Edito. Courrier de l'ufict n 273 Mars Sommaire ISSN

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Edito. Courrier de l'ufict n 273 Mars 2010. Sommaire ISSN 0339 8919"

Transcription

1 Edito En ce lendemain d élections régionales, ne devonsnous pas prendre le temps de l analyse et réfléchir à l emploi industriel dans nos régions, à l impact des pôles de compétitivité, et mettre en débat dans nos syndicats le rôle du travail dans notre société et notre place particulière dans le monde du travail? Courrier de l'ufict n 273 Mars 2010 Notre métier d ingénieur, de cadre ou de technicien nous amène à faire évoluer les technologies ainsi que l organisation du travail et par la même à les prescrire aux autres catégories sociauxprofessionnelles. Aussi n est-il pas de notre rôle d avoir constamment à l esprit que nous pouvons transformer le travail, en lui permettant de quitter progressivement son rôle d aliénateur pour intégrer celui d émancipateur que nous voudrions qu il porte? Sommaire CONTRAT DE TRAVAIL : qu est-ce qui a bougé? Pages E CONGRES UFICT, PRINCIPE DE MANDATEMENT adopté par la Commission Exécutive pour notre 10 e Congrès Page 4 Première SEMAINE DE SYNDICALISATION du 26 au 30 avril : Un temps fort de mobilisation en direction des ICT Page 5 Hommage à Jean-René KEROUREDAN Retrouver tous les courriers de l UFICT : Page 6-7 L industrie est en pleine mutation. La recherche constante de profitabilité au plus vite et au niveau le plus élevé entraine le capital à chercher d autres modes d organisation «lean manufacturing, lean managing, open space», avec de moins en moins de place pour le «capital vivant» dans ses investissements. Il lui faut également agir sur la masse salariale. Ainsi, en maintenant les salaires de nombre d OETAM sous la barre des 1,6 fois le SMIC, il s exonère de tout ou partie des cotisations sociales, les reportant sur l ensemble des contribuables. Il met en place de nouveaux types de contrats de travail, tel que le contrat de mission, le portage salarial. Il veut ainsi se donner les moyens d être le plus réactif possible face aux aléas du marché tout en se refusant à assumer sa responsabilité sociale. C est pourquoi le 23 mars et au-delà, notre mobilisation pour l emploi et les retraites doit s inscrire en lien avec l exigence d une forte revalorisation des salaires impliquant une vraie prise en compte de la qualification, des diplômes, des carrières. Exigeons de rompre avec les systèmes de rémunérations variables imposés aux ICT. Dans la rue comme dans nos entreprises, portons le débat sur une grille des salaires unique ayant comme mini d entrée notre repère de et allant jusqu'à 5 fois celui-ci pour couvrir l ensemble du salariat. Gérard GOURCI Secrétaire National de l UFICT Fédération des Travailleurs de la Métallurgie CGT 263 rue de Paris Case Montreuil cedex Directeur de publication : L. BENSELLA Mensuel imprimé par nos soins Prix : 0,53 euro Abonnement annuel : 5,30 euros Commission paritaire : 1008 S ISSN

2 CONTRAT DE TRAVAIL : qu est-ce qui a bougé? Suite à la négociation de septembre 2007 dite de modernisation du travail, une loi a été votée modifiant de manière significative plusieurs éléments touchant au contrat de travail. Durant ces négociations, la CGT a fait des propositions et cherché à construire des convergences avec les autres organisations syndicales pour limiter les prétentions patronales. Le compte final n y étant pas, la CGT a émis un avis négatif. Dans les entreprises, ces dispositions commencent à être mises en œuvre. L UIMM a ouvert des négociations pour modifier les conventions IC et ETAM pour inclure ces nouvelles dispositions légales. Qu a modifié la loi? La période d essai Pour les contrats à durée indéterminée, la durée interprofessionnelle de la période d essai a été allongée et comprise «entre 2 et 3 mois pour la maitrise et entre 3 et 4 mois pour les cadres». Un renouvellement peut être autorisé par accord de branche étendu. Pour la CGT, les périodes d essai doivent continuer à relever des branches pour être adaptées aux spécificités professionnelles. La CGT s est opposée à l allongement systématique de la période d essai, car la finalité de la période d essai ne le justifie pas. Actuellement la convention collective est plus protectrice que la loi, mais l UIMM veut s aligner sur les nouvelles dispositions légales. Indemnité de licenciement Les indemnités légales de licenciement ont été augmentées, c est un point positif, par contre celles de la convention collective peuvent être inférieures dans certains cas. Dans cette situation la loi prévaut. Un contrat à objet définis Un nouveau type de CDD a été créé «pour permettre la réalisation par des ingénieurs et cadres de certains projets dont la durée est incertaine». Il s agit d un «contrat à durée déterminée à terme incertain et d une durée minimum de 18 mois et maximum de 36 mois, conclu pour la réalisation d un objet défini. Ce contrat ne peut être renouvelé». Prétextant de l incertitude qui pèse sur la réalisation de certains projets et que «leur terme ( ) ne pourrait pas être apprécié avec précision», les employeurs réclamaient la création d un CDI qui aurait pu être rompu au terme de la mission. Cette forme de contrat existe déjà dans certains secteurs (ex. : BTP ou pour certains contrats d exports dans la métallurgie) et n a pas démontré son efficacité économique. L organisation du travail en projet, qui se généralise, ne justifie pas que le salarié soit embauché sous contrat de projet. Pour l Ugict CGT, c est un contrat immoral : si le salarié réussit à mener à bien le projet pour lequel il a été embauché, l entreprise grandit et lui, prend la porte! Aux Etats-Unis, il a été démontré qu à la fin de la mission, le salarié ralentit le travail pour reculer le terme de son contrat ou se désinvestit pour se consacrer à la recherche d un futur emploi. Tout en rejetant le principe de ce nouveau contrat, l Ugict CGT propose qu il soit mieux encadré (en termes de durée, de droit de regard des représentants du personnel pour éviter une utilisation abusive de ce type de contrat, d indemnité de rupture prévue qu il faudrait au moins doubler ). L UIMM entend renégocier la convention des IC pour renforcer les possibilités d emplois précaires pour cette catégorie. Courrier de l'ufict- n 273 Mars 2010 page 2

