Cécile Carpentier et Jean-Marc Suret. Rapport préparé pour l Autorité des marchés financiers du Québec. Le 10 juin 2009

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cécile Carpentier et Jean-Marc Suret. Rapport préparé pour l Autorité des marchés financiers du Québec. Le 10 juin 2009"

Transcription

1 QUE DEVIENNENT LES PETITES ENTREPRISES CANADIENNES APRÈS UN PREMIER APPEL PUBLIC À L ÉPARGNE? Cécile Carpentier et Jean-Marc Suret Rapport préparé pour l Autorité des marchés financiers du Québec Le 10 juin 2009 Cécile Carpentier et Jean-Marc Suret sont professeurs titulaires à l École de comptabilité de l Université Laval. s : et Cette recherche a été financée par le Fonds pour l éducation et la saine gouvernance de l Autorité des marchés financiers du Québec. Le présent document est un sommaire du document des mêmes auteurs intitulé The Survival and Success of Canadian Penny Stock IPOs, Rapport préparé pour l Autorité des marchés financiers du Québec, 2009.

2 INTRODUCTION Nous cherchons à déterminer les conséquences économiques du fait de permettre à des petites entreprises non rentables d accéder au marché boursier. Pour un organisme de réglementation des valeurs mobilières, cette question correspond à la détermination des normes minimales d accès en Bourse, c'est-à-dire des conditions que doivent remplir les entreprises pour être autorisées à entrer en Bourse. Poser des conditions draconiennes revient à limiter l accès des petites entreprises au financement par le marché public et à entraver leur développement. À l inverse, des conditions très souples offrent à ces entreprises davantage de possibilités de financement, mais nuisent à la protection des investisseurs et à la qualité du marché. Les nombreux changements apportés par les bourses du monde entier à ce chapitre illustrent la recherche de cet équilibre. Les petites entreprises sont le plus souvent considérées comme étant contraintes financièrement. Réaliser un premier appel public à l épargne (PAPE) permet de relâcher cette contrainte. Ce raisonnement a conduit à la création de nombreux marchés juniors, aux normes minimales d inscription très souples. Mais cette approche a été remise en question suite à l effondrement de ces marchés en Europe. Aux États-Unis, le Nasdaq a lui aussi baissé ses conditions d accès, permettant l entrée d entreprises non profitables qui n ont finalement pas survécu au dégonflement de la bulle technologique. Suite à cet épisode, les organismes de réglementation ont limité le pouvoir discrétionnaire des bourses : aux États-Unis, la SEC a gelé ces normes et au Royaume-Uni, la capacité de fixer les normes a été transférée de la Bourse à la Financial Services Authority (la FSA). Très peu d études ont cherché à déterminer quel serait le niveau optimal de normes minimales d inscription et les preuves empiriques sont rares. L efficacité et l existence même de telles normes sont encore des questions sans réponse. Ceci est la première justification de notre étude. Certaines bourses ont baissé leur niveau de normes minimales d inscription, aux États-Unis et en Europe en particulier. Cependant, essentiellement pour éviter la fraude et la manipulation, aucune n a permis l accès au marché boursier à de très petites entreprises (penny stocks). La taille minimale d actif pour entrer en Bourse communément retenue est de l ordre de 10 millions de dollars US. 2

3 Cependant certains régulateurs et chercheurs affirment que permettre à des microcapitalisations d accéder au marché boursier procurerait plusieurs avantages. Cette controverse d actualité représente la seconde justification de notre étude. Les trois principales questions auxquelles nous tentons de répondre sont : 1) Quels sont les effets de l abaissement des normes minimales d inscription sur les probabilités de succès et d échec des entreprises nouvellement inscrites? 2) Peut-on quantifier les avantages et les coûts de l abaissement des normes? 3) Au-delà des normes, quels facteurs influencent les chances de succès ou d échec? Pour étudier cette question, nous utilisons un très large échantillon de PAPEs qui constitue l ensemble des opérations de cette nature pour lesquelles l information a pu être obtenue entre 1986 et Ces PAPEs sont effectués sur le marché canadien dont les normes minimales d inscription sont extrêmement basses. 1) LES EFFETS DE L ABAISSEMENT DES NORMES Les normes minimales d inscription reposent habituellement sur des seuils que doivent dépasser les entreprises candidates à l inscription. De façon générale, les valeurs de l avoir des actionnaires, des revenus, des bénéfices et de la capitalisation après l émission sont très fréquemment utilisées. Nous avons donc défini des normes minimales hypothétiques à partir de ces valeurs. Ces normes minimales nous permettent de constituer des groupes d émetteurs. Dans le groupe 1 (NORM1) se trouvent les entreprises qui ne rapportent aucun revenu; et dont les bénéfices et flux sont négatifs. Il s agit d entreprises qui ne pourraient pas accéder à la majorité des bourses. Le second groupe (NORM2) rassemble les entreprises avec des revenus mais faisant des pertes, le troisième (NORM3) regroupe les émetteurs rentables mais dont l avoir des actionnaires est inférieur à 25 millions de dollars. Cette limite est approximativement celle qui prévaut sur le NASDAQ. Le quatrième groupe est composé des émetteurs rentables dont l avoir dépasse cette limite. Nous analysons les conséquences de l application de normes plus restrictives sur la survie et le succès des émetteurs, en estimant la probabilité et le temps de survie et de succès des entreprises nouvellement inscrites. Nous définissons le succès comme étant la graduation, c'est-à-dire l accès de l entreprise à un marché plus senior. Ce critère est d ailleurs utilisé par la Bourse de croissance TSX elle-même 3

