Une approche statistique des corpus de SMS : outils et défis

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Une approche statistique des corpus de SMS : outils et défis"

Transcription

1 Une approche statistique des corpus de SMS : outils et défis Thomas François 1, 2 (1) Aspirant F.N.R.S. (2) CENTAL, IL&C (Université Catholique de Louvain) Séminaire sud4science 29 Septembre /43

2 Plan 1 Introduction 2 L approche quantitative 3 Exemples de résultats 4 Conclusion 2/43

3 Plan 1 Introduction 2 L approche quantitative La démarche quantitative La étrisation Le choix des outils statistiques Les problèmes d échantillonnage 3 Exemples de résultats La question de l abréviation 4 Conclusion 3/43

4 Introduction L envoi de SMS constitue aujourd hui une activité sociale largement répandue dans nos sociétés. D après le rapport 2010 : U.S Digital, Year in review, malgré l arrivée massive des smartphones, l activité principale des utilisateurs sur leur téléphone mobile reste l envoi de SMS (68%), suvi par la prise de photo (52,4%). 4/43

5 Introduction L esms [Cougnon and Ledegen, 2010] présente une caractéristique intéressante : Avec les autres formes de DEM [Panckhurst, 2009], il représente un discours écrit qui peut échapper aux contraintes institutionnelles pesant sur la plupart des autres écrits traditionnels. Par conséquent, on peut penser que la notion de variation s y exprime davantage... [Cougnon and François, 2010] concluent d ailleurs : «Au travers de cette analyse, se dessine plutôt l existence de sous-groupes présentant chacun leurs particularismes». [Panckhurst, 2009, 45] y voit «une absence quasi totale de normes et une créativité lexicale extrêment riche». 5/43

6 Introduction Il existe plusieurs types de variations [Moreau, 1997, 284] : Variation diachronique : les études sur les corpus de SMS sont assez récentes (milieu des années 90) et il n y a pas encore d étude diachronique basée sur des données conséquentes ; Variation diatopique : représentée grâce aux différents corpus récoltés (belgicisme, québécisme, etc.), mais aussi au sein d un même corpus (parler de Liège, de Bruxelles, etc.) ; Variation diastratique : axe moins aisé à explorer, car il requiert la constitution de profils d informateurs (profession, niveau d étude, etc.). D autres aspects socio-démographique du scripteur peuvent encore influencer son emploi de la langue : âge, sexe, ethnie, religion, langue maternelle, etc. Variation diaphasique : pour un même usager, observer les différences en fonction du type de destinataire (n est généralement pas connu, mais peut parfois se deviner). 6/43

7 Introduction Dans ce contexte, l emploi de méthodes quantitatives d analyse des données peut aider le chercheur à décrire la variation. En effet, l exploration systématique de corpus permet : de relever des phénomènes qui auraient échappé à une approche qualitative ; surtout, à estimer plus précisément leur importance, laquelle pourrait être mal évaluée sur la base de quelques exemples seulement. Cette présentation discute les techniques à disposition du chercheur pour ce faire et souligne quelques problèmes, au travers d exemples issus du corpus de sms4science. 7/43

8 Plan 1 Introduction 2 L approche quantitative La démarche quantitative La étrisation Le choix des outils statistiques Les problèmes d échantillonnage 3 Exemples de résultats La question de l abréviation 4 Conclusion 8/43

9 Quant Plan 1 Introduction 2 L approche quantitative La démarche quantitative La étrisation Le choix des outils statistiques Les problèmes d échantillonnage 3 Exemples de résultats La question de l abréviation 4 Conclusion 9/43

10 Quant La démarche quantitative Comme pour la démarche qualitative, le chercheur part généralement d une hypothèse de recherche : Exemple Est-ce que les femmes sont plus bavardes dans les SMS que les hommes? Trois étapes subséquentes : 1 Transformer le phénomène en une variable et le mesurer sur les données collectées (étriser) ; 2 Adapter l hypothèse afin qu elle puisse être validée au moyen d un test statistique ; 3 Analyser plus finement les résultats du test, à l aide d autre outils statistiques ou d une démarche qualitative. 10/43

11 Quant La démarche quantitative : exemple Aspect loquace peut être mesuré : à l aide du nombre de caractères moyen par message ; [Cougnon and François, 2010] constatent sur le corpus belge : 109 caractères/mess. pour les messages écrits par des femmes contre 99 pour ceux écrits par des hommes. à l aide du nombre moyen de mots par message. [Ling, 2005] montrait déjà que le nombre moyen de mots par message est de 5,54 pour les informateurs masculins (X 1 ) et de 6,95 pour les femmes (X 2 ). Ces constats doivent rester au niveau des données! 11/43

12 Quant La démarche quantitative : exemple Question suivante : peut-on généraliser les résultats à l ensemble de la population? (inférence) Transformation de l hypothèse de recherche sous la forme d une hypothèse statistique H0 : X 1 = X 2 H1 : X 1 X 2 Divers tests statistiques permettent d évaluer cette hypothèse, en fonction de la nature des données : [Ling, 2005] effectue une ANOVA : p = 0, 0001 ; Les messages écrits par les femmes norvégiennes seraient donc bien plus longs en moyenne que ceux des hommes. 12/43

13 Quant Les différents problèmes Vu comme cela, l approche quantitative semble simple, mais de nombreux problèmes se posent en réalité... La étrisation est notamment confrontée au manque de systématisation dans l annotation des corpus ; Le choix du test statistique à employer doit être bien réfléchi ; L inférence statistique est menacée par l existence de biais dans les corpus. Nous allons détailler ces trois aspects au travers d exemples : La question du taux d abréviation dans les SMS ; La présence d emprunts ; Les types de salutations employées. 13/43

14 Plan 1 Introduction 2 L approche quantitative La démarche quantitative La étrisation Le choix des outils statistiques Les problèmes d échantillonnage 3 Exemples de résultats La question de l abréviation 4 Conclusion 14/43

15 La étrisation : introduction La étrisation : Elle consiste à définir une variable d intérêt, qualitative ou quantitative, comportant un certain nombre de valeurs au sein desquelles sont classées les différentes formes du phénomène analysé. Par ex. : elo, hello, helo, lo, heyo, hlo, l.o, llo, hilo, l=o, hell0, yello, ll, hèlo sont regroupés sous la forme hello. Dans le contexte de corpus de SMS, elle présente plusieurs difficultés : Problèmes liées à la représentation et la manipulation des données ; Incohérences dans les annotations ou les transcriptions des corpus ; Difficultées liées au traitement automatisée des SMS (de Neef et Véronis, 2004) ; Niveau d analyse. 15/43

