet 2012.

Conférence sociale. Table ronde N 5 «Réunir les conditions du redressement productif» Contribution des CCI DE FRANCE. Juillet 2012. Conférence sociale Table ronde N 5 «Réunir les conditions du redressement productif» Contribution des CCI DE FRANCE Juillet 2012 Page 1 Introduction Si la production va mal en France, c est d abord en

Plus en détail

NATHALIE FORTUNEE DELEGUEE REGIONALE CONSTRUCTYS

NATHALIE FORTUNEE DELEGUEE REGIONALE CONSTRUCTYS NATHALIE FORTUNEE DELEGUEE REGIONALE CONSTRUCTYS Sommaire I. La Présentation du Secteur II. Présentation de l OPCA CONSTRUCTYS Antilles-Guyane III. L Accompagnement des Entreprises du secteur A. La démarche

Plus en détail

INDUSTRIES DE SANTÉ. 6 DÉFIS RH À relever en soutien de la compétitivité des entreprises et de l évolution professionnelle des salariés

INDUSTRIES DE SANTÉ. 6 DÉFIS RH À relever en soutien de la compétitivité des entreprises et de l évolution professionnelle des salariés La lettre d information des défis RH lancés pour les entreprises de la filière Industries de santé INDUSTRIES DE SANTÉ Avril 2014 n 1 ACtionS/déveLoPPement/emPLoi/ComPétenCeS 6 DÉFIS RH À relever en soutien

Plus en détail

Le Télétravail : gérer et manager le travail à distance. Club RH 2 février 2012

Le Télétravail : gérer et manager le travail à distance. Club RH 2 février 2012 Le Télétravail : gérer et manager le travail à distance Club RH 2 février 2012 Cadre juridique du télétravail Carine NIORT, Avocat associé, Département Droit Social Cabinet FIDAL PLAN Introduction I La

Plus en détail

Jean-Paul Bouchet. Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question

Jean-Paul Bouchet. Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question Jean-Paul Bouchet Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question Le cadre juridique ne peut pas tout régler. Pour permettre aux managers de tenir leur rôle, il faut s interroger sur la finalité

Plus en détail

Evolution des formes d emploi et politiques publiques. Emmanuelle Wargon. Conseil d Orientation pour l Emploi. Jeudi 23 janvier 2014

Evolution des formes d emploi et politiques publiques. Emmanuelle Wargon. Conseil d Orientation pour l Emploi. Jeudi 23 janvier 2014 Evolution des formes d emploi et politiques publiques Emmanuelle Wargon Déléguée Générale à l Emploi et à la Formation Professionnelle Conseil d Orientation pour l Emploi Jeudi 23 janvier 2014 Plan de

Plus en détail

Guide méthodologique sur le télétravail Premiers repères

Guide méthodologique sur le télétravail Premiers repères Octobre 2015 Guide méthodologique sur le télétravail Premiers repères Ce guide est cofinancé par l Union européenne Union européenne I Aujourd hui en France 2 le télétravail Définition du télétravail 3

Plus en détail

L Observatoire Cegos a publié une grande étude européenne sur les 20-30 ans et le travail. L objectif : comprendre les attentes des jeunes,

L Observatoire Cegos a publié une grande étude européenne sur les 20-30 ans et le travail. L objectif : comprendre les attentes des jeunes, L Observatoire Cegos a publié une grande étude européenne sur les 20-30 ans et le travail. L objectif : comprendre les attentes des jeunes, appréhender leurs perceptions et leur regard sur le monde du

Plus en détail

TIERS-LIEUX, COWORKING, ÉCOCENTRES : TRAVAILLEZ DIFFÉREMMENT

TIERS-LIEUX, COWORKING, ÉCOCENTRES : TRAVAILLEZ DIFFÉREMMENT TIERS-LIEUX, COWORKING, ÉCOCENTRES : TRAVAILLEZ DIFFÉREMMENT Organisateur CLUSTER GREEN & CONNECTED CITIES 1 Animateur Jean POULY, Administrateur du Cluster Green & Connected Cities, Grenoble Ecole de

Plus en détail

Proposer un parcours professionnel aux opérationnels des sociétés d Aménagement

Proposer un parcours professionnel aux opérationnels des sociétés d Aménagement Proposer un parcours professionnel aux opérationnels des sociétés d Aménagement Depuis quelques années la crise du logement entraîne un fort dynamisme de l emploi dans les secteurs de l aménagement et

