LES INDUSTRIES CHIMIQUES DANS LE JOURNAL L'HUMANITÉ

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES INDUSTRIES CHIMIQUES DANS LE JOURNAL L'HUMANITÉ"

Transcription

1 Chimie Pétrole Caoutchouc Plastique Pharma LAM DES SOURCES POUR L'HISTOIRE DE LA FNIC CGT LES INDUSTRIES CHIMIQUES DANS LE JOURNAL L'HUMANITÉ ( ) Institut d'histoire Sociale. Case 429, 263 rue de Paris, Montreuil Cedex

2 Collectif d'histoire Sociale Fédération CGT des industries chimiques Les industries chimiques dans le journal L Humanité ( ) Emeric Tellier Montreuil, le 5 juin 2013

3 2

4 3 Introduction Les sources pour écrire l'histoire des travailleurs et de leurs organisations ne se laissent pas facilement appréhender. Leur dispersion institutionnelle et géographique, leur grande diversité sont autant d'obstacles dressés devant le chercheur qui ne pourra, par manque de temps ou par simple méconnaissance de leur existence, les consulter. Reconstituer cette histoire constitue pourtant un enjeu important, tant pour la progression de la connaissance historique que pour l'appui qu'elle peut apporter dans la pratique quotidienne des militants d'aujourd'hui. Partant de ce constat, le Collectif d'histoire Sociale de la Fédération CGT des industries chimiques a décidé de mettre à disposition des outils que chacun pourra utiliser au gré de ses besoins. Ce premier numéro de la série "Des sources pour l'histoire de la FNIC- CGT" propose ainsi une sélection de plus de 360 articles tirés du journal L'Humanité entre 1904 et Avec ses articles de fond sur l'industrie, sur les grèves ou sur la vie des organisations syndicales, le quotidien socialiste, puis communiste est en eet une source précieuse, si ce n'est incontournable, pour appréhender l'histoire du mouvement syndical. La mise en ligne d'une version numérisée, par la Bibliothèque nationale de France, sur la bibliothèque numérique Gallica 1 est une aubaine pour le chercheur qui pourra ainsi accéder facilement, depuis son ordinateur personnel, à la quasi-totalité des numéros parus entre 1904 et Faute de temps, la méthode retenue n'a pas été, pour ce premier titre de cette série, de dépouiller numéro par numéro. Le moteur de recherche de Gallica a été mis à contribution avec l'utilisation de mots-clés puis la retranscription des articles jugés les plus intéressants. Cette méthode est bien évidemment loin d'être exhaustive, mais permet de prendre la mesure de l'intérêt que présente le dépouillement de L'Humanité. Le Collectif d'histoire Sociale de la FNIC-CGT 1. Disponible sur le site http ://gallica.bnf.fr/

5 4 Liste des mots-clés utilisés pour réaliser cette recension Structures syndicales "Fédération des industries chimiques", "Fédération des produits chimiques", "Industries pharmaceutiques". Militants syndicalistes "Beckerich (Jean-Baptiste)", "Carasso (Jean)", "Chabanon (Alphonse)", "Couegnas", "Ducarteron (Pierre)", "Finck (Édouard)", "Guédou (Roger)", "Letellier (Robert)", "Marzet (Lucien)", "Rosarde (Anselme)", "Saroglia", "Vandenbossche (Jean)". Entreprises "Boston Blacking", "Bozel-Malétra", "Compagnie Industrielle des Pétroles", "Compagnie des matières colorantes", "Desmarais", "Deutsch", "Fabrique de Spécialités de produits chimiques", "Fenaille et Despeaux", "Francolor", "Gibbs", "Henri Hamielle", "La Pétroléenne", "Les Savons neutres", "Menu-Huguenin", "Progil", "Riloil". Produits "Phosphate".

6 1. ANNÉE Année octobre Contre le blanc de céruse Au ministère des travaux publics, les délégués des syndicats d'ouvriers peintres réclament l'application des décrets. Le ministre des travaux publics a reçu une délégation des syndicats d'ouvriers peintres venus chez lui pour l'entretenir des nombreux cas de violations des décrets qui interdisent l'emploi du blanc de céruse dans les administrations publiques. Les délégués ont noté que cette violation tendait à passer à l'état d'habitude chez les concessionnaires des entreprises de l'état, à Belle-Isle-en-Mer dans les travaux maritimes, à Boulogne-sur-Mer dans le badigeonnage des bouées et des balises. M. Lamirault, qui assistait à l'entretien, a certié que le ministre avait la volonté expresse d'imposer le respect des décrets et que des sanctions sévères, s'il y avait lieu, serait appliquées contre les contrevenants. 2 2 Année novembre Comment ils savent se défendre On sait que le projet de budget pour 1909 prévoit une augmentation de 1 franc 25 à 1 franc 75 par cent kilos de la taxe sur le ranage du pétrole brut. Naturellement, les raneurs protestent, et avec l'énergie qui caractérise toute défense de beaux bénéces. Les grands patrons ne se contentent pas d'armer qu'ils joignent à peine les deux bouts ; ils prophétisent la ruine de leur industrie, et la misère de tous ceux qui... en vivent. C'est chose admirable à voir que toute la campagne organisée par les grandes maisons parisiennes contre le projet de budget. Les machines à écrire des sténo-dactylographes ne chôment pas ; et les circulaires innombrables partent vers les clients. Les chambres de commerce s'émeuvent. Les raneurs leur apprennent, en effet, que depuis cinq ans, la quantité de produits ranés importés a considérablement augmenté par rapport au chire total du pétrole importé. Et ils leur apprennent également que, depuis 1903, quatre usines ont été fermées, "que les autres sont fermées à moitié" (!), enn "que les bilans des sociétés anonymes révèlent une absence de bénéces ou même des pertes résultant de la situation déplorable faite à l'industrie". Les grands raneurs nous semblent induire en erreur les lecteurs de leurs circulaires. D'une part, ils oublient de leur dire que les plus forts établissements de ranerie et ceux-là réalisent de gros bénéces ne sont pas des sociétés anonymes. Telle la maison Deutsch, telle la maison Desmarais. D'autre part, les sociétés anonymes elles-mêmes ne font pas toutes de mauvaises aaires. Nous en connaissons deux, quant à nous, et voici les résultats de leurs derniers bilans. 2. Comment ils savent se défendre, L'Humanité, n o 1683, 26 novembre 1908, p. 2.

7 6 La Compagnie industrielle des pétroles a réalisé dans l'exercice , francs 73 de bénéces nets, après avoir fait francs 55 d'amortissements. Et si la Compagnie française des pétroles soldait son dernier bilan par une perte de francs 87, il ne faut point oublier qu'elle inscrit au même bilan un million de francs d'amortissement. Mais on éprouve quelque tristesse à voir des syndicats de représentants-voyageurs intervenir dans la comédie savante, montée par les grands patrons, et déclarer qu'ils ont subi une diminution du taux de leurs remises, et ne protester contre l'impôt nouveau au lieu de protester contre les bénéces énormes que réalise le patronat. La seule question intéressante est de savoir si le projet n'aura pas sa répercussion sur une augmentation du prix du pétrole, sur les budgets ouvriers. Mais vraiment, l'on ne peut que rire des plaintes des grands patrons, et de leur misère. Et leurs circulaires ne sont pas exemptes de quelque cynisme. A. T. 3 3 Année février Un conit dans une fabrique de céruse M. Bériot, fabricant de céruse, rue de Lannoy à Fivec, avait embauché comme second contremaître de son usine un ancien ouvrier qui devait commencer hier matin son service. À peine avait-il pénétré dans les ateliers que le nouveau venu fut hué par les ouvriers, ses anciens camarades. Bientôt, les quatre-vingts ouvriers de l'usine se mettaient en grève et quittaient les ateliers après avoir envoyé au patron des délégués qui demandèrent le renvoi du nouveau contremaître. Celui-ci, de son côté, a déclaré préférer quitter l'usine Bériot où il était si mal accueilli. Les choses en sont là, M. Bériot ayant manifesté l'intention de nommer quand même un nouveau contremaître. On doute de la reprise du travail demain. 4 4 Année janvier Autour de Paris. En amont, une légère baisse se fait sentir... en aval le désastre s'accroît [... ]. En amont. Notre correspondant de Juvisy nous transmet les renseignements suivants : [... ]. À Athis-Mons, toute la section est envahie par les eaux. Les environs : Vitry-Chatillon et Draveil sont dans le même état. Dans les trois localités : Juvisy, Athis-Mons et Draveil, les usines sont inondées ; 3. Comment ils savent se défendre, L'Humanité, n o 1683, 26 novembre 1908, p Un conit dans une fabrique de céruse, L'Humanité, n o 1766, 17 février 1909, p. 3.

8 5. ANNÉE les établissements Deutsch (pétrole), du Malt Kneip, les forges d'athis, l'usine Garnier (produits chimiques), la société immobilière des sulfates, les chantiers Cotton, Larmangeat, Brébant, qui occupent plus de quatre mille ouvriers, chôment. [... ]. 5 5 Année mars Les grèves. Les chaueurs de Petit- Quevilly Rouen. 26 mars. (par téléphone, de notre correspondant). Les chaueurs de l'usine Malétra, à Petit-Quevilly, se sont réunis cet après-midi à la Bourse du travail de Rouen ; ils se sont rendus à nouveau devant le directeur et lui ont demandé de faire droit à leurs revendications. Ce dernier n'a rien voulu entendre. La continuation de la grève a alors été voté à l'unanimité. 6 6 Année août Fédération des produits chimiques Réunion du Comité fédéral ce soir à neuf heures. Cordier, Vassal et Saroglia, du syndicat des engrais et produits chimiques d'aubervilliers, sont spécialement convoqués septembre Communications [... ]. Fédération des produits chimiques. Le comité fédéral, réuni le 30 août, à la Bourse du Travail, a pris connaissance de la démission des camarades Saroglia et de Vassal du comité fédéral, ces derniers invoquant que leur syndicat des produits chimiques d'aubervilliers n'existe plus. De plus, le comité, statuant sur les conseils demandés par plusieurs syndicats au sujet de l'élection au conseil supérieur du travail, déclare que celuici, institution bourgeoise, ne peut donner aucune satisfaction à la classe ouvrière organisée. Le comité fédéral, respectueux des décisions des congrès confédéraux, invite les syndicats adhérents à la Fédération à ne pas participer à cette élection. Ores d'emploi. Il est demandé à la Fédération des produits chimiques des ouvriers palefreniers, gardes magasin, loges, contremaîtres, livreurs connaissant bien Paris et la banlieue, bureau 18, 5 e étage. 5. Autour de Paris. En amont, une légère baisse se fait sentir... en aval le désastre s'accroît, L'Humanité, n o 2114, 30 janvier 1910, p Les grèves. Les chaueurs de Petit-Quevilly, L'Humanité, n o 2535, 27 mars 1911, p Fédération des produits chimiques, L'Humanité, n o 3057, 30 août 1912, p. 4.

9 8 Caoutchoutiers. Il est demandé au syndicat général des caoutchoutiers plusieurs ouvriers, dont un bon cylindreur-calendeur. Le syndicat ne place que ses adhérents et à jour de leur cotisations. Permanence mardi et vendredi de 8h à 10h du soir. Bureau 18, 5 e étage, Bourse du Travail de Paris 8. 7 Année février Communications Le bureau de la Fédération des Produits chimiques est au cinquième étage de la Bourse du Travail mai Communications Le quatrième Congrès de la Fédération des produits chimiques. Le quatrième Congrès s'est tenu à Paris, le 11 mai 1913, à la Maison des Fédérations, 33 rue de la Grange-aux-Belles. Six délégués, représentant sept organisations, ont pris part aux travaux du congrès. Neuf organisations n'étaient pas représentées. Trois questions importantes appelaient particulièrement l'attention des délégués. Ce sont : 1 o Diminution des heures de travail et semaine anglaise ; 2 o Sur la loi de trois ans ; 3 o Contre la répression gouvernementale. Dans ses résolutions, le Congrès invita les syndicats adhérents à porter leurs eorts sur la diminution des heures de travail et l'application de la semaine anglaise, se prononça contre la loi de trois ans et réclama l'amnistie pour tous les délits politiques et faits de grève. Le congrès a approuvé les rapports moral et nancier qui lui furent soumis. Le siège du prochain Congrès de 1915 est xé à Clermont-Ferrand août Communications Fédération des produits chimiques. La Fédération tient dès maintenant des aches de propagande à la disposition de ses syndicats adhérents. À eux de donner le nombre qu'ils désirent en recevoir. Les aches seront expédiées franco à domicile. Chaque destinataire sera prié d'en accuser réception. Le secrétaire, Bernaud Communications, L'Humanité, n o 3062, 4 septembre 1912, p Communications, L'Humanité, n o 3218, 7 février 1913, p Communications, L'Humanité, n o 3330, 30 mai 1913, p Communications, L'Humanité, n o 3411, 19 août 1913, p. 6.

10 7. ANNÉE octobre La grève des femmes de l'usine Desmarais. Elle dure depuis le 19 septembre en raison de l'intransigeance patronale À la suite de revendications posées et du refus brutal de la direction de les accorder, un air nouveau a subitement ranimé les sentiments syndicalistes et les liens de solidarité qui doivent unir tous les travailleurs des établissements Desmarais (raneries de pétrole), actuellement en grève, au nombre de 280, et dont la plupart avait quitté l'organisation syndicale, il y a quelques années, croyant ne plus en avoir besoin. Aujourd'hui que les camarades se sont aperçues que leurs querelles intestines et le mépris de leur syndicat ne pouvaient qu'être préjudiciables à leurs intérêts et satisfaisant pour leurs exploiteurs, elles rallient l'organisation. Mais il ne faudrait pas que les camarades croient que le syndicat est une institution qui doit pourvoir à tous les secours et procurer toutes les satisfactions sans le moindre souci personnel et le moindre eort. Non, le syndicat est une organisation de lutte, non seulement pour obtenir des augmentations de salaires, mais aussi pour nous libérer de toutes les iniquités sociales dont nous sommes journellement victimes. Il faut donc que les camarades, si elles ne veulent pas perdre les avantages qu'elles pourront obtenir dans la lutte entreprise, restent unies dans la même organisation où elles apprendront à être fortes en coordonnant leurs eorts avec ceux de leurs camarades. Il ne manque pas de revendications à poser et à faire aboutir ; il y a de multiples en dehors des augmentations de salaires ; il y a à faire appliquer et à faire respecter les quelques lois sur l'hygiène dans les ateliers, jusqu'alors méconnues par nos exploiteurs ; il y a la réduction des heures de travail ; il y a aussi l'application de la semaine anglaise, qui serait appréciable, surtout pour les ouvrières à qui elle permettrait, le samedi après-midi, de se livrer aux occupations du ménage délaissé durant la semaine et jusqu'alors réservé pour le dimanche. Camarades, une fois pour toutes, plus de plaintes, mais de l'action. Groupezvous solidairement et vous pourrez exiger, comme tous les autres travailleurs, le droit à la vie ; vous ne devez pas rester les parias de la société, livrés à la fantaisie et au bon vouloir de vos maîtres. La Fédération appelle l'attention des militants, ainsi que celle des organisations ouvrières, pour venir en aide aux ouvrières pétrolières du Havre, en grève, au nombre de 280, la plupart sans soutien. Ces camarades appartiennent au Syndicats des huiliers, pétroliers, savonniers et similaires du Havre, adhérant à la Fédération des Produits Chimiques. Adresser les fonds au camarade H. Valin, Bourse du Travail, Le Havre. E. Bernaud, secrétaire de la Fédération des produits chimiques La grève des femmes de l'usine Desmarais. Elle dure depuis le 19 septembre en raison de l'intransigeance patronale, L'Humanité, n o 3460, 7 octobre 1913, p. 6.

11 10 8 Année janvier Pour L'Humanité à six pages et son imprimerie. Obligations complètes Finck, Bagnolet, une obligation à vingt-cinq francs 13 9 Année décembre Convocations [... ]. Préparateurs en pharmacie. De 15 à 17 heures, salle des Commissions, deuxième étage, Bourse du travail : réunion de solidarité. [... ]. Fédération des produits chimiques. Comité et permanence à 10h30 au siège. [... ] décembre Faits divers Magasin de pétrole incendié. Le Havre. 4 décembre. Ce soir, à six heures, un incendie a éclaté dans un magasin de réserve de bidons de pétrole de l'usine Desmarais. Les dégâts sont évalués à deux cent mille francs. Le sinistre serait dû à un court-circuit décembre La catastrophe du Havre. Comment a sauté l'usine d'or Les enquêtes ouvertes par les autorités civiles, militaires et maritimes sur les causes de la catastrophe du Havre ont permis d'établir dans quelles circonstances a pu se produire la terrible explosion des ateliers de pyrotechnie. C'est dans l'annexe des établissements, à l'usine d'or, située sur la rive gauche du canal de Tancarville, que l'explosion a eu lieu, samedi matin, à 9h55. Environ 250 tonnes de poudre ont sauté, creusant dans le sol un énorme entonnoir de 35 mètres de profondeur et réduisant en miettes toutes les constructions. Sur les lieux mêmes de l'explosion, des hangars qui couvraient une surface de mètres carrés ont été complètement anéantis. Le nombre des victimes, qui atteint environ une centaine, aurait pu être encore plus élevé, car l'usine emploie ouvriers, tous d'origine belge. Fort heureusement, il n'y avait, au moment de la catastrophe, que 150 ouvriers travaillant dans l'annexe et parmi eux se trouvait une équipe qui a pu échapper à la mort. Ce qui a contribué à donner à l'explosion une violence encore plus 13. Pour L'Humanité à six pages et son imprimerie. Obligations complètes, L'Humanité, n o 3553, 8 janvier 1914, p Convocations, L'Humanité, n o 4249, 5 décembre 1915, p Faits divers, L'Humanité, n o 4250, 6 décembre 1915, p. 2.

12 9. ANNÉE grande et à en rendre les conséquences plus considérables, c'est que des projectiles chargés, qui se trouvaient à proximité, ont éclaté. Aussi, les terrains qui environnent l'usine sont-ils encombrés de débris. Dans un rayon de trois kilomètres, toutes les maisons ont été plus ou moins atteintes par la violence du déplacement d'air. Les dégâts sont importants D'après les renseignements recueillis sur les lieux de la catastrophe par un rédacteur du Temps, le fracas de l'explosion a été entendu jusqu'à Trouville et à Fécamp. Les habitants du Havre et de Hareur ont eu l'impression d'un véritable tremblement de terre. Une personne qui se trouvait dans son cabinet de toilette, raconte qu'elle fut soulevée en l'air et projetée dans une pièce contiguë. Les maisons du Havre, dans le quartier avoisinant le territoire de Graville ont leurs carreaux brisés. Mais les dégâts sont particulièrement considérables à Hareur et Gonfreville-l'Orcher. Toitures eondrées, fenêtres arrachées, murs croulants : c'est le parfait tableau d'un bombardement et beaucoup d'immeubles sont endommagés. L'église d'hareur a été particulièrement éprouvée : les vitraux sont détruits et le portail a souert également de l'explosion. Dans les environs, on signale quelques églises du Havre dont les verrières sont brisées, et un certain nombre de magasins qui ont subi d'assez importants dégâts. Les morts et les blessés Il se conrme que le nombre des morts serait moins élevés que l'on ne croyait tout d'abord. Parmi les victimes gure le commandant Stevens, directeur de la poudrerie qui, très grièvement blessé, est mort une heure après son transport à l'hôpital. On compte toutefois que sur 150 ouvriers qui travaillent ordinairement à l'annexe, 40 ou 50, occupés ailleurs, ont échappé à la catastrophe. Le nombre des morts, areusement mutilés, serait donc inférieur aux premières évaluations. Le nombre des blessés est très élevé, mais beaucoup ne sont que peu grièvement atteints et n'ont que de simples éraures causées par les débris de vitres cassées. On a transporté les plus atteints dans les hôpitaux du Havre, avec le concours de la Croix-Rouge britannique et des automobiles belges. À la recherche des causes Une personnalité très autorisée a fait au rédacteur du Temps les déclarations suivantes sur l'enquête concernant les causes de la catastrophe : La catastrophe qui vient d'émouvoir les habitants de la région havraise ne saurait être attribuée à une négligence du personnel dont le zèle et l'habileté professionnelle sont connus. Mais dans le maniement des explosifs, une imprudence est toujours possible, et il se peut que l'explosion n'ait pas d'autre cause. Cependant, il faut tenir compte de quelques faits. Le premier, c'est que la déagration ne s'est pas produite par chocs successifs, comme c'est

13 12 l'habitude, mais en une seule fois. Une détonation qu'on a entendu à onze heures, et qui n'a pas fait de victimes, n'a rien à voir avec les causes réelles de la catastrophe. Le second, c'est que dans l'annexe, il y avait des caisses de munitions venant d'amérique. Or, il y a quelque temps, on s'était aperçu que l'une de ces caisses renfermait un dispositif destiné à provoquer une déagration. La caisse fut "désarmée" et une expérience de laboratoire permit de faire certaines constatations très intéressantes. Il va sans dire que toutes les caisses sont l'objet d'un examen minutieux. Le troisième, c'est le voisinage d'un cantonnement de prisonniers allemands qui peuvent, d'où ils se trouvent, voir trop de choses, vraiment, aux approches immédiates de l'usine belge. On a pu remarquer qu'il y a neuf mois, l'usine de pétroles Desmarais brûlait au Havre, dans le voisinage immédiat également d'un camp de prisonniers. L'incendie de l'usine de pétrole a eu lieu un samedi ; hier, samedi, s'est produite l'explosion de Graville. Faut-il voir là une coïncidence pure, ou bien le résultat d'un plan? Faut-il croire à de la malveillance possible? Nous concluons seulement qu'il faut ajouter à toutes les précautions déjà prises et qui, théoriquement, sont susantes, un redoublement de prudence et de surveillance. Il ne faut pas que le deuil qui frappe tant de familles puisse se renouveler parce qu'on n'aura pas fait, après le nécessaire, plus que le nécessaire, en ce qui concerne les mesures de sécurité Année er avril Grève des usines Kuhlmann à Dieuze Une grève a éclaté à Dieuze (Moselle), dans les salines et usines Kuhlmann. Ce mouvement d'une grande importance s'étendra certainement et la classe ouvrière doit soutenir les grévistes en lutte contre une des plus puissantes rmes capitalistes. La Fédération des produits chimiques octobre Syndicats Fédération des Industries Chimiques. Le siège de la Fédération, qui était à Lyon, est transféré à Paris le 1 er novembre. Nous prions les fédérations, les unions départementales et régionales d'adresser la correspondance, à partir de cette date, à la Bourse du Travail, n o 8, 4 e étage, 3 rue du Château-d'Eau, Paris (10 e ). [... ] La catastrophe du Havre. Comment a sauté l'usine d'or, L'Humanité, n o 4257, 13 décembre 1915, p Grève des usines Kuhlmann à Dieuze, L'Humanité, n o 7810, 1 er avril 1925, p Syndicats, L'Humanité, n o 7606, 25 octobre 1924, p. 3.

14 11. ANNÉE novembre Convocations Produits chimiques. À 20h30, au siège, Commission des fêtes : collecteurs et camarades désirant placer des cartes pour le bal du 23 sont priés de venir en chercher ainsi que des tracts. Marzet convoqué décembre Vie du parti. Fédération de la région parisienne. Notre propagande dans les usines [... ]. Jeudi, bonnes réunions [... ] à Compagnie Industrielle des Pétroles, Aubervilliers [... ] Année janvier Syndicats Fédération des industries chimiques. La réunion de la commission administrative qui devait avoir lieu samedi est reportée au samedi 10 janvier à 20h30. [... ] janvier L'absence de solidarité fait échouer un mouvement Aux établissements Gibbs, 10 impasse Montjoie à la Plaine-Saint-Denis, un conit s'est produit il y a quelques jours à l'atelier du dentifrice. Le personnel réclamait une augmentation de salaire. Si la solidarité de l'usine tout entière s'était manifestée, l'entrevue avec le patronat ne se serait pas terminée au détriment des ouvrières. Camarades hommes et femmes, honteusement exploités par le capitalisme : organisez-vous donc pour une action sérieuse, ordonnée et dans la lutte soyez solidaires les uns des autres. C'est le seul moyen d'obtenir de meilleures conditions d'existence. La cellule février À la Pétroléenne, à Aubervilliers Dans cette boîte située 10 rue de la Gare, à l'atelier de peinture, un cheaillon après plus d'un mois de surmenage et d'heures supplémentaires obligatoires, maintenant que le calme est rétabli, met à pied les ouvrières qui ne se plient pas assez docilement à ses caprices. Les ouvrières sont taxées, elles font leur compte et même le supplément qu'on leur a imposé. Défense 19. Convocations, L'Humanité, n o 7622, 14 novembre 1924, p Vie du parti. Fédération de la région parisienne. Notre propagande dans les usines, L'Humanité, n o 7709, 21 décembre 1924, p Syndicats, L'Humanité, n o 7724, 5 janvier 1925, p L'absence de solidarité fait échouer un mouvement, L'Humanité, n o 7746, 27 janvier 1925, p. 2.

15 14 de rire, de causer, de répondre : c'est pour ces motifs que les camarades sont brimées. Nous prévenons charitablement ce cheaillon que s'il continue nous lui réservons un autre article qui ne sera pas sur le papier! Le Syndicat des produits chimiques mars Rivalités intercapitalistes. Les marchandages autour des pétroles albanais Cet article n'a pas été retranscrit mars La vie syndicale. Convocations [... ]. Produits chimiques. De 15 à 18 heures, au siège, Bourse du Travail, bureau 8, 4 e étage. Permanence. À 15 heures, salle Genin, 100 avenue Victor-Hugo, réunion des ouvriers et des ouvrières de la Compagnie Industrielle des Pétroles, syndiqués ou non. [... ]. Convocations du dimanche. [... ]. Produits chimiques. (Puteaux). Permanence, de 10 heures 30 à 12 heures 30, au restaurant Chez Nous, 33 boulevard Richard-Wallace. [... ] mars Victoire partielle chez Guimet, à Fleurieu À Fleurieu (Rhône), les ouvriers et ouvrières de la fabrique de bleu Guimet étaient en grève pour une augmentation de salaires. Ils viennent de reprendre le travail après avoir obtenu une satisfaction partielle : trois sous de l'heure au lieu de cinq sous demandés. Un solide syndicat appartenant à la Fédération des produits chimiques a été créé et continuera à coordonner l'action des ouvriers et ouvrières avril Commission exécutive de la CGTU. Séance du 11 avril 1925 [... ]. Un prêt est consenti à la Fédération des Produits chimiques pour la propagande en vue du recrutement syndical dans les importantes usines du Sud-Est À la Pétroléenne, à Aubervilliers, L'Humanité, n o 7777, 27 février 1925, p Rivalités intercapitalistes. Les marchandages autour des pétroles albanais, L'Humanité, n o 7792, 14 mars 1925, p La vie syndicale. Convocations, L'Humanité, n o 7792, 14 mars 1925, p Victoire partielle chez Guimet, à Fleurieu, L'Humanité, n o 7798, 20 mars 1925, p Commission exécutive de la CGTU. Séance du 11 avril 1925, L'Humanité, n o 7825, 16 avril 1925, p. 5.

16 11. ANNÉE avril À travers les usines. Nos correspondants ouvriers. Exploits de garde-chiourme La propagande active que le syndicat des produits chimiques a entreprise dans l'industrie des pétroles porte déjà ses fruits malgré les provocations des gardes-chiourme. Les deux faits suivants en sont la preuve. À l'usine Deutsch, à Pantin, la déléguée du syndicat commandée pour faire un travail qu'elle ne faisait pas d'habitude, s'y refusa énergiquement. Ce fut le prétexte trouvé pour son renvoi. La contremaîtresse informée du fait par une moucharde, et en accord avec le directeur, congédia notre camarade, malgré ses sept ans de présence dans la maison. Résultat : une cinquantaine d'adhésions nouvelles au syndicat ; et les ouvrières préviennent les deux gardes-chiourme qu'à l'avenir, elles défendront leurs déléguées. À la Pétroléenne, même incident : un cheaillon a congédié une ouvrière qui n'avait pas le don de lui plaire ; motif invoqué : elle avait mis cinquante centimes à une collecte faite au prot d'un camarade malade et père de quatre gosses. Mais les ouvriers et les ouvrières conscients ne l'entendirent pas de cette oreille : les faits s'étaient passés le samedi dans la journée ; le lundi à une heure personne ne rentra ; une délégation s'en fut trouver le directeur qui reconnut le bien-fondé de la réclamation et l'ouvrière fut réintégrée. Belle victoire de la solidarité, belle leçon au bellâtre et à ses créatures. Mais ceci est un avertissement sans frais. À la prochaine incartade, la porte sera pour eux. C'est le désir de tous et de toutes mai Vers une fusion Céramique, Verre, Industries chimiques Le Travailleur des Industries Chimiques, dans son dernier numéro, dans lequel est encarté en supplément Le Travailleur Céramiste, lance l'idée de la fusion entre les trois fédérations : Verre, Céramique, Industries chimiques. C'est déjà un pas vers la fusion que cette collaboration à un organe commun. C'en est un autre que la proposition ferme faite par les fédérations à leurs syndicats. Nul doute que cette année verra la fusion devenir un fait. Après les fusions des métaux, maréchalerie, voiture, aviation ; après celles du textile, vêtement, blanchisserie, teinturerie, chapellerie ; après la formation de la Fédération du bois, suivie de l'ameublement, vannerie, sciage, tabletterie, tonneau, voici la grande Fédération des industries chimiques qui se constitue. De plus en plus, comme le dit excellemment la proposition de fusion, les travailleurs comprendront qu'ayant à lutter contre de puissantes fédérations d'industrie patronales, ils ont le devoir de constituer leurs organismes sur le même plan. En fait, les décisions de l'internationale Syndicale Rouge se démontrent de plus en plus ecaces, et le fédéralisme intégral s'avère de plus 28. À travers les usines. Nos correspondants ouvriers. Exploits de garde-chiourme, L'Humanité, n o 7832, 23 avril 1925, p. 5.

17 16 en plus périmé. Proposition de fusion Le Bureau de la Fédération des Industries Chimiques proposait aux fédérations des verriers, de la céramique de fusionner en une seule fédération. La proposition ayant été prise en considération par les trois conseils fédéraux, une réunion commune eut lieu pour des échanges de vues. Après avoir examiné la situation présente, les trois conseils fédéraux ont constaté que le resserrement des fédérations par industries s'imposait du fait que nous avions à faire face à des organisations capitalistes formées par industries et, par répercussion, le resserrement des syndicats corporatifs en syndicats d'industrie. Il est bien entendu que les entrevues que les trois fédérations ont eues restent subordonnées à l'acceptation des syndicats et que c'est seulement après que les syndicats des trois fédérations auront été consultés et que la majorité se sera prononcée "pour" que les bases d'un congrès de fusion seront établies. D'ailleurs, tant dans la céramique que dans les industries chimiques, nous avons tout à y gagner, car nous sommes deux fédérations qui végètent, n'ayant pas les moyens nanciers pour faire une propagande intense. Seule, la Fédération des verriers a une bonne vitalité, ayant les moyens nanciers de faire de la propagande. Aussi voyons-nous la Céramique et les Industries chimiques grouper membres, quand les verriers en groupent 11 à à eux seuls. Pour conclure, nous disons que nous avons tout avantage à fusionner, non seulement au point de vue recrutement, mais au point de vue force vis-à-vis du patronat. Les bureaux de la Fédération de la Céramique et des Industries Chimiques invitent tous les secrétaires de syndicats à consulter leurs adhérents sur cette question très intéressante pour la classe ouvrière et à répondre dans le plus bref délai aux secrétaires fédéraux. Pour la Fédération de la Céramique, si cette proposition était acceptée par les syndicats des trois fédérations, nous nous verrions dans l'obligation de changer la tenue de notre congrès : en conséquence, en ce qui concerne les syndicats de la céramique, les secrétaires voudront bien répondre aux deux questions suivantes : 1 o Êtes-vous partisans de la fusion des trois fédérations? 2 o Si oui, êtes-vous d'avis que le congrès fédéral se tienne à Paris quelques jours avant le congrès confédéral? Le Bureau fédéral de la céramique. Le Bureau fédéral des industries chimiques Vers une fusion Céramique, Verre, Industries Chimiques, L'Humanité, n o 7848, 10 mai 1925, p. 5.

18 11. ANNÉE juin Les méfaits des usines chimiques de Petit-Quevilly. Comment on empoisonne des cités Les banlieues des grandes villes sont de plus en plus envahies par les établissements insalubres. Contre cet envahissement, les municipalités sont désarmées. Les lois de la bourgeoisie ne permettent pas de lutter à armes égales avec les grandes puissances d'argent qui nissent toujours par avoir gain de cause et obtenir droit de cité. Les établissements insalubres sont bien soumis à des enquêtes, mais celles-ci n'ont lieu que lorsque l'établissement fonctionne, c'est-à-dire trop tard. Les pouvoirs publics et les commissions d'hygiène départementales tiennent d'ailleurs peu compte des protestations des municipalités et des populations ouvrières ainsi condamnées à l'empoisonnement. Dans la banlieue rouennaise La banlieue de Rouen ne pouvait échapper à ce éau. Dans la vallée de Maromme, à Oissel, une à une les sociétés de produits chimiques s'installent, mais Petit-Quevilly garde le triste privilège d'être la ville la plus empoisonnée de la région. Les établissements Malétra Au centre même de la ville, occupant un emplacement considérable, se trouvent les établissements Malétra. Des cheminées nombreuses vomissent nuit et jour sur cette cité ouvrière des nuages de fumée saturée d'acide. La fabrication des établissements Malétra est multiple. On y produit les acides muriatique, azotique ou nitrique, le chlore, la soude, on y travaille les engrais et les superphosphates. Le prolétariat a de tout temps été particulièrement brimé dans cette usine. Il travaille au milieu de conditions d'hygiène déplorables, sans mesures préventives contre les maladies professionnelles. Kuhlmann et C ie La société Kuhlmann, quasiment inconnue dans les milieux industriels et nanciers d'avant-guerre, n'en existe pas moins depuis plus d'un siècle. En 1914, elle possédait quatre usines dans le nord de la France et une à Gand. Depuis, elle a englobé de nombreuses usines dans toute la France et s'est ainsi installée à Petit-Quevilly. Sa fabrication d'acide sulfurique et de superphosphates est venue accentuer l'insalubrité de la petite ville. C'est en vain que les diérents conseils municipaux principalement le conseil municipal communiste et que les habitants ont pétitionné et protesté. Les établissements Kuhlmann ont le bras long, ils ont pris racine. Il sut de faire une visite aux jardins environnants pour se rendre compte du danger des émanations de cette usine. Les toits, les murs, les cheminées sont saupoudrés d'une poussière jaune, dont les eets sur l'organisme humain sont des plus mauvais. Quant aux ouvriers, ils ne sont pas mieux traités que chez Malétra.

19 18 L'usine Menu-Huguenin Citons pour mémoire qu'en bordure de la ville sont établies des usines de pétrole qui sont venues près de la Seine pour s'assurer un trac facile. Deutsch, Fenaille et Despeaux, Compagnie Industrielle des Pétroles, Lille et Bonnières contribuent à empoisonner l'air. Cela ne sut pas encore. Un quartier avait échappé jusqu'à présent non aux émanations lointaines mais tout au moins aux eets proches des usines de produits chimiques. Ce quartier va posséder son Kuhlmann sous l'espèce de l'usine Menu-Huguenin qui, installée comme savonnerie, a commencé la fabrication de produits nocifs. L'empoisonnement d'une population Il sura d'énumérer les caractéristiques de quelques-uns des produits manufacturés pour se rendre compte du danger de telles usines s'installant aux abords immédiats des habitations. L'acide azotique ou nitrique dont les applications sont nombreuses en médecine, en gravure et en teinture est des plus dangereux. Monohydraté sous l'aspect d'un liquide bleu d'une odeur désagréable, il répand des fumées blanches au contact de l'air et attaque profondément les tissus organiques. L'acide sulfureux, gaz incolore, d'une odeur vive qui provoque la toux, il existe à l'état naturel dans le voisinage des volcans. Son eet est des plus nocifs. Le chlore est un gaz d'un jaune verdâtre et d'une saveur astringente et chaude, il a une odeur forte qui prend à la gorge, cause un sentiment de strangulation et détermine une toux violente dicile à calmer. Il exerce une action désorganisatrice sur les poumons et détermine la sécrétion d'une grande quantité de glaires épais et un coryza violent accompagné de mots de tête et de èvre. Il provoque des crachements de sang si l'on en respire en quantité un peu forte. À quoi bon poursuivre cette énumération. Il est susamment prouvé qu'il est criminel de laisser s'installer dans les grosses agglomérations des usines se servant ou fabricant de tels produits en quantité considérable. Si nous avons cité Petit-Quevilly, c'est que cette commune semble avoir dans le classement des villes empoisonnées une des premières places, mais malheureusement de nombreuses communes ouvrières connaissent une situation presque équivalente dont se désintéresse les pouvoirs publics et les élus bourgeois Les méfaits des usines chimiques de Petit-Quevilly. Comment on empoisonne des cités, L'Humanité, n o 7897, 28 juin 1925, p. 4.

20 11. ANNÉE juillet La bataille ouvrière. Une victoire ouvrière Après une demi-journée de conit, nos camarades de l'usine de pétroles La Pétroléenne viennent d'obtenir une augmentation de trente-cinq centimes de l'heure. C'est un beau résultat, mais il aurait pu être meilleur encore si les camarades de certaines autres usines avaient un peu plus conscience de leur devoir de classe. Ils auront vraisemblablement les mêmes avantages que leurs camarades de La Pétroléenne. Nous espérons qu'ils comprendront que c'est grâce à l'action syndicale que ces avantages ont été obtenus et qu'ils sauront ce qu'il leur reste à faire désormais. Le Syndicat des produits chimiques juillet Souscription en faveur du Comité Central d'action Collecte à la Pétroléenne à Aubervilliers, versée par Chabanon, 25 francs. [... ] août Le neuvième congrès national de la Fédération des industries chimiques Conformément aux statuts, le neuvième congrès national de la Fédération des industries chimiques se tiendra ce mois, deux ans après le congrès de Montluçon. Nos assises fédérales auront cette année une importance toute particulière. Ayant constaté le regain d'activité et de force de notre Fédération, ce Congrès aura pour tâche de lui donner le dernier coup de pouce, an d'en faire une organisation dénitivement puissante. La question de la fusion, dont l'urgence devient aiguë, par suite de la concentration capitaliste incessante, accentuera aussi le relief de ce congrès. Enn, la proximité du Congrès national confédéral, en augmentera encore l'importance. De cette façon, nous ne doutons pas que les syndicats aient à c ur de se faire représenter directement. Le congrès aura lieu les dimanche et lundi 23 et 24 août, salle des Écoles, 19 avenue Wilson à la Plaine-Saint-Denis (Seine). Il commencera dimanche 23, à 9 heures précises du matin. L'ordre du jour, proposé par la commission administrative est le suivant : Première partie. Vérication des mandats ; rapport moral ; rapport - nancier ; compte-rendu des délégués de région ; fusion avec la Céramique. Deuxième partie. Organisation féminine ; les huit heures ; les maladies professionnelles ; l'unité et l'orientation syndicale ; augmentation de la cotisa- 31. La bataille ouvrière. Une victoire ouvrière, L'Humanité, n o 7904, 5 juillet 1925, p Souscription en faveur du Comité Central d'action, L'Humanité, n o 9729, 30 juillet 1925, p. 4.

21 20 tion ; élection de la commission administrative fédérale ; élection du bureau ; congrès national. Au cas bien probable où la fusion serait acceptée aux congrès de la Céramique et des Industries chimiques, la suite de l'ordre du jour, après la question de la fusion, serait examinée au congrès commun. Les camarades de la Région parisienne peuvent assister au congrès à titre auditif sur présentation de leur carte syndicale à jour des cotisations. Le bureau fédéral août Réunions d'usines Compagnie des matières colorantes et produits chimiques de Saint- Denis. Réunion du personnel et de tous les travailleurs des produits chimiques de Saint-Denis, à 17h30, salle de la Légion d'honneur à Saint-Denis. Discussion du cahier de revendications août Fédération unitaire de la céramique Le congrès s'ouvrira le dimanche 23, à 9 heures très précises, à la Maison du Peuple, 100 rue de Paris à Montreuil-sous-Bois. Nous prions les délégués d'être présents à 8h30. L'ordre du jour du congrès a été xé ainsi : 1 o Rapport de la commission des mandats ; 2 o Rapport moral nancier et du contrôle ; 3 o Rapport du journal et propagande ; 4 o L'unité ; 5 o Fusion des trois fédérations ; 6 o Révision des statuts, augmentation du timbre fédéral ; 7 o Incorporation de la loi sur les maladies professionnelles à la loi de 1898 sur les accidents du travail ; 8 o Orientation syndicale ; 9 o Questions diverses. Le Bureau fédéral prie les syndicats de se faire représenter au congrès confédéral en raison de l'importance de l'ordre du jour août Comité central d'action. Pour lutter contre la guerre. L'eort doit s'amplier [... ] La Pétroléenne à Aubervilliers : 25 francs. [...] août Le congrès de fusion des Industries chimiques et de la Céramique Ces deux organisations, pour permettre leur fusion décidée depuis longtemps, ont tenu leur congrès en même temps. Elles se sont d'abord réunies séparément le dimanche 23 août, pour discuter respectivement du 33. Le neuvième congrès national de la Fédération des industries chimiques, L'Humanité, n o 9739, 9 août 1925, p Réunions d'usines, L'Humanité, n o 9749, 19 août 1925, p Fédération unitaire de la céramique, L'Humanité, n o 9749, 19 août 1925, p Comité central d'action. Pour lutter contre la guerre. L'eort doit s'amplier, L'Humanité, n o 9756, 26 août 1925, p. 2.

22 11. ANNÉE rapport moral et envisager la fusion des deux organisations en une seule, chose qui fut acceptée à l'unanimité de part et d'autre. La séance du Congrès de fusion Aussi, le lundi matin, les deux organisations se réunirent en congrès commun. La première séance fut présidée par Racamond qui, après avoir salué le congrès au nom de la CGTU et donné lecture d'un télégramme de nos camarades russes, démontra la nécessité de la transformation des petites fédérations de métiers en fédération d'industrie. Ensuite, une commission chargée de mettre au point les statuts présentés par les deux bureaux, fut nommée. Il est alors décidé d'envoyer une délégation au Comité national du Verre, qui siège en ce moment à la Bourse du Travail, pour leur demander de faire le maximum d'eorts pour que la fusion puisse se réaliser dans le courant de l'année prochaine, entre les deux Fédérations fusionnées et la Fédération du Verre. Séance de l'après-midi La séance de l'après-midi est présidée par Ducarteron et la discussion s'engage sur le projet de fusion avec le verre. Le camarade Chabanon commente l'entrevue qu'il a eu avec les camarades verriers. L'impression de la délégation est qu'aucun des militants du Comité national du verre ne fera opposition à la fusion. D'ailleurs, nos camarades verriers, pour bien démontrer qu'ils en sont partisans, ont envoyé une délégation au congrès. Sue, délégué de la Fédération du Verre, salue les congressistes au nom des travailleurs du verre et explique les raisons qui ont fait que les camarades verriers n'ont pu réaliser cette année la fusion avec la céramique et les produits chimiques. Après lui, Vuilleminot donne aux congressistes l'assurance que les militants du verre feront leur possible pour préparer le terrain dénitif d'entente pour l'année prochaine. Après les camarades verriers, la parole est donnée à un camarade de la main-d' uvre étrangère et coloniale, qui indique les moyens de propagande à entreprendre pour grouper ses camarades. La révision des statuts Marzet rapporte sur cette question. Une discussion s'engage sur l'article 25 relatif à l'élection du bureau. Jean Rouge propose que la commission exécutive élise elle-même son bureau et que ce bureau soit soumis à la ratication du congrès. Après plusieurs interventions, cette proposition est adoptée. En ce qui concerne la rééligibilité, le congrès en admet le principe par vingt voix contre sept. D'autres articles subissent quelques petites modications, puis l'ensemble des statuts est adopté à l'unanimité. Marie Bréant rapporte sur la question féminine et engage tous les secrétaires de syndicats à faire toute l'action nécessaire à ce sujet. Marzet, secrétaire du CIP expose le travail de cet organisme.

23 22 L'orientation syndicale Chabanon, après un très court exposé, demande aux congressistes de ne pas changer l'orientation suivie par les deux fédérations depuis Bourges. À l'unanimité, le congrès adopte cette proposition. L'unité, bien qu'ayant déjà été discutée dans les congrès séparés, fait l'objet d'un assez long débat. Ensuite de quoi, le congrès est unanime à réclamer l'unité. Le congrès adopte le principe du relèvement de la cotisation fédérale, après intervention de diérents camarades. La cotisation sera donc portée à un franc, mais un rapport détaillé sera envoyé à tous les syndicats qui auront à se prononcer. Élection de la commission exécutive et du bureau Sur proposition des syndicats de Seine et Seine-et-Oise, céramique et produits chimiques, il est désigné vingt-cinq membres dont dix-neuf titulaires et six suppléants. Puis, comme il y a impossibilité de convoquer la commission exécutive pour désigner son bureau, le congrès émet le v u de voir placer à la tête de la Fédération, les camarades Chabanon, Ducarteron, Bréant et Julien. Le camarade Marzet est admis à faire partie du bureau en tant que secrétaire du CIP. Puis le congrès est déclaré clos. Le bureau fédéral er septembre Le congrès de la CGTU Chabanon est membre de la Commission exécutive de la CGTU er septembre La journée. Le feu dans une fabrique Un violent incendie s'est déclaré hier soir aux usines Progil, 29 chemin Saint-Alban à Lyon, fabrique de parfums synthétiques. Plusieurs bâtiments et une grande quantité d'alcools ont été la proie des ammes. Les dégâts s'élèvent à francs octobre À propos d'engrais chimiques. Comment on vole le paysan Souvent déjà, nous avons dit de quelle façon scandaleuse on vole le paysan. On le vole sur tout, même sur les semences qu'on lui vend et sur les engrais qu'il utilise. Pour s'en convaincre, il sut de lire ce qui suit. 37. Le congrès de fusion des Industries chimiques et de la Céramique, L'Humanité, n o 9760, 30 août 1925, p Le congrès de la CGTU, L'Humanité, n o 9762, 1 er septembre 1925, p La journée. Le feu dans une fabrique, L'Humanité, n o 9762, 1 er septembre 1925, p. 2.

24 11. ANNÉE L'Agence Nationale communique, à propos des phosphates tunisiens : "On annonce que l'accord intervenu entre les producteurs commence à produire ses eets, et les cours du produit ont progressé de quarante-deux francs la tonne au début de l'année à soixante francs actuellement." Cette communication, comme celles qui vont suivre, est faite pour faire mousser la valeur des titres de la société dont il est question. Le journal spécial La Documentation nancière écrit de son côté : "... Les prix de vente du phosphate qui s'étaient eondrés (!) jusqu'à quarante-deux francs la tonne FOB 40, ont remonté, depuis les accords, jusqu'à soixante francs, et on a des raisons de croire que, dans un délai assez proche, ils pourraient atteindre la parité-or d'avant-guerre. Or, il ne faut pas oublier que cette parité est de quatrevingt-cinq francs environ, c'est-à-dire presque le double de ceux du premier semestre de 1925." Un autre journal spécial, le Sans-Fil (pas sans l à la patte, sans doute!) écrit : "Le marché (des valeurs en Bourse) semble décidément considérer avec beaucoup d'intérêt le mouvement de reprise qui s'est ébauché ces jours-ci sur les valeurs de phosphates (valeurs des titres des sociétés)....constantine s'est établie à 405, les Tunisiens à 422(1). Le raermissement des cours du phosphate est un fait qui doit entraîner une avance parallèle des cours des valeurs.... Depuis hier, l'action Phosphates Tunisiens a, en eet, progressé de neuf points (francs). Il n'y a, d'ailleurs, dans cette avance, qu'une indication de tendance, le mouvement à prévoir devant atteindre des proportions beaucoup plus amples." Voilà qui est net. Le prix des phosphates n'augmente pas à cause du renchérissement du prix d'extraction ou de fabrication, main-d' uvre, etc. mais simplement dans le but de réaliser une augmentation de bénéces et, par suite, un renchérissement de la valeur des action. E. L. (1) Cet article a été écrit il y a plusieurs jours et l'abondance de la copie ne nous a pas permis de le publier plus tôt. Il n'est cependant pas sans intérêt de signaler qu'à la Bourse les actions Phosphates de Constantine cotaient hier 447 au comptant et les Phosphates Tunisiens 470! (NDLR) octobre Réunions d'usines La Pétroléenne. À 17 heures, réunion au Progrès, à Aubervilliers octobre Convocations Fédération des industries chimiques et céramiques. La nouvelle commission administrative fédérale se réunira dimanche, à 9 heures, Bourse du 40. FOB désigne le phosphate en bloc vendu en gros sur les marchés boursiers. 41. À propos d'engrais chimiques. Comment on vole le paysan, L'Humanité, n o 9804, 13 octobre 1925, p Réunions d'usines, L'Humanité, n o 9814, 23 octobre 1925, p. 4.

25 24 Travail, salle des Commissions, 3 e étage. Produits chimiques. Permanence au siège. Bureau 8, 4 e étage, Bourse du Travail, de 15 heures à 18 heures er novembre Chronique scientique. Vers la disparition des carburants, l'eau, puissance catalysatrice Cet article n'a pas été retranscrit décembre Comment on vole les paysans Nous disions ici dernièrement comment les dirigeants des mines de phosphates s'étaient associés pour augmenter les prix de vente de leurs produits, au détriment des paysans qui paient cher et des ouvriers de ces exploitations dont le salaire est toujours strictement réduit. Voici ce qu'un journal nancier dit des actions des mines de Gafsa : "Gafsa. Le titre 2 a été très recherché ces temps-ci et n'est certainement pas à son prix au cours actuel. Le bilan des Phosphates de Gafsa est superbe. Les créditeurs divers gurent pour francs, alors que les espèces et les titres représentent 47 millions, en dehors de plus de 34 millions de créditeurs et de stocks. Sur les 102 millions qui comportent les fonds de prévoyance, 39 millions ont été fournis par la prime d'émission d'action et 64 millions prélevés sur les bénéces. Les actions et les parts des Phosphates de Gafsa se recommandent donc par leur haute qualité. Au surplus, la Société a signé un accord avec les principaux producteurs de phosphate nord-africain en vue du relèvement des prix de vente. Étant donné la puissance de rendement de l'aaire qui peut encore être accrue, la meilleure tenue du marché du produit ne peut manquer de se traduire par une augmentation importante des bénéces, qui ont atteint francs en 1924, au lieu de francs précédemment" décembre La bataille ouvrière. À l'usine Progil de Condat-Bersac (Cantal) Par suite de l'imprévoyance du directeur, l'usine dut fermer ses portes le mercredi 6 décembre faute de charbon, les ouvriers venus pour faire leur journée durent s'en retourner, et ce, sans aucune indemnité. Le bruit ayant couru que le directeur voulait faire travailler le dimanche pour compenser la journée perdue, une délégation du syndicat alla le trouver. Au cours de l'entretien, celui-ci prit l'engagement de ne pas rendre obligatoire le travail 43. Convocations, L'Humanité, n o 9815, 24 octobre 1925, p Ernest Girault, Chronique scientique. Vers la disparition des carburants, l'eau, puissance catalysatrice, L'Humanité, n o 9823, 1 er novembre 1925, p Comment on vole les paysans, L'Humanité, n o 9855, 3 décembre 1925, p. 4.

26 12. ANNÉE du dimanche. Or, malgré ses promesses, une ache apposée dans l'usine faisait connaître que le travail serait obligatoire le dimanche pour compenser la journée perdue. Le lundi matin, la surprise fut grande parmi les ouvriers en constatant que cinquante d'entre eux paieraient d'une mise à pied de quarante-huit heures la liberté qu'ils avaient prise de prendre leur repos réglementaire. L'indignation fut telle que tous les travailleurs de l'usine se solidarisèrent avec leurs camarades victimes des brimades de ce directeur. Ils quittèrent tous l'usine et à l'issue d'une réunion, ils décidèrent, après examen de leur situation, d'adresser au directeur de l'usine Progil leur cahier de revendications. Les travailleurs de l'usine Progil, avec l'appui et la sympathie de tous les commerçants et paysans de la contrée sont bien décidés à mener la lutte jusqu'à complète satisfaction et à démontrer ainsi à M. le directeur de l'usine que les ouvriers savent, quand il le faut, faire respecter leurs droits. Le Syndicat des Produits Chimiques décembre La bataille ouvrière. Grève chez Progil Les ouvriers de l'usine de cellulose Progil, au Lardin (Dordogne), sont en grève depuis dix jours, réclamant une augmentation de salaires de cinquante centimes l'heure. Nous faisons appel à toutes les organisations pour venir en aide aux grévistes. Envoyer les fonds au camarade Discaurd, salle Coustillas, à Condat-le- Lardin (Dordogne) Année janvier Union des syndicats de la Région parisienne Commission des unions régionales de la CGTU devant le deuxième congrès. Réunion ce soir, vendredi 22 janvier, à 19 heures très précises, bureaux de l'union des Syndicats. Présence indispensable de tous les membres de la Commission : Jacquet, Peria, Raux, Chabanon, Gibault, Gaillard, Chauveau, Chauvel, Grandin La bataille ouvrière. À l'usine Progil de Condat-Bersac (Cantal), L'Humanité, n o 9867, 15 décembre 1925, p La bataille ouvrière. Grève chez Progil, L'Humanité, n o 9870, 18 décembre 1926, p Union des syndicats de la Région parisienne, L'Humanité, n o 9905, 22 janvier 1926, p. 4.

27 er mars Fermeture ou modernisation des usines de produits chimiques. Les industriels ignorent volontairement le mal Rouen, 28 février. (de notre envoyé spécial). Devant la carence des conseillers généraux bourgeois qui ne voulaient faire aucune peine, même légère, aux industriels empoisonneurs parce que liés à eux par des intérêts de classe, les municipalités communistes se rebièrent. La commission sanitaire du Petit-Quevilly demanda au Conseil départemental d'hygiène de désigner une commission qui enquêterait sur place, ce qui fut fait grâce à l'inlassable énergie de nos camarades. Les constatations de la Commission Cette commission se réunit quatre fois en deux mois et visita diérentes usines. Elle constata partout le défaut de surveillance concernant les échappements, en particulier à l'usine Malétra, le plus important des établissements chimiques de la région. Questionnés à ce sujet, les directeurs de ces grosses rmes déclarèrent : "nos appareils de fabrication sont réglés au début de la mise en marche ; ils doivent fonctionner sans à-coup ; s'il s'en produit, nous en sommes prévenus par le décit dans le rendement." Ainsi, les industriels avouent ignorer volontairement les conséquences dangereuses de leurs procédés de fabrication et ils ne s'en aperçoivent que par la diminution de la production et aussi de leurs bénéces c'est-à-dire quand le mal est fait. On ne peut pas être plus cynique. Rupture de contrat Pourtant, lorsque ces usines furent fondées, les divers arrêtés autorisant leur installation comportaient toujours la mention "qu'il ne sera déversé dans l'atmosphère aucune matière nuisible et que les gaz devront être susamment épurés". Or, les industriels n'ont tenu aucun compte de cette clause. Ils ont donc rompu de façon délibérée le contrat qui les lie avec les populations aujourd'hui victimes. Cette rupture permet donc aux autorités de prendre les sanctions nécessaires, quoi qu'en dise M. Le Préfet de la Seine-Inférieure. Il faut fermer les usines ou contraindre leurs dirigeants à cesser de rejeter au dehors des gaz nocifs en surveillant leur évacuation à l'aide d'appareils adéquats. Nous ne pensons pas que ces mesures soient acceptées d'un c ur léger par le conseil général qui, par servilité envers les forces d'argent, est responsable au même titre que les industriels du lamentable et criminel état de choses que nous venons de signaler. Il ne les fera siennes que sous la poussée de plus en plus puissante de la colère populaire. G. Pass G. Pass, L'Humanité en Seine-Inférieure. Fermeture ou modernisation des usines de produits chimiques. Les industriels ignorent volontairement le mal, L'Humanité, n o 9943, 1 er mars 1926, p. 2.

28 12. ANNÉE mai La bataille ouvrière La direction des usines La Pétroléenne et la Compagnie industrielle des pétroles d'aubervilliers refusent de recevoir une délégation unitaire. Le personnel des usines La Pétroléenne et de la Compagnie Industrielle des Pétroles à Aubervilliers est en grève pour une augmentation de salaires. À l'issue de la réunion d'hier après-midi, une délégation a été envoyée à la direction qui refusa de la recevoir parce que ses membres sont adhérents à la CGTU juin M. Schneider, directeur de la Pétroléenne fait des "aaires". Mais il avait compter sans... le syndicat unitaire des produits chimiques M. Schneider père, manitou de la Pétroléenne à Aubervilliers, passait, jusqu'à ces derniers temps, pour un homme assez "potable". Mais, depuis quelques mois, il vient de se révéler sous un jour nouveau. La bataille a commencé au lendemain de la grève du 12 octobre, grève qui fut complète à la Pétroléenne. Ce fut d'abord le renvoi de notre excellent camarade Boché et de sa compagne, renvoi qui fut suivi de celui de deux autres ouvrières. Puis il commença sa man uvre de désagrégation de notre section syndicale. Il sut trouver en la personne d'un certain livreur un complice qui devint l'exécuteur de toutes ses basses uvres. Il t de ce triste sire un briseur de grève et nous ajoutons que partiellement, il y réussit. Mais, comme il sent aujourd'hui que les ouvriers et ouvrières se ressaisissent et reviennent à nouveau au syndicat, il lui faut de nouvelles victimes. Voici comment il s'y prend : Quand le travail "manque", les ouvriers font dix heures par jour. Après la grève de mai, un certain nombre d'ouvriers et d'ouvrières furent congédiés sous le fallacieux prétexte : "manque de travail"! Mais comme par suite de ce renvoi, il fallait assurer la production quand même, le monsieur t faire dix heures. Mais le syndicat ouvrier des produits chimiques ne l'entendit pas de cette oreille : il signala le fait à l'inspecteur du travail en lui indiquant nettement qu'il n'admettait pas qu'au lendemain d'un renvoi pour "manque de travail", on puisse avoir besoin de faire exécuter des heures supplémentaires. L'inspecteur a fait sa visite ; il s'est opposé aux heures supplémentaires. Mais notre bonhomme de directeur n'est pas content ; il vient de le montrer en renvoyant à nouveau trois ouvriers qui étaient depuis longtemps à l'usine, sous le prétexte qu'ils étaient responsables de la visite de l'inspecteur du travail. C'est faux ; nos camarades n'étaient même pas au courant du fait. Mais tout ceci nous amène à poser ici, publiquement, au monsieur une série de questions auxquelles nous l'autorisons à répondre, même dans le Journal de Saint-Denis, dont il s'est déjà servi pour salir des ouvriers qu'il avait congédiés : 50. La bataille ouvrière, L'Humanité, n o 10007, 5 mai 1926, p. 5.

29 28 Les aaires sont les aaires : pneumatiques, voitures et fûts de pétrole 1 o Savez-vous, monsieur Schneider, que votre usine a une mauvaise renommée morale? 2 o Savez-vous qu'un certain... mettons chef du personnel abuse un peu du poste à lui coné? 3 o Savez-vous que certains contremaîtres ou chefs d'équipe imitent dignement leur supérieur? 4 o Pouvez-vous indiquer à MM. les actionnaires de La Pétroléenne ce que sont devenus certains stocks de pneumatiques? 5 o Comment a été vendue une certaine voiture? 6 o Expliquez-leur aussi comment s'achètent et se réparent les fûts de pétrole et les avantages que vous en retirez. Puis, pendant que vous y serez, pour faire une démonstration éclatante que vous êtes un bon père de famille, un honnête homme, vous expliquerez aussi, Monsieur Schneider, le triste sort de ce pauvre hère qui balaie la cour de l'usine, et auquel on donne quelquefois un quart d'heure pour manger à midi. Il paraît que ce malheureux est apparenté à vous et même de très, très près... Vous avez voulu la bataille, vous l'aurez, et nous vous avertissons que malgré votre propagande intense pour la constitution (sous le couvert d'une société amicale) d'un syndicat jaune, il y aura dans votre usine des syndiqués unitaires car maintenant vous êtes démasqué et personne ne s'y laissera prendre. Et pour que demain vous ne renouveliez pas le même geste que pour la visite de l'inspecteur du travail, sans aucun salut je signe : A. Chabanon, secrétaire général du syndicat juillet Notes économiques. Compétitions angloaméricaines [... ] Le marché allemand du pétrole, qui absorbe environ un million de tonnes, est depuis quelques temps l'objet des convoitises concurrentes des compagnies américaines et anglaises. Jusqu'à l'année dernière, la Standard Oil américaine, par l'intermédiaire de la Deutsch Amerikaschen-Petroleum- Gesellschaft, était prépondérante dans l'importation. Mais le groupe Anglo- Persian résolut de l'atteindre par la fusion, sous son contrôle nancier de deux autres compagnies allemandes, la Deutsche Erdoel et la Deutsche Petroleum qui avaient besoin de crédits. Celles-ci possèdent des fabriques de machines au mazout et les neuf dixièmes des moyens de transports des produits pétrolifères. Il reste une quatrième compagnie allemande, la Richeck, lié au trust 51. M. Schneider, directeur de la Pétroléenne fait des "aaires". Mais il avait compter sans... le syndicat unitaire des produits chimiques, L'Humanité, n o 10055, 22 juin 1926, p. 5.

30 12. ANNÉE (?) l'aniline, lui-même dépendant des banques de New-York après un emprunt de cinquante millions de dollars qu'elles lui a consenti. Cette liaison est intéressante en ce que le trust s'occupe beaucoup d'industrialiser la production de pétrole issue de la "liquéfaction" du charbon. La Standard Oil avait ses visées sur cette dernière société allemande, mais elle n'a pu que conclure un compromis avec le groupe anglais Royal Dutch-Shell et l'anglo-persian, chacun acquérant 25 % des actions de la Richeck. Toutefois, par suite de ses participations dans le trust (?), c'est la Standard qui aura le contrôle sur un nouveau procédé de production sans doute appelé à un grand avenir. C'est le monde entier qui se trouve ainsi être la proie des deux formidables trusts rivaux, que soutiennent leurs gouvernements respectifs, et qui, suivant les rapports de forces, ou bien se font une concurrence acharnée, ou bien concluent des accords provisoire en attendant le jour du grand règlement de compte. Notons d'ailleurs qu'en Allemagne, groupe anglais et groupe américain ont une même préoccupation immédiate : évincer le syndicat soviétique du (?) du nouveau marché! J. Berlin juillet Au congrès unitaire du verre de Vierzon. Le vote sur le rapport moral et la discussion sur les revendications corporatives [... ]. Chabanon, qui représente la Fédération des Produits Chimiques, demande à ce que les deux fédérations se mettent d'accord sur l'attitude à tenir en face du projet gouvernemental. [... ] er août Au congrès unitaire du verre de Vierzon. Les délégués entendent les représentants de la CGTU et de la Fédération des produits chimiques (De notre envoyé spécial). Vierzon. 31 juillet. La discussion sur les modications apportées aux statuts a été l'objet d'un débat important. En ce qui concerne la constitution des syndicats régionaux, la section sud-est demande que la question soit renvoyée à l'étude du syndicat. Vuilleminot démontre que la constitution du syndicat d'industrie est un des mots d'ordre de la CGTU et que l'exemple, au surplus, est donné par le patronat. Bernier dit que dans la région parisienne, la constitution d'un syndicat régional ne pourra que faciliter l'action et la propagande des militants. Denizot répond aux délégués qui prétendent ne pas être mandatés pour voter cette modication qu'il s'agit d'une méthode qui avait été discutée par tous les congrès, y 52. J. Berlin, Notes économiques. Compétitions anglo-américaines, L'Humanité, n o 10072, 9 juillet 1926, p Au congrès unitaire du verre de Vierzon. Le vote sur le rapport moral et la discussion sur les revendications corporatives, L'Humanité, n o 10094, 31 juillet 1926, p. 5.

31 30 compris ceux de la CGTU. Les délégués doivent donc connaître l'opinion de leurs mandants sur ce problème. Jumel est, comme Bernier, partisan du syndicat d'industrie pour la région parisienne et propose l'adoption du principe des syndicats régionaux. Le congrès, estimant que les syndicats doivent respecter les décisions de la CGTU, mais tenant compte que la question des syndicats régionaux n'a pas été susamment étudiée par le syndicat du Verre, leur demande, ainsi qu'aux sections régionales, d'étudier ce problème et de transformer dès maintenant l'organisation partout où il sera possible. Le congrès adopte ensuite le principe d'une augmentation de 0 franc 75 de la cotisation de grève, les syndicats devant être consultés sitôt après le congrès terminé. Le congrès a adopté la création d'une commission exécutive. Un débat s'engage sur ses attributions. Il se termine par un vote d'un ordre du jour disant qu'elle aura à assurer l'application des décisions du congrès et des comités nationaux. La discussion sur les modications aux statuts s'est poursuivie sous la présidence du camarade Desjoues (Villeurbanne). En ce qui concerne le nombre de membres devant composer la commission exécutive, deux propositions sont en présence. Le syndicat de Rambouillet propose treize membres désignés par les congrès alors que le sud demande que la commission exécutive soit composée de six membres désignés par les régions. Berrier fait une proposition transactionnelle de neuf membres qui est acceptée par Hermann avec, comme réserves, que la commission du journal sera comprise dans la commission exécutive et que six de ces membres seront désignés par les régions. Cette proposition est adoptée à l'unanimité. La commission exécutive est composée des camarades Vuilleminot, Villemain, Noblet, Gibelin, Jumel, Chrétien, Laulle, Gauvain, Truyens et le camarade Berrier pour les coopératives. Ducarteron rappelle que la Fédération de la céramique a déjà fusionné avec la Fédération des produits chimiques. Il pense que le verre entre dans l'industrie des produits chimiques et que la fusion entre les deux fédérations existantes serait nécessaire. Le secrétaire des produits chimiques développe les avantages que peut donner le resserrement des deux fédérations tant en ce qui concerne la propagande que l'action. Il demande au congrès de donner mandat à la commission exécutive qui vient d'être nommée de s'aboucher avec la Fédération des produits chimiques an d'étudier en commun les possibilités de fusion. Le camarade Chabanon, qui représente au congrès de la CGTU, renouvelle les excuses des camarades russes et tchécoslovaques ainsi que celles de la minorité allemande. Puis, passant à l'action de la CGTU, il rappelle que ses mots d'ordre sont la lutte pour l'application de la loi des huit heures, l'obtention de l'échelle mobile, et pour toutes les revendications de la classe ouvrière. Chabanon donne au congrès les raisons qui ont amené la CGTU à adopter le principe de l'organisation régionale et traite du danger fasciste contre lequel les organisations doivent poursuivre la lutte. Le congrès adopte le principe de la fusion des deux organisations à l'unanimité. Au début de la séance, le congrès a adopté une motion de solidarité envers les mineurs anglais et a voté pour eux une

32 12. ANNÉE allocation de 300 francs. Le congrès a voté aussi la même somme pour les dockers de Dunkerque. La discussion sur les modications aux statuts se poursuit L'ordre du jour appelle la question de la représentation proportionnelle dans les congrès : elle est défendue par Berrier et combattue par Sue et d'autres camarades. Le syndicat de Triel propose la représentation suivante : pour vingt membres et au-dessus, un délégué ; de vingt à cent membres, deux délégués et ensuite un délégué par cinquante membres ou fraction de cinquante en plus de cent membres. Cette proposition est adoptée à l'unanimité moins deux voix. Le congrès discute ensuite une modication aux statuts présentée par le sud et disant que tout permanent fédéral ou régional ne pourra faire acte de candidature politique sans avoir donné sa démission. Cette proposition est combattue par Berrier. Il dit que si les fonctionnaires fédéraux font consciencieusement leur devoir, la Fédération n'a pas à s'occuper de ce qu'ils font en dehors de l'organisation. Schneider signale que parce qu'il n'a pu être candidat aux élections municipales dernières, la liste réactionnaire a été élue dans sa localité. Denizot dit qu'à Saint-Léger-des-Vignes, c'est le maire qui prend l'initiative de la création de syndicats confédérés. La proposition du sud est votée par trente-huit syndicats contre onze et quatorze absents ou abstentionnistes. On adopte ensuite une augmentation de zéro franc cinquante de la cotisation fédérale. Après le règlement de quelques questions diverses, le Congrès se termine au chant de l'internationale. L. Dieulle septembre Dans la région lyonnaise. Les scandaleuses exactions du patronat dans les usines du pétrole (De notre correspondant particulier). Lyon. 3 septembre. Nous avons noté déjà, ici même, les singuliers agissements des directeurs des usines de pétroles de la région lyonnaise et notamment de M. Bidouze, de la maison Desmarais frères (Automobiline), 22 rue de la Duchere, à Lyon. Ce triste personnage vient encore de se distinguer par un acte particulièrement odieux. Le chaueur Matagotte ayant été victime d'un accident, au cours duquel sa voiture fut quelque peu détériorée, le sieur Bidouze le congédia et prétendait lui retenir sa paie pour payer les frais de réparations de ladite voiture. Il fallut que notre camarade assigne ce peu scrupuleux directeur devant le Conseil de prud'hommes pour qu'il se décide à payer aussitôt le salaire dû au chaueur Matagotte. M. Bidouze, comme ses confrères de la Pétroléenne et 54. Au congrès unitaire du verre de Vierzon. Les délégués entendent les représentants de la CGTU et de la Fédération des produits chimiques, L'Humanité, n o 10095, 1 er août 1926, p. 5.

33 32 de chez Jupiter, ne veut pas accorder l'augmentation des salaires demandée par le syndicat. Il est vrai qu'il ne s'aperçoit pas, lui, de la hausse du coût de la vie : il a de bons et royaux appointements et il trouve, encore, le moyen de se débrouiller aux frais de la princesse, c'est-à-dire de la maison Desmarais frères qui est, en l'occurrence, une excellente "vache à lait". Allons, avouez M. Bidouze que M. Côte, votre jardinier et Mme Lamblin, votre femme de chambre, sont des salariés portés sur vos registres comme travaillant aux pétroles, alors qu'ils sont uniquement à votre service particulier. Vous poussez le cynisme jusqu'à leur payer, sur la caisse de la maison, les heures supplémentaires qu'ils eectuent à cultiver vos légumes et à laver votre linge. Ah! Messieurs Desmarais, quel bon directeur vous avez à Lyon et combien soucieux de vos intérêts! Regardez la vigueur avec laquelle il multiplie ses exactions contre le personnel sous ses ordres et avec laquelle il fait "suer" votre caisse! Récompensez-le d'urgence, sinon nous serons obligés d'énumérer tant pis si ça gêne sa modestie tous les titres que M. Bidouze a à exiger des manifestations de votre gratitude. À la Pétroléenne, il y aurait aussi beaucoup à dire sur la man uvre du fasciste barbu Allard, membre du Comité central de l'union civique, man uvre qui tend à dresser le vieux personnel contre le nouveau, et aux Pétroles Jupiter sur les exactions du sieur Martin comme du reste sur certaine pression odieuse exercée nous dit-on à l'occasion du dépôt du cahier de revendications. Cela fera l'objet d'un prochain article. En attendant, que tous, dans les trois maisons de Vaise, gardent une entière conance au syndicat qui reste la seule puissance capable de faire céder les directeurs et faire triompher les revendications ouvrières. J. D octobre Autres conits Dans la céramique, les patrons mènent la lutte contre le Syndicat ouvrier. Le conit de la maison Samson dure toujours. Les ouvriers et ouvrières ont décidé de tenir jusqu'à complète satisfaction. Un nouveau conit vient d'éclater à la maison Pironneau, fabrique de faïence, dans le XIV e arrondissement. Ce monsieur a émis la prétention d'imposer à ses ouvriers leur retrait du syndicat, sous peine de renvoi immédiat. Tous les ouvriers ont refusé de s'incliner devant une telle décision. Ils sont même décidés à montrer à M. Pironneau que la loi de 1884 n'a pas été faite seulement pour les patrons, mais aussi pour les ouvriers. Nous reviendrons sur cette aaire. Le syndicat demande instamment à tous les ouvriers céramistes de ne pas aller s'embaucher dans ces boîtes qui sont mises à l'index, et aux ouvriers de province de ne pas se diriger actuellement sur Paris, où les patrons semblent vouloir engager l'action contre le syndicat ouvrier. Il demande aux délégués des sections de bien vouloir apporter au plus tôt, au siège, le montant des listes de 55. Dans la région lyonnaise. Les scandaleuses exactions du patronat dans les usines du pétrole, L'Humanité, n o 10130, 5 septembre 1926, p. 5.

34 12. ANNÉE souscription pour venir en aide aux grévistes. A. Chabanon octobre Pain cher et bas salaires. On paye encore à Rouen des salaires de neuf francs par jour... et la vie est aussi chère qu'à Paris! [... ]. Qu'on en juge par ces chires concernant les trois principales branches de l'industrie régionale, chires recueillis à bonne source et qui suppléent à toute éloquence : Salaire horaire (moyenne) Textile, homme : 2 francs ; femme : 1 franc 85. Produits chimiques, homme : 2 francs à 2 francs 25 ; femme : 1 franc 40 à 1 franc 50. Métallurgie (non professionnels), homme : 2 francs 15 à 2 francs 40 ; femme : 1 franc 50 à 1 franc 70. [... ]. Petit-Quevilly, faubourg empoisonné! En traversant la Seine, par le pont Boïeldieu, on embrasse d'un coup toute l'étendue du port maritime. Sur la rive gauche du euve, en aval, une brume opaque embue l'horizon. Des grues, des réservoirs, des cheminées surplombent les quais, les entrepôts, les usines : Petit-Quevilly. Ici le chlore, l'acide, le pétrole sont rois! Les prolétaires y peinent, y meurent... En longeant les quais... Les Ateliers Cauvin-Yvose (ravaudage de toiles et bâches). Les femmes y travaillent dans la poussière malsaine neuf à dix heures par jour pour neuf francs! La Compagnie Bordelaise (usine de produits chimiques) emploie des ouvriers coloniaux à la fabrication des phosphates et des acides qui les intoxiquent jusqu'à la mort, moyennant un salaire de dix à onze francs par jour. Et voici les raneries de pétrole. La Standard Oil et la Royal Dutch, les deux trusts mondiaux sont représentés là par leurs sous-rmes qui s'arontent : Desmarais, Lille-Bonnières, La Pétroléenne (anciennement Fenailles et Despeaux), Société Industrielle des Pétroles pour la Standard ; Deutsch ls, Lucifer, Bedford, Compagnie Occidentale Pacique des Pétroles, pour le compte de la Royal. Un point sur lequel les consortiums sont d'accord : l'exploitation des travailleurs. Dans l'une ou l'autre de ces usines, identiques sont les salaires des exploités : douze francs pour les femmes, seize à dix-huit francs pour les hommes. Les rmes de produits chimiques : Kuhlmann, Saint-Gobain, Malétra, aux succursales multiples, occupent une large place sur le territoire de Petit- 56. Autres grèves, L'Humanité, n o 10161, 6 octobre 1926, p. 6.

35 34 Quevilly. Les ouvriers sont peut-être un peu moins mal payés là qu'ailleurs, mais ils y meurent plus rapidement, plus sûrement. La statistique des décès de la localité démontre cruellement que la moyenne d'âge des hommes décédés oscillent entre 35 et 40 ans! [... ] octobre Dans les syndicats de la région parisienne [... ]. Céramique et industries chimiques. Réunion des grévistes de la maison Pironneau au siège du syndicat, Bourse du travail, 5 e étage, bureau 28. [... ]. Demain à 20h30, salle Raymond-Lefebvre, 8 avenue Mathurin- Moreau, réunion des vidangeurs. Orateurs : Finck et Vignaud novembre Autres conits La Fédération de la céramique et des industries chimiques fait appel à la solidarité pour les potiers de Vallauris. La Fédération rappelle à tous ses adhérents que depuis le 9 août, près de 700 potiers sont en grève à Vallauris. Elle invite ses syndicats à faire le maximum d'eorts nanciers pour venir en aide à ces camarades et prie les détenteurs de listes de souscription de les faire rentrer au plus tôt. Adresser les fonds au camarade Ducarteron, chèque postal , Paris (1 er ) novembre Les potiers de Vallauris sont en lutte depuis le 9 août Les travailleurs de la céramique doivent leur venir en aide. Nous avons déjà parlé ici même de la grève des potiers de Vallauris, grève qui fut voulue par le patronat pour lui permettre d'épuiser ses stocks. Nos camarades, dont le salaire ne dépasse pas trois fois le prix d'avant-guerre, réclamaient une augmentation de neuf francs par jour. Les patrons refusèrent, ce fut la grève. Dès le lendemain de la grève, les patrons jouèrent aux mercantis : ils augmentèrent leur marchandise en stock de 70 %, soit une augmentation moyenne de 0 franc 90 par pièce, alors que l'augmentation demandée par les ouvriers n'est que que de sept centimes et demi par pièce. Les deux maisons ont cependant accordé satisfaction, mais elles eurent de grandes dicultés pour rouvrir leurs portes et trouver les matières premières indispensables du fait 57. R. Digne, Pain cher et bas salaires. On paye encore à Rouen des salaires de neuf francs par jour... et la vie est aussi chère qu'à Paris!, L'Humanité, n o 10163, 8 octobre 1926, p. 1 et 2. Deux reproductions de photographies accompagnent l'article, dont une représentant Petit-Quevilly, où les fumées des usines de produits chimiques empoisonnent le bourg jour et nuit. 58. Dans les syndicats de la région parisienne, L'Humanité, n o 10164, 9 octobre 1926, p Autres conits, L'Humanité, n o 10193, 7 novembre 1926, p. 6.

36 12. ANNÉE de la man uvre des autres patrons qui savent très bien que la répression pour entrave à la liberté du travail n'est pas faite pour eux, mais simplement pour les ouvriers. Les patrons espèrent sans doute avoir raison des ouvriers ; ils se trompent, car les potiers de Vallauris ne rentreront à l'usine qu'après avoir obtenu satisfaction et ils seront aidés par tout le prolétariat. La neuvième union régionale a pris position dans le conit aux côtés des grévistes ; de son côté, la Fédération de la Céramique fera le maximum d'eorts pour que triomphent nos camarades de Vallauris. Elle a déjà envoyé à tous ses syndicats des listes de souscription ; elle prie les secrétaires et trésoriers de faire parvenir au plus tôt les fonds au camarade Ducarteron, trésorier fédéral : chèque-postal Ducarteron 522-II, Paris (1 er ). Tous à l'aide pour les potiers de Vallauris! novembre Dans les syndicats de la région parisienne [... ]. Céramique et industries chimiques. Les ouvriers et ouvrières des usines suivantes sont invités à assister aux réunions qui auront lieu le mercredi 17 novembre : Maisons Georges Salomon, Bourgeois, Cassana, à la sortie du soir chez Massé, bureau de tabac, 102 rue Jacquart, Pantin. Orateur : Beckerich. Maisons Caminade, Eukromine, Bernard, Renoud, Pétroles Jupiter à la sortie du soir, salle du Café, 86 rue des Petits-Ponts, Pantin. Orateurs : Boché et Chabanon. Maisons Haguenauer, Clément et Rivière, Fabrique de Spécialités de produits chimiques, Eugène Lourcau, Adrot et C ie, à la sortie du soir, salle du Café, 51 rue du Centre, Pantin, Orateur : Bloquet. Établissements Thern, Henri Hamielle, Les Savons neutres, Parfumerie L.T. Piver, à la sortie du soir, salle du Café Berthias, 91 rue Jean-Jaurès. Orateurs : Marie Bréant, Chaillet novembre Dans les syndicats de la région parisienne Céramique et Industries chimiques. Les ouvriers et ouvrières des usines suivantes sont invités à assister aux réunions qui auront lieu le jeudi 18 novembre : Maisons Poirier, Coignet, Malétra, Compagnie des Matières Colorantes, Société des Produits Chimiques, Blondel, Riloil, Boston Blacking, Philippe, 60. Les potiers de Vallauris sont en lutte depuis le 9 août, L'Humanité, n o 10197, 11 novembre 1926, p Dans les syndicats de la Région parisienne, L'Humanité, n o 10202, 16 novembre 1926, p. 6.

37 36 Chailly, Jupiter, à la sortie du soir, Bourse du Travail, 4 rue Suger. Orateur : Bloquet. Maisons Violet, Compagnie des Carburants, Gibbs, Pascalis, Bougie Étoile, Relms, Darras, Phénix, Buisson, Soulier, Brot, Ycre, à la sortie du soir à l'école, 120 avenue du Président-Wilson. Orateur : Chabanon. Maisons Arthus, Fabrique de Céruse, Copense, Saint-Gobain, Société du Caoutchouc (rue Henri-Murger), Charbonat, Gaubert, Nicolas, à la sortie du soir, Café Lafargue, 1 rue du Landy. Orateur : Beckerich novembre La semaine syndicale. La tactique scissionniste d'amsterdam : l'exclusion de la Fédération polonaise des Produits chimiques et des fédérations tchécoslovaques des Cuirs et Peaux Cet article n'a pas été retranscrit novembre Dans les produits chimiques de la Dordogne. Un bagne : la rme Progil Depuis l'échec que subirent les travailleurs de cette usine en 1925, la direction n'a cessé de renforcer son exploitation. Les salaires sont des plus dérisoires et les huit heures n'existent pas. Ainsi, dernièrement, quelques ouvriers ayant voulu réclamer une augmentation (ils gagnent en ce moment deux francs trente de l'heure), le patron les congédia en disant : "Si vous voulez gagner davantage, faites des heures supplémentaires". Beaucoup de camarades, se laissant prendre à ce dangereux engrenage, font dix, onze et jusqu'à seize heures de travail par jour. Souvent, ils sont même amenés à faire dix-huit à vingt journées consécutives, les jours de fête et les dimanches étant inconnus. Ajoutons que cet esclavage s'exerce dans une atmosphère des plus insalubres et sous la surveillance cruelle de contremaîtres fascistes, qui ne laissent aux travailleurs aucune minute de répit. Ce surmenage a des répercussions. Les accidents ne se comptent plus. En deux mois, on a enregistré deux cas mortels, deux amputations de bras, un aveuglement et une quantité d'autres mutilations aux mains. Et le travail continue ainsi, sans qu'aucune mesure de protection ne soit prise. La vie misérable d'un prolétaire n'a aucune importance en régime capitaliste. Mais les exploités de la rme Progil ne vont-ils pas réagir? N'est-il pas temps qu'ils se dressent tous ensemble pour réclamer une amélioration de leur sort? Dans les syndicats de la région parisienne, L'Humanité, n o 10203, 17 novembre 1926, p J. Raveau, La semaine syndicale. La tactique scissionniste d'amsterdam : l'exclusion de la Fédération polonaise des Produits chimiques et des fédérations tchécoslovaques des Cuirs et Peaux, L'Humanité, n o 10213, 27 novembre 1926, p Dans les produits chimiques de la Dordogne. Un bagne : la rme Progil, L'Humanité, n o 10216, 30 novembre 1926, p. 6.

38 12. ANNÉE er décembre Un violent incendie. À Aubervilliers, le feu détruit un dépôt d'huiles des Magasins Généraux. Près de dix millions de dégâts Un énorme incendie s'est déclaré hier dans un bâtiment des magasins généraux, situé avenue de la Gare, près de la porte d'aubervilliers. À cet endroit, dans un grand hangar en briques de deux mille mètres carrés de supercie, était entreposé un stock considérable d'huile de graissage Veedol, appartenant à la société La Pétroléenne. Dans la matinée, une dizaine d'ouvriers de la Veedol avaient transvasé de l'huile dans des bidons pour la vente au détail, et à 11 heures 30, leur besogne achevée, avaient quitté le travail. Vers midi dix, l'attention de quelques passants était éveillée par un ronement sourd. Ils s'approchèrent du hangar. Presque aussitôt, une colonne de fumée apparaissait, suivie d'une énorme gerbe de ammes. L'alarme fut donné immédiatement et les pompiers de Saint-Denis et d'aubervilliers arrivèrent sur les lieux, mais devant l'ampleur prise par le sinistre, on t appel aux pompiers de Paris. Avec une célérité admirable, ceux-ci accoururent des casernes de Château-Landon, Carpeaux, Blanche, Château-d'Eau, Ménilmontant, Parmentier, Charonne, Chaligny, et à midi vingt exactement, quinze pompes à incendie étaient rangées en batterie derrière le canal de l'ourcq, où elles puisaient l'eau qu'elles déversaient à torrents sur le brasier. L'incendie s'était propagé rapidement. Une gigantesque colonne de fumée, que le vent rabattait par moments sur les sauveteurs dont certains furent sérieusement incommodés, obscurcissait le ciel. Les bidons d'huile éclataient à la chaleur torride du brasier et leur contenu se répandait dans les allées en aques verdâtres. Sur les lieux Lorsque nous arrivons sur les lieux, les pompiers s'attachaient à préserver un entrepôt de bois et d'essence tout proche. Il ne restait plus rien du hangar, mais une épaisse fumée tourbillonnait toujours, des ammes de trente mètres de haut faisaient entendre un ronement sinistre. À deux heures, les pompiers, le visage noirci de cambouis, étaient maîtres du feu qu'ils inondèrent cependant jusqu'à six heures. Trois d'entre eux furent blessés légèrement. Les causes de l'incendie ne seront pas faciles à établir, et les dégâts que l'on n'a pas encore évalués se chireront à près de dix millions. Malheureusement, le personnel de la Veedol, une vingtaine d'ouvriers et d'ouvrières, sera réduit au chômage Un violent incendie. À Aubervilliers, le feu détruit un dépôt d'huiles des Magasins Généraux. Près de dix millions de dégâts, L'Humanité, n o 10217, 1 er décembre 1926, p. 2.

39 décembre Tous les syndicats participeront aux élections à la Commission Administrative de la Bourse du Travail de Paris Ducarteron, militant de la Fédération unitaire des Produits chimiques est sur la liste d'unité avec la CGT décembre Tous les syndicats participeront aux élections à la Commission Administrative de la Bourse du Travail de Paris Ducarteron, militant de la Fédération unitaire des Produits chimiques est sur la liste d'unité avec la CGT décembre Dans les syndicats de la région parisienne Céramique et industries chimiques de la région parisienne. L'assemblée du syndicat général aura lieu aujourd'hui 19 décembre à 14 heures, salle Pelloutier, 1 er étage, Bourse du Travail. L'ordre du jour étant très important et assez long, il importe que tous les délégués de sections et les camarades soient à l'heure xée. [... ] décembre À propos des élections à la Commission Administrative de la Bourse du Travail de Paris Prenant position dans les élections à la Bourse du Travail, le syndicat de la céramique et des industries chimiques se doit de préciser pourquoi il présente un candidat. Comme représentant de la catégorie "Industries chimiques", il y avait à la Commission administrative sortante le camarade Mauries, secrétaire du syndicat confédéré des préparateurs en pharmacie, lequel syndicat s'est inscrit au groupe des amis de l'unité et nous pensions que Mauries aurait été maintenu. Dans ces conditions, en partisan sincère de l'unité, nous n'aurions pas présenté de candidat. Il n'en est rien ; pour bien montrer sa haine de l'unité ouvrière et de ceux qui en sont les partisans, l'union confédérée de la région parisienne a retiré purement et simplement Mauries de sa liste parce qu'il a commis le crime épouvantable d'être partisan de l'unité. On a présenté à sa place l'illustre Vandenbossche, secrétaire du 66. Tous les syndicats participeront aux élections à la Commission Administrative de la Bourse du Travail de Paris, L'Humanité, n o 10233, 17 décembre 1926, p Tous les syndicats participeront aux élections à la Commission Administrative de la Bourse du Travail de Paris, L'Humanité, n o 10234, 18 décembre 1926, p Dans les syndicats de la région parisienne, L'Humanité, n o 10235, 19 décembre 1926, p. 5.

40 13. ANNÉE puissant syndicat confédéré des produits chimiques de la région parisienne (au moins cinq membres). Nous reviendrons sur cette candidature, mais il est un fait qui montre bien l'état d'esprit des dirigeants confédérés. En eet, dans la catégorie "Industries chimiques", il y a trois candidats adhérant à la Bourse. Le syndicat unitaire de la Céramique et des industries chimiques (42 voix, il devrait en avoir 63), le syndicat confédéré des préparateurs en pharmacie (25 voix) et le syndicat de plus en plus fantôme des industries chimiques confédérées (une voix). C'est donc dans ces conditions que se présente l'élection dans cette catégorie. Mais cela compte bien peu pour ceux qui de plus en plus s'éloignent de l'unité ouvrière, la logique, on ne connaît pas cela à l'union confédérée de la Seine ; mais il pourrait bien se faire qu'il y ait quelques syndicats confédérés qui n'approuvent pas la façon de voir de leurs dirigeants et le montrent en votant pour la liste d'unité. Quant à nous, voilà pourquoi nous présentons comme candidat notre camarade Ducarteron, tout en regrettant le retrait de la candidature du camarade Mauries et son remplacement par un illustre inconnu qui à la Bourse ne représente rien, mais qui est un dèle suiveur des dirigeants confédérés. Le syndicat de la céramique et des industries chimiques Année février Le congrès de l'union des Syndicats de la région parisienne. Un important débat sur les Comités Intersyndicaux Alphonse Chabanon est élu membre suppléant de la commission exécutive de l'union des syndicats de la région parisienne en Il également membre de la commission de resserrement entre les syndicats de la région parisienne avec six autres personnes (Grandin de l'alimentation, Guerbois des Asiles, Cadot des Métaux, Virth des Municipaux, Legall des Terrassiers, Bellugue de l'habillement, Lambert des Employés et Mauvais des Producteurs d'énergie électrique). De son côté, Ducarteron est adjoint, avec cinq autres militants, à la commission de contrôle À propos des élections à la Commission Administrative de la Bourse du Travail de Paris, L'Humanité, n o 10235, 19 décembre 1926, p Le congrès de l'union des Syndicats de la région parisienne. Un important débat sur les Comités Intersyndicaux, L'Humanité, n o 10299, 21 février 1927, p. 1-2.

41 mars Un beau mouvement dans le Rhône. Aux usines chimiques de Saint-Fons, les ouvrières s'insurgent contre un règlement draconien Le vendredi 25 février, une grande eervescence régnait aux usines du Rhône, 250 à 300 ouvrières occupées à l'emboîtage des produits pharmaceutiques, ont d'un commun accord décrété la grève des bras croisés jusqu'à l'arrivée du directeur, M. Altwet, tout nouveau à l'usine. Ce geste étant en même temps qu'une protestation, un geste de solidarité. En eet, ce petit monsieur n'avait-il pas donné l'ordre de renvoyer un certain nombre d'ouvrières qui ne se conformaient pas à ces abracadabrants règlements. Vous allez en juger. Un règlement de caserne À tout le personnel une tenue stricte est de convenance. Les femmes doivent mettre une coiure dite "let" émaillée de diverses couleurs au lieu du bonnet blanc qui garantissait les cheveux de la poussière. Aucune guiche ne doit passer en dessous de ce let ; toutes doivent avoir les chevaux peignés droits, c'est-à-dire lissés complètement ; aucun papier ni débris d'étiquette ne doit traîner par terre (imaginez cela dans un atelier de conditionnement). Des règlements aussi imbéciles ne pouvaient que faire éclater la colère parmi les ouvrières. Pendant plus d'une heure nos camarades attendirent l'arrivée du joli monsieur. Il fut accueilli par des huées formidable et il s'en fallut de peu qu'il reçut la raclée. Le fameux contremaître Gaillard l'accompagnait, et il paraît même qu'il n'en menait pas large. Les ouvrières imposent leurs revendications Cependant, le directeur parlementa. Une ouvrière, parlant au nom de toutes ses camarades, demanda ou plutôt exigea qu'aucun renvoi ne fût fait. Elle protesta également contre l'utilisation des fameux lets et, quant aux guiches, elle montra que cela ne pouvait entrer en ligne de compte dans le travail. Puis, plusieurs ouvrières réclamèrent deux blouses au lieu d'une et à l'avenir de pouvoir travailler comme il convient, mais non en forçat. Pris au dépourvu, le directeur ne put qu'articuler ces mots : "Bon! Bon!", mais le contremaître Gaillard jugea opportun de venir au secours du maître en déclarant : "Il n'y a qu'à foutre tout le monde à la porte et demain il y en aura 400 à l'embauche". C'est alors que se ravisant, le directeur ajouta : "Alors, c'est la liberté française que vous voulez?" Car ce monsieur Altwet, soi-disant suisse, serait un farouche fasciste allemand et se serait spécialisé pendant la guerre dans les recherches des gaz d'ypérite pour la destruction des travailleurs que l'intérêt capitaliste avait fait dresser les uns contre les autres. Groupés, les travailleurs imposeront leurs volontés

42 13. ANNÉE Nous ne sommes pas, quant à nous, décidés à nous laisser faire comme cela. Le monsieur a eu une première leçon ; qu'elle lui soit salutaire! Pour moralité, tirons cette conclusion que nos excellents patriotes de capitalistes savent bien quand leur intérêt le commande faire alliance avec ceux qu'ils appellent "les ennemis". Ouvriers, imitez-les! Faites avec les travailleurs étrangers l'union de toutes vos forces, à seule n de pouvoir lutter victorieusement contre tous les Altwet. Et vous, camarades femmes, prenez-garde à la revanche du monsieur! Si vous voulez y parer, rentrez en masse, aux côtés de vos camarades hommes, dans le syndicat ouvrier. Votre mouvement montre que l'union fait la force ; mais il faut que cette union soit coordonnée. Seule l'organisation peut faire cela. A. Chabanon, secrétaire de la Fédération des produits chimiques. N.B. Chaque dimanche de neuf heures à douze heures, à la Bourse du travail de Saint-Fons, permanence pour les adhésions au syndicat ouvrier des produits chimiques de Lyon et de la Région avril La quinzaine de propagande bat son plein dans l'industrie des Produits Chimiques Augmentation des salaires ; lutte pour les huit heures ; amélioration des conditions de travail. Au plus haut étage de la Bourse du Travail, dans le bureau du syndicat des Produits Chimiques, nous trouvons Chabanon, secrétaire de la Fédération Unitaire. Tu viens sans doute glaner quelques tuyaux sur l'organisation de la quinzaine de propagande dans la 20 e région? Oui, nous voudrions que tu donnes pour les lecteurs de L'Huma quelques renseignements sur vos intentions et le but que vous désirez atteindre. La situation dans les usines Ce que nous voulons, nous dit Chabanon, c'est avant tout démontrer aux ouvriers de notre industrie les dangers de l'oensive patronale actuelle contre les salaires. Il faut s'y opposer à tout prix. En général, dans la 20 e région, à part dans la céramique, les salaires sont extrêmement bas. On rencontre même dans la région parisienne des salaires inférieurs à vingt francs. Dans les usines, les conditions d'hygiène sont déplorables. Quelle est la situation des ouvrières? Franchement mauvaise. Elles peinent pendant neuf heures et dix heures de travail pour des salaires de douze, quinze francs, rarement supérieurs... La journée de huit heures n'est respectée nulle part. Son sabotage a lieu systématiquement. Alors, c'est la prime aux heures supplémentaires? 71. Un beau mouvement dans le Rhône. Aux usines chimiques de Saint-Fons, les ouvrières s'insurgent contre un règlement draconien, L'Humanité, n o 10309, 3 mars 1927, p. 5.

43 42 Non. Au contraire, celles-ci sont moins payées que les heures normales, parce que l'indemnité de vie chère ne vient plus s'ajouter au tarif horaire. Elles ne sont pas majorées. C'est un scandale contre lequel nous demandons à nos camarades de s'élever avec énergie... L'organisation de la quinzaine Notre quinzaine, poursuit Chabanon, va toucher une soixantaine d'usines dans les quarante réunions prévues organisées avec le concours de la Fédération et des Comités intersyndicaux. Elles auront lieu dans les localités suivantes : Saint-Denis, Clichy, Argenteuil, Gennevilliers, Ivry, Bezons, Saint-Ouen, Puteaux, Maisons-Alfort, Saint-Maur, Aubervilliers, Vincennes, etc... pour Paris et sa banlieue. À Montargis, Gien, Mitry-Mory, Cramoisis, Villers-Saint-Paul, Pont- Sainte-Maxence, Persan-Beaumont, pour le reste de la 20 e région. Pour ce gros eort de propagande, nos principaux militants sont mobilisés : Bloquet, Beckerich, Rouillot, Ducarteron, Naze, Ali, Marie Bréant et moi-même. Une grande partie des corporations groupées dans l'industrie des produits chimiques seront atteintes : le caoutchouc, avec les usines Hutchinson ; Palladum, Société industrielle des téléphones ; la céramique à Argenteuil, Gien, Pont-Sainte-Maxence, Cramoisis ; le pétrole à Ivry et Saint-Ouen ; l'encre chez Lorilleux à Puteaux ; les colorants à Villers-Saint-Paul ; les couleurs et vernis, acides et engrais, etc. Notre quinzaine intéresse ainsi soixante mille ouvriers environ. Les revendications principales En résumé, elles sont les suivantes : défense et augmentation des salaires ; lutte pour la journée de huit heures ; amélioration des conditions de travail ; délégués ouvriers pour usine insalubres, sans tenir compte des nationalités des intéressés ; extension à toutes les maladies professionnelles de la loi sur les accidents du travail, etc. Voilà, conclut Chabanon, les raisons pressantes de notre Quinzaine syndicale. Dans un prochain article, nous publierons une série de renseignements que nous a fournis notre camarade sur la marche et l'activité de la Fédération des produits chimiques. A. Jeandemange La quinzaine de propagande bat son plein dans l'industrie des Produits Chimiques, L'Humanité, n o 10356, 19 avril 1927, p. 5. Trois portraits accompagnent l'article avec pour légende : "Les camarades Chabanon et Ducarteron, secrétaires de la Fédération unitaire des produits chimiques et Bloquet, secrétaire du syndicat de la région parisienne".