16 Représentations des données Données de sms4science sont stockées dans des bases de données MySQL : il convient de les exporter dans un format plus manipulable par le linguiste. Tentation : utiliser Excel Pratique pour visualiser et manipuler les données... MAIS... limite des 255 caractères par case entraîne des pertes de données!! Notre approche Les données sont exportées sous format.csv et manipulées à l aide de scripts python. pas de perte de données et plus souple qu Excel, mais moins accessible. 16/43

17 Problème de cohérence La préparation des corpus (anonymisation, transcription, etc.) requiert des interventions manuelles, qui manquent parfois de systématisme. Balises d anonymisation : exemples tirés du corpus de La Réunion : {NOM} ou {nom} ou {{NOM} ou {NOM1} ; {n } ou {tél} ou {TEL} ; {NOM.com} ou {site}, etc. Le problème se retrouve entre les différents corpus : Belgique : ADR ; Réunion : adresse. Une normalisation des balises a été entreprise au CENTAL. 17/43

18 Incohérence dans les transcriptions En calculant le taux d abbréviation (Réunion), nous avons obtenus des valeurs aberrantes, qui s expliquent : exemple Manque 1 sms ; 129 messages n avaient pas de transcription! ratio trop large! 5 SMS ont été dédoublés ; Quelques rares traductions sont erronées : Salut oui sava et toi?? Ben pour samedi jpe pas comme je révise pour le brevet. Bon ben sera à une prochaine ptete Traduit : Salut, oui prends bien soin de toi. Ces données ont été supprimées pour le traitement statistique. On voit l intérêt d une approche systématique! 18/43

19 Difficulté du traitement automatique Plusieurs problèmes se posent pour le TAL des SMS : Segmentation des unités linguistiques : mots, phrases, alors que les espaces peuvent manquer, les mots avoir été concaténés (ex. Kcé kompliké l amour!... Jcompren plu rien!) ou la ponctuation, manquer ; Régionalismes ou emprunts, qui ne sont pas repris dans les resources et ne sont pas reconnus : oufti que tout à est compliqué... ; De manière générale, la créativité linguistique, très présente dans l esms est difficile à traiter par le TAL. Nous avons opté pour une approche semi-automatique. 19/43

20 Niveau des observations Un dernier problème se pose : quelle population choisir? Dans les exemples précédents, nous nous sommes intéressés à la population des scripteurs ; «Est-ce que les femmes écrivent des messages plus longs que les hommes?» Toutefois, [Ling, 2005] et [Cougnon and François, 2010] travaillent au niveau des messages : «Est-ce les messages écrits par des femmes sont plus longs que ceux écrits par des hommes?» Un troisième niveau est possible : celui de la forme linguistique : «Est-ce que les régionalismes sont plus utilisés par des femmes que des hommes? Travailler au niveau des scripteurs demande de fusionner les sms en une seule observation et nie le fait que certains utilisateurs sont nettement plus actifs que d autres. 20/43

21 Plan 1 Introduction 2 L approche quantitative La démarche quantitative La étrisation Le choix des outils statistiques Les problèmes d échantillonnage 3 Exemples de résultats La question de l abréviation 4 Conclusion 21/43

22 Choix des tests statistiques Le choix du bon test statistique peut être un problème pour le néophyte, mais répond à des critères précis. Variable qualitative : Test du Chi-carré. Variable continue étrique (test de Shapiro-Wilk) : Comparaison de deux échantillons : Test T de student ; Plus de deux échantillons : ANOVA Variable continue non étrique : Comparaison de deux échantillons : Test de Mann-Whitney ; Plus de deux échantillons : Test de Kruskal-Wallis ; 22/43

23 Plan 1 Introduction 2 L approche quantitative La démarche quantitative La étrisation Le choix des outils statistiques Les problèmes d échantillonnage 3 Exemples de résultats La question de l abréviation 4 Conclusion 23/43

24 Notion d inférence : rappel L inférence Il s agit d un processus par lequel on induit les caractéristiques inconnues d une population à partir de celles d un échantillon issu de cette population, avec une certaine marge d erreur. C est ce que [Ling, 2005] fait lorsqu il affirme, sur la base d un échantillon de SMS : Les messages écrits par des femmes norvégiennes sont plus longs que ceux des hommes Pour que la procédure d inférence soit valide, il faut que l échantillon soit représentatif. 24/43

25 Représentativité des corpus sms4science Parmi les différentes techniques d échantillonnage, seules certaines sont probabilistes et engendrent un échantillon i.i.d : échantillonnage aléatoire simple : on dresse une liste des individus et on les sélectionne au hasard ; échantillonnage systématique : on sélectionne les individus à intervalles fixes ; échantillonnage stratifié : respect de la proportion des sous-groupes. Sont théoriquement optimales, mais difficiles à mettre en place (voir [Ling, 2005]). 25/43

26 Représentativité des corpus sms4science Corpus sms4science sont obtenus via échantillonnage par volontaires (publicité via les médias et stimulation via des lots) représentativité discutable! Échantillon i.i.d. = identiquement distribués : p(x 1 ) = p(x 2 ) =... = p(x n) Dans ce cas, les lots risquent d attirer davantage certains types de personnes. indépendants : p(x 1 x 2... x n) = n i=1 p(x i) La publicité se fait par proximité (amis, médias, etc.). Problème On peut se demander dans quelle mesure les corpus sms4science sont bien représentatifs. 26/43

27 Représentativité des corpus sms4science Étude de [Cougnon and François, 2010] sur la question : population ciblée : utilisateurs de SMS belges francophones (approximée via la pop. belge francophone) ; Test de représentativité : chi-carré d ajustement pour chaque dimension (âge, sexe, etc.). Résultats : Sexe : 57,2% de femmes contre 42,7% d hommes ne correspond pas au 51,6% contre 48,4% au niveau de la population (χ 2 (1) = 21, 2 ; p <.0001) Âge : même constat. 27/43

28 Représentativité des corpus sms4science Données pour l âge : Classes -15 ans ans prop. corpus 10,9 29,8 32,5 15,4 6,2 5,1 prop. pop. 18,2 6,10 6,3 13,9 14,9 40,5 La différence entre les deux distributions est très largement significative : χ 2 (1) = 3941, 5 ; p < /43

