Rapport de la Commission d enquête sur l approvisionnement en sang au Canada (Commission Krever), 1997.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport de la Commission d enquête sur l approvisionnement en sang au Canada (Commission Krever), 1997."

Transcription

1 9 : ADMINISTRATION DE SANG ET DE PRODUITS SANGUINS Marina Hamilton et Judith Cleary Ce chapitre présente un aperçu des principes clés et des questions de sécurité qui doivent être pris en compte lors de l administration de sang ou de produits sanguins. Avant la transfusion Consentement éclairé Les recommandations du juge Krever* soulignent l importance d obtenir le consentement éclairé du patient avant de lui transfuser du sang ou des produits sanguins. Le juge recommande : qu au Canada, les patients, sauf lorsqu il y a contre-indication ou qu une intervention chirurgicale est requise de toute urgence, soient informés des risques et des avantages d une transfusion de sang allogénique ainsi que des méthodes de rechange possibles; que l information sur les risques, les avantages et les méthodes de rechange soit diffusée dans une langue facile à comprendre pour les patients et de façon à autoriser les questions et les répétitions, et à laisser aux patients le temps voulu pour assimiler la matière. Les politiques relatives à la documentation du consentement à une transfusion varient d un hôpital à l autre. Se reporter aux politiques de son établissement applicables au consentement éclairé pour connaître le processus de documentation approuvé. Refus de recevoir une transfusion Les patients ont le droit de refuser de recevoir une transfusion ou un traitement prévoyant l utilisation de produits sanguins ou de produits de fractionnement du plasma. Cette décision doit être prise en connaissance de cause après discussion des risques associés au refus et des avantages de la transfusion. Le refus du patient devra être clairement consigné à son dossier médical conformément aux politiques de l établissement. Témoins de Jéhovah Se fondant sur son interprétation de la Bible, l organisation des Témoins de Jéhovah interdit à ses membres de recevoir une transfusion sanguine. Dans la plupart des cas, cette interdiction s applique à la transfusion de sang total, de produits érythrocytaires, de leucocytes, de plasma et de plaquettes. L utilisation de produits de fractionnement tels que l albumine, les facteurs de coagulation et les immunoglobulines n est pas absolument défendue. Les membres peuvent décider individuellement de ce qui est acceptable pour eux. Les Témoins de Jéhovah ne permettent pas le don de sang autologue mais acceptent généralement l utilisation d un circuit fermé de circulation extracorporelle pour autant que les tubulures ne soient pas purgées avec du sang (autologue ou allogénique) et que le sang ne soit pas entreposé pendant le processus. Des renseignements complémentaires peuvent être obtenus auprès des Services d information aux hôpitaux (Canada) pour les Témoins de Jéhovah. Ce service est accessible jour et nuit par téléphone, au , ou par télécopieur, au * Rapport de la Commission d enquête sur l approvisionnement en sang au Canada (Commission Krever),

2 Ordonnances des médecins Les transfusions doivent être prescrites et administrées sous supervision médicale, et les recommandations transfusionnelles consignées au dossier du receveur. Les ordonnances de transfusion doivent préciser ce qui suit : nature du produit à administrer; volume ou quantité à transfuser; durée de la transfusion (dans certains établissements, on fait parfois référence à des politiques ou à des procédures particulières; il peut s agir par exemple d un manuel sur l administration de produits par voie intraveineuse décrivant la procédure et le débit habituel de transfusion); utilisation de perfuseurs sous pression; utilisation de réchauffeurs de sang; modification de composants sanguins; administration de médicaments avant la transfusion. Accès veineux Les composants et les produits sanguins peuvent être administrés à l aide de divers cathéters veineux centraux ou périphériques. Le choix d un point d insertion périphérique ou central doit notamment tenir compte des aspects suivants : Produits de fractionnement et réduction des agents pathogènes Épreuves prétransfusionnelles Calibre du cathéter ou de la lumière : le calibre doit être suffisant pour permettre l administration du composant dans les délais de transfusion prévus et prévenir les lésions cellulaires. Chez les adultes, un cathéter d un calibre minimum de 19 ou un cathéter 3 French est souvent recommandé pour la perfusion d unités de culot globulaire. Chez les enfants, le calibre du cathéter doit être d au moins 25; Confirmation de la perméabilité; Possibilité d accès veineux direct à partir de l intraveineuse ou utilisation d une tubulure sans aiguille. On NE doit PAS administrer un composant sanguin par une aiguille insérée dans l intraveineuse principale. Cependant, l utilisation d une tubulure intraveineuse sans aiguille peut permettre de raccorder le dispositif de transfusion à l orifice d entrée inférieur du connecteur en Y sans causer de lésions cellulaires. Cela peut être particulièrement avantageux si le patient a une réaction transfusionnelle, puisque l on peut facilement interrompre l administration du composant sanguin tout en maintenant l accès veineux; Des points d insertion différents devraient être utilisés pour l administration d autres médicaments ou de solutions intraveineuses, ceux-ci NE devant PAS être ajoutés au contenu de l unité de sang ou raccordés à la tubulure au cours d une transfusion; Les cathéters veineux centraux à lumières multiples permettent l administration de composants sanguins ou de produits de fractionnement du plasma par le biais d une lumière pendant que d autres médicaments ou solutions sont perfusés par d autres lumières. Les médicaments souvent associés à des réactions d hypersensibilité doivent être utilisés avec prudence lors d une transfusion, car il peut être difficile, en cas d administration simultanée, de faire la distinction entre les symptômes attribuables au médicament et les réactions transfusionnelles; Disponibilité de dispositifs de transfusion sans prise d air : on ne doit utiliser une tubulure avec prise d air qu avec des produits transfusés directement à partir d un flacon en verre (albumine, certaines IgIV). Ce type de tubulure ne doit pas être employé lorsqu on administre des composants sanguins étant donné le risque d introduction d air dans le sac; En cas d urgence, il est parfois nécessaire d administrer simultanément des composants sanguins et des produits de fractionnement du plasma. Un accès veineux distinct doit alors être utilisé pour chaque produit. Seuls du plasma ABO compatible et de l albumine à 5 % peuvent être administrés avec d autres composants sanguins. 9: Administration de sang et de produits sanguins 73

