Une approche statistique des corpus de SMS : outils et défis

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Une approche statistique des corpus de SMS : outils et défis"

Transcription

1 Une approche statistique des corpus de SMS : outils et défis Thomas François 1, 2 (1) Aspirant F.N.R.S. (2) CENTAL, IL&C (Université Catholique de Louvain) Séminaire sud4science 29 Septembre /43

2 Plan 1 Introduction 2 L approche quantitative 3 Exemples de résultats 4 Conclusion 2/43

3 Plan 1 Introduction 2 L approche quantitative La démarche quantitative La étrisation Le choix des outils statistiques Les problèmes d échantillonnage 3 Exemples de résultats La question de l abréviation 4 Conclusion 3/43

4 Introduction L envoi de SMS constitue aujourd hui une activité sociale largement répandue dans nos sociétés. D après le rapport 2010 : U.S Digital, Year in review, malgré l arrivée massive des smartphones, l activité principale des utilisateurs sur leur téléphone mobile reste l envoi de SMS (68%), suvi par la prise de photo (52,4%). 4/43

5 Introduction L esms [Cougnon and Ledegen, 2010] présente une caractéristique intéressante : Avec les autres formes de DEM [Panckhurst, 2009], il représente un discours écrit qui peut échapper aux contraintes institutionnelles pesant sur la plupart des autres écrits traditionnels. Par conséquent, on peut penser que la notion de variation s y exprime davantage... [Cougnon and François, 2010] concluent d ailleurs : «Au travers de cette analyse, se dessine plutôt l existence de sous-groupes présentant chacun leurs particularismes». [Panckhurst, 2009, 45] y voit «une absence quasi totale de normes et une créativité lexicale extrêment riche». 5/43

6 Introduction Il existe plusieurs types de variations [Moreau, 1997, 284] : Variation diachronique : les études sur les corpus de SMS sont assez récentes (milieu des années 90) et il n y a pas encore d étude diachronique basée sur des données conséquentes ; Variation diatopique : représentée grâce aux différents corpus récoltés (belgicisme, québécisme, etc.), mais aussi au sein d un même corpus (parler de Liège, de Bruxelles, etc.) ; Variation diastratique : axe moins aisé à explorer, car il requiert la constitution de profils d informateurs (profession, niveau d étude, etc.). D autres aspects socio-démographique du scripteur peuvent encore influencer son emploi de la langue : âge, sexe, ethnie, religion, langue maternelle, etc. Variation diaphasique : pour un même usager, observer les différences en fonction du type de destinataire (n est généralement pas connu, mais peut parfois se deviner). 6/43

7 Introduction Dans ce contexte, l emploi de méthodes quantitatives d analyse des données peut aider le chercheur à décrire la variation. En effet, l exploration systématique de corpus permet : de relever des phénomènes qui auraient échappé à une approche qualitative ; surtout, à estimer plus précisément leur importance, laquelle pourrait être mal évaluée sur la base de quelques exemples seulement. Cette présentation discute les techniques à disposition du chercheur pour ce faire et souligne quelques problèmes, au travers d exemples issus du corpus de sms4science. 7/43

8 Plan 1 Introduction 2 L approche quantitative La démarche quantitative La étrisation Le choix des outils statistiques Les problèmes d échantillonnage 3 Exemples de résultats La question de l abréviation 4 Conclusion 8/43

9 Quant Plan 1 Introduction 2 L approche quantitative La démarche quantitative La étrisation Le choix des outils statistiques Les problèmes d échantillonnage 3 Exemples de résultats La question de l abréviation 4 Conclusion 9/43

10 Quant La démarche quantitative Comme pour la démarche qualitative, le chercheur part généralement d une hypothèse de recherche : Exemple Est-ce que les femmes sont plus bavardes dans les SMS que les hommes? Trois étapes subséquentes : 1 Transformer le phénomène en une variable et le mesurer sur les données collectées (étriser) ; 2 Adapter l hypothèse afin qu elle puisse être validée au moyen d un test statistique ; 3 Analyser plus finement les résultats du test, à l aide d autre outils statistiques ou d une démarche qualitative. 10/43

11 Quant La démarche quantitative : exemple Aspect loquace peut être mesuré : à l aide du nombre de caractères moyen par message ; [Cougnon and François, 2010] constatent sur le corpus belge : 109 caractères/mess. pour les messages écrits par des femmes contre 99 pour ceux écrits par des hommes. à l aide du nombre moyen de mots par message. [Ling, 2005] montrait déjà que le nombre moyen de mots par message est de 5,54 pour les informateurs masculins (X 1 ) et de 6,95 pour les femmes (X 2 ). Ces constats doivent rester au niveau des données! 11/43

12 Quant La démarche quantitative : exemple Question suivante : peut-on généraliser les résultats à l ensemble de la population? (inférence) Transformation de l hypothèse de recherche sous la forme d une hypothèse statistique H0 : X 1 = X 2 H1 : X 1 X 2 Divers tests statistiques permettent d évaluer cette hypothèse, en fonction de la nature des données : [Ling, 2005] effectue une ANOVA : p = 0, 0001 ; Les messages écrits par les femmes norvégiennes seraient donc bien plus longs en moyenne que ceux des hommes. 12/43

13 Quant Les différents problèmes Vu comme cela, l approche quantitative semble simple, mais de nombreux problèmes se posent en réalité... La étrisation est notamment confrontée au manque de systématisation dans l annotation des corpus ; Le choix du test statistique à employer doit être bien réfléchi ; L inférence statistique est menacée par l existence de biais dans les corpus. Nous allons détailler ces trois aspects au travers d exemples : La question du taux d abréviation dans les SMS ; La présence d emprunts ; Les types de salutations employées. 13/43

14 Plan 1 Introduction 2 L approche quantitative La démarche quantitative La étrisation Le choix des outils statistiques Les problèmes d échantillonnage 3 Exemples de résultats La question de l abréviation 4 Conclusion 14/43

15 La étrisation : introduction La étrisation : Elle consiste à définir une variable d intérêt, qualitative ou quantitative, comportant un certain nombre de valeurs au sein desquelles sont classées les différentes formes du phénomène analysé. Par ex. : elo, hello, helo, lo, heyo, hlo, l.o, llo, hilo, l=o, hell0, yello, ll, hèlo sont regroupés sous la forme hello. Dans le contexte de corpus de SMS, elle présente plusieurs difficultés : Problèmes liées à la représentation et la manipulation des données ; Incohérences dans les annotations ou les transcriptions des corpus ; Difficultées liées au traitement automatisée des SMS (de Neef et Véronis, 2004) ; Niveau d analyse. 15/43