29 Interprétation de ces résultats Normalement, de tels résultats doivent être interprétés comme la preuve d un biais : l échantillon ne serait pas représentatif de la population... MAIS... dans ce cas, il est possible aussi que la population des utilisateurs de SMS soit nettement différente de celle de la Belgique francophone. [Ling, 2006, 4] : 70% des sujets de 16 à 19 ans utilisent quotidiennement les SMS ; 60% des ans et seulement 10 % des plus de 67 ans. [Chabert, 2010, 8] : 97% des ans utilisent «au moins de temps en temps», contre 93% des ans et 59% des 40 et plus. Il est donc probable que le corpus sms4science belge ne soit pas si biaisé que cela. 29/43

30 Plan 1 Introduction 2 L approche quantitative La démarche quantitative La étrisation Le choix des outils statistiques Les problèmes d échantillonnage 3 Exemples de résultats La question de l abréviation 4 Conclusion 30/43

31 Quelques études sur les corpus sms4science Nous allons présenter quelques résultats de nos études précédentes sur les pratiques d abréviations dans la francophonie ; Le même genre d étude a été appliquée à : Salutations (ouverture du canal) ; Présence d emprunts ou de code-switching. Détails dans [Cougnon and François, 2010, Cougnon and François, 2011] 31/43

32 Plan 1 Introduction 2 L approche quantitative La démarche quantitative La étrisation Le choix des outils statistiques Les problèmes d échantillonnage 3 Exemples de résultats La question de l abréviation 4 Conclusion 32/43

33 Pourquoi abrévier? Une question importante : pourquoi le contexte de l esms est-il un lieu privilégié de l abréviation? Qui abrévie et pour quelles raisons? [Panckhurst, 2009] a proposé une classification des néographies rencontrées dans les sms, parmi lesquelles : On trouve des abréviations (ordi ; lut ; mdr ; pr ou ele) ; Mais aussi des allongements : suuuupppeeerrr!!!!!! Notre question : Est-ce que certains types de scripteurs recourrent davantage à l abréviation que d autres? [Ling, 2005, 6] : 6% des messages comportaient des abréviations, qui sont le plus utilisées par les adolescents et les jeunes gens. 33/43

34 L abréviation dans le corpus belge Variable (nombre de caractères dans la transcription nombre de caractères dans le SMS) nombre de caractères dans la transcription Taux de réduction moyen : 9,4%. Loin de messages tels que : Maman kèsk L sé kèsk L sépa? Eseydepa c àlamésonce WE.PAPA (45%) 19% des messages : «pas d abréviation» ; 2,4% plus longs que la transcription (allongements). 34/43

35 L abréviation dans le corpus belge Les tests statistiques révèlent que : Les messages écrits par des femmes sont davantages abréviés que ceux des hommes (U = 6, 55; p < 0, 0001) : 10% de réduction contre 8,4%. L âge, le niveau d éducation et le nombre de sms envoyés par semaine influencent la pratique de l abréviation, MAIS... Attention à l excès de données! le nb. de sms par semaine a un effet significatif sur le taux d abréviation (KW : χ 2 (5) = 210; p < 0, 0001) ; la corrélation entre les deux variables est très basse (r s = 0, 006; p = 0, 31) ; Privilégier les mesures de la taille de l effet aux tests de significativité : avec le nombre, tout devient significatif [Kilgarriff, 2005]. 35/43

36 L abréviation dans le corpus belge Au-delà des facteurs démographiques, la principale motivation à l abréviation ne serait-elle pas la limite des 160 caractères? Dans le corpus belge, 6221 messages comportent entre 151 et 160 caractères soucis d optimisation. On peut donc penser que ces messages seront plus abréviés. 36/43

37 L abréviation dans le corpus belge Plus les messages sont longs, plus ils sont abréviés (r = 0, 17; p < 0, 001) ; On observe aussi un effet des seuils (160 et 320) sur le taux d abréviation ; Messages de 151 à 160 carac. sont significativement plus abréviés (13,3% contre 9% pour le reste) t = 29, 32; p < 0, /43

38 Autres corpus Ce constat n est pas extensible à l ensemble des régions du projet sms4science. Dans le corpus du Québec, abréviation plus importante (14,6% contre 9,5%) ; Les messages les plus courts sont les plus abréviés (r = 0, 28; p < 0, 001) ; Les messages de 151 à 160 carac. sont moins abréviés que les autres (9% contre 15,6%) t = 6, 21; p < 0, /43

39 Abréviation : conclusions Les belges semblent plus économes! On retrouve ce pic à 160 caractères dans le corpus suisse. La longueur et le taux d abréviation des messages à la Réunion et au Québec laissent envisager une utilisation différente (à vérifier)! Autre effet possible encore : la loi de Zipf. Rapport entre la fréquence des mots et leur taux d abréviation? 39/43

40 Plan 1 Introduction 2 L approche quantitative La démarche quantitative La étrisation Le choix des outils statistiques Les problèmes d échantillonnage 3 Exemples de résultats La question de l abréviation 4 Conclusion 40/43

41 Conclusion générale L approche quantitative s avère utile pour explorer la variation, en particulier diastratique ; Son caractère systématique permet déjà de repérer quelques erreurs dans les corpus ; On obtient un tableau intéressant sur les pratiques d abréviations : messages les plus abréviés sont rédigés par des femmes, jeunes (moins de 15 ans) ; Plusieurs variables influencent cette pratique, y compris la zone géographique. De nombreuses pistes de recherches restent ouvertes! 41/43

42 References I Chabert, G. (2010). Sms et tal : kl 1trè*? Cougnon, L. and François, T. (2010). Quelques contributions des statistiques à l analyse sociolinguistique d un corpus de SMS. In Proceedings of 10th International Conference JADT. Cougnon, L. and François, T. (2011). Étudier l écrit sms. un objectif du projet sms4science (à paraître). Linguistik. Cougnon, L. and Ledegen, G. (2010). C est écrire comme je parle. une étude comparatiste de variétés de français dans l écrit sms. Modern French Identities, 2(94) : Kilgarriff, A. (2005). Language is never ever ever random. Corpus linguistics and linguistic theory, 1(2) : /43

43 References II Ling, R. (2005). The sociolinguistics of sms : An analysis of sms use by a random sample of norwegians. In Ling, R. and Pedersen, P., editors, Mobile Communications : Renegotiation of the social sphere, pages Springer. Ling, R. (2006). The length of text messages and use of predictive texting : Who uses it and how much do they have to say? In Annual meeting of the Association of Internet Researchers, Chicago, IL. Moreau, M. (1997). Sociolinguistique : les concepts de base. Editions Mardaga, Sprimont. Panckhurst, R. (2009). Short message service (sms) : typologie et problématiques futures. 43/43

