1 CNV chiffres de la diffusion chiffres de la diffusion 2011

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1 CNV chiffres de la diffusion 2011. chiffres de la diffusion 2011"

Transcription

1 1 CNV chiffres de la diffusion 2011 chiffres de la diffusion 2011

2 2 CNV chiffres de la diffusion 2011

3 éléments statistiques sur la diffusion des spectacles de variétés et de musiques actuelles en 2011 Statistiques commentées et éléments d évolution Septembre 2012 CNV chiffres de la diffusion

4 La production de ces éléments statistiques sur la diffusion des spectacles en 2011 résulte d un travail collectif des services du CNV. Les statistiques détaillées par région du lieu de représentation sont proposées sur le site du CNV : Leur utilisation et leur reproduction totale ou partielle sont soumis à l utilisation du crédit «Source CNV - Centre National de la Chanson, des Variétés et du Jazz - Directeur de la publication Jacques RENARD Réalisation Sébastien BERTHE Séverine MORIN Coordination Corinne BRET Conception maquette initiale Photos SHUTTERSTOCK Impression SOPEDI CNV 9 boulevard des Batignolles PARIS T : F : E : ISSN , Septembre 2012 établissement Public Industriel et Commercial sous tutelle du ministère de la Culture et de la Communication. Document certifié PEFC 4 CNV chiffres de la diffusion 2011

5 EDITO Des constantes et des évolutions Guy MARSEGUERRA Président Jacques RENARd Directeur C est la septième édition des «chiffres de la diffusion» des spectacles de musiques actuelles et de variétés : document désormais attendu, utile pour les professionnels, les pouvoirs publics et les observateurs, fiable et éclairant aussi, croit-on pouvoir dire, car issu du travail du centre de ressources du CNV, qui s appuie sur toutes les données et informations issues de la déclaration et de la perception de la taxe sur les spectacles : plus de représentations, près de 22 millions d entrées et 650 millions d euros de recettes. Soit des chiffres en hausse par rapport aux années précédentes, mais l on sait -et le CNV ne cesse à chaque fois de le souligner- que cette «croissance» ne saurait occulter les difficultés du secteur ni sa fragilité intrinsèque. De plus chaque année a sa spécificité et apporte son lot de particularités, de contrastes, d évolutions, positives ou négatives. C est ainsi que l une des caractéristiques de 2011 est la progression sensible du nombre de déclarants, de l ordre de 13%, qui rend compte en partie de celle des représentations, 13% aussi, et de celles des recettes et des entrées, 6% pour ces deux indicateurs. Toutefois cette augmentation, qui touche, notons-le, aussi bien les sociétés commerciales que les associations, s explique sans doute moins par l élargissement du marché de la diffusion que par l amélioration des capacités de captation des déclarations de la part du CNV. Il est par exemple significatif que la fréquentation moyenne par représentation payante enregistre de son côté une baisse de 6%. Et à périmètre constant (les déclarants communs aux années 2010 et 2011), la croissance est moindre : 5% pour les représentations, 3% pour la fréquentation, 4% pour les recettes, avec une stabilité du prix moyen du billet. Une autre caractéristique est la hausse assez forte des représentations gratuites : 19% en nombre et 15% en montant d assiette (les contrats de cession), quoiqu il s agisse d une tendance déjà observée les années précédentes. En revanche s agissant des grosses productions (tournées internationales et grands évènements), 2011 ressemble à 2010 : elles n ont pas joué leur rôle de locomotive en termes de recettes et de fréquentation, même si des spectacles de renommée nationale ou internationale, ou encore des spectacles de notoriété intermédiaire ont su bien voire très bien tirer leur épingle du jeu, notamment présentés dans des jauges plus réduites. On observe du reste une baisse des spectacles réunissant plus de entrées par représentation, et à l inverse une hausse des spectacles réunissant de 600 à entrées par représentation n a pas vu non plus d accentuation de la concentration : si un nombre toujours restreint d entreprises (entre 20 et 25) génèrent une majorité de l assiette et un tiers de la fréquentation payante, leur poids relatif a eu toutefois tendance à se réduire. Pareillement, la bonne tenue des festivals se confirme à nouveau en 2011, même si l établissement public ne dispose pas encore d estimations suffisamment précises à leur égard : environ 20% de la fréquentation, 16% de la billetterie, 11% des représentations payantes, mais aussi une fréquentation moyenne par représentation presque du double par rapport à la fréquentation moyenne globale (915 entrées contre 497) alors que le prix moyen du billet est nettement inférieur (25 euros contre 32). En ce qui concerne la répartition par genre artistique, si la part de chacun d eux dans la diffusion totale demeure globalement analogue d année en année, des évolutions peuvent être enregistrées, et 2011 n a pas échappé à cette règle. Si la chanson et le pop-rock sont toujours les genres les plus prisés, la première connaît en 2011 une poussée favorable en nombre de représentations comme en assiette déclarée, bénéficiant de tournées d artistes français réputés, tandis que la seconde régresse, et ce contrairement à ce qui s est passé en Le rap-hip-hop reggae progresse aussi, poussé par des productions significatives. Il en en va de même pour le jazz et les musiques improvisées, mais plutôt en raison de l arrivée de nouveaux déclarants. C est en outre cette même explication qui permet aux cabarets de poursuivre leur progression. Quant à la répartition par région sur le territoire, la prégnance de l Ile-de-France et de Paris se confirme à nouveau, sans surprise. Par contre de fortes évolutions sont constatées en région, à la hausse ou à la baisse, liées au passage ou non des tournées les plus porteuses ainsi qu à l ouverture de nouveaux lieux dédiés aux musiques actuelles ou à l accroissement d activités d autres. CNV chiffres de la diffusion

6 SYNTHÈSE DES CHIFFRES SUR LA DIFFUSION DES SPECTACLES DE VARIÉTÉS ET DE MUSIQUES ACTUELLES EN FRANCE EN 2011 La diffusion de spectacles en 2011, c est : représentations de spectacles de variétés et de musiques actuelles 21,7 millions de spectacteurs pour les représentations payantes exploitants de salles, producteurs ou diffuseurs de spectacles 650 millions d euros de recettes les principales évolutions entre 2010 et 2011 Hausse de 3 à 5% des recettes, de la fréquentation et du nombre de représentations à périmètre constant de perception. Fort accroissement des représentations gratuites tant en nombre qu en assiette. Croissance sensible du nombre de déclarants, notamment pour des représentations dans de petites et moyennes jauges. Comme en 2010, peu de «grosses productions», spectacles de très forte notoriété dans de très grandes jauges. Mais faiblesse plus que compensée par de nombreux spectacles de forte notoriété ou de notoriété intermédiaire, d artistes français ou internationaux, proposés dans des jauges plus modestes à des tarifs relativement élevés. Une tendance toutefois à la baisse de la fréquentation moyenne par représentation. Les festivals tirent mieux leur épingle du jeu que les représentations isolées ou en saison. Forte croissance des spectacles de Rap Hip-Hop Reggae, d Humour et des attractions visuelles, baisse des genres Pop-Rock et assimilés et des Comédies musicales. Pas d accentuation de la concentration par déclarant entre 2010 et % des représentations payantes ont lieu en Ilede-France pour 37% de la fréquentation. 56% des représentations comptent moins de 200 entrées mais celles qui comptent plus de entrées représentent 59% de la billetterie et 48% de la fréquentation totales. Le prix moyen du billet est de 32 euros mais le prix médian de 13 euros. Les 50 premiers lieux de diffusion déclarés concentrent 57% de la billetterie, 40% de la fréquentation pour 12% des représentations payantes. Les Zénith à eux-seuls pèsent pour 16% de la billetterie, 12% de la fréquentation pour seulement 2% du nombre total de représentations payantes. Les salles de spectacles spécialisées musiques actuelles et variétés accueillent 41% des représentations payantes pour 43% de la billetterie totale. Les festivals concentrent 16% des recettes déclarées et 20% de la fréquentation totale mais représentent plus du tiers des entrées totales pour les genres Jazz et musiques improvisées, Musiques du monde et Pop-Rock et genres assimilés. Les sociétés commerciales représentent 77% de l assiette déclarée mais les associations et le secteur public concentrent 53% du nombre total de représentations. Les 50 premiers déclarants concentrent 65% de la billetterie, 45% de la fréquentation mais 14% seulement des représentations payantes. 6 CNV chiffres de la diffusion 2011

7 SOMMAIRE I. VISION GLOBALE CHIFFRES CLÉS A Eléments clés pour 2011 B Principales évolutions II. REPRÉSENTATIONS par genre A Eléments clés pour 2011 B Principales évolutions III. REPRÉSENTATIONS par région du lieu de REPRÉSENTATION A Eléments clés pour 2011 B Principales évolutions IV. REPRÉSENTATIONS par STATUT DU DÉCLARANT A Eléments clés pour 2011 B Principales évolutions V. Précisions MÉTHODOLOGIQUES et PRÉCAUTIONS de lecture A Méthode et précautions de lecture B Glossaire des données présentées C Formulaire de déclaration 2011 D Site internet CNV chiffres de la diffusion