16 Représentations des données Données de sms4science sont stockées dans des bases de données MySQL : il convient de les exporter dans un format plus manipulable par le linguiste. Tentation : utiliser Excel Pratique pour visualiser et manipuler les données... MAIS... limite des 255 caractères par case entraîne des pertes de données!! Notre approche Les données sont exportées sous format.csv et manipulées à l aide de scripts python. pas de perte de données et plus souple qu Excel, mais moins accessible. 16/43

17 Problème de cohérence La préparation des corpus (anonymisation, transcription, etc.) requiert des interventions manuelles, qui manquent parfois de systématisme. Balises d anonymisation : exemples tirés du corpus de La Réunion : {NOM} ou {nom} ou {{NOM} ou {NOM1} ; {n } ou {tél} ou {TEL} ; {NOM.com} ou {site}, etc. Le problème se retrouve entre les différents corpus : Belgique : ADR ; Réunion : adresse. Une normalisation des balises a été entreprise au CENTAL. 17/43

18 Incohérence dans les transcriptions En calculant le taux d abbréviation (Réunion), nous avons obtenus des valeurs aberrantes, qui s expliquent : exemple Manque 1 sms ; 129 messages n avaient pas de transcription! ratio trop large! 5 SMS ont été dédoublés ; Quelques rares traductions sont erronées : Salut oui sava et toi?? Ben pour samedi jpe pas comme je révise pour le brevet. Bon ben sera à une prochaine ptete Traduit : Salut, oui prends bien soin de toi. Ces données ont été supprimées pour le traitement statistique. On voit l intérêt d une approche systématique! 18/43

19 Difficulté du traitement automatique Plusieurs problèmes se posent pour le TAL des SMS : Segmentation des unités linguistiques : mots, phrases, alors que les espaces peuvent manquer, les mots avoir été concaténés (ex. Kcé kompliké l amour!... Jcompren plu rien!) ou la ponctuation, manquer ; Régionalismes ou emprunts, qui ne sont pas repris dans les resources et ne sont pas reconnus : oufti que tout à est compliqué... ; De manière générale, la créativité linguistique, très présente dans l esms est difficile à traiter par le TAL. Nous avons opté pour une approche semi-automatique. 19/43

20 Niveau des observations Un dernier problème se pose : quelle population choisir? Dans les exemples précédents, nous nous sommes intéressés à la population des scripteurs ; «Est-ce que les femmes écrivent des messages plus longs que les hommes?» Toutefois, [Ling, 2005] et [Cougnon and François, 2010] travaillent au niveau des messages : «Est-ce les messages écrits par des femmes sont plus longs que ceux écrits par des hommes?» Un troisième niveau est possible : celui de la forme linguistique : «Est-ce que les régionalismes sont plus utilisés par des femmes que des hommes? Travailler au niveau des scripteurs demande de fusionner les sms en une seule observation et nie le fait que certains utilisateurs sont nettement plus actifs que d autres. 20/43

21 Plan 1 Introduction 2 L approche quantitative La démarche quantitative La étrisation Le choix des outils statistiques Les problèmes d échantillonnage 3 Exemples de résultats La question de l abréviation 4 Conclusion 21/43

22 Choix des tests statistiques Le choix du bon test statistique peut être un problème pour le néophyte, mais répond à des critères précis. Variable qualitative : Test du Chi-carré. Variable continue étrique (test de Shapiro-Wilk) : Comparaison de deux échantillons : Test T de student ; Plus de deux échantillons : ANOVA Variable continue non étrique : Comparaison de deux échantillons : Test de Mann-Whitney ; Plus de deux échantillons : Test de Kruskal-Wallis ; 22/43

23 Plan 1 Introduction 2 L approche quantitative La démarche quantitative La étrisation Le choix des outils statistiques Les problèmes d échantillonnage 3 Exemples de résultats La question de l abréviation 4 Conclusion 23/43

24 Notion d inférence : rappel L inférence Il s agit d un processus par lequel on induit les caractéristiques inconnues d une population à partir de celles d un échantillon issu de cette population, avec une certaine marge d erreur. C est ce que [Ling, 2005] fait lorsqu il affirme, sur la base d un échantillon de SMS : Les messages écrits par des femmes norvégiennes sont plus longs que ceux des hommes Pour que la procédure d inférence soit valide, il faut que l échantillon soit représentatif. 24/43

25 Représentativité des corpus sms4science Parmi les différentes techniques d échantillonnage, seules certaines sont probabilistes et engendrent un échantillon i.i.d : échantillonnage aléatoire simple : on dresse une liste des individus et on les sélectionne au hasard ; échantillonnage systématique : on sélectionne les individus à intervalles fixes ; échantillonnage stratifié : respect de la proportion des sous-groupes. Sont théoriquement optimales, mais difficiles à mettre en place (voir [Ling, 2005]). 25/43

26 Représentativité des corpus sms4science Corpus sms4science sont obtenus via échantillonnage par volontaires (publicité via les médias et stimulation via des lots) représentativité discutable! Échantillon i.i.d. = identiquement distribués : p(x 1 ) = p(x 2 ) =... = p(x n) Dans ce cas, les lots risquent d attirer davantage certains types de personnes. indépendants : p(x 1 x 2... x n) = n i=1 p(x i) La publicité se fait par proximité (amis, médias, etc.). Problème On peut se demander dans quelle mesure les corpus sms4science sont bien représentatifs. 26/43

27 Représentativité des corpus sms4science Étude de [Cougnon and François, 2010] sur la question : population ciblée : utilisateurs de SMS belges francophones (approximée via la pop. belge francophone) ; Test de représentativité : chi-carré d ajustement pour chaque dimension (âge, sexe, etc.). Résultats : Sexe : 57,2% de femmes contre 42,7% d hommes ne correspond pas au 51,6% contre 48,4% au niveau de la population (χ 2 (1) = 21, 2 ; p <.0001) Âge : même constat. 27/43

28 Représentativité des corpus sms4science Données pour l âge : Classes -15 ans ans prop. corpus 10,9 29,8 32,5 15,4 6,2 5,1 prop. pop. 18,2 6,10 6,3 13,9 14,9 40,5 La différence entre les deux distributions est très largement significative : χ 2 (1) = 3941, 5 ; p < /43

29 Interprétation de ces résultats Normalement, de tels résultats doivent être interprétés comme la preuve d un biais : l échantillon ne serait pas représentatif de la population... MAIS... dans ce cas, il est possible aussi que la population des utilisateurs de SMS soit nettement différente de celle de la Belgique francophone. [Ling, 2006, 4] : 70% des sujets de 16 à 19 ans utilisent quotidiennement les SMS ; 60% des ans et seulement 10 % des plus de 67 ans. [Chabert, 2010, 8] : 97% des ans utilisent «au moins de temps en temps», contre 93% des ans et 59% des 40 et plus. Il est donc probable que le corpus sms4science belge ne soit pas si biaisé que cela. 29/43