Plus en détail

Que pensez-vous des formes atypiques d emploi, notamment du portage salarial et de l auto-entreprenariat

Que pensez-vous des formes atypiques d emploi, notamment du portage salarial et de l auto-entreprenariat Entretien avec Ivan Béraud et Christian Janin Des formes d emploi à encadrer Pour une sécurisation des parcours professionnels La CFDT et la fédération Culture, Conseil, Communication (F3C) ne sont pas

Plus en détail

ouvrir les frontières de l entreprise

ouvrir les frontières de l entreprise ouvrir les frontières de l entreprise développement de compétences sécurisation des parcours professionnels employabilité et adaptabilité opportunités de carrière mobilités inter-entreprises réseau professionnel

Plus en détail

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3 SOFIP Observatoire Service Offre de Formation et Insertion Professionnelle L insertion professionnelle des diplômés 2010 de Licence Professionnelle En 2009-2010, 529 étudiants ont été diplômés d une Licence

Plus en détail

Enquête sur les ressources humaines auprès des entreprises du site Euroméditerranée

Enquête sur les ressources humaines auprès des entreprises du site Euroméditerranée Enquête sur les ressources humaines auprès des entreprises du site Euroméditerranée Présentation 01 07 2008 Isabelle Vibert Françoise Marin Olivier Paradon Pôle Sud-Est Les Jardins du Prado, 67 avenue

Plus en détail

Perception de l'emploi associatif. Le Mouvement Associatif. Novembre 2014. Perception de l'emploi associatif TNS 2014 48UK60

Perception de l'emploi associatif. Le Mouvement Associatif. Novembre 2014. Perception de l'emploi associatif TNS 2014 48UK60 Le Mouvement Associatif Novembre 2014 1 Présentation de l enquête Méthodologie Echantillon Mode de recueil Dates de terrain Enquête en miroir : 501 jeunes représentatif des personnes âgées de 18 à 24 ans

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3110 Convention collective nationale IDCC : 2247. ENTREPRISES DE COURTAGE D ASSURANCES

Plus en détail

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET?

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? 61 POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? L école de Pinay est connectée depuis deux ans et demi à l Internet. Cela laisse suffisamment de recul pour une réflexion sur cette pratique. Il convient pour

Plus en détail

Toulouse - Quand l aéronautique anticipe ses besoins et forme en conséquence

Toulouse - Quand l aéronautique anticipe ses besoins et forme en conséquence Toulouse - Quand l aéronautique anticipe ses besoins et forme en conséquence Mardi 5 février, après une journée de «job- dating» où près de mille demandeurs d emploi sont attendus pour rencontrer plus

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3248 Convention collective nationale IDCC : 1512. PROMOTION IMMOBILIÈRE ACCORD

Plus en détail

L accès à l emploi et les seniors

L accès à l emploi et les seniors L accès à l emploi et les seniors Rapport d une étude menée entre octobre 2013 & mars 2014 Avec le soutien de Regionsjob, le Centre des Jeunes Dirigeants & le Medef Ile de France De L utilité de cette

Plus en détail

Ministère du travail (22 janvier 2013)

Ministère du travail (22 janvier 2013) Ministère du travail (22 janvier 2013) Les apports de l accord sur la sécurisation de l emploi Conformément aux engagements de la feuille de route sociale de juillet et en réponse au document d orientation

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Le partage de solutions RH Partageons nos solutions RH... Dans chaque collectivité, la collaboration active entre élus et personnels est la clé de

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE DU 15 JUILLET 2009 RELATIF A LA GESTION PREVISIONNELLE DE L EMPLOI ET DES COMPETENCES PREAMBULE GENERAL : Dans le contexte en profonde

Plus en détail

n 33 Les notes de l'ove Enquête d insertion professionnelle auprès des ingénieurs 2012 de Polytech Marseille Résultats de synthèse

n 33 Les notes de l'ove Enquête d insertion professionnelle auprès des ingénieurs 2012 de Polytech Marseille Résultats de synthèse n 33 Les notes de l'ove Enquête d insertion professionnelle auprès des ingénieurs 2012 de Polytech Marseille Résultats de synthèse Juillet 2015 Présentation et méthodologie Le contexte de l étude Cette