4 comme indicateur de succès. Le tableau 1 regroupe l essentiel des résultats relatifs aux probabilités d échec et de succès. Nous avons également analysé les durées de vie des diverses catégories d émetteurs, ainsi que le temps qui sépare l émission initiale d une éventuelle migration vers le TSX, qui représente le succès. Nous montrons que permettre aux entreprises qui ne sont pas encore au stade des revenus d accéder à la Bourse est une stratégie périlleuse, dans la mesure où seule une petite proportion de ces émetteurs survit. La probabilité de radiation à long terme, estimée à la fin de notre période d analyse, est de 38% pour un émetteur avec des revenus contre 62% pour un émetteur sans revenus. Le temps moyen de radiation augmente de 13 à 15 ans lorsque l entreprise présente des revenus à l émission. Cependant, de façon surprenante, le taux de défaillance global des émetteurs canadiens est inférieur à celui des émetteurs américains. Après 10 ans, 28% des émetteurs canadiens sont radiés, contre environ 40% aux États-Unis. Deux éléments peuvent expliquer cette situation. Premièrement, les entreprises canadiennes peuvent facilement se refinancer par placement privé ou public avant même d atteindre le stade de la rentabilité ou d avoir des ventes. Une seconde explication peut être la tolérance de la Bourse en matière de radiation des compagnies non opérantes. Ces deux raisons permettent à de nombreuses entreprises non rentables de survivre et de financer leurs dépenses de recherche ou d exploration. Le Canada semble donc avoir développé une stratégie particulière de financement des entreprises en croissance. Permettre aux penny stocks d entrer en Bourse pourrait donc être une option pour les régulateurs, à condition que les pratiques soient ajustées dans le marché secondaire. A l inverse, nous ne mettons pas en évidence de lien statistiquement significatif entre les conditions financières lors de l émission et le succès des émetteurs. La probabilité de succès à la fin de la période d étude est globalement de 14%. Elle est approximativement la même pour les trois groupes qui présentent des revenus lors du PAPE. Ce taux est de l ordre de 16% à 17%. Il est seulement de 11% pour les émetteurs sans revenus. Les conditions financières à l émission ne semblent pas jouer un rôle très fort dans le succès des nouvelles émissions. ** Tableau 1 ** 4

5 2) LES AVANTAGES ET LES COÛTS DE L ABAISSEMENT DES NORMES Comme nous disposons des probabilités d échec et de succès, il est possible de mesurer un indicateur du coût économique de la diminution des normes minimales. Dans les trois dernières colonnes du tableau 1, nous calculons le ratio des échecs aux succès (volet A) pour trois horizons et pour chaque catégorie de normes minimales. Lorsque les commissions de valeurs mobilières ou les bourses permettent aux entreprises de se lister avant qu elles n aient des revenus, un coût de 4,24 échecs est encouru pour chaque succès après 5 ans. Ce ratio augmente à 14,59 échecs par succès après 10 ans. Il diminue après 10 ans, parce que la proportion de succès augmente plus rapidement que le taux d échec. À la fin de la période d analyse, le coût économique de l admission des entreprises avant qu elles n aient des revenus est de 5,7 échecs par succès. Nous fournissons aussi le taux de succès par échec au volet B. Nous observons 0,18 succès par échec dans le groupe sans revenus, à la fin de la période d étude. Les coûts économiques diminuent fortement et sont très similaires pour les groupes avec revenus NORM2 et NORM3. Pour les entreprises de moins de 25 millions d avoir des actionnaires, la situation en termes de bénéfices a un impact limité sur l indicateur de coût économique. À la fin de la période d étude, le coût économique est de 3 échecs par succès dans le groupe NORM2 (pas de bénéfices) contre 2,36 échecs par succès dans le groupe NORM3 (bénéfices). Le taux d échec est légèrement plus élevé dans le groupe NORM2 que dans le groupe NORM3, mais le taux de succès est également plus élevé dans le groupe NORM2. Le taux de succès plus élevé des entreprises non rentables peut probablement s expliquer par la concentration de ces entreprises dans le secteur des ressources naturelles et de l énergie, qui ont profité de conditions très favorables pendant les 10 dernières années de notre analyse. Les conséquences économiques des nouvelles inscriptions deviennent positives pour le groupe NORM4. Les compagnies les plus matures présentent un taux de succès plus élevé que leur taux de d échec. Ce tableau illustre l effet important des normes minimales d inscription sur le succès, l échec et les coûts économiques des nouvelles inscriptions. 5

6 3) QUELLES AUTRES VALEURS INTERVIENNENT POUR EXPLIQUER LES ÉCHECS ET LES SUCCÈS? Nous mettons en évidence un lien entre les conditions financières lors de l émission et la survie des émetteurs. La probabilité de survie est plus basse lorsque les émetteurs n ont pas de revenus ou de bénéfices. Elle est plus élevée pour les émetteurs rentables et de plus grande taille. Cette relation existe également lorsque l on contrôle pour les autres variables pouvant l influencer telles que les caractéristiques des émetteurs (l âge, le secteur, la taille) ou les caractéristiques du marché à l émission. Ainsi, comme le montre le tableau 2, les émetteurs les plus matures ont une plus faible probabilité d échec que les plus jeunes. De la même façon, les émetteurs de plus grande taille lors de l émission ont moins de chance de connaître l échec rapidement. Les émetteurs qui ont engagé un vérificateur renommé (qui appartient à l un des 4 ou 5 plus grands cabinets d expertscomptables) et un courtier prestigieux (qui détient une grosse part du marché du courtage) ont une probabilité d échec moins grande. Les émetteurs du secteur minier et de l énergie ont également une probabilité d échec moins grande. Nous ne détectons pas de lien significatif entre l implication d un investisseur en capital de risque et la probabilité d échec, ni de lien entre les conditions de marché lord de l émission et la probabilité d échec. La survie des émetteurs est donc significativement associée aux caractéristiques des émetteurs et avec le niveau de normes minimales d inscription dans lequel l émetteur se situe. Les effets des normes minimales sont mitigés par l implication d intermédiaires renommés : l implication d un vérificateur ou d un courtier prestigieux diminue la probabilité de radiation. Permettre aux émetteurs de petite taille d accéder au marché boursier peut être une option pour les régulateurs, en particulier lorsque l émetteur a des revenus et que des intermédiaires prestigieux sont impliqués dans l opération. La probabilité de succès de l émetteur n est pas liée à ses conditions financières lors de l émission. Après 10 ans, 5,48% des émetteurs ont gradué sur une bourse de niveau supérieur. Le temps jusqu au succès est en faible relation avec les caractéristiques de l émetteur lors de l émission. La taille de l entreprise, son secteur et les conditions de marché sont les seules variables significatives pour expliquer cette relation. Ainsi, plus l émetteur est mature et de grande taille, plus la probabilité qu il gradue sur une bourse 6

7 plus senior est grande. L appartenance de l émetteur au secteur de haute technologie ou de l énergie augmente cette probabilité, ainsi que la présence d un vérificateur de bonne renommée. Le fait d émettre lors d une période de marché intense diminue les chances de succès de l émetteur. Cependant, si l implication d un investisseur en capital de risque lors de l émission a peu d effet sur la probabilité de défaillance, son implication influence significativement la probabilité de succès. Pour favoriser le succès des émetteurs de PAPEs, le régulateur ne peut pas s appuyer les caractéristiques des entreprises (hormis la taille), mais pourrait requérir la présence d investisseurs en capital de risque dans l actionnariat des émetteurs de certains secteurs. ** Tableau 2 ** 4) CONCLUSION Nous mettons en évidence une relation forte entre les caractéristiques principales des entreprises lors des entrées en Bourse et leur survie. Les caractéristiques principales, comme la rentabilité, l avoir ou les revenus, sont souvent utilisées pour établir les normes minimales d inscription, ce qui nous permet d affirmer que ces normes ont bien un effet direct sur les probabilités d échec des entreprises qui entrent en Bourse. Celles qui ne rapportent pas de revenus connaissent l échec dans plus de 61 % des cas. Celles qui entrent en Bourse en présentant des revenus et une capitalisation supérieure à 25 millions de dollars ne connaissent l échec que dans une proportion de 12% environ. Les probabilités de succès sont peu sensibles aux caractéristiques d entrée. L abaissement des normes semble donc avoir un coût important, en augmentant de façon importante le taux d échec pour chacun des succès. 7