8 8 CNV chiffres de la diffusion 2011

9 01 vision globale chiffres clés Éléments clés pour p.8 Principales évolutions p.15

10 vision globale - chiffres clés 01 A Éléments clés pour 2011 Plus de représentations, dont représentations payantes pour 21,7 millions d entrées et 635 millions d euros de billetterie Pour l année 2011, un total de représentations de spectacles de variétés et de musiques actuelles a été déclaré au CNV pour un montant total d assiette de près de 650 millions d euros. Ces représentations se répartissent entre 86% de représentations payantes (soit représentations) et 14% de représentations gratuites (soit représentations). Les représentations payantes déclarées ont comptabilisé plus de 21,7 millions d entrées 1 dont environ 20 millions d entrées payantes et un peu plus de 1,7 million d entrées exonérées. Les entrées payantes ont généré une billetterie hors taxe d un peu plus de 635 millions d euros. En moyenne, une représentation payante compte un peu moins de 500 entrées (497) dont 92% d entrées payantes (457) et 8% d entrées exonérées (40). Le prix moyen calculé du billet hors taxe est de 32 euros. Ces moyennes masquent de très fortes disparités : par genre de spectacles, par type de lieu de diffusion Sur la base des déclarations effectuées représentation par représentation 2, soit 61% du nombre total de représentations, il apparaît que la médiane 3 est proche de 200 pour la fréquentation totale des représentations payantes tandis que le prix médian hors taxe du billet par spectateur payant est de l ordre de 13 euros. La médiane de la billetterie par représentation est de euros ( euros en moyenne). Les représentations gratuites correspondent à plus de 14,5 millions d euros de contrats de cession hors taxe déclarés 4. La moyenne du contrat de cession déclaré est de euros mais, ici encore, les écarts sont considérables en fonction des déclarants, des types de spectacles, de leur contexte de diffusion La médiane du montant de contrat de cession hors taxe déclaré par représentation est de 897 euros (2 273 euros en moyenne). 1. La fréquentation des représentations gratuites n est pas estimée (voir la partie «Précisions méthodologiques et précautions de lecture» en fin de document). 2. Les formulaires de déclaration de taxe fiscale sur les spectacles de variétés mis à disposition des redevables invitent à indiquer toutes les informations nécessaires représentation par représentation. Cependant, certaines déclarations nous parviennent sans détail et il est dans ce cas impossible de les traiter de la même façon que celles qui nous parviennent détaillées et complétées. 3. La médiane est la valeur au-dessus et au-dessous de laquelle se classent chaque moitié des représentations. 4. Pour les représentations gratuites, la taxe fiscale sur les spectacles de variétés est assise sur le montant hors taxe du contrat de cession déclaré et payé par le vendeur du spectacle. Ensemble des représentations déclarées pour 2011 Vision globale Période du 1er janvier au 31 décembre 2011 (déclarations reçues au 30 avril 2012) En nombre et en euros REPRÉSENTATIONS Total Payantes Gratuites RATIOS : REPRÉSENTATIONS PAYANTES par représentation par entrée payante Nombre de déclarants* Nombre de représentations Nombre total d'entrées dont nombre d'entrées payantes dont nombre d entrées exonérées Montant des recettes de billetterie et des contrats de cession hors taxe * un même déclarant peut avoir déclaré des représentations payantes et des représentations gratuites (le total n est pas identique à la somme) Note de lecture des ratios à droite du tableau (lecture en colonne) : pour une représentation payante, le nombre d entrées totales est en moyenne de 497 dont 457 entrées payantes et 40 entrées exonérées. Pour une entrée payante, le montant des recettes de billetterie hors taxe est en moyenne de 32 euros (soit 32 euros le prix moyen calculé du billet hors taxe). 10 CNV chiffres de la diffusion 2011

11 01-A vision globale - chiffres clés I éléments clés pour organisateurs de spectacles déclarants, dont 50 concentrent 64% des recettes mais seulement 13% du nombre total de représentations structures différentes ont déclaré des représentations au CNV en 2011, dont des représentations payantes et 623 des représentations gratuites (certaines structures pouvant déclarer des représentations payantes et des représentations gratuites). Il existe une très forte disparité du niveau d activité déclaré par chacune de ces entreprises : de 1 à plus de représentations déclarées en 2011, avec une médiane de 4 représentations sur l année (15 représentations en moyenne), de 20 euros à plus de 35 millions d euros d assiette déclarée, avec une médiane de euros environ. Sur le total des représentations, les 10 premiers déclarants en termes d assiette concentrent 4% du nombre de représentations pour 33% de l assiette ; les 50 premiers déclarants soit 1,5% du nombre total de déclarants concentrent 13% du nombre de représentations pour 64% de l assiette totale. Pour les seules représentations payantes, les 10 premières entreprises en termes de billetterie hors taxe déclarées concentrent 34% du montant total de billetterie, 20% de la fréquentation totale pour seulement 5% du nombre de représentations. Les 50 premiers déclarants concentrent pour leur part 65% de la billetterie pour 45% de la fréquentation et 14% du nombre total de représentations. La billetterie médiane par déclarant atteint euros (pour une moyenne supérieure à euros). La concentration est encore plus forte concernant les représentations gratuites. Les 10 premiers déclarants en termes d assiette (montant des contrats de cession hors taxe) concentrent 37% du nombre de représentations et 33% de l assiette totale, tandis que les 50 premiers déclarants concentrent 68% du nombre de représentations et 69% de l assiette. Le montant médian des contrats de cession par déclarant atteint euros (pour une moyenne supérieure à euros). 20% de la fréquentation totale et 16% de la billetterie attribués aux festivals pour 11% des représentations payantes Selon une estimation 5 qui reste vraisemblablement sousévaluée, 11% des représentations déclarées pour 2011 ont eu lieu dans un cadre festivalier pour 16% du montant total des recettes de billetterie et des contrats de cession hors taxe. Ces représentations concernent un tiers environ des déclarants. Le poids des festivals est supérieur dans le total des représentations gratuites : 14%, et très nettement supérieur dans le montant total des contrats de cession déclarés pour ce type de représentations : 27%. Cela s explique notamment par les prix des contrats de cession dans le cadre des festivals : le prix moyen calculé est plus de deux fois supérieur à celui observé dans le cadre de saisons ou de représentations isolées (moyenne de euros contre euros hors festivals), ce que la présence d artistes de forte notoriété sur les plateaux des festivals d été peut expliquer. 5. Le poids des festivals dans le total des représentations déclarées est cette année encore une estimation. Celle-ci reste insuffisamment précise pour que des évolutions chiffrées soient détaillées dans ce document. Comme précisé dans la partie méthodologique en fin de document, le poids dans le total des représentations est en outre sous-évalué du fait de la fréquente comptabilisation du nombre de jours plutôt que du nombre effectif de représentations par les déclarants. Les festivals concentrent 11% du nombre de représentations payantes, 16% de la billetterie hors taxe et 20% de la fréquentation. Pour les festivals, la fréquentation moyenne par représentation payante est très nettement supérieure à celle observée pour l ensemble des représentations : 915 entrées totales contre 497, et par un prix moyen calculé du billet par représentation nettement inférieur (25 euros contre 32 euros pour l ensemble des représentations payantes). Les représentations ayant eu lieu hors d un contexte festivalier, soit 89% du nombre total de représentations, ont pour leur part réuni en moyenne 472 spectateurs pour un prix moyen du billet de 33 euros. CNV chiffres de la diffusion

