2 quai Chauveau Lyon 9e Dossier IA réalisé en 1977

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2 quai Chauveau Lyon 9e Dossier IA69002002 réalisé en 1977"

Transcription

1 couvent d'observants et couvent de tertiaires franciscaines élisabéthaines, puis école supérieure vétérinaire, actuellement conservatoire national supérieur de musique 2 quai Chauveau Lyon 9e Dossier IA réalisé en 1977 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; Ville de Lyon Jazé-Charvolin Marie-Reine Chalabi Maryannick Désignation Dénominations Appellations Destinations couvent ; école supérieure couvent d'observants, couvent de tertiaires franciscaines élisabéthaines, école vétérinaire conservatoire national supérieur de musique Localisation Aire d'étude et canton Localisations Aire d'étude : Lyon Urgences Canton : 2 quai Chauveau Lyon 9e Historique Périodes Principal : 17e siècle Principal : 19e siècle 24 août 2015 Page1

2 Intérêt et protection Statuts juridiques propriété de la commune Présentation I. HISTORIQUE 1. EDIFICES ANTERIEURS 1.A. BATIMENTS ROMAINS De nombreux vestiges romains ont été découverts à l'emplacement de l'actuelle Ecole vétérinaire, en particulier lors des travaux du milieu du 19e siècle (COMARMOND, Description du musée lapidaire, p. 67, , 126, 133, 140, , 233, 259, 336). Un certain nombre d'entre eux sont conservés au musée de la civilisation gallo-romaine, à Lyon : trois chapiteaux (réserves du musée), l'un en marbre blanc (COMARMOND, id., p. 233 ; cf. fig. 5), les deux autres identiques, en calcaire blanc de Tournus (COMARMOND, id., p. 102 ; cf. fig. 6) ; un bas-relief (salle XVI du musée ; COMARMOND, id., p ; cf. fig. 7), ainsi que des fragments de tuiles romaines (réserves du musée ; COMARMOND, id., p. 259). En 1865, découverte quai Pierre-Scize d'une inscription mentionnant des thermes (salle VIII du musée ; cf. fig. 8). En 1951, mise à jour de substructions d'un édifice romain lors de la construction de l'annexe K de l'école vétérinaire, en bordure du quai Chauveau (AUDIN, Essai sur la topographie..., p. 144). Ces diverses découvertes ont amené Amable Audin à émettre l'hypothèse de l'existence à cet endroit de thermes publics (ibid.) Il existait par ailleurs, sur le quai, un petit édifice appelé le "Tombeau des Deux- Amants" (cf. fig. 9), qui a donné son nom au tènement où s'est installée l'école vétérinaire. Ce monument fut détruit en 1707, car il gênait la circulation (A.C. Lyon, BB 267, délibération du 7 juin). Plusieurs hypothèses ont été émises sur sa destination : les historiens du 17e et du 18e siècle (SPON. Recherche..., p. 123 ; COLONIA. Histoire littéraire..., p. 290), s'appuyant sur l'inscription découverte à proximité du monument (COMARMOND, op. cit., p. 44) pensaient qu'il s'agissait du tombeau d'un frère et d'une soeur nommés Amandus ; Allmer y voyait un laraire (ALLMER, DISSARD, Musée de Lyon. Inscriptions antiques, t. II, p ). Aujourd'hui M. Audin pense qu'il pourrait s'agir du sacellum d'une source alimentant les thermes envisagés ci-dessus (AUDIN, op. cit., p. 144). 1.B. HOPITAL DES DEUX-AMANTS Situé au sud du tombeau des Deux-Amants, il dépendait de la collégiale St-Paul (Polyptique..., p.20). Date de fondation inconnue ; première mention vers 1170 (GUIGUE, Documents inédits..., p. 44). D'après Bullioud, il aurait déjà été désaffecté en 1369 et une partie de ses pierres aurait servi à la construction de l'église Saint-Pierre de Vaise (annexe A). 24 août 2015 Page2

3 Supprimé le 14 novembre 1492 par une bulle d'alexandre VI (PAVY, Les Cordeliers..., p. 260) et rendu au roi Charles VIII par les chanoines de Saint-Paul en 1493 (annexe B). 1.C. COUVENT DES CORDELIERS DE L'OBSERVANCE Décidé à réformer l'ordre des Cordeliers et à revenir à la "stricte observance" de la règle de saint François, le frère Bourgeois obtint de Charles VIII la permission d'établir un couvent à l'emplacement de l'ancien hôpital des Deux-Amants (id.) : 21 mars 1493, lettres de fondation du couvent de Notre-Dame-des-Anges, dit de l'observance (MONFALCON, Histoire monumentale..., t. V, p. 143) ; lère pierre posée par Charles VIII et Anne de Bretagne, dont les armes ornaient encore le portail de l'église au 18e siècle (CLAPASSON, Description..., p. 179). Achevé en 1496, le couvent se composait alors "d'une petite église de style gothique et d'un cloître à deux ailes" (MONFALCON, op.cit., t. V, p. 141). Il fut en partie détruit par les protestants en 1562 (id., t. II, p. 129). Il fut reconstruit et enrichi à la fin du 16e siècle grâce aux libéralités des marchands lyonnais et italiens installés à Lyon (cf. fig. 10 et 11). 23 mai 1593, vote par le consulat d'une somme de 180 écus pour la reconstruction du portail de l'église (A.C. Lyon : BB 130). Le poète René Gros Saint-Joyre fit restaurer le portail du cloître et placer au-dessus "une statue de la Vierge tenant d'une main l'enfant Jésus et de l'autre une rose ; au-dessus, deux anges aux ailes éployées [soutenaient] une couronne" (VINGTRINIER, Le Lyon de nos pères..., p. 295). Un quatrain, que l'on pouvait voir encore au début du 19e siècle, et dont les trois derniers mots seraient l'anagramme de René Gros, accompagnait cette statue : "Filz qui n'es en degré / Bien moindre que ton père/ De la main de ta mère / Prends cette rose en gré" (COCHARD, 26e lettre lyonnaise, p , n 2). Plusieurs chapelles furent ajoutées à l'église primitive (cf. fig. 12) : chapelles Saint- François, Saint-Louis ornée d'un retable Renaissance (VINGTRINIER, op. cit., p. 295 ; cf. fig. 13); chapelle des Lucquois, érigée aux frais des marchands lucquois sur le côté gauche du choeur : considérée par les contemporains comme l'une des plus belles de Lyon, elle était décorée d'ornements corinthiens, dont quatre grosses colonnes de pierre (CLAPASSON, op. cit., p. 179 ; cf. infra 1, 3 ; fig. 14 et 15). Le cardinal Bonvisi offrit au couvent, en 1599, un tableau de Francesco Vanni, la Vision de Saint-François d'assise ; ce tableau, vendu en 1785 à Claude Tolozan d'amarante, a été retrouvé au musée de Rhode Island, à Providence (CLAPASSON, op. cit., p ; Art baroque à Lyon..., p ). 1614, installation de stalles et de boiseries dans le choeur de l'église (MONFALCON, op. cit., t. V, p. 152). 1667, restaurations importantes au cloître, à la voûte de l'église et à la chapelle Saint-Louis, restaurations rendues nécessaires, l'église ayant été ébranlée par les coups de canons tirés lors des entrées des rois (annexe C). Restaurations du choeur entre 1740 et 1768 (TRICOU éd., Notes et souvenirs de Antoine Sabatier, p. 37). En 1789, le couvent de L'Observance ne comptait plus que 5 religieux. Le domaine, saisi comme bien national, fut divisé en trois lots : la nation se réserva l'église ; les bâtiments claustraux et les jardins furent acquis par Tripier et Guillot (annexe D). Cet édifice, qui inspira beaucoup les dessinateurs lyonnais du début du 19e siècle (cf. fig. 16 à 18), fut laissé à l'abandon jusqu'à l'agrandissement de l'école vétérinaire. 24 août 2015 Page3

4 1.D. MONASTERE DE SAINTE-ELISABETH DES DEUX-AMANTS Il existait au 16e siècle, à l'emplacement du tènement des Deux-Amants, divers corps de bâtiments légués à l'aumône générale de Lyon, par Jacques Moyron, baron de Saint- Privier, le 11 octobre 1651 (annexe E ; cf. fig. 10). 2 janvier 1657, acquisition du tènement des Deux-Amants par les religieuses de Sainte- Elisabeth (annexe E). Ces religieuses, se trouvant trop à l'étroit dans leur couvent de Bellecour, demandèrent le dédoublement de leur communauté : mars 1660, lettres patentes autorisant l'établissement des religieuses de Sainte-Elisabeth aux Deux-Amants (A.D. Rhône : 8 H 320). Les travaux effectués pour leur installation comprenaient seulement l'aménagement d'un corps de bâtiment à l'est, le long de la rue, et l'installation d'une église (annexe F). 7 juillet 1675, pose de la première pierre de l'aile droite du couvent par l'archevêque de Lyon, Camille de Neuville (cf. inscription infra II, 3A, g). Les travaux furent exécutés par Mathieu Chavagny, Jean Seyty et Georges Lourdan, maîtres maçons (annexes G), Claude Renaud, Claude Penet fils et François Gautier, maîtres charpentiers, et Etienne Raiot, maître serrurier (A.D. Rhône: 8 H 320). ler juin 1677, construction d'une porte cochère dans le mur de clôture de l'est (ibid.) 2 août 1707, reconstruction du portail de l'église (ibid.). Il semble que le monastère de Sainte-Elisabeth (cf. fig. 19) était alors en pleine prospérité : l'église, perpendiculaire à la rue, possédait au moins trois chapelles, celle de la Sainte-Vierge, de l'enfant Jésus, et des morts ; le maître-autel et l'autel de la Sainte-Vierge étaient en bois doré avec des retables garnis de tableaux ; le choeur était orné de boiseries et de 8 tableaux. Il y avait 3 chapelles dans le clos à l'ouest du couvent : celles de la Sainte-Vierge et de Saint-François, décorées de 6 colonnes de marbre en façade, et celle de la Madeleine (annexe F). Une de ces chapelles existait encore en 1837 (cf. fig. 32). A la Révolution, le monastère qui comptait 37 religieuses, devint propriété de la Nation (B.M. Lyon : Fonds Coste, ms 294). 1.E. INSTALLATION DE L'ECOLE VETERINAIRE En 1762, création à Lyon de la première école vétérinaire de France, fondée par Bourgelat, et installée dans le quartier de la Guillotière (ARLOING, Le Berceau..., p ). Le 6 Floréal an III (25 avril 1795), arrêté de transfert de l'ecole vétérinaire au monastère des Deux-Amants et nomination de l'architecte Cochet pour dresser les plans de l'installation (A.D. Rhône : 1 L 516). Devant le mauvais état des bâtiments (surtout des corps de bâtiment sud et est) et leur exiguïté pour loger les animaux, le directeur de l'ecole, Claude-Julien Bredin, intervient auprès du gouvernement pour obtenir cession des bâtiments des Cordeliers : le 13 Messidor an X (2 juillet 1802) ; le gouvernement cède à l'ecole le jardin qui séparait les deux. Anciens couvents (ARLOING, op. cit., p. 67). D'après Arloing, c'est à ce moment que l'on aurait construit le bâtiment des forges en bordure de l'actuel quai Chauveau ; or, d'après un plan dressé en 1807 (cf. fig. 20), le premier bâtiment des forges aurait été construit à l'ouest de la cour. Le 12 Vendémiaire an XII (5 octobre 1803), arrêté du gouvernement abandonnant provisoirement l'église des Cordeliers à l'ecole pour en faire un magasin à fourrages (A.D. Rhône : V 35 ; cf. fig. 13 et 14). 24 août 2015 Page4