44 13. ANNÉE avril La vie du parti. Le travail d'une petite cellule d'entreprise Cet article revient sur la vie et les dicultés rencontrées par une cellule d'entreprise dans les Établissements de transformation du plomb et zinc. Cet article n'a pas été retranscrit avril Réponse à une malpropreté. Comment la Fédération confédérée de la pharmacie écrit l'histoire Cet article revient sur une polémique lancée par la Fédération confédérée de la pharmacie à propos de l'ouverture dominicale de la pharmacie mutualiste de la Bellevilloise. Cet article n'a pas été retranscrit avril À la fabrique de bonbons S. Martin, des femmes gagnent un franc quatre-vingt de l'heure Cet article est signé par Marie Bréant avril Dans les syndicats de la région parisienne Céramique et industries chimiques. Les ouvriers et ouvrières des usines de Gennevilliers sont invités à assister aux réunions suivantes : Usine du Carbone : salle des fêtes, cité Jardin à 17h30. Orateurs : Beckerich, Ali, Bréant. Usine Ébonite Jeantet, caoutchouc Léger : à 17h30, salle Vallette, 32 avenue de Paris. Parfumerie Vivandon : même salle, à 18h30. Orateurs : Bloquet, Marouy avril Dans les syndicats de la région parisienne Syndicat de la Céramique et des Industries chimiques. Les ouvriers et ouvrières des usines ci-dessous de Levallois-Perret sont invités à assister aux réunions suivantes : 73. La vie du parti. Le travail d'une petite cellule d'entreprise, L'Humanité, n o 10357, 20 avril 1927, p Réponse à une malpropreté. Comment la Fédération confédérée de la pharmacie écrit l'histoire, L'Humanité, n o 10357, 20 avril 1927, p Marie Bréant, À la fabrique de bonbons S. Martin, des femmes gagnent un franc quatre-vingt de l'heure, L'Humanité, n o 10358, 21 avril 1927, p Dans les syndicats de la région parisienne, L'Humanité, n o 10358, 21 avril 1927, p. 6.

45 44 Vieille-Montagne, maison commune, rue Cavé, à la sortie du soir. Orateur : Marie Bréant. Wolber, salle Aujan, coin de la rue des Arts et rue Kléber, sortie du soir. Orateur :. Bostof, même salle, sortie du soir. Oléo, salle coin de la rue Jean-Jaurès et rue Perrier, sortie du soir. Orateur : Beckerich avril Hier s'est ouvert le conseil national de la Fédération unitaire du Verre Le conseil national de la Fédération unitaire du Verre s'est réuni, hier, à 14 heures 30 à la Bourse du Travail, 3 rue du Château-d'Eau, Paris (10 e arr.), sous la présidence du camarade Rey, délégué des coopératives. Sur la proposition de Sue, secrétaire fédéral, il a décidé de demander à la Fédération confédérée dans quelles conditions il sera permis aux syndicats unitaires du Verre de rentrer en bloc dans la Fédération confédérée. Une délégation composée des camarades Cellier (Sud-Est), Gibelin (région parisienne) et Schneider (Nord-Est) a été désignée pour se rendre au 211 rue Lafayette. Au cas où la réponse des confédérés parviendrait au Bureau fédéral après la clôture des travaux du présent conseil national, aucune décision ne pourra être prise avant la prochaine réunion de ce dernier. Le conseil national a également voté un ordre du jour de protestation contre l'intervention en Chine des impérialismes capitalistes et un autre contre les menaces d'exécution de Sacco et Vanzetti. Habert a ensuite donné lecture d'un rapport de la commission exécutive dans lequel il se plaint du manque de liaison entre elle et le bureau fédéral, ce qui amène un long débat sur les pouvoirs de la commission exécutive. Le délégué du Sud-Est et celui des coopératives se plaignent, de leur côté, d'un manque de liaison avec leurs délégués à la commission exécutive. Comme conclusion à ce débat, le conseil national adopte le rapport du camarade Habert, en y ajoutant que les membres de la commission exécutive devront se tenir, autant qu'il sera possible, en rapport avec la région par laquelle ils auront été désignés. Aujourd'hui, il discutera du chômage, des revendications corporatives, de la Fédération de la Céramique et des Industries chimiques Dans les syndicats de la région parisienne, L'Humanité, n o 10359, 22 avril 1927, p Hier s'est ouvert le conseil national de la Fédération unitaire du Verre, L'Humanité, n o 10360, 23 avril 1927, p. 5.

46 13. ANNÉE avril Dans la région parisienne, les verriers sont maintenant unis dans un seul syndicat Les ouvriers et ouvrières de l'industrie du verre (région parisienne) se sont réunis en Congrès régional, le 10 avril. Dans un accord parfait, tailleurs, boucheurs, verriers auxiliaires et man uvres ont décidé de constituer l'union syndicale des travailleurs du verre de la région parisienne qui groupe tous les travailleurs du verre sans distinction. Des sections techniques existeront pour chaque spécialité, y compris auxiliaires et man uvres, hommes et femmes ; dans chaque usine, ouvriers et ouvrières quelle que soit leur spécialité seront groupés en sections syndicales et reliés à l'industrie du verre. Le Bureau étant constitué, une campagne va commencer incessamment pour la défense des salaires, les huit heures, de l'hygiène, du congé et de toute question qui intéresse la défense du droit à la vie des travailleurs du verre. Pour renseignements en ce qui concerne l'administration, s'adresser à Vuilleminot Paul ; pour la trésorerie, au camarade Berrier Georges, Bourse du Travail, bureau 7 (4 e étage), 3 rue du Château-d'Eau, Paris (10 e arr.). La commission exécutive se réunira jeudi 28 avril, à 18 heures 30, salle des Commissions (4 e étage), Bourse du Travail, Paris avril Dans les syndicats de la région parisienne Céramique et industries chimiques. Les ouvriers et ouvrières des usines suivantes d'aubervilliers sont invités à assister aux réunions ci-dessous qui auront lieu aujourd'hui : Kuhlmann, Bardon, Ytier, Moritz, salle Ravera, ancienne maison Pierrot, à 17 heures 30. Orateurs : Bloquet, Ducarteron. Saint-Gobain : salle du bureau de tabac face à la sortie à 17 heures. Orateurs : Beckerich, Naze. Les collecteurs et délégués d'usines, ainsi que les isolés devront venir chercher les journaux à la permanence samedi ou dimanche matin avril Le conseil national de la Fédération du Verre discute du resserrement et entend le représentant de la CGTU Le conseil national de la Fédération unitaire du Verre s'est continué, hier, sous la présidence du camarade Kuntz, de la région du Centre. Après un exposé de la situation nancière, la commission exécutive demande au 79. Dans la région parisienne, les verriers sont maintenant unis dans un seul syndicat, L'Humanité, n o 10360, 23 avril 1927, p Dans les syndicats de la région parisienne, L'Humanité, n o 10360, 23 avril 1927, p. 5.

47 46 conseil national de désigner un de ses membres pour assister aux réunions de la commission de contrôle. Il est décidé que celle-ci fournira régulièrement un rapport à la commission exécutive. Le conseil national discute ensuite des modications à apporter aux statuts fédéraux. Les plus importantes intéressent la composition de la commission exécutive qui comprendra : un délégué par région, les trois membres de la commission du journal et les deux secrétaires fédéraux et le mode de représentation des syndicats dans les congrès. Elle sera décomptée suivant le nombre de timbres pris entre les deux congrès. Ducarteron, rapporteur de la commission chargée d'étudier les possibilités de resserrement entre la Fédération du Verre et celle de la Céramique et des Industries chimiques, fait un compte-rendu des pourparlers qui se sont poursuivis depuis le Congrès de Vierzon. Les quelques points qui restent à régler intéressent la cotisation, l'organisation des sections techniques et des syndicats régionaux. Ducarteron demande que dès maintenant les deux fédérations publient leur journal en commun et que le conseil national du Verre se tienne au même endroit et à la même date que le prochain congrès de a Fédération de la Céramique et des Industries chimiques. Herman voudrait qu'en raison de l'esprit corporatif des verriers, on ne prenne aucune décision dénitive avant qu'ils y soient bien préparés. Sue pense que le corporatisme doit disparaître et qu'avec une propagande active, la fusion doit être réalisée au Congrès de Le conseil national adopte la proposition de Ducarteron, en y ajoutant qu'une circulaire devra être envoyée aux syndicats, an de connaître leur avis sur la publication d'un journal commun aux deux fédérations. La parole est ensuite donnée à Berrar, secrétaire de la CGTU, qui fait un exposé complet des décisions prises par le dernier CCN unitaire concernant le chômage, la lutte contre la diminution des salaires et la rationalisation du travail. Puis, passant à l'unité syndicale, Berrar rappelle les propositions des unitaires, la réponse des confédérés et les conditions imposées aux syndicats de fonctionnaires. "Il reste aux unitaires, dit-il, à toucher directement les travailleurs confédérés, notamment pour le Premier mai, en organisant des manifestations en commun." Sur la demande de Sue, le secrétaire confédéral donne quelques explications sur la façon dont la CGTU comprend le resserrement syndical et le conseil nationam se sépare, après avoir élaboré un programme de propagande Le conseil national de la Fédération du Verre discute du resserrement et entend le représentant de la CGTU, L'Humanité, n o 10361, 24 avril 1927, p. 5.

48 13. ANNÉE avril Dans les syndicats de la région parisienne Céramique et industries chimiques. Réunions aujourd'hui des ouvriers et ouvrières de : Société Industrielle des Téléphones, Bezons : à la sortie du soir, salle de l'ancienne Mairie. Orateurs : Bloquet, Bréant. Compagnie des Huiles de Pétrole, Saint-Ouen : à la sortie du soir, salle Toto, quai de Seine, angle rue de Paris. Orateurs : Chabanon, Boché. Blancherie de Thaon (caoutchouc), Saint-Ouen : à la sortie du soir, salle de la Coopé L'Abeille. Orateurs : Beckerich juillet Ça sent le pétrole! On se préoccupe vivement, en ce moment, du problème du pétrole. On répète volontiers la formule : "le pétrole est Roi!" Oui! Il est roi plus que l'or lui-même. Les trusts qui dominent l'industrie et la répartition de l'huile précieuse sont présentement les deux forces capitalistes les plus puissantes du monde. La Standard Oil américaine dispose d'un capital de plusieurs milliards de dollars (un dollar, 25 francs 50). La Royal Dutch anglaise est tout aussi riche. La première est dirigée par Bedford et Teagle, la seconde par Deterding. Il n'est ni roi, ni empereur, ni président de la République qui ne s'incline devant ces vigoureux capitaines d'industrie. Par ce temps de "démocratie", tout plie devant ces seigneurs souverains. La Standard et la Royal se sont disputées jusqu'à présent la prédominance. Elles se battent comme des chiens dans l'univers pour s'arracher les puits et pour s'enlever les marchés. Ayant accaparé la plus grosse partie de la matière première de toute la planète, elles prétendent tenir sous leur joug les nations et les individus. La machine sociale entière de l'impérialisme ne peut plus marcher que si elle est alimentée par une immense production de mazout et d'essence. Les navires de guerre, ceux du commerce, les autos, les avions, les transports par terre, par l'eau et par l'air en absorbent des quantités chaque jour plus prodigieuses. Nous sommes à l'âge de l'huile et ceux qui la détiennent, ont dans leurs mains les véritables leviers de commande de tout le système économique et politique mondial. Si l'on veut comprendre les événements sociaux auxquels nous assistons, c'est au problème du pétrole qu'il importe de se référer. Les intérêts des pétroliers règlent la paix et la guerre ; ils disposent des banques et de la grande presse, dite libre ; des gouvernants et des gouvernés. Qui ose se mettre en travers de leur route est menacé de mort et leur rancune ne connaît pas de pitié. Nous dirons un jour l'histoire de leur passé an que l'on comprenne leurs agissements constants et que l'on apprécie leur attitude en 82. Dans les syndicats de la région parisienne, L'Humanité, n o 10364, 27 avril 1927, p. 6.

49 48 cette période de l'histoire. Les travailleurs communistes sont directement intéressés à suivre dans leur détail, les évolutions des accapareurs de l'huile. Nous entreprenons ici d'en faire la preuve au cours d'une campagne où seront apportés les documents les plus clairs. Les lignes générales de l'action des trusts pétroliers peuvent déjà être indiquées par une constatation préjudicielle : en face des trusts, tous les pouvoirs ont cédé. Et les accapareurs se attaient d'avoir étendu assez avant leur domination sur toutes les sources du pétrole des deux continents pour demeurer les maîtres incontestés des peuples quel qu'ils soient. Mais voici que, par aventure, il trouve la Russie soviétique. Le pays de la Révolution possède, en eet, les gisements de pétrole les plus considérables aujourd'hui connus. Et grâce à cette richesse, en acte et en puissance d'une inestimable valeur, le gouvernement des ouvriers et des paysans se dresse comme le concurrent le plus sérieux des trusts qui pensaient avoir le chemin tout à fait libre. Et comme la Russie révolutionnaire entend ne pas aliéner son bien, le combat est engagé entre elle et le Deterding de la Royal Dutch. Si, dans ces derniers mois, la campagne contre la Russie des Soviets et contre le communisme a pris la forme aiguë et sauvage que chacun a pu constater dans la presse blanche universelle, c'est là qu'il faut en chercher l'origine et la cause. Le chef d'orchestre de cette musique, c'est le pétrolier Deterding. Du haut de sa pile de milliards, il bat la mesure et les exécutants à ses ordres font à travers le monde un bruit infernal. Il faut entraîner, aoler l'opinion, créer des courants contre le communisme sanguinaire, contre Moscou criminel, contre les barbares et les vendus. On connaît l'antienne! Tout cela, parce que les Soviets ont exproprié les capitalistes à la Deterding et parce qu'ils refusent de livrer à ces brigands les richesses rendues au prolétariat russe. Nous établirons la vérité d'évidence en démasquant les complicités de la presse, des gouvernants et des partis politiques qui sont au service et à la solde de ce gentleman, roi du pétrole! M. C juillet La souveraineté de la Standard et de la Dutch, reines du pétrole Hier, nous avons rappelé qu'il existe deux trusts géants qui ont accaparé une grande partie du pétrole du monde ; l'un est américain, la Standard Oil ; l'autre anglais, la Royal Dutch. D'un mot, disons que la Standard contrôle la production, le transport et la vente de douze millions et demi de tonnes par an et que la Royal va jusqu'à plus de quatorze millions de tonnes. La Standard, souveraine des États-Unis 83. Ça sent le pétrole!, L'Humanité, n o 19452, 25 juillet 1927, p. 1.

50 13. ANNÉE La Standard remonte à En soixante ans, sous l'impulsion d'abord du vieux Rockefeller, puis de ses successeurs Bedford et Teagle, elle est arrivée aux résultats suivants : elle exerce son activité sur tous les points du globe où il y a du pétrole : aux États-Unis, dans tous les pays de l'amérique du Nord, de l'amérique du Sud et au Mexique ; en Roumanie, en Pologne, au Caucase, dans les Indes néerlandaises, en Mésopotamie. Elle préside un énorme domaine minier, des usines de ranage, des comptoirs de distribution et de vente. Elle détient un matériel immense de chemins de fer, de transports par bateaux-citernes, de réservoirs, de matériel de forage et de pompes. La Standard est tellement puissante qu'elle domine ouvertement le gouvernement des États-Unis. Elle tient les gouvernants, les ministres, les Chambres ; elle crée des scandales politiques, périodiques et constants. Elle a bravé et bafoué Roosevelt, Wilson, tous les présidents de la République Yankee. Elle a été dissoute et a violé impunément la loi. Elle a écrasé ses concurrents par les procédés les plus brutaux, les plus inhumains, les plus immoraux. De gros volumes ont été écrits sur ce sujet aux États-Unis. Chacun le sait, mais la Standard n'en a cure. 53 milliards de réserve Quand on lit les comptes-rendus nanciers de la gestion de la maisonmère (la Standard Oil of New Jersey) et de ses succursales, on y trouve des perles rares : "les résultats de l'exploitation ne sont communiqués qu'aux actionnaires". Vous vous rendez compte! Cependant, ces précautions prises, voici les aveux qu'on ne peut pas dissimuler. Les bénéces de l'année 1923 se sont élevés à un milliard et demi de francs. Les réserves se montent à 53 milliards. Cinquante-trois milliards! Les possessions pétrolifères des Anglais Passons à la Royal Dutch! Celle-ci est née en 1890, vingt-trois ans après sa concurrente américaine. Mais c'est seulement à partir de 1907, il y a vingt ans, qu'elle a pris son développement formidable d'aujourd'hui. Les capitalistes britanniques ont compris à ce moment qu'il était impossible de laisser la marine anglaise à la discrétion des pétroliers américains. Un homme d'un remarquable esprit d'organisation s'est levé, et aujourd'hui la Royal Dutch et ses liales produisent ou contrôlent la vente de quatorze millions de tonnes de pétrole, tandis que la Standard ne dépasse pas douze millions et demi. Deterding a égalé ou dépassé Rockefeller. La Royal a réalisé en 1923 un milliard de bénéces nets. Ses actions ont triplé ; ses réserves s'élèvent à un chire astronomique. Elle détient l'huile de la Mésopotamie, de la Malaisie, de l'égypte, des Indes Néerlandaises, Java, Sumatra, Bornéo. Elle possède une compagnie de transport de pétrole, la Shell, la plus forte du monde. Ajoutons que les anglais possèdent à côté de la Royal une autre société très importante : l'anglo-persian, qui produit cinq millions de tonnes et à l'administration de laquelle le gouvernement anglais participe par l'intermédiaire

51 50 de son Amirauté. La consommation française sous le joug En ces quelques notes brèves, on ne peut que noter les têtes de chapitres du livre du pétrole. À elles deux, la Royal et la Standard disposent de plus de vingt-six millions de tonnes d'huile par an. Rappelons comme terme de comparaison que la consommation entière de la France s'élève à deux millions de tonnes environ et que le sous-sol français en produit à peine. La France est donc tributaire des pays étrangers pour deux millions de tonnes de mazout, essence et dérivés, qui lui coûtent plus de deux milliards par an. Et présentement ses fournisseurs essentiels sont les deux grands trusts qui l'exploitent à fond. Comment échapper à leur mainmise, à leur domination, à cette honteuse mise en coupe réglée? C'est le problème qui occupe à cette heure une des premières places dans l'opinion des politiciens. La puissance matérielle et nancière des grands pétroliers est telle que tous nos gouvernants tremblent devant eux. Et le problème se complique encore par le fait que la Russie bolchevique s'ore à aider le gouvernement capitaliste de Paris à secouer le joug intolérable des accapareurs anglo-saxons. Nous verrons demain quelle est la situation générale du marché français. Puis nous examinerons ses possibilités d'indépendance. M. C juillet La France capitaliste vassale des trusts du pétrole Jamais, dans l'histoire humaine, des puissances capitalistes n'atteignirent la prodigieuse ampleur des deux compagnies pétrolières dont nous rappelons ici les hauts faits. Nous disions hier que les bénéces annuels, avoués et connus de la Standard Oil s'élevaient à un milliard par an ; que ses réserves étaient de 53 milliards. Un journal hollandais, la Rotterdamsche Bankvereeniging, précise ces données : "La Standard comprend 35 sociétés dont la capitalisation boursière se montait au 31 décembre dernier, à quatre milliards six cents millions de dollars (traduisez en francs : 117 milliards de francs)". Le même journal ajoute pour la Royal Dutch anglaise : "Le groupe Royal Dutch-Shell représente un milliard deux cent trente-cinq millions de dollars (soit trente-et-un milliards de francs). L'Anglo-Persian seize milliards". Mais ajoutait l'organe hollandais, "le groupe Royal Dutch est beaucoup plus fort que les chires précédents n'en témoignent". Voilà donc campées les deux organisations maîtresses de l'huile minérale. Plus fortes que les plus grands États, elles font marcher l'univers. Nous sommes en un siècle où la souveraineté du charbon est peu à peu éclipsée par celle du pétrole. Qui tient le pétrole, tient le monde, tient la paix, tient la guerre. Ainsi le veut la 84. La souveraineté de la Standard et de la Dutch, reines du pétrole, L'Humanité, n o 10453, 26 juillet 1927, p. 1 et 2.

52 13. ANNÉE loi de l'impérialisme qui prend en pitié les discussions académiques des socialistes et des radicaux sur les prétendus droits de l'homme et sur la démocratie moderne. L'impérialisme prouve, par son existence et son développement, qu'il y a la loi de l'argent, le droit de l'argent et c'est tout! Passons aux agissements des deux compagnies accapareuses en France. Ayant monopolisé plus de 70 % de la production mondiale de l'huile, elles se sont partagées la fourniture de la plus grande partie de la consommation en notre pays. Rien que pour cette dernière décade, elles ont prélevé sur lui une dîme qui s'élève à plusieurs milliards. Elles alimentent en pétrole pour l'éclairage, en essence pour taxis, autos, camions, tracteurs, moteurs et avions, enn en huiles de graissage. Chaque année, la consommation grandit dans d'énormes proportions. Chaque année, par conséquent, les bénéces réglés par les rois du pétrole s'amplient et progressent par dizaines de millions. Les sociétés françaises de distribution Il y avait jusqu'ici, en France, dix sociétés capitalistes qui s'étaient assurées, par une entente discrète et fort protable, la distribution et la vente du pétrole et de ses dérivés, qu'elles achetaient aux producteurs. Citons-les, elles sont bien connues des initiés, et leur histoire, à celles-là aussi est bien édiante : Ce sont : 1 o La Pétroléenne de Fenaille et Despeaux ; 2 o Lille, Bonnières et Colombes ; 3 o Les Desmarais frères ; 4 o Les Lesieur et ses ls ; 5 o Paix et C ie ; 6 o Deutsch de la Meurthe ; 7 o La Compagnie industrielle des Pétroles ; 8 o La Compagnie Générale du Pétrole ; 9 o La Ranerie de Pétrole du Nord ; 10 o La Ranerie du Midi. Saluez ces noms, camarades! Ces sociétés-là vous coûtent cher! Elles ont dominé les prix de l'huile dans notre pays à leur convenance, sans que jamais les gouvernants aient songé à mettre un terme à leurs bénéces. Elles ont réalisé, avant la guerre et depuis la guerre, des gains s'élevant à plusieurs centaines de millions sur les consommateurs. Elles s'entendaient entre elles pour xer les prix ; elles nous rançonnaient tous sous l' il bienveillant des dirigeants quels qu'ils fussent, de droite ou de gauche, impuissants et complices. Les trusts ont absorbé les maisons françaises Maintenant, la plupart d'entre elles ne sont plus que des liales des deux grands trusts. La Standard Oil a mis la main sur la Pétroléenne de Fenaille et Despeaux, ainsi que sur la Compagnie Générale des Pétroles. La Royal s'est octroyé la Société Maritime des Pétroles et la Société Deutsch de la Meurthe qui s'est transformée en Compagnie Jupiter. On voit que les pétroliers ne craignent pas de se comparer au vieux roi des dieux païens. L'Anglo-Persian a avalé la rme Lesieur et ses ls, ainsi que celle de Paix et C ie. Elles sont devenues la Société Générale des Huiles de Pétrole. La Compagnie Industrielle

53 52 des pétroles est tombée sous le contrôle de l'american Sinclair. Désormais, les trusts anglo-saxons, ayant ainsi absorbé les anciennes maisons françaises, il leur est loisible de nous imposer, sans intermédiaires, leurs prix, leurs exigences et leurs ordres. La France capitaliste s'avise un peu tard qu'elle est prise à la gorge et vassalisée. Nous verrons, demain, grâce à quelles responsabilités elle en est venue là. M. C juillet Ça sent le pétrole... Les pétroliers français sous la domination de Rockefeller et de Deterding Avant de capituler devant l'étranger, ces messieurs avaient rançonné le pays durant la guerre comme pendant la paix. Depuis plusieurs années, deux grands trusts anglo-saxons fournissent presque tous les pétroles et essences consommés en France. Jusqu'à ces derniers temps, les trusts vendaient leur marchandise à une dizaine de sociétés capitalistes françaises, qui la répartissaient dans notre pays moyennant d'honnêtes prélèvements. Ces sociétés, dont nous avons donné la liste, étaient restées indépendantes des trusts. Elles étaient réunies entre elles en un cartel qui leur permit, durant de longues années, de rançonner leurs concitoyens comme des brigands de grande route. Maintenant, la plupart de ces compagnies capitalistes sont devenues de simples liales des trusts anglo-saxons. De telle manière que la mainmise de la Standard, de la Royal et de l'anglo-persian est à peu près complète sur notre marché. Une exploitation de trois quarts de siècle aboutit à la trahison Et voilà que de toutes parts, dans tous les clans de politiciens de droite comme de gauche, s'élèvent des protestations véhémentes sur la vassalité ainsi établie de la France victorieuse. Comme on ne peut, sans le pétrole et sans ses dérivés, vivre pendant la paix ni encore moins poursuivre une guerre quelle qu'elle soit sur terre, sur mer, dans les airs, on comprend l'eroi et les angoisses de nos dirigeants à la révélation d'un pareil état de choses. Comment en est-on venu là? La réponse est écrasante pour le capitalisme pétrolier français. Les dix sociétés d'avant-guerre avaient réalisé des bénéces énormes en vendant d'abord le pétrole lampant, qui constituait en notre pays l'éclairage populaire depuis près de soixante-dix ans. Puis, lorsque se développèrent les progrès dans les transports de tout ordre, leurs aaires avaient atteint une prospérité inouïe. Nos pétroliers, les Despeaux, les Deutsch de la Meurthe, pour ne parler que de ceux-là, comptaient parmi les rois de la République aux côtés des grands métallurgiques, des grands banquiers et des 85. La France capitaliste vassale des trusts du pétrole, L'Humanité, o 10454, 27 juillet 1927, p. 1 et 2.

54 13. ANNÉE grands assureurs. De combien de milliards leurs puissantes compagnies ontelles dépouillé les travailleurs français? C'est un chire dicile à xer. Elles ont toujours dissimulé leurs bénéces de la manière la plus malhonnête, an d'échapper au sc, et aussi an de ne pas attirer l'attention sur l'étendue de leurs vols. Qu'il nous suse de rappeler un article des statuts de l'une d'entre elles (La Pétroléenne) où il est armé publiquement et cyniquement : "Les résultats de l'exploitation seront conés seulement aux actionnaires". L'attitude de ces brigands du pétrole fut telle, pendant la guerre, que Clemenceau fut contraint de les déposséder provisoirement de leur puissance ; ils refusaient de sacrier leurs immenses prots aux nécessités du ravitaillement de l'armée, et le vieux Tigre lui-même fut contraint de les étrir et de dénoncer leur esprit de lucre au moment le plus dangereux de 1918! Au bilan des pétroliers français se xe donc la trahison, à côté de l'exploitation inouïe du pays pendant trois-quart de siècle. Ils ont clos ce cycle brillant en livrant leur matériel aux agents des trusts internationaux et en jugulant ainsi la liberté de la nation. Sous la coupe des Anglo-Saxons Aujourd'hui, leurs installations et leurs entrepôts, répandus sur tous les points du pays, à Aubervilliers, à Rouen, au Havre, à Bègles, à La Pallice, à Cette, à Frontignan, à Bordeaux, à Blaye, à Dunkerque, à la Garenne- Colombes, à Saint-Louis-du-Rhône, à Balaruc, à Wasquehal, sont tombés sous le contrôle des impérialistes anglo-saxons de l'huile. Eussent-ils pu éviter cette vassalisation? Ce n'est pas douteux. Les grands pétroliers français, pareils en cela à tous les bourgeois de notre pays, ont fait preuve, au cour du dernier demi-siècle, de l'infériorité la plus éclatante vis-à-vis de leurs congénères des États-Unis, de Grande-Bretagne et d'allemagne. Les bénéces prélevés par eux sur la nation, ils les capitalisaient ici, au lieu de s'en servir, à l'exemple des capitaines d'industrie étrangers, pour la recherche des sources de la matière première. Les anglo-saxons furent plus hardis ; leur audace et leur goût du risque les ont rendus maîtres des marchés, et ils dominent désormais la production et l'échange dans l'univers entier. La bourgeoisie française, rapace et voleuse, mais d'esprit étriqué et mesquin, n'a produit que des exploiteurs sans imagination et sans envergure. Dans la bataille internationale de l'économie, leurs conceptions de thésaurisation, de prêts aux États véreux, d'usure sordide ne leur ont pas permis les vastes desseins grandioses d'un Rockefeller ou d'un Deterding. C'est pourquoi, à l'heure présente, ils ne sont plus que les vassaux dorés, les courtisans de ces grands seigneurs qui jouent le rôle des monarques. Les pétroliers français sont vaincus Les plaintes et les gémissements des gouvernants et des politiques bourgeois n'y changeront rien. La domination des trusts est dans la nature des choses ; elle est la loi de l'évolution. Ceux des capitalistes qui eurent assez

55 54 d'intelligence, d'esprit d'initiative pour le comprendre sont désormais les maîtres du marché. Les nôtres sont vaincus. Et, pour échapper à l'hégémonie des vainqueurs, les issues sont diciles août Ça sent le pétrole... La lutte pour et contre le monopole Nous avons vu que pour échapper à la mainmise et à la lourde domination des trusts internationaux du pétrole, il serait nécessaire que la France s'adressât à la Russie productrice. Même dans la période capitaliste présente, on pourrait arriver ainsi à restreindre dans certaines limites la toute-puissance de l'impérialisme anglo-saxon si pesant et si gros de périls. Mais il ne sut pas que l'état s'assure par le monopole d'importation une quantité susante de matière première, de pétrole brut. Il faut ensuite le raner. Il faut ensuite distribuer, vendre, faire parvenir dans toutes les régions du pays les essences et tous les sous-produits. Ils sont désormais aussi indispensables que le charbon à la vie économique de l'industrie, des transports et de l'agriculture elle-même. Or, comme chacun le sait, du reste, cette distribution et cette vente sont assurées depuis longtemps en France par une dizaine de riches compagnies capitalistes liées entre elles par un Cartel. Elles sont maintenant sous la coupe des trusts internationaux et dominées par eux. Les trois plus importantes de ces sociétés (Desmarais, Fenaille et Despeaux, Deutsch) fournissent à elles seules la moitié de la consommation nationale. Il y a longtemps qu'elles ne ranent plus. Elles se contentent d'acheter à l'étranger et de vendre à chers deniers à la consommation. D'industrielles qu'elles étaient jadis, elles sont devenues purement commerçantes. Les anciens raneurs ne sont plus que les fermiers généraux du sc moderne et les agents des pétroliers étrangers. Ils ont suivi la ligne du moindre eort. À ce jeu, les dix sociétés du Cartel ont réalisé dans le passé et réalisent encore d'honnêtes prots. Ces prots, nul en dehors de leurs conseils d'administration n'en connaît le taux. Ils avouent 160 millions net par an, sans compter naturellement les innombrables tours de bâton, dissimulation de bénéces, amortissements, réserves et malhonnêtetés classiques des bilans de conseils d'administration. Le tout dépasse, à l'estimation des techniciens, un demi-milliard par an. Comme leur exploitation date déjà de plusieurs décades, il est aisé d'imaginer quels ont été les prélèvements des pétroliers français. Ils sont de l'ordre de grandeur de plusieurs milliards. Les partisans du monopole estiment, non sans raison, que ces sommes-là seraient beaucoup plus utilement canalisées vers les caisses de la collectivité que vers les cores-forts des parasites des compagnies. Les partisans du monopole rappellent que l'on a dû recourir, il y a dix années, au dessaisissement des cartellistes pétroliers ; ils veulent que l'expérience abandonnée 86. M. C., Ça sent le pétrole... Les pétroliers français sous la domination de Rockfeller et de Deterding, L'Humanité, n o 10455, 28 juillet 1927, p. 1.

56 13. ANNÉE depuis 1923 soit reprise à cette heure. Ils saisissent le Parlement qui devra en discuter au cours de la session d'octobre. Les pétroliers s'apprêtent à défendre énergiquement leurs positions et leurs privilèges. Ils mettent déjà tout en uvre pour l'attaque, et nous assistons aux mêmes intrigues, aux mêmes préparations de l'opinion par la presse, dont nous fûmes récemment témoins lors de la discussion sur le monopole des allumettes. Ils viennent de lancer en circulation une petite brochure très claire et très fausse. Les bons apôtres prétendent y démontrer que le monopole du pétrole, c'est l'essence chère, tandis que leur gestion à eux, n'est-ce pas, assure un produit d'un impressionnant bon marché. Ce n'est pas l'avis des chaueurs et des usagers de leur marchandise. Quels sont leurs arguments? Ils disent : "Si l'on veut installer le monopole de l'industrie et du commerce du pétrole en France, il faut que l'état s'impose une dépense initiale de plus de cinq milliards". Il devra d'abord racheter les installations des pétroliers. Coût : deux milliards. Il faudrait installer deux puissantes distilleries : deux autres milliards. Il devrait construire une otte pétrolière : un milliard et quart. Enn, il serait contraint de racheter les stocks actuellement existants et il lui en coûterait près de six cents millions. Ainsi, l'état, déjà si pauvre et dont les nances sont si mal en point, serait dans l'obligation de distraire dès l'abord cinq à six milliards de ses caisses. Où voulez-vous qu'il les trouve, ajoutent les pétroliers triomphants. Vous voyez bien que cette condition primordiale de l'établissement du monopole ne saurait être satisfaisante dans l'état présent du budget! Donc, les partisans du monopole, si on les suivait, engageraient la nation dans une folle aventure. Il vaut mieux, évidemment, laisser les choses en l'état et ne pas déranger les petites combinaisons des trusteurs, accapareurs et exploiteurs du pétrole, de l'essence et des huiles minérales. Les communistes auront à examiner la valeur de ces sophismes. Ils auront aussi à xer leurs idées sur les conditions exigées par un monopole pratique et productif. Ils devront se demander si l'état capitaliste est en mesure d'assurer la marche normale d'une production industrielle et commerciale au prot de la collectivité sans violer les propres lois de son existence. M. C octobre Le fait syndical. La Fédération des industries chimiques et de la céramique va tenir son congrès le 30 octobre à Lyon Les 30, 31 octobre et le 1 er novembre, à Lyon, se tiendra le Congrès de la Fédération Unitaire de la Céramique, des Industries Chimiques et Parties similaires. Cette Fédération, encore peu importante par le nombre de 87. Ça sent le pétrole... La lutte pour et contre le monopole, L'Humanité, n o 10474, 16 août 1927, p. 4.

57 56 syndiqués qu'elle groupe (20 000), est néanmoins une de celles où le prolétariat est le plus dense dans les usines, où l'exploitation des femmes et des ouvriers étrangers est la plus accentuée. D'autre part, le nombre de travailleurs de ces industries s'accroît sans cesse, avec rapidité. Chaque année, de nouvelles usines sont édiées. Et l'époque n'est pas lointaine où la grande industrie chimique sera parmi les plus importantes par le nombre de prolétaires qu'elle occupera. C'est le devoir des militants d'être attentifs aux transformations de l'économie capitaliste. L'essor de la chimie et de ses produits durant la guerre, et surtout celui des produits de synthèse actuellement, doit être sérieusement examiné par tous nos secrétaires d'unions régionales. Le Congrès de Lyon si l'on tient compte de ces considérations aura donc une grosse importance pour notre mouvement syndical. Son ordre du jour, d'ailleurs, est fort intéressant. Et nous pensons que sa représentation par délégués directs devra être assurée dans la mesure la plus large. D'importants rapports y seront discutés, notamment sur les assurances sociales, l'extension de la loi sur les maladies professionnelles, la concentration et la rationalisation capitalistes, les dangers de la guerre et le rôle des travailleurs de l'industrie chimique, les délégués ouvriers à l'hygiène et à la sécurité, les syndicats régionaux et semi-régionaux, l'unication des salaires sur le plan national et par industrie, les congés payés, les huit heures. On voit que, dans le domaine des revendications immédiates, il sera d'un puissant intérêt pour les délégués. L'extension de la loi sur les maladies professionnelles et l'institution de délégués ouvriers à l'hygiène et à la sécurité sont deux points dont la discussion était d'une absolue nécessité. Cette industrie est certainement celle où le nombre des accidents et des maladies est le plus élevé. Il appartiendra aux camarades délégués de province de venir compléter, des enseignements de leur expérience à l'usine, les indications déjà importantes contenues dans les rapports de Chabanon et Naze. Enn, gurent également à l'ordre du jour l'examen de la situation économique en général, de celle de l'industrie de la porcelaine, des huileries et savonneries, etc., et la fusion avec le verre. Des débats de Lyon doivent sortir des décisions précises tendant à orienter la Fédération de l'industrie Chimique vers un plus large recrutement qui lui donnera, dans la CGTU, la place d'importance par sa puissance qu'elle y doit conquérir. J. R J. R., Le fait syndical. La Fédération des industries chimiques et de la céramique va tenir son congrès le 30 octobre à Lyon, L'Humanité, n o 10528, 9 octobre 1927, p. 5.

58 13. ANNÉE octobre Travailleurs des produits chimiques dont l'organisme est rongé jour à jour prolétaires fabriquent en France les poisons industriels et l'arme chimique de la future guerre impérialiste "L'industrie chimique est la première des industries clefs et aucun eort ne saurait être négligé pour lui permettre de vivre et de prendre de l'extension... Notre devoir est cependant de ne laisser concurrencer qu'à armes égales et en tenant compte du concours que celles-ci pourraient apporter au pays en cas d'événements qui, d'ailleurs, auront d'autant moins de chances de se reproduire que lesdites industries seront mieux à même de collaborer ecacement et rapidement à sa défense." Extrait du rapport de M. Bokanowski sur le nouveau tarif douanier. Les industries de la chimie sont plus communément connues sous l'appellation générique d'industrie chimique. C'est bien, dans l'après-guerre, la première des industries clefs ; ce sera aussi - "en cas d'événements qui pourraient se reproduire" - celle dont les travailleurs seront astreints, en vertu de la loi Paul-Boncour, à collaborer "ecacement et rapidement à la défense du pays", ce qui, dans le style gouvernemental de la bourgeoisie, signie : fabriquer, pour la guerre impérialiste, des gaz vénéneux, des poudres, de monstrueux engins de destruction. C'est, aussi, l'industrie qui, dans la guerre de classe sera appelée à fournir à la défense capitaliste les moyens de brûler, d'asphyxier, d'empoisonner le prolétariat dressé contre ses exploiteurs. Ces seules "possibilités" de l'industrie chimique suraient amplement à mériter l'attention soutenue que tous les révolutionnaires doivent porter sur la gigantesque évolution de cette branche de la production, et sur le prolétariat de cette catégorie. Mais il est d'autres raisons encore plus péremptoires - si l'on peut dire - de l'intérêt que les organisations syndicales se doivent de prendre à cette partie de l'économie capitaliste. L'industrie chimique n'est pas seulement devenue la principale industrie de guerre, elle est aussi l'industrie tentaculaire type. Pas une fabrication qui n'en dépende, soit au cours des transformations des matières premières qui la composent, soit au cours même de la confection des objets fabriqués. Une grève eective, totale de l'industrie chimique paralyserait toute la production industrielle. C'est là une constatation de fait. Colorants et explosifs Enn, l'industrie chimique est le véritable Janus industriel aux deux visages. Les deux citations ci-dessous sont d'une éloquence qui se passe de commentaires : "... Les fabriques normalement et légitimement utilisées pour la fabrication de produits chimiques, y compris les produits colorants, peuvent être adaptées à la fabrication de gaz toxiques avec une rapidité plus ou moins grande, ainsi qu'il est précisé comme suit : aucun délai de transfor-

59 58 mation n'est à prévoir pour les gaz toxiques qui sont actuellement produits en grande quantité dans l'industrie : parmi ces gaz, on peut citer tout particulièrement le chlore et le phosgène. Pour les gaz toxiques qui sont fabriqués actuellement par l'industrie, mais en quantité insusante pour les besoins de la guerre, quelques semaines susent pour accroître la production dans une proportion susante." (1) "Faut-il rappeler, en eet, que les produits intermédiaires, c'est-à-dire ceux par lesquels, partant des goudrons, on passe pour arriver aux chromogènes, donnent indiéremment, suivant le traitement auquel on les soumet dans la suite, des colorants ou des explosifs. Sans modication d'outillage, on fait à volonté de ces produits intermédiaires, un rouge, un jaune, un violet ou bien la mélinite, la tolite, la xylite, les cheddites. Voilà le fait indéniable." (2) Environ hommes et femmes sont employés en France, dans les grandes branches de l'industrie chimiques : acides, bases, sels et électrochimie, huiles, parfums et savons, matières colorantes et explosifs, produits pharmaceutiques, engrais, caoutchouc, céramique. L'industrie houillère et l'industrie gazière - qui produisent des "synthèses" sont en dehors de ce nombre. Il y a donc des milliers et des milliers de travailleurs et de travailleuses à organiser, à défendre, à protéger contre le lent empoisonnement qui délabre jour à jour leur organisme ; il y a tout le prolétariat à sauvegarder des eets de la guerre ; il y a surtout à répondre au tenace acharnement de concentration d'une poignée de sur-proteurs de guerre par l'organisation méthodique, serrée, de centaines de milliers de prolétaires âprement exploités et dont les salaires inmes sont une dérision en regard des risques qu'ils courent journellement et de la peine immense que représente leur dur labeur. J. Raveau. (1) Conclusions du rapport du comité préparatoire du désarmement. (2) D'un article paru dans la Journée Industrielle du 10 juin 1926, sous le titre suggestif : Qui fabrique des colorants organiques est outillé pour faire des explosifs octobre Travailleurs des produits chimiques dont l'organisme est rongé jour à jour...(1) Sous-sol, industrie gazière, caoutchouc, verre, céramique sont des industries chimiques Sur travailleurs des industries de la chimie, sont syndiqués à la CGTU, à la CGT. Or, compte tenu de l'évolution présente de l'économie capitaliste et de ses tendances à la plus ou moins grande 89. J. Raveau, Travailleurs des produits chimiques dont l'organisme est rongé jour à jour prolétaires fabriquent en France les poisons industriels et l'arme chimique de la future guerre impérialiste, L'Humanité, n o 10528, 9 octobre 1927, p. 5.

60 13. ANNÉE concentration dans telle ou telle branche d'industrie, il apparaît que dans quelque dix ans et peut-être dans une plus courte période, l'industrie chimique sera celle qui, en France, emploiera le plus grand nombre de prolétaires. Chaque année, écrivions-nous précédemment, de nouvelles usines sont édiées. En veut-on un exemple récent? Hier encore, dans une revue hebdomadaire de la Bourse, nous pouvions lire ceci : La Société Mines et Usines, créée sous les auspices de l'omnium d'algérie-tunisie et des Phosphates de Constantine, pour la création en France d'usines régionales d'engrais, a mis en route la fabrique de Voves, en construction depuis deux ans. Des deux autres usines, celle d'issoudun fonctionne déjà normalement. L'usine de Mondeville ne fonctionnera vraisemblablement qu'au début de l'année prochaine. L'ensemble des installations représente une capacité de production annuelle de tonnes de super. Trois nouvelles usines. Quelques cinq mille ouvriers de plus dans l'industrie tentaculaire de la chimie!... Car c'est une caractéristique bien déterminée de l'industrie chimique : elle absorbe les prolétaires des autres industries ; elle les englobe dans ses productions. Trois industries qui tendent à se souder : Sous-sol, Gaz, Chimie Quand une industrie tire d'un quelconque minerai des produits nouveaux, lorsqu'elle transforme le solide en liquide ou tire d'un élément composé une partie de celui-ci qui, combinée avec d'autres formera un nouveau corps, elle procède à une opération chimique. Broyage, distillation, calcination sont les opérations de base de la grande industrie chimique. Mais l'essor prodigieux des industries dites de synthèse c'est-à-dire des industries où l'on crée par l'amalgame de substances diérentes, déjà séparées d'autres corps, un nouveau produit change lentement la formation des groupes industriels. Ammoniaque synthétique, engrais, camphre synthétique, pétrole synthétique, soie articielle notamment, ont, particulièrement depuis la n de la guerre, transformé les données de la répartition économique du prolétariat dans les grandes branches d'industrie. Et c'est ainsi que les quelques grands industriels des produits chimiques "travaillent" maintenant en étroite liaison presque en communauté d'intérêts avec les magnats du sous-sol. Kuhlmann et Saint-Gobain participent à la gestion d'une partie des plus importantes houillères, celles-ci faisant construire, près de la mine, des usines de produits chimiques dénommés sous-produits de la houille. Benzols, naphtes, goudrons, toluol, acide phénique, résines, crésyl, vernis, colorants, alcalis, sortent de ces usines. Le mineur de houille est maintenant presque autant l'auxiliaire de la chimie que celui de la force motrice industrielle. Les mineurs de phosphate dont M. de Peyerimho, président du Comité des Houillères, contrôle une grande partie de l'extraction sont les auxiliaires des usines d'engrais. Les mineurs de bauxite alimentent l'importante branche de l'électro-chimie et de l'aluminium. Les "mineurs" de soure fournissent la matière nécessaire à la gamme des sulfures chimiques. Et l'industrie gazière déjà tributaire

61 60 du sous-sol s'accroît aussi chaque année de nouvelles usines annexes où les sous-produits jouent un grand rôle. Sous-sol, gaz, chimie tendent à s'amalgamer de plus en plus. Ajoutons-y l'industrie du verre que la société Saint-Gobain-Chauny-Circy exploite parallèlement aux produits chimiques. Et nous aurons un faible aperçu des "conjectures" de la grande industrie chimique. Répartition des "sous-branches" de l'industrie chimique Les chires que nous donnons ci-dessous sont puisés aux sources ocielles (2). Avant d'entreprendre l'étude des diérentes sous-branches de l'industrie chimique, nous pensons qu'il est bon de préciser le nombre d'ouvriers qui, en France, participent aux fabrications qu'elles comportent travailleurs des deux sexes sont employés dans les industries du caoutchouc et confectionnent les produits suivants : pneumatiques, bandages, chambres à air, bandes pleines, vêtements, chaussures, ébonite, articles industriels, articles de chirurgie, etc personnes fabriquent les produits de la céramique, dont, entre autres, des briques, des faïences, de la porcelaine domestique, de la porcelaine pour l'électricité. Le prolétariat de l'industrie chimique est réparti comme suit : Acides, bases, sels, électro-chimie : ; Parfumerie, savonnerie, stéarine : ; Huileries, boyauderies, engrais et colles : ; Produits pharmaceutiques : ; Poudreries, pyrotechnie, fabriques d'explosifs : ; Matières colorantes : ; Huiles végétales : ; Produits tanniques, résineux, distillation du bois : ; Encres, cirages, produits à polir, vernis : ; Amidons, dextrines, fécules, encollage : Les usines à gaz et fours à coke exploitent 45 à travailleurs. La verrerie, gobeletterie, cristallerie, glacerie, miroiterie en occupent Nous avons donc, pour les branches principales, les données suivantes : Produits chimiques en général : ; Céramique : ; Gaz : ; Verre : , soit près de travailleurs dont nous examineront les pénibles conditions de vie. J. Raveau. (1) Voir L'Humanité du 9 octobre. (2) Nos chires sont tirés du rapport sur les tarifs douaniers, paru récemment et du bulletin de la statistique générale de la France. Nous les avons arrondis. Ils ne représentent donc que des valeurs approximatives J. Raveau, Travailleurs des produits chimiques dont l'organisme est rongé jour à jour... Sous-sol, industrie gazière, caoutchouc, verre, céramique sont des industries chimiques, L'Humanité, n o 10530, 11 octobre 1927, p. 4.

62 13. ANNÉE octobre L'outillage archaïque des usines ruine la santé des ouvrières Trois exemples sont données pour illustrer les conditions de travail des femmes : Les Fabriques de Perles Cleo à Plessis-Robinson, les teintureries Loewinson à Bagnolet, la Maison Fenaille à Pantin. [...]. Le scandale est constant dans les produits chimiques, dans les pétroles, la Maison Fenaille, à Pantin, où des femmes doivent procéder, dans un sous-sol, au grattage des caisses d'essence ; d'autres assurent le remplacement des bidons et la dure manutention de ces cores très lourds. Aucune machine ici pour faciliter ce travail dangereux, insalubre et exténuant. [...] octobre Travailleurs des produits chimiques dont l'organisme est rongé jour à jour...(1) De nombreuses maladies professionnelles frappent les prolétaires des produits chimiques Le nombre des substances toxiques employées dans les diverses branches de la production est tellement grand, leur eet nocif sur l'organisme des travailleurs est si complexe, revêt de si multiples formes qu'il faudrait, non pas une série d'articles, mais des volumes pour les détailler. Certes, la gamme des produits chimiques servant aux fabrications d'une industrie donnée est assez facile à délimiter. Mais si l'on se penche sur l'industrie chimique, il apparaît nettement que le cercle en est si vaste, le nombre des fabrications si grand - l'une s'amalgamant à l'autre et les découvertes se suivant à un rythme accéléré - qu'il est ardu de vouloir tenter une classication complète. Ce que nul ne peut contester, c'est la nocivité de nombreux produits de l'industrie chimique. Tout récemment, dans une petite gare de Bretagne, nous avons assisté à une scène d'une tragique simplicité. À un quai, une série de tourées - grosses bonbonnes ou dames-jeannes de verre ou de grès - entourées de paille et protégées par un panier d'osier. Un cheminot s'en approche, cherche à lire l'étiquette d'envoi. Puis, curieux, la débouche. Recul de l'homme. Jet du bouchon à terre, pendant que des mouvements du bras de haut en bas, la main inerte font s'agiter les doigts l'un contre l'autre comme des castagnettes. Une odeur âcre. De la fumée gazeuse comme lorsque l'on tire brusquement les tuyaux d'un poêle à combustion lente. Le moment de surprise passé, le travailleur du rail ramasse et replace, d'un geste rapide, le bouchon tel le plombier bouchant à coups de chions tassés l'orice d'un tuyau d'eau et s'écrie : "Qui peut bien fabriquer ces saletés-là?" 91. L'outillage archaïque des usines ruine la santé des ouvrières, L'Humanité, n o 10532, 13 octobre 1927, p. 4.

63 62 Un court instant, notre cheminot avait vécu - et à l'air - dans l'atmosphère du travailleur des produits chimiques. Et nous pensions que, chaque jour, durant de nombreuses et longues heures, des dizaines de milliers de prolétaires, hommes, femmes, enfants, travaillent dans ces vapeurs, ont les mains rongées graduellement, aspirent le poison dont s'imprègnent lentement leurs poumons, ont les yeux, si sensibles, au-dessus du liquide corrosif... Pour la plus grande joie - et les plus gros bénéces aussi - des administrateurs des Établissements Kuhlmann, des usiniers de Saint-Gobain-Chauny- Cirey, de la Société Alais, Froges et Camargue, des Établissements d'ugine, de l'air liquide, de l'azote français. Et aussi pour l'état capitaliste qui prépare la "dernière des guerres" impérialiste... et chimique. Car toute la question est là : pas plus qu'ils ne sont contre le travail rationnel, les travailleurs ne se dressent contre les progrès de la Chimie. Ils luttent contre l'exploitation capitaliste du progrès dans tous les domaines, exploitation qui procure aux uns honneurs et richesses et aux autres peines, misères et maladies. L'extension de la loi sur les maladies professionnelles doit être arrachée par les travailleurs La loi du 9 avril 1898 sur les accidents du travail (2) ne vise que les accidents "ayant une cause extérieure, cause se manifestant d'une façon soudaine et violente". En vertu de cette loi, les travailleurs accidentés ont, entre autres droits, celui du paiement de leur demi-salaire durant leur incapacité de travail. La maladie professionnelle, au contraire, a souvent une cause intérieure et une évolution lente et continue. Depuis longtemps, les organisations syndicales avaient fait valoir qu'accidents ou maladies professionnelles surgissant également de l'exercice du métier, il était injuste de ne pas les assimiler. C'est ainsi que la loi du 25 octobre 1919, étendant aux maladies professionnelles la loi de 1898, a assimilé aux accidents les maladies causées par le plomb et le mercure et prévu l'extension ultérieure de la loi à d'autres maladies causées par des substances toxiques. Et un décret publié dans le Journal ociel du 22 février 1927 envisage cette extension et prescrit aux médecins de déclarer les maladies professionnelles causées : Par le plomb, le mercure et leurs composés ; Par les hydrocarbures et leurs dérivés chlorés et nitrés, notamment le benzène, le tetrachlorétane, le tétrachlorure de carbone, l'éthylène perchloré, trichloré et décoloré, le chloroforme, l'éthane pentachloré, les nitrobenzènes ; Par l'aniline et ses dérivés, par le sulfure de carbone, par les vapeurs nitreuses, le chlore et les autres gaz chlorés, l'acide uorhydrique, le gaz sulfureux, l'hydrogène sulfuré et le sulphydrate d'ammoniaque, l'acide cyanhydrique, l'oxyde de carbone, l'oxychlorure de carbone, le gaz phosgène, les formoldehydes ; Par le phosphore blanc et l'hydrogène phosphoré ;

64 13. ANNÉE Par l'hydrogène arsénié et autres composés de l'arsenic ; Par l'action des brais, goudrons, huiles minérales, bitumes, ciment, chaux et autres produits caustiques ; Par l'action de l'acide chromique et des chromates alcalins ; Par l'action des rayons X et des substances radioactives. On voit, d'après cette nomenclature encore incomplète, combien est varié l'arsenal des poisons dont se sert l'industrie moderne, poisons fabriqués par les prolétaires des usines chimiques. C'est donc avec juste raison que la Fédération unitaire des produits chimiques a mis à l'ordre du jour de son congrès de Lyon l'étude d'un rapport sur les maladies professionnelles dont nous allons maintenant parler. J. Raveau. (1) Voir l'humanité des 9 et 11 octobre. (2) Extraits du rapport du Conseil technique de la Fédération unitaire de l'éclairage, rapport adopté à Bordeaux octobre Salon de l'automobile et normalisation Depuis quelques six mois, il ne s'écoule pas une semaine sans que la presse industrielle n'annonce la "normalisation" de telle ou telle branche de l'automobile. Normalisation des accessoires, des équipements, des roulements, des pneumatiques, etc. Au Salon de l'automobile, M. Berger, directeur du Bureau de normalisation de la chambre syndicale des accessoires et pièces détachées d'automobiles, a ouvert un stand d'exposition de la normalisation, où il présente des planches, graphiques, statistiques, tracts et notices montrant les avantages et les résultats de cette première phase dans la rationalisation dans l'automobile. Que signie donc, pour les travailleurs, ce grand mot : "normalisation"? Tout simplement - les industriels du caoutchouc nous le déclarent - qu'on est "à la recherche du temps perdu", du temps perdu par les ouvriers, ce qui occasionne aux industriels des bénéces perdus. "Pour les industriels modernes, cette recherche du temps perdu - nos pères disaient qu'il ne se rattrape jamais - est une condition vitale." La normalisation, c'est la standardisation. Au lieu de quinze ou vingt ou deux cents modèles d'une pièce donnée, on n'en fabrique plus que trois ou quatre. Cela permettra de faire le travail "en série". Du travail fait en vitesse (sic). Écoutez Bibendum : "Cette standardisation, comme on l'appelle aujourd'hui, s'applique à toutes choses, aussi bien à la fabrication en série qu'à l'unication des objets fabriqués qui doivent être autant que possible interchangeables pour éviter d'inutiles recherches et de coûteuses fabrications spéciales. Pourquoi tel écrou, d'une 92. J. Raveau, Travailleurs des produits chimiques dont l'organisme est rongé jour à jour...(1) De nombreuses maladies professionnelles frappent les prolétaires des produits chimiques, L'Humanité, n o 10532, 13 octobre 1927, p. 5.

65 64 forme courante, n'est-il point toujours du même pas? Pourquoi varier à l'in- ni les formes d'objets usuels dont l'utilisation est identique? On sait, par ailleurs, les progrès considérables réalisés dans le monde entier à ce sujet ; notre époque est celle de la vitesse, c'est par la vitesse que l'on fait accomplir dans le même temps dix fois plus de travail qu'auparavant sans augmenter la dépense, bien au contraire." Tout serait pour le mieux dans la meilleure des industries si nous ne vivions pas encore - en France - sous le régime capitaliste. Mais les ouvriers savent déjà, par expérience, que normalisation capitaliste signie : chômage et diminution de salaires. On réduit les "types" de fabrication. On réduit aussi le nombre des producteurs. Car la vitesse, l'économie de temps - retrouvé - ne servent qu'à grossir les bénéces des exploiteurs. Le Salon de l'automobile, cette année, nous fournit donc d'utiles enseignements. La menace de chômage se précise. J. Raveau octobre Dans les syndicats de la région parisienne [...]. Céramique et produits chimiques. Les délégués et collecteurs d'usines sont priés de passer ce soir sans faute au siège du syndicat. Il leur sera donné le journal fédéral octobre Pas un ouvrier verrier ne doit se diriger sur Triel Il y a environ quinze jours, les ouvriers verriers de Triel qui sont, comme l'on sait, lock-outés depuis le 25 juillet, recevaient des lettres de réembauchage. Ces lettres les avisaient qu'on consentait à les reprendre à condition qu'ils acceptent une diminution de salaires de vingt à vingt-cinq pour cent. Évidemment, les travailleurs n'ont pas accepté de subir cette exploitation accrue. Aussi, la lutte continue-t-elle. Pas un ouvrier verrier ne doit se diriger sur Triel, tel est le mot d'ordre de l'organisation syndicale. Pour triompher du patronat, la solidarité prolétarienne ne doit pas être un vain mot! Vuilleminot Paul J. Raveau, Salon de l'automobile et normalisation, L'Humanité, n o 10532, 13 octobre 1927, p. 5. Une illustration de G.D.L. accompagne cet article, avec pour légende : "Au salon de l'automobile. Une vue des stands. Normalisation, Chômage, Misère, Rationalisation, Bas salaires, Vie chère". 94. Dans les syndicats de la région parisienne, L'Humanité, n o 10533, 14 octobre 1927, p Paul Vuilleminot, Pas un ouvrier verrier ne doit se diriger sur Triel, L'Humanité, n o 10533, 14 octobre 1927, p. 4.

66 13. ANNÉE octobre La guerre des gaz! Cet article, qui revient sur les préparatifs de la guerre chimique, n'a pas été retranscrit octobre À une demande d'augmentation de salaire, la société Saint-Gobain répond en licenciant sept ouvriers Marseille. 14 octobre. (de notre correspondant particulier). Dernièrement, les ouvriers de l'usine des Produits Chimiques Saint-Gobain, à Portde-Bouc, faisaient une demande d'augmentation des salaires. Le patronat vient de répondre à cette revendication, en mettant à la porte sept ouvriers soupçonnés d'être les dirigeants du syndicat. C'est là l'habituelle man uvre du patronat, surtout dans une industrie puissamment concentrée comme les Produits Chimiques. Signalons, d'autre part, - et cela a son importance que le directeur de l'usine Saint-Gobain dirige le groupement patronal. Les ouvriers déjoueront cette man uvre, en se serrant plus étroitement que jamais au sein du syndicat que le patronat pense détruire et en se tenant prêt à répondre aux mots d'ordre que lancera l'organisation. Matton octobre Les assemblées générales et réunions de demain Céramique et Industries Chimiques. 4 heures, salle Perrault, Bourse du Travail. [... ] octobre Jeunes communistes des Produits Chimiques et de la Céramique Une assemblée aura lieu lundi 17 octobre au 106 rue Lafayette à 20 heures M. C., La guerre des gaz!, L'Humanité, n o 10534, 15 octobre 1927, p Matton, À une demande d'augmentation de salaire, la société Saint-Gobain répond en licenciant sept ouvriers, L'Humanité, n o 10534, 10 octobre 1927, p Les assemblées générales et réunions de demain, L'Humanité, n o 10534, 10 octobre 1927, p Jeunes communistes des Produits Chimiques et de la Céramique, L'Humanité, n o 10534, 10 octobre 1927, p. 5.

67 66 16 octobre Travailleurs des produits toxiques dont l'organisme est rongé jour à jour(1). De la houille aux couleurs d'aniline, la maladie professionnelle assiège le prolétaire Des noirs tunnels, le noir mineur a extrait la houille. Premier eort du travailleur, fournissant à l'industrie le combustible ou la matière première dont les successives transformation procureront à de nombreuses branches de la production les éléments de leur activité. Voici la houille, le "charbon de terre", au sortir du puits. Une cage de fer vient de monter les wagonnets qui la contenaient... Elle est, maintenant, devant l'usine à gaz. Autre eort du travail. Les nouveaux produits de la houille vont servir à l'éclairage, à la force motrice, aux aciéries, à la fabrication de produits chimiques. Trois sous-produits principaux : gaz d'éclairage, coke et goudron seront tirés des pierres noires. Nouvel eort des prolétaires. Du goudron de houille sont extraits les benzols bruts, la benzine, la naphtaline, l'anthracène, les phénols. Mais le cycle des transformations n'est pas fermé. Science et travail, associés pour les bénéces du capitalisme, produisent toujours des fabrications intermédiaires : produits organiques divers (c'est-à-dire, en chimie, substances dont le carbone est l'élément essentiel), produits pharmaceutiques, explosifs, gaz asphyxiants ou colorants synthétiques. Et graduellement, dans les usines, les prolétaires subiront la morsure des acides, la lente inltration des vapeurs toxiques dans l'organisme ; jour à jour, les vapeurs nocives troueront leurs poumons, décomposeront en quelque sorte leur sang. L'anémie des producteurs et manipulateurs de l'aniline Le rapport de la Fédération unitaire des produits chimiques sur les maladies professionnelles souligne, notamment : "L'industrie chimique est certainement celle où les ouvriers paient le plus lourd tribut aux maladies professionnelles. Elles font, chaque année, une véritable hécatombe de travailleurs, sans que le patronat prenne les mesures élémentaires qui pourraient en limiter les ravages. L'État, de son côté, a instauré une législation ridicule, couvrant seulement les maladies provoquées par le plomb ou le mercure et limitant l'eet par une foule de dispositions restrictives. L'industrie des matières colorantes, qui a pris un grand développement depuis la guerre, est une des plus touchées. La plupart des matières premières employées ou des produits intermédiaires provoquent des troubles fonctionnels très graves, parfois mortels, tels : intoxication par la benzine ou d'autres hydrocarbures et leurs dérivés nitrés, par l'aniline et les hydrocarbures animés. Le phosgène (gaz de guerre) est employé pour la fabrication de certains colorants. Le chlore, dont la toxicité est connue, sert à la préparation de certains produits intermédiaires (chlorure de benjyle, chlor-

68 13. ANNÉE toluène, benjaldéhyde). De nombreux composés nitrés ou nitrosés provoquent fréquemment de l'eczéma ou des ulcérations sérieuses chez les ouvriers qui les manipulent. À cela, il faut ajouter les risques communs avec les ouvriers des industries minérales : aections de voies respiratoires ou ulcérations de la peau provoquées soit par la manipulation des liquides acides et des bases caustiques, soit par la respiration des vapeurs acides (oléum, acide chlorydrique, gaz sulfureux, acide nitrique, acide sulfurique, etc.). Les ouvriers des usines d'électrolyse du sel marin sont également menacés d'intoxication par le chlore". L'aniline et la nitro-benzine avec laquelle elle est préparée sont, en eet, des produits essentiellement toxiques. Les vapeurs qui s'en dégagent ont une force de pénétration telle - traversant même les vêtements pour atteindre l'organisme par les pores de la peau - que, fréquemment, des docteurs ont eu à traiter des intoxications dont l'origine remontait au port de chaussures teintes avec des couleurs d'aniline. Le cuir - sous l'inuence de la transpiration - avait été traversé et le poison était entré dans l'organisme par les pieds. On se rend compte, par ce simple fait, du danger qui pèse sur les travailleurs des usines, dont les vêtements sont imprégnés de vapeurs d'aniline. La caractéristique de ces intoxications, en dehors des troubles habituels (vertiges, maux de têtes, refroidissements, spasmes, dilatation des pupilles) est qu'elles laissent toujours - après les accès, parfois épileptiformes - une anémie profonde. Le teint des travailleurs - et surtout des travailleuses - de l'aniline ne laisse aucun doute à ce sujet. Il existe une anémie spéciale à la fabrication et à la manipulation de l'aniline, anémie qui est bien une maladie professionnelle parce qu'elle découle uniquement de l'exercice du métier. Le manque d'hygiène dans les usines en est aussi une des causes. Contre l'intoxication, en tant que moyens préventifs, le corps médical a, depuis longtemps mais en vain, préconisé les mesures suivantes : Une large aération des ateliers ; la suspension du travail aux heures très chaudes ; le changement de vêtements immédiat après un séjour dans une chaudière imbibée d'aniline, séjour qui, en tout cas, devra être très court (un quart d'heure à une demi-heure) ; interdiction des couleurs d'aniline pour les sous-vêtements et les chaussures. Mais nulle part ces mesures préventives ne sont prises. Elles le seront en partie lorsque la loi sur les maladies professionnelles englobera les risques courus par les travailleurs des produits chimiques, c'est-à-dire lorsqu'il en coûtera au patronat d'intoxiquer ses ouvriers. Et ceux-ci n'imposeront aux pouvoirs publics la reconnaissance de leurs droits que lorsqu'ils adhéreront nombreux aux syndicats. J. Raveau. (1) Voir l'humanité des 9, 11 et 13 octobre J. Raveau, Travailleurs des produits toxiques dont l'organisme est rongé jour à

69 68 16 octobre Dans les syndicats de la région parisienne [...]. Céramique et industries chimiques. Assemblée générale, Bourse du Travail, 3 rue du Château-d'Eau à 14 heures précises. Compte-rendu du congrès confédéral, rapport du congrès fédéral octobre Nécrologie Sous-rayon de Pantin, ARAC, SRI, Syndicat unitaire des verriers. Nous apprenons avec regret le décès du camarade Charles Chrétien, militant très connu dans la région de Pantin. Pour les obsèques, prière de consulter l'humanité. Nous adressons à la femme de notre ami, à ses deux enfants et à toute sa famille nos condoléances attristées octobre Dans les vapeurs d'aniline, de sulfure de carbone et d'arsenic, de pauvres femmes travaillent... En 1906, selon la statistique, on comptait environ femmes travaillant dans les industries chimiques. En 1921, leur nombre atteignit Actuellement, dans les industries du caoutchouc, de la céramique, du verre et des produits chimiques, on en peut totaliser plus de En vingt années, le nombre des femmes employées par ces industries a triplé. Les professions strictement féminines (coulure, vêtement) ont été désertées par les femmes. La guerre les a happées pour l'industrie. Et si leur proportion dans l'industrie en général semble avoir baissé (37,5 % en 1906 et 35,7 % en 1921), c'est que dans la statistique ocielle, nombreuses étaient celles qui, travaillant à domicile (couturières, euristes, mécaniciennes, etc.) guraient comme appartenant à l'industrie. Ce sont les deux grosses industries de guerre, métaux et produits chimiques, qui ont attiré à elles le plus grand nombre de femmes. Maintenant, dans les produits pharmaceutiques, la femme manipule ce poison : l'arsenic. La caoutchoutière subit les eets des vapeurs de benzine et de sulfure de carbone. Dans les usines d'engrais, les femmes respirent l'ammoniaque. Dans les fabriques de matières colorantes, elles risquent l'intoxication par l'aniline. Nous traiterons dans notre enquête de ces diérents poisons. Mais auparavant, l'article de notre camarade Marie Bréant, que nous publions ci-dessous, avait sa place marquée dans cette enquête. Et c'est fort justement qu'elle attire l'attention des congressistes de Lyon sur cette importante question : la femme dans l'industrie chimique. J. Raveau. jour(1). De la houille aux couleurs d'aniline, la maladie professionnelle assiège le prolétaire, L'Humanité, n o 10535, 16 octobre 1927, p Dans les syndicats de la région parisienne, L'Humanité, n o 10535, 16 octobre 1927, p Nécrologie, L'Humanité, n o 10535, 16 octobre 1927, p. 6.

70 13. ANNÉE La main-d' uvre féminine dans les produits chimiques atteint un pourcentage de près de 50 % en général, pourcentage allant même pour certaines branches jusqu'à 80 %. Ces chires démontrent toute l'importance que l'on doit attacher à l'organisation des femmes travaillant dans ces industries. Dans toutes les branches des industries chimiques, même les plus malsaines, à des postes dangereux et insalubres, on emploie des femmes, des jeunes lles, même des femmes enceintes. Les salaires octroyés sont de véritables salaires de famine. Les conditions de travail sont des plus déplorables. Qu'il s'agisse des pétroles, des matières colorantes, de la droguerie, des produits pharmaceutiques, de la parfumerie, etc., partout, des femmes manipulent des produits toxiques, entre autres, l'arsenic. Et le patronat, insoucieux de la sécurité et de la protection de ces prolétaires dont le travail quotidien lui permet d'élaborer d'immenses fortunes, a complètement négligé d'appliquer dans ses usines les mesures les plus élémentaires d'hygiène. L'aération des locaux qui, neuf fois sur dix sont d'une saleté repoussante, est insusante. Les lavabos, quant ils ne font pas complêtement défaut, sont dans une inme proportion, comparés au nombre d'ouvrières. Il y a absence complète d'aspirateurs, même quant il s'agit de la manipulation des produits les plus toxiques, et ce, malgré tous les décrets d'administration publique édictés à cet eet. On devine aisément les résultats néfastes sur la santé des femmes travaillant dans de pareilles conditions. On s'explique également combien sont menacées les futures maternités. D'ailleurs, la tuberculose a, dans les usines chimiques, un terrain des plus favorables. La manipulation de toutes sortes de produits dangereux cause des intoxications fréquentes. Mais la loi, nous ne cesseront de la souligner, ne reconnaît que celles occasionnées par le plomb et le mercure. Et pourtant, des maladies de peaux, des maux de têtes chroniques, la carie des dents, etc., sont les résultats du travail assidu et sans hygiène dans les industries chimiques. Quand on voit des femmes travailler dans de telles conditions, on comprend toute la nécessité de démontrer à ces prolétaires qu'elles doivent s'organiser pour mener la lutte nécessaire qui mettra n à un tel état de choses. Mais ce n'est pas tout. Demain, s'il plaît au capitalisme de déclarer une guerre, ces travailleuses, militarisées, devront, qu'elles le veuillent ou non, continuer leur dangereux labeur dans ces usines qui pourront, du jour au lendemain, être transformées en usines de guerre pour la fabrication des poudres, gaz asphyxiants, etc. Il sera donc indispensable que le Congrès des industries chimiques qui se tiendra à Lyon, n octobre, examine très attentivement la question de la main-d' uvre féminine. Il faudra que des travaux de ce Congrès sorte un plan de travail des plus sérieux susceptible d'entraîner dans l'organisation syndicale les milliers d'exploitées des industries chimiques Marie Bréant J. Raveau, Marie Bréant, Dans les vapeurs d'aniline, de sulfure de carbone et

71 70 17 octobre À Marseille, la Société des peintures et vernis embauche à bas prix des wrangéliens Le contrat collectif qui lie ouvriers est sur le point d'être dénoncé. Marseille. 17 octobre. (L'Humanité). Les entrepreneurs de peinture et de grattage des envions de Marseille sont très liés au syndicat autonome des peintres et gratteurs-careneurs par contrat stipulant que la journée de travail - huit heures - doit être payée 35 francs 50. Ce syndicat, fort d'environ adhérents, est très homogène et la solidarité y est grande. Si l'on considère que la grande majorité des ouvriers de cette corporation ne travaillent pas régulièrement un ou deux jours par semaine, on conviendra que ce salaire est certes loin de correspondre au coût normal de la vie. Si nous ajoutons que le dit contrat vient à expiration le 20 novembre prochain, et que les ouvriers peintres et gratteurs l'ont toujours énergiquement fait respecter, on conviendra que la puissante Société française des peintures et vernis ne songe guère à le renouveler. La soif de prots - qui est immense et toute naturelle en ce régime de capitalistes - lui dicte une autre tactique. Elle veut, en eet, et en accord avec la grande majorité des patrons peintres, s'accaparer le monopole des travaux de carénage en ce qui concerne la peinture, le piquage et le grattage de la rouille. Son oensive s'est manifestée pour la première fois samedi matin. Elle a, à cet eet, recruté tous les déchets de l'armée Wrangel et les a transportés par camionnettes au bassin du Radoub. Son but est de leur faire signer des contrats individuels de travail sur la base d'un salaire mensuel de sept cents francs pour vingt-cinq journées de travail, c'est-à-dire à vingt-huit francs par jour. On comprend bien combien est grande la colère de nos camarades peintres-gratteurs, dont le gagne-pain est ainsi menacés. Ajoutons que, bien qu'aucune menace n'ait été faite par qui que ce soit, les "jaunes de Wrangel" ont travaillé sous la protection d'importantes forces de police. Le syndicat se tient prêt à engager - suivant les événements et l'attitude patronale - toute action qu'il jugera nécessaire. Marius Debrienne octobre Syndicat des ouvriers verriers de Corbeil Voici la liste des numéros gagnants de la souscription en faveur des victimes de la grève des verriers de Creil : [...]. Les lots non réclamés au 10 décembre resteront acquis au prot des victimes. Les réclamer à Machet, 87 quai d'aval ou s'adresser à la Maison du Peuple, 9 rue Despinas à Creil d'arsenic, de pauvres femmes travaillent..., L'Humanité, n o 10536, 17 octobre 1927, p Marius Debrienne, À Marseille, la Société des peintures et vernis embauche à bas prix des wrangéliens, L'Humanité, n o 10536, 17 octobre 1927, p. 5.

72 13. ANNÉE (Oise) octobre Depuis près de trois mois, les verriers de Triel sont aux prises avec le patronat Depuis le 25 juillet, les ouvriers de la verrerie de Triel sont lock-outés. Les raisons de ce lock-out? Ils ont refusé d'accepter une diminution de salaires de vingt et vingt-cinq pour cent que le patronat voulait leur imposer. Et aussi ils ont refusé de voir disparaître la "garantie journalière" qu'ils avaient acquises de haute lutte. Le salaire minimum par journée de travail était de quarante francs pour les soueurs et quarante-cinq francs pour les ouvriers. Que désirait l'exploiteur de marque Mercier? Instituer le travail aux pièces. C'est pour s'être dressés unanimes contre cette exploitation accrue que les prolétaires de la Verrerie de Triel sont depuis près de trois mois sur le pavé. Lutte de classes! octobre La Société française des peintures et vernis a réalisé 60 % de bénéces Et à Marseille, elle s'apprête à diminuer de 20 % les salaires de ses ouvriers. La Société française des peintures et vernis qui, ainsi que nous l'avons relaté dans L'Humanité du 17, embauche des wrangéliens à des salaires inférieurs de 20 % à ceux payés jusqu'alors est une entreprise prospère. Pour un capital de deux millions, elle a réalisé - durant le dernier exercice social francs de bénéces, soit 60 %. L'Information nancière du 16 octobre nous en apporte l'annonce en ces termes : "La Société française des peintures et vernis ne manque pas d'attrait à 570. Le dernier dividende paraît, en eet, susceptible d'augmentation, puisque sa répartition n'a absorbé que francs sur un bénéce net de francs pour un capital de deux millions seulement. On sait que la Société exploite une usine à Marseille pour la fabrication des peintures industrielles, sous-marines et décoratives. Elle a pour client les grandes compagnies de navigation, les administrations publiques, la régie immobilière de la ville de Paris, des sociétés entreposant le mazout, des compagnies de chemins de fer, etc." On le sait, la maison a une clientèle choisie et la régie immobilière de la ville de Paris - les contribuables paieront - doit passer avec cette société des marchés très avantageux... pour les actionnaires Syndicat des ouvriers verriers de Corbeil, L'Humanité, n o 10536, 17 octobre 1927, p Depuis près de trois mois, les verriers de Triel sont aux prises avec le patronat, L'Humanité, n o 10537, 18 octobre 1927, p. 4.

73 72 Le syndicat des peintres et gratteurs-caréneurs de Marseille - fort de membres - va probablement être contraint d'engager la lutte. Mais quels enseignements à tirer de ces faits! Pour diminuer le prix de revient - formule de la rationalisation - la Société française des peintures et vernis qui rapporte à ses actionnaires 60 % de bénéces - ne trouve rien d'autre comme moyen qu'une diminution des salaires de 20 %, man uvre qu'elle étaye par un chômage régulier de deux jours par semaine. Mieux, elle embauche, tout en faisant chômer. C'est - en raccourci - toute la tactique patronale de "rationalisation" mise en application. Seulement, la puissante société n'avait oublié qu'un côté de la question : le syndicat, bien qu'autonome, ne sera pas isolé dans sa lutte. La solidarité des ouvriers de la CGTU s'applique à tous ceux qui se dressent contre le patronat. Et la Société française des peintures et vernis devra céder octobre Travailleurs des produits toxiques dont l'organisme est rongé jour à jour(1). L'arsenic ronge, ulcère et paralyse les prolétaires de nombreuses industries L'industrie des matières colorantes n'utilise pas seulement l'aniline. Elle est grosse consommatrice d'acide sulfurique et nitrique, de sels d'alcali, d'acide acétique (matière première principale de l'indigo chimique), d'arsenic enn, le poison des Borgia, de la Brinvilliers, de M me Lafarge. Tous ces poisons dégagent des vapeurs, des gaz qui pénètrent - mieux encore que les poussières - dans l'organisme du travailleur. "Leur action nocive, écrit notre camarade Delers, est d'autant plus grande et plus malaisée à caractériser que l'on se trouve fréquemment en présence d'un mélange plus ou moins complexe de ces gaz dont l'eet toxique s'additionne et provoque des accidents fort graves." Ainsi, en régime capitaliste, l'industriel ne poursuit qu'un but : le prot, la réalisation de bénéces toujours plus grands. Et l'exercice des professions de l'industrie chimique est devenu une source de maux pour les prolétaires. Parce qu'aucune mesure ecace n'est prise pour les protéger ; parce que le lait - qu'on leur octroyait jadis - n'est plus distribué ; parce que les vêtements antiseptiques ne sont plus fournis ; parce que les inspecteurs du travail laissent faire, laissent passer les décrets sans oser pourvoir à leur application, sans même pouvoir sévir. La société Kuhlmann a un capital de deux cents millions. On n'attaque pas impunément une telle puissance dans l'état, une puissance qui s'intéresse aux sens propre et guré, à la "défense nationale". On ne lutte pas contre les monopolisateurs des industries des explosifs! À moins d'être militant de la CGTU qui, dans son programme de revendications, a inclus : "l'institution de délégués ouvriers à la sécurité et à 107. La Société française des peintures et vernis a réalisé 60 % de bénéces, L'Humanité, n o 10538, 19 octobre 1927, p. 5.

74 13. ANNÉE l'hygiène dans les usines à caractère dangereux et insalubres." Gamme de couleurs, série de poisons L'arsenic s'obtient par le grillage d'un minerai dénommé vaispickel, ou arsénopyrite, de couleur vert soure, aux facettes brillantes. Non vénéneux par lui-même, l'arsenic le devient quand il est combiné avec l'oxygène. De nombreux produits pharmaceutiques et une grande quantité des matières colorantes en contiennent en plus ou moins grande quantité. Vert de Scheele, vert de Schweinfurt, vert de Vienne, vert anglais, vert minéral, vert bronzé, tous verts arsenicaux. Jaune royal, bleu de cobalt, rouge réalgar, rouge d'alumine : couleurs à base d'arsenic. Cacodylate, atoxyl, hectine, salvarsan, novarsan, pâtes épilatoires : produits pharmaceutiques contenant de l'arsenic. L'un des principaux composés, l'acide arsénieux, est contenu dans les produits utilisés dans les cuirs et peaux, dans le verre, dans le textile, dans le bâtiment. Plus de trente professions sont signalées par les docteurs comme en faisant usage. L'intoxication par l'arsenic menace donc les travailleurs de nombreuses industries et l'on explique dicilement comment, alors que la loi sur les maladies professionnelles reconnaît l'intoxication par le plomb et par le mercure (saturnisme et argyrisme), l'intoxication arsénicale n'est pas reconnue. La paralysie et les éruptions causées par l'arsenicisme Les travailleurs manipulant des matières contenant de l'arsenic - y compris les nombreuses catégories que nous ne pouvons citer : tels les gaziers, les naturalistes, etc. - sont sujets à de tenaces névralgies. Durant le travail, ils ont la bouche asséchée ; une soif ardente les saisit ; l'appétit leur fait défaut. La nuit, ils endurent de violentes douleurs aux extrémités. Et la première phase du mal se traduit par un amaigrissement et une faiblesse générale. Ce sont ensuite des atteintes aux yeux, rongés et bous, puis des lésions, des éruptions, des ulcérations de la peau, surtout aux mains. Enn, dans sa phase ultime, l'intoxication se traduit quelquefois par une paralysie des muscles extenseurs qui oblige le travailleur au repos. Il est atteint de la maladie professionnelle de l'arsenic. Ce mal, bien connu des médecins, s'étendrait moins si les usiniers mettaient en application le décret du 1 er octobre 1913, inséré au Code du travail. Des masques, des éponges mouillées, des gants, du talc ou de la fécule, des vêtements de travail serrés au col et aux poignets devraient être fournis par l'employeur. Le sol et les murs des ateliers devraient être fréquemment lavés et maintenus en état constant d'humidité. Les appareils servant à l'ébullition devraient être hermétiquement clos ou surmontés d'une hotte communiquant avec l'extérieur. Même prescription pour les études. Les chefs d'industrie, en outre, devraient constamment veiller à la protection des voies respiratoires, des mains, du corps de ceux qui édient leur fortune en manipulant des poisons.

75 74 Mais tout cela, c'est la loi écrite, ce n'est pas la loi appliquée. Ajoutons - puisque les monopolisateurs de l'industrie chimique en France se targuent de philanthropie - qu'ils devraient bien imiter leurs frères en capital allemands : ceux-ci distribuent gratuitement du lait et donnent - gratuitement aussi - des bains fréquents à leurs prolétaires. Mais... il y a de nombreux syndiqués de l'autre côté du Rhin. C'est la raison des réalisations obtenues. J. Raveau. (1) Voir l'humanité des 9, 11, 13, 16 et 17 octobre octobre Travailleurs des produits toxiques dont l'organisme est rongé jour à jour. Un article de J. Raveau de la série "Travailleurs des produits toxiques dont l'organisme est rongé jour à jour" n'a pu être consulté sur Gallica par absence de numérisation. Il n'a donc pas été retranscrit. 25 octobre Travailleurs des produits toxiques dont l'organisme est rongé jour à jour(1). An d'exploiter plus durement les prolétaires de l'industrie chimique, les Établissements Kuhlmann exaltent la collaboration des classes Nous avons publié, dans L'Humanité du 22 octobre, quelques déclarations typiques de M. Donat-Agache, président du Conseil d'administration des Établissements Kuhlmann. Aujourd'hui, nous donnons quelques nouvelles citations caractéristiques du même exploiteur, citations qui exaltent la soi-disant "philanthropie patronale". En regard, nous signalons quelques réexions d'un exploité de l'usine d'oissel. Les prolétaires tireront eux-mêmes les conclusions qui s'imposent. Immédiatement après que l'harmonie municipale de Loos eut fait entendre La Marseillaise, M. Donat-Agache prononça son discours : "Il existait ici mais depuis la guerre il a disparu un vieux drapeau tout fané qui portait en lettres d'or l'inscription suivante : Union du patron et de l'ouvrier. Ils ne forment qu'une seule famille. Et, sur l'autre face : Fabrique de produits chimiques de Loos, oert par Frédéric Kuhlmann à ses ouvriers. Ne croyez-vous pas, mes amis, qu'à l'occasion des fêtes du Centenaire, il faut, par la pensée, ressortir ce vieux drapeau et le mettre dans la salle d'honneur où nous allons déjeuner ensemble? Il n'y a pas de discours qui soit plus éloquent que ces quelques mots brodés sur cette étoe passée pour rendre les sentiments que nous éprouvons pour vous et que nous espérons voir partager par vous". M. Frossard, directeur général des produits organiques, dit la joie 108. J. Raveau, Travailleurs des produits toxiques dont l'organisme est rongé jour à jour(1). L'arsenic rouge, ulcère et paralyse les prolétaires de nombreuses industries, L'Humanité, n o 10538, 19 octobre 1927, p. 5.

76 13. ANNÉE qu'il a éprouvée de rencontrer, lors de la fusion avec la Compagnie Nationale des Matières Colorantes, une collaboration étroite entre patrons et ouvriers. Aussi, tient-il à apporter le respect, l'inaltérable attachement et le profond dévouement de tous ses collaborateurs. Très ému (sic), M. Donat-Agache donne l'accolade à M. Frossard. On procéda ensuite à la remise des médailles du travail. Chaque promu reçut en même temps une gratication de deux cents francs et une action des établissements Kuhlmann. Une belle envolée, M. Donat-Agache (ayant à ses côtés M. Nicolle, député du Nord ; Monseigneur Lesne, recteur des facultés catholiques ; un recteur d'académie, des représentants des mines de Lens et d'anzin ; l'intendant général Mauclère ; le secrétaire général de la Préfecture, et jusqu'à l'inspecteur du Travail, Boulin) montra le chemin qui reste à parcourir : "Donnez à l'ouvrier sa maison, son jardin, lui permettre d'accéder au capital en le faisant devenir propriétaire". Et, pour couronner cette belle uvre, citons quelques réexions d'un exploité de l'usine d'oissel : Tout ouvrier, en entrant à l'usine d'oissel, est obligé de signer un contrat dont une des clauses lui interdit d'être candidat politique... à moins d'y être autorisé par la direction! En 1924, Mortreuil, qui fut élu aux élections municipales d'oissel, a été aussitôt renvoyé. Les patriotes de l'usine Kuhlmann emploient une nombreuse main-d' uvre étrangère notamment des émigrés russes et de nombreux coloniaux. Pour les payer moins. Les chefs de service sont logés dans des cités modernes, les ouvriers dans des baraques, les patrons dans des palais. Pour douze heures de travail, les salaires varient entre un franc trente et un franc soixante-dix l'heure. Combien touchent les administrateurs? La philanthropie patronale est, on le voit, un riche lon d'exploitation du prolétariat des produits chimiques. Et, dans cet art, les Kuhlmann sont passés maîtres. La "défense nationale", ça doit rapporter! Les proteurs de la guerre sont toujours debout, comme le Veau d'or. Et nous allons voir, maintenant, quel a été le travail de la Fédération Unitaire des Produits Chimiques et quelles sont les réalisations obtenues dans le domaine des revendications immédiates. J. Raveau. (1) Voir l'humanité des 9, 11, 13, 16, 17, 19 et 22 octobre J. Raveau, An d'exploiter plus durement les prolétaires de l'industrie chimique, les Établissements Kuhlmann exaltent la collaboration des classes, L'Humanité, n o 10544, 25 octobre 1927, p. 4.

77 octobre Les secrétaires des fédérations unitaires nous disent... Chabanon et Bloquet esquissent les traits caractéristiques de l'industrie chimique La situation de l'industrie chimique nous ont déclaré Chabanon et Bloquet, secrétaires de la Fédération unitaire de la Céramique, des Industries chimiques et Parties similaires, - mais elle est orissante... tout au moins si l'on s'en rapporte à la situation nancière des nombreuses sociétés qui la composent. Une industrie qui travaille pour la guerre, ça rapporte toujours en régime capitaliste. D'autant mieux que l'industrie chimique proprement dite sert à la fois, en temps de paix c'est ainsi qu'il est convenu de dire toutes les autres industries et, en temps de guerre, la défense nationale. Mais comme le temps de paix de la bourgeoisie est le temps de "préparation" de la guerre, de toute façon, même quand le bâtiment ne va pas, l'industrie chimique marche. C'est d'ailleurs celle qui s'est le mieux développée par et pour la guerre. La plupart des grandes rmes qui "font" dans cette partie (Kuhlmann, Saint-Gobain, Alais, Froges et Camargue) étaient constituées au capital de cinq à six millions de francs en Elles en sont actuellement, autour de deux cents millions, indice trente. Évidemment, les bénéces ont suivi la même "échelle mobile". Seuls, les salaires ont pris une direction différente. Le chômage, méthode de lutte du capitalisme Mais, questionnons-nous, il y a pourtant du chômage? Et Chabanon qu'appuye Bloquet de nous préciser : Dans certaines branches de nos industries, telles la Céramique, c'est-à-dire dans les porcelaineries, les savonneries et huileries, quelques usines d'engrais, certaines parfumeries... C'était surtout un chômage créé articiellement par le patronat mais, hélas! réel pour les travailleurs. Il avait pour cause l'intention des industriels de rationaliser, c'est-à-dire de faire payer aux travailleurs les pertes ou plutôt les "manque à gagner" occasionnées par la subite revalorisation du franc. La plupart de ces branches industrielles vivaient surtout d'exportations ou étaient tributaires de l'étranger pour certaines matières premières. La hausse du franc a produit soit un arrêt momentané des exportations, soit une hésitation à acheter les matières nécessaires au travail. Mais, dans le caoutchouc, il y a eu aussi du chômage? C'est une autre histoire. Le caoutchouc a été longtemps un des rares produits dont le prix est resté, après la guerre, inférieur à celui de 1913, même pour les transformateurs français achetant en francs. En janvier 1914, le kilo de caoutchouc paran pris au Havre valait huit francs vingt ; en juillet 1921, il était tombé à quatre francs quarante ; en avril 1924, on cotait sept francs trente-sept ; en janvier 1925, quatorze francs vingt-cinq. Ce n'est qu'à partir de juillet 1925 qu'on a coté quarante-et-un francs. En février 1927, on est revenu à vingt-deux francs. Indice : trois. Je cite là les chires de M.

78 13. ANNÉE Bokanowski. En 1913, les salaires journaliers des ouvriers variaient entre six et sept francs. Ils sont de vingt-huit francs actuellement. Mais les femmes, qui représentent plus de trois-quart des soixante mille prolétaires travaillant ou transformant le caoutchouc, ne sont payées que douze à quinze francs par jour. Habitués à gagner sans peine des millions, les industriels du caoutchouc ont tenté de lutter contre la hausse de la matière première. À la façon capitaliste : en restreignant la production, en imposant le chômage aux travailleurs. Mais, dans la grande industrie chimique, les données de la situation économique étaient tout à fait diérentes. Ainsi, pour la grosse branche des produits pharmaceutiques et des matières colorantes ou des explosifs, c'est presque la même fabrication depuis la guerre nous fabriquons quatre-vingtdix à quatre-vingt-quinze pour cent des besoins du pays, cependant qu'en 1914 nous étions tributaires de l'allemagne pour au moins quatre-vingtcinq pour cent de nos besoins. En ce qui concerne les produits chimiques nécessaires à toutes les autres industries, il y a eu mais très légèrement répercussion de la crise économique. Cependant, notre industrie est si diversiée, un même produit ayant de multiples emplois, que l'on peut dire que le chômage a été par conséquent dans l'ensemble. En résumé, crise étendue dans la céramique, par suite de la poussée de "rationalisation" ; crise sérieuse dans les huileries et savonneries en raison de l'élévation du prix des matières premières tirées de l'étranger ; crise légère dans la parfumerie, causée par l'arrêt des exportations ; crise dans les usines d'engrais, les cultivateurs restreignant leurs achats ; crise bénigne dans le caoutchouc par suite de l'âpreté au gain de tous les "Bibendum" ; situation orissante dans la grande industrie chimique. L'industrie chimique est appelée à un brillant avenir Les perspectives?... Les industries chimiques sont appelées à un brillant avenir. Chaque année nous apporte la création de nouveaux produits de synthèse. Le vingtième siècle sera celui de la chimie synthétique. Le caoutchouc, même, n'échappera pas à cette évolution industrielle. Camphre, ammoniaque, matières colorantes, pétrole, acide acétique, huiles, graisses, parfums, carburants sont de plus en plus créés chimiquement. Hier encore, au centenaire de Berthelot, ne rappelait-on pas cette phrase d'un professeur au Collège de France : "La Chimie est au fond de tout et rien de lui échappe". Nous croyons, nous, qu'elle est appelée à devenir la base de la fabrication et de la transformation de toute matière première. À notre congrès de Lyon, qui va s'ouvrir dimanche, nous examinerons plus en détail cette situation de nos industries. Mais, sans oublier de mettre en parallèle les misérables conditions de vie, d'hygiène, de travail, des prolétaires qui, en régime capitaliste, édient, jour après jour, à grands coups de peines et de sourances, au l de leur misère immense, les scandaleuses fortunes d'une cinquantaine d'hommes qui tiennent dans leurs mains tels les barons du rail des industries vitales pour la production. Et qui exploitent cyniquement prolétaires :

79 78 hommes, femmes, enfants, étrangers, coloniaux. J. Raveau octobre Aux délégués au Congrès de la Céramique et des industries chimiques Les délégués doivent descendre à la gare Lyon-Perrache et prendre le tramway n o 26, Perrache-Parc-Saint-Jean. Descendre angle cours de la Liberté et rue Villeroy, suivre celle-ci jusqu'à la Maison du Peuple. Avec le n o 4, Perrache-Parc, descendre rue Paul-Bert et prendre la rue Villeroy jusqu'à la rue Molière. Une erreur a été commise dans la convocation, il faut lire 169 rue Molière au lieu de octobre Les secrétaires des fédérations unitaires nous disent... De courtes journées et de hauts salaires, des mesures d'hygiène et de sécurité doivent être arrachées au patronat des industries chimiques C'est par ces paroles que nos camarades Bloquet et Chabanon nous ont résumé le programme général de revendications de la Fédération unitaire de la Céramique et des produits chimiques. Des centaines de milliers de travailleurs de nos industries, ont-ils ajouté, subissent encore la plus honteuse, la plus ignoble des exploitations. Un travail pénible, malsain - disons toxique - est imposé, même à des femmes, à des enfants, sans que soient prises les mesures d'hygiène, donc de sécurité, indispensables. Et des salaires de famine : quatorze, quinze, dix-huit francs par jour! Les salaires misérables pour ceux et celles qui manipulent les acides, les sulfures, tous les poisons industriels... Les salaires de misère pour les caoutchoutières dont les vapeurs de benzine, les gaz de sulfure de carbone "rongent, jour à jour, l'organisme" ; pour les ouvriers et ouvrières des pétroleries et raneries, pour celles des parfumeries, des savonneries, des amidonneries, etc., tous et toutes sont menacés par les vapeurs, les poussières, les poisons. Salaires de famine encore dans la céramique, les porcelaineries, où l'ouvrier et l'ouvrière ont lentement, mais sûrement, les poumons troués par les poussières minérales. Et, à côté, en opposition, des sociétés qui réalisent des millions de béné- ces sur la peine immense des prolétaires. Nul ne peut nier le caractère d'insalubrité des industries chimiques. À des conditions spéciales de travail doivent être appliquées des conditions spéciales de salaires, de durée de la 110. J. Raveau, Les secrétaires des fédérations unitaires nous disent... Chabanon et Bloquet esquissent les traits caractéristiques de l'industrie chimique, L'Humanité, n o 10546, 27 octobre 1927, p Aux délégués au Congrès de la Céramique et des industries chimiques, L'Humanité, n o 10547, 28 octobre 1927, p. 4.