3 La rupture conventionnelle C est le nouveau nom de la «séparation à l amiable» chère à Laurence Parisot. Il s agit d une rupture d un commun accord du contrat de travail. Après la signature de cette convention de rupture, le salarié aura 15 jours pour se rétracter. Puis, la direction départementale du travail aura 15 jours pour valider cette rupture (son silence valant homologation). Jusqu à présent, le contrat de travail pouvait être rompu par un licenciement ou par une démission. Or, de plus en plus, les entreprises qui veulent se séparer d un salarié lui proposent une transaction : licenciement pour motif personnel assorti d une «enveloppe» de départ. Le salarié concerné s aperçoit souvent que s il avait été aux prud hommes, il aurait obtenu plus! C est ce recours aux prud hommes que le patronat veut éviter. La CGT a avancé des contre-propositions, soutenues par tous les autres syndicats, pour qu une telle rupture soit nécessairement homologuée par le Bureau de conciliation du tribunal des Prud hommes. On constate aujourd hui une multiplication des licenciements sous cette forme et l explosion des litiges devant les prud hommes. Le portage salarial Cette pratique, à la frontière entre le salariat et le travail indépendant, est aujourd hui illicite. En effet, la loi sanctionne le délit de marchandage (mettre le travail d une personne à disposition d une autre entreprise). La légalisation du portage est en cours. L Ugict CGT a toujours combattu le portage salarial car les droits du salarié garantis par un contrat de travail sont réduits dans le cas du portage. La jurisprudence et la cours de cassation multiplie les obstacles juridiques à l encontre de ce nouveau contrat. La portabilité En cas de chômage, le salarié conservera sa couverture complémentaire santé et prévoyance pendant une durée égale à «un tiers de la durée des droits à indemnisation chômage», ce qui est très faible. Quant au Droit Individuel à la Formation (DIF), le salarié pourra utiliser le solde de ses heures acquises (au maximum 120 heures) pendant la période de chômage ou dans son nouvel emploi (avec accord de l employeur). Premier pas en vue de permettre aux salariés de conserver leurs droits en cas de chômage, la portabilité est bien loin de ce que revendique la CGT sous la notion de sécurité sociale professionnelle (qui impliquerait que l intégralité des droits acquis soit transférable dans le nouvel emploi : qualification, ancienneté, rémunération ). Jeunes La durée du stage de fin d études sera prise en compte dans la durée de la période d essai en cas d embauche dans l entreprise où a été effectué le stage. Il sera créé une prime forfaitaire pour les moins de 25 ans privés d emploi. Réparation judiciaire du licenciement Le patronat a obtenu le principe du plafonnement du montant des dommages et intérêts, aujourd hui librement fixé par le juge, en cas de licenciement sans cause réelle et sérieuse! Au final, le projet d accord prévoit plus de flexibilité en faveur des employeurs, plus de précarité pour les salariés et bien peu de droits nouveaux. Cette «flexisécurité à la française» doit être combattue! Si les assouplissements aux contrats de travail sont incontestables, les contreparties en termes de sécurisation des salariés sont, dans certains cas, plutôt abstraites. (Les Echos 14 janvier 2008) Plus que jamais défendons les accords d entreprises et les conventions collectives pour faire obstacle au recul des droits. Courrier de l'ufict- n 273 Mars 2010 page 3

4 10 E CONGRES UFICT, PRINCIPE DE MANDATEMENT adopté par la Commission Exécutive pour notre 10 e Congrès Modalités de calcul du mandatement Conformément à nos statuts et dans la perspective de la préparation de notre 10 e congrès, qui se déroulera à Port de Bouc (Bouches du Rhône) les 01, 02 et 03 décembre, la commission exécutive de l UFICT se devait de voter les principes de mandatement des délégués ainsi que le décompte des voix dont ils seront porteurs. Les principes énoncés et utilisés lors du précédent mandatement ayant été pleinement satisfaisants, ces derniers ont donc été retenus à nouveau lors de la commission du 09 mars Années de références Les années de références seront 2006, 2007 et Elles serviront à calculer les moyennes. Nombre de voix de chaque syndicat Il est fonction du nombre total de cotisations. Afin de connaitre le nombre de voix dont chaque syndicat est détenteur, nous utiliserons la règle suivante : [(Nbre de FNI UFICT + Nbre de FNI IC + Nbre de Timbres) de 2006] + [(Nbre de FNI UFICT + Nbre de FNI IC + Nbre de Timbres) de 2007] + [(Nbre de FNI UFICT + Nbre de FNI IC + Nbre de Timbres) de 2008] Ce total est divisé par 3 (pour le ramener à un an) puis multiplié par 10 (ce qui est une moyenne de cotisation sur l année) Calcul du nombre de délégués Afin de donner la possibilité au plus grand nombre de syndicats d être présents ou représentés lors de notre congrès, nous continuerons d appliquer le principe des délégués directs lorsque le calcul le permet si ce n est pas le cas, une désignation de délégués groupés se fera au niveau départemental ou régional. Pour ce faire, nous calculerons dans un premier temps le nombre de FNI moyen sur les trois années de référence : [(Nbre de FNI UFICT + Nbre de FNI IC) de 2006] + [(Nbre de FNI UFICT + Nbre de FNI IC) de 2007] + [(Nbre de FNI UFICT + Nbre de FNI IC) de 2008] Ce total est divisé par 3 Puis nous déterminerons le nombre de délégués en fonction du tableau suivant : de 06 à 20 FNI 1 délégué de 21 à 40 FNI 2 délégués de 41 à 60 FNI 3 délégués de 61 à 100 FNI 4 délégués + de 100 FNI 5 délégués Pour les bases de 1 à 5 syndiqués, il est proposé, sur un même département, voire une même région, de les regrouper, puis de garder le même tableau de calcul que pour les délégués directs. Cas particulier des bases nouvelles (2007 ou 2008) Les Bases nouvelles 2007 verront leur nombre de délégués et leur voix, calculés sur la base des règlements FNI et cotisations 2007 et Les bases nouvelles 2008 auront le droit à des délégués mais ne seront pas porteurs de voix. Mandats consultatifs Des mandats consultatifs seront attribués aux syndiqués ingénieurs, cadres, techniciens, ouvriers, employés ou aux syndicats sans adhérents ICT qui souhaitent participer au congrès afin de contribuer au déploiement de l'ufict. Courrier de l'ufict- n 273 Mars 2010 page 4

