Le bistouri ne fait pas le bonheur

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le bistouri ne fait pas le bonheur"

Transcription

1 NOTRE ENQUÊTE Le bistouri ne fait pas le bonheur Près de 16 % des femmes et 8 % des hommes font appel, chez nous, à la technique pour changer leur apparence. Dans quelles conditions et pour quel résultat? Phénomène de mode, changement des mentalités, pression des médias et de la publicité? Probablement un peu tout ça. Toujours est-il que le nombre d interventions en chirurgie esthétique est en constante augmentation dans notre pays. De opérations recensées en 1995, on est passé à en 2006 (remboursées par personnes interrogées Pour cette enquête, nous avons collaboré avec des associations de consommateurs en Espagne, en Italie et au Portugal. Entre septembre et novembre 2008, nous avons recueilli les témoignages de personnes âgées de 18 à 64 ans. Parmi celles-ci, une partie avait eu recours à un(e) intervention/ traitement esthétique, l autre jamais. Sauf indication contraire, les chiffres cités dans cet article se réfèrent aux réponses données par les répondants belges. Les participants à cette enquête constituent un échantillon représentatif de la population belge pour ce qui est de l âge, du sexe, de la région et du niveau d éducation. Nous n avons considéré que les actes de chirurgie plastique et les traitements esthétiques ne s imposant pas pour des raisons médicales. Il n est donc jamais question de chirurgie reconstructrice.. 23

2 10 BIEN CHOISIR SON CHIRURGIEN RÈGLES INCONTOURNABLES 1 Parlez-en à votre généraliste. Il connaît votre histoire médicale et pourra vous conseiller. 2 Bonne source : le bouche à oreille de personnes opérées que vous connaissez. 3 Méfiance vis-à-vis des publicités/promotions sur certains sites racoleurs. Elles ne garantissent pas la qualité des soins. 4 Choisissez de préférence votre chirurgien plastique (enregistré) au sein de la liste publiée par la Société royale belge de chirurgie plastique reconstructrice et esthétique (RBS- PS) sur son site (www.bspras.org.). 5 Le code INAMI des chirurgiens plastiques se termine par 210. Vérifiez-le sur ses attestations. 6 Prenez la peine de consulter un second chirurgien. Vous pourrez comparer les approches. 7 Exigez que la consultation se fasse avec le chirurgien qui pratiquera l opération. 8 Ce médecin doit prendre le temps de répondre à toutes vos questions. 9 Vérifiez que le lieu où pratique le chirurgien assure une présence médicale permanente ou qu il vous donne les coordonnées d un service de garde avec un chirurgien plasticien. 10 Prenez un délai de réflexion avant de vous engager. Au minimum deux semaines. Traitements et interventions esthétiques les plus demandés (en %)* Traitement au laser Liposuccion Correction des paupières inférieures et supérieures avec produits résorbables Réduction Augmentation Injections de Botox Mésothérapie Microdermabrasion Correction nasale 18, ,8 10,9 10,3 8,1 6 5,3 5,2 4 25,6 11,8 Correction nasale Correction du menton Correction des oreilles décollées Correction paupières inférieures (graisse) Peeling chimique Mésothérapie Implants capillaires Traitement au laser (avec propre graisse) Injections de Botox * Parmi les personnes ayant eu recours à un traitement ou à une intervention. COMPLICATIONS POSSIBLES suite aux interventions chirurgicales les plus courantes 9,6 8,2 7,8 5,8 4,5 4,3 5,2 4 Nombre de jours avant la reprise du travail Effets secondaires/complications Types de complications l INAMI). Et encore, ces statistiques ne sont-elles que partielles, un nombre important d interventions pratiquées notamment en cliniques et cabinets privés n étant pas enregistré et donc pas comptabilisé. La législation, très lacunaire en ce qui concerne ce volet de la médecine, ne s est toujours pas adaptée à cette explosion de la demande. Résultat, le meilleur peut côtoyer le pire et c est le patient qui risque d en faire les frais. D où l importance de savoir comment éviter les pièges et à qui s adresser. Car, une fois le «bon» choix fait, le résultat Réduction Augmentation 15 à %/21 % 5 à %/23 % Liposuccion 3 à 10 37,5 %/12,5 % Abdominoplastie 20 à %/17 % Correction des paupières inférieures et/ou supérieures 4 à %/18 % Correction nasale 8 à %/4 % Infection, nécrose des mamelons et de la peau, lâchage des sutures Durcissement autour de l implant, asymétrie, infection, rejet de l implant, nécrose de la peau Nécrose de la peau, lâchage des sutures, infection et irrégularités Perte de sensations, cicatrices, irrégularité, enflure prolongée, douleur continue (plus de 6 mois) Infection, lâchage des sutures, larmoiement excessif Perte de sensibilité de la pointe du nez 24

3 Quels étaient vos motifs principaux? (en %) Pour changer quelque chose que je n aimais pas dans mon apparence Pour des raisons fonctionnelles Pour me sentir mieux Pour paraître plus jeune 8,3 4,8 15,7 19, ,4 42,7 42,8 Etes-vous satisfait du résultat esthétique? (en %) Très satisfait Pas satisfait Augmentation 87,2 4,3 Injections de Botox 82,1 10,7 Correction nasale 70 10,7 Abdominoplastie 70 10,7 Correction des paupières 68,4 15,8 Réduction 66,7 8,3 Liposuccion 56,7 13,8 Pour paraître moins fatigué(e) 0 5,9 Traitement au laser 49,3 20,5 avec produits résorbables femmes Peeling chimique hommes Mésothérapie 34,4 29,5 Le taux de satisfaction diminue fortement quand on aborde les traitements esthétiques, dont l effet est temporaire. Prix indicatifs des opérations les plus courantes (en ) Réduction Augmentation Liposuccion Abdominoplastie Correction des paupières inférieures et/ou supérieures Correction nasale semble, selon notre enquête, suffisamment bon pour que 61 % des femmes et 24 % des hommes ayant déjà eu recours à un traitement esthétique ou à une intervention chirurgicale de ce type se déclarent prêts à remettre le couvert. Dans près de 50 % des cas, le chirurgien ne propose pas d alternative à l opération Les diktats du moment Il n étonnera personne d apprendre que les femmes sont plus exigeantes avec leur corps que les hommes. Même si ceux-ci, contrairement aux idées bien ancrées, sont également très soucieux de leur apparence. En premier rang des préoccupations : les signes de l âge et le surpoids. Surtout au-delà de 35 ans. Au moment de notre enquête, 59 % des femmes (38 % des hommes) se disaient continuellement préoccupés par leur poids et 41 % des femmes (19 % des hommes) essayaient de perdre des kilos. Autre signe des temps, associer beauté et bistouri n est plus forcément tabou. Heureusement d une certaine façon, car la source d information la plus courante et sans doute la plus fiable semble être le bouche à oreille. Seuls 28 % des opérés avaient obtenu les coordonnées d un praticien de la bouche d un professionnel de la santé. Les amis, partenaires et membres de la famille jouent donc un rôle important dans le choix et sont les premiers confidents une fois que le pas est fait. En général d ailleurs, c est relativement bien reçu dans l entourage. 42,7 % des personnes interrogées connaissaient quelqu un ayant eu recours à la chirurgie plastique et les deux tiers (67 %) trouvaient ce choix acceptable dans certaines situations. Une loi à la traîne Faute d une législation spécifique, la chirurgie esthétique est encore, chez nous, accessible à tout titulaire d un diplôme légal de mé- 25