80 13. ANNÉE journée, d'hygiène, de sécurité. L'explosion, dans les usines de chimie, menace la vie des travailleurs. Elles sont récentes celles de Saint-Auban (vingtdeux morts et de nombreux blessés), de Saint-Fons (deux morts et quarante blessés), d'haubourdin, qui t plusieurs victimes. Les discours ne susent pas. Des mesures doivent être prises, que nous réclamerons énergiquement dans notre Congrès qui s'ouvre dimanche, à Lyon. Et s'il est une industrie où les faits de la vie quotidienne du prolétaire démontrent péremptoirement l'inanité des armations réformistes et de la collaboration des classes, c'est bien la nôtre. Malgré les parlotes du Bureau International du Travail, il n'est pas vrai que "la situation du travailleur soit lié à la situation de l'industrie dans laquelle il est occupé". L'industrie chimique est orissante ; elle a - les discours pompeux des "ociels" au centenaire Berthelot le démontrent - un avenir brillant. Or, la situation des prolétaires y est des plus misérables. Bien au contraire, une industrie en plein développement est aussi en pleine concentration. C'est la loi même du capitalisme. Et plus se resserrent les rmes, plus aussi la discipline se fait féroce, plus encore les conditions de vie des travailleurs y deviennent pénibles. Le sort des ouvriers et des ouvrières est étroitement lié à un seul développement : celui des eectifs de leurs organisations de classe, les syndicats unitaires ; les résultats des luttes du prolétariat sont en rapport direct avec une seule concentration ; celle de leurs syndicats locaux et professionnels transformés en puissants syndicats régionaux d'industrie. C'est si vrai qu'une seule fédération de l'industrie privée, celle du Livre, était parvenue, avant guerre, à obtenir que les ouvriers d'une des professions qu'elle groupait ssent une heure de moins de travail parce que considérés comme "producteurs d'un travail insalubre". Il s'agit des linotypistes, uvrant près d'un creuset de plomb en fusion. Mais les linotypistes étaient organisés alors dans la proportion de 70 à 80 %. L' uvre revendicative des syndicats unitaires Nous voudrions - demandons-nous alors - connaître les résultats que la Fédération unitaire a obtenus? Il faudrait alors citer toutes nos grèves, toutes nos interventions près du patronat et des pouvoirs publics, toutes nos réunions de propagande, et la liste en serait longue, ponctua Bloquet. Depuis 1925, la lutte a été presque continuelle. Quelques exemples pris dans la période écoulée. Au Havre (Seine-inférieure), nous faisons une réunion de l'usine Dubois. Le patron comprend. Le lendemain, il annonce qu'il accorde une augmentation de un franc cinquante par jour. À Foëcy (Cher), usine Lourioux, trois francs d'augmentation par jour. Répercussion : l'usine Polliwit, proche, fait le même geste. Les non-syndiqués bénécient ainsi de notre activité. À Honeur, nous arrachons deux francs. À la Gerche, six francs en l'espace de huit mois. À Nomexy (Meurthe-et-Moselle), un franc vingt de

81 80 l'heure en plus. Nous ne touchons pas encore les grosses entreprises, parce que les ouvriers - trompés par la pseudo-philanthropie patronale - délaissent le syndicat. Mais ce sera notre tâche de demain. Dans la céramique, à Montreuil, augmentation horaire de vingt-cinq centimes ; à Saint-Uze, augmentation de l'indemnité de vie chère ; à Vierzon, trois francs ; à Montereau, réunion, et là encore, le lendemain, la direction accorde vingt centimes de plus par heure aux hommes, quinze centimes aux femmes, dix centimes aux jeunes. Les caoutchoutières de Marseille arrachent onze pour cent d'augmentation et un contrat de travail. Les huiliers de Marseille obtiennent trois francs de plus par jour. Et nous agissons pour que soient interdites les journées de dix et douze heures imposées aux jeunes dans les savonneries. Faut-il rappeler, enn, la grève des trois usines des Bébés Jumeau, grève dirigée et soutenue par notre syndicat unitaire et qui se termina par l'obtention, pour plus d'un millier de femmes, d'une augmentation de quinze pour cent. Grâce encore à notre travail constant, de nombreuses catégories ont obtenu les décrets d'administration publique sur les huit heures - qui n'existaient pas - notamment les ocriers d'apt. C'est vrai - il faut le souligner, le répéter - il ne s'agit, dans l'ensemble, que d'un faible pourcentage de travailleurs des industries chimiques. Mais - c'est là l'important - c'est parce qu'il y avait des syndicats unitaires dans le rayon des établissements touchés. Et pour conclure, les revendications sur lesquelles nous allons discuter dans notre Congrès : congés annuels payés, congés pour les femmes enceintes, paiement intégral des journées d'accidents, diminution du nombre d'heures de travail, institution de délégués ouvriers à l'hygiène et à la sécurité, extension de la loi sur les maladies professionnelles, augmentation des salaires, etc., ne seront arrachées que si les ouvriers et ouvrières comprennent que leur intérêt est d'adhérer au syndicat unitaire de leur région. Il faut - plus que jamais à l'époque actuelle - leur en souligner l'urgente nécessité. J. Raveau octobre Ceux de l'industrie des produits chimiques. Les maîtres de Saint-Gobain, rois de la paix et de la guerre Depuis quinze jours, tout le monde capitaliste parle de chimie. C'était, l'autre semaine, le Congrès international de chimie industrielle. Les patrons des diérent pays cherchaient un terrain d'entente pour associer leurs béné- ces. Hier, Marcelin Berthelot recevait l'hommage hypocrite des bourgeois que ses découvertes ont enrichi. Nous allons avoir, nous aussi, notre congrès 112. J. Raveau, Les secrétaires des fédérations unitaires nous disent... De courtes journées et de hauts salaires, des mesures d'hygiène et de sécurité doivent être arrachées au patronat des industries chimiques, L'Humanité, n o 10548, 29 octobre 1927, p. 5.

82 13. ANNÉE des produits chimiques. Il se tiendra dimanche à Lyon, et les prolétaires les plus exploités de France y étudieront les moyens d'améliorer leur sort. Nous voudrions établir pour eux, pour leurs frères de misère, qui n'ont pas encore appris le chemin du syndicat, une image du patronat formidable contre lequel ils doivent dresser la force de leur organisation. L'industrie des produits chimiques en France date d'hier. Les capitaux placés dans cette industrie ont plus que quadruplé depuis C'est que les découvertes nouvelles assurent dans l'économie capitaliste un rôle de premier plan. Fabrication des engrais, que l'agriculture emploie de plus en plus, extraits et colorants pour la préparation des cuirs et des étoes, aluminium, aciers spéciaux, alliages à grande résistance nécessaires à la mécanique, elle tient une place énorme dans l'industrie de paix. Mais elle est surtout la reine de la guerre. C'est entre 1914 et 1918 qu'elle a pris ce développement formidable. Tous les experts répètent que la guerre future sera une guerre chimique, où les fabricants de colorants produiront des explosifs et des gaz. Pas une bourgeoisie n'accepteraient d'être dépassée sur ce terrain. Les français qui, en 1914, achetaient à l'allemagne 90 % de leurs matières colorantes, produisent maintenant 95 % de leurs besoins et vendent à l'étranger. C'est donc une industrie jeune, et comme telle, fortement concentrée. Malgré bien des eorts, il n'existe pas encore en France un trust des produits chimiques analogue au Comité des Forges. Mais trois sociétés y dominent tout le reste et possèdent la direction absolue du marché. Les actions de produits chimiques cotées en Bourse représentent un milliard deux cent cinquante millions. Là-dessus, les trois reines en contrôlent directement ou indirectement plus d'un milliard. Elles tiennent ouvriers sous leur botte. Ce sont : Saint-Gobain, Kuhlmann, Alais, Froges et Camargue. La société Saint-Gobain est à la tête de l'industrie chimique française. Elle y joint encore l'industrie de la verrerie et des glaces par laquelle elle débuta autrefois. C'est la société des gros propriétaires fonciers qui achetèrent les mines de phosphates et se spécialisèrent dans la production des engrais. Avant la guerre déjà, elle était en pleine prospérité. Pendant la guerre, elle s'est tournée vers des branches nouvelles : l'ammoniaque, la cellulose. Actuellement, elle tient, avec un million de tonnes, la première place dans la production des engrais en Europe. Son capital nominal est de 151 millions, mais il atteint 452 millions avec les réserves. Ses usines valent 160 millions. Elle participe pour 92 millions à d'autres sociétés. Elle possède les forêts de Saint- Gobain et de Cirey ; vingt-sept usines éparses à travers la France, dans tous les endroits où se manipulent les produits chimiques, d'aubervilliers à Cette et de Rouen à Saint-Fons ; des mines de pyrite à Saint-Bel dans le Rhône, des usines de phosphates en Tunisie, à Rebiba, dans la Somme, en Belgique, une saline à Ars-sur-Meuvre. Voilà le monstre. En 1925, ses bénéces nets étaient de 36 millions ; ils se sont élevés à 46 millions en 1926, malgré des amortissements formidables. L'an dernier, les bénéces bruts devaient égaler le capital. Ce n'est pas tout.

83 82 La société Saint-Gobain contrôle la société normande des produits chimiques (quatre millions et demi), pour les produits ammoniacaux. Elle est liée avec la Société chimique des usines du Rhône (vingt-sept millions) et avec Poulenc frères (soixante millions), six usines pour les produits organiques et les produits de laboratoire. Elle fabrique le carbure à la Société Hydro-Électrique de la Maurienne (dix millions) ; la cellulose dans sa liale de la Cellulose du Piro ; le papier à la Société Calaisienne des Pâtes à papier, aux Papeteries Navarre (cinquante-quatre millions), quatorze usines, aux Papeteries du Marais, aux Papeteries de Rethel. Elle contrôle quatre sociétés de verreries en France, une en Belgique, une en Hollande, une en Tchécoslovaquie. Elle fabrique même des sacs à engrais, puisqu'elle possède à Roncq les Tissages de jute de la Vallée (deux millions et demi). Pour la branche de l'ammoniaque et des engrais composés, elle est alliée à l'air liquide, la société qui possède les brevets Claude pour la synthèse de l'ammoniaque (soixante millions de capital, vingt-deux millions de bénéces nets en 1926). L'Air liquide a vingt-deux centres de production d'oxygène, dix-huit centres de production d'acétylène dissous, avec des liales dans toutes l'europe et même aux États-Unis. Ensemble, Saint-Gobain et l'air liquide ont monté la Société Chimique de la Grande-Paroisse (quarantedeux millions). Ils contrôlent la Société Européenne de l'ammoniaque, trust international que préside M. Yves Le Troquer, ancien ministre et patriote. Quatorze capitalistes sont les maîtres de toutes ces richesses. Il y a là les plus grands noms de la noblesse de France, toute l'aristocratie terrienne, et chacun d'eux ou presque ne se contente pas de cette richesse. Il en veut d'autres. Derrière le président, M. Girard, qui est aussi à la Compagnie Générale des Eaux (quarante millions) et dans deux ou trois liales de Saint-Gobain, voici Thureau-Daugin, le duc de Broglie, le comte de Freney, MM. Ginard, Cochin, E. Gerard. Voici le comte Roederer, possesseur de crus en Champagne, vice-président de Saint-Gobain, président du Comptoir de l'industrie du Lin (trente-deux millions), administrateur des Phosphates et Chemins de fer de Gafsa (trentesix millions), où les indigènes, payés à coups de trique, extraient les matières nécessaires à la puissante compagnie. Voici le comte Robert de Voguë, associé de Homberg en Indochine, à la Compagnie agricole et industrielle de Cam-Tien, commissaire à la Société Schneider et C ie, administrateur chez Panhard et Levassor, et dans les quatre sociétés d'assurance de l'urbaine. Voici Bernard de Verges, représentant de Saint-Gobain au conseil d'administration de la Société chimique de la Grande-Paroisse et qui "travaille" dans les compagnies maritimes, Compagnie Africaine d'armement, Compagnie auxiliaire de navigation. Voici Olivier, représentant de Saint-Gobain à la Société Européenne de l'ammoniaque, administrateur des deux sociétés d'assurances le Patrimoine ;

84 13. ANNÉE Langlois, qui est chez Ariès dans l'automobile, et aux Ardoisières de l'anjou. Enn, le baron Thénard, qui tire bénéces de Saint-Gobain, du Nord- Sud, des Chemins de fer sur route d'algérie, de la Société Marinoni, de deux Compagnies de navigation, de deux Compagnies d'assurances. Tels sont les maîtres de Saint-Gobain par conséquent les maîtres de l'industrie chimique, les rois de la paix et de la guerre, toute une brochette de grands seigneurs féodaux que n'épouvante pas beaucoup la république bourgeoise, parce qu'elle est à leurs ordres. Leurs grands-pères avaient des serfs, ils ont des ouvriers de France ou d'algérie, qu'ils paient quinze francs par jour, et qui font produire à leur capitaux du 100 %. Nous allons voir maintenant ceux de Kuhlmann et d'alais, plus imprégnés de capitalisme moderne et davantage liés aux banques, mais tout aussi féroces. C'est contre ce patronat formidable qu'il faut dresser nos syndicats. François Berry octobre Les assises unitaires. Les travailleurs des produits chimiques étudient à Lyon les ravages des maladies professionnelles (de notre envoyé spécial). Lyon. 30 octobre. Bons débuts de congrès. La présidence d'honneur est placée sous l'égide des emprisonnés membres de la CGTU et des organisations révolutionnaires. Puis l'envoi d'un télégramme saluant le Dixième anniversaire de la Révolution russe et armant la solidarité des travailleurs français des industries chimiques et céramiques est décidé par acclamation. Une intéressante discussion sur le rapport moral. Point de vaines discussions, mais de bonnes critiques. Une intéressante discussion sur le rapport moral Point de vaines discussions, mais de bonnes critiques sur la gestion passée, en rapport avec les revendications immédiates. C'est ainsi que s'engagent les débats ; c'est ainsi que Chabanon, qui les ouvre, demande aux délégués d'envisager le travail. Pellegrin (Marseille) va souligner la nécessité d'une large propagande dans la région provençale. De nombreuses grèves ont secoué l'important prolétariat qui y est exploité. Grève des caoutchoutiers de Marseille qui se termine par l'obtention d'une augmentation de salaires ; grève des huileries et savonneries qui procure trois francs de salaires de plus par jour ; grève des usines Magnant terminée par trois francs d'augmentation, etc. Pellegrin en vient alors au point central de son intervention : à Port-de-Bouc, signale-t-il, à trente kilomètres de Marseille, existent l'usine Kuhlmann, l'usine Saint-Gobain, les Huileries-Savonneries Verminck et une pétrolerie. Le travail de recrutement a commencé : dix-sept adhérents tout d'abord, deux 113. François Berry, Ceux de l'industrie des produits chimiques. Les maîtres de Saint- Gobain, rois de la paix et de la guerre, L'Humanité, n o 10549, 30 octobre 1927, p. 1 et 2.

85 84 cent-vingt syndiqués maintenant. Enn, le délégué de Marseille conclut par un appel en faveur de cette région provençale, centre de produits chimiques. Bollène et Avignon sont à toucher également. L'importance de la région marseillaise vient d'être soulignée fortement. Voici Royet (Lyon) qui intervient sur celle de Lyon-Loire ; Fallon (Nancy), Arnaud (Lyon), Anceaux (Dunkerque), Girard (Céramique de Poissy) et Dupont (Le Havre) traitent de leur situation respective. La main-d' uvre étrangère, coloniale et féminine Notre camarade Ali brosse ensuite à larges traits un tableau de l'industrie chimique. Sur établissements de produits chimiques, les quatre cinquième du nombre total des ouvriers qu'ils occupent sont employés dans les usines contrôlées par l'union des Industries Chimiques. Trois grosses rmes : Kuhlmann, Saint-Gobain, Alais-Froges-Camargue détiennent presque tout le monopole des productions. Les man uvres constituent la grosse partie du prolétariat de ces industries. Aussi, la main-d' uvre coloniale, étrangère et féminine y est-elle abondante. D'où, c'est le but de l'intervention d'ali, nécessité d'une plus grande propagande auprès de ce prolétariat. Chabanon termine la discussion en examinant l'action faite et à faire. La région d'avignon, avec ses prolétaires mérite toute notre attention, précise-t-il. De même que Givors, Nancy et cette région lyonnaise où j'ai vu souligne-t-il, des travailleurs casser la croûte sur un tas d'os où pullulaient les asticots ; ceci s'est passé à l'usine Coignet. Le rapport moral est ensuite adopté à l'unanimité, le Bureau fédéral ayant pris l'engagement de tenir compte des suggestions et critiques apportées, critiques qu'il avait d'ailleurs sollicitées. On vote encore, dans la première séance, le rapport nancier, celui de la commission de vérication des mandats (27 syndicats représentés sur 50) et celui de la commission de contrôle. Un court débat sur les assurances sociales a lieu après le rapport du camarade Ducarteron. Les congressistes se rallient unanimement aux décisions prises à Bordeaux, décisions qu'a précisées Racamond. En fait, une première impression se dégage déjà : le passé est liquidé ; les revendications d'ordre général ont été précisées au Congrès confédéral. Ce qui importe aux délégués, ce qui motivera de larges discussions, ce seront les revendications immédiates et particulières aux travailleurs de l'industrie chimique. Il est bon de souligner qu'après l'intervention de notre camarade Racamond sur les assurances sociales, le congrès a décidé de rédiger une motion contenant entre autres les points particuliers suivants : abaissement de l'âge de la retraite pour les ouvriers des industries insalubres à cinquante ans au lieu de soixante ; garanties pour la gestion des caisses ; et enn égalité de traitements pour les travailleurs étrangers. Les maladies professionnelles Voici le débat qui va animer les congressistes. C'est Chabanon, soulignant le développement de l'industrie de la soie articielle et signalant les

86 13. ANNÉE dangers du sulfure de carbone servant à la préparation de la viscose et du caoutchouc. Les paralysies et les troubles graves de la vision sont fréquents. Les autres préparations de la soie articielle présentent également de graves dangers. Usines d'acides, de caoutchoucs, de caustiques, de pétrole, etc. sont toutes des foyers de maladies professionnelles. C'est maintenant Pérol, spéci- ant les dangers de la fabrication du caoutchouc : Maladies du talc, maladies de la benzine, eczéma de benzine, etc. Michelin fait transporter ses victimes à Berck-sur-Plage et à Banyuls. Il fait construire un sanatorium. Preuve indéniable du grand nombre de prolétaires atteints. C'est encore Bloquet, Pellegrin et Ducarteron qui traitent des maladies engendrées par l'aniline, les chlore, et monochlore, les faïences à base de plomb, etc. "Nos camarades, dira l'un d'eux, sont après quelques mois de travail, comme des arbres desséchés." Et Royet de s'étendre sur les conditions abominables dans lesquelles est fabriquée l'ypérite aux usines de Saint-Fons. La tuberculose y règne en souveraine. Les explosions successives sont aussi évoquées. Rien d'étonnant puisque l'on fabrique des gaz asphyxiants pour de nombreuses nations étrangères. Le Japon vient au premier rang des clients de ces fabrications de mort. Delers, conseiller technique de la Fédération unitaire de l'éclairage, qui a fait de remarquables et documentés rapports sur les maladies professionnelles dans l'industrie gazière si voisine, voire même partie intégrante des industries chimiques, développe maintenant devant le Congrès les parties principales de ses études. Nous entendons encore Ali traiter du manque d'hygiène et de sécurité dans les usines ainsi que de la cruauté avec laquelle sont traités les indigènes terrassés par les poisons. Chabanon clôture le débat et il est décidé qu'une commission rédigera une résolution qui sera présentée ultérieurement devant le congrès. Au nom de la minorité révolutionnaire allemande, Lehmann salue les travailleurs français Après que Chabanon eût donné lecture d'un télégramme des camarades de l'urss, empêchés de venir par le gouvernement français, ainsi que de quelques lettres d'excuses émanant de centrales étrangères, le camarade Lehmann monte à la tribune, salué par une Internationale puissamment entonnée. Durant une heure, clairement, il entretiendra les délégués des luttes et de la composition de la minorité allemande des travailleurs de l'industrie chimique qui, là-bas, groupe dix grandes catégories industrielles. En Allemagne, et surtout dans l'industrie chimique, les trusts, la centralisation sont un fait acquis. Il n'y a pas d'ouvriers étrangers et coloniaux, mais les grosses rmes conent une partie de leurs fabrications à des entreprises extérieures qu'elles assujettissent an, en cas de grève, de dresser les travailleurs les uns contre les autres. Lehmann, après avoir donné les chires des bénéces honteux réalisés en rapport avec la part inme du travail, termine en dénonçant les préparatifs de la guerre chimique qui se font parallèlement, en France et en Allemagne. C'est un danger pour les prolétaires des deux pays, dira-t-il, dans sa péroraison et il appartient à ceux-ci de s'unir avec leurs camarades de l'urss contre leur capitalisme qui uvre sur le plan international et qui

87 86 ne sera abattu que par la conjonction des eorts prolétariens sur le même plan international. Racamond, au nom de la CGTU, appelle les ouvriers à l'action Les échos de l'internationale, qui salua Lehmann après son discours, sont à peine dissipés que Racamond vient saluer les travailleurs révolutionnaires des produits chimiques au nom de la CGTU. "Votre industrie, dirat-il, est bien une industrie. Quoique jeune, son développement est rapide et formidable. La concentration s'y révèle gigantesque, et les salaires y sont inmes ; ainsi aux États-Unis, la part du salaire représente huit pour cent alors qu'elle est dans les autres de dix-huit à vingt pour cent. Partout, les travailleurs de la chimie sont les plus mal payés." Et Racamond démontre ensuite la liaison qui existe entre les revendications générales adoptées à Bordeaux et celles qui sont élaborées à Lyon. Tour à tour, la rationalisation, tant industrielle qu'administrative ou militaire, la lutte pour les huit heures, sans dérogations, voire même, puisqu'il s'agit d'industries insalubres, la journée de sept heures, sont alors évoquées. "C'est, souligne Racamond, une préoccupation d'avenir, car il vous faut tout d'abord travailler à lutter contre les journées de dix et douze heures qui sont encore faites dans l'industrie chimique." Augmentation des salaires, allocations familiales, chômage, organisations à bases multiples, moyens et non but du recrutement, assurances sociales sont liées par le secrétaire de la CGTU à l'action sociale du prolétariat, à la lutte contre le patronat, contre la guerre, contre l'impérialisme. "C'est cette liaison, souligne Racamond, qui diérencie notre action de celle des réformistes. Le prolétariat français doit être à la fois capable de défendre ses revendications immédiates et la révolution chinoise, et la révolution russe, et les peuples coloniaux victimes de la civilisation à coups de canon. Sur tous les terrains, les travailleurs révolutionnaires doivent lutter. C'est là le sens des résolutions de Bordeaux. C'est aussi la voie qui nous mènera vers la révolution prolétarienne victorieuse que nous n'arracherons qu'après avoir constitué de puissants syndicats". Longuement applaudi, Racamond, descend de la tribune et, à 17h15, la séance est levée. J. Raveau octobre Les rois de l'industrie chimique. Le trust Kuhlmann par François Berry. Le trust Kuhlmann vient au second rang de l'industrie chimique française, presque au même niveau que Saint-Gobain 115. Sa progression a été beaucoup plus rapide. En 1914, son capital n'était que 114. J. Raveau, Les assises unitaires. Les travailleurs des produits chimiques étudient à Lyon les ravages des maladies professionnelles, L'Humanité, n o 10550, 31 octobre 1927, p. 1 et Voir l'humanité du 30 octobre 1927 : Les maîtres de Saint-Gobain

88 13. ANNÉE de six millions, il est de cent quatre-vingt-dix millions en Pendant la guerre, ses fabrications ont pris un développement formidable, il a absorbé la Compagnie des Matières Colorantes, construit autour de Rouen, à Aubervilliers, à Marseille, des usines nouvelles. Bénéciaire de la guerre, il a pourtant touché soixante-dix millions de dommages de guerre. Maintenant, aux cent quatre-vingt-dix millions de capital vient s'ajouter cent trente-huit millions de fonds de réserve. Le bilan de la Société Kuhlmann indique qu'elle participe pour trente-trois millions dans d'autres entreprises, mais ses participations valent beaucoup plus que cela. Les bénéces nets étaient de vingt-quatre millions en 1925, ils sont passés à trente-trois millions et demi en 1926, et le dividende s'est élevé de trente à quarante francs par action de cent-cinquante francs. Les salaires ouvriers n'ont pas suivi le même chemin. Actuellement, la Société Kuhlmann produit tonnes de superphosphates par an, autant de produits organiques, acides, etc., tonnes de sous-produits, tonnes de matières colorantes. Largement dépassée encore par Saint- Gobain, dans le domaine des engrais, elle est la reine des produits chimiques et des colorants. Elle possède dans le Nord, en Belgique, à Aubervilliers, dans la région de Rouen, dans celle de Nantes, seize usines. Elle extrait du sel à Dieuze, possède des gisements de phosphates dans le Nord et ses laboratoires de Levallois et de Suresnes mettent au point des découvertes nouvelles. La force principale de Kuhlmann, outre ses appuis sur les compagnies minières et la grande Banque, ce sont ses liales et ses participations industrielles. Pour lui fournir les matières premières, elle contrôle sa société des Pyrites de Huelva, mines de pyrite de fer d'espagne (six millions) ; la Compagnie Française des Phosphates ( francs) qui extrait les craies phosphatées de l'aisne, les Superphosphates et Produits Chimiques du Maroc, au capital de huit millions. Avec les compagnies minières, elle a formé les sociétés en participation Anzin-Kuhlmann, Maries-Kuhlmann, Courrières- Kuhlmann, pour le traitement des gaz de four à coke et la fabrication de l'ammoniaque synthétique. Elle fait traiter les os par les Établissements Jourdrain d'igny, la société Sudos, à Dijon et à Bordeaux, la Société Satos en Belgique, la Société Geistlich en Suisse. À la Société d'électro-chimie de Brignoud, les anciens Établissements Frédet-Kuhlmann (sept millions), elle fabrique la carbure, le chlore et la soude ; à L'Acétosynthèse, l'acide acétique, matière première de l'indigo. Elle traite les dérivés du goudron à la Société de Schwonarde, les scories de déphosphorisation aux Produits Chimiques de Lourdes (un million et demi). Pour les matières colorantes, elle a pris le contrôle des Produits chimiques et matières colorantes de Saint-Clair-du-Rhône (dix millions, deux usines) ; elle vient de fusionner avec l'importante Société des matières colorantes de Saint-Denis, dont les trois usines emplissent la rue des Poissonniers. Elle a absorbé également la Société des Matières colorantes d'alsace pour former les Produits Chimiques de Mulhouse (douze millions). Elle participe à la Société des Produits Chimiques Coignet (douze millions). Elle contrôle en Italie les Produits Chimiques Bouelli. Les sept

89 88 usines françaises de la Société de la Vieille-Montagne, où on fabrique le blanc de zinc, sont sous sa direction. Elle participe aussi aux Couleurs zinciques (vingt-deux millions, trois usines et une mine). Elle est à la Société des Produits chimiques du bois (douze millions, deux usines) et contrôle celle des Pâtes, papiers et textiloses (quinze millions, quatre usines dans l'isère et la Savoie). Elle a même son propre comptoir de vente, la Société commerciale Lambert-Rivière (dix millions, seize agences). Telle est la puissance du trust Kuhlmann qui exploite dans ses usines des dizaines de milliers d'ouvriers. Ils sont vingt-cinq pour gérer toutes ces richesses et cette direction est un vivant symbole du capitalisme nancier. On y trouve les têtes des banques et de l'industrie lourde, venus là faire "travailler " leurs capitaux dans la chimie, industrie jeune, industrie d'avenir. M. Donat-Agache est le président du conseil d'administration. C'est un spécialiste de l'industrie chimique. Il préside ou administre presque toutes celles que contrôle la Société Kuhlmann, douze en tout. Nous l'avons déjà vu à la Compagnie du Nord. Il est encore aux Mines d'anzin et au Crédit Commercial (cent-vingt millions de capital). Enn, il est co-propriétaire des Tissages Agache-Fils (quarante millions, ouvriers). Président de la Société de Chimie industrielle, c'est un personnage ociel dont les discours font autorité dans la République. M. Cuvelette est un des maîtres du Comité des Houillères. Outre Kuhlmann et quelques liales, il préside le Groupement des Houillères du Nord et du Pas-de-Calais (soixante millions). Il est aux Mines de Lens, aux Mines de Chanveaux, à l'union des Mines. Il est aussi le maître des forges aux Aciéries du Nord et de l'est, du Nord et de Lorraine, aux Aciéries de Paris et Outreau. Il est encore à la Compagnie générale d'électricité. Il administre la Banque Générale du Nord et le Crédit commercial. Vous connaissez déjà Gaston Griolet, vice-président des Chemins de fer du Nord, président de la Banque de Paris et des Pays-Bas. Le nom de ce capitaliste de grand choix qui "fait" dans les chemins de fer, la banque et l'électricité, montre quels liens rattachent Kuhlmann à la Banque. Duchemin, du Crédit National, de Bozel-Malétra, société de produits chimiques à cinquante-deux millions de capital, de la Société des produits chimiques du bois, préside l'organisation centrale du patronat, la Confédération Générale de Production Française (CGPF). C'est assez dire sur cet ennemi des organisations ouvrières. Éd. Lamy est dans le bâtiment aux Établissements Fourié et Rhodes (sept millions) et dans toutes les industries d'amiens : distilleries, papeteries, Société du Gaz. Après quelques seconds plans, Delsol, Dupont-Descat, Durand-Gosselin, Kiener, Ledoux, voici les gens des houillères : Bollaert des Mines de Lens et des Mines de Chauveaux, déjà cité pour la Compagnie du Nord ; Crespel des Mines de Lens et du Crédit du Nord ; Chabaud-Latour, des Mines de Drocourt (cent cinquante-trois millions), qui représente Kuhlmann dans

90 13. ANNÉE les Mines de fer de Mokta et Madrid (quarante millions), de Krivoï-Rog (trente millions), à la Société du Djebel Djerissa et qui administre par surcroît Gnome et Rhône. Voici le groupe des gens de la Penaroya, la société du cuivre espagnol, principal actionnaire de Kuhlmann. Il y a là Chastel, son directeur général, Lavaurs, Fred. Ledoux, qui est aussi aux Superphosphates et produits chimiques du Maroc, aux Minerais et Métaux, aux Mines de Maldana ; Heurteau, qu'ont déjà rencontré les cheminots du Paris-Orléans et qu'on trouve partout, dans les mines, les chemins de fer, la banque, le pétrole, l'électricité, les aciéries. Hauzeur s'occupe des sociétés de minerais métallurgiques d'espagne et de la Banque Franco-Espagnole (quarante millions) ; Lambert de l'électro- Métallurgie de Dives (quarante-huit millions) ; Lecoeuvre de la Société des Minerais et Métaux. Et, pour nir, deux requins de taille, Edgar de Sincay, administrateur de six grandes sociétés électriques, des Fonderies de Zinc de la Vieille-Montagne, des Chemins de fer de l'indochine et de la Société des Chargeurs Réunis (cent millions) ; Théodore Laurent, vice-président du Comité des Forges, président des Constructeurs de matériel de guerre, administrateur de dix sociétés métallurgiques et de cinq sociétés minières. C'est là une image vivante de ce patronat moderne où chaque branche s'interpénètre et se soutien, sous la haute direction des banques. Contre la force de ces gens, nous n'avons qu'une seule force, le syndicat, organisation unique de notre classe er novembre Les assises unitaires de Lyon. D'importants débats sur les préparatifs de guerre chimique et la centralisation capitaliste ont eu lieu hier au congrès des industries chimiques Vers la fusion des fédérations des industries chimiques, céramiques et du verre. (de notre envoyé spécial). Lyon. 31 octobre. La deuxième journée du congrès s'est ouverte sous la présidence de Monzillat (Digoin), assisté de Pellegrin (Marseille) et Fallot (Châtel-sur-Moselle). Ducarteron expose aux congressistes l'historique des pourparlers de fusion. À plusieurs reprises, tant dans les comités nationaux du verre que dans les syndicats de cette industrie, le principe de la fusion a été adopté à l'unanimité. Lors du congrès de Vierzon, il semblait que tous les délégués du verre étaient d'accord. Or, quand il s'agit de l'application, nous sommes obligés de constater que les membres du bureau de la Fédération du verre n'y mettent pas toute la bonne volonté désirable. Chabanon et Revol interviennent ensuite et le congrès nomme une commission qui rapportera à nouveau devant les délégués. Bloquet traite alors de l'unité syndicale. De nombreux délégués interviennent, apportant 116. F. Berry, Les rois de l'industrie chimique. Le trust Kuhlmann, L'Humanité, n o 10550, 31 octobre 1927, p. 1 et 2.

91 90 des résumés de la situation syndicale dans leurs localités. Pérol, notamment, parle de l'attitude de certains chefs confédérés dans la région de Limoges, plus particulièrement lors de la grève récente de La Fabrique. Broussillon et Déry, militants à la fois de la Fédération et du syndicat confédéré de la céramique, étaient aussi adjoint et conseiller municipal socialistes de Limoges. Or, le patron était également socialiste. Et les militants socialistes ont défendu leur allié socialiste, le patron, et contribué à faire battre en partie les grévistes. Dupont (Le Havre), Pellegrin (Marseille), Bloquet et Anceaux apportent des précisions et le Congrès vote à l'unanimité une résolution par laquelle il s'arme en plein accord avec la décision prise à Bordeaux. Aujourd'hui, comme hier, la Fédération unitaire de la céramique et des produits chimiques est prête à appliquer la résolution Paris-État-Rive-Droite ; c'est-à-dire à entrer en bloc avec tous les membres de la CGTU dans la CGT. La concentration capitaliste, les dangers de guerre et l'industrie chimique C'est certainement une des discussions les plus intéressantes de ce Congrès. Elle est indubitablement liée comme l'a souligné Racamond dans son intervention d'hier soir à la lutte pour les revendications immédiates. Notre camarade Chabanon a rédigé un important rapport écrit sur ces questions, rapport qu'il a largement développé ce matin. Il a écouté attentivement par tous les délégués, produits une forte impression. L'intérêt de ce rapport est si grand que nous ne saurions sans lui nuire le résumer. Aussi les débats terminés, reviendrons-nous, dans l'humanité, sur ce sujet. À midi, Chabanon descend de la tribune. La discussion va se poursuivre l'après-midi. Délégués ouvriers à l'hygiène et à la sécurité Encore une importante question. Les catastrophes de l'industrie chimique arrivent à dépasser en nombre de victimes des catastrophes minières. Saint-Fons, Saint-Auban, Haubourdin s'inscrivent tragiquement au fronton de l'édice du capitalisme de l'industrie chimique. Et il en est tant d'autres! Aussi le rapport de Chabanon, est-il appuyé par Delers, Crapet, Anceaux, Girard, Picot, Ali, etc. À signaler, entres autres, l'intervention du délégué de Bellegarde, le camarade Blanc. Dans une usine de la région, il n'y a que deux masques pour une centaine de travailleurs ; et les deux masques sont repassés d'une gure à l'autre. Après une sérieuse discussion la motion présentée a été adoptée à l'unanimité. Les délégués du verre arrivant alors, il est décidé d'entrer immédiatement dans la discussion sur la fusion des deux fédérations. Les délégués des deux fédérations s'arment à nouveau partisans de la fusion Il y a de nombreux mois qu'il est question de cette fusion. Et un délégué fera justement remarquer qu'une fois de plus, délégués des industries chimiques, céramique et verrière se déclarent tous d'accord sur le principe. Mais

92 13. ANNÉE lorsqu'il s'agit des modalités d'application cela ne va plus. Néanmoins, il faut constater qu'un grand pas a été fait cet après-midi sur la voie qui mène aux réalisations pratiques. Après les discours de Ducarteron, Sue, Hermann, il est aisé de constater que les dicultés tombent une à une. Chabanon viendra encore apporter de la clarté dans ce débat et, enn, l'intervention de Racamond, au nom de la CGTU, apparaîtra comme dénitive. En eet, une commission est nommée, dont les membres sont pris dans les deux fédérations. Elle rédigera aujourd'hui une résolution commune et il est probable que la réalisation de la fusion ne sera plus qu'une question de mois. Ainsi, aujourd'hui encore, du travail sérieux a été accompli dont nous marquerons demain les étapes dénitives. J. Raveau novembre Les assises unitaires. Le congrès des produits chimiques est terminé Il a désigné la commission exécutive et son bureau. Dans les travaux de sa dernière journée, le congrès de la Fédération des industries chimiques fait siennes les décisions de la CGTU relatives à la création des syndicats régionaux d'industrie et a traité de l'importante question qu'est l'unication des salaires sur le plan régional. Après un appel de Marie Bréant au groupement des travailleuses, il a été procédé à la nomination de la commission exécutive. Les travaux du congrès de la Fédération unitaire des produits chimiques étaient terminés. Au congrès des industries chimiques, les conditions de travail et de salaire des diverses régions sont évoquées par les délégués. Marie Bréant fait une importante intervention sur la main-d' uvre féminine. Lyon. 1 er novembre. Rien ne peut mieux donner une idée de l'exploitation éhontée dont sont victimes les prolétaires, hommes et femmes, de l'industrie chimique, que les exposés faits aujourd'hui au Congrès par de nombreux délégués des diérentes régions. Dès huit heures, sous la présidence de Couriaud, assisté de Joubert (Méhun-sur-Yèvre) et Papot (Niort), les travaux commencent. Les relations internationales et les rapports avec le Comité international de propagande sont esquissés dans un rapport développé par Chabanon, rapport dont les conclusions sont adoptées par le Congrès. Puis la discussion sur les syndicats régionaux d'industrie, suspendue hier lors de l'arrivée des délégués du verre, est reprise. Les décisions de la CGTU sont acceptées. Et l'on arrive à une importante question : l'unication des salaires sur le plan 117. Les assises unitaires de Lyon. D'importants débats sur les préparatifs de guerre chimique et la centralisation capitaliste ont eu lieu hier au congrès des industries chimiques, L'Humanité, n o 10551, 1 er novembre 1927, p. 1 et 4. Trois portraits accompagnent en page 1 l'article, avec pour légende : "Chabanon, Bloquet et Ducarteron, secrétaires des Produits Chimiques unitaires".

93 92 régional. De longues journées, des salaires de famine Bloquet, qui rapporte sur cette question, souligne tout d'abord sur les mêmes rmes donnent des salaires diérents d'usine à usine même lorsqu'elles sont situées dans la même région. Les salaires horaires varient ainsi entre un franc quatre-vingt et quatre francs. Un exemple typique illustre cette armation : à Aubervilliers, les travailleurs homme sont payés trente-deux francs par jour. À l'usine Moritz, vingt-trois francs cinquante ; chez Kuhlmann, vingt-deux francs cinquante. Notons que nous parlons là des salaires les plus élevés. En province, il y a encore des man uvres payés un francs cinquante à un franc quatre-vingt de l'heure. Aussi, lorsque des augmentations de salaires sont réclamées, la réponse des patrons est-elle partout la même : faites des heures supplémentaires. Dans ces conditions, nombreux sont les exploités de l'industrie chimique qui font dix, douze et même seize heures de travail. Il est fréquent de voir des travailleurs indigènes faire huit heure dans une usine et de reprendre aussitôt dans une autre période de huit heures, le système des trois équipes étant assez fréquent dans certaines branches de l'industrie. Dans l'impossibilité de vivre avec les misérables salaires octroyés pour huit heures, les prolétaires en sont contraints à travailler comme des brutes. Bloquet relie maintenant la question du salaire régional à celle du congé annuel payé. C'est une revendication que la Fédération unitaire entend arracher. Elle est d'une nécessité vitale pour les travailleurs de l'industrie chimique, étant donné surtout les conditions d'insalubrité du travail. Pellegrin appuie fortement les conclusions du rapport. Il souligne l'exploitation éhontée dans les huileries et savonneries de la région marseillaise, exploitation dont il relève, par de nombreux exemples, les formes particulières et notamment le système des primes à la production et des sursalaires. Il donne connaissance des termes du contrat de location des logements dits ouvriers sis sur le domaine de la société Saint-Gobain. Il y est notamment stipulé que "le contrat prendra n le jour même où l'ouvrier, pour une cause quelconque, cesserait d'être employé aux usines Saint-Gobain". Pérol va maintenant dénoncer les magnats du caoutchouc : les Michelin, les Bergougnan, les Torrilhon. Longuement, avec des faits à l'appui, il démontrera comment, par la pseudo philanthropie patronale, Michelin lie ses ouvriers et forme ses esclaves destinés à le défendre. Sursalaire familial, prime d'opération, prime de production, participation, actionnariat sont dénis. L'ouvrier qui bénécie d'une part n'a pas le droit, en vertu d'un contrat, au cas où il quitterait l'usine, de s'embaucher dans une autre maison de caoutchouc avant deux années après son départ. Les femmes ont des salaires de douze à quatorze francs par jour. Michelin a constitué des sociétés dites sportives. Avec elles, il a formé sa garde civique. Sous couleur de sport, on apprend le tir au revolver et au fusil. Enn, dans les écoles, on enseigne aux

94 13. ANNÉE enfants à prier pour M. Michelin. C'est ensuite Bloquet qui apporte de nouvelles précisions et de nombreux délégués de province venant donner aux congressistes les renseignements qui ont été apportés par les ouvriers des usines. Après quoi, la motion envisageant les moyens d'action à employer pour faire aboutir la revendication du salaire établi sur le plan régional est adoptée à l'unanimité. La Fédération unitaire de la céramique et des produits chimiques a pris une importante initiative. Les délégués spécialisés dans diérentes branches de l'industrie chimique ont été chargés d'établir chacun pour sa sphère d'activité industrielle un rapport sur la situation économique de la branche d'industrie où il travaille. D'aucuns croient que les travailleurs sont incapables de se livrer à l'étude de telles questions. Le congrès de Lyon vient de fournir une preuve du contraire. Industrie de la céramique, industrie des savonneries et huileries, industrie chimique en général ont, tour à tour, été examinées, mieux : étudiées à fond, par nos camarades Picot, Pellegrin et Bloquet. La rationalisation, le chômage, la production, les bénéces, l'importation et les exportations, l'évolution du machinisme, les conditions d'hygiène, de travail, de salaires des ouvriers sont, dans ces rapports, soigneusement étudiés. Les travailleurs de l'usine viennent ainsi de faire la preuve qu'ils étaient capables - mieux que les bourgeois - d'étudier attentivement les problèmes de l'économie de leur industrie. C'est une initiative qui doit et peut être suivie par toutes les fédérations de la CGTU. Ainsi s'arme l'orientation prise à Bordeaux. Et déjà, leurs répercussions se sont fait sentir dans le congrès fédéral qui vient de se tenir. La main-d' uvre féminine Notre camarade Marie Bréant a fait sur ce sujet un important discours sur lequel nous reviendrons. La résolution ci-dessous a été ensuite adoptée : "en raison du nombre considérable de femmes travaillant dans les industries chimiques et constituant ainsi une main-d' uvre que le patronat exploite honteusement, maind' uvre dont il se sert pour établir une concurrence d'ouvriers à ouvrières. Attendu qu'il est certain qu'en cas de guerre, cette main-d' uvre est appelée à remplacer la main-d' uvre masculine. Le congrès des industries chimiques souligne toute l'importance, toute la nécessité d'intensier la propagande parmi cette main-d' uvre. Il s'engage à faire un eort sérieux pour amener à l'organisation syndicale les milliers de femmes travaillant dans les industries céramiques et chimiques. Il attire l'attention de tous les militants sur cette importante question et leur demande de se consacrer dès maintenant à cette tâche de recrutement et d'organisation des travailleurs des industries chimiques. C'est dans la mesure où la Fédération unitaire saura amener et maintenir la main-d' uvre féminine dans les syndicats qu'il sera possible de développer l'activité de nos organisations. C'est également dans la mesure où les femmes participeront au travail syndical qu'il sera possible d'arriver

95 94 à un fort développement des eectifs syndicaux. Le congrès fédéral des industries chimiques et céramiques s'engage donc à entrer résolument dans la voie ci-dessus tracée et à indiquer nettement à tous les militants le devoir de travailler activement au groupement des travailleuses de l'industrie chimique". Le congrès se clôt ensuite après une intervention de Revol, au nom de l'union régionale, d'ambrogelly sur la main-d' uvre des jeunes, de Ducarteron, sur la fusion avec le Verre, les délégués des deux fédérations s'étant mis d'accord sur les modications au statut et l'augmentation de la cotisation, sur la main-d' uvre coloniale et après nomination de la commission exécutive. Nous donnerons ultérieurement le compte-rendu de ces débats ainsi que les résolutions prises sur ces questions. J. Raveau novembre Les rois de l'industrie chimiques. Alais, Froges et Camargue, seigneurs de l'électro-chimie La Compagnie d'alais, Froges et Camargue complète la Sainte-Trinité de l'industrie chimique (1). Saint-Gobain avait les engrais ; Kuhlmann les produits organiques et les colorants ; Alais, Froges et Camargue règnent sur la chimie des métaux et l'électro-chimie. C'est une compagnie de formation toute récente, où dominent les producteurs d'électricité et les maîtres de forges. Son importance date de la mise au point industrielle des procédés électriques de production de l'aluminium, mais surtout de 1917, où se fondirent pour la former la Société électrométallurgique de Froges et la Compagnie des produits chimiques d'alais et de la Camargue. Actuellement, elle compte 208 millions de capital. Directement ou par ses liales, elle dispose chaque année de 900 millions de kilowatt-heures, c'est-àdire de la plus grande force hydraulique aménagée en France par une seule compagnie. Elle tient l'électricité des Alpes et d'une partie des Pyrénées. Les travaux en cours sont destinés à doubler cette force. La Société des forces motrices de la Durance (vingt millions), celle des Forces motrices de la Haute-Durance (dix millions), la Société Générale de Force et de Lumière de Grenoble (soixante-quinze millions), les Forces motrices du Rhône (cinquante millions), les Forces motrices de la Tarentaise, la Société des Forces motrices Bonne et Drac, les Forces motrices de Vicdessos lui appartiennent entièrement ou sont contrôlées par elle J. Raveau, Les assises unitaires. Le congrès des produits chimiques est terminé, L'Humanité, n o 10552, 2 novembre 1927, p. 1 et 4. Un portrait accompagne en page 1 l'article, avec pour légende : "Ali, qui a rapporté au Congrès sur l'exploitation des travailleurs coloniaux".

96 13. ANNÉE Elle participe à l'union électrique du littoral méditerranéen (cent soixante quinze millions, six cents millions de kilowatts-heures) et à la Société d'énergie électrique du Sud-Ouest (soixante millions, deux cents millions de kilowatt-heures). Voilà pour la force motrice, élément principal dans sa fabrication. Pour les matières premières, les mines de bauxite (minerai d'aluminium) de Gardanne et Saint-Auban lui appartiennent presque entièrement. Elle possède, au Salin de Giraud, dix mille hectares de salines aménagées scientiquement. Ce sont les plus grandes salines du monde. Ses dix-sept usines concentrées dans les vallées des Alpes et des Pyrénées, alliées aux treize usines de la Société d'électro-chimie, électro-métallurgie et aciéries électriques d'ugine (quatre-vingt millions) assurent à ces deux sociétés le monopole de la fabrication française d'aluminium : trente mille tonnes prévues pour Les bénéces sont considérables. Pour Ugine seule, ils sont passés de vingt millions en 1925 à vingt-quatre millions en Autour d'alais, Froges et Camargue et d'ugine, s'est formée une sorte de trust de l'électro-chimie, avec la Société électro-chimique de Mercus (quatre millions, deux usines où l'on fabrique le ferro-silicium), la Société électrochimique des métaux, les Produits chimiques du Tarn (trois millions et demi de francs), la société Le Nickel, l'électro-métallurgie d'auvergne (huit millions) et l'électro-métallurgie de Dives (quarante-sept millions et demi, deux usines où l'on fabrique le cuivre, le nickel et l'étain). Alais-Froges fabrique aussi les chlorates. Pendant la guerre, le Midi était l'un des principaux fournisseurs d'explosifs chloratés (la "cheddite" de son usine de Chedde). Elle est liée dans cette branche avec la Société centrale de Dynamite (quatorze millions), la Société générale pour la fabrication de la dynamite et la Compagnie générale des produits chimiques du Midi (deux usines, dont les trois millions de capital produisaient en 1926 plus d'un million de bénéces!). Dans le domaine des produits organiques, Alais-Froges participe à la Société du Kétol (vingt-sept millions), aux Produits chimiques de Clamecy (six millions). Elle contrôle, avec Ugine, la Société l'alfa (seize millions), qui produit en Algérie et usine à Sorgues la cellulose nécessaire à la fabrication des explosifs. Enn, Alais-Froges travaille dans les tissus avec les sociétés Acanthis (douze millions) pour le blanchiment des tissus, Textil (six millions) pour le blanchiment du coton. Il contrôle la Soie articielle d'izieux (huit millions). En dix ans, Alais-Froges et Camargue a fait du chemin. Curieux exemple de concentration industrielle, englobant à la fois toute une branche d'industrie et l'industrie de toute une région! Parmi les vingt-et-un membres du conseil d'administration, deux grands groupes, les métallurgistes producteurs d'électricité et les soyeux de Lyon. À la tête du premier se trouve le président, Gabriel Cordier, déjà présenté aux lecteurs de l'humanité comme président de la Compagnie PLM, régent

97 96 de la Banque de France, banquier, assureur, maître de forges et surtout faisant dans l'électricité, président d'honneur de la Chambre syndicale des forces hydrauliques, président ou administrateurs de neuf sociétés électriques. Avec lui, Roux de Bezieux qui représente Alais-Froges au conseil d'administration d'ugine et de la Société Argental ; Vielhomme, Jacques Level, président de la société Air-Unions, de la Société de construction des embranchements industriels, vice-président de la Société industrielle des téléphones, administrateur de la Dynamite et de cinq sociétés électriques. Toujours dans le même groupe, voir Ad. Azaria, vice-président des Tubes de Vingey, administrateur des Établissements métallurgiques de la Gironde et qui est aussi à la Compagnie Générale d'électricité, à la CPDE, à la Fabrication des compteurs, à la Société continentale Edison. Marlio, des Forces électriques du Rhône et de la Durance, président de la Chambre syndicale des forces hydrauliques, administrateur des Minerais et Métaux, représentant d'alais-froges à l'alfa. G. Vesier, président de la Chambre syndicale des métaux, administrateur de six sociétés métallurgiques. Hippolyte Bouchayer et M. Rombard qui, en plus de quelques autres sociétés (Union d'électricité, Chantiers et ateliers de la Gironde), administrent tous les deux les Tréleries et Laminoirs du Havre, la maison de Schneider, symbolisent à merveille cette liaison des marchands d'explosifs et des marchands d'obus. De l'autre groupe émerge Ed. Gillet, chef de dynastie, président des Établissements Gillet et ls, président de la Soie articielle d'izieux, administrateur du Textil, d'acanthis, de l'acétosynthèse, de la Société des traitements de tissus Philanaise, etc. Derrière lui viennent Alfred Bernheim, qui est aussi à Izieux, puis dans les Tanneries de Brenne et dans les assurances. Petrus Bernard, qui est à Izieux, à Textil et dans deux banques lyonnaises. Ce sont là les vrais maîtres, les autres : Cardozo, Nicolas Jary, Piaton sont loin de leur relief. Ces gens-là possèdent la France entre le Rhône et les Alpes. Ils y recrutent à bon marché une main-d' uvre de paysans sans défense. Ils ont le droit de l'exploiter à merci. Avec eux, nous avons achevé le tour de l'industrie chimique. En dehors des trois grands trusts, il ne reste guère de sociétés importantes que Bozel- Malétra (cinquante-deux millions), où les trois trusts ont leurs hommes, et sans doute leurs participations ; la Compagnie Bordelaise des Produits chimiques (cinquante millions), liée sans doute à Saint-Gobain. Enn, Solvay, qui forme à lui seul le trust international de la soude, avec son centre en Belgique et ses tentacules partout dans le monde, possède cinq usines en France. C'est tout. Trois grands patrons ouvriers, syndiqués. Résultat : les salaires de quinze francs par jour ne sont pas rares dans cette

98 13. ANNÉE industrie où les maladies professionnelles abondent. Il faut arracher les ouvriers des produits chimiques à leur isolement. François Berry. (1) Voir l'humanité des 30 et 31 octobre novembre Après le congrès des industries chimiques. La nouvelle commission exécutive est chargée de faire appliquer les décisions prises à Lyon Lyon, 2 novembre. Les congressistes de Lyon, avant de se séparer ont nommé les membres de la commission exécutive chargée de faire appliquer les décisions prises à Lyon. Les camarades dont les noms suivent ont été, à l'unanimité, chargés de ce travail : Marie Bréant, Chabanon, Ducarteron, Bloquet, Ali, Lucienne Dubas, Georges, Dunais, Rouillot, Petit, Boché, Herberg, Valet, Larchevêque, Gambay, comme titulaire. Guénot, Hélène Coudert, Aubert, Cantamerra, Meunier comme suppléants. L'ordre dans lequel nous les publions est celui du nombre de voix obtenues lors de l'assemblée générale du syndicat de la région parisienne. En outre, un camarade a été désigné par le groupe polonais et un autre par le Syndicat de Montereau. Ils appartiennent aux professions suivantes : céramistes, colorants, caoutchoutiers, pétrole, produits chimiques. Le bureau sera formé des camarades Chabanon, Bloquet, Ducarteron et Rouillot. Il reste maintenant aux nouveaux membres à travailler avec activité à l'accomplissement des tâches et à la réalisation des revendications tracées dans le programme élaboré à Lyon. J. Raveau novembre La vie tragique des travailleurs. Deux ouvriers tués par l'explosion d'une cuve d'essence aux usines Salmson Cet article n'a pas été retranscrit François Berry, Les rois de l'industrie chimiques. Alais, Froges et Camargue, seigneurs de l'électro-chimie, L'Humanité, n o 10552, 2 novembre 1927, p. 1 et Après le congrès des industries chimiques. La nouvelle commission exécutive est chargée de faire appliquer les décisions prises à Lyon, L'Humanité, n o 10553, 3 novembre 1927, p La vie tragique des travailleurs. Deux ouvriers tués par l'explosion d'une cuve d'essence aux usines Salmson, L'Humanité, n o 10554, 4 novembre 1927, p. 1.

99 novembre Après le congrès de Lyon. Des milliers de coloniaux sont exploités dans les industries chimiques et céramiques Au onzième congrès de la Fédération unitaire des industries céramiques et chimiques qui vient de se terminer à Lyon, notre camarade Ali a fait un remarquable exposé sur la situation misérable faite à ces travailleurs, sur les pénibles conditions de travail qui leur sont imposées et sur les salaires dérisoires qu'on leur attribue. Leur nombre est de plus en plus élevé, l'industrie chimique employant de nombreux man uvres. La résolution ci-dessous clôtura le débat, résolution que les travailleurs français sont chargés d'appliquer : "C'est dans l'industrie chimique que le capitalisme peut utiliser le plus la main-d' uvre non qualiée. Il peut la recruter parmi les peuples opprimés des colonies. Un énorme pourcentage de coloniaux existe dans les usines chimiques, de caoutchouc, de colorants, dans les huileries, savonneries, raneries, etc. Ces travailleurs seront de plus en plus utilisés dans ces branches de la production capitaliste, non seulement en période de "paix", mais surtout en période de guerre. Ces ouvriers, par leur sujétion et du fait du manque de libertés sociales aussi bien que des mesures exceptionnelles de l'indigénat auxquelles ils sont soumis, sont doublement exploités. Dans l'industrie des produits chimiques, les coloniaux ont presque toujours des salaires inférieurs à ceux des ouvriers français. Ils font de longues heures de travail, ils sont astreints aux besognes les plus répugnantes, les plus malsaines. Le patronat ne les protège ni ne les assure contre les accidents de travail et les maladies professionnelles occasionnées par les produits nocifs de cette industrie. Une telle situation faite à une partie de travailleurs a sa répercussion sur les conditions de l'autre partie de la classe ouvrière. C'est pourquoi le deuxième congrès des industries chimiques et céramiques, engage tous ses syndicats, tous les militants et adhérents, conformément à la résolution sur la main-d'oeuvre coloniale du congrès de Bordeaux à entreprendre résolument le travail d'organisation parmi les travailleurs coloniaux. Ils devront, en outre, soutenir non seulement leurs revendications et réaliser les tâches énoncées du congrès de Bordeaux, mais encore exiger pour eux les mêmes avantages qu'ils ont eux-mêmes acquis, les mêmes revendications particulières aux corporations des produits chimiques et céramiques, pour lesquelles ils combattent. C'est dans la mesure où les adhérents de la Fédération unitaire de la céramique et des industries chimiques accompliront ce travail de défense des intérêts immédiats des travailleurs coloniaux et soutiendront leur mouvement d'émancipation et de libération de la tutelle impérialiste, qu'elle groupera les travailleurs de cette industrie sans distinction de race et couleur, se renforcera et opposera une résistance sérieuse à l'exploitation et à l'oensive patronale dans une des industries de la production capitaliste Après le congrès de Lyon. Des milliers de coloniaux sont exploités dans les indus-

100 13. ANNÉE novembre La commission des pétroles commence son enquête... Cet article n'a pas été retranscrit novembre Les batailles en cours. Le patronat de Port-de-Bouc déclenche contre les travailleurs une grande oensive Voulant briser les organisations syndicales avant la n de l'année, les grands patrons de Port-de-Bouc, de toutes catégories (Kuhlmann, Saint- Gobain, Morue française, Compagnie des Pétroles, Compagnie des Goudrons, Chantiers Navals de Provence, Entrepreneurs du Bâtiment et Employeurs des ports et docks) viennent de déclencher une oensive de grand style, que nous étudierons dans un prochain article. Mais le prolétariat de Port-de-Bouc a donné déjà des preuves de sa résistance. Guidé par ses syndicats, par les fédérations intéressées, par la huitième union régionale et le délégué régional des ports et docks, qui, déjà, sont sur les lieux, il saura se faire respecter. C. Matton novembre Union des syndicats de la région parisienne. Campagne de propagande et de recrutement syndicale [... ]. Réunion des ouvriers des isolants, boulevard Lamoureux, Vitry, salle Regard à 18 heures. Orateurs : Chabanon, Lichon, Marie Bréant. [... ] novembre La main-d' uvre dans les industries chimiques et céramiques. Marie Bréant nous expose la situation du prolétariat féminin Au congrès de la Fédération des industries chimiques et Céramique, notre camarade Marie Bréant s'était attachée à souligner combien fausse était la conception consistant à considérer la main-d' uvre féminine comme "passagère" dans les industries chimiques. Elle en avait tiré la conclusion qu'il était nécessaire, pour certains militants, de se débarrasser de cette erreur d'appréciation et d'apporter dans l'avenir une plus grande activité dans tries chimiques et céramiques, L'Humanité, n o 10554, 4 novembre 1927, p Marcel Cachin, La commission des pétroles commence son enquête..., L'Humanité, n o 10555, 5 novembre 1927, p. 1 et C. Matton, Les batailles en cours. Le patronat de Port-de-Bouc déclenche contre les travailleurs une grande oensive, L'Humanité, n o 10555, 5 novembre 1927, p Union des syndicats de la région parisienne. Campagne de propagande et de recrutement syndicale, L'Humanité, n o 10563, 13 novembre 1927, p. 5.

101 100 la propagande syndicale à faire parmi les éléments féminins de ces industries. Dès notre retour de Lyon, nous sommes donc allé demander à Marie Bréant de vouloir bien exposer, pour les lecteurs de l'humanité, ce qu'elle pensait du problème de la main-d' uvre féminine. Et voici ses déclarations : Près de femmes... Si l'on en croit les données de la statistique générale de la France, environ femmes sont employées dans les diérentes branches de l'industrie chimique, dont pour la seule région parisienne. Et encore, ajoute notre camarade, faut-il tenir compte qu'il ne s'agit là que de la statistique faite en 1921, les résultats du recensement de 1926 n'étant pas encore publiés. Ces chires ont certainement augmenté depuis. Par ordre de grandeur, on compte femmes employées dans les usines de caoutchouc ; dans les savonneries et parfumeries ; dans les porcelaineries et faïenceries ; dans les produits pharmaceutiques ; dans les usines d'acides, bains, etc. ; dans celles d'engrais ; dans les poudreries et fabriques d'explosifs ; dans les usines de matières colorantes ; aux produits résineux et extraits tanniques ; à la fabrication du celluloïd et du linoléum ; dans les féculeries et amidonneries. Pour la seule région parisienne, nous avons les données suivantes : caoutchouc et succédanés, ; industries chimiques, ; savons et parfums, ; céramique, ; pétrole, Ainsi, c'est un fait, souligne Marie Bréant : non seulement le patronat ne se sépare pas de la main-d' uvre féminine comme l'on se sépare d'une main-d' uvre "passagère", - mais, au contraire, il la recherche, il l'accroît sans cesse, à tel point qu'il n'est pas exagéré de prétendre que ce n'est plus femmes qu'il convient de "situer" dans nos industries insalubres, mais près de Dans les pétroles, la colle, les engrais, les acides, les couleurs, les femmes travaillent. Vingt pour cent de femmes dans les industries chimiques! Il y a vingt-cinq ans : cinq à six pour cent! Dans un avenir proche, quarante à cinquante pour cent! Telle est la situation présente et d'avenir. Situation qui implique une tactique de propagande adéquate. Nous l'avons souligné à Bordeaux : la femme est partie intégrante du prolétariat. Elle y restera. La main-d' uvre féminine est appelée à devenir de plus en plus nombreuse. C'est la loi inéluctable du capitalisme. C'est la réalisation même des données de Marx. La rationalisation capitaliste ne fera qu'accentuer ce processus de prolétarisation de la femme. Il appartient donc aux militants de tenir compte de ce fait et d'en tirer toutes les conclusions qui s'imposent. Le Talon de Fer de l'industrialisme n'a pas cure des vieux clichés sentimentaux. La femme au foyer? Formule périmée! Nous vivons l'âge de l'électricité, de l'industrie, de la chimie. L'âge, l'époque où la main-d' uvre qualiée s'avère en plus ou moins grande partie inutile. C'est la main-d' uvre de... man uvre qui en régit le marché du travail en régime capitaliste. Le temps n'est plus des longs apprentissages. La machine puis la réaction chimique

102 13. ANNÉE agissent. Une simple "mise au courant", quelques journées d'adaptation... Et la femme, voire l'enfant, sont à même d'être rationnellement exploités. Dans nos industries encore plus que dans les autres, dont le tour viendra! Voilà la situation de la femme dans la société moderne. Travail intensif, insalubre, salaires de famine, facilités pour le patronat de remplacer rapidement une main-d' uvre non qualiée. Bref, hideuse, la monstrueuse exploitation du Capital dans toute son horreur! Et pour lutter, pour lutter en faveur des hommes, des femmes, des enfants exploités sans distinction de couleurs ou de nationalités, une seule arme : l'organisation syndicale. Mais, pour la forger, puissante, un long travail s'impose à tous les militants, un travail inlassable de recrutement et de propagande. C'est cela que j'ai déclaré à Lyon. C'est à cette tâche de lutte contre l'exploitation de mes s urs que j'ai convié tous les adhérents de la CGTU. Car c'est une phase de notre lutte générale contre l'exploitation capitaliste et pour les revendications immédiates. J. Raveau novembre Union des syndicats de la région parisienne. Campagne de propagande et de recrutement syndicale Aujourd'hui. [... ]. Réunion des ouvriers des isolants, boulevard Lamoureux, Vitry, salle Regard à 18 heures. Orateurs : Chabanon, Lichon, Marie Bréant. [... ]. Mardi 15 novembre. [... ]. Réunion du personnel des Pétroles Desmarais, rue Franklin, Ivry, Salle Restaurant Coopératif, à 17 heures. Orateurs : Bloquet, Dorel, Marie Lainé. Réunion du personnel de la Maison Destriez, avenue Jean-Jaurès, Argenteuil, salle café Leroy, rue Ambroise-Thomas, Argenteuil à 18h45. Orateurs : Chabanon, Marie Bréant novembre Campagne de propagande et de recrutement syndical [... ]. Réunion du personnel des Pétroles Desmarais, salle du Restaurant coopératif, rue Franklin, Ivry, 17 heures. Orateurs : Bloquet, Dorel, Marie Lainé. [... ] La main-d' uvre dans les industries chimiques et céramiques. Marie Bréant nous expose la situation du prolétariat féminin, L'Humanité, n o 10563, 13 novembre 1927, p. 5. Un portrait de Marie Bréant accompagne l'article Union des syndicats de la région parisienne. Campagne de propagande et de recrutement syndicale, L'Humanité, n o 10564, 14 novembre 1927, p Campagne de propagande et de recrutement syndical, L'Humanité, n o 10565, 15 novembre 1927, p. 4.

103 novembre Aujourd'hui. Deux scandales à la commission du pétrole La commission des pétroles continue de tenir ses séances. Elle entend des présidents de Conseil d'administration, les membres de la Chambre syndicale des pétroles, car ces messieurs sont groupés, organisés, syndiqués, en dépit de rivalités féroces. À cette heure, les trusts anglo-saxons ont mis la main sur presque toutes les anciennes compagnies qui, avant la guerre, accaparaient entièrement la distribution de l'huile en France. Les représentants des groupes qui tentent de résister à ces redoutables concurrents pleurent sur le passé des larmes amères. Ils réclament l'appui de l'état capitaliste pour la sauvegarde de leur privilège menacé. Ils invoquent la Patrie, naturellement, la Défense nationale, l'intérêt français et tous les grands "principes". Nous analyserons un jour l'ensemble de leurs dépositions suggestives où s'inscrit à la fois leur égoïsme, leur amertume et leur angoisse à la veille d'être dévorés entièrement par Rockefeller et Deterding. Mais, pour aujourd'hui, il convient de retenir deux incidents de la séance d'hier : 1 o Est-il vrai, a-t-on demandé à M. Cayrol, directeur de la rme Desmarais que, lors d'une séance récente de votre Chambre syndicale, le président Champin ait transmis des demandes de subventions formulées par Billiet des Intérêts Économiques et par Mercier du Redressement Français? Oui, répond le témoin Cayrol. Ces messieurs ont en eet sollicité de la Chambre syndicale du Pétrole des subventions pour combattre lors des élections, les partisans du monopole. Seulement, ajoute-t-il, la Chambre syndicale a ajourné sa réponse. Cet ajournement est simplement une merveille. Voilà le premier aveu scandaleux enregistré par la commission. Le fait n'étonnera pas nos camarades communistes. Il est normal, courant, dans le régime. Nous le soulignons parce qu'il soulève un coin du voile qui cache les véritables opérations électorales de la démocratie bourgeoise. 2 o On a posé à M. Wenger, administrateur de la Société Pétrona, une question d'un autre ordre. La Pétrona achète aux soviets une grande partie de son pétrole. Est-il vrai, lui a-t-on demandé, que Sir Henry Deterding a menacé votre société de saisir les arrivages de naphte qu'elle reçoit de Russie? Réponse : oui, le fait est exact! Deterding a mobilisé les blancs de Russie à la Lianoso an d'empêcher le pétrole russe de pénétrer en France. Or, le pétrole russe est de qualité supérieure et de prix satisfaisant. Second aveu! De cette ingérence du magnat hollando-anglais dans les aaires intérieures du pays, il sera demandé compte au gouvernement. On reproche aux soviets leurs prétendues interventions dans la politique des pays capitalistes. Maintenant qu'on tient la preuve ocielle des agissements de l'accapareur de la Royal Dutch, nous allons voir si le ministère de l'union nationale va le traiter comme un simple ambassadeur soviétique. Marcel Cachin Marcel Cachin, Aujourd'hui. Deux scandales à la commission du pétrole, L'Hu-

104 13. ANNÉE novembre Solidarité ouvrière. À l'aide des lock-outés des chantiers du métropolitain! Souscriptions reçues à la CGTU. Deuxième liste. [... ]. Bloquet, 5 francs, Chabanon, 5 francs. [... ] novembre Un grand écrivain révolutionnaire : Upton Sainclair, l'amérique et le "pétrole" novembre Informations parlementaires À la commission des pétroles. Réunie hier après-midi à la Chambre, sous la présidence de Charles Baron, la commission des pétroles a entendu le président du Comité des Houillères, M. de Peyerimho, sur la question de la fabrication en France du pétrole synthétique en partant du charbon, et M. Lefebvre-Vacquerie, président de la Compagnie Industrielle des Pétroles, sur les "dangers qui pourraient résulter pour la défense nationale, de l'emprise étrangère sur l'industrie du pétrole en France". La commission poursuivra ses auditions au cours d'une prochaine séance décembre À genoux devant les pétroliers Le gouvernement avait promis de faire voter par la Chambre, avant le 31 décembre, un statut réglant l'importation et la distribution du pétrole en France. Avant le 31 décembre! Est-il désormais possible d'engager un débat de cette importance? Oui. Si le président du Conseil veut enlever un vote de surprise. Non, si la discussion prend toute l'ampleur qu'elle mérite. La question du pétrole est l'une des plus importantes de celles qui sont posées devant l'opinion. La politique intérieure, la politique internationale y sont également intéressées. Quelle est, présentement, la situation en notre pays? La France produit tonnes de pétrole par an. Elle en consomme deux millions. Elle dépend donc à peu près complètement de l'étranger pour le mazout, pour l'huile lampante, pour l'essence, pour les huiles de graissage. Elle débourse pour ces produits indispensables plus de trois milliards annuellement. Sans eux, ni transports maritimes, ni transports aériens! Sans eux, ni automobiles, ni camions! Sans les lubriants, la machinerie des usines et des transports se grippe, s'use, se détraque et s'arrête. Il faut pendant la manité, n o 10569, 19 novembre 1927, p Solidarité ouvrière. À l'aide des lock-outés des chantiers du métropolitain!, L'Humanité, n o 10573, 23 novembre 1927, p G. A., Un grand écrivain révolutionnaire : Upton Sainclair, l'amérique et le "pétrole", L'Humanité, n o 10580, 30 novembre 1927, p Informations parlementaires, L'Humanité, n o 10580, 30 novembre 1927, p. 2.

105 104 paix de prodigieuses quantité de pétrole. Quant à la guerre, les alliés savent qu'ils ont été portés à la victoire sur une mer d'huile. Comme ils songent tous à la prochaine dernière, l'angoisse est grande chez ceux qui, comme les Français, sont tributaires du dehors. Or, quels sont les fournisseurs de la France? Les trusts anglo-saxons pour la plus grande part. Jusqu'en 1920, ni la Standard américaine, ni la Royal anglaise, ni l'anglo-persian, ni la Sinclair n'avaient pris position sur le sol de notre pays. Aujourd'hui, ces quatre colosses ont absorbé la presque totalité des anciennes sociétés françaises. Les Anglo-Saxons y ont placé leurs capitaux. Ils ont introduit leurs procédés de distribution, leurs camions, leurs réservoirs, leurs systèmes de pompes. Il n'est plus d'entrée de ville où tout cet appareil ne se dresse comme le symbole de leur mainmise. Mieux. Au dernier Salon d'automne, l'économique, liale de la Standard, avait étalé devant les tableaux et les meubles, au premier plan, bien en vue, l'une de ses pompes qu'elle orait probablement comme une uvre d'art américaine à l'admiration des visiteurs. Les dix anciennes maisons françaises de pétrole, les Fenaille, les Despeaux, les Deutsch de la Meurthe, les Lesieur, et les autres, après avoir accumulé avant et pendant la guerre des fortunes immenses, ont passé la main aux Rockefeller, aux Teagle, aux Deterding, qui sont dorénavant les maîtres. Et l'on a vu récemment, avec quelle impudence, un Deterding intervenait dans la politique française pour faire chasser l'ambassadeur soviétique, aggraver les conits et les menaces de guerre. Les trusts ont, à cette heure, investi en France plus d'un milliard. Ils poursuivront leur uvre d'investissement. Le gouvernement Poincaré en a peur. Il ne peut rien contre leur pénétration, car il doit 300 milliards aux Américains et aux Anglais et, à la première observation, l'ambassadeur de Londres et de Washington mettent à nos ministres le marché en main. Un moyen se présente d'échapper à leur lourde sujétion. Il faut se fournir en Russie, puisque les Soviets détiennent des puits qui sont parmi les plus riches du monde. Sans doute on y a recours et l'on s'en trouve bien, mais la proportion fournie par les Soviets est bien inférieure à celle des trusts et il serait nécessaire de l'inverser. Mais quelle répugnance à traiter avec ces bolcheviks odieux, même si leur pétrole est meilleur et meilleur marché que celui des trusts! Les partisans du monopole de l'importation et de la distribution de l'huile et de l'essence à la Chambre étaient autrefois nombreux. C'étaient les radicaux, c'étaient les socialistes. Ah! Ils avaient juré de lutter contre les puissances d'argent, contre les accapareurs, contre les trusteurs. Mais les temps sont changés. Maintenant qu'il faudrait prendre parti, les trois-quarts des troupes radicales-socialistes ont déjà lâché pied ; quand aux socialistes, ils proposent un monopole avec rachat. Et il faudrait au moins deux milliards pour procéder à l'opération. On comprend que Poincaré ait beau jeu. Il repousse ce monopole-là comme tous les autres. Il tient prêt un projet de concession où les trusts sont royalement servis. Et il n'attend qu'une occasion propice an de le faire sanctionner par un Parlement qui a

106 14. ANNÉE abdiqué entre ses mains. Trouvera-t-il cette occasion avant le 31 décembre? Marcel Cachin Année février Aux mines de phosphates du Kouif L'année 1926 a rapporté francs de dividendes aux actionnaires. Nous avons vu que si le directeur des Mines de Phosphates du Kouif se voit allouer un salaire annuel de 75 à , si autour de lui gravitent un tas de satellites aux appointements de 50, 46, 30, francs par an, par contre le mineur doit travailler, à la tâche, toute une journée pour sortir avec peine un salaire de 20 à 30 francs. Certains pour dix heures ne gagnent même que cinq à dix francs. Et cependant, ce sont ces malheureux qui produisent les richesses dans lesquelles se vautrent les actionnaires. Car les mines du Kouif sont en pleine prospérité et les actionnaires m'excuseront de connaître avant eux les chires de l'expédition du phosphate. Dans la période du 1 er janvier au 31 octobre 1927, il a été expédié tonnes sur Bône se répartissant mensuellement ainsi : janvier : tonnes ; février : ; mars : ; avril : ; mai : ; juin : ; juillet : ; août : ; septembre : ; octobre : D'autre part, il a été expédié au-delà de Bône via Ouled Rahmoun, tonnes 400 kilos (ensachés) et il a été livré à la Société des Produits Chimiques et Engrais de Maison Carrée tonnes (en vrac). Soit, pour dix mois d'exploitation, un total général de tonnes 400 kilos. Or l'année 1926 n'a pas donné plus de tonnes ; la production de 1927 dépassera donc celle de Si nous tenons compte que les dividendes répartis l'an dernier ont atteint francs, nous pouvons en conclure que ces messieurs ne seront pas encore sur la paille cette année. Mais les pauvres esclaves du Kouif ne verront pas leurs misérables salaires augmentés et ils n'en seront pas mieux traités pour cela. D'ailleurs, dans un prochain article nous parlerons de l'économat. J. Teulade Marcel Cachin, À genoux devant les pétroliers, L'Humanité, n o 10602, 22 décembre 1927, p J. Teulade, Aux mines de phosphates du Kouif, L'Humanité, n o 10613, 2 janvier 1928, p. 5.

107 février Deuxième journée du comité confédéral national. Lier la situation économique nationale aux perspectives internationales mais ne pas oublier les questions pratiques qui nous lient aux masses. Placer au premier plan les revendications immédiates et le front unique... Marie Bréant (Fédération des produits chimiques) assiste le président de séance. Ali intervient et s'attachera au problème de la rationalisation dans les colonies, l'intensication de la production des phosphates en Afrique du Nord, exploitation dans les charbonnages indochinois. Un prolétariat se créé dans les colonies, où règne un véritable esclavage, et nous devons nous y intéresser avril Convocations [... ]. Céramique et industries chimiques. Délégués d'usines, collecteurs et secrétaires de sections locales, passer au plus tard samedi après-midi retirer les journaux ainsi que tracts Premier mai mai Dans les entreprises. À l'usine Desmarais, à Colombes Le 1 er mai, dès six heures du matin, un camion de gendarmes armés jusqu'aux dents, stationne à la porte de l'usine, ainsi que la icaille, et des agents de la Sûreté. Il faut dire d'ailleurs que ces messieurs étaient présents la veille à la sortie de quatre heures. Sous peine de renvoi le personnel entier devait se trouver au travail, livreurs et chaueurs compris. Or, ces dernier ne sortent jamais leurs voitures le Premier Mai. Pour les ouvriers, la provocation était agrante. D'ailleurs la présence du cheptel a été fort commentée dans l'usine, et non par favorablement. À signaler l'attitude de certains chefs s'entretenant familièrement avec la icaille. Ces mesures ne peuvent nous étonner, étant donné l'exploitation renforcée que subissent les ouvrières et les ouvriers dans cette boîte. Les salaires sont dérisoires, les ouvriers professionnels touchent 4 francs 10 de l'heure, les femmes 3 francs pour un travail excessivement dur et malsain, presque toujours à la tâche, ainsi que les man uvres dans certains services, qui ont 3 francs 60. Les conditions d'hygiène sont scandaleuses dans l'ensemble de l'usine, dans les ateliers de peinture, de remplissage, au grattage des caisses, à la menuiserie, on peut armer qu'hommes et femmes s'empoisonnent chaque jour ; la tuberculose rôde dans tous les coins. La direction sévit avec une rigueur excessive contre 135. Deuxième journée du comité confédéral national, L'Humanité, n o 10668, 26 février 1928, p Convocations, L'Humanité, n o 10729, 27 avril 1928, p. 6.

108 14. ANNÉE les ouvriers. Le favoritisme et le mouchardage sont érigés en système. Malgré cette situation, malgré toutes ces mesures, les travailleurs de chez Desmarais ne se laisseront pas exploiter et berner éternellement. Le premier mai 1928 leur aura ouvert les yeux. Un groupe d'exploités mai L'exploitation des travailleurs. Aux usines Lambiotte dans la Nièvre Mi-cultivateur, mi-ouvrier, tel doit-être le sort du travailleur des produits chimiques Lambiotte ; car le salaire de vingt-deux francs cinquante par jour ne permet pas de vivre dans notre canton, le plus cher du département. Il faut faire une journée à l'usine et une au dehors. Il y aurait cependant des possibilités d'action si le gros des camarades se décidait à rejoindre la section syndicale. Il y a quelques semaines, les chefs de service se montraient tout miel pour nous : membres de la SFIO locale, ils faisaient leur propagande pour le candidat socialiste. Mais nous savons ce que valent ces socialistes, amis intimes du capitaliste Lambiotte avec lequel ils font les ns déjeuners. Ne comptons pas sur ces gens-là pour nous défendre. Nos intérêts ne sont pas les leurs. Ce sont nos groupements de classe : section syndicale et cellule communiste, qui seuls peuvent le faire. Rejoignez-les! Le correspondant ouvrier mai Réunions d'usines Céramique et industries chimiques. Aujourd'hui, à 13 et 14 heures, personnel du Celluloïd de Villetaneuse. À 18 heures, Stains, personnel des maisons Ducot, Le Boulanger, La Galine, salle Pouget. Orateur : Bloquet, secrétaire du syndicat. À 17h30, personnel de la Pétroléenne, Aubervilliers, 100 avenue Victor- Hugo. Orateurs : Chabanon et Boché. Demain, réunion du personnel des toiles cirées Wallarants à 17 heures, salle Marcilhia, 3 rue de Clamart à Malako. Orateur : Bloquet juin Réunions d'usines Produits chimiques. Ce soir : Clichy. Jeoroy-Delore, à 20 heures, salle Reut, rue Reut. Orateurs : Chabanon, Marouf, Morain. Choisy-le-Roi Dans les entreprises. À l'usine Desmarais, à Colombes, L'Humanité, n o 10738, 7 mai 1928, p L'exploitation des travailleurs. Aux usines Lambiotte dans la Nièvre, L'Humanité, n o 10761, 30 mai 1928, p Réunions d'usines, L'Humanité, n o 10761, 30 mai 1928, p. 6.

109 108 Société Incrusta, à 18 heures, salle Léon, 104 rue Faidherbe. Orateur : Bloquet juin Lettres de l'usine et des champs. La vie des ouvriers à la Compagnie Industrielle des Pétroles Les trois usines de pétrole sont connues de tout Aubervilliers. Mais la CIP (Compagnie Industrielle des Pétroles), surclasse ses deux concurrentes. Les salaires sont les suivants : Hommes (professionnels) : de 4,50 à 4,70 ; man uvres : 3,60 ; femmes (soudeuses à l'étain) : 3,35 à la condition de faire 160 bidons par jour ; femmes (man uvres) : 3 francs. On embauche presque journellement dans cette boîte ; mais l'on y bat aussi les records de la débauche : malheur à ceux qui sont surpris à parler! C'est aussi la porte pour ceux qui manquent une demi-journée ; jamais de permission et, si vous êtes malade, il faut toujours le prouver par un certicat de docteur. À la soudure, un chefaillon se distingue particulièrement : depuis cinq mois qu'il est là, c'est un débauchage perpétuel et les renvois vont bon train même parmi le personnel justiant jusqu'à dix années de présence dans la maison. Toutefois, le personnel de la CIP est fatigué de se voir traité comme de vulgaires animaux : à lui de comprendre, hommes ou femmes, qu'il doit entrer à l'organisation syndicale et, ce premier geste de groupement réalisé, il obtiendra : 1 o Le respect du délégué d'usine. 2 o Une augmentation générale des salaires. 3 o Le licenciement du chefaillon en question qui a bien mérité que le personnel lui... caresse les côtes. 4 o Des vacances payées. 5 o Un service d'hygiène ou tout au moins un inrmier ou inrmière, car les blessures sont nombreuses. Maintenant, le personnel se sentirait assez disposé à orir, par une cotisation générale, une camisole de force au directeur braillard qui voit du communiste partout! Un correspondant ouvrier juillet Rationalisation capitaliste [... ]. La mécanisation du travail, la discipline de fer accompagnent la rationalisation : ceux qui sont surpris à parler, ceux qui manquent une demi-journée sont débauchés aux trois usines de la Compagnie Industrielle des Pétroles, d'aubervilliers où la vie des travailleurs est celle des bagnes! [... ] Réunions d'usines, L'Humanité, n o 10784, 22 juin 1928, p Lettres de l'usine et des champs. La vie des ouvriers à la Compagnie Industrielle des Pétroles, L'Humanité, n o 10787, 25 juin 1928, p Rationalisation capitaliste, L'Humanité, n o 10794, 2 juillet 1928, p. 1.

110 14. ANNÉE juillet Demain, assemblée des ouvriers des produits chimiques de Saint-Denis Saint-Denis : centre important pour la production des matières chimiques. Dans cette ville sont exploités plusieurs milliers de travailleurs et de travailleuses. Plus de soixante usines de produits chimiques, dont la fabrication est celle des matières colorantes, colle, caoutchouc, savons, parfums, stéarine, celluloïd. Dans toutes ces usines, les ouvriers gagnent de véritables salaires de famine. La moyenne du salaire d'un man uvre homme est de 22 à 25 francs par jour ; femme, de 14 à 16 francs par jour. Dans plusieurs usines, des jeunes ouvriers font les travaux les plus durs, les plus malsains, pour des salaires tout à fait ridicules. À la Société Coignet des jeunes portent, pendant huit heures, des récipients remplis de colle sur la tête et cela au pas gymnastique. Ils gagnent de 12 à 16 francs par jour. Si nous prenions usine par usine, nous verrions que la situation est partout la même : travaux des plus malsains, manipulation de matières des plus nocives, telles que l'aniline, l'acide sulfurique, le chlore, etc. Tous ces travaux sont faits sans aucune garantie d'hygiène. Le patronat ne connaît que le mot d'ordre : bénéces et dividendes. Il sut de signaler quelques bénéces que le patronat réalise chaque année et que les travailleurs pourront comparer avec leur mince salaire, pour voir que ceux-ci sont largement volés sur leur travail. La Société des Matières Colorantes de Saint-Denis accuse, en 1927, plus de six millions de dividendes à distribuer. La Compagnie de Saint-Gobain a fait, en 1927, 46 millions francs. Dividende par action : 110 francs qui ont été distribué à chaque actionnaire. Une somme d'un million a été portée au chapitre "réserves". Chez Bozel-Malétra, en 1926 : 16 millions francs. Déduction faite des frais généraux, ce qui veut dire : partage de plus de 16 millions entre ceux qui ne font rien au détriment de ceux qui, chaque jour, s'empoisonnent pour faire ces bénéces. Aux Produits Chimiques Coignet, l'assemblée de 1927 a fait ressortir comme bénéces nets, en 1926, la somme de 5 millions francs. Nous donnons aujourd'hui quelques exemples seulement, mais nous aurons à y revenir pour chaque maison. Travailleurs et travailleuses de Saint-Denis, comparez ces bénéces énormes avec les maigres salaires qui vous sont donnés. Chaque année, des bilans de sociétés trouvent des augmentations de leurs bénéces. Pour vous, vos salaires sont toujours bien inférieurs au coût de la vie. Depuis février, le coecient ministériel a été dans l'obligation de reconnaître l'augmentation de 24 points en trois mois. Exploités des industries chimiques, il est grand temps que vous compreniez votre devoir de classe pour arracher au patronat : 1 o Une augmentation générale des salaires ; 2 o Nomination des délégués à l'hygiène et à la sécurité ; 3 o Extension de la loi sur les maladies professionnelles ; 4 o Amélioration des conditions de travail. Le syndicat a longuement étudié ces revendications qui sont indispens-

111 110 ables aux travailleurs de notre industrie. À vous de répondre si vous êtes d'accord avec nous. Assistez en nombre aux grandes réunions qui auront lieu demain, 8 juillet à 9 heures 30 : 1 o salle de la Légion-d'Honneur à Saint-Denis ; 2 o salle des Écoles, 120 boulevard Wilson, Plaine-Saint-Denis. Y prendront la parole, les camarades : Chabanon, Ducarteron, Bloquet, Boché. Le secrétaire du syndicat : R. Bloquet juillet Aux établissements Progil, à Condat Je reviens encore sur les usines empoisonneuses de Condat-les-Lardin, les établissements Progil. Malgré toutes les démarches faites, nous n'obtenons aucun résultat : toujours les eaux sont sales et empoisonnées dans le pays. Nous demandons aux édiles intéressés quel est le chire d'amende soit-disant inigé aux usines Progil, par quel tribunal ces établissements ont été jugés. À quelle société de pêche est attribué l'argent produit par ces amendes? Et, pour Condat, qui ne possède pas de société de pêche, à quoi passe ce crédit? Une première pétition, portant 130 à 150 signatures fut envoyée à M. le Préfet de la Dordogne ; les pétitionnaires n'ont pas voulu s'amuser comme des enfants ; ils réclamaient des sanctions et la cessation de ce scandale. Il faudrait que M. le Préfet réponde à nos questions et nous comptons que les autorités de la commune nous feront bientôt part des réponses et nous indiquerons les résultats obtenus par voie d'aches ou dans les journaux locaux. Un camarade juillet Dordogne. Aux usines Progil, à Condat, accidents et poisons Aux usines Progil et C ie, à Condat-les-Lardin, les patrons s'arrangent pour faire maison nette lorsqu'il y a enquête, mais dès le départ des enquêteurs, les eaux de la Vézère et du Serne reprennent une couleur sale et redeviennent malsaines. En plus de leur eau, leurs fumées désagréables se répandent dans les environs et ainsi, les ouvriers qui ne travaillent pas aux usines Progil et C ie peuvent également avoir leur part de mauvaises odeurs que le vent leur amène. Aux usines, toutefois, les accidents se produisent fréquemment : le contremaître B... étant à l'assurance à la suite d'un accident du travail, c'est un jeune homme, Henri Debord, âgé de 19 ans, qui fut brûlé grièvement par les vapeurs des chaudières. Il est dans un état très grave. Puis, Paul Laroche, 30 ans environ, marié et père de deux enfants, 143. Demain, assemblée des ouvriers des produits chimiques de Saint-Denis, L'Humanité, n o 10799, 7 juillet 1928, p Aux établissements Progil, à Condat, L'Humanité, n o 10810, 18 juillet 1928, p. 4.

112 14. ANNÉE brûlé également par la vapeur : tous dans l'espace d'un mois de temps. Les dirigeants des usines Progil, qui portent atteinte à la vie et à la santé des bestiaux qui s'abreuvent dans les eaux qu'ils empoisonnent, devraient au moins respecter la sécurité des ouvriers qu'ils font travailler. G. G., cultivateur à Condat (Dordorgne) août Rhône. À Lyon, la Pétroléenne jette à la rue ses vieux ouvriers Depuis vingt-huit ans bientôt, j'étais employé (chef de bureau) à la Pétroléenne, anciens établissements Fenaille et Despeaux à Lyon. Depuis un certain temps, le contrôle de la société était passé entre les mains de la Standard Oil, puissante Compagnie américaine. La direction française de la Pétroléenne fut lentement évincée et bientôt les américains donnèrent leur mesure dans tous les établissements de la Pétroléenne en France. J'ai été congédié sous le prétexte ridicule que je suis trop âgé (je n'ai pas encore 53 ans et je suis très valide). Notez qu'on ne peut rien me reprocher dans mon service, mais je gênais certaine combinaison. On m'alloua six mois d'indemnité et me voilà, ayant donné aux pétroliers la plus grande partie de l'énergie de ma vie, obligé de me refaire une nouvelle situation. Le fait ne vous surprendra pas, vous êtes susamment au courant des gestes des capitalistes nationaux et internationaux. Les capitalistes américains opèrent en France de la même façon que dans beaucoup d'autres industries, c'est bien la colonisation, et le poilu français qui a fait la guerre en paiera en outre les conséquences totales. Un correspondant août Asphyxié par des émanations d'essence Auxerre. 25 août. Henri Froment, 34 ans, ouvrier aux établissements Desmarais à Paris, occupé à réparer le réservoir d'essence chez M. Vilcocq, s'était absenté pour faire réparer son masque. Comme il travaillait seul, il revint sans prévenir personne vers 10 heures du matin. Le soir, à 17 heures, le patron inquiet descendit à la cave où se trouvait le réservoir. Approchant de la cuve, il aperçut l'ouvrier asphyxié allongé entre le mur et la paroi. Aussitôt, il informa la police et les pompiers arrivèrent sur les lieux. Le capitaine des pompiers, au péril de sa vie put retirer le cadavre après une heure et demi d'eorts Dordogne. Aux usines Progil, à Condat, accidents et poisons, L'Humanité, n o 10810, 18 juillet 1928, p Rhône. À Lyon, la Pétroléenne jette à la rue ses vieux ouvriers, L'Humanité, n o 10845, 22 août 1928, p Asphyxié par des émanations d'essence, L'Humanité, n o 10849, 26 août 1928, p. 2.

113 octobre Des munitions pour la lutte (Grèves des travailleurs du textile dans le Nord) Édouard Finck à Aubervilliers (4 francs) octobre Le mouvement revendicatif en septembre. Dans les industries chimiques. Six batailles, deux victoires, un échec Avant septembre. Usine de céramique Lourioux à Foëcy (Cher). Le 29 août, les deux cent ouvriers et ouvrières demandent une augmentation de trois francs par jour et la suppression du travail au boni. La direction répond par le lock-out. Reprise du travail en septembre. (Échec). Faïencerie Fives-Lille. Le 27 août, chargé par le syndicat confédéré de prévenir un ouvrier non organisé de cesser de faire des apprentis en dehors du contrôle syndical, le secrétaire fut congédié. Les cent ouvriers cessèrent le travail. Il exigent la réintégration et une augmentation horaire de 0 franc 25. Continue. Compagnie générale des pétroles. Marseille. Du 11 août au 14 septembre, les 600 ouvriers et ouvrières cessent le travail pour protester contre le renvoi de deux camarades et déposent une demande d'augmentation de salaire. Le 29 août, la police arrête plusieurs grévistes. Le mouvement continue en septembre. Le 14 septembre, obtiennent une augmentation de 0,80 à 4 francs par jour. Société de produits chimiques de l'ouest (Brest). Le 23 août, les ouvriers grilleurs de pyrites demandaient une augmentation horaire de 0,72 qui porterait les salaires à 3 francs 50 ; le 24, les man uvres à leur tour demandent que leurs salaires soient portés à 3,25. Sans réponse de la direction, ils décidèrent la grève. Quatre ouvriers de l'entretien sont restés au travail, mais ils refusent de remplacer les grévistes. Continue. Le 13 septembre, les grévistes repoussent une proposition patronale d'augmenter les salaires de 22, 12 et 8 centimes (Plus de nouvelles.) Richter (Lille). Fabrique de bleu d'outre-mer. Le 30 août, cent ouvriers cessent le travail pour exiger de meilleurs salaires. Continue. Ils obtiennent le 8 septembre 0,15 centimes de plus pour les hommes et 0,10 les femmes. En septembre Atelier de porcelaine à Limoges. Du 5 septembre pour une augmentation de salaires (Plus de nouvelles) Des munitions pour la lutte, L'Humanité, n o 10887, 3 octobre 1928, p Le mouvement revendicatif en septembre. Dans les industries chimiques. Six batailles, deux victoires, un échec, L'Humanité, n o 10904, 20 octobre 1928, p. 5.

114 15. ANNÉE novembre Une grève de solidarité à l'usine de pétrole Jupiter à Pantin Après vingt-quatre heures de lutte, réintégration de deux camarades. Pour protester contre le renvoi de deux de leurs camarades, les chaueurslivreurs de l'usine de pétroles Jupiter ont cessé le travail mardi matin. Après une entrevue avec la direction générale et plusieurs délégations chez le directeur de l'usine, ils obtenaient la réintégration de deux congédiés, avec seulement pour ces derniers quatre jours de mise à pied. Le travail a repris mercredi matin. Ce succès obtenu montre aux travailleurs des Pétroles quel est leur devoir. C'est en s'organisant qu'ils arriveront à lutter contre les dures conditions de travail qu'on leur impose actuellement. Ils imposeront aussi un relèvement de leurs salaires, ces derniers n'ayant pas varié depuis juillet Au cours de ces dernières semaines, la cohésion des ouvriers et des ouvrières de la Pétroléenne, à Aubervilliers, a également fait reculer la direction qui voulait imposer un système de paiement. "Rationaliser" et à son bénéce, bien entendu. Tous ces faits marquent un sérieux réveil chez nos camarades des Pétroles. Aussi, nul doute qu'avant peu nous retrouvions forte et active notre section syndicale des Pétroles, telle que nous l'avons connue, il y a quelques années Année janvier Nos enquêteurs ouvriers au travail. L'exploitation des mineurs du phosphate dans le djebel Kouif en Algérie La Compagnie des Phosphates de Constantine, société anonyme au capital de trente millions, exploite, comme son nom l'indique, des gisements de phosphates en Algérie, dans le département de Constantine, au Djebel Kouif, à une trentaine de kilomètres de Tébessa. Mais elle exploite aussi, ouvertement et sans vergogne, les travailleurs qui se laissent prendre dans ses gries. Le mensonge des hauts salaires C'est ainsi que je me suis laissé prendre à ce contrat de quarante francs minimum par jour, pour travail à la tâche, pour l'extraction du phosphate que l'on pratique de la même façon que le minerai de fer dans la Moselle. Mais gagner quarante francs par jour, il faudrait des hommes bâtis en acier, avec les prix qui sont attribués aux mineurs! Il faut considérer que le phosphate est aussi dur, sinon plus que le minerai de fer et que les galeries d'avancement sont bien plus étroites et plus basses qu'en Lorraine (les trous de mines sont forés au marteau à air comprimé). Dans la galerie où je travaille, je suis payé 150. Une grève de solidarité à l'usine de pétrole Jupiter à Pantin, L'Humanité, n o 10918, 3 novembre 1928, p. 5.

115 114 cent francs par mètre d'avancement et trois francs cinquante par wagonnet chargé, c'est-à-dire pour kilos. Il faut deux jours pour faire un mètre et il me faut payer la poudre ainsi que deux man uvres arabes à vingt-et-un francs par jour. Comme explosif, c'est l'air liquide qui nous est gracieusement oert pour trois francs cinquante le kilo et un franc cinquante la cartouche, alors qu'en Moselle on le payait un franc dix le kilo et quatre-vingt-cinq centimes de franc la cartouche avec les taxes de la régie ; ici il n'y a pas de taxe et cela nous est vendu 180 % plus cher. Pour faire un mètre, il faut : Quinze kilos en moyenne de liquide soit quarante-cinq francs, trente cartouches à un franc cinquante soit quarante-cinq francs, deux journées de mineurs à quarante francs soit quatre-vingt francs, quatre journées de man uvres à dix francs cinquante soit quarante-deux francs. À ces conditions, un mineur ne peut arriver à gagner quarante francs par jour et perd tout son courage au travail. La Compagnie le paie trois ou quatre quinzaines à quarante francs, puis tout à coup, le salaire est réduit à trente francs, soi-disant que la production ne permet pas à la Compagnie de le payer quarante francs, du moment que depuis qu'il est arrivé au Kouif, il n'est jamais arrivé à faire sa tâche, ce qui, comme je l'ai expliqué, est à peu près impossible. Et c'est ainsi que tous ceux qui étaient ici avant moi ont vu leur salaire diminuer de 20 à 40 %, ils agiront peut-être de même avec moi, mais qu'ils n'oublient pas qu'à l'occasion je saurais placer quelques cartouches de dynamite. Surexploitation des indigènes Mais c'est surtout l'indigène qui est le plus exploité ; qu'il travaille fort ou lentement, il gagne dix francs cinquante par jour, et encore pas toujours, car avec le système établi ici, on s'arrange pour toujours pour lui rogner un quart de sa paie au moyen des amendes qui sévissent ici plus férocement que dans les usines de la métropole. On fait travailler deux man uvres arabes à la tâche à raison de deux francs vingt-cinq le wagon de kilos ; ces pauvres hommes en mettent un coup pour arriver à gagner quinze ou seize francs par jour! À la quinzaine, ils sont payés intégralement, cela les encourage à faire mieux, mais la quinzaine suivante, ils arrivent à un total de cinq à six francs d'amende par jour parce que, soi-disant, ils ont chargé de la pierre avec le phosphate. Bien que cela soit faux, on ne manque pas de leur faire payer l'amende, ce qui fait qu'ils ne gagnent pas plus de dix francs par jour en moyenne. Quand un arabe se blesse au travail, on lui conteste toujours l'accident, ce qui fait qu'il ne touche pas d'indemnité d'assurance. En plus de cela, tout l'argent que la Compagnie donne aux ouvriers d'une main, elle le reprend de l'autre. Je m'explique : Tout à la Compagnie Le Djebel Kouif n'est pas un village, c'est une vaste propriété privée. Les maisons, usines, ateliers, routes, chemin de fer, l'église, le cinéma, etc., tout est la propriété de la Compagnie. Tout, même le territoire lui appar-

116 15. ANNÉE tenant, le commerce libre n'a pas loi ici. Les marchands qui pourraient venir de Télessa à Bône ou d'ailleurs, orir leur marchandise, sont impitoyablement chassés du territoire par les garde-chiourmes payés par la Compagnie. Ainsi donc le fournisseur de l'ouvrier, c'est son propre patron. Le pain, le vin, les légumes, la viande, le tabac, les vêtements, les chaussures, les articles de ménage sont vendus à l'ouvrier par la Compagnie qui, inutile de le dire, fait là-dessus un bénéce énorme, puisque le consommateur ne peut pas s'adresser à d'autre fournisseur. Exemple. Un jeune Arabe d'une douzaine d'années vendait dans une boîte de carton des plaques de chocolat et des biscuits, il portait en tout pour trente francs de marchandises, survint un garde assermenté qui lui consqua sa camelote et le renvoya à grands coups de pied au derrière, soi-disant parce qu'il portait préjudice par son humble commerce à la puissante Compagnie. Autre exemple : un ouvrier mineur italien chargé de famille avait, pour augmenter son maigre salaire, entrepris de réparer les chaussures moyennant un léger bénéce, mais les gades ayant eu vent de cette industrie clandestine, le t appeler au bureau et lui demandèrent cinq-cent francs de patente moyennant quoi il pourrait continuer. Ayant refusé, il fut impitoyablement chassé. En continuant à réparer les chaussures des camarades, le magasin du patron en aurait vendu un peu moins, d'où préjudice à la Compagnie. Un autre ayant une lle qui voulait s'établir modiste dut aussi arrêter là son entreprise considérée trop concurrencière par la Compagnie. Je pourrais en citer d'autres, mais l'on n'en nirait pas. Le café, l'hôtel, le cinéma appartiennent aussi à la Compagnie. C'est donc, comme je le disais plus haut, que toute la paie de l'ouvrier revient dans les poches du patron avec le système employé. Il y a aussi un scandale qui ne saurait durer plus longtemps, c'est celui du pain. Le pain est aussi monopolisé ; mais comme c'est un aliment de première nécessité pour les travailleurs, il faudrait au moins qu'il soit mangeable mais, hélas!, il rappelle par son odeur et sa couleur le pain K.K. Que nous mangions pendant la guerre. Il est vendu ici à raison de deux francs le kilo, mais ce n'est pas du pain propre à la consommation. En France, un boulanger qui vendrait cela serait certainement condamné à la prison, mais ici c'est autre chose. Et il est des nouveaux arrivés comme moi, surtout des enfants, qui sont malades pour avoir mangé de ce pain-là. Je suis sûr que le requin de premier ordre qui a pour nom Morinaud, député de Constantine et gros actionnaire de la Compagnie des Phosphates de Constantine, ne voudrait pas de ce pain-là pour ses chiens de peur qu'ils en crèvent. Et pourtant, nous devons le manger ; il n'y en a pas d'autre, le commerce libre étant ici chose inconnue. Pourra-t-on faire cesser ce scandale par les voies légales, ou bien faudra-t-il ameuter les moutons qui se laissent tondre si facilement. Je crois que ce serait le meilleur moyen de faire cesser ces scandales, avec la force organisée des travailleurs indigènes et européens ; mais tout à l'heure nous verrons cela. Et les forçats!