8 Tableau 1 : Résumé des caractéristiques des PAPEs par groupes basés sur des normes minimales hypothétiques d inscription. EPS signifie bénéfice par action. SE signifie avoir des actionnaires et est exprimé en millions de dollars canadiens (M $). Volet A : Taux et temps jusque l échec Taux d Échec Temps médian de survie Coût économique : Échec / Succès % 5 ans %10 ans % 2007 en mois % 5 ans %10 ans % 2007 NORM1 : sans revenus 11,91 32,29 61,37 132,67 4,24 14,59 5,70 NORM2 : revenus mais EPS<=0 13,86 30,43 48,94 119,26 1,35 4,15 3,00 NORM3 : EPS>0 & SE<= 25M $ 11,33 25,73 37,64 145,08 1,41 3,16 2,36 NORM4 : EPS>0 & SE> 25M $ 5,53 9,26 12,50 143,39 0,39 0,79 0,74 NORM12 : EPS<=0 12,62 31,69 56,88 126,01 2,29 8,18 4,45 NORM34 : EPS>0 9,15 20,04 28,06 144,66 0,88 2,14 1,72 Toutes 11,60 28,29 48,52 131,96 1,67 5,16 3,51 Volet B : Taux et temps jusqu au succès Taux de Succès Temps médian Succès / Échec % 5 y. %10 y. % 2007 jusqu au succès % 5 y. %10 y. % 2007 NORM1 : sans revenus 2,81 2,21 10,77 80,46 0,24 0,07 0,18 NORM2 : revenus mais EPS<=0 10,30 7,34 16,31 38,47 0,74 0,24 0,33 NORM3 : EPS>0 & SE<=25 M $ 8,01 8,14 15,93 59,20 0,71 0,32 0,42 NORM4 : EPS>0 & SE> 25 M $ 14,29 11,73 16,96 11,10 2,58 1,27 1,36 NORM12 : EPS<=0 5,52 3,87 12,78 66,71 0,44 0,12 0,22 NORM34 : EPS>0 10,36 9,38 16,33 30,00 1,13 0,47 0,58 Toutes 6,94 5,48 13,81 55,41 0,60 0,19 0,28 8

9 Tableau 2 : Résumé de nos résultats. Variable Relation significative observée avec la propension À l échec Au succès L entreprise rapporte des revenus lors du PAPE Oui (-) Non L entreprise est bénéficiaire lors du PAPE Oui (-) Non L entreprise est bénéficiaire lors du PAPE et rapporte Oui (-) Non plus de 25 millions de dollars d avoir des actionnaires Niveau de norme minimale lors du PAPE Oui Non PAPE soutenu par un investisseur en capital de risque Non Oui (+) Vérificateur prestigieux impliqué Oui (-) Oui (+) Courtier prestigieux impliqué Oui (-) Oui (-) Age lors du PAPE Oui (-) Oui (+) Taille lors du PAPE Oui (-) Oui (+) Influence de l industrie Oui, ressources naturelles Oui Marché d émissions intense lors du PAPE Non Oui (-) 9

Cécile Carpentier et Jean-Marc Suret. Rapport préparé pour l Autorité des marchés financiers du Québec. 9 juin 2009

Cécile Carpentier et Jean-Marc Suret. Rapport préparé pour l Autorité des marchés financiers du Québec. 9 juin 2009 LA BOURSE DE CROISSANCE TSX : UN MARCHÉ PUBLIC DU CAPITAL DE RISQUE Cécile Carpentier et Jean-Marc Suret Rapport préparé pour l Autorité des marchés financiers du Québec 9 juin 2009 Cécile Carpentier et

Plus en détail

Cécile Carpentier et Jean-Marc Suret CIRANO et École de comptabilité, Université Laval

Cécile Carpentier et Jean-Marc Suret CIRANO et École de comptabilité, Université Laval ENTRÉES EN BOURSE SUITE À UN PREMIER APPEL PUBLIC À L ÉPARGNE: BILAN ET ANALYSE Cécile Carpentier et Jean-Marc Suret CIRANO et École de comptabilité, Université Laval Document préparé à l intention de

Plus en détail

Pour bâtir votre avenir financier. Groupe Lavoie Bergeron Racette

Pour bâtir votre avenir financier. Groupe Lavoie Bergeron Racette Pour bâtir votre avenir financier Groupe Lavoie Bergeron Racette Notre équipe Martin Lavoie, B.A.A Conseiller en placement et directeur de succursale Compte une quinzaine d années dans le domaine du placement

Plus en détail

Programme des Sociétés de capital de démarrage

Programme des Sociétés de capital de démarrage Programme des Sociétés de capital de démarrage Bourse de croissance TSX Programme des Sociétés de capital de démarrage Êtes-vous prêt pour l inscription en Bourse? L entrepreneuriat est en pleine effervescence

Plus en détail

Journée des CPA 2012

Journée des CPA 2012 Journée des CPA 2012 Le rôle du CPA pour l inscription en bourse : plus que de l information financière Jérôme Minier, CPA, CA Objectifs aujourd hui Examiner les principaux défis de financement pour les

Plus en détail

Cécile Carpentier et Jean-Marc Suret CIRANO et École de comptabilité, Université Laval

Cécile Carpentier et Jean-Marc Suret CIRANO et École de comptabilité, Université Laval ENTRÉES EN BOURSE PAR PRISE DE CONTRÔLE INVERSÉE : BILAN ET ANALYSE Cécile Carpentier et Jean-Marc Suret CIRANO et École de comptabilité, Université Laval Document préparé à l intention de l Autorité des

Plus en détail

Comprendre les états financiers

Comprendre les états financiers Comprendre les états financiers comprendre Comprendre les états financiers Cette brochure est aussi disponible en format électronique. Visitez la section «Publications» de notre site au www.ocaq.qc.ca.

