es Chambres de métiers

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "es Chambres de métiers"

Transcription

1

2

3 es Chambres de métiers et de l artisanat représentent les intérêts généraux de l artisanat. Elles représentent vos intérêts généraux et votre intérêt particulier. Elles constituent le premier réseau d appui aux entreprises artisanales. Elles les accompagnent à chaque étape de leur vie (orientation des jeunes en apprentissage, création d entreprise, management, gestion, formation, export, développement durable, démarche qualité ). Derrière chaque mode, il y a un artisan. Derrière chaque artisan, il y a sa Chambre de métiers, ne l oubliez pas. Les administrateurs des Chambres de métiers et de l artisanat sont eux-mêmes des chefs d entreprise artisanale, ce qui leur permet de bien connaître la réalité du secteur et de ceux dont ils sont les porte-parole. À quelques jours du vote, par correspondance, je vous invite à vous mobiliser massivement pour que l artisanat continue à peser dans les décisions de développement local, les règlements et lois. Ce sont en effet la bonne représentativité de vos intérêts et le maintien du service de proximité dont vous bénéficiez qui sont en jeu. TEMA presse

4 ntre le 28 septembre et le 13 octobre, vous élirez simultanément vos représentants départementaux et régionaux dans les Chambres de métiers et de l artisanat pour une durée de cinq ans. Cette année, l élection se fait en même temps pour les deux échelons. Une élection, c est toujours un moment important de votre vie de citoyen. D autant plus lorsque vous avez la possibilité de vous exprimer au niveau professionnel. Et les combats à mener sont nombreux : lutte contre le statut d auto-entrepreneur et contre toute forme de concurrence déloyale, prorogation du taux de TVA à 5,5 % dans le bâtiment, soutien des artisans en période de crise à travers la médiation du crédit et un changement de comportement des partenaires bancaires n aurez qu à prendre quelques minutes de votre temps pour renvoyer votre vote dans une enveloppe pré-affranchie entre le 29 septembre et le 13 octobre minuit. Les listes de candidats sont visibles en préfecture, sous-préfecture et au siège de la CMA 13. En pratique, vous ne devrez voter qu une seule fois c est un scrutin à un tour La liste des chantiers est longue et devrait vous inciter à voter. Et parce que tous les détails du scrutin vous seront envoyés par la Poste directement chez vous, vous n avez aucune raison de ne pas vous exprimer. Concrètement, vous allez recevoir fin septembre un «kit de vote» et le programme des différentes listes dans les Bouches-du-Rhône. Vous

5 pour une seule liste, sans modifier les noms ou leur ordre, sous peine de nullité de votre suffrage. Ceci puisque les sièges seront attribués aux candidats dans l ordre de présentation sur chacune des listes. La liste arrivée en tête se verra attribuer une prime : elle héritera de 50 % des sièges à pourvoir au niveau régional et de 30 % des sièges au niveau départemental. Les autres sièges seront répartis entre toutes les listes à la proportionnelle. Plus vous serez nombreux à voter, plus l artisanat pèsera dans les décisions de développement local, les règlements et lois votés au niveau national et mieux vous défendrez vos intérêts auprès des pouvoirs publics. Les Chambres de métiers et de l artisanat, administrées par vos futurs élus, représentent les intérêts généraux du secteur. Les artisans élus vont, sur le terrain, porter les aspirations, les difficultés, les forces économiques de vos entreprises auprès des hommes politiques et des collectivités territoriales. Ce sont des chefs d entreprise artisanale, comme vous, qui connaissent donc la réalité du monde de l entreprise. Proches de vous, les Chambres de métiers et de l artisanat vous offrent des missions d accompagnement couvrant toutes les étapes de la vie de vos entreprises, de la création à la transmission, en passant par leur développement. Les CMA assurent des formations de qualité pour vous, votre conjoint et vos salariés. Elles animent les centres de formation et reçoivent également ceux qui ont le projet de créer ou de reprendre une entreprise, en plus des jeunes qui entrent en apprentissage. Vous souhaitez leur donner les moyens de se doter de compétences et d outils pour vous simplifier la vie, doper vos performances et vous aider à vous développer plus et mieux? Mobilisez-vous pour le secteur et votez à ces élections. L avenir de la «Première entreprise de France» est entre vos mains.

6

7 onner au créateur d entreprise des chances de réussite supplémentaires. Tel est l objectif de la nouvelle prestation «Journée lancement gagnant», que la Chambre de métiers et de l artisanat des Bouches-du-Rhône (CMA 13) teste depuis quelques mois et propose à partir de la rentrée à tous les créateurs. Cette initiative originale est le fruit d un constat sans appel : plus de 50 % des entreprises artisanales nouvellement créées ne passent pas le cap de leur troisième année d existence. Lorsqu ils lancent leur activité, les jeunes entrepreneurs tablent surtout sur leurs compétences techniques. Or la plupart d entre eux n ont jamais eu l occasion d appréhender, en situation réelle, le fonctionnement d une entreprise dans toutes ses dimensions : commerciale, financière, administrative Pris dans la frénésie du processus de création, ils ne prennent pas toujours le temps de poser les fondations d un management solide. Acquérir les bons réflexes est pourtant le gage d un futur serein. En proposant aux créateurs d une structure artisanale de moins de trois ans de bénéficier de six heures de formation personnalisée, la Chambre de métiers leur apporte les méthodes de base et les premiers outils de pilotage qui leur permettront d anticiper et de surmonter de nombreuses difficultés. Pour qu une entreprise décolle, il s agit en effet de réussir tout à la fois sa recherche de clients, le pilotage de son équilibre financier, la bonne gestion de son personnel Voilà le véritable «métier» de chef d entreprise. La «Journée lancement gagnant» a été conçue comme une étape clef permettant aux jeunes créateurs de mieux le maîtriser. Concrètement, le conseiller CMA 13 se déplace dans l entreprise pour six heures de conseil et d accompagnement individualisé sur une pleine journée de travail avec l artisan. Ensemble, ils commenceront par établir un diagnostic de la situation et des besoins spécifiques du créateur. En fonction des problématiques les plus importantes, le conseiller CMA apportera son expertise : calcul d un coût de revient, gestion de la trésorerie, stratégie marketing, animation d un fichier clients En fin de journée, ils dresseront ensemble un plan d action pour poursuivre un développement maîtrisé de l activité. «Cette «Journée lancement gagnant» vient naturellement compléter le "Stage de Préparation à l Installation" que tout créateur doit obligatoirement suivre avant son immatriculation», conclut Delphine Lasri, Conseillère entreprise à la CMA 13. +

8 vant de signer la convention avec Jean-Noël Guérini, Président du CG 13, le 28 juin dernier, André Bendano, Président de la CMA 13, rappelait le long engagement du Conseil général aux côtés des artisans : un partenariat sans faille depuis dix ans, et des efforts redoublés de l institution départementale pour soutenir les entreprises dans le contexte économique difficile de ces deux dernières années. Pour le CG 13, l Artisanat est en effet un secteur stratégique : «Notre département n est pas riche en grandes entreprises, notre économie est essentiellement constituée de TPE et PME, analyse Jocelyn Zeitoun, Conseiller général délégué à la politique de développement économique. Les entreprises artisanales des Bouches-du-Rhône ont un poids considérable, pour l emploi avec salariés, pour la création de richesses, mais aussi pour les équilibres du territoire, en apportant des services et une économie de proximité jusque dans les zones les plus reculées du département.» Malgré la crise et l instauration du régime de l auto-entrepreneur, l artisanat a continué à créer de +

