Diplôme Universitaire de PSYCHIATRIE TRANSCULTURELLE. Université PARIS 13. Promotion Dunanso (la maison de l étranger)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Diplôme Universitaire de PSYCHIATRIE TRANSCULTURELLE. Université PARIS 13. Promotion Dunanso (la maison de l étranger) 2008-2010"

Transcription

1 1 Diplôme Universitaire de PSYCHIATRIE TRANSCULTURELLE Université PARIS 13 Promotion Dunanso (la maison de l étranger) D UN ESPACE CLINIQUE METACULTUREL, TRANSITIONNEL, AU BUREAU DE L AIDE SOCIALE A L ENFANCE DE PARIS Marine POUTHIER Directeurs de mémoire : MR MORO M.A. ABDELHAK Département de Psychopathologie Clinique de l Enfant et de la Famille UFR Santé Médecine Biologie Humaine 74, rue Marcel Cachin Bobigny cedex

2 2 Remerciements Ce travail au long cours a été mené, et se poursuit, dans le cadre de la recherche en psychiatrie transculturelle animée par le professeur Marie Rose MORO à l Université Paris 13 à Bobigny. Je veux la remercier en tout premier lieu, pour l extraordinaire faculté qu elle a de reconnaître chacun autour d elle en tant que personne, et de l inclure dans cette chaleureuse dynamique de recherche. Elle suscite un véritable creuset de transmissions, d échanges féconds, de créativité vivante et puissante, de métissage, dans, pour et autour de la clinique. Merci aussi à Améziane Abdelhak qui a accepté de superviser mon travail de recherche sur deux années. Il m a accompagnée de sa façon et réflexion discrète, aidante, éclairante. Ma gratitude va aussi à Thierry Baubet pour son soutien, et aux cothérapeutes du groupe trauma. Participer aux élaborations cliniques et théoriques de ce groupe est un enrichissement. Merci aux enseignants et cliniciens de Bobigny, en particulier à Gesine Sturm, Léocadie Ekoué, Christian Lachal, leur éclairage avisé est précieux. Merci à Héloïse Marichez et à Barbara Ben Hassine, leur disponibilité et leur accueil sont un appui de qualité. Un profond merci à René Roussillon de l Université Lyon II, pour sa pensée phare. Un grand merci aux collègues de travail à l A.S.E. de Paris et aux jeunes mineurs isolés étrangers, sans qui ce travail n aurait pas existé. Merci à mes relecteurs avisés. Et, last but not least, merci à mon mari et à mon fils pour leur soutien, leur patience et tolérance à mes travaux et absences, pour la créativité qu ils m inspirent.

3 3 Sommaire - Introduction page Le Bureau de l Aide Sociale à l Enfance de Paris et l arrivée des mineurs isolés étrangers (M.I.E.) page Evolution de ma pratique et de mes réflexions page Mes références théoriques page La dimension métaculturelle page Approche théorique page Le processus page La dimension transitionnelle page L adolescent page Les situations extrêmes, le trauma, la notion de précarité psychique page L espace clinique que je propose page Le cadre de mon intervention page Mes références cliniques d intervention page Le cadre juridique et administratif concernant les M.I.E. page La dynamique en jeu - Vignettes cliniques page Conclusion d étape page 63 - Annexe : Critères diagnostiques du «Post Traumatic Stress Disorder» page 67 - Références bibliographiques page 69

4 Introduction 4

5 5 Psychologue clinicienne au Bureau de l Aide Sociale à l Enfance de Paris depuis 1996, j ai auparavant œuvré à la mise en place de la nouvelle Protection de l Enfance en Roumanie de 1990 à 2000, années non exemptes de restes du totalitarisme. J ai aussi fait une partie de mes études, et travaillé, en Grande Bretagne auprès de jeunes. Plus loin, j ai vécu à dix huit ans actifs les bouleversements de 68 ; et plus avant encore, mes jeunes années en Martinique (de sept à quinze ans), période de grand enrichissement, traversée aussi par des tremblements de terre et de vie. De tout cela s origine sans doute ma sensibilité au psychanalytique, au transitionnel, à la résilience ; aux problématiques de l exil, du trauma, de l inscription culturelle, de la construction identitaire des êtres en migration. Lorsque le phénomène des mineurs isolés étrangers venant chercher asile à Paris a commencé d être sensible dans les années 2000, concernant en particulier de jeunes Roumains, ma connaissance de leur langue et de leur contexte culturel là-bas m a naturellement amenée à travailler auprès d eux et des travailleurs sociaux qui les prennent en charge ici. Ce mouvement de migration vers l Europe - et Paris en particulier - de jeunes étrangers venus d Europe de l Est, d Afrique et d Asie, s accentuant, j ai pu bénéficier d un temps plein à partir de 2005, et ainsi centrer mon travail clinique sur ces jeunes, apprenant à travailler en tenant compte de toutes ces langues, situations individuelles et diversités culturelles. Cet espace clinique, que j ai trouvé et créé à la fois (voir infra la notion d espace transitionnel de D.W.Winnicott) a été très vite investi par ces jeunes. De mon côté s est imposée la nécessité de ne pas rester seule pour ce travail spécifique, de pouvoir élaborer avec d autres praticiens travaillant auprès de cette population fragile. J ai cherché, et choisi de me rapprocher de l équipe du Professeur Marie Rose Moro, pédopsychiatre psychanalyste, et de ses collaborateurs, à l Université Paris 13 de Bobigny ainsi qu au centre hospitalouniveritaire Avicenne principalement, et plus récemment aussi à la maison des adolescents du C.H.U. Cochin. Avec une dizaine d années de recul, je sens l importance d écrire maintenant, pour transmettre mon hypothèse de travail : la nécessité de mettre en place de tels espaces de soutien, transitionnels, transculturels, permettant d aménager une poursuite plus favorable de la construction identitaire chez ces adolescents venus d ailleurs et si désireux, même si maladroitement parfois, de trouver leur place ici.

6 6 Je me propose d exposer d abord le phénomène des mineurs isolés étrangers venant chercher refuge à Paris, en présentant le dispositif mis en place par l Etat et par la Ville de Paris; j indiquerai en parallèle l évolution de ma pratique et de mes réflexions. J essaierai ensuite, à partir des références théoriques qui m éclairent et me servent de repères, de montrer les particularités de mon travail clinique. Une conclusion que je qualifie d étape, car je ne suis pas au bout du chemin, précédera en annexe la définition de l état de stress post traumatique (ESPT en français, PTSD en langue anglaise) puis une bibliographie succincte de mes recherches.