Plus en détail

LE FPI PRO ANNONCE DE SOLIDES RÉSULTATS FINANCIERS POUR LE PREMIER TRIMESTRE DE 2015

LE FPI PRO ANNONCE DE SOLIDES RÉSULTATS FINANCIERS POUR LE PREMIER TRIMESTRE DE 2015 LE FPI PRO ANNONCE DE SOLIDES RÉSULTATS FINANCIERS POUR LE PREMIER TRIMESTRE DE 2015 DIFFUSION INTERDITE AUX ÉTATS-UNIS OU PAR L ENTREMISE DE SERVICES DE NOUVELLES DES ÉTATS-UNIS. Le 28 mai 2015 Montréal

Plus en détail

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux Module 6 : Comprendre comment l'activité économique est financée et analyser les conséquences de la globalisation financière 6.1 : Identifier les modes de financement de l'activité économique et analyser

Plus en détail

Méthodes alternatives d inscription en bourse

Méthodes alternatives d inscription en bourse octobre 2014 Bulletin marchés des capitaux Méthodes alternatives d inscription en bourse PRISE DE CONTRÔLE INVERSÉE ET OPÉRATION ADMISSIBLE Les deux principales méthodes alternatives d inscription à une

Plus en détail

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Financement d entreprise et fusions et acquisitions 27 FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Le Canada est doté de marchés financiers bien développés et très évolués. Les principales sources

Plus en détail

METTEZ DU GÉNIE DANS VOS FINANCES AVEC LES FONDS FÉRIQUE. Offerts aux ingénieurs et diplômés en génie, à leurs familles et à leurs entreprises

METTEZ DU GÉNIE DANS VOS FINANCES AVEC LES FONDS FÉRIQUE. Offerts aux ingénieurs et diplômés en génie, à leurs familles et à leurs entreprises METTEZ DU GÉNIE DANS VOS FINANCES AVEC LES FONDS Offerts aux ingénieurs et diplômés en génie, à leurs familles et à leurs entreprises BIENVENUE CHEZ. BIENVENUE CHEZ VOUS. constitue une approche différente

Plus en détail

Or, certains voient les marchés boursiers et les capitaux privés comme des opposés, comme s ils étaient concurrents.

Or, certains voient les marchés boursiers et les capitaux privés comme des opposés, comme s ils étaient concurrents. Conférence de l Association canadienne du capital de risque et d investissement Le 24 mai 2012 Allocution de Tom Kloet FINAL Seule la version livrée vaut Bon après-midi et merci beaucoup pour l accueil.

Plus en détail

Régime d achat d actions à l intention des partenaires des réseaux de distribution

Régime d achat d actions à l intention des partenaires des réseaux de distribution Régime d achat d actions à l intention des partenaires des réseaux de distribution Groupe Industrielle Alliance www.inalco.com Table des matières Page 2 Introduction 1 Page 3 Avantages du régime 2 Page

Plus en détail

Portrait statistique de la population de représentant en épargne collective au Québec

Portrait statistique de la population de représentant en épargne collective au Québec Portrait statistique de la population de représentant en épargne collective au Québec Par Alexandre Moïse 1 Marie Hélène Noiseux 2 1-Alexandre Moïse, B.Gest., M.Sc.A., Chercheur à l'université du Québec

Plus en détail

Normes d'indépendance Règle 204 du Code de déontologie harmonisé. Avril 2011

Normes d'indépendance Règle 204 du Code de déontologie harmonisé. Avril 2011 Normes d'indépendance Règle 204 du Code de déontologie harmonisé Avril 2011 Chapitre 204 du Code de déontologie harmonisé pour les comptables agréés du Canada approuvé le 4 avril 2011 par le Comité sur

Plus en détail

Résultats des portefeuilles Chorus II au 31 mars 2013

Résultats des portefeuilles Chorus II au 31 mars 2013 Résultats des portefeuilles Chorus II au 31 mars 2013 Revue des marchés Rendement des indices en 2013 Rendement (base 100) 114 110 +12,85 % +9,67 % 106 102 98 Janv. Fevr. Mars +3,34 % +0,69 % TSX S&P 500

Plus en détail

Avis multilatéral 51-343 des ACVM

Avis multilatéral 51-343 des ACVM Le 16 avril 2015 Avis multilatéral 51-343 des ACVM Émetteurs émergents dont les titres sont inscrits à la cote du marché de capital de risque de la Bolsa de Santiago Les autorités en valeurs mobilières

Plus en détail

Cécile Carpentier et Jean-Marc Suret CIRANO et École de comptabilité, Université Laval

Cécile Carpentier et Jean-Marc Suret CIRANO et École de comptabilité, Université Laval INVESTIR DANS DES TITRES DE PETITE CAPITALISATION : LE CAS DE LA BOURSE DE CROISSANCE TSX Cécile Carpentier et Jean-Marc Suret CIRANO et École de comptabilité, Université Laval Document préparé à l intention

Plus en détail

E n V I g u E u R L E 3 1 j a n V I E R 2 0 1 4 le RER le compte d investissement le CELI le REEE le FRR/FRV le RPI Pour des conseils

E n V I g u E u R L E 3 1 j a n V I E R 2 0 1 4 le RER le compte d investissement le CELI le REEE le FRR/FRV le RPI Pour des conseils en vigueur Le 31 janvier 2014 Programme de des dentistes du Canada Description des fonds du La famille des fonds de du est exclusivement offerte aux membres admissibles* de la profession dentaire canadienne

Plus en détail

Une société de capital-risque, comment ça marche?

Une société de capital-risque, comment ça marche? Première partie Une société de capital-risque, comment ça marche? L objet de cette première partie est de présenter le fonctionnement global d une société de capital-risque. L objectif est de permettre

Plus en détail

Genworth MI Canada continue d afficher une solide rentabilité au deuxième trimestre

Genworth MI Canada continue d afficher une solide rentabilité au deuxième trimestre Genworth MI Canada continue d afficher une solide rentabilité au deuxième trimestre Toronto, ONTARIO (Le 30 juillet 2009) Genworth MI Canada Inc. (TSX : MIC) a présenté aujourd hui des résultats solides

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 Le présent Rapport annuel de la direction contient les faits saillants financiers, mais non les États financiers

Plus en détail

DÉCOUVREZ NOS FONDS ASTRA PORTEFEUILLES. Pour vous guider dans un monde de possibilités

DÉCOUVREZ NOS FONDS ASTRA PORTEFEUILLES. Pour vous guider dans un monde de possibilités DÉCOUVREZ NOS FONDS ASTRA PORTEFEUILLES Pour vous guider dans un monde de possibilités Tous les investisseurs connaissent l importance de bien choisir leurs placements en fonction de leurs objectifs d

Plus en détail

Enjeux et facteurs à prendre en considération concernant un premier appel public à l épargne

Enjeux et facteurs à prendre en considération concernant un premier appel public à l épargne INSCRIPTION EN BOURSE AU CANADA Enjeux et facteurs à prendre en considération concernant un premier appel public à l épargne Stikeman Elliott S.E.N.C.R.L., s.r.l. INSCRIPTION EN BOURSE AU CANADA Enjeux

Plus en détail

Rôle réglementaire de l OCRCVM : mesures pour prévenir la faillite des sociétés de courtage

Rôle réglementaire de l OCRCVM : mesures pour prévenir la faillite des sociétés de courtage Alerte aux investisseurs : information à l intention des clients des sociétés réglementées par l OCRCVM si jamais une société de courtage devait mettre fin à ses activités Compte tenu de la turbulence

Plus en détail

LE REER COLLECTIF FÉRIQUE OPTEZ POUR UN REER DE GÉNIE

LE REER COLLECTIF FÉRIQUE OPTEZ POUR UN REER DE GÉNIE LE REER COLLECTIF FÉRIQUE OPTEZ POUR UN REER DE GÉNIE BIENVENUE DANS UN RÉGIME DE RETRAITE À NUL AUTRE PAREIL LE REER COLLECTIF FÉRIQUE EN BREF En vertu d une entente avec Gestion FÉRIQUE, votre employeur

Plus en détail

Ouvrir un compte personnel

Ouvrir un compte personnel www.iiroc.ca 1 877 442-4322 Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières Ouvrir un compte personnel Ce que votre société de courtage doit apprendre sur vous et pourquoi Investment

Plus en détail

Modifications Importantes des Renseignements Destinés aux Titulaires de compte

Modifications Importantes des Renseignements Destinés aux Titulaires de compte Modifications Importantes des Renseignements Destinés aux Titulaires de compte En vigueur le 1 er janvier 2014 TABLE DES MATIÈRES Avis de modification des Conventions de comptes et de services et Convention

Plus en détail

Manuel de référence Options sur devises

Manuel de référence Options sur devises Manuel de référence Options sur devises Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX TMX Select Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique de Montréal Titres à

Plus en détail

Comment avoir accès à la valeur de rachat de votre police d assurance vie universelle de RBC Assurances

Comment avoir accès à la valeur de rachat de votre police d assurance vie universelle de RBC Assurances Comment avoir accès à la valeur de rachat de votre police d assurance vie universelle de RBC Assurances Découvrez les avantages et désavantages des trois méthodes vous permettant d avoir accès à vos fonds.

Plus en détail

Profitez du potentiel d un rendement boursier

Profitez du potentiel d un rendement boursier Série offerte du Alliez un potentiel de rendement boursier à la protection du capital Bénéficiez d une protection complète du capital Investissez dans la plus-value ou les revenus Ce placement s adresse

Plus en détail

Alliez un potentiel de rendement boursier à la protection du capital

Alliez un potentiel de rendement boursier à la protection du capital Série offerte du Alliez un potentiel de rendement boursier à la protection du capital Bénéficiez d une protection complète du capital Profitez du potentiel d un rendement boursier Investissez dans la plus-value

Plus en détail

Lexique des termes de l industrie *

Lexique des termes de l industrie * Lexique des termes de l industrie * Ac t i o n o r d i n a i r e Action détenue dans une enterprise Ac t i o n s p r i v i l é g i é e s Actions d une compagnie qui comprennent les droits préférentiels

Plus en détail

Ordonnance de dispense. Aequitas Innovations Inc. (Aequitas) et La Neo Bourse Aequitas Inc. (Neo Bourse Aequitas)

Ordonnance de dispense. Aequitas Innovations Inc. (Aequitas) et La Neo Bourse Aequitas Inc. (Neo Bourse Aequitas) 2014 BCSECCOM 499 Ordonnance de dispense Aequitas Innovations Inc. (Aequitas) et La Neo Bourse Aequitas Inc. (Neo Bourse Aequitas) Paragraphe 33(1) de la Securities Act, RSBC 1996, ch.418 1 Historique

Plus en détail

RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS DE RESSOURCES MÉTANOR INC.

RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS DE RESSOURCES MÉTANOR INC. RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS DE RESSOURCES MÉTANOR INC. ARTICLE I OBJET DU RÉGIME 1) L objet du présent régime d options d achat d actions (le «régime») est de servir les intérêts de Ressources Métanor

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada États financiers consolidés intermédiaires résumés de L Office d investissement du régime de pensions du Canada 30 septembre 2015 Bilan consolidé intermédiaire résumé Au 30 septembre 2015 (en millions

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E DEXIA ANNONCE LES RÉSULTATS DE LA REVUE STRATÉGIQUE DE FSA FSA QUITTE LE SECTEUR DES ABS ET SE CONCENTRE SUR LE MARCHÉ DES SERVICES FINANCIERS AU SECTEUR PUBLIC RENFORCEMENT

Plus en détail

5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines

5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines 5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines Avec toute la volatilité qui règne sur les marchés ces derniers temps, nombreux sont les investisseurs qui cherchent à diversifier leur portefeuille.

Plus en détail

LA CATÉGORIE DE SOCIÉTÉ DESJARDINS

LA CATÉGORIE DE SOCIÉTÉ DESJARDINS LA CATÉGORIE DE SOCIÉTÉ DESJARDINS LAISSEZ VOTRE VIE GUIDER VOS CHOIX, PAS L IMPÔT Parce que la vie vous réserve encore bien des surprises, votre situation personnelle sera appelée à changer au fil du

Plus en détail

CMC MARKETS UK PLC CMC MARKETS CANADA INC. Document d information sur la relation. Decembre 2014

CMC MARKETS UK PLC CMC MARKETS CANADA INC. Document d information sur la relation. Decembre 2014 CMC MARKETS UK PLC et CMC MARKETS CANADA INC. Document d information sur la relation Decembre 2014 Société immatriculée en Angleterre sous le numéro 02448409 Société autorisée et réglementée par la Financial

Plus en détail

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire Chap 2 : Le marché financier et son rôle économique Les marchés de capitaux assurent le financement de l économie. Sur ces marchés se confrontent des agents à la recherche de financements et d autres à

Plus en détail

Aspects fiscaux des placements en société

Aspects fiscaux des placements en société Aspects fiscaux des placements en société Sommaire 1. Généralités 2. Exploiter d abord l épargne fiscale 2.1. L engagement individuel de pension via une assurance externe (EIP) 2.2. Une pension libre complémentaire

Plus en détail

L Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières

L Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières RAPPORT SUR LES PROCÉDURES ET LES CONSTATATIONS DES EXPERTS COMPTABLES AU SUJET DES LIVRES ET DES REGISTRES OBLIGATOIRES DE COURTIERS CANDIDATS RETENANT LES SERVICES TED DE FOURNISSEURS DE SYSTÈMES PROPRIÉTAIRES