Plus en détail

Spécialiste des ressources humaines opérationnel

Spécialiste des ressources humaines opérationnel Spécialiste des ressources humaines opérationnel Coparlead est un cabinet spécialisé dans le management opérationnel en RH à disposition des entreprises pour imaginer, mettre en œuvre et agir, au quotidien

Plus en détail

«Raconte-moi ton métier, un métier qui n a pas de sexe» Résultats de l enquête menée auprès des entreprises du réseau FACE

«Raconte-moi ton métier, un métier qui n a pas de sexe» Résultats de l enquête menée auprès des entreprises du réseau FACE «Raconte-moi ton métier, un métier qui n a pas de sexe» Résultats de l enquête menée auprès des entreprises du réseau FACE SOMMAIRE Préambule 1. La situation actuelle des entreprises 2. L engagement pour

Plus en détail

UNE AMBITION TRIPARTITE POUR L EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS L ENTREPRISE

UNE AMBITION TRIPARTITE POUR L EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS L ENTREPRISE UNE AMBITION TRIPARTITE POUR L EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS L ENTREPRISE La grande conférence sociale a permis d établir une feuille de route ambitieuse, qui engage ensemble l Etat, les

Plus en détail

LA FORMATION EST-ELLE RÉELLEMENT

LA FORMATION EST-ELLE RÉELLEMENT LA FORMATION EST-ELLE RÉELLEMENT AU SERVICE DU DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES? OBJECTIFS - ENQUÊTE NATIONALE DANS LES ENTREPRISES Mesurer le développement des compétences dans les entreprises et son impact

Plus en détail

A6 LA COM, QUELLE PLACE DANS VOS PROJETS?

A6 LA COM, QUELLE PLACE DANS VOS PROJETS? A6 LA COM, QUELLE PLACE DANS VOS PROJETS? Organisateur CAP COM Coordinateur Bernard DELJARRIE, Délégué général de CAP COM Animateur, Directeur de la Communication, Conseil Général du Bas-Rhin L un des

Plus en détail

Les «commerciaux» dans les Entreprises de Propreté : état des lieux

Les «commerciaux» dans les Entreprises de Propreté : état des lieux Les enquêtes de l Observatoire de la Propreté n 9 Synthèse Avril 2015 Les «commerciaux» dans les Entreprises de Propreté : état des lieux Les enquêtes de l Observatoire de la Propreté n 9 Synthèse Avril

Plus en détail

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Fiche n 6 Trois priorités pour les futures négociations 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Lorsque le contexte change, il est très important de vérifier si les objectifs d un système sont toujours adaptés

Plus en détail

Mettre en œuvre une politique de formation dans l entreprise

Mettre en œuvre une politique de formation dans l entreprise Association Régionale pour l Amélioration des Conditions de Travail en Haute-Normandie / sommaire p.2 - Développement des pratiques de formation : l exemple de deux secteurs en pleine mutation économique

Plus en détail

Principaux enjeux des directeurs financiers en 2014

Principaux enjeux des directeurs financiers en 2014 Principaux enjeux des directeurs financiers en 2014 Cela n a rien de nouveau : depuis longtemps, vous cherchez à améliorer les performances de l entreprise en collectant des données, en les recoupant et

Plus en détail

Manager en tenant compte des spécificités des seniors

Manager en tenant compte des spécificités des seniors Manager en tenant compte des spécificités des seniors Fiche 9 Enjeux Dans un contexte de départs en préretraite, les seniors ont longtemps été les oubliés de la gestion des ressources humaines. À partir

Plus en détail

UN MARCHE DU RECRUTEMENT DU MARCHE COMPTABLE

UN MARCHE DU RECRUTEMENT DU MARCHE COMPTABLE UN MARCHE DU RECRUTEMENT EN PHASE AVEC l EVOLUTION DU MARCHE COMPTABLE RECRUTEMENT 74% DES EMPLOYEURS ONT RECRUTE SUR L ANNEE 2013/2014 Raisons des recrutements quelles évolutions depuis 3 ans? Le recrutement

Plus en détail

Climat et relations sociales dans les entreprises

Climat et relations sociales dans les entreprises Résultats de l enquête de l Observatoire Cegos Climat et relations sociales dans les entreprises 13 novembre 2008 1 Méthodologie Enquête menée en septembre / octobre 2008 Echantillons : - 166 DRH d entreprises