7 7 1 Le Bureau de l Aide Sociale à l Enfance de Paris et l arrivée des mineurs isolés étrangers (M.I.E.)

8 8 Le Bureau de l ASE de Paris (B.A.S.E.) est rattaché à la Sous-direction des Actions Familiales et Educatives (S.D.A.F.E.) de la Direction de l Action Sociale, de l Enfance et de la Santé (D.A.S.E.S. de Paris), mis en place par le Conseil Général du Département-Ville de Paris. Il a pour mission d «apporter un soutien matériel, éducatif et psychologique aux mineurs, à leur famille, aux mineurs émancipés et aux majeurs âgés de moins de 21 ans confrontés à des difficultés sociales susceptibles de compromettre gravement leur équilibre ( ), de pourvoir à l ensemble des besoins des mineurs confiés au service et veiller à leur orientation, en collaboration avec leur famille ou leur représentant légal ( ), de soutenir matériellement et psychologiquement les femmes enceintes et les mères isolées et leurs enfants de moins de trois ans» (Guide de l Aide Sociale à l Enfance du Département de Paris, mai 2007). Pour les 16 équipes socio-éducatives des secteurs ou cellules du Bureau de l A.S.E. de Paris, nous sommes neuf psychologues cliniciennes (8 équivalents temps plein), coordonnées, ainsi que tous les autres psychologues des établissements et services de l ASE de Paris, par la pédopsychiatre psychanalyste conseil de la DASES. En ce qui concerne plus spécifiquement les mineurs isolés étrangers, le journal d information de la DASES de la Mairie de Paris, dans son numéro 79 d avril 2010, leur consacre un article de 2 pages que je cite largement : «Depuis une dizaine d années arrivent en France des mineurs isolés étrangers (M.I.E.) qui fuient leur pays d origine pour échapper à l extrême pauvreté, à la guerre ou à d importantes tensions géopolitiques. «Le phénomène des MIE a évolué depuis 2000 avec d importantes variations du nombre de demandes de prise en charge : près de 850 en 2002, 335 en 2007 et un millier en «Le profil des jeunes a également évolué : il y a dix ans, ils venaient d Europe de l Est et d Asie avec le projet de s installer en France. Ils sont aujourd hui originaires d Afghanistan et de pays en proie à des conflits armés et/ou à des difficultés économiques. Pour nombre d entre eux, la France n est pas la destination initiale et Paris ne constitue parfois qu une étape vers des pays comme la Grande-Bretagne ou la Suède. Arrivés pour la plupart par voie terrestre et passés par le sud de l Europe (Grèce, Italie, Espagne), ils se caractérisent par une grande diversité de nationalités, de cultures, de langues et d histoires

9 9 personnelles. Les MIE constituent incontestablement un enjeu à l échelle de l Union Européenne. «L origine des MIE admis à l ASE de Paris est très variée (une cinquantaine de nationalités différentes). En 2009, les admissions prononcées concernaient : - 85% de garçons, - 39% de jeunes nés dans un pays d Afrique sub-saharienne, - 25% de jeunes nés dans un pays du Proche-Orient et du Moyen-Orient, - 24% de jeunes nés en Afghanistan. Depuis deux ans, le phénomène a pris une ampleur incontestable. Le Bureau de l ASE a ainsi vu le nombre des admissions prononcées en faveur des MIE multiplié par 2 (216 en 2007 et plus de 440 en 2009). «Statut juridique des MIE «Les MIE sont définis par le Haut Commissariat aux Réfugiés comme des enfants (moins de 18 ans) non accompagnés d un adulte responsable d eux de par la loi ou la coutume. Ils sont considérés comme des personnes en danger auxquels s applique la législation sur la protection de l enfance. «Pour déterminer la minorité d un jeune qui sollicite une prise en charge, il lui est demandé de produire tout document d identité ou acte d état civil qu il est en mesure de présenter. Une information est ensuite transmise au Parquet en vue d une saisine du Juge des enfants. Lorsque les éléments produits ne sont pas suffisants, le Procureur peut décider d une expertise d âge. «La prise en charge des mineurs isolés étrangers «Depuis 2003, l Etat finance et pilote un dispositif (dit «Versini» à l origine) de coordination d associations qui se chargent du repérage des MIE en errance à Paris et de leur mise à l abri. «La même année 2003, le Bureau de l ASE a créé la Cellule d accueil des mineurs étrangers isolés CAMIE qui a vocation à assurer l accueil et la première orientation de ces mineurs. «La CAMIE à ce jour est donc un service du Bureau de l ASE, constitué d une responsable, d une psychologue, de 6 travailleurs sociaux et de 3 agents administratifs.

10 10 «Ses missions sont : - «Assurer l articulation entre le dispositif Etat de mise à l abri des MIE et leur prise en charge par les services de l ASE; - «Accueillir ces mêmes mineurs lorsqu ils se présentent directement auprès du Bureau de l ASE; actuellement, tous les jours sont reçues entre 2 et 8 demandes de jeunes qui s y présentent directement. - «Si la CAMIE a vocation à assurer l accueil et la première orientation de ces mineurs, leur suivi relève de la compétence des équipes des secteurs du Bureau de l ASE de Paris. Depuis 2 ans, la forte augmentation du nombre des demandes a obligé ce Bureau à solliciter de plus en plus régulièrement les équipes des différents secteurs de l ASE. «De son côté, le dispositif de mise à l abri (de l Etat) s est adapté au fil du temps aux évolutions des mouvements migratoires et, compte tenu de l importante montée en charge, le Département de Paris a décidé de s engager. Au total le dispositif de mise à l abri des MIE comprend actuellement 154 places : *105 places gérées par l association France Terre d Asile : o 30 places Etat de premier accueil dans un espace insertion, o 50 places Etat en hôtel, o 25 places Conseil Général de Paris dans un foyer, l AMIE (Accueil des Mineurs Isolés Etrangers). *19 places gérées par l association Enfants du Monde Droits de l Homme (sa mission en ce qui concerne les M.I.E. vient d être reprise par la Croix Rouge), dans un foyer collectif avec des activités de jour, destinées en priorité aux plus jeunes et aux jeunes filles; *30 places d accueil collectif avec un cofinancement Département/Etat gérées par l association Aurore, qui a fermé avec l hiver fin mars «La mise à l abri des MIE ne constitue qu une première phase. La recherche d un établissement ou d un autre lieu d accueil est une deuxième étape qui relève des compétences des Conseils Généraux (dont dépend l ASE). Le but est de construire avec ces jeunes un projet de formation professionnelle et d insertion dans la société. «Cela signifie un parcours qui comprend une année pour apprendre le français et 2 ou 3 ans pour acquérir un diplôme professionnel. Pendant ce temps, le jeune est accompagné dans son accès à l autonomie, ce qui comprend la régularisation de son séjour.