5 Première SEMAINE DE SYNDICALISATION du 26 au 30 avril : Un temps fort de mobilisation en direction des ICT Ne sommes-nous pas encore trop frileux à proposer la syndicalisation à nos collègues ICT? En ces temps de montée du mécontentement, la parole se libère. De «nouvelles têtes» apparaissent et nous interrogent lors de nos prises de parole, lors des débats que nous lançons dans les secteurs, près de la machine à café, lors de la pause du repas ou dans les transports. Des besoins sont exprimés et les revendications ont besoin d être structurées à partir d un travail collectif et de consultation. Parfois nos collègues de travail viennent nous interroger sur les modalités pour se syndiquer. C est intéressant. Mais ne serait-ce pas plutôt à nous d aller les voir pour leur en parler, de cette fameuse syndicalisation? Au delà de la syndicalisation en général, qui doit nous permettre de modifier de façon efficace le rapport de forces face au patronat, la syndicalisation des ingénieurs, cadres et techniciens (ICT) est stratégique. Nous ne pouvons envisager de modifier la société dans son ensemble si nous ne nous donnons pas les moyens d agir sur un de ses socles principaux qu est le travail. Nous ne pouvons espérer donner d autres finalités et sens au travail si nous ne le pensons pas de façon différente. Nous ne pouvons espérer répondre au défi du développement humain durable sans s assurer que ce qu on exige de nous, ICT, va faire progresser le travail, les technologies, la qualité des produits et des services. Pour ce faire, nous avons besoin d être forts et organisés dans nos catégories qui agissent directement sur les mécanismes de mise en œuvre du travail. dédiée à la province. Cette semaine se doit d être un temps fort dans nos syndicats, nos coordinations de groupes, nos USTM Il nous faut donc impulser sa mise en œuvre dans l ensemble de nos structures et réfléchir dès à présent aux cibles potentielles, qu il s agisse d entreprises ou de services, de sites industriels ou de groupes. Réfléchissons sur la forme que pourrait revêtir ce moment de syndicalisation. S agit-il de distribuer un tract, d organiser un débat? A l issue de cette 1 ère semaine de syndicalisation menée en Province, nous en tirerons ensemble tous les enseignements et une autre semaine sera organisée en Ile de France en début Juin. Une série de quatre affiches à l adresse des ICT vous est proposée dès à présent sur notre site internet et sera également envoyée à l ensemble des syndicats comme encart de prochaines publications du «Courrier Fédéral». Une série de tracts sera mise à disposition. A chaque type de situation, un tract : un tract pour aider le syndicat ouvrier qui ne compte pas de syndiqués ICT. Un tract pour le syndicat qui en a déjà. Nous proposons également plusieurs tracts qui poseront la question de la syndicalisation à partir de quelques questions revendicatives. Réservez dès à présent cette semaine dans le plan de travail de votre syndicat. De plus en plus, le visage de l industrie se dessine autour et avec un salariat appartenant à nos catégories. Qu elle que soit notre capacité à faire reculer l emprise des exigences de rentabilité, le travail évoluera vers plus de qualifications. Il accordera plus de place et d empois à la conception, au développement des technologies, à l organisation du travail, au suivi de processus de travail plus complexes. A nous d en faire une chance pour le progrès social pour l ensemble du salariat. Le défi d une CGT qui rassemble tout le salariat est devant nous. Il faut faire de la place aux ICT dans la CGT. Il faut leur proposer de la prendre. Forte de l expérience fédérale quant à l organisation de ce type de campagne de syndicalisation, l UFICT a donc décidé de s en emparer et lance du 26 au 30 avril 2010 une première «semaine de syndicalisation» Courrier de l'ufict- n 273 Mars 2010 page 5

6 Hommage à Jean-René KEROUREDAN Quimper, le 1 er mars 2010 Intervention de Jean-François BOLZINGER (Secrétaire de l UGICT) C est toujours un exercice difficile de rendre hommage à quelqu un, surtout lorsque c est quelqu un qu on a connu et qui a beaucoup compté pour soi-même. Chaque militant doit dans sa vie beaucoup de choses à d autres militants et à certains plus qu à d autres. Jean-René fait partie des deux ou trois qui m ont le plus apporté dans ma vie et je suis sûr que bien d autres pourraient dire la même chose. Jean-René était un constructeur, un constructeur d humain, forgé dans les luttes de 1968 où il a acquis cette conception de la liberté, de l émancipation et du rassemblement du salariat qui le guidera toute sa vie et qu il transmettra inlassablement à d autres. Vous le savez pour la plupart, Jean-René avait une formation d officier mécanicien de la marine marchande et fut dessinateur industriel dans le domaine des périscopes sous-mains au bureau d études de la SOPELEM dans le 20 ème arrondissement de Paris. C est là qu il découvrira l action collective en occupant son entreprise et dans la foulée découvrira qu être pleinement technicien rime avec syndicalisme CGT et plus singulièrement avec Ugict, l organisation spécifique appropriée. Dès lors, Jean- René va être gagné par l obsession comme il le disait lui-même de forger des outils de rassemblement du salariat. 30 années d engagement syndical vont suivre d une richesse considérable. La métallurgie d abord où il participe à la création de l Ufict en étant secrétaire de l USTM de Paris jusqu en 1982, puis l UD de Paris où il construit la commission départementale Ugict, puis l Ugict nationale où il est permanent et dirigeant à partir de Il y jouera un rôle très important dans la mise en place du secteur organisation de l Ugict, puis de la formation syndicale et du pôle techniciens, le tout dans des contextes difficiles tant à l extérieur qu à l intérieur de la CGT où la question de la syndicalisation des cadres et techniciens n est jamais une sinécure. Son efficacité dans la mise en place de la politique d organisation de l Ugict, dans la mise en place des commissions départementales en Ile-de-France ou en Bretagne, ses apports sur la notion de qualification et sur la réalité technicienne tiennent au mariage qu il savait faire entre pratique et réflexion théorique qui sortait de l ordinaire. Jean-René était un militant qui ne s arrêtait jamais. Ainsi lors de son retour à Douarnenez au début des années 2000, il se passionnera pour la situation des pêcheurs et travaillera à redonner des pistes d avenir à ce secteur fortement humain et fortement sinistré. Jean-René était un intellectuel, un vrai, qui fait de la théorie à partir de la pratique, qui allie en permanence réflexion et action, un marxiste qui n était pas passé par l ENA. D où une efficacité que tout le monde lui reconnaît dans toutes les responsabilités qu il a assumées. L exemple de la construction de huit commissions départementales Ugict dans les huit départements d Ile-de-France de 1985 à 1992 est illustratif de sa ténacité, de sa capacité à construire à partir d un travail de fourmi, du développement de son savoir-faire. Sa force était de savoir toujours mettre ses réflexions au service de l organisation en fonction d une finalité claire, sans jamais s enfermer dans une chapelle ou une structure quelle qu elle soit. Jean-René était un roc sur lequel on pouvait s appuyer, quelqu un d une fidélité sans faille à ses convictions profondes et qui aidait en permanence à mettre le doigt sur des repères fondamentaux qui permettent d avancer, de dépasser des situations, de transformer le réel. Vous pouviez discuter avec lui du libre-arbitre et l entendre faire référence à Pélage dans son combat contre Saint-Augustin au moyen-âge pour qui Dieu décidait de tout. Vous pouviez discuter de la classe ouvrière et l entendre faire référence à l idéologie allemande où Marx explique le pourquoi d un tel Courrier de l'ufict- n 273 Mars 2010 page 6

