. France : dépression et insomnie pour 89 % des chômeurs (Production et Gestion - Novembre 1975)... . France : la formation des femmes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download ". France : dépression et insomnie pour 89 % des chômeurs (Production et Gestion - Novembre 1975)... . France : la formation des femmes"

Transcription

1 I I1I au service d'une connaiesance dlargie des problèmes de l'emploi 11" 94 - Décembre 1975lJanvier 1976 et Argus, réalisé par Manpower-Europe et diffusé en 7 langues dans 11 pays, réunit chaque mois les principales informations sociales parues dans la presse internationale. SOMMAIRE NIVEAU DE L'EMPLOI, CHOMAGE ET PROBLEMES ANNEXES. RFA, Espagne, USA, France, Belgique, GB, Japon, Suisse. Les répercussions psychologiques de la perte d'emploi (International Management - Décembre 1975).... France : dépression et insomnie pour 89 % des chômeurs (Production et Gestion - Novembre 1975)... TRAVAIL DES FEMMES -. GB : cne loi peu appliquée : l'égalité des chances (Financial Times - 24 octobre 1975).... Finlande : cadres plus misogynes que les ouvr ers (International Management - Novembre 1975) France : la formation des femmes (Production et Gestion - Novembre 1975) RFA : les salaires féminins rattrapent les sa aires masculins (Sozialpolitische Informationen - 10 novembre 1975) Aux USA, des femmes militaires - en France, des femmes gendarmes (International Herald Tribune - ler décembre Les Echos - 25 novembre 1975).... France : 56 Ya des épouses gèrent entièrement le budget familial (Les Echos - 8 décembre 1975)... (suite du sommaire Service de documentation Manpower - 3 pl. des Bergues Genève - Tél I---

2 KEVENUS ET NIVEAU DE VIE. USA : de l'influence de la religion sur les revenus familiaux (International Herald Tribune - 25/26 octobre 1975).... France : 113 des hommes et 2 femmes sur 3 gagnent moins de 2000 F par mois (Le Monde - 28 octobre 1975)... TEMPS DE TRAVAIL. Gillette-France : des super-congés avant la retraite effective (Nouvel Economiste - 13 octobre 1975)... POLITIQUE DE L 'ENTREPRISE ET GESTION DU PERSONNEL PART I C I PAT1 ON DIVERS. France : la pratique des équipes postées se développe (Les Echos - 18 août 197.5).... France : un programme réussi d'enrichissement des tâches (Vision - Septembre 1975).... France : 9 ouvriers sur LO sont mensualisés (Les Echos - 28 octobre 1975).... L'absence de planification des besoins en main d'oeuvre coûte cher (Manager Magazin - Novembre 1975).... IBM préfère former son personnel à un nouvel emploi plutôt que de procsder à des licenciements (Business Week - 10 novembre 1975).... Du problème de l'humidité de l'air dans la lutte contre L'abcenLéisme (International Management - Décembre 75).. Lec salariés suisses ne restent pas actionnaires... (Financial Times - 7 novembre 1975).... Les patrons norvégiens en faveur de la représentation des t r av a i 1 1 eu r s aux con se i 1 s d ' a dmi ni s t ra ti on (Financial Times - 18 novembre 1975).... British Leyland : une cogestion à l'anglaise (L'Usine Nouvelle - 20 novembre 1975).... Fiat Italie : cogestion de la crise (L'Usine Nouvelle - 20 novembre 1975).... RFA : boite à idées : le personnel participe de plus en plus (Blick durch die Wirtschaft - 25 novembre 1975).... RFA : qui mange 5 La cantine? (Handelsblatt - 28 octobre 1975).... Que veulent faire les Allemands 5 la sortie de l'école (Frankfurter Allgemeine Zeitung - 28 novembre 1975)..... De l'influence du poids du candidat sur sa rémunération (Blick durch die Wirtschaft - 20 octobre 1975)... page 10 page 11 page 11 page 12 page 13 page 13 page 14 page 15 page 15 page 16 page 17 page 17 page 18 page 18 page 18

3 NIVEAU DE L'EMPLOI, CHOMAGE ET PROBLEMES ANNEXES Allemagne : 1,l millions de chômeurs (Blick durch die Wirtschaft - 3 décembre 1975) Le nombre de chômeurs a augmenté de 5 Yo entre octobre et novembre : il atteint maintenant 1,l millions de personnes. Le taux de chômage est passé de 4,6 9. de la population active à 4,9 %. Espagne : le chômage augmente (Journal suisse des employés de commerce - 31 octobre 1975) La population active espagnole compte actuellement 13 millions de personnes. Le taux de chômage est de 2,17 %. De plus, près de personnes travaillant à l'étranger ont regagné L'Espagne cette année et augmentent ainsi les statistiques des chômeurs. Un peu plus de la moitié des sans-emploi touchent des indemnités de chômage équivalant à 75 % du salaire de base. Etats-Unis : le taux de chômage a diminué en novembre (International Herald Tribune - 6/7 décembre 1975) Le taux de chômage est passé de 8,6 % en octobre à 8,3 % en novembre. 7,7 millions de personnes sont actuellement sans emploi. France : les étrangers en chômage (La lutte syndicale - 24 septembre 1975) Le chômage des étrangers en France s'est accru plus vite que celui des Français. I1 a augmenté, entre juin 1974 et juin 1975, de 167,3 % tandis que celui des Français n'a augmenté que de 88,3 % en un an. Notons que ces chiffres ne tiennent pas compte des ressortissants des pays du Marché Commun.

4 Grande-Bretagne : le chômage augmente toujours (Guardian - 3 décembre 1975) Le nombre de chômeurs a la mi-novembre était de , soit 4,9 % de la population active. I1 a augmenté de 0,l % en un mois ( personnes en plus). Ces chiffres sont les plus élevés depuis 1945 et on parle déjà d'un million et demi de chômeurs! Japon : plus d'un million de chômeurs (Blick durch die Wirtschaft - 6 décembre 1975) En octobre, pour la première fois depuis 7 mois, le nombre des chômeurs a dépassé le million. C'est le chiffre le plus élevé depuis On comptait en octobre 1278 faillites et en novembre 1317 fermetures d'entreprises. Suisse : le chômage a augmenté de 26,6 % en octobre (La Suisse - 14 novembre 1975) personnes étaient sans emploi fin octobre, soit 3300 de plus que le mois précédent. Le taux de chômage atteint maintenant 0,6 %. de la population active. Suisse : pas d'indemnité pour les chômeurs millionnaires! (Frankfurter Allgemeine Zeitung - Le Figaro - 29 novembre 1975) Les autorités du canton de Neuchatel ont décidé que les chômeurs fortunés ne toucheront pas les indemnités de chômage. Belgique : le chômage augmente toujours (Blick durch die Wirtschaft - 8 décembre 1975) Le taux de chômage est de 8,2 % fin novembre (5,7 % pour les hommes et 13,4 Yo pour les femmes) soit au total personnes sans emploi. De plus, on compte chômeurs de moins de 25 ans

5 Les répercussions psychologiques de la perte d'emploi (Internat iona 1 Management - Décembre 1975) Une enquête auprtis d'employés licenciés par un constructeur automobile sur les répercussions et changements provoqués par la perte de leur emploi a été effectuée par Salvatore J. Bonnano de l'université de l'état de Michigan. En ce qui concerne les relations familiales, 68 % ont eu l'impression d'une mésentente plus grande dans le couple alors que paradoxalement, 60 X pensent que les tentatives de communication entre les membres de la famille ont plutôt bénéficié de ce changement. Les personnes licenciées ayant plus de temps à leur disposition, 60 % d'entre elles ont regardé la télévision plus fréquemment alors que 27 X ont trouvé ou retrouvé une ferveur religieuse. L'aspect physique s 'est également transformé puisque 30 % ont perdu du poids tandis que 27 X, au contraire, en ont pris. 12 X, ont reconnu boire plus d'alcool tandis que 19 X sont dans le cas contraire. France : dépression et insomnie pour 89 % des chômeurs (Production et Gestion - Novembre 1975) Le C.N.R.S. a étudié 377 ouvriers victimes d'un licenciement collectif : 78 7: des sujets observés étaient en bonne santé avant le drame. Aussitôt aprps, la majorité d'entre eux présentaient les signes d'un état anxio-dépressif et insomniaque (89 Z) ou encore d'anorexie (78 %). Alors que les ouvriers ont retrouvé un emploi, le profit pathologique c'aggrave : troubles cardio-vasculaires et respiratoires dans 21 % des cas, nerveux dans 56 des cas. Au troisième stade, les affections cardiovasculaires atteignent 31 il, des sujets et les dérèglements nerveux persistent même chez ceux qui ont un bon emploi

