COMPTE RENDU DE LA SEANCE ORDINAIRE DU CONSEIL MUNICIPAL du 22 mai 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMPTE RENDU DE LA SEANCE ORDINAIRE DU CONSEIL MUNICIPAL du 22 mai 2014"

Transcription

1 COMPTE RENDU DE LA SEANCE ORDINAIRE DU CONSEIL MUNICIPAL du 22 mai 2014 Date de la convocation Date d affichage : Le 16/05/2014 PIEGAY DAUPHIN- LAGRANGE FOSSE GUTIERREZ FORGE DORVEAUX SEGUIN DOUCET JASSERAND COUVRAT PINAULT Le 29/05/2014 MARIE- CHEVALIER DELORME MARTIN BROUILLY SEDDAS SOUGH GANNE JACQ PAQUET LOISON CORREIA BUSSIERE PIZIAK 3 Membres Absents Excusés : MM HURM COTTET COMMUN 2 pouvoirs : COTTET Donne pouvoir à MARTIN COMMUN Donne pouvoir à COUVRAT Approbation du compte-rendu de la séance du 22 avril 2014 : approuvé à l unanimité. Désignation du secrétaire de séance : Monsieur François PINAULT. Monsieur le Maire informe le Conseil qu il n a pris aucune disposition au titre de ses délégations de compétence depuis la dernière séance. Il informe également les conseillers de sa désignation, au cours du Conseil de Communauté de la semaine dernière, en tant que représentant du Grand Lyon, et donc indirectement de la commune, pour les organismes suivants : - Agence d Urbanisme - SEPAL (suppléant) - SDIS (suppléant) - SIDESOL (titulaire) Il précise que le Grand Lyon est représenté dans près de 300 organismes. Affaires Générales Délibération n : Création de la Commission d ouverture des plis en matière de délégation de service public J. PIEGAY. Il est rappelé que de la même façon qu il existe une Commission d appel d offres pour les marchés de travaux et de services, il convient de désigner les membres de la Commission d ouverture des plis en matière de délégation de service public. Vu les articles L et suivants du Code Général des Collectivités Territoriales ; Vu la délibération du Conseil municipal en date du 27 février 2014 ayant décidé de recourir à la délégation de service public pour le multi accueil ; Vu la délibération du Conseil municipal en date du 22 avril 2014 ayant décidé de constituer les listes nécessaires à la désignation des membres de la commission de DSP ; Vu les différents éléments portés à la connaissance des élus ; Page 1 sur 12

2 Le Conseil municipal, Après en avoir délibéré, a approuvé les listes déposées par la majorité municipale et par les élus d opposition, permettant de constituer la commission de délégation de service public à la proportionnelle au plus fort reste, À l unanimité de ses membres, par vote à main levée, vu l accord unanime des conseillers sur le mode de scrutin, a établi la composition de la Commission d ouverture des plis en matière de service public comme suit : TITULAIRES : SUPPLÉANTS : - Madame Françoise DAUPHIN-GUTIERREZ - Madame Chantal DORVEAUX - Monsieur Michel LAGRANGE - Madame Agnès SEDDAS - Madame Sabine BUSSIERE - Monsieur Yves JASSERAND - Madame Camille FOSSE - Madame Laurence DOUCET - Monsieur Luc SEGUIN - Madame Sylvie CORREIA Délibération n : Nombre des membres du Conseil d Administration du Centre Communal d Action Sociale désignation des représentants du Conseil Municipal au CCAS - J. PIEGAY. Il est précisé que le Centre communal d action sociale (CCAS) est régi par les dispositions du Code de l action social et des familles (articles L et suivants et R et suivants). L article L prévoit que «les membres élus par le conseil municipal ( ) et les membres nommés par le maire ( ) le sont à la suite de chaque renouvellement du conseil municipal et pour la durée du mandat de ce conseil. Leur mandat est renouvelable.». Le CCAS est géré par un conseil d administration qui est composé du maire, qui en est le Président de droit, et, en nombre égal, de membres élus en son sein par le conseil municipal et de membres nommés par le maire parmi des personnes extérieures au conseil municipal, participant à des actions de prévention, d animation ou de développement social menées dans la commune. Le nombre des membres du conseil d administration est fixé par délibération du conseil municipal dans la limite maximale de 8 membres élus et 8 membres nommés, soit 16 membres en plus du Président. Monsieur le Maire expose qu habituellement, la commune se limitait à 6 représentants. Madame Bussière dit qu au précédent mandat, il y avait 7 représentants du Conseil et 7 membres extérieurs, soit 14 au total. Monsieur le Maire propose de fixer à 6 le nombre de représentants du Conseil municipal au CCAS. Madame Bussière pense que les élus d opposition pourraient être au moins deux au CCAS et ainsi propose de fixer ce nombre à 8, d autant plus que la commune a dépassé les habitants. Monsieur le Maire fait procéder au vote et invite les conseillers à se prononcer : Pour une représentation au CCAS par 8 membres du Conseil : 6 voix pour (élus d opposition), 20 voix contre (majorité municipale). Pour une représentation au CCAS par 6 membres du Conseil : 20 voix pour (majorité municipale), 6 voix contre (élus d opposition). Il est donc décidé à la majorité de fixer à 6 le nombre de représentants du Conseil au CCAS et par conséquent, à 6 le nombre de membres nommés par le maire. Madame Bussière regrette que ce nombre soit limité à 6 dans la mesure où la commune a grossi et que le CCAS a de nombreux projets. Page 2 sur 12

3 Suite aux listes présentées par la majorité municipale et par les élus d opposition, après l accord unanime des conseillers pour un vote à main levée, les conseillers désignés pour représenter la commune au CCAS sont les suivants : 1. Madame Françoise DAUPHIN-GUTIERREZ 2. Monsieur François PINAULT 3. Madame Salila SOUGH 4. Madame Marie-Laure MARTIN 5. Madame Clémence GANNE 6. Madame Catherine LOISON Délibération n : Création de la Commission pour la rédaction du Règlement Intérieur - J. PIEGAY. La loi d orientation du 6 février 1992 relative à l administration territoriale de la République a prévu l obligation pour les conseils municipaux des communes de plus de 3500 habitants de se doter d un règlement intérieur qui doit être adopté dans les six mois qui suivent son installation. Le contenu du règlement intérieur est fixé librement par le conseil municipal qui peut se donner des règles propres de fonctionnement interne, dans le respect toutefois des dispositions législatives et réglementaires en vigueur. Aussi, ce règlement ne doit-il porter que sur des mesures concernant le fonctionnement du conseil municipal ou qui ont pour objet de préciser les modalités et les détails de ce fonctionnement. La loi impose néanmoins au conseil municipal l obligation de fixer dans son règlement intérieur les conditions d organisation du débat d orientation budgétaire, les conditions de consultation des projets de contrats ou de marchés prévus à l article L du Code général des collectivités territoriales (CGCT), ainsi que les règles de présentation, d examen et la fréquence des questions orales. Afin de préparer la rédaction du règlement intérieur, il est proposé au Conseil de créer une Commission de 5 membres (4 de la majorité municipale et 1 de l opposition) qui traitera spécialement de ce dossier. Monsieur Paquet suggère que les conseillers aient un séminaire de travail tous ensemble sur ce sujet. Monsieur le Maire répond que c est tout à fait envisageable, mais qu il convient au préalable de procéder au vote formel qui va créer la commission. Madame Bussière dit qu il serait bien que le principe d organisation de ce séminaire soit acté. Monsieur Seguin dit que la commission Règlement intérieur établira ses règles de fonctionnement. Monsieur le Maire fait lecture des candidats de la majorité qui se proposent pour cette commission : Monsieur Michel Lagrange, Madame Marie-Laure Martin, Madame Camille Fosse, Madame Françoise Dauphin-Gutierrez et demande qui fait acte de candidature parmi les élus de l opposition. Monsieur Daniel Jacq se porte candidat. Madame Bussière réitère sa demande concernant la tenue d un séminaire relatif à la rédaction du règlement intérieur. Monsieur le Maire dit que sera noté au compte-rendu de la séance le fait qu il y ait une demande relative à l organisation d un séminaire de travail sur la rédaction du règlement intérieur et qu il n y a pas lieu de s opposer à cette requête. Madame Correia suppose que la commission aura une durée de vie qui ira jusqu au 6 mois. Monsieur le Maire répond qu elle durera 6 mois, voire plus si cela est jugé nécessaire. Il faut que le règlement soit adopté dans les 6 mois suivant le renouvellement du Conseil. Monsieur Lagrange précise que si toutefois le Conseil municipal n adoptait pas son règlement intérieur dans les 6 mois comme le stipule la loi, parce que les conseillers ont pris le temps de la réflexion, cela ne serait pas une cause de nullité. Monsieur Paquet demande sous quelle présidence sera cette commission. Monsieur le Maire répond que cela sera connu lorsque la commission aura élu son vice-président, comme pour les autres commissions. Page 3 sur 12