30 Plan 1 Introduction 2 L approche quantitative La démarche quantitative La étrisation Le choix des outils statistiques Les problèmes d échantillonnage 3 Exemples de résultats La question de l abréviation 4 Conclusion 30/43

31 Quelques études sur les corpus sms4science Nous allons présenter quelques résultats de nos études précédentes sur les pratiques d abréviations dans la francophonie ; Le même genre d étude a été appliquée à : Salutations (ouverture du canal) ; Présence d emprunts ou de code-switching. Détails dans [Cougnon and François, 2010, Cougnon and François, 2011] 31/43

32 Plan 1 Introduction 2 L approche quantitative La démarche quantitative La étrisation Le choix des outils statistiques Les problèmes d échantillonnage 3 Exemples de résultats La question de l abréviation 4 Conclusion 32/43

33 Pourquoi abrévier? Une question importante : pourquoi le contexte de l esms est-il un lieu privilégié de l abréviation? Qui abrévie et pour quelles raisons? [Panckhurst, 2009] a proposé une classification des néographies rencontrées dans les sms, parmi lesquelles : On trouve des abréviations (ordi ; lut ; mdr ; pr ou ele) ; Mais aussi des allongements : suuuupppeeerrr!!!!!! Notre question : Est-ce que certains types de scripteurs recourrent davantage à l abréviation que d autres? [Ling, 2005, 6] : 6% des messages comportaient des abréviations, qui sont le plus utilisées par les adolescents et les jeunes gens. 33/43

34 L abréviation dans le corpus belge Variable (nombre de caractères dans la transcription nombre de caractères dans le SMS) nombre de caractères dans la transcription Taux de réduction moyen : 9,4%. Loin de messages tels que : Maman kèsk L sé kèsk L sépa? Eseydepa c àlamésonce WE.PAPA (45%) 19% des messages : «pas d abréviation» ; 2,4% plus longs que la transcription (allongements). 34/43

35 L abréviation dans le corpus belge Les tests statistiques révèlent que : Les messages écrits par des femmes sont davantages abréviés que ceux des hommes (U = 6, 55; p < 0, 0001) : 10% de réduction contre 8,4%. L âge, le niveau d éducation et le nombre de sms envoyés par semaine influencent la pratique de l abréviation, MAIS... Attention à l excès de données! le nb. de sms par semaine a un effet significatif sur le taux d abréviation (KW : χ 2 (5) = 210; p < 0, 0001) ; la corrélation entre les deux variables est très basse (r s = 0, 006; p = 0, 31) ; Privilégier les mesures de la taille de l effet aux tests de significativité : avec le nombre, tout devient significatif [Kilgarriff, 2005]. 35/43

36 L abréviation dans le corpus belge Au-delà des facteurs démographiques, la principale motivation à l abréviation ne serait-elle pas la limite des 160 caractères? Dans le corpus belge, 6221 messages comportent entre 151 et 160 caractères soucis d optimisation. On peut donc penser que ces messages seront plus abréviés. 36/43

37 L abréviation dans le corpus belge Plus les messages sont longs, plus ils sont abréviés (r = 0, 17; p < 0, 001) ; On observe aussi un effet des seuils (160 et 320) sur le taux d abréviation ; Messages de 151 à 160 carac. sont significativement plus abréviés (13,3% contre 9% pour le reste) t = 29, 32; p < 0, /43

38 Autres corpus Ce constat n est pas extensible à l ensemble des régions du projet sms4science. Dans le corpus du Québec, abréviation plus importante (14,6% contre 9,5%) ; Les messages les plus courts sont les plus abréviés (r = 0, 28; p < 0, 001) ; Les messages de 151 à 160 carac. sont moins abréviés que les autres (9% contre 15,6%) t = 6, 21; p < 0, /43

39 Abréviation : conclusions Les belges semblent plus économes! On retrouve ce pic à 160 caractères dans le corpus suisse. La longueur et le taux d abréviation des messages à la Réunion et au Québec laissent envisager une utilisation différente (à vérifier)! Autre effet possible encore : la loi de Zipf. Rapport entre la fréquence des mots et leur taux d abréviation? 39/43

40 Plan 1 Introduction 2 L approche quantitative La démarche quantitative La étrisation Le choix des outils statistiques Les problèmes d échantillonnage 3 Exemples de résultats La question de l abréviation 4 Conclusion 40/43

41 Conclusion générale L approche quantitative s avère utile pour explorer la variation, en particulier diastratique ; Son caractère systématique permet déjà de repérer quelques erreurs dans les corpus ; On obtient un tableau intéressant sur les pratiques d abréviations : messages les plus abréviés sont rédigés par des femmes, jeunes (moins de 15 ans) ; Plusieurs variables influencent cette pratique, y compris la zone géographique. De nombreuses pistes de recherches restent ouvertes! 41/43

42 References I Chabert, G. (2010). Sms et tal : kl 1trè*? Cougnon, L. and François, T. (2010). Quelques contributions des statistiques à l analyse sociolinguistique d un corpus de SMS. In Proceedings of 10th International Conference JADT. Cougnon, L. and François, T. (2011). Étudier l écrit sms. un objectif du projet sms4science (à paraître). Linguistik. Cougnon, L. and Ledegen, G. (2010). C est écrire comme je parle. une étude comparatiste de variétés de français dans l écrit sms. Modern French Identities, 2(94) : Kilgarriff, A. (2005). Language is never ever ever random. Corpus linguistics and linguistic theory, 1(2) : /43

43 References II Ling, R. (2005). The sociolinguistics of sms : An analysis of sms use by a random sample of norwegians. In Ling, R. and Pedersen, P., editors, Mobile Communications : Renegotiation of the social sphere, pages Springer. Ling, R. (2006). The length of text messages and use of predictive texting : Who uses it and how much do they have to say? In Annual meeting of the Association of Internet Researchers, Chicago, IL. Moreau, M. (1997). Sociolinguistique : les concepts de base. Editions Mardaga, Sprimont. Panckhurst, R. (2009). Short message service (sms) : typologie et problématiques futures. 43/43

Étudier l'écrit SMS Un objectif du projet sms4science

Étudier l'écrit SMS Un objectif du projet sms4science Étudier l'écrit SMS Un objectif du projet sms4science Louise-Amélie Cougnon (UCLouvain, ILC, Cental) & Thomas François (Aspirant FNRS, UCLouvain, ILC, Cental) Abstract This paper details an international

Plus en détail

N 334 - SIMON Anne-Catherine

N 334 - SIMON Anne-Catherine N 334 - SIMON Anne-Catherine RÉALISATION D UN CDROM/DVD CONTENANT DES DONNÉES DU LANGAGE ORAL ORGANISÉES EN PARCOURS DIDACTIQUES D INITIATION LINGUISTIQUE A PARTIR DES BASES DE DONNÉES VALIBEL Introduction

Plus en détail

Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction.

Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction. Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction. Etudes et traitements statistiques des données : le cas illustratif de la démarche par sondage INTRODUCTION

Plus en détail

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 Réflexions méthodologiques Depuis des années,

Plus en détail

Évaluations aléatoires : Comment tirer au sort?

Évaluations aléatoires : Comment tirer au sort? Évaluations aléatoires : Comment tirer au sort? William Parienté Université Catholique de Louvain J-PAL Europe povertyactionlab.org Plan de la semaine 1. Pourquoi évaluer? 2. Comment mesurer l impact?

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Bruxelles, De Boeck, 2011, 736 p.

TABLE DES MATIÈRES. Bruxelles, De Boeck, 2011, 736 p. STATISTIQUE THÉORIQUE ET APPLIQUÉE Tome 2 Inférence statistique à une et à deux dimensions Pierre Dagnelie TABLE DES MATIÈRES Bruxelles, De Boeck, 2011, 736 p. ISBN 978-2-8041-6336-5 De Boeck Services,

Plus en détail

d évaluation Objectifs Processus d élaboration

d évaluation Objectifs Processus d élaboration Présentation du Programme pancanadien d évaluation Le Programme pancanadien d évaluation (PPCE) représente le plus récent engagement du Conseil des ministres de l Éducation du Canada (CMEC) pour renseigner

Plus en détail

En 2014, comment mener à bien une enquête aléatoire en population générale par téléphone?

En 2014, comment mener à bien une enquête aléatoire en population générale par téléphone? En 2014, comment mener à bien une enquête aléatoire en population générale par téléphone? Prémila Choolun 1, François Beck 2, Christophe David 1, Valérie Blineau 1, Romain Guignard 3, Arnaud Gautier 3,

Plus en détail

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos»)

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Sommaire Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Novembre 2013 Table des matières 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS... 3 2. MÉTHODES DE RECHERCHE...

Plus en détail

UFR de Sciences Economiques Année 2008-2009 TESTS PARAMÉTRIQUES

UFR de Sciences Economiques Année 2008-2009 TESTS PARAMÉTRIQUES Université Paris 13 Cours de Statistiques et Econométrie I UFR de Sciences Economiques Année 2008-2009 Licence de Sciences Economiques L3 Premier semestre TESTS PARAMÉTRIQUES Remarque: les exercices 2,

Plus en détail

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7 Table des matières Préface Public 1 Structure de l ouvrage 1 Caractéristiques de l ouvrage 3 Contenu 3 Pédagogie 4 Remarques sur l adaptation française 4 Ressources numériques 5 Biographie 6 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB

MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 WWW.CROP.CA Le Protocole CROP de calibration des panels en ligne

Plus en détail

Principe d un test statistique

Principe d un test statistique Biostatistiques Principe d un test statistique Professeur Jean-Luc BOSSON PCEM2 - Année universitaire 2012/2013 Faculté de Médecine de Grenoble (UJF) - Tous droits réservés. Objectifs pédagogiques Comprendre

Plus en détail

Chapitre 3 : INFERENCE

Chapitre 3 : INFERENCE Chapitre 3 : INFERENCE 3.1 L ÉCHANTILLONNAGE 3.1.1 Introduction 3.1.2 L échantillonnage aléatoire 3.1.3 Estimation ponctuelle 3.1.4 Distributions d échantillonnage 3.1.5 Intervalles de probabilité L échantillonnage

Plus en détail

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013)

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Considérant le nombre d articles scientifiques disponibles, il est essentiel

Plus en détail

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO Auteur Baguinébié Bazongo 1 Ingénieur Statisticien Economiste Chef de l Unité de recherche à l Institut national

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE I. La démarche pas à pas Date Démarche Trouver un sujet qui vous intéresse Lire la bibliographie : thèses, articles Participer au séminaire «thèse»

Plus en détail

LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING»

LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING» LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING» Gilbert Saporta Professeur de Statistique Appliquée Conservatoire National des Arts et Métiers Dans leur quasi totalité, les banques et organismes financiers

Plus en détail

Estimation: intervalle de fluctuation et de confiance. Mars 2012. IREM: groupe Proba-Stat. Fluctuation. Confiance. dans les programmes comparaison

Estimation: intervalle de fluctuation et de confiance. Mars 2012. IREM: groupe Proba-Stat. Fluctuation. Confiance. dans les programmes comparaison Estimation: intervalle de fluctuation et de confiance Mars 2012 IREM: groupe Proba-Stat Estimation Term.1 Intervalle de fluctuation connu : probabilité p, taille de l échantillon n but : estimer une fréquence

Plus en détail

Projet SINF2275 «Data mining and decision making» Projet classification et credit scoring

Projet SINF2275 «Data mining and decision making» Projet classification et credit scoring Projet SINF2275 «Data mining and decision making» Projet classification et credit scoring Année académique 2006-2007 Professeurs : Marco Saerens Adresse : Université catholique de Louvain Information Systems

Plus en détail

données en connaissance et en actions?

données en connaissance et en actions? 1 Partie 2 : Présentation de la plateforme SPSS Modeler : Comment transformer vos données en connaissance et en actions? SPSS Modeler : l atelier de data mining Large gamme de techniques d analyse (algorithmes)

Plus en détail

Le SMS fait entendre sa voix... Énergie solaire, énergie du futur? Recherche et développement technologique

Le SMS fait entendre sa voix... Énergie solaire, énergie du futur? Recherche et développement technologique Recherche et développement technologique Bureau de dépôt Bruxelles X - Mensuel ne paraissant pas en juillet et août - 262 - Juin 2010 Le SMS fait entendre sa voix... Énergie solaire, énergie du futur?

Plus en détail

Niveau. Situation étudiée. Type d activité. Durée. Objectifs. Seconde.