9 l activité et des emplois dans les Bouches-du-Rhône, avec près de nouvelles entreprises en En renouvelant leur partenariat en 2010, la CMA 13 et le CG 13 l ont poussé un peu plus loin avec l expérimentation d un dis- à la reprise/transmission d entreprise artisanale). Sur une idée de la Chambre de métiers, les élus et services économiques des deux institutions ont créé l ARTEA pour apporter une nouvelle réponse à un enjeu majeur du secteur : les départs massifs à la retraite des chefs d entreprise artisanale. Plus de d entre eux, soit 20 % des artisans des Bouches-du-Rhône, atteignent ou dépassent 55 ans. Ils font travailler près de salariés et vont céder dans les prochaines années : tout doit être fait pour que ces entreprises vivent, que leurs activités continuent avec leurs emplois, leurs savoir-faire, leur utilité à la vie locale et sociale. L ARTEA vise donc à faciliter les transmissions d entreprises artisanales en levant un frein important : le financement du repreneur. «Lorsqu on analyse le profil des personnes susceptibles de reprendre une entreprise artisanale, on constate qu elles ont pour la plupart un parcours professionnel qui ne leur a pas permis de se constituer un patrimoine important, ni une épargne suffisante, explique Jean-Luc Herraiz, responsable du service Développement économique de la CMA 13. La majorité d entre elles s orientent donc plutôt vers la création, qui nécessite généralement moins de financement mais présente également un taux de pérennité plus faible. Une entreprise créée sur trois ne passe pas le cap des trois premières années, alors que plus de 80 % des entreprises reprises y arrivent. Ces repreneurs potentiels ont souvent entre trente et quarante ans, ont été salariés, pour la plupart ouvriers ou employés. Leur apport personnel est donc faible, considéré souvent comme insuffisant par les banques. Les cédants eux-mêmes ne souhaitant pas, et on les comprend, assumer le risque financier en accordant un crédit-vendeur ou en mettant en place une location-gérance. En effet, la cession de leur entreprise constitue très souvent pour eux un complément indispensable de leur retraite et leur permet d assurer leurs vieux jours. Pour toutes ces raisons, des projets de reprise tournent fréquemment à l échec.» Il ne manque parfois que quelques milliers d euros pour boucler le financement. Ce «chaînon manquant», c est l ARTEA : il donne la possibilité au repreneur de recevoir une subvention d un montant maximum de euros. Cette aide suffira à compléter la levée de fonds tout en rassurant les banques et le cédant. Attribuée sous conditions (voir encadré), l ARTEA s adresse en priorité aux TPE artisanales avec 2 à 3 salariés minimum et un chiffre d affaires déjà conséquent, d au moins à euros. Le repreneur devra impérativement s engager à maintenir l activité et les emplois pendant plusieurs années, ainsi qu à suivre pendant un an un accompagnement proposé par la CMA 13, gage d un bon départ. Il met ainsi toutes les chances de son côté. La CMA 13 assurera l expertise et l instruction des demandes, ainsi que l accompagnement des cédants et repreneurs, en bénéficiant pour cela d une aide renforcée de la part du CG 13. Ce dispositif fera l objet d une évaluation par la CMA 13 et le CG 13 à la fin d une période de lancement de deux ans. «Un artisan non-remplacé est un artisan qui disparaît, conclut Jocelyn Zeitoun. L ARTEA est l exemple d une politique volontariste qui va aider au renouvellement générationnel de l Artisanat du département.» vec un budget de euros, la convention signée entre le Conseil général et la Chambre de métiers soutient les besoins et les intérêts de l Artisanat des Bouches-du-Rhône. Elle facilite l action de la CMA 13 au service des artisans, et permet aussi des interventions directes à leur bénéfice. Plusieurs actions sont consolidées ou créées : gner le futur artisan depuis l idée jusqu à l immatriculation de son entreprise. prises artisanales» regroupe des prestations individualisées aux cédants et aux repreneurs. fiquement à la promotion et au développement des artisans d art du département, soit près de entreprises regroupant plus de 200 métiers. Le Conseil général maintient également les outils de financement des entreprises artisanales : - emprunts bancaires. (AMI) : subventions d équipement accordées, avec la Région PACA, aux entreprises artisanales. sanales (ARTEA) : voir ci-contre. Le partenariat historique autour d Artisans 13 est poursuivi, au bénéfice du plus large public convié à découvrir chaque année à l Hôtel du Département la diversité et la richesse des métiers, des savoir-faire et des produits de l Artisanat. Le développement de l emploi dans les entreprises artisanales fait également partie des axes de soutien du CG 13.

10 ctualités Développer l artisanat en banlieue Le 8 juin, lors de l assemblée générale de l APCM, un accord a été signé avec l Epareca en faveur du développement de l artisanat dans les quartiers sensibles. Les commerces de proximité ont certainement leur rôle à jouer dans des zones où le tissu social s est amoindri. L Epareca compte être mis plus facilement et rapidement en relation avec des chefs d entreprise désireux de s installer dans ces endroits. Il s est déjà engagé dans la réalisation d un premier pôle artisanal, à Bruay-surl Escaut (59). UN PAS DE PLUS VERS L ERASMUS DES APPRENTIS La France et l Allemagne ont scellé un accord en faveur de la mobilité européenne des apprentis. Les XX es Rencontres des chambres de métiers et de l artisanat françaises et allemandes ont eu lieu du 16 au 18 juin à Bordeaux. À cette occasion, l APCM a signé avec ses collaborateurs Outre-Rhin un accord allant dans le sens d une amélioration de la mobilité des apprentis en Europe. Les deux organismes s engagent à accompagner et encourager les jeunes apprentis vers la voie de l échange culturel. L office franco-allemand pour la jeunesse s investira sous la forme d un soutien financier aux CMA et CFA engagés dans ces procédures. Des actions de coopération devraient entrer en vigueur dès septembre. Rappelons que c est l APCM qui a été chargée par la Commission européenne de mettre en place le projet EuroApprentissage qui devra permettre aux apprentis de bénéficier du même système d échange que les étudiants. 2 millions d entreprises, apprentis En , jeunes Français sont partis étudier en Allemagne. Parmi eux, on compte 402 apprentis. Par ailleurs, 326 Allemands en apprentissage ont été accueillis dans des entreprises françaises. L accord vise à augmenter ces chiffres, dont la croissance est limitée entre CMA33/Alban Gilbert Les XX es Rencontres des CMA franco-allemandes leur a permis de consolider leur coopération face aux enjeux de l Union européenne, aux effets de la crise et au développement de l apprentissage. autres par les inquiétudes des apprentis et de leurs maîtres d apprentissage quant à la barrière de la langue. La convention prévoit donc la formation de développeurs de la mobilité francoallemande pour les encourager. De manière plus générale, les deux pays souhaitent également unir leurs efforts pour que les petites entreprises soient davantage prises en compte dans les politiques européennes, en particulier à travers une mise en œuvre du Small Business Act. À eux deux, la France et l Allemagne représentent près de 2 millions d entreprises formant apprentis. Elles ont mis en place cinquante jumelages de chambres. La RGPP entre en phase deux Lors du conseil des ministres du 30 juin, François Baroin, ministre du Budget, a présenté les mesures de la deuxième étape de la réforme ( ). Parmi 150 propositions, le gouvernement compte optimiser les procédures de recrutement des apprentis sur quatre points : créer un simulateur de calcul du coût complet de la rémunération, simplifier les formalités administratives, instaurer une meilleure coordination entre les acteurs publics, et proposer un dossier unique de demande d aides. Ces ajustements devraient voir le jour courant 2011, et font suite aux ateliers de l apprentissage et de l alternance, lesquels ont mis le doigt sur les dysfonctionnements du système. Le premier volet de la loi de révision générale des politiques publiques (RGPP) a été publié au Journal officiel le 24 juillet. Il entérine la réforme prochaine des chambres de métiers et de l artisanat, qui se traduira par un renforcement de l échelon régional. Il sera possible pour des CMA départementales d une même région de fusionner en une seule entité. Elles ont jusqu au 1 er janvier 2011 pour se décider. Elles devront également réaliser 10 % d économies sur quatre ans, ce qui au total représenterait 20 millions d euros, selon François Moutot, directeur général de l APCM. 10 Le monde des artisans septembre-octobre 2010

11 ÉDITION 2009 du 19 au 26 novembre Les chambres de métiers et de l artisanat, premier réseau d accompagnement des créateurs et des repreneurs. Programme des 200 événements (0.15 TTC/min) La reprise d entreprise, une opportunité pour tous. - Partenaires officiels

12 n coin de terre séchée par un soleil de plomb, entre Rhône et Alpilles, à quelques encablures de Tarascon. C est ici que Pascal Demaumont a posé son sac, il y a une quinzaine d années. À 28 ans, que venait de s achever et le jeune tailleur de pierre rêvait de se mettre à son compte. Une bâtisse en ruines, en contrebas d une voie ferroviaire fera l affaire. Pascal quitte sa caravane ancrée à Beaucaire pour s installer entre ces vieux murs qu il restaurera pierre à pierre, recréant une voûte, aménageant de nouveaux espaces extérieurs et intérieurs, allant même jusqu à édifier une élégante tour vénitienne sur un pignon du bâtiment. Tout en construisant son nouveau cadre de vie, l ancien compagnon fait ses premiers pas dans l artisanat. D abord en nom propre, puis, à partir de 2000, à travers Ateliers du style, une société qu il crée avec un jeune confrère. «Le décollage a été immédiat, se souvient Pascal Demaumont. Les chantiers s enchaînaient et notre carnet de commande était rempli en permanence. Nous étions sollicités pour aller travailler de plus en plus loin de nos bases et pour intervenir sur des projets de plus en plus complexes.» En quelques années, le développement des Ateliers du style est spectaculaire. En 2005, l entreprise artisanale compte une dizaine de collaborateurs permanents ou intérimaires et son chiffre d affaires culmine à euros. «Nous avons percé très tôt sur le marché, en raison de la réactivité de + +

13 la société et de notre savoir-faire. Ma formation initiale est sans doute pour beaucoup dans ce succès rapide», observe Pascal Demaumont. Le tailleur de pierre a, en effet, bénéficié d un apprentissage des plus solides. À 17 ans, le jeune homme, dont le père était menuisier et l arrière-grand-père stucateur, choisit de s orienter vers les métiers de la construction. Il s inscrit dans une école spécialisée d Egleton (Corrèze) pour suivre des études d architecte-maître d œuvre en bâtiment. Il y décrochera un bac professionnel, puis un BEP «dessinateur en bâtiment» et un CAP «dessinateur en génie civil». Puis, au hasard d un stage-école à Châteauroux, il découvre à la fois le métier de tailleur de pierre et les Compagnons du Tour de cette formation. Pendant six mois, face aux blocs les plus résistants, Pascal apprend avec humilité les gestes permettant de dompter le plus ancien et le plus noble des matériaux. Obtenant au passage un CAP «maçonnerie-restauration du patrimoine», il se fait rapidement remarquer par l un de ses tuteurs. Le maître-compagnon qui l observe façonner ses premiers moellons est impressionné par la motivation et l énergie de ce stagiaire qui, de surcroît, possède un réel sens de la géométrie de l espace. Sur les conseils de ce formateur, Pascal Demaumont devient aspirant-compagnon. Il entreprend son CAP «tailleur de pierre», lors d un chantier à Tours. Pendant dix ans, travaillant de ville en ville, Pascal perfectionnera son coup de ciseau. D abord ouvrier, puis conducteur de travaux, il intègre de nombreux chantiers de prestige, notamment en région parisienne, où il participe à la restauration du palais de l Élysée, de l église de la Madeleine, du musée du Louvre ou du château de Vincennes. Au cours de cette décennie, le compagnon fera sienne la devise de son ancien mentor qui répétait à l envi : «Il n y a pas de pierre dure, il n y a que des bras mous Cette phrase a rythmé toute ma carrière professionnelle et je la prononce chaque fois que je suis face à un jeune tailleur», sourit Pascal. Avec son bagage technique et un mental à toute épreuve, Pascal Demaumont semblait bien armé pour réussir dans le monde de l entreprise. Mais, après les premières années de succès, les Ateliers du style ont dû affronter de sérieux coups de tabac. De lourds problèmes de santé mettront d abord sur la touche le principal collaborateur de Pascal. Puis, il y a trois ans, l un des plus importants clients de la société se volatilisait, laissant une «ardoise» de euros. «J ai tout tenté pour récupérer d autres affaires, mais sans trésorerie ni encadrement, c était mission impossible», lance le tailleur de pierre qui décide alors de donner une nouvelle impulsion à sa carrière. Premier virage : Pascal Demaumont renonce aux gros chantiers de restauration pour se consacrer aux travaux de décoration et à la sculpture monumentale. Cette activité le conduira, par exemple, à réaliser en 2008 une impressionnante tarasque en pierre du Luberon. Pour tailler dans la masse cette créature mythique, heures de travail auront été nécessaires. L objet que le désormais sculpteur a offert à sa ville d adoption a été récemment reconnu au patrimoine mondial de l Unesco. Pour Pascal, la reconversion passe également par l enseignement. «J ai toujours souhaité transmettre mes connaissances, mais je ne possède pas les diplômes pour enseigner. J ai donc décidé, à 44 ans, de me procurer les diplômes ad hoc», raconte-t-il. Accompagné par la CMA 13, il a déjà obtenu un équivalent Bac+2, et poursuit sa route (lire encadré). Cette passion pour la formation a également conduit Pascal à aménager un nouvel atelier dans son havre de Tarascon. Il souhaite y accueillir des stages pour les compagnons sillonnant le pays. Une manière de boucler la boucle.