12 01-A vision globale - chiffres clés I éléments clés pour 2011 Représentations ayant eu lieu dans le cadre de festivals en 2011 Période du 1 er janvier au 31 décembre 2011 (déclarations reçues au 30 avril 2012) En % du total des représentations REPRÉSENTATIONS En nombre et en euros Total Payantes Gratuites RATIOS : REPRÉSENTATIONS PAYANTES par représentation par entrée payante Nombre de déclarants* 32% 27% 50% Nombre de représentations 11% 11% 14% 1 Nombre total d'entrées 20% 915 dont nombre d'entrées payantes 20% dont nombre d'entrées exonérées 25% 93 Montant des recettes de billetterie et des contrats de cession hors taxe 16% 16% 27% 25 * un même déclarant peut avoir déclaré des représentations payantes et des représentations gratuites (le total n est pas identique à la somme) Note de lecture : la partie gauche du tableau montre le poids des représentations ayant eu lieu dans un contexte festivalier dans le total des représentations déclarées : 11% du total des représentations déclarées ont eu lieu dans un contexte festivalier ; dans la partie droite du tableau, les ratios sont présentés pour les représentations payantes ayant eu lieu dans le cadre de festivals : pour une représentation payante dans le cadre d un festival, le nombre moyen d entrées totales est de 915 dont 822 entrées payantes et 93 entrées exonérées ; pour une entrée payante, le montant des recettes de billetterie hors taxe est en moyenne de 25 euros (soit 25 euros le prix moyen du billet hors taxe). Représentations ayant eu lieu hors festivals (saisons, isolées) en 2011 Période du 1er janvier au 31 décembre 2011 (déclarations reçues au 30 avril 2012) En % du total des représentations REPRÉSENTATIONS En nombre et en euros Total Payantes Gratuites RATIOS : REPRÉSENTATIONS PAYANTES par représentation par entrée payante Nombre de déclarants* 87% 88% 78% Nombre de représentations 89% 89% 86% 1 Nombre total d'entrées 80% 446 dont nombre d'entrées payantes 80% dont nombre d'entrées exonérées 75% 33 Montant des recettes de billetterie et des contrats de cession hors taxe 84% 84% 73% 33 * un même déclarant peut avoir déclaré des représentations payantes et des représentations gratuites (le total n est pas identique à la somme) Note de lecture : la lecture de ce tableau est identique à celle du précédent «Représentations ayant eu lieu dans le cadre de festivals». Il porte sur les représentations isolées ou ayant eu lieu dans le cadre de saisons. Quelques précisions concernant la saisonnalité Une analyse de la saisonnalité mensuelle est possible pour 94% du nombre total de représentations (un peu plus en termes de fréquentation et de montant d assiette déclarés). La saisonnalité des représentations gratuites est nettement plus accentuée que celle des représentations payantes, avec un très fort pic sur les mois de juin et juillet et, dans une moindre mesure, d août (festivals d été gratuits). Pour les représentations payantes, la saisonnalité du nombre de représentations montre un pic de programmation au cours des mois de mars et octobre/novembre. On observe en outre un relatif «décrochage» entre le nombre de représentations déclarées et la fréquentation et la billetterie sur les mois de juin et juillet et, dans une moindre mesure, d août. Ce phénomène s explique notamment par la tenue des festivals d été qui, avec un nombre de représentations comptabilisé plus réduit, concentrent une très forte fréquentation. 12 CNV chiffres de la diffusion 2011

13 01-A vision globale - chiffres clés I éléments clés pour 2011 Saisonnalité mensuelle de la diffusion de spectacles de variétés et de musiques actuelles en 2011 Répartition par mois de la date de représentation, en pourcentage du total de l année (hors mois non déterminé) 30% 25% 20% 15% 10% nombre de représentation payantes montant de la billetterie des représentations payantes entrées totales des représentations payantes nombre de représentations gratuites montant des contrats de cession des représentations gratuites 5% 0% JANVIER FÉVRIER MARS AVRIL MAI JUIN JUILLET AOÛT SEPTEMBRE OCTOBRE NOVEMBRE DÉCEMBRE Note de lecture : au mois de juillet 2011 ont été comptabilisés 26% du montant total des contrats de cession des représentations gratuites de l année, 18% du nombre total de représentations gratuites, 12% du montant total de la billetterie des représentations payantes, 12% de la fréquentation totale des représentations payantes et 7% du nombre total de représentations payantes. 40% des recettes sont déclarés dans des salles de spectacles spécialisées dans les variétés Comme pour les festivals, l estimation réalisée en termes de catégorisation des lieux de diffusion reste à ce stade insuffisamment précise pour que des évolutions chiffrées détaillés soient présentées. Plus de lieux différents de représentation ont été déclarés en 2011 dont près de lieux ayant accueilli au cours de l année au moins une représentation payante. Cela recouvre des réalités très différentes : par exemple, des unités scéniques, c est-à-dire chacune des scènes différentes présentes dans un même équipement (maison de la culture par exemple ou scène de musiques actuelles disposant d une grande salle et d un espace club), ou encore des lieux sans indication précise comme un espace en plein air pouvant en réalité compter plusieurs scènes La concentration des représentations en termes d assiette déclarée (recettes de billetterie principalement) au sein d un nombre restreint de lieux est presqu aussi forte que celle observée pour les structures déclarantes. Ainsi, les 10 premiers lieux de diffusion déclarés concentrent-ils 30% du total de l assiette pour 3% du nombre de représentations et les 50 premiers lieux concentrent-ils 57% de l assiette pour 9% du nombre de représentations. Ces chiffres sont assez proches concernant la concentration des seules représentations payantes : les 50 premiers lieux de diffusion déclarés concentrent 12% des représentations payantes pour 57% de la billetterie et 40% de la fréquentation totale. Si la moyenne de billetterie hors taxe par lieu de représentation atteint plus de euros, la médiane se situe à moins de euros avec de nombreux lieux déclarés n accueillant qu un nombre très réduit de représentations (de 1 à plus de représentations accueillies dans l année en fonction des lieux, avec une médiane à 2 représentations). CNV chiffres de la diffusion

14 01-A vision globale - chiffres clés I éléments clés pour 2011 Représentations par type de lieu de représentation en 2011 Période du 1er janvier au 31 décembre 2011 (déclarations reçues au 30 avril 2012) En nombre et en euros et en % du total des représentations (lecture des % en colonne) REPRÉSENTATIONS totales Nombre Montant de l'assiette Nombre REPRÉSENTATIONS PAYANTES Entrées totales Recettes de billetterie ht REPRÉSENTATIONS GRATUITES Nombre Contrats de cession HT total DES DÉCLARATIONS Salle de spectacles vivants spécialisée musiques actuelles et variétés Salle de spectacles vivants spécialisée dans une autre discipline Salle de spectacles vivants pluridisciplinaire Parc des expositions, palais des congrès, cinéma Equipement polyvalent, sportif, historique, religieux, administratif Etablissement de loisirs (casino, discothèque, bar, hôtel, restaurant, parc d attractions ) 38% 40% 43% 38% 41% 8% 7% 10% 5% 12% 6% 5% 1% 1% 19% 9% 22% 15% 10% 4% 5% 3% 10% 3% 8% 10% 2% 4% 12% 22% 10% 18% 22% 19% 15% 6% 3% 5% 3% 3% 8% 4% Autres bâtiments 3% 0% 1% 0% 0% 14% 5% Chapiteaux, tentes, structures mobiles 1% 1% 1% 1% 1% 1% 1% Plein air 7% 9% 2% 10% 8% 38% 55% Indeterminés 1% 0% 1% 0% 0% 5% 2% Les salles de spectacles vivants spécialisées musiques actuelles et variétés (regroupant les salles de musiques actuelles y compris les clubs de jazz par exemple, mais aussi les cabarets, les salles spécialisées dans la diffusion de spectacles d humour ou encore les salles de type Zénith ) devancent nettement les autres catégories de lieux déclarés. Elles ont concentré en % du nombre total de représentations pour 40% du montant total de l assiette et 43% des représentations payantes pour 38% de leur fréquentation et 41% de la billetterie. Au sein de cette catégorie, les Zénith (17 en 2011) ont concentré à eux-seuls 16% de la billetterie générée pour 12% de la fréquentation et seulement 2% du nombre total de représentations payantes (quasiment aucune représentation gratuite n est déclarée au sein de ce réseau) par une petite centaine de déclarants différents. Les représentations de variétés et de musiques actuelles qui ont eu lieu dans les Zénith ont rassemblé en moyenne près de spectateurs pour un prix moyen hors taxe du billet de 40 euros. Représentations ayant eu lieu dans l un des 17 Zénith en 2011 Période du 1er janvier au 31 décembre 2011 (déclarations reçues au 30 avril 2012) En % du total des représentations REPRÉSENTATIONS En nombre et en euros Total Payantes Gratuites RATIOS : REPRÉSENTATIONS PAYANTES par Représentation par Entrée payante Nombre de déclarants* 3 % 3 % 1 % Nombre de représentations 2 % 2 % 0 % 1 Nombre total d'entrées 12 % dont nombre d'entrées payantes 13 % dont nombre d'entrées exonérées 8 % 167 Montant des recettes de billetterie et des contrats de cession hors taxe 16 % 16 % 1 % 40 * un même déclarant peut avoir déclaré des représentations payantes et des représentations gratuites (le total n est pas identique à la somme) 14 CNV chiffres de la diffusion 2011

