TECHNOLOGIE DE L OPTIQUE GUIDEE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TECHNOLOGIE DE L OPTIQUE GUIDEE"

Transcription

1 REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie UNIVERSITE DE YAOUNDE I ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE REPUBLIC OF CAMEROUN Peace - Work Fatherland UNIVERSITY OF YAOUNDE I NATIONAL ADVANCED SCHOOL OF ENGENEERING MASTER PRO 2 EN TELECOMMUNICATIONS TECHNOLOGIE DE L OPTIQUE GUIDEE Leçon 1 : PRINCIPE, PROPRIETES ET TECHNOLOGIES DE LA FIBRE OPTIQUE Equipe des concepteurs : - Martin KOM - Jean EYEBE FOUDA - Guillaume KOM Le contenu est placé sous licence /creative commons/ de niveau 5 (Paternité, Pas d'utilisation commerciale, Partage des conditions initiales à l'identique)..

2 Séquence 1 : Principe, Propriétés et Technologies de la fibre optique Séquence 1 1 ère partie 1.1 Principe de fonctionnement de la fibre optique Bases théoriques du guidage de la lumière la lumière : propriétés fondamentales La lumière, au sens strict du terme, est constituée par la partie visible du spectre électromagnétique et les rayonnements de longueurs d onde voisines : infrarouge et ultraviolet. Pour rappel, c est le champ d application de l optique. A cette partie du spectre électromagnétique correspondent les rayons dits rayonnements optiques. Fig 1.1: Rayonnements optiques: désignations et répartition spectrale

3 La lumière présente à la fois un aspect ondulatoire et un aspect corpusculaire. Considérée sous son aspect ondulatoire, la lumière apparaît constituée d ondes électromagnétiques émises lors des transitions électroniques entre niveaux d énergie des atomes de la source (filament de tungstène, soleil, lampe tempête, diode led, laser, ). Ces ondes se propagent dans le vide à la vitesse : c = km/s et dans la matière à une vitesse v=c/n (1) où n est l indice de réfraction du milieu. La fréquence υ et la longueur d onde λ sont liées par la relation : λ=v/ υ (2) soit dans le vide λ=c/ υ (3) Une onde lumineuse monochromatique est formée d un champ électrique et d un champ magnétique orthogonaux, perpendiculaires à la direction de propagation et variant sinusoïdalement en phase. Les différents atomes de la source (hormis le cas du laser), émettent des ondes dont les phases et les directions des champs sont indépendantes et qui pour un même atome varient aléatoirement au cours du temps. Ces ondes ne peuvent donc être monochromatiques. L utilisation d un polariseur permet d obtenir un rayonnement dont les champs électrique et magnétique ont une direction constante dans l espace : l onde est polarisée. L aspect corpusculaire de la lumière ressort lors de son interaction avec la matière : la lumière, comme d ailleurs tout rayonnement électromagnétique, est constituée de particules appelées photons, chacun étant le support d une énergie élémentaire W ф = hυ, h étant la constante de Planck, égale à 6,6256*10-34 J.S D autre part, dans la matière, les électrons sont liés aux atomes et exigent pour devenir libres, une énergie W l qui est leur énergie de liaison. L absorption d un photon provoquera la libération d un électron à condition que W ф W l, soit υ W l /h ou λ hc/ W l (4) La longueur d onde maximale susceptible de provoquer la libération d un électron dans un matériau donné est la longueur d onde seuil λs=hc/ W e. (5) Soit λs (µ m)= 1,237/ W e.(ev) (6) De façon plus générale, le type de charges libérées par le rayonnement dépend de la nature du matériau éclairé : - paires électron-trou dans les isolants et les semi-conducteurs très purs. Fig I-3.a. - électrons dans les semi-conducteurs dopés par les atomes donneurs Fig I-3.b. - trous dans les semi-conducteurs dopés par les atomes accepteurs. Fig I-3.c.

4 Fig 1.2: Influence de la nature du matériau éclairé sur le type de charges libérées par le rayonnement La libération des porteurs sous l influence d un rayonnement lumineux constitue l effet photoélectrique : il se traduit par une modification des propriétés électriques du matériau et est le principe de base des composants optoélectroniques. Selon la nature du dispositif éclairé, l effet photoélectrique se manifeste sous diverses formes qui sont : - l effet photoconducteur - effet photovoltaique - effet photoémissif - effet photoélectromagnétique l effet photoconducteur est la base des composants optiques récepteurs de lumière. Alors que l effet photoémissif est à l origine des composants émetteurs de lumière. Le principe de fonctionnement de ces composants opotoélectroniques sera examiné ultérieurement Lumière, support d information Pour les rayonnements optiques comme pour le courant électrique, on peut distinguer deux types fondamentaux d application : - les applications énergétiques, comme l éclairement ; - les applications «informationnelles», dans lesquelles la lumière sert de support à des informations dont elle assure la transmission. Sur le tableau suivant, on donne quelques exemples de modifications possibles que l on peut apporter à un des paramètres du rayonnement en vue d assurer une transmission d information

5 Paramètre du rayonnement Caractère de la modification Direction de propagation Flux déviation Atténuation par absorption Modulation par tout ou rien Fréquence Intensité Longueur d onde Phase Polarisation Changement de fréquence (effet Doppler) Répartition spectrale de l énergie Déphasage entre deux rayons dû à une différence de marche Rotation du plan de polarisation par biréfringence. Tableau 1.1: Modifications possibles d un rayonnement optique Un certain nombre de ces paramètres peut être modifié simultanément (Direction de propagation, flux, intensité) ; c est ce qui rend possible l emploi de la lumière comme support d information dans une fibre optique, comme nous allons le montrer par la suite Rappels : Réfraction et réflexion de la lumière à la surface de séparation de deux milieux diélectriques d indices différents. - 1 er cas : n1 < n2