Plus en détail

LÀ OÙ INDÉPENDANCE ET INTÉGRITÉ MARCHENT MAIN DANS LA MAIN

LÀ OÙ INDÉPENDANCE ET INTÉGRITÉ MARCHENT MAIN DANS LA MAIN LÀ OÙ INDÉPENDANCE ET INTÉGRITÉ MARCHENT MAIN DANS LA MAIN CONSEIL INDÉPENDANT COURTIER MULTIDISCIPLINAIRE GESTION DE PATRIMOINE UNIVERSITY IMAGINEZ VOTRE PARTENAIRE D AFFAIRES À VOTRE IMAGE Présent d

Plus en détail

Canada Millennium Scholarship Foundation Fondation canadienne des bourses d études du millénaire

Canada Millennium Scholarship Foundation Fondation canadienne des bourses d études du millénaire Canada Millennium Scholarship Foundation Fondation canadienne des bourses d études du millénaire 1000 Sherbrooke West / Ouest Bureau 800 Montréal,QC H3A 3R2 Tél: 1 877 786 3999 (Toll Free / Sans frais)

Plus en détail

OUVRIR UN COMPTE PERSONNEL

OUVRIR UN COMPTE PERSONNEL OUVRIR UN COMPTE PERSONNEL Renseignements et documents exigés Novembre 2008 Ouvrir un compte personnel TABLE DES MATIÈRES I. À PROPOS DE L OCRCVM 1 II. OUVERTURE D UN COMPTE 1 III. DEMANDE D OUVERTURE

Plus en détail

PROTÉGER ÉPARGNER, INVESTIR. ET MAXIMISER le rendement de vos placements. votre vie, votre santé et vos acquis

PROTÉGER ÉPARGNER, INVESTIR. ET MAXIMISER le rendement de vos placements. votre vie, votre santé et vos acquis PROTÉGER votre vie, votre santé et vos acquis INVESTIR ÉPARGNER, ET MAXIMISER le rendement de vos placements Un rêve accessible grâce au Portefeuille de sécurité financière SOMMUM MD Carrière prometteuse,

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Information Le système financier canadien

Information Le système financier canadien Information Le système financier canadien Juin 2 Le secteur canadien des valeurs mobilières Aperçu Le secteur canadien des valeurs mobilières joue un rôle clé au sein du secteur canadien des services financiers,

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

Développements récents Valeurs mobilières canadiennes et questions liées à l audit

Développements récents Valeurs mobilières canadiennes et questions liées à l audit Développements récents canadiennes et questions liées à Juin 2015 kpmg.ca/fr canadiennes et questions liées à Table des matières canadiennes et questions liées à Ce numéro présente un résumé des questions

Plus en détail

Négociation de titres cotés au Canada sur plusieurs marchés

Négociation de titres cotés au Canada sur plusieurs marchés Négociation de titres cotés au Canada sur plusieurs marchés TD Waterhouse et Valeurs Mobilières TD ont pris l engagement d utiliser tous les moyens raisonnables afin de veiller à ce que les clients obtiennent

Plus en détail

Crise financière mondiale après 10 ans à titre de société publique

Crise financière mondiale après 10 ans à titre de société publique Le modèle d affaire de l Industrielle Alliance : un atout durant la récente crise financière Yvon Charest Président et chef de la direction VOTRE PARTENAIRE DE CONFNCE. 10 ANS À LA BOURSE! 1 Crise financière

Plus en détail

Revenu de retraite SunFlex

Revenu de retraite SunFlex Revenu de retraite SunFlex LIVRET SUR LES OPTIONS DE PLACEMENTS À RENDEMENT VARIABLE La vie est plus radieuse sous le soleil Table des matières Options de placements Solutions gérées Granite Sun Life Portefeuille

Plus en détail

Avis légal. I 2 FISCALLIANCE 2011 L Incorporation des Courtiers Immobiliers du Québec

Avis légal. I 2 FISCALLIANCE 2011 L Incorporation des Courtiers Immobiliers du Québec Avis légal L incorporation des courtiers est un sujet très complexe, lequel ne saurait évidemment être traité en profondeur dans le présent document. Ce fascicule vise à sensibiliser les courtiers quant

Plus en détail

Chronique Assurances et gestion des risques. par Gilles Bernier 1

Chronique Assurances et gestion des risques. par Gilles Bernier 1 Chronique Assurances et gestion des risques par Gilles Bernier 1 Dans le but d écrire cette chronique trimestrielle, j ai pris connaissance de la plus récente analyse de la performance financière de l

Plus en détail

En bonne compagnie : conserver les revenus de placement dans votre société par Jamie Golombek

En bonne compagnie : conserver les revenus de placement dans votre société par Jamie Golombek Octobre 2014 En bonne compagnie : conserver les revenus de placement dans votre société par Jamie Golombek Les revenus de placement gagnés au sein de votre société sont imposés en fonction du type de revenu

Plus en détail

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE Un seul investissement, tout le raffinement que vous recherchez Vous menez une vie active, riche de projets que vous souhaitez réaliser. Vous

Plus en détail

Les fonds propres de la société (en millions de dollars) déterminés selon les exigences de Bâle III sont :

Les fonds propres de la société (en millions de dollars) déterminés selon les exigences de Bâle III sont : Divulgation du 3 e pilier de Bâle au 30 juin 2015 Introduction L Industrielle Alliance, Fiducie inc. («IA Fiducie» ou «la société») est une société de fiducie et de prêt assujettie à la Loi sur les sociétés

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

VOTRE ENTREPRISE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. VOTRE CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE.