Niveau. Situation étudiée. Type d activité. Durée. Objectifs. Seconde. Simuler des expériences aléatoires avec une calculatrice Niveau Seconde. Situation étudiée Différentes selon les séances : Séance 1 : Jeu de pile ou face, tirages de boule dans une urne avec des proportions

Plus en détail

Estimation et tests statistiques, TD 5. Solutions

Estimation et tests statistiques, TD 5. Solutions ISTIL, Tronc commun de première année Introduction aux méthodes probabilistes et statistiques, 2008 2009 Estimation et tests statistiques, TD 5. Solutions Exercice 1 Dans un centre avicole, des études

Plus en détail

Biostatistiques Biologie- Vétérinaire FUNDP Eric Depiereux, Benoît DeHertogh, Grégoire Vincke

Biostatistiques Biologie- Vétérinaire FUNDP Eric Depiereux, Benoît DeHertogh, Grégoire Vincke www.fundp.ac.be/biostats Module 140 140 ANOVA A UN CRITERE DE CLASSIFICATION FIXE...2 140.1 UTILITE...2 140.2 COMPARAISON DE VARIANCES...2 140.2.1 Calcul de la variance...2 140.2.2 Distributions de référence...3

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. C Exercices complémentaires 42

TABLE DES MATIERES. C Exercices complémentaires 42 TABLE DES MATIERES Chapitre I : Echantillonnage A - Rappels de cours 1. Lois de probabilités de base rencontrées en statistique 1 1.1 Définitions et caractérisations 1 1.2 Les propriétés de convergence

Plus en détail

Le risque Idiosyncrasique

Le risque Idiosyncrasique Le risque Idiosyncrasique -Pierre CADESTIN -Magali DRIGHES -Raphael MINATO -Mathieu SELLES 1 Introduction Risque idiosyncrasique : risque non pris en compte dans le risque de marché (indépendant des phénomènes

Plus en détail

Introduction au datamining

Introduction au datamining Introduction au datamining Patrick Naïm janvier 2005 Définition Définition Historique Mot utilisé au départ par les statisticiens Le mot indiquait une utilisation intensive des données conduisant à des

Plus en détail

La corruption à la Ville de Montréal II. Le Journal de Montréal Projet 11679-177

La corruption à la Ville de Montréal II. Le Journal de Montréal Projet 11679-177 La corruption à la Ville de Montréal II Le Journal de Montréal Projet 11679-177 1 er novembre 2012 2 La présente étude a été réalisée par le biais d un sondage Internet auprès de 629 Montréalais, âgés

Plus en détail

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs!

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! France Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! Comme le rappelle la CNIL dans sa délibération n 88-083 du 5 Juillet 1988 portant adoption d une recommandation relative

Plus en détail

Evaluation générale de la qualité des données par âge et sexe

Evaluation générale de la qualité des données par âge et sexe Analyse démographique pour la prise des décisions. Tendances, et inégalités de mortalité et de fécondité en Afrique francophone : les outils en ligne de l UNFPA / UIESP pour l'estimation démographique.

Plus en détail

Internet est-il l avenir des enquêtes Génération?

Internet est-il l avenir des enquêtes Génération? Établissement public sous double tutelle des ministères de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la Recherche du Travail, de l Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue

Plus en détail

4. L assurance maladie

4. L assurance maladie L ASSURANCE MALADIE 73 4. L assurance maladie Comme l assurance maladie est obligatoire, toute personne domiciliée en Suisse doit être convenablement couverte. C est actuellement le cas, avec un très large

Plus en détail

Le bootstrap expliqué par l exemple

Le bootstrap expliqué par l exemple Le bootstrap expliqué par l exemple 1 Le bootstrap expliqué par l exemple 1. Les concepts du bootstrap 2. Des variantes adaptées au contexte 3. Comparaison des différentes méthodes 4. Les cas sensibles

Plus en détail

Lois de probabilité. Anita Burgun

Lois de probabilité. Anita Burgun Lois de probabilité Anita Burgun Problème posé Le problème posé en statistique: On s intéresse à une population On extrait un échantillon On se demande quelle sera la composition de l échantillon (pourcentage

Plus en détail

Comment réaliser votre étude de marché. Pascale GARNIER - MCP MARKETING Estelle DELABRE - SILOUET

Comment réaliser votre étude de marché. Pascale GARNIER - MCP MARKETING Estelle DELABRE - SILOUET Comment réaliser votre étude de marché Pascale GARNIER - MCP MARKETING Estelle DELABRE - SILOUET Sommaire Objectifs de la conférence Préambule Méthode pour organiser votre réflexion Quelques conseils Partie

Plus en détail

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles Étude auprès de la génération X Le paiement virtuel et la gestion des finances Rapport Présenté à Madame Martine Robergeau Agente de Développement et des Communications 11 octobre 2011 Réf. : 1855_201109/EL/cp

Plus en détail

Aline Drapeau, Ph.D.

Aline Drapeau, Ph.D. (Communauté de pratique en épidémiologie psychosociale) Aspects méthodologiques de l échantillonnage Aline Drapeau, Ph.D. Pourquoi échantillonner? Objectifs de l étude visent une population cible spécifique

Plus en détail

Cours 7 : Exemples. I- Régression linéaire simple II- Analyse de variance à 1 facteur III- Tests statistiques

Cours 7 : Exemples. I- Régression linéaire simple II- Analyse de variance à 1 facteur III- Tests statistiques Cours 7 : Exemples I- Régression linéaire simple II- Analyse de variance à 1 facteur III- Tests statistiques Exemple 1 : On cherche à expliquer les variations de y par celles d une fonction linéaire de

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

Mesurer en système métrique et impérial de mesure

Mesurer en système métrique et impérial de mesure Plan de leçon n o 15 Mesurer en système métrique et impérial de mesure Niveaux NCLC: 4 à 6 Habiletés langagières NCLC: Expression orale, Compréhension écrite Compétences essentielles: Calcul, Utilisation

Plus en détail

Résultats du sondage sur l utilisation des indicateurs de gestion

Résultats du sondage sur l utilisation des indicateurs de gestion Résultats du sondage sur l utilisation des indicateurs de gestion Janvier 2010 Présentés au Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation du territoire (MAMROT) Par François Bellavance

Plus en détail

ANALYSE DES DONNÉES TEXTUELLES

ANALYSE DES DONNÉES TEXTUELLES Université Paris Dauphine Ecole Doctorale de Gestion M. Gettler Summa, C. Pardoux ANALYSE DES DONNÉES TEXTUELLES Traitement automatique des questions ouvertes Question ouverte Souhaitez-vous ajouter des

Plus en détail

1. Les tests passés lors de la Journée Défense et Citoyenneté (JDC)

1. Les tests passés lors de la Journée Défense et Citoyenneté (JDC) LES JEUNES FACE A L ECRIT UN NOUVEAU DISPOSITIF D EVALUATION MASSIVE DE LEURS PERFORMANCES EN LECTURE Thierry Rocher* * DEPP, thierry.rocher@education.gouv.fr Mots-clés : illettrisme, test automatisé,