4 Considérant : - l accord unanime du Conseil municipal pour fixer le nombre de membres de la Commission pour la rédaction du Règlement intérieur à 5 membres en plus du maire, Président de droit, - le dernier alinéa de l article L précité, - que conformément à l article L , alinéa 3, du CGCT, les deux groupes d élus sont représentés au sein la commission pour la rédaction du Règlement Intérieur, la liste d opposition disposant d un représentant, Monsieur le Maire donne lecture des nominations pour la Commission pour la rédaction du Règlement intérieur : 1. Monsieur Michel LAGRANGE 2. Madame Marie-Laure MARTIN 3. Madame Camille FOSSE 4. Madame Françoise DAUPHIN-GUTIERREZ 5. Monsieur Daniel JACQ Délibération n : Renouvellement de la commission communale des impôts directs - J. PIEGAY. Le code général des impôts indique dans son article 1650, paragraphe 3, que la durée de mandat des membres de la commission communale des impôts directs est la même que celle du conseil municipal, et que de nouveaux membres doivent être nommés dans les deux mois qui suivent le renouvellement général des conseils municipaux. Aussi convient-il, à la suite des dernières élections, de procéder à la constitution d une nouvelle commission. Cette commission, outre le maire ou l adjoint délégué- qui en assure la présidence, comprend 8 commissaires titulaires et 8 commissaires suppléants, désignés par le Directeur des Services Fiscaux, sur une liste de contribuables, en nombre double, dressée par le Conseil Municipal. Il convient donc de dresser une liste comportant 16 noms pour les commissaires titulaires et 16 noms pour les commissaires suppléants. Madame Seddas demande sur quels critères sont proposées les personnes de la liste. Monsieur le Maire répond qu elles doivent payer des impôts sur la commune, pour certains avoir éventuellement des terres, s intéresser à la chose et ensuite c est l administration fiscale qui, sur ses propres critères, choisit parmi les propositions de la commune. Madame Bussière remarque qu il n y a pas de parité dans la liste. Monsieur le Maire répond qu en effet, les services fiscaux ne demandent pas la parité pour l établissement des propositions. Madame Bussière demande ce qu il se passe lors d un déménagement, car l une des personnes proposées cherche à vendre sa maison. Monsieur le Maire répond que dans ce cas, l administration fiscale avisera et choisira certainement une autre personne dans la liste. Les élus de l opposition demandent à ce que les noms des personnes nouvellement proposées soient communiqués, ce qui est fait. Le Conseil Municipal, ouï l exposé du Maire, après en avoir délibéré et à l unanimité de ses membres : - propose une liste de 16 noms pour les commissaires titulaires et de 16 noms pour les commissaires suppléants qui sera soumise au Directeur des Services Fiscaux, afin de pouvoir constituer la commission communale des impôts directs. Délibération n : Droit à la formation des élus - J. PIEGAY. En vertu de l article L du Code général des collectivités territoriales, les membres du conseil municipal ont droit à une formation adaptée à leurs fonctions. Page 4 sur 12

5 La loi n du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité a complété cet article et fait désormais obligation aux conseils municipaux de délibérer sur l exercice du droit à la formation de leurs membres et de déterminer les orientations et les crédits ouverts à ce titre. Cette délibération doit intervenir dans les trois mois suivant le renouvellement du conseil municipal. En outre, chaque année, un tableau annexé au compte administratif et récapitulant les actions de formation des élus qui ont été financées par la collectivité doit donner lieu à débat. Monsieur le Maire précise que les membres du conseil municipal qui ont la qualité de salarié disposent, en vertu de l article L du Code général des collectivités territoriales, d un droit à un congé de formation d une durée fixée à 18 jours par élu pour la durée du mandat, quel que soit le nombre de mandats détenus. Ce congé est renouvelable en cas de réélection. Les frais de déplacement, de séjour et d enseignement donnent droit à remboursement et les pertes de revenus subis par l élu du fait de l exercice de son droit à la formation sont compensées par la commune dans les conditions prévues à l article L du Code général des collectivités territoriales. Concernant les dépenses de formation, Monsieur le Maire rappelle qu elles constituent une dépense obligatoire pour la commune et qu elles ne peuvent excéder 20 % du montant total des indemnités de fonctions susceptibles d être allouées aux élus de la commune. Chaque année, une somme est inscrite au budget et peut faire l objet d une réactualisation si les demandes des élus l imposent. Monsieur le Maire rappelle au conseil municipal qu un élu ne peut prétendre au remboursement de ses frais de déplacement, de séjour et d enseignement que pour autant que la formation qu il souhaite suivre soit dispensée par un organisme agréé par le Ministre de l intérieur. La liste de ces organismes est tenue à la disposition des élus en mairie. Aucune modalité de répartition des crédits de formation entre l ensemble des élus n étant précisée par les textes, Monsieur le maire propose pour que ces crédits soient utilisés de manière équitable par l ensemble des élus, que ne soient pris en charge que les frais liés à des formations portant sur l acquisition des connaissances et compétences directement en rapport avec l exercice du mandat d élu local. Monsieur le Maire précise, à ce titre, que les demandes de formation devront lui être adressées directement, préalablement à toute action de formation. Il précise également que pour l année 2014, des crédits d un montant de ont été inscrits à l article 6535, mais en tant que de besoin, le moment venu, des virements de crédits pourront être effectués. Madame Bussière propose que les conseillers suivent une formation tous ensemble, sur les finances et/ou l urbanisme afin que cela donne une vraie plus-value. Monsieur le Maire répond que rien ne s y oppose. Madame Seddas ajoute que cela permettrait de faire venir un formateur en intra. Monsieur Lagrange précise qu au dernier mandat, l AMF avait organisé une formation à Belleville sur le contentieux de l urbanisme, qu il avait suivie et qui était fort intéressante. Cette possibilité de formation collégiale a été évoquée en Commission Finances dans le cadre d un séminaire organisé un samedi matin afin de faire une information spécifique sur le budget de la commune de Marcy l Etoile. Ce point a d ailleurs été inscrit au compte-rendu de la Commission Finances. Le conseil municipal, ouï l exposé de Monsieur le Maire et après en avoir valablement délibéré, Vu le Code général des collectivités territoriales et notamment ses articles L et suivants, DECIDE que la formation des membres du conseil municipal qui doit permettre à chacun d acquérir les connaissances et les compétences directement liées à l exercice du mandat d élu local, sera essentiellement axée sur les thèmes suivants : Finances, urbanisme, marchés publics, sans exclure d autres thèmes de formation souhaités par les élus. PRECISE, à ce titre, que des crédits d un montant de ont été ouverts à l article 6535 du budget de l exercice 2014 et feront l objet d une réactualisation si les demandes des élus l imposent. Page 5 sur 12

6 Délibération n : Conclusion de la convention cadre d adhésion au service intérim du Centre de gestion de la Fonction Publique Territoriale du Rhône (cdg69) pour la mise à disposition d agents - J. PIEGAY L article 25 de la loi n du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale autorise les centres de gestion à mettre des agents à disposition des collectivités et établissements pour remplacer des agents momentanément indisponibles ou pour assurer des missions temporaires. L article 3-7 de loi n précitée, explicité par la circulaire MTSF C du 3 août 2010 relative aux modalités de recours à l intérim dans la fonction publique insiste par ailleurs sur le fait que le recours à l intérim privé ne peut avoir lieu que lorsque le centre de gestion dont les employeurs relèvent n est pas en mesure d assurer la mission de remplacement prévue à l article 25 de la loi n du 26 janvier L obligation de solliciter en premier lieu le centre de gestion a une portée générale et s applique donc à l ensemble des collectivités et établissements, qu ils soient ou non affiliés obligatoirement. Les cas de recours à l intérim sont circonscrits et correspondent aux articles suivants de la loi n du 26 janvier 1984 : 3 : besoin lié à un accroissement temporaire ou saisonnier d'activité, 3-1 : remplacement temporaire de fonctionnaires ou d agents contractuels sur emplois permanents (temps partiel, maladie, congé parental...), 3-2 : vacance temporaire d un emploi permanent dans l attente de recrutement d un fonctionnaire. Les agents non titulaires recrutés dans ce cadre sont gérés dans les conditions prévues par le décret n du 15 février Par délibération n en date du 17 octobre 2013, le conseil d administration du Cdg69 a procédé à la création d un service intérim et de portage salarial pour les collectivités et établissements du Rhône. Ce service est constitué d un vivier d intérimaires recrutés par le cdg69 et mis à disposition de la collectivité intéressée, après accord de celle-ci sur le candidat choisi. Dans le cadre de sa mission de portage salarial, le cdg69 procède au recrutement et à la mise à disposition d un candidat proposé par la collectivité. Le cdg69 assure la gestion administrative de l agent, lui verse sa rémunération et prend en charge les risques chômage et maladie. La collectivité rembourse au cdg69 le montant du traitement, le régime indemnitaire et les charges patronales sur la base des éléments validés par l autorité territoriale lors de la demande de mission. Cette somme est majorée d une commission relative aux frais de gestion engagés par le cdg69, fixée à 6%. Le recours à ce service s opère par le biais du module internet du cdg69. Cet outil permet à la collectivité de transmettre sa demande dans les conditions explicitées par la présente convention. Cette demande d intervention est en dernier lieu éditée, signée par l autorité exécutive et transmise au cdg69. L adhésion au service se formalise par la signature de la présente convention-cadre. Celle-ci permet à la collectivité de recourir au service intérim à tout moment et selon ses besoins. Afin de pallier les absences du personnel de la commune de Marcy-l Etoile ou pour satisfaire une mission temporaire, il est proposé aux conseillers d adhérer au service intérim mis en œuvre par le Centre de gestion de la Fonction Publique Territoriale du Rhône. Le Conseil est également informé que la signature de cette convention n oblige pas la collectivité à avoir automatiquement recours à l intérim en cas d absence de personnel. Le Conseil, invité à se prononcer, après en avoir débattu et à l unanimité de ses membres : APPROUVE la convention cadre de mise à disposition de personnel intérimaire, AUTORISE Monsieur le Maire à signer ladite convention, DIT que les budgets correspondants sont inscrits au budget de la commune (chapitre 012). Page 6 sur 12