VOTRE ENTREPRISE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. VOTRE CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. VOTRE ENTREPRISE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. VOTRE CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. Ce matin, tout va encore plus vite que d habitude. Un client vous demande de devancer sa livraison. Mais votre

Plus en détail

CapitalValeur Vie universelle

CapitalValeur Vie universelle ASSURANCE VIE CapitalValeur Vie universelle Options d investissement et frais qui s y rattachent Capital Valeur - Options d investissement et frais qui s y rattachent La vie universelle Capital Valeur

Plus en détail

SOLUTIONS DE LA BANQUE MANUVIE POUR DES CONTRATS D ASSURANCE PERMANENTE DONNÉS EN GARANTIE D UN PRÊT. Aide-mémoire

SOLUTIONS DE LA BANQUE MANUVIE POUR DES CONTRATS D ASSURANCE PERMANENTE DONNÉS EN GARANTIE D UN PRÊT. Aide-mémoire SOLUTIONS DE LA BANQUE MANUVIE POUR DES CONTRATS D ASSURANCE PERMANENTE DONNÉS EN GARANTIE D UN PRÊT Aide-mémoire 1 Solutions de la Banque Manuvie pour des contrats d assurance permanente donnés en garantie

Plus en détail

Cours orienté vers la pratique Finances et placements Examen juin 2014 TABLE DES MATIÈRES

Cours orienté vers la pratique Finances et placements Examen juin 2014 TABLE DES MATIÈRES Cours orienté vers la pratique Finances et placements Examen juin 2014 TABLE DES MATIÈRES L EXAMEN SE COMPOSE DE SEPT (7) QUESTIONS À DÉVELOPPEMENT VALANT 56 POINTS ET DE SEPT (7) QUESTIONS À CHOIX MULTIPLES

Plus en détail

GROUPE D OPC AGF. FONDS ÉQUILIBRÉS ET DE RÉPARTITION DE L ACTIF Fonds canadiens 1, 2, 3, 5, 7, 8. FONDS D ACTIONS Fonds canadiens *1, 3, 5, 7, 8

GROUPE D OPC AGF. FONDS ÉQUILIBRÉS ET DE RÉPARTITION DE L ACTIF Fonds canadiens 1, 2, 3, 5, 7, 8. FONDS D ACTIONS Fonds canadiens *1, 3, 5, 7, 8 GROUPE D OPC AGF offrant des titres de la série OPC, de série D, de série F, de série J, de série O, de série Q, de série T, de série V, de série W et de la série Classique (selon les indications) Notice

Plus en détail

Donner du sens à votre investissement

Donner du sens à votre investissement Donner du sens à votre investissement Une offre de fonds Développement Durable pour une épargne socialement responsable Les fonds socialement responsables investissent dans les entreprises qui ont mis

Plus en détail

BULLETIN D INFORMATION MAI 2005 MARCHÉS FINANCIERS LE RÉGIME ACTIONS-CROISSANCE PME QU EST-CE QUE LE RÉGIME ACTIONS-CROISSANCE PME

BULLETIN D INFORMATION MAI 2005 MARCHÉS FINANCIERS LE RÉGIME ACTIONS-CROISSANCE PME QU EST-CE QUE LE RÉGIME ACTIONS-CROISSANCE PME BULLETIN D INFORMATION MAI 2005 BULLETIN DE DROIT FISCAL ET MARCHÉS FINANCIERS LE RÉGIME ACTIONS-CROISSANCE PME INTRODUCTION Le 21 avril 2005, M. Michel Audet, le ministre des Finances, a présenté le budget

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES AFFAIRE INTÉRESSANT : LES RÈGLES DE L ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES LES STATUTS DE L ASSOCIATION

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 6 août 2014

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 6 août 2014 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 6 août 2014 SOMMAIRE DE GESTION RECOMMANDATIONS L'Association canadienne du commerce des valeurs mobilières (ACCVM)

Plus en détail

2014 Renseignements sur l impôt et les gains en capital

2014 Renseignements sur l impôt et les gains en capital 2014 Renseignements sur l impôt et les gains en capital VOS FONDS COMMUNS DE PLACEMENT SPC La présente brochure renferme des renseignements fi scaux afférents à vos investissements et gains en capital

Plus en détail

COMPTABILITÉ Édition Collégiale

COMPTABILITÉ Édition Collégiale COMPTABILITÉ Édition Collégiale Table des matières Introduction... 1 Mandat... 1 Amortissement... 2 Recherche et développement... 2 De petits travaux de menuiserie... 2 Attribuer des bonis... 3 Un nouveau

Plus en détail

2. Les conseils sur la convenance ne suffisent pas

2. Les conseils sur la convenance ne suffisent pas Le 15 juin 2015 Leslie Rose Avocate-conseil principale, Financement des sociétés British Columbia Security Commission C.P. 10142, Pacific Centre 701, rue West Georgia Vancouver, Colombie-Britannique V7Y

Plus en détail

La divulgation d informations sur les zones géographiques par les entreprises suisses Un bilan

La divulgation d informations sur les zones géographiques par les entreprises suisses Un bilan Alain SCHATT Melissa GNAEGI Julianne GUINAND La divulgation d informations sur les zones géographiques par les entreprises suisses Un bilan Des informations précises sur les ventes et la profitabilité

Plus en détail

Annexe B : Exemples. Avis de vente aux enchères liées Système de plafonnement et d échange de droits d émission de gaz à effet de serre (GES)

Annexe B : Exemples. Avis de vente aux enchères liées Système de plafonnement et d échange de droits d émission de gaz à effet de serre (GES) Annexe B : Exemples Avis de vente aux enchères liées Système de plafonnement et d échange de droits d émission de gaz à effet de serre (GES) Ce document fournit des exemples sur la façon de déterminer

Plus en détail

États financiers condensés consolidés. du premier trimestre 2015. Aux 31 mars 2015 et 2014

États financiers condensés consolidés. du premier trimestre 2015. Aux 31 mars 2015 et 2014 Industrielle Alliance, Assurance et services financiers inc. États financiers condensés consolidés du premier trimestre 2015 Aux 31 mars 2015 et 2014 SRM158-1(15-03) PDF Ces états financiers consolidés

Plus en détail

Corporation Ressources Nevado. États financiers intermédiaires condensés non audités («États financiers») Au 30 septembre 2012 (en dollars canadiens)

Corporation Ressources Nevado. États financiers intermédiaires condensés non audités («États financiers») Au 30 septembre 2012 (en dollars canadiens) États financiers intermédiaires condensés non audités («États financiers») Au 30 septembre (en dollars canadiens) États intermédiaires de la situation financière (Non audités) (en dollars canadiens) Note

Plus en détail

OBJET : Document de consultation 62-104 du personnel des ACVM

OBJET : Document de consultation 62-104 du personnel des ACVM PAR COURRIEL : Consultation-en-cours@lautorite.qc.ca Montréal, le 12 juillet 2013 M e Anne-Marie Beaudoin Secrétaire générale Autorité des marchés financiers 800, Square Victoria, 22 e étage C.P. 246,

Plus en détail

L informateur. financier. Protection contre les créanciers offerte par l assurance-vie. mai 2002. Les choses changent. Vous devez savoir.

L informateur. financier. Protection contre les créanciers offerte par l assurance-vie. mai 2002. Les choses changent. Vous devez savoir. L informateur financier DU GROUPE-CONSEIL EN PROTECTION DU PATRIMOINE MD À LA FINANCIÈRE SUN LIFE Protection contre les créanciers offerte par l assurance-vie mai 2002 Les choses changent. Vous devez savoir.