5 En 1807, premier projet de restauration (annexe H ; cf. fig. 20), dressé par l'architecte lyonnais Louis-Cécile Flachéron, comportant en particulier : - la démolition du mur de clôture sur le quai, remplacé en partie par une grille, et l'ouverture d'une porte cochère dans le bâtiment de façade ; - la régularisation de la grande cour et le prolongement du portique le long du corps de bâtiment oriental ; - la construction d'une écurie dans la cour des forges ; - la construction d'une chapelle à la place de l'ancienne église du monastère des Deux- Amants : le projet de chapelle circulaire présenté par Flachéron est repoussé par le Conseil des Bâtiments civils qui préfère s'en tenir à un édifice de forme rectangulaire ; - la construction d'un amphithéâtre semi-circulaire dans l'aile nord. Seuls les trois premiers points de ce programme (démolition du mur de clôture, ouverture de la porte cochère et régularisation de la cour) semblent avoir été réalisés alors. Des travaux de consolidation des corps de bâtiments sud et est sont entrepris sous la direction de Flachéron. Construction d'un bâtiment neuf à la place de l'ancienne église des Deux-Amants entre 1809 et 1811 ; ce bâtiment reste inachevé, car la construction de l'escalier intérieur qui devait le desservir, a été ajournée du fait du mauvais état du bâtiment sur rue sur lequel il devait s'appuyer (A.N. : F , lettre de l'inspecteur général des Ecoles vétérinaires au ministre de l'intérieur, 16 novembre 1810 ; A.Ecole vétérinaire Lyon : lettres du directeur de l'ecole au ministre de l'intérieur, 16 août 1810 ; au préfet du Rhône, 5 juin 1813 ; annexe I). 2. CONSTRUCTION DE L'EDIFICE Devant la lenteur des travaux d'installation de l'ecole, des propositions de transfert à Toulouse sont envisagées ; aussi le conseil municipal de Lyon décide-t-il, le 4 août 1818, le vote d'un crédit permettant l'ouverture des travaux. La direction en est assurée par Flachéron jusqu'en 1822, puis par Antoine-Marie Chenavard (A.C. Lyon : Procès-verbaux des séances..., t. V, p. 66 ; Almanach historique, 1822, p. 234 ; 1823, p. 209). Ces travaux (annexe J ; cf. fig. 21) comprennent : - la destruction du bâtiment sur rue ; - la construction de l'aile sud (b) et de la moitié de l'aile ouest (a) dans le prolongement des parties conservées du monastère (c), en en maintenant la même disposition au rezde-chaussée ; - l'achèvement du portique autour de la cour. Cependant tous les travaux prévus ne sont pas exécutés : - le raccord au niveau des toitures entre l'ancien et le nouveau bâtiment n'est pas fait ; - les fenêtres des anciennes cellules n'ont pas été agrandies ; - la cage du grand escalier prévu au centre du bâtiment occidental reste vide. Dans le même temps, aménagement de la cour des forges (actuelle cour de clinique) : construction du bâtiment des forges (C) en façade, de la salle de clinique, des écuries et du chenil (ARLOING, op. cit., p. 71 ; cf. fig. 22 et 23). En 1826, installation en bordure du quai d'une grille provenant du château de la Balme (ARLOING, id., p. 70). 24 août 2015 Page5

6 Pendant ces travaux, les élèves s'installent dans l'ancien couvent des Cordeliers acquis par l'etat en 1808 (ibid. ; A.D. Rhône : V 35). A partir de 1823, à l'instigation de l'abbé Barbier, la ville accepte de convertir l'ancien couvent des Cordeliers en Refuge pour les jeunes condamnés (ARLOING, id., p ; cf. fig. 24). Ce projet est abandonné et l'on décide de rendre l'église des Cordeliers au culte comme chapelle de secours pour la paroisse Saint-Paul Un premier devis de restauration est établi en 1827 par Flachéron, prévoyant le rétrécissement de la chapelle des Lucquois et la construction d'une nouvelle entrée (A.D. Rhône : V 35). Non exécuté. Un second devis est établi le 21 juin 1836 par Chenavard (ibid. ; cf. fig. 25, 26 et 27). Ce devis prévoit une restauration stricte de l'édifice ancien. Non exécuté. Parallèlement Chenavard établit le plan d'achèvement des travaux du bâtiment principal (A) de l'école, le 27 décembre 1836 (annexe J) : - agrandissement des fenêtres des anciennes cellules ; - construction du grand escalier central du corps de bâtiment occidental ; - construction d'un escalier dans l'aile nord ; - redistribution intérieure des pièces et réfection des "anciens planchers" ; - nivellement des toitures. Ces travaux ne sont pas exécutés et l'on ignore pour quelle raison la restauration de l'ecole est confiée à Pierre-Prosper Chabrol, exerçant à Paris, en octobre 1838 (A.N. : F ). Son projet d'octobre 1839 prévoit déjà l'amphithéâtre d'honneur, l'installation d'un jardin à la française en terrasse, la restauration du bâtiment de clinique, l'installation d'une serre et d'une orangerie dans le jardin botanique, et d'une chapelle à la place de l'actuelle salle du conseil (cf. fig. 28 à 31). Non exécuté. Les projets d'implantation de l'ecole sont modifiés du fait de la construction de la montée de l'observance qui entraîne le démantèlement de la pépinière départementale (cf.fig. 32). 12 janvier 1843, accord entre la Ville de Lyon et l'etat : la Ville cède à l'etat les terrains des Cordeliers de l'observance, ainsi que l'emplacement des 2 premières travées de l'église, qui doivent être démolies pour l'agrandissement de l'ecole ; en échange l'etat se charge de la restauration de l'église et de la construction d'une école à côté (A.N. : F ; cf. fig. 33). A la suite de ces mesures administratives, rédaction d'un nouveau projet de Chabrol, soumis au Conseil général des bâtiments civils, le 16 janvier 1843 : agrandissement de la cour d'honneur ; mises en places des dépendances, clinique, écuries, chenils, anatomie (A.N. : F ). Ce projet ne subit que des modifications de détail jusqu'à son achèvement en novembre 1857 (A.N. F ; cf. fig. 34). a. Bâtiment principal (A) [cf. fig.35 à 38] : en 1848, les travaux sont en cours d'achèvement (A.N. : F , lettre de Chabrol au ministre des Travaux publics, 18 juillet 1848). Comble en fer de l'amphithéâtre par Achille Leturc, entrepreneur de serrurerie à Paris ; couverture en plomb par L. Muzard, entrepreneur de plomberie à Paris (A.N. : F , soumissions, 20 décembre 1849). b. Bâtiment de clinique (D) [cf. fig. 39 à 42] : bâtiment à un étage avec 2 corps latéraux en rez-de-chaussée ; conformément à l'avis du Conseil général des bâtiments civils du 16 janvier 1843, Chabrol remplace les terrasses des bâtiments latéraux par des toits. 24 août 2015 Page6

7 c. Ecuries et étables (E), chenils et bergerie : légère modification des projets du 27 avril 1844 quant aux façades des écuries et des étables (cf. fig. 43 à 47). Au sud de la cour, construction de la bergerie et des chenils (cf. fig. 48 à 51). d. Bâtiment d'anatomie (G) : modification du projet initial (cf. fig. 52 à 54) par adjonction de 2 petits corps de bâtiments à la façade postérieure (cf. fig. 34). e. Chapelle de l'observance : le mauvais état de l'église des Cordeliers rendant sa restauration impossible (annexe K), sa démolition est autorisée le 28 mars 1846 (A.N.: F ). Chabrol décide la construction d'une chapelle sur pilotis, avec entrée sur le quai, flanquée au nord et au sud des bâtiments des écoles primaires (A.C. Lyon : O, 5ème division, 500, séance du conseil municipal du 8 juin 1936 ; cf. fig. 34, 55 à 62). Les quatre colonnes corinthiennes de la chapelle des Lucquois qui devaient être remployées dans cette construction sont considérées en trop mauvais état (A.N. : F , lettre de Chabrol au ministre des Travaux publics, 18 juillet 1848). Les travaux de décoration intérieure sont confiés au peintre parisien Alexandre Denuelle qui orne le choeur d'un couronnement de la Vierge par le Christ, flanqué de chaque côté de saint Pierre et de saint Paul (A.N. : F , décompte de paiement, 24 décembre 1854), et au sculpteur Léon Cottebrune, exerçant à Paris, pour l'autel, les bénitiers et les deux tympans (ibid. : id., 19 avril 1860). Au-dessus du choeur, inscription : DOM / SUB INVOCATIONE BEATAE MARIAE VIRGINIS / DEI GENITRICIS, SINE LARE ONCEPTAE (PELADAN, Guide de l'amateur..., p.124). Chaire à prêcher de François Viala, menuisier à Lyon (A.N. : F , soumission, 25 novembre 1854). Cloche en cuivre et étain de 267 kg, par Burdin fils ainé, fondeur à Lyon (ibid. : id., 22 août 1859). Grille de communion et grille d'entrée de la chapelle, par Jules Everaert, serrurier ornementiste à Paris (ibid. : id., 28 août 1859). Rose de la façade par Oudinot, entrepreneur de peinture sur verre à Paris. (A.N. : F [I], décompte de paiement, 26 octobre 1859). En 1861, dans le cadre de la reconstruction du pont de Serin, les Ponts-et-Chaussées décident un exhaussement du quai de l'observance (actuel quai Chauveau). Chabrol entreprend alors la construction du corps de portique (d) (annexe L). 3. DEGRADATIONS, RESTAURATIONS, RECONSTRUCTION, CHANGEMENTS D'AFFECTATION (Nous n'étudions ici que les restaurations qui ont entrainé des modi-fications dans l'architecture des bâtiments.) A partir de 1868, les travaux de restaurations de l'ecole sont: confiés à Sainte-Marie- Perrin, qui travaille en collaboration avec le physiologiste Chauveau pour adapter les bâtiments aux nouvelles techniques scientifiques (le bâtiment d'anatomie-physiologie conserve encore actuellement les appareils inventés par Chauveau) , transformation du bâtiment d'anatomie (G) d'après les plans de cet architecte. L'amphithéâtre, jugé trop grand, est transformé en salle de dissection-musée, avec installation de vitrines et de tribunes sur les côtés ; un nouvel amphithéâtre plus petit est 24 août 2015 Page7

8 aménagé dans la partie orientale du bâtiment (A.N. : F21 791, lettre du directeur de l'ecole au ministre de l'agriculture, 19 octobre 1872 ; cf. fig. 63 et 64). 1876, projet de percement de fenêtres en demi-cercle sous le portique (A. Ecole vétérinaire Lyon : exercice 1876) ; celles de l'aile nord (réfectoire, c) n'ont pas été réalisées , construction de petites annexes en rez-de-chaussée à l'ouest et à l'est de la salle d'anatomie (A.N. : F21 791, lettre de l'inspecteur général de l'ecole vétérinaire au ministre des Travaux publics, 26 mai 1878 ; cf. fig. 65 et 66). Construction des services de zootechnie (I) à l'ouest du bâtiment d'anatomie, et de ceux d'histologie (H) au sud (A.N. : id. ; ARLOING, Le Berceau..., p. 86, fig. 18). 1893, percement de 2 fenêtres sur le quai, dans le bâtiment du secrétariat (C) (A. Ecole vétérinaire Lyon : mémoire de travaux de maçonnerie exécutés par François Parot entrepreneur). 1894, projet de décoration peinte du grand amphithéâtre (e), établi par Sainte-Marie- Perrin, et concernant les 7 tables ovales de la voûte qui devaient être ornées de sujets représentant : "L a Conquête du cheval, Un agronome romain donnant des prescriptions, Groupes d'hippiatres s'occupant du cheval, Bourgelat, détaché du groupe étudie la médecine avec Pouteau et Charmetton, Scène d'anatomie moderne, Scène d'étude physiologique sur le cheval, Scène d'étude pathologique moderne sur les animaux" (ibid.). On ne sait si cette décoration correspond aux projets de Chabrol que Sainte-Marie-Perrin avait fait rechercher (ibid.: lettre de Sainte-Marie-Perrin à Chabrol fils, 18 avril 1894). Ce projet est abandonné au profit de la réalisation actuellement en place confiée d'abord au peintre Lucien Simon (ibid : lettre de Sainte-Marie-Perrin au sous-secrétaire d'etat aux Beaux-Arts, 15 mars 1905), puis à F. Humbert (ibid.. id., 19 août 1907). 1897, démolition de l'ancienne bergerie et construction du bâtiment de médecine opératoire (F) (ibid. : Mémoire des travaux de terrassements exécutés en 1897 ; montants des travaux effectués en supplément des travaux ordinaires d'entretien, ). L'état de l'ecole après les travaux de Sainte-Marie-Perrin est attesté par les 2 maquettes exécutées en 1900 par L. Marillier et conservées dans le vestibule de l'amphithéâtre d'honneur (cf. sous-dossier) , les anciens lambris du réfectoire en trop mauvais état, sont remplacés par un revêtement en ciment (ibid. : Etat sommaire des propositions faites pour les travaux de réfection et de grosses réparations à exécuter... pendant l'exercice 1903). 1929, incendie de la bibliothèque, entraînant la destruction des pièces situées au sud du bâtiment principal (ROGUINSKY, Contribution..., p. 46 ; cf. fig. 38). 8 juin 1936, délibération du Conseil municipal de Lyon décidant la démolition de la chapelle de l'observance que son mauvais état rend trop dangereuse(a.m. Lyon : O, 5e division 500). Ne subsiste de cette chapelle que deux bases de colonnes dans le mur d'enceinte (cf. fig. 62). 23 mai 1937, inauguration du bâtiment de clinique (D) remanié par Tony Garnier qui agrandit le bâtiment en prolongeant les corps latéraux (Inauguration de la nouvelle clinique..., p ; cf. inscription, II, 3C, g ; fig. 67). 24 août 2015 Page8