4 Interview Dr Albert De Mey Aucun traitement n est anodin Homme du terrain, il défend une profession souvent méconnue et mal considérée. Vous défendez l idée d une législation spécifique. Par protectionnisme professionnel? Non, mais parce que je crois que seul un praticien expérimenté peut déterminer la bonne indication d une intervention en fonction du cas qu il a sous les yeux. Pratiquer une augmentation, par exemple, n est pas un acte compliqué en soi. C est le choix de la technique utilisée qui l est : quel type de prothèse? Placer l implant sur ou sous les muscles? Et c est valable pour tous les types d interventions, y compris les «simples» traitements esthétiques. Ces derniers n ont rien d anodin. Quand on injecte du Botox ou que l on traite au laser, il faut également savoir adapter la technique au cas et pouvoir traiter toutes les réactions possibles. Les cliniques privées devraient donc répondre aux mêmes obligations que les hôpitaux? Actuellement, il n y a pas de réglementation pour les centres de chirurgie extra-hospitaliers. Il s y pratique des interventions en ambulatoire pour ne pas tomber sous la législation concernant les hôpitaux. Si le chirurgien est compétent, l indication bien posée et les locaux équipés correctement, c est une excellente pratique. Cette chirurgie extra hospitalière a toutes les chances de se développer dans l avenir vu la réduction des lits hospitaliers, et donc de l offre de place pour des pathologies pouvant être traitées en ambulatoire, comme beaucoup d interventions esthétiques mais aussi ophtalmologiques, ORL ou stomatologiques. Le Dr De Mey est professeur de chirurgie plastique à l ULB et membre de la Société royale belge de chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique. Les traitements esthétiques devraient être pratiqués au minimum par des dermatologues Que pensez-vous des sites proposant des interventions clé sur porte, photos à l appui? Ces sites sont commerciaux avant d être médicaux et l on n y montre que des résultats exceptionnels. Toute personne qui prend des renseignements est considérée comme une opérée potentielle. Le risque de pratiquer des interventions qui ne sont pas indiquées est donc grand. Un exemple : la liposuccion abdominale. Elle ne règle pas forcément un problème de «gros ventre». Il faut voir l état de la peau, de la paroi musculaire... De plus, chez les hommes, si la graisse peut être superficielle, au niveau du pli cutané, elle se loge souvent plus profondément dans l abdomen. decine. Or, nombre de prestations d ordre esthétique peuvent être considérées comme des interventions lourdes requérant une réelle spécialisation, la maîtrise des techniques utilisées et la capacité à faire face aux complications éventuelles. La proposition de loi déposée en février 2007 classe les interven- tions en catégories, déterminées en fonction des compétences requises, et spécifie des obligations pour le médecin (information, délai de réflexion, etc.) allant audelà de la loi sur les droits des patients. Mais pour l instant, rien ne bouge. Par ailleurs, cliniques et cabinets privés ne sont toujours pas soumis aux mêmes critères (d encadrement, de sécurité, d installations...) que les hôpitaux. Tout repose donc sur le respect ou non du code de déontologie par le praticien. Or, 25 % des personnes que nous avons interrogées et qui ont subi une opération ont choisi cette filière; 48 % pour les traitements esthétiques. 26