6 T R A V A I L D E S F E M M E S Grande-Bretagne : une loi peu appliquée : l'égalité des chances (Financial Times - 24 octobre 1Q75) Une récente enquête, pour le compte de la "Equal Pay and Opportunitv Campaign" révèle qu'aucune des 20 des plus grandes entreprises britanniques interrogées n'avait véritablement élaboré un programme écrit pour la mise en oeuvre de l'égalité des chances et des rémunérations. "Ce n'est pas nécessaire : la discrimination n'existe pas dans l'entreprise..." etc... Finlande : les cadres sont plus misogynes que les ouvriers (International Management - Novembre 1975) La société finlandaise d'engineering lourd et de transports maritimes Oy Wärtsil Ab, manquant de main d'oeuvre, a décidé de faire appel à la main d'oeuvre féminine. Elle a commencé par effectuer une pnquête et a dressé la liste des emplois pouvant indifféremment être tenus par des hommes ou des femes. A la question : "Pensez-vous qu'avec la même formation, une femme peut faire le travail aussi bien qu'un home?" 95 '7 des femmes et des ouvriers ont répondu oui. Les contremaîtres n'étaient plus que 72 7 à l'affirmer tandis que 47 7, seulement des ingénieurs étaient de cet avis. France : la formation des femmes (Production et gestion - Novembre 1975) En 1372, 20 7, et en 197' seulement des femmes salariées onl profité de la formation professionnelle alors que les femmes représentent 39 7, de la population active francnise, Au niveau O.S., on a compté une femme sur 3 sta,i;iaires rt au niveau cadre, une femme sur 11 stagiaires

7 Allemagne : les salaires féminins rattrapent les salaires masculins (Sozialpolitische Informatiocen - 10 novembre 1975) En 1950, les femmes ne gagnaient en moyenne que 54 Yo des revenus masculins. En 1960, elles atteignaient 60 et en 1974, 66 des salaires des hommes! Aux Etats-Unis : des femmes militaires, en France : des femes gendarmes (International Herald Tribune - ler décembre - Les Echos - 25 novembre 1975) La plus célèbre académie militaire des Etats-Unis, West Point, accepte maintenant des femmes. Après les cadets, les cadettes. En France, c'est la gendarmerie nationale qui envisage de recruter une quarantaine de femmes. Mais c'est pour être employée en qualité de secrétaire, standardiste, infirmiere ou chauffeur... France : 56 "/, des épouses gèrent entièrement le budget familial (Les Echos - 8 décembre 1975) D'après un récent sondage, dans 31 Ya des ménages français, la femme dispose de toutes les ressources. Plus de la moitié d'entre elles (56 %) s'occupent entigrement du budget familial et 7 X seulement des femmes sont exclues ou s'excluent d'elles-mêmes des problèmes budgétaires de la vie familiale. REVENUS E T N I V E A U DE V I E -.- USA : de l'influence de la religion sur les revenus familiaux (International Herald Tribune - 25/26 octobre 1975) Une encii-iête, auprès d'un échantillon de personnes, effectuée par le National Opinion Research Center pour le compte de la fondation Ford révèle que ce sont les familles juives qui ont le revenu moyen le plus élevé aux Etats-Unis alors que les Baptistes ont le revenu le plus bas :

8 Jui f s Catholiques irlandais Catholiques i taliens Catholiques allemands Catholiques polonais Epi scopa liens Presbytériens Catholiques slaves Protestants britanniques Catholiques français Méthodistes Protes tant s a 1 lemands Lu th érien s Protestants scandinaves Protestants américains Protestants irlandais Baptistes $ ' Notons que ce sont les groupes d'immigrants les plus réceiits qui ont le revenu moyen le plus élevé. En effet, le premier groupe protestant, les Episcopaliens, n'arrive qu'en 6ème position. Les différences de revenus ne sont pas les seules. Elles se retrouvent dans les différences de niveaux de formation. Ainsi Juifs et Catholiques on^ ur niveau scolaire plus élevé que la moyenne américafne (ii,i ans de scolarisation) avec respectivement 14 ans et 12,5 ans de durée moyenne de scolarisation par personne, De plus, les moins de 30 ans, d'origine polonaise ou italienne et de religion catholique sont plus nombreux à poursuivre des études secondaires que ne le sont en moyenne les jeunes américains de leur âge (43 Z>. France : un tiers des hommes et deux femmes sur trois gagnent moins de 2000 F par mois (Le Monde - 28 octobre 1975) L'Institut National de la Statistique a publié son rapport annuel sur les rémunérations dans l'industrie et le commerce en France. Ce recensement, qui concerne 13 millions de salariés, indique que 64 des femmes et des hommes gagnent moins de 2000 F par mois (13ème mois éventuel compris). Parmi ceux-ci, un tiers (soit 15 'i', du total des salariés : 11 7, des homes, 25 7, des femmes) toucheii~ même moins de 1300 F par mois.

9 Répartition des salariés (en 7,) selon le montant de leur salaire Salaire mensue 1 Moins de 1030 F De 1030 à 1290 F De 1290 à 1935 F De 1935 à 2580 F De 2580 à 3870 F De 3870 à 6450 F Plus de 6450 F HOMMES 6,6 4,4 24,4 26, * 5.1 FEMMES , ,4 0,7 c Selon l'insee, le retard des salaires féminins sur les salaires masculins est de - 21 Y pour les manoeuvres - 25 % pour les O.S '7 pour les ouvriers qualifiés : pour les employés - 26 X pour les cadres moyens - 18 X pour les ingénieurs - 33 X pour les cadres administratifs supérieurs. Aujourd'hui, 19,3 7, des salariés travaillent dans le commerce et 16,9 dans les services. Et l'industrie n'emploie plus que 53,7 '11 des salari és. Cette montée du tertiaire est également sensible dans la répartition des salariés français entre les qualifications professionnelles : - Cadres supérieurs 4,l 7" - Cadres moyens 10,9 'X - Contremaîtres 3,9 *Y - Employés 21,5 7 - Ouvriers 55,4 7, dont qua 1 i fi i.s 24,4 '7 O.S. 20,7 7, autres 10,3 Y, - Personnels de service 4,l X - Divers 0,l 7, - 9 -

10 T E M P S D E T R A V A I L Gillette-France : des super-congés avant la retraite effective (Le Nouvel Economiste - 13 octobre 1975) Llidée de base a été introduite en Il s'agit d'octroyer des super-congés payés de plus en plus longs pour les employés qui ont 60 ans et plus, soit : - 2 semaines supplémentaires à 60 ans - 4 semaines à 61 ans - 8 semaines 5 62 ans - 12 semaines à 63 ans - 20 semaines à 64 ans Au total, 46 semaines - en plus des congés légaux - étalées sur 5 ans, sont payées par l'entreprise. Tout le monde, du directeur général à l'o.s., est au même régime. On ne tient pas compte de l'ancienneté dans ce système. Une seule obligation pour le personnel : chacun doit répartir ses congés de pré-retraite tout au long de l'année. L'expérience est une réussite sur plusieurs points - la charge de travail des plus de 60 ans est ainsi allégée - les futurs retraités découvrent progressivement une autre vie - le traumatisme de la "retraite-guillotine'' est de cette façon aboli Evaluation du cout de l'expérience : Au départ, compte-tenu des remplacements nécessaires, une dépense de O,O8 7 di? la masse salariale était prévue. En fait, elle est actuellement de 0,02 'Y car les demandes de remplacement sont minimes : à peine 10 '1. des effectifs absents. De plus, l'absentéisme élevé (parfois 20 'X en hiver) des plus de 60 ans est maintenant quasiment nu 1.