Plus en détail

Disparités entre les cantons dans tous les domaines examinés

Disparités entre les cantons dans tous les domaines examinés Office fédéral de la statistique Bundesamt für Statistik Ufficio federale di statistica Uffizi federal da statistica Swiss Federal Statistical Office EMBARGO: 02.05.2005, 11:00 COMMUNIQUÉ DE PRESSE MEDIENMITTEILUNG

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Journées pédagogiques SIF. 23 juin 2015 au CNAM

Journées pédagogiques SIF. 23 juin 2015 au CNAM Journées pédagogiques SIF 23 juin 2015 au CNAM Apports de l informatique aux SHS et réciproquement Nathalie Denos - Univ. Grenoble Alpes Informatique et SHS : le cas du traitement de données massives données

Plus en détail

Test Francophone de Langue Française (TFLF)

Test Francophone de Langue Française (TFLF) Test Francophone de Langue Française (TFLF) Certificat de compétences linguistiques Institut Supérieur des Langues Vivantes (ISLV) Université de Liège Livret du candidat : Niveau : B1 du Cadre européen

Plus en détail

4. Résultats et discussion

4. Résultats et discussion 17 4. Résultats et discussion La signification statistique des gains et des pertes bruts annualisés pondérés de superficie forestière et du changement net de superficie forestière a été testée pour les

Plus en détail

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 REMERCIEMENTS AUX PARTENAIRES Cette étude a été réalisée grâce à la participation financière de la Commission des partenaires du marché du travail et du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport.

Plus en détail

Sondage Politique provinciale Campagne électorale 2014. Rapport étude quantitative. 15 mars 2014

Sondage Politique provinciale Campagne électorale 2014. Rapport étude quantitative. 15 mars 2014 Sondage Politique provinciale Campagne électorale 2014 Rapport étude quantitative 15 mars 2014 Méthodologie MÉTHODOLOGIE SONDAGE INTERNET Un sondage Internet réalisé auprès du grand public dans l ensemble

Plus en détail

Tests de comparaison de moyennes. Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique»

Tests de comparaison de moyennes. Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique» Tests de comparaison de moyennes Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique» Test de Z ou de l écart réduit Le test de Z : comparer des paramètres en testant leurs différences

Plus en détail

BIG DATA : PASSER D UNE ANALYSE DE CORRÉLATION

BIG DATA : PASSER D UNE ANALYSE DE CORRÉLATION BIG DATA : PASSER D UNE ANALYSE DE CORRÉLATION À UNE INTERPRÉTATION CAUSALE Arthur Charpentier Professeur d actuariat à l Université du Québec, Montréal Amadou Diogo Barry Chercheur à l Institut de santé

Plus en détail

Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R

Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R Yves Aragon, David Haziza & Anne Ruiz-Gazen GREMAQ, UMR CNRS 5604, Université des Sciences

Plus en détail

Sondage Politique provinciale Campagne électorale 2014. Grand sondage régional. Étude quantitative. 25 mars 2014

Sondage Politique provinciale Campagne électorale 2014. Grand sondage régional. Étude quantitative. 25 mars 2014 Sondage Politique provinciale Campagne électorale 2014 Grand sondage régional Étude quantitative 25 mars 2014 Méthodologie MÉTHODOLOGIE SONDAGE INTERNET Un sondage Internet réalisé auprès du grand public

Plus en détail

Qui fait quoi sur internet?

Qui fait quoi sur internet? Ans Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail-Université (FTU) N 2015 8, avril 2015 www.ftu.be/ep Qui fait quoi sur internet? Analyse des inégalités sociales dans l utilisation d internet

Plus en détail

Les textos Slt koman sa C pa C?

Les textos Slt koman sa C pa C? Les textos Slt koman sa C pa C? Josiane Ulburghs, Humaniora Kindsheid Jesu, KUL, membre FORMACOM 1 Groupe cible : 3 e degré ASO Niveau : Objectifs : avancé Expression orale : Parler de ses modes de communication

Plus en détail

Les défis statistiques du Big Data

Les défis statistiques du Big Data Les défis statistiques du Big Data Anne-Sophie Charest Professeure adjointe au département de mathématiques et statistique, Université Laval 29 avril 2014 Colloque ITIS - Big Data et Open Data au cœur

Plus en détail

«LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN»

«LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN» CONSEIL DU MARCHE FINANCIER DEPARTEMENT DES ETUDES ET DES STATISTIQUES «LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN» SONDAGE REALISE AUPRES DES SOUSCRIPTEURS A L OCCASION DE L OPV SOTRAPIL Etude menée par

Plus en détail

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES référence pour les langues ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES Activités de production et stratégies PRODUCTION ORALE GÉNÉRALE MONOLOGUE SUIVI : décrire l'expérience MONOLOGUE SUIVI : argumenter

Plus en détail

Tableau 1 : Structure du tableau des données individuelles. INDIV B i1 1 i2 2 i3 2 i4 1 i5 2 i6 2 i7 1 i8 1

Tableau 1 : Structure du tableau des données individuelles. INDIV B i1 1 i2 2 i3 2 i4 1 i5 2 i6 2 i7 1 i8 1 UN GROUPE D INDIVIDUS Un groupe d individus décrit par une variable qualitative binaire DÉCRIT PAR UNE VARIABLE QUALITATIVE BINAIRE ANALYSER UN SOUS-GROUPE COMPARER UN SOUS-GROUPE À UNE RÉFÉRENCE Mots-clés

Plus en détail

FICHE 9 TECHNIQUE DU CHANGEMENT LE PLUS SIGNIFICATIF

FICHE 9 TECHNIQUE DU CHANGEMENT LE PLUS SIGNIFICATIF FICHE 9 TECHNIQUE DU CHANGEMENT LE PLUS SIGNIFICATIF COTA asbl 7, rue de la révolution 1000 Bruxelles www.cota.be COTA asbl Fiche 9 - Technique du changement le plus significatif Cette fiche s inscrit

Plus en détail

Baccalauréat ES/L Amérique du Sud 21 novembre 2013

Baccalauréat ES/L Amérique du Sud 21 novembre 2013 Baccalauréat ES/L Amérique du Sud 21 novembre 2013 A. P. M. E. P. EXERCICE 1 Commun à tous les candidats 5 points Une entreprise informatique produit et vend des clés USB. La vente de ces clés est réalisée

Plus en détail

LA MÉTHODE D ENQUÊTE. Section Méthodologie LES CARACTÉRISTIQUES DE L ÉCHANTILLON SÉLECTIONNÉ

LA MÉTHODE D ENQUÊTE. Section Méthodologie LES CARACTÉRISTIQUES DE L ÉCHANTILLON SÉLECTIONNÉ Section Méthodologie Cette section provient intégralement du rapport Sécurité ou insécurité routière dans la culture populaire Enquête sur la tolérance à l insécurité routière détenteurs de permis de conduire