5 INAMI LES POSSIBILITÉS DE REMBOURSEMENT L INAMI et les mutuelles réfléchissent en terme de «nécessité médicale», mais ce principe s entend de différentes manières selon les circonstances. Les actes liés à une reconstruction (après accident, malformation congénitale ) sont toujours remboursés. Les interventions à but esthétique (liposuccion, lifting du visage, augmentation...) ne sont, a priori, pas remboursées, mais la correction des oreilles décollées, par ex., est remboursée. Et c est l INAMI qui détermine si un acte entre dans la catégorie «esthétique» ou non. Dans les cas d hypertrophie et de déformation nasale, le remboursement ne se fait qu après accord du médecin conseil de la mutuelle sur «l inconfort». Malheureusement, aucune directive ne détermine cette notion, la décision peut donc varier d une mutuelle à l autre. Dans certains cas, ce sont les examens complémentaires qui justifient une prise en charge (diastasis musculaire pour une abdominoplastie, par ex.). Les complications découlant d interventions chirurgicales plastiques, comme les hémorragies, sont en général couvertes par les mutuelles. Les assurances privées n interviennent qu après avis de leur médecin conseil et le remboursement est consécutif à la prise en charge par la mutuelle. Un besoin d estime Vouloir changer son apparence ne répond pas qu au seul besoin esthétique. S y ajoute une composante psychologique non négligeable. Plus les gens se sont sentis mal dans l enfance et l adolescence dans leurs relations familiales et sociales, moins ils ont développé une bonne image de leur corps et plus la tentation de faire modifier ce qui leur déplaît est grande. Or, selon notre enquête, 21,5 % des femmes et 18 % des hommes se disent gênés par leur apparence dans leurs relations avec les autres, y compris au travail (respectivement 20 et 12,5 %). Alors un nouveau nez apporte-til le bonheur? Rien ne permet de l affirmer. Les personnes ayant eu recours à la chirurgie disent avoir une meilleure qualité de vie, mais à peine supérieure à ceux qui souhaiteraient se faire opérer, mais ne l ont pas encore fait. Elles sont, par contre, clairement plus satisfaites de leur apparence. Tout cela ne doit, cependant, jamais faire oublier qu offrir une partie de son corps au bistouri Dans plus de 80 % des cas, l estimation du prix par le médecin s est révélée correcte NOUS EXIGEONS Une législation spécifique Une loi devrait définir précisément le degré de formation obligatoire ainsi que les compétences requises pour chaque type d intervention, de manière à assurer aux patients les meilleures garanties de qualité et de sécurité. La proposition des parlementaires T. Giet et C. Burgeon va en ce sens, mais attend toujours d être examinée. Les cliniques privées et cabinets médicaux devraient être soumis à des normes minimum de qualité et de sécurité ainsi qu à des contrôles officiels et à des sanctions le cas échéant tout comme les hôpitaux. Les instituts de beauté devraient se limiter à des actes non médicaux. Certaines techniques (traitement laser, injections...), exigent, en effet, un minimum de compétences médicales (ce que n ont pas les esthéticiennes) et un suivi adéquat. ou au laser comporte toujours une part de risques. L anesthésie, quand il y en a une, peut être mal supportée, la peau mal réagir, une infection s installer, des complications survenir... Même le meilleur des chirurgiens ne peut garantir un résultat parfait. Faire le pas mérite donc un délai de réflexion suffisant et, vu les espoirs placés dans ce genre d interventions, mieux vaut être bien informé des résultats possibles, mais aussi des effets secondaires normaux (douleur passagère, hématomes, cicatrices, par ex.) et des complications éventuelles. E. Deltenre et P. Kupers Le corps médical concerné devrait, en outre, être tenu d informer correctement les patients sur les effets secondaires et complications possibles. Nous sommes complètement opposés à toute publicité tapageuse et exagérément positive pour ce genre d interventions. 27

Table des matières. LA BEAUTÉ POUR TOUS... p. 5. LES ENNEMIS DE LA BEAUTÉ... p. 8 L image de soi... p. 8 Le tabac... p. 10 Le soleil... p.

Table des matières. LA BEAUTÉ POUR TOUS... p. 5. LES ENNEMIS DE LA BEAUTÉ... p. 8 L image de soi... p. 8 Le tabac... p. 10 Le soleil... p. Table des matières LA BEAUTÉ POUR TOUS... p. 5 LES ENNEMIS DE LA BEAUTÉ... p. 8 L image de soi... p. 8 Le tabac... p. 10 Le soleil... p. 11 DU RÊVE... p. 12 La projection... p. 12 Le désir de changement...

Plus en détail

L image de soi & La chirurgie esthétique. tique. Groupe 15 : Fernandez Sara Hauser Matthias Nguyen Alain

L image de soi & La chirurgie esthétique. tique. Groupe 15 : Fernandez Sara Hauser Matthias Nguyen Alain L image de soi & La chirurgie esthétique tique Groupe 15 : Fernandez Sara Hauser Matthias Nguyen Alain Démarche Brainstorming fougueux Consultation hebdomadaire avec nos tuteurs Recherches médiatiques

Plus en détail

I N F O R M A T I O N S A U X P A T I E N T S

I N F O R M A T I O N S A U X P A T I E N T S I N F O R M A T I O N S A U X P A T I E N T S CHIRURGIE DE LA SILHOUETTE Dr Paule Kuntz LA CHIRURGIE ESTHETIQUE DU BUSTE Réduction ou augmentation mammaire et correction de la ptose (seins tombants) Les

Plus en détail

Tourisme médical L expérience des chirurgiens plasticiens français

Tourisme médical L expérience des chirurgiens plasticiens français Tourisme médical L expérience des chirurgiens plasticiens français 2013 Infos rapides Le tourisme médical lié à la chirurgie esthétique en France en 2013 Tourisme médical interne en France (patients étrangers

Plus en détail

La GARANTIE REPRISE. Chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique

La GARANTIE REPRISE. Chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique La GARANTIE REPRISE Chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique Qu est-ce que la Garantie Reprise? Il s agit d une assurance couvrant les coûts engendrés par une reprise chirurgicale, à condition

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Actualisation avril 2011 Afin d aider les femmes et leur chirurgiens dans cette discussion, l Afssaps met à disposition un guide d aide

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Dans son point d information du 28 septembre 2010, l Afssaps a recommandé que les femmes porteuses d implants mammaires PIP concernés par

Plus en détail

La Chirurgie Esthétique

La Chirurgie Esthétique La Chirurgie Esthétique Table des matières I. Introduction II. Définition de la Chirurgie Esthétique 4 III. Etapes de la chirurgie Esthétique 7 IV. Typologie de la Chirurgie Esthétique 8 o Apparence du

Plus en détail

Les Français et l ambulatoire : Degré de connaissance et image

Les Français et l ambulatoire : Degré de connaissance et image Mai 2014 Contacts : Frédéric DABI Adeline MERCERON Frederic.dabi@ifop.com Adeline.merceron@ifop.com Les Français et l ambulatoire : Degré de connaissance et image pour Note méthodologique Etude réalisée

Plus en détail

Socio esthétique en cancérologie au MAROC : Enquête de satisfaction

Socio esthétique en cancérologie au MAROC : Enquête de satisfaction Socio esthétique en cancérologie au MAROC : Enquête de satisfaction Présenté par: Mme AITOUMA AHLAM Surveillante de soin Institut national d oncologie de RABAT JUIN 2015 Introduction Définition de la socio

Plus en détail

FD/AM N 1-18325 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Adeline Merceron Tél : 01 45 84 14 44 adeline.merceron@ifop.com. pour

FD/AM N 1-18325 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Adeline Merceron Tél : 01 45 84 14 44 adeline.merceron@ifop.com. pour FD/AM N 1-18325 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Adeline Merceron Tél : 01 45 84 14 44 adeline.merceron@ifop.com pour Les Français et leur de santé Résultats détaillés Février 2010 Sommaire - 1 - La méthodologie...

Plus en détail

LA CHIRURGIE DU REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN

LA CHIRURGIE DU REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN LA CHIRURGIE DU REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN CLINIQUE SAINT-JOSEPH rue de Hesbaye 75 B-4000 Liège Tél. 04 224 81 11 Fax 04 224 87 70 Service de chirurgie digestive Tél. 04 224 89 00-04 224 89 01 de 8h à 18h,

Plus en détail

e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien»

e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien» Contacts Ipsos : Patrick KLEIN Tél : 01 41 98 97 20 e-mail : patrick.klein@ipsos.com Sonia BENCHIKER Tél : 01 41 98 95 08 e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien» sonia.benchiker@ipsos.com Rapport

Plus en détail

Les Français et les moyens de paiement. Mai 2015. Présentation synthétique

Les Français et les moyens de paiement. Mai 2015. Présentation synthétique MINISTERE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS MINISTERE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Les Français et les moyens de paiement Etude de l Institut CSA pour le Ministère des Finances et des

Plus en détail

Registre Suisse du psoriasis traité par médicaments biologiques et systémiques. Questionnaire patients

Registre Suisse du psoriasis traité par médicaments biologiques et systémiques. Questionnaire patients Registre Suisse du psoriasis traité par médicaments biologiques et systémiques Questionnaire patients Visite 11 Chère Madame, Cher Monsieur, Nous vous souhaitons la bienvenue pour cette première consultation

Plus en détail

C O N V E N T I O N. ET La Croix Rouge, 98 rue DIDOT, Paris 14, représentée par le Président de la Croix-Rouge française, Jean-François MATTEI.

C O N V E N T I O N. ET La Croix Rouge, 98 rue DIDOT, Paris 14, représentée par le Président de la Croix-Rouge française, Jean-François MATTEI. C O N V E N T I O N RELATIVE A L AFFECTATION D UN INTERNE DE MEDECINE GENERALE DANS LES MISSIONS HUMANITAIRES DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE ENTRE : LE CENTRE HOSPITALIER ET UNIVERSITAIRE De, représenté par

Plus en détail

Les Français et la vue

Les Français et la vue pour Les Français et la vue Novembre 2011 1 La méthodologie 2 2 Note méthodologique Etude réalisée pour : SNOF Echantillon : Echantillon de 1006 personnes, représentatif de la population française âgée

Plus en détail

anapec Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone

anapec Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi anapec Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone Des compétences pour l emploi des emplois pour les

Plus en détail

La FNSF est membre de la Fédération Mondiale des Sourds (FMS), de l Union Européenne des Sourds

La FNSF est membre de la Fédération Mondiale des Sourds (FMS), de l Union Européenne des Sourds Fédération Nationale des Sourds de France Siège Administratif : 41, rue Joseph Python 75020 PARIS Fax : 01 40 30 18 21 - E-mail : contact@fnsf.org Reconnue d'utilité Publique - décret du 24 septembre 1982

Plus en détail

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Profil démographique 1 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4 Groupe d âge 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Sexe Niveau de scolarité Homme 48,0 40,5 47,8 52,3

Plus en détail

pour Baromètre de la protection sociale des agents territoriaux

pour Baromètre de la protection sociale des agents territoriaux pour Baromètre de la protection sociale des agents territoriaux Avril 2009 Sommaire 1. La méthodologie 3 A. Les jugements sur le système de protection sociale 5 B. L affiliation et le choix de sa mutuelle

Plus en détail

Unité de Chirurgie Plastique. Unité de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique

Unité de Chirurgie Plastique. Unité de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique Unité de Chirurgie Plastique Unité de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique Comment limiter les risques en chirurgie plastique? Le risque «zéro» n existe pas mais on peut le réduire de façon

Plus en détail

BAROMÈTRE DE LA PROTECTION SOCIALE DES AGENTS TERRITORIAUX

BAROMÈTRE DE LA PROTECTION SOCIALE DES AGENTS TERRITORIAUX BAROMÈTRE DE LA PROTECTION SOCIALE DES AGENTS TERRITORIAUX Avril 2009 SOMMAIRE 1. La méthodologie 3 A. L évolution du système de protection sociale 5 B. Les pratiques en matière de protection sociale 9

Plus en détail

Observatoire des courtiers d assurance. Point 0 - Avril 2011

Observatoire des courtiers d assurance. Point 0 - Avril 2011 Observatoire des courtiers d assurance Point 0 - Avril 2011 APRIL Courtage Un réseau de 11 sociétés grossistes spécialistes. Une large gamme de plus de 140 produits sur tous les segments de marché et toutes

Plus en détail

Questionnaire pour les étudiants en 5ème ou 6ème année ou les internes en biologie médicale

Questionnaire pour les étudiants en 5ème ou 6ème année ou les internes en biologie médicale Questionnaire pour les étudiants en 5ème ou 6ème année ou les internes en biologie médicale Partie A - Votre profil Q01. Vous êtes? 001. Une femme 002. Un homme Q02. Agé(e) de : ans Q03. De quelle faculté

Plus en détail

La médecine esthétique

La médecine esthétique L Observatoire de la Santé Le Figaro Weber Shandwick La médecine esthétique Date : 05/03/2013 OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01 78 94 90 00 Toute publication totale ou partielle

Plus en détail

Les Français et les retraites Volet 4 : la santé

Les Français et les retraites Volet 4 : la santé Les Français et les retraites Volet 4 : la santé Sondage réalisé par pour et Publié le jeudi 11 décembre 2014 Levée d embargo le mercredi 10 décembre 23H00 Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès

Plus en détail

Nouveau formulaire Demande d autorisation en plastie (n o 4248)

Nouveau formulaire Demande d autorisation en plastie (n o 4248) 014 À l intention des médecins spécialistes en chirurgie plastique, en dermatologie, en ophtalmologie et en chirurgie générale des médecins omnipraticiens 16 avril 2014 Nouveau formulaire Demande d autorisation

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

Mission Conseiller les pouvoirs publics, au travers de ses analyses et études scientifiques,

Mission Conseiller les pouvoirs publics, au travers de ses analyses et études scientifiques, KCE: c est quoi? Un organisme fédéral d'intérêt public autonome («semi» gouvernemental ) Sous la tutelle du Ministre de la Santé publique et des Affaires sociales Créé en 2002 et actif depuis mi 2003 Une

Plus en détail

LA RECONSTRUCTION MAMMAIRE

LA RECONSTRUCTION MAMMAIRE LA RECONSTRUCTION MAMMAIRE Le sein Symbole de féminité Symbole de la maternité LA RECONSTRUCTION MAMMAIRE Mastectomie = 20 à 30% du traitement chirurgical du cancer du sein Taux de reconstruction après

Plus en détail

Les Français et le développement durable

Les Français et le développement durable Les Français et le développement durable Baromètre Louis-Harris Club RmD2 CLUB R m D 2 Luc BALLEROY DGA 01 55 33 20 54 luc.balleroy@lharris.fr NOTE TECHNIQUE Étude réalisée par l Institut Louis-Harris

Plus en détail

Enquête sur les attentes et besoins des personnes en situation de handicap vis-à-vis des Services d Aide à la Personne

Enquête sur les attentes et besoins des personnes en situation de handicap vis-à-vis des Services d Aide à la Personne Ce questionnaire est aussi disponible en ligne sur le site : www.handirhoneservices.org Ou par flash code : Vous pouvez être aidé au remplissage par téléphone au : 06 52 16 34 84 Enquête sur les attentes

Plus en détail

La Politique Qualité des Agences Selectour

La Politique Qualité des Agences Selectour La Politique Qualité des Agences Selectour Les agences Selectour : Avec près de 550 agences de voyages et 2 000 experts, nous offrons la garantie pour nos clients d être proches d un de nos points de vente

Plus en détail

Retrouver une qualité de vie. Les implants dentaires : la meilleure solution naturelle. Education des patients

Retrouver une qualité de vie. Les implants dentaires : la meilleure solution naturelle. Education des patients Retrouver une qualité de vie. Les implants dentaires : la meilleure solution naturelle. Education des patients Les implants dentaires : la meilleure option de traitement. Qu est-ce qu un implant dentaire?

Plus en détail

La relation des Français au médecin et au médicament

La relation des Français au médecin et au médicament La relation des Français au médecin et au médicament Mai 2012 Opportunités de développement de nouveaux services Santé Le contexte Le marché de la santé connait de multiples mouvements, dans un environnement

Plus en détail

POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ?

POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ? POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ? Ce n est pas juste un petit bébé qui a été perdu. C est une vie au complet qui ne sera pas vécue. Contrairement aux idées véhiculées dans la société, le

Plus en détail

Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer

Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer Annexe À l occasion du 50 ème anniversaire de l assurance soins de santé et indemnités, la MC a mené une enquête

Plus en détail

FD/FACD N 1-6598 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge

FD/FACD N 1-6598 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge FD/FACD N 1-6598 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Les Français et les médecines naturelles Résultats détaillés Novembre 2007 Sommaire Pages - 1 - La méthodologie...1-2 - Les résultats

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

BIEN santé re- gar- aire icit L ub P ctère der cara L à ctue ontra c non Document 704 13 10 t - 10 11/

BIEN santé re- gar- aire icit L ub P ctère der cara L à ctue ontra c non Document 704 13 10 t - 10 11/ santé BIEN regarder LES BONNES La consultation d un professionnel de santé pour les soins optiques n entre pas dans le cadre du parcours de soins. Vous pouvez donc contacter directement un ophtalmologiste

Plus en détail

Les Français sur les routes

Les Français sur les routes Les Français sur les routes Institut CSA pour RTL et Auto Plus Décembre 2013 Fiche technique Sondage exclusif Institut CSA / RTL / AUTO PLUS réalisé par Internet du 17 au 19 décembre 2013. Echantillon

Plus en détail

INFORMATION POUR LE PATIENT

INFORMATION POUR LE PATIENT INFORMATION POUR LE PATIENT Une meilleure qualité de vie avec les implants dentaires. «UN CONCEPT SIMPLE, BIEN PENSE ET COMPLET.» DR U. GRUNDER, ZURICH-ZOLLIKON SOMMAIRE Le processus de la réussite. Quel

Plus en détail

Les attentes des Français pour l avenir du secteur bancaire. Septembre 2013

Les attentes des Français pour l avenir du secteur bancaire. Septembre 2013 Les attentes des Français pour l avenir du secteur bancaire Septembre 2013 1 Note méthodologique Etude réalisée pour : Wincor Nixdorf Echantillon : Echantillon de 1001 personnes, représentatif de la population

Plus en détail

Enquête sur les cliniques médicales privées au Québec

Enquête sur les cliniques médicales privées au Québec Enquête sur les cliniques médicales privées au Québec Annexe technique à la Note Économique «La médecine privée au Québec» publiée par l Institut économique de Montréal le 5 décembre 2013 Dans le cadre

Plus en détail

MUT INTÉRIM SANTÉ. La complémentaire santé de tous les intérimaires. à partir de 16,54. par mois* MUT INTÉRIM SANTÉ

MUT INTÉRIM SANTÉ. La complémentaire santé de tous les intérimaires. à partir de 16,54. par mois* MUT INTÉRIM SANTÉ à partir de 16,54 par mois* MUT INTÉRIM SANTÉ La complémentaire santé de tous les intérimaires * pour la formule 1 pour les 18-29 ans - Province MUT INTÉRIM SANTÉ 1 PRENEZ SOIN DE VOTRE SANTÉ Une complémentaire

Plus en détail

I N F O R M A T I O N S A U X P A T I E N T S

I N F O R M A T I O N S A U X P A T I E N T S I N F O R M A T I O N S A U X P A T I E N T S CHIRURGIE DU VISAGE Dr Paule Kuntz DIFFERENTES INTERVENTIONS DU VISAGE : - Les liftings - Le nez (rhinoplastie), le profil et le menton - Les oreilles décollées

Plus en détail

Les Français et l assurance

Les Français et l assurance pour Les Français et l assurance résultats détaillés Contact : service presse de Carrefour 01 57 32 89 99 groupe@presse-carrefour.com Note Méthodologique Etude réalisée pour : Carrefour Assurances Echantillon

Plus en détail

Les Français et l accession à la propriété

Les Français et l accession à la propriété Les Français et l accession à la propriété Sondage Ifop pour CAFPI Le 30 juin 2015 La méthodologie Etude réalisée par l'ifop pour CAFPI Echantillon Méthodologie Mode de recueil L enquête a été menée auprès

Plus en détail

Revenu garanti. Exigez une vraie sécurité financière en cas d incapacité de travail! AG Insurance page 1

Revenu garanti. Exigez une vraie sécurité financière en cas d incapacité de travail! AG Insurance page 1 Revenu garanti Exigez une vraie sécurité financière en cas d incapacité de travail! AG Insurance page 1 Solutions AG Insurance Quelle solution? un revenu garanti, donc une sécurité financière pendant une

Plus en détail

Pour les personnes atteintes de problèmes de vue et leurs proches.

Pour les personnes atteintes de problèmes de vue et leurs proches. Pour les personnes atteintes de problèmes de vue et leurs proches. Chères patientes, chers patients, chers proches, Vous-même, ou l un de vos proches, avez peut-être suivi un traitement ophtalmologique

Plus en détail

Chirurgie du cuir chevelu Réponse de l Académie Nationale de Chirurgie

Chirurgie du cuir chevelu Réponse de l Académie Nationale de Chirurgie Chirurgie du cuir chevelu Réponse de l Académie Nationale de Chirurgie La loi du 4 mars 2005 sur les Droits des Malades et la Qualité du Système de Santé (décrets d application du 11 juillet 2005), encadre

Plus en détail

CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES. Les frais de transport

CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES. Les frais de transport CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES Les frais de transport Mise à jour : octobre 2014 Les frais de transport Vous avez besoin d un transport pour recevoir des soins ou rentrer chez vous après

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DÉPOSÉ AU CONSEIL DES COMMISSAIRES

RAPPORT ANNUEL DÉPOSÉ AU CONSEIL DES COMMISSAIRES RAPPORT ANNUEL DÉPOSÉ AU CONSEIL DES COMMISSAIRES POUR L ANNÉE SCOLAIRE 2012-2013 Préparé le 4 septembre 2013 Déposé le 11 septembre 2013 En vertu de l article 220.2 de la Loi sur l instruction publique

Plus en détail

Vous êtes frontalier, comment être soigné(e) aux HUG?

Vous êtes frontalier, comment être soigné(e) aux HUG? Vous êtes frontalier, comment être soigné(e) aux HUG? Dès le 1 er juin 2014, la législation française modifie les conditions d accès aux soins en Suisse L assurance maladie du frontalier Les Hôpitaux universitaires

Plus en détail

Vous voulez faire. Nous sommes là! d une obligation une opportunité. Notre accompagnement. Vos formules. Notre offre

Vous voulez faire. Nous sommes là! d une obligation une opportunité. Notre accompagnement. Vos formules. Notre offre Vous voulez faire d une obligation une opportunité. Nous sommes là! Notre offre Vos formules Notre accompagnement Notre accompagnement dans votre nouvel univers santé L Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

ETUDE EMPRUNTIS SUR LE CREDIT

ETUDE EMPRUNTIS SUR LE CREDIT ETUDE EMPRUNTIS SUR LE CREDIT A l'attention de Mael Rasch et Alain Cornu MARKET AUDIT 78 bd Leclerc Les Paraboles II BP 30515-59059 ROUBAIX cedex 1 Tél : 03 595 695 00 - Fax : 03 595 695 09 E-mail : Contact@Marketaudit.fr

Plus en détail

SCÉNARIOS POUR L OBTENTION D UNE BAISSE DU PRIX DE VENTE

SCÉNARIOS POUR L OBTENTION D UNE BAISSE DU PRIX DE VENTE SCÉNARIOS POUR L OBTENTION D UNE BAISSE DU PRIX DE VENTE Vous trouverez ci-dessous des scénarios de baisse de prix que vous pouvez utiliser dès lundi avec le vendeur. Le service que vous lui rendrez n

Plus en détail

Ministre de l Emploi et du Développement social (anciennement ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences)

Ministre de l Emploi et du Développement social (anciennement ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences) [TRADUCTION] Citation : D. A. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 685 Date : Le 3 juin 2015 Numéro de dossier : AD-15-168 DIVISION D APPEL Entre: D. A. Demandeur et Ministre

Plus en détail

La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain

La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain Présentation des résultats de l enquête auprès des salariés Sommaire A- La démarche 1. Méthodologie de l

Plus en détail

PARTIE 1 Le dispositif de validation des acquis de l expérience

PARTIE 1 Le dispositif de validation des acquis de l expérience PARTIE 1 Le dispositif de validation des acquis de l expérience 10952_VAE_p001p005.indd 5 22/05/08 11:47:18 FICHE 1 Le principe et les modalités de la VAE Faire reconnaître vos connaissances, aptitudes

Plus en détail

La protection de vos revenus à votre pension est d une

La protection de vos revenus à votre pension est d une AVEZ-VOUS PROTÉGÉ La pension est certainement le souci majeur de beaucoup d entre vous. C est en tout cas ce que nous avons pu constater de la grande enquête de Vivium réalisée en collaboration avec Moneytalk.

Plus en détail

Le rapport des femmes à la beauté

Le rapport des femmes à la beauté 1 Le rapport des femmes à la beauté Etude CSA pour Madame Figaro Rapport d étude octobre 2014 Julie GAILLOT, Directrice de clientèle julie.gaillot@csa.eu / 01 57 00 59 06 Marek KUBISTA Chargé d études

Plus en détail

REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE

REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE SONDAGE SUR LA REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE Date: 27 juin 2011 Etude menée par Opinion Way pour les industriels du GITEP TICS Méthodologie Méthodologie Sondage quantitatif mené sur un échantillon de

Plus en détail

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple L augmentation des traitements en clinique de fertilité et l âge plus avancé des femmes qui s engagent dans une grossesse contribuent à une plus

Plus en détail

Bien-être et mal-être au travail : la perception des salariés

Bien-être et mal-être au travail : la perception des salariés Bien-être et mal-être au travail : la perception des salariés N 110150 Votre contact Ifop : Adeline Merceron adeline.merceron@ifop.com Février mars 2012 Note méthodologique Etude réalisée pour : Kelformation.com

Plus en détail

Table ronde - L infirmier soignant : tradition et évolution des pratiques

Table ronde - L infirmier soignant : tradition et évolution des pratiques Table ronde - L infirmier soignant : tradition et évolution des pratiques Plaidoyer en faveur de la santé de la population : vers une pleine reconnaissance de la contribution infirmière unique Odette Roy,

Plus en détail

Les Français et l énergie. Baromètre vague 2 Septembre 2011

Les Français et l énergie. Baromètre vague 2 Septembre 2011 Les Français et l énergie Baromètre vague 2 Septembre 2011 AMéthodologie page 2 Méthodologie Étude réalisée auprès d un échantillon de 1013 personnes, représentatif de la population française âgée de 18

Plus en détail

OFFRE POUR CONSULTANCE

OFFRE POUR CONSULTANCE 1 3, Rue du Marché, B.P.1490 Bujumbura- Burundi, Tél. (257) 22 301300 / 301302 OFFRE POUR CONSULTANCE Recrutement d un(e) Consultant(e) national pour le poste d appui au programme «Droits des Femmes, Leadership

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE

DOSSIER DE CANDIDATURE DOSSIER DE CANDIDATURE PROFIL Code (Réservé à Synapse) : Nom :.... Prénom : Date de naissance :.... Sexe : Homme Femme Région:.. Lieu d habitation :.. Adresse personnelle :..... Boite postale :.. Ville

Plus en détail

«Les Français & l automobile»

«Les Français & l automobile» Conférence de Presse 6 juin 2012 3 ème édition du baromètre «Les Français & l automobile» Guillaume Paoli Directeur Associé Qui sommes-nous? Un positionnement unique : > Le premier distributeur automobile

Plus en détail

Diplômes professionnels pour adultes

Diplômes professionnels pour adultes Diplômes professionnels pour adultes Quatre manières d obtenir le certificat fédéral de capacité ou l attestation fédérale de formation professionnelle Direction de l instruction publique du canton de

Plus en détail

Aide et Soins à Domicile en Province de Luxembourg. Le secret professionnel dans un service d Aide et de Soins à Domicile Place des volontaires

Aide et Soins à Domicile en Province de Luxembourg. Le secret professionnel dans un service d Aide et de Soins à Domicile Place des volontaires Le secret professionnel dans un service d Aide et de Soins à Domicile Place des volontaires Aide et Soins à Domicile, c est Un réseau de professionnels de l aide et des soins qui ont pour objectif de proposer

Plus en détail

Les Français et les déserts médicaux

Les Français et les déserts médicaux Collectif Inter-associatif Sur la Santé Les Français et les déserts médicaux Octobre 2015 Résultats complets Anne-Laure GALLAY Directrice des études institutionnelles BVA Opinion Thomas Genty Chargé d

Plus en détail

Les Français et les soins à l étranger

Les Français et les soins à l étranger Les Français et les soins à l étranger Rapport de résultats Octobre 2014 Anne-Laure GALLAY Directrice adjointe de LH2 Opinion 01 17 16 90 88 Mail : anne-laure.gallay@lh2.fr 1 Rappel du cadre de l intervention

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits -

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - PollingVox 67, rue Saint-Jacques 75005 Paris pollingvox.com SOMMAIRE Note technique... 3 Synthèse des résultats...

Plus en détail

Résultats de l enquête sur les praticiens hospitaliers. SNPHAR- E septembre 2011

Résultats de l enquête sur les praticiens hospitaliers. SNPHAR- E septembre 2011 Résultats de l enquête sur les praticiens hospitaliers. SNPHAR- E septembre 2011 Enquête nationale ouverte à tous les médecins des établissements publics de santé Objectif Recueillir le ressenti des PH

Plus en détail

Les Français, leur dentiste et l accès aux soins bucco-dentaires

Les Français, leur dentiste et l accès aux soins bucco-dentaires 8 octobre 2013 Sondage auprès de 1000 personnes âgés de 18 ans et plus N 111 470 Contacts : 01 72 34 94 64 / 06 61 00 37 76 François Kraus Jean-Philippe Dubrulle Prenom.nom@ifop.com Les Français, leur

Plus en détail

«Sous-section 1 : Dispositions générales

«Sous-section 1 : Dispositions générales Version octobre 2008 DHOS/O1/DOCUMENT DE TRAVAIL MINISTERE DE LA SANTE, DE la JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE REPUBLIQUE FRANÇAISE PROJET DE DECRET relatif aux conditions d implantation applicables

Plus en détail

L ENQUETE DE SATISFACTION 2007 AUPRES DES EMPLOYEURS

L ENQUETE DE SATISFACTION 2007 AUPRES DES EMPLOYEURS L ENQUETE DE SATISFACTION 2007 AUPRES DES EMPLOYEURS L ACOSS, caisse nationale des Urssaf, vous a interrogé en 2007 afin d évaluer la qualité de service de la branche du recouvrement. Retour sur l enquête

Plus en détail

Pacte de solidarité entre générations Exécution Doc n 3 Arrêté royal du 9 mars 2006 Outplacement et sanctions

Pacte de solidarité entre générations Exécution Doc n 3 Arrêté royal du 9 mars 2006 Outplacement et sanctions Pacte de solidarité entre générations Exécution Doc n 3 Arrêté royal du 9 mars 2006 Outplacement et sanctions 1. L outplacement de quoi s agit-il? «L outplacement», aussi appelé reclassement professionnel,

Plus en détail

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001)

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001) Analyse des données de santé mentale -, ESCC cycle 1.1 (2000-) Avant-propos Ce document traite des principaux résultats régionaux de l ESCC 1.1 portant sur la santé mentale. Les indicateurs présentés ici

Plus en détail

Etude quantitative sur la perception des Français des évolutions de l assurance maladie

Etude quantitative sur la perception des Français des évolutions de l assurance maladie Mieux comprendre l opinion pour agir Etude quantitative sur la perception des Français des évolutions de l assurance maladie Octobre 2008 Institut Viavoice Contact : Arnaud ZEGIERMAN LD : 01 40 54 13 71

Plus en détail

L observatoire de. Étude d opinion auprès des 70 ans et plus et des personnes ayant entre 40 et 70 ans. Juillet 2013

L observatoire de. Étude d opinion auprès des 70 ans et plus et des personnes ayant entre 40 et 70 ans. Juillet 2013 L observatoire de la révolution de l âge Étude d opinion auprès des 70 ans et plus et des personnes ayant entre 40 et 70 ans Juillet 2013 La vieillesse : un nouveau monde? Ampleur des enjeux financiers

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

Esthétique médicale : 7 ans de parcours atypique, 2 lois et le patient enfin protégé!

Esthétique médicale : 7 ans de parcours atypique, 2 lois et le patient enfin protégé! Communiqué de presse de Dominique TILMANS, Sénatrice MR Jeudi 18 avril 2013 Esthétique médicale : 7 ans de parcours atypique, 2 lois et le patient enfin protégé! Après 3 amendements à la Chambre, le projet

Plus en détail

Questions typiques d entrevue

Questions typiques d entrevue Questions typiques d entrevue 1- Parlez-moi de vous? Question la plus importante de l entrevue; pourrait être la seule. Soyez bref. Ne tombez pas dans le piège de donner tout en détail. Ne dépassez pas

Plus en détail

Le bac mis en examen. Une enquête Ipsos / CGI pour La MAIF, Le Monde et RTL

Le bac mis en examen. Une enquête Ipsos / CGI pour La MAIF, Le Monde et RTL Le bac mis en examen Une enquête Ipsos / CGI pour La MAIF, Le Monde et RTL Fiche technique Sondage Ipsos / CGI pour : La MAIF, Le Monde et RTL. Échantillons : 610 élèves de Première ou de Terminale, constituant

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. www.esthetic-consult.com. Ludovic Benasson PR and Public Affairs Manager

DOSSIER DE PRESSE. www.esthetic-consult.com. Ludovic Benasson PR and Public Affairs Manager DOSSIER DE PRESSE www.esthetic-consult.com Septembre 2015 / La beauté à portée de quelques clics. C est ce que propose le site de téléconseil médical www.esthetic-consult.com. Sans vous déplacer, en toute

Plus en détail

UN GYNECOLOGUE A LA RENCONTRE DES ADOLESCENTS

UN GYNECOLOGUE A LA RENCONTRE DES ADOLESCENTS 2015 UN GYNECOLOGUE A LA RENCONTRE DES ADOLESCENTS FRANCE Membre Fondateur du FSF FSF 91 boulevard de Sébastopol 75002 Paris CONSTATS Ces dernières années de nouvelles méthodes contraceptives sont apparues.

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ÉTUDIANTS EN MÉDECINE SUR LES VIOLENCES PREMIERS RESULTATS

ENQUÊTE AUPRÈS DES ÉTUDIANTS EN MÉDECINE SUR LES VIOLENCES PREMIERS RESULTATS ENQUÊTE AUPRÈS DES ÉTUDIANTS EN MÉDECINE SUR LES VIOLENCES PREMIERS RESULTATS! Dr GILLES LAZIMI Pr ALEXANDRE DUGUET Dr BENJAMIN GRANGER VALERIE AUSLENDER SOLENNE VASSE ELIAS KARAM Contexte. QuesAonnaire

Plus en détail

Personnes âgées et accidents domestiques Rapport

Personnes âgées et accidents domestiques Rapport Personnes âgées et accidents domestiques Rapport Version n 1 Date : 27 Juillet 2011 De: Nadia AUZANNEAU A: Florent CHAPEL et Guillaume ALBERT OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01

Plus en détail

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS Ministère de la Santé et des Soins de longue durée La présente feuille de renseignements fournit de l information de base aux fournisseurs de services de santé ainsi qu au grand

Plus en détail

Déclaration d admission Coût de l hospitalisation

Déclaration d admission Coût de l hospitalisation Déclaration d admission Coût de l hospitalisation Choix de chambre et conditions financières pour une admission classique ou en hôpital de jour. Introduction Le présent document vise à vous informer des

Plus en détail

18926 Contacts : François Kraus Tél : 01 72 34 94 64 francois.kraus@ifop.com. Technologie Dentaire POUR. Enquête auprès des dentistes libéraux

18926 Contacts : François Kraus Tél : 01 72 34 94 64 francois.kraus@ifop.com. Technologie Dentaire POUR. Enquête auprès des dentistes libéraux 18926 Contacts : François Kraus Tél : 01 72 34 94 64 francois.kraus@ifop.com POUR Technologie Dentaire Enquête auprès des dentistes libéraux Rapport complet 22 octobre 2010 Sommaire Pages -1- La méthodologie...

Plus en détail

Satisfaction patients ANNEE 2012

Satisfaction patients ANNEE 2012 Satisfaction patients ANNEE 2012 Chaque patient dispose, lors de son arrivée, d un questionnaire de satisfaction à l intérieur du livret d accueil. Ce questionnaire a pour but d évaluer le niveau de satisfaction

Plus en détail

Etude Assurance emprunteur : connaissance de la réforme

Etude Assurance emprunteur : connaissance de la réforme Juin 2011 MACIF PRESENTATION DES RESULTATS N 23976 Elodie Van Cuyck Le Millénaire 2 35 rue de la Gare 75019 Paris Tél : 01 45 84 14 44 Fax : 01 45 85 59 39 Etude Assurance emprunteur : connaissance de

Plus en détail

CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE

CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE Cette charte a vocation à s appliquer lors de travaux effectués par une ou plusieurs entreprises, dites sous-traitantes, à l intérieur de l enceinte et des

Plus en détail

TECHNIQUES D ENQUETE

TECHNIQUES D ENQUETE TECHNIQUES D ENQUETE Le Système d Information Marketing L étude de marché Les différentes sources d informations Méthodologie d enquête BENSGHIR AFAF ESTO 1 Plan d'apprentissage du cours " Méthodologie

Plus en détail

AQESSS - ÉTUDE AUPRÈS DES QUÉBÉCOIS É SUR L INFORMATISATION CLINIQUE LA SANTÉ ÉLECTRONIQUE. De la vie aux idées 4 OCTOBRE 2011

AQESSS - ÉTUDE AUPRÈS DES QUÉBÉCOIS É SUR L INFORMATISATION CLINIQUE LA SANTÉ ÉLECTRONIQUE. De la vie aux idées 4 OCTOBRE 2011 AQESSS - ÉTUDE AUPRÈS DES QUÉBÉCOIS É SUR L INFORMATISATION CLINIQUE COLLOQUE EXPOSITION LA SANTÉ ÉLECTRONIQUE 4 OCTOBRE 2011 De la vie aux idées TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE ET OBJECTIFS 3 FAITS SAILLANTS

Plus en détail