11 POLITIQUE DE L 'ENTREPRISE ET GESTION DU PERSONNEL France : la pratique des équipes postées se développe (Les Echos - 18 août 1975) L'ne enquête du ministère du Travail concernant les établissements du secteur privé occupant plus de 10 salariés confirme que la pratique du travail en équipes successives se développe dans toutes les branches de l'industrie française. Cette méthode concprnp, en e fet, 22 ':r de l'ensemble des ouvri-rs. Elle est très largement adoptée dans les industries de production et de première transformation des métaux (71 Yo), la construction d'automobiles et de pièces détachées (58,3 %) et l'industritextile ( Notons que dans toutes les branches, le pourcentage d'ouvriers travaillant en équipe croît avec le nombre de salariés. Dans leur grande majorité, les travailleurs se retrouvent dans des équipes alternantes, c'est à dire avec rotation de postes. France : un programme réussi d'enrichissement des tâches (Vision - Septembre 1975) En 1971, Jean A. Mary est nommé directeur général des établissements Gui1 liet (machines à bois, outillages pour l'industrie automobile et électro-ménager, etc). Des iiquipes opérationnelles de 3 à 5 personnes appartenant à des services différents (les cadres sont systématiquement exclus) sont créées pour discuter des problèmes courants ou à court terme. b; , un premier groupe d'enrichissement des tâches est lancé. Chaque groupe compte environ 50 personnes opérant dans la même ligne de produits ('1 3~~~ti(~t~i-iit~e~ par une phase suffisamment complète de la production pour justifier la prise en charge et le contrôle d'une même catégorie de produits, telle les machines à bois. I1 est divisé en sous-groupes de personnes. LIn animateur sert de lien entre le groupe et son environnement.

12 Aujourd'hui, 650 personnes (sur un total de 1000 employés) sont "enrichies". La productivité a augmenté de 15 à 20?. L'absentéisme a chuté de 28 %. Actuellement, les ouvriers gèrent eux-mêmes leurs budgets. En 1976, ils les établiront avec la direction. Le système de production aux pièces a été aboli de même que toute référence au chronométrage. Le personnel demande en ce moment une formation économique, désire connaître le nom du client, discuter avec les commerciaux pour aménager au mieux les plans de charge, etc. L'expérience est un succès : l'enrichissement des tâches a multiplié les cas de solidarité. Une hiérarchie de compétence a remplacé la hiérarchie classique. France : 9 ouvriers sur 10 sont mensualisés (Les Echos - 28 octobre 1975) En 1969, on comptait 10 % d'ouvriers mensualisés. ILS sont aujourd'hui 85 à 90 %. Qu'apporte la mensualisation aux ouvriers? 1. Une garantie de régularité de ressources. Le salaire est calculé tous les mois sur la base invariable de 17'3,33 fois le taux horairc. pour une semaine de 40 heures. L'ouvrier gagnera autant en janvier qu'en février par exemple. 2. La sécurité des ressources : les risques sociaux (maladie, accidents du travail et maternité) sont maintenant couverts. 3. La garantie d'une progression des ressources en cours de carriere 4. De nouvelles garanties en matière d'emploi : indemnité de licenci+mrii! délai de préavis, congés pour événements familiaux. On peut noter toutefois que la mensualisation n'a pas fait disparaître le salaire au rendement (5 à 7 7 des ouvriers sont ainsi rémunérés) Le C.N.P.F. (patronat français) estime 3 1 à 2 7. de la masse salari~il(~ le coût de 1 'accord sur la mensualisation. - I2 -

13 L'absence de planification des besoins en main d'oeuvre coûte cher (Manager Magazin - Novembre 1975) Le conseiller d'entreprise Serge Eirn vient d'effectuer une enquête aupres des 75 plus importantes entreprises industrielles ouesta 1 lemandes. Ses conclusions sont intéressantes : chaque année, l'industrie allemande perd des sommes astronomiques en n'essayant pas de contraler les coûts salariaux qui augmentent régulièrement. En effet, au lieu de planifier leurs besoins à l'aide de moyens rationnels, les entreprises se fient à de vagues estimations ou carrément au hasard. 20? seulement des entreprises interrogées utilisent un système de planification de leurs besoins en main d'oeuvre. Les autres (57?/) se fient aux renseignements communiqués par les chefs de service ou bien ne font aucune prévision (23 'XI. Or, cette absence de prévision leur coûte cher : Birn évalue à 15 à 20 'X des coûts de fonctionnement les sommes qui pourraient être économisées si elles planifiaient leurs besoins en personnel I1 ajoute même que ce pourrait devenir une question de vie ou de mort pour de nombreuses entreprises... IBM préfère former son personnel à un nouvel emploi plutôt que de procéder à des licenciements (Business Week - 10 novembre 1975) Au cours des 35 dernières années, IBM se vante de n'avoir jamais licencié un employé pour raisons économiques. La société préfère en effet transférer son personnel aprss l'avoir formé à un nouveau pos te. Depuis 1970, pres de 5000 personnes ont été formées et mutées à l'intérieur de l'entreprise qui compte une main d'oeuvre totale de personnes aux Etats-Unis. Cette année, près d'un millier de personnec ont été mutées après formation préalable. Un programme spécifique pour équilibrer la main d'oeuvre Ce programme est surveillé directement par la direction. D'après des prévisions effectuées sur la charge de travail de 13 services, le "Corporate Resource Croup" met en relations les unités qui manquent de personnel et celles qui en ont trop. La formation du personnel est 5 la charge de l'unité qui manque de personnel. - I3 -

14 Ce qui peut entraîner des interventions décisives de la direction, les différentes unités ayant tendance à recruter "sur place, à l'extérieur'' plutôt "qu'ailleurs, à 1 'intérieur". Un programme d'incitation à la retraite 1900 personnes ont déjà choisi de partir en pré-retraite. Par exemple, un ouvrier ayant 25 ans d'ancienneté peut partir en retraite aux conditions suivantes : il conserve la moitié de son salaire annuel pendant 4 ans ou jusqu'à ce qu'il ait 65 ans I1 peut aussi, à partir de 55 ans, percevoir une retraite s'ii y a droit. Un vaste programme de formation interne Environ 5000 professeurs, répartis dans 200 centres de fcirmat ioi: organisent des cours sur la formation et le perfectionnement dps cadres, la mise à jour des connaissances techniques et la formation à un nouveau poste. Chaque année, 10 millions d'heures de cours sont ainsi dispensées. l'équivalent de près de étudiants à temps complet qui suivraient 15 heures de cours par semaine pendant 32 somaines... Du problème de l'humidité de l'air dans la lutte contre 1 'absentéisme (International Management - Décembre 1975) Le taux d'humidité dans l'air devrait se situer entre 50 et 55? pour que l'atmosphère soit bonne. Or, dans 99? des logements et des bureaux de Grande-Bretagne, le taux est entre 20 et 25 '% (c'est à dire le taux du désert). C'est pourquoi on note un fort absentéisme dans les bureaux, les usines et les écoles. En effet, des enquêtes en Suisse et au Canada ont prouvé que le taux d'absentéysme a diminué dans la proportion de 25 à 30 dans les écoles et bureaux dotés d'humidificateurs. - I

15 P A K T l C I P A T I O N Les salariés suisses ne restent pas actionnaires... (Financial Times - 7 novembre 1975) il v a cinq ans, la plus importante chaine de magasins d'alimentation suisse, Migros, a instauré un système de participation financière pour son personnel ( personnes) Francs Suisses ont été altribugs à chacun à ce titre. Les dividendes de cette somme étaient fonction de l'augmentation du chiffre d'affaires du groupe durant i'exercice mais ne pouvaient être inférieurs à 5 7. Chdqiie nouvel employé béné icie de cette participation après 3 mois d'ancienneté mais ne peut toucher les dividendes qu'après 3 ans dans 1 'entreprise. Cette mesure vise principalement à réduire le taux de rotation du personnel (27 U/) et à augmenter la productivité. Durant les trois premières années, les résultats furent bons : le taux de rotation est tomb6 à 20 'Y( et les ventes ont augmenté en moyeriiie de 13 à 14 '7- par an. C'est en 1974 que la tendance s'est inversée, au moment où les salariés actionnaires ont eu la faculté de dpmander la rétribution des dividendes et donc, de quitter ensuite le groupe : le taux de rotation du personnel est remonté H 24 7, et les ventes n'ont progressé que de 11,7 Y... Les patrons norvégiens en faveur de la représentation des travailleurs aux conseils d'administration (Financial Times - 18 novembre 1975) lirie enquête effectuée par le magazine économique "Okonomisk Rapport'' aciprps de 300 présidents des sciciétéc norvégiennes les plus importantes révi,le que plus de des patrons considgrent que la participation des travailleurs aux conseils d'administration a eu une influence positive. 48 n'y ont remarqué aucun changement et 1 7. seulement ont trouv6 des effets négatifs. 7x ' des patrons pensent que les représentants du personnel sont tolit aussi conscients que les autres membres du conseil de I ' iiiiportaiice du profi t. 22 ':'- par contre considerent qu'i Is y ;ic'clirtic.iit mc)iiis d'iiilérêt CIU 'eux-mêmes.