7 Délibération n : Liste préparatoire du jury criminel pour l année J. PIEGAY Conformément à l arrêté préfectoral du 1 er avril 2014, la procédure d établissement du Jury Criminel pour l année 2015 est engagée. Il convient donc de procéder au tirage au sort à partir de la liste électorale. Celui-ci devra avoir lieu publiquement et sera effectué par le Maire, Marcy l Etoile étant une commune de plus de habitants. Le nombre de noms tirés au sort est le triple de celui fixé par arrêté préfectoral soit au total 9. A noter que la liste ne pourra comprendre les personnes qui n auront pas atteint l âge de 23 ans au cours de l année Les personnes désignées par le tirage au sort seront inscrites sur des fiches cartonnées. Ces fiches doivent parvenir au greffier de la Cour d Appel de Lyon avant le 15 juillet 2014, délai de rigueur. Les personnes suivantes ont été tirées au sort : 1. Madame Anne-Marie CAPEZZONE née DI RUZZA 2. Monsieur Gilles GASNIER 3. Mademoiselle Dominique CHOUCROUN 4. Monsieur Patrice GAUDIN 5. Madame Anna GORGETTE née CAPARROS 6. Madame Chantal MAITRE née DUCOURTIOUX 7. Madame Michelle LAGOUTTE née DUPRE 8. Monsieur Dominique BOY 9. Monsieur Gérard TEUMA Affaires Scolaires Délibération n : Approbation du règlement intérieur du restaurant scolaire municipal C. DORVEAUX La mairie organise pour l ensemble des élèves des écoles publiques maternelle et élémentaire F. Dolto, et privée Notre-Dame, la restauration scolaire. Le service restauration scolaire, outre sa vocation sociale, a une dimension éducative. Le temps du repas doit être pour l enfant un moment privilégié de la vie quotidienne. Il doit être un moment d éducation, de détente et de convivialité Bien que la confection et le service des repas fassent l objet d une délégation de service public, le service des affaires scolaires de la mairie garde en gestion directe l organisation et la gestion du personnel d encadrement mais aussi les inscriptions, modifications Dans un souci de qualité du service ainsi rendu aux familles bénéficiaires et suite à la réhabilitation complète du restaurant, le règlement intérieur du restaurant scolaire a été retravaillé. Il comporte désormais les documents suivants : - Une fiche de renseignement Elève, qui doit être remplie et retournée en mairie pour chaque enfant. Elle comporte des informations liées aux allergies notamment. - La Charte du restaurant scolaire contenant les informations du fonctionnement quotidien, les règles de vie et la fixation d un cadre pour les enfants, les parents et le personnel. - Un dossier et formulaire d inscription (format A3) énonçant les modalités d inscription au restaurant scolaire, les possibilités de modifications, ainsi que les règles de facturation et de règlement. Le formulaire doit être daté et signé des parents, et de l enfant pour la partie le concernant. Il convient de préciser que l ensemble de ce dossier de règlement intérieur du restaurant scolaire est transmis à tous les parents dont les enfants sont inscrits dans l une des écoles, chaque année à la fin du mois de mai, pour l inscription au restaurant l année scolaire suivante. L ensemble des données issues des dossiers sont ensuite saisies dans le logiciel afin d assurer le juste listing journalier des élèves inscrits au restaurant scolaire. Page 7 sur 12

8 Madame Seddas demande si la personne supplémentaire indiquée pour l école Notre-Dame s explique par le fait du trajet du rang. Madame Dorveaux répond qu effectivement, la personne supplémentaire est nécessaire pour des raisons de sécurité. Madame Seddas remarque que les tarifs ne sont pas mentionnés. Madame Dorveaux répond que les tarifs feront l objet d une délibération au prochain Conseil. Le Conseil, invité à se prononcer, après en avoir débattu et à l unanimité de ses membres : APPROUVE le règlement intérieur du restaurant scolaire, dans ses trois volets, DIT que le présent règlement intérieur sera applicable à compter de son approbation par le Conseil municipal. Finances Délibération n : Versement d un premier acompte au Relais Intercommunal des Lutins de l Ouest F. GUTIERREZ Il est rappelé que l association ALFA3A qui assure la gestion du relais intercommunal des Lutins de l Ouest est tenue de présenter son budget prévisionnel chaque année en vue de déterminer la participation de la commune à la gestion de l établissement. La présentation des différents documents comptables (comptes de résultat) intervient en début d année suivante afin de solder la participation communale de l année précédente. Pour l année 2014, le tableau des participations communales fait apparaître un total prévisionnel de Il est proposé au Conseil de procéder au versement d un premier acompte pour l année 2014, égal à 50 % de la participation globale soit Il est précisé que les crédits nécessaires sont inscrits à l article 6574 du budget communal Monsieur le Maire précise que la commune de Charbonnières est toujours partie prenante, Madame Gutierrez dit que Saint-Genis-les-Ollières l est également. Approuvé à l unanimité. Bâtiments Délibération n : Opération «Restructuration de la Maison pour Tous et ravalement de façades du Gymnase : approbation du marché public de travaux 11 lots» - Y. JASSERAND Le Conseil est informé que la passation du marché de travaux de l opération citée en objet est en cours. Cet ouvrage relatif à la restructuration de la partie «Maison pour Tous» et ravalement des façades du Gymnase constituant le Complexe Sportif, consiste en la surélévation de la Maison pour Tous par la création d un niveau supplémentaire et la réfection de l ensemble des façades du Complexe Sportif. Par la même occasion, le rafraîchissement intérieur de la salle ainsi que l aménagement de l accessibilité des personnes à mobilité réduite ont été intégrés au projet. Ce marché de travaux est alloti en 11 lots. Il a été estimé à HT soit TTC par la maîtrise d œuvre ATELIER DE LA PASSERELLE (partie Maison pour Tous) et l assistant à maîtrise d ouvrage ACCOORD (partie Gymnase) qui assisteront la commune dans le déroulement de ces travaux. Ces derniers seront d une durée de 9 mois (comprenant la phase de préparation d un mois) devant débuter en juin Les crédits ont été inscrits au budget Selon la réglementation du Code des Marchés Publics, et d après les seuils > HT et < HT, un Marché A Procédure Adaptée (MAPA) a été lancé. Suite à une publication d un avis d appel public à la concurrence paru au journal officiel du BOAMP le 7 février 2014, modèle national, diverses entreprises ont déposé leurs offres dans le délai imparti. La Commission de Marché de Travaux, Page 8 sur 12

9 - En sa séance du 17 mars 2014, a procédé à l ouverture des plis et l analyse des candidatures. 45 entreprises ayant soumissionné ont été déclarées admissibles à l ouverture de la seconde enveloppe. Leurs offres ont été analysées par l équipe d ingénierie de la Maîtrise d œuvre, - En sa séance du 15 mai 2014, a pris connaissance des résultats de l analyse de ces offres établis par l équipe d ingénierie, et a déclaré, au vu des résultats présentés, 11 lots fructueux. Concernant ces 11 lots et compte tenu des délais d exécution de travaux à respecter, la Commission des Marchés de Travaux a retenu l offre économiquement la plus avantageuse appréciée en fonction des critères énoncés avec leur pondération selon le Règlement de Consultation. Le pouvoir adjudicateur a décidé d attribuer le marché aux entreprises suivantes : Lot n 01 : Démolitions maçonnerie VRD Entreprise RUIZ LYON - pour un montant de HT soit TTC et l option «Haie côté place de stationnement PMR» pour HT soit TTC Lot n 02 : Ossature bois façades bois Entreprise BERTHOUD BARANGE ST LAURENT DE CHAMOUSSET - pour un montant de HT soit TTC - L option «Clôture côté place de stationnement PMR» est non retenue (Poste important car la rehausse est prévue en ossature bois pour que cela soit plus léger) Lot n 03 : Etanchéité Entreprise ETB LYON - pour un montant de HT soit TTC et l option «Garde-corps rabattable» pour HT soit TTC Lot n 04 : Menuiseries aluminium - métallerie Entreprise BERTHOUD BARANGE ST LAURENT DE CHAMOUSSET pour un montant de HT soit TTC Lot n 05 : Menuiseries intérieures bois Entreprise BERTHOUD BARANGE ST LAURENT DE CHAMOUSSET - pour un montant de HT soit TTC et l option «Portes et plinthes pour cloisons optionnelles» pour HT soit TTC Lot n 06 : Cloisons plafonds -peintures Entreprise AUBONNET COURS LA VILLE - pour un montant de HT soit TTC et l option «Cloisons bur. 2+3 et salle de réunions» pour HT soit TTC L option «Peinture sol marches et contremarches escalier int.» est non retenue Lot n 07 : Carrelages - faïences Entreprise FONTAINE JASSANS RIOTTIER pour un montant de HT soit TTC Lot n 08 : Sols minces collés Entreprise COURBIERE ST MARTIN EN HAUT - pour un montant de HT soit TTC Lot n 09 : Chauffage climatisation - plomberie Entreprise RABY FONTAINE S/SAONE - pour un montant de HT soit TTC Lot n 10 : Electricité CF/Cf Entreprise BERTHOLON TARARE - pour un montant de HT soit TTC - L option «Baie de brassage» est non retenue Lot n 11 a,b : Ravalement - ITE Entreprise H2 BAT CALADOIS VILLEFRANCHE - pour un montant de HT soit TTC Page 9 sur 12