14 STYLE de vie L artisanat a dans ses rangs parmi les plus anciennes entreprises de France, des établissements qui ne sont pas tous devenus des PME, mais qui s attachent à leurs valeurs, et donc au succès. ENTREPRISES ARTISANALES CENTENAIRES Leur savoir-faire traverse l histoire La plupart du temps, ce sont les hommes, gérants et salariés, qui décident d insuffler de l énergie à leur entreprise. Mais quand celle-ci acquiert une renommée au long cours et une clientèle fidèle, l inverse peut se produire. L entreprise centenaire impose alors à son gérant et ses salariés présents et futurs sa propre culture, son propre rythme, sa propre rigueur. C est son cachet qui pousse les artisans à continuer de la faire vivre. Cela peut expliquer que dans le cadre des entreprises artisanales centenaires, la plupart des transmissions soient familiales. Car comment se permettre de laisser choir un édifice rentable, de surplus bâti par nos aïeux? Des artisans visités comme des monuments D autant plus que ces entreprises se sont profondément ancrées dans le paysage de leur localité, parfois jusqu à participer à son rayonnement touristique. La briqueterie Capelle, en Haute-Garonne, créée en 1879, peut en témoigner. «Lors des journées du patrimoine, les gens aiment venir dans nos locaux. Nous leur faisons visiter la carrière et l ensemble du processus de fabrication. Ils sont toujours surpris de voir que tout se fait de manière artisanale!» Robert Desclaux, ancien gérant des Anchois Desclaux (Collioure, 66), aujourd hui à la retraite alors que son fils a repris le flambeau, joue aussi la carte touristique. Incollable sur son métier, il a mis en place un musée sur son histoire, comprenant L idée de longévité s accorde bien avec la culture de qualité propre à l artisanat. un film de 15 minutes et des photos anciennes. Comment ces entreprises se sontelles hissées si haut? On a coutume d évoquer un fameux «secret de fabrication», une sorte de formule magique qui garantirait le succès et la croissance. Mais ce «secret» tient souvent du fantasme, comme l estime Robert Desclaux. «Nos clients sont surtout sensibles à la qualité, et «Seuls la volonté et le courage font la différence!» nous cherchons la perfection. Il n y a pas de recette miracle pour la longévité! Les secrets de fabrication, je Jacques PALUT / Fotolia 14 Le monde des artisans septembre-octobre 2010

15 les donne à qui veut. Seuls le courage et la volonté font la différence.» Des valeurs qui ont permis à beaucoup de ces entreprises de passer entre les mailles du ralentissement économique. Il faut dire que lorsque l on existe depuis plus d un siècle, on n est peut-être plus à une crise près. Pour la charcuterie À l andouillette d Arras (Pas-de-Calais), fondée au XIX e siècle, c est tout simplement comme si elle n avait pas eu lieu. «Crise ou pas crise, les gens veulent se faire plaisir. C est la dernière chose dont ils vont se priver», estime Hugues Becquart, le gérant. Et en termes d andouillette, la charcuterie a l heureuse réputation de faire la meilleure. «Depuis plus d un siècle, nous avons la même recette, la même manière de faire, la même rigueur.» La rigueur, la qualité du produit, le respect du client : voici donc la seule et unique recette à suivre pour réaliser un produit exceptionnel, qui a fait le bonheur d un notaire de la Belle Époque autant qu il ravit un jeune cadre dynamique des années Un héritage culturel et matériel La stratégie de la continuité dans l effort est aussi prônée par les Enfants de Boisset, poterie d Anduze (Gard, création en 1610). Cécile Jurquet, l actuelle patronne, a davantage senti les effets de la crise. Mais le vase d Anduze reste une valeur sûre, que les visiteurs aiment rapporter en souvenir. «Les gens savent que notre entreprise est ancienne, ils viennent chercher "un vase de chez Boisset", observe-t-elle. La pièce est belle, les clients ne s en lassent pas. Nous aussi, en ouvrant les fours, on est toujours émerveillés.» En plus d une culture d entreprise, il arrive que l entreprise bénéficie d un matériel d une qualité rare. Yves Richard est serrurier et ferronnier à Bourg- Argental (Loire, création en 1910). Lui doit sa particularité à un outillage rare, transmis par sa famille. «Je n ai jamais fait d effort de publicité. On sait que je peux faire de belles choses, des apports durables», affirme-t-il. Étienne Delcambre, «L expérience nous donne une capacité d adaptation au marché» affineur de fromages à Marbaix (Nord, création en 1905), profite également des équipements de ses aïeux. «Pour bien affiner les fromages de Maroilles, avoir le bon coup de main ne suffit pas : les caves font beaucoup. Celle dont je dispose est en brique et pierre bleue. La température doit être entre 12 et 15 degrés, l humidité à 95 %.» Mais il ne compte pas uniquement sur les équipements du passé : il a mis en place, avec une entreprise locale, un distributeur automatique de Maroilles! «Un coup de pub phénoménal!» Entreprise centenaire, oui, mais pas encore démodée Au contraire, grâce à leur longévité, ces établissements bénéficient d une réelle crédibilité. L entreprise Capelle le confirme : «Comme notre produit a résisté plus de cent ans, les gens nous écoutent. On sait de quoi on parle.» Et si les enseignes séculaires sont écoutées, c est justement parce qu elles ont été au plus près de leur marché pendant des dizaines d années. Elles en tirent une expertise au niveau de son comportement, de ses tendances, des modes qui passent et reviennent. C est ce dont a hérité l entreprise La Rochère, fondée en 1475 en Haute-Saône, spécialisée dans le domaine du verre. «Nous faisons preuve d une vraie capacité d adaptation, d innovation, grâce à + Info notre sensibilité au marché», estime la direction. «Nous possédons cette notion de pérennité, qui nous permet de pressentir si un débouché va être porteur ou non à long terme.» L expérience peut ainsi permettre de «Nous maîtrisons bien les nouveautés avant de les proposer aux clients» distinguer un marché porteur d un miroir aux alouettes. Et de ne pas se précipiter à vendre du «dernier cri» alors que la méthode n est pas encore rodée ou le produit pas encore optimisé. Car les entreprises artisanales centenaires ont cette haute idée de la qualité et une renommée à respecter. À ce titre, la plomberie André Bonnet, fondée en 1904 et basée à Annonay (Ardèche), sait considérer les nouvelles tendances avec assez de recul. Et un regard d expert. «Certains disent que nous sommes réticents à la nouveauté. Mais c est surtout que l on veut qu elle soit bien maîtrisée, autant du côté du fournisseur que du côté de notre propre savoir-faire. D autres entreprises n hésitent pas à se lancer sur de nouveaux marchés, sans les avoir vérifiés au préalable. C est pourquoi nous préférons proposer un service de qualité, parfois un peu plus cher.» Prudence, rigueur, sagesse, respect de l autre Les entreprises artisanales centenaires auraient-elles découvert le secret de la vie éternelle? Florent Lacas Mettez en valeur votre longévité L ancienneté d une entreprise est un élément de plus en plus valorisant. Dans un milieu complexe, le client aime se diriger vers un produit dont il ne doute ni de l authenticité ni de la qualité. N hésitez donc pas à communiquer sur la date de création de votre entreprise. Un label existe pour cela, nommé «Entreprise familiale centenaire» (EFC). Il a été créé il y a trois ans, et compte aujourd hui plus d une vingtaine d adhérents. Son obtention nécessite plusieurs conditions : prouver que l entreprise est bien la propriété d une même famille depuis plus de cent ans, remplir le dossier d admission, accepter le règlement d usage, acquitter les frais d admission (140 euros HT) et une cotisation annuelle allant de 120 euros à 775 euros HT selon le chiffre d affaires. Bruno Bizalion, créateur du label, s engage à le populariser au maximum auprès des médias. Plus d informations sur le site Internet : Le monde des artisans septembre-octobre