16 79 % pensent que la représentation des travailleurs n'a pas eu d'influence sur les décisions importantes concernant la gestion et le fonctionnement des entreprises. Toutefois, 55 % ont déclaré que les réunions ont été transformées par leur présence (discussions plus en profondeur, réunions plus longues, etc... ) 12 % ont cependant reconnu que les décisions importantes ont été prises lors de réunions informelles hors de la présence des représentants du personnel. Actuellement, le personnel de près de 1400 entreprises norvégiennes a la possibilité d'être représenté au conseil d'administration. Et ce droit semble avoir été utilisé par 54 '% des entreprises concernées (plus de 200 salariés) d'après un rapport du patronat norvégien. British Leyland : une cogestion à l'anglaise (L'Usine Nouvelle - 20 novembre 1975) Pour essayer d'enrayer une agitation sociale constante, British Leyland vient de mettre au point, après de longues et difficiles négociations, un système de consultations à 3 niveaux. Les salariés seront divisés en 500 circonscriptions qui enverront des représentants à une trentaine de comités d'usine. Ces comités d'usine (les représentants du personnel forment la moitié des effectifs, ceux de la direction l'autre moitié) discuteront de tous les problèmes locaux de l'usine et de l'application des mesures prises par la direction. Ils délègueront alors des représentants à l'étage supérieur : Trois comités mixtes comprenant entre 16 et 43 délégués des diverses usines et un nombre égal de représentants de la direction coifferont les trois principales divisions du groupe. Ces trois comités choisiront ensuite 15 délégués du personnel parmi leurs membres pour les représenter au comité central qui s'occupera de la gestion genérale du groupe, juste en-deça des pré occupa ti on s du cons e i 1 d ' a dmi ni s t ra ti on. Les membres de tous les comités seront élus pour 2 ans. Le renouvellement s'effectuera par moitié tous les ans. Aux trois échelons, les comités auront la faculté de discuter de tous les problèmes : salaires, productivité, amélioration des méthodes de travail et de production, qualité de la vie, cash flow, bénéfices, problèmes techniques, nouveaux modèles, commercialisation, etc... De plus, le PDG du groupe réunira tous les délégués des comités d'usines au moins une fois par an pour faire le point.

17 Fiat Italie : cogestion de la crise (L'Usine Nouvelle - 20 novembre 1975) Giovanni Agnelli, PDG de Fiat, vient de promettre 3 ses employés qu'aucun licenciement n'aurait lieu en Ce nouvel accord est d'autant plus important que la production italienne d'automobiles est en forte baisse et que les perspectives ne sont pas brillantes. Un frein à l'absentéisme Cet accord permettra peut-être de mettre un frein à l'une des plaies de l'industrie italienne : l'absentéisme. En effet, près de personnes "oublient" d'aller travailler à la Fiat certains jours (soit 15 à 16 % des effectifs). Ce taux a légèrement diminué ces temps-ci (12 à 14 %) mais il reste un problème majeur. En effet, certains jours, le temps nécessaire pour reconstituer des équipes déséquilibrées par l'absentéisme (30 à 50 minutes) se traduit par la perte d'environ 200 voitures. D I V E R S Allemagne : boite à idées : le personnel participe do plus en plus (Blick durch die Wirtschaft - 25 novembre 1975) La société Standard Elektrik Lorenz AG (SEL) vient de donner une prime de DM, la plus forte somme jamais attribuée à une femme en Allemagne fédérale, 5 une de ses employées pour un projet de réutilisation des résidus de la fabrication de matériaux de construction. Chez SEL, la participation créative du personnel s'est multipliée par 5 au cours des dix dernières années. En 1965, 56 projets étaient proposés pour 1000 personnes. En 1974, 280 projets pour 1000 personnes étaient proposés. Les 5689 salariés de l'entreprise ont adressé en projets ou idées dont 4001 (soit 41 %) ont été acceptés. Le montant total des primes distribuées a atteint DM. - I7 -

18 RFA : qui mange à la cantine? (Handelsblatt - 28 octobre 1975) - 2,O % des travailleurs indépendants - 31,l % des fonctionnaires - 30,O % des employés - 18,5 % des ouvriers. Que veulent faire les Allemands à la sortie de l'école? (Frankfurter Allgemeine Zeitung - 28 novembre 1975) Parmi les jeunes garçons allemands ayant terminé leur scolarité obligatoire et ayant demandé conseil auprès d'un des centres d'orientation professionnelle du Ministere allemand du Travail - 9,O 'Z voulaient devenir électriciens - 7,6 % méchani ciens au tomobi les - 4, 1 serrurier s - 3,l Y> méchani ciens -radio et réparateurs télévision - 2,5 x employés de bureau - 2, 3 %. peint res - 2,3 % cui siniers - installateurs de chauffage - 1,9 Y, des si na t eur s indus trie 1 s - 1,9 % vendeur s. De l'influence du poids du candidat sur sa rémunération (Blick durch die Wirtschaft - 20 octobre 1975) Un cabinet américain de recrutement de cadres vient de mener une enquête sur l'influence de l'aspect physique sur les carrières. Sa conclusion : le candidat (mâle) à un poste de cadre doit correspondre le plus possible aux stéréotypes du moment sur la beauté masculine. I1 doit être grand, mince et avoir belle allure. Les conclusions de cette enquête sont surprenantes lorsqu'on compare les poids et les salaires moyens des cadres : le cadre corpulent gagne moins bien sa vie. Dans certains cas extrêmes, 500 grammes en supplément peuvent coûter au cadre jusqu'à la some de 1000 dollars par an! Si, en plus il est petit et peu "sexy", il gagnera moins encore et il aura même une certaine difficulté à trouver un emploi... - I8 -