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages S. Winandy, R. Palm OCA GxABT/ULg oca.gembloux@ulg.ac.be décembre 2011 1 Introduction La Direction Générale Statistique

Plus en détail

Chapitre 3 : INFERENCE

Chapitre 3 : INFERENCE Chapitre 3 : INFERENCE 3.1 L ÉCHANTILLONNAGE 3.1.1 Introduction 3.1.2 L échantillonnage aléatoire 3.1.3 Estimation ponctuelle 3.1.4 Distributions d échantillonnage 3.1.5 Intervalles de probabilité L échantillonnage

Plus en détail

Activité 1 : échantillonnage

Activité 1 : échantillonnage Activité échantillonnage, intervalle de fluctuation, prise de décision (à partir d un même thème) Les trois activités qui suivent s inspirent du document «ressources pour la classe de première générale

Plus en détail

Mise à l essai des stratégies de collecte pour les enquêtes en ligne fondées sur l autodéclaration

Mise à l essai des stratégies de collecte pour les enquêtes en ligne fondées sur l autodéclaration Recueil du Symposium 2014 de Statistique Canada Au-delà des méthodes traditionnelles d enquêtes : l adaptation à un monde en évolution Mise à l essai des stratégies de collecte pour les enquêtes en ligne

Plus en détail

La méthode des quotas

La méthode des quotas La méthode des quotas Oliviero Marchese, décembre 2006 1 La méthode des quotas Principe de la méthode Point de départ et but recherché Caractère «intuitif» de la méthode A quoi ressemble une feuille de

Plus en détail

Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif

Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif 1 Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif Narration pour présentation Prezi (http://prezi.com/5tjog4mzpuhh/analyse-de-donneestextuelles-analyse-de-contenu-qualitative/)

Plus en détail

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 Réflexions méthodologiques Depuis des années,

Plus en détail

Chapitre VI Échantillonages et simulations

Chapitre VI Échantillonages et simulations Chapitre VI Commentaires : Récursivement, les commentaires ne sont pas à l attention des élèves.. Fluctuation d échantillonnage Définition : En statistiques, un échantillon de taille n est la liste des

Plus en détail

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé 2013 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Ipsos Public Affairs 24/06/2013 1 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Table

Plus en détail

Gestion multi-stocks

Gestion multi-stocks Gestion multi-stocks Dans l architecture initiale du logiciel IDH-STOCK, 11 champs obligatoires sont constitués. Ces champs ne peuvent être supprimés. Ils constituent l ossature de base de la base de données

Plus en détail

Note de cours de Méthodes Quantitatives 360-300-RE. Éric Brunelle et Josée Riverin

Note de cours de Méthodes Quantitatives 360-300-RE. Éric Brunelle et Josée Riverin Note de cours de Méthodes Quantitatives 360-300-RE Éric Brunelle et Josée Riverin Table des matières Chapitre 1. Méthodes scientifiques en sciences humaines 1 1. Introduction 1 2. La méthode scientifique

Plus en détail

MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB

MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 WWW.CROP.CA Le Protocole CROP de calibration des panels en ligne

Plus en détail

Endettement des jeunes adultes

Endettement des jeunes adultes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, Août 2012 Endettement des jeunes adultes Analyses complémentaires

Plus en détail

I - Introduction à La psychologie Expérimentale

I - Introduction à La psychologie Expérimentale LA METHODE EXPERIMENTALE I - Introduction à La psychologie Expérimentale I.1. Introduction I.2. Critiques concernant l utilisation de la méthode expérimentale en psychologie I.2.A. Critiques morales I.2.A.

Plus en détail

STA108 Enquêtes et sondages. Sondages àplusieurs degrés et par grappes

STA108 Enquêtes et sondages. Sondages àplusieurs degrés et par grappes STA108 Enquêtes et sondages Sondages àplusieurs degrés et par grappes Philippe Périé, novembre 2011 Sondages àplusieurs degrés et par grappes Introduction Sondages à plusieurs degrés Tirage des unités

Plus en détail

Notes méthodologiques

Notes méthodologiques Notes méthodologiques Projection de la population active du Québec de 2010 à 2030 en fonction de cinq hypothèses d'allongement de la vie active À la demande de la Commission nationale sur la participation

Plus en détail

Collecte de données. Laurent Dorey

Collecte de données. Laurent Dorey Laurent Dorey Mercredi 16 Décembre 2014 Programme : Recensement & Echantillonnage Étapes pour sélectionner un échantillon La population observée La base de sondage Les unités d enquête La taille de l échantillon

Plus en détail

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO Auteur Baguinébié Bazongo 1 Ingénieur Statisticien Economiste Chef de l Unité de recherche à l Institut national

Plus en détail

Evaluation générale de la qualité des données par âge et sexe

Evaluation générale de la qualité des données par âge et sexe Analyse démographique pour la prise des décisions. Tendances, et inégalités de mortalité et de fécondité en Afrique francophone : les outils en ligne de l UNFPA / UIESP pour l'estimation démographique.

Plus en détail

Yosra GHLISS, Université Paul Valery- Montpellier, Praxiling UMR 5267 Frédéric ANDRÉ, Université Paris-Sorbonne, EA 4509, STIH

Yosra GHLISS, Université Paul Valery- Montpellier, Praxiling UMR 5267 Frédéric ANDRÉ, Université Paris-Sorbonne, EA 4509, STIH Yosra GHLISS, Université Paul Valery- Montpellier, Praxiling UMR 5267 Frédéric ANDRÉ, Université Paris-Sorbonne, EA 4509, STIH Rennes, le 23 Octobre 2015 Etudier les SMS Caractéristique principale Pratique

Plus en détail

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs!

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! France Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! Comme le rappelle la CNIL dans sa délibération n 88-083 du 5 Juillet 1988 portant adoption d une recommandation relative

Plus en détail

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss LivreSansTitre1.book Page 44 Mardi, 22. juin 2010 10:40 10 Loi normale ou loi de Laplace-Gauss I. Définition de la loi normale II. Tables de la loi normale centrée réduite S il y avait une seule loi de

Plus en détail

Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction.

Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction. Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction. Etudes et traitements statistiques des données : le cas illustratif de la démarche par sondage INTRODUCTION

Plus en détail

SCI03 - Analyse de données expérimentales

SCI03 - Analyse de données expérimentales SCI03 - Analyse de données expérimentales Introduction à la statistique Thierry Denœux 1 1 Université de Technologie de Compiègne tél : 44 96 tdenoeux@hds.utc.fr Automne 2014 Qu est ce que la statistique?

Plus en détail

Tests de comparaison de moyennes. Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique»

Tests de comparaison de moyennes. Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique» Tests de comparaison de moyennes Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique» Test de Z ou de l écart réduit Le test de Z : comparer des paramètres en testant leurs différences

Plus en détail

de données >> Méthodologies qualitatives

de données >> Méthodologies qualitatives FR Collecte de données >> Méthodologies qualitatives 1 collecte de données >> méthodologies qualitatives page 13 1. L observation page 45 2. l entretien individuel page 73 3. le focus group page 107 4.

Plus en détail

Comprendre, construire et interpréter les statistiques

Comprendre, construire et interpréter les statistiques Comprendre, construire et interpréter les statistiques Petit précis d usage des statistiques à l attention des non statisticiens NOTE METHODOLOGIQUE Note méthodologique réalisée par Léo Mignot, sociologue,

Plus en détail

Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition

Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition Nouveauté Méthodes quantitatives et qualitatives Prix : 81,95 $ Auteurs : Marie-Fabienne Fortin, Johanne Gagnon ISBN13 : 9782765050063 Nombre

Plus en détail

COURS DE STATISTIQUES (24h)

COURS DE STATISTIQUES (24h) COURS DE STATISTIQUES (24h) Introduction Statistiques descriptives (4 h) Rappels de Probabilités (4 h) Echantillonnage(4 h) Estimation ponctuelle (6 h) Introduction aux tests (6 h) Qu est-ce que la statistique?

Plus en détail

Outils Statistiques du Data Mining

Outils Statistiques du Data Mining Outils Statistiques du Data Mining Pr Roch Giorgi roch.giorgi@univ-amu.fr SESSTIM, Faculté de Médecine, Aix-Marseille Université, Marseille, France http://sesstim-orspaca.org http://optim-sesstim.univ-amu.fr

Plus en détail

Master 1 de Psychologie du Travail et des Organisations : Recueil et analyse des données - Corrigés des T.D. ( 2014/2015) -

Master 1 de Psychologie du Travail et des Organisations : Recueil et analyse des données - Corrigés des T.D. ( 2014/2015) - Dominique Ferrieux - Université Paul Valéry - Montpellier III Master de Psychologie du Travail et des Organisations : Recueil et analyse des données - Corrigés des T.D. ( /) - Deuxième partie : Plans :

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Bruxelles, De Boeck, 2011, 736 p.

TABLE DES MATIÈRES. Bruxelles, De Boeck, 2011, 736 p. STATISTIQUE THÉORIQUE ET APPLIQUÉE Tome 2 Inférence statistique à une et à deux dimensions Pierre Dagnelie TABLE DES MATIÈRES Bruxelles, De Boeck, 2011, 736 p. ISBN 978-2-8041-6336-5 De Boeck Services,

Plus en détail

ANALYSE DES DONNÉES TEXTUELLES

ANALYSE DES DONNÉES TEXTUELLES Université Paris Dauphine Ecole Doctorale de Gestion M. Gettler Summa, C. Pardoux ANALYSE DES DONNÉES TEXTUELLES Traitement automatique des questions ouvertes Question ouverte Souhaitez-vous ajouter des

Plus en détail

Statistique (MATH-F-315, Cours #1)

Statistique (MATH-F-315, Cours #1) Statistique (MATH-F-315, Cours #1) Thomas Verdebout Université Libre de Bruxelles 2015 Plan de la partie Statistique du cours 1. Introduction. 2. Théorie de l estimation. 3. Tests d hypothèses et intervalles

Plus en détail

D/ POUR ALLER PLUS LOIN

D/ POUR ALLER PLUS LOIN D/ POUR ALLER PLUS LOIN Maintenant que le processus de mise en place de l analytics dans vos projets n a plus de secret pour vous, nous allons effectuer un point d ouverture pour aller plus loin dans votre

Plus en détail

Recensement de la population

Recensement de la population Recensement de la population Ménages et familles 1. Définition des concepts Un ménage Un ménage regroupe l ensemble des occupants d une résidence principale, qu ils aient ou non des liens de parenté. Un

Plus en détail

ANALYSE BIVARIÉE DE VARIABLES QUALITATIVE ET QUANTITAVIE Analyse de Variance (ANOVA)

ANALYSE BIVARIÉE DE VARIABLES QUALITATIVE ET QUANTITAVIE Analyse de Variance (ANOVA) ANALYSE BIVARIÉE DE VARIABLES QUALITATIVE ET QUANTITAVIE Analyse de Variance (ANOVA) Dominique LAFFLY Maître de Conférences, Université de Pau Laboratoire Société Environnement Territoire UMR 5603 du CNRS

Plus en détail

Conférence retour d expérience Maths et Industrie. La modélisation de processus au service de l industrie

Conférence retour d expérience Maths et Industrie. La modélisation de processus au service de l industrie Conférence retour d expérience Maths et Industrie La modélisation de processus au service de l industrie 1 Performances d un d logiciel de calcul des coûts Le problème de l industriel l : Le CEA avait

Plus en détail

GUIDE D AIDE STATISTIQUE A LA PREPARATION DE LA THESE

GUIDE D AIDE STATISTIQUE A LA PREPARATION DE LA THESE Département Universitaire de Recherche et d Enseignement en Médecine Générale GUIDE D AIDE STATISTIQUE A LA PREPARATION DE LA THESE Enseignants : Esther GUERY, Julien LE BRETON, Emilie FERRAT, Jacques

Plus en détail

STAT0162-1 Analyse statistique de données qualitatives et quantitatives en sciences sociales. Transparents Philippe Lambert

STAT0162-1 Analyse statistique de données qualitatives et quantitatives en sciences sociales. Transparents Philippe Lambert STAT0162-1 Analyse statistique de données qualitatives et quantitatives en sciences sociales Transparents Philippe Lambert http : //www.statsoc.ulg.ac.be/quali.html Institut des Sciences Humaines et Sociales

Plus en détail

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Un premier semestre en deux temps : recul au premier trimestre et stabilisation au second semestre. Les investissements

Plus en détail

Renseignements pour les élèves, les parents et les tuteurs Évaluation des habiletés de base : questions et réponses

Renseignements pour les élèves, les parents et les tuteurs Évaluation des habiletés de base : questions et réponses Renseignements pour les élèves, les parents et les tuteurs Évaluation des habiletés de base : questions et réponses 1 Question Qu est-ce que l évaluation des habiletés de base (ÉHB)? Réponse L ÉHB est

Plus en détail

Heidi WECHTLER. Octobre 2005

Heidi WECHTLER. Octobre 2005 Heidi WECHTLER Le support aux analyses de données Séminaire GREGOR Octobre 2005 Support aux analyse de données du GREGOR Le poste Chargée d étude statistiques au GREGOR, bureau B126 (wechtler.iae@univ-paris1.fr)

Plus en détail

LES FRANÇAIS, LEUR BANQUE ET LEUR MOBILE Novembre 2011. BVA Opinion 01 71 16 88 34 Céline BRACQ Directrice adjointe Pierre ALBERT Chargé d études

LES FRANÇAIS, LEUR BANQUE ET LEUR MOBILE Novembre 2011. BVA Opinion 01 71 16 88 34 Céline BRACQ Directrice adjointe Pierre ALBERT Chargé d études LES FRANÇAIS, LEUR BANQUE ET LEUR MOBILE Novembre 2011 BVA Opinion 01 71 16 88 34 Céline BRACQ Directrice adjointe Pierre ALBERT Chargé d études Méthodologie Recueil Enquête réalisée par l Institut BVA

Plus en détail

Principe d un test statistique

Principe d un test statistique Biostatistiques Principe d un test statistique Professeur Jean-Luc BOSSON PCEM2 - Année universitaire 2012/2013 Faculté de Médecine de Grenoble (UJF) - Tous droits réservés. Objectifs pédagogiques Comprendre

Plus en détail

Examen de Statistique Appliquée I

Examen de Statistique Appliquée I Université de Strasbourg Master Éthologie-Écophysiologie 1ère année Examen de Statistique Appliquée I ************************************************************** Le cours, les exercices de travaux dirigés,

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

Analyse longitudinale des stagiaires STE

Analyse longitudinale des stagiaires STE Analyse longitudinale des stagiaires STE Note d analyse de l Observatoire bruxellois de l Emploi Février 2015 1 Introduction Indépendamment des données portant sur le profil des stagiaires et des caractéristiques

Plus en détail

Méthodes Statistiques Appliquées à la Qualité et à la Gestion des Risques - Le Contrôle Statistique

Méthodes Statistiques Appliquées à la Qualité et à la Gestion des Risques - Le Contrôle Statistique Méthodes Statistiques Appliquées à la Qualité et à la Gestion des Risques - Le Contrôle Statistique Jean Gaudart Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale jean.gaudart@univmed.fr

Plus en détail

Problématique de la qualité des données statistiques

Problématique de la qualité des données statistiques Revue du Schéma directeur de la Statistique du Mali Problématique de la qualité des données statistiques La qualité : «l ensemble des propriétés et caractéristiques d un produit ou d un service qui lui

Plus en détail

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7 Table des matières Préface Public 1 Structure de l ouvrage 1 Caractéristiques de l ouvrage 3 Contenu 3 Pédagogie 4 Remarques sur l adaptation française 4 Ressources numériques 5 Biographie 6 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

Les enquêtes par quotas comme outil de surveillance Comparaison avec une enquête aléatoire transversale pour la mesure de la prévalence tabagique

Les enquêtes par quotas comme outil de surveillance Comparaison avec une enquête aléatoire transversale pour la mesure de la prévalence tabagique Les enquêtes par quotas comme outil de surveillance Comparaison avec une enquête aléatoire transversale pour la mesure de la prévalence tabagique Romain Guignard, Jean-Louis Wilquin, Jean-Baptiste Richard,

Plus en détail

LDS : un modèle de projection de population à l échelle locale par microsimulation intégrant des paramètres écologiques et contextuels

LDS : un modèle de projection de population à l échelle locale par microsimulation intégrant des paramètres écologiques et contextuels LDS : un modèle de projection de population à l échelle locale par microsimulation intégrant des paramètres écologiques et contextuels Guillaume Marois Alain Bélanger Institut national de la recherche

Plus en détail

ECHANTILLONNAGES Fiche de repérage

ECHANTILLONNAGES Fiche de repérage M Objectifs pédagogiques généraux : Fiche de repérage Type : Activité d approche de la notion de fluctuation d échantillonnage et d intervalle de confiance à travers quelques simulations. Niveau : Lycée

Plus en détail

Le risque Idiosyncrasique

Le risque Idiosyncrasique Le risque Idiosyncrasique -Pierre CADESTIN -Magali DRIGHES -Raphael MINATO -Mathieu SELLES 1 Introduction Risque idiosyncrasique : risque non pris en compte dans le risque de marché (indépendant des phénomènes

Plus en détail

Introduction à l analyse quantitative

Introduction à l analyse quantitative Introduction à l analyse quantitative Vue d ensemble du webinaire Le webinaire sera enregistré. Les diapositives et tous les autres documents seront envoyés aux participants après la séance. La séance

Plus en détail

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION 1/ RESUME DE L ANALYSE Cette étude a pour objectif de modéliser l écart entre deux indices d inflation afin d appréhender le risque à très long terme qui

Plus en détail

Le système d info. Données de toutes sortes. Collaborateurs concernés. Action vers l extérieur

Le système d info. Données de toutes sortes. Collaborateurs concernés. Action vers l extérieur Acteurs : clients, fournisseurs, prospects etc. Actualités : lois, économie, concurrence Données de toutes sortes Trier Le système d info Stocker Traiter Action vers l extérieur Collaborateurs concernés

Plus en détail

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles Étude auprès de la génération X Le paiement virtuel et la gestion des finances Rapport Présenté à Madame Martine Robergeau Agente de Développement et des Communications 11 octobre 2011 Réf. : 1855_201109/EL/cp

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

Internet est-il l avenir des enquêtes Génération?