Plus en détail

Investir dans des titres de petite capitalisation : le cas de la Bourse de croissance TSX

Investir dans des titres de petite capitalisation : le cas de la Bourse de croissance TSX 2009s-07 Investir dans des titres de petite capitalisation : le cas de la Bourse de croissance TSX Cécile Carpentier, Jean-Marc Suret Série Scientifique Scientific Series Montréal Avril 2009 2009 Cécile

Plus en détail

Un fonds d obligations mondiales «pour tous les temps», capable de tirer son épingle du jeu dans toutes les conditions de marché

Un fonds d obligations mondiales «pour tous les temps», capable de tirer son épingle du jeu dans toutes les conditions de marché un méthode différente pour contrer la volatilité des marchés Fonds à revenu stratégique Manuvie* *Aussi offert : Catégorie de revenu stratégique Manuvie Un fonds d obligations mondiales «pour tous les

Plus en détail

Norme canadienne 52-107 Principes comptables et normes d audit acceptables

Norme canadienne 52-107 Principes comptables et normes d audit acceptables Norme canadienne 52-107 Principes comptables et normes d audit acceptables PARTIE 1 DÉFINITIONS ET INTERPRÉTATION 1.1 Définitions 1.2 Détention de titres par des actionnaires canadiens 1.3 Statut d émetteur

Plus en détail

Pro-Investisseurs CIBC Barème des commissions et des frais

Pro-Investisseurs CIBC Barème des commissions et des frais Pro-Investisseurs CIBC Barème des commissions et des frais En vigueur à compter du 6 octobre 2014 En tant que client de Pro-Investisseurs MD CIBC, vous avez accepté de payer certains frais selon les types

Plus en détail

Aux fins du présent avis et uniquement afin d alléger le texte, le vocabulaire spécifique aux OPC est également utilisé pour les fonds distincts.

Aux fins du présent avis et uniquement afin d alléger le texte, le vocabulaire spécifique aux OPC est également utilisé pour les fonds distincts. AVIS DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS CONCERNANT LES PRÊTS À EFFET DE LEVIER LORS D ACHAT DE TITRES D ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF ET DE FONDS DISTINCTS Référence : Bulletin de l Autorité : 2009-10-09,

Plus en détail

Avis aux organisations participantes et aux membres

Avis aux organisations participantes et aux membres Avis aux organisations participantes et aux membres Le 13 août 2007 2007-027 MARCHÉS BOURSIERS TSX AVIS DE MODIFICATION DES FRAIS DE NÉGOCIATION DES ACTIONS En prévision du lancement de TSX Quantum, la

Plus en détail

Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre

Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre Communiqué de presse TORONTO, le 4 novembre 2015 Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre Résultat opérationnel net par action de 1,47 $, en hausse de 7 % par rapport

Plus en détail

Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE

Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE Préparé pour la Conférence économique 2005, Ottawa 10 mai 2005 Colleen Dempsey Recherche et statistiques stratégiques Citoyenneté et

Plus en détail

régie par l Autorité des marchés financiers

régie par l Autorité des marchés financiers Exercer une profession régie par l Autorité des marchés financiers Sommaire n Attributions et conditions pour exercer 1 une profession régie par l AMF n Obtention du certificat de représentant 2 n Assurance

Plus en détail

Fonds d investissement Distribution au détail Définitions des catégories

Fonds d investissement Distribution au détail Définitions des catégories (Comité des normes des fonds d investissement canadiens) Fonds d investissement Distribution au détail Définitions des catégories 31 mai 2006 (avec amendements en vigueur au 1 er août 2006) Toutes les

Plus en détail

Accumulation et transfert de patrimoine au moyen d un contrat d assurance vie

Accumulation et transfert de patrimoine au moyen d un contrat d assurance vie Accumulation et transfert de patrimoine au moyen d un contrat d assurance vie Le point de vue du particulier L assurance vie est bien connue pour sa capacité de procurer des liquidités qui permettent de

Plus en détail

Politique d investissement. Fondation fransaskoise

Politique d investissement. Fondation fransaskoise Politique d investissement Fondation fransaskoise Adoptée le 7 avril 2015 Table des matières 1. Général... 2 1.1 But... 2 1.2 Historique... 2 2. Responsabilités... 3 2.1 Conseil d administration... 4 2.2

Plus en détail

Branche 23 pension plan fisc, pension plan free, pension plan focus règlement de gestion

Branche 23 pension plan fisc, pension plan free, pension plan focus règlement de gestion Branche 23 pension plan fisc, pension plan free, pension plan focus règlement 01/07/2014 I. DESCRIPTION Pension plan fisc, pension plan free et pension plan focus sont des contrats d assurance vie émis

Plus en détail

Indice canadien de report de la retraite Sun Life

Indice canadien de report de la retraite Sun Life Indice canadien de report de la retraite Sun Life Rapport sur l Indice canadien de report de la retraite Sun Life 2014 La vie est plus radieuse sous le soleil Table des matières À propos de l Indice canadien

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société)

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1. Objectifs FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) L intendance générale de la Société relève de la responsabilité du conseil d administration (les «administrateurs»).

Plus en détail

Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise

Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise Chapitre 2. Le financement au service du développement Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise Dans le monde en développement, l Amérique latine fait figure de pionnière

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE PORTEFEUILLE AVEC UNE APPROCHE INNOVANTE

OPTIMISEZ VOTRE PORTEFEUILLE AVEC UNE APPROCHE INNOVANTE OPTIMISEZ VOTRE PORTEFEUILLE AVEC UNE APPROCHE INNOVANTE VISEZ PLUS HAUT AVEC VOTRE INVESTISSEMENT Votre vie est bien remplie. Votre carrière et votre vie personnelle vous nourrissent d une multitude de

Plus en détail

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Norme 16 : Risques de garde et d investissement Objectif

Plus en détail

QUATRIÈME TRIMESTRE 2003 PUBLICATION IMMÉDIATE SEMAFO PRÉSENTE SES RÉSULTATS FINANCIERS POUR L ANNÉE SE TERMINANT LE 31 DÉCEMBRE 2003

QUATRIÈME TRIMESTRE 2003 PUBLICATION IMMÉDIATE SEMAFO PRÉSENTE SES RÉSULTATS FINANCIERS POUR L ANNÉE SE TERMINANT LE 31 DÉCEMBRE 2003 COMMUNIQUÉ QUATRIÈME TRIMESTRE 2003 TSX-SMF PUBLICATION IMMÉDIATE SEMAFO PRÉSENTE SES RÉSULTATS FINANCIERS POUR L ANNÉE SE TERMINANT LE 31 DÉCEMBRE 2003 Montréal, Québec, le 21 avril 2004 SEMAFO (TSX SMF)

Plus en détail