19 ALLEMAGNE 5 COLOGNE 61 DARMSTAD1 7 FRANKFURT 2 HAMBURG 65 MAINZ 8 MUNICH 2 2 NORDERSTEDT BELGIQUE 1040 BRUXELLES DANEMARK 8000 AARHUS C 1119 COPENHAGUE K 2600 GLOCTRUP ~ ~ 2800 LYNGBY 5000 ODENSE 2860 SOBORG Grosse bundengasce 10 Goethestrasse 42 Kurt-Schumacher Slr 31 Esplanade 41 Hintere Ble:che 61 Am Oberanger 28 Herold Center Berliner Allee 13 rue du Luxembourg Clemensbro 15 Ldndemaerket 29 Bdnegaardsve] 13 Lyngby Storcenter Verctergade 92 tiovedgdde 204 Tel 0221Í Tel Tel Tel 040/35 I791 Tel O Tel O Tel O Tel Tel Tel O O0 Tel O Tel Tel Tel O1 67 O0 33 FRANCE REGION PARISIENNE PARIS PARIS PARIS PARIS ARGENTEUIL ASNIERES BOURG-LA-REINE CHOISY-LE-ROI CORËEIL COURBEVOIE DRANCY MAISONS-ALFORT ROSNY-SOUS-BOIS SAINT-DENIS VERSAILLES PROVINCE AMIENS BASTIA BORDEAUX CANNES CLERMONT-F ERRANI DIJON DUNKERQUE GRENOBLE LILLE LYON LYON VAISE MARSEILLE MARSEILLE METZ MULHOUSE NANCY NANTES NICE NIMES ORLEANS PAU ROUBAIX ROUEN SAINT-ETIENNE SAINT-NAZAIRE STRASBOURG THIONVILLE TOULON TOULOUSE TOURCOING io000 TROYES VALENCIENNES VENISSIEUX 691 O0 VILLEURBANNE 88, rue La Fayette 197, boulevard Voltaire 108, avenue Denfert-Rochereau 226. rue de la Convention 5. rue du Docteur-Leray 3. avenue d'argenteuil 1. rue du 8-Mai , avenue Anatole-France 52. rue de Paris 2. rue de Sebaslopoi 54 bis. rue Marcellin-Berthelot 8. rue Eugene-Renault 1. rue de la Republique 8. rue Auguste-Delaune 11. rue Hoche 52. place Rene-Goblet Centre Commercial Montesoro 9. cours Alsace-Lorraine 4, boulevard d'alsace 3 22, rue George-Clemenceau 4, rue Michel-Servet 16. rue de l'amiral-ronarc'h 7, rue Saint-Joseph 6/8/10. rue Saint-Sauveur 21. quai Gailleton 14. quai Arloing 96. rue de la Republique 270. boulevard de Saint-Loup 16. rue Pasteur 46, avenue de Colmar 13/15. boulevard Joffre 8. aliee Turenne 14. rue Trachel 2. rue Auguste 58. rue d'llliers 11. rue Henri-Faisans 5, rue de l'alma 20. rue Alsace-Lorraine 2, place Jean-Jaures 31, boulevard Gambetta 1 bis. rue de la Course 18, rue de la Vieille-Porle Le Cygne, avenue Franklin-Roosevelt 4, boulevard Lascrosse 22. rue Motte 30, boulevard Victor-Hugo 15, place du Hainaut Rue Einstein 11. rue Leon-Blum Tel O0 Tel Tel Tel Tel Té Tel Tel Tel rei Tel Té Tel Tel TB Tel Tel Tel Tel Tel Tel Tel Tel Tel Tel Tel Tel 91 O922 Tel Tel Tel Tel Tel Tel Tel Tel Té Tel Tel Tel Tel Tel Tel Tel Tel Tel Tel Tel Tel Tel LUXEMBOURG LUXEMBOURG NORVEGE OSLO 2 PAY S-BAS AMSTERDAM C ROTTERDAM UTRECHT PORTUGAL LISBONNE I PORTO I SUISSE 4051 BALE 2500 BIENNE 3011 BERNE 1201 GENEVE 1003 LAUSANNE 1870 MONTHEY 1950 SION 4500 SOLEURE 8004 ZURICH 19. rue Glesener ürammensveien 30 N Z Voorburgwal 4-10 Hennekijnstraat 41 b Oude Gracht 184 Praca Jose Fontana 9C Rua do Campinho 24 Rurnelinsplatz 14 Rue du College 8 Markgasse 63 Rue Winkelried 6 7. rue Saint-Martin Centre Commercial du Crochetan 9. rue de la Dent-Blanche 3. Bielslrasse 36. Militarstrasse Tel Té Tel Tel O Té Tel Tel Tel O Tel O Tel Tel O ùù Tel Tel Tel Tel Tel il1 39 4ù 59

Qui sont les enseignants?

Qui sont les enseignants? Extrait de : Regards sur l'éducation 2008 : Panorama Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264040649-fr Qui sont les enseignants? Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (2009),

Plus en détail

Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational

Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational Soutien au Processus de Rabat sur la Migration et le Développement Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational Rabat, (Maroc) 31 mars 1 er avril

Plus en détail

Comment trouver un détective privé en Suisse, en France? Nous vous mettrons en relations avec des professionnels et des agences de détectives privés. judicialis.com contact@alain-stevens.com - Tél +33(0)6

Plus en détail

Le marché du travail en Belgique en 2012

Le marché du travail en Belgique en 2012 1 Le marché du travail en Belgique en 2012 Le marché du travail en Belgique en 2012 1. Le statut sur le marché du travail de la population de 15 ans et plus Un peu moins de la moitié de la population de

Plus en détail

Faits et statistiques. Les assurances de personnes au QUÉBEC

Faits et statistiques. Les assurances de personnes au QUÉBEC Faits et statistiques Les assurances de personnes au QUÉBEC Édition 2008 Association canadienne des compagnies d assurances de personnes inc. Canadian Life and Health Insurance Association Inc. Les assurances

Plus en détail

Une famille, deux pensions

Une famille, deux pensions famille, deux pensions Susan Poulin Au cours du dernier quart de siècle, la proportion de familles composées de deux conjoints mariés ayant tous deux un emploi a augmenté de façon phénoménale. En 1994,

Plus en détail

Décembre 2011. Nord-du-Québec

Décembre 2011. Nord-du-Québec Enquête sur les besoins de main-d œuvre et de formation des entreprises du secteur de l industrie de l information, de l industrie culturelle, des finances, des assurances, des services immobiliers et

Plus en détail

FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX

FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX Analyse de l environnement concurrentiel français de l hôtellerie bordelaise SOMMAIRE pages CE QU IL FAUT

Plus en détail

ACCORD RELATIF A L'APPLICATION DE L'AMENAGEMENT ET DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL AUX INTERIMAIRES

ACCORD RELATIF A L'APPLICATION DE L'AMENAGEMENT ET DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL AUX INTERIMAIRES ACCORD RELATIF A L'APPLICATION DE L'AMENAGEMENT ET DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL AUX INTERIMAIRES PREAMBULE Les organisations signataires veulent par le présent accord, préciser la situation des

Plus en détail

Les marchés de l immobilier à l international. Évolutions, structures et performances

Les marchés de l immobilier à l international. Évolutions, structures et performances Les marchés de l immobilier à l international Évolutions, structures et performances Séminaire d actualité 22 mai 2015 Montants investis en immobilier d entreprise milliards d euros 50 45 40 35 30 Données

Plus en détail

Le nombre de faillites au premier semestre 2009 atteint, avec 2455 faillites, un nouveau record depuis plus de 10 ans

Le nombre de faillites au premier semestre 2009 atteint, avec 2455 faillites, un nouveau record depuis plus de 10 ans Faillites et créations d entreprise Chiffres de janvier à juin comparés à l année précédente 1 er semestre Editeur: Dun & Bradstreet (Schweiz) AG Grossmattstrasse 9 8902 Urdorf Téléphone 044 735 61 11

Plus en détail

RENFORCEZ VOS EQUIPES CONFIEZ VOS RECRUTEMENTS A UN EXPERT

RENFORCEZ VOS EQUIPES CONFIEZ VOS RECRUTEMENTS A UN EXPERT RENFORCEZ VOS EQUIPES CONFIEZ VOS RECRUTEMENTS A UN EXPERT Hays Finance & Comptabilité UNE PRESENCE MONDIALE 32 Pays 247 Bureaux 8 000 salaries dont 1 000 en finance & comptabilite UNE PRESENCE NATIONALE

Plus en détail

TITRE V : RÉMUNÉRATION

TITRE V : RÉMUNÉRATION TITRE V : RÉMUNÉRATION 18 Article V.1. - Égalité professionnelle TITRE V : RÉMUNÉRATION Tout employeur est tenu d'assurer, pour un même travail ou pour un travail de valeur égale, l'égalité de rémunération

Plus en détail

Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi?

Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi? Emploi 3 Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi? François Brunet* Inévitablement les générations nombreuses du baby-boom nées entre 1946 et 1973 s approchent de l âge légal

Plus en détail

GUIDE DE L ÉTUDIANT BOURSIER

GUIDE DE L ÉTUDIANT BOURSIER MISSION UNIVERSITAIRE DE TUNISIE À MONRÉAL 1255, rue University, bureau 601 Montréal, (Québec) H3B 3V9 CANADA Tél : (1) 514-284-9249 Fax : (1) 514-284-9403 E-mail : courriel@mutan.org www.mutan.org GUIDE

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

observatoire des emplois d avenir

observatoire des emplois d avenir observatoire des emplois d avenir 4 ème vague Emplois d avenir et zones urbaines sensibles (ZUS) L Association des Maires de Grandes Villes de France a activement participé à la montée en puissance des

Plus en détail

PCS du père AG ACCE PICS PI E O Total

PCS du père AG ACCE PICS PI E O Total Groupe socioprofessionnel du fils en fonction de celui du père en France en 2003 PCS du AG ACCE PICS PI E O Total fils Agriculteur 252 6 2 2 3 20 285 Artisan, Commerçant 72 182 37 60 43 225 619 Cadre supérieur

Plus en détail

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Fiche n 6 Trois priorités pour les futures négociations 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Lorsque le contexte change, il est très important de vérifier si les objectifs d un système sont toujours adaptés

Plus en détail

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM)

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) Approches et outils employés par les États membres en vue d identifier les besoins du marché du travail 1. INTRODUCTION Cette note de synthèse du REM (EMN Inform) fournit

Plus en détail

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Communauté locale de la Vallée de la Missisquoi Nord MRC de Memphrémagog Ce que les chiffres

Plus en détail

Analyse CFDT du BILAN SOCIAL 2013

Analyse CFDT du BILAN SOCIAL 2013 1 NOTE PRÉLIMINAIRE... 2 2 LE BILAN SOCIAL AU 31 DECEMBRE 2013... 3 2.1 EMPLOI... 3 2.2 RÉMUNÉRATIONS... 9 2.3 HYGIENE ET SÉCURITÉ... 13 2.4 AUTRES CONDITIONS DE TRAVAIL... 13 2.5 FORMATION... 14 2.6 RELATIONS

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

TABLEAU RECAPITULATIF ECOLES NATIONALES/EPCC 1

TABLEAU RECAPITULATIF ECOLES NATIONALES/EPCC 1 TABLEAU REPITULATIF ECOLES NATIONALES/EPCC 1 Préconisation du Ministère (Guillaume BOUDY secrétaire général du MCC) dans ses modèles de statuts types : article 8.6 dans sa note aux préfets et aux DRAC

Plus en détail

NOUVEAU TEST DE PLACEMENT. Niveau A1

NOUVEAU TEST DE PLACEMENT. Niveau A1 NOUVEAU TEST DE PLACEMENT Compréhension écrite et structure de la langue Pour chaque question, choisissez la bonne réponse parmi les lettres A, B, C et D. Ne répondez pas au hasard ; passez à la question

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LE COÛT DE LA VIE ETUDIANTE

ENQUÊTE SUR LE COÛT DE LA VIE ETUDIANTE DOSSIER DE PRESSE 18 AOÛT 2014 ENQUÊTE SUR LE COÛT DE LA VIE ETUDIANTE CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr 2 Rentrée 2014 SOMMAIRE Les principaux chiffres 5 Edito

Plus en détail

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS La révolution de l'activité féminine Hervé Le Bras EHESS En cinquante années, d'un point de vue démographique, le travail a changé de nature. On pouvait craindre que l'allongement de la vie et celui des

Plus en détail

> COACHING EFFICACE POUR UN RETOUR À L EMPLOI GET A JOB* *Trouver un job.

> COACHING EFFICACE POUR UN RETOUR À L EMPLOI GET A JOB* *Trouver un job. > COACHING EFFICACE POUR UN RETOUR À L EMPLOI GET A JOB* *Trouver un job. Révolu. Le temps de l outplacement réservé à quelques privilégiés Archaïque. Le confort et les bureaux chics en guise de méthode

Plus en détail

La prise en compte du travail à temps partiel dans les droits à retraite des différents régimes

La prise en compte du travail à temps partiel dans les droits à retraite des différents régimes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 juillet 2014 à 9 h 30 «Carrières précaires, carrières incomplètes et retraite» Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil La prise

Plus en détail

DESCRIPTIF DU DOCUMENT. Déploiement Nouveau système de rémunération au 01.01.2009-13 ème salaire

DESCRIPTIF DU DOCUMENT. Déploiement Nouveau système de rémunération au 01.01.2009-13 ème salaire 13 EME SALAIRE 13 EME SALAIRE - ETAT DE GENEVE Confidentiel Etat de Genève 23/01/2009 DESCRIPTIF DU DOCUMENT Phase du projet Domaine État du document Version actuelle Déploiement Nouveau système de rémunération

Plus en détail

Projet financé par l'ue

Projet financé par l'ue Soutien au Processus de Rabat sur la Migration et le Développement Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational Rabat,(Maroc)31mars 1 er avril2011

Plus en détail

Assurances véhicules à moteur. Assurance occupants pourquoi est-elle nécessaire? Assurance accidents

Assurances véhicules à moteur. Assurance occupants pourquoi est-elle nécessaire? Assurance accidents Assurances véhicules à moteur 68 69 Assurance occupants pourquoi est-elle nécessaire? J entends des avis très contradictoires sur la nécessité de l assurance occupants d un véhicule à moteur. En Suisse,

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 14 JANVIER 2014

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 14 JANVIER 2014 CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 14 JANVIER 2014 BILAN 2013 ET PERSPECTIVES 2014 Avec la participation de A Jean-François INTRODUCTION BUET, Président FNAIM BASE DE DONNEES FNAIM 2 millions de logements 1

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros)

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros) 193/2014-15 décembre 2014 Enquête 2012 sur les coûts de la main-d œuvre dans l UE28 Coûts de la main-d'œuvre les plus élevés dans le secteur financier et des assurances Le triple de ceux du secteur de

Plus en détail

Programme d opérations de promotion et de communication 2015. Doubs tourisme

Programme d opérations de promotion et de communication 2015. Doubs tourisme Programme d opérations de promotion et de communication 2015 Doubs tourisme Préambule Rappel concernant l organisation des opérations de promotion de Doubs Tourisme : Doubs Tourisme envoie une information

Plus en détail

Aperçu des prix des opérations de placement. Édition de janvier 2015

Aperçu des prix des opérations de placement. Édition de janvier 2015 Aperçu des prix des opérations de placement Édition de janvier 2015 2 Aperçu des prix des opérations de placement Remarques générales Remarques générales Votre conseiller/conseillère à la clientèle vous

Plus en détail

CONCOURS DE REDACTEUR PRINCIPAL DE 2 ème CLASSE TERRITORIAL

CONCOURS DE REDACTEUR PRINCIPAL DE 2 ème CLASSE TERRITORIAL FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CONCOURS DE REDACTEUR PRINCIPAL DE 2 ème CLASSE TERRITORIAL CENTRE DE GESTION DU JURA 5 avenue de la République BP 86 39303 CHAMPAGNOLE CEDEX Tél : 03 84 53 06 39 Fax : 03

Plus en détail

PROFIL STATISTIQUE DRUMMONDVILLOIS DÉMOGRAPHIE ET ÉCONOMIE DRUMMONDVILLE

PROFIL STATISTIQUE DRUMMONDVILLOIS DÉMOGRAPHIE ET ÉCONOMIE DRUMMONDVILLE DRUMMONDVILLE Le contenu de ce rapport a été rédigé et produit pour une utilisation par tous les services municipaux. Le Commissariat au commerce a colligé les données relatives au développement économique

Plus en détail

Contributions. Edition 2007

Contributions. Edition 2007 Contributions Contributions sur salaires et autres prestations que l'employeur doit payer aux caisses de compensation et aux assurances conformément aux réglementations légales et conventionnelles Edition

Plus en détail

Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER?

Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER? Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER? Version fin mai 2012 Ce document est destiné aux personnes participantes du Régime et vise à les aider à déterminer si le rachat d une rente pour service

Plus en détail

Recrutement d enseignants du second degré. Que vaut-il mieux présenter : CAFEP (Privé) ou CAPES (Public)?

