La perspective genre dans la gestion du cycle de projet/programme

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La perspective genre dans la gestion du cycle de projet/programme"

Transcription

1 La perspective genre dans la gestion du cycle de projet/programme Dans le cadre du module genre du International Master of Advanced Studies (IMAS) en études du développement 17 mars 2009, IHEID Rosemarie Lausselet

2 Intégrer genre dans le PCM, une question d équité et d efficacité Postulats à la base de cette présentation/de la plupart des coopérations: L intégration du genre dans les projets/programme est une question fondamentale de justice sociale et d équité C est une question incontournable pour la durabilité et l efficacité des projets/programmes Il y a des lieux de changement, des ouvertures et des alliances possibles L expression du changement doit être soutenue et facilitée Elle requiert une compétence spécifique (connaissances concept genre, capacités techniques, outils adéquats) pour traduite en actions concrètes un concept qui sinon risque de rester théorique 2

3 PCM et Gestion axée sur les résultats de développement Un vaste consensus au service du développement Déclaration du millénaire (2000) et objectifs du Millénaire pour le développement (OMD 2001) Consensus de Monterrey (2002) Déclaration de Rome (2003) Mémorandum de Marrakech (2004) Sommet M+5 (2005) Déclaration de Paris (2005) Évaluation de la Déclaration de Paris (2008) résultant en de nombreuses initiatives conjointes pour la Gestion axée sur les résultats de développement GRD, un concept évolutif 3

4 Qu entendons-nous par gestion du cycle de projet/programme (PCM)? Il s agit d un cycle constitué de plusieurs phases: Identification (ou analyse préliminaire) Préparation (planification) Mise en œuvre et suivi (ou monitoring) Évaluation 4

5 et par intégration de la perspective genre dans le PCM (gender mainstreaming) C est intégrer systématiquement la perspective genre dans toutes les phases de la gestion d un programme/projet ( Identification Planification Réalisation et monitoring Evaluation), dans les instruments et méthodes utilisés. Suppose: L existence de partenaires soucieux de l égalité et disposant de la compétence genre nécessaire; Un dialogue entre les femmes et les hommes (groupes cibles, partenaires ). De bonnes connaissances de base du PCM 5

6 I. GENRE DANS LA PHASE D IDENTIFICATION Deux approches possibles -non exclusives- pour avoir une meilleure compréhension de la réalité: a) Introduire la perspective genre comme thème transversal dans l analyse «traditionnelle» (pays, région, secteur, communauté ) intégrer le genre dans les méthodes de collecte de données ventiler les données (quantitatives et qualitatives) recueillies par sexe veiller à ce que les différents groupes de femmes et d hommes soient consultés inclure des femmes et des hommes dans l équipe d analyse s assurer la participation d un-e expert-e. 6

7 I. GENRE DANS LA PHASE D IDENTIFICATION Processus sociaux endogènes Programmes/projets planifiés lunette genre CONTEXTE 7

8 I. GENRE DANS LA PHASE D IDENTIFICATION b) Procéder à une analyse spécifique genre (ou diagnostic genre) dans le but de mieux comprendre les principaux facteurs qui déterminent le mode de vie des femmes et des hommes dans un contexte donné (rôles, vulnérabilité, besoins spécifiques des groupes-cibles, politiques, problèmes de développement social ) Déterminer le pourquoi des disparités, leur gravité, les moyens déjà en place ou à mettre en œuvre pour les atténuer en fonction des différents groupes de femmes et d hommes (revenus, âge, ) Que devons-nous savoir pour garantir que la planification du projet/programme (ou de la politique) tienne compte des besoins/des potentialités des femmes et des hommes, des filles et des garçons, que les activités aient les effets 8 attendus?

9 II. GENRE ET PLANIFICATION Planification: le processus au travers duquel les buts et objectifs d un programme/projet sont établis, les partenaires identifiés, les intrants calibrés, les activités et leur échéanciers déterminées, le dispositif de monitoring défini, de telle manière que les extrants et effets attendus puissent être atteints à temps. L intégration de la perspective genre est négociée au cours de ce processus. Les protagonistes d un projet/programme y définissent les objectifs et résultats attendus spécifiques à atteindre en terme de promotion de l égalité. 9

10 II. GENRE ET PLANIFICATION Le cadre logique est un des instruments de planification les plus utilisés. Il permet de concevoir des projets de développement, de structurer l analyse de réalités complexes; il facilite la diffusion d une information claire sur un projet, sa planification, son suivi et l évaluation. L un des principes fondamentaux du cadre logique est d établir une hiérarchie verticale des objectifs. A chaque niveau d objectif(s) correspond un niveau de résultats. Intégrer le genre dans le cadre logique signifie vérifier un certain nombre de points essentiels à tous les niveaux. 10

11 Les trois niveaux de résulats Planification Accomplissement Finalité (objectif de développement) IMPACT pertinence But de l intervention, effets attendus (Outcome) OUTCOME Extrants planifiés (Outputs)? efficacité efficience OUTPUTS Activités planifiées ACTIVITES INTRANTS (inputs) 11