Plus en détail

Finalités de l ouvrage

Finalités de l ouvrage Introduction Il est commun de souligner que la fonction ressources humaines a subi des évolutions rapides et profondes depuis les années qui ont suivi la seconde guerre mondiale. Le rôle du DRH n a cessé

Plus en détail

Restitution de l enquête Seniors UT 92

Restitution de l enquête Seniors UT 92 ARACT Île-de-France DIRECCTE Ile de France UT92 Restitution de l enquête Seniors UT 92 Note de synthèse Janvier 2013 Note de synthèse - Enquête Seniors UT 92 1. Rappel du contexte et de la commande : En

Plus en détail

Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension

Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension Université ParisDauphine Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension L Observatoire des Métiers de la Publicité a confié à Luc Boyer et Aline Scouarnec, dans le cadre d une étude prospective,

Plus en détail

Les entretiens obligatoires : comment s y retrouver? Les différents types d entretiens, Modalité et Contenu

Les entretiens obligatoires : comment s y retrouver? Les différents types d entretiens, Modalité et Contenu Les entretiens obligatoires : comment s y retrouver? Les différents types d entretiens, Modalité et Contenu L entretien professionnel L avenant relatif à l entretien professionnel (extrait) Pour lui permettre

Plus en détail

EMPLOIS VACANTS ET OFFRES NON POURVUES : LES CADRES

EMPLOIS VACANTS ET OFFRES NON POURVUES : LES CADRES EMPLOIS VACANTS ET OFFRES NON POURVUES : LES CADRES Conseil d orientation pour l emploi Audition du 4 juin 2013 Jean-Marie MARX Pierre LAMBLIN APEC 1 Les cadres : données de cadrage Effectifs cadres :

Plus en détail

Contrat de plan régional de développement des formations professionnelles mars 2011

Contrat de plan régional de développement des formations professionnelles mars 2011 Contrat de plan régional de développement des formations professionnelles mars 2011 S SECTORIELLES Les partenaires professionnels des contrats d objectifs bretons ont contribué à la préparation du CPRDF.

Plus en détail

Dossier d information. DROITS RECHARGEABLES Elargissement de l accès au droit d option pour prendre en compte les difficultés d application

Dossier d information. DROITS RECHARGEABLES Elargissement de l accès au droit d option pour prendre en compte les difficultés d application DROITS RECHARGEABLES Elargissement de l accès au droit d option pour prendre en compte les difficultés d application MARS 2015 DROITS RECHARGEABLES Mars 2015 SOMMAIRE Une application problématique dans

Plus en détail

PRATIQUE. Le prêt de personnel à but non lucratif, une forme atypique d emploi et de travail

PRATIQUE. Le prêt de personnel à but non lucratif, une forme atypique d emploi et de travail innovation sociale en rhône-alpes FICHE n 27 PRATIQUE MutualisER des ressources HUMAINES Le prêt de personnel à but non lucratif, une forme atypique d emploi et de travail Les mutations des entreprises

Plus en détail

Une ville socialement responsable

Une ville socialement responsable Angoulême, une ville dynamique, attractive, apprenant et solidaire Une ville socialement responsable Des moyens nouveaux pour soutenir la recherche d emploi 5 objectifs : le soutien actif, la (re)motivation

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

RESPONSABLE EN GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

RESPONSABLE EN GESTION DES RESSOURCES HUMAINES RESPONSABLE EN GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Titre certifié par l Etat de niveau II - Arrêté du 31/08/2011 publié au JO du 07/09/2011 BIENVENUE DANS LE MONDE DES POSSIBLES LA FORMATION EN GESTION DES

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

L évolution des formes

L évolution des formes L évolution des formes d emploi 5 décembre 2014 Conseil d orientation pour l emploi Plan de la présenta-on I. Les formes d emploi: un paysage en évolution et de plus en plus complexe II. Les causes de

Plus en détail

Master Management des systèmes d information

Master Management des systèmes d information Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Management des systèmes d information Université Jean Moulin Lyon 3 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1

Plus en détail

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France Résultats Le jeu vidéo est, à travers le monde, la première industrie culturelle devant les secteurs du cinéma et de la musique.