6 Fig 1.3:Réflexion et réfraction de la lumière (cas : n1<n2) La lumière transmise dans le milieu d'indice n2 change de direction à la frontière et l angle de réfraction suit la loi de Snell : sinφ1/ sinφ2 = n2/n1 (7) Où φ1 et φ2 sont les angles faits par les rayons incidents et réfractés, respectivement, avec la normale à l interface. Pour les angles complémentaires θ1 et θ2, cosθ1/ cosθ2 = n2/n1 (8) -2ième cas: n1>n2 Fig 1.4:Réflexion et réfraction de la lumière (cas : n1>n2) N.B : réflexion totale si : 1 ) θ θc 2 ) φ 90 - θc Pour une valeur θ1= θc, la transmission de l onde lumineuse dans le milieu II cesse complètement et la totalité de l énergie est entièrement réfléchie à la surface de séparation des deux milieux. L angle pour lequel se produit cette réflexion totale est θ1= θc θ2= 0 Par l équation des angles complémentaires, on a : θc =cos -1 ( n2/n1) (9) θ1 s appelle angle critique ou angle limite (complémentaire) ou angle complémentaire de réflexion totale *Angle Brewster ou angle de réflexion nulle Dans le cas n2>n1, il existe un angle d incidence pour lequel il n existe plus d onde réfléchie. Cette situation se produit lorsque θ1+ θ2 =90.

7 Cet angle d incidence s appelle angle de Brewster θ B à partir de la loi des angles complémentaires, on a : θ B = cot -1 (n2/n1) arccot (n2/n1) (10) Il est important de remarquer que θ= 90 φ ; φ étant l angle d incidence. Ces importants résultats sont à la base de la conception et de la réalisation des fibres optiques. Fig 1.5 : Angle d incidence de Brewster- seul existe un rayon réfracté Principe de fonctionnement de la fibre optique Guidage et propagation de la lumière dans la fibre optique a) Principe du guidage de la lumière dans une fibre optique Considérons le guide d onde diélectrique de la figure 1.6. Fig 1.6 : Guidage de la lumière dans une fibre optique à saut d indice

8 L indice de réfraction n1 de la région centrale appelée «cœur», est supérieur à l indice n2 de la région avoisinante appelée «gaine». L indice de réfraction du cœur est uniforme; on parle alors de fibre à saut d indice. On applique le principe des lois de Snell et notamment la réflexion totale. A cause de la réfraction du rayon (1) à l interface air-cœur, l angle du rayon réfracté avec l axe se change en θ1 et on tire l équation sinθo/ sinθ1 = n1/no =n1 (11) (puisque no=1 : milieu air ) Si l angle θ1 à l intérieur du cœur est inférieur à l angle complémentaire de réflexion totale θc =90- φc = cos -1 ( n2/n1) (12) où φc est l angle critique, il se produit dans la fibre une réflexion totale et le rayon continue à se propager le long du cœur, puisque toutes les réflexions suivantes ont lieu avec le même angle et par conséquent sans perte d énergie. En revanche, si un rayon (2) pénètre dans le cœur avec un angle supérieur à θc, une réflexion seulement partielle se produira alors et une partie de l énergie sera perdue par réfraction dans la gaine. Après plusieurs réflexions successives, il reste très peu d énergie dans le cœur et il n y a plus guidage. Seuls les rayons qui forment un angle inférieur ou égal à θo max dans l air sont reçus et guidés par le cœur de la fibre. Sur le plan frontal, l ensemble de ces rayons forme «le cône d acceptance» ou angle d acceptance. C est l angle limite permettant d accepter la lumière dans la région du cœur de la fibre θa = θo max - Ouverture Numérique : Définition N= sinθo max (13) D après les lois de Snell, ona : no.sinθo=n1.sinθ1 (14) n1cosθ1= n2cosθ2 (15) à la limite de la réflexion totale, θ2=0, on a alors cos θ1 max =n2/n1 (16) et sin θo max =1/n 0 n = n (17) 1 n2 1 n2 soit : N=n 0 sin θo max ( si n 0 # air) (18) N=sin θo max ( si n 0 =1 : air ) (19) 2 2 N = n (20) 1 n2

9 b) Propagation de la lumière- Modes de propagation L étude de la propagation de la lumière dans une fibre optique nécessite la résolution des équations de Maxwell, opération complexe qui ne présente pas d intérêt pour nous dans ce cours. Aussi, nous nous en tiendrons à une explication simplifiée du phénomène. L étude rigoureuse des conditions de propagation dans une fibre optique par les équations de maxwell montre que seul un nombre limité de types d ondes (celles contenues dans le cône d acceptance) est susceptible de s y propager : ils correspondent aux «modes» de propagation. Fig 1.7. Fig 1.7 : Formation d un mode dans un guide d onde diélectrique (a) décomposition de la direction de propagation (b) interférence des ondes incidentes et réfléchies c) Nombre de modes On montre que le nombre de modes maximum qui peut exister dans une fibre optique est donné par la relation : N max = 2πa λ Où 2a est la largeur du cœur de la fibre optique n a n2. = π / 2 λ Ce nombre est directement proportionnel à l ouverture numérique et à la largeur du cœur. n 2 1 n 2 2 (21)

10 d) Vitesse de groupe On appelle vitesse de groupe la vitesse à laquelle l énergie lumineuse se propage le long du guide d onde (le cœur de la fibre optique) Fig 1.8. Elle est donnée par la relation Fig 1.9. Vg= vcosθ= c/n1(cosθ) (22) Pour un mode N donné, on a : Vg N = c/n1 cos θ N (23) la vitesse de groupe du mode N Fig 1.8 : Vitesse de phase et vitesse de groupe Fig 1.9 : Vitesse de groupe dans un guide d onde à saut d indice (c= vitesse d la lumière dans le vide ~ 3x10 8 m/s).

11 On observe ainsi que pour différentes vitesses de groupe de mode correspondront des temps de propagation différents ainsi que des angles d incidence différents. Ceci est une caractéristique des fibres dites multi-modes. Il se trouve que dans la fibre à saut d indice, chaque mode a une vitesse de propagation qui lui est propre et il peut y exister un grand nombre de modes, comme nous l avons montré plus haut. e) Dispersion modale Les impulsions lumineuses qui traversent la fibre se répartissent dans tous les modes et se recouvrent à l entrée, mais à cause des différentes vitesses de groupe, les modes se séparent progressivement pendant leur propagation Fig La dispersion modale est due au fait que les trajets du rayon axial et du rayon critique sont différents. Il en résulte une différence de temps de propagation de groupe entre ces deux trajets : = gح n1/co (1/ cosθ1 max -1) ; (24) mais cosθ1 max = n1/n2 (25) D où = gح (1/Co ).(n1/n2) (n1-n2) en s/m (26) L inconvénient de la dispersion modale est dû au fait qu une impulsion lumineuse étroite se répartit automatiquement en différents modes. Comme les vitesses de groupe sont différentes, les modes arrivent à des instants différents et reconstituent par conséquent l impulsion d entrée sur une durée plus grande, d où un élargissement de l impulsion de sortie, fonction de la différence de temps de propagation de groupe. gح Dispersion modale et ouverture numérique vont de pair : de faibles valeurs de gح imposent une faible différence relative d indice de réfraction entre cœur et gaine. Il en résulte une faible ouverture numérique, ce qui conduit à des problèmes d adaptation géométrique des transducteurs optoélectroniques à fibre optique (dimensions minuscules des connecteurs).

12 Fig 1.10 : Elargissement des impulsions dû aux différentes vitesses de groupes des modes. L impulsion lumineuse est répartie dans tous les modes, qui se recouvrent dans le temps à l entrée mais se séparent progressivement pendant leur propagation f) La fibre à gradient d indice : une solution pour la réduction de la dispersion modale La dispersion modale, qui se caractérise donc par la valeur de, gح peut être réduite par une diminution progressive et convenable de l indice de réfraction du cœur le long d un rayon. Ainsi, la vitesse de propagation croît lorsque le rayon lumineux s éloigne de l axe ce qui compense l augmentation du trajet. Le profil d indice théoriquement optimal est une parabole. La fibre conçue à partir de ce modèle mathématique s appelle «fibre à gradient d indice». Ce type de fibre permet de réduire gح d un facteur d environ 3000 par rapport à une fibre à saut d indice La fibre monomode : Une solution pour annuler complètement le phénomène de dispersion modale. L existence de la dispersion modale est essentiellement due à la présence des multiples modes dans la fibre. On peut donc déduire que la présence d un seul mode annulera complètement la dispersion modale. On montre qu un seul mode se propagera dans une fibre à cœur d indice constant si son rayon a est suffisamment petit pour satisfaire la condition :

13 2 Πa/λ.(n² 1 -n² 2 ) 1/2 < 2,40 (27) Exemple λ =3x10 8 m/s n1=1,51 ;n2= 1,50 a <2,2 λ En définitive, on distingue donc 3 types de fibre optique ( Fig 1.11, Fig 1.12 et Fig 1.13) : - La fibre à saut d indice ; - La fibre à gradient d indice ; - La fibre monomode ; réparties en 2 catégories : * Les fibres otique Multimodes (à saut d indice, à gradient d indice) * Les fibres monomodes Le trajet lumineux et les modes de propagation a) fibre multimode à saut d indice Fig 1.11: La fibre à saut d indice Les fibres à saut d indice présentent un cœur transparent d indice constant, et une gaine sombre,. Il y a alors réflexion du rayon lumineux à la frontière entre les deux matériaux. Cependant, le chemin optique varie, ce qui est gênant puisqu un même signal se retrouve étendu à la sortie. b) fibre multimode à gradient d indice

14 Fig 1.12: La fibre à gradient d indice Ici, l indice varie peu à peu du centre à la gaine. La forme de la trajectoire est plus sinusoïdale car le rayon est dévié au fur et à mesure qu il s éloigne du centre. La variation du chemin optique est ici plus faible car le cœur a un diamètre moindre. L étalement du signal est moins important grâce à la variation de l indice. c) Fibre monomode Fig 1.13 : Fibre monomode Dans une fibre monomode, on obtient un seul mode grâce à la très faible dimension du cœur ( diamètre de 10µm et moins). Ainsi le chemin de la lumière est supposé, il n y a en a qu un seul, celui du cœur. Il existe expérimentalement des fibres optiques monomodes à cristal photonique

15 d) Modes et dispersion modale Les modes sont l expression des différents chemins optiques que peut suivre le signal dans la fibre. Une formule expérimentale donne le nombre de modes dans une fibre à saut d indice : π N [ d λ c n g n ]² (28) avec n l ouverture numérique (29) 2 2 c n g Fig 1.14 : Modes et dispersion modale L ouverture numérique traduit l angle d entrée des faisceaux lumineux dans la fibre. On voit que le nombre de modes dépend du diamètre du cœur au carré! Il est donc important de minimiser le diamètre du cœur. La valeur des indices et la longueur d onde choisie influent, mais dans une moindre mesure.

TECHNOLOGIE DE L OPTIQUE GUIDEE

TECHNOLOGIE DE L OPTIQUE GUIDEE REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie --------------------- UNIVERSITE DE YAOUNDE I ---------------------- ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE ---------------------- REPUBLIC OF CAMEROUN Peace

Plus en détail

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction DNS Sujet Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3 Réfraction I. Préliminaires 1. Rappeler la valeur et l'unité de la perméabilité magnétique du vide µ 0. Donner

Plus en détail

TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE

TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE Exercice en classe EXERCICE 1 : La fibre à gradient d indice On considère la propagation d une onde électromagnétique dans un milieu diélectrique

Plus en détail

- 1 - Expérience no 21 ELEMENTS D OPTIQUE 1. INTRODUCTION

- 1 - Expérience no 21 ELEMENTS D OPTIQUE 1. INTRODUCTION - 1 - Expérience no 21 1. INTRODUCTION ELEMENTS D OPTIQUE Dans cette expérience les principes de l optique géométrique sont applicables car les obstacles traversés par la lumière sont beaucoup plus grands

Plus en détail

OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE Exercices

OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE Exercices Construction graphique des rayons réfracté et réfléchi. D'après : Claude Divoux, 2003 Etape 1 Tracer 2 arcs de cercles de centre I (le point d incidence) et de rayons respectivement proportionnel à l indice

Plus en détail

Communications Numériques par Fibre Optique

Communications Numériques par Fibre Optique Université Mohammed Premier École Nationale des Sciences Appliquées d Oujda Cours de la 5 ème Année : Cycle d Ingénieurs Module 5M4 Version 1.0 (Septembre 2009) Communications Numériques par Fibre Optique

Plus en détail

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction :

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction : Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4 ème Maths 3+Tech I- Introduction : En laissant l œil semi-ouvert lors de la réception de la lumière on observe des annaux alternativement brillants et

Plus en détail

Ludovic Grossard. Chapitre V Les bres optiques. Chapitre V. Département Mesures Physiques, IUT du Limousin Université de Limoges

Ludovic Grossard. Chapitre V Les bres optiques. Chapitre V. Département Mesures Physiques, IUT du Limousin Université de Limoges Chapitre V Les bres optiques Ludovic Grossard Département Mesures Physiques, IUT du Limousin Université de Limoges 1 Structure d'une bre 2 Prol d'indice 3 Principe de guidage 4 Caractéristiques d'une bre

Plus en détail

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Questions pour réfléchir chap. 26 Q3. Expliquez pourquoi la distance focale d une lentille dépend en réalité de la couleur de la lumière

Plus en détail

Nous nous intéresserons ici à une version simplifiée du modèle corpusculaire pour décrire l optique géométrique.

Nous nous intéresserons ici à une version simplifiée du modèle corpusculaire pour décrire l optique géométrique. OPTIQUE GEOMETRIQUE Définitions : L optique est la science qui décrit les propriétés de la propagation de la lumière. La lumière est un concept extrêmement compliqué et dont la réalité physique n est pas

Plus en détail

Physique Transmission et stockage de l information Chap.22

Physique Transmission et stockage de l information Chap.22 TS Thème : Agir Activités Physique Transmission et stockage de l information Chap.22 I. Transmission de l information 1. Procédés physique de transmission Une chaîne de transmission peut se schématiser

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

Comment peut-on bloquer les réflexions de la lumière sur la surface de l eau pour mieux voir ce qu il y a sur le fond de la mer?

Comment peut-on bloquer les réflexions de la lumière sur la surface de l eau pour mieux voir ce qu il y a sur le fond de la mer? Comment peut-on bloquer les réflexions de la lumière sur la surface de l eau pour mieux voir ce qu il y a sur le fond de la mer? www.digital-photography-tips.net/stay_focussed-newsletter-march-2013.html

Plus en détail

La fibre optique. L'essentiel. L'Internet de demain

La fibre optique. L'essentiel. L'Internet de demain La fibre optique L'essentiel L'Internet de demain Alben21 - Tous droits réservés - Edition 2012 Constituée d'un cœur entouré d'une gaine réfléchissante, la fibre optique est un "tuyau" très fin dans lequel

Plus en détail

Fibres Optiques. 1 Introduction. 2 Propagation de la lumière dans une fibre

Fibres Optiques. 1 Introduction. 2 Propagation de la lumière dans une fibre Fibres Optiques 1 Introduction Les fibres optiques permettent la propagation guidée de la lumière sur plusieurs milliers de kilomètres. Elles permettent actuellement une transmission d information rapide

Plus en détail

6. Ondes électromagnétiques et rayons lumineux

6. Ondes électromagnétiques et rayons lumineux 6. Ondes électromagnétiques et rayons lumineux Ce chapitre contient des rappels d optique géométrique et vise à faire le lien entre les notions d ondes étudiées au début du cours et l optique géométrique.

Plus en détail

Electrocinétique et magnétostatique

Electrocinétique et magnétostatique Chapitre 3 Electrocinétique et magnétostatique 3.1 Electrocinétique - Vecteur densité de courant Un courant électrique correspond à des charges électriques mobiles. On appelle vecteur densité de courant

Plus en détail

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre TP fibres optiques Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 810 nm est puissante (50 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé des yeux, vous

Plus en détail

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Quebec PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Direction de la formation générale

Plus en détail

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE I LE PHENOMENE DE DISPERSION 1 Expérience 2 Observation La lumière émise par la source traverse le prisme, on observe sur l'écran le spectre de la lumière blanche.

Plus en détail

ANNALE 2005-2006 FILERE FAS

ANNALE 2005-2006 FILERE FAS Première Année Premier Cycle ANNALE 2005-2006 FILERE FAS INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE LYON Par M.Rey marie.rey@insa-lyon Physique 1 Filière FAS TABLE DES MATIERES PROPAGATION DE LA LUMIERE...

Plus en détail

Électromagnétisme et Optique Physique

Électromagnétisme et Optique Physique Électromagnétisme et Optique Physique Dr.R.Benallal DÉPARTEMENT DE PHYSIQUE École Préparatoire en Sciences et Techniques de Tlemcen Physique 4 Fevrier-Juin 2013 Programme du module I Électromagnétisme

Plus en détail

Chapitre 12 Physique quantique

Chapitre 12 Physique quantique DERNIÈRE IMPRESSION LE 29 août 2013 à 13:52 Chapitre 12 Physique quantique Table des matières 1 Les niveaux d énergie 2 1.1 Une énergie quantifiée.......................... 2 1.2 Énergie de rayonnement

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

LES FIBRES OPTIQUES. o 2.n 1.d

LES FIBRES OPTIQUES. o 2.n 1.d LES FIBRES OPTIQUES 1) Propagation des modes dans les fibres : Mode de propagation : cos = (m + ()) o 2.n 1.d A chaque valeur de m est associé un angle m solution de l équation ci dessus. A chaque m est

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

Technologies des réseaux tout optique

Technologies des réseaux tout optique École Nationale des Sciences Appliquées Tétouan- Génie des Systèmes de Télécommunications et Réseaux GSTR3 Module: Complément Télécoms Technologies des réseaux tout optique Pr. Mounir Arioua m.arioua@ieee.org

Plus en détail

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 )

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 ) Faisceau gaussien 1 Introduction La forme du faisceau lumineux émis par un laser est particulière, et correspond à un faisceau gaussien, ainsi nommé car l intensité décroît suivant une loi gaussienne lorsqu

Plus en détail

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche Les diodes électroluminescentes (DEL ou LED en anglais) sont de plus en plus utilisées pour l éclairage : affichages colorés, lampes de poche, éclairage

Plus en détail

Mesure de Température par Caméra Infrarouge

Mesure de Température par Caméra Infrarouge Mesure de Température par Caméra Infrarouge INTRODUCTION La caméra infrarouge capte au travers d un milieu transmetteur (ex : l atmosphère) les rayonnements émis par une scène thermique. Le système radiométrique

Plus en détail

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme 1L : Représentation visuelle du monde Activité.4 : Lumières colorées I. Décomposition de la lumière blanche Newton (dès 1766) a décomposé la lumière solaire avec un prisme. 1. Expériences au bureau : 1

Plus en détail

LE SPECTROSCOPE À PRISME. ANALYSE DES SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORBTION

LE SPECTROSCOPE À PRISME. ANALYSE DES SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORBTION LE SPECTROSCOPE À PRISME. ANALYSE DES SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORBTION 1. Le but du travail 1.1. Mise en evidence du phénomène de dispersion de la lumière par l observation des spectres d émission et

Plus en détail

N.T. C Formatio ns 1

N.T. C Formatio ns 1 1 LA RETRODIFFUSION: La rétrodiffusion consiste à mesurer le temps mis par une impulsion lumineuse pour aller et revenir dans la liaison. L atténuation est le rapport entre la lumière envoyée et la lumière

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière.

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière. 31 O1 OPTIQUE GEOMETRIQUE I.- INTRODUCTION L optique est une partie de la physique qui étudie la propagation de la lumière. La lumière visible est une onde électromagnétique (EM) dans le domaine de longueur

Plus en détail

Physique 51421. Module 3 Lumière et optique géométrique. Rappel : les ondes. Caractéristiques des ondes. Vitesse de la lumière

Physique 51421. Module 3 Lumière et optique géométrique. Rappel : les ondes. Caractéristiques des ondes. Vitesse de la lumière Physique 51421 Module 3 Lumière et optique géométrique Rappel : les ondes Il existe deux types d ondes : Ondes transversale : les déformations sont perpendiculaire au déplacement de l onde. (ex : lumière)

Plus en détail

Plan. Physique - Optique et applications pour la Synthèse d Images. IUT StDié. Introduction. 1. Nature et propagation i. de La la lumière lumière

Plan. Physique - Optique et applications pour la Synthèse d Images. IUT StDié. Introduction. 1. Nature et propagation i. de La la lumière lumière Physique - Optique et applications pour la Synthèse d Images IUT StDié Cours niveau Licence Optique v.2005-10-05 Stéphane Gobron Plan Introduction 2. Image, réflexion et réfraction 4. Interférences et

Plus en détail

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Introduction : On ne peut ni aller sur les étoiles, ni envoyer directement des sondes pour les analyser, en revanche on les voit, ce qui signifie qu'on reçoit

Plus en détail

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION ) Caractéristiques techniques des supports. L infrastructure d un réseau, la qualité de service offerte,

Plus en détail

CHAPITRE 1 LA LUMIERE ET L OPTIQUE GEOMETRIQUE

CHAPITRE 1 LA LUMIERE ET L OPTIQUE GEOMETRIQUE CHAPITRE 1 LA LUMIERE ET L OPTIQUE GEOMETRIQUE I Qu est-ce que la lumière? Historique : théorie ondulatoire et théorie corpusculaire II Aspect ondulatoire Figure 1-1 : (a) Onde plane électromagnétique

Plus en détail

TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences

TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences E.N.S. de Cachan Département E.E.A. M2 FE 3 e année Physique appliquée 2011-2012 TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences Exercice n o 1 : Interférences à deux ondes, conditions de cohérence

Plus en détail

O 2 Formation d images par un système optique.

O 2 Formation d images par un système optique. par un système optique. PCS 2015 2016 Définitions Système optique : un système optique est formé par une succession de milieux homogènes, transparents et isotropes (MHT) séparés par des dioptres (et /

Plus en détail

obs.5 Sources de lumières colorées exercices

obs.5 Sources de lumières colorées exercices obs.5 Sources de lumières colorées exercices Savoir son cours Mots manquants Chaque radiation lumineuse peut être caractérisée par une grandeur appelée longueur d onde dans le vide. Les infrarouges ont

Plus en détail

L'apport de la physique au diagnostic médical

L'apport de la physique au diagnostic médical L'apport de la physique au diagnostic médical L'application des découvertes de la physique à l'exploration du corps humain fournit aux médecins des informations essentielles pour leurs diagnostics. Ils

Plus en détail

TP Cours : Polarisation rectiligne de la lumière

TP Cours : Polarisation rectiligne de la lumière TP Cours : Polarisation rectiligne de la lumière Les ondes lumineuses sont des ondes électromagnétiques vectorielles. Certains systèmes physiques, comme par exemple les lunettes de soleil polarisantes,

Plus en détail

TELEVISION NUMERIQUE

TELEVISION NUMERIQUE REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie --------------------- UNIVERSITE DE YAOUNDE I ---------------------- ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE ---------------------- REPUBLIC OF CAMEROUN Peace

Plus en détail

Les métamatériaux. Ryan Arseneault Département de physique et d astronomie Université de Moncton, Canada

Les métamatériaux. Ryan Arseneault Département de physique et d astronomie Université de Moncton, Canada Les métamatériaux Ryan Arseneault Département de physique et d astronomie Université de Moncton, Canada La science et la technologie ont une soif insatiable de matériaux meilleurs et plus performants qui

Plus en détail

FIBRE OPTIQUE À SAUT D INDICE

FIBRE OPTIQUE À SAUT D INDICE Mines Physique 2 PC 2011 Énoncé 1/6 ÉCOLE DES PONTS PARISTECH SUPAERO (ISAE), ENSTA PARISTECH, TELECOM PARISTECH, MINES PARISTECH, MINES DE SAINT ÉTIENNE, MINES DE NANCY, TÉLÉCOM BRETAGNE, ENSAE PARISTECH

Plus en détail

1- Propriétés de la lumière et indice de réfraction. Le microscope polarisant

1- Propriétés de la lumière et indice de réfraction. Le microscope polarisant CHABOU Moulley Charaf Ecole Nationale Polytechnique Département Génie Minier Cours - - 1- Propriétés de la lumière et indice de réfraction. Le microscope polarisant 1.1. Généralités sur la lumière La lumière

Plus en détail

Master 1 Physique----Université de Cergy-Pontoise. Effet Kerr EFFET KERR. B. AMANA, Ch. RICHTER et O. HECKMANN

Master 1 Physique----Université de Cergy-Pontoise. Effet Kerr EFFET KERR. B. AMANA, Ch. RICHTER et O. HECKMANN EFFET KERR B. AMANA, Ch. RICHTER et O. HECKMANN 1 I-Théorie de l effet Kerr L effet Kerr (1875) est un phénomène électro-optique de biréfringence artificielle. Certains milieux, ordinairement non-biréfringents,

Plus en détail

Chapitre 5 - Réfraction et dispersion de la lumière

Chapitre 5 - Réfraction et dispersion de la lumière I. Réfraction de la lumière A. Mise en évidence expérimentale 1. Expérience 2. Observation - Dans l air et dans l eau, la lumière se propage en ligne droite. C est le phénomène de propagation rectiligne

Plus en détail

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique CORRECTION Séance n 3 Semaine du 28/09/2015

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique CORRECTION Séance n 3 Semaine du 28/09/2015 TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique CORRECTION Séance n 3 Semaine du 28/09/2015 Optique 2 Mariano-Goulart QCM n 1 : A, C A. Vrai. Hz.m -1.s => B. Faux.. C. Vrai. L'équation donnée montre que l onde électrique

Plus en détail

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Déplacement d un TD : ven 18/04, 14h-15h30 (groupe II) Créneau de remplacement

Plus en détail

Guide de sélection des fibres

Guide de sélection des fibres Introduction: Le but de ce guide de sélection est de vous fournir l aide nécessaire pour vous permettre de choisir la fibre la mieux adaptée à vos besoins (En fonction du type d équipement actif utilisé

Plus en détail

MR, 2007 Optique 1/20 MR, 2007 Optique 2/20

MR, 2007 Optique 1/20 MR, 2007 Optique 2/20 Sources de lumière Sources naturelles Soleil Étoiles Sources artificielles Bougie Ampoule MR, 2007 Optique 1/20 Origine de la lumière Incandescence La lumière provient d un corps chauffé à température

Plus en détail

1 Introduction générale

1 Introduction générale Expérience n 10 Éléments d optique Domaine: Optique, ondes électromagnétiques Lien avec le cours de Physique Générale: Cette expérience est liée aux chapitres suivants du cours de Physique Générale: -

Plus en détail

Table des matières. Câblage paire torsadée...2 Test de câble coaxial...3 Liaison fibre optique...4. Réseaux de terrain

Table des matières. Câblage paire torsadée...2 Test de câble coaxial...3 Liaison fibre optique...4. Réseaux de terrain Table des matières Câblage paire torsadée...2 Test de câble coaxial...3 Liaison fibre optique...4 Exercices II: couche physique 1/5 2008 tv Câblage paire torsadée Le câblage d une installation est réalisée

Plus en détail

Microscopie I : Bases de la Microscopie

Microscopie I : Bases de la Microscopie Microscopie I : Bases de la Microscopie 1. Nature de la lumière 1.1 Le photon : définition D une manière générale, la lumière est constituée par des trains d ondes électromagnétiques. Ces trains d ondes

Plus en détail

Les sources de lumière.

Les sources de lumière. Les sources de lumière. 1. La lumière. La lumière fait partie des ondes électromagnétiques qui vont des rayons cosmiques aux ondes radar. Ces ondes se différencient par leur longueur d onde et par l énergie

Plus en détail

Capteurs. Capteur. 1. Position du problème. 2. définitions. s = f(m) 3. Les principes physiques mis en oeuvres

Capteurs. Capteur. 1. Position du problème. 2. définitions. s = f(m) 3. Les principes physiques mis en oeuvres Ce cours est destiné à donner un aperçu : - des possibilités de mesure des grandeurs physiques ; - des principales caractéristiques dont il faut tenir compte lors de l utilisation d un capteur. Bibliographie

Plus en détail

TELEVISION NUMERIQUE

TELEVISION NUMERIQUE REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie --------------------- UNIVERSITE DE YAOUNDE I ---------------------- ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE ---------------------- REPUBLIC OF CAMEROUN Peace

Plus en détail

1 Réflexion et réfraction

1 Réflexion et réfraction 1 Réflexion et réfraction 1.1 Rappel sur la propagation dans les milieux linéaires isotropes Equations de Maxwell dans les milieux Dans un milieu diélectrique sans charges libres (ni courants libres) les

Plus en détail

5/ Fonctionnement du laser

5/ Fonctionnement du laser 5/ Fonctionnement du laser La longueur d onde du laser est de 532 nanomètres (532x10-9 m) soit dans le vert. Le choix de cette longueur d onde n est pas fait au hasard car la matière va interagir avec

Plus en détail

TECHNOLOGIE DE L OPTIQUE GUIDEE

TECHNOLOGIE DE L OPTIQUE GUIDEE REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie --------------------- UNIVERSITE DE YAOUNDE I ---------------------- ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE ---------------------- REPUBLIC OF CAMEROUN Peace

Plus en détail

Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux

Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux Université Pierre et Marie Curie Master de sciences et technologie Interaction matière-rayonnement Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux Introduction On considère un système atomique

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DES MÉTIERS DE L AUDIOVISUEL OPTION MÉTIERS DU SON ÉPREUVE E3 : SCIENCES PHYSIQUES

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DES MÉTIERS DE L AUDIOVISUEL OPTION MÉTIERS DU SON ÉPREUVE E3 : SCIENCES PHYSIQUES Repère : SESSION 2008 Durée : 3 H Page : 0/7 Coefficient : 2 BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DES MÉTIERS DE L AUDIOVISUEL OPTION MÉTIERS DU SON ÉPREUVE E3 : SCIENCES PHYSIQUES Page : 1/7 Coefficient : 2

Plus en détail

TELEVISION NUMERIQUE

TELEVISION NUMERIQUE REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie --------------------- UNIVERSITE DE YAOUNDE I ---------------------- ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE ---------------------- REPUBLIC OF CAMEROUN Peace

Plus en détail

OPTIQUE. 1. Loi de la réflexion. Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident

OPTIQUE. 1. Loi de la réflexion. Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident OPTIQUE Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident AIR rayon réfléchi EAU rayon réfracté A l'interface entre les deux milieux, une partie

Plus en détail

Ecole Centrale d Electronique VA «Réseaux haut débit et multimédia» Novembre 2009

Ecole Centrale d Electronique VA «Réseaux haut débit et multimédia» Novembre 2009 Ecole Centrale d Electronique VA «Réseaux haut débit et multimédia» Novembre 2009 1 Les fibres optiques : caractéristiques et fabrication 2 Les composants optoélectroniques 3 Les amplificateurs optiques

Plus en détail

Dans le cadre du. Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant. Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire.

Dans le cadre du. Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant. Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire. Dans le cadre du Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire. Les animateurs adapteront leur message en fonction du public

Plus en détail

Sujet Centrale 2012 Physique Option MP

Sujet Centrale 2012 Physique Option MP I Le Satellite Jason 2 IA1) IA - Etude l orbite Sujet Centrale 2012 Physique Option MP Cf cours : IA2) a) Le référentiel géocentrique est le référentiel de centre Terre en translation par rapport au référentiel

Plus en détail

Module STOM : Examen du 28 mai 2003

Module STOM : Examen du 28 mai 2003 Module STM : Examen du 8 mai 3 Durée : 3 heures. Aucun document n'est autorisé. Les réponses aux questions doivent toujours être justifiées. Les parties A et B doivent être rendues sur des copies séparées.

Plus en détail

Polarisation des ondes lumineuses

Polarisation des ondes lumineuses 1 Cours Sciences Phsiques MP Polarisation des ondes lumineuses L onde lumineuse est caractérisée par deu grandeurs vectorielles : son champ électrique E et son champ magnétique B. Le contete de ce cours

Plus en détail

NORMES DE TRANSPORT CANADA SUR LES MODULES DE SIGNALISATION A DIODES ELECTROLUMINESCENTES (DEL) DE PASSAGES A NIVEAU RAIL-ROUTE NORMES

NORMES DE TRANSPORT CANADA SUR LES MODULES DE SIGNALISATION A DIODES ELECTROLUMINESCENTES (DEL) DE PASSAGES A NIVEAU RAIL-ROUTE NORMES NORMES DE TRANSPORT CANADA SUR LES MODULES DE SIGNALISATION A DIODES ELECTROLUMINESCENTES (DEL) DE PASSAGES A NIVEAU RAIL-ROUTE NORMES TC E-14 Norme approuvé le 10 octobre 2003 {R-14-2} TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Chapitre 4 - Lumière et couleur

Chapitre 4 - Lumière et couleur Choix pédagogiques Chapitre 4 - Lumière et couleur Manuel pages 64 à 77 Ce chapitre reprend les notions introduites au collège et en classe de seconde sur les sources de lumières monochromatiques et polychromatiques.

Plus en détail

Vision industrielle Dispositif optique

Vision industrielle Dispositif optique Vision industrielle Dispositif optique Plan du cours L objectif La focale L ouverture La mise au point Qualité d image Choix de l objectif Cours de Vision Industrielle Nicolas Vandenbroucke 2 Constitution

Plus en détail

Session de Juillet 2001. Durée 2 H Documents interdits.

Session de Juillet 2001. Durée 2 H Documents interdits. Session de Juillet 2001 Durée 2 H Documents interdits. Exercice 1 : Oscillations forcées de dipôles électriques Lors d une séance de travaux pratiques, les élèves sont conduits à étudier les dipôles en

Plus en détail

Ludovic Grossard. Chapitre VI Polarisation de la lumière. Chapitre VI. Département Mesures Physiques, IUT du Limousin Université de Limoges

Ludovic Grossard. Chapitre VI Polarisation de la lumière. Chapitre VI. Département Mesures Physiques, IUT du Limousin Université de Limoges Chapitre VI Polarisation de la lumière Ludovic Grossard Département Mesures Physiques, IUT du Limousin Université de Limoges 1 Dénition 2 Types de polarisation 3 Polariseurs / analyseurs 4 Les lames de

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE

TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE DÉPARTEMENT DE PHYSIQUE DOSSIER POUR RAPPORT D EXPÉRIENCE Date : 26 mars 2009 Section : Physique Groupe No : 7 Nom : Jérôme Dufour Sascha Jörg Manipulation : F4 - Instrument

Plus en détail

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

1 Introduction générale : spectre électromagnétique, lumière polarisée

1 Introduction générale : spectre électromagnétique, lumière polarisée Expérience n 12 Polarisation de la lumière Domaine: Optique, ondes électromagnétiques Lien avec le cours de Physique Générale: Cette expérience est liée aux chapitres suivants du cours de Physique Générale:

Plus en détail

LES CAPTEURS OPTIQUES

LES CAPTEURS OPTIQUES Page 1 LES CAPTEURS OPTIQUES I/ INTRODUCTION Un capteur optique est un dispositif capable de détecter l'intensité ou la longueur d'onde des photons. On les utilise pour détecter un grand nombre de phénomène

Plus en détail

Cours de physique appliqué Terminale STI électronique epix@fr.st. L optique (Chap 3)

Cours de physique appliqué Terminale STI électronique epix@fr.st. L optique (Chap 3) L optique (Chap 3)! Révisé et compris! Chapitre à retravaillé! Chapitre incompris 1. La lumière : La lumière est une onde électromagnétique, caractérisé par sa fréquence f. Les ondes électromagnétiques

Plus en détail

Q6 : Comment calcule t-on l intensité sonore à partir du niveau d intensité?

Q6 : Comment calcule t-on l intensité sonore à partir du niveau d intensité? EXERCICE 1 : QUESTION DE COURS Q1 : Qu est ce qu une onde progressive? Q2 : Qu est ce qu une onde mécanique? Q3 : Qu elle est la condition pour qu une onde soit diffractée? Q4 : Quelles sont les différentes

Plus en détail

Travaux Dirigés de Biologie Cellulaire. TD n 1 Compléments sur les microscopes

Travaux Dirigés de Biologie Cellulaire. TD n 1 Compléments sur les microscopes Travaux Dirigés de Biologie Cellulaire TD n 1 Compléments sur les microscopes Les différents types de microscopes photoniques A. Le microscope à fond noir B.Le microscope polarisant C.Le microscope à contraste

Plus en détail

Chapitre 3.10 La polarisation

Chapitre 3.10 La polarisation Chapitre 3. La polarisation La polarisation de l onde électromagnétique La lumière est une onde électromagnétique généralement transersale dont le champ électrique E et le champ magnétique oscillent perpendiculairement

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Quelleestlavaleurdel intensitéiaupointm?

Quelleestlavaleurdel intensitéiaupointm? Optique Ondulatoire Plan du cours [1] Aspect ondulatoire de la lumière [2] Interférences à deux ondes [3] Division du front d onde [4] Division d amplitude [5] Diffraction [6] Polarisation [7] Interférences

Plus en détail

Les telecommunications optiques

Les telecommunications optiques Les telecommunications optiques AESS en physique Bruneel Michaël Un peu d'histoire... 1790 : Claude Chappe invente le télégraphe optique. 1820 : Premiers essais de transmission de signaux sur support électrique.

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX

CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX Les fenêtres sont caractérisées par trois caractéristiques de base : U w : le coefficient de transmission thermique traduisant la capacité

Plus en détail

LUMIERE ONDE - CORPUSCULE OPTIQUE GEOMETRIQUE

LUMIERE ONDE - CORPUSCULE OPTIQUE GEOMETRIQUE JC DELAUNAY BIOPHYSIQUE UE 3A LUMIERE ONDE - CORPUSCULE OPTIQUE GEOMETRIQUE La lumière désigne les rayonnements électromagnétiques visibles par l'œil humain, c'est-à-dire compris dans des longueurs d'onde

Plus en détail

SP4 Formation des images & Approximation de Gauss

SP4 Formation des images & Approximation de Gauss SP4 Formation des images & Approximation de Gauss Objectifs de cette leçon : Définitions d un objet, d une image et d un système optique. Notions d objets et d images étendues Notions d objets et d images

Plus en détail

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS SPECTROSCOPIE RAMAN La spectroscopie Raman est une technique d analyse non destructive, basée sur la détection des photons diffusés inélastiquement suite à l interaction de l échantillon avec un faisceau

Plus en détail

Force de tension d une corde

Force de tension d une corde Force de tension d une corde 1.a. Deux façons de répondre à la question : 25 images 1 seconde 1 image T T = 1/25 = 0,04 s. 25 images par seconde représente la fréquence de prise de vue. Or T = 1/f donc

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE Terminale Scientifique

PHYSIQUE-CHIMIE Terminale Scientifique PHYSIQUE-CHIMIE Terminale Scientifique Fiches PROGRAMME 2012 (v2.4) Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique Cours Pi e-mail : lescourspi@cours-pi.com site : http://www.cours-pi.com

Plus en détail

DEUXIÈME COMPOSITION DE PHYSIQUE. Deux phénomènes d hystérésis

DEUXIÈME COMPOSITION DE PHYSIQUE. Deux phénomènes d hystérésis ÉCOLE POLYTECHNIQUE ÉCOLE SUPÉRIEURE DE PHYSIQUE ET DE CHIMIE INDUSTRIELLES CONCOURS D ADMISSION 2009 FILIÈRE PC DEUXIÈME COMPOSITION DE PHYSIQUE (Durée : 4 heures) L utilisation des calculatrices est

Plus en détail

6. MOYENS DE TRANSMISSION. 6.1 Transport par bras articulé. 6.2. Focalisation - 27 -

6. MOYENS DE TRANSMISSION. 6.1 Transport par bras articulé. 6.2. Focalisation - 27 - - 27-6. MOYENS DE TRANSMISSION 6.1 Transport par bras articulé Certaines radiations fortement absorbées par l'eau en particulier (dans le domaine infrarouge) ne sont pas transmissibles par fibre optique

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO n 4 du 29 avril 2010

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO n 4 du 29 avril 2010 Document du professeur 1/13 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie LA REFRACTION : LOIS DE SNELL- DESCARTES Programme : BO n 4 du 29 avril 2010 L UNIVERS NOTIONS ET CONTENUS COMPETENCES ATTENDUES

Plus en détail

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques 1 Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques 1 Introduction Détection par effet mirage Mesures photothermiques La méthode de détection par effet mirage fait partie de méthodes

Plus en détail