16 PLUS QUE 15 JOURS

17 É clairage Financement de son entreprise Impossible ou presque de satisfaire ses besoins de financement sans passer par la case banque. Mais par les temps qui courent, est-il encore possible de décrocher un crédit? Comment mettre toutes les chances de son côté? Quels sont les recours en cas de refus? Dossier réalisé par Ann-Karen Bartoszewski BESOINS COURANTS Le banquier, un partenaire incontournable Un léger mieux. Au 2 e trimestre, les patrons de TPE ne sont plus que 31 % à considérer leur situation financière préoccupante, contre 40 % au trimestre précédent*. «La situation économique reste tout de même tendue, tempère Jean-Marc Jaumouillé, directeur des techniques professionnelles chez Fiducial. Globalement, les dirigeants ont peu de visibilité sur l avenir. En outre, ils ont déjà consenti des efforts importants en baissant leur revenu qui constitue la principale variable d ajustement. Ils ne peuvent donc plus en faire», explique-t-il. «Bien sûr, certains arrivent à tirer leur épingle du jeu. Mais de manière générale, les chiffres d affaires stagnent ou diminuent», ajoute-til. Ce qui contribue parfois à tendre les relations avec le banquier, un partenaire financier incontournable pour les petites structures. «Certaines entreprises se sont vues refuser des facilités de caisse et d autres leur autorisation de découvert tout bonnement supprimée», constate Michel Cottet, directeur général de la Siagi. Mais le phéno- FrankU/Fotolia «Les entreprises crédibles n ont pas de soucis de financement», selon Gilbert Rebeyrole, président de la CMA de Haute-Vienne. mène ne concernerait en fait qu une minorité. En effet, selon une étude de la fédération des centres de gestion agréés publiée fin juillet, 70 % à 87 % des dirigeants de TPE ayant sollicité leur banque ont reçu une réponse positive, le taux variant selon le service demandé (emprunt, découvert, escompte ). Autre idée reçue qui vacille : à en croire la Banque de France, l encours des crédits accordés aux TPE et PME indépendantes a augmenté de 2,6 % en Quant aux promesses faites par les banques pour 2010, elles seraient bien parties pour les tenir! «Les entreprises crédibles n ont pas de souci de financement», assure Gilbert Rebeyrole, président de la fédération nationale des Socama et de la CMA de la Haute-Vienne. «En revanche, il y en a d autres qui font n importe quoi. Par exemple, des artisans qui prélèvent plus qu ils ne gagnent ou qui établissent des devis largement inférieurs aux prix du marché et rencontrent, de ce fait, des problèmes de rentabilité. Dans ces conditions, il est logique que leur demande de crédit soit refusée», déclare-t-il. Ce qui l est moins, en revanche, c est le manque d homogénéité des pratiques sur le terrain. Ainsi, pour un même dossier, la réponse peut diverger d une agence à l autre, y compris au sein d une même enseigne. Comme l explique Jean-Marc Jaumouillé : «cela tient beaucoup aux relations que le conseiller entretient avec son client.» * Baromètre de conjoncture réalisé en juillet par l Ifop pour Fiducial, société de services pluridisciplinaires aux petits entreprises. Certains dirigeants arrivent à tirer leur épingle du jeu. Mais de manière générale, les chiffres d affaires stagnent ou diminuent Le monde des artisans septembre-octobre

18 É clairage Financement de son entreprise Q U EST-CE QU UN BON DOSSIER AUX YEUX DU BANQUIER? En matière de crédit, un bon dossier n est pas forcément un dossier couvert par de nombreuses garanties. «L idéal, c est un projet qui auto-génère sa capacité de remboursement», explique Norbert Barré, directeur du marché des professionnels et TPE de la Société Générale. Prenons l exemple d un boulanger qui souhaite décrocher un prêt afin de financer l acquisition d un nouveau four très moderne et beaucoup plus performant. «S il a prévu, pour rembourser son investissement, de fabriquer des pains spéciaux, d obtenir un rendement plus important, de perdre moins de matières premières on peut considérer que le projet est réaliste. Les recettes supplémentaires découlant de l utilisation du nouveau four vont compenser la dépense», commente-t-il. À l inverse, un boulanger qui projette de racheter un fonds verra sa demande de prêt refusée si le prix d acquisition paraît trop élevé ou la croissance du chiffre d affaires surestimée. «On va analyser le marché, la clientèle, le service différenciant par rapport à la concurrence, le prévisionnel d activité (évolution du chiffre d affaires sur la période de financement, charges, résultat dégagé) pour déterminer si l artisan aura la capacité de rembourser», indique Norbert Barré. Johnny Lye/Fotolia APCM Press&Vous «Une capacité d emprunt supérieure avec l EIRL» François Moutot, directeur général de l APCM «En ce qui concerne l octroi des crédits bancaires destinés à couvrir les besoins de financement liés au développement, la situation s est plutôt améliorée. Le médiateur du crédit a mis de l huile dans les rouages. En revanche, on ne peut pas en dire autant en matière de financement de la trésorerie. De manière générale, le circuit bancaire est frileux et inadapté aux entreprises artisanales. Mais il faut reconnaître que celles-ci ont une capitalisation insuffisante. La création de l entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL) devrait permettre de renforcer leurs fonds propres. En effet, un artisan installé en nom propre est passible, sur l intégralité de son bénéfice, de l impôt sur le revenu et des cotisations sociales, que les sommes soient ou non prélevées. Cela peut représenter jusqu à 75 % de son excédent. Alors qu en passant en EIRL et en optant pour l impôt sur les sociétés, seules les sommes prélevées pour se rémunérer seront soumises à l impôt sur le revenu et assujetties aux cotisations sociales. Les bénéfices réinvestis dans l entreprise seront, eux, taxés uniquement à l IS, dont le taux est fixé à 15 % dans la limite de euros. Les artisans en EIRL qui joueront le jeu en laissant suffisamment de biens et d argent dans le capital affecté à l activité bénéficieront d une capacité d emprunt supérieure.» «Les spécificités des TPE pas assez prises en compte» Jean-Marc Jaumouillé, directeur des techniques professionnelles de Fiducial* «La crise a révélé un problème structurel au niveau des banques. En effet, les TPE ne sont pas suffisamment prises en compte dans leurs spécificités. Elles sont traitées soit comme des particuliers, soit comme des PME alors qu elles ont des problématiques différentes. Il y a en outre un turnover important dans les agences bancaires qui ne facilite pas la compréhension et la connaissance des dossiers. Enfin, les TPE ne disposent pas d un système de notation qui leur est propre. Elles sont soumises au système analytique standard, ce qui les pénalise fortement au niveau des taux d intérêt. Selon moi, l environnement bancaire tel qu il est organisé actuellement a montré ses limites.» * Fiducial propose une offre globale de services aux TPE (expertise-comptable, conseil juridique ). Fotolia 18 Le monde des artisans septembre-octobre 2010

19 DR DR «La médiation réussit dans deux cas sur trois» G Gérard Rameix, médiateur national du crédit aux entreprises Comment fonctionne la procédure de médiation? Le chef d entreprise qui rencontre des difficultés avec sa ou ses banques pour résoudre ses problèmes de financement ou de trésorerie remplit un dossier de médiation en ligne. Dans les 48 heures, il est contacté par le médiateur départemental qui définit avec lui un schéma d action. La banque, informée de l ouverture de la médiation, a 5 jours pour revoir sa position. Si les difficultés perdurent au-delà de ce délai, le médiateur contacte personnellement les partenaires financiers de l entreprise pour identifier et résoudre les points de blocage. Combien d entreprises ont eu recours à ce dispositif? Depuis novembre 2008, plus de dossiers ont été déposés en médiation. Sur le lot, remplissaient les critères d éligibilité et ont été acceptés. Depuis la création de la médiation en octobre 2008, le taux de réussite des opérations est de 63 %. Autrement dit, près de deux entreprises sur trois ont retrouvé, après un refus initial, un financement. Malgré un pic en mars (1 200 dossiers déposés) et une nouvelle hausse des saisines en juin par rapport à mai, nous constatons un net ralentissement des dépôts de dossiers au second trimestre Deux facteurs peuvent notamment expliquer ce ralentissement : l amélioration progressive de la situation économique et le fait que certaines banques aient mis en place des procédures internes de traitement des dossiers visant à réexaminer les propositions de refus d un financement. Le dispositif continue, cependant, d aider plusieurs centaines d entreprises par mois, c est pourquoi Nicolas Sarkozy a décidé de le prolonger en Quelle est la proportion de TPE? 81 % des dossiers concernent de très petites entreprises (moins de 10 salariés) ayant des besoins souvent inférieurs à Ce n est pas un hasard. Aux difficultés conjoncturelles s ajoutent, pour les TPE, des problèmes récurrents liés aux relations qu elles entretiennent avec leur banque. Elles sont moins rompues que les PME aux plans d affaires, aux prévisionnels détaillés et aux méthodes de gestion, ce qui peut affecter la qualité du dialogue. Le meilleur conseil que je puisse donner aux artisans est d entretenir de bonnes relations dans la durée avec leur banquier. Les banques devraient, elles, s investir davantage dans la relation avec des entreprises qu elles traitent souvent comme des particuliers. «Une relation de confiance avec le banquier» Pascal Grimault, dirigeant de Solutech Alu (Maine-et-Loire) «J ai la chance d avoir une relation très saine avec mon banquier», reconnaît Pascal Grimault, dirigeant de Solutech Alu, une société spécialisée dans la fabrication de menuiserie alu créée en 2006 qui compte 3 salariés. «Je lui fournis chaque mois un tableau de bord avec le détail des commandes, de la facturation, des salaires pour les 3 ou 4 semaines à venir. Et je lui envoie un mail une fois par semaine environ pour commenter ce rapport d activité. Par exemple, si j ai engagé de grosses dépenses et que le paiement d un client doit arriver seulement 2 ou 3 mois plus tard, je l en informe pour qu il ne soit pas surpris. Lorsqu on instaure un climat de confiance et que l on est transparent, normalement il n y a pas de problème, même si d autres paramètres entrent évidemment en ligne de compte.» L INTÉRÊT DE FAIRE APPEL À UN COURTIER EN CRÉDIT Acquisition de matériel, achat d un local, reprise d une entreprise, développement à l export quel que soit votre projet, vous avez tout à gagner à recourir aux services d un courtier en crédit professionnel, surtout par les temps qui courent. «De nombreux artisans font appel à nous pour faire jouer la concurrence entre les banques», explique Reynald Demeester, directeur du cabinet de courtage Finanxia. Le rôle du courtier consiste en effet à obtenir pour vous les meilleures conditions d emprunt. Mais il n accepte pas tous les dossiers. «On réalise un diagnostic du projet. On regarde la structure de l entreprise, les bilans, comment elle se situe par rapport à la moyenne de la profession Si le projet ne tient pas la route, on conseille au dirigeant de laisser tomber. Si au contraire, il paraît viable et raisonnable, on l accompagne», détaille Reynald Demeester. Et ce, gratuitement puisque la prestation du courtier est rémunérée par les banques. Vous auriez donc tort de vous en priver. L ES CMA, RELAIS DE PROXIMITÉ DE LA MÉDIATION Si vous cherchez une solution à vos problèmes de financement, n hésitez pas à solliciter votre chambre de métiers. Les CMA font partie du réseau des tiers de confiance de la médiation du crédit, désignés dans les départements pour accompagner les entreprises, préciser leurs besoins et constituer leur dossier. POUR EN SAVOIR PLUS : (numéro azur) Le monde des artisans septembre-octobre