10 Madame Bussière dit que concernant le lot n 6, lors du précédent mandat, le Conseil avait appris que 5 bureaux étaient prévus, et suite à cela il avait été suggéré, et même demandé, de faire plutôt deux salles (une grande et une petite) car la commune manque de salles pour les associations. Ce point avait été mis à l étude et Madame Bussière demande ce qui a été décidé car a priori rien n avait été acté à l époque. Monsieur le Maire répond que c est pour cela qu il y a l option «Cloisons bur. 2+3 et salle de réunions» pour HT. Sans l option, il y a 2 bureaux et la grande salle, et avec l option, on rajoute 2 bureaux (il reste une salle mais plus petite). La commission en charge de la vie associative réfléchira et verra quel est le dimensionnement le plus adapté. Madame Correia dit que l option s élevait à Monsieur le Maire répond que la somme de correspondait à la pose de cloisons amovibles (pose qui nécessitait une pièce de charpente différente) et qu il faudra déterminer s il est plus opportun de réaliser une salle moyenne et des bureaux ou une salle plus grande et moins de bureaux. Pour l instant, le marché est présenté dans sa solution de base, mais rien n interdit de faire des cloisons mobiles, les commissions qui travaillent sur ce dossier étudieront ce point et verront également avec les utilisateurs tout en gardant cependant à l esprit que des problèmes liés aux bruits ont été soulevés régulièrement par les riverains de la Maison pour Tous et qu il ne faut donc pas refaire une 2 ème salle de soirée à l étage. La nouvelle commission en charge de la vie associative va travailler sur le sujet et présentera ses conclusions au Conseil. Monsieur Seguin ajoute que le terme de bureau n est pas approprié car les esquisses montrent des espaces de 45 m². Madame Correia ajoute que cela va jusqu à 61 m². Ce ne sont pas des bureaux mais bien des salles de réunion. Monsieur Forge précise qu aucune salle ne sera attribuée spécifiquement à une association. Elles seront utilisées à tour de rôle en fonction d un planning de réunions. Madame Bussière demande si les travaux d aménagement intérieur seront soumis au Conseil. Monsieur le Maire répond par l affirmative. Monsieur Jasserand invite le Conseil à se prononcer et précise que les avenants seront encadrés par le Code des marchés publics. Madame Bussière demande combien de temps vont durer les travaux. Monsieur Jasserand répond que la durée prévisionnelle est de 9 mois. Le Conseil, invité à se prononcer, après en avoir débattu et à l unanimité de ses membres, autorise Monsieur le Maire à signer les documents nécessaires à la conclusion de ces 11 marchés de travaux susvisés d un montant de HT soit TTC options comprises, et leurs éventuels avenants. Informations au Conseil Monsieur le Maire Courrier du SYTRAL relatif à l offre des services scolaires Chaque année, la commission d adaptation de l offre du SYTRAL analyse les évolutions d offre des services scolaires du SYTRAL, les lignes Junior Direct. Il s avère qu à la rentrée de septembre 2014, les collégiens de Marcy l Etoile ne seront plus affectés au collège Jean-Jacques Rousseau de Tassin la Demi-Lune mais au collège Jacques Cœur de Lentilly. En conséquence, le Comité Syndical du SYTRAL a acté les modifications suivantes, à compter de la rentrée de septembre 2014 : - Modification de l itinéraire du Junior Direct 412. Il ne circulera plus sur la commune de Marcy l Etoile à destination du collège Jean-Jacques Rousseau - Adaptation des lignes Junior Direct entre la commune de Marcy l Etoile et le collège de Lentilly : ajout d un véhicule (JD 274) afin de pallier les besoins de la rentrée. Page 10 sur 12

11 Il a été acté de proposer un service pour l entrée de 8 heures, un service retour pour la dernière heure de cours de la semaine et du mercredi midi et de combiner avec un seul véhicule les itinéraires des JD273 et 274 pour l entrée de 9h et la sortie de 15h30 les lundis, mardis, jeudis et vendredis et 11h le mercredi. Par ailleurs, des comptages seront effectués en septembre afin de dénombrer précisément les besoins des services. Ces derniers pourront être réajustés si les effectifs le nécessitent. En complément d information, le site internet donnera accès, début juin, aux fiches horaires des lignes Junior Direct mises à jour. Les horaires des lignes régulières pour la rentrée de septembre 2014 seront disponibles début juillet. Madame Doucet demande si le couplage proposé est avec La Tour de Salvagny. Monsieur le Maire suppose qu il s agit bien de cela et précise que dans la mesure où il sera procédé à des comptages, il faudra dire aux parents de saisir la municipalité en cas de difficulté afin qu un courrier soit adressé au SYTRAL. Madame Doucet pense qu il y aura un problème d effectifs. Monsieur le Maire souligne qu à 8h et pour la sortie du soir, ce seront des lignes directes et que c est uniquement dans la journée que les lignes seront couplées. Il ajoute que si besoin il est possible de demander un entretien au SYTRAL. Monsieur Seguin dit qu il faut être vigilant en début d année scolaire au niveau des comptages, sachant que Keolis et le SYTRAL sont très réactifs. Madame Dorveaux dit qu il faut se rapprocher des enseignants afin de savoir combien d élèves partent sur Lentilly. Elle ajoute que la commune avait eu de très bons rapports avec le SYTRAL lors de la mise en place de la ligne de Lentilly. Monsieur Seguin Réunion Avenue des Alpes Le 22 mai, la commune a accueilli une réunion concernant la réalisation de la 3 ème tranche de l Avenue des Alpes. Etaient présents le Grand Lyon avec ses bureaux d études extérieurs et les riverains institutionnels (biomérieux, le SDIS, l INT, Art de Construire, la jardinerie Delbard pour laquelle cette réalisation est très important car actuellement, ses clients sont obligés d aller jusqu au rond-point de VetAgro Sup pour revenir vers elle, une réflexion est menée sur une desserte par l arrière du magasin et sur une desserte pour Art de Construire). Une autre réunion sera organisée à l attention des riverains car il y aura des villas impactées. Madame Bussière a deux remarques : - la note de service qui demande aux conseillers de passer par les adjoints lui semble très restrictive, il est possible de s adresser à la Secrétaire Générale pour demander des informations. Monsieur le Maire répond qu il ne s agit pas d un barrage mais simplement que cela évite de demander plusieurs fois la même chose aux services et que cela a comme unique but de garantir l efficacité des services. - La trame des comptes-rendus de commissions comporte le terme «décisions». Madame Bussière suggère que ce terme soit changé en «propositions» ou «suggestions», car les décisions sont prises en Conseil et non en commissions. L ensemble des membres de la commission Communication avait validé ce changement de terme. Cependant Madame Fosse a informé sa commission que suite à la réunion d adjoints, il avait été décidé que ce terme de «décisions» soit maintenu. Madame Fosse répond que le but est d écrire que certains points décidés par la commission ne nécessitent pas de vote formel en Conseil municipal. Page 11 sur 12

12 Monsieur le Maire précise que le Conseil prend des délibérations, les commissions font leur travail au quotidien et sont bien amenées à décider d un certain nombre de choses qui ne relèvent pas nécessairement d une délibération du Conseil municipal. Madame Bussière dit que l idée, c est de ne pas se retrouver dans une situation où des choses sont décidées sans que les autres soient au courant. Monsieur Lagrange précise que le règlement intérieur du Conseil va également définir comment vont fonctionner les commissions et que par conséquent, à cet instant, les conseillers se trouvent dans une situation de débat relevant du règlement intérieur. Madame Ganne dit que le Conseil est d accord sur le fond et que le désaccord ne porte que sur la forme. Monsieur le Maire informe l Assemblée qu une naissance vient d avoir lieu au sein du Conseil, ce qui n arrive que pour la deuxième fois, la première datant de 1997 avec la naissance de la fille de Monsieur Luc Seguin. Monsieur le Maire félicite donc chaleureusement Monsieur Nicolas Piziak pour la naissance de son fils et lui remet une marque d attention au nom du Conseil. Avant de clore la séance, Monsieur le Maire remet à chaque conseiller un fascicule explicitant le rôle et le fonctionnement d une commune. L ordre du jour étant épuisé, la séance est levée à 21h15. Page 12 sur 12

LE COMITÉ TECHNIQUE PARITAIRE

LE COMITÉ TECHNIQUE PARITAIRE République française Polynésie française www.cgf.pf LE COMITÉ TECHNIQUE PARITAIRE (Mode d emploi de la FPC) SOMMAIRE I La mise en place du comité technique paritaire p. 2 A Une instance paritaire pour

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION DES MAIRES ET DES PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE

STATUTS DE L ASSOCIATION DES MAIRES ET DES PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE STATUTS DE L ASSOCIATION DES MAIRES ET DES PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE (mis à jour Assemblée générale extraordinaire du 26 juin 2015) (Conseil d Administration du 8 juin 2015) Article

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

SEANCE DU 10 JUILLET 2012

SEANCE DU 10 JUILLET 2012 SEANCE DU 10 JUILLET 2012 Convocation du 02 juillet 2012 L an deux mil douze le 10 juillet à 19h30, le Conseil Municipal s est réuni en séance ordinaire, à la Mairie, sous la Présidence de M. Philippe

Plus en détail

LE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE (C.C.A.S.) Base réglementaire : (voir annexe fiche 5)

LE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE (C.C.A.S.) Base réglementaire : (voir annexe fiche 5) Fiche 5 LE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE (C.C.A.S.) Base réglementaire : (voir annexe fiche 5) o Code de l action sociale et des familles (CASF) : articles L. 123-4 à L. 123-9 articles R.123-1 à R.123-26

Plus en détail

SÉANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 OCTOBRE 2012 EXPOSE DES MOTIFS

SÉANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 OCTOBRE 2012 EXPOSE DES MOTIFS SÉANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 OCTOBRE 2012 POINT PERSONNEL Participation de l employeur à la mutuelle des agents Rappel du contexte : EXPOSE DES MOTIFS En juin 2009, le Maire a annoncé la volonté de

Plus en détail

Association pour la Réalisation des Actions et des Missions Sociales

Association pour la Réalisation des Actions et des Missions Sociales Association pour la Réalisation des Actions et des Missions Sociales STATUTS OBJET SIEGE SOCIAL DUREE ARTICLE 1 Dénomination Il est fondé une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

STATUTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS DES ASSOCIATIONS DU PAYS D AIX Modification du 12 septembre 2005

STATUTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS DES ASSOCIATIONS DU PAYS D AIX Modification du 12 septembre 2005 STATUTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS DES ASSOCIATIONS DU PAYS D AIX Modification du 12 septembre 2005 Article 1 : Dénomination. Il est fondé, entre les personnes morales adhérentes aux présents statuts,

Plus en détail

LE COMITÉ D HYGIÈNE, DE SÈCURITÉ ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL (LE CHSCT)

LE COMITÉ D HYGIÈNE, DE SÈCURITÉ ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL (LE CHSCT) CIRCULAIRE CDG90 07/15 LE COMITÉ D HYGIÈNE, DE SÈCURITÉ ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL (LE CHSCT) Décret 85-603 du 10 juin 1985 relatif à l hygiène et à la sécurité du travail ainsi qu à la médecine professionnelle

Plus en détail

COMPTE-RENDU DU COMITE DE LA CAISSE DES ECOLES Séance du 10 juin 2013

COMPTE-RENDU DU COMITE DE LA CAISSE DES ECOLES Séance du 10 juin 2013 COMPTE-RENDU DU COMITE DE LA CAISSE DES ECOLES Séance du 10 juin 2013 NOMBRE DE MEMBRES Membres en exercice : 8 Membres présents : 5 Suffrages exprimés : 7 Date de la convocation : 31 mai 2013 L an deux

Plus en détail

RÉGIME INDEMNITAIRE DE LA VILLE DE DIGNE-LES-BAINS

RÉGIME INDEMNITAIRE DE LA VILLE DE DIGNE-LES-BAINS DOC. N 2 RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU RÉGIME INDEMNITAIRE DE LA VILLE DE DIGNE-LES-BAINS En vertu de la délibération n 11 du conseil municipal du 6 février 2014 1 SOMMAIRE Article 1 : objet 3_ Article 2 : bénéficiaires

Plus en détail

Réunion téléphonique du 20 mars 2014. L installation du conseil municipal et les premières mesures à prendre en début de mandat

Réunion téléphonique du 20 mars 2014. L installation du conseil municipal et les premières mesures à prendre en début de mandat Réunion téléphonique du 20 mars 2014 L installation du conseil municipal et les premières mesures à prendre en début de mandat Le terme du mandat Fin de mandat des conseillers municipaux : le 23 mars 2014,

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille

REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille Conformément à l article 14 de ses statuts, le «Orchestre Universitaire de Lille» arrête son Règlement Intérieur d association. ARTICLE 14 - Règlement

Plus en détail

SERVICE DE SANTE AU TRAVAIL

SERVICE DE SANTE AU TRAVAIL SERVICE DE SANTE AU TRAVAIL SERVICE MEDICAL INTERENTREPRISES DE CHATEAUBRIANT ET SA REGION Association régie par la Loi du 1 er juillet 1901 8, rue des Tanneurs - 44110 CHATEAUBRIANT Règlement Intérieur

Plus en détail

COMPTE-RENDU de la SEANCE du CONSEIL MUNICIPAL du 19 DECEMBRE 2013

COMPTE-RENDU de la SEANCE du CONSEIL MUNICIPAL du 19 DECEMBRE 2013 Mairie de Trèves (Rhône) 450 route des Deux Vallées 69420 TREVES COMPTE-RENDU de la SEANCE du CONSEIL MUNICIPAL du 19 DECEMBRE 2013 Le Conseil Municipal, dûment convoqué le 13 décembre 2013 s est réuni

Plus en détail

COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL. Séance du 29 décembre 2008

COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL. Séance du 29 décembre 2008 Date de convocation :12/12/2008 COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL Séance du 29 décembre 2008 L an deux mil huit, le vingt neuf décembre à 18 heures, le Conseil Municipal de la commune de SAINT LAMBERT

Plus en détail

Règlement intérieur du conseil communautaire de Plaine Commune

Règlement intérieur du conseil communautaire de Plaine Commune Règlement intérieur du conseil communautaire de Plaine Commune En application des dispositions du code général des collectivités territoriales, le conseil communautaire doit adopter un règlement intérieur

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Arrêté du 24 avril 2015 relatif au règlement intérieur de la commission administrative paritaire compétente à l égard du corps d encadrement et d application du personnel de surveillance de l administration

Plus en détail

FONDATION UNIVERSITAIRE

FONDATION UNIVERSITAIRE FONDATION UNIVERSITAIRE Fondation Paris-Sud Université Le meilleur pour tous Statuts Préambule Vu le code de l éducation, et notamment son article L.719-12: «les établissements publics à caractère scientifique,

Plus en détail

COMMUNE DE BIENVILLERS AU BOIS. COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL du jeudi 22 janvier 2015

COMMUNE DE BIENVILLERS AU BOIS. COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL du jeudi 22 janvier 2015 DEPARTEMENT DU PAS DE CALAIS ARRONDISSEMENT D ARRAS CANTON DE PAS EN ARTOIS COMMUNE DE BIENVILLERS AU BOIS COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL du jeudi 22 janvier 2015 L an deux mille cinq,

Plus en détail

Charte. du Parc naturel régional du Marais poitevin 2014 / 2026 STATUTS

Charte. du Parc naturel régional du Marais poitevin 2014 / 2026 STATUTS Charte du Parc naturel régional du Marais poitevin STATUTS 2014 / 2026 PREAMBULE Au regard du classement du Marais poitevin en Parc naturel régional, les régions Poitou-Charentes et Pays de la Loire, les

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DE LA COMMUNE DE DOZULE

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DE LA COMMUNE DE DOZULE EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DE LA COMMUNE DE DOZULE Date de convocation : L an deux mille quinze, le premier Juin à dix-neuf heures le 22 Mai 2015 Conseil Municipal, légalement convoqué, s est

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 30 JANVIER 2014. DISPOSITIONS ORGANIQUES Remboursement des frais de transport et séjour pour les élus locaux

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 30 JANVIER 2014. DISPOSITIONS ORGANIQUES Remboursement des frais de transport et séjour pour les élus locaux SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 30 JANVIER 2014 POINT DISPOSITIONS ORGANIQUES Remboursement des frais de transport et séjour pour les élus locaux EXPOSE DES MOTIFS L exercice d un mandat électif local ne

Plus en détail

COMPTE-RENDU SUCCINT DU CONSEIL MUNICIPAL DE MONTAINVILLE DU 28/03/2008

COMPTE-RENDU SUCCINT DU CONSEIL MUNICIPAL DE MONTAINVILLE DU 28/03/2008 COMPTE-RENDU SUCCINT DU CONSEIL MUNICIPAL DE MONTAINVILLE DU 28/03/2008 Date de convocation : le 25 mars 2008 Date d affichage: le 25 mars 2008 Nombre de Conseillers en exercice : 15 Présents : 14 Votants

Plus en détail

LES FRAIS DE DÉPLACEMENT DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE DES COMMUNES DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE

LES FRAIS DE DÉPLACEMENT DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE DES COMMUNES DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE République française Polynésie française www.cgf.pf DE DÉPLACEMENT DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE DES COMMUNES DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE (Mode d emploi) (Applicable depuis le 15 Novembre 2011 à toutes

Plus en détail

CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE

CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE REGLEMENT DES AIDES FACULTATIVES DU CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE VILLETANEUSE juin 2008 SOMMAIRE CHAPITRE I OBJET ET TYPE D AIDES...3 ARTICLE 1. OBJET...3 ARTICLE

Plus en détail

CONVENTION CONSTITUTIVE DU GROUPEMENT DE COMMANDES VILLE DU MANS ET LE MANS METROPOLE AVEC EXECUTION PAR LE COORDONNATEUR

CONVENTION CONSTITUTIVE DU GROUPEMENT DE COMMANDES VILLE DU MANS ET LE MANS METROPOLE AVEC EXECUTION PAR LE COORDONNATEUR CONVENTION CONSTITUTIVE DU GROUPEMENT DE COMMANDES VILLE DU MANS ET LE MANS METROPOLE AVEC EXECUTION PAR LE COORDONNATEUR La Ville du Mans, représentée par Monsieur Patrick DELPECH, Adjoint au Maire en

Plus en détail

Département de formation Licence de Sciences et Technologies Mention Sciences du Vivant

Département de formation Licence de Sciences et Technologies Mention Sciences du Vivant Département de formation Licence de Sciences et Technologies Mention Sciences du Vivant STATUTS DU DEPARTEMENT DE FORMATION DE LA LICENCE MENTION SCIENCES DE LA VIE Vu le Code de l Education Vu les statuts

Plus en détail

GESTION D UNE ASSOCIATION SYNDICALE AUTORISEE - POINTS DE VIGILANCE

GESTION D UNE ASSOCIATION SYNDICALE AUTORISEE - POINTS DE VIGILANCE GESTION D UNE ASSOCIATION SYNDICALE AUTORISEE - POINTS DE VIGILANCE : Les organes de l ASA (assemblée des propriétaires, syndicat, président et vice-président) doivent impérativement exercer les attributions

Plus en détail

2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise

2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise 2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise La loi a expressément prévu l utilisation de la subvention pour couvrir certaines dépenses. Le budget de fonctionnement doit permettre

Plus en détail

U-THIL AVANT TOUT LES STATUTS

U-THIL AVANT TOUT LES STATUTS U-THIL AVANT TOUT LES STATUTS ARTICLE PREMIER - NOM Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901, ayant pour

Plus en détail

CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE D URBEIS

CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE D URBEIS Département Du Bas-Rhin Arrondissement De Sélestat-Erstein Nombre de Conseillers Elus : 11 -------- Conseillers en fonction : 11 -------- Conseillers présents : 9 CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE D URBEIS

Plus en détail

NOTA : article L.3221-11-1 pour les départements et article L.4231-8-1 pour les régions.

NOTA : article L.3221-11-1 pour les départements et article L.4231-8-1 pour les régions. L ordonnance n 2005-645 du 6 juin 2005 relative aux procédures de passation des marchés publics des collectivités territoriales] introduit trois nouveaux articles au code général des collectivités territoriales

Plus en détail

1 Délégation du Conseil au Maire :

1 Délégation du Conseil au Maire : CONSEIL MUNICIPAL SÉANCE DU 11 AVRIL 2014 1 Délégation du Conseil au Maire : Madame le Maire expose que l article L. 2122-22 du Code général des collectivités territoriales donne au Conseil municipal la

Plus en détail

STATUTS ARTICLE 1 ER CONSTITUTION ARTICLE 2 OBJET ARTICLE 3 DURÉE - EXERCICE SOCIAL CONSEIL D ADMINISTRATION DU 10/07/2013

STATUTS ARTICLE 1 ER CONSTITUTION ARTICLE 2 OBJET ARTICLE 3 DURÉE - EXERCICE SOCIAL CONSEIL D ADMINISTRATION DU 10/07/2013 STATUTS CONSEIL D ADMINISTRATION DU 10/07/2013 Les présentes dispositions statutaires sont décidées par le Conseil d administration de l Apec dans le respect du principe général de transparence applicable

Plus en détail

COMMISSION LOCALE DE DEVELOPPEMENT RURAL REGLEMENT D ORDRE INTERIEUR

COMMISSION LOCALE DE DEVELOPPEMENT RURAL REGLEMENT D ORDRE INTERIEUR PROVINCE DU BRABANT WALLON ARRONDISSEMENT DE NIVELLES COMMUNE DE PERWEZ Article 1. COMMISSION LOCALE DE DEVELOPPEMENT RURAL REGLEMENT D ORDRE INTERIEUR TITRE I. MISSIONS Conformément au décret de l Exécutif

Plus en détail

Unit é* Travail*Progrès SECRETARIAT GENERAL LA VIE DES ASSEMBLEES DANS L ESPACE FRANCOPHONE RECUEIL DES PROCEDURES ET DES PRATIQUES PARLEMENTAIRES

Unit é* Travail*Progrès SECRETARIAT GENERAL LA VIE DES ASSEMBLEES DANS L ESPACE FRANCOPHONE RECUEIL DES PROCEDURES ET DES PRATIQUES PARLEMENTAIRES ASSEMBLEE NATIONALE.. SECRETARIAT GENERAL. SECRETARIAT GENERAL ADJOINT DIRECTION DES AFFAIRES LEGISLATIVES DE LA COOPERATION INERPARLEMENTAIRE ET DES RELATIONS INTERNATIONALES REPUBLIQUE DU CONGO Unit

Plus en détail

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ;

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ; DELIBERATION N 2013-129 DU 27 NOVEMBRE 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DECLARATIONS DE TRAITEMENTS AUTOMATISES D INFORMATIONS NOMINATIVES CONCERNANT

Plus en détail

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la fonction publique Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C Le ministre de la fonction publique à

Plus en détail

PROCES VERBAL DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 MAI 2015

PROCES VERBAL DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 MAI 2015 PROCES VERBAL DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 MAI 2015 Nombre de Conseillers L an deux mil quinze, le vingt-six mai, à 18 H 30, en exercice : 15 le Conseil municipal de la Commune de SAINT-BRICE, présents :

Plus en détail

Sa mission est de défendre les intérêts de la copropriété en respectant la loi et les règlements dans les domaines de gestion principaux suivants :

Sa mission est de défendre les intérêts de la copropriété en respectant la loi et les règlements dans les domaines de gestion principaux suivants : Projet de cahier de charges pour la mission de Syndic Le Syndic est le mandataire du syndicat des copropriétaires c'est-à-dire qu il est la personne qui représente le syndicat et agit en son nom. Il assure

Plus en détail

APPROBATION DU COMPTE-RENDU DE LA SEANCE DU 7 NOVEMBRE 2014. Monsieur le Maire demande l approbation du compte-rendu de la séance du 7 novembre 2014.

APPROBATION DU COMPTE-RENDU DE LA SEANCE DU 7 NOVEMBRE 2014. Monsieur le Maire demande l approbation du compte-rendu de la séance du 7 novembre 2014. PROCÈS-VERBAL SÉANCE DU 23 DECEMBRE 2014 39-2014 Le mardi 23 décembre 2014, le Conseil Municipal de la Commune de ROYBON, dûment convoqué le 16 décembre 2014, s'est réuni en session ordinaire à 18h30 à

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DE SURVEILLANCE DE LA FFVB. Application pour la saison 2015/2016 (AG Octobre 2014)

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DE SURVEILLANCE DE LA FFVB. Application pour la saison 2015/2016 (AG Octobre 2014) TABLE DES MATIERES Pour accéder directement aux chapitres, cliquez sur le chapitre puis Ctrl + clic PREAMBULE A LA MISE AUX VOIX DE L ASSEMBLE GENERALE ATTRIBUTIONS Article 1 : Organisme de contrôle Article

Plus en détail

LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2)

LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2) LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2) Le Parlement a adopté, le jeudi 27 février, une loi dont l article 30 procède

Plus en détail

Textes Juridiques Décret exécutif n 98-355 du 20 Rajab 1419 correspondant au 10 novembre 1998 portant création, organisation et fonctionnement du

Textes Juridiques Décret exécutif n 98-355 du 20 Rajab 1419 correspondant au 10 novembre 1998 portant création, organisation et fonctionnement du Textes Juridiques Décret exécutif n 98-355 du 20 Rajab 1419 correspondant au 10 novembre 1998 portant création, organisation et fonctionnement du fonds national de développement de l apprentissage et de

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL du vendredi 10 février 2012 à 20h30

COMPTE-RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL du vendredi 10 février 2012 à 20h30 COMPTE-RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL du vendredi 10 février 2012 à 20h30 L'AN DEUX MIL DOUZE, le 10 février, à 20h30, le Conseil Municipal de la commune de JOSSIGNY, légalement convoqué le 03

Plus en détail

STATUTS DE l ASSOCIATION «CASTELMAUROU CITOYENNE ET DEMOCRATE»

STATUTS DE l ASSOCIATION «CASTELMAUROU CITOYENNE ET DEMOCRATE» 1 STATUTS DE l ASSOCIATION «CASTELMAUROU CITOYENNE ET DEMOCRATE» 2 ARTICLE 1 DESIGNATION Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le

Plus en détail

Département de l Aisne

Département de l Aisne Département de l Aisne Commune de Montreuil aux Lions COMPTE RENDU DES DECISIONS DU CONSEIL MUNICIPAL Séance du 12 septembre 2008 L an deux mil huit, le douze du mois de septembre, les membres composant

Plus en détail

Statuts de l Union Sportive Grégorienne Football 35

Statuts de l Union Sportive Grégorienne Football 35 Statuts de l Union Sportive Grégorienne Football 35 (Assemblée Générale Extraordinaire du 19 Juin 2014) Objet et composition de l association Article 1 : L association dite «Union Sportive Grégorienne

Plus en détail

adoptés en Conseil d'institut de l'iut le 26 septembre 2011 en Conseil d'administration de l'université du Maine le 6 octobre 2011

adoptés en Conseil d'institut de l'iut le 26 septembre 2011 en Conseil d'administration de l'université du Maine le 6 octobre 2011 STATUTS de l'institut UNIVERSITAIRE DE TECHNOLOGIE LE MANS adoptés en Conseil d'institut de l'iut le 26 septembre 2011 en Conseil d'administration de l'université du Maine le 6 octobre 2011 1 Table des

Plus en détail

Compte-rendu de séance du Conseil municipal du mercredi 16 mai 2012

Compte-rendu de séance du Conseil municipal du mercredi 16 mai 2012 Compte-rendu de séance du Conseil municipal du mercredi 16 mai 2012 Le Conseil municipal, régulièrement convoqué, s est réuni en Mairie en séance publique, mercredi 16 mai 2012 à 21h sous la présidence

Plus en détail

Section 1. Facilités de service dans le cadre d une candidature à une fonction publique élective

Section 1. Facilités de service dans le cadre d une candidature à une fonction publique élective section temps de travail TITRE I : LES TITULAIRES TROISIEME PARTIE : LES AUTORISATIONS D ABSENCE TROISIEME CHAPITRE : FACILITES DE SERVICE LIEES AUX Dernière mise à jour : Juillet 2012 TEXTES APPLICABLES

Plus en détail

FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT

FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT On attendait la création d un CHSCT central pérenne, sur le modèle des comités d établissements et du comité central d entreprise, finalement il faudra se contenter

Plus en détail

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution.

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. Le Président de la République Vu la Constitution, Vu la loi n 90-07 du 28 juin 1990 relative à l organisation

Plus en détail

SEANCE DU 24 MAI 2012 Salle du Conseil Municipal à 20 h 00

SEANCE DU 24 MAI 2012 Salle du Conseil Municipal à 20 h 00 COMMUNE DE SANTENAY COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL République Française SEANCE DU 24 MAI 2012 Salle du Conseil Municipal à 20 h 00 PRESIDENT : Monsieur TUDELA Henri. SECRETAIRE de SEANCE : Mme CHAPELLE

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 7 DECEMBRE 2007. 45 ème séance

COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 7 DECEMBRE 2007. 45 ème séance COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 7 DECEMBRE 2007 Date de la convocation : 27 novembre 2007 45 ème séance L an deux mille sept, le sept décembre à vingt et une heures, le conseil municipal de cette commune,

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION ENFANTAISIES

STATUTS DE L ASSOCIATION ENFANTAISIES STATUTS DE L ASSOCIATION ENFANTAISIES Article 1er - Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL

COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL REGLEMENT INTERIEUR - adopté lors de sa séance du 1 er juillet 2015 - ARTICLE 1 ER : Le présent règlement intérieur a pour objet de préciser,

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU MARDI 5 FEVRIER 2013

COMPTE-RENDU DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU MARDI 5 FEVRIER 2013 COMPTE-RENDU DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU MARDI 5 FEVRIER 2013 Le Conseil municipal de Bohars s est réuni en mairie, lieu ordinaire de ses séances, le mardi 5 Février 2013, à 19 heures, sous la

Plus en détail

PROCES VERBAL DE LA SEANCE DU BUREAU DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU 07 DECEMBRE 2006

PROCES VERBAL DE LA SEANCE DU BUREAU DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU 07 DECEMBRE 2006 PROCES VERBAL DE LA SEANCE DU BUREAU DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU 07 DECEMBRE 2006 Le Bureau de la Communauté d Agglomération du Haut Val-de-Marne, légalement convoqué le 1 er décembre 2006 s est

Plus en détail

LES CONGES ANNUELS DES AGENTS TERRITORIAUX

LES CONGES ANNUELS DES AGENTS TERRITORIAUX Circulaire d'informations n 2008/06 du 20 février 2008 LES CONGES ANNUELS DES AGENTS TERRITORIAUX Références : - Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction

Plus en détail

CONVENTION DE MISE À DISPOSITION DE PERSONNEL PAR LE CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU NORD SUR LA BASE DE L ARTICLE 25 ALINÉA

CONVENTION DE MISE À DISPOSITION DE PERSONNEL PAR LE CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU NORD SUR LA BASE DE L ARTICLE 25 ALINÉA CONVENTION DE MISE À DISPOSITION DE PERSONNEL PAR LE CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU NORD SUR LA BASE DE L ARTICLE 25 ALINÉA 2 ENTRE, - Le Centre de gestion de la Fonction Publique

Plus en détail

Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales

Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales www.jeanclaudegaudin.net Juillet 2006 Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales Une polémique a récemment surgi à propos du financement de l enseignement privé par les

Plus en détail

23 Secrétaire du comité d entreprise

23 Secrétaire du comité d entreprise 23 Secrétaire du comité d entreprise L E S S E N T I E L Le secrétaire, élu lors de la réunion constitutive, est obligatoirement choisi parmi les membres titulaires. Il occupe une place essentielle au

Plus en détail

Vos obligations d employeur FICHE CONSEIL. Nom du Document : L EXERCICE DES FONCTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL : VOS

Vos obligations d employeur FICHE CONSEIL. Nom du Document : L EXERCICE DES FONCTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL : VOS L EXERCICE DES FONCTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL : Vos obligations d employeur FICHE CONSEIL Les salariés de votre entreprise ont élu leur(s) délégué(s) du personnel. Vous avez pu constater que la loi

Plus en détail

FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER

FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER ANNEXE DU REGLEMENT INTERIEUR ARTICLE 88 Validé par le Comité Directeur du 5 Novembre 2005 Adopté par l Assemblée Générale du 18 mars 2006

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU COMITÉ TECHNIQUE PARITAIRE

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU COMITÉ TECHNIQUE PARITAIRE 1 PREAMBULE Le présent règlement intérieur a pour objet de préciser les conditions de fonctionnement du Comité Technique Paritaire fonctionnant auprès du Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale

Plus en détail

Commune de PRINQUIAU SEANCE DU 17 DECEMBRE 2012. 3-6 - Domaine et Patrimoine : autres actes de gestion domaine privé

Commune de PRINQUIAU SEANCE DU 17 DECEMBRE 2012. 3-6 - Domaine et Patrimoine : autres actes de gestion domaine privé 3-6 - Domaine et Patrimoine : autres actes de gestion domaine privé CONVENTION DE SERVITUDES ENTRE ERDF ET LA COMMUNE POUR LA POSE DE POTEAUX BASSE TENSION A L ATELIER MUNICIPAL DES BASSES LANDES (MISE

Plus en détail

Association Catalogue Ouvert du Cinéma Statuts

Association Catalogue Ouvert du Cinéma Statuts Association Catalogue Ouvert du Cinéma Statuts Le 1 janvier 2013, il est fondé entre les adhérents par les présents statuts une association, régie par la Loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août

Plus en détail

COMMUNAUTE URBAINE de CHERBOURG CONSEIL de COMMUNAUTE

COMMUNAUTE URBAINE de CHERBOURG CONSEIL de COMMUNAUTE COMMUNAUTE URBAINE de CHERBOURG CONSEIL de COMMUNAUTE Séance du 31 mars 2005 Délibération n 2005/115 Mise en place d'une procédure interne de passation des conventions publiques d'aménagement MM., La Cour

Plus en détail

Mardi 15 décembre 2015

Mardi 15 décembre 2015 DEPARTEMENT de la MARNE ----------- ARRONDISSEMENT d EPERNAY ----- CANTON de SEZANNE-BRIE ET CHAMPAGNE -------- COMMUNE LES ESSARTS LE VICOMTE COMPTE-RENDU SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL Mardi 15 décembre

Plus en détail

Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail ( CHSCT)

Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail ( CHSCT) Élections professionnelles 2014 Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail ( CHSCT) Rôle et missions 1 Le CHSCT Définition: Instance de représentation et de dialogue chargée de donner

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE L ECOLE

REGLEMENT INTERIEUR DE L ECOLE REGLEMENT INTERIEUR DE L ECOLE TITRE I. DISPOSITIONS GÉNÉRALES PRÉAMBULE Le présent règlement intérieur est élaboré en application des articles 13 à 14-1 de la loi n 71-1130 du 31 décembre 1971, et du

Plus en détail

COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 05 DECEMBRE 2013

COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 05 DECEMBRE 2013 COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 05 DECEMBRE 2013 L an deux mille treize, le cinq décembre à vingt heures, le Conseil municipal de la commune de Saint Pierre Quiberon (Morbihan) dûment convoqué, s

Plus en détail

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier 2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier Selon la loi, le comité d entreprise est présidé de droit par le chef d entreprise ou son représentant. Lors

Plus en détail

CONVENTION D ADHESION AU SERVICE DE MEDECINE PREVENTIVE DU CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU CHER ANNEE.

CONVENTION D ADHESION AU SERVICE DE MEDECINE PREVENTIVE DU CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU CHER ANNEE. CONVENTION D ADHESION AU SERVICE DE MEDECINE PREVENTIVE DU CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU CHER ANNEE. Entre : - Monsieur Claude LELOUP, Président du Centre de Gestion du CHER

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 LES COMITES TECHNIQUES. Mandat de 6 ans Mandat de 4 ans (art 3 du décret n 85-565 du 30 mai 1985)

CIRCULAIRE CDG90 LES COMITES TECHNIQUES. Mandat de 6 ans Mandat de 4 ans (art 3 du décret n 85-565 du 30 mai 1985) CIRCULAIRE CDG90 11/14 LES COMITES TECHNIQUES Décret n 85-565 du 30 mai 1985 relatif aux Comités Techniques des collectivités territoriales et de leurs établissements publics AVANT NOUVELLES MESURES applicables

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 23 NOVEMBRE 2006

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 23 NOVEMBRE 2006 COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 23 NOVEMBRE 2006 L an deux mille six, le jeudi 23 novembre à 20 heures 30, le Conseil Municipal, convoqué le 17 novembre, s est réuni en ses lieux habituels

Plus en détail

Commune de Plaisance. Procès-verbal de la séance du conseil municipal du 29 janvier 2015

Commune de Plaisance. Procès-verbal de la séance du conseil municipal du 29 janvier 2015 Commune de Plaisance Procès-verbal de la séance du conseil municipal du 29 janvier 2015 Commune de Plaisance Page 1 / 13 Conseil municipal du 29 janvier 2015 L an DEUX MILLE QUINZE, le VINGT-NEUF du mois

Plus en détail

COMMUNE DE GOLFECH COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL. Séance du 20 Juin 2014

COMMUNE DE GOLFECH COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL. Séance du 20 Juin 2014 COMMUNE DE GOLFECH COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL Séance du 20 Juin 2014 L an deux mille quatorze, le vingt juin, à dix-sept heures, le conseil municipal de la commune de Golfech, régulièrement

Plus en détail

COMPTE RENDU. Conseil Municipal du 21 Septembre 2012

COMPTE RENDU. Conseil Municipal du 21 Septembre 2012 MAIRIE DE SAINT DIDIER SOUS RIVERIE COMPTE RENDU Conseil Municipal du 21 Septembre 2012 L an deux mil douze et le vingt et un Septembre, A vingt heures, le Conseil Municipal de cette commune, régulièrement

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Aucune disposition du règlement intérieur ne peut être adoptée si elle n est pas en conformité avec les statuts du syndicat.

REGLEMENT INTERIEUR. Aucune disposition du règlement intérieur ne peut être adoptée si elle n est pas en conformité avec les statuts du syndicat. CHAMBRE DE L INGENIERIE ET DU CONSEIL DE FRANCE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I DISPOSITIONS PRELIMINAIRES Article 1 er OBJET Le présent règlement, établi en vertu des dispositions de l article 4 des statuts

Plus en détail

DECRET N 99-821. fixant les statuts de l Aviation Civile de Madagascar

DECRET N 99-821. fixant les statuts de l Aviation Civile de Madagascar DECRET N 99-821 fixant les statuts de l Aviation Civile de Madagascar Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Vu la Constitution, Vu la Convention relative à l Aviation Civile Internationale signée

Plus en détail

SEANCE DU 24 JUIN 2013

SEANCE DU 24 JUIN 2013 50 SEANCE DU 24 JUIN 2013 Par convocation du dix-huit juin 2013, le Conseil Municipal est invité à se réunir en séance ordinaire le vingt-quatre juin 2013 à 20h30. Ordre du jour : 1. Contrat de Prêt et

Plus en détail

L ENTRETIEN PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN PROFESSIONNEL F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 L ENTRETIEN PROFESSIONNEL L E S S E N T I E L L article 76-1 de la loi n 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée prévoit, à titre expérimental, la mise en place de l entretien

Plus en détail

Les CHSCT arrivent dans la Fonction Publique Territoriale

Les CHSCT arrivent dans la Fonction Publique Territoriale Les CHSCT arrivent dans la Fonction Publique Territoriale Le 4 décembre 2014, pour la première fois, les agents des trois versants de la Fonction Publique (Etat, Territoriaux et Hospitaliers) seront amenés

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE HORAIRES ET CONGES ANNEE UNIVERSITAIRE 2014/2015

FICHE TECHNIQUE HORAIRES ET CONGES ANNEE UNIVERSITAIRE 2014/2015 Pôle Ressources Humaines Le 07/07/2014 FICHE TECHNIQUE HORAIRES ET CONGES ANNEE UNIVERSITAIRE 2014/2015 La présente note a pour objectif de rappeler de manière aussi synthétique que possible le dispositif

Plus en détail

DEPARTEMENT DE L ESSONNE 2010/034 DELIBERATION DU CONSEIL MUNICIPAL CANTON DE EPINAY S/ SENART MAIRIE DE BOUSSY-SAINT-ANTOINE

DEPARTEMENT DE L ESSONNE 2010/034 DELIBERATION DU CONSEIL MUNICIPAL CANTON DE EPINAY S/ SENART MAIRIE DE BOUSSY-SAINT-ANTOINE 2010/034 PRESENTS : 21 VOTANTS : 24 AMMAR CEAUX BEGASSAT Mesdames OTTIN DELPIAS OBJET : Reprise anticipée du résultat 2009 Monsieur PERRIMOND L instruction comptable M14 prévoit que les résultats de l

Plus en détail

COMMUNE DE MOLLAU PROCES-VERBAL DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL. Séance du 28 juin 2012 ----------------------------------------------

COMMUNE DE MOLLAU PROCES-VERBAL DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL. Séance du 28 juin 2012 ---------------------------------------------- COMMUNE DE MOLLAU PROCES-VERBAL DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL Séance du 28 juin 2012 ---------------------------------------------- Sous la présidence de M. NICKLER Raymond, Maire Nombre de Conseillers

Plus en détail

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DE LA BANQUE INTERAMÉRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DE LA BANQUE INTERAMÉRICAINE DE DÉVELOPPEMENT 1 RÈGLEMENT GÉNÉRAL DE LA BANQUE INTERAMÉRICAINE DE DÉVELOPPEMENT Ce Règlement a pris effet le 8 février 1960 et a été modifié ultérieurement, la dernière modification étant entrée en vigueur le 16 mai

Plus en détail

Liberté Egalité - Fraternité REPUBLIQUE FRANCAISE

Liberté Egalité - Fraternité REPUBLIQUE FRANCAISE Département : Indre-et-Loire Arrondissement : CHINON Liberté Egalité - Fraternité REPUBLIQUE FRANCAISE Lignières de Touraine CONSEIL MUNICIPAL DU 19 AVRIL 2013 Par suite d'une convocation en date du 15

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION DES ANCIENS DE STRATE COLLEGE

STATUTS DE L ASSOCIATION DES ANCIENS DE STRATE COLLEGE STATUTS DE L ASSOCIATION DES ANCIENS DE STRATE COLLEGE ARTICLE PREMIER - NOM Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du

Plus en détail

FONDEMENTS JURIDIQUES

FONDEMENTS JURIDIQUES PREFECTURE DE L ALLIER DIRECTION DES RELATIONS AVEC LES COLLECTIVITES TERRITORIALES Bureau du Conseil et du contrôle de légalité LA COMMISSION DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC (CDSP) élection, constitution,

Plus en détail

Département intercommunalité et territoires 18 mars 2013 MCG-HG. Principales dispositions concernant les communes et les intercommunalités

Département intercommunalité et territoires 18 mars 2013 MCG-HG. Principales dispositions concernant les communes et les intercommunalités Département intercommunalité et territoires 18 mars 2013 MCG-HG Principales dispositions concernant les communes et les intercommunalités Projet de loi relatif à l élection des conseillers départementaux,

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION

NOTE DE PRESENTATION MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE DU TRAVAIL ET DES LOIS SOCIALES -------------- REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana ------------- NOTE DE PRESENTATION Objet : PROJET DE DECRET

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL COMMUNAUTAIRE DE LA C.C.L.V.D. Séance du 13 mai 2014

COMPTE-RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL COMMUNAUTAIRE DE LA C.C.L.V.D. Séance du 13 mai 2014 Communauté de Communes Le village 04290 SALIGNAC Tél. 04.92.34.46.75 Fax. 04.92.32.69.86 COMPTE-RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL COMMUNAUTAIRE DE LA C.C.L.V.D. Séance du 13 mai 2014 Étaient présents : Pour

Plus en détail

Projet de loi Modernisation du dialogue social. Suivi du projet par l UNSA. 25 mai 2015

Projet de loi Modernisation du dialogue social. Suivi du projet par l UNSA. 25 mai 2015 Projet de loi Modernisation du dialogue social Suivi du projet par l UNSA 25 mai 2015 La commission des affaires sociales de l Assemblée nationale a adopté le projet de loi relatif au dialogue social et

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER, DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DE L IMMIGRATION Décret n o 2012-124 du 30 janvier 2012 relatif à la mise en œuvre

Plus en détail

STATUT RECRUTEMENT DES AGENTS NON TITULAIRES

STATUT RECRUTEMENT DES AGENTS NON TITULAIRES STATUT DES AGENTS NON TITULAIRES MODIFICATIONS ISSUES DE LA LOI N 2012-347 DU 12 MARS 2012 Circulaire du 16 mars 2012 Les principales dispositions de la loi n 2012-347 du 12 mars 2012 relative à l accès

Plus en détail

DELIBERATIONS. Le Conseil Municipal doit se prononcer sur ces rapports annuels retraçant les différentes activités de la CCMS, pour l exercice 2014.

DELIBERATIONS. Le Conseil Municipal doit se prononcer sur ces rapports annuels retraçant les différentes activités de la CCMS, pour l exercice 2014. COMMUNE DE SAINT GERMAIN SUR MOINE ORDRE DU JOUR DE LA RÉUNION Du Conseil Municipal du 1 ER juin 2015 à 20 H 00 19 h 30 - Intervention du lieutenant POMIER, de la Brigade de St Macaire en Mauges, sur le

Plus en détail