117 116 En plus de la main-d' uvre européenne mal rétribuée et celle indigène encore plus mal payée, la Compagnie occupe un autre personnel qui ne lui coûte presque rien. Je veux parler des forçats. Cela peut paraître improbable au premier abord, mais pourtant cela est ainsi. Il y a, à quelques centaines de mètres de l'agglomération du Djebel-Kouif, un camp de condamnés de droit commun, tant civils que militaires. Ces forçats sont ceux que la justice bourgeoise a condamné en France ou en Algérie à des peines variant entre cinq et vingt ans de travaux forcés. Il y a là 450 ou 500 détenus qui, à part ceux qui ont un emploi au camp, doivent travailler à la mine. Cette maind' uvre revient encore moins chère à la Compagnie. Car eux sont plutôt payés à coups de nerfs de b uf qu'avec des francs-quatre-sous. Il y a là des gardiens plus sauvages encore que les condamnés eux-mêmes et malheur à celui qui n'arrive pas à faire sa tâche ; c'est l'exemption de gamelle et coups de trique ; les gardiens, eux, sont payés au tonnage et il faut voir comment ça barde. La Compagnie paie une indemnité à l'état pour employer cette maind' uvre. Je ne sais le pas chire mais elle doit être bien peu en comparaison du travail que l'on fait rendre aux forçats. Tout le monde croit en France que les condamnés aux travaux forcés font des travaux d'utilité publiques aux colonies, tandis qu'ils sont occupés en réalité à grossir chaque jour la fortune de quelques gros capitalistes. Cet état de choses durera jusqu'à ce que les travailleurs organisés soient assez forts pour mettre un terme à la rapacité des exploiteurs. Un ouvrier du Kouif juillet La fabrication du matériel de guerre en France [... ]. En 1928, quelques usines de la région lyonnaise, qui fabriquent des gaz asphyxiants totalisent, à elles seules, un bénéce net de 173 millions, comme le montre le tableau ci-dessous : Société de balles : francs ; Coignet et C ie : ; Société chimique de Gerland : ; Kuhlmann : ; Saint-Gobain : ; Air liquide : ; Usines du Rhône-Poulenc : ; Société lyonnaise de soie articielle : : Tubize : Dans tout le pays plusieurs centaines d'usines travaillent pour la guerre, mais il s'agit bien aujourd'hui de l'industrie tout entière soit qu'elle travaille directement pour la guerre, soit qu'elle puisse en quelques heures, aménager son outillage pour produire des engins de guerre. Des coins autrefois déserts, comme la région qui va de Miramas à Istres et à Saint-Louis-du-Rhône regorgent de dynamite et de cheddite. Les usines chimiques du Rhône de la région parisienne, de Rouen ou de Marseille peuvent en quelques heures fabriquer des millions de mètres cubes de gaz asphyxiants. Le phosgène peut être préparé en abondance aux usines du Rhône sans qu'il lui soit nécessaire 151. Nos enquêteurs ouvriers au travail. L'exploitation des mineurs du phosphate dans le djebel Kouif en Algérie, L'Humanité, n o 10978, 2 janvier 1929, p. 4.

118 16. ANNÉE de construire des appareils nouveaux. Dans la plupart des usines chimiques, on emploie couramment l'oléum et le tétrachlorure de carbone qui servent à la production du phosgène. Presque toutes les usines chimiques peuvent maintenant fabriquer immédiatement de l'ypérite selon un nouveau procédé. Il n'est pas jusqu'aux usines d'apparence les plus paciques qui ne peuvent en quelques heures fabriquer de la poudre ou des gaz. C'est le cas des usines de textile et de soie articielle comme la viscose, la Société Normande, etc... [... ] Année février Les organisations unitaires à l' uvre. Le congrès fédéral des produits chimiques s'est ouvert hier à Saint-Denis Ces assises forgeront les armes nécessaires pour dresser partout de puissantes organisations de masse. C'est à Saint-Denis, la cité rouge, aux usines de matières colorantes et de pétroles, véritables bagnes industriels, que s'est ouvert hier le congrès de la Fédération unitaire des industries chimiques et de la céramique. Plus de quarante délégués, représentant les divers syndicats et sections syndicales d'usines étaient présents à cette première journée et ouvriront leurs travaux sous la présidence d'honneur des travailleurs allemands en lutte contre le fascisme. Le président eectif, Finck, de la Région parisienne, salua les congressistes et les engagea à travailler durant ces deux journées avec le plus grand sérieux pour réaliser la mobilisation des exploités contre les attaques patronales. Tillon, secrétaire fédéral, développe ensuite le rapport d'activité. Après avoir salué les ouvriers qui luttent à travers le monde, en Allemagne, en Roumanie, ailleurs encore ; les coolies indochinois exploités et tués dans les plantations de l'exploiteur Michelin, après avoir salué aussi les travailleurs de l'union soviétique qui luttent pour l'édication du socialisme, il montre que la préparation du congrès a permis d'obtenir de sérieux résultats dans les diérents centres, dont les militants devront s'inspirer pour le travail futur. Industrie de guerre Tous les trusts, toutes les usines travaillent pour la guerre : l'azote, les matières colorantes, les sous-produits de la houille, les acides, c'est la guerre. Le pétrole dont Clemenceau écrivait pendant la dernière à Wilson, qu'une goutte égalait à une goutte de sang, c'est la guerre moderne, c'est le carburant indispensable pour l'armée motorisée. Et c'est pourquoi ont voit les raf- neries de pétrole se construire partout et développer leur production, telle 152. La fabrication du matériel de guerre en France, L'Humanité, n o 11172, supplément illustré Comment ils préparent la guerre..., 16 juillet 1929, p. 4-5.

119 118 la rme Jupiter qui en quinze mois augmente sa production de à tonnes. Même situation pour les poudreries. Le caoutchouc? Guerre aussi. Masques à gaz. Tous ces faits indiquent que la Fédération des produits chimiques occupe une des places les plus importantes dans la lutte contre la guerre. Tillon montre ensuite que parallèlement à l'aggravation de la crise, on assiste à une augmentation, à une modernisation de l'outillage dans les usines. Et c'est le chômage. Dans l'industrie chimique, 25 % des heures de travail perdues, plus encore dans la céramique, 50 % dans la porcelaine chômeurs complets, partiels, sur dans les industries chimiques. Licenciements. Rationalisation. Kuhlmann maintient sa production, mais il y a 100 à 200 ouvriers en moins dans chacune de ses usines. Chez Goodrich, on fait travailler au centième de seconde. Chez Solvay, à Dombasle, le nombre des wagons de soude chargés a presque doublé. Le personnel est réduit d'un cinquième. Dans les savonneries, c'est l'introduction de machines perfectionnées qui remplacent les femmes pour l'empaquetage. Et les salaires sont en général très bas, 20 à 23 francs les man uvres, 14 à 15 francs pour les femmes ; 16 francs dans la région parisienne. Le rapporteur cite encore de nombreux exemples de rationalisation et ses conséquences dans la céramique et la porcelaine. L'activité unitaire En général, il y eut peu de résistance à l'oensive patronale. C'est seulement où nous avions des organisations syndicales que les ouvriers réagirent, cependant que partout la colère grondait. Puis, après avoir rappelé les différents mouvements qui se déroulèrent depuis le dernier congrès, Tillon poursuit : "Nous devons avoir des revendications justes capables de souder le front unique des ouvriers de toutes tendances". Pour avancer, nous ne devons pas avoir peur d'aller aux ouvriers. Nous devons mettre debout de puissantes sections d'entreprises, nous orienter par tous les moyens vers un travail de masse. Garder les ouvriers, les intéresser, les entraîner à la lutte. Puis, en venant à l'unité syndicale, Tillon, à l'aide des exemple de province, montre la nécessité d'avoir une position claire, de dénoncer systématiquement et avec force toutes les trahisons, la politique des dirigeants confédérés, par es faits, et nous préoccuper des revendications les plus minimes des ouvriers ; ainsi nous nous orienterons vers la véritable unité syndicale de classe. Enn, après avoir souligné toutes les dicultés rencontrées du fait de la diversité des éléments qui travaillent dans les industries, du fait de la répression, le rapporteur signale que depuis le début de l'année, un recrutement assez important fut fait dans le Nord, la région lyonnaise, le Centre, Marseille, etc... "On gagne là où on a su convaincre les camarades et appliqué une tactique juste. Nous devons continuer à avancer, attirer les ouvriers, créer chez eux la conance et transformer cette conance en conscience de classe." Et Tillon termine en invitant les congressistes à se mettre résolument au travail pour réaliser le front unique sur les revendications, pour conquérir les ouvriers

120 16. ANNÉE et les entraîner à la lutte de masse contre le patronat, contre la répression, contre la guerre. "Ces assises doivent forger les armes capables de dresser partout de puissantes organisations syndicales de masse". De vigoureux applaudissements unanimes saluent le rapport de Tillon. La discussion La discussion s'engage alors au début de la séance de l'après-midi. C'est d'abord un camarade de Dombasle qui vient exposer le travail réalisé à l'usine Solvay, la situation syndicale. Puis notre camarade préconise la parution régulière du journal d'usine, en liaison entre les usines d'une même rme, l'échange de journaux d'usine pour proter des expériences. Chambon, de la sixième union régionale, vient rappeler ensuite que 10 à ouvriers des produits chimiques sont exploités. L'oensive patronale se développe. Le syndicat, après une période de passivité, de sectarisme, s'oriente maintenant résolument vers un travail de masse. Puis, c'est un camarade de l'usine Poulenc de Vitry qui regrette que l'ont n'eût pas attaché susamment d'importance au travail parmi les femmes, les coloniaux, les immigrés. "Nous devons, poursuit-il, adapter les revendications aux situations particulières. Et nous servir de tous les moyens légaux pour arracher quelques améliorations, et populariser ensuite les résultats obtenus." C'est ensuite un camarade la Syndicale-Essence qui, après avoir souligné l'importance de l'industrie du pétrole, signale que sa section syndicale parraine l'usine Jupiter pour organiser les exploités contre les attaques patronales. Frot, de la 20 e union régionale, vient marquer la volonté de la région parisienne des syndicats de s'occuper activement des usines chimiques, et un camarade de Port-Saint- Louis-du-Rhône, un de l'usine Goodrich et un de Limoges interviennent encore. La discussion s'est poursuivie dans une séance de nuit juin L'explosion de Gardanne, illustration d'une longue série de crimes du capitalisme préparant intensivement la guerre En quelques années, la Société de produits chimiques et électro-métallurgiques Alais, Froges et Camargue a presque une cinquantaine de cadavres de cadavres de travailleurs immigrés et français à son actif. Les deux seules explosions de Saint-Auban (Basses-Alpes), en 1926 et Gardanne, avant-hier, ont couché dans l'usine, la première vingt-deux prolétaires, la seconde sept. Et des dizaines de mutilés!... Dans les deux cas, les travailleurs sont tombés victimes de la préparation à la guerre : la Compagnie fournissait notamment à l'état les nombreux produits chimiques nécessaires à la préparation des gaz toxiques et l'aluminium utilisé de plus en plus dans l'aviation de guerre. Mais ces explosions doivent attirer notre attention sur les dangers que courent, de 153. Les organisations unitaires à l' uvre. Le congrès fédéral des produits chimiques s'est ouvert hier à Saint-Denis, L'Humanité, n o 12493, 26 février 1933, p. 5.

121 120 plus en plus fréquemment, les travailleurs des produits chimiques. Il apparaît nettement que les mesures de sécurité indispensable sont notoirement insusantes. C'est en série qu'elles se répètent, les explosions! Et du fait qu'il s'agit, dans la plupart des cas, de travailleurs immigrés occupés dans ces usines, on ne prend aucune mesure de protection. La danse macabre des capitalistes se poursuit. Usines de guerre, fabrique de morts en série Tour à tour, nous avons eu à enregistrer, dans ces conditions : L'explosion de l'usine d'amidon, à Haubourdin, en 1928, puis celle des usines du Rhône à Saint-Fons. Le 17 décembre 1930, à Boussens, près de Toulouse, cinq ouvriers étaient tués, brûlés par la soude, dix autres horriblement blessés. Le 30 décembre, un creuset éclatait dans l'usine de produits azotés de Bellegarde (Ain) (deux morts). Le 3 janvier 1931, c'est à l'usine d'engrais Novo, à Lomme, près Lille, qu'un ouvrier était intoxiqué par des gaz nitreux. Le 4 juillet 1931, aux usines Solvay, à Dombasle, huit ouvriers étaient "pris dans les gaz" dans une conduite qu'on leur obligeait de nettoyer trois heures après l'arrêt des fabrications. Le 2 septembre 1931, l'usine de nitro-cellulose Taponnier, à Bezons, saute (deux ouvriers tués, dix-neuf blessés). C'était le quatrième accident en cinq ans. Quelques jours après, au Laboratoire français, une bonbonne d'éther explosait, blessant grièvement un ouvrier. Puis, le 31 septembre 1931, à la Compagnie Industrielle des Pétroles, un incendie éclatait au-dessus des bacs contenant litres d'essence. C'est un miracle qu'ils ne sautèrent pas. Même accident, le 5 octobre 1931, à la ranerie d'essence L'Économique, à Rouen. Là, il y a quatre ouvriers, un cheminot et un douanier grièvement brûlés. Le 10 octobre 1931, à l'usine d'ammoniaque de Waziers (Nord), trois ouvriers périssaient asphyxiés et carbonisés dans une fosse en réparant une canalisation d'hydrogène. Quelques jours plus tard, à Port-Vendres (Pyrénées-Orientales), dans une usine de dynamite, cent-vingt kilos de coton nitrique explosaient : un mort et trois blessés. C'était, enn, ces jours derniers, l'explosion de la poudrerie de Saint-Médard-en-Jalles, près de Bordeaux, le 20 mai, et celle de l'usine de Feyzin, près de Grenoble, le 26 mai. Et voici que hier, 1 er juin, c'est l'explosion de Toulon! Notre camarade Tillon, secrétaire de la Fédération unitaire des produits chimiques, qui nous a fourni ces renseignements, nous a en outre précisé que cette liste tragique ne contenait que les accidents les plus marquants : - C'est pas centaines, ajoutait-il, qu'il nous faut compter en une année les tués en majorité des travailleurs immigrés tués par et pour le capitalisme préparant fébrilement la guerre et qui, happés par la crise, rationalise à outrance, économise sur tout, ne tient même aucun compte des lois de protection ouvrière, à tel point que cette industrie fabrique des morts en série... des morts prolétariens. Dividendes sanglants

122 16. ANNÉE La société Alais, Froges et Camargue a réalisé, pour l'exercice 1931, près de 57 millions de bénéces bruts ; plus de 25 millions de bénéces nets. À Gardanne, il y a sept cadavres ; deux morts en sursis ; deux blessés grièvement! Vingt-six millions de dividendes sanglants. Et aussi neuf millions destinés au renouement de la Banque Nationale de Crédit! Alors que la Compagnie lésinait pour prendre et instituer les indispensables mesures de sécurité, se contentant, comme en témoigne son communiqué, de "soumettre l'autoclave sinistré (sic) aux épreuves légales aux dates prévues". Mais depuis combien de mois ou d'années ont eu lieu ces "épreuves légales" dont les travailleurs connaissent l'inanité au cours du temps, la Compagnie ne le dit pas. Pas plus qu'elle n'arme que les dispositifs de protection existaient. Pour les établir, il faut engager des frais. Or, la bourgeoisie compriment les "frais de revient" : les salaires, les frais généraux, y compris ceux devant assurer quelque peu la sécurité des exploités. Le grand requin Gabriel Cordier, qui à un moment donné exploita les cheminots du P.-L.-M. et qui préside actuellement aux destinées de Péchiney (Alais, Froges et Camargue), l'a déclaré à Lyon, quelques heures avant l'explosion de Gardanne. S'adressant aux actionnaires réunis en assemblée générale à Lyon, ne leur disait-il pas : "Ainsi qu'il vous a été indiqué, le gouvernement nous demanda, au début de 1931, d'apporter avec d'autres unités industrielles, notre concours au rétablissement de la Banque Nationale de Crédit (BNC) dont la situation était aaiblie..." Et ces messieurs ont alors versé neuf millions à ladite société, prélevés disent-ils "sur une provision constituée il y a quelques années dans un but spécial" (?) en réalité, prélevés sur le travail de milliers d'exploités de tous pays risquant chaque jour leur vie pour les administrateurs et actionnaires de la Société Alais, Froges et Camargue, pour la BNC et pour le... gouvernement. Et aussi pour la guerre! Travailleurs, exigez des mesures de sécurité! L'action contre la guerre, nous a dit encore Tillon, et aussi pour le soutien des revendications des travailleurs et travailleuses des produits chimiques, français, coloniaux, immigrés, si nombreux dans cette industrie de mort, doit être menée activement. Il faut que les prolétaires des usines de mort nous écrivent, combattent, luttent avec nous, exigent des dispositifs spéciaux, un aménagement des ateliers, des usines, permettant la récupération des vapeurs, gaz, acides, poussières nocives et toxiques. Il faut qu'ils exigent l'emploi obligatoire de dispositifs de sécurité pouvant en partie écarter tout danger. Pour une usine de mille ouvriers, cela peut coûter quelque francs. C'est pourquoi, en France, en régime capitaliste, cela n'existe pas. La bourgeoisie a d'autres soucis que l'intérêt des travailleurs. Elle a surtout celui de continuer à toucher ses dividendes sanglants... de renouer les banques en déconture. Il n'y a qu'un pays au monde, conclut notre camarade, où les mesures que nous préconisons dans l'intérêt des prolétaires sont appliquées : c'est en URSS. Seulement là, les ouvriers ont chassé les capital-

123 122 istes. J. R juillet Dans les bagnes chimiques, laboratoires de la guerre Implantons-nous dans les usines et renseignons les milliers d'ouvriers quasi-mobilisés. La Fédération des produits chimiques, en raison même de sa faiblesse, ne joue qu'un rôle très insusant dans l'organisation des usines à travers le pays. Mais les conditions particulières de travail dans les usines chimiques, les heures de travail irrégulières, la composition sociale, l'organisation patronale, la répression, inspirée souvent par l'état-major, font que les méthodes de travail habituelles des fédérations sont inapplicables en l'occurrence. Pour aboutir à des résultats, il est indispensable de séjourner sur place, de connaître l'usine, d'établir des contacts et de commencer patiemment l'organisation à l'intérieur, de la consolider, d'en faire le pivot du front unique revendicatif. Cette tâche pleine de dicultés ne peut être menée avec continuité que par les militants et les organisations locales et régionales. Cela nous amène à rechercher si ces organismes comprennent bien leur rôle et ont une appréciation juste des problèmes actuels, de nos responsabilités collectives si lourdes. Bien souvent, elles consacrent 95 % de leur activité à s'occuper des industries et des syndicats qui marchent ; elles font leur travail de direction, allant jusqu'aux tâches les plus minimes, les plus secondaires, au lieu d'obliger avec souplesse leurs propres membres à les assumer. L'aide aux industries faiblement organisées Quand dans une région comme le Nord et le Pas-de-Calais, avec ses usines de guerre, la bourgeoisie désigne à l'attention du prolétariat ses préoccupations capitales par la mise eu point de la guerre. Est-ce que l'activité des unions locales et des unions régionales ne doit pas se manifester autrement que dans les syndicats dont les traditions, la force relative et les cadres, aussi faibles seraient-ils, constituent déjà un moteur? Ne peut-on pas aboutir à créer entre le travail chez les mineurs, par exemple, la même liaison créée par le capital et par la science, entre la houille et ses dérivés ; explosifs, colorants, gaz ; entre le pain de l'industrie et le pain de la guerre des gaz?... Il ne s'agit pas de critiquer, mais de poser un problème, avec une vigueur qui ne saurait hélas atteindre celle que l'état-major que M. Paul-Boncour multiplie dans les régions industrielles... La fonction déterminante de nos organisations locales et de leurs animateurs, doit être d'étendre la propagande et l'organisation aux industries les plus faiblement organisées et les plus importantes. Ainsi, la mobilisation de la "petite guerre" chimique dans le Pas-de-Calais aurait eu dans nos syndicats une autre importance qu'un fait divers. Alors, 154. J. R., L'explosion de Gardanne, illustration d'une longue série de crimes du capitalisme préparant intensivement la guerre, L'Humanité, n o 12224, 2 juin 1932, p. 5.

124 16. ANNÉE nous aurions pu expliquer aux ouvriers des usines intéressées le sens de ces man uvres, comment ils doivent s'y intéresser pour leur propre expérience, pour la sauvegarde de leur vie et relier à leur indignation éclairée la lutte contre les traitements qu'ils subissent, les vols de salaires et les accidents. Tel est le rôle des syndicats pour élever le niveau de combativité des masses dans la lutte contre la guerre sur le terrain de l'usine, sur la base des revendications économiques. Il faut donc créer des syndicats dans les usines chimiques. Les conditions de l'organisation à l'usine L'expérience récente des brigades de choc a prouvé qu'il n'est pas une usine, la mieux garantie par les procédés modernes de répression et d'organisation du travail qui soit, où nous n'ayons en puissance des ouvriers sympathisants prêts à nous aider et à faire leur devoir d'animateur. À nous de savoir les aborder, les guider avec prudence et leur assurer un minimum de sécurité dans le travail syndical que la bourgeoisie leur interdit hypocritement ou violemment. Il ne s'agit pas bien sûr de restreindre notre conception du mouvement syndical à l'organisation de secte. Mais il faut bien comprendre qu'avant de conquérir les ouvriers arriérés ou adversaires, il faut créer, doubler et armer d'expérience nos formations avancées dans l'usine, citadelle de l'esclavage impérialiste. Dans notre industrie, à l'heure actuelle, se dire bolchevik ou révolutionnaire et travailler avec les méthodes du syndicalisme d'avant-guerre devient aussi perdement dangereux que la trahison ranée du syndicalisme à la Jouhaux. Or combien d'exemples pourrions-nous citer, ou sans s'en rendre compte, de Toulouse à Loos, en passant par Lyon jusqu'à l'estaque, la sous-estimation de la conquête des usines, parmi les plus marquantes du "potentiel de guerre", sera, si elle se perpétue, une faute impardonnable. Lions les revendications immédiates à la lutte contre la guerre Résumons. Qu'on nous entende bien, la bourgeoisie, sous les prétextes les plus crapuleux, en utilisant de nouvelles lois scélérates, de prétendus complot d'espionnage, veut chasser de ses bagnes les plus précieux les syndicats unitaires, an de pousser plus avant l'extermination du prolétariat révolutionnaire et du socialisme qu'édient nos frères soviétiques. Il s'agit de répondre à ce procédé de guerre par la lutte acharnée pour le droit syndical, sans restriction. Pour conquérir la masse des exploités de la chimie, adaptons nos moyens de lutte aux dicultés, aux circonstances, aux nécessités de la lutte de classe, pour la défense de son pain, de son salaire, de sa santé, tout en remplissant notre tâche syndicale de lutte collective contre la guerre. En ce moment de préparation du congrès international de Genève contre la guerre et du 1 er août, les syndicats armeront d'autant mieux leur rôle dans la lutte contre la guerre qu'ils comprendront que si le travail dans l'armée est une question de premier plan dans la guerre, il y a déjà une armée du travail quasi mobilisée sur le front impérialiste dans les grandes usines de

125 124 guerre et, en particulier, dans les bagnes chimiques. Les ouvriers, les organisations intéressées doivent donc répondre sans délai à notre appel pour la défense des intérêts immédiats de cette catégorie importante d'ouvriers et d'ouvrières français et immigrés de l'industrie la plus concentrée et la plus poussée, pour les ns les plus pressantes de l'impérialisme, an qu'avec la Fédération unitaire des produits chimiques, nous puissions ensemble réaliser. Charles Tillon juillet Les ravages du feu. À Saint-Denis, un entrepôt de produits chimiques est détruit par les ammes. Trente ouvriers sont réduits au chômage La Société des Produits Chimiques de France possède, 10 avenue Saint- Rémy, à Saint-Denis, un entrepôt de produits chimiques. Celui-ci vient d'être en partie détruit par un incendie qui s'est déclaré la nuit dernière. Voici dans quelles circonstances : Vers minuit quinze, M. Chastenet, concierge, est réveillé en sursaut par le crépitement d'un incendie commençant. De hautes ammes s'élevaient déjà d'un bâtiment de 250 mètres carrés environ, construit tout entier en matériaux légers et où sont entreposées de nombreuses matières premières éminemment inammables et consistant essentiellement en stéarine et en vernis. Immédiatement, M. Chastenet donna l'alarme par téléphone. Les pompiers de la localité accoururent sur les lieux et parvinrent, après deux heures d'eorts, à se rendre maîtres du sinistre, mais le bâtiment attaqué avait été en grande partie la proie des ammes. Une trentaine d'ouvriers vont être, à la suite du sinistre, réduits au chômage. En l'absence du directeur, M. Pechari, qui est actuellement en province, il est impossible de préciser le montant exact des dégâts, mais ceux-ci sont très importants. L'enquête ouverte par le commissaire de police de Saint-Denis-Sud n'a pas encore permis d'établir les causes du sinistre, cependant il est acquis que l'hypothèse de la malveillance doivent être formellement écartée août Travailler à moitié prix ou crever de faim! Un chômeur d'argenteuil, sans travail depuis quinze jours (il avait travaillé avant chez Citroën) se présente comme ajusteur chez Desmarais frères, rue de Rueil à Colombes, grands marchands d'essence. "Combien gagniez-vous chez Citroën, lui demande-t-on à la direction." "7 francs 25..." "Vous ne gagnerez pas cela ici... vous aurez 4,75!" Même pas le taux d'un 155. Charles Tillon, Dans les bagnes chimiques, laboratoires de la guerre, L'Humanité, n o 12266, 14 juillet 1932, p Les ravages du feu. À Saint-Denis, un entrepôt de produits chimiques est détruit par les ammes. Trente ouvriers sont réduits au chômage, L'Humanité, n o 12271, 19 juillet 1932, p. 3.

126 17. ANNÉE compagnon. Le chômeur refusera ce "salaire". Mais la direction Desmarais aussitôt téléphona au bureau de chômage d'argenteuil pour signaler que le chômeur avait refusé du travail. Quinze jours après, le sans-travail était radié à la suite de cette intervention patronale. Nouvelle illustration de ce dilemme que veut imposer le régime à ses exploités : travailler à tarifs extrêmement réduits ou crever de faim! Mais il y a une autre solution, la nôtre : c'est la lutte commune des ouvriers et des chômeurs pour les revendications immédiates et pour l'issue révolutionnaire de la crise! Rabcor Année mai Aux laboratoires Desmarais, des ouvrières sont intoxiquées Vers 14h30, dans la salle de aconnage, aux Laboratoires Desmarais, 31 rue des Francs-Bourgeois, par suite du glissement d'une cloche à vide, environ quarante centimètres cubes de nitrite d'amylèse sont répandus à l'air libre, intoxiquant les ouvrières qui travaillaient. Les pompiers de la caserne Sévigné ont envoyé les premiers secours de ventilation, puis l'ambulance complète avec un médecin-major. Les ouvrières intoxiquées ont reçu des soins sur place. Une ouvrière, Mme Henriette Léonard, 38 ans, plus grièvement atteinte, demeurant 15 rue Broca a été transporté à son domicile où elle est soignée octobre Vers la victoire des faïenciers À la suite de l'entrevue qui a eu lieu lundi, les patrons ont déclaré que, par écrit, ils allaient faire parvenir au syndicat leurs propositions. Malgré que la grève soit unanime, les piquets de grève fonctionnent normalement. Sur 125 ouvriers, il n'y a toujours que quatre rentrées. Il faut souligner que déjà la solidarité a rapporté la somme d'environ 500 francs. Avec l'appui de la Fédération des produits chimiques, nos camarades doivent être victorieux Travailler à moitié prix ou crever de faim!, L'Humanité, n o 12301, 18 août 1932, p Aux laboratoires Desmarais, des ouvrières sont intoxiquées, L'Humanité, n o 12562, 6 mai 1933, p Vers la victoire des faïenciers, L'Humanité, n o 12733, 24 octobre 1933, p. 2.

127 Année février Sur le port de Rouen, un ouvrier est brûlé vif Rouen. 3 février. Ce matin, un sinistre est survenu à Rouen sur les quais des Colonies, au bassin aux pétroles, où un wagon-citerne était en remplissage pour le compte de la société Desmarais. Un ouvrier, M. Félix Borremans, 57 ans, avait ouvert la vanne d'arrivée, lorsque l'essence s'enamma spontanément. Les ammes environnèrent l'ouvrier, qui fut brûlé vif. Les sapeurs-pompiers, qui intervinrent peu après pour maîtriser le sinistre, ne purent porter secours à la victime février L'action antifasciste. Les dockers de Concarneau s'opposent au déchargement d'un bateau hitlérien Concarneau. 8 février. Les dockers de Concarneau viennent de montrer leur volonté de lutte antifasciste. Le trois-mâts allemand Jupiter, du port de Hambourg, chargé de phosphate, ayant accosté avec, à l'avant, le sanglant drapeau à croix gammée, se sont opposés au déchargement du bateau, marquant ainsi par là leur volonté de lutter farouchement contre le fascisme en France février Premiers résultats de la journée du 12 février adhésions nouvelles. 162 [... ]. Fédération des produits chimiques. Lille (Section Kuhlmann), six adhésions juin Les luttes revendicatives du prolétariat. Après une grève sur le tas, l'usine Bozel-Malétra lockoute ses 400 ouvriers Les 400 ouvriers et ouvrières de l'usine Bozel-Malétra à La Motte- Breuil (Oise), las de subir les salaires de famine et les mauvaises conditions de travail que l'humanité a déjà signalés, ont décidé de revendiquer. Hier matin, la délégation se présentait une nouvelle fois à la direction appuyée 160. Sur le port de Rouen, un ouvrier est brûlé vif, L'Humanité, n o 12836, 4 février 1934, p L'action antifasciste. Les dockers de Concarneau s'opposent au déchargement d'un bateau hitlérien, L'Humanité, n o 12841, 9 février 1934, p Premiers résultats de la journée du 12 février adhésions nouvelles, L'Humanité, n o 12859, 28 février 1934, p. 5.

128 18. ANNÉE par un arrêt de travail unanime. Devant le refus du patron de faire droit aux revendications, la grève continua jusqu'à 11 heures. À ce moment, la direction acha la fermeture de l'usine jusqu'à nouvel ordre. C'est le lock-out. L'Humanité a déjà relaté les conditions épouvantables dans lesquelles travaillent les 400 ouvriers de l'usine Bozel-Malétra, à La Motte-Breuil (Oise). Avec les nouveaux procédés pour la fabrication du bichromate de potasse, plusieurs ouvriers ont été si grièvement atteints que les cloisons nasales sont perforées. Certains se plaignent maintenant des yeux. De l'avis de plusieurs docteurs, ce terrible mal est inguérissable. À ces conditions de travail vient s'ajouter le scandale des salaires. Un ouvrier nous disait : J'ai 21 ans et je gagne comme maçon et man uvre 1 franc 80 de l'heure sans prime. Il faut trimer dur et sans arrêt. Ainsi, j'ai attrapé l'an dernier huit jours de mise à pied pour m'être reposé deux minutes. Un autre gagne 1 franc 90 et une grosse majorité de 2 francs 38 à 2 francs 48 de l'heure. À ce salaire vient s'ajouter, pour certains, une prime de trente francs par mois, qui saute à toute occasion. Les ouvriers s'organisent Après plusieurs réunions organisées par la Fédération unitaire des produits chimiques, un puissant syndicat fut constitué dans l'usine. Les ouvriers comprirent que ce n'était que fortement organisés qu'ils pourraient améliorer leur triste sort. Le syndicat se mit au travail. Avec l'ensemble des ouvriers un cahier de revendications fut élaboré : 15 % d'augmentation pour les salaires inférieurs à trois francs de l'heure ; 10 % pour les salaires horaires supérieurs à trois francs ; salaire minimum de 3 francs 50 pour les ouvriers du bichromate de potasse ; droit pour les retardataires de prendre le travail un quart d'heure après l'heure normale sans avoir à perdre leur demi-journée ; respect des huit heures ; suppression des heures supplémentaires ; suppression des mises à pied et toutes brimades ; reconnaissance du syndicat et des délégués d'atelier. La question de l'hygiène fut l'objet d'une étude minutieuse par atelier et les revendications spéciales à chaque atelier furent faites. À la délégation qui allait chercher la réponse au cahier de revendications, le directeur répondit que la situation ne permettait pas d'accorder des augmentations de salaires. En ce qui concerne l'hygiène, la direction indiqua qu'elle continuerait à étudier cette question comme par le passé en collaboration avec l'inspecteur du travail. C'était donc le refus complet. À l'assemblée où la délégation t le compte-rendu de cette entrevue, les ouvriers comprirent qu'il n'y avait qu'une seule solution : l'action. Les travailleurs cessent le travail Dans la réunion qu'ils tinrent mardi soir, les ouvriers décidèrent d'envoyer la délégation hier matin à 8 heures pour discuter une dernière fois du cahier revendicatif. Pendant ce temps, l'arrêt de travail aurait lieu dans tous les services jusqu'à une réponse favorable de la direction. La direction ayant refusé

129 128 de discuter les revendications, l'arrêt de travail continua à l'usine toute la matinée d'hier. À onze heures, la direction achait que l'usine était fermée jusqu'à nouvel ordre. À la sortie, une réunion fut organisée. Le camarade Finck, de la Fédération unitaire des produits chimiques, exposa comment le mouvement devait être organisé. Les ouvriers se sont séparés avec la volonté de lutter pour l'amélioration de leurs salaires et de leurs conditions de travail. Appel aux Unions régionales La Fédération unitaire des produits chimiques fait un pressant appel aux unions régionales pour qu'immédiatement le travail nécessaire soit fait dans les usines Bozel-Malétra, à Le Villard (Savoie), Le Plan-du-Var (Alpes- Maritimes), Petit-Quevilly, Lescure, Dieppedalle, Le Tréport (Seine-Inférieure), Caen (Calvados), Vernon (Eure), Saint-Denis (Seine), Saline à Arzaew (Algérie). La Fédération des industries chimiques juin travailleurs de l'usine Bozel-Malétra à La Motte-Breuil lock-outés par leurs patrons L'Humanité a signalé, hier, comment la direction des usines Bozel- Malétra avait répondu par le lock-out à une demande d'augmentation des salaires posée par l'ensemble des ouvriers de l'usine de la Motte-Breuil. Pas un ouvrier n'est allé au travail hier matin. Il n'est pas possible de dépeindre la misère des ouvriers qui, pour 2 francs 38 de l'heure meurent lentement dans ce bagne. Citons un exemple, à la réunion qui eût lieu hier matin, le camarade Finck de la Fédération des industries chimiques posant la question suivante : "Quels sont ceux qui sont en traitement pour mutilation par le bichromate de potasse?", au moins vingt-cinq ouvriers levèrent la main. Un ouvrier montre son nez et dit : "Je fait rentrer un haricot par une narine et je le fais sortir par l'autre. Plus de cloison, mon nez se ronge lentement...". D'autres disent : "Il n'y a pas que le nez, il y a aussi la gorge!" Et c'est à ces malheureux que la direction Bozel-Malétra refuse les justes revendications d'hygiène et de salaires. La direction se livre à d'odieuses provocations La société Bozel-Malétra possède à la Motte-Breuil et environs, des cités où elle loge environ quatre-vingt de ses ouvriers et une cantine où quelques ouvriers logeaient et pouvaient prendre leur repas. La gendarmerie a été envoyée sur les lieux. Lorsque les grévistes se présentèrent, comme d'habitude, à la cantine, les gendarmes les fouillèrent comme de véritables malfaiteurs, puis leur donnèrent dix minutes pour déménager. De plus, la coopérative 163. Les luttes revendicatives du prolétariat. Après une grève sur le tas, l'usine Bozel- Maletra lock-oute ses 400 ouvriers, L'Humanité, n o 12978, 28 juin 1934, p. 1 et 5.

130 18. ANNÉE est fermée (les ouvriers en sont cependant actionnaires!) et dans la cité appartenant à la société, l'eau potable est coupée. La direction a averti les habitants que l'eau serait distribuée le matin de huit à neuf heures et le soir de six à sept heures, mais que cette eau, venant de l'aisne, était non potable. L'indignation est grande, non seulement parmi les grévistes, mais aussi parmi la population. Les ouvriers ont décidé d'envoyer une lettre à la direction Bozel-Malétra à Paris pour protester contre ces faits, en indiquant que les responsabilités seront nettement situées en cas d'épidémies par l'eau non potable juillet Ce matin, les nez-rongés seront aux piquets de grève Les ouvriers de l'usine Bozel-Malétra à La Motte-Breuil sont en grève depuis mercredi. La puissante société Bozel-Malétra qui possède des usines dans diérentes régions de France et des salines à Arzew (Algérie), impose à ses employés les plus dures conditions de travail et les salaires les plus misérables. On sait que les ouvriers de La Motte-Breuil qui gagnaient de 1 franc 80 à 2 francs 48 de l'heure ont demandé une augmentation de salaires. Pour appuyer leurs revendications, ils ont, mercredi dernier, fait la grève sur le tas. La direction a alors décidé de fermer les portes de l'usine. Les ouvriers ne veulent pas reprendre le travail sans avoir obtenu l'augmentation de salaires qu'ils réclament. Aujourd'hui, ils seront tous aux piquets de grève pour faire échec aux man uvres possibles de la direction. Les nez-rongés de La Motte-Breuil sauront arracher la victoire juillet Fin du mouvement de la Motte-Breuil La direction des usines Bozel-Malétra, à la Motte-Breuil, a décidé la réouverture. Et lundi matin une grosse partie des lock-outés a repris le travail. Les man uvres de la direction ont été facilitées par le fait que bon nombre des exploités habitent les cités de la société et qu'ils pouvaient être jetés à la rue sans pouvoir protester. Un certain nombre d'ouvriers n'ont pas été réembauchés : les uns parce que l'arrêt brusque du travail rend nécessaire une mise au point des appareils ; les autres parce que leur activité syndicale les a désignés à la vindicte patronale. Mais les nez-rongés, qui ont forgé, au cours de cette bataille, un puissant syndicat, sauront continuer l'action à l'intérieur de l'usine. Et ils sauront, dans un avenir proche, imposer l'augmentation de leurs salaires et l'adoption des plus élémentaires mesures d'hygiène travailleurs de l'usine Bozel-Malétra à La Motte-Breuil lock-outés par leurs patrons, L'Humanité, n o 12979, 29 juin 1934, p Ce matin, les nez-rongés seront aux piquets de grève, L'Humanité, n o 12982, 2 juillet 1934, p Fin du mouvement de la Motte-Breuil, L'Humanité, n o 12993, 13 juillet 1934, p. 5.

131 Année avril À la Plaine-Saint-Denis, une usine de produits chimiques a fermé ses portes La société des produits chimiques à la Plaine-Saint-Denis occupe environ 600 ouvriers et ouvrières. Elle a fermé ses portes hier soir. Cette oensive cache évidemment une attaque contre les salaires et les conditions de travail des ouvriers. Ceux-ci doivent être vigilants et rester en contact étroit avec leur syndicat unitaire an de déjouer toute man uvre patronale et exiger la réintégration de tout le personnel, sans aucune diminution de salaire er mai En masse aux meetings du 1 er mai [... ]. Franconville. À 14h30, au Bon Coin, rue du Plessis. Orateurs : Poirot, des Métaux ; Chabanon, du CI de Franconville ; Pondruel du Bijou. [... ] juin Le battu d'aubervilliers, c'est Laval! Le fraudeur d'aubervilliers, c'est Laval! [... ]. Le frère de notre camarade Finck, candidat, est inrme et habituellement ne peut se transporter pour voter. Cette fois, étant donné l'enjeu de la lutte, il se t transporter pour déposer son bulletin. Or, quand il arriva, on lui cette réponse stupéante : "Vous avez déjà voté!" Croyant qu'il ne viendrait pas, les gens de Laval ont voté pour lui! [... ] juillet Mercredi 10 juillet, grande salle de la Mutualité. Grand compte-rendu populaire de la délégation du SRI [... ]. Personnalités ayant accepté au 6 juillet de faire partie de la délégation : [... ] Finck, secrétaire du syndicat de la céramique. [... ] À la Plaine-Saint-Denis, une usine de produits chimiques a fermé ses portes, L'Humanité, n o 13261, 8 avril 1935, p En masse aux meetings du 1 er mai, L'Humanité, n o 13284, 1 er mai 1935, p Le battu d'aubervilliers, c'est Laval! Le fraudeur d'aubervilliers, c'est Laval!, L'Humanité, n o 13340, 26 juin 1935, p Mercredi 10 juillet, grande salle de la Mutualité. Grand compte-rendu populaire de la délégation du SRI, L'Humanité, n o 13351, 7 juillet 1935, p. 6.

132 19. ANNÉE juillet Les préparatifs meurtriers du fascisme italien. Cinquante morts dans l'explosion de l'usine de guerre de Taïno août À Bry-sur-Marne. Quinze fascistes armés agressent et blessent quatre travailleurs Cet article aborde l'agression du père de Jean Carasso août Quand les hommes du fascisme dirigent les bagnes industriels. Hotchkiss : spécialité de mitrailleuses, de fusils-mitrailleurs, antitanks. 200 millions de bénéces en dix ans [... ]. Hippolyte-Eugène Boyer, qui fait dans la Banque, les chemins de fer coloniaux, les produits chimiques, les mitrailleuses. Président du conseil d'administration des anciens établissements Hotchkiss, M. H-E. Boyer, a été récemment l'objet d'une manifestation spontanée de sympathie. M. Boyer est fatigué... C'était lors d'une assemblée générale des actionnaires de la société des produits chimiques Rhône-Poulenc (ex-société chimique des usines du Rhône) : Notre vénérable confrère a déclaré, à peu de chose près, le président de séance est quelque peu fatigué. Il est administrateur de notre société depuis 36 ans. Il en est président depuis 20 ans, aux côtés de M. Camille Poulenc, qui administre également la Banque de France. Ses charges sont nombreuses. Nous proposons donc, sur sa demande, qu'il soit relevé de sa charge de président actif et nommé président d'honneur. Tout en restant, bien entendu, administrateur, ce qui lui donnera la faculté de continuer à toucher quelques centaines de mille francs de tantièmes auxquels il a incontestablement droit et par son mérite et par sa haute compétence. La proposition a été adoptée d'enthousiasme. La société Rhône-Poulenc a réalisé, en 1934, la jolie somme de francs de bénéces nets. Le capital avait été précédemment porté de 75 à 160 millions par incorporation de réserves et distribution d'actions gratuites. Ses administrateurs touchent, chaque année, en sus des dividendes, des dizaines de milliers de francs de tantièmes. M. Boyer n'est jamais fatigué... pour passer à la caisse. Pas plus que son successeur à la présidence, M. Albert Buisson, président de la Société du Gaz de Paris. Et, 171. Les préparatifs meurtriers du fascisme italien. Cinquante morts dans l'explosion de l'usine de guerre de Taïno, L'Humanité, n o 1373, 29 juillet 1935, p À Bry-sur-Marne. Quinze fascistes armés agressent et blessent quatre travailleurs, L'Humanité, n o 13385, 10 août 1935, p. 3.

133 132 dans les usines de Saint-Fons, de Roussillon (Rhône) et Vitry (Seine), appartenant à la Société Rhône-Poulenc, des milliers d'ouvriers et d'ouvrières s'empoisonnent chaque jour pour des salaires horaires variant entre deux francs cinquante et trois francs cinquante. [... ] août ouvrières des raneries François, ayant leur salaires diminués de 15 %, se mettent en grève La direction de la ranerie Le François, 57 rue Riquet à Paris, faisant remarquer que, en vertu des décrets-lois, le prix de la vie diminuait (du fait que le sucre allait être diminué de quelques centimes!) annonçait lundi à ses ouvrières une diminution allant jusqu'à 15 % des salaires. Gagnant de 22 à 25 francs par jour avant la diminution, les ouvrières de certaines catégories voient leur salaire réduit à 19 ou 20 francs. D'autre part, la direction mettait douze ouvrières à pied jusqu'au 2 décembre. Solidaires de leurs camarades mises à pied, dès l'après-midi, les 150 ouvrières rent la grève sur le tas. Hier matin, elles refusèrent de rentrer à l'usine, si la diminution n'était pas rapportée et les douze camarades réintégrées. Au cours d'une réunion à Mathurin-Moreau avec notre collègue Georgette Bodineau, elles examinèrent les moyens d'organiser la lutte. Un comité de grève s'est constitué. À treize heures, elles étaient aux piquets de grève et au retour elles ont manifesté aux cris de "Nos salaires! À bas les diminutions!" bien que la police ait tenté de les disperser. Rosarde au nom de l'union régionale et la camarade Antoinette Gilles, de la Fédération de l'alimentation, sont intervenus. Le cahier de revendications mis au point, une délégation s'est rendue à la direction le déposer. Les ouvrières réclament le retrait de la diminution des salaires, la réintégration des ouvrières mises à pied, un réfectoire, des vestiaires, des waters et le respect des principes élémentaires de l'hygiène dans les ateliers, le respect de la journée de huit heures, une attitude plus correcte de la part des chefs d'ateliers et autres chefs vis-à-vis des ouvrières, la reconnaissance de la section syndicale. Demain, elles seront aux piquets de grève, interviendront auprès des quarante ouvriers algériens qui n'ont pas encore suivi le mouvement, ainsi qu'auprès des chaueurs-camionneurs de l'usine, pour qu'ils viennent prendre leur place dans la bataille. Ce matin, tous à la réunion à neuf heures, 8 avenue Mathurin-Moreau. Le comité de grève J. Raveau, Quand les hommes du fascisme dirigent les bagnes industriels. Hotchkiss : spécialité de mitrailleuses, de fusils-mitrailleurs, antitanks. 200 millions de bénéces en dix ans, L'Humanité, n o 13391, 16 août 1935, p ouvrières des raneries François, ayant leur salaires diminués de 15 %, se mettent en grève, L'Humanité, n o 13389, 14 août 1935, p. 5.

134 19. ANNÉE août Aux usines Desmarais frères à Ivry, un chaueur est brûlé vif Aux usines Desmarais frères, à Ivry, 23 rue Franklin, un chaueur, Marcotte, père d'un enfant fut brûlé vif en faisant son plein de mazout. Nous reviendrons sur les circonstances de cet accident imputable à la rationalisation imposée aux chaueurs-livreurs août Quand les hommes du fascisme dirigent les grands bagnes industriels. Dépôts de pétrole où les Croix de feu nettoient leurs revolvers Le personnel des dépôts a un travail extrêmement pénible ; les man uvres employés, au chargement et déchargement des camions, ne gagnent que quatre francs de l'heure. Les femmes qui travaillent au remplissage et au nettoyage des bidons n'ont que trois francs vingt-cinq. Certaines font un travail de man uvres, elles roulent des sacs de parane de soixante-quinze kilos. À la SGHP, au dépôt de Gennevilliers (mazout), les femmes roulent les fûts et les nettoient à la potasse. L'hygiène n'existe pas. Ce travail est exécuté dans des conditions lamentables. L'inspection du travail aurait, là, son mot à dire. Que fait-elle? À Aubervilliers, la CIP La Compagnie Industrielle des Pétroles, société anonyme au capital de 150 millions de francs, a son dépôt à Aubervilliers, boulevard Félix-Faure, 87. Dans ce dépôt, il y a cinq ans, on employait cent-cinquante ouvriers et ouvrières, il en reste vingt dont quinze femmes. Cela s'explique par le développement des pompes supprimant la manutention de la mise en bidons. Le salaire des femmes est de trois francs vingt-cinq à l'embauche ; celui des soudeuses trois francs soixante-quinze. La production est tellement poussée que ces ouvrières ne font que cinq jours par semaine à six heures par journée soit trente heures. Une camarade me renseigne sur leur travail. Il y a un mois, trois ouvrières sont parties d'elles-mêmes, ne pouvant supporter la cadence. Tiens, nous devons gratter, peindre, estampiller trente-deux caisses à bidons dans l'heure. Au récurage, cinquante bidons à l'heure. Où ça devient incroyable, c'est au vernissage au pistolet. Ces vernisseuses payées trois francs cinquante de l'heure doivent vernir, dans cette heure, quatre cent bidons. Quatre cent bidons? Oui, quatre cent bidons! Elles sont deux femmes, l'une arrange les bidons, sur un manège, l'autre les pistole. Elles se relaient par demi-chariot. Les décrets sur les métiers insalubres sont-ils observés? Parlons-en! Pas de lait, pas de gants, les ouvrières les achètent. Impossible de ralentir la cadence. Les ouvrières sont chronométrées. Tu devrais signaler aussi l'intoxica Aux usines Desmarais frères à Ivry, un chaueur est brûlé vif, L'Humanité, n o 13395, 20 août 1935, p. 5.

135 134 tion que nous subissons dans les dépôts par les émanations et la manipulation d'essence ; surtout depuis que fut donnée l'autorisation de vendre l'essence éthylée. Renseigne-toi là-dessus. Le carburant éthylé Pour l'autorisation de la vente du carburant éthylé en France, le comité supérieur d'hygiène t une enquête en Angleterre sur les eets de l'emploi de ce produit. Voici les conclusions adoptées par le ministère de la santé publique : "Les rapporteurs soussignés sont d'avis que ne soit pas interdite l'addition à l'essence pour moteur d'une proportion de plomb tétra-éthyl xée provisoirement au maximum de zéro centimètre cube par litre d'essence ainsi traitée ne dépassera pas un dixième de la consommation générale. Mais il importe que toutes les conditions requises par les services d'hygiène pour ceux qui manipulent l'essence soient rigoureusement observées". On se rendra compte de la nocivité du produit, par des extraits des règlements relatifs au maniement du uide éthyl de l'éthyl gazoline corporation! "Si par mégarde du uide éthyl vient à tomber sur votre peau, à n'importe quel endroit du corps, arrêtez immédiatement votre travail pour vous nettoyer. Lavez-vous d'abord avec du pétrole propre et ensuite avec de l'eau chaude et du savon... Si vous devez toucher un objet sur lequel il y a du uide éthyl, mettez vos gants de caoutchouc, sur lesquels vous ajouterez des gants de tissus. Assurezvous que vos gants de caoutchouc sont en parfait état." Et pour le cas des livreurs : "On enseignera aux hommes aectés au chargement de l'essence contenant du uide éthyl, qu'ils doivent éviter le contact de cette essence avec la peau et les vêtements." L'activité des croix de feu Nous avons dit la tendance de l'eco à n'embaucher que des croix de feu. À la PEN le mouvement est plus grand. Caprolier, le directeur, Chanel, sous-directeur du mazout, Careil, chef du bureau, Panier, chef du personnel de l'usine, enn le fameux Lamendé, contremaître à la mécanique, ornent leur boutonnière de la tête de mort. N'est-ce pas ce Lamendé qui, dans l'affaire des Croix de feu de Saint-Ouen, blessa des ouvriers à l'aide d'un coup de poing américain? Rien d'étonnant, dès lors, si dans son atelier, sur douze ouvriers, huit sont Croix de feu. Dernièrement, les camarades assistèrent à ce spectacle incroyable : ces hommes nettoyant leur revolver pendant les heures du travail, au son d'un phonographe. Il ne faut pas sous-estimer le danger de cette démagogie fasciste. Les directions des dépôts cherchent, par tous les moyens, à éliminer les éléments les plus combatifs du personnel. Seule, une section syndicale forte peut parer au danger de fascisation des entreprises, empêcher le renvoi des bons camarades et leur remplacement par des Croix de feu et conquérir les améliorations de salaires et de conditions de travail. Trois sociétés : 45 millions annuels de bénéces

136 19. ANNÉE Ouvriers des pétroles! Un journal d'usine : L'Écho des pétroles assure la liaison entre vous. Il doit être la tribune où chacun d'entre vous doit exposer ses revendications et ses suggestions. L'Économique a fait en francs de bénéces. La PEN en francs de bénéces. La Société générale des huiles de pétrole, exercice 1933 : francs. Voilà les conséquences de la crise pour cette oligarchie qui aame tout un peuple. Les bénéces sont tels, même en temps de crise, que chaque attaque contre vos salaires, au nom de celle-ci est injustiée et doit amener immédiatement votre riposte. L. Cuisinier septembre Les accidents du travail. Mort atroce d'un ouvrier enlisé dans un silo Comines (Nord). À la Société des Produits Chimiques et des Blancs de Comines, route de Wervicq, s'est produit un accident qui causa la mort d'un ouvrier. Omer Segré, 31 ans, man uvre, père de trois enfants, demeurant à Comines, rue de Quesnoy, était occupé dans un silo à baryte, lorsque, pour une cause indéterminée, il y tomba et s'enlisa petit-à-petit. Alertés par ses cris, ses camarades accoururent aussitôt, tentèrent en vain de lui tendre une pelle an qu'il s'y accrochât, mais en raison de la densité des matières, Segré ne put être dégagé et disparut. Malgré le dévouement de son compagnon de travail, Daele, qui, voulant à tout prix sauver son camarade, se t attacher et descendit dans le silo, on ne put dégager Segré, sur qui plusieurs tonnes de matières s'étaient accumulées. Les travaux de démontage furent menés activement sous la direction de l'ingénieur, mais on ne retira qu'un cadavre. Le docteur alerté par téléphone ne put que constater le décès dû à l'asphyxie octobre Les fascistes de Caen agressent des travailleurs Letellier est signalé comme étant le secrétaire de la 18 e union régionale unitaire. Son domicile ainsi que sa famille ont été pris pour cible par les Croix-de-Feu L. Cuisinier, Quand les hommes du fascisme dirigent les grands bagnes industriels. Dépôts de pétrole où les Croix de feu nettoient leurs revolvers, L'Humanité, n o 13403, 28 août 1935, p. 5. La reproduction d'une photographie accompagne l'article avec pour légende : Le dépôt de la Société générale des huiles de pétrole, quai de Seine, à Saint- Ouen Les accidents du travail. Mort atroce d'un ouvrier enlisé dans un silo, L'Humanité, n o 13417, 11 septembre 1935, p Les croix fascistes de Caen agressent des travailleurs, L'Humanité, n o 13465, 29 octobre 1935, p. 3.

137 Année février À Clermont-Ferrand, sept cents ouvriers des usines Michelin sont en grève pour le respect du droit syndical Lundi, la direction des usines Michelin à Clermont-Ferrand licenciait le secrétaire du syndicat sous prétexte de "manque de travail". Mais deux jours auparavant, elle avait embauché un autre ouvrier du même métier. Le motif ne tenait donc pas, d'autant plus que ce camarade avait quatorze années de présence à l'usine. Immédiatement, quand fut connu ce scandaleux licenciement, des débrayages eurent lieu, englobant près d'un millier d'ouvriers. Puis, devant les man uvres des chefs de service, les camarades décidèrent mercredi matin de ne pas reprendre le travail. Plusieurs délégations furent reçues par le chef du personnel. Celui-ci parlant du camarade licencié, indiqua : "J'en ai jusque-là de celui-là". C'était l'aveu que le camarade était renvoyé non pas par manque de travail, mais parce que militant syndical et que l'organisation progressait. Devant l'intransigeance de la direction, les camarades, au nombre de près de sept cents, décidèrent de ne reprendre le travail qu'après avoir obtenu satisfaction. Une délégation alla mettre au courant le maire et le préfet des motifs exacts du conit, car les bruits les plus faux étaient colportés par les valets de la direction Michelin. Après avoir approuvé les exposés des camarades Fradet et Besset de l'union départementale et Finck, secrétaire de la Fédération, les grévistes décidèrent de ne rentrer qu'avec leur camarade licencié. Déjà, à Clermont-Ferrand, où la sympathie est grande pour nos camarades, la solidarité s'organise. La Fédération fait un appel à tous les syndicats pour que dès maintenant des listes de souscription circulent pour soutenir nos camarades en lutte. Adresser les fonds à la Fédération des produits chimiques, compte-chèque postal Le Comité de grève organise un grand meeting dimanche après-midi salle Gaillard. Il fait un appel pressant aux petits commerçants et à toute la population laborieuse de Clermont-Ferrand pour assister à ce meeting et témoigner ainsi aux grévistes toute leur solidarité. La Fédération des Produits Chimiques mars Une nouvelle étape de la lutte des classes en France. Le comité confédéral national a conrmé les décisions d'unanimité du congrès de la CGT réuniée [... ]. La composition de la commission administrative. [... ] Produits chimiques, Édouard Finck. [... ] À Clermont-Ferrand, sept cents ouvriers des usines Michelin sont en grève pour le respect du droit syndical, L'Humanité, n o 13588, 29 février 1936, p Une nouvelle étape de la lutte des classes en France. Le comité confédéral national a conrmé les décisions d'unanimité du congrès de la CGT réuniée, L'Humanité, n o 13595,

138 20. ANNÉE mai Aux usines Goodrich Le mouvement revendicatif a gagné, vendredi, les usines Goodrich (caoutchoucs), Lobstein, Alsthom (métaux), englobant plus de travailleurs, qui occupèrent les ateliers jour et nuit dans l'ordre le plus parfait. Samedi, dans l'après-midi, les ouvrières et ouvriers de chez Goodrich et ceux de chez Lobstein ont obtenu satisfaction sur la plupart des revendications présentées, notamment leurs salaires seront augmentés de 5 à 10 % ; huit jours de congés payés sont obtenus chez Goodrich, ainsi que d'autres revendications particulières. Ils ont quitté leurs usines en cortège et ont dé- lé jusqu'à la mairie, où ils furent harangués par le camarade Finck, secrétaire de la Fédération des produits chimiques, et par le camarade Chinalie, maire-adjoint de Colombes. De nombreuses adhésions au syndicat ont été faites juin Hier des dizaines de milliers d'ouvriers sont entrés en grève [... ]. Plus de vingt grèves à Saint-Denis. [... ]. Malétra, produits chimiques, 130 ; [... ]. Les Pétroles Jupiter [... ]. Dix-huit à Saint-Ouen. [... ]. Société des Carburants, Huilerie centrale, Huilerie Lesieur. [... ] À Paris. [... ]. 15 e arrondissement. [... ]. Le Caoutchouc Bergenot (150) ; Maison d'asphalte (180) [... ]. Près de ouvriers en grève à Bezons. [... ]. Joint Français. [... ]. À Puteaux, grévistes. [... ]. Hutchinson (1 200 ouvriers) [... ]. Parfumerie d'orsay (150). [... ]. 500 à l'air Liquide à Champigny. Après discussion avec la direction, les 500 ouvriers de l'air Liquide à Champigny ont cessé le travail à 17h30. Ils restent dans l'usine et observent la plus grande discipline. À 22h30, notre camarade Deloche, conseiller municipal de Joinville a pris la parole. [... ]. À Clichy et Levallois-Perret. [... ]. Accus SEM. [... ]. À Ivry-sur-Seine. [... ]. Produits chimiques : Lick, Lampe. [... ]. À Gennevilliers. [... ]. Les Accus SLM (une centaine d'ouvriers), Établissements Demmery, caoutchouc (200 ouvriers), Société des Huiles et Pétroles (350 à 400 ouvriers), Société des Huiles André (200 ouvriers), [... ]. SHGH (pétrole). À Vitry. [... ]. Pétroles SGHP. [... ] mars 1936, p Aux usines Goodrich, L'Humanité, n o 13680, 31 mai 1936, p Hier des dizaines de milliers d'ouvriers sont entrés en grève, L'Humanité, n o 13683, 3 juin 1936, p. 2.

139 juin De nouvelles victoires [... ]. Les ouvriers de la société l'air Liquide, située avenue Galliéni [à Bagnolet], ont obtenu satisfaction avec, toutefois, une réserve en ce qui concerne le contrat collectif juin Grève à Condat-le-Lardin Les quatre-cent-vingt ouvriers des établissements Progil, produits chimiques à Condat-le-Lardin (Dordogne), après avoir formé leur syndicat, ont présenté un projet de contrat collectif. Le patron ayant réclamé un long délai pour la réponse, le personnel, dans la proportion de 99 %, s'est mis en grève juillet Convocations [... ]. ARAC. [... ]. 18 e section. Ce soir, assemblée générale au 20 rue Ordener, à 20 heures 30. Pr. Pillot, député et Chabanon, de la Commission exécutive fédérale. [... ] juillet La lutte pour le pain. Des grèves! Des victoires! Une photographie d'une manifestation des ouvriers de la société Progil illustre l'article. En légende : Les ouvriers de la Société Progil, dans la Corrèze, fêtent leur victoire. Après sept jours de grève, ils ont obtenu des augmentations de salaires de trois francs cinquante à dix francs par jour septembre Aux employés et techniciens des industries chimiques De nombreuses questions nous sont posées en ce qui concerne la convention collective, catégorie employés et techniciens de la région parisienne. Nous demandons aux camarades d'être un peu patients. En eet, un accord vient d'être réalisé entre la Chambre syndicale patronale des pétroles et le représentant de la CGT, le camarade Finck. Cet accord stipule que la convention pour les employés de la région parisienne sera immédiatement commencée après celle des employés de la Basse-Seine actuellement en discussion. Ce n'est donc plus qu'une question de jours d'attente De nouvelles victoires, L'Humanité, n o 13684, 4 juin 1936, p Grève à Condat-le-Lardin, L'Humanité, n o 13693, 13 juin 1936, p Convocations, L'Humanité, n o 13712, 2 juillet 1936, p La lutte pour le pain. Des grèves! Des victoires!, L'Humanité, n o 13717, 7 juillet 1936, p. 5.

140 20. ANNÉE Édouard Finck septembre Les mariniers de chez Desmarais ont décidé la grève Hier soir, les mariniers de la Société des Pétroles Desmarais se sont réunis à Ivry et ont décidé la grève pour ce matin. Leur mouvement a pour but de protester contre le renvoi des femmes matelots septembre Les mariniers de la maison Desmarais sont en grève MM. Desmarais et C ie ont la prétention de violer à nouveau les accords conclus dans la marine uviale, qui doivent cesser d'être en vigueur à la signature du contrat collectif. Les mariniers de cette maison ont déjoué la man uvre de la direction et ont mandaté les représentants de leur syndicat pour régler le conit qui réside dans la suppression des femmes à bord des bateaux. Cette prétention est contraire à la convention signée le 21 juin 1936 au ministère des travaux publics. Hier avait lieu une réunion à Ivry où, devant l'intransigeance de la direction générale, qui refusa de recevoir les représentants du syndicat et violant d'autre part les accords Matignon. À l'issue de cette réunion, il fut décidé d'arrêter le travail et d'obtenir satisfaction. Les camarades Paravy et Martin, secrétaires du syndicat de la marine uviale, continuent les pourparlers pour éviter un conit qui pourrait s'étendre à l'ensemble des pétroliers. Toutes mesures seront prises pour localiser le mouvement chez Desmarais, mais savons que les mariniers, voyant ainsi violés leurs maigres avantages, se dressent contre ceux qui veulent encore essayer par tous les moyens de porter atteinte à leur organisation syndicale, seul moyen de défense des travailleurs. Pour le syndicat de la marine uviale, le secrétaire ; L. Paravy. P.S. Les camarades délégués désignés pour la discussion du contrat collectif doivent se réunir le vendredi 11 septembre à la Bourse du Travail, bureau 7, 5 e étage octobre La conférence d'information des industries chimiques La grande conférence d'information convoquée par le syndicat des industries chimiques de la région parisienne se tient dimanche prochain à neuf 187. Aux employés et techniciens des industries chimiques, L'Humanité, n o 13775, 3 septembre 1936, p Les mariniers de chez Desmarais ont décidé la grève, L'Humanité, n o 13781, 9 septembre 1936, p Les mariniers de la maison Desmarais sont en grève, L'Humanité, n o 13782, 10 septembre 1936, p. 5.

141 140 heures du matin à la Maison des Syndicats, 33 rue de la Grange-aux-Belles à Paris (10 e ). Ordre du jour : 1 o Examen de la situation. Les conventions collectives, par Plantin, secrétaire du syndicat. 2 o Tâches d'organisation, par Poulmarc'h, secrétaire du syndicat. 3 o Nos perspectives, par Finck, secrétaire général de la Fédération. 4 o Discours de Frachon, secrétaire de la CGT. Toutes les sections syndicales des industries rattachées au syndicat ouvrier des produits chimiques : pétroles, caoutchouc, parfumerie, abrasifs, couleurs et vernis, grande industrie chimique, piles-accus, isolants, produits d'entretien, vidange, papier-carbone, etc., doivent se faire représenter. Des mandats de délégués sont à la disposition des sections syndicales, les responsables doivent venir dès maintenant au siège du syndicat : Bourse du travail, 2 e étage, bureau octobre La grève des accus TEM à Saint- Ouen La direction de l'usine d'accumulateurs TEM, quai de Seine, à Saint- Ouen, ayant refusé de recevoir les délégués ouvriers, l'ensemble du personnel, en accord avec la Fédération des produits chimiques, a décidé en raison de cette violation du contrat collectif signé par cette société de recourir, après de multiples démarches, à la grève. Le vendredi 25 octobre, premier jour de grève, des forces imposantes de police étaient massées devant la porte d'entrée ; nos camarades furent l'objet de toutes sortes de menaces de certaines brigadiers ; on les obligea à quitter les lieux, an de ne pas gêner l'entrer de quelques jaunes. La police obéissait aux ordres donnés par la direction de l'usine TEM, et cela ouvertement. Le comité de grève est surpris de cette complicité imprévue, et attire là-dessus l'attention du gouvernement de Front populaire novembre Une délégation des syndicats parisiens se rend en Union soviétique Guédou, secrétaire du Syndicat des Produits Chimiques, y participe La conférence d'information des industries chimiques, L'Humanité, n o 13811, 9 octobre 1936, p La grève des accus TEM à Saint-Ouen, L'Humanité, n o 13829, 27 octobre 1936, p Une délégation des syndicats parisiens se rend en Union soviétique, L'Humanité, n o 13836, 3 novembre 1936, p. 7.

142 20. ANNÉE novembre Les grévistes de l'usine TEM vaincront! Dans les accumulateurs, le patronat a déclenché la grande attaque. Nos camarades des Établissements TEM ont été choisis parmi les premiers. À la suite d'un conit dans un atelier, la direction a refusé de recevoir les délégués ouvriers. Après plusieurs jours d'eorts pour tenter d'engager les pourparlers, les ouvriers, devant l'intransigeance patronale, ont décidé la grève. À la demande de notre syndicat des industries chimiques, et à la seule n de ne pas entraver l'action du gouvernement, ils ont accepté d'évacuer l'usine. Mais, depuis, sous la protection de la police, une trentaine de "jaunes", membres du syndicat professionnel travaillent. Plus de cent chômeurs recrutés par des ligues de droite ou des mairies factieuses (Saint-Denis en particulier), sont venus les rejoindre. Des grévistes ont été pourchassés et matraqués alors qu'ils participaient aux piquets de grève. De tels faits ont soulevé une grande indignation dans la classe ouvrière et plus particulièrement chez les ouvriers et ouvrières des usines d'accumulateurs. Le syndicat ouvrier des industries chimiques a protesté avec vigueur auprès des pouvoirs publics et des ministres intéressés. S'il a donné l'ordre aux ouvriers d'évacuer l'usine, le syndicat n'accepte jamais que l'on permette à des briseurs de grève aux ordres du grand patronat et des factieux de les remplacer dans l'établissement. Cette situation ne saurait durer. Il faut "neutraliser" les entreprises en grève, comme la CGT l'a demandé. Sinon, les ouvriers et leur syndicat prendront leurs responsabilités. Il faut que des sanctions sévères frappent les patrons violant les lois et les conventions collectives. Par solidarité avec leurs camarades des Établissements TEM qui luttent depuis longtemps déjà, les ouvriers et ouvrières des Piles Heintz et des Accumulateurs Fulmen sont à leur tour entrés en grève. Chez Dinin, Watt, SAFT, et dans toutes les usines d'accumulateurs, une certaine eervescence règne. Tous les travailleurs comprennent qu'après leurs camarades de l'usine TEM ce sera leur tour d'être frappés par le patronat. C'est pourquoi, ils organisent la solidarité et sont prêts à agir pour permettre à leurs camarades de vaincre. Dans le but d'exposer la situation et an de mettre tout en uvre pour vaincre cette contre-oensive patronale, le syndicat des industries chimiques organise un grand meeting demain 4 novembre à 20h30, salle Pelloutier, Maison des Syndicats, 8 avenue Mathurin-Moreau, Paris (19 e ). Finck, secrétaire de la Fédération ; Raynaud, secrétaire de l'union des syndicats et Racamond, secrétaire de la CGT interviendront. Notre syndicat entend, sans faiblir, défendre leurs légitimes revendications. Toutefois, nous demandons au gouvernement de prendre rapidement toutes les mesures pour empêcher la police de favoriser les briseurs de grève et pour imposer au patronat le respect des lois. Jean Poulmarc'h Les grévistes de l'usine TEM vaincront!, L'Humanité, n o 13836, 3 novembre

143 novembre Hier, le comité national des industries chimiques a terminé ses travaux Le Comité national de la Fédération des industries chimiques qui s'est tenu samedi et hier à la Maison des Syndicats, 33 rue de la Grange-aux-Belles, a revêtu une importance exceptionnelle. En eet, 310 délégués représentaient les 300 syndicats que groupe maintenant la Fédération avec plus de adhérents. La première séance, présidée par Poulmarc'h, secrétaire du syndicat de la région parisienne, a été consacrée au rapport de Finck, secrétaire général. Il a souligné l'eort développé par la Fédération au cours de ces derniers mois dans de multiples grèves et par la conclusion de conventions collective. Après l'important discours de Racamond, que nous avons cité hier, une résolution protestant contre l'odieuse exécution d'edgar André a été adoptée à l'unanimité. Dans la soirée de samedi, les délégués se sont réunis en diverses conférences professionnelles dans les salles de la Bourse du Travail. Hier, le comité national a poursuivi ses travaux et a précisé les tâches essentielles de la Fédération et des syndicats, le rôle des délégués ouvriers novembre Les assemblées syndicales Usines d'accumulateurs. Une réunion de tous les délégués aura lieu le lundi 9 novembre 1936 à 20h30 à la Bourse du Travail, salle B, 5 e étage. Présence assurée de Raynaud Henri, secrétaire de l'union des syndicats et d'un secrétaire du syndicat des produits chimiques. Le syndicat novembre 1936, Le conit des usines Fulmen Les ouvriers de cette usine protestent énergiquement contre les fausses accusations dont ils sont l'objet de la part de la presse bourgeoise. Quoi qu'en dise Chiappe, la naissance du mouvement dans cette maison est d'ordre tout à fait sérieux. 1 o Menace de renvoi d'un délégué ouvrier. 2 o Insulte envers un délégué (celui-ci fut traité de "poison" par le directeur). 3 o Refus par un chef de maîtrise l'accès de l'atelier à un délégué venant transmettre les réclamations d'un ouvrier. 4 o Diminution de 15 centimes (tarif horaire) à quatre ouvriers ayant changé de service et faisant le même travail. 1936, p Hier, le comité national des industries chimiques a terminé ses travaux, L'Humanité, n o 13842, 9 novembre 1936, p Les assemblées syndicales, L'Humanité, n o 13842, 9 novembre 1936, p. 5.

144 20. ANNÉE o Refus de recevoir la délégation ouvrière avec un représentant du syndicat des industries chimiques. 6 o Refus d'eectuer la paie du 15 au 31 qui devait avoir lieu le 7 novembre. 7 o Accusation portée par la direction à la préfecture de police. Visite de M. Cormeille, n o 431, pour visiter les lieux où soit-disant avait été abattu des b ufs, alors qu'il ne fut consommé qu'un mouton pour respecter la tradition des Nord-Africains. 8 o Mise immédiate en application du contrat collectif des usines d'accumulateurs. Le mouvement serait depuis longtemps terminé, si la direction avait accepté les pourparlers novembre La conférence nationale des produits chimiques a examiné les revendications des travailleurs. Le bureau fédéral a été élu à l'unanimité Dimanche toute la journée, à la Conférence nationale des produits chimiques, la discussion s'est poursuivie dans la plus grande atmosphère de fraternité. De nombreuses interventions, toutes empreintes d'une grande volonté de travail et de réalisation, ont donné à notre Conférence nationale l'aliment qu'attendaient nos délégués venus de tous les coins de France, d'algérie et de Tunisie. Les exemples donnés sur les conventions collectives montrent que pour notre industrie nos camarades ont, dans une large mesure, su réaliser l'objectif qu'attendaient les ouvriers. Toutes les conventions collectives, certes, ne sont pas parfaites. Les nombreuses interventions des délégués ont démontré des faiblesses, et, s'il y a eut quelques critiques, elles permettent à chacun d'en tirer prot au mieux des intérêts des travailleurs de notre industrie. Berckmoës (de Lille), apporta dans la discussion de bonnes initiatives, ainsi qu'un grand nombre de nos délégués des grandes rmes : Kuhlmann, Saint-Gobain, Bozel-Malétra, etc. Il en fut de même pour ceux des pétroles, explosifs, acides et des industries diverses. Le rapport d'organisation présenté par notre camarade Finck a réalisé l'approbation totale des 310 délégués présents à notre Conférence nationale. Pour l'application du programme du Rassemblement populaire Avant de se séparer, les délégués adoptèrent une résolution dont nous extrayons les passages suivants : La conférence fédérale demande : 1 o L'application la plus rapide de la semaine de quarante heures (y compris dans les colonies et pays de protectorat) ; 2 o En accord avec le bureau de la CGT, l'arbitrage obligatoire. En cas de conit, neutralisation des entreprises pendant la période des pourparlers. Elle proteste : contre la violation systématique des lois sociales et des 196. Le conit des usines Fulmen, L'Humanité, n o 13842, 9 novembre 1936, p. 5.

145 144 conventions collectives par le gros patronat et demande aux pouvoirs publics de prendre toutes les mesures indispensables pour faire cesser un tel état de choses. Résolument décidés à faire appliquer le programme du Rassemblement populaire, les délégués à la conférence fédérale s'engagent à lutter dans répit contre la guerre et le fascisme. Ils envoient leur salut fraternel à leurs frères d'espagne, qui se battent héroïquement pour la liberté et demandent immédiatement la levée du blocus. Le Bureau Le bureau fédéral suivant a été élu à l'unanimité. Secrétaire général : Édouard Finck ; trésorier : Vandenbossche ; secrétaire administratif : Baudouin ; Secrétaires : Rosarde, Plantin et Letellier novembre L'accord a été signé aux usines d'accumulateurs Fulmen Hier après-midi, se sont réunis au ministère de l'intérieur : Raynaud, de l'union des syndicats et Vidal, pour le syndicat des produits chimiques, avec la direction de l'usine Fulmen. L'évacuation de l'usine a eu lieu hier soir et la reprise du travail a eu lieu ce matin. La direction a exigé que pour certains camarades le cas soit soumis à la commission paritaire siégeant à l'hôtel de Ville novembre e jour de grève à la maison Delacoste Tous les conits actuels ont fait sentir aux ouvriers la nécessité que les lois sociales votées par le gouvernement de Front populaire soient complétées par des mesures de répression à l'égard des contrevenants. La responsabilité du conit des Établissements Delacoste incombe uniquement au patron qui a violé la convention collective en collant des aches dans l'établissement qui restreignent les droits légaux des délégués ouvriers et en renvoyant le responsable de la section syndicale. Les ouvriers ont tenté par tous les moyens de concilier les deux points de vue, s'orant même à faire arbitrer ce conit avant tout incident par le sous-préfet de Pontoise. M. Delacoste a refusé et depuis dix-sept jours, cinq cents familles sont dans la misère. Le commerce local est paralysé et les nances communales, déjà en diculté, ont à supporter la charge des familles de grévistes qui sont absolument sans ressources. À trois reprises déjà, le sous-préfet de Pontoise a convoqué la direction à des 197. La conférence nationale des produits chimiques a examiné les revendications des travailleurs. Le bureau fédéral a été élu à l'unanimité, L'Humanité, n o 13843, 10 novembre 1936, p L'accord a été signé aux usines d'accumulateurs Fulmen, L'Humanité, n o 13843, 10 novembre 1936, p. 5.

146 20. ANNÉE ns de conciliation. On n'a même pas daigné répondre à cet appel, et cela bien que les ouvriers aient montré un grand esprit conciliateur en évacuant l'usine, permettant l'entrée du personnel nécessaire à la nition des travaux en cours, en laissant rentrer une partie du personnel de bureau et en permettant à une équipe d'ouvriers de vider les tuyauteries et les chaudières pour éviter les accidents en cas de gel. Pour le syndicat, un secrétaire adjoint : Carasso novembre La mort de Tahar Acherchour L'ouvrier algérien Tahar Acherchour a succombé! Il avait 28 ans. De toutes ses forces, il voulait vivre. Vivre pour ses camarades de travail, que de son lit de douleur, il trouvait la force d'exhorter à continuer jusqu'à ce que justice leur soit rendue! Vivre pour que tous, ceux de son usine, ceux de toute la France, ceux d'afrique du Nord, travailleurs français et travailleurs algériens, soient chaque jour plus fraternellement unis dans la lutte pour le pain et la vie. Il voulait aussi vivre pour les siens, pour sa femme et son ls, qu'il dut laisser là-bas, dans cette Algérie pleine de soleil, mais trop pleine aussi de misère, pour venir ici leur gagner un morceau de pain. Mais la balle du patron assassin qui voulait sa mort et celle de tous ses camarades par la famine et par le plomb, la balle du patron fasciste a été plus forte que sa soif de vivre. Avec ses camarades algériens, tous les travailleurs le pleurent, son deuil est celui des ouvriers de la région parisienne. C'est pourquoi, ils ont pris à leur charge d'honorer sa mémoire par des obsèques que seule la grande famille des travailleurs sait faire aux siens. Par dizaines de milliers, les travailleurs de Paris suivront dimanche prochain la dépouille mortelle de Tahar Acherchour, mêlés fraternellement aux milliers et aux milliers de travailleurs nord-africains. Pour en nir avec les calomnies de certains journaux Dans le but d'eacer la culpabilité de l'assassin, la presse continue à armer que la victime et les ouvriers étaient armés. Il faut une fois pour toutes en nir avec ces légendes mensongères! Nous avons pu voir hier le commissaire de police de Clichy qui, on le sait, fut sur les lieux dès les premiers moments. Ce fonctionnaire a bien voulu nous préciser les points suivants : 1 o On a bien trouvé une cartouche de 6,35 dans les vêtements d'acherchour, mais hier seulement, c'est-à-dire 24 heures après le drame. Et puis, a-t-il ajouté, de là à armer que le malheureux était armé, il y a un monde... C'est aussi notre avis, ce sera celui de toute personne sensée ; 2 o On a bien trouvé des douilles éjectées, mais rien ne permet d'armer qu'elles provenaient de coups de feu tirés par les grévistes ; e jour de grève à la maison Delacoste, L'Humanité, n o 13846, 13 novembre 1936, p. 5.

147 146 3 o Tous les grévistes ont été fouillés immédiatement après l'attaque. Paul Cusimberghe avait prémédité En ce qui concerne la préméditation du guet-apens, notre enquête nous a fait découvrir des faits importants, que nous soumettons aux réexions du magistrat instructeur. La commission de conit s'est réunie le mercredi 18 courant. Or, le 17, deux camions pleins de briseurs de grève stationnèrent longuement devant le grand portail. L'assassin, Paul Cusimberghe, aidé de deux employés, membres des Jeunesses patriotes, voulut à tout prix ouvrir la porte pour les faire pénétrer dans l'usine. Naturellement, le piquet de grève s'y opposa calmement, mais fermement. Alors, Paul Cusimberghe insulta ordurièrement les ouvriers, les traita de voleurs d'usine ; il alla même jusqu'à leur dire : "Allez-y, allez-y, frappez-moi et l'on verra!" Il cherchait donc visiblement à provoquer les ouvriers à la violence pour, ensuite, en faire état devant la commission des conits. Un communiqué des syndicats Nous avons reçu hier le communiqué suivant que nous insérons bien volontiers intégralement : Une délégation du syndicat des produits chimiques, de la Fédération des industries chimiques et de l'union des syndicats ouvriers de la région parisienne, composée de Finck, Rosarde, de la Fédération ; Poulmarc'h Coignas du syndicat et Henri Raynaud, de l'union des syndicats, a été reçu hier matin à la présidence du Conseil. Elle a entretenu la présidence de l'émotion considérable que développent dans les usines les provocations et agressions fascistes soutenues et même organisées par certains patrons et en particulier par l'assassinat de l'ouvrier Acherchour, à l'usine de Stéarine de Clichy. La délégation a demandé au gouvernement que tout le nécessaire soit fait très rapidement pour démasquer et arrêter les man uvres intolérables très dangereuses pour la paix publique. La délégation a indiqué que le Syndicat des produits chimiques, la Fédération et l'union des syndicats avaient décidé de prendre en mains les frais d'enterrement de l'ouvrier Acherchour et de procéder dimanche 29 novembre après-midi au transfert solennel du corps de l'ouvrier Acherchour à la gare de Lyon à destination de l'algérie où auront lieu les obsèques. La délégation a également entretenu la présidence de la situation dans les produits chimiques et particulièrement sur les quarante heures et le problème des allocations familiales pour les travailleurs nord-africains dont les familles résident en Algérie. L'émotion de la classe ouvrière D'autre part, nous avons également reçu un grand nombre de motions qui, toutes, étrissent l'acte sauvage du patron assassin et réclament l'action énergique du gouvernement contre les patrons qui sabotent les lois sociales et assassinent les travailleurs. Parmi elles, citons celle adoptée par le congrès de la Fédération des métaux, de la cellule communiste Dupleix, du 15 e

148 20. ANNÉE rayon, de la section syndicale de la Compagnie des Avions Henriot, etc. En- n, le Secours Populaire de France a oert une allocation de 500 francs à la malheureuse famille de Tahar Acherchour, ainsi du reste que le syndicat des Produits chimiques. Le meeting de protestation à Clichy auditeurs se pressaient dans la salle des Fêtes pour protester contre l'agression de lundi. Les camarades Poulmarc'h et Finck des produits chimiques ; Maurice Naile, conseiller général de la Seine ; Honel, député communiste de la circonscription ; Bouchafa, au nom du comité de coordination ; Bothereau, secrétaire de la CGT et Henri Raynaud, des syndicats de la Seine ; Bureau, du Secours Populaire de France et un camarade de l'étoile Nord-Africaine. Ces camarades ont étri l'assassinat du camarade Tahar Acherchour et exigé du gouvernement la mise en application eective des lois sociales et la dissolution eective des ligues fascistes et demande la levée du blocus contre le peuple espagnol novembre Après l'assassinat fasciste de Clichy. Paris prépare à Tahar Acherchour d'émouvantes et grandioses funérailles Interrogé par le juge d'instruction, Paul Cusimberghe a reconnu implicitement avoir prémédité son geste criminel. Hier après-midi, le patron assassin Paul Cusimberghe a été interrogé par M. Barrué, juge d'instruction. En premier lieu, il eut le front de prétendre qu'il n'appartenait à aucun parti politique, alors qu'il est trésorier de la 18 e section du Parti Social Français. Mais il a, par contre, tout en se défendant avec embarras, conrmé la préméditation de l'ignoble agression à laquelle il s'est livré. En eet, il a reconnu "n'avoir pas dissimulé aux arrivants que l'usine était occupé et leur avoir demandé de venir sans armes". Qu'est-ce à dire? D'abord que Paul Cusimberghe prévoyait des incidents et qu'il est froidement allé au-devant. Ensuite, on voudrait bien connaître ces singuliers ouvriers des produits chimiques à qui l'on doit faire, à l'embauche, la recommandation expresse de ne point de munir d'armes. Nous ignorions, quant à nous qu'il était indispensable d'avoir un revolver pour fabriquer du savon. Toute la suite de sa déposition n'est qu'un fatras de dénégations, de mensonges, de contradictions criardes. La vérité est claire. Patron et fasciste, Paul Cusimberghe sabotait les lois sociales. Aidé par des nervis de son parti, il voulut "vider", suivant l'expression même de ses hommes de main, les grévistes qui occupaient les locaux. Et, revolver au poing, il exécuta froidement un travailleur algérien. Il doit recevoir un châtiment exemplaire! Du reste, l'émotion grandit dans le pays. De tous les coins de la France, nous parviennent chaque jour des 200. La mort de Tahar Acherchour, L'Humanité, n o 13859, 26 novembre 1936, p. 2.

149 148 organisations syndicales les plus diverses qui, toutes, réclament une action énergique du gouvernement. Compatissant, le peuple laborieux de notre pays se penche avec émotion sur le cadavre de Tahar Acherchour. Il arme ainsi son étroite solidarité avec les innombrables travailleurs nord-africains qui se sont expatriés pour venir dans la métropole gagner le morceau de pain quotidien de leur femme et de leurs enfants. Il partage leur douleur, les défend contre l'odieuse exploitation dont ils sont victimes et, dans le cas présent, réclame avec véhémence que justice soit rendue et que l'assassin soit châtié! Aussi, comme ils seront nombreux dimanche les travailleurs français et algériens qui voudront dire un dernier adieu au malheureux Acherchour. Dès ce matin, c'est par milliers qu'ils déleront à la Maison des Syndicats, 8 avenue Mathurin-Moreau, où la dépouille mortelle sera exposée. Et, après-demain, en un long et recueilli cortège, ils conduiront Tahar Acherchour à la gare de Lyon, d'où il partira pour sa terre natale an d'y être inhumé. Ces obsèques seront faites aux frais du syndicat et de la Fédération des produits chimiques et de l'union des syndicats de la région parisienne novembre En masse derrière le corps d'acherchour! Les travailleurs de la région parisienne feront demain d'imposantes funérailles à leur camarade algérien tué par le patron fasciste Cusimberghe. La dépouille mortelle sera exposée aujourd'hui à la Maison des Syndicats, 33 rue de la Grange-aux-Belles de neuf heures à dix-neuf heures. Les travailleurs de la région parisienne suivent avec attention l'enquête qui se poursuit sur le crime fasciste de Clichy, car ils veulent que justice soit faite. Aujourd'hui, cette volonté animera tous ceux qui vont tout à l'heure aller déler devant le corps du camarade Acherchour, tué par son patron. Le catafalque sera dressé à la Maison des Syndicats, 8 avenue Mathurin- Moreau, dans la salle Pelloutier. Le syndicat des produits chimiques a voulu donner tout son caractère à cette cérémonie funèbre ; la garde d'honneur sera uniquement composée de camarades algériens qui veilleront jusqu'à son départ, sur la dépouille mortelle de leur frère. Quelle poignante émotion va remplir le c ur de ces hommes lorsqu'ils verront déler devant eux les ouvriers et ouvrières de Paris et de sa banlieue! Car il est certain que tous les syndicats, tous les partis, toutes les organisations amies viendront là apporter à celui qui s'en va et à ceux des siens qui restent, leur témoignage de solidarité et de fraternité devant la mort comme dans les combats de tous les jours. Tous ils viendront saluer une dernière fois leur frère de classe, tué sur le front du travail en accomplissant son devoir de prolétaire. Et dimanche, 201. Après l'assassinat fasciste de Clichy. Paris prépare à Tahar Acherchour d'émouvantes et grandioses funérailles, L'Humanité, n o 13860, 27 novembre 1936, p. 1 et 7. Une photographie accompagne l'article avec pour légende : Un jour de grève à l'usine Cusimberghe.

150 20. ANNÉE rassemblé derrière le convoi qui le conduira à sa dernière demeure, Paris ouvrier rendra un dernier hommage à l'un des siens, à Tahar Acherchour, victime du fascisme assassin. N.B. Toutes les couronnes ou gerbes devront être déposées et centralisées dans la salle Pelloutier, autour du catafalque novembre Tué par son patron fasciste, Tahar Acherchour part ce soir pour sa terre natale Les travailleurs parisiens et nord-africains, accourus en foule assister aux obsèques, rendront à leur camarade un dernier et émouvant hommage. Interrogé à nouveau par le juge d'instruction, Paul Cusimberghe ment à nouveau et se contredit. Émouvant délé devant le corps d'acherchour Conduite par le camarade Couegnas, secrétaire, la délégation prévue par le syndicat des produits chimiques pour l'organisation des obsèques du regretté Acherchour, s'est présentée hier matin, dès huit heures, à l'institut médico-légal pour assister à la levée du corps. Les formalités remplies, l'imam t la toilette rituelle et la dépouille mortelle s'achemina vers la place du Combat, où elle fut exposée. Les condoléances des travailleurs parisiens La salle funèbre se trouvait dans les anciens magasins de la Bellevilloise, au coin de la place et de l'avenue Mathurin-Moreau. De nombreux drapeaux rouges abaissent leurs franges dorées sur le catafalque. Ce sont les drapeaux des syndicats des Pompes funèbres, du bâtiment, de la boucherie, des égoutiers, etc. De nombreuses couronnes, dont beaucoup sont magniques, sont déjà déposées autour de la bière ainsi que de nombreuse gerbes anonymes. Voici l'envoi des ouvriers de chez Renault, de chez Roux-Combaluzier, section syndicale des travailleurs municipaux, des produits chimiques, du conseil municipal de Clichy, du Parti communiste, de l'assistance publique et nombre d'autres que nous regrettons de ne pouvoir citer. Impressionnante garde d'honneur Au milieu de toutes ces marques de sympathie des travailleurs de la région parisienne, la garde d'honneur est là, immobile, impressionnante ; car on voit à côté des camarades algériens, des représentants indochinois et les représentants des travailleurs nègres. C'est devant ces hommes de races si diérentes, mais unis par leur idéal de justice humaine et de progrès social, que va déler le Paris ouvrier, populaire et républicain. Voici des femmes qui, 202. En masse derrière le corps d'acherchour!, L'Humanité, n o 13861, 28 novembre 1936, p. 1.

151 150 les yeux gros de larmes, apportent une humble gerbe ; une maman pousse devant elle deux bambins, elle leur cause doucement à l'oreille et tous les trois saluent ensemble ; une ménagère, le let à provisions sous le bras, passe devant nous suivie de vieux travailleurs pleins d'émotion, beaucoup de femmes encore dont quelques-unes se signent simplement, rendant à leur manière hommage à notre camarade défunt. Les obsèques Les obsèques du camarade Acherchour auront lieu aujourd'hui 29 novembre, à 14 heures très précises. Sa dépouille sera portée en gare de Lyon pour être acheminée en Algérie. Le cortège partira de la Maison des syndicats, 8 avenue Mathurin-Moreau, à 14 heures très précises pour se rendre à la gare de Lyon. L'itinéraire suivant a été xé : place du Combat, rue Claude-Vellefaux, avenue Parmentier, place Voltaire, avenue Ledru-Rollin, avenue Daumesnil, gare de Lyon. Ordre du cortège Les drapeaux du syndicat des produits chimiques et de la Fédération des produits chimiques ; le Conseil syndical des produits chimiques ; la commission exécutive de la Fédération des produits chimiques ; la commission administrative de la CGT et de l'union des syndicats ouvriers de la région parisienne, le fourgon funéraire, la famille. Premier groupe. Les nord-africains (concentration boulevard de la Villette, tête place du Combat), avec leurs drapeaux et banderoles. Comité du rassemblement indochinois en France. L'Union des travailleurs nègres. Deuxième groupe. Les travailleurs du syndicat des produits chimiques (concentration à partir de l'angle de la rue Asselin et du Boulevard de la Villette). Troisième groupe. Les autres syndicats dans l'ordre suivant : les syndicats des industries privées, les syndicats des services publics et des transports (concentration à partir de l'angle de la rue Rébéval et du boulevard de la Villette, tout le long de boulevard et du boulevard de Belleville). Quatrième groupe. Les organisations anti-fascistes et culturelles (concentration à partir de l'angle de la rue de Ménilmontant et du boulevard de Ménilmontant). Cinquième groupe. Les travailleurs des divers partis et groupements des localités de banlieue et des arrondissements de Paris-Ville : banlieue ouest, banlieue sud, banlieue nord, banlieue est, Paris-Ville (concentration à partir de l'angle du boulevard de Ménilmontant et de l'avenue Gambetta). Les camarades du service d'ordre des syndicats, et en particulier celui des Produits chimiques, doivent se trouver à 13h15 au plus tard à la Maison des Syndicats, 8 avenue Mathurin-Moreau, aujourd'hui dimanche, 29 novembre. Appels des organisations

152 20. ANNÉE Le syndicat des techniciens et employés des produits chimiques de la région parisienne invite ses membres à se rassembler derrière la banderole du syndicat, à la suite du syndicat ouvrier des industries chimiques. La ligue anti-impérialiste, dénonçant les tentatives des ligues fascistes d'utiliser les travailleurs coloniaux comme mercenaires pour leurs ns de guerre civile contre les ouvriers français, invite les travailleurs groupés dans le Front populaire à honorer dignement la mémoire de leur frère nord-africain assassiné. Employés : service d'ordre, 13h15, 8 avenue Mathurin-Moreau. Charbonniers : 13h15, quai de Loire, 98, chez Cor. Casquettiers : 13h30, annexe 67 rue Turbigo. Avions Henriot : 13h30, sortie métro Belleville. Meeting de protestation Un grand meeting de protestation se tiendra mardi 1 er décembre à 20h30 salle de l'union des syndicats, 33 rue de la Grange-aux-Belles. Y prendront la parole : Mahidine, du Groupe communiste nord-africain ; Houel, député de Clichy ; M e Hazze, avocat à la cour ; Deloche, du parti communiste ; Francis Jourdain, Paix et Liberté ; El Maghrebi, du Parti jeune-marocain. Explications mensongères du meurtrier Le patron assassin Cusimberghe, assisté de son défenseur, a été interrogé de nouveau hier par le juge d'instruction. Il expliqua comment il avait fait pénétrer dans son pavillon son équipe de nervis en précisant qu'il avait été contraint d'employer ce moyen pour entrer dans l'usine, persuadé que les occupants seraient "intimidés" par la venue d'une équipe aussi importante. Or, Cusimberghe ment avec cynisme car il savait très bien que ce ne serait pas par l'intimidation qu'il pourrait entrer dans l'usine ; n'a-t-il pas déclaré, jeudi, au même juge d'instruction, qu'il demanda à ses acolytes de venir sans armes (!) en prévision des incidents possibles? L'assassin d'acherchour arma par la suite avoir tiré en l'air et non horizontalement. C'est encore un mensonge, car la balle qui a tué Acherchour sortait de son arme. Le triste sire cherche visiblement à s'innocenter en variant ses déclarations décembre Après les incidents d'asnièressur-oise. Une précision du syndicat des produits chimiques Il est absolument nécessaire de revenir sur les incidents que, sciemment, la direction des établissements Delacoste a fait éclater dans cette tranquille localité d'asnières-sur-oise. Les ouvriers ne cessent pas d'entourer leurs luttes de toutes les dispositions possibles an que continue à régner l'ordre et que nul incident ne puisse être utilisé contre le gouvernement de Front 203. Tué par son patron fasciste, Tahar Acherchour part ce soir pour sa terre natale, L'Humanité, n o 13862, 29 novembre 1936, p. 7. Un portrait de Tahar Archerchour accompagne l'article avec pour légende : Notre regretté camarade Tahar Acherchour.