9 27 novembre 1938, inauguration du bâtiment de physiologie et d'anatomie (G), remanié par Tony Garnier qui agrandit le bâtiment en régularisant le plan (TAGAND, Inauguration des nouveaux laboratoires..., p ; cf. inscription II, 3F, g ; fig. 68) , construction du bâtiment de chimie-zootechnie (K) par M. Bourdeix, architecte. 1963, construction du bâtiment de maladie microbienne (L) par le même (cf. fig. 69). II DESCRIPTION 1. SITUATION Edifice établi sur la rive droite de la Saône, en bordure du quai Chauveau, au pied de la colline de Fourvière (cf. fig. 70) sur un terrain de périmètre irrégulier bordé au sud et à l'ouest par la montée de l'observance. Au sud-est, enclave formée par une école communale (cf. historique). 2. COMPOSITION D'ENSEMBLE (cf. fig. 2 et 69) Ensemble de bâtiments organisés en deux parties bien distinctes tant par leur implantation que par leur fonction : 1. Le bâtiment principal (A) autour de la cour d'honneur et les deux corps de passage (B et C), ouvrant sur le quai, essentiellement réservés aux services administratifs, culturels (amphithéâtre d'honneur, musée, bibliothèque, études) et au logement des élèves et du personnel (appartements, chambres individuelles, cuisines, réfectoire...). 2. Les bâtiments (D à L) réservés aux services scientifiques ou techniques et à leurs annexes, organisés (à l'exception des bâtiments K et L de construction récente) autour de trois cours fermées, communiquant entre elles par des passages couverts et s'étendant au sud du bâtiment principal. Ensemble complété, au nord, par un jardin botanique avec entrée monumentale sur le quai (B) et à l'ouest par un parc en terrasse avec escaliers d'accès et murs de soutènement disposés symétriquement par rapport à l'axe longitudinal de l'amphithéâtre (M) (cf. fig. 71 et 72). 3. ETUDE DE CHAQUE CORPS DE BATIMENT La présente étude porte sur les bâtiments construits avant 1900 ainsi que sur ceux repris par Tony Garnier au 20e siècle. 3.A. BATIMENT PRINCIPAL (cf. fig. 3 et pl. Il) Orienté à l'est, composé de 5 corps de bâtiments : - 3 corps rectangulaires (a, b, c) disposés en U autour d'une cour carrée, fermée à l'est par un corps de portique (d) (cf. fig. 73, 74, 75) ; - corps de bâtiment (e) de plan cintré abritant l'amphithéâtre d'honneur, adossé à la façade postérieure du corps central, dans l'axe du bâtiment. a. Matériaux Construction en pierre : - corps a, b et c : gros oeuvre en moellons équarris ; encadrements, piliers du portique et fronton du corps central en pierre de taille (grand et moyen appareil). Façades crépies. Corniches en bois peint. Sol de la cour d'honneur pavé. - corps de portique (d) : pierre de taille. Colonnes monolithes. - amphithéâtre (e) : pierre de taille, grand appareil : soubassement en pierre de Villebois, murs en pierre de Tournus (cf. Chabrol, L'Ecole vétérinaire..., col. 114). Matériaux de 24 août 2015 Page9

10 couverture : tuiles mécaniques sur l'ensemble à l'exception de l'amphithéâtre couvert de plaques de plomb et du corps de portique bitumé. b. Coupe - corps a, b et c : un rez-de-chaussée et trois étages. Cave plafonnée sous la moitié gauche du corps central (a), voûtée en berceau plein cintre sous l'extrémité antérieure du corps gauche (b). - amphithéâtre (e) : précédé d'un vestibule à l'italienne s'élevant, au centre du corps central, sur la hauteur du rez-de-chaussée et de deux étages carrés. Amphithéâtre, à vaisseau unique, de la hauteur du vestibule à l'italienne. Entre l'amphithéâtre et le vestibule, au rez-de-chaussée, couloir, à l'étage, tribune béante ouvrant directement sur l'amphithéâtre. c. Elévations extérieures Elévations en travées, à 4 niveaux (corps a, b et c). - élévations antérieures sur la cour d'honneur. 1. Corps central (a) : façade à 9 travées, les trois travées centrales, couronnées d'un fronton, formant avant-corps (cf. fig. 76 et 77). 2. Corps latéraux (b et c) (cf. fig. 78) : 13 travées. Légère avancée des extrémités est, sur la largeur de 3 travées, au niveau de la jonction avec le corps de portique. 3. Sur l'ensemble des façades antérieures, premier niveau (portique) limité par une double moulure, autres niveaux non limités. - élévations latérales (est) (cf. fig. 70). Façades à 4 niveaux et 3 travées. Premier niveau, percé de fenêtres en plein cintre, limité par une double moulure dans le prolongement de celle des façades antérieures. - élévations postérieures. Ouverture en plein cintre au premier niveau, rectangulaires aux trois autres niveaux. Corps central (a) : façade postérieure partiellement masquée par l'amphithéâtre, à droite de celui-ci 6 travées, à gauche 5 travées. Corps latéral gauche (b) : 16 travées (cf. fig. 79). Corps latéral droit (c) : 14 travées plus une fenêtre à l'étage, au-dessus du corps de passage (B). - élévations extérieures de l'amphithéâtre (cf. fig. 80). Façade à deux niveaux et 9 travées, sur soubassement. A la base, plinthe régnante, au sommet corniche moulurée. Niveaux limités par un bandeau et travées séparées par des pilastres. Premier niveau percé de niches concaves (cf. fig. 81) et à ses extrémités de 2 baies en plein cintre ; deuxième niveau percé de baies en demi-cercle. d. Combles et toitures (cf. fig.2 et pl. I) - corps a, b et c : toits à deux versants, croupes aux extrémités orientales. Charpente en châtaignier (poutres équarries, ensemble des pièces chevillées, pose de la toiture sur lattis). - amphithéâtre : toit en dôme couvert en plomb. Charpente en fer, comble perdu. e. Distribution intérieure Répartition des pièces, des passages et des escaliers sensiblement symétriques par rapport à l'axe est-ouest du bâtiment avec, au centre et sur la hauteur de deux étages, le vestibule d'accès à l'amphithéâtre (cf. fig. 82, 83 et 84). 24 août 2015 Page10

11 Au sud et au nord, dans le prolongement du corps de portique, passages couverts voûtés en berceau plein cintre (moitié du passage nord plafonné). Escaliers intérieurs d'accès aux étages : escaliers identiques, rampe sur rampe, au sud et au nord, dans le prolongement du portique du corps central (cf. fig. 85 et 86) et escaliers tournants avec jour central aux extrémités est des ailes. - rez-de-chaussée : simple en profondeur. Portique et corps de portique voûtés d'arêtes (cf. fig. 87, 88 et 89). Ouverture directe des pièces sur l'extérieur. A droite du vestibule central, pièces voûtées, à gauche, pièces plafonnées. 1. Pièces de droite (en partant du vestibule) : dans le corps central, salle de douche voûtée en berceau en anse de panier à lunettes et éclairée, côté cour, par deux baies en demi-cercle ; latrines, de plan carré, couvertes de quatre voûtes d'arêtes retombant, au centre, sur une colonne à chapiteau cubique festonné (cf. fig. 90). Dans l'aile droite, garde-manger et réfectoire couverts tous deux d'une voûte en berceau en anse de panier à lunettes (cf. fig. 91 et 92), office et cuisine plafonnés. 2. Pièces de gauche : foyers des élèves (éclairés côté cour, par des baies en demi-cercle), bureaux de l'intendance et salle du conseil, cette dernière présentant un parquet en point de Hongrie, un lambris de demi-revêtement et une cheminée (cf. fig.93). - étages : extrémités est des ailes (b et c) occupées sur les trois étages, par des appartements. Logement des élèves aux deuxième et troisième étages. 1. Premier étage : double en profondeur. Corps central : galerie (ancien musée) et bibliothèque aux parquets en points de Hongrie et plafonds à solives apparentes (cf. état ancien fig. 37 et 38). Aile droite : bureaux, salles de cours et amphithéâtre. 2. Deuxième étage. Corps central : chambres des élèves ouvrant sur une galerie (salle de jeux) située au-dessus de la galerie du premier étage. Aile droite : double en profondeur. Lingerie et chambres. Aile gauche : double en profondeur avec couloir médian distribuant les chambres. 3. Troisième étage : double en profondeur avec couloir médian. - amphithéâtre d'honneur : séparé du vestibule par un couloir transversal voûté d'arêtes. De part et d'autre de l'entrée de l'amphithéâtre, petites pièces de plan carré, voûtées en berceau à lunettes. Au-dessus du couloir, tribune béante (cf. fig. 94) ; au-dessus des deux pièces latérales, tribunes découvertes (cf. fig. 95), toutes trois accessibles par le premier étage du corps central (deuxième niveau du vestibule). Amphithéâtre (cf. fig. 96, 97 et 98) : voûte en cul de four à 7 quartiers et ouverture zénithale, précédée d'une travée droite voûtée en berceau plein cintre. Eclairage par 9 baies en demi-cercle à pénétration. Gradins divisés en deux parties : à l'avant et au centre, 11 gradins légèrement courbes, destinés aux élèves ; à l'arrière, 3 gradins épousant la forme de l'amphithéâtre accessibles par des emmarchements latéraux et destinés aux auditeurs libres. f. Parti de décor - décor mobilier (cf. sous-dossiers) concentré essentiellement dans la cour d'honneur (bustes sous le portique et statue en pied au centre), la salle du conseil (bustes et peinture), le réfectoire (peintures), le vestibule et l'amphithéâtre (sculpture et peinture). - décor architectural réservé au vestibule et à l'amphithéâtre. Vestibule : ordres superposés. Colonnes et pilastres en pierre. Au deuxième niveau, lambris de demirevêtement et garde-corps ajourés en noyer (cf. fig. 83), plafond à caissons (cf. fig. 84). 24 août 2015 Page11

12 Couloir : arcs doubleaux, décorés de moulures géométriques, retombant sur des pilastres. De part et d'autre de l'entrée de l'amphithéâtre, niches concaves avec figure nichée (cf. sous-dossier). Amphithéâtre : décor symétrique par rapport à l'axe longitudinal (cf. fig. 94 et 95). Association de divers matériaux : marbre beige pour les colonnes, noir pour les tables rapportées dans l'entablement, bronze pour les vases d'amortissement et les hauts-reliefs (cf. sous-dossiers), noyer pour les lambris, les gradins et les garde-corps ; et de différentes techniques : moulures pour la voûte, les encadrements de portes, et l'entablement, sculpture en bas-relief pour le décor des moulures, en haut-relief pour les dessus-de-portes, en ronde-bosse pour le buste en plâtre de Bourgelat, peinture à l'huile sur toile pour les panneaux de l'entrée (cf. sous-dossier). g. Inscriptions 1. Fragment scellé dans la façade antérieure du corps central (cf. fig.99) : DOMAINE DE LION QUI / DECLI [N] LE 7ME AVRIL / Plaque scellée dans la façade de l'aile droite (cf. fig. 100) : CETTE PREMIERE PIERRE A ESTEE POSEE / DANS LE SECOND MONASTERE DE SAINCTE / ELISABETH DE LYON CE IOVR DHUV 7 DU / MOIS DE IULLIET L'ANNEE 1675 PAR / MONSEIGNEUR CAMILLE DE NEVVILLE / ARCHEVEQUE ET COMTE DE LYON / PRIMAT DE FRANCE ET COMMANDEVR DES / ORDRES DU ROY ET LIEUTENANT GENERAL / POUR SA MAJESTE AV GOUVERNEMENT / DE LA VILLE DE LYON ET PROVINCES / DE LYONNOIS, FORESTS ET BEAVIOLLOIS. 3. Plaque scellée dans la façade de l'aile gauche (cf. fig. 101) : L'ECOLE IMPERIALE VETERINAIRE / DE LYON A ETE ETABLIE DANS LE SECOND MONASTERE DE SAINTE ELISABETH / EN L'AN V / LES TRAVAUX D'AGRANDISSEMENT / ET DE RESTAURATION DES ANCIENS / BATIMENTS ONT ETE COMMENCES / EN MDCCCXLIII ET TERMINES / EN MDCCCLX / SUR LES PLANS DE L'ARCHITECTE / CHABROL. 4. Date gravée au centre de la voûte de la lère travée de l'amphithéâtre : MDCCCLIV. 3.B. CORPS DE PASSAGE (B et C) a. Situation De part et d'autre du bâtiment principal (A), en retour d'équerre sur le quai. Passages donnant accès, au nord, au jardin botanique, au sud, à la cour de clinique. Façades antérieures orientées à l'est. b. Matériaux Construction en pierre : pierre de taille pour la plinthe, l'avant-corps central, les encadrements (grand appareil) et le premier niveau de la façade antérieure sur rue (petit appareil). Moellons équarris crépis pour la façade sur cour et le deuxième niveau de la façade sur rue. Matériaux de couverture : tuiles mécaniques. c. Parti général et plan (cf. fig. 4 et p1. III) Corps de bâtiment B et C, sensiblement identiques, de plan rectangulaire allongé, composés d'un rez-de-chaussée et d'un étage. Au centre, sur toute la hauteur du corps, passage couvert en plein cintre. Cave sous le corps B. d. Elévations Symétrie des façades antérieures et postérieures par rapport au passage médian. 24 août 2015 Page12