11 11 «Agés en général de 15 à 17 ans au moment de leur admission, les MIE engagés dans ce parcours ont la possibilité à leur majorité d accéder à un contrat jeune majeur qui leur permet de terminer leur formation professionnelle. «Fin 2009, le Département de Paris assurait la prise en charge de 600 MIE et de 350 ex-mie bénéficiaires d un contrat jeune majeur, soit au total plus de 20% du total des jeunes pris en charge par les services de l ASE».

12 2 - Evolution de ma pratique et de mes réflexions 12

13 13 Avec l arrivée des mineurs isolés étrangers au Bureau de l ASE de Paris, ma connaissance de la langue et de la culture roumaine (les jeunes Roumains étaient très nombreux dans les années 2000) ainsi que de la langue anglaise, a fait que j ai souvent été sollicitée dès le début de ce nouveau phénomène migratoire. Lorsque la CAMIE a été créée, j y ai occupé d abord un mi-temps, puis un temps complet à partir de 2005, la demande ne cessant d augmenter, et les jeunes se saisissant activement du soutien psychologique offert. La coordination du dispositif Etat-Département a dès le début inscrit cet espace clinique, proposé par le Bureau de l ASE en amont de la prise en charge effective par ses services, au sein du dispositif global destiné aux mineurs isolés étrangers à Paris. Quant à moi, je me suis adaptée et me suis mise à travailler avec des interprètes pour les langues que je ne connaissais pas, le Bureau de l ASE de Paris ayant, dans le souci de mieux accueillir ces jeunes migrants, passé contrat avec l association I.S.M. (Inter services Migrants) qui propose un service d interprétariat par téléphone ou par déplacement. Je travaille avec des interprètes qui viennent à mon bureau (je n ai recours à l interprétariat par téléphone que très rarement, en cas d urgence). J ai ainsi appris, au fil des rencontres, à connaître les différents interprètes des différentes langues, ce qui me permet de choisir ceux qui sont plus sensibles à la dimension de médiation culturelle, en plus de la traduction. En parallèle, au-delà d un espace de supervision personnelle indispensable, j ai recherché des partenariats, sentant la nécessité de trouver des lieux tiers de réflexion avec des spécialistes plus expérimentés que moi, mais aussi des relais de soin psychologique pour les jeunes, car je pensais au départ n être qu un pont vers une prise en charge clinique dans des lieux spécialisés. J ai ainsi rencontré l association Primo-Lévi, le centre Minkowska, le centre Georges Devereux, le centre de psycho-trauma, l association Parcours d Exil, la Mission Psychologie France de Médecins Sans Frontières (MSF), des collègues du COMEDE (Comité Médical pour les Exilés). J ai exploré aussi les différentes consultations existant à Paris, ainsi que les différents lieux de formation. C est avec l approche du Professeur Marie Rose MORO (pédopsychiatre, psychanalyste) et de ses collaborateurs que je me suis sentie le plus en concordance. Des partenariats se sont mis en place avec des praticiens de la maison des adolescents et de la

14 14 consultation transculturelle du centre hospitalo-universitaire Avicenne à Bobigny. Je participe à des séminaires cliniques à la faculté de médecine de l université Paris 13 de Bobigny (où j avais déjà travaillé avec le Professeur Lebovici autour de mes activités en Roumanie dans les années 90), ainsi qu à la maison des adolescents du CHU Cochin. En 2008, je me suis inscrite (avec un financement de l ASE que je tiens à remercier) au cursus du Diplôme Universitaire Européen de Psychiatrie Transculturelle mis en place par Marie Rose Moro, et à l Association Internationale d Ethnopsychiatrie (AIEP) dont elle est présidente. En 2009, le professeur Thierry Baubet, pédopsychiatre, a accepté ma participation au groupe trauma qu il a mis en place depuis plus de 10 ans (à noter qu il succède maintenant à Marie Rose Moro à Avicenne, depuis qu elle a pris la direction de la maison des adolescents du centre hospitalo-universitaire Cochin). En parallèle de cet enrichissement, de pouvoir penser aussi avec d autres praticiens spécialistes extérieurs à l ASE, j ai dû me rendre à l évidence en ce qui concerne l autre plan de ma recherche de partenariats: à deux exceptions près, je n ai pas réussi à orienter, même en les y accompagnant, des jeunes que j avais reçus, vers une autre consultation. Ceux qui ont repris un «travail psy» l ont fait un certain temps après, de leur propre initiative. Je crois qu il y a au moins deux motifs à cette difficulté constatée: - D une part, au-delà de la mise à l abri puis de la prise en charge éducative et sociale, au-delà de l histoire à relater pour pouvoir être pris en charge, l espace clinique que le jeune migrant peut trouver dans mon bureau représente une première rencontre ré-identifiante, après un parcours qui avait le plus souvent demandé l oubli de toute notion de cet ordre pour pouvoir survivre - c est une donnée très importante de l état dans lequel ils se trouvent lorsqu ils viennent demander de l aide. L interprète avec lequel je travaille préférentiellement en langue farsi (une des deux langues d Afghanistan), Reza Shokrani (2010), me dit que leur expression, lorsqu ils viennent demander protection, est : «je viens me rendre» Aussi ce premier entretien psychologique avec un interlocuteur qui s intéresse à leur personne, laisse une vraie trace; une rencontre a lieu, qui permet la reconnaissance de leur être psychique, ce qui leur ouvre ainsi la porte d eux-mêmes, de leur intériorité. C est cette «personnalisation», imprévue, qui entraîne la reconnaissance et l utilisation de l espace ainsi proposé, et que je représente : des jeunes me disent que dans la communauté, au pays, «les anciens» sont de bon conseil. Plusieurs jeunes Africains m ont

