SPIE SA DOCUMENT DE BASE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SPIE SA DOCUMENT DE BASE"

Transcription

1 SPIE SA Société anonyme au capital de euros Siège social : 10, Avenue de l Entreprise, Cergy-Pontoise, France R.C.S. Pontoise DOCUMENT DE BASE En application de son règlement général, notamment de l article , l Autorité des marchés financiers a enregistré le présent document de base le 19 mai 2015 sous le numéro I Ce document ne peut être utilisé à l appui d une opération financière que s il est complété par une note d opération visée par l Autorité des marchés financiers. Il a été établi par l émetteur et engage la responsabilité de ses signataires. L enregistrement, conformément aux dispositions de l article L I du Code monétaire et financier, a été effectué après que l Autorité des marchés financiers a vérifié que le document est complet et compréhensible, et que les informations qu il contient sont cohérentes. Il n implique pas l authentification par l Autorité des marchés financiers des éléments comptables et financiers présentés. Des exemplaires du présent document de base sont disponibles sans frais auprès de SPIE, 10, Avenue de l Entreprise, Cergy-Pontoise, France, ainsi que sur les sites Internet de SPIE (www.spie.com) et de l Autorité des marchés financiers (www.amf-france.org).

2 REMARQUES GÉNÉRALES La société SPIE SA, société anonyme de droit français, au capital social de euros, dont le siège social est sis 10, Avenue de l Entreprise, Cergy-Pontoise, France, immatriculée sous le numéro d identification (RCS Pontoise) est dénommée la «Société» dans le présent document de base. L expression le «Groupe» ou le «Groupe SPIE» désigne, sauf précision contraire expresse, la Société ainsi que ses filiales et participations. L expression le «Consortium» désigne les investisseurs financiers ayant acquis le contrôle de la Société en 2011, soit Clayton, Dubilier & Rice, Ardian et la Caisse de Dépôt et de Placement du Québec. Le présent document de base décrit le Groupe tel qu il existera après la réalisation des opérations de réorganisation décrites au paragraphe du présent document de base. Afin de donner une information comptable permettant d appréhender la situation financière du Groupe, le présent document de base comprend les états financiers suivants : - les comptes consolidés de la Société pour les exercices clos le 31 décembre 2014, 31 décembre 2013 et 31 décembre 2012, préparés conformément aux normes d information financière internationales (International Financial Reporting Standards, «IFRS») telles qu applicables à ces dates ; et - les informations financières pro forma de la Société pour l exercice clos le 31 décembre 2013, préparées comme si l ensemble des acquisitions effectuées en 2013, notamment les activités Service Solutions d Hochtief, avaient été acquises au 1 er janvier 2013 ; Dans le présent document de base, la référence aux données «pro forma» désigne les informations financières pro forma susmentionnées. Les informations financières pro forma 2013 sont présentées uniquement pour illustration et ne représentent pas les résultats qui auraient été produits si les acquisitions avaient réellement été réalisées à ces dates. Le présent document de base contient des indications sur les perspectives et axes de développement du Groupe. Ces indications sont parfois identifiées par l utilisation du futur, du conditionnel et de termes à caractère prospectif tels que «considérer», «envisager», «penser», «avoir pour objectif», «s attendre à», «entend», «devrait», «ambitionner», «estimer», «croire», «souhaite», «pourrait», ou, le cas échéant, la forme négative de ces termes, ou toute autre variante ou terminologie similaire. Ces informations ne sont pas des données historiques et ne doivent pas être interprétées comme des garanties que les faits et données énoncés se produiront. Ces informations sont fondées sur des données, hypothèses et estimations considérées comme raisonnables par le Groupe. Elles sont susceptibles d évoluer ou d être modifiées en raison des incertitudes liées notamment à l environnement économique, financier, concurrentiel et réglementaire. En outre, la matérialisation de certains risques décrits au Chapitre 4 «Facteurs de risques» du présent document de base est susceptible d avoir un impact sur les activités, la situation et les résultats financiers du Groupe et sa capacité à réaliser ses objectifs. Les investisseurs sont invités à prendre attentivement en considération les facteurs de risques décrits au Chapitre 4 «Facteurs de risques» du présent document de base. La réalisation de tout ou partie de ces risques est susceptible d avoir un effet négatif sur les activités, la situation ou les résultats financiers du Groupe. En outre, d autres risques, non encore actuellement identifiés ou considérés comme non significatifs par le Groupe, pourraient avoir le même effet négatif. 1

3 Le présent document de base contient des informations sur les marchés du Groupe et ses positions concurrentielles, y compris des informations relatives à la taille des marchés. Outre les estimations réalisées par le Groupe, les éléments sur lesquels sont fondées les déclarations du Groupe proviennent principalement d une étude réalisée à la demande de la Société par un expert de réputation internationale (voir le chapitre 23 «Informations provenant de tiers, déclaration d experts et déclarations d intérêts» du présent document de base) ainsi que d études et statistiques de tiers indépendants et d organisations professionnelles ou encore de chiffres publiés par les concurrents, les fournisseurs et les clients du Groupe (en particulier, les classements du Groupe par rapport à ses principaux concurrents sont fondés sur les chiffres d affaires publiés par ceux-ci au cours de l exercice clos le 31 décembre 2014). Certaines informations contenues dans le présent document de base sont des informations publiquement disponibles que la Société considère comme fiables mais qui n ont pas été vérifiées par un expert indépendant. La Société ne peut garantir qu un tiers utilisant des méthodes différentes pour réunir, analyser ou calculer des données sur les segments d activités obtiendrait les mêmes résultats. La Société ne prend aucun engagement, ni ne donne aucune garantie quant à l exactitude de ces informations. Il est possible que ces informations s avèrent erronées ou ne soient plus à jour. Le Groupe ne prend aucun engagement de publier des mises à jour de ces informations, excepté dans le cadre de toute obligation légale ou réglementaire qui lui serait applicable. Certaines données chiffrées (y compris les données exprimées en milliers ou millions) et pourcentages présentés dans le présent document de base ont fait l objet d arrondis. Le cas échéant, les totaux présentés dans le présent document de base peuvent légèrement différer de ceux qui auraient été obtenus en additionnant les valeurs exactes (non arrondies) de ces données chiffrées. 2

4 Table des matières 1. PERSONNES RESPONSABLES Responsable du document de base Attestation du responsable du document de base RESPONSABLES DU CONTRÔLE DES COMPTES Commissaires aux comptes titulaires Commissaires aux comptes suppléants INFORMATIONS FINANCIÈRES SELECTIONNÉES FACTEURS DE RISQUES Risques liés aux secteurs d activités du Groupe Risques liés aux activités du Groupe Risques liés à la Société Risques de marché Risques juridiques Assurances et gestion des risques INFORMATIONS RELATIVES AU GROUPE Histoire et évolution Investissements APERCU DES ACTIVITÉS DU GROUPE Présentation générale Forces et atouts concurrentiels du Groupe Stratégie Présentation des marchés et de la position concurrentielle Description des principales activités du Groupe Facteurs de dépendance Environnement législatif et réglementaire ORGANIGRAMME Organigramme juridique du Groupe Filiales et participations PROPRIÉTÉS IMMOBILIÈRES, USINES ET ÉQUIPEMENTS Immobilisations corporelles importantes existantes ou planifiées Facteurs environnementaux susceptibles d influencer l utilisation des immobilisations corporelles du Groupe EXAMEN DE LA SITUATION FINANCIÈRE ET DU RÉSULTAT DU GROUPE Présentation générale Analyse des résultats pour les exercices clos le 31 décembre 2014 et le 31 décembre Page 3

5 9.3 Analyse des résultats pour les exercices clos le 31 décembre 2013 et le 31 décembre TRÉSORERIE ET CAPITAUX DU GROUPE Présentation générale Ressources financières et passifs financiers Nouveau contrat de crédit syndiqué Présentation et analyse des principales catégories d utilisation de la trésorerie du Groupe Flux de trésorerie consolidés Ecarts d acquisitions d actifs (goodwill) Obligations contractuelles et engagements hors bilan RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT, BREVETS ET LICENCES INFORMATIONS SUR LES TENDANCES ET LES OBJECTIFS Tendances d activités Perspectives d avenir à moyen terme PRÉVISIONS OU ESTIMATIONS DE BÉNÉFICES Estimations du Groupe relatives à la période du 1 er janvier 2015 au 31 mars Prévisions du Groupe pour l exercice clos le 31 décembre ORGANES D ADMINISTRATION, DE DIRECTION, DE SURVEILLANCE ET DIRECTION GÉNÉRALE Composition et fonctionnement des organes de direction et de contrôle Déclarations relatives aux organes d administration Conflits d'intérêts RÉMUNÉRATION ET AVANTAGES Rémunération et avantages versés aux dirigeants et mandataires sociaux Montant des sommes provisionnées ou constatées par ailleurs par la Société ou ses filiales aux fins du versement de pensions, de retraites ou d autres avantages FONCTIONNEMENT DES ORGANES D'ADMINISTRATION ET DE DIRECTION Mandats des membres des organes d administration et de direction Informations sur les contrats de service liant les membres du conseil d'administration à la société ou à l'une quelconque de ses filiales Comités du conseil d administration Déclaration relative au gouvernement d entreprise Contrôle interne SALARIÉS Présentation Participations et stock-options détenues par les membres du conseil d administration et de la direction générale Accords de participation et d intéressement Actionnariat salarié Avantages postérieurs à l emploi

6 18. PRINCIPAUX ACTIONNAIRES Actionnariat Déclaration relative au contrôle de la Société Accords susceptibles d entrainer un changement de contrôle Engagements pris par Clayton, Dubilier & Rice à l égard du Gouvernement français OPÉRATIONS AVEC DES APPARENTÉS Principales opérations avec les apparentés Rapports spéciaux des commissaires aux comptes sur les conventions règlementées pour les exercices 2014, 2013 et INFORMATIONS FINANCIÈRES CONCERNANT LE PATRIMOINE, LA SITUATION FINANCIÈRE ET LES RÉSULTATS DU GROUPE Comptes consolidés du Groupe Comptes consolidés pour l exercice clos le 31 décembre 2014 et rapport correspondant des commissaires aux comptes Comptes consolidés pour l exercice clos le 31 décembre 2013 et rapport correspondant des commissaires aux comptes Comptes consolidés pour l exercice clos le 31 décembre 2012 et rapport correspondant des commissaires aux comptes Informations financières pro forma pour l exercice clos le 31 décembre 2013 et le rapport des commissaires aux comptes correspondant Honoraires des commissaires aux comptes Dates des dernières informations financières Politique de distribution de dividendes Procédures judiciaires et d arbitrage Changement significatif de la situation financière ou commerciale INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES Capital social Acte constitutif et statuts CONTRATS IMPORTANTS INFORMATIONS PROVENANT DE TIERS, DÉCLARATIONS D'EXPERTS ET DÉCLARATIONS D'INTÉRÊTS DOCUMENTS ACCESSIBLES AU PUBLIC INFORMATIONS SUR LES PARTICIPATIONS

7 1. PERSONNES RESPONSABLES 1.1 Responsable du document de base M. Gauthier Louette, Président-directeur général de SPIE SA. 1.2 Attestation du responsable du document de base «J atteste, après avoir pris toute mesure raisonnable à cet effet, que les informations contenues dans le présent document de base sont, à ma connaissance, conformes à la réalité et ne comportent pas d omission de nature à en altérer la portée. J ai obtenu des contrôleurs légaux des comptes une lettre de fin de travaux, dans laquelle ils indiquent avoir procédé à la vérification des informations portant sur la situation financière et les comptes données dans le présent document de base ainsi qu à la lecture d ensemble du document de base. Les informations financières historiques et pro forma ont fait l objet de rapports des contrôleurs légaux. Le rapport d audit des commissaires aux comptes sur les comptes consolidés de la Société pour l exercice clos le 31 décembre 2014, qui figure en pages 277 et 278 du présent document de base, contient l observation suivante : «Sans remettre en cause l opinion exprimée ci-dessus, nous attirons votre attention sur les notes 5.3 et 25 exposant les modalités de refinancement de la dette financière et leurs impacts sur les comptes consolidés de l exercice clos le 31 décembre 2014.» Le rapport d audit des commissaires aux comptes sur les comptes consolidés de la Société pour l exercice clos le 31 décembre 2013, qui figure en pages 354 et 355 du présent document de base, contient les observations suivantes : «Sans remettre en cause l opinion exprimée ci-dessus, nous attirons votre attention sur : la note 4 de l annexe aux états financiers exposant les conséquences de la première application de la norme IAS 19 amendée ; les notes 4 et 11 relatives à l application de la norme IFRS 5 et ses impacts sur les comptes consolidés clos le 31 décembre 2013.» Le 19 mai 2015 M. Gauthier Louette Président-directeur général de SPIE SA 6

8 2. RESPONSABLES DU CONTRÔLE DES COMPTES 2.1 Commissaires aux comptes titulaires ERNST & YOUNG et Autres 1-2, Place des Saisons Paris La Défense Courbevoie Représenté par M. Henri-Pierre Navas ERNST & YOUNG et Autres a été nommé dans les statuts constitutifs de la Société en date du 27 mai 2011 pour une durée de six exercices prenant fin à l issue de l assemblée générale qui statuera sur les comptes de l exercice clos le 31 décembre ERNST & YOUNG et Autres est membre de la Compagnie Régionale des Commissaires aux Comptes de Versailles. PRICEWATERHOUSECOOPERS AUDIT 63, rue de Villiers Neuilly-sur-Seine Cedex Représenté par M. Yan Ricaud PricewaterhouseCoopers Audit a été nommé par l assemblée générale des actionnaires de la Société du 15 novembre 2011 pour une durée de six exercices prenant fin à l issue de l assemblée générale qui statuera sur les comptes de l exercice clos le 31 décembre PricewaterhouseCoopers Audit est membre de la Compagnie Régionale des Commissaires aux Comptes de Versailles. 2.2 Commissaires aux comptes suppléants AUDITEX 1-2, Place des Saisons Paris La Défense Courbevoie Représenté par M. Christian Scholer Auditex a été nommé dans les statuts constitutifs de la Société en date du 27 mai 2011 pour une durée de six exercices prenant fin à l issue de l assemblée générale qui statuera sur les comptes de l exercice clos le 31 décembre Auditex est membre de la Compagnie Régionale des Commissaires aux Comptes de Versailles. M. Yves Nicolas 63, rue de Villiers, Neuilly-sur-Seine M. Yves Nicolas a été nommé par l assemblée générale des actionnaires de la Société du 15 novembre 2011 pour une durée de six exercices prenant fin à l issue de l assemblée générale qui statuera sur les comptes de l exercice clos le 31 décembre M. Yves Nicolas est membre de la Compagnie Régionale des Commissaires aux Comptes de Versailles. 7

9 3. INFORMATIONS FINANCIÈRES SELECTIONNÉES Les informations financières sélectionnées présentées ci-après sont extraites : des comptes consolidés audités de la Société pour l exercice clos le 31 décembre 2014 établis en conformité avec les normes comptables internationales (IFRS) telles qu adoptées par l Union européenne, qui comprennent des informations comparatives retraitées pour l exercice clos le 31 décembre 2013 en application des normes IFRS 5 et 11 ; des comptes consolidés audités de la Société pour l exercice clos le 31 décembre 2013 établis en conformité avec les normes comptables internationales (IFRS) telles qu adoptées par l Union européenne, qui comprennent des informations comparatives retraitées pour l exercice clos le 31 décembre 2012 en application des normes IFRS 5 et IAS 19 ; et des informations financières pro forma de la Société pour l exercice clos le 31 décembre 2013, préparées comme si l ensemble des acquisitions effectuées en 2013, notamment les activités Services Solutions d Hochtief, avaient été acquises au 1 er janvier Les comptes consolidés du Groupe pour les exercices clos les 31 décembre 2014, 2013 et 2012 ont fait l objet de rapports des contrôleurs légaux inclus respectivement aux paragraphes , et du présent document de base. Les informations financières pro forma de la Société pour l exercie clos le 31 décembre 2013 ont fait l objet d un rapport des contrôleurs légaux inclus au paragraphe du présent document de base. Ces principales données comptables et opérationnelles doivent être lues avec les informations contenues au Chapitre 9 «Examen de la situation financière et du résultat du Groupe» et au Chapitre 20 «Informations financières concernant le patrimoine, la situation financière et les résultats du Groupe» du présent document de base. Informations financières sélectionnées du compte de résultat consolidé (En millions d euros) Retraité (1) Retraité (2) Produits des activités 5 384,9 ordinaires 4 722, ,8 Résultat opérationnel du Groupe 249,4 266,9 231,6 Résultat avant impôt 23,7 101,6 76,6 Résultat net des activités poursuivies (15,9) 47,6 60,3 Résultat net (18,6) 41,7 51,5 (1) (2) Retraitements en application des normes IFRS 5 (actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées) et IFRS 11 (partenariats) (voir la note 4 aux comptes consolidés pour l exercice clos le 31 décembre 2014 inclus au paragraphe du présent document de base). Retraitements en application des normes IFRS 5 (actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées) et IAS 19 (avantages du personnel) (voir la note 4 aux comptes consolidés pour l exercice clos le 31 décembre 2013 inclus au paragraphe du présent document de base).. 8

10 Informations financières sélectionnées du bilan consolidé (En millions d euros) 31 décembre 2014 ACTIFS 31 décembre décembre 2012 Retraité (1) Retraité (2) Actifs incorporels 813,1 827,4 768,1 Goodwill 2 123, , ,6 Total actifs non courants 3 339, , ,3 Créances clients 1 555, , ,0 Autres actifs courants 304,5 238,4 201,5 Actifs financiers de gestion de trésorerie 249,2 153,3 120,5 Disponibilités et équivalents de trésorerie 260,9 251,1 162,5 Total actifs courants des activités 2 421, , ,2 poursuivies Total actifs courants 2 429, , ,6 TOTAL ACTIFS 5 769, , ,9 PASSIFS Total capitaux propres part du Groupe 355,8 408,3 365,7 Total capitaux propres 362,8 416,4 369,5 Emprunts et dettes financières 1 223, , ,6 Total passifs non courants 1 866, , ,7 Emprunts et concours bancaires (part à moins 1 182,2 326,6 342,3 d'un an) Fournisseurs 925,0 847,7 703,9 Autres passifs courants 1 274, , ,1 Total passifs courants des activités 3 531, , ,5 poursuivies Total passifs courants 3 540, , ,6 TOTAL PASSIFS 5 769, , ,9 (1) (2) Retraitements en application de la norme IFRS 11 (partenariats) (voir la note 4 aux comptes consolidés pour l exercice clos le 31 décembre 2014 inclus au paragraphe du présent document de base). Retraitements en application des normes IFRS 5 (actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées) et IAS 19 (avantages du personnel) (voir la note 4 aux comptes consolidés pour l exercice clos le 31 décembre 2013 inclus au paragraphe du présent document de base). 9

11 Informations financières sélectionnées des flux de trésorerie consolidés (En millions d euros) Retraité (1) Retraité (2) Trésorerie d ouverture 385,3 263,2 237,7 Flux de trésorerie net généré par l activité 293,3 330,1 186,8 Flux de trésorerie net liés aux opérations (99,2) (342,6) (67,6) d investissement Flux de trésorerie net liés aux opérations de (95,2) 138,4 (93,3) financement Variation nette de trésorerie 108,3 122,2 25,5 Trésorerie de clôture 493,6 385,3 263,2 (1) (2) Retraitements en application de la norme IFRS 11 (partenariats) (voir la note 4 aux comptes consolidés pour l exercice clos le 31 décembre 2014 inclus au paragraphe du présent document de base). Retraitements en application des normes IFRS 5 (actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées) et IAS 19 (avantages du personnel) (voir la note 4 aux comptes consolidés pour l exercice clos le 31 décembre 2013 inclus au paragraphe du présent document de base). Indicateurs de performance (En millions d euros) Retraité (1) Retraité (2) Production (3) 5 220, , ,8 EBITA (4) 334,0 298,0 268,6 Ratio de Cash conversion (5) 102% 110 % 100 % (1) (2) (3) (4) (5) Retraitements en application des normes IFRS 5 (actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées) et IFRS 11 (partenariats) (voir la note 4 aux comptes consolidés pour l exercice clos le 31 décembre 2014 inclus au paragraphe du présent document de base). Retraitements en application des normes IFRS 5 (actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées) et IAS 19 (avantages du personnel) (voir la note 4 aux comptes consolidés pour l exercice clos le 31 décembre 2013 inclus au paragraphe du présent document de base). La production correspond au chiffre d affaires opérationnel du Groupe intégrant de façon proportionnelle les filiales détenant des intérêts minoritaires. L EBITA représente le résultat opérationnel ajusté avant amortissements des goodwills affectés, avant impôt et résultat financier. L EBITA n est pas un agrégat comptable standardisé répondant à une définition unique généralement acceptée. Il ne doit pas être considéré comme un substitut au résultat opérationnel, au résultat net, aux flux de trésorerie provenant de l activité opérationnelle ou encore à une mesure de liquidité. D autres émetteurs pourraient calculer l EBITA de façon différente par rapport à la définition retenue par le Groupe. Le Ratio de Cash Conversion de l'exercice s'entend comme le ratio du Cash Flow des Opérations de l'exercice rapporté à l'ebita de l'exercice. Le Cash Flow des Opérations correspond à la somme de l'ebita de l'exercice, de la charge d'amortissement de l'exercice et de la variation du besoin en fonds de roulement et des provisions de l'exercice liée aux charges et produits intégrés à l'ebita de l'exercice, diminuée des flux d'investissements (hors croissance externe) de l'exercice. Le Ratio de Cash Conversion n est pas un agrégat comptable standardisé répondant à une définition unique généralement acceptée. 10

12 Tableau de passage production (1) (2) (3) (4) (5) (En millions d euros) Retraité (4) 2012 Retraité (5) Production 5 220, , ,8 SONAID à 100 % (1) 142,2 120,9 96,3 Activités Holdings (2) 25,1 30,3 31,3 Autres (3) (2,8) 9,7 15,4 Produits des activités ordinaires 5 384, , ,8 La société SONAID est en intégration globale dans les comptes consolidés alors qu'elle est intégrée à hauteur de son pourcentage d'intérêt en gestion (55 %). Chiffre d'affaires hors Groupe de SPIE Operations, de la SNC Parc St Christophe et autres entités non opérationnelles. Refacturation des prestations effectuées par les entités du Groupe vers des co-entreprises non gérées ; refacturation hors Groupe ne relevant pas de l'activité opérationnelle (essentiellement refacturation de dépenses pour compte), production réalisée par des sociétés intégrées par mise en équivalence. Retraitements en application des normes IFRS 5 (actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées) et IFRS 11 (partenariats) (voir la note 4 aux comptes consolidés pour l exercice clos le 31 décembre 2014 inclus au paragraphe du présent document de base). Retraitements en application des normes IFRS 5 (actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées) et IAS 19 (avantages du personnel) (voir la note 4 aux comptes consolidés pour l exercice clos le 31 décembre 2013 inclus au paragraphe du présent document de base). Tableau de passage EBITA (1) (2) (3) (4) (En millions d euros) Retraité (2) Retraité (3) EBITA 334,0 298,0 268,6 Amortissement des goodwills affectés (50,1) (23,3) (17,8) Restructurations et activités abandonnées (23,3) (2,8) (17,0) Commissions de nature financière (2,0) (2,1) (1,9) Intérêts minoritaires 3,8 3,0 2,3 Coûts liés au LBO (1) - - (0,5) Autres (4) (12,6) (5,3) (2,0) Résultat opérationnel 249,9 267,4 231,6 LBO : Leveraged Buy Out Retraitements en application des normes IFRS 5 (actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées) et IFRS 11 (partenariats) (voir la note 4 aux comptes consolidés pour l exercice clos le 31 décembre 2014 inclus au paragraphe du présent document de base). Retraitements en application des normes IFRS 5 (actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées) et IAS 19 (avantages du personnel) (voir la note 4 aux comptes consolidés pour l exercice clos le 31 décembre 2013 inclus au paragraphe du présent document de base). Dont 10,8 millions d euros liés aux coûts de projet d introduction en bourse réalisé au cours de l année

13 4. FACTEURS DE RISQUES Les investisseurs, avant de procéder à l acquisition d actions de la Société, sont invités à examiner l ensemble des informations contenues dans le présent document de base, y compris les facteurs de risques décrits ci-dessous. Ces risques sont, à la date d enregistrement du présent document de base, ceux dont la Société estime que la réalisation est susceptible d avoir un effet défavorable significatif sur le Groupe, son activité, sa situation financière, ses résultats ou ses perspectives et qui sont importants pour la prise de décision d investissement. L attention des investisseurs est toutefois attirée sur le fait que la liste des risques présentée au Chapitre 4 du présent document de base n est pas exhaustive et que d autres risques, inconnus ou dont la réalisation n est pas considérée, à la date d enregistrement du présent document de base, comme susceptible d avoir un effet défavorable significatif sur le Groupe, son activité, sa situation financière, ses résultats ou ses perspectives, peuvent ou pourraient exister ou survenir. 4.1 Risques liés aux secteurs d activités du Groupe Risques liés aux conditions économiques et leur évolution L évolution de la demande en services est, de façon générale, liée à celle des conditions macroéconomiques, notamment à l évolution du produit intérieur brut dans les pays où le Groupe exerce son activité ainsi qu au niveau des dépenses privées et publiques en matière d installations et équipements nouveaux ou existants. De manière générale, les périodes de récession ou de déflation sont susceptibles d avoir un impact négatif sur la demande en services (voir les paragraphes et du présent document de base). Au cours de l exercice clos le 31 décembre 2014, le Groupe a réalisé 87,5 % de sa production en Europe, dont 50,7 % en France ; à la date d enregistrement du présent document de base, la croissance reste limitée dans l Union européenne, et notamment en France, et les prévisions du Fonds Monétaire International pour l année à venir sont prudentes (1,8 % dans l Union européenne et 1,2 % en France) (source : FMI, Perspectives de l économie mondiale, avril 2015). Généralement, pendant les périodes de récession économique, les clients diminuent de façon significative leurs dépenses en équipements, ce qui affecte la capacité du Groupe à vendre les services associés aux projets de construction ou d extension de nouveaux équipements ou d infrastructures. En particulier, certaines industries, notamment la construction immobilière et l industrie lourde, ont réduit fortement leur niveau d activité au cours des dernières années. En outre, le Groupe a fait face à une baisse de la demande en services d installation, en particulier de la part des producteurs d acier, des constructeurs automobiles et de leur chaîne d approvisionnement. Par ailleurs, dans ce contexte, certains clients du Groupe peuvent connaître des difficultés financières pouvant entraîner des retards de paiement, voire des impayés. Si la conjoncture économique actuelle devait perdurer, voire se dégrader, cela pourrait donc avoir un effet défavorable significatif sur le Groupe, son activité, sa situation financière, ses résultats et ses perspectives. Enfin, le prix du pétrole a baissé au cours de l exercice clos le 31 décembre 2014 et du trimestre clos le 31 mars Bien que cette baisse n ait eu qu un impact limité sur les résultats du Groupe compte tenu de l importance de ses activités d assistance technique et de maintenance d exploitations, la baisse du prix du pétrole pourrait, si elle devait durer ou s accroître, affecter négativement les activités des clients du Groupe dans le segment Oil & Gas, ce qui pourrait affecter de manière significative les activités, la situation financière, les résultats et les perspectives du Groupe Risques liés au niveau des dépenses publiques Le secteur public constitue une part importante de la clientèle du Groupe ; il a ainsi représenté environ 14 % de la production consolidée du Groupe pour l exercice clos le 31 décembre 12

14 2014 et environ 17 % et 19 % pour les exercices clos les 31 décembre 2013 et Le marché du secteur public est impacté par les orientations et décisions politiques et administratives concernant le niveau des dépenses publiques. Au cours des dernières années, la situation économique a affecté significativement les ressources des gouvernements et autres entités publiques et conduit à la mise en place de politiques strictes de réduction des dépenses publiques ; ces politiques pourraient menacer la poursuite de certains investissements dans lesquels le Groupe est impliqué et entraver la mise en œuvre de nouveaux projets d investissements significatifs par les acteurs publics. Enfin, certains de ces acteurs, dans un contexte de crise économique et d endettement élevé, pourraient ne pas être en mesure d effectuer leurs paiements dans les délais convenus ou plus généralement de faire face à leurs engagements. Si les difficultés de certains acteurs publics devaient s accroître et la tendance à la réduction significative des dépenses publiques se poursuivre, cela pourrait avoir un effet défavorable significatif sur le Groupe, son activité, sa situation financière, ses résultats et ses perspectives Risques liés à l environnement concurrentiel Le Groupe fait face à une concurrence intense de la part d acteurs divers. Parmi les concurrents du Groupe figurent notamment des grandes entreprises internationales aux ressources plus importantes et dont les autres branches d activité leur permettent de disposer d une clientèle accessible pour leurs activités de services techniques. Par ailleurs, certains services, à moindre valeur technique, peuvent être fortement concurrencés localement par de plus petits concurrents qui disposent d un fort relationnel et d une présence locale établie. En outre, le secteur des services techniques est très fragmenté, en particulier en dehors de la France, et la capacité du Groupe à s appuyer sur, et conserver, un réseau local dense est essentielle au développement du Groupe. Un mouvement de consolidation des différentes activités des concurrents du Groupe, qu ils soient internationaux, nationaux, régionaux ou locaux pourrait accroître la concurrence dans les secteurs d activités dans lesquels intervient le Groupe, modifier le paysage concurrentiel de l industrie des services techniques et, en particulier si le Groupe ne pouvait prendre part à cette consolidation, entraîner des pertes de parts de marché, une diminution du chiffre d affaires du Groupe et/ou une baisse de sa rentabilité. Cette forte concurrence oblige le Groupe à fournir des efforts constants en matière de compétitivité afin de convaincre ses clients de la qualité et de la valeur ajoutée de ses services. Le Groupe est également tenu de développer régulièrement de nouveaux services afin de maintenir ou améliorer sa position concurrentielle. En dépit de ces efforts, si les clients du Groupe ne discernaient pas la qualité et la valeur ajoutée de ses offres, notamment par rapport à celles de ses concurrents, ou si celles-ci ne correspondaient pas à leurs attentes, l activité du Groupe et ses résultats financiers pourraient en être significativement affectés. Enfin, les clients se concentrent de plus en plus sur la maîtrise du coût global de leurs installations. Aussi, les prix proposés sont un facteur important pour la reconduction des contrats à leurs échéances, en particulier pour les contrats pluriannuels, et dans le cadre des appels d offres pour de nouveaux contrats. Le Groupe est ainsi soumis à une pression constante sur les prix de ses services. Ces pressions concurrentielles pourraient entraîner une réduction de la demande pour les services fournis par le Groupe et le contraindre à diminuer ses prix de vente ou à engager des investissements importants afin de conserver le niveau de qualité de service attendu par ses clients, ce qui pourrait avoir un effet défavorable significatif sur son activité, sa situation financière, ses résultats et ses perspectives. 13

15 4.1.4 Risques liés aux appels d offres Les contrats conclus par les sociétés du Groupe sont souvent attribués à l issue d un processus concurrentiel, sous forme d appels d offres, en particulier dans le cadre des marchés publics. L attribution du contrat dépend notamment de la perception des clients concernant les prix et la qualité des services proposés par les acteurs consultés ; ainsi le Groupe pourrait perdre des appels d offre s il n était pas en mesure de démontrer ses atouts, ce qui pourrait affecter significativement le développement de ses activités. De plus, les appels d offres et les décisions prises dans ce cadre peuvent faire l objet de procédures, notamment contentieuses, visant à les remettre en cause ou à obtenir une indemnisation, susceptibles de perturber la mise en œuvre du contrat correspondant ou son économie. Enfin, en cas de nonrenouvellement des contrats publics, ceux-ci doivent généralement être remis en concurrence dans le cadre de nouveaux appels d offres. Par ailleurs, le Groupe est susceptible d engager des sommes et des moyens humains importants afin de préparer et de participer à ces appels d offres, sans aucune assurance d être finalement retenu. Même dans les cas où un contrat lui est attribué, les profits réalisés peuvent être inférieurs aux prévisions initiales ou les ventes peuvent s avérer insuffisantes pour assurer la rentabilité du projet concerné. Plus généralement, les conditions de réalisation peuvent s avérer différentes de celles prévues lors de l élaboration de l offre dans la mesure où elles dépendent de nombreux paramètres, parfois difficilement prévisibles, tels que l accessibilité au chantier, la disponibilité de personnels qualifiés, les intempéries, la hausse des prix du pétrole et des matières premières utilisés dans les matériaux qu achète le Groupe pour les installer sur les sites des clients (le cuivre pour les câbles, par exemple) sans que ces coûts puissent être répercutés sur les clients. La difficulté à prévoir la réalité des coûts et les conditions de réalisation finale peuvent ainsi affecter fortement les marges réalisées sur ses projets, et ainsi avoir un effet défavorable significatif sur l activité du Groupe, sa situation financière, ses résultats et ses perspectives Risques liés aux partenariats public-privé Dans le cadre de ses activités, le Groupe peut être amené à conclure des partenariats publicprivé (PPP). Les PPP (à l exemple des Private Finance Initiatives au Royaume Uni) permettent d attribuer à des entreprises privées des missions de construction ou de transformation, d entretien, de maintenance, d exploitation ou de gestion d'ouvrages, d équipements ou de biens immatériels nécessaires au service public, ainsi que tout ou partie de leur financement. Après un développement important au cours des dernières années, dans un contexte de crise financière, de réduction des dépenses publiques et de maîtrise de l endettement des collectivités publiques, le développement des PPP connait actuellement un certain ralentissement. Certains contrats publics du Groupe peuvent néanmoins être conclus ou réattribués, à leur terme, sous la forme de PPP. Dans certains cas, ces contrats confient au partenaire privé une mission globale comprenant différentes activités dont certaines dans lesquelles le Groupe n est pas présent, comme celles relevant du bâtiment-travaux publics (hôpitaux, bâtiments). Le Groupe peut ainsi être confronté à un risque de perte, ou de ne pas obtenir, certains contrats, les acteurs publics préférant se tourner vers des acteurs multidisciplinaires, notamment des groupes de construction qui disposent de leurs propres branches de services techniques, ce qui peut les avantager pour l obtention des projets PPP. Si le Groupe ne parvenait pas à s adapter aux exigences des clients en matière de PPP ou plus généralement s il ne parvenait pas à pénétrer suffisamment le marché des PPP, cela pourrait avoir un effet défavorable significatif sur son activité, sa situation financière, ses résultats et ses perspectives. 14

16 4.1.6 Risques liés aux évolutions des technologies et des normes industrielles Les activités du Groupe requièrent un niveau de qualification technologique élevé sur une grande variété de prestations techniques. Le Groupe doit ainsi constamment adapter son expertise afin d identifier et intégrer les innovations technologiques, les nouvelles normes industrielles, les nouveaux produits et les nouvelles attentes des clients. Les nouvelles technologies ou les changements des standards ainsi que les évolutions dans la demande de services sont susceptibles de rendre obsolètes ou non viables les offres de services du Groupe. Afin de rester toujours en première ligne des entreprises du secteur en anticipant les attentes des clients, le Groupe doit en permanence améliorer son savoir-faire ainsi que l efficacité et la rentabilité de ses offres, ce qui peut le conduire à accroître ses charges opérationnelles ou à réaliser des dépenses d investissement importantes sans assurance de les rentabiliser dans les conditions anticipées. Si le Groupe ne parvenait pas à anticiper et intégrer à temps les évolutions des technologies et des normes industrielles, cela pourrait affecter sa relation avec ses clients et sa position concurrentielle ce qui pourrait avoir un effet défavorable significatif sur son activité, sa situation financière, ses résultats et ses perspectives Risques liés aux tendances en matière d externalisation Au-delà de la conjoncture économique, l augmentation de la demande en services techniques est également influencée par certaines tendances générales du marché, notamment la tendance croissante à l externalisation, en particulier sur certains marchés du Groupe où le taux d externalisation est faible par rapport à des marchés plus matures comme les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l Allemagne. Le développement de l externalisation des services techniques est néanmoins susceptible d être affecté par des décisions politiques, telles que la mise en œuvre des nouvelles réglementations, qui pourraient affecter la demande publique et privée dans ce domaine et ainsi en freiner le développement, voire affecter des contrats existants. En outre, le Groupe ne peut, de manière générale, garantir que cette tendance à l externalisation perdurera à l avenir ; en particulier, certains acteurs économiques, publics ou privés, pourraient être conduits à réinternaliser certains services techniques afin d en rependre directement la maîtrise. Si l évolution vers une plus grande externalisation devait se ralentir, voire s interrompre, cela pourrait avoir un effet défavorable significatif sur l activité, la situation financière, les résultats et les perspectives du Groupe Risques liés au développement de l «économie verte» Le Groupe entend accompagner le développement de l «économie verte», notamment en proposant des solutions techniques d efficacité énergétique et une offre de services dédiée aux énergies renouvelables. Le développement de l «économie verte» dépend en grande partie des politiques nationales et internationales de soutien aux économies d énergie et à ces sources d énergie (notamment réglementations en matière d exigences d efficacité énergétique des bâtiments, ou encore quotas et mesures fiscales incitatives pour les énergies de source renouvelable), ainsi que de la prise de conscience par les entreprises des enjeux environnementaux. Bien que ces dernières années aient été marquées par une sensibilité croissante des acteurs économiques à ces problématiques, le Groupe ne peut exclure, notamment compte tenu des politiques de réduction des coûts des acteurs publics et privés, que ce soutien puisse se ralentir, voire, dans une certaine mesure, s interrompre. Un tel événement pourrait avoir un effet défavorable significatif sur les activités, la situation financière, les résultats et les perspectives du Groupe. 4.2 Risques liés aux activités du Groupe 15

17 4.2.1 Risques liés à la réputation du Groupe La réputation du Groupe est essentielle dans la présentation de ses offres de services et afin de fidéliser ses clients et d en conquérir de nouveaux. Par ailleurs, le Groupe opère dans des domaines d activité soumis à une forte exposition médiatique (notamment les activités Pétrole-Gaz et nucléaire). Le succès du Groupe au cours des dernières années est largement lié à sa réputation en tant qu entreprise figurant parmi les leaders du marché et fiable sur une large gamme de prestations, en particulier pour des services nécessitant un degré d expertise élevé. Cette réputation a permis de consolider la position du Groupe et a contribué fortement à son développement. Bien que le Groupe contrôle étroitement la qualité de ses prestations, il ne peut garantir qu il ne rencontrera pas dans certains secteurs d activités et/ou zones géographiques des difficultés liées à la qualité ou la fiabilité de ses prestations ou plus généralement à sa capacité à fournir le niveau de service annoncé à ses clients. La survenance de tels événements, en particulier en cas de couverture médiatique importante, pourrait affecter fortement la réputation du Groupe, notamment auprès de ses clients, et ainsi avoir un effet défavorable significatif sur son activité, sa situation financière, ses résultats et ses perspectives Risques liés à la gestion de projets Le Groupe propose un large éventail de prestations techniques dans le cadre de ses projets. Afin de s assurer que ses projets sont conduits de manière efficace, le Groupe s appuie sur une expertise importante en gestion de projets et de chantiers, notamment pour évaluer les coûts de ses prestations et optimiser leur réalisation pendant la durée du contrat. Les compétences déterminantes pour la performance et la rentabilité d un projet sont la capacité du Groupe à prévoir de manière précise les coûts du projet, à évaluer correctement les différentes ressources (notamment humaines) nécessaires à sa réalisation à gérer efficacement les prestations des sous-traitants, et à prendre en charge des événements d ordre technique qui pourraient affecter et retarder la conduite du projet. En pratique, une mauvaise gestion de projet peut ainsi générer des coûts de réalisation additionnels significatifs et des délais supplémentaires entraînant des retards dans le paiement de ses prestations ou encore portant atteinte à sa réputation. En outre, pour la réalisation de certains projets, notamment pour les projets les plus importants, le Groupe est conduit à intervenir dans le cadre de groupements ou de consortiums, dont le bon fonctionnement nécessite la coordination de leurs différents membres. Des divergences peuvent survenir entre les membres de ces groupements ou des défaillances de certains membres se produire, rendant difficile la gestion, voire la réalisation du projet. De tels événements pourraient avoir un effet défavorable significatif sur l activité, la situation financière, les résultats et les perspectives du Groupe Risques liés à la sécurité et à la santé au travail Les ressources humaines constituant le fondement de l activité du Groupe, la réglementation en matière de droit du travail, et notamment en matière de sécurité et de santé au travail, affecte particulièrement son activité. Bien que le Groupe déploie des efforts significatifs pour veiller à la conformité à cette réglementation, il ne peut garantir l absence d éventuels manquements. Le non-respect par le Groupe, ses salariés ou ses sous-traitants de ces obligations pourrait entraîner des amendes d un montant significatif, des réclamations à l'encontre du Groupe et de l entreprise employeur liées à la violation de ces dispositions ou la perte d habilitations et qualifications. Par ailleurs, cette réglementation est sujette à des évolutions régulières en vue de son renforcement ; l adaptation de l organisation du Groupe afin de s y conformer est susceptible de générer des coûts additionnels significatifs. Les salariés du Groupe travaillant dans les activités Pétrole-Gaz et du nucléaire sont en outre particulièrement exposés aux risques liés à leurs lieux et conditions de travail, par nature 16

18 dangereux. Les salariés du Groupe travaillent dans ou à proximité d installations nucléaires, pétrolières ou gazières et sont par conséquent potentiellement sujets à des risques liés à des incidents ou accidents affectant ces installations. En dépit de l attention portée à la sécurité et aux conditions de travail, le Groupe ne peut exclure l accroissement, en fréquence comme en quantité, d accidents du travail et maladies liées au travail. Enfin, de nouvelles technologies, ainsi que la mise en place de nouvelles procédures, services, outils et machines pourraient avoir des effets non anticipés sur les conditions de travail des salariés du Groupe. En outre, ses salariés sont susceptibles d être exposés à des matériaux qui, même s ils sont considérés comme inoffensifs aujourd hui, pourraient dans le futur être réputés dangereux pour la santé, comme ce fut le cas pour l amiante dans le passé. L insécurité des conditions de travail peut également conduire à un turnover important, accroître le coût des projets pour les clients et augmenter les coûts d exploitation du Groupe de manière significative. La survenance de tels événements pourrait avoir un effet défavorable significatif sur l activité, la situation financière, les résultats et les perspectives du Groupe Risques liés au recrutement et au maintien de personnels clés et techniques Dans les activités de services techniques, le succès dépend de la capacité à identifier, attirer, former, retenir et motiver un personnel hautement qualifié. Le Groupe est ainsi confronté dans ces secteurs d activité à une vive concurrence. Le Groupe pourrait ainsi ne pas être en mesure d attirer, intégrer ou conserver un nombre suffisant de salariés qualifiés, ce qui pourrait nuire à ses activités et son développement. En outre, le développement des activités du Groupe requiert l acquisition, le maintien et le renouvellement d une grande variété de compétences afin d être en adéquation avec les évolutions et les attentes du marché. Le Groupe pourrait ne pas être en mesure de trouver des candidats qualifiés, de former son personnel aux nouvelles technologies ou encore de recruter et former les dirigeants nécessaires dans les zones géographiques ou secteurs d activité dans lesquels il intervient. En outre, en période de croissance forte, le Groupe pourrait rencontrer des difficultés à recruter et conserver son personnel qualifié avec un risque de hausse des coûts salariaux et de baisse de la qualité des services qu il fournit. Si le Groupe ne parvenait pas à faire face à ces défis posés par les ressources humaines, facteur clé pour son développement, cela pourrait avoir un effet défavorable significatif sur son activité, sa situation financière ses résultats et ses perspectives Risques liés aux salariés et intérimaires De manière générale, les salariés du Groupe fournissent des services dans des locaux et dans des lieux appartenant ou exploités par ses clients. En conséquence, le Groupe pourrait être sujet à des réclamations en relation avec les éventuels dommages subis par des clients au titre soit de leurs actifs, soit de l exercice de leurs activités, soit de l utilisation non autorisée ou du comportement fautif ou tout acte délictuel commis par des salariés du Groupe ou toute autre personne ayant accédé de façon non autorisée aux locaux de clients dans le cadre de l exécution de ses prestations. Ces réclamations pourraient être significatives et pourraient en outre affecter la réputation du Groupe, ce qui pourrait avoir un effet défavorable significatif sur son activité, sa situation financière ses résultats et ses perspectives. En outre, le Groupe recourt pour certaines de ses activités à un nombre important de salariés intérimaires. Il ne peut garantir que ces salariés intérimaires ont dans tous les cas des niveaux de formation, qualification et fiabilité strictement identiques à ceux de ses salariés permanents, ce qui peut entrainer une baisse de qualité des prestations ou encore un taux plus 17

19 important d accidents du travail susceptibles d affecter négativement la réputation et les activités du Groupe Risques liés aux acquisitions En complément de sa croissance organique, le Groupe s est développé au cours des dernières années par le biais de l acquisition successive de plusieurs plateformes de services régionaux, telles que la filiale d infogérance du groupe APX en France en 2012, les activités IS&P (installation, maintenance et gestion des infrastructures de communication pour data et voix et pour les data center) de l opérateur néerlandais KPN aux Pays-Bas et l activité Service Solutions d Hochtief en Allemagne en 2013, ou encore les sociétés suisses Connectis et Softix, fournisseurs de services et de technologies de l information et de la communication en 2014 ainsi que par de nombreuses acquisitions de petite taille, qui lui ont permis de consolider son offre et sa présence sur ses marchés géographiques. Le Groupe entend poursuivre son développement et étendre ses activités grâce à l acquisition de sociétés de petite et moyenne taille qui correspondent à ses critères stratégiques et financiers. Dans le cadre de cette stratégie de croissance, le Groupe peut notamment rencontrer les difficultés suivantes : l identification de cibles appropriées, en ligne avec la stratégie de croissance externe du Groupe, pourrait s avérer difficile ; l intégration de nouvelles sociétés pourrait engendrer des coûts substantiels, ainsi que des retards ou d autres difficultés d ordre financier et opérationnel ; la réalisation des synergies financières et opérationnelles attendues pourrait prendre plus de temps que prévu, voire ne pas se réaliser en tout ou partie ; les acquisitions pourraient nécessiter une attention accrue des dirigeants du Groupe au détriment de la gestion de ses autres activités ; les hypothèses avancées dans le plan d affaires des sociétés acquises pourraient s avérer incorrectes, notamment en matière de synergies et performances ; les acquisitions effectuées pourraient conduire le Groupe à supporter des passifs plus importants que ceux évalués lors de la phase de due diligence d acquisition ; le Groupe pourrait être contraint de céder ou limiter la croissance externe de certaines entreprises afin d obtenir les autorisations règlementaires nécessaires à ces acquisitions, notamment en matière de droit de la concurrence ; l acquisition d une nouvelle société pourrait s accompagner de la perte de certains employés et contrats clés ; et l acquisition de nouvelles sociétés pourraient générer des contraintes juridiques imprévues. De manière générale, les bénéfices attendus des acquisitions futures ou réalisées pourraient ainsi ne pas se concrétiser dans les délais et aux niveaux attendus, ce qui pourrait avoir un effet défavorable significatif sur son activité, sa situation financière, ses résultats et ses perspectives Risques liés à la corruption et à l éthique Dans le cadre de ses activités, le Groupe peut être confronté à des risques liés à la corruption, en particulier à travers son activité Pétrole-Gaz pour laquelle le Groupe est présent dans des 18

20 pays dont certains connaissent un niveau élevé de corruption. Le Groupe a mis en place des politiques, procédures et formations pour ses salariés en matière d éthique et de règlementation anti-corruption. Cependant il ne peut pas garantir que ses salariés, fournisseurs, sous-traitants ou autres partenaires commerciaux se conformeront aux exigences de son code de bonne conduite, à son éthique ainsi qu aux règlementations et exigences légales en vigueur. S il n était pas en mesure de faire respecter ses politiques et procédures anticorruption, le Groupe pourrait faire l objet de sanctions civiles et pénales, notamment d amendes dont les montants peuvent être importants, voire d exclusions de certains marchés. La survenance de tels événements pourrait avoir un effet défavorable significatif sur sa réputation, son activité, sa situation financière, ses résultats et ses perspectives Risques liés aux sous-traitants Un certain nombre des services fournis aux clients du Groupe le sont par l intermédiaire de sous-traitants agissant au nom et pour le compte du Groupe. Bien que sous traitées, le Groupe demeure responsable des prestations exécutées par ces sous-traitants. En conséquence, il est exposé au risque lié à la gestion de ces sous-traitants et au risque que ces derniers ne réalisent pas leur mission de façon satisfaisante ou dans les temps impartis. Une telle situation pourrait mettre en cause la capacité du Groupe à tenir ses engagements, à respecter les règlementations en cours ou à satisfaire les attentes de ses clients. Dans certaines situations extrêmes, une mauvaise exécution par les sous-traitants de leurs prestations pourrait entraîner la résiliation par le client du contrat le liant au Groupe. Une telle situation pourrait nuire à la réputation du Groupe et à sa capacité à obtenir de nouveaux contrats ainsi que conduire à la mise en cause de sa responsabilité. Par ailleurs, en cas de défaillance des sous-traitants, le Groupe pourrait être contraint de réaliser des travaux non prévus ou de fournir des services supplémentaires afin d assurer la prestation pour laquelle il s est engagé. En outre, le Groupe est exposé au risque lié au contrôle opérationnel de ses sous-traitants, au regard de la qualification de leurs salariés ainsi que de leur respect des lois en matière de droit du travail et de l immigration. Enfin, certains sous-traitants pourraient se révéler ne pas être assurés ou ne pas disposer des ressources suffisantes pour faire face aux réclamations des clients résultant des dommages et pertes liés à leurs prestations. Ainsi, le non-respect par les sous-traitants du Groupe de leurs obligations contractuelles ou légales est susceptible de nuire à sa réputation et d avoir un effet défavorable significatif sur son activité, ses résultats, sa situation financière et ses perspectives Risques liés à des résiliations anticipées ou à une non-reconduction de contrats significatifs Une part importante des activités de maintenance et services du Groupe est constituée de contrats à durée déterminée prévoyant une clause de résiliation anticipée au gré du client. Le Groupe ne peut garantir que les clients n exerceront pas leur droit de résiliation anticipée ou qu ils reconduiront bien leurs contrats à leur expiration. La résiliation anticipée ou la nonreconduction à leur échéance de contrats importants du Groupe pourrait affecter négativement la réputation du Groupe et avoir un effet défavorable significatif sur son activité, sa situation financière, ses résultats et ses perspectives Risques liés aux contrats relevant du secteur public Une part importante des activités du Groupe est réalisée avec des entités du secteur public, notamment au Royaume-Uni et en France et, dans une moindre mesure, en Belgique, en Allemagne et aux Pays-Bas. Le secteur public a représenté environ 14 % de la production consolidée du Groupe au titre de l exercice clos le 31 décembre

Société anonyme au capital de 39 634 070 euros Siège social : 10, Avenue de l Entreprise, 95863 Cergy-Pontoise, France 532 712 825 RCS Pontoise

Société anonyme au capital de 39 634 070 euros Siège social : 10, Avenue de l Entreprise, 95863 Cergy-Pontoise, France 532 712 825 RCS Pontoise Société anonyme au capital de 39 634 070 euros Siège social : 10, Avenue de l Entreprise, 95863 Cergy-Pontoise, France 532 712 825 RCS Pontoise NOTE D OPÉRATION Mise à la disposition du public à l occasion

Plus en détail

ACTUALISATION DU DOCUMENT DE BASE

ACTUALISATION DU DOCUMENT DE BASE Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 8 689 729,60 euros Siège social : 41, parc Club du Golf, 13856 Aix-en-Provence Cedex 3 399 275 395 RCS Aix-en-Provence ACTUALISATION

Plus en détail

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Objectif 1 Une entité peut exercer des activités à l international de deux manières. Elle peut conclure des transactions

Plus en détail

PROSPECTUS EN VUE DE L ADMISSION DES ACTIONS ARKEMA AUX N EGOCIATIONS SUR LE MARCH E EUROLIST D EURONEXT DANS

PROSPECTUS EN VUE DE L ADMISSION DES ACTIONS ARKEMA AUX N EGOCIATIONS SUR LE MARCH E EUROLIST D EURONEXT DANS PROSPECTUS EN VUE DE L ADMISSION DES ACTIONS ARKEMA AUX NÉGOCIATIONS SUR LE MARCHÉ EUROLIST D EURONEXT DANS LE CADRE DE L ATTRIBUTION DES ACTIONS ARKEMA AUX ACTIONNAIRES DE TOTAL S.A. En application des

Plus en détail

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 mars 2013 Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic Conformément à ce qui avait été annoncé lors de la publication des comptes annuels, Icade publie

Plus en détail

Communiqué de presse. SPIE lance son introduction en bourse sur le marché réglementé d Euronext Paris

Communiqué de presse. SPIE lance son introduction en bourse sur le marché réglementé d Euronext Paris 1 Communiqué de presse lance son introduction en bourse sur le marché réglementé d Euronext Paris Cergy, le 29 septembre 2014 Fourchette indicative du prix de l'offre applicable à l'offre à prix ouvert

Plus en détail

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Rectificatif du 29 juin 2005 au Document de référence 2004 DEPOSE AUPRES DE L AMF LE 23 MAI 2005 SOUS LE NUMERO D.05-0751

Rectificatif du 29 juin 2005 au Document de référence 2004 DEPOSE AUPRES DE L AMF LE 23 MAI 2005 SOUS LE NUMERO D.05-0751 Rectificatif du 29 juin 2005 au Document de référence 2004 DEPOSE AUPRES DE L AMF LE 23 MAI 2005 SOUS LE NUMERO D.05-0751 Ce rectificatif est disponible sur le site de l AMF ( www.amf-france.org) et auprès

Plus en détail

Résultats du premier trimestre 2012 1

Résultats du premier trimestre 2012 1 Résultats du premier trimestre 1 Luxembourg, 9 mai Faits marquants Taux de fréquence 2 en matière de santé et sécurité de 1,0 au 1 er trimestre contre 0,3 au 4 ème trimestre Expéditions de 433 milliers

Plus en détail

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Communiqué de presse Chiffre d affaires pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Paris, le 19 mars 2015 Le Conseil d administration du Groupe Sopra Steria, réuni le 17 mars

Plus en détail

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 Relatif aux modalités de première application du règlement du CRC n 99-02 par les sociétés dont les instruments

Plus en détail

Worldline Société anonyme au capital de 79 028 274 euros. Siège Social : 80 quai Voltaire, Immeuble River Ouest, 95870 Bezons 378 901 946 RCS Pontoise

Worldline Société anonyme au capital de 79 028 274 euros. Siège Social : 80 quai Voltaire, Immeuble River Ouest, 95870 Bezons 378 901 946 RCS Pontoise Worldline Société anonyme au capital de 79 028 274 euros Siège Social : 80 quai Voltaire, Immeuble River Ouest, 95870 Bezons 378 901 946 RCS Pontoise DOCUMENT DE BASE En application de son règlement général,

Plus en détail

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA )

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) Le Groupe Ecobank présente de très bons résultats en 2014 : - Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) - Résultat avant impôt : +134% à 519,5 millions $EU ( 258 milliards

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009 Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009 Louvain-la-Neuve, le 18 mars 2010, 18h00 Information réglementée 1. CROISSANCE ET INVESTISSEMENTS Nous clôturons 2009 de manière contrastée. Tout d abord, les

Plus en détail

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 %

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 % RESULTATS ANNUELS 2014-2015 Chiffre d affaires 2014-2015 consolidé : 222,9 millions d euros Perte opérationnelle courante 2014-2015 : 125,9 millions d euros Poursuite du recentrage stratégique sur le cœur

Plus en détail

Résultats financiers du 1 er trimestre 2015 Numericable-SFR retrouve le chemin de la croissance avec un EBITDA en hausse de 21%

Résultats financiers du 1 er trimestre 2015 Numericable-SFR retrouve le chemin de la croissance avec un EBITDA en hausse de 21% Communiqué de presse Saint-Denis, le 12 mai 2015 Résultats financiers du 1 er trimestre 2015 Numericable-SFR retrouve le chemin de la croissance avec un EBITDA en hausse de 21% Leader sur le marché de

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités)

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités) États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. (non audités) États consolidés résumés du résultat Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre (en milliers de dollars canadiens, sauf

Plus en détail

GOUVERNEMENT D ENTREPRISE 91 IDENTITÉ DES PERSONNES RESPONSABLES DU DOCUMENT DE RÉFÉRENCE ET DU CONTRÔLE DES COMPTES 3

GOUVERNEMENT D ENTREPRISE 91 IDENTITÉ DES PERSONNES RESPONSABLES DU DOCUMENT DE RÉFÉRENCE ET DU CONTRÔLE DES COMPTES 3 DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2009 Page Page 01 08 02 03 04 05 06 07 IDENTITÉ DES PERSONNES RESPONSABLES DU DOCUMENT DE RÉFÉRENCE ET DU CONTRÔLE DES COMPTES 3 1.1 - Responsable du document de référence 4 1.2 -

Plus en détail

OPÉRATIONS DE CESSION

OPÉRATIONS DE CESSION OPÉRATIONS DE CESSION Anticipation des difficultés de mise en œuvre de la norme IFRS 5 «Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées» Paris le 23/09/2014 Sandra Dujardin Antoine

Plus en détail

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group Communiqué de Presse Contacts Relations Investisseurs : Kathleen Clark Bracco +33 (0)1 40 67 29 61 kbraccoclark@sopragroup.com Relations Presse : Virginie Legoupil +33 (0)1 40 67 29 41 vlegoupil@sopragroup.com

Plus en détail

La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014

La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014 COMMUNIQUÉ PREMIER TRIMESTRE 2014 La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014 L information financière contenue dans le présent document est basée sur les états financiers

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES AU 30 JUIN 2014 1 SOMMAIRE ÉTATS DE SYNTHESE 1. Etat résumé de la situation financière consolidée 2. Etats résumés du résultat net et des gains et pertes

Plus en détail

Communiqué de presse FY 2014-2015

Communiqué de presse FY 2014-2015 Communiqué de presse du 29 mai 2015 Huizingen, Belgique Confidentiel jusqu au 29 mai 2015 Communiqué de presse FY 2014-2015 (Résultats pour l exercice clôturé le 31 mars 2015) 1,8 de croissance du chiffre

Plus en détail

DOCUMENT DE BASE 4JUL200715060710

DOCUMENT DE BASE 4JUL200715060710 4JUL200715060710 Bureau Veritas Registre international de classification de navires et d aéronefs Société anonyme à Directoire et Conseil de surveillance au capital social de 12.039.955,20 e Siège social

Plus en détail

ADTHINK MEDIA Société Anonyme au capital de 1.839.150 euros Siège social : 79, rue François Mermet 69160 TASSIN LA DEMI-LUNE 437 733 769 RCS LYON

ADTHINK MEDIA Société Anonyme au capital de 1.839.150 euros Siège social : 79, rue François Mermet 69160 TASSIN LA DEMI-LUNE 437 733 769 RCS LYON ADTHINK MEDIA Société Anonyme au capital de 1.839.150 euros Siège social : 79, rue François Mermet 69160 TASSIN LA DEMI-LUNE 437 733 769 RCS LYON RAPPORT DE GESTION SUR LES OPERATIONS DE L'EXERCICE CLOS

Plus en détail

Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière

Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière Chiffres clés 2012 Croissance des ventes du Groupe : +0,9% à 76,8

Plus en détail

Norme internationale d information financière 3 Regroupements d entreprises

Norme internationale d information financière 3 Regroupements d entreprises Norme internationale d information financière 3 Regroupements d entreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme consiste à améliorer la pertinence, la fiabilité et la comparabilité de l information

Plus en détail

Principaux éléments des comptes 2004 IFRS. Comptes annuels 2004 IFRS Relations Investisseurs 1

Principaux éléments des comptes 2004 IFRS. Comptes annuels 2004 IFRS Relations Investisseurs 1 Principaux éléments des comptes 2004 IFRS 1 Avertissement Veolia Environnement est une société cotée au NYSE et à Euronext Paris et le présent document contient des «déclarations prospectives» (forward-looking

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

LEGRAND INFORMATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES NON AUDITEES 30 SEPTEMBRE 2014. Sommaire. Compte de résultat consolidé 2.

LEGRAND INFORMATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES NON AUDITEES 30 SEPTEMBRE 2014. Sommaire. Compte de résultat consolidé 2. LEGRAND INFORMATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES NON AUDITEES 30 SEPTEMBRE 2014 Sommaire Compte de résultat consolidé 2 Bilan consolidé 3 Tableau des flux de trésorerie consolidés 5 Notes annexes 6 Compte

Plus en détail

Communiqué de presse S1 2014-2015

Communiqué de presse S1 2014-2015 Communiqué de presse 27 novembre 2014 Huizingen, Belgique Communiqué de presse S1 2014-2015 (Résultats pour le premier semestre clôturé le 30 septembre 2014) Le chiffre d affaires semestriel a connu une

Plus en détail

(en millions d euros) 2013-2014 2012-2013

(en millions d euros) 2013-2014 2012-2013 supplémentaires.. POLITIQUE D INVESTISSEMENTS (en millions d euros) 01-01 01-01 Investissements corporels et incorporels et investissements chez les clients 9 1 Acquisitions de titres de participations

Plus en détail

Communiqué de presse 5 mars 2015

Communiqué de presse 5 mars 2015 RESULTATS ANNUELS 2014 : DYNAMIQUE DE CROISSANCE CONFIRMEE Accélération de la croissance organique des ventes Nouvelle progression du résultat opérationnel courant de +10,6% Hausse du résultat net des

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013 GROUPE Comptes consolidés Au 31décembre 2013 1 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 BILAN CONSOLIDE... 3 COMPTE DE RESULTAT... 4 TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE... 5 PRINCIPES ET METHODES... 6 PRINCIPES ET METHODES DE

Plus en détail

RÉSUMÉ DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RETRAITÉS DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2005/2006, CLÔTURÉ LE 30 SEPTEMBRE 2005

RÉSUMÉ DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RETRAITÉS DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2005/2006, CLÔTURÉ LE 30 SEPTEMBRE 2005 Hal, le 11 décembre 2006 RÉSUMÉ DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RETRAITÉS DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2005/2006, CLÔTURÉ LE 30 SEPTEMBRE 2005 Par rapport aux chiffres publiés précédemment (le 19

Plus en détail

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Objectif Les produits sont définis dans le Cadre pour la préparation et la présentation des états financiers 1 comme les accroissements

Plus en détail

Cegedim : Une année 2014 stratégique

Cegedim : Une année 2014 stratégique SA au capital de 13 336 506,43 euros R. C. S. Nanterre B 350 422 622 www.cegedim.com COMMUNIQUE DE PRESSE Page 1 Information Financière annuelle au 31 décembre 2014 IFRS - Information Réglementée Auditée

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

Estimations des résultats consolidés du premier semestre clos le 31 mars 2014 Évaluation de l option de vente Áreas

Estimations des résultats consolidés du premier semestre clos le 31 mars 2014 Évaluation de l option de vente Áreas C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Paris, le 9 mai 2014 Estimations des résultats consolidés du premier semestre clos le 31 mars 2014 Évaluation de l option de vente Áreas 1. Estimations des résultats

Plus en détail

La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont

La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont résultats et autres renseignements caractéristiques de la société au cours des cinq derniers exercices) La société mère : Comptes

Plus en détail

Résultats annuels 2014

Résultats annuels 2014 Résultats annuels 2014 Chiffre d affaires ajusté en hausse de +5,1 % à 2 813,3 millions d euros, croissance organique du chiffre d affaires ajusté de +3,8 % Marge opérationnelle ajustée de 630,0 millions

Plus en détail

VEOLIA ENVIRONNEMENT - Etats financiers consolidés au 31 décembre 2013 Etats financiers consolidés Au 31 décembre 2013

VEOLIA ENVIRONNEMENT - Etats financiers consolidés au 31 décembre 2013 Etats financiers consolidés Au 31 décembre 2013 Etats financiers consolidés 31 décembre 2013 Sommaire ETATS FINANCIERS CONSOLIDES... 1 COMPTES CONSOLIDES... 4 1.1 État de la situation financière consolidée... 4 1.2 Compte de résultat consolidé... 6

Plus en détail

GTT annonce un excellent premier semestre 2014 avec un résultat net en hausse de 18 % Confirmation des objectifs 2014

GTT annonce un excellent premier semestre 2014 avec un résultat net en hausse de 18 % Confirmation des objectifs 2014 GTT annonce un excellent premier semestre 2014 avec un résultat net en hausse de 18 % Confirmation des objectifs 2014 Forte croissance du chiffre d affaires semestriel qui reflète les prises de commandes

Plus en détail

Résultats du troisième trimestre 2012[1]

Résultats du troisième trimestre 2012[1] Résultats du troisième trimestre [1] Luxembourg, le octobre Aperam («Aperam», ou la «Société») (Amsterdam, Luxembourg, Paris: APAM et NYRS: APEMY), a annoncé aujourd'hui ses résultats pour le trimestre

Plus en détail

PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II

PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II Ces transparents sont fondés sur les conclusions préliminaires de l IASB telles qu elles ont été rendues publiques sur le site de l IASB. Le Board peut à tout

Plus en détail

GROUPE NSE INDUSTRIES. Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014

GROUPE NSE INDUSTRIES. Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014 GROUPE NSE INDUSTRIES Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014 BILAN (en milliers d euros) ACTIF Note 30/06/14 30/06/13 Ecarts d'acquisition 1 3 872 3 972 Immobilisations

Plus en détail

Résultats Semestriels 2008. Paris, le 1er octobre 2008

Résultats Semestriels 2008. Paris, le 1er octobre 2008 Résultats Semestriels 2008 Paris, le 1er octobre 2008 ALTEN ALTEN reste fortement positionné sur l Ingénierie et le Conseil en Technologie (ICT), ALTEN réalise des projets de conception et d études pour

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

Contrats à long terme

Contrats à long terme CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 99-10 Contrats à long terme 1. Définition et champ d'application des contrats à long terme 2. Constatation des produits et des charges. 3. Inventaire des produits

Plus en détail

SOCIETE DE TAYNINH RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL. A. Rapport d activité pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013

SOCIETE DE TAYNINH RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL. A. Rapport d activité pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013 SOCIETE DE TAYNINH 2013 RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL A. Rapport d activité pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013 B. Etats financiers au 30 juin 2013 C. Rapport des commissaires aux comptes

Plus en détail

Ce que les élus vont trouver dans la BDES

Ce que les élus vont trouver dans la BDES Ce que les élus vont trouver dans la BDES La BDES doit être le support de la consultation sur la stratégie de l entreprise. Elle doit réunir d ici fin 2016 toutes les informations soumises jusque-là de

Plus en détail

DOCUMENT DE RÉFÉRENCE

DOCUMENT DE RÉFÉRENCE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE INCLUANT LE RAPPORT FINANCIER ANNUEL 31 mars 2015 GENERIX SA au capital de 11 071 384,50 6, rue du Moulin de Lezennes 59650 Villeneuve-d Ascq RCS Lille 377 619 150 www.generixgroup.com

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES Paris, le 25 février 215 COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES RÉSULTATS ANNUELS RÉSULTATS EN LIGNE AVEC LES ATTENTES BONNES PERFORMANCES COMMERCIALES RÉSULTAT OPÉRATIONNEL COURANT : 888 MILLIONS D EUROS RÉSULTAT

Plus en détail

Document de référence 2010

Document de référence 2010 2APR201010244767 Document de référence 2010 18OCT200610502527 Le présent Document de référence a été déposé auprès de l Autorité des Marchés Financiers le 1 er avril 2011, conformément à l article 212-13

Plus en détail

Cegedim : Un chiffre d affaires 2013 en léger recul en organique*

Cegedim : Un chiffre d affaires 2013 en léger recul en organique* SA au capital de 13 336 506,43 euros R. C. S. Nanterre B 350 422 622 www.cegedim.com COMMUNIQUE DE PRESSE Page 1 Information Financière Trimestrielle au 31 décembre 2013 IFRS - Information Réglementée

Plus en détail

Rapport financier semestriel au 30 juin 2013 de BSB Rapport financier. Ajustement de l offre commerciale. Extension de l empreinte métier

Rapport financier semestriel au 30 juin 2013 de BSB Rapport financier. Ajustement de l offre commerciale. Extension de l empreinte métier Rapport financier semestriel 2013 Solife EBIT et EBITDA en hausse Nouveaux contrats majeurs Nouveau centre de développement Ajustement de l offre commerciale Extension de l empreinte métier Lancement d

Plus en détail

RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE ET RÉSULTATS 2010

RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE ET RÉSULTATS 2010 Communiqué de presse RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE ET RÉSULTATS Luxembourg, le 8 février 2011 - Aperam (dénommé «Aperam» ou la «Société») (Amsterdam, Luxembourg, Paris : (APAM) et NYRS : (APEMY)) annonce

Plus en détail

1 er trimestre 2014-2015 : Résultats en ligne avec les objectifs annuels

1 er trimestre 2014-2015 : Résultats en ligne avec les objectifs annuels COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 10 mars 2015 1 er trimestre : Résultats en ligne avec les objectifs annuels Solide croissance organique de 3,3% EBITDA en hausse de 1,5% Résultat net multiplié par 3,3 Perspectives

Plus en détail

515 592 876 : 45, - 92526 552 059 024 RCS

515 592 876 : 45, - 92526 552 059 024 RCS Société Anonyme au capital de 515 592 876 euros Siège social : 45, rue de Villiers - 92526 Neuilly-sur-Seine 552 059 024 RCS Nanterre www.thalesgroup.com Note d information émise à l occasion de la mise

Plus en détail

INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE

INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE Avril 2013 EVALUATION D ENTREPRISE 1 Introduction en bourse Une introduction en bourse est avant tout une opération financière. Les avantages financiers de

Plus en détail

Réalisations 2004 et perspectives 2005 Passage aux nouvelles normes IFRS

Réalisations 2004 et perspectives 2005 Passage aux nouvelles normes IFRS COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 2 février 2005 Réalisations 2004 et perspectives 2005 Passage aux nouvelles normes IFRS Sans attendre la publication de ses comptes 2004 qui seront arrêtés par le Conseil

Plus en détail

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Le résumé des comptes annuels de la société Groupe Delhaize SA est présenté ci-dessous. Conformément au Code des Sociétés, les comptes annuels complets, le

Plus en détail

Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile

Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile PARIS, France le 14 mai 2009 CGGVeritas (ISIN: 0000120164 NYSE: CGV) annonce ce jour les résultats consolidés,

Plus en détail

RAPPORT INTERMÉDIAIRE DEUXIÈME TRIMESTRE 2015. Propulsés par l expérience client

RAPPORT INTERMÉDIAIRE DEUXIÈME TRIMESTRE 2015. Propulsés par l expérience client RAPPORT INTERMÉDIAIRE DEUXIÈME TRIMESTRE 2015 Propulsés par l expérience client Rapport de gestion intermédiaire Au 30 juin 2015 Faits saillants trimestriels 3 Commentaires préalables au rapport de gestion

Plus en détail

États financiers condensés consolidés

États financiers condensés consolidés États financiers condensés consolidés Aux 30 septembre 2014 et 2013 Ces états financiers consolidés intermédiaires n'ont pas été soumis à l'examen de l'auditeur indépendant SRM158-1(14-03) Votre partenaire

Plus en détail

Norme comptable internationale 38 Immobilisations incorporelles

Norme comptable internationale 38 Immobilisations incorporelles Norme comptable internationale 38 Immobilisations incorporelles Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des immobilisations incorporelles qui ne sont pas spécifiquement

Plus en détail

Document de référence 2006

Document de référence 2006 Document de référence 00 0++-%-%/-= ++ //x0++-% -%/-=+/x0++-%-%/-=++//x0++-%-%/-= %-%/-=++ //x0++-%-%/-=++//x 0++-%-%/-=++//x0++-%-%/-= /x0++-%-%/-=++//x0++-%-%/-=+/x0++-%-%/-=++//x0++-%-%/-=+/x0++-% /x0++-%-%/-=++//x0++-%-%/-=++//x0++-%-%/-=++//x0++-%-%/-=++

Plus en détail

Résultats 2014 du groupe ERAMET en amélioration

Résultats 2014 du groupe ERAMET en amélioration Paris, le 20 février 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats 2014 du groupe ERAMET en amélioration Un renforcement substantiel des gains de productivité et une nette progression des résultats en 2014 par rapport

Plus en détail

Cegedim : Un semestre prometteur pour l avenir

Cegedim : Un semestre prometteur pour l avenir SA au capital de 13 336 506,43 euros R. C. S. Nanterre B 350 422 622 www.cegedim.com COMMUNIQUE DE PRESSE Page 1 Information Financière Trimestrielle au 30 juin 2015 IFRS - Information Réglementée - Auditée

Plus en détail

Rapport financier semestriel. Société Anonyme au capital de 13.401.587 Euros Siège Social : 12, rue Ampère ZI 91430 IGNY 343 902 821 RCS EVRY

Rapport financier semestriel. Société Anonyme au capital de 13.401.587 Euros Siège Social : 12, rue Ampère ZI 91430 IGNY 343 902 821 RCS EVRY Rapport financier semestriel 2013 Société Anonyme au capital de 13.401.587 Euros Siège Social : 12, rue Ampère ZI 91430 IGNY 343 902 821 RCS EVRY SOMMAIRE RAPPORT SEMESTRIEL D ACTIVITE DU CONSEIL D AMINISTRATION

Plus en détail

Mise en ligne des comptes annuels 2014

Mise en ligne des comptes annuels 2014 Saint-Denis, le 6 mars 2015 Mise en ligne des comptes annuels Le Groupe annonce la mise en ligne de ces comptes consolidés pour l année et rappelle à cette occasion les éléments financiers principaux de

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE ASSURANCES. Rapport d examen limité des commissaires aux comptes. sur les comptes consolidés intermédiaires résumés

CREDIT AGRICOLE ASSURANCES. Rapport d examen limité des commissaires aux comptes. sur les comptes consolidés intermédiaires résumés sur les comptes consolidés intermédiaires résumés Rapport d examen limité des commissaires aux comptes (Période du rjanxier au 30 juin 2015) CREDIT AGRICOLE ASSURANCES PricewaterhouscCoopers Audit ERNST

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014 Rapport financier du premier trimestre de -2014 Pour la période terminée le Financement agricole Canada Financement agricole Canada (FAC), dont le siège social se trouve à Regina, en Saskatchewan, est

Plus en détail

Genworth MI Canada Inc. présente ses résultats pour le deuxième trimestre de 2015

Genworth MI Canada Inc. présente ses résultats pour le deuxième trimestre de 2015 COMMUNIQUÉ 2060 Winston Park Drive Suite 300 Oakville (Ontario) L6R 5R7 Genworth MI Canada Inc. présente ses résultats pour le deuxième trimestre de 2015 Primes souscrites : 205 millions de dollars, en

Plus en détail

2. La croissance de l entreprise

2. La croissance de l entreprise 2. La croissance de l entreprise HEC Lausanne Vincent Dousse 2007 1 2.1. Les succursales Définition: Etablissement commercial qui, sous la dépendance d une entreprise dont elle fait juridiquement partie(établissement

Plus en détail

KBC GROUP NV SUPPLÉMENT (N 1) AU PROSPECTUS DE BASE EN DATE DU 10 FÉVRIER 2015. KBC Group NV (société à responsabilité limitée de droit belge)

KBC GROUP NV SUPPLÉMENT (N 1) AU PROSPECTUS DE BASE EN DATE DU 10 FÉVRIER 2015. KBC Group NV (société à responsabilité limitée de droit belge) Ce document est la traduction du Supplément N 1 au Prospectus de Base rédigé en anglais qui a été approuvé par la FSMA. En cas de contradictions entre la version anglaise et la version française du Supplément

Plus en détail

Assemblée générale des actionnaires 15 mai 2012

Assemblée générale des actionnaires 15 mai 2012 Assemblée générale des actionnaires 15 mai 2012 Assemblée générale des actionnaires Bruno Lafont - Président Directeur général Consultation préalable à l Assemblée Centres d intérêt des actionnaires Désendettement

Plus en détail

SOMMAIRE COMPTES CONSOLIDES SUR LE DERNIER ARRETE INTERMEDIAIRE

SOMMAIRE COMPTES CONSOLIDES SUR LE DERNIER ARRETE INTERMEDIAIRE SOMMAIRE COMPTES CONSOLIDES SUR LE DERNIER ARRETE INTERMEDIAIRE - Bilan consolidé - Compte de résultat consolidé - Tableau de flux - Annexe simplifiée 1 SOMMAIRE DE L ANNEXE SIMPLIFIEE 1 EVENEMENTS SIGNIFICATIFS

Plus en détail

DOLLARAMA ANNONCE DE SOLIDES RÉSULTATS POUR LE PREMIER TRIMESTRE ET RENOUVELLE SON OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS

DOLLARAMA ANNONCE DE SOLIDES RÉSULTATS POUR LE PREMIER TRIMESTRE ET RENOUVELLE SON OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS Pour diffusion immédiate DOLLARAMA ANNONCE DE SOLIDES RÉSULTATS POUR LE PREMIER TRIMESTRE ET RENOUVELLE SON OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS MONTRÉAL (Québec), le 12 juin 2014

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts. 2 février 2005

International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts. 2 février 2005 International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts 2 février 2005 QUE SONT LES IFRS? Les IFRS ont été élaborées par l International Accounting Standards Board (IASB) en vue de

Plus en détail

Mise en garde à l égard des énoncés prospectifs

Mise en garde à l égard des énoncés prospectifs Présentation aux investisseurs Mars 008 Bernard Dorval Chef de groupe, Services bancaires aux entreprises et assurance, et coprésident, TD Canada Trust Mise en garde à l égard des énoncés prospectifs De

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER ANNUEL

RAPPORT FINANCIER ANNUEL RAPPORT FINANCIER ANNUEL EXERCICE 2013 Ce document est tenu à disposition au siège de la société. Il est consultable sur son site web (www.memscap.com). SOMMAIRE PERSONNES RESPONSABLES... 1 1. Responsable

Plus en détail

DEVOTEAM annonce ses résultats 2011 : Hausse de 7% du chiffre d affaires et de 6% du résultat dilué par action

DEVOTEAM annonce ses résultats 2011 : Hausse de 7% du chiffre d affaires et de 6% du résultat dilué par action DEVOTEAM annonce ses résultats 2011 : Hausse de 7% du chiffre d affaires et de 6% du résultat dilué par action Paris, le 29 février 2012 En millions d euros (1) 31.12.2011 31.12.2010 variation Chiffre

Plus en détail

Conférence téléphonique

Conférence téléphonique Conférence téléphonique T2-2015 Énoncés prospectifs et mesure non établie selon les IFRS Mise en garde concernant les déclarations prospectives Cette présentation peut contenir des énoncés prospectifs

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse 1 Communiqué de presse Cession par les Managers, Monsieur Gauthier Louette, et le FCPE SPIE Actionnariat 2011 dans le cadre de l introduction en bourse de SPIE Cergy, le 3 octobre 2014 Conformément aux

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES 31 DECEMBRE 2002 BILANS CONSOLIDES Avant répartition ACTIF Note au 31 décembre au 31 décembre au 31 décembre en millions d'euros 2002 2001 2000 Immobilisations incorporelles

Plus en détail

COFACE SA DOCUMENT DE BASE

COFACE SA DOCUMENT DE BASE COFACE SA Société anonyme au capital de 784 206 535 euros Siège social : 1 Place Costes et Bellonte, 92270 Bois Colombes, France 432 413 599 R.C.S. Nanterre DOCUMENT DE BASE En application de son règlement

Plus en détail

Activité et Résultats annuels 2014

Activité et Résultats annuels 2014 Activité et Résultats annuels 2014 Simon Azoulay Chairman and Chief Executive Officer Bruno Benoliel Deputy Chief Executive Officer Paris, le 25 février 2015 AVERTISSEMENT «Cette présentation peut contenir

Plus en détail

ADTHINK MEDIA Société Anonyme au capital de 1.839.150 euros Siège social : 79, rue François Mermet 69160 TASSIN LA DEMI-LUNE 437 733 769 RCS LYON

ADTHINK MEDIA Société Anonyme au capital de 1.839.150 euros Siège social : 79, rue François Mermet 69160 TASSIN LA DEMI-LUNE 437 733 769 RCS LYON ADTHINK MEDIA Société Anonyme au capital de 1.839.150 euros Siège social : 79, rue François Mermet 69160 TASSIN LA DEMI-LUNE 437 733 769 RCS LYON RAPPORT DE GESTION SUR LES OPERATIONS DE L'EXERCICE CLOS

Plus en détail