13 - façades antérieures (cf. fig. 102 et 103) : avant-corps central percé d'une arcade en plein cintre et couronné d'un fronton. De chaque coté de cet avant-corps, façade à deux niveaux, limités par un bandeau, et trois travées. Ouvertures : ler niveau percé de 2 baies rectangulaires jumelées, encadrées de 2 jours oblongs (1 seul dans la partie droite du corps B), deuxième niveau percé de trois jours oblongs. - façades postérieures (cf. fig. 104) : même composition que les façades antérieures. ler niveau : ouvertures en plein cintre (1 porte encadrée de deux fenêtres pour le corps C, 3 portes pour le corps B). 2e niveau : petites baies rectangulaires. e. Toitures Toits à deux versants, croupe à l'extrémité sud du corps C. f. Distribution intérieure Entrée principale sur façade postérieure. Accès à l'étage et aux combles par escaliers intérieurs situés de part et d'autre des passages couverts, avec entrées sous ceux-ci. Caves d'enfilade sous le corps B. 3.C. BATIMENT DE CLINIQUE (D) a. Situation Bâtiment adossé à la colline, formant le fond de la cour de clinique. A l'arrière, terrasse rachetant la dénivellation du terrain (de la hauteur d'environ les 2/3 du rez-de-chaussée) accessible par deux escaliers latéraux. Dans la partie antérieure du bâtiment, terrain en pente douce. Façade principale orientée à l'est. b. Matériaux - partie postérieure des corps latéraux et corps central construits en pierre : moellons équarris pour le gros oeuvre, pierre de taille pour les chaînes d'angle, les encadrements et les façades latérales du corps central. - corps antérieur et partie antérieure des corps latéraux construits en béton armé. Ensemble des façades crépies à l'exception des façades latérales du corps central. Toits couverts en tuiles mécaniques, terrasses bitumées. c. Parti général et plan (cf. fig. 67) Bâtiment de plan rectangulaire comprenant deux parties distinctes : d'une part, un corps central à vaisseau, d'autre part, trois corps en U, sur un niveau, entourant le corps central. d. Elévations extérieures Plinthe sur les façades antérieures et latérales rachetant la dénivellation du terrain. Pilastres corniers aux deux niveaux. Premier niveau couronné d'une corniche régnante moulurée, deuxième niveau d'un entablement toscan. Bandeau régnant à hauteur de l'appui des baies du 2e niveau. - façade antérieure (cf. fig. 105) : composition symétrique par rapport à la parte médiane. Premier niveau divisé verticalement en 3 parties par des pilastres. Deuxième niveau percé de 3 baies jumelées, séparées par des pilastres. - façades latérales droites et gauches identiques : partie postérieure (ancienne) légèrement plus élevée, séparée de la partie antérieure par un pilastre et percée d'une porte à encadrement mouluré et de deux baies rectangulaires (cf. fig. 106 à 107). Partie antérieure divisée verticalement en deux parties percées chacune de deux baies jumelées. 24 août 2015 Page13

14 - façade postérieure premier niveau flanqué sur toute sa longueur d'une construction basse. Façade du deuxième niveau identique à la façade antérieure. e. Couverture - Corps central : toit en pavillon. - Partie postérieure des corps latéraux : toits à croupe. - Corps antérieur et partie antérieure des corps latéraux : terrasse. f. Distribution intérieure Entrée unique en façade. Corps antérieur, simple en profondeur, formant vestibule et distribuant le reste du bâtiment. Corps central (amphithéâtre) : vaisseau unique, plafonné, s'élevant sur deux niveaux. Corps latéral gauche simple en profondeur : pièces d'enfilade. Corps latéral droit semi-double : suite de pièces séparées du corps central par un couloir. g. Inscription Gravée sur une plaque de marbre située dans le vestibule à droite de la porte de l'amphithéâtre : CLINIQUE / INAUGURÉE / LE 23 MAI 1937 / PAR Mr ÉDOUARD HERRIOT / PRÉSIDENT DE LA CHAMBRE / DES DÉPUTES / MAIRE DE LYON / Mr ÉMILE BOLLAERT / ÉTANT PRÉFET DU RHONE / ET Mr LOUIS JUNG / DIRECTEUR DE L'ÉCOLE. 3.D. LES ÉCURIES (E) a. Situation et composition d'ensemble Ensemble de trois bâtiments bas disposés en U autour de la cour des hôpitaux et reliés entre eux par des appentis (cf. fig.69). Cour fermée, au sud, par le bâtiment de médecine générale. b. Matériaux Murs en moellons équarris et crépis. Plinthe, encadrements, bandeau en pierre de taille. Encadrements des lucarnes en bois. Couvertures en tuiles mécaniques. Sols de la cour et des bâtiments pavés : pavage constitué de briques en épi à l'intérieur et devant chacun des bâtiments. Matériaux de couverture : tuiles mécaniques. c. Parti général et plan Bâtiments de plan rectangulaire allongé, composés d'un rez-de-chaussée et d'un comble à surcroît, simples en profondeur. Bâtiments est et ouest de même longueur, bâtiment nord plus long avec, en son centre et sur toute sa hauteur, un passage couvert voûté en plein cintre. d. Elévations extérieures Même parti d'élévation pour les trois bâtiments : division horizontale en trois niveaux limités par des bandeaux régnants. Division verticale par des pilastres, élévation en travées (rythme des ouvertures et des pilastres différent selon les bâtiments). Ouverture : portes rectangulaires au premier niveau, jours oblongs au deuxième niveau et lucarnes passantes au troisième. - Bâtiment nord (cf. fig. 108). Façades antérieure et postérieure semblables : partie centrale formant avant-corps ; de part et d'autre, répartition des pilastres toutes les trois travées et répartition des 14 travées d'ouverture selon un rythme ternaire (aux extrémités, travée isolée). Façade latérale gauche aveugle. - Bâtiment est (cf. fig. 109). 24 août 2015 Page14

15 Façade antérieure : 7 travées délimitées chacune par un pilastre et alternées selon un rythme binaire. Façade postérieure : identique à la façade antérieure à l'exception du premier niveau aveugle. Façades latérales aveugles. - Bâtiment ouest (cf. fig.110). Même composition que les façades du bâtiment est, mais modification des ouvertures. Façade antérieure : 2e et 6e travée, fenêtres rectangulaires passantes entre le premier et le deuxième niveau. Façade postérieure : mêmes fenêtres passantes à la première, cinquième et sixième travée en partant de la gauche. Façade latérale gauche : une travée centrale d'ouverture (1 porte et 1 jour oblong). e. Toitures Toits à croupes (charpente non étudiée). f. Distribution intérieure Bâtiments simples en profondeur comprenant un rez-de-chaussée, éclairé par des jours, et un étage de comble, servant de fenil, éclairé par des lucarnes. Accès au rezde-chaussée par les façades antérieures et aux combles par des escaliers intérieurs situés aux extrémités des bâtiments. Divisions intérieures correspondant aux divisions extérieures des façades par les pilastres : - Bâtiment nord : dit "des grands écuries", divisé intérieurement en 4 pièces (2 de chaque côté du passage couvert) divisées elles-mêmes en stalles (cf. fig. 111). - Bâtiment est, dit des "Petites écuries". Division intérieure en 6 boxes (cf. fig. 112) et une cage d'escalier sans communication entre eux. Accès individuel directement par la façade antérieure. - Bâtiment ouest : anciennes étables. Aux extrémités : cages d'escaliers ; au centre : deux grandes pièces avec stalles. 3.E. BATIMENT DIT DE "MEDECINE GENERALE" (F) a. Situation Bâtiment allongé séparant la "Cour des hôpitaux" de la cour de physiologie-anatomie. Façade antérieure orientée au nord. b. Matériaux Construction en pierre : pierre de taille pour le rez-de-chaussée, la plinthe, les encadrements et les chaînes d'angle. Façades antérieure et postérieure du rez-dechaussée appareillées en bossage continu en table. Etages construits en moellons équarris, façades crépies. Toits couverts en tuiles mécaniques. c. Parti général et plan (cf. fig. 69) Bâtiment élevé, de plan rectangulaire, composé de cinq corps de bâtiments, dans le même alignement (numérotés de gauche à droite) comportant chacun un rez-de-chaussée et deux étages simples en profondeur. Accents verticaux donnés par le corps de passage (2) et la tour d'escalier (4), corps plus étroits et légèrement plus élevés. d. Elévations extérieures - Façade antérieure (cf. fig. 113). Corps 1 : élévation à 3 niveaux et 5 travées, ouvertures rectangulaires. Corps 2 : 3 niveaux limités et 3 travées, au centre arcade plein cintre empiétant sur le deuxième niveau. Troisième niveau percé de trois grandes baies en plein cintre. Corps 3 : même façade que celle du corps 1 avec seulement une porte au premier niveau au lieu de 24 août 2015 Page15

16 deux. Corps 4 : façade étroite, à 3 niveaux et une travée d'ouverture, couronnée d'un entablement. Corps 5 : façade à 3 niveaux, sans travée. Premier niveau percé d'une porte et d'une fenêtre rectangulaire horizontale, deuxième et troisième niveaux de trois baies jumelées, séparées par des pilastres, au même aplomb. - Façade postérieure. Partie gauche (corps 5) partiellement masquée par le bâtiment I. Façade semblable à la façade antérieure à l'exception d'ouvertures murées ou feintes (baies en plein cintre du corps 2). e. Toitures (charpentes non étudiées) Corps 1 : toit à deux versants et une croupe à gauche. Corps 2 : toit à croupes. Corps 3 : toit à deux versants. Corps 4 : toit en pavillon. Corps 5 : toit à deux versants et une croupe à droite. f. Distribution intérieure Accès aux étages du corps 1 et 2 par escalier intérieur situé dans la partie droite du corps 1 (escalier tournant dans cage rectangulaire). Accès aux étages des corps 3 et 5 par escalier intérieur dans tour dans-oeuvre (4) de plan rectangulaire proche du carré (escalier tournant à 4 volées droites). Divisions intérieures : corps 1, 3 et 5, 1 seule pièce au rez-de-chaussée pour chacun des corps, plusieurs aux étages ; corps 2, au-dessus du passage couvert, voûté en berceau plein cintre, amphithéâtre occupant toute la largeur du corps et éclairé par des baies en plein cintre. 3.F. BATIMENT DE PHYSIOLOGIE-ANATOMIE (G) a. Situation Extrémité sud de l'ecole vétérinaire, au centre d'une cour rectangulaire fermée sur ses quatre côtés par d'autres bâtiments. Ensemble des façades peu dégagé. Façade antérieure orientée au nord. b. Matériaux Construction en béton armé et pierre calcaire. Façades crépies. Sur chaque façade, parties visibles en pierre de taille (façade antérieure : corniches des parties latérales. Façades latérales et postérieures : plinthe, corniche, pilastres et encadrement des baies de la partie médiane). Toits couverts de tuiles mécaniques, terrasse bitumée, lanterneau vitré. c. Parti général et plan (cf. fig. 68) Bâtiment de plan massé comprenant deux parties distinctes d'une part, un corps central de plan rectangulaire, d'autre part, trois corps en U, légèrement plus élevés, entourant ce corps central et comportant un rez-de-chaussée et un étage carré. d. Elévations extérieures - Façade antérieure (nord). Façade du corps central légèrement en retrait, percée d'une porte rectangulaire encadrée de 2 grandes baies et surmontée d'un jour oblong. Elévation des corps latéraux à deux niveaux, limitée par un bandeau, couronnés d'une corniche moulurée. A chaque niveau et au même aplomb, 3 baies jumelées séparées par des pilastres. - Façades latérales. 24 août 2015 Page16