Plus en détail

Diapo 1. Objet de l atelier. Classe visée. Travail en co-disciplinarité (identité et origine académique des IEN)

Diapo 1. Objet de l atelier. Classe visée. Travail en co-disciplinarité (identité et origine académique des IEN) COMMENTAIRE Séminaire national Réforme de la série Gestion-administration Lyon 10 et 11 mai 2012 Vendredi matin Martine DECONINCK (IEN EG), Michèle SENDRE (IEN L), Isabelle VALLOT (IEN EG) Diapo 1. Objet

Plus en détail

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET L utilisation des TIC par le personnel enseignant Marie-José Roy Depuis l apparition des micro-ordinateurs dans les années 1980, la tâche des enseignantes et enseignants s est vue modifiée à mesure que

Plus en détail

L Enseignement religieux au Luxembourg. Sondage TNS-ILRES Juillet 08 N 11

L Enseignement religieux au Luxembourg. Sondage TNS-ILRES Juillet 08 N 11 L Enseignement religieux au Luxembourg Sondage TNS-ILRES Juillet 08 11 5 av. Marie Thérèse L-2132 Luxembourg tél.: 44743-501 sesopi-ci@sesopi-ci.lu www.sesopi-ci.lu 978-2-9599806-3-3 Documentation Etude

Plus en détail

Déroulement d un projet en DATA MINING, préparation et analyse des données. Walid AYADI

Déroulement d un projet en DATA MINING, préparation et analyse des données. Walid AYADI 1 Déroulement d un projet en DATA MINING, préparation et analyse des données Walid AYADI 2 Les étapes d un projet Choix du sujet - Définition des objectifs Inventaire des données existantes Collecte, nettoyage

Plus en détail

A.-M. Cubat PMB - Import de lecteurs - Généralités Page 1 Source : http://amcubat.be/docpmb/import-de-lecteurs

A.-M. Cubat PMB - Import de lecteurs - Généralités Page 1 Source : http://amcubat.be/docpmb/import-de-lecteurs A.-M. Cubat PMB - Import de lecteurs - Généralités Page 1 Diverses méthodes d import de lecteurs Les données (noms, prénoms, adresses. des lecteurs) proviennent en général du secrétariat, et se trouvent

Plus en détail

Master Etudes françaises et francophones

Master Etudes françaises et francophones Master Etudes françaises et francophones 1. modèle scientifique et profilage des contenus de la filière / Présentation et spécificités de la filière Les études romanes à Leipzig sont considérées comme

Plus en détail

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Les résultats de l enquête sont analysés d après le nombre de variables explicatives pouvant influencer le comportement,

Plus en détail

Le Marketing Direct et la relation client

Le Marketing Direct et la relation client Introduction au MD Le Marketing Direct et la relation client Définition du Marketing direct. Il consiste à gérer une offre et une transaction personnalisée à partir de l utilisation d informations individuelles

Plus en détail

Introduction à l approche bootstrap

Introduction à l approche bootstrap Introduction à l approche bootstrap Irène Buvat U494 INSERM buvat@imedjussieufr 25 septembre 2000 Introduction à l approche bootstrap - Irène Buvat - 21/9/00-1 Plan du cours Qu est-ce que le bootstrap?

Plus en détail

FORMULAIRE DE STATISTIQUES

FORMULAIRE DE STATISTIQUES FORMULAIRE DE STATISTIQUES I. STATISTIQUES DESCRIPTIVES Moyenne arithmétique Remarque: population: m xμ; échantillon: Mx 1 Somme des carrés des écarts "# FR MOYENNE(série) MOYENNE(série) NL GEMIDDELDE(série)

Plus en détail

Le Spam sonne-t-il le glas du marketing relationnel?

Le Spam sonne-t-il le glas du marketing relationnel? Le Spam sonne-t-il le glas du marketing relationnel? «Emailing,done right can be a solution to direct marketing. Done wrong, it can be ruinous!» Rick Bruner,IMT Strategy 1 From B2C Email Marketing In Europe:

Plus en détail

Schéma du plan d affaires

Schéma du plan d affaires Plan d affaires Schéma du plan d affaires SOMMAIRE EXÉCUTIF DESCRIPTION DU PROJET OBJECTIFS FORME JURIDIQUE ÉQUIPE DIRIGEANTE MARKETING PRODUCTION SOUTIEN ADMINISTRATIF ANALYSE MARCHÉ ANALYSE MARKETING

Plus en détail

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES Enseignement du Deuxième Cycle des Etudes Médicales Faculté de Médecine de Toulouse Purpan et Toulouse Rangueil Module I «Apprentissage de l exercice médical» Coordonnateurs Pr Alain Grand Pr Daniel Rougé

Plus en détail

MATHÉMATIQUES. Mat-4104

MATHÉMATIQUES. Mat-4104 MATHÉMATIQUES Pré-test D Mat-404 Questionnaire e pas écrire sur le questionnaire Préparé par : M. GHELLACHE Mai 009 Questionnaire Page / 0 Exercice ) En justifiant votre réponse, dites quel type d étude

Plus en détail

Algorithmes probabilistes. Références: Fundamentals of Algortihms de Gilles Brassard et Paul Bratley Note de cours de Pierre McKenzie

Algorithmes probabilistes. Références: Fundamentals of Algortihms de Gilles Brassard et Paul Bratley Note de cours de Pierre McKenzie Algorithmes probabilistes Références: Fundamentals of Algortihms de Gilles Brassard et Paul Bratley Note de cours de Pierre McKenzie Mise en contexte: Indices: Vous êtes à la recherche d un trésor légendaire

Plus en détail

Présentation à l Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux. Selon Wikipédia

Présentation à l Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux. Selon Wikipédia Évaluation actuarielle du Régime de rentes du Québec au 31 décembre 2012, une œuvre de science-fiction? Présentation à l Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux Georges Langis Actuaire

Plus en détail

SMARTPHONES ET VIE PRIVÉE

SMARTPHONES ET VIE PRIVÉE SMARTPHONES ET VIE PRIVÉE Résultats de l enquête réalisée par internet en novembre 2011 auprès de 2 315 individus âgés de 15 ans et plus, en conformité avec la loi n 78-17 relative à l'informatique, aux

Plus en détail

Qu est ce qu un réseau social. CNAM Séminaire de Statistiques Appliquées 13/11/2013. F.Soulié Fogelman 1. Utilisation des réseaux sociaux pour le

Qu est ce qu un réseau social. CNAM Séminaire de Statistiques Appliquées 13/11/2013. F.Soulié Fogelman 1. Utilisation des réseaux sociaux pour le Qui je suis Innovation Utilisation des réseaux sociaux pour le data mining Business & Decision Françoise Soulié Fogelman francoise.soulie@outlook.com Atos KDD_US CNAM Séminaire de Statistique appliquée

Plus en détail

BUREAU DE LA SÉCURITÉ DES TRANSPORTS DU CANADA

BUREAU DE LA SÉCURITÉ DES TRANSPORTS DU CANADA BUREAU DE LA SÉCURITÉ DES TRANSPORTS DU CANADA Vérification de la disponibilité d outils de travail bilingues Le 25 avril 2007 TABLE DES MATIÈRES 1. RÉSUMÉ... 2 2. CONTEXTE... 3 3. OBJECTIF ET CRITÈRES...