153 152 populaire. Lors des grèves, ces ouvriers ont accepté de faire 10 % de travail en plus en échange de leurs salaires augmentés. À la déclaration des patrons eux-mêmes, les ouvriers ont atteint 12 % de travail supplémentaire. À cette concession unique dans les annales des grèves, les patrons ont répondu par un lock-out en septembre parce que les ouvriers refusaient de signer un abattement de 20 % sur leurs salaires. Quand la convention collective du caoutchouc fut signée, M. Delacoste prétendit chasser de son usine le responsable syndical qui avait mené la grève de juin. Cet ouvrier, seul serrurier de métier sur 450 ouvriers, faisait partie du personnel depuis neuf ans. Rien ne put faire revenir la direction sur sa décision. Les ouvriers débrayèrent donc après une dernière tentative de conciliation. Ils proposaient de faire arbitrer ce diérend par le sous-préfet de Pontoise ou le préfet de Seine-et-Oise. Rien n'y t et il fallut recourir à la grève. Depuis quarante-deux jours, M. Delacoste refusa toutes les tentatives de conciliation des autorités. Les deux parties ayant été convoquées à trois reprises par le sous-préfet de Pontoise, seuls les délégués des ouvriers se présentèrent. Une tentative de conciliation de la commission paritaire échoua, les ouvriers s'étant présentés seuls. La vérité est que M. Delacoste veut user des solutions de force et il a fait préparer et préméditer de longue date cette agression que les ouvriers ont éventée et fait échouer. Sous menace d'être rayés du chômage, quarante ouvriers convoqués pour travailler se sont présentés devant l'usine et une dizaine se mirent à frapper les femmes qui leur demandaient de renoncer à briser cette grève qui a tant coûté de privations aux ouvriers. Ce fut alors la bagarre où se distinguèrent deux contremaîtres. Toute une région est soumise à une paralysie extraordinaire dont des milliers de personnes sourent : commerçants, ouvriers, petits artisans, etc... Les commerçants de Viarmes et d'asnières, unanimes, ont signé une pétition protestant contre l'attitude de M. Delacoste dont la mauvaise volonté manifeste les met dans des dicultés telles que, pour la plupart, ils ne pourront payer leurs impôts en janvier, ont-ils déclaré au sous-préfet de Pontoise. Un des secrétaires du syndicat des produits chimiques : Jean Carasso décembre Dernière heure. Vers un accord dans la grève d'asnières-sur-oise Après les incidents qui accompagnèrent hier matin la rentrée partielle chez Delacoste, à Asnières-sur-Oise, une vive eervescence règne dans la région. Sur l'intervention de notre camarade Demusois, député de la circonscription, des pourparlers se sont engagés entre lui, le sous-préfet de Pontoise, Carasso et Vidal, secrétaires du syndicat des produits chimiques, les délégués patronaux et le commissaire spécial Wantome. La réponse dénitive sur le réembauchage total du personnel sera donné aujourd'hui à midi. Le 204. Après les incidents d'asnières-sur-oise. Une précision du syndicat des produits chimiques, L'Humanité, n o 13874, 11 décembre 1936, p. 5.

154 20. ANNÉE sous-préfet s'est engagé à retirer les forces de police qui ont hier permis la rentrée des non-grévistes. (les lecteurs de nos éditions parisiennes trouveront en cinquième page un examen de cette grève) décembre Scandaleuse attitude du sous- Préfet de Pontoise dans le conit des usines Delacoste à Asnières-sur-Oise Alors qu'elles étaient en grève depuis plus de quarante jours, les usines Delacoste, sises à Asnières-sur-Oise, ont repris le travail hier matin. Le patron avait envoyé des convocations individuelles à certains de ses employés, ainsi qu'à un grand nombre de personnes qui n'appartenaient pas précédemment au personnel de l'entreprise. Tandis que plusieurs dizaines d'anciens employés, dont certains avaient dix, quinze et vingt ans de maison, n'étaient pas réembauchés. Or, l'usine entière avait précisément interrompu le travail pour renvoi injustié du délégué syndical, ce qui constituait indiscutablement une violation du contrat collectif signé en juin dernier. De nombreux travailleurs se solidarisèrent donc une nouvelle fois avec ceux que la direction ne voulait pas réembaucher, pour des raisons extra-professionnelles. C'est à ce moment que la gendarmerie intervint et imposa par la force l'entrée de quelques dizaines d'individus, inconnus d'ailleurs de tous les ouvriers de l'usine. Ce que voyant, tous ceux qui avaient été convoqués entrèrent à leur tour, sur le conseil des délégués syndicaux qui étaient sur place et empêchèrent que le légitime mécontentement des travailleurs ainsi révoqués n'amène un grave incident. Il est permis tout de même de s'étonner que le sous-préfet de Pontoise ait envoyé des forces de police pour contraindre les ouvriers à reprendre le travail. Il sait cependant fort bien que, si le conit a éclaté, c'est par la faute de M. Delacoste. Il sait mieux encore que s'il n'est pas encore résolu, c'est aussi par la faute de M. Delacoste qui, convoqué trois fois par le sous-préfet lui-même, a chaque fois refusé avec insolence de discuter avec le représentant qualié du gouvernement. Les travailleurs d'asnières-sur-oise étaient indignés de cette scandaleuse attitude que rien ne justie, si ce n'est le trop évident désir de faciliter la besogne de sabotage des lois sociales que M. Delacoste poursuit depuis le mois de juin décembre La grève d'asnières-sur-oise Au moment où nous mettons sous presse, nous apprenons : À la suite de l'introduction dans l'usine, au début de la grève, de gens en partie étrangers au personnel, l'indignation des ouvriers grévistes s'est traduite, hier matin, 205. Dernière heure. Vers un accord dans la grève d'asnière-sur-oise, L'Humanité, n o 13879, 16 décembre 1936, p Scandaleuse attitude du sous-préfet de Pontoise dans le conit des usines Delacoste à Asnières-sur-Oise, L'Humanité, n o 13879, 16 décembre 1936, p. 5.

155 154 par l'occupation de l'usine sans incidents notables. Par crainte d'une agression dans le genre de celle de Clichy, les responsables du syndicat, sur place, ont demandé que la préfecture prenne ses responsabilités en envoyant des forces de police. Ce qui a été fait. Pour le syndicat : Carasso-Vidal décembre Pour l'application des quarante heures. Une délégation de la Fédération des industries chimiques a été reçue au ministère du Travail Une délégation composée des camarades Finck, Letellier, Rosarde, secrétaires de la Fédération ; Couegnas, Guédou, secrétaires du syndicat des produits chimiques de la région parisienne a été reçue le 15 décembre aprèsmidi au ministère du Travail. Elle a entretenu M. Piquemal de l'application de la semaine de quarante heures dans notre industrie. Il a été d'accord pour considérer que notre industrie est une de celles qui, par le caractère des travaux insalubres qui s'y eectuent, nécessite une discussion rapide de cette importante question. D'autre part, il a indiqué à la délégation que nous pourrions avoir vers la n de la semaine un entretien téléphonique et examiner avec le ministère du Travail, les moyens pratiques de voir rapidement sortir le décret de promulgation. Elle a également entretenu M. Piquemal de diérentes questions intéressant particulièrement certaines catégories d'ouvriers de notre industrie, ceux des mines de sel, ainsi que la situation de nos camarades d'algérie, Tunisie, Maroc. Elle a également insisté sur l'augmentation du coût de la vie. La Fédération des Industries chimiques Année novembre Un meeting des travailleurs de l'industrie du lm Demain matin, à 9 heures 30, aura lieu à la Bourse du Travail, un grand meeting auquel tous les travailleurs du lm sont priés d'assister. Orateurs : Raymond Le Bourre, secrétaire général du Comité interfédéral du cinéma ; Bailly, secrétaire adjoint à la Fédération du spectacle ; Robert Jarville, secrétaire de la section fédérale de l'industrie du lm, au nom de la Fédération des industries chimiques et Pierre Delon, secrétaire de la Fédération nationale des employés La grève d'asnières-sur-oise, L'Humanité, n o 13881, 18 décembre 1936, p Pour l'application des quarante heures. Une délégation de la Fédération des industries chimiques a été reçue au ministère du Travail, L'Humanité, n o 13881, 18 décembre 1936, p Un meeting des travailleurs de l'industrie du lm, L'Humanité, n o 14222, 26 novembre 1937, p. 5.

156 21. ANNÉE décembre Un conit éclate à la suite d'un licenciement aux usines Goodrich Une grève a éclaté hier matin aux Établissements Goodrich. Ce con- it intéresse deux mille ouvriers, employés et techniciens. Un grave mécontentement régnait, depuis plusieurs mois, en raison du rendement inhumain imposé par le système Bedeau et, ces temps derniers, brimades, violations de sentences, licenciements se sont multipliés. Depuis quatorze jours, des négociations avaient été engagées pour faire réintégrer un ouvrier renvoyé injustement. Les délégués, accompagnés de Carasso, secrétaire du syndicat, avaient obtenu sa réintégration dans un autre poste avec le même salaire. Deux jours après, la direction revenait sur sa décision et maintenait le renvoi. Les ouvriers ont déposé leur cahier de revendications à la direction et ils attendent, dans l'usine, la réponse des Établissements Goodrich décembre Des dizaines de milliers de travailleurs empêchent l'évacuation par la police des usines de pneus Goodrich Depuis le 15 décembre, les ouvriers des usines Goodrich, à Colombes, sont en grève. Le conit fut déclenché par le renvoi d'un ouvrier ; depuis longtemps, le personnel avait déposé un cahier de revendication protestant notamment contre l'application du système Bedeaux. Aucune réponse ne fut donnée par la direction aux demandes des ouvriers. Les renvois se succédaient. L'ouvrier dont le licenciement a provoqué le conit avait déjà été l'objet d'attaques de la direction, et licencié pour un motif futile. Grâce à l'intervention du syndicat, il fut réembauché, mais au moment de reprendre le travail, la direction monta de toute pièces l'accusation imaginaire de l'installation d'un poste d'écoute téléphonique clandestin. À cinq heures du matin, les sirènes retentissent Hier matin à cinq heures, les habitants de Colombes étaient tirés de leur sommeil par les sirènes des usines Goodrich. Les ouvriers occupant l'usine venaient de constater l'encerclement de celle-ci par d'importantes forces de police, gardes mobiles et agents, venues avec l'intention de leur faire évacuer les lieux. Les ouvriers étaient fermement décidés à résister. Des événements graves étaient à craindre si la police employait la force. Le long du mur de l'usine, les gardes mobiles forment la chaîne et interdisent l'accès du trottoir. Sous la pluie froide, les ouvriers des usines environnantes se massent de plus en plus nombreux sur le trottoir opposé, encourageant leurs camarades et les assurant de leur entière solidarité. Les grévistes, le torse émergeant au-dessus du mur, ou bien aux fenêtres des ateliers, répondent au salut de leurs cama Un conit éclate à la suite d'un licenciement aux usines Goodrich, L'Humanité, n o 14242, 16 décembre 1937, p. 5.

157 156 rades, et pleins de sang-froid, attendent l'assaut qui doit avoir lieu, dit-on, vers midi. Plusieurs haut-parleurs sont installés sur les murs et dirigés en direction de la rue. Carasso, secrétaire du syndicat des industries chimiques de la région parisienne, est à l'intérieur de l'usine, et fréquemment sa voix s'élève, ampliée, tenant ceux de l'intérieur et de l'extérieur au courant des événements et de la conduite à suivre. Waldeck-Rochet, député communiste de Colombes ; Neveu, conseiller général ; Poulmarc'h, secrétaire général du syndicat des industries chimiques et Baillet sont sur les lieux. La foule devient de plus en plus dense. Le travail cesse dans les usines environnantes Les ouvriers de nombreuses usines, apprenant les événements, ont cessé le travail et arrivent par groupes de plus en plus nombreux. Toutes les usines sont débrayées : Gnome-et-Rhône, Alstom, La Lorraine, Ericson, etc. Les hauts-parleurs nous envoient les accents de l'internationale reprise en c ur. Le trottoir opposé à l'usine est maintenant noir de monde. La voix des hautparleurs s'élèvent : "Les femmes qui veulent quitter l'usine peuvent sortir!" Midi approche, la circulation devient dicile sur la route. De nombreux cars de gardes mobiles arrivent, mais ce n'est qu'une relève. La solidarité ouvrière Les délégués des usines de la région sont rassemblés dans un petit café et décident de se tenir prêts à la première alarme. Voici maintenant venir sur la route un long cortège : ce sont les ouvriers des usines Hispano-Suiza qui s'avancent précédés d'une large banderole et jusqu'au soir ce sera un délé de groupes des usines de Colombes, Argenteuil, Asnières et même Bezon. Des dizaines de milliers de travailleurs sont là Le soir est tombé, des dizaines de milliers de travailleurs occupent la rue, la circulation des autobus a été détournée, les haut-parleurs indiquent maintenant le résultat des diverses entrevues qui ont eu lieu dans la journée, tant au ministère du travail, de l'intérieur qu'à la présidence du conseil décembre Une manifestation improvisée Carasso, le dévoué secrétaire du syndicat, parle au micro. Tous écoutent avec une attention soutenue l'exposé de notre camarade. Il fait l'historique de la grève, rappelle les brimades et les vexations qu'ont subies les ouvriers. Il démontre la stupidité de l'accusation qui a servi à la direction pour eectuer le renvoi d'un ouvrier consciencieux, père de trois enfants. Après avoir exprimé sa conance dans l'ecacité de l'occupation des lieux de travail, Carasso dit sa foi dans le prochaine victoire des ouvriers. Il remercie 211. Des dizaines de milliers de travailleurs empêchent l'évacuation par la police des usines de pneus Goodrich, L'Humanité, n o 14250, 24 décembre 1937, p. 5.

158 21. ANNÉE les nombreuses organisations qui ont marqué leur solidarité matérielle et morale. Carasso a le ferme espoir d'obtenir une solution rapide du conit par les négociations qui se poursuivent. Mais, dit-il, pendant les entrevues de nos camarades avec les représentants du gouvernement, nous resteront dans l'usine jusqu'à l'aboutissement complet de nos revendications. Waldeck-Rochet On entend ensuite le camarade Poulmarc'h, secrétaire général du syndicat, puis le speaker annonce Waldeck-Rochet, député de la circonscription. Une longue ovation retentit, puis notre camarade fait une allocution fréquemment hachée d'applaudissements. Après avoir apporté le salut du groupe parlementaire aux ouvriers en lutte, il poursuit : "Nous, élus de la classe ouvrière, nous n'admettrons jamais qu'un gouvernement de Front populaire puisse utiliser la violence contre les travailleurs". Un premier résultat Puis, il fait le compte-rendu des entretiens qui se sont poursuivis au ministère de l'intérieur et à la présidence du Conseil. Un premier résultat a été obtenu. En eet, l'évacuation de l'usine par la force avait été envisagée pour midi. À la suite de la protestation énergique et en raison, surtout de la solidarité des travailleurs des usines environnantes qui s'est exprimée, le président du Conseil a abandonné la mesure qui avait été envisagée. Application des lois Après avoir exalté la manifestation spontanée de solidarité par les travailleurs de la région parisienne, Waldeck-Rochet poursuit : "Il ne s'agit pas seulement de la grève Goodrich, le problème est plus étendu et plus grave, les patrons violent les conventions, refusent d'appliquer les sentences, et procèdent du licenciement des ouvriers qui le leur plaisent pas. Si les pouvoir publics veulent qu'il y ait moins de conits, qu'ils obligent les patrons à appliquer les lois sociales". Puis l'orateur rappelle que son intention n'est pas de s'immiscer dans le mouvement revendicatif : "Il appartient à vos organisations syndicales seules de déterminer l'orientation du mouvement, mais nous n'ignorons pas que nous sommes des élus de la classe ouvrière et que nous n'avons pas le droit de rester indiérents. Notre devoir est, par conséquent, de nous placer à vos côtés jusqu'à ce que vous ayez obtenu complète satisfaction". Waldeck-Rochet est longuement applaudi, puis une vibrante Internationale entonnée par des milliers de travailleurs succède à son allocution. Le retrait des forces de police On annonce ensuite le camarade Varloteau, secrétaire de l'union des syndicats de la région parisienne et Doury, secrétaire général du syndicat des métaux. Ils ont tenu à venir apporter aux ouvriers en lutte la solidarité de

159 158 leur organisation. Ils feront le compte-rendu des pourparlers qui ont eu lieu au ministère de l'intérieur. Varloteau parle. Il annonce, sous les applaudissements frénétiques, que le ministère de l'intérieur vient d'ordonner le retrait des forces de police. Puis Doury lui succède au micro. Il enregistre le fait que ceux qui voulaient évacuer par la force ont été obligés de céder devant la solidarité des ouvriers. Il félicite les travailleurs de chez Goodrich pour leur belle démonstration et leur grande sagesse. La vigilance Il les engage à conserver leur fermeté et à rester vigilants, pour qu'il soit fait droit à leurs légitimes revendications. Doury termine en demandant aux travailleurs massés dans la rue de se disperser et de revenir le lendemain épauler l'action revendicative de leurs camarades. Dehors, les groupes se dispersent lentement. Chacun commente l'action de la journée, les commentaires portent sur les mouvements qui ont eu lieu dans leur entreprise respective. Les haut-parleurs diusent à nouveau les chants populaires et les grévistes s'apprêtent à terminer une journée fertile en événements. Vers une victoire totale Cette journée marque une première victoire. Aujourd'hui, une nouvelle entrevue aura lieu entre les délégués de l'usine Goodrich et les représentants de la direction sous la présidence de M. Camille Chautemps. À la suite de la discussion une sentence sera rendue qui doit mettre n à ce conit Un télégramme de la Fédération des Industries chimiques à la présidence du Conseil La Fédération nationale des Industries chimiques proteste énergiquement contre emploi force police pour évacuation des usines en grève, Film, Goodrich, etc. Signale provocations patronales sur ensemble pays et toutes industries. La Fédération examine situation et si garanties ne sont pas données pour discussion immédiate conits en cours et retrait force police, dégage ses responsabilités sur événements possibles, suite provocations patronales préméditées, en vue de diérer discussion conventions collectives. La Fédération décembre Le conit Louradour à Vitry Moins de quinze jours après un premier conit et malgré l'accord signé, spéciant qu'aucun renvoi ne serait opéré pour fait de grève, trois ouvriers, dont le délégué et secrétaire de la section syndicale étaient mis à la rue chez Louradour, à Vitry. Cette violation de l'accord par le patron, a provoqué une nouvelle grève qui dure depuis lundi. Les ouvriers occupaient l'entreprise Une manifestation improvisée, L'Humanité, n o 14250, 24 décembre 1937, p. 5. Une photographie accompagne l'article, avec pour légende : Ouvriers et ouvrières dansent pour passer le temps.

160 21. ANNÉE Des forces imposantes de police faisant irruption dans l'usine, en chassaient les ouvriers mercredi. Un responsable du syndicat, qui se trouvait présent, voulut entrer en discussion avec le commissaire an d'éviter tous incidents. En réponse, il fut brutalement jeté à la rue, ainsi que le responsable de la section syndicale. Malgré cela, les ouvriers restent unis et sont conants dans l'issue de la lutte engagée, quoique conants en le Front populaire, ils ne comprennent pas que celui-ci mette à la disposition d'un patron fasciste, saboteur des lois sociales, d'énormes forces policières pour protéger et aider des personnes étrangères à l'usine, venues faire les briseurs de grève. L'usine doit être immédiatement neutralisée. Avec l'aide de la population laborieuse de Vitry, une fois de plus les grévistes de chez Louradour vaincront. Le secrétaire du secteur : G. Leroy décembre Les trusts du pétrole contre les lois sociales. Des conits surgissent fréquemment dans cette industrie Depuis juin 1936, la Fédération nationale des industries chimiques a eu à résoudre de nombreux conits. Il est caractéristique que 60 % de ces con- its intéressent 25 % de l'ensemble des travailleurs de l'industrie chimique : ceux du pétrole. Proportionnellement au personnel employé, les conits sont cinq fois plus nombreux dans l'industrie du pétrole que dans les autres. C'est que les trusts internationaux se refusent à respecter les lois sociales et font pression sur les pouvoirs publics pour supprimer les avantages acquis en juin Les brimades se multiplient, le pouvoir d'achat des salaires est réduit, des licenciements massifs sont prévus pour 1938 et devant le sang-froid des travailleurs, on provoque, en renvoyant sans motif les militants syndicaux. C'est la Standard, lié à la Nobel et à l'ig Farbenindustrie. C'est la Shell, qui outille la ranerie rebelle de Ténérie et qui en France, fait du cagoulard Henri Piace, le sous-directeur de l'une de ses liales. C'est Desmarais qui, dans certains dépôts, retient sur les salaires la cotisation pour le syndicat professionnel. Ce sont tous les trusts unis sous la direction de la Banque de Paris et des Pays-Bas, de la banque Rothschild, des magnats de la Banque de France qui poursuivent leur programme d'asservissement de l'économie nationale française. Actuellement, grâce aux accords passés autrefois avec les Millerand et les Tardieu, ils grugent d'un demi-milliard par an les contribuables français. Cela ne leur sut pas. Ils veulent accroître leurs prots et ils savent qu'ils ne pourraient le faire qu'en brisant la puissance du mouvement ouvrier. C'est pourquoi ils multiplient les provocations en espérant créer le désordre ou déclencher des mouvements inconsidérés. Sous la conduite de leur Fédération, les travailleurs ont toujours fait preuve de calcul et de sangfroid. Ils ont maintenant donné un dernier avertissement aux trusts et sont 213. Le conit Louradour à Vitry, L'Humanité, n o 14250, 24 décembre 1937, p. 5.

161 160 prêts à passer à toutes les actions nécessaires. Ils ne laisseront renvoyer aucun travailleur. Ils obtiendront une convention nationale qui garantira leurs droits. Avec la même discipline qu'ils ont montré en juin 1936, ils sont prêts avec leur Fédération, avec la CGT, avec toute la population à s'opposer à la colonisation des trusts qui ruinent la France. La Fédération nationale des Industries chimiques décembre M. Chautemps a promis la neutralisation des usines Goodrich Une délégation du personnel de l'usine Goodrich, conduite par notre camarade Waldeck-Rochet et comprenant également les camarades Plantin, secrétaire de la Fédération des industries chimiques, Poulmarc'h, secrétaire général du syndicat des industries chimiques, Carasso, également secrétaire du syndicat et Noiraud, du comité local de Colombes, s'est rendue hier à 15 heures à la présidence du Conseil. M. Camille Chautemps avait reçu dans la matinée M. Boyer, administrateur délégué des établissements Goodrich, à qui le président du Conseil a proposé de poursuivre les pourparlers pour le règlement du conit. M. Camille Chautemps proposa également à la délégation ouvrière d'améliorer la situation pour la reprise de la discussion avec la direction de l'usine Goodrich. Après de longs pourparlers, le président du Conseil annonça qu'il acceptait la neutralisation de l'usine et donna sa parole qu'aucune marchandise n'en sortirai, sauf celles destinées à la défense nationale. Il demanda une trêve jusqu'au 3 janvier. Une enquête sera menée par M. Pouillot, qui étudiera les revendications ouvrières. Il soumettra ses travaux à M. Chautemps qui donnera ensuite sa décision en attendant la sentence surarbitrale. Au cours de l'entretien, M. Chautemps a exposé les dicultés de la situation actuelle et a demandé à la délégation ouvrière de faire preuve de bonne volonté pour résoudre le conit. M. Chautemps a également donné l'assurance du respect de la neutralisation de l'usine par la direction, M. Boyer ayant donné son accord sur cette mesure au cours des entretiens de la matinée. Après avoir enregistré ces déclarations, la délégation ouvrière a rappelé ses revendications qui sont : la réintégration totale de l'ensemble du personnel, y compris l'ouvrier Rivino, qui a été licencié ; la reprise du travail dans le plus bref délai en attendant la sentence surarbitrale. La délégation ouvrière a exprimé le désir que soit rendue, avant le 3 janvier, la décision du président du Conseil. Au cours des pourparlers, le camarade Bothereau, secrétaire de la CGT, sur appel du président du Conseil, est venu participer aux débats. Après avoir pris connaissance des diérentes propositions faites par M. Chautemps, le secrétaire de la CGT s'est retiré avec la délégation ouvrière. À la suite de cette réunion, la délégation a accepté de soumettre et de défendre devant les ouvriers de l'usine Goodrich les propositions qui ve Les trusts du pétrole contre les lois sociales. Des conits surgissent fréquemment dans cette industrie, L'Humanité, n o 14250, 24 décembre 1937, p. 5.

162 21. ANNÉE naient d'être formulées. Nous avons pu joindre les secrétaires du syndicat, à qui nous avons demandé leur opinion sur la nouvelle situation. Le camarade Poulmarc'h nous a déclaré : "Nous espérons arriver rapidement à une solution du conit Goodrich. Le magnique mouvement de solidarité de jeudi a été une belle manifestation de la force des travailleurs. Les ouvriers de chez Goodrich ont obtenu un premier résultat dans le retrait des forces de police. Nous avons maintenant la promesse formelle du président du Conseil, ainsi que la parole de M. Boyer, administrateur des établissements Goodrich, que la neutralisation de l'usine sera eective. C'est une garantie pour nous et nous espérons que l'enquête de M. Pouillot sera concluante. Nous avons assuré M. Chautemps de notre bonne volonté pour régler le conit et nous comptons avoir sa décision avant le 3 janvier." La délégation s'est rendu ensuite sur les lieux de travail, à Colombes, où un compte rendu des pourparlers a été fait au comité de grève. Ce matin aura lieu une assemblée générale des ouvriers, la situation sera exposée par les délégués et des décisions seront prises par l'ensemble du personnel. Nous recevons des ouvriers de l'usine Goodrich le communiqué suivant que nous insérons bien volontiers : "Monsieur le rédacteur en chef, étant dans l'impossibilité absolue de remercier comme nous l'aurions voulu les nombreuses délégations des travailleurs de la région parisienne qui sont venues nous apporter le témoignage de leur solidarité la plus complète et qui nous ont remis le montant des souscriptions ouvertes en notre faveur, nous vous prions de bien vouloir nous accorder l'hospitalité de votre journal pour leur exprimer notre vive et profonde gratitude. Nous vous prions d'agréer, monsieur le rédacteur en chef, avec nos remerciements, l'assurance de notre attachement à votre journal." décembre Les travailleurs de l'usine Goodrich poursuivent la grève à l'extérieur de l'entreprise Ils ont obtenu la "neutralisation" jusqu'à ce que la décision du Président du Conseil soit rendue. À Colombes hier, la journée a été fertile en événements. À la suite des pourparlers qui ont eu lieu vendredi à la présidence du Conseil et hier entre M. Camille Chautemps et le comité de grève, un accord est intervenu, mettant n à l'occupation de l'usine. Une réunion du comité de grève avait eu lieu hier matin au cours de laquelle la délégation exposa les propositions de M. Chautemps. Les délégués apportèrent leur accord mais exigèrent certaines garanties de la part du gouvernement. On se souvient que le président du Conseil a décidé hier l'évacuation de l'usine et sa "neutralisation" jusqu'au 3 janvier. M. Camille Chautemps a également désigné M. Pouillot pour mener une enquête sur les revendications ouvrières 215. M. Chautemps a promis la neutralisation des usines Goodrich, L'Humanité, n o 14251, 25 décembre 1937, p. 2.

163 162 et sur le renvoi de l'ouvrier Rivino. Une décision sera prise ensuite par M. Chautemps et qui mettra n au conit. Les délégués ont réclamé, à la suite de leur réunion, la neutralisation de l'usine pendant la durée de l'enquête, jusqu'à la décision ministérielle. Une réunion générale des grévistes eut lieu ensuite Carasso, puis Varlotteau exposèrent la situation puis Finck, au nom des organisations syndicales et de la délégation, soumit les propositions du comité de grève. Il proposa de communiquer immédiatement la décision de l'assemblée au président du Conseil. Après une longue discussion, les ouvriers ont formulé leur accord avec les propositions de leurs délégués, soit la neutralisation jusqu'à la reprise du travail. Finck, secrétaire général de la Fédération des Industries chimiques, soumit cette résolution à M. Chautemps. Il exprima la volonté des travailleurs de terminer rapidement le conit et demanda que la décision ministérielle tienne compte des revendications ouvrières. Il exprima également le désir qu'aucune sanction ne soit prise pour fait de grève et la reprise de l'ensemble du personnel. M. Camille Chautemps donna son accord avec les propositions ouvrières. Il donna la garantie que le respect de la neutralisation serait assurée par le gouvernement. Le président du Conseil signia son intention d'activer l'enquête et de donner rapidement sa décision. À quinze heures, le comité de grève s'est réuni à nouveau. Après avoir pris connaissance des déclarations ministérielles, c'est à l'unanimité que les délégués signièrent leur accord. Une nouvelle assemblée des grévistes eut lieu à dix-sept heures. Bourlet, délégué du personnel, t l'exposé des propositions du comité de grève à la suite des déclarations de M. Camille Chautemps. Il marqua l'accord unanime des délégués pour l'évacuation immédiate des lieux de travail. Finck prit ensuite la parole. Après avoir fait l'historique du mouvement, il déclara que celui-ci devait se poursuivre jusqu'à l'obtention des revendications ouvrières. Le meilleur cas dans la situation actuelle est de continuer la lutte à l'extérieur de l'usine en conservant l'unité ouvrière. Cela permettra d'engager immédiatement la discussion sur les modalités de l'enquête au sujet de la réintégration de l'ouvrier Rivino. Finck rappelle ensuite que M. Boyer, administrateur délégué des établissements Goodrich, a donné sa parole au président du Conseil que la neutralisation serait respectée. À ce sujet, le secrétaire fédéral donne lecture d'un communiqué de la CGPF. Cette organisation, dont M. Boyer fait partie, souligne que la lettre de ce dernier n'implique à aucun degré ni l'adhésion de la CGPF, ni celle des organisations patronales au principe de la neutralisation des usines. Après avoir commenté ce communiqué qui désolidarise M. Boyer de son organisation, Finck en tire les conclusions et estime que cette nouvelle forme de lutte sera favorable aux travailleurs de chez Goodrich. Dans l'intérêt des ouvriers, Finck, au nom des organisations qu'il représente, propose l'évacuation immédiate de l'usine. Le président met aux voix et l'ensemble des travailleurs accepte cette proposition. Après une allocution de Carasso sur l'organisation de la grève à l'extérieur, réunion journalière pointage par le comité de grève, distributions de secours en nature, etc. une vibrante Internationale termine

164 21. ANNÉE la réunion. Il est dix-huit heures. Des groupes sortent lentement de l'usine. Une équipe reste pour l'entretien et le nettoyage de l'usine et le comité de grève se réunit pour la dernière fois dans l'entreprise pour prendre les dispositions pour la lutte qui se poursuivra jusqu'à ce que la décision arbitrale qui mettra n au conit soit connue décembre Avec les grévistes Le retrait des forces de police, les déclarations de M. Camille Chautemps ont apporté une certaine détente au mouvement de grève. Le service d'ordre était moins sévère hier. De nombreux ouvriers sont allés passer en famille la fête de Noël. Ceux qui sont restés dans l'usine reçoivent la visite des parents et amis. Un parloir a été aménagé, près de l'entrée, car il était interdit de circuler dans l'usine. Bientôt, le hall s'avérait trop petit pour recevoir les nombreuses visiteuses. Les mères, les femmes, les enfants sont venus apporter un peu de réconfort et de joie à ceux qui, volontairement, restent à l'intérieur de l'usine. La solidarité Dehors, les haut-parleurs informent les grévistes des dernières nouvelles, des attractions qui sont oertes, d'un match de basket-ball avec la participation des équipes de la Vie Ouvrière, d'une exhibition de boxe donnée par les sportifs de la FSGT de Gennevilliers. Ils annoncent, entre deux disques, les nombreuses délégations d'usines : Renault, Michelin, SKF de Bois-Colombes, qui apporte la dernière liste de souscription de 840 francs. La solidarité s'est manifestée avec ampleur. Tous apportent leur obole, quelquefois modeste. Le camarade Nadot, à qui ses camarades ont coné la dicile tâche de trésorier, cite ce chômeur qui a donné aux quêteurs. Les dons anonymes ont aué, les grévistes sont soutenus d'une façon magnique par la population. L'aide des municipalités Le soutien des municipalités a été également eectif. Celles de Colombes et d'argenteuil assurent chacune trois jours de nourriture aux grévistes, celle de Gennevilliers deux jours et Bezons et Nanterre un jour. Ces municipalités donnent gratuitement les soins médicaux et pharmaceutiques. La ville de Clichy donne cinquante francs aux ouvriers qui habitent cette localité. Asnières et Sartrouville ont également participé au soutien par des dons et des secours en charbon aux familles. Les souscriptions ont été eectuées dans les entreprises voisines. Les gros sous sont tombés, attestant l'esprit de solidarité des travailleurs. Citons en exemple les ouvriers de Gnome et Rhône qui ont collecté francs et des listes continuent à circuler. Le Secours 216. Les travailleurs de l'usine Goodrich poursuivent la grève à l'extérieur de l'entreprise, L'Humanité, n o 14252, 26 décembre 1937, p. 5. Une photographie accompagne l'article avec pour légende : Le réfectoire à l'usine Goodrich.

165 164 populaire de France a tenu à organiser le réveillon des grévistes. Au menu habituel s'ajoutaient huîtres, 200 bouteilles de Bordeaux blanc, 15 boîtes de gâteaux, des cigares et des cigarettes furent oerts par cette organisation qui avait assuré également la participation artistique de cette fête. L'entr'aide ouvrière Le comité de grève répartit les sommes recueillies en dons aux ouvriers nécessiteux. Nadot cite quelques chires : francs de dons en nature, au début de la grève. Cette somme s'est élevée maintenant à francs. 850 repas à midi et 350 le soir sont maintenant gratuits. Cela donne un joli travail à l'équipe bénévole de cuistots que nous retrouvons aux cuisines. Ils sont vingt-quatre anciens métallos ou man uvres, qui assurent chaque jour la préparation des plats. Aujourd'hui, nous dit Baudier, nous avons au menu : boudin, pommes purée, un fromage et un dessert ou fruit, et comme boisson un quart de vin ou bière. Nous avons beaucoup de travail, dit-il, mais tout le monde ici travaille, avec c ur et avec joie. Les loisirs Dans la salle des fêtes, décorée de drapeaux rouges, tricolores, et de banderoles, une petite scène a été installée. Les artistes du Théâtre du Peuple et l'amicale des artistes sont venus prêter leur concours et apporter un peu de distraction aux ouvriers. La section des loisirs du syndicat ne reste pas inactive, et c'est avec une belle ardeur que chacun se dévoue pour assurer un moral excellent à l'ensemble des grévistes de chez Goodrich décembre Les travailleurs des produits chimiques de la région parisienne obtiennent d'importants rajustements de salaires Une certaine eervescence commençait à se manifester dans les usines chimiques intéressées par ce rajustement, groupant plus de ouvriers et techniciens, concernant la lenteur des arbitrages relatifs au troisième rajustement des salaires. Sans être encore en possession des sentences, MM. Platrier, professeur à l'école Polytechnique, surarbitre désigné par l'industrie du caoutchouc et Jacomet, chef de cabinet au ministère de la guerre, désigné pour les usines de la grosse industrie chimique, des couleurs et vernis, jouets en celluloïd, etc., nous ont autorisés à communiquer au personnel ouvrier, employé et technicien, les termes de leur sentence, à savoir : Dans le caoutchouc Rajustement des salaires de base de la convention collective de 9 % à dater du 1 er janvier. (Les primes et salaires supérieurs de la convention col Avec les grévistes, L'Humanité, n o 14252, 26 décembre 1937, p. 5.

166 21. ANNÉE lective ne sont pas majorés). Dans la grosse industrie chimique Rajustement de 9 % des salaires actuellement payés (toutes primes comprises), à dater rétroactivement du 1 er décembre. Par ces deux sentences et les deux précédents rajustements, les salaires que vont toucher nos camarades sont à peu près les suivants : Pour les ouvriers d'entretien Outilleur professionnel d'outillage ; 11 francs 50 ; plombier, couvreur, chaudronnier, tourneur, tôlier ; 10 francs 80 ; ajusteur, mécanicien, forgeron, soudeur ; 10 francs 50. Fabrication Ouvrier qualié (taux de base 6 francs 50) ; 9 francs 80 ; ouvrier spécialisé (taux de base 6 francs) ; 9 francs ; man uvre gros travaux (taux de base 5 francs 40) ; 8 francs 10. Femmes Ouvrière qualiée (taux de base 5 francs 25) ; 7 francs 90 ; ouvrière spécialisée (taux de base 4 francs 75) ; 7 francs 20 ; man uvres ordinaires (taux de base 4 francs 25) ; 6 francs 45. Nous sommes heureux d'apporter ces rajustements à nos camarades, comme cadeau de Noël, car ils vont leur permettre de maintenir sensiblement leur pouvoir d'achat. Dans l'industrie de la parfumerie, malgré que la demande d'arbitrage soit de la même date, le troisième rajustement n'est pas encore obtenu ; la chambre patronale n'ayant cessé de man uvrer pour reculer la date de la parution de la sentence et créer ainsi un plus grand mécontentement. Dans les usines de toiles cirées, simili-cuir et linoléums, un très bon rajustement a été obtenu dernièrement par la sentence de M. R. Belus, ingénieur en chef des PTT. En eet, il a accordé un rajustement de 12 % à dater du 15 décembre sur les salaires eectivement payés, toutes primes comprises ; de plus, la sentence avait un eet rétroactif de 4 % du 15 juillet au 15 octobre et de 8 % du 15 octobre au 15 décembre. À ceux qui dans les usines chimiques, se plaignent que tout va mal, voudraient voir la CGT plus énergique et passer à l'action, en déclarant que le Front populaire ne leur a rien apporté, nous leur demandons de comparer les salaires, cités plus haut avec ceux qui leur étaient accordés avant juin Le salaire des femmes qui était de 1,50 à 2,50 francs est aujourd'hui en moyenne de 7 francs. Le salaire des hommes qui était de 3 à 4,50 francs est aujourd'hui en moyenne de 9 francs. (Tous les ouvriers étaient considérés comme man uvres). Les quarante heures, les congés payés, l'établissement des conventions collectives (où la plupart des ouvriers ont obtenu une autre classication que celle de man uvre) et les rajustements de salaires sont des avantages obtenus grâce à la CGT et au Front populaire. Ceux qui ne veulent pas reconnaître ces choses, ne sont pas de bonne foi ; et font par cela même, le jeu du patronat. Avant d'aronter de nouvelles luttes, pour faire un pas en avant dans l'améliora-

167 166 tion de nos conditions de vie, et surtout à l'approche du renouvellement des conventions collectives, il importe qu'un gros travail de persuasion soit fait auprès des inorganisés et des syndiqués chrétiens et professionnels. Si nous voulons obtenir de nouveaux avantages concernant les salaires, l'insalubrité, l'échelle mobile, l'embauchage et le débauchage, nous devons opposer aux chambres patronales des industries chimiques et à la CGPF le bloc uni de nos dizaines de milliers d'adhérents. Vidal, secrétaire du syndicat décembre Le conit Louradour à Vitry Les travailleurs des entreprises chimiques de Vitry et d'ivry sont appelés par leur syndicat à venir manifester tous les soirs et à partir d'aujourd'hui, de cinq heures à sept heures, devant l'usine de couleurs et vernis Louradour. Appel est fait également aux travailleurs des autres corporations qui pourront se rendre disponibles. Le syndicat est obligé de prendre actuellement cette mesure, l'usine n'étant pas neutralisée. Des forces de police sont à l'intérieur et à l'extérieur de l'usine, permettant ainsi à des éléments recrutés parmi les ligues factieuses de remplacer les ouvriers et de troubler ainsi leur mouvement. Ce patron travaillant pour l'état et les grandes administrations publiques doit être mis dans l'obligation de respecter les lois sociales et le droit syndical. Le syndicat est maintenant décidé à mettre tout en uvre et à faire jouer à fond la solidarité sous toutes ses formes pour obtenir satisfaction décembre Les ouvriers des Établissements Goodrich ont manifesté hier à Argenteuil Ainsi qu'ils l'avaient décidé hier soir, les grévistes des Établissements Goodrich sont partis en cortège, de la place du Marché, à Argenteuil, pour se rendre aux anciennes usines Dunlop, qui, appartenant maintenant à la municipalité, avaient été mises par celle-ci à leur disposition. Comme hier, tous avaient répondu à l'appel, et le cortège s'égrena sur plus de cinq cents mètres, impressionnant fortement la population qui, sur tout le parcours, ne lui ménagea pas les marques de sa sympathie. Se déroulant dans un ordre parfait, le délé arriva vers onze heures au lieu xé pour le meeting. La réunion fut assez brève. Carasso, secrétaire du syndicat, t le récit de l'entrevue de la délégation avec M. Pouillot, chef du cabinet du ministre du Travail, chargé de l'enquête sur le cas de l'ouvrier Rivino, accusé par la direction d'avoir construit un poste téléphonique clandestin, dans je ne sais 218. Les travailleurs des produits chimiques de la région parisienne obtiennent d'importants rajustements de salaires, L'Humanité, n o 14252, 26 décembre 1937, p Le conit Louradour à Vitry, L'Humanité, n o 14255, 29 décembre 1937, p. 5.

168 21. ANNÉE quel but d'espionnage. Les délégués ont démontré l'inanité de cette accusation et M. Pouillot décidé de se rendre sur place pour mieux se rendre compte. Le comité de grève a également attiré l'attention du chef de cabinet sur la non-application par la direction de plusieurs sentences arbitrales et a exprimé son intention formelle de se refuser à toute sanction pour faits de grève. La direction maintenant son point de vue, surtout en ce qui concerne les sanctions, aucun accord ne paraît possible pour le moment, et il faudra une sentence du président du Conseil pour mettre n au conit. Aujourd'hui, à 9h30, a lieu une assemblée général du personnel, rue de Diane à Argenteuil. PS. La Fédération des produits chimiques demande à tous ses syndicats d'organiser rapidement la solidarité en faveur des camarades de l'usine Goodrich. Envoyer les fonds au siège de la Fédération, 33 rue de la Grangeaux-Belles décembre Pour la convention nationale des pétroles Une délégation composée des camarades Finck et Rosarde, de la Fédération et Touzet, du syndicat de la région parisienne, a été reçue par M. Ramadier, sous-secrétaire d'état aux travaux publics. La délégation a indiqué les démarches sans résultats qu'elle avait faites auprès de la Chambre syndicale des pétroles et a souligné l'urgence qu'il y aurait à entamer immédiatement la discussion. L'examen des suggestions proposées par M. Ramadier sera soumis à la commission exécutive fédérale qui se réunit ce soir, mercredi 29 décembre, à 20h30, salle Richetta, 33 rue de la Grange-aux-Belles, Paris (10 e ). La Fédération nationale des industries chimiques décembre Une motion de solidarité des travailleurs des industries chimiques Le syndicat général des industries chimiques de la région parisienne nous communique une motion de solidarité en faveur des travailleurs des services publics de la région parisienne que nous publions ci-dessous : Le bureau du Syndicat des industries chimiques, au nom de ses adhérents, adresse aux travailleurs des services publics en grève pour la défense de leur pain et contre la provocation de la majorité du conseil municipal de paris, l'expression de son entière solidarité. Il regrette que le gouvernement, dans ce conit, prenne une position en contradiction absolue avec la volonté du peuple de France ; il demande aux pouvoirs publics de tenir compte des 220. Les ouvriers des Établissements Goodrich ont manifesté hier à Argenteuil, L'Humanité, n o 14255, 29 décembre 1937, p Pour la convention nationale des pétroles, L'Humanité, n o 14255, 29 décembre 1937, p. 5.

169 168 jutes desiderata des travailleurs des services publics en leur accordant satisfaction décembre Une enquête a eu lieu hier aux usines Goodrich Les travailleurs de l'usine Goodrich poursuivent leur grève à l'extérieur de l'usine. Chaque jour des réunions ont lieu à Argenteuil. Elles sont suivies avec intérêt par l'ensemble des grévistes. Hier, malgré les dicultés créées par la grève des transports, ouvriers et ouvrières ont assisté aux deux réunions. Entre deux assemblées, le comité des loisirs a organisé des concerts et bals. La troupe du théâtre du peuple continue à prêter son concours aux travailleurs en lutte. Une représentation théâtrale a été donnée par ces artistes hier dans la salle de réunion d'argenteuil. Le moral des grévistes est excellent. La solidarité continue à se manifester. L'aide des municipalités environnantes et l'appui de la population soutiennent d'une façon eective les travailleurs de chez Goodrich. Poursuivant son enquête, M. Pouillot, chef de cabinet du ministre du Travail, s'est rendu hier matin à l'usine. Il était accompagné d'un technicien désigné par le ministre des PTT. M. Boyer, administrateur délégué et M. Pons, directeur-chef du personnel ainsi que Finck, secrétaire général de la Fédération des industries chimiques et Rivino, l'ouvrier licencié, assistaient également aux investigations de M. Pouillot. Après les constatations de la commission d'enquête au sujet du soi-disant poste clandestin, il résulte que M. Pouillot semble adopter la thèse des ouvriers. Dans l'après-midi, un huissier est venu constater l'état de l'usine après l'occupation ouvrière. Rien d'anormal n'a été remarqué par l'ocier ministériel. L'enquête se poursuit. On espère que la décision de M. Chautemps pourra être rendue samedi et la reprise du travail serait envisagée aussitôt décembre Le conit Louradour Le syndicat des industries chimiques avait appelé les ouvriers des diverses usines chimiques pour protester contre la police qui, étant à l'intérieur et à l'extérieur de l'usine Louradour, à Vitry, avait permis à des éléments recrutés parmi les ligues fascistes, de torpiller le mouvement gréviste. De plus, cette manifestation avait pour but de demander la neutralisation de l'usine. Hier, à partir de 17 heures, plusieurs centaines d'ouvriers sont venus manifester. Il y avait trois cars de gardes mobiles devant les portes de l'usine et d'autres forces de police massées sur le derrière de celle-ci. Les ouvriers ont manifesté aux cris de "Neutralisation des usines!" La garde mobile, sans 222. Une motion de solidarité des travailleurs des industries chimiques, L'Humanité, n o 14256, 30 décembre 1937, p Une enquête a eu lieu hier aux usines Goodrich, L'Humanité, n o 14256, 30 décembre 1937, p. 5

170 22. ANNÉE aucune sommation, a chargé nos camarades, les crosses de mousquetons en avant. Un ouvrier, employé municipal à Vitry, nommé Dubois, demeurant 29, rue Audigeois, a été blessé assez sérieusement à la tête. Le syndicat des industries chimiques, avec les organisations du front populaire de Vitry, vont aller protester contre l'utilisation, contre les ouvriers, de la garde mobile, au ministère de l'intérieur et à la présidence du Conseil. De plus, le comité local de front populaire a l'intention d'organiser un grand meeting de protestation pour demain soir à Vitry, salle du Port-à-l'Anglais. Le syndicat rappelle d'autre part aux ouvriers des usines chimiques de la région que la manifestation continuera ce soir et les jours suivants Année er janvier Les grévistes des usines Goodrich attendent la sentence arbitrale Hier, disciplinés, les grévistes des établissements Goodrich à Colombes, ont touché la paie qui leur restait due depuis l'arrêt de travail. Les employés, les techniciens et les gens de maîtrise ont été payés le matin et les ouvriers l'après-midi. Aucun incident n'a marqué cette journée. Dans une magnique fête, assurée par nos dévoués camarades du Théâtre du Peuple et par des grévistes artistes amateurs, notre ami Dony Ber, de la radio, nous a apporté son concours désintéressé. Une délégation a été reçue par M. Pouillot, qui termine son enquête : Finck et Carasso, pour les organisations syndicales, Paulmier, Sarrazin et Perrault, membres du comité de grève, ont apporté à l'enquêteur quelques nouveaux arguments légitimant la décision des ouvriers qui n'ont arrêté le travail qu'après une succession de violations de sentences, plusieurs mois de discussions sur des revendications insatisfaites et enn quatorze jours de négociations pour le cas de l'ouvrier Rivino. Les grévistes attendent avec conance la sentence arbitrale. Unis ils sont, unis ils resteront jusqu'à la victoire janvier Le conit Goodrich Une délégation des travailleurs de l'usine Goodrich accompagnée par Finck et Plantin de la Fédération des industries chimiques et par Poulmarc'h et Carasso du syndicat parisien s'est rendue hier matin à la présidence du Conseil. L'entretien s'est prolongé pendant deux heures et demie et a porté sur l'enquête au sujet du licenciement de l'ouvrier Rivino. M. Chautemps recevant les journalistes a remis le communiqué suivant : 224. Le conit Louradour, L'Humanité, n o 14256, 30 décembre 1937, p Les grévistes des usines Goodrich attendent la sentence arbitrale, L'Humanité, n o 14258, 1 er janvier 1938, p. 5.

171 170 "M. Camille Chautemps a reçu une délégation de la Fédération et du syndicat des industries chimiques ainsi que les délégués du personnel de l'usine Goodrich, qu'il a mise au courant des informations recueillies par M. Pouillot, ainsi que de l'entretien qu'il a eu hier avec M. Boyer, administrateur délégué de l'usine Goodrich. Le président du Conseil a exprimé son désir de voir le conit se terminer par une conciliation. Au cas où la conciliation qu'il désire ne se produirait pas, il rendrait son arbitrage, aujourd'hui mercredi 5 janvier." Le meeting d'argenteuil Un magnique meeting s'est tenu hier soir au Gymnase municipal d'argenteuil. Malgré le froid et la neige, les travailleurs s'étaient rendus nombreux à cette assemblée. La grande salle s'avéra bientôt trop petite et des hauts-parleurs furent installés dehors. On peut évaluer à le nombre de personnes qui suivirent avec enthousiasme les exposés de Bourlet et Carasso qui t le compte-rendu des multiples délégations ouvrières eectuées auprès des pouvoirs publics. Rosarde, secrétaire de la Fédération, puis Eugène Héna, secrétaire de l'union des syndicats, retracèrent les diérentes phases du conit, puis Waldeck-Rochet pris la parole au nom du groupe parlementaire. Il arma la solidarité des municipalités aux grévistes et termina en renouvelant leur soutien eectif jusqu'à l'aboutissement des revendications ouvrières. L'entrevue à la Présidence du Conseil Le président du Conseil a reçu hier, dans l'après-midi, M. Boyer, administrateurdélégué des établissements Goodrich, puis notre camarade Finck, secrétaire général de la Fédération des industries chimiques. Après avoir conféré successivement avec chacun d'eux, le président du Conseil a poursuivi les pourparlers avec M. Boyer et Finck. L'entretien a duré tard dans la soirée. Le délégué patronal a maintenu les sanctions et les licenciements qu'il prétend appliquer aux ouvriers. Devant cette intransigeance, aucun accord n'a pu intervenir. M. Chautemps rendra sa sentence ce matin, au sujet du cas de licenciement de l'ouvrier Rivino. Quant aux questions secondaires telles que l'application de la sentence Couturier sur la rémunération des jours fériés, les modications à apporter à l'application du système Bedeaux, elles seront réglées par un arbitrage ultérieur janvier Le conit Goodrich n'est pas résolu! Le président du Conseil ne s'étant pas prononcé dans sa sentence sur le problème des sanctions, la direction prétend imposer cinquante-deux licenciements. La commission administrative de la CGT, réunie hier pour examiner la situation créée par les provocations du grand patronat, a dé Le conit Goodrich, L'Humanité, n o 14262, 5 janvier 1938, p. 5.

172 22. ANNÉE cidé de saisir solennellement le gouvernement et de provoquer une réunion extraordinaire du Comité national de Rassemblement populaire janvier La direction des usines Goodrich veut licencier 52 ouvriers [... ]. Seules les prétentions de la direction Goodrich, qui veut licencier une cinquantaine d'ouvriers, empêchent la reprise du travail... nous déclare le camarade Finck, secrétaire général de la Fédération des industries chimiques. À l'issue des entretiens qu'il a eus avec le président du Conseil, nous avons pu joindre notre camarade Édouard Finck, secrétaire général de la Fédération des Produits chimiques, qui nous a donné son avis sur la sentence présidentielle. Tout d'abord, notre camarade nous dit : la fameuse accusation de la table d'écoute, qui a servi de prétexte à la direction Goodrich pour licencier l'ouvrier Rivino s'écroule lamentablement. La sentence reconnaît que l'honneur professionnel de l'ouvrier n'est pas entaché. Cependant, elle conclut au maintien du renvoi, en invoquant certaines négligences professionnelles qui sont très discutables. Je suis d'ailleurs intervenu énergiquement contre cette accusation. Nous regrettons que M. Chautemps ait cru devoir maintenir une telle sanction, après la démonstration si claire de la non-culpabilité de l'ouvrier. La sentence met-elle un terme au conit? Évidemment non, car la direction de l'usine Goodrich entend appliquer des sanctions pour fait de grève. Seules les prétentions de M. Boyer de vouloir licencier une cinquantaine d'ouvriers empêchent la reprise du travail. Notre camarade Finck nous précise que la Fédération des industries chimiques, ainsi que le syndicat, ne peuvent tolérer aucune sanction. Certaines revendications restent en suspens : les modalités d'application de la sentence Couturier, la révision des valeurs Bedeau, etc... seront soumises à un arbitrage ultérieur. Nous quittons notre camarade, qui nous prie de noter qu'une assemblée générale des grévistes se tiendra aujourd'hui, à 15 heures, au lieu habituel, pour commenter la sentence et délibérer sur les suites qu'elle comporte janvier Les sanctions ne pourraient que braver la classe ouvrière... déclare le président du Conseil En remettant en personne sa sentence arbitrale, M. Camille Chautemps, président du Conseil, a fait les déclarations suivantes : "Au cours des entretiens qui ont précédé mon arbitrage, la direction des usines Goodrich a fait connaître son intention, en raison du caractère injustié et dommageable de la grève, de recourir au licenciement d'un certain 227. Le conit Goodrich n'est pas résolu, L'Humanité, n o 14263, 6 janvier 1938, p La direction des usines Goodrich veut licencier 52 ouvriers, L'Humanité, n o 14263, 6 janvier 1938, p. 5.

173 172 nombre d'ouvriers, jugés par elle coupables d'avoir fomenté la grève sans raison valable. Les parties n'ayant accepté, ni de part, ni d'autre, que ces licenciements fussent laissés à l'appréciation de l'arbitre, les patrons voulant se réserver le droit de statuer librement, tandis que les ouvriers repoussaient le principe même de tout licenciement, je n'avais pas la possibilité de me prononcer, quant à présent, dans cette sentence, sur ce nouvel aspect du litige. Mais je tiens à adresser en personne un pressant appel aux parties pour qu'elles renoncent à toute polémique rétrospective et à des représailles qui ne pourraient que perpétuer ou faire rebondir un si regrettable conit. Un usage ancien et constant veut que toutes les fois qu'un conit se termine par la conciliation et l'arbitrage, on exclut les renvois basés sur le seul fait de la grève. Il n'apparaît pas que les circonstances du conit actuel justient une solution exceptionnelle à cet égard. Sans doute, la direction de l'usine invoque le caractère anormal d'une grève qui était injustiée et qui a causé à l'entreprise et aux ouvriers eux-mêmes un important dommage. Toutefois, il est également certain que divers incidents antérieurs qui sont relevés dans le rapport de M. l'inspecteur Pouillot (résistance à l'exécution d'arbitrages, application discutée du système Bedeaux, tension des rapports entre un ingénieur et le personnel) avaient créé entre la direction et une fraction des ouvriers une situation qui explique, sans la justier, la soudaineté du mouvement. Il serait donc inniment souhaitable que, réglant les conditions de la reprise du travail dans un esprit d'apaisement, la direction se préoccupât surtout d'obtenir du syndicat ouvrier, sous la caution de la Fédération des produits chimiques, les garanties nécessaires au fonctionnement normal de l'entreprise dans l'avenir. Je souhaite ardemment que mon appel soit entendu et je demeure naturellement à la disposition des parties pour continuer sur ce point mes eorts en vue de rapprocher les points de vue." Questionné sur le point de savoir si la direction des usines Goodrich renoncerait aux sanctions pour fait de grève, M. Camille Chautemps a déclaré : "L'opinion publique est une grande maîtresse et je pense que les patrons ayant obtenu satisfaction sur un point essentiel (le renvoi de l'ouvrier Rivino) auraient grand tort de ne pas faire appel maintenant à la conscience professionnelle et de ne pas se montrer équitables et même généreux. Les sanctions ne pourraient que braver la classe ouvrière et provoquer des grèves de solidarité, qui sont d'ailleurs touchantes et honnêtes." La sentence Après une longue suite d'attendus qui rappellent les origines du litige et mentionnent l'enquête menée par M. Pouillot, la sentence conclut en ces termes : 1 o Il est donné acte à M. Rivino qu'il n'a été ni établi, ni même allégué qu'il fut l'auteur d'une faute entachant son honneur professionnel. 2 o Toutefois, le renvoi prononcé contre lui par la direction, à la suite des

174 22. ANNÉE deux incidents successifs où on a pu lui reprocher des négligences, n'était pas contraire aux droits du chef d'entreprise et il est impossible de le rapporter. 3 o Il y a lieu de soumettre à l'arbitrage de M. Couturier l'interprétation de la partie contestée de sa précédente sentence. 4 o Il sera procédé contradictoirement, en présence d'un ingénieur de l'état et de M. l'inspecteur du travail Pouillot, à un contrôle des conditions d'application du système Bedeaux dans l'usine. 5 o La direction est invitée à rouvrir l'usine et les ouvriers à reprendre le travail dans le plus court délai ; toutefois, il est reconnu, d'un commun accord, que la remise en marche ne pourra avoir lieu, pour des motifs techniques, que progressivement ; un délai maximum d'un mois doit être accordé à ce sujet. 6 o L'arbitre invite les parties à renoncer à toutes représailles et à rechercher de bonne foi les garanties réciproques d'une collaboration loyale pour l'avenir et du règlement de tout nouveau conit par le recours à la conciliation et à l'arbitrage janvier Après la sentence du président du Conseil. Les travailleurs de l'usine Goodrich se prononceront aujourd'hui sur le conit Aucune sanction pour fait de grève ne doit être appliquée, l'ensemble du personnel doit reprendre le travail, déclarent les ouvriers. Au cours des entretiens d'hier, entre la direction de l'entreprise et Finck, secrétaire de la Fédération des industries chimiques, une certaine détente s'est manifestée. Les organisations ouvrières des transports demandent au gouvernement d'arbitrer rapidement le conit. Le conit Goodrich À l'issue des conversations qui ont eu lieu hier matin à la présidence du Conseil, M. Boyer, administrateur délégué des usines Goodrich, déclarait, en quittant l'hôtel Matignon : "Tenant compte de l'appel adressé par le président du Conseil et en vue d'arriver à la reprise du travail, nous continuons les pourparlers et nous avons l'espoir d'arriver à une solution amiable." De son côté Finck, secrétaire de la Fédération des industries chimiques, déclarait qu'une certaine détente s'était manifestée au cours de la matinée : "Nous remettons un communiqué à la presse, a-t-il ajouté, cet après-midi, à l'issue du meeting qui se tient au gymnase d'argenteuil". Enn, le président du Conseil, en quittant l'hôtel Matignon, a manifesté à son tour l'espoir qu'à l'issue du meeting d'argenteuil, l'ordre de reprise du travail serait donné. L'assemblée générale 229. Les sanctions ne pourraient que braver la classe ouvrière... déclare le président du Conseil, L'Humanité, n o 14263, 6 janvier 1938, p. 5.

175 174 Hier après-midi, les grévistes des établissements Goodrich étaient convoqués en assemblée générale à 15 heures, au gymnase municipal d'argenteuil, pour entendre le compte-rendu de l'entrevue que les délégués ouvriers avaient eue la veille avec le président du Conseil et prendre position sur la sentence rendue par M. Camille Chautemps. Dès 14h30, aux abords du gymnase, de nombreux groupes de travailleurs stationnaient, discutant avec animation de la sentence connue par la lecture des journaux et commentant cet arbitrage qui, en fait, ne changeait rien au conit, les patrons de chez Goodrich maintenant leur prétention de licencier cinquante-deux ouvriers. L'heure avançant, la place attenante à l'édice municipal était envahi par une foule de plus en plus compacte qui tenait à assister à la réunion et à connaître les décisions qui seraient prises. De nombreux groupes se formaient, discutant l'intransigeance patronale et déclarant inacceptable un tel dé. Peu à peu nous vîmes disparaître ces groupes à l'intérieur du gymnase et suivant les camarades nous y pénétrâmes à notre tour. Une foule dense s'y pressait debout et il fallut bientôt ouvrir la seconde salle an de permettre l'accès à un plus grand nombre d'auditeurs venus des usines environnantes, apporter par leur présence la preuve de l'intérêt qu'ils portent à la solution de ce conit. La réunion fut placée sous la présidence du camarade Noiraud, secrétaire du comité local de Colombes, assisté du comité de grève de l'usine Goodrich. À l'ouverture du meeting la parole fut donnée au camarade Carasso, secrétaire du syndicat des produits chimiques, qui annonça qu'en l'absence du camarade Finck retenu par une réunion du comité fédéral, il ne ferait qu'une brève intervention et demanda aux camarades en lutte de se réunir à nouveau aujourd'hui à 16 heures dans la même salle pour prendre position devant la sentence rendue, les travailleurs étant seuls juges de la situation. Il rappela que depuis 23 jours les ouvriers avaient tenu sans faiblesse, xant l'attention des travailleurs sur leur mouvement et déclara qu'un comité de grève allait se tenir à cinq heures en présence de Finck qui rendrait compte de son entrevue à la présidence du conseil de ce matin avec M. Boyer. Il termina par un appel au fonctionnement des piquets de grèves qui ont commencé à veiller dès hier soir huit heures devant les portes de l'usine an d'en assurer la neutralisation qui a cessé, de part la sentence et éviter ainsi une man uvre patronale possible d'employer des éléments étrangers à l'usine. Les camarades répondirent d'enthousiasme, et à la demande de Carasso, le personnel se déclara d'accord pour être présent aux portes ce matin à sept heures an de démontrer leur cohésion et leur volonté de triompher. La réunion du comité de grève Au cours de la réunion du comité de grève, le camarade Finck a rendu compte de son entrevue hier matin avec MM. Boyer et Pons. Après discussion, le comité de grève s'est élevé contre les prétentions patronales de licencier cinquante-deux ouvriers et à déclaré inacceptables ces conditions.

176 22. ANNÉE De ce fait, le conit reste entier et les ouvriers prononceront demain leur décision à l'assemblée générale dont nous donnons l'heure et le lieu par ailleurs. Au cours de cette réunion, les camarades Finck et Carasso furent appelés par le camarade Evrard, chef de cabinet du ministre de l'intérieur, dont la présence était motivée par ds bruits persistants au ministère de l'intérieur et à la présidence du Conseil, d'une nouvelle occupation de l'usine par les grévistes. Mise en garde du comité de grève Le comité de grève tient à signaler que ces bruits sont dénués de tout fondement et que les ouvriers ne doivent y prêter aucune attention, ces bruits et racontars ne pouvant émaner que d'individus ayant intérêt à jeter la perturbation dans l'unanimité du mouvement. Une déclaration de Finck Au sujet de la réunion qui eut lieu hier matin à la présidence du Conseil entre M. Boyer, administrateur des établissements Goodrich ; Pons, directeur du personnel, et Finck, secrétaire général de la Fédération des produits chimiques, ce dernier a déclaré : "La discussion a porté sur les modalités de reprise du travail ; l'accord n'a pu être réalisé, mais néanmoins on peut considérer que les conversations ont amené une certaine détente." Une nouvelle entrevue est prévue pour ce matin, à 9h janvier Il faut briser le sabotage des lois sociales organisé par le grand patronat. Les représentants de la CGT et des organisations patronales sont convoqués pour mercredi par le Président du Conseil Le conit Goodrich n'est pas terminé. Les pourparlers ont continué durant toute la journée hier entre Finck, secrétaire général de la Fédération des Industries Chimiques et la direction des Établissements Goodrich. Les marins de Rouen ont arraché la victoire. Ils ont obtenu qu'aucun d'entre eux ne restera à terre. Une délégation de la Fédération des Transports a été reçue au ministère des Travaux publics. Les trusts mènent actuellement une campagne forcée contre les lois sociales et en particulier contre le droit syndical, contre la CGT et le communisme. On a découvert un complot fasciste contre la République et la France, mais la presse réactionnaire s'étend complaisamment sur un prétendu putsch communiste. Le grand patronat multiplie les renvois de délégués, de militants syndicaux, mais la même presse annonce la préparation par la CGT et les communistes d'un vaste mouvement de grève! Les trusts préparent ainsi le 230. Le conit Goodrich, L'Humanité, n o 14264, 7 janvier 1938, p. 5. Une photographie accompagne l'article avec comme légende : Le bureau qui présidait la réunion pendant l'exposé de Carasso.

177 176 désordre, tentent d'aoler l'opinion publique et de rejeter sur la classe ouvrière la responsabilité d'une situation qu'ils veulent créer. Des mesures immédiates s'imposent contre ces ennemis du peuple, de la nation. Au moment où le Président du Conseil vient de convoquer pour mercredi les représentants des confédérations ouvrière et patronale, on ne peut oublier que M. Camille Chautemps lui-même a déclaré que sur 53 sentences arbitrales non appliquées, 43 avaient été délibérément violées par le patronat. Aux usines Goodrich, la direction renvoie un ouvrier pour une faute professionnelle qu'il n'a pas commise et prétend maintenant licencier une cinquantaine d'honnêtes travailleurs. Les fascistes, organisés militairement, donnent l'assaut aux entrepôts d'alimentation et occupent la préfecture de l'ardèche. Le grand patronat poursuit les syndicats et obtient d'une magistrature assise, pour ne pas dire plus, de scandaleuses condamnations. Les employés de banque sont mécontents à juste titre de l'attitude de l'union syndicale des banquiers, mais aucun mouvement n'a eu lieu, aucun arrêt de travail n'est prévu. Cependant, depuis deux jours, les établissements de crédit et la Bourse sont en état de siège. Les patrons savent bien pourtant qu'aucune grève n'a été envisagée par les organisations confédérées qui représentent l'immense majorité du personnel. Il s'agit de leur part d'une provocation très nette doublée d'une opération nancière. Ils ont ainsi créé une inquiétude qui n'a pas manqué d'avoir des répercussions en Bourse : une baisse sensible a été enregistrée jeudi sur les rentes françaises. C'est là le résultat des man uvres intéressées des ennemis du peuple, des ennemis du franc. Cela ne peut surprendre de la part des hommes de la haute nance que le pays a dénitivement jugés, mais on peut être surpris que la force publique ait été ainsi mise à leur service. Ah oui! Le pays a besoin de travail et d'ordre, mais on connaît les agents de désordre et les saboteurs de la production. On connaît ceux qui violent les lois et suscitent de regrettables conits. Ce sont les "meneurs" de la Confédération Générale du Patronat français. Que ces gens là soient mis à la raison, qu'ils comprennent enn que les lois s'appliquent à eux comme à tous les citoyens et la France pourra travailler dans l'ordre, la liberté et la paix. Pierre Delon janvier Le conit Goodrich Hier matin, le camarade Finck s'est rendu à la président du Conseil où il a été reçu par M. Chautemps. Il s'est ensuite rendu chez M. Pouillot, chef adjoint du cabinet du ministre du Travail, où il s'est entretenu avec M. Boyer, administrateur délégué des usines Goodrich, Pons, directeur du personnel et Guibert, chef du service Bedeaux de cette entreprise. Les pourparlers se sont 231. Pierre Delon, Les représentants de la CGT et des organisations patronales sont convoqués pour mercredi par le Président du Conseil, L'Humanité, n o 14265, 8 janvier 1938, p. 1 et 5. Deux photographies du conit et d'édouard Finck illustrent l'article.

178 22. ANNÉE poursuivis sur les modalités de la reprise du travail. Ils ont été repris à 17 heures entre Finck et Plantin, secrétaires fédéraux des industries chimiques et les représentants de la direction Goodrich. L'assemblée générale des grévistes Le comité de grève s'est réuni au siège, hier dans l'après-midi. Les délégués ont poursuivi la discussion sur la suite à donner à la décision du président du Conseil. Une assemblée générale des grévistes s'est organisée ensuite dans la salle du gymnase municipal. Carasso vient expliquer la position du syndicat. Il tient à souligner tout d'abord le bloc unanime du comité de grève, malgré les tendances qui se sont manifestées au cours de la discussion. Après avoir commenté la sentence et l'additif, Carasso indique que les ouvriers n'admettront pas les renvois. Mais, dit-il, il faudra appliquer la sentence en subissant, car ce serait recommencer une deuxième grève dans des conditions beaucoup plus défavorables et contre le gouvernement. Bourlet précise son vote au comité de grève, ainsi que Nadaud, trésorier du comité de grève et Charpentier, qui parle au nom de ses camarades qui se sont abstenus, les raisons qui ont motivé son vote, ce sont : l'opinion des organisations syndicales et de la CGT sur la sentence et ensuite leur désir de ne pas généraliser le mouvement. Il laisse aux ouvriers le soin de juger eux-mêmes de la situation. Poulmarc'h vient ensuite à la tribune parler au nom du syndicat. Après avoir fait l'historique de la grève, il déclare : "le fait d'avoir mis en échec les forces de police et d'avoir obtenu la neutralisation de l'usine est une victoire ouvrière de première importance. Ce précédent servira l'ensemble des travailleurs". Poulmarc'h poursuit : "nous devons rentrer tous unis, en vue de nouvelles luttes à engager en prévision du renouvellement de nos conventions collectives." Notre camarade Waldeck Rochet, député de la Seine, est dans la salle. Il précise tout d'abord que son intention n'est pas de s'immiscer dans le mouvement syndical ni dans la direction de cette grève, mais qu'en tant qu'élu de la classe ouvrière dans la circonscription, il ne peut pas se désintéresser de la grève. Il dit ensuite son opinion sur la sentence qui ne donne pas satisfaction aux ouvriers. En terminant, Waldeck Rochet déclare : "si tous les partis avaient notre position au sujet de cette sentence, la lutte serait gagnée par les ouvriers." Varloteau, secrétaire de l'union des syndicats, lui succède à la tribune. Il donne lecture d'une résolution dans laquelle les ouvriers de l'usine Goodrich protestent véhémentement contre un article du député de la Corrèze, Péchadour, paru hier dans le Petit Parisien. Notre camarade fait son exposé, interrompu à plusieurs reprises par certains éléments, dont plusieurs sont étrangers à l'usine, et termine en insistant sur la gravité de la décision à prendre. À la suite des quelques interventions, le président propose, après consultation du bureau, de remettre au lendemain le vote sur la suite à donner à la décision du président du Conseil. La séance est levée. Une assemblée générale se tiendra aujourd'hui à 16 heures, aux anciennes usines Dunlop, quartier des Champioux, où les ouvriers se prononceront, après audition du

179 178 camarade Finck, sur les décisions dénitives à adopter janvier La direction ayant renoncé aux licenciements, les ouvriers de l'usine Goodrich ont décidé la reprise du travail Hier les travailleurs de l'usine Goodrich ont accepté, à la majorité, de reprendre le travail. Cette décision a été prise à la suite de la promesse faite par la direction de renoncer aux licenciements arbitraires qu'elle avait annoncés. Ce recul du patronat qui prétendait jeter sur le pavé deux cents, puis cinquante deux honnêtes travailleurs a été obtenu par l'action énergique et la cohésion des ouvriers. Un nombre important de grévistes demandaient la continuation de la lutte. Ils n'acceptent pas, et cela se conçoit, que Rivino soit renvoyé alors que le président du Conseil lui-même a précisé que l'accusation portée contre lui n'était pas fondée. Ce douloureux conit a mis à nu les provocations du grand patronat qui n'hésite pas à jeter dans la misère des familles ouvrières et à compromettre la production nationale. [...] janvier Le conit Goodrich est terminé Application de la sentence du président du Conseil. Aucun licenciement pour fait de grève. Telles sont les principes modalités de reprise du travail approuvées par les grévistes. De nouveaux accords ont été signés hier dans les transports. Le patronat de l'alimentation provoque les ouvriers. Il mobilise les factieux pour expulser les grévistes. La CGT accepte sans aucune réserve la proposition du président du Conseil. Hier a eu lieu aux anciennes usines Dunlop, à Argenteuil, l'assemblée des grévistes des établissements Goodrich. Les ouvriers avaient à se prononcer sur les dernières propositions faites par M. Boyer, administrateur des établissements Goodrich, au camarade Finck, secrétaire général de la Fédération des industries chimiques. L'assemblée des grévistes La réunion se tient sous la présidence de Carasso. Le camarade Finck intervient le premier et donne connaissance des propositions de M. Boyer, savoir : "Initialement, la direction voulait renvoyer 200 ouvriers. Par la suite, elle abaissa le nombre à 50. Enn, après les pourparlers qui se sont terminés hier soir, à 20 heures, voici le texte sur lequel les patrons et nous-mêmes sommes tombés d'accord : 1 o La direction achera dans l'usine un avis faisant appel à la concorde, mais prévenant les ouvriers qu'aucune infraction à l'accord ne serait tolérée 232. Le conit Goodrich, L'Humanité, n o 14265, 8 janvier 1938, p La direction ayant renoncé aux licenciements, les ouvriers de l'usine Goodrich ont décidé la reprise du travail, L'Humanité, n o 14266, 9 janvier 1938, p. 1.

180 22. ANNÉE sous peine de sanctions ; 2 o Une lettre sera adressée au personnel, le prévenant que la direction, pour répondre à l'appel du gouvernement, abandonne toute idée de sanctions ; 3 o La reprise du travail étant subordonnée à la nécessité de la production sera échelonnée sur quinze jours ; mais il faudra rattraper le temps perdu, les heures supplémentaires n'étant considérées, dans leur rétribution, comme telles, qu'à partir du 31 mars prochain ; 4 o Si aucun licenciement ne sera prononcé, il sera procédé cependant à cinq déplacements sous forme de mutations, et sans diérence de salaire, des employés suivants qui occupaient un poste de conance : un téléphoniste, un aûteur, un chef courrier, un chronométreur et un magasinier ; 5 o Les revendications en suspens (sentence Couturier et système Bedeaux) seront examinées après la reprise du travail par M. Pouillot ; 6 o Les dommages-intérêts demandés par la direction seront réduits de francs à 1 franc ; 7 o Aucune représailles ne sera exercée dans l'avenir sur le personnel". Et Finck déclare que si le personnel acceptait cette formule transactionnelle, le travail pourrait reprendre dès lundi. L'orateur note que c'est un succès d'avoir obtenu lors d'une grève de solidarité et malgré la position de la CGPF qu'aucun renvoi ne soit eectué. Bourlet et Charpentier, membres du comité de grève, interviennent ensuite, expliquant leur position, le premier contre la reprise du travail, le second son abstention lors du vote au sein du comité. De nombreux ouvriers expliquent à leur tour leur position. Henri Raynaud, secrétaire général de l'union des Syndicats, prend ensuite la parole. Il déclare que le succès de ce mouvement est inestimable. Ce fut d'abord la solidarité eective de tous les travailleurs des usines environnantes qui empêcha l'évacuation de l'usine par les forces de police. Ce fut ensuite la neutralisation eective de l'usine dont les clés furent remises au commissaire de police. Ce fut enn la retraite du patronat forcé d'abandonner toute sanction pour faits de grève. Raynaud demande aux ouvriers d'accepter la sentence Chautemps, à contre-coeur bien sûr, mais pour éviter de donner des armes au patronat. Depuis 17 heures, les groupes commencent à déler devant les urnes installées dans une salle attenante à celle où se tient l'assemblée. Le vote Les groupes entretiennent des discussions animées, mais tout le monde vote dans le plus grand calme. À 19h30, le scrutin est clos, et vers 21 heures, les résultats sont communiqués. Pour l'acceptation de la sentence arbitrale, c'est-à-dire pour la reprise du travail lundi matin : 673 voix ; contre 488 voix. Le nombre des abstentions, qui est assez élevé, n'a pas été précisé. À la reprise du travail, les salaires bénécieront de l'application du rajustement

181 180 de 9 % de la sentence Platrier, obtenus dans l'industrie du caoutchouc à partir du 1 er janvier. Unis et conants en leur syndicat, leur Fédération et la CGT, les ouvriers de chez Goodrich, ers des résultats obtenus, sauront rester comme par le passé, une des sections les meilleures et des plus actives des industries chimiques janvier Les ouvriers des usines Goodrich reprennent le travail ce matin Le travail reprendra ce matin aux usines Goodrich. Bien des ouvriers, certes, ne cachent pas que c'est à contre-coeur. "Puisque Rivino n'était pas coupable, disent-ils, pourquoi son renvoi? La sentence du président du Conseil est illogique!" Cependant, la majorité a décidé qu'il était impossible de ne pas appliquer la sentence rendue par M. Chautemps, si imparfaite soitelle, et nul doute que les camarades des établissements Goodrich, respectueux des décisions de la majorité, exprimées dans un vote à bulletin secret, avec calme et discipline, rentreront dans les ateliers au fur et à mesure des possibilités. Ils auront droit d'être ers des succès remportés. Succès contre la police, qui voulait évacuer l'usine par la force. Succès contre la direction, qui prétendait eectuer tout d'abord deux cent licenciement et qui a été amenée a reprendre tout le monde dans les ateliers. Succès enn contre la CGPF et le grand patronat aux ordres de M. Gignoux, qui ont été forcés d'accepter la neutralisation eective de l'usine. Cette fois, aucune possibilité de recruter des jaunes au sein des ligues fascistes ; pour la première fois, les clés de l'usine étaient remises au commissaire de police ; l'usine était fermée. De plus, les travailleurs des établissements Goodrich bénécieront d'un rajustement de salaires de 9 %, que la sentence Platrier a accordé dans toute l'industrie du caoutchouc à partir du 1 er janvier. Un communiqué des organisations syndicales Le vote de vendredi a décidé la reprise du travail. Lundi donc, la direction convoque par lettre une parte du personnel appartenant en particulier à l'entretien et aux grands bureaux. Mardi et les jours suivants, avec le maximum de célérité, a-t-on promis, d'autres fractions du personnel seront appelées au travail. Le processus de fabrication ne permet pas l'entrée immédiate de tous. En une dizaine de jours, néanmoins, tout le personnel devrait pouvoir reprendre le travail. Une poignée d'irresponsables, dont une partie ne fait pas partie de l'usine, a déclaré vouloir saboter la reprise du travail. Le syndicat et la Fédération regrettent qu'en dépit du vote et de la discipline syndicale, quelques inconscients cherchent à créer des incidents. Les organi Le conit Goodrich est terminé, L'Humanité, n o 14266, 9 janvier 1938, p. 5. Une photographie illustre l'article, avec pour légende : Dans la salle de la permanence du comité de grève, de gauche à droite : Noiraud, secrétaire du comité local de Colombes, Carasso et Finck, de la Fédération des industries chimiques.

182 22. ANNÉE sations syndicales déclinent toute responsabilité sur les conséquences d'une telle attitude. Nous précisons qu'une assemblée générale du personnel pas encore appelée aura lieu tous les matins, jusqu'à ce que le dernier ouvrier ait repris le travail. Lundi, cette assemblée aura lieu avec la présence de Carasso, au Gymnase municipal d'argenteuil, à 9h30. L'organisation des repas et de la solidarité fonctionnera jusqu'à la n avant la reprise du travail pour tous. Une fois de plus, le syndicat en appelle à la discipline et au sang-froid de tous, an que, jusqu'au bout, ce mouvement conserve cette dignité qui a fait l'objet de l'admiration de tous les travailleurs de la région parisienne et du pays. Pas de rassemblement aux portes, ce qui constituerait une provocation voulue par des éléments troubles ou irresponsables! Tous à la réunion! Le syndicat ; la Fédération janvier Ce soir, assemblée générale des délégués des usines chimiques de la région parisienne Une assemblée générale des délégués et responsables des usines chimiques de la région parisienne aura lieu ce soir à 20h45 à la Maison des syndicats, 33 rue de la Grange-aux-Belles, Paris (10 e ). L'ordre du jour est le suivant : 1 o Examen de la situation créée par le conit Goodrich ; mesures d'action et de solidarité. 2 o Préparation d'un grand rassemblement des ouvriers et ouvrières des industries chimiques de la région parisienne. Prendront la parole : Jean Poulmarc'h, secrétaire général du syndicat ; Édouard Finck, secrétaire général de la Fédération ; Eugène Hena, secrétaire de l'union des syndicats. Un pointage aura lieu à l'entrée, se munir de la carte syndicale janvier Les ouvriers des usines Goodrich conserveront tous leurs droits : ancienneté, indemnité de congédiement, congés payés, etc. La reprise du travail a commencé hier matin. Ce matin s'est eectuée la reprise du travail aux établissements Goodrich. Dans la journée, environ 200 ouvriers ont été appelés, ainsi que 250 à 300 employés et techniciens. Une réunion s'est tenue à dix heures au Gymnase municipal d'argenteuil, où le camarade Carasso a donné des indications sur l'organisation des secours, la solidarité dans les cantines, jusqu'à ce que le dernier ouvrier reprenne le travail. À quinze heures, une entrevue a eu lieu au ministère du Travail en 235. Les ouvriers des usines Goodrich reprennent le travail ce matin, L'Humanité, n o 14267, 10 janvier 1938, p Ce soir, assemblée générale des délégués des usines chimiques de la région parisienne, L'Humanité, n o 14267, 10 janvier 1938, p. 7.

183 182 présence de M. Pouillot, chef du cabinet du ministre, les délégués patronaux M. Boyer, administrateur et M. Pons, directeur d'une part et Finck, Carasso, Letellier et trois délégués de l'usine de l'autre. Un accord précisant les modalités de la reprise du travail dans tous les détails a été signé. Il apparaît que la reprise sera accélérée et que d'ici une dizaine de jours, tout le monde pourra se trouver à l'usine. Il est à signaler que les ouvriers conservent tous les avantages antérieurs : ancienneté, indemnité de congédiement, congés payés, etc... Demain, une seconde réunion des ouvriers aura lieu à dix heures, au Gymnase municipal d'argenteuil janvier Aucun changement dans le conit Louradour à Vitry Depuis trois semaines, les ouvriers de la maison Louradour à Vitry sont en grève. Malgré les nombreuses protestations, les pouvoirs publics n'ont pas cru nécessaire de neutraliser l'usine, malgré les nombreuses promesses faites à ce sujet. Quelques membres des ligues factieuses travaillent chaque jour dix et douze heures, sous la protection de la police. De nombreuses délégations se sont rendues aux diérents ministères : la dernière, qui eut lieu samedi, à l'hôtel Matignon, reçut l'assurance formelle de Da Costa que rien ne serait négligé pour résoudre le conit. Depuis, aucun changement n'est intervenu. Les ouvriers estiment que cela a assez duré et demandent que le gouvernement fasse appliquer les lois sociales janvier Une importante résolution de la commission exécutive de la Fédération des industries chimiques La commission exécutive de la Fédération nationale des Industries chimiques, réunie extraordinairement le samedi 8 janvier 1938, après avoir écouté les rapports des camarades Finck et Carasso sur la grève Goodrich, Letellier et Vanhaute sur la situation dans les pétroles de la Basse-Seine : félicite Carasso, secrétaire du syndicat de la région parisienne, pour la façon dont il a conduit le mouvement de chez Goodrich ; se déclare absolument d'accord avec la position prise par le camarade Finck et le secrétariat fédéral d'inviter les travailleurs de chez Goodrich à reprendre le travail après avoir obtenu qu'aucun licenciement pour faits de grève ne serait eectué. La commission exécutive fédérale déclare ne pouvoir être d'accord avec la sentence rendue par M. le président du Conseil, mais s'inclinant devant 237. Les ouvriers des usines Goodrich conserveront tous leurs droits : ancienneté, indemnité de congédiement, congés payés, etc., L'Humanité, n o 14268, 11 janvier 1938, p Aucun changement dans le conit Louradour à Vitry, L'Humanité, n o 14268, 11 janvier 1938, p. 5.

184 22. ANNÉE la loi, elle subira cette sentence, alors que de nombreux patrons ont eu la liberté de ne rien appliquer. En ce qui concerne les pétroles de la Basse-Seine, la commission exécutive fédérale se déclare absolument d'accord avec l'activité déployée par le secrétariat sur le licenciement du secrétaire du syndicat de Petit-Couronne et sur les résultats obtenus pour les rajustements de salaires. La commission exécutive fédérale, après avoir pris connaissance de l'article paru dans la presse de droite au sujet du conit Goodrich, regrette que des députés se réclamant de la classe ouvrière aient cru devoir prendre position contre la grève, se rangeant ainsi du côté patronal. La commission exécutive fédérale, après avoir pris connaissance du rapport sur l'algérie où dans les pétroles, les ouvriers et collaborateurs attendent depuis mars 1937 que l'organisation la plus représentative soit située, an que s'engagent les pourparlers à l'eet d'établir la convention collective pour les pétroles de l'algérie, que d'autre part : la commission exécutive fédérale constate que la répression sévit avec une sauvagerie inouïe ; et, devant cette situation intolérable, elle se déclare solidaire avec les camarades d'algérie et les assure de l'entière solidarité des travailleurs des produits chimiques de France. La commission exécutive mandate le secrétariat fédéral pour envisager les moyens permettant l'ouverture, dans les délais les plus rapprochés, de la discussion du projet fédéral de la convention collective nationale selon les dispositions contenues dans la lettre du ministère du Travail du 28 décembre La Fédération janvier Aux ouvriers des usines chimiques de Saint-Denis Pour la signature des conventions collectives nationales. Pour l'échelle mobile des salaires. Pour le vote de la loi réglementant l'embauchage et le licenciement. Pour le respect de la semaine de quarante heures. Pour le respect du droit syndical. Pour préciser les résultats acquis par un dernier arbitrage. Assistez en masse au grand meeting aujourd'hui 11 janvier, à 17 heures 30, au Théâtre Municipal de Saint-Denis. Orateurs : Vidal, Poulmarc'h, secrétaires du syndicat de la région parisienne ; Édouard Finck, secrétaire général de la Fédération et Benoît Frachon, secrétaire de la CGT. La présentation de la carte syndicale sera exigée à l'entrée. Dans la mesure des places disponibles, les travailleurs des autres corporations, sur présentation de la carte confédérale à jour, pourront assister à ce meeting Une importante résolution de la commission exécutive de la Fédération des industries chimiques, L'Humanité, n o 14268, 11 janvier 1938, p Aux ouvriers des usines chimiques de Saint-Denis, L'Humanité, n o 14268, 11 janvier 1938, p. 5.

185 janvier Si des garanties légales ne nous sont pas données, nous reprendrons notre liberté d'action...a déclaré hier Benoît Frachon au meeting des ouvriers des produits chimiques de Saint-Denis. Le syndicat des industries chimiques avait demandé à la municipalité l'attribution de la salle du théâtre municipal pour un meeting des ouvriers des usines chimiques de Saint-Denis. Lundi seulement, la municipalité a fait savoir que le théâtre municipal ne serait pas accordé si Benoît Frachon venait prendre la parole, comme cela était prévu. La salle du Casino ayant pu être louée au dernier moment, les travailleurs présents s'y sont rendus, et d'entre eux ont pu y trouver place. Après les interventions de Vidal et Poulmarc'h, secrétaires du syndicat des industries chimiques de la région parisienne, Rosarde, secrétaire de la Fédération, notre camarade Frachon, secrétaire de la CGT longuement applaudi, pris la parole. Après avoir dénoncé la politique suivie par la majorité fasciste du conseil municipal de Saint-Denis, il déclara : "Quand nous vous conseillions la sagesse et la vigilance, nous n'acceptions pas, pour cela, les injustices. Nous nous sommes adressés au Front populaire et aux chefs des deux gouvernements de Front populaire. Nous ne réclamons rien de nouveau : seulement le maintien des conquêtes de juin La CGT a souvent donné des avertissements aux pouvoirs publics concernant l'eervescence dans la région parisienne et en province. La grève Goodrich ayant bénécié de la solidarité de dizaines de milliers d'ouvriers a peut-être ouvert les yeux de certains." Il faut comprendre que des millions d'hommes sont parfaitement organisés, qu'ils ne réclament rien qui ne soit juste. Si on ne veut pas nous donner des garanties sur les lois qui devaient être votées avec la reconduction des conventions collectives, nous reprendrons notre liberté d'action et engagerons le combat avec nos cinq millions d'adhérents. Quand on met à la disposition du patronat les transports, les camions de l'armée, on fait le travail de briseurs de grève. Quand le gouvernement unanime désapprouve la grève des services publics, on n'applique pas le programme du Front populaire. Nous voulons obtenir l'institution de l'échelle mobile. Les patrons se moquent de leur signature. Il n'y a pas trente-six moyens. Il n'y en a qu'un : c'est la contrainte. En conclusion, si on ne nous accorde pas satisfaction, personne ne pourra nous empêcher de l'obtenir par d'autres moyens. Si la loi est défaillante, si nos amis qui sont au Front populaire et au Parlement ne comprennent pas ces choses, nous nous considérons comme dégagés. Ce que la loi ne nous aura pas accordé, nous l'arracherons Si des garanties légales ne nous sont pas données, nous reprendrons notre liberté d'action, L'Humanité, n o 14269, 12 janvier 1938, p. 5.

186 22. ANNÉE janvier Le pays veut un gouvernement qui appliquera le programme du Front populaire Au nom des syndiqués des industries pharmaceutiques. Au nom des syndiqués, le syndicat général des industries pharmaceutiques exigent du gouvernement de la France une politique conforme à la volonté populaire exprimée en mai Par l'appel aux élus des partis du Front populaire, le gouvernement doit être constitué à son image et réaliser son programme contre les ennemis du peuple et de la nation. Assez de reculs. Il faut agir avec fermeté. Pour le pain, la paix et la liberté. Vive le gouvernement de Front populaire. Jean Bas, secrétaire général du syndicat des industries pharmaceutiques janvier Le pays veut un gouvernement à l'image du Front populaire Parmi les nombreuses résolutions réclamant l'unité et le respect du programme, celle des ouvriers et ouvrières de l'usine Progil est mentionnée janvier L'aide à l'espagne républicaine [... ] Le bureau de la Fédération nationale des Industries chimiques souscrit pour envoyer du lait aux bébés espagnols. Finck (50 francs), Vandenbossche (50 francs), Letellier (50 francs), Rosarde (50 francs), Vanhaute (50 francs), Perrouault (50 francs), Baudouin (50 francs), Beyer (50 francs), Chabanon (50 francs), Plantin (50 francs). Total : 500 francs. Ainsi que les employées de la Fédération des industries chimiques. Renée Augueux (30 francs), Raymonde Leduc (30 francs), Jeanne Viola (30 francs), Marguerite Lamy (30 francs), Hélène Thiberville (10 francs), Suzanne Hélembrant (5 francs), Rolande Puaud (10 francs). Total : 145 francs. Total général : 645 francs janvier Souscrivez!!! Pour le triomphe de la République espagnole [... ]. Produits chimiques. Le personnel du Syndicat : Reix Raymonde (20 francs), Bas Colette (20 francs), Étienne Germaine (20 francs), Chanut Jeannette (20 francs), Poupon Jean (20 francs), Lecouteux Georges (20 francs), Dubossage Yvette (20 francs), Mathéo Berthe (20 francs), Aubry Christiane 242. Le pays veut un gouvernement qui appliquera le programme du Front populaire, L'Humanité, n o 14273, 16 janvier 1938, p Le pays veut un gouvernement à l'image du Front populaire, L'Humanité, n o 14274, 17 janvier 1938, p L'aide à l'espagne républicaine, L'Humanité, n o 14276, 19 janvier 1938, p. 5.

187 186 (20 francs), Baudin Huguette (20 francs), Obach Gaston (20 francs). Total : 220 francs. Produits chimiques. Le secrétariat du syndicat : Vidal (50 francs), Poulmarc'h (50 francs), Carasso (50 francs), Guédou (50 francs), Touzet (50 francs), Ernoult (50 francs), Gallet Fernande (50 francs), Marty (50 francs), Couegnas (50 francs), Jacquot (50 francs), Lutinier (50 francs), Waty-Jillet (50 francs), Leroy (50 francs), Guilbaud (50 francs). Total : 750 francs. [... ] janvier La solidarité envers l'espagne républicaine. À l'appel de l'union des Syndicats de la région parisienne, plus de francs ont été recueillis depuis le 1 janvier pour les combattants antifascistes er [... ] Deuxième liste de souscription. [... ]. Bureau de la Fédération des produits chimiques. Finck (50 francs), Vandenbossche (50 francs), Letellier (50 francs), Vanhaute (50 francs), Rosarde (50 francs), Perrouault, (50 francs), Baudouin (50 francs), Beyer (50 francs), Chabanon (50 francs), Plantin (50 francs) ; Employés de la Fédération des Industries chimiques. J. Viola (30 francs), R. Leduc (30 francs), M. Lamy (30 francs), H. Thiberville (10 francs), S. Hélambrandt (5 francs), R. Puaud (10 francs), R. Augueux (30 francs), M. et Mme Foulliol (50 francs). [...] janvier Nécrologie Fédération nationale des Industries Chimiques. Notre camarade R. Letellier, secrétaire de la Fédération des Industries Chimiques, vient d'avoir la douleur de perdre sa mère. En cette pénible circonstance, la Fédération et le Syndicat parisien lui adressent, à lui et à sa famille, l'expression de leurs plus sincères condoléances. Les obsèques auront lieu à Caen aujourd'hui, mardi 25 courant février Pour la réglementation de l'embauchage des travailleurs de toutes catégories La Fédération des industries chimiques demande que seules, la valeur technique et la formation soient retenues pour le choix des cadres. Le bureau de la Fédération nationale des Industries chimiques a fait parvenir la lettre que nous publions ci-dessous aux présidents de groupes de la Chambre et du 245. Souscrivez!!! Pour le triomphe de la République espagnole, L'Humanité, n o 14281, 24 janvier 1938, p La solidarité envers l'espagne républicaine, L'Humanité, n o 14282, 25 janvier 1938, p Nécrologie, L'Humanité, n o 14282, 25 janvier 1938, p. 5.

188 22. ANNÉE Sénat. Le bureau fédéral demande que soit étendue à toutes les catégories de travailleurs, ouvriers, employés, collaborateurs et ingénieurs, la réglementation de l'embauchage et du licenciement envisagée dans le statut moderne du travail. Monsieur le président, au moment où va venir devant les Chambres le Statut moderne du travail, qui doit comporter entre autres choses l'organisation paritaire de l'embauchage et du licenciement, nous croyons devoir attirer votre attention sur le point suivant : des échos qui nous sont parvenus, ce projet exclurait de toute réglementation certaines catégories du personnel et notamment les "collaborateurs ou représentants directs du chef d'établissement". Une telle formule est vague et dangereuse, car elle permettrait d'exclure de toute protection légale tout le personnel collaborateur. Or, proportionnellement aux eectifs, ce sont sans aucun doute les collaborateurs qui ont eu le plus à sourir de l'arbitraire patronal et dans nos industries particulièrement de multiples conits ont eu pour origine le renvoi ou le déplacement d'un collaborateur cégétiste. Le complot cagoulard contre la République est d'ailleurs venu prouver comment les grandes sociétés industrielles sélectionnaient leurs cadres. Le comité national de coordination de notre section fédérale des collaborateurs, qui groupe adhérents, dont plus de ingénieurs et chefs de service, s'est vivement ému de cette situation. C'est pourquoi le bureau fédéral de la Fédération nationale des Industries chimiques se permet d'insister auprès de vous pour que la réglementation envisagée soit étendue à toutes les catégories de travailleurs, ouvriers, collaborateurs et ingénieurs, une liste spéciale étant faite pour chaque catégorie professionnelles. Nous savons que quelques groupements s'élèveront contre ce point de vue, mais ce ne peuvent être que des organisations de création ou d'inspiration patronale, alors que plus de la moitié des intéressés sont organisés au sein de notre Fédération. Nous désirons avant tout que chaque travailleur puisse occuper un emploi conforme à ses capacités. Il est en particulier du plus haut intérêt pour la production et l'économie nationale, que seule la valeur technique et la formation puissent jouer dans le choix des cadres. Espérant pouvoir compter sur votre appui, nous vous prions d'agréer, etc. Pour la Fédération, le conseiller technique, Beyer février Bibendum et ses cagoules. II. Avant- Après où les leçons de 1936 chez Michelin De notre envoyé spécial Georges Beaubois). Jusqu'en 1936, les ouvriers de Michelin subirent la volonté patronale, ils n'étaient pas encore tous solidaires. La direction, aidée par une équipe de gens habiles à jouer sur les rivalités qu'ils suscitaient perdement entre les travailleurs, put fabriquer à 248. Pour la réglementation de l'embauchage des travailleurs de toutes catégories, L'Humanité, n o 14290, 2 février 1938, p. 5.