20 DR DR É clairage Financement de son entreprise Plusieurs organismes de cautionnement, tels que les Socama, la SIAGI ou encore Oséo, permettent de garantir vos emprunts bancaires. Lumière sur chacun des dispositfs. FONDS DE GARANTIE Un levier financier important Qui dit prêt bancaire dit généralement garanties en contrepartie. Nantissement sur le matériel, l outillage ou le fonds de commerce, hypothèque, caution personnelle Pour favoriser l accès des entreprises au crédit, plusieurs organismes en proposent, à commencer par les Socama. «Nous garantissons à 100 % le prêt Express Socama européen de la Banque Populaire. Il s agit d un prêt de maximum sur 3 à 5 ans sans caution personnelle, destiné aux investissements courants, détaille Gilbert Rebeyrole, président de la fédération nationale des Socama et de la CMA de la Haute-Vienne. Les Socama cautionnent également certains projets de reprise mais pas les frais de trésorerie», précise le président. Oséo peut également partager le risque avec votre banque. «Nous intervenons lorsque l opération présente une exposition au risque forte, comme le rachat d un fonds de commerce, l achat d une machine-outil coûteuse ou l acquisition de locaux», souligne Jean-Marc Durand, directeur Fotolia/Alex Hinds Les projets de croissance sont largement soutenus par les fonds de garantie. «Le médiateur du crédit m a permis d obtenir un financement» Claude Morin, dirigeant de L Univers de l escalier (Sarthe) Spécialisée dans la fabrication et la rénovation d escaliers, la société L Univers de l escalier souhaitait se doter d un showroom. «En 2008, j ai sollicité mes deux banques afin d obtenir sur les que le projet nécessitait. Je n avais plus aucun crédit sur le dos. Nos bilans étaient positifs. Mais j avais des difficultés de trésorerie. Résultat : l une des banques a refusé de suivre», raconte Claude Morin, le dirigeant. «J ai présenté un dossier au médiateur. Je lui ai exposé le problème et fourni les comptes de l entreprise. Il a convaincu la banque qui traînait des pieds. En prime, j ai bénéficié de la garantie d Oséo à hauteur de 70 %.» du développement et de la stratégie de l établissement. Inutile de solliciter Oséo si vous souhaitez simplement renouveler votre véhicule professionnel. Troisième acteur pivot de l accès au crédit : la Siagi (voir encadré). «Nous avons créé une garantie spéciale pour l EIRL» Michel Cottet, directeur général de la SIAGI En quoi consiste votre intervention? Concrètement, nous donnons notre garantie aux banques pour les prêts qu elles accordent aux artisans. Cela peut monter jusqu à 70 % lorsqu une collectivité locale intervient en co-garantie. Mais, dans 9 cas sur 10, la banque octroie le financement sans notre intervention. Quels types de projets soutenez-vous? Nous prêtons moins d attention aux projets de développement courant qu aux projets de croissance. Au rayon des nouveautés, nous venons de créer une garantie spéciale pour les entreprises individuelles qui se transforment en EIRL. Elle sera disponible dès janvier Selon quels critères? L artisan doit fournir un prévisionnel sur les trois années à venir. Clientèle, rentabilité financière, moyens humains mobilisés pour mettre en œuvre le projet, sont autant d éléments que l on examine pour juger de la cohérence économique du projet. Nous acceptons 4 dossiers sur 5 pour les projets de développement courants, 3 dossiers sur 4 pour les projets de croissance interne et 2 sur 3 pour les projets de croissance externe. 20 Le monde des artisans septembre-octobre 2010

www.cauxseine.fr/emploi LA CRÉATION D ENTREPRISE L amorçage du projet

www.cauxseine.fr/emploi LA CRÉATION D ENTREPRISE L amorçage du projet LA CRÉATION D ENTREPRISE L amorçage du projet - Vous êtes demandeur d emploi et cherchez de nouvelles pistes. Vous avez déjà pensé créer votre propre emploi. - Vous exercez une activité professionnelle,

Plus en détail

Dossier de presse. Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales. Du 18 au 25 novembre 2011

Dossier de presse. Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales. Du 18 au 25 novembre 2011 Dossier de presse Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales Du 18 au 25 novembre 2011 2 Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales - 18 au 25 novembre 2011

Plus en détail

APPRENTISSAGE. Dossier de presse juillet 2014. L APPRENTISSAGE, que d avantages

APPRENTISSAGE. Dossier de presse juillet 2014. L APPRENTISSAGE, que d avantages Dossier de presse juillet 2014 L APPRENTISSAGE, que d avantages Sommaire Introduction : l apprentissage 3 Quelques chiffres 3 Les enjeux 3 Un dispositif plus simple, plus sécurisé, mieux financé 3 1. Pourquoi

Plus en détail

Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE. Les clés pour réussir votre mission

Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE. Les clés pour réussir votre mission Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE Les clés pour réussir votre mission 2 L APPRENTISSAGE, UN PARCOURS «GAGNANT - GAGNANT» Côté entreprise : C est

Plus en détail

Médiation du crédit aux entreprises

Médiation du crédit aux entreprises Médiation du crédit aux entreprises Gérard Rameix, Médiateur du crédit > Commission système financier et financement de l économie 7 novembre 2011 Sommaire 1. La Médiation du crédit au service des entreprises

Plus en détail

ils et elles sont fiers de construire

ils et elles sont fiers de construire L A F O R M A T I O N A U X M É T I E R S D U B Â T I M E N T ils et elles sont fiers de construire Les jeunes qui choisissent le bâtiment ont de bonnes raisons de le faire Dans le bâtiment, on se sent

Plus en détail

L Artisanat rhônalpin

L Artisanat rhônalpin L Artisanat rhônalpin Enquête de conjoncture Édito du Président Fort de plus de 119 42 entreprises en Rhône- Alpes, l Artisanat représente 1 entreprise sur 4 de la Région. Présent dans les secteurs de

Plus en détail

LIFI LES. For QUA. cap formations ANTES. spécial. Numéro. Les formations de la Chambre de Métiers et de l Artisanat du Puy-de-Dôme.

LIFI LES. For QUA. cap formations ANTES. spécial. Numéro. Les formations de la Chambre de Métiers et de l Artisanat du Puy-de-Dôme. cap formations Numéro spécial LES 2 è semestre 2014 For ma tions QUA LIFI ANTES Les formations de la Chambre de Métiers et de l Artisanat du Puy-de-Dôme Puy-de-Dôme LE TITRE D ASSISTANT(E) DE DIRIGEANT(E)

Plus en détail

Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile

Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile Vous souhaitez créer votre institut ou devenir indépendante en réalisant des soins à domicile? Vous ne savez pas quelles démarches entreprendre et quelles

Plus en détail

Réunion d information collective sur la création - reprise d entreprise PASS CREATION. En partenariat avec

Réunion d information collective sur la création - reprise d entreprise PASS CREATION. En partenariat avec Réunion d information collective sur la création - reprise d entreprise PASS CREATION En partenariat avec Objectifs de la réunion Vous donner les éléments pour décider si vous vous lancez dans votre projet

Plus en détail

Pratiques et besoins de financement des entreprises artisanales

Pratiques et besoins de financement des entreprises artisanales ÉTUDES et Recherches de l Institut Supérieur des Métiers Pratiques et besoins de financement des entreprises artisanales FÉVRIER 2014 Présentation des résultats Pratiques et besoins de financement des

Plus en détail

I. Faire le point sur son projet, ses motivations. Se poser les bonnes questions CHAPITRE 1

I. Faire le point sur son projet, ses motivations. Se poser les bonnes questions CHAPITRE 1 Se poser les bonnes questions CHAPITRE 1 Se poser les bonnes questions Cette toute première phase de réflexion, pas forcément simple ni évidente, devra se faire en deux temps. Ainsi, vous serez d abord

Plus en détail

CONVENTION FFCGEA -SIAGI

CONVENTION FFCGEA -SIAGI CONVENTION FFCGEA -SIAGI Entre : La Fédération Française des Associations de Gestion et de Comptabilité et des centres de Gestion et de l Economie de l Artisanat, association loi 1901 dont le siège est

Plus en détail

création oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

création oseo.fr Pour financer et accompagner les PME création oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6522-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME création oser pour gagner! Que la création porte sur une activité traditionnelle avec un

Plus en détail

MIEUX GÉRER ET DÉVELOPPER VOTRE ENTREPRISE, RENFORCER OU ACQUÉRIR DE NOUVELLES COMPÉTENCES.

MIEUX GÉRER ET DÉVELOPPER VOTRE ENTREPRISE, RENFORCER OU ACQUÉRIR DE NOUVELLES COMPÉTENCES. MIEUX GÉRER ET DÉVELOPPER VOTRE ENTREPRISE, RENFORCER OU ACQUÉRIR DE NOUVELLES COMPÉTENCES. Dirigeants d entreprise artisanale, vos responsabilités vous imposent de faire preuve d une grande polyvalence

Plus en détail

Études des solutions de financement online. Dossier de presse

Études des solutions de financement online. Dossier de presse Études des solutions de financement online Dossier de presse La première plateforme en ligne de recherche de financements publics et bancaires à destination des dirigeants d entreprise Près de 6 000 aides

Plus en détail

«Mode, luxe, métiers d art : comment transmettre votre PME?» Présentation du guide pratique du cédant

«Mode, luxe, métiers d art : comment transmettre votre PME?» Présentation du guide pratique du cédant Dossier de presse Sommaire «Mode, luxe, métiers d art : comment transmettre votre PME?» : Un guide pratique à l issue du dispositif de soutien aux TPE/PME Conférence du 5 mars 2014 Communiqué de presse

Plus en détail

Formation Repreneurs MODULE BANCAIRE

Formation Repreneurs MODULE BANCAIRE Formation Repreneurs MODULE BANCAIRE SOMMAIRE I. Un financement, pour quels besoins? II. Les apports III. Les aides financières IV. Les prêts professionnels V. Les garanties VI. Le crédit à court terme

Plus en détail

Mesdames et Messieurs,

Mesdames et Messieurs, Mesdames et Messieurs, J ai accepté avec plaisir d intervenir ici, pour les 10 ans de Planète PME, devant les entreprises et leurs principaux partenaires publics de financement. Nous partageons tous je

Plus en détail

Discours d inauguration du Campus des métiers et de l artisanat Lot

Discours d inauguration du Campus des métiers et de l artisanat Lot Discours d inauguration du Campus des métiers et de l artisanat Lot - Vendredi 2014 - Merci Monsieur le Ministre, cher Martin, Monsieur le Sénateur, [Gérard Miquel], Mesdames et Messieurs les Parlementaires,

Plus en détail

Recruter un apprenti devient encore plus facile avec les conseillers formation de la CMA17! P. 6

Recruter un apprenti devient encore plus facile avec les conseillers formation de la CMA17! P. 6 LE MONDE DES Recruter un apprenti devient encore plus facile avec les conseillers formation de la CMA17! P. 6 RETROUVEZ DANS CE NUMÉRO TOUTE L'INFORMATION DE VOTRE CMA rtisans ÉDITION Charente-Maritime

Plus en détail

Créer des valeurs, les vivre et les faire vivre. Études des solutions de financement online. Dossier de presse

Créer des valeurs, les vivre et les faire vivre. Études des solutions de financement online. Dossier de presse Créer des valeurs, les vivre et les faire vivre Études des solutions de financement online Dossier de presse La première plateforme en ligne de recherche de financements publics et bancaires à destination

Plus en détail

LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES EN FRANCE ET DANS LE TARN

LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES EN FRANCE ET DANS LE TARN Préfecture du Tarn LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES EN FRANCE ET DANS LE TARN Mise en place à l initiative du président de la République, le 27 octobre 2008, la médiation du crédit aux entreprises

Plus en détail

Mon profil mes compétences

Mon profil mes compétences Mon profil mes compétences Ai-je l âme d un chef d entreprise? Suis-je prêt à : Travailler tous les jours, même le dimanche pour mon activité? Etre chef d entreprise prend beaucoup de temps. Vous devrez

Plus en détail

LES ETAPES DE LA CESSION

LES ETAPES DE LA CESSION NOTICE LES ETAPES DE LA CESSION Janvier 2014-1 - - 1 - La cession d une entreprise est un cap difficile à passer pour le dirigeant : pas toujours évident en effet de laisser, entre les mains d un tiers,

Plus en détail

www.cma13.fr b[i iebkj_edi 9C7 ')

www.cma13.fr b[i iebkj_edi 9C7 ') www.cma13.fr b[i iebkj_edi 9C7 ') Permettre à des jeunes de devenir apprentis, c est leur offrir une vraie chance de réussite professionnelle et c est apporter de la richesse à votre entreprise. La Chambre

Plus en détail

Quelles solutions pour faire face aux difficultés?

Quelles solutions pour faire face aux difficultés? Animé par : Quelles solutions pour faire face aux difficultés? Animé par : Régis MORENNE Vincent LOUBIERE Gaëlle PAMBOUR Introduction Une des solutions, c est la prévention Comment faire pour que les difficultés

Plus en détail

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation PAR THEMATIQUE N THEME Présentation A B C D Apprentissage/alternance Formation continue Développement/ investissement Hygiène, sécurité, accessibilité Les conseillères du Service Apprentissage ont pour

Plus en détail

La création reprise d entreprise artisanale. Comment financer une création reprise d entreprise artisanale?

La création reprise d entreprise artisanale. Comment financer une création reprise d entreprise artisanale? La création reprise d entreprise artisanale Comment financer une création reprise d entreprise artisanale? Comment financer une création reprise d entreprise artisanale? 2 Editorial L artisanat, première

Plus en détail

Ministère du travail (22 janvier 2013)

Ministère du travail (22 janvier 2013) Ministère du travail (22 janvier 2013) Les apports de l accord sur la sécurisation de l emploi Conformément aux engagements de la feuille de route sociale de juillet et en réponse au document d orientation

Plus en détail

Flore-Aline Colmet Daâge*

Flore-Aline Colmet Daâge* NOTE n 153 - Fondation Jean-Jaurès - 23 janvier 2013 - page 1 Un enjeu clé pour dynamiser l emploi Flore-Aline Colmet Daâge* * Directrice d études, département «Opinion et stratégies d entreprise», Ifop

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE LA PRE-GARANTIE SIAGI & LA GARANTIE RELAIS. Dispositifs d aide au financement pour les artisans de la Manche

DOSSIER DE PRESSE LA PRE-GARANTIE SIAGI & LA GARANTIE RELAIS. Dispositifs d aide au financement pour les artisans de la Manche DOSSIER DE PRESSE LA PRE-GARANTIE SIAGI & LA GARANTIE RELAIS Dispositifs d aide au financement pour les artisans de la Manche Chambre de Métiers et de l Artisanat de la Manche Avenue Général Patton 50201

Plus en détail

Formation en CONTINUE EEA : Encadrant d Entreprise Artisanale niveau IV

Formation en CONTINUE EEA : Encadrant d Entreprise Artisanale niveau IV Formation en CONTINUE EEA : Encadrant d Entreprise Artisanale niveau IV Programme de Formation MODULE GESTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE D UNE ENTREPRISE ARTISANALE Durée totale : 84 heures Sur la base du

Plus en détail

Communauté d Agglomération du Grand Villeneuvois 1

Communauté d Agglomération du Grand Villeneuvois 1 Communauté d Agglomération du Grand Villeneuvois 1 Les chiffres clés de la création d entreprise 549 138 entreprises créées en France en 2011 Soit 1 nouvelle entreprise par minute 29 455 en Aquitaine 2

Plus en détail

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales kpmg.fr 1 Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales 2 La gestion de la trésorerie,

Plus en détail

Emplois d avenir GUidE de l EmploYEUr

Emplois d avenir GUidE de l EmploYEUr Emplois d avenir GUIDE DE L EMPLOYEUR GUIDE DE L EMPLOYEUR La jeunesse est la priorité du quinquennat qui s ouvre. Son avenir mobilisera le Gouvernement dans de nombreux domaines et notamment ceux de l

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS

EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE la qui renouvelle la mutuelle Dirigeants et salariés de petites structures... Vous êtes déjà nombreux à nous

Plus en détail

Un tiers des créateurs d entreprise seniors était au chômage

Un tiers des créateurs d entreprise seniors était au chômage Un tiers des créateurs d entreprise seniors était au chômage Quand on est senior et qu on perd son emploi, on sait que le parcours pour regagner le monde du travail en tant que salarié, sera un parcours

Plus en détail

Entreprise du Patrimoine Vivant. L excellence des savoir-faire français. Mars 2015 DOSSIER DE PRESSE

Entreprise du Patrimoine Vivant. L excellence des savoir-faire français. Mars 2015 DOSSIER DE PRESSE Entreprise du Patrimoine Vivant L excellence des savoir-faire français Mars 2015 DOSSIER DE PRESSE 2 UNIVERS : Équipements professionnels Un label original Le label «Entreprise du Patrimoine Vivant» (EPV)

Plus en détail

Le dispositif de financement des jeunes entreprises de création

Le dispositif de financement des jeunes entreprises de création Le dispositif de financement des jeunes entreprises de création Pour la première fois en association avec le ministère du Redressement productif, des établissements bancaires associés, le DEFI (comité

Plus en détail

Conférence de presse Lancement des «Oséades de la création d entreprise»