17 Elévation à deux niveaux limités et à 7 travées. Travées latérales limitées verticalement par deux pilastres. Ouverture : porte médiane (2 portes sur la façade droite) surmontée de deux baies rectangulaires verticales et 6 travées de baies rectangulaires horizontales. - Façade postérieure. Divisée horizontalement en deux niveaux par un bandeau plat, verticalement en 3 parties inégales par des pilastres, et couronnée d'une corniche moulurée. ler niveau : 5 baies jumelées au centre, 2 baies à droite et 1 à gauche. 2ème niveau : 3 baies jumelées séparées par des pilastres pour chaque partie. e. Toitures (charpente non étudiée) - Corps central : terrasse comportant en son centre un lanterneau. - Corps latéraux : toits à deux versants avec croupes dans la partie antérieure. f. Distribution intérieure Symétrie parfaite par rapport à l'axe nord-sud du bâtiment : à l'est, service de physiologie, à l'ouest service d'anatomie, au nord, sur toute la hauteur du corps central, amphithéâtre commun aux deux services. Entrée, vestibule et escalier indépendants pour chacune de ces parties avec cependant une communication directe entre l'amphithéâtre et les deux services. - amphithéâtre : escalier à double volée divergente, au revers de la façade principale. - service d'anatomie, physiologie : deux escaliers tournants, dans des cages rectangulaires, symétriques par rapport à l'axe nord-sud du bâtiment, au centre de celui-ci et sans communication entre eux. g. Inscriptions Gravées sur des plaques de marbre rose scellées au-dessus des portes latérales de l'amphithéâtre. - Plaque gauche : EN CES LABORATOIRES / FURENT RÉALISES LES TRAVAUX / DE PHYSIOLOGIE, DE BACTÉRIOLOGIE / ET D'ANATOMIE COMPARÉE / DE J.B.A CHAUVEAU / DE S. ARLOING ET DE F.X LESBRE / QUI DEVAIENT PORTER DANS LE / MONDE ENTIER LE RENOM DE / L'ÉCOLE VETERINAIRE DE LYON. - Plaque gauche : LE 27 NOVEMBRE 1938 / ONT ETE INAUGURES PAR / Mr ÉDOUARD HERRIOT / PRÉSIDENT DE LA CHAMBRE DES DÉPUTES / MAIRE DE LYON / Mr J. JULIEN MINISTRE / Mr E. BOLLAERT ÉTANT PRÉFET DU RHONE / Mr L. JUNG DIRECTEUR DE L'ÉCOLE VETERINAIRE / CES LABORATOIRES RÉNOVES PAR / Mr TONY GARNIER ARCHITECTE EN CHEF. III CONCLUSIONS Du couvent du 17E siècle ne restent que les rez-de-chaussée de l'aile nord et de la partie nord du corps central (cf. annexes F et J). Flachéron (dates d'intervention : ) arrête le parti général de la cour d'honneur. Chenavard ( ), contrairement à ce que veut la tradition, ne semble pas avoir marqué le bâtiment. Il se contente de poursuivre les projets de Flachéron en assurant la direction des travaux ; il établit également un nouveau devis de restauration de l'église de l'observance. Contraints par l'exiguïté du terrain, les projets de Flachéron et de Chenavard restent limités. Chabrol ( ), qui bénéficie de la possibilité d'extension sur l'emplacement des Cordeliers, conserve le bâtiment de Flachéron, mais en accentue son caractère 24 août 2015 Page17

18 monumental (fronton, corps de portique sur le quai) et donne à l'école vétérinaire son aspect définitif, avec ses bâtiments autour de cours fermées et ses jardins en terrasse. Il s'attache aux moindres détails de son oeuvre : les lampadaires de la cour d'honneur, les vases d'amortissement de l'amphithéâtre portent sa signature. Les travaux postérieurs de Sainte-Marie-Perrin ( ) et de Tony Garnier ( ) n'ont pas transformé la physionomie générale de l'école. Cette construction se situe dans la tradition des bâtiments officiels de la 1ère moitié du 19e siècle, où les architectes donnent libre cours à leur admiration pour l'antiquité grécoromaine : régularité et symétrie des formes et des décors, portiques à arcades, succession d'ouvertures en plein cintre, ordres superposés, prédominance du motif central (vestibule à l'italienne et amphithéâtre) où se concentre tout le décor. La chapelle de l'observance, également construite par Chabrol lors de cette campagne, relève du même esprit : porche à colonnes, fronton, richesse du décor peint intérieur exécuté par Denuelle. On peut remarquer que l'ancienne Ecole vétérinaire de Toulouse construite en 1843 par Laffon présente certaines analogies avec celle de Lyon, en particulier son plan en U et son portique autour de la cour (cf. fig. 114 et 115). Par contre, l'ecole vétérinaire de Maisons-Alfort, construite également par Chabrol, en même temps que celle de Lyon, ne présente que peu de ressemblances avec cette dernière. Si au niveau du plan, nous retrouvons la même régularité, les mêmes hémicycles, il semble que les élévations soient traitées avec plus de sécheresse. A Maisons-Alfort, Chabrol parait s'être plus attaché à l'aspect fonctionnel des bâtiments. Il y a employé systématiquement une structure de poutrelles métalliques visibles, même dans l'amphithéâtre où il a laissé peu de place au décor (cf. fig. 116 et 117), alors qu'à Lyon, les structures de métal (charpentes) ne sont pas apparentes. Au niveau de la technique de construction, Chabrol apparaît comme l'un des architectes représentatifs du 19e siècle, qui sait allier l'utilisation de la pierre, matériau traditionnel, et du fer de plus en plus employé jusqu'à l'emploi révolutionnaire du béton. Références documentaires Documents d'archive A.N. : F École vétérinaire de Lyon, ; F Bâtiments civils ; École vétérinaire de Lyon, ; F École vétérinaire de Lyon, ; F École vétérinaire de Lyon, ; F (1). École vétérinaire de Lyon, A.D. Rhône : 5 H 1. Cordeliers de l'observance ; 8 H 320. Ordre de Sainte- Élisabeth des Deux-Amants, ; 1 L 516. École vétérinaire, 1790-an VIII ; 1 Q 328. Vente des biens nationaux ; V 35. Ville de Lyon, Chapelles A-0, an XIII-1900 Arch. mun. Lyon : BB 130. Actes consulaires, 1593 ; BB 222. Id., 1667 ; BB 267. Id., 1707 ; 0,5 division 500. Chapelle de l'observance 24 août 2015 Page18

19 B.M. Lyon : Fonds Coste, ms Noms des Dames de la cy-devant maison des religieuses des Deux-Amants, Châlon, 6 octobre 1792 ; ms Lugdunum sacropofanum seu de claris, illustribus et notis Lugdimensibus, Forensibus et Bellijocensibus indices, par Petr. Builloud, S.J., Lugduni, 1647 GUIGUE, Marie-Claude (éd.). Documents inédits pour servir à l'histoire de Dombes. Trévoux : Damour, In-4 ; IV-372 p GUIGUE, Marie-Claude (éd.). Polyptique de l'église collégiale de Saint-Paul de Lyon, dénombrement de ses tenanciers, possessions, cens et rentes en Lyonnais, Forez, Beaujolais, Maconnais, Bresse, Dombes, Bugey et Dauphiné au treizième siècle. Lyon : Aug. Brun, In-fol. ; XXVIII-283 p Ville de Lyon, Conseil municipal. Procès verbaux des séances publiés par la municipalité, d'après les manuscrits originaux, T. V ( ). Lyon : Impr. nouvelle lyonnaise, In-8 A. Ecole vétérinaire : non classées. Etats des restaurations et constructions des bâtiments de l'école au 19e siècle Documents figurés Lugdunum [dit : Grande Vue] / Simon Maupin del., David van Velthem fecit Lyon : Claude Savary et Barthélemy Gaultier, est. (gravure sur cuivre) ; 63,4 x 123,2 cm (Musée Gadagne. [9] ) Tombeau des Deux-Amans. 1 est. Dans : "Recherches des antiquités de la ville de Lyon" / Jacob Spon, 1673, p.119 Plan colorié de l'ancienne ville de Lyon, dressé en 1789 par Gabriel Roche, notaire royal au faubourg de Vaise (...) / Gabriel Roche. 120 toises = 12 cm dess. (papier collé sur toile, encre, lavis, aq) ; 142,2 x 88 (145,4 x 93,3) cm (A.C. Lyon : 1 S 1031) Dépt. du Rhône. Ecole vétérinaire de Lyon. Plan du rez-de-chaussée avec les changements projetés. Plan du premier étage. Plan du 3e étage / [Flachéron]. 1 : 200e. Approuvé le 17 septembre dess. : encre sur calque ; 73 x 47 cm ; 47,5 x 41,5 cm ; 44,5 x 43,5 cm (AN : F ) 24 août 2015 Page19

20 Dépt du Rhône. Ecuries, forges et chenil pour l'ecole Vétérinaire de Lyon. 1 : 200. février dess. : encre sur calque ; 27 x 51,3 cm. Au crayon sur la chemise : "Rejeté" (AN : F ) [Plan du couvent des Cordeliers de l'observance et de l'ecole vétérinaire]. 1 : [ca 1822]. 1 dess. : encre sur calque ; 37 x 28 cm (Arch. dép. Rhône : 3 Pl 466) Plan du rez-de-chaussée des bâtiments des Cordeliers de l'observance et projet de constructions à faire pour y établir le refuge des jeunes condamnés et pour les enfants en retraite. 1 : 200. [ca 1823]. 1 dess. (encre et aquarelle) ; 65 x 56 cm (Arch. dép. Rhône : 3 pl 227 a) Voyage à Lyon. Vue du Pont et de la barrière de Serin / Chapuy del., figures par Adam, C. Constans lith., A. Bichebois lith. 1 est. (lithographie) ; 32 x 21 cm. Dans : Voyage pittoresque dans Lyon ancien et moderne / Nicolas-Marie-Victor Chapuy, 1824 (Arch. dép. Rhône : fonds Galle A 84 [2]) Voyage à Lyon. Vue de l'église de l'observance sur le quai de Saône / Deroy del. et lith., C. Constans lith. 1 est. (lithographie) ; 23,2 x 16,3 cm. Dans : Voyage pittoresque dans Lyon ancien et moderne / Nicolas-Marie-Victor Chapuy, 1824 (Arch. dép. Rhône : fonds Galle A 84 [3]) Voyage à Lyon. Ancienne église de l'observance, maintenant magasin de l'école vétérinaire / Chapuy del., C. Constans et Schmit lith. 1 est. (lithographie) ; 16,6 x 22,5 cm. Dans : Voyage pittoresque dans Lyon ancien et moderne / Nicolas- Marie-Victor Chapuy, 1824 (Arch. dép. Rhône : fonds Galle A 84 [4]) Voyage à Lyon. Chapelle de l'ancienne église de l'observance, maintenant magasin de l'école vétérinaire / Chapuy del. et C. Constans lith. 1 est. (lithographie) ; 16,2 x 23,2 cm. Dans : Voyage pittoresque dans Lyon ancien et moderne / Nicolas-Marie-Victor Chapuy, 1824 (Arch. dép. Rhône : fonds Galle A 84 [5]) Voyage à Lyon. Vue de Pierrescise, prise de la barrière de Vaise / Chapuy del., Arnout lith. et C. Constans impr. 1 est. (lithographie) ; 34 x 20,6 cm. Dans : Voyage pittoresque dans Lyon ancien et moderne / Nicolas-Marie-Victor Chapuy, 1824 (Arch. dép. Rhône : fonds Galle A 84 [6]) 24 août 2015 Page20

2 quai Chauveau Lyon 9e Dossier IA69002002 réalisé en 1977

2 quai Chauveau Lyon 9e Dossier IA69002002 réalisé en 1977 couvent d'observants et couvent de tertiaires franciscaines élisabéthaines, puis école supérieure vétérinaire, actuellement conservatoire national supérieur de musique 2 quai Chauveau Lyon 9e Dossier IA69002002

Plus en détail

Immeuble ; hôtel Le Garage

Immeuble ; hôtel Le Garage Immeuble ; hôtel Le Garage 67, 65, 69 avenue Maréchal-de-Saxe 2, 6 rue Le Royer rue Vendôme 27, 29 rue de Bonnel Lyon 3e Dossier IA69006073 réalisé en 2004 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes,

Plus en détail

place de l' Hôtel de ville Boën Dossier IA42000632 réalisé en 2001 Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel

place de l' Hôtel de ville Boën Dossier IA42000632 réalisé en 2001 Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel Hôtel de ville place de l' Hôtel de ville Boën Dossier IA42000632 réalisé en 2001 Copyrights Copyrights Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel Auteurs Bardisa Marie Désignation Dénominations

Plus en détail

Villa dite Saint-Cloud

Villa dite Saint-Cloud Villa dite Saint-Cloud 54 boulevard Frédéric-Garnier Royan Dossier IA17046390 réalisé en 2014 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel Enquêteur : Suire

Plus en détail

Eglise paroissiale Saint-Martin

Eglise paroissiale Saint-Martin Eglise paroissiale Saint-Martin place de la Mairie Armbouts-Cappel Dossier IA59002570 réalisé en 2005 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général Frémaux Céline Rédacteur

Plus en détail

Un état descriptif de 1776 nous permet de mesurer la qualité de la conservation du bâtiment conçu par Mathurin Cherpitel.