189 188 des prix minima ces fameux pneus, qui assuraient des bénéces confortables. Quels temps bénis! Mais il fallait que ça dure! Alors, M. Édouard, père de la dynastie Michelin, combina des plans subtils, nettement en dehors de ces principes humanitaires qui obscurcissent si désagréablement les prix de revient, an de s'attacher davantage une main-d' uvre hautement qualiée. M. et Mme Michelin adoptèrent sans vergogne le masque des philanthropes. Simples cagoules! Les yeux de la Cagoule La brigade spéciale divisa davantage les travailleurs, accordant à celui-ci ce qu'elle refusait à un autre, creusant par la jalousie et l'injustice des fossés profonds entre les services ; par ces procédés, elle assurait l'omnipotence de leur patron. D'autres moyens furent mis en uvre pour asservir davantage les Par exemple, les cités-jardins. On calcula leur éloignement de la ville pour protéger leurs habitants de la propagande révolutionnaire ou syndicale ; mais la distance n'empêchant pas la fréquentation des réunions, Michelin étendit la surface des jardins jusqu'à 400 mètres carrés ; il pensait que ce retour à la terre maintiendrait ses locataires-ouvriers hors d'atteinte des théories contraires à l'esprit bon patron. Puis les cités eurent leurs coopératives abondamment achalandées, leur foyer familial, le cinéma avec des lms bon ton, l'école Michelin avec des instituteurs Michelin, des cliniques Michelin avec des sages-femmes Michelin! On est chez soi ou on n'y est pas! Autant de cagoules dissimulant la soif du prot ; pendant des années des milliers de familles végétèrent ainsi, asservies et dominées par les multiples yeux Michelin. Clermont-Ferrand, terrain d'acclimatation! Celui-ci t mieux encore ; il transplanta aux environs de Clermont tout un village de Bretagne, depuis le curé jusqu'au dernier-né. Pas un de ces malheureux ne parlait français et encore moins le patois d'auvergne. Tous ces pauvres gens avaient été trompés sur les ouvriers de la ville et excités contre eux. Il en résulta des heurts pénibles. L'expérience ne réussit point, mais admirons le souci de réconciliation qui animait le bon patron dans cette aaire. Aujourd'hui Comme hier, l'usine tourne à plein, les cités sont toujours aussi monotones, les ouvriers achètent aux coopés, vont au cinéma familial, s'instruisent au foyer et fréquentent les stades. Mais! Mais ils ont tiré un grand enseignement de la réussite Michelin ; c'est par l'organisation que celui-ci était parvenu à les asservir et à les exploiter honteusement, en dissimulant ses desseins inhumains sous divers visages. Et c'est par l'organisation qu'ils se sont libérés de la servitude du trust avec lequel ils discutent maintenant d'égal à égal. Les nouveaux salaires leur permettent maintenant de se vêtir mieux, d'assister

190 22. ANNÉE aux spectacles interdits jadis par les paies anémiques. Leurs compagnes s'intéressent aux modes nouvelles, peuvent embellir leur maison de ces simples choses qui sont le ravissement des bonnes ménagères : rideaux neufs, linge plus solide, chaussures moins grossières, vaisselle ne, chère meilleure, etc... Enn! L'homme se sent moins lourd et elle, la maman, ne pleure plus, comme autrefois, en coupant les tranches de pain à ses petits. Ils sont qui ont la carte de la CGT en poche et qui s'en servent. Cela malgré les combinaisons louches et les provocations du syndicat professionnel dont les eurons sont : Locuty, Méténier, Vogel, Vauclard, etc..., cagoulards-délégués de Michelin- Laval. Leurs exploits de bandits devaient ouvrir les yeux de beaucoup de Clermontois qui croyaient que les cagoules ne servaient qu'à des farceurs. Aussi, quel réveil! (à suivre) février Une délégation des travailleurs des industries chimiques de Marseille au ministère du Travail Les entreprises de fabrication de produits chimiques, des Bouches-du- Rhône : Alais-Froges et Camargue et Solvay ont signié leur intention de classer leur personnel dans la catégorie agricole, bien que ces établissements avaient nettement classé leurs ouvriers dans la catégorie industrielle. Ces travailleurs perdraient de ce fait tous leurs droits actuels aux quarante heures, conventions collectives et leurs salaires en seraient diminués. Une délégation, composée des secrétaires de la Fédération nationale des industries chimiques : les camarades Perrouault et Vanhaute, du secrétaire régional Razzoli se rendra ce matin à dix heures au ministère du Travail où elle sera reçue par M. Ramadier. Elle exposera la situation créée par cette prétention patronale et exprimera les protestations des travailleurs février L'activité du syndicat des industries chimiques de la région parisienne Une grande activité règne au siège de la place de la République. La Maison du syndicat des travailleurs des industries chimiques est vaste. De multiples services y sont aménagés, recevant de nombreux adhérents. Un va et vient continuel démontre l'activité des secrétaires des diverses branches industrielles, dont le souci est de satisfaire les revendications des travailleurs, qui leur ont accordé leur conance. Ce jeune syndicat qui, avant juin 1936, comptait 900 adhérents, comprend maintenant plus de travailleurs répartis en de nombreuses branches industrielles. Ces sections sont sous la 249. Georges Beaubois, Bibendum et ses cagoules. II. Avant-Après où les leçons de 1936 chez Michelin, L'Humanité, n o 14291, 3 février 1938, p Une délégation des travailleurs des industries chimiques de Marseille au ministère du Travail, L'Humanité, n o 14293, 5 février 1938, p. 5.

191 190 responsabilité de nos dévoués camarades Guédou, Vidal, Carasso, Marty, Touzet et Fernand Gallet. Nos camarades Jean Poulmarc'h et André Ernoult assurent assurent respectivement le secrétariat général et la trésorerie du syndicat. Les réalisations syndicales Quelles ont été les réalisations de votre syndicat en 1937? demandonsnous à Poulmarc'h. Au cours de l'année 1937, le syndicat a montré une activité intense dans la défense des revendications ouvrières. On se rappelle les grèves revendicatives de la SIT, des établissements Gillekens, Noirot, Schneider et, tout dernièrement, le magnique mouvement de solidarité en faveur d'un ouvrier licencié aux usines Goodrich de Colombes. Vingt-six conventions collectives ont été signées et les rajustements de salaires obtenus sont de l'ordre de 27 à 28 %. Rappelons que certaines basses catégories ont maintenant un salaire minimum vital ; une ouvrière qui gagnait 2 francs 75 en 1936, obtient une rémunération horaire de 6 francs 60 à 7 francs 50 ; le salaire d'un ouvrier qui était de neuf francs, est passé à huit et dix francs de l'heure. Nous avons obtenu également de meilleures conditions de travail pour nos camarades exposés continuellement aux produits nocifs. Les uvres sociales En eet, le syndicat a défendu avec force les intérêts des ouvriers, qu'a-til réalisé concernant la question des uvres sociales? Nous avons beaucoup développé nos bases multiples : à chacun de nos jeunes camarades qui fait son service militaire, le syndicat envoie chaque mois la somme de vingt francs francs ont été alloués pendant le mois de janvier Les femmes syndiquées devenues mères obtiennent une subvention de cent francs. Nous venons également en aide aux familles frappées de deuil. Le syndicat s'est eorcé de faire uvre de solidarité, des centaines de milliers de francs ont été versés aux ouvriers en lutte pour la défense du pain et aux travailleurs en chômage. Le service juridique, sous la direction de notre camarade Lutinier, a permis à des centaines d'ouvriers de récupérer des dizaines de milliers de francs, que le patronat retenait indûment en violation des conventions collectives et des décisions arbitrales. Nous avons également constitué une mutuelle. Celle-ci fonctionne depuis le 1 er octobre. Les membres participants ont droit, moyennant une cotisation mensuelle de cinq francs et après six mois d'adhésion, à une indemnité de huit francs par jour pendant les deux premiers mois et cinq francs par jours pendant les deux mois suivants. Tous les syndiqués ne peuvent qu'être satisfaits des résultats obtenus par leur organisation qui a tout fait pour soulager les détresses et répondre au mieux à leurs aspirations. Nous posons une dernière question à l'actif secrétaire général : quelle a été l'activité de la commission des loisirs? De nombreuses fêtes ont été organisées et nous comptons bien développer notre programme des loisirs pendant cette année. Notre plus beau succès fut la sortie champêtre

192 22. ANNÉE en juin dernier, à la Villette-aux-Aulnes. Plus de de nos camarades ont assisté à cette fête, qui nous a permis de réaliser un bénéce de francs, versé aux uvres sociales du syndicat. Nous préparons pour cet été quelques sorties collectives où nos camarades bénécieront de prix très réduits et qui, j'espère, obtiendront un succès mérité. Poulmarc'h, en terminant, nous rappelle qu'une assemblée plénière se tiendra lundi 21 février, à 20h45, à la Maison des Syndicats, 33 rue de la Grange-aux-Belles. Au cours de cette réunion, le secrétariat envisagera les moyens de développer le rayonnement du syndicat et de réaliser mieux les multiples tâches qui restent à résoudre. Dans ce but, une proposition d'augmentation des timbres syndicaux, qui a été ratiée à la commission exécutive, sera soumise aux délégués. Nul doute que l'ensemble des militants approuvera cette mesure nécessaire devant les nombreuses dicultés nancières résultant d'une part, de l'élévation du coût de la vie et, d'autre part, des multiples réalisations sociales. À ce sujet, le camarade Ernoult nous indique la décision du syndicat d'acquérir une propriété dans la banlieue parisienne. "Cette propriété, nous dit-il, sera transformée en parc de repos et de culture où nos camarades pourront passer agréablement leurs deux jours de repos hebdomadaire". Après avoir remercié nos camarades, nous formulons, en les quittant, notre espoir de voir se réaliser, avec l'aide des travailleurs des industries chimiques, les tâches qu'ils se sont imposées. L. Coone mars La Fédération des industries chimiques organise la solidarité active en faveur des grévistes de Marseille Les travailleurs des industries chimiques de Marseille et du département des Bouches-du-Rhône viennent de se mettre en grève pour la défense de leurs avantages acquis et, en particulier, pour l'échelle mobile des salaires qui leur était appliquée jusqu'en septembre 1937, date à laquelle les patrons refusèrent de continuer l'application. La grève englobe l'ensemble des industries chimiques, à l'exception des dépôts de pétrole et des huileries et savonneries qui continuent à être régis par l'échelle mobile. Dans cette région, le patronat de diverses industries a mené et continue de mener une grande oensive contre l'échelle mobile qui était, en général, et de tout temps, appliquée dans le département. Le patronat des industries chimiques a donc suivi dèlement les autres industries et les ordres de la Confédération du patronat français. Devant le refus des patrons de continuer à rajuster les salaires suivant l'augmentation du coût de la vie et, forts de leurs droits, les syndicats ouvriers ont demandé l'arbitrage. Après la longue procédure 251. L'activité du syndicat des industries chimiques de la région parisienne, L'Humanité, n o 14308, 20 février 1938, p. 5. Un portrait de Jean Poulmarc'h accompagne l'article.

193 192 traditionnelle, M. Henry de Segogne, conseiller référendaire à la Cour des comptes et attaché à la présidence du Conseil, a surarbitré le diérend et, ce qui n'est pas pour nous surprendre, a annulé le principe de l'échelle mobile appliquée jusqu'ici. Dans ses considérants, M. Henry de Segogne est contraint de reconnaître que les bilans de certaines sociétés se sont soldés par des béné- ces considérables pour l'exercice 1936 mais que, pour 1937, aucun chire n'avait pu être fourni. Évidemment, chacun sait que les bilans pour 1937 ne sont pas encore établis et, qu'en général, ils ne sont faits que vers mai-juin. M. Henry de Segogne trouve que ces bénéces considérables sont établis en francs dépréciés!!! Mais, est-ce que les ouvriers ne touchent pas, eux aussi, des francs dépréciés et des rajustements dépréciés? Enn, M. de Segogne indique "que l'on doit interpréter les rajustements des salaires, acceptés ou consentis spontanément les 1 er juin et 1 er septembre 1937 non comme une reconnaissance de fait de l'échelle mobile, mais comme un témoignage de la volonté patronale (sic) de respecter l'esprit de la sentence Vanor-Ginovesi en majorant les salaires dans la mesure où le permettraient les uctuations économiques régionales et la situation des industries similaires." Ce considérant est superbe. Voici des patrons qui appliquaient l'échelle mobile tout en ne la reconnaissant pas!!! Et cela, pour respecter l'esprit de la sentence Vanor-Ginovesi! Si les patrons avaient continué à appliquer la sentence dans son esprit, comme le dit si bien M. Henry de Ségogne, aujourd'hui il n'y aurait pas grève. La sentence surarbitrale de M. de Segogne, enlevant aux travailleurs des industries chimiques de Marseille le bénéce de l'échelle mobile a créé une grande vague de colère. Ces travailleurs luttent avec juste raison pour conserver un avantage acquis. Déjà, nous sentons parfaitement bien que, parmi le côté patronal, il y a deux positions. L'une, celle des patrons de la région marseillaise qui, honnêtement, savent que les ouvriers ont raison ; mais il y a l'autre, celle des grands trusts, les Saint-Gobain, les Alais, Froges et Camargue, les Kuhlmann, qui commandent en maîtres dans notre pays. Ce sont eux qui dictent les ordres, les autres doivent obéir. Par leurs nombreuses usines dans le pays et à l'étranger, ils espèrent battre les travailleurs de Marseille, mais ils se trompent. Devant la gravité des événements qui lui sont signalés aujourd'hui, la Fédération va prendre des mesures en conséquence et déjà elle invite les syndicats groupant des usines des trusts ci-dessus cités à répondre à tout appel qui pourrait être fait par la Fédération. Elle salue les travailleurs de la région marseillaise qui luttent avec un grand courage et une belle discipline et les assure de sa solidarité totale. Édouard Finck, secrétaire général de la Fédération nationale des Industries chimiques Édouard Finck, La Fédération des industries chimiques organise la solidarité active en faveur des grévistes de Marseille, L'Humanité, n o 14325, 9 mars 1938, p. 5. Une photographie d'édouard Finck accompagne l'article.

194 22. ANNÉE mars Les masses laborieuses exigent : maintien des avantages acquis, application du programme du rassemblement populaire, constitution d'un véritable gouvernement de front populaire [... ]. Au nom des syndiqués des industries chimiques de la région parisienne. Le bureau du syndicat des industries chimiques de la région parisienne, parlant au nom de ses adhérents, profondément alarmé par le communiqué du conseil des ministres, tient à faire savoir au gouvernement qu'en aucun cas les travailleurs de nos industries n'accepteront qu'il soit porté atteinte aux lois sociales et particulièrement aux quarante heures. Profondément attaché au programme du Rassemblement populaire plébiscité par le peuple de France, le bureau du Syndicat des industries chimiques, considérant que le gouvernement actuel par sa politique ne répond plus à la volonté et aux aspirations du pays, demande la constitution d'un véritable gouvernement de Front populaire appliquant intégralement le programme du Front populaire mars Ce soir, à la Bourse du Travail, grand meeting des travailleurs nord-africains Ce soir, jeudi 10 mars, à 20h30, à la salle Ferrer de la Bourse du Travail, le syndicat parisien des produits chimiques organisera un grand meeting pour les travailleurs nord-africains. Prendront la parole : Vandenbossche, de la Fédération des industries chimiques ; Jean Poulmarc'h, secrétaire général du syndicat parisien ; Brenot, de l'union des syndicats ; Couegnas, du syndicat des industries chimiques et Bouchala, Nord-Africain mars Union des syndicats de la région parisienne Au mépris de toute justice, Paul Cusinberghe, ce patron qui abattit froidement notre camarade Tahar Acherchour lors d'une grève de la Bougie de Clichy vient d'être acquitté. Pour comble : c'est le frère de notre malheureux camarade qui est condamné aux dépens! C'en est assez! Devant ce nouveau scandale, cette inqualiable iniquité, l'union des syndicats de la région parisienne vous appelle à venir en masse clamer votre indignation 253. Les masses laborieuses exigent : maintien des avantages acquis, application du programme du rassemblement populaire, constitution d'un véritable gouvernement de front populaire, L'Humanité, n o 14326, 10 mars 1938, p. 5. Une photographie accompagne l'article avec pour légende : Une délégation du syndicat des produits chimiques de la région parisienne à la Présidence du Conseil. On reconnaît les camarades Poulmarc'h et Carasso, secrétaires du syndicat, qui conduisirent la délégation Ce soir, à la Bourse du Travail, grand meeting des travailleurs nord-africains, L'Humanité, n o 14326, 10 mars 1938, p. 8.

195 194 contre un tel jugement de classe et manifester votre volonté de voir épurer la magistrature au Grand Meeting demain 22 mars 1938 à 20h30, salle Ferrer, Bourse du Travail. Présidence de Henri Raynaud, secrétaire général de l'union. Orateurs : Brenot, secrétaire de l'union des syndicats de la région parisienne ; Letellier, secrétaire de la Fédération des industries chimiques ; M e Pitard, Secours populaire de France ; Carasso, secrétaire du syndicat des produits chimiques, Sportisse, instituteur algérien. En raison de ce meeting, toutes réunions des produits chimiques prévues sont annulées mars Un rajustement de salaire dans l'industrie du pétrole de la région parisienne M. Voiron, commissaire en chef de la Marine, surarbitre désigné par le président du Conseil, vient de rendre sa sentence. Vous trouverez, ci-dessous, un extrait de celle-ci. Nous ne pouvons dans ce communiqué analyser cette sentence, mais nous continuons à penser, plus que jamais, que les surarbitres semblent adopter le point de vue patronal. C. Touzet. Extrait de la sentence 1 o Les salaires minima des ouvriers de l'industrie du pétrole dans les départements de Seine et Seine-et-Oise. Les appointements mensuels minima des employés, techniciens et agents de maîtrise de l'industrie du pétrole des départements de Seine, Seine-et-Oise et Seine-et-Marne. Les indemnités xes. Énumérés et xés par la Convention collective de travail du 1 er août 1936, étendue par l'arrêté ministériel (Travail) du 13 décembre 1937 ou par la Convention collective de Travail du 20 janvier a) par l'arbitrage de M. Moyne du 22 avril 1937 ; b) par l'arbitrage de M. Belus du 9 octobre 1937 sont majorés, à compter du 1 er février 1938 de 5 % (cinq pour cent). 2 o Cette majoration de 5 % ne s'applique pas aux sommes actuellement versées en sus des salaires ou appointements visés au paragraphe 1 ci-dessus. Ces suppléments continueront à être payés au minimum aux taux actuellement pratiqués Union des syndicats de la région parisienne, L'Humanité, n o 14337, 21 mars 1938, p Un rajustement de salaire dans l'industrie du pétrole de la région parisienne, L'Humanité, n o 14337, 21 mars 1938, p. 5.

196 22. ANNÉE mars Par solidarité avec les grévistes des industries chimiques. Tous les ouvriers marseillais ont cessé le travail hier pendant une heure. Une manifestation a eu lieu cours du Vieux-Port Marseille. 21 mars. (De notre correspondant particulier). Par solidarité avec les travailleurs des industries chimiques, les ouvriers de toutes les professions de Marseille ont fait, aujourd'hui, un mouvement de protestation d'une heure. On sait que le conit des produits chimiques dure depuis le 3 mars. Ce mouvement fut déclenché pour protester contre la sentence surarbitrale De Segogne qui a annulé l'échelle mobile qui était en application dans cette industrie. Plusieurs milliers d'ouvriers sont touchés par cette grève et aucun accord n'a pu être obtenu. La résistance patronale est avant tout due au fait qu'une pression importante est eectuée sur le patronat régional par les grands trusts de produits chimiques dont plusieurs ont des attaches certaines avec l'étranger, ce qui est peut-être une explication de l'insouciance criminelle de ce patronat qui éternise un conit dans une corporation très importante pour la défense nationale. L'arrêt de travail L'indignation ne cesse de grandir à Marseille et la grève générale de protestation a été eective. Les dockers ayant pris le travail ce matin ont cessé une heure avant la n de la journée. Les équipes suivantes ont arrêté les opérations de chargement et de débarquement au cours de l'après-midi. Dans les usines, le travail a été suspendu par tous les ouvriers sauf par ceux dont la présence auprès des appareils était indispensable. Dans les magasins, le mouvement s'est eectué en n de journée, une heure avant la sortie habituelle travailleurs manifestent Le soir, à 18 heures, à l'appel de l'union départementale et de l'union locale des syndicats, un rassemblement monstre a eu lieu au cours du Vieux- Port travailleurs, ayant fait une heure de grève par solidarité à leurs camarades des industries chimiques ont assisté à ce meeting où prirent la parole Fanucci, de l'union locale ; Armand, secrétaire général de l'union locale ; Arriviello, secrétaire général adjoint de l'union départementale. Les orateurs ont rappelé la genèse du conit des produits chimiques et ont demandé aux ouvriers de rester plus que jamais unis pour assurer à ce dernier la victoire la plus complète. À l'issue du meeting, les ouvriers ont parcouru en manifestant les principales artères de la ville. D'autre part, un important ordre du jour a été voté par acclamations. Une délégation est reçue au ministère du Travail Une délégation, conduite par Charles Nédelec, secrétaire de l'union dé-

197 196 partementale des syndicats des Bouches-du-Rhône et Bruno Razolli, a été reçue hier matin à neuf heures, puis dans l'après-midi, à seize heures, au ministère du Travail par M. Pouillot. La délégation a fait à l'attaché du ministre du travail un exposé complet de la situation. Ce dernier a signié son intention de formuler un recours contre la sentence de Segogne devant la cour d'arbitrage. Au cours de l'entrevue de l'après-midi, une tentative de conciliation a été faite entre patrons et ouvriers. Les patrons sont demeurés intransigeants et maintiennent leur volonté d'appliquer des sanctions. Une nouvelle entrevue aura lieu ce matin à dix heures au ministère du Travail. On attend du gouvernement qu'il prenne une attitude énergique et qu'il demande avec fermeté aux trusts des produits chimiques d'abandonner leur position de sabotage social an d'une solution équitable soit trouvée au conit mars Importantes décisions de la commission exécutive fédérale Les délégués des usines des rmes Kuhlmann, Saint-Gobain, Alais, Froges et Camargue se sont réunis, le 19 mars 1938, avec la commission exécutive nationale de la Fédération nationale des industries chimiques. Après avoir pris connaissance de la situation créée aux travailleurs des industries chimiques de Marseille par la scandaleuse décision de M. De Segogne, ainsi que les interventions des délégués venus de tous les points du territoire, ils constatent que les travailleurs de Marseille bénéciaient depuis de longues années de l'échelle mobile et que ce système a pu être maintenu dans toutes les industries qui en bénéciaient. Seuls, les travailleurs des industries chimiques se sont vu contester cet avantage par leurs employeurs, dirigés par les trusts Kuhlmann, Alais, Froges et Camargue. En acceptant de soumettre ce conit à l'arbitrage, les travailleurs étaient persuadés qu'un surarbitre ne pouvait que reconnaître les us et coutumes établis, mais au lieu de rendre la sentence, le surarbitre s'est livré à une véritable provocation, dont il ne pouvait ignorer aucune conséquence. Les délégués sont unanimes à comprendre le rôle essentiel de leur industrie dans l'économie et la défense nationale. C'est pourquoi ils considèrent qu'une atteinte aux salaires ne saurait être tolérée. C'est pourquoi ils considèrent qu'une atteinte aux salaires ne saurait être tolérée. Ils considèrent également que la défense nationale ne peut en aucun cas être assurée par une politique de concessions à l'égard des trusts dont les liaisons avec l'allemagne hitlérienne et avec la nance anglaise se traduisent en Espagne par une aide sans réserve à Franco, aide qui risque d'aboutir à l'encerclement de notre pays et à la diminution de sa capacité de défense militaire. Les délégués se déclarent totalement solidaires des travailleurs de Marseille qui veulent simplement conserver ce qu'ils ont acquis Par solidarité avec les grévistes des industries chimiques. Tous les ouvriers marseillais ont cessé le travail hier pendant une heure. Une manifestation a eu lieu cours du Vieux-Port, L'Humanité, n o 14338, 22 mars 1938, p. 7.

198 22. ANNÉE Ils vont organiser immédiatement la solidarité eective la plus complète sous toutes ses formes et en accord avec leur Fédération nationale des industries chimiques. Ils font conance à leur Fédération pour prendre toutes dispositions utiles et appellent l'opinion publique, les élus, le comité national de Rassemblement populaire à l'union contre les trusts et leurs agents qui, à la faveur d'une situation extérieure tragique, multiplient leurs provocations pour aaiblir l'économie et la défense nationale. La Fédération nationale des industries chimiques mars Union des syndicats de la région parisienne Au mépris de toute justice, Paul Cusinberche, ce patron qui abattit froidement notre camarade Tahar Acherchour lors d'une grève de la Bougie de Clichy vient d'être acquitté. Pour comble : c'est le frère de notre malheureux camarade qui est condamné aux dépens! C'en est assez! Devant ce nouveau scandale, cette inqualiable iniquité, l'union des syndicats de la région parisienne vous appelle à venir en masse clamer votre indignation contre un tel jugement de classe et manifester votre volonté de voir épurer la magistrature au Grand Meeting ce soir à 20h30, salle Ferrer, Bourse du Travail. Présidence de Henri Raynaud, secrétaire général de l'union. Orateurs : Brenot, secrétaire de l'union des syndicats de la région parisienne ; Letellier, secrétaire de la Fédération des industries chimiques ; M e Pitard, Secours populaire de France ; Carasso, secrétaire du syndicat des produits chimiques, Sportisse, instituteur algérien. En raison de ce meeting, toutes réunions des produits chimiques prévues sont annulées mars Édouard Finck, La CGT se défend seule De nombreux camarades m'ont fait part de l'étonnement provoqué dans leur organisation syndicale par le récent discours que le camarade Lebas, ministre socialiste des PTT a prononcé à Douai, et dont le Petit Parisien a rendu compte sans s'attirer aucun démenti. Comment ne pas partager leurs appréhensions devant une telle attaque contre l'indépendance du mouvement syndical? Et comme l'on comprend bien que certaine presse bourgeoise, toujours à l'aût de ce qui peut diviser les travailleurs, ait reproduit les passages essentiels de cette étrange intervention. Le camarade Lebas a, notamment déclaré : "les Amicales socialistes ne sont pas un danger pour le syndicat, mais une organisation protectrice de l'organisation syndicale". Qu'est-ce que 258. Importantes décisions de la commission exécutive fédérale, L'Humanité, n o 14338, 22 mars 1938, p Union des syndicats de la région parisienne, L'Humanité, n o 14338, 22 mars 1938, p. 7.

199 198 cela veut dire? Contre qui, contre quoi veut-on protéger nos organisations? Par des mesures prises par qui, où et comment, organise-t-on cette prétendue protection? Il y a là une ingérence inadmissible dans la vie de nos syndicats et dans le libre jeu de la démocratie syndicale. Nos syndicats, nos Fédérations, notre CGT avec ses cinq millions d'adhérents n'ont besoin de la protection de personne : ils sont majeurs. Quelques expériences heureusement très rares nous ont, hélas!, prouvé ce que pouvait signier les propos du camarade Lebas ; de ci, de là, quelques organisations syndicales ont subi des dicultés intérieures dues à des tentatives, non déguisées, de "protection". Et, comme toujours en pareil cas, des éléments troubles anticégétistes en premier chef, ne manquaient pas de se glisser parmi les protecteurs. Ainsi, tout récemment, nous avons pu voir dans un siège social, deux candidats cégétistes s'opposer dans une élection de délégués, l'amicaliste l'emporte sur le candidat du syndicat, avec l'appui des voix professionnelles! Je ne prétends pas généraliser des exemples et ne veux m'immiscer en rien dans la vie intérieure d'un parti politique, mais est-ce trop demander à ce même parti que ses militants responsables respectent l'indépendance de nos organisations syndicales? D'ailleurs, le camarade Lebas ne pense-t-il pas qu'il pourrait plus utilement laisser les syndiqués organiser eux-mêmes, et comme ils le désirent, leurs syndicats, et réserver sa toute puissante protection ministérielle aux travailleurs euxmêmes? Que la reconnaissance des travailleurs eût été grande, si M. Lebas, ministre du Travail avait, en épurant les cadres de son ministère et en réorganisant l'inspection du Travail, protégé les travailleurs contre l'arbitraire! Que la joie des travailleurs des PTT serait grande si demain la presse des trusts, au lieu de s'intéresser à M. Lebas ministre "protecteur" devait annoncer que le camarade Lebas ministre des PTT a introduit dans ses services les quarante heures si longtemps attendues. Il semble, hélas!, que ces préoccupations soient d'ordre secondaire. L'activité du camarade Lebas semble viser à organiser, dans nos syndicats la lutte des ouvriers socialistes contre les ouvriers communistes. Peut-être Lebas ignore-t-il qu'il existe, à côté de ceux-là, des millions de travailleurs sans parti qui, fraternellement unis à leurs camarades socialistes et communistes, ne veulent tolérer aucune immixtion dans leurs organisations. Nous ne connaissons pas d'ennemi dans la CGT. Nous n'avons aucune protection de l'extérieur à instituer. La protection naturelle de notre CGT est son unité. Mais, devant les multiples attaques dont notre CGT est l'objet, le camarade Lebas ne pourrait-il user de son inuence au sein du conseil des ministres pour aider à la réaliser du programme du Rassemblement populaire et, prêchant l'exemple, introduire les quarante heures dans les PTT? Édouard Finck Édouard Finck, La CGT se défend seule, L'Humanité, n o 14339, 23 mars 1938, p. 5.

200 22. ANNÉE mars Manifestation dans les usines chimiques de la région lilloise Les ouvriers des usines de produits chimiques Saint-Gobain et Kuhlmann de la région lilloise sont restés hier de midi à treize heures à l'intérieur des ateliers pour manifester en faveur de l'échelle mobile des salaires. Il n'y a eu aucun incident et le travail a repris normalement à treize heures dans les quatre usines de Wasquehal, La Madeleine, Loos et Watrelos. Le soir, les ouvriers ont tenu un important meeting à la Bourse du Travail de Lille pour leurs revendications. Une manifestation analogue a eu lieu à l'usine de Saint-Pol-sur-Mer mars Les délégués et membres des bureaux syndicaux des industries chimiques se réunissent aujourd'hui Pour examiner la situation résultant de la grève des industries chimiques de Marseille ; pour donner des indications sur les conventions collectives et les rajustements de salaires ; pour la préparation des congrès de la Fédération des industries chimiques et de l'union des syndicats de la région parisienne ; pour la solidarité au vaillant peuple espagnol et l'ouverture de la frontière des Pyrénées, les camarades délégués et membres de bureaux de sections syndicales des produits chimiques sont invités à la grande assemblée extraordinaire d'information qui aura lieu aujourd'hui vendredi, à 20h30 très précises, salle de la Métallurgie, 94, rue d'angoulême, Paris, à dix minutes de la place de la République. L'importance d'une telle assemblée, la présence assurée du camarade Finck, doivent inciter tous les militants à être présents à l'heure xée mars Le conit des industries chimiques de Marseille se prolonge La lutte des ouvriers des industries chimiques de Marseille pour le maintien des avantages acquis se poursuit depuis le 3 mars. À la suite d'un accord avec le préfet des Bouches-du-Rhône, l'évacuation des lieux de travail s'est eectuées. Dans quelques usines, des ouvriers, désignés par l'inspection du travail, entretiennent les appareils. Quarante-et-une usines sont actuellement touchées par ce conit, touchant près de sept mille ouvriers de l'industrie chimique. L'ensemble des travailleurs de cette corporation suit avec attention son évolution. De tous les coins du pays, des résolutions auent à la Fédération nationale, témoignant la solidarité entre les travailleurs des 261. Manifestation dans les usines chimiques de la région lilloise, L'Humanité, n o 14341, 25 mars 1938, p Les délégués et membres des bureaux syndicaux des industries chimiques se réunissent aujourd'hui, L'Humanité, n o 14341, 25 mars 1938, p. 5.

201 200 diverses régions des grands trusts : Saint-Gobain, Kuhlmann, Alais, Froges et Camargue, Cotelle et Foucher, etc. La solidarité Des manifestations de solidarité ont été organisées dans la région marseillaise. Le 18 mars, trente mille manifestants exprimaient leur désapprobation à l'égard des man uvres patronales, prolongeant le conit, sabotant l'économie nationale. À la suite de ce meeting, une résolution fut votée, demandant aux travailleurs une grève de solidarité d'une heure. Celle-ci eut lieu le 21 mars. Elle fut suivie unanimement par le prolétariat marseillais. Les entrevues de conciliation Hier une délégation ouvrière de Marseille, conduite par Édouard Finck, secrétaire général de la Fédération ; Carasso, secrétaire du syndicat parisien et Bruno Razzoli, secrétaire du syndicat marseillais, a été reçue par M. Pouillot. L'entrevue, à laquelle assistait M. Dumast, secrétaire de l'union patronale des industries chimiques, a porté sur les modalités de reprise du travail, suivant les propositions formulées par M. Pouillot. Le représentant patronal a fait toute réserve sur leur acceptation par les employeurs. De son côté, la délégation ouvrière a déclaré vouloir soumettre ces propositions aux ouvriers en grève. En sortant du ministère du Travail, notre camarade Finck nous a déclaré : "Au cours de l'entrevue, nous n'avons pas caché la grande eervescence qui règne actuellement dans les usines de fabrication de produits chimiques et en particulier dans les entreprises de la région du Nord, au sujet du conit de Marseille" mars L'aide à l'espagne de la Fédération des Industries Chimiques Voici le texte d'une dépêche envoyée par la Fédération des Industries Chimiques à la Federacion espagnola de productos chimicos, calle Largo Caballero, Valencia (Espagne). Sommes accord complet avec votre appel. Sommes convaincus que votre défaite serait la nôtre. Redoublons d'eorts pour imposer aux pouvoirs publics le respect du droit de commerce. Provoquons réunion internationale à Paris pour aider eectivement. Imposerons silence aux traîtres. No pasaran Fédération des Industries Chimiques Le conit des industries chimiques de Marseille se prolonge, L'Humanité, n o 14345, 29 mars 1938, p L'aide à l'espagne de la Fédération des Industries Chimiques, L'Humanité, n o 14347, 31 mars 1938, p. 2.

202 22. ANNÉE mars La grève des produits chimiques continue sans changement Hier soir, une délégation de l'union départementale des syndicats a été à nouveau reçue à la préfecture des Bouches-du-Rhône qui a décidé d'intervenir auprès du ministre du Travail à Paris en soulignant que l'eervescence règne dans le mouvement ouvrier marseillais et de la région provençale, devant le fait qui est maintenant éclatant pour tout le monde que la grève des produits chimiques ne dure que parce que tel est le bon plaisir des grands trusts de cette industrie. D'autre part, hier ont eu lieu à Paris des pourparlers qui continuent, entre la Fédération des produits chimiques et le ministère du Travail. Le moral des grévistes continue à être très bon. L'on est vraiment étonné que les pouvoirs publics, les ministres du travail et de la défense nationale en particulier, n'aient pas, jusqu'ici, exercé une pression susante, contre les magnats qui sabotent la défense nationale et font durer un conit sous prétexte de sanctionner quelques ouvriers mars Une délégation de l'union des syndicats de la région parisienne a présenté hier à la présidence du conseil les revendications des travailleurs nord-africains Une délégation de l'union des syndicats ouvriers de la région parisienne, accompagnée d'un représentant de la Fédération des produits chimiques et conduite par le camarade Brenot, secrétaire de l'union des syndicats ouvriers de la région parisienne, a été reçue hier matin, à la présidence du Conseil, par M. Haulpetit-Faurichon, secrétaire particulier du président du Conseil, assisté de M. Julien, secrétaire général du Haut comité méditerranéen. [... ] avril Les trusts chimiques prolongent le con- it des Bouches-du-Rhône Depuis le 3 mars, ouvriers sont en grève dans Marseille et les Bouches-du-Rhône. Explosifs, produits chimiques, alumine, bauxite, voici les produits si indispensable à la défense nationale dans la période grave que nous traversons et où le danger d'agression se précise chaque jour. Ce sont là les matières premières qui depuis plus d'un mois manquent par la volonté des Alais-Froges et Camargue, Kuhlmann, Saint-Gobain dont la for La grève des produits chimiques continue sans changement, L'Humanité, n o 14347, 31 mars 1938, p Une délégation de l'union des syndicats de la région parisienne a présenté hier à la présidence du conseil les revendications des travailleurs nord-africains, L'Humanité, n o 14347, 31 mars 1938, p. 5.

203 202 tune s'édie surtout pendant la guerre. Sabotage, trahison, voilà les termes qui conviennent pour qualier une telle attitude. Le motif initial du conit est provisoirement réglé : la scandaleuse sentence de M. de Segogne sera examinée au conseil supérieur d'arbitrage par décision du ministre du Travail qui a introduit un recours contre cette sentence. Les ouvriers, dans ces conditions, sont d'accord pour reprendre le travail car ils ont conscience de la gravité de la situation. Mais les trusts veillent. Ils font durer la grève en réclamant des sanctions. Ils exigeaient 250 renvois, puis 150, puis 38 et enn ils en réclament 24, en alléguant que délits de droits commun auraient été commis par des grévistes : vols, insultes, coups et sabotage. Eh bien! La Fédération des Industries chimiques entend faire la preuve éclatante de la mauvaise foi patronale. Elle demande la constitution d'une commission paritaire d'enquête an d'une part d'innocenter publiquement les "inculpés" dont on n'ose même pas donner les noms et d'autre part déjouer la man uvre des gros patrons. Toutefois, les ouvriers en lutte tiennent bon, aidés par toute la population laborieuse de Marseille. Il faut rendre hommage au Syndicat des Dockers de Marseille qui, avec ses membres, chômeurs partiels, a déjà versé francs aux grévistes. Partout, à Marseille, à Port-Saint-Louis-du-Rhône, à Saint-Martin-de-Crau, à Salin-de-Giraud, j'ai rencontré une discipline, une combativité admirables. Mais partout les grévistes disent que le gouvernement devrait empêcher les trusts de continuer leurs mauvais coups. Des commerçants vont être acculés à la faillite si le conit dure. La population de Marseille et des Bouches-du- Rhône en a assez. Petits et moyens patrons en ont assez aussi, car c'est eux qui font les frais de l'opération. La colère gronde dans les usines de toute la région où la grève d'une heure du 22 mars fut admirable d'unanimité. Oui, le gouvernement a la parole! Il doit agir sans tarder et empêcher ce sabotage conscient dont la prolongation ne peut plus être tolérée, car de tout le pays la preuve du mécontentement s'exprime par des ordres du jour et même des arrêts de travail, comme à Lille. Monsieur le président du Conseil, agissez! Jean Carasso, délégué fédéral avril L'opinion autorisée d'un militant syndicaliste Nous recevons de la Fédération nationale des industries chimiques la lettre suivante : "À la parution de notre journal du mois d'avril, nous ne manquerons pas de présenter aux membres de notre Fédération l'album Les Trusts contre la France. Nous considérons en eet que cette brochure est du 267. Jean Carasso, Les trusts chimiques prolongent le conit des Bouches-du-Rhône, L'Humanité, n o 14351, 4 avril 1938, p. 5. Une photographie accompagne l'article avec pour légende : Le comité central de grève devant le siège du syndicat des produits chimiques de Marseille. On reconnaît dans le groupe, le camarade Nedelec, secrétaire général de l'union départementale des syndicats des Bouches-du-Rhône.

204 22. ANNÉE plus haut intérêt pour tous les militants syndicaux, qu'elle leur apporte des arguments vraiment précis et qu'elle peut les documenter d'une façon très large. Pour la Fédération : un secrétaire : Rosarde". Tous les militants tiendront à se procurer cet ouvrage dont chaque page enrichira considérablement leurs connaissances et les aidera dans leur lutte pour sauvegarder les intérêts des travailleurs avril Malgré les man uvres et les provocations Depuis 32 jours, les travailleurs des industries chimiques de Marseille poursuivent leur mouvement. Marseille. 4 avril. (De notre correspondant particulier). Ce matin, au 32 e jour de conit, les grévistes des produits chimiques ont organisé une série de meetings dans les principaux quartiers et faubourgs ouvriers de Marseille. Malgré la durée du mouvement, malgré les man uvres patronales et les provocations, les ouvriers gardent leur sang-froid et renouvellent leur conance aux dirigeants syndicaux. Les patrons qui déclarent vouloir ouvrir leurs usines ont refusé d'accepter le protocole d'accord et voudraient imposer leur volonté. Ils tentent maintenant leurs dernières man uvres : tracts, lettres portées à domicile, etc. Les orateurs Cadier, Bruneau, Exbroyat dénoncèrent leurs agissements et engagèrent les ouvriers à la résistance. La conance dans les syndicats est le gros atout des ouvriers. Le soir, Bruneau, secrétaire général du syndicat, est parti pour Paris, au ministère du Travail. Il tâchera d'obtenir une solution immédiate du conit qui s'éternise. Les ouvriers des produits chimiques de Marseille et de la région qui, pour ne pas gêner l'action du gouvernement de Front populaire, n'ont pas voulu étendre le conit, demandent au gouvernement de les aider. Décidés à déjouer les man uvres patronales, ils font entière conance à leurs dirigeants et lutteront jusqu'à complète satisfaction avril Nous fournirons des armes à l'espagne demain ou demain nous nous battrons nous-mêmes s'écrie Bothereau, secrétaire de la CGT au Congrès de l'union des Syndicats parisiens Carasso apporte l'accord du syndicat des produits chimiques sur les rapports présentés par le bureau de l'union. Il regrette que les organisations ouvrières n'ont pas toujours donné auprès des pouvoirs publics toute 268. L'opinion autorisée d'un militant syndicaliste, L'Humanité, n o 14352, 5 avril 1938, p Malgré les man uvres et les provocations, L'Humanité, n o 14352, 5 avril 1938, p. 5.

205 204 la sympathie qu'elles étaient en droit d'en espérer avril Des camions, des pelles et des pioches pour l'espagne républicaine. Hier, francs ont été recueillis [...]. La Fédération des produits chimiques s'est inscrite pour 200 paires de chaussures pour les combattants. [... ] avril Le congrès des industries chimiques s'est ouvert hier à Paris Le quatorzième congrès de la Fédération nationale des Industries chimiques s'est ouvert hier matin dans la Salle des Fêtes d'issy-les-moulineaux. La grande salle de l'unité était agréablement décorée à cette occasion. Des mots d'ordre revendicatifs s'étalaient sur le pourtour, réclamant l'unité syndicale internationale, la levée du blocus qui assassine nos frères d'espagne, l'établissement de conventions collectives nationales. De nombreux délégués étrangers assistaient aux travaux du Congrès. Ce sont les représentants des ouvriers de Hollande, du Danemark, de la Suède, de la Norvège, de la Tchécoslovaquie, de la Belgique et un délégué de l'internationale des ouvriers d'usines et le camarade Schevenels. Poulmarc'h préside et, après quelques paroles de bienvenue aux délégués, il donne la parole à Finck, secrétaire général, pour le rapport d'activité. Le rapport d'activité L'orateur rappelle d'abord le chemin parcouru depuis le dernier Congrès, tenu dans une petite salle de la Bourse du travail. La Fédération groupe maintenant près de 400 syndicats et adhérents. Il décrit la situation intérieure et extérieure. Sur le plan intérieur, le secrétaire général s'étonne que la garde mobile soit si rapidement dirigée contre les ouvriers, comme ce fait s'est produit dans les conits Goodrich et de Marseille, alors que les cagoulards de chez Michelin bénécient d'une singulière indulgence. Devant ces faits et le développement du fascisme, la Fédération a proposé une réunion des centrales étrangères pour envisager la résistance ouvrière, et en particulier le soutien eectif de nos camarades espagnols. Le secrétaire général expose les conditions misérables de travail et l'exploitation épouvantable des travailleurs des industries chimiques. Puis, il décrit l'action de la Fédération pour la défense des intérêts ouvriers et les dicultés auxquelles elle a eu à 270. Nous fournirons des armes à l'espagne demain ou demain nous nous battrons nous-mêmes s'écrie Bothereau, secrétaire de la CGT au Congrès de l'union des Syndicats parisiens, L'Humanité, n o 14356, 9 avril 1938, p Des camions, des pelles et des pioches pour l'espagne républicaine. Hier, francs ont été recueillis, L'Humanité, n o 14360, 13 avril 1938, p. 2.

206 22. ANNÉE faire face. Depuis deux ans, nous avons obtenu de sérieux avantages, mais le patronat exerce une attaque continuelle contre eux. Il n'applique pas les sentences rendues ; et nous regrettons que les pouvoirs publics ne fassent rien pour imposer la loi. Il fait ensuite l'historique des mouvements revendicatifs de chez Goodrich et de la région marseillaise, où les ouvriers ont lutté pendant un mois pour le maintien de l'échelle mobile qui était en application depuis Il signale l'action des gros trusts, empêchant la signature d'accords particuliers avec les petites et moyennes entreprises. La tâche la plus importante de la Fédération, après le Congrès, sera le renouvellement des conventions collectives. À ce sujet, Finck développe le statut moderne du travail, et conclut en mettant en garde les délégués contre les man uvres habiles des avocats patronaux, établissant des textes confus permettant de déjouer la loi. Il présente les publications syndicales et ne particulier la nouvelle publication fédérale, La Revue des Industries Chimiques, dans laquelle les militants trouveront les documents nécessaires pour la bonne marche de l'organisation. Il termine son magnique rapport en faisant un appel à l'union pour la réalisation de l'unité syndicale internationale. La discussion De nombreux délégués se succèdent à la tribune, apportant leur point de vue sur l'activité de la Fédération. Anthore (Pauliac), après avoir pris acte de l'action fédérale, souligne la nécessité de l'indépendance syndicale. Gray (Pétrole de Grenoble) parle de l'action des ouvriers pour épauler l'action parlementaire. Giraud (Marignac) décrit la situation précaire des ouvriers de sa région. Champetier (Salins des Bouches-du-Rhône) et Fontaine (Orelle) demandent qu'une liaison plus étroite soit établie entre les organisations syndicales d'une même région. Vanesse (Cambrai) intervient pour demander une aide ecace aux républicains espagnols. Il réclame également l'aide de la CGT pour l'installation de Bourses du Travail dans les localités. Guédou (région parisienne) est pleinement d'accord avec le rapport d'activité. Il rappelle les dicultés énormes soulevées par la diversité des industries pour l'application des lois sociales et estime que la Fédération a fait le maximum pour le maintien des droits ouvriers. Poulmarc'h donne lecture d'une résolution ayant trait à la défense nationale. Cette résolution stipule que les ouvriers feront tout pour activer les productions pour la défense nationale, mais ils demandent par ailleurs le respect des lois sociales et le renouvellement des conventions collectives. Cette résolution est adoptée à l'unanimité. Une adresse de solidarité aux métallurgistes en lutte est également votée à l'unanimité.

207 206 La séance de l'après-midi Elle reprend à quinze heures sous la présidence de Berckmoës, de la région Nord, assisté de Levaltier, de Clermont-Ferrand, Husson de Domballe, Pigelet et Fernande Gallet de la région parisienne. La discussion du rapport d'activité se poursuit. Le rapport sur l'activité fédérale dans les colonies Letellier, secrétaire fédéral, présente le rapport sur les travailleurs coloniaux. Les trusts mènent là-bas une sauvage oensive contre les travailleurs. Dans certaines régions, ils ne bénécient pas encore des lois sociales. Les salaires sont misérables en Oranie, les travailleurs sont payés huit à onze francs par journée de douze heures. Le secrétaire fédéral, devant cette situation, demande l'abrogation du code de l'indigénat. Il dénonce les menées du fascisme en Afrique du Nord, où un recrutement a été fait pour les armées de Franco. Il parle ensuite des incidents survenus en Tunisie : Nous ne sommes pas d'accord avec ces manifestations qui coûtent de lourds sacrices aux ouvriers, mais si les promesses faites au peuple tunisiens avaient été appliquées, il n'y aurait pas eu à regretter les onze morts de Tunis. Letellier demande, en terminant, aux travailleurs de seconder la Fédération dans l'organisation des nombreux meetings en faveur des revendications des Nord-Africains. Fabre (Algérie), puis Vidal (Région parisienne) interviennent sur le rapport qui vient d'être exposé et réclament avec force l'application du programme du Front populaire. Delahaigue (Reims) votera le rapport moral. Marchadier (Clermont-Ferrand) dénonce l'activité des cagoulards Michelin. Contre le fascisme Rosarde, secrétaire fédéral, développe ensuite un rapport sur le fascisme et la guerre. Après avoir décrit l'action du fascisme dans les pays totalitaires, il engage les militants à renforcer la lutte contre la guerre en agissant contre le fascisme. Il s'élève avec force contre la politique dite de non-intervention, qui écrase le peuple républicain et réclame, pendant qu'il en est temps encore, le rétablissement des libertés commerciales avec le gouvernement espagnol. L'orateur cite l'eort de solidarité de la Fédération et des syndicats et termine en demandant de multiplier les envois de vivres et de vêtements aux combattants républicains. La parole est ensuite donnée au docteur Guy Hausser, qui vient exposer comment fonctionne le centre confédéral de dépistage des maladies professionnelles. La discussion sur le rapport moral reprend ensuite par l'intervention de Orlandini (Bouches-du-Rhône), Rouxel (Dreux). La séance de l'après-midi prend n sur ces interventions. Le congrès reprendra ses travaux ce matin à neuf heures Le congrès des industries chimiques s'est ouvert hier à Paris, L'Humanité,

208 22. ANNÉE avril Face au danger fasciste intérieur et extérieur. Union du peuple de France, Union des forces démocratiques du monde entier demande Julien Racamond au Congrès de la Fédération des Industries chimiques Ainsi que nous le relations hier, au cours de la séance de nuit tenue jeudi soir, le congrès a poursuivi la discussion sur le rapport moral. Gros, de Lyon, a émis l'opinion de son syndicat sur les mouvements partiels. Puis, Pascré (collaborateur de la région parisienne) a signié son accord complet avec le rapport moral. Il a exposé l'action de son syndicat en collaboration étroite avec la Fédération d'industrie et a engagé les collaborateurs à rallier la Fédération des produits chimiques. La séance d'hier matin Elle est présidée par Porchet (Algérie), assisté de Lenne (Douai), Boulonneau (Bordeaux), Tissandier (Paris) et Lucienne Préaux. La parole est ensuite donnée au secrétaire général, Édouard Finck, qui répond aux interventions. Il justie la position de la Fédération vis-à-vis des problèmes actuels et sa tactique, décidée après un examen minutieux de la situation. Il détermine l'attitude que doivent avoir les militants envers les syndiqués professionnels. "Il faut aller vers eux, leur démontrer que leur organisation est sous la dépendance du patronat et les gagner à notre cause". Au sujet de la motion fédérale sur la FSI, Finck précise son désaccord avec la position de la centrale syndicale sur le procès de Moscou. Il fait le parallèle entre l'urss et la France, où les ennemis tentent de saboter l'économie nationale et demande que l'on prenne des mesures énergiques contre les cagoulards. Le secrétaire général regrette les lenteurs des pourparlers sur l'unité internationale et il exprime la ferme conviction que l'unité réalisée en France pourra se faire sur le plan international. Bruno Razzoli (Marseille) propose au congrès de voter le rapport moral par acclamations. Mise aux voix, cette proposition est refusée par deux syndicats et l'on procède au vote par mandats. Vandenbossche, trésorier fédéral, présente le rapport nancier, qui est adopté à l'unanimité, ainsi que le rapport de la commission de contrôle. Le rapport sur les tâches Perrouault développe ensuite le rapport sur les tâches. Il dévoile d'abord les intentions de l'union patronale des industries chimiques qui, par ses circulaires condentielles, tente d'empêcher le renouvellement des conventions collectives. Puis, il donne des conseils précis pour la rédaction de nouveaux contrats. Il traite ensuite d'importantes questions de maladies professionn o 14362, 15 avril 1938, p. 5. Une photographie accompagne l'article avec comme légende : Les secrétaires de la Fédération au bureau du Congrès. De gauche à droite : Letellier, Finck, Vandenbossche et Vanhaute.

209 208 nelles. Après avoir étudié les nombreuses tâches qui incombent aux militants, le secrétaire fédéral rappelle les revendications économiques inscrites au programme du Front populaire et qui doivent être réalisées avec l'appui des masses populaires. La Fédération demande à être entendue par le gouvernement sur la production et la défense nationale. Elle demande également aux pouvoirs publics de mettre n aux man uvres des trusts qui sabotent l'économie. Le président présente notre camarade Cresson, maire d'issy-les- Moulineaux qui souhaite la bienvenue aux congressistes. Letellier remercie la municipalité et son maire qui ont mis à la disposition de la Fédération la "Salle de l'unité" pour la tenue du Congrès. Vanhaute, secrétaire fédéral, présente le rapport sur les statuts. Devant le développement de la Fédération, celle-ci propose des modications aux statuts pouvant améliorer le travail fédéral. Le rapport moral est adopté par 824 voix contre 6. Il est ensuite donné lecture du résultat du vote sur le rapport moral. Sur 253 syndicats qui participent aux travaux, représentant 830 voix, 252 syndicats, soit 824 voix ont voté pour le rapport moral, un syndicat, soit 6 voix, a voté contre. La discussion est ensuite engagée sur le rapport sur les tâches présenté par Perrouault. Ducros (Tunisie) : Son intervention porte surtout sur l'exploitation des ouvriers indigènes dans les mines de sel. L'orateur cite les salaires payés aux indigènes : six francs pour une journée de douze heures, puis, après la signature du contrat collectif, il passe à treize francs pour huit heures. Lemaire (Petit-Couronne), puis Lafond (Bordeaux), parlent de la dif- culté d'organisation dans leur région où les centres sont éloignés. Lafond donne lecture de résolutions émanant des ouvriers du pétrole sur l'organisation des ouvriers et collaborateurs et sur la convention collective. Poulmarc'h, secrétaire du syndicat de la région parisienne, indique son accord avec le rapport fédéral sur les tâches. Puis intervient sur le renouvellement des contrats collectifs. Au sujet des salaires, il demande qu'un salaire minima soit le même dans toutes les industries. Il propose aux Chambres patronales comme base de salaire, celui de juin 1936 rajusté au coût de la vie. Après l'intéressante intervention de Poulmarc'h, la séance du matin est levée. La séance de l'après-midi La cinquième séance est présidée par Mire, de Marseille, assisté de Escoer, de Montluçon, de Bedel, de l'isère, de Julien, du Nord, et de la camarade Gisèle, de Paris. Cette séance est consacrée à la suite de la discussion des rapports d'organisation et sur les modications aux statuts. Diérentes questions sont soulevées, notamment la question des mandats politiques et syndicaux. Interviennent Fayet (pétroles de Bordeaux), Marchadier (au nom du syndicat de Clermont-Ferrand), Levaltier (collaborateur de Clermont- Ferrand). Berckmoës, du Nord, fait une intervention très applaudie par tout le congrès contre l'incompatibilité.

210 22. ANNÉE L'intervention de Racamond Racamond prend la parole au nom de la CGT. Le congrès l'accueille par une vibrante Internationale. Il rappelle les débuts de l'unité syndicale, du Front populaire. En tirant les conclusions, il appelle à la lutte, tant sur le plan économique que politique, contre le grand capitalisme qui, lui, n'hésite pas à lutter sur ces deux plans. Racamond parle de la contre-oensive du patronat qui se développe depuis la n de Sabotage des lois sociales et provocation de la classe ouvrière en sont les caractéristiques. Puis essayer ensuite de dissocier des ouvriers, les paysans et les classes moyennes. C'est pourquoi, la CGT est intervenue et a posé le problème devant l'opinion publique ; elle a demandé une procédure d'arbitrage et de conciliation. C'est alors que le patronat a provoqué de nouveau en faisant traîner pendant des mois les procédures d'arbitrage par des discussions chicanières et stériles. Il fallut donc de nouveau examiner la situation. Et c'est ainsi qu'est née l'idée du statut moderne du travail, destiné à régler un peu plus rapidement les conits. Le secrétaire de la CGT fait alors une analyse de la partie du statut déjà votée. "Quand le surarbitre rendra une sentence refusant les rajustements de salaires, que feront les travailleurs si l'arbitre ouvrier leur déclare qu'il n'est pas convaincu que le patron ne peut pas payer? Il y a là une lacune." Et Racamond passe à la partie du statut qui est encore à l'état de projet. Il parle notamment du droit de grève et de la neutralisation des usines. Souvent, le vote que l'on veut obtenir des ouvriers avant la grève sera impossible, car la grève éclate maintes fois spontanément. Mais l'idée du vote est évidemment admise par la CGT partout où il sera possible. L'orateur, examinant la situation actuelle, explique le rôle de la CGT dans le Rassemblement populaire. "Pourrions-nous rompre en ce moment les liens qui unissent les classes moyennes et le prolétariat? La CGT dit non!" s'écrie Racamond. Puis il aborde la question de la menace fasciste qui pèse sur notre pays. Il réclame que la lutte de la démocratie contre ses ennemis soit menée jusqu'au bout. En liaison avec le danger fasciste intérieur existe le danger fasciste extérieur. La CGT veut qu'on aide l'espagne républicaine dans sa lutte contre les soldats d'hitler et de Mussolini. "Jamais le danger de guerre n'a été aussi grand, et c'est la CGT qui avait raison contre ceux qui prétendaient la faire reculer par une fausse non-intervention." L'URSS et le Mexique ont envoyé des armes à la République espagnole, mais leur situation géographique ne permettait pas une aide intense. Hitler et Mussolini ont-ils déclaré la guerre à ces pays? Non! Et si d'autres pays avaient aidé l'espagne, aujourd'hui une République saine et pacique serait de l'autre côté des Pyrénées. Le danger de guerre est aussi en Europe centrale. Et en Extrême-Orient, où le Japon militariste assaille la Chine pacique. Comment faire face à ce terrible danger? "En unissant les forces du peuple de France, en unissant les forces démocratiques du monde entier ensuite!" répond l'orateur. En quelques mots, Racamond fustige ceux qui man uvrent contre

211 210 l'union des travailleurs, de tout le peuple de France. Très applaudi, l'orateur note la diérence entre l'union du peuple de France et l'union sacrée. En terminant, Racamond fait un vibrant appel à la fraternité des syndiqués. Le congrès applaudit longuement le secrétaire de la CGT avril Cet après-midi, grand tournoi de football Cet après-midi, à partir de 13h30, à l'occasion du quatorzième congrès de la Fédération des industries chimiques, grande fête sportive organisée par le Club Athlétique Ouvrier de Villejuif, sous le patronage de la Fédération des Industries techniques et la présidence de Raymond Guyot, député de Villejuif. Grand tournoi de football, avec la participation des équipes sélectionnées corporatives de Marseille, le Havre, Paris, CAO Villejuif, Athlétisme et basket-ball. Allocution de Finck, secrétaires des industries chimiques avril Le congrès de la Fédération des industries chimiques a terminé ses travaux À l'unanimité, les délégués ont adopté le rapport sur les tâches et élu la direction fédérale. La séance de samedi matin. La séance de samedi matin est présidée par Canton, délégué fédéral de la Basse-Seine, assisté de Duval, de Rouen ; Edmond Barre, de la région parisienne ; Mateo de Pierrette-Nestalas et Suzanne Moulin, de Marseille. La discussion reprend sur les modications aux statuts. Dubreuil (Montluçon) expose son point de vue sur l'entrée des techniciens dans la Fédération d'industrie. Il se déclare partisan d'une liaison toujours plus étroite entre ouvriers et techniciens et demande que tous les eorts soient faits dans ce sens. C'est également l'avis de Anthore, de Pauliac, qui intervient ensuite. Finck propose ensuite la commission des statuts qui est ainsi composée : Bedel, Boulneau, Julien, Razzoli, Husson, Lemaire, Vanhaute. Arcucci (Bône) expose la situation des travailleurs tunisiens. Puis la camarade Fernande Gallet, de la région parisienne, cite les salaires particulièrement bas des ouvrières et indique que ceux-ci ne doivent pas être considérés comme un appoint dans la vie d'un ménage, mais que le travail féminin doit être payé par le salaire qu'il mérite. Les maladies professionnelles La parole est maintenant à Plantin qui développe le rapport sur les maladies professionnelles. Après avoir exposé les risques des maladies graves 273. Face au danger fasciste intérieur et extérieur. Union du peuple de France, Union des forces démocratiques du monde entier demande Julien Racamond au Congrès de la Fédération des Industries chimiques, L'Humanité, n o 14363, 16 avril 1938, p Cet après-midi, grand tournoi de football, L'Humanité, n o 14363, 16 avril 1938, p. 5.

212 22. ANNÉE particulièrement grands pour les travailleurs des industries chimiques, il cite l'insusance de la loi sur les maladies professionnelles et les anomalies des assurances sociales dont les indemnités sont nettement insusantes. D'autre part, l'énumération des produits reconnus nocifs est trop limitative. L'orateur rappelle la constitution par la CGT d'un institut d'études et de prévention des maladies professionnelles. Parlant du statut moderne du travail, Plantin regrette qu'on n'ait pas cru devoir y inclure une véritable législation protégeant ecacement les travailleurs contre les maladies professionnelles et préconise que dans la convention collective soit incluse la création de commissions de contrôle. La discussion Roger, du Havre, préconise la constitution dans sa région d'un syndicat de techniciens adhérant à la Fédération d'industrie. De Jonge, secrétaire de l'internationale des ouvriers d'usines, salué par L'Internationale, monte à la tribune. Il salue les congressistes et dit avec quelle attention la lutte des ouvriers français est suivie par les camarades des autres pays. Il rappelle l'activité de son Internationale dans les années passées et examine l'application de la semaine des quarante heures à l'échelle internationale. L'orateur rappelle les sourances subies par les ouvriers allemands et autrichiens, l'agression du fascisme international contre l'espagne républicaine qui, dit-il, serait victorieuse si Hitler et Mussolini n'avait pas aidé Franco. Le délégué de la Fédération belge des industries chimiques salue le congrès et dit la répercussion qu'a eu en Belgique, le mouvement des ouvriers français en juin Il indique la liaison existant entre les industries chimiques belges et françaises. Il dit que la lutte ouvrière est la même des deux côtés de la frontière. L'orateur cite ensuite le grand mouvement de solidarité du peuple belge envers la république espagnole. Le représentant des syndicats libres allemands, salué par l'internationale, indique que le peuple allemand aurait pu vaincre le fascisme s'il avait été uni. Il dénonce le blu du plébiscite et arme que les travailleurs allemands sont contre l'hitlérisme, contre la guerre. Quand l'orateur termine par l'appel lancé par Thaelmann à Paris, il y a plusieurs années : "Nous luttons contre un ennemi commun, notre lutte est la vôtre", les congressistes, unanimes, se lèvent et la salle retentit du cri "Libérez Thaelmann!" Successivement, Ebeling (Hollande), Nesse (Norvège), Nadvornik (Tchécoslovaquie), John (représentant la région des Sudètes), Falk (Suède), Alsen (Danemark) et Rujino de Diego (Espagne) apportent leur salut au congrès. L'heure tardive n'a pas permis la traduction de leurs rapports. La séance de l'après-midi Samedi après-midi, le bureau est ainsi constitué : président, Pascré (Paris), assisté de Messaoud ben Saad (Tunisie), Martin (Préméry), Billois (Bretagne) et de la camarade Jacaud. En début de séance, plusieurs délégués

213 212 interviennent sur le rapport d'organisation. Puis Vanhaute rapporte au nom de la commission de modications aux statuts. L'accord n'est pas intervenu à la commission sur la question des incompatibilités. Quelques légères modications sont apportées à certains articles. À la demande de Vanhaute, et à la grosse majorité, les statuts présentés par la commission sont adoptés avec réserves sur deux points (articles 6 et 22). Pendant que l'on procède au vote par bulletin sur ces deux points, Chabanon fait un exposé sir le rôle des militants syndicaux et sur la nécessité de les éduquer. Il indique les eorts que doit apporter chacun pour l'obtention de la convention collective nationale. Perrouault répond ensuite aux interventions sur le rapport des tâches. À la suite de son intervention, le rapport sur les tâches est adopté à l'unanimité. L'élection de la commission exécutive À l'unanimité, le congrès élit la commission exécutive suivante : Région du Nord : Berckmoës, Charlet ; Basse-Seine : Canton, Jourdain ; Sud-Ouest : Terrasson ; Méditerranée : Mire ; Savoie : Front ; Lyonnais : Aulagne ; Puy-de-Dôme : Verde ; Hénaut ; Est : Bertin ; Montargis : Hoüet ; Oise : Bertrana ; Nantes : Bangy ; Photo Paris : Pigelet, Joly ; Collaborateurs Paris : Pascré, Andréjean, Rocher, Estier, Durant, Gisèle ; Région parisienne : Baudier, Baudouin, Beyer, Chabanon, Damène, Ernoult, Finck, Gallet Fernande, Guédou, Jillet, Ladevèze, Letellier, Marty, Noiraud, Obert, Perrouault, Piroth, Plantin, Pouldin, Poulmarc'h, Reverend Madeleine, Rosarde, Tissandier, Touzet, Vandenbossche, Vanhaute, Vidal, Waty. Le Congrès désigne ensuite les délégués régionaux. Andréjean rapporte au nom de la commission des résolutions. À l'unanimité, la résolution présentée (que nous publierons demain) est adoptée. Puis il est donné lecture du résultat du vote en ce qui concerne l'article 6 ; par 503 voix contre 246 le texte proposé est maintenu. La nouvelle commission exécutive présente ensuite le bureau et la direction fédérales qui sont élus à l'unanimité. Le bureau fédéral Andréjean, Baudouin, Beyer, Chabanon, Ernoult, Finck, Gallet Fernande, Guédou, Letellier, Marty, Pascré, Perrouault, Pigelet, Plantin, Poulmarc'h, Rosarde, Touzet, Vandenbossche, Vidal. La direction fédérale

214 22. ANNÉE Finck, secrétaire général ; Beyer, Chabanon, Letellier, Perrouault, Plantin, Rosarde, Vanhaute, secrétaires ; Vandenbossche, trésorier général ; la camarade Baudouin, trésorière adjoint. Le résultat du vote sur le deuxième point en litige sur la modication aux statuts (article 22 sur les incompatibilités) est donné. Par 667 voix contre 121, le texte initial est maintenu. Finck termine ce magnique congrès en remerciant les congressistes pour leurs nombreuses interventions. Il exprime la certitude de voir se réaliser les décisions prises par le Congrès. Parlant de l'espagne républicaine, l'orateur s'élève contre la scandaleuse non-intervention qui privent nos camarades espagnols qui luttent pour leur liberté et la nôtre. Le discours du secrétaire général est acclamé par les congressistes et une deuxième fois L'Internationale s'élève puissante, suivie de l'hymne espagnol, et c'est aux cris de "Ouvrez la frontière! Des avions pour l'espagne!" que les délégués quittent la salle avril Par camions et par trains, la bauxite s'en va... De Brignoles, comme le montre notre cliché, ainsi que de nombreux points du département du Var, le bauxite dont on tire l'aluminium est chargée à destination des usines où elle sera traitée. Malheureusement, ce minerai, si précieux pour la défense nationale, s'en va dans de grandes proportions vers l'allemagne de Hitler. Ainsi, les avions qui ensanglantent l'espagne, et dont on voudrait se servir pour attaquer notre pays, sont fabriqués avec du duralumin tiré du minerai français. Cette honteuse situation durerat-elle encore longtemps? avril Les représentants des travailleurs de l'afrique du Nord au ministère du Travail Une délégation de l'afrique du Nord a été reçue au ministère de l'intérieur, accompagnée de la Fédération nationale des industries chimiques, par M. Barillot, chargé de mission au ministère. Dès la réception de la délégation, les camarades Letellier et Chabanon, ainsi que le délégué fédéral d'algérie, ont expliqué avec force la situation des travailleurs des industries chimiques d'algérie et en particulier de l'industrie du pétrole. Depuis février 1937, les ouvriers et collaborateurs de l'industrie du pétrole en Algérie attendent leurs conventions. Une sentence de M. Louis Gernet, doyen de la faculté de lettres d'alger, reconnaissant la CGT et la CFTC, seules organisations représentatives et déboutant les corpos et les SPF n'est pas appliquée. À la suite de 275. Le congrès de la Fédération des industries chimiques a terminé ses travaux, L'Humanité, n o 14364, 17 avril 1938, p. 5. Une photographie d'édouard Finck accompagne l'article Par camions et par trains, la bauxite s'en va..., L'Humanité, n o 14367, 20 avril 1938, p. 5. Une photographie accompagne l'article.

215 214 notre entrevue au ministère de l'intérieur, le représentant, M. Barillot, a très bien compris notre juste position. Il va permettre que nous puissions rencontrer le gouverneur général de l'algérie dès la semaine prochaine, pendant son séjour à Paris. Nous demandons aux travailleurs de la région parisienne, européens et arabes, d'assister nombreux aux deux grands meetings qui auront lieu aujourd'hui samedi 23 avril : à 14h30, salle des fêtes d'issy-les-moulineaux (métro Mairie d'issy) ; à 17h30, marché des Grésillons à Gennevilliers (Seine) où parleront : Brenot, de l'union des syndicats de la Seine ; Ferval, de la commission Nord- Africaine ; Letellier, de la Fédération et deux délégués d'algérie mai Une délégation fédérale des produits chimiques à l'oce de Tunisie Les camarades Chabanon et Letellier, secrétaires de la Fédération, profitant de la présence à Paris, de M. Guillon, résident général de Tunisie, se sont rendus en délégation à l'oce de Tunisie et ont été reçus par M. Berger, secrétaire du Résident. Après avoir entendu un exposé sur la situation des travailleurs des industries chimiques de Tunisie, toutes les tracasseries dont ils sont l'objet, les violations du droit syndical et des lois sociales, la répression qui sévit en particulier à Tunis et à Monastir, M. Berger a manifesté la sympathie de la résidence pour les travailleurs indigènes et a déclaré qu'il s'intéresserait tout particulièrement aux faits que nous lui avons cités. Un rapport de notre Fédération a été laissé entre ses mains et il nous a été promis une réponse dans les dix jours qui vont suivre. Les travailleurs européens doivent assurer de leur entière solidarité les travailleurs de l'afrique du Nord et nous leur demandons d'être les interprètes de notre Fédération auprès de ces camarades pour les assurer de notre entier attachement aux revendications nord-africaines. Pour la Fédération, un secrétaire : R. Letellier mai Organisation de la production sans aggravation du chômage! L'aménagement des quarante heures, tel que le veulent les trusts, augmenterait le nombre des sans-travail. Nous sommes menacés d'un second train de décrets-lois et les travailleurs des industries chimiques ne cachent pas leurs inquiétudes. Certes, ils ont remporté un succès appréciable en ce qui concerne leur convention. Malgré les man uvres patronales, la treizième section du Conseil national économique vient de décider que, sans retenir le 277. Les représentants des travailleurs de l'afrique du Nord au ministère du Travail, L'Humanité, n o 14370, 23 avril 1938, p Une délégation fédérale des produits chimiques à l'oce de Tunisie, L'Humanité, n o 14392, 16 mai 1938, p. 5.

216 22. ANNÉE principe d'une convention collective nationale, dans toutes ses clauses, il y avait lieu d'examiner l'extension de certaines clauses générales à toutes les industries chimiques et à tout le territoire. Si faibles que soient ces dispositions par rapport à une véritable convention nationale, elles doivent garantir à des dizaines de milliers de travailleurs des conventions meilleures que leurs conventions actuelles. Et ce jalon étant posé, rien ne devrait empêcher, pour l'industrie du pétrole où raneries et dépôts sont quasi-identiques d'un bout à l'autre du territoire, la conclusion d'une convention collective nationale. Ce serait travailler utilement à l'organisation de la production et de la défense nationale et les pouvoirs publics n'ont pas le droit de se plier uniquement à la volonté de désordre des trusts. Ils le font, hélas, trop souvent, et cela justie les appréhensions des travailleurs. L'iniquité de certaines sentences Ainsi, les surarbitres interprètent la loi du 4 mars sur les rajustements de salaires, sans tenir aucun compte des possibilités des industries chimiques qui voient leurs bénéces de 1937 dépasser de 50 % ceux de 1936 et qui voient baisser, par suite de la hausse des matières premières, la part relative des salaires dans les prix de revient. Les travailleurs attaquent ces sentences, mais la Cour supérieure d'arbitrage où leurs représentants sont en minorité les conrme. Cette même Cour supérieure, à la demande des commissaires gouvernementaux, prend position contre les divers surarbitrages réglementant la récupération des jours fériés en respectant les avantages acquis. M. Ramadier, sous-secrétaire d'état, avait sur ce point, signé un décret équitable pour les travailleurs "collaborateurs" du gaz et de l'électricité. M. Ramadier, ministre du Travail, a fait casser les surarbitrages qui s'appuient sur son propre décret. Mais le point qui inquiète le plus les travailleurs est l'attaque contre les quarante heures. Malgré un chômage partiel important dans de nombreuses branches des industries chimiques, le patronat multiplie les demandes de dérogations. Le vendredi 20, une commission s'est réunie au ministère du Travail pour examiner les demandes des fabricants d'engrais azotés, de superphosphates, de colles et gélatines et de parfums. Tous ont dû reconnaître que leurs productions n'avaient été aucunement gênées par l'application des quarante heures et des dérogations légales. Mieux, la parfumerie accuse une baisse générale de fabrication de 25 % due aux diminutions des exportations et au rétrécissement du marché intérieur. Les colles et gélatines manquent de matières premières, parce que celles-ci sont exportées vers l'allemagne. Elles nous en reviennent sous forme de produits nis, d'où décit pour la balance commerciale. Dans leur ensemble, ces industries sont mal organisées, mal outillées, et les quelques usines bien équipées appliquant les procédés modernes de chaulage, ne connaissent pas la moindre morte-saison. La question se pose de façon analogue pour les usines d'engrais. Notre production de superphosphates est de 30 % inférieure à ce qu'elle était en Des usines

217 216 françaises sont fermées, mais la Belgique, l'allemagne, l'italie expédient en France des "supers" fabriqués à partir des phosphates tunisiens et marocains, au préjudice encore, de notre balance commerciale. Les employeurs ont dû reconnaître qu'ils engageaient aux périodes de livraison un personnel supplémentaire pour assurer les expéditions et que des dérogations seraient inopérantes, puisqu'il s'agit d'un problème de rapidité de chargement, donc de quantité de personnel. Et la situation est la même dans l'industrie des engrais azotés. En septembre 1937, l'inspecteur général Crussard reconnaissait dans son rapport que les usines avaient dû débaucher du personnel. Devant ces problèmes d'organisation technique et économique, l'on trouve cette seule solution : dérogations à la loi de quarante heures. Les travailleurs des industries chimiques sont d'ailleurs payés pour bien connaître les buts poursuivis. Suivant l'exemple de la puissante société Desmarais Frères, l'on créé du chômage partiel à l'époque des vacances pour ne payer que 60 ou 70 heures de congés au lieu de 80 et l'on fait récupérer ensuite, sans majoration, les heures perdues. Automatiquement de telles dérogations entraîneraient du chômage. Il sut de voir l'attitude d'alais, Froges et Camargue, qui laisse volontairement ses usines du Bouches-du-Rhône fonctionner au ralenti, pour savoir ce que signie la bonne foi des trusts. Et si les pouvoirs publics en doutent, qu'ils lisent le compte-rendu de l'assemblée générale de la Compagnie française des produits organo-chimiques. Cette société voit ses bénéces passer de à francs. Mais le rapport du conseil d'administration déclare : "Enn et pour l'avenir, signalons que si nous conservons la volonté de nous adapter aux circonstances nouvelles, nous n'en poursuivrons pas moins la recherche, jusqu'alors irréalisée, de quelques décentralisation industrielle vers l'extérieur, an d'échapper dans une certaine mesure à la trop lourde étreinte du prix de revient français qui, rapidement, deviendra mortelle, si sa course ascensionnelle ne peut être ecacement freinée." L'excuse du prix de revient est fausse, nous l'avons maintes fois prouvé. On veut, ici encore, travailler contre l'économie nationale et aggraver le chômage en France, comme l'aggraveraient immanquablement toute "dérogation" et tout "aménagement" aux quarante heures. Aux pouvoirs publics de dire s'ils veulent se plier à la volonté des trusts internationaux et organiser le chômage ou organiser la production dans l'intérêt du peuple français. La Fédération des Industries chimiques mai La récupération des jours fériés dans l'industrie du pétrole La Fédération nationale des Industries chimiques nous communique : 279. Organisation de la production sans aggravation du chômage!, L'Humanité, n o 14400, 24 mai 1938, p. 5. Une photographie accompagne l'article avec pour légende : C'est avec précaution que l'on procède à la manipulation de ces dangereuses bouteilles d'oxygène utilisées pour la soudure autogène.

218 22. ANNÉE "La sentence Brissaud, réglementait la récupération des jours fériés dans l'industrie du pétrole, sur les bases du décret Ramadier, relatif à l'industrie du gaz et de l'électricité. Cette sentence vient d'être cassée par la Cour supérieure d'arbitrage, et cela déjà est scandaleux. Mais ce scandale devient intolérable du fait que la Fédération nationale des Industries chimiques n'a pas été avisée qu'un recours était formulé contre cette sentence. Seule, une erreur grossière a permis d'inscrire dans les registres de la Cour supérieure que "le recours avait été signié à notre Fédération et que celle-ci n'a pas répondu". Il faut qu'une enquête administrative soit ouverte et que les coupables soient sanctionnés. Déjà, au cours du surarbitrage Brissaud, la collusion entre certains hauts fonctionnaires de la présidence du Conseil et du ministère du Travail, d'une part, les trusts pétroliers et les syndicats professionnels, d'autres part, était éclatante. Cette collusion s'étale à nouveau. L'on comprend bien l'intérêt qu'il peut y avoir pour les organisations patronales à écarter notre puissante Fédération, qui a toujours su défendre les travailleurs. L'on comprend moins qu'un ministre élu du Front populaire, reste impuissant devant ces man uvres des trusts internationaux. La Cour supérieure d'arbitrage a violé la loi. Une faute grave a été commise. M. Ramadier, dont les services se sont déjà signalés par leur inertie dans le conit de Marseille, ne pourrait-il enn intervenir? La Fédération des industries chimiques." Un grand nombre de camarades nous ont écrit au sujet de la sentence Brissaud, en protestant contre sa non-application. Cette sentence étant maintenant cassée, les protestations contre cette mesure, doivent être adressées non seulement à la Fédération, mais à la présidence du Conseil et à M. le président de la Cour supérieure d'arbitrage pour souligner le désir des "collaborateurs" de voir maintenir les avantages acquis. La Fédération juin Une importante assemblée des syndicats de la région parisienne. Le problème du pétrole exposé par Toledano, secrétaire général de la CGT mexicaine L'union des syndicats ouvriers de la région parisienne organise mardi 7 juin à 20h30, grande salle de la Maison des Métallurgistes, 94 rue d'angoulême, une grande assemblée d'information des cadres et militants syndicaux. Dans cette assemblée d'information très importante, notre camarade Toledano, secrétaire général de la CGT du Mexique, de retour d'oslo, fera une conférence sur la situation des travailleurs du Mexique et sur le problème du pétrole. Tous les syndicats, les centres syndicaux et unions locales 280. La récupération des jours fériés dans l'industrie du pétrole, L'Humanité, n o 14401, 25 mai 1938, p. 5.

219 218 sont priés de convier leurs militants responsables à assister à cette importante assemblée. Le temps matériel faisant défaut pour envoyer les mandats habituels, chaque Union locale devra munir de mandats régulièrement établis tous les délégués désignés pour y assister. En conséquence, la commission exécutive de l'union des syndicats ouvriers qui devait avoir lieu mardi 7 juin est reportée au jeudi 9 juin à la même heure, au même endroit et avec le même ordre du jour. L'union des syndicats ouvriers de la région parisienne juin Dans la région parisienne, les petits patrons de l'industrie du caoutchouc sont partisans d'une convention nationale Après de nombreuses démarches de notre Fédération nationale des industries chimiques, le ministre du Travail a convoqué pour aujourd'hui une commission mixte, à seule n de confronter les points de vue des deux délégations ouvrière et patronale. Du côté ouvrier, nos camarades Plantin, Chabanon, Poulmarc'h, Vidal, Marty, Andréjean, représentaient la Fédération. Du côté patronal, seul était représenté le syndicat des fabricants et revendeurs d'articles en caoutchouc. Cette commission mixte s'est tenue sous la présidence de M. Gaspard, chef de cabinet. Celui-ci a donné connaissance de la lettre envoyée par le syndicat patronal du caoutchouc (chambre la plus représentative) où dans celle-ci était indiqué qu'après un vote unanime des adhérents en assemblée générale, ceux-ci repoussaient le principe d'une convention collective nationale en indiquant qu'elle ne pouvait aboutir à aucun résultat. Ils sont prêts toutefois à discuter comme dans le passé des conventions collectives régionales et locales. Les directives de la CGPF Nous sommes sceptiques quant à l'unanimité de vue réalisée entre les adhérents de cette chambre patronale. Nous sommes persuadés au contraire que plusieurs entreprises très importantes, telle que Goodrich, sont partisanes de la convention nationale. Quant aux petites et moyennes usines de la région parisienne et de l'ensemble du pays, nous savons qu'elles sont d'accord avec nous et en désaccord avec les directives données par la CGPF sur ce problème. C'est ainsi que la chambre syndicale des fabricants et revendeurs d'articles en caoutchouc présente aujourd'hui à la commission mixte, s'est déclarée d'accord avec nous pour qu'une convention nationale soit discutée. La CGPF aime mieux que des conventions multiples soient signées. C'est la possibilité pour elle de faire traîner les discussions en longueur. Dans certains cas, en province, c'est la possibilité pour des syndicats professionnels de par Une importante assemblée des syndicats de la région parisienne. Le problème du pétrole exposé par Toledano, secrétaire général de la CGT mexicaine, L'Humanité, n o 14411, 4 juin 1938, p. 5.

220 22. ANNÉE ticiper aux discussions en tant que syndicats les plus représentatifs. C'est également la possibilité pour les patrons de ne pas accorder à leurs ouvriers les mêmes avantages que dans la région parisienne où d'autre part il y a un manque de cadres et où le rapport des forces n'est pas le même. En conclusion de cette séance, la décision a été prise que c'est la treizième section du Conseil national économique, dont le président est notre camarade Finck, secrétaire général de la Fédération, qui devra indiquer au ministre s'il est opportun de discuter une seule convention pour tout le pays ou de discuter régionalement. D'ici une huitaine de jours, nous pensons que le Conseil national économique se sera prononcé et qu'il nous aura donné raison. Non seulement les ouvriers sont intéressés à ce que rapidement la convention collective soit signée, mais aussi la grosse majorité des industriels du caoutchouc petits et moyens, et plus particulièrement ceux de la région parisienne qui sont placés devant la concurrence des usines de province qui quelquefois paient des salaires 50 à 60 % au-dessous de ceux de la région parisienne. Nous tiendrons nos camarades au courant des discussions ultérieures qui auront lieu par la voie de la presse. La Fédération juin Pourquoi nos usines de fabrication d'alumine chôment? La France est le principal producteur de bauxite. Celle-ci fuit vers l'allemagne et nos usines de fabrication d'alumine chôment. Vous voulez savoir pourquoi? Le numéro trois de La Revue des Industries Chimiques vous l'expliquera en dévoilant les liaisons internationales du trust Alais, Froges et Camargue, dans une magistrale étude de P. Lenoir. Par ailleurs, au sommaire : les maladies du pétrole ; les prix de revient en savonnerie ; l'acide sulfurique et les pyrites, etc. Passez les commandes à la Fédération nationale des Industries chimiques, 33 rue de la Grange-aux-Belles, Paris (10 e ). Prix du numéro, deux francs ; les dix numéros, quinze francs juin Vendredi soir, salle Japy, grand meeting des travailleurs des produits chimiques Le syndicat des produits chimiques de la région parisienne organise un grand meeting vendredi soir, à 20h30, salle Japy. Les camarades Guédou, secrétaire du syndicat, Finck, secrétaire général de la Fédération, Pascré, secrétaire du syndicat des techniciens, Benoît Frachon, secrétaire de la CGT, 282. Dans la région parisienne, les petits patrons de l'industrie du caoutchouc sont partisans d'une convention nationale, L'Humanité, n o 14411, 4 juin 1938, p. 5. Une photographie accompagne l'article, avec pour légende : La délégation ouvrière sortant du ministère Pourquoi nos usines de fabrication d'alumine chôment?, L'Humanité, n o 14411, 4 juin 1938, p. 5.

221 220 prendront la parole. Les ouvriers, employés et techniciens des produits chimiques viendront nombreux armer leur volonté d'obtenir : la signature de conventions collectives nationales ; le respect des quarante heures ; la lutte contre les trusts ; la sauvegarde des libertés démocratiques et de la paix juin Ce soir à Japy, les travailleurs des industries chimiques manifesteront en masse! Une certaine inquiétude se manifeste par les travailleurs des industries chimiques. Ils constatent avec un mécontentement croissant que la politique pratiquée par les gouvernements de Front populaire s'écarte délibérément du programme plébiscité par le peuple de France. Il s'aperçoivent, non sans amertume, que l'attitude des pouvoirs publics à l'égard des grands trusts, fauteurs de vie chère est toute de mansuétude. Et pourtant, ils restent profondément attachés au Front populaire, qu'ils ne confondent pas avec son expression parlementaire et gouvernementale. Les travailleurs des industries chimiques demeurent dèles au programme du 14 juillet, c'est pourquoi ils veulent que ça change. Actuellement, ils suivent avec une attention et un intérêt particuliers, la discussion de la convention de la grande industrie chimique qui doit leur garantir, une fois pour toutes, le droit syndical et des salaires en fonction de l'élévation du coût de la vie. Une convention collective! Ils savent que, suivant les ordres de la CGPF, l'union des industries chimiques comme le Comité des Forges, ne veut accepter aucune amélioration des conditions de vie des travailleurs. Mais l'union des ouvriers et ouvrières dans leur puissant syndical, saura en dénitive vaincre beaucoup des dicultés rencontrées et il est certain que la convention nouvelle leur apportera quelques résultats positifs. D'autres problèmes préoccupent actuellement nos camarades. L'assouplissement de la loi des quarante heures, les dérogations accordées, les inquiètent avec juste raison. En eet, au moment où la moitié des entreprises chimiques chôment partiellement, les pouvoirs publics donnent la possibilité de faire des heures supplémentaires. Respect des quarante heures! Nous pensons avec nos camarades qu'il serait préférable d'embaucher des travailleurs réduits au chômage et à la misère, plutôt que de recourir à la violation des quarante heures, auxquelles les travailleurs de nos industries sont si attachés. Les ouvriers des industries chimiques veulent également obtenir le paiement équitable des vacances. Dans de nombreuses usines, on fait faire au personnel des semaines de travail incomplètes à la veille des départs en vacances, et interprétant la loi, les patrons ne veulent payer que des semaines 284. Vendredi soir, salle Japy, grand meeting des travailleurs des produits chimiques, L'Humanité, n o 14423, 16 juin 1938, p. 5.

222 22. ANNÉE de vacances réduites, bien que durant sept, huit, neuf voire dix et onze mois, leur personnel a travaillé quarante heures. Ce sont là des anomalies, des injustices criardes, que notre syndicat ne saurait accepter. Déjà, il a engagé la bataille pour faire cesser de tels abus. Les bénéces scandaleux Les travailleurs des industries chimiques connaissent les bénéces des sociétés qui les exploitent, s'étonnent que le gouvernement ne pratique pas une politique nancière conforme à la volonté du pays, une politique nancière faisant payer les riches. Le trust Standard française des pétroles a réalisé en francs de bénéces. N'est-ce pas signicatif! Et ce n'est pas une exception. Voyez plutôt le tableau suivant : Péchiney Air Liquide (bénéces avant amortissement) Mines et produits chimiques Rhône-Poulenc Compagnie industrielle des pétroles Pechelbronn Qu'attend en eet le gouvernement pour prélever des dizaines de millions sur ces bénéces formidables. Voilà des possibilités toutes trouvées pour équilibrer le budget national, voter la retraite des vieux travailleurs, étendre les allocations familiales à l'agriculture, rajuster les traitements des fonctionnaires et entreprendre immédiatement les grands travaux. Sauvons la paix et la liberté Nous ne saurions également passer sous silence la colère qui monte de nos usines, à l'égard de la politique extérieure pratiquée par les diérents gouvernements. Tous les travailleurs condamnent la honteuse politique dite de non-intervention, de même qu'ils condamnent la politique de capitulation des démocraties devant le fascisme international. Loin de préserver la paix, une telle attitude nous conduit à la guerre. Malgré ces raisons justiées de mécontentement, les quarante mille travailleurs des industries chimiques restent dèles à leur organisation qui a fait le maximum d'eorts pour défendre leurs droits. Ils le démontreront une fois de plus en assistant en masse au grand meeting organisé ce soir à 20h30 au gymnase Japy. Conants et résolus en dépit des man uvres patronales, les travailleurs des industries chimiques sauront défendre leur pain et leurs libertés. Jean Poulmarc'h Ce soir à Japy, les travailleurs des industries chimiques manifesteront en masse!, L'Humanité, n o 14424, 17 juin 1938, p. 5.

223 juin La convention collective des représentants en pétrole Les organisations de voyageurs et représentants de commerce, la Fédération CGT des voyageurs et représentants, groupées dans la Commission exécutive d'entente, vont enn pouvoir engager la discussion de leur convention collective avec la Chambre syndicale des Pétroles. Devant les retards apportés depuis des moins à cette ouverture des négociations par la Chambre syndicale patronale, le ministre du Travail a convoqué pour le lundi 20 juin à quinze heures, les parties en présence juin Hier s'est ouverte à Clichy la Conférence nationale des Pétroles Les délégués demandent une convention collective nationale et l'échelle mobile. Les bénéces scandaleux des trusts pourraient facilement permettre cette réalisation. La conférence nationale des pétroles de la Fédération des industries chimiques s'est ouverte, hier matin, à Clichy, sous la présidence du camarade Canton, délégué fédéral. Letellier, secrétaire fédéral, a développé un rapport sur les revendications et la convention collective nationale, en insistant particulièrement sur la nécessité d'établir dans toutes les entreprises des comités de sécurité et de dépister les maladies professionnelles extrêmement nombreuses dans l'industrie du pétrole. Il a à nouveau attiré l'attention des délégués sur la nécessité d'établir une échelle mobile intégrale, les bénéces formidables des trusts pétroliers en permettant la réalisation. De nombreuses interventions ont eu lieu ensuite qui, toutes, sont venues con- rmer le désir des délégués d'obtenir leur convention collective nationale. Dans l'après-midi, deux délégations se sont rendues l'une au ministère du Travail, l'autre au ministère des Travaux publics, où elles ont obtenu l'assurance que les pouvoirs publics estimaient nécessaire la conclusion d'une convention collective nationale pour l'industrie du pétrole. La séance s'est terminée après un rapport très documenté du camarade Andréjean sur les maladies professionnelles, qui a indiqué que de nombreux cas de maladies de la peau se terminaient par des cancers et enn sur une intervention du camarade Mire, qui a rapporté au nom de la délégation, que la conférence avait envoyée à la conférence des délégués de la région parisienne, où est intervenu le camarade Racamond, le but de cette conférence étant la défense de la paix, de la liberté et de la République. La séance a été levée à 19 heure 30. Les travaux reprennent ce matin. Au début de l'après-midi, et en séance de nuit, diérentes conférences de rmes ont réuni les délégués de la Standard, de la 286. La convention collective des représentants en pétrole, L'Humanité, n o 14424, 17 juin 1938, p. 5.

224 22. ANNÉE Shell et de la Compagnie Française des Pétroles juin La conférence de Julien Racamond aux délégués de l'industrie chimique La conférence de Julien Racamond hier matin aux délégués des industries chimiques a porté sur la défense de la liberté, de la paix et de la République. Le secrétaire de la CGT a retracé l'action de l'organisme confédéral pour la défense de ces causes. Il conclut en armant que l'unité syndicale internationale se réalisera parce qu'elle exprime la volonté des travailleurs du monde entier juillet Les syndicats défendent la paix et la liberté "Franco victorieux en Espagne, c'est l'allemagne et l'italie installées sur les Pyrénées, au Maroc espagnol, dans les Baléares. Ainsi, du nord au sud, c'est une ligne continue de frontières ennemies d'où peuvent s'élancer contre notre pays les forces militaires du fascisme international..." a déclaré Julien Racamond, secrétaire de la CGT, dans une conférence aux militants des industries chimiques. Cette conférence a été éditée en brochure par la Fédération des industries chimiques. En vente au CDLP juillet Les assemblées syndicales Industries pharmaceutiques et similaires. À 20h30, Bourse du Travail, assemblée des syndiqués : récupération, rajustement de salaires juillet Les syndicats défendent la paix et la liberté Édouard Finck, secrétaire de la Fédération nationale des industries chimiques présente ainsi la brochure de Julien Racamond : les syndicats défendent la paix et la liberté. "Si notre Fédération des industries chimiques a dû lutter contre les Cagoulards, agents des trusts du caoutchouc et du pétrole, si elle sait combien cette activité des trusts intéressés aux pyrites et au mercure d'espagne sert Franco contre la nation française, elle n'oublie pas que tous les travailleurs ont les mêmes intérêts et les mêmes ennemis." 287. Hier s'est ouverte à Clichy la Conférence nationale des Pétroles, L'Humanité, n o 14433, 26 juin 1938, p La conférence de Julien Racamond aux délégués de l'industrie chimique, L'Humanité, n o 14433, 26 juin 1938, p Les syndicats défendent la paix et la liberté, L'Humanité, n o 14444, 7 juillet 1938, p Les assemblées syndicales, L'Humanité, n o 14457, 20 juillet 1938, p. 5.

225 224 En eet, tous les travailleurs ont intérêt à lire cette brochure au moment où reprennent les actes terroristes du fascisme et les provocations patronales. En vente, au prix de 50 centimes, quatre francs cinquante les dix, quarante francs les cent, trois cent soixante-dix francs les mille à la Fédération des Produits chimiques, 33 rue de la Grange-aux-Belles, Paris (X e ) et au CDLP, 25 rue d'alsace, Paris (X e ) juillet Et dans la Dordogne Pour protester contre le renvoi d'une trentaine d'ouvriers congédiés par la société Progil (produits chimiques) de Condat-le-Lardin (Dordogne), tout le personnel de cette usine s'est mis en grève hier matin juillet Le conit des usines Progil peut rapidement être résolu La grève des usines Progil, à Condat-le-Lardin (Dordogne) continue dans l'enthousiasme. La population ne cesse de témoigner sa sympathie aux grévistes. Elle assiste, en grand nombre, aux jeux et concerts qu'ils organisent. La plupart des organisations ouvrières et paysannes de la région ont armé leur solidarité. C'est ainsi qu'une réunion paysanne ayant été interdite à la Bachellerie du fait de la grève, les organisateurs viennent en délégation à l'usine encourager les ouvriers à lutter jusqu'à la victoire et versèrent leur obole au comité de grève. À l'heure actuelle, plusieurs faits importants sont acquis. Il est prouvé que, par des man uvres éhontées, la direction a essayé de faire échouer l'ultime démarche de conciliation tentée au ministère par les municipalités en annonçant faussement et prématurément aux pouvoirs publics l'occupation de l'usine. D'autre part, le ministre du travail ayant demandé, pour entrer en pourparlers, que l'usine soit évacuée sans conditions, les ouvriers ont repoussé à l'unanimité une aussi stupéante proposition et conrmé leur résolution d'obtenir la réintégration des licenciés. D'autre part, l'inspecteur départemental du service de sécurité, le commandant Dauriac, venu à la demande du comité de grève qui, privé d'électricité, voulait dégager sa responsabilité, a pu constater que les plus élémentaires mesures de sécurité n'étaient jamais prises par la direction. C'est ainsi que le stock de chlore est beaucoup plus grand qu'il ne faudrait, ce qui fait peser sur les localités environnantes une menace de catastrophe que les pouvoirs publics se doivent d'éluder en prenant contre la société fautive les sanctions prévues par la loi. En dernière heure, nous apprenons que le tribunal des référés de Sarlat doit se réunir aujourd'hui et prononcer l'évacuation de l'usine. Il est probable que 291. Les syndicats défendent la paix et la liberté, L'Humanité, n o 14458, 21 juillet 1938, p Et dans la Dordogne, L'Humanité, n o 14459, 22 juillet 1938, p. 5.

226 22. ANNÉE celle-ci sera eectuée aussitôt pour peu que l'on donne les garanties élémentaires aux ouvriers. Il est donc vraisemblable que l'arbitre ouvrier désigné par l'unanimité des ouvriers en lutte sera reçu aujourd'hui par le ministre du Travail, ainsi que la préfecture de la Dordogne vient de lui en donner l'assurance. Toute la population pense que ce conit peut être résolu rapidement. Le bon droit des ouvriers a été reconnu par les pouvoirs publics, les parlementaires, les maires de la région. Il sura donc au ministère de rappeler la direction de l'usine Progil au respect des lois, des conventions et des sentences arbitrales pour que cesse une grève qu'elle a provoquée par son intransigeance. Le délégué fédéral : Terrasson août Pourquoi l'essence est chère... La dernière augmentation de 0,20 par libre de l'essence et de divers autres produits pétroliers a attiré de nouveau l'attention du public sur les tarifs de l'essence et sur les trusts pétroliers. Nul n'ignore plus que la Standard et la Banque de Paris et des Pays-Bas, que la Shell et la Banque de l'union parisienne, les banques Morgan, Lazard, etc. contrôlent le marché français du pétrole et imposent leur politique, leurs tarifs et impôts. Et ce sont ces trusts pétroliers qui, sous le couvert de l'union routière, organisent des pétitions contre la hausse du coût de l'essence. Il est bien de lutter contre la hausse du coût de la vie, mais on ne donnera le change à personne en faisant crier "au voleur" par les organisateurs de la vie chère. M. le général Serrigny, qui représente à l'union routière, les trusts pétroliers ne pourraient-ils pas proposer la suppression de la détaxe de ranage qui coûte un demi-milliard par an aux contribuables? M. Petvay, qui représente à l'union routière les fabricants de caoutchouc, a-t-il oublié la circulaire de la chambre patronale transformant en 15 % une hausse de 1,5 % des allocations familiales, en "oubliant" une virgule et en justiant auprès de la clientèle une hausse des prix de vente? M. Mariage, grand maître de la STCRP, ne pourrait-il proposer une baisse de tarifs, de même que M. Chaix des indicateurs et des chemins de fer? Tout le comité de l'union routière est ainsi composé des représentants les plus authentiques des 200 familles et des trusts internationaux : baron Petiet, vicomte de Lavilléon, vicomte de Rohan, Musnier, etc. Et ce sont ces gens qui imposent à notre pays une scalité antidémocratique, qui veulent développer leur démagogie au travers d'une protestation contre le prix de l'essence. Pour mettre l'opinion publique au courant de la puissance et des man uvres des trusts pétroliers, la Fédération nationale des Industries chimiques a consacré à cette importante question un numéro spécial de La Revue des Industries Chimiques. Il importe de démasquer les 293. Le conit des usines Progil peut rapidement être résolu, L'Humanité, n o 14464, 27 juillet 1938, p. 5.