Internet est-il l avenir des enquêtes Génération? Établissement public sous double tutelle des ministères de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la Recherche du Travail, de l Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue

Plus en détail

Baccalauréat ES Nouvelle-Calédonie 2 mars 2015

Baccalauréat ES Nouvelle-Calédonie 2 mars 2015 Baccalauréat ES Nouvelle-Calédonie mars 015 A. P. M. E. P. EXERCICE 1 Commun à tous les candidats On considère la fonction f définie pour tout réel x de l intervalle [1,5 ; 6] par : f (x)=(5x 3)e x. On

Plus en détail

EPREUVE INTEGREE DE LA SECTION : BACHELIER EN COMPTABILITE

EPREUVE INTEGREE DE LA SECTION : BACHELIER EN COMPTABILITE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION EPREUVE

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie. - Bachelor -

Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie. - Bachelor - Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie - Bachelor - Lausanne, Février 2011 Au cours de l année 2010, l Institut de Psychologie de la Faculté des sciences sociales et politiques

Plus en détail

Perceptions du grand public par rapport au gouvernement actuel et certains enjeux liés aux entreprises

Perceptions du grand public par rapport au gouvernement actuel et certains enjeux liés aux entreprises Montréal Québec Toronto Ottawa Edmonton Philadelphie Denver Tampa Perceptions du grand public par rapport au gouvernement actuel et certains enjeux liés aux entreprises 13574-008 Novembre 2009 www.legermarketing.com

Plus en détail

Rapport. Analyse scientifique du basic-check

Rapport. Analyse scientifique du basic-check Rapport Analyse scientifique du basic-check Suisse romande Mars 2009 Donneur d ordre Urs Martini, CEO basic-check sa Tellistrasse 58 5004 Aarau info@basic-check.ch www.basic-check.ch Auteur Dr. Daniel

Plus en détail

Quoi de neuf dans Optymo 5.0

Quoi de neuf dans Optymo 5.0 Quoi de neuf dans Optymo 5.0 Notes de lecture : dans ce document, les textes soulignés font référence aux libellés des fenêtres ou aux libellés associés à des boutons d Optymo, les textes en caractères

Plus en détail

Logiciel de production de références technico-économiques en agriculture

Logiciel de production de références technico-économiques en agriculture Logiciel de production de références technico-économiques en agriculture Objectifs du logiciel Fonctionnalités du logiciel Caractéristiques techniques du logiciel 1. Objectifs du logiciel Collecter, stocker

Plus en détail

DOCUMENT 2.1 : INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES SUR LA METHODE D ENQUETE

DOCUMENT 2.1 : INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES SUR LA METHODE D ENQUETE DOCUMENT 2.1 : INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES SUR LA METHODE D ENQUETE 1 Définir le type de variable Dans notre cas, la variable est quantitative nominale. Note : Une variable est qualitative nominale quand

Plus en détail

Quelques résultats d une enquête de la FTU pour la FEC

Quelques résultats d une enquête de la FTU pour la FEC NOTES NOTES ÉDUCATION PERMANENTE N N 18 2007-16 OCTOBRE - AOÛT 2005 2007 ASSOCIATION POUR POUR UNE UNE FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ CHAUSSÉE DE HAECHT, 579 B-1031 BRUXELLES RUE DE L ARSENAL, 5 B-5000 NAMUR

Plus en détail

Master 2 T2M. Instructions pour la rédaction des notes d entreprise

Master 2 T2M. Instructions pour la rédaction des notes d entreprise Master 2 T2M Instructions pour la rédaction des notes d entreprise I Dispositions générales Selon le pays où vous êtes en stage, un enseignant de la langue concernée sera chargé de suivre votre stage et

Plus en détail

Construction et gestion des corpus : Résumé et essai d uniformisation du processus pour la terminologie

Construction et gestion des corpus : Résumé et essai d uniformisation du processus pour la terminologie Construction et gestion des corpus : Résumé et essai d uniformisation du processus pour la terminologie Texte préparé par Elizabeth Marshman, janvier 2003 1. Procédures pour l équipe ÉCLECTIK Cette section

Plus en détail

TD «Enquête par questionnaire» 2008 / 2009

TD «Enquête par questionnaire» 2008 / 2009 TD «Enquête par questionnaire» 2008 / 2009 5 ème séance leroy.jeanne@gmail.com Bureau C310 Les 12 étapes de la construction d un questionnaire 1) Définition de l objet d enquête et analyse des moyens matériels

Plus en détail

RELATIONS AGENTS-APPRENANTAPPRENANT. Processus: Modeling, renforcement, interaction sociale.. Agents: Parents, pairs, école, médias

RELATIONS AGENTS-APPRENANTAPPRENANT. Processus: Modeling, renforcement, interaction sociale.. Agents: Parents, pairs, école, médias Université de Lyon II Janvier 2014 Choix de la méthode de recherche: Aspects pratiques Marie J. Lachance Professeure titulaire Sciences de la consommation Université Laval, Québec Question et problématique

Plus en détail

STRATÉGIE MARKETING VO - COMMENT DÉTERMINER LE STOCK IDÉAL DE VOTRE AFFAIRE

STRATÉGIE MARKETING VO - COMMENT DÉTERMINER LE STOCK IDÉAL DE VOTRE AFFAIRE CHAPITRE 1 STRATÉGIE MARKETING VO - COMMENT DÉTERMINER LE STOCK IDÉAL DE VOTRE AFFAIRE Ce que vous apprendrez dans ce chapitre Réunir les informations indispensables pour établir votre stratégie marketing

Plus en détail

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET L utilisation des TIC par le personnel enseignant Marie-José Roy Depuis l apparition des micro-ordinateurs dans les années 1980, la tâche des enseignantes et enseignants s est vue modifiée à mesure que

Plus en détail

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés Enquête nationale sur le développement commercial des PME Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés 1 Sommaire INTRODUCTION... 4 1. SYNTHESE DE L ENQUÊTE...