12 Le cadre logique Hiérarchie des objectifs Niveaux de résultats Questions-clés, critères, indicateurs Facteurs externes (risques, potentiels, défis) et hypothèses Contexte 1. Finalité (objectif de développement) vers lequel le programme doit tendre 1. Impact, changements à long terme (souhaité) 1. Questions-clés (pertinence), indicateurs, sources d information. 1. Facteurs externes (risques et obstacles, défis et moteurs du développement ) Domaine d influence, partenariat, coopération, action conjointe 2. But de l intervention (objectifs du programme / du projet) 2. Outcome (attendus) 2. Questionsclés, (efficacité), indicateurs, sources d information 2. Facteurs externes Domaine de la responsabilité directe et immédiate 3. Objectifs opérationnels directs 3. Outputs (planifiés) 3. «Indicateurs» (efficience), sources d information 3. Facteurs externes Activités Intrants 12

13 Le genre et le cadre logique 1 Contexte Domaine d influence, partenariat, Les coopération, hommes et les action conjointe femmes ont-ils pu donner Domaine leur de avis la sur responsabilité les problèmes directe et existants? immédiate Les indicateurs qualitatifs ou quantitatifs Hiérarchie à tous des les niveaux Niveaux sont-ils objectifs ventilés par sexe? de résultats 1. Finalité (objectif de développement) vers laquelle le programme doit tendre 2. Objectifs du programme / du projet 1. Impact, changements à long terme 2. Effets Les objectifs de développement visent-ils 3. Objectifs 3. Extrants opérationnels la problématique genre? directs Répondent-ils aux besoins stratégiques en Activitéstransformant les Intrants institutions qui perpétuent les inégalités? Questions-clés, critères, indicateurs 1. Questionsclés (pertinence), indicateurs, sources d information. Facteurs externes (risques, potentiels, défis) et hypothèses 1. Facteurs externes (risques et obstacles, défis et moteurs du développement ) 2. Questionsclés, (efficacité), 2. Facteurs externes indicateurs, Le programme a-t-il contribué sources à l amélioration les d information conditions de vie des femmes 3. «Indicateurs» et des hommes? 3. Facteurs externes (efficience), Les inégalités et les sources résistances à d information l approche genre sont-elles prises en compte? 13

14 Le genre et le cadre logique 2 Domaine d influence, partenariat, coopération, action conjointe Domaine de la responsabilité directe et immédiate Hiérarchie des objectifs Le genre figure-til expressément Contexte dans les objectifs? 1. Finalité (objectif de développement) vers laquelle le programme doit tendre 2. Objectifs du programme / du projet 3. Objectifs opérationnels Le projet directs offre-t-il le même appui aux capacités et aux Activités potentialités des femmes et des hommes? Niveaux de résultats Faut-il prévoir des 1. Impact, objectifs changements à spécifiques? long terme 2. Outcome 3. Outputs Intrants Questions-clés, Qu est-ce Facteurs qui externes facilite critères, ou entrave (risques, les potentiels, efforts indicateurs défis) et hypothèses qui tendent vers 1. Questions-clésl égalité 1. Facteurs entre femmes externes (pertinence), (risques et hommes? et indicateurs, obstacles, défis et sources moteurs du d information. développement ) 2. Questionsclés, (efficacité), indicateurs, sources d information 3. «Indicateurs» Les (efficience), partenaires ontils sources développé leur d information compétence genre et changé de comportement? 2. Facteurs externes 3. Facteurs externes 14

15 Le genre et le cadre logique 3 Hiérarchie des Niveaux Questions-clés, Facteurs externes objectifs Les femmes de et résultats les critères, (risques, potentiels, hommes bénéficient-ils indicateurs défis) et hypothèses équitablement des Contexte 1. Finalité 1. Impact, 1. Questions-clés 1. Facteurs externes ressources changements du (objectif de à (pertinence), (risques et programme/projet? Les moyens sont-ils long terme indicateurs, obstacles, défis et Les objectifs tiennent-ilsdéveloppement) appropriés pour vers laquelle le sources moteurs du compte des avis / des programme doit d information. favoriser développement l intégration de Les résultats ) priorités des femmes et tendre la perspective genre? escomptés sont- ventilés 2. par Questions- 2. Facteurs externes des hommes? Faut-il prévoir des Domaine 2. Objectifs 2. Outcomeils ressources spécifiques? d influence, du programme sexe? clés, (efficacité), partenariat, / du projet indicateurs, coopération, sources action conjointe d information Domaine de la responsabilité directe et Toutes les immédiate activités offrent-elles des chances équitables aux femmes et aux hommes d y participer et d en profiter? 3. Objectifs opérationnels directs Activités 3. Outputs Intrants 3. «Indicateurs» (efficience), sources d information 3. Facteurs externes 15

16 Le genre et le cadre logique 4 Remarque: plusieurs effets (outcome) sont parfois nécessaire pour atteindre l objectif de programme/projet visé. Exemple pour contribuer à ce que les filles soient plus et mieux scolarisées: a) Il y a plus d enseignant-e-s bien formé-e-s, sensibles à la scolarisation des filles. Facteurs de changement nécessaire: conviction des enseignant-e-s, mise en œuvre active des formations reçues (tranfert, appropriation) b) Les familles et les autorités locales comprennent l importance de la scolarisation des filles.les personnes concernées changent résolument leurs discours et leurs pratiques. c) Les infrastructures scolaires sont plus «gender sensitive» (latrines séparées par exemple). Les responsables entretiennent et maintiennent avec conviction les équipements. 16

17 III. GENRE, MISE EN ŒUVRE ET SUIVI 1 Planification: la projection idéale d un état futur; la notion de mise en œuvre est essentielle. En ce qui concerne le genre, importance de veiller à ne pas rester dans la rhétorique, de passer réellement du discours à la mise en œuvre. Suivi ou monitoring: focus on outcome Une fonction d observation continue consistant à collecter systématiquement des informations pertinentes concernant la réalisation du projet/programme. Elles doivent fournir aux gestionnaires et aux protagonistes principaux d un programme/projet des indications sur les progrès réalisés et l atteinte des objectifs, ainsi que sur les processus. L art de recueillir avec un minimum d efforts les informations nécessaires pour décider en temps voulu de l orientation. 17

18 III. GENRE, MISE EN ŒUVRE ET SUIVI 2 Un système de suivi doit en principe être conçu lors de la planification. Les informations collectées ( base de données) permettent de saisir la réalité de la mise en œuvre d un programme/projet, l adéquation et les écarts avec ce qui était prévu. Si nécessaire, elles conduisent à des réadaptations et des réorientations du programme/projet. 18

19 III. GENRE, MISE EN ŒUVRE ET SUIVI 3 Pour réaliser un système de suivi: Définir un champ d observation (extrants, processus, effets, impact, durabilité, contexte ). Définir les questions-clés pertinentes pour le projet/programme afin de comparer l évolution de la situation des femmes et des hommes, des filles et des garçons et au besoin des indicateurs. Charger les personnes responsables de recueillir régulièrement les informations pertinentes (pas égal à cimetière de données). Remarque: la collecte des informations sur les questions genre n incombe pas seulement aux femmes 19

20 III. GENRE, MISE EN ŒUVRE ET SUIVI 4 Pour intégrer la perspective genre dans un système de suivi: Veiller à définir des questions-clés et des indicateurs différenciés par sexe, afin de mettre en évidence les différences et les disparités entre femmes et hommes, filles et garçons. Pour un suivi cohérent: suivre la dimension genre à tous les niveaux de résultats (! Au phénomène «d évaporation»). Remarque: le suivi est plus facile si l approche genre est incluse dans la planification et dans la stratégie globale. 20

21 III. GENRE, MISE EN ŒUVRE ET SUIVI 5 Les indicateurs: variables qui fournissent un moyen simple et fiable de mesurer des réalisations et/ou des processus quantitatifs ou qualitatifs, ainsi que des changements au niveau du programme/projet ou du contexte. Distinguer les indicateurs généraux, utilisés au niveau macro : Par ex. taux de prévalence VIH/SIDA dans le pays x de ceux utiles au niveau micro, propres au programme/projet: par ex. le nombre de grossesses précoces chez les jeunes filles en Ouganda constitue un bon indicateur de l efficacité d un programme de prévention en Ouganda. 21

22 IV. GENRE ET EVALUATION 1 Evaluation: appréciation, la plus systématique et objective possible, d une politique, d un programme/projet en cours ou achevé, de sa conception, de sa mise en œuvre et de ses résultats. Le but est de déterminer la pertinence, la réalisation des objectifs de développement, l efficacité, l efficience et la durabilité. 3 finalités: Redevabilité management apprentissage. Le poids attribué à chaque finalité détermine le type d évaluation: autoévaluation, évaluation externe; indépendante, audit; ex ante, ex post ) Problème genre: les évaluations générales tiennent rarement compte des spécificités des deux sexes. Même lorsque données ventilées par sexe, analyse différenciée selon le genre superficielle. 22

23 IV. GENRE ET EVALUATION 2 Queques pistes pour intégrer le genre dans une évaluation: Inclure la perspective genre dans les ToR (objectifs de l évaluation, questions appropriées pour déceler les avantages/résultats que le programme/projet apporte aux femmes et aux hommes, les changements dans les rapports hommes/femmes, liens entre intégration de la perspective genre et l amélioration des extrants ). Choisir soigneusement l équipe d évaluation (compétence genre, hommes/femmes, Nord/Sud, donateurs/partenaires). Intégrer le genre dans les méthodologies d évaluations et les instruments utilisés. Dans les questionnements, mettre l accent aussi bien sur résultats que sur les processus ou les pratiques institutionnelles. 23

24 Auto-évaluation / bilan axé sur la perspective genre Contexte du programme / projet Le programme / projet vise-t-il la problématiq ue genre? Impact Effets Extrans Activités et processus Intrants Dispose-t-on de données et d informations ventilées par sexe? Efficience Efficacité Les partenaires et les donateurs s engagent-ils assez dans ce sens? Les contrats ont-ils été respectés? Impact Pertinence Durabilité A-t-on atteint les effets escomptés dans la dimension genre? A-t-on assigné des rôles et défini des responsabilités pour appliquer l approche intégrée de l égalité? Comment a-ton abordé la problématique genre? A-t-on mis l accent sur les liens entre intégration de la perspective genre et l amélioration des extrants? 24

25 Evaluation externe / indépendante axée sur la perspective genre Les objectifs de développement incluent-ils la perspective genre? Contexte du programme / projet Quels sont les impacts attendus et non attendus pour les femmes, les hommes? Impact Effets Extrants Activités et processus Intrants Efficience Quel est l impact du programme / projet sur les rapports sociaux entre hommes et femmes? Efficacité Impact Pertinence Le niveau d engagement des organismes partenaires est-il suffisant? Les capacités nécessaires pour changer les rapports de genre ontelles été renforcées? Durabilité Liens entre promotion de l égalité et réduction de la pauvreté? Quels changements de contexte, y compris dans les rapports de genre? Activités du programme / projet conformes aux politiques d égalité (pays concerné, bailleur)? Mise en évidence des liens entre l intégration (ou non) de la perspective genre aux niveaux micro- et macro? 25

Module I COMPRENDRE L ENJEU, POLITIQUE, PRINCIPES ET CONTEXE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS DU DEVELOPPEMENT

Module I COMPRENDRE L ENJEU, POLITIQUE, PRINCIPES ET CONTEXE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS DU DEVELOPPEMENT LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS DU DEVELOPPEMENT Module I COMPRENDRE L ENJEU, POLITIQUE, PRINCIPES ET CONTEXE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS DU DEVELOPPEMENT 1 Les valeurs à partager pendant l

Plus en détail

La gestion de projet

La gestion de projet K E K σ C D C C O N S U L T A N T S rue Hugi 3 CH 2502 Biel Bienne Tél: +41 32 325 19 25 Fax: +41 32 325 19 29 e-mail: kessler@kek.ch www.kek.ch La gestion de projet Sommaire 1 Le concept de «projet» 1

Plus en détail

SOIXANTIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE A60/19

SOIXANTIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE A60/19 SOIXANTIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE A60/19 Point 12.12 de l ordre du jour provisoire 29 mars 2007 Projet de stratégie visant à intégrer l analyse des spécificités de chaque sexe et une démarche

Plus en détail

La question sociale et le genre dans l Approche de la Santé Humaine

La question sociale et le genre dans l Approche de la Santé Humaine La question sociale et le genre dans l Approche Écosystémique de la Santé Humaine Bamako, Juin 2006 CRDI Jean-Michel LABATUT Facteurs qui influencent la santé Contacts populations humaines - vecteurs Biologiques

Plus en détail

Partie 2 Les Cadres: Objectifs spécifiques:

Partie 2 Les Cadres: Objectifs spécifiques: Partie 2 Les Cadres: Objectifs spécifiques: A la fin de ce module, les participants doivent être capables de: Définir les cadres de S&E; Décrire les caractéristiques des différents types de cadres (conceptuel,

Plus en détail

GESTION AXÉE SUR LES RESULTATS. Concepts et Principes

GESTION AXÉE SUR LES RESULTATS. Concepts et Principes Cellule d Analyse de Politiques Gestion Axée sur les Résultats Abidjan Economiques du CIRES GESTION AXÉE SUR LES RESULTATS Concepts et Principes 1 Structure de la Présentation 1. Contexte de la GAR 2.

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

STAGE DE FORMATION SOUS REGIONALE SUR LE «MODALITES DE MISE EN ŒUVRE DE L APPROCHE SECTORIELLE»

STAGE DE FORMATION SOUS REGIONALE SUR LE «MODALITES DE MISE EN ŒUVRE DE L APPROCHE SECTORIELLE» Contact et information Cesar Goudon Initiatives Conseil International (ICI) 40 avenue Kwame Nkrumah 01 BP 6490 Ouagadougou 01 Burkina Faso, Tél : 00226 50310553/50310580 cesar.goudon@ici-partenaire-entreprises.com

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

Gestionnaire de petite ou moyenne structure. Programme de Formation

Gestionnaire de petite ou moyenne structure. Programme de Formation Gestionnaire de petite ou moyenne structure Programme de Formation 1. Le public A travers ce dispositif de formation, la CCI de l Oise souhaite accompagner : Les jeunes créateurs souhaitant développer