227 226 man uvres démagogiques actuelles qui visent à détourner la colère des consommateurs et, en dénitive à créer le désordre au prot des ligues fascistes et de la nance internationale qui les soutient. Cette attitude des pétroliers va d'ailleurs de pair avec l'activité qu'ils déploient dans un autre domaine pour entraver la conclusion de la convention collective nationale des ouvriers et collaborateurs du pétrole. L'action coordonnée par la Fédération nationale des Industries chimiques permettra de les vaincre sur l'un et l'autre terrain. La Fédération nationale des Industries chimiques août Les travailleurs des laboratoires de produits pharmaceutiques obtiennent un rajustement de salaire de cinq pour cent À la suite d'une demande de rajustement formulée par le Syndicat général des industries pharmaceutiques et parapharmaceutiques de la Seine, M. Gaëtan Pirou, nommé surarbitre, a rendu sa sentence. Il décide : 1 o Il sera alloué, à partir du 15 août 1938, une augmentation uniforme de 5 % sur les salaires des ouvriers, ouvrières et employés tels qu'ils résultaient de l'arbitrage de M. Briottet. 2 o À titre de rétroactivité, il sera accordé à tout le personnel précité une somme égale au montant de la majoration dont il bénéciera étendue à quatre semaines de travail, cette somme étant versé à l'occasion de la paie en quatre fractions égales et consécutives, le premier versement ayant lieu deux mois après la date d'application des nouveaux salaires août Les syndicats défendent la paix et la liberté Pour éduquer les syndiqués. Diusez, discutez de la brochure de Julien Racamond, Les syndicats défendent la paix et la liberté. Prix : 50 centimes ; les dix : quatre francs cinquante ; les 50 : vingt-et-un francs ; les cent : quarante francs. Passer les commandes à la Fédération des industries chimiques ou au CDLP août Les assemblées syndicales Industries chimiques. Aux responsables des sections syndicales, l'unité du mois d'août est parue, retirer au siège et dans les secteurs Pourquoi l'essence est chère..., L'Humanité, n o 14472, 4 août 1938, p Les travailleurs des laboratoires de produits pharmaceutiques obtiennent un rajustement de salaire de cinq pour cent, L'Humanité, n o 14479, 11 août 1938, p Les syndicats défendent la paix et la liberté, L'Humanité, n o 14482, 14 août 1938, p Les assemblées syndicales, L'Humanité, n o 14486, 18 août 1938, p. 5.

228 22. ANNÉE août Dans les industries chimiques, le rendement horaire avait augmenté de 30 à 50 % après l'application des quarante heures La Fédération nationale des travailleurs des industries chimiques vient d'éditer en tract une lettre ouverte au président du Conseil. Nous en donnons ci-dessous l'essentiel : La Fédération a prouvé, avec documents irréfutables à l'appui, que depuis l'introduction de la semaine de quarante heures, la production avait augmenté sensiblement dans tous les secteurs de ces industries. Cet accroissement atteignait 15 % dans la grande industrie chimique, 20 % dans les pétroles, 25 % dans l'électro-chimie, etc. Nulle part, la main-d' uvre embauchée n'avait atteint les 20 % qu'aurait normalement dû provoquer le passage des 48 aux 40 heures. C'est dire que le rendement horaire s'est considérablement accru : de 30 % en moyenne et, dans certains cas, de 50 %. Et cela en dépit d'un outillage bien souvent suranné. Après avoir rappelé les attaques des trusts contre les quarante heures et les lois sociales, la Fédération souligne que dans l'industrie du pétrole, des chômeurs attendent aux portes des usines, des centaines d'ouvriers qualiés occupent des postes de man uvres, toutes les entreprises refusent d'embaucher et licencient du personnel dans les sièges sociaux et les dépôts, mais la Shell-Royal-Dutch et la Standard demandent des dérogations, même pour les maçons. Enn, la Fédération insiste sur une autre cause de dicultés actuelles : nos fabriques de superphosphates sont menacées par la concurrence des liales belges de Kuhlmann. Vous le saviez. Notre industrie de synthèse, malgré une situation prospère, est menacée. À l'assemblée générale de la Compagnie Française des Produits organo-chimiques, du 28 avril, le rapport du Conseil d'administration signale le désir de rechercher "une extension à l'extérieur, pour trouver des prix de revient meilleurs" ; cela alors que le bilan accuse 50 % de béné- ces supplémentaires! Vous le saviez. Nos usines d'alumine sont en sommeil : 150 ouvriers sur 600 sont, à Gardanne, jetés à la rue pendant que nos bauxites partent vers l'étranger. Les procédés de fabrication d'alumine extra-pur mis au point en France sont cédés à l'allemagne. Tout cela, y compris le ralentissement de l'activité des usines françaises a été décidé par le trust international de l'aluminium, ainsi que le prouve le rapport annuel du Conseil d'administration de l'"aluminium Industrie Nordhausen", société germanosuisse. Ugine et Péchiney sont membres dirigeants du trust international de l'aluminium. Nos ingénieurs du pétrole voient tous leurs travaux brevetés à l'étranger par la Shell ou la Standard, et notre pays doit payer ensuite, en droits de licence, des millions qui partent à La Haye, à New-York ou à Londres. Faut-il rappeler quelques bénéces réalisés par les trusts d'industries chimiques? Dans les industries chimiques, le rendement horaire avait augmenté de 30 à 50 % après l'application des quarante heures, L'Humanité, n o 14495, 27 août 1938, p. 5.

229 228 Bénéces 1936 Bénéces 1937 Alais, Froges et Camargue Brut Alais, Froges et Camargue Net Rhône-Poulenc Net Kuhlmann Net Ugine Net Michelin Net S té G ale des Huiles de Pétrole Net Standard Française des Pétroles Net Créée en C ie Française des Pétroles Net Ranerie de Pétrole du Nord Net août À Épinay. Un marinier glisse sur la berge, tombe, et n'est pas retrouvé Le commissaire de Saint-Denis-Ville a été avisé lundi, vers minuit, que le marinier Guillaume Rémond, âgé de 31 ans, matelot à bord du Sainclair, de la Compagnie Industrielle des pétroles, venait de glisser sur la berge et de tomber à l'eau, à hauteur du quai de la Briche, à Épinay. Malgré toutes les recherches eectuées par la brigade uviale et les pompiers, le corps du noyé n'a pu être retrouvé. Les recherches se sont poursuivies ce matin sans donner de résultat septembre Les travailleurs français au peuple tchécoslovaque [... ]. La Fédération française des Industries Chimiques. La Fédération française des Industries Chimiques a envoyé l'adresse suivante à la Fédération des Industries Chimiques de Tchécoslovaquie : Chers camarades, Au moment où votre pays se trouve si gravement menacé par le fascisme hitlérien, la Fédération des Industries Chimiques de France vous envoie, au nom de ses adhérents son salut le plus fraternel et le plus chaleureux. Les travailleurs des industries chimiques de France défendent avec âpreté les conquêtes sociales qu'ils ont obtenues grâce à leur unité, grâce au Front populaire et à leur action de masse. Et ils sont profondément attachés à la paix. Or, à l'heure présente, la paix n'a jamais été aussi menacée par Hitler. Hitler veut détruire la Tchécoslovaquie, amie de la France, de la démocratie et aussi amie de tous les pays libres. Les travailleurs des industries chimiques de France savent parfaitement bien qu'après l'autriche, la Tchécoslovaquie, c'est la France qui serait attaquée ; aussi, dans ces jours si pleins de menaces, 299. À Épinay. Un marinier glisse sur la berge, tombe, et n'est pas retrouvé, L'Humanité, n o 14499, 31 août 1938, p. 8.

230 22. ANNÉE ils sont et seront à vos côtés pour barrer la route à Hitler. La paix peut et doit être sauvée. Ce n'est pas par une politique de concessions continuelles à Hitler que la paix peut être sauvée. C'est au contraire une prime à la guerre. Les travailleurs des industries chimiques de France estiment qu'hitler s'arrêterait s'il voyait se dresser contre lui l'ensemble des pays démocratiques. Oui, la paix peut être sauvée, mais il faut que la France et les puissances démocratiques fassent bloc et indiquent fermement à Hitler que s'il agit, il aura ce bloc contre lui. Tous unis, nous barrerons la route au fascisme, nous sauverons la paix. Soyez assurés, chers camarades, de nos meilleurs sentiments de Tchécoslovaquie. Vive la Fédération des Industries Chimiques de Tchécoslovaquie! Vive l'indépendance de la Tchécoslovaquie! septembre Fêtes et sorties Techniciens et employés des industries chimiques. Aujourd'hui, grande fête champêtre à Gif-sur-Yvette, organisée en collaboration avec le syndicat des industries pharmaceutiques, celui de la photographie et celui des industries chimiques, secteur de Clichy septembre Journée nationale pour la défense des lois sociales Letellier, secrétaire de la Fédération des Industries Chimiques, intervient devant travailleurs lors d'un meeting de l'union départementale de la Haute-Vienne à Limoges le 10 septembre 1938 sur le thème de la défense des lois sociales septembre Les travailleurs de France exige une véritable politique de paix... [... ]. La Fédération des Industries Chimiques : Au nom de syndiqués, comptons sur action ferme des représentants de la démocratie française pour sauver la paix dans l'honneur et l'intégrité de la Tchécoslovaquie. [... ] Les travailleurs français au peuple tchécoslovaque, L'Humanité, n o 14510, 11 septembre 1938, p Fêtes et sorties, L'Humanité, n o 14510, 11 septembre 1938, p Journée nationale pour la défense des lois sociales L'Humanité, n o 14513, 14 septembre 1938, p Les travailleurs de France exigent une véritable politique de paix..., L'Humanité, n o 14529, 30 septembre 1938, p. 1.

231 octobre La catastrophe des usines Rocca Un autre blessé a succombé, ce qui porte à onze le nombre des victimes. Marseille, 8 octobre. (De notre correspondant particulier). Après la terrible explosion qui s'est produite aux usines Rocca, et dans laquelle dix ouvriers ont trouvé la mort, il faut malheureusement ajouter à cette liste déjà si longue un autre décès. Celui de l'ouvrier Raphaël Savastano, père de huit enfants, âgé de 46 ans, qui avait été très gravement blessé dans le dos et qui n'a pas survécu à ses areuses blessures. Quatre ou cinq blessés de l'explosion, actuellement à l'hôpital, sont encore dans un état très grave et on ne peut donner d'assurance en ce qui concerne leur guérison. Les dons auent Le syndicat des produits chimiques communique que la souscription ouverte pour venir en aide aux victimes et à leurs familles a dépassé francs et que les dons de toute nature continuent à auer au syndicat. Les patrons des produits chimiques ont décidé d'ouvrir eux aussi une souscription en faveur des victimes. Nous faisons remarquer avec juste raison que ce geste du patronat montre qu'il aurait sans doute mieux valu consacrer une somme aujourd'hui donnée par charité à améliorer les installations et à prendre les mesures de sécurité qui auraient empêché la catastrophe octobre Résolutions pour le congrès de Nantes. Contre la guerre et le fascime. Sur l'indépendance des syndicats Parmi les signataires de ces résolutions, on trouve Finck, Chabanon, Beyer, Plantin, Letellier, Perrouault, secrétaires de la Fédération des produits chimiques ainsi que Poulmarc'h, Guédou, Touzet, secrétaires du syndicat des industries chimiques de la région parisienne octobre Au sujet de la convention nationale des pétroles Le vendredi 7 octobre, à 10h30, une délégation composée de : Fédération des industries chimiques ; Syndicats ouvriers et techniciens de la région parisienne des industries chimiques ; a été reçue par le ministre des travaux publics, M. de Monzie. La délégation a rappelé avec force l'urgence d'engager les pourparlers avec les chambres syndicales patronales, en vue d'élaborer la convention nationale des pétroles. M. de Monzie, qui recevra à nouveau les représentants de la Fédération, le mercredi 12 octobre, a indiqué qu'il prenait personnellement la responsabilité de la question La catastrophe des usines Rocca, L'Humanité, n o 14538, 9 octobre 1938, p Résolutions pour le congrès de Nantes. Contre la guerre et le fascisme. Sur l'indépendance des syndicats, L'Humanité, n o 14538, 9 octobre 1938, p. 5.

232 22. ANNÉE Pour la Fédération, un secrétaire : Letellier octobre Contre la hausse du coût de l'essence Les diérentes organisations qui participent à l'action contre la hausse du coût de l'essence, se sont rassemblées vendredi 7 octobre, 5 rue de Tracy. Après examen de la situation, il a été décidé qu'une nouvelle réunion aurait lieu 80 faubourg Saint-Denis, le lundi 10 octobre, à 14h30 pour mettre au point la conférence d'information prévue pour le mercredi 19 octobre, à 20h30, salle des Sociétés Savantes, 8 rue Danton. Pour la Fédération, un secrétaire : Letellier octobre À l'aide des familles chassées des Sudètes. Versements reçus vendredi Berckmoës, délégué fédéral des industries chimiques (50 francs) ; Lerouge, secrétaire du syndicat des produits chimiques de Lille (10 francs) ; Fédération des industries chimiques, personnel technique (50 francs) octobre La préparation du congrès confédéral. Conférences organisées par la Fédération des industries chimiques Les conférences du 16 octobre pour la désignation des délégués au congrès confédéral se tiendront comme suit : Nancy : les syndicats du département de Meurthe-et-Moselle : Perrouault. Nancy : les syndicats des départements de la Marne, Ardennes, Haute- Marne, Meuse, Vosges, Doubs, Haut-Rhin, Haute-Saône, Belfort, Bas-Rhin, Moselle : Perrouault. Rouen : les syndicats du département de Seine-Inférieure : Letellier. Paris : les syndicats des départements de l'eure, du Calvados, de l'orne, de Seine-et-Oise, de l'aube, de l'eure-et-loir, de Seine-et-Marne, de l'yonne : Chabanon Au sujet de la convention nationale des pétroles, L'Humanité, n o 14538, 9 octobre 1938, p Contre la hausse du coût de l'essence, L'Humanité, n o 14538, 9 octobre 1938, p À l'aide des familles chassées des Sudètes, L'Humanité, n o 14538, 9 octobre 1938, p La préparation du congrès confédéral. Conférences organisées par la Fédération des industries chimiques, L'Humanité, n o 14545, 16 octobre 1938, p. 5.

233 er novembre Contre la volonté des petits producteurs, les trusts du pétrole et du caoutchouc s'opposent à toute organisation rationnelle de ces industries Une intervention de la Fédération des produits chimiques auprès des délégués du Congrès radical. À l'issue du congrès radical, la Fédération nationale des industries chimiques a fait parvenir à chaque congressiste une lettre dont nous publions les principaux extraits, et qui a pour objet la convention nationale des industries du pétrole et du caoutchouc. Il y a un an, le 8 novembre 1937, la Fédération nationale des Industries chimiques demandait la conclusion d'une convention collective nationale de travail pour les travailleurs de l'industrie du pétrole. Cette demande était basée sur les considérations suivantes : Feu M. Gounod, président de l'union des industries chimiques avait toujours préconisé de telles conventions. M. le général Serrigny, président de la chambre syndicale de l'industrie du pétrole, préconisait dès 1936 le recours à une telle convention. Enn, sur l'organisation même de l'industrie du pétrole dont plus de 90 % sont contrôlés directement par le groupe américain Standard, Vacuum Oil, ou le groupe anglosaxon Shell-Anglo-Iranian, Royal Dutch, le faible pourcentage restant n'étant pas totalement indépendant de ces trusts. Précisons que la demande des travailleurs ne vise que les clauses générales, les clauses particulières et les salaires et traitements devant être xés régionalement ou départementalement. D'ailleurs successivement, tous les gouvernements au pouvoir ont approuvé la position de la Fédération nationale des Industries chimiques. Le Conseil national économique a émis un avis favorable le 4 juillet À la demande de M. le ministre du Travail, l'oce national des combustibles liquides a transmis le 16 août 1938 aux organisations intéressées un projet devant servir de base de discussion. Le 16 septembre 1938, une commission nationale mixte s'est réunie au ministère du Travail. Les trusts, revenant sur leur position de 1936, refusent toute convention nationale. Qui est raisonnable des travailleurs qui veulent organiser sans démagogie ou des trusts qui se refusent à toute organisation? Depuis, de multiples démarches faites tant auprès de M. de Monzie que de M. Pomaret, n'ont pu aboutir. Il est vrai que dans les milieux pétroliers, certains font des forges chaudes de notre insistance, se attant de compter de dèles appuis et même des proches parents parmi les hommes les plus en vue. Malgré des précédents connus de tous, nous n'osons croire à tant de duplicité, alors que ces mêmes trusts tournent en dérision les mesures prises par les pouvoirs publics (notamment la construction du pipe-line Saint-Nazaire-Montargis) et que des documents irréfutables prouvent qu'ils subventionnent directement l'armée allemande. Nous pensons que pour couper court à de tels propos, le gouvernement devrait imposer aux trusts le respect des mesures, qu'il a luimême préconisées. Le 19 octobre, une conférence, réunie sur l'initiative de la

234 22. ANNÉE Fédération nationale des industries chimiques, réunissait à Paris, un millier d'auditeurs représentant, ociellement, les milieux les plus divers : groupes parlementaires, fonctionnaires, Chambre nationale du commerce du pneumatique, transporteurs, Chambre syndicale de la petite et moyenne entreprise, Confédération nationale du petit commerce, petite industrie et de l'artisanat, etc. sans oublier le front de l'automobile. Unanimement, l'assemblée blâma l'activité néfaste et anti-française des trusts. La même situation existe point pour point dans l'industrie du caoutchouc. Mieux encore, deux chambres patronales, la Chambre nationale du commerce du pneumatique et la Chambre syndicale des fabricants et revendeurs d'articles en caoutchouc sont d'accord pour la conclusion d'une convention collective nationale. Seules quelques très grandes rmes s'y opposent. Ainsi, ceux qui, théoriquement, de par la diversité de leur fabrication et leur situation même, devraient rencontrer le plus de dicultés, sont d'accord sur ce terrain avec les organisations de travailleurs. Au contraire, ceux dont les fabrications sont très voisines, ceux qui disposent de moyens considérables comme Michelin et quelques autres possèdent des usines en Italie, Allemagne et Espagne franquiste. Ainsi, monsieur le délégué, le problème est bien posé. D'une part, les petites gens que vous représentez : petits et moyens industriels, commerçants, usagers de l'automobile, sont prêts à s'entendre et s'entendent déjà avec les travailleurs des industries du pétrole et du caoutchouc. D'autre part, les trusts pétroliers et caoutchoutiers bafouent les pouvoirs publics et s'opposent à toute organisation rationnelle de leur industrie. Inutile d'insister sur le fait que ces mêmes trusts attaquent violemment les lois sociales et créent volontairement du chômage en imposant des tarifs préférentiels pour importer leurs produits, au détriment de notre balance commerciale. Dans les circonstances graves que traverse notre pays, nous sommes persuadés que vous nous aiderez à réaliser le redressement qui s'impose. Veuillez agréer, monsieur le délégué, etc. La Fédération nationale des Industries chimiques novembre Premier versement de francs 50 du Syndicat des Industries Chimiques Le Syndicat des industries chimiques de la région parisienne, répondant à l'appel de l'union des syndicats, a voté un premier versement de secours de francs pour l'achat de blé destiné aux familles des héroïques défenseurs de la Liberté sur le Front d'espagne. D'autre part, une collecte faite au siège du syndicat entre les secrétaires et le personnel technique a donné les résultats suivants : Poulmarc'h (65 francs), Guédou (65 francs), Vidal (65 francs), Ernoult (65 francs), Touzet (65 francs), Marty (65 francs), Alezier (65 francs), Lu Contre la volonté des petits producteurs, les trusts du pétrole et du caoutchouc s'opposent à toute organisation rationnelle de ces industries, L'Humanité, n o 14561, 1 er novembre 1938, p. 5. Une photographie d'édouard Finck accompagne l'article.

235 234 tinier (65 francs), Obach (65 francs), Baulot (65 francs), Poupon (65 francs), Chanut (32 francs 50), Reix (32 francs 50), Étienne (32 francs 50), Bas (32 francs 50). Soit 837 francs 50. Total : francs novembre Pour une convention collective nationale de l'industrie du pétrole Dans une lettre au ministre du Travail, la Fédération en demande la discussion sur la base du projet élaboré par le Directeur de l'oce nationale des combustibles liquides. La Fédération des industries chimiques a adressé au ministre du Travail une lettre dont nous donnons ci-dessous l'essentiel : Depuis un an, la Fédération nationale des industries chimiques a demandé la conclusion d'une convention collective nationale pour l'industrie du pétrole. Nous pensons utile de vous rappeler que, successivement, plusieurs ministres du travail et des travaux publics ont approuvé la conclusion d'une telle convention. À la demande du ministre, un projet devant servir de base de discussion a été élaboré par M. le Directeur de l'oce national des combustibles liquides. Malgré tous nos eorts, ce projet n'a pu jusqu'à ce jour venir en discussion. À toutes les démarches que nous avons faites, on nous a opposé la volonté de la Chambre syndicale patronale de ne pas conclure une telle convention et on nous a fait remarquer que les pouvoirs publics étaient en l'occurrence désarmés : une convention collective devant être discutée librement entre les parties. C'est pourquoi nous pensons pouvoir suggérer aux pouvoirs publics une procédure qui leur permettrait de prendre eectivement position. Nous voudrions que soit traduit devant la Commission nationale de conciliation, aux ns de suivre la procédure de conciliation et l'arbitrage, le point suivant : "Une convention collective nationale pour les travailleurs (ouvriers, employés, techniciens) de l'industrie du pétrole doit être discutée sur la base du projet élaboré par M. le Directeur de l'oce national des combustibles liquides à la demande de M. le ministre du Travail." Nous vous proposons que la Commission nationale de conciliation soit convoquée avant le 10 novembre, avec l'engagement formel de votre part, que toute la procédure sera terminée avant le 20 novembre dans les formes que nous avons indiquées. Veuillez agréer, etc. La Fédération nationale des Industries chimiques Premier versement de francs 50 du Syndicat des Industries Chimiques, L'Humanité, n o 14566, 6 novembre 1938, p Pour une convention collective nationale de l'industrie du pétrole, L'Humanité, n o 14570, 10 novembre 1938, p. 5.

236 22. ANNÉE novembre Avant le congrès confédéral de Nantes. En très grand nombre, les syndicats adoptent les projets de résolutions des conseils des cuirs et peaux parisiens Parmi les signataires, on trouve Raymond Scho, secrétaire de section du syndicat des préparateurs en pharmacie du Nord et du Pas-de-Calais ; Benoît Armand, secrétaire général du syndicat des préparateurs en pharmacie de Marseille et des Bouches-du-Rhône ; L. Jillet, secrétaire du syndicat des industries chimiques, secteur de Saint-Denis-Saint-Ouen ; Louis Front, délégué fédéral des industries chimiques de la région des Alpes novembre Pourquoi le syndicat des industries chimiques de la région parisienne participera au Congrès de "Paix et Liberté" Au moment où, après les attaques du patronat contre le droit syndical et les conventions collectives, M. Daladier, président du Conseil, parle de remettre la France au travail, où il attaque nos délégués et nos militants, nous comprenons toute l'importance que peut avoir un tel congrès pour le resserrement du Front populaire attaqué de toutes parts. En eet, sous le prétexte de la défense nationale et la rénovation de l'activité économique du pays, le président du Conseil attaque la semaine de quarante heures ; peut-être que demain ce sera le tour des congés payés et des conventions collectives. Il serait paradoxal qu'après avoir critiqué énergiquement la politique des Tardieu et des Laval concernant la diminution des conditions de vie des travailleurs, on en revienne aujourd'hui au même système, c'est-à-dire des impôts nouveaux pour la classe ouvrière, la diminution de tous les avantages acquis, et aucune action contre le gros patronat qui, non seulement n'a pas subi les eets de la crise, mais, ces dernières années, a accumulé des super-bénéces. Le congrès de Paix et Liberté des 11, 12 et 13 novembre, doit rassembler les délégués de tout le pays, des organisations politiques et syndicales qui veulent une politique conforme non pas comme cela est le cas actuellement aux intérêts de la bourgeoisie et du patronat, mais de la classe ouvrière, une politique qui apportera aux ouvriers, aux paysans et aux classes moyennes, les améliorations à leur sort prévues dans le programme du Front populaire. Pour obtenir la retraite des vieux travailleurs, la revalorisation des traitements, l'amélioration des conditions de vie des travailleurs des campagnes, pour l'ouverture des grands travaux, les délégués du syndicat des industries chimiques, groupant adhérents dans la région parisienne, seront présents à ce congrès. Il ne sut plus de se déclarer du Front populaire, il s'agit maintenant de faire 313. Avant le congrès confédéral de Nantes. En très grand nombre, les syndicats adoptent les projets de résolutions des conseils des cuirs et peaux parisiens, L'Humanité, n o 14570, 10 novembre 1938, p. 5.

237 236 la politique voulue par les masses de ce pays. Vidal, secrétaire du syndicat novembre Victoire de la CGT aux élections prud'homales dans le département de la Seine [... ] Sections produits chimiques alimentation. Finck, conseiller sortant, 1894 voix, élu. [... ] novembre L'assemblée d'information des cadres du syndicat général des industries chimiques de la région parisienne aura lieu demain Les délégués et membres des commissions exécutives sont priés d'assister à la grande assemblée d'information qui aura lieu demain à 20h30, salle de la Grange-aux-Belles. Ordre du jour : Riposte aux décrets-lois, compte-rendu du congrès de Nantes. Orateurs : Poulmarc'h, secrétaire général du syndicat ; Finck, secrétaire général de la Fédération ; Carasso, secrétaire de l'union des syndicats. Le syndicat général des industries chimiques tient à informer, par la voie de la presse, les délégués de ses six cent usines de la région parisienne, que le siège du syndicat, ainsi que les secteurs de Saint-Denis, Aubervilliers, Clichy, Puteaux, Ivry et Colombes, seront ouverts dimanche toute la journée, à seule n de leur donner les renseignements dont ils pourraient avoir besoin. Vidal, secrétaire du syndicat novembre Pour maintenir leurs droits menacés par les attaques patronales et gouvernementales travailleurs de l'usine Hutchinson à Puteaux ont cessé le travail L'ensemble du personnel de l'usine de pneumatiques Hutchinson a cessé le travail hier matin. Les ouvriers, employés et techniciens de l'usine du quai National à Puteaux se sont mis en grève pour protester contre la décision de la direction de répartir l'ensemble des heures de travail sur six jours, mettant, en cela, les décrets Daladier-Raynaud, en application. En eet, samedi dernier, celle-ci avait fait acher dans l'usine le changement d'horaire dans l'atelier d'entretien, où l'on eectuait quarante-cinq heures pendant cinq jours. La direction prétendait les répartir à raison de sept heures pendant 314. Pourquoi le syndicat des industries chimiques de la région parisienne participera au Congrès de "Paix et Liberté", L'Humanité, n o 14564, 4 novembre 1938, p Victoire de la CGT aux élections prud'homales dans le département de la Seine, L'Humanité, n o 14574, 14 novembre 1938, p L'assemblée d'information des cadres du syndicat général des industries chimiques de la région parisienne aura lieu demain, L'Humanité, n o 14580, 20 novembre 1938, p. 5.

238 22. ANNÉE les cinq premiers jours et faire travailler neuf heures le samedi. Dès l'annonce de cette décision, la délégation s'était rendue auprès de la direction pour protester contre ce changement que rien ne motivait. Au cours de cet entretien, le directeur maintint son attitude arrogante, insultant même les délégués du personnel. De plus, hier matin, la direction t enlever le panneau d'achage des convocations syndicales. Ce qui provoqua le débrayage spontané de tous les travailleurs. Depuis longtemps, la direction violait systématiquement la convention collective de travail. C'est ainsi que de nombreux licenciements arbitraires ont été eectués ces derniers temps. En particulier, un travailleur ayant quatorze ans de présence fut remercié après un accident du travail. Depuis un mois, les renvois se sont multipliés à la fonderie, et l'on prétextait, pour cela, des motifs futiles. Alors que la convention collective avait déterminée le taux des salaires, les ouvriers étaient systématiquement payés au-dessous du barème. Dès la cessation du travail, une délégation du personnel, accompagnée d'un secrétaire du syndicat des industries chimiques, a insisté auprès de la direction pour qu'elle revienne sur sa décision. Aucun accord n'a pu être obtenu. Devant cette intransigeance, les ouvriers avaient décidé de poursuivre la lutte dans les ateliers. Vers quatorze heures, d'importantes forces de police ont pénétré dans l'usine et ont expulsé les grévistes. Plusieurs arrestations ont été opérées. Les ouvriers se sont réunis aussitôt dans la grande salle du restaurant COOP, boulevard Richard-Wallace, où les orateurs ont successivement dénoncé l'attaque du patronat contre les avantages acquis, en mettant en application les décrets de régression sociale de Daladier-Reynaud. Après avoir exposé les moyens de poursuivre la lutte à l'extérieur de l'usine, les orateurs examinèrent l'organisation de la solidarité sur le plan local. Des aches qui expliqueront les motifs de la grève seront apposées par les soins du comité local. Il organisera de nombreux meetings où les représentants des partis du Front populaire exposeront les conséquences néfastes pour les classes laborieuses de l'application des décrets de misère. Déjà, des pétitions ont circulé parmi les petits commerçants et artisans et cent-soixante-dix de ces derniers les ont signées. L'ensemble des grévistes accompagnèrent une délégation jusqu'à la mairie en manifestant au cris de "Daladier, démission!" dans les rues de Puteaux dont la population marqua vivement sa sympathie aux travailleurs de chez Hutchinson. Aujourd'hui, une réunion des grévistes aura lieu à quinze heures dans la salle COOP, boulevard Richard-Wallace novembre Aux établissements Kuhlmann Hier, à 12h45, les ouvriers de l'usine de produits chimiques et engrais Kuhlmann, à Aubervilliers, ont engagé la bataille contre l'application des 317. Pour maintenir leurs droits menacés par les attaques patronales et gouvernementales travailleurs de l'usine Hutchinson à Puteaux ont cessé le travail, L'Humanité, n o 14582, 22 novembre 1938, p. 5.

239 238 décrets-lois. En eet, malgré les eorts des délégués ouvriers, le directeur, M. Samsoen, achait une note de service modiant l'horaire et répartissant le travail sur six jours de la semaine. Sans doute pour marquer sa reconnaissance, le directeur a fait appel à la police qui a procédé avec sa brutalité coutumière à l'évacuation des locaux. La grève n'en continuera pas moins à l'extérieur et nos camarades de chez Kuhlmann, à l'avant-garde de la bataille contre les décrets-lois, poursuivront leur mouvement pour le maintien des lois sociales et des avantages acquis novembre Autres conits Aux établissements Kuhlmann à Wattrelos. La direction des usines de produits chimiques Kuhlmann, à Watrelos, près de Roubaix, avait décidé de modier d'après les décret-lois, l'horaire de travail de son personnel. Hier matin, à la reprise du travail, les 250 ouvriers n'ont pas voulu accepter ce nouvel horaire et se sont mis en grève. [... ]. Aux raneries de Donges. Cinq cents ouvriers des raneries de pétrole de Donges ont cessé le travail pour protester contre la décision patronale d'appliquer des nouveaux horaires de travail novembre Importante assemblée des délégués des usines de produits chimiques Les délégués des usines de produits chimiques de la région parisienne se sont réunis hier soir à la Grange-aux-Belles. Après avoir entendu les représentants du syndicat et le camarade Finck, secrétaire de la Fédération, ils ont adopté un ordre du jour de protestation contre les décrets Daladier-Reynaud et décident de ne pas appliquer les nouveaux horaires de travail, bien décidés à conserver la semaine des cinq jours novembre Ouvriers et commerçants de banlieue unis dans un magnique mouvement de protestation [... ]. À Aubervilliers. Aciéries de Longwy 100 % ; Micheville 100 % ; Péchiney 96 % ; Bardot et C ie 100 % ; Fillion 100 % ; Société des Produits Chimiques TBI 100 % ; Vidange 100 % ; Saulnier 90 % ; Boyauderie White 85 % ; Malicet 95 %. [... ]. À Maison-Alfort. Produits chimiques Fould et Springer 100 % ainsi que les employés communaux. [... ] Aux établissements Kuhlmann, L'Humanité, n o 14582, 22 novembre 1938, p Autres conits, L'Humanité, n o 14582, 22 novembre 1938, p Importante assemblée des délégués des usines de produits chimiques, L'Humanité, n o 14582, 22 novembre 1938, p Ouvriers et commerçants de banlieue unis dans un magnique mouvement de protestation, L'Humanité, n o 14590, 30 novembre 1938, p. 2.

240 22. ANNÉE novembre Industries chimiques Malgré les menaces les plus vives de la part du patronat des industries chimiques, un déploiement de forces policières rarement vu, la radio, la presse, etc..., les travailleurs des industries chimiques ont répondu en grand nombre à l'appel de grève générale de la CGT. Dans la région parisienne, aux Carbones, à Gennevilliers, 100 % ; chez Dynamic, 90 % ; chez Richter, 100 % ; aux Fours Rousseau, 85 % ; chez Bozel- Malétra. En résumé, dans les usines de la région parisienne ayant chômé, le chômage a atteint de 50 à 100 %. À noter que certaines équipes étaient désignées pour assurer le travail au feu continu et à la sécurité, selon les prescriptions de la CGT. À Clermont-Ferrand, chez Michelin et Bergougnan, la grève fut suivie à 100 %. Au Havre, à la Compagnie Française de Ranage, 100 % ; Desmarais, 100 % ; Jupiter, 100 % ; Couleurs et Vernis, 100 % décembre Dans l'industrie chimique La Fédération des industries chimiques fournit, tant au sujet du mouvement de grève que des licenciements et des lock-out, les renseignements suivants : Région de Lyon. Les usines n'ayant pas travaillé le jour de la grève sont fermées ce matin. La Mède. Pétroles, grève totale. Devant les sanctions, les ouvriers occupent l'usine. Frontignan Touus. Grève 100 %. La direction annule la convention et veut réembaucher à un tarif inférieur. Région parisienne. On annonce à 10 heures plus de licenciements dans les entreprises de pétrole, caoutchouc, industrie chimique. Le Havre. Les pétroles Desmarais, Jupiter ont lock-outé ouvriers. Bordeaux. Tous les principaux militants syndicalistes sont licenciés. Nombreux licenciements également dans diverses entreprises. Marseille. Dans les couleurs et vernis de la région marseillaise, la presque totalité des entreprises sont fermées. Les ouvriers sont licenciés, ainsi que dans les produits chimiques Cotelle et Foucher. Nombreux licenciements également dans les savonneries de Marseille. Dans la région de Clermont-Ferrand, l'usine Bergougnan est fermée. Les ouvriers sont lock-outés. Dans les autres entreprises chimiques de cette région, lock-out général Industries chimiques, L'Humanité, n o 14590, 30 novembre 1938, p Dans l'industrie chimique, L'Humanité, n o 14591, 2 décembre 1938, p. 5.

241 décembre Comment les pouvoirs publics et le grand patronat sabotent toute la production nationale [... ]. Nièvre. 2 décembre. Les établissements Kuhlmann-Copinot et du Petit-Creusot restent clos. Aux établissements Lambiotte, à Primery, qui avaient été occupés, le travail a repris normalement.[... ]. Bordeaux. On signale que dans plusieurs usines de ranerie, produits chimiques, pétroles, on a congédié les militants syndicaux sans distinction de qualités professionnelles. [... ]. Donges. À Donges, la grève a rebondi, les ouvriers ne veulent pas accepter de faire une nouvelle demande d'embauche. Ils entendent conserver les avantages acquis, ainsi que la stricte application des lois sociales. Ce con- it intéresse quatre usines : les dépôts de la Jupiter, de la Société Générale des Huiles et Pétroles, ainsi que les usines de distillation de pétrole de Pechelbronn et des consommateurs, soit quatre cents ouvriers. Nantes. Un vaste mouvement de protestation contre le sanctions a éclaté à Nantes et intéresse environ ouvriers. Il s'applique notamment aux chantiers des Batignolles, aux Forges de Basse-Indre, à la Ranerie Say et à diverses entreprises d'industrie chimique. [... ]. Le Havre. [... ] Aux établissements Salacrou, produits pharmaceutiques, lock-out. [... ]. Dans les produits chimiques : maison Desmarais, 200 ouvriers ; raneries de Gonfreville-l'Orcher, 800 ouvriers lock-outés. Dans les peintures et vernis, 60 ouvriers environ sont en grève pour protester contre le licenciement d'un délégué. [... ]. Dans la Seine-Inférieure. À Amfreville-la-Mi-Voie. À l'électro-câble, 450 ouvriers sont licenciés. 200 ont repris le travail. Dans la grande industrie chimique ainsi que dans les dépôts de pétrole, la situation reste largement inchangée. À la ranerie Jupiter de Petit-Couronne, 500 ouvriers continuent la grève. Les ouvriers de l'usine des engrais chimiques de Grand-Couronne continuent la lutte au nombre de près d'un millier. [... ] décembre La situation aux usines Citroën- Michelin À la suite de la journée du 30 novembre où une partie importante des ouvriers et ouvrières de ces usines ont appliqué le mot d'ordre confédéral, la direction Michelin a pris une position véritablement étonnante. Le jeudi 1 er décembre, aux portes d'entrée, la maîtrise eectuait une sélection parmi les ouvriers qui avaient fait grève dans des conditions que nous ne pouvons comprendre. D'autre part, la direction n'a pas encore fait connaître, à l'heure actuelle, ce qu'elle comptait appliquer comme sanctions ou comme décisions Comment les pouvoirs publics et le grand patronat sabotent toute la production nationale, L'Humanité, n o 14592, 3 décembre 1938, p. 4.

242 22. ANNÉE Les ouvriers qui ont leur outillage et leurs eets de travail à l'intérieur sont dans l'impossibilité de se les procurer. Nous considérons, quant à nous, que la situation peut rapidement se solutionner dans la mesure où la direction Michelin voudra ouvrir les portes pour l'ensemble des ouvriers, car elle ne peut rien reprocher à aucun de ceux-ci, hors l'application du mot d'ordre de la CGT avec lequel, d'ailleurs, la majorité des travailleurs étaient d'accord. Toutes ces choses furent expliquées ce matin, à M. Arvieux, représentant du ministre du Travail, par MM. Poirot, secrétaire du Syndicat des Métaux et Beaumont, secrétaire des sections syndicales Citroën-Michelin. Celui-ci a promis de s'employer à la solution de cet état de choses. Nous demandons aux ouvriers et ouvrières qui sont encore dehors de se faire inscrire rapidement dans leurs sections locales. Le comité inter-usines Citroën-Michelin. PS. Un grand meeting aura lieu mardi, à 17h30 au Patronage laïque, 72 avenue Félix-Faure pour les ouvriers de chez Citroën. Tous les ouvriers des usines Citroën du 15 e devront y assister décembre Trente mille travailleurs des industries chimiques licenciés Nous publions ci-dessous le texte de la lettre adressée aux sénateurs par la Fédération des produits chimiques : Monsieur le sénateur, Le 30 novembre, ouvriers et employés des industries chimiques ont participé à la grève générale pour protester contre les décrets dont la légalité est contestable, qui ont soulevé l'indignation de tout le pays et qui ont été pris en dehors du contrôle parlementaire. Sans aucun but politique, cette grève n'a été que l'expression d'un droit légal. Cependant, travailleurs des industries chimiques sont maintenant licenciés. En dépit des informations mensongères de la presse et de la radio, de nombreuses usines de pétroles, d'engrais, de produits pharmaceutiques sont fermées. Ainsi, tout en nuisant aux intérêts de la Nation, on réduit à la misère des dizaines de milliers d'honnêtes travailleurs, de femmes et d'enfants, dans le but hypocrite de porter atteinte aux organisations syndicales existantes en vertu de la loi de La tasse de lait enlevée au bébé et au vieillard, la bouchée de pain arrachée à l'enfant, n'émeuvent pas les maîtres de ce pays, s'ils peuvent, par ces moyens inhumains, accroître leurs privilèges contre ceux qui, en septembre encore, avaient répondu présents, à l'appel de la Nation. Le tableau ci-joint, établi à la date du 3 décembre 1938 et que nous compléterons ultérieurement, vous donne une idée de l'ampleur de ce mouvement. Nous sommes persuadés, Monsieur, que nous ne voudrez pas vous associer à ces man uvres et que 325. La situation aux usines Citroën-Michelin, L'Humanité, n o 14595, 6 décembre 1938, p. 5.

243 242 vous nous aiderez à obtenir la réintégration de tous les licenciés sans exception et le respect des conventions collectives librement signées par les parties et qui doivent continuer de faire la loi, la grève ne constituant en aucune façon, au regard de la loi, une rupture du contrat de travail. Les déclarations ocielles ne peuvent en eet rien changer au fait que dans les usines nationalisées, elles-mêmes, les conventions collectives sont méprisées, tournées et parfois totalement supprimées. En vous remerciant à l'avance, veuillez agréer, Monsieur, l'assurance de notre considération distinguée. Pour la Fédération, le secrétaire général : Édouard Finck. Les licenciements : Clermont-Ferrand, caoutchouc : Région parisienne, divers : Le Havre, pétroles : Dunkerque, pétroles : Lille, divers : Arras, divers : 700 Corbeil, produits chimiques : 100 Grenoble, pétroles : 23 Lorient, pétroles : 3 L'Argentières (Basses-Alpes), produits chimiques : 42 Palais-sur-Vienne (Haute-Vienne), produits chimiques : 90 Port-Jérôme (Saine-Inférieure) : 10 Venizel (Aisne), produits chimiques : 30 Bordeaux, divers : 700 Valence (Drôme), pétroles : 17 Saint-Julien-de-Maurienne (Savoie), produits chimiques : 90 Notre-Dame-de-Briançon (Savoie), produits chimiques : 30 La Pallice (Charente-Inférieure), divers : 290 Plombière-Saint-Marcel (Savoie), produits chimiques, 15 Bassin de la Sambre, produits chimiques : 65 Le Trait (Seine-Inférieure), pétroles : 76 Oissel (Seine-Inférieure), produits chimiques : 400 Vichy (Allier), caoutchouc : 20 Tavaux-Damapris (Jura), produits chimiques : 22 À ces premiers renseignements, il faut ajouter les milliers de travailleurs de la région marseillaise, raneries de pétrole, savonneries, usines chimiques, etc. Des pétroles et industries chimiques de Donges et de Nantes. Chaque heure, des renseignements complémentaires nous parviennent. Nous ne manquerons pas de vous tenir au courant. La Fédération Trente mille travailleurs des industries chimiques licenciés, L'Humanité, n o 14595, 6 décembre 1938, p. 5.

244 22. ANNÉE décembre Décisions de la Fédération de la céramique La commission exécutive de la Fédération de la céramique, réunie à son siège, à Limoges, a décidé, respectueuse des décisions du CCN, et en parfait accord avec notre camarade Jouhaux, que les délégués fédéraux à l'enseignement technique cesseront toute participation aux travaux de la commission dont ils font partie. La commission exécutive a envoyé son salut le plus fraternel et toute sa sympathie aux camarades licenciés. Elle a fait savoir qu'en raison des événements l'ouvrier Céramiste de novembre n'a pu paraître, mais que nos camarades seront en possession du prochain numéro vers la n de décembre. Enn, la commission exécutive a pris toutes dispositions pour assurer un premier envoi de fonds en faveur des camarades licenciés. Elle a tenu à faire connaître aux syndicats qu'en accord avec les décisions du CCN du 5 décembre les sommes recueillies doivent être envoyées à la Fédération, qui les fera parvenir à la CGT. Elle a décidé la convocation d'un Comité fédéral pour les 17 et 18 courant, an de prendre toutes dispositions concernant la situation présente. Le bureau fédéral décembre Pour le réembauchage des ouvriers licenciés. Une délégation de l'union des syndicats de la région parisienne a été reçue par le ministre du Travail Carasso et Poulmarc'h font partie de cette délégation. Les syndicats des industries chimiques, bâtiment, métaux, cuirs et peaux, textile, alimentation, bois, papier-carton sont constitués en cartel de défense des licenciés décembre En quelques lignes Industrie pharmaceutique. Prière aux responsables de sous-sections de passer très rapidement chercher le journal Le Travailleur des industries pharmaceutiques du mois de décembre décembre Réunions de lock-outés Aux licenciés des industries pharmaceutiques. Outre l'eort de solidarité de la CGT, les travailleurs de l'industrie pharmaceutique ont collecté une 327. Décisions de la Fédération de la céramique, L'Humanité, n o 14604, 15 décembre 1938, p Pour le réembauchage des ouvriers licenciés. Une délégation de l'union des syndicats de la région parisienne a été reçue par le ministre du Travail, L'Humanité, n o 14604, 15 décembre 1938, p En quelques lignes, L'Humanité, n o 14611, 22 décembre 1938, p. 7.

245 244 première somme de francs 50 en dehors des 140 francs versés par le personnel permanent de l'organisation. Le syndicat vient d'acheter kilos de charbon pour que nos camarades licenciés appartenant à notre syndicat reçoivent chacun un sac de boulets de cinquante kilos an de leur permettre de résister aux rigueurs de la température. Les livraisons auront lieu dans le courant de la semaine prochaine au domicile de chacun de nos camarades. Nous invitons nos camarades à prendre toutes dispositions pour réceptionner le charbon. Le syndicat décembre Comment la direction des usines Citroën-Michelin trompe l'opinion publique On nous prie d'insérer : Un communiqué du ministère du Travail, reproduit par toute la presse de droite et par le journal L'Oeuvre indiquait que la direction Michelin avait pris comme sanction les peines suivantes à la suite du mouvement du 30 novembre. Mise à pied de 700 ouvriers et ouvrières. 32 délégués sur 141 sont mis à pied provisoirement. Le communiqué poursuivait en précisant que la plupart des ouvriers mis à pied seraient réintégrés. En outre, le ministre protestait contre les renseignements tendancieux que la section syndicale Citroën aurait donné. Il est regrettable que les services du ministère aient cru sans enquêtes prendre une telle position. Aujourd'hui, nous tenons à armer en tenant toutes les preuves à l'appui à la disposition des intéressés que : 1 o Jamais il n'y a eu 141 délégués chez Citroën-Michelin et aujourd'hui il y a 36 délégués licenciés sur 36 titulaires et 36 suppléants que compte l'entreprise. C'est-à-dire un sur deux. 2 o Les licenciements dénitifs avec envoi du certicat, du règlement de la paie sans préavis ni congés payés touchent 591 ouvriers exactement. 3 o L'on ne peut invoquer contre ceux-ci d'autre motif que celui de la grève générale du 30 qui fut respectée par au moins ouvriers de la rme, chire indiqué par la direction Michelin. 4 o Une grosse partie des licenciés sont des professionnels qualiés ayant pour la plupart plusieurs années de maison, certains ont quinze et dix-huit ans de présence. 5 o Il y a du travail puisque deux semaines de suite et pour la première fois depuis 1936, on a fait 48 heures dans l'usine. Les ouvriers demandent partout la réintégration de tous ceux qui sont dehors, ils demandent au gouvernement, au ministre du Travail de se montrer énergiques envers M. Michelin qui, le jour du 30 novembre, lock-outait ses usines de Clermont-Ferrrand en même temps qu'il prenait des mesures de répression honteuses dans les usines de Paris Réunions de lock-outés, L'Humanité, n o 14611, 22 décembre 1938, p. 7.

246 23. ANNÉE Pour la section syndicale Citroën-Michelin : H. Beaumont Année janvier À la FSGT. Hier à la piste de Vincennes. AC Espagnol a battu sélection produits chimiques : 5 à 2 Hier, à la piste municipale de Vincennes, l'athlétic-club Espagnol et la sélection parisienne des Produits chimiques se rencontraient au prot des enfants espagnols. Nos amis Mension, Corget, Glashendier et Pernette, de la FSGT, assistaient à la réunion. Le camarade Carasso, secrétaire de l'union des syndicats de la région parisienne, jouait dans l'équipe des produits chimiques, sélection des trois clubs de cette industrie. Plus homogènes, les Espagnols prirent l'avantage dès le début et marquèrent à la septième minute, puis les Parisiens se ressaisirent et à la mi-temps survint le score de trois à un. À la reprise, les Espagnols furent à nouveau les maîtres du terrain et, en dépit d'une bonne n de match des produits chimiques, augmentèrent leur avance pour la porter nalement à cinq buts. C'est sur la marque de cinq à deux que se termina le match. Les Espagnols meilleurs footballeurs, méritèrent leur succès, mais le score est lourd pour les produits chimiques, où l'arrière Plez fut le meilleur. À l'ac Espagnol, deux ailiers se mirent particulièrement en évidence janvier Aux secrétaires et responsables des industries chimiques Nos camarades sont priés de passer d'urgence au siège du syndicat, 16 place de la République ou dans les sièges des secteurs : Ivry, annexe de la mairie d'ivry ; Saint-Denis, 25 rue Fontaine ; Clichy, 60 rue de Paris ; Puteaux, 80 boulevard Richard-Wallace ; Colombes, 35 rue du Bournard ; Aubervilliers, 13 rue Pasteur, an de retirer des tracts concernant la situation actuelle et l'assemblée d'information du 13 janvier Comment la direction des usines Citroën-Michelin trompe l'opinion publique, L'Humanité, n o 14611, 22 décembre 1938, p À la FSGT. Hier à la piste de Vincennes. AC Espagnol a battu sélection produits chimiques : 5 à 2, L'Humanité, n o 14622, 2 janvier 1939, p. 7. Une photographie accompagne l'article, avec pour légende : Une phase du match qui opposait, à la Piste municipale, l'ac espagnol à la sélection des produits chimiques (photo Humanité) Aux secrétaires et responsables des industries chimiques, L'Humanité, n o 14628, 8 janvier 1939, p. 5.

247 janvier Importante assemblée ouvrière des industries chimiques à Lens Une grande assemblée des ouvriers des industries chimiques du Pasde-Calais aura lieu à l'hôtel de ville de Lens, le lundi 9 janvier à 17 heures. Prendront la parole : le secrétaire général de la Fédération nationale des industries chimiques, Édouard Finck ; le délégué fédéral, A. Berckmoës, le secrétaire de l'intersyndical, H. Julien ; le secrétaire de l'union départementale des syndicats confédérés du Pas-de-Calais, G. Coquel février Eort intense de solidarité envers l'espagne et les ouvriers licenciés Tel est l'appel lancé par la Fédération des industries chimiques à ses adhérents. La Fédération nationale des industries chimiques a durant toute l'année 1938 poursuivi un intense eort de solidarité. Cette aide s'est manifestée pendant la grève de Marseille, venant peu après la grève Goodrich, grève Novalis, etc... et plus récemment à la grève de Condat-le-Lardin, pour laquelle plus de francs ont été versés. Malgré tous ses eorts et bien qu'il n'existe aucune cotisation fédérale syndicale pour le chômage et la solidarité (en dehors pour 1938 d'un timbre trimestriel facultatif à 0 franc 50), la Fédération a multiplié les eorts pour les licenciés du 30 novembre. Une première répartition de francs a été suivie de deux autres de francs chacune, ceci venant s'ajouter aux sommes collectées par les syndicats. Pour une part, les secrétaires et délégués fédéraux, de même que les camarades dactylos abandonnent chacun une journée par mois en faveur des victimes de la répression. Pour l'espagne républicaine Tout en poursuivant ses multiples tâches et la défense des licenciés, la dernière Commission exécutive fédérale a mis au premier plan la défense de l'espagne républicaine, dont l'existence nous garantit du fascisme et de la guerre, et sauvegarde nos intérêts les plus divers. Mettant en pratique les résolutions de la Commission exécutive, le secrétariat fédéral a décidé : 1 o Aide matérielle à l'espagne. a) Blocage de toutes les souscriptions pour l'espagne sur la tranche française de la souscription internationale ; b) Versement fédéral de francs à cette tranche ; c) Versement des secrétaires fédéraux : 660 francs ; d) Hébergements d'un certain nombre d'enfants espagnols à la propriété de Gif, avec le concours des syndicats parisiens intéressés Importante assemblée ouvrière des industries chimiques à Lens, L'Humanité, n o 14628, 8 janvier 1939, p. 5.

248 23. ANNÉE o Action pour le rétablissement du libre commerce avec l'espagne républicaine. La Fédération invite ses syndicats à participer aux meetings du 12 février et prendre l'initiative de les organiser où rien n'est prévu. PS. Le prochain numéro de la Revue des Industries Chimiques sera consacré "aux industries chimiques françaises et l'espagne". Il établira le rôle essentiel de la banque Lazard et de son agent Bonnet dans le développement de la politique anti-sociale et anti-française. Chabanon, secrétaire de la Fédération des industries chimiques février Les permanences pour la manifestation du 12 février 1939 à Paris [... ]. Aubervilliers. Au siège du Centre syndical, 13 rue Pasteur. Finck, secrétaire de la Fédération des Industries Chimiques ; Guilbaud, du conseil national de Paix et Liberté. [... ]. Issy-les-Moulineaux. 25 avenue de Verdun. Guédou, secrétaire du syndicat des industries chimiques ; Jacqueline Marchand, du CM des Femmes. [... ]. Bourg-la-Reine (108 Grande-Rue, salle du Chat Botté). Jean Bas, secrétaire du syndicat des industries pharmaceutiques février Importante assemblée d'information du syndicat des industries chimiques Cette grande assemblée d'information est organisée pour préparer le congrès du syndicat. Elle se tiendra mercredi 15 février, à 20h30, à la Maison des Syndicats, 33 rue de la Grange-aux-Belles. Orateurs : Jean Carasso et Henri Raynaud février Distribution de vivres aux lock-outés Industries pharmaceutiques. Licenciés et lock-outés doivent passer au siège vendredi pour toucher l'allocation allouée par la Fédération Chabanon, Eort intense de solidarité envers l'espagne et les ouvriers licenciés, L'Humanité, n o 14658, 7 février 1939, p Les permanences pour la manifestation du 12 février 1939 à Paris, L'Humanité, n o 14663, 12 février 1939, p Importante assemblée d'information du syndicat des industries chimiques, L'Humanité, n o 14664, 13 février 1939, p Distribution de vivres aux lock-outés, L'Humanité, n o 14665, 14 février 1939, p. 5.

249 février Hébergement et parrainage des enfants par les travailleurs des industries chimiques Le syndicat des industries chimiques de la région parisienne nous communique : Notre syndicat met à la disposition des enfants espagnols sa propriété de Jaumeron, à Gif-sur-Yvette. Des démarches sont faites an d'obtenir l'autorisation d'héberger vingt enfants. Des travaux d'aménagement sont en cours pour recevoir nos chers petits réfugiés dans les meilleures conditions. Notre syndicat fait un appel pressant auprès des sections syndicales pour lui venir en aide. Que chaque section prenne l'initiative de parrainer un enfant. Nous demandons à nos camarades qui possèdent des chaussures, vêtements, lainage, etc. de nous les faire parvenir rapidement, soit au siège du syndicat, soit au siège des secteurs. Tous à l' uvre pour collecter les fonds nécessaires, non seulement pour l'aide aux familles éprouvées, mais également pour aider les vaillants combattants espagnols qui continuent la lutte contre le fascisme international. Pour le syndicat, A. Ernoult février Kuhlmann réclame au syndicat du Nord des produits chimiques un million de francs de dommages et intérêts! Lille. 14 février. (De notre correspondant particulier). Les feuilles bleues pleuvent actuellement au syndicat des produits chimiques du Nord. Le trust Kuhlmann lance une oensive que l'on comprend très bien lorsqu'on sait la liaison de ce trust avec le fascisme international, le gouvernement de Chamberlain et de MM. Daladier et Bonnet. Et il apparaît à ce trust sans doute que l'occupation de la Catalogne, de Minorque et de l'île de Haïnan justie l'attaque la plus violente contre les libertés ouvrières en France pour aaiblir encore davantage notre pays. Le 26 novembre 1938, outrés par certaines provocations patronales et par les premiers eets des décrets-lois Daladier- Rayanud, les travailleurs des usines Kuhlmann de Loos, La Madeleine et Wattrelos se mettaient en grève. Perdant toute mesure, le trust Kuhlmann lance aujourd'hui de nombreuses plaintes contre la plupart des délégués de ses trois usines et contre André Berckmoës, délégué fédéral du syndicat des produits chimiques. Pour l'usine de La Madeleine, le trust Kuhlmann réclame francs plus 300 francs 25 de minutes ; pour Loos, francs plus 36 francs 60 et pour celle de Wattrelos, francs, plus 270 francs 70. Dans huit jours, le tribunal aura à se prononcer. Souhaitons qu'il sache ne pas tenir compte de cette plainte ridicule. Mais dès aujourd'hui, nous pouvons être certains que cette accusation ridicule et provocatrice aura 339. Hébergement et parrainage des enfants par les travailleurs des industries chimiques, L'Humanité, n o 14665, 14 février 1939, p. 5.

250 23. ANNÉE pour résultat d'augmenter encore davantage l'union et la combativité des travailleurs des produits chimiques février Ce soir, assemblée des délégués parisiens des produits chimiques Grande assemblée d'information organisée par le syndicat général des industries chimiques aujourd'hui, à 20h30, à la Maison des Syndicats, 33 rue de la Grange-aux-Belles. Orateurs : Jean Carasso, secrétaire du syndicat ; Henri Raynaud, secrétaire général de l'union des syndicats de la région parisienne février Demain à Pantin, congrès du syndicat parisien des Industries Chimiques Les samedi 25 et dimanche 26 se déroulera, à Pantin, le congrès du Syndicat général des industries chimiques de la région parisienne. Du congrès doivent sortir des décisions sérieuses qu'il importera de transposer dans la réalité : aide plus large aux licenciés du 30 novembre et, en général, aux victimes de la répression patronale ; mesures d'organisation adaptées à la situation nouvelle, an de consolider et développer les sections syndicales d'entreprises et les sections locales ; tout faire pour maintenir un syndicat puissant, actif, arme indispensable pour nos batailles de demain ; continuation de notre action revendicative pour sauvegarder les avantages acquis, abroger les décrets-lois de misère, maintenir aux salaires leur pouvoir d'achat et mener à bien toutes les revendications économiques en suspens ; développement de nos eorts pour la défense de la paix et de nos libertés ; aide plus accentuée en faveur de l'espagne républicaine ; consolidation de notre unité, travail de conviction auprès des ouvriers égarés dans les syndicats professionnels ou indépendants. Jean Poulmarc'h. Ordre du jour Voici les questions qui gurent à l'ordre du jour : Rapport d'activité et sur les tâches, rapporteur Jean Poulmarc'h. Rapport d'organisation, rapporteur Jean Carasso. Rapport nancier, rapporteur André Ernoult. Rapport de la commission de contrôle. Modications aux statuts, rapporteur Claude Touzet Kuhlmann réclame au syndicat du Nord des produits chimiques un million de francs de dommages et intérêts!, L'Humanité, n o 14666, 15 février 1939, p Ce soir, assemblée des délégués parisiens des produits chimiques, L'Humanité, n o 14666, 15 février 1939, p. 5.

251 250 Interventions d'édouard Finck, secrétaire général de la Fédération et d'eugène Héna, secrétaire de l'union des syndicats. Discours de clôture de Roger Guédou février Reconnaître Franco, c'est faire le jeu des oligarchies internationales... indique la Fédération des Industries chimiques, dans une lettre adressée aux membres du gouvernement. La Fédération des Industries chimiques a adressé à chaque membre du gouvernement la lettre suivante : "Monsieur le ministre, Agissant au nom de l'ensemble des ouvriers et collaborateurs des industries chimiques, nous tenons à attirer votre attention sur les dangers que la reconnaissance des rebelles espagnols ferait courir à nos industries tant du point de vue de l'économie que de celui de la défense nationale. Sont particulièrement menacées : 1 o Industrie des potasses qui est, en France, contrôlée en majorité par l'état, malgré les pressions que Solvay, Saint-Gobain, Alais, Froges et Camargue et d'autres, ont exercées à maintes reprises. Grâce à une production et à une exportation importante, nos paysans peuvent bénécier, pour cet engrais tout au moins, de prix avantageux. La reconnaissance de Franco, qui agit au service des trusts, permettrait à ceux-ci d'exercer leur pression contre l'état français et ils pourraient, contrôlant à la fois les potasses allemandes et les potasses d'espagne, prendre à notre pays ses marchés d'exportation. Les conséquences inévitables seraient une baisse de production qui entraînerait le chômage pour les ouvriers et une augmentation des prix de revient, donc des prix de vente, pour les paysans ; 2 o L'industrie de l'acide sulfurique qui est à la base de toutes nos fabrications chimiques. Certains mettent hypocritement en avant le problème du ravitaillement en pyrites. Dès 1936, la société Kulhmann, très intéressée aux pyrites d'espagne, intervenait dans ce sens auprès du gouvernement. Il s'agit là d'un chantage intolérable, car l'exploitation des pyrites par les sociétés où gurent les représentants de la Montécatini italienne et de la Metallgesellschaft allemande, ne peut constituer un élément de sécurité pour notre pays. De plus, la France est à même d'assurer par ses propres moyens la totalité de sa production d'acide sulfurique : par l'exploitation rationnelle du gisement de Saint-Bel, où aucun eort technique sérieux n'est fait pour accroître la production ; par la mise en exploitation de gisements connus (Aude, etc.), mais volontairement négligés ; par la mise en route des fabrications d'acide sulfurique à partir du gypse extrêmement abondant dans notre pays. Le procédé fonctionne en Angleterre, en Allemagne. Les représentants de notre Fédération au comité d'enquête sur la production en ont préconisé 342. Demain à Pantin, congrès du syndicat parisien des Industries Chimiques, L'Humanité, n o 14675, 24 février 1939, p. 7.

252 23. ANNÉE l'extension à la France dès novembre 1937, approuvés sur ce point par M. le Directeur des Poudres Blanchard. Seuls les représentants patronaux, ceux de Kuhlmann en tête, ont combattu notre proposition. Nous ne pouvons donc, monsieur le Ministre, que vous rappeler les paroles de feu M. Gounod, président de l'union des industries chimiques, qui déclarait en 1932, que "les industries chimiques constituent par excellence des industriesclés, de celles dont tout pays soucieux de son indépendance, tant politique qu'économique, doit s'assurer le contrôle en toutes circonstances." Il est bien évident que la reconnaissance de Franco irait directement à l'encontre de ce but, et menacerait gravement notre indépendance. Ni les États totalitaires qui le soutiennent, ni les trusts internationaux qui opèrent à Paris, à Londres, à Berlin, à Rome, comme à Burgos, ne peuvent être une garantie pour la nation française. Ce fait souligne la position catastrophique dans laquelle la reconnaissance de Franco placerait nos industries chimiques, et par conséquent, leurs travailleurs et leurs clients. Nous vous demandons, Monsieur le ministre, d'intervenir énergiquement auprès de ceux de vos collègues qui seraient prêts à trahir ainsi les intérêts de notre pays. Notre Fédération af- rme que la reconnaissance de Franco serait faire, contre la France, le jeu des oligarchies internationales. Veuillez agréer, Monsieur le ministre, l'expression de notre considération. Pour la Fédération, le secrétaire général, Édouard Finck février Les congrès d'aujourd'hui Produits chimiques. Aujourd'hui et demain se déroulera à Pantin le congrès du Syndicat général des industries chimiques de la région parisienne février Hier, à Pantin, s'est ouvert le congrès du syndicat parisien des industries chimiques Hier après-midi, à 14 heures, s'est ouvert, à Pantin, le congrès des travailleurs des produits chimiques de la région parisienne. Au cours de la première séance, présidée par Finck, secrétaire général de la Fédération, Poulmarc'h, secrétaire général du syndicat, rappela notamment, les nombreux rajustements de salaires obtenus dans les branches si complexes des industries chimiques, la lutte engagée par le syndicat pour l'obtention de conventions collectives nationales et l'amélioration du sort des camarades coloniaux et immigrés. Il précisa l'importance des uvres sociales (sou du soldat, naissances, chômage, décès,... ) réalisées par le syndicat et qui constituent un 343. Reconnaître Franco, c'est faire le jeu des oligarchies internationales, L'Humanité, n o 14676, 25 février 1939, p Les congrès d'aujourd'hui, L'Humanité, n o 14676, 25 février 1939, p. 5.

253 252 vivant témoignage de la solidarité ouvrière. Dans le domaine de la sauvegarde de la paix, le camarade Poulmarc'h fait ressortir combien avait raison le bureau syndical quand il dénonçait la criminelle politique de Munich, qui conduisit naturellement à celle de régression sociale sur le plan intérieur. Après le chaleureux accueil du congrès à cet exposé, le président donne lecture de deux lettres : l'une émanant du camarade Carasso, retenu par un accident malencontreux sur son lit d'hôpital ; l'autre du comité de Front populaire de Gif-sur-Yvette, adressant son salut fraternel au congrès du syndicat. Viennent ensuite les interventions des camarades Leroux, Caussanel, Thomas, Raymond Jean, Sceaux, Jeunot, Cardinal. À 18h30, le camarade Henri Raynaud, secrétaire général de l'union des syndicats de la Région parisienne intervient et fut vivement applaudi par tous les congressistes mars La direction du syndicat des industries chimiques de la région parisienne À l'issue de son congrès, le syndicat général des industries chimiques de la région parisienne a désigné sa nouvelle direction. Sont élus : Secrétaire général : Jean Poulmarc'h. Secrétaires : Roger Guédou, Jean Carasso, Claude Touzet. Trésorier général : André Ernoult. Trésorier adjoint : René Marty. Conseiller juridique : Fernand Lutinier. L'ensemble des rapports présentés furent adoptés par le congrès mars Contre la condamnation d'honnêtes militants ouvriers Une protestation du secrétariat de la Fédération des Industries chimiques. Le secrétariat de la Fédération des Industries chimiques stigmatise les juges du tribunal d'appel de Riom qui viennent de conrmer les monstrueuses condamnations inigées précédemment par le tribunal correctionnel de Clermont-Ferrand, contre d'honnêtes travailleurs. Cette véritable provocation sera relevée par tout le pays qui ne pourra tolérer longtemps encore que l'on libère les assassins cagoulards, alors que l'on emprisonne sans motif plausible ceux qui n'ont fait que d'user d'un droit légal. Michelin et la banque Lazard qui le commandite sont sans doute puissants et bénécient de complicités évidentes. Par leur union, les travailleurs seront plus puissants encore. Le lundi 6 mars, le bureau exécutif fédéral, réuni extraordinairement, envisagera toutes les mesures pratiques pour mener une vaste campagne en 345. Hier, à Pantin, s'est ouvert le congrès du syndicat parisien des industries chimiques, L'Humanité, n o 14677, 26 février 1939, p La direction du syndicat des industries chimiques de la région parisienne, L'Humanité, n o 14681, 2 mars 1939, p. 5.

254 23. ANNÉE faveur de l'amnistie et faire libérer les dizaines de camarades emprisonnés illégalement à la suite de la grève du 30 novembre. Pour le secrétariat fédéral : Beyer mars Une sentence favorable à la réintégration d'ouvriers licenciés des établissements Doitteau à Corbeil est attaquée par M. Pomaret En date du 24 février, M. Paul Goule, juge honoraire au tribunal de la Seine, rendait une sentence ayant pour eet de régler un diérend survenu entre le Syndicat des Produits Chimiques de Corbeil et les établissements Doitteau à Corbeil, à la suite de licenciements opérés après la grève du 30 novembre. Ce diérend portait sur deux points bien distincts, à savoir : 1 o Le licenciement de 35 ouvriers de jour ayant eectivement participé au mouvement du 30 novembre ; 2 o Le licenciement de 15 ouvriers de l'équipe de nuit qui, eux, n'avaient pas participé au mouvement, sur indications de la Fédération. Sur le premier point, le surarbitre Goule a rejeté la demande de réintégration des 35 ouvriers. Sur le deuxième point, après deux discussions contradictoires avec les arbitres, après avoir, sur demande de l'arbitre ouvrier, procédé à une enquête et entendu, en présence des deux arbitres : le patron M. Doitteau, son directeur général et le chef de service d'une part, trois ouvriers intéressés d'autre part, il est apparu clairement au surarbitre que la partie patronale ne pouvait, et pour cause, faire la preuve que ces ouvriers qui avaient pris leur travail le 29, à vingt-et-une heures et l'avaient quitté le 30, après cinq heures du matin avaient eectivement fait un acte de grève. Il a donc ordonné la réintégration de ces quinze ouvriers, et il emploie pour ce faire des arguments qui prouve sa conviction que le renvoi de ces quinze ouvriers était nettement abusif. Les patrons, comme il fallait s'y attendre d'ailleurs, ont attaqué cette sentence mais, peu sûrs d'avoir raison, ils ont utilisé certaines inuences. Ne serait-ce pas celle de M. le sous-préfet de Corbeil? Voici maintenant M. le Ministre du Travail qui vient à la rescousse. Il attaque lui aussi la sentence et cela en des termes qui ne laissent maintenant plus aucun doute sur la pression qu'exerce illégalement le Gouvernement lui-même pour que les sentences soient défavorables aux ouvriers et qui font apparaître clairement que le choix de M. de Segogne pour rédiger la première sentence sur les les licenciements n'a pas été un pur hasard, pas plus que ce n'est le hasard qui avait conduit l'attaché du Cabinet chargé de la désignation des surarbitres à la Cour supérieure le jour où a été discutée devant elle la sentence de Ségogne. Nous ne savons si la Cour supérieure suivra le Ministre. Nous ne 347. Contre la condamnation d'honnêtes militants ouvriers, L'Humanité, n o 14685, 6 mars 1939, p. 5.

255 254 le pensons pas, car ce serait annuler la procédure de conciliation en enlevant aux surarbitres toute indépendance. Car c'est cela en réalité qui choque M. le Ministre. Il ne peut concevoir qu'un homme, un magistrat, puisse rester intègre et juger sainement sans tenir compte des petites pressions exercées qui nous acheminent vers la mise au pas des surarbitres. A. Chabanon, secrétaire de la Fédération nationale des industries chimiques mars Assemblées syndicales Industries chimiques d'aubervilliers, Pantin. Réunion des cadres des usines de la région d'aubervilliers, ce jour, 17h30, 13 rue Pasteur, salle du Progrès. Ordre du jour : Rapport sur le congrès, rapporteur : Guédou mars De la Fédération des industries chimiques Le pays républicain en alerte. Nombreuses protestations contre les pleins pouvoirs. Fédération nationale industries chimiques proteste contre demande pleins pouvoirs par président du conseil pour attaquer lois sociales et diviser peuple de France. Pour la Fédération : Finck mars Baraquements trop fragiles... Toulouse. 26 mars. (De notre correspondant particulier). Nous avons dit, dans nos précédentes éditions, que les malheureuses victimes de cette effroyable catastrophe étaient occupées à la construction de baraquements, ces abris étaient destinés au logement des ouvriers devant eectuer les travaux destinés à réunir à une gigantesque chute d'eau trois lacs, dont celui de Izour. Nous sommes à même de préciser aujourd'hui que les baraquements en construction se trouvaient au bas de masses rocheuses qui s'élèvent en pentes raides absolument dénudées, tombant à pic sur le lac et sans aucune végétation susceptible de les retenir. Et fait inouï et inconcevable, ces baraquements en construction étaient ultra-légers et fragiles, composés uniquement de pierres sèches soudées entre elles au ciment. La plus élémentaire prudence recommandait d'arrêter les travaux, sinon durant tout l'hiver, du moins durant cette époque particulièrement inclémente et dangereuse. Certain journal 348. Une sentence favorable à la réintégration d'ouvriers licenciés des établissements Doitteau à Corbeil est attaquée par M. Pomaret, L'Humanité, n o 14694, 15 mars 1939, p Assemblées syndicales, L'Humanité, n o 14694, 15 mars 1939, p De la Fédération des industries chimiques, L'Humanité, n o 14698, 19 mars 1939, p. 5.

256 23. ANNÉE régional a beau s'extasier sur le dispensaire "admirablement dirigé" de la société Alais, Froges et Camargue, il n'en reste pas moins que le souci nancier de cette gigantesque société, à succursales multiples, l'a emporté sur la sécurité. Aujourd'hui, parce que le haut patronat a mésestimé le danger, trente ne sont plus, et autant de familles sont dans la douleur et dans la gêne. Il y a peu de temps, au cours d'une longue enquête, La Voix du Midi avait cependant signalé que la sécurité des ouvriers était nullement assurée dans cette entreprise. Le gouvernement a adressé des condoléances aux familles, mais il conviendrait également de situer les responsabilités de la société. M. de Meroc, procureur de la République à Foix, a ouvert une information judiciaire ; à cet eet, il s'est transporté à Auzat, où il a procédé à l'audition de plusieurs ingénieurs de la Société Pyrénéenne hydro-électrique avril Charles Tillon, député français, doit pouvoir rentrer en France sans conditions [... ]. Protestation de la Fédération des Industries Chimiques. D'autre part, le secrétariat de la Fédération nationale des Industries Chimiques nous informe qu'une délégation composée des camarades Letellier et Beyer a été reçue jeudi 6 avril au ministère des Aaires Étrangères. Cette délégation a exprimé l'angoisse des travailleurs des industries chimiques "qui, soucieux des intérêts de la France, ont soutenu jusqu'à la dernière minute la République Espagnole, suivent le drame d'alicante où des milliers d'amis de la France sont menacés de mort et parmi eux le consul de France et le camarade Charles Tillon, ancien secrétaire de la Fédération et député d'un important centre de produits chimiques : Aubervilliers". Le chef adjoint du cabinet du ministre leur a rendu compte du télégramme adressé au général Pétain et leur a indiqué que le "nécessaire serait fait" avril La Commission exécutive de la Fédération nationale des industries chimiques Arme son plein accord avec les décisions du Comité confédéral national et souligne le sabotage de la défense nationale organisé par les trusts. La commission exécutive de la Fédération nationale des industries chimiques s'est réunie les 15 et 16 avril sous la présidence du camarade Vanhaute. Perrouault rapporte sur la situation générale et sur les revendications dans le cadre de nos industries chimiques. Il insiste particulièrement sur la nécessité de lier davantage encore avec la masse des travailleurs, et préconise dans ce but, la multiplication des journaux d'usine Baraquements trop fragiles..., L'Humanité, n o 14706, 27 mars 1939, p Charles Tillon, député français, doit pouvoir rentrer en France sans conditions, L'Humanité, n o 14718, 8 avril 1939, p. 3.

257 256 Finck rapporte sur la situation de la Fédération et de ses eectifs, et souligne que, si après le 30 novembre, le patronat a pu, en licenciant de nos camarades, provoquer certains remous, la situation est maintenant nettement éclaircie. Certaines mesures de réorganisation doivent permettre la formation de cadres nouveaux et devant assurer un contact meilleur encore que par le passé entre la direction fédérale et les syndicats. Ceux-ci seront réparties en vingt régions, chaque secrétaire fédéral étant sous le contrôle de la commission exécutive et du secrétariat, responsables d'un certain nombre de ces régions. Bangy (Nantes), souligna les multiples tentatives faites par le patronat pour favoriser la création d'amicales de syndicats professionnels, etc. Verde (Clermont-Ferrand) insista sur le caractère odieux des peines in- igées aux emprisonnés et en particulier au camarade Marchadier, envers lesquels aucune brimade n'est ménagée mais qui, jusque dans leur prison, conservent une attitude digne qui en impose aux magistrats eux-mêmes. Henaut (Clermont-Ferrand) indiqua comment le Michelin des Cagoulards avait, à deux reprises, organisé le chômage partiel, ceci pour inuencer un arbitrage en cours sur un rajustement de salaires, alors que tout le monde a souligné la nécessité d'accroître la production pour la défense nationale. Dans le même esprit, Terrasson (Sud-Ouest), souligna que dans les Landes, plus de cent distilleries de résine sur cent-quarante-trois sont fermées. Aulagne (Lyon), se t l'écho de l'indignation des travailleurs de Pierre- Bénite (Société Ugine) où des ingénieurs nazis allemands circulent librement dans l'usine, alors qu'aux usines Lumières des faits analogues se produisent avec l'aide du PPF. Pigelet (Photo-Paris) rappela que la liale française de la Société Agfa avait depuis longtemps (et sur ordre reçu d'allemagne), licencié tout le personnel israélite sans que les pouvoirs publics interviennent. Front (Savoie) souligna l'arrêt de certaines fabrications françaises dans les sociétés et liales de la Montécatini italienne, alors que ces produits sont importés d'italie. De nombreux camarades soulignèrent par ailleurs que la soi-disant organisation de la défense nationale était un prétexte au sabotage des lois sociales. Ensuite, Mire (région méditerranéenne) indiqua que dans les pétroles de Martigues, on faisait douze heures par jour dans les installations de crackings, alors que ces fabrications nécessitent une attention soutenue et qu'une fatigue excessive ne permet ni la qualité des fabrications, où la sécurité des installations où le moindre incident peut dégénérer en catastrophe pour l'usine et les localités avoisinantes. Burtin (Est) souligna l'accroissement énorme de la production sans modication de la main-d' uvre. Poulmarc'h (Paris) démontra particulièrement que la publication de nombreux journaux d'usines avait mis en émoi les organisations patronales et aidé, après le 30 novembre, à la reconstitution rapide des sections syndi-

258 23. ANNÉE cales. Après toutes ces interventions, un projet de manifeste concernant le 1 er mai a été adopté à l'unanimité. Chabanon rapporte ensuite sur les questions juridiques en liaison avec les récents décrets-lois et la réintégration des camarades licenciés qui n'a pas avancé d'un pas malgré les appels du président Daladier. Il souligne en particulier que les heures supplémentaires ne pouvaient être eectuées que dans certaines conditions bien précisées dans le but d'accroître la production, mais que les heures supplémentaires exceptionnelles devaient continuer à être majorées selon les barèmes des conventions collectives. Beyer, rapporte sur le rôle des industries chimiques dans la défense nationale et la nécessité de défendre nos revendications dans le cadre de l'organisation de la défense nationale. Partout, la classe ouvrière doit réclamer sa participation à l'organisation de la défense du pays qui ne peut, en aucun cas, être le monopole des trusts internationaux. Presque tous les camarades, et particulièrement Pascré, ont, au cours de leurs interventions, souligné l'intérêt croissant de La Revue des Industries Chimiques et la nécessité, pour tous les syndicats, sections syndicales, délégués, etc... d'être abonnés à cette revue. Avant de se séparer, la commission exécutive fédérale a adopté la résolutions suivante : La résolution La commission exécutive de la Fédération nationale des industries chimiques, réunie le 15 avril, proteste contre l'attitude du ministère des aaires étrangères qui met à la merci des fascistes italiens des milliers de républicains espagnols. Parmi eux se trouve, à Alicante, le député Charles Tillon, ancien secrétaire de la Fédération et membre de la Commission exécutive fédérale des ports et docks, qui, avec une commission internationale, a accompli son devoir d'homme et de Français en allant secourir ceux qui ont lutté pour leur liberté et pour la sécurité de la France. La Commission exécutive exprimant la volonté de tous les travailleurs des industries chimiques, demande que Charles Tillon soit mis immédiatement en mesure de regagner la France et que soit assurée l'évacuation des quatre mille républicains d'alicante. La marine nationale qui a été mise à la disposition de ceux qui ont [... ] l'espagne et la France doit maintenant servir aux amis de la France, au consul de France et au député français Charles Tillon. La Fédération est journellement saisie à ce sujet d'ordres du jour de protestation. Elle croit utile de rappeler que ceux-ci doivent être adressés à la presse et aux ministères intéressés. La commission exécutive de la Fédération nationale des industries chimiques La Commission exécutive de la Fédération nationale des industries chimiques, L'Humanité, n o 14729, 19 avril 1939, p. 5.

259 avril Un appel de la Fédération des Industries chimiques Chaque année, au 1 er mai, la classe ouvrière passe la revue de ses forces, arme, par-dessus les frontières, sa solidarité internationale. En cette journée, les travailleurs de tous les pays proclament leurs revendications, pour le mieux-être et le progrès humain, et envisagent les moyens d'en assurer le succès. Pour la classe ouvrière, soucieuse des intérêts de la France, de l'union des Français attachés à la démocratie, à la liberté et à la paix, en plein accord avec les décisions du comité confédéral national de la CGT, exceptionnellement, la journée du 1 er mai 1939 n'entraînera pas obligatoirement la cessation du travail. En conséquence, la commission exécutive fédérale, unanime, demande aux travailleurs des industries chimiques de manifester puissamment le lundi 1 er mai, à la sortie du travail, en se rendant en masse aux meetings organisés par la CGT. En réponse à M. Gignoux, président de la CGPF, travailleurs des industries chimiques, fréquentez les permanences et les assemblées des samedi 29 et dimanche 30 avril, organisées sous le signe du recrutement massif dans la CGT, de la solidarité aux emprisonnés et aux licenciés du 30 novembre. Au cours des assemblées générales publiques des 29 et 30 avril, nommez des délégations qui se rendront aux mairies, aux souspréfectures, aux préfectures déposer les ordres du jour réclamant : la réintégration des licenciés et l'amnistie totale pour les emprisonnés ; la garantie des conventions collectives ; le contrôle par l'état, avec le concours des organisations syndicales, des prix de revient et des prix de vente industriels ; la mobilisation des capitaux, par la limitation des bénéces des trusts et la perception d'un prélèvement sur leurs réserves, la réorganisation de toutes les forces productives, en sauvegardant les droits de la petite et moyenne industrie et de l'artisanat ; l'intégration de tous les chômeurs dans la production par la généralisation dans les entreprises des équipes de deux-huit et de trois-huit garantissant les nécessités de la production en sauvegardant la semaine de quarante heures ; la participation eective de toutes les forces vives de la nation à l'organisation de la sécurité collective des peuples de tous les États non fascistes, et particulièrement, de la puissante Union soviétique, où, le 1 er mai, des délégations des travailleurs de tous les pays peuvent acclamer les conquêtes d'un peuple qui a réalisé la suppression du patronat et du salariat. L'appel du président Roosevelt doit aboutir à l'organisation pratique de cette sécurité collective comme cela aurait pu être fait en septembre Pour la classe ouvrière, cela implique la réalisation sans délai de l'unité syndicale internationale. Portez à vos directions d'usine des ordres du jour demandant : le respect des horaires et, en cas de dérogation légale, la sécurité de l'emploi durant l'année qui suit ces dérogations ; le respect des clauses des conventions collectives, le maintien du pouvoir d'achat des salaires. Le 1 er mai 1939 doit marquer le redressement de toute la Nation française qui, il y a cent cinquante ans, levait bien haut le ambeau de la liberté et de la

260 23. ANNÉE fraternité des peuples. Les événements actuels, dans leur gravité, soulignent la justesse de l'appréciation fédérale sur les conséquences de l'abandon du programme du Front populaire, des concessions au fascisme international et à ses agents de l'intérieur, sur les accords de Munich, qui aaiblirent la sécurité française. Une puissante protestation doit s'élever le 1 er mai contre toutes les forces qui concourent à l'asservissement de la France et qui luttent contre la libération des peuples. La commission exécutive de la Fédération nationale des Industries chimiques avril Le mouvement ouvrier remettra à leur place ces militants indispensables... a déclaré Julien Racamond au banquet qui s'est tenu samedi à Lille en l'honneur de Martha Desrumeaux et de Charles Bourneton Vanhaute, secrétaire de la Fédération des produits chimiques ; André Berckmoës, secrétaire fédéral des produits chimiques (il était chargé de la préparation du repas) sont présents à ce repas oert en l'honneur de deux militants exclus de la direction de l'union départementale du Nord. André Berckmoës déclare que ces agapes fraternelles "n'avaient pas pour but de se réunir pour dauber sur le dos des absents, mais uniquement pour témoigner notre sympathie à des camarades victimes d'une injustice" avril Un appel de la Fédération des Industries chimiques Le bureau exécutif de la Fédération nationale des Industries chimiques, réuni extraordinairement le 25 avril, et saisi de multiples ordres du jour et motions émanant de ses syndicats, renouvelle sa protestation contre les décrets-lois Paul Raynaud, considérant que ces derniers ne peuvent concourir au "redressement moral, économique et nancier du pays", et par conséquent ne peuvent concourir à la défense de la paix. Celle-ci peut exiger des sacrices de tous, mais ne peut sacrier, au prot des deux cents familles, les justes intérêts des travailleurs. À l'appel demandant la réintégration des ouvriers d'élite licenciés le 30 novembre et aux multiples démarches faites dans ce but, par la Fédération, l'union patronale vient de répondre par un n de non-recevoir. Les travailleurs exigent que le gouvernement prenne, à ce sujet, une position sans ambiguïté, et fasse réintégrer autrement que par 354. Un appel de la Fédération des Industries chimiques, L'Humanité, n o 14730, 20 avril 1939, p Le mouvement ouvrier remettra à leur place ces militants indispensables... a déclaré Julien Racamond au banquet qui s'est tenu samedi à Lille en l'honneur de Martha Desrumeaux et de Charles Bourneton, L'Humanité, n o 14734, 24 avril 1939, p. 4.

261 260 des appels inappliqués, les victimes du 30 novembre, et amnistie les militants condamnés. Les travailleurs exigent aussi que les capitaux soient mobilisés autrement que par des mesures inopérantes et notamment que les milliards de réserves accumulés par les grandes sociétés soient utilisés au service de la nation. Le bureau exécutif estime que les travailleurs sont placés en face d'une nouvelle provocation des trusts qui fait suite à celle déjà organisée, en novembre, au moment même du congrès de la CGT. Ils y répondront avec discipline et dans l'union la plus complète. Partout, comme l'indiquait le manifeste de la commission exécutive, le 1 er mai doit revêtir une ampleur exceptionnelle et sera une journée de protestation de la nation, pour la défense de ses droits, de ses libertés et de la paix. Le bureau exécutif recommande particulièrement à tous les travailleurs, sans distinction, le départ en masse de l'usine, dès la sortie du travail, avec discipline, vers les lieux de rassemblement xés par les organisations syndicales. La Fédération. Nota. La Fédération invite tous les travailleurs à être à l'écoute le 3 mai 1939, à 20h15, sur l'antenne du poste d'état Paris-PTT, où le camarade Finck traitera le sujet : Les industries chimiques et les colonies mai Dans les industries chimiques de la région parisienne. 680 licenciés du 30 novembre chôment depuis cinq mois La grande bourgeoisie capitaliste et réactionnaire de France aime à s'entourer d'une réputation de largesse, de générosité et de modération qui plaît à son amour-propre. Quand le masque tombe, une face haineuse apparaît : celle du grand patronat de combat. Après le 30 novembre 1938, avec la complicité gouvernementale, les trusts chimiques licenciaient travailleurs des entreprises, dont 900 n'étaient pas repris dans les jours suivants. Ce fut une répression frénétique qui s'abattit sur des ouvriers honnêtes, coupables d'attachement aux lois sociales et d'hostilité aux décrets de misère. Dans de nombreuses usines, le pourcentage des licenciements maintenus, est de 10 à 40 % des eectifs de l'entreprise. Chez Hutchinson à Puteaux, 115 ouvriers sur ; à la SIT Bezons, 44 sur 200 ; chez Valentine, 65 sur 140 soit 40 % environ ; Richard Hudnut, 45 sur 110, etc. 229 ouvriers sur 900 ont pu trouver un emploi. Il reste encore 680 licenciés qui, depuis cinq mois, frappent à toutes les portes et se voient systématiquement refuser l'embauche. Certains d'entre eux, engagés le matin, sont licenciés le soir sans aucun motif professionnel. Nous accusons les patrons des industries chimiques d'avoir rétabli le criminel procédé des listes noires. On ne peut pas expliquer autrement la mise à l'index de 680 bons ouvriers de nos industries que des entreprises se seraient disputés, en d'autres temps. Les licenciés du 30 novembre veulent 356. Un appel de la Fédération des Industries chimiques, L'Humanité, n o 14737, 27 avril 1939, p. 5.

262 23. ANNÉE travailler. Les ouvriers occupés exigent que les portes soient ouvertes à ces irréprochables producteurs qu'on traite en pestiférés. Quand M. Daladier invita les patrons à reprendre les licenciés du 30 novembre, ces derniers se s'empressèrent d'écrire aux direction des entreprises. Pas un licencié ne fut repris à notre connaissance. Les patrons n'ont même pas daigné répondre dans la plupart des cas. Ce scandale doit cesser! Le 10 mai, M. Lebrun sera réinvesti des pouvoirs conférés au président de la République. On peut, à cette occasion, réparer deux criantes injustices. On peut, et on doit, ouvrir toutes grandes les portes des prisons de la Républiques si dures aux militants ouvriers ; comme, par exemple, à l'égard de Marchadier, secrétaire de la section syndicale Michelin, frappé de 18 mois de prison et de cinq ans d'interdiction de séjour. Par contre, aux assassins et incendiaires du CSAR, la République est d'une indulgence scandaleuse. On peut, et on doit exiger des patrons qu'ils reprennent les travailleurs qu'ils ont si brutalement chassés de leurs usines et qu'ils traquent depuis cinq mois. Jean Carasso, secrétaire du syndicat des industries chimiques mai Le Secours Populaire soumet aux groupes populaires un projet d'amnistie Une délégation du Secours populaire de France et des colonies comprenant Émile Bureau, Henri Lévin, M e Pitard, et accompagné de Charrière, représentant de la Fédération des ouvriers métallurgistes, et de Rosarde, secrétaire de la Fédération des produits chimiques, s'est rendue, hier, au Palais- Bourbon. La délégation a été reçue par les groupes communistes, socialiste, radical, USR et démocrate populaire, où elle a déposé une proposition de loi d'amnistie générale à l'occasion de la prise des pouvoirs du président de la République et du 150 e anniversaire de la Révolution française. Cette proposition de loi est précédée d'un exposé des motifs rappelant que l'amnistie est une des revendications populaires les plus constamment exprimées et demandant qu'elle soit cette fois vraiment générale et digne des traditions généreuses du peuple français, qui veut l'union en face du péril extérieur mai Le mouvement ouvrier pour l'unité d'action internationale Édouard Finck, secrétaire de la Fédération des travailleurs des produits chimiques déclare : "Une conférence ouvrière internationale? Qui pourrait la souhaiter plus que les travailleurs des industries chimiques dont les maisons s'appellent Standard, Shell, Royal-Dutch, Michelin, Kuhlmann, Air 357. Jean Carasso, Dans les industries chimiques de la région parisienne. 680 licenciés du 30 novembre chôment depuis cinq mois, L'Humanité, n o 14749, 9 mai 1939, p Le Secours Populaire soumet aux groupes populaires un projet d'amnistie, L'Humanité, n o 14757, 17 mai 1939, p. 2.

263 262 Liquide, Progil, Péchiney, Montécatini, Imperial Chemical Industries, IG Farben, c'est-à-dire aussi : Cartel international de l'azote, Ententes internationales de la Potasse, des Phosphates, des matières colorantes, Bureau international du caoutchouc, domination internationale des trusts pétroliers? Tous ces groupements ont puissamment aidé le fascisme et l'ont soutenu dans ses agressions sanglantes. Une conférence ouvrière internationale ne pourrait que démasquer ces provocateurs de guerre et arrêter l'extension de la domination fasciste. Les travailleurs des industries chimiques sont persuadés de la possibilité d'une conférence internationale ouvrière, groupant autour de la FSI, l'internationale Socialiste et l'internationale Communiste." mai Dimanche aura lieu la réouverture du Parc des Loisirs de Gif-sur-Yvette Le Syndicat des industries chimiques de la Région parisienne organise une grande Fête Champêtre, le dimanche 4 juin, pour la réouverture du Parc des Loisirs à Gif-sur-Yvette. Cette fête sera présidée par Charles Tillon, député d'aubervilliers, ancien secrétaire de la Fédération des industries chimiques. Au programme : "Jeunesse d'espagne". Danses et chants du folklore espagnol. La soirée se terminera par un grand bal champêtre. On trouvera le ravitaillement sur place. Deux billets à un franc donnent droit à l'entrée à la fête, et au tirage de la tombola gratuite dotée de nombreux lots : salle à manger, bicyclette, carillon, bronze, etc... Pour se rendre au Parc de Jaumeron, à Gif-sur-Yvette, des départs d'autobus de la STCRP auront lieu le dimanche 4 juin, à huit heures trente, en face du siège du syndicat, 94, rue d'angoulême. Le prix des places, aller et retour, est xé à 14 francs. On peut, dès à présent, retenir les places au siège jusqu'au vendredi 1 er juin juin Aujourd'hui, réouverture du Parc des Loisirs de Gif-sur-Yvette Le Syndicat des industries chimiques de la région parisienne organise aujourd'hui une grande fête champêtre, pour la réouverture du Parc des Loisirs, à Gif-sur-Yvette. Cette fête sera présidée par Charles Tillon, député d'aubervilliers, ancien président de la Fédération des Industries chimiques. Au programme : "Jeunesse d'espagne". Danses et chants du folklore espagnol. La soirée se terminera par un grand bal champêtre Le mouvement ouvrier pour l'unité d'action internationale, L'Humanité, n o 14769, 29 mai 1939, p Dimanche aura lieu la réouverture du Parc des Loisirs de Gif-sur-Yvette, L'Humanité, n o 14771, 31 mai 1939, p. 5.

264 23. ANNÉE Pour se rendre au Parc de Jaumeron, à Gif-sur-Yvette, des départs d'autobus de la STCRP auront lieu à huit heures trente, en face du siège du syndicat, 94, rue d'angoulême. Le prix des places, aller et retour, est xé à 14 francs juin Treize ouvriers des établissements Doittau réintégrés par décision surarbitrale La Fédération des Industries chimiques nous communique : M. Lacoste, conseiller honoraire de préfecture à la Seine, surarbitre de renvoi, vient de rendre sa décision sur le licenciement de treize ouvriers des établissements Doitteau à Corbeil (Seine-et-Oise). Comme l'avait déjà fait le premier surarbitre, M. Lacoste a estimé que ces ouvriers, qui avaient commencé eectivement leur travail le 29 novembre à 21 heures, et l'avaient quitté le 30 au matin après cinq heures, ne pouvaient être considérés comme ayant eectivement participé au mouvement. D'ailleurs, au début du conit, la direction avait armé que ces ouvriers avaient, le 30 au matin, quitté leur travail avant cinq heures, heure normale, puis elle a ensuite tenté de rectier sa position. Mais la man uvre n'a pas réussi et s'est heureux! Voici d'ailleurs la décision du surarbitre : "Les établissements Doittau sont tenus de réintégrer dans les conditions suivantes, les ouvriers qui composaient l'équipe de nuit du 29 au 30 novembre 1938 ; a) dès la reprise en 1939 de la fabrication saisonnière, pour la partie de cette équipe aectée à ce genre de fabrication ; b) sans délai pour la partie de cette équipe aectée à la fabrication continue". Rajustement de salaires des travailleurs des usines de pétrole de l'allier Le même surarbitre statuant également comme surarbitre de renvoi, vient de rendre une sentence accordant à nos camarades des pétroles de l'allier un assez appréciable relèvement de salaires. Bien qu'ayant déterminé le minimum vital (auquel doit s'appliquer la variation intégrale du coût de la vie qui est de 16 %) au-dessous des salaires contractuels, il n'en reste pas moins qu'à partir du 1 er mars ces salaires contractuels subiront une majoration de : Première catégorie. Pour les salaires au-dessous de 900 francs, 14,4 %. Deuxième catégorie. Pour les salaires contractuels de 900 francs à francs, 12,8 %. Troisième catégorie. Enn, pou les salaires à partir de francs, 12 %. Mais comme le précédent rajustement remonte au mois d'octobre 1937, le surarbitre a accordé une rétroactivité de 11,39 % à partir du 12 juillet 1938, de 2,9 % à partir du 1 er décembre 1938 et enn de 16 % à partir du 1 er mars. Ces rappels sont également applicables au minimum vital mais pour 361. Aujourd'hui, réouverture du Parc des Loisirs de Gif-sur-Yvette, L'Humanité, n o 14775, 4 juin 1939, p. 5.

265 264 les déterminer sur le salaire contractuel auquel ils s'ajoutent, il convient d'en retrancher 10 % pour la première catégorie, 20 % pour la seconde, 25 % pour la troisième. C'est donc le résultat appréciable pour nos camarades. Dans les industries chimiques de Marseille Par contre, M. Henry de Segogne vient de rendre 26 sentences pour les industries chimiques de Marseille au sujet des licenciés du 30 novembre. Ces 26 sentences concluent au rejet de la demande ouvrière de réintégration. M. de Segogne reprend exactement la même formule qu'il avait déjà prise dans sa sentence pour les économats de Montpellier. Il n'a même pas éprouvé le besoin de rechercher pourquoi ces licenciements avaient porté presque uniquement sur des ouvriers ayant de nombreuses années d'ancienneté, anciens combattants, orphelins de guerre, pupilles de la Nation. Il n'y a pas de violation du droit syndical selon lui. Mais alors, quelles raisons ont motivé le choix de ces vieux ouvriers ayant quinze, vingt et même pour certains quarante années de maison? Incapacité professionnelle? Ce serait fort que l'on ait mis tant de temps à s'en apercevoir! Non, M. de Segogne, c'est uniquement pour tenter de porter atteinte à l'organisation syndicale que ces licenciements ont été eectués, mais comme cette opération patronale n'a pas réussi, il vous est apparu tout naturel de donner satisfaction aux employeurs en laissant en dehors de la production ces bons et vieux ouvriers. Ce n'est ni équitable, ni humain, mais de vous nous n'espérions pas davantage. A. Chabanon juin Aux délégués des industries chimiques Une importante assemblée d'information pour les responsables syndicaux et délégués ouvriers des industries chimiques se tiendra demain vendredi, à 20h45, à la Maison des Métallurgistes, 14 rue d'angoulême, Paris (11 e ). Elle sera présidée par Édouard Finck, secrétaire général de la Fédération. Orateurs : Jean Carasso et Jean Poulmarc'h, secrétaires du syndicat et Benoît Frachon, secrétaire de la CGT juin Benoît Frachon parlera ce soir aux cadres syndicaux des industries chimiques À l'inquiétude et au découragement passager qui s'étaient emparés des travailleurs à la suite de la grève du 30 novembre, ont fait place la conance et la volonté de faire front résolument aux attaques conjuguées du patronat et du gouvernement. Dans toutes les usines chimiques, le travail s'organise, 362. A. Chabanon, Treize ouvriers des établissements Doittau réintégrés par décision surarbitrale, L'Humanité, n o 14791, 20 juin 1939, p Aux délégués des industries chimiques, L'Humanité, n o 14793, 22 juin 1939, p. 5.

266 23. ANNÉE le recrutement s'opère, des militants pleins d'ardeur se mettent à la tâche. D'ailleurs, sur le terrain revendicatif, le syndicat est toujours resté sur la brèche. De nombreux rajustements des salaires plus ou moins substantiels ont été obtenus dans la dernière période. Dans les pétroles, près de 7 % de moyenne ; dans le papier-carbone, 3 % ; la cellophane, 6,5 % ; papier-bitumé, 4,5 à 5 %, etc. Pour le caoutchouc, la grande industrie chimique, les parfums, les abrasifs, les couleurs et vernis, les produits d'entretien, la savonnerie, la stéarinerie, les rajustements obtenus (2 à 6 %) étaient anormalement insuisants ; grâce aux eorts du syndicat, les sentences Escarra ont été cassées par la Cour Supérieure d'arbitrage. Un nouveau surarbitre, M. Lacoste, a été désigné le 8 juin. C'est là un actif qui compte. Les travailleurs l'apprécient hautement. Les résultats des dernières élections des délégués ouvriers le prouvent surabondamment. Depuis janvier 1939, sur un total recensé de 224 sièges à pourvoir, la CGT en enlève 204. Les quelques SPF ou indépendants élus ne l'ont été, dans la majeure partie des cas, que faute de candidats cégétistes (éligibilité refusée aux grévistes du 30 novembre ou crainte de la répression patronale). Les ouvriers et ouvrières des industries chimiques ont gardé leur conance la plus entière dans leur syndicat. Mais leur mécontentement est grand. Les travailleurs en ont assez des sacrices unilatéraux. Ils veulent l'abrogation des décrets-lois de misère, le maintien des lois sociales et la restauration de leur pouvoir d'achat. Ils exigent la réintégration de leurs camarades licenciés le 30 novembre et poursuivis par la vindicte patronale. Ils prétendent vivre libres et pensent que pour sauvegarder la paix, l'union étroite des pays démocratiques avec l'urss est absolument indispensable. Dans cette période de tension extérieure, ils réclament impérieusement la réalisation de l'unité d'action et de l'unité syndicale internationale. La situation est assez grave pour que les dirigeants de la FSI comprennent enn tout ce qu'il y a de néfaste, pour la classe ouvrière mondiale, dans la politique anti-unitaire qu'ils ont suivie jusqu'à ce jour. Tous ces importants problèmes seront examinés ce soir à l'assemblée d'information des responsables syndicaux et délégués ouvriers des industries chimiques qui se tiendra, à 20h45, à la Maison des métallurgistes, 94 rue d'angoulême. Elle sera présidée par Édouard Finck, secrétaire général de la Fédération. Benoît Frachon, secrétaire général de la CGT, y prendra la parole. Jean Poulmarc'h, secrétaire général du syndicat juin Dans les industries chimiques. Importante résolution du bureau fédéral contre la politique de régression sociale Le bureau exécutif de la Fédération nationale des industries chimiques, réuni le jeudi 22 juin, après avoir entériné le rapport du camarade 364. Benoît Frachon parlera ce soir aux cadres syndicaux des industries chimiques, L'Humanité, n o 14794, 23 juin 1939, p. 5.

267 266 Finck, concernant son passage à Lyon, a enregistré avec satisfaction que, partout, les élections de délégués ont assuré le triomphe de la CGT, malgré les man uvres du patronat et des organisations qu'il essaie en vain de créer. Cette conance continue des travailleurs envers la CGT prouve leur volonté de mettre n à la politique de régression actuelle qui se traduit, malgré les mensonges ociels, par des licenciements massifs (Port-Saint-Louisdu-Rhône, La Nouvelle, etc.), et des fermetures d'usines (Estrée Blanche, etc.). Elle témoigne aussi de leur indignation de voir retarder, malgré les démarches répétées de la Fédération et de toutes les organisations ouvrières, le vote d'une véritable amnistie, alors que, dans le même temps, les marchands de bauxite peuvent continuer leurs exportations vers l'allemagne et faire condamner à francs de dommages-intérêts les organisations ouvrières coupables d'avoir soutenu les justes revendications des ouvriers de Gardanne. Le bureau exécutif dénonce cette attitude des pouvoirs publics, dont les seules préoccupations visent à écraser les travailleurs et à accroître les prots des trusts. C'est ainsi que l'on vend à la population parisienne 75 francs des masques à gaz dont le prix de revient n'excède en aucun cas 50 francs. À ce sujet, la Fédération demande qu'une enquête soit ouverte, avec le concours des organisations ouvrières, pour rechercher à qui protent les centaines de millions supplémentaires ainsi réalisés au détriment de la population laborieuse, à laquelle les masques doivent être fournis gratuitement. Le bureau exécutif constate que cette position des pouvoirs publics va de pair avec la recrudescence d'attaques contre les organisations syndicales et il tient particulièrement à témoigner de sa sympathie et de sa solidarité envers le camarade Charlet, secrétaire du syndicat de Douai et membre de la Commission exécutive fédérale, victime d'attaques calomnieuses de la part du patronat et de ses agents. Enn, le bureau exécutif se réjouit de la tenue prochaine, à Paris, de la session du Comité exécutif de l'internationale des ouvriers d'usines, auquel les travailleurs des industries chimiques de la région parisienne feront une réception fraternelle, pour les remercier de l'aide qu'il leur a apporté dans la période dicile qui a suivi la répression du 30 novembre. Solidarité aux Espagnols À cette occasion, les camarades des industries chimiques n'oublieront pas ceux qui subissent plus encore la répression, leurs camarades de la Fédération s ur d'espagne, actuellement détenus dans les camps de concentration et auxquels la Fédération fera parvenir un colis de solidarité. Le bureau exécutif a xé aux 22 et 23 juillet prochain la date de la prochaine commission exécutive fédérale. Le bureau exécutif de la Fédération nationale des industries chimiques Dans les industries chimiques. Importante résolution du bureau fédéral contre la politique de régression sociale, L'Humanité, n o 14796, 25 juin 1939, p. 5.

268 23. ANNÉE juin ,5 % de rajustement de salaires dans les industries chimiques de l'oise Depuis décembre 1938, la Fédération nationale des industries chimiques et les syndicats ouvriers de l'oise, aliés à notre Fédération, avaient formulé une demande de rajustement des salaires pour cette industrie. Nous avons à regretter que la lenteur de la procédure d'arbitrage n'ait pas permis à nos camarades de bénécier de ce rajustement plus rapidement. En eet, il aura fallu plus de six mois de procédure pour obtenir une sentence surarbitrale. Cette sentence accorde à nos camarades un rajustement de 7,5 % sur les salaires contractuels, avec rétroactivité du 1 er mai Ce rajustement aurait certes pu être beaucoup plus élevé, puisque pour la période sur laquelle se basait la demande ouvrière, la hausse du coût de la vie, dans le département de l'oise, était de l'ordre de 13 %, ce qui veut dire que les ouvriers obtiennent, au travers de la sentence, un peu plus de la moitié de la hausse réelle du coût de la vie, et ce rajustement ne peut certes pas donner toute satisfaction aux travailleurs. La responsabilité de cette injustice incombe aux pouvoirs publics et, en particulier, au gouvernement actuel, qui, par voie de décrets, indique aux surarbitres de tenir compte, dans leurs sentences, de l'incidence que représentent, d'une part, les 45 heures autorisées par le gouvernement, ainsi que de la prime de la "mère au foyer" et du rajustement des allocations familiales. Le but poursuivi par ces décrets apparaît maintenant nettement aux travailleurs. Il s'agit, avant tout, d'utiliser la hausse du coût de la vie, systématiquement organisée par le grand patronat, pour qu'à travers les rajustements il soit possible de porter atteinte au pouvoir d'achat des ouvriers. Il appartiendra donc aux ouvriers des industries chimiques de l'oise de se resserrer autour de l'organisation syndicale pour faire échec aux décrets de misère et imposer la protection ecace des salaires par l'institution d'une véritable échelle mobile. Pour la Fédération nationale des industries chimiques, G. Vanhaute er juillet Amnistie! Pour Robert Marchadier et les condamnés du 30 novembre De toutes parts la protestation populaire s'élève contre les jugements odieux qui ont été rendus par le tribunal correctionnel de Clermont-Ferrand et conrmés par la cour d'appel de Riom. Trente et un militants ont été condamnés à des peines injustes. Dix-huit mois de prison sans sursis et cinq ans d'interdiction de séjour ont été inigés à Robert Marchadier, qui, après une insusante diminution de peine, doit subir encore quatre mois d'emprisonnement. Ainsi, les hommes au pouvoir poursuivent avec haine les ouvriers honnêtes ayant protesté, le 30 novembre, contre la destruction des lois so ,5 % de rajustement de salaires dans les industries chimiques de l'oise, L'Humanité, n o 14799, 28 juin 1939, p. 5.

269 268 ciales. Ces hommes courageux, ces défenseurs de la démocratie et des conquêtes ouvrières se voient traités comme des accusés de droit commun. Le régime politique leur est refusé, alors que les cagoulards, ingénieurs de la rme Michelin, ont été libérés. Une fois de plus, le roi du caoutchouc obtient satisfaction car les chambres se sont séparées sans avoir voté la loi d'amnistie, mesure pourtant indispensable et si attendue des masses laborieuses. À la Fédération des Industries Chimiques, les listes de pétition pour la libération des travailleurs arbitrairement condamnés arrivent chaque jour. Elles sont signées par les ouvriers qui connaissent l'activité de Marchadier, toute au service des travailleurs ; par les petits commerçants ; par de nombreuses personnes qui ne vivent pas en usine mais qui connaissent l'honorabilité et la moralité de notre camarade. L'indignation s'élève avec force contre l'interdiction de séjour qui frappe ce militant irréprochable et contre la mesure odieuse qui privera Marchadier de ses droits civiques et politiques. Aussi, la classe ouvrière entend bien agir avec vigueur pour obtenir l'amnistie pleine et entière en faveur de tous les condamnés à la suite du 30 novembre juillet La Fédération des industries chimiques contre les récents décrets sur les congés payés La Fédération nationale des Industries chimiques vient d'adresser un télégramme à la présidence du Conseil et au ministère du Travail, protestant contre le récent décret-loi sur les congés payés. L'hypocrisie du décret est totale. Comment, en eet, oser parler des nécessités de la défense nationale au moment où toutes les mesures de licenciements, le non-embauchage des chômeurs, les brimades, etc. désorganisent la production et multiplient les accidents. En un mois, à la Rivière-Saint-Sauveur (Nobel), Douai (Kuhlmann), Berre (Saint-Gobain), une vingtaine d'ouvriers ont été gravement blessés et plusieurs tués. Les causes : mépris des observations des délégués, fatigues dues aux heures supplémentaires, etc. Rien ne justie la moindre atteinte aux congés payés et la Fédération demande à tous ses syndicats de lui signaler les abus qui pourraient être tentés. La Fédération nationale juillet Trop souvent, des surarbitres acceptent sans réserves la thèse patronale À propos de deux sentences concernant les ouvriers des produits chimiques des Bouches-du-Rhône et des Hautes-Alpes. Depuis un certain temps 367. Amnistie! Pour Robert Marchadier et les condamnés du 30 novembre, L'Humanité, n o 14802, 1 er juillet 1939, p. 5. Une photographie des listes de pétition illustre l'article La Fédération des industries chimiques contre les récents décrets sur les congés payés, L'Humanité, n o 14812, 11 juillet 1939, p. 5.

270 23. ANNÉE déjà, la plupart des surarbitres, pour les aaires de rajustements de salaires ou pour les licenciements, sont pris dans la région parisienne, et un grand nombre de magistrats gurent parmi ces surarbitres. S'il ne faut pas les loger tous à la même enseigne, il faut pourtant dire qu'un grand nombre d'entre eux manifestent un zèle par trop intempestif à l'égard de la thèse patronale. Voici un surarbitre, M. Parigot, qui semble éprouver quelque pitié pour la grande détresse de la puissante rme Alais, Froges et Camargue et qui, ce faisant, dans une très large mesure "d'équité" diminue de façon sensible le rajustement accordé précédemment aux ouvriers de Salindres (Gard), par un autre surarbitre. C'est un beau chef-d' uvre en vérité que cette sentence! Mais ce même surarbitre, en constants progrès littéraires dans le domaine de la rédaction des sentences, vient d'accorder cinq pour cent de rajustement de salaires à de malheureux ouvriers dont les salaires varient actuellement entre 180 et 220 francs par semaine, et ce sur une variation constatée du coût de la vie de 19,55 pour cent. Il est évident que ce cher homme éprouve des regrets énormes de ne pouvoir faire mieux, mais la Société fermière du Nitrogène a dû acheter des brevets, faire des transformations, etc., etc., et il est juste que ce soient les ouvriers, qui, sur leur salaire, supportent une partie de ces charges. Tristes, inniment tristes de telles choses! Mais où diable va-t-on dénicher d'aussi singuliers juges dans la procédure de conciliation et d'arbitrage? La Cour supérieure d'arbitrage est saisie de ces sentences. Va-t-elle les maintenir en vertu de je ne sais quelle souveraineté accordée aux surarbitres? Pour la justice et l'équité, espérons que non! M. Henry de Segogne en est à sa trente-sixième sentence pour les produits chimiques des Bouches-du-Rhône. Rien ne résiste devant lui, même quand il y a fait particulier de nature à motiver la réintégration. Tel est le cas, par exemple, pour la Savonnerie Amande de Marseille. Ce monsieur s'en tire par une acrobatique pirouette. Il ordonne le paiement d'une semaine de salaires aux ouvriers : de quoi leur permettre d'attendre, dans un avenir plus ou moins lointain, des jours meilleurs. Il y a, parmi les nombreux cas de licenciements soumis à son arbitrage, de nombreux mutilés de guerre, des orphelins de guerre, des pupilles de la nation et aussi de nombreux ouvriers ayant de vingt à quarante ans de services continus dans la même entreprise, des pères de familles nombreuses. Croyez-vous que ça le touche, ce très noble monsieur? Pas du tout. Le patronat est d'essence divine et, de ce fait, c'est lui qui a toujours raison. Tous ces faits illustrent sous un jour singulier toute la démagogie des appels du gouvernement en faveur de la natalité. Ayez de nombreux enfants, braves prolétaires. On vous donnera cinq pour cent d'augmentation sur vingt pour cent de majoration du coût de la vie pour vous aider à les élever. Si le père veut réclamer son droit à l'existence, il sera congédié et il se trouvera toujours un surarbitre à la de Ségogne pour justier ce licenciement. Il faut que cela nisse, et vite. Il faut que les pouvoirs publics regardent un peu autour d'eux pour voir ce qui s'y passe, et s'ils ne veulent pas se rendre ridicules jusqu'à l'odieux, ils feront bien de renvoyer à d'autres

271 270 occupations ces surarbitres dont l'attitude est un dé au plus élémentaire esprit de justice et de bon sens. A. Chabanon, secrétaire de la Fédération nationale des industries chimiques juillet Une réception à La Vie Ouvrière en l'honneur de Robert Marchadier La direction du journal La Vie Ouvrière a organisé, samedi soir, une réception en l'honneur de notre camarade Robert Marchadier, qui fut condamné pour son action syndicale après le mouvement revendicatif du 30 novembre. À ce vin d'honneur assistaient également tous les membres du bureau et de la commission exécutive de la Fédération des industries chimiques. Paul Bouthonnier, en l'absence de Gaston Monmousseau, qui s'était fait excuser, a salué avec joie la libération du secrétaire des sections syndicales Michelin, qui n'est qu'un acte tardif d'élémentaire justice. À son tour, Marchadier a remercié chaleureusement les journaux ouvriers et, en particulier La Vie Ouvrière pour les vigoureuses campagnes qu'ils ont menées en faveur de la libération. Puis, avec joie, il a exprimé sa satisfaction du résultat des élections des délégués du personnel aux usines Michelin de Clermont-Ferrand, où la CGT a obtenu un magnique succès, preuve du renouveau d'activité des sections syndicales et nouvelle marque de conance des travailleurs dans la grande organisation ouvrière. Édouard Finck, secrétaire général de la Fédération des industries chimiques, à son tour, a également remercié La VO qui, chaque semaine, mène le bon combat pour la défense des intérêts ouvriers juillet Agir par tous les moyens opportuns en faveur de l'unité internationale. Telle est la décision prise par la Fédération des Industries Chimiques La commission exécutive fédérale de la Fédération nationale des Industries chimiques, réunie les 22 et 23 juillet 1939, s'élève vivement contre la décision du congrès de Zurich de la Fédération Syndicale Internationale qui, malgré la croissance des dangers d'agression fasciste, a refusé de réaliser l'unité syndicale internationale. Certes, la majorité (neuf millions) des ouvriers représentés s'est prononcée en faveur de cette unité, mais la minorité (6 millions) disposant d'un plus grand nombre de voix, a pu empêcher cette réalisation Trop souvent, des surarbitres acceptent sans réserves la thèse patronale, L'Humanité, n o 14824, 23 juillet 1939, p Une réception à La Vie Ouvrière en l'honneur de Robert Marchadier, L'Humanité, n o 14825, 24 juillet 1939, p. 5.

272 23. ANNÉE Les dirigeants des centrales de pays tels que la Pologne, la Belgique, le Danemark, la Suisse, etc... en votant contre l'admission des syndicats russes ont, en pratique, desservi la cause de la paix. Ils n'expriment certainement pas l'opinion des masses ouvrières de leurs pays respectifs et ont cédé à des sentiments de haine partisane et anticommunistes qui l'emportent chez eux sur la nécessité absolue de résister ensemble au fascisme. L'essentiel est que les ouvriers du monde entier soient attachés à l'unité et la commission exécutive donne mandat au bureau exécutif et au secrétariat pour agir par tous les moyens opportuns en faveur de l'unité internationale, en faveur du resserrement des liens entre les travailleurs des industries chimiques du monde entier et en faveur de la tenue rapide d'une conférence de toutes les organisations ouvrières internationales : FSI, IOS et IC juillet Après le congrès de Zurich. Les travailleurs du monde entier veulent s'unir... Écrit Robert Marchadier, secrétaire de la section syndicale Michelin de Clermont-Ferrand, qui vient d'être libéré de la prison de Riom. Robert Marchadier, secrétaire de la Section syndicale des usines Michelin, à Clermont- Ferrand, qui vient de passer plusieurs mois en prison à raison de son activité lors de la grève chez Michelin, le 30 novembre 1938, écrit à l'agence France- Monde : "Ma libération de la prison de Riom, imposée par l'action de la classe ouvrière, m'a procuré une grande joie, celle de revoir les miens, ma famille, mes amis et mes camarades de lutte et m'a permis de reprendre ma place de militant. J'espérais cependant, quelques semaines avant, une joie plus grande encore. Avec mes camarades emprisonnés, et je crois pouvoir dire emprisonnés par ordre des cagoulards, agents du fascisme international, j'espérais voir se réaliser à Zurich, l'unité syndicale internationale. Je l'espérais d'autant plus, que notre Fédération des industries chimiques avait reçu, de la part de l'internationale des ouvriers d'usine, de la part des ouvriers de Norvège et de Suède, une aide matérielle ecace en faveur des victimes de la répression du 30 novembre. Le fait démontre bien que les travailleurs du monde entier veulent s'unir. L'exemple de ce que leur Union a permis de réaliser en France en 1936, nous apporte la certitude que cette Union se réalisera à brève échéance et se manifestera en premier lieu par la tenue d'une conférence ouvrière internationale, réunissant non seulement la Fédération Syndicale Internationale et l'internationale Ouvrière Socialiste, mais également l'internationale Communiste Agir par tous les moyens opportuns en faveur de l'unité internationale, L'Humanité, n o 14827, 26 juillet 1939, p Les travailleurs du monde entier veulent s'unir, L'Humanité, n o 14829, 28 juillet 1939, p. 5.

273 août En quelques lignes Syndicat des industries pharmaceutiques. Prière à tous les trésoriers du syndicat des industries pharmaceutiques de passer très rapidement au siège du syndicat muni de leur carnet de collecteur août Comment expliquer le vote de la délégation polonaise à Zurich. À Cracovie, au début de juin, les travailleurs acclamaient les mots d'ordre d'unité internationale! C'est ce que rappelle Beyer, secrétaire de la Fédération des industries chimiques. G. Beyer, secrétaire de la Fédération nationale des Industries chimiques, a fait la déclaration suivante à l'agence France-Monde : Si la déception des travailleurs et des militants français devant la décision du congrès de Zurich a été profonde, celle des ouvriers polonais a certainement été plus grande encore. Au début de juin, nous avons eu avec le camarade Granet l'occasion de représenter les Fédérations françaises des industries chimiques et du papier-carton au congrès de la Fédération polonaise des ouvriers d'usine à Cracovie. Non seulement au congrès, mais dans un meeting organisé par le parti social-démocrate polonais, avec le concours des syndicats polonais (qui ne sont pas comme en France indépendants des partis politiques), les mots d'ordre d'unité internationale, de conférence ouvrière internationale entre la FSI, l'ios et l'ic, d'union avec l'urss furent acclamés par des vivats enthousiastes. Comment expliquer après cela le vote des représentants polonais à Zurich? À Cracovie pourtant, aucune voix discordante ne s'est élevée tant au congrès, qu'au meeting, après les interventions de la délégation française. Faut-il supposer que des militants polonais, scandinaves, belges, ont cédé à une ambiance, malgré leurs sentiments personnels contraires? Dans ce cas, la colère des ouvriers polonais doit être grande. Leur volonté demeure et dans la situation tragique qui est la leur, ils se souviennent de l'exemple de la Tchécoslovaquie. Ils ont du moins la certitude que les ouvriers français pensent comme eux, et que leur union, scellée par de multiples contacts dus à l'immigration, scellée par l'exploitation qu'ils subissent de la part des mêmes trusts, soit étendue aux travailleurs du monde entier. Granet et moi sommes revenus de Cracovie avec la conviction totale que les ouvriers de Pologne, comme les ouvriers de France, veulent l'unité syndicale internationale et veulent, eux, chez qui le parti communiste est illégal, la tenue d'une conférence ouvrière internationale entre l'ios, la FSI et l'ic, comme l'ic l'a proposé En quelques lignes, L'Humanité, n o 14834, 2 août 1939, p À Cracovie, au début de juin, les travailleurs acclamaient les mots d'ordre d'unité internationale!, L'Humanité, n o 14839, 7 août 1939, p. 5.

274 24. ANNÉE août Après la catastrophe de Courchelettes. L'Union locale de Douai dénonce les responsabilités incombant au patronat [... ]. En ce qui concerne la catastrophe de Courchelettes, la commission administrative, sur la base des enquêtes faites par les organisations ouvrières, dénonce l'insusance des mesures de sécurité régnant dans cette entreprise, mettant non seulement la vie des travailleurs en danger, mais encore celle de toute la population de Courchelettes. Elle déclare solennellement qu'elle appuiera, de toutes ses forces, l'action entreprise et l'enquête ouverte par le Syndicat et la Fédération des produits chimiques pour xer les responsabilités patronales et pour assurer la défense des intérêts des veuves et des orphelins. Elle lance un vibrant appel à toute la population du Douaisis et à l'ensemble de ses syndicats pour qu'ils appuient l' uvre de solidarité entreprise par le Syndicat des produits chimiques en faveur des familles nombreuses. La commission administrative décide d'allouer une somme de 500 francs au comité chargé de venir en aide immédiatement aux familles des victimes. [... ] Année août Les travailleurs de l'industrie chimique n'oublie pas que la guerre continue Un certain nombre de militants de la Fédération nationale des Industries chimiques et Industries connexes, se sont réunis au nouveau siège, 59 rue du Faubourg Poissonnière à Paris. Après avoir salué la mémoire de leurs camarades tombés au champ d'honneur et, particulièrement, Perrouault, Poulmarc'h, Carasso, Renelle, Canton, Burtin, après avoir salué tous ceux qui soure encore dans les prisons et dans les camps de prisonniers, les militants présents ont pris des dispositions pratiques pour réorganiser Fédération et syndicats. Les tâches essentielles qui se posent pour les travailleurs des industries chimiques sont : la réouverture des usines et l'organisation du travail en vue d'accélérer les productions de guerre, la suppression des mesures restrictives apportées par le gouvernement de Vichy aux libertés ouvrières et le relèvement des salaires et traitements à un taux en rapport avec le coût de la vie, l'organisation du ravitaillement. Les travailleurs des industries chimiques n'oublient pas que la guerre continue. Ils appelleront dans leurs usines les volontaires à s'engager dans l'armée des Forces Françaises de l'intérieur, comme ils appelleront tous les patriotes à s'organiser dans les milieux patriotiques. Avant de se séparer, les militants ont constitué comme suit le bureau fédéral provisoire : 375. Après la catastrophe de Courchelettes. L'Union locale de Douai dénonce les responsabilités incombant au patronat, L'Humanité, n o 14839, 7 août 1939, p. 5.

275 274 Secrétaire général : Édouard Finck Secrétaire général adjoint : Georges Beyer Secrétaire administratif : Lutinier Trésorière : Mme Finck Secrétaire aux ingénieurs et techniciens : Gisèle Pascre. Les permanences seront tenues tous les jours pour la Fédération, le syndicat parisien et le syndicat des ingénieurs, employés et techniciens au 59 rue du Faubourg Poissonnière, 4 e étage er septembre Permanences Citroën-Michelin-Métaux. Assemblée générale le 1 er septembre, à 17 heures, préau des écoles de la rue Balard. [... ]. Syndicat des industries pharmaceutiques et parapharmaceutiques de la Seine. Tous les jours à la Bourse du Travail. [... ] septembre Il faut rapatrier immédiatement les élus et militants communistes déportés en Algérie [... ]. Nos camarades nous ont fait part des lenteurs voulues apportées à leur rapatriement à Paris, alors que dès les premiers jours de l'insurrection, ils avaient demandé à rejoindre leur poste dans la capitale. Restent encore en Algérie seize députés communistes, dont on promet le rapatriement par navire on ne sait à quelle date. À noter que le camarade Bartolini, député de Toulon est bloqué en Corse et mis dans l'impossibilité de rejoindre son arrondissement. Enn, restent en Algérie plus de trois cents militants déportés de Vichy, parmi lesquels des secrétaires de fédérations syndicales comme Finck, des produits chimiques [... ] septembre L' uvre des trusts sans patrie. Part à deux avec l'ennemi : la constitution de la société Francolor L'industrie des matières colorantes est, au premier chef, une industrie de guerre. Comme celle de l'aluminium, elle a été livrée à l'ennemi par les trusts dès De braves gens de chez nous croient encore au mirage soigneusement entretenu : les étoiles de Verdun, l'armistice dans l'honneur. Les trusts, eux, ne se nourrissent pas de phrases. Depuis des années, ils tiennent en réserve le vieillard de la grande pénitence. La défaite, ils le savent, sera pour eux la source de nouveaux prots. Dès le 25 août 1940, M. Raoul de 376. Les travailleurs de l'industrie chimique n'oublie pas que la guerre continue, L'Humanité, n o 10, 30 août 1944, p Permanences, L'Humanité, n o 12, 1 er septembre 1939, p Il faut rapatrier immédiatement les élus et militants communiste déportés en Algérie, L'Humanité, n o 15, 4 septembre 1944, p. 2.

276 24. ANNÉE Vitry, vice-président et directeur général de Péchiney, président de l'hydro- Électrique de Savoie, administrateur de la Banque de Paris et des Pays-Bas, d'ugine, de Bozel-Malétra, de la Générale d'électricité, est à Wiesbaden, d'où il revient, le 1 er septembre, avec une commande de tonnes d'aluminium. Dès le 21 novembre 1940, à Wiesbaden également, commencent les négociations entre le trust français Kuhlmann et le colosse allemand des produits chimiques, l'ig Farben. Les négociations vont aboutir à la constitution de Francolor, société anonyme au capital de 800 millions de francs. Le trust allemand reçoit 51 % des actions. Il contrôle ainsi toute l'industrie française des matières colorantes. En contre-partie, Kuhlmann et les sociétés de matières colorantes de Saint-Denis et de Saint-Clair-du-Rhône reçoivent actions de l'ig Farben. Les magnats français des produits chimiques deviennent les associés des trusts allemands, de ces trusts à l'instigation et pour le compte desquels Hitler met au pillage les richesses de l'europe. Les deux cents familles de l'industrie et de la nance ont appelé les panzer à leur secours contre le peuple de leur pays. Ils ont livré à l'ennemi le patrimoine de la France, l'ossature du pays. Moyennant part dans la dépouille et récompense, comme de bien entendu. Inculpés de haute trahison, les administrateurs de Francolor invoquent pour leur défense "qu'ils ont toujours maintenu le point de vue que la part de l'allemagne ne devait pas excéder 50 %"! Ils ajoutent qu'ils ont obéi aux ordres du gouvernement, une loi ayant xé le statut de la société. Comme si les patrons recevaient des ordres de leurs domestiques! Comme si M. René- Paul Duchemin, ancien président de la Confédération Générale du Patronat Français, ancien régent de la Banque de France, président de Kuhlmann, administrateur des Chemins de fer du Nord et des mines d'anzin, comme si M. Georges Despret, dirigeant du consortium Saint-Gobain, administrateur des Chemins de fer du Nord, des Chantiers et Ateliers de Saint-Nazaire, de la Banque transatlantique, recevaient des ordres du professeur de droit Joseph Barthélémy ou du fonctionnaire des nances Yves Bouthillier! Sans doute, Barthélémy, l'homme qui a préparé Munich par sa campagne dans Le Temps avant de faire condamner par les patriotes à la guillotine par les sections spéciales, et Bouthillier, qui appartint au cabinet de Georges Bonnet avant de devenir un ministre de Pétain, ont-ils mérité la potence. Et la France ne comprend pas que ces criminels ne soient pas encore inculpés comme doivent l'être tous les ministres de Vichy. Mais les Duchemin et les Despret sont cent fois plus coupables, car il y a toujours plus de culpabilité dans le maître que dans le valet. Et, pour mettre n à leur pouvoir malfaisant, il faut tout de suite consquer, "au prot de la collectivité nationale, les enrichissements coupables obtenus par ceux qui travaillaient pour l'ennemi", suivant la formule du général de Gaulle dans son discours du Palais de Chaillot, et, avec ces enrichissements, les biens mêmes volés par les trusts à la nation au prix de tant de sourances.

277 276 J. T octobre L'action ouvrière. Convocations Industries chimiques de la région Bezons et Argenteuil. À 18 heures, Maisons du Peuple, rue Claude-Bernard (Bezons). Orateurs : Finck, secrétaire général ; Bassalair Jean Thibaut, L' uvre des trusts sans patrie. Part à deux avec l'ennemi : la constitution de la société Francolor, L'Humanité, n o 25, 14 septembre 1944, p. 1 et 2. Une photographie accompagne l'article, avec pour légende : "Encore un membre des élites qui ont failli! Duchemin, administrateur de sociétés dont le capital dépasse un milliard de francs, chef du patronat français et traître à son pays" L'action ouvrière. Convocations, L'Humanité, n o 49, 12 octobre 1944, p. 2.

278 Index Entreprises Accus Dinin Accus Fulmen , 142, 144 Accus SAFT Accus SEM Accus SLM Accus TEM , 141 Accus Watt Adrot et C ie Agfa Air liquide 62, 82, 116, 137, 138, 221, 262 Alais, Froges et Camargue62, 76, 81, 83, 84, 9496, 119, 121, 189, 192, 200, 201, 216, 219, 228, 250, 255, 269 Aluminium Industrie Nordhausen 227 American Sinclair , 104 Anglo-Iranian Anglo-Persian 28, 29, 4952, 104 Arthus Azote français Bardon Bébé Jumeau Bergenot (caoutchouc) Bergougnan , 239 Bériot Bernard Blancherie de Thaon Blondel Boston Blacking Bouelli Bougie Étoile Bourgeois Bozel-Malétra , 17, 26, 33, 35, 88, 96, 109, , 137, 143, 239, 275 Brot Buisson C ie des matières colorantes C ie française des phosphates. 87 C ie g ale des prod. chim. du Midi 95 C ie g le du pétrole , 112 C ie nat le des matières colorantes 75 C ie bordelaise , 96 C ie des carburants C ie des goudrons C ie des huiles de pétrole C ie des matières colorantes et produits chimiques , 35 C ie industrielle des pétroles.. 99 C ie française de ranage C ie française des pétroles. 6, 228 C ie française des prod. organochimiques , 227 C ie industrielle des pétroles6, 13, 14, 18, 27, 51, 52, 103, 108, 120, 133, 221, 223, 228 C ie occ ale pacique des pétroles 33 Caminade Carbones de Gennevilliers Cassana Cauvin-Yvose (Ateliers) Celluloïd Cellulose du Piro Chailly

279 278 INDEX Charbonat Clément et Rivière Coignet , 84, 87, 109, 116 Copense Cotelle et Foucher , 239 Couleurs et Vernis Couleurs zinciques Darras Delacoste , Demmery (caoutchouc) Desmarais , 9, 10, 12, 3133, 51, 54, 101, 102, 106, 107, 111, , 133, 139, 159, 216, 239, 240 Destriez Deutsch. 5, 7, 15, 18, 33, 51, 52, 54, 104 Deutsch Amerikaschen Petroleum Gesellschaft Deutsche Erdoel Deutsche Petroleum Doitteau , 263 Dubois Ducot Dunlop , 177, 178 Dynamic Électro-chimie de Brignoud.. 87 Eukromine Fabrique de céruse Fabrique de spécialités de prod. chim Fauld et Springer Fenaille et Despeaux. 18, 51, 54, 61, 111 Fives-Lille Fours Rousseau Francolor Garnier Gaubert Geistlich Gibbs , 36 Gillekens Goodrich118, 119, 137, 155, 157, 158, , 164, , , 190, 204, 205, 218, 246 Guimet Haguenauer Hamielle Henri Huilerie centrale Huileries-Savonnerie Verminck83 Hutchinson... 42, 137, 236, 237, 260 Hydro-Électrique de Savoie. 275 IG Farben , 262, 275 Imperial Chemical Industries262 Incrusta Jeroy-Delore Joint Français Jourdrain Jupiter. 32, 35, 36, 51, 113, 118, 119, 137, 239, 240 Kuhlmann , 17, 18, 33, 45, 59, 62, 72, 7476, 81, 83, 84, 8689, 92, 94, 99, 116, 118, 126, 143, 192, , 227, 228, 237, 238, 240, 248, 250, 251, 261, 268, 275 L'Acétosynthèse , 96 L'Économique 104, 120, 134, 135 L'Électro-métallurgie d'auvergne 95 L'Électro-métallurgie de Dives95 La Galine La Pétroléenne... 13, 15, 19, 20, 23, 27, 28, 3133, 37, 5153, 104, 107, 111, 113 La Richeck , 29 Laboratoire Français Lambiotte , 240 Lampe Le Boulanger Le François (Raneries) Léger (Caoutchouc) Lesieur , 104, 137 Lick Lille et Bonnières , 33, 51 Lorilleux

280 INDEX 279 Louradour , 159, 166, 168, 182 Lourceau, Eugène Lourioux , 112 Lucifer Magnant Maison d'asphalte Menu-Huguenin Metallgesellschaft Michelin , 85, 92, 117, 136, 187, 188, 204, 228, 233, , 244, 245, 252, 256, 261, 268, 270, 271, 274 Mines et produits chimiques 221 Montécatini , 256, 262 Moritz , 92 Nicolas Nobel , 268 Noirot Novalis Novo Omnium Algérie-Tunisie Paix et C ie Palladum Papeteries de Rethel Papeteries du Marais Papeteries Navarre Parfumerie d'orsay Parfumerie L.T. Piver Pascalis Pechelbronn , 240 Péchiney 121, 221, 227, 238, 262, 275 PEN , 135 Pétrona Phénix Philippe Phosphates de Constantine.. 23, 59, Phosphates de Gafsa , 82 Phosphates du Kouif Phosphates Tunisiens Piles Heintz Pironneau , 34 Poirier Polliwit Produits chim. de Lourdes Produits chim. de Mulhouse..87 Produits chim. et mat. colorantes de Saint Clair du Rhône.87, 275 Prod. chim. de Clamecy Produits chimiques du Tarn..95 Progil.. 22, 24, 25, 36, 110, 111, 138, 185, 224, 225, 246, 262 Ranerie de Donges Ranerie de pétrole du Nord51, 228 Ranerie du Midi Ranerie Say Relms Renoud Rhône-Poulenc82, 116, 119, 131, 132, 221, 228 Richard Hudnut Richter , 239 Riloil Rocca Royal Dutch-Shell 29, 33, 4752, 102, 104, 159, 223, 225, 227, 232, 261 Saint-Gobain , 36, 45, 59, 60, 62, 65, 76, 8184, 86, 87, 92, 94, 96, 99, 109, 116, 143, 192, , 250, 268, 275 Salacrou Salomon Georges Samson Satos Savonnerie Amande Savons Neutres, les Schneider SHGH SIT , 260 S té Argental S té calaisienne des pâtes à papier 82 S té centrale de dynamite

281 280 INDEX S té chimique de Gerland S té chim. de la Grande-Paroisse 82 S té chimique des usines du Rhône 82 S té comm ale Lambert-Rivière.88 S té de la Vieille-Montagne... 44, 88, 89 S té de Schwonarde S té des carburants S té des huiles André S té des huiles et pétroles S té des matières colorantes d'alsace S té des matières colorantes de S t - Denis , 109, 275 S té des pâtes, papiers et textiloses 88 S té des prod. chim. de France124 S té des prod. chim. de l'ouest112 S té des prod. chim. du bois...88 S té des prod. chim. et des blancs de Comines S té des prod. chim. et engrais de Maison Carrée S té des pyrites de Huelva S té du Kétol S té électro-chim. de Mercus.. 95 S té électro-chim. des métaux. 95 S té européenne de l'ammoniaque 82 S té fermière du Nitrogène S té française des peintures et vernis S té g ale des huiles de pétrole. 51, 133, 135, 137, 228 S té g ale des huiles et pétroles 240 S té g ale pour la fabrication de la dynamite S té Hydro-Électrique de la Maurienne S té immobilière des sulfates... 7 S té ind. des pétroles S té ind. des téléphones42, 47, 96 S té l'alfa , 96 S té Le Nickel S té lyonnaise de soie articielle 116 S té maritime des pétroles S té Mines et Usines S té normande des prod. chim. 82 Soie articielle d'izieux... 95, 96 Solvay , , 189, 250 Soulier Standard Française des Pétroles 221, 228 Standard Oil..28, 29, 33, 4752, 104, 111, 159, 222, 225, 227, 232, 261 Sudos Superphosphates et prod. chim. du Maroc , 89 Taponnier TBI Thern Tissages de jute de la Vallée. 82 Torrilhon Tubize Ugine. 62, 95, 96, 227, 228, 256, 275 Usine du Carbone Usine Ébonite Jeantet Vacuum Oil Valentine Veedol Verreries de Triel Violet Vivandon (Parfumerie) Wallarants Wolber Ycre Ytier Militants syndicalistes Acherchour, Tahar , 193, 197 Alezier

282 INDEX 281 Ali 42, 43, 84, 85, 90, 97, 98, 106 Ambrogelly Anceaux , 90 Andréjean , 218, 222 Anthore, Henri , 210 Arcucci Armand, Benoît Arnaud Aubert Aubry, Christiane Augueux, Renée , 186 Aulagne, Louis , 256 Baillet Bangy , 256 Barre, Edmond Bas, Colette , 234 Bas, Jean , 247 Bassalair Baudier , 212 Baudin, Huguette Baudouin, Anne-Marie 144, 185, 186, 212, 213 Baulot Beaumont, Henri , 245 Beckerich, Jean-Baptiste. 35, 36, 4245, 47 Bedel , 210 Berckmoës, André 143, 206, 208, 212, 231, 246, 248, 259 Bernaud, E , 9 Bernier , 30 Berrar, Jean-Louis Berrier, Georges , 31, 45 Berthe, Mathéo Bertin, Pierre Bertrana Beyer, Georges , 212, 213, 230, 253, 255, 257, 272, 274 Billois Blanc Bloquet, René 35, 36, 4245, 47, 76, 78, 79, 85, 89, 90, 92, 93, 97, 101, 103, 107, 108, 110 Boché, Louisa Boché, Mathurin. 27, 35, 47, 97, 107, 110 Bodineau, Georgette Boulneau Boulonneau Bourlet, Louis 162, 170, 177, 179 Bourneton, Charles Bouthonnier, Paul Bréant, Marie , 22, 35, 4244, 47, 68, 69, 91, 93, 97, 99101, 106 Brenot, Marcel , 194, 197, 201, 214 Broussillon, Amédée Bruneau Burtin, Louis , 273 Cadier Cantamerra Canton, Louis 210, 212, 222, 273 Carasso, Jean , 145, 152, , 160, 162, 166, 169, 170, 174, 175, 177, 178, 181, 182, 186, 190, 193, 194, 197, 200, 202, 203, 236, 243, 245, 247, 249, 252, 261, 264, 273 Cardinal Caussanel Cellier Chabanon, Alphonse , 21, 22, 25, 2830, 33, 35, 36, 39, 41, 42, 47, 56, 76, 78, 8385, 8991, 97, 99, 101, 103, 107, 110, 130, 138, 185, 186, , 218, 230, 231, 247, 254, 257, 264, 270 Chaillet Chambon Champetier, Marius Chanut, Jeannette , 234 Charlet, Emmanuel , 266 Charpentier , 179 Chauveau Chauvel

283 282 INDEX Chrétien, Charles , 68 Coignas Coquel, G Cordier Corget Coudert, Hélène Couegnas , 154, 186, 193 Couriaud Crapet Damène Debrienne, Marius Delahaigue Delers, François , 85, 90 Denizot, Jean , 31 Déry Desjoues Desrumeaux, Martha Discaurd Dorel Dubas, Lucienne Dubossage, Yvette Dubreuil Ducarteron, Pierre21, 22, 30, 34, 35, 39, 42, 45, 46, 84, 85, 89, 91, 94, 97, 110 Ducros Dunais, Hippolyte Dupont , 90 Durant Duval Ernoult, André , 190, 191, 212, 233, 248, 249, 252 Escoer Estier Étienne, Germaine , 234 Exbroyat Fabre Fallon Fallot Fayet Ferval Finck, (Mme.) Finck, Édouard , 34, 112, 117, 128, 130, , 146, 147, 154, 162, , , , 185, 186, 192, 197, 199, 200, 204, 205, 207, 210, 212, 213, 219, 223, 230, 236, 238, 242, 246, 247, 250, 251, 254, 256, 260, 261, , 270, 274, 276 Fontaine Foulliol, (M.) Foulliol, (Mme.) Frachon, Benoît.. 140, 183, 184, 219, 264, 265 Front, Louis , 235, 256 Frot Gaillard Gallet, Fernande..186, 190, 206, 210, 212 Gambay Gauvain Georges Gibault Gibelin, Léon , 44 Girard , 90 Giraud, Lucien Glashendier Grandin Granet Gray Gros Guédou, Roger , 154, 186, 190, 205, 212, 219, 230, 233, 247, 250, 252, 254 Guénot Guilbaud Habert Hausser, Guy Hélembrant, Suzanne.. 185, 186 Héna, Eugène Hénaut , 256 Herberg Herman Hermann , 91 Houët, Roger Husson , 210

284 INDEX 283 Jacaud (Mme.) Jacquet Jacquot Jarville, Robert Jeunot Jillet, L , 235 Joly, André Joubert Jouhaux, Léon , 243 Jourdain, André Julien , 208, 210 Julien, Henri Jumel Kuntz Ladevèze Laulle Lafond Lainé, Marie Lamy, Marguerite , 186 Larchevêque Lecouteux, Georges Leduc, Raymonde , 186 Lehmann (Allemagne)....85, 86 Lemaire , 210 Lenne Lenoir, P Leory Lerouge Leroux Leroy, G Letellier, Robert , 144, 154, 182, 185, 186, 194, 197, , , 222, , 255 Levaltier , 208 Lichon , 101 Locuty Lutinier, Fernand. 186, 190, 234, 252, 274 Machet, Charles Marchadier, Robert , 208, 256, 261, 267, 268, 270, 271 Marouf Marouy Martin , 211 Marty, René. 186, 190, 212, 218, 233, 252 Marzet, Lucien , 21, 22 Mateo Mauriès, Ludovic , 39 Mension Messaoud ben Saad Méténier Meunier Mire, André.208, 212, 222, 256 Monmousseau, Gaston Monzillat, Claude Morain Mortreuil Moulin, Suzanne Nadaud Nadot , 164 Naze , 45, 56 Nedelec, Yves Noblet Noiraud , 174, 212 Obach, Gaston , 234 Obert Orlandini Papot Paravy, L Pascré, Gisèle , 212, 274 Pascré, Roger 207, 211, 212, 219, 257 Paulmier Pellegrin...83, 85, 89, 90, 92, 93 Peria Pernette Pérol , 90, 92 Perrault Perrouault, René. 185, 186, 189, 207, 208, 212, 213, 230, 231, 255, 273 Petit Picot , 93 Pigelet , 212, 256 Piroth Plantin, Fernand ,

285 284 INDEX 144, 160, 169, 177, 185, 186, , 218, 230 Plez Poirot Porchet Pouldin Poulmarc'h, Jean , 146, 147, 156, 157, 160, 161, 169, 177, 181, 183, 184, 186, 190, 191, 193, 204, 205, 208, 212, 218, 221, 230, 233, 236, 243, 249, 251, 252, 256, 264, 265, 273 Poupon, Jean , 234 Préaux, Lucienne Puaud, Rolande , 186 Racamond, Julien , 84, 86, 90, 91, 141, 142, 209, 210, 222, 223, 226, 259 Raux Raymond, Jean Raynaud, Henri.. 141, 142, 144, 146, 147, 179, 194, 197, 247, 249, 252 Razzoli, Bruno189, 200, 207, 210 Reix, Raymonde , 234 Renelle, Victor Reverend, Madeleine Revol , 94 Rey Rivino. 160, 162, 166, , 178, 180 Rocher Roger Rosarde, Anselme 132, 144, 146, 154, 167, 170, , 203, 206, 212, 213, 261 Rouge, Jean Rouillot, Charles , 97 Rouxel Royet , 85 Saroglia Sarrazin Sceaux Schneider , 44 Scho, Raymond Sue , 31, 44, 46, 91 Terrasson, Alfred , 256 Thiberville, Hélène , 186 Thomas Tillon, Charles , 124, 255, 257, 262 Tissandier , 212 Touzet, Claude , 186, 190, 194, 212, 230, 233, 249, 252 Truyens Valet Valin, H Vandenbossche, Jean... 38, 144, 185, 186, 193, 207, 212, 213 Vanesse, Julien Vanhaute, Georges182, 185, 186, 189, 207, 208, 210, 212, 213, 255, 259, 267 Vassal Vauclard Verde, Henri , 256 Vidal , 152, 154, 166, 183, 184, 186, 190, 206, 212, 218, 233, 236 Vignaud Villemain Viola, Jeanne , 186 Vogel Vuilleminot, Paul.21, 29, 30, 45, 64 Waty Waty-Jillet Patrons Altwet Azaria, Ad Bedford , 47, 49 Bernheim, Alfred Blanchard Bollaert Bonnet Bouchayer, Hippolyte

286 INDEX 285 Boyer , 162, 168, 170, 171, , 178, 182 Boyer, Hippolyte-Eugène Buisson, Albert Caprolier Cardozo Careil Cayrol Chabaud-Latour Chaix Chanel Chastel Cochin Cordier, Gabriel Crespel Cusimberghe, Paul146149, 151, 193 Cuvelette De Broglie De Freney Delsol Despret, Georges Deterding, Henry. 4749, 52, 53, 102, 104 Doitteau Donat-Agache , 75, 88 Duchemin, René-Paul...88, 275, 276 Dumast Dupont-Descat Durand-Gosselin Frossard , 75 Gaillard Gerard, E Gignoux, Claude-Joseph180, 258 Gillet, Edmond Ginard Girard Gounod , 251 Griolet, Gaston Guibert Hauzeur Heurteau Homberg Jary, Nicolas Kiener Lambert Lamendé Lamy, Édouard Langlois Laurent, Théodore Lavaurs Lavilléon, (de) Lecoeuvre Ledoux, Fred , 89 Lefebvre-Vacquerie Level, Jacques Mariage Marlio Michelin, Édouard , 188 Morinaud, Émile Musnier Olivier Panier Pechari Petiet Petrus, Bernard Petvay Peyerimho (de) , 103 Piace, Henri Piaton Pons , , 182 Poulenc, Camille Rockefeller.. 49, 52, 53, 102, 104 Roederer Rohan, (de) Rombard Roux de Bezieux Samsoen Serrigny (de) Serrigny, (de) Sincay, Edgar (de) Teagle , 49, 104 Thénard Thureau-Daugin Verges, Bernard (de) Vesier, G Vielhomme

287 286 INDEX Vitry, Raoul (de) Voguë, Robert (de) Wenger

288 Table des matières Introduction 3 1 Année octobre Contre le blanc de céruse Année novembre Comment ils savent se défendre 5 3 Année février Un conit dans une fabrique de céruse 6 4 Année janvier Autour de Paris. En amont, une légère baisse se fait sentir... en aval le désastre s'accroît 6 5 Année mars Les grèves. Les chaueurs de Petit- Quevilly Année août Fédération des produits chimiques septembre Communications Année février Communications mai Communications août Communications octobre La grève des femmes de l'usine Desmarais. Elle dure depuis le 19 septembre en raison de l'intransigeance patronale Année janvier Pour L'Humanité à six pages et son imprimerie. Obligations complètes Année décembre Convocations décembre Faits divers décembre La catastrophe du Havre. Comment a sauté l'usine d'or Année er avril Grève des usines Kuhlmann à Dieuze

289 288 TABLE DES MATIÈRES octobre Syndicats novembre Convocations décembre Vie du parti. Fédération de la région parisienne. Notre propagande dans les usines Année janvier Syndicats janvier L'absence de solidarité fait échouer un mouvement février À la Pétroléenne, à Aubervilliers mars Rivalités intercapitalistes. Les marchandages autour des pétroles albanais mars La vie syndicale. Convocations mars Victoire partielle chez Guimet, à Fleurieu avril Commission exécutive de la CGTU. Séance du 11 avril avril À travers les usines. Nos correspondants ouvriers. Exploits de garde-chiourme mai Vers une fusion Céramique, Verre, Industries chimiques juin Les méfaits des usines chimiques de Petit-Quevilly. Comment on empoisonne des cités juillet La bataille ouvrière. Une victoire ouvrière juillet Souscription en faveur du Comité Central d'action août Le neuvième congrès national de la Fédération des industries chimiques août Réunions d'usines août Fédération unitaire de la céramique août Comité central d'action. Pour lutter contre la guerre. L'eort doit s'amplier août Le congrès de fusion des Industries chimiques et de la Céramique er septembre Le congrès de la CGTU er septembre La journée. Le feu dans une fabrique octobre À propos d'engrais chimiques. Comment on vole le paysan octobre Réunions d'usines octobre Convocations er novembre Chronique scientique. Vers la disparition des carburants, l'eau, puissance catalysatrice

290 TABLE DES MATIÈRES décembre Comment on vole les paysans décembre La bataille ouvrière. À l'usine Progil de Condat-Bersac (Cantal) décembre La bataille ouvrière. Grève chez Progil Année janvier Union des syndicats de la Région parisienne er mars Fermeture ou modernisation des usines de produits chimiques. Les industriels ignorent volontairement le mal mai La bataille ouvrière juin M. Schneider, directeur de la Pétroléenne fait des "aaires". Mais il avait compter sans... le syndicat unitaire des produits chimiques juillet Notes économiques. Compétitions angloaméricaines juillet Au congrès unitaire du verre de Vierzon. Le vote sur le rapport moral et la discussion sur les revendications corporatives er août Au congrès unitaire du verre de Vierzon. Les délégués entendent les représentants de la CGTU et de la Fédération des produits chimiques septembre Dans la région lyonnaise. Les scandaleuses exactions du patronat dans les usines du pétrole octobre Autres conits octobre Pain cher et bas salaires. On paye encore à Rouen des salaires de neuf francs par jour... et la vie est aussi chère qu'à Paris! octobre Dans les syndicats de la région parisienne novembre Autres conits novembre Les potiers de Vallauris sont en lutte depuis le 9 août novembre Dans les syndicats de la région parisienne novembre Dans les syndicats de la région parisienne novembre La semaine syndicale. La tactique scissionniste d'amsterdam : l'exclusion de la Fédération polonaise des Produits chimiques et des fédérations tchécoslovaques des Cuirs et Peaux

291 290 TABLE DES MATIÈRES novembre Dans les produits chimiques de la Dordogne. Un bagne : la rme Progil er décembre Un violent incendie. À Aubervilliers, le feu détruit un dépôt d'huiles des Magasins Généraux. Près de dix millions de dégâts décembre Tous les syndicats participeront aux élections à la Commission Administrative de la Bourse du Travail de Paris décembre Tous les syndicats participeront aux élections à la Commission Administrative de la Bourse du Travail de Paris décembre Dans les syndicats de la région parisienne décembre À propos des élections à la Commission Administrative de la Bourse du Travail de Paris Année février Le congrès de l'union des Syndicats de la région parisienne. Un important débat sur les Comités Intersyndicaux mars Un beau mouvement dans le Rhône. Aux usines chimiques de Saint-Fons, les ouvrières s'insurgent contre un règlement draconien avril La quinzaine de propagande bat son plein dans l'industrie des Produits Chimiques avril La vie du parti. Le travail d'une petite cellule d'entreprise avril Réponse à une malpropreté. Comment la Fédération confédérée de la pharmacie écrit l'histoire avril À la fabrique de bonbons S. Martin, des femmes gagnent un franc quatre-vingt de l'heure avril Dans les syndicats de la région parisienne avril Dans les syndicats de la région parisienne avril Hier s'est ouvert le conseil national de la Fédération unitaire du Verre avril Dans la région parisienne, les verriers sont maintenant unis dans un seul syndicat avril Dans les syndicats de la région parisienne avril Le conseil national de la Fédération du Verre discute du resserrement et entend le représentant de la CGTU

292 TABLE DES MATIÈRES avril Dans les syndicats de la région parisienne juillet Ça sent le pétrole! juillet La souveraineté de la Standard et de la Dutch, reines du pétrole juillet La France capitaliste vassale des trusts du pétrole juillet Ça sent le pétrole... Les pétroliers français sous la domination de Rockefeller et de Deterding août Ça sent le pétrole... La lutte pour et contre le monopole octobre Le fait syndical. La Fédération des industries chimiques et de la céramique va tenir son congrès le 30 octobre à Lyon octobre Travailleurs des produits chimiques dont l'organisme est rongé jour à jour prolétaires fabriquent en France les poisons industriels et l'arme chimique de la future guerre impérialiste octobre Travailleurs des produits chimiques dont l'organisme est rongé jour à jour...(1) Sous-sol, industrie gazière, caoutchouc, verre, céramique sont des industries chimiques octobre L'outillage archaïque des usines ruine la santé des ouvrières octobre Travailleurs des produits chimiques dont l'organisme est rongé jour à jour...(1) De nombreuses maladies professionnelles frappent les prolétaires des produits chimiques octobre Salon de l'automobile et normalisation octobre Dans les syndicats de la région parisienne octobre Pas un ouvrier verrier ne doit se diriger sur Triel octobre La guerre des gaz! octobre À une demande d'augmentation de salaire, la société Saint-Gobain répond en licenciant sept ouvriers octobre Les assemblées générales et réunions de demain octobre Jeunes communistes des Produits Chimiques et de la Céramique

293 292 TABLE DES MATIÈRES octobre Les secrétaires des fédérations unitaires nous disent... Chabanon et Bloquet esquissent les traits caractéristiques de l'industrie chimique octobre Aux délégués au Congrès de la Céramique et des industries chimiques octobre Les secrétaires des fédérations unitaires nous disent... De courtes journées et de hauts salaires, des mesures d'hygiène et de sécurité doivent être arrachées au patronat des industries chimiques octobre Ceux de l'industrie des produits chimiques. Les maîtres de Saint-Gobain, rois de la paix et de la guerre octobre Les assises unitaires. Les travailleurs des produits chimiques étudient à Lyon les ravages des maladies professionnelles octobre Les rois de l'industrie chimique. Le trust Kuhlmann er novembre Les assises unitaires de Lyon. D'importants débats sur les préparatifs de guerre chimique et la centralisation capitaliste ont eu lieu hier au congrès des industries chimiques novembre Les assises unitaires. Le congrès des produits chimiques est terminé novembre Les rois de l'industrie chimiques. Alais, Froges et Camargue, seigneurs de l'électro-chimie novembre Après le congrès des industries chimiques. La nouvelle commission exécutive est chargée de faire appliquer les décisions prises à Lyon novembre La vie tragique des travailleurs. Deux ouvriers tués par l'explosion d'une cuve d'essence aux usines Salmson novembre Après le congrès de Lyon. Des milliers de coloniaux sont exploités dans les industries chimiques et céramiques novembre La commission des pétroles commence son enquête novembre Les batailles en cours. Le patronat de Port-de-Bouc déclenche contre les travailleurs une grande oensive novembre Union des syndicats de la région parisienne. Campagne de propagande et de recrutement syndicale

294 TABLE DES MATIÈRES novembre La main-d' uvre dans les industries chimiques et céramiques. Marie Bréant nous expose la situation du prolétariat féminin novembre Union des syndicats de la région parisienne. Campagne de propagande et de recrutement syndicale novembre Campagne de propagande et de recrutement syndical novembre Aujourd'hui. Deux scandales à la commission du pétrole novembre Solidarité ouvrière. À l'aide des lock-outés des chantiers du métropolitain! novembre Un grand écrivain révolutionnaire : Upton Sainclair, l'amérique et le "pétrole" novembre Informations parlementaires décembre À genoux devant les pétroliers Année février Aux mines de phosphates du Kouif février Deuxième journée du comité confédéral national. Lier la situation économique nationale aux perspectives internationales mais ne pas oublier les questions pratiques qui nous lient aux masses. Placer au premier plan les revendications immédiates et le front unique avril Convocations mai Dans les entreprises. À l'usine Desmarais, à Colombes mai L'exploitation des travailleurs. Aux usines Lambiotte dans la Nièvre mai Réunions d'usines juin Réunions d'usines juin Lettres de l'usine et des champs. La vie des ouvriers à la Compagnie Industrielle des Pétroles juillet Rationalisation capitaliste juillet Demain, assemblée des ouvriers des produits chimiques de Saint-Denis juillet Aux établissements Progil, à Condat juillet Dordogne. Aux usines Progil, à Condat, accidents et poisons août Rhône. À Lyon, la Pétroléenne jette à la rue ses vieux ouvriers août Asphyxié par des émanations d'essence octobre Des munitions pour la lutte (Grèves des travailleurs du textile dans le Nord)

295 294 TABLE DES MATIÈRES octobre Le mouvement revendicatif en septembre. Dans les industries chimiques. Six batailles, deux victoires, un échec novembre Une grève de solidarité à l'usine de pétrole Jupiter à Pantin Année janvier Nos enquêteurs ouvriers au travail. L'exploitation des mineurs du phosphate dans le djebel Kouif en Algérie juillet La fabrication du matériel de guerre en France Année février Les organisations unitaires à l' uvre. Le congrès fédéral des produits chimiques s'est ouvert hier à Saint-Denis juin L'explosion de Gardanne, illustration d'une longue série de crimes du capitalisme préparant intensivement la guerre juillet Dans les bagnes chimiques, laboratoires de la guerre juillet Les ravages du feu. À Saint-Denis, un entrepôt de produits chimiques est détruit par les ammes. Trente ouvriers sont réduits au chômage août Travailler à moitié prix ou crever de faim! Année mai Aux laboratoires Desmarais, des ouvrières sont intoxiquées octobre Vers la victoire des faïenciers Année février Sur le port de Rouen, un ouvrier est brûlé vif février L'action antifasciste. Les dockers de Concarneau s'opposent au déchargement d'un bateau hitlérien février Premiers résultats de la journée du 12 février adhésions nouvelles juin Les luttes revendicatives du prolétariat. Après une grève sur le tas, l'usine Bozel-Malétra lockoute ses 400 ouvriers juin travailleurs de l'usine Bozel-Malétra à La Motte-Breuil lock-outés par leurs patrons juillet Ce matin, les nez-rongés seront aux piquets de grève

296 TABLE DES MATIÈRES juillet Fin du mouvement de la Motte-Breuil Année avril À la Plaine-Saint-Denis, une usine de produits chimiques a fermé ses portes er mai En masse aux meetings du 1 er mai juin Le battu d'aubervilliers, c'est Laval! Le fraudeur d'aubervilliers, c'est Laval! juillet Mercredi 10 juillet, grande salle de la Mutualité. Grand compte-rendu populaire de la délégation du SRI juillet Les préparatifs meurtriers du fascisme italien. Cinquante morts dans l'explosion de l'usine de guerre de Taïno août À Bry-sur-Marne. Quinze fascistes armés agressent et blessent quatre travailleurs août Quand les hommes du fascisme dirigent les bagnes industriels. Hotchkiss : spécialité de mitrailleuses, de fusils-mitrailleurs, antitanks. 200 millions de bénéces en dix ans août ouvrières des raneries François, ayant leur salaires diminués de 15 %, se mettent en grève août Aux usines Desmarais frères à Ivry, un chaueur est brûlé vif août Quand les hommes du fascisme dirigent les grands bagnes industriels. Dépôts de pétrole où les Croix de feu nettoient leurs revolvers septembre Les accidents du travail. Mort atroce d'un ouvrier enlisé dans un silo octobre Les fascistes de Caen agressent des travailleurs Année février À Clermont-Ferrand, sept cents ouvriers des usines Michelin sont en grève pour le respect du droit syndical mars Une nouvelle étape de la lutte des classes en France. Le comité confédéral national a con- rmé les décisions d'unanimité du congrès de la CGT réuniée mai Aux usines Goodrich juin Hier des dizaines de milliers d'ouvriers sont entrés en grève juin De nouvelles victoires juin Grève à Condat-le-Lardin

297 296 TABLE DES MATIÈRES juillet Convocations juillet La lutte pour le pain. Des grèves! Des victoires! septembre Aux employés et techniciens des industries chimiques septembre Les mariniers de chez Desmarais ont décidé la grève septembre Les mariniers de la maison Desmarais sont en grève octobre La conférence d'information des industries chimiques octobre La grève des accus TEM à Saint- Ouen novembre Une délégation des syndicats parisiens se rend en Union soviétique novembre Les grévistes de l'usine TEM vaincront! novembre Hier, le comité national des industries chimiques a terminé ses travaux novembre Les assemblées syndicales novembre 1936, Le conit des usines Fulmen novembre La conférence nationale des produits chimiques a examiné les revendications des travailleurs. Le bureau fédéral a été élu à l'unanimité novembre L'accord a été signé aux usines d'accumulateurs Fulmen novembre e jour de grève à la maison Delacoste novembre La mort de Tahar Acherchour novembre Après l'assassinat fasciste de Clichy. Paris prépare à Tahar Acherchour d'émouvantes et grandioses funérailles novembre En masse derrière le corps d'acherchour! novembre Tué par son patron fasciste, Tahar Acherchour part ce soir pour sa terre natale décembre Après les incidents d'asnières-sur- Oise. Une précision du syndicat des produits chimiques décembre Dernière heure. Vers un accord dans la grève d'asnières-sur-oise décembre Scandaleuse attitude du sous- Préfet de Pontoise dans le conit des usines Delacoste à Asnières-sur-Oise décembre La grève d'asnières-sur-oise.. 153

298 TABLE DES MATIÈRES décembre Pour l'application des quarante heures. Une délégation de la Fédération des industries chimiques a été reçue au ministère du Travail Année novembre Un meeting des travailleurs de l'industrie du lm décembre Un conit éclate à la suite d'un licenciement aux usines Goodrich décembre Des dizaines de milliers de travailleurs empêchent l'évacuation par la police des usines de pneus Goodrich décembre Une manifestation improvisée décembre Le conit Louradour à Vitry décembre Les trusts du pétrole contre les lois sociales. Des conits surgissent fréquemment dans cette industrie décembre M. Chautemps a promis la neutralisation des usines Goodrich décembre Les travailleurs de l'usine Goodrich poursuivent la grève à l'extérieur de l'entreprise décembre Avec les grévistes décembre Les travailleurs des produits chimiques de la région parisienne obtiennent d'importants rajustements de salaires décembre Le conit Louradour à Vitry décembre Les ouvriers des Établissements Goodrich ont manifesté hier à Argenteuil décembre Pour la convention nationale des pétroles décembre Une motion de solidarité des travailleurs des industries chimiques décembre Une enquête a eu lieu hier aux usines Goodrich décembre Le conit Louradour Année er janvier Les grévistes des usines Goodrich attendent la sentence arbitrale janvier Le conit Goodrich janvier Le conit Goodrich n'est pas résolu! janvier La direction des usines Goodrich veut licencier 52 ouvriers janvier Les sanctions ne pourraient que braver la classe ouvrière... déclare le président du Conseil. 171

299 298 TABLE DES MATIÈRES janvier Après la sentence du président du Conseil. Les travailleurs de l'usine Goodrich se prononceront aujourd'hui sur le conit janvier Il faut briser le sabotage des lois sociales organisé par le grand patronat. Les représentants de la CGT et des organisations patronales sont convoqués pour mercredi par le Président du Conseil janvier Le conit Goodrich janvier La direction ayant renoncé aux licenciements, les ouvriers de l'usine Goodrich ont décidé la reprise du travail janvier Le conit Goodrich est terminé janvier Les ouvriers des usines Goodrich reprennent le travail ce matin janvier Ce soir, assemblée générale des délégués des usines chimiques de la région parisienne janvier Les ouvriers des usines Goodrich conserveront tous leurs droits : ancienneté, indemnité de congédiement, congés payés, etc janvier Aucun changement dans le conit Louradour à Vitry janvier Une importante résolution de la commission exécutive de la Fédération des industries chimiques janvier Aux ouvriers des usines chimiques de Saint-Denis janvier Si des garanties légales ne nous sont pas données, nous reprendrons notre liberté d'action janvier Le pays veut un gouvernement qui appliquera le programme du Front populaire janvier Le pays veut un gouvernement à l'image du Front populaire janvier L'aide à l'espagne républicaine janvier Souscrivez!!! Pour le triomphe de la République espagnole janvier La solidarité envers l'espagne républicaine. À l'appel de l'union des Syndicats de la région parisienne, plus de francs ont été recueillis depuis le 1 er janvier pour les combattants antifascistes janvier Nécrologie février Pour la réglementation de l'embauchage des travailleurs de toutes catégories février Bibendum et ses cagoules. II. Avant- Après où les leçons de 1936 chez Michelin

300 TABLE DES MATIÈRES février Une délégation des travailleurs des industries chimiques de Marseille au ministère du Travail février L'activité du syndicat des industries chimiques de la région parisienne mars La Fédération des industries chimiques organise la solidarité active en faveur des grévistes de Marseille mars Les masses laborieuses exigent : maintien des avantages acquis, application du programme du rassemblement populaire, constitution d'un véritable gouvernement de front populaire mars Ce soir, à la Bourse du Travail, grand meeting des travailleurs nord-africains mars Union des syndicats de la région parisienne mars Un rajustement de salaire dans l'industrie du pétrole de la région parisienne mars Par solidarité avec les grévistes des industries chimiques. Tous les ouvriers marseillais ont cessé le travail hier pendant une heure. Une manifestation a eu lieu cours du Vieux-Port mars Importantes décisions de la commission exécutive fédérale mars Union des syndicats de la région parisienne mars Édouard Finck, La CGT se défend seule mars Manifestation dans les usines chimiques de la région lilloise mars Les délégués et membres des bureaux syndicaux des industries chimiques se réunissent aujourd'hui mars Le conit des industries chimiques de Marseille se prolonge mars L'aide à l'espagne de la Fédération des Industries Chimiques mars La grève des produits chimiques continue sans changement mars Une délégation de l'union des syndicats de la région parisienne a présenté hier à la présidence du conseil les revendications des travailleurs nordafricains avril Les trusts chimiques prolongent le con- it des Bouches-du-Rhône

301 300 TABLE DES MATIÈRES avril L'opinion autorisée d'un militant syndicaliste avril Malgré les man uvres et les provocations avril Nous fournirons des armes à l'espagne demain ou demain nous nous battrons nous-mêmes s'écrie Bothereau, secrétaire de la CGT au Congrès de l'union des Syndicats parisiens avril Des camions, des pelles et des pioches pour l'espagne républicaine. Hier, francs ont été recueillis avril Le congrès des industries chimiques s'est ouvert hier à Paris avril Face au danger fasciste intérieur et extérieur. Union du peuple de France, Union des forces démocratiques du monde entier demande Julien Racamond au Congrès de la Fédération des Industries chimiques avril Cet après-midi, grand tournoi de football avril Le congrès de la Fédération des industries chimiques a terminé ses travaux avril Par camions et par trains, la bauxite s'en va avril Les représentants des travailleurs de l'afrique du Nord au ministère du Travail mai Une délégation fédérale des produits chimiques à l'oce de Tunisie mai Organisation de la production sans aggravation du chômage! mai La récupération des jours fériés dans l'industrie du pétrole juin Une importante assemblée des syndicats de la région parisienne. Le problème du pétrole exposé par Toledano, secrétaire général de la CGT mexicaine juin Dans la région parisienne, les petits patrons de l'industrie du caoutchouc sont partisans d'une convention nationale juin Pourquoi nos usines de fabrication d'alumine chôment? juin Vendredi soir, salle Japy, grand meeting des travailleurs des produits chimiques juin Ce soir à Japy, les travailleurs des industries chimiques manifesteront en masse!

302 TABLE DES MATIÈRES juin La convention collective des représentants en pétrole juin Hier s'est ouverte à Clichy la Conférence nationale des Pétroles juin La conférence de Julien Racamond aux délégués de l'industrie chimique juillet Les syndicats défendent la paix et la liberté juillet Les assemblées syndicales juillet Les syndicats défendent la paix et la liberté juillet Et dans la Dordogne juillet Le conit des usines Progil peut rapidement être résolu août Pourquoi l'essence est chère août Les travailleurs des laboratoires de produits pharmaceutiques obtiennent un rajustement de salaire de cinq pour cent août Les syndicats défendent la paix et la liberté août Les assemblées syndicales août Dans les industries chimiques, le rendement horaire avait augmenté de 30 à 50 % après l'application des quarante heures août À Épinay. Un marinier glisse sur la berge, tombe, et n'est pas retrouvé septembre Les travailleurs français au peuple tchécoslovaque septembre Fêtes et sorties septembre Journée nationale pour la défense des lois sociales septembre Les travailleurs de France exige une véritable politique de paix octobre La catastrophe des usines Rocca octobre Résolutions pour le congrès de Nantes. Contre la guerre et le fascime. Sur l'indépendance des syndicats octobre Au sujet de la convention nationale des pétroles octobre Contre la hausse du coût de l'essence octobre À l'aide des familles chassées des Sudètes. Versements reçus vendredi

303 302 TABLE DES MATIÈRES octobre La préparation du congrès confédéral. Conférences organisées par la Fédération des industries chimiques er novembre Contre la volonté des petits producteurs, les trusts du pétrole et du caoutchouc s'opposent à toute organisation rationnelle de ces industries novembre Premier versement de francs 50 du Syndicat des Industries Chimiques novembre Pour une convention collective nationale de l'industrie du pétrole novembre Avant le congrès confédéral de Nantes. En très grand nombre, les syndicats adoptent les projets de résolutions des conseils des cuirs et peaux parisiens novembre Pourquoi le syndicat des industries chimiques de la région parisienne participera au Congrès de "Paix et Liberté" novembre Victoire de la CGT aux élections prud'homales dans le département de la Seine novembre L'assemblée d'information des cadres du syndicat général des industries chimiques de la région parisienne aura lieu demain novembre Pour maintenir leurs droits menacés par les attaques patronales et gouvernementales travailleurs de l'usine Hutchinson à Puteaux ont cessé le travail novembre Aux établissements Kuhlmann novembre Autres conits novembre Importante assemblée des délégués des usines de produits chimiques novembre Ouvriers et commerçants de banlieue unis dans un magnique mouvement de protestation novembre Industries chimiques décembre Dans l'industrie chimique décembre Comment les pouvoirs publics et le grand patronat sabotent toute la production nationale décembre La situation aux usines Citroën- Michelin décembre Trente mille travailleurs des industries chimiques licenciés décembre Décisions de la Fédération de la céramique

304 TABLE DES MATIÈRES décembre Pour le réembauchage des ouvriers licenciés. Une délégation de l'union des syndicats de la région parisienne a été reçue par le ministre du Travail décembre En quelques lignes décembre Réunions de lock-outés décembre Comment la direction des usines Citroën-Michelin trompe l'opinion publique Année janvier À la FSGT. Hier à la piste de Vincennes. AC Espagnol a battu sélection produits chimiques : 5 à janvier Aux secrétaires et responsables des industries chimiques janvier Importante assemblée ouvrière des industries chimiques à Lens février Eort intense de solidarité envers l'espagne et les ouvriers licenciés février Les permanences pour la manifestation du 12 février 1939 à Paris février Importante assemblée d'information du syndicat des industries chimiques février Distribution de vivres aux lock-outés février Hébergement et parrainage des enfants par les travailleurs des industries chimiques février Kuhlmann réclame au syndicat du Nord des produits chimiques un million de francs de dommages et intérêts! février Ce soir, assemblée des délégués parisiens des produits chimiques février Demain à Pantin, congrès du syndicat parisien des Industries Chimiques février Reconnaître Franco, c'est faire le jeu des oligarchies internationales février Les congrès d'aujourd'hui février Hier, à Pantin, s'est ouvert le congrès du syndicat parisien des industries chimiques mars La direction du syndicat des industries chimiques de la région parisienne mars Contre la condamnation d'honnêtes militants ouvriers mars Une sentence favorable à la réintégration d'ouvriers licenciés des établissements Doitteau à Corbeil est attaquée par M. Pomaret mars Assemblées syndicales

305 304 TABLE DES MATIÈRES mars De la Fédération des industries chimiques mars Baraquements trop fragiles avril Charles Tillon, député français, doit pouvoir rentrer en France sans conditions avril La Commission exécutive de la Fédération nationale des industries chimiques avril Un appel de la Fédération des Industries chimiques avril Le mouvement ouvrier remettra à leur place ces militants indispensables... a déclaré Julien Racamond au banquet qui s'est tenu samedi à Lille en l'honneur de Martha Desrumeaux et de Charles Bourneton avril Un appel de la Fédération des Industries chimiques mai Dans les industries chimiques de la région parisienne. 680 licenciés du 30 novembre chôment depuis cinq mois mai Le Secours Populaire soumet aux groupes populaires un projet d'amnistie mai Le mouvement ouvrier pour l'unité d'action internationale mai Dimanche aura lieu la réouverture du Parc des Loisirs de Gif-sur-Yvette juin Aujourd'hui, réouverture du Parc des Loisirs de Gif-sur-Yvette juin Treize ouvriers des établissements Doittau réintégrés par décision surarbitrale juin Aux délégués des industries chimiques juin Benoît Frachon parlera ce soir aux cadres syndicaux des industries chimiques juin Dans les industries chimiques. Importante résolution du bureau fédéral contre la politique de régression sociale juin ,5 % de rajustement de salaires dans les industries chimiques de l'oise er juillet Amnistie! Pour Robert Marchadier et les condamnés du 30 novembre juillet La Fédération des industries chimiques contre les récents décrets sur les congés payés juillet Trop souvent, des surarbitres acceptent sans réserves la thèse patronale

306 TABLE DES MATIÈRES juillet Une réception à La Vie Ouvrière en l'honneur de Robert Marchadier juillet Agir par tous les moyens opportuns en faveur de l'unité internationale. Telle est la décision prise par la Fédération des Industries Chimiques juillet Après le congrès de Zurich. Les travailleurs du monde entier veulent s'unir août En quelques lignes août Comment expliquer le vote de la délégation polonaise à Zurich. À Cracovie, au début de juin, les travailleurs acclamaient les mots d'ordre d'unité internationale! août Après la catastrophe de Courchelettes. L'Union locale de Douai dénonce les responsabilités incombant au patronat Année août Les travailleurs de l'industrie chimique n'oublie pas que la guerre continue er septembre Permanences septembre Il faut rapatrier immédiatement les élus et militants communistes déportés en Algérie septembre L' uvre des trusts sans patrie. Part à deux avec l'ennemi : la constitution de la société Francolor octobre L'action ouvrière. Convocations. 276 Index des noms 277

307 Des sources pour l'histoire de la FNIC CGT Numéro 1 Mieux connaître l'histoire pour comprendre le présent et préparer l'avenir! Le centenaire de la création de la FNIC CGT en 2007 a été l'occasion de renouer avec l'histoire des travailleurs et du syndicalisme dans la chimie, le caoutchouc, le pétrole, la plasturgie, les industries pharmaceutiques, les officines et laboratoires d'analyses médicales. Un patient travail de recherches et de collecte d'archives permit de réaliser une exposition de vingt deux panneaux, exposant dans ses grandes lignes l'histoire de la Fédération et complétant par bien des aspects l'ouvrage intitulé "Des moments d'histoire de la FNIC CGT" publié en Pour ne pas s'arrêter en si bon chemin, le congrès fédéral de Ramatuelle en octobre 2010 décida la création d'un Collectif d'histoire sociale avec pour missions : 1/ la collecte et le tri des fonds d'archives de la fédération et de ses syndicats, 2/ la valorisation des fonds d'archives par la mise en place d'outils de recherche et la production de supports à caractère historique (brochures, affiches, expositions, etc.), 3/ la participation aux initiatives fédérales (colloques, formations, etc.), 4/ la participation aux initiatives extérieures (universités, IHS CGT). Parmi ses objectifs, le Collectif s'est fixé celui d'écrire l'histoire de la Fédération, des origines à la Seconde Guerre mondiale. Les archives de la Fédération pour l'entre deux guerres ayant malheureusement disparues, le Collectif a décidé d'entreprendre un vaste travail de recension et de collecte des archives disponibles. Le présent ouvrage s'inscrit dans cette démarche, en proposant la retranscription de près de 360 articles tirés du quotidien "L'Humanité" portant sur l'histoire de la fédération et de ses syndicats entre 1904 et Les militants, les chercheurs ou les simples curieux trouveront nous l'espérons dans ce travail un témoignage de la richesse de l'histoire des travailleurs des industries chimiques et de leurs organisations syndicales. Le Collectif d'histoire sociale de la FNIC CGT Première version Juin 2013

LES MISSIONS DES DELEGUES DU PERSONNEL

LES MISSIONS DES DELEGUES DU PERSONNEL LES MISSIONS DES DELEGUES DU PERSONNEL Les délégués du personnel sont les interlocuteurs privilégiés de l'employeur. Elus dans toutes les entreprises de 11 salariés et plus, les délégués du personnel exercent

Plus en détail

STATUTS. DE L UNION SUISSE DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER (USPI Suisse)

STATUTS. DE L UNION SUISSE DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER (USPI Suisse) STATUTS DE L UNION SUISSE DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER (USPI Suisse) Chapitre premier: Nature et buts Article 1: Dénomination et siège Les associations cantonales de gérants, courtiers et experts

Plus en détail

Statuts Ligue Française de Poker (L.F.P.)

Statuts Ligue Française de Poker (L.F.P.) Statuts Ligue Française de Poker (L.F.P.) TITRE I OBJET ET COMPOSITION Article 1 : OBJET Il est formé, conformément aux présents statuts, une Fédération, régie par la loi du premier juillet 1901 et le

Plus en détail

SYNDICAT GENERAL Modification actée en Assemblée Générale extraordinaire en date du 17 juin 2011

SYNDICAT GENERAL Modification actée en Assemblée Générale extraordinaire en date du 17 juin 2011 SYNDICAT GENERAL Modification actée en Assemblée Générale extraordinaire en date du 17 juin 2011 Siège social : Hangar 18 - Quai Joannes COUVERT - 76600 LE HAVRE 02.32.72.76.90 02.32.72.76.80 cgtpah@havre-port.fr

Plus en détail

CRÉER ET DECLARER UN CONSEIL LOCAL FCPE

CRÉER ET DECLARER UN CONSEIL LOCAL FCPE CRÉER ET DECLARER UN CONSEIL LOCAL FCPE Créer un conseil local FCPE Vous vous intéressez à la vie scolaire de votre enfant : SEUL, vous ne pouvez rien, ou si PEU! Regroupés en association fédérée, vous

Plus en détail

Association des Boursiers Marie Curie AISBL

Association des Boursiers Marie Curie AISBL Association des Boursiers Marie Curie AISBL Proposition de nouveaux statuts 2015 1. Dénomination, siège, buts et activités 1. Dénomination Les présentes dispositions constituent les statuts de l'association

Plus en détail

Société française d'économie rurale

Société française d'économie rurale Article 1 : L'association dite «Société Française d'économie Rurale}} est régie par la loi du 1er juillet 1901 et par les présents statuts. Article 2 : Le siége social de la SFERest au 19 avenue du Maine,

Plus en détail

STATUTS. Article 3 - Le présent syndicat a pour but d entretenir les bonnes relations entre ses membres et de défendre les intérêts de la corporation.

STATUTS. Article 3 - Le présent syndicat a pour but d entretenir les bonnes relations entre ses membres et de défendre les intérêts de la corporation. STATUTS TITRE I - CONSTITUTION BUT COMPOSITION Article 1 - Il est fondé un syndicat, conformément à la loi du 21 mars 1884 et aux dispositions qui suivent, entre les pharmacies de la Guadeloupe qui auront

Plus en détail

STATUTS. Adoptés par l Assemblée générale du 19 juin 2013

STATUTS. Adoptés par l Assemblée générale du 19 juin 2013 membre de wohnbaugenossenschaften schweiz verband der gemeinnützigen wohnbauträger coopératives d habitation Suisse fédération des maîtres d ouvrage d utilité publique STATUTS Adoptés par l Assemblée générale

Plus en détail

Statuts de l association dénommée. Union Rhône-Alpes des Fédérations de centres sociaux

Statuts de l association dénommée. Union Rhône-Alpes des Fédérations de centres sociaux Statuts de l association dénommée Union Rhône-Alpes des Fédérations de centres sociaux Préambule : D'après la Charte nationale, les centres sociaux entendent être «des foyers d'initiatives porté par des

Plus en détail

Syndicat National des Pharmaciens des Etablissements Publics de Santé SYNPREFH

Syndicat National des Pharmaciens des Etablissements Publics de Santé SYNPREFH Syndicat National des Pharmaciens des Etablissements Publics de Santé SYNPREFH Modifications aux statuts déposés à la Préfecture de la Seine sous le numéro 9701, votées en Assemblée Générale extraordinaire

Plus en détail

PROCEDURE DE LICENCIEMENT POUR MOTIF PERSONNEL

PROCEDURE DE LICENCIEMENT POUR MOTIF PERSONNEL PROCEDURE DE LICENCIEMENT POUR MOTIF PERSONNEL 15/12/2014 La décision de rupture du contrat à durée indéterminée prise par l'employeur doit obéir à une condition générale liée à la légitimité du motif

Plus en détail

ENFANCE ET FAMILLES D'ADOPTION DE L'HERAULT Association de foyers adoptifs STATUTS

ENFANCE ET FAMILLES D'ADOPTION DE L'HERAULT Association de foyers adoptifs STATUTS ENFANCE ET FAMILLES D'ADOPTION DE L'HERAULT Association de foyers adoptifs STATUTS ARTICLE 1 Il est formé entre ceux qui adhérent aux présents statuts, une association déclarée conformément à la loi du

Plus en détail

ASSOCIATION MAISON PYRENEENNE DU PASTORALISME

ASSOCIATION MAISON PYRENEENNE DU PASTORALISME ASSOCIATION MAISON PYRENEENNE DU PASTORALISME STATUTS * * * * ARTICLE 1 - DENOMINATION Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901, ayant

Plus en détail

STATUTS L'ASSOCIATION ROMANDE DES METIERS DE LA BIJOUTERIE (ASMEBI)

STATUTS L'ASSOCIATION ROMANDE DES METIERS DE LA BIJOUTERIE (ASMEBI) STATUTS L'ASSOCIATION ROMANDE DES METIERS DE LA BIJOUTERIE (ASMEBI) DE Article premier CONSTITUTION ET DENOMINATION Sous la dénomination "Association romande des métiers de la bijouterie" (ASMEBI) il est

Plus en détail

CHAPITRE V : LES SYNDICATS PROFESSIONNELS

CHAPITRE V : LES SYNDICATS PROFESSIONNELS CHAPITRE V : LES SYNDICATS PROFESSIONNELS Le terme syndicat, désigne toute organisation ou groupe d organisation de travailleurs ou d employeurs, ayant pour but de promouvoir et de défendre les intérêts

Plus en détail

LA BOURSE DU TRAVAIL DE NANTES 1887-1892 ~ 1 ~

LA BOURSE DU TRAVAIL DE NANTES 1887-1892 ~ 1 ~ LA BOURSE DU Les Nantais qui participent ou qui observent le débat social connaissent la Maison des Syndicats, sur l'île de Nantes. Les plus anciens, lorsqu'ils évoquent la Bourse du Travail, font encore

Plus en détail

PROJET DE CONSEIL DE LA RÉPUBLIQUE. authentique de ce projet de loi, dont je vous prie de vouloir N 368

PROJET DE CONSEIL DE LA RÉPUBLIQUE. authentique de ce projet de loi, dont je vous prie de vouloir N 368 N 368 CONSEIL DE LA RÉPUBLIQUE SESSION ORDINAIRE DE 1957-1958 Annexe au procès-verbal de la séance du 20 mars 1958. PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE portant amnistie dans les Territoires

Plus en détail

Cour d'appel de Bruxelles - Arrêt du 12/10/2000 -

Cour d'appel de Bruxelles - Arrêt du 12/10/2000 - Cour d'appel de Bruxelles - Arrêt du 12/10/2000 - Objet du litige. Le litige concerne la taxation par l'administration d'avantages en nature, à savoir le paiement par l'employeur du requérant de primes

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION CENTRE NAUTIQUE YONNAIS ( C.N.Y. )

STATUTS DE L ASSOCIATION CENTRE NAUTIQUE YONNAIS ( C.N.Y. ) STATUTS DE L ASSOCIATION CENTRE NAUTIQUE YONNAIS ( C.N.Y. ) Article 1 : Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

STATUTS. Statuts de l'asit Association suisse d'inspection technique. I. Nom, but, siège et durée de l'association.

STATUTS. Statuts de l'asit Association suisse d'inspection technique. I. Nom, but, siège et durée de l'association. STATUTS du 25 juin 2003 Fondée le 9 juillet 1869 Siège social: Wallisellen Statuts de l'asit Association suisse d'inspection technique I. Nom, but, siège et durée de l'association Art. 1 Siège social,

Plus en détail

SOCIETE FRANÇAISE de CHEMOINFORMATIQUE STATUTS

SOCIETE FRANÇAISE de CHEMOINFORMATIQUE STATUTS SOCIETE FRANÇAISE de CHEMOINFORMATIQUE STATUTS Article 1: NOM Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901, sous

Plus en détail

STATUTS. Il est créé entre les adhérents aux présents statuts, une Association dénommée, qui a pour sigle.

STATUTS. Il est créé entre les adhérents aux présents statuts, une Association dénommée, qui a pour sigle. Le présent document est un modèle de Statuts proposé à titre indicatif aux clubs affiliés ou souhaitant s affilier à la Fédération Française d Haltérophilie Musculation (F.F.H.M). Il constitue une aide

Plus en détail

ASSOCIATION DE GÉRONTOLOGIE

ASSOCIATION DE GÉRONTOLOGIE ASSOCIATION DE GÉRONTOLOGIE du onzième arrondissement de Paris Association sans but lucratif régie par la loi du 1 er juillet 1901 9 rue Gerbier - 75011 PARIS Statuts approuvés lors de l assemblée générale

Plus en détail

SECTIONS TIR DES ASSOCIATIONS OMNI-SPORT REGLEMENT INTERIEUR TYPE. Art. 1 - La Section "Tir" de l'association dite...

SECTIONS TIR DES ASSOCIATIONS OMNI-SPORT REGLEMENT INTERIEUR TYPE. Art. 1 - La Section Tir de l'association dite... SECTIONS TIR DES ASSOCIATIONS OMNI-SPORT REGLEMENT INTERIEUR TYPE Les "Sections Tir" des associations omnisports présentant leur demande d'affiliation à la Fédération Française de Tir doivent adopter un

Plus en détail

La pauvreté rend malade et la maladie rend pauvre

La pauvreté rend malade et la maladie rend pauvre SAMPOL_octobre_2015.indd 27 8.10.2015 8:28:34 UNE PROTECTION SOCIALE POUR TOUT LE MONDE rend malade et la maladie rend pauvre Thomas Rousseau Cher responsable politique d'un pays d'afrique subsaharienne,

Plus en détail

ASSOCIATION POUR PROMOTION. DE la PREVOYANCE INDIVIDUEllE. ET COllECTIVE STATUTS. (~.f).f).i.c:.)

ASSOCIATION POUR PROMOTION. DE la PREVOYANCE INDIVIDUEllE. ET COllECTIVE STATUTS. (~.f).f).i.c:.) ASSOCIATION POUR la PROMOTION DE la PREVOYANCE INDIVIDUEllE ET COllECTIVE (~.f).f).i.c:.) STATUTS Approuvés le 22 novembre 1994 par les membres fondateurs et modifiés par l'assemblée Générale Mixte du

Plus en détail

STATUTS DE L'INRS TITRE I : OBJET ET COMPOSITION. - Article 1 er -

STATUTS DE L'INRS TITRE I : OBJET ET COMPOSITION. - Article 1 er - STATUTS DE L'INRS TITRE I : OBJET ET COMPOSITION - Article 1 er - Les organisations ci-après énumérées décident de constituer, sous l'égide de la Caisse nationale de l'assurance maladie des travailleurs

Plus en détail

STATUTS-TYPES D ASSOCIATION DEPARTEMENTALE ENFANCE & FAMILLES D ADOPTION. Titre I - BUTS ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION

STATUTS-TYPES D ASSOCIATION DEPARTEMENTALE ENFANCE & FAMILLES D ADOPTION. Titre I - BUTS ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION STATUTS-TYPES D ASSOCIATION DEPARTEMENTALE ENFANCE & FAMILLES D ADOPTION Titre I - BUTS ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article Premier : 1.1. Titre : Il est formé entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail

S T A T U T S (Association loi 1901)

S T A T U T S (Association loi 1901) CERCLE DAMIEN KONDOLO (La Fraternelle de la République Démocratique du Congo en Europe) S T A T U T S (Association loi 1901) Nous, membres de diverses institutions philanthropiques, réunis en Assemblée

Plus en détail

STATUTS. Adoptés Modifiés - par l'assemblée Générale extraordinaire du... OBJET ET COMPOSITION DE L'ASSOCIATION

STATUTS. Adoptés Modifiés - par l'assemblée Générale extraordinaire du... OBJET ET COMPOSITION DE L'ASSOCIATION STATUTS Adoptés Modifiés - par l'assemblée Générale extraordinaire du... Article 1 : constitution, dénomination, objet OBJET ET COMPOSITION DE L'ASSOCIATION Il est fondé entre les adhérents aux présents

Plus en détail

ASSOCIATION LOI DU 1er JUILLET 1901 COMITE DE COOPERATION AVEC LE LAOS ( C.C.L. )

ASSOCIATION LOI DU 1er JUILLET 1901 COMITE DE COOPERATION AVEC LE LAOS ( C.C.L. ) ASSOCIATION LOI DU 1er JUILLET 1901 COMITE DE COOPERATION AVEC LE LAOS ( C.C.L. ) ARTICLE 1 : FORMATION Il est créé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er Juillet

Plus en détail

LE COMITE D HYGIENE DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL

LE COMITE D HYGIENE DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL St Martin d Hères, le 16 octobre 2012 Note d information n 12.32 Nos réf. : SDF/SL/DP RENOVATION DU DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE LE COMITE D HYGIENE DE SECURITE ET DES CONDITIONS

Plus en détail

FEDERATION INTERNATIONALE DES ACCUEILS FRANÇAIS ET FRANCOPHONES A L ETRANGER FIAFE. Association Loi 1901

FEDERATION INTERNATIONALE DES ACCUEILS FRANÇAIS ET FRANCOPHONES A L ETRANGER FIAFE. Association Loi 1901 FEDERATION INTERNATIONALE DES ACCUEILS FRANÇAIS ET FRANCOPHONES A L ETRANGER FIAFE Association Loi 1901 STATUTS REFONDUS PAR DECISIONS DE L'ASSEMBLEE GENERALE DU 12 mars 2014 1 ARTICLE 1 ER : CONSTITUTION

Plus en détail

COMMENT ORGANISER LES RÉUNIONS DU COMITÉ D ENTREPRISE (CE)?

COMMENT ORGANISER LES RÉUNIONS DU COMITÉ D ENTREPRISE (CE)? Groupement des Métiers de l Imprimerie ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ MARS 2014 NOTE N

Plus en détail

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la fonction publique Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C Le ministre de la fonction publique à

Plus en détail

Modèle de Statuts Association loi 1901

Modèle de Statuts Association loi 1901 Modèle de Statuts Association loi 1901 STATUTS DE Association ARTICLE 1 Objet: Il est fondé entre le adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du

Plus en détail

DISPOSITIONS GÉNÉRALES

DISPOSITIONS GÉNÉRALES STATUTS DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 Sous la raison sociale «Chambre vaudoise du commerce et de l'industrie - Association des industries vaudoises» (ci-après CVCI), il est constitué une association

Plus en détail

TITRE III : REPRÉSENTANTS DU PERSONNEL

TITRE III : REPRÉSENTANTS DU PERSONNEL TITRE III : REPRÉSENTANTS DU PERSONNEL 8 TITRE III : REPRÉSENTANTS DU PERSONNEL Article III.1. - Préparation des élections Les organisations syndicales représentatives dans l'établissement sont invitées

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE L'INDUSTRIE DU PETROLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE L'INDUSTRIE DU PETROLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE L'INDUSTRIE DU PETROLE Accord du 3 septembre 1985 Protocole d accord du 5 mars 1993 (classifications) Avenants des 19 juin 1995, 15 février et 24 avril 1996, 27 novembre

Plus en détail

COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL

COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL REGLEMENT INTERIEUR - adopté lors de sa séance du 1 er juillet 2015 - ARTICLE 1 ER : Le présent règlement intérieur a pour objet de préciser,

Plus en détail

FEDERATION FRANCAISE DE TIR. 38, rue Brunel 75017 PARIS STATUTS TYPES DE SOCIETE DE TIR

FEDERATION FRANCAISE DE TIR. 38, rue Brunel 75017 PARIS STATUTS TYPES DE SOCIETE DE TIR FEDERATION FRANCAISE DE TIR 38, rue Brunel 75017 PARIS STATUTS TYPES DE SOCIETE DE TIR Type Loi 1901 - Sans but lucratif mis en conformité avec les dispositions de la loi du 16 juillet 1984 Adoptés par

Plus en détail

Associations sollicitant la reconnaissance d'utilité publique Statuts (Brochure «Associations, régime général», J.O. n 1068)

Associations sollicitant la reconnaissance d'utilité publique Statuts (Brochure «Associations, régime général», J.O. n 1068) Maj le 15/09/09 Associations sollicitant la reconnaissance d'utilité publique Statuts (Brochure «Associations, régime général», J.O. n 1068) I. But et composition de l'association Article 1 er L'association

Plus en détail

SYNDICAT NATIONAL DE LA PHARMACIE HOMEOPATHIQUE NOUVEAUX STATUTS CHAPITRE I - DISPOSITIONS GENERALES

SYNDICAT NATIONAL DE LA PHARMACIE HOMEOPATHIQUE NOUVEAUX STATUTS CHAPITRE I - DISPOSITIONS GENERALES SYNDICAT NATIONAL DE LA PHARMACIE HOMEOPATHIQUE NOUVEAUX STATUTS CHAPITRE I - DISPOSITIONS GENERALES ARTICLE 1 : Forme Il existe entre les membres actuels et tous ceux qui adhéreront aux présents Statuts,

Plus en détail

1 Objet et composition de l'association

1 Objet et composition de l'association Statuts de l'aseens Approuvés par l'assemblée générale le 07 octobre 2014 1 Objet et composition de l'association Article 1 Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par

Plus en détail

Statuts de Open Data France

Statuts de Open Data France Statuts de Open Data France Association des Collectivités engagées dans l Open Data I - Constitution, but, composition, siège Article 1 - Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail

Statut de la Fédération Nationale des Syndicats des Pharmaciens du Maroc

Statut de la Fédération Nationale des Syndicats des Pharmaciens du Maroc Statut de la Fédération Nationale des Syndicats des Pharmaciens du Maroc TITRE I : DENOMINATION - SIEGE OBJET ET ADHESION A LA F.N.S.P.M. ARTICLE 1 : Dénomination : Conformément au Dahir du 16 Juillet

Plus en détail

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I.

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. 16 novembre 1962 CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. Introduction 1. Le groupe spécial a examiné, conformément aux

Plus en détail