Recrutement d enseignants du second degré. Que vaut-il mieux présenter : CAFEP (Privé) ou CAPES (Public)? SYNEP Le syndical SYNDICAT NATIONAL DE L ENSEIGNEMENT PRIVE Maison de la CFE-CGC 63 rue du Rocher 75008 PARIS tél. : 01 55 30 13 19 Fax : 01 55 30 13 20 Email : synep@synep.org Recrutement d enseignants

Plus en détail

Éliminer l écart de rémunération entre les femmes et les hommes au sein de l Union européenne

Éliminer l écart de rémunération entre les femmes et les hommes au sein de l Union européenne Éliminer l écart de rémunération entre les femmes et les hommes au sein de l Union européenne Europe Direct est un service destiné à vous aider à trouver des réponses aux questions que vous vous posez

Plus en détail

Actualité sociale Juillet 2008

Actualité sociale Juillet 2008 Marseille, le 10 juillet 2008 N/REF : ACM-JMM 1 ère mise à jour du 22.07.2008 Actualité sociale Juillet 2008 Attention dernière minute : En page 5 : nouvelle valeur du point de la convention collective

Plus en détail

L emploi des jeunes. Les résultats de l étude Avril 2015. pour

L emploi des jeunes. Les résultats de l étude Avril 2015. pour L emploi des jeunes Les résultats de l étude Avril 2015 pour Contact : Laurent Bernelas Directeur de l activité Corporate & Management Tel : 01 78 94 89 87 Mob : 07 77 94 30 21 Email : lbernelas@opinion-way.com

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPLOYEURS DE BLIND RIVER

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPLOYEURS DE BLIND RIVER ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPLOYEURS DE BLIND RIVER 2 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPLOYEURS DE BLIND RIVER Un groupe d'entreprises locales prospère apporte non seulement un avantage économique à une communauté, mais

Plus en détail

Le classement des villes les plus gay-friendly de France

Le classement des villes les plus gay-friendly de France Le classement des villes les plus gay-friendly de France TÊTU publie le classement de 23 grandes agglomérations françaises, de la plus gay-friendly à la plus froide à l égard de ses habitants homos. 6.000

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER?

Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER? Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER? Version janvier 2015 Ce document est destiné aux personnes participantes du Régime et vise à les aider à déterminer si le rachat d une rente pour service

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE TERRITORIALE DE LA METALLURGIE DU BAS-RHIN AVENANT OUVRIERS, EMPLOYES, TECHNICIEN AGENTS DE MAÎTRISE

CONVENTION COLLECTIVE TERRITORIALE DE LA METALLURGIE DU BAS-RHIN AVENANT OUVRIERS, EMPLOYES, TECHNICIEN AGENTS DE MAÎTRISE CONVENTION COLLECTIVE TERRITORIALE DE LA METALLURGIE DU BAS-RHIN AVENANT OUVRIERS, EMPLOYES, TECHNICIEN AGENTS DE MAÎTRISE 1 CONVENTION COLLECTIVE DE L INDUSTRIE DES METAUX DU BAS-RHIN CLAUSES COMMUNES

Plus en détail

INFOS N 5. Veille Jurisprudentielle IRP :

INFOS N 5. Veille Jurisprudentielle IRP : 1 INFOS N 5 Information du CE sur la déclaration du nombre de travailleurs handicapés «L'employeur porte à la connaissance du comité d'entreprise ou, à défaut, des délégués du personnel la déclaration

Plus en détail

Détective privé. contentieux commercial, Pau risques industriels, droit pénal des affaires Rueil-Malmaison

Détective privé. contentieux commercial, Pau risques industriels, droit pénal des affaires Rueil-Malmaison Paris Comment trouver un détective privé? Nous vous mettrons en relations avec des professionnels et des agences de détectives privés. judicialis.com contact@alain-stevens.com - Tél +33(0)6 12 55 19 80

Plus en détail

Loi du 11 floréal an X (1 e mai 1802)

Loi du 11 floréal an X (1 e mai 1802) Loi du 11 floréal an X (1 e mai 1802) La loi du 11 floréal an X spécifie que l'enseignement comporte trois degrés : primaire, secondaire, spécial et qu'il est dispensé dans quatre catégories d'établissements

Plus en détail

Logement aux frais du membre du personnel 3,82 EUR 19,22 EUR 43,78 EUR 23,04 EUR

Logement aux frais du membre du personnel 3,82 EUR 19,22 EUR 43,78 EUR 23,04 EUR boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : Les frais de séjour (missions) en Belgique et à l étranger

Plus en détail

Projet de Protocole d'accord 2013-2014 du 28 octobre 2013. traduction du texte original rédigé et signé en néerlandais

Projet de Protocole d'accord 2013-2014 du 28 octobre 2013. traduction du texte original rédigé et signé en néerlandais Commission Paritaire pour les employés du commerce international, du transport et de la logistique Projet de Protocole d'accord 2013-2014 du 28 octobre 2013 traduction du texte original rédigé et signé

Plus en détail

Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS

Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS Déductions et crédits d impôt Réductions d impôts Imposition des plus-values Imposition des revenus financiers Régimes spéciaux concernant les expatriés L impôt

Plus en détail

I Des indicateurs figurant dans le rapport de situation comparée

I Des indicateurs figurant dans le rapport de situation comparée 1/13 Dans le cadre des dispositions issues du code du travail, il est établi une synthèse du plan d actions. I Des indicateurs figurant dans le rapport de situation comparée Salaires annuels moyens de

Plus en détail

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque 168/2014-4 Novembre 2014 Risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'ue28 Plus de 120 millions de personnes menacées de pauvreté ou d exclusion sociale en 2013 Soit près d une personne sur quatre

Plus en détail

La démocratie sociale et la participation des syndicats et des représentants des salariés aux décisions économiques en France

La démocratie sociale et la participation des syndicats et des représentants des salariés aux décisions économiques en France Conférence internationale sur le modèle social européen organisée par EURISPES et la Fondation Friedrich Ebert à Rome 10-11 mai 2007 La démocratie sociale et la participation des syndicats et des représentants

Plus en détail

BILAN SOCIAL 2013 SYNTHÈSE DÉPARTEMENTALE DES RAPPORTS SUR L ÉTAT DE LA COLLECTIVITÉ 2013

BILAN SOCIAL 2013 SYNTHÈSE DÉPARTEMENTALE DES RAPPORTS SUR L ÉTAT DE LA COLLECTIVITÉ 2013 BILAN SOCIAL 2013 COLLECTIVITÉS LOCALES DES PYRÉNÉES-ATLANTIQUES Collection "Diagnostics et prospectives RH" N 10 Janvier 2015 SYNTHÈSE DÉPARTEMENTALE DES RAPPORTS SUR L ÉTAT DE LA COLLECTIVITÉ 2013 COLLECTIVITÉS

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 N 2041 GH N 50149 #18 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. REVENUS

Plus en détail

Le Ministre des Affaires Administratives, Secrétaire Général du Gouvernement A Messieurs les Ministres, Secrétaires et Sous-Secrétaires d'etat RABAT

Le Ministre des Affaires Administratives, Secrétaire Général du Gouvernement A Messieurs les Ministres, Secrétaires et Sous-Secrétaires d'etat RABAT ROYAUME DU MAROC MINISTERE DES AFFAIRES ADMINISTRATIVES, SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT Fonction Publique Rabat, le 22 août 1967. N 31 F. P. Le Ministre des Affaires Administratives, Secrétaire Général

Plus en détail

SÉJOURS LINGUISTIQUES

SÉJOURS LINGUISTIQUES s s n ne 1 a u Je 0 à 2 de FÉVRIER PRINTEMPS 1 Vivons les langues SÉJOURS LINGUISTIQUES TARIFS SPÉCIAUX RÉSERVÉS AUX COMITÉS D ENTREPRISE FÉVRIER 2015 PRINTEMPS 2015 MALTE ALLEMAGNE ESPAGNE 1 01 42 67

Plus en détail

en savoir plus sur les nouveaux barèmes C, H et A1 à A5

en savoir plus sur les nouveaux barèmes C, H et A1 à A5 en savoir plus sur les nouveaux barèmes C, H et A1 à A5 Exemples Vous trouverez, dans l'aide au remplissage du formulaire "Déclaration pour le prélèvement de l'impôt à la source", plusieurs exemples avec

Plus en détail

Les femmes restent plus souvent au foyer, travaillent davantage à temps partiel, gagnent moins et sont plus exposées à la pauvreté

Les femmes restent plus souvent au foyer, travaillent davantage à temps partiel, gagnent moins et sont plus exposées à la pauvreté DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUÉ DE PRESSE 7 mars 2008 Les femmes restent plus souvent au foyer, travaillent davantage à temps partiel, gagnent moins et sont plus exposées

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

LA SOIREE DES TALENTS 2012 Jeudi 29 novembre Cap 15 Paris (15 ème )