3 9 : ADMINISTRATION DE SANG ET DE PRODUITS SANGUINS Dispositifs de transfusion Il existe sur le marché divers dispositifs de transfusion permettant un écoulement par gravité ou une utilisation avec des perfuseurs. Il est important de connaître les caractéristiques et les instructions propres aux dispositifs utilisés dans l établissement en question. Ces dispositifs doivent être stériles, apyrétogènes et munis d un filtre et d une chambre compte-gouttes. Avant le début de la transfusion, les filtres doivent être entièrement humectés, et la chambre compte-gouttes remplie au tiers ou à la moitié. Un grand nombre de ces dispositifs sont pourvus de deux orifices d entrée, un pour le composant et un autre pour la solution saline de purge. L administration de composants sanguins nécessite l utilisation d un filtre standard dont les pores peuvent avoir un diamètre compris entre 170 et 260 microns. Ce filtre sert à intercepter les caillots, les débris cellulaires et les protéines coagulées. Il peut, avec le temps, devenir un milieu idéal de croissance bactérienne ou contribuer à ralentir le débit de la transfusion. Chaque établissement devrait disposer de politiques concernant la fréquence de remplacement des filtres ou des dispositifs de transfusion. Selon certaines normes, les dispositifs de transfusion devraient être remplacés dans les 4 heures, 8 heures ou 24 heures suivant le début de la transfusion. Un intervalle de 4 à 8 heures est raisonnable, jusqu à quatre unités pouvant alors être transfusées avant le remplacement du filtre. Lorsque des unités de sang sont transfusées à plus d une heure d intervalle, il serait prudent de remplacer le dispositif de transfusion. Les dispositifs de transfusion ou les aiguilles-filtres qui accompagnent les produits de fractionnement du plasma doivent être utilisés, car ces éléments font partie des modalités d administration prévues par le fabricant. Si un produit de fractionnement du plasma n est pas accompagné d une tubulure, se reporter à la monographie du produit pour connaître le dispositif de filtration qui doit être utilisé, le cas échéant. Filtres de réduction leucocytaire et à microagrégats Tous les produits sanguins cellulaires fournis aux hôpitaux par la Société canadienne du sang ont subi une réduction leucocytaire par filtration. Cela élimine le besoin d utiliser un filtre de réduction leucocytaire au cours de la transfusion (leucoréduction au chevet du patient ou après entreposage). Les filtres à microagrégats ont été conçus pour extraire la fibrine, les leucocytes et les plaquettes des produits érythrocytaires. Leur utilisation a souvent été recommandée afin de réduire le risque de réactions transfusionnelles fébriles non hémolytiques. La réduction leucocytaire avant entreposage est cependant plus efficace pour réduire l incidence de ces réactions, ce qui veut dire qu un filtre à microagrégats séparé n est pas nécessaire à cette fin. 74

4 Perfuseurs Il est souvent avantageux de régler le débit de transfusion d un composant sanguin ou d un produit de fractionnement à l aide d un perfuseur. Un grand nombre des pompes à perfusion existantes peuvent être utilisées sans danger pour administrer des composants sanguins et n entraînent pas d hémolyse cliniquement significative des globules rouges. L utilisation de perfuseurs a également été recommandée pour l administration de granulocytes et de plaquettes. Bien que ces dispositifs ne semblent pas produire d effets négatifs sur ces composants, la durée de la perfusion est généralement si courte qu il n y a probablement aucun avantage à les employer lors de telles transfusions. Avant d utiliser un perfuseur pour administrer des composants sanguins, il est recommandé d obtenir du fabricant une validation confirmant que ce dispositif peut être utilisé de façon sécuritaire avec ces composants. Produits spéciaux Plusieurs composants sanguins spéciaux peuvent être demandés au service de transfusion à des fins particulières, notamment des composants séronégatifs pour le CMV ou des produits cellulaires irradiés. Pour de plus amples renseignements, se reporter au chapitre 15, Composants sanguins négatifs pour les anti-cmv, irradiés et lavés. Anticorps anti-érythrocytaires La présence de plusieurs anticorps dirigés contre les antigènes érythrocytaires, qui peut être attribuable à une transfusion ou à une grossesse antérieure, peut compliquer et rendre plus fastidieuse la recherche d un produit érythrocytaire compatible à l épreuve de compatibilité croisée. Chez les patients porteurs d anticorps antiérythrocytaires multiples, on doit s attendre à ce que les épreuves de compatibilité croisée soient plus longues. Si des produits érythrocytaires sont requis d urgence, le service de transfusion doit en être avisé. Patients dont le système cardiovasculaire est affaibli Il faut envisager de réduire le débit et le volume de la transfusion chez les patients présentant un risque d insuffisance cardiaque congestive. Comme la transfusion sanguine doit être terminée dans les 4 heures suivant la mise en circulation du composant à administrer, certaines mesures peuvent réduire le risque d effets indésirables. En voici quelques-unes : Produits de fractionnement et réduction des agents pathogènes Épreuves prétransfusionnelles 9: Administration de sang et de produits sanguins utilisation de diurétiques (p. ex., injection intraveineuse de 20 à 40 mg de furosémide) avant la transfusion ou entre deux unités; division du composant de manière à ce qu une seule partie de celui-ci soit mise en circulation à la fois. Le reste de l unité demeure entreposé dans le réfrigérateur du service de transfusion. L entreposage d une unité déjà ouverte doit cependant être évité, et une telle mesure doit être coordonnée avec le service de transfusion de l établissement. 75

5 9 : ADMINISTRATION DE SANG ET DE PRODUITS SANGUINS Prémédication Même si l administration de médicaments n est généralement pas recommandée avant une première transfusion, cette mesure peut être envisagée si le patient a déjà manifesté des réactions transfusionnelles. Les médicaments sont habituellement administrés environ 30 minutes avant le début de la transfusion et comprennent souvent du diphénhydramine et/ou de l acétaminophène. Voici un exemple d ordonnance destinée à un patient adulte : diphénhydramine mg PO ou IV acétaminophène 650 mg PO ou PR Réchauffeurs de sang Bien que le réchauffage systématique du sang ne soit pas recommandé, les réchauffeurs peuvent être employés pour prévenir une hypothermie exacerbée par la perfusion rapide d un volume élevé de sang froid (débit supérieur à 100 ml/min pendant 30 minutes). Il peut également être souhaitable de réchauffer le sang durant son administration si le patient est atteint de la maladie des agglutinines froides. Dans ce contexte, le réchauffage du sang au cours de la perfusion peut empêcher l agglutination attribuable à la présence d anticorps froids chez le receveur. Le réchauffeur de sang doit être réglé à 37 C et pourvu d un dispositif d alarme sonore ou visuelle se déclenchant lorsque la température dépasse 42 C. Perfuseurs sous pression Les perfuseurs sous pression peuvent être utilisés pour augmenter le débit de la transfusion lors de perfusions par gravité. La pression appliquée au composant sanguin ne devrait pas dépasser 300 mmhg afin d éviter une hémolyse ou un bris du sac. Retour des produits inutilisés Les composants sanguins laissés à l extérieur d un milieu à température contrôlée pendant plus de 30 minutes doivent être éliminés et ne peuvent être remis dans les stocks en vue d une transfusion à un autre patient. Cela veut dire que si l on souhaite réutiliser les composants sanguins, ils doivent être remis dans le réfrigérateur du service de transfusion dans les 30 minutes suivant leur sortie. 76

6 Administration Avant d obtenir le produit du service de transfusion, il est nécessaire d examiner le consentement à la transfusion, les ordonnances, le moment choisi pour la transfusion et la nature du composant à administrer. Les unités de sang ne doivent pas être conservées sur l unité de soins ou placées dans un réfrigérateur non approuvé ou dépourvu d un système de surveillance de la température. Bien que plusieurs aspects particuliers doivent être pris en compte selon le produit à administrer, les mesures suivantes sont celles que l on doit généralement suivre lors d une transfusion (le tableau 1 énumère les exigences d administration propres à chaque composant) : renseigner le patient sur la transfusion prévue; prendre les signes vitaux dans l heure précédant le début de la transfusion; purger la tubulure à l aide d une solution saline sauf lors de l administration d un produit de fractionnement; dans ce cas, se reporter à la monographie du produit du fabricant pour connaître les solutions intraveineuses compatibles; inspecter visuellement les composants afin d y déceler tout signe de coagulation, d agglutination ou d altération de la couleur. Dans l affirmative, en aviser le service de transfusion et retourner le produit; vérifier que le produit n est pas périmé ou qu il ne le deviendra pas durant la transfusion; contrôler la concordance entre l identité du receveur/le groupe sanguin et les identificateurs inscrits sur l unité de sang; amorcer la transfusion; surveiller et consigner par écrit les signes vitaux du patient conformément aux politiques de l établissement; reconnaître et traiter les réactions transfusionnelles éventuelles. Produits de fractionnement et réduction des agents pathogènes Épreuves prétransfusionnelles 9: Administration de sang et de produits sanguins 77

7 9 : ADMINISTRATION DE SANG ET DE PRODUITS SANGUINS Tableau 1 : Exigences d administration des composants sanguins Composant sanguin Culot globulaire Indication Compatibilité Administration Traitement d une anémie associée à un apport insuffisant en oxygène Doit être ABO et Rh compatible Compatibilité croisée requise Utilisation d un filtre (170 à 260 µm) et d une tubulure standard Débit de 2 ml/min (120 ml/h) pendant les 15 premières minutes. Ce débit peut être augmenté s il est bien toléré par le patient et que celui-ci ne manifeste aucune réaction indésirable. La perfusion d une unité prend généralement de 1,5 à 2 heures, mais elle peut être réalisée sur une période d au plus 4 heures chez les patients sensibles au volume de sang administré. Plaquettes Traitement ou prévention des hémorragies chez les patients présentant une thrombocytopénie ou un dysfonctionnement plaquettaire La compatibilité ABO et Rh avec le plasma du donneur est préférable. Le groupe sanguin doit être confirmé. La compatibilité Rh est importante pour les femmes Rh (D) négatif en âge de procréer. L administration d Ig anti- D doit être envisagée si des plaquettes provenant d un donneur Rh positif sont administrées à un patient Rh négatif, particulièrement s il s agit d une femme en âge de procréer. Utilisation d un filtre (170 à 260 µm) et d une tubulure standard Débit de transfusion le plus élevé que le patient peut tolérer (4 unités par période de 20 minutes en moyenne chez les adultes) Plasma Remplacement de facteurs de coagulation multiples Exsanguinotransfusion Aphérèse thérapeutique Doit être ABO compatible La compatibilité Rh n est généralement pas requise. Envisager l administration d Ig anti-d lorsqu un volume très élevé de plasma provenant de donneurs Rh positif est transfusé à un patient Rh négatif, particulièrement s il s agit d une femme en âge de procréer. Le groupe sanguin doit être confirmé. Utilisation d un filtre (170 à 260 µm) et d une tubulure standard Débit de transfusion le plus élevé qui puisse être cliniquement toléré 78

8 Tableau 1 : Exigences d administration des composants sanguins (suite) Composant sanguin Cryoprécipité Indication Saignement microvasculaire diffus ou saignement attribuable à une hypofibrinogénémie ou à une dysfibrinogénémie Compatibilité ABO compatible de préférence mais non requis Le groupe sanguin doit être confirmé Administration Utilisation d un filtre (170 à 260 µm) et d une tubulure standard Débit de transfusion le plus élevé qui puisse être cliniquement toléré Confirmation de l identité du receveur L un des effets indésirables survenant le plus fréquemment lors de la transfusion de produits érythrocytaires est la réaction hémolytique aiguë. Les réactions hémolytiques peuvent être attribuables à une incompatibilité des groupes ABO ou d autres systèmes antigéniques. La transfusion de sang d un groupe sanguin incompatible est le plus souvent causée par une erreur d identification du patient. Ce type d erreur peut survenir lors du prélèvement de l échantillon, de la communication des résultats, de la demande du produit ou de sa mise en circulation. La confirmation de l identité du receveur avant le début de la transfusion est le dernier verrou de sécurité permettant au personnel d éviter une erreur de ce genre. Il est primordial de vérifier soigneusement la concordance entre le composant sanguin et le receveur désigné en présence de ce dernier. Les mesures suivantes doivent notamment être prises : vérifier la compatibilité des groupes ABO et Rh (le cas échéant) du produit avec ceux du receveur (voir les tableaux 2 à 4 ci-après); vérifier que les identificateurs uniques du patient indiqués sur le produit concordent avec ceux du receveur désigné; vérifier que les identificateurs uniques du produit, sur l étiquette de ce dernier, correspondent bien à ceux figurant sur l étiquette ou le formulaire du service de transfusion. Produits de fractionnement et réduction des agents pathogènes Épreuves prétransfusionnelles 9: Administration de sang et de produits sanguins Tableau 2 : Compatibilité ABO des globules rouges Receveur A B AB O Donneur A, O B, O AB, A, B, O O Tableau 3 : Compatibilité Rh des globules rouges Rh du receveur Rh positif Rh négatif Rh du donneur Rh positif ou négatif Rh négatif 79

9 9 : ADMINISTRATION DE SANG ET DE PRODUITS SANGUINS Tableau 4 : Compatibilité du plasma Receveur A B AB O Donneur A, AB B, AB AB O, A, B ou AB Surveillance du patient Comme les symptômes des réactions transfusionnelles graves se manifestent souvent dans les 15 minutes suivant le début de la transfusion, il est absolument essentiel d observer le patient au cours de cette période. Le patient doit être surveillé régulièrement au cours de la transfusion et pendant un certain temps après la transfusion. La fréquence et la documentation des évaluations doivent être conformes à la politique de l hôpital. Perfusion continue de facteurs de coagulation Le remplacement d un facteur de coagulation par perfusion continue est une méthode utilisée dans de nombreux services de transfusion au pays pour prendre en charge ou prévenir des hémorragies graves chez les patients présentant des troubles de la coagulation. Comme cette méthode déborde des recommandations figurant dans la monographie des produits en question, chaque établissement est tenu d élaborer ses propres politiques et procédures afin d encadrer cette pratique. Le document Factor Replacement by Continuous Infusion (deuxième édition, 2002), produit par le Winnipeg Bleeding Disorders Program, constitue une excellente ressource pour l élaboration de procédures de ce genre. Prise en charge des réactions transfusionnelles Procédure à suivre lorsqu on soupçonne une réaction transfusionnelle : Cesser immédiatement la transfusion et maintenir l accès vasculaire en utilisant une solution saline normale. L intraveineuse servant à administrer le composant sanguin doit être débranchée de la canule ou du cathéter veineux central pour interrompre la perfusion du produit. Le raccordement du dispositif de transfusion sanguine à l orifice d entrée inférieur d une intraveineuse principale servant à administrer la solution saline éviterait de devoir débrancher la tubulure. Aviser le médecin. Traiter le patient selon les instructions du médecin. Évaluer l état du patient. Vérifier la compatibilité entre le receveur et le produit. Surveiller le patient jusqu à disparition des symptômes. Prélever des échantillons de sang et informer le service de transfusion de la réaction conformément à la politique en vigueur dans l établissement. Conserver le dispositif de transfusion jusqu à ce que l enquête du service de transfusion soit terminée (ou le faire parvenir au service de transfusion au besoin). Fournir au service de transfusion le plus d information pertinente possible pour faciliter la déclaration de la réaction transfusionnelle à la Société canadienne du sang ou à tout autre organisme, selon les lois en vigueur dans la province en question. 80

10 Après la transfusion Pour que la transfusion soit pleinement bénéfique, la tubulure servant à l administration du sang doit être purgée avec une solution saline normale afin que les cellules sanguines restantes puissent être transfusées. Après l administration d un produit de fractionnement du plasma, la tubulure doit être purgée à l aide d une solution compatible (voir la monographie du produit du fabricant). Il faut ensuite mettre au rebut le dispositif de transfusion pour empêcher la prolifération de bactéries à l intérieur de la tubulure ou du filtre. Au terme de la transfusion, il faut continuer de surveiller le patient afin de déceler toute réaction indésirable retardée qui pourrait survenir. En règle générale, tout changement de l état du patient ou de ses signes vitaux apparaissant dans les 6 heures suivant la transfusion devrait inciter le personnel médical à envisager la possibilité que les symptômes ou signes observés aient été causés par la transfusion et à signaler cette réaction au service de transfusion. Suggestions de lecture 1. Brecher M. AABB Technical Manual, 14th Edition, Bethesda, Maryland. American Association of Blood Banks, Société canadienne du sang. Circulaire d information Utilisation de sang humain et de composants sanguins, Association canadienne de normalisation. Sang et produits sanguins labiles, Mississauga (Ontario), septembre 2004 (CSA Z902-04). 4. Lignes directrices des CDC, MMWR Kleinman S, Chan P, Robillard P. Risks associated with transfusion of cellular blood components in Canada. Transfus Med Rev 2003; 17: Société canadienne de médecine transfusionnelle. Normes de la SCMT pour services transfusionnels en milieux hospitaliers, version 1, Ottawa (Ontario), Bodnaruk ZM, Wong CJ, Thomas MJ. Meeting the clinical challenge of care of Jehovah s Witnesses. Transfus Med Rev 2004; 18: Consulter la monographie de chaque produit pour de plus amples renseignements. Produits de fractionnement et réduction des agents pathogènes Épreuves prétransfusionnelles 9: Administration de sang et de produits sanguins 81

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 WHA63/200/REC/ WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins... 9 WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 La Soixante-Troisième Assemblée mondiale de la

Plus en détail

LE DIRECTEUR GENERAL DE LA SANTE LE DIRECTEUR DE L'HOSPITALISATION ET DE L'ORGANISATION DES SOINS

LE DIRECTEUR GENERAL DE LA SANTE LE DIRECTEUR DE L'HOSPITALISATION ET DE L'ORGANISATION DES SOINS MINISTERE DE LA SANTE, DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES HANDICAPEES Direction générale Paris, de la santé Sous direction de la politique des produits de santé (SD3) Sous direction de la qualité du système

Plus en détail

Sang, plasma, plaquettes...

Sang, plasma, plaquettes... Guide des dons Sang, plasma, plaquettes... et vous, que donnerez-vous? Le don de sang, un geste incontournable En donnant votre sang, vous aidez par exemple une femme qui a perdu beaucoup de sang lors

Plus en détail

DON DE SANG. Label Don de Soi

DON DE SANG. Label Don de Soi DON DE SANG Label Don de Soi 2015 SOMMAIRE Les différents types de dons p.3 Le don de sang total Le don de plasma Le don de plaquettes Le don de moelle osseuse Que soigne-t-on avec un don de sang? p.7

Plus en détail

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct)

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Mise en évidence par le réactif de Coombs polyspécifique d une fixation des anticorps (Igs) ou des fractions du complément (C3d) sur les hématies du

Plus en détail

L incompatibilité immunologique érythrocytaire

L incompatibilité immunologique érythrocytaire Fiches techniques des Effets Indésirables Receveurs L incompatibilité immunologique érythrocytaire Qu est ce que l incompatibilité immunologique erythrocytaire et quels en sont les mécanismes physiopathologiques?

Plus en détail

Exposé sur la Transfusion Sanguine

Exposé sur la Transfusion Sanguine Sommaire : I Histoire de la transfusion sanguine A/ Découverte des groupes sanguins B/ Premières transfusions sanguines C/ Les journées du sang II Les groupes sanguins A/ Les différents groupes B/ Déterminer

Plus en détail

LES BONNES PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES

LES BONNES PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES Les Bonnes Pratiques Transfusionnelles République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de la Santé, de la Population et de la Reforme Hospitalière Agence Nationale du Sang LES BONNES PRATIQUES

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse 1. La moelle osseuse : un rôle vital pour le corps humain Page 2/23 1.1. Qu est ce que la moelle osseuse? La moelle osseuse est indispensable à la

Plus en détail

I- L ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG ÎLE-DE- FRANCE, ACTEUR MAJEUR DE SANTÉ PUBLIQUE

I- L ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG ÎLE-DE- FRANCE, ACTEUR MAJEUR DE SANTÉ PUBLIQUE I- L ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG ÎLE-DE- FRANCE, ACTEUR MAJEUR DE SANTÉ PUBLIQUE L Établissement Français du Sang, est l unique opérateur civil de la transfusion sanguine en France. Sa mission première

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Transfusion Sanguine et Produits dérivés du sang : indications, complication. Hémovigilance (178) Ph. De Micco Avril 2005

Transfusion Sanguine et Produits dérivés du sang : indications, complication. Hémovigilance (178) Ph. De Micco Avril 2005 Transfusion Sanguine et Produits dérivés du sang : indications, complication. Hémovigilance (178) Ph. De Micco Avril 2005 Objectifs pédagogiques : Expliquer les risques transfusionnels, les règles de prévention,

Plus en détail

Sang, plasma, plaquettes...

Sang, plasma, plaquettes... Sang, plasma, plaquettes... Le don de sang, un geste incontournable En donnant votre sang, vous aidez par exemple une femme qui a perdu beaucoup de sang lors de son accouchement à reprendre des forces,

Plus en détail

DIRECTION DES SERVICES PROFESSIONNELS GESTION DES STUPÉFIANTS ET DES DROGUES CONTRÔLÉES EN PHARMACIE COMMUNAUTAIRE

DIRECTION DES SERVICES PROFESSIONNELS GESTION DES STUPÉFIANTS ET DES DROGUES CONTRÔLÉES EN PHARMACIE COMMUNAUTAIRE NUMÉRO 152 : JUIN 2005 DIRECTION DES SERVICES PROFESSIONNELS GESTION DES STUPÉFIANTS ET DES DROGUES CONTRÔLÉES EN PHARMACIE COMMUNAUTAIRE Depuis quelques années, le Bureau des substances contrôlés (BSC)

Plus en détail

Tableau 1 : Valeurs normales de l hémoglobine chez les nouveau-nés. Taux d hémoglobine (g/l) moyen (- 2 ET) Prématuré De 1,0 à 1,5 kg

Tableau 1 : Valeurs normales de l hémoglobine chez les nouveau-nés. Taux d hémoglobine (g/l) moyen (- 2 ET) Prématuré De 1,0 à 1,5 kg 13 : PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES CHEZ LE NOUVEAU-NÉ ET L ENFANT Kathryn Webert et Heather Hume Bien que la transfusion de produits sanguins chez le nouveau-né et les enfants en bas âge s apparente beaucoup

Plus en détail

PUIS-JE DONNER UN REIN?

PUIS-JE DONNER UN REIN? Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires PUIS-JE DONNER UN REIN? Réponses aux questions que se posent les personnes souhaitant faire un don de rein non dirigé Vous vous posez beaucoup

Plus en détail

LES DIFFERENTS PSL : qualifications, transformations et leurs indications

LES DIFFERENTS PSL : qualifications, transformations et leurs indications ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG L Etablissement français du sang LES DIFFERENTS PSL : qualifications, transformations et leurs indications Dr Anne-Lise MARACHET DIU Cancérologie/Hématologie EFS IDF- Site

Plus en détail

Sommaire de la rubrique «Faire un don du sang» Site Internet des villes région Pays de la Loire FAIRE UN DON

Sommaire de la rubrique «Faire un don du sang» Site Internet des villes région Pays de la Loire FAIRE UN DON Sommaire de la rubrique «Faire un don du sang» Site Internet des villes région Pays de la Loire FAIRE UN DON Page d accueil de la rubrique avec un point sur les besoins en sang de la région Page 2 Pourquoi

Plus en détail

PUIS-JE DONNER UN REIN?

PUIS-JE DONNER UN REIN? Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires PUIS-JE DONNER UN REIN? Réponses aux questions que se posent les personnes souhaitant faire un don de rein non dirigé UN DON DE REIN DE

Plus en détail

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires. Qu est-ce qu une greffe de rein par échange de bénéficiaires?

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires. Qu est-ce qu une greffe de rein par échange de bénéficiaires? Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires Qu est-ce qu une greffe de rein par échange de bénéficiaires? Le Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires. Notre

Plus en détail

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques Professeur Ibrahim Yakoub-Agha CHRU de LILLE (Illustration de J. Cloup, extraite du CD-Rom «greffe de Moelle» réalisé par la société K Noë) La moelle osseuse

Plus en détail

Le parcours en greffe de cellules hématopoïétiques : greffe allogénique

Le parcours en greffe de cellules hématopoïétiques : greffe allogénique Le parcours en greffe de cellules hématopoïétiques : greffe allogénique Introduction Cette brochure vise à vous familiariser avec la greffe de cellules hématopoïétiques (GCH). Elle présente en quelques

Plus en détail

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder Le don de cellules souches M.Lambermont Pascale Van Muylder 1 Pourquoi avons-nous recours à la greffe de CSH? Certaines maladies causent la destruction ou un fonctionnement anormal de la moelle osseuse.

Plus en détail

ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches

ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches Le don de cellules souches Jean VIVIN 04/2013 1-Nature du problème : 2- Technique Les leucémies représentent

Plus en détail

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal!

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! J ai de 18 à 50 ans Le Don de Moelle Osseuse Ça m intéresse -1 je demande des infos, je réfléchis. -2 je contacte le centre EFS le plus proche de chez moi. 3- je suis

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang

Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang Pour des raisons de simplification, les dénominations masculines s appliquent également aux femmes. La transplantation de cellules souches du

Plus en détail

Guide de Mobilisation. de cellules souches pour mon. Autogreffe AVEC LE SOUTIEN DE. Carnet d informations et de suivi pour le patient et sa famille

Guide de Mobilisation. de cellules souches pour mon. Autogreffe AVEC LE SOUTIEN DE. Carnet d informations et de suivi pour le patient et sa famille Guide de Mobilisation de cellules souches pour mon Autogreffe Carnet d informations et de suivi Carnets pour d informations le patient et sa et famille de suivi pour le patient et sa famille AVEC LE SOUTIEN

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE?

QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE? QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE? TABLES DES MATIÈRES Publié par la Fédération mondiale de l hémophilie (FMH) Fédération mondiale de l hémophilie, 2014 La FMH encourage la traduction et la redistribution de

Plus en détail

Dossier de presse. Le don de sang sur les lieux fixes de collecte. Juin 2013. Contact presse :

Dossier de presse. Le don de sang sur les lieux fixes de collecte. Juin 2013. Contact presse : Dossier de presse Le don de sang sur les lieux fixes de collecte Juin 2013 Contact presse : EFS Île-de-France Pôle Relations institutionnelles et communication d image Audrey Larquier : audrey.larquier@efs.sante.fr

Plus en détail

5. TARIFS INTERPROVINCIAUX

5. TARIFS INTERPROVINCIAUX Services internes 5.1 TARIFS DES SERVICES Les tarifs interprovinciaux des services internes sont déterminés par le Comité de coordination des ententes interprovinciales en assurance santé (CCEIAS). Le

Plus en détail

GUIDE DU DONNEUR. Protection santé SERVICE DU SANG

GUIDE DU DONNEUR. Protection santé SERVICE DU SANG GUIDE DU DONNEUR Protection santé SERVICE DU SANG Introduction 2 Pourquoi donner un peu de Sang? Avant toute chose, les dons de sang, de plasma ou de plaquettes contribuent à sauver des vies humaines.

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS Le traitement de votre maladie nécessite une Chimiothérapie intensive. Cette chimiothérapie qui utilise de fortes doses de médicaments antimitotiques est plus efficace

Plus en détail

Comment se déroule le prélèvement? Il existe 2 modes de prélèvements des cellules souches de la moelle osseuse:

Comment se déroule le prélèvement? Il existe 2 modes de prélèvements des cellules souches de la moelle osseuse: La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de guérison pour de nombreuses personnes atteintes de maladies graves du sang. Le don de moelle osseuse est un acte volontaire, anonyme et gratuit

Plus en détail

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux La présente feuille de renseignements vise à fournir de l information sur le processus

Plus en détail

SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE!

SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE! SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE! SUIVEZ-NOUS SUR : BANQUE PUBLIQUE DE SANG DE CORDON DʼHÉMA-QUÉBEC Lire ce code avec un téléphone intelligent pour accéder à la page S inscrire à la banque de sang de

Plus en détail

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip sur la valve mitrale Support destiné aux médecins en vue d informer les patients. À propos de l insuffisance mitrale L insuffisance

Plus en détail

SECTION II RELATIVE AU PRÉLEVEUR

SECTION II RELATIVE AU PRÉLEVEUR SECTION II RELATIVE AU PRÉLEVEUR II-0 INDEX SECTION II Pages Section relative au préleveur Heures d ouvertures des laboratoires pour clients externes Requête régionale II-2 II-2 II-3 Informations requises

Plus en détail

LES DONS ET LES TRANSPLANTATIONS D ORGANES ET DE TISSUS (MISE À JOUR 2014)

LES DONS ET LES TRANSPLANTATIONS D ORGANES ET DE TISSUS (MISE À JOUR 2014) POLITIQUE DE L AMC LES DONS ET LES TRANSPLANTATIONS D ORGANES ET DE TISSUS (MISE À JOUR 2014) 1. Introduction Grâce aux progrès des techniques chirurgicales, des agents immunosuppresseurs et des soins

Plus en détail

Que sont les. inhibiteurs?

Que sont les. inhibiteurs? Que sont les inhibiteurs? TABLE DES MATIÈRES Publié par la Fédération mondiale de l hémophilie (FMH) Fédération mondiale de l hémophilie, 2010 La FMH encourage la redistribution de ses publications à des

Plus en détail

www.dondemoelleosseuse.fr

www.dondemoelleosseuse.fr Agence relevant du ministère de la santé www.dondemoelleosseuse.fr 01 Pourquoi devenir Veilleur de Vie? Le don de moelle osseuse peut sauver des vies. Chaque année, des milliers de personnes - enfants

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT Les étapes du don de rein DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT concerner CHACUN le don du vivant 3 /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Vue d ensemble : Office of Cellular, Tissue and Gene Therapies

Vue d ensemble : Office of Cellular, Tissue and Gene Therapies Vue d ensemble : Office of Cellular, Tissue and Gene Therapies DIAPOSITIVE 1 Cette présentation fournit une vue d ensemble de l Office of Cellular, Tissue, and Gene Therapies (bureau des thérapies cellulaires,

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

Don de moelle osseuse. pour. la vie. Agence relevant du ministère de la santé. Agence relevant du ministère de la santé

Don de moelle osseuse. pour. la vie. Agence relevant du ministère de la santé. Agence relevant du ministère de la santé Don de moelle osseuse Engagez-VOUS pour la vie 1 Pourquoi devenir veilleur de vie? Le don de moelle osseuse peut sauver des vies La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de guérison

Plus en détail

Coombs direct positif (et tout ce qui se cache derrière) : Gestion et interprétation. Dr J.C. Osselaer, Luxembourg, 14.12.2006

Coombs direct positif (et tout ce qui se cache derrière) : Gestion et interprétation. Dr J.C. Osselaer, Luxembourg, 14.12.2006 Coombs direct positif (et tout ce qui se cache derrière) : Gestion et interprétation Dr J.C. Osselaer, Luxembourg, 14.12.2006 Etiologie d'un Coombs Direct positif 1. Autoanticorps immunisation contre GR

Plus en détail

Algorithme d utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)

Algorithme d utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) Algorithme d utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) Édition Conseil du médicament www.cdm.gouv.qc.ca Coordination Anne Fortin, pharmacienne Élaboration Conseil du médicament Fédération

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 janvier 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 janvier 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 18 janvier 2006 ADVATE 1500 UI, poudre et solvant pour solution injectable 1 flacon(s) en verre de 1 500 UI - 1 flacon(s) en verre de 5 ml avec matériel(s) de perfusion(s)

Plus en détail

Dossier «Maladies du sang» Mieux les connaître pour mieux comprendre les enjeux liés au don de sang

Dossier «Maladies du sang» Mieux les connaître pour mieux comprendre les enjeux liés au don de sang Dossier «Maladies du sang» Mieux les connaître pour mieux comprendre les enjeux liés au don de sang Maladies du sang Objectif de ce dossier Les demandes des médias portent régulièrement sur les usages

Plus en détail

MANUEL D AIDE A LA FORMATION EN TRANSFUSION SANGUINE

MANUEL D AIDE A LA FORMATION EN TRANSFUSION SANGUINE MANUEL D AIDE A LA FORMATION EN TRANSFUSION SANGUINE Coordination Régionale d Hémovigilance Docteur Mahdi TAZEROUT Madame Yolande GALINIER Direction Régionale des Affaires Sanitaires et Sociales Midi-Pyrénées

Plus en détail

CRPP. Syndrome MYH9. Centre de Référence des Pathologies Plaquettaires. Livret destiné au patient

CRPP. Syndrome MYH9. Centre de Référence des Pathologies Plaquettaires. Livret destiné au patient CRPP Centre de Référence des Pathologies Plaquettaires Syndrome MYH9 Macrothrombocytopénies constitutionnelles liées à MYH9 (Anomalie de May-Hegglin, Syndrome de Sebastian, d Epstein, de Fechtner, d Alport-like

Plus en détail

Évaluation des compétences de l infirmière auxiliaire Aire ambulatoire / urgence. Pour vous, pour la vie

Évaluation des compétences de l infirmière auxiliaire Aire ambulatoire / urgence. Pour vous, pour la vie Évaluation des compétences de l infirmière auxiliaire Aire ambulatoire / urgence Pour vous, pour la vie Techniques de soins # Titre des techniques Réussi À améliorer 1.1 Signes neurologiques 2.2 Glycémie

Plus en détail

Tout sur les nouvelles cotations des perfusions

Tout sur les nouvelles cotations des perfusions Tout sur les nouvelles cotations des perfusions L arrêté de modification du livre III de la liste des actes et prestations relatif aux perfusions est paru au Journal officiel du 30 septembre 2014. Dans

Plus en détail

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport Service d ambulance Normes de soins aux patients et de transport Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Direction des services de santé d urgence Avril 2000 (Mise à jour : octobre 2002) Soins

Plus en détail

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre insuffisance cardiaque Vivre avec une insuffisance cardiaque Décembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

CONCOURS DE L INTERNAT EN PHARMACIE

CONCOURS DE L INTERNAT EN PHARMACIE Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche Ministère de la santé et des sports CONCOURS DE L INTERNAT EN PHARMACIE Valeurs biologiques usuelles Edition de Novembre 2009 (6 pages) Conseil

Plus en détail

Le don de moelle osseuse

Le don de moelle osseuse Le don de moelle osseuse Enfant, je rêvais de sauver des vies. Aujourd hui, je le fais. Grande cause nationale 2009 Olivier, 4 ans Olivier, 32 ans Établissement relevant du ministère de la santé Le don

Plus en détail

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse Nous avons tous un don qui peut sauver une vie D e v e n i r donneur de moelle osseuse Pourquoi s inscrire comme donneur de moelle osseuse? Pour des personnes atteintes de maladies graves du sang, la greffe

Plus en détail

Informatisation des données transfusionnelles

Informatisation des données transfusionnelles Informatisation des données transfusionnelles Dr Marie-France Angelini Tibert Coordonnateure régionale d hémovigilance Réunion - Mayotte Objectifs Optimiser et sécuriser les circuits Optimiser et sécuriser

Plus en détail

AIDE MÉMOIRE DE PROMOTION DU DON DE SANG

AIDE MÉMOIRE DE PROMOTION DU DON DE SANG CENTRE NATIONAL DE TRANSFUSION SANGUINE ---------------------------------- DIRECTION DE LA COMMUNICATION ET DE LA PROMOTION DU DON DE SANG AIDE MÉMOIRE DE PROMOTION DU DON DE SANG Pour vos dons et activités

Plus en détail

Complications de la transfusion

Complications de la transfusion Complications de la transfusion Traditionnellement, les accidents transfusionnels sont décrits selon leur cause, immunologique, infectieuse, autre. Il est cependant plus didactique de les étudier selon

Plus en détail

Guide à l intention des patients et des familles. Le don d un rein. www.nshealth.ca

Guide à l intention des patients et des familles. Le don d un rein. www.nshealth.ca Guide à l intention des patients et des familles 2015 Le don d un rein www.nshealth.ca Le don d un rein Programme de transplantation rénale avec donneur vivant Il n y a jamais assez de dons de reins pour

Plus en détail

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE Contact presse : Cathy Josse 03 22 66 87 83 / 06 86 30 46 57 josse.cathy@chu-amiens.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE Le 16 février

Plus en détail

+ Questions et réponses

+ Questions et réponses HÉPATITE B L hépatite B c est quoi? L hépatite B est un type de maladie du foie causée par le virus de l hépatite B, une des formes les plus courantes de l hépatite virale (les autres sont le virus de

Plus en détail

Médicaments en vente libre : considérations pour la pratique de la physiothérapie

Médicaments en vente libre : considérations pour la pratique de la physiothérapie Médicaments en vente libre : considérations pour la pratique de la physiothérapie Adapté d un article approuvé de l Alliance canadienne des organismes de réglementation de la physiothérapie (2012) Le CPTNB

Plus en détail

La chaîne du froid pour le sang. Guide pour la sélection et l acquisition du matériel et des accessoires

La chaîne du froid pour le sang. Guide pour la sélection et l acquisition du matériel et des accessoires La chaîne du froid pour le sang Guide pour la sélection et l acquisition du matériel et des accessoires La chaî aîne du u froid pour r le sang Guide pour la sélection et l acquisition du matériel et des

Plus en détail

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament :

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament : Informations sur le dabigatran (Pradaxa md ) Préambule : Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du dabigatran (Pradaxa md ). L

Plus en détail

Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ

Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ Programme Lait canadien de qualité des Producteurs laitiers du Canada Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ Utiliser avec le Registre et le Calendrier de DGI pour des dossiers

Plus en détail

L INSUFFISANCE CARDIAQUE

L INSUFFISANCE CARDIAQUE L INSUFFISANCE CARDIAQUE EXISTE-T-IL DES TRAITEMENTS À BASE DE CELLULES SOUCHES POUR L INSUFFISANCE CARDIAQUE? Bien qu aucun traitement à base de cellules souches pour l insuffisance cardiaque n ait encore

Plus en détail

L EMEA accepte d évaluer la demande d autorisation de mise sur le marché de la LENALIDOMIDE

L EMEA accepte d évaluer la demande d autorisation de mise sur le marché de la LENALIDOMIDE L EMEA accepte d évaluer la demande d autorisation de mise sur le marché de la LENALIDOMIDE NEUCHATEL, Suisse, 7 avril/prnewswire/ -- - LA LENALIDOMIDE est évaluée par l EMEA comme thérapie orale pour

Plus en détail

MANUEL DES POLITIQUES, PROCÉDURES ET RÈGLEMENTS ADMINISTRATIFS

MANUEL DES POLITIQUES, PROCÉDURES ET RÈGLEMENTS ADMINISTRATIFS MANUEL DES POLITIQUES, PROCÉDURES ET RÈGLEMENTS ADMINISTRATIFS POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO Code : Politique 2.13 Date d entrée en vigueur : Le 30 avril 2007 Nombre de pages : 11 et annexe

Plus en détail

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge des leucémies aiguës de l adulte

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge des leucémies aiguës de l adulte GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge des leucémies aiguës de l adulte Mars 2012 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour faciliter la discussion sur

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

S ANG ET PRODUITS S ANGUINS CURISÉ. Manuel de gestion, maintenance et utilisation du matériel de la chaîne du froid pour le sang

S ANG ET PRODUITS S ANGUINS CURISÉ. Manuel de gestion, maintenance et utilisation du matériel de la chaîne du froid pour le sang S ANG ET PRODUITS S ANGUINS S É CURIS ÉS CURISÉ Manuel de gestion, maintenance et utilisation du matériel de la chaîne du froid pour le sang SANG ET PRODUITS SANGUINS SÉCURIS CURISÉS Manuel de gestion,

Plus en détail

La maladie de Berger Néphropathie à IgA

La maladie de Berger Néphropathie à IgA Néphropathie à IgA La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous informer

Plus en détail

Autorisation d usage à des fins thérapeutiques (AUT) Aide-mémoire et formulaire de demande

Autorisation d usage à des fins thérapeutiques (AUT) Aide-mémoire et formulaire de demande Autorisation d usage à des fins thérapeutiques (AUT) Aide-mémoire et formulaire de demande Diabète de type 1 Avant de remplir un formulaire de demande d AUT, assurez-vous de lire les informations se rapportant

Plus en détail

Programme d assurance-invalidité de courte durée

Programme d assurance-invalidité de courte durée Programme d assurance-invalidité de courte durée Votre trousse de six pages Aperçu Le Programme d assurance-invalidité de courte durée (PAICD) assure un traitement uniforme pour tous les employés lorsqu

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS IMPORTANTS AU SUJET DE VOTRE FORMULAIRE DE DEMANDE D INDEMNITÉ

RENSEIGNEMENTS IMPORTANTS AU SUJET DE VOTRE FORMULAIRE DE DEMANDE D INDEMNITÉ RENSEIGNEMENTS IMPORTANTS AU SUJET DE VOTRE FORMULAIRE DE DEMANDE D INDEMNITÉ Le formulaire de demande d indemnité ci-joint doit être rempli entièrement, signé et retourné à notre bureau aussitôt que possible.

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

Activité des programmes de médicaments

Activité des programmes de médicaments Chapitre 4 Section 4.05 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Activité des programmes de médicaments Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.05 du Rapport annuel

Plus en détail

Liste de contrôle d auto-évaluation pour le niveau de confinement 1 pour les phytoravageurs

Liste de contrôle d auto-évaluation pour le niveau de confinement 1 pour les phytoravageurs Bureau du confinement des biorisques et de la sécurité Office of Biohazard, Containment and Safety Direction générale des sciences Science Branch 59, promenade Camelot 59 Camelot Drive Ottawa ON K1A 0Y9

Plus en détail

Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013?

Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Anti-agrégants, anticoagulants et Endoscopie digestive Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Christian Boustière, Marseille ANGIOPAS Essai de phase II randomisé multicentrique évaluant l efficacité

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, l accident vasculaire cérébral

La prise en charge de votre maladie, l accident vasculaire cérébral G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre maladie, l accident vasculaire cérébral Vivre avec un accident vasculaire cérébral Octobre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

*smith&nephew IV3000 Pansement pour cathéters réactif à l'humidité. Le pansement idéal pour cathéters

*smith&nephew IV3000 Pansement pour cathéters réactif à l'humidité. Le pansement idéal pour cathéters Le pansement idéal pour cathéters IV3000 diminue sensiblement le risque d infection en maintenant sec le site de ponction. IV3000 est jusqu à 8 fois plus efficace en terme d évaporation d humidité que

Plus en détail

Girafe & cie, compagnie d'assurance-vie

Girafe & cie, compagnie d'assurance-vie Girafe & cie, compagnie d'assurance-vie Assurance-vie essentielle pour enfants Premiers Pas Dans la présente police, «nous» et «nos» renvoient à Girafe & cie, compagnie d'assurance-vie. Nous nous engageons

Plus en détail

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ Plan de la présentation Introduction L enfant Le cathéter court La voie veineuse centrale La voie intra-osseuse Plan de la présentation Le

Plus en détail

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Pr Maryvonne Hourmant Service de Néphrologie-Immunologie clinique. CHU de Nantes Le constat Coût du traitement

Plus en détail

2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques

2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques 2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques Les maladies cardiovasculaires sont la principale cause de décès au Canada. Bien que leur incidence ait diminué au cours des dernières

Plus en détail

Maladie hémolytique du nouveau né. Dr Emmanuel RIGAL Unité d hématologie transfusionelle GENEVE Présentation du 13 janvier 2012.

Maladie hémolytique du nouveau né. Dr Emmanuel RIGAL Unité d hématologie transfusionelle GENEVE Présentation du 13 janvier 2012. Maladie hémolytique du nouveau né. Dr Emmanuel RIGAL Unité d hématologie transfusionelle GENEVE Présentation du 13 janvier 2012. HISTORIQUE Période de DESCRIPTION : -Ictère, Anasarque 1609 Louyse BOURGEOIS

Plus en détail

QU ENTEND-ON PAR DÉFICITS EN FACTEUR DE COAGULATION RARES?

QU ENTEND-ON PAR DÉFICITS EN FACTEUR DE COAGULATION RARES? QU ENTEND-ON PAR DÉFICITS EN FACTEUR DE COAGULATION RARES? Publié par la Fédération mondiale de l hémophilie (FMH) Fédération mondiale de l hémophilie, 2009 La FMH encourage la redistribution de ses publications

Plus en détail

Entente administrative sur la certification de produits conclue entre. la Direction générale de Transports Canada, Aviation civile (TCAC)

Entente administrative sur la certification de produits conclue entre. la Direction générale de Transports Canada, Aviation civile (TCAC) Entente administrative sur la certification de produits conclue entre la Direction générale de Transports Canada, Aviation civile (TCAC) et l Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) (ci-après

Plus en détail

de l Université Laval Orientations et exigences générales et techniques de construction

de l Université Laval Orientations et exigences générales et techniques de construction de l Université Laval Orientations et exigences générales et techniques de construction Guide de conception de projets GC-3.2.4 Fabrication et distribution de l'air comprimé et de l'eau réfrigérée (11/2007)

Plus en détail