Plus en détail

La détection automatique de l opinion : contraintes et enjeux

La détection automatique de l opinion : contraintes et enjeux La détection automatique de l opinion : contraintes et enjeux Frédéric Marcoul Responsable R&D de Spotter fmarcoul@spotter.com Ana Athayde Président Directeur Général de Spotter aathayde@spotter.com RÉSUMÉ

Plus en détail

Un corpus de SMS est-il un corpus comme les autres?

Un corpus de SMS est-il un corpus comme les autres? Un corpus de SMS est-il un corpus comme les autres? Cédrick Fairon 1, Sébastien Paumier 2 Université catholique de Louvain, Université de Marne-la-Vallée Abstract The development of communication technologies

Plus en détail

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS 1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS Parallèlement aux activités d échange et d organisation des rencontres et du séminaire thématique, nous avons réalisé durant les premières phases

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL TESTS EN ÉCHANTILLONS FINIS DU MEDAF SANS LA NORMALITÉ ET SANS LA CONVERGENCE

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL TESTS EN ÉCHANTILLONS FINIS DU MEDAF SANS LA NORMALITÉ ET SANS LA CONVERGENCE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL TESTS EN ÉCHANTILLONS FINIS DU MEDAF SANS LA NORMALITÉ ET SANS LA CONVERGENCE MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIE PAR MATHIEU SISTO NOVEMBRE

Plus en détail

Rapport. Analyse scientifique du basic-check

Rapport. Analyse scientifique du basic-check Rapport Analyse scientifique du basic-check Suisse romande Mars 2009 Donneur d ordre Urs Martini, CEO basic-check sa Tellistrasse 58 5004 Aarau info@basic-check.ch www.basic-check.ch Auteur Dr. Daniel

Plus en détail

note d 13.30 LA COMPRÉHENSION DE L ÉCRIT

note d 13.30 LA COMPRÉHENSION DE L ÉCRIT note d informationdécembre 13.30 En 2012, 5 700 élèves de 15 ans scolarisés dans les collèges et lycées français ont participé à l enquête internationale PISA visant à évaluer principalement la culture

Plus en détail

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise Etude de marché Selon l Agence Pour la Création d Entreprise (APCE), 70% des cas de défaillance ont pour origine la mauvaise qualité des études de marché, que celles-ci soient mal réalisées ou de manière

Plus en détail

Stress and Difficulties at School / College

Stress and Difficulties at School / College Stress and Difficulties at School / College This article will deal with the pressures and problems that students face at school and college. It will also discuss the opposite - the positive aspects of

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT)

OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT) OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT) LAGGOUNE Radouane 1 et HADDAD Cherifa 2 1,2: Dépt. de G. Mécanique, université de Bejaia, Targa-Ouzemour

Plus en détail

L analyse discriminante

L analyse discriminante L analyse discriminante À Propos de ce document... Introduction... La démarche à suivre sous SPSS... 2. Statistics... 2 2. Classify... 2 Analyse des résultats... 3. Vérification de l existence de différences

Plus en détail

UNE EXPERIENCE, EN COURS PREPARATOIRE, POUR FAIRE ORGANISER DE L INFORMATION EN TABLEAU

UNE EXPERIENCE, EN COURS PREPARATOIRE, POUR FAIRE ORGANISER DE L INFORMATION EN TABLEAU Odile VERBAERE UNE EXPERIENCE, EN COURS PREPARATOIRE, POUR FAIRE ORGANISER DE L INFORMATION EN TABLEAU Résumé : Cet article présente une réflexion sur une activité de construction de tableau, y compris

Plus en détail

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 Léa Morabito, Centre d Etudes Européennes, Sciences Po Paris. Manon Réguer-Petit,

Plus en détail

SONDAGES RELATIFS AUX SERVICES D INFORMATION ET DE RÉFÉRENCE OFFERTS PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA DIFFUSION DE BANQ

SONDAGES RELATIFS AUX SERVICES D INFORMATION ET DE RÉFÉRENCE OFFERTS PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA DIFFUSION DE BANQ SONDAGES RELATIFS AUX SERVICES D INFORMATION ET DE RÉFÉRENCE OFFERTS PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA DIFFUSION DE BANQ RÉSULTATS DE L ÉTÉ 2008 JUMELÉS À CEUX DE L HIVER 2008 RAPPORT VERSION FINALE Daniel

Plus en détail

Ce document fait office d introduction au cryptage des données ainsi qu aux solutions de stockage à cryptage fiable proposées par LaCie.

Ce document fait office d introduction au cryptage des données ainsi qu aux solutions de stockage à cryptage fiable proposées par LaCie. Livre blanc : CRYPTAGE Au regard du formidable succès des disques durs externes pour le stockage et la sauvegarde des données personnelles, commerciales et organisationnelles, le besoin de protection des

Plus en détail

A quels élèves profite l approche par les compétences de base? Etude de cas à Djibouti

A quels élèves profite l approche par les compétences de base? Etude de cas à Djibouti A quels élèves profite l approche par les compétences de base? Etude de cas à Djibouti Hamid Mohamed Aden, Directeur du CRIPEN, Djibouti Xavier Roegiers, Professeur à l Université de Louvain, Directeur

Plus en détail

Puissant logiciel de prévisions financières et de suivi budgétaire, HannaH vous aide dans l élaboration de plans financiers et de budgets.

Puissant logiciel de prévisions financières et de suivi budgétaire, HannaH vous aide dans l élaboration de plans financiers et de budgets. Logiciel de Prévisions financières et Suivi budgétaire Puissant logiciel de prévisions financières et de suivi budgétaire, HannaH vous aide dans l élaboration de plans financiers et de budgets. HannaH

Plus en détail

Direction des bibliothèques. Sondage Ithaka S+R. Questionnaire français Université de Montréal

Direction des bibliothèques. Sondage Ithaka S+R. Questionnaire français Université de Montréal Direction des bibliothèques Sondage Ithaka S+R Questionnaire français Université de Montréal Décembre 2014 Modules retenus Découverte Activités de recherche numérique Compétences informationnelles des

Plus en détail