Conférence de presse Lancement des «Oséades de la création d entreprise» DOSSIER DE PRESSE Conférence de presse Lancement des «Oséades de la création d entreprise» Mardi 9 octobre 2012 CONTACTS PRESSE : CG74 ALEXANDRA CARRAZ 04 50 33 50 02 CCI MAGALI SERRANO 04 50 33 71 30

Plus en détail

Par mail Via notre site Internet Par téléphone Par courrier Par fax

Par mail Via notre site Internet Par téléphone Par courrier Par fax www.vog.fr sommaire Vog, un salon à votre image Vog, un groupe à vos côtés 1. 30 ans d expérience au service de votre salon Vog Coiffure 2. Un accompagnement sur tous les terrains 3. Une formation à volonté

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. FESTIBAT 2010 22 Octobre 2010 10h00 à minuit Cité des Sciences & l Industrie à La Villette

DOSSIER DE PRESSE. FESTIBAT 2010 22 Octobre 2010 10h00 à minuit Cité des Sciences & l Industrie à La Villette DOSSIER DE PRESSE FESTIBAT 2010 22 Octobre 2010 10h00 à minuit Cité des Sciences & l Industrie à La Villette Contact Presse MNRA : Elisabeth MARZAT Tél. : 01 53 21 12 44 06 65 59 61 69 Mail : emarzat@mnra.fr

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES le Financement des entreprises, un soutien indispensable à l économie parlons de la banque... LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES UN SOUTIEN INDISPENSABLE À L ÉCONOMIE Mars 2014 Retrouvez les chiffres actualisés

Plus en détail

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Construisons ensemble le nouveau modèle français La crise économique mondiale, d une ampleur sans précédent depuis 80 ans, ralentit la consommation,

Plus en détail

La Banque Populaire des Alpes : une Banque utile & innovante toujours plus engagée pour ses territoires! Résultats 2014 & perspectives

La Banque Populaire des Alpes : une Banque utile & innovante toujours plus engagée pour ses territoires! Résultats 2014 & perspectives Communiqué de presse Le 26 mai 2015 La Banque Populaire des Alpes : une Banque utile & innovante toujours plus engagée pour ses territoires! Résultats 2014 & perspectives Des résultats financiers en progression

Plus en détail

LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent :

LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent : LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent : - la simplification du régime des micro-entreprises, - les droits de mutation

Plus en détail

Mon expert-comptable, je peux compter sur lui! L entrepreneur

Mon expert-comptable, je peux compter sur lui! L entrepreneur Mon expert-comptable, je peux compter sur lui! L entrepreneur Quelques constats pour commencer! L entrepreneur en quelques chiffres Plus de 300.000 entreprises sont créées par an (hors auto-entrepreneurs)

Plus en détail

Cabinet d Expert Comptable inscrit au tableau de l Ordre des Experts Comptable de Paris

Cabinet d Expert Comptable inscrit au tableau de l Ordre des Experts Comptable de Paris Axess Conseil est un cabinet d Expertise Comptable, d Audit, et de Commissariat aux Comptes. Cette structure à taille humaine a pour vocation principale d accompagner les Entreprises qui lui font confiance.

Plus en détail

1 - Innovation technologique 2 - Stratégie globale d innovation 3 Management des ressources humaines 4 Dynamique commerciale

1 - Innovation technologique 2 - Stratégie globale d innovation 3 Management des ressources humaines 4 Dynamique commerciale Cochez la catégorie dans laquelle vous souhaitez concourir (une seule catégorie possible), complétez la partie relative à la la présentation de l entreprise («l entreprise», «les hommes dans l entreprise»,

Plus en détail

11-1 - Entrepreneur Individuel à Responsabilité Limitée (EIRL) Avec l EIRL Artisanat, tout ce que vous risquez c est de réussir!

11-1 - Entrepreneur Individuel à Responsabilité Limitée (EIRL) Avec l EIRL Artisanat, tout ce que vous risquez c est de réussir! 11-1 - Entrepreneur Individuel à Responsabilité Limitée (EIRL) Avec l EIRL Artisanat, tout ce que vous risquez c est de réussir! Av Depuis janvier 2011, les créateurs d entreprises artisanales ou artisans

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION. 1er trimestre 2014

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION. 1er trimestre 2014 Suivez l activité des entreprises de l Isère NOTE DE CONJONCTURE 1er trimestre NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION L activité économique marque un véritable coup d arrêt sur ce 1 er trimestre pour l ensemble

Plus en détail

FAVORISER LA CROISSANCE, L EMPLOI ET L ACTIVITE

FAVORISER LA CROISSANCE, L EMPLOI ET L ACTIVITE Un ensemble de mesures conçu pour répondre aux préoccupations quotidiennes et aux besoins concrets des TPE et PME afin de : lever les freins à l emploi ; développer l activité ; faciliter la création et

Plus en détail

La campagne Generation Squeeze

La campagne Generation Squeeze La campagne La campagne est menée par un vaste réseau de partenaires déterminés à faire en sorte que les jeunes générations aient la possibilité de faire face à divers enjeux, comme les salaires plus bas,

Plus en détail

Commission ad hoc. Séance du 10 février 2014. 2.- Loi garantissant l avenir et la justice du système de retraites

Commission ad hoc. Séance du 10 février 2014. 2.- Loi garantissant l avenir et la justice du système de retraites Commission ad hoc Séance du 10 février 2014 2.- Loi garantissant l avenir et la justice du système de retraites La loi n 2014-40 du 20 janvier 2014 garantissant l avenir et la justice du système de retraites,

Plus en détail

3. Renforcer la trésorerie

3. Renforcer la trésorerie 3. Renforcer la trésorerie La trésorerie est fortement impactée en permanence par le poids des stocks, les délais de paiement des clients ou aux fournisseurs et d autres paramètres récurrents (cotisations

Plus en détail

9 ème Printemps de l Entreprise Artisanale

9 ème Printemps de l Entreprise Artisanale 9 ème Printemps de l Entreprise Artisanale Du 13 au 21 mars 2008 Sommaire 1. Programme du 9 ème Printemps de l Entreprise artisanale p. 2 2. «L artisanat, les métiers d une vie» p. 4 3. Le Centre d aide

Plus en détail

Cession, transmission & financement des cabinets. Anticiper pour pérenniser

Cession, transmission & financement des cabinets. Anticiper pour pérenniser Cession, transmission & financement des cabinets Anticiper pour pérenniser Intervenants Denis Barbarossa Expert-comptable, Président du CJEC Luc Fialletout Directeur Général Adjoint (Interfimo) Jean-Pierre

Plus en détail

LA LOI GARANTISSANT L AVENIR ET LA JUSTICE DU SYSTEME DE RETRAITES

LA LOI GARANTISSANT L AVENIR ET LA JUSTICE DU SYSTEME DE RETRAITES Conseil - Experts Pack n N 52 Infodoc Régions LA LOI GARANTISSANT L AVENIR ET LA JUSTICE DU SYSTEME DE RETRAITES Document réalisé par le service de consultation téléphonique du Conseil supérieur de l Ordre

Plus en détail

2h 30 ÉDITO A25. Sommaire. Paris. Chiffres clés atouts du territoire. km 2 CRÉER ET REPRENDRE. Londres. Bruxelles. Lille

2h 30 ÉDITO A25. Sommaire. Paris. Chiffres clés atouts du territoire. km 2 CRÉER ET REPRENDRE. Londres. Bruxelles. Lille ÉDITO CRÉER ET REPRENDRE Les derniers chiffres de l Insee l affirment : la France bat des records de création d entreprises et notamment grâce aux EN auto-entrepreneurs. FLANDRE INTÉRIEURE Sur Agglopole

Plus en détail

Chapitre 1 : Les clés pour communiquer avec votre banquier

Chapitre 1 : Les clés pour communiquer avec votre banquier 5 Introduction Les Directeurs de la banque avaient développé les principes suivants au milieu des années 70 : La décision de crédit doit être conditionnée par votre appréciation : d abord et avant tout,

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action

Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action Enjeux Fiche 1 À partir du 1 er janvier 2010, les entreprises et les établissements employant au moins 50 salariés risquent

Plus en détail

Forum de la Création Reprise d entreprise du Cher

Forum de la Création Reprise d entreprise du Cher La naissance de l idée Activité Bilan personnel Contraintes Etude de marché Le marché et la concurrence La politique commerciale Construire son projet Les moyens commerciaux Les moyens de production Les

Plus en détail

réponses à vos questions sur la protection sociale du BTP

réponses à vos questions sur la protection sociale du BTP réponses à vos questions sur la protection sociale du BTP Guide réalisé par PRO BTP en partenariat avec la FFB «Ce guide est destiné aux futurs créateurs et à tous ceux qui se sont déjà lancés dans l aventure

Plus en détail

#loipinel @ministere_act. Examen en Commission des afffaires économiques au Sénat : le 2 avril 2014 Séance publique au Sénat les 15 et 16 avril 2014

#loipinel @ministere_act. Examen en Commission des afffaires économiques au Sénat : le 2 avril 2014 Séance publique au Sénat les 15 et 16 avril 2014 Principales mesures du projet de loi Artisanat, Commerce et Très petites entreprises présenté par Sylvia Pinel, ministre de l Artisanat, du Commerce et du Tourisme Examen en Commission des afffaires économiques

Plus en détail

Stimuler l accès au crédit des artisans avec la pré-garantie SIAGI

Stimuler l accès au crédit des artisans avec la pré-garantie SIAGI DOSSIER PRESSE 1 9 j u i n 2 0 1 3 Stimuler l accès au crédit des artisans avec la pré-garantie SIAGI Signature des protocoles de collaboration entre la SIAGI et les Chambres de métiers et de l artisanat

Plus en détail

BGE ADIL Agence pour le Développement de l Initiative Locale. Accompagner vos projets de création et de consolidation d entreprise