LA SOIREE DES TALENTS 2012 Jeudi 29 novembre Cap 15 Paris (15 ème ) LA SOIREE DES TALENTS 2012 Jeudi 29 novembre Cap 15 Paris (15 ème ) Programme : 18 h 30 : Accueil des diplômés 18 h 45 : Début des entretiens A l issue de vos entretiens, vous êtes conviés au cocktail

Plus en détail

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL Plan : Introduction I.- Le Dialogue Social européen et son cadre La négociation européenne : - pour l entreprise - pour les partenaires sociaux Les

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

ACCORD RELATIF A L'EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUE

ACCORD RELATIF A L'EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUE PREAMBULE ACCORD RELATIF A L'EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUE Dans le prolongement de la loi du 9 mai 2001 relative à l'égalité professionnelle entre les hommes et les femmes, de l'accord

Plus en détail

Analyse de benchmarking pour le canton de Zurich et ses districts

Analyse de benchmarking pour le canton de Zurich et ses districts Analyse de benchmarking pour le canton de Zurich et ses districts Table des matières Caractéristiques 3 Performance économique 4 Performance résidentielle 12 Attractivité 19 Sources 32 Annexe : Glossaire

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Les réseaux locaux PASSADE Service Commun Formation Continue Université Stendhal

Les réseaux locaux PASSADE Service Commun Formation Continue Université Stendhal Les réseaux locaux PASSADE Service Commun Formation Continue Université Stendhal Dunkerque Calais Boulogne Tourcoing Lille Roubaix Béthune Lens Douai Valenciennes Amiens St-Quentin Charleville- Cherbourg

Plus en détail

JAPON. Nomenclature. nationale (prestations de maladie) Pension nationale Assurance pension des salariés. Assurance maladie gérée par des sociétés

JAPON. Nomenclature. nationale (prestations de maladie) Pension nationale Assurance pension des salariés. Assurance maladie gérée par des sociétés JAPON Nomenclature CHIHO-KOMUIN-KYOSAI CHIHO-KOMUIN-ONKYU CHIHO-KOMUIN-SAIGAI HOSYO CHIHO-KOKUMINN-KYOSAI- KYUGYO-KYUFU-TO IZOKU-NENKIN JIDEO-TEATE JIDO-FUYO-TEATE KOKKA-KOMUIN-KYOSAI KOKKA-KOMUIN-ONKYU

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

Une réussite : Les prix de rachat garantis soutiennent les énergies renouvelables en Allemagne

Une réussite : Les prix de rachat garantis soutiennent les énergies renouvelables en Allemagne Une réussite : Les prix de rachat garantis soutiennent les énergies renouvelables en Allemagne Ce document illustrera comment cette réussite est arrivée, il est composé des parties suivantes : 1. Qu'est

Plus en détail

ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION CLIENT 3 cité Férembach 75017 PARIS http://afrc.org

ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION CLIENT 3 cité Férembach 75017 PARIS http://afrc.org LABORATOIRE D'ECONOMIE ET DE SOCIOLOGIE DU TRAVAIL Unité Mixte de Recherche 6123 35 Avenue Jules Ferry - 13626 Aix-en-Provence Cedex http://www.univ-aix.fr/lest ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION

Plus en détail

Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 2004 et 2013

Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 2004 et 2013 R EGARD SUR... Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 24 et 213 (application des règlements (CEE) n 148/71 puis (CE) n 883/24) Chaque année, les paiements effectués par la France en application

Plus en détail

PARTICIPATION DES EMPLOYEURS AU FINANCEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE

PARTICIPATION DES EMPLOYEURS AU FINANCEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE PARTICIPATION DES EMPLOYEURS AU FINANCEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE CV Réf. : II-13-1-5 Pôle des services Date : 15.09.2012 services@cdg81.fr Ref : 7-9 Références : - Loi n 83-634 du 13

Plus en détail

1 sur 8 16/12/2010 11:29

1 sur 8 16/12/2010 11:29 1 sur 8 16/12/2010 11:29 vous êtes ici : Accueil > Bulletin Officiel > n 36 du 7 octobre 2010 > Enseignements supérieur et recherche Liste des titres et diplômes français ouvrant droit à dispenses d'épreuves

Plus en détail

Les diplômes. Session 2008

Les diplômes. Session 2008 note d informationdécembre 09.28 À la session 2008, 444 0 diplômes de l enseignement professionnel des niveaux IV et V ont été délivrés en France par le ministère de l Éducation nationale. Ce nombre atteint

Plus en détail

Licence professionnelle Systèmes Industriels Automatisés et Maintenance (SIAM)

Licence professionnelle Systèmes Industriels Automatisés et Maintenance (SIAM) Promotion / Site : Clermont-Ferrand / Aubière Licence professionnelle Systèmes Industriels Automatisés et Maintenance (SIAM) Objectif de cette licence professionnelle : Le but de la formation est de fournir

Plus en détail

Votre quotidien à Blanche

Votre quotidien à Blanche Votre quotidien à Blanche Les locaux de la CPGE (Bat B et CDI) vous sont accessibles tous les soirs jusqu à 20h, et le vendredi jusqu à 18h Vincent Frotier est présent au CDI de 15h à 20h pour vous encadrer

Plus en détail

Bulletin officiel n 33 du 12 septembre 2013

Bulletin officiel n 33 du 12 septembre 2013 http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr Bulletin officiel n 33 du 12 septembre 2013 SOMMAIRE Organisation générale Administration centrale du MEN et du

Plus en détail

Le M.B.A. professionnel

Le M.B.A. professionnel Le M.B.A. professionnel Un M.B.A. à temps partiel pour les professionnels qui travaillent un programme unique Le nouveau M.B.A. professionnel de la Faculté de gestion Desautels de l Université McGill est

Plus en détail

L'organisation d'une tournée à l'étranger

L'organisation d'une tournée à l'étranger L'organisation d'une tournée à l'étranger ACCORDS INTERNATIONAUX La situation des artistes qui se produisent hors de France PRINCIPE Comme pour tous les travailleurs, le principe retenu est celui du rattachement

Plus en détail

metal USB PEOPLE tel 01 43 21 47 52 contact@objets-pub-express.com USB people Electronique 03 Objets et Cadeaux Publicitaires

metal USB PEOPLE tel 01 43 21 47 52 contact@objets-pub-express.com USB people Electronique 03 Objets et Cadeaux Publicitaires Electronique USB people USB people Electronique USB PEOPLE USM8010-GU USM8010-GD metal USM8010-SL METAL USB PEOPLE USM8010-SL/GD/GU (S) Clé USB people, édition en métal. Alliage avec une finition brillante.

Plus en détail

La communication interne gagne en importance dans les entreprises belges

La communication interne gagne en importance dans les entreprises belges La communication interne gagne en importance dans les entreprises belges Corporate Creative Strategies (www.ccstrategies.be), une agence belge de communication spécialisée en communication corporate, a

Plus en détail

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales»

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les chaînes d activité mondiales (CAM) Les chaînes d activité recouvrent la gamme complète des fonctions et des tâches

Plus en détail

Les sites Internet professionnels de France

Les sites Internet professionnels de France The LEADER in e-mail database - www.email-brokers.com Les sites Internet professionnels de France INTERNET ET SON RÔLE DANS LE MARCHÉ ÉCONOMIQUE FRANÇAIS PARIS DECEMBRE 2011 0... 0...... ::>1... e>,...

Plus en détail

Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014

Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014 Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014 Table des matières Contexte et objectifs... 6 Méthodologie... 8 Résultats détaillés 1. Perception

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

Table des matières. La France et Paris dans le marché universitaire mondial... 33

Table des matières. La France et Paris dans le marché universitaire mondial... 33 Table des matières Préface de Victor Karady... 7 Introduction... 17 Chapitre i La France et Paris dans le marché universitaire mondial... 33 La «seconde patrie du monde instruit»... 34 Un marché universitaire

Plus en détail

Il faut agir contre la montée du chômage!

Il faut agir contre la montée du chômage! Il faut agir contre la montée du chômage! En décembre 2012, le chômage au Luxembourg atteint un niveau record : 16 963 personnes inscrites comme demandeurs d emploi à l ADEM, soit un taux de chômage de

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail