Ecrans de soutènement Le projet de norme sur le calcul des écrans LES ECRANS DISCONTINUS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ecrans de soutènement Le projet de norme sur le calcul des écrans LES ECRANS DISCONTINUS"

Transcription

1 Ecrans de soutènement Le projet de norme sur le calcul des écrans LES ECRANS DISCONTINUS Olivier MADEC Jeudi 3 mai 2007

2 Les ouvrages visés sont : Les parois de pieux forés sécants ou jointifs Les rideaux mixtes de palplanches métalliques Les parois moulées en BA avec contreforts Les parois armées au coulis Les parois moulées circulaires Les écrans réalisés à partir de tranchées blindées ou par passes alternées Les écrans composites, berlinoises ou assimilées Objet : décliner dispositions géométriques et hypothèses permettant l assimilation à un écran continu uniforme 2

3 PAROIS DE PIEUX SECANTS OU CONTIGUS Assimilation : Ie = Ip/2a Ie = Ip/a a 1,3 D Poussée/butée idem écrans continus si tous les pieux ont la même longueur Si les primaires sont plus courts, poussée/butée selon calculs écrans composites Écoulements à vérifier si primaires plus courts et dans le cas des pieux contigus 3

4 Les rideaux mixtes de palplanches métalliques Principales configurations 4

5 Les rideaux mixtes de palplanches métalliques l2 1,8m (U) l2 1,5m (Z) Fiche mini = fiche mobilisant la butée aval de l écran continu équivalent Si intermédiaires idem fiche mini, calculs en écran continu Sinon, calculs en écran composite Les principaux peuvent être plus longs que fiche mini pour raison de portance par exemple Vérification des écoulements nécessaire, en particulier si intermédiaires raccourcis 5

6 Les rideaux mixtes de palplanches métalliques Résistance structurelle du rideau suivant EN Pas d efforts de cisaillement longitudinaux dans les serrures libres Inertie équivalente : (Ip + Is)/(l1 + l2) 6

7 Parois moulées avec contreforts Contreforts disposés au centre des panneaux Contreforts régulièrement espacés tout au long de l écran 7

8 Parois moulées avec contreforts Données géométriques conformes aux poutres en Tés (NF EN article ) Armatures suivant dispositions NF EN pour avoir un Té monolithe Moment d inertie équivalent Poussée/butée idem écrans à inertie constante Si contreforts ext, il est loisible de prendre effet stabilisateur du poids des terres entre contreforts 8

9 Les parois armées au coulis L1 doit permettre formation voûtes de décharge, en général 1 à 2 mètres Le moment d inertie équivalent : Ie = Ip / L1 9

10 Les parois armées au coulis 10

11 Les parois moulées circulaires Assimilation à un écran continu plan uniforme lorsque l on peut admettre que chaque élément vertical bénéficie d un appui continu élastique, donc sous réserve des tolérances d exécution. Les calculs de stabilité et de résistance suivant dispositions des écrans continus plans uniformes 11

12 Les écrans par passes alternées Ils sont assimilés à des écrans continus plans uniformes sous réserve de justifier la stabilité de l écran et des appuis à chaque phase de travaux Les conditions d appuis des butons en tête et en pied doivent être clairement fixées et contrôlées 12

13 Les berlinoises Les parois composites 13

14 Les parois composites Les mini-berlinoises et micro-berlinoises 14

15 Les parois composites Les parisiennes 15

16 Les parois composites Les lutéciennes 16

17 Les parois composites Les moscovites 17

18 Les parois composites Assimilées à des écrans continus uniformes avec : Sur la hauteur du voile réalisé (EI)e = (Ep Ip + Ev Iv)/L1 Sur la hauteur sans voile Ie = Ip / L1 En absence de coutures suffisantes, pas de monolithisme Prise en compte du béton du pieu berlinois si ferraillé ou si entièrement comprimé ; sinon profilé seul. Prise en compte du remplissage des tubes pour l inertie Inertie du voile négligé si blindage discontinu et en appui simple sur éléments principaux Si profilés noyés dans le voile, inertie équivalente pourra être calculée par la méthode des poutrelles enrobées 18

19 Les parois composites Poussée au-dessus du fond de fouille selon les écrans plans à inertie constante Réduction possible de la poussée sur le blindage plus souple, à justifier. Modèles de calcul : Graux, Kowalevski, silos Sous le fond de fouille, réaction de butée en considérant la plus petite des valeurs : En assimilant le comportement à des pieux isolés chargés horizontalement (NF EN P94-262) En assimilant le comportement à un écran continu (méthode des coefficients de réaction) 19

20 Les parois composites Coefficient d épanouissement de la butée : (1 + e/b) dans les terrains cohérents (1 + 2e/B) dans terrains granulaires Les efforts de poussée sous le fond de fouille doivent être déterminés sur la même largeur que la butée Pour les pieux berlinois, vérification de la résistance au cisaillement du scellement pour prise en compte largeur du pieu Le coefficient d épanouissement est limité à L/B 20

21 Les parois composites Autres vérifications : Stabilité du fond de fouille (renard solide) Rupture d origine hydraulique s il y a lieu Butée mobilisée au contact des éléments principaux doit être compatible avec les propriétés de résistance du terrain : pression de butée < Pl à l ELU ou < Pf à l ELS Résistance du blindage selon normes appropriées : EN 1992 (béton) EN 1993 (acier) EN 1995 (bois) 21

Fondation sur pieux et fondation mixte

Fondation sur pieux et fondation mixte Journée technique du CFMS Groupe de Travail "Fondations d éoliennes" Fondation sur pieux et fondation mixte Journée du 20 octobre 2009 1 Sommaire «Fondation sur pieux et fondation mixte» 1/. Fondation

Plus en détail

Fondations. Willy Naessens 7

Fondations. Willy Naessens 7 Willy Naessens 7 1. Fondations superficielles Introduction Ces fondations sont posées à faible profondeur sur un terrain de bonne portance. Une distinction peut être faite entre fondations préfabriquées

Plus en détail

de construction métallique

de construction métallique sous la direction de Jean-Pierre Muzeau Manuel de construction métallique Extraits des Eurocodes à l usage des étudiants Afnor et Groupe Eyrolles, 2012 ISBN Afnor : 978-2-12-465370-6 ISBN Eyrolles : 978-2-212-13469-8

Plus en détail

Systèmes de soutènement

Systèmes de soutènement FrankiFoundations Belgium Systèmes de soutènement Synthèse des techniques approche b Ir M.Bottiau FrankiFoundations Belgium DeputyGeneral M ABEF President Systèmes de soutènement Dimensionnement: en cours

Plus en détail

Chapitre III: Les fondations

Chapitre III: Les fondations Chapitre III: Les fondations 1. Introduction Les fondations sont des ouvrages qui assurent la stabilité d'une construction, ainsi que la bonne transmission des sollicitations (charges) et leur diffusion

Plus en détail

Le maçon à son poste de travail

Le maçon à son poste de travail Fiche Prévention - E2 F 01 13 Le maçon à son poste de travail Partie 5 : Stabilisation des murs maçonnés en phase de construction La réalisation de murs en maçonnerie est une opération courante sur les

Plus en détail

Ouvrages de soutènement

Ouvrages de soutènement Le Pont Ouvrages de soutènement Jérôme Saliba Frédéric Rocher-Lacoste (Cerema) Service d études sur les transports, les routes et leurs aménagements Sommaire Typologie Fonctionnement Pathologie 2 22 Typologie

Plus en détail

SOMMAIRE 1. OBJET... 3

SOMMAIRE 1. OBJET... 3 SOMMAIRE 1 SOMMAIRE 1. OBJET... 3 2. DOMAINE D APPLICATION... 5 3. CALCULS EN ENVIRONNEMENT AGRESSIF... 7 3.1 Généralités... 7 3.2 Vérification des dalles... 12 3.3 Vérification des poutres... 24 3.4 Calculs

Plus en détail

NORME BETON AUTOPLAÇANT LA NORME BETON AUTOPLAÇANT

NORME BETON AUTOPLAÇANT LA NORME BETON AUTOPLAÇANT LA NORME BETON AUTOPLAÇANT 1 Le BETON AUTOPLAÇANT fait l objet de règles complémentaires dans la norme NF EN 206-9 Cette norme précise les règles qui s appliquent au BAP en complément des règles communes

Plus en détail

CLIQUEZ. Matériel de sondages, forages, fondations spéciales, injections et amélioration du sol en place Compléments de cours.

CLIQUEZ. Matériel de sondages, forages, fondations spéciales, injections et amélioration du sol en place Compléments de cours. Nota: Ce fichier est en cours de bouclage, quelques techniques particulières ne sont encore pas décrites. CLIQUEZ Matériels Forages pour explosifs Technique des pieux Soutènement: LUTECIENNE, BERLINOISE,

Plus en détail

DISPOSITIONS GÉNÉRALES

DISPOSITIONS GÉNÉRALES DISPOSITIONS GÉNÉRALES ÉTAIEMENT 2 MANUTENTION La manutention manuelle est aisée en raison de la légèreté des poutrelles FILIGRANE. Toutefois, en cas de manutention par grue avec élingues ou palonnier,

Plus en détail

Vérification du pieu stabilisateur Données d'entrée

Vérification du pieu stabilisateur Données d'entrée Vérification du pieu stabilisateur Données d'entrée Projet Date : 28.10.2015 Paramètres (saisie pour l'étude actuelle) Matériaux et normes Structures en béton : Coefficients EN 1992-1-1 : Structures en

Plus en détail

Étaiement des balcons

Étaiement des balcons Fiche Prévention - E4 F 07 13 Étaiement des balcons Les étaiements constituent, en général, dans le bâtiment, des opérations essentielles et répétées dont dépendent la stabilité et la solidité des ouvrages

Plus en détail

Maisons sur vide sanitaire

Maisons sur vide sanitaire Maisons sur vide sanitaire Henri Renaud Groupe Eyrolles 2008, ISBN : 978-2-212-12195-7 Sommaire Chapitre 2 Procédés de construction d un vide sanitaire 1. Vide sanitaire traditionnel réalisé avec des murs

Plus en détail

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s)

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s) Département Enveloppe et Revêtements Division HygroThermique des Ouvrages N affaire : 12-007 Le 10 avril 2012 Réf. DER/HTO 2012-093-BB/LS CALCUL DES COEFFICIENTS DE TRANSMISSION SURFACIQUE UP ET DES COEFFICIENTS

Plus en détail

LE GÉNIE PARASISMIQUE

LE GÉNIE PARASISMIQUE LE GÉNIE PARASISMIQUE Concevoir et construire un bâtiment pour qu il résiste aux séismes 1 Présentation de l intervenant Activité : Implantation : B.E.T. structures : Ingénierie générale du bâtiment. Siège

Plus en détail

Fondations d écrans acoustiques : retour d expériences du CETE IF

Fondations d écrans acoustiques : retour d expériences du CETE IF : retour d expériences du CETE IF Page 1/15 Quelques projets récents : A4 / A86 Créteil, MaisonsAlfort, SaintMaurice (20072011) A4 Champigny (20052010) RN104 SaintGermainlesCorbeil (2010) RN13 SaintGermainenLaye

Plus en détail

Ouvrages en maçonnerie :

Ouvrages en maçonnerie : Club Ouvrages d Art du 5 février 2009 à Berre l'etang Ouvrages en maçonnerie : investigations préalables et recalculs Centre d'études Techniques de l'équipement Méditerranée www.cete-mediterranee.fr Sommaire

Plus en détail

DALLES ELEMENTS DE COURS

DALLES ELEMENTS DE COURS CESFA BTP CAO - DAO DALLES ELEENTS DE COURS Contenu : Calcul des actions et des sollicitations Règles de calcul et dimensionnement des dalles Dispositions constructives Page 1 Nous ne traiterons dans ce

Plus en détail

Mur extérieur «mur PAMAflex»

Mur extérieur «mur PAMAflex» A 1. Description Elément préfabriqué hautement isolé composé d une paroi portante en béton de 14 cm d épaisseur, d une couche d isolation de 27 cm de polyuréthane, épaisseur totale du mur de 41 cm. Un

Plus en détail

1 Semelle isolée : Semelle1 Nombre : 1

1 Semelle isolée : Semelle1 Nombre : 1 1 Semelle isolée : Semelle1 Nombre : 1 1.1 Données de base 1.1.1 Principes Norme pour les calculs géotechniques : DTU 13.12 Norme pour les calculs béton armé : BAEL 91 mod. 99 Forme de la semelle : homothétique

Plus en détail

RN1569 Déviation de Miramas Construction de l'oa16 15/01/2015

RN1569 Déviation de Miramas Construction de l'oa16 15/01/2015 RN1569 Déviation de Miramas Construction de l'oa16 Sommaire Données générales et contraintes Caractéristiques de l'ouvrage Les études de projet Quelques photos du chantier 2 Données générales et contraintes

Plus en détail

«Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques

«Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques Session de formation continue ENPC «Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques 6-8 octobre 2010 Philippe Mestat (LCPC) «Pièges» pour débutant?. Conditions limites en déplacements : il faut

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2012 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

2.1. SEMELLES DE FONDATION

2.1. SEMELLES DE FONDATION 2.1.1. DESCRIPTION 2.1. SEMELLES DE FONDATION Les semelles de fondations préfabriquées sont de trois types : - avec fût pour pose des colonnes sans étais, - avec fourreaux destinés à recevoir les barres

Plus en détail

Chapitre IV : Méthodes de confortement :

Chapitre IV : Méthodes de confortement : Chapitre IV : Méthodes de confortement : Introduction : Les confortements des talus au glissement sont l'ensemble des méthodes qui servent à stabiliser la masse de terrain instable. Le choix de la méthode

Plus en détail

Cours de béton armé Comportement du béton en flexion simple

Cours de béton armé Comportement du béton en flexion simple Cours de béton armé Comportement du béton en flexion simple BAC3 - HEMES -Gramme 1 Dr Ir P. Boeraeve - Unité 9 Construction - 2007 Conventions/notations Signes : + compression - traction Min Maj NOM 2

Plus en détail

Triplement du pont Pinel Poutres précontraintes en BFUP LECLERC CETE NC/ DEIOA

Triplement du pont Pinel Poutres précontraintes en BFUP LECLERC CETE NC/ DEIOA Triplement du pont Pinel Poutres précontraintes en BFUP Aude PontPETEL Pinel SETRA/CTOA/DGO Aude complété PETEL par / Gérard GérardLECLERC LECLERC CETE NC/ DEIOA 1 Déroulement de la présentation I - Présentation

Plus en détail

SSLS127 Flexion d'une dalle en béton armé (modèle GLRC_DAMAGE) appuyée sur 4 cotés : régime de plaque élastique

SSLS127 Flexion d'une dalle en béton armé (modèle GLRC_DAMAGE) appuyée sur 4 cotés : régime de plaque élastique Titre : SSLS127 Flexion d'une dalle en béton armé (modèl[...] Date : 31/10/2014 Page : 1/14 SSLS127 Flexion d'une dalle en béton armé (modèle GLRC_DAMAGE) appuyée sur 4 cotés : régime de plaque élastique

Plus en détail

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER Laure Delaporte ConstruirAcier Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc SCHAFFNER des Ateliers SCHAFFNER chef de file du GT4 Jérémy TROUART de l Union des Métalliers

Plus en détail

GLOSSAIRE DU BÉTON ARMÉ

GLOSSAIRE DU BÉTON ARMÉ GLOSSAIRE DU BÉTON ARMÉ Accessoires Articles, à l'exception des barres d'armature; par exemple, les supports de barre. Adhérence Force de liaison entre l'acier d'armature et le béton. Armature en cisaillement

Plus en détail

LES FONDATIONS PROFONDES

LES FONDATIONS PROFONDES Technologie C:\Documents and Settings\FREDERIC\Mes documents\travail\technologie\fondations PROFONDES\Fondations profondes.docversion 2008 LES FONDATIONS PROFONDES TECHNICIENS SUPERIEURS TRAVAUX PUBLICS

Plus en détail

BLOC A BANCHER (PRODUIT)

BLOC A BANCHER (PRODUIT) AVIS TECHNIQUE BLOC A BANCHER (PRODUIT) Etabli par : Mr Salah GABSI- Ingénieur Génie Civil Vérifié par : Mr Mohamed Nebil ZAHRA- Directeur Généraléral Avis Technique N 001/2014 Date : Novembre/ /2014 Annule

Plus en détail

Exemple d application du EN 1993-1-2 : Poutre fléchie avec section tubulaire reconstituée

Exemple d application du EN 1993-1-2 : Poutre fléchie avec section tubulaire reconstituée Exemple d application du EN 1993-1-2 : Poutre fléchie avec section tubulaire reconstituée P. Schaumann, T. Trautmann University of Hannover Institute for Steel Construction, Hannover, Germany 1 OBJECTIF

Plus en détail

TECHNIQUES D EXCAVATION ET DE SOUTENEMENT EN SITE URBAIN REPRISE EN SOUS-ŒUVRE CREATION DE VOLUME SOUS IMMEUBLES EXISTANTS

TECHNIQUES D EXCAVATION ET DE SOUTENEMENT EN SITE URBAIN REPRISE EN SOUS-ŒUVRE CREATION DE VOLUME SOUS IMMEUBLES EXISTANTS CFMS 3 décembre 2014 «Réhabilitation et confortement des ouvrages / Reprise en sous-œuvre» TECHNIQUES D EXCAVATION ET DE SOUTENEMENT EN SITE URBAIN REPRISE EN SOUS-ŒUVRE CREATION DE VOLUME SOUS IMMEUBLES

Plus en détail

INTRODUCTION 9 LE DIMENSIONNEMENT DES GARDE-CORPS 1. GÉNÉR ALITÉS 12. 1.1. Conception d un projet d ouvrage métallique 12

INTRODUCTION 9 LE DIMENSIONNEMENT DES GARDE-CORPS 1. GÉNÉR ALITÉS 12. 1.1. Conception d un projet d ouvrage métallique 12 PART_PRESENTATION:Presentation_laquage_1-8 23/04/09 10:46 Page 4 4 INTRODUCTION 9 PARTIE I LE DIMENSIONNEMENT DES GARDE-CORPS 11 1. GÉNÉR ALITÉS 12 1.1. Conception d un projet d ouvrage métallique 12 1.1.1.

Plus en détail

Chapitre 15 Isolation en base des bâtiments. Document de référence: Eurocode 8, EN1998-1 Chapitre 10

Chapitre 15 Isolation en base des bâtiments. Document de référence: Eurocode 8, EN1998-1 Chapitre 10 Chapitre 15 Isolation en base des bâtiments. Document de référence: Eurocode 8, EN1998-1 Chapitre 10 But: permettre un mouvement relatif de la base par rapport au sol réduction du déplacement imposé du

Plus en détail

Murs de Soutènement La typologie des murs de soutènements Patrick LOSSET / DOA

Murs de Soutènement La typologie des murs de soutènements Patrick LOSSET / DOA Murs de Soutènement La typologie des murs de soutènements Patrick LOSSET / DOA 1 Date_Titre de la présentation Les situations : Ouvrage en remblai 2 Les situations Ouvrage en déblai 3 Les situations Ouvrage

Plus en détail

Fondation filante ou continue. Béton de. fondation 350 Kg/m³. Béton de. propreté 250 Kg/m³. Fondation filante ou continue

Fondation filante ou continue. Béton de. fondation 350 Kg/m³. Béton de. propreté 250 Kg/m³. Fondation filante ou continue FONDATIONS Les fondations sont destinées à assurer la stabilité d un ouvrage sur le terrain. Elles doivent pouvoir transmettre toutes les sollicitations ( charges, surcharges, renversement, ) sur un sol

Plus en détail

P M L R O G W. sylomer. Gamme de Sylomer Standard. Propriétés Méthode de test Commentaires. Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte

P M L R O G W. sylomer. Gamme de Sylomer Standard. Propriétés Méthode de test Commentaires. Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte Matière : Couleur : Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte Gris Recommandations d usage : Pression (dépend du facteur de forme) Déflexion Pression statique maximum :. N/mm ~ % Pression dyn. maximum :. N/mm

Plus en détail

Concours CASTing 2011

Concours CASTing 2011 Concours CASTing 2011 Épreuve de mécanique Durée 1h30 Sans calculatrice Le candidat traitera deux exercices parmi les trois proposés dans le sujet. Dans le cas où les trois exercices seraient traités partiellement,

Plus en détail

Rheinkraftwerk Iffezheim Zubau Maschine 5

Rheinkraftwerk Iffezheim Zubau Maschine 5 Centrale Électrique Rhénane d Iffezheim Construction du Groupe 5 Présentation technique GC 16/10/2010 Plan 1. Présentation générale du projet 2. Plans principaux de l ouvrage 3. Point d avancement Photographies

Plus en détail

ASSAINISSEMENT Entretien des réseaux d assainissement

ASSAINISSEMENT Entretien des réseaux d assainissement ASSAINISSEMENT Entretien des réseaux d assainissement Vincent Rouch Lrpc de Strasbourg 11 mars 2009 Les Présentations du Laboratoire de Strasbourg Les contrôles obligatoires sur les réseaux d assainissement

Plus en détail

Modulation de construction et préfabrication

Modulation de construction et préfabrication Chapitre 5 : LES COMPOSANTS PREFABRIQUES EN BETON POUR LE BATIMENT Les composants préfabriqués pour le bâtiment seront divisés en 2 grandes catégories : Les composants linéaires (pieux, poteaux, poutres

Plus en détail

REPRISES EN SOUS-OEUVRE

REPRISES EN SOUS-OEUVRE REPRISES EN SOUS-OEUVRE INTRODUCTION Le terme reprise en sous-oeuvre est utilisé chaque fois que l'on réalise un ouvrage devant assurer une nouvelle transmission des charges. Ce problème se pose dans deux

Plus en détail

Utilisation des paramètres pressiométriques

Utilisation des paramètres pressiométriques Utilisation des paramètres pressiométriques Relation entre p l et E M Ménard donne pour les sols cohérents les correspondances suivantes E M /p l < 5 argiles remaniées ou triturées 5

Plus en détail

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti .0 RISQUES GEOLOGIQUES DU SITE NOTES. LIQUÉFACTION : On ne doit pas trouver de sols granulaires liquéfiables, lâches, saturés, ou qui pourraient compromettre la performance sismique du bâtiment, dans des

Plus en détail

LINTEAU COUVERTURE. . La flèche f est proportionnelle aux forces F exercées sur l élément cad proportionnelle à Mf dans chaque section.

LINTEAU COUVERTURE. . La flèche f est proportionnelle aux forces F exercées sur l élément cad proportionnelle à Mf dans chaque section. POUTRE SIMPLE LINTEAU COUVERTURE 3.1 Introduction - considérations générales. On définit la flèche f comme la déformation maximale d un élément de structure soumis à une flexion simple (Mf). La flèche

Plus en détail

LES TERRASSEMENTS ET LES FONDATIONS

LES TERRASSEMENTS ET LES FONDATIONS Les terrassements Le terrassement : désigne l ensemble des opérations de mise en forme d un terrain liées à l édification d une construction (nivellement du sol, fouille pour l exécution des fondations,

Plus en détail

LES PLANCHERS. Le plancher va travailler en flexion. Le plancher bien droit à l origine, dès qu on le emt en place, se déforme.

LES PLANCHERS. Le plancher va travailler en flexion. Le plancher bien droit à l origine, dès qu on le emt en place, se déforme. LES PLANCHERS Introduction - Charges supportées par les planchers -Poids propre -Revêtement -Cloisons -Exploitation Le plancher va travailler en flexion. Le plancher bien droit à l origine, dès qu on le

Plus en détail

Tablier. métallique. Une division du Groupe Canam

Tablier. métallique. Une division du Groupe Canam Tablier métallique Une division du Groupe Canam TABLE DES MATIÈRES PAGE NOS SERVICES... 4 NOTES SUR LES TABLEAUX DE CHARGE... 5 P-3615 & P-3606 DIMENSIONS & PROPRIÉTÉS PHYSIQUES... 6 TABLEAUX DES CHARGES

Plus en détail

CHAPITRE V FONDATIONS PROFONDES GCI 315 MÉCANIQUE DES SOLS II

CHAPITRE V FONDATIONS PROFONDES GCI 315 MÉCANIQUE DES SOLS II INTRODUCTION - GÉNÉRALITÉ Un pieu est un élément structural mince et profilé mis en place par fonçage ou battage et utilisé pour transmettre des charges en profondeur lorsque l utilisation de fondations

Plus en détail

GUIDE D INSTALLATION CMJN : 0/90//100/0 FIXATION PAR COLLAGE PU

GUIDE D INSTALLATION CMJN : 0/90//100/0 FIXATION PAR COLLAGE PU TM GUIDE D INSTALLATION CMJN : 0/90//100/0 FIXATION PAR COLLAGE PU CMJN : 0/0/0/60 www.thermart.eu 1 SOMMAIRE INSTALLATION PAR COLLAGE 3 RECOMMANDATION GÉNÉRALE 4 PRÉPARATION DU SUPPORT 4 DÉTERMINER LA

Plus en détail

AFGC délégation Rhône-Alpes. LE PONT SCHUMAN : un 14eme Ouvrage sur la Saône à Lyon. Les études du Génie-Civil

AFGC délégation Rhône-Alpes. LE PONT SCHUMAN : un 14eme Ouvrage sur la Saône à Lyon. Les études du Génie-Civil AFGC délégation Rhône-Alpes LE PONT SCHUMAN : un 14eme Ouvrage sur la Saône à Lyon Les études du Génie-Civil AFGC Délégation Rhône Alpes 19 juin 2014 Par Franck DUBOIS BET Vinci Construction France STRUCTURES

Plus en détail

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL. Etude et Définition de Produits Industriels. Épreuve : E1 - Unité U 11.

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL. Etude et Définition de Produits Industriels. Épreuve : E1 - Unité U 11. BACCALAUREAT PROFESSIONNEL Etude et Définition de Produits Industriels Épreuve : E1 - Unité U 11. Etude du comportement mécanique d'un système technique. Durée : 3 heures Coefficient: 3 Compétences et

Plus en détail

MUR DE FACADE EN BOIS. Module 2 Technologies courantes de construction bois

MUR DE FACADE EN BOIS. Module 2 Technologies courantes de construction bois MUR DE FACADE EN BOIS Module 2 Technologies courantes de construction bois Module 2 Technologies courantes de construction bois Murs à ossature légère Principes Matériaux Pré-dimensionnement Lisses

Plus en détail

Introduction au béton armé selon l Eurocode 2

Introduction au béton armé selon l Eurocode 2 Jean-Louis Granju Introduction au béton armé selon l Eurocode 2 Afnor et Groupe Eyrolles, 2012 ISBN Afnor : 978-2-12-465375-1 ISBN Eyrolles : 978-2-212-13528-2 Le béton armé : comment ça marche? 25 soudure

Plus en détail

1.5. Documents de présentation : notes de calcul de structure

1.5. Documents de présentation : notes de calcul de structure 1.5. Documents de présentation : notes de calcul de structure 1. Objet du présent rapport: La mission de vérification confiée au bureau d études techniques CAP Structures par la société CONTAINER SYSTEMES

Plus en détail

Mur de cave «Prémur PAMAflex» avec 20 cm d isolation

Mur de cave «Prémur PAMAflex» avec 20 cm d isolation 1. Description Elément préfabriqué en béton de type prémur isolé composé de 2 parois en béton de 7 cm d épaisseur, d une couche d isolation de 20 cm en polystyrène expansé et d un espace pour le remplissage

Plus en détail

L OSSATURE METALLIQUE

L OSSATURE METALLIQUE Communauté d Agglomération Saint Etienne Métropole ZENITH SAINT ETIENNE L OSSATURE METALLIQUE Le 21 mai 2008 Joseph NOC L ossature métallique du ZENITH de SAINT ETIENNE a été créée en 4 parties différentes

Plus en détail

PCB 20 Plancher collaborant. Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678

PCB 20 Plancher collaborant. Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678 Plancher collaborant Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678 V1/2011 caractéristiques du profil DÉTAIL GÉOMÉTRIQUE DU 22 728 104 épaisseur (mm) 0,5 0,7 poids (dan/m 2 ) 5,3 7,4 APPLICATION CONSEILLÉE

Plus en détail

ET DESSIN DES ASSEMBLAGES EPURES ET DEBITS AUTOMATIQUES

ET DESSIN DES ASSEMBLAGES EPURES ET DEBITS AUTOMATIQUES Bar2015 CALCUL DE STRUCTURES PLANES & SPATIALES Traditionnel, Lamellé, Caisson, Fermette, Portiques CALCUL ET DESSIN DES ASSEMBLAGES EPURES ET DEBITS AUTOMATIQUES Bar2015 : le logiciel le plus complet

Plus en détail

DOCUMENTATION TECHNIQUE

DOCUMENTATION TECHNIQUE DOCUMENTATION TECHNIQUE Routes n 85 Septembre 2003 Les coulis et les bétons pour les fondations spéciales Les travaux de fondations spéciales regroupent de nombreuses techniques et procédés destinés à

Plus en détail

Terrassements en sous-œuvre et fondations

Terrassements en sous-œuvre et fondations On appelle travaux en sous-œuvre ceux qui sont exécutés dans la zone de transmission des charges d une construction existante au terrain de fondation. Terrassements en sous-œuvre et fondations DANGERS

Plus en détail

BORDEREAU DES PRIX UNITAIRES

BORDEREAU DES PRIX UNITAIRES MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX REALISATION DE TRAVAUX DE BRANCHEMENT AU RESEAU D ASSAINISSEMENT ET PETITS TRAVAUX DE REPARATION MAITRE D OUVRAGE : DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES BORDEREAU DES PRIX UNITAIRES

Plus en détail

Dalles alvéolaires précontraintes

Dalles alvéolaires précontraintes Fiche Prévention - E4 F 09 13 Dalles alvéolaires précontraintes Mise en œuvre et stabilité en phase provisoire Les dalles alvéolaires précontraintes (DAP) sont des dalles fabriquées en usine, constituées

Plus en détail

NOTE DE CALCUL. Silo ECOCEM à FOS SUR MER (13) Fondations profondes par pieux forés à la tarière creuse. Note de Calcul - Pieux

NOTE DE CALCUL. Silo ECOCEM à FOS SUR MER (13) Fondations profondes par pieux forés à la tarière creuse. Note de Calcul - Pieux Keller Fondations Spéciales Siège Social 2 rue Denis Papin 67120 Duttlenheim Tél. : 03 88 59 92 00 Fax : 03 88 59 95 90 www.keller-france.com Silo ECOCEM à FOS SUR MER (13) NOTE DE CALCUL Fondations profondes

Plus en détail

SYSTÈME DE PLANCHER COMPOSITE HAMBRO D500 : DESCRIPTION, INSTALLATION ET AVANTAGES DU SYSTÈME. Par Marie-Ève Dorion, ing.

SYSTÈME DE PLANCHER COMPOSITE HAMBRO D500 : DESCRIPTION, INSTALLATION ET AVANTAGES DU SYSTÈME. Par Marie-Ève Dorion, ing. SYSTÈME DE PLANCHER COMPOSITE HAMBRO D500 : DESCRIPTION, INSTALLATION ET AVANTAGES DU SYSTÈME Par Marie-Ève Dorion, ing. Juin 2013 TABLE DES MATIÈRES LE SYSTÈME DE PLANCHER COMPOSITE HAMBRO D500 STADE

Plus en détail

Mur double - appui plancher béton sur linteau Cellumat. 1/Détail: mur double appui hourdis béton sur linteau Cellumat

Mur double - appui plancher béton sur linteau Cellumat. 1/Détail: mur double appui hourdis béton sur linteau Cellumat Détails 1. Mur double - appui plancher béton sur linteau Cellumat 1/Détail: mur double appui hourdis béton sur linteau Cellumat Crochet type mur sec Mortier Membrane d'étanchéite Chaînage béton Brique

Plus en détail

PRÉGYMÉTALTM. Mise en œuvre CONTRE-CLOISONS PRINCIPES DE POSE POINTS SINGULIERS ACCROCHAGES & FIXATIONS LOCAUX HUMIDES LOCAUX TRÈS HUMIDES

PRÉGYMÉTALTM. Mise en œuvre CONTRE-CLOISONS PRINCIPES DE POSE POINTS SINGULIERS ACCROCHAGES & FIXATIONS LOCAUX HUMIDES LOCAUX TRÈS HUMIDES PRÉGYMÉTALTM Mise en œuvre Caractéristiques techniques pages 90 à 9 PRINCIPES DE POSE A POINTS SINGULIERS 7 A 0 ACCROCHAGES & FIXATIONS LOCAUX HUMIDES LOCAUX TRÈS HUMIDES TRAÇAGE ET POSE DES RAILS CONTRE-CLOISONS

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

Halle métallique Projet de construction ICOM

Halle métallique Projet de construction ICOM Halle métallique Projet de construction ICOM Professeur accompagnant : Jean-Paul Lebet Assistant : Valentin Gavillet Projet de construction: Halle métallique 2 / 49 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3

Plus en détail

Une Large gamme de citernes

Une Large gamme de citernes Edition 09-2009 Une Large gamme de citernes Citernes Polyéthylène HD Traité anti UV Hors sol Utilisation: Récupération et stockage d ea réclamer à votre vendeur les dif Pour la maison CITERNES horizontales

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE A.

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE A. REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE A.MIRA - BEJAIA FACULTE DES SCIENCES ET DES SCIENCES DE L INGENIORAT DEPARTEMENT

Plus en détail

F. Cuira Octobre Norme NF P = norme nationale d application de l EC7 pour la justification des écrans de soutènement

F. Cuira Octobre Norme NF P = norme nationale d application de l EC7 pour la justification des écrans de soutènement FOXTA Journée de lancement FOXTA/K-Rea v3 19 Octobre 2011 Logiciel K REA v3 Prise en compte des vérifications ELU selon la norme «Ecran» (NF P 94 282) Fahd Cuira F. Cuira Octobre 2011 Page 1 Cadre général

Plus en détail

Cours 2. La structure porteuse d un bâtiment. 1 - Les fondations. 2 - Les porteurs verticaux. 3 - Les porteurs horizontaux

Cours 2. La structure porteuse d un bâtiment. 1 - Les fondations. 2 - Les porteurs verticaux. 3 - Les porteurs horizontaux La structure porteuse d un bâtiment 1 - Les fondations 2 - Les porteurs verticaux 3 - Les porteurs horizontaux 1) Les Fondations 1-1) Fonctions, définitions Les fondations d un ouvrage sont les éléments

Plus en détail

Planchers à prédalles Guide de mise en œuvre Cas général

Planchers à prédalles Guide de mise en œuvre Cas général Planchers à prédalles Guide de mise en œuvre Cas général page 1 LES DOCUMENTS DE REFERENCE Plan du bureau d études de structures. Plan de préconisation de pose établi par le fabricant, validé par le bureau

Plus en détail

EUROBUILT VITRAGES DE SECURITE INCENDIE Ingénierie, conseil et vente de produits verriers feu www.eurobuilt.fr. SYSTEME Glass

EUROBUILT VITRAGES DE SECURITE INCENDIE Ingénierie, conseil et vente de produits verriers feu www.eurobuilt.fr. SYSTEME Glass SYSTEME Glass EUROBUILT VITRAGES DE SECURITE INCENDIE Ingénierie, conseil et vente de produits verriers feu www.eurobuilt.fr Vous êtes : Metallier, Façadier, Menuisier Vous êtes chargé d affaires, acheteur

Plus en détail

Introduction aux descriptions pour cahier des charges, prescriptions de pose et détails d exécution

Introduction aux descriptions pour cahier des charges, prescriptions de pose et détails d exécution 57 P.2.0.8 Introduction aux descriptions pour cahier des charges, prescriptions de pose et détails d exécution Les prescriptions de pose et les détails d exécution repris dans cette documentation sont

Plus en détail

ESDEP GROUPE DE TRAVAIL 7 ELEMENTS STRUCTURAUX

ESDEP GROUPE DE TRAVAIL 7 ELEMENTS STRUCTURAUX ESDEP GROUPE DE TRAVAIL 7 ELEMENTS STRUCTURAUX Exemple 7.2 Voilement local Leçon support : Leçon 7.3 - Voilement local Fichier : EX 7-2.doc EXEMPLE 7.2 VOILEMENT LOCAL 1. PROBLEME Trois tôles en acier

Plus en détail

Murs Fiches d Application

Murs Fiches d Application Fiches d Application et Revêtement de Panneau Perforé Panneau Sandwich Consulter le Dossier Technique Viroc disponible dans www.viroc.pt, dans la langue FR, sur la page Téléchargements. Autres Fichiers

Plus en détail

Murs de soutènement. Gilles VALDEYRON CEREMA Département Laboratoire de Bordeaux. Fonctionnement des murs, écrans et parois

Murs de soutènement. Gilles VALDEYRON CEREMA Département Laboratoire de Bordeaux. Fonctionnement des murs, écrans et parois Murs de soutènement Fonctionnement des murs, écrans et parois Gilles VALDEYRON CEREMA Département Laboratoire de Bordeaux Date_Titre de la présentation 1 SOMMAIRE Un peu de théorie Les murs poids (murs

Plus en détail

Analyse multi échelle du risque sismique d une structure reposant sur un complexe de sol amélioré

Analyse multi échelle du risque sismique d une structure reposant sur un complexe de sol amélioré Restitution PARN CG38 31 Janvier 2012 Analyse multi échelle du risque sismique d une structure reposant sur un complexe de sol amélioré Thèse Hana Santruckova Stage M2 MEMS Alberto Cofone Encadrement:

Plus en détail

RAPPORT MISE A L ACCESSIBILITE DE 6 ECOLES PRIMAIRES. Ecole de MIRANGO I

RAPPORT MISE A L ACCESSIBILITE DE 6 ECOLES PRIMAIRES. Ecole de MIRANGO I RAPPORT MISE A L ACCESSIBILITE DE 6 ECOLES PRIMAIRES Ecole de MIRANGO I Vincent DAVID Le 21 décembre 2010 Table des matières 1- Les outils d accessibilité principalement utilisés 1-1 Les rampes d accès

Plus en détail

CHAPITRE XV : Fondations profondes

CHAPITRE XV : Fondations profondes CHAPITRE XV : Fondations profondes 1 DÉFINITIONS D UN PIEU...3 2 PRINCIPAUX TYPES DE PIEUX...4 2.1 PRINCIPES D EXÉCUTION DES PRINCIPAUX TYPES DE PIEUX... 4 2.1.1 Pieux battus...4 2.1.2 Pieux forés...4

Plus en détail

TUBES ET ACCESSOIRES Serrurier A ailettes Construction Canalisation Spéciaux

TUBES ET ACCESSOIRES Serrurier A ailettes Construction Canalisation Spéciaux TUBES ET ACCESSOIRES 47 Serrurier A ailettes Construction Canalisation Spéciaux Possibilité d autres sections sur demande. Les caractéristiques indiquées sont théoriques et non garanties. TUBES 48 TUBES

Plus en détail

Mémoire technique : Halle industrielle à Villars-Ste-Croix

Mémoire technique : Halle industrielle à Villars-Ste-Croix Mémoire technique : Halle industrielle à Villars-Ste-Croix Novembre 2008 Page : 1 / 6 Table des matières 1. Les données 2 2. Le travail demandé 3 3. La démarche 3 4. Résumé des sections et conclusion 7

Plus en détail

BATIMENTS PREFABRIQUES

BATIMENTS PREFABRIQUES BATIMENTS PREFABRIQUES Présentation des bâtiments préfabriqués - Components employés - Equipements principaux - Phases d assemblage - Quelques réalisations SKA spa via Agosta, 3-36066 Sandrigo (VI) - Italy

Plus en détail

Le Prémur KP1. Le guide d utilisation

Le Prémur KP1. Le guide d utilisation Le Prémur KP1 Le guide d utilisation Le Prémur complète la gamme des produits KP1. Pour tirer avantages de ce procédé et l associer avec nos autres solutions et l adapter à votre chantier, il est nécessaire

Plus en détail

Cours de Structures en béton

Cours de Structures en béton Cours de Structures en béton Chapitre 1 CONSTRUIRE EN BETON Section 1.7 La préfabrication 1.7.1 Les généralités 1.7.2 Les éléments verticaux 1.7.4 Les éléments précontraints Version 1.0 A Prof. André Oribasi

Plus en détail

SOMMAIRE 1. OBJET...3 2. DOMAINE D APPLICATION...5

SOMMAIRE 1. OBJET...3 2. DOMAINE D APPLICATION...5 SOMMAIRE SOMMAIRE. OBJET.... DOMAINE D APPLICATION...5. SOLUTIONS POUR PAROIS HORIZONTALES...7. Dispositions générales...7. Exemple de calcul : calcul du plancer P05...9. Exemple de solutions vérifiées

Plus en détail

Sommaire. Nomenclature

Sommaire. Nomenclature Dans cette nomenclature vous trouverez les pièces nécessaires pour une utilisation courante. Leurs dimensions correspondantes sont indiquées. En cas de besoin de pièces complémentaires, veuillez consulter

Plus en détail

EGCO. Technologies pour l industrie du bâtiment. Pecafil. Le matériau de coffrage universel

EGCO. Technologies pour l industrie du bâtiment. Pecafil. Le matériau de coffrage universel EGCO Technologies pour l industrie du bâtiment Pecafil Le matériau de coffrage universel Sommaire EGCO AG Industriestrasse 100 3178 Bösingen Suisse Tél. +41 31 740 55 55 Fax +41 31 740 55 56 info@egco.ch

Plus en détail

Poutrelles en I et LVL SolidStart LP

Poutrelles en I et LVL SolidStart LP Poutrelles en I et LVL SolidStart LP Distribués au Canada par Taiga Building Products MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION PRODUITS DE BOIS D'INGÉNIERIE Conception utilisant les états limites SolidStart LP Guide

Plus en détail

Recommandation pour la maitrise de la fissuration - Thermo-Hydro-Mécanique

Recommandation pour la maitrise de la fissuration - Thermo-Hydro-Mécanique Recommandation pour la maitrise de la fissuration - Thermo-Hydro-Mécanique Francis Barré Géodynamique & Structure Ferraillage minimum des pièces épaisses (Chap 6) Hydratation à jeune âge Séchage du béton

Plus en détail

12/08 1 FICHES TECHNIQUES. gaz

12/08 1 FICHES TECHNIQUES. gaz 12/08 1 produit géo flam coupe-feu avec procès-verbaux du cticm CSTB e t cebtp FICHES TECHNIQUES un seul matériau pour feu intérieur et extérieur en coup-feu 1 heure - 1 heure 1/2-2 heures conduits de

Plus en détail

BLOCS 2S BETON. Qualité du béton : minimum C25/30 ou qualité supérieure. Cette qualité est nécessaire pour une meilleure résistance aux chocs.

BLOCS 2S BETON. Qualité du béton : minimum C25/30 ou qualité supérieure. Cette qualité est nécessaire pour une meilleure résistance aux chocs. BLOCS 2S BETON AVANTAGES DU SYSTEME : FABRICATION Qualité du béton : minimum C25/30 ou qualité supérieure. Cette qualité est nécessaire pour une meilleure résistance aux chocs. Aucun matériau recyclé n

Plus en détail

Sécurité incendie. Outils et guides à disposition des entreprises

Sécurité incendie. Outils et guides à disposition des entreprises Sécurité incendie Outils et guides à disposition des entreprises Union des Métiers du Bois UMB FFB Etats Généraux du bois Angers 2014 R. Maufront Guide de la sécurité incendie pour les menuisiers agenceurs

Plus en détail

Communauté d Agglomération Arc de Seine. Programme de l aménagement des espaces publics du quartier de Meudon Val Fleury

Communauté d Agglomération Arc de Seine. Programme de l aménagement des espaces publics du quartier de Meudon Val Fleury setec organisation Communauté d Agglomération Arc de Seine Programme de l aménagement des espaces publics du quartier de Meudon Val Fleury Annexe 6b Solutions techniques n 1 et n 2 relat ives à la future

Plus en détail

A- GENERALITES p.3. B- PROPRIETES DES BLOCS / PANNEAUX NIDAPLAST RA ET NIDASTYRENE RA p.3. I- NIDAPLAST RA p.3 II- NIDASTYRENE RA p.

A- GENERALITES p.3. B- PROPRIETES DES BLOCS / PANNEAUX NIDAPLAST RA ET NIDASTYRENE RA p.3. I- NIDAPLAST RA p.3 II- NIDASTYRENE RA p. 1 A- GENERALITES p.3 B- PROPRIETES DES BLOCS / PANNEAUX NIDAPLAST RA ET NIDASTYRENE RA p.3 I- NIDAPLAST RA p.3 II- NIDASTYRENE RA p.4 C- DIMINUTION DES EFFORTS APPORTES PAR UN REMBLAI ALLEGE p.4 I- EFFORT

Plus en détail