Un état descriptif de 1776 nous permet de mesurer la qualité de la conservation du bâtiment conçu par Mathurin Cherpitel. L Hôtel du Châtelet L Hôtel du Châtelet Dès le 18 ème siècle, l Hôtel du Châtelet est considéré comme une des plus belles demeures de Paris par les voyageurs qui en font la description à la fin du siècle.

Plus en détail

Hôtel de voyageurs, Hôtel de la Galerie, puis Grand Hôtel de la Galerie, puis Métropole Hôtel, actuellement Hôtel Métropole

Hôtel de voyageurs, Hôtel de la Galerie, puis Grand Hôtel de la Galerie, puis Métropole Hôtel, actuellement Hôtel Métropole Hôtel de voyageurs, Hôtel de la Galerie, puis Grand Hôtel de la Galerie, puis Métropole Hôtel, actuellement Hôtel Métropole 11 place Carnot 179 rue du Casino Centre historique Aix-les-Bains Dossier IA73001168

Plus en détail

Maison, actuellement bureaux

Maison, actuellement bureaux Maison, actuellement bureaux 95 avenue du Grand-Port Chourdy-Pont Rouge Aix-les-Bains Dossier IA73002139 réalisé en 2013 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine

Plus en détail

Ancienne usine de construction métallique de la Société des Ponts et Travaux en Fer, devenue usine métallurgique Usinor, puis Arcelor-Mittal

Ancienne usine de construction métallique de la Société des Ponts et Travaux en Fer, devenue usine métallurgique Usinor, puis Arcelor-Mittal Ancienne usine de construction métallique de la Société des Ponts et Travaux en Fer, devenue usine métallurgique Usinor, puis Arcelor-Mittal rue de Finsterwalde Montataire Dossier IA60001666 réalisé en

Plus en détail

Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs

Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs Les rois de France viennent régulièrement chasser à Versailles à partir du XVI ème siècle. Henri IV y amène son fils, le futur Louis XIII. Devenu

Plus en détail

Entrepôts commerciaux : Transporteur Bonnieux puis brasserie, restaurant : fabrique de bière et restaurant Ninkasi

Entrepôts commerciaux : Transporteur Bonnieux puis brasserie, restaurant : fabrique de bière et restaurant Ninkasi Entrepôts commerciaux : Transporteur Bonnieux puis brasserie, restaurant : fabrique de bière et restaurant Ninkasi 267 rue Marcel-Mérieux square du Professeur-Galtier rue Prosper-Chappet Lyon 7e Dossier

Plus en détail

CHAPELLE NOTRE-DAME DU PEUPLE (ANCIENNE EGLISE)

CHAPELLE NOTRE-DAME DU PEUPLE (ANCIENNE EGLISE) DU PEUPLE (ANCIENNE EGLISE) Cadastre de 1981, section F, parcelle 141 Cadastre de 1841, section F, parcelle 200 Coordonnées : Lambert zone 3, x = 982,63 y = 178,21 DESCRIPTION DESCRIPTION GENERALE EXTERIEURE

Plus en détail

Immeuble, Le Square Duvernay

Immeuble, Le Square Duvernay Immeuble, Le Square Duvernay rue Duvernay rue Comte-de-Loche Quartier de la gare Aix-les-Bains Dossier IA73002041 réalisé en 2012 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du

Plus en détail

Maison (chalet) dit chalet Le Troll

Maison (chalet) dit chalet Le Troll Maison (chalet) dit chalet Le Troll rue des Chenus les Chenus Saint-Bon-Tarentaise Dossier IA73000014 réalisé en 1994 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine

Plus en détail

maison ; atelier ; garage de réparation automobile

maison ; atelier ; garage de réparation automobile Maison et atelier, puis garage de réparation automobile 24 avenue de Tresserve Quartier de la gare Aix-les-Bains Dossier IA73001964 réalisé en 2011 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire

Plus en détail

Etat de conservation : établissement industriel désaffecté ; restauré

Etat de conservation : établissement industriel désaffecté ; restauré Département : IA000251 Aire d'étude : Limoges Adresse : Emile-Zola (rue) 2, 12 Dénomination : usine de chaussures Destinations : immeuble de bureaux ; immeuble à successives et actuelles Appellation et

Plus en détail

90 rue Jean-Jaurès Creil Dossier IA60001641 réalisé en 2006

90 rue Jean-Jaurès Creil Dossier IA60001641 réalisé en 2006 Ancienne fonderie de zinc Allary, puis usine de serrurerie (usine de coffres-forts) Fichet, puis garage de réparation automobile, puis dépôt d'autobus, puis entrepôt commercial 90 rue Jean-Jaurès Creil

Plus en détail

Ancien prieuré. Aménagement de la maison néogothique. Projet. Maître d ouvrage : Ville de la Charité-sur-Loire 58 / Nièvre 08/11/2013

Ancien prieuré. Aménagement de la maison néogothique. Projet. Maître d ouvrage : Ville de la Charité-sur-Loire 58 / Nièvre 08/11/2013 Maître d ouvrage : Ville de la Charité-sur-Loire 58 / Nièvre Ancien prieuré Aménagement de la maison néogothique Projet 08/11/2013 // Pièces écrites / Sommaire /02 Le projet / Description architecturale

Plus en détail

10 rue de Chambéry Quartier de la gare Aix-les-Bains Dossier IA73002004 réalisé en 2011

10 rue de Chambéry Quartier de la gare Aix-les-Bains Dossier IA73002004 réalisé en 2011 Maison 10 rue de Chambéry Quartier de la gare Aix-les-Bains Dossier IA73002004 réalisé en 2011 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; Ville d'aix-les-bains

Plus en détail

Ouvrage d'entrée dit Tour de Moingt

Ouvrage d'entrée dit Tour de Moingt Ouvrage d'entrée dit Tour de Moingt Moingt Dossier IA42003629 réalisé en 2006 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; Conseil général de la Loire Guibaud

Plus en détail

Immeuble dit résidence Sirius

Immeuble dit résidence Sirius Immeuble dit résidence Sirius Flaine Forêt Arâches-la-Frasse Dossier IA74000946 réalisé en 2006 Copyrights Copyrights Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; Ecole d'architecture

Plus en détail

centre courrier et bureau d'aix-les-bains Victoria

centre courrier et bureau d'aix-les-bains Victoria Poste, centre courrier et bureau d'aix-les- Bains Victoria 15 avenue Victoria avenue Marie-de-Solms rue Jean-Louis-Victor-Bias Quartier de la gare Aix-les-Bains Dossier IA73002123 réalisé en 2012 Copyrights

Plus en détail

usine de serrurerie Rhône-Isère dite Ronis SA

usine de serrurerie Rhône-Isère dite Ronis SA Usine de serrurerie Rhône-Isère dite Ronis SA 16 au 28 rue des Tuileries Lyon 9e Dossier IA69000024 réalisé en 2000 Copyrights Copyrights Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ;

Plus en détail

Hôtel de voyageurs le Flaine

Hôtel de voyageurs le Flaine Hôtel de voyageurs le Flaine Flaine Forum Arâches-la-Frasse Dossier IA74000908 réalisé en 2006 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; Ecole d'architecture

Plus en détail

Usine textile fabrique de chiffon en laine Brunon frères actuellement magasin municipal

Usine textile fabrique de chiffon en laine Brunon frères actuellement magasin municipal Usine textile fabrique de chiffon en laine Brunon frères actuellement magasin municipal 47 rue Victorien-Sardou la Guillotière Lyon 7e Dossier IA69001082 réalisé en 2004 Copyrights Copyrights Auteurs Région

Plus en détail

L'ÉGLISE SAINT-BENOIT DE THOIRES PROJETS ET RÉALISATION

L'ÉGLISE SAINT-BENOIT DE THOIRES PROJETS ET RÉALISATION L'ÉGLISE SAINT-BENOIT DE THOIRES PROJETS ET RÉALISATION par M lle Marie-Hélène DEGROISE Thoires, petite commune à l'écart de la route nationale de Châtillon à Chaumont, fait partie du canton de Montigny-sur-Aube.

Plus en détail

Lexique. -- Lycée GABRIEL -- Architecture et habitat - Argentan - Orne - L Y C É E POLYVALENT GABRIEL ARGENTAN MINISTÈRE DE L'ÉDUCATION NATIONALE

Lexique. -- Lycée GABRIEL -- Architecture et habitat - Argentan - Orne - L Y C É E POLYVALENT GABRIEL ARGENTAN MINISTÈRE DE L'ÉDUCATION NATIONALE MINISTÈRE DE L'ÉDUCATION NATIONALE ACADÉMIE DE CAEN L Y C É E POLYVALENT GABRIEL ARGENTAN Lexique Abside Extrémité d'une église, en demi-cercle ou polygonale, entourant le chœur, où se plaçait le clergé.

Plus en détail

77-77b rue Etienne-Richerand Lyon 3e Dossier IA69001278 réalisé en 2009. Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; Ville de Lyon

77-77b rue Etienne-Richerand Lyon 3e Dossier IA69001278 réalisé en 2009. Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; Ville de Lyon Charpente Perrier frères puis Bourgey marchand de bois et savonnerie puis fournisseur industriel Netex Sno puis ébéniste Denys et UNICO meubles puis transport Limousin et chauffage Marcadal actuellement

Plus en détail

LA CATHÉDRALE DE REIMS. NOM :... Prénom :... Classe :...

LA CATHÉDRALE DE REIMS. NOM :... Prénom :... Classe :... LA CATHÉDRALE DE REIMS NOM :... Prénom :... Classe :... Sur les traces des constructeurs de la cathédrale : Vers 400 : l évêque Nicaise transfert la première cathédrale de Reims à l emplacement actuel

Plus en détail

LE TOIT. Les formes de toits

LE TOIT. Les formes de toits Les formes de toits Le toit ou la toiture : ensemble des parois inclinées et/ou horizontales (dans le cas d une toiture-terrasse) qui couvrent une construction. Le toit comprend les éléments qui composent

Plus en détail

église paroissiale ; cimetière Saint-Pierre de Poulainville, devenus cimetière communal (détruit)

église paroissiale ; cimetière Saint-Pierre de Poulainville, devenus cimetière communal (détruit) Ancienne église paroissiale et cimetière Saint-Pierre de Poulainville, devenus cimetière communal (détruit) place de l' Eglise Poulainville Dossier IA80003711 réalisé en 2002 Copyrights Copyrights Auteurs

Plus en détail

3. Ligne Eaux-Vives - Moillesulaz

3. Ligne Eaux-Vives - Moillesulaz 200 3. Ligne Eaux-Vives - Moillesulaz Se développant sur 3,991 km, la ligne des Vollandes relie Les Eaux- Vives à Annemasse en France par Moillesulaz (carte nationale 1/100000). 201 Bâtiment des voyageurs

Plus en détail

Vocabulaire maisons Maisons Paysannes de Charente

Vocabulaire maisons Maisons Paysannes de Charente Vocabulaire maisons Maisons Paysannes de Charente Définition de la maison C est l abri qui permet aux humains de vivre décemment. Elle se compose de 4 murs et d un toit qui nous apparaissent ainsi : -

Plus en détail

Ferme dite la Vieille Cour, actuellement maison

Ferme dite la Vieille Cour, actuellement maison Ferme dite la Vieille Cour, actuellement maison 11 route côtière Chenac-Saint-Seurin-d'Uzet Dossier IA17045091 réalisé en 2012 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine

Plus en détail

usine de petit matériel électrique

usine de petit matériel électrique Usine de petit matériel électrique dite Lampes Visseaux, puis Claude, Paz et Visseaux, puis I.T.T. puis G.T.E., actuellement Sylvania Lighting International France (S.L.I. France) 22 rue Berjon Lyon 9e

Plus en détail

Usine frigorifique de la Société des Entrepôts Frigorifiques Lyonnais, actuellement société Socora

Usine frigorifique de la Société des Entrepôts Frigorifiques Lyonnais, actuellement société Socora Usine frigorifique de la Société des Entrepôts Frigorifiques Lyonnais, actuellement société Socora 24 rue Seguin Confluent Lyon 2e Dossier IA69000067 réalisé en 2001 Copyrights Copyrights Auteurs Région

Plus en détail

90 rue Jean-Jaurès Creil Dossier IA60001641 réalisé en 2006

90 rue Jean-Jaurès Creil Dossier IA60001641 réalisé en 2006 Ancienne fonderie de zinc Allary, puis usine de serrurerie (usine de coffres-forts) Fichet, puis garage de réparation automobile, puis dépôt d'autobus, puis entrepôt commercial 90 rue Jean-Jaurès Creil

Plus en détail

ensemble d'édifices à cour commune

ensemble d'édifices à cour commune Ensemble d'édifices à cour commune, dit Cour Wavrans cour Wavrans 134 à 136 rue Denfert-Rochereau quartier Saint-Jean Saint-Quentin Dossier IA02002956 réalisé en 2006 Copyrights Copyrights Auteurs (c)

Plus en détail

5. FACADES COMMERCIALES. Généralités : Les devantures A. Obligations :

5. FACADES COMMERCIALES. Généralités : Les devantures A. Obligations : 5. FACADES COMMERCIALES. REGLES Généralités : Les devantures A. Obligations : Les prescriptions sur les devantures, vitrines stores et bannes s'appliquent aux constructions anciennes et neuves dans le

Plus en détail

Désignation. Localisation. Description de l édifice. Historique, datation édifice. Protection / Statut juridique. Architecte, auteur

Désignation. Localisation. Description de l édifice. Historique, datation édifice. Protection / Statut juridique. Architecte, auteur Nom : Pont sur La Barberolle Typologie architecturale secondaire : Dénomination : ouvrage d'art / pont Dénomination secondaire : Typologie régionale : Localisation Canton : Bourg de Péage / Pays : Drôme

Plus en détail

Usine de décolletage Anthoine Emile et ses fils actuellement Sté M.B.A. décolletage

Usine de décolletage Anthoine Emile et ses fils actuellement Sté M.B.A. décolletage Usine de décolletage Anthoine Emile et ses fils actuellement Sté M.B.A. décolletage 50 rue Jeanne-d'arc avenue de Saint-Martin rue des Rânes Sallanches Dossier IA74000771 réalisé en 2005 Copyrights Copyrights

Plus en détail

DIAGNOSTIC DES SITES DU PATRIMOINE INDUSTRIEL DU VAL D'ARGENT, 2e TRANCHE CRESAT/UHA 2008 73. & Cie

DIAGNOSTIC DES SITES DU PATRIMOINE INDUSTRIEL DU VAL D'ARGENT, 2e TRANCHE CRESAT/UHA 2008 73. & Cie DIAGNOSTIC DES SITES DU PATRIMOINE INDUSTRIEL DU VAL D'ARGENT, 2e TRANCHE CRESAT/UHA 2008 73 SITE : brasserie Mehl, puis Joly & Cie LOCALISATION : 100, r. De Lattre de Tassigny ; parcelles 978 et 2654

Plus en détail

2ème OPERATION Travaux d'urgence de l'eglise paroissiale et intégration architecturale de la porte des morts

2ème OPERATION Travaux d'urgence de l'eglise paroissiale et intégration architecturale de la porte des morts 2ème OPERATION Travaux d'urgence de l'eglise paroissiale et intégration architecturale de la porte des morts DESCRIPTION ET PLAN L église paroissiale de Cernay- La- Ville inscrite à l inventaire des Monuments

Plus en détail

Le Château de Kerjean est classé monument historique

Le Château de Kerjean est classé monument historique restauration du château 7/06/06 18:13 Page 1 restauration du château 7/06/06 18:14 Page 2 Le Château de Kerjean est classé monument historique Ce classement a été effectué en 1911, lorsque le château a

Plus en détail

Pont routier de Condrieu

Pont routier de Condrieu Pont routier de Condrieu R.D. 28 R.D.4 69 Condrieu le Port les) Roches-de-Condrieu Condrieu Dossier IA69006627 réalisé en 2010 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine

Plus en détail

Devantures commerciales et enseignes. Comment mettre en valeur votre commerce?

Devantures commerciales et enseignes. Comment mettre en valeur votre commerce? Devantures commerciales et enseignes Comment mettre en valeur votre commerce? t Votre enseigne est la signature de votre commerce L enseigne est une inscription, une forme, une image ou un signe apposé

Plus en détail

Ensemble du grand orgue à positif et de la tribune d'orgue

Ensemble du grand orgue à positif et de la tribune d'orgue Ensemble du grand orgue à positif et de la tribune d'orgue rue de l' Eglise Aubenton Dossier IM02001540 réalisé en 1998 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Picardie - Inventaire général Guiochon Xavier-Philippe

Plus en détail

Restaurant les Covagnes

Restaurant les Covagnes Restaurant les Covagnes Flaine Front de neige Magland Dossier IA74000962 réalisé en 2006 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; Ecole d'architecture

Plus en détail

Grisaille décorative (baie 25)

Grisaille décorative (baie 25) Grisaille décorative (baie 25) Cathédrale Saint-Gervais-Saint-Protais place Cardinal-Binet Soissons Dossier IM02005331 réalisé en 2004 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Picardie - Inventaire général

Plus en détail

Les monuments aux morts du canton de Montbrison

Les monuments aux morts du canton de Montbrison Les monuments aux morts du canton de Montbrison Copyrights Dossier IA42001303 réalisé en 2008 Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; Conseil général de la Loire

Plus en détail

Les églises et chapelles anciennes en voiture

Les églises et chapelles anciennes en voiture I D E E D E V I S I T E VILLE ET CULTURE Les églises et chapelles anciennes en voiture Niederbronn les Bains Reichshoffen Uttenhoffen avec la plus petite église à colombages d Alsace Pfaffenhoffen Bouxwiller

Plus en détail

Concernant un programme d aide à la rénovation des bâtiments et enseignes commerciales

Concernant un programme d aide à la rénovation des bâtiments et enseignes commerciales PROVINCE DE QUÉBEC MRC MATAWINIE MUNICIPALITE DE SAINT-DONAT RÈGLEMENT NUMÉRO 12-850 Concernant un programme d aide à la rénovation des bâtiments et enseignes commerciales ATTENDU que, dans le cadre de

Plus en détail

La domus de Vieux. Maquette à construire. Conseil Général du Calvados Service Départemental d Archéologie

La domus de Vieux. Maquette à construire. Conseil Général du Calvados Service Départemental d Archéologie Maquette à construire La domus de Vieux Conseil Général du Calvados Service Départemental d Archéologie 2005 Service Départemental d Archéologie du Calvados, édition 2005. Présentation de la domus de Vieux

Plus en détail

LES ESCALIERS. Les mots de l escalier

LES ESCALIERS. Les mots de l escalier Les mots de l escalier L escalier :ouvrage constitué d une suite régulière de plans horizontaux (marches et paliers) permettant, dans une construction, de passer à pied d un étage à un autre. L emmarchement

Plus en détail

ACCESSOIRES ET TEMPORAIRES AUTORISÉS DANS LES COURS ET LES MARGES

ACCESSOIRES ET TEMPORAIRES AUTORISÉS DANS LES COURS ET LES MARGES TERMINOLOGIE (RÈGLEMENT 5001, ART.21) ABRI D AUTO PERMANENT (CAR-PORT) Construction accessoire reliée à un bâtiment principal formée d'un toit appuyé sur des piliers, dont un des côtés est mitoyen au bâtiment

Plus en détail

Direction des Services Techniques. Phase I : DIAGNOSTIC. de type «R, X, L» : Ile Fanac

Direction des Services Techniques. Phase I : DIAGNOSTIC. de type «R, X, L» : Ile Fanac Direction des Services Techniques Phase I : DIAGNOSTIC de type «R, X, L» : Ile Fanac Commission Communale d Accessibilité pour les Personnes Handicapées (CCAPH) Réunion n 4 du 13 février 2008 1 ère partie

Plus en détail

Piscine du Rhône ; Centre nautique

Piscine du Rhône ; Centre nautique Piscine du Rhône, Centre nautique 8 quai Claude-Bernard Lyon 7e Dossier IA69000630 réalisé en 2001 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; Ville de

Plus en détail

Arquèves (visite du 04/10/2013) Présents : Fr.Blary / R. Jonvel

Arquèves (visite du 04/10/2013) Présents : Fr.Blary / R. Jonvel Arquèves (visite du 04/10/2013) Présents : Fr.Blary / R. Jonvel Nature du site 1 - Un cellier en pierres de taille voûté en berceau 2 - Une cave en pierres de taille voûtée en berceau 3 - Apparition d

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME

PLAN LOCAL D URBANISME PLAN LOCAL D URBANISME Cahier de recommandations en vue de la réalisation d une devanture commerciale PLU prescrit le 26 mars 2007 PLU arrêté le 20 septembre 2010 PLU approuvé le 19 septembre 2011 Modification

Plus en détail

Section zonage. La Présentation. Chapitre 27. Dispositions relatives au noyau villageois

Section zonage. La Présentation. Chapitre 27. Dispositions relatives au noyau villageois Chapitre 27 Dispositions relatives au noyau villageois Table des matières 27 DISPOSITIONS RELATIVES AU NOYAU VILLAGEOIS...27-3 27.1 CHAMPS D APPLICATION...27-3 27.2 USAGES ET ÉQUIPEMENTS PERMIS DANS LA

Plus en détail

tableau : Louis Auguste de Bourbon, duc du Maine

tableau : Louis Auguste de Bourbon, duc du Maine tableau : Louis Auguste de Bourbon, duc du Maine rue du Palais Trévoux Dossier IM01000652 réalisé en 1991 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel Jourdan

Plus en détail

L'histoire. d u c o u v e n t d e s Carmes déchaussés. L'histoire du couvent des Carmes déchaussés... L'histoire du couvent des Carm

L'histoire. d u c o u v e n t d e s Carmes déchaussés. L'histoire du couvent des Carmes déchaussés... L'histoire du couvent des Carm L'histoire d u c o u v e n t d e s Carmes déchaussés «Que chacun demeure seul dans sa cellule, ou près d elle, méditant jour et nuit la loi du Seigneur, et veillant dans la prière, à moins qu il ne soit

Plus en détail

École professionnelle dite Société d'enseignement professionnel du Rhône (SEPR)

École professionnelle dite Société d'enseignement professionnel du Rhône (SEPR) École professionnelle dite Société d'enseignement professionnel du Rhône (SEPR) 119 rue Boileau 33 rue Amédéé-Bonnet rue Bugeaud Lyon 6e Dossier IA69001308 réalisé en 2011 Copyrights Copyrights Auteurs

Plus en détail

FISAC Fonds d Intervention pour les Services, l Artisanat et le Commerce

FISAC Fonds d Intervention pour les Services, l Artisanat et le Commerce Charte de qualité des devantures commerciales du Centre Ancien de Sisteron FISAC Fonds d Intervention pour les Services, l Artisanat et le Commerce SOMMAIRE La Zone des abords de monuments historiques

Plus en détail

Secrétaire M. Martin de Launière, conseiller en urbanisme, division soutien aux CCU et CLP, Direction de l aménagement durable du territoire

Secrétaire M. Martin de Launière, conseiller en urbanisme, division soutien aux CCU et CLP, Direction de l aménagement durable du territoire Procès-verbal de la réunion 14-10 du conseil local du patrimoine, tenue le 13 août 2014 à 18 h 30, à la salle de conférence D-343, à l Hôtel de Ville, 4250, chemin de la Savane, Longueuil, sous la présidence

Plus en détail

Communauté d agglomération du Grand-Rodez. Rodez. L immeuble Balard 14 place de la Cité. Inventaire du patrimoine

Communauté d agglomération du Grand-Rodez. Rodez. L immeuble Balard 14 place de la Cité. Inventaire du patrimoine Communauté d agglomération du Grand-Rodez Inventaire du patrimoine Rodez L immeuble Balard 14 place de la Cité Diane Joy Novembre 2010 L immeuble Balard, 14 place de la Cité L immeuble situé au n 14 place

Plus en détail

les Vorzes Magneux-Haute-Rive Dossier IA42003352 réalisé en 2007

les Vorzes Magneux-Haute-Rive Dossier IA42003352 réalisé en 2007 Ferme les Vorzes Magneux-Haute-Rive Dossier IA42003352 réalisé en 2007 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; Conseil général de la Loire Guibaud

Plus en détail

Chapelle de l'assomption, actuellement maison

Chapelle de l'assomption, actuellement maison Chapelle de l'assomption, actuellement maison 13 bis boulevard de la Falaise Pontaillac Vaux-sur-Mer Dossier IA17046411 réalisé en 2015 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire

Plus en détail

Entreprise Bonna, puis usine de produits pharmaceutiques, dite fabrique Faure et Dussuel

Entreprise Bonna, puis usine de produits pharmaceutiques, dite fabrique Faure et Dussuel Entreprise Bonna, puis usine de produits pharmaceutiques, dite fabrique Faure et Dussuel 56 rue Victor-Hugo Plaine de Marlioz Aix-les-Bains Dossier IA73001731 réalisé en 2009 Copyrights Copyrights Auteurs

Plus en détail

garage de réparation automobile

garage de réparation automobile Garage de réparation automobile 15 route du Plan de la Tour avenue Jean-Corona le Plan Sainte-Maxime Dossier IA83001481 réalisé en 2011 Auteurs (c) Région Provence-Alpes-Côte d'azur - Inventaire général

Plus en détail

De l Abbaye Notre-Dame-aux-Nonnains à la Préfecture de l Aube

De l Abbaye Notre-Dame-aux-Nonnains à la Préfecture de l Aube De l Abbaye Notre-Dame-aux-Nonnains à la Préfecture de l Aube La place de la Libération occupe l emplacement de l ancienne abbaye de Notre-Dame-aux-Nonnains, des églises Saint-Jacques (dite Saint-Jacques-au-

Plus en détail

Arrêté Royal du 7 juillet 1994 fixant les normes de base en matière de prévention contre l incendie et l explosion : Notice explicative

Arrêté Royal du 7 juillet 1994 fixant les normes de base en matière de prévention contre l incendie et l explosion : Notice explicative Arrêté Royal du 7 juillet 1994 fixant les normes de base en matière de prévention contre l incendie et l explosion : Notice explicative A n n e x e 1 Annexe 1 1.2.1 hauteur d un bâtiment La hauteur h d'un

Plus en détail

Décrète : Ce règlement est applicable aux zones définies à l'article premier. Fait à Rabat, le 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964). Ahmed Bahnini.

Décrète : Ce règlement est applicable aux zones définies à l'article premier. Fait à Rabat, le 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964). Ahmed Bahnini. Décret n 2-64-445 du 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964) définissant les zones d'habitat économique et approuvant le règlement général de construction applicable à ces zones.( BO n 2739 du 28 Avril 1965)

Plus en détail

HOPITAL SAINT-MARCOUL Et HOPITAL NOËL-CAQUÉ

HOPITAL SAINT-MARCOUL Et HOPITAL NOËL-CAQUÉ HOPITAL SAINT-MARCOUL Et HOPITAL NOËL-CAQUÉ 332 bis Hospices civils de Reims. Plan des bâtiments de Saint-Marcoul. [rue du Bourg Saint-Denis et rue Brûlée], 1 plan octobre 1877 309 Hospices civils de Reims.

Plus en détail

PROTÉGER, METTRE EN VALEUR ET RÉNOVER LE PATRIMOINE BÂTI

PROTÉGER, METTRE EN VALEUR ET RÉNOVER LE PATRIMOINE BÂTI A - PROBLÉMATIQUE : Le Pays Ouest Charente possède un patrimoine bâti et petit patrimoine (fontaines, lavoirs, fours, coués, etc.) de qualité. Patrimoine modeste (petite maison de bourg, maison de ville

Plus en détail

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti .0 RISQUES GEOLOGIQUES DU SITE NOTES. LIQUÉFACTION : On ne doit pas trouver de sols granulaires liquéfiables, lâches, saturés, ou qui pourraient compromettre la performance sismique du bâtiment, dans des

Plus en détail

Guide des autorisations d urbanisme

Guide des autorisations d urbanisme Guide des autorisations d urbanisme de Service Urbanisme Villenoy 2014 TABLE DES MATIERES QUEL DOSSIER DEPOSER POUR MON PROJET?... 2 QUELQUES NOTIONS POUR BIEN DEMARRER.... 2 MON PROJET EST-IL SOUMIS A

Plus en détail

Menuiseries du bâtiment

Menuiseries du bâtiment D. Mugniery C. Pruvost Menuiseries du bâtiment Portes et fenêtres Volets Parquets Escaliers Revêtements muraux Agencement Graphisme de couverture : Maud Warg Maquette intérieure : Maud Warg Mise en pages

Plus en détail

Orientation professionnelle Charpentier bois

Orientation professionnelle Charpentier bois Orientation professionnelle Charpentier bois 1-6 Elève Date: 1. Titre de l' U.E. : Construction d'escalier 1 2. Matière / Classe : Technologie, 2 ème année de formation 3. Thèmes des séquences de cours

Plus en détail

Théâtre du Petit Casino, puis entrepôt commercial, puis garage de réparation automobile, dit Garage Wilson

Théâtre du Petit Casino, puis entrepôt commercial, puis garage de réparation automobile, dit Garage Wilson Théâtre du Petit Casino, puis entrepôt commercial, puis garage de réparation automobile, dit Garage Wilson 34 avenue Marie-de-Solms 57 boulevard Wilson Quartier de la gare Aix-les-Bains Dossier IA73002030

Plus en détail

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique. La cathédrale de Magdebourg possède un S. Maurice noir

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique. La cathédrale de Magdebourg possède un S. Maurice noir LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique Georges BORGEAUD La cathédrale de Magdebourg possède un S. Maurice noir Dans Echos de Saint-Maurice, 1966, tome 64, p. 18-22 Abbaye de Saint-Maurice 2013 Souvenir

Plus en détail

Présentation des objets mobiliers de l Église paroissiale Saint-Pantaléon

Présentation des objets mobiliers de l Église paroissiale Saint-Pantaléon Présentation des objets mobiliers de l Église paroissiale Saint-Pantaléon Troyes Dossier IM10004513 réalisé en 2003 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Ministère de la culture ; (c) Région Champagne-Ardenne

Plus en détail

Embellir sa devanture commerciale

Embellir sa devanture commerciale C h a r t e p a y s a g e u r b a i n Embellir sa devanture commerciale Le centre-ville de Montfermeil bénéficie d un patrimoine bâti important, empreinte de cet ancien bourg agricole. Cependant, cet héritage

Plus en détail

PROJET DE RESTAURATION DE L ANCIEN COUVENT DE LA VISITATION. Monument Historique. Place de la République 72000 LE MANS

PROJET DE RESTAURATION DE L ANCIEN COUVENT DE LA VISITATION. Monument Historique. Place de la République 72000 LE MANS PROJET DE RESTAURATION DE L ANCIEN COUVENT DE LA VISITATION Monument Historique Place de la République 72000 LE MANS 01 PRÉSENTATION DE LA VILLE Le Mans Paris Rennes Nantes Le Mans À seulement 50 minutes

Plus en détail

Le Musée d Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye offre la possibilité de louer certaines salles pour toute manifestation

Le Musée d Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye offre la possibilité de louer certaines salles pour toute manifestation Le Musée d Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye offre la possibilité de louer certaines salles pour toute manifestation publique ou associative, à l exclusion des activités

Plus en détail

Normes de subventionnement pour travaux de conservation et restauration des bâtiments mis sous protection

Normes de subventionnement pour travaux de conservation et restauration des bâtiments mis sous protection Normes de subventionnement pour travaux de conservation et restauration des bâtiments mis sous protection CFC GENRE DE TRAVAIL SUVBENTIONNALBE 0 TERRAIN 04 Financement avant le début des travaux 05 Conduites

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION POUR LA RENOVATION DU PATRIMOINE BATI ANCIEN

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION POUR LA RENOVATION DU PATRIMOINE BATI ANCIEN DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION POUR LA RENOVATION DU PATRIMOINE BATI ANCIEN A retourner à : Monsieur le Maire de Dannemarie 1 Place de l Hôtel-de-Ville 68210 DANNEMARIE 03 89 25 00 13 mairie@dannemarie.fr

Plus en détail

ESCALIERS. passer des dénivellations supérieures à 7%

ESCALIERS. passer des dénivellations supérieures à 7% ESCALIERS passer des dénivellations supérieures à 7% 2 définitions essentielles : Contremarche et giron Le rapport H/G donne la pente d une volée de marches ex : 16 cm / 32 cm = 50% Emmarchement, emprise,

Plus en détail

Etude technique et historique. Association Culturelle Pierre Abélard -2006 LE PALLET

Etude technique et historique. Association Culturelle Pierre Abélard -2006 LE PALLET Le Pallet Comprendre la chapelle Sainte-Anne Etude technique et historique Association Culturelle Pierre Abélard -2006 LE PALLET SOMMAIRE - Page 2 - La chapelle aujourd hui. Introduction Rappel historique

Plus en détail

De l'hôtel particulier au muséum

De l'hôtel particulier au muséum Service éducatif De l'hôtel particulier au muséum Fiche enseignant 4ème - Objectifs - Décrire une architecture, acquérir du vocabulaire spécifique - Connaître la définition et la fonction d'un hôtel particulier

Plus en détail

Récapitulation: Date de construction 1980 / conjointement avec A&S Écoles construites en 1980 et avant = feront partie de l évaluation.

Récapitulation: Date de construction 1980 / conjointement avec A&S Écoles construites en 1980 et avant = feront partie de l évaluation. Décembre 2011 Récapitulation: Moncton High Moncton / Roland Pépin - Campbellton Fermeture de deux écoles, qui a nécessité le transfert des élèves et des employés questionnement de la population. 3 février

Plus en détail

1 er objet : approbation des procès-verbaux des séances des 20 octobre, 17 novembre et 15 décembre 9:00 2010

1 er objet : approbation des procès-verbaux des séances des 20 octobre, 17 novembre et 15 décembre 9:00 2010 1 er objet : approbation des procès-verbaux des séances des 20 octobre, 17 novembre et 15 décembre 9:00 2010 En l'absence de remarque de la part des membres présents, les procès-verbaux des séances du

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET SCENARIOS POUR UN PROJET DE SALLE CULTURELLE en coeur de village

DIAGNOSTIC ET SCENARIOS POUR UN PROJET DE SALLE CULTURELLE en coeur de village Commune de Limogne en Quercy Diagnostic bâtiment de la halle DIAGNOSTIC ET SCENARIOS POUR UN PROJET DE SALLE CULTURELLE en coeur de village Lot Habitat partie nord rdc 41 m 2 Lot habitat partie sud rdc

Plus en détail

Chambord. Séminaires & réceptions

Chambord. Séminaires & réceptions Chambord Séminaires & réceptions Emplacements des espaces de location Lille Le Mont-St-Michel Paris Strasbourg Chambord Terrasses 12 Les terrasses Bordeaux 12 Toulouse Nice Corse Sommaire Bras de croix

Plus en détail

Rénover et construire à Westmount Page 1. 3. Toitures

Rénover et construire à Westmount Page 1. 3. Toitures Rénover et construire à Westmount Page 1 3. Toitures Conserver tout trait distinctif d importance d une toiture existante ou d un élément de cette toiture. Conserver la toiture aussi longtemps que possible

Plus en détail

ETUDE D UN BATIMENT EN BETON : LES BUREAUX E.D.F. A TALENCE

ETUDE D UN BATIMENT EN BETON : LES BUREAUX E.D.F. A TALENCE 1 ENSA Paris-Val de Seine Yvon LESCOUARC H ETUDE D UN BATIMENT EN BETON : LES BUREAUX E.D.F. A TALENCE Architecte : Norman FOSTER 2 LES BUREAUX EDF A TALENCE Ce bâtiment de bureaux conçu par l'agence de

Plus en détail

DEMANDE DE PERMIS EN MATIÈRE DE PATRIMOINE

DEMANDE DE PERMIS EN MATIÈRE DE PATRIMOINE LE PROCESSUS Consultez nos lignes directrices utiles à la conservation du patrimoine. Communiquez avec le personnel responsable du programme de conservation du patrimoine au 506-658-2835 et prenez rendez-vous

Plus en détail

Pont ferroviaire dit viaduc de la Méditerranée, ou dit viaduc de Chasse ou dit viaduc de Givors, actuellement pont ferrovière en arc

Pont ferroviaire dit viaduc de la Méditerranée, ou dit viaduc de Chasse ou dit viaduc de Givors, actuellement pont ferrovière en arc Pont ferroviaire dit viaduc de la Méditerranée, ou dit viaduc de Chasse ou dit viaduc de Givors, actuellement pont ferrovière en arc 69 Grigny les Arboras 69 Ternay Grigny Dossier IA69006554 réalisé en

Plus en détail

Ascenseur indépendant : ascenseur incliné 2

Ascenseur indépendant : ascenseur incliné 2 Ascenseur indépendant : ascenseur incliné 2 Flaine Forum Flaine Forêt Arâches-la-Frasse Dossier IA74000939 réalisé en 2006 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine

Plus en détail

Estimation de la valeur vénale

Estimation de la valeur vénale Estimation de la valeur vénale Immeuble locatif Grande Rue 10001 Lausanne "L'expert" Table des matières 1. Généralités 3 2. But 4 3. Terrain 4 3.1. Registre foncier 4 3.2. Description du terrain 4 3.3.

Plus en détail