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Séminaire des auditeurs de l ACORS. Club Belambra Presqu île du Ponant, La Grande-Motte, Les 16, 17 et 18 septembre 2015

Séminaire des auditeurs de l ACORS. Club Belambra Presqu île du Ponant, La Grande-Motte, Les 16, 17 et 18 septembre 2015 Séminaire des auditeurs de l ACORS Club Belambra Presqu île du Ponant, La Grande-Motte, Les 16, 17 et 18 septembre 2015 Intervenant : Philippe AVRIL Sous-Directeur Adjoint du DPMRF (Contrôle Interne) DDFC-CNAMTS

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Mener des entretiens professionnels

Mener des entretiens professionnels Formations Mener des entretiens professionnels Durée :... 2,5 jours - 18 heures Personnel concerné :... tout responsable hiérarchique ayant à mener des entretiens d évaluation Méthode pédagogique :...

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

Le projet «Lutter contre l abandon scolaire des jeunes filles à Kédougou»

Le projet «Lutter contre l abandon scolaire des jeunes filles à Kédougou» Le projet «Lutter contre l abandon scolaire des jeunes filles à Kédougou» Résumé du projet L action vise principalement à lutter contre l abandon scolaire et renforcer l accès à l éducation des jeunes

Plus en détail

Les Jeudis de la Reprise. Programme de Formation

Les Jeudis de la Reprise. Programme de Formation Les Jeudis de la Reprise Programme de Formation 1. Les objectifs : L'objectif fondamental de ce dispositif est d'aider un repreneur potentiel à reprendre une. Ce dispositif s'engage à accroître la capacité

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Consensus sur les données en Afriques

Consensus sur les données en Afriques Consensus sur les données en Afriques Huitième Réunion annuelle conjointe du Comité technique spécialisé de l Union africaine sur les finances, les affaires monétaires, la planification économique et l

Plus en détail

LE PROCESSUS D AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ

LE PROCESSUS D AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ LE PROCESSUS D AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ Étape : Observer Portrait et analyse de la situation initiale Cette étape permet de faire le portrait de la situation actuelle de même que des besoins

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Normes d audit internes (Exercices + corrigés)

Normes d audit internes (Exercices + corrigés) A Exercices Normes d audit internes (Exercices + corrigés) 1 Le comité d audit est le plus susceptible de participer à l approbation A Des promotions et augmentations de salaire des auditeurs B Des observations

Plus en détail

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques Anne M. Marchetti Programme Aperçu général de la gestion des risques, de l évaluation des risques et du contrôle interne Contexte actuel Contrôle interne

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Artisanat et Création d Emploi, quel Avenir Économique pour les Jeunes?

Artisanat et Création d Emploi, quel Avenir Économique pour les Jeunes? BURKINA FASO Unité-Progrès-Justice SALON INTETERNATIONAL DE L ARTISANAT DEOUAGADOUGOU (SIAO) TERMES DE REFERENCE SEPTEMBRE Artisanat et Création d Emploi, quel Avenir Économique pour les Jeunes? Septembre

Plus en détail

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement Agence de Développement Social Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement SOMMAIRE 1. vision 2. Mission de l ADS dans le domaine de la Protection de l Environnement,

Plus en détail

L approche budgétaire au Burkina Faso : situation actuelle et innovations en vue de la responsabilisation

L approche budgétaire au Burkina Faso : situation actuelle et innovations en vue de la responsabilisation L approche budgétaire au Burkina Faso : situation actuelle et innovations en vue de la responsabilisation L objet de cette communication est de décrire brièvement l approche budgétaire comme instrument

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

LA SAINE GESTION DES FINANCES PUBLIQUES DES PAYS EN DÉVELOPPEMENT:

LA SAINE GESTION DES FINANCES PUBLIQUES DES PAYS EN DÉVELOPPEMENT: LA SAINE GESTION DES FINANCES PUBLIQUES DES PAYS EN DÉVELOPPEMENT: Une composante essentielle à la croissance économique et à la réduction de la pauvreté Présenté par Dominic Bourcier Chef, spécialistes

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc.

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc. GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 1. Gestion opérationnelles des RH 2. Audits GHR 3. Recrutement et dotation 4. Évaluation psychométrique 5. Consolidation et coaching 6. Transition de carrière 1. COMMENT

Plus en détail

Charte de l audit interne de la Direction Générale de la Dette

Charte de l audit interne de la Direction Générale de la Dette MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DE LA PROSPECTIVE RÉPUBLIQUE GABONAISE Union-Travail-Justice ------------ -------- SECRETARIAT GENERAL ------------ ------------ DIRECTION DE L AUDIT ET DU CONTROLE ------------

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation.

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation. COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation Manuel Gestion du Cycle de Projet Programmation Evaluation Identification Mise en œuvre Instruction Financement Mars

Plus en détail

Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015

Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015 Document de travail 20.02.2014 Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015 20.02.2014 Les questions liées à la santé sont des éléments clés dans le cadre des objectifs actuels du Millénaire

Plus en détail

INFORMATIQUE - ANALYSE ET CONCEPTION D APPLICATIONS

INFORMATIQUE - ANALYSE ET CONCEPTION D APPLICATIONS MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION INFORMATIQUE

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES FORMATION

CAHIER DES CHARGES FORMATION CAHIER DES CHARGES FORMATION 1. INTITULE (COMPLETE) DE LA FORMATION : Gestion financière, planification, suivi et évaluation des programmes/projets de 2. CONTEXTE : La stratégie actuelle de l Agence de

Plus en détail

E/2005/NGO/21 Principes d apprentissage/autonomisation pour le renforcement des capacités

E/2005/NGO/21 Principes d apprentissage/autonomisation pour le renforcement des capacités Nations Unies E/2005/NGO/21 Conseil économique et social Distr. générale 25 mai 2005 Français Original: anglais Session de fond de 2005 New York, 29 juin-27 juillet 2005 Point 2 de l ordre du jour provisoire*

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN/E EXPERT/E NATIONAL EVALUATION FINALE, DOCUMENTATION ET VALORISATION DES RESULTATS DU PROJET

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN/E EXPERT/E NATIONAL EVALUATION FINALE, DOCUMENTATION ET VALORISATION DES RESULTATS DU PROJET TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN/E EXPERT/E NATIONAL EVALUATION FINALE, DOCUMENTATION ET VALORISATION DES RESULTATS DU PROJET "APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DU PROGRAMME QUADRIENNAL DE MAITRISE

Plus en détail

Partie 3 LES OUTILS D ÉVALUATION

Partie 3 LES OUTILS D ÉVALUATION Partie 3 LES OUTILS D ÉVALUATION Houp! Planification du projet Planification Objectif global Problème Introduction Les outils de planification de projet Les outils de planification de l évaluation Les

Plus en détail

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/10/6 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 SEPTEMBRE 2012 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Dixième session Genève, 12 16 novembre 2012 RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET RELATIF

Plus en détail

Réponse du Congo ANNEXE I

Réponse du Congo ANNEXE I Réponse du Congo ANNEXE I QUESTIONNAIRE SUR LES BESOINS ET PRIORITÉS NATIONAUX EN MATIÈRE DE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ET DE CRÉATION DE CAPACITÉS, AFIN D APPUYER LA MISE EN OEUVRE DU PROTOCOLE DE NAGOYA

Plus en détail

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)?

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)? Stratégie nationale de de la Stratégie de de la de la République de Guinée Equatoriale. 2003-2008 Séminaire de présentation de la Stratégie de de la de la Guinée Equatoriale. Malabo, 25 janvier 2005 Présentation

Plus en détail

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY I- Le processus de risk management selon ISO 27001(2005), NSIT : 8000 (2002) et Frosdick (1997) : Ce processus inclut

Plus en détail

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire Recommandations organisationnelles Outils et guides Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Mai 2013 Le document source est téléchargeable

Plus en détail

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation 1- La place du Suivi dans un cycle de projet Le suivi est un processus continu prenant en compte la dimension dynamique du cycle de projet. Le contexte change, l exécution des activités modifie la réalité

Plus en détail

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique:

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation Hanns Seidel Original : français La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de

Plus en détail

L APPORT DE L AUDIT INTERNE AU SECTEUR PUBLIC: GESTION PAR LA PERFORMANCE

L APPORT DE L AUDIT INTERNE AU SECTEUR PUBLIC: GESTION PAR LA PERFORMANCE L APPORT DE L AUDIT INTERNE AU SECTEUR PUBLIC: GESTION PAR LA PERFORMANCE CONFÉRENCE INTERNATIONALE FRANCOPHONE DE L UFAI ESTHER STERN, CONSEILLÈRE INTERRÉGIONALE, GESTION DES FINANCES PUBLIQUES NATIONS

Plus en détail

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Consultant-Formateur Elu local Une question bien embarrassante! Parce qu elle renvoie à la capacité d une organisation

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

Indicateur stratégique : c est celui qui permet de suivre les objectifs définis au niveau stratégique liés à une orientation politique.

Indicateur stratégique : c est celui qui permet de suivre les objectifs définis au niveau stratégique liés à une orientation politique. DETERMINER LES INDICATEURS Une fois les objectifs clairement définis, il est nécessaire d y associer des indicateurs pour le suivi régulier des actions mises en œuvre en vue d atteindre la référence souhaitée.

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

Service de l adaptation scolaire et des services complémentaires

Service de l adaptation scolaire et des services complémentaires Service de l adaptation scolaire et des services complémentaires 2955, boulevard de l Université, Sherbrooke (Québec) J1K 2Y3 Téléphone : 819 822-5540 Télécopieur : 819 822-5286 Le concept de besoin Dans

Plus en détail

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II.

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. 1. L objectif du projet : Le programme s inscrit dans le programme pays du PNUD, dans

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative

Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative Titre de l'initiative : Appui à la mise en œuvre du plan d action de la stratégie nationale de développement

Plus en détail

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action?

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? Sources : Méthodologie de projet / fiches pratiques / comment passer d une idée à sa mise en

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat)

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat) DIXIEME SESSION DE LA CONFERENCE DES PARTIES Bergen, 20-25 novembre 2011 Point 18 de l ordre du jour CONVENTION SUR LES ESPECES MIGRATRICES CMS Distribution: Générale PNUE/CMS/Conf.10.17 26 septembre 2011

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

Plan de formation des OSC de niveaux 2 et 3

Plan de formation des OSC de niveaux 2 et 3 FONDS EUROPEEN DE DEVELOPPEMENT REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Programme de l Union Européenne pour la Société Civile et la Culture/PESCC 10 ème FED Plan de formation des OSC de niveaux 2 et 3 DP1

Plus en détail

Outil 5 : Exemple de guide d évaluation des auditeurs internes

Outil 5 : Exemple de guide d évaluation des auditeurs internes Audit Committee Institute Outil 5 : Exemple de guide d évaluation des auditeurs internes Le comité d audit joue un rôle de plus en plus important dans l orientation et l exécution des travaux de l audit

Plus en détail

Résumé du Mémoire d Executive Master

Résumé du Mémoire d Executive Master EXECUTIVE MASTER EN POLITIQUES ET PRATIQUES DU DEVELOPPEMENT (DPP) Année Académique 2012 2013 Résumé du Mémoire d Executive Master Bilan d une approche basée sur l accompagnement des partenaires: Cas du

Plus en détail

ÉVALUATION DES FORMATIONS

ÉVALUATION DES FORMATIONS ÉVALUATION DES FORMATIONS SUIVIES PAR LES GESTIONNAIRES DES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ DE LA RÉGION DE CHAUDIÈRE-APPALACHES EN GESTION DU CHANGEMENT, GESTION DE PROJET ET EN LEAN MANAGEMENT Suzanne Pelletier,

Plus en détail

Le développement managériale

Le développement managériale Le développement managériale Comment et pourquoi le manager est au centre du processus Le concept managériale: «Business & People Partner partner: Business partner : participer à l efficacité et à la qualité

Plus en détail

Lignes directives de la JICA pour l évaluation des projets ~ Méthode pratique d évaluation des projets ~

Lignes directives de la JICA pour l évaluation des projets ~ Méthode pratique d évaluation des projets ~ Lignes directives de la JICA pour l évaluation des projets ~ Méthode pratique d évaluation des projets ~ Septembre 2004 Bureau des évaluations, Département de la planification et de la coordination Agence

Plus en détail

REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT

REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT PREFECTURE DE LA REGION AQUITAINE Direction régionale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle Santé Sécurité Travail REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT

Plus en détail

I. Check-list du développement de programmes - Frontières intérieures de l UE 2007-2013

I. Check-list du développement de programmes - Frontières intérieures de l UE 2007-2013 I. Check-list du développement de programmes - Frontières intérieures de l UE 2007-2013 25 juillet 2006 Etapes du développement de programmes Conditions interinstitutionnelles Actions nécessaires Structure

Plus en détail

Catalogue de formation 2012

Catalogue de formation 2012 Catalogue de formation 2012 www.h-conseil.com H comme Humain H Conseil est une société de conseil et de formation basée à Saint Nazaire et opérant partout, aussi bien en France qu à l étranger. La conviction

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU COORDONNATEUR DU PROJET DE MISE EN PLACE DES DISPOSITIFS NATIONAUX D EVALUATION

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU COORDONNATEUR DU PROJET DE MISE EN PLACE DES DISPOSITIFS NATIONAUX D EVALUATION TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU COORDONNATEUR DU PROJET DE MISE EN PLACE DES DISPOSITIFS NATIONAUX D EVALUATION Novembre 2008 1. Contexte La gestion des systèmes d éducation et de formation

Plus en détail

EXEMPLE DE QUESTIONNAIRE BASE SUR LA CIDPH

EXEMPLE DE QUESTIONNAIRE BASE SUR LA CIDPH 7. EXEMPLE DE QUESTIONNAIRE BASE SUR LA CIDPH EN VUE D UN DIAGNOSTIC LOCAL PARTICIPATIF SUR LA SITUATION DES PERSONNES HANDICAPEES Les questions ci-dessous sont basées sur certains articles de la CIDPH

Plus en détail

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail

POLITIQUE 2500-031. ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11. MODIFICATION : Conseil d administration Résolution :

POLITIQUE 2500-031. ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11. MODIFICATION : Conseil d administration Résolution : POLITIQUE 2500-031 TITRE : Politique de gestion intégrée des risques ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11 MODIFICATION : Conseil d administration Résolution : ENTRÉE EN

Plus en détail

Système de gestion des données du secteur des transports (TSDMS)

Système de gestion des données du secteur des transports (TSDMS) Système de gestion des données du secteur des transports (TSDMS) Exposé succinct I. Introduction II. Objet de la gestion des données du secteur des transports III. Efforts passés et présents par le SSATP

Plus en détail

Alliance Globale pour la Résilience AGIR Sahel et Afrique de l Ouest

Alliance Globale pour la Résilience AGIR Sahel et Afrique de l Ouest Alliance Globale pour la Résilience AGIR Sahel et Afrique de l Ouest Guide Méthodologique de Conduite du Dialogue Inclusif Pays «Formulation des Priorités Résilience Pays (PRP-AGIR)» Version Finale (Septembre

Plus en détail

Les domaines, les résultats d apprentissage et les indicateurs de réalisation

Les domaines, les résultats d apprentissage et les indicateurs de réalisation Les domaines, les résultats d apprentissage et les indicateurs de réalisation Les éléments du Cadre FL2 (M-8) sont formulés en termes de résultats d apprentissage généraux, de résultats d apprentissage

Plus en détail

Phase 4 : Amélioration. Revue de direction. Actions correctives. Retour expérience. Valorisation. R Collomp - D Qualité A Améliora2on

Phase 4 : Amélioration. Revue de direction. Actions correctives. Retour expérience. Valorisation. R Collomp - D Qualité A Améliora2on Phase 4 : Amélioration Revue de direction Actions correctives Retour expérience Valorisation Actions d amélioration Réexamen des risques significatifs non totalement éliminés ou les besoins non totalement

Plus en détail

Présenté par DJELOU Kobla AFHON-Togo

Présenté par DJELOU Kobla AFHON-Togo Plaidoyer pour la prise en compte des changements climatiques dans les plans de développement communaux: initiative pilote dans la région des plateaux au Togo. Présenté par DJELOU Kobla AFHON-Togo PLAN

Plus en détail

Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction

Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction Bureau de la coopération suisse au Bénin Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction Selon l Organisation Mondiale de la Santé «la santé est un état complet

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

La Gestion axée sur les Résultats. Energie Workshop. Bangui 16 & 17 Avril 2012

La Gestion axée sur les Résultats. Energie Workshop. Bangui 16 & 17 Avril 2012 La Gestion axée sur les Résultats Energie Workshop. Bangui 16 & 17 Avril 2012 1 Approches et concepts de la gestion axée sur les résultats 1. Comprendre les principaux concepts de la gestion axée sur les

Plus en détail

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité I.1 Principes PDCA

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité I.1 Principes PDCA Phase 1: Planifier Les principes Les principaux référentiels 1 Phase 1: Planifier Les principes PDCA Approche processus Politique Organisation Ressources Plans d actions 2 Né aux États-Unis dans le milieu

Plus en détail

REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL LA SITUATION DE L INTEGRATION DU GENRE SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL, POLITIQUE ET DE PROJET

REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL LA SITUATION DE L INTEGRATION DU GENRE SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL, POLITIQUE ET DE PROJET REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL LA SITUATION DE L INTEGRATION DU GENRE SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL, POLITIQUE ET DE PROJET Introduction A l instar de tous les pays qui ont adhéré à

Plus en détail

Organisation des enseignements au semestre 7

Organisation des enseignements au semestre 7 Organisation des enseignements au semestre 7 UE1 : Pratiques pédagogiques différenciées et adaptées aux besoins éducatifs particuliers (responsable : J. Divry) Transmettre des connaissances et des références

Plus en détail

FORMATION TECHNIQUE. Le samedi 10 Décembre 2011 à Rabat

FORMATION TECHNIQUE. Le samedi 10 Décembre 2011 à Rabat FORMATION TECHNIQUE «Système informatisé de gestion et de suivi-évaluation des projets et programmes basé sur les approches Genre, droit et participation» Le samedi 10 Décembre 2011 à Rabat Tél. : 0537

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

POUR UNE VEILLE SOCIALE ACTIVE VILLE AU CARRE

POUR UNE VEILLE SOCIALE ACTIVE VILLE AU CARRE POUR UNE VEILLE SOCIALE ACTIVE DE L OBSERVATOIRE DU SAN DE SENART VILLE AU CARRE 29 juin 2010 Présentation d une démarche d observation LA VEILLE SOCIALE ET L OBSERVATOIRE 2 Une contribution demandée aux

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/ESCAP/PTA/IISG(1)/2 Conseil économique et social Distr. générale 18 février 2015 Français Original: anglais Commission économique et sociale pour l Asie et le Pacifique Première réunion

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme L'éducation et la formation des femmes CSW41 Conclusions concertées (1997/4) Nations Unies, mars 1997 L'éducation et la formation des femmes 1. On s'accorde largement

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT CONSEIL MANAGEMENT Assurer la responsabilité opérationnelle d une équipe Développer son leadership au sein d une équipe Pratiquer la délégation Conduire une réunion Conduire un entretien individuel-professionnel

Plus en détail