15 15 dit que chez eux, c est à la grand-mère qu on parle le plus. Les jeunes Afghans parlent de moi comme de «la grand-mère à l ASE». Mon mode d approche et mes cheveux blancs favorisent cette représentation, dont Léocadie Ekoué, psychologue et anthropologue (2008) souligne l importance : proposer des représentations culturelles, anciennes et/ou nouvelles, permet à la personne qui les reçoit de les valider ou non, de s en saisir ou non, c est une aide à penser. L.Ekoué relie cette fonction à la notion de métissage dont l importance est soulignée par MR Moro (2006) : explorer avec la personne migrante quelle est la représentation qui va le mieux l aider, hic et nunc. D autre part, dans un contexte où peut se produire une certaine mise à distance,voire défiance parfois, du fait du nombre exponentiel de sollicitations au Bureau de l ASE par rapport à des moyens humains qui ne peuvent pas suivre réactions de défense qui ne sont pas nouvelles pour ces jeunes migrants, ils ont traversé plusieurs pays déjà - disposer d un espace où l on peut être reconnu comme personne, parler, être écouté, reçu à intervalle régulier, avec un interprète si nécessaire, et du temps pour prendre soin de soi, est quelque chose de nouveau pour eux. Cela favorise un transfert massif, bien repéré dans les recherches cliniques effectuées, qui, dans une première phase, dont la durée doit être respectée en fonction de chaque jeune, ne peut se reporter sur une autre personne, aussi compétente soitelle, la question n est pas là. Aussi, avec appréhension et beaucoup de questions sur mes compétences quant à cette façon différente de travailler - ce qui, je crois, a été un moteur fort pour moi - je me suis mise en chantier : arriver à penser et communiquer ce que je fais, pourquoi je le fais, comment je le fais, soutenue aussi par la mise au travail psychique effective de la majorité de ces jeunes, pour qui la démarche est absolument nouvelle, il faut y insister : Beaucoup commencent par me dire qu ils ne sont pas fous, ou qu ils craignent de le devenir, ou qu ils ne savent pas pourquoi ils sont là, ou qu ils sont perdus. C est souvent le début d une autre façon de parler d eux-mêmes. J ai mis du temps à écrire, parce que ce que je fais se situe dans l ici et maintenant, parce que je n ai pas beaucoup de temps, ni de recul pour penser ma pratique; parce qu à la différence d Avicenne, le Bureau de l ASE n est pas un lieu de soins incluant du temps commun pour co-élaborer ce qui se passe dans la relation clinique; parce que j essaie de mener une démarche de recherche appliquée à des «bricolages»*, des «tricotages»,** dans

16 16 cet espace clinique différent. Mais ce sont j essaierai de le montrer. des «co-constructions» qui ont des effets, *R. Roussillon, psychanalyste, in «Dispositifs de soins au défi des situations extrêmes», 2007, p.222: «Un autre paradoxe de la situation de soin (dans les situations extrêmes) est qu elle doit s effectuer sans qu il y ait une demande formelle ( ) Ceci veut dire que, si l on peut penser des modalités «générales» ou, disons, «fréquentes» du soin, ici plus encore que jamais, la réponse du clinicien doit être «sur mesure». Ici, le concept de «bricolage» que nous devons à Claude Lévi-Strauss, est indispensable. Le clinicien doit «bricoler» un dispositif de rencontre clinique, il doit inventer et réinventer les conditions d une rencontre clinicienne». **Boris Cyrulnik (psychanalyste, chercheur et éthologue) in «Un merveilleux malheur», 2002 : «Alors se tricote la résilience. Elle n est pas à rechercher seulement à l intérieur de la personne, ni dans son entourage, mais entre les deux; parce qu elle noue sans cesse un devenir intime avec le devenir social ( ). Le fait de représenter la résilience par la métaphore du tricot élimine la notion de force ou de faiblesse de l individu ( ). La notion de résilience souligne l aspect adaptatif et évolutif du moi (p.186)». NB : Tous les auteurs cités sont répertoriés dans la bibliographie.

17 3 - Mes références théoriques 17

18 18 Tobie Nathan, psychanalyste, (1998) dit que le soignant est indissociable de ses références culturelles, qu elles soient traditionnelles ou plus intellectuelles; c est parce qu il a un cadre de référence auquel il s affilie, qui l habite, qu il a une efficacité thérapeutique. Annie Elisabeth Aubert, psychanalyste (2007) de son côté écrit (p. 15) : «Portés par l effort de sublimation, travaux de recherche et d écriture participent au traitement psychique en ménageant un espace tiers; ces travaux contribuent à maintenir la nécessaire créativité du praticien, voire participent au travail de la culture». C est pourquoi il me semble important de développer mes propres affiliations, les références de ma culture professionnelle, non séparables de ma trajectoire personnelle, qui me guident et m habitent, jouant un rôle important dans la relation clinique que je peux proposer aux jeunes. Je vais les aborder de façon complémentariste (voir infra), l une après l autre, ce qui permettra de voir se dégager, au sein de chacune, l importance de l aire intermédiaire, transitionnelle, potentielle, que J.B. Pontalis définit (in D.W.Winnicott, 1975) page x comme une «troisième aire, qui assure une transition entre moi et non-moi, la perte et la présence, l enfant et sa mère». ( ). C est dans cet entre-deux, aussi du dedans et du dehors, de l interne et de l externe, du corps et du langage, que se trouve le soi. J.B.Pontalis résume page xv : «Du jeu au je : tel est le mouvement» La dimension métaculturelle Je commence par cette dimension, car elle est pour moi le cadre, le contexte, le contenant nécessaire pour que le processus du travail psychologique, transculturel, puisse se dérouler, tous les jeunes que je reçois venant d autres cultures que la mienne. MR Moro (2006) reprend les trois types de thérapie différenciés par Georges Devereux, anthropologue et psychanalyste, dans l approche ethnopsychiatrique :

19 19 intraculturelle (le thérapeute et le patient sont de la même culture), interculturelle (le thérapeute connaît bien la culture du patient) et métaculturelle. Dans l approche métaculturelle, le thérapeute et le patient appartiennent à deux cultures différentes. Le thérapeute ne connaît pas la culture de l ethnie du patient, mais il comprend bien le concept de culture et l utilise dans l établissement du diagnostic et dans la conduite du traitement. Au-delà, Tobie Nathan (2001, p. 28), cite un propos de G. Roheim : «La psychanalyse se révèle bien plus utile à l ethnologue en tant qu instrument d enquête, qu en tant que grille explicative. La psychanalyse contient bien le germe d une connaissance universelle métaculturelle». C est avec ces références que j essaie de me mettre en position clinique métaculturelle : je ne connais pas la culture spécifique de chaque jeune que je reçois, mais je sais l importance qu elle revêt pour ses propres références. Je sais aussi qu en arrivant en Europe et en France en particulier, ses repères, transmis par sa culture, ne fonctionnent plus, il ne comprend plus, ou mal, il est dérouté, avec les risques que cela peut représenter pour ses capacités d adaptation. Cette approche métaculturelle (le dictionnaire Robert 2009 définit le niveau méta comme «ce qui dépasse, englobe») permet à la dynamique transculturelle de se mettre en route : il s agit de l articulation des différentes références culturelles et individuelles, des différents niveaux d approches nécessaires. C est bien la prise de conscience de l importance de ce décentrage qui m a poussée à me former à cette dimension métaculturelle, en référence aux fondements de l ethnopsychanalyse tels qu ils ont été établis par Georges Devereux, développés par Tobie Nathan et par Marie Rose Moro; pour cette dernière, la transmission du message de respect de l autre différent, et de métissage des sociétés actuelles, est fondamental Approche théorique Georges Devereux, ethnologue et psychanalyste américain, est le fondateur de l ethnopsychanalyse (qu il appelle également ethnopsychiatrie) : il en a construit le champ à partir de l anthropologie et de la psychanalyse. Il insiste sur l importance de reconnaître systématiquement et la signification générale et la variabilité de la culture, plutôt que sur la

20 20 connaissance des milieux culturels spécifiques des patients et des thérapeutes. C est pour lui ce qui permet d envisager des traitements d individus de culture étrangère. Devereux affirme deux principes au fondement de sa théorie : - L universalité psychique : Ce qui définit l être humain, c est son fonctionnement psychique, qui est le même pour tous. De ce postulat découle la nécessité de donner le même statut à tous les êtres humains, à leurs productions culturelles et psychiques, à leur manière de vivre et de penser, même si elles sont différentes et parfois déconcertantes, précise-t-il. - Mais si tout homme tend vers l universel, il y tend par le particulier de sa culture d appartenance: c est ce codage culturel qui nous permet de lire le monde d une certaine manière, dans notre corps, notre façon de percevoir et de sentir, dans notre rapport au monde, à travers nos systèmes d interprétation et de construction de sens. Devereux précise que la maladie n échappe pas à ce codage culturel. En ce qui concerne le soin, MR Moro (2006) après G.Devereux insiste sur la notion de leviers culturels, conceptualisée par ce dernier. Il s agit de matériel culturel, pris comme véritable levier thérapeutique, pouvant être particulièrement efficace pour faciliter l introspection et les associations d idées à des fins thérapeutiques. Cependant Moro comme Devereux signale que la culture n est pas systématiquement un facilitateur de soins; parfois les mécanismes culturels peuvent fonctionner comme des obstacles. L important au demeurant est la capacité pour le patient de construire son propre récit; de ce fait, les leviers culturels ne sont pas des fins en soi, ils s effacent lorsqu ils ne remplissent plus leur rôle de potentialisateurs de transfert, d affects, de récit. Christian Lachal, psychiatre et psychanalyste (2006 p.74), insiste lui aussi sur l importance du récit. Pour lui, la narration d une expérience traumatique par celui qui l a vécue, l aide à organiser sa pensée, à donner sens à l expérience subie : - «Elle permet le passage de ce qui est implicite à ce qui est explicite, - Elle contraint à la mise en forme, qui requalifie le vécu et lui donne des significations, - Cette mise en forme réunifie les éléments dispersés de l expérience traumatique et l inscrit dans le temps, - Elle entraîne des changements, des transformations».

21 Le processus En ce qui concerne le processus, MR Moro (2006) souligne que G.Devereux a construit l ethnopsychanalyse à partir du principe méthodologique du complémentarisme, qui n exclut aucune méthode, aucune théorie valable, mais les coordonne. Tobie Nathan (2001 p.22-24) explique cette démarche complémentariste en partant du structuralisme de Claude Lévi-Strauss, ethnologue français: «L originalité de Lévi-Strauss a été de tenir tout au long de son œuvre une position méthodologique rigoureuse, considérant que les seuls faits ethnologiques théorisables sont les manifestations de la pensée. Il excluait de ce fait toute tentative de faire intervenir les affects, la libido, le conflit intrapsychique dans la construction théorique ( ). Mais une telle rigueur est difficilement compatible avec l activité clinique, mouvante, surprenante et «diablement» affective». Pour T.Nathan, l apport majeur de Devereux a été de constater qu il est vain de tenter d intégrer les concordances ethno-psychanalytiques établies par Freud dans le champ de l une ou l autre science pure. Il montre (p. 24) «que certains faits bruts relèvent des deux discours (ethnologique et psychologique), que ces deux discours ( ) ne peuvent être tenus simultanément ( ) ils sont complémentaires ( ). C est alors qu apparaît, comme mise à nu et dégagée du reste, la substance psychologique (et inversement)». Nathan résume (p.25): «le complémentarisme, en tant que méthode, consiste à tenir le discours rigoureux d une science pure, tant qu il se révèle rentable, et de passer au discours de l autre science pure, lorsqu il atteint son seuil de rentabilité». Mais MR Moro (2006, p. 163) souligne la complexité du processus en œuvre dans cette approche complémentariste : «La question qui est posée ici, est comment prendre successivement deux places différentes par rapport à l objet sans les réduire l une à l autre et sans les confondre. Un apprentissage du décentrage, au sens piagétien du terme, est ici nécessaire mais ardu. Il faut débusquer ces paresseuses habitudes en sciences humaines qui tendent à ramener les données à soi, ou à ce que l on connaît déjà, et à se méfier de l altérité de l objet d étude ( ). Le principe du complémentarisme est simple et évident comme toutes les grandes méthodes. La véritable difficulté reste cependant la mise en place du complémentarisme en clinique par des thérapeutes qui doivent pouvoir se décentrer, et travailler constamment sur deux niveaux sans les confondre, le niveau culturel et le niveau individuel et sur les interactions nécessaires et parfois conflictuelles entre ces deux niveaux».

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés.

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. -Avril 2014- Article premier Les dispositions qui suivent constituent la charte d

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION

CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION Société des Coaches Gestaltistes Coordinateur projet: Marius Moutet INTRODUCTION Un coaching d individus ou d équipe inspiré de la posture humaniste

Plus en détail

«La capacité à être seul», WINNICOTT

«La capacité à être seul», WINNICOTT «La capacité à être seul», WINNICOTT La capacité d être seul est un signe des plus importants de la maturité du développement affectif. On repère chez le sujet ce qu il éprouve dans des situations de solitude,

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

Note de recommandation Médecins du Monde. Concertation sur la Réforme de l Asile. Octobre 2013

Note de recommandation Médecins du Monde. Concertation sur la Réforme de l Asile. Octobre 2013 Note de recommandation Médecins du Monde Concertation sur la Réforme de l Asile Octobre 2013 Introduction Cette note de contribution est rédigée dans le cadre de la concertation sur la Réforme de l Asile,

Plus en détail

Master Etudes françaises et francophones

Master Etudes françaises et francophones Master Etudes françaises et francophones 1. modèle scientifique et profilage des contenus de la filière / Présentation et spécificités de la filière Les études romanes à Leipzig sont considérées comme

Plus en détail

«PRATICIEN DU CHANGEMENT & PROFESSIONNEL DE LA RELATION»

«PRATICIEN DU CHANGEMENT & PROFESSIONNEL DE LA RELATION» «PRATICIEN DU CHANGEMENT & PROFESSIONNEL DE LA RELATION» PROMO 7 La formation au coaching QUI SOMMES-NOUS? Nous sommes des coachs professionnels, hommes et femmes, témoins et acteurs de l évolution des

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Point du vue d un pédopsychiatre sur l autisme aujourd hui» Conférence du Professeur Pierre DELION, Pédopsychiatre, Chef du Service Psychiatrie de l Enfant et de l Adolescent,

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Ecole de Coachs de Vie Gestaltistes en Développement des Ressources Personnelles. L a plus belle aventure de l homme, c est sa propre aventure

Ecole de Coachs de Vie Gestaltistes en Développement des Ressources Personnelles. L a plus belle aventure de l homme, c est sa propre aventure Ecole de Coachs de Vie Gestaltistes en Développement des Ressources Personnelles L a plus belle aventure de l homme, c est sa propre aventure Les intervenants Mathé Kaufmann Gestalt-Thérapeute, Superviseure

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

La supervision en soins infirmiers

La supervision en soins infirmiers La supervision en soins infirmiers (article en deux parties : version jumelée) La pratique de la supervision en soins infirmiers étant peu courante en France et les écrits la concernant de même, bien que

Plus en détail

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision de recommandations - article 25 de la loi organique Domaine(s) de compétence de l Institution : Défense des droits

Plus en détail

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

ATELIER 2: Les «bénéfices psychologiques» de l ETP: psychothérapie, thérapie cognitivocomportementale. quels équilibres?

ATELIER 2: Les «bénéfices psychologiques» de l ETP: psychothérapie, thérapie cognitivocomportementale. quels équilibres? 12èmes Journées Régionales d échanges en Education du Patient EDUCATION DU PATIENT : «Entre bénéfices possibles et attendus.vers de nouveaux équilibres» jeudi 29 et vendredi 30 novembre 2012 ATELIER 2:

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7. Série ES, France métropolitaine, juin 2008

France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7. Série ES, France métropolitaine, juin 2008 France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7 7 SUJET Dissertation Série ES, France métropolitaine, juin 2008 Est-il plus facile de connaître autrui que de se connaître soi-même? LE SUJET COUP de POUCE ANALYSE

Plus en détail

Fonction éducative, fonctions psychologiques, deux réalités d une intervention. Jérôme THONON 1

Fonction éducative, fonctions psychologiques, deux réalités d une intervention. Jérôme THONON 1 Fonction éducative, fonctions psychologiques, deux réalités d une intervention. Jérôme THONON 1 Dans la prise en charge d adolescents en grande difficulté, de nombreuses personnes sont mobilisées autour

Plus en détail

Université Paris-Dauphine

Université Paris-Dauphine Université Paris-Dauphine MBA Management Risques et Contrôle Responsabilité et management des performances L Université Paris-Dauphine est un établissement public d enseignement supérieur et de recherche,

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE APERÇU Pour avoir

Plus en détail

A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1

A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1 A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1 JULIA LEGRAND, Psychologue- Psychothérapeute L hypnose est un terme qui entraine un grand nombre d idées reçues, d inquiétudes et de méfiance. On donne parfois à l hypno-thérapeute

Plus en détail

Problèmes d accès aux soins?

Problèmes d accès aux soins? Problèmes d accès aux soins? Une étude exploratoire par entretiens avec des professionnels (Synthèse) Beat Sottas, Adrienne Jaquier, Sarah Brügger 1. Contexte : qui est «socialement défavorisé»?... 2 2.

Plus en détail

Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 19 septembre 2012 DECISION DU DEFENSEUR DES DROITS N MDE-2012-128 Vu l article 71 1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur

Plus en détail

Année universitaire 2011-2012

Année universitaire 2011-2012 Association Institut de Psychosomatique Pierre Marty IPSO Pierre Marty Centre d enseignement et de formation CEFP Année universitaire 2011-2012 20 rue Bellier Dedouvre - 75013 Paris Secrétariat : 06 85

Plus en détail

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Lucile Manoury Chargée d études, Collège coopératif, Aix-en-Provence Bonjour à tous. Je vais vous faire une présentation un peu théorique

Plus en détail

«Construction de l identité sexuée de l enfant»

«Construction de l identité sexuée de l enfant» Transcription d extraits de la vidéo de la conférence de Véronique Rouyer, maître de conférences en psychologie du développement de l enfant et de la famille, UFR Psychologie, université de Toulouse. Site

Plus en détail

L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE

L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE N 220 - ROUFIDOU Irini L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE Pendant notre recherche du D.E.A., nous avons étudié l acquisition du langage chez le tout petit en

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

FORCE DE VENTE : une approche commerciale efficace

FORCE DE VENTE : une approche commerciale efficace Les formations standardisées voulant mettre le commercial dans un «moule» et formater une personne en appliquant des techniques à la lettre sont bien différentes de ce que nous vous proposons chez Semaphorus.

Plus en détail

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement.

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. Centre - Pays de Loire CHRU Tours COMMUNICATION «Conflits internes et Cohérence personnelle» SOMMAIRE Introduction page 3 Communication Page 4 Les paramètres d

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH J.A. Malarewicz Conseil Conseil, Formation, Supervision, Coaching S.A.S. au capital de 8OOO TVA : FR 36478450471 SIRET : 478 450471 00014 N formateur 11921445592 Région IdF 11 rue du Professeur Leroux

Plus en détail

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir Annie Claude Sortant-Delanoë L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir À sa naissance, l enfant est un organisme dont le cri exprime un besoin. Ce cri n a aucune intention de signification.

Plus en détail

Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif

Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif La recherche du lauréat du prix Nobel de Sciences économiques James Heckman et sa pertinence pour les communautés francophones en milieu

Plus en détail

Mon boss ne délègue pas

Mon boss ne délègue pas Situation 3 Mon boss ne délègue pas L importance d une rhétorique soignée Les situations de pur rapport de force Autonomie et contrôle La délégation Explication/justification La situation Pierre, notre

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

Chargé(e) d Accueil. La filière certifications de l afpols

Chargé(e) d Accueil. La filière certifications de l afpols Chargé(e) d Accueil La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT Que vous soyez parent, enseignant, formateur, pédagogue, coach, manager Que votre activité professionnelle ou simplement la quête de vous-même vous

Plus en détail

PLAN DE CRISE ECOLE :..

PLAN DE CRISE ECOLE :.. Académie de Corse Direction des services départementaux de l'education nationale de Corse du Sud. PLAN DE CRISE ECOLE :.. Gestion des situations exceptionnelles Ce document doit disposer en annexe de la

Plus en détail

De la détresse émotionnelle à l actualisation du potentiel des membres de l entourage. La vision familiale. Série 1, numéro 1

De la détresse émotionnelle à l actualisation du potentiel des membres de l entourage. La vision familiale. Série 1, numéro 1 De la détresse émotionnelle à l actualisation du potentiel des membres de l entourage La vision familiale Série 1, numéro 1 En l espace de 25 ans, le profil de la famille québécoise s est transformé de

Plus en détail

Médecine et société / Le normal et la pathologique; histoire de la médecine

Médecine et société / Le normal et la pathologique; histoire de la médecine O B J E C T I F S Programme llongiitudiinall : Introduction Personne, santé, société (PSS) Cours d introduction - Présentation du cours PSS. - Importance des dimensions psycho-sociales dans la pratique

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

les 3-4-5 octobre et 8-9 novembre 2014

les 3-4-5 octobre et 8-9 novembre 2014 Danielle SOLEILLANT FORMATRICE & ANIMATRICE DE SEMINAIRES P.E.A.T. certifiée par Z. MIHAJLOVIC SLAVINSKI p r o p o s e les 3-4-5 octobre et 8-9 novembre 2014 Formation aux systèmes PEAT à Paris Activer

Plus en détail

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP»

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP» «LEADERSHIP» Est-il possible de DÉVELOPPER LES COMPÉTENCES DE LEADERSHIP? PROGRAMME DU COURS 1. Introduction 2. Les fondamentaux du Leadership 3. Valeurs, attitudes et comportements 4. Les 10 devoirs du

Plus en détail

Formation à la médiation culturelle dans le cadre du soin : Projet européen T-Share

Formation à la médiation culturelle dans le cadre du soin : Projet européen T-Share Formation à la médiation culturelle dans le cadre du soin : Projet européen T-Share Le projet T-Share La médiation culturelle est un métier, ouvert à toute personne impliquée en tant que professionnel

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

le guide de l adoption

le guide de l adoption développe les solidarités www.gard.fr le guide de l adoption Sommaire LA PROCéDURE D AGRéMENT 4 La demande d agrément 4 La réunion d information 4 La confirmation avec renvoi du questionnaire 5 Les investigations

Plus en détail

Suis-je toujours le même?

Suis-je toujours le même? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN Suis-je toujours le même? Introduction Avant de répondre à la question, il faut comme toujours en philosophie bien en comprendre le problème. Le " je suis " fait

Plus en détail

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie 1 Le cap fixé : - le projet académique 2011-2015 - et sa lecture par et pour l action des médecins et infirmier(e)s de l E.N Deux postulats : Le

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Planification stratégique 2012-2015

Planification stratégique 2012-2015 DE CHAUDIÈRE-APPALACHES Planification stratégique 2012-2015 Reprendre du pouvoir sur sa vie. 23681_CRDCA_Planification 2012.indd 1 Description de la démarche La démarche de planification stratégique du

Plus en détail

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés IEN/CTR ASH 2011-2012 Comportements inappropriés / Troubles de la conduite et du comportement

Plus en détail

Séminaire 2011-2012. Faculté de médecine - Université Paris 13 Département de Psychopathologie Clinique de l Enfant et de la Famille

Séminaire 2011-2012. Faculté de médecine - Université Paris 13 Département de Psychopathologie Clinique de l Enfant et de la Famille Séminaire 2011-2012 Faculté de médecine - Université Paris 13 Département de Psychopathologie Clinique de l Enfant et de la Famille Coordination : Catherine Le Du, Pr Thierry Baubet «Accompagner les mineurs

Plus en détail

MÉDECINE PSYCHANALYSE DROIT JURISPRUDENCE QUESTIONS À FRANÇOIS-RÉGIS DUPOND MUZART. première partie

MÉDECINE PSYCHANALYSE DROIT JURISPRUDENCE QUESTIONS À FRANÇOIS-RÉGIS DUPOND MUZART. première partie MÉDECINE PSYCHANALYSE DROIT JURISPRUDENCE QUESTIONS À FRANÇOIS-RÉGIS DUPOND MUZART première partie Alessandra Guerra En France il y a des jugements sur la question psychothérapiepsychanalyse J ai entendu

Plus en détail

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins?

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Laurent QUENEC HDU Descriptif : Le métier de cadre de santé est en constante évolution : le cadre est aujourd

Plus en détail

Décryptage. c o m p r e n d r e p o u r a g i r. Le coaching en individuel ou en équipe. Alain Boureau. Septembre 2006. Les Publications du Groupe BPI

Décryptage. c o m p r e n d r e p o u r a g i r. Le coaching en individuel ou en équipe. Alain Boureau. Septembre 2006. Les Publications du Groupe BPI Décryptage c o m p r e n d r e p o u r a g i r Le coaching en individuel ou en équipe Alain Boureau Septembre 2006 Les Publications du Groupe BPI Le coaching en individuel ou en équipe Premières ressources

Plus en détail

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes Questionnaire Université du Luxembourg, Version novembre 2013 Ulla Peters, Julia A. Jäger, Danielle Lellinger sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes

Plus en détail

Réactions de deuil des enfants

Réactions de deuil des enfants Le deuil et ses effets 91 Réactions de deuil des enfants Rôle des parents en assistant les enfants dans le deuil Les enfants n ont pas la force émotionnelle de faire seuls leur deuil. Ils ont besoin de

Plus en détail

ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX?

ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX? ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX? Projet formulé à partir de ma pratique de terrain: Constats Public défavorisé Plus le niveau d instruction est bas plus plus le risque est grand de développer des troubles

Plus en détail

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise.

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Docteur David ATTAL. Psychiatre. Praticien Hospitalier. Centre Hospitalier Régional Universitaire de Marseille.

Plus en détail

Table des matières. D autres prestations peuvent être offertes selon les désirs et besoins spécifiques de chaque institution ou entreprise.

Table des matières. D autres prestations peuvent être offertes selon les désirs et besoins spécifiques de chaque institution ou entreprise. PRESTATIONS _ Table des matières 1 Vivre, communiquer et évoluer ensemble 2 Prendre sa place au sein d un groupe 3 Travailler en réseau 4 Bien vivre les changements 5 Nouvelles situations, nouvelles compétences

Plus en détail

Formation certifiante au métier de coach scolaire

Formation certifiante au métier de coach scolaire Formation certifiante au métier de coach scolaire 1 Préambule CoachingMaestro est un portail de formations dédié à toute personne intéressée dans l accompagnement des jeunes. Préambule Ses missions sont

Plus en détail

FORMATIONS CERTIFIANTES EN PROGRAMMATION NEURO LINGUISTIQUE

FORMATIONS CERTIFIANTES EN PROGRAMMATION NEURO LINGUISTIQUE FORMATIONS CERTIFIANTES EN PROGRAMMATION NEURO LINGUISTIQUE La P.N.L, Programmation Neuro Linguistique est apparue dans les années 70 aux USA. Ses fondateurs John GRINDER et Richard BANDLER ont élaboré

Plus en détail

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient Catherine Tourette-Turgis Maître de conférences en sciences de l éducation Responsable du master en éducation thérapeutique à l université

Plus en détail

La satisfaction de fin d analyse : une rencontre particulière avec le réel*

La satisfaction de fin d analyse : une rencontre particulière avec le réel* Lola López La satisfaction de fin d analyse : une rencontre particulière avec le réel* Dans la «Préface à l édition anglaise du Séminaire XI», Lacan convoque la satisfaction comme ce qui «marque» la conclusion

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

Réguler son enseignement : Pourquoi? Comment?

Réguler son enseignement : Pourquoi? Comment? Mon enseignement, je l évalue, il évolue Réguler son enseignement : Pourquoi? Comment? Lucie Mottier Lopez Université de Genève 13 mai 2013 IFRES, Liège lucie.mottier@unige.ch 1 Plan Un cadre pour penser

Plus en détail

développe les solidarités le guide de l adoption

développe les solidarités le guide de l adoption développe les solidarités le guide de l adoption Sommaire LA PROCéDURE D AGRéMENT 4 La demande d agrément 4 La réunion d information 4 La confirmation avec renvoi du questionnaire 5 Les investigations

Plus en détail

Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Pays de la Loire

Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Pays de la Loire Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Pays de la Loire «Les ateliers d écriture», Expérimentation d un outil en Education pour la Santé Patrick Berry sociologue chargé de mission IREPS

Plus en détail

REFLEXIONS POUR LE DEVELOPPEMENT D UNE PRATIQUE DE CONCERTATION PROFESSIONNELLE ENTRE MEDECINS ET PHARMACIENS DANS L INTERET DES MALADES

REFLEXIONS POUR LE DEVELOPPEMENT D UNE PRATIQUE DE CONCERTATION PROFESSIONNELLE ENTRE MEDECINS ET PHARMACIENS DANS L INTERET DES MALADES REFLEXIONS POUR LE DEVELOPPEMENT D UNE PRATIQUE DE CONCERTATION PROFESSIONNELLE ENTRE MEDECINS ET PHARMACIENS DANS L INTERET DES MALADES Le médecin et le pharmacien bien que fréquentant souvent des facultés

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE Formation des Chefs d Etablissement d Affectation Management adaptatif et délégations Support participants SOMMAIRE La formation dans son contexte p.3 Les facteurs

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

Laurent Bérubé, S.C.

Laurent Bérubé, S.C. ANNEXE II La mission aujourd hui Chapitre provincial, 3 e session 18 avril 2009 L ADOLESCENCE Laurent Bérubé, S.C. I. Profil «Ce qu il y a d émouvant avec les adolescents, c est que tout ce qu ils font,

Plus en détail

Problèmes de rejet, de confiance, d intimité et de loyauté

Problèmes de rejet, de confiance, d intimité et de loyauté Chapitre 7 Problèmes de rejet, de confiance, d intimité et de loyauté Il y a en moi un désir profond d avoir une relation longue et pleine de sens avec quelqu un, mais cela me fait peur, parce que si vous

Plus en détail

Téléphone : 0467 29 0467 Fax : 0467 29 0468 et 0467 29 0491 www.actif-online.com E-Mail : info@actif-online.com comptabilite@actif-online.

Téléphone : 0467 29 0467 Fax : 0467 29 0468 et 0467 29 0491 www.actif-online.com E-Mail : info@actif-online.com comptabilite@actif-online. BON DE COMMANDE INTERNET Tarifs 2015 à retourner à : Actif 259, Avenue de Melgueil BP 3 34280 LA-GRANDE-MOTTE Téléphone : 0467 29 0467 Fax : 0467 29 0468 et 0467 29 0491 www.actif-online.com E-Mail : info@actif-online.com

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Juillet 2011 Démarche diagnostique et d évaluation du fonctionnement chez l adulte Généralités Diagnostic

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Philosophie, psychanalyse de l Université Paul-Valéry Montpellier 3 Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail