EPIDEC Création d un cadre pour évaluer le risque d émergence de maladies dans le contexte agronomique et climatique des décennies à venir.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EPIDEC Création d un cadre pour évaluer le risque d émergence de maladies dans le contexte agronomique et climatique des décennies à venir."

Transcription

1 EPIDEC Création d un cadre pour évaluer le risque d émergence de maladies dans le contexte agronomique et climatique des décennies à venir. Porteur: Cindy E. Morris l équipe MISTRAL UR407 Pathologie Végétale

2 EPIDEC Création d un cadre pour évaluer le risque d émergence de maladies dans le contexte agronomique et climatique des décennies à venir. Projet soutenu par le métaprogramme SMaCH de l INRA Sustainable Managment of Crop Health

3 P. syringae: à l origine des émergences à travers le monde Exemples d émergence de bactérioses provoquées par Pseudomonas syringae sur les plantes ligneuses répertoriées depuis

4 P. syringae: à l origine des émergences à travers le monde Nouvelles maladies ou épidémies sur > 20 espèces ligneuses depuis 2000 Abricotier kiwi, marronnier, noisetier, etc. 4

5 Contexte D où viennent les nouveaux agents phytopathogènes? 5

6 Contexte Le projet est fondé sur les résultats de notre équipe: P. syringae se trouve dans divers habitats en dehors de l agriculture aussi bien qu en agriculture. Le cycle hydrologique et le mouvement des masses d aire assurent le transport de la bactérie et les échanges entre habitats à large échelle. Les habitats non agricoles hébergent des génotypes et pathotypes de la bactéries pas actuellement connues dans les habitats agricoles. 6

7 7

8 Contexte P. syringae est inféodée aux cycle de l eau Morris et al ISME Journal 2: Morris et al Annual Review of Phytopathology 51:

9 Contexte Dissemination avec air et eau Trajectoire de P. syringae Nuages Precipitation Percolation d eau Nappe Rivières 9

10 Contexte Plantes cultivées Environnement P. syringae Une diversité génétique dans l environnement qui n est pas connue actuellement chez les plantes cultivées 10

11 Contexte L environnement hébergent des souches: -proches génétiquement aux souches d importance épidémique -ayant des gammes de facteurs de virulence diversifiées Gènes de virulence (effecteurs) dans le génome des souches Souches isolées des épidémies sur tomates Pto T Pto DC souches de l environnement, pathogènes sur tomate en inoculation artificielle, génétiquement proches aux souches des épidémies 8 n d effecteurs 11

12 Contexte: Emergence de P. syringae de l environnement Des pratiques agricoles qui renforcent la sélection naturelle de nouveaux pathotypes Agriculture Environnement Mutation et recombinaison. Sélection naturelle des nouveaux pathotypes Divers processus qui conduisent à la rencontre entre les nouveaux pathotypes et les plantes cultivées 12

13 Le défi Anticiper les nouveaux pathotypes et identifier les réservoirs d où ils émergeront dans les contextes agricoles de l avenir Présent crop 13

14 Le défi Anticiper les nouveaux pathotypes et identifier les réservoirs d où ils émergeront dans les contextes agricoles de l avenir Présent Future crop 14

15 Le défi Anticiper les nouveaux pathotypes et identifier les réservoirs d où ils émergeront dans les contextes agricoles de l avenir Présent Future crop 15

16 Le défi Anticiper les nouveaux pathotypes et identifier les réservoirs d où ils émergeront dans les contextes agricoles de l avenir Présent Future crop 16

17 Le défi Estimer le risque de maladies dans l avenir: Quelle diversité de P. syringae faut-il anticiper? Quels seront les réservoirs principaux et quels moyens de dissémination vers les terrains cultivés? Quels contextes agricoles seront les plus propices à l exposition de nouveaux variantes de P. syringae? 17

18 Objectifs 1: Identifier les réservoirs les plus importantes de P. syringae pathogènes des arbres fruitiers. 2: Déterminer et cartographier les zones qui limitent la dissémination de P. syringae à travers l air et l eau. 3: Prédire les réseaux les plus importants d introduction de nouveaux pathotypes de P. syringae provenant des réservoirs de l environnement dans les contextes agronomiques des décennies à venir. 18

19 SPE - Avignon BAP-Avignon MIA- Avignon SAD - Avignon EA - Bordeaux International Objectifs Partenaires 4: Développer des recherches interdisciplinaires Sciences Sociales Physiques, Maths, Sciences de la Terre Sciences de la Vie SH1_3 Econometrics SH3_4 GIS, cartography PE1_13 Probability & statistics PE10_2 Atmospheric physics PE10_4 Land cover change PE10_8 Hydrology LS2_1 Comparative genomics LS2_14 Biol. systems modelling LS8_1 Ecology LS8_2 Population biology LS8_6 Biogeography LS9_5 Applied plant biology 19

20 Démarche Objectif 1. Identifier les réservoirs les plus importantes de P. syringae pathogènes des arbres fruitiers. Identifier de réservoirs avec les fréquences les plus élevées de gènes liés au pouvoir pathogène de P. syringae sur les arbres et propices aux échanges génétiques entre bactéries. 20

21 Démarche Objectif 2. Identifier les zones de dissémination aquatique et aérienne EAU: Déterminer l étendue de dissémination dans des basins versant. Exemple. Chancre bactérien de kiwi, les basins versant des rivières: Waikato, NZ Garonne, FR Marzeno, IT 21

22 Démarche Objectif 2. Identifier les zones de dissémination aquatique et aérienne AIR 1: Quantifier la dissémination de P. syringae provenant des sources connues et isolées Exemple. Chancre bactérien de kiwi, FR AIR 2: Déterminer les frontières des régions dans lesquelles le flux atmosphérique descendant et ascendant se ressemblent. 22

23 Démarche Objectif 3. Prédire les réseaux d introduction Au sein d une zone délimitée par la dissémination aérienne et aquatique de P. syringae: Prévoir les zones de production des arbres fruitier dans les 10 ans à venir Identifier les réservoirs de P. syringae probables dans ces zones Prédire les réseaux de dissémination qui vont lier les réservoirs et les zones de culture 23

24 Retombées anticipées Surveillance de rivières et nappes (utilisées en irrigation) pour les nouveaux variantes de P. syringae de réservoirs potentiels pour les nouveaux variantes de P. syringae de changements de circulation atmosphériques dus au changement climatiques ou aux évènements extrêmes climatiques 24

25 Retombées anticipées Stratégies de développement des résistances variétales et de gestion du dispositif du système de culture Elaborer des résistances variétales pour faire face aux pathotypes à venir Interférer avec les réseaux de dissémination entre réservoirs et cultures 25

26 Un réservoir d agents phytopathogènes???. 26

27 27

28 Available data, example: European river drainage basins Example Lac Serre Ponçon, Durance River outlet: mean daily water flow = 78 m 3 s 1 (6.7 x 10 6 m 3 ); mean daily output of P. syringae = to cells 28

29 Available tool, example: Air mass trajectory modeling platform 29

30 Available data and example of how the tools can be used The presence of Botrytis cinerea in precipitation is independant of air mass origin 30

Groupe «Bactérioses» Bactérioses des arbres fruitiers provoquées par Pseudomonas syringae

Groupe «Bactérioses» Bactérioses des arbres fruitiers provoquées par Pseudomonas syringae Groupe «Bactérioses» Bactérioses des arbres fruitiers provoquées par Pseudomonas syringae Objectif du groupe : - Partager un Etat des lieux - Maladies - Expérimentation & Recherche - Identifier les espaces

Plus en détail

Intrants médicamenteux en agriculture et en santé : les écosystèmes microbiens sont-ils un problème ou une solution?

Intrants médicamenteux en agriculture et en santé : les écosystèmes microbiens sont-ils un problème ou une solution? Les Rencontres de l Inra au Salon de l agriculture Intrants médicamenteux en agriculture et en santé : les écosystèmes microbiens sont-ils un problème ou une solution? Lundi 23 février 2015 Programme 14h30

Plus en détail

CHANGEMENT CLIMATIQUE ET MICROBIOLOGIE

CHANGEMENT CLIMATIQUE ET MICROBIOLOGIE CHANGEMENT CLIMATIQUE ET MICROBIOLOGIE COMMENT LES MICROORGANISMES PEUVENTILS INFLUENCER LE CLIMAT? Odile BERGE INRA Unité de Recherche Pathologie Végétale Équipe MISTRAL 84143 Montfavet Odile.berge @avignon.inra.fr

Plus en détail

La résistance aux pathogènes du point de vue de la génétique

La résistance aux pathogènes du point de vue de la génétique La résistance aux pathogènes du point de vue de la génétique Résistance non-hôte. Tous les génotypes d une espèce donnée sont résistants à toutes les génotypes (souches) d un pathogéne donné. Il n est

Plus en détail

Lac Balaton (Hongrie(

Lac Balaton (Hongrie( Programme des Nations Unies pour l Environnement Division of Early Warning and Assessment Global Resource Information Database - Europe http://www.grid.unep.ch www.grid.unep.ch/ Modéliser la vulnérabilit

Plus en détail

Présentation du projet DIANGES. Labellisé RMT VEGDIAG

Présentation du projet DIANGES. Labellisé RMT VEGDIAG Présentation du projet DIANGES Labellisé RMT VEGDIAG Diagnostic des maladies de type viral sur plants fruitiers tempérés ligneux et petits fruits par approche polyvalente de type NGS (Next Generation Sequencing).

Plus en détail

Activités du programme AGIRE en matière de gestion des eaux pluviales

Activités du programme AGIRE en matière de gestion des eaux pluviales Activités du programme AGIRE en matière de gestion des eaux pluviales Catalogue des bonnes pratiques de gestion des eaux pluviales et de conservation des sols Atelier pour l élaboration d un catalogue

Plus en détail

Parcours Biodiversité et Ecologie

Parcours Biodiversité et Ecologie Parcours Biodiversité et Ecologie Emmanuelle PORCHER, Biologie porcher@mnhn.fr Vincent BANSAYE, Maths appliquées vincent.bansaye@polytechnique.edu Les sciences de l environnement, à la croisée de quatre

Plus en détail

Deuxième partie. Calcul de fréquences de génotypes multilocus dans des pédigrees complexes XXVII

Deuxième partie. Calcul de fréquences de génotypes multilocus dans des pédigrees complexes XXVII Deuxième partie Calcul de fréquences de génotypes multilocus dans des pédigrees complexes XXVII Présentation Les programmes informatiques MDM et grafgen L analyse de schémas de construction de génotypes

Plus en détail

Quelle est la priorité? Ou même combat?

Quelle est la priorité? Ou même combat? Pollution atmosphérique (qualité de l'air) et changement climatique : quelles interactions? Quelle est la priorité? Ou même combat? Pollution atmosphérique et changement climatique : quelles interactions?

Plus en détail

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE?

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? LA GESTION DURABLE des EAUX PLUVIALES Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? www.reseau-environnement.com Qu est-ce qu une GESTION DURABLE des

Plus en détail

Fruits, légumes et herbes aromatiques la nature sur votre toit. Toiture-jardin potager Optigreen. Agriculture urbaine sur les toits, naturellement

Fruits, légumes et herbes aromatiques la nature sur votre toit. Toiture-jardin potager Optigreen. Agriculture urbaine sur les toits, naturellement Fruits, légumes et herbes aromatiques la nature sur votre toit Toiture-jardin potager Optigreen Agriculture urbaine sur les toits, naturellement Agriculture urbaine sur les toits, naturellement Avec les

Plus en détail

Agriculture et changement climatique au Sénégal : les réponses de la recherche. Dr Mbaye DIOP ISRA

Agriculture et changement climatique au Sénégal : les réponses de la recherche. Dr Mbaye DIOP ISRA Agriculture et changement climatique au Sénégal : les réponses de la recherche Dr Mbaye DIOP ISRA 1 Comprendre le changement climatique Définition des changement climatiques (CC) La variabilité naturelle

Plus en détail

Des innovations pour les enjeux multiples des productions vivrières et maraîchères des Antilles.

Des innovations pour les enjeux multiples des productions vivrières et maraîchères des Antilles. Des innovations pour les enjeux multiples des productions vivrières et maraîchères des Antilles. F. Bussière, Y.M. Cabidoche, D. Pétro, J. Sierra, D. Cornet, S. Guyader, H. Ozier-Lafontaine, R. Tournebize,

Plus en détail

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE Hervé LETHIER, EMC2I INTRODUCTION OBJECTIFS L INSTRUMENT LES INDICATEURS UN PREMIER BILAN INTRODUCTION OBJECTIF De simples inventaires spécialisés et ciblés Combler

Plus en détail

Vers une gestion durable des ressources en eau

Vers une gestion durable des ressources en eau Vers une gestion durable des ressources en eau Carrefours de l innovation agronomique Productions végétales et sécheresse Toulouse - 6 juin 2008 Nelly LE CORRE-GABENS Responsable du Service Agronomie-Environnement

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

AP SVT. Exercice 1. Exercice 2. Exercice 3.

AP SVT. Exercice 1. Exercice 2. Exercice 3. Exercice 1. AP SVT On cherche à comprendre le mode de transmission de deux caractères chez la Drosophile, organisme diploïde. Effectuez une analyse génétique pour expliquer les résultats des croisements

Plus en détail

Modélisation pour la protection intégrée

Modélisation pour la protection intégrée Modélisation pour la protection intégrée Jean-Noël Aubertot (INRA) François Brun (ACTA) Hervé Escriou (ITB) Daniel Wallach (INRA) Réseau Mixte Technologique Modélisation et Logiciels d intérêt commun appliqués

Plus en détail

Barbara M. Leach Administratrice Associée

Barbara M. Leach Administratrice Associée Ministère de l Agriculture des États-Unis Agence de gestion de risques Nouveautés s en Assurances RécoltesR Barbara M. Leach Administratrice Associée Conférence internationale 2010 La gestion de risques

Plus en détail

Entretien des cours d'eau et fossés 1. Aspects réglementaires

Entretien des cours d'eau et fossés 1. Aspects réglementaires Entretien des cours d'eau et fossés 1. Aspects réglementaires La police de l'eau - Pourquoi une police de l'eau? Les directives européennes, la loi sur l'eau de 2006 et le Grenelle de l'environnement ont

Plus en détail

AVIS PRESENTATION DE LA DEMANDE. Anses - Dossier n 2013-1678 - STOCKOSORB 660

AVIS PRESENTATION DE LA DEMANDE. Anses - Dossier n 2013-1678 - STOCKOSORB 660 Maisons-Alfort, le 23 janvier 2015 LE DIRECTEUR GENERAL AVIS de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à la demande d extension d usage de

Plus en détail

Yann H. Kerr CESBIO. Yann H KERR 50 ans CNES

Yann H. Kerr CESBIO. Yann H KERR 50 ans CNES SO OMM MAIR RE Yann H. Kerr CESBIO 1 Apport du Spatial pour la gestion des Ressources en Eau Yann H Kerr Gérard Dedieu CESBIO Philippe Maisongrande LEGOS 2 Apport du Spatial pour la gestion des Ressources

Plus en détail

Délimitation des pédopaysages par cartographie numérique Application sur une partie des Combrailles

Délimitation des pédopaysages par cartographie numérique Application sur une partie des Combrailles Assemblée des acteurs de la géomatique 9 décembre 2010 1 Délimitation des pédopaysages par cartographie numérique Application sur une partie des Combrailles Assemblée des acteurs de la géomatique 9 décembre

Plus en détail

Journée séminaire : Qualité sanitaire et contaminants des productions végétales de grande culture Pau-Montardon 11/02/2010.

Journée séminaire : Qualité sanitaire et contaminants des productions végétales de grande culture Pau-Montardon 11/02/2010. Introduction (1) Pourquoi un réseau mixte technologique sur la question des risques sanitaires à la production, au stockage et à la 1 ère transformation? Enjeux et défis à relever. Emilie Donnat ACTA La

Plus en détail

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005 Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques 21 et 23 février 2005 Marc F. Clément, agronome Qui a bonnes plantes a bonnes vaches!

Plus en détail

Flood risk assessment in the Hydrographic Ebro Basin. Spain

Flood risk assessment in the Hydrographic Ebro Basin. Spain Flood risk assessment in the Hydrographic Ebro Basin. Spain Évaluation du Risque d Inondation dans la Démarcation Hydrographique de Congrès SHF, Evénements extrêmes fluviaux et maritimes, Paris, 1-2 février

Plus en détail

LA PROBLÉMATIQUE DU TRANSFERT DU LABO AU TERRAIN EXEMPLE DES RHAMNOLIPIDES

LA PROBLÉMATIQUE DU TRANSFERT DU LABO AU TERRAIN EXEMPLE DES RHAMNOLIPIDES LA PROBLÉMATIQUE DU TRANSFERT DU LABO AU TERRAIN EXEMPLE DES RHAMNOLIPIDES Fabienne Baillieul URCA-URVVC GÉNÉRALISATION EN VITICULTURE Nicolas Aveline IFV Colloque Elicitra Avignon 13 & 14 Juin 2013 Les

Plus en détail

Explore 2070 Stratégies d adaptation au changement climatique dans le domaine de l eau

Explore 2070 Stratégies d adaptation au changement climatique dans le domaine de l eau Explore 2070 Stratégies d adaptation au changement climatique dans le domaine de l eau Quelles stratégies d adaptation dans le domaine de l eau? Xavier de LACAZE Chef de projet Sous direction de la protection

Plus en détail

Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE. Ecologie des forêts méditerranéennes INRA AVIGNON - FRANCE

Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE. Ecologie des forêts méditerranéennes INRA AVIGNON - FRANCE MODELISER L IMPACT DES CHANGEMENTS DEMOGRAPHIQUES ET ENVIRONNEMENTAUX SUR L EVOLUTION DES ARBRES Le module Luberon Version 2010 Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE Ecologie

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

Ressources naturelles et modélisation géochimique et hydrochimique

Ressources naturelles et modélisation géochimique et hydrochimique Ressources naturelles et modélisation géochimique et hydrochimique Frédéric Gérard, Edith Le Cadre, Nicolas Devau, Claude Plassard, Philippe Hinsinger, Benoît Jaillard UMR1222 Biogéochimie du Sol et de

Plus en détail

Schéma d Aménagement et de Gestion et de des. Bureau humides la» CLE

Schéma d Aménagement et de Gestion et de des. Bureau humides la» CLE Schéma d Aménagement et de Gestion et de des Gestion Eaux de Eaux du bassin du bassin du Loir du Loir Demi-journée d information et d échange sur la thématique «zones Bureau humides la» CLE Le 25 avril

Plus en détail

Cultiver Montréal Le futur de l agriculture urbaine Présentation par Elsie Lefebvre Conseillère de ville du district Villeray Juin 2012 Agriculture urbaine - 2012 L agriculture urbaine prend diverses formes

Plus en détail

INFLUENZA. informations AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE. Consommation : en savoir plus. Association loi 1901

INFLUENZA. informations AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE. Consommation : en savoir plus. Association loi 1901 informations INFLUENZA AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE Consommation : en savoir plus Association loi 1901 INFLUENZA AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE Consommation : en savoir plus Le Centre d Information des Viandes

Plus en détail

Le Système Relationnel d Audit de l Hydromorphologie des cours d eau d eau SYRAH- CE

Le Système Relationnel d Audit de l Hydromorphologie des cours d eau d eau SYRAH- CE Le Système Relationnel d Audit de l Hydromorphologie des cours d eau d eau SYRAH- CE État d avancement Johann MOY Bureau des milieux aquatiques Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable

Plus en détail

Le pathogéne est capable d infecter l espéce mais certains génotypes (cultivars) de la plante sont resistants

Le pathogéne est capable d infecter l espéce mais certains génotypes (cultivars) de la plante sont resistants Resistance non-hôte. La plupart des plants sont résistantes (non-hôte) à la plupart des pathogénes. Tous les génotypes d une espéce donnée sont résistant à toutes les souches d un pathogéne donné. Résistance

Plus en détail

Reméandration 2.3. Diversification des habitats sur l Eau Blanche à Mariembourg

Reméandration 2.3. Diversification des habitats sur l Eau Blanche à Mariembourg Reméandration 2.3 Diversification des habitats sur l Eau Blanche à Mariembourg Caractéristiques du secteur restauré Masse d eau : MM05R Cours d eau : Eau Blanche Secteur restauré : Mariembourg (commune

Plus en détail

Techniques culturales de captage des eaux pluviales

Techniques culturales de captage des eaux pluviales KHARMOUCH Mohamed: Ingénieur en Génie Rural Direction de l Irrigation et de l Aménagement de l Espace Agricole Techniques culturales de captage des eaux pluviales PLAN 1- L EAU RESSOURCE RARE 2- PESPECTIVES/LA

Plus en détail

Respecter les valeurs de la nature ISO 140 0

Respecter les valeurs de la nature ISO 140 0 Respecter les valeurs de la nature on nem tion envir a c fi ti r e C 1 ISO 140 0 entale L entreprise Klasmann-Deilmann est la plus performante des entreprises du domaine des supports de culture. Associant

Plus en détail

Science de l environnement SVN3M. Guide 02. Agriculture et foresterie durable

Science de l environnement SVN3M. Guide 02. Agriculture et foresterie durable Science de l environnement SVN3M Guide 02 Agriculture et foresterie durable Les activités proposées dans ce guide reposent sur le visionnement d extraits d émissions et sur des parties choisies du site

Plus en détail

Caractériser, spatialiser, évaluer les systèmes de culture en relation avec les sols pour la gestion du carbone organique sur un territoire:

Caractériser, spatialiser, évaluer les systèmes de culture en relation avec les sols pour la gestion du carbone organique sur un territoire: Caractériser, spatialiser, évaluer les systèmes de culture en relation avec les sols pour la gestion du carbone organique sur un territoire: le projet ABC Terre Olivier Scheurer Annie Duparque Appel à

Plus en détail

L Espace de Bon Fonctionnement (E.B.F.) des cours d eau

L Espace de Bon Fonctionnement (E.B.F.) des cours d eau L Espace de Bon Fonctionnement (E.B.F.) des cours d eau Avertissement La totalité des exemples et photographies illustrant le présent diaporama sont tirés, sauf mention particulière, de cas concrets pris

Plus en détail

Sikig. Sikig. engagé vers l avenir. engagé vers l avenir. Dossier de Presse 2011/2012. w w w. k i wi-france.com

Sikig. Sikig. engagé vers l avenir. engagé vers l avenir. Dossier de Presse 2011/2012. w w w. k i wi-france.com Sikig Sikig engagé vers l avenir engagé vers l avenir Dossier de Presse 2011/2012 w w w. k i wi-france.com Sommaire 1 - Communiqué de presse....................................................................

Plus en détail

TD sur les modèles non linéaires

TD sur les modèles non linéaires TD sur les modèles non linéaires David Makowski, INRA 3octobre2014 1 TD1 : Modèles linéaires et non linéaires pour optimiser la dose d engrais 1.1 Objectif L objectif est d estimer les paramètres de trois

Plus en détail

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut Les micro-organismes de l eau impliqués dans les infections nosocomiales Depuis 2001 chez Pall, en charge de l information scientifique et réglementaire dans les domaines d applications couverts par la

Plus en détail

Commentaire de cartes topographiques en région méditerranéenne

Commentaire de cartes topographiques en région méditerranéenne Commentaire de cartes topographiques en région méditerranéenne Quelques thèmes d étude, idées à suivre et pièges à éviter Public : L1, (oral CAPES) X. Rochel, Université Nancy 2, avril 2010 Document destiné

Plus en détail

5ème rencontre internationale de l AFCAS

5ème rencontre internationale de l AFCAS 5ème rencontre internationale de l AFCAS Ile de Réunion du 09 au 15 septembre 2012 B. Meka 16/05/12 www.cs12.re 1 16/05/12 www.cs12.re 2 Versants plus ou moins réguliers 22 000 ha cultivés Forme en croupe

Plus en détail

Indicateurs phénologie. Isabelle Chuine et al. Novembre 2013

Indicateurs phénologie. Isabelle Chuine et al. Novembre 2013 Indicateurs phénologie Isabelle Chuine et al. Novembre 2013 4 indicateurs Date de feuillaison surtout feuillus. Quid des résineux? Date de floraison certains suivis sont très anciens, Date de coloration

Plus en détail

Études d estimation des volumes prélevables globaux

Études d estimation des volumes prélevables globaux Études d estimation des volumes prélevables globaux Les Ateliers du Territoire L EAU POTABLE ET URBANISME MONTROND LES BAINS - 17 Novembre 2011 Florence EVRA-ASPORD Chef de Service Territoire Saône-Rhône

Plus en détail

Les ressources documentaires d aide au diagnostic ouvrages et bases de données

Les ressources documentaires d aide au diagnostic ouvrages et bases de données Les ressources documentaires d aide au diagnostic ouvrages et bases de données P GENTIT Equipe de Virologie Unité BVO ANSES/ Laboratoire de la santé des végétaux 7 rue jean Dixméras 49044 Angers Cedex

Plus en détail

Les bandes tampons et la protection des cours d eau en milieu agricole

Les bandes tampons et la protection des cours d eau en milieu agricole Les bandes tampons et la protection des cours d eau en milieu agricole Présentation dans le cadre du colloque du centre de la science et de la biodiversité du Québec 1 er mai 2014 Isabelle Breune, agr.

Plus en détail

PERFORMANCE DE L IRRIGATION AU GOUTTE A GOUTTE, UN PROCESSUS DYNAMIQUE. CAS DE LA PLASTICULTURE AU ZIBAN. ALGÉRIE. LAIB Khalil kalilo_agr@hotmail.

PERFORMANCE DE L IRRIGATION AU GOUTTE A GOUTTE, UN PROCESSUS DYNAMIQUE. CAS DE LA PLASTICULTURE AU ZIBAN. ALGÉRIE. LAIB Khalil kalilo_agr@hotmail. PERFORMANCE DE L IRRIGATION AU GOUTTE A GOUTTE, UN PROCESSUS DYNAMIQUE. CAS DE LA PLASTICULTURE AU ZIBAN. ALGÉRIE LAIB Khalil kalilo_agr@hotmail.fr 1 Plan de la Présentation 1. Contexte de l étude 2. Questions

Plus en détail

Fiche outils n 9 Management environnemental

Fiche outils n 9 Management environnemental Fiche outils n 9 Management environnemental Organisation du tableau de bord Évaluation Tableau de bord Le Tableau de Bord comporte : l Un volet relatif à la zone industrielle, l Un volet relatif aux entreprises

Plus en détail

Chapitre 3 L assortiment indépendant des gènes. Des génotypes supérieurs de cultures telles que le riz ont révolutionné l agriculture.

Chapitre 3 L assortiment indépendant des gènes. Des génotypes supérieurs de cultures telles que le riz ont révolutionné l agriculture. Chapitre 3 L assortiment indépendant des gènes Des génotypes supérieurs de cultures telles que le riz ont révolutionné l agriculture. La variation de deux caractères Croisements monohybrides: entre 2 individus

Plus en détail

COMITE DU BASSIN HYDROGRAPHIQUE DE LA MAULDRE ET DE SES AFFLUENTS. Révision du SAGE de la Mauldre. Règlement. Validé par la CLE du.

COMITE DU BASSIN HYDROGRAPHIQUE DE LA MAULDRE ET DE SES AFFLUENTS. Révision du SAGE de la Mauldre. Règlement. Validé par la CLE du. COMITE DU BASSIN HYDROGRAPHIQUE DE LA MAULDRE ET DE SES AFFLUENTS Révision du SAGE de la Mauldre Règlement Novembre 2012 V4 Validé par la CLE du Ce document est en cours d écriture La présente version

Plus en détail

Association TAGMAT Aglaguel, TATA

Association TAGMAT Aglaguel, TATA Septembre 2010 Projet de production et de vente de plants maraîchers des jeunes femmes oasiennes de Aglaguel Association TAGMAT Aglaguel, TATA Le projet de l association Tagmat d Aglaguel a été initié

Plus en détail

LALLEMAND ANIMAL NUTRITION

LALLEMAND ANIMAL NUTRITION LALLEMAND ANIMAL NUTRITION SPECIFIC SUCCESS * * Spécifique pour votre succès. www.lallemandanimalnutrition.com SPECIFIC SUCCESS Un chef de file mondial des levures et bactéries au service de l agriculture

Plus en détail

AMBASSADE DE FRANCE AUX ÉTATS-UNIS SERVICE ÉCONOMIQUE REGIONAL DE WASHINGTON

AMBASSADE DE FRANCE AUX ÉTATS-UNIS SERVICE ÉCONOMIQUE REGIONAL DE WASHINGTON Washington, le 5 février 2014 Objet : Mise en application de la loi de modernisation de sécurité sanitaire des aliments (FSMA - Food Safety Modernization Act) Détermination des aliments considérés à haut

Plus en détail

Document de référence relatif à la consultation publique sur les options politiques pour optimiser la réutilisation des eaux dans l UE

Document de référence relatif à la consultation publique sur les options politiques pour optimiser la réutilisation des eaux dans l UE Document de référence relatif à la consultation publique sur les options politiques pour optimiser la réutilisation des eaux dans l UE 1. Situation actuelle et tendances futures pour la réutilisation des

Plus en détail

La pollinisation. Nom des intervenants. Frank ALETRU GIE ELEVAGE SECTION APICOLE. www.sauvonslesabeilles.com

La pollinisation. Nom des intervenants. Frank ALETRU GIE ELEVAGE SECTION APICOLE. www.sauvonslesabeilles.com La pollinisation www.sauvonslesabeilles.com Nom des intervenants Frank ALETRU GIE ELEVAGE SECTION APICOLE Sommaire I. Le processus de la pollinisation II. Les acteurs III. Impact agro-économique de la

Plus en détail

Traçage des émissions en gaz à effet de serre dans les grandes zones urbaines

Traçage des émissions en gaz à effet de serre dans les grandes zones urbaines Carbones atmosphériques naturels et anthropiques Traçage des émissions en gaz à effet de serre dans les grandes zones urbaines Felix Vogel www.chasing-greenhouse-gases.org Aperçu de la presentation Introduction

Plus en détail

Nouvelles exigences en matière de gestion des eaux pluviales au Québec

Nouvelles exigences en matière de gestion des eaux pluviales au Québec Nouvelles exigences en matière de gestion des eaux pluviales au Québec Denis Martel, ing. M.Sc. Pôle d expertise municipale Direction régionale de l'analyse et de l'expertise Bureau de Montréal Ministère

Plus en détail

TITRE DE LA THESE. Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie. Par. Riadh Béchir. Unité de recherche ; Laboratoire ;

TITRE DE LA THESE. Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie. Par. Riadh Béchir. Unité de recherche ; Laboratoire ; TITRE DE LA THESE Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie Par Riadh Béchir Unité de recherche ; Laboratoire ; Entreprise - Economie - Environnement Economie et sociétés rurales

Plus en détail

Conférence-Débat. Mardi 28 mars 2006 de 15h15 à 17h30 LA GRIPPE AVIAIRE. des sciences. Discussion générale

Conférence-Débat. Mardi 28 mars 2006 de 15h15 à 17h30 LA GRIPPE AVIAIRE. des sciences. Discussion générale Conférence-Débat Mardi 28 mars 2006 de 15h15 à 17h30 LA GRIPPE AVIAIRE Académie des sciences 15h15 Introduction Jean-François Bach, Secrétaire perpétuel de l Académie des sciences 15h30 Actualités sur

Plus en détail

PLANIFICATION ET ADAPTATION DES RESSOURCES EN EAU

PLANIFICATION ET ADAPTATION DES RESSOURCES EN EAU PLANIFICATION ET ADAPTATION DES RESSOURCES EN EAU M. KOUASSI Jules Venance Assistant au PCCI (Côte d Ivoire) kouassjv2003@yahoo.fr ATELIER REGIONAL SUR L ADAPTATION ACCRA 21 au 23 septembre 2006 INTRODUCTION

Plus en détail

La triade «eau bleue, eau verte, eau virtuelle» et la sécurité alimentaire en Tunisie

La triade «eau bleue, eau verte, eau virtuelle» et la sécurité alimentaire en Tunisie Tunisie : la triade «eau bleue, eau verte, eau virtuelle» 65 La triade «eau bleue, eau verte, eau virtuelle» et la sécurité alimentaire en Tunisie par Monsieur Abdelkader Hamdane Ancien directeur général

Plus en détail

MINI PROJET DU GROUPE CHWG SANTE RELATIVE A LA PESTE A MADAGASCAR

MINI PROJET DU GROUPE CHWG SANTE RELATIVE A LA PESTE A MADAGASCAR MINI PROJET DU GROUPE CHWG SANTE RELATIVE A LA PESTE A MADAGASCAR Etude de l impact des facteurs environnementaux et climatiques sur la distribution de la peste et son évolution temporelle dans les Hautes

Plus en détail

Virus: Virus: Diversité génétique. Diversité génétique et variation antigénique. Virus: Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques

Virus: Virus: Diversité génétique. Diversité génétique et variation antigénique. Virus: Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques Virus: Diversité génétique et variation antigénique Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques M. Segondy Virus: Diversité génétique Virus: Génome + Capside ± Enveloppe 1 Virus: Diversité génétique

Plus en détail

AOI ECCOREV 2011 Common databases for field sites dedicated to experimental studies on climate change in Southern France

AOI ECCOREV 2011 Common databases for field sites dedicated to experimental studies on climate change in Southern France AOI ECCOREV 2011 Common databases for field sites dedicated to experimental studies on climate change in Southern France Ilja REITER IR CNRS, FR ECCOREV How do ecosystems respond to climate change species

Plus en détail

Prise de position de la fondation Gen Suisse sur la modification de la loi sur le génie génétique et l ordonnance sur la coexistence.

Prise de position de la fondation Gen Suisse sur la modification de la loi sur le génie génétique et l ordonnance sur la coexistence. Office fédéral de l agriculture OFAG Mattenhofstrasse 5 3003 Berne Zurich, le 14 Mai 2013 Prise de position de la fondation Gen Suisse sur la modification de la loi sur le génie génétique et l ordonnance

Plus en détail

Séminaire ACTA-INRA. Les systèmes de polyculture - élevage dans les territoires. Toulouse, 4 et 5 JUIN 2013

Séminaire ACTA-INRA. Les systèmes de polyculture - élevage dans les territoires. Toulouse, 4 et 5 JUIN 2013 Séminaire ACTA-INRA Les systèmes de polyculture - élevage dans les territoires Toulouse, 4 et 5 JUIN 2013 Une recherche-action sur le changement de l utilisation agricole des terres et des paysages en

Plus en détail

Université Ibn Tofail Séminaire enseignant du 13 au 16 mai 2014 Tunisie

Université Ibn Tofail Séminaire enseignant du 13 au 16 mai 2014 Tunisie Université Ibn Tofail Séminaire enseignant du 13 au 16 mai 2014 Tunisie Objectifs de la formation: MASTER CHANGEMENTS CLIMATIQUES, ADAPTATION -Etablir un cursus universitaire interdisciplinaire traitant

Plus en détail

Les débouchés des diplômés de L LMD Sciences de la Nature et de la Vie

Les débouchés des diplômés de L LMD Sciences de la Nature et de la Vie Les débouchés des diplômés de L LMD Sciences de la Nature et de la Vie Pour quel métier vous êtes fait? Des doutes sur ta formation actuelle : faut-il poursuivre? Vous avez une idée de métier mais est-ce

Plus en détail

Potentiel de production protéique par les variétés de légumineuses à graines

Potentiel de production protéique par les variétés de légumineuses à graines Potentiel de production protéique par les variétés de légumineuses à graines Isabelle Chaillet, ARVALIS Judith Burstin, Gérard Duc, INRA UMR LEG Dijon Avec le concours de JM. Retailleau, GEVES Place des

Plus en détail

Une approche régionale pour l'analyse du changement climatique : le climat ne connaît pas de frontière

Une approche régionale pour l'analyse du changement climatique : le climat ne connaît pas de frontière Une approche régionale pour l'analyse du changement climatique : le climat ne connaît pas de frontière Par Lucie Vincent 1 et Enric Aguilar 2 1 Climate Research Division, Environment Canada, Toronto, Canada

Plus en détail

Démarrage rapide Ontario Flow Assessment Tool III

Démarrage rapide Ontario Flow Assessment Tool III Démarrage rapide Ontario Flow Assessment Tool III Objective Ontario Flow Assessment Tools, version III (OFAT III) est une application spatiale en ligne pour automatiser une série de tâches hydrologiques

Plus en détail

ANALYSE AVANCEE DE DONNEES GEOSPATIALES AVEC ecognition

ANALYSE AVANCEE DE DONNEES GEOSPATIALES AVEC ecognition ANALYSE AVANCEE DE DONNEES GEOSPATIALES AVEC ecognition MISE A JOUR CADASTRALE NOTRE COMPREHENSION DU MONDE CHANGE Le logiciel est conçu pour améliorer, accélérer et automatiser l interprétation des images

Plus en détail

Risque climatique et accès à l eau en Méditerranée

Risque climatique et accès à l eau en Méditerranée présente Risque climatique et accès à l eau en Méditerranée Un séminaire organisé par le Réseau Euromed France Jeudi 17 septembre 2015 (14h-17h) Salle Jacques Alliot à l Afd (Paris) En partenariat avec

Plus en détail

CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES

CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES Les systèmes de production végétale en régie biologique font souvent appel aux engrais verts dans la rotation des cultures. Ces plantes

Plus en détail

5. Infiltration et écoulements

5. Infiltration et écoulements 5. Infiltration et écoulements 5.1. Définitions et paramètres descriptifs de l infiltration 5.2. Facteurs influençant l infiltration 5.3. Variation du taux d infiltration au cours d une averse 5.4. Modélisation

Plus en détail

Modélisation coalescente pour la détection précoce d un cancer

Modélisation coalescente pour la détection précoce d un cancer Modélisation coalescente pour la détection précoce d un cancer Mathieu Emily 27 Novembre 2007 Bioinformatics Research Center - Université d Aarhus Danemark Mathieu Emily Coalescence et cancer 1 Introduction

Plus en détail

Cadre stratégique pour l agriculture du Canada Programmes d intendance environnementale

Cadre stratégique pour l agriculture du Canada Programmes d intendance environnementale Agriculture and Agri-Food Canada Agriculture et Agroalimentaire Canada Cadre stratégique pour l agriculture du Canada Programmes d intendance environnementale Les initiatives environnementales Eau Nutriments,

Plus en détail

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau Communication en Conseil des Ministres Plan de gestion de la rareté de l eau Bilan de l année 2005 De septembre 2004 à septembre 2005, la France a connu une sécheresse s étendant sur un large croissant

Plus en détail

Pacte d Istanbul pour l Eau

Pacte d Istanbul pour l Eau Pacte d Istanbul pour l Eau Des autorités locales et régionales Réunis à Istanbul en mars 2009, nous Maires et autorités locales et régionales des différentes parties du monde adhérons au présent PACTE

Plus en détail

Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse?

Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse? 1 Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse? Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte d'affectation spéciale "Développement Agricole et Rural" du Ministère de l'alimentation,

Plus en détail

LEÇON À PROPOS DE L EAU COMMENT L EAU SE PROMÈNE-T-ELLE DANS UN BASSIN VERSANT?

LEÇON À PROPOS DE L EAU COMMENT L EAU SE PROMÈNE-T-ELLE DANS UN BASSIN VERSANT? LEÇON À PROPOS DE L EAU COMMENT L EAU SE PROMÈNE-T-ELLE DANS UN BASSIN VERSANT? CONTEXTE : Lorsque la pluie tombe sur le sol, une de ces deux choses se produit avec l eau. Lorsque le sol est déjà saturé,

Plus en détail

Innover pour réussir le mariage entre agriculture et environnement

Innover pour réussir le mariage entre agriculture et environnement ENVIRONNEMENT PAR MARION GUILLOU (73) présidente de l'inra Jamais la planète n aura été autant sollicitée Innover pour réussir le mariage entre agriculture et environnement Nourrir neuf milliards d habitants

Plus en détail

(Partie française située sur le territoire du bassin Rhin-Meuse)

(Partie française située sur le territoire du bassin Rhin-Meuse) DIRECTIVE 2000/60/CE DU PARLEMENT EUROPEEN ET DU CONSEIL DU 23 OCTOBRE 2000 ETABLISSANT UN CADRE POUR UNE POLITIQUE COMMUNAUTAIRE DANS LE DOMAINE DE L EAU (Partie française située sur le territoire du

Plus en détail

Le méthane (CH4) Polluants. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd)

Le méthane (CH4) Polluants. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd) Le méthane (C4) Polluants Fiche détaillée Niveau (A partir de la 2nd) I. La molécule de Méthane C Le méthane est un hydrocarbure de la famille des alcanes de formule brute C4. C'est un gaz que l'on trouve

Plus en détail

Observatoire foncier sur l aire urbaine

Observatoire foncier sur l aire urbaine Observatoire foncier sur l aire urbaine Analyser les marchés : - flux des mutations - prix 214-8-EXT-74 Janvier 215 L aire urbaine de Rennes en 21 2 L observation foncière Les marchés fonciers Mais aussi

Plus en détail

Témoignage 1 Réaliser une cartographie des parties prenantes locales

Témoignage 1 Réaliser une cartographie des parties prenantes locales Témoignage 1 Réaliser une cartographie des parties prenantes locales Quelle méthodologie? Quelles sont les erreurs à éviter, les choses à savoir? Pour quels résultats? Claude Chardonnet - C&S Conseils

Plus en détail

Programme RExHySS. -ooo- Volet 5 : Agriculture, Irrigation et pollution diffuse par les nitrates. -ooo-

Programme RExHySS. -ooo- Volet 5 : Agriculture, Irrigation et pollution diffuse par les nitrates. -ooo- Programme RExHySS -ooo- Volet 5 : Agriculture, Irrigation et pollution diffuse par les nitrates -ooo- Influence de la prise en compte de la rétroaction des prélèvements par irrigation sur le bilan hydrique

Plus en détail

«Les sols agricoles : un atout pour la sécurité alimentaire et le climat»

«Les sols agricoles : un atout pour la sécurité alimentaire et le climat» «Les sols agricoles : un atout pour la sécurité alimentaire et le climat» Catherine Geslain-Laneelle Ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt de France L agriculture fait aujourd

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. les. Fluorures

Consensus Scientifique sur. les. Fluorures page 1/5 Consensus Scientifique sur Source : IPCS (2002) les Fluorures Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Les aliments et l'eau de boisson contiennent généralement au moins un peu de fluorures. On

Plus en détail

Mireille Navarrete INRA Unité Ecodéveloppement Avignon

Mireille Navarrete INRA Unité Ecodéveloppement Avignon Mireille Navarrete INRA Unité Ecodéveloppement Avignon Objectif: mettre au point des SdC alternatifs sous tunnels plastiques Pour contrôler les bioagresseurs du sol sur le long-terme: nématodes à galles;

Plus en détail

Stratégies scientifiques de secteur d AAC

Stratégies scientifiques de secteur d AAC Stratégies scientifiques de secteur d AAC Présentation à la TRCV du secteur des semences 18 et 19 février 2014 Contexte Les travaux de recherche de la Direction générale des sciences et de la technologie

Plus en détail

Africa RiskView. Bulletin Mensuel. Points forts : Introduction. Pluviométrie

Africa RiskView. Bulletin Mensuel. Points forts : Introduction. Pluviométrie Points forts : Pluviométrie : Précipitations médiocres en Afrique de l Ouest Précipitations supérieures à la normale dans certaines régions d Afrique de l Est, notamment à l est du Tchad, au Soudan, au

Plus en détail

Les outils bio-moléculaires en sélection

Les outils bio-moléculaires en sélection Les outils bio-moléculaires en sélection Vers l utilisation d outils de génotypage haut débit - FN3PT/ Inra UMR Igepp Vers l utilisation du génotypage haut débit en sélection Sélection assistée par marqueurs

Plus en détail

Objectif : Programme: Projet coordonné par l Office International de l Eau. Evènement labellisé World Water Forum 6

Objectif : Programme: Projet coordonné par l Office International de l Eau. Evènement labellisé World Water Forum 6 Atelier WaterDiss2.0: Valoriser les résultats de la recherche sur l'eau comme catalyseur de l'innovation. Paris, Pollutec, 1 er Décembre 2011 De 14h à 17h Salle 617 Objectif : L'objectif du projet WaterDiss2.0

Plus en détail