15 01-A vision globale - chiffres clés I éléments clés pour 2011 On notera toutefois la part importante de billetterie (22%) et de fréquentation (18%) des représentations déclarée dans des équipements polyvalents, sportifs, historiques, religieux, administratifs, pour une part nettement plus faible du nombre de représentations payantes (10%) C est dans cette catégorie que se classent les stades qui accueillent les «grosses productions», spectacles d artistes de forte notoriété, dont les représentations ont pour caractéristique d accueillir une fréquentation nombreuse à des prix moyens de billets souvent plus élevés que la moyenne des représentations. Autres équipements polyvalents d envergure, les parcs des expositions, palais des congrès, cinémas concentrent 10% de la billetterie et 8% de la fréquentation pour seulement 3% du nombre de représentations payantes. De leur côté, les salles de spectacles vivants pluridisciplinaires et les salles de spectacles vivants spécialisées dans une autre discipline (théâtre, danse par exemple), ont tendance à accueillir des représentations dont le prix moyen est inférieur à la moyenne. Ainsi, les premières concentrent-elles 22% du nombre de représentations payantes pour 15% de la fréquentation et seulement 10% du total de la billetterie déclarés. Les secondes avec 12% du nombre de représentations payantes concentrent 6% de la fréquentation et 5% de la billetterie des spectacles de variétés et de musiques actuelles. La plus grande partie (55%) des montants de contrats de cession déclarés pour les représentations gratuites est générée par les représentations se déroulant en plein air (38% du total des représentations). Cette constatation est cohérente avec celle évoquée précédemment concernant les festivals d été. Les équipements polyvalents, sportifs, historiques, religieux, administratifs parmi lesquels se classent, outre les stades évoqués plus haut, les salles des fêtes et salles polyvalentes, concentrent pour leur part 15% du montant total des contrats de cession pour 19% du nombre total de représentations gratuites. 56% des représentations comptent moins de 200 entrées mais celles qui comptent plus de entrées représentent 59% de la billetterie et 48% de la fréquentation totales Nous ne sommes pas à ce jour en capacité de proposer une classification des lieux de diffusion en fonction de leur jauge. Afin d approcher cette notion, une estimation a été réalisée sur la base de la fréquentation moyenne des représentations payantes. Bien entendu, cette approche combine un «effet jauge» et un «effet succès» : un même lieu dans une même configuration pouvant être affecté à une des classes pour certaines représentations et à une au-dessus ou au-dessous pour d autres représentations. 80% du nombre total de représentations payantes comptent moins de 600 entrées et concentrent 14% des recettes de billetterie alors que les 20% en accueillant plus de 600 représentent 86% du total de la billetterie et 73% de la fréquentation totale en Plus précisément, la majorité des représentations (56%) comptent moins de 200 entrées et représentent 10% de la fréquentation totale et 5% de la billetterie. Ces représentations ont compté en moyenne 89 entrées totales à un prix moyen du billet de 17 euros. A l opposé, les représentations payantes qui ont réuni plus de spectateurs en moyenne concentrent la majorité de la billetterie (59%) pour 48% de la fréquentation et 6% du nombre total de représentations payantes. La fréquentation moyenne de ce type de représentations atteint un peu moins de entrées pour un prix moyen du billet de 39 euros. Les représentations qui ont réuni de 200 à spectateurs représentent plus du tiers de la billetterie totale (36%), de la fréquentation (43%) et du nombre de représentations (38%). CNV chiffres de la diffusion

16 01-A vision globale - chiffres clés I éléments clés pour 2011 Répartition des représentations payantes déclarées en fonction de la fréquentation moyenne observée par représentation en 2011 Période du 1er janvier au 31 décembre 2011 (déclarations reçues au 30 avril 2012) EN NOMBRE ET EN EUROS ET EN RÉPARTITION (en % en colonne) NOMBRE DE REPRÉSENTAtioNS NOMBRE D'ENTRÉES DÉCLARÉES Total Payantes Exonérées MONTANT DE LA BILLETTERIE total DES DÉCLARATIONS à 50 entrées 16% 1% 1% 2% 0% 50 à 100 entrées 19% 3% 3% 5% 1% 100 à 200 entrées 21% 6% 6% 11% 4% 200 à 400 entrées 16% 9% 9% 15% 5% 400 à 600 entrées 8% 8% 8% 10% 5% 600 à entrées 10% 15% 15% 15% 15% à entrées 4% 10% 10% 9% 11% à entrées 3% 14% 14% 11% 16% à entrées 2% 15% 16% 9% 19% à entrées 1% 8% 8% 5% 9% à entrées 0% 9% 9% 6% 11% Plus de entrées 0% 2% 2% 1% 4% 16 CNV chiffres de la diffusion 2011

17 vision globale - chiffres clés 01 B Principales évolutions à +5% des recettes, de la fréquentation et du nombre de représentations à périmètre constant de perception Entre 2010 et 2011, le nombre de déclarants de taxe fiscale au CNV s est accru de 13% (passant de à 3 329). Dans le même temps, le nombre total de représentations déclarées s est accru de 13% et l assiette totale (billetterie et contrats de cession hors taxe) de 6% avec une hausse nettement plus forte des représentations gratuites (+19% en nombre et +15% en montant d assiette). Les représentations payantes, dont le nombre a augmenté de 12%, ont accueilli une fréquentation totale en hausse de 6% en phase avec l augmentation des recettes de billetterie (+6%). Comme en témoigne le fort accroissement du nombre de déclarants, la hausse constatée est accentuée par l entrée de «nouveaux déclarants» qui pour une part d entre eux témoignent certainement d un élargissement du nombre de diffuseurs de spectacles (pour des représentations «petites ou moyennes» comme en atteste la baisse de la fréquentation moyenne par représentation payante de l ordre de 6% indiquée dans le tableau ci-dessous) mais aussi, à n en pas douter, d une meilleure capacité du CNV en 2011 à capter des déclarations d acteurs qu il n avait pas touchés jusque-là. En conséquence, il est fort probable que le «marché de la diffusion» s est très nettement moins accru que ne le laissent penser ces premières évolutions (notamment en termes de nombre de représentations). Les évolutions constatées entre 2010 et 2011 pour les seuls déclarants communs aux deux années, soit structures différentes 6, montrent qu à périmètre constant le nombre de représentations ne croît plus que de 5% et l assiette de 4% avec une hausse de 3% de la fréquentation des représentations payantes. La fréquentation moyenne et le prix moyen du billet hors taxe restent stables (de -1% à +1%). On note toutefois que l accroissement du nombre et du montant total des contrats de cessions déclarés pour les représentations gratuites reste fort (respectivement +17% et +13%, avec un accroissement du nombre de déclarants de représentations gratuites parmi l ensemble des déclarants communs aux années qui reste très élevé : +15%). 6. Les déclarants communs aux années 2010 et 2011 concentrent 63% du nombre de déclarants, 86% du nombre total de représentations, 93% de l assiette et 91% de la fréquentation des représentations payantes de Représentations déclarées pour 2010 et 2011 évolution globale pour l ensemble des déclarants Période du 1er janvier au 31 décembre (déclarations reçues au 30 avril de l année suivante) % d évolution (en nombre et en euros) REPRÉSENTATIONS Total Payantes Gratuites RATIOS : REPRÉSENTATIONS PAYANTES par représentation par entrée payante Nombre de déclarants* 13% 12% 24% Nombre de représentations 13% 12% 19% Nombre total d'entrées 6% -6% dont nombre d'entrées payantes 6% -6% dont nombre d'entrées exonérées 6% -6% Montant des recettes de billetterie et des contrats de cession hors taxe 6% 6% 15% 0% * un même déclarant peut avoir déclaré des représentations payantes et des représentations gratuites (le total n est pas identique à la somme) CNV chiffres de la diffusion

18 01-B vision globale - chiffres clés I Principales évolutions Représentations déclarées pour 2010 et 2011 Pour les déclarants communs aux années 2010 et 2011 Période du 1er janvier au 31 décembre (déclarations reçues au 30 avril de l année suivante) % d évolution (en nombre et en euros) REPRÉSENTATIONS Total Payantes Gratuites RATIOS : REPRÉSENTATIONS PAYANTES par Représentation par Entrée payante Nombre de déclarants* 0% 0% 15% Nombre de représentations 5% 3% 17% Nombre total d'entrées 3% -1% dont nombre d'entrées payantes 3% -1% dont nombre d'entrées exonérées 4% 0% Montant des recettes de billetterie et des contrats de cession hors taxe 4% 4% 13% 1% * un même déclarant peut avoir déclaré des représentations payantes et des représentations gratuites (le total n est pas identique à la somme) Au final, l offre de représentations s est certainement accrue plus fortement (en nombre de représentations) que le marché intérieur français (tant en fréquentation qu en recettes). En outre, la tendance à l accroissement du nombre de représentations gratuites se confirme. L analyse comparée de la saisonnalité sur les trois dernières années fait apparaître que le nombre mensuel de représentations a été en 2011 supérieur à celui de 2010 sur quasiment tous les mois et très nettement supérieur pour les mois d avril à juillet et de novembre-décembre, soit une accentuation de la tendance qui avait déjà été observée entre 2009 et En revanche, l assiette déclarée ne s inscrit pas systématiquement en hausse en 2011 par rapport à 2010 : elle est inférieure notamment en mars, en septembre et en décembre. Après le repli en 2010 des «grosses productions» par rapport à 2009 qui avait conduit à une baisse de la billetterie de 5%, l année 2011 même si elle présente une légère hausse de billetterie totale générée n a pas non plus été marquée par une forte prégnance des grosses productions (tournées et concerts événementiels). En effet, si celles-ci avaient eu lieu, elles auraient poussé plus fortement à la hausse les recettes de billetterie, notamment celles générées en saison, hors de la période estivale. Les festivals tirent mieux leur épingle du jeu Les représentations ayant eu lieu dans un contexte festivalier ont eu tendance à croître plus fortement en valeur (billetterie notamment) qu en volume (nombre de représentations et fréquentation payante) alors que les représentations isolées ou ayant eu lieu dans le cadre de saisons ont suivi une tendance inverse à croître nettement plus fortement en volume qu en valeur. Plus précisément, concernant les festivals il apparaît que l assiette déclarée, au total comme par les seuls déclarants communs aux années 2010 et 2011, s est accrue de 11 à 12%. La billetterie générée par les représentations payantes s est accrue dans les mêmes proportions avec une croissance nettement plus modérée du nombre de représentations (+5% au total et +2% pour les seuls déclarants communs aux années 2010 et 2011) et de la fréquentation (+2 à +3%). La fréquentation moyenne par représentation est donc restée relativement stable mais le prix moyen calculé a eu tendance à augmenter (de 7 à 8%). Parmi la cinquantaine de festivals dont la billetterie dépassait les euros en 2010 ou en 2011 (représentant au total 62% du total de l assiette déclarée pour les représentations festivalières), les deux-tiers ont connu une croissance de leur billetterie, un peu moins du tiers a connu une baisse, un festival a disparu (Skabazac) et un festival est né (Sonisphère). Les hausses et la naissance au sein de cet échantillon ont fait plus que compenser les baisses et la disparition en termes de billetterie totale générée (solde de 6 millions d euros supplémentaires environ). Enfin, les déclarations de représentations gratuites ayant eu lieu dans un contexte festivalier ont crû de plus de 20% tant en nombre de représentations qu en assiette déclarée, qu il s agisse de l ensemble des déclarants ou des seuls déclarants communs aux années 2010 et Hors festivals, du côté des représentations isolées ou ayant eu lieu dans le cadre de saisons, soit la grande majorité des représentations payantes, la croissance du nombre de représentations tient pour une part importante à l arrivée de nouveaux déclarants : +13% au total entre 2010 et 2011, +4% pour les seuls déclarants communs aux deux années. La fréquentation moyenne en très légère baisse pour les déclarants communs et un prix moyen du billet stable entraînent une hausse très modérée de la billetterie : +2%. Au total, les représentations supplémentaires des nouveaux déclarants ont eu tendance à faire baisser la fréquentation moyenne et le prix moyen par entrée payante de sorte qu à la hausse relativement forte du nombre de représentations ne correspond qu une hausse assez faible (+5%) de la billetterie. 18 CNV chiffres de la diffusion 2011

19 01-B vision globale - chiffres clés I Principales évolutions Saisonnalité mensuelle de la diffusion de spectacles de variétés et de musiques actuelles en 2008, 2009 et 2010 on de spectacles Répartition de varié- du nombre de représentations par mois de la date 8, 2009 et 2010 de représentation Saisonnalité (hors mensuelle mois non déterminé) de la diffusion de spectacles de variétés et de musiques actuelles en 2009, 2010 et 2011 Répartition du nombre de représentations par mois de la date de représentation (hors mois non déterminé) (en nombre de représentations) Répartition du montant de l assiette déclarée par mois de la date de représentation (hors mois non déterminé) (en millions d euros) , , , , ,0 0,5 SEPTEMBRE OCTOBRE NOVEMBRE DÉCEMBRE JANVIER FÉVRIER MARS AVRIL MAI JUIN JUILLET AOÛT SEPTEMBRE OCTOBRE NOVEMBRE DÉCEMBRE 0,0 JANVIER FÉVRIER MARS AVRIL MAI JUIN JUILLET AOÛT SEPTEMBRE OCTOBRE NOVEMBRE DÉCEMBRE Absence de fortes locomotives Les «grosses productions» qui avaient déjà fait défaut en 2010 n ont pas non plus joué en 2011 le rôle de locomotive qu elles avaient endossé en Les grandes tournées et représentations événementielles dont les recettes ont dépassé 5 millions d euros sur l année (concerts isolés ou dates françaises de tournées internationales, hors-séries de représentations de cabarets, revues 7 et plateaux de festivals) ont concerné 14 spectacles en 2011 contre 15 en 2009 pour un total d assiette déclarée (de billetterie dans leur quasitotalité) de 149 millions d euros au lieu de 154 millions en 2010 (et 231 millions en 2009). Les «grosses productions» ont donc réuni un public moins important dans des jauges plus faibles n a notamment pas présenté autant de spectacles événements ou dates françaises de tournées internationales qu en 2010 : on comptait 4 spectacles de ce type dont les recettes étaient supérieures à 5 millions d euros en 2010 (Lady Gaga, U2, Muse, AC/DC) et seulement 1 en 2011 (Black Eyed Peas), les recettes de billetterie cumulées de ces spectacles étant de fait divisées par deux entre 2010 et 2011 (-14 millions d euros). Mais comme nous l évoquons ci-après, les spectacles d artistes de forte renommée internationale, même s ils ont été moins «concentrés» qu en 2010 (et plus encore qu en ), ont tout de même généré des recettes importantes en 2011 notamment du fait de prix moyens proposés élevés (supérieurs à 60 euros). La bonne tenue des 13 spectacles d artistes français, de chanson et pop-rock principalement (Yannick Noah, Eddy Mitchell, Charles Aznavour, Michel Sardou, Jean-Louis Aubert, Age Tendre et Têtes de Bois et Les Enfoirés), d humour (Florence Foresti, Jamel Debbouze, Laurent Gerra), de comédies musicales (Mozart l Opéra Rock, Dracula) et de spectacles sur glace (Holiday On Ice, Disney sur Glace), générant au total 9,9 millions d euros de recettes supplémentaires à celles générées par les 11 spectacles équivalents en 2010, n ont pas suffi à compenser ce déficit. En revanche, le total généré en 2011 par les spectacles atteignant individuellement sur l année entre 1 et 5 millions d euros de recettes a été supérieur à celui enregistré en 2010 (+6%) et plus encore ceux atteignant individuellement sur l année entre et 1 million d euros (+31%). Ce sont donc des spectacles présentés dans des jauges plus réduites qui ont eu tendance à rencontrer un plus grand succès. Mais cela témoigne aussi d un moindre succès des représentations présentées dans de grandes jauges. 7. «Féérie», «Bonheur» et «Désirs» notamment. CNV chiffres de la diffusion

20 01-B vision globale - chiffres clés I Principales évolutions Fréquentation moyenne en baisse Cela se confirme par l analyse de l évolution de la fréquentation moyenne observée par représentation payante (à défaut de disponibilité exhaustive des jauges utilisées des lieux). Celle-ci fait apparaître une forte baisse des représentations réunissant plus de entrées (-10% du nombre de représentations et de la billetterie de ce type de représentations). En revanche, ce sont les représentations réunissant de 600 à entrées par représentation qui ont le plus progressé entre 2010 et 2011 : +25% du nombre de représentations et +23% de la billetterie hors taxe. Cette tendance est encore accentuée si l on exclut des représentations payantes celles s étant déroulées dans le cadre de festivals : la baisse de la billetterie générée par les représentations ayant réuni plus de entrées atteint alors 15% entre 2010 et Au sein du réseau Zénith, le nombre de représentations payantes a augmenté de 12% mais la fréquentation et la billetterie se sont repliées de l ordre de 5%. Il apparaît que c est la baisse de fréquentation moyenne par représentation (-14%) qui explique ce phénomène, le prix moyen calculé du billet restant relativement stable (+1%). Les représentations dont le prix moyen calculé du billet hors taxe est supérieur à 60 euros ont le plus progressé entre 2010 et 2011 : si leur nombre a augmenté de 10%, leur fréquentation et leur billetterie totale se sont accrues de plus de 25%. Cela est dû à la bonne tenue des principaux spectacles de cabarets-revues, à la tournée de Charles Aznavour, à quelques comédies musicales mais surtout aux quelques concerts isolés de grandes vedettes internationales proposés en France en Ces derniers ont été, comme nous l avons évoqué ci-dessus, proposés dans des salles de moins grande jauge mais à des tarifs élevés. Individuellement ces spectacles (hormis celui des Black Eyed Peas) ont généré moins de 5 millions d euros de recettes de billetterie mais au total ils ont représenté 3 fois plus de représentations, de fréquentation et 4 fois plus de recettes qu en 2010 (25 millions d euros supplémentaires) 8. La majorité des représentations (55%) proposées à des prix moyens de 10 à 30 euros ont elles-aussi progressé tant en nombre qu en fréquentation et en billetterie (de 13 à 20%). En revanche, les représentations de spectacles proposées entre 30 et 60 euros, bien qu en nombre plus important (+20%) ont vu leur fréquentation et leur billetterie totales se réduire (de l ordre de 5%). Pas d accentuation de la concentration par déclarant Sur le total des 26 entreprises ayant déclaré plus de 5 millions d euros d assiette en 2010 ou en 2011, 23 étaient dans ce cas chaque année. Alors qu elles représentaient 56% du total de l assiette déclarée en 2010, pour 38% de la fréquentation des représentations payantes et 10% du nombre total de représentations, leur poids a eu tendance à se réduire en 2011 : 51% de l assiette (-3%), 33% de la fréquentation (-8%) et 9% du nombre de représentations (-3%). C est la catégorie des déclarants concentrant annuellement de 1 à 5 millions d euros d assiette qui a généré la plus forte croissance en masse, tant en assiette déclarée qu en fréquentation, faisant plus que compenser la baisse de la première catégorie, bien que leur nombre n ait que peu augmenté. La hausse a aussi été particulièrement marquée tant en recettes qu en fréquentation et en nombre de représentations pour les déclarants concentrant de à 1 million d euros d assiette, mais ces évolutions ont correspondu à un accroissement comparable du nombre de déclarants dans cette catégorie (supérieure à 30%). Au total, les déclarants de plus de euros d assiette annuelle, bien qu un peu plus nombreux en 2011 qu en 2010 (163 au lieu de 138), représentent en 2010 et en 2011 une part comparable de la diffusion, soit 5% du nombre de déclarants, 33% du nombre de représentations, 64% de la fréquentation payante et 80% du total de l assiette. Pour près de la moitié des déclarants, l assiette annuelle déclarée est inférieure à euros. Pour cette catégorie de déclarants, la croissance du nombre de représentations, de la fréquentation et de la billetterie a été pratiquement intégralement liée à la croissance du nombre de déclarants. 8. Citons par exemple : Alicia Keys, George Michael, Prince, Paul McCartney, Sade, Bob Dylan & Mark Knopfler, Roger Waters, Britney Spears 20 CNV chiffres de la diffusion 2011

21 % ÉVOLUTION DU MONTANT DE LA BILLETTERIE 01-B vision globale - chiffres clés I Principales évolutions Évolution des représentations payantes déclarées en fonction de la fréquentation moyenne observée par représentation en (Ensemble des déclarants) Période du 1er janvier au 31 décembre (déclarations reçues au 30 avril de l année suivante) La taille des bulles correspond au poids des différentes classes dans le total du montant de taxe déclarée en % 20% 5% -10% à à moins de à 400 de 50 à à à à à à à % plus de % -35% -25% -15% -5% 0% 5% 15% 25% 35% % ÉVOLUTION DU NOMBRE DE REPRÉSENTATIONS Note de lecture : les représentations payantes dont la moyenne de fréquentation se situe dans la classe «plus de entrées» représentent en % du montant total de billetterie déclarée (taille de la bulle) et ont connu entre 2010 et 2011 une baisse de 30% en nombre et de 32% en montant de billetterie. Elles se sont inscrites à la baisse alors que la moyenne des représentations payantes croissait, tant en nombre de représentations (+12%) qu en montant de billetterie (+6%). CNV chiffres de la diffusion

22 22 CNV chiffres de la diffusion 2011

CHIFFRES DE LA DIFFUSION DES SPECTACLES

CHIFFRES DE LA DIFFUSION DES SPECTACLES études STATIStiQUES CHIFFRES DE LA DIFFUSION DES SPECTACLES DE MUSIQUES ACTUELLES ET DE VARIÉTÉS STATISTIQUES COMMENTÉES ET ÉLÉMENTS D ÉVOLUTION 2013-2014 OCTobre 2015 CRÉDITS Le présent document est une

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 15 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Modes La voiture L EGT 2010 marque une rupture de tendance importante par rapport aux enquêtes précédentes, en ce qui concerne les

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

Le coût du crédit aux entreprises

Le coût du crédit aux entreprises Frédérique EDMOND Direction des Études et Statistiques monétaires Service des Analyses et Statistiques monétaires L enquête trimestrielle sur le coût du crédit aux entreprises est réalisée auprès d un

Plus en détail

LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES

LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES R E P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E mercredi 14 février 2007 LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES Communication de M. Philippe Marini, rapporteur général

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

L Exploitation des films recommandés Art et Essai. en salles, à la télévision, en vidéo

L Exploitation des films recommandés Art et Essai. en salles, à la télévision, en vidéo L Exploitation des films recommandés Art et Essai en salles, à la télévision, en vidéo octobre 2006 Centre National de la Cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective 12, rue

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE MINISTERE DELEGUE A LA COHESION SOCIALE ET A LA PARITE V E I L L E S T A T I S T I Q U E service des droits des femmes et de l'égalité V E I L L E S T A T I S T I Q U E LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

Plus en détail

N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000

N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 35 Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 En 2000, un patient bénéficiaire de la CMU

Plus en détail

Les arts et la culture en quelques statistiques

Les arts et la culture en quelques statistiques Les arts et la culture en quelques statistiques Benoit Allaire Conseiller en recherche, Observatoire de la culture et des communications, Institut de la statistique du Québec Bien qu il soit réducteur

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

LES ENTREPRISES DE SPECTACLE DE VARIÉTÉS EN 2012 & ÉLÉMENTS D ÉVOLUTION

LES ENTREPRISES DE SPECTACLE DE VARIÉTÉS EN 2012 & ÉLÉMENTS D ÉVOLUTION LES ENTREPRISES DE SPECTACLE DE VARIÉTÉS EN 2012 & ÉLÉMENTS D ÉVOLUTION 2008-2012 LES ENTREPRISES DE SPECTACLE DE VARIÉTÉS EN 2012 & ÉLÉMENTS D ÉVOLUTION 2008-2012 Synthèse du traitement des données collectées

Plus en détail

Direction des programmes DPAC. Novembre 2014

Direction des programmes DPAC. Novembre 2014 Direction des programmes DPAC Novembre 2014 Sommaire Services assujettis à la contribution réglementaire Définitions et obligations Assiettes et contribution réglementaire Ensemble des services de télévision

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France

Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France 1 er trimestre 2013 2 Synthèse des données d activité Les éléments suivants ont été constitués sur la base des données transmises par les opérateurs

Plus en détail

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le Améliorer la lisibilité des contrats d assurance complémentaire santé : Engagements pris, engagements tenus! Première évaluation du dispositif instauré par les Fédérations membres de l UNOCAM 5 mars 2012

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

Les conséquences sur le tissu économique

Les conséquences sur le tissu économique Les conséquences sur le tissu économique Entreprises Entreprises L engouement pour les auto-entreprises se calme En Poitou-Charentes, 13 964 entreprises ont été créées en. Après une forte augmentation

Plus en détail

SYNTHESE DU RAPPORT D ACTIVITE 2008. BILAN DU RESEAU DEPARTEMENTAL Période 2000-2008 BIBLIOTHEQUE DEPARTEMENTALE

SYNTHESE DU RAPPORT D ACTIVITE 2008. BILAN DU RESEAU DEPARTEMENTAL Période 2000-2008 BIBLIOTHEQUE DEPARTEMENTALE SYNTHESE DU RAPPORT D ACTIVITE 2008 BILAN DU RESEAU DEPARTEMENTAL Période 2000-2008 Bibliothèque départementale de Lot-et-Garonne BP9 - Rue du Pont de Marot 47301 Villeneuve-sur-Lot tél : 05 53 40 14 40

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont ensuite stabilisés

Plus en détail

Indicateur n 14 : Pension moyenne

Indicateur n 14 : Pension moyenne Programme «Retraites» 47 Indicateur n 14 : Pension moyenne Sous-indicateur n 14-1 : de l ensemble des retraités Les évolutions des pensions moyennes (avantage principal de droit direct) brutes en euros

Plus en détail

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT I. MOUVEMENTS COMPTABLES Nous avons vu que le Bilan représente la photographie de la situation de l entreprise à une date donnée : chaque opération nouvelle

Plus en détail

Mouvements des entreprises au Répertoire des Métiers 1er Semestre 2014

Mouvements des entreprises au Répertoire des Métiers 1er Semestre 2014 Mouvements des entreprises au Répertoire des Métiers 1er Semestre 214 Observatoire des Métiers et de l Artisanat Région Centre Août 214 Au 3 juin 214, le nombre d entreprises inscrites au RM a dépassé

Plus en détail

Synthèse fréquentation nationale

Synthèse fréquentation nationale Synthèse fréquentation nationale Bilan septembre et été 2014 (avril à septembre) 13 octobre 2014 Principaux enseignements Bilan du mois de septembre Les conditions météorologiques très clémentes sur une

Plus en détail

Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris

Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris Novembre 2010 La Nuit à Paris recouvre des enjeux importants pour les pouvoirs publics, notamment en termes d activité économique, d activité culturelle,

Plus en détail

1 - Salaires nets tous secteurs confondus

1 - Salaires nets tous secteurs confondus N 627 Résultats l enquête annuelle sur les s auprès s entreprises - Mai 2011 - L enquête annuelle sur les s auprès s entreprises, réalisée par voie postale par l ONS a donné les résultats présentés ci-ssous.

Plus en détail

Introduction p.3. Méthodologie p.4. Profil des répondants - Le public p.6 - Les musiciens p.6

Introduction p.3. Méthodologie p.4. Profil des répondants - Le public p.6 - Les musiciens p.6 Evaluation de la campagne 2012 1 Sommaire Introduction p.3 Méthodologie p.4 Profil des répondants - Le public p.6 - Les musiciens p.6 Pratiques d écoute - du public - fréquentation des lieux de musique

Plus en détail

Emilien Suquet, suquet@automaths.com

Emilien Suquet, suquet@automaths.com STATISTIQUES Emilien Suquet, suquet@automaths.com I Comment réagir face à un document statistique? Les deux graphiques ci-dessous représentent l évolution du taux de chômage en France sur les 1 mois de

Plus en détail

LA FIN DES TARIFS RÉGLEMENTÉS DE VENTE DE L ÉLECTRICITÉ POUR LES ENTREPRISES

LA FIN DES TARIFS RÉGLEMENTÉS DE VENTE DE L ÉLECTRICITÉ POUR LES ENTREPRISES Septembre 2015 ID Comprendre le secteur de l électricité en un seul clic LA FIN DES TARIFS RÉGLEMENTÉS DE VENTE DE L ÉLECTRICITÉ POUR LES ENTREPRISES Note de conjoncture À partir du 1er janvier 2016, les

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Contact : Fabien LALLEMENT - 05 57 14 27 13 Avril 2012 Sommaire 1. Périmètre de l analyse... Page 1 2. Définition des termes utilisés...

Plus en détail

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 bis Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

TABLEAU DE BORD DES INVESTISSEMENTS TOURISTIQUES EN PACA

TABLEAU DE BORD DES INVESTISSEMENTS TOURISTIQUES EN PACA TABLEAU DE BORD DES INVESTISSEMENTS TOURISTIQUES EN PACA RESUME DE L EDITION 2013 DONNEES 2012 Le Tableau de bord des investissements touristiques en France a été mis en place en 2006 par Atout France.

Plus en détail

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 Rapport statistique des accidents du travail de 2006 1 Introduction La déclaration d accident du travail constitue le socle de la collecte des données relatives

Plus en détail

LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE. Bilan économique 2013

LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE. Bilan économique 2013 LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE Bilan économique 2013 I. PANEL ET METHODOLOGIE 1. Nouveau panel, nouvelle mobilisation Le dispositif d observation de l activité du tourisme

Plus en détail

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE Juillet-août-septembre 2012 Note trimestrielle N 40 Lettre trimestrielle d information UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE CONJONCTURE Détérioration plus marquée au cours de

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ. 1er trimestre 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ. 1er trimestre 2015 Suivez l activité des entreprises de l Isère NOTE DE CONJONCTURE 1er trimestre NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ Des prévisions pessimistes confirmées en ce début d année, hormis pour les entreprises

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

Les bénéficiaires de la surcote dans la Fonction Publique d Etat avant et après la réforme de 2009

Les bénéficiaires de la surcote dans la Fonction Publique d Etat avant et après la réforme de 2009 Etude Juin2012 Les bénéficiaires de la surcote dans la Fonction Publique d Etat avant et après la réforme de 2009 En 2010, la part des nouveaux retraités de la Fonction Publique d Etat bénéficiant d une

Plus en détail

L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN FRANCHE-COMTÉ EN 2013

L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN FRANCHE-COMTÉ EN 2013 L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN FRANCHE-COMTÉ EN 2013 Juin 2014 Cécile BAZIN Marie DUROS Guillaume PREVOSTAT Amadou BA Jacques MALET Une observation continue Ce bilan régional de l emploi dans l économie

Plus en détail

Population LA VILLE ET L HOMME

Population LA VILLE ET L HOMME Saint-Jean-de-la-Ruelle constate aujourd hui une diminution de sa population. Ce phénomène est le résultat conjugué d un solde migratoire négatif la croissance urbaine touche à présent les communes les

Plus en détail

Bilan de l activité touristique de l année 2013. Résultats de janvier à décembre

Bilan de l activité touristique de l année 2013. Résultats de janvier à décembre Bilan de l activité touristique de l année 2013 Résultats de janvier à décembre Analyse de la conjoncture économique Contexte international En 2013, l économie mondiale a enregistré une progression de

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003

Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003 Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003 PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR RAPPORT D'ÉTUDE Septembre 2006 N 8 Cette étude a été réalisée dans

Plus en détail

Philippe Villemus. Qui est riche? La vérité sur les riches, les pauvres et les autres... Groupe Eyrolles, 2007 ISBN : 978-2-212-53990-5

Philippe Villemus. Qui est riche? La vérité sur les riches, les pauvres et les autres... Groupe Eyrolles, 2007 ISBN : 978-2-212-53990-5 Philippe Villemus Qui est riche? La vérité sur les riches, les pauvres et les autres..., 2007 ISBN : 978-2-212-53990-5 En synthèse, qu est-ce qu être riche? «Pour un pays comme pour un individu, ce n est

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 2 - Avril 2011

LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 2 - Avril 2011 LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 2 - Avril 2011 En collaboration avec le laboratoire ERUDITE de l Université Paris-Est Marne-la-vallée, sous la direction scientifique de Marc Ferracci

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Evolution des risques sur les crédits à l habitat

Evolution des risques sur les crédits à l habitat Evolution des risques sur les crédits à l habitat n 5 février 2012 1/17 SOMMAIRE 1. PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DE LA PRODUCTION... 4 2. ANALYSE DÉTAILLÉE DES INDICATEURS DE RISQUE... 8 2.1 Montant moyen

Plus en détail

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE PROFIL SOCIO-ÉCONOMIQUE 2001 Ce profil est appuyé par les données issues du recensement de Statistique Canada pour les années 1991, 1996 et 2001. UNE POPULATION HAUTEMENT

Plus en détail

Cette nouvelle édition met en évidence les enseignements suivants :

Cette nouvelle édition met en évidence les enseignements suivants : 7 ème baromètre annuel Energie-Info sur l ouverture des marchés, réalisé par le médiateur national de l énergie et la Commission de régulation de l énergie. Enquête réalisée par l institut CSA du 5 au

Plus en détail

L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN CHAMPAGNE-ARDENNE ARDENNE EN 2012

L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN CHAMPAGNE-ARDENNE ARDENNE EN 2012 L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN CHAMPAGNE-ARDENNE ARDENNE EN 2012 Juin 2013 Cécile BAZIN Marie DUROS Liza MARGUERITTE Noël TADJINE Jacques MALET Une observation continue Ce bilan régional de l emploi

Plus en détail

CODEM - CODEB - CODEBAT CODEMA - CODEMBAL CODECOB - CODALIMENT CODINF la maîtrise des risques clients par secteur professionnel

CODEM - CODEB - CODEBAT CODEMA - CODEMBAL CODECOB - CODALIMENT CODINF la maîtrise des risques clients par secteur professionnel CODEM - CODEB - CODEBAT CODEMA - CODEMBAL CODECOB - CODALIMENT CODINF la maîtrise des risques clients par secteur professionnel 3 avenue Franklin Roosevelt - 758 PARIS Tél : 1 55 65 4 - Fax : 1 55 65 1

Plus en détail

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME Par le Pôle Economie de Terra Nova Le 6 mars 2012 Le quinquennat a opéré des redistributions budgétaires importantes de la puissance publique (Etat et sécurité sociale)

Plus en détail

La dette du Québec est-elle légitime?

La dette du Québec est-elle légitime? La dette du Québec est-elle légitime? Louis Gill le 1 er avril 2012 La dette totale du gouvernement du Québec, désignée comme sa dette brute, était de 184 milliards de dollars (55 % du PIB) le 31 mars

Plus en détail

La distribution des films dans les salles : 2 fast 2 furious?

La distribution des films dans les salles : 2 fast 2 furious? La distribution des films dans les salles : 2 fast 2 furious? Alexis Dantec (OFCE) et Florence Lévy-Hartmann (GEM) Avec 175,65 millions d entrées en 2005, la fréquentation des salles marque un net recul

Plus en détail

L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON EN 2010

L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON EN 2010 L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON EN 2010 Septembre 2011 Cécile BAZIN Marie DUROS Henitsoa RAHARIMANANA Jacques MALET Une observation continue Ce bilan régional de l emploi dans

Plus en détail

Enquête sur les taux des crédits au logement Année 1998

Enquête sur les taux des crédits au logement Année 1998 Enquête sur les taux des crédits au logement Année 1998 La baisse des taux des crédits au logement distribués par les établissements de crédit s est poursuivie tout au long de l année 1998, après le tassement

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT Général au développement durable n 590 Décembre 2014 La mobilité à longue distance des Français en 2013 OBSERVATION ET STATISTIQUES TRANSPORT En 2013, la mobilité à longue distance des personnes

Plus en détail

Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes

Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes n o 28 03 / 2015 études, recherches et statistiques de la Cnav étude Julie Vanriet- Margueron, Cnav Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes Lorsqu un

Plus en détail

FORMABREF. L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014

FORMABREF. L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

BENFIELD PARIS ETUDE 2008 Renouvellement des programmes de réassurance Catastrophe Décès Invalidité en France

BENFIELD PARIS ETUDE 2008 Renouvellement des programmes de réassurance Catastrophe Décès Invalidité en France Benfield Paris a le plaisir de vous présenter les résultats de la cinquième édition de son étude sur le renouvellement des protections Catastrophe Décès Invalidité sur le marché français. Notre échantillon

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION de la Société anonyme d exploitation du Palais omnisports de Paris-Bercy

NOTE DE PRESENTATION de la Société anonyme d exploitation du Palais omnisports de Paris-Bercy NOTE DE PRESENTATION de la Société anonyme d exploitation du Palais omnisports de Paris-Bercy 1.1. Présentation générale de la Société Une Société délégataire d un service public de la Ville de Paris Par

Plus en détail

valeur, c est-à-dire que le produit de cession diffère de la juste valeur de l actif, on comptabilise

valeur, c est-à-dire que le produit de cession diffère de la juste valeur de l actif, on comptabilise 2824RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:27 PM Page 601 Chapitre : Les contrats de location 24. La sous-location d un actif loué ne pose selon nous aucun problème particulier : il faut évaluer la substance

Plus en détail

Comment se déplace-t-on aujourd hui dans l Agglomération Nantaise et son bassin de vie? tendances 2008

Comment se déplace-t-on aujourd hui dans l Agglomération Nantaise et son bassin de vie? tendances 2008 Comment se déplace-t-on aujourd hui dans l Agglomération Nantaise et son bassin de vie? tendances 2008 novembre 2009 Objectif : connaître les déplacements en 2008 Les objectifs du Plan de Déplacements

Plus en détail

La sortie au spectacle vivant

La sortie au spectacle vivant Direction générale de la création artistique La sortie au spectacle vivant Présentation générale Exploitation de la base d enquête du DEPS «Les pratiques culturelles des Français à l ère du numérique -

Plus en détail

Baromètre 2013 du Club de l Épargne Salariale Octobre 2013. Baromètre 2013. Club de l Epargne Salariale / Harris interactive. Harris Interactive

Baromètre 2013 du Club de l Épargne Salariale Octobre 2013. Baromètre 2013. Club de l Epargne Salariale / Harris interactive. Harris Interactive Baromètre 2013 Club de l Epargne Salariale / Harris interactive Toute diffusion de résultats tirés de cette étude doit être accompagnée de la mention suivante : "Baromètre 2013 du Club de l'epargne Salariale

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2009 à 9 h 30 «Préparation du rapport de janvier 2010 : Simulations de régimes en points et en comptes notionnels» Document N 1 Document

Plus en détail

P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse

P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse Les employés administratifs de la fonction publique rassemblent les agents de catégorie C ainsi que les anciens agents

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

CROISSANCE ET SANTÉ DES ENTREPRISES ACCOMPAGNÉES EN CAPITAL-TRANSMISSION EN 2012

CROISSANCE ET SANTÉ DES ENTREPRISES ACCOMPAGNÉES EN CAPITAL-TRANSMISSION EN 2012 CROISSANCE ET SANTÉ DES ENTREPRISES ACCOMPAGNÉES EN CAPITAL-TRANSMISSION EN 2012 Le AFIC Etudes 2014 www.afic.asso.fr MÉTHODOLOGIE Étude d impact économique et social (2013) Les statistiques sont établies

Plus en détail

Baromètre France générosités- CerPhi Evolution des dons des particuliers et du profil des donateurs - 2010 & 2011

Baromètre France générosités- CerPhi Evolution des dons des particuliers et du profil des donateurs - 2010 & 2011 Baromètre France générosités- CerPhi Evolution des dons des particuliers et du profil des donateurs - 2010 & 2011 Baromètre établi à partir des sources suivantes: 2010 - Données transmises par la Direction

Plus en détail

L évolution du système de retraite. Le cas du salarié non cadre dans le secteur privé. Henri Sterdyniak

L évolution du système de retraite. Le cas du salarié non cadre dans le secteur privé. Henri Sterdyniak Simulation de l évolution du taux de remplacement net des salaires pour 4 cas-type, nés en 1960, selon les réformes du système de retraite, à l horizon 2020 Henri Sterdyniak L évolution du système de retraite

Plus en détail

M0Z-Employés et opérateurs de l'informatique. Synthèse

M0Z-Employés et opérateurs de l'informatique. Synthèse M0Z-Employés et opérateurs de l'informatique Synthèse Les employés et opérateurs de l informatique sont chargés des manipulations sur ordinateurs et leurs périphériques, ou de l information des utilisateurs.

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Les ressources, l économie et les perspectives de la construction bois en France

Les ressources, l économie et les perspectives de la construction bois en France Les ressources, l économie et les perspectives de la construction bois en France C. Piquet 1 Les ressources, l économie et les perspectives de la construction bois en France Christian Piquet France Bois

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

Baromètre ACTINEO France 2013 Tris croisés par Alain d Iribarne : Taille d entreprise

Baromètre ACTINEO France 2013 Tris croisés par Alain d Iribarne : Taille d entreprise Baromètre ACTINEO France 2013 Tris croisés par Alain d Iribarne : Taille d entreprise La répartition de l'échantillon par taille est assez intéressante dans la mesure où elle fait apparaître autant d'actifs

Plus en détail

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012 Belgique Belgique : le système de retraite en 212 Le régime de retraite comporte deux volets : un régime public lié à la rémunération prévoyant une retraite minimum d une part et un filet de protection

Plus en détail

EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT

EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT ECONEWS 6/2010 2 juin 2010 EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT Dans le cadre du présent Econews, la Chambre des salariés procède à une série de calculs sur l impact des mesures

Plus en détail

La fonction communication en collectivité locale

La fonction communication en collectivité locale Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 2 ème partie La fonction communication en collectivité locale Organisation, missions, moyens et outils Introduction. Les quelques 4000 communes

Plus en détail

Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France. Autorité de régulation des jeux en ligne Données T3 2013

Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France. Autorité de régulation des jeux en ligne Données T3 2013 1 Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France 3 ème trimestre 2013 2 Synthèse des données d activité Les éléments suivants ont été constitués sur la base des données transmises par les

Plus en détail

Les pourcentages. A) Tout d abord, quelques notions de base à maîtriser. 1- Comment calculer le pourcentage d un nombre?

Les pourcentages. A) Tout d abord, quelques notions de base à maîtriser. 1- Comment calculer le pourcentage d un nombre? Les pourcentages Cette séance est dédiée à l étude des pourcentages. Bien comprendre cette séance s avère être un passage obligé si vous souhaitez aborder de manière sereine les séances concernant les

Plus en détail

Recensement triennal sur l activité du marché de change et des produits dérivés

Recensement triennal sur l activité du marché de change et des produits dérivés Recensement triennal sur l activité du marché de change et des produits dérivés 1 Le cadre de l analyse L analyse présente se base sur des données réunies dans le cadre du recensement triennal de la Banque

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015 n 47 juin 2015 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 Synthèse générale Le niveau des taux de revalorisation servis aux assurés appelle une vigilance

Plus en détail

Impact des événements du 11 septembre sur le secteur des attractions pour le mois de septembre Rapport final

Impact des événements du 11 septembre sur le secteur des attractions pour le mois de septembre Rapport final Impact des événements du 11 septembre sur le secteur des attractions pour le mois de septembre Rapport final Ministère du Tourisme, de la Culture et des Loisirs de l Ontario Le 23 octobre 2001 TABLE DES

Plus en détail

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE 1997

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE 1997 LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE Selon les données communiquées par les établissements participant à l enquête-titres de la Banque de France, l encours des capitaux placés

Plus en détail

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Le salaire est une composante essentielle du contrat de travail. Dans les banques, les salaires sont en général négociés individuellement. Le fait de

Plus en détail

Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA.

Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA. Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA. Carole Lardoux 1 Introduction Les données saisies par les agents de téléphonie du 115 de Paris sont extraites chaque

Plus en détail

L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN BOURGOGNE EN 2011

L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN BOURGOGNE EN 2011 L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN BOURGOGNE EN 2011 Septembre 2012 Cécile BAZIN Marie DUROS Noël TADJINE Jacques MALET Une observation continue Ce bilan régional de l emploi dans l économie sociale en

Plus en détail

La compensation des dispositifs d exonération par les recettes fiscales en 2006-2007

La compensation des dispositifs d exonération par les recettes fiscales en 2006-2007 Commission des comptes de la sécurité sociale Secrétariat général n 11 mai 2008 La compensation des dispositifs d exonération par les recettes fiscales en 2006-2007 Les allégements généraux de cotisations

Plus en détail

La qualité des services mobiles en France métropolitaine

La qualité des services mobiles en France métropolitaine Juin 2014 La qualité des services mobiles en France métropolitaine Synthèse de l enquête 2014 ISSN : 2258-3106 Synthèse des résultats de l enquête 2014 de l ARCEP sur la qualité des services mobiles Ce

Plus en détail

Niveau de vie des retraités selon la situation conjugale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Niveau de vie des retraités selon la situation conjugale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2015 à 9 h 30 «Structures familiales, transferts intergénérationnels, bien-être» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

BILAN REGIONAL DE LA CAMPAGNE NATIONALE DE CONTROLE 2010

BILAN REGIONAL DE LA CAMPAGNE NATIONALE DE CONTROLE 2010 BILAN REGIONAL DE LA CAMPAGNE NATIONALE DE CONTROLE 2010 RELATIVE A LA RADIOPROTECTION 1. Renseignements d ordre général La campagne de contrôle, organisée du 3 mai au 15 septembre 2010 par le ministère

Plus en détail

Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada

Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada F É D É R A T I O N D E L H A B I T A T I O N C O O P É R A T I V E D U C A N A D A Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada Rapport produit par Will Dunning Inc. pour la Fédération de l habitation

Plus en détail