BGE ADIL Agence pour le Développement de l Initiative Locale. Accompagner vos projets de création et de consolidation d entreprise BGE ADIL Agence pour le Développement de l Initiative Locale Accompagner vos projets de création et de consolidation d entreprise La création d entreprise : Un axe majeur de développement professionnel

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014 n 3 > 7 février 2014 info Sommaire Loi de finances pour 2014 : > Fiscalité des particuliers : mesures relatives à l impôt sur le revenu > Fiscalité des entreprises ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

Groupe Alain Guiboud

Groupe Alain Guiboud Groupe Alain Guiboud A chacun ses objectifs, A chacun son opportunité. Frédéric M, Leader depuis 25 ans en vente directe dans le secteur des Produits de Beauté Naturels, du bien-être, des Parfums et des

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2014

Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2014 Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2014 Objet du Marché Contenus formatifs des prestations Déroulement des actions de formation 1 I OBJET DU MARCHE Le présent marché a pour

Plus en détail

Dossier de presse. Une carte d identité pour l entreprise artisanale

Dossier de presse. Une carte d identité pour l entreprise artisanale Dossier de presse Une carte d identité pour l entreprise artisanale Contact presse Elisabeth de Dieuleveult, Responsable des relations avec la presse 01 44 43 10 96 et 06 61 25 98 00 dieuleveult@apcma.fr

Plus en détail

Créateurs - repreneurs d entreprise

Créateurs - repreneurs d entreprise Créateurs - repreneurs d entreprise L Offre BGE Atlantique-Vendée Loire-Atlantique, 2 ème sem. 2015 Association de conseils et formations en création & développement d entreprises Envie d indépendance?

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE VENDREDI 25 OCTOBRE 2013 11 h 45 à Agneaux (CCI, rue de l Oratoire)

CONFERENCE DE PRESSE VENDREDI 25 OCTOBRE 2013 11 h 45 à Agneaux (CCI, rue de l Oratoire) CONFERENCE DE PRESSE VENDREDI 25 OCTOBRE 2013 11 h 45 à Agneaux (CCI, rue de l Oratoire) Sommaire Journée Créer, reprendre une entreprise en Normandie Une journée consacrée à la création, à la reprise

Plus en détail

Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises

Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises Juin Mars 2009 1 Sommaire Le Médiateur du crédit Sa mission Ses objectifs Ses équipes La démarche : simple et accessible à tous Les entreprises éligibles

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3248 Convention collective nationale IDCC : 1512. PROMOTION IMMOBILIÈRE ACCORD

Plus en détail

LE COURTAGE D ASSURANCE

LE COURTAGE D ASSURANCE Programme 1ère conférence : l éthique du courtier 2ème conférence : la profession du courtier Courtage et environnement concurrentiel Le cadre de l activité L activité La responsabilité des courtiers d

Plus en détail

Guide de planification de la transition d entreprise

Guide de planification de la transition d entreprise Guide de planification de la transition d entreprise Votre conseiller de confiance Depuis plus de 100 ans, des générations de Canadiens comptent sur le savoir-faire des conseillers PME CIBC pour gérer

Plus en détail

Chambre de métiers et de l'artisanat du CANTAL

Chambre de métiers et de l'artisanat du CANTAL Seul le prononcé fait foi Intervention de M. Marc René BAYLE, préfet du Cantal lors de l'assemblée générale de la Chambre de métiers et de l'artisanat du CANTAL à Saint-Flour le jeudi 16 juin 2011 M. le

Plus en détail

FICHE N 1 FONCTIONNEMENT DE L EIRL

FICHE N 1 FONCTIONNEMENT DE L EIRL L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL À RESPONSABILITÉ LIMITÉE BERCY > LE 27 JANVIER 2010 FICHE N 1 FONCTIONNEMENT DE L EIRL Quel est l intérêt du dispositif? L EIRL permet la séparation du patrimoine de l entrepreneur,

Plus en détail

Réussir sa création d entreprise

Réussir sa création d entreprise Chambre des Experts Comptables du Cœur d Hérault Réussir sa création d entreprise Les conseils de l expert-comptable Support téléchargeable sur : www.cecch.fr CSOEC 2012 Comité Création d Entreprise La

Plus en détail

TABLE RONDE N 4 : ACCELERER LE RETOUR DE LA CROISSANCE PAR L INVESTISSEMENT

TABLE RONDE N 4 : ACCELERER LE RETOUR DE LA CROISSANCE PAR L INVESTISSEMENT Juillet 2014 TABLE RONDE N 4 : ACCELERER LE RETOUR DE LA CROISSANCE PAR L INVESTISSEMENT La table ronde n 4 présidée par Arnaud MONTEBOURG travaillera sur les moyens d accélérer le retour de croissance

Plus en détail

Signature d une charte pour améliorer l accès au crédit des EIRL avec la Fédération Bancaire Française - Bercy > mardi 31 mai 2011.

Signature d une charte pour améliorer l accès au crédit des EIRL avec la Fédération Bancaire Française - Bercy > mardi 31 mai 2011. Signature d une charte pour améliorer l accès au crédit des EIRL avec la Fédération Bancaire Française - Bercy > mardi 31 mai 2011 Dossier de presse www.economie.gouv.fr FREDERIC LEFEBVRE, SECRÉTAIRE D

Plus en détail

Pack d information courtier en formation

Pack d information courtier en formation Pack d information courtier en formation 1 EFFICOURS GLOBAL Réseau de courtier en formation Le réseau EFFICOURS vous permet de développer votre activité de conseiller en formation indépendant. Tel un franchisé,

Plus en détail

REPÈRES Tramway du Grand Besançon. Mesures d accompagnement pour commerçants et artisans

REPÈRES Tramway du Grand Besançon. Mesures d accompagnement pour commerçants et artisans REPÈRES Tramway du Grand Besançon Mesures d accompagnement pour commerçants et artisans Février 2012 Mesdames et Messieurs les Chefs d entreprise, Chers Collègues, Les périodes de conjoncture économique

Plus en détail

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace Avis 17 juin 2015 Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace 17 juin 2015 2 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

à responsabilité limitée

à responsabilité limitée L entrepreneur individuel à responsabilité limitée Point presse Bercy > 27 janvier 2010 Mercredi 27 janvier 2010 1 Objectifs du projet de loi Par ce projet de loi sur l entreprise individuelle à responsabilité

Plus en détail

Le contrat d apprentissage

Le contrat d apprentissage Le contrat d apprentissage Objectif du contrat d apprentissage Acquérir une formation générale à la fois théorique et pratique, reconnue par un diplôme ou un titre à finalité professionnelle enregistré

Plus en détail

Dossier de presse. Témoignage d apprentis : une voie d excellence pour trouver un emploi dans le BTP. 7 MAI 2015 Visite de l entreprise ZANETTO

Dossier de presse. Témoignage d apprentis : une voie d excellence pour trouver un emploi dans le BTP. 7 MAI 2015 Visite de l entreprise ZANETTO Dossier de presse Témoignage d apprentis : une voie d excellence pour trouver un emploi dans le BTP 7 MAI 2015 Visite de l entreprise ZANETTO Contacts : Service interministériel de la communication des

Plus en détail

LE FINANCEMENT DE VOS PROJETS IMMOBILIERS AU LUXEMBOURG ET À L ÉTRANGER. Nos services de banque privée

LE FINANCEMENT DE VOS PROJETS IMMOBILIERS AU LUXEMBOURG ET À L ÉTRANGER. Nos services de banque privée fr LE FINANCEMENT DE VOS PROJETS IMMOBILIERS AU LUXEMBOURG ET À L ÉTRANGER Nos services de banque privée Résidence principale ou secondaire, ou immeuble de rapport, l immobilier est une composante majeure

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES.

DOSSIER DE PRESSE S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES. DOSSIER DE PRESSE LA RÉGION FRANCHE-COMTÉ ET LA CAISSE DES DÉPÔTS S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES 22 janvier 2015 Région Franche-Comté

Plus en détail

04/02/2015. Reprendre un commerce, un restaurant, un hôtel, une entreprise de service : quels financements?

04/02/2015. Reprendre un commerce, un restaurant, un hôtel, une entreprise de service : quels financements? 04/02/2015 Reprendre un commerce, un restaurant, un hôtel, une entreprise de service : quels financements? 1 Intervenants: Gilles Fontanet- Caisse d Epargne Rhône-Alpes Naïma Riberolles- Pôle Aménagement

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2011

DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2011 Accélérateur de croissance DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2011 Contact presse : Johann Fourmond Tél. : 02 99 65 05 47 - Port. : 06 07 89 09 44 j.fourmond@releasepresse.com Sommaire Communiqué de presse p 3-4

Plus en détail

Pôle des Entreprises Secteur de l Economie Sociale, Solidaire et des Petites Entreprises

Pôle des Entreprises Secteur de l Economie Sociale, Solidaire et des Petites Entreprises Pôle des Entreprises Secteur de l Economie Sociale, Solidaire et des Petites Entreprises Date de limite de dépôts des projets : 1er septembre 2011 Objectif L exécutif régional a défini en 2010 quatre axes

Plus en détail

Mesures évaluées 46 68 % 35 324 %

Mesures évaluées 46 68 % 35 324 % Niches fiscales et sociales Un inventaire à la Prévert Il a fallu un an au comité d évaluation (une douzaine de hauts fonctionnaires), au ministère du budget, pour sortir un très gros rapport qui inventorie

Plus en détail

Dossier 2 :La création d entreprise

Dossier 2 :La création d entreprise Dossier :La création d entreprise Corrigé Activité 1 : Les étapes de la création d entreprise 1. D après le document 1, par quelles étapes Philippe est-il passé pour créer son entreprise? Philippe est

Plus en détail