Plus en détail

Elisabeth DELAIS ROUSSARIE UMR 7110 / LLF Laboratoire de Linguistique formelle Université de Paris Diderot

Elisabeth DELAIS ROUSSARIE UMR 7110 / LLF Laboratoire de Linguistique formelle Université de Paris Diderot Elisabeth DELAIS ROUSSARIE UMR 7110 / LLF Laboratoire de Linguistique formelle Université de Paris Diderot JOURNEES IPFC Paris, 5 et 6 décembre 2011 Pour travailler sur l acquisition de la dimension orale

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

Références. Compter les mots. Le langage comme donnée. Communication Langagière Ingénierie des langues et de la parole

Références. Compter les mots. Le langage comme donnée. Communication Langagière Ingénierie des langues et de la parole Communication Langagière Ingénierie des langues et de la parole 1. Introduction générale 2. Ingénierie des langues 2.1 Représentation et codage des textes 2.2 Théorie de l information et probabilités 2.3

Plus en détail

Cours (8) de statistiques à distance, élaboré par Zarrouk Fayçal, ISSEP Ksar-Said, 2011-2012. Test du Khi 2

Cours (8) de statistiques à distance, élaboré par Zarrouk Fayçal, ISSEP Ksar-Said, 2011-2012. Test du Khi 2 Test du Khi 2 Le test du Khi 2 (khi deux ou khi carré) fournit une méthode pour déterminer la nature d'une répartition, qui peut être continue ou discrète. Domaine d application du test : Données qualitatives

Plus en détail

Un outil pour les entreprises en réseau

Un outil pour les entreprises en réseau STRATEGIE COMMERCIALE : LA «MONTGOLFIERE», UN OUTIL D ANALYSE DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE DES ENTREPRISES EN RESEAU Executive summary La stratégie commerciale mise en place par les points de vente des

Plus en détail

Savoir Faire Excel Niveau 2. 5 novembre 2007 Naomi Yamaguchi naomi.yamaguchi@univ-paris3.fr

Savoir Faire Excel Niveau 2. 5 novembre 2007 Naomi Yamaguchi naomi.yamaguchi@univ-paris3.fr Savoir Faire Excel Niveau 2 5 novembre 2007 Naomi Yamaguchi naomi.yamaguchi@univ-paris3.fr Ce qu on sait faire Entrer et recopier des données numériques Les fonctions de base (somme, moyenne, nb, si) Faire

Plus en détail

Français, 9 e année (FRA1D) Introduction aux affaires, 9 e et 10 e année (BBI10/BBI20) 2 périodes de 70 minutes

Français, 9 e année (FRA1D) Introduction aux affaires, 9 e et 10 e année (BBI10/BBI20) 2 périodes de 70 minutes Niveau 9 Dans la présente leçon, les élèves seront amenés à mieux comprendre les rôles des institutions financières au moyen de l analyse de publicités bancaires. Après avoir effectué une recherche sur

Plus en détail

inscription Enseignement difficultés école maternelle école obligatoire associations de parents journal de classe

inscription Enseignement difficultés école maternelle école obligatoire associations de parents journal de classe difficultés journal de classe inscription école gratuiteactivités en dehors de l école école obligatoire école maternelle associations de parents Enseignement En Belgique, les enfants sont obligés d aller

Plus en détail

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Améliorations 2014 des Normes comptables pour les entreprises à capital fermé Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Avant-propos En octobre 2014, le Conseil

Plus en détail

Procédure pour évaluer et/ou éditer un article

Procédure pour évaluer et/ou éditer un article Procédure pour évaluer et/ou éditer un article Rôle des membres du comité de rédaction dans le processus de révision d un article : 1. Rôle de la Rédactrice en chef 2. Rôle des Rédacteurs adjoints 3. Rôle

Plus en détail

Personnes âgées et accidents domestiques Rapport

Personnes âgées et accidents domestiques Rapport Personnes âgées et accidents domestiques Rapport Version n 1 Date : 27 Juillet 2011 De: Nadia AUZANNEAU A: Florent CHAPEL et Guillaume ALBERT OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01

Plus en détail

Chambre régionale de métiers et de l artisanat 19 mai 2008. Evaluation 2008 - Impact et résultats

Chambre régionale de métiers et de l artisanat 19 mai 2008. Evaluation 2008 - Impact et résultats Chambre régionale de métiers et de l artisanat 19 mai 2008 Evaluation 2008 - Impact et résultats LA REPRISE D ENTREPRISE DANS L ARTISANAT EN LANGUEDOC-ROUSSILLON ET L INTERVENTION DES CHAMBRES DE METIERS

Plus en détail

3.5 Schéma récapitulatif. Marge ou résultat d exploitation PRIX DE VENTE. Charges directes et indirectes d achat. Coût d achat. Achats.

3.5 Schéma récapitulatif. Marge ou résultat d exploitation PRIX DE VENTE. Charges directes et indirectes d achat. Coût d achat. Achats. LES COÛTS COMPLETS 1 Introduction 2 Les différents types de charges 2.1 Les charges directes 2.2 Les charges indirectes 2.3 Les charges supplétives 2.4 Les charges non-incorporables 2.5 Les charges incorporées

Plus en détail

Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles

Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles Quantiles En statistique, pour toute série numérique de données à valeurs dans un intervalle I, on définit la fonction quantile Q, de [,1] dans

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

Sondage Politique provinciale Campagne électorale 2014. Rapport étude quantitative. 15 mars 2014

Sondage Politique provinciale Campagne électorale 2014. Rapport étude quantitative. 15 mars 2014 Sondage Politique provinciale Campagne électorale 2014 Rapport étude quantitative 15 mars 2014 Méthodologie MÉTHODOLOGIE SONDAGE INTERNET Un sondage Internet réalisé auprès du grand public dans l ensemble

Plus en détail

Évaluations aléatoires : Comment tirer au sort?

Évaluations aléatoires : Comment tirer au sort? Évaluations aléatoires : Comment tirer au sort? William Parienté Université Catholique de Louvain J-PAL Europe povertyactionlab.org Plan de la semaine 1. Pourquoi évaluer? 2. Comment mesurer l impact?

Plus en détail

La nouvelle planification de l échantillonnage

La nouvelle planification de l échantillonnage La nouvelle planification de l échantillonnage Pierre-Arnaud Pendoli Division Sondages Plan de la présentation Rappel sur le Recensement de la population (RP) en continu Description de la base de sondage

Plus en détail

Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE

Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE Par Michel Rochon L énoncé suivant définit de façon générale la méthodologie utilisée par Échantillonneur ASDE pour tirer des échantillons téléphoniques.

Plus en détail

INTRODUCTION AU DATA MINING

INTRODUCTION AU DATA MINING INTRODUCTION AU DATA MINING 6 séances de 3 heures mai-juin 2006 EPF - 4 ème année - Option Ingénierie d Affaires et de Projets Bertrand LIAUDET TP DE DATA MINING Le TP et le projet consisteront à mettre

Plus en détail

Installer Joomla. 2013 Pearson France Joomla! Le guide officiel Jennifer Marriott, Elin Waring

Installer Joomla. 2013 Pearson France Joomla! Le guide officiel Jennifer Marriott, Elin Waring 3 Installer Joomla Dans ce chapitre, nous procéderons au téléchargement et à l installation manuelle de Joomla, et nous expliquerons la configuration de base. Les captures d écran et les instructions font

Plus en détail