Plus en détail

ACCORD AU TITRE DU PACTE DE RESPONSABILITE

ACCORD AU TITRE DU PACTE DE RESPONSABILITE ACCORD AU TITRE DU PACTE DE RESPONSABILITE Dans un contexte économique général difficile caractérisé, notamment, par une croissance faible, les entreprises de la restauration rapide sont confrontées à

Plus en détail

Information et consultation du CCE/CE sur le projet d'accord sur les parcours d'évolution professionnelle

Information et consultation du CCE/CE sur le projet d'accord sur les parcours d'évolution professionnelle Information et consultation du CCE/CE sur le projet d'accord sur les parcours d'évolution professionnelle au sein du Groupe Carrefour (Accord de Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences) et

Plus en détail

ateliers Aravis - les ateliers Aravis - les ateliers Aravis les ateliers Aravis - les ateliers Aravis Formes d emploi et de travail atypiques

ateliers Aravis - les ateliers Aravis - les ateliers Aravis les ateliers Aravis - les ateliers Aravis Formes d emploi et de travail atypiques Formes d emploi et de travail atypiques GLOSSAIRE document de travail A------------------------------------------------------------------------------------------------------ Auto-entrepreneur DEFINITION

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

L employabilité dans le secteur bancaire libanais Dr. Fadoie Mardam-Bey MANSOUR Directeur de la Formation à l ABL Directeur de l ISEB (USJ ABL)

L employabilité dans le secteur bancaire libanais Dr. Fadoie Mardam-Bey MANSOUR Directeur de la Formation à l ABL Directeur de l ISEB (USJ ABL) L employabilité dans le secteur bancaire libanais Dr. Fadoie Mardam-Bey MANSOUR Directeur de la Formation à l ABL Directeur de l ISEB (USJ ABL) Mai 2014 L employabilité dans le secteur bancaire libanais

Plus en détail

Organisme de formation enregistré sous le N 91 34 06 39 334 Siret : 503 371 940 00019. NAF 7022Z contact@afaconseils.fr. http://www.afaconseils.

Organisme de formation enregistré sous le N 91 34 06 39 334 Siret : 503 371 940 00019. NAF 7022Z contact@afaconseils.fr. http://www.afaconseils. Organisme de formation enregistré sous le N 91 34 06 39 334 Siret : 503 371 940 00019. NAF 7022Z contact@afaconseils.fr. http://www.afaconseils.fr 3, rue Jean Giono, 34130, Candillargues Téléphone : 00.336.1998.44.48

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

3 ème édition depuis 2009 Petit-déjeuner conférence

3 ème édition depuis 2009 Petit-déjeuner conférence 3 ème édition depuis 2009 Petit-déjeuner conférence Etude ANDRH Inergie pour Liaisons Sociales magazine Attentes et pratiques des professionnels de la fonction RH en matière de formation RH Vendredi 17

Plus en détail

Enquête sur le télétravail en Aquitaine - 2011

Enquête sur le télétravail en Aquitaine - 2011 Enquête sur le télétravail en Aquitaine - 2011 Caractéristiques du télétravail: Un outil, 3 pratiques: A domicile ou dans un tiers lieu En tout lieu connecté à l internet. (hôtel, gare, etc., avec une

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES IDCC : 438. ÉCHELONS INTERMÉDIAIRES DES SERVICES EXTÉRIEURS DE PRODUCTION DES SOCIÉTÉS D

Plus en détail

Télétravail, de quoi parle-t-on?

Télétravail, de quoi parle-t-on? Télétravail, de quoi parle-t-on? 1 Base présentation : Caisse des Dépôts, menée par les cabinets PMP et TACTIS au 1er semestre 2011. Cadre programme des Investissements d Avenir / Fonds National pour la

Plus en détail

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 RESPONSABLE DE RESSOURCES HUMAINES Code : GRH01 Responsable de ressources humaines FPEGRH01 Il définit et met en œuvre la politique de ressources

Plus en détail

8 juin 2006. ATELIER 1 : Recruter des compétences, concilier les logiques d efficacité et de cohésion sociale

8 juin 2006. ATELIER 1 : Recruter des compétences, concilier les logiques d efficacité et de cohésion sociale 2 ème CONFERENCE REGIONALE POUR L EMPLOI ET LA FORMATION 8 juin 2006 ATELIER 1 : Recruter des compétences, concilier les logiques d efficacité et de cohésion sociale Contribution de la COMMUNAUTE URBAINE

Plus en détail

Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007. OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537

Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007. OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537 LA PROFESSION D AMBULANCIER EN CHAMPAGNE-ARDENNE Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007 OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537 51011 Châlons en Champagne

Plus en détail

Répertoire National des Certifications Professionnelles Résumé descriptif de la certification

Répertoire National des Certifications Professionnelles Résumé descriptif de la certification Répertoire National des Certifications Professionnelles Résumé descriptif de la certification Intitulé Master Droit, Economie, Gestion Mention «Management des Ressources Humaines» finalité recherche et

Plus en détail

Le management de la performance RH

Le management de la performance RH Thème n 3 Le management de la performance RH 1 Professeur et consultant en GRH ENCG Tanger 2 1 La GPEC : philosophie & principes clés Philosophie Une organisation est en santé quand l idéal qu elle poursuit

Plus en détail

RESPONSABLE EN GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

RESPONSABLE EN GESTION DES RESSOURCES HUMAINES RESPONSABLE EN GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Titre certifié par l Etat de niveau II - Arrêté du 31/08/2011 publié au JO du 07/09/2011 BIENVENUE DANS LE MONDE DES POSSIBLES LA FORMATION EN GESTION DES

Plus en détail

Le vieillissement des salariés : faux problème ou problème mal posé?

Le vieillissement des salariés : faux problème ou problème mal posé? Auteures : Colette FRANCIOSI : Sonia HACQUEMAND : c.franciosi@groupe-alpha.com s.hacquemand@groupe-alpha.com Le vieillissement des salariés : faux problème ou problème mal posé? Résultats d enquêtes auprès

Plus en détail

«Comment mieux vendre l entreprise aux salariés aujourd hui? Pratiques de marketing RH».

«Comment mieux vendre l entreprise aux salariés aujourd hui? Pratiques de marketing RH». Compte Rendu Café RH Dauphine du 7 avril 2014 «Comment mieux vendre l entreprise aux salariés aujourd hui? Pratiques de marketing RH». Ce compte rendu vise à faire une synthèse des différents points abordés

Plus en détail

Les Rencontres. «La vidéo & les RH : une révolution en marche?»

Les Rencontres. «La vidéo & les RH : une révolution en marche?» Les Rencontres «La vidéo & les RH : une révolution en marche?» Les 5 enseignements sur l utilisation de la vidéo par les professionnels RH en France en 2008 Introduction Depuis 1999, le monde des Ressources

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

LE PÔLE D EXCELLENCE OUTIL DE STRUCTURATION ET DE PROFESSIONNALISATION DU SECTEUR DU TOURISME EN MARTINIQUE

LE PÔLE D EXCELLENCE OUTIL DE STRUCTURATION ET DE PROFESSIONNALISATION DU SECTEUR DU TOURISME EN MARTINIQUE LE PÔLE D EXCELLENCE OUTIL DE STRUCTURATION ET DE PROFESSIONNALISATION DU SECTEUR DU TOURISME EN MARTINIQUE Chantal LAMEYNARDIE Consultante chef de projets RH - Groupe MONPLAISIR Quelles compétences pour

Plus en détail

Emploi et territoires

Emploi et territoires Emploi et territoires Emploi et territoires Sondage de l Institut CSA pour le Conseil d orientation pour l emploi Octobre 2015 page 1 Sondage de l Institut CSA pour le Conseil d orientation pour l emploi

Plus en détail

Télétravail. la panacée?

Télétravail. la panacée? Télétravail la panacée? Toutes nos publications sont disponibles : - En téléchargement, depuis l adresse internet de notre ASBL : www.cpcp.be/etudes-et-prospectives - En version papier, vous pouvez les

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Coordinateur-trice du personnel de l Université Paris Descartes Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

Appel à propositions

Appel à propositions Appel à propositions FORCO OPCA du Commerce et de la Distribution Programme d accompagnement des PME dans la mise en œuvre d une démarche GPEC 1 er Juillet 2013 / 31 décembre 2013 OPCA FORCO Page 1 sur

Plus en détail

Table des matières. Partie I RH pour l entreprise

Table des matières. Partie I RH pour l entreprise Table des matières Biographies des auteurs... III Tables des Focus et des Exemples.... XIX Introduction (à la 4 e édition).... XXV Partie I RH pour l entreprise Chapitre 1 Gérer les ressources humaines....

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail