LES DIFFERENTES CONSTANTES BIOLOGIQUES DU SANG ET DES URINES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES DIFFERENTES CONSTANTES BIOLOGIQUES DU SANG ET DES URINES"

Transcription

1 LES DIFFERENTES CONSTANTES BIOLOGIQUES DU SANG ET DES URINES I) Le sang : I-1) La numération formule sanguine (NFS) : Les hématies ou globules rouges : On en compte 3,5 à 5,5 millions/mm3. Cet examen isolé oriente vers une anémie (Pas assez de globules) ou une polyglobulie (Trop de globules). Il permet aussi de voir si il y a des formes anormales (Poïkilocytes, schizocytes et hématies falciformes). L'hémoglobine : La valeur normale est comprise de 11 à 16 g. Une hémoglobine trop basse (Inférieure à 10,5 g) permet d'établir un diagnostic d'anémie. L'hématocrite : La concentration normale est comprise de 37 à 47 %. Elle donne la concentration en hémoglobine dans le sang, elle est abaissée dans les anémies, elle est augmentée en particulier chez les consommateurs d'epo. Le volume globulaire moyen (VGM) : Le volume moyen varie de 80 à 95. Il mesure la taille moyenne du globule rouge. Ce volume diminue dans les anémies chroniques par saignement ou manque de fer. Il augmente dans les anémies par carence en vitamine, par mauvaise absorption alimentaire du tube digestif. Il augmente aussi dans la consommation chronique de tabac ou d'alcool. Les CCMH et TCMH : Il s agit respectivement «concentration corpusculaire moyenne en hémoglobine» et «taux corpusculaire moyen en hémoglobine» n'ont pas d'intérêt diagnostic sinon que le CCMH bas confirme une hypochromie (Manque de fer). Document réalisé par Philippe DANTAGNAN Page 1/31

2 Les réticulocytes : La valeur normale varie de à Ce sont des hématies très jeunes. Quand leur taux est élevé, elles signalent que la moelle osseuse fabrique beaucoup de globules et régénère des pertes de sang. En cas d'anémie, si les réticulocytes n'augmentent pas, c'est que la moelle osseuse dysfonctionne et est en cause dans cette anémie. Les leucocytes ou globules blancs : On en compte à Leur mesure sert à s'assurer comme les globules rouges, d'un nombre anormal de leucocytes, ou de formes anormales. Trop de leucocytes peut correspondre à une inflammation ou à une maladie de type leucémie (Beaucoup plus rare). Les formes anormales que l'on appelle des blastes font craindre une leucémie, mais toutes les leucémies ne sont pas graves. Les leucocytes sont classés en : Les polynucléaires neutrophiles : Ils sont compris de à chez l'adulte. Leur élévation importante signe une infection type sinusite, appendicite, etc. Ils augmentent aussi chez le tabagique, sous traitement corticoïde, ou dans certaines leucémies. Les polynucléaires éosinophiles : La valeur normale est inférieure à 650. Leur élévation signe des terrains allergiques, des terrains colitiques et des parasitoses (Oxyures, vers solitaire, etc.). Les polynucléaires basophiles : La valeur normale est inférieure à 200. Leur augmentation se rencontre dans certaines leucémies, dans les cirrhoses et les problèmes thyroïdiens. Les mononucléaires lymphocytes : On en compte de à chez l'adulte. Leur augmentation se constate dans beaucoup de maladies virales (Coqueluche, oreillons, brucellose, grippe, etc.) mais aussi dans les leucémies. Document réalisé par Philippe DANTAGNAN Page 2/31

3 Les mononucléaires monocytes : La valeur normale varie de 200 à Leur nombre augmente dans certaines maladies comme la mononucléose, après une anémie et dans certaines leucémies. I-2) Les principaux constituants du plasma sanguin : Protides et autres constituants azotés Protides totaux, protidémie PRINCIPAUX CONSTITUANTS DU PLASMA SANGUIN Valeurs pathologiques hypoconcentration (Diminution) < 65 dénutrition et syndromes néphrotiques Variations phusiologiques (Valeurs normales) Valeurs pathologiques hyperconcentration (Augmentation) g/l 85 > 90 myélomes multiples et la plupart des maladies infectieuses Albumine, albuminémie < 30 cirrhoses g/l 42 > 45 hémoconcentration Globulines, globulinémie Sans intérêt pratique g/l 24 > 120 myélomes multiples Alpha1-globulines Sans intérêt pratique 3 3,5 g/l 4 > 5 processus nécrotiques et inflammatoires Alpha2-globulines Sans intérêt pratique 5,5 5 g/l 6 < 7 dans le rhumatisme articulaire aïgu Bêta-globulines Sans intérêt pratique 5,5 8 g/l 9 De 10 à 50 myélomes multiples des os (Maladie de Kahler) Gamma-globulines De 5 à 0 épisodes infectieux à répétition 7 7,5 g/l 8 De 10 à 50 myélomes multiples des os (Maladie de Kahler) et toutes maladies infectieuses Fibrinogène, fibrinémie < 2 insuffisance hépatique grave 2 3 g/l 5 De 5 à 10 dans tous les états inflammatoires Urée, urée sanguine < 0,15 0,25 0,35 g/l 0,45 > 0,50 néphropathies avancées Acide urique, uricémie Sans signification mg/l 50 > 50 néphrites et goutte Bilirubine, bilirubinémie directe Sans signification 0,6 1 mg/l 2,5 indirecte 3 8 mg/l 10 > 15 ictères par hémolyse Créatine, créatinémie < 7 myopathies 7 12 mg/l 15 > 15 insuffisance rénale grave Document réalisé par Philippe DANTAGNAN Page 3/31

4 Enzymes PRINCIPAUX CONSTITUANTS DU PLASMA SANGUIN (Suite) Valeurs pathologiques hypoconcentration (Diminution) Variations phusiologiques (Valeurs normales) Valeurs pathologiques hyperconcentration (Augmentation) Amylase, amylasémie Sans signification US 110 > 200 pancréatite aïgu Transaminases, transaminasémie S. G. O. T. S. G. P. T. Sans signification g/l 30 g/l Phosphatase acide Phosphatase alcaline Glucides et lipides Sans signification Sans signification Valeurs pathologiques hypoconcentration (Diminution) UPI 3 UBO Variations phusiologiques (Valeurs normales) fois supérieure à la normale, infractus du myocarde ou hépatite > cancers de la prostate > maladies de Paget Valeurs pathologiques hyperconcentration (Augmentation) Glucose, glycémie < 0,8 insuffisance hépatique 0,9 1 g/l 1,1 > 1,3 diabète Acide lactique, lactisémie < 50 affections hépatiques mg/l 170 > 200 diabète acidosique Lipides totaux, lipidémie < 2 très rare : tuberculose 5 6 g/l 7 De 9 à 40 affections rénales et ictère par rétention Cholestérol, cholestérolémie libre < 1,5 grande insuffisance hépatique et période d état des infections aïgues : tyroïde 1,5 1,80 g/l 2,2 estérifiée 65 à 75 % du cholestérol libre Corps cétoniques, cétonémie Sans signification Des traces 0,1 g/l > 4 obstruction biliaire > 3 diabète grave Document réalisé par Philippe DANTAGNAN Page 4/31

5 Eléments minéraux électrolytes PRINCIPAUX CONSTITUANTS DU PLASMA SANGUIN (Suite) Valeurs pathologiques hypoconcentration (Diminution) Variations phusiologiques (Valeurs normales) Valeurs pathologiques hyperconcentration (Augmentation) Soduim, natrémie < 2,2 vomissements, diarrhées 3,15 3,25 g/l 3,40 > 3,50 déshydratation extra et intracellulaire Potassium, kaliémie < 1,40 vomissements, diarrhées 1,40 1,60 mg/l 200 > 200 insuffisance rénale Calcium, calcémie < 70 hyperexcitabilité nerveuse : tétanie mg/l 110 > 150 hyperparathyroïdie (Maladie de Recklinghausen) Magnésium, magnésémie < 18 hyperexcitabilité nerveuse : tétanie (alcoolisme chronique) mg/l 25 > 30 rarement isolé : syndrome d insuffisance rénale Cuivre, euprémie < 0,5 néphrose lipoïdique 0,9 1 mg/l 1,4 > 2 ictère par rétention Fer, sidérémie < 0,90 anémie post-hémorragiques 1,10 1,20 mg/l 1,3 > 2 hémochromatose (Diabète bronzé) Chlore, chlorémie < 3,40 vomissements, insuffisance rénale 3,40 3,60 mg/l 3,8 > 4 trouble de l équilibre acido-basique chronique Phosphore minéral, phosphatémie < 20 ostéomalacie (déminéralisation osseuse) mg/l 45 > 100 insuffisance rénale, hypoparathyroïdie Réserve alcaline < 45 acidose fixe, alcalose gazeuse V % 60 > 65 alcalose fixe, acidose gazeuse Document réalisé par Philippe DANTAGNAN Page 5/31

6 I-3) Les éléments figurés du sang : Valeurs pathologiques hypoconcentration (Diminution) ELEMENTS FIGURES DU SANG Variations phusiologiques (Valeurs normales) Valeurs pathologiques hyperconcentration (Augmentation) Globules rouges (Hématies) < anémies 4,5 M 5 M/mm3 5,5 M > polyglobulie (Maladie de Vaquez) Globules blancs (Leucocytes) < leucopénie /mm > hyperleucocytose, leucose myéloïde Formule leucocytaire : - Polynucléaires neutrophiles - Polynucléaires éosinophiles - Polynucléaires basophiles - Mononucléaire lymphocytes - Mononucléaire monocytes Plaquettes ou thrombocytes < 50 % agranulocytose (Maladie de Schultz) < 1 % troubles hormonaux hypophysaires et cortico-surrénaux < thrombopénie, syndrone hémorragique 60 % 1 % 62 % 1,5 % 68 % 2 % > 70 % polynucléose infectieuse aiguë (Sinusite, appendicite, etc.) > 4 % parasitose et états allergiques 0,5 % 1 % 1,5 % > 2 % affections inflammatoires, leucémies, cirrhoses et problèmes thyroïdiens 25 % 27 % 30 % > 40 % affections virales (Coqueluche, oreillons, brucellose, grippe, etc.) et dans les leucémies 6 % 7 % 9 % > 12 % maladies aiguës (Mononucléose, anémie et certaines leucémies) /mm > thrombocytose, leucose myéloïde Document réalisé par Philippe DANTAGNAN Page 6/31

7 I-4) Les substances responsables d intoxications décelables dans le sang : SUBSTANCES RESPONSABLES D INTOXICATIONS DECELABLES DANS LE SANG Oxyde de carbone Normalement, le taux d oxyde de carbone dans le sang (Oxycarbonémie) est nul. On admet comme normale une concentration allant jusqu à 3 cm3 pour 100. Une telle oxycarbonémie se voit chez les sujets vivants dans les grandes villes, ainsi que chez les fumeurs. Au-delà de 4 cm3 pour 100, on admet qu il y a intoxication oxycarbonée. Barbituriques Bien que leur recherche se fasse surtout dans les urines, on admet qu un taux sanguin supérieur à µg/cm3 correspond à une intoxication. Alcool L alcoolémie est exprimée en grammes d alcool pur par litre de sang. La valeur 0,5 est importante pratiquement, car à partir de ce taux l alcootest vire au vert. Au-dessus de 2 g, l intoxication alcoolique (Ivresse) est certaine. Plomb L intoxication par le plomb (saturnisme) est relativement fréquente dans certaines professions : industrie des peintures, imprimeries, etc. Le plus souvent, le sujet présente des signes suffisamment caractéristiques pour poser d emblée le diagnostic : stries bleuâtres au niveau des gencives, accidents nerveux pouvant aller jusqu à la crise d épilepsie, coliques de plomb. La recherche de la plombémie confirme le diagnostic. A partir de µg/l, l intoxication est certaine. I-5) Les groupes sanguins : I-5-1) Les caractéristiques générales : Le sang est un tissu liquide que l on peut facilement prélever à un individu sain pour le transfuser à un individu malade. Or, malgré une composition cellulaire identique de ce tissu, il existe une variabilité ou polymorphisme des divers éléments du sang entre les individus, ce qui rend impossible la transfusion entre certains groupes de personnes. On dit des personnes qui présentent une même caractéristique qu elles appartiennent au même groupe sanguin. Jusqu à une époque récente, ces caractéristiques ont été mises en évidence grâce à des anticorps spécifiques d un épitope. Ces épitopes, déterminant divers phénotypes, sont génétiquement transmis. Les divers groupes sanguins sont regroupés en systèmes. Ils appartiennent à un même système de groupes sanguins l'ensemble des épitopes ou phénotypes résultant de l'action des divers allèles d'un même gène ou de gènes étroitement liés. La découverte du système ABO, le premier de ces systèmes, en 1900, par Landsteiner a permis de comprendre pourquoi certaines transfusions sanguines étaient couronnées de succès alors que d'autres se terminaient en tragiques accidents. Document réalisé par Philippe DANTAGNAN Page 7/31

8 I-5-2) Les bases d'immunologie : Les antigènes sont des molécules qui couvrent la surface de toutes les cellules de l'organisme et participent à son identité. Elles sont les cibles des anticorps lorsqu'elles sont identifiées comme étrangères. Mais les antigènes concernent aussi bien des substances extérieures à l'organisme et contre lesquelles réagissent les anticorps : le pollen, la poussière, certains aliments ou médicaments ou les poils léchés d'animaux. Les anticorps sont des molécules produites par les lymphocytes B du système immunitaire qui réagissent avec les antigènes n'appartenant pas à l'organisme. Elles attaquent le non-soi. Certains anticorps sont fabriqués «à la demande», d'autres existent naturellement dans l'organisme. Lorsqu'un anticorps se fixe spécifiquement à un antigène situé à la surface des globules rouges, il provoque l'agglutination, parfois l'hémolyse, de ces derniers. Cette agglutination peut être soit immédiate, et c'est ainsi que le système ABO a été découvert, soit «aidée» par une technique d'agglutination artificielle, et c'est ainsi, qu'après les travaux de Coombs, qui a produit et utilisé une antiglobuline, un grand nombre d'anticorps et de systèmes de groupes sanguins ont été découverts. I-5-3) La classification : Ces différences antigéniques entre les individus définissent les différents groupes sanguins et peuvent porter aussi bien sur les éléments figurés du sang, globules rouges, globules blancs, plaquettes, que sur les protéines circulantes, en particulier les immunoglobulines. Le terme groupe sanguin ayant été appliqué aux seuls groupes connus avant les années 1950, à savoir aux groupes érythrocytaires, et ce terme étant souvent compris et en règle générale utilisé de façon restrictive dans cette acception, c'est ces derniers qui seront traités dans la suite du présent article. Enfin, historiquement, ce sont les transfusions d'érythrocytes qui ont posé des problèmes cliniques d'incompatibilité, les autres éléments du sang n'étant que peu impliqués dans des accidents transfusionnels immédiats d'origine immunologique. Nous dirons cependant un mot sur chacun des autres systèmes de groupes, en adressant le lecteur aux articles traitant de façon plus détaillée chacune de ces questions ou y faisant référence, comme simple polymorphisme ou allotypie. I-5-3-1) Les groupes sanguins leucocytaires : C'est en travaillant avec des anticorps anti-leucocytes, et en tentant d'identifier des groupes leucocytaires, que Jean Dausset a découvert le système HLA. Il s'agissait en fait des antigènes d'histocompatibilité présents sur toutes les cellules de l'organisme. Les leucocytes portent également des antigènes spécifiques, soit aux différentes catégories de lymphocytes, soit aux polynucléaires. Ces derniers portent divers antigènes regroupés en 5 systèmes, HNA1, HNA2, HNA3, HNA4 et HNA5 (HNA pour Human Neutrophil Alloantigen). Document réalisé par Philippe DANTAGNAN Page 8/31

9 Les anticorps dirigés contre les globules blancs, susceptibles d'être contenus dans un plasma transfusé, qu'il s'agisse d'anti HLA ou d'anti HNA, peuvent induire un accident transfusionnel grave, le TRALI (Transfusion related acute lung injury) qui consiste en une atteinte œdemateuse pulmonaire. I-5-3-2) Les groupes sanguins plaquettaires : Il s'agit des systèmes HPA (Human Platelet Antigens), au nombre de 6 : HPA1, HPA2, HPA3, HPA4, HPA5, et HPA15, tels que définis par le Comité de Nomenclature des Plaquettes, PNC créé en 2003 en association avec l'isbt et l'isth (Société Internationale de Thrombose et Hémostase). Le plus connus de ces systèmes étant le système HPA1, suivi du système HPA5, dont les anticorps anti HPA1-a et HPA5-b sont impliqués respectivement dans 80% et 10% des cas d'incompatibilités fœto-maternelles plaquettaires. Un anticorps dans l'un de ces systèmes entraîne : En cas d'incompatibilité fœto-maternelle, une thrombopénie chez le fœtus et le nouveau-né. Causant parfois des hémorragies intra crâniennes qui peuvent être graves. Chez l'adulte, une transfusion inefficace en cas de transfusion de plaquettes incompatibles. Cette transfusion peut être exceptionnellement suivie d'un purpura post transfusionnel où sont non seulement détruites immédiatement les plaquettes transfusées, mais également, par un mécanisme discuté, les propres plaquettes du patient. I-5-3-3) Les groupes sériques : Il s'agit des groupes Am, Gm, Km des immunoglobulines A, G, et de la chaîne légère Kappa, ainsi que du groupe ISf (Inhibiteur San Francisco, situé sur la chaîne lourde des IgG1). Ces systèmes, dont le premier a été découvert par Grubb et Laurell, sont déterminés grâce à une antiglobuline, par une technique d'inhibition d'agglutination. La technique est indiquée dans les articles : «discuter:robin Coombs», et dans le paragraphe allotypie dans «discuter:anticorps». I-5-3-4) Les groupes érythrocytaires : Il s'agit des premiers groupes sanguins qui ont été découverts (ABO, MNS), et le terme groupes sanguins, utilisé de façon isolée, désigne en règle et de façon restrictive les groupes érythrocytaires, sinon, on utilise le terme groupe plaquettaire, leucocytaire, ou sérique. Document réalisé par Philippe DANTAGNAN Page 9/31

10 I-5-4) Les groupes sanguins (érythrocytaires) : I-5-4-1) Les généralités : Les principaux groupes sanguins sont ceux qui définissent les systèmes ABO, Rhésus et Kell, mais il en existe beaucoup d'autres. Ces trois systèmes sont les plus importants, en pratique. Le premier, ABO, car il entraîne un accident transfusionnel immédiat en cas de transfusion incompatible, et de ce fait a été le premier découvert. Le second, Rhésus, car l'immunogénicité de deux de ses antigènes (D, et c, surtout) entraîne très fréquemment des immunisations sources d'accidents ultérieurs et d'incompatibilités fœto-maternelles. Le troisième système, Kell, car l'antigène Kell est très immunogène, moins cependant que l'antigène RH1, D, et donne de ce fait, mais moins fréquemment, les mêmes complications. La détermination du groupe dans ces trois systèmes en ABO (A, B, AB ou O), en Rhésus (+ ou -), ou en Kell (+ ou -) se base, comme pour tous les systèmes, sur les caractéristiques des antigènes présents à la surface des érythrocytes et, pour le système ABO, sur les anticorps présents dans le sang. Nous donnons ici la liste des différents systèmes définis et référencés par l'isbt en 2004, avec dans l'ordre leur numéro, leur dénomination initiale ou commune, leur dénomination abrégée (symbole) officielle, la nature de l'épitope ou de l'élément qui le porte, la localisation chromosomique. Enfin, dans chaque système, un numéro à 3 chiffres est attribué à chaque spécificité antigénique. Ainsi, dans le ABO quatre spécificités sont référencées : A=001, B=002, AB=003, A1=004. Dans le système MNS nous arrivons au numéro 040, et dans le RH nous dépassons le numéro 050,... Document réalisé par Philippe DANTAGNAN Page 10/31

11 I-5-4-2) Le tableau de classification des groupes sanguins : Classification des groupes sanguins Nature de l'épitope ou de l'élément qui le porte N Dénomination initiale Dénomination abrégée ou commune (Symbole) officielle 001 ABO ABO ose (N-acétylgalactosamine, galactose) MNS MNS GPA / GPB (Glycophorines A et B) P P1 glycolipide Rhésus RH protéine Lutheran LU IgSF (Apparenté aux immunoglobulines) Kell KEL glycoprotéine Lewis LE ose (Fucose) Duffy FY protéine (ECR ou récepteur de chimiokine, et des Plasmodium vivax et 1 Plasmodium knowlesi) 009 Kidd JK protéine (Transporteur d'urée) Diégo DI glycoprotéine (Bande 3, AE 1, ou échangeur d'anions) Cartwright YT protéine (AChE, acétylcholinestérase) Xg XG glycoprotéine X 013 Scianna SC glycoprotéine Dombrock DO glycoprotéine (Fixée à la membrane par le GPI ou glycosyl-phosphatidylinositol) Colton CO aquaporine Landsteiner-Wiener LW IgSF (Apparenté aux immunoglobulines) Chido/Rodgers CH/RG C4A C4B (Fractions du complément) Hh H ose (Fucose) Kx XK glycoprotéine X Localisation chromosomique Document réalisé par Philippe DANTAGNAN Page 11/31

12 Classification des groupes sanguins (Suite) N Dénomination initiale Dénomination abrégée Nature de l'épitope ou de l'élément qui le porte Localisation ou commune (Symbole) officielle chromosomique 020 Gerbich GE GPC / GPD (Glycophorines C et D) Cromer CROM glycoprotéine (DAF ou CD55, régulatrice des fractions C3 et C5 du 1 complément, liée à la membrane par un GPI) 022 Knops KN glycoprotéine (CR1 ou CD35, capteur d'immun-complexes) Indian IN glycoprotéine (CD44 fonction d'adhésion?) OK OK glycoprotéine (CD147) RAPH MER2 glycoprotéine transmembranaire John Milton Hagen JMH protéine (Liée à la membrane par un GPI) Ii I polyoside ramifié (I) / non ramifié (i) Globoside P glycolipide GIL GIL aquaporine 3 9 I-5-5) ABO et RH, les modèles de groupes sanguins érythrocytaires : I-5-5-1) Les généralités : Ces deux systèmes sont les plus importants, tant dans la pratique médicale, que pour leur intérêt historique, car ils ont fourni les bases génétiques, immunologiques pour toutes les études ultérieures des autres systèmes. Document réalisé par Philippe DANTAGNAN Page 12/31

13 I-5-5-2) Le système ABO : Découvert en 1900 par Landsteiner, le système ABO permet de classer les différents groupes sanguins selon la présence ou non d antigènes A ou B à la surface des globules rouges. Ainsi les globules rouges du groupe sanguin A possèdent des antigènes A, ceux du groupe B des antigènes B, ceux du groupe AB des antigènes A et B alors que ceux du groupe O ne contiennent pas d antigènes de type A ni de type B. La présence ou non d'anticorps anti-a ou anti-b dans le sérum. La présence d antigènes d un certain type impliquant l absence d anticorps de cette spécificité (Sous peine de formation d un complexe anticorps-antigènes!). Ces deux recherches, d'antigènes définissant l'épreuve de Beth-Vincent, et d'anticorps définissant l'épreuve de Simonin-Michon sont obligatoires et doivent être concordantes pour établir un groupe sanguin ABO. Une exception toutefois chez le nouveau né de moins de six mois dont les anticorps ne sont pas bien développés, et chez lequel ne sont donnés que des résultats non définitifs. Document réalisé par Philippe DANTAGNAN Page 13/31

14 I-5-5-3) Le système Rhésus : Ce système complémentaire au système ABO fut découvert en 1940 par Landsteiner et Wiener. Le système Rhésus permet de classer les groupes sanguins selon la présence ou non d antigène D à la surface des globules rouges. Rhésus est le nom d'un macaque qui a servi à fabriquer le premier sérum-test permettant de tester les groupes Rhésus. Dans la pratique médicale courante, on distingue les individus rh- qui ne portent pas l'antigène D, ou RH1 dans la nomenclature internationale, sur la surface de leurs hématies et les individus Rh+, qui présentent l'antigène D. En règle générale, les sujet rh- n'ont pas d'anticorps anti-d dans leur plasma. Une transfusion est alors possible sans conséquence immédiate. Cet anticorps n'apparaît qu'après une transfusion non iso-rhésus (Transfusion d'un sang D+ RH1 à un sujet D-) ou une grossesse -après la naissance d'un enfant Rh+ chez une femme rh-. On dit alors qu'il s'agit d'un anticorps irrégulier. Dans ce dernier cas, la transfusion d'un sang Rhésus positif D+ entraîne une réaction hémolytique (Qui détruit les hématies) par incompatibilité Rhésus. Ce système de groupe sanguin comporte de nombreux autres antigènes à côté de l'antigène D=RH1. En particulier les antigènes C, E, c et e. Certains de ces antigènes peuvent entraîner les mêmes complications transfusionnelles ou foetales que l'antigène D, en particulier l'antigène c (RH4), qui lui est en règle présent chez un sujet rh négatif. I-5-6) La compatibilité : I-5-6-1) Les généralités : La compatibilité entre deux groupes sanguins se pose lors des transfusions sanguines. Une transfusion échouera si des anticorps rencontrent des cellules présentant les antigènes correspondants. Une réaction immunologique (agglutination et hémolyse) se déclencherait alors très rapidement pour détruire ces cellules. Les conséquences peuvent aller d'une transfusion inefficace sans signe clinique, à une réaction clinique légère (angoisse, frisson), grave (Choc, hémoglobinurie et insuffisance rénale), ou dramatique (Choc et coagulation intravasculaire disséminée) conduisant au décès. Document réalisé par Philippe DANTAGNAN Page 14/31

15 Elle se pose également en cas de grossesse pour les femmes Rhésus négatif portant un fœtus de rhésus positif. S'il s'agit d'une première grossesse, en général les choses se passent bien si la mère n'a pas été immunisée antérieurement par l'antigène D, RH1. Sinon, du fait que les anticorps peuvent franchir la barrière placentaire, les globules rouges du fœtus sont détruits plus ou moins massivement : c'est la maladie hémolytique du nouveau-né ou MHNN. Cette maladie peut présenter tous les stades de gravité. Bénigne et n'entraîner qu'un simple ictère (Jaunisse) et une anémie passagère, plus importante et nécessiter des transfusions, voire une exsanguino-transfusion à la naissance, majeure demandant un accouchement provoqué ou une césarienne avec exsanguino-transfusion immédiate, gravissime demandant des transfusions in-utéro pour éviter le décès de l'enfant, voire décès in utéro de l'enfant avant toute intervention possible. Ces derniers cas sont devenus très rares depuis la prévention de l'immunisation des femmes par une injection d'anticorps anti-d à l'accouchement d'un enfant Rh Positif. Restent cependant les autres spécificités, dont les plus fréquentes sont l'anti-c (RH4), et l'anti-k1, qui causent également des maladies hémolytiques du nouveau-né. I-5-6-2) La présence des anticorps : Dans le système ABO, on retrouve dans le sang de toutes les personnes des anticorps spécifiques des antigènes qu'ils ne possèdent pas sur leurs globules. Ainsi une personne de groupe B développera naturellement des anticorps anti-a et une personne du groupe O développera des anticorps anti- A et des anticorps anti-b. Ces anticorps sont dits réguliers, car en règle générale, ils sont présents, sauf chez le nouveau-né. Ces anticorps naturels apparaissent, dans le système ABO, dès les premiers mois de la vie. Ce sont des immunoglobulines de classe IgM, agglutinants et agissant à froid : ce sont des anticorps complets. Dans le système Rhésus, il n'y a pas d'anticorps présents naturellement. Ils n'apparaissent en règle générale, certains tels l'anti-e ou l'anti-c w pouvant toutefois être "naturels", qu'après une première sensibilisation, par grossesse ou transfusion. Ils sont dits irréguliers.ce sont des immunoglobulines de classe IgG, actifs à 37 C, et qui ne sont mis en évidence que par des techniques d'agglutination artificielle - techniques à l'antiglobuline ou aux enzymes. Ces anticorps, ne provoquant pas spontanément d'agglutination -mais pouvant provoquer une hémolyse in vivo- sont dits incomplets. Document réalisé par Philippe DANTAGNAN Page 15/31

16 Type d anticorps présents selon le groupe sanguin Sang Anticorps présents Anti-A Anti-B Groupe O Groupe A Groupe B Groupe AB I-5-6-3) La transfusion de globules rouges : Les globules rouges (Ou concentré érythrocytaire) sont extraits de dons de sang. En effet, le sang n'est plus que rarement transfusé dans son intégralité. Il est le plus souvent traité et séparé en ses composants. Ainsi le concentré, il ne contient que peu de sérum, donc d anticorps. Les problèmes d incompatibilité de la transfusion de plasma (Voir ci-dessous) ne sont donc pas posés. Lors d une transfusion de globules rouges, il faut veiller à ne pas transmettre au receveur des cellules sanguines sur la surface desquelles se présentent des antigènes que le receveur n a pas. Document réalisé par Philippe DANTAGNAN Page 16/31

17 Les deux tableaux suivants doivent donc être respectés lors d'une transfusion : Compatibilité système ABO Compatibilité système RH Type du receveur Type de sang recevable O A B AB Type du receveur Type de sang recevable Rh + Rh - O Rh + A Rh - B AB Ainsi les AB+ sont receveurs universels, et les O- sont donneurs universels de globules rouges. En ce qui concerne le système RH, cette règle est toujours considérée comme valable en cas d'urgence vitale, et en l'absence de groupe connu. Mais dès que l'on connaît le groupe du patient, est souhaitable de respecter les autres antigènes de ce système, en particulier l'antigène c (RH 4), afin de ne pas immuniser les femmes jeunes en particulier. I-5-6-4) La transfusion de plasma : Le plasma est un des composants du sang. Il est recueilli lors d'un don en plasmaphérèse et peut être utilisé (en France) pour transfusion directe, ou extrait d'un don de sang total et ne peut alors être utilisé (En France) que pour préparer des médicaments dérivés du sang, albumine, immunoglobulines, fibrinogène,... Comme le plasma contient des anticorps en fonction de son groupe dans le système ABO, les globules rouges du receveur ne doivent pas présenter les antigènes correspondants. Le plasma de donneurs de groupe AB ne contenant pas d'anticorps convient à tous les receveurs. Document réalisé par Philippe DANTAGNAN Page 17/31

18 Les plasmas contenant un anticorps, le plus souvent naturel dans un autre système (Anti-P1, anti-lewis, anti-m,...), hors système Rhésus, ne sont pas utilisés en France. En ce qui concerne le système Rhésus, les plasmas contenant un anti-d (Donc issus de femmes immunisées) sont réservés, en France, pour la fabrication des immunoglobulines anti-d, ou d'autres médicaments dérivés du sang. Ces plasmas ne sont donc pas perfusés directement à des malades. Il est clair que dans des pays où seraient utilisés des plasmas contenant un anti-d, le receveur ne pourrait être qu'un sujet rhésus négatif, tout comme le concentré érythrocytaire issu d'une donneuse ayant un anti-d ne peut être transfusé qu'à un patient rh négatif. En ce qui concerne leur antigénicité, les plasmas frais congelés, n'ayant pas subi d'inactivation virale S.D. (Solvant-détergent), ni une filtration, mais étant sécurisés par quarantaine, peuvent contenir quelques hématies susceptibles, sinon de provoquer une immunisation primaire décelable, du moins de l'induire ou de relancer une immunisation secondaire. D'où la préférence de certains médecins de respecter pour ces plamas une règle de compatibilité Rhésus identique à celle des globules rouges, sans que le bénéfice de cette attitude soit réellement documenté. Les plasmas viro-atténués par méthode S.D. (Solvant-détergent), ayant été filtrés, ne contiennent plus de stromas globulaires et ne peuvent être immunogènes. Pour ces plasmas, nous ne tenons pas compte du groupe Rhésus. Document réalisé par Philippe DANTAGNAN Page 18/32

19 Le donneur et le receveur doivent donc respecter les tableaux suivants : Compatibilité de groupe ABO Compatibilité de Rhésus Type du receveur Type de plasma recevable O A B AB Type du receveur Type de plasma recevable Rh + Rh - O Rh + A Rh - B AB Ainsi alors que les personnes de groupe AB sont des receveurs universels de globules rouges dans le système ABO, ils sont donneurs universels de plasma. Document réalisé par Philippe DANTAGNAN Page 19/32

20 I-5-7) La génétique des groupes sanguins : I-5-7-1) Les généralités : Les groupes sanguins érythrocytaires sont définis grâce aux différences observées entre les individus à la surface des érythrocytes. Il s agit donc de caractères allotypiques, c'est-à-dire différents d un individu à l autre à l intérieur d une même espèce. Ces différences portent sur la présence, l absence ou l agencement spatial à la surface des érythrocytes de sucres ou oses (Systèmes ABO, P, ) ou de protéines (systèmes Rh, Kell, ). Autant de différences qui peuvent constituer un épitope antigénique pour quelqu un qui ne le possède pas. Ces caractères sont génétiquement transmis selon les lois de Mendel. I-5-7-2) La génétique des systèmes ABO et Rhésus : I ) Le système ABO : Caractérisé par deux sucres possibles à la surface de l érythrocyte, soit un galactose (Antigène B) soit une N-acétyl-galactosamine (Antigène A). Ces sucres sont fixés sur une substance de base, appelée substance H, elle-même osidique. La présence de chacun de ces sucres est due à un enzyme spécifique codé par un gène lui-même spécifique, gène A pour l antigène A, gène B pour l antigène B. La présence d un gène inactif au locus ABO ne permet pas l ajout d un sucre à cette substance de base H qui reste donc en l état. Ce gène inactif est appelé gène O. Ainsi le système ABO est ainsi caractérisé par trois gènes A, B, et O. Ces gènes sont portés par un autosome (Par opposition aux chromosomes sexuels X ou Y). Tout individu possède donc deux gènes, l un venant de son père et l autre de sa mère, à un même locus, c est à dire à un emplacement défini sur le chromosome. En l occurrence, pour le système ABO, sur le chromosome 9. Lorsque le sujet possède à la fois le gène A et le gène B, les deux sucres se trouvent alors sur l érythrocyte et le sujet est de groupe AB. Lorsqu il ne possède que 2 gènes O, il sera de groupe O, s il possède un ou deux gènes A et pas le gène B, il sera A, s il possède un ou deux gènes B et pas le gène A, il sera B. Ainsi, un couple de parents, dont la mère est génétiquement A / O, donc de groupe A, et le père B / O, donc de groupe B pourra avoir des enfants de quatre groupes différents. Si chacun des parents transmet son gène O, l enfant sera génétiquement O / O, donc de groupe O. Si le père transmet le gène Document réalisé par Philippe DANTAGNAN Page 20/32

21 O et la mère le gène A, l enfant sera A / O, donc de groupe A. Si le père transmet le gène B et la mère le gène O, l enfant sera B / O, donc de groupe B. Si la mère transmet le gène A et le père le gène B, l enfant sera alors A / B, donc de groupe AB. I ) Le système Rhésus : Il s agit là d un système de protéines. Deux gènes sont situés à des locus très proches l un de l autre sur le chromosome n 1, et sont donc transmis ensemble d une génération à la suivante. Ces deux gènes résultent d une duplication d un gène originel, et synthétisent deux protéines très proches ayant la même structure et la même fonction ; si l une est absente, l autre la remplace, ce qui peut expliquer la grande quantité des protéines D chez les sujets ayant une délétion au locus CE ou les réactivités différentes des hématies selon le nombre de chacun des épitopes présents, lors d'une recherche d'anticorps irréguliers. Au premier locus, locus D, se trouvent soit l allèle D, qui synthétise la protéine Rhésus D définie par la présence de l antigène D ou RH1, soit un emplacement vide dénommé d, qui ne synthétise rien. Au second locus, locus CE, se trouve un gène qui synthétise une seconde protéine qui ne porte pas l'épitope D. Mais cette seconde protéine présente deux autres épitopes principaux. L un des ces épitopes définit les antigènes C ou c, le second les antigènes E ou e. La même protéine peut donc avoir quatre combinaisons possibles d'épitopes : ce, Ce, ce, CE. Ainsi, en combinant l ensemble des ces possibilités, nous obtenons 8 agencement possibles, ou haplotypes, sur un même chromosome. Quatre des ces agencements comportent le gène D qui définira un sujet Rhésus positif standard. Il s agit des haplotypes Dce, DCe, DcE, DCE. Quatre des ces agencements ne comportent pas le gène D. Il s agit des haplotypes dce, dce, dce, dce. Le même raisonnement que pour les gènes du système ABO s applique aux haplotypes du système Rhésus. Ainsi deux parents Rhésus positif de génotype D / d, donc hétérozygotes au locus D, pourront avoir un enfant rhésus négatif de génotype d / d. I-5-7-3) La génétique des autres systèmes : L'ensemble des autres systèmes de groupes sanguins suit les mêmes lois génétiques. Cependant des particularités spécifiques à chacun des systèmes existent. Système Lewis par exemple, la synthèse de ses antigènes dépendant de deux systèmes génétiques (Lewis, avec ses allèles Le, le et système H avec ses allèles H, h) ou les système Xg ou Kx dont les gènes sont situés sur le chromosome X, et non sur un autosome. Document réalisé par Philippe DANTAGNAN Page 21/32

22 I-5-7-4) Les anomalies apparentes et filiation : Dans chaque système de groupe sanguin nous pouvons être confrontés à des anomalies apparentes de transmission. Ainsi, dans le système ABO, nous savons que l antigène A résulte d un sucre (Ose) fixé par un enzyme sur une substance de base, également osidique, dite substance H. Cette même substance H résulte de l action d un gène H, que des très rares sujets ne possèdent pas. Ces sujets sont de génotype h/h, possédant en double dose l allèle inactif h de H. Ces sujets sont dits de groupe «Bombay», du nom de la localité où cette particularité a été décrite. Ces sujets n ont donc pas de substance H sur leurs globules rouges, et ont un anticorps anti-h dans leur plasma, ce qui interdit ou rend dangereuse toute transfusion non isogroupe (Non «Bombay»). N ayant pas cette substance H, même si ces sujets «Bombay» possèdent le gène A ou le gène B, les substances A ou B ne pourront être fabriquées, et ces sujets seront en apparence de groupe O. Leurs enfants héritant de ce parent d un gène h et d un gène A ou B, et de l autre parent d un gène normal H (Dans le système Hh) et d un gène O par exemple (Dans le système ABO) pourront à nouveau exprimer le gène A ou B qui leur a été transmis par le premier parent et seront de groupe A ou B normal. Le même problème peut se poser dans tout autre système où il existe un allèle amorphe, une délétion, une mutation ou un système inhibiteur. Il existe ainsi un rarissime haplotype rh null dans le système Rhésus, Cet haplotype, qui ne synthétise aucune des deux protéines RH, ni RHD, ni RHCE, est noté RH : ---. Supposons un père déterminé comme D+, C+, E-, c-, e+, c'est-à-dire possédant les antigènes D, C, et e, et ne possédant pas les antigènes c et E. Nous en déduisons le génotype vraisemblable de ce père comme étant DCe / DCe, ou DCe / dce. Or, ce père, uni à une femme de génotype dce / dce, pourra avoir un enfant D-, C-, E-, c+, e+, c'est-à-dire ne possédant pas l antigène attendu C. Cet enfant sera considéré à tort comme de génotype dce/dce. Nous constatons alors une apparente exclusion de paternité, l'enfant étant supposé avoir reçu un haplotype dce qui n'existe pas chez son père. Or ceci peut être parfaitement expliqué par le génotype DCe / --- de ce père, qui a transmis son haplotype «---» à son enfant dont le génotype réel est dce / ---. En conclusion, une anomalie apparente de transmission d un groupe sanguin ne permet en aucune façon à elle seule de conclure à une exclusion de paternité ou de maternité. Une telle conclusion doit s appuyer sur plusieurs systèmes, et maintenant sur la biologie moléculaire (Analyse directe au niveau des chromosomes). Document réalisé par Philippe DANTAGNAN Page 22/32

23 I-5-8) Anomalies, curiosités et pathologies : I-5-8-1) Les antigènes faibles : Dans tous les systèmes nous pouvons voir des antigènes faibles, souvent signalés par un astérisque, ou un f -faible- en indice, ou un w -weak- en indice, sur les résultats du laboratoire, tels les A*, B*, E* ou FY1* ou JK1 w. Il est même parfois impossible de mettre ces antigènes en évidence par les techniques habituelles de groupage. Sont alors utilisée des techniques de fixation-élution, voire de biologie moléculaire si besoin. Il en est ainsi des antigènes A faibles ou B faibles (A3, Ax, Am...B3, Bx,...) pour lesquels c'est la faiblesse ou l'absence d'anticorps anti-a ou d'anti-b à l'épreuve de Simonin-Michon qui attire l'attention, et évite que ces groupes ne soient, à tort, étiquetés O. Cet antigène A, ou B, est cependant présent sur les érythrocytes, mais n'est pas mis, ou mal mis en évidence lors de l'épreuve globulaire de Beth-Vincent. Dans le système RH, les antigènes D faibles sont encore appelés D u. Tous les autres antigènes de groupe sanguin peuvent être affaiblis, pour diverses raisons, mutation du gène, manque de substrat, gène inhibiteur...ainsi, comme pour le Rh null, existe un phénotype Lu null, donc Lu(a-, b-), dû soit à la présence d'un gène amorphe en double dose, cas où aucun antigène LU ne peut être mis en évidence, soit, le plus souvent, à l'action d'un gène inhibiteur. Il s'agit souvent d'un gène autosomique IN(Lu) actif en simple dose, cas où une très faible quantité d'antigène peut être mise en évidence sur les érythrocytes. Ce gène IN(Lu) provoque une forte dépression des antigènes Lutheran, para-lutheran et AnWj (Anton), et un affaiblissement des antigènes de certains autres systèmes de groupes sanguins, P1, i, Indian, Knops. Existe également, dans quelques familles, un second gène inhibiteur Luthéran nommé XS2, lié au chromosome X, le gène normal étant nommé XS1, dont l'action est légèrement différente de In(Lu) sur les autres antigènes de groupe sanguin. Certains antigènes de groupe sont connus pour donner, au laboratoire, des réactions très variables d'un individu à l'autre, tel l'antigène P1 chez l'adulte ou donnent des réactions plus faibles chez le sujet hétérozygote que chez l'homozygote (Effet de dose, antigènes M, N, S, Jka...) ou ne sont pas développés à la naissance et apparaissent progressivement en l'espace de deux ou cinq ans, comme les antigènes Lewis ou P1. Quand une femme est négative et que son enfant est positif, elle va fabriquer des anticorps contre son bébé mais elle va accoucher normalement. Sauf si elle a un deuxième enfant, ses anticorps contre le facteur Rhésus sont déjà fabriqués donc, elle peut faire des fausses couches car ses anticorps vont attaquer l'enfant rapidement. Document réalisé par Philippe DANTAGNAN Page 23/32

24 Certaines femmes Le(A-, b+) ou Le(A+, b-), pour trente pour cent d'entre elles, perdent pendant leur grossesse l'antigène Lewis qu'elles possèdent. Elles apparaissent donc comme Le(A-, b-) et développent un anticorps naturel anti-lewis, anti-lea, anti-leb et/ou anti-lex. Un mois au plus après l'accouchement, cet anticorps a disparu et ces femmes ont retrouvé leur phénotype Lewis normal. Cette perte d'antigène est sans conséquence pour l'érythrocyte, car la substance Lewis est une substance (Glycosphingolipide) qui n'appartient pas à la membrane de l'érythrocyte, mais est une substance soluble (Que l'on trouve dans le plasma, la salive, les larmes, le lait, le sperme,...) adsorbée passivement sur l'érythrocyte. La substance Lewis n'est pas détectée sur l'érythrocyte du fœtus ni du nouveau-né qui est donc Le(A-, b-) à la naissance. Il apparaît Le(A+, b-) à l'âge d' un mois environ, puis Le(A+, b+) avant de devenir Le(A-, b+) vers l'âge de deux ans si tel doit être son phénotype définitif, lorsqu'il est génétiquement Le (Gène Le) et Secréteur (Gène Se), du moins chez les caucasiens. Ceci explique, entre autres raisons, que les anti-lewis développés chez la mère n'ont aucune conséquence pour le fœtus. I-5-8-2) Les chimères hématopoïétiques : Lorsque les placentas de deux jumeaux dizygotes fusionnent et permettent une circulation croisée entre les fœtus, chacun d'entre eux possède alors ses propres cellules souches ainsi que celles de son jumeau ou de sa jumelle. Il y a greffe, tolérance immunitaire et les deux lignées cellulaires cohabitent chez le même individu. Dans chaque système nous pouvons observer une double population cellulaire due à la différence de groupe selon l'origine des cellules. Certains érythrocytes appartenant en propre à l'individu seront, par exemple, A, Rh+, K-, d'autres, venant de son jumeau pourront être B, rh-, K+. Parfois, en cas de mort précoce du second embryon, le chimérisme est une découverte fortuite pour l'individu survivant. C'est un cas qui peut poser problème dans les recherches en paternité, voire simuler une exclusion de maternité, le patrimoine génétique des cellules circulantes n'étant pas le même qui celui des cellules somatiques ou germinales. Parfois même il y a fusion précoce entre les deux œufs et il n'en résulte qu'un seul individu, ce qui ne pose pas de problème si les œufs sont du même sexe. Il en résulte un individu unique qui possède donc deux types de cellules, et pas seulement les cellules hématopoïétiques, chaque lignée cellulaire ayant son propre patrimoine génétique. Les même images de double population se voient régulièrement au laboratoire après transfusion, et dans le cas de greffes de moelle thérapeutiques. Cette double population est visible avant la prise totale de la greffe, et réapparaît en cas de rejet. Document réalisé par Philippe DANTAGNAN Page 24/32

25 I-5-8-3) La perte d'un antigène de groupe sanguin : Dans certaines affections préleucémiques, anémies réfractaires en particulier, certaines lignées d'érythrocytes peuvent perdre ou plutôt ne plus synthétiser, certains antigènes de groupes sanguins. Par exemple, un sujet connu de groupe AB peut avoir trois types de globules en circulation, à savoir des globules AB, A, et O, la première lignée n'étant pas atteinte, la seconde ayant perdu un enzyme, et la troisième en ayant perdu deux. Nous avons alors affaire à ce que nous nommons des doubles populations érythrocytaies. Ce constat est parfois un élément étiologique de l'anémie, bien avant les autres éléments cliniques. Cette perte d'antigènes de groupes sanguins peut s'accompagner d'une perte d'autres enzymes érythrocytaires (Adélinate kinase), sans parler des atteintes chromosomiques possibles des autres lignées myéloïdes. I-5-8-4) Les acquis : Lors d'infections du tube digestif, lors de cancers coliques en particulier, certains germes libèrent une enzyme, une désacétylase, qui transforme la N- acétyl-galactosamine, qui constitue la substance A du groupe ABO, en galactosamine. Certains réactifs anti-b, reconnaissant normalement uniquement le galactose, réagissaient alors comme si le groupe possédait la substance B. Les réactifs maintenant commercialisés sont contrôlés et ne présentent plus, en principe, cette réaction croisée, qui pouvait être source d'erreur entre des mains inexpérimentées, faisant déterminer comme AB un sujet de groupe A. Dès la fin de l'infection, l'anomalie disparaît progressivement. I-5-8-5) Les autres pathologies : Système Kell, phénotype McLeod, acanthocytose et hémolyse, granulomatose chronique, myopathie de Duchenne. RH null et hémolyse chronique. Système FY et résistance au paludisme. Agammaglobulinémie et problème de détermination de groupe sanguin ABO -discordance entre les épreuves globulaires et sériques. Les taux de vwf et F VIII (Facteurs de coagulation von Willebrand et antihémophilique A) sont plus faibles chez les sujets de groupe sanguin O. Les résultats d'un dosage doivent donc être interprétés en fonction du groupe sanguin. I-5-9) Génétique des populations : Les fréquences géniques des allèles des groupes sanguins, calculées grâce à la loi de Castle-Hardy-Weinberg, ont permis l'essor de la génétique des populations. Grâce à elle, nous pouvons suivre les migrations et les filiations des diverses populations du globe. Document réalisé par Philippe DANTAGNAN Page 25/32

26 II) Les urines : II-1) Les caractères généraux : Diminution Etat normal Augmentation ou caractère anormal 20 ml par kg de poids corporel, soit à ml > ml constitue la polyurie : tous les diabètes (Sucrés, par 24 h (le plus souvent les examens portent sur la rénaux, et insipides), ainsi que dans les néphrites totalité des urines émises pendant 24 h). interstitielles. Volume < 500 ml constitue l oligurie : s observe dans toutes les maladies infectieuses. 0 constitue l anurie : s observe, en particulier, dans l obstruction biliaire (Anurie calculeuse). Couleur Jaune paille ou incolore : néphrite interstitielle chronique. Jaune citron plus ou moins foncé. Brun acajou dans le cas d un ictère, rouge sanglant dans l hématurie. Odeur Peu prononcée. Odeur de pomme au cours de l acétonurie. Densité S abaisse dans le cas d une polyurie A + 15 C, à Augmente dans les insuffisances rénales. non diabétique. ph S abaisse (Acidité augmentée) chez les diabétiques. 5 à 8. Augmente (Acidité diminuée) dans les insuffisances rénales. Air Chez le sujet normal, il n y a pas d émission d air au cours de la diurèse. L émission d air au cours de la diurèse constitue la pneumaturie. Celle-ci est due, le plus souvent, à une diverticulite sigmoïdienne qui atteint la vessie. Document réalisé par Philippe DANTAGNAN Page 26/32

27 II-2) Les constituants chimiques : A - Sels minéraux Diminution Valeurs physiologiques moyennes Augmentation Sodium (Natrurie) Sa diminution n a d intérêt que pour contrôler un régime sans sodium. 3 à 4 g/l, selon le régime alimentaire. L augmentation urinaire s observe dans l insuffisance corticosurrénale (Maladie d Addison). Potassium (Kaliurie) Calcium (Calciurie) Chlore en sodium (Chlorurie) Sa diminution s observe dans l insuffisance corticosurrénale. Sa diminution s observe dans l hypoparathyroïdisme. Sa diminution s observe dans la plupart des maladie fébriles aiguës à leur période d état. 2,5 à 4 g/l, selon le régime alimentaire. L augmentation s observe dans l hyperaldostéronisme (Syndrome de Conn). 150 à 250 mg/24 h, selon le régime alimentaire. L augmentation s observe dans l hyperparathyroïdisme (Maladie de Recklinghausen). 8 à 15 g/l, selon le régime alimentaire. L augmentation s observe dans l insuffisance corticosurrénalienne. Document réalisé par Philippe DANTAGNAN Page 27/32

28 B - Sbustances organiques Diminution Valeurs physiologiques moyennes Augmentation Acides aminés (Dosage global) 0,10 à 0,50 g/24 h. Peut doubler dans la leucémie et le diabète. Peut être aussi le signe d une tubulopathie (Déficience du tubule rénal), comme, par exemple, dans le syndrome de Toni-Debré-Fanconi. Cystine 10 à 30 mg/24 h. Le taux de cystine dans l urine (Cystinurie) peut être 20 fois plus élevé qu à la normale au cours d une affection métabolique héréditaire. Dans ce cas, la cystine peut précipiter et former des calculs. Acide ascorbique (Vitamine C) Le taux d acide ascorbique (Ascorburie) peut être nul au cours du scrobut. 10 à 20 mg/24 h. Le taux d acide ascorbique (Ascorburie) augmente après une anesthésie à l éther. Acide urique Urée Créatinine La diminution de l acide urique (Hypouricurie) s observe avant une attaque de goutte, parrallèlement à l augmentation de l uricémie. La baisse de l azote urinaire (Hypoazoturie) s observe au cours des dégénérescences graisseuses du foie et au cours des insuffisances rénales. La diminution s observe au cours des insuffisances rénales (Jusqu à 0,05 g/l). 0,30 à 0,60 g/l. Le régime alimentaire agit beaucoup sur le taux d excrétion de l acide urique (Uricurie) : plus le régime est végétarien, plus l uricurie est basse. 25 à 35 g/l. Le régime alimentaire agit beaucoup sur le taux d urée urinaire (Azoturie) : plus le régime est végétarien, plus l azoturie est basse. 1 à 2 g/l. Le taux urinaire de créatinine (Créatinurie) est une des rares valeurs qui soit fixe chez un même individu. L augmentation de l acide urique urinaire (Hyperuricurie) peut s élever jusqu à 4 à 5 g au cours de la leucémie, ainsi que pendant les accès de goutte. L augmentation de l azote urinaire (Hyperazoturie) s observe au cours des maladies fébriles, du diabète sucré et de certaines intoxications : phosphore, antimoine. 3 g/l au cours des myopathies. Urobiline Des traces. L augmentation de l urobiline (Urolilinurie) dans l urine s observe dans les affections hépatiques, ainsi que dans Document réalisé par Philippe DANTAGNAN Page 28/32

2 ) LE SYSTEME ABO : Le système de groupes érythrocytaires (= premier groupe tissulaire) a été découvert grâce aux travaux de Landsteiner en 1900.

2 ) LE SYSTEME ABO : Le système de groupes érythrocytaires (= premier groupe tissulaire) a été découvert grâce aux travaux de Landsteiner en 1900. 04.01.00. GROUPES SANGUINS Dr Deschamps 1 ) DEFINITION : a) Groupe : Ensemble d individus qui ont un caractère en commun et se distinguent ainsi des autres. b) Sanguin : Concerne une cellule ou une molécule

Plus en détail

Chap.4 LES GROUPES SANGUINS

Chap.4 LES GROUPES SANGUINS Chap.4 LES GROUPES SANGUINS O B B O A A AB A B AB O O A A O AB AB I- I-Le Système ABO A) A) Historique B) B) Principe du du Système ABO : 1) 1) Des Des Antigènes nes àla la surface des des hématies ::

Plus en détail

CONCOURS DE L INTERNAT EN PHARMACIE

CONCOURS DE L INTERNAT EN PHARMACIE Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche Ministère de la santé et des sports CONCOURS DE L INTERNAT EN PHARMACIE Valeurs biologiques usuelles Edition de Novembre 2009 (6 pages) Conseil

Plus en détail

Cours sur l anémie hémolytique du nouveau-né

Cours sur l anémie hémolytique du nouveau-né Cours sur l anémie hémolytique du nouveau-né né Dr Marie-José STELLING Musée des grenouilles à Estavayer-le-Lac Anémie hémolytique du nouveau-né né Trois conditions doivent être réunies: présence d un

Plus en détail

Techniques d'immunoagglutinations Applications à la recherche et caractérisation de molécules, de cellules ou de virus

Techniques d'immunoagglutinations Applications à la recherche et caractérisation de molécules, de cellules ou de virus Techniques d'immunoagglutinations Applications à la recherche et caractérisation de molécules, de cellules ou de virus I. Introduction 1. Principe La réaction antigène-anticorps lorsqu'elle met en œuvre

Plus en détail

Item 316 : Hémogramme : indications et interprétations (Evaluations)

Item 316 : Hémogramme : indications et interprétations (Evaluations) Item 316 : Hémogramme : indications et interprétations (Evaluations) Date de création du document 2009-2010 QCM QUESTION 1/9 : Quelques heures après une brûlure grave et étendue, l'hémogramme montrera

Plus en détail

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection Anticorps et diagnostic de l infection OBJECTIFS Savoir ce qu est un anticorps, son origine et son utilisation en sérodiagnostic. Connaître la structure schématique d une immunoglobuline G (IgG). 1. Les

Plus en détail

LE GROUPAGE ABO (H) ET RHESUS STANDARD

LE GROUPAGE ABO (H) ET RHESUS STANDARD ETSL LE GROUPAGE ABO (H) ET RHESUS STANDARD TP 2 GABIN-GAUTHIER 11/11/2009 I. HISTORIQUE... 2 II. GENERALITES SUR LES GROUPES ABO (H)... 2 1. DEFINITION... 2 2. NATURE ET SYNTHESE DES AG ERYTHROCYTAIRES...

Plus en détail

Transfusion sanguine. 1. Rappels : Antigènes Anticorps Groupe sanguin RAI Compatibilité Bonnes Pratiques 2. L acte transfusionnel

Transfusion sanguine. 1. Rappels : Antigènes Anticorps Groupe sanguin RAI Compatibilité Bonnes Pratiques 2. L acte transfusionnel Transfusion sanguine 1. Rappels : Antigènes Anticorps Groupe sanguin RAI Compatibilité Bonnes Pratiques 2. L acte transfusionnel UE 4.4 S4 : «Thérapeutiques et contribution au diagnostic médical» Transfusion

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

Existence d antigènes membranaires érythrocytaires! Plus de 600 antigènes à la surface des globules rouges. Plus de 29 systèmes de groupes sanguins

Existence d antigènes membranaires érythrocytaires! Plus de 600 antigènes à la surface des globules rouges. Plus de 29 systèmes de groupes sanguins Chap.4 LES GROUPES SANGUINS O B B O A A AB A B AB O O A A O AB AB Qu est-ce qu un groupe sanguin? Milieu extracellulaire Bi-couche de phospholipides membranaires Existence d antigènes membranaires érythrocytaires!

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

FORMATION CONTINUE TECHNICIEN(NE) DE LABORATOIRE

FORMATION CONTINUE TECHNICIEN(NE) DE LABORATOIRE FORMATION CONTINUE TECHNICIEN(NE) DE LABORATOIRE Réunion du 21 octobre 2004 Site de Médipole Dr Marc MENU Médecin Biologiste Directeur scientifique Diamed France Institut Jacques BOY A. INDICATIONS Les

Plus en détail

METABOLISME DES IONS ET DE l EAU

METABOLISME DES IONS ET DE l EAU METABOLISME DES IONS ET DE l EAU 1 GENERALITES Le corps humain est composé de 60 à 70% d eau. Cette eau se répartit dans deux compartiments, intra et extracellulaire. Ce dernier peut être lui même scindé

Plus en détail

Le dépistage des risques en cours de la grossesse

Le dépistage des risques en cours de la grossesse Le dépistage des risques en cours de la grossesse DR : BOUCHOUCHA-H Le plan du cours Introduction Les risques à dépistés et les moyens de dépistage L échographie : Conclusion -iso-immunisation : GR-RH

Plus en détail

LE SANG Dr Zanotti Anatomie-Pharmacologie-Physiologie. I)Introduction

LE SANG Dr Zanotti Anatomie-Pharmacologie-Physiologie. I)Introduction 29.10.08 Dr Zanotti Anatomie-Pharmacologie-Physiologie I)Introduction LE SANG Cela constitue un moyen de communication entre les cellules des différentes parties du corps et l'environnement externe. Il

Plus en détail

Buvez, buvez... éliminez!!!

Buvez, buvez... éliminez!!! Buvez, buvez... éliminez!!! 1. L'urine: produit d'une régulation. Afin que les cellules fonctionnent à plein rendement, le milieu intérieur dans lequel elles baignent doit présenter une composition aussi

Plus en détail

Purpura thrombopénique idiopathique

Purpura thrombopénique idiopathique Purpura thrombopénique idiopathique I. Définition Le purpura thrombopénique idiopathique (PTI) ou purpura thrombopénique auto-immun est caractérisé par une diminution du chiffre des plaquettes circulantes

Plus en détail

DON DE SANG. Label Don de Soi

DON DE SANG. Label Don de Soi DON DE SANG Label Don de Soi 2015 SOMMAIRE Les différents types de dons p.3 Le don de sang total Le don de plasma Le don de plaquettes Le don de moelle osseuse Que soigne-t-on avec un don de sang? p.7

Plus en détail

LES TESTS DE SEROLOGIE TRANSFUSIONNELLE

LES TESTS DE SEROLOGIE TRANSFUSIONNELLE LES TESTS DE SEROLOGIE TRANSFUSIONNELLE Groupage ABO (test érythrocytaire et test sérique) Typisation Rhésus Détection des anticorps irréguliers Type and Screen Test de compatibilité (plasma du receveur

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010 BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010 Durée : 3 h 30 Coefficient : 7 Avant de composer, le candidat s assurera

Plus en détail

LES GROUPES SANGUINS

LES GROUPES SANGUINS LES GROUPES SNGUINS Coordination Régionale d émovigilance Docteur Mahdi TZEROUT Madame Yolande GLINIER Direction Régionale des ffaires Sanitaires et Sociales Midi-Pyrénées 10 Chemin du Raisin 31050 TOULOUSE

Plus en détail

Le VIH et vos reins. Que dois-je savoir au sujet de mes reins? Où sont mes reins? Comment fonctionnent mes reins? Que font mes reins?

Le VIH et vos reins. Que dois-je savoir au sujet de mes reins? Où sont mes reins? Comment fonctionnent mes reins? Que font mes reins? Le VIH et vos reins Le VIH et vos reins Que dois-je savoir au sujet de mes reins? Le VIH peut affecter vos reins et peut parfois causer une maladie rénale. Certains médicaments peuvent être dangereux pour

Plus en détail

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct)

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Mise en évidence par le réactif de Coombs polyspécifique d une fixation des anticorps (Igs) ou des fractions du complément (C3d) sur les hématies du

Plus en détail

Dépistage drépanocytose. Édition 2009

Dépistage drépanocytose. Édition 2009 Dépistage drépanocytose Édition 2009 ÊTre hétérozygote et alors Madame, Monsieur, Comme tous les nouveau-nés, votre bébé a eu un prélèvement de sang au talon. Ce prélèvement a été réalisé dans le cadre

Plus en détail

1 C H E B A B LE TISSU SANGUIN 1

1 C H E B A B LE TISSU SANGUIN 1 SANG 1 1 plasma Globule blanc Plaquette sanguine C H E B A B B Globule rouge 2 Il constitue le milieu intérieur. C est un milieu liquide. Il est d origine mesenchymateux. Il est formé de : - globules =

Plus en détail

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions TRANSFUSION SANGUINE Des réponses à vos questions Des réponses à vos questions La présente brochure s adresse aux personnes qui pourraient avoir besoin d une transfusion de sang ou de produits sanguins

Plus en détail

Série : STL Spécialité biotechnologies SESSION 2014 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

Série : STL Spécialité biotechnologies SESSION 2014 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNLGIQUE Série : STL Spécialité biotechnologies SESSIN 2014 CBSV : sous épreuve coefficient 4 Biotechnologies : sous épreuve coefficient 4 Durée totale de l épreuve: 4 heures Les sujets

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION I- PERSONNEL 41 I-1 Le responsable de la distribution 41 I-2 Les autres personnels 42 II- LOCAUX 42 III- DISTRIBUTION 42 III-1 Attribution nominative 43 III-1-1

Plus en détail

THÈME 3 : DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE. CHAPITRE 1 : la relation entre ADN et protéines

THÈME 3 : DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE. CHAPITRE 1 : la relation entre ADN et protéines THÈME 3 : DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE CHAPITRE 1 : la relation entre ADN et protéines Les caractères d un individu dépendent de plusieurs facteurs : certains dépendent des caractères présents dans la famille

Plus en détail

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE SUJET 1 La phase symptomatique du sida est caractérisée par un taux très faible de lymphocytes T cytotoxiques et de lymphocytes T4. Les patients qui rentrent

Plus en détail

Anémie, carence en vitamines B12 et B9

Anémie, carence en vitamines B12 et B9 Anémie, carence en vitamines B12 et B9 Introduction Le sang contient trois types de cellules différents. Les globules blancs défendent le corps contre les infections, les globules rouges transportent l'oxygène

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

ET SA GÉNÉTIQUE. Dr Dominique RIGAL - EFS de Lyon et Pr Luc CHABANNE - ENV de Lyon

ET SA GÉNÉTIQUE. Dr Dominique RIGAL - EFS de Lyon et Pr Luc CHABANNE - ENV de Lyon LE SYSTÈME DE GROUPE SANGUIN CHEZ LE CHAT ET SA GÉNÉTIQUE Dr Dominique RIGAL - EFS de Lyon et Pr Luc CHABANNE - ENV de Lyon I/ LE SYSTÈME DE GROUPE SANGUIN CHEZ LE CHAT Le système de groupe sanguin du

Plus en détail

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques Professeur Ibrahim Yakoub-Agha CHRU de LILLE (Illustration de J. Cloup, extraite du CD-Rom «greffe de Moelle» réalisé par la société K Noë) La moelle osseuse

Plus en détail

Section II. Examens génétiques.

Section II. Examens génétiques. - 1 - Section II. Examens génétiques. 1 er. Tests de biologie moléculaire sur du matériel génétique humain pour des affections acquises. A. "07.06.2007 + A.R. 04.05.2010 M.B. 07.06.2010 Application : 01.08.2010»

Plus en détail

Les Groupes Sanguins Érythrocytaires. Rappels immunologiques. Rappels immunologiques. Dr. Jean-Pierre RAIDOT. EFS Grand-Est

Les Groupes Sanguins Érythrocytaires. Rappels immunologiques. Rappels immunologiques. Dr. Jean-Pierre RAIDOT. EFS Grand-Est Les Groupes Sanguins Érythrocytaires Dr. Jean-Pierre RAIDOT EFS Grand-Est Mars 2017 Rappels immunologiques 1. «L identité biologique du SOI» : Composé de molécules spécifiques Génétiquement déterminées

Plus en détail

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Partie I : A l aide des informations du logiciel Immunologie

Plus en détail

Chapitre 3. La complexité des relations entre gènes, phénotypes et environnement.

Chapitre 3. La complexité des relations entre gènes, phénotypes et environnement. Chapitre 3. La complexité des relations entre gènes, phénotypes et environnement. Les gènes gouvernent la synthèse des protéines qui participent à la réalisation du phénotype mais d'autres éléments, comme

Plus en détail

Comprendre la formule sanguine complète (FSC)

Comprendre la formule sanguine complète (FSC) Comprendre la formule sanguine complète (FSC) Notre mission Ce que vous devez savoir Dispensateur de services de première ligne et de services spécialisés, le CSSS du Suroît a la responsabilité de maintenir

Plus en détail

Comment se déroule un don de sang placentaire?

Comment se déroule un don de sang placentaire? Don de sang placentaire Le sang placentaire (appelé aussi sang de cordon car il se trouve dans le cordon ombilical) est le sang qui est issu du placenta. Il renferme une grande quantité de cellules souches

Plus en détail

SUBROGALIA acquiert la Clinique Institut d études génétiques et de Reproduction assistée IEGRA

SUBROGALIA acquiert la Clinique Institut d études génétiques et de Reproduction assistée IEGRA MAI 2014 SUBROGALIA acquiert la Clinique Institut d études génétiques et de Reproduction assistée IEGRA Afin d offrir à ses clients toute type d option, SUBROGALIA a acquis le mois de mars dernier, l INSTITUT

Plus en détail

Campagne 1er trimestre 2014 : votre kit de communication

Campagne 1er trimestre 2014 : votre kit de communication Campagne 1er trimestre 2014 : votre kit de communication Le Lundi 20 janvier, la campagne de mobilisation de ce début d année de l Etablissement Français du Sang a été lancée : «Je donne mon sang, tu donnes

Plus en détail

Tableau comparatif des IgIV

Tableau comparatif des IgIV I. Information sur la formulation Tableau comparatif des IgIV Formulation Lyophilisée Liquide Liquide Liquide Concentration Dispositif d administration fourni? Contenu en IgA 5 % ou 10 % après 9-11 % 9,0-11,0

Plus en détail

Contrôle de l apprentissage

Contrôle de l apprentissage Niveau 2 07 / Le sang Information pour l enseignant 1/6 Sujet Cahier de travail dans son intégralité Devoir Les élèves résolvent le test. Matériel Solution Type de travail Travail individuel Durée 45 minutes

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

- info EXPLORATION DU STATUT MARTIAL ÉVALUATION DU COMPARTIMENT CIRCULANT : Fer sérique

- info EXPLORATION DU STATUT MARTIAL ÉVALUATION DU COMPARTIMENT CIRCULANT : Fer sérique EXPLORATION DU STATUT MARTIAL - info NUMERO 5 2013 ÉVALUATION DU COMPARTIMENT CIRCULANT : Fer sérique Son dosage isolé est SANS INTÉRÊT, il ne se justifie que couplé à celui de la transferrine qui permet

Plus en détail

Les Paramètres Biologiques et Leurs Variations Physiologiques Pendant La Grossesse Dr Karim.LALLALI Médecin Biologie Clinique CHU Bicêtre France JUIN

Les Paramètres Biologiques et Leurs Variations Physiologiques Pendant La Grossesse Dr Karim.LALLALI Médecin Biologie Clinique CHU Bicêtre France JUIN Les Paramètres Biologiques et Leurs Variations Physiologiques Pendant La Grossesse Dr Karim.LALLALI Médecin Biologie Clinique CHU Bicêtre France JUIN 2012 1 - Augmentation du poids : L augmentation du

Plus en détail

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal!

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! J ai de 18 à 50 ans Le Don de Moelle Osseuse Ça m intéresse -1 je demande des infos, je réfléchis. -2 je contacte le centre EFS le plus proche de chez moi. 3- je suis

Plus en détail

Partie II : Maintien de l intégrité de l organisme

Partie II : Maintien de l intégrité de l organisme Partie II : Maintien de l intégrité de l organisme Chapitre I : Mécanismes de l'homéostasie Introduction : exemple de la régulation de la glycémie Chez un sujet en bonne santé, la glycémie est d environ

Plus en détail

METABOLISME RENAL 1.1 GLOMERULE 1.2 TUBULE

METABOLISME RENAL 1.1 GLOMERULE 1.2 TUBULE METABOLISME RENAL Le rein est un organe complexe chargé de maintenir l homéostasie de l organisme en assurant l élimination de déchets produits par le métabolisme (urée, ammoniaque, acide urique ), le

Plus en détail

PROTEINE URINE (URP) DIMENSIONS KIT REF 39064 F360 Analyseur F560 Analyseur R1 3x100 ml Σ R1 3x100 ml Σ CAL 1x5 ml.

PROTEINE URINE (URP) DIMENSIONS KIT REF 39064 F360 Analyseur F560 Analyseur R1 3x100 ml Σ R1 3x100 ml Σ CAL 1x5 ml. PROTEINE URINE (URP) USAGE PREVU Pour la détermination quantitative in vitro des Protéines Totales dans l urine et le liquide cérébrospinal (CSF). Ce produit est destiné à l utilisation sur les instruments.

Plus en détail

drépanocytose Informations et conseils

drépanocytose Informations et conseils drépanocytose Informations et conseils Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de soins. Il contient des informations sur la maladie, ses complications et leur prévention.

Plus en détail

CHAPITRE 1: ROLE DES ENZYMES DANS L'APPORT DU GLUCOSE SANGUIN

CHAPITRE 1: ROLE DES ENZYMES DANS L'APPORT DU GLUCOSE SANGUIN CHAPITRE 1: ROLE DES ENZYMES DANS L'APPORT DU GLUCOSE SANGUIN Les enzymes sont une catégorie particulière de protéines qui interviennent dans la plupart des réaction chimique qui se déroulent à l'intérieur

Plus en détail

Clairance de la créatinine basse

Clairance de la créatinine basse Clairance de la créatinine basse Conduite à tenir 17 Janvier 2015 XII ème Rencontre des Amicales de Paris Dr. X. Belenfant Réseau de Néphrologie en Ile de France Service de néphrologie CH Montreuil Clairance

Plus en détail

Comment interpréter le résultat de sa prise de sang? Source: http://www.passeportsante.net Le 21 février 2015

Comment interpréter le résultat de sa prise de sang? Source: http://www.passeportsante.net Le 21 février 2015 Comment interpréter le résultat de sa prise de sang? Source: http://www.passeportsante.net Le 21 février 2015 L'hématologie Sommaire Glycémie, cholestérol, plaquettes Vous venez de récupérer les résultats

Plus en détail

La grippe en 2011 : questions et réponses

La grippe en 2011 : questions et réponses La grippe en 2011 : questions et réponses 1. Pourquoi vacciner contre la grippe? La vaccination est la seule manière de se protéger contre la grippe, et surtout contre ses complications. La grippe est

Plus en détail

Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie

Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie -I -Unité et diversité des diabètes Mesures de la glycémie en continu chez un patient diabétique 1 Les critères de diagnostic du diabète 2 3 Conclusion

Plus en détail

Effets des hormones sur la glycémie du rat

Effets des hormones sur la glycémie du rat UNIVERSITE MONTPELLIER II Sciences & Techniques du Languedoc Licence Biologie des Organismes Travaux Pratiques de Physiologie Animale : Effets des hormones sur la glycémie du rat . La glycémie est une

Plus en détail

Oui à la diète! Non au diabète!

Oui à la diète! Non au diabète! Oui à la diète! Non au diabète! Introduction Le diabète sucré est une maladie définie par la tendance à avoir trop de sucre dans le sang. La mesure de ce taux de sucre s'appelle la glycémie. Le diabète

Plus en détail

Leucémie myéloïde chronique BCR-ABL1 positive (LMC)

Leucémie myéloïde chronique BCR-ABL1 positive (LMC) 3.2 Prédominance de cellules polynucléaires (à noyau segmenté) Leucémie myéloïde chronique BCR-ABL1 positive (LMC) La LMC est caractérisée par la présence du chromosome Philadelphie t(9;22) (q34;q11.2)

Plus en détail

Bilan préopératoire Surveillance post opératoire Recherche des syndromes anémiques Suspicion de polyglobulie Drépanocytose Dingue Chikungugnya

Bilan préopératoire Surveillance post opératoire Recherche des syndromes anémiques Suspicion de polyglobulie Drépanocytose Dingue Chikungugnya Analyse Biologique Tube Définition Principales Indications NFS EDTA Etude des éléments figurés Mauve du sang Numération Formule Sanguine Hématies ou Globules Rouges : cellules anucléés, contenant essentiellement

Plus en détail

LES BASES GENETIQUES DE LA SEP

LES BASES GENETIQUES DE LA SEP LES BASES GENETIQUES DE LA SEP Deux hypothèses sont possibles. Ou bien la SEP est liée à une anomalie génétique unique directement responsable de la maladie (dans ce cas il existe un gène de la SEP) ou

Plus en détail

Répertoire des valeurs de référence des principales analyses de laboratoire

Répertoire des valeurs de référence des principales analyses de laboratoire 1. OBJECTIF : Cette liste énumère les valeurs de référence des analyses de biochimie et d hématologie fréquemment demandées. Cette liste est liée à la Politique sur les procédures analytiques POL-L-5.05.03-ANALY.

Plus en détail

LE TYPAGE HLA. Première étape vers la greffe apparentée. Pour vous, pour la vie

LE TYPAGE HLA. Première étape vers la greffe apparentée. Pour vous, pour la vie LE TYPAGE HLA Première étape vers la greffe apparentée Pour vous, pour la vie Introduction Une personne de votre famille a besoin d une allogreffe de cellules souches, aussi connue sous le nom de greffe

Plus en détail

1. Les éléments figurés Document 2 : les éléments figurés du sang

1. Les éléments figurés Document 2 : les éléments figurés du sang Document 1 : sédimentation (ou centrifugation) du sang recueilli sur anticoagulant sang + anticoagulant (ex : oxalate, héparine) sédimentation 24 heures ou centrifugation quelques minutes plasma leucocytes

Plus en détail

LYCEÉ PILOTE DE MÉDENINE

LYCEÉ PILOTE DE MÉDENINE ANNÉE SCOLAIRE 2011-2012 PROFESSEURS : Belhiba Souad Ezzeddini Mohamed LYCEÉ PILOTE DE MÉDENINE LYCEÉ SIDI MAKHLOUF Epreuve : SVT Classe : 4 ème Sc-Exp Durée : 3 Heures PREMIÉRE PARTIE (8 points) A-QCM

Plus en détail

Chapitre II L immunité adaptative

Chapitre II L immunité adaptative Chapitre II L immunité adaptative 1 -I -La réponse adaptative humorale 1) Exemple du virus de la grippe 2 2) Les caractéristiques de cette réponse 3 Conclusion L immunité adaptative n est pas immédiate

Plus en détail

Numéro d Étudiant. Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie

Numéro d Étudiant. Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie Nom : Numéro d Étudiant Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 1. Lequel

Plus en détail

TESTS POUR DETECTER L INTOXICATION PAR LE MERCURE

TESTS POUR DETECTER L INTOXICATION PAR LE MERCURE TESTS POUR DETECTER L INTOXICATION PAR LE MERCURE L empoisonnement par la plupart des métaux lourds est facilement détectable par des analyses sanguines. Par exemple, si une personne a du plomb détectable

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

MHN. En utilisant cette pièce tragique, vous justifierez le concept de mémoire immunitaire.

MHN. En utilisant cette pièce tragique, vous justifierez le concept de mémoire immunitaire. MHN En utilisant cette pièce tragique, vous justifierez le concept de mémoire immunitaire. Acte 1, scène 1 : On transfuse du sang de Madame Poteau (Rhésus moins : Rh-) à Madame Piquet (Rhésus plus : Rh+)

Plus en détail

Terminale Spé. 3 {3.8} Diabètes

Terminale Spé. 3 {3.8} Diabètes Vous êtes étudiant en médecine, et devez réaliser un dossier sur les différents diabètes, en intégrant et commentant les documents fournis, et en suivant le plan : Introduction/définition, clinique (les

Plus en détail

Le bilan pré opératoire en gynécologie obstétrique

Le bilan pré opératoire en gynécologie obstétrique Le bilan pré opératoire en gynécologie obstétrique JC Mangin Anesthésiste réanimateur Centre Olympe de Gouges CHU Bretonneau Tours mardi_11_juin_2013 Recommandations formalisées d experts SFAR 2012 Le

Plus en détail

Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus

Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus I/ L alcool, ennemi du fœtus p2 II/ Les dommages causés par l alcool sur l embryon et le fœtus III/ L atteinte du système nerveux IV/ Les structures cérébrales

Plus en détail

Au troisième mois, vous avez pris conscience de votre grossesse et votre corps la vit plus sereinement.

Au troisième mois, vous avez pris conscience de votre grossesse et votre corps la vit plus sereinement. Le troisième mois Voir aussi : La déclaration de grossesse Le choix de la maternité Échographie : Video d un coeur à 14 SA Votre corps Au troisième mois, vous avez pris conscience de votre grossesse et

Plus en détail

Informations sur les analyses de biologie médicale

Informations sur les analyses de biologie médicale Informations sur les analyses de biologie médicale Juillet 2012 Monsieur Alexandre Behouche Tutorat : Monsieur Michel Seve, enseignant-chercheur à l'université Joseph Fourrier Domaine Public : http://creativecommons.org/licenses/publicdomain/2.0/fr/

Plus en détail

Vous ne tirerez aucun avantage financier de votre participation au programme de recherche.

Vous ne tirerez aucun avantage financier de votre participation au programme de recherche. EXEMPLE D INFORMATION RELATIVE AU CONSENTEMENT PROGRAMME DE RECHERCHE VISANT À OBTENIR DES LIGNÉES DE CELLULES SOUCHES EMBRYONNAIRES HUMAINES À PARTIR D EMBRYONS CRYOPRÉSERVÉS La présente invitation à

Plus en détail

LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS

LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS On vient de vous diagnostiquer une leucémie myéloïde chronique (LMC). Il se peut que vous ayez eu une analyse sanguine de routine demandée par votre médecin traitant ou

Plus en détail

Immuno-hématologie Hématologie UE VII: Immuno-hématologie : groupes sanguins et règles de transfusion. Heure : de 9h00 à 10h00

Immuno-hématologie Hématologie UE VII: Immuno-hématologie : groupes sanguins et règles de transfusion. Heure : de 9h00 à 10h00 Hématologie UE VII: Immuno-hématologie : groupes sanguins et règles de transfusion Semaine : n 7 (du 19/10/15 au 23/10/15) Date : 21/10/2015 Heure : de 9h00 à 10h00 Professeur : Pr. Tagzirt Binôme : n

Plus en détail

INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES

INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES RÉSUMÉ EN FRANÇAIS INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES INTRODUCTION : LES DONS SANGUINS ET LES AGENTS INFECTIEUX La production

Plus en détail

Résultats d une analyse de sang effectué sur un enfant atteint d une déficience innée

Résultats d une analyse de sang effectué sur un enfant atteint d une déficience innée Chap. 7- Doc. 2 Déterminez le rôle et l origine des lymphocytes Pour cela : - Comparez la quantité de lymphocytes chez un enfant bulle et chez un individu normal. - Mettez en relation le nombre de lymphocytes

Plus en détail

D après vous, à qui pourraient appartenir ce(s) sang(s)? Comment pourrait-on le(s) identifier?

D après vous, à qui pourraient appartenir ce(s) sang(s)? Comment pourrait-on le(s) identifier? TP Etude du sang Sur la scène de crime, nous avons retrouvé différents échantillons de sang (sur la victime, à côté d elle, sur la lame de scie, dans des tubes à essai). On se propose de déterminer la

Plus en détail

Des déficiences présentes

Des déficiences présentes Des déficiences présentes Comment se fait-il que dans certains cas, le système immunitaire ne fonctionne pas convenablement? Problèmes : 1. Pourquoi certains enfants sont-ils mis sous bulle plastique?

Plus en détail

Item 17 : Principales complications de la grossesse HyperTension Artérielle (HTA) gravidique (Évaluations)

Item 17 : Principales complications de la grossesse HyperTension Artérielle (HTA) gravidique (Évaluations) Item 17 : Principales complications de la grossesse HyperTension Artérielle (HTA) gravidique (Évaluations) Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) Date de création du document

Plus en détail

Laboratoire physiologie/ fac mad Batna. La régulation de la glycémie. Aspects pratiques. TD adapté sur la base documentaire du Dr. N.

Laboratoire physiologie/ fac mad Batna. La régulation de la glycémie. Aspects pratiques. TD adapté sur la base documentaire du Dr. N. Université Hadj Lakhdar Batna Faculté de médecine de Batna Laboratoire de physiologie La régulation de la glycémie Aspects pratiques TD adapté sur la base documentaire du Dr. N.CHIBOUT Tache N 1 Quel est

Plus en détail

sanguins 2- Polymorphisme des groupes sanguins :

sanguins 2- Polymorphisme des groupes sanguins : 2- Polymorphisme des groupes : Tous les individus qui composent l espèce humaine sont génétiquement très proches les uns des autres, mais la présence d un grand polymorphisme dans l information génétique

Plus en détail

Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé!

Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé! Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé! Dosage pondéral des Ig! é à â à é é é é é é â é Electrophorèse des protides (1) " Explorent : 1) Inflammation 2) Immunoglobulines 3) Foie

Plus en détail

DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL

DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL NUTRITION ET CHUTES DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL 1. Nutrition correcte, normale, bonne Une alimentation équilibrée et diversifiée qui arrive à subvenir aux besoins de la personne : quantitatifs et qualitatifs.

Plus en détail

Qu'est-ce que le diabète?

Qu'est-ce que le diabète? Qu'est-ce que le diabète? Le diabète est une maladie qui touche de plus en plus de citoyens gaspésiens, québécois et canadiens. La prévalence de cette maladie sur la population mondiale atteint actuellement

Plus en détail

Tâche : Les problèmes du système excréteur urinaire

Tâche : Les problèmes du système excréteur urinaire Les problèmes du système excréteur urinaire http://www.bioweb.lu/anatomie/rein/rein.jpg Guide de l enseignant Document de travail RienST_guide de l'enseignant modifié.doc 1 Nous avons choisi façon de présenter

Plus en détail

Infestation à Toxoplasma gondii, et toxoplamose

Infestation à Toxoplasma gondii, et toxoplamose Fiche technique n 17 2 ème édition Infestation à Toxoplasma gondii, et toxoplamose La toxoplasmose est causée par un parasite qui se multiplie dans l intestin des félidés et dans de nombreuses cellules

Plus en détail

SANG et TRANSFUSION. Objectifs : savoir se repérer à partir de notions simples Introduire la notion d hémovigilance

SANG et TRANSFUSION. Objectifs : savoir se repérer à partir de notions simples Introduire la notion d hémovigilance SANG et TRANSFUSION Objectifs : savoir se repérer à partir de notions simples Introduire la notion d hémovigilance Plan du cours Les groupes sanguins érythrocytaires Les examens immunohématologiques TRANSFUSION

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse 1. La moelle osseuse : un rôle vital pour le corps humain Page 2/23 1.1. Qu est ce que la moelle osseuse? La moelle osseuse est indispensable à la

Plus en détail

A- Exploiter des animations pour repérer une mutation et étudier son mécanisme de réparation.

A- Exploiter des animations pour repérer une mutation et étudier son mécanisme de réparation. THEME 1A : Expression, stabilité et variation du patrimoine génétique Chapitre 2 : Variabilité Génétique et Mutation de l ADN TP-3-: Réparation de l ADN, mutations et polyallélisme Les mutations de l ADN

Plus en détail

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic Département de Biologie Laboratoire de Biochimie - Immunologie Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 4 (S4) 2004-2005 Module de Biologie Humaine M 16.1 Élément d Immunologie

Plus en détail