7 concept. Vous pouviez l entendre discuter sur les tendances lourdes qui traversent les peuples. Bref les discussions avec lui étaient toujours profondément humaines et formatrices, dans le cadre d une convivialité qui s appelait tout simplement fraternité. Il savait faire partager sa conviction que seule l organisation du traitement des revendications et des aspects spécifiques aux cadres et techniciens pouvait conduire à un rassemblement authentique du salariat, réellement transformateur. C est lui qui, peu de monde le sait, nous a donné les clés pour dépasser dans l Ugict les conflits liés aux rapports syndicat/parti politique dès les années 95, en sériant le rôle de chacun et en évitant les anathèmes. C était d autant plus facile pour lui qu il avait un engagement syndical et politique sain et aucun compte à régler avec lui-même. Jean-René allait toujours au fond des choses, de façon non dogmatique et livrait des repères simples et clairs. Du style : l Ugict est faite pour ce pourquoi elle est faite pas pour autre chose. Elle est faite pour la syndicalisation des ICT et ne doit donc pas être instrumentalisée à d autres fins. Des repères forts aptes à aider un dirigeant syndical à résister aux pressions d où qu elles viennent. La cohérence entre sa propre recherche d épanouissement et celui de l ensemble des cadres et techniciens a constitué un fil conducteur de son parcours qu il a su traduire de manière remarquable dans la formation syndicale. Jean-René travaillait naturellement au développement des hommes, c està-dire au développement humain durable avant la lettre. Il a aidé des centaines et des centaines de militants à structurer leur engagement, à faire du gagnant/gagnant pour eux et pour le collectif. Jean-René était quelqu un de chaleureux, d une profonde humanité et humilité, propre à ces militants du privé qui ayant affronté le capital à mains nues en direct à l entreprise, savaient toujours prendre le recul nécessaire et jamais se tromper d adversaire. Jean-René, c est sûr, tu prends le large beaucoup trop tôt et tu vas nous manquer, même si les repères que tu as laissés vont continuer de vivre longtemps. Tu nous laisses un outil essentiel : des boussoles pour naviguer dans le grand large de la situation actuelle. Il y a déjà plus d une décennie que tu alertais sur les ambigüités de la notion d identité, que d aucun utilisent aujourd hui de façon ignoble, en commençant ton explication par «il y a plusieurs manières d être Breton» et chacun peut imaginer la suite. Tu avais l art d aider à comprendre de quoi on parle effectivement lorsqu on aborde un sujet. Un autre repère fort dont tout ton parcours porte témoignage est sans doute la manière de se construire soi-même avec les autres, dans l organisation, sans suivisme d un chef ou d un leader mais en fonction de repères qu on élabore soi-même dans le collectif. La construction personnelle et non l opportunisme, la profondeur et l authenticité et non le clinquant et l artificiel, telles sont les leçons de vie militante et de vie tout court que tu nous laisses. Toujours chercher «que faire, avec qui avoir le débat collectif sans lequel les questions de la réalité peuvent se transformer rapidement en questions posées dans sa propre tête et devenir des contradictions insolubles» écrivais-tu toi-même. Oui, Jean-René, ton parcours est stimulant pour continuer à orchestrer le meilleur rapport possible entre l individu et le collectif, question qui traverse toute notre société. Tu disais avoir eu la chance que la CGT te confie nombre de responsabilités. La CGT aussi a eu de la chance de bénéficier de ton apport et ça personne, à l Ugict, à l Urif, à la fédération des Métaux, partout où tu as milité, personne ne l oubliera. Merci Jean-René. Courrier de l'ufict- n 273 Mars 2010 page 7

8 PARIS : LYON : PARIS : LYON :

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE SOCIAL Juillet 2008 La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Les partenaires sociaux ont signé un accord national interprofessionnel

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 Montreuil, le 16/10/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 OBJET : Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du

Plus en détail

Juin. Modernisation du Marché du Travail

Juin. Modernisation du Marché du Travail Juin Modernisation du Marché du Travail 2008 les fiches argumentaires du medef Les dispositions de l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008, dont la mise en œuvre requiert un support législatif,

Plus en détail

- 29 - TABLEAU COMPARATIF

- 29 - TABLEAU COMPARATIF - 29 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi portant modernisation du marché du travail Article 1 er I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : 1 Le premier alinéa est ainsi rédigé : «Le

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié :

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité NOR : MTSX0805954L/Bleue-1 PROJET DE LOI portant modernisation du marché du travail ------ Article 1

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle

Réforme de la formation professionnelle MEDEF Social mars 2015 Réforme de la formation professionnelle Compétitivité Mobilité Employabilité Edito En 2030, près de 30 % de nos métiers auront évolué. Pour relever ce défi, la formation des femmes

Plus en détail

Loi sur la sécurisation de l emploi

Loi sur la sécurisation de l emploi Dossier de presse JUIN 2013 Loi sur la sécurisation de l emploi contact presse : cab-tef-presse@cab.travail.gouv.fr Tél. 01 49 55 31 02 1 Sommaire Les origines du texte page 3 De la grande conférence à

Plus en détail

Des Pharmacies et des Laboratoires d Analyses Médicales

Des Pharmacies et des Laboratoires d Analyses Médicales L ÉCHO Des Pharmacies et des Laboratoires d Analyses Médicales édito SAVOIR DIRE NON AU RECUL SOCIAL! EDITO : Savoir dire non au recul social! P. 1 OFFICINES : Compte rendu de la paritaire mixte du 2 juillet

Plus en détail

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013 informations sociales octobre novembre décembre 2013 Dans le cadre du mandat qu elle reçoit du FNCIP-HT, la Fédération Nationale de l Habillement informe chaque trimestre les entreprises à jour de paiement

Plus en détail

Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle

Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle Indemnités négociées ou facultatives Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle Référence Internet Saisissez la Référence Internet dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr

Plus en détail

La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle

La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle les infos DAS - n 035 12 février 2015 La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle Le 26 janvier 2015, les partenaires sociaux ont conclu une nouvelle convention relative

Plus en détail

Sommaire détaillé 9 AR

Sommaire détaillé 9 AR Sommaire détaillé 1 CONTRÔLE DU TRAVAIL... 1.001 A - Ouverture d un établissement industriel et commercial... 1.101 1 - Déclaration nominative préalable à l embauche... 1.102 2 - Registre du commerce -

Plus en détail

LE CONTRAT DE TRAVAIL

LE CONTRAT DE TRAVAIL LE CONTRAT DE TRAVAIL I. Introduction Le contrat de travail définit les conditions de travail et de rémunération du salarié. Il ne peut être contraire à la loi, aux conventions collectives ou aux usages

Plus en détail

Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle

Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle Indemnités négociées ou facultatives Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle Référence Internet Saisissez la référence Internet dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr

Plus en détail

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

DUT GEA 2 ème année semestre 3 et 4 M 31 04 Cours Droit du travail (34,5h) plan détaillé Jean-François Paulin www.jfpaulin.com.

DUT GEA 2 ème année semestre 3 et 4 M 31 04 Cours Droit du travail (34,5h) plan détaillé Jean-François Paulin www.jfpaulin.com. DUT GEA 2 ème année semestre 3 et 4 M 31 04 Cours Droit du travail (34,5h) plan détaillé Jean-François Paulin www.jfpaulin.com Introduction 1. Notion et domaine du droit du travail A) Droit et travail

Plus en détail

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 3. Droit social. 2 e ÉDITION. Marie-Paule Schneider Maryse Ravat.

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 3. Droit social. 2 e ÉDITION. Marie-Paule Schneider Maryse Ravat. LMD COLLECTION Expertise comptable Le meilleur du DCG 3 Droit social 2 e ÉDITION Marie-Paule Schneider Maryse Ravat Sup FOUCHER «Le photocopillage, c est l usage abusif et collectif de la photocopie sans

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

Cet accord est la première illustration de l application de la loi du 31 janvier 2007 de modernisation du dialogue social.

Cet accord est la première illustration de l application de la loi du 31 janvier 2007 de modernisation du dialogue social. Ministère du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville Direction générale du travail Sous-direction des relations individuelles du travail Bureau des relations individuelles

Plus en détail

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) AVENANT DU 24 SEPTEMBRE

Plus en détail

A Absence lors de la journée de solidarité... 3

A Absence lors de la journée de solidarité... 3 Partie 1 - L actualité 2011.... 1 A Absence lors de la journée de solidarité... 3 Absence pour maladie sans justification... 9 Absences répétées pour maladie et évolution professionnelle.... 10 Accident

Plus en détail

Que pensez-vous des formes atypiques d emploi, notamment du portage salarial et de l auto-entreprenariat

Que pensez-vous des formes atypiques d emploi, notamment du portage salarial et de l auto-entreprenariat Entretien avec Ivan Béraud et Christian Janin Des formes d emploi à encadrer Pour une sécurisation des parcours professionnels La CFDT et la fédération Culture, Conseil, Communication (F3C) ne sont pas

Plus en détail

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois NEWSLETTER SOCIALE M A I 2 0 1 5 A LA UNE L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois La loi du 2 août 2005 a porté la durée des mandats

Plus en détail

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 Liste des abréviations... 7 Introduction générale... 13 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 1 Les normes universelles de l OIT... 14 2 Les normes régionales européennes...

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

Lettre d'information SOMMAIRE. Petit rappel des nouveautés en matière de portabilité de la prévoyance depuis le 1 er juin 2015 : I.

Lettre d'information SOMMAIRE. Petit rappel des nouveautés en matière de portabilité de la prévoyance depuis le 1 er juin 2015 : I. Lettre d'information en JUILLET droit 2015 social SOMMAIRE I LES REFORMES - Portabilité de la prévoyance : Nouvelles règles applicables depuis le 1 er juin 2015 - Le portage salarial II EN BREF - Charge

Plus en détail

L actualité de la jurisprudence de droit public et privé

L actualité de la jurisprudence de droit public et privé Fédération de la Santé et de l Action Sociale L actualité de la jurisprudence de droit public et privé Avril 2014 La Fédération CGT Santé Action Sociale met à votre disposition une sélection non exhaustive

Plus en détail

inaptitude quelles sont les obligations?

inaptitude quelles sont les obligations? inaptitude quelles sont les obligations? L inaptitude d un salarié est lourde de conséquences, et impose à l employeur d être très vigilant, qu elle soit ou non d origine professionnelle. La procédure

Plus en détail

Bulletin d information édité par le SNFOCOS Sous le N de Commission Paritaire 3 941 D 73 S Alain POULET, Directeur Gérant

Bulletin d information édité par le SNFOCOS Sous le N de Commission Paritaire 3 941 D 73 S Alain POULET, Directeur Gérant Bulletin d information édité par le SNFOCOS Sous le N de Commission Paritaire 3 941 D 73 S Alain POULET, Directeur Gérant 15 année N 642 Hebdomadaire Le 18.01.2008 N 003-08 REUNION PARITAIRE NATIONALE

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

>Contrat de travail des professeurs de danse

>Contrat de travail des professeurs de danse DROIT >Contrat de travail des professeurs de danse Juillet 2011 > DÉPARTEMENT RESSOURCES PROFESSIONNELLES 1 rue Victor-Hugo 93507 Pantin cedex T 01 41 839 839 (accueil) F 01 41 839 841 ressources@cnd.fr

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3257 Convention collective nationale IDCC : 1601. BOURSE (3 e édition. Juin 2004) ACCORD DU 8 JUILLET 2005

Plus en détail

12A. Liste des accords nationaux applicables à la métallurgie 12.101 R. 1 - Généralités... 12.102. 2 - Index... 12.102

12A. Liste des accords nationaux applicables à la métallurgie 12.101 R. 1 - Généralités... 12.102. 2 - Index... 12.102 12A Liste des accords nationaux applicables à la métallurgie 1 - Généralités... 12.102 2 - Index... 12.102 SOCIAL MÉTALLURGIE - EDITIONS TISSOT -MARS 2003 12.101 R 12A 1 - Généralités On trouvera ci-après

Plus en détail

CONFERENCE MANPOWER Mardi 8 octobre

CONFERENCE MANPOWER Mardi 8 octobre CONFERENCE MANPOWER Mardi 8 octobre Revisitez votre politique de flexibilité au regard des nouvelles dispositions issues de la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 IAE de Toulouse Conférence

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur.

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur. DCG - UE03 DROIT SOCIAL - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur. I ÉTUDE DE SITUATIONS PRATIQUES (13 points) Dossier 1 Rappeler les

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

NOUVELLES DISPOSITIONS EN MATIERE DE PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE : COMMENT PREPARER VOS DIAGNOSTICS?

NOUVELLES DISPOSITIONS EN MATIERE DE PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE : COMMENT PREPARER VOS DIAGNOSTICS? Club des Repreneurs NOUVELLES DISPOSITIONS EN MATIERE DE PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE : COMMENT PREPARER VOS DIAGNOSTICS? CREATEURS D ENTREPRISE Intervenant : Alain Maurey Quelles assurances? PREAMBULE

Plus en détail

Bernard Gomel. Le risque de la flexibilité Une tendance de fond du marché de l emploi?

Bernard Gomel. Le risque de la flexibilité Une tendance de fond du marché de l emploi? Bernard Gomel Le risque de la flexibilité Une tendance de fond du marché de l emploi? Pour Bernard Gomel, le marché de l emploi en général est confronté à un risque d individualisation de la relation d

Plus en détail

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés.

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés. ACCORD NATIONAL DU 3 MARS 2006 PORTANT AVENANT A L ACCORD NATIONAL DU 28 JUILLET 1998 MODIFIE SUR L ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LA METALLURGIE, A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES INGENIEURS ET CADRES

Plus en détail

Fiche Portabilité des droits des salariés

Fiche Portabilité des droits des salariés Fiche Portabilité des droits des salariés L article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 avait mis en place un mécanisme de portabilité des droits pour les anciens salariés

Plus en détail

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

enmodesocial LES REPONSES À VOS QUESTIONS Régime de prévoyance : les impacts de la loi du 14 juin 2013

enmodesocial LES REPONSES À VOS QUESTIONS Régime de prévoyance : les impacts de la loi du 14 juin 2013 enmodesocial Le magazine des informations sociales de la Fédération Nationale de l Habillement LES REPONSES À VOS QUESTIONS Régime de prévoyance : les impacts de la loi du 14 juin 2013 octobre novembre

Plus en détail

AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011

AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3161 Convention collective nationale IDCC : 2120. BANQUE AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011 À L ACCORD DU 10 JUIN 2011 RELATIF

Plus en détail

A - LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI (n 2013-504 du 14 Juin 2013) (Les principales mesures)

A - LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI (n 2013-504 du 14 Juin 2013) (Les principales mesures) EC CABIINET PESCE - LEBOUCHER 1. SOCIETE 2. D EXPERTISE COMPTABLE www.cabinetpesceleboucher.fr Le 25/09/2013 ACTUALITES SOCIALES 2013/2 EN BREF (quelques chiffres) valeurs inchangées : SMIC Horaire au

Plus en détail

ACCORD DU 18 JUIN 2010 PRÉAMBULE

ACCORD DU 18 JUIN 2010 PRÉAMBULE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3367 Convention collective nationale IDCC : 2847. PÔLE EMPLOI ACCORD DU 18 JUIN 2010 RELATIF AU TRANSFERT

Plus en détail

L ACTUALITE SOCIALE ET JURIDIQUE

L ACTUALITE SOCIALE ET JURIDIQUE L ACTUALITE SOCIALE ET JURIDIQUE Juillet 2013 - N 28 Note spéciale LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Du 14 juin 2013, N 2013-504 RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL (Pages 2 à 4) Travail à temps partiel.

Plus en détail

Le contrat d apprentissage

Le contrat d apprentissage Mai 2009 contrats et mesures Le contrat d apprentissage Vous recrutez un jeune tout en bénéficiant d avantages financiers. Vous le préparez à un métier de votre entreprise et à une qualification professionnelle

Plus en détail

Indemnités de rupture (régimes social et fiscal)

Indemnités de rupture (régimes social et fiscal) Régimes social et fiscal des indemnités de rupture du contrat de travail au 1 er janvier 2012 Indemnité compensatrice de préavis, de congés payés, de RTT non pris ; indemnité de non-concurrence Assujettie

Plus en détail

1. Qu est ce que la portabilité des droits en matière de prévoyance?

1. Qu est ce que la portabilité des droits en matière de prévoyance? La portabilité de la couverture prévoyance 1. Qu est ce que la portabilité des droits en matière de prévoyance?... 1 2. Quelles sont les ruptures de contrat de travail concernées par la portabilité?...

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL PREAMBULE Le présent accord-cadre s inscrit dans la continuité des nombreux dispositifs légaux et conventionnels touchant directement

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION REGIME DE PREVOYANCE OBLIGATOIRE PERSONNEL CONCERNE Bénéficie des garanties, l ensemble du personnel ne relevant

Plus en détail

Convention d assurance chômage

Convention d assurance chômage Aux Union Départementales Aux Fédérations Nationales Paris, le 28 mars 2014 Secteur Formation Professionnelle Emploi/Assurance chômage Réf. : JCM/SL/DD Circ. : n 058-2014 Convention d assurance chômage

Plus en détail

PARTIE III : LA RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL

PARTIE III : LA RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL PARTIE III : LA RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL La rupture met un terme définitif aux obligations des parties. La suspension entraîne un arrêt momentané à l'issu duquel le contrat reprend son cours. La rupture

Plus en détail

Cette sur-taxation ne vise pas les CDD qui ont pour finalité les remplacements maladie, maternité, congés payés et les contrats saisonniers.

Cette sur-taxation ne vise pas les CDD qui ont pour finalité les remplacements maladie, maternité, congés payés et les contrats saisonniers. LETTRE D INFORMATION SOCIALE AOÛT 2013 La loi sur la Sécurisation de l Emploi n 2013-504 du 14 juin 2013 amène plusieurs modifications juridiques et techniques sur la gestion du personnel. Il nous semble

Plus en détail

SALMON et Associés Avocats à la Cour

SALMON et Associés Avocats à la Cour SALMON et Associés Avocats à la Cour Philippe SALMON Avocat DESS Droit des Affaires DJCE Certificat de Spécialisation en droit du Travail Et droit de la distribution REUNION D INFORMATION CGPME 5 Juin

Plus en détail

GUIDE DE LA PORTABILITE

GUIDE DE LA PORTABILITE GUIDE DE LA PORTABILITE Article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 Présentation du dispositif de Portabilité et Répercussions sur vos contrats Complémentaires Santé / Prévoyance

Plus en détail

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation...

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation... Le Guide Pratique du SOCIAL chef d entreprise Délégués du Personnel Faut il faire une visite d embauche? Droit Quel contrat pour mon salarié? Entreprise La journée de solidarité, c est quand? Obligation...

Plus en détail

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS Edition 2014 SOMMAIRE Editorial de Monsieur le préfet. 1 Le pacte est au service des entreprises et des ménages 2-3

Plus en détail

UGICT - CGT Ingénieurs Cadres Techs La Lettre N 489 - Austérité n ayons pas peur des mots

UGICT - CGT Ingénieurs Cadres Techs La Lettre N 489 - Austérité n ayons pas peur des mots UGICT - CGT Ingénieurs Cadres Techs La Lettre N 489 - Austérité n ayons pas peur des mots N 489 - Semaine du 22 avril 2014 Austérité n ayons pas peur des mots Tout son poids dans la balance François Hollande

Plus en détail

Les guides. pratiques d Actalians DIF PORTABLE. Droit Individuel à la Formation. Comment utiliser votre DIF portable avec Actalians?

Les guides. pratiques d Actalians DIF PORTABLE. Droit Individuel à la Formation. Comment utiliser votre DIF portable avec Actalians? Les guides pratiques d Actalians DIF PORTABLE Droit Individuel à la Formation Demandeur d emploi Salarié nouvellement embauché Comment utiliser votre DIF portable avec Actalians? Actalians est l Organisme

Plus en détail

La soirée du social Les grands dossiers de l année 2009. Marie-Pierre Holtzmann Laurent Ménager Alice Fages Bruno Denkiewicz

La soirée du social Les grands dossiers de l année 2009. Marie-Pierre Holtzmann Laurent Ménager Alice Fages Bruno Denkiewicz La soirée du social Les grands dossiers de l année 2009 Marie-Pierre Holtzmann Laurent Ménager Alice Fages Bruno Denkiewicz Programme Première partie : les dossiers «chauds» La rupture conventionnelle

Plus en détail

II. LE CONTRAT DE TRAVAIL, CONSEQUENCE DU LIEN DE SUBORDINATION

II. LE CONTRAT DE TRAVAIL, CONSEQUENCE DU LIEN DE SUBORDINATION CHAPITRE 8 LE LIEN DE SUBORDINATION : LE CONTRAT DE TRAVAIL ET LES POUVOIRS DE L EMPLOYEUR I. LA DISTINCTION ENTRE LE TRAVAIL SUBORDONNE ET LE TRAVAIL INDEPENDANT La loi n a pas défini la notion de salarié.

Plus en détail

La subordination est le critère de qualification du contrat de travail La subordination économique constitue un indice de la subordination juridique

La subordination est le critère de qualification du contrat de travail La subordination économique constitue un indice de la subordination juridique Travaux dirigés de droit du travail, 3 ème année de Licence de droit, année 2011-2012 1 ère séance - Le lien de subordination Cass. Soc. 13 novembre 1996, n 94-13187 Cass. Soc. 19 décembre 2000, n 98-40572

Plus en détail

Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération. L emploi d avenir

Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération. L emploi d avenir Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération L emploi d avenir 1 Le 03 mars 2013, la loi sur le contrat de génération est entrée en vigueur. Des entreprises de la Région Nord Pas-de-Calais

Plus en détail

Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER LA Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise

Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER LA Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise Si vous avez déjà un contrat santé dans votre entreprise vérifiez bien votre conformité avec nos conseils du chapitre 6 Pour éviter un eventuel redressement urssaf votre PASS ANI Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER

Plus en détail

PROJET. Accord cadre relatif à l activité de portage salarial

PROJET. Accord cadre relatif à l activité de portage salarial PROJET Accord cadre relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord cadre a pour finalité de fixer un cadre général de l activité du portage salarial et sera complété, en tant que

Plus en détail

Formation droit social M E R C R E D I 2 3 A V R I L 2 0 1 4

Formation droit social M E R C R E D I 2 3 A V R I L 2 0 1 4 Formation droit social Les modalités de rupture du contrat de travail en quelques mots SÉVERINE DEVOIZE A V O C A T A S S O C I É GILLES PRIETZ C O N S E I L L E R P R U D H O M M E S M E R C R E D I 2

Plus en détail

Livret d accueil. Sommaire. Présentation Pages 1 à 3. Nos services Pages 4 à 9. Vos intérêts Page 10

Livret d accueil. Sommaire. Présentation Pages 1 à 3. Nos services Pages 4 à 9. Vos intérêts Page 10 Fédération Indépendante du Rail et des Syndicats des Transports Livret d accueil Sommaire Présentation Pages 1 à 3 Nos services Pages 4 à 9 Vos intérêts Page 10 FiRST, notre histoire La Fédération Indépendante

Plus en détail

EN LIGNE. EMPLOYEUR Pôle emploi

EN LIGNE. EMPLOYEUR Pôle emploi Août 2012 GUIDE PRATIQUE Guide de SAISIE EN LIGNE de l ATTESTATION EMPLOYEUR Pôle emploi Depuis le 1 er janvier 2012 les entreprises de plus de 10 salariés doivent transmettre leur attestation employeur

Plus en détail

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE Le projet de loi sur la sécurisation de l emploi, transposant l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 1, comporte

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE PROTECTION SOCIALE MUTUELLES

FICHE TECHNIQUE PROTECTION SOCIALE MUTUELLES PROTECTION SOCIALE MUTUELLES FICHE TECHNIQUE Références Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires, article 22 bis Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions

Plus en détail

RAPPORT SUR LES COLLABORATEURS

RAPPORT SUR LES COLLABORATEURS RAPPORT SUR LES COLLABORATEURS PRÉSENTÉ PAR M. XAVIER ROQUES SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE LA QUESTURE (ASSEMBLÉE NATIONALE FRANÇAISE) ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L ASSOCIATION DES SECRÉTAIRES GÉNÉRAUX DES PARLEMENTS

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 LES EMPLOIS D AVENIR. Loi n 2012-1189 du 26 octobre 2012 portant création des emplois d avenir,

CIRCULAIRE CDG90 LES EMPLOIS D AVENIR. Loi n 2012-1189 du 26 octobre 2012 portant création des emplois d avenir, CIRCULAIRE CDG90 16/2013 LES EMPLOIS D AVENIR Loi n 2012-1189 du 26 octobre 2012 portant création des emplois d avenir, Décret n 2012-1207 du 31 octobre 2012 relatif à l entrée en vigueur de décrets et

Plus en détail

Propositions des Professionnels de l intérim pour développer l emploi.

Propositions des Professionnels de l intérim pour développer l emploi. Livre Blanc Propositions des Professionnels de l intérim pour développer l emploi. Sommaire Contributions économiques et sociales de l intérim p. 5 Propositions pour favoriser le maintien dans l emploi

Plus en détail

INFORMaTIONS. administratives et législatives. concernant l emploi d un assistant maternel agréé par un particulier employeur

INFORMaTIONS. administratives et législatives. concernant l emploi d un assistant maternel agréé par un particulier employeur INFORMaTIONS administratives et législatives concernant l emploi d un assistant maternel agréé par un particulier employeur Pôle sanitaire social < Ce document a été rédigé afin de vous donner une information

Plus en détail

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 Les salaires minima applicables à compter du 1 er janvier 2015 CCN n 3241 En résumé : I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 L avenant n 21 sur les salaires minima

Plus en détail

Aux Secrétaires généraux Aux administrateurs Aux membres Circulaire n 96-2009 Secteur Retraites

Aux Secrétaires généraux Aux administrateurs Aux membres Circulaire n 96-2009 Secteur Retraites Paris, le 18 mai 2009 Aux Secrétaires généraux : des Unions départementales des Fédérations Pour information : Aux administrateurs : Retraite et Prévoyance CNAV, CRAM, CRAV, CGSS Aux membres : - du Comité

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2008 SUR LA MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2008 SUR LA MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2008 SUR LA MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL I - FACILITER L ENTRÉE DANS L ENTREPRISE ET AMÉLIORER LE PARCOURS EN EMPLOI Article 1 : Les contrats de travail

Plus en détail

Le Personnel de Maison

Le Personnel de Maison Le Personnel de Maison ( Le guide de l employeur Tout ce qu il faut savoir pour l embauche de personnel de maison MISE À JOUR AVRIL 2013 3 bis, rue Mahabou. 97600 Mamoudzou / Tél. : 02 69 61 16 57 LES

Plus en détail

Le Bulletin de salaire

Le Bulletin de salaire Le Bulletin de salaire Mentions obligatoires : Le bulletin de salaire doit mentionner les éléments suivants : - Les coordonnés du Syndicat de copropriétaires dont dépend le salarié - Le numéro de SIRET

Plus en détail

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Etude ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Le contrat d apprentissage offre l opportunité à l entreprise de transmettre ses savoirs et former les générations futures tout en bénéficiant d un encadrement législatif

Plus en détail

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille!

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale est un terme générique qui recouvre, la Sécurité Sociale (régime général obligatoire solidaire, géré

Plus en détail

ACCORD DE COMPTE EPARGNE TEMPS

ACCORD DE COMPTE EPARGNE TEMPS (7BB) ACCORD DE COMPTE EPARGNE TEMPS Entre les parties L UNITE ECONOMIQUE ET SOCIALE UES du GROUPE MALAKOFF représentée par Monsieur Stéphane ROSTAND Directeur des Ressources Humaines Et Les représentants

Plus en détail

CAHIER REVENDICATIF DES PERSONNELS DU CONSEIL GENERAL DU PUY DE DÔME

CAHIER REVENDICATIF DES PERSONNELS DU CONSEIL GENERAL DU PUY DE DÔME SYNDICAT LA CGT DU PERSONNEL DÉPARTEMENTAL Clermont-Ferrand, le 16 décembre 2010 CAHIER REVENDICATIF DES PERSONNELS DU CONSEIL GENERAL DU PUY DE DÔME Validé par la Commission Exécutive du 7 décembre 2010

Plus en détail

Part des salaires dans la valeur ajoutée

Part des salaires dans la valeur ajoutée NOTE CGT SUR LES SALAIRES ET LE POUVOIR D ACHAT Augmenter les salaires pour renouer avec la croissance Montreuil, le 18 juin 2013 On ne peut pas parler salaires sans parler coût du capital. Dans une économie

Plus en détail

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter Formation Gestion des Ressources Humaines M2S formation Découvrir les techniques de base pour recruter Décrire les fonctions et les emplois Définir un dispositif de formation Formation de tuteur La Gestion

Plus en détail

Notice : Cotisations cabinets d économistes de la construction métreurs-vérificateurs

Notice : Cotisations cabinets d économistes de la construction métreurs-vérificateurs Notice : Cotisations cabinets d économistes de la construction métreurs-vérificateurs Quels sont les employeurs concernés par ces cotisations? Seuls, les employeurs de métropole et des départements d outre-mer

Plus en détail

SEQUENCE 06 THEME 1 : LES REPONSES DU DROIT DU TRAVAIL AU PROBLEME DE L EMPLOI... 292 I. EMPLOI : PERCEPTION DE LA SITUATION...

SEQUENCE 06 THEME 1 : LES REPONSES DU DROIT DU TRAVAIL AU PROBLEME DE L EMPLOI... 292 I. EMPLOI : PERCEPTION DE LA SITUATION... P9703-F1/2 291 SEQUENCE 06 THEME 1 : LES REPONSES DU DROIT DU TRAVAIL AU PROBLEME DE L EMPLOI... 292 I. EMPLOI : PERCEPTION DE LA SITUATION... 292 II. L URGENCE : LEGIFERER PAR ORDONNANCES... 295 III.

Plus en détail

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française.

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française. 1.8 2 2.2 2.4 2.6 Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française Marc Ferracci 1. Introduction : constats et objectifs Depuis

Plus en détail

LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC

LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC Les fiches consacrées aux agents non titulaires de droit public ne concernent que les actes de recrutement (contrats

Plus en détail

Projet d accord national interprofessionnel sur la sécurisation de l emploi

Projet d accord national interprofessionnel sur la sécurisation de l emploi Projet d accord national interprofessionnel sur la sécurisation de l emploi Préambule Les salariés comme les chefs d entreprises de France sont, comme leurs homologues européens, confrontés à des bouleversements

Plus en détail

Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET

Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET Article 1 : Il est créé un chapitre 10 dans la convention collective de l animation intitulé compte épargne temps dont les dispositions sont les suivantes : Préambule

Plus en détail

Tous les mois, l actualité en bref de Pôle emploi

Tous les mois, l actualité en bref de Pôle emploi Tous les mois, l actualité en bref de Pôle emploi SOMMAIRE INFORMATIONS RESEAU CFTC... 2 Rencontre nationale des mandatés chômage à la Confédération... 2 Suite des réunions de suivi des formations prioritaires

Plus en détail

AVENANT N 57 DU 7 JUILLET 2010

AVENANT N 57 DU 7 JUILLET 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3034 Convention collective nationale IDCC : 1090. SERVICES DE L AUTOMOBILE (Commerce et réparation de

Plus en détail

La Convention collective des salariés du Particulier employeur. 28/01/2014 Cncesu - Pôle d'appui au Réseau 1

La Convention collective des salariés du Particulier employeur. 28/01/2014 Cncesu - Pôle d'appui au Réseau 1 La Convention collective des salariés du Particulier employeur 28/01/2014 Cncesu - Pôle d'appui au Réseau 1 Les obligations de l employeur à l embauche du salarié S immatriculer en tant qu employeur, plusieurs

Plus en détail

Avenant n 1 à la Convention d entreprise n 45

Avenant n 1 à la Convention d entreprise n 45 portant diverses mesures relatives au temps de travail, à la charge de travail et aux carrières des cadres Entre la Société Autoroutes du Sud de la France, représentée par M. Jacques TAVERNIER, Directeur

Plus en détail

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 Les changements concernant la protection sociale complémentaire Les dates clés 11 janv. 2013 : Signature de l Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE

MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE Mise à jour : 02/03/15 1 CONDITIONS GENERALES POUR ETRE APPRENTI p. 2 2 - ENREGISTREMENT DU CONTRAT p. 2 3 DEFINITION DU CONTRAT D APPRENTISSAGE p. 5 